Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Systèmes agraires en Amérique latine

 | 
Jacques Chonchol

Conclusion

Texte intégral

1Nous sommes arrivés à la fin d’un long parcours à travers les systèmes agraires d’Amérique latine, en essayant de comprendre leur formation, leur évolution historique et leur situation actuelle. Quelles conclusions en tirer ?

2Fondamentalement, l’existence de certaines constantes qui marquent profondément ces systèmes depuis l’époque de la conquête et de la colonisation et qui, en dépit des nombreux changements qui se sont produits et des deux modernisations, celle du XIXème siècle et celle qui a lieu de nos jours, tendent à perdurer de façon significative. Parmi ces constantes, il faut signaler :

3- La persistance de systèmes latifundiaires où la terre est concentrée entre peu de mains, ce qui implique en contrepartie le fait qu’il existe une grande majorité de paysans qui sont des « paysans sans terre » ou des “minifundistes”. En effet, depuis l’époque coloniale, les groupes conquérants et leurs héritiers ont accaparé par le biais de la création “d’haciendas” et de plantations, les meilleures terres disponibles. Cette situation ne s’est pas modifiée de manière fondamentale à l’époque des indépendances qui ont été davantage des révolutions politiques que sociales, période où les nouvelles oligarchies créoles ont remplacé les oligarchies d’origine péninsulaire. Bien au contraire, le latifundisme s’accentue encore davantage durant la seconde moitié du XIXème siècle, avec l’apparition et le développement des nouveaux complexes agro-exportateurs. Et malgré les nombreux efforts de réforme agraire entrepris au long de ce siècle et particulièrement durant les années 1960, la concentration de la terre se prolonge encore aujourd’hui, allant de pair avec la modernisation conservatrice. Une grande partie des espaces ruraux d’Amérique latine continuent donc à être occupés, simultanément et avec des intensités différentes selon les régions, par des latifundios traditionnels de colonat, par d’énormes “estancias” d’élevage extensif de bétail, par des plantations de taille considérable, par des latifundios en transition et par de grandes entreprises agricoles modernisées.

4Bien qu’une partie du pouvoir latifundiaire ne soit plus aujourd’hui entre les mains de propriétaires terriens mais de l’agro-industrie, des banques ou des exportateurs, le contrôle sur la plupart des meilleures terres, continue d’être exercé par quelques personnes ou par des sociétés d’origine rurale ou urbaine, et une majorité croissante de paysans ne sont que des travailleurs sans terre, saisonniers ou permanents, ou de petits minifundistes aux terres insuffisantes pour garantir leur indépendance, ou en tirer un revenu permettant un niveau de vie satisfaisant, et occupant à temps plein leur force de travail familial. Nombre de ces nouveaux paysans sans terre sont d’ailleurs des urbains-agricoles.

5Ce qui attire surtout l’attention lorsqu’on compare la modernisation agricole latino-américaine actuelle avec celle qui a eu lieu dans les pays capitalistes développés, souvent cités comme des exemples à suivre, est que tandis que dans ceux-ci la modernisation postérieure à la Deuxième guerre mondiale s’est faite avant tout dans le cadre d’entreprises agricoles familiales hautement capitalisées, en Amérique latine on prétend la faire dans le cadre de grands latifundios capitalistes, et ceux-ci apparaissent à de nombreux politiciens et économistes, comme le seul type possible d’entreprise agricole moderne.

6- Une deuxième constante dans les systèmes agraires d’Amérique latine est que la priorité a toujours été donnée à la production pour l’exportation par rapport à celle destinée au marché intérieur. Du XVIème au XVIIIème siècle, c’est le fait qu’une population peu abondante et qui a diminué rapidement durant le premier siècle de la conquête en raison des nouvelles maladies amenées par les Espagnols et de l’exploitation subie par les indigènes, joint à la faible urbanisation et à la politique mercantiliste des métropoles coloniales, qui explique cette priorité. Au XIXème siècle, c’est le développement de nouvelles exportations agricoles pour les marchés européens, à la suite de l’intégration de l’Amérique latine au marché international dominé par la Grande-Bretagne. Et à notre XXème siècle, l’agriculture latino-américaine a été davantage considérée comme une activité productrice de devises destinées à satisfaire les besoins d’importation et à payer les dettes internationales que comme un secteur de base orienté vers la satisfaction des besoins d’un marché intérieur en expansion rapide, car la population s’est multipliée par quatre entre 1930 et 1990 (de 104 à 437 millions de personnes). Mais ce marché intérieur s’est développé de manière très inégale en raison d’une distribution des revenus extrêmement déséquilibrée.

7Tandis qu’une grande majorité de pauvres vivent dans la sous-consommation alimentaire par manque de revenus suffisants pour satisfaire leurs besoins fondamentaux, ceux qui ont des revenus satisfaisants s’approvisionnent en consommation de type agro-industrielle de plus en plus à l’extérieur. Par conséquent, dans les économies de marché qui dominent la région, le facteur dynamique pour la croissance agricole est constitué par les possibilités d’exportation alors que sur le marché intérieur plus de la moitié de la population se trouve en situation de sous-consommation. La deuxième Conférence régionale sur la Pauvreté en Amérique latine et aux Caraïbes qui s’est tenue à Quito en 1990, a signalé que 270 millions de Latino-américains, soit 62 % de la population totale de la région, vivaient dans des conditions de pauvreté qui les empêchaient de satisfaire leurs besoins fondamentaux en nourriture et autres biens indispensables au niveau de vie.

8- La troisième constante des systèmes agraires d’Amérique latine est l’importance et l’extension dans les régions tropicales et subtropicales du continent de la monoculture liée aux économies de plantation particulièrement développée à des fins d’exportation. Dire plantation signifie en même temps dire priorité à la monoculture du produit autour duquel s’organise la plantation (canne à sucre, café, coton, cacao, banane, etc.)· Et cette monoculture, dans le contexte des conditions particulières d”Amérique latine, a des conséquences sociales et écologiques négatives. Concernant les conséquences sociales, la plus importante est sans doute le déséquilibre considérable des opportunités d’emploi entre les périodes d’activité intense (récoltes ou “zafras”) ; notamment) et les périodes mortes au cours desquelles les propositions de travail sont très faibles. Ce déséquilibre de l’emploi signifie chômage ou sous-occupation durant de longues périodes pour une bonne partie de la main-d’œuvre liée à l’économie de plantation. Et ceci signifie en même temps pauvreté rurale, sauf pendant les périodes de plein emploi, où la main-d’œuvre rurale peut même devenir insuffisante.

9La monoculture des économies de plantation a aussi d’autres conséquences sociales, comme l’existence de considérables migrations saisonnières de main-d’œuvre, qui peuvent même impliquer la traversée des frontières d’un pays à l’autre. Si ceci peut être considéré comme un avantage pour de nombreux minifundistes dont les terres sont insuffisantes pour garantir un minimum de vie et qui dans les périodes de récolte gagnent des revenus complémentaires comme salariés agricoles, la pénibilité du travail qu’ils réalisent et les conditions de sous-alimentation dans lesquelles de nombreux paysans et leurs familles travaillent durant ces périodes, sont particulièrement négatives pour leur santé et leur espérance de vie.

10La monoculture des économies de plantation a aussi d’autres conséquences sociales, économiques et écologiques négatives. Il faut citer entre autre le fait de renforcer la mentalité selon laquelle le seul développement agricole valable est celui orienté vers la production pour l’exportation ; l’appauvrissement écologique de l’environnement, conséquence de la destruction de la vie animale et de la pollution des eaux par les sous-produits de l’industrie de transformation ; l’épuisement des sols par la monoculture et la tendance à l’abandon de ces sols lorsqu’il existe d’autres frontières agricoles possibles à exploiter ; la pratique du brûlis sans discrimination de la forêt et de la végétation ; la dépendance extérieure pour les cultures alimentaires de base et le déséquilibre des régimes alimentaires.

11- La quatrième constante dans le développement des divers systèmes agraires d’Amérique latine est que toujours les majorités paysannes ont été sacrifiées par le biais de mécanismes établis pour les priver du contrôle d’une quantité de terre suffisante pour couvrir leurs besoins essentiels, les contraignant donc ainsi à obtenir des terres contre la cession à vil prix d’une partie importante de leur production ou de leur travail. Il faut ajouter à ceci les mécanismes de travail forcé (esclave ou “libre”) mais ne laissant d’autre alternative que celle de mourir de faim ou d’accepter les conditions offertes, les mécanismes pour priver ces masses de l’accès à l’éducation, à l’organisation sociale, au crédit où finalement les mécanismes commerciaux impliquent toujours que le paysan vende son produit bon marché et achète cher ce dont il a besoin pour vivre.

12Curieusement, il semble que dans ce prolongement de l’Occident qu’est l’Amérique latine, où tant de leaders de la région adoptent comme modèles de société les démocraties occidentales, les conditions élémentaires de libération des paysans qui se sont accomplies en Occident il y a déjà deux siècles, n’ont pas encore été atteintes.

  • 1 Edition Champ Flammarion, 1993, p. 358.

13Comme le disait Fernand Braudel dans sa Grammaire des Civilisations : « il n’y a pas de liberté, à nos yeux, si entre le paysan et la terre ne s’interpose plus aucune propriété étrangère seigneuriale, citadine ou capitaliste ; que si aucune servitude ne pèse sur la personne du paysan ; enfin que si l’activité de ce dernier est assez productive pour assurer sa nourriture en lui laissant un surplus et que ce surplus, au cas où il gagne le marché voisin ne fasse pas la seule fortune de l’intermédiaire, qu’il permette au paysan d’acheter, au moins, le nécessaire »1.

14En Amérique latine, dont le modèle est l’Occident, ces conditions élémentaires de liberté pour le paysan. sont encore loin de s’accomplir

15- La dernière constante qu’il nous semble intéressant de signaler est que contrairement à ce qu’on pense, les paysans n’ont jamais accepté ces situations comme quelque chose de normal bien qu’ils n’aient presque jamais eu de succés dans les luttes qu’ils ont livrées pour les surmonter.

16L’Amérique latine a connu, durant son époque coloniale au XIXème siècle après les indépendances et notamment au XXème siècle, d’innombrables luttes paysannes pour défendre leurs terres ou pour tenter d’en obtenir, ainsi que pour améliorer leurs conditions de travail et de vie.

17Une grande partie de ces luttes sont liées au fait que, depuis l’époque coloniale et particulièrement dans la seconde moitié du XIXème siècle, une considérable concentration de la terre s’est produite en faveur des conquérants et de leurs descendants américains d’abord et des oligarchies agraires, minières et commerçantes plus tard. Pendant la période coloniale, la concentration de la terre a été le résultat des institutions établies à l’époque : “repartimiento”, “encomienda”, “mayorazgo” en Amérique espagnole et sont les fondements de la constitution des “haciendas”, “sesmarías” et de l’esclavagisme dans l’Amérique portugaise, et les fondements de l’économie de plantation.

18Le XIXème siècle est la période de l’accès des groupes dominants aux terres publiques, aux terres de l’Église et des communautés indigènes, ce qui a renforcé le système latifundiaire.

19Les luttes et les révoltes paysannes pour la terre se sont produites dans des contextes tellement divers dans les différents pays et dans les différentes périodes historiques, qu’il est difficile de les classer par catégories claires et précises. Fréquemment, ces luttes ont été le résultat de révoltes spontanées et ont souvent débouché sur des actions violentes, individuelles ou collectives, en réponse à une situation dans laquelle les groupes dominants ne laissaient d’autre alternative aux paysans (“quilombos” d’esclaves noirs, rébellions armées d’indigènes et même participation à des guerres révolutionnaires).

20Ces luttes se sont manifestées, selon les cas, sous des modalités différentes :

  1. simples demandes de suppression des obligations de servage (de travail ou de type commercial) ou pour obtenir de meilleures conditions de rémunération ou de vie ;
  2. demandes pour des conditions moins défavorables de métayage ou de fermage ;
  3. grèves de travailleurs agricoles pour de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail (surtout dans les économies de plantation) ;
  4. occupations pacifiques de terres pour obtenir la possibilité de les travailler, de récupérer des terres usurpées ou pour exercer une pression pour obtenir une réforme agraire ;
  5. participation des paysans à des guerres révolutionnaires contre le pouvoir établi afin d’obtenir une répartition des terres (révolution mexicaine, révolution cubaine, révolution nicaraguayenne).

21Généralement, lorsque les luttes paysannes se sont transformées en actions violentes, ce fut le résultat d’une escalade de la répression de la part des oligarchies dominantes ou bien la conséquence d’impositions abruptes de lois pour supprimer les droits que les paysans avaient précédemment.

  • 2 “Fases de la Protesta Rural en América Latina” in Lucha de Clases en el Campo (sélection de Ernest (...)

22Certains spécialistes des problèmes du paysannat en Amérique latine, comme Eric Wolf2, ont classé les différents types de luttes paysannes en les liant aux diverses phases de développement du capitalisme dans la région, distinguant la phase d’expansion de “l’hacienda”, phase durant laquelle la structure économique, sociale et politique dominante dans les régions rurales s’est transformée, la phase de stabilisation des “haciendas” et de leur coexistence avec d’autres formes d’organisation de la production et la phase de déclin et de dissolution des “haciendas”.

23Dans la première phase d’expansion des “haciendas” au cours de laquelle elles ont tenté de s’approprier les meilleures terres utiles et de priver les paysans des leurs afin de les contraindre à travailler pour elles, les luttes ont été des formes de résistance des petits paysans propriétaires ou des occupants des terres risquant d’en être privés. C’est le cas des luttes des communautés indigènes contre les latifundios qui prétendaient s’emparer de leurs terres.

24Au cours de la deuxième phase durant laquelle les “haciendas” consolidées coexistent avec d’autres formes d’organisation de la production de type plus capitaliste comme les plantations, les luttes les plus importantes sont de type syndical pour obtenir de meilleures conditions de travail et de rémunération dans les économies de plantation.

25Dans la troisième phase de dissolution du système des “haciendas” traditionnelles en faveur d’autres formes plus capitalistes de production, les luttes paysannes se manifestent sous la forme d’occupations des terres pour accélérer les processus de réforme agraire et pour obtenir des contrats de travail plus favorables aux paysans que ceux offerts par les systèmes traditionnels.

26Si nous regardons le XXème siècle, on observe depuis son commencement jusqu’à aujourd’hui, une série continue de luttes et de rébellions paysannes dont les plus importantes sont celles liées aux processus de réforme agraire qui se sont déroulés au Mexique, en Bolivie, au Guatemala, à Cuba, au Chili, au Pérou, en Colombie, au Nicaragua et au Brésil.

27Ces mouvements ont justement été importants du fait qu’ils ont coïncidé généralement avec des changements politiques plus généraux dans les sociétés où ces luttes paysannes se sont manifestées. Ceci a permis aux revendications paysannes de prendre une importance plus générale.

28Parfois, ces luttes paysannes ont joué un rôle non négligeable pour orienter les changements politiques que les nouveaux gouvernements ont tenté de mener à bien ; souvent aussi lorsque les conditions politiques générales changeaient, la prise en compte des intérêts des paysans perdait l’importance qu’elle avait eu auparavant.

29Mais quelle que soit la situation présente et future et quelle que soit leur force relative, il ne fait aucun doute que tant que les structures agraires actuelles de la région ne changeront pas de manière substantielle, dans un contexte qui tienne compte de leurs besoins et de leurs intérêts, les paysans continueront à lutter, bien que pour réussir il leur soit en outre nécessaire de coordonner leurs revendications avec celles des groupes sociaux urbains.

30Disons, pour conclure, que l’ambition de ce livre est de pouvoir contribuer à créer une conscience du fait que la modernisation agricole actuelle, qui est indispensable, ne peut continuer à se faire dans un contexte qui marginalise de plus en plus les majorités paysannes, ne leur laissant d’autre alternative que de rester à la campagne, dans la pauvreté rurale, en vendant, dans des conditions d’infériorité leur force de travail ou en tentant de découvrir de nouvelles stratégies de survie, ou bien d’émigrer vers les grandes villes de la région pour aller grossir un sous-prolétariat urbain sous-employé vivant dans des conditions de plus en plus explosives.

Notes

1 Edition Champ Flammarion, 1993, p. 358.

2 “Fases de la Protesta Rural en América Latina” in Lucha de Clases en el Campo (sélection de Ernesto Feder), Fondo Cultura Económica, Mexico, 1975.

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540