Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Systèmes agraires en Amérique latine

 | 
Jacques Chonchol

IV - Les systèmes agraires après la deuxième Guerre Mondiale et la modernisation conservatrice des années 1970-1990

Texte intégral

1Ce nouveau chapitre est consacré à l’évolution des structures et des systèmes agraires de l’Amérique latine des quarante dernières années. Les changements de cette période sont aussi importants que ceux qui sont intervenus entre 1850 et 1930. La modernisation d’aujourd’hui leur est comparable dans ses effets, même si évidemment ses formes en sont différentes en raison de la phase actuelle de développement du système capitaliste international.

  • 1 Nicolás Sánchez Albornoz, La Población de América Latina, Alianza Editorial Madrid, 1973, tableau p (...)

2Le contexte de cette seconde modernisation se définit par divers facteurs. En premier lieu il faut signaler une réalité démographique nouvelle. De l’époque coloniale jusqu’aux débuts du XXème siècle, la population et la force de travail de l’Amérique latine avaient d’abord diminué rapidement, pour les raisons analysées au chapitre I, puis augmenté lentement. En 1850, la population dépassait à peine 30 millions d’habitants, en 1900 elle atteignait 61 millions d’habitants1. Le grand problème rencontré par les systèmes agraires à l’époque coloniale, était celui de la main-d’œuvre. Les conflits entre les “Bilariose” et les communautés indigènes durant les époques coloniale et républicaine étaient provoqués par la nécessité de priver les indigènes de leurs terres pour les contraindre à travailler dans les “Bilariose”. Différents systèmes d’asservissement furent mis en place à cet effet : “l’encomienda”, la “mita”, le trafic d’esclaves, l’endettement, le “péonaje” et le paternalisme qui ont joué un rôle important. L’enjeu consistait à s’assurer une force de travail stable et gratuite, ou pratiquement gratuite, que l’on rémunérait par de petites concessions de terre et quelques autres avantages.

  • 2 CEPAL, Balance Preliminar de la Economía de América Latina y el Caribe 1990, Notas sobre la Economí (...)

3L’expansion agricole du XIXème siècle et du début du XXème siècle, présentée au chapitre précédent, a amplifié ce besoin de main d’œuvre. Les changements politiques et économiques ne permettant plus de recourir à l’esclavage, l’immigration de travailleurs libres ou semi-esclaves a été organisée. Une grande partie des migrations d’Européens et d’Asiatiques vers l’Amérique latine s’est faite dans ce contexte. Une main-d’œuvre salariée et diverses formes de contrats comme le colonat, le fermage, ou le métayage, ont été utilisées. Par ailleurs, la situation démographique de l’Amérique latine a radicalement changé ces soixante dernières années. Elle est passée d’une croissance lente, à une phase d’explosion, caractéristique de tous les processus de développement. De 104 millions d’habitants en 1930, la population a doublé pour atteindre 209 millions en 1960 ; et bien qu’à partir de là le taux de croissance ait commencé à baisser la population était de 442 millions en 19902. Le taux de croissance annuel estimé à 1,9 % dans les années 1930-40, a connu un maximum de 2,9 % en 1961-65, puis est redescendu à 2,4 % en 1981-85.

4Plusieurs faits peuvent expliquer cette rapide croissance démographique presque exclusivement fondée sur la croissance naturelle de la population du continent latino-améraicain. Même si le taux de croissance diminue depuis la fin des années 1960, la structure par âge fait qu’aujourd’hui les groupes d’âge moyen progressent ; durant les années 1981-85 la population en âge de travailler (15 à 55 ans), augmente plus rapidement (3 %) que la population totale (2,4 %).

5Or parallèlement le progrès des techniques permettaient de diminuer la quantité de travail humain nécessaire dans l’agriculture.

6Les systèmes agraires d’Amérique latine sont donc passés d’une situation où l’essentiel était d’assurer la force de travail nécessaire, à une situation de surabondance de cette main-d’œuvre ; en conséquence cette dernière est rejetée des grandes entreprises agricoles où elle n’est plus employée qu’à temps partiel.

7Le rapport marché extérieur/marché intérieur a également été modifié. Dans le passé, la dynamique de l’agriculture latino-américaine était liée à la demande du marché extérieur, notamment de 1850 à 1930 comme nous l’avons analysé dans le chapitre précédent. Aujourd’hui, si la demande extérieure reste vitale pour les économies de nombreux pays latino-américains car elle est leur principale source de devises, le poids du marché intérieur prend de plus en plus d’importance du fait de la croissance de la population, notamment urbaine. En 1930, la population de l’Amérique latine était 30 % urbaine et 70 % rurale ; en 1990, à l’inverse, 30 % de la population est rurale et 70 % urbaine. Au cours des soixante dernières années, la population urbaine globale s’est multipliée par dix, passant de 31 millions en 1930 à 309 millions en 1990. Aujourd’hui, l’Amérique latine est la région la plus urbanisée du Tiers monde. Cette énorme population urbaine ne produit pas sa propre alimentation, pas plus que la plupart des ruraux ; le marché agricole intérieur est devenu une clé économique.

8La forte introduction de capital et de nouvelles technologies sont les moteurs de la modernisation actuelle qui touche la production agricole (culture et élevage), ainsi que les secteurs de transformation et de commercialisation. L’Amérique latine est entrain de s’adapter aux règles du système agro-industriel international, dominé et orienté par des multinationales. Ceci signifie très concrètement l’emploi croissant de nouvelles technologies qui utilisent des produits industriels ou agricoles améliorés (mécanisation, fertilisants et pesticides chimiques, semences sélectionnées, aliments concentrés pour le bétail, vaccins, etc). Cette modernisation implique des besoins accrus en capital pour financer les nouveaux systèmes de production et signifie un assujettissement croissant de l’agriculture au processus d’industrialisation. Ainsi que l’ont montré de nombreux chercheurs, l’agriculture a perdu son autonomie et s’est progressivement intégrée à une chaîne complexe de production, de transformation et de commercialisation dont les véritables centres de pouvoir et de décision sont en grande partie extérieurs à l’agriculture.

9En conséquence il nous paraît essentiel pour comprendre les transformations actuelles des systèmes agraires de l’Amérique latine et leurs conséquences économiques et sociales pour la paysannerie du continent d’analyser la situation des années 1950-1960, les réformes agraires des années 1960, et enfin la modernisation des années 1970.

1 - LES SYSTEMES ET LES STRUCTURES AGRAIRES DES ANNÉES 1950-19603

  • 3 Cette section est en grande partie basée sur les études du CIDA (Comité Interaméricain de Développe (...)

10Selon les études citées en note, dans les années 1950-1960, les systèmes agraires latino-américains restaient caractérisés par le complexe latifundio-minifundio. Le système dominant, celui des latifundios, était constitué par les plantations, les “haciendas” et les “estancias”. A leur côté existaient de nombreux minifundios, internes ou externes aux latifundios, en relation symbiotique ainsi que des entreprises agricoles commerciales. Pour mener une étude comparée des propriétés agricoles des différents pays, le CIDA a établi une typologie basée sur un certain nombre de caractéristiques qui a permis de définir quatre grandes catégories :

  • les exploitations subfamiliales : leur taille est insuffisante pour occuper à temps complet la force de travail familiale et elles sont incapables de procurer un revenu permettant de couvrir les besoins essentiels de la famille ;

  • les exploitations familiales : leur dimension permet à une famille de 2 à 4 personnes, de travailler à temps complet, le revenu est suffisant pour couvrir leurs besoins essentiels ;

  • les exploitations multi-familiales moyennes : elles sont capables d’occuper de façon continue 4 à 12 personnes.

  • les exploitations multi-familiales grandes : elles fournissent toute l’année du travail à plus de douze personnes.

11L’étude du CIDA a montré que les exploitations subfamiliales ou minifundio étaient les structures d’exploitation les plus nombreuses dans la plupart des pays étudiés, même si elles ne détenaient qu’une très petite part des terres. En Équateur, au Guatemala et au Pérou, près de 90 % des propriétés étaient des minifundios ; elles ne disposaient que d’un septième de la terre en Équateur et au Guatemala et de moins d’un dixième au Pérou. En Colombie, les minifundios constituaient 64 % des propriétés pour 5 % de la surface, en Argentine 43 % pour 3 % de la surface, au Chili 37 % pour 0,2 % de la surface et au Brésil 23 % pour 0,5 % de la surface.

12A l’extrême opposé, les propriétés multifamiliales grandes (latifundios), qui représentent plus ou moins 1 % des propriétés concentrent l’essentiel des terres : plus de 80 % de la surface au Pérou et au Chili, 60 % au Brésil et 40 à 50 % en Colombie, en Équateur, au Guatemala et en Argentine.

  • 4 Solon Barraclough, Agrarian Structure in Latin America, Lexington Books, Massachussets, 1973, p. 17

13Selon le CIDA, la concentration de la terre était encore plus grande que ne le disent ces chiffres, car les grands latifondistes possèdent fréquemment, soit directement soit par l’intermédiaire de leurs familles, ou de sociétés commerciales, plusieurs propriétés à la fois4.

14Les exploitations familiales, selon cette étude, étaient peu significatives dans la plupart des pays. Elles avaient quelque importance en Argentine et en Colombie ; toutefois dans ces deux pays, une bonne partie d’entre elles n’étaient pas exploitées par leurs propriétaires, mais par des intermédiaires, des fermiers ou des métayers. Le sous-emploi des membres de la famille dans ce type d’exploitation montre qu’une bonne partie d’entre elles aurait dû être classées comme minifundios.

15Ce système agraire fait ressortir une structure de classes :

  • un très petit groupe de niveau supérieur, formé de propriétaires ou de petits et moyens entrepreneurs agricoles, représentant environ 5 % des familles.

  • un groupe intermédiaire composé d’employés ou d’entrepreneurs familiaux, propriétaires ou non des terres ; 10 à 25 % des familles appartiennent à ce groupe.

  • une majorité de paysans pauvres (minifondistes, “comuneros”, travailleurs sans terre) : près de 90 % en Équateur, au Guatemala et au Pérou, environ 70 % au Brésil, au Chili et en Colombie et 60 % en Argentine. Parmi ces travailleurs, une bonne partie d’entre eux restaient liés aux systèmes de servage des “haciendas” (les “huasipungueros” et “arrimados” en Équateur, les “yanaconas” au Pérou, les “inquilinos” au Chili, les “colonos” ailleurs), ils étaient rémunérés par l’attribution de parcelles ou de quelques autres facilités pour vivre. D’autres étaient métayers ou fermiers, petits locataires ou salariés. Une grande partie d’entre eux constituait les minifundistes internes ou externes du complexe latifundio-minifundio. Les salariés, permanents ou temporaires, sans droit à la terre, étaient les plus importants en nombre dans les grandes économies de plantation.

16Dans les sept pays étudiés qui totalisaient 9,7 millions de travailleurs agricoles sans terre, un peu plus de la moitié (5,1 millions) étaient rémunérés sous forme d’attributions de terres en contre-partie de journées de travail (systèmes de “l’inquilinaje”, du “huasipungo”, et du “colonat”) ou de contrats de métayage et de fermage. 4,6 millions n’étaient que des travailleurs saisonniers ou temporaires, sans espoir d’accéder un jour à la terre.

17Le travail agricole restait très lié aux pratiques d’agriculture extensive, notamment dans les latifundios les plus traditionnels, caractérisés par un sous-emploi des ressources, une faible capitalisation, des technologies traditionnelles, et une main d’œuvre seulement rémunérée par des droits sur la terre. Les rendements moyens à l’unité de surface étaient bas en comparaison de ceux des minifundios qui s’appuyaient sur un usage intensif de la force de travail familial.

18Les systèmes d’exploitation dans les années 1950-1960 n’étaient pas très différents de ceux des siècles précédents, avec “l’hacienda” et la plantation. Les caractéristiques générales étaient les suivantes :

19Les “haciendas”, grandes propriétés, appartiennent généralement à des particuliers ou à des communautés familiales des classes aisées, qui forment l’oligarchie foncière. Elles produisent pour le marché local, régional ou national, et parfois elles font de l’exportation, mais leur organisation reste de type pré-capitaliste. Les “haciendas” peu spécialisées, pratiquent à côté d’une ou plusieurs cultures commerciales, des cultures vivrières et de l’élevage. Elles font en général de la polyculture, alors que les plantations ne font que de la monoculture.

20Les “haciendas” contrôlent leur environnement physique et social, c’est-à-dire autant les minifundios, que les communautés indigènes, et les diverses populations vivant dans leur voisinage. La propriété de la terre ne coïncide pas nécessairement avec l’unité d’exploitation. Ces deux entités s’accordent rarement.

21L’exploitation est souvent gérée par des administrateurs quand le propriétaire se consacre à d’autres activités. La propriété peut être exploitée en totalité par des “colonos”, par des fermiers ou des métayers et dans ces cas elle est découpée en petites unités d’exploitation ; ces formes d’exploitation directe et indirecte se combinent, et le servage reste très répandu.

22Les “haciendas” continuent à ne cultiver que les meilleures terres selon le système extensif (faible capital, technologies traditionnelles, faible productivité de la terre). Le monopole que les “hacendados” ont sur la terre fait qu’ils sont peu préoccupés du rendement économique de leurs exploitations. Les “haciendas” traditionnelles, plus que des entreprises à rationalité capitaliste, reflètent un mode de vie basé sur le prestige, le pouvoir et l’argent. La concentration des terres donne en outre aux propriétaires des avantages économiques complémentaires comme la garantie hypothécaire pour obtenir des prêts bancaires, un capital à l’abri des risques d’une dévalorisation de la monnaie ou de l’inflation, un travail à bon marché, souvent non rémunéré, ainsi que de nombreux avantages sociaux et politiques.

23Les propriétaires considèrent qu’il est plus important pour eux d’obtenir un revenu permettant d’entretenir leur rang social que de faire des profits de type capitaliste, d’où la persistance des moyens habituels d’exploitation des ressources naturelles et humaines.

24La plus grande partie des travailleurs vivent sur les “haciendas” selon le mode paternaliste traditionnel, avantages en terre et pâturage, mais contraintes domestiques, etc. Le paternalisme qui prévaut dans les “haciendas” n’est pas sans apporter un minimum de sécurité et de stabilité aux paysans des “haciendas”. Dans ce cadre il n’y a pas d’organisation syndicale des travailleurs et les relations entre les paysans et le monde extérieur ne se font que par l’intermédiaire du propriétaire.

25Les “haciendas” sont un lieu de contrôle du vote paysan. On constate que l’extension du suffrage universel aux zones rurales a permis depuis des décennies de renforcer le pouvoir politique des propriétaires fonciers, notamment au niveau des Parlements où ils font voter les lois qui protégent leurs intérêts. L’“hacienda” a pour principal capital le monopole et la concentration de la terre. Elle reste la source du pouvoir politique, du revenu économique et du prestige social.

26La logique économique des plantations est fondée quels que soient les pays d’Amérique latine, sur un petit nombre de produits : le café au Brésil, en Colombie, en Amérique centrale, dans certaines îles de la mer des Caraïbes, au Mexique et en Équateur ; la canne à sucre à Cuba, au Brésil, en République Dominicaine, au Pérou et au Mexique ; la banane en Amérique centrale, Colombie et Équateur ; et le coton au Brésil, au Pérou, en Amérique centrale, au Mexique et au Paraguay.

  • 5 José Bengoa, “Plantaciones y Agro Exportación” in Desarrollo Agrario y la América Latina (sélection (...)

27Ces produits jouent un rôle déterminant dans les exportations agricoles et les économies de ces pays. Pour les années 1963-65, le café représentait 68 % de la valeur des exportations totales du Brésil, 50 % en Colombie, 44 % au Costa Rica, 51 % au Salvador, 49 % au Guatemala et 47 % à Haïti. Le sucre lui représentait 87 % de la valeur des exportations de Cuba et 50 % en République Dominicaine. La banane, 57 % en Équateur, 46 % au Panama et 40 % au Honduras, et le coton, 18 % au Mexique et 14 % au Pérou5.

28La monoproduction caractérise ces économies de plantation et les différencie des “haciendas”. Les quelques cultures vivrières qu’on y trouve restent à une petite échelle. Ces économies de plantation se sont développées dans des régions tropicales ou sub-tropicales, généralement à proximité des ports d’embarquement, même si on en trouve plus à l’intérieur dans le région amazonienne, ou dans des zones de montagne, notamment celles de café en Colombie et en Amérique centrale. Ces exploitations ont des tailles très diverses, mais une bonne partie d’entre elles appartiennent à des conglomérats multinationaux qui jouent un rôle dominant pour la commercialisation des produits.

29Dans les économies de plantation, l’agriculture est le plus souvent intensive contrairement aux “haciendas”, mais une part des terres est fréquemment sous-utilisée et gardée en réserve. Le capital investi est considérable et les améliorations technologiques nombreuses. La structure sociale est caractérisée par l’existence d’un prolétariat rural souvent fortement organisé et syndicalisé, et qui est apparu dès les années 1920.

30Nous nous proposons ci-dessous de présenter quelques cas illustratifs de cette économie de plantation.

31A Cuba, à la fin des années 1950, la production de canne à sucre était déjà la principale production agricole du pays. Elle représentait, à elle seule, 37 % de la production agricole et pastorale, c’est à dire 54 % de la production uniquement agricole, et couvrait 56 % de l’ensemble des terres cultivées.

  • 6 Jacques Chonchol, “El Primer Bienio de la Reforma Agraria Cubana” in Reformas Agrarias en América L (...)

32La plus grande partie de la canne à sucre était cultivée directement par les grandes centrales sucrières, celles-ci pouvaient passer des contrats avec des planteurs indépendants. Sur 2,5 millions d’hectares qu’elles contrôlaient, seulement la moitié était en canne à sucre, le reste étant gardé en réserve, c’est-à-dire laissé en friche, ou pâture. Cette pratique correspondait à un mode traditionnel d’adaptation aux fluctuations du marché du sucre : plutôt que d’intensifier la production, on plantait sur de nouvelles surfaces. Sur les 22 compagnies sucrières de Cuba, treize étaient nord-américaines et neuf cubaines. Citons les plus importantes : Cuban Atlantic Sugar Co (nord américaine) contrôlait 248 400 hectares, Julio Lobo (cubaine) 164 500 hectares, Succession Falla Gutiérrez (cubaine) 144 300 hectares, Cuban American Sugar Co. (nord-américaine) 144 000 hectares, American Sugar Ref. Co. (nord-américaine) 137 000 hectares, United Fruit Company (nord-américaine) 109 500 hectares, West Indies Sugar Co. (nord-américaine) 109 100 hectares, Vertientes-Camaguey Sugar Co. (nord-américaine) 106 600 hectares6.

  • 7 Plusieurs auteurs, “Las Plantaciones bananeras en Honduras, Costa Rica y Guatemala” in Reformas Agr (...)

33Dans les pays centre-américains, les plantations de bananes représentent l’une des principales activités agricoles. Au Honduras, les deux compagnies bananières les plus importantes, la Tela Rail Road Co. et la Standard Fruit Co, possèdent en 1960, 165 000 hectares sur la côte nord du pays. Au Costa Rica, l’United Fruit Co. et ses filières possèdent en 1955 environ 200 000 hectares dans les provinces de Limón et de Punta Arenas : 27 000 hectares, soit 14 % du total, sont en bananes, une autre partie mais à une plus petite échelle en cacao et en palme africaine. Cette même UFCO possède au Guatemala dans les années 1950, 188 000 hectares, mais n’en cultivaient que 15 %, répartis de la façon suivante : 68 % en bananier, 13 % en pâtures, 9 % en abaca ou chanvre de Manille et le reste pour d’autres cultures7.

  • 8 Pierre Gilhodes, “Le Café en Colombie : une production, une paysannerie” in Études Rurales, janvier (...)

34En Colombie, toujours en 1960, les 820 000 hectares plantés en café traditionnel sont par contre répartis entre 212 000 exploitations, petites pour la plupart. Seulement 577 font plus de 50 hectares, et 77 000 font moins d’un hectare. Le café s’étend sur les pentes humides de la cordillère, entre 800 et 2 000 mètres d’altitude. On ne peut parler de monoculture car le café occupe 22 % des terres, les pâturages 46 %, 22 % sont des friches ou des réserves forestières, 6 % des cultures permanentes et 4 % des cultures annuelles. Environ 1,8 million de personnes vivent sur les plantations de café, auquel s’ajoute une main-d’œuvre saisonnière très nombreuse aux périodes de récolte. 92 % des plantations sont constituées d’exploitations familiales8.

  • 9 Manuel Chiriboga, “Conformación histórica del régimen agroexportador de la costa ecuatoriana : la p (...)
  • 10 Atlas du Monde : « Ecuador », Éditions Jeune Afrique et Banque Centrale de l’Équateur, Paris, 1982.

35En Equateur le cacao est cultivé sur la côte depuis l’époque coloniale. Plus de 70 % des terres productives appartiennent à un noyau de quinze familles, très liées entre elles par des liens de parenté. Cette bourgeoisie qualifiée d’agro-exportatrice possédait jusqu’à la crise des années 1930, 33 millions d’arbres de cacao et assurait l’exportation de 533 000 quintaux sur les 800 000 exportés par l’Équateur. Ce groupe extrêmement restreint et soudé est composé d’Équatoriens d’origine espagnole, qui, au fur et à mesure que la production de cacao a pris de l’importance, se sont associés à des capitalistes anglais et allemands pour monter des entreprises commerciales9. Dans les années 1960, après la banane et le café, le cacao est un des principaux produits primaires exportés par l’Équateur. Actuellement dans les plaines du centre et du sud-est, on estime à environ 100 000 hectares les plantations de cacao seul, à 150 000 hectares ceux plantés en association avec le café. Le cacao est donc devenu le moteur du développement de la zone côtière10.

2 - DES SYSTÈMES TRADITIONNELS AUX ENTREPRISES AGRICOLES CAPITALISTES : LES PROCESSUS DE TRANSITION

36Des facteurs nouveaux se sont manifestés avec une intensité croissante à partir des années 1960 : les politiques de réforme agraire et de modernisation de l’agriculture lancées par différents Etats et par des organismes internationaux, les stratégies des industries agro-alimentaires internationales, un effort pour accroître les exportations agricoles et résoudre les difficultés de balance des paiements, mais aussi répondre aux besoins de consommation des populations urbaines en plein développement. Les systèmes agraires traditionnels ont été amenés à évoluer ; des entreprises agricoles de type capitaliste commencent alors à émerger, et des pratiques nouvelles sont expérimentées. Ces évolutions se sont faites en liaison avec les changements sociaux et politiques qui se produisaient dans la région. Ceci a dans de nombreux cas fait disparaître les systèmes agricoles traditionnels ; dans d’autres cas de nouveaux modes de fonctionnement furent expérimentés, dans d’autres non. C’est cette transition du traditionnel vers la modernisation au niveau des grandes exploitations (“haciendas” ou plantations) que nous allons tenter de décrire à partir de quelques exemples concrets situés dans différentes zones de la région. Nous commencerons avec deux cas situés dans deux zones où les latifundios les plus traditionnels s’imposait avec force dans les années 1950 : l’Altiplano bolivien et les sierras de l’Équateur.

L’Altiplano bolivien11

  • 11 Les sources que nous avons utilisées pour cette section sont CEPAL, “Campesinado y Desarrollo Agríc (...)

37Comme nous l’avons décrit au chapitre précédent, le développement des “haciendas” en Bolivie s’est fait au détriment des communautés indigènes, et leurs membres ont été obligés de devenir des “colonos” ou des métayers. Le haut-plateau et les vallées étaient occupés en majorité par des “haciendas” et par quelques communautés. Les “haciendas” gardaient les terres les plus fertiles de la “puna”, et reposant sur le travail d’une main-d’œuvre non rémunérée, avaient choisi pour s’installer les régions les plus peuplées.

38Les “haciendas” jusqu’à la Révolution de 1952 contrôlaient l’ensemble de la vie sociale, culturelle, économique et politique du pays. En 1950, sur 2,7 millions de Boliviens, 2 millions sont des ruraux et près d’1 million vivent dans les “haciendas”. Le salariat est pratiquement inexistant, le recensement démographique de 1950 n’a comptabilisé au niveau national que 62 000 ouvriers ou journaliers dans l’agriculture, ce qui ne représente que 6 % de la population agricole.

  • 12 Le territoire bolivien se divise en trois grands secteurs : l’Altiplano au climat froid-tempéré qui (...)

39Selon ce même recensement national, 87 000 propriétés couvrent 33 millions d’hectares, de l’Altiplano aux vallées, des “yungas” aux plaines orientales12, pour une surface cultivée d’un peu plus de 654 000 hectares.

  • 1 N. de la T. : petit cultivateur.
  • 2 N. de la T. : fermiers.

40Les unités de type latifundio et minifundio couvrent près de 80 % de la surface recensée, la plus grande partie des terres relevant du premier type. Les latifundios de l’Altiplano et les vallées, cultivés par des “pegujaleros”1, “arrenderos”2, “sayañeros” et les “colonos”, couvrent 12,7 millions d’hectares alors que le patrimoine foncier des communautés indigènes, n’est plus que de 7,2 millions d’hectares. En 1950, le nombre des communautés est probablement inférieur à 3000 ; elles comptent 500 000 à 600 000 personnes, soit 120 000 à 130 000 familles et cultivent environ 170 000 hectares, soit près d’un quart de la surface agricole cultivée.

41Toujours selon ce recensement de 1950, il existe environ 56 000 agriculteurs indépendants qui cultivent près de 19 % de la surface agricole ; 84 % de ces petites exploitations familiales font moins de 10 hectares.

42Le cœur du système agraire est donc le latifundio seigneurial, qui produit principalement pour les centres miniers et urbains, La Paz, Oruro, Potosí, Sucre et Cochabamba, et assure une agriculture de subsistance pour ses propres travailleurs. L’intense lutte sociale qui a précédé la Révolution de 1952, déclenchée par un putsch politico-militaire, s’est transformée en une insurrection d’ouvriers et des classes moyennes, du prolétariat minier et des masses paysannes de l’Altiplano.

43La Révolution a promu une Réforme Agraire qui entendait abolir le latifundio et le pouvoir des propriétaires fonciers. Les paysans asservis se sont redistribués les terres des “haciendas” et ensuite la Loi de réforme agraire a confirmé cette distribution. La structure sociale, économique et politique des “haciendas” a été brutalement détruite. Le travail gratuit et les diverses formes de servage ont très vite disparu. Mais, comme l’a si pertinemment analysé Antonio García, la radicalisation antilatifundiaire de la réforme agraire a marginalisé les problèmes et les revendications des communautés indigènes et des zones à tenure minifundiaire.

44La politique de restitution des terres aux communautés indigènes dépossédées a très mal fonctionné. Ainsi par exemple la redistribution des terres des “haciendas” du lac Titicaca, vieilles de trois générations, allait provoquer de violents conflits entre les anciens membres des communautés, les “colonos” des “haciendas” et les paysans sans terre.

45La réforme agraire n’est pas non plus parvenue à remodeler le parcellaire des zones à tenure minifundiaire. La majorité de ceux qui ont bénéficié de la réforme agraire garderont leurs petites parcelles. Mais 87 % d’entre eux ont reçu moins de 5 hectares.

46Même si sa politique de réforme s’est affaiblie progressivement par rapport aux intérêts des paysans, la Révolution a fait naître une paysannerie socialement dominante dans les années 1960. Dans cette paysannerie, constituée de 350 000 à 380 000 familles, 160 000 à 170 000 d’entre elles étant issues des “haciendas” qui venaient d’être divisées, 45 000 à 50 000 étaient des “colonos” partis vers “l’Oriente” de l’Altiplano ou des vallées, puis environ 105 000 à 110 000 familles étaient issues de communautés indigènes aux pratiques agricoles indépendantes, auxquelles s’ajoutaient 50 000 à 60 000 familles composées de petits agriculteurs individuels déjà présents dans les années 1950.

  • 13 Article cité dans note 11.

47En 1984, comme l’indique Dandler13, il n’existait pas de statistique actualisée, pour évaluer la situation de l’extrême sous-division de la terre, notamment dans des régions comme le nord de l’Altiplano et les vallées de Cochabamba et de Tarija ; mais il paraît fort probable que la plupart des familles paysannes de ces régions ne possédent pas une quantité de terre suffisante pour assurer la reproduction de la force de travail familiale.

48La politique de colonisation vers la frontière agricole tropicale de “l’Oriente” s’est faite au cours de la décennie 1960-1970, postérieurement à la réforme agraire. Elle avait trois objectifs :

  • encourager un flux migratoire des régions densément peuplées comme les vallées, les zones montagneuses et l’Altiplano, vers les terres tropicales de Santa Cruz, de Chapare (Cochabamba) et de Caranavi-Alto Beni (La Paz),

  • fournir la main-d’œuvre nécessaire au développement agro-industriel et à une agriculture à grande échelle, dans la région de Santa Cruz,

  • développer certaines cultures alimentaires, comme le café, le riz, le maïs, les agrumes, en complément de l’agriculture à grande échelle consacrée à la canne à sucre, au coton puis au soja.

  • 14 Dandler, ibid. note 13.

49L’aspect le plus intéressant de la réforme agraire et de cette colonisation est d’avoir lié la nouvelle économie paysanne au marché intérieur, en incitant la commercialisation des produits alimentaires, une intégration des paysans à la société de consommation et en favorisant le petit commerce14. Mais si l’économie paysanne s’est diversifiée, la division excessive de la terre a aggravé le processus de paupérisation des campagnes et entraîné un exode rural.

50De pair avec la colonisation entreprise par de petits paysans, a été menée une politique de concession de grandes propriétés dans le département de Santa Cruz. La plupart des latifundios se trouvant dans l’“Oriente”, furent classés en entreprises agricoles d’environ 2 000 hectares, et en entreprises d’élevage pouvant atteindre 50 000 hectares.

51Dans le département de Santa Cruz et dans les plaines des autres départements la réforme agraire n’a pratiquement pas transformé les structures de propriété préexistantes.

  • 15 Dandler, ibid. note 13.

52Entre 1955-1978, et notamment sous le gouvernement militaire de Banzer (1971-78)15, dans le seul département de Santa Cruz, 9,3 millions d’hectares ont été redistribués, dont 5 millions à 1 401 propriétaires.

53Dans les années qui ont suivi la réforme agraire, de nombreux propriétaires qui avaient abandonné leurs “haciendas” sont revenus et les exploitent actuellement. Ils recourent au fermage ou au métayage, sans cependant reconstituer le système des “haciendas” traditionnelles. Une agriculture commerciale s’est développée dans plusieurs de ces “haciendas” moyennes, notamment dans les bassins laitiers. Dans d’autres, l’agriculture s’est spécialisée dans la production de fruits et légumes.

  • 16 Banque Mondiale, Land Reform in Latin America : Bolivia, Chile, Mexico, Peru and Venezuela, World B (...)

54Selon les données de la Banque Mondiale16, le développement de la zone située derrière la Cordillère des Andes est resté le fait de très grandes exploitations d’élevage. L’impact de la réforme agraire a donc été variable : elle n’a pas touché les “haciendas” d’élevage de certaines zones des montagnes de Bolivie, les 2/3 des terres du pays sont restées en unités de plus de mille hectares, et seulement 10 % des terres cultivées se trouvent dans ces grandes exploitations.

55Si la surface totale de terres cultivées a pratiquement doublé entre 1950 et 1974-1976, passant de 492 000 à 976 000 hectares, dans la région tempérée froide elle est passée de 445 000 à 709 000 hectares, et dans la région chaude de “l’Oriente”, elle est passée de 47 000 à 268 000 hectares, se multipliant presque par six.

56Le processus de transition du système traditionnel vers celui existant actuellement fut marqué en Bolivie à partir des années 1950 tout d’abord par la réforme agraire. La politique de l’Etat s’est concentrée sur la distribution des terres jusque sur 1’Altiplano, zone la plus importante, qui avait été faite en partie par les paysans eux-mêmes, et légalisée ensuite par l’État. En plus cette politique s’est poursuivie par l’encouragement à l’installation de paysans sur la frontière agricole tropicale, où cependant par la suite, la plus grande partie des terres fut donnée en concession de grandes unités.

57Dans les nouvelles zones de colonisation, les paysans ont entrepris des productions comme le riz qui, si elles ne sont pas rentables pour les grandes entreprises, contribuent à la substitution d’importations.

58L’État s’est aussi attaché à promouvoir une agriculture et un élevage commercial, une agro-industrie dans “l’Oriente” qui s’intègre dans un plan de substitution des importations alimentaires mais aussi d’exportation de coton, sucre, bois, soja et de la coca. La culture de la coca est passée d’environ 6 000 hectares en 1970 à 80 000 hectares en 1983.

  • 17 Miguel Urioste, Segunda Reforma Agraria, ouvrage cité, p. 59.

59L’économie paysanne est structurée sur une base de “minifundios”. En 1980, on estimait que cette économie était constituée d’environ 550 000 unités, pour 4,1 millions d’hectares sur les 36,3 millions d’hectares de la surface totale recensée, ce qui donne une moyenne de 7,45 hectares par exploitation17. Au sein de cette économie il existe cependant de grandes disparités entre les exploitations, certaines possèdent jusqu’à 50 hectares dans des zones de colonisation de “l’Oriente”, alors que les paysans du bord du lac Titicaca ou de la vallée de Cochabamba n’ont même pas un hectare. Ces derniers ont été conduits à développer des activités non agricoles (commerce, transport, artisanat), ou à se faire embaucher dans d’autre régions. Dans les vallées de Cochabamba, ces activités non agricoles sont devenues la principale source du revenu monétaire des familles paysannes. Ce processus de diversification des activités économiques non agricoles dans les zones rurales explique le développement de l’urbanisation et des activités tertiaires.

60L’activité de transport en est un exemple. L’écoulement des produits agricoles repose principalement sur l’existence d’un grand nombre de transporteurs individuels : chacun d’eux possèdent un seul camion, conduit par eux même, par un parent ou un ami. Ces transporteurs d’origine rurale, paysans ou villageois, font aussi le commerce de gros et de détail. Ils constituent le lien principal entre les producteurs et le marché, et développent une économie informelle qui assure l’approvisionnement d’une grande partie des centres urbains de Bolivie.

61L’économie paysanne, bien qu’elle ne dispose que d’un peu plus de 10 % de la surface cultivable, nourrit la majorité de la population du pays ; elle apporte 80 % des calories consommées en Bolivie contre 20 % à l’agriculture capitaliste, sans tenir compte des produits importés. Selon Dandler, l’agriculture paysanne de “l’Altiplano”, des zones tempérées et des zones tropicales, couvrait en 1985, 1 127 000 hectares, dont 200 000 pour la production de pommes de terre et 350 000 en maïs ; la moitié des terres était donc consacrée à ces deux cultures de base.

62Par contre, l’agriculture capitaliste tropicale ne couvrait que 142 000 hectares, dont 78 000 en canne à sucre, 60 000 en soja et 4 000 en coton. Cette agriculture capitaliste est surtout représentée dans “l’Oriente” par des “mennonites”, des Japonais et des Russo-Brésiliens, qui sont tous des producteurs genre “farmer”. Les “mennonites” sont les principaux producteurs de soja, mais ils font aussi du maïs, du blé d’hiver, de l’aviculture et du lait ; les Japonais sont les spécialistes du soja et du riz, mais font aussi de l’aviculture, quant aux Russo-Brésiliens ils cultivent surtout le riz.

  • 18 Miguel Urioste, ibid. note 17, p. 75.

63Les salariés agricoles, encore peu nombreux, se trouvent dans les départements de Santa Cruz et de Tarija. Ils étaient 28 000 en 1980, dont 26 500 d’entre eux étaient des saisonniers embauchés aux périodes de récolte pour la canne à sucre, le coton et les autres cultures industrielles18.

  • 19 Alain Labrousse, “Bolivie : économie politique de la coca-cocaïne” in Problèmes d’Amérique latine, (...)

64Les difficultés de survie des paysans de l’Altiplano et de la sierra, malgré le recours à diverses activités complémentaires, expliquent leur exode vers “l’Oriente” et le succès de la culture de la coca, dont les trafiquants tirent d’énormes profits. Dans le Chapare, en 1987, 85 % des surfaces étaient plantées de coca. La population qui en 1967 était de 24 000 habitants est passée en 1987 à 200 000 du fait de l’exode des paysans des vallées de Cochabamba et de l’Altiplano19.

65De nouvelles zones de production sont apparues depuis 1987 (Apolo, Beni, Pando). Décrivons le processus de développement de cette production : un groupe de familles issues d’une même communauté ou d’un même village migre et trouve au Chapare une terre disponible grâce à l’aide de parents déjà installés ; ce groupe s’installe sur des parcelles d’environ dix hectares chacune, les défriche pour y faire du riz, la culture qui profite le mieux des cendres laissées par l’essartage et le brûlage. La première récolte obtenue au bout de trois mois, permet de se nourrir et de vendre l’excédent pour couvrir les autres dépenses d’installation. L’on sème ensuite la yucca et du maïs pour nourrir les hommes et le bétail. La coca est alors plantée entre les pieds de yucca car son feuillage la protège du soleil durant sa période de croissance. Au bout d’un an la première récolte de coca est obtenue et cette culture devient alors l’axe qui permet à l’économie paysanne de tourner. En effet, les autres cultures épuisent les sols, qui doivent être laissés en repos au bout de deux ans, tandis que la coca fournit quatre récoltes annuelles pendant vingt ans et exige pour seuls soins un désherbage et des fumigations contre les fourmis et “cuncunas.” Les paysans sont alors tentés, étant donné la rentabilité élevée de la coca, de sacrifier les cultures alimentaires et d’acheter ces dernières sur le marché.

La modernisation des “haciendas” traditionnelles dans les sierras de l’Équateur20

  • 20 Pour cette section, nous avons utilisé comme sources d’information : Solon Barraclough, Agrarian St (...)

66A la fin des années 1950, le servage restait le mode de travail traditionnel dans les “haciendas” des zones de montagne. Sur les 3 millions d’hectares recensés lors du Recensement Agricole et d’Élevage de 1954, 847 000 hectares sont alors en cultures et le reste en pâturage et en forêt. La population était de 1 754 000 habitants, ce qui représentait 54 % environ de la population du pays, et plus de 60 % de la population rurale.

67Selon Barraclough, (étude du CIDA), quatre grandes catégories d’exploitation apparaissent : infra-traditionnelles, traditionnelles en cours de désintégration, traditionnelles classiques et modernes en formation.

68Les exploitations infra-traditionnelles produisent très peu, leurs propriétaires étant peu actifs et généralement absents. Elles ont peu de travailleurs permanents, le personnel étant surtout chargé de percevoir les rentes. Le pâturage est leur principale activité, il est pratiqué par des minifondistes ou des communautés extérieures à l’hacienda.

69Les “haciendas” traditionnelles en cours de désintégration sont peu opérationnelles du fait de la désintégration de l’autorité patronale, souvent provoquée par la pression des paysans liés à “l’hacienda” qui en contrôlent les ressources, la production agricole et l’élevage. Il s’agit souvent de propriétés appartenant à des organismes publics ou à l’Eglise.

70Les “haciendas” traditionnelles classiques, dont les propriétaires ne sont pas toujours présents, font des productions commerciales. Le travail peut être salarié, par exemple pour la production laitière, ou réalisé dans le cadre de petites exploitations familiales données en concession.

71Les “haciendas” modernes en formation sont celles où le propriétaire maintient une présence active et cherche à contrôler toutes les ressources. Elles sont le lieu d’innovations technologiques liées aux nouvelles productions, le salariat s’y pratique au détriment des formes traditionnelles de rémunération, en voie de disparition, comme les concessions de terres destinées aux cultures vivrières (“huasipungo”).

72La très grande diversité des formes de travail paysan, et la diversité des avantages accordés en échange du travail gratuit ont conduit à désigner les paysans par des termes spécifiques : ceux qui sont payés en fonction de la qualité de leurs services ou de leur travail sont appelés “huasipungueros”, “arrimados” ou “yanapas” ; ceux qui payent une redevance en argent au propriétaire reçoivent l’appellation de “fermiers”, “concessionnaires de ressources” ou “sitiajeros” ; ceux qui paient en produits, “partidarios” mais aussi “concessionnaires de ressources” ou “sitiajeros”. La plupart font partie du système minifundiaire interne ou externe des “haciendas”.

  • 21 Voir Osvaldo Barsky et Gustavo Cosse, ouvrage cité en note 20, pp. 52 à 57.

73Avant même la Loi de Réforme Agraire de juillet 1964, étaient apparus à partir de 1959 des changements qui ont accéléré le processus de transition vers une modernisation capitaliste des “haciendas”. Cette période est connue sous le nom de « entrega anticipada de huasipungos »21 expression qui pourrait symboliser l’idée de restitution d’une partie des terres aux “huasipungueros”. Nous allons en présenter les principales étapes.

74Cette période a commencé avec le triomphe de la Révolution Cubaine, dont les répercussions ont été très profondes en Équateur comme dans le reste de l’Amérique latine. Le problème agraire prit alors les devants de la scène, généralisant le débat sur les politiques de réforme agraire posées par l’Alliance pour le Progrès.

75Ce contexte coïncide avec l’émergence d’une classe de propriétaires agricoles modernistes dans la sierra qui introduisent des méthodes intensives de production agricole et laitière et trouvent peu fonctionnelles les formes traditionnelles de partage des ressources pratiquées par les “haciendas”. De leur point de vue, les nouvelles conditions d’exploitation agricole ne justifiaient plus, comme par le passé, le recours à une main-d’œuvre abondante auparavant rendue nécessaire par les types de cultures (fèves et tubercules) et un relief montagneux où la mécanisation était difficile. Ces entrepreneurs modernistes considèrent qu’il faut répondre à la fois au nouveau climat politico-économique existant, aux demandes des organisations paysannes et aux exigences posées par la modernisation des entreprises. L’évolution des marchés de produits comme le lait et l’orge a créé les conditions d’une transition accélérée vers des entreprises de type capitaliste.

76Ces nouveaux entrepreneurs ont considéré que céder aux “huasipungueros” des terres des “haciendas”, de moins bonne qualité, permettrait de prévenir de futurs conflits avec les paysans et cela constituerait autour des “haciendas” une ceinture de sécurité de petits paysans propriétaires qui pourrait aussi constituer une réserve de main-d’œuvre.

77Cette classe “d’hacendados” en octroyant à leurs “huasipungueros” par adjudication ou vente, les terres qu’ils cultivent, a joué un rôle actif dans l’élaboration de la législation de la réforme agraire qui, débattue dans le pays, fut approuvée par Loi de 1964. Cette avant-garde d’entrepreneurs agricoles a indiqué une voie pour réorganiser les méthodes de travail des “haciendas” afin qu’elles puissent s’intégrer aux nouvelles conditions de développement du pays. Mais d’autres, soit par conservatisme, soit parce que les conditions du marché ne les y incitaient pas n’ont pas accepté d’introduire des changements, et ont été affectés dans les années suivantes par la politique de réforme agraire.

78D’après Barsky et Cosse, les provinces du centre et du nord de la Sierra, Pichincha, Imbabura, Cotapaxi et Carchi, se sont le plus engagées dans le processus de redistribution des terres à leurs “huasipungueros”. La production laitière pour le marché de Quito, fournie par la région de Pichincha, aurait joué un rôle décisif en effectuant une redistribution des terres dans un contexte de faibles tensions entre “hacendados” et paysans. Ce qui ne fut pas le cas dans la province de Chimborazo où, en dépit du grand nombre de “huasipungueros” la redistribution de terres fut infime, ce qui entraînera par la suite des luttes très violentes quand les terres des “haciendas ont été redistribuées.

  • 22 Voir Gustavo Cosse, “Reflexiones acerca del Estado, el proceso político y la política agraria en el (...)

79La législation de 196422 se proposait de moderniser l’agriculture, d’améliorer la productivité des exploitations traditionnelles et de mettre sur le marché des terres non exploitées appartenant à l’Assistance Publique qui souvent les louait à des particuliers. La Loi se proposait en outre d’en finir avec les diverses formes de servage.

80Cette Loi voulait protéger les “haciendas” très productives, et inciter les propriétaires des autres types “d’haciendas” à se réorienter. Un délai de trois ans était accordé à ces derniers pour améliorer la productivité, et éviter ainsi que leur “hacienda” soit divisée. Cette législation concernait aussi les zones côtières, mais nous nous limiterons ici à l’analyse de ses effets dans la sierra.

81Cette politique doit être analysée par rapport aux stratégies de modernisation des entrepreneurs du secteur le plus moderniste, mais aussi par rapport aux conditions qui ont permis aux “haciendas” de survivre aux secousses de la réforme agraire. Les transformations ont été très liées, comme nous l’avons déjà dit, au développement de la production de lait. Cette production n’utilisait qu’un personnel très réduit par rapport aux autres productions agricoles de la sierra, mais elle nécessitait par contre des capitaux pour réaliser les nouveaux investissements en bétail sélectionné, en qualité de pâturage, en bâtiments et en matériel.

82Les recensements de 1954 et de 1974 portant sur l’agriculture et l’élevage montrent une diminution sensible des très grandes exploitations. Les unités de plus de 2 500 hectares ont perdu près de la moitié de leurs terres (46,5 %) et celles situées entre 500 et 2 500 hectares, environ 34 %.

83Par contre les unités de 20 et 100 hectares se sont développées au cours de ces années. Ainsi à partir des terres des anciennes grandes “haciendas” est apparue une couche moyenne agraire, soit du fait des partages liés à l’héritage, soit de l’achat des terres par de petits capitalistes agraires ou par des investisseurs urbains.

84Le nombre d’exploitations familiales de 10 à 20 hectares, et les minifundios de moins de 5 et même de moins de 1 hectare, ont considérablement augmenté, ils auraient augmenté de 30 000 entre les deux recensements agricoles. Ceci révèle une population paysanne très nombreuse mais semi-prolétaire, obligée de compléter le revenu de leurs minifundios en travaillant dans les “haciendas” proches, dans des exploitations sur le littoral ou encore dans les centres urbains, à Quito notamment.

  • 23 Le Chau et Jean Papail, ouvrage cité, pp. 6-7.

85De 1974 à nos jours, la situation des paysans minifundistes semble n’avoir cessé de s’aggraver suite au manque de terres et à la croissance démographique. Les “ex-huasipungueros” sont devenus des paysans libres, mais ils ne disposent que d’une petite parcelle de terre de mauvaise qualité. Certains sont employés comme journaliers dans les entreprises agricoles voisines, mais le travail saisonnier des familles s’est considérablement réduit. Et ils ne bénéficient plus des avantages liés à l’ancien statut du “huasipungo” (accès aux sources d’eau, aux pâturages, aux coupes de bois). L’ancien équilibre a disparu et la pression démographique se trouve confrontée au manque d’emplois des zones rurales23. entraînant un appauvrissement général des petits producteurs de la sierra : le revenu “per capita” des familles paysannes minifundistes a diminué selon un taux moyen annuel de 3,2 % entre 1974 et 1984. Ceci explique la recherche de revenus en dehors de l’agriculture et la migration temporaire de membres des familles. Selon une étude effectuée en 1985, 61 % des familles paysannes survivent grâce à un revenu extra-agricole, et l’agriculture comme activité principale n’occupe plus que 52 % des familles.

  • 24 Idem note 23.

86L’exode des paysans minifundistes a contribué à faire baisser la production d’aliments de base ; de 1970 à 1980, la production de légumineuses a diminué de plus de 4 % par an par habitant, celle des tubercules de près de 3 %, les produits horticoles de 2,6 %. Cette évolution a suscité par contre une forte progression des importations entre 1968 et 198324.

  • 25 Voir Atlas del Ecuador, Éditions Jeune Afrique-Banque Centrale de l’Équateur, Paris, 1982, chapitre (...)

87Le panorama agraire de la sierra équatorienne25 dans les années 1980, peut être décrit ainsi :

88La sierra est formée de discontinuités de relief donnant lieu à des successions de cuvettes, limitées à l’est et à l’ouest par deux grandes chaînes des Andes et, entre elles, par des massifs montagneux ; dans les parties les plus plates de ces cuvettes, la présence d’eau a permis aux “haciendas” de cultiver des céréales qui ont remplacé l’élevage, les minifundios eux sont passés des produits d’auto-consommation traditionnels à la production de fruits et légumes. La densité démographique dépasse fréquemment 100 habitants au km2.

89L’ancien système de travail précaire persiste dans les parties hautes des “haciendas” situées sur les contreforts des Andes. Sur ces hauts plateaux, appelés “páramos”, les “haciendas” traditionnelles pratiquent un pâturage extensif et la culture de pommes de terre et de céréales, parallèlement aux communautés indigènes qui vivent de cultures à faible rendement et de troupeaux d’ovins.

90Les villes de la sierra ont connu une forte croissance, notamment du fait de l’exode rural. Le rôle de Quito s’est renforcé du fait de ses services administratifs, sociaux et culturels, et des activités commerciales, tissant tout un maillage de relations avec les zones de montagne. Seules deux régions au sud, les centres de Cuenca et Loja, échappent à ce centralisme et conservent certains traits spécifiques.

91Au nord, près de la frontière colombienne, dans la cuvette montagnarde de Tulcan, étroite et située à près de 3 000 mètres d’altitude, les paysans ont peu à peu abandonné le blé pour se spécialiser dans l’élevage laitier et la culture de la pomme de terre. Plus au sud, dans la province d’Imbabura, la vallée du Chota draine les eaux de la cuvette en direction du Pacifique et l’on trouve, sur des versants doux et réguliers, cultivés de façon intensive, des cultures tropicales comme la canne à sucre. Au sud, dans la région d’Otavalo, vit l’une des communautés indigènes les plus importantes du pays. La densité de population y dépasse 100 habitants au km2 et malgré l’irrigation et une agriculture intensive, les paysans doivent trouver des revenus complémentaires (artisanat) ou émigrer à Quito.

92La région de Quito, très marquée par l’expansion de la ville, conserve cependant des secteurs ruraux très productifs, comme la zone laitière de Cayambe, la zone irriguée de Guayllabamba au nord, et les exploitations laitières du sud dans la cuvette de Latacunga.

93Dans les hautes terres de la cordillère occidentale, d’importants groupements d’indiens vivent de maigres récoltes, d’élevage d’ovins et de plus en plus des salaires gagnés à Quito.

94La cuvette d’Ambato, plus au sud, est l’une de celles où l’agriculture est la plus intensive. La population rurale dépasse 150 habitants au km2. Les minifundios de type familial abondent ; on cultive des légumes, des fruits et des fleurs, en association avec un élevage intensif. La cuvette de Riobamba présente les mêmes caractéristiques, mais l’irrigation est moins développée et les populations moins nombreuses.

95Plus au sud, on trouve la province de Chimborazo, de hautes terres soumises à la sécheresse, où la vie est dure. Les contrastes restent très aigus entre les “haciendas” et les communautés indigènes.

96La vallée de Chanchán, traversée par le chemin de fer qui va de Quito à Guayaquil, ne bénéficie que d’une irrigation très limitée. A l’ouest, le fleuve Chimbo forme la cuvette de Bolivar, isolée et presque exclusivement agricole, l’agriculture traditionnelle de céréales y est dominante. Son taux d’émigration est le plus élevé du pays.

97Plus au sud, on trouve les cuvettes de la sierra méridionale. Au sud des hautes terres de Cañar, région indigène par excellence, où l’on cultive des céréales, se trouve la cuvette de Cuenca, aux fortes densités de population. Assez humide, ses sols ne sont pas de grande qualité et l’érosion est importante, le minifundio domine au nord, et les “haciendas” d’élevage au sud dans les zones plates et bien irriguées. A l’est, la vallée du fleuve Pauta qui se jette dans l’Amazonie, abrite des cultures de canne à sucre et des arbres fruitiers.

98La province de Loja, plus au sud, présente un relief très cloisonné qui tend à isoler entre elles les différentes régions peuplées. La sécheresse et l’irrégularité du climat constituent des caractéristiques fondamentales de cette région. Les surfaces cultivables et mécanisables sont rares, ainsi que l’irrigation. L’agriculture pour l’auto-consommation reste dominante, elle est à base de maïs, de haricots et de petits élevage de cochons. Dans certaines zones aux conditions plus favorables, on cultive la canne à sucre et le café sur les contreforts occidentaux.

99L’agriculture ne suffit pas à nourrir une population qui dépasse dans certains endroits 150 habitants au km2 ; l’artisanat en perte de vitesse ne parvient pas à freiner l’émigration.

Les évolutions récentes des plantations de canne à sucre du Nordeste brésilien

  • 26 Pour l’histoire et la signification de cette plantation, voir Gilberto Freire, Terres de Sucre, Gal (...)
  • 27 Sources utilisées : CEPAL, “Expansion de la caña de azúcar y de la ganadería en el Nordeste de Bras (...)

100Nous avons déjà indiqué que les plantations de canne à sucre du Nordeste au Brésil, se situent dans la région côtière de la Mata. Première économie de plantation du continent latino-américain au XVIème siècle, la canne à sucre n’a cessé de caractériser l’économie et la société de la région jusqu’à nos jours26. Nous ne présenterons ici que les changements intervenus dans les années 1960 et 197027.

101Dans les années 1950, les usines de sucre dominent le paysage agraire, elles cultivent leur propre canne ou l’achètent à des producteurs indépendants, et les liens sociaux traditionnels de l’ancien système sucrier des plantations subsistent : pratique de l’usufruit de petites parcelles pour les travailleurs, rapports paternalistes. Malgré la place de la monoculture, de petites zones boisées, quelques pâturages et des terres en friche subsistent. L’habitat est relativement dispersé, de petits agriculteurs font des cultures vivrières. Le Nordeste sucrier est en train de perdre de son importance face à la production du Centre Sud (Rio de Janeiro et São Paulo) où les rendements sont plus importants du fait de l’utilisation de technologies modernes.

  • 28 On distingue, au Nordest du Brésil, trois grandes régions : la région de la Mata ou littoral orient (...)

102Les travailleurs du Nordeste sont répartis en trois catégories, chacune entretient un rapport spécifique à la terre et aux propriétaires : les “moradores” habitent dans la propriété où ils travaillent, les “travailleurs extérieurs” vivent dans les villes de la Mata ou dans de petites agglomérations rurales, les “corumbas” ou “caatingueiros” vivent dans les zones de l’Agreste et du Sertão28, ils se déplacent vers les zones à canne de la Mata aux périodes de récoltes.

103Les “moradores” ont pour obligation de donner un certain nombre de jours de travail par semaine, en échange d’une maison et d’une parcelle de terre pour les cultures vivrières (yucca, maïs, haricots) et parfois du coton. Les femmes et les enfants des moradores participent à cette agriculture vivrière et s’occupent de petits élevages de cochons et de volailles, et parfois de quelques vaches laitières.

104Dans les années 1956-65, ce système de vie des moradores et des autres travailleurs logés à l’intérieur des plantations connaît une complète transformation.

105Durant cette période dans la Paraiba le nord du Pernambouc, zones sucrières de moindre importance pour des raisons économiques et politiques, les entreprises sucrières, les “engenhos”, exigent jusqu’à cinq ou six jours de travail par semaine ; les “moradores”, dont les parcelles sont déjà situées sur des terres à bas rendement, sont donc peu disponibles pour leurs propres cultures.

106Dans les régions des grandes usines à sucre, au sud de Pernambouc et nord d’Alagoas, la prolétarisation des “moradores” s’accentue. On les loge autour de l’usine et ils n’ont plus droit à une parcelle. D’ailleurs même là où l’on continue à leur attribuer des terres, ils ne peuvent pas la cultiver car l’usine les fait travailler six jours par semaine.

  • 29 Les “foreiros” ou “moradores de condition” sont des paysans qui vivent dans des aires distantes des (...)

107A cette situation contribue la promulgation du « Statut de la Terre » par lequel le gouvernement brésilien tente en 1963 de protéger les “moradores” et les autres travailleurs ruraux en leur faisant obtenir les avantages des travailleurs salariés urbains (un salaire minimum, des garanties de stabilité, etc). Ces réformes ont rencontré une vive opposition chez les propriétaires des “engenhos” et des plantations. En 1963 et 1964, suite à des conflits sociaux, de nombreux “moradores”, “foreiros”29, mais aussi de petits fermiers et métayers ont été expulsés.

108Après le coup d’État de 1964 qui installe au Brésil un gouvernement autoritaire, la plupart des moradores, ne pouvant plus faire reconnaître leurs droits, deviennent des prolétaires ruraux : ils vivent au bord des routes, dans de petites agglomérations, ou au voisinage des usines et des plantations. Plus tard, selon une expression née du sud, on les appellera “boias frias”, ils travaillent comme journaliers, sans bénéficier de la législation sociale prévue par le « Statut de la Terre », ni d’aucune autre.

  • 30 PROALCOOL représente un grand effort de la part du gouvernement brésilien lancé en 1975 pour réduir (...)

109La prolétarisation des travailleurs de la canne du Nordeste s’est accentuée dans les années 1970 avec la modernisation de l’industrie sucrière. Celle-ci, commencée en 1971 dans le cadre du Programme d’Appui à la Modernisation de l’Agro-Industrie Sucrière du Nordeste, a bénéficié d’importants moyens financiers. Le prix du sucre a rapidement atteint un niveaux élevé, ce qui a encouragé les usines à étendre leurs plantations, notamment dans l’État d’Alagoas. Malgré la chute des prix du sucre après les niveaux maxima atteints en 1974, avec le lancement en décembre 1975 du « Programme National de Alcool » (PROALCOOL)30 le développement des plantations s’est poursuivi.

  • 31 Terres pauvres du littoral de la Mata, sablonneuses, dédiées à l’élevage extensif ou à la cueillett (...)

110La canne à sucre fut étendue dans les “tabuleiros”31 de l’État d’Alagoas, et dans la zone humide de Pernambouc, ce qui a éliminé toutes les cultures alimentaires ; puis à partir de 1978 la colonisation sucrière gagna les “tabuleiros” de Paraiba et du Rio Grande du Nord. Depuis 1981 d’énormes distilleries, dirigées depuis Recife, produisent de l’alcool de canne.

111Ces complexes industriels dominent le paysage de ces cinq Etats. En 1981 dans les États de Pernambouc, Alagoas, Paraiba et Rio Grande du Nord, on comptait 71 complexes multinationaux, plus 14 distilleries autonomes ; aujourd’hui on voit les anciennes usines de sucre entourées de distilleries modernes, protégées par des milices armées.

  • 32 Dans “Mutations et Pauvreté dans la Mata du Nordeste brésilien”, op. cit. en note 27.

112Selon Raymond Pébayle32, l’implantation de ces distilleries autonomes a fait disparaître les anciens rapports entre producteurs de canne et propriétaires des usines. La demande en matière première augmentant constamment, les cultivateurs de canne se sont vus libérés des contraintes de quotas de production qui les liaient aux usines, mais ceci a aussi mis fin aux préférences accordées par les industriels à leurs amis ou parents. Dans certaines régions, on a même vu les propriétaires d’usines et les nouveaux distillateurs se disputer la production des cultivateurs indépendants. Ces plantations sont allées jusqu’à occuper des terres très appauvries du “cerrado”, peu adaptées à la culture de la canne, dont la végétation est typique de la savane.

113L’irrigation est encore très limitée, même sur les “tabuleiros” du Rio Grande du Nord, beaucoup plus secs que ceux d’Alagoas. La pratique du brûlis se poursuit, même sur les terres riches de “massapé”. Elle se fait en deux temps : une première fois, juste avant la coupe de la canne, la “queima”, puis quelques jours après la coupe, la “requeima”. Ce procédé a pour but de détruire les détritus végétaux des plantations, mais il est très préjudiciable aux terres pauvres des “tabuleiros”. Dans les collines de piedmont, où la canne est cultivée sur des pentes très prononcées les risques d’érosion s’ajoutent aux préjudices causés par le brûlis.

114Les déchets des usines et des distilleries menacent par ailleurs les équilibres écologiques des milieux naturels, car les pesticides et les vinasses (résidus de la distillation des alcools) polluent les eaux et les sables des lagunes et des estuaires de la côte nordestine. Dans ce milieu lagunaire, à l’équilibre fragile, la survie de nombreuses communautés de pêcheurs de crabes, d’huitres et de moules, ainsi que celle des maraîchers, est donc aujourd’hui sérieusement menacée.

115Une autre conséquence de ces changements, est l’élimination progressive de l’habitat traditionnel, les “moradas”, et des petites zones de cultures vivrières. La Mata est devenue une immense plantation de sucre absorbant tout : zones forestières, zones de petites cultures, champs ouverts ; elle déborde vers l’Agreste occidental, et vers les “tabuleiros” orientaux de la côte. Le nouvel habitat est groupé, et abrite dorénavant les travailleurs des plantations et des raffineries. Dans certains endroits cette immense population prolétarisée s’est installée à la périphérie des villages ou des petites villes ; on trouve le long des routes nationales de véritables “favelas” rurales.

  • 33 Voir Études et rapports de la CEPAL, ouvrage cité dans note 27.

116La constitution d’un immense prolétariat de la canne, principalement composé d’ouvriers saisonniers (population flottante) introduit de considérables modifications dans les formes d’organisation du travail, notamment en ce qui concerne les modes de paiement. Auparavant, les travailleurs étaient payés au temps de travail, à la journée, aujourd’hui ils le sont à la quantité ; il s’ensuit une aggravation de leurs conditions de vie33. La figure centrale de cette nouvelle organisation du travail est “l’empreitero”, un homme qui fait l’intermédiaire entre le propriétaire et les travailleurs. Ce système, présente l’avantage pour le propriétaire de réduire ses coûts et de le libérer de toutes les obligations qui antérieurement le liaient à ses travailleurs.

117La forte densité démographique de la Mata, comme la croissance de la main-d’œuvre travaillant dans l’activité sucrière (52 % de journées de travail de plus en 1983 par rapport à 1975) montre que l’augmentation de la population a surtout profité aux zones urbaines. En 1980, 73 % des Nordestins de la Mata sucrière sont des urbains. La population rurale ne dépasse pas les 2 millions de personnes ; elle augmente très légèrement dans l’Etat de Pernambouc, mais a diminué dans les anciennes régions sucrières de cet Etat et de l’Etat d’Alagoas qui ont perdu entre 9 % et 14 % de leur population rurale durant les années 1970. Ceci confirme l’importance de l’exode vers les villes, même si ces hommes et ces femmes continuent pour la plupart à travailler dans la production sucrière.

118Vers 1975, environ 80 % de la force de travail est employée dans les zones de canne à sucre de Pernambouc et d’Alagoas, ce sont pour la moitié des travailleurs saisonniers.

119Dans la région de la Mata, il existe deux types de producteurs de canne à sucre : ceux qui produisent leur canne et fabriquent le sucre et l’alcool dans leurs propres installations, et les producteurs indépendants qui approvisionnent les centrales sucrières (ces fournisseurs sont appelées “fornecedores”).

120Les données du recensement agricole de 1980 établissent que moins de 2 % des producteurs de canne, maîtres d’une exploitation de plus de mille hectares, produisent 22 % de la production totale de canne. Les producteurs qui ont entre 100 et 1 000 hectares produisent 64 % du total. Ces deux types de grands producteurs produisent donc 86 % de la canne ; les 14 % restants sont produits par des exploitants de moins de 100 hectares, qui pour un grand nombre possèdent moins de 10 hectares.

121Au début des années 1980 sur le million d’hectares consacré à la canne plus d’un tiers appartient aux usines, dans l’Etat de Pernambouc c’est près de la moitié. En 1975, d’autres sources précisent que si 12 usines contrôlent 94 000 hectares de canne à sucre, il existe 31 000 petits cultivateurs qui n’ont en moyenne que 6 hectares de canne chacun.

122Ces petits producteurs apparaissent néanmoins des privilégiés face à la situation de milliers de travailleurs saisonniers, dont le nombre est estimé selon les services officiels, entre 250 000 et 410 000 selon les périodes. Seulement 7 % d’entre eux bénéficient du « Statut de la Terre » et de la législation du travail : ils perçoivent un salaire minimum, sont logés contre un petit loyer, bénéficient d’une assistance médico-hospitalière, c’est-à-dire une sécurité sociale, et ne peuvent être licenciés sans raison valable ou sans indemnisation. Ce petit groupe de travailleurs, dénommés “fichados”, apparaît à son tour comme favorisé par rapport à la grande masse des “clandestinos”.

123Les “fichados” qui sont spécialisés comme machinistes, chauffeurs ou responsables d’un secteur de production, sont bien traités par leurs employeurs. Mais les autres n’intéressent plus les producteurs qui considèrent qu’ils ont trop de garanties. Pour s’en défaire, ils leur réservent les travaux les plus ingrats, n’acceptent pas que les membres de leurs familles travaillent dans la plantation, n’entretiennent pas leurs maisons et les paient moins que les “clandestinos” ou les saisonniers. Dans ces conditions, ces “fichados” finissent par devenir des travailleurs saisonniers, bien que mal logés et payés à la tâche, ils ont alors la possibilité de se faire aider par les membres de leurs familles et percoivent en général une rémunération journalière plus importante. Les employeurs entretiennent cette différence de rémunération entre les deux catégories de travailleurs afin de maintenir l’emploi d’une main-d’œuvre très rentable car non déclarée, peu exigeante et dépourvue de moyens de revendication.

  • 34 Dans “Mutations et Pauvreté dans la Mata du Nordeste brésilien”, op. cit. en note 27.

124Raymond Pébayle34 raconte qu’aux périodes de la “zafra” la journée de travail commence généralement à cinq heures du matin et se termine vers trois heures de l’après-midi, avec pour seule interruption le moment du déjeuner, du “boia fria”. Les surveillants contrôlent les travaux, qui consistent à couper la canne des champs pour en faire des bottes d’environ dix kilos. Les hommes coupent tandis que les femmes et les enfants font les bottes qui sont ensuite chargées à dos d’âne par le “cambiteiro” puis amenées par camions à l’usine. Une famille bien organisée fait jusqu’à 120 bottes par jour, ce qui en 1981 correspondait pour un groupe familial de “clandestinos”, à un revenu de 4,5 dollars. A cette même époque, le salaire minimum garanti pour un “fichado” était de 74 dollars par mois, pour six jours de travail par semaine, c’est-à-dire près de moitié moins qu’un saisonnier aidé de sa famille.

125Cette situation explique la grande pauvreté des travailleurs de la Mata sucrière : 50 % d’enfants en état de malnutrition permanente, une consommation alimentaire des adultes entre 1 200 et 1 700 calories, absolument insuffisante par rapport à l’intensité du travail effectué, des maladies infectieuses comme la bilharioze qui affecte 15 à 40 % des travailleurs, etc.

126A la fin des années 1970, les syndicats de travailleurs ruraux organisent les premières mobilisations (dans la zone de la Mata, il existe environ 45 syndicats de travailleurs agricoles). Les revendications concernent les besoins de consommation de première nécessité, dénoncant l’obligation d’acheter les aliments dans les épiceries d’usine où les prix étaient en général 50 % supérieurs à ceux des marchés urbains. Après ces mobilisations syndicales, cette obligation a considérablement diminué. Mais au début des années 1980, les revendications des syndicats rappellent celles des années 1960 : paiement intégral du salaire minimum, avantages légaux, extension effective de la sécurité sociale à tous les travailleurs ruraux, élimination des pratiques frauduleuses comme celle des contrats de cinq jours de travail par semaine qui permettent à l’employeur de ne pas rémunérer le repos hebdomadaire, la concession d’une parcelle de terre par famille pour produire sa nourriture, etc.

127Les plantations sucrières de la Mata du Nordeste du Brésil sont une illustration du mode de production qui a prévalu à partir des années 1960 : modernisation de l’industrie, expansion considérable des espaces cultivés en canne, maintien des techniques traditionnelles de travail mais avec l’introduction de nouvelles formes d’organisation et de rémunération qui ont considérablement aggravé la situation des travailleurs de la canne à sucre.

La modernisation des plantations de café en Colombie35

  • 35 Sources utilisées pour cette section : Mariano Arango, “La Industria Cafetera : evolución reciente (...)

128La Colombie est depuis plusieurs décennies un des plus grands exportateurs de café, le deuxième au niveau mondial après le Brésil. La production, l’élaboration et l’exportation du café jouent un rôle fondamental dans l’économie du pays. Quand, dans les années 1984 et 1985, le Brésil exportait un peu plus d’un million de tonnes par an, la Colombie exportait 600 000 tonnes, pour un revenu de 1 800 millions de dollars par an, soit 40 % de la valeur totale de ses exportations.

129Le café reste produit en Colombie dans treize de ses départements, sur de très petites exploitaions situées sur les versants humides de la cordillère des Andes, entre 800 et 2 000 mètres d’altitude. En 1932, les champs de café couvraient 355 000 hectares répartis entre 150 000 exploitations : 80 % de la production de café, selon le recensement, était faite par de petits paysans, seulement 321 exploitations possédaient plus de 100 000 caféiers. En 1960, la surface est passée à 820 000 hectares, répartis entre 212 000 exploitations dont 577 cultivent plus de 50 hectares et 77 000 moins d’un hectare.

130Le recensement de 1970 établit que le café couvre 1 070 430 hectares (250 000 de plus qu’en 1960) répartis entre 303 000 exploitations, la production atteint 9,5 millions de sacs (un sac fait 60 kilos). Les petits propriétaires représentent 70 % des exploitations agricoles, 31 % de la surface plantée et 30 % de la production, et toutes leurs exploitations sont de moins de 10 hectares Les exploitations de 10 à 50 hectares, représentent 41 % des terres cultivés et 41 % de la production ; celles de plus de 50 hectares font 28 % de la surface plantée et 29 % de la production.

131Du point de vue de leurs opérateurs, les exploitations de café se distribuent en familles, principalement exploitées à partir du travail de la famille, mais aussi non familial, et aussi exploitées à partir de travail salarié en plus du travail familial. Elles étaient en 1970 réparties en 200 000 exploitations et faisaient travailler près d’un million cent mille personnes, ce qui signifiait que près de 2 millions de personnes vivaient directement de la production de café. Sur ces 200 000 exploitations familiales, 115 000 étaient des minifundios de moins de 3 hectares qui fournissaient en outre une partie de la force de travail aux exploitations non familiales.

132Dans les régions caféières, bien que le café prédominait clairement, on ne pouvait parler de monoculture.

133De nouvelles techniques de production du café sont apparues en Colombie vers 1965-1966 s’appuyant sur les expériences faites auparavant au Brésil de nouvelles techniques de production du café. La plus importante de ces innovations a été le café “caturra”. Cette nouvelle variété permet d’éliminer les arbres qui protègent les plantations traditionnelles et d’intensifier la densité de plantation. Cette technique permet de passer de 1 000 ou 3 000 caféiers traditionnels à l’hectare à un nombre bien supérieur, pouvant atteindre 10 000 plantes à l’hectare. De plus, la variété “caturra” nécessite moins de temps que les variétés traditionnelles pour donner ses premiers fruits (18 à 24 mois au lieu de 4 à 5 ans) ce qui permet d’augmenter rapidement la production.

134Le café “caturra” présente néanmoins certains inconvénients par rapport aux variétés traditionnelles :

  • sa durée de sa vie utile est inférieure, son entretien est beaucoup plus exigeant puisqu’il nécessite cinq ou six désherbages au lieu de deux ou trois, et requiert en outre d’importantes quantités de fertilisants et de pesticides, il entraîne donc un plus grand coût de main d’œuvre,

  • on ne peut le cultiver avec des arbres, comme les bananiers, qui avaient pour rôle de protèger les plantations traditionnelles,

  • il est un facteur d’érosion des terres,

  • enfin sa densité de plantation empêche d’intercaler des cultures vivrières, et s’oppose aux besoins des petits producteurs paysans pour qui les cultures de maïs, haricots, yucca constituent les bases de l’alimentation.

135Par ailleurs, l’investissement exigé n’est pas à la portée des petits producteurs qui disposent de peu de ressources et pour qui l’accès au crédit est impossible. Les premiers innovateurs ont été les plus gros producteurs situés dans les régions les plus favorisées qui, bénéficiant à la fois de bonnes conditions naturelles et de l’accès aux services de la Fédération de Planteurs de Café, ont été les mieux placés pour utiliser ces nouvelles techniques. On trouve en conséquence ces nouvelles plantations de café sur une zone de 250 kilomètres qui va du nord au sud des départements de Caldas, Quindió, Risalda, et dans le nord du département de Valle, le sud de celui d’Antioquia et le nord de Tolima.

136Le recensement de 1970 révèlait déjà cette transformation, qui n’a fait que s’accélèrer dans les années suivantes. Entre 1970 et 1980/81, la surface plantée avec les nouvelles variétés est passée de 21 000 à 344 000 hectares, soit un taux de croissance annuelle de 32 %, tandis que la surface en café traditionnel est passée de 1 049 000 hectares à 666 000. En moins de 4 ans, la nouvelle variété a atteint plus de 400 000 hectares, et celle du café traditionnel a reculé à 567 000 hectares. Sur près de 12 millions de sacs produits en 1984-85, 64 % proviennent du secteur “technicisé” et 36 % du secteur traditionnel.

137Cette modernisation ultra-rapide de la caféiculture a produit en quelques années une série de profonds changements socio-économiques dans l’agriculture colombienne du café, changements fort bien résumés dans divers documents, et en particulier dans l’article de Gilhodes34.

  • 36 FAO, Rapport sur les Perspectives des Produits 1986-87, Rome, 1987.

138Par rapport à l’économie du pays, cette avancée technique a permis un fort accroissement de la production et des exportations de café dans les années 1970. La Colombie qui exportait 6,5 millions de sacs de café, en a exporté 11,1 millions en 1980 et 12 millions36 en 1986. A partir de 1980, elle a retrouvé la part de marché qu’elle occupait sur le marché mondial en 1950, soit entre 15 et 16 %, alors qu’elle n’était que de 12 % en 1970.

  • 37 Mariano Arango, ouvrage cité, p. 306.

139La production nationale a ainsi doublé, passant de 41,4 millions “d’arrobes” de “pergamino” en 1970 à 89,3 millions en 1981, tandis que la surface totale plantée a diminué, passant de 1 074 000 à 1 010 000 hectares. La productivité moyenne à l’hectare est donc passée de 42,6 arrobes à 88,537.

140Aujourd’hui, la caféiculture du pays est divisée en deux secteurs bien distincts avec un secteur intermédiaire. D’une part on trouve le café traditionnel, qui occupe encore la plus grande surface malgré la baisse considérable de son poids économique ; d’autre part le secteur du café “technicisé” qui, avec environ 400 000 hectares en 1984/85, fournit presque les deux-tiers de la production.

  • 38 Op. cit., p. 319.

141Les régions du nouveau café ont perdu leur aspect forestier, pour se transformer en régions de culture intensive, très jardinée, où des méthodes de travail beaucoup plus sophistiquées font augmenter considérablement le nombre d’emplois. Selon Mariano Arango38, la technique traditionnelle occupe l’équivalent de 0,36 travailleurs permanent par hectare en pleine production, alors que la technique moderne requiert 1,38 travailleurs à l’hectare, soit quatre fois plus. Là où l’établissement d’une entreprise de café traditionnel exige 0,76 travailleurs l’hectare le café technicisé demande 1,73 travailleurs, soit plus du double.

142Entre 1970 et 1981, de nombreux changements sont intervenus dans le marché du travail.

143La main-d’œuvre occupée aurait augmenté de plus de 90 % du fait de l’évolution des tehniques de production, tant en emplois permanents qu’en emplois saisonniers. En 1981, l’emploi permanent représente environ 400 000 travailleurs et l’emploi saisonnier presque 1,6 million de personnes.

144Ce marché comprend un prolétariat qui vit exclusivement de la vente de sa force de travail, et un semi-prolétariat qui cultive des parcelles de terre généralement inférieures à 3 ou 4 hectares et vend sa force de travail pour compléter ses revenus.

  • 39 María Errázuriz, “Evolución del empleo en la actividad cafetera 1970-1985” in Coyuntura Económica, (...)

145Les conditions de vie des prolétaires du café sont difficiles39 : mauvaises conditions de logement, alimentation insuffisante, des contrats le plus souvent temporaires, absence de sécurité sociale et de protection juridique. Ces prolétaires se déplacent d’une plantation à l’autre, et, du fait de leur dispersion géographique et des grandes disparités de leurs conditions d’emploi, aucun syndicat ne les représente ni ne défend leurs intérêts. Ces prolétaires du café sont des hommes relativement jeunes : 25 % d’entre eux ont entre 12 et 20 ans et 55 % entre 20 et 44 ans ; aux périodes de récolte, les femmes et les enfants constituent des travailleurs supplémentaires ; 61 % de ces prolétaires du café travaillent sur leur lieu même d’habitation ; 25 à 30 % sont des migrants, mais ils se déplacent vers des zones proches, et 10 à 15 % sont des sans domicile fixe qui vont d’un travail à l’autre selon les saisons et les opportunités.

146La prolétarisation des travailleurs s’est accentuée avec la modernisation du système de production. De nombreux petits paysans ont vendu leurs terres, soit pour payer leurs dettes, soit pour profiter de la hausse du prix de la terre entraînée par cette modernisation. Très vite ces petits paysans n’ont plus été que des ouvriers agricoles, vivant dans de petites localités ou à la périphérie des villes, ce qui se traduit par une urbanisation ou semi-urbanisation du prolétariat du café. De même de nombreux saisonniers du café qui disposaient de quelque terre ont vendu leur parcelle et se sont installés dans de petites localités ou villes voisines, et depuis ils doivent vendre leurs services huit mois sur douze aux planteurs de café. Cette forme de prolétarisation concerne aujourd’hui des milliers de personnes.

147L’impossibilité de mécaniser le travail, tant du fait du relief que des contraintes spécifiques à la culture du café, semble avoir favorisé une certaine amélioration des salaires ; mais ce ne fut pas le cas dans toutes les régions.

148L’introduction et le développement du café “caturra” a contribué à une concentration des plantations de café notamment parce que les minifundistes, ne pouvant accéder aux capitaux et crédits nécessaires, ont été contraints de vendre leurs terres.

149Des classes moyennes urbaines, comme celles des médecins, des avocats ou des commerçants, attirés par l’investissement lucratif, se sont mis à acheter des caféières. La grande propriété de café technicisée a pris de l’importance mais sa composition échappe souvent aux statistiques, car un même propriétaire peut posséder plusieurs exploitations sur différents sites.

150Cette concentration n’obéit pas qu’à des raisons de supériorité technique. En 1970 le rendement moyen par hectare des exploitations de plus de 50 hectares, dépasse seulement de 17 % celui des minifundios et de 11 % celui des exploitations familiales. Malheureusement, le recensement de 1980 ne fournit pas d’informations permettant de mesurer les effets économiques de cette concentration, bien que des études partielles laissent à penser que la productivité de l’exploitation moyenne de 10 et 50 hectares a progressé, il n’est pas certain que ce soit le cas des exploitations de plus de 50 hectares.

L’évolution des plantations de bananes en Amérique centrale40

  • 40 Sources utilisées pour cette section : José Roberto López, La Economía del Banano en Centro América (...)

151Nous avons déjà analysé comment la culture de la banane destinée à l’exportation a débuté en Amérique centrale vers la fin du XIXème siècle, comment les grandes plantations ont été très vite contrôlées par d’importantes compagnies nord-américaines qui ont pris le monopole de la production et du commerce, et comment l’United Fruit est devenue un véritable empire quand en 1930 elle prend le contrôle de 63 % des exportations de bananes d’Amérique centrale, laissant loin derrière elle la Standard Fruit et la Georgia Fruit Co.

152Aujourd’hui, l’essentiel de la production et la totalité des exportations continuent à être contrôlées par trois grandes compagnies ; l’United Fruit est devenue en 1970 l’United Brands, la Standard Fruit de son côté est devenue une filiale de la société Castle and Cooke, et la troisième compagnie, la Del Monte Corporation, a fait son entrée sur le marché de la banane en 1968, après l’achat de la West Indies Fruit Company. Au début des années 1980 ces compagnies dominent les deux tiers du commerce mondial de la banane, et près de 80 % des importations de bananes effectués par les États-Unis d’Amérique, principal importateur mondial de bananes avec des volumes annuels de l’ordre de 2,2 à 2,4 millions de tonnes. Pour sa part le commerce mondial de bananes atteint au début des années 1980 près de 7 millions de tonnes annuelles et l’Amérique centrale y contribue pour plus d’un tiers, avec pour principaux exportateurs le Costa Rica, le Honduras et le Panama.

153En 1974, les pays d’Amérique centrale créent avec la Colombie et la République Dominicaine, une Union des Pays Exportateurs de Bananes (UPEB) pour défendre leurs intérêts de pays producteurs. Parallèlement, les producteurs du Costa Rica, du Guatemala, du Honduras et du Panama ont constitué la Fédération Internationale des Producteurs de Bananes.

154Les principaux changements de 1970 à nos jours sont autant liés aux stratégies économiques de ces compagnies bananières qu’à la situation politique des pays centre-américains. Le passage d’une économie de plantation traditionnelle à une économie capitaliste moderne, amorcé avec le sucre et le café, s’est poursuivi avec la banane, avec cette particularité que les plantations bananières étaient déjà depuis le début de ce siècle entre les mains de grandes entreprises capitalistes.

  • 41 José Roberto López, ouvrage cité, pp. 17 et 18.

155Deux types de bananes pour l’exportation ont été cultivés en Amérique centrale : la variété “Gros Michel” jusqu’à la fin des années 1950, année où, attaquée par la “maladie de Panama”, sa production a chuté considérablement ; ce qui permit à la “Cavendish”, introduite par la Standard Fruit en Honduras en 1957, de se généraliser dans les autres pays jusqu’à devenir l’unique variété. La “Cavendish” a des sous-espèces utilisées dans le commerce international : la “Dwarf Cavendish”, la “Giant Cavendish” (connue aussi sous le nom de “Grand Nain”), la “Robusta” ou “Valery”. La “Cavendish” par rapport à la “Gros Michel” a une productivité plus élevée du fait de sa résistance à la maladie et de sa plus grande densité à l’hectare (1 600 plants contre 1 000). Le cycle complet, de la pousse jusqu’à maturité, demande entre 12 et 13 mois ; lors de la coupe, une nouvelle plante pousse à partir de la racine et il suffit de replanter tous les trois ans41.

  • 42 José Roberto López, ouvrage cité, p. 22.

156La production nécessite trois opérations : protéger le fruit, couper les régimes et les transporter jusqu’au lieu de conditionnement. Lorsque le régime a atteint un certain degré de maturité, on le couvre de sacs plastiques pour le protéger des intempéries. La coupe se fait manuellement. La variété Cavendish produit un fruit extrêmement fragile, ce qui fit introduire dans les années 1956 et 1964 de nouvelles techniques pour la commercialiser, notamment en la conditionnant dans des caisses de 40 livres (18,14 kilos) ; ces précautions d’emballage représentent 23 à 33 % des emplois. Le fonctionnement des compagnies bananières a toujours été caractérisé par une forte intégration verticale de l’ensemble des opérations, depuis la production jusqu’à la commercialisation et l’exportation, même si parfois cela passe par des filiales. Leur implantation en 1974 était la suivante42 :

157Costa Rica : United Brands (Golfito), Castle and Cooke (Limón) et Del Monte.

158Guatemala : Del Monte (Bananera).

159Honduras : United Brands (La Lima) et Castle and Cooke (La Ceiba).

160Panama : United Brands (Armuelles et Bocas del Toro).

161Nicaragua : Castle and Cooke.

162Ces compagnies travaillent aussi avec des producteurs qui se sont regroupés dans les années 1950 et 1960 pour éviter d’être expropriés sous la pression des compagnies. Ils passent des contrats avec ces compagnies qui leur assurent la vente de leur production, leur fournissent aussi des crédits et leur apportent une assistance technique. Les prix sont établis en commun. Le rapport entre les plantations appartenant aux sociétés et celles appartenant aux producteurs associés était en 1974 le suivant :

PLANTATIONS DE BANANIERS D’EXPORTATION EN 1974

Pays

Plantations des compagnies

Plantations des producteurs associés

Total (hectares)

Pourcentage des producteurs associés

Costa Rica

13 627

11 996

25 623

47

Honduras

12 919

6 590

19 509

34

Panama

10 417

3 170

13 587

23

Guatemala

3 844

1 188

5 032

24

Nicaragua

-

4 600

4 600

100

Total

40 807

27 544

68 331

40

163Sur les cinq pays, 40 % des plantations sont aux mains de producteurs associés, la moitié au Costa Rica, et la totalité au Nicaragua. La coopération des compagnies avec les producteurs associés varie selon l’intérêt qu’elles y trouvent et les conditions socio-politiques générales du pays.

164Au Nicaragua, par exemple, sous le gouvernement sandiniste, la Standard Fruit ou Castle and Cooke a décidé d’abandonner ses activités bananières de sorte que la production et la commercialisation sont passées aux mains de l’État ; avec le nouveau gouvernement de Violeta Chamorro (1990), la situation peut changer à nouveau.

  • 43 Journal Le Monde, Paris, 14 mars 1985.

165Au Costa Rica la Compañía Bananera a renoncé à 2 500 hectares de plantation en 1985, suite à une grève des travailleurs qui avait duré 70 jours en 1984. Filiale de l’United Brands, la Compañía Bananera est pourtant le troisième producteur du Costa Rica, avec 8 millions de caisses de bananes par an, derrière la Bandeco, filiale de Del Monte, qui fait 20 millions de caisses et la Standard Fruit (Castle and Cooke), 18 millions43.

  • 44 FAO, ouvrage cité en note 40.

166Mais, quelle que soit leur place dans le processus de production, les compagnies détiennent le monopole de la commercialisation et de l’exportation. Au Costa Rica, les trois sociétés contrôlent à 100 % les bananes exportées, 25,3 % pour l’United Brands, 34,7 % pour la Standard Fruit et 38,4 % pour Del Monte44. Au Honduras, l’United Brands contrôle 100 % du marché d’exportation, au Guatemala, c’est Del Monte qui contrôle à 100 %.

167Ce sont les activités liées à la récolte et à l’emballage des bananes qui générent le plus d’emplois, elles sont en outre permanentes toute l’année. L’entretien des plantations, le drainage ou les soins sont, elles, des activités temporaires, variant selon les cycles de production. En 1968, les compagnies employaient en tout 46 000 personnes, en 1981-83, on en compte 80 000 : 40 % au Honduras avec 33 000 travailleurs, 21 000 au Costa Rica et 15 000 au Panama. Depuis les années 1950, des syndicats se sont organisés pour défendre les intérêts de travailleurs des bananeraies.

168Les principaux changements depuis les années 1970 sont intervenus au niveau de l’implantation régionale, au niveau des rapports entre les compagnies et les producteurs associés, ainsi qu’au niveau des techniques de production.

169Au Costa Rica, les exportations de bananes avaient atteint en 1973, 1,2 millions de tonnes, puis elles n’ont cessé de décroître pour remonter dans les années 1980, et se situer entre 900 000 et 1 million de tonnes. Cette période est aussi marquée par le déclin de l’ancienne région bananière de la côte du Pacifique où le palmier à huile tend à remplacer la banane. Par contre, sur la côte Atlantique, un regroupement des producteurs de banane indépendants s’est constitué au détriment des plantations de la Standard Fruit.

170La surface plantée en bananiers est passée de 26 000 hectares en 1980 à environ 20 000 hectares en 1985, et 9 à 10 000 emplois ont disparu. Par contre les surfaces plantées par des producteurs indépendants sous contrats avec les compagnies, sont passées de 46 % à 55 %. Ce transfert a surtout concerné les plantations de l’United Brands sur la côte du Pacifique.

171Malgré l’adoption de techniques de production et de manutention plus modernes, les rendements ont stagné du fait de l’apparition, au milieu des années 1970, d’un nouveau fléau, la cercoporiose noire, mais aussi à cause de la multiplication des conflits du travail.

172Les rendements moyens, qui avaient atteint le niveau record de 44 tonnes l’hectare en 1973 sont descendus dans la région de Golfito à 29 tonnes en 1981.

173Au Costa Rica une taxe à l’exportation, restituée aux producteurs nationaux par l’intermédiaire de l’Association Bananière Nationale (ASBANA), qui selon les années a varié de 0,20 jusqu’à 0,70 cents en 1984, a été également établie.

174Le Honduras a connu une forte augmentation du nombre de producteurs indépendants, regroupés en partie en coopératives. Une taxe à l’exportation a aussi été introduite et une diminution des surfaces plantées a été observée.

175Le Honduras a connu une évolution particulière pendant le XXème siècle. Les compagnies bananières bénéficiaient de concessions octroyées dans le cadre de la construction des chemins de fer : en 1909 au profit de la Tela Railroad Company, et en 1911 de la Standard Fruit. Ces concessions ont été abolies en 1975, et depuis, les compagnies bananières, soumises aux lois générales du pays, paient une taxe à l’exportation. La banane représentait en 1930 30 % de la valeur de l’ensemble des exportations du pays et employait 21 000 personnes, dont 12 000 ouvriers agricoles. Les plantations sont concentrées sur la côte atlantique, dans les vallées de Sula et d’Aguan. En 1971 les plantations couvraient 22 000 hectares, 15 200 appartenant aux compagnies et 6 800 aux producteurs associés. En 1984, sur 18 420 hectares il n’en restait que 10 200 aux compagnies, et les producteurs associés concentraient 8 220 hectares.

176Si la culture de la banane bénéficie de très bonnes conditions comme dans la vallée de Sula, elle est très exposée aux cyclones tropicaux, d’où de fortes fluctuations de production : en 1974, l’ouragan Fifi a dévasté la partie nord du pays et en 1983, un autre ouragan a détruit les plantations de la vallée de Sula. Après l’ouragan Fifi les exportations sont passées de 1 048 000 tonnes à 370 000 tonnes. Depuis, les exportations se situent à environ 800 000 tonnes par an. Les rendements moyens restent les plus élévés d’Amérique centrale, avec environ 50 tonnes l’hectare pour les plantations des compagnies et 40 tonnes l’hectare pour les producteurs associés.

177La main-d’œuvre représente une part importante des coûts de production, et les salaires y sont plus élevés que dans le reste de l’agriculture ; la lutte contre la cercoporiose noire constitue un autre poste de dépense important, enfin la taxe à l’exportation se situait à 0,40 cent la caisse en 1984 et 1985.

178Le Panama est le troisième grand exportateur de bananes de l’Amérique centrale. Les plantations sont dans les provinces de Boca del Toro sur la côte Atlantique et de Chiriquí sur le Pacifique. La surface plantée s’est maintenue entre 14 000 et 15 000 hectares entre 1971 et 1983, mais a baissé à 13 500 hectares en 1984.

179Jusqu’en 1962 toutes les plantations appartenaient à l’United Fruit, représentées par sa filiale la Chiriqui Land Company. Depuis cependant la compagnie a entrepris de travailler avec les producteurs associés, et ces derniers qui contrôlaient 27 % de la surface en 1971, ont atteint 32 % en 1984.

180Depuis le conflit de 1974 à 1976 entre le gouvernement et l’United Brands, suite à la décision de l’État à propos de la taxe à l’exportation sur les bananes décidée par l’UPEB (conflit qui fut dénommé “guerre de la banane”) la compagnie a vendu à l’État toutes les exploitations qu’elle possédait au Panama, soit 42 122 hectares de plantations, et pris en location 15 700 hectares. Elle a accepté également de maintenir le volume d’exportations à 22 millions de caisses (400 000 tonnes) par an.

181En 1974 et 1975 deux sociétés bananières furent créées : la COPABA (Corporación Bananera del Pacífico) et la COBANA (Corporación Bananera Atlántica). La première a été liquidée en 1982. Ces deux sociétés exportaient à travers l’United Brands.

182Les volumes exportés ont baissé jusqu’à un minimum de 475 000 tonnes dans les années 1974-76 (période de la guerre de la banane) puis sont passés à 650 000 tonnes en 1983 et 1984, et les rendements ont aussi fortement augmenté, passant de 39 tonnes l’hectare en 1971 à près de 49 tonnes en 1984, du fait d’une amélioration de la gestion, de l’introduction de la variété Grand Nain, et du développement de l’irrigation sur la côte Pacifique (Division Annuelles) Les rendements des producteurs associés sont similaires, légèrement inférieurs à ceux de l’United Brands.

183La taxe à l’exportation était de l’ordre de 0,35 dollar par caisse au début des années 1980. Les autres pays centre-américains, Guatemala et Nicaragua, sont aujourd’hui moins importants que les trois que nous venons d’analyser concernant les exportations de banane.

  • 45 José Roberto López, ouvrage cité, p. 150.

184Au Guatemala, la compagnie Del Monte a acheté en 1972 à l’United Brands tous ses types de plantations pour 20 millions de dollars, soit 22 000 hectares, dont 3 760 hectares plantés en bananiers. En 1983 elle a engagé un programme destiné à porter la production à 9 000 hectares en 198645, faisant passer son volume d’exportation à 450 000 tonnes à la fin des années 1980.

185Le Nicaragua, pour sa part, a vu ses exportations diminuer entre 1974 et 1982 ; l’année 1982 a été particulièrement négative en raison de fortes inondations, ainsi que du retrait de la Standard Fruit. : la production a chuté de 50 % par rapport à 1981. Bien qu’en 1983 le Nicaragua ait exporté 76 000 tonnes, il n’est pas parvenu à retrouver les niveaux de 1981.

186Les compagnies bananières qui, comme nous l’avons vu, continuent à dominer la culture et l’exportation de bananes de l’Amérique centrale, semblent se centrer sur les objectifs suivants :

  1. Poursuivre les améliorations techniques : remplacer la variété Robusta (Valery) par la Giant Cavendish (Grand Nain) de meilleur rendement ; doubler les sillons de plantation pour limiter la main-d’œuvre, simplifier les travaux et permettre un plus grand contrôle ; effectuer des drainages souterrains pour mieux utiliser les éléments nutritifs du sol ; utiliser des containers réfrigérés au niveau de la commercialisation.

  2. Abandon des zones non rentables. La Standard Fruit (Castle and Cooke) est, des trois compagnies, celle qui semble avoir la politique la plus nette à ce sujet. Par contre, Del Monte suit une politique inverse : au Guatemala en 1984 elle avait déjà augmenté ses surfaces de 2,5 fois par rapport à 1974 pour atteindre 9 000 hectares en 1986.

  3. Diminution du rôle des producteurs associés nationaux. Contrairement à ce qui s’est passé après 1974, on observe une diminution du poids des producteurs associés par rapport à la production directe des compagnies. C’est tout au moins le cas pour le Guatemala, le Honduras et le Panama, mais non au Costa Rica où les plantations des compagnies sont passées de 53 % en 1974 à 36 % des surfaces en 1984.

  4. Utilisation de l’État comme associé financier. Il n’y a pas eu que des conflits entre les États nationaux et les compagnies bananières. Les sociétés ont aussi recherché la collaboration des États pour élargir les zones de plantation avec les producteurs associés nationaux, au moyen d’accords triangulaires. Les compagnies ont recherché aussi comme au Honduras, la participation de l’État pour obtenir des moyens financiers auprès de la BID ou de la Banque Mondiale. Dans ces accords triangulaires, chaque partenaire obtient son avantage : le producteur national peut agrandir sa surface de plantation grâce à des financements externes ; les compagnies évitent de coûteux investissements ; quant à l’État, il est assuré à terme d’un accroissement de ses revenus fiscaux.

  5. Diminution de la place de l’Amérique centrale comme fournisseur pour les compagnies. En 1973, 78 % des bananes commercialisées dans le monde par les trois compagnies provenaient d’Amérique centrale. Leur tendance actuelle semble être à la diversification de leurs sources d’approvisionnement au profit de l’Équateur, de la Colombie et des Philippines. Les États-Unis d’Amérique, principaux consommateurs, diversifient leurs fournisseurs à travers la stratégie des compagnies, et augmentent ainsi leur pouvoir de négociation face aux États d’Amérique centrale.

  • 46 Voir journal Le Monde, Paris, 23 mars 1990.

187En 1980, 68 % des bananes de l’United Brands proviennent d’Amérique centrale, 10 % de Colombie, 8 % d’Équateur et 12 % des Philippines. Depuis 1990, une filiale de l’United Brands est implantée aux Antilles françaises, elle achète des exploitations bananières en Martinique et en Guadeloupe, et exporte vers la France et l’Europe46.

188Pour la Castle and Cooke (Standard Fruit) en 1980, 56 % de ses bananes proviennent d’Amérique centrale, 21 % d’Équateur, 6 % de Colombie et 17 % des Philippines. Quant à la Del Monte, 62 % de ses bananes sont d’Amérique centrale et 25 % des Philippines.

189Cette rapide analyse nous permet de voir que la transition du début du siècle à nos jours se caractérise par :

  • le maintien du monopole des compagnies sur la commercialisation sur les marchés extérieurs,

  • la diminution ou la disparition des immenses concessions à très long terme, l’apparition de producteurs associés nationaux,

  • le poids accru des capacités de négociation des gouvernements grâce à l’UPEB et l’établissement d’un impôt sur les exportations,

  • d’importantes évolutions techniques dans la production et la commercialisation,

  • un déplacement géographique des zones de plantation entre l’Atlantique et le Pacifique.

L’État de Paraná au Brésil : des grandes espaces vides au capitalisme agraire (1940-1980)47

  • 47 Pour cette section, nous nous sommes basés sur la thèse de doctorat de l’historienne Tania Navarro- (...)

190L’État de Paraná est devenu l’une des grandes régions agricoles du Brésil, mais son intégration à l’économie agricole est relativement récente. D’État à peine peuplé le Parana devient, entre 1940 et 1960, une terre d’immigration, le plus grand producteur mondial de café, et un important producteur pour la consommation alimentaire intérieure. A partir des années 1960 et 1970, son expansion est liée aux évolutions du marché mondial du café, puis du soja qui le remplacera. Mais la population devient excédentaire du fait des transformations du capitalisme agraire. Le Paraná devient alors un État d’émigration dont nous allons analyser ici certains changements.

191Le Paraná est un des trois États du sud du Brésil. Sa surface est de 199 554 km2, soit 2,3 % de la surface totale du pays. Il est constitué d’une plaine littorale étroite séparée de la mer par une sierra, et de trois plateaux successifs orientés d’est en ouest. Plus de la moitié de son territoire se trouve à plus de 600 mètres d’altitude ; ses sols, notamment au nord, sont d’excellente qualité. Son climat, tropical dans les zones Nord, Ouest et sur le littoral, est sub-tropical au centre. Le parallèle 24 constitue la limite méridionale des cultures tropicales au nord de l’État, mais la culture du café ayant dépassé cette limite il arrive que les gelées occasionnent d’importantes pertes. La plus grande partie du territoire fait partie de la cuvette hydrographique du fleuve Paraná et de ses affluents qui le traversent d’est en ouest. Le fleuve Parana est aussi la frontière entre le Brésil, le Paraguay et l’Argentine, il est aussi une frontière intérieure entre le Mato Grosso et São Paulo au nord, et Santa Catarina et le Paraná au sud.

192Du XIXème siècle jusqu’en 1930 l’économie du pays était dominée par la cueillette du maté qui suscita le développement de la population et de quelques villes. Le maté représentait 98 % des exportations de Paraná jusqu’en 1930, quand les exportations de bois et de café ont commencé à le remplacer. L’exportation de bois de pin a notamment été rendue possible par la construction du chemin de fer de Curitiba à Paranaguá en 1885. La Première Guerre mondiale puis celle de 1939 ont contribué à faire du bois le premier produit d’exportation. Le café, cultivé dans le nord de l’État dès la fin du XIXème siècle, n’est devenu le moteur de l’économie qu’après 1940.

193La province de Paraná n’est devenue un État qu’en 1889 avec l’instauration de la République. Sa population a des origines diverses : des Slaves, des Polonais et des Ukrainiens. Entre 1829 et 1911, plus de 100 colonies se sont installées, mais la population de l’État ne dépasse pas 300 000 personnes au début du XXème siècle, et elle est surtout concentrée dans la partie Est. En 1920, elle atteint à peine 700 000 personnes et son expansion vers l’ouest, en direction du fleuve Paraná, se fait sur un front discontinu ; les agriculteurs nomades doivent déboiser avant de s’installer, et ces noyaux de population sont très isolés les uns des autres.

194Les compagnies étrangères qui entreprennnent l’exploitation du maté et du bois n’ont jamais respecté les clauses concernant les conditions d’installation des colons. Ne recherchant qu’un profit maximal, elles ont dévasté la forêt et ont fait travailler les autochtones comme des serfs. Leurs concessions ont été annulées par la Révolution de 1930.

195Vers les années 1920, des migrants venant des États de Rio Grande do Sul et de Santa Catarina, sont arrivés au Paraná ; ils étaient eux-mêmes descendants d’agriculteurs italiens et allemands arrivés au XIXème siècle. Dans la partie Nord se situe un courant de peuplement venant de Sao Paulo qui s’est mis à produire du café ; cet “or vert” attira vers 1940 un nouveau courant de migrants.

L’apogée du café : 1940-1960

196En 1940, tandis que les rendements du café dans l’État de São Paulo commencaient à chuter, le Paraná, un peu plus au sud, possèdait d’immenses territoires inexploités. Le prix de la terre y était bas, et avec la montée du prix du café dès 1945, le Paranà a connu une véritable invasion d’anciens métayers, de “colonos” et de petits propriétaires qui disposaient de quelques capitaux, car les terres qu’ils avaient vendues dans l’État de São-Paulo avaient beaucoup plus de valeur que celles du Paraná. Ils ont ainsi pu acheter 80 à 100 hectares de terre et même disposer d’un petit capital pour planter. Les anciens métayers ou “colonos”, ont seulement acheté 2 à 8 hectares à la périphérie des agglomérations urbaines, ou 30 à 40 hectares dans les zones pionnières. Cette migration fut essentiellement le fait d’un petit paysannat à la recherche d’opportunités économiques. Quelques grands propriétaires paulistes sont aussi venus acheter des terres pour augmenter leur production, puis au fur et à mesure que le café s’est répandu sur ces nouveaux territoires, de nombreux salariés et de nouveaux colons sont arrivés.

197La période de 1946-1951, correspond à la mercantilisation des terres et à la recherche de main d’œuvre ; au terme de laquelle 85 % des premiers acheteurs ont revendu leurs lots pour acheter de plus grandes surfaces, repoussant plus loin le front de colonisation. Certains travailleurs démunis ont constitué, grâce aux contrats qu’ils ont passés comme “créateurs” de plantation de café, un capital qui leur a permis d’acheter à leur tour de la terre ; les autres se faisaient embaucher. En 1950, 45 % des travailleurs étaient salariés ou bénéficiaient de compensations en terre ; le nombre de métayers est passé de 2 400 en 1940 à 26 000 en 1950.

198La population agricole a augmenté de 125 % entre 1940 et 1950, le nombre de propriétaires fonciers de 38 %, ce qui montre que tous les migrants ne pouvaient acquérir des terres. De nombreux acheteurs n’étaient pas des agriculteurs, mais des spéculateurs.

199Le Paraná a connu une autre phase de migration dans les années 1950-60. Deux courants distincts se sont superposés. De petits agriculteurs “gauchos” arrivés du sud, qui avaient vendu leurs terres trop exiguës pour acheter des exploitations plus grandes dans le sud-ouest du Paraná. D’autres venus des régions pauvres du “Nordeste”, qui, après s’être arrêtés dans l’État de São Paulo, descendaient par l’attraction du café vers le Paraná.

200Cette nouvelle colonisation était constituée de gens sans ressources, ou presque. Elle a renforcé le métayage, le “colonat”, le fermage, et l’occupation précaire des terres. Le nombre de métayers augmente alors de plus de 264 %, celui des petits fermiers est multiplié par 12, faisant augmenter la main-d’œuvre des exploitations de moins de 20 hectares.

201Le système du métayage laisse très peu de liberté au producteur, qui reste étroitement surveillé par un propriétaire auquel il doit aussi du travail gratuit, il ne s’agit donc pas d’un véritable métayage. Ces conditions font régresser les possibilités de mobilité sociale, en dépit de l’énorme richesse engendrée par le café.

202La production du café dans le Paraná a véritablement explosé à partir de 1940. De 133 000 hectares, la surface est passée en 1950 à 267 000 hectares, et à 1 336 000 hectares en 1960, pour atteindre ensuite, malgré la crise, 1 621 000 hectares. En 1960, 81 % des terres cultivées du Paraná sont en café ; en moins de vingt ans le Paraná est devenu le premier État producteur du Brésil, et même du monde. Les surfaces plantées sont immenses, et la terre d’excellente qualité. En 1940, la production du Paraná comptait à peine pour 6 % de celle du Brésil avec 1,1 million de sacs de café sur 19 millions ; mais en 1960, sur 44 millions de sacs produits par le Brésil, le Paraná en produisait 20,4 millions, soit 47 %.

203Les difficultés de communication entre les différentes régions du Paranà ont maintenu jusqu’en 1960 un marché intérieur relativement cloisonné. Le nord, par exemple, principale région productrice de café, était plus intégré au système commercial de l’État de São Paulo qu’au Paraná, l’ouest et le sud sont aussi relativement isolés. Aussi en 1960, l’État a décidé d’investir dans les voies de communication et dans le secteur de l’énergie, afin de provoquer un processus d’intégration de son économie. Un marché de cultures vivrières (maïs, haricots, yucca, etc), semées entre les lignes de café par de petits et moyens paysans, a pu émerger grâce aux moyens de communications créés pour la culture du café.

La crise du café : 1960-70

204A partir des années 1960 le café entre en crise, même s’il reste la principale production. Les excédents sur le marché mondial et la chute des prix conduisent en 1962 au Premier Accord International du Café, signé par 54 pays, dont le Brésil. Cet accord programme un arrachage des pieds de café, de 1962 à 1972.

205Un premier plan est appliqué entre 1962 et 1964 ; il concerne l’ensemble du Brésil et porte sur 827 000 pieds de café, soit 20 % des plantations du pays, sur ce pourcentage 10 % concernent le Paraná et 21 % São Paulo.

  • 48 D’après Stahis Panagides cité dans la thèse de Tania Navarro Swain (p. 128), pour 100 personnes emp (...)

206Un second plan est décidé en 1966, mais dont les objectifs sont, de remplacer le café par d’autres cultures et de réduire la production en supprimant les caféiers en pleine production. L’État de Paraná est alors au cœur de la tourmente du fait de la productivité de ses caféiers. Ce plan sera un échec du point de vue de substituer au café d’autres cultures créatrices d’emplois48.

207Les petits producteurs de cultures vivrières ont été pénalisés par ce programme ; ils représentaient la plus forte densité de population sur très peu de terres, et n’avaient pas les moyens de bénéficier des plans de substitution tels que l’élevage de bétail et la culture de soja, accessibles seulement aux gros agriculteurs disposant de suffisamment de terres.

208L’augmentation de la population de l’État de Paraná est liée à l’explosion de la culture du café. Elle est passée de 1,2 million d’habitants en 1940 (3 % de la population du Brésil dans cette même année) à presque 7 millions en 1980 (plus de 7 % de la population brésilienne). Le Paraná devient alors l’un des grands états d’immigration du Brésil, il a reçu 2 744 000 migrants entre 1940 et 1965. Ils viennent de tout le Brésil, mais surtout de Minas Gerais, de Espírito Santo et du “Nordeste”, plus que n’en attirent São Paulo ou Rio de Janeiro. C’est la crise de surproduction des années 1960 qui a fait diminuer l’immigration et a même provoqué un mouvement d’émigration.

L’expansion du soja et du blé dans les années 1970

209Les années 1960 constituent une phase de transition marquée par plusieurs événements : le programme d’élimination des caféières, l’introduction du soja, une situation d’épuisement des sols. Le gouvernement fédéral appuya, jusqu’en 1970, par des crédits et des aides, la transition vers de nouvelles cultures et l’introduction de méthodes plus productives. Les propriétaires de grandes étendues de terre ont pu s’adapter, mais il s’en est suivi une crise de l’emploi agricole. Les politiques publiques ont en fait favorisé un processus de concentration de la terre.

210Le soja, introduit au Brésil dans l’État de Rio Grande do Sul au début du XXème siècle, s’est révélé idéal pour les petites exploitations rurales comme culture de substitution au café. Il est facile à cultiver, bien adapté aux sols de Paraná, et apte à la mécanisation dans toutes ses phases de culture, de plus ses résidus laissés sur le sol reconstituent la fertilité de la terre. Dans les petites exploitations rurales, le soja était cultivé en association avec le maïs, et dans les exploitations de blé il fut introduit comme culture d’alternance pour fertiliser la terre. Sa culture s’est étendue au Paraná dans le cadre du programme de subsitution, et devait connaître une véritable explosion dans les années 1970.

211C’est notamment l’internationalisation de l’économie brésilienne, le “miracle économique” (1968-1973-74), et la demande du Marché Commun européen qui ont été à l’origine de cette expansion. Celle-ci fut accompagnée d’une politique de soutien du gouvernement, de l’installation de complexes industriels destinés au traitement des oléagineux au sud du Brésil et dans l’État de Paraná, et de l’action des firmes multinationales.

212Les surfaces en soja sont passées au Brésil de 171 000 hectares en 1960 à 722 000 en 1968, puis 5 143 000 en 1974, 8 754 000 en 1980 et 10 074 000 hectares en 1985. L’État de Paraná est devenu le deuxième producteur de soja, après Rio Grande do Sul, où le soja est passé de 5 000 hectares en 1960, à 120 000 en 1968, 1 340 000 en 1974, puis 2 411 000 en 1980 pour redescendre à 2 200 000 hectares en 1985.

213En 1985, sur les 18,2 millions de tonnes de soja produites par le Brésil, 4,4 millions de tonnes proviennent de l’État de Paraná qui connaît un rendement moyen de 2 tonnes à l’hectare, pour 1,6 tonne dans Rio Grande do Sul.

214La culture du soja au Paraná a bénéficié dès le début d’“un paquet technologique”, généré à l’extérieur (USA), qui avait déjà fait ses preuves au Rio Grande do Sul. Derrière cette avancée technologique, on trouve les industries de matériels et d’équipements agricoles, l’agro-industrie du soja et, bien sûr, les intérêts du gouvernement brésilien en faveur des exportations. La production de blé, selon un système de rotation soja-blé a permis ensuite de satisfaire les besoins de consommation intérieure en blé. La prodution de blé a augmenté de près de 500 % entre 1970 et 1980, les surfaces en blé sont ainsi passées de 10 000 hectares en 1965 à 225 000 en 1970, 1 233 000 en 1975 et 1 567 000 en 1980, puis elle s’est stabilisée à 1 million d’hectares en raison de la hausse des coûts de production et des risques climatiques.

  • 49 La culture du maïs augmente de 1,9 million d’hectares en 1970 à 2,2 millions en 1980 et à 2,6 milli (...)

215Le soja, le blé, et le maïs49, ont fait baisser les cultures de coton, de café, de riz et de haricot dans une proportion de 15 à 25 % entre 1970 et 1980, mais les cultures se sont aussi développées sur des terres en friche, et ont donc participé à l’accroissement de la surface globale cultivée, et renforcé les tendances à la spécialisation des exploitations. La modernisation de ces exploitations s’est traduite par exemple par un développement sans précédent du nombre de tracteurs : on en comptait 5 181 en 1960, 18 169 en 1970, 52 498 en 1975 et 81 727 en 1980. En 1960 il existe au Paraná un tracteur pour 664 hectares cultivés ; en 1970 un pour 253 hectares et en 1980, un pour 74,5 hectares. Mais seulement 13 % des exploitations étaient mécanisés en 1980, 26 % n’utilisaient encore que l’énergie humaine.

216La consommation d’engrais chimiques a également augmenté de presque 1000 % entre 1970 et 1980, elle touche alors 48 % des exploitations. Le crédit rural, à taux d’intérêt négatif, décidé par le gouvernement fédéral, a stimulé cette modernisation de l’agriculture et favorisé le marché des biens et matériels agricoles. Entre 1970 et 1979, le crédit rural au Paraná a connu une croissance de près de 500 %, la couverture de la valeur de la production est passée de 37 % à 90 %, principalement pour le soja, le blé restant en second. La modernisation a eu pour conséquences principales, comme nous l’avons signalé plus haut, la concentration des terres et la réduction du marché du travail dans le secteur agricole.

217Décrivons le processus de concentration : quand cette politique a été mise en place, il n’existe plus de terres libres ; or le crédit rural exige que l’emprunteur soit propriétaire de la terrre, et le montant accordé est proportionnel à la surface. La perspective d’obtenir un crédit plus important si on a plus de terre fait monter le prix de la terre, car c’est une bonne affaire pour celui qui dispose de ressources financières. Cette pression est surtout ressentie par les petits propriétaires qui disposent de moins de ressources, aussi le nombre d’exploitations qui n’avait cessé d’augmenter au Paraná jusqu’en 1970 s’est mis à diminuer. En cinq ans à peine, entre 1970 et 1975, le nombre de propriétés de moins de vingt hectares a diminué de 76 000, tandis que le nombre d’exploitations de plus de 500 hectares a surtout augmenté dans les grandes zones productrices de soja et de blé. Cette tendance à la concentration continue depuis, mais favorise aussi la moyenne propriété rurale.

218La modernisation a eu pour autres conséquences de réduire le marché du travail, et surtout de renforcer fortement la prolétarisation de la main-d’œuvre. Les paysans qui n’ont pu se moderniser n’avaient que trois alternatives : migrer vers d’autres frontières agricoles, quitter la campagne pour la ville ou bien devenir des salariés saisonniers.

La prolétarisation de la force de travail agricole et ses caractéristiques

219La période 1960-70 avait déjà connu une prolétarisation de la force de travail liée à l’érosion des sols et à l’élimination des plantations de café notamment dans le nord du Brésil. Représentant 55 % de la surface exploitée en 1960, elles n’occupaient plus que 18 % des terres cultivées en 1970.

220Par ailleurs la diminution de l’emploi dans les moyennes et grandes propriétés du fait de la mécanisation, a encouragé une concentration de la main-d’œuvre vers de plus petites exploitations et provoqué le retour de nombreux travailleurs sur la parcelle familiale, pour ceux qui en avaient une. La prolifération de ces parcelles à économie de subsistance a diminué encore la surface disponible par travailleur. Si en 1960, au Paranà, 40 % de la force de travail agricole vivaient sur des exploitations de moins de 20 hectares, en 1970 c’était le cas pour 66 %.

221Pour les agriculteurs grands et moyens, les crédits d’État ont permis une meilleure valorisation des terres et des produits agricoles ; aussi les systèmes de métayage et de fermage ne les ont plus intéressés. Les exploitations de plus de 100 hectares ont diminué d’un tiers leur personnel et bloqué les salaires, pour investir dans des moyens de production performants.

222En 1970 ce phénomène n’avait pas encore gagné le Paranà où la petite agriculture vivrière avait absorbé une large part de la main d’œuvre libérée par l’agriculture capitaliste. La force de travail agricole est constituée à 80 % par une main d’œuvre familiale de petits propriétaires, métayers, fermiers ou employés permanents, qui ont encore droit à une parcelle de terre pour leur subsistance. On compte alors 106 000 “boias frias”, travailleurs agricoles vivant en ville ; 22 % des exploitations agricoles ont recours, par l’intermédiaire du “el gato” à ces ouvriers agricoles temporaires, notamment pour les récoltes. Ce phénomène s’est considérablement accéléré dans les années suivantes ; il faut pourtant signaler qu’une partie des travailleurs temporaires ne sont pas des “boias frias” urbains, mais souvent les membres d’autres familles de petits agriculteurs.

  • 50 Estadísticas Cadastrales del INCRA, 1978.

223L’augmentation de la force de travail sur les petites propriétés réduit la terre disponible par personne et contribue à appauvrir cette population. Les salariés permanents ou temporaires ont vu leurs rémunérations se réduire. Même si, en 1970, les salaires moyens agricoles au Paranà sont relativment supérieurs à ceux du reste du Brésil, 75 % des salariés ne parviennent pas à obtenir un salaire de minimum vital, et 61 % des petits agriculteurs et leurs familles sont en dessous de ce salaire minimum. En 1978, sur 731 000 salariés agricoles, 621 000 sont des temporaires, et seulement 110 000 sont des permanents50.

224La dynamique du capitalisme agraire au Paranà dans les années 1970 n’a donc pas conduit à une amélioration du niveau de vie de sa population agricole, mais à une baisse. Il s’en est suivi une migration vers d’autres États, notamment vers les nouvelle frontières agricoles ouvertes dans le Mato Grosso do Sul, Mato Grosso, Goias, Rondonia, au Paraguay, ou vers São Paulo en particulier.

225Les recensements montrent que depuis les années 1970 le Paraná est l’un des États qui connaît les plus bas taux de croissance annuelle de population, après avoir connu l’un des plus hauts taux de croissance.

La transition vers la modernité en Amazonie occidentale : le cas de l’Acre

  • 51 Nous avons utilisé pour cette section Peter Frey, Amazonie, Paris, Payot, 1985 et Marilza A. De Mel (...)

226Nous avons examiné les évolutions agraires des trente ou quarante dernières années dans diverses parties du territoire latino-américain, aussi bien pour les économies où régnaient les “haciendas” traditionnelles comme en Bolivie et en Équateur, que pour celles dominées par les systèmes de plantation (canne à sucre dans le “Nordeste” du Brésil, café en Colombie, compagnies bananières en Amérique centrale). Nous avons aussi vu avec le cas du Parana le passage, en à peine trois décennies, d’un territoire vide à une agriculture capitaliste. Or, même dans les régions les plus impénétrables de l’Amérique latine, d’importants changements se sont produits dans les systèmes agraires. C’est le cas dans l’immense Amazonie, que nous allons aborder à travers l’étude du territoire de l’Acre en Amazonie Occidentale51.

227L’on peut délimiter le territoire amazonien selon divers critères, mais sa véritable frontière naturelle est le bassin du fleuve Amazone, comprenant l’ensemble de ses affluents depuis leurs sources, quand ils ne sont encore que de petits ruisseaux. Selon cette approche la surface de l’Amazonie est de 6 millions de km2 environ, situés pour la plupart au Brésil mais aussi au Venezuela, en Colombie, en Équateur, au Pérou, en Bolivie, en Guyane et au Surinam.

228L’Amazonie brésilienne peut être divisée en deux grandes régions : l’Amazonie Occidentale et l’Amazonie Orientale. Les deux sont habitées par différentes tribus indigènes qui pratiquent l’agriculture, la chasse, la pêche et la cueillette de produits sauvages. Elle a été envahie au milieu du XIXème siècle par des aventuriers à la recherche de caoutchouc. La colonisation du caoutchouc a commencé avec l’intérêt du marché international pour ce produit. Les commerçants et les producteurs se divisent le territoire indigène en sentiers de “seringales” obligeant par la force leurs anciens occupants à devenir des “seringueiros” ou collecteurs de caoutchouc. L’abondance des arbres producteurs de latex (Hevea brasiliensis) a poussé les représentants des maisons commerciales à financer la migration de “Nordestins” pour le recueillir. La zone où existait la plus grande réserve de caoutchouc du Brésil est le territoire de l’Acre, arrosé par les fleuves Purus, Acre et Jurua ; elle correspond aujourd’hui à l’État d’Acre, situé en Amazonie Occidentale.

229L’Amazonie Occidentale est le quatrième territoire du Brésil de par son étendue, avec 2 184 724 km2 de surface ; il comprend les États d’Amazone, d’Acre, une partie de l’État de Mato Grosso et les Territoires Fédéraux de Rondonia et Roraima. L’État d’Acre, à lui seul, couvre, avec ses 152 589 km2, près de 2 % du territoire brésilien. Sa surface se décompose de la façon suivante : 134 650 km2 de forêt amazonienne humide sur des terres fermes non inondables, 17 356 km2 de forêt amazonienne sur des “varzea”, terrains normalement inondés une fois par an et de 583 km2 de terres cultivables. Son climat est typiquement tropical et la pluviosité annuelle dépasse deux mètres.

230L’exploitation du caoutchouc a commencé vers 1857 avec une première expédition partie de Belem vers le fleuve Purus, mais la colonisation effective n’a commencé que vers 1890 avec la création du Municipe d’Antimary, dépendant de la Province d’Amazonie, sur la rive gauche du fleuve Purus, face à l’embouchure du fleuve Acre. Un petit village est alors fondé qui sert de centre pour la commercialisation du caoutchouc de la région. Un conflit finit par éclater entre le Brésil et la Bolivie pour l’appropriation de ce territoire, mais après nombre de vicissitudes et même une guerre, le territoire est resté aux mains du Brésil par le Traité de Petropolis de 1903.

231Les fleuves Purus, Acre et Jurua sont célèbres pour leur richesse en hévéas et on a surnommé cette zone “le triangle du caoutchouc”. L’occupation de la région s’est développée en fonction de la géographie des hévéas ; la possession de la terre ne posait pas de problème car elle était accessible à tous ceux capables d’ouvrir un “seringal”. Quand une zone offre une quantité d’arbres suffisante, un groupe prend possession de la terre en construisant une cabane, semblable au “tapiri” des indigènes, tandis qu’un autre groupe fait de même en amont du fleuve. Ces équipes sont toujours dirigées par un personnage central, le patron, qui contrôle les “seringueiros”, chargés de diriger le travail et la récolte du latex. Ce travail n’implique pas la possession de la terre, mais celle du “seringal” est nécessaire.

232Au début du XXème siècle, les “seringais” étaient constitués de lots d’arbres à caoutchouc de la forêt. Leur nombre varie de 80 à 200 arbres par sentier. Quelques grandes sociétés possèdent de grands territoires de forêt, mais à côté d’eux de nombreux “seringais” appartiennent à des “seringueiros” qui les ont découverts et faits délimiter eux-même. Pour les entrepreneurs de caoutchouc, le plus important c’est le développement des sentiers exploitables car c’est eux qui permettent d’accéder à toujours plus d’arbres. Quand un “seringal” est vendu, ce n’est pas l’étendue de terre qui est pris en compte mais le nombre de sentiers à caoutchouc qu’il possède.

233150 à 200 arbres constituent un sentier ou “estrada”, deux à trois “estradas” constituent une “colocaçao”, là on monte un bâtiment pour travailler la gomme : “desfumar a seringa”, c’est à dire que le “seringueiro” verse la gomme liquide sur un bâton qu’il fait tourner au-dessus de la fumée pour la solidifier en couches successives jusqu’à ce que des boules de caoutchouc puissent se former.

234L’exploitation a été entreprise par de grandes entreprises “aviadoras” opérant à Belem ou Manaus, financées elles-mêmes par des sociétés exportatrices liées au marché international. Les “aviadoras” fournissent le matériel nécessaire aux “seringalistes” qui, à leur tour, approvisionnent le travailleur du caoutchouc, lequel est payé par le produit de sa récolte.

235Ces travailleurs, qui s’ajoutent aux “caboclos” et aux indiens de la région, étaient recrutés en grande partie dans le “Nordeste” Ils sont tenus par la pratique de l’endettement et la coercition. Ils font des journées de 15 à 17 heures pendant 6 mois, puis les 6 mois suivants où le travail est rendu impossible par les pluies et les inondations, ils survivent en s’endettant auprès de leur patron.

236La période du caoutchouc brésilien a duré de 1910 à 1930, ce fut pendant quelques années le second produit d’exportation du Brésil, derrière le café. La production était de 44 000 tonnes en 1911-1912 ; mais à partir de 1915, le Brésil a été confronté à la concurrence des plantations de caoutchouc d’Orient, beaucoup plus productives. Dans les années 1930, l’Asie produisait plus d’1 million de tonnes par an, et l’Amazonie brésilienne seulement 7 000 tonnes.

La crise du caoutchouc et ses conséquences

237La crise du caoutchouc a provoqué la faillite de nombreux “seringalistes”. Obligés de vendre leurs “seringais” pour payer leurs dettes, ou bien les abandonnant, ils vont s’établir à Manaus ou Belem, et cherchent à y faire du commerce. Certains, principalement les petits “seringalistes” sont restés, dans les vallées du Purus et de l’Acre, sur de petites exploitations familiales.

238Pour survivre, les “seringueiros” ont redécouvert les méthodes d’exploitation traditionnelle des indigènes et des “caboclos” : l’association culture-forêt. C’est ainsi qu’apparaît le “seringueiro-paysan” qui n’est pas propriétaire de sa terre mais possède un droit d’usage. Il épouse une femme “cabocla” ou une indienne pour fonder une famille, ou fait venir la sienne du Nordeste. Il cultive avec l’aide de sa famille et exploite les produits de la forêt. Il cultive la terre ferme et la terre de “varzea” ; si la première est moins fertile, elle constitue une sécurité par rapport à la seconde qui ne peut être exploitée qu’une partie de l’année du fait des inondations. Le fleuve détermine l’alternance et la régulation des cycles de culture. De plus, il représente un élément essentiel pour le transport et pour la pêche. Les cultures sont celles du paysan amazonien, toutes de cycle court : yucca, haricot, maïs et riz. La récolte se fait dès que les eaux commencent à monter. Le paysan-seringueiro répartit ses activités entre l’été et l’hiver. Durant l’été, d’avril à octobre, il saigne les hévéas et en août et septembre il arrête du fait de la baisse de production pour semer alors les terres de “varzeas” très fertiles. Durant l’hiver, de janvier à mars, il travaille sur la terre ferme, ramasse les noix, plante la yucca, plante annuelle qu’il déplace d’un endroit à l’autre selon le système d’essartage et le brûlis.

239Cette agriculture sert uniquement à la subsistance, le commerce se fait avec les produits de cueillette, de pêche, de chasse et de ramassage (caoutchouc, noix, bois de construction, peaux d’animaux de forêt, poisson séché).

240Ce commerce se fait par l’intermédiaire d’un commerçant ambulant, le “regatoe” qui établit avec le “seringueiro-paysan” un système de troc où la circulation d’argent est limitée.

241La crise du caoutchouc a entraîné une stagnation démographique, 92 000 personnes en 1920 et plus que 80 000 en 1940, et surtout un renforcement de l’unité de production familiale. Elle a permis d’utiliser au mieux l’écosystème amazonien (terres limoneuses et terre ferme), d’associer agriculture et cueillette et de diversifier cette dernière jusqu’alors dominée par le caoutchouc ; ce fut aussi l’occasion d’un affaiblissement du dur système de “l’aviamiento”.

242La Deuxième Guerre mondiale a fait renaître, pour les grands propriétaires de “seringais” et les négociants, l’espoir d’une seconde apogée du caoutchouc brésilien. En 1942, un accord a été signé entre les États-Unis et le Brésil, pour développer la production et l’achat de caoutchouc, mais ce renouveau, limité aux années 1940, n’a pas eu l’impact escompté sur la région. Les “seringueiros” installés dans les vallées de Purus et d’Acre se sont retrouvés à la fin de l’accord, désemparés et sans ressource.

Les transformations de l’après-guerre

243Le gouvernement brésilien est alors confronté à un dilemme : le marché d’exportation s’est à nouveau réduit, et le marché intérieur ne peut absorber le caoutchouc. Du fait des efforts de production, réalisés dans le cadre du traité de 1942, les stocks s’accumulent posant le risque de surproduction. Pour éviter une nouvelle catastrophe financière en Amazonie, le gouvernement décide en 1948 d’adopter un programme de soutien du caoutchouc en garantissant son prix, et il confie le monopole de son commerce à la Banque de Crédit du Caoutchouc. Mais ce programme ne prend pas en compte les conditions d’exploitation, notamment que les “seringales” d’Amazonie restent des exploitations traditionnelles, complètement soumises aux conditions naturelles. Ainsi aucune innovation n’est apportée, alors que les pays industrialisés effectuent de nouvelles plantations d’hévéas, et en 1950 le Brésil se trouve contraint d’importer du caoutchouc pour répondre à l’augmentation de la demande intérieure.

244En 1953, le gouvernement brésilien crée un organisme de mise en valeur de l’espace amazonien, la SPVEA (Supérintendance de Valorisation Économique et de Développement Régional) qui existera del953 à 1964. Sa mission est d’adapter les ressources de l’Amazonie aux demandes des marchés. C’est la première fois que le gouvernement fédéral intègre l’espace amazonien dans une politique globale de développement économique. L’État Fédéral conserve son rôle de promoteur et de planificateur de l’économie régionale.

  • 52 L’Amazonie Orientale totalise 2 804 917 km2 et comprend l’État de Pará, le territoire d’Amapá et le (...)

245La SPVEA décide de construire des voies de communication pour réaliser cette intégration économique, notamment les liaisons entre Belem et Brasilia, et entre Acre et Brasilia. Mais cet organisme n’est pas parvenu à mettre en œuvre une politique de développement pour la région. Les investissements se sont concentrés sur l’Amazonie Orientale et des entrepreneurs, de grands propriétaires terriens, des travailleurs sans terres en provenance du Nordeste, de Goias et de Minas Gerais s’installent sur les terres qui bordent les routes en construction. Les “latifundistes” et les entrepreneurs occupent de fait les zones qui devaient être réservées à la colonisation, les spéculateurs achètent une grande partie des terres non occupées de l’État de Pará52. La désorganisation du régime de propriété territoriale et la perte de contrôle par l’État d’une grande partie de ses terres accélèrent une appropriation illégale qui sera à l’origine de nombreux conflits entre les spéculateurs et les paysans. Après le coup d’État de 1964 et l’arrivée d’un régime autoritaire, la route Acre-Brasilia a ouvert la voie aux grands propriétaires et aux spéculateurs qui ont bénéficié du soutien du nouveau régime.

246La nouvelle politique de l’État a été ressentie en Amazonie Occidentale comme un abandon de la politique de soutien du caoutchouc, la production s’est désorganiseé, sans qu’aucune autre perspective économique ne se dessine.

La Politique Amazonienne après 1964

247L’État s’est engagé dans un développement capitaliste en alliance avec le secteur privé, national et international. L’État prend en charge la planification, la recherche des ressources naturelles exploitables, l’implantation et le développement des infrastructures économiques et sociales ; le secteur privé, lui, se charge de développer la productivité des mines, de l’industrie, de l’élevage, de l’agriculture et du commerce.

248En 1966 l’État fédéral crée un nouvel organisme, la SUDAM (Surintendance de Développement d’Amazonie), en coordination avec la Banque d’Amazonie (BASA). Pour la zone franche de Manaos, une “Superintendencia” (ZFM) est créée en 1967.

249A partir des années 1970, le gouvernement fédéral entend être, grâce à ces organismes, le promoteur de l’occupation de l’Amazonie et inaugure la construction d’un réseau de routes transamazoniennes.

250L’INCRA (Institut National de Colonisation et de Réforme Agraire), également créé en 1970, doit attirer vers l’Amazonie la masse des travailleurs ruraux sans emploi ou sous-employés du “Nordeste” brésilien. Mais l’INCRA va abandonner les plans officiels de colonisation pour s’orienter vers une logique de privatisation des zones qui bordent les routes en construction. Des aides économiques sont accordées aux investisseurs privés (exemptions fiscales, appui financier de la SUDAM, etc). En 1974 un autre programme est lancé, le POLOAMA-ZONIA (Programme de Pôles Agricoles et Agro-Miniers d’Amazonie), pour développer les activités économiques. Il doit créer quinze pôles de développement dans des zones prioritaires (mine, élevage, agro-industrie).

251Nous nous proposons d’analyser l’impact de ces politiques, au moins sur l’État d’Acre.

252Dans les années 1960, la région se trouvait économiquement affaiblie, car l’économie du caoutchouc, sa principale production, n’est plus ni subventionnée ni soutenue par le gouvernement fédéral. Le gouvernement a alors lancé une grande campagne vers les agriculteurs et les éleveurs du Centre-sud du Brésil pour qu’ils viennent investir dans la région, aux terres fertiles et bon marché. Ces derniers pouvaient acquérir pour un prix infime cinq fois plus de terres que dans le Centre-sud, la SUDAM contribuait à 75 % des investissements des projets de développement, et les impôts sur le revenu étaient diminués de moitié.

  • 53 Un “grileiro” cumulait jusqu’à 341 000 hectares, qu’il vendait dans des lots de 100 à 3 000 hectare (...)

253Les spéculateurs fonciers, les “grileiros”, ont été les premiers à se saisir de ces facilités et à s’installer en Acre, et dans de nombreuses autres zones d’Amazonie. Ce sont ces spéculateurs, et non l’INCRA, qui ont géré la redistribution des terres à caoutchouc dans les vallées du Purus et de l’Acre. Ils ont acheté une grande partie des “seringales” et les ont remis sur le marché à des prix beaucoup plus élevés. Lorsque les agriculteurs du Centre-sud sont arrivés, ils ont découvert que sur les terres qu’ils venaient d’acheter vivaient les “seringueiros-posseiros”. Transformée en un vaste marché foncier, la région est devenue une zone de conflits sociaux entre les spéculateurs, les agriculteurs venus du Centre-sud et les “seringueiros-posseiros”. En peu d’années, les “seringales” ont été transformés en entreprises d’élevage de toutes tailles53. Les “seringueiros”, incapables de défendre leurs droits, ont été obligés de devenir ouvriers agricoles ou gardiens de troupeaux, et de participer à la destruction de la forêt pour créer des zones de pâturages et de cultures.

254Entre 1972 et 1978, des milliers de familles de paysans-saigneurs ont été expulsées, avec ou sans indemnisation, des terres qu’ils occupaient depuis vingt, trente ou quarante ans.

255Nombre de ceux qui ont dû abandonner leurs “seringales” sont allés vers Rio Branco, la capitale ; vivant de petites activités du secteur informel, ils sont devenus miséreux et marginaux. La population de Rio Branco a vu sa population passer de 174 000 habitants en 1960 à 312 000 en 1970 et 600 000 en 1980. Certains ont cherché à s’installer dans d’autres zones de la forêt pour poursuivre leur activité de saigneurs d’hévéas, au risque d’être expulsés à nouveau.

  • 54 Thèse de Marilza A. De Melo Foucher, pp. 330 et 331.

256La spéculation sur la terre a été telle que les surfaces vendues dépassaient même la surface physique de l’État (152 589 km2). En 1972, la surface cadastrée était de 5 538 000 hectares, soit 36 % de l’État, en 1976 11 546 000 hectares (76 %) appartenaient déjà à des particuliers. En 1982, la surface cadastrée est de 15 438 000 hectares, alors que la surface de l’État reste de 15 258 900 hectares. Cela signifie que les propriétés privées atteignent 101 % de la surface de l’État, sans compter les zones indigènes. Les spéculateurs sont très actif : l’un d’entre eux a acheté sur le “municipe” de Boca de Acre, 108 hectares et en a vendu 100 000. Sur le même “municipe” un autre spéculateur avait un titre de propriété de 10 000 hectares, or l’INCRA n’a trouvé que 2 000 hectares ; 101 propriétaires du “municipe” possèdent 2 773 562 hectares, soit 32,5 % de plus que la surface de ce municipe54. C’est là l’un des effets pervers du processus de modernisation agricole en Amérique latine.

3 - LES POLITIQUES DE RÉFORME AGRAIRE AU COURS DES ANNÉES 1960-1980

  • 55 Voir première partie de ce quatrième chapitre.

257Au début du siècle divers pays ont tenté de corriger les grands déséquilibres concernant la propriété foncière ; le Mexique, lors de la Révolution a engagé une réforme agraire, et Emiliano Zapata a été un des plus grand défenseur des intérêts des paysans. Les systèmes agraires, en dépit de toutes ces initiatives, restent caractérisés dans les années 1950-60 par le complexe latifundio-minifundio55. Presque partout le latifundia représente un très faible pourcentage de propriétés existantes mais concentre entre 40 et 80 % de la terre, tandis que le “minifundia”, constitue la grande majorité des propriétés, mais ne disposent que d’une infime partie des terres. Entre les deux, on trouve des exploitations familiales, souvent les structures les plus productives, dont le nombre varie selon les pays et les ressources naturelles.

  • 56 Nathan L. Whetten, “Guatemala : la reforma agraria 1952-54 y la contrareforma (1955-?)” in Reformas (...)

258Deux tentatives sont faites dans les années 1950 : la réforme agraire de la Révolution Bolivienne en 1952, et la réforme agraire guatemaltèque de 1952-54 sous le gouvernement de Jacobo Arbenz. Celui-ci réussit à redistribuer environ 371 000 hectares à quelque 87 000 paysans, avant d’être arrêtée par la contrerévolution du colonel Carlos Castillo Armas56.

259Le triomphe de la Révolution de Fidel Castro contre le gouvernement de Batista en 1959 a donné à sa réforme agraire un très grand impact sur l’ensemble de l’Amérique latine, contribuant à mettre au premier plan des questions politiques celle de la réforme agraire.

  • 57 Nous nous sommes basés pour ceci sur Jacques Chonchol, “Razones económicas, sociales y políticas de (...)

260Avant d’analyser certains de ces processus, nous tenterons de comprendre pourquoi ce problème a émergé avec tant de force dans les années 196057.

261Les pays connaissent à cette époque un besoin de modernisation et un contexte favorable à un changement social accéléré, impliquant de nouveaux systèmes de production et de pouvoir. Une série de révolutions se déclenchent contre les dictateurs ou les systèmes sociaux ressentis comme dépassés : révolution bolivienne, révolution guatemaltèque, révolution cubaine, révolution vénézuélienne contre la dictature de Pérez Jiménez, celle de la démocratie chrétienne au Chili et la révolution militaire de Velasco Alvarado au Pérou. Toutes ces luttes affichent une demande de modernité et une réelle réforme agraire.

262Ce climat favorable au changement des structures agraires était issu des forces politiques d’inspiration marxiste, chrétienne ou nationaliste, mais venait aussi des États-Unis d’Amérique du Nord. En effet, après le triomphe de la révolution cubaine et sur l’inspiration du Président Kennedy est lancé la politique de l’Alliance pour le Progrès, définie à la conférence de Punta del Este en 1961, qui vise à contrecarrer en profondeur ces révolutions. Les États-Unis conditionnent dorénavant leur aide financière et économique à la volonté des pays du continent latino-américain d’introduire des changements structurels, comme la réforme agraire et la réforme fiscale. De là est née la grande étude du CIDA (Comité Interaméricain de Développement Agricole) sur les structures agraires de l’Amérique latine. S’en est aussi suivi l’approbation de politiques de réforme agraire, même dans des pays dirigés par des politiciens conservateurs pourtant jusqu’alors opposés à la réforme agraire (cas du gouvernement de Jorge Alessandri au Chili). Les organismes financiers internationaux ont également lié leur aide à ces changements.

263La pression paysanne a aussi compté en faveur des réformes agraires, les paysans se sont organisés et ont mieux fait reconnaître leur présence. Des luttes pour la terre et de meilleures conditions de vie ont gagné diverses régions et même le continent tout entier. Les partis politiques ont pris peu à peu en compte la question paysanne dans leur lutte pour le pouvoir. Des législations s’ouvrent progressivement aux possibilités d’organisation syndicale ou d’autres formes d’association et donnent un nouvel élan à l’aspiration ancienne d’accès à suffisemment de terre pour vivre.

264Le lien, petit à petit tissé entre pauvreté paysanne, manque de terre et difficultés de l’industrialisation, a joué en faveur de la réforme agraire. L’industrialisation, enjeu important pour sortir du sous-développement, ne peut se développer que si le marché intérieur est élargi à l’immense majorité des paysans, or du fait de leur pauvreté ils ne présentent qu’un très faible pouvoir d’achat.

265L’industrialisation, qui exige tant des matières premières que des aliments abondants et bon marché, impliquait la destruction du vieux système du latifundium. Pour conduire des politiques agraires porteuses de changement et de modernité, il fallait que disparaisse le latifundium, que ce soit pour stimuler une économie de marché de type capitaliste ou pour réaliser une agriculture socialiste.

Les réformes agraires dans les années 1960-1970

266Nous nous proposons dans cette partie de présenter les points essentiels de quelques-unes des réformes agraires les plus illustratives des années 1960 et 1970 : à Cuba, au Venezuela, en Colombie, au Chili et au Pérou. Nous analyserons ensuite les expériences des années 1980, comme la réforme agraire mise en œuvre au Nicaragua, et celle du Brésil, aujourd’hui largement paralysée.

La Réforme Agraire Cubaine58

  • 58 Pour cette section, nous nous sommes basés sur Jacques Chonchol, “El primer bienio de la reforma ag (...)

267Quand la révolution triomphe en 1959, la situation de la propriété de la terre est la suivante à Cuba :

  • 20 229 petits agriculteurs détiennent chacun au maximum 67 hectares (5 “caballerías”), soit en tout 629 000 hectares, ce qui correspond à 7,4 % des terres comptabilisées par l’INRA (Institut National de Réforme Agraire).

  • 7 485 propriétaires ont entre 67 et 403 hectares (5 et 30 “caballerías”), soit 1 641 000 hectares, ce qui correspond à 19,3 % des terres.

    • 59 La première loi de réforme agraire du nouveau gouvernement au pouvoir, promulguée en mai 1959, rend (...)

    2 873 propriétaires se répartissent 6 252 000 hectares (plus de 30 “caballerías”), soit 73,3 % des terres59.

268Ces données ont été établies par l’INRA qui a enquêté directement auprès des propriétaires. Le total est donc de 8 522 000 hectares et il faut signaler que le Recensement agricole de 1945 avait recensé 9 077 000 hectares pour 160 000 propriétés, ce qui signifie que de nombreux propriétaires possédaient plusieurs propriétés, exploitées directement ou indirectement.

269Les entreprises sucrières contrôlaient à elles seules près de 2,5 millions d’hectares, dont un peu plus de la moitié (1 342 000 hectares), était plantée, l’autre moitié étant des terres de réserve non exploitées ou utilisées pour l’élevage extensif. Sur les 22 entreprises agricoles qui contrôlaient près d’1,8 million d’hectares, 13 étaient nord-américaines et 9 cubaines. La culture de la canne et les usines à sucre employaient un important prolétariat rural, estimé par le Recensement agricole de 1958 à 471 000 travailleurs. Un quart de ce prolétariat avait du travail régulier toute l’année, les trois quarts ne travaillaient que durant les 3 mois de récolte, de fin décembre à fin mars ou début avril. A l’exception de ceux qui accédaient à des emplois dans la récolte du café ou l’entretien des pâturages, les travailleurs n’avaient pas d’autre alternative ; la culture de la canne représentait la moitié des journées travaillées dans l’agriculture.

270L’élevage de bovins pour la viande et le lait représentait la seconde grande activité agricole. Sur 90 000 propriétés, 2 800 avaient en 1952 un peu plus de 250 bovins chacune, concentrant ainsi 43 % du cheptel. En 1960, cet élevage extensif comptait 5,1 millions de têtes sur 4,6 millions d’hectares de pâturages, en grande partie naturels. Il existait trois grands types de fermes : les de reproduction, d’amélioration et d’engraissement.

  • 3 N. de la T. : “vega” c'est la terre cultivée avec du tabac à Cuba.

271L’agriculture cubaine produisait aussi du tabac, du café et du riz. Le tabac, avec 60 000 hectares, était une très importante source d’emploi. En 1958, les 96 000 personnes, “vegueros”3, participant à la culture du tabac se répartissaient ainsi : 45 000 petits propriétaires et métayers, et 51 000 ouvriers agricoles. Les autres emplois étaient saisonniers ; il y avait 50 000 personnes, principalement des femmes, pour trier et classifier les feuilles, 20 000 autres femmes pour les préparer (ôter la veine centrale de chaque feuille pour la séparer en deux) et 14 000 autres travaillaient dans les manufactures.

272Quant au café sa culture couvrait 130 000 à 140 000 hectares, situés dans les zones de montagne, et répartis entre petits propriétaires et métayers. Le café occupait de façon permanente environ 50 000 personnes qui habitaient les plantations, mais la récolte était assurée par les travailleurs de la plaine qui montaient d’octobre à décembre.

273Le riz correspondait à une agriculture capitaliste spécialisée, même si le repiquage et la récolte, travaux manuels, employaient toujours en 1958, 5 000 personnes. 75 % de la surface en riz appartenait à 250 propriétaires, chaque exploitation étant en moyenne de 60 hectares.

274La canne à sucre, le bétail, le tabac, le café et le riz, représentaient à eux cinq 80 % de la production cubaine. Les 20 % restant se répartissaient entre des activités à petite échelle : le maïs, les haricots, les produits horticoles, les tubercules, les fruits et les légumes, l’élevage avicole.

L’application de la Réforme

275La première Loi de réforme agraire est promulguée en mai 1959, et s’appuie sur l’expérience acquise à l’époque de la lutte armée dans la sierra. Cette loi interdit le latifundia et autorise les personnes morales ou juridiques à posséder au maximum 403 hectares (30 “caballerías”). Dans des cas exceptionnels certaines propriétés de 100 “caballerías” pouvaient, dans la mesure où elles avaient un très haut rendement, être autorisées. Toutes les propriétés inférieures à 5 “caballerías” et en exploitation indirecte, étaient expropriates quelque soit le mode de contrat.

276Pour appliquer la Loi le pays a été divisé en zones de développement agricoles, mais au fur et à mesure que le conflit avec les États-Unis est devenu plus aigu, la réforme agraire a été poursuivie à travers d’autres lois indépendantes de la Loi de réforme agraire : nationalisation des biens des compagnies nord-américaines, récupération des biens détournés durant la dictature de Batista, nationalisation des grandes entreprises privées appartenant à des Cubains ou à des étrangers, etc. En définitive, entre mai 1959 et mai 1961 4,4 millions d’hectares (330 766 “caballerías”) ont été expropriés par diverses lois, soit plus de la moitié des terres déclarées par leurs propriétaires au début de la Révolution.

277La redistribution des terres aux paysans en 1959 et 1960, s’est faite selon quatre modalités : coopératives de producteurs, coopératives de canne à sucre, exploitation sous administration directe de l’État et contrats avec de petits propriétaires.

278Après la première année d’application de la réforme agraire, environ 800 coopératives agricoles avaient été créées (élevage, aviculture, exploitation forestière), mais leur statut restait mal défini. Elles étaient notamment composées de 622 coopératives de canne à sucre, la surface moyenne étant de 100 “caballerías”, elles géraient 810 000 hectares. Elles employaient alors 122 500 coopérateurs et 46 600 travailleurs saisonniers. Les trois-quarts de ces terres étaient en canne à sucre, le reste était réservé aux cultures vivrières, élevage pour le lait, production de fruits.

279La formule d’exploitation sous administration de l’État a surtout été utilisée pour gérer les latifundios d’élevage qui avaient été expropriés ; leur administration dépendait directement de l’INRA.

280Les contrats d’exploitation individuelle se sont substitués aux formes d’exploitation indirectes antérieures ; un titre de propriété était attribué aux exploitants pour les terres qu’ils cultivaient auparavant. A la fin de 1960 près de 30 000 titres de propriété individuelle avaient été accordés.

  • 4 N. de la T. : ferme du peuple.

281Au début de 1961, la réforme agraire subit un changement d’orientation important, lié à la nouvelle définition de la construction du socialisme dans le pays. Il a été tout d’abord décidé de refondre toutes les coopératives et propriétés en administration directe dans un nouveau type d’unité appelé “Granja del Pueblo”4, “ferme populaire”, (les coopératives de canne à sucre en étaient jusque là exclues), puis de regrouper tous les petits paysans propriétaires de moins de 5 “caballerías” dans l’Association Nationale des Petits Agriculteurs (ANAP).

282La “Granja del Pueblo” est alors considérée comme propriété de la nation, donc comme propriété de l’État. Elle doit assurer à ses travailleurs et à leurs familles la gratuité de l’alimentation, de l’éducation, de l’assistance médicale, de l’eau et de l’électricité, ainsi qu’un salaire quotidien. Chaque “Granja del Pueblo” est dirigée par un administrateur et un comptable désignés par l’État, ils dépendent tous les deux de l’administration centrale à La Havane. En mai 1961, lors du deuxième anniversaire de la Loi de réforme agraire, on comptait déjà 266 “fermes du peuple”, soit 2 444 000 hectares, pour une surface moyenne de 9 000 hectares, cependant certaines pouvaient atteindre 20 à 25 000 hectares. Elles employaient 97 000 travailleurs, dont 28 000 permanents et 69 000 saisonniers, et fournissaient 20 % de l’élevage bovin.

283Le secteur des petits agriculteurs, (moins de 67 hectares ou 5 “caballerías”), couvrait 2 416 000 hectares (24 % des terres privées de 1945). L’ANAP, regroupait à la mi 1961, 80 à 90 000 des 150 000 exploitants de ce secteur. L’ANAP gérait notamment les crédits publics.

284Le secteur socialiste de l’agriculture cubaine (“Granjas del Pueblo” et les “Granjas Cañeras”, les coopératives de canne à sucre) couvrait 3 243 000 hectares (soit 32 % des anciennes surfaces privées) ; du point de vue de la production agricole son rôle était de loin le plus important.

285Un secteur privé a subsisté, composé de moyennes exploitations (67 à 403 hectares) couvrant 4,4 millions d’hectares, soit 44 % de la surface agricole.

  • 5 N. de la T. : Regroupements de Base de la Production Agricole et d’Élevage.

286Les rapports entre le gouvernement et ce secteur privé sont devenus de plus en plus conflictuels entre 1962 et 1963, de sorte que le gouvernement décidait une seconde Loi de réforme agraire qui déclarait expropriables toutes propriétés de plus de 67 hectares (5 “caballerías”), à l’exception de celles qui avaient conservé un haut niveau de productivité au cours de la première Loi. Fin 1963 70 % d’entre elles ont été intégrées au secteur socialiste, soit environ dix mille propriétés (1,6 million d’hectares). Du fait de l’importance prise par le secteur socialiste le gouvernement a dû recourir à de nouvelles méthodes de gestion : définir des unités territoriales plus homogènes, éviter l’émiettement tout en tenant compte des exploitations privées. Les coûts imposaient dans ce type de système de rechercher une dimension rationnelle des exploitations. C’est ainsi qu’ont été conçues les “Agrupaciones Básicas de Producción Agropecuaria”5, ensemble d’exploitations d’une même région dépendant d’une même direction.

287Les six provinces ont été divisées en 44 régions politico-administratives, avec une direction centralisée et des directions décentralisées. Quand l’unité régionale était trop vaste, des regroupements locaux ont été conservés.

288Des Groupements Généraux ont été créés pour supprimer toute distinction entre exploitations (canne à sucre et les autres. Tout en dépendant d’un Administrateur général, les administrateurs des anciens groupements, ont conservé toute leur responsabilité. Les travailleurs comme les équipements ont été séparés en deux types de fonction : une partie était rattachée de façon permanente à une exploitation, l’autre était mobile afin de répondre aux besoins ponctuels ou complémentaires de l’ensemble.

289L’attribution de terres à titre privé s’est poursuivie. 30 000 personnes ont reçu des terres en 1960, 40 à 50 000 jusqu’en 1965. On estime à 200 000 agriculteurs les bénéficiaires de ces mesures, pour environ 2,7 millions d’hectares de bonnes terres (13,5 hectares par exploitation). La majorité de ces agriculteurs sont affiliés à l’ANAP, mais pouvaient intégrer le secteur socialiste, soit en vendant leurs terres à l’État du fait de leur âge, soit en s’intégrant au plan de production du secteur socialiste si la force de travail familiale était insuffisante. Dans ce dernier cas les agriculteurs cultivaient en fonction des directives de “la ferme du peuple” à laquelle leur exploitation était rattachée, ils bénéficiaient alors de crédits, de semences, de fertilisants et d’un appui technique. Les ressources de ces petits agriculteurs dépendaient alors de leur apport au secteur de production socialiste.

290En 1965, une première série de mesure a été mise en place pour inciter les petits producteurs à intégrer ce système de groupements. A la fin de la décennie environ 30 000 petits propriétaires avaient rejoint le secteur socialiste (16 % des terres privées). Ces formes d’intégration ont souvent été plus forcées que volontaires notamment à la périphérie de grandes villes comme La Havane.

291En 1962 le salariat a été développé à l’échelle nationale. Les salaires variaient selon qu’on était ouvrier ou attaché à des activités de service, ou d’administration, ou de direction, qu’on relevait du secteur agricole ou non agricole. Le rapport entre les salaires était environ de 1 à 5,5. Ce système a été généralisé à l’ensemble de l’île en 1967 et a été maintenu avec de légères modifications jusqu’à la réforme de 1981.

292A partir de 1962 les difficultés économiques ont conduit à instaurer un système de rationnement pour garantir aux travailleurs ayant les plus bas revenus un minimum alimentaire, puis un livret de distribution des aliments sera mis en place.

293Dans les premières années de la révolution, la place du sucre dans l’économie était aux yeux des dirigeants un symbole de dépendance par rapport à l’impérialisme américain, aussi la réforme agraire et la diversification signifiait une moindre dépendance (la culture d’oléagineux devait remplacer le saindoux importé des abattoirs de Chicago). Ils pensaient en intensifiant la culture maintenir les exportations pour faire rentrer des devises, limiter les importations, et mieux employer la main-d’œuvre.

294Les difficultés de la diversification, liées au manque d’expérience d’une main-d’œuvre trop longtemps habituée à la monoculture, à la pénurie de cadres techniques et de gestionnaires, l’accent a été mis à nouveau à partir de 1964 sur la production sucrière. Des accords passés avec l’URSS ont aussi contribué à cette option, car ils garantissaient les exportations de sucre à un prix supérieur à celui du marché mondial, et sur du long terme. Sans abandonner les efforts de diversification, des plans pour la production de lait, de porcs, d’agrumes et le développement de la pêche, la canne à sucre est alors apparue comme le moyen pour développer l’île, et non plus un symbole de dépendance vis-à-vis de l’impérialisme américain. Dès 1964 le gouvernement a fixé pour 1970 l’objectif de 10 millions de tonnes de sucre.

  • 60 En 1970, on n’avait progressé significativement que dans la cargaison mécanique de la canne pour êt (...)

295Cet objectif n’a jamais pu être atteint. La main d’œuvre s’est avérée insuffisante, de nombreux travailleurs du secteur agricole recherchaient d’autres d’emploi pour échapper au dur travail de la “zafra”, la coupe de la canne à sucre, et les petits agriculteurs préféraient cultiver leurs terres. Les tentatives des années précédentes pour mobiliser des étudiants, des ouvriers, des employés des villes n’avaient pas eu les réultats espérés. Les efforts pour mécaniser la coupe60, ou pour décaler les périodes de coupe en plantant des variétés mûrissant à des périodes différentes restaient peu avancées. Le gouvernement n’a eu d’autre solution que d’engager une mobilisation politique à grande échelle de toute la population. 700 000 travailleurs ont été mobilisés, contre 106 000 en 1966, la récolte de 1970 n’a pas réussi à dépasser cependant 8 millions de tonnes, mais le coût de cette mobilisation a été très lourd sur les autres secteurs de l’économie ou les autres activités agricoles.

Les bilans de la réforme après douze ans d’application (1959-70)

296Après les deux Lois de réforme agraire et les Lois de nationalisation, l’essentiel des terres s’est trouvé transféré dans le secteur socialiste. Les travailleurs saisonniers avaient obtenu le plein emploi dans le cadre des “fermes du peuple”, quelque soit la productivité de leur travail. Le taux de chômage qui était de 12 % en 1960 n’était plus que de 1,3 % en 1970. Le secteur socialiste administrait directement 70 % des terres, et, à travers l’ANAP, son influence s’était étendue sur la plus grande partie de la petite agriculture privée.

297La situation sociale de l’ensemble de la population rurale s’était considérablement améliorée, grâce notamment aux programmes d’éducation et de santé.

298D’importants investissements d’infrastructures ont été réalisés dans les zones rurales, comme de petits barrages qui ont permis d’augmenter de 73 % les surfaces irriguées entre 1960 et 1970. Les voies de communication ont été améliorées et le parc de matériel mécanique a considérablement augmenté.

299Cependant les résultats de la production agricole sont restés assez décevants. Entre 1960 et 1970, le taux de croissance n’a guère dépassé 1,5 %, taux inférieur à celui de la croissance démographique qui se situait à 2,3 %. A cette production insuffisante s’ajoutaient des problèmes d’importation du fait du blocus nord-américain, du manque de devises, des échanges commerciaux avec les pays socialistes malgré tout limités. Cuba n’eut d’autre alternative que d’appliquer un strict rationnement pour garantir à la population le minimum indispensable.

300Ces difficultés ont été aggravées par des problèmes politiques : exil de centaines de professionnels et de techniciens, coûts de la défense militaire avec la mobilisation périodique de milliers de travailleurs, réorientation des ressources et des investissements, importation de technologies des pays socialistes etc. Ce contexte incite aussi à relativiser la médiocrité des résultats de l’agriculture.

Le développement agricole dans les années 1970 et 1980

301Nous nous limiterons ici aux principales transformations apportées à l’agriculture. L’INRA a fonctionné jusqu’en 1976, donc au-delà de la réforme agraire, puis ses activités ont été redistribuées entre le ministère de l’Agriculture (MINAG), le ministère de l’Industrie légère (MINIL), le ministère des Industries de base (MINBAS) et le ministère du Sucre (MINAZ) ; ce dernier supervisant notamment les Complexes Agro-Industriels Sucriers (CAI), la culture de la canne et les raffineries. Le secteur agricole est depuis sous la double responsabilité du MINAG et du MINAZ.

302Face à ces multiples difficultés le gouvernement a restauré à partir de 1970 les incitations matérielles pour encourager la productivité des travailleurs, en maintenant des garanties d’emplois et de ressources, et incitant les groupements à recourir à des méthodes comptables pour mieux gérer les terres (83 % de la surface cultivable). Parmi les initiatives de cette période la concentration des exploitations a été recherchée pour obtenir des économies d’échelle : en 1983 on comptait 422 fermes d’État, (1/3 des années 1970), réparties en 152 exploitations de canne à sucre, 161 d’élevage et 109 de cultures diverses. Une exploitation de canne à sucre c’était environ 13 000 hectares et 1 600 employés ; une exploitation d’élevage, environ 19 000 hectares, avec 1 100 personnes chacune ; les autre types d’exploitations, autour de 8 500 hectares avec 1 500 personnes.

303A partir de 1980, des Complexes Agro-Industriels (CAI) placés sous la tutelle du nouveau ministère du Sucre (MINAZ) ont été créés pour combiner raffineries et plantations de canne à sucre. Plantations et entreprises sont donc traitées comme des unités administratives conjointes. En 1981, 143 complexes contrôlaient l’ensemble de la production de sucre. On envisageait d’étendre ces complexes à d’autres secteurs agricoles, comme par exemple celui des fruits pour les conserveries.

304La mécanisation de la “zafra” restait une préoccupation importante. De nombreuses machines ont été expérimentées, et en 1985 et 1986, 64 % de la récolte ont pu être obtenus de façon mécanisée. A partir de 1980, des plans de production alimentaire ont été encouragés dans les fermes d’État pour nourrir leurs travailleurs mais aussi fournir les cantines et les foyers.

  • 61 On peut consulter avec profit à ce sujet le livre Labour and Development in Rural Cuba, cité en not (...)

305Des Écoles Secondaires de Base à la Campagne (ESBEC) ont été créées, liant études et travail, pour favoriser une production agricole basée sur un meilleur niveau d’éducation des zones rurales mais aussi pour attirer les enfants des villes vers les campagnes. Les élèves suivent des cours le matin et travaillent l’après-midi, ou le contraire. Outre sa valeur éducative, ce système a permis de fournir une main d’œuvre importante à plusieurs complexes agroindustriels, comme celui des fruits citriques. D’importantes modifications ont été aussi introduites dans la gestion des groupements d’État, au niveau des responsabilités et des objectifs61.

306L’“offensive révolutionnaire” de l’État a consisté comme on l’a vu à favoriser les investissements dans le secteur socialiste et à inciter le secteur privé à l’intégrer soit par la vente des terres soit en participant aux plans des groupements. A partir de 1975, le gouvernement a plutôt encouragé les coopératives de production (CPA). Il faut signaler que les petits agriculteurs privés restaient un secteur très important, selon le Recensement de 1978 ils sont encore 138 000, possédant en moyenne 12,6 hectares, soit 1 737 000 hectares des terres de l’île (environ 17 %).

307Ces coopératives agricoles se sont développées très rapidement, et l’adhésion est restée un acte exclusivement volontaire. En 1977 on en comptait 44, 1 414 en décembre 1984 avec 72 600 coopérateurs. Chaque coopérative couvre environ 766 hectares et regoupe en moyenne 51 coopérateurs. La terre provient d’abord de l’apport des coopérateurs, mais aussi de terres que l’État attribue. La surface globale de terres en coopératives a atteint à peu près 1,1 million d’hectares.

308En 1983, la canne à sucre le tabac et le café occupent 70 % des terres en coopératives, et sont principalement des cultures d’exportation. La commercialisation se fait par l’intermédiaire du MINAG ou du MINAZ, qui sont aussi chargés de fournir aux coopératives les moyens pour produire ; si des excédents existent par rapport au plan ils peuvent être vendus sur le marché libre, et à un prix plus élevé. A la très faible croissance des années 1960 succède de meilleures années, grâce semble-t-il à ces nouvelles mesures avec, entre 1970 et 1981, un taux annuel de progression de 2,5 % et 3,6 %.

309Les productions elles mêmes ont évolué sur ces dix années : la canne à sucre a augmenté de 2,3 % entre 1970 et 1983, les tubercules (pommes de terre, “malanga”, yucca) de 10 à 11 %, les agrumes de 9 à 10 %, le lait de près de 10 %, la volaille de 8 %, le porc de plus de 13 %.

310Les vingt annnées qui ont suivi la Révolution et la réforme agraire, ont vu le sucre rester la principale production avec un taux moyen annuel de 2 % tandis que le tabac, le café et le cacao ont décliné. Par contre certains produits de consommation intérieure ont considérablement augmenté et contribué à améliorer la situation alimentaire de la population.

La Réforme Agraire Vénézuélienne62

  • 62 Pour cette section, nous nous sommes basés sur Raymond Penn et Jorge Schuster, “La Reforma Agraria (...)

311Le Venezuela a connu aussi un début de réforme agraire dans les années 1960. Entre 1945 et 1948, des Lois de réforme agraire avaient déjà été approuvées mais les gouvernements qui les avaient promulguées ayant été renversés elles n’ont pas été appliquées. La junte qui pris le pouvoir en 1958 après avoir renversé le dictateur Pérez Jiménez, établit une Commission de Réforme Agraire où étaient représentés tous les secteurs de la vie sociale, économique et politique du pays. Cette Commission, qui a réalisé un examen minutieux de la situation de l’agriculture et l’élevage, a fait en 1959 des recommandations concernant la modification des structures économique et sociale de la société rurale, comme remplacer le système de propriété de la terre très inégalitaire par un système plus démocratique qui permettrait que puisse se former une large classe moyenne rurale. Aussi quand Rómulo Betancourt, candidat de l’Action Démocratique, a été élu Président, il a pu compter sur le soutien de la Fédération Paysanne du Venezuela. Selon l’Enquête Agricole, il existait au Venezuela 398 000 exploitations, et 29 531 000 hectares de terres cultivées, soit seulement 1/3 d’un pays qui fait 91 millions d’hectares de surface.

312266 000 exploitations (67 %) faisaient moins de 10 hectares, (soit en moyenne 2,5 hectares. par exploitation), elles représentaient 2,3 % des terres cultivées, (662 000 hectares). A l’extrême opposé, 6 800 exploitations détenaient 22 millions d’hectares, soit 75 % des terres, (en moyenne 3 235 hectares chacune).

313La Commission expliquait que cette profonde inégalité constituait un obstacle majeur au développement d’une société démocratique, et que pour la corriger il était nécessaire de faire une réforme agraire et de favoriser l’installation de 350 000 familles rurales, soit en leur permettant d’agrandir leur exploitation soit en accédant à la propriété, elle signalait en outre la nécesité d’apporter une assistance technique et de permettre l’accès aux crédits, et de mieux rémunérer les produits agricoles. Les travaux de la Commission ont été approuvés par le Parlement, et la Loi de réforme agraire a été votée en mars 1960. Les principales orientations étaient :

  1. transformer les structures agraires du pays et intégrer la population rurale au développement économique, social et politique de la Nation ; remplacer le système latifundiaire par une redistribution équitable des terres ; adapter le crédit et l’assistance technique permanente aux besoins et possibilités des producteurs.

  2. faire reconnaître la fonction sociale de l’activité agricole, par une mise en valeur efficace. Responsabiliser le travail, son organisation, la gestion financière de l’exploitation agricole. En conséquence, considérer que les terres en friche ou inutilisées ne remplissaient aucune fonction sociale, ni les systèmes d’exploitation indirects comme l’affermage, le métayage ou les occupations illégales des terres.

  3. L’État devait favoriser tout particulièrement le développement des petites et moyennes propriétés agricoles, ainsi que les coopératives agricoles ; garantir le droit à tout individu ou groupe apte au travail agricole ou à faire de l’élevage, à recevoir en propriété des terres économiquement viables, de préférence là où ils travaillaient ou habitaient.

  4. Le bénéficiaire devait recevoir gratuitement la terre expropriée. La terre reçue dans le cadre de la loi pouvait devenir un patrimoine familial mais restait inaliénable et indivisible, ne pouvait être ni saisie ni subir toute autre mesure judiciaire.

  5. Les petits et moyens agriculteurs bénéficieraient de crédits spécifiques ; l’État engagerait des programmes de développement, assurerait la promotion des produits, assurerait le contrôle des services d’approvisionnement de stokage, de transport et de distribution, et garantirait des prix minimum.

  6. Il revenait à l’État de procéder à des plans d’amélioration du logement rural, à encourager la formation de coopératives, etc.

  7. La création dans le cadre de la Loi de l’Institut Agraire National (IAN) devait permettre à l’État de faire un emprunt publique garanti, destiné à faire respecter les dispositions de cette Loi.

Bilans de la loi de réforme agraire

  • 63 Voir Isbelia Sequera de Segrini, ouvrage cité, p. 293.

314Au 31 décembre 1968, les statistiques officielles indiquaient que 162 500 familles avaient pu s’installer grâce à la réforme agraire, un chiffre deux fois supérieur à la situation des années 1959-1960. Mais une étude d’organismes vénézuéliens de cette même année63 ne trouvait que 94 000 familles. Qu’était-il advenu des 68 500 autres ? Elles étaient sans doute déjà reparties. Diverses enquêtes ont pu établir que les quatre droits prévus par la Loi (droit à la terre, assistance technique, accès au crédit, marché rémunérateur des produits) n’ont jamais été mis à leur portée, ou pas au moment opportun, du fait des lenteurs administratives. Ces familles sont probablement allées grossir les zones périphériques des villes, après avoir pu au mieux vendre les améliorations (“bienhechurías”) qu’ils avaient apportées sur les terres reçues dont ils n’étaient même pas arrivés à obtenir les titres de propriété promis. En 1977, dix-septième anniversaire de la loi de réforme agraire, le bilan de l’IAN lui-même reste plutôt négatif. Sur 150 000 familles installées, la plupart n’avait toujours aucun titre de propriété ou d’installation enregistré, 75 % des parcelles faisaient moins de dix hectares. Lors de la saison des pluies à peine la moitié des chemins d’accès aux exploitations étaient utilisables. La majorité des logements n’avait qu’un sol en terre battue, des murs en mélange de roseaux et de terre, un toit de palme ou de zinc, ils manquaient pour la plupart de services sanitaires, d’eau, d’électricité, etc. 60 % des familles installées étaient en marge des programmes de logement rural. L’analphabétisme était élevé, un tiers des familles avait un certain niveau d’instruction ; et les écoles primaires, quand elles existaient, disposaient de très peu de moyens.

315Grâce aux protestations dont la presse s’était fréquemment faite l’écho, les fonctionnaires de l’IAN, du fait la pression de l’opinion publique, ont intensifié à la fin 1977 un programme de consolidation des installations existantes. Ce programme portait sur des améliorations à apporter aux exploitations, comme le drainage des terres, la construction de routes, l’appui technique. Les revenus restaient très bas : 26 % des familles n’avaient aucun revenu, la production servait exclusivement à l’autoconsommation ; 36 % des familles avaient des revenus supérieurs à 300 bolivars par mois, 38 % avaient des revenus inférieurs.

316Seulement la moitié des nouveaux installés arrivait à vendre leur production soit à des commerçants locaux soit à des commerçants ambulants qui venaient s’approvisonner directement, et ce sont ceux-là qui en tiraient le plus de profit.

317Dans plus de la moitié des cas, les cultures pratiquées auparavant sur les lopins de terre ont été poursuivies car 70 % des terres ne disposaient d’aucun système d’irrigation et 55 % des producteurs ne recevaient aucune assistance technique. Si certains groupes limités ont obtenu des progrès, la majorité pour la majorité les conditions sont restées pratiquement les mêmes qu’au début des années soixante, conditions qui avaient pourtant justifié l’élaboration de la réforme agraire. Et beaucoup de celles qui existaient alors avaient déjà disparu.

318Pour conclure, il faut constater que les installatons réalisées dans le cadre de la réforme agraire sont restées très en marge du secteur de production agricole du Venezuela.

La Réforme Agraire Colombienne64

  • 64 Pour cette section, nous nous sommes basés sur Fernando Suárez de Castro, Estructuras agrarias de A (...)

319La Colombie, voisin du Venezuela, et aux conditions politiques assez semblables, a tenté une réforme agraire au début des années soixante. En effet, après quatre ans de gouvernement despotique du général Rojas Pinilla (1953-57), un pacte entre les deux grands partis traditionnels ratifié par un plébiscite consitutionnel, a établi qu’en alternance un libéral puis un conservateur se succéderaient au pouvoir, et que les responsabilités publiques seraient réparties à égalité entre les deux partis. C’est ainsi qu’en mai 1958 le leader libéral Alberto Lieras Camargo est arrivé au pouvoir et a gouverné jusqu’en 1962.

320Un des premiers objectifs de Lleras Carmago a été de réaliser la réforme agraire tentée en 1936 avec la “Loi 200”, conséquence d’un long conflit entre “hacendados” et “colones”, notamment dans la région centre du pays où dominaient de très grandes exploitations de café. Cette loi reconnaissait un droit de propriété à tous ceux qui occupaient et travaillaient la terre, défendre ceux en situation précaire et qui travaillaient la terre depuis plus de deux ans ; elle exigeait du propriétaire de rembourser dans un délai de trente jours les améliorations faites par l’occupant. La plupart de ces agriculteurs ont ainsi pu garder les terres qu’ils occupaient et obtenir des titres de propriété. La loi établissait en outre que les terres qui n’étaient pas exploitées depuis dix ans, reviendraient à l’État au titre de terres en friche.

321Malgré une application limitée, la “Loi 200” a apaisé les rapports entre propriétaires et “colones”, et sensibilisé les mentalités à la question de la fonction sociale de la propriété définie par la Constitution colombienne.

322En 1960 le gouvernement de Lleras a institué un Comité réunissant les principaux groupes politiques et les représentants des secteurs économiques et sociaux du pays pour élaborer un projet de Loi de réforme agraire. Le Congrès de la République approuva après de longs débats, la Loi de Réforme Sociale Agraire en décembre 1961.

323En Colombie comme dans les autres pays d’Amérique latine, et pour les raisons historiques que nous avons déjà analysées, la propriété de la terre était extrêmement inégalitaire : 67 % des exploitations avaient moins de 5 hectares et ne disposaient que de 6 % de la terre, quand 0,4 % des exploitations avaient plus de 500 hectares et possédaient près de 30 % de la terre, comme le montre le tableau suivant :

DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ RURALE EN 1960

Surface (en hectares)

Quantité d’hectares (en milliers)

 %

Propriétaires (en milliers)

 %

Moins de 5

955,8

06,0

737,3

66,8

De 5 à 20

1 885,9

11,9

225,4

20,4

De 20 à 50

1 957,1

12,3

74,6

06,7

De 50 à 200

3 815,5

24,0

52,3

04,7

De 200 à 500

2 674,8

16,8

11,5

01,0

Plus de 500

4 604,4

29,0

4,8

00,4

Total

15 693,5

100,0

1 105,9

100,0

Source : L. Lorente, A. Salazar, A. Gallo, Distribución de la propriété rurale en Colombie. 1960-1984, ministère de l’Agriculture, Bogotá, 1985. Le tableau exclut des zones sur lesquelles il n’y a pas de coïncidence entre le DANE et l’Institut Géographique A. Codazzi

324Cette inégalité était encore plus grande en réalité puisque que les petits métayers et les paysans sans terre n’apparaissent pas dans le tableau.

325Les objectifs de la Loi de Réforme Sociale Agraire défendue par le Président Lieras, partisan de liquider le latifundia improductif et de développer un paysannat modernisé très intégré à l’économie nationale, étaient les suivants :

  1. réformer les structures agraires anti-économiques, trop concentrées ou trop fractionnées ; donner la terre à ceux qui n’en possédaient pas, en priorité à ceux qui la travaillent ; encourager l’exploitation des terres non cultivées ou insuffisamment cultivées ; augmenter la production agricole et l’élevage, améliorer les conditions d’accès à la propriété pour les petits fermiers et métayers.

  2. Utiliser la Loi pour permettre à l’État de récupérer les terres inexploitées ou mal exploitées depuis dix années ainsi que les terres travaillées par des métayers ou des fermiers (sauf si le propriétaire dirigeait lui-même l’exploitation et participait aux dépenses), et les terres permettant un remembrement des minifundios.

  3. Les terres en friche pouvaient être réattribuées à des paysans pauvres, aux fermiers, aux salariés, aux travailleurs sans terre. La vente de ces terres devait permettre de constituer des exploitations familiales.

  4. La valeur des terres expropriées serait fixée par des experts désignés par l’État et par le propriétaire. Le prix serait fixé selon leur situation (terres non cultivées, mal exploitées, exploitées par des tiers) et seraient payées en bons, en argent comptant et sous forme de versements échelonnés, sachant que les bénéficiaires auraient un délai de quinze ans pour payer.

  5. L’Institut Colombien de Réforme Agraire (INCORA) et le Fonds National Agraire étaient créés pour mettre en œuvre la Loi

326Après deux années d’application 600 000 hectares privés non exploités étaient devenus propriété de l’État, mais les terres concernées étaient situées dans des zones difficiles. L’INCORA acquit par négociation directe 35 exploitations, soit 13 000 hectares, et légalisa les titres de propriété de 480 000 hectares de friches au profit de 11 000 familles de “colones” qui les occupaient sans titres, elle attribua 700 parcelles dans le cadre de vingt-deux projets répartis sur le pays. L’INCORA engagea en outre un programme de redistribution de 200 000 hectares de pâturages naturels, et un programme d’aides par le crédit.

  • 65 En 1962, le ministre de l’Agriculture Hernán Toro Agudelo présenta un plan biennal d’action qui con (...)

327Dans les années qui suivirent, malgré les critiques faites à l’INCORA et les efforts du gouvernement65, la réforme agraire s’est poursuivie à un rythme extrêmement lent. L’INCORA a plus concentré son intervention sur de coûteux projets d’irrigation et de drainage que sur la redistribution des terres. Sous Guillermo Valencia (1962-66), conservateur qui succéda à Lieras, la réforme agraire n’a guère avancé. Malgré les efforts du gouvernement libéral de Carlos Lleras Restrepo (1966-70) pour relancer la réforme agraire en dotant l’INCORA de moyens accrus, et créer en 1969 une organisation paysanne l’ANUC (Association Nationale d’Usagers Paysans), les progrés sont restés en dessous des besoins. On estimait à 460 000 les familles de minifundios et à 850 000 les ouvriers agricoles.

328La Loi devait aggraver la situation des petits métayers et fermiers. En effet, la loi de 1961 avait prorogé pour 5 ans et automatiquement tous les contrats conclus entre propriétaires et petits fermiers et métayers. Cette disposition avait pour objectif d’empêcher les expulsions en attendant que l’INCORA mette en adjudication des exploitations familiales après achat ou expropriation. Face à la lenteur des procédures le gouvernement ordonna en décembre 1966 de recenser les petits fermiers, métayers et autres types d’exploitants pour les protéger (décret 2811 de 1966), dans l’attente des réformes nécessaires. Quand les propriétaires se sont aperçus de l’imminence des changements juridiques, ils ont organisé une vague d’expulsion des travailleurs en situation précaire, provoquant des conflits et des tensions dans les campagnes mettant en danger la réforme. Le Président recourut aux mesures de l’état de siège pour prolonger les contrats sur une durée illimitée. La conséquence fut que la redistribution de la terre recherchée par la réforme a eu pour effet d’accélérer la transformation capitaliste des latifundios, en effet pour éviter d’être expropriés les propriétaires choisirent de vendre leurs propriétés, ou de les mettre en fermage, à un faible prix, à des entrepreneurs prêts à investir dans l’agriculture.

329La Loi de 1961 (Loi 135), qui entendait défendre les petits fermiers, métayers et les sans terre, eut finalement l’effet contraire, car les opposants et les partisans d’une modernisation capitaliste des latifundios continuèrent à imposer leurs critères.

330Le recensement de 1970, illustre cette évolution des structures comme le montre le tableau suivant.

DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ RURALE EN 1970

Surface (en hectares)

Quantité d’hectares (en milliers)

 %

Propriétaires (en milliers)

 %

Moins de 5

868,7

05,0

678,5

64,0

De 5 à 20

1 835,3

10,6

219,3

20,7

De 20 à 50

2 213,8

12,7

84,2

07,9

De 50 à 200

4 363,2

25,1

60,2

05,7

De 200 à 500

3 036,4

17,5

13,2

01,2

Plus de 500

5 054,7

29,1

5,4

00,5

Total

17 372,1

100,0

1 060,8

100,0

Source : L. Lorente et al, même source du tableau précédent

331Ce tableau montre que par rapport à la situation de 1960 (voir tableau précédent), la politique réformiste a échoué en grande partie, mais a renforcé une agriculture capitaliste, dont a été exclue la majorité des paysans.

332En 1972, le “Pacte de Chicoral” mit fin aux tentatives réformistes du gouvernement. La loi dite 4a de 1973 officialisant cet accord, a renforcé les obstacles juridiques à l’expropriation des terres, bien ou mal exploitées. Le budget de l’INCORA a été réduit et ses activités d’infrastructure ont été transférées à d’autres organismes.

333Après les grandes mobilisations paysannes du début des années 1970 et les invasions de terres et que l’ANUC se soit radicalisée et ait échappé au contrôle du gouvernement, l’idée de réforme agraire est devenue impopulaire tant chez les libéraux que chez les conservateurs.

  • 66 Article cité, p. 104.

334L’INCORA est devenue un organisme de mise en valeur des terres. Entre 1962 et 1983 l’Institut a acquis 1 677 000 hectares, 472 600 achetés et 63 167 expropriés, dont des terres publiques en friche. L’Institut a redistribué 974 000 hectares à 53 700 familles (18 hectares en moyenne pour une exploitation famille), et accordé à 236 400 familles des titres de propriété pour les terres qu’elles cultivaient. Mais Christian Gros66 a montré que nombre de ces bénéficiaires, mal préparés et mal encadrés, souvent dotés de terres de médiocre qualité, ont été condamnés à l’échec et n’ont pu rembourser leurs crédits.

335En 1984 une étude sur la propriété de la terre montrait que les petits propriétaires de moins de 5 hectares disposaient seulement de 5 % de la terre (comme en 1970) alors qu’ils étaient passés de 464 000 à 623 000 (+34 %) ; les exploitations de 20 à 100 hectares avaient considérablement augmenté, et les propriétés de plus de 500 hectares contrôlaient plus de 5 millions d’hectares, malgré une baisse relative 29 % à 23 % de la surface totale agricole.

336Plusieurs études ont montré aussi que c’est parmi les exploitations entre 13 et 20 hectares qu’on observait la meilleure productivité.

337A partir de 1974, au début du mandat du Président López Michelsen, un programme de Développement Rural Intégré (DRI) a succédé à la réforme agraire. Il a été présenté comme une nouvelle stratégie du fait de l’impossibilité de modifier la répartition des terres et de la nécessité de résoudre les problèmes liés au manque de capitaux et de moyens techniques.

La Réforme Agraire au Chili, 1964-7367

  • 67 Nous nous sommes basés pour cette section sur Jacques Chonchol, “La Reforma Agraria en Chile : 1964 (...)

338Au Chili un processus de réforme agraire, beaucoup plus radical qu’au Venezuela et en Colombie, a été lancé entre les années 1960-1970. Il est lié à l’évolution démocratique de la société chilienne depuis la fin des années 1930, évolution brutalement interrompue par le coup d’état militaire de septembre 1973 qui fut suivi d’une contre-réforme agraire. Si toutes les distributions de terres faites précédemment n’ont pu être annulées, le gouvernement a néanmoins modifié de façon substantielle le fonctionnement du système agricole.

339C’est pourquoi nous allons présenter les principales actions menées sous les gouvernements du démocrate chrétien Eduardo Frei, del964 à 1970, puis sous Salvador Allende et l’Unité Populaire, de 1970 à 1973.

340L’inégale répartition des terres et du revenu agricole caractérisait le Chili comme la plupart des pays latino-américains jusqu’aux années 1960. La moitié des familles paysannes ne possédait aucune terre, quant à celles qui en détenaient, c’était en si petite quantité que les familles ne pouvaient en vivre. Pour subsister les paysans devaient travailler à l’extérieur comme saisonniers ou métayers et avoir des activités complémentaires.

341En 1955, sur 345 000 familles rurales, la moitié d’entre elles ne possédait aucune terre, et les 151 000 exploitations se répartissaient de la façon suivante :

DISTRIBUTION DE LA TERRE EN 1955

Types d’exploitations

Nombre

 % surface agricole

 % surface irriguée

Sous-familiales

55 800

00,3

02,1

Familiales

60 400

08,1

07,3

Moyennes

24 400

13,1

12,6

Grandes

10 400

78,5

78,0

Total

15  000

100,0

100,0

Source : CIDA, Tenure de la Terre et Développement Socio-Economique du Secteur Agricole

342D’un côté la propriété était très concentrée, de l’autre côté la plus grande partie de la population paysanne avait des conditions de vie très en-dessous du reste de la population. En 1960 l’analphabétisme touchait 12 % de la population urbaine et 35 % de la population rurale ; 61 % des logements paysans n’étaient que des “ranchos”, c’est-à-dire des cabanes ; en matière de santé les différences étaient énormes entre les populations urbaines et rurales. La syndicalisation était légale mais son application si restrictive que les syndicats ruraux étaient très peu nombreux et regroupaient moins de 2 % des travailleurs.

343Le système d’exploitation était très extensif, basé sur un faible investissement en capital et disposant d’une main-d’œuvre semi-servile, les “inquilinos”, qui vivait sur l’exploitation. De plus la productivité était si faible qu’une quantité croissante de produits alimentaires devait être importée.

344La réforme agraire était depuis longtemps un enjeu pour les partis de gauche et la démocratie chrétienne, mais jusqu’au début des années 1960 les conditions politiques n’étaient pas réunies pour la mettre en œuvre. Cependant sous le gouvernement de Jorge Alessandri (1958-1964), bien qu’il soit un conservateur, le contexte avait paru plus favorable. Durant les premières années de son mandat la question de la réforme agraire ne fut pas posée, puis au moment de la politique de l’Alliance pour le Progrès et des pressions internationales en faveur de réformes structurelles en Amérique latine, son gouvernement a préparé et promulgué à la fin de 1962 la première loi de réforme agraire du Chili.

345La réforme avait un triple objectif : faire accéder à la propriété de la terre ceux qui la travaillent, améliorer le niveau de vie des paysans, augmenter la productivité agricole (cultures et élevage).

346La loi Alessandri mettait surtout l’accent sur l’augmentation de la production et de la productivité, en stipulant que tout propriétaire agricole était obligé de cultiver sa terre avec efficacité et en autorisant les expropriations quand cette condition n’était pas remplie.

347Le concept d’“unité économique familiale” a servi de base de référence pour définir les différents types de propriété paysanne : le “latifundia” correspondant à une exploitation de plus de vingt unités économiques, et le “minifundia” se situant en dessous d’une unité. Les expropriations décidées dans les cas de mauvaise mise en valeur, se faisaient sur la base d’un prix négocié entre l’État et le propriétaire : une partie étant payée au comptant et le reste par des versements échelonnés et des bons garantis par l’État.

348L’application devait rester très limitée : 66 000 hectares ont été redistribués, dont 43 000 de terres publiques et 23 000 achetés à des particuliers. Seulement 15 000 hectares de ces terres étaient irrigués. 1 104 familles paysannes ont bénéficié de cette redistribution, 577 ont pu avoir des parcelles, 527 de simples potagers familiaux.

349La Loi de réforme agraire n’étant pas un impératif, elle n’a entraîné aucun changement fondamental, les expropriations relevaient uniquement des critères de l’État. Celui-ci s’est surtout servi de la Loi pour justifier devant les organismes internationaux qu’une réforme agraire était en cours au Chili, mais en fait il n’y avait pas de réelle volonté politique et les moyens nécessaires n’ont pas été donnés.

La réforme agraire sous le gouvernement démocrate-chrétien (1965-19701

350En 1964, Eduardo Frei candidat du parti démocrate chrétien, après une lutte très dure contre le candidat de la gauche, Salvador Allende, triomphe à l’élection de Président de la République ; mais avec la quasi élimination des forces de droite aux élections législatives suivantes, les conditions politiques paraissent plus favorables à une réforme agraire approfondie, d’autant que les programmes des deux candidats en soulignaient la nécessité, sentiment par ailleurs largement partagé par les citoyens.

351Une série de transformations ont été engagées entre 1965 et 1970 sur le plan juridique et institutionnel, notamment concernant le contrôle de la terre et la vie des paysans.

352Parmi les changements juridiques les plus importants, il faut citer la loi de 1966 qui interdit de diviser ou de vendre des exploitations de plus de 80 hectares sans autorisation de l’État ; en 1967 de nouvelles lois de réforme agraire sont votées ainsi que le droit de syndicalisation pour les paysans ; de plus une réforme constitutionnelle autorise un paiement échelonné des terres acquises dans le cadre de la réforme.

353Les parlementaires de la démocratie chrétienne et des partis de gauche, ont été d’accord pour voter les changements suivants :

354a) L’accumulation de terres par une même personne ou son conjoint a été limitée : peuvent être expropriables les accumulations excessives ou les propriétés individuelles de plus de 80 hectares de terres irriguées. On prit pour base de référence le cas de 80 hectares de terres irriguées de bonne qualité et proches de la capitale ; la loi établissant ensuite pour chaque région les équivalences.

355b) Toute exploitation qui, trois ans après la promulgation de la Loi, et indépendamment de ses dimensions, est considérée comme abandonnée ou insuffisamment exploitée par rapport aux autres exploitations de la même zone, devient expropriable.

356c) Toutes les exploitations appartenant à des sociétés anonymes ou celles qui ont bénéficié de travaux d’irrigation effectués aux frais de l’État peuvent être expropriables.

  • 68 Pour rendre possible cette forme de paiement différé des terres et des investissements fixes qui ét (...)

357d) Les terres expropriées et les investissements qui y ont été faits sont indemnisés en fonction d’une estimation de l’état de l’exploitation, et selon une grille d’estimation allant de 1 à 10 %. Elles sont payées sous forme de bons de réforme agraire amortissables sur une période de vingt-cinq à trente ans68.

358e) Les agriculteurs dont les exploitations sont reconnues rentables, peuvent dépasser la limite des 80 hectares de terres irriguées, ou son équivalent.

359f) La mise en place sur les terres expropriées d’un système de transition entre l’État et les paysans peut durer entre 3 et 5 ans. Cette transition, dénommée “asentamiento”, a pour objectif d’élaborer un plan de mise en valeur des terres, de faire les investissements nécessaires, mais aussi de donner aux agriculteurs une logique d’entreprise et un esprit de coopération. De plus ce laps de temps devait permettre, du fait du processus d’intensification engagé, d’intégrer sur d’autres exploitations les paysans en surnombre.

360Au terme de la période de transition, les terres sont attribuées sous forme d’unités familiales, mais ces unités doivent rester indivisibles au moment de l’héritage pour éviter le “minifundia”. Différents types d’organisation étaient possibles : coopératives de production, ou systèmes mixtes, moitié propriété familiale, moitié coopérative. Dans certains cas elles pouvaient rester entièrement dans le domaine public.

361g) Les eaux servant à l’irrigation sont déclarées bien national d’utilité publique ; il n’est reconnu aux agriculteurs qu’un droit d’usage, et si certains ont des ressources en eau plus importantes que leurs besoins, l’État peut disposer de l’excédent sans accorder d’indemnisation et le redistribuer aux agriculteurs qui manquent d’eau.

362Pendant la durée de ces débats au Parlement, certains exploitants de grands domaines ont entrepris de procéder à des divisions fictives entre les membres de leurs familles, ou à des transactions commerciales afin de soustraire leurs terres à une redistribution en faveur des paysans locaux ; ce qui a provoqué le vote de la Loi de 1966 qui interdit toute division sans autorisation de l’État de propriétés de plus de 80 hectares, quelque soit la qualité des terres.

363La Loi de 1967 autorisant l’organisation syndicale des paysans précisait les conditions suivantes :

  1. De larges facilités sont accordées aux travailleurs agricoles pour qu’ils s’organisent en syndicats au niveau de chaque commune (la plus petite division administrative du pays). Pour créer un syndicat il suffisait que 100 travailleurs agricoles ou même moins dans certains cas, se constituent en syndicat. Dans chaque commune il pouvait y avoir autant de syndicats que le souhaitaient les agriculteurs, dès lors que les conditions minimales étaient respectées.

  2. Les syndicats communaux peuvent se fédérer en confédérations régionales ou nationales.

  3. Le financement des syndicats se fait à partir d’une participation obligatoire des syndiqués (calculée sur leurs salaires) et d’un apport équivalent de la part de l’employeur.

  4. Tout paysan de plus de dix-huit ans et quelques soit son statut (homme, femme, salarié, métayer, petit agriculteur) peut être membre d’un syndicat.

  5. Dans toute exploitation où existe un minimum de cinq travailleurs syndiqués, ces syndiqués peuvent désigner un délégué syndical qui est protégé juridiquement. Les dirigeants des syndicats, des fédérations et des confédérations syndicales bénéficient aussi de ces mêmes protections.

364La démocratie chrétienne a favorisé la redistribution des terres, environ 28 000 familles (dont 5 à 10 % d’agriculteurs sans terre ou ayant très peu de terre) ont pu s’installer sur 1 300 exploitations expropriées, (environ 3,4 millions d’hectares, soit 13 % des terres cultivées et 14,5 % des terres productives).

365Le gouvernement démocrate-chrétien n’a réalisé qu’un tiers du programme qu’il s’était fixé, à savoir installer 100 000 familles d’agriculteurs en six ans. 400 syndicats paysans ont été créés regroupant un peu plus de 100 000 adhérents, répartis entre trois grandes confédérations et deux plus petites. Ces syndicats ont organisé des grèves pour obtenir des améliorations économiques et sociales pour les travailleurs. Un peu plus de 80 000 petits agriculteurs se sont organisés en coopératives ou en comités, pour obtenir des crédits, une assistance technique et des services sociaux. On estime qu’un peu plus du tiers de la population paysanne et minifundiaire a pu bénéficier de la réforme agraire.

366Pour la première fois on avait décidait d’engager au Chili, un processus de transformation du système traditionnel et de créer les conditions d’un progrès économique et social pour les travailleurs agricoles et les petits agriculteurs.

367A tous ceux qui soutenaient que tout changement dans le régime de propriété de la terre entraînerait une chute de la production, il a pu être démontré qu’il n’en était rien. La production n’a cependant pas connu une croissance rapide au cours de ces années, mais son niveau a été meilleur qu’auparavant, notamment grâce aux efforts de modernisation et de hausse de la productictivité.

368Le gouvernement démocrate-chrétien a engagé un processus important de modernisation de l’agriculture, augmenté l’accessibilité de la terre pour les petits et moyens agriculteurs et amélioré les conditions de travail et de vie d’une grande partie de la population paysanne.

La réforme agraire durant le gouvernement de l’Unité Populaire (Novembre 1970 - Septembre 19731

369Les améliorations des années 1960 ont accentué le sentiment de frustration de la population rurale, notamment chez ceux qui n’en avaient pas bénéficié. Pour la première fois des perspectives d’amélioration s’ouvraient, mais elles restaient inaccessibles à la majorité. Aussi le programme de l’Unité Populaire, qui a porté Salvador Allende à la Présidence de la République en 1970, a été perçu comme le moyen d’approfondir la réforme agraire. L’enjeu consistait à accélérer au maximum l’évolution des structures foncières, à jeter à bas le système latifundiaire et de transformer la société rurale.

370Le programme stipulait que chaque famille aurait droit à la propriété de sa maison et de son potager. Les terres expropriées devaient être organisées en coopératives de producteurs, soit rester propriété de l’État. Des Conseils Paysans, formés des diverses organisations paysannes, seraient créés au niveau de chaque région pour permettre aux paysans de participer à la mise en œuvre de la réforme.

371La politique du gouvernement d’Allende peut être analysée selon six points clés : expropriations dans le cadre de la réforme agraire, réorganisation économique et sociale du secteur agricole, redistribution des terres, production et consommation, participation des paysans au processus de mutation agricole et réorganisation de l’administration de l’agriculture.

372Les expropriations avaient été considérables : durant les six années de mandat du Président Frei, 1319 propriétés avaient été expropriées (3,4 millions d’hectares), mais durant les trente-quatre mois qu’a duré le gouvernement Allende, 4 490 exploitations ont été expropriées (6,6 millions d’hectares). La plupart des latifundios ont été expropriés, ainsi qu’un certain nombre d’exploitations moyennes considérées comme mal exploitées.

373La réorganisation du secteur réformé fut beaucoup plus complexe et difficile. Déjà sous le gouvernement Frei on avait pu constater que les nouvelles exploitations, les “asentamientos,” qui relevaient d’un système intermédiaire entre terres expropriées et attribution définitive, n’atteignaient pas toujours les objectifs pour lesquels ils avaient été conçus. Un certain paternalisme bureaucratique ne faisait que succéder à l’ancien paternalisme patronal. D’autre part, la comptabilité connaissait des retards fréquents, ce qui empêchait notamment de mesurer les résultats économiques de l’année agricole. De plus les salaires, égalitaires par principe, ne permettaient pas de récompenser les efforts ou les responsabilités prises par certains. Il existait en outre des conflits entre les nouveaux installés, futurs attributaires de terre et souvent chefs de famille, et les paysans plus jeunes, ou extérieurs, etc.

374Pour corriger ces dysfonctionnements, l’Unité Populaire a mis en place une organisation transitoire, les Centres de Réforme Agraire (CERAS). Leur fonctionnement a rencontré des difficultés juridiques, tout d’abord parce que l’Unité Populaire, contrairement à la période de la démocratie chrétienne, n’avait pas de majorité au congrès pour modifier la loi, mais aussi du fait de l’opposition de la Démocratie Chrétienne et de conflits internes entre les partis de l’U.P. au sujet des finalités de la réforme. Il en a résulté une certaine anarchie dans l’application du programme de réforme.

375Le gouvernement a accéléré les attributions de terre à partir de 1972, en commençant par les plus anciens des “asentamientos”. Mais la priorité donnée aux expropriations et le manque de moyens ont rendu l’opération très longue.

376En outre l’arrivée au pouvoir de l’Unité Populaire a provoqué un climat d’incertitude dans une situation économique qui à ce moment était extrêmement difficile : chômage et sous-emploi importants, montée de l’inflation, fuite des capitaux, et chute du prix du cuivre.

377Pour compenser la baisse du pouvoir d’achat des travailleurs, le gouvernement a décidé de réajuster les salaires sur la hausse du coût de la vie (35 % en 1970), avec quelques points supplémentaires pour les travailleurs les plus démunis. Pour combattre le chômage et le sous-emploi, le gouvernement a lancé de grands programmes de travaux publics (construction de logements, reboisement, etc). Il est ainsi arrivé, par un accroissement des revenus et une politique de plein emploi, à relancer l’économie et à faire tourner à plein le secteur industriel, qui en 1970 ne fonctionnait qu’à moitié de ses capacités dans de nombreux secteurs.

378Le PIB a progressé de plus de 8 % en 1971, ce qui a entraîné une demande accrue en produits alimentaires (14 %), bien supérieure à la croissance de la production agricole et d’élevage (6 %). Le gouvernement a augmenté les importations de produits alimentaires et de matières premières, mais la chute du prix du cuivre sur le marché mondial avait épuisé les réserves en devises. L’année 1972 a été encore plus défavorable.

379Malgré un haut taux d’emploi (un des plus élevés jamais enregistrés dans l’histoire du pays) et une industrie tournant à plein, il aurait fallu pour augmenter la production, réaliser de nouveaux investissements. Or le prix du cuivre ne cessait de baisser, et les intérêts nord-américains, touchés par la nationalisation des mines de cuivre, organisaient de façon cachée un blocus économique qui aggravait les entrées de devises.

380Le faible niveau des infrastructures freinait les activités portuaires et les transports intérieurs ; à la fin de 1972 cette situation s’est trouvée gravement accentuée par la longue grève des camionneurs, encouragée par la CIA et l’oligarchie chilienne, qui a désorganisé les secteurs de production et de distribution.

381De plus, cette même année de mauvaises conditions climatiques ont conduit à une moindre croissance de la production agricole, celle-ci n’ayant été que de 2 %, au lieu de 6 % en 1971 ; l’inflation, contrôlée en 1971, est montée en flèche au cours du second semestre de 1972, même si la consommation alimentaire augmentait alors de 12 %.

382L’écart entre le taux de croissance de la production agricole (élevage inclus) et le taux de progression de la consommation alimentaire, s’est accentué suite au comportement de la classe moyenne qui s’est mise à stocker les produits alimentaires par crainte de la hausse des prix et de la raréfaction des produits. Il est devenu de plus en plus difficile pour le gouvernement de compenser les problèmes de distribution, manque de devises et de crédits extérieurs, forte hausse des prix des aliments sur le marché international, par des importations. Ainsi en 1972, le prix du blé a augmenté de 51 % par rapport à 1971, celui de la viande congelée de 40 %, celui du sucre de 86 %. La grève des camionneurs qui a duré presque tout le mois d’octobre, a paralysé l’acheminement des semences, des fertilisants et le combustible nécessaire aux tracteurs. Ceci eut comme conséquence une baisse des surfaces cultivées en 1972, qui se répercuta sur la production de 1973.

383D’autre part, dans cette dernière année, les difficultés pour combler les déficits par une augmentation des importations s’aggravent étant donnés l’insuffisance des devises du gouvernement, la hausse continuelle des prix sur le marché international (le prix du blé est multiplié par trois entre le milieu de l’année 1972 et la fin 1973) et le manque de crédits externes pour importer. Concernant l’insuffisance de ces crédits extérieurs, il faut rappeler non seulement le blocus du système financier américain et des pays capitalistes en général, mais aussi le manque de crédits pour des importations de consommation des pays socialistes. Ceux-ci ne concédaient en effet au Chili que des crédits pour des exportations de biens d’équipements.

384Tout ceci conduisit à une aggravation de l’inflation. Les classes moyennes urbaines ont commencé à s’opposer de plus en plus violemmment au gouvernement de l’Unité Populaire. Parallèlement au stockage des produits alimentaires, le marché noir s’est développé. La situation devenait chaque jour plus ingérable pour le gouvernement, obligé de rationner les aliments pour les besoins de la population et de maintenir une logique de marché ; il ne parviendra pas à surmonter ce dilemme. Ce climat économique a sans doute été l’élément psychologique le plus important qui a créé les conditions du coup d’État militaire du 11 septembre 1973.

385En ce qui concerne le cinquième aspect qui est l’un des plus intéressants à analyser de l’expérience de gouvernement de l’Unité Populaire, c’est-à-dire la participation des paysans au processus de transformation agraire, le programme avait prévu la création de conseils paysans au niveau national et régional, afin qu’ils participent à la proposition et à l’application des politiques agraires. En accord avec cette volonté, en décembre 1970 et après une ample discussion du Ministère de l’Agriculture avec les principales organisations paysannes un décret a établi un Conseil National Paysan pour travailler avec le Ministre de l’Agriculture, ainsi que des conseils provinciaux et communaux dans les différentes régions agraires du pays.

386L’organisation de ces conseils qui s’est effectuée très rapidement dans les premiers mois de 1971, a rencontré diverses difficultés. D’un côté, une partie importante des paysans, spécialement dans les provinces du sud, n’était pas un paysannat organisé ni en syndicats, ni en coopératives, ni sous d’autres formes d’organisation. Il y avait donc une difficulté physique pour faire participer ces paysans dans des conseils. Cherchant à faire participer ces groupes de façon plus élargie, une lutte politique entre l’U.P. et la Démocratie Chrétienne s’est engagée et même entre les partis de l’Unité Populaire pour tenter de contrôler ces conseils, ce qui à conduit par la suite certains partis de l’U.P. à ne pas appuyer l’organisation des conseils paysans.

387En plus de tout ceci, les limites juridiques, que le gouvernement ne pouvait modifier de par son absence de majorité au Parlement, empêchaient de donner à ces conseils paysans des ressources financières pour leur fonctionnement.

388Pour toutes ces raisons, les conseils paysans s’ils ont joué un rôle important dans beaucoup d’endroits pour unir les paysans, et leur donner des responsabilités dans les tâches de fixation des priorités d’expropriation ou autres, ils ne sont pas parvenus à se développer et à prendre l’importance qu’espéraient ceux qui les avaient constitués.

389Des conseils paysans ont été mis en place dans plus de la moitié des communes rurales du pays (150 environ) et ont fonctionné dans certaines d’entre elles avec des formes de participation démocratique directe du paysannat de la commune. Mais peu à peu ils se confrontaient à la résistance de l’appareil bureaucratique, ou à la lutte partisane qui en définitive les affaiblissait comme élément d’unité et de large représentation du paysannat. C’est dans la paysannerie indigène qu’on a trouvé la plus grande participation. Dans certaines provinces du sud du Chili (Cautín, Malleco, Arauco, Biobío et Valdivia), quelques 250 000 paysans indigènes vivaient depuis la fin XIXème dans des “reducciones” (établies après la “pacification” de l’Araucanie) et ils occupaient environ 600 000 hectares de terres. Ces indigènes se sont fait usurper une grande partie de leurs terres par des colons d’origine chilienne ou étrangère, et leur grande aspiration fut dès lors d’arriver à récupérer les terres perdues, et de voir la fin de la situation d’oubli et d’oppression dans laquelle ils vivaient.

390Ces indigènes s’étaient organisés au cours du temps en associations “mapuches”, et leur mobilisation et le soutien qu’ils ont obtenu de l’Unité Populaire leur a permis, par l’application de la loi de réforme agraire, de récupérer des milliers d’hectares. Le vote par le Parlement d’une nouvelle Loi Indigène, élaborée par les associations “mapuches” elles-mêmes (loi 17729 du 15/09/72) définit les moyens d’améliorer les conditions de vie des communautés “mapuches”. Il s’agit d’un cas exceptionnel dans l’histoire du Chili, où une nouvelle législation a surgi de la base sociale et a été en grande partie élaborée par les intéressés eux-mêmes, puis adoptée par le Parlement, bien que limitée sur plusieurs aspects, le gouvernement ne détenant pas la majorité. Par contre, pendant toute la période de l’Unité Populaire, il ne fut pas possible de mettre en place une politique cohérente en direction des petits agriculteurs non indigènes, du fait des contradictions politiques existant à l’intérieur de l’U.P.

L’administration

391L’U.P. a été aussi incapable de modifier le fonctionnement de l’appareil administratif de l’État.

392Il aurait fallu, pour mener à bien la réforme agraire notamment, donner un dynamisme, une cohérence et une efficacité à l’appareil administratif afin d’aller bien au-delà du fonctionnement traditionnel pour traiter des problèmes aussi divers que les expropriations, l’appui technique et le crédit aux paysans, la réorganisation du système économique agricole etc. Le gouvernement de l’U.P. s’est attaqué à plusieurs reprises à cette question mais, en fin de compte, les contraintes juridiques, la résistance de la bureaucratie à changer ses habitudes, les différences de classe entre le personnel administratif et les paysans, le statut de citadins du personnel de l’administration de l’agriculture, et les luttes partisanes internes, ont constitué un ensemble de pesanteurs qui a empêché le gouvernement d’associer ce secteur d’une façon efficace à ses objectifs politiques.

La contre-révolution agraire comme conséquence du putsch de sept. 1973

393Le coup d’État militaire du 11 septembre 1973 contre le gouvernement de Salvador Allende a donné un coup d’arrêt brutal au processus de réforme agraire mis en place depuis 1964. Ce putsch constitue une véritable contre-révolution, comparable à celle qui a renversé le gouvernement d’Arbenz au Guatemala dans les années 1950, par ses effets négatifs sur le monde rural.

394Nous ne prétendons pas analyser ici tous les aspects de la dictature militaire du général Pinochet durant ses dix-sept années de pouvoir, mais préciser quelques unes des conséquences de sa politique sur la propriété des terres en regard de ce qui avait été réalisé les années antérieures. On constate plusieurs effets :

  1. Environ 30 % des terres expropriées pendant les gouvernements de Frei et d’Allende (5 809 exploitations, près de 10 millions d’hectares) ont été restituées à leurs anciens propriétaires ; en juillet 1976 ceux-ci avaient déjà récupéré 2 650 000 hectares (1 636 exploitations ont été restitué en totalité, 2 184 en partie).

  2. 15 % des terres expropriées ont été revendues aux enchères ou à des capitalistes privés qui n’étaient pas des paysans.

  3. Le reste fut attribué en vente aux paysans, à l’exception de ceux qui avaient été des dirigeants paysans ou avaient eu des responsabilités au cours des années précédentes. Nombre de ces dirigeants ont été d’ailleurs emprisonnés, assassinés ou contraints à l’exil. On estime que 45 000 parcelles ont été ainsi vendues.

  4. Le fonctionnement de tous les syndicats et organisations paysannes a été suspendu.

  5. Les lois de réforme agraire et de syndicalisation ainsi que la Corporation de Réforme Agraire ont été supprimées. Les organismes publics s’occupant du secteur paysan ont été rendus inefficaces par la diminution de leurs ressources et le licenciement de leur personnel.

    • 69 Voir Sergio Gómez et Jorge Echenique, ouvrage cité, p. 96.

    Le marché foncier a été reconstitué, et nombre de bénéficiaires de la réforme agraire, ne pouvant acheter les terres reçues ont été obligés de les vendre. Certains estiment69 qu’au début des années 1980, environ 18 000 parcelles, un peu plus de 40 % des parcelles attribuées, avaient ainsi été rachetées par des agriculteurs de la même région ou autres personnes (commerçants, transporteurs, membres des professions libérales, etc.).

  6. La dictature a organisé par un décret-loi en 1979 la remise sur le marché des terres des communautés “mapuches”. Entre 1979 et 1982, près de la moitié de leurs terres avaient été divisées (26 000 titres de propriété individuels délivrés). Cette division des communautés continua à se réaliser les années suivantes.

  7. Selon une étude sur les nouveaux propriétaires, sur 45 grandes exploitations situées dans la zone centrale qui se décomposent en 139 propriétés distinctes, 60 % des terres ont été achetées sur le marché et 40 % à ceux qui avaient bénéficié de la réforme agraire. Les grands conglomérats forestiers ont été les principaux acheteurs, tant sur la côte de la région centrale qu’au sud du pays.

  8. La politique de la dictature militaire a d’abord été d’annuler la réforme agraire puis de créer une agriculture capitaliste fondée sur les produits d’exportation (fruits et bois). Elle a été confiée à de grands conglomérats nationaux ou étrangers, qui ont procédé à une reconcentration de la propriété et à des moyens agricoles privés. En 1986 on estime qu’au moins 50 % des paysans étaient ouvriers agricoles, pour la plupart saisonniers (3 saisonniers pour 1 permanent), 40 % des petits exploitants familiaux. Cette populaton reprolétarisée comprend les petits paysans traditionnels, les bénéficiaires de la réforme agraire, les indigènes, les métayers et les minifundistes.

La Réforme Agraire Péruvienne, 1969-197870

  • 70 Pour cette section, nous nous sommes fondés sur José Matos Mar et José Manuel Mejía, “La Reforma Ag (...)

395La réforme agraire du Pérou est le dernier cas de notre étude des réformes caractéristiques des années 1960. La réforme agraire a été entreprise par le régime militaire du général Velasco Alvarado après le renversement du Président Belaúnde Terry, en octobre 1968.

396La propriété de la terre dans les années 1950 était à la fois extrêmement concentrée et contrastée, avec des différences importantes entre la zone de la côte et celle de la sierra. Comme nous l’avons vu précédemment, des entreprises capitalistes développées s’étaient établies sur la côte au début du siècle, occupant les meilleures terres irrigables. Leur activité était basée sur deux cultures d’exportation, la canne à sucre et le coton. C’était une économie agricole qui reposait sur d’importants investissements agro-industriels, des technologies modernes, une gestion administrative très organisée et un grand nombre de salariés prolétarisés.

397Dans la sierra, par contre, la grande propriété foncière traditionnelle dominait, avec ses rapports de travail serviles, sauf dans certains endroits où l’on trouvait de grandes exploitations modernes consacrées à l’élevage d’ovins, et aussi des communautés indigènes. Le salariat était peu développé, mais il existait une gestion administrative, un certain niveau technologique et des formes d’accumulation capitaliste qui se combinaient avec des modes de production traditionnels. La plupart des “haciendas” de la sierra se sont agrandies en spoliant les terres des communautés indigènes et en leur imposant des formes de travail serviles ou semi-serviles, ce qui fut source de divers conflits dans les années 1950.

398Les communautés se sont trouvées de plus en plus pauvres à cause du décalage entre leur développement démographique et la diminution de leurs terres, qui de plus étaient gravement dégradées par la surexploitation des sols. Pour survivre elles ont dû rechercher du travail saisonnier dans les “haciendas”.

399Les meilleures ressources agricole du pays étaient aux mains de 10 000 “haciendas”, qui assuraient la richesse d’une oligarchie dans laquelle me secteur dominant était celui lié à la production de sucre et de coton.

400D’après les études du CIDA de 1961, la propriété de la terre se répartissait de la façon suivante :

401Les “haciendas”, capitalistes, semi-capitalistes et traditionnelles, contrôlaient 75 % des terres, alors que les petites exploitations familiales et les communautés indigènes, c’est-à-dire la grande majorité de la population rurale, n’en avaient que 15 %, et souvent de médiocre qualité. A l’exception de quelques grandes propriétés capitalistes modernes, l’agriculture péruvienne stagnait. et ne suffisait pas à nourrir une population en pleine croissance. Le déficit alimentaire s’aggravait. Par ailleurs le secteur agricole ne pouvait absorber la main-d’œuvre rurale disponible et le chômage et l’exode étaient très élevés.

402On peut distinguer dans la population rurale du Pérou quatre grands groupes en 1961 : les salariés (permanents et saisonniers confondus) au nombre de 265 000, 122 000 paysans en situation servile ou semi-servile, 650 000 petits propriétaires et membres des communautés indigènes (minifundistes disposant de parcelles de moins de 3 hectares obligés d’avoir d’autres activités) et près de 300 000 paysans sans terre, sans travail fixe, en cours de semi-prolétarisation.

403Cette population composée principalement d’indigènes, vivait dans une extrême pauvreté, ne participait guère aux activités politiques du pays parce que trop marginalisée socialement et culturellement. Considérés comme des analphabètes, ils étaient privés du droit de vote et des droits les plus élémentaires du citoyen sous prétexte qu’ils ne parlaient que “quechua” ou “aymara”.

404Ces conditions ont poussé de nombreux paysans à s’organiser dans le cadre d’associations, de syndicats, et d’autres groupements de gauche. Les syndicats étaient affiliés aux deux grandes centrales paysannes nationales, l’une contrôlée par l’APRA, l’autre par le Parti Communiste. Toutes ces organisations entretenaient une intense mobilisation des prolétaires agricoles et des paysans en servage : grèves et invasions des “haciendas”. Ces mouvements ont duré de la fin des années 1950 au milieu des années 1960, jusqu’à ce qu’elles soient, comme le mouvement guérillero récemment apparu, durement réprimées.

Les tentatives de réforme agraire avant 1969

405Avant 1969 des réformes agraires avaient été tentées à plusieurs reprises. En 1956, des représentants, parmi les plus connus de la grande bourgeoisie agraire, avaient eu pour programme l’élargissement de la frontière agricole en incitant l’immigration et la colonisation de nouvelles terres, et avaient tenté un timide projet de redistribution des terres des grandes propriétés laissées à l’abandon. Cette tentative n’ira pas loin, en raison de l’opposition des grands propriétaires fonciers.

406Juste après la prise du pouvoir par le premier gouvernement militaire, un deuxième essai de réforme agraire fut entrepris en 1962 pour répondre à l’insurrection paysanne dirigée par Hugo Blanco dans les vallées La Convención et Lares dans la zone de Cuzco. Mais ce mouvement n’a pas eu d’incidence sur le reste du pays.

407En 1964, une troisième tentative, sous le premier gouvernement de Belaúnde, a cherché à prévenir une nouvelle vague d’invasions des terres dans la sierra centrale. Cette Loi de réforme agraire, prétendait bien procéder à une redistribution générale des terres, mais dans certaines limites puisqu’elle excluait les grands complexes sucriers. Son mécanisme d’application était long et complexe, et ses moyens financiers faibles.

408Elle ne remettait en cause aucun des principes de l’entreprise agricole moderne ni du latifundia traditionnel. Son application a commencé par les zones les plus sensibles, mais fut entravée par l’opposition politique des propriétaires fonciers. Ainsi en 1968 la redistribution n’avait touché que 385 000 hectares, soit moins de 5 % des terres pouvant être redistribuées ; 15 000 paysans avaient pu en bénéficier, c’est à dire moins de 2 % de la population paysanne non-propriétaire.

La révolution militaire de 1968 et la réforme agraire de 1969

409L’équilibre politique qui reposait sur l’incapacité de l’oligarchie à contrôler le pouvoir et l’incapacité des forces réformistes à prendre ce pouvoir a été brisé en 1968 par le général Juan Velasco Alvarado et ses forces armées. En juin 1969 il décréta une nouvelle loi de réforme agraire, avec la ferme volonté politique de la mener à son terme. Ses principes esentiels étaient les suivants :

410a) Les conditions d’affectation de la terre seraient sévèrement contrôlées. Le régime d’exception dont bénéficiaient les complexes agro-industriels sucriers était abrogé. Sur la côte les terres des “haciendas” étaient sujettes à redistribution dès lors qu’elles dépassaient 150 hectares. Par contre dans la sierra afin que la grande propriété ne puisse échapper au processus de réforme les limites étaient de 30 à 55 hectares pour les terres cultivées, et de 2 500 à 5 000 hectares pour les pâturages naturels, selon la charge en bétail

411b) Le procédé d’expropriation devait être très rapide : affectation ou adjudication définitive des terres devaient s’opérer sur un ou deux cycles agricoles au maximum.

412c) La loi reconnaissait le statut privée de la terre, ce qui obligeait à dédommager les expropriés sans pour autant constituer une entrave au transfert. La valeur des biens était estimée en fonction de la dynamique de l’exploitation et le paiement se faisait sous forme de bons, payables à 20, 25 ou 30 ans.

413d) La loi a entrepris de restructurer l’appareil institutionnel pour appliquer la réforme agraire. L’application de la réforme a été confiée à une Direction Générale de la Réforme Agraire, dépendant du ministère de l’Agriculture, et elle diposait des moyens politiques et économiques nécessaires. Divers organismes d’appui ont également été créés.

414e) L’application de la loi se faisait à travers des Projets Intégraux d’Installation Rurale (PIAR) définis au niveau de micro-régions, mais ensuite mis en œuvre sur de vastes zones du territoire. L’application ne se faisait pas à l’échelle des unités d’exploitation, mais selon des espaces régionaux traités dans leur globalité.

415f) La réforme devait être accompagnée pour sa mise en œuvre, de la création d’un modèle organisationnel du secteur réformé, élaboré à travers des formes associatives d’exploitation rassemblant des terres mises en adjudication. Cette méthode entendait être la colonne vertébrale de l’agriculture péruvienne et gagner à elle 70 % des terres données en adjudication.

416Les deux types principaux d’association furent les Coopératives de Production Agricole et d’Élevage (CAP) et les Sociétés Agricoles d’Intérêt Social (SAIS). Les CAP correspondaient à des unités d’exploitation indivisbles, elles étaient la propriété collective des ex-ouvriers agricoles permanents des exploitations touchées par la réforme ; ils participaient à la gestion et aux bénéfices de l’unité d’exploitation. Ces unités coopératives se sont organisées surtout sur les “ex-haciendas” modernisées de la côte.

417Les SAIS étaient aussi des entreprises coopératives mais, à la différence des CAP, leurs travailleurs n’étaient pas forcément membres de coopérative ; il s’agissait au-delà des quelques ouvriers permanents d’associer les communautés paysannes dépossédées de leurs terres. Les SAIS se sont principalement développées dans les grandes “haciendas” d’élevage de la sierra.

418Le programme de réforme avait aussi pour objectif, à travers la forme d’organisation associative ainsi qu’à travers le regroupement des petits propriétaires indépendants en Coopératives Agraires de Services (CAS) et en Coopératives Agraires d’Intégration Parcellaire (CAIP), d’aider les petits producteurs comme les communautés à se restructurer, afin de mieux inscrire les logiques d’entreprise dans les pratiques de production.

419g) Des Centrales de coopératives devaient permettre une coordination à l’échelle régionale entre les unités de production nées de la réforme et les autres exploitations, elles étaient notamment le lieu de régulation des différences socioéconomiques provenant de l’inégalité des moyens et des spécificités propres.

  • 71 Ouvrage cité, pp. 706 et 708.

420Cet ensemble de principes, comme l’indiquent Matos Mar et Mejía71, découle de l’importance donnée par le gouvernement militaire à la politique nationale. La réforme agraire était l’outil de consolidation d’une unité nationale précaire. Pour ses inspirateurs, elle était la solution la plus adéquate pour pallier au danger de désarticulation territoriale. Il s’agissait d’éviter que la population indigène, importante mais non intégrée et donc dépourvue de conscience nationale, soit comme dans les années soixante à nouveau entraînée dans des mouvements subversifs compromettant la cohésion sociale du pays.

421Le projet de réforme agraire des militaires péruviens n’avait pas pour seuls objectifs une modernisation des secteurs les moins développés et une redistribution des terres. Il s’agissait avant tout de contrecarrer le secteur capitaliste en inscrivant le système coopératif comme élément central du monde paysan, et de favoriser l’ingérence directe de l’État sur le plan politique et idéologique.

422Le gouvernement de Velasco Alvarado s’était fixé pour objectif de redistribuer entre 1969 et 1975, 15 000 domaines (10 millions d’hectares) à 342 000 familles d’agriculteurs, et d’atteindre un rythme de croissance annuelle de 4,2 % dans l’agriculture et l’élevage, alors qu’il n’était que de 1,5 % durant la décennie précédente.

423Avant d’aborder les résultats de la réforme agraire, il convient de rappeler que son application a connu deux étapes. De 1968 à 1975 un gouvernement composé de civils et de militaires réformistes s’est renforcé, autonome des anciens secteurs dominants. Il a tenté d’établir un capitalisme d’État fondé sur une relative collectivisation de la propriété et de la production. Le gouvernement s’est trouvé confronté aux tenants d’une économie basée sur les profits élevés du secteur productif et les profits spéculatifs, qui se sont sentis menacés, notamment par la politique de nationalisations. Le gouvernement s’est trouvé isolé des couches industrielles nationales et du capital étranger. Il en est résulté de graves difficultés économiques et en 1975 un coup d’État a déposé le général Velasco et un second régime militaire dirigé par le général Morales Bermudes a pris la place. Les militaires réformistes ont été neutralisés dans un premier temps puis éliminés, et le contrôle de l’État est passé entre les mains de groupes de centre droit.

424La réforme agraire s’est prolongée de 1976-1978 même si sous le nouveau régime militaire sa place est beaucoup moins importante.

425Une grande partie du programme de la réforme a cependant été réalisée : on estime à 16 000 le nombre de domaines expropriés, soit 9,2 millions d’hectares, dont 8,8 millions d’hectares adjugés (deux-tiers à des unités coopératives et un tiers à des communautés ou des groupements paysans). Seule une part infime est revenue à des particuliers. Le nombre des bénéficiares s’élevait à environ 362 000 personnes : 170 000 regroupées en coopératives, SAIS et entreprises agricoles de propriété sociale, 109 000 en communautés paysannes, 43 000 en groupements paysans, et 40 000 paysans indépendants.

426Il serait erroné de considérer que les résultats positifs obtenus en matière de transfert de terres relèvent exclusivement de l’application administrative de la Loi de réforme agraire, la participation active des secteurs sociaux a joué un rôle déterminant. L’intervention des militaires pour imposer la réforme sur les zones de la côte où sont situés les complexes agro-industriels, a eu un effet décisif pour contrer la résistance des “hacendados”. Leur incapacité à résister explique la réaction du prolétariat agricole et des paysans de la côte, d’autant que le taux de syndicalisation y était élevé. Ils se sont opposés aux tentatives des “hacendados” de diviser leurs domaines pour échapper à l’expropriation. Dans les zones de montagne, l’expropriation des “haciendas” s’est faite sous la pression des communautés paysannes. La mobilisation paysanne s’est maintenue pour deux raisons : éviter que les propriétaires désorganisent les structures de production et pour accélérer le processus administratif d’expropriation et l’affectation des terres.

427Le tournant des années 1969 et 1970 fut crucial dans l’organisation sociale du monde paysan, c’est à cette époque qu’apparurent deux grandes confédérations nationales encore influentes aujourd’hui : la Confédération Nationale Agraire (CNA), créée par le gouvernement militaire en 1972 en même temps qu’il décrétait la liquidation de la corporation des “hacendados” (la Société Nationale Agraire), et la Confédération Paysanne du Pérou, créée en 1947 mais inactive jusqu’à ce qu’elle soit réorganisée en 1973 et 1974 sur la base de syndicats et communautés, cette dernière sut rester indépendante face au régime militaire.

428La réforme agraire s’est faite dans un contexte d’affrontements permanents entre fonctionnaires réformistes et conservateurs des institutions agricoles, et entre l’État et les acteurs du monde agricole car il entendait tenir tête aux “hacendados” comme aux travailleurs. Malgré les contradictions de l’appareil de l’État sur les conditions d’application de la loi et l’orientation collectiviste de la réforme, les limites de la non-affectabilité des terres furent considérablement réduites. Suite à la réforme, la grande propriété agraire privée, capitaliste ou traditionnelle, a perdu son rôle dominant. Globalement on estime qu’en 1977 entre 15 et 20 % des 2 177 000 travailleurs agricoles ont directement bénéficié de la réforme. Si l’on prend en compte les familles c’est un tiers de la population rurale qui en a bénéficié. Mais l’on estime qu’au moins un million de petits agriculteurs minifundistes ou paysans sans terre n’ont tiré aucun bénéfice de la réforme.

429Le transfert des terres s’est fait vers différents types de bénéficiaires : 45 % étaient des travailleurs qui ont reçu individuellement des terres ou à qui l’on a confirmé la possession de leurs terres, 30 % étaient des travailleurs membres d’unités de production collectives, les 25 % restant n’étaient que des bénéficiaires formels, c’est à dire qu’ils n’étaient ni propriétaires en titre, ni bénéficiaires des revenus de ces terres.

  • 72 Le chiffre de 18,6 millions d’hectares qu’indique le CIDA (voir tableau) correspond à celui indiqué (...)

430Sur les 30,6 millions d’hectares de terres agricoles répertoriées par le ministère de l’Agriculture72, la surface redistribuée dans le cadre de la réforme, quelque soit les modes de transfert, se décompose de la façon suivante : 44 % de terres irriguées, 32 % de terres non irriguées, 22 % de pâturages naturels.

431Aujourd’hui, cette surface agricole reste répartie entre 11 millions d’hectares essentiellement de pâturages, appartenant encore à des communautés paysannes, 10 millions sont restés attribués tels qu’ils l’avaient été par la réforme agraire, et les 10 millions restant correspondent à des petites et moyennes exploitations privées.

La nouvelle structure agraire et ses contradictions : les nouveaux groupes dominants

432Dix ans après la réforme on constate que la campagne péruvienne est divisée en trois modes d’exploitation :

  1. Le secteur de la réforme, composé d’unités de production en propriété collective, pratiquant une agriculture de type capitaliste, avec une forte intervention de l’État.

  2. Un secteur privé, composé d’exploitations moyennes qui présentent sur la côte des caractéristiques capitalistes, et sur la sierra constituent de petits bastions de “terranientes”.

  3. Une grande masse de petits paysans parcellaires, soit membres de communautés, soit indépendants.

433Cette nouvelle structure agraire est à l’origine de nouveaux types de conflits dérivés de leurs contradictions. Dans les unités d’exploitation en propriété sociale et dans les coopératives agraires de production, des conflits internes sont apparus du fait des différences des rapports État-travailleurs. Selon ces différents types de structures, ils concernent essentiellement les questions d’organisation, de fonctionnement administratif et de logique d’entreprise. Dans les CAP, la nécessité de rationaliser la production et de rechercher une gestion efficace a été à l’origine d’une contradiction entre le personnel technique et les travailleurs de base. Dans les SAIS, par contre, cette contradiction s’est faite entre les bergers salariés permanents et l’entreprise.

434Ces nouvelles formes associatives ont engendré en outre des conflits entre l’État et les membres associés à propos de la répartition des excédents. L’État recherchait plutôt à promouvoir une rentabilité élevée pour financer le remboursement de la dette agraire et les impôts, tandis que les travailleurs préféraient que les bénéfices servent à des hausses de salaires et à améliorer les services sociaux.

435D’autres conflits sont nés lorsque les CAP ou les SAIS, ont commencé à employer de la main-d’œuvre temporaire, et à reproduire comme les “ex-haciendas” des pratiques de marginalisation économique et sociale de ces travailleurs.

436Un autre niveau de conflits est né autour des conditions de redistribution des terres. Des paysans sans terre ou n’en possédant que très peu ont opéré des “prises” ou invasions de terres de celles appartenant aux entreprises associatives. Une première vague a commencé en 1977, il s’agissait de remettre en question le mode de transfert des terres des “haciendas” vers les coopératives, qui laissait en marge une grande partie des communautés paysannes de la sierra.

437Sur la côte, dans de nombreuses CAP qui n’utilisaient pas pleinement leurs ressources coopératives, des travailleurs temporaires ou sans terre se sont installés sur de petites parcelles, pour semer du maïs et élever quelques animaux.

438Les unités de production issues des “ex-haciendas” de la sierra subirent en tant qu’entreprises une double pression qui conduisit à leur dissolution progressive : celle interne, de leurs membres, et celle externe, de leurs voisins appauvris par ce nouveau système. Aujourd’hui on assiste dans les Andes à une véritable guerre des clôtures, ce ne sont plus les “haciendas” qui exproprient les communautés, mais les communautés qui revendiquent les terres des grandes entreprises associatives.

439Ces contradictions s’ajoutant aux nouvelles orientations des gouvernements qui ont succédé au régime militaire, ont conduit dans les années 1980 à une parcellisation des terres des coopératives, déjà en cours dans les annnées 1970.

  • 73 Voir Claude Auroi, travail cité note 70.

440La production de certaines CAP se faisait uniquement à partir des parcelles familiales qui avaient été distribuées. Ainsi, en 1980 une loi de Promotion et Développement Agraire a donné la possibilité aux coopératives de se restructurer en entreprises agricoles coopératives73, et l’article 80 stipule que : “les entreprises associatives pourront librement décider du modèle d’entreprise qui convient le mieux aux intérêts de leurs associés”. Une nouvelle loi générale de 1981 sur les coopératives, prévoyait deux modèles : les Coopératives Agraires de Travailleurs (CAT), où tout ou une partie de la terre reste en propriété commune, et les Coopératives Agraires d’Usagers (CAU), coopératives de services, où la terre reste exclusivement la propriété individuelle des associés

441Or en 1988, la production de près des deux-tiers des coopératives se fait sur la côte dans des parcelles irriguées d’en moyenne 6,6 hectares, et, sur l’ensemble du pays, sur des parcelles d’environ 20,8 hectares. Ceci signifie globalement l’existence de 520 000 hectares de terres agricoles divisés entre 25 270 nouveaux propriétaires. Dans la région de Puno, dans la sierra, 41 SAIS ont perdu 1 million d’hectares, qui sont revenus aux mains de 600 communautés indigènes. Ce mouvement n’est pas général, mais malgré l’interdiction del985 du gouvernement d’Alan García de continuer à diviser en parcelles le patrimoine des coopératives, l’évolution se poursuit.

  • 74 Dans ce qui suit, nous suivons fondamentalement son analyse, voir article cité note 70.

442Dans ce contexte de désarticulation du secteur réformé, quels sont les nouveaux secteurs dominants de l’agriculture péruvienne ? Fernando Eguren74 en compte trois : les agriculteurs et éleveurs moyens, les entrepreneurs de l’agro-industrie et les groupes de pouvoir local.

443Le pouvoir des agriculteurs et éleveurs moyens, à la différence de celui exercé par les anciens “hacendados”, dérive plus de leur situation stratégique dans la production de biens alimentaires destinés à la consommation urbaine que de leur contrôle sur la terre. En effet, la quantité de terre dont ils disposent est très réduite. L’agriculture péruvienne est aujourd’hui dans la Sierra principalement paysanne et sur la côte et dans la forêt constituée de petites exploitations commerciales. En 1984, sur la côte, les exploitations de moins de 10 hectares contrôlaient 68 % des terres de culture irriguées et 59 % des terres non irriguées, tandis que les exploitations de plus de 20 hectares ne disposaient que de 15 % des terres irriguées et de 21 % des terres non irriguées. Dans la Sierra, les exploitations de moins de 10 hectares contrôlaient 79 % des terres de culture irriguées et 73 % des terres non irriguées, quant à celles de plus de 20 hectares, elles ne contrôlaient que 13 % des terres irriguées et 16 % des terres non irriguées, mais détenaient par contre 89 % des pâturages naturels. Ce secteur des agriculteurs et éleveurs moyens, bien que n’exerçant qu’un faible contrôle territorial était très influent de par son rôle stratégique dans la satisfaction des besoins de consommation des populations urbaines ; ce qui le place au cœur des rapports entre l’agriculture et les politiques de l’État.

444La rentabilité de l’activité agricole et d’élevage dépend, dans ce contexte, de trois conditions qui doivent être réunies : un haut niveau technologique, des rentes différentielles significatives et l’accès aux subsides. Les agriculteurs moyens réunissent ces trois conditions, et répondent également au souci d’accorder la priorité aux cultures qui correspondent à la plus grande demande urbaine et industrielle. Les ressources fiscales destinées à l’agriculture, en particulier les crédits et les subsides, sont aujourd’hui dirigés vers un nombre réduit de produit : riz et pomme de terre pour la consommation urbaine, maïs dur pour l’industrie avicole, coton pour l’industrie textile. Les agriculteurs moyens ont un rôle prépondérant dans toutes ces productions, mais leur force dépend aussi de leur capacité à représenter les petits producteurs commerciaux, qui recherchent en masse l’accès aux ressources publiques, même si finalement un nombre relativement réduit d’agriculteurs en bénéficie.

445L’essentiel du revenu des agriculteurs moyens provient de l’activité agricole et de l’élevage mais, depuis la fin des années 1970, ils ont engagé, notamment sur la côte, une diversification de leurs activités. En effet, les agriculteurs moyens ont constitué des entreprises de commercialisation et de services pour la production agricole. D’autre part, comme les limites maximales de propriété fixées par la réforme les empêchent d’accroître la taille de leurs exploitations, ces agriculteurs ont réorienté une partie de leurs investissements vers des activités de transformation des produits agricoles. Les activités privilégiées ont été, le pilage du riz, l’industrie des conserves, des congelés, des concentrés, des dérivés lactés, des oléagineux ainsi que celle des textiles. Les encouragements à la production avicole comme substitut des viandes rouges a été constant depuis le milieu des années 1970 ; il a suscité l’intérêt des agriculteurs moyens, particulièrement ceux situés dans les vallées proche de la côte. Certains ont élargi la diversification vers la meunerie et la préparation d’aliments concentrés pour l’activité avicole, d’autres vers les activités intermédiaires (café, coton, riz).

446Les limites du marché interne, lié à la longueur de la période de récession économique, a incité ces agriculteurs à s’orienter vers des exportations non traditionnelles, en intégrant un certain degré de transformation. A partir du second mandat du Président Belaúnde, l’État a encouragé la stratégie d’exportations de produits agro-industrielles au moyen de primes à l’exportation : les asperges en conserve ou congelées, le cacao, le cochon de lait et les fruits.

447La diversification des intérêts économiques et l’adaptation aux logique du marché d’exportation ont incité ces agriculteurs à recourir aux nouvelles technologies, notamment en matière d’irrigation. Mais ces processus de diversification ne touchèrent cependant qu’une petite partie des agriculteurs moyens, la majorité restant concentrée sur la seule production agricole et d’élevage.

448Le second secteur de l’agriculture péruvienne est celui des grands entrepreneurs de l’agro-industrie. Le pouvoir réel cependant n’appartient pas aux agriculteurs qui ont su élargir leurs activités aux secteurs économiques que nous venons de citer, mais à de grands groupes économiques, extérieurs à l’agriculture.

449On distingue en effet quatre groupes agro-industriels selon l’origine des produits utilisés et la finalité de la production :

  1. Un groupe qui contrôle surtout les importations destinées au marché interieur. C’est le cas de l’industrie meunière du blé.

  2. Un groupe qui contrôle la plupart des produits nationaux destinés au marché intérieur et dont la production est également destinée à ce marché. C’est le cas de l’industrie oléagineuse, de la brasserie, des produits laitiers, des aliments concentrés pour le bétail, de l’industrie avicole et sucrière.

  3. Un groupe qui utilise des produits nationaux mais aussi dont la production est destinée à l’exportation : conserves (fruits, asperges), congelés (asperges) et pâte de cacao.

  4. Un groupe qui contrôle les productions agricoles non alimentaires, destinées au marché intérieur ou à l’exportation : coton et laine.

450La croissance de la production agricole restant insuffisante par rapport aux besoins croissants de la population urbaine a obligé à accroître les importations pour satisfaire les besoins. Les produits importés ont aussi contribué à modifier les modes de consommation, et de nombreux produits traditionnels de la sierra ont cessé d’être consommés.

451Entre 1970 et 1987, les importations de produits alimentaires se sont multipliées par 2,6 et leur valeur par 3,6. On trouve parmi celles-ci du blé, du maïs dur pour l’industrie avicole, des produits laitiers, des oléagineux, ainsi que le malt et l’orge pour l’industrie de la brasserie. La concentration des groupes agro-industriels est ici très forte. Trois ou quatre groupes économiques (Nicolini, Bunge et Bom, Ralston Purina, Rodríguez Barda) contrôlent la majeure partie des produits importés que recoivent les entreprises d’État qui ont le monopole des importations.

452Ces groupes agro-industriels sont liés au capital international, et intégrés dans de grands groupes financiers et de services (banques, flottes de transport, réseaux d’entrepôts et de magasins, compagnies d’assurances, etc.).

453Le pouvoir des grandes entreprises agro-industriels provient non seulement du caractère oligopolistique de l’agro-industrie et de sa situation stratégique par rapport aux circuits d’approvisionnement de la population, ce qui leur donne un grand pouvoir de négociation face à l’État, mais aussi du haut niveau de concentration des branches productions et de services qu’ils contrôlent et de leur liaison avec le secteur financier. Une exemple de ce pouvoir est illustré par le fait qu’elles ont obtenu de l’État qu’il maintienne, au prix d’énormes déficits fiscaux, d’importantes subventions pour les matières premières destinées à l’agro-industrie. En conséquence, ces groupes peuvent se permettre de rivaliser avec le secteur de la petite production même dans un contexte de restriction du marché.

454L’exportation de produits agro-alimentaires est d’autre part un marché qui attire maintenant de grands groupes économiques, tant ceux qui détiennent déjà des intérêts dans l’industrie agro-alimentaire que de nouveaux groupes. Les investissements agro-industriels de ces dernières années sont axés principalement vers le conditionnement et l’exportation de produits agricoles tropicaux et de contre-saison pour le marché européen, nord-américain et japonais. Ils disposent du soutien financier de l’État par le biais de crédits sans intérêts, d’impôts négatifs, de garantie de prêts et d’exonérations de taxes.

455Ce système repose sur une liaison contractuelle avec des producteurs, ce qui signifie qu’ils reçoivent de l’entreprise agro-industrielle des crédits, des semences et l’assistance technique. Dans certains cas, ces grands groupes tentent de rentrer directement dans la production agricole mais, du fait des limites imposées par la loi de réforme sur les grandes propriétés, ils tentent de le faire sur des terres incultes de la côte, et donc exemptées des contraintes fixées par la loi mais susceptibles d’être irriguées Une autre façon de contourner la loi consiste à opérer une division formelle des grandes domaines en propriétés plus petites.

456La troisième composante des secteurs sociaux dominants dans la campagne péruvienne après la réforme agraire est représentée par les autorités locales des zones reculées comme la sierra. Ces pouvoirs locaux, qui ne sont plus aux mains des “hacendados”, ont une base administrative, économique et surtout ethnique. L’expropriation des latifundios et la création d’entreprises associatives n’ont pas suffi à faire disparaître l’influence des pouvoirs locaux. Par exemple, le corps technico-administratif des entreprises associatives du département de Puno a occupé l’espace laissé libre par l’expropriation des propriétaires fonciers.

457Les relations entre le “misti” (métis qui occupent des postes administratifs chargés du commerce et de l’intermédiation) et l’indien, dont on pensait qu’elles étaient induites par le système de pouvoir “l’hacienda”, ont perduré dans les campagnes. Par exemple dans la province “cuzqueña” de Paucartambo, après que les “haciendas” aient été expropriées les “mistis” ont pris la place des propriétaires fonciers et dans la mesure où ils contrôlent les circuits commerciaux ils maintiennent leur domination sur les paysans qui s’étaient engagés dans les logiques de marché incitées par la réforme agraire.

458Les trois composantes des groupes de pouvoir analysés par Fernando Eguren, exercent leur influence sur des espaces sociaux et économiques différents. Les moyens agriculteurs présents dans la campagne qui se consacrent à une production agro-pastorale primaire sont actuellement organisés selon des types de production et selon des zones géographiques ; ils forment une partie de la société rurale locale.

  • Les grands entrepreneurs agro-industriels, installés dans les principales villes, ne participent pas à la production primaire, et ne font pas partie de la société rurale, mais ils exercent une grande influence et un pouvoir de pression dans la définition des politiques macro-économiques qui orientent les évolutions du secteur agraire.

  • Les groupes de pouvoir local n’interviennent pas nécessairement dans l’activité agricole ou d’élevage primaire, mais dans les fonctions de médiation économique, sociale et culturelle, et comme intermédiaires avec l’appareil d’état. Ils ont un grand pouvoir sur la société rurale, mais restreint aux localités où ils développent leurs activités.

Deux expériences de réforme agraire des années 1980

459Des analyses précédentes il ressort que des réformes agraires des années 1960 deux d’entre elles eurent un impact très faible sur les structures agraires de leurs pays respectifs : celle du Venezuela et celle de Colombie. Les trois autres réformes furent beaucoup plus radicales : dans le cas de Cuba, l’évolution s’est faite vers une structure collectiviste et étatique qui domine aujourd’hui l’agriculture cubaine ; dans le cas du Chili, la réforme a été arrêtée par le coup d’état militaire de 1973, et, depuis, on assite à un processus de contre-réforme, basé sur une modernisation capitaliste de l’agriculture accompagnée d’une marginalisation de la majorité des paysans, petits agriculteurs ou salariés ; enfin, au Pérou, la réforme a structuré un système coopératif à partir d’une forte intervention de l’État, qui au cours de ces dernières années s’est graduellement désintégrée au profit d’une moyenne propriété capitaliste et d’une agriculture paysanne.

460Les années 1970, notamment la seconde moitié, ont été peu favorables aux réformes agraires en Amérique latine. La tendance a été plutôt de les laisser dans l’oubli et de développer d’autres politiques : la modernisation capitaliste de la production, le développement des exportations et plus grande intégration au marché mondial, la révolution verte avec ses nouvelles technologies, la pénétration des multinationales, l’agro-industrie, etc. Pour la petite agriculture, l’unique politique nouvelle qui s’est développée dans plusieurs pays, avec le soutien de la Banque Mondiale, a été celle du développement rural intégré (DRI), secteur de la petite agriculture, dont a bénéficié la couche la plus aisée de la paysannerie.

461Au cours des années 80, du fait de nouvelles conditions politiques liées à la démocratisation des régimes autoritaires de certains pays, surgit à nouveau l’idée qu’il était nécessaire d’appliquer des politiques de réforme agraire conséquentes. Les deux exemples illustratifs de ces années sont, tout d’abord celui du Nicaragua avec le triomphe de la révolution sandiniste et ensuite celui du Brésil, avec l’avènement de la Nouvelle République. Nous nous proposons d’en examiner les processus.

La Réforme Agraire Nicaraguayenne75

  • 75 Pour l’analyse de ce cas, nous nous sommes fondamentalement inspirés d’Orlando Núñez Soto, Réforme (...)

462Le Nicaragua, avec ses 130 000 kilomètres carrés, est l’un des plus grands pays d’Amérique centrale, il en occupe un quart de la surface totale. Sa population au début des années 1980 était d’environ 3 millions de personnes, avec un des plus hauts taux de croissance démographique de l’Amérique latine (3,3 % entre 1970-1980). Son territoire se compose de trois régions : la région côtière du Pacifique qui constitue la principale plaine d’Amérique centrale (300 kms de long et 60 kms de large), où se trouvent les meilleures terres du pays et où vit plus de 60 % de la population ; la région centre-nord, accidentée et montagneuse, couvrant le tiers du territoire, où vit 27 % de la population, aux sols de fertilité moyenne réservés aux cultures alimentaires de base (mais, haricots, riz) ; et la côte atlantique, frange très humide qui occupe la moitié du territoire nicaraguayen, où vit 10 % de la population constituée de communautés très diverses (miskitos, sumus, ramas) qui au cours des siècle se sont mélangées avec les esclaves venus des Caraïbes. Les activités principales y sont la pêche, l’exploitation forestière et l’exploitation minière.

463Les principales activités économiques du Nicaragua étaient l’agriculture et l’élevage, pratiquées selon le modèle dominant agro-exportateur, et une agriculture paysanne de subsistance. L’agriculture dominante était l’économie de plantation, où, outre le café, cultivé depuis le XIXème siècle, ont été largement développés le sucre et le coton sur la côte du Pacifique ces dernières décennies.

464Entre 1933 et la fin des années 1970, le Nicaragua a vécu sous la domination de la dictature de la famille Somoza, qui était l’intermédiaire entre le marché extérieur (principalement les USA) et les producteurs nicaraguayens (grands et moyens). Les Somoza ont su créer les conditions favorables à ce type d’économie : réseau routier sur la côte Pacifique, aménagement des ports et des communications, crédits pour les producteurs nationaux, garanties pour les capitaux étrangers et assurance d’une main-d’œuvre bon marché.

465Le taux de croissance de l’économie était élevé (+5,6 % par an dans les années 1950 et 6,7 % dans les années 1960). On distingue deux phases, une première qui de 1950 à 1960 est basée surtout sur le développement de l’agro-exportation (café, coton, viande bovine, sucre et bananes), et une seconde phase, de 1960 à 1978, où au dynamisme de l’agro-exportation s’est ajoutée celui d’une production manufacturière résultant de l’intégration du pays au Marché Commun Centraméricain.

466La croissance agricole (culture et élevage) est directement liée à l’expansion des surfaces cultivées et des pâturages. Entre 1951 et 1979 les surfaces cultivées passent d’environ 430 000 à 700 000 hectares, les pâturages, de 675 000 à 2,8 millions d’hectares.

467La croissance industrielle des années 1960 s’est accompagnée d’une considérable migration rurale-urbaine. En 1950, les deux-tiers de la population du Nicaragua étaient des ruraux, mais en 1980 les urbains représentaient déjà 54 % de la population et les ruraux plus que 46 %.

468Sous la pression de l’Alliance pour le Progrès, une politique de réforme agraire a été engagée au Nicaragua dès 1963, afin de permettre la colonisation par les paysans de quelques 5 millions d’hectares, selon les chiffres officiels. Cette réforme avait pour principale fonction de prévenir les conflits fonciers du fait du développement des cultures d’exportation sur les meilleures terres de la côte Pacifique. Les paysans expulsés de ces terres se sont concentrés dans les zones de la frontière agricole de la région centre-nord, où ils survivaient difficilement en pratiquant des cultures de subsistance et et en recherchant des compléments de revenus en travaillant comme salariés sur les grandes plantations aux périodes de récolte. Vers la fin des années 1970, la migration paysanne à pénétré jusque sur la zone atlantique et cette colonisation, soit spontanée soit dirigée par les institutions de la réforme agraire, a contribué à une importante déforestation, aggravée par l’exploitation de la forêt que faisaient des compagnies nord-américaines, qui en 1978 exploitaient environ 50 000 kilomètres carrés, soit 40 % du pays.

469Au Nicaragua, comme dans le reste des pays latino-américains, la propriété de la terre était aussi très concentrée dans les mains de grands propriétaires fonciers qui ne l’exploitaient pas souvent directement, mais la donnaient en fermage. On en trouve un exemple dans le développement de la production cotonnière qui constitue dans les années 1960 et 1970 un des axes centraux, avec le café, du modèle agro-exportateur. En 1964-65, des 134 000 hectares cultivés en coton, 76 000 étaient cultivés directement, et 58 000 en fermage. En 1976-77, l’aire cultivée en coton était passée à 198 000 hectares, mais sur ce total, seulement 77 000 hectares appartenaient à leurs cultivateurs tandis que 121 000 étaient en fermage. Une partie significative des profits d’exportation revenaient à de grands propriétaires fonciers qui n’étaient pas les producteurs.

470Le crédit, pour sa part, finançait surtout l’agriculture d’exportation aux mains d’entrepreneurs capitalistes grands ou moyens, et très peu l’agriculture paysanne. En 1973, sur les 147 000 hectares cultivés en coton par ces entrepreneurs capitalistes, 70 % étaient financés par des crédits, tandis que sur les 210 000 hectares de maïs cultivés en grande partie par des paysans, seulement 5 % recevaient des crédits du secteur bancaire national. Le reste du paysannat producteur de maïs devait recourir soit au crédit usuraire privé soit au métayage ou au colonat pour obtenir de la terre des animaux de trait ou de l’argent.

471En conséquence la redistribution du revenu agricole était extraordinairement inégale. En 1971, par exemple, les salariés agricoles avaient un revenu 120 fois inférieur à celui des entrepreneurs, et les petits agriculteurs indépendants avaient un revenu 30 fois inférieur à celui des entrepreneurs, comme on peut l’apprécier dans le tableau suivant :

DISTRIBUTION DU REVENU AGRICOLE EN 1971

Secteurs

Revenu per capita (en cordobas)

 % de la population active

 % du revenu agicole

Patronal

103 158

3,5

63,1

Petits agriculteurs

3 731

45,5

29,4

Salariés

841

51,0

7,5

-

100,0

100,0

Source : UNASEC, cité dans la thèse d’Orlando Núñez, page 81

472Il faut cependant signaler qu’il y avait au sein de la paysannerie, à la fin de la période somoziste et au début de la révolution sandiniste, une structure de classes beaucoup plus complexe que celle qui peut en être déduite simplement des trois catégories précédentes. En 1980 une grande enquête sur le secteur rural a été réalisée, et plus de 50 000 familles ont été interviewées ; les questions portaient principalement sur leurs conditions d’accès aux moyens de production et sur leur participation aux différents rapports sociaux.

473Sur la base de cette enquête, on arrive à la conclusion que dans l’agriculture nicaraguayenne, les catégories sociales étaient les suivantes :

474Les paysans pauvres, correspondent à des familles ayant des cultures ou du bétail sur des terres qui leur appartiennent ou qu’ils louent, et dont l’exploitation se fonde exclusivement sur le travail du groupe familial. Outre cette activité, ces paysans vendent partiellement leur force de travail en échange de salaires. Cette catégorie des paysans pauvres représentait 28 % de la population paysanne. Il faut ajouter 6 % de paysans pauvres légèrement plus aisés qui vendent aussi leur force de travail, mais achètent aussi de la force de travail à certaines périodes de l’année. Ces deux groupes représentent au total un peu plus du tiers de la population paysanne, qui est donc constituée de paysans pauvres.

475Une autre catégorie sociale est celle des paysans moyens, qui vivent uniquement de leur travail familial sans vendre ni acheter de la force de travail. Cette catégorie constitue 27 % de la population rurale.

476Le troisième groupe est celui des paysans riches, qui se subdivisent en deux catégories : les paysans riches “bas”, (11 %), qui correspondent à des familles qui recourent à leur propre force travail et achètent en plus du travail externe sans recourir à la vente de leur propre force de travail et les paysans riches “hauts”, (6 %), qui achètent de la force de travail en quantité relativement élevée. Les paysans riches représentent donc d’environ 17 % de la population rurale.

477En plus des trois groupes cités, on en identifie encore trois autres : celui des salariés agricoles sans terre, qui ne possèdent ni ne louent de la terre, et qui vivent seulement de la vente de leur force de travail (15 %), celui des travailleurs agricoles marginaux, qui ne participent que partiellement aux activités agricoles (6 %) et celui des familles membres des coopératives de production (1 %).

478Ainsi nous voyons qu’un pourcentage élevé de la population rurale participait totalement ou partiellement au marché du travail salarié. Mais ceci variait selon les régions. La prolétarisation était élevée, elle correspond à 60 % au moins des familles interviewées d’après l’enquête réalisée dans tous les départements du Pacifique. Dans les montagnes de l’intérieur, ce pourcentage était moindre, d’environ 50 %. A la frontière agricole, moins de 40 % de la population agraire était prolétarisée. Par ailleurs, le travail familial sur sa propre exploitation, variait en importance inverse de la pénétration des rapports capitalistes de production.

La révolution sandiniste et la réforme agraire

479La révolution sandiniste qui est arrivée au pouvoir en juillet 1979 avec la fuite d’Anastasio Somoza junior, est une révolution politique qui s’est produite au moment où le modèle de croissance agro-exportateur a atteint son développement maximum et que de premiers signes d’épuisement s’observaient depuis 1975. En effet, à partir de cette année, le PIB stagnait, les investissements privés ne progressaient plus, et même diminuaient, tandis que les réserves internationales s’épuisaient en 1977. D’autre part, la guerre civile contre le régime, qui a duré deux années, a coûté, outre la mort de 35 000 personnes environ, 100 000 blessés et 150 000 réfugiés dans les pays voisins, quelque 500 millions de dollars en termes économiques. Concernant le secteur agricole, le principal préjudice a été une chute de 20 % de la production de coton par rapport aux années précédentes, une diminution de 25 % de la production bovine et de 50 % de la production des autres animaux d’élevage, conséquences de l’abattage ou de la fuite des troupeaux.

480Le 29 juillet 1979, quelques jours seulement après le triomphe de la révolution, la réforme agraire a commencé, de fait, avec l’occupation de grandes propriétés par les paysans du León, un des départements de la riche côte Pacifique du Nicaragua. Au cours des jours suivants, tous les paysans commencèrent à espérer que la propriété de leurs terres deviendrait une réalité qui empêcherait toute ingérence de la part des anciens propriétaires latifundiaires. Ceci était une conséquence du discours des leaders du mouvement révolutionnaire.

481Au début le nouveau gouvernement est un gouvernement d’unité nationale auquel participent tous les secteurs sociaux opposés à la dictature de Somoza, y compris la bourgeoisie agraire. Ce gouvernement proclame comme objectif économique l’instauration d’une économie mixte formée de plusieurs secteurs : le secteur des entreprises privées, le secteur d’État, le secteur des coopératives de production, des services urbains et ruraux, et le secteur des paysans et des artisans. Le gouvernement affirme d’ailleurs la nécessité d’encourager, parmi d’autres mesures, la politique de réforme agraire, à partir de trois critères : confiscation des terres des Somoza et de leurs alliés, défense des petits paysans fermiers ou métayers contre les propriétaires fonciers qui vivent de la rente de leurs terres, et la promotion de coopératives pour éviter le minifundio.

482Les motifs pour justifier l’expropriation ou la récupération de terres dans le cadre de la réforme, ont été les suivants : les terres et les exploitations agricoles appartenant à la famille Somoza et à leurs alliés participeraient à la formation du patrimoine national de reconstruction, de même que les propriétés des débiteurs des institutions financières de l’État qui avaient bénéficié indûment de leurs liens avec le régime somoziste, et les propriétés de ceux ayant fraudé le fisc, ainsi que les terres abandonnées ayant appartenu autrefois au secteur public, et les terres non cultivées appartenant aussi bien aux latifundios privés qu’à l’État.

483Quant aux formes d’adjudication, il fut seulement établi que les terres seraient concédées aux paysans possédant de la terre en quantité insuffisante ou bien n’en possédant pas du tout, de préférence sous des formes associatives.

484Pour appliquer la nouvelle politique l’Institut de Réforme Agraire (INRA) a été créé, qui, au bout de quelques mois, en décembre 1979, est devenu le Ministère du Développement Agricole et de la Réforme agraire (MIDINRA). Mais comme jusqu’en 1981 aucune loi de réforme agraire n’a été édictée au Nicaragua, le Ministère a dû fonder son action sur les orientations générales précédemment indiquées, et intervenir au moyen de décrets.

485Ces décrets définissaient les conditions d’affermage des terres cotonnières et le prix à payer par les fermiers, le prix de location des terres concédées pour les productions alimentaires, et les conditions de maintien sur leurs leurs terres des tous petits fermiers, métayers, colons ou autres détenteurs indirects de terres, etc.

486En plus, le MIDINRA s’est attaché à organiser et consolider les premières exploitations de la réforme agraire. Au moyen de divers décrets, jusqu’en 1981, il a confisqué environ 2 000 propriétés, soit environ 1,2 million d’hectares, sur lesquelles s’étaient constituées 100 exploitations avec la réforme agraire.

487Mais considérant qu’il manquait une législation claire, le gouvernement a proclamé le 19 juillet 1981 une première loi de réforme agraire. Les éléments fondamentaux de cette loi sont les suivants :

  1. La propriété de la terre est garantie jusqu’à une limite de 350 hectares dans la région du Pacifique et de 700 hectares dans le reste du pays à tous ceux qui travaillent leurs terres d’une manière productive et efficace.

  2. Les propriétés abandonnées ou non cultivées, et toutes celles au sein desquelles il existe des formes d’exploitation paysanne comme l’affermage, le métayage ou le colonat seront affectées par la réforme.

  3. Les terres seront accordées aux paysans, aux coopératives et aux producteurs individuels ou familiaux, la préférence étant donnée à tous ceux qui ont combattu le somozisme.

  4. Les propriétaires seront indemnisés en cas d’expropriation mais ne le seront pas si les terres ont été confisquées.

  5. Un Conseil National de Réforme Agraire est créé, présidé par le ministre responsable du MIDINRA, et est constitué par un représentant de l’Association de Travailleurs de la Campagne (ATC) (ouvriers agricoles saisonniers), un représentant de l’Union Nationale d’Agriculteurs et d’Éleveurs (UNAG) (producteurs petits et moyens), un représentant de la Centrale Sandiniste de Travailleurs (CST) (ouvriers agricoles permanents), par le directeur du Centre de Recherches et d’Études agraires (CIERA), le président de la Corporation Financière Nationale (CORFIN) et par le ministre de la Planification (MIPLAN).

  6. Pour appliquer la loi on organise des Zones de Développement Agricole et de Réforme Agraire et des Tribunaux Agraires sont établis.

  7. Enfin, la loi adopte une disposition spéciale pour la Côte Atlantique, garantissant aux communautés indigènes l’accès communal, coopératif et individuel des terres sur lesquelles elles se trouvent.

488La même année la Loi des Coopératives est promulguée, qui établit que les terres assignées aux paysans doivent de préférence être travaillées sous forme de coopératives, signalant la nécessité de respecter l’association volontaire des paysans à ces coopératives.

489Dans les premières années de la révolution, la transformation économique la plus importante est la constitution d’un secteur étatique fort appelé “Aire de Propriété du Peuple”, (APP), issu de la nationalisation du commerce extérieur, du système bancaire, des mines et de la confiscation des propriétés des Somoza et des somozistes.

490Du point de vue agricole, ceci signifie une étatisation importante de la terre, car la plupart des exploitations de plus de 350 hectares appartenaient aux Somoza ou aux somozistes. Le grand secteur privé composé de domaines de plus de 350 hectares diminue donc d’importance, passant de 41 % en 1978 à 17 % en 1982. Il en a été de même pour le secteur privé composé de domaines de moins de 350 hectares, il est passé de 59 % à 43 %. Par contre en 1982 trois nouveaux secteurs qui n’existaient pas en 1978 apparaissent : le secteur de l’État, avec 23 % des terres, le secteur des coopératives de production, avec 2 % des terres, et le secteur des coopératives de crédit et de services avec 13 %.

491La participation du secteur public à la production agricole est qualitativement très importante. Ce secteur est constitué par des propriétés hautement capitalisées, destinées fondamentalement à l’activité agro-exportatrice. En effet, Somoza et les siens consacraient la plupart de leurs propriétés et des investissements à cette activité. Sur les 77 entreprises de réforme agraire existantes en 1982, 22 se consacrent à la production agro-industrielle (raffineries de sucre, usines de traitement du café, abattoirs, unités de pasteurisation et autres), 35 s’orientent vers l’agriculture d’exportation ou vers la production de riz et de sorgho pour le marché intérieur et 20 sont des entreprises de services. Leur participation à la production nationale varie de 5 à 50 %, selon la branche d’activité. 59 % de la production nationale de riz provient maintenant du secteur d’État, 50 % dans le cas du tabac, 41 % dans le cas de la canne à sucre.

492Outre le fait d’avoir constitué ce secteur public, la révolution a favorisé l’amélioration de la petite économie paysanne. Pour cela le gouvernement a adopté, par une série de décrets, des mesures limitant les tarifs d’affermage des terres pour le coton, ce qui a bénéficié aux paysans les plus riches, et aux productions alimentaires, ce qui a favorisé les plus pauvres. Il a augmenté en plus les crédits en faveur de la petite et moyenne production, qui sont passés de 4 à 15 % du crédit total. Mais, étant donné la mauvaise qualité des terres, la plupart des paysans ne pouvait rembourser ces crédits et il a fallu procéder à une remise de dettes, le gouvernement encouragea leur organisation en coopératives. Celles-ci sont passées de 13, avec 3 000 membres en 1979, à près de 3 000 coopératives avec 65 000 membres en 1982, soit près de la moitié des familles paysannes. Ces coopératives fonctionnaient selon des modalités diverses : les Coopératives Agricoles Sandinistes (CAS) où la production est complètement collectivisée, les Coopératives de Crédit et de Services (CCS) constituées par des paysans individuels qui se regroupaient afin d’obtenir des crédits, les Coopératives de Sillon Mort (CSM) formées par des paysans qui, à l’intérieur d’un lot collectif, conservaient des parcelles individuelles, séparées les unes des autres par un sillon de terre de telle façon qu’il était possible de réaliser collectivement certaines tâches comme la préparation de la terre, les Groupes de Producteurs Associés, groupes de paysans individuels dont les parcelles étaient séparées mais qui s’unissaient pour réaliser certains travaux en commun, des Collectifs de Travail et des Collectifs de Travail Familial (CTF), les premiers étaient formés de groupements de travailleurs saisonniers constitués au sein des entreprises de réforme agraire, et les seconds de petits groupes de paysans unis par des liens familiaux.

493A partir de 1983, le nombre de coopératives a commencé pourtant à diminuer, jusqu’à arriver autour de 1 500 dans les années suivantes entre CAS et CCS, tout en restant à la recherche d’une meilleure consolidation. Les CAS restaient situées dans la région du Pacifique et la plupart de leurs associés étaient d’anciens travailleurs saisonniers liés aux activités agro-exportatrices. Les CCS, par contre, étaient implantées à l’intérieur du pays et leurs associés produisaient principalement des cultures vivrières (riz, maïs, haricots). Le nombre d’hectares possédés et cultivés est très variable, oscillant entre 15 et 350, et pratiquement tous leurs associés étaient de petits paysans. Le nombre d’associés va de 5 à 30, des hommes la plupart du temps, bien qu’il existe des CCS formées seulement par des femmes.

494Les CAS travaillent des terres cédées ou louées à leurs associés par des entreprises de réforme agraire ou aussi des terres ayant été confisquées via la législation de réforme. Les CCS travaillent les propres terres de leurs associés, ou bien louées au secteur privé ou bien elles ont des terres concédées par la loi. En 1985, les CAS et les CCS contrôlaient près de 20 % des terres et regroupaient environ 40 000 familles paysannes.

495Outre le secteur d’État et le secteur coopératif, l’évolution de la situation politique interne du pays et les actions de la contre-révolution qui se développaient dans les zones rurales dès le début de 1982 ont amené au développement d’un nouveau secteur agraire : celui des villages paysans déplacés.

496Les villages paysans déplacés sont composés de paysans individuels, semi-prolétaires ou membres de coopératives qui, à cause de la guerre ou en fonction de projets économiques, se regroupent dans certains endroits déterminés à partir d’un projet qui leur est propre avec l’appui de l’État. Ces villages naissent à partir de 1982 dans la zone frontalière avec le Honduras, lorsque 1 800 familles indigènes sont déplacées pour des raisons de sécurité vers l’intérieur du pays et installées sur des terres cédées par la réforme agraire. Au cours de l’année 1983, et au fur et à mesure que la guerre s’intensifie, les déplacements se multiplient dans les régions centrales limitrophes du Costa Rica et de la frontière agricole. Ces villages déplacés s’organisent en coopératives de production ou de crédit et reçoivent des armes pour se défendre ; on leur donne pour nom Coopératives d’Autodéfense (CAD). Dans la période 1982-1985, environ 20 000 familles représentant quelque 150 000 personnes se sont trouvées concernées par cette situation.

497Par rapport à ces villages, la politique de la révolution a été de les aider à organiser leur défense militaire, à former avec leurs membres des coopératives de services, en leur accordant la propriété individuelle de la terre et à les soutenir par des projets de développement.

498Du point de vue du transfert de la terre, outre les terres confisquées au somozisme dont nous avons fait mention précédemment (1,2 million d’hectares), la loi de réforme agraire de 1981 a exproprié entre 1981 et 1985, 635 propriétés appartenant à 49 propriétaires, soit un total de 397 000 hectares. La plupart de ces expropriations ont lieu entre 1981 et 1983. Ceci représente autour de 20 % des terres remises aux mains des paysans, soit 1,8 million d’hectares au cours de ces années.

499La loi de 1981 empêchait d’exproprier une plus grande surface, sa politique garantissait la non-expropriabilité jusqu’à 350 hectares dans la région du Pacifique et jusqu’à 700 hectares dans le reste du pays. On ne pouvait procéder en deçà qu’à des négociations par achat-vente d’autres terres. Devant cette situation et dans le contexte de radicalisation de la guerre contre-révolutionnaire qui gagnait progressivement le pays, le gouvernement a décidé à la fin de 1985 de promulguer une seconde loi de réforme agraire qui ne fixait pas de limites quantitatives aux terres attribuables.

500La radicalisation de la situation politique a eu aussi un effet important du point de vue de l’assignation des terres. Ainsi, comme en 1979-1982, la priorité est donnée au secteur public et coopératif pour les terres attribuées, à partir de 1983 l’accent a été mis sur la nécessité de donner la terre aux paysans. En 1981 et 1982, 70 % des terres obtenues par la réforme vont rejoindre le secteur d’État et 30 % celui des petits et moyens paysans. En 1984, les proportions respectives sont de 57 % et 43 % et en 1985, de 5 % et 95 %, la tendance précédente se renversant complètement.

501Entre 1979 et 1985, 86 500 familles paysannes ont donc bénéficié de terres attribuées soit 1,8 million d’hectares, ce qui signifie un tiers de la surface en exploitations du pays dont 1,030 million hectares correspondaient à la légalisation de titres de propriété au bénéfice des paysans qui travaillaient auparavant sur ces terres sans avoir de titres (34 600 familles) ; 571 000 hectares ont été attribués à 42 000 familles organisées en coopératives, 146 000 hectares ont été concédés à titre individuel à 6 600 familles paysannes et 92 000 hectares ont été concédés à 3 500 familles de communautés indigènes. Entre 1978 et 1985, les principaux changements ayant eu lieu dans la distribution de la terre peuvent être synthétisés dans le tableau suivant :

TRANSFORMATION DE LA TENURE DE LA TERRE (EN MILLIERS D’HECTARES)

Type de propriété

1978

1985

Surface

 %

Surface

 %

Individuelle

5 651

100

3 488

62

Plus de 350 has

2 044

36

638

11

200 à 500 has

918

16

737

13

50 à 200 has

1 687

30

1 632

30

10 à 50 has

869

16

392

7

0 à 10 has

119

2

89

1

Coopérative

-

-

1 078

19

CCS

-

-

594

10

CAS

-

484

9

Secteur d’État

-

-

1 085

19

Total

5 651

100

5 651

100

Source : Direction Générale de Réforme Agraire, cité dans la thèse d’O. Núñez

Contradictions et difficultés de la révolution et leurs effets sur l’agriculture

502Le Nicaragua a vécu presque depuis le triomphe de la révolution et sitôt révolus les premiers temps d’une apparente unité nationale entre toutes les forces qui s’étaient opposées au somozisme, une situation de guerre civile entre un bloc révolutionnaire orienté vers le socialisme, constitué autour du bloc sandiniste, et un bloc d’opposition, soutenu intérieurement par les forces de la bourgeoisie, les anciens adeptes du somozisme, l’Église, les groupes moyens et les secteurs populaires déçus, et extérieurement, par le gouvernement des États-Unis.

503Cette guerre interne a entraîné des conséquences économiques très négatives pour le pays : chute de la production, difficultés pour importer et exporter, rupture des stocks, décapitalisation, inflation galopante, coûts militaires disproportionnés (la moitié du budget de la nation), etc.

504Du point de vue de l’agriculture, en dépit de la réforme agraire et des importantes campagnes sociales réalisées par le gouvernement sandiniste pour améliorer les conditions d’éducation (campagne d’alphabétisation, nouvelles écoles) et de santé (vaccinations) ainsi que l’augmentation des crédits, les conséquences économiques ont été assez négatives pour trois raisons : 1) la guerre contre-révolutionnaire a heu surtout dans les zones rurales avec son cortège de victimes, l’insécurité, la destruction d’investissements, les difficultés pour produire ; 2) comme la plupart de la population est aujourd’hui urbaine et vit surtout dans la région du Pacifique où se trouve la capitale, Managua, une grande partie des nouvelles infrastructures et des investissements s’est concentrée dans les villes et dans la région Pacifique (même du point de vue agricole, 76 % des investissements dans les exploitations de la réforme agraire ont été faits dans cette zone) ; 3) les prix payés aux producteurs agricoles, malgré les subventions de l’État, ont augmenté plus lentement que les prix à la consommation, ce qui étaient négatif car cela obligeait les paysans à vendre leur production aux prix officiels et à acheter les produits dont ils avaient besoin aux prix du marché noir.

505Tout ceci a conduit à une stagnation de la production agricole entre 1980 et 1986, aussi bien pour l’exportation que pour la consommation interieure, ce qui, lié aux difficultés d’importation, a entraîné une détérioration des conditions de vie de la population. Dans ce cadre, l’activité la plus rémunératrice devint le commerce spéculatif à tous les niveaux. Dans le contexte de la guerre contrerévolutionnaire, le gouvernement sandiniste a décrèté en 1983 le service militaire obligatoire pour une durée de deux ans pour tous les jeunes entre 17 et 24 ans, ce qui a compliqué la situation économique, et en outre augmenté le mécontentement de nombreuses couches de la population.

  • 76 Voir sa thèse, sur laquelle sont basées en grande partie les informations que nous consignons ici, (...)

506A partir de 1986, l’économie s’est trouvée dans une situation de plus en plus difficile, prise dans un engrenage inflationniste presque sans issue, comme l’a reconnu d’ailleurs Orlando Núñez lui-même76. L’offre a diminué à cause des difficultés de production et d’importation, les dépenses budgétaires ont augmenté surtout pour les besoins de la défense militaire, l’inflation devint ainsi une sorte d’impôt national en faveur de la défense qui ne pouvait s’arrêter qu’avec la fin de la guerre. Les élections présidentielles de 1990 où les sandinistes furent battus par la coalition des forces d’opposition mirent fin à la guerre.

  • 77 Voir article cité de Luis Serra.

507Il convient, avant de conclure, de rajouter encore quelques mots sur les rapports entre le mouvement paysan et la réforme agraire77. Celle-ci signifiait un changement important dans la situation de la paysannerie pauvre, notamment grâce à la redistribution de terres dont a bénéficiée environ la moitié des paysans, ainsi que la politique menée jusqu’en 1988, de crédits bon marché, d’investissements et d’assistance technique. Un large secteur de paysans non organisés en coopératives vivant dans les zones éloignées de l’intérieur du pays est resté cependant à l’écart de ces avantages.

508Les années 1980 ont connu un large développement du mouvement coopératif et une participation politique de plus en plus grande du paysannat par rapport au passé, mais cette participation s’est faite dans le cadre des limites et des contradictions liées à l’opposition de la bourgeoisie agraire et à la subordination des organisations paysannes à l’État et au mouvement sandiniste.

509L’appareil répressif qui contrôlait auparavant la paysannerie a été démantélé, et le crédit et l’alphabétisation sont arrivés, mais la plus grande partie du paysannat le plus pauvre a continué à ne pas avoir suffisamment accès à la terre ni aux ressources qui se concentraient surtout dans les “haciendas” d’État ou privées, et ne pouvait que lutter pour de meilleurs salaires lorsqu’il était engagé de façon temporaire. Le paysan moyen et riche, pour sa part, a continué à lutter pour de meilleurs prix, des matières premières et des équipements, et contre le réseau de commercialisation public qui privilégiait les intérêts du consommateur urbain en difficulté.

510Le Front Sandiniste de Libération Nationale a essayé de maintenir, comme cela avait été établi dans son programme initial, un modèle d’économie mixte qui impliquait un équilibre difficile entre les demandes populaires et les pressions de la bourgeoisie agraire. D’un côté les grèves et les prises de terres ont été interdites, mais de l’autre côté on permis la confiscation en cas de décapitalisation des entreprises privées.

511Le mouvement coopératif s’est institutionalisé rapidement avec la formation de l’UNAG, les lois de réforme agraire et de coopératives, ce qui lui permis d’organiser la défense de ses besoins et de ses intérêts, mais il s’est produit aussi un processus de subordination de sa direction face au FSLN et à l’État.

512Le système politique organisé par le FSLN possèdait des traits corporatistes, il suscitait des organisations des diverses catégories sociales qui étaient les seules formes de représentation reconnues par le gouvernement, lequel leur offrait des biens matériels et symboliques en échange du contrôle de leurs dirigeants et de la loyauté de leurs membres. Ceci signifiait, au niveau de la base, la reproduction des relations clientèlistes entre les dirigeants de ces organisations, qui avaient le pouvoir de distribuer ces biens, et leurs affiliés.

513La priorité donnée au secteur agraire public, au cours des premières années, aux technologies intensives et aux grandes unités de production a exclu le paysannat pauvre et moyen comme force économique relevant de l’économie mixte, à l’exception de ceux qui s’organisèrent en coopératives. Mais à partir de 1984, le mouvement paysan fit sentir une très forte pression contradictoire, qui a contraint le gouvernement à changer le cap de la réforme agraire. La crise économique et l’aggravation de la guerre contribuèrent à cette situation, mais derrière tout cela se manifestait une grande mobilisation paysanne qui s’exprimait par différentes voies : invasions de terres, chute de la production, boycot commercial du réseau d’État, pressions de leurs représentants, soutien à la contre-révolution armée de la même façon qu’ils avaient auparavant collaboré avec la guérilla sandiniste. L’existence dans le nouveau Nicaragua de la liberté d’organisation et d’expression pour les secteurs populaires, et les attentes créées d’une nouvelle société, facilitèrent l’ascension du mouvement paysan. Maintenant celui-ci devra sans doute, dans le contexte de l’action du nouveau gouvernement incarné depuis 1990 par Violeta Chamorro, adopter une politique de défense des conquêtes obtenues.

La Réforme Agraire au Brésil78

  • 78 Pour cette section, nous nous sommes basés sur Evoluçao da Estrutura Agraria do Brasil, MIRAD-INCRA (...)

514Le Brésil, le plus grand pays de l’Amérique latine, est aussi un autre exemple de la grande concentration de la terre provenant de l’époque coloniale. Au XIXème siècle, cette concentration s’est réaffirmée avec le latifundio caféier. Il s’y est constitué de façon simultanée une petite exploitation, en partie liée au complexe latifundiaire, en partie formée de petites propriétés indépendantes, notamment dans le sud du pays lors des migrations européennes du XIXème siècle.

515Les diverses sources statistiques officielles, cadastres ou recensements agricoles, même si elles révèlent de grandes différences entre elles car les critères pour sélectionner les données ne sont pas les mêmes, elles confirment toutes que la concentration de la terre s’est maintenue jusqu’à nos jours.

516Selon les données du cadastre de 1978, seulement 46 % du territoire brésilien est occupé par des propriétés rurales (3,9 sur 8,5 millions de km2) ce qui, même en enlevant les zones urbaines et les fleuves, les lacs et les terrains montagneux inaccessibles, est sans doute une sous-estimation. Ces 3,9 millions de km2 se distribuaient entre 3 251 000 exploitations. Parmi celles-ci, 158 latifundios de plus de 100 000 hectares chacun, contrôlaient une surface supérieure à la surface conjointe des États de Sergipe, Alagoas, Río de Janeiro et Espíritu Santo. A l’extrême opposé de la pyramide fondiaire, les exploitations inférieures à 5 hectares, qui se chiffraient à 478 000, occupaient seulement 0,3 % de la surface cadastrée.

517Le recensement agricole de 1980 nous indique que les exploitations agricoles couvraient 365 millions d’hectares répartis en 5 160 000 exploitations. 2,6 millions (51 % des exploitations) étaient de moins de 10 hectares et couvraient 9 millions d’hectares (2,5 % de la surface totale) 20 696 (0,5 % des exploitations) avaient plus de 2 000 hectares et contrôlaient 127,5 millions d’hectares (35 % de l’aire totale). Parmi ces dernières on comptait 53 exploitations de plus de 100 000 hectares chacune, qui possédaient presque 12 millions d’hectares.

518Cette grande concentration a pour corollaire une grande sous-exploitation des terres. Selon le cadastre de 1978, 41 % de la surface totale était mis en valeur soit par des cultures soit par de l’élevage, 20 % était inexploitable, et 39 % de surface exploitable était laissée en friche. Ceci signifiait que 152 millions d’hectares de terres n’étaient pas utilisés à des fins d’exploitation agricole.

519En 1988, une étude réalisée par le ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire, fondée sur le dernier recensement agricole de 1985 et sur les données du cadastre montrait, sans inclure les millions d’hectares de terres non occupées appartenant à l’État de l’Amazonie, qu’il y avait au Brésil 86 millions d’hectares non exploités appartenant à des propriétaires privés. Sur ce total, 89 % correspondait à la catégorie des grandes propriétés susceptibles d’être expropriées, selon ce qu’indique le tableau suivant provenant de l’étude citée :

TERRES NON EXPLOITÉES AU BRÉSIL (1988)

Régions- États

Terres non exploitées %

Surface totale (en hectares)

 % se trouvant en latifundia

Nord

65,8

7 425 806

88,4

Rondonia

62,8

812 055

70,3

Acre

49,0

775 264

88,4

Amazonas

76,9

1 297 195

93,6

Roraima

69,3

387 802

85,9

Pará

62,3

3 913 876

88,4

Amapá

70,1

239 614

93,5

Nord- Est

54,4

28 883 834

85,9

Maranhao

67,6

6 520 454

91,7

Piauí

71,9

5 064 450

87,7

Ceará

44,6

2 727 366

80,1

Río Grande do Norte

40,8

1 021 889

82,7

Paraiba

32,2

812 937

74,7

Pernambuco

44,6

1 560 834

75,9

Alagoas

29,4

318 506

66,0

Sergipe

31,9

293 632

70,0

Bahía

53,0

10 563 766

86,4

Sud - Est

21,1

10 245 512

84,0

Minas Gerais

4,0

7 499 996

0,7

Espíritu Santo

21,3

566 829

86,9

Río de Janeiro

22,6

518 948

86,6

Sao Paulo

13,6

1 859 759

83,5

Sud

15,2

4 403 184

74,1

Paraná

16,8

1 883 442

79,6

Santa Catarina

25,9

1 192 633

77,3

Río Grande do Sul

10,6

1 327 109

65,3

Centre - Ouest

42,6

35 327 639

95,5

Matto Grosso

21,3

11 983 331

98,5

Goïas

37,1

13 241 229

95,3

District Fédéral

44,1

103 039

81,9

TOTAL BRÉSIL

42,6

86 285 975

88,7

520Pour ceux qui défendent la thèse selon laquelle il n’existe pas de terres incultes ou non exploitées au sud du Brésil, l’étude révèle qu’il y a là 4 millions d’hectares dans cette situation, ce qui permettrait de doter en terre quelques 360 000 familles. Au sud-est, ce sont 10 millions d’hectares qui se trouvent dans cette condition, 600 000 familles seraient susceptibles d’en bénéficier. Au nord-est, l’une des régions où les grands latifundios contrôlent la société entière, il existe 29 millions d’hectares non exploités, ce qui permettrait d’installer 1,8 million de familles et dans le centre-ouest, 35 millions d’hectares dont 1,5 million de familles pourraient bénéficier. Même au nord, sans qu’il faille élargir la frontière agricole et en utilisant seulement les terres non exploitées des latifundios, 140 000 familles pourraient être installées sur des modules de 30 hectares.

  • 79 Les données de personnel occupé se réfèrent à tout type d’activité ou tâche dans le secteur agricol (...)
  • 80 George Martine, “A Evoluçao Recente da Estrutura de Produçao Agropecuaria : algunas notas prelimina (...)

521En ce qui concerne la population active dans l’agriculture brésilienne, bien que les données des recensements agricoles doivent être examinées avec prudence79, elles indiquent, pour l’ensemble du Brésil, une croissance limitée des actifs entre 1975 et 1980, passant de 20,3 à 21,2 millions d’actifs, mais plus importante entre 1980 et 1985 où elle a atteint 23,3 millions d’actifs. Lorsque l’on examine par régions l’évolution des actifs, on peut observer les faits suivants80 : les régions d’agriculture plus dynamique (Sud et Sudeste) ont peu contribué dans les quinze dernières années au développement de l’occupation agricole. En 1985, avec 54 % de la surface cultivée du pays et 79 % des tracteurs, ces régions n’ont employé que 40 % de l’ensemble des actifs agricoles. Dans la période 1970-85, l’ensemble de ces régions n’a vu croître les actifs que de seulement 18 %. Même dans les deux États les plus dynamiques de la région, Sao Paulo et Paraná, cette croissance fut négative entre 1970 et 1985.

522Par contre, la plus forte croissance d’actifs s’est trouvée dans les régions les plus pauvres du pays. En 1985, 45 % du total du personnel occupé par l’agriculture brésilienne résidait au Nordeste, et la moitié de la croissance totale entre les années 1980 et 1985, a eu lieu dans cette région. A son tour, près de la moitié de la croissance de la population active nordestine s’est développée à Bahia. La région Nord, malgré tous les problèmes de climat, de sol, de distance et de conflits pour la terre, a contribué à un cinquième de la croissance totale des emplois entre 1980 et 1985. En résumé, la croissance de la population active n’est pas liée nécessairement à la croissance de la production et de la productivité, mais plutôt à l’intégration de nouvelles surfaces (Bahia et Rondonia, par exemple), mais pas toujours (l’Amazonie a subi une diminution de plus d’un million d’hectares exploités et sa population active a augmenté de 18 %).

523La où une corrélation apparaît plus claire c’est entre le nombre d’actifs et la taille des exploitations. La proportion d’actifs qui travaille dans des micro ou des mini-exploitations (de 0 à 10 hectares) ont augmenté de 37 à 40 % entre 1980 et 1985 ; 80 % de l’ensemble de la main-d’œuvre agricole brésilienne travaillait en 1985 dans des exploitations de moins de 100 hectares. Celles de plus d’un millier d’hectares n’employaient que 4,2 % de la population active. Ce qui est un autre élément indicateur de la sous-exploitation des latifundios brésiliens.

524Il faut signaler aussi que les analyses effectuées montrent qu’une grande partie de l’augmentation des actifs est représentée par des salariés temporaires dans les zones d’agriculture dynamique et par une main-d’œuvre familiale non rémunérée dans les régions les plus pauvres du pays, ce qui ne contribue évidemment pas à l’amélioration des conditions économiques et sociales de la grande majorité des paysans brésiliens.

Les luttes pour la terre

525Tout le processus d’extension de la frontière agricole et de modernisation de l’agriculture qui a caractérisé le Brésil depuis les années 1960 a été accompagné de luttes constantes pour l’accès et la redistribution de la terre dans les différentes régions du pays et par les efforts du paysannat pour s’organiser afin d’améliorer sa capacité revendicative, que ce soit pour la terre ou pour de meilleures conditions économiques.

  • 81 Voir son article cité précédemment.
  • 82 Occupants sans titre de propriété qui cultivent de petites parcelles depuis au moins cinq ans. Ils (...)

526Comme le signale José Vicente Tavares81, cet effort peut se résumer à deux dates. En 1954 s’est formée la Ligue Paysanne de Galilée dans l’État de Pernambouc, sous le conseil de Francisco Julião, laquelle réunissait environ mille petits fermiers. Trois décennies plus tard, en 1985, eut lieu le IVème Congrès des Travailleurs de l’Agriculture, auquel participèrent 4 100 délégués représentant 9 438 615 petits producteurs (propriétaires familiaux, petits fermiers, “posseiros”82 et métayers), des salariés agricoles et des paysans sans terre, adhérents à 2 732 syndicats locaux répartis dans tout le pays.

527C’est autour de 1970 que commence à émerger le mouvement paysan, issu des multiples luttes sociales qui ont eu lieu sur l’ensemble du Brésil. Ce mouvement s’est organisé autour de trois axes :

  • le premier est celui des salariés agricoles permanents et temporaires. Leurs revendications visaient à obtenir le respect par les employeurs de la législation du travail, l’augmentation des salariés et l’amélioration des conditions de travail. Leurs actions s’organisaient dans les régions de grandes propriétés rurales, c’est-à-dire dans les zones de culture du café (Sao Paulo, Paraná), de la canne à sucre (Sao Paulo, Río de Janeiro, la Mata Nordestine), de l’orange (Sao Paulo) et du cacao (sud de Bahia).

  • un deuxième axe s’est organisé à partir des petits producteurs des États du sud du Brésil (Río Grande do Sul, Santa Catarina et Paraná), dont la mobilisation a commencé en 1977 ; s’y ajouteront plus tard les petits producteurs de Sao Paulo, Minas Gerais et Rondonia. Leurs revendications étaient centrées sur de meilleures conditions de vente pour leurs produits et de facilités pour produire (prix, crédits, systèmes de classification, soutien à l’agriculture familiale). Au niveau local, les structures d’organisation de ces mobilisations sont les syndicats ou les associations de producteurs, qui sont constitués par produits : tabac, raisin, soja, bétail porcin, lait et même café.

  • un troisième axe existe, qui correspond aux luttes pour la terre qui sont, non seulement les plus anciennes, mais aussi les plus violentes de la société brésilienne. Elles regroupent aussi bien des paysans sans terre (“posseiros”, petits fermiers, métayers, fils de minifondistes et même salariés agricoles) que de petits propriétaires menacés d’expulsion du fait de la construction de barrages hydro-électriques. Les formes de pression vont de l’organisation de commissions pour soutenir leurs demandes à des assemblées et des campements installés au bord des routes, jusqu’à des occupations de terres publiques et privées. Les syndicats traditionnels se sont alors trouvés débordés, et les mobilisations de base sont en général appuyées par la Commission Pastorale de la Terre de l’Église Catholique et par le Mouvement de Travailleurs Sans Terre (MTST), particulièrement fort au sud du Brésil, mais qui posséde aujourd’hui une organisation nationale.

528Les objectifs de ces diverses luttes se résument en un petit nombre de demandes : respect et application des lois existantes qui restent en grande partie lettre morte, comme c’est le cas du Statut du Travailleur Rural établi en 1963 et du Statut de la Terre de 1964, de meilleures conditions économiques pour la petite agriculture, et surtout la réforme agraire. Les adversaires communs sont les grands propriétaires fonciers, les agro-industries nationales et transnationales et les agences de l’État Fédéral, ainsi que celles des États de la Fédération.

529La réalisation d’une réforme agraire est l’un des principaux emblèmes des luttes depuis de nombreuses années. Elle est réaffirmée avec force en 1985 au IVème Congrès des Travailleurs de l’Agriculture, au cours de laquelle le gouvernement de la Nouvelle République, premier gouvernement civil depuis la fin du régime militaire, présenta les grandes lignes de ce que serait sa politique de réforme.

  • 83 Raúl G. Herbers, “Conflitos no campo : o que dizem os dados”, Revue Reforma Agraria de l’Associatio (...)

530Comme nous le disions précédemment, les luttes pour la terre ont été les plus conflictuelles au sein de la société brésilienne, où la structure agraire profondément inégalitaire, bien que modernisée dans de nombreux endroits du pays, constitue un fondement essentiel du pouvoir politique. Ceci a entraîné de multiples violences face aux revendications des paysans, et dans la plupart des cas contre les paysans qui veulent défendre leurs droits, ou contre les personnes qui les soutiennent. Selon des statistiques, qui impliquent une certaine sous-estimation de la réalité, entre 1979 et 1988 ce sont 1 304 personnes qui ont été assassinées au Brésil, en grande partie du fait de ces conflits, qu’on peut décompter de la façon suivante : 1 196 travailleurs ruraux, “garimpeiros” ou indiens, 85 syndicalistes, leaders des travailleurs, avocats ou politiciens défenseurs des paysans, 12 personnes liées à l’Église, et 11 indéfinies83. Entre 1985 et 1988, les conflits pour la terre ont impliqué bien plus de personnes que les conflits de travail à la campagne, comme le montre le tableau suivant :

CONFLITS POUR LA TERRE ET CONFLIT DE TRAVAIL DANS LA CAMPAGNE BRÉSILIENNE

CONFLITS POUR LA TERRE ET CONFLIT DE TRAVAIL DANS LA CAMPAGNE BRÉSILIENNE

Source : article cité en note 83, page 51

531Selon les statistiques annuelles effectuées par la Commission Pastorale de la Terre de l’Église catholique brésilienne, il y a eu, en 1989, 566 conflits pour la terre impliquant 536 513 personnes et portant sur une surface de 14 480 254 hectares. Cette année là il y a eu 65 assassinats, 3 morts par accident suspect, 152 menaces de mort et 103 tentatives d’assassinat touchant des présidents de syndicats ruraux, des dirigeants syndicaux, des avocats, des prêtres et même un évêque.

  • 84 Pour les chiffres de 1989, voir DIAL n° 1503, 14 juin 1990 et pour ceux de 1990, DIAL n° 1583 (Stat (...)

532Pour 1990, les mêmes statistiques sont encore plus détaillées84. Elles portent sur 401 conflits concernant une surface de 13 834 648 hectares et impliquant 190 880 personnes. Il y eut cette année là 75 assassinats, 80 tentatives de meurtre, 189 menaces de mort, 25 victimes de tortures, 3 348 agressions physiques, 192 détentions illégales, 23 séquestrations, 1 681 victimes d’expulsions arbitraires, 2 544 victimes d’expulsions judiciaires et 852 logements de paysans détruits.

Le gouvernement de la Nouvelle République et sa Politique de Réforme Agraire

533En 1984, toujours sous le gouvernement militaire, un grand bloc d’opposition s’est constitué, l’Alliance Démocratique, dont les fondements sont le PMDB (Parti du Mouvement Démocratique Brésilien), une fraction dissidente du PDS, parti qui soutenait le régime militaire (Parti Démocratique Social) et un grand éventail d’organisations sociales. L’Alliance Démocratique choisit l’ancien gouverneur de Minas Gerais, Tancredo Neves, pour la représenter à l’élection présidentielle programmée, qui se fait à partir d’un collège électoral et non directement par le peuple. Celui-ci est élu président par une large majorité du collège électoral le 15 janvier 1985, mais meurt avant d’assumer le pouvoir et sa succession est assurée par son vice-président José Sarney, qui commence à gouverner avec l’équipe déjà choisie par Neves. Le ministre désigné pour les affaires foncières est Nelson Ribeiro, qui prend en charge le MIRAD (Ministère de la Réforme et du Développement Agraire).

534Le ministre présente au pays, en mai 1985, la proposition du gouvernement pour un Premier Plan National de Réforme Agraire, juridiquement fondé sur le Statut de la Terre de 1964. Le Plan propose, pour des raisons sociales, d’exproprier les propriétés improductives et de les payer avec des titres de la dette agraire. Les expropriations doivent commencer dans des zones prioritaires localisées dans les régions d’occupation ancienne du sol et où les conflits agraires sont les plus aigus. Le Plan doit se concrétiser sur une période de quatre ans, entre 1985 et 1989, en permettant à 1,4 million de familles de travailleurs ruraux sans terre ou possédant de la terre en quantité insuffisante de s’implanter. Ceci exigeait d’utiliser 43 millions d’hectares, un certain pourcentage proviendrait de terres publiques, mais la majorité d’expropriations des latifundios.

535Dès sa présentation, un grand débat national a été ouvert. Le Plan est soutenu par le mouvement paysan, l’Église catholique, les organisations de professionnels agricoles et les partis politiques de centre et de gauche. Il est réfuté par les grands propriétaires, les militaires et les secteurs les plus conservateurs de la société et de la politique, ainsi que par la grande presse.

536En juillet de la même année, les intérêts opposés à la réforme agraire organisent à Brasilia une grande réunion financée par des institutions diverses et par des entreprises liées au secteur agricole et au capital financier. Y participent environ 3 000 propriétaires de tout le pays, ainsi que des sénateurs et des députés. Les principales objections au projet du gouvernement sont : le refus que les latifundios improductifs constituent la cible prioritaire pour les expropriations, la réforme agraire doit se faire d’abord avec les terres publiques ; le rejet de la fixation de la valeur des indemnisations des terres expropriées sur la base de l’évaluation fiscale, le rejet de la fixation d’une limite à la propriété, ce qui, d’après les opposants, constituerait une barrière préjudiciable à la croissance de la production, etc.

537En même temps, les opposants s’organisent dans différents États sur la base de pactes d’unité et de résistance, et de milices armées, et ils créent l’UDR (Union Démocratique Ruraliste) avec des fonds provenant de la vente aux enchères de milliers de têtes de bétail. Toutes ces forces font pression sur le gouvernement et trouvent des alliés parmi les militaires représentés dans le Conseil National de Sécurité.

538Deux tendances expriment l’opposition au projet : les secteurs les plus conservateurs s’opposent totalement au projet au nom du droit à la propriété et parce qu’il facilite l’action subversive contre la société, et les secteurs plus libéraux qui eux proposent de le modifier en un sens plus proche de leurs intérêts. Les militaires, quant à eux, font valoir la doctrine de la sécurité nationale par rapport au problème agraire et proposent de sélectionner en Amazonie des terres publiques où installer des populations de petits producteurs agricoles.

539Toutes ces oppositions, liées à l’incapacité des défenseurs du projet de réussir une mobilisation d’égale envergure, ont fait qu’en octobre 1985 le Président Sarney signe un Premier Plan de Réforme Agraire, déjà beaucoup moins draconien que le projet présenté en mai. La Politique Nationale de Développement Rural est maintenant intégrée dans un programme plus large, et, si le but est maintenu d’établir 1,4 million de familles jusqu’en 1989, elle donne la priorité à l’utilisation des terres publiques qui doivent être attribuées sous forme de propriétés familiales ou d’associations coopératives d’agriculteurs. Dans le Plan finalement approuvé, l’expropriation des propriétés privées n’est plus qu’un complément ne devant être utilisée qu’en cas de nécessité, et dont l’acquisition doit être négociée avec les propriétaires. De plus, l’existence du latifundio productif est garantie.

  • 85 L’UDR finança 70 députés fédéraux parmi les 487 choisis en 1986. Plinio Guimaraes Moraes, “As eleiç (...)

540L’action de réforme agraire du gouvernement de Sarney commence donc de façon bien plus timide que ce qu’avaient proposé les hommes de Tancredo Neves. Sarney lui-même n’étant pas un ardent partisan de la réforme, il la soutient plutôt par engagement politique, mais les changements successifs à la direction du MIRAD et de l’INCRA (Institut National de Colonisation et de Réforme agraire) l’ont affaibli peu à peu au fur et à mesure de sa mise en œuvre. Le coup de grâce a été donné en 1988, avec l’approbation de la nouvelle Constitution brésilienne. Toutes les organisations liées à la structure dominante à la campagne se sont mobilisées pour obtenir que la nouvelle Constitution garantisse leurs intérêts. Cette mobilisation s’est réalisée sous différentes formes : financement des campagnes des parlementaires opposés à la réforme agraire pour obtenir la plus grande représentation possible au Congrès Constituant élu en 198685, campagnes publiques de presse et de mobilisation d’agriculteurs, même de petits agriculteurs en 1987 et 1988 et propositions pour que la réforme agraire soit subordonnée à la politique de développement agricole, pour que les terres productives soient sauvegardées et que le producteur rural moderne soit défendu et intégré au marché. Le texte finalement voté par le Congrès dans la nouvelle Constitution leur accorde les garanties demandées.

541Au terme du mandat du Président Sarney, au cours duquel six ministres se sont succédés au MIRAD, l’INCRA sera finalement dissout. Les réalisations en matière de réforme agraire peuvent être résumées dans le tableau suivant :

LA RÉFORME AGRAIRE DU GOUVERNEMENT SARNEY (DU 15/03/85 AU 11/10/89)

Régions

Propriétés expropriées

Surface (en hectares)

Capacité installation (Nombre de familles)

Région Nord

138

2 055 682

40 404

Région Nordest

260

1 296 388

37 047

Région Sudest

86

293 713

13 640

Région Sud

133

135 130

7 806

Région Centre-Ouest

89

843 383

14 933

Totaux

706

4 624 296

113 830

Source : MIRAD

542En synthèse, il faut dire que sur les 43 millions d’hectares et les 1,4 million de familles à établir durant la période de quatre ans, objectif du Premier Plan de Réforme Agraire, ce Plan a été réalisé durant le gouvernement de Sarney à un peu plus de 10 % de l’objectif fixé concernant les expropriations, et à moins de 10 % du point de vue des familles bénéficiaires. Durant ces quatre années de gouvernement, il s’est s’établi moins de familles que le nombre qui avait été programmé pour la seule première année de la réforme (1985-86).

  • 86 Selon le ministre Nelson Ribeira lorsqu’il présente son Projet de Réforme Agraire, il y a au Brésil (...)

543Si l’on considère, par ailleurs, que le nombre de familles qui aspiraient à la terre était en 1984 supérieur à 6 millions, entre familles de minifundistes, de métayers, de “posseiros”, de petits fermiers, de salariés permanents et une partie des temporaires86, nous voyons que ce qui a été réalisé pendant le premier gouvernement de la Nouvelle République est très éloigné, non seulement de ce qui avait été projeté, mais aussi des besoins réels. Dans le gouvernement qui a succédé à celui de Sarney, celui du Président Collor de Melo, la réforme agraire n’a d’ailleurs absolument aucune priorité.

4 - LA MODERNISATION CONSERVATRICE DES ANNÉES 1970-1990

544Dans les deux sous-chapitres précédents nous avons examiné, à travers l’analyse de divers cas concrets, les processus de transition des systèmes agraires traditionnels qui subsistaient encore en Amérique latine dans les années 1950, vers les systèmes du capitalisme agraire actuel. Les seules exceptions ont été ceux de Cuba, qui a évolué vers un socialisme d’État, et pendant quelques temps ceux du Chili, du Pérou et du Nicaragua où s’est établi, à côté du secteur privé capitaliste, un système coopératif avec une importante intervention de l’État, que les changements politiques postérieurs ont en grande partie annulé ou probablement annuleront.

545Nous prétendons ici examiner d’une manière plus générale les facteurs d’impulsion et les caractéristiques globales de la modernisation capitaliste qui ont mené, dans les régions où elle s’est le plus développée, à l’établissement de ce qu’on a appelé le complexe agro-alimentaire, qui a remplacé l’ancien complexe latifundio-minifundio.

546Nous étudierons ensuite, à travers quelques cas, les caractéristiques de ce complexe agro-alimentaire ; et enfin, les conséquences de la modernisation que nous appelons conservatrice, parce qu’elle a favorisé en grande partie les secteurs dominants anciens ou modernes des agricultures latino-américaines, au détriment des majorités paysannes. Nous considérerons aussi les conséquences de cette modernisation sur la concentration de la terre, sur la restructuration du marché du travail, et leur impact sur la situation des majorités paysannes composées de travailleurs sans terre et de petits agriculteurs.

Les facteurs d’incitation à la modernisation actuelle

547La modernisation d’aujourd’hui est le résultat de l’action conjointe d’une série de facteurs qui ont agi dans la même direction, et qui se sont renforcés les uns les autres. D’un point de vue conceptuel, ces facteurs peuvent être regroupés dans les catégories suivantes :

a) Croissance rapide des exportations agraires

548En dépit du fait que l’Amérique latine a perdu de son importance dans les exportations mondiales de produits agricoles par rapport à celle qu’elle avait avant la Deuxième guerre mondiale et qu’en même temps, les produits agricoles ont perdu de l’importance dans l’ensemble des exportations de biens de l’Amérique latine, ces exportations ont augmenté considérablement en valeur du début des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970. Elles sont passées, en effet, de 5 800 millions de dollars en moyenne dans les années 1962-1966 à 31 100 millions de dollars en moyenne dans les années 1977-1981. A partir du début des années 1980, cette croissance rapide s’arrête, à la suite de l’impact de la crise qui affecte surtout les prix de ces exportations. En effet, entre 1980-81 et 1985-1986, le volume des exportations de produits agricoles de l’Amérique latine croît de 16 %, mais leur valeur unitaire descend de 17 %, ce qui explique que leur valeur globale a reculé de 1 %. Quoi qu’il en soit, entre le début des années 1960 et le début des années 1980, la valeur des exportations a été multipliée par cinq en termes courants.

b) Expansion considérable du marché interne

549Elle a été déterminée par l’accroissement rapide de la population, son urbanisation accélérée, l’accroissement de l’importance des classes moyennes et la modification rapide des habitudes alimentaires. Nous avons déjà vu qu’entre 1960 et 1990, la population de la région double, passant de 206 à 442 millions d’habitants. Pour sa part, la population urbaine qui n’atteignait que 49 % de la population totale en 1960 est passée à 70 % en 1990. Ceci signifie une augmentation de la population urbaine de 300 % en trente ans, puisqu’elle est passée de 100 millions environ à un peu plus de 300 millions.

550A l’intérieur de cette population urbaine, l’une des caractéristiques les plus évidentes, jusqu’à la crise des années 1980, est l’accroissement significatif des classes moyennes, l’amélioration de leurs conditions de vie et la modification de leurs habitudes alimentaires du fait du développement du complexe agroindustriel. Les paniers alimentaires urbain et rural tendent à se dissocier de plus en plus, ce qui a un impact quantitatif et qualitatif très important sur le marché intérieur des produits alimentaires.

c) Développement du commerce agricole à grande échelle et changements dans les systèmes de production

551En relation avec les deux processus antérieurs un développement du commerce agricole à grande échelle se produit, qui implique une augmentation considérable des produits agricoles commercialisés, ainsi que leur classification, leur standardisation, leur individualisation, le développement de nouveaux systèmes de conservation et de stockage, le transport spécialisé, l’industrialisation de la production agricole, la production sous contrat avec le système commercial, le financement et l’assistance technique pour la production, etc.

552Tout ceci a conduit à un changement fondamental dans la combinaison des facteurs de production, où s’accroît l’emploi d’apports technologiques et de capital par rapport à la terre et au travail. Les nouveaux systèmes de production emploient de plus en plus de produits industriels et de haute technologie (machinerie, équipements, engrais chimiques, pesticides, produits pharmaceutiques) ou de produits d’origine agricole transformés par le secteur industriel (semences, aliments concentrés pour le bétail). Le secteur de la production agricole proprement dit se trouve de plus en plus lié à l’amont (ou avant la production primaire) et à l’aval (ou après cette production) avec l’économie industrielle, financière et commerciale. Les véritables centres de pouvoir de l’agriculture se trouvent de moins en moins en son sein et de plus en plus dans l’industrie agricole, la finance et le commerce. A l’amont de la production agricole se trouve l’industrie des machines et des outils, des fertilisants chimiques, des pesticides, des biotechnologies, des semences, et à l’aval, les industries de transformation de produits agricoles, les centres de stockage et d’entreposage, l’industrie du froid, les systèmes de transport et de distribution, et le commerce de gros et de détail à grande échelle (supermarchés).

553Ceci a amené dans les principaux pays de la région à de nouveaux développements industriels liés au secteur agricole (le complexe agro-alimentaire).

  • 87 Données citées par Martín E. Pineiro, “La modernización agrícola y sus vínculos intersectoriales en (...)

554Il faut signaler à ce sujet que dans onze pays d’Amérique latine, actuellement, 30 % de la valeur brute de la production agro-pastorale correspond à de la consommation intermédiaire nationale provenant d’autres secteurs, ce qui montre l’enchaînement vers l’amont, et 38 % de la valeur brute de la production agro-pastorale a été industrialisée dans d’autres secteurs de l’économie, ce qui montre les effets multiplicateurs vers l’aval de la production agricole87.

d) Les politiques publiques

555Depuis le début des années 1950, la plupart des gouvernements de la région ont développé des politiques agricoles destinées à obtenir un accroissement de la production agricole. Ces politiques se sont fixées divers objectifs : soutien aux processus d’industrialisation interne d’aliments et de matières premières, accroissement des exportations et substitution d’importations, encouragement des biens-salaires pour le marché intérieur, intégration de nouvelles terres situées dans les zones de la frontière agricole. Ceci a donné lieu à de multiples actions : élaboration de plans de développement agricole, investissements en infrastructures comme les ouvrages d’irrigation, construction et aménagement de routes, soutien aux industries d’approvisionnement de matériels et produits pour l’agriculture (machineries, équipements, outils, accessoires, fertilisants chimiques), construction d’infrastructures de commercialisation, mise en place d’institutions et développement de programmes de recherche technologique directement par l’État ou par des Universités financées par l’État, programmes de vulgarisation agricole, facilités pour importer des équipements et des intrants technologiques, politiques de soutien ou de garantie des prix agricoles, crédits publics pour la production agricole avec des taux d’intérêt très favorables et même négatifs, subventions aux investissements privés en agriculture, encouragements fiscaux, etc.

e) La participation croissante du secteur privé à la génération et au transfert de technologie

556Durant les années 1950 et 1960, la plupart des institutions de recherche et de diffusion de nouvelles technologies de l’Amérique latine surgissent comme organismes publics, parfois avec l’appui de fondations et d’institutions internationales. Au cours des dernières décennies, cependant, cette action du secteur public s’est vue élargie et complétée par la participation du secteur privé producteur d’intrants technologiques. Cette tendance est sous-tendue par deux phénomènes associés. D’une part, les investissements en recherche et développement de technologies biologiques (semences), chimiques (fertilisants, herbicides et plaguicides) et mécaniques (machinerie) qui peuvent maintenant être protégés par des brevets ; d’autre part, la modernisation a élargi de façon significative le marché et avec lui, la rentabilité des investissements dans ces domaines. De plus, la capacité de production et de distribution des intrants technologiques constitue le facteur déterminant pour la diffusion de ces pratiques. Le développement rapide de l’industrie des semences dans de nombreux pays de l’Amérique latine, outre l’importance croissante de la distribution d’intrants comme activité, sont des exemples de la matérialisation de cette tendance.

557La pénétration en Amérique latine ces deux dernières décennies des grandes entreprises transnationales liées à l’agriculture ont joué un rôle fondamental dans tous ces faits.

f) La transnationalisation du secteur agricole

558Cette pénétration s’est concentrée en premier sur la production et la distribution des équipements classiques du machinisme agricole et plus tard, dans les secteurs plus complexes de la production d’intrants (semences, engrais, pesticides) ainsi que dans la transformation ou le conditionnement et l’exportation de nouveaux produits agricoles destinés au marché externe (soja, fruits, produits horticoles). Les multinationales ont aussi pénétré le secteur de la grande distribution (supermarchés) sur le marché intérieur.

559Un secteur où grâce à la modernisation agricole, la pénétration multinationale a été considérable est celui de la production et de la commercialisation des semences. Celles-ci ont cessé d’être dans l’agriculture moderne une réserve gardée par le producteur lui-même, pour devenir une marchandise produite et distribuée par l’industrie de la semence, avec un haut contenu de recherche et de développement technologique. Tous les grands groupes internationaux des pays développés (USA, France, Grande-Bretagne, Suisse, Suède, Allemagne), qu’ils aient commencé leur activité dans la chimie, dans le pétrole, dans l’agro-industrie ou dans la production même de semences, ont élargi dans les années 1980 leurs activités à ce domaine, à travers de nombreuses filiales.

560Un autre secteur où la pénétration des multinationales a été très importante est celui de la production de viande de porc et de poulet ainsi que les oeufs, et au sein de ces productions, celle des aliments concentrés. Tous ces secteurs ont connu une rapide croissance de la demande en provenance des marchés urbains au cours des deux dernières décennies.

561Un nouveau secteur où cette pénétration s’est considérablement approfondie ces dernières années est celui de l’exportation de fruits et légumes. Par exemple, à partir de la fin des années 1970 et notamment dans les années 1980, de nombreuses firmes nord-américaines se sont installées au Mexique pour produire au moyen de techniques très sophistiquées, des melons et divers produits horticoles en vue de les exporter vers les États-Unis. Au Chili, sur les six entreprises exportatrices de fruits qui contrôlent en 1986 plus de la moitié du total de ces exportations, trois sont des entreprises transnationales.

562La caractéristique de ces sociétés transnationales est, d’une part, de tenter de se situer dans les secteurs les plus dynamiques de production destinés au marché d’exportation ou au marché interieur et, d’autre part, leur grande mobilité dans la création ou le transfert d’activités. Par exemple, au cours des dernières années, des sociétés nord-américaines ou françaises qui se consacraient auparavant à l’agro-chimie ou au pétrole ou la chimie, sont entrées dans le champ de la production de semences (Celanese, Grace and Co., Stauffer Chemical, Elf Aquitaine, Rhône-Poulenc, Monsanto, etc.).

563Au Mexique, Anderson Clayton s’est concentré de 1950 à 1965 sur la production et l’exportation de coton et d’oléagineux ; de 1960 à 1975, cette même société s’est engagée très fortement dans la production d’aliments concentrés pour le bétail et s’est retirée des activités liées au coton. La perte de son importance dans le paquet technologique destiné à la production intensive de viande et d’oeufs s’étant accentuée à partir de 1982, elle a finalement vendu à Unilever (principale transnationale alimentaire mondiale) toutes ses actions non seulement en aliments concentrés, mais aussi ses parts dans les farines, confitures et gélatines, ainsi que dans les huiles comestibles. La société participe aujourd’hui, avec American Products Co., filiale de Brand, Chiquita Tropical Products et d’autres, à la production et à l’exportation de melons mexicains.

564Dans le cas des exportations de soja du Brésil, qui a été au cours des deux dernières décennies le secteur le plus dynamique de l’accroissement des exportations agricoles du pays, ce sont les grandes transnationales céréalières classiques (Cargill, Bunge et Born, Anderson Clayton et André) qui dominent le commerce. De la même manière, Cargill Citrus a participé, aux côtés de deux grandes firmes brésiliennes, à l’expansion des exportations de jus d’orange, l’un des secteurs les plus dynamiques de l’actuel complexe exportateur du Brésil.

g) Emergence de nouvelles catégories d’entrepreneurs agricoles

565Un dernier facteur qui mérite d’être inclu parmi ceux qui ont favorisé l’actuelle modernisation agricole est celui de l’émergence de nouveaux acteurs au niveau de la production primaire. Ces nouveaux acteurs ont un comportement différent de celui de l’agriculteur traditionnel pour qui l’agriculture était surtout un mode de vie, avec des liens à la terre en partie affectifs et en partie liés au statut social que lui donnait la propriété de la terre. Pour ces nouveaux agriculteurs, dotés d’une autre rationalité, la terre doit être traitée comme un bien commercial égal à n’importe quel autre, qui doit devenir un marché libre, où le travail agricole est considéré comme un élément remplaçable dans le processus de production via le capital et la technologie, la production en elle-même étant considérée comme un produit en grande partie prévisible où il faut minimiser au maximum l’impact des variations des conditions naturelles, et où finalement, la production doit être intégralement orientée vers le marché, extérieur ou intérieur, les principaux facteurs de production étant en outre acquis dans ce dernier.

566Ces nouveaux agriculteurs sont issus parfois du secteur agraire traditionnel lui-même, et de l’évolution des nouvelles générations, mais le plus souvent d’autres secteurs de l’économie et de la société (industriels, commerçants, financiers, professionnels urbains, etc.). Ces agriculteurs peuvent être d’origine nationale mais souvent aussi des étrangers récemment immigrés.

Caractéristiques fondamentales de l’actuelle modernisation agricole en cours de la région

567L’actuelle modernisation de l’agriculture latino-américaine se caractérise, avant tout autre chose, par son caractère hétérogène. Cette modernisation se développe très intensément dans certaines régions, d’autres zones étant peu ou beaucoup moins touchées. Elle se concentre surtout dans certaines productions animales ou végétales beaucoup plus que dans d’autres. Et elle concerne finalement beaucoup plus certains types d’exploitations que d’autres.

568Du point de vue des régions les plus concernées, celles-ci sont principalement le centre-sud du Brésil, de Sao Paulo jusqu’à Rio Grande do Sul, la Pampa argentine, la vallée centrale du Chili, l’Uruguay, des régions de la côte péruvienne et équatorienne ainsi que certains secteurs des “sierras” du Pérou, de l’Équateur et de la Colombie, des parties du Venezuela, la côte Pacifique de l’Amérique centrale, les districts d’irrigation du nord du Mexique ainsi que certains états du centre du pays, etc.

569Du point de vue des productions, la modernisation se concentre, d’une part, dans certaines productions animales : la production laitière liée à l’industrie laitière, la production avicole pour la viande et les oeufs, la production de porcs, l’élevage de bovins de race pour la viande, la production de laine. D’autre part, cette modernisation concerne aussi des produits agricoles destinés à l’industrie des concentrés pour la production intensive de l’élevage (soja, maïs, sorgho) ainsi que des céréales comme le blé et le riz, des cultures d’oléagineux, des produits horticoles et des fruits, des plantations comme le café, le coton, la canne pour la production de sucre ou d’alcool, la betterave sucrière, etc.

570Du point de vue des exploitations, bien que cette modernisation ait produit une série de changements dans les “haciendas” et les plantations traditionnelles (mécanisation de certains travaux, augmentation de la capacité industrielle et de transport des industries liées aux plantations comme les centrales sucrières, introduction de nouvelles variétés, etc.), leur plus grand impact se concentre dans ce qu’on peut appeler les nouvelles exploitations capitalistes modernes de l’agriculture latino-américaine, qui sont le plus souvent de taille grande ou moyenne, dans certains cas même de type familiale. Ce type d’exploitations se trouve aujourd’hui surtout aux environs des grandes villes ou dans des zones tropicales ou tempérées bien intégrées aux marchés et disposant d’un bon système de communication et de transport par rapport à ces marchés. Leurs produits peuvent être destinés ou bien à la consommation de produit frais après un processus de sélection, grâce à un conditionnement, stockage, et mode de conservation ou de transport très modernisés (fruits, légumes), ou bien à l’industrie de transformation (oléagineux, sucre, jus de fruits, café, céréales pour les concentrés animaux, etc.).

571Dans ces nouvelles exploitations capitalistes modernes, on observe un changement fondamental par rapport aux exploitations traditionnelles, dans la gestion des différents facteurs de production. Dans les nouvelles exploitations, l’importance du capital et des nouvelles technologies s’est considérablement accrue par rapport à l’utilisation de la terre et de la main-d’œuvre. Dans les coûts de production, la mécanisation et les équipements, les fertilisants chimiques, l’irrigation lorsqu’elle est nécessaire, les pesticides et autres produits chimiques, les aliments concentrés pour le bétail, les produits pharmaceutiques, etc., accroissent considérablement leur rôle et face à eux les coûts de l’usage de la terre et de la main-d’œuvre diminuent. De plus, la terre est utilisée de manière plus intensive et les rendements par hectare cultivé, par travailleur employé ou par unité animale de production sont plus élevés que dans les exploitations traditionnelles, avec comme seule exception celles où les rendements à l’hectare cultivé sont parfois encore plus grands dans les minifundios du fait du recours intensif au travail familial.

572Parfois aussi, en raison de la grande abondance de terre disponible, ces unités d’exploitation utilisent de façon moins intensive la terre, recourant à des systèmes semi-extensifs comme dans le cas des exploitations d’élevage de bétail de la Pampa argentine.

573Les relations de travail sont, dans le cas de ces exploitations et surtout s’il s’agit d’exploitations grandes ou moyennes, avant tout salariales et le vieux paternalisme a disparu. Ces exploitations sont normalement entretenues par quelques salariés permanents spécialisés dans des tâches spécifiques ou dans des tâches de surveillance, et par une grande masse de travailleurs saisonniers extérieurs aux exploitations, et qui arrivent aux périodes de forte demande en main-d’œuvre, comme la période des récoltes. Parfois, cette main-d’œuvre saisonnière, notamment pour les récoltes de café, coton, fruits, canne à sucre et autres, n’a même pas de liens contractuels avec l’exploitation et est fournie par des intermédiaires ou sociétés intermédiaires qui la recrutent, l’amènent, la surveillent et la reconduisent, une fois le travail fini, à leurs endroits de résidence. Tel est le cas des “boias frias” urbains brésiliens, amenés quotidiennement par des camionneurs intermédiaires.

Impact de la modernisation sur le système de production

  • 88 FAO, “Potencialidades del Desarrollo Agrícola y Rural en América Latina y el Caribe”, Annexe I, in (...)

574La modernisation a peu à peu contribué à obtenir une croissance significative du secteur agricole. Dans les années soixante, le rythme de croissance annuelle de la production agricole régionale (2,7 %) a été très semblable à la moyenne mondiale et n’a été dépassé que par celui des pays en développement du Proche Orient. Dans les années soixante-dix, le taux de croissance annuelle (3,3 %) de la production agricole a dépassé celui de toutes les autres régions, si Ton exclu les pays en développement du lointain Orient. Pourtant, si Ton considère les chiffres par habitant, le taux annuel de change dans la production agricole a été nul dans les années soixante et légèrement supérieur à la moyenne mondiale dans les années soixante-dix (0,8 % face au 0,6 % mondial)88.

575Quant aux exportations agricoles, l’augmentation de leur valeur annuelle a été de 3,8 % en moyenne dans les années 1960 et de 17,1 % en moyenne dans les années 1970, supérieure même à l’accroissement annuel de la moyenne mondiale qui a atteint dans cette décennie, 15,7 %. Ceci a fait doubler en valeur courante ces exportations entre 1972-76 et 1977-81, passant de 15 900 millions de dollars à 31 100 millions.

576Malgré les résultats satisfaisants de la croissance de la production agricole dans les années 1970, celle-ci n’a pas progressé suffisamment pour faire face à la forte augmentation de la demande interne et des exportations, ce qui a fait en même temps augmenter et le volume et la valeur des importations agricoles. Le rythme de croissance de ces dernières était monté de 3 % dans les années 1960, à 8 % dans les années 1970.

577Dans les années 1980, du fait de l’impact de la crise économique qui affecte la région, le comportement de l’agriculture fut irrégulier même s’il fut plus satisfaisant que dans d’autres secteurs économiques comme l’industrie. Entre 1981 et 1987, la production agricole a connu des hauts et des bas mais a crû en moyenne annuelle de 1,7 %, soit un peu plus de la moitié de la croissance annuelle des années 1970. Quant aux exportations, nous avons déjà indiqué précédemment que bien que leur volume ait continué de s’accroître, elles ont été affectées par la chute des prix, ce qui explique que leur valeur ait reculé légèrement.

578A partir des années 1950, l’augmentation de la production agricole en Amérique latine s’était basée avant tout sur l’existence d’une frontière agricole d’accès encore facile jusque dans les années 1980. La croissance se fondait avant tout sur l’élargissement des surfaces cultivées. La terre cultivée, qui occupait en 1950 environ 50 millions d’hectares, avait plus que doublé vers la fin des années 1970, atteignant en 1980 quelques 110 millions d’hectares. Les surfaces cultivées en céréales (maïs, blé, riz, sorgho, etc.), cultures dominantes, étaient passées de 37 millions d’hectares en 1962-63 à 52 millions d’hectares en 1983-84 et la moitié de cette surface (26 millions d’hectares) était en maïs.

579Aujourd’hui, la frontière agricole a disparu ou considérablement diminué dans la plupart des pays, sauf encore au Brésil et au Paraguay. Cette frontière diminuant et les coûts de son intégration se faisant plus élevés, la croissance à venir de la production ne pourra être atteinte qu’au moyen d’une intensification des rendements à l’hectare. Entre 1950 et 1980 on estime que, pour l’ensemble de la région, les deux-tiers de l’accroissement de la production agricole ont été obtenus par l’augmentation des surfaces cultivées, qui a été particulièrement importante dans des pays comme le Brésil, la Bolivie, le Venezuela, l’Équateur, le Paraguay, le Costa Rica et Panamá. La croissance moyenne des rendements ne représente durant cette période qu’un tiers de l’augmentation de la production, bien que dans les années 1970 leur participation s’élèvait à environ 40 %. Les nouvelles terres cultivées proviennent en grande partie de territoires où prédominaient auparavant les forêts et les prairies naturelles.

  • 89 Marcos Cintra Albuquerque et Roberto Nicol, Economía Agrícola, McGraw Hill, Sao Paulo, 1987.

580Un bon exemple de l’importance de l’expansion de la frontière agricole nous est donné par le Brésil, le plus grand pays de la région. Là, entre 1940 et 1980, plus de 170 millions d’hectares ont été intégrés à la production agricole globale89.

581Si l’on divise le pays en quatre grandes régions -les régions agricoles traditionnelles responsables du volume de production agricole le plus important (Etats de Sao Paulo, Rio de Janeiro, Minas Gerais, Espíritu Santo et Rio Grande do Sul), les régions nouvelles intégrées à la production entre les années 1920 et 1950 (États de Paraná, Santa Catarina et Mato Grosso do Sul), les régions les plus récentes, intégrées à partir des années 1960 (États de Goias, Mato Grosso et tout le nord du pays, notamment Pará, Rondonia, Roraima, Acre, ainsi que Bahia et Maranhao) et le reste des États, surtout du vieux Nordest (États de Piauí, Ceará, Rio Grande do Norte, Paraiba, Pernambuco, Alagoas et Sergipe) - on obtient l’évolution suivante quant à leur contribution à l’ensemble des établissements agricoles :

POURCENTAGE DU TOTAL DE LA TERRE DE L’ENSEMBLE DES ÉTABLISSEMENTS AGRICOLES (EN POURCENTAGE)

Régions

Années

1940

1960

1980

Régions agricoles traditionnelles

39,4

34,5

26,5

Régions nouvelles

5,6

6,9

6,5

Régions très neuves

41,6

43,8

55,0

Autres

13,4

14,8

12,0

Total

100,0

100,0

100,0

582Nous voyons clairement comment, à partir des années 1960, l’importance dans la surface totale exploitée des régions très récentes a augmenté, tandis qu’a diminué celle des régions traditionnelles. Ceci ne veut nullement dire, bien sûr, que toute l’augmentation de la production brésilienne est due à l’intégration de nouvelles terres. Entre 1970 et 1985, par exemple, la production globale agro-pastorale a augmenté de 119 %. De cette augmentation, 73 % correspondent à l’accroissement des surfaces cultivées et 46 % à l’accroissement de la productivité.

583Globalement, pour l’ensemble de l’Amérique latine, il y avait en 1985 environ 178 millions d’hectares arables ou avec des cultures permanentes, dont seulement 15 millions d’hectares étaient irrigués. Les prairies permanentes représentaient 560 millions d’hectares et les forêts 973 millions d’hectares.

L’augmentation de la productivité

584En raison de la modernisation, il s’est aussi produit une progression importante de la productivité de la main-d’œuvre employée car une bonne partie de celle-ci a émigré de l’agriculture vers les aires urbaines, conséquence du manque d’opportunités de travail à la campagne. Ceci a été dû surtout aux nouvelles formes d’embauche de la main-d’œuvre, mais aussi et en dépit des réformes agraires, à la persistance de la grande concentration de la terre, ce qui a conduit les paysans qui n’ont pas émigré vers les villes ou qui n’ont pas trouvé du travail régulier dans les nouvelles entreprises capitalistes, à se concentrer dans les régions de minifundios où l’on trouve de plus en plus de gens sur de moins en moins de terre pour celui qui recherche un revenu rural.

585Mais pour ceux qui travaillent dans l’agriculture capitaliste, les moins nombreux, leur productivité a augmenté du fait de la mécanisation du travail, de l’extension de l’irrigation, de l’emploi de semences améliorées et des engrais chimiques, ainsi que de pesticides, d’aliments concentrés pour le bétail, etc.

586Par exemple, les surfaces cultivées en céréales qui utilisent des variétés de semences de haut rendement, la mécanisation, l’irrigation et d’autres apports technologiques, ont rapidement augmenté au cours de ces années. Le cas le plus spectaculaire est celui du blé, dont les surfaces cultivées avec des variétés à haut rendement sont passées de 11 % de la surface totale cultivée en 1970 à 82 % en 1983. Dans le cas du riz, le développement de l’emploi de variétés à haut rendement est passé de 4 % à quelque 28 % de la surface cultivée au cours de ces mêmes années.

587Le nombre de tracteurs employés dans l’agriculture latino-américaine est passé de 472 000 en moyenne dans les années 1962-1966 à 1 045 000 en 1977-1981 et même à 1 380 000 en 1982-1986, leur puissance moyenne par unité s’accroissant aussi. La période de mécanisation la plus rapide a été la décennie 1950-1960. Entre 1948-1952 et 1961-1965, le nombre de tracteurs a augmenté à un taux moyen annuel de 9 %. Ce taux de mécanisation a diminué dans la seconde moitié des années 1960 et dans les années 1970, mais la puissance des tracteurs a augmenté et les équipements complémentaires destinés à de multiples usages. La mécanisation a commencé dans les zones les plus appropriées sur le plan écologique à l’emploi des machines et ayant la plus faible densité de population, mais son impact le plus grand au cours de cette période a été atteint dans les régions subtropicales où elle a permis une rapide expansion de la frontière agricole (Brésil, Venezuela et Amérique centrale).

588Cette mécanisation est à la fois très concentrée dans certains pays et dans certaines régions de ces pays plus liées au développement de la modernisation agricole. En 1982-1986, sur 1 380 000 tracteurs que comptait l’agriculture latino-américaine, 735 000, soit plus de la moitié, étaient au Brésil, 282 000 dans les pays du Cône sud (Argentine, Uruguay, Chili et Paraguay) et 154 000 au Mexique. Pour sa part en 1980, au Brésil, année où l’agriculture employait seulement 545 000 tracteurs, 309 000 d’entre eux ne se situaient que dans trois États (139 000 dans l’État de Sao Paulo, 120 000 dans celui de Rio Grande do Sul, et 50 000 dans le Minas Gerais).

589En ce qui concerne la quantité de fertilisants chimiques utilisés par hectare de terres arables en cultures permanentes, elle est passée de 10,4 kilos au début des années 1960 (1962-66) à 39,1 kg en 1977-1981, c’est-à-dire qu’elle a été multipliée par quatre. Ensuite, conséquence de l’impact économique de la crise, cette quantité a diminué dans les années 1980 pour descendre à 24,2 kilos en 1982-1986. Mais concernant l’emploi de ces fertilisants, on observe des différences énormes. Jusqu’à la moitié des années 1970, l’emploi d’engrais chimiques était surtout concentré sur les cultures d’exportation, les cultures horticoles et les cultures irriguées. Les céréales consomment alors le quart de la totalité des engrais. Ils sont surtout utilisés aujourd’hui en association avec des cultures à haut rendement sur des terres irriguées. L’utilisation de fertilisants a augmenté de façon significative au cours des années 1970 dans seulement un tiers des pays de la région. Leur développement a été très rapide au Venezuela, au Brésil, en Équateur, au Mexique, en Colombie et au Nicaragua.

590Nous pouvons dire, en synthèse, que la modernisation et les progressions de la productivité agricole se sont concentrés surtout dans les exploitations commerciales de taille grande ou moyenne, à partir d’une utilisation considérable de la main-d’œuvre temporaire et un recours au crédit et aux nouvelles technologies. La modernisation et le développement d’une productivité conséquente, ont été beaucoup plus lents et partiels dans les petites exploitations agricoles, les paysans disposant de ressources naturelles limitées et de qualité inférieure et produisant surtout des aliments de base populaires dont les prix ne se sont pas améliorés. Ils ont en outre difficilement accès au crédit institutionnel.

  • 90 CEPAL, “Estrategias de Desarrollo Sectorial para los años 1980 : Industria y Agricultura”, in Estud (...)

591Pour preuve de ceci les différents types d’énergie utilisés pour le travail agricole sont un bon exemple : dans les années 1970, 10 % des exploitations de la région, soit 28 % de la surface cultivée, utilisaient exclusivement la force motrice de type mécanique, 34 % des exploitations pour 52 % de la surface cultivée combinaient l’emploi de la force motrice mécanique et la traction animale et 56 % des exploitations, c’est-à-dire, plus de la moitié, pour 20 % de la surface cultivée, n’utilisaient que la force humaine et la traction animale90.

  • 91 K.C. Abercrombie, “Mecanización Agrícola y Empleo en América Latina” in Mecanización y Empleo en la (...)

592Dans les différents pays, la proportion de la surface agricole partiellement mécanisée variait aussi considérablement au début des années 1970. Cette proportion correspondait à 8 % des terres cultivées au Paraguay, à 14 % au Pérou, à 15 % en Équateur, à 18 % au Mexique, à 23 % en Colombie, à 29 % au Venezuela, à 46 % au Chili, à 49 % en Argentine et à 90 % en Uruguay. Tandis qu’en Argentine et au Chili le reste de la surface était cultivée au moyen de la traction animale, la main de l’homme constituait au Pérou la seule source d’énergie dans au moins 25 % des terres cultivées et 65 % des exploitations91.

593La persistance de la grande concentration de la terre, qui est ce qui distingue l’actuelle modernisation agricole latino-américaine de celle des pays capitalistes développés, et le manque de ressources productives et d’accès au crédit pour l’immense majorité des petits producteurs paysans, est l’une des raisons qui explique la très inégale pénétration de la modernisation et des nouvelles technologies dans l’agriculture de la région.

594Bien sûr, cette différence est aussi liée aux différentes rentabilités des divers marchés. Le marché extérieur et le marché intérieur où s’approvisionnent les classes moyennes urbaines qui disposent d’un revenu plus élevé et peuvent payer les prix des aliments et des diverses matières premières agricoles, rendent la modernisation rentable. Les grandes masses populaires urbaines ou rurales du continent n’ont pas de revenus leur permettant de rendre rentable le marché des aliments de base. Ce dernier marché est en outre de plus en plus ravitaillé par des produits importés venant de pays à grande agriculture développée qui, disposant de subsides pour leurs prix, restreignent encore plus le marché et la rentabilité de la production alimentaire intérieure de base, en grande partie produite par la petite agriculture.

595L’ensemble de ces facteurs entraîne dans de nombreuses zones rurales de l’Amérique latine un manque d’opportunités pour l’emploi et une forte sous-activité, ce qui maintient la persistance de la pauvreté. Cette situation constitue une pression qui détermine la poursuite de la migration rurale-urbaine comme on le voit aujourd’hui dans la plupart des pays de la région, avec pour conséquence immédiate, la croissance exorbitante du secteur informel urbain.

596Par ailleurs, les paysans ne voulant pas quitter les aires rurales n’ont pas d’autre alternative que de devenir des travailleurs sans terre vivant d’emplois éventuels, ou alors de se replier sur le minifundia et l’économie de subsistance qui procure une partie du travail temporaire à l’agriculture capitaliste, que ce soit dans leur propre région, ou, dans l’agriculture moderne moyennant des migrations saisonnières aux époques de demande de travail supplémentaire. L’ancien complexe latifundia-minifundia se transforme progressivement dans les zones les plus modernisées en un nouveau système que l’on peut appeler le complexe agro-industriel, avec un pôle dominant situé en dehors de l’agriculture, qui est le pôle financier-industriel-commercial, et deux pôles opposés au sein de l’agriculture : les entreprises agricoles capitalistes et les entreprises paysannes de petite production. Il faudrait ajouter à ces dernières une masse croissante de travailleurs temporaires avec résidence rurale ou urbaine.

597Les entreprises agricoles commerciales concentrent le progrès technologique, les meilleures terres, une grande partie du capital direct et indirect ; elles réussissent à obtenir une proportion croissante de la production globale, la plus rentable, et sont de plus en plus liées et subordonnées à l’agro-industrie par la voie de la commercialisation de leurs produits, de l’approvisionnement de leurs intrants, de la technique et du financement.

598A l’extrême opposé, les entreprises paysannes de petite production concentrent la plus grande partie de la population rurale et de la force de travail agricole, elles disposent de peu de terres et rencontrent des difficultés pour accéder au crédit et à la technologie ; elles doivent recourir à des stratégies toujours plus complexes de fonctionnement pour pouvoir subsister. Avec les paysans sans terre, ces exploitations constituent plus des deux tiers de la population rurale vivant dans le sous-emploi et la pauvreté.

599Vers la moitié des années 1970, divers experts estimaient que l’agriculture commerciale modernisée cultivait environ 30 % de toutes les terres cultivées, obtenait plus de 50 % de la valeur brute de la production et employait de façon permanente mais surtout de façon temporaire moins de 20 % de la force de travail.

  • 92 CEPAL-FAO, La Agricultura Campesina en América Latina y el Caribe, Santiago, Chili, 1986.

600L’agriculture paysanne, quant à elle, avec quelques 16 millions d’exploitations pour l’ensemble de l’Amérique latine, faisait survivre en 1984 75 millions de personnes environ, soit plus de 50 % de la population rurale de la région92. La situation spécifique de cette agriculture paysanne sera analysée dans la dernière partie de cet ouvrage.

Le Complexe Agro-Industriel

  • 93 Voir à ce sujet Sergio Gómez E., “Nuevos Escenarios y Actores en el Sector Rural de América Latina” (...)

601Le complexe agro-industriel (CAI) est le nouveau concept qui a été développé par certains économistes et sociologues pour définir les caractéristiques du système dominant dans les zones les plus modernisées de l’agriculture latino-américaine93, là où il a remplacé l’ancien complexe latifundio-minifundio.

  • 94 Voir les systèmes et structures agraires des années 1950-60.

602Nous avons examiné précédemment les caractéristiques des “haciendas” et des plantations qui constituaient le secteur prédominant du complexe latifundio-minifundio94. Rappelons ici, en suivant le CIDA et Sergio Gómez, que les aspects fondamentaux du complexe latifundio-minifundio peuvent être synthétisés ainsi :

  1. une relation structurelle et symbiotique entre la grande “hacienda” et les petites exploitations interieures ou exterieures à une une aire géographique donnée,

  2. dans cette aire géographique est constitué un marché de travail dépendant de “l’hacienda”,

  3. à travers “l’hacienda” tourne l’essentiel de la production, de l’approvisionnement, de la commercialisation des récoltes

  4. “l’hacienda” détermine l’axe dominant des rapports de pouvoir.

603Les groupes sociaux liés à cette structure agraire étaient, d’une part, les “latifundistes”, catégorie qui incluait une large gamme de propriétaires de terre et d’entrepreneurs agricoles, depuis ceux qui vivaient exclusivement de la rente de leurs terres jusqu’à ceux qui les travaillaient partiellement en maintenant le reste en jachère ou en exploitation indirecte, et d’autre part, un type spécial de travailleurs salariés ayant un certain contrôle sur une partie des ressources productives des “haciendas” (“moradores”, “peones” “acasillados”, locataires, colons, “huasipungueros”, “inquilinos”, métayers, etc.). Entre ces deux catégories s’intercalaient des groupes intermédiaires qui exécutaient surtout des tâches de surveillance.

604Le concept de complexe agro-industriel qui caractérise aujourd’hui la nouvelle réalité des zones les plus modernisées de l’agriculture latino-américaine tend à devenir similaire à celui qui s’est établi dans l’agriculture des pays industrialisés depuis les années 1950, et ses caractéristiques essentielles sont les suivantes : tendance à l’intégration des différentes phases de la chaîne alimentaire, forte intégration au marché mondial, logique de concentration-exclusion et domaine d’action fortement totalisateur.

605En ce qui concerne son caractère d’intégration, le complexe agro-alimentaire place la production agro-pastorale primaire comme l’une des phases d’une séquence de chaînons qui commence à la production et à l’approvisionnement d’intrants, qui se continue avec la production primaire végétale ou animale, qui lui ajoute de la valeur à travers les opérations de transformation, conservation, conditionnement et de transport et se termine comme aliment préparé au niveau du consommateur dans les supermarchés. Dans cet enchaînement de maillons, le rural devient une partie secondaire d’une structure beaucoup plus complexe qui inclut des intrants physiques, du financement, de nouvelles technologies, de l’assistance technique, des processus divers de post-récolte, de la commercialisation, du transport et de la vente directe du produit au consommateur. Dans ce processus d’intégration, la variable qu’est le contrôle de la terre devient secondaire face à d’autres variables plus importantes comme le financement, les capitaux et les technologies, ces dernières contrôlées en grande partie par des entreprises transnationales.

606En ce qui concerne le marché, le complexe agro-industriel se trouve hautement intégré à l’économie mondiale dominée par les grands pays industrialisés, par la voie des entreprises transnationales. Ces dernières contrôlent en grande partie l’accès aux marchés internationaux, la propriété des usines de traitement, les processus de post-récolte et les transports, et, parfois même, la propriété de la terre où est réalisée la production primaire. Les marchés dominants vers lesquels se dirigent les productions du complexe agro-industriel sont les États-Unis, le Canada, la CEE et le Japon. Une partie de la production du CAI se dirige aussi vers le marché intérieur, dans la mesure où se développe un secteur croissant de classes moyennes et riches, urbaines, disposant d’un pouvoir d’achat suffisant pour ses productions.

607Dans les relations commerciales des pays d’Amérique latine avec tous ces grands marchés exterieurs on observe une asymétrie considérable : fort protectionnisme des grands pays industrialisés pour défendre leur agriculture et obligation d’ouverture pour les marchés des pays latino-américains.

608La troisième caractéristique du complexe agro-industriel latino-américain actuel est sa logique dominante de concentration-exclusion. La logique de la concentration est liée à la possibilité d’augmenter le taux de profit. Ceci mène à la concentration des diverses ressources de la chaîne alimentaire dans de mêmes mains, bien que ceci n’implique pas nécessairement une gestion centralisée. De plus, la nécessité de réaliser des économies d’échelle conduit à la hausse des volumes de production et de services. Face à cette concentration opère une logique d’exclusion à plusieurs niveaux : exclusion des unités productives petites et moyennes qui ne participent à la chaîne que de manière aléatoire ; exclusion des profits pour les petits producteurs qui n’exécutent qu’une partie du processus intégrateur pour lequel ils sont insuffisamment rémunérés ; exclusion des salariés, à l’exception de quelques spécialistes, la plupart des salariés n’étant d’ailleurs employés que de manière temporaire.

609Finalement, on peut dire que le complexe agro-industriel est fortement totalisateur dans la mesure où, dans les régions où il fonctionne, passe à travers lui le gros de la production agricole produite et commercialisée, et dans la mesure où les conditions du marché de travail, dans ses époques de forte et faible demande et des niveaux de salaires, en dépendent fondamentalement ; finalement, c’est le complexe agro-industriel qui détermine les nouveaux rapports de pouvoir dans les zones rurales où il est implanté.

610Nous examinerons maintenant, à travers quelques exemples concrets situés dans divers pays d’Amérique latine, le fonctionnement du complexe agro-industriel.

La modernisation de l’agriculture brésilienne et le développement du complexe agro-industriel95

  • 95 Pour cette section, nous nous sommes notamment basés sur George Martine, Fases e Faces da Moderniza (...)

611Le modèle de développement économique général du Brésil se caractérise depuis les années 1960 par une série de traits spécifiques parmi lesquels ressortent : la forte croissance de la population (celle-ci a doublé entre 1960 et 1986, passant de 70 à 136 millions de personnes), son urbanisation rapide (la population urbaine a triplé au cours de ces mêmes années, passant de 31 à 104 millions), un taux de croissance élevé du produit national, mais avec de fortes disparités internes aussi bien de type régional que social (entre 1967 et 1986, le PIB par habitant a doublé, mais en 1984, 37 % de la population gagnaient moins que le salaire minimum vital), une inflation accélérée, et la plus grande dette externe d’Amérique latine et même l’une des plus importantes du monde parmi les pays en voie de développement.

612Dans ce contexte général il y a eu une modernisation rapide de l’agriculture qui a traversé des phases diverses : une première phase qui va de 1965 à 1979 durant laquelle le gouvernement a introduit la modernisation en utilisant notamment le crédit subventionné, une deuxième phase de crise (1980-85) qui trouve l’agriculture brésilienne dans une situation de maturité relative, et une troisième phase, postérieure à 1985, caractérisée par l’obtention de plusieurs récoltes exceptionnelles.

613Divers économistes brésiliens, comme Angela Kageyama et Graziano da Silva, en analysant la modernisation des structures de production agricole et le passage du complexe rural au complexe agro-industriel, distinguent trois étapes centrales dans cette modernisation : une période de changement lent et graduel des bases techniques de l’agriculture, qui va de 1950 à 1965, une période d’internationalisation de l’industrie productrice de biens, de capital et d’intrants pour l’agriculture, ainsi que d’industrialisation de l’agriculture, et de constitution de complexes agro-industriels (1965-1980), et une période plus récente d’intégration des capitaux intersectoriels avec le capital financier.

  • 96 Voir K.C. Abercrombie, article cité en note 91.

614Vers la moitié de la décennie de 1960, la technologie agricole utilisée dans la plus grande partie du Brésil était assez rudimentaire. En 1969 pour toute l’agriculture du pays, étaient utilisés 100 000 tracteurs contre 180 000 en Argentine, et parmi les États de la Fédération, les États de Sao Paulo et Rio Grande do Sul en détenaient 70 %. Il y avait un tracteur pour 360 hectares cultivés alors que Cuba, l’Uruguay, le Chili, l’Argentine, le Venezuela, la Colombie, le Pérou, le Costa Rica et le Nicaragua disposaient de plus de tracteurs pour les surfaces cultivées96. La proportion de l’ensemble des exploitations agricoles qui disposaient d’une quelconque mécanique moderne était extrêmement réduite.

615Mais entre 1965 et 1979, divers événements sont intervenus modifiant la structure et le profil de la production agricole : augmentation et consolidation du parc industriel, croissance accélérée de l’économie au cours de la phase du « miracle économique » (entre 1968 et 1974, la croissance du PIB dépassait en moyenne 10 % annuel), élargissement du crédit rural subventionné et divers autres encouragements à la production agricole, internationalisation du paquet technologique de la « Révolution Verte » et amélioration des prix internationaux des produits agricoles.

616Par conséquent, l’agriculture brésilienne expérimente au cours de ces années une transformation considérable pour s’adapter au complexe agro-industriel et développer ses exportations. Les techniques de production et la composition des cultures sont substantiellement modifiées. Le principal instrument politique pour réaliser ce changement a été le crédit agricole subventionné qui, avec la recherche, l’assistance technique et les nouvelles technologies ont été orienté surtout vers les exploitations les plus grandes possédant les meilleures terres, afin de produire pour le marché extérieur ou pour l’agro-industrie intérieure. Quant aux petits producteurs ayant moins de terre et moins de capital, ils ont été relégués vers les terres les moins fertiles où ils restèrent réduits aux pratiques traditionnelles à base d’emploi intensif de la force familiale ne permettant que de produire un petit excédent d’aliments de base pour les marchés urbains.

  • 97 Jean Pierre Bertrand, “Le Boom du Soja du Brésil”, in Revue Économie Rurale, n° 147-148, janvier-ma (...)

617Le symbole le plus important de cette période de modernisation et d’intégration de l’agriculture au complexe agro-industriel a été le boom explosif du soja. La culture du soja, qui occupait 200 000 hectares en 1960 mais près de 2 millions d’hectares en 1970, atteignait 8 millions d’hectares en 1981, c’est-à-dire 16 % des terres cultivées du pays. La production de soja s’est concentrée tout d’abord dans les États du sud (Rio Grande do Sul et Paraná) et de là s’est étendue vers le nord : Sao Paulo, Goias, le sud de Mato Grosso et même l’ouest de l’Amazonie. La production de soja est passée de 500 000 tonnes en 1965 à plus de 15 millions de tonnes en 1980-1981, faisant du Brésil le deuxième exportateur mondial de soja avec presque 20 % des exportations mondiales. Au début des années 1970, le Brésil exportait la plus grosse partie de son soja sous forme de grains, mais son industrie de broyage s’est rapidement développée, afin de produire de l’huile pour le marché intérieur, et, des tourteaux de soja et de l’huile pour le marché international. Avec cette production, le Brésil dispute aux États-Unis ses marchés traditionnels pour l’élevage intensif en Europe occidentale, dans les pays de l’Est et dans le Tiers-monde97.

618Mais le complexe agro-industriel ne s’est pas constitué seulement autour du soja. D’autres produits y participèrent aussi destinés au marché intérieur pour se substituer aux importations (blé, viandes blanches, canne à sucre pour produire de l’éthanol, combustible pour les véhicules, ce qui fut atteint avec le Programme Pro-Alcool lancé en 1975 ou destinés à l’exportation (oranges exportés sous forme de jus, cacao, sucre, etc.).

  • 98 Hervé Théry, ouvrage cité, p. 186.

619Entre 1969 et 1975, 75 % du crédit agricole brésilien n’a aidé que cinq produits (soja, riz, blé, café et canne à sucre) et seulement 20 % des agriculteurs ont bénéficié de ces crédits. Comme le taux d’intérêt était de 15 à 20 % par an dans les années 1970 avec une inflation qui fluctuait entre 40 et 100 %, ceux qui reçevaient des crédits se trouvèrent extraordinairement bénéficiaires. Ceci fit augmenter la demande de crédit du secteur agricole, qui passa de 38 % du revenu total agricole en 1969 à près de 85 % en 197598.

620Les changements dans l’échelle de production provoqués par les nouvelles technologies ainsi que la tendance spéculative engendrée par le processus de modernisation (ainsi que l’indique George Martine) ont contribué à accentuer encore davantage la concentration de la propriété de la terre, affectant aussi les rapports de production à la campagne. Du fait de la mécanisation rapide (nous avons déjà vu qu’en 1980 l’agriculture brésilienne employait 545 000 tracteurs, dont 260 000 se trouvaient entre São Paulo et Rio Grande do Sul) la main-d’œuvre et les possibilités de travail pour les petits fermiers, métayers, “posseiros” et autres petits producteurs ont été réduits. Ceci a provoqué un fort exode rural de près de 30 millions de personnes entre 1960 et 1980, dont une grande partie a émigré vers les villes, conjointement à un développement du salariat.

621La période 1980-85 a été, pour l’agriculture brésilienne, une époque de crise et de reflux. Le système de financement fondé sur un crédit fortement subventionné jusqu’à la fin des années 1970 est entré en crise à partir de 1980. Entre 1980 et 1985, le total des placements dans l’agriculture et l’élevage est tombé de 250 à 124 milliards de cruzados en valeurs constante. En matière de crédit le montant en investissements en 1984 n’a atteint que le cinquième de ce qui avait été enregistré en 1979. L’agriculture a cessé de profiter du traitement préférentiel dont elle jouissait dans ses rapports avec le secteur financier. Ceci n’eut pas cependant d’impact très défavorable sur la production pour la période 1980-1985, à l’exception de l’année 1983 où elle fut touchée par de mauvaise conditions climatiques. Ce qui par contre semble avoir compensé la baisse du crédit, la chute des prix internationaux ainsi que la diminution de la demande intérieure au cours de cette période en raison de l’impact de la crise, a été l’accroissement des subventions. Les taux de subvention ont été en effet de plus de 40 % au cours de la période 1980-1985, atteignant plus de 100 % en 1984. De la sorte, il fut possible aux agriculteurs bénéficiaires de ces subventions de compenser la chute des prix grâce à une réduction des coûts du fait des subventions. C’est-à-dire qu’il n’y eut pas exactement une élimination du traitement préférentiel du crédit, mais une plus grande sélection des bénéficiaires qui devinrent encore plus subventionnés qu’auparavant.

622Les produits qui ont le plus augmenté ces années là ont été ceux qui disposèrent des plus fortes subventions et encouragements à la production, ainsi que du crédit et de prix minimums garantis. Ainsi la plus importante croissance durant cette période a été celle de la canne à sucre, encouragée par le programme Proalcool. Les autres productions ayant eu une croissance favorable ont été le blé, le soja, le cacao, le coton et l’orange, tous ayant plus ou moins bénéficié des mécanismes spéciaux d’ajustement interne ou de facteurs favorables externes, comme ce fut le cas pour l’orange.

623Par ailleurs, la réduction du crédit subventionné destiné à l’achat d’intrants modernes n’a pas affecté nécessairement la productivité, étant donné la disponibilité élevée en stocks et l’emploi exagéré que l’on en faisait auparavant (notamment pour les engrais et les produits chimiques). Une utilisation plus rationnelle, résultat de la diminution du crédit, a permis de maintenir les niveaux de rendement avec une dépense moindre.

624La grave crise de l’économie interieure des années 1980-1983 où le PIB par habitant a chuté de presque 12 % a eu pourtant deux conséquences socio-économiques plus générales. Entre 1980 et 1985, le personnel employé dans l’agriculture avait augmenté beaucoup plus rapidement qu’entre 1975 et 1980, selon un taux annuel supérieur à plus du double que celui de cette période, et ce personnel s’était concentré surtout dans les petites exploitations du Nordeste et du Nord, où son nombre a augmenté considérablement en même temps que diminuait la surface moyenne. Les exploitations de moins de 10 hectares augmentèrent au niveau national de presque 19 %, de 2,6 à 3,1 millions. Ceci illustrait sans doute un processus de renforcement du minifundio aux dépens probablement de la migration rurale-urbaine.

625Bref, la période 1980-1985 a été caractérisée par deux processus simultanés et contradictoires. D’une part, les ressources de l’État pour la modernisation agricole se sont réorientées vers un nombre de producteurs bénéficiaires plus réduit, et ceci semble avoir suffi à maintenir les niveaux globaux de production et de productivité du secteur agricole malgré la crise. D’autre part l’activité spéculativo-financière grâce aux ressources issues du crédit et à l’importante intégration de nouvelles surfaces, semble avoir diminué. Ceci, joint à des conditions urbaines plus difficiles, a renforcé le minifundio dans les zones les plus arriérées du pays. Par conséquent, le secteur agricole semble avoir joué le rôle d’amortisseur social de la crise au cours de ces années.

626Les quinze années qui ont suivi le début des années 1980, notamment à partir de 1985, constituent une troisième phase dans la modernisation de l’agriculture brésilienne, phase caractérisée par plusieurs récoltes exceptionnelles. Quels sont les facteurs qui y ont contribué ? Selon Martine, le dernier semestre de 1984 a marqué le début d’un processus de récupération soutenu par des incitations aux exportations industrielles, secteur qui montrait alors une grande sous-activité. A son tour, la dynamisation de l’emploi urbain, que ce soit dans l’industrie, le commerce ou les services, a poussé en avant la demande intérieure en produits agricoles. De son côté, la politique sociale de la première année de la Nouvelle République a cherché à améliorer la situation alimentaire des secteurs sociaux les plus marginalisés, puis le Plan Cruzado, ont fait progresser davantage la demande intérieure. Dans ce contexte, et sans abandonner l’objectif de produire des devises grâce aux exportations agricoles, la politique a cherché à augmenter l’offre intérieure de biens-salaires. Pour encourager la production pour le marché intérieur ont été adoptés des prix garantis plus élevés pour les produits du panier alimentaire de base, des taux d’intérêt réel négatifs pour le crédit rural (en 1986 et 1987) et l’augmentation du volume de ce crédit.

627La remontée du marché intérieur en 1985 et en 1986 a été considérable. Le Plan Cruzado a réhaussé le pouvoir d’achat des travailleurs et augmenté la consommation au point qu’il a été nécessaire d’importer des produits qui étaient apparemment superflus. L’offre a augmenté, mais avec la nouvelle récession industrielle de 1987, la situation des salariés est devenue encore plus défavorable qu’auparavant. La reprise de l’inflation et la nouvelle récession ont conduit le gouvernement à adopter des mesures de renchérissement du crédit et de soutien des prix. La réduction de la demande intérieure et la perspective d’achats élevés de produits agricoles par le gouvernement ont font croître les stocks de riz, de maïs et de blé, libérant de nouveaux excédents pour l’exportation. Parallèlement, en 1988 pour la première fois depuis le début de la décennie, les prix extérieurs ont monté en raison des mauvaises conditions climatiques qui ont affecté la production en Amérique du Nord. Par conséquent, les récoltes brésiliennes de 1987-1988 et de 1988-1989 ont été très favorables.

628En résumé, la conjonction de divers instruments d’encouragement à la production, notamment pour le marché extérieur, et à certains moments pour le marché intérieur, soutenus par une forte transfusion de ressources publiques, a réussi à maintenir des niveaux de production élevés du complexe agro-industriel brésilien à partir de 1985.

629On peut alors dire que de 1965 à aujourd’hui les politiques de modernisation agricole pousuivies par le gouvernement brésilien ont contribué, avec le développement de l’industrialisation l’encouragement des exportations et les liens avec le capital agro-industriel multinational, à développer dans le pays un puissant complexe agro-industriel qui aujourd’hui domine. Mais il ne faut pas oublier que ce modèle n’est pas généralisé à tout le pays. Il est particulièrement concentré dans certaines régions, dans certaines exploitations et dans certaines productions, et ne touche que de façon assez marginale ou même pratiquement pas d’autres régions, d’autres exploitations et d’autres productions.

630Même en 1980, seulement 7 % des exploitations agricoles disposaient d’un tracteur ; beaucoup de grands propriétaires fonciers utilisent encore aujourd’hui davantage leur terre pour obtenir des crédits subventionnés ou comme réserve de valeur que pour produire, et la petite agriculture de subsistance de moins de 10 hectares voit croître la part de la force de travail qui dépend d’elle, passant de 37 % en 1980 à 40 % en 1985. En 1980, les exploitations de moins de 50 hectares avec 12,6 % de surface en propriétés occupaient 87 % de tout le personnel employé dans l’agriculture, et produisaient 40 % de la valeur globale de la production.

631Les agriculteurs « modernes » du complexe agro-industriel brésilien ont été fortement dépendants des politiques de l’État dans toutes les phases de modernisation, et ils le sont encore aujourd’hui. Durant les différentes phases de la modernisation, les crédits subventionnés et les autres formes d’encouragements ont dynamisé l’achat de semences améliorées, d’intrants divers, de mécanique agricole et de matériel. En outre, l’action de l’État a été fondamentale dans le domaine de la recherche technologique, l’assistance technique, le développement des infrastructures, la garantie des prix, le taux de change favorable, l’assurance des récoltes contre les intempéries, etc. A travers d’autres programmes comme Pro-Alcool, l’État a rendu les investissements possibles et s’est porté garant de la rentabilité agricole des grandes entreprises intégrées au complexe agro-industriel.

632Cette politique de l’État a rendu possible non seulement le développement du complexe agro-industriel, mais a en plus contribué de façon déterminante à la distribution très inégale de ses profits entre régions, secteurs sociaux et groupes économiques. Ces derniers, à travers leurs syndicats patronaux et d’autres organisations exercent sur l’État une forte pression pour le maintien de la concentration de ces profits et s’opposent jusqu’à maintenant avec succès, à toute possibilité de réforme agraire substantive.

633Une dernière caractéristique du complexe agro-industriel brésilien qu’il convient de signaler ici est que, bien que la productivité du travail procurée par le secteur moderne ait considérablement augmenté (mais rappelons-nous qu’il ne s’agit que d’une portion extrêmement réduite de la force de travail), l’accroissement de la productivité de la terre a été minime. Une grande partie de l’augmentation de la production a été obtenue par l’agrandissement des surfaces cultivées dans un pays où continue d’exister jusqu’à présent une frontière agricole importante et d’énormes possibilités d’expansion des zones cultivées avec des productions rentables, même si cela implque de déplacer d’autres cultures.

  • 99 Graham, Gauthier et Barros, “Thirty Years of Agricultural Growth in Brazil : Crop Performance, Regi (...)

634Un travail récent de Graham, Gauthier et Barros99 où ils étudient la croissance agricole durant la période 1950-1980, montre qu’à l’exception du café et du cacao, l’augmentation du rendement physique de l’agriculture brésilienne a été insignifiant. Dans le cas du cacao, le progrès est exclusivement dû à la croissance obtenue dans la décennie de 1970. Les trois cultures présentant la plus grosse augmentation de la production, soja, orange et blé, ont enregistré une énorme croissance de l’espace cultivé mais des augmentations de productivité insignifiantes.

635Le Brésil est aujourd’hui grâce au développement de son complexe agro-alimentaire l’une des grandes puissances agricoles du monde et la principale en Amérique latine. Vers le milieu des années 1980, le Brésil était le premier exportateur mondial de café, de sucre et de jus d’orange, le deuxième exportateur de soja et de cacao, le troisième exportateur de maïs, le sixième exportateur mondial de coton. A l’époque, il était en train de devenir aussi l’un des principaux exportateurs mondiaux de viande de volaille, avec près de 300 millions de dollars exportés en 1988. D’autre part, la production d’éthanol à base de canne à sucre a été multipliée par cinq entre 1978 et 1988 et dépasse aujourd’hui les 12 milliards de litres qui sont utilisés par un parc automobile de 4 millions d’unités. En 1988, sa production agro-pastorale représentait 35 % du PIB agricole de l’ensemble de l’Amérique latine.

636Ce dynamisme du complexe agro-industriel a représenté sans doute un coût énorme sur le plan écologique et surtout social. L’intégration de nouvelles terres, qui s’est faite très rapidement (250 millions d’hectares ont été intégrés aux exploitations agricoles en 1960 et 376 millions en 1985), s’est développée sans accorder la moindre valeur à la conservation des ressources naturelles. Le problème de la conservation des sols se pose presque partout et pas seulement en Amazonie. A l’exception de certains endroits où une petite agriculture familiale de type alimentaire ou commercial a pu se maintenir pendant de longues périodes, l’on peut dire qu’il n’existe pas au Brésil de paysannerie liée à la terre. La terre est souvent abandonnée après quelques années d’exploitation ; on peut parler d’une économie presque minière plutôt que d’une économie agricole.

  • 100 Ouvrage cité en note 95, p. 174.

637Les méthodes agricoles employées conduisent à cela comme le rappelle très pertinemment Hervé Théry100. En dehors de quelques zones privilégiées comme les rives des fleuves, périodiquement inondées et fertilisées par les crues des eaux (“varzeas”), les oasis du sertão ou certaines enclaves de colons d’origine immigrée (allemands, italiens, japonais), les agriculteurs brésiliens grands ou petits ont constamment appliqué des méthodes agricoles très primitives du point de vue de la conservation des ressources et de la fertilité des sols. Ces méthodes ont consisté essentiellement à déboiser et brûler la forêt, à pratiquer la monoculture avec un emploi limité d’engrais (aujourd’hui, à certains endroits, l’utilisation des fertilisants est devenue excessive), sans rotation des cultures, jusqu’à ce que la fertilité naturelle disparaisse au bout de quelques années. Les terres usées sont alors abandonnées au profit de nouvelles terres vierges voisines ou dans de lointaines régions de la frontière. De ce point de vue, les différences entre petites ou grandes exploitations ont été minimes.

  • 101 Pierre Bazan, Géographie Mondiale de l’Élevage, Litec, Paris, 1983.

638Quant à l’élevage bovin, activité d’élevage totalement dominante (57 millions de bovins en 1960, 128 millions en 1985), et bien que sa dynamique de croissance ait diminué au cours des dernières périodes (les effectifs décroissent depuis 1970), il est orienté, à l’exception de certains bassins laitiers proches des grandes villes ou de certains cheptels de reproducteurs, vers la production extensive de viande. Ceci s’observe notamment dans de grandes “haciendas” d’élevage du Far West brésilien, les États de Mato Grosso et de Goias, la meilleure zone d’élevage du Brésil, où elles peuvent atteindre 100 à 200 000 hectares et avoir plus de 160 000 bovins par exploitation. Concernant le croisement avec le zébu qui a permis d’améliorer les anciennes races créoles, les rendements restent médiocres et la plupart des pâturages sont naturels. Dans l’État le plus modernisé en matière d’élevage de bétail brésilien, Rio Grande do Sul, où des races améliorées ont été introduites comme le charolais dès les années 1930, les méthodes de production ont peu évolué et la capacité de charge des prairies était en 1980 d’un bovin par hectare, contre 0,7 bovin par hectare pour l’ensemble du Brésil101.

  • 102 Dalia Maimon, Politiques d’approvisionnement alimentaire au Brésil, thèse de doctorat soutenue en d (...)

639Du point de vue social, le développement du complexe agro-industriel n’a pas beaucoup contribué au Brésil à l’amélioration des conditions sociales et alimentaires de la population. Celles-ci ne se sont ni améliorées, ni même détériorées. En 1984, 26 % de la population active du Brésil gagnait moins de la moitié du salaire minimum et 34 % entre la moitié du salaire minimum et le salaire minimum102 ; par ailleurs, la valeur de ce salaire minimum pour satisfaire la ration alimentaire de base d’une seule personne diminue de plus en plus. En 1959, le coût de cette ration représentait 27 % du salaire minimum, en 1967, 40 %, en 1974, 62 %, et, en 1984, 81 %. Il faut signaler que de nombreuses familles, et non seulement des individus, vivent aujourd’hui au Brésil avec le salaire minimum ou moins, et que celui-ci doit couvrir aussi d’autres dépenses de la vie.

  • 103 María Antonieta Martins Galeazzi, A Problemática do Abastecimiento, da Alimentaçao et de Nutriçao p (...)
  • 104 FAO, R. Urzúa, “Caracterización, dimensiones y evolución de la Pobreza Rural”, in Estudio sobre la (...)

640En 1985, plus de 11 millions de familles, soit 53 millions de personnes se trouvaient au Brésil dans une situation de pauvreté, ce qui signifie que 40 % de la population totale gagnaient moins de la moitié du salaire minimum par personne. Dans les zones rurales, la proportion de pauvres variait d’au minimum 48 % dans la région sud à 85 % dans le Nordeste103. D’autres études estimaient que pour l’ensemble du pays, 73 % des familles rurales vivaient en-dessous du seuil de pauvreté. Les familles se trouvant dans cette situation appartenaient tant au groupe des petits agriculteurs qu’à celui des salariés ruraux. En 1984, une étude sur la pauvreté rurale réalisée par la FAO montrait que 46 % de la population rurale était composée de salariés et 54 % d’agriculteurs indépendants, petits agriculteurs pour la plupart. Parmi les salariés, 52 % se trouvait au-dessous du seuil de pauvreté, dont 48 % de petits agriculteurs104.

  • 105 Prefeitura de Sao Paulo, Sao Paulo : crise e mudança, Ed. Brasiliense, Sao Paulo, 1990.

641Sur la base des données qui précèdent, on est pratiquement obligé de conclure que le problème de la pauvreté au Brésil est surtout associée jusqu’à présent aux conditions de vie à la campagne, bien que la pauvreté augmente rapidement dans les zones urbaines. Dans les zones métropolitaines, en 1984, les familles pauvres représentaient 19 % de la population. Dans la région métropolitaine de Sao Paulo, la ville la plus riche du Brésil, où vivaient en 1980 8,5 millions de personnes et en 1990 11,4 millions, le pourcentage de familles pauvres est passé de 35 % du total des familles en 1981 à 42 % en 1987105.

La modernisation agricole et le complexe agro-industriel mexicain106

  • 106 Nous nous sommes basés, pour cette section, sur CEPAL, “México : políticas y subsidios agrícolas y (...)

642L’agriculture mexicaine est entrée en crise à la fin des années 1960 après une phase de croissance très dynamique entre le début des années 1940 et le milieu des années 1960 (la croissance moyenne du produit agricole a été de 4,6 % entre 1942 et 1964, tandis que la population augmentait de 3,1 %, et, en volume, la production agro-pastorale a été multipliée par six entre 1940 et 1967).

  • 107 Dotations de terres effectuées par la réforme agraire à titre collectif ou individuel à des groupem (...)
  • 108 En 1930, la surface sous irrigation n’atteignait que 300 000 hectares. A partir de 1935 est lancé u (...)

643Les bases de la politique qui a mené à une croissance accélérée de la production ont été établies sous le gouvernement de Lázaro Cárdenas (1935-40). Outre une considérable redistribution des terres via la réforme agraire (plus de 20 millions d’hectares ont été attribués aux “ejidos”107 pendant le mandat présidentiel de Cárdenas), le gouvernement cardeniste a mis en place une grande politique d’irrigation108, créé les Banques de Crédit Agricole et de Crédit Ejidal, augmenté de façon considérable les investissements dans les zones rurales et désigné l’agriculture comme le secteur prioritaire des politiques de croissance.

644Bien que durant les gouvernements qui ont suivi celui de Cárdenas l’accent mis sur une politique pro-paysanne ait été abandonné pour favoriser le développement de l’industrialisation comme substitution aux importations, et que dans le secteur agricole ait été promu la nouvelle agriculture capitaliste (appelée petite propriété) aux dépens des communautés et des “ejidos”, la croissance de la production agricole s’est maintenue à la hausse malgré un déclin. Entre 1940 et 1950 la production a progressé d’un taux moyen annuel de 5,8 %, et entre 1950 et 1960 de 4,3 %.

645Ce dynamisme de la production s’est épuisé au milieu des années 1960. Divers obstacles ont commencé à bloquer la croissance. A partir de 1965, le taux de croissance est tombé au-dessous du taux d’augmentation de la population. Dans les années 1968-1972, les productions fondamentales de la consommation de base (maïs et blé) ont stagné ou diminué tandis que la masse des consommateurs augmentait de près 2 millions de personnes par an. A partir de 1972, le Mexique devint importateur de blé, et, ce qui était plus grave, de maïs. Les produits agricoles d’exportation quant à eux, s’ils se sont maintenus concernant le sucre, ont chuté pour le coton et le café.

646Entre les années 1940 et les années 1960, l’agriculture a contribué de manière décisive au financement du développement industriel du pays, aussi bien par le transfert de ressources que par l’apport de devises. Mais ceci a contribué à sa stagnation progressive. Les raisons ont été diverses : évolution défavorable des prix agricoles, dégradation du revenu net du secteur, diminution du crédit et des investissements, stagnation des surfaces cultivées, diminution du taux de développement des ouvrages d’irrigation, etc.

647Le gouvernement du Président Echeverría (1970-76) a tenté de réagir face à cette situation en lançant une politique agricole beaucoup plus dynamique : réorganisation des services publics et des banques liées au secteur agricole, doublement des investissements et des bénéficiaires du crédit agricole, accroissement de l’assistance technique et des prix garantis, etc. Malgré tout, la production n’a augmenté que lentement et le Mexique a dû continuer à accroître ses importations alimentaires.

648Sous le gouvernement de son successeur, le Président López Portillo (1977-82), la croissance de la production agricole a continué à être très insuffisante et 1979 a été une année désastreuse où la production de maïs a diminué de 23 %, celle de haricots de 32 % et celle de blé de 18 %. L’année suivante il a fallu doubler les importations de grains de base. En mars 1980, le gouvernement a annoncé la mise en œuvre d’un nouveau programme : le SAM (Système Alimentaire Mexicain), qui était un plan complexe destiné à la fois à diminuer la dépendance alimentaire vis-à-vis de l’extérieur, à donner un coup de fouet à l’économie paysanne, à augmenter l’offre de produits agricoles de base et à améliorer la situation alimentaire de la population. Pour exécuter le SAM, le gouvernement a augmenté les prix garantis des produits alimentaires essentiels, a accru le volume du crédit agricole et diminué le taux d’intérêt, a établi un système de distribution des risques entre les paysans et l’État et a augmenté la production et la distribution des intrants destinés à l’accroissement de la productivité. Tout ceci a été financé par une augmentation des ressources à partir des exportations pétrolières. Pendant les trois années d’application du SAM et en dépit des critiques que soulevait son coût très élevé, la production agricole a augmenté à un rythme compris entre 4 et 8 % par an. En particulier, la production de grains de base a augmenté de façon considérable en 1980 et en 1981.

649Le nouveau gouvernement du Président de la Madrid, qui s’est installé fin 1982 (1982-1988), s’est trouvé confronté à une situation de crise économique liée à la chute des prix internationaux du pétrole, à une énorme dette extérieure du pays, à la hausse des taux d’intérêt et à l’accélération de l’inflation. Le gouvernement a alors supprimé le programme SAM et lancé en 1985 le Programme National de Développement Rural Intégré (PRONADRI) aux finalités comparables à ceux du SAM. La production agricole malgré la fin des aides provenant du SAM, s’est maintenue à un taux de croissance modéré, en dépit du fait que les ajustements des prix garantis contribuaient à l’amélioration de la production de grains. La surface récoltée avec des cultures de base a récupéré les volumes de la période 1964-70. La production de maïs a dépassé de plus de 11 % celle de la période précédente. Malgré ceci les importations de maïs ont progressé de façon alarmante, atteignant presque 17 millions de tonnes au cours du sextennat, c’est-à-dire trente fois plus que dans la période 1976-1982. Et de plus, il n’a pas été suffisant d’importer que du maïs. En dépit de l’accroissement de la production de riz, de blé, de sorgho et de soja, le Mexique a été contraint d’importer des volumes élevés de ces produits pour satisfaire la demande.

  • 109 Maïs, haricots, riz, blé, sésame, carthame, soja, coton, sorgho et orge.
  • 110 Guillermo Knocherhaver, “La Modernización del Agro en México”, in Revista Comercio Exterior, vol. 4 (...)

650Comme synthèse de cette brève analyse de l’évolution de la productivité de l’agriculture mexicaine, on peut dire que malgré tous les plans et les efforts réalisés au cours de ces dernières années, la crise qui a débuté vers le milieu des années 1960 non seulement n’a pas été surmontée mais bien au contraire elle semble s’être aggravée. Depuis le début des années 1980 on observe une baisse constante de la production des dix principales cultures qui représentent 77 % de la production agricole totale109. En 1981 la production a été de 27,7 millions de tonnes pour l’ensemble de ces cultures ; en 1986 de 24,4 millions et en 1989 de 21,7 millions110. La surface récoltée avec ces mêmes cultures a diminué.

651En 1965 ces cultures occupaient 12,5 millions d’hectares, avec la moitié de la population actuelle, et en 1989, 11,4 millions d’hectares. Et en dépit des importations croissantes (le volume des importations est 44 fois plus important que celui des années soixante), les disponibilités actuelles par habitant ont diminué : le maïs est passé de 251 kg par habitant en 1981 à 145 kg en 1989, les haricots, de 26 à 9 kg ; le blé, de 62 à 52 kg au cours de mêmes années.

La constitution et le développement du complexe agro-industriel d’élevage

652Dans ce contexte d’évolution négative de l’agriculture du pays s’est constitué au Mexique, comme d’ailleurs dans les autres pays les plus développés de l’Amérique latine, un complexe agro-industriel significatif : un des secteurs productifs où ce complexe s’est le plus développé est le secteur de l’élevage, aussi bien de bovins pour la viande et le lait, que de la production de volaille et de porcs.

  • 111 Rosario Pérez Espejo, article cité en note 106.

653A partir des années 1950 un fort développement du troupeau de bovins survint au Mexique ; ce fait est lié à l’expansion des exportations de bétail, aussi bien d’animaux vivants que de découpes et de viande désossée ; cette expansion a été considérable entre le milieu des années 1960 et la fin des années 1970. Cette perspective a fait augmenter de façon considérable les crédits et les investissements pour les projets d’élevage dans les zones tropicales du pays ; cette stratégie a été promue par les organismes financiers internationaux dans le but de fournir de la viande bon marché aux consommateurs des pays industrialisés, notamment les États-Unis111. Le cheptel de bovins du pays est passé de 16 millions de têtes en 1960 à 35 millions au début des années 1980.

654Par ailleurs, la production intensive de porcs et de volaille est celle qui s’est le plus développée au cours des vingt-cinq dernières années. Le troupeau porcin, qui était d’environ 6 millions de têtes en 1960, a atteint 10,5 millions en 1970 et près de 20 millions dans les années 1983 et 1984. Plus tard la crise économique a affecté la croissance des cheptels de bovins et de porcs, mais aussi l’aviculture. Concernant la volaille, celle-ci est passée de 60 millions d’unités entre les poulets et les poules en 1960, à 123 millions en 1970 et à 211 millions en 1985, pour retomber à 175 millions en 1987.

655Le grand dynamisme de la porciculture et de l’aviculture est le résultat des facteurs suivants : il s’agit d’exploitations qui n’exigent pas de grandes étendues de terre pour leur installation, ces deux types de productions ont reçu pendant une longue période du sorgho à des prix subventionnés, l’implantation de paquets technologiques, introduits et contrôlés par les entreprises transnationales, a fortement accentué leur productivité et enfin le marché intérieur s’est développé rapidement absorbant toute la production.

656A propos de l’élevage il importe de signaler aussi la production laitière. Celle-ci provient de trois types d’exploitations : les exploitations qui font de la production laitière avec des animaux en stabulation, celles qui pratiquent une semi-stabulation et celles qui pratiquent une traite classique. La stabulation dans les exploitations s’est développée à partir des années 1935-40, lorsque le processus d’industrialisation a entraîné une croissance accélérée de la population urbaine. Ces exploitations laitières modernes se caractérisent par le confinement du bétail dans les étables et un système d’alimentation à base de concentrés et de fourrages. En 1983, le bétail en stabulation produisait près de 60 % de la production totale laitière, tout en ne représentant que seulement 12 % du cheptel laitier.

657Du point de vue techniques de production, le problème de l’élevage moderne tant pour le lait que pour la viande est celui du mode d’alimentation et des paquets technologiques qui l’accompagnent. Dans le cas de l’élevage laitier en stabulation, le fourrage qui est donné est à base d’aliments concentrés, luzerne et ensilage. Cette forme de production dépend pour une grande partie des intrants importés : médicaments, sperme, équipements et mécanisation, génisses de remplacement. Ces éléments ont une incidence sur les coûts de production, surtout eu égard à la dévaluation constante du peso par rapport au dollar. Cette donnée joue sur la politique des prix qui contrôle le prix du lait mais non sur celui des aliments concentrés, et qui a annulé récemment les subventions accordées au sorgho et au soja, faisant de l’exploitation laitière dans ce cadre technologique une activité de moins en moins rentable.

658Avant d’examiner les conséquences du complexe agro-industriel dans le secteur de l’élevage, précisons les caractéristiques des productions porcines et avicoles.

659La porciculture a été le secteur de l’élevage le plus dynamique entre 1972 et 1983, lorsque le taux de croissance de ses élevages et de sa production de viande a été plus élevé que ceux des autres secteurs. En même temps ses méthodes de production ont été modernisées. En 1960, 52 % des porcs provenaient d’élevages fermiers des zones peuplés, 28 % correspondaient à une porciculture de subsistance des “ejidos” et des communautés agraires, et seulement les 20 % restant pouvaient être considérés comme relevant d’une porciculture semi-technicisée. A la fin des années 1960 et début des années 1970 apparaît une porciculture de haute technicité dans les régions du Pacifique nord (Sonora et Sinaloa) pratiquée par des producteurs privés et des “ejidos”, ainsi que dans certaines zones d’élevage traditionnel du centre du pays. Les systèmes semi-intensifs qui se développèrent dans ces bassins d’élevage de porcs étaient caractérisés par d’énormes ateliers d’engraissement (ensembles d’animaux qui sont engraissés pour l’abattoir),-certains de plus de 150 000 porcs-et l’emploi de systèmes modernes d’alimentation basés sur les aliments concentrés.

660A côté de la porciculture intensive et semi-intensive, l’élevage fermier continue a être pratiqué rassemblant des systèmes hétérogènes et à très petite échelle, notamment sur la côte Pacifique, dans diverses communautés rurales et dans les petites villes sur l’ensemble du pays.

  • 112 Voir article cité de Rosario Pérez Espejo en note 106.

661A partir de 1984, année où a été supprimée la subvention au sorgho, la porciculture est entrée en crise, avec la grande baisse de ses élevages. En 1987 il ne restait que 16 millions de têtes, contre près de 20 millions au début des années 1980. De 1983 à 1987, la production de viande de porc était réduite de près de la moitié. Parallèlement, la production a commencé à se concentrer chez de petits groupes de grands éleveurs de porcs qui ont maîtrisé les différentes phases de l’activité, ce qui impliquait de produire les intrants (reproducteurs et aliments concentrés) jusqu’au porc pour l’abattoir, puis la transformation, le dépeçage, le conditionnement industriel, la vente au détail et récemment, l’exportation112.

662Quant au secteur avicole, il représente sans doute le secteur d’élevage le plus dynamique, le plus organisé, à la plus forte productivité et à la plus grande intégration verticale et horizontale. C’est d’ailleurs l’activité qui génère la protéine animale la moins chère. Sa consommation est surtout le fait des grandes zones urbaines, aussi bien pour la chaire que pour les oeufs. En 1977 par exemple, pour une consommation au niveau national d’oeufs par habitants de 134 unités, la consommation dans l’aire métropolitaine de la ville de Mexico se montait à 280 unités ; concernant le poulet, pour une consommation moyenne par habitant au niveau national de 6,3 kg, elle s’élevait à 12 kg dans l’aire métropolitaine.

  • 113 Ibid.

663Dans le processus de production avicole aussi bien des oeufs que de poulets engraissés, trois zones de production se distinguent (non inclue la génération de lignes pures) : la première est celle des volailles génitrices, la deuxième celle des volailles reproductrices et la troisième celle des volailles pour la commercialisation, ou comme pondeuses dans le cas de la production d’oeufs. Selon l’échelle de production, le niveau technologique et le degré d’intégration des différentes étapes du processus de production, les systèmes d’exploitation avicole se classent en quatre groupes : intégrés, semi-intégrés, non-intégrés et d’arrière-cour113. Les premiers, qu’il s’agisse de production de viande ou d’oeufs, sont constitués par des fermes de plus de 100 000 animaux en production ; leur technologie est automatisée dans les processus d’alimentation et de nettoyage. Ce système intégré comprend l’élevage et le développement du matériel génétique en association avec des entreprises transnationales propriétaires de ces lignes génétiques, la production d’aliments concentrés se fait aussi en association avec des transnationales (70 % des aliments concentrés pour volaille sont fournis par ces dernières) et les vaccins et les antibiotiques employés sont produits par des laboratoires transnationaux.

664Les producteurs semi-intégrés possèdent des fermes de 50 à 100 000 animaux. Dans l’aviculture consacré à la production d’oeuf l’intégration comprend la production d’aliments concentrés et l’incubation d’oeufs fertiles pour les volailles pondeuses ; par contre, dans l’aviculture destinée à la production de viande, les producteurs semi-intégrés dépendent de producteurs intégrés qui assurent l’approvisionnement en aliments concentrés et en poulets nouveaux-nés, et il en est de même pour la commercialisation de leurs produits.

665Les producteurs non-intégrés d’oeufs et de poulets, représentent un marché captif du paquet technologique que fournissent les entreprises transnationales, lequel inclut l’aliment concentré le poulet d’un jour et les produits pharmaceutiques. L’aviculture fermière est en fait surtout réservée à l’autoconsommation de la population rurale.

666Le complexe agro-industriel avicole mexicain est caractérisé d’une part, par une grande concentration de la production : 7 entreprises, sur 86 au total produisent 46 % du poulet d’élevage et moins du 6 % du total des fermes d’élevage produisent 55 % de la viande de poulet. D’autre part, le capital étranger possède une haute participation dans ce secteur et exerce un contrôle soutenu sur les processus clés de l’activité. Finalement la base de l’aviculture moderne est le matériel génétique importé des États-Unis.

  • 6 N. de la T. : “ganadería” : élevage.

667Le développement du complexe agro-industriel d’élevage, dont nous venons d’exposer les éléments essentiels de ses différentes productions, a eu au Mexique depuis des années un important impact sur le secteur agricole, dans ce que certains économistes ont appelé “la ganaderización”6 de l’agriculture, c’est-à-dire la rivalité entre les hommes et les animaux pour l’utilisation des ressources, notamment la terre. Cette concurrence a deux genres de conséquences : une conséquence directe, qui est celle qui implique la présence de bêtes sur des surfaces qui peuvent avoir une utilisation agricole, et une conséquence indirecte, qui se traduit par des modifications du modèle de cultures au profit de produits de consommation animale.

668Par rapport à la concurrence directe et indirecte on observe dans l’agriculture mexicaine une première phase de “ganaderización” dans les années 1960 qui s’est traduite par un déplacement des cultures de grains de base et leur remplacement par du sorgho et du soja destinés à la fabrication d’aliments concentrés. Une deuxième phase a débuté à partir du milieu des années 1970 dont l’orientation a d’une part renforcé la tendance précédente à partir d’une expansion continue du sorgho et du soja et l’apparition de nouvelles cultures fourragères (maïs, avoine, orge, pois chiches et autres, destinées à la consommation animale), et a d’autre part introduit des pâtures dans des zones tropicales provoquant un processus de destruction de leur abondante biomasse. L’effort de défrichement des terres boisées et des forêts pour créer des pâtures se fait dans des régions où la méthode d’élevage qui consiste à utiliser des concentrés de soja n’a pas pénétré. Ce processus de grande ampleur de par la quantité d’hectares ajoutés au pâturage direct, représente plus du double du total d’hectares utilisé actuellement pour la culture de plantes fourragères. On estime d’une façon plutôt conservatrice que depuis 1975 environ 4 millions d’hectares de plus ont été consacrés à l’élevage extensif dans des zones tropicales. De sorte que le développement de la frontière agricole peut être imputé en grande partie au déboisement de forêts qui pour la plupart sont maintenant utilisées pour des pâtures. Ces pâturages sont principalement localisés dans la zone tropicale humide (Veracruz, Yucatan, Chiapas, Campeche, Quintana Roo et Tabasco).

  • 114 Sorgho, soja, luzerne, orge, avoine, pois chiche, maïs et carthame.

669Pour ce qui concerne le remplacement de certaines cultures par d’autres considérées comme des éléments de base, l’élevage a transformé de façon importante les schémas traditionnels des pratiques culturales. A l’exception des régions nord et centre-sud, ces modèles tendent depuis les années soixante, à s’orienter rapidement vers les cultures fourragères utilisées dans la fabrication d’aliments concentrés. L’expansion des cultures destinées à la consommation animale est exemplaire en ce qui concerne le sorgho : pratiquement inconnu dans la décennie 1950, il n’était cultivé que sur 116 000 hectares en 1960 puis 1 471 000 hectares en moyenne pour les trois années 1982, 1983, 1984. La surface récoltée pour l’ensemble des cultures fourragères114 moins les pâtures, représentait 2,8 % de la surface recoltée en 1960 et 11,2 % en 1982-1984, et, pâtures inclues, 28 %.

670La crise de la seconde moitié des années 1980 avec la baisse de la consommation par habitant a amené comme nous l’avons vu précédemment à une diminution des élevages et de la production par les éleveurs. Ceci peut avoir eu un certain effet de freinage sur le processus de “ganaderización” indirecte de l’agriculture. Mais si la consommation des classes moyennes s’accroît à nouveau dans les prochaines années cette tendance a toutes les chances de se poursuivre, au détriment des cultures de base de la consommation populaire.

Le complexe exportateur des fruits et légumes115

  • 115 Pour cette section, nous nous basons sur Manuel Angel Gómez Cruz et Felipe de Jesús Caraveo López, (...)

671Un autre secteur outre celui de l’élevage, où un important complexe exportateur s’est rapidement constitué au cours des dernières années est celui des fruits et légumes. Ce secteur à la différence du précédent, qui était destiné tant à la consommation intérieure qu’à l’exportation, est entièrement orienté vers l’exportation en direction des États-Unis.

  • 7 N. de la T. : le mot “maquila” correspond au pourcentage de grain que perçoit le meunier pour trans (...)

672Ces dernières années, diverses entreprises nord-américaines se sont intéressées à “l’agro-maquila”7 pour la production de fruits et légumes, dont les principes de base sont les mêmes que ceux des “maquiladoras” industrielles. Les compagnies étrangères fournissent le capital, la technologie et le marché, et le Mexique apporte l’espace et la force de travail.

673A partir de 1985, les surfaces consacrées à la production de légumes enregistrent une énorme croissance à Sonora et en Basse Californie. En 1977, quatre régions sélectionnées ont réservé 6 000 hectares pour ces cultures, en 1985, 18 500 hectares, et en 1988-1989, 70 500 hectares. Les nouvelles surfaces orientent à 95 % leur production en produits frais, congelés ou semi-congelés, destinés au marché nord-américain. Dans l’État de Guerrero notamment, déjà en 1975 s’était installée la firme nord-américaine American Products Co., filiale de Brand. Trois autres sociétés se sont installées au cours de la décennie suivante. En 1988-1989, ces entreprises contrôlaient près de 5 000 hectares de terres destinées à la production de melons d’exportation.

674Toutes ces productions sont orientées aussi bien vers la production de légumes traditionnels que vers de nouveaux produits horticoles. Une grande infrastructure agro-industrielle s’est aussi développée, surtout au niveau du conditionnement pour exporter. Dans ce but, dans la région de El Bajío se sont récemment installées plus de vingt-cinq usines, qui n’existaient pratiquement pas auparavant. Vingt usines de conditionnement se sont installées dans la vallée du Yaqui, à Sonora, et dans la vallée de Mexicali, en Basse Californie, il existe aujourd’hui vingt-cinq usines. Ces usines traitent un grand nombre de fruits et légumes : melons, pastèques, citrouilles, piments forts (“chiles”), concombres, laitues, tomate industrielle, oignons, ail, artichauts, fraises, choux-fleurs, brocoli, blètes, etc.

675Cet essor horticole dans le nord du Mexique a des causes diverses : d’une part, il y a un développement soutenu du marché nord-américain depuis 1975, contrastant avec la chute drastique de la demande intérieure depuis 1982, conséquence de la crise et des politiques d’ajustement. En outre, le Mexique commence à exporter vers le Japon et vers certains pays européens. D’autre part, le Mexique a des avantages comparatifs comme des salaires plus bas, par rapport au même type de production qui se fait en Californie et dans d’autres régions nord-américaines. Entre 1985 et 1990, le coût de la main-d’œuvre a été réduit en termes réels de 38 %. Cette différence de salaires : 3 à 4,5 dollars contre 5 à 6 dollars de l’heure, a une grande importance si l’on considère que la production et la manipulation des légumes demandent de grandes quantités de main-d’œuvre. Cet avantage additionnel provient de la sous-évaluation du peso mexicain face au dollar.

676A tout ce qui précède il faut ajouter évidemment l’accroissement de la productivité permanente des nouvelles technologies. Les différences de productivité horticole entre les États-Unis et le Mexique ont pratiquement disparu, à l’exception de la culture des fraises et de la tomate et s’il en reste encore elles ne compensent pas les différences significatives existant en termes de coûts.

677Dans le cas de la production de melons de la vallée du Río Balsas, les firmes nord-américaines exercent un contrôle direct sur la totalité des opérations. Bien que ce ne soit par autorisé légalement, les sociétés louent les terres des “ejidos” sélectionnées par la firme elle-même.

  • 116 Voir article de Manuel Angel Gómez Cruz et Felipe de Jesús Caraveo López, cité note 115.

678Un aspect qui a exercé une influence indéniable sur l’essor de la productivité horticole au cours des dernières années est constitué par les conditions particulières de chaque région116. Les produits de base comme le sorgho et le blé au Bajío, le blé et le soja dans le sud de Sonora et le coton et le blé dans la Vallée de Mexicali, par exemple, engendrent des profits sûrs mais très limités. Ceci est dû au fait que, dans les dernières années, les augmentations des prix garantis ont été inférieures à celles des coûts de production. En même temps, le crédit pour ces cultures a diminué. Par conséquent pour les grands producteurs il devient de moins en moins attractif de produire des cultures de base et pour cela ils orientent leurs ressources vers l’horticulture. De nombreux producteurs de légumes ont créé des relations qui dans la majorité des cycles de production leur permettent d’obtenir des profits considérables. D’autres opèrent par le biais de contrats de production avec des entreprises transnationales, ce qui leur garantit presque toujours un plus grand profit que celui qu’ils tireraient d’autres cultures.

679L’essor de la production horticole dans différentes régions du Mexique, notamment dans les États frontaliers avec les États-Unis, est aussi étroitement lié au développement des “maquiladoras” agricoles. La nécessité d’élargir et de renforcer leur domination sur les marchés mondiaux, sur la base d’une plus grande compétitivité des coûts de production, a mené les entreprises transnationales à promouvoir le travail à “maquila” : celui-ci consiste à fractionner et relocaliser ou sous-traiter des parties spécifiques du processus de production dans différents pays, afin de réduire les coûts.

680Le cadre légal du régime des “maquiladoras” d’exportation a été établi au Mexique en 1984. Ces sociétés peuvent être la propriété d’étrangers jusqu’à 100 % de leur capital, ils peuvent vendre jusqu’à 10 % de leur production sur le marché intérieur et en exporter 90 %, ils peuvent également s’installer en dehors des franges côtières et des zones frontalières. En 1986 il y avait quartorze entreprises de “maquila” d’exportation de légumes qui s’occupaient des domaines de la sélection, de la préparation, de l’empaquetage et de la mise en boîte. Le système de “l’agro-maquila” dans la production horticole pour l’exportation, impulsé par les compagnies nord-américaines constitue un complément de la production sur la base de contrats qui peut prendre diverses formes.

681Tout cet essor horticole bénéficie d’une part à un certain nombre d’entreprises transnationales et d’autre part pas à plus de cent familles de grands producteurs agricoles et d’agro-industriels mexicains. En même temps que cette évolution se fait dans une seule une région du pays, El Bajío, il existe plus de 100 000 familles à la campagne dont la plupart vit dans des conditions de survie.

682Ainsi que le signalent les auteurs de l’article cité précédemment (Gómez Cruz et Caraveo López), la stratégie des avantages comparatifs ne fonctionne pas lorsqu’un autre pays possède des atouts grâce auxquels il impose sa domination tout au long du processus de production. Les États-Unis déterminent la production de légumes d’exportation du Mexique, car ils contrôlent le marché, la technologie et dans une large mesure le financement. Dans l’économie mexicaine, ce sont principalement quelques grands producteurs, les entreprises transnationales, les commissionaires et les entreprises de distribution qui tirent profit de ces avantages. Dans les faits, les régions horticoles du Mexique qui disposent du plus grand développement technologique sont de véritables enclaves nord-américaines. Ainsi on ne doit pas s’étonner de l’épuisement excessif des sols et de l’eau, de la prolifération de nouveaux fléaux et maladies, des changements des structures de production et de l’aggravation des différences sociales.

Modernisation agricole et pauvreté rurale

  • 117 Raúl Livas et Bernardo Miranda Mérida, “Niveles de Ingreso y Alimentación en México : situación act (...)

683Le Mexique est un autre exemple en Amérique latine, avec le Brésil, de pays où la considérable modernisation agricole qui s’est produite au cours des dernières décennies, ainsi que le développement de grands complexes agro-industriels, n’ont pas grandement contribué à l’amélioration des conditions sociales et alimentaires de la population, ni de la population rurale ni de la population globale du pays. La disponibilité par habitant des principaux aliments de base (maïs, blé et haricots) a diminué de façon substantielle entre 1981 et 1989 comme nous l’avons déjà signalé, et les plus récentes études sur la situation alimentaire du pays117 montrent qu’en 1982, 50 millions de Mexicains, sur un total de 73 millions, étaient en-dessous des minima nutritionnels (2 115 Kcal et 64,4 g de protéines) considérés comme étant indispensables. Autrement dit 68 % des Mexicains manquaient d’un régime leur garantissant une consommation nutritionnelle équilibrée en calories et en protéines, et seulement 23 millions d’entre eux étaient au dessus des normes minimales.

  • 118 CEPAL, Economía Campesina y Agricultura Empresarial (tipología de productores del agro mexicano), S (...)

684Quant aux zones rurales, 85 % des producteurs faisaient partie des catégories de producteurs dont les revenus permettaient à peine d’assurer leur subsistance ou une quasi-subsistance, ou ne permettaient pas de couvrir les besoins minimum d’une famille118.

La modernisation de l’agriculture chilienne et le complexe agro-exportateur fruticole119

  • 119 Pour cette section, nous nous sommes inspirés de Sergio Gómez, Jorge Echenique, La Agricultura Chil (...)
  • 120 Voir partie finale de la réforme agraire chilienne au chapitre IV.

685Dans le cas du Chili, après la contre-réforme agraire mise en place par la dictature militaire qui a pris le pouvoir en 1973, la politique agraire a traversé plusieurs phases. La première d’entre elles correspond justement aux années 1973 et 1974, la phase la plus dure de la contre-réforme : arrêt total des expropriations de terres, restitution d’une partie des terres expropriées à leurs anciens propriétaires, répression et affaiblissement des diverses organisations paysannes et début d’application d’une politique néo-libérale120. La phase suivante, entre 1975 et 1983, correspond à une étape où, outre le fait que les mesures anti-réforme agraire sont toujours en vigueur, on commence à appliquer de façon continue - selon Gómez y Echenique- les normes du schéma ultra-libéral. Au cours de cette période, le secteur agricole souffre d’une crise qui touche la plupart des exploitants, des paysans et des salariés. La production pour le marché intérieur et extérieur est découragée, les importations alimentaires augmentent considérablement, il se produit un surendettement des agriculteurs accéléré par des taux d’intérêt très élevés, la propriété de la terre de nombreux bénéficiaires de la réforme agraire est aliénée augmentant la paupérisation des paysans et des salariés.

  • 121 Voir Alberto Izquierdo, ouvrage cité, pp. 219 et 220.

686La surface couverte par l’ensemble des cultures annuelles (céréales, légumineuses, pommes de terre et cultures industrielles) atteint les niveaux les plus bas depuis le début du siècle, car la surface totale cultivée diminue de 1 252 000 hectares en 1974-1975 à 871 000 hectares en 1982-1983, et cette diminution considérable de la surface semée n’est pas compensée par un accroissement des rendements. En 1980, le pays se voit contraint d’importer plus de la moitié du blé et du maïs qu’il consomme et plus de 80 % du sucre121. Seulement un petit groupe d’exportateurs et quelques producteurs hautement capitalisés pour le marché intérieur arrivent à éviter ces années de crise. En définitive, pendant cette première décennie de la dictature, le résultat de la politique agraire n’est pas seulement désastreux du point de vue social pour le paysannat, mais il l’est en plus du point de vue de la production. Entre 1974 et 1983, le produit sylvo-agricole n’augmente que d’un taux moyen de 1,9 %, inférieur à celui enregistré lors des gouvernements démocratiques précédents.

687Durant cette période, le fait de l’ouverture des frontières, la diminution considérable des droits d’importation et la sous-évaluation artificielle du dollar provoquent des importations massives d’aliments de base et somptuaires qui saturent un marché national affaibli par la chute de revenu de la plus grande partie de la population. Le seul secteur qui parvient à bien se défendre est celui de la culture fruitière d’exportation, dont le complexe agro-exportateur est analysé ci-dessous, et celui de la production forestière.

  • 122 Sergio Gómez, Jorge Echenique, ouvrage cité, p. 162.

688Ce contexte a obligé à partir de 1983 à une nouvelle orientation de la politique agricole qui devient plus pragmatique et moins ultralibérale. Ceci permet dans cette nouvelle phase une reprise de la production nationale et une diminution des importations. C’est ainsi que près de 800 millions de dollars de produits agricoles importés en 1981 sont réduits à moins de 200 millions en 1986, car une bonne partie correspond à des produits remplaçables par des productions intérieures (thé, café, coton, bananes, etc.). En 1983, 66 % de la totalité du blé consommé sont importés, mais ce pourcentage tombe à 9 % en 1986, les importations d’huile végétale chutent de 98 % à 40 % au cours de ces mêmes années, celles de sucre de 49 % à 3 %, celles des produits laitiers de 17 % à 1 % et le riz de 29 % à 22 %122.

689Cette réduction des importations est sans doute due à la remontée de la production nationale, mais aussi –et c’est important de le rappeler– à la diminution de la consommation moyenne par habitant, suite à l’appauvrissement subi par une bonne partie de la population du fait de la politique économique de la dictature.

690Entre 1971 et 1985, la consommation moyenne de calories par personne a chuté au Chili de 2 410 à 1 913, et celle de protéines est tombée de 74,5 à 53,2 grammes. En 1972, le pays disposait de 202 kilos de blé par an par habitant, et en 1987 de 137 kilos, les litres de lait disponibles ayant diminué au cours de ces mêmes années de 111 à 96 litres, les kilos de sucre de 36 à 32, les légumineuses de 9 à 5 kilos, les pommes de terre de 77 à 58 kilos, la viande de 34 à 29 kilos. En 1970, la situation de pauvreté touchait 17 % de la population nationale, dont 6 % vivaient dans l’indigence. En 1987, les proportions respectives étaient de 48,6 % et de 22,6 %.

Le complexe agro-fruitier d’exportation

  • 8 N. de la T. : Corporation d’Encouragement à la Production.
  • 123 Centre Français du Commerce Extérieur, ouvrage cité, p. 33.

691Les fondements du complexe agro-fruitier exportateur commencent à s’organiser au Chili dans les années 1960, lorsque la Corporación de Fomento à la Producción8 (CORFO) a initié le Plan National pour le Développement du Secteur Fruitier. Entre 1955 et 1966 les surfaces plantées en vergers industriels se sont agrandies de plus de 50 %, atteignant en 1965 un total de 53 000 hectares ; parmi les fruits cultivés prédominent les pêches, les pommes et les raisins de table. Entre 1965 et 1973 ces surfaces ont continué d’augmenter atteignant pour cette dernière année près de 66 000 hectares, et par la suite elles ont connu une énorme expansion entre 1978 et 1988, période au cours de laquelle elles sont passées de 76 500 à 162 000 hectares. Plus du quart de ce dernier chiffre représente des raisins de table (45 500 hectares), puis par ordre d’importance viennent en suivant les pommes (24 400 hectares), les poires (11 500), les prunes et les kiwis (9 000 hectares pour chacune des productions)123.

692La rapide croissance au Chili de la production fruitière pour l’exportation a été favorisée tout d’abord par un ensemble de conditions et d’atouts naturels, comme sa localisation dans l’hémisphère sud alors que la plupart des marchés de consommateurs se trouvent dans l’hémisphère nord (production de contresaison), la bonne qualité de ses produits, sa diversification aussi bien en ce qui concerne les types de fruits que les périodes de récolte (le fait que les plantations s’étendent sur un axe nord-sud permet d’échelonner ces récoltes dans le temps) et finalement, ses protections naturelles de type phytosanitaire (la Cordillère à l’est, le désert au nord et la mer à l’ouest protègent son territoire de la pénétration de nombreux fléaux).

693Ces avantages naturels, joints au développement considérable des plantations industrielles en vue de l’exportation ont fait du pays en quelques années le premier exportateur de fruits de l’hémisphère sud, à quoi il faudrait ajouter les légumes frais (oignons, melons, asperges, ail, etc.). En 1987-1988 le Chili a exporté 900 000 tonnes de fruits et légumes frais pour une valeur FOB de 600 millions de dollars. Leader indiscuté des exportations de raisins de table et de fruits à noyau (90 % des exportations de l’hémisphère sud), le pays domine aussi ses concurrents de l’hémisphère sud dans le domaine des fruits de climat tempéré (l’Argentine, l’Australie, la Nouvelle Zélande et l’Afrique du Sud), dans celui des pommes (35 % des exportations de l’hémisphère sud), il progresse rapidement dans les exportations de poires (25 %) et prétend devenir un exportateur de kiwis aussi important que la Nouvelle Zélande. Les exportations chiliennes de fruits de climat tempéré se caractérisent par une grande variété de produits, parmi lesquels il faut souligner le raisin de table, les pommes, les poires, les prunes, les pêches et nectarines et les kiwis. Ses marchés sont très divers : les États-Unis et le Canada avec 50 % des volumes d’exportation chiliens en 1987-1988, l’Europe occidentale avec 36 %, le Moyen Orient avec 9 %, et le reste est réparti entre l’Asie et l’Amérique latine.

694Dans le développement de cette politique d’exportation l’État a joué un rôle essentiel, non seulement dans les années 1960 lorsqu’il a appliqué une série de mesures d’encouragement et d’accompagnement, de même que des financements publics pour faciliter les investissements tant au niveau de la production que de l’agro-industrie et des subventions aux fruits exportés, mais aussi sous la dictature, période durant laquelle ces exportations se sont accrues considérablement en dépit du néo-libéralisme et de l’anti-étatisme économique constamment affirmé dans le discours ; l’État chilien a contribué à l’expansion du secteur de production et d’exportation à travers l’application des mesures suivantes :

  1. garantie absolue donnée aux producteurs quant à la possibilité de développer sans limite la propriété privée de la terre.

  2. transfert au secteur privé, à des prix très favorables pour celui-ci, de toutes les infrastructures liées à l’économie fruitière réalisées antérieurement par le secteur public.

  3. révision de la législation du travail dans un sens très défavorable pour les travailleurs ruraux, qui a entraîné la baisse considérable du coût de la main-d’œuvre agricole et a facilité la possibilité d’utiliser cette main-d’œuvre à temps partiel et de la renvoyer lorsque le besoin ne se faisait plus sentir.

  4. dans le domaine du crédit, face au peu d’enthousiasme montré par les banques privées quant à l’octroi de financements à long terme, la CORFO, en association avec la BID (Banque Interaméricaine de Développement) a offert des crédits à long terme pour les plantations, l’agro-industrie et les installations de conditionnement et de stockage. A travers le programme CORFO-BID ont été financés entre 1982 et 1985 la plantation de 4 400 hectares, la construction de centrales de stockage avec une capacité de 1,3 million de caisses de fruits, et des frigorifiques pour un volume de 1 200 m3.

  5. En outre, l’État a accordé des subventions pour l’irrigation des plantations. Ces subventions étaient principalement orientées vers l’installation de systèmes d’irrigation par gravité. Ce programme, commencé en 1985 s’est prolongé jusqu’en 1992 accordant une subvention équivalente à 50 % de l’investissement nécessaire.

    • 9 N. de la T. : Service Agricole et d’Élevage.

    Enfin l’État joue un rôle fondamental dans la promotion des exportations à travers un organisme appelé PRO-CHILE qui dépend du ministère des Affaires Étrangères. Cet organisme et le Servicio Agrícola y Ganadero9 (SAG), qui dépend du ministère de l’Agriculture, constituent les principaux interlocuteurs des autres gouvernements par rapport aux questions concernant les mesures protectionnistes appliquées par divers pays (quotas d’importation, règlements sanitaires, etc.).

  6. A tout ce qui précède, il faut sans doute ajouter le traitement très favorable que l’État chilien a accordé au domaine des fruits (ainsi que pour d’autres domaines) pour l’installation au Chili d’entreprises multinationales comme la Standard Trading, Unifrutti et C.D. Western.

695Le complexe chilien agro-exportateur de fruits révèle au delà de l’action de l’État les actions menées par divers acteurs, les plus importants étant d’une part les producteurs et d’autre part les exportateurs, les destinataires et les distributeurs de fruits chiliens à l’extérieur.

696Les producteurs et les exportateurs signent un contrat avant chaque saison où sont spécifiés la surface de production engagée et l’estimation du volume à récolter. Les conditions de prix qui sont fixées tiennent compte d’un ensemble de facteurs tels que le volume de la production, la stratégie commerciale de l’entreprise exportatrice et les modalités de vente avec le destinataire étranger. Le contrat fixe aussi les conditions d’assistance technique fournie par l’entreprise exportatrice. Durant la récolte, l’entreprise exportatrice supervise les travaux puis le conditionnement est réalisé soit par le producteur lui-même soit par l’entreprise exportatrice.

697La plupart des producteurs de fruits sont de taille moyenne. Le cadastre fruitier de 1982 indiquait que plus de 70 % de la surface plantée consistaient en exploitations de moins de 100 hectares et que l’immense majorité des vergers s’étendait sur une surface d’un peu plus de mille kilomètres, depuis Copiapó jusqu’à Talca. Ceci permet d’échelonner les récoltes qui vont pour le raisin de table de la mi-novembre dans la vallée de Copiapó à la mi-avril dans la région de Talca. Si certains des producteurs actuels de fruits sont d’origine rurale (entrepreneurs ruraux), un nombre considérable provient du secteur industriel ou professionnel urbain. Il s’agit en général d’entrepreneurs innovants très ouverts aux nouvelles technologies et disposant de ressources propres, ou bien ayant accès à des financements bancaires.

698Le cadastre fruitier de 1985-1987 indique qu’il existe 111 vergers d’une surface supérieure à 100 hectares plantés, ce qui représente au total 16 000 hectares, et à l’extrême opposé 5 193 vergers de moins de 10 hectares pour 18 000 hectares plantés. Ces deux situations extrêmes représentent 31 % de la surface fruitière.

699Parmi les plus grandes plantations on trouve la Société Agricole SOFRUCO S.A., qui possède 3 263 hectares avec 1 241 hectares plantés en arbres fruitiers et en vignes viticoles, dix autres producteurs nationaux avec plus de 250 hectares de plantation, chacun étant en même temps intégrés à des entreprises exportatrices, puis quelques grands exportateurs ayant leurs propres vergers, comme la firme Unifrutti (italienne), le groupe Bin-Mahfouz d’Arabie Saoudite propriétaire de l’exportatrice United Trading Company, et les groupes exportateurs chiliens : Unimarc Internacional, David del Curto, Sergio Ruiz Tagle Humeres, etc.

700Pour ce qui concerne les exportateurs de fruits il faut tout d’abord signaler que la crise économique de 1982 a provoqué la faillite de deux des plus grands groupes exportateurs de fruits du Chili, dont la Compañía Frutera Sudamericana et Pruzzo. Il n’a subsisté que le troisième, David del Curto. Dans les années suivantes, divers capitaux étrangers sont intervenus dans le commerce d’exportation de fruits. En 1987 six groupes exportateurs, dont trois sont transnationaux et trois chiliens, ont exporté plus de 56 % de la valeur totale des exportations de fruits du pays ; ces trois entreprises transnationales sont Standard Trading, filiale de Castle and Cook, et UTC (United Trading Company) qui, comme nous venons de le dire, relèvent de capitaux d’Arabie Saoudite et d’Unifrutti Traders Ltda. (italienne) ; les trois entreprises chiliennes sont David del Curto, Frupac et la Coopérative fruitière de Curicó.

701Les grands exportateurs produisent eux-mêmes une petite partie de ce qu’ils exportent. L’essentiel des volumes qu’ils exportent provient de producteurs avec lesquels ils passent des contrats car mis à part quelques producteurs moyens qui exportent par leurs propres moyens, la grande majorité doit recourir aux firmes d’exportation. Les petits et moyens producteurs se trouvent dans une situation de dépendance considérable par rapport aux groupes exportateurs. Ces groupes obligent les producteurs à suivre scrupuleusement leurs indications techniques, et au moment de la liquidation des comptes, ils reçoivent le solde après déduction de toutes les dépenses et commissions d’exportations, ils assument tous les risques du marché sans avoir d’informations précises sur les prix obtenus, et sont financièrement débiteurs de l’exportateur qui leur fournit les crédits pour la récolte. Généralement endettés, ces petits et moyens producteurs n’arrivent pas à changer facilement d’exportateur et sont contraints d’accepter ses conditions.

702La grande majorité des entreprises exportatrices de fruits du Chili a des destinataires dans les pays d’importation qui reçoivent les marchandises et les vendent à leur tour à des grossistes, à des centrales d’achat ou à d’autres importateurs. Les grands exportateurs transnationaux disposent de réseaux de distribution aux États-Unis, en Europe ou au Moyen Orient. Les grandes entreprises exportatrices chiliennes ont comme importateur aux États-Unis soit une filiale, soit une entreprise avec qui elles entretiennent des relations et dont elles sont l’associé exclusif en ce qui concerne la marchandise chilienne. En Europe la diversité des pays et des demandes oblige à entretenir des rapports multiples.

  • 124 Centre Français du Commerce Extérieur, ouvrage cité, p. 94.

703De leur côté, les grands importateurs nord-américains ou canadiens qui sont intéressés par les fruits ou les légumes chiliens sont en train de s’installer comme exportateurs sur le territoire chilien lui-même. Tel est le cas de Pandol et de Sun Pacific, tous deux nord-américains, et de Fisher, société d’importation canadienne. Les intérêts de Turbana, l’une des grandes compagnies bananières mondiales et d’United Brand pour les fruits et légumes frais du Chili ainsi que les activités de la Standard Trading depuis quelques années, montrent qu’un lien tend à s’installer entre le commerce des bananes et celui des fruits et légumes des zones tempérées. L’United Brand et Dole (Standard Trading est une filiale de Castle and Cook Inc. Dole) sont en effet actuellement numéro un et deux mondiaux de la banane, et Turbana est l’un des cinq ou six premiers grands négociants mondiaux de ce fruit. Cette liaison apparaît relativement logique124. Comme la banane est consommée durant toute l’année et en grande quantité, les compagnies bananières disposent d’un réseau de transport et de distribution très organisé et solidement implanté, notamment dans la grande distribution. Très impliquées dans la production des différentes zones tropicales et équatoriales ces compagnies cherchent à diversifier la gamme de produits offerts en développant la transformation (conserves et jus de fruits, crèmes glacées et fruits secs), en choisissant des fruits et légumes disponibles sur une grande partie de l’année (ananas, citriques, fraises, melons, fruits exotiques). Le développement des exportations de l’hémisphère sud et la consommation hors saison de fruits et légumes frais de type méditerranéen ou tempéré, permettent une synergie entre ceux-ci et ceux de type équatorial ou tropical.

704Si ces manœuvres réussissent, le Chili se trouvera bientôt dans une situation où les trois-quarts de ses exportations de fruits et légumes seront contrôlés par des capitaux étrangers (grandes compagnies bananières mondiales ou grandes sociétés multinationales d’importation et exportation de fruits et légumes d’origine nord-américaine, italienne, arabe ou chilienne). Ceci conduira à une nouvelle phase de concentration et d’exclusion. Comme les marchés mondiaux actuels donnent des signes d’une certaine saturation et que la concurrence devient plus rude, les grands capitaux étrangers semblent être mieux armés pour affronter le futur.

705Le Chili a déjà traversé au début de 1989 la douloureuse expérience des difficultés que déclenche la rivalité sur les marchés mondiaux lorsque ceux-ci se font plus étroits. Les exportations de raisin chilien se font principalement en direction des États-Unis, où elles sont complémentaires de la production californienne pendant les périodes où celle-ci ne propose pas d’offre. Pourtant la croissance considérable de ces exportations et l’élargissement de la saison d’offre vers des saisons précoces ou tardives a rendu la concurrence plus ardue pour le raisin précoce et réfrigéré de Californie. Cet État réclame des mesures protectionnistes pouvant être soit directes comme des quotas d’importation, soit indirectes comme des mesures de type sanitaire. Au début de 1989, pour des raisons qui demeurent encore obscures, le gouvernement nord-américain a décrété un embargo sur les exportations de raisin chilien en argumentant des raisons sanitaires. En dépit du fait que l’embargo a été levé par la suite, il a signifié pour le Chili une perte de 250 à 300 millions de dollars et une grave crise sociale dans l’activité fruitière (plus de 100 000 travailleurs ruraux furent touchés).

706Le développement du complexe agro-fruitier, bien qu’il ait apporté des avantages au Chili du point de vue du développement et de la diversification de ses exportations, a entraîné un grave problème social : une augmentation significative du travail saisonnier par rapport au travail permanent.

707Les actifs agricoles étaient estimés en 1986-1987 à environ 822 000 personnes, soit 19 % de la force de travail totale du pays. Sur ce total, 787 000 personnes environ se considéraient occupées en moyenne toute l’année mais une grande partie du développement du travail agricole était liée au développement de l’exportation fruitière : 300 000 travailleurs sont occupés par les activités fruitières aux périodes de récoltes et du conditionnement pour l’exportation. Mais ce travail est surtout saisonnier. La plus grosse partie de cette force de travail est constituée par des femmes et des jeunes qui sont engagés pour trois ou quatre mois par an, et le nombre de permanents diminue de plus en plus.

  • 125 Daniel Rodríguez, El Mercado de Trabajo en la Fruticultura de Exportación, GEA (Grupo de Estudios A (...)

708Dans une étude portant sur le marché de travail dans l’activité fruitière pour l’exportation, effectuée sur sept vergers spécialisés de la vallée de 1’Aconcagua125 : en 1985-1986, on observe que pendant les deux mois d’emploi maximum (janvier et février), le rapport entre travailleurs temporaires et travailleurs permanents est de 1 à 5, tandis que durant les mois de moindre emploi (de mai à septembre), le nombre de temporaires est égal ou inférieur à celui des permanents. Dans quatre des sept entreprises, des embauches illégales ont été constatées.

  • 126 Sergio Gómez y Jorge Echenique, Los Temporeros de la Agricultura en Chile Central, Agraria, Santiag (...)

709Aujourd’hui, dans l’agriculture chilienne en général et dans l’activité fruitière en particulier, les travailleurs permanents liés aux propriétés sont les moins nombreux, on force ces travailleurs à quitter les exploitations au moyen de politiques de licenciement ou de renouvellement des contrats. La plupart de la main-d’œuvre est engagée de façon temporaire aux périodes d’entretien, des récoltes et de l’emballage des fruits. Qui sont ces temporaires ? Ce sont les paysans déplacés des grandes propriétés, les ex-bénéficiaires de la réforme agraire abandonnés à leur sort, ceux qui ont perdu leurs parcelles, ceux qui se sont vus obligés d’émigrer vers des hameaux, des villages ou vers les villes, les membres des familles de la petite agriculture paysanne appauvrie. D’après des enquêtes réalisées auprès des travailleurs saisonniers du raisin et de la pomme, au Chili central, on a trouvé les situations suivantes126 : dans le cas du raisin, 52 % des temporaires provenaient de villages ou de hameaux, 28 % de villes et 18 % de l’agriculture paysanne. Dans le cas de la pomme, 38 % provenaient de l’agriculture paysanne, 30 % de hameaux et de villages et 16 % des villes.

  • 127 Revue Análisis, 22-28 février 1988, p. 18.

710Les temporaires sont donc des travailleurs occasionnels ne possédant ni couverture sociale ni des formes d’organisation leur permettant de lutter pour de meilleures conditions de rémunération. Rien que dans la province de Talagante, région métropolitaine de Santiago, il y avait en 1988 18 000 saisonniers dont 70 % étaient des femmes, 20 % des enfants entre 12 et 16 ans, et seulement 10 % des hommes en âge de travailler127.

711Le complexe agro-fruitier d’exportation a été un fait positif pour l’économie d’exportation du pays, mais les conditions dans lesquelles il s’est développé l’a rendu très peu bénéfique à la plupart des travailleurs ruraux qui en dépendent.

5 - L’AGRICULTURE PAYSANNE EN AMÉRIQUE LATINE

712Les paysans, leurs luttes pour la terre et les caractéristiques de leurs économies ont toujours été dans le passé un aspect relativement marginal des études historiques et économiques des sociétés latino-américaines, malgré leur importance démographique et sociale. Encore aujourd’hui les études sur la modernisation de l’agriculture leur accordent une importance relativement secondaire, comme si les paysans n’étaient pour rien-ou bien très peu-dans les changements amenés par cette modernisation. Nous nous proposons, dans cette dernière partie du chapitre IV, destinée à analyser les systèmes agraires depuis les années 1950 jusqu’à nos jours ainsi que la modernisation conservatrice, de contribuer dans une certaine mesure à rendre aux paysans et à leurs économies l’importance qu’ils ont réellement dans les systèmes agraires actuels de l’Amérique latine.

  • 128 Né à Moscou en 1888, Chayanov a été professeur à l’Institut Agricole de Moscou depuis 1910. Entre 1 (...)

713La découverte par l’Occident des travaux d’A. V. Chayanov et des théories néo-populistes de l’économie paysanne en Russie128 a été d’une grande aide ces dernières années et elle a produit en Europe aux États-Unis ainsi qu’en Amérique latine un regain d’intérêt pour l’étude et la connaissance des particularités des économies paysannes.

714Avant de considérer de façon spécifique les caractéristiques et l’importance de l’agriculture paysanne en Amérique latine, nous présenterons les caractéristiques tout d’abord des traits essentiels des économies paysannes au niveau mondial et nous présenterons de façon rapide les principales théories et interprétations sur la nature et le destin de ces économies.

Nature et logique des économies paysannes129

  • 129 Pour cette description, nous nous reporterons fondamentalement au long article de Teodor Shanin pub (...)

715Le paysannat constitue un groupe social présentant quatre caractéristiques essentielles liées entre elles :

  1. L’exploitation agricole familiale comme unité essentielle et multifonctionnelle de l’organisation sociale.

  2. La culture de la terre et l’élevage d’animaux comme principal moyen de vie.

  3. c) Une culture traditionnelle spécifique, intimement liée aux formes de vie des petites communautés rurales, et

  4. la subordination au pouvoir d’entités sociales extérieures à la communauté paysanne.

716Il existe quatre disciplines des sciences sociales qui de leur propre point de vue permettent une meilleure connaissance de la nature des économies paysannes. Ces disciplines sont l’économie, la sociologie, l’histoire et l’anthropologie.

717Dans les économies paysannes, l’unité familiale qui vit de l’exploitation de la terre constitue l’unité primaire et de base de la société. A un niveau supérieur ces unités sont généralement regroupées dans des communautés villageoises qui fonctionnent en grande partie comme des sociétés autonomes formées d’unités familiales distinctes auxquelles elles fournissent les services économiques et sociaux que les unités familiales ne pourraient obtenir isolément et qui sont nécessaires pour leur reproduction (le mariage par exemple sur le plan social et démographique, ou les pâturages communs sur le plan économique).

718L’autosuffisance des villages n’est pas absolue. Ces villages se rattachent à l’univers plus large par deux voies :

  1. relations entre différents villages qui élargissent les rapports sociaux et économiques (liens de parenté, places de marchés).

  2. relations de domination qui pénètrent dans les villages en établissant l’hégémonie politique et culturelle des entités supérieures et l’exploitation des paysans, que ce soit par les grands propriétaires fonciers (rentes payées pour la terre, ou rentes en travail ou services que les paysans doivent fournir), par l’État (impôts), par la ville (commerce et échanges) et par les maîtres de l’argent (usure).

719Les familles paysannes sont à la fois des unités de production et de consommation qui trouvent dans l’agriculture leur principe de subsistance et dont le principal capital est le travail familial. Les besoins de consommation de la famille, de maintenance de son exploitation et ses devoirs envers les entités extérieures au village qui détiennent le pouvoir politique et économique, déterminent la nature de la production.

720La division du travail dans l’exploitation paysanne est liée à la structure démographique familiale et s’adapte aux conditions de sexe et d’âge des divers membres de chaque famille.

721Le contrôle partiel des résultats de leur travail condamne les exploitations paysannes à des situations de bien-être ou de rareté, déterminées aussi par les variations de la nature. En général, cependant, la pauvreté fait partie de la vie des paysans. Le travail familial est employé de façon inégale durant l’année selon des cycles biologiques, et il existe souvent, à certains moments de l’année, des situations de chômage qui apparaissent comme du sous-emploi.

722Les revenus agricoles de la famille sont souvent complétés par des activités artisanales qui fournissent les biens nécessaires pour les autres besoins de consommation matérielle ou pour permettre de payer les rentes des paysans. Dans des périodes de crise politique ou de guerre, les exploitations familiales paysannes augmentent leur capacité d’autosuffisance, devenant encore plus indépendantes au sein du système économique et social général.

723La nécessité d’obtenir de l’argent, qui est le résultat de la pénétration de l’économie de marché dans les villages, ainsi que des contraintes monétaires (paiement d’impôts et de rentes), crée la nécessité d’en gagner. L’exploitation familiale paysanne résoud ce problème par la division physique de ses ressources (terre et travail) qui sont destinées soit à produire pour l’auto-consommation, soit pour la production de cultures ou de produits artisanaux qui permettent d’obtenir des ressources, ou bien de vendre sa force de travail contre un salaire.

724Les facteurs de base de la production ne sont pas pour le paysan de nature égale ni traduisibles en termes monétaires, ni facilement échangeables ou de valeur neutre. La possession de la terre est une condition nécessaire pour utiliser la force de travail familiale et elle comporte en plus un prestige spécial. En même temps la possibilité d’augmenter ses terres grâce au marché est normalement une solution quasi inexistante pour le paysan.

725L’obtention de salaires par la vente de sa force de travail est aussi limitée pour le paysan. La plupart des opportunités en ce sens sont de type saisonnier. Par contre l’emploi du travail familial sur sa propre terre est considérable. Ceci mène à ce que Chayanov a appelé “l’auto-exploitation” du travail familial.

726Le capital des paysans est bien maigre. Ses seuls biens, outre la terre, sont sa demeure, quelques instruments de travail rudimentaires, quelques animaux et de rares biens personnels. La terre et surtout ses animaux constituent ses principales formes d’épargne.

727Les différences de comportement entre l’économie paysanne et l’économie capitaliste, considérée comme la seule “rationnelle”, ne peuvent s’expliquer seulement par le traditionalisme ou le manque de capacité des paysans. Dans ce comportement, l’élément de sécurité, de survie, joue un rôle considérable.

728Signaler l’importance cruciale de l’unité d’exploitation familiale n’implique évidemment pas que toute la production paysanne ne se fait que dans cette unité-là. Dans sa recherche de revenus complémentaires le paysan peut se déplacer très loin de chez lui et travailler dans une plantation, dans une mine, dans une usine, dans le commerce, dans les services et dans des activités urbaines informelles. Ces déplacements peuvent être de courte ou de longue durée. Le paysan, dans ce but, peut travailler aussi comme fermier ou métayer dans des propriétés voisines de sa terre.

729En dépit de tout cela c’est le village et son voisinage le cadre le plus immédiat de l’activité traditionnelle du paysan, en dehors de son exploitation familiale. A ce niveau, de nombreuses activités exigent la coopération de plusieurs familles.

730Les échanges entre économies paysannes peuvent prendre des formes diverses : dons réciproques et institués entre familles, paiement d’impôts à un pouvoir central, rapports de marché.

731Les places de marché font partie de l’économie paysanne. C’est l’endroit où les producteurs primaires vendent ou échangent une partie de leur production pour obtenir de l’argent et pour compléter leur approvisionnement. Ces places de marché remplissent aussi des fonctions non économiques : centres de contact, d’information, de vie sociale, de divertissement entre villages.

732Le besoin d’argent et les difficultés pour accéder au système bancaire institutionnel qu’expérimente la grande majorité des paysans expliquent le rôle crucial du prêteur d’argent dans les aires rurales. Ces prêteurs peuvent être des usuriers, des commerçants, des propriétaires de terres etc., qui s’enrichissent souvent en raison des taux d’intérêt élevés qu’ils pratiquent et qui, dans des situations de détresse, s’emparent des terres des paysans.

733Dans la plupart des économies paysannes, l’exploitation familiale se constitue sur une génération et demie à deux générations et demie. L’axe de ces exploitations est le ménage adulte et sa descendance.

734Au niveau mondial ces économies paysannes englobent la majorité de la population rurale, qui est en même temps la majorité de la population mondiale. En 1980 en Afrique, en Asie et en Amérique latine, les populations rurales atteignaient 70 % de la population globale de ces régions, comme on peut le constater sur le tableau suivant :

POPULATION RURALE ET URBAINE EN 1980 DANS LES GRANDES RÉGIONS DU TIERS-MONDE (EN MILLIONS)

Régions

Total

Population rurale

Population urbaine

Population rurale sur pop. totale %

Afrique

470

334

136

72

Asie de l’Est

1 175

790

385

67

Asie du Sud

1 404

1 056

348

75

Amérique latine

364

126

238

34

Total

3 413

2 306

1 107

68

Source : Nations Unies, Estimations et Projections de la Population Urbaine, Rurale et des Grandes Villes, 1950-2025, Estimation de 1980, New York, 1982

735Les millions de villages qui englobent ces économies paysannes (en Inde seulement, il existe environ 730 000 villages) présentent des particularités culturelles spécifiques qui sont liées à leur histoire, à leur géographie, à l’extension des grandes religions et à leurs diverses valeurs culturelles, à la conquête et la colonisation par l’Occident, etc.

  • 130 Richard Critchfield, “Science and the Villager”, in Foreign Affairs 61, n° l, 1982.

736Selon Critchfield130 on trouve six grandes types culturels dominants dans les hameaux ruraux des pays en voie de développement : le confucianisme, la culture malaisienne-javanaise, l’hindouisme, le christianisme, l’animisme africain et l’Islam.

737La culture confucéenne s’étend en Asie de l’Est y compris la Chine, le Japon, la Corée et le Vietnam. Le confucianisme villageois est un système de relations subordonnées et harmonieuses dans lequel le principe du respect des enfants à l’égard des parents est le fondement du comportement social. Par conséquent, le fils obéit à son père, le frère cadet au frère aîné, la femme au mari, le travailleur à l’employeur, le sujet à l’État. Les intérêts de l’individu sont subordonnés à ceux du groupe. Au-delà de certaines différences déterminées par les influences taoïstes ou bouddhistes, la confiance en l’harmonie sociale obtenue par la subordination au groupe est commune à toutes les sociétés villageoises de l’Asie de l’Est.

738La culture malaisienne-javanaise s’étend sur la Malaisie, l’Indonésie et les régions avoisinantes. Il s’agit d’une culture syncrétique qui prend des éléments d’autres cultures en conservant l’essentiel de ses croyances fondamentales. En conséquence cette culture est nominalement musulmane, mais profondément hindouiste par certaines valeurs, et par d’autres animiste et mystique. La culture villageoise javanaise se caractérise par l’acceptation du nouveau lorsque ceci semble indispensable à la préservation du traditionnel et que ce fait est perçu par la communauté comme étant indispensable.

739L’hindouisme, troisième culture fondamentale des communautés villageoises, couvre la plus grande partie de l’Asie du Sud, notamment l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh, le Népal et le Sri Lanka. Tous les villages de la région gardent des vestiges du système hindou des castes qui, à ce niveau, peut être considéré comme une réminiscence actuelle de l’ancien système par lequel les paysans échangeaient leur travail et leur soumission contre une partie de la récolte et une protection paternaliste de la part des classes rurales dominantes. 60 % des familles rurales de l’Inde appartiennent aux castes inférieures ou sont des travailleurs sans caste (des parias) qui ne possèdent pas de terre ou en possèdent un minimum. Le système des castes a préservé jusqu’à aujourd’hui l’unité et l’ordre social dans les villages de l’Inde, mais il tend progressivement à se désintégrer par la pénétration des formes de production capitalistes, ce qui pose de nouveaux problèmes sociaux à des millions de paysans, car les formes de modernisation capitaliste ont surtout profité aux plus riches habitants de ces villages.

740Le christianisme dans son expression catholique est la quatrième grande culture des sociétés villageoises des pays en voie de développement. Le catholicisme s’étend sur l’ensemble des pays de l’Amérique latine et comprend en Asie les Philippines, régions anciennement colonisées par l’Espagne et le Portugal. Les paysans de ces villages sont en Amérique latine des métis d’Européens, d’indigènes et d’anciens esclaves africains, ou bien des indigènes purs comme certaines communautés des pays andins de l’Amérique du Sud, de l’Amérique centrale et du Mexique. Leurs valeurs culturelles sont influencées par leurs origines diverses, qui sont souvent un mélange de croyances catholiques, d’anciennes croyances préhispaniques et d’autres d’origine africaine. Ce mélange est connu sous le nom de catholicisme populaire. L’ancien passé colonial de ces sociétés, qui ont conservé beaucoup de leurs caractères sociaux antérieurs malgré les indépendances politiques du XIXème siècle et les modernisations économiques d’alors et de notre siècle, a permis la persistance de profondes inégalités sociales et économiques dans les régions rurales. Ces inégalités sont toujours au détriment des paysans pauvres, que ce soient des minifundistes ou des travailleurs sans terre.

741La culture villageoise de l’Afrique noire représente un autre ensemble de valeurs. Cette culture est influencée par l’animisme et souvent par l’Islam. Il s’agit d’une culture qui réserve aux hommes les activités de chasse, la conduite des troupeaux, la cueillette ainsi que d’autres activités extérieures au village. A la femme il revient la tâche de produire l’essentiel de l’alimentation de base à partir du travail agricole.

742Enfin l’Islam est la sixième grande culture villageoise des pays en voie de développement. L’Islam s’étend de manière dispersé sur un grand nombre de pays du Moyen Orient, d’Afrique et d’Asie. C’est une culture étroitement liée à une religion très forte, très vivante, qui réagit aujourd’hui avec virulence contre les idées occidentales. Le cadre de la culture sociale de ces villageois est déterminé par les préceptes du Coran.

Théories et interprétations sur la nature et le destin de l’économie paysanne

743Les discussions actuelles sur la nature et le destin des économies paysannes sont fondées sur un ensemble d’interprétations, quelques-unes provenant de l’analyse de l’évolution du capitalisme en Angleterre comme celle faite par Marx au XIXème siècle, et d’autres plus récentes. Nous tenterons de synthétiser les approches qui nous semblent les plus significatives. Ces approches peuvent être regroupées dans les types principaux suivants : approches anthropologiques, approches liées aux théories de la modernité, approches marxistes, approches dérivées de la théorie de l’économie paysanne de Chayanov, approche de Jerzy Tepicht.

Approches anthropologiques131

  • 131 Pour cette présentation, ainsi que pour celle des approches liées aux théories de la modernisation (...)

744L’anthropologie a orienté traditionnellement ses études vers les populations « primitives » vivant de manière tribale et isolée, en leur attribuant une culture spéciale, indépendante et autosuffisante, qui ne requiert pas d’autre système pour son fonctionnement permanent. Par leur observation des petites communautés tribales, les anthropologues –comme le signalait Shanin– sont arrivés à une plus grande compréhension du fait que les processus de production et de distribution dans ces communautés ne sont pas nécessairement déterminés par des intérêts économiques et ont à voir avec des déterminants non économiques tels que les liens de parenté et la mythologie.

  • 132 A. L. Kroeber, Anthropology, 1948.

745La reconnaissance de la spécificité des paysans dérive, pour les anthropologues, de ces travaux. Pour A.L. Kroeber132, un des précurseurs de l’école anthropologique : « les paysans constituent des sociétés partielles, avec des cultures partielles. Ils sont décidément des ruraux, bien que vivant en relation avec les groupes avec lesquels ils entretiennent des échanges commerciaux ; ils constituent un segment d’une classe appartenant à une population plus large, qui comprend souvent aussi un centre urbain... Ils manquent de l’isolement, de l’autonomie politique et de l’autosuffisance propres aux populations tribales ; pourtant leurs groupements locaux maintiennent comme autrefois une grande partie de leur identité, de leur intégration et de leur attachement au sol et à ses cultes ».

  • 133 Robert Redfield, Yucatán : una cultura en transición, Fondo de Cultura Económica, México, 1994.

746Robert Redfield, l’un des principaux représentants des approches anthropologiques, souligne le fait que la communauté paysanne doit être étudiée comme faisant partie de l’État et de la civilisation dans lesquels elle s’inscrit. Dans son ouvrage Yucatán : una cultura en transición133, Redfield tente d’expliquer comment l’influence urbaine croissante à la campagne produit une déstructuration des styles de vie traditionnels et une désorganisation culturelle à cause du comportement plus individualiste et d’une plus grande sécularisation de la communauté paysanne. Le résultat final sera la société moderne. La principale source poussant au changement sera la ville. Le rôle dominant de celle-ci fait que les paysans ont très peu de contrôle sur les conditions de leur façon de produire et sur leur vie en général.

747Le pouvoir dominant, le pouvoir de décision, se trouve en dehors du village, à la ville. Les paysans sont non seulement pauvres, mais en plus ils manquent de pouvoir. Le manque d’un contrôle politique efficace les pousse à chercher d’autres ressources, presque toujours de façon individuelle ou en famille, pour améliorer leurs opportunités de survie. Le “patronage” et le “compérage” ou parenté fictive, sont les deux types de rapports les plus importants permettant au paysan de renforcer sa position dans la communauté et dans la société.

748Redfield, ainsi que d’autres anthropologues, ont fréquemment décrit la société paysanne comme une forme intermédiaire et transitoire du passage du traditionnel au moderne.

749Redfield propose une typologie des paysans (“peasants”) et des agriculteurs (“farmers”). Est paysan celui qui a un contrôle sur la terre lui permettant de réaliser, avec d’autres, un mode de vie traditionnel que l’agriculture intègre intimement, mais qui ne réalise pas un investissement économique pour obtenir un profit. Ceux qui exercent l’agriculture comme un commerce et considèrent la terre comme un capital et une marchandise ne sont pas des paysans mais des “farmers”. Le paysan est donc situé entre la communauté isolée tribale et le “farmer”. Il représente la dimension rurale des vieilles civilisations, caractérisée par une attitude intime et déférente par rapport à la terre.

  • 134 Eric Wolf, “Types of Latin American Peasantry” in S. Silverman, “The Peasant Concept in Anthropolog (...)

750Une partie importante de l’analyse des anthropologues s’est concentrée sur la spécificité des paysans, faisant ressortir, dans la plupart des cas, ses aspects culturels. Ceci découle de l’analyse que ces chercheurs ont menée sur les caractéristiques des diverses communautés qu’ils ont étudiées. Les anthropologues ont accordé moins d’importance aux aspects économiques de ces communautés. Eric Wolf constitue en ce sens une notable exception, dans la mesure où il a souligné les aspects concernant le travail des paysans. Dans un article publié en 1955 pour définir le paysannat, il utilise les critères de production agricole, de contrôle de la terre et de production pour la subsistance134.

751Heynig estime que sans pour autant méconnaître les précieux apports des anthropologues pour comprendre le fonctionnement interne de l’unité familiale et de la communauté paysanne, nombre d’entre eux sont critiquables car ils considèrent les paysans comme des êtres irrationnels, dépourvus de motivations économiques, seulement intéressés par des objectifs sociaux et méfiants face aux opportunités de progrès qui leur sont offertes. La plupart des limites attribuées aux paysans tournent autour des valeurs qui s’opposent à l’image de l’homme économique occidental, avide de progrès. En mettant de façon excessive l’accent sur le culturel, on met de côté le fait que le comportement économique et les idéologies dépendent d’un nombre incalculable de facteurs et qu’il est difficile de les concevoir comme une simple fonction des valeurs culturelles.

Approches modernistes

752La dichotomie entre le “traditionnel” et le “moderne” apparaît comme la conception fondamentale des théories de la modernisation formulées par l’économie néo-classique. Pour ces théories, les pays sous-développés présentent deux secteurs économiques bien définis. D’un côté le secteur moderne qui est capitaliste et industriel, ouvert au changement technologique, orienté vers le marché et dont le comportement cherche à optimiser les profits. De l’autre côté le “secteur traditionnel” qui est agricole et peu fluctuant, fondé sur la production de subsistance, avec de rares excédents pour la commercialisation, avec une préférence significative pour un mode de vie ayant très peu intérêt à maximiser la productivité et les profits. Dans ce secteur, le sous-emploi des ressources productives est considérable.

753La production dans le secteur agricole traditionnel est une simple fonction de la terre et de la main-d’œuvre disponible en raison du manque d’accumulation de capital. Les seuls liens importants entre le secteur traditionnel et le secteur moderne sont d’une part, un certain flux de main-d’œuvre de l’agriculture vers l’industrie et de l’autre, le transfert d’un excédent limité de produits agricoles servant à alimenter la population des centres urbains.

  • 135 W.A. Lewis, “Economic Development with Unlimited Supplies of Labour” in The Manchester School of Ec (...)

754Ce concept, élaboré dans sa forme classique par W.A. Lewis en 1954135, se fonde sur une économie principalement fermée, qui croît par le transfert de main-d’œuvre de l’agriculture vers l’industrie. Ce fait tend à éliminer le sous-emploi, ou le chômage déguisé, et mène à un manque de main-d’œuvre dans l’agriculture. Ce manque induit un processus de modernisation agricole à travers une utilisation plus efficace de la technologie moderne et un changement du comportement économique des agriculteurs. La technologie moderne est transférée du secteur industriel vers le secteur agricole.

755Du caractère statique et peu réceptif aux encouragements économiques montré par l’agriculteur traditionnel se déduit la nécessité de choisir à qui transférer le capital et la technologie issu du secteur moderne, afin qu’il modernise à son tour l’agriculture. La réponse, dans la plupart des cas, a été en faveur des grands agriculteurs plus dynamiques, ayant plus de ressources en terres, ayant accès au crédit et qui sont prêts à introduire des innovations (mécanisation, technologies de la « Révolution Verte », etc.). En ce qui concerne les “petits agriculteurs paysans”, plus traditionnels par leur mentalité et leurs maigres ressources, ils constituent davantage un problème social qu’un problème économique. Le processus de développement général les absorbera sur le long terme dans les secteurs urbains les plus productifs.

Approches marxistes

756La vision que Marx a des paysans se fonde sur leur situation ambigüe quant à la classe sociale à laquelle ils appartiennent. En tant que propriétaires de leurs moyens de production, les paysans sont capitalistes, en tant que travailleurs, ils sont leurs propres salariés. Les paysans combinent dans le même groupe social les deux catégories fondamentales de la société capitaliste : la bourgeoisie et le prolétariat. Marx considère le paysannat dans le processus historique, comme une catégorie résiduelle destinée à disparaître.

757Dans ses divers écrits, Marx examine aussi bien les paysans dans les sociétés précapitalistes comme dans les sociétés existantes à son époque en Angleterre, en France et en Russie. Dans le troisième tome du Capital, basé sur l’exemple anglais, le plus avancé de son époque du point de vue du développement capitaliste, Marx soutient l’universalisation des rapports de production capitalistes, ce qui mènera à la liquidation de l’agriculture de petites parcelles par son intégration au mode de production capitaliste.

  • 136 Klaus Heynig, article cité, p. 124.

758« La catégorie clé de son analyse est la rente capitaliste du sol qui constitue un surprofit permanent, spécifique à l’agriculture, dont s’approprie le propriétaire foncier. Le fait que la terre soit un moyen de production non produit et relativement non reproduisible, détermine une certaine spécificité dans le développement de la production agricole par contraste à celle de l’industrie. Le fait qu’il y ait un profit extraordinaire dans l’activité agricole a déterminé le développement de rapports capitalistes à la campagne et l’expropriation des paysans de leurs moyens de production. Selon Marx, l’usure, le système d’impôts et la rente de la terre exigent la production pour l’échange et, par ce fait, forcent la destruction de la manufacture domestique rurale. Comme désavantages naturels de la production parcellaire face à l’agriculture capitaliste, Marx mentionne l’appauvrissement graduel de la terre, la réduction des prix agricoles comme résultat de la concurrence du capitalisme agricole et l’impossibilité d’élever la productivité du sol. Il analyse comment dans le cas de l’Angleterre, les méthodes de culture capitalistes ont détruit le paysannat anglais... et l’ont expulsé du marché du travail comme prolétariat libre »136.

759Bref, Marx observe dans cette “voie anglaise” l’apparition de trois classes sociales dans l’agriculture : celle du propriétaire foncier, celle du capitaliste et celle de l’ouvrier agricole, et il estime l’expulsion des paysans de leurs parcelles comme une condition nécessaire au développement du capitalisme dans l’agriculture. Les contradictions entre la petite propriété et le capitalisme iront en s’accentuant au fur et à mesure du développement de celui-ci, étant donné l’incapacité de la petite propriété à augmenter la productivité du travail à cause de sa petite échelle de production et de son faible accès aux technologies modernes.

  • 137 W.I. Lenin, El Desarrollo del Capitalismo en Rusia, Moscou, Édition de Langues Etrangères, 1958.

760C’est avec Lénine137 que se produit un ajustement fondamental de la conception de Marx. Dans son étude classique sur la décomposition paysanne en Russie, Lénine considère que le développement du marché intérieur dans la production capitaliste, c’est ce qui désagrège les petits agriculteurs en patrons d’une part et en ouvriers agricoles de l’autre. La prolétarisation des paysans crée un marché pour les biens de consommation, tandis que leur transformation en patrons, en bourgeoisie rurale, crée un marché pour les moyens de production. Conséquence de ce processus de dépaysannisation, survient alors la destruction du vieux paysannat traditionnel, et de nouveaux types de population à la campagne surgissent : la petite bourgeoisie rurale et le prolétariat, les producteurs de marchandises et les ouvriers agricoles salariés.

761Un trait commun à ces deux types de population rurale est le caractère mercantile, monétaire de l’économie. L’un de ces deux types est représenté par la petite bourgeoisie rurale ou des paysans aisés, et l’autre par des ouvriers salariés qui comprend aussi bien les paysans pauvres possédant encore quelque terre que ceux qui en sont complètement dépourvus.

762Mais Lénine considère que ce processus de division du vieux paysannat en deux nouvelles classes n’est pas excessivement rapide. Il s’agit d’une tendance à long terme qui peut mettre du temps à produire tous ses effets. Il ne faut pas oublier estime-t-il, que dans l’agriculture le capitalisme pénètre lentement et à travers des formes extraordinairement diverses.

763Pour Lénine, la « voie anglaise » de Marx n’est pas la seule possible. Le développement du capitalisme dans l’agriculture peut se produire par deux voies différentes : la “voie Junker” et la “voie Farmer”.

764Au moyen de la première, l’ancienne économie foncière liée au droit de servage se maintient mais se transforme lentement en une économie capitaliste de type “Junker”.

765La seconde est la conséquence de la destruction à travers la révolution de l’ancienne propriété foncière et de tous les éléments de la superstructure qui lui sont liés. Apparaît en substitution la petite propriété paysanne qui se décomposera progressivement avec le développement propre du capitalisme. Chacun de ces chemins mène sur le long terme à la “dépaysannisation” et à l’apparition d’un prolétariat agricole.

L’approche de Chayanov138

  • 138 Outre K. Heynig, nous suivons ici particulièrement Daniel Thorner, qui fit connaître en Occident le (...)

766Après l’émancipation des serfs en Russie en 1861, des centaines d’universitaires se sont établis dans les villages pour y étudier la situation des paysans et tenter d’améliorer leurs conditions de vie. A partir de 1880, d’éminents économistes, sociologues et autres experts en questions agraires se sont consacrés à l’analyse de l’énorme masse d’enquêtes et d’études faites par ces universitaires. Parmi eux se détache A. V. Chayanov, qui a été de 1919 à 1930 sans doute le plus grand expert russe en problèmes d’économie rurale.

767La théorie élaborée par Chayanov essaie d’expliquer le comportement du paysan au niveau de la petite exploitation familiale. Pour lui, cette petite exploitation ne peut être analysée avec les mêmes critères que ceux appliqués à une entreprise capitaliste car elle n’emploie pas de travailleurs en dehors des membres de la famille. En effet, 90 % des petites exploitations russes du premier quart du siècle n’employaient pas de travail extérieur, et fonctionnaient seulement sur le travail familial.

768D’après Chayanov, les concepts et doctrines classiques et néo-classiques élaborés pour expliquer le comportement des entrepreneurs capitalistes et des entreprises commerciales qui emploient de la main-d’œuvre salariée ne peuvent s’appliquer aux entreprises familiales paysannes. Ces théories économiques se fondent sur les relations quantitatives entre “salaires” (rémunération du travail), intérêt (rémunération du capital), rente (rémunération du sol) et profit (rémunération de l’entrepreneur). Ces quatre facteurs opèrent en étroite interdépendance fonctionnelle et se déterminent réciproquement. Si l’un d’eux est absent, tout l’édifice théorique centré autour de ces quatre concepts se désarticule. Chayanov nie que l’on puisse compenser l’absence de salaire en attribuant une valeur au travail non rémunéré de la famille. Pour lui, le foyer paysan doit être considéré comme une unité économique particulière, et son produit annuel, une fois les dépenses déduites, doit être considéré comme le produit global de l’activité familiale. De par sa propre nature, ce produit, ou revenu, est unique et indivisible.

769Les économies composées par conséquent d’unités familiales où la catégorie des salaires est inexistante, sont déterminées par une structure économique fondamentalement différente et requièrent une théorie économique différente.

770L’unité économique pour laquelle Chayanov élabore sa théorie est donc la famille paysanne globalement considérée dans l’ensemble de ses activités, l’activité économique totale de la main-d’œuvre familiale.

771Le concept fondamental pour analyser cette économie est ce qu’il apelle “l’équilibre travail-consommation” entre la satisfaction des nécessités familiales et la pénibilité du travail.

772Chayanov prend comme point de départ le revenu brut ou le produit brut d’un foyer paysan à la fin de l’année agricole. De ce revenu, il faut déduire les dépenses qui dérivent de la nécessité de maintenir l’exploitation au même niveau de production qu’elle avait en début de l’année : semences pour les prochaines semailles, fourrages, réparations, remplacement du bétail disparu et du matériel hors d’usage, etc. Une fois ces dépenses déduites, la famille se trouve avec un produit ou revenu net qui constitue le résultat de son travail pendant le cours de l’année agricole achevée. Comment doit-on distribuer ce revenu ? Que doit-on manger ? Que faut-il investir dans l’exploitation ? Que doit-on épargner ?

773Une entreprise capitaliste selon Chayanov, peut avoir une indication objective de ce qu’elle doit faire. En déduisant de son revenu brut les coûts de ses approvisionnements et de ses salaires, l’entreprise peut savoir quels ont été ses profits. Si elle veut les accroître l’entreprise peut augmenter son capital et obtenir au bout d’un certain temps un accroissement de son profit. Mais pour une exploitation paysanne, il n’y a ni salaires ni profits nets. Il n’existe pas dans ce cas, un procédé valable pour estimer en argent le travail apporté. La famille paysanne procède au moyen d’une évaluation subjective, fondée sur sa longue expérience agricole des générations précédentes. La plupart des familles paysannes peuvent soit apporter davantage d’heures de travail, soit travailler plus intensément, parfois les deux en même temps. Chayanov emploie le concept de degré “d’auto-exploitation du travail familial” pour désigner la quantité de travail apportée dans des conditions données par la famille paysanne. Les paysans augmenteront leur effort seulement s’ils estiment que cela leur apportera un accroissement de revenu pouvant être affecté soit à l’augmentation de la consommation, soit à l’investissement dans l’exploitation, soit aux deux.

774Le mécanisme qui explique, selon Chayanov, le comportement de la famille paysanne est celui de “l’équilibre travail-consommation”. Chaque famille tentera d’obtenir un revenu annuel adéquat à ses besoins. Ceci pose évidemment le problème de la pénibilité du travail. La famille ne poussera pas son effort au-delà du seuil où la pénibilité du travail dépasse les avantages d’une éventuelle augmentation du revenu. Chaque famille s’efforcera d’obtenir un équilibre approximatif entre le degré de satisfaction de ses besoins et la pénibilité de son travail. Pour des familles différentes, cet équilibre dépend de la dimension de la famille et de la proportion en son sein de ceux qui travaillent et de ceux qui ne travaillent pas (adultes et enfants en bas âge).

775Chayanov étudie les effets d’un ensemble de facteurs sur l’équilibre travail-consommation, comme la taille des exploitations, la qualité des sols, l’emploi de fertilisants, les prix du marché etc., en s’intéressant à leur interaction mutuelle dans la mesure où ces facteurs évoluent.

776En synthèse, il estime que le revenu disponible est distribué en fonction de l’équilibre entre évaluations de production et de consommation, ce qui traduit le désir de maintenir un niveau constant de bien-être. Une augmentation du revenu brut mène à un accroissement simultané du budget familial et de la formation de capital, mais la manière précise selon laquelle ce revenu est distribué dans chaque famille dépend du jugement subjectif du chef de famille.

777Pour Chayanov, les traits essentiels du comportement économique de la famille paysanne diffèrent pour ce qui concerne les prix qu’elles sont prêtes à payer pour l’achat ou la location des terres, l’intérêt qu’elles acceptent de payer pour obtenir un prêt ou le prix auquel elles sont disposées à vendre leurs produits, etc. Dans des conditions où les entreprises capitalistes feraient faillite, les familles paysannes peuvent se permettre de travailler une plus grande quantité de temps, de vendre à des prix inférieurs, de ne pas tirer de revenus nets, et pourtant, année après année, de continuer à cultiver la terre. Pour ces raisons, le pouvoir compétitif des exploitations familiales est plus grand que celui que prévoyaient Marx, Kautsky, Lénine et leurs successeurs.

  • 139 Voir article cité en note 138.

778Proclamant la viabilité des exploitations familiales paysannes, Chayanov prend une position opposée à celle des principaux courants de la pensée marxiste en Russie et en Europe Occidentale. Marx comme nous l’avons vu précédemment, avait défini le paysan qui n’achète pas la force de travail d’autres travailleurs comme une sorte de jumeau économique. En tant que détenteur de moyens de production, ce paysan était capitaliste ; en tant que travailleur, il était son propre salarié. Chayanov attaque cette prétendue double nature du paysan. Pour lui, il ne s’agit que d’une fiction élaborée à partir de catégories capitalistes et elle n’est concevable qu’à l’intérieur d’un système capitaliste qui n’est pas celui de l’économie paysanne. Rosa Luxemburg partage la position de Chayanov. Quelle est l’exacte portée de la théorie de l’économie paysanne de Chayanov ? Selon Daniel Thorner139, la micro-théorie de Chayanov a été essentiellement une théorie applicable à un type déterminé d’exploitation paysanne : l’exploitation familiale existante en Russie qui n’engageait pas de travail à l’extérieur. Sa théorie est-elle applicable aux exploitations familiales paysannes d’autres pays ? Chayanov admettait qu’elle fonctionnait mieux pour les pays à faible densité démographique que pour les pays très peuplés. Sa théorie s’appliquait mieux aux pays qui avaient vu leur structure agraire complètement bouleversée, comme cela avait été le cas pour la Russie après l’émancipation des serfs en 1861. Là où les paysans ne pouvaient acheter ou louer facilement un supplément de terre, sa théorie devait être modifiée.

779Chayanov n’élabore donc pas une théorie générale de l’agriculture familiale valable pour d’autres pays en dehors de la Russie. Il considère que chaque système économique exige sa propre théorie. Nombre de ses considérations semblent néanmoins être valables pour analyser diverses économies paysannes et c’est ce qui explique à notre avis le regain d’intérêt dont elles font l’objet actuellement.

L’approche de Tepicht140

  • 140 voir Jerzy Tepicht, Marxisme et Agriculture : le Paysan Polonais, Paris, Armand Collin, 1973.

780Une autre approche sur l’économie paysanne qui prolonge les analyses de Chayanov vers l’agriculture européenne actuelle, aussi bien des pays capitalistes avancés que des pays socialistes, est celle de Jerzy Tepicht, économiste agraire polonais (1908-1973) qui a été le principal théoricien du problème agraire dans son pays entre 1946 et 1956. Premier directeur et responsable de l’Institut d’Économie Agricole de Varsovie, il a impulsé les plus importantes enquêtes de sociologie rurales réalisées en Pologne. Il a publié de nombreux ouvrages dans son pays et à l’étranger et fait à partir de 1971 de longs séjours en France, où il est mort en 1973.

781Dans son livre (cité en note 140) Tepicht commence en affirmant qu’un siècle s’étant écoulé depuis l’analyse de Marx dans le troisième tome du Capital et la construction de son modèle du développement capitaliste dans l’agriculture avec ses trois personnages clés : le propriétaire foncier, le fermier-entrepreneur capitaliste et le travailleur salarié agricole, ce modèle ne s’étant réalisé que dans quelques régions comme la Beauce en France, il est nécessaire de se demander, pourquoi ? Il faut constater, dit-il, qu’en Europe Occidentale aussi bien qu’en Europe Orientale, ce modèle ne s’est pas développé mais au contraire, en dépit de considérables différences entre les niveaux technologiques, c’est le mode d’exploitation paysanne qui domine au sein même du secteur agricole.

782Une première explication se trouve pour Tepicht dans le fait que les rapports capitalistes se sont déplacés de « dedans » l’agriculture au « dehors » de l’agriculture, de relations entre exploiteur et exploité à l’intérieur de la propriété à des relations entre l’économie paysanne et les monopoles qui dominent l’économie générale des pays.

783Tepicht à la suite des populistes russes et de Chayanov, estime que l’on peut parler d’une économie paysanne. Pour lui, cette économie est un mode de production dont le sens est proche mais non équivalent à celui de Marx, c’est-à-dire, un ensemble cohérent et distinct de forces productives et de relations de production entre les hommes. Mais pour Tepicht le mode de production paysan n’engendre pas de formation sociale particulière. Il s’incruste dans d’autres formations, s’y adapte, intériorise à sa façon les lois économiques de chacune d’entre elles, en les marquant en même temps de son propre sceau. C’est ce qui explique l’extraordinaire longévité du système paysan.

784Le mode d’insertion de l’économie paysanne dans le capitalisme est particulier : intégrée dans son système de circulation sanguine, qui est le marché, cette économie croît, se développe et vieillit comme un être à part, avec ses propres principes, qu’elle transporte même au sein des économies socialistes telles qu’elles se présentaient jusqu’à maintenant. L’économie paysanne constitue, au sein de ces économies, un secteur économique différent.

785L’économie paysanne se caractérise par une symbiose entre « l’exploitation » et le « foyer », qui constitue l’élément le plus durable de la reproduction de ses relations internes, tandis que ses relations avec l’extérieur, c’est à dire avec l’économie environnante, montrent une grande élasticité. Il existe à l’intérieur une symbiose entre l’entreprise agricole et l’économie domestique et on observe un collectivisme rigoureux de la famille et un égocentrisme croissant dans les relations avec les autres. Ce collectivisme interne vigoureux est ce qui très tardivement, à l’époque de l’industrialisation avancée du capitalisme occidental actuel, lui fait par contre encourir le risque de la désintégration, au lieu de contribuer comme par le passé à la persistance de l’économie paysanne, Les traits caractéristiques de l’économie paysanne peuvent, selon Tepicht, se résumer en quatre points :

786a) Le caractère familial : c’est une vérité essentielle. Unité de l’activité économique naissante et de l’ancienne économie domestique, elle est issue de la communauté primaire tribale tandis que la communauté même se transforme avec le développement de l’agriculture sédentaire en communauté villagoise de voisins, passant d’une tribu par lignage à une tribu par localisation. Le rôle de cette communauté est celui d’être un cocon protecteur de l’économie familiale.

787L’économie familiale porte le double sceau d’un fort individualisme externe et d’un collectivisme interne rigoureux. Véhiculé par l’économie paysanne dans son développement à travers l’économie mercantile naissante, plus tard capitaliste, cet individualisme collectif se manifeste dans la délimitation stricte de « ce qui est nôtre », qui devient patrimoine familial, par rapport à celui des autres, en même temps que par une subordination sévère du sort personnel de chacun à l’intérêt de la petite entreprise familiale. Ceci vaut sur le plan de l’économie, du prestige, des aspirations sociales. Un mariage, un changement d’activité, tout est considéré de ce point de vue.

788C’est seulement lorsque l’économie paysanne semble entrer dans une période de déclin, comme c’est le cas aujourd’hui en Europe Occidentale, que ce collectivisme interne rigoureux devient l’une des principales sources de crise. Apparaît alors le conflit entre les moins de trente ans et leurs parents qui ne veulent pas abdiquer leur rôle de chefs d’entreprise. Pour les jeunes, l’impossibilité de s’affirmer matériellement dans leur travail et de disposer d’eux-mêmes, déclenche la sortie de l’exploitation des éléments les plus dynamiques, conduisant au vieillissement du personnel des entreprises paysannes et à l’abandon de celles qui restent sans héritier voulant les prendre en charge.

789b) Les rapports entre facteurs de production : dans l’agriculture paysanne, ils sont différents de ceux qui prédominent dans les agricultures en voie d’industrialisation. Dans ces dernières, l’on observe une substitution croissante du travail par le capital (mécanisation) et de la terre par le capital (davantage d’engrais chimiques, aménagement des sols, installation de serres, etc.). Dans l’économie paysanne, par contre, la substitution dominante est entre le facteur travail et le facteur terre. Ceci se traduit par un fait bien connu, celui d’une production plus élevée par hectare dans les plus petites exploitations, et moins intense en travail et en rendement par hectare, mais plus importante dans celles qui disposent de plus grandes surfaces.

790c) Les rapports de l’économie paysanne avec le marché : l’économie paysanne est partiellement mercantile. Chacun de ces deux mots est important. Le premier distingue le paysan du “farmer” nord-américain ou australien, par exemple, dont la totalité de la production est destinée au marché. Le second mot s’oppose à l’identification de l’économie paysanne avec celle de subsistance.

791d) Les rapports entre le travail et le revenu paysan : sous cet aspect, Tepicht suit Chayanov, refusant d’appliquer à l’économie paysanne la division symbolique en rémunération de chacun des facteurs de production.

792Si l’exploitation paysanne dispose de peu de terre elle se verra contrainte à une intensification supplémentaire pour pouvoir couvrir les besoins de la famille : elle augmentera son revenu global au prix d’une diminution du revenu obtenu par unité de travail apportée. Tepicht insiste à son tour sur l’approche démographique de Chayanov, sur la relation numérique entre hommes et surface pour se nourrir. Etant donné qu’en général les familles paysannes disposent de peu de terre, ce qui compte avant tout c’est le rapport entre bouches à nourrir et bras pour travailler. L’auto-exploitation du travail familial sera liée à la pyramide d’âges de la famille.

793Contrairement au capitaliste qui n’engagera pas de nouvelles ressources sans en attendre au moins un taux proportionnel de profits, et à la différence des salariés qui demanderaient davantage pour les heures supplémentaires de travail que pour les heures normales, les membres d’une exploitation familiale paysanne pourront augmenter leur revenu global au moyen d’un accroissement de travail qui se paiera dans la pratique à un prix plus bas.

794Malgré cet accord général avec Chayanov, Tepicht ajoute quelques considérations spécifiques. Dans la plupart des entreprises paysannes d’Europe, l’essentiel du travail à la campagne est assuré par le chef de famille et par les membres de la famille en pleine capacité de travail. Par contre le service dans les étables, dans les porcheries et dans le poulailler est surtout assuré par le travail à mi-temps des femmes, des enfants et des vieillards, auquel s’ajoute les temps en excédent dont peut éventuellement disposer le chef de famille. On pourrait désigner le travail au niveau de la production animale comme étant celui des forces non transférables de l’exploitation familiale, car si la famille abandonnait son exploitation, elle n’aurait pas les moyens de les employer, elle ne pourrait recourir à elles pour garantir sa subsistance. Mais dans la mesure où la famille paysanne n’a pas d’alternative, elle est contrainte d’accepter pour ce travail un revenu marginal qui complète ses besoins d’existence.

795La situation est tout à fait autre dans une grande propriété contemporaine qui se détermine selon un calcul de rentabilité, qui ne peut recourir au complément de ces forces non transférables et qui doit payer un salaire.

796Ceci conduit à une distribution des tâches et des avantages de l’agriculture dans les pays capitalistes. Ainsi, la production de céréales, de betterave sucrière et d’autres cultures typiques de la grande échelle qui se prêtent à l’emploi intensif des machines et à la réduction du personnel, est réalisée par de grandes entreprises qui pratiquent la rémunération des facteurs selon les règles normales du marché. Par contre, la production animale qui garantit l’emploi non transférable des exploitations paysannes devient la spécialité de ces dernières.

797En résumé, pour Tepicht l’économie paysanne se caractérise par un ensemble de traits qui s’accentuent graduellement et ensuite diminuent selon une cadence qui n’est pas la même pour tous. L’économie paysanne subit simultanément les conséquences du développement des forces productives de l’ensemble de la société. Ceci explique que les progrès de la division sociale du travail réduisent au début la gamme de ses activités, et à plus long terme son importance pour l’ensemble de la population. Sur ce fond général de l’évolution commune, l’économie paysanne suit sa propre courbe ascendante et puis descendante du féodalisme au capitalisme, qui est plus longue que les courbes de ces formations. Ceci est la raison principale qui fait que Tepicht considère qu’il s’agit d’un mode de production différent, sans qu’on puisse lui prédire une existence éternelle, ni que sa propre évolution ne subira pas les influences des dites formations, qu’elle marque à son tour de son sceau.

Interprétations de l’économie paysanne en Amérique latine

  • 141 Une synthèse de l’évolution des études sur la paysannerie en Amérique latine peut se trouver dans l (...)

798Les différentes théories et interprétations sur la nature, le développement et le destin des économies paysannes ont été aussi intégrées dans les dernières années au débat latino-américain, notamment à partir des années 1970141. Comme le signale Warman, les études paysannes sur la région se sont préoccupées de connaître les déterminants essentiels et les caractéristiques permanentes de la condition paysanne et de définir et de caractériser les structures fondamentales de ce groupe social. Des acquis de cette connaissance se dégagent deux grands courants opposés : celui des “paysannistes” d’une part, celui des “prolétaristes” ou “dépaysannistes” de l’autre. En général ces courants se sont écartés des analyses concrètes pour se concentrer sur un grand débat sur le destin des paysans.

799Pour les “paysannistes”, le développement du capitalisme dans les conditions particulières de l’Amérique latine tendrait à la recréation d’une économie paysanne. Pour les “prolétaristes”, la logique de la domination capitaliste mènerait à la disparition des paysans, qui deviendraient des prolétaires. Indépendamment de ce débat, souvent assez abstrait et idéologique sur le destin des paysans dans la région, de nombreuses recherches plus concrètes se sont développées au cours des dernières années, portant sur les différents aspects de la réalité paysanne. Ces études sont orientées dans diverses directions : la migration rurale à travers les déplacements des paysans comme travailleurs ruraux, comme populations urbaines informelles, comme migrants internationaux, comme supports de réseaux complexes de circulation entre la campagne et la ville ; la logique de fonctionnement de l’économie paysanne et ses stratégies de survie ainsi que ses formes de résistance à la désintégration de son milieu de vie ; les rapports du paysannat avec les différentes formes du capital (commercial, de crédit, agraire et agro-industriel) ; les rapports entre le paysannat et l’État, l’importance du paysannat dans les situations de pauvreté en Amérique latine, les paysans et la crise alimentaire, les différentes formes sociales d’organisation du paysannat et ses luttes pour la terre et pour l’accès à d’autres conditions de développement, l’importance des femmes paysannes en Amérique latine, etc.

  • 142 L’on peut consulter à ce sujet, outre l’article d’Arturo Warman cité en note 141, celui de Raúl Bri (...)
  • 143 Erasto Díaz, “Notas sobre el significado y el alcance de la economía campesina en México”, in Revis (...)

800Il n’est pas possible d’entrer ici dans des considérations sur la multiplicité de ces travaux et recherches142. Nous voudrions cependant, exposer ici un effort d’application des idées de Chayanov à une situation paysanne de la région latino-américaine qui montre la pertinence de ses approches pour une analyse renouvelée du paysannat de l’Amérique latine. Il s’agit d’une étude portant sur la signification et la portée de l’économie paysanne au Mexique143.

801Selon cet l’auteur il y avait au Mexique avant 1910 des paysans mais non pas une économie paysanne ; celle-ci est le produit de la réforme agraire. Lorsqu’on examine le long processus de la réforme agraire mexicaine ses insuffisances sautent aux yeux. La réforme agraire tente de promouvoir une agriculture dynamique, mais en pratique elle agit d’une façon régressive sur une grande partie de la masse paysanne. L’épuisement des surfaces redistribuables à la fin des années 1960, le fait que le nombre de paysans sans terre dans les années 1970 soit plus important que le nombre de ceux en ayant reçu tout au long des soixante ans qu’a duré la réforme et qu’une des conséquences de la redistribution de terres a été la création d’un minifundio anti-économique qui condamne à la pauvreté la majorité de la population rurale, sont autant de signes de l’échec de cette réforme.

802Au fur et à mesure de l’avancement de la réforme, elle a engendré deux pôles aux caractéristiques opposées mais qui se complétaient et évoluaient, poussés par des influences réciproques. L’un de ces deux pôles était le secteur capitaliste développé, celui qu’on appelle de la “petite propriété” qui imposait son rythme à l’évolution de l’agriculture. L’autre pôle était le secteur paysan de subsistance, “el ejido” qui tout en tenant un rôle subordonné, mais non passif, atténuait la violence générée par le développement des rapports capitalistes. Au niveau économique la capacité qu’a montrée ce secteur paysan à se plier aux exigences du pôle commercial, soit en libérant des paysans (“dépaysannisation”), soit en les retenant (renforcement de la “paysannisation”) lui a fait jouer un rôle stratégique, car c’est son existence même qui a rendu possible le superprofit dans l’agriculture moderne.

803La différenciation de l’économie paysanne au Mexique provient d’une part de l’accentuation des caractères capitalistes de l’économie qui a favorisé le développement du secteur dynamique de l’agriculture, et d’autre part de la fin des surfaces de terres possibles à redistribuer à une population rurale en augmentation constante.

  • 10 N. de la T. : membre d’un “ejido”.

804L’économie paysanne mexicaine actuelle est le sous-produit du développement capitaliste, et elle dispose d’un grand nombre de paysans placés dans une sorte de situation d’attente d’un changement du fait de l’impossibilité de devenir totalement des prolétaires ou de devenir des “ejidatarios”10 prospères. Cette économie paysanne représente en grande partie une forme de marginalisation sociale qui peut mettre de nombreuses années à se résorber du fait notamment de la croissance démographique. Durant la décennie 1950-1960, pour chaque accroissement de 1 % de la production industrielle correspondait une augmentation de 0,62 % d’occupation des terres. Dans la décennie de 1960-1970 ce dernier chiffre est tombé à 0,53 %. Durant la décennie 1970-1980 on attendait un accroissement global de la force de travail d’environ 7 millions de personnes, le secteur industriel pourrait en embaucher 1,4 million, ce qui signifie absorber une personne sur cinq. Qu’allait-il se passer pour les 5,6 millions restants ? Elles devront attendre d’autres conditions pour pouvoir se prolétariser en plein. Pendant ce temps, le sous-emploi dans les services et dans le secteur primaire va croître, conséquence de cette main-d’œuvre en réserve. Ceci renforce l’économie paysanne.

805Après avoir étudié les facteurs permettant d’expliquer l’apparition d’une économie paysanne au Mexique, Erasto Diaz s’est proposé d’en analyser les caractéristiques essentielles. Elles sont au nombre de cinq :

806- Le premier indicateur est la présence du producteur lui-même et de sa famille. Mais étant donné que très peu d’unités peuvent se suffire exclusivement de ce travail agricole, et qu’il sera possible à la plupart d’entre elles de compléter le revenu familial à condition d’avoir recours de façon temporaire à la vente de leur force de travail, le problème qui se pose est de déterminer la limite entre les données suivantes : ce qui est dépensé et ce qui est obtenu au moyen de salaires. La première donnée est celle qui présente les plus grandes difficultés car elle peut être la cause du fait que l’économie paysanne perd de sa spécificité, tandis que le fait que le producteur ou certains membres de sa famille se prolétarisent en partie pour compléter son revenu, ne leur enlève pas leur condition de paysans. On peut penser par exemple dit l’auteur que, si au minimum, les trois-quarts de tout le travail effectué sont ceux du producteur et de sa famille, l’unité d’exploitation peut être considérée comme étant d’économie paysanne.

807Mais cet indicateur est insuffisant, car il existe de petites exploitations orientées vers le marché d’où elles tirent des profits qui sont aussi caractérisés par la prédominance du travail familial. Si l’on accepte que le paysan soit dépouillé d’une façon ou d’une autre de ses excédents, la deuxième caractéristique de ces unités sera l’absence d’un processus d’accumulation de capital, c’est-à-dire, qu’on acceptera seulement comme relevant de l’économie paysanne que les exploitations qui fonctionnent au plus proche de celles de la simple reproduction, c’est à dire pouvant remplaçer ses outils usés mais ne pouvant en accroître le nombre.

808Un troisième indicateur qui permet de délimiter l’économie paysanne est fourni par l’importance de l’autoconsommation par rapport à l’ensemble de la production obtenue. Ce présupposé doit se concilier avec l’affirmation de Chayanov sur le fait que l’exploitation paysanne est en même temps une unité de production et une unité de consommation. Il s’agit donc dans le cas mexicain d’une économie semi-ouverte où les transactions avec le capitalisme n’impliquent pas un caractère primordial, mais qui dépend des besoins de consommation. En ce sens, le paysan vend son excédent et ce n’est que dans cette mesure-là qu’il achète.

809Outre ces trois caractéristiques essentielles il en existe d’autres qui dans le cas mexicain complètent la connaissance de l’économie paysanne, deux d’entre elles sont fondamentales selon Erasto Diaz :

810- L’une d’elles se réfère au type de cultures. Cette analyse nous contraint à dépasser les paramètres exclusivement économiques, pour atteindre ceux d’une « totalité culturelle ». L’exemple le plus clair est constitué par l’analogie que l’on peut établir au Mexique entre économie paysanne de subsistance et production de maïs. De par la tradition ancestrale, autour du maïs se tisse toute la vie du paysan pauvre du Mexique. Arriver à déterminer par qui et où il est cultivé, est une bonne piste pour trouver les unités paysannes du pays.

811Le cas du maïs apporte une autre caractéristique intéressante sur la connaissance du mode de fonctionnement de cette économie paysanne. Il est bien connu que les réactions du paysan sont contradictoires avec la logique capitaliste. L’exemple proposé par Chayanov est la réaction à la diminution du prix d’un produit agricole qui consiste pour le paysan à produire davantage de ce produit. Au Mexique l’exemple le plus clair de ce rapport est celui du maïs dont la production présente différentes fonctions pour le paysan. Il représente non seulement un revenu par sa vente mais aussi sa principale dépense de consommation. Cette relation complexe et ambiguë où le maïs est à la fois revenu et coût, produit commercial et produit de subsistance, est déterminante car cette céréale ne se comporte pas dans l’économie paysanne en accord avec les lois du marché capitaliste. La production et la vente peuvent augmenter quand le prix est bas et que le paysan a besoin d’une quantité déterminée d’argent, et la vente peut diminuer quand le prix monte et qu’il peut être plus rationnel pour le paysan une fois qu’il a obtenu le minimum d’argent nécessaire, de sortir du marché pour s’assurer une susbsistance moins chère plus tard ; ce qui n’arriverait pas s’il devait acheter plus tard à un prix plus élevé ce qui lui manque pour sa consommation.

812A cette importance de la culture du maïs il faut ajouter un autre facteur qui sous-tend au Mexique tout ce qui fait l’économie paysanne et qui chez Chayanov n’a pas de grande influence en raison des conditions de la Russie, c’est l’existence du minifundio qui est déterminant dans ce type d’économie au Mexique.

813En effet la plupart des analyses qui ont été faites montrent que les exploitations de moins de cinq hectares concernent dans leur très grande majorité le groupe de celles qui n’embauchent pas de main-d’œuvre, n’accumulent pas, vendent seulement une petite partie de leur production et se consacrent à la culture du maïs avec des rendements extrêmement bas.

814En 1960 il y avait au Mexique 700 000 exploitations de moins de cinq hectares n’assurant pas la subsistance et 1 200 000 parcelles “ejidales” dans la même situation, ce qui fait en tout 1 900 000 unités. En 1970, leur nombre était passé à environ à 2 250 000 unités environ.

815Si l’on suit strictement Chayanov, l’économie paysanne devait être celle capable de générer une production suffisante pour faire vivre la famille, ce qui dans le cas mexicain signifie des unités supérieures à celles d’infra-subsistance. Erasto Díaz trouve cependant plus approprié d’appeler économie paysanne, dans le cas mexicain, ces 2,25 millions d’unités d’infra-subsistance existant en 1970. Il s’agit d’une économie paysanne qui s’éloigne de l’équilibre “travail-consommation” de Chayanov pour se situer dans un état de décomposition permanente qui, n’étant pas complète, renforce de façon interne et externe l’économie paysanne, celle-ci oscillant à l’intérieur d’un processus contradictoire où les parties à la fois se présupposent et se consolident, tout en se désintégrant.

816Ce type d’exploitation existe partout au Mexique, mais elles sont particulièrement concentrées dans certaines régions, elles sont rares dans les districts irrigués du nord et du nord-ouest, mais elles prédominent dans les États de San Luis Potosí, Querétaro, Hidalgo, et du centre-sud de Mexico, Tlaxcala, Puebla et Oaxaca. Ces régions représentent la plus grande partie de l’agriculture paysanne mexicaine. C’est le pôle “saisonnier-retardé”, qui a la plus haute densité démographique, expulse la main-d’œuvre, présente les taux les plus élevés de sous-emploi, où la force de travail en activités primaires atteint la plus haute participation sur l’ensemble de l’activité, et où le revenu par habitant est sensiblement le plus bas. Ces zones représentent 13 % de la surface totale du pays, disposent de 19 % des terres travaillées et englobent 43 % des unités de production agro-pastorale. Il s’agit d’une région de minifundios qui concentre 71 % des exploitations recensées ayant un hectare.

Caractérisation générale, à l’heure actuelle, de l’économie paysanne de la région latino-américaine144

  • 144 Pour cette caractérisation générale, nous nous sommes fondamentalement inspirés des données de la D (...)

817Lorsque l’on parle d’agriculture paysanne en Amérique latine, l’interprétation actuelle se réfère à l’ensemble des exploitations qui sont avant tout basées sur le travail familial, c’est à dire que la famille constitue le noyau essentiel de production et de consommation. La stratégie de ces familles est de chercher à maintenir et à reproduire ces unités d’exploitation pour satisfaire leurs besoins personnels et les exigences de l’exploitation comme de répondre aux exigences des rapports sociaux et institutionnels de ces familles.

818En ce qui concerne les formes de tenure de la terre ces familles connaissent une grande variété de situations : propriétaires individuels de petites étendues de terre, fermiers, métayers, colons possédant des terres de “frontière”, membres de communautés indigènes, occupants précaires sans titre de propriété, bénéficiaires des réformes agraires, etc.

819Il existe des éléments de différenciation entre ces diverses exploitations, au-delà de leur trait commun qui est celui, d’être une exploitation familiale. Ces éléments de différenciation ont à voir avec la taille des diverses unités car bien qu’étant toujours petites, leur surface en hectares peut varier selon la zone où elles se situent (au voisinage de grands centres peuplés, zones éloignées de la “frontière”, régions montagneuses, etc.), selon aussi leur capacité à occuper ou ne pas occuper pleinement la force de travail familial (entreprises familiales et minifundios), la richesse de leurs ressources naturelles et leur potentialité productive, leurs modèles technologiques, leur degré d’intégration aux marchés, leur situation évolutive et leurs perspectives (certaines d’entre elles sont en condition de se reproduire, d’autres sont en processus de désintégration, etc.).

820L’importance des exploitations familiales dans l’agriculture latino-américaine actuelle découle des chiffres suivants :

821En prenant comme base les données antérieures des recensements et les cadastres agricoles nationaux réalisés au cours des années 1970, le nombre d’unités de production est chiffré, pour l’ensemble de la région Amérique latine, à environ 13,5 millions, qui font vivre une population de 60 à 65 millions de personnes, soit un peu plus de la moitié de la population rurale à cette époque, et un cinquième de la population totale de l’Amérique latine. Dans certaines sous-régions, comme c’était le cas des pays de la zone andine, en excluant le Chili, l’importance relative des exploitations familiales par rapport à la population totale était encore plus grande. En effet, vers la moitié des années 1970, sur une population totale estimée à 64 millions d’habitants, près de 27 millions étaient des ruraux et les deux-tiers de ces ruraux étaient composés d’agriculteurs paysans et des membres de leurs familles.

822Ces données montrent par la suite une tendance à l’accroissement des unités familiales pour l’ensemble de l’Amérique latine, ce nombre d’unités était estimé au milieu des années 1980 à environ 16 millions, faisant vivre 75 millions de personnes.

823Ces terres dont disposaient les unités familiales étaient estimées au mileu des années 1980, à 159 millions d’hectares, comprenant terres cultivées et terres cultivables, prairies et pâturages, bois et terres non cultivables. Ce qui représentait un cinquième du total des terres agricoles de l’ensemble des exploitations.

824Par rapport à la totalité des terres cultivables (terres arables, plus les terres occupées par des cultures permanentes) utilisées par l’agriculture de la région au début des années 1980, l’agriculture paysanne contrôlait 60,5 millions d’hectares sur un total de 165,5 millions, soit 38 %. Et par rapport aux surfaces récoltées, sur 110 millions d’hectares récoltés en 1983, l’agriculture familiale représentait environ 50 millions d’hectares.

825La superficie moyenne de l’unité paysanne en Amérique latine est de l’ordre de 10 hectares, avec près de la moitié en terres arables. Mais un grand nombre d’unités paysannes ont une surface bien inférieure à ce chiffre. Près de 5 millions d’unités paysannes disposent de moins de 2 hectares chacune. Dans certains pays comme la Jamaïque ou El Salvador, ces très petites unités de moins de 2 hectares représentent plus de 75 % des unités familiales.

826La rareté chronique des terres est la caractéristique la plus générale de la grande majorité des unités paysannes de la région, contrairement aux exploitations familiales russes étudiées par Chayanov. Ce phénomène, qui conduit à la prolifération du minifundio, explique aussi l’importance de la semi-prolétarisation de la force de travail familial.

  • 145 Voir CEPAL/FAO, La Agricultura Campesina en América Latina y el Caribe, tab. 4, p. 23.

827Pour mesurer la signification économique de l’agriculture paysanne, il est nécessaire de savoir ce qu’elle produit et combien elle produit. Pour répondre à la première question il faut dire que l’agriculture paysanne produit principalement des aliments de base. Elle conditionne fortement l’approvisionnement en aliments de base de la population de la région, non seulement rurale mais aussi urbaine. Au Brésil par exemple en 1980 les petits producteurs familiaux produisaient 52 % de la production totale de maïs, 63 % de la production de haricots, 68 % de la production de yucca, 30 % de la production de blé, 23 % de la production de riz, et même 31 % de la production de soja145.

828En Colombie, en 1970, ces unités familiales produisaient 69 % des haricots, 60 % de la yucca, 85 % de la banane, 49 % du blé et 47 % du maïs.

829Au Chili, en 1980, ces mêmes unités paysannes produisaient 77 % des haricots, 73 % des pommes de terre, 55 % du riz, 47 % des lentilles, 44 % du maïs et 27 % du blé.

830En Equateur en 1974 l’agriculture paysanne produisait 61 % des haricots, 40 % du blé, 45 % du maïs, 48 % des pommes de terre, 54 % de l’orge et 37 % des lentilles. Au Panama, en 1984, les unités familiales produisaient 80 % du maïs et 37 % du riz. D’après une estimation de la Junte de l’Accord de Carthagène, l’agriculture paysanne de l’aire andine générait à la fin des années 1970 entre 50 et 60 % des biens agricoles de consommation. En Amérique centrale, l’agriculture paysanne représentait au Costa Rica dans les années 1970, 36 % de la production agricole destinée au marché intérieur ; 62 % au Salvador ; 64 % au Honduras, et 53 % au Guatemala.

  • 146 Voir ouvrage cité CEPAL-FAO, tableaux 5 et 6, p. 26.

831En considérant les situations d’autres pays comme le Brésil, le Mexique et le Chili, on peut affirmer que les petites exploitations familiales paysannes contrôlent environ la moitié des surfaces récoltées et un peu moins de la moitié de la production globale, mais que les produits alimentaires de base du marché intérieur, représentent plus de la moitié de la valeur de cette production. Mais l’importance économique des petites exploitations familiales paysannes ne se limite pas à la production d’aliments pour le marché intérieur. Dans certains cas ces unités contribuent de manière significative aux productions agricoles destinées à l’exportation. Dans le cas du café par exemple, la petite production familiale paysanne représente au Brésil 40 % des volumes exportés, 30 % en Colombie, 54 % au Mexique, 63 % au Venezuela, 70 % en Equateur et 55 % au Pérou. L’importance de ces unités familiales paysannes dans la production destinée à l’exportation est aussi très importante en ce qui concerne le cacao. 33 % des exportations de cacao du Brésil proviennent de l’agriculture familiale paysanne, 65 % pour l’Equateur, 69 % au Venezuela, 46 % au Mexique et 68 % au Pérou146.

832Un autre indicateur économique très important de l’agriculture familiale paysanne est celui de son incidence sur l’emploi de la force de travail agricole.

833Déjà dans les années 1950 et 1960 selon les études du CIDA déjà citées, sur les sept pays étudiés (Argentine, Brésil, Colombie, Chili, Equateur, Pérou et Guatemala), 52 % de la population active agricole dépendaient pour vivre de la petite agriculture familiale. Il s’agissait de la population liée aux exploitations familiales et infra-familiales (minifundio).

834Les informations fournies par les plus réccents recensements de ces dernières années confirment cette situation. Au Brésil par exemple le recensement de 1980 montre que l’agriculture paysanne représente environ 70 % de la totalité de la force de travail agricole. Au Mexique, le recensement de 1970 a révélé que les unités de moins de 5 hectares, les “ejidos” et les communautés, englobaient plus de 80 % de la population travaillant dans l’agriculture. En Equateur et à Panama, selon les derniers recensements agricoles, respectivement 60 % à 72 % des personnes travaillant dans l’agriculture se trouvaient issues des couches paysannes.

835L’économie familiale paysanne est aujourd’hui de plus en plus intégrée au marché. Bien que l’une des caractéristiques essentielles de cette économie soit la production pour l’auto-consommation, la nécessité d’obtenir de l’argent pour satisfaire d’autres besoins sur le marché ou par rapport à des obligations envers les pouvoirs politiques ou économiques, l’oblige à vendre une part croissante de sa production.

836Au Brésil, au début des années 1970 on estimait qu’environ 30 % de la production agricole commercialisée sur les marchés provenaient de l’agriculture familiale. En Bolivie, comme nous l’avons vu précédemment lors de l’étude des transformations agraires dans ce pays, l’agriculture paysanne apportait dans les années 1980, 80 % du total des calories alimentaires produites dans le pays. Concernant le maïs par exemple, près de 75 % de la récolte sont vendus contre moins de 10 % avant la réforme agraire. Pour les pommes de terre on est passé d’une situation où les ventes sur le marché étaient minimes à une situation où plus de 60 % de la production sont aujourd’hui vendus Dans le cas du blé on est passé de 20 % à 70 % de production commercialisée.

837En Equateur, une enquête effectuée à la fin des années 1970 auprès de plusieurs milliers de familles paysannes, tant dans la sierra que sur la côte, a montré que la part de la production vendue est passée dans la sierra de 60 % à plus de 80 %, et sur la côte de 85 % à 90 %. Même les exploitations de moins de 2 hectares de la sierra vendaient 60 %, ou plus, de leur production et sur la côte, plus de 85 %. La part de production vendue augmentant avec la taille des exploitations.

  • 147 Centro de Ecodesarrollo, El cultivo del maíz en México : diversidad, limitaciones y alternativas, M (...)

838Cette commercialisation considérable qui découle de la nécessité dans laquelle se trouvent les paysans de se procurer de l’argent, ne leur est pas favorable dans la plupart des cas. En effet, les prix obtenus par ces ventes sur le marché sont généralement insuffisants pour couvrir leurs besoins ; et ils sont plus bas que ceux qu’obtiennent les plus grandes exploitations agricoles. Ceci est dû à un ensemble de facteurs, parmi lesquels il faut souligner : les politiques officielles de prix qui rabaissent les prix des aliments de base pour éviter leur impact sur le coût de la vie urbaine, l’offre dispersée et non organisée de la multitude de petits producteurs face à des intermédiaires qui se concertent entre eux pour maintenir les prix bas, la nécessité pour ces petits producteurs de vendre rapidement leurs produits après la récolte du fait de l’impossibilité de les stocker dans des conditions satisfaisantes et du besoin urgent d’avoir de l’argent. Ces très bas prix ont contraint parfois les paysans à accroître le volume de leurs ventes, comme nous l’avons vu dans le cas du maïs au Mexique. Mais ceci a conduit aussi dans d’autres cas où cela était possible, à remplacer le maïs par d’autres cultures plus rentables, comme les cultures fourragères pour l’élevage (sorgho, soja, orge, avoine). Cet aspect a déjà été examiné lors de l’analyse de la constitution du complexe agro-industriel mexicain. Nous pouvons ajouter ici, comme l’a montré une étude effectuée dans six zones productrices de maïs147, que ceci a été un facteur décisif qui a contribué à la crise actuelle du maïs dans l’économie mexicaine.

839Le revenu familial paysan n’est que rarement satisfait par la vente de la production du fait des bas prix obtenus, de la nécessité d’en garder pour la consommation, du volume de production limité du fait du manque de ressources et ce malgré une utilisation intensive de la terre et du travail.

840Les petits agriculteurs familiaux doivent recourir normalement à d’autres sources de revenus pour satisfaire l’ensemble de leurs besoins : vente de leur production agricole et d’élevage, auto-consommation, activités des membres de la famille en dehors de l’exploitation, et à certaines périodes de l’année même recours au producteur principal. Comme c’est logique la part de revenu provenant des activités d’élevage sur l’exploitation augmente avec sa taille. Au Chili par exemple, en 1974-1975 sur les exploitations de moins d’un hectare 27 % du revenu familial provenaient de l’activité agro-pastorale, et 70 % d’activités extérieures à la ferme. Par contre dans les exploitations de 5 à 10 hectares, 79 % du revenu familial provenaient d’activités agro-pastorales sur l’exploitation. Au Guatemala en 1978, dans les exploitations de moins d’un hectare, 18 à 19 % du revenu familial provenaient de la production agro-pastorale sur l’exploitation, et 70 à 76 % de travaux effectués au dehors de la ferme. Par contre dans les exploitations de un à dix hectares, entre 40 et 45 % du revenu familial provenaient d’activités d’élevage sur l’exploitation, et 51 à 52 % d’activités au dehors. Au Pérou, en 1974, sur les exploitations de moins de 3,5 hectares, l’élevage apportait 16 % du revenu et les activités extérieures, 63 %. Sur les exploitations de 3,5 à 11 hectares, par contre, l’élevage sur la ferme apportait 47 % du revenu et le travail extérieur, 34 %.

  • 148 Voir étude citée CEPAL-FAO, tableau 15, p. 47 et tableau 16, p. 49.

841En Equateur une étude très complète effectuée sur la sierra et sur la côte, a tenté de déterminer l’origine du revenu des familles (élevage, vente de produits artisanaux, activités commerciales, transferts, crédit, salaires gagnés), selon la taille des exploitations, depuis celles de moins d’un hectare jusqu’à celles de vingt à cinquante hectares. Les résultats sont comparables à ceux des autres pays. Plus la taille de l’exploitation était petite plus grande était la part de revenu obtenu par des activités en dehors148. Ce qui explique le phénomène de la semi-prolétarisation des familles de petits paysans.

842Malgré la diversité des sources de revenus la plupart des exploitations familiales paysannes sont trop petites pour répondre aux besoins vitaux, et encore plus aux possibilités de capitalisation des paysans et d’agrandissement de leurs exploitations. Ceci explique que la pauvreté se soit généralisée. Cette pauvreté s’étend également à la grande majorité des salariés agricoles temporaires qui sont en partie issus de la petite agriculture et en partie de salariés ne possédant aucune terre. Les études sur la pauvreté réalisées dans les dernières années en Amérique latine montrent par conséquent qu’une proportion très élevée de la population rurale vit en-dessous de la ligne de pauvreté.

  • 149 Voir étude citée CEPAL-FAO, tableau 17, p. 52.

843En 1980 ces pourcentages se montaient à 86 % de la population rurale en Bolivie, à 73 % au Brésil, à 68 % au Pérou, à 67 % en Colombie, à 64 % au Venezuela, à 56 % au Chili et à 46 % en Equateur149. Les catégories de ces pays les plus touchés par la situation de pauvreté sont, soit les petits agriculteurs familiaux, soit les salariés ruraux. Les premiers dominent en Colombie, au Chili, au Venezuela, au Pérou et au Brésil, les seconds au Costa Rica.

844Disons, pour conclure cette situation générale qu’étant donné le fait que la population agricole de l’Amérique latine continue d’augmenter, même si cette progression se fait lentement et que l’agriculture d’entreprise utilise de moins en moins de travailleurs permanents, le nombre des petites exploitations familiales augmente et leur taille moyenne diminue.

845Selon les données des recensements on sait que dans huit pays de l’Amérique latine (le Brésil, la Colombie, le Costa Rica, le Chili, le Salvador, le Honduras, le Pérou et le Venezuela), le nombre de petites exploitations de moins de vingt hectares est passé de 4,7 millions à 6,5 millions entre 1960 et 1970, c’est-à-dire dire qu’il a augmenté de près de 40 %. Les données disponibles vers 1980 pour certains pays, comme c’est le cas pour le Brésil, montrent une augmentation très significative des plus petites exploitations : celles de moins d’un hectare passent de 133 000 en 1960 à 469 000 en 1980, celles de 1 à 10 hectares passent de 1 361 000 à 2 129 000 et celles de 10 à 20 hectares passent de 546 000 à 771 000. Cette augmentation est due d’une part aux processus de sous-division par héritage et d’autre part, aux avancées de la frontière agricole, et elle est en même temps une conséquence de la diminution de l’emploi sur les grandes exploitations.

846Au Brésil même, si l’on compare les recensements agricoles de 1960 et de 1980, on observe : une croissance de 35 % de la population travaillant dans l’agriculture, une diminution de 14 % de la population travaillant dans des unités de plus de 50 hectares et une augmentation de près de 40 % de la population travaillant les exploitations de moins de 50 hectares. Ceci montre que de plus en plus la petite économie paysanne est en train de devenir un secteur de refuge et de survie pour la population rurale qui n’émigre pas vers les villes.

847Au Mexique selon les recensements agricoles de 1960 et 1970, environ 70 % de la population active agricole sont constitués de petits producteurs et de leurs familles, catégorie très étroitement liée à l’agriculture paysanne.

848En même temps que leur nombre s’accroît la taille des petites exploitations tend à diminuer. Dans ces mêmes huit pays que nous venons d’indiquer, la surface moyenne des exploitations de moins de 20 hectares a diminué de 4,9 à 4,7 hectares entre 1960 et 1970.

Quelques exemples actuels d’économies paysannes en Amérique latine

849Il nous a semblé utile, pour mieux illustrer concrètement les caractérisations générales des économies paysannes en Amérique latine, d’en montrer quelques exemples spécifiques. Nous en prendrons un au Mexique, celui du petit paysannat de l’État de Guerrero sur la côte du Pacifique, un en Colombie celui de l’agriculture paysanne du département de Boyaca, et un dernier au Pérou celui des communautés paysannes de la sierra.

Les paysans de l’État de Guerrero (Mexique)150

  • 150 Ces antécédents s’inspirent de la thèse de doctorat d’Adán Aguirre Benítez, L’Économie Paysanne, le (...)

850L’État de Guerrero situé dans le sud du pays, sur les côtes du Pacifique, est l’un des 31 États de la République Mexicaine. Il fait partie des terres chaudes. Sa population est composée de métis et d’une mosaïque d’ethnies indiennes qui représentent 8 % de la population de l’État. La population totale était de 2 100 000 personnes en 1980. La superficie du Guerrero est de 64 500 km2 (3,2 % du territoire mexicain).

851Comme le territoire de l’État de Guerrero a un relief très accidenté, seulement 20 % de la surface totale peuvent être cultivés, la mécanisation de l’agriculture y est difficile. Il s’agit d’un État principalement paysan de par la distribution des terres et du faible développement de l’agriculture capitaliste. Les “ejidales” et les communautés possèdent 90 % du million d’hectares de terres en culture. La surface moyenne par “ejidatario” est de 5 hectares et de 8 hectares par “comunero”. La dimension des parcelles, les types de production et le faible capital investi, montrent que globalement l’économie agricole de l’État est une économie paysanne.

852Dans l’État de Guerrero l’économie agricole est composé de trois types principaux :

  • les agriculteurs semi-prolétaires, minifundistes qui utilisent des moyens de production traditionnels, qui n’ont pas d’accès aux crédits et qui tirent de leurs exploitations de si maigres revenus qu’ils se voient contraints pour vivre de vendre leur force de travail familiale durant une bonne partie de l’année (au moins six mois) ;

  • les petits agriculteurs, qui produisent pour le marché et disposent de davantage de ressources, qui emploient leur force de travail familiale et peuvent survivre avec le produit de leurs exploitations ;

  • les agriculteurs capitalistes, qui possèdent des moyens de production plus importants et emploient de la mécanique et de la main-d’œuvre salariée.

853L’économie paysanne de Guerrero est caractérisée par un manque de possibilités de capitalisation à cause de facteurs internes et externes. Parmi les facteurs internes, on peut citer la mauvaise qualité des sols, la petite taille des parcelles, la pluviométrie incertaine et la technologie traditionnelle ; parmi les facteurs extérieurs, on notera les mauvaises conditions de commercialisation des produits, et la vente de la force de travail.

854Malgré une urbanisation rapide la population reste en majorité rurale (58 % en 1980). Même une partie de la population urbaine (est considérée urbaine une zone dont le nombre d’habitants est supérieur à 2 500 habitants) pratique des activités agricoles. Dans des villes moyennes comme Chilpancingo (capitale de l’État avec 120 000 habitants), environ 20 % de la population se consacrent à des activités agricoles.

855Entre 1960 et 1980 la migration de la campagne vers la ville, à l’intérieur de l’État ou vers d’autres États, ou même vers les États-Unis, a augmenté sensiblement. Des enquêtes réalisées à cette époque ont montré que dans certaines régions de l’État, au moins un membre de chaque famille travaillait régulièrement pendant un an ou deux aux États-Unis.

85680 % des terres cultivées de l’État dépendent de la seule pluviosité naturelle (“de temporal”) et 20 % sont irriguées. Seulement la moitié des terres “de temporal” est cultivée chaque année, selon le mode traditionnel qui consiste à cultiver les terres pendant un an ou deux de suite puis de les laisser après au repos pendant un temps équivalent.

857La prédominance des “ejidos” et des communautés agraires à Guerrero rappelle l’importance de la distribution des terres qui s’est faite dans cet État sous le “zapatisme” et la Révolution et plus tard sous la présidence de Cárdenas (1934-1940). Mais bien que minoritaires, les propriétés privées capitalistes augmentent par le biais d’achat ou de la location de terres communales ou communautaires par des particuliers, et même par des sociétés multinationales.

  • 151 La jamaïque (Hibiscus Sinensis) est une plante dont les fleurs sont utilisées pour préparer des boi (...)

858Les plus importantes productions agricoles du Guerrero sont le maïs, le coco, le café, le sésame, le riz et les haricots verts. Depuis quelques années, de nouveaux produits commerciaux d’exportation ont été introduits, comme le melon, la cacahuète, la jamaïque151 et le sorgho en grain. L’agriculture paysanne de Guerrero est caractérisée par un matériel agricole rudimentaire et par sa dépendance à l’égard de l’énergie humaine et animale. Les paysans utilisent normalement la charrue en bois pour labourer la terre, bien qu’ils commencent à la remplacer par la charrue en fer. D’ordinaire ils sèment avec un bâton pointu et coupent les mauvaises herbes à la machette. La mécanisation de l’agriculture est limitée aux zones irriguées, seulement 6 % des terres labourables sont cultivés par des moyens mécaniques. Jusqu’en 1970, l’emploi d’engrais et d’insecticides était pratiquement inconnu. Depuis 1980, les paysans ont appris à mettre des fertilisants, notamment pour le maïs, le melon, la pastèque et le café. Le groupe familial typique de l’agriculture de Guerrero est constitué des parents et de six enfants en moyenne, qui travaillent dès l’âge de cinq ans.

859Le niveau de vie de la population est l’un des plus bas du Mexique. La base de l’alimentation est le maïs, le haricot vert et le piment. 62 % des habitants occupent des logements d’une pièce, 60 % ne disposent pas d’eau potable et 42 % de la population de plus de six ans sont analphabètes.

860Les familles paysannes disposent de quelques animaux (bovins, porcins et oiseaux de basse-cour) qui constituent leur principale ressource en cas de besoin, mais la plupart d’entre elles se voient contraintes de vendre partiellement leur force de travail dans l’agriculture (coupe de la canne à sucre, culture du melon, de la pastèque ou du coprah) où elles reçoivent des salaires équivalents à 60-68 % du salaire minimum régional, ou dans les services (le tourisme à Acapulco, par exemple). Les femmes et les fils des paysans vendent leur force de travail pour un prix équivalent à 50 % ou à 75 % de celui des hommes. On estime que dans l’État de Guerrero, 20 % de la population infantile rurale travaillent comme salariés dans l’agriculture. Personne n’a accès à la sécurité sociale.

861Les paysans du Guerrero ont toujours lutté et de diverses manières pour conquérir la terre et tenter d’améliorer leurs conditions de travail et de vie. La lutte armée “zapatiste” pour récupérer les terres face aux “haciendas” a eu lieu au début du XXème siècle, entre 1910 et 1920. Avec l’arrivée au pouvoir de Cárdenas et sous la pression paysanne, la plupart des terres de la côte Pacifique ont été redistribuées. Les luttes pour la terre se sont poursuivies à partir des années 40 contre les structures dominantes du pouvoir économique et politique, il y eut même entre 1967 et 1974 un mouvement de guérilla rural, mouvement qui a été durement réprimé et qui pris fin en 1974. Par ailleurs, en 1960 et 1985 les producteurs de certaines régions ont mené des batailles économiques pour améliorer les conditions de commercialisation (mouvements de producteurs de coprah, de café et de sésame). Toutes ces luttes n’ont pas empêché que perdure la pauvreté des paysans, conséquence de la médiocrité des ressources naturelles et du fonctionnement d’un système politico-économique qui continue à les exploiter. Les types d’exploitation des paysans au profit des agents économiques dominants sont divers et constants.

862D’une part, les paysans sont obligés de vendre à bas prix leur force de travail, y compris celle des femmes et des enfants. D’autre part ils sont contraints de louer leurs terres. Par exemple, Anderson Clayton et United Brands louent environ 2 500 hectares de terres “ejidales” et à de petits propriétaires pour cultiver des melons et des légumes (petits pois, concombres) qu’ils exportent vers les États-Unis. En plus on recours aux achats forcés et frauduleux de terres “ejidales” pour y ériger des constructions touristiques et des résidences secondaires. Dans les cas où les intérêts économiques et politiques sont importants (comme ceux des pôles touristiques), tous les moyens sont employés pour acquérir définitivement les terres des paysans.

863En résumé, en dépit de leur lutte constante contre des conditions naturelles adverses, et bien qu’il aient pu conserver la plupart des terres de l’État, les paysans de Guerrero subissent un processus constant d’appauvrissement en raison des conditions de commercialisation très défavorables de leurs produits et du marché de travail. Toute la politique de modernisation et de soutien institutionnel public et privé profite aux entreprises capitalistes, aux multinationales intéressées à développer les produits agricoles d’exportation et les complexes touristiques.

Les paysans de Boyacá (Colombie)152

  • 152 Ces antécédents se fondent sur la thèse de doctorat de Manuel Torres Navarrete, Étude de l’Agricult (...)

864Le département de Boyacá est l’un des huit départements de Colombie qui compte une importante population de petits agriculteurs. La superficie du département est de 23 200 km2 (2 % de la surface du pays) ; il est situé sur la chaîne orientale des Andes. Son territoire, à cheval sur la Cordillère, se divise en plusieurs régions : à l’ouest, la vallée forestière proche du fleuve Magdalena, au centre les vallées et hauts plateaux andins et les hautes montagnes, et à l’est une région qui s’étend depuis les versants des montagnes jusqu’aux grandes plaines orientales. La région andine occupe la majeure partie du département.

865En 1982-1983, sur une population totale de 1 089 387 habitants, 62 % de la population sont des ruraux. L’agriculture et l’élevage représentaient 44 % du PIB régional en 1980, contre 24 % pour tout le pays. La ville la plus grande, Tunja, capitale du département, ne comptait que 93 000 habitants en 1985.

866L’origine du paysannat à Boyacá est multiple car il provient à la fois de la parcellisation des réserves indiennes, de la division des “haciendas”, des partages dûs aux héritages, du marché foncier, et de la colonisation des terres incultes. La réforme agraire mise en marche en 1961 en Colombie a eu peu d’effets sur la distribution des terres du département. Au Boyacá, sur les 388 982 exploitations agricoles recensées en 1981, 80 % avaient moins de cinq hectares.

867La plupart des paysans de Boyacá vivent dispersés dans la campagne. En dépit de leur origine chibcha, ils parlent aujourd’hui l’espagnol et pratiquent la religion catholique. Ils labourent leurs terres avec des charrues tirés par des boeufs et bêchent à la houe. Ils ont des familles nombreuses (68 % ont six membres, ou plus) vivant difficilement de leurs minifundia et sont obligées de chercher du travail ailleurs (27 % de la population active de la Cordillère doit émigrer entre 16 et 25 ans, dans la plupart des cas de façon définitive). Ceux qui restent continuent à cultiver le maïs et la pomme de terre qui constituent la base de leur alimentation, avec un peu de blé, d’orge, des légumes, des haricots verts et du tabac. Ils habitent des maisons au sol de terre battue et aux toits en argile cuite. Ils pratiquent l’aide mutuelle entre voisins et transportent leurs produits depuis les villages jusqu’aux marchés à cheval ou sur les épaules.

868L’analphabétisme touche 30 % de la population. Il est plus élevé à la campagne et plus étendu parmi les femmes. La scolarisation est très rare dans les régions rurales où, dans le meilleur des cas, les écoles existantes permettent aux enfants d’arriver jusqu’en troisième année du primaire. A peine 1 % des travailleurs agricoles bénéficie de la sécurité sociale, et les maladies qui les affectent le plus sont celles dues à la contamination des eaux (dysenterie, typhus et gastro-entérite). 77 % des maisons rurales manquent d’eau potable, d’électricité ou de fosses septiques.

869Dans les enquêtes récemment réalisées, les observations les plus courantes et générales ont été les suivantes :

  • existence d’une grande diversité de situations à l’intérieur de ce paysannat en fonction de facteurs tels que la qualité des sols, la nature des produits et les services de commercialisation ;

  • énorme capacité de travail familial qui permet aux paysans de supporter une situation très défavorable ;

  • insécurité liée aux aléas climatiques, aux variations des prix des produits et des coûts, et aux difficultés de commercialisation qui font que les paysans tentent de réduire les risques en cultivant plusieurs produits sur leurs parcelles, en laissant une partie de leurs terres pour le bétail et en utilisant les terres au maximum. De même, ils expérimentent de nouvelles cultures.

870Voici les six plus grandes difficultés qui s’opposent au développement de la paysannerie de Boyacá :

  1. difficulté d’accès à toute autre terre que des parcelles exiguës (minifundia) ;

  2. prix des produits alimentaires qui augmentent continuellement, et problèmes inhérents à l’utilisation incorrecte d’insecticides, ce qui est à l’origine de nombreux problèmes écologiques et sanitaires pour les paysans, aussi bien que pour les consommateurs ;

  3. manque de crédits bon marché avec des facilités de remboursement pour les petits propriétaires. Lorsqu’au début des années 1980 a démarré le programme de développement rural intégré (DRI), moins de 6 % des cultivateurs ayant moins de 3 hectares ont pu en bénéficier ;

  4. commercialisation anarchique, dans laquelle les intermédiaires font la loi et les prix chutent au moment des récoltes ;

  5. prédominance de certaines valeurs culturelles qui empêchent une mobilisation active des paysans pour améliorer leur situation. Par exemple, même si 90 % d’entre eux pensent que les gouvernements ne favorisent pas le paysannat, 85 % continue à voter pour l’un des deux partis traditionnels ;

  6. insuffisance des ressources que la famille paysanne obtient de sa parcelle de terre, ce qui provoque l’émigration.

871En dépit de toutes ces difficultés, le monde paysan de Boyacá est loin d’être passif, il bouge en fait beaucoup plus que ce qu’on pourrait croire. Les paysans cherchent de nouvelles cultures, abandonnent en partie leurs cultures traditionnelles, établissent des rapports avec l’agro-industrie, travaillent à domicile pour de petites entreprises citadines, font de l’artisanat, envoient une partie de leur main-d’œuvre à la ville et vers d’autres régions paysannes pour se consacrer même à des cultures interdites comme la coca, etc. Dans cette recherche de nouvelles possibilités, le paysannat évolue dans des réseaux très complexes de personnes, de biens, d’argent, de connaissances, etc. Même ceux qui émigrent définitivement gardent des liens permanents et divers avec leurs familles.

Les communautés paysannes de la sierra péruvienne153

  • 153 Ces antécédents s’inspirent fondamentalement des études réalisées par Efraín González Olarte et Ado (...)

872Les Andes péruviennes se composent d’une série de plateaux et de hauts plateaux caractérisés par la sécheresse et le froid et qui sont entourés de sommets élevés. Les crêtes montagneuses s’élèvent de nord à sud de 4 500 à 6 000 mètres d’altitude et les pics sont dans leur grande majorité entre 4 800 et 5 300 mètres.

873Le maïs est cultivé depuis le niveau de la mer jusqu’à environ 3 400 ou 3 500 mètres d’altitude, l’avoine et l’orge jusqu’à 4 000 mètres, et la pomme de terre jusqu’à 4 200 mètres. Les lamas et les moutons paissent dans les steppes herbeuses de la “puna” jusqu’aux limites supérieures de la végétation (4 600 à 4 800 mètres). Dans ces montagnes, la caractéristique climatique principale est l’alternance entre une saison sèche et une saison humide, de durée inégale.

874Environ 3 500 communautés indiennes paysannes vivent dans ces régions, la population est de l’ordre d’un demi million de familles environ. Selon les enquêtes réalisées par Adolfo Figueroa dans la sierra du sud, le nombre moyen de personnes par famille est de 4 ou 5, ce qui représente de 2 millions à 2 millions et demi de “comuneros.”

875La plupart des exploitations de ces communautés sont très petites. D’après le recensement agricole de 1972, 82 % des 1 560 000 exploitations de moins de 5 hectares du Pérou étaient situés dans la sierra. A ces minifundios, il faut ajouter les terrains des pâturages communaux.

876Les terres appartenant à chaque famille sont divisées en une multiplicité de parcelles, allant de 10 à 80 selon les cas. Cette fragmentation des parcelles cultivées, qui n’excèdent généralement pas 5 hectares par famille, diversifie les risques et permet de pratiquer différents types de cultures complémentaires.

877Ces communautés présentent plusieurs caractéristiques principales : la quantité et la qualité des ressources disponibles sont insuffisantes pour garantir la reproduction du groupe familial ; la grande majorité des terres sont des terres marginales, de mauvaise qualité et à déclivité prononcée ; la plupart des familles ne dispose pas de moyens d’irrigation et les pâturages communaux ont une capacité fourragère très limitée.

878Chaque communauté dispose d’un territoire donné, souvent légalement reconnu, à l’intérieur duquel les terres sont utilisées sur une base en partie communale et en partie privée pour celles qui appartiennent à différentes familles. La plupart des terres agricoles sont exploitées individuellement. Par contre, les pâturages sont utilisés selon un mode communautaire.

879Les ressources en terre sont distribuées de façon inégale entre les différentes familles de la communauté, mais cette inégalité ne conduit pas à une concentration excessive aux mains de quelques familles. La composition des familles, ainsi que celle de la force de travail, ne montrent pas de variations considérables, et la famille nucléaire est courante. Le niveau d’instruction des membres de la communauté est faible. Les trois-quarts des chefs de famille n’ont pas achevé le cycle d’enseignement primaire.

880Les ressources des familles (force de travail, terres, animaux et matériel agricole) sont destinées à la production agricole ou animale, à des productions artisanales ou à des services divers : fabrication de produits alimentaires (“chuño”, “chicha”, fromages, viande séchée), confection d’habits, couvertures, “ponchos”, fabrication de cordes, constructions, ramassage et coupe de bois à brûler, à des activités commerciales, de transport et artisanales, ou à la recherche de revenus par le biais du travail saisonnier.

881La technologie employée par les familles pour la production agricole manque de produits modernes. Les engrais et les insecticides sont utilisés par seulement une minorité de familles. Les familles n’emploient ni semences améliorées ni pâtures cultivées, elles ne disposent pas non plus d’animaux sélectionnés.

882Les différentes activités de production sont liées entre elles. Les familles tissent la laine produite ; les animaux servent à la fois pour travailler, comme épargne en cas de besoin, et aussi comme producteurs d’engrais [fumier]. Les familles échangent le travail entre elles sur la base des vieilles traditions andines.

883Aujourd’hui la réforme agraire a touché une bonne partie des moyennes et des grandes “haciendas” de la sierra. Ainsi, seulement 10 % environ de la population paysanne de la région restent liés aux “haciendas” par des relations précapitalistes. La grande majorité vit selon une économie réduite, de plus en plus intégrée au marché.

884On estime que la moitié de la production agricole sert à l’auto-consommation, et que l’autre moitié est vendue. La composition des revenus monétaires d’une famille typique de la sierra était la suivante au début des années 1980 : 37 % provenant de la vente de produits agricoles et d’élevage, 24 % de la vente de biens et services divers, 22 % d’un travail salarié local et 17 % de travaux extérieurs fonction des migrations saisonnières.

885Ainsi donc l’essentiel du revenu des familles dépend des prix du marché, aussi bien pour les produits vendus que pour les produits achetés, et du niveau des salaires. Cette intégration au marché a considérablement augmenté depuis les années 1950. Avant cette date, les familles n’achetaient que quelques produits sur le marché : sucre, sel, combustibles domestiques, coca et eau-de-vie. Aujourd’hui, les produits manufacturés urbains ont envahi la campagne : des aliments élaborés comme les pâtes, le riz, les conserves, l’huile comestible, les vêtements et les chaussures, les savons et les détergents, les radios et tourne-disques, les disques et les piles pour radios, la bière et les boissons gazeuses, les engrais, les insecticides ou les objets en matière plastique. Tout ceci signifie que les paysans doivent vendre plus pour acheter plus.

886Une augmentation des échanges implique évidemment qu’augmente en même temps l’influence de l’évolution des marchés sur le niveau de vie des paysans. Cette évolution a été en général négative depuis les années soixante. Tandis que les revenus moyens des Péruviens ont doublé dans leur ensemble entre 1950 et 1975 en termes réels, la croissance économique de l’économie paysanne de la sierra a été très lente entre 1950 et 1974, et la crise aiguë que subit l’économie du pays depuis 1975 n’a fait qu’aggraver la situation. Aujourd’hui cette économie souffre des effets de la crise générale : le PNB a chuté, le taux d’inflation a monté, les petites manufactures rurales traditionnelles ont subi les effets de la pénétration des produits industriels du marché capitaliste et les produits alimentaires de l’agriculture andine (pommes de terre, maïs, orge, blé, lait) subissent la concurrence dans les villes des aliments élaborés ou importés. Par ailleurs, la population de la sierra continue d’augmenter lentement tandis que ses ressources diminuent.

887Il y a quelques décennies, le rôle essentiel de cette économie paysanne consistait à produire des aliments bon marché pour les villes. Aujourd’hui ce rôle tend à diminuer et la fonction essentielle de l’économie consiste surtout à produire du travail bon marché pour les marchés locaux ou pour les marchés plus éloignés, à travers les migrations saisonnières dont l’intensité et la durée sont en augmentation.

Les stratégies de survie de la petite agriculture paysanne en Amérique latine

888Ces trois exemples dont nous venons de mentionner les traits les plus essentiels sont une bonne démonstration des difficultés actuelles de l’agriculture paysanne de la région latino-américaine. Abandonnée par les gouvernements qui favorisent seulement la modernisation des grandes entreprises capitalistes, commercialement exploitée à travers ce qu’elle vend et ce qu’elle achète, dépourvue de ressources économiques et de terres suffisantes, l’agriculture paysanne lutte pour sa survie à travers des stratégies diverses.

889Quelles sont les stratégies paysannes de défense et de survie face à cette modernisation qui est en train de produire en Amérique latine une nouvelle concentration de terres, et la substitution lorsque cela convient aux entrepreneurs de la main-d’œuvre par du capital ? Tout d’abord, ces stratégies paysannes consistent à intensifier et à diversifier les activités productives des terres leur appartenant, ce qui les mène à augmenter l’investissement interne de leur ressource la plus abondante : la force de travail familiale. Les paysans emploient cette force pour l’abattage des forêts, le débroussaillage et le nettoyage de leurs champs, l’aménagement des services de drainage et d’irrigation, la protection de leurs terres contre les menaces d’inondation, etc.

890Deuxièmement, les paysans adoptent certains changements technologiques qui sont à leur portée : de meilleures semences, des engrais chimiques et des pesticides. Ces technologies permettent de compenser l’insuffisance de terres par l’obtention de rendements plus importants. Si ces technologies ne sont pas plus fréquemment adoptées c’est en partie à cause du coût excessif de ces produits par rapport aux moyens dont ils disposent, et en partie aussi parce que, souvent, leurs coûts sont plus élevés que les revenus complémentaires qu’ils pourraient tirer d’un supplément de production (du fait des mauvaises conditions de commercialisation). Il faut en plus signaler qu’en général les paysans ne disposent pas de crédit institutionnel pour acquérir ces nouveaux facteurs de production étant donné la concentration préférentielle du crédit en faveur de la grande agriculture capitaliste.

891Troisièmement, les paysans sont disposés à opter pour les nouvelles productions demandées par le marché et qui ne font pas partie des cultures traditionnelles. Nous l’avons vu dans le cas des paysans du Guerrero qui se sont engagés dans la culture du melon, de la cacahuète, de la jamaïque et du sorgho en grains, ainsi que dans le cas des paysans de Boyacá qui se sont consacrés à la culture du tabac. Dans la sierra péruvienne, on a observé que les petits paysans se sont mis à faire des productions agro-industrielles, telles que le lait pour les centrales laitières ou l’orge pour les brasseries. Au Brésil, où la culture du soja s’est énormément développée ces dernières années, les exploitations familiales paysannes (qui atteignent dans ce pays jusqu’à 50 hectares) participent à cette culture autant que les grandes entreprises capitalistes.

  • 154 Bryan Roberts, “Migrations et économies en processus d’industrialisation : une perspective comparée (...)

892Quatrièmement, un aspect fondamental de la stratégie de survie et de défense du paysannat est le déplacement de la force de travail familiale sur une même région et sur d’autres régions du pays, vers les villes et même vers l’étranger, pour rechercher des compléments de revenus. Ces migrations peuvent se faire du secteur rural vers un autre secteur rural, ou du secteur rural vers le secteur urbain d’un même pays, ou peuvent même être transfrontalières avec les pays voisins. Ces migrations peuvent être définitives, de longue durée ou saisonnières. Mais même dans le cas de migrations vers les villes qui semblent définitives, elles ne le sont pas totalement ou, en tout cas, elles ne coupent pas les liens des paysans avec leurs lieux d’origine, comme l’a montré Bryan Roberts dans le cas de Lima154. De nombreuses agglomérations composées d’émigrés de la petite agriculture vers les grandes villes d’Amérique latine (Lima, São Paulo, Quito) maintiennent des liens et des prestations de services entre la campagne et les banlieues urbaines ; ces liens sont assez compliqués mais ils jouent un rôle important dans la survie des petites agricultures paysannes. Il en est ainsi au Mexique où l’émigration saisonnière de main-d’œuvre en direction des États-Unis, même pour celle qui dure plusieurs années, joue un rôle économique important dans la survie de la petite agriculture paysanne du centre-sud du pays.

  • 155 CEPAL-FAO, La Agricultura campesina en América Latina y el Caribe, ouvrage cité.
  • 156 Voir la thèse de Ana Isabel Días Estenaga, Un cas de colonisation et de modernisation agricole : le (...)

893Enfin la colonisation de terres vierges reste un élément stratégique de défense et de survie du paysannat latino-américain qui lui permet de se maintenir et de renforcer son importance. Entre 1950 et 1980 plus de 200 millions d’hectares ont été intégrés à l’espace agricole de l’Amérique latine grâce à l’occupation de nouvelles terres situées en grande partie dans les régions tropicales humides, notamment en Amazonie brésilienne et dans les pays andins. Au Brésil ce processus a entraîné le passage en terres exploitées de 133 millions d’hectares (agriculture et élevage)155. Ces régions de “frontière” sont souvent dominées par de grands latifundios extensifs qui, au fur et à mesure de la valorisation des terres, tombent entre les mains des bourgeoisies urbaines, des sociétés multinationales ou des oligarchies locales, au détriment des petits paysans qui les avaient occupées en premier. Mais ceci a donné place aussi à l’accroissement du nombre et des surfaces exploitées par la petite agriculture familiale. Un bon exemple bien étudié, est celui de la colonisation des terres frontalières des “Llanos” colombiens156. En 1951, le département de Meta, situé dans cette région, n’avait que 66 000 habitants, en 1985 la population était de 412 000 personnes. Les facteurs qui ont contribué à cette multiplication par six de la population sur une période de trente ans ont été : -la fin de la violence (qui a été une véritable guerre civile) dans les “Llanos” (alors qu’elle se poursuivait dans d’autres régions du pays), -le fait que la plupart des versants de terre fertiles sur lesquels s’étaient installés les colons avait été maintenue durant les années cinquante vierge et recouverte de leurs forêts originelles, la politique menée par l’État à la fin des années cinquante avec ses programmes de colonisation de la région, et l’existence d’une importante population minifundiste issue des départements andins voisins qui touchée par la violence (Cundinamarca, Boyacá, Tolima) avait émigré vers ces territoires.

894Nous voyons donc qu’en dépit du contexte politique et économique dominant dans leurs sociétés, à savoir l’existence d’une modernisation capitaliste qui les exclut et les marginalise en les prolétarisant ou en les condamnant au minifundio, ainsi que d’une pauvreté et d’un manque de ressources, d’un environnement hostile et défavorable du point de vue de la qualité des terres, de la topographie et des infrastructures, de la faiblesse de leur organisation et de leur retard par rapport aux opportunités culturelles qu’offre la société moderne, les paysans latino-américains représentent encore une part substantielle des populations rurales de la région et que, même lorsqu’ils sont prolétarisés et urbanisés, ils ne perdent pas complètement leurs liens avec un mode de vie et des valeurs qui les ont marqué au long de générations.

895Finalement, on pourrait même affirmer que la combinaison d’une forte croissance démographique et l’incapacité du système industriel urbain à absorber tous les excédents de main-d’œuvre que crée la modernisation capitaliste à la campagne, est en train de recréer une économie paysanne comme refuge pour des millions d’habitants ruraux que le contexte structurel de la modernisation empêche de se prolétariser complètement.

Notes

1 Nicolás Sánchez Albornoz, La Población de América Latina, Alianza Editorial Madrid, 1973, tableau p. 192.

2 CEPAL, Balance Preliminar de la Economía de América Latina y el Caribe 1990, Notas sobre la Economía y el Desarrollo, n° 500/501, décembre 1990, tableau I.

3 Cette section est en grande partie basée sur les études du CIDA (Comité Interaméricain de Développement Agricole) constitué par la Commission Économique pour l’Amérique latine (CEPAL), la FAO, l’Organisation des États américains (OEA), la Banque Interaméricaine de Développement (BID) et l’Institut Interaméricain des Sciences agricoles (IICA), qui, dans les années 1960, étudièrent à fond les structures agraires de sept pays (Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Equateur, Guatemala et Pérou) dans le contexte des politiques de réforme agraire promues par l’Alliance pour le Progrès.

4 Solon Barraclough, Agrarian Structure in Latin America, Lexington Books, Massachussets, 1973, p. 17.

5 José Bengoa, “Plantaciones y Agro Exportación” in Desarrollo Agrario y la América Latina (sélection d’Antonio García), El Trimestre Económico, n° 41, F.C.E., Mexico, 1981.

6 Jacques Chonchol, “El Primer Bienio de la Reforma Agraria Cubana” in Reformas Agrarias en América Latina, (sélection d’Oscar Delgado), F.C. Económica, Mexico, 1965.

7 Plusieurs auteurs, “Las Plantaciones bananeras en Honduras, Costa Rica y Guatemala” in Reformas Agrarias en América Latina, (sélection Oscar Delgado), F.C.E., Mexico, 1965.

8 Pierre Gilhodes, “Le Café en Colombie : une production, une paysannerie” in Études Rurales, janvier-juin 1981, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

9 Manuel Chiriboga, “Conformación histórica del régimen agroexportador de la costa ecuatoriana : la plantación cacaotera” in Estudios Rurales Latinoamericanos, Vol. 1, n° l, Bogotá, janvier-avril 78.

10 Atlas du Monde : « Ecuador », Éditions Jeune Afrique et Banque Centrale de l’Équateur, Paris, 1982.

11 Les sources que nous avons utilisées pour cette section sont CEPAL, “Campesinado y Desarrollo Agrícola en Bolivia”, Estudios e Informes, n° 13, Santiago, 1982 ; Antonio García, “Reforma Agraria y Desarrollo Capitalista en Bolivia” in Desarrollo Agrario en América Latina (sélection Antonio García), El Trimestre Económico, Mexico, 1981 ; Miguel Urioste, Segunda Reforma Agraria, CEDLA, La Paz, 1988 ; La Economía del Campesino Altiplánico en 1976, CEDLA, La Paz, 1989 ; et Jorge Dandler, “El Desarrollo de la Agricultura, Políticas Estatales y Proceso de Acumulación en Bolivia” in Estudios Rurales Latinoamericanos, Bogotá, vol. 7, n° 2, mai-août 1984 et “La Problemática Alimentaria de Bolivia”, travail présenté aux Premières Rencontres Andines sur l’Alimentation, Lima, août 1986.

12 Le territoire bolivien se divise en trois grands secteurs : l’Altiplano au climat froid-tempéré qui comprend 16 % du territoire et accueille près de la moitié de la population, les Vallées et Yungas au climat tempéré chaud avec 20 % de la surface du pays où habite presque un tiers de la population et les Llanos Orientales au climat sous-tropical et tropical qui couvrent plus de 60 % de la surface du pays et abritent environ 20 % de ses habitants.

13 Article cité dans note 11.

14 Dandler, ibid. note 13.

15 Dandler, ibid. note 13.

16 Banque Mondiale, Land Reform in Latin America : Bolivia, Chile, Mexico, Peru and Venezuela, World Bank Staff, Working Paper n° 275, avril 1978, p. 23.

17 Miguel Urioste, Segunda Reforma Agraria, ouvrage cité, p. 59.

18 Miguel Urioste, ibid. note 17, p. 75.

19 Alain Labrousse, “Bolivie : économie politique de la coca-cocaïne” in Problèmes d’Amérique latine, n° 87, 1er trimestre 1988, La Documentation Française, Paris.

20 Pour cette section, nous avons utilisé comme sources d’information : Solon Barraclough, Agrarian Structure in Latin America, op. cit. dans note 4 ; FLACSO-CEPLAES, plusieurs auteurs, Ecuador : Cambios en el Agro Serrano, Quito, 1980 ; Osvaldo Barsky et Gustavo Cosse, Tecnología y cambio social : las haciendas lecheras del Ecuador, FLACSO, Quito, 1981 ; Le Chau et Jean Papail, “Transformations agraires et mobilité de la main-d’œuvre dans la région nord andine de l’Équateur”, Dossiers du CEPED, n° 8, Paris, octobre 1989 ; plusieurs auteurs, Políticas Agrarias, Colonización y Desarrollo Rural en Ecuador, OEA-CEPLAES, Quito, 1982 et El Atlas del Ecuador, Banque Centrale de l’Équateur, Éditions Jeune Afrique, Paris, 1982.

21 Voir Osvaldo Barsky et Gustavo Cosse, ouvrage cité en note 20, pp. 52 à 57.

22 Voir Gustavo Cosse, “Reflexiones acerca del Estado, el proceso político y la política agraria en el caso ecuatoriano 1964-1977” in Ecuador : cambios en el agro serrano, ouvrage cité.

23 Le Chau et Jean Papail, ouvrage cité, pp. 6-7.

24 Idem note 23.

25 Voir Atlas del Ecuador, Éditions Jeune Afrique-Banque Centrale de l’Équateur, Paris, 1982, chapitre “Regiones”.

26 Pour l’histoire et la signification de cette plantation, voir Gilberto Freire, Terres de Sucre, Gallimard, Paris, 1956 (en portugais « Nordeste », 1937).

27 Sources utilisées : CEPAL, “Expansion de la caña de azúcar y de la ganadería en el Nordeste de Brasil”, Estudios e Informes, n° 59, Santiago, 1986 ; Raymond Pebayle, “Mutations et Pauvreté dans la Mata du Nordeste Brésilien” in Unité et Diversité de l’Amérique latine, tome I, Colloque Université Bordeaux III, septembre 1982 et Les Brésiliens Pionniers et Bâtisseurs, Flammarion, Paris, 1989 ; et Manuel Correia de Andrade, A Terra e o Homem No Nordeste, Editora Ciencias Humanas, São Paulo, 1980.

28 On distingue, au Nordest du Brésil, trois grandes régions : la région de la Mata ou littoral oriental, qui va du Rio Grande do Norte jusqu’au sud de Bahia. Là, la pluviosité est élevée, bien distribuée et le climat chaud, et l’excellente qualité du sol (massapé) est extraordinairement favorable à la culture de la canne à sucre. La Mata représente 8 % de l’aire totale du Nordest, mais concentre le tiers de la population régionale et toutes les plantations sucrières. Plus vers l’intérieur les terres se continuent par l’Agreste, qui est une zone de transition entre la Mata et le Sertão. L’Agreste présente une diversité de paysages avec des aires très sèches ou très humides et sa surface est égale à deux fois celle de la Mata. Plus à l’intérieur encore s’étend le Sertão, qui occupe la moitié de la région nordestine et où le climat est beaucoup plus sec et variable. Ici les sécheresses sont fréquentes et c’est une zone où domine l’élevage bovin extensif (5 à 10 hectares de pâtures naturelles sont parfois nécessaires pour maintenir une bête) et de petites activités très localisées de production alimentaire.

29 Les “foreiros” ou “moradores de condition” sont des paysans qui vivent dans des aires distantes des usines, produisant des cultures de subsistance pour lesquelles ils payent aux propriétaires de la terre une petite rente annuelle.

30 PROALCOOL représente un grand effort de la part du gouvernement brésilien lancé en 1975 pour réduire les importations de pétrole, en substituant partiellement celui-ci comme carburant des véhicules par l’alcool obtenu principalement de la canne à sucre. On se fixe comme but de produire 10 700 millions de litres d’alcool en 1985. Cet objectif atteint, on pourrait substituer 45 % de la consommation projetée d’essence, environ 148 000 barils quotidiens de pétrole.

31 Terres pauvres du littoral de la Mata, sablonneuses, dédiées à l’élevage extensif ou à la cueillette de produits.

32 Dans “Mutations et Pauvreté dans la Mata du Nordeste brésilien”, op. cit. en note 27.

33 Voir Études et rapports de la CEPAL, ouvrage cité dans note 27.

34 Dans “Mutations et Pauvreté dans la Mata du Nordeste brésilien”, op. cit. en note 27.

35 Sources utilisées pour cette section : Mariano Arango, “La Industria Cafetera : evolución reciente y perspectivas” in Problemas Agrarios Colombianos, Absalón Machado C. (coordinador), CEGA, Siglo XXI, Bogotá, 1986 ; Pierre Gilhodes, “Le Café en Colombie : une production, une paysannerie” dans Revue Études Rurales, 81-82, janvier-juin 1981, EHESS, Paris ; et Fabio Otarola Moreno, “La Modernisation de la culture du café en Colombie”, mémoire de séminaire, IHEAL, Paris, 1988.

36 FAO, Rapport sur les Perspectives des Produits 1986-87, Rome, 1987.

37 Mariano Arango, ouvrage cité, p. 306.

38 Op. cit., p. 319.

39 María Errázuriz, “Evolución del empleo en la actividad cafetera 1970-1985” in Coyuntura Económica, Bogotá, 1986, cité par Fabio Otarola.

40 Sources utilisées pour cette section : José Roberto López, La Economía del Banano en Centro América, Colección Universitaria, San José, Costa Rica, 1986 ; OEA, Sectorial Study of Transnational Enterprises in Latin America : the Banana Industry, Washington, 1975 ; FAO, Économie Mondiale de la Banane 1970-84, Rome, 1986.

41 José Roberto López, ouvrage cité, pp. 17 et 18.

42 José Roberto López, ouvrage cité, p. 22.

43 Journal Le Monde, Paris, 14 mars 1985.

44 FAO, ouvrage cité en note 40.

45 José Roberto López, ouvrage cité, p. 150.

46 Voir journal Le Monde, Paris, 23 mars 1990.

47 Pour cette section, nous nous sommes basés sur la thèse de doctorat de l’historienne Tania Navarro-Swain, Trente Ans d’histoire du Paraná : des grands espaces vides au capitalisme agraire 1940-1970, Institut de Hautes Etudes de l’Amérique latine, Paris, 1979, et sur Argemino Jacob Brum, Modernizaçao Agricultura Trigo e Soja, Vozes, Petropolis, R.J. 1988.

48 D’après Stahis Panagides cité dans la thèse de Tania Navarro Swain (p. 128), pour 100 personnes employées par le café, le mais utilise 34, le riz 53, le haricot 41 et l’élevage 14.

49 La culture du maïs augmente de 1,9 million d’hectares en 1970 à 2,2 millions en 1980 et à 2,6 millions d’hectares en 1987, avec un rendement moyen par hectare qui s’accroît entre 1970 et 1987 de 1,9 à 2,6 tonnes par hectare.

50 Estadísticas Cadastrales del INCRA, 1978.

51 Nous avons utilisé pour cette section Peter Frey, Amazonie, Paris, Payot, 1985 et Marilza A. De Melo Foucher, La Politique d’occupation économique dans l’Amazonie Occidentale. Le cas de l’Acre, thèse de doctorat présentée à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, Paris, 1988.

52 L’Amazonie Orientale totalise 2 804 917 km2 et comprend l’État de Pará, le territoire d’Amapá et les aires amazoniennes des États de Goias et de Maranhao.

53 Un “grileiro” cumulait jusqu’à 341 000 hectares, qu’il vendait dans des lots de 100 à 3 000 hectares, en gagnant trente fois plus par hectare. Le groupe MANASA acquit près de 5 millions d’hectares dans la région.

54 Thèse de Marilza A. De Melo Foucher, pp. 330 et 331.

55 Voir première partie de ce quatrième chapitre.

56 Nathan L. Whetten, “Guatemala : la reforma agraria 1952-54 y la contrareforma (1955-?)” in Reformas Agrarias en América Latina (sélection de Oscar Delgado), Fondo Cultura Económica, Mexico, 1965.

57 Nous nous sommes basés pour ceci sur Jacques Chonchol, “Razones económicas, sociales y políticas de la reforma agraria” in Reformas agrarias en América Latina (sélection de Oscar Delgado), F.C.E., Mexico, 1965.

58 Pour cette section, nous nous sommes basés sur Jacques Chonchol, “El primer bienio de la reforma agraria cubana (1959-61)” et Carlos Rafael Rodríguez, “La Segunda Reforma Agraria Cubana : causas y derivaciones” in Reformas Agrarias en América Latina (sélection Oscar Delgado), F.C.E., Mexico, 1965 ; Carlos Rafael Rodríguez, “Cuba : cuatro años de reforma agraria” in Desarrollo Agrario y la América Latina (sélection Antonio García), F.C.E., Mexico, 1981 et sur Dharam Ghaí, Cristóbal Kay et Peter Peek, Labour and development in Rural Cuba, MacMillan Press, Londres, 1988.

59 La première loi de réforme agraire du nouveau gouvernement au pouvoir, promulguée en mai 1959, rendait expropriables les propriétés de plus de 30 “caballerías”. Étant donné qu’une “caballería” équivalait à Cuba à 13,42 hectares, ceci faisait un maximum de 403 hectares non expropriables s’ils étaient directement travaillés par le propriétaire. Les propriétés allant jusqu’à un maximum de 100 “caballerías” (1 342 hectares) pouvaient aussi être exemptées d’expropriation si elles étaient exploitées dans les conditions de très bonne exploitation définies par la loi.

60 En 1970, on n’avait progressé significativement que dans la cargaison mécanique de la canne pour être transportée à la raffinerie. 80 % de la canne était déjà chargé avec des machines souleveuses, contre 20 % en 1964. Quant à la coupe mécanisée de la canne, elle ne couvrait que 1 % de la production.

61 On peut consulter avec profit à ce sujet le livre Labour and Development in Rural Cuba, cité en note 58, pp. 55 à 64.

62 Pour cette section, nous nous sommes basés sur Raymond Penn et Jorge Schuster, “La Reforma Agraria en Venezuela” in Reformas Agrarias en América Latina (sélection Oscar Delgado) déjà cité et sur Isbelia Sequera de Segrini, Dinámica de la Agricultura y su Expansion en Venezuela, Ariel-Seix Barrai Venezolana, Caracas, 1978.

63 Voir Isbelia Sequera de Segrini, ouvrage cité, p. 293.

64 Pour cette section, nous nous sommes basés sur Fernando Suárez de Castro, Estructuras agrarias de América Latina, IICA, San José, Costa Rica, 1965 ; Hubert Herring, Evolución Histórica de América Latina, tomo II, Eudeba, Buenos Aires, 1972 ; Christian Gros, “Colombie : Réforme Agraire et Processus de Paix” in Problèmes d’Amérique latine, n° 84, 2ème trimestre 1987, La Documentation Française, Paris et Victor Manuel Moncayo, “Política Agraria y Desarrollo Capitalista” in Problemas Agrarios Colombianos (coordinateur Absalón Machado), CEGA-Siglo XXI, Bogotá, 1986.

65 En 1962, le ministre de l’Agriculture Hernán Toro Agudelo présenta un plan biennal d’action qui consistait à faire bénéficier de parcelles 57 000 familles paysannes sur deux ans.

66 Article cité, p. 104.

67 Nous nous sommes basés pour cette section sur Jacques Chonchol, “La Reforma Agraria en Chile : 1964-1973” in Desarrollo Agrario y la América Latina (sélection d’Antonio García), F.C.E., Mexico, 1981, sur María Antonieta Huerta, Otro Agro para Chile, CISEC-CESOC, Santiago, 1989, et sur Sergio Gómez et Jorge Echenique, La Agricultura Chilena : las dos caras de la modernización, FLACSO, Santiago, 1988.

68 Pour rendre possible cette forme de paiement différé des terres et des investissements fixes qui étaient expropriables selon la loi de réforme agraire, il fut nécessaire de modifier de manière significative la Constitution chilienne, qui obligeait à payer comptant lorsque l’on expropriait pour des raisons d’utilité publique. Une bataille extrêmement ardue fut livrée à l’intérieur du système institutionnel, à cause du précédent que ces modifications établissaient.

69 Voir Sergio Gómez et Jorge Echenique, ouvrage cité, p. 96.

70 Pour cette section, nous nous sommes fondés sur José Matos Mar et José Manuel Mejía, “La Reforma Agraria y la Cooperativización Rural en el Perú, 1968-1978” in Desarrollo Agrario y la América Latina (sélection Antonio García) déjà cité, de Fernando Eguren, “Los Nuevos Grupos Dominantes en la Agricultura”, Javier Alvarado, “Instrumentos de Política en la Reforma Agraria” et Carlos Monge, “La Reforma Agraria y el Movimiento Campesino” in Revista Debate Agrario, n° 7, Lima, juillet-décembre 1989 et sur Claude Auroi, “Réformes et contre réformes des structures dans les systèmes agraires : les enseignements du Pérou et du Brésil”, Colloque Agriculteurs et Paysanneries en Amérique latine, Université Toulouse Le Mirail, décembre 1990.

71 Ouvrage cité, pp. 706 et 708.

72 Le chiffre de 18,6 millions d’hectares qu’indique le CIDA (voir tableau) correspond à celui indiqué par le Recensement Agricole de 1961. Le Recensement de 1972 donne un chiffre plus élevé, de 23,5 millions d’hectares, et le ministère de l’Agriculture travaille avec un chiffre bien supérieur, de 30,6 millions d’hectares.

73 Voir Claude Auroi, travail cité note 70.

74 Dans ce qui suit, nous suivons fondamentalement son analyse, voir article cité note 70.

75 Pour l’analyse de ce cas, nous nous sommes fondamentalement inspirés d’Orlando Núñez Soto, Réforme Agraire et luttes de classes au Nicaragua, 1979-1985, thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris VIII en mai 1986. Aussi, de Michael Zalkrin, “Estructura de clases y el campesinado nicaraguense, 1980. Una nueva interpretación” in Estado, Democratización y Desarrollo en Centro-América y Panamá, VIII Congrès Centro-Américain de Sociologie et Luis Serra, “El Movimiento Campesino y la Reforma Agraria en Nicaragua (1979-1989)”, Colloque Agricultures et Paysanneries en Amérique latine, Université de Toulouse-Le Mirail, décembre 1990.

76 Voir sa thèse, sur laquelle sont basées en grande partie les informations que nous consignons ici, pp. 367 et 368.

77 Voir article cité de Luis Serra.

78 Pour cette section, nous nous sommes basés sur Evoluçao da Estrutura Agraria do Brasil, MIRAD-INCRA, Brasilia, mars 1987 ; Dados Conjunturais da Agropecuaria (Análise dos Dados do Censo Agropecuario de 1985), Coordenadoria de Agricultura, Brasilia, juillet 1987 ; José Vicente Tavares, “Formes de domination et syndicalisme rural au Brésil”, travail présenté au XIIème Congrès Mondial de Sociologie, Madrid, juillet 1990 ; Revue Reforma Agraria de l’ABRA (Association Brésilienne de Réforme Agraire), n° 2, août-novembre 1989, Campinas ; Cyro Lisita, Plan National de Réforme Agraire : limites et échec de la politique agraire de la Nouvelle République, IHEAL, Paris, mai 1989 ; Christian Gros, “Quel avenir pour la Réforme Agraire au Brésil ?” in Le Brésil à l’aube du troisième millénaire, IHEAL-CREDAL, Paris, 1990.

79 Les données de personnel occupé se réfèrent à tout type d’activité ou tâche dans le secteur agricole, indépendamment de la stabilité de l’emploi et de la durée du travail, ainsi que de l’âge ou du sexe de la personne qui réalise le travail. Comme avec la modernisation augmente l’emploi de travailleurs salariés, notamment de temporaires, ceci tend à augmenter le nombre apparent d’occupés dans l’agriculture dans les derniers recensements.

80 George Martine, “A Evoluçao Recente da Estrutura de Produçao Agropecuaria : algunas notas preliminares” in Dados Coyunturais de Agropecuaria, cité en note 78.

81 Voir son article cité précédemment.

82 Occupants sans titre de propriété qui cultivent de petites parcelles depuis au moins cinq ans. Ils résident de façon permanente dans les terres qu’ils cultivent et n’utilisent que leur force de travail familiale.

83 Raúl G. Herbers, “Conflitos no campo : o que dizem os dados”, Revue Reforma Agraria de l’Association Brésilienne de Réforme Agraire, n° 2, août-novembre 1989, Campinas.

84 Pour les chiffres de 1989, voir DIAL n° 1503, 14 juin 1990 et pour ceux de 1990, DIAL n° 1583 (Statistiques de conflits sur la terre au Brésil), bulletin de diffusion et information sur l’Amérique latine, Paris.

85 L’UDR finança 70 députés fédéraux parmi les 487 choisis en 1986. Plinio Guimaraes Moraes, “As eleiçoes, a questao agraria e a perspectiva do Congresso Constituinte” in Revue Réforme Agraire, Abra, Campinas (16), n° 3, oct-déc. 1986.

86 Selon le ministre Nelson Ribeira lorsqu’il présente son Projet de Réforme Agraire, il y a au Brésil en 1984 près de 11 millions de paysans et travailleurs ruraux sans terre ou avec de la terre en quantité insuffisante, qui se décomposent ainsi : 2 516 000 minifondistes, 433 000 métayers, 180 000 petits fermiers, 2 147 000 salariés permanents, 4 260 000 salariés temporaires et 1 104 000 travailleurs agricoles non salariés.

87 Données citées par Martín E. Pineiro, “La modernización agrícola y sus vínculos intersectoriales en el desarrollo de América Latina”, in Revista Comercio Exterior, Banco de Comercio Exterior, Mexico, vol. 38, n° 8, août 1988.

88 FAO, “Potencialidades del Desarrollo Agrícola y Rural en América Latina y el Caribe”, Annexe I, in Desarrollo Económico y social, pp. 10-12, Rome, 1988.

89 Marcos Cintra Albuquerque et Roberto Nicol, Economía Agrícola, McGraw Hill, Sao Paulo, 1987.

90 CEPAL, “Estrategias de Desarrollo Sectorial para los años 1980 : Industria y Agricultura”, in Estudios e Informes de la CEPAL, n° 9, p. 70, Santiago, 1981.

91 K.C. Abercrombie, “Mecanización Agrícola y Empleo en América Latina” in Mecanización y Empleo en la Agricultura, OIT, Genève, 1974.

92 CEPAL-FAO, La Agricultura Campesina en América Latina y el Caribe, Santiago, Chili, 1986.

93 Voir à ce sujet Sergio Gómez E., “Nuevos Escenarios y Actores en el Sector Rural de América Latina”, FLACSO-CHILE, Document de Travail n° 374, mai 1988.

94 Voir les systèmes et structures agraires des années 1950-60.

95 Pour cette section, nous nous sommes notamment basés sur George Martine, Fases e Faces da Modernizaçao Agrícola Brasileira, IPLAN-IPEA, Brasilia, juillet 1989 ; Jean-Pierre Bertrand, “Les trois grands axes de la politique agricole brésilienne”, in Problèmes d’Amérique latine, n° 4567-4568, avril 1980, Documentation Française, Paris ; Crédit Agricole, “Brésil : les promesses de Tagro-alimentaire”, in Dossier Économie et Finances Agricoles, n° 246, Paris, novembre 1989 ; Argemiro Jacob Brum, Modernizaçao da Agricultura : trigo e soja, Ed. Vozes, Ijui Río Grande do Sul, 1988 ; Hervé Théry, Le Brésil, Éditions Masson, Paris, 1989.

96 Voir K.C. Abercrombie, article cité en note 91.

97 Jean Pierre Bertrand, “Le Boom du Soja du Brésil”, in Revue Économie Rurale, n° 147-148, janvier-mai 1982, Paris.

98 Hervé Théry, ouvrage cité, p. 186.

99 Graham, Gauthier et Barros, “Thirty Years of Agricultural Growth in Brazil : Crop Performance, Regional Profile and Recent Policy Review”, in Economic Development and Cultural Change, 36 (1), 1-34, 1987.

100 Ouvrage cité en note 95, p. 174.

101 Pierre Bazan, Géographie Mondiale de l’Élevage, Litec, Paris, 1983.

102 Dalia Maimon, Politiques d’approvisionnement alimentaire au Brésil, thèse de doctorat soutenue en décembre 1988 à l’École de Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

103 María Antonieta Martins Galeazzi, A Problemática do Abastecimiento, da Alimentaçao et de Nutriçao para os grupos de baixa renda nos grandes centros urbanos, Séminaire Fome o desafío dos anos 90, organisé en oct. 90 par la Préfecture du Municipe de Sao Paulo.

104 FAO, R. Urzúa, “Caracterización, dimensiones y evolución de la Pobreza Rural”, in Estudio sobre la pobreza rural, FAO, Santiago, Chili, 1984.

105 Prefeitura de Sao Paulo, Sao Paulo : crise e mudança, Ed. Brasiliense, Sao Paulo, 1990.

106 Nous nous sommes basés, pour cette section, sur CEPAL, “México : políticas y subsidios agrícolas y alimentarios 1970-1988”, document IC/MEX/R 176, 2 octobre 1989 ; Jacques Chonchol, Paysans à venir : les sociétés rurales du Tiers Monde, La Découverte, Paris, 1986 ; Gonzalo Arroyo (coordinateur), La Pérdida de la Autosuficiencia alimentaria y el auge de la ganadería en México, Coédition Université Autonome Métropolitaine-Xochimilco, Editorial Plaza y Valdés, Mexico, 1989 ; Rosario Pérez Espejo, “El sector pecuario en México : características y perspectivas”, in Revista Comercio Exterior, vol. 38, n° 8, août 1988.

107 Dotations de terres effectuées par la réforme agraire à titre collectif ou individuel à des groupements de paysans ayant droit à la terre.

108 En 1930, la surface sous irrigation n’atteignait que 300 000 hectares. A partir de 1935 est lancé un vaste programme d’irrigation, qui est poursuivi par la suite. Aujourd’hui, la surface irriguée du pays dépasse les 4 millions d’hectares.

109 Maïs, haricots, riz, blé, sésame, carthame, soja, coton, sorgho et orge.

110 Guillermo Knocherhaver, “La Modernización del Agro en México”, in Revista Comercio Exterior, vol. 40, n° 9, septembre 1990.

111 Rosario Pérez Espejo, article cité en note 106.

112 Voir article cité de Rosario Pérez Espejo en note 106.

113 Ibid.

114 Sorgho, soja, luzerne, orge, avoine, pois chiche, maïs et carthame.

115 Pour cette section, nous nous basons sur Manuel Angel Gómez Cruz et Felipe de Jesús Caraveo López, “La Agromaquila hortícola : nueva forma de penetración de las transnacionales” in Comercio Exterior, vol. 40, n° 12, décembre 1990 et sur Jean-Etienne Dasso et Tomás Bustamante Alvarez, “Capital Étranger et Industrialisation de l’Agriculture Mexicaine : le cas des multinationales melonnières de la Vallée du Rio Balsas (État de Guerrero)” in Agriculturas y Campesinados en América Latina, Colloque Université Toulouse Le Mirail, décembre 1990.

116 Voir article de Manuel Angel Gómez Cruz et Felipe de Jesús Caraveo López, cité note 115.

117 Raúl Livas et Bernardo Miranda Mérida, “Niveles de Ingreso y Alimentación en México : situación actual y perspectivas”, in Revista Comercio Exterior, vol. 38, n° 9, sept. 1988.

118 CEPAL, Economía Campesina y Agricultura Empresarial (tipología de productores del agro mexicano), Siglo XXI, 1982.

119 Pour cette section, nous nous sommes inspirés de Sergio Gómez, Jorge Echenique, La Agricultura Chilena : las dos caras de la modernización, FLACSO, AGRARIA, Santiago, 1988 ; de José Miguel Cruz, “La fruticultura de exportación : una experiencia de desarrollo empresarial” in Estudios de CIEPLAN, n° 25, Santiago, décembre 1988 ; du Centre Français du Commerce Extérieur, Les fruits et légumes frais du Chili : quelles stratégies d’expansion ?, Paris, novembre 1989 ; de Alberto Izquierdo, “Agricultura chilena : gobierno, economistas y empresarios 1974-1987” in Economía y Política del gobierno militar de Chile, 1973-1987, Rigoberto García (compilateur), F.C.E., Mexico, 1989.

120 Voir partie finale de la réforme agraire chilienne au chapitre IV.

121 Voir Alberto Izquierdo, ouvrage cité, pp. 219 et 220.

122 Sergio Gómez, Jorge Echenique, ouvrage cité, p. 162.

123 Centre Français du Commerce Extérieur, ouvrage cité, p. 33.

124 Centre Français du Commerce Extérieur, ouvrage cité, p. 94.

125 Daniel Rodríguez, El Mercado de Trabajo en la Fruticultura de Exportación, GEA (Grupo de Estudios Agro-Regionales), Santiago, 1987.

126 Sergio Gómez y Jorge Echenique, Los Temporeros de la Agricultura en Chile Central, Agraria, Santiago, 1986.

127 Revue Análisis, 22-28 février 1988, p. 18.

128 Né à Moscou en 1888, Chayanov a été professeur à l’Institut Agricole de Moscou depuis 1910. Entre 1919 et 1930, il dirige l’Institut d’Économie Rurale et publie une centaine d’articles et autres ouvrages. Quelques-unes de ses publications sont traduites en allemand et en japonais et plus tard en anglais, en espagnol et en français. Ses ouvrages les plus connus sont : L’Organisation de l’économie paysanne et Sur la théorie des systèmes économiques non capitalistes. Après la Révolution de 1917, Chayanov continue à travailler durant un certain temps au Commissariat (ministère) de l’Agriculture (1921-22), mais il est après privé de son poste en raison de ses idées sur la coopération et la collectivisation, ainsi que sur les politiques agraires du gouvernement soviétique. En 1927, il participe malgré tout à l’élaboration par le GOSPLAN du Plan Général de Développement de l’Agriculture. En 1930, Chayanov est accusé, avec d’autres économistes connus, de complot contre-révolutionnaire et est arrêté. Il disparaît. En 1934, son nom apparaît dans la première édition de la Grande Encyclopédie Soviétique dans un article où ses idées, qualifiées de néo-populistes, sont critiquées.

129 Pour cette description, nous nous reporterons fondamentalement au long article de Teodor Shanin publié dans le Journal of Peasant Studies, vol. 1, n° l et 2, Londres, octobre 1973 et janvier 1974. Il en existe une version en espagnol intitulée Naturaleza y Lógica de la Economía Campesina, publiée par Editorial Anagrama, Barcelone, 1976.

130 Richard Critchfield, “Science and the Villager”, in Foreign Affairs 61, n° l, 1982.

131 Pour cette présentation, ainsi que pour celle des approches liées aux théories de la modernisation et les approches marxistes, nous nous sommes surtout inspirés de Klaus Heynig, “Principales Enfoques sobre la Economía Campesina”, in Revue de la CEPAL, n° 16, avril 1982, Santiago, Chili.

132 A. L. Kroeber, Anthropology, 1948.

133 Robert Redfield, Yucatán : una cultura en transición, Fondo de Cultura Económica, México, 1994.

134 Eric Wolf, “Types of Latin American Peasantry” in S. Silverman, “The Peasant Concept in Anthropology”, Journal of Peasant Studies, vol. 7, n° l, octobre 1979, cité par Klaus Heynig, article cité note 131.

135 W.A. Lewis, “Economic Development with Unlimited Supplies of Labour” in The Manchester School of Economic and Social Studies, vol. XXII, n° 2, mai 1954, cité par Klaus Heynig.

136 Klaus Heynig, article cité, p. 124.

137 W.I. Lenin, El Desarrollo del Capitalismo en Rusia, Moscou, Édition de Langues Etrangères, 1958.

138 Outre K. Heynig, nous suivons ici particulièrement Daniel Thorner, qui fit connaître en Occident les travaux de Chayanov. Voir “Une Théorie Néopopuliste de l’Économie Paysanne : l’École de A. V. Cajanov”, in Annales, n° 6, nov.-décembre 1966, Paris.

139 Voir article cité en note 138.

140 voir Jerzy Tepicht, Marxisme et Agriculture : le Paysan Polonais, Paris, Armand Collin, 1973.

141 Une synthèse de l’évolution des études sur la paysannerie en Amérique latine peut se trouver dans l’article de Arturo Warman “Los Estudios Campesinos : veinte años después” in Revista Comercio Exterior, Banco de Comercio Exterior, vol. 38, n° 7, juillet 1988, Mexico.

142 L’on peut consulter à ce sujet, outre l’article d’Arturo Warman cité en note 141, celui de Raúl Brignal et Jaime Crispí, “El Campesinado en América Latina : una aproximación teórica”, in Revue de la CEPAL, n° 16, avril 1982 ; CEPAL, Desarrollo Agrícola y Participación Campesina, Santiago, 1988 et la Revue Estudios Rurales Latinoamericanos qui, depuis les débuts de 1978, est publiée trimestriellement à Bogota, Colombie.

143 Erasto Díaz, “Notas sobre el significado y el alcance de la economía campesina en México”, in Revista Comercio Exterior, vol. 27, n° 12, décembre 1977, Mexico.

144 Pour cette caractérisation générale, nous nous sommes fondamentalement inspirés des données de la Division Agricole Conjointe CEPAL/FAO, La Agricultura Campesina en América Latina y el Caribe, Santiago du Chili, 1986 et d’Emiliano Ortega, Transformaciones Agrarias y Campesinado : de la participación a la exclusion, CIEPLAN, Santiago du Chili, 1987.

145 Voir CEPAL/FAO, La Agricultura Campesina en América Latina y el Caribe, tab. 4, p. 23.

146 Voir ouvrage cité CEPAL-FAO, tableaux 5 et 6, p. 26.

147 Centro de Ecodesarrollo, El cultivo del maíz en México : diversidad, limitaciones y alternativas, Mexico, 1982.

148 Voir étude citée CEPAL-FAO, tableau 15, p. 47 et tableau 16, p. 49.

149 Voir étude citée CEPAL-FAO, tableau 17, p. 52.

150 Ces antécédents s’inspirent de la thèse de doctorat d’Adán Aguirre Benítez, L’Économie Paysanne, le capitalisme et les mouvements sociaux dans l’État de Guerrero (Mexique) 1960-1985, soutenue à l’Institut de Hautes Études de l’Amérique latine de l’Université Paris III, en décembre 1988.

151 La jamaïque (Hibiscus Sinensis) est une plante dont les fleurs sont utilisées pour préparer des boissons rafraîchissantes.

152 Ces antécédents se fondent sur la thèse de doctorat de Manuel Torres Navarrete, Étude de l’Agriculture Paysanne traditionnelle de Boyacá (Colombie), soutenue à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine de l’Université Paris III, en mai 1988.

153 Ces antécédents s’inspirent fondamentalement des études réalisées par Efraín González Olarte et Adolfo Figueroa sur les communautés du Pérou. Voir Javier Iguiñiz, La Cuestión Rural en el Perú, Université Catholique du Pérou, Lima, 1983.

154 Bryan Roberts, “Migrations et économies en processus d’industrialisation : une perspective comparée” in Populations en mouvement, UNESCO, Paris, 1982.

155 CEPAL-FAO, La Agricultura campesina en América Latina y el Caribe, ouvrage cité.

156 Voir la thèse de Ana Isabel Días Estenaga, Un cas de colonisation et de modernisation agricole : les fronts pionniers des llanos colombiens, IHEAL, Paris, 1979.

Notes de fin

1 N. de la T. : petit cultivateur.

2 N. de la T. : fermiers.

3 N. de la T. : “vega” c'est la terre cultivée avec du tabac à Cuba.

4 N. de la T. : ferme du peuple.

5 N. de la T. : Regroupements de Base de la Production Agricole et d’Élevage.

6 N. de la T. : “ganadería” : élevage.

7 N. de la T. : le mot “maquila” correspond au pourcentage de grain que perçoit le meunier pour transformer le grain en farine. Il est appliqué aux investissements étrangers faits au Mexique pour l’exportation vers les USA.

8 N. de la T. : Corporation d’Encouragement à la Production.

9 N. de la T. : Service Agricole et d’Élevage.

10 N. de la T. : membre d’un “ejido”.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3114/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre CONFLITS POUR LA TERRE ET CONFLIT DE TRAVAIL DANS LA CAMPAGNE BRÉSILIENNE
Légende Source : article cité en note 83, page 51
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3114/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540