Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Systèmes agraires en Amérique latine

 | 
Jacques Chonchol

III. L’agriculture de l’Amérique Latine dans la période d’expansion du capitalisme industriel (fin xixème, début du xxème siècle)

Texte intégral

1Nous avons analysé dans le chapitre II les principales transformations intervenues dans les systèmes agraires de l’Amérique latine du XVIème au XVIIIème siècle, suite à la conquête et à la colonisation du continent par les différentes nations européennes, principalement l’Espagne et le Portugal.

2Nous nous proposons d’analyser maintenant les changements fondamentaux qui sont intervenus entre la seconde moitié du XIXème siècle et les premières décennies du XXème siècle, période où la plupart des nations américaines avaient acquis leur indépendance et où le capitalisme industriel dominé par l’Angleterre se développait comme système international.

3Cette période, qu’on peut situer entre 1850 à 1930, est définie par certains historiens comme étant celle de l’émergence de “l’État oligarchique”. C’est une étape de l’histoire où les divers pays dominés par des oligarchies nationales agricoles et minières entendent s’intégrer au système international de l’Europe Atlantique.

1 - L’ÉTAT OLIGARCHIQUE : 1850-19301

  • 1 Dans cette description de l’État oligarchique nous suivons de près Marcelo Carmagnani, Estado y Soc (...)

4Ces quatre-vingt années où les oligarchies ont organisé leur hégémonie économique, sociale, politique et culturelle au sein de leurs nations respectives, peuvent être divisées en trois grandes phases. La première, de 1850 à 1880, fut la phase d’affirmation et d’expansion de l’État oligarchique ; la seconde, de 1880 au début de la Première guerre mondiale de 1914, celle de la consolidation de l’État oligarchique ; et la troisième, de 1914 à 1930, de la crise et de la désarticulation de l’État oligarchique.

Expansion et affirmation de l’État oligarchique (1850-1880)

5Au début du XIXème siècle, peu après les indépendances, l’Amérique latine n’avait pas beaucoup changé du point de vue économique et social par rapport à la fin de l’époque coloniale : les villes et les capitales restaient peu différentes, de même que les modes de vie dans les zones rurales et urbaines.

6Cette période, 1850-1880, représente la phase initiale de l’hégémonie de l’oligarchie. Il s’agit d’une classe issue de l’époque coloniale, qui a construit son pouvoir sur le contrôle des facteurs de production, mais aussi sur le recours au pouvoir politique pour accroître sa domination sur les autres couches sociales.

7Cette période est marquée par une réactivation de l’économie due au développement du commerce extérieur, mais qui fut plus rapide dans les zones atlantiques que dans les pays côtiers de l’océan Pacifique, et plus intense dans les zones agricoles exportatrices de climat tempéré que dans celles exportatrices de produits tropicaux.

  • 2 Carmagnani, ouvrage cité, page 22.

8La superficie économique de l’Amérique latine restait approximativement au début de la seconde moitié du XIXème siècle la même qu’à la fin du XVIIIème siècle, hormis que dans certaines régions la pression démographique avait provoqué des mouvements de colonisation intérieure. Ce qui apparaît comme nouveau à partir de 1850 c’est la volonté et la possibilité de déplacer vers l’intérieur du continent “la frontière entre l’économie européenne et l’économie non européenne”2, la première étant liée à l’exportation et la seconde fonctionnant à sa périphérie, ce qui a permis de développer de façon considérable la superficie de production destinée à l’exportation. Pour y arriver on a soit éliminé les populations indigènes non encore soumises, soit absorbé les formes de colonisation antérieures dans la grande propriété rurale.

9Cette stratégie d’occupation de nouveaux territoires par l’élimination des populations indigènes non encore soumises se dénomme “conquête du désert” en Argentine, et au Chili “conquête et pacification de l’Araucanie”. La “conquête du désert” devait commencer avant 1850, sous le mandat de Rosas, elle a représenté l’intégration de pas moins de trente millions d’hectares dans l’économie européenne. La plus grande partie a été transformée en immenses propriétés privées, mais un dixième fut conservé afin de créer des colonies agricoles qui, selon l’idéologie libérale de l’époque, permettraient à des migrants européens de venir peupler le pays. Les régions du sud du Chili, où vivaient les Indiens mapuches, connurent la même destinée. Au Chili comme en Argentine, l’expansion de l’économie européenne s’est opérée selon le mode traditionnel de production qu’était “l’hacienda” mais avec deux variantes : “l’estancia” en Argentine et le “fundo” au Chili.

  • 3 Carmagnani, ouvrage cité, pages 23 et 24.

10Là comme ailleurs, le latifundio a agi comme facteur de contrôle social et comme outil de la politique de développement de la population rurale, soit en régulant son insertion soit en organisant l’installation selon un mode précaire. “Les nombreuses dispositions concernant les vagabonds et les personnes dépourvues d’un “passeport”, document délivré par le patron que les autorités locales pouvaient exiger sous peine d’être enrôlés dans l’armée ou dans les latifundios, commencèrent à perdre leur force durant le dernier tiers du XIXème siècle, c’est-à-dire quand la fonction hégémonique du latifundio a été consolidé3.”

11L’expansion des latifundios ne s’est pas seulement développée dans les zones de “la nouvelle frontière” ou de “la frontière ouverte”, c’est-à-dire vers les terres occupées par une population indigène non paysanne, mais également dans des zones où les formes d’occupation de l’espace étaient considérées dépassées par l’oligarchie, tels les latifundios appartenant à l’Église dans le centre du Mexique ou en Colombie. L’expropriation des biens de l’Église a alors consolidé la base matérielle de l’oligarchie. Le latifundio a gagné, selon la même logique, des régions appartenant à des communautés indigènes et occupées par elles. Au cours de la seconde moitié du XIXème siècle, mais surtout à partir de 1870, les “haciendas” ont accentué leur pression sur les communautés, et leurs terres, dans les zones où celles-ci contrôlaient l’eau d’irrigation afin de s’en saisir.

12La pression s’est encore plus intensifiée après 1880 pour s’approprier les terres des communautés indigènes là où elles en disposaient de façon significative du fait des difficultés rencontrées par le latifundio pour s’étendre au-delà de ce qui apparaissait comme la “nouvelle frontière” possible à l’époque.

13Nous voyons donc que l’extension de terres économiquement intégrables à “l’économie européenne” a entraîné un développement considérable de cette forme d’appropriation de la terre que représente le latifundio, au détriment d’autres formes de colonisation plus anciennes ou récentes (celles des communautés indigènes, celles de l’Église, ou des nouvelles colonies de migrants européens).

14Des formes traditionnelles et modernes se sont combinées dans le développement des nouvelles “haciendas” ou des latifundios. La dimension traditionnelle est représentée par la reproduction des mécanismes coloniaux d’appropriation des ressources naturelles et de l’exercice d’un pouvoir coercitif sur la main-d’œuvre. La dimension moderniste est basée sur la gestion d’unités de production orientées sur une logique de productivité maximum de produits commercialisables, qui évite de modifier l’équilibre interne des exploitations, c’est-à-dire le système de production basé sur le servage ou le semi-servage. Ce type de gestion permettait aux “hacendados” d’obtenir le maximum de revenu tout en déboursant un minimum de capital.

15Cette considérable expansion du latifundio dans les mains de l’oligarchie, qui s’oriente chaque fois plus vers le marché extérieur, apparaît liée à un second phénomène, celui de la pénétration du capital anglais qui s’est intensifié au cours de ces années-là, notamment à partir de 1860.

  • 4 Carmagnani, ouvrage cité, page 29.

16Ce capital pénètre avant tout des secteurs économiques différents et complémentaires de ceux contrôlés par les oligarchies nationales. Sauf exception, il n’est pas investi dans les secteurs productifs directs mais dans les transports, le commerce et les finances, autant de secteurs où le contrôle économique de l’oligarchie est faible. On peut considérer que “quand le capital anglais s’engage dans la pénétration des économies latino-américaines, c’est que la classe dominante de chacun des pays possède le contrôle quasi absolu des ressources naturelles et de la main-d’œuvre du secteur productif ; par conséquent, il ne reste au capital anglais durant cette phase d’autre option que celle d’appuyer l’oligarchie en veillant à ne pas entrer en conflit avec elle4”. En pratique, la domination de l’oligarchie sur la production agricole et minière, et la domination anglaise sur le commerce et les finances, se complétèrent mutuellement, formant ce qu’on a appelé “l’alliance impérialiste entre le capital anglais et les oligarchies latino-américaines”. Cette alliance avec les nouvelles technologies apportées par le capital anglais à permis à l’oligarchie de multiplier ses revenus ; les plus fructueuses ont été le développement des chemins de fer, les bateaux à vapeur et les banques.

17A partir de cette période on observe un nouveau mode d’insertion des économies latino-américaines dans l’économie européenne. S’il est une conséquence de l’intégration des nouveaux territoires dans l’économie agricole d’exportation, il est aussi lié au développement et à l’amélioration des transports intérieurs et internationaux. On constate une croissance considérable des exportations, ainsi que de rapides substitutions des produits exportés si les variations du marché l’exigent.

18Le Chili, par exemple, est en 1860 un grand exportateur de blé vers le Pérou, la Californie et même le Pacifique sud. Puis c’est l’Argentine qui devient le grand exportateur de blé jusque vers 1880, et l’économie chilienne s’intéresse principalement à l’exportation de minerais.

19Si les principales exportations de l’Argentine étaient en 1840 les mêmes qu’au siècle précédent, c’est-à-dire le cuir et la viande séchée (“charqui”) ou salée (“tasajo”), vers 1870 une nouvelle mutation intervient dans son économie d’exportation basée sur le développement de son élevage ovin. La laine, qui représentait 7 600 tonnes en 1850 et 17 300 tonnes en 1860, devait atteindre 70 000 tonnes en 1870. C’est grâce à la laine que les économies d’Argentine et d’Uruguay se sont engagées dans un nouveau mode d’intégration dans l’économie internationale. Or dès 1890, la laine ne jouait déjà plus ce rôle dominant de produit d’exportation dans l’économie argentine car les céréales et la viande de bœuf étaient redevenues les principaux produits d’exportation.

20D’autres changements sont intervenus dans les régions agricoles de l’Amérique latine, liés aux principaux produits exportés : recul du cacao et expansion du café au Venezuela et rapide développement du café en Amérique centrale. Au Pérou, si les exportations de “guano” ont prédominé dans les années 1870 et ont pris la relève du nitrate des provinces d’Arica et Antofagasta, elles ont été remplacées par la suite par l’exportation de produits agricoles (le sucre et le coton).

21Le développement des produits d’exportation a entraîné de nouvelles formes de commercialisation. Vers 1850, à l’intérieur du territoire le négociant indépendant contrôlait toutes les opérations commerciales, parfois il agissait au nom de quelque compagnie de commerce et avait tendance à pratiquer l’usure à travers le commerce et les autres activités économiques. A partir de 1880 on assiste à l’élimination progressive de ce type de commerçant, particulièrement dans les zones les plus intégrées à l’économie d’exportation. Au fur et à mesure que le chemin de fer a pénétré l’intérieur des pays, les représentants des grandes compagnies marchandes, disposant d’un siège dans un port exportateur ou dans la capitale, ont fait leur apparition dans les zones rurales et minières. Des banques dont les sièges centraux étaient situés dans un port exportateur, ou à Londres, Berlin ou Paris ont ouvert des succursales dans les centres urbains.

22L’ancien négociant indépendant, mais aux trop modestes ressources pour les nouvelles activités nationales et internationales, a continué à survivre dans les zones de colonisation (l’épicier argentin, le détaillant brésilien) mais le commerçant-usurier a disparu petit à petit des principaux circuits commerciaux, au profit d’entreprises de commerce.

23La pénétration du capital anglais et les innovations qu’il a entraînées avec lui ont facilité le développement des exportations latino-américaines. L’entrée de ce capital, ainsi que nous l’avons déjà dit, est étroitement liée à l’apparition et au développement du chemin de fer, des bateaux à vapeur, mais aussi du télégraphe, du téléphone, des banques, des compagnies d’assurances et des nouvelles techniques commerciales. Toutes ces évolutions se sont particulièrement accélérées à partir de 1880, phase de consolidation de l’État oligarchique.

24En 1870, le chemin de fer était encore peu développé du fait de son coût élevé, et il ne transportait que les produits de valeur importante destinés à l’exportation. Les marchandises réservées au marché intérieur restaient transportées par les moyens traditionnels (par charrette ou à dos de mule). Ce contexte a renforcé le rôle du latifundio dans l’économie d’exportation.

25L’oligarchie latino-américaine n’était pas, comme l’oligarchie européenne de la même époque, une bourgeoisie industrielle et commerciale. Comme au XVIIIème siècle, elle était encore une bourgeoisie agraire, une oligarchie de la terre. Elle comprenait les propriétaires des mines qui s’étaient enrichis, et étaient devenus des “hacendados” de la première génération. Il en a été de même pour les négociants étrangers qui avaient fait fortune. L’attraction qu’exercaient les “haciendas” sur tous ces groupes n’était pas seulement due aux profits. Cette attraction provenait du fait que “l’hacienda” constituait la base à partir de laquelle l’oligarchie pouvait organiser son pouvoir politique et social. En outre, posséder une “hacienda” accordait une source de prestige que ne donnait ni l’exploitation minière, ni le commerce, ni l’industrie.

  • 5 Vers 1850, la population de l’Amérique latine est estimée à 30 millions d’habitants et à 40 million (...)

26Le fait que l’oligarchie dominait la société rurale qui représentait l’essentiel de la population5, faisait d’elle une classe dominante, développant un mode de relation clientéliste par rapport aux autres secteurs sociaux. L’oligarchie dominait autant la campagne que la ville. A la campagne, le reste de la population, à l’exception de la petite classe patronale, on était ou employé ou ouvrier des “haciendas” ou petits agriculteurs, indigènes ou non indigènes, mais d’une façon ou d’une autre on était soumis à “l’hacienda”. Dans les villes commencait à peine à surgir une petite classe moyenne relativement indépendante composée d’artisans, d’employés, de petits commerçants, et de quelques professions libérales.

27L’autre pouvoir que détenait l’oligarchie était le pouvoir culturel. Vers 1880, plus des deux tiers des Latino-américains étaient analphabètes et le très petit nombre d’inscrits dans les universités et écoles supérieures était formé essentiellement des fils de l’oligarchie qui se destinaient aux postes supérieurs du pouvoir exécutif, législatif ou judiciaire.

  • 6 Carmagnani, ouvrage cité, page 72.

28Pour finir, le pouvoir politique de l’oligarchie était fondé sur un système électoral censitaire, où la couche sociale intermédiaire reçevait le droit de citoyenneté en fonction de son intégration au service des groupes oligarchiques. A partir de 1860-1870, le libéralisme devint l’idéologie dominante adoptée massivement par l’oligarchie. Ce libéralisme a conduit à ouvrir chaque fois un peu plus les économies des pays au commerce international, qui lui était dominé par les intérêts britanniques. Les vieux caudillos locaux dans les parlements dominés par l’oligarchie devinrent députés et sénateurs. “La fonction des caudillos nationaux consista à agir comme médiateurs entre les groupes oligarchiques opposés (...) et postérieurement, l’élimination du caudillisme à l’échelle nationale a nécessité d’équilibrer d’une autre façon la structure politique. (...) L’instrument juridique chargé de donner une configuration précise au principe de modération de type impersonnel a été la Constitution. Entre 1845 et 1860 ont proliféré les nouvelles constitutions6”.

29En synthèse on peut dire, concernant cette période le développement et d’affirmation de l’État oligarchique, que l’État en tant que tel n’existe réellement que dans les capitales, tandis que dans le reste du pays, la situation a peu changé d’un point de vue politique, sauf le fait que les caudillos locaux sont devenus peu à peu députés et sénateurs d’un parlement contrôlé par l’oligarchie.

30Le conflit politique le plus important de cette période s’est situé au Mexique, en Colombie et au Guatemala, à travers la lutte menée par les libéraux contre l’Église et ses partisans représentés par l’oligarchie conservatrice minoritaire. Le résultat de cette lutte a été d’une part, l’appropriation par l’oligarchie libérale des biens de l’Église, ce qui a renforcé son pouvoir, et d’autre part l’intégration de l’oligarchie conservatrice vaincue aux intérêts économiques du groupe dominant. Ces luttes ont également contribué à déposséder de leurs terres les communautés indigènes.

L’étape de consolidation de l’État oligarchique (1880-1914)

31Au cours de ces années l’Amérique latine est essentiellement confrontée à une adaptation progressive de son économie aux exigences du développement économique de la Grande-Bretagne. Les éléments constitutifs de cette adaptation sont la croissance constante des exportations, l’afflux de nouveaux capitaux, la domination exercée sur le commerce extérieur, et la commercialisation en général, par le capital anglais, et, en dernier, la subordination croissante au capital britannique de la production contrôlée par l’oligarchie.

  • 7 Carmagnani, ouvrage cité, page 100.

32“Bien que vers 1870 se profile déjà la future spécialisation productive des diverses aires latino-américaines, sa division en aires exportatrices de produits agricoles de climat tempéré (Argentine, Uruguay, sud du Brésil), de climat tropical (Venezuela, Caraïbe, Amérique centrale) et de produits miniers (Chili, Bolivie, Pérou, Mexique), ce n’est qu’à partir de 1880 que l’on commence à voir nettement les effets de cette spécialisation7”.

33L’Argentine est une des économies agraires qui connaît au cours de cette période un développement spectaculaire, alors que ses progrès avaient été assez médiocres pendant l’époque coloniale. Entre 1880 et 1914, les exportations de l’Argentine se sont multipliées par dix, quand celles de l’ensemble de l’Amérique latine n’ont fait que tripler. Celles du Venezuela, par contre, ont seulement doublé. Ces disparités montrent les divers degrés d’intérêt que porte l’économie internationale aux productions de la région, et comment elles accentuent les inégalités régionales.

34Les exploitations agricoles les plus rentables se trouvent en général dans les zones côtières, près des ports d’embarquement, les moins rentables sont à l’intérieur. Ceci peut être constaté par exemple au Pérou, où les plus riches “haciendas” productrices de coton ou de canne à sucre sont toutes situées dans la zone côtière, tandis que les moins florissantes qui sont spécialisées dans l’élevage et une production agricole destinée au marché intérieur, sont situées dans la “sierra”. De même, au Brésil, les plantations de café les plus productives ne sont guère éloignées du port de Santos (la ville de Campinas est la capitale du café). Il en est de même pour les “estancias” d’Argentine par rapport au port de Buenos Aires. Pourtant, la pénétration du réseau ferroviaire vers l’intérieur associée à la diminution des coûts de transport créent, à partir de 1880, les conditions pour augmenter la rentabilité des exploitations situées plus à l’intérieur.

35Les coûts de production de ces unités sont extrêmement bas. L’agriculture et l’élevage sont de type extensif, ils requièrent de vastes territoires, très peu de capital fixe mais surtout, une main-d’œuvre abondante et bon marché. Grâce à leurs coûts de production très bas, les produits latino-américains sont compétitifs sur le marché international entre 1880 et 1914.

36En Argentine, au Brésil, en Uruguay et au Chili, l’augmentation de la surface destinée à l’agriculture d’exportation s’est réalisée aux dépens de la population indigène nomade. Dans d’autres pays comme le Pérou, le Mexique, la Bolivie et le Guatemala, le moyen employé a été l’expropriation des communautés indigènes de leurs terres.

  • 8 Carmagnani, ouvrage cité, page 103.

37Ce processus a eu pour conséquence en Argentine de faire passer la surface occupée par les activités agricoles et d’élevage de près de 10 millions d’hectares en 1875 à plus de 51 millions en 1908. Au Mexique, ce sont plus de 30 millions d’hectares qui sont tombés entre 1881 et 19068 aux mains des grands propriétaires terriens. Le secteur agricole s’est modernisé dans certains domaines tout en maintenant le même système d’exploitation extensive dans d’autres. Les différences sont minimes entre les latifundios de 1850 et ceux de 1910. En 1910, on observe une sélection plus grande des semences, l’introduction de nouvelles races de bovins et d’ovins, ainsi qu’un recours plus important aux machines agricoles. Mais de même qu’en 1850, les latifundios se caratérisent par l’utilisation de beaucoup de terres et de beaucoup de main-d’œuvre bon marché. Dans les zones de café du Brésil, l’épuisement des sols obligea à abandonner au bout de quelques années les champs exploités et à se déplacer plus à l’intérieur pour cultiver de nouveaux terrains. Dans les zones céréalières argentines, le système de culture à conduit à une baisse des rendements.

38Les conditions de vie à la campagne pour les travailleurs se sont détériorées entre 1880 et 1914. Le nombre d’heures de travail exigées de l’ouvrier agricole, ou du colon, augmentent plus rapidement que leur rémunération, au Mexique comme en Argentine. Dans les zones où subsiste encore une économie paysanne, la dégradation des conditions de vie au sein des “haciendas” s’ajoute à la pression qu’elles exercent à l’encontre des communautés voisines. En trente ans, l’économie paysanne a régressé dans des proportions inégalées depuis la Conquête.

39Le phénomène le plus important de cette étape de consolidation de l’État oligarchique est la croissance considérable de l’immigration européenne vers des régions connaissant un rapide développement de l’économie d’exportation et dont la faiblesse démographique crée un grave problème de main-d’œuvre. Ceci coïncide en outre, avec le fait qu’on ne peut plus recourir au trafic d’esclaves du fait de l’abolition de l’esclavage et de son commerce.

  • 9 Carmagnani, ouvrage cité, page 130.

40L’ensemble de la façade atlantique de l’Amérique du Sud accueillit entre 1880 et 1914, environ douze millions d’immigrants : 6,5 millions pour l’Argentine, 4 millions pour le Brésil, un demi-million pour l’Uruguay et un autre million pour les autres pays, alors même que ne restèrent en Amérique latine que de six à sept millions de ces migrants, les autres retournant en Europe9. Une grande partie de ces immigrants était des paysans de l’Europe méditerranéenne qui venaient en Amérique latine rechercher des terres, mais seulement un très faible pourcentage accéda à la terre de façon définitive. Les autres, après un temps variable passé comme colons, métayers ou travailleurs temporaires des latifundios, finissaient par s’installer dans les villes à partir d’activités urbaines, ou bien revenaient en Europe. Les grands “hacendados” qui monopolisaient déjà presque toutes les terres utiles, trouvaient dans ces immigrants la main-d’œuvre nécessaire pour développer les produits d’exportation.

41Ce reflux d’immigrants vers les centres urbains explique la rapide croissance de certaines villes à cette période. Buenos Aires, par exemple, qui ne comptait que 178 000 habitants en 1869, atteignait déjà 678 000 habitants en 1895 et 1 576 000 en 1914. São Paulo est passée de 40 000 habitants en 1880 à 800 000 en 1920.

42Là où l’immigration européenne a été plus faible, comme dans les pays de la zone Caraïbe et de la côte Pacifique, les besoins en main-d’œuvre liés à la croissance de l’économie d’exportation a provoqué d’une part une redistribution de la population interne et, d’autre part, le recours à une immigration asiatique.

43Le déplacement de la main-d’œuvre interne s’opérait en général par la force, comme le transfert au Pérou de la main-d’œuvre indigène de la “sierra” à la côte, ou celui des indigènes du Yucatan à Cuba, pour les plantations de canne à sucre.

  • 10 Voir Carlos M. Vilas, “Movimientos internacionales de Población et Valorización del Capital en el C (...)
  • 11 Carmagnani, ouvrage cité, page 182.

44Concernant l’immigration asiatique, le système des “identured labourers”10 a été le plus souvent utilisé. Il s’agissait de travailleurs semi-esclaves qu’on faisait venir d’Asie en leur payant le billet mais qui devaient obligatoirement travailler de trois à cinq ans sur les plantations pour rembourser le coût du voyage. On a ainsi fait venir aux Caraïbes et au Pérou un grand nombre d’Asiatiques. De la même façon sont arrivés aux Caraïbes11 plus d’un demi-million de travailleurs des Indes, originaires des régions les plus pauvres et les plus surpeuplées, jusqu’à ce que ce système soit interdit par les autorités anglaises des Indes en 1917. Cuba a également recouru à ce système pour recruter de la main-d’œuvre en Chine, parallèlement au trafic d’esclaves en provenance d’Afrique.

45Durant cette période de consolidation de l’État oligarchique, sur le plan politique la minorité au pouvoir faisait coïncider ses intérêts avec ceux du capital anglais. L’équilibre du système politique reposait sur un Parlement composé de deux chambres, ce qui garantissait une représentation adéquate de toutes les composantes de l’oligarchie, et dont le médiateur était assuré par le pouvoir exécutif.

46Pour ce qui concerne l’évolution sociale à la fin du XXème siècle, les classes moyennes avaient acquis une certaine importance dans les plus grandes villes, mais restaient inexistantes dans les zones rurales. Elles étaient très dépendantes de l’élite dominante.

47La distance qui séparait les zones rurales des grandes agglomérations constituait un frein au développement d’un prolétariat naissant, qui commencait à émerger dans les zones minières. Le passage progressif du suffrage censitaire au suffrage universel, malgré sa dimension apparamment démocratique, a au contraire renforcé le poids de l’oligarchie rurale, du moins au début. Au cours de la période de suffrage censitaire, l’électorat était composé de l’oligarchie et des couches urbaines supérieures (commerçants, bureaucrates, etc.) liés à l’oligarchie par des rapports de clientèle. Avec le suffrage universel, le latifundio accroît son influence politique car les grands propriétaires manipulent les votes de leurs ouvriers agricoles, des colons et des métayers. De cette façon, l’oligarchie rurale a réduit le poids politique des centres urbains.

La crise de l’État oligarchique (1914-1930)

48Ce qui caractérise cette période est le fait que, conjointement à la désarticulation des structures économiques, sociales et politiques existantes, s’est produit une formation rapide de nouvelles classes sociales qui au cours de ces années vont tenter, sans y parvenir, d’expulser l’oligarchie foncière du pouvoir. De ces nouvelles classes, outre le renforcement des classes moyennes, surgissent avec force un prolétariat et un sous-prolétariat.

49La période 1914-30 est marquée par le début de la crise du latifundio, des mécanismes clientélistes et de l’État oligarchique, autant d’éléments qui avaient assuré l’hégémonie de l’oligarchie.

50Sur le plan des relations internationales, cette période, qui débute avec la Première guerre mondiale et se termine avec la crise économique de 1929, voit les États-Unis d’Amérique du Nord se substituer progressivement à l’Angleterre comme principale puissance dans les rapports avec l’Amérique latine. Avant 1914, l’économie nord-américaine n’a que peu de rapports avec l’Amérique latine, à exception des Caraïbes, où les États-Unis ont considérablement renforcé leur position, ainsi qu’en Amérique centrale grâce au développement de lignes ferroviaires, des compagnies bananières et de diverses autres activités. Seulement 10 % du total des exportations globales de l’ensemble de l’Amérique latine allaient alors vers les États-Unis. La paralysie des échanges avec l’Europe durant le conflit, permit d’augmenter ce pourcentage et une fois la guerre finie, les États-Unis devaient conserver le rang de premier client et fournisseur de l’Amérique latine. En 1929 les États-Unis absorbaient 38 % des exportations latino-américaines et fournissaient 34 % des importations totales de la région.

51La crise économique mondiale de 1929 qui s’est propagée de façon très intense dans la région, a représenté la fin du modèle de croissance fondé sur l’expansion continue des exportations de produits agricoles et miniers et a signifié la fin de la croissance continue des revenus de l’oligarchie. La crise, qui affecta tant les prix que les volumes d’exportations, allait au milieu des années 1930 ramener ces dernières au même niveau que celui atteint en 1900.

52Le nouveau modèle de croissance impliquait d’adopter une politique protectionniste et plus nationaliste obligeant les États à prendre une série d’initiatives industrielles et financières. Outre le fait de réduire considérablement les fonds publics, ils faciliteront le transfert des intérêts de l’oligarchie vers les structures industrielles naissantes.

53La structure de production agricole destinée à l’exportation se trouvant réduite en quantité comme en qualité, commenca en partie à se réorienter vers le marché intérieur, profitant de la croissance rapide des villes.

54En 1914, le capital nord-américain investi en dehors des États-Unis était principalement concentré au Mexique et dans les Caraïbes. Dès cette année-là, il allait gagner le reste de l’Amérique latine et les investissements se multiplièrent : 1 641 millions de dollars en 1914, 5 369 millions en 1929. Ce capital nord-américain se dirige surtout vers les régions d’exploitation minière et les zones agricoles. En 1929, Cuba occupe le premier rang avec 1 066 millions de dollars, viennent ensuite l’Argentine (807 millions), le Chili (700 millions), le Brésil (557 millions), le Venezuela (247 millions) et le Pérou (200 millions). Ces sept pays reçoivent près des deux tiers de ces investissements, ils sont investis dans des produits tropicaux comme le sucre à Cuba et au Pérou, dans des produits agricoles et d’élevage en Argentine, dans les activités minières au Mexique, au Chili et au Pérou, et dans le pétrole au Mexique et au Venezuela.

55La pénétration massive du capital nord-américain dans l’appareil de production finit par détruire l’accord antérieur entre l’oligarchie et le capital britannique, qui reconnaissait à la première sa primauté dans le secteur productif et réservait au second le secteur de la commercialisation.

56Bien qu’ayant réaffecté une partie de ses ressources aux nouvelles activités issues de la restructuration économique générale, l’oligarchie agraire a conservé le contrôle de ses grandes exploitations, ce qui a accentué le caractère rétrograde de celles-ci et a accru l’exploitation de la main-d’œuvre. Ce contexte a aiguisé les contradictions qui conduiront par la suite à lutter pour la disparition de ces latifundios au moyen de politiques de réforme agraire.

57En 1929, la structure productive d’Amérique latine s’est progressivement séparée en deux secteurs, sans communication entre eux : d’une part, le secteur contrôlé par le capital nord-américain, d’une moindre importance quantitative mais dominant du fait qu’il concernait les produits les plus demandés à l’époque sur le marché international ; d’autre part, le secteur contrôlé par l’oligarchie, plus vaste mais en fait moins important parce qu’il portait sur les produits exportables les moins sollicités.

58Un autre fait caratéristique de cette époque est la croissance rapide de la population. Arrivée à 61 millions en 1900, son taux de croissance continua à s’accélérer (de 1,3 % en moyenne annuelle des années 1850-1900 à 1,7 % dans la période 1900-1930), et elle monta à 104 millions d’habitants en 1930.

59La population travaillait principalement dans le secteur agricole, sur les 32 millions d’actifs que l’on comptait en 1925, 25 millions sont occupés par la production agricole. Mais un déplacement vers les autres activités, minières et urbaines, s’accentuait déjà.

60A la recherche de plus grandes sources de revenus pour s’orienter vers d’autres secteurs, les oligarchies foncières, ainsi que nous l’avons déjà dit, accroissent les exigences de rendement de la population agricole à leur service. Cette pression a pour conséquence de rendre superflue une partie de la main-d’œuvre précédemment employée, et du fait de la croissance démographique, elle provoque son départ. Cette main-d’œuvre, rejetée du système agraire mais non préparée pour les activités industrielles ou minières, va déambuler avant de se concentrer le plus souvent dans les grands centres urbains. Le transfert de la population paysanne vers la ville est l’une des causes les plus significatives de l’expansion urbaine en Amérique latine à partir de 1914. Un autre facteur, non moins important, est l’amélioration des conditions de santé publique, notamment dans les zones urbaines, qui a diminué rapidement le fort taux de mortalité antérieur.

  • 12 Carmagnani, ouvrage cité, page 212.

61L’exode massif de la population rurale vers la ville, a été beaucoup plus rapide que le développement des activités économiques modernes qui s’y trouvaient ; il a provoqué un sous-prolétariat croissant, et introduit dans la structure urbaine des éléments sociaux de la structure rurale. “Le clientélisme et le contrôle, que des leaders charismatiques influençés par l’oligarchie exercaient sur cette population, ont constitué deux éléments issus de la tradition coloniale, qui peu à peu transformèrent le progressisme social des couches moyennes en un populisme difficilement contrôlable sur les plans social et politique12”. Le clientélisme apparaît donc comme la variante urbaine d’un phénomène rural : le contrôle exercé sur la population par le grand propriétaire rural. A cette période, comme auparavant, les couches moyennes continuent de se développer solidement dans la structure urbaine, mais elles n’ont toujours qu’un poids extrêmement réduit dans le système rural. De ce point de vue, la situation en 1930 diffère très peu de celle de 1914.

62L’État oligarchique, tel qu’il s’est développé en Amérique latine au cours de cette période de quatre-vingt années que nous venons de décrire (1850-1930) avait comme élément de base une croissance constante du revenu national grâce au développement des exportations de produits primaires, et ce revenu contrôlé essentiellement par l’oligarchie, a permis à celle-ci de soumettre les couches moyennes et de marginaliser les classes populaires.

  • 13 Carmagnani, ouvrage cité, page 227.

63La stagnation économique qui s’est produite dans la région entre 1918 et 1922 et surtout la crise mondiale de 1929, privèrent ce système politique de sa logique économique. Dès ces années-là, les couches moyennes en pleine ascension disputèrent le pouvoir politique à l’oligarchie. Les partis politiques des couches moyennes jouent dès lors un rôle déterminant dans le processus de création d’un État différent de l’État oligarchique. “Ces partis se caractérisaient par leur idéologie nationaliste, leur réformisme et leur vision sectorielle sur le rôle économique et social des couches moyennes, vision qui provenait du fait que les couches moyennes, urbaines dans leur majorité, étaient convaincues que la modernité, parce qu’elle partait des centres urbains, finirait par pénétrer la société traditionnelle à caractère rural 13.

2 - L’ÉMERGENCE DES NOUVEAUX COMPLEXES AGRO-EXPORTATEURS

64Cette longue période de quatre-vingt années dont nous venons d’examiner les traits économiques sociaux et politiques les plus significatifs, et qui s’étend du milieu du XIXème siècle à la crise économique mondiale des années 1930, a marqué d’une façon déterminante les systèmes agraires de l’Amérique latine du XXème siècle. En effet des complexes agro-exportateurs extrêmement importants sont nés et se sont développés au cours de cette période et marquent encore de manière profonde la géographie économique du continent. Les principaux en furent le complexe agro-pastoral de la Pampa argentine, la région caféière du centre-sud du Brésil, l’expansion agricole de la côte péruvienne, les transformations agraires de l’Amérique centrale, avec le café d’abord puis avec les plantations bananières, et le complexe sucrier cubain. Ceux-ci mais aussi d’autres seront étudiés par la suite, mais auparavant, il convient de présenter de façon globale les facteurs explicatifs de leur émergence.

  • 14 Armando Di Filijpo, Raíces Históricas de las Estructuras Distributivas en América Latina, Cuadernos (...)

65Les transformations qui se sont produites dans les économies latino-américaines sont les conséquences de trois types de changements, reliés entre eux14 :

  1. Des changements dans la demande extérieure. Ils déterminent l’apparition de nouveaux produits d’exportation ou de nouvelles conditions plus favorables pour des produits d’exportation traditionnelle.

  2. Ces changements dans la demande extérieure interviennent sur les ressources naturelles disponibles utilisées pour satisfaire la dite demande. La possibilité de satisfaire cette demande varie selon la nature, la qualité et l’importance des ressources en cause dans les différentes régions géographiques du continent. Elle est aussi déterminée par les nouvelles conditions de transport (chemin de fer et bateaux à vapeur améliorés), qui diminuent considérablement les coûts de transport. La conjonction de ces facteurs définit à son tour, les zones géographiques qui se développeront.

  3. Enfin, ces relocalisations territoriales influent sur le milieu socio-économique préexistant, mais en même temps cet environnement détermine les formes d’organisation de la production et les différentes relations sociales qui les caractérisent. Tout ceci a des implications en matière de croissance urbaine et industrielle.

66Les changements de la demande, et des nouvelles conditions de transport ont une origine externe. Les autres changements sont fondamentalement la conséquence de facteurs internes. Le degré d’influence que ces transformations exercent sur les systèmes économiques globaux de chaque pays dépend de leur importance dans les diverses économies nationales, de la surface totale de chaque pays, de l’importance de sa population et de la proportion de celle-ci touchée par ces évolutions, ainsi que des effets indirects provoqués dans le système socio-économique global.

67Voyons maintenant les principaux cas de développement de ces nouveaux complexes agro-exportateurs.

3 - LE COMPLEXE AGRO-PASTORAL DE LA PAMPA ARGENTINE15

  • 15 Pour cette section, nous avons utilisé comme sources Ricardo Luis Molinari, Biografía de la Pampa, (...)

68La Pampa argentine s’étend depuis la région du Grand Chaco, au nord, jusqu’au fleuve Colorado, au sud, qui sépare la Pampa de la Patagonie. Elle couvre plus de mille kilomètres, de l’océan Atlantique jusqu’au pied des Andes. Elle monte en pente douce vers l’ouest jusqu’à une altitude d’environ 600 mètres et n’est interrompue que par quelques montagnes de faible importance. La “pampa orientale” ou “humide” reçoit jusqu’à un mètre de précipitations annuelles, mais les plaines sèches de l’ouest n’en reçoivent qu’un quart.

69Son développement au XIXème siècle et début du XXème correspond à une situation particulièrement remarquable de transformation productive et d’expansion des surfaces occupées, conséquence des nouvelles opportunités et moyens d’exportation : les produits de l’élevage alternent et se combinent (cuirs, le “tasajo” ou “charqui”, la laine et la viande de mouton, des quartiers de viande de bœuf réfrigérée ou congélée, des conserves de produits animaux) tout comme les productions agricoles, notamment les céréales (le maïs et le blé). A l’époque coloniale si l’ensemble du littoral pampéen est faiblement peuplée d’Indiens nomades, il est surtout occupé par des troupeaux de bovins sauvages. De véritables parties de chasse (“vaquerías”) apparaissent au XVIIème siècle afin de se procurer en premier le cuir et la graisse, puis la viande salée ou séchée (“tasajo”). Le bétail sauvage de la pampa n’a pas eu de valeur commerciale jusqu’à ce que des entreprises de salaisons se mirent à préparer le “tasajo” afin de l’exporter vers les plantations sucrières du Brésil et de Cuba à la fin du XVIIIème siècle.

70Cette époque, que Sarmiento appelait la “civilisation du cuir”, en a fait non seulement son principal produit d’exportation mais aussi de consommation interne. Avec le cuir on fabrique des meubles, des bâches pour les véhicules, des sacs et des lanières, des outres pour l’huile et le vin, des sacs pour les céréales et les graisses, des écrins, des chaussures, des selles, et il sert même à acheter des esclaves. L’abattage massif des animaux entraîné par ce trafic prit une telle ampleur du fait de la demande croissante de l’Europe, qu’il fut nécesaire dès le XVIIème siècle, de réglementer les “vaquerías.”

71Cette situation eut deux conséquences pour l’économie coloniale des régions rurales du littoral pampéen. Tout d’abord, la mobilité géographique des troupeaux a fait que, lors des premières étapes de la colonisation, on ne devait accorder aucun intérêt à l’appropriation privée de la terre. Le seul mécanisme d’enrichissement était le droit de chasse ou “vaquéer”. La pampa était totalement ouverte et sans propriétaire. Le peu de terres privées existantes étaient des parcelles ou des champs à proximité de Buenos Aires. Les quelques animaux non sauvages étaient identifiés entre les différents propriétaires par le marquage au feu, dont la coutume s’était établie dès la fin du XVIème siècle.

72Les “vaquerías” nécessitaient un grand savoir-faire qui était déployé par le “gaucho”, genre d’homme très particulier, qui devait être bon cavalier et habile dans le maniement du lasso et du couteau, et très intégré à un milieu où le bétail sauvage assurait sa subsistance. Le régime de travail était par contre très peu coercitif et se fondait plutôt sur un respect spontané du leadership exercé par un chef que sur d’autres mécanismes qu’il serait difficile d’appliquer.

  • 16 Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 25.

73Il semble que l’origine des “gauchos” en tant que chasseurs de bétail sauvage serait située dans la bande argentine du Rio de la Plata, et qu’à la fin du XVIème siècle et au début du XVIIème siècle16 ils se sont propagés le long du fleuve à partir d’Asunción au Paraguay. Leurs fonctions évoluèrent au cours des deux siècles, ils se sont d’abord consarés à la chasse puis plus tard à l’élevage. Le nom n’a pas toujours été le même, en 1746 on disait “gauderio” et vers 1774, “gaucho”. Les mêmes termes étaient utilisés par les fonctionnaires de la Couronne pour désigner les hommes qui tuaient illégalement le bétail sauvage dans les régions de la frontière. Jusqu’en 1729, on les appelait aussi “changadores”. Le “changador peón”, était celui qui travaillait à son compte en faisant le commerce des cuirs sans licence ; à ce titre on pourrait le considérer comme le précurseur individuel de ces hommes qui formeront un groupe social basé sur des valeurs spécifiques et un mode de vie équestre : les “gauchos” de la frontière du Rio de la Plata. Durant les guerres révolutionnaires de 1810 à 1816, les cavaliers “gaucho” luttèrent aux côtés des patriotes créoles. Au XIXème siècle, le mot “gaucho” se généralise pour désigner les travailleurs ruraux natifs et sous le gouvernement de Rosas, le terme “paisano” devient synonyme de “gaucho”.

  • 17 Richard W. Slatta, ouvrage cité, pages 31 et 32.

74Pour Sarmiento, dans son ouvrage anti-rosiste Facundo écrit pendant son exil au Chili en 1845, les “gauchos” représentaient un pouvoir militaire barbare dirigé par des chefs ruraux fédéralistes : ces féroces “montoneros”, c’est-à-dire des soldats de cavalerie mais irréguliers, qui combattaient, assassinaient, pillaient et maintenaient au pouvoir une “gauchocratie” de petits chefs militaires rétrogrades. Quand José Hernandez publia dans les années 1870 une défense poétique du gaucho, Martín Fierro, les sentiments des citadins envers les gauchos se sont améliorés17.

75L’histoire de la Pampa au XIXème siècle que nous allons analyser est dans une large mesure l’histoire du déplacement et de la soumission des Indiens et des “gauchos” par les grands propriétaires fonciers qui tentent d’accaparer la terre et ses ressources pour répondre aux nouvelles demandes du marché mondial.

  • 1 N. de la T. : propriétaire d’une “estancia”, grande propriété foncière.
  • 2 N. de la T. : propriétaire d’un saloir, “saladero”.

76L’abattage d’animaux que représentait la “vaquería” a été remplacé au cours des années de l’indépendance (1810-1816) par des ateliers de salaison, première forme des futures entreprises industrielles, qui fabriquaient les cuirs et la viande salée ou séchée. Les gouvernements argentins, disposant d’immenses surfaces de terre fertiles et ouvertes, donnèrent, en récompense politique, des bails emphythéotiques, ou ont loué ou vendu ces terres publiques. L’immensité des “estancias” ainsi obtenues, favorisait l’élevage extensif sur de vastes espaces. Spéculateurs et grands propriétaires puissants, habilement appuyés par des fonctionnaires locaux, se sont emparés des terres publiques pour les transformer en propriétés privées. Entre 1822 et 1830, 538 personnes ont accaparé 7,8 millions d’hectares de pâturage dans la pampa. Juan Manuel de Rosas lui-même, chef des fédéralistes à partir de 1828, également propriétaire d’une “estancia”1 et d’une entreprise de salaison2 a favorisé durant son gouvernement (1835-1852) les intérêts des grands propriétaires et conduit les latifundios à leur forme moderne. Grâce à lui, en 1840, 825 grands propriétaires possèdent plus de 8 millions d’hectares parmi les plus riches terres de la Pampa. En 1851, à la fin de son gouvernement, 382 personnes possèdent 82 % de l’ensemble des terres de la province de Buenos Aires. Rosas en personne était propriétaire de 330 000 hectares, de 179 000 bovins, 140 000 ovins et 103 000 chevaux. La famille Anchorena, cousins de Rosas, possèdait 352 000 hectares, et le propre frère de Rosas, Prudencio, en possédait 73 000. Les Anchorena ont fait accroître leurs propriétés dans la province de Buenos Aires de 340 000 à 633 000 hectares entre 1830 et 1852, et ont continué de prospérer après la chute de Rosas. En 1864 leurs propriétés avaient atteint 958 000 hectares. Pedro J. Vela, de Tandil, un fervent de Rosas, conserva aussi sa fortune et son pouvoir après la chute du dictateur. Maire de Tandil en 1843, il déclara qu’il possèdait pour une seule ferme 260 000 têtes de bétail et 280 000 hectares. Vers 1836, les grandes “estancias” de plus de 5 000 hectares représentent 77 % des propriétés de la province de Buenos Aires, et en 1851, 200 propriétés couvrent 60 % de la totalité des terres.

77Les exploitations de bétail des années 1860 ont une superficie qui varie de 27 et 67 000 hectares, mais celles consacrées à l’élevage d’ovins dépassent rarement 13 000 hectares. Le bétail prédomine dans les zones de frontière, tandis que les ovins patûrent sur des terres plus proches du port de Buenos Aires.

78La plupart des terres de la pampa devenues des latifundios étaient celles où vivaient avant les indigènes nomades. Mais les campagnes militaires entreprises contre eux et qu’on a appelé “conquête du désert” en a réduit la population. Rosas lui-même entreprit en 1833 les premières expéditions contre les Indiens et repoussa les frontières, faisant passer la province de Buenos Aires de 2,5 à 17 millions d’hectares, ce qui coûta la vie à dix mille indigènes. Ces guerres seront poursuivies par les gouvernements postérieurs, et en 1879, une campagne militaire dirigée par le ministre de la Guerre Julio A. Roca achève la conquête des territoires indigènes, ajoutant 54 millions de riches pâturages au patrimoine national.

  • 18 Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 239.

79La consolidation du latifundio s’est accélérée durant la seconde partie du siècle, sous les gouvernements libéraux pro-européens. La législation continuait à concéder d’énormes étendues de terres riches et vierges aux militaires qui participaient aux campagnes contre les Indiens, ainsi qu’aux spéculateurs et aux grands propriétaires. Au fur et à mesure que des terres sont conquises elles deviennent des terres publiques, et l’État les redistribue en lots de 10 000 hectares. Les vastes surfaces “ouvertes” par Roca tombèrent, comme avant, entre les mains de spéculateurs et de grands propriétaires. Et comme son prédécesseur Rosas, qui avait encouragé l’achat de la pampa méridionale par les grands propriétaires qui le soutenaient, Roca encourgea la propriété privée comme le pouvoir politique des grands propriétaires fonciers18.

80En 1884 les terres utilisables de la pampa avaient été à peu près totalement distribuées à quelques centaines de grandes familles de Buenos Aires, mais aussi certaines de Cordoba, ainsi qu’à des financiers anglais et français, et à certains chefs militaires qui avaient pris part à la guerre contre les Indiens. Il s’est déroulé le même phénomène plus tard dans le Chaco et en Patagonie.

  • 19 Voir Ezequiel Gallo, ouvrage cité.
  • 20 Voir Ezequiel Gallo, ouvrage cité.

81Un des cas qui illustre la prédominance du latifundio dans la pampa, tout au moins jusqu’aux années 1880, est celui de la province de Santa Fe qui, avec 132 500 kilomètres carrés, soit une surface équivalente à la Tchécoslovaquie, fait partie de la Pampa humide, et où d’importants efforts de colonisation par les immigrants européens19 ont été mis en œuvre au XIXème siècle20.

82Au cours des deux cent quarante ans que dura la colonisation espagnole (1573-1810), la majorité des terres était restée aux tribus indigènes qui les occupaient depuis des siècles. Mais au moment de l’indépendance, Santa Fe devint en 1819 une province autonome de la Confédération Argentine, et s’est trouvée confrontée pendant plusieurs décennies à des luttes armées et à des invasions de tribus aborigènes situées à ses frontières nord et sud. Vers 1850, les confrontations armées ayant diminué, la province commença à progresser lentement. La ville principale, Rosario, prit de l’importance sur le plan commercial du fait de ses laisons avec les provinces du centre et avec le nord de l’Argentine. Entre 1858 et 1869, diverses campagnes militaires menées contre les Indiens permirent à la province de récupérer 57 000 km2 des 132 500 km2 qui la composent aujourd’hui. Or dès 1857, la législature provinciale avait autorisé le gouvernement à vendre les terres publiques pour accélérer la colonisation agricole, or ces nouvelles terres étaient des meilleures pour la culture de céréales.

  • 21 Ezequiel Gallo, ouvrage cité, page 66.

83Le recul de la “frontière” qui s’est accompagné du transfert des terres publiques aux mains de privés, de garanties juridiques octroyées à la propriété et aux transactions entre particuliers, a contribué au renouveau de l’économie rurale de la province de Santa Fe. Entre 1862 et 1867, le nombre d’ovins a été multiplié par huit, passant de 50 000 à 400 000 têtes. En 1856 fut créée la première colonie agricole et une industrie céréalière émerge. Trois ans plus tard deux autres colonies seront fondées, et treize autres entre 1865 et 1869 ; toutes essentiellement orientées vers la culture de céréales. En 1872 la surperficie des terres consacrée aux céréales allait ainsi atteindre 62 500 hectares. Quels que soient ces efforts de colonisation, une partie importante des terres privatisées restait entre les mains d’un très peu petit nombre de propriétaires. Dans le nord de la province, un seul propriétaire, Mariano Cabrai, possédait plus de 2 millions d’hectares. ; en 1874 à l’ouest de la région centrale, 367 propriétaires détenaient 1 147 000 hectares, dont 550 000 étaient accaparés par trois d’entre eux, Alvear, Armstrong et les frères Sotomayor. D’après le consul d’Italie, en 1876 douze propriétaires possédaient 900 000 hectares. Quatre autres millions d’hectares furent conquis sur la frontière indienne, et sont passés à des propriétaires privés. En 1883 les grandes propriétés dominaient très nettement, mais comme auparavant, la terre conquise entre 1872 et 1883 l’avait été au détriment des Indiens, pour tomber entre les mains de très peu de gens. Au nord, une banque londonienne, Murieta et Cie, avait pu acquérir 1 400 000 hectares, et au sud, des entrepreneurs de Buenos Aires, tels Cernadas, Rufino, Casey, Randel et Villanueva, plus d’un million d’hectares. Cet ancien mode de domination devait cependant régresser. Entre 1872 et 1883 on constate que de nombreuses grandes propriétés commencent à être divisées et remplacées par des “estancias” de dimensions moyennes où l’on élève des ovins, ou par des colons agriculteurs21.

84En 1895, la campagne autour de Santa Fe révélait des changements importants par rapport à 1872. Des colons agriculteurs occupaient de grands espaces antérieurement consacrés à l’élevage, et les “estancias” qui restaient étaient de moindre dimension. Ces “estancias” qui jusque dans les années 1880 ne faisaient que de l’élevage de bovin et d’ovin, notamment au sud, commencèrent à acceuillir des saisonniers agricoles aux périodes de récoltes du blé et du maïs. Le dévelopement des céréales a été différent entre le sud et la zone centrale. Pour celle-ci il a reposé sur des colonies d’agriculteurs ayant un statut de propriétaires, tandis qu’au sud, la caractéristique fut que la culture des céréales se faisait dans le cadre d’un fermage à partir d’une exploitation mixte, associant agriculture et élevage.

L’organisation du travail et la modernisation des estancias

85Les restrictions apportées à la liberté personnelle du “gaucho” au cours du XIXème siècle constituent l’élément essentiel de sa vie. L’oligarchie gouvernante argentine, unitaire ou fédéraliste, libérale ou conservatrice, considérait les “gauchos” comme des délinquants et les contraignait à travailler, soit comme ouvriers agricoles dans les “estancias” soit comme soldats lors des campagnes militaires contre les Indiens. C’est de cette façon que “gaucho” a été conduit à devenir “péon”, travailleur sans terre.

  • 22 Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 65.

86“Les grands propriétaires ont recouru au système politique et judiciaire pour s’assurer les “péones” dont ils avaient besoin, et les payaient au prix qui leur convenait. Lois sur le vagabondage, contrats de travail, conscription militaire, exigence de passeports ont été autant de moyens nécessaires pour renforcer la force travail, en milieu rural, pour contrôler la délinquance, et fournir la chaire à canon pour l’armée et la milice aux frontières”22.

  • 3 N. de la T. : rascadero, mot du vocabulaire campagnard argentin, vient de rascar, se gratter.
  • 4 N. de la T. : mot de l’argot campagnard argentin qui signifie s’attacher à un endroit.
  • 23 Ricardo Luis Molinari, ouvrage cité, page 44.

87Le travail dans une “estancia” traditionelle à l’époque coloniale et aux débuts de la république, ne nécessitait guère plus d’un “péon” pour mille têtes de bétail. Quand les “hacendados” prenaient la décision de créer une nouvelle “estancia”, à cette époque ils choisissaient un champ en altitude présentant une certaine déclivité pour permettre l’écoulement de l’eau, et disposant de sources. Le seul véritable aménagement apporté était un mât clouté ou “rascadera”3 installé au milieu du champ qui permettait de déterminer l’aire de repos du bétail, ou “aquerenciamiento”4 de “l’estancia” et d’éviter sa dispersion. Ce poteau attirait les bêtes pour s’y frotter. Une fois que les animaux avaient pris l’habitude du lieu, quelques “péons” suffisaient pour rassembler le bétail et le surveiller23. En 1800, un contremaître et quatre “péons” pouvaient s’occuper de 4 à 5 000 bêtes.

88La nature du travail s’est modifié avec le passage de “l’estancia” traditionnelle à “l’estancia” moderne au XIXème siècle. Dans “l’estancia” traditionelle où l’on ne produit pas pour le marché de salaison de Buenos Aires, la principale activité consistait à tuer le bétail et à l’écorcher pour récupérer les peaux. Outre le fait de tuer les animaux âgés à certaines périodes de l’année pour leur peau, les “péones” pratiquaient la “yerra” ou marquage au fer des animaux avec la marque du propriétaire, et ils castraient les taureaux pour qu’ils engraissent.

89Au fur et à mesure que les soldats de la “frontière” développent l’occupation de la pampa et que de nouvelles “estancias” se créent, le nombre de peaux exportées par le port de Buenos Aires s’accroît, et implique plus de “péons” pour conduire les troupeaux depuis les “estancias” jusqu’au port.

90D’où les dures mesures répressives, légales et militaires, de la dictature de Rosas pour soumettre les “gauchos” et les obliger à travailler pour le compte des “estancias.” L’élevage d’ovins a favorisé aussi de nouveaux emplois en milieu rural. Mais la modernisation des “estancias” durant la seconde moitié du XIXème siècle avec principalement les clôtures et le transport d’animaux par chemin de fer, a diminué les besoins en main-d’œuvre, et en 1890, un contremaître et un péon suffisent pour contrôler 10 000 hectares, de même que le travail devient surtout saisonnier. “L’estancia” moderne du dernier quart du XIXème siècle, ne requiert qu’un minimum de moyens pour assurer les tâches routinières, et emploie une main d’œuvre migratoire fluctuante, payée à la journée ou à l’heure, pour le travail réalisé.

  • 24 En 1855, Francisco Halbach, consul de Prusse en Argentine, est le premier “estanciero” qui clôture (...)
  • 25 Noel H. Sbarra, Historia del Alambrado en la Argentina, Buenos Aires, Eudeba, 1964, page 104.

91Des changements amenés par la modernisation des “estancias”, la clôture en fil de fer est celui qui transforma le plus la vie du “gaucho”. Les milliers de kilomètres de fil de fer ordinaire, puis plus tard barbelé, qu’installent les “estancias” dans la pampa durant la seconde moitié du XIXème siècle24, brisèrent le mode de vie traditionnel du “gaucho” et facilitèrent le contrôle des propriétaires sur la terre : “Avec les clôtures, les travaux des champs et même les coutumes. ont changé. Les rondes de nuit pour empêcher que le bétail se disperse et l’obligation de rassembler les bêtes pour séparer les animaux selon leur marquage cessèrent25”. Avec la clôture vont apparaître les cultures. L’agriculture requérait de nouvelles compétences et a changé brusquement la nature de la force de travail en milieu rural. Le “peón” natif, pour qui ne plus travailler à cheval signifier une régression sociale, laissa cette nouvelle activité aux immigrants européens qui arrivaient en Argentine à la fin du siècle.

  • 26 Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 247.

92Un peu avant déjà, vers les années 1820, l’élevage d’ovins avait commencé à concurrencer celui de bovins comme principale source de richesse. Parce que ces ovins exigeaient des soins et des installations différentes, les “péons” avaient dû ou bien s’adapter ou bien migrer vers les régions où les bovins prédominaient encore. Vers 1870, les ovins ont remplacé en grande partie les bovins des meilleurs pâturages aux environs de Buenos Aires. Le travail des “gauchos” consistait alors à tondre, marquer, castrer, et conduire les troupeaux, toujours à cheval26.

93En 1850, les exportations de laine atteignent 7 600 tonnes, en 1870 elles s’élèvent à 70 000 tonnes. La laine destinée à l’industrie textile européenne a permis aux économie d’Argentine, et même de l’Uruguay, de trouver une nouvelle insertion sur le marché international.

94Si les peaux et la graisse de bœufs, ainsi que les crins de cheval, continuent à être exportés, à partir de 1885 la laine et les peaux de mouton représentaient 69 % de la valeur des exportations argentines, viande non comprise.

95L’introduction de la race “Merino” s’est faite sous Rosas, car elle est bien adaptée à la production de laine. La guerre civile aux États-Unis a notamment stimulé ces exportations qui ont remplacé le coton qu’exportait précédemment la Confédération du sud. Une nouvelle race, la “Rambouillet”, à la toison plus épaisse et plus lourde, fut introduite dans les années 1860 et s’est rapidement diffusée dans toute la pampa. Avec le développement par la suite des techniques de congélation de la viande, les éleveurs changèrent une nouvelle fois de race à la fin du siècle, au profit des brebis “Lincoln” et “Romney Marsh” qui donnaient une laine et une viande de bonne qualité. Avec le succès des frigorifiques la marge de profit sur la viande bovine de haute qualité s’est accrue et a réinversé la migration du bétail bovin vers les pâturages proches de Buenos Aires.

96Comme la tonte des moutons exigeait beaucoup de main-d’œuvre elle à été à l’origine de l’augmentation des salaires entre 1840 à 1870, malgré d’importantes variations annuelles. Mais ces nouvelles opportunités d’emploi créées par l’élevage d’ovins diminuèrent avec les progrès technologiques. Ainsi l’apparition des tondeuses mécaniques à partir de 1890 a réduit de façon drastique l’emploi saisonnier, quand auparavant la tonte avec des ciseaux manuels nécessitait des milliers de personnes. De même les clôtures modifièrent de manière substantielle les caractéristiques du travail rural. Les “estancieros” de la période coloniale et du début du XIXème siècle protégeaient les céréales, les jardins potagers et les vergers du bétail qui pâturaient librement au moyen de fossés et de haies. Ainsi les clôtures, non seulement ont consolidé les latifundios privés, mais ont réduit la force de travail, puisqu’en terrain ouvert, il fallait 15 “péons” pour 20 000 têtes de bétail la clôture a très nettement réduit le nombre de salariés permanents.

97De même le fait de pouvoir protéger les céréales contre les dégâts des animaux, grâce aux clôtures de fil de fer a permis de développer dans la pampa la production agricole sur une grande échelle, ce qui représentait une autre modification fondamentale de l’économie rurale. Même si en Europe la demande de blé, de maïs, d’avoine, de lin, s’accroissait, tant que les “estancieros” eurent besoin de pâturage de luzerne pour les races pures durant les dernières décennies du siècle, l’agriculture n’eut que peu d’importance.

  • 5 N. de la T. : hirondelles.

98Les “poches” agricoles dispersées qui sont apparues dans la province de Buenos Aires, au cours de la seconde moitié du siècle étaient en grande partie le fait de colons immigrants d’Europe. Ces colons avaient parfois quelques moyens pour acheter de la terre, mais la plupart travaillait comme fermiers ou se plaçaient de ferme en ferme. Ce petit producteur jouissait de peu de confort, mais ses conditions de vie étaient meilleures que celle du saisonnier agricole. Quelques natifs travaillaient aux récoltes, mais l’essentiel du blé, du maïs et du lin était récolté par des immigrants saisonniers ou “golondrinas”5, qui traversaient l’Atlantique chaque année en provenance d’Italie et d’Espagne. La majeure partie des agriculteurs de la Pampa était aussi des Italiens et des Espagnols. Le pouvoir des grands propriétaires terriens et le refus qu’ils opposent à toute modification des formes traditionnelles de détention et d’exploitation de la terre bloquent toute possibilité de pratiquer une agriculture à grande échelle dans la province de Buenos Aires. Par contre les nouveaux colons trouvèrent plus d’opportunités dans la province de Santa Fe, comme nous venons de le voir.

99La province de Buenos Aires, à l’opposé de celle de Santa Fe ne soutint que peu l’agriculture. Les fermiers louant les terres par des contrats de deux à cinq ans, formaient la gande majorité des agriculteurs. Les types de contrats variaient, certains consistaient en un fermage annuel, d’autres stipulaient un partage de moitié, ou d’un tiers ou d’un quart de la récolte au profit du propriétaire. Le fermage et la non propriété ont persisté pour les colons agriculteurs dans la province de Buenos Aires tout au long du siècle.

100Le développement de l’agriculture qui s’est accélèré cependant à la fin du XIXème siècle et au début du XXème a reposé sur la venue, outre des colons, d’un autre type de migrants : les travailleurs saisonniers qui venaient faire les récoltes attirés par des salaires supérieurs à ceux de l’Europe méditerranéenne. Au début du siècle ces travailleurs, appelés “les hirondelles” ou “golondrinas”, arrivaient chaque année par milliers. En 1908 par exemple, ils furent plus de 200 000 à traverser l’Atlantique puis à retourner dans leurs pays d’origine une fois les récoltes finies.

101La rapide expansion du réseau ferroviaire, construit et administré par des capitaux britanniques a aussi fortement contribué à ce développement. Le système des chemins de fer qui n’avait que onze kilomètres en 1857 est passé à prés de 3 700 kilomètres en 1885 et à 33 400 en 1914.

  • 27 Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 275.

102En 1897, les productions animales représentaient quasiment les trois-quarts des exportations argentines. En 1900, les profits provenant des exportations agricoles dépassèrent pour la première fois ceux des exportations de produits d’élevage, dans un rapport de 50 contre 46 %. Durant la décennie suivante, les produits agricoles représentèrent parfois plus de 60 % du total des exportations27.

Changements socio-économiques et développement du complexe agro-pastoral de la Pampa argentine

103Une série de circonstances ont contribué à l’élargissement et à la structuration du complexe agro-pastoral de la Pampa argentine au cours de la seconde moitié du XIXème siècle.

104Il y a d’une part la révolution industrielle qui en Angleterre et en Europe occidentale a déclenché une demande sans précédent en produits agricoles en provenance d’Amérique, et cette demande s’est trouvée favorisée par la politique de libre échange impulsée par l’Angleterre.

  • 28 Paul Bairoch, Le Tiers Monde dans l’Impasse, Éditions Gallimard, Paris, 1971.

105D’autre part, la révolution des transports en abaissant les coûts du fret maritime et en développant le chemin de fer a permis aux grands espaces intérieurs de l’Argentine d’adapter leurs ressources à l’économie d’exportation. Entre 1820 et 1910, la baisse du coût du fret maritime a été de 7 contre 1, et pour les transports terrestres, notamment du fait du chemin de fer, les coûts sont passés de 6 à 1 dès 186028.

106Ces changements au niveau international interviennent au moment où l’oligarchie de Buenos Aires domine le pays, oligarchie de la terre et du négoce, étroitement liée aux grands propriétaires fonciers de l’intérieur, elle a largement contribué à ouvrir le pays aux échanges internationaux.

  • 29 Marcelo Carmagnani, “Las Migraciones Europeas en su Area de Origen” in Europa, Asia y Africa en Amé (...)

107La pénurie de main-d’œuvre, notamment dans l’agriculture, a pu être compensée par la grande émigration européenne de la seconde moitié du XIXème siècle. Cette émigration, commencée dans les années 1820-1850, s’est accélèrée avec la Première guerre mondiale. On estime que 255 000 personnes ont émigré d’Europe entre 1856 et 1860, 345 000 entre 1866 et 1870, 283 000 entre 1876 et 1880. Elle s’est intensifiée à partir de 1880, de 300 000 émigrants dans les années 1880 elle est passée à 700 000 dans les années 1890 pour atteindre 1 300 00029 au cours des dix premières années du XXème siècle.

108C’était principalement des paysans, des ouvriers agricoles, des maçons et des artisans venant de l’Europe méditerranéenne (Italie, Espagne et Portugal). Entre 1880 et 1896 les paysans et les ouvriers agricoles ont été les plus nombreux.

109En Argentine ces flux importants de migrants ont commencé à arriver vers 1870. On estime que le pays a reçu près de 6 millions de migrants entre cette date et 1930, soit trois fois sa population antérieure. Outre les Italiens et les Espagnols des migrants d’Europe centrale ont également débarqué. Si la totalité de ces migrants n’est pas restée en Argentine, plus de 4 millions de personnes s’y sont installées.

110Cette immigration n’était pas toujours définitive car une partie des migrants était composée de saisonniers agricoles qui traversaient l’Atlantique seulement pour les périodes de récoltes, puis retournaient en Europe car les salaires argentins étaient alors supérieurs aux salaires européens. L’aller-retour leur coutait l’équivalent de deux semaines de salaire, et ils économisaient l’essentiel des trois à quatre mois de salaire gagnés durant les récoltes de blé et maïs.

111Certains venaient au contraire avec l’intention de s’installer, de travailler dans l’agriculture et d’acheter des terres. Une minorité d’entre eux s’est établie dans des colonies organisées par le gouvernement soit par des entreprises privées. Mais la plupart d’entre eux ne réussissaient quà être fermiers ou saisonniers pour le compte de grands propriétaires. Leurs contrats pouvaient aller de deux à cinq ans, et il impliquait souvent l’obligation de laisser le terrain semé de luzerne. C’était un moyen pour les “estancieros” d’améliorer la qualité des pâturages résevés aux races destinées à l’exportation.

112Les saisonniers ou “medieros” se déplaçaient en fonction des contrats qu’ils trouvaient. En cas de bonnes récoltes, ils pouvaient se constituer un petit capital et acheter de la terre, mais c’était rare.

113L’afflux d’immigrants européens allait accélérer le peuplement de la Pampa et modifier sa composition. Entre 1825 et 1870, l’Argentine avait acceuilli quelques 300 000 migrants, dont 260 000 s’étaient installés la Pampa. Ce processus s’est accéléré par la suite, entre 1870 et 1895 la population rurale globale du pays connut un taux de croissance annuel de 2,6 %, mais pour un taux annuel des natifs de 2,2 %, celui des migrants était de 5,5 %. Cette différence de taux démographique a fait qu’en 1895 la proportion d’étrangers représentait 16,6 % de la population rurale.

  • 30 Alfredo E. Lattes, La Dinámica de la Población Rural en Argentina entre 1870 y 1970” dans “Poblacio (...)

114Cette croissance n’a pas pour autant été homogène. Si la moyenne du pays était de 2,6 %, dans la région pampéenne elle était de 3,3 %, mais de 5,1 % dans la province de Santa Le, à l’intérieur de la Pampa. Le développement de la production agricole qui à Santa Fe a connu sa croissance la plus spectaculaire, passant de 62 000 hectares en 1872 à 1 685 000 en 1895 explique ce phénomène. Par contre, la province de Buenos Aires, où l’élevage extensif dans le cadre des “estancias” est maintenu, n’a pas connu cette évolution. En 1895 on y comptait plus de 60 millions de têtes sur les 86 millions de la Pampa, pour les provinces de Santa Fe, Buenos Aires, Entre Rios et Cordoba réunies, et les 96 millions de tout le pays, c’est dire que les deux-tiers du troupeau argentin se trouvaient dans la province de Buenos Aires30.

115Entre 1895 et 1915 la croissance de la population rurale dans la Pampa restait positive, soit de 2,4 % l’an, mais baissait par rapport à la période précédente. Par contre, la croissance de population est devenue urbaine, avec un taux de 4,8 % par an entre 1895 et 1915 pour les villes de la Pampa. La province de Santa Fe montrait le plus fort taux de croissance de population rurale (2,9 % contre 2,4 % pour l’ensemble de la pampa et 3,6 % pour Mendoza), et même connaissait une croisance de population avec les territoires de Patagonie et du nord-ouest.

116Entre 1895 et 1915 on constate que les étrangers continuent de s’installer dans les zones rurales ou dans les villes dans les mêmes proportions qu’auparavent, mais qu’apparaît un début d’exode rural des natifs vers la ville, estimé à 325 000 personnes. C’est donc l’arrivée de 588 000 étrangers dans les campagnes qui explique le maintien de la population rurale. La baisse relative de la population rurale pourrait aussi s’expliquer par l’augmentation des ouvriers agricoles temporaires, les “golondrinas”, qui, n’étaient pas comptabilisés dans la population rurale. La difficulté pour les nouveaux migrants d’acheter des terres, les plus fertiles étant accaparées par le “latifundio” a pu constituer un facteur suplémentaire de baisse de population.

117Conséquence probable de la Première guerre mondiale, l’émigration européenne a diminué de 1915-1919, et le solde migratoire international devint même négatif, ce n’est que vers 1950 qu’une remontée s’amorce.

118A partir des années 1920, la production agricole s’est développée en même temps que l’élevage n’a plus progressé. Ceci a entraîné une demande en main-d’œuvre mais la mécanisation croissante du travail agricole à faire disparaître les “golondrinas”. Le travail devient familial, et la population rurale croît à nouveau, notamment à partir de 1920 avec l’arrivée de nouveaux immigrants.

119En conclusion, la formidable migration d’Européens entre 1870 et 1930, temporaire ou définitive, a été le facteur fondamental du développement de l’activité agricole et de L’élevage dans la Pampa argentine.

120Le maintien du latifundio a divisé la population rurale permanente en deux grands groupes. L’un est composé de “gauchos” et de paysans sans terre (“chacareros”). Ils travaillent de façon saisonnière dans les “estancias”, se déplaçant sans cesse à la recherche d’un travail. Les “golondrinas” eux peuvent cultiver un peu de terre, et les petits cultivateurs migrants aspirent à s’installer, mais ne le peuvent sauf un petit nombre, du fait de la main mise des grands propriétaires sur la terre.

121L’autre groupe est composé des grands propriétaires qui contrôlent la plus grande partie des terres ainsi que le confirme le troisième recensement national de 1914. L’exemple de la province de Buenos Aires, montre que si quatre “estancias” sur dix. étaient directement gérées par leurs propriétaires, plus de la moitié des “estancias” étaient louées à des fermiers, qui pratiquaient de l’élevage et de l’agriculture, et que 55 % des contrats de fermage duraient moins de trois ans. La force de travail se composait de 41 % de natifs et de 59 % de migrants étrangers.

122Les difficultés rencontrées par les migrants pour trouver des terres afin de s’installer définitivement ont contribué à renforcer la population urbaine ; ainsi quand entre 1870 et 1915, la population totale de la Pampa est passée de 54 % à 74 %, la proportion urbaine est passée de 40 à 62 %. En 1895, la population rurale était de 2,5 millions sur 4 millions, soit 62 % de la population du pays, et en 1915, les ruraux ne représentaient plus que 47 %, soit 3,9 millions sur 8,2 millions. Cette urbanisation s’explique aussi par le rapide développement des activités industrielles et commerciales de la ville de Buenos Aires.

4 - L’EXPANSION DE LA CULTURE DU CAFÉ DANS LE CENTRE-SUD DU BRÉSIL31

  • 31 Les sources bibliographiques employées pour rédiger cette section sont : Caio Prado Junior, Histori (...)

123Nous allons étudier maintenant l’énorme expansion économique d’un produit traditionnel qui a commencé à partir de la seconde moitié du XIXème siècle à partir de la mise en valeur de nouvelles terres ainsi que de nouvelles formes d’organisation du travail.

  • 32 Caio Prado, ouvrage cité, page 159.

124La plante du café avait été introduite au Brésil en 1727, mais sa culture ne prit de l’importance qu’au début du XIXème siècle. Cette culture, bien que dispersée sur l’ensemble du pays, de Pará à Santa Catarina, du littoral jusqu’à l’intérieur des terres, comptait peu dans l’économie brésilienne. Le café ne servait qu’à la consommation locale et son prix était modeste32.

125C’est au XVIIIème siècle que le café prit de l’importance sur les marchés internationaux en devenant un produit de luxe destiné à l’Europe Occidentale, ce qui allait stimuler sa production dans les colonies tropicales d’Amérique et d’Asie. Le Brésil s’est intéressé à sa culture assez tardivement car au XVIIIème siècle l’or et les diamants de Minas Gérais primaient. Et au début du XIXème siècle la production de café était encore bien modeste car le sucre et le coton constituaient les activités agricoles dominantes.

126L’intérêt du Brésil pour la culture du café a été provoqué par l’accession à l’indépendance des colonies anglaises d’Amérique du Nord, qui en se séparant en 1786 de l’Angleterre, s’engagèrent dans une politique de développement économique interne, autonome des pays européens. Les grands producteurs de café se trouvaient alors dans les Indes Occidentales, colonies anglaises, et à Java et Sumatra, colonies hollandaises. Le commerce mondial de café était donc contrôlé par Londres et Amsterdam, aussi les États-Unis, grands consommateurs de café, cherchèrent d’autres producteurs échappant à la domination britannique. La production brésilienne de café s’est ainsi trouvée favorisée par la demande du marché nord-américain.

  • 33 Caio Prado, ouvrage cité, page 160.

127La région et le port de Rio de Janeiro allaient devenir pendant près d’un siècle les principaux producteurs et exportateurs de café brésilien. Alors que les exportations étaient insignifiantes en 1779, elles se sont rapidement développées passant de 8 495 arrobes en 1796 à 82 245 en 1806, puis de 1821-30, à 3 178 000 sacs (60 kgs le sac), puis à 18 367 000 sacs pour la décennie 1841-50, à 29 103 000 sacs entre 1861-70 et à 51 631 000 sacs entre 1881-9033.

128Contrairement à la canne à sucre et au coton dont les cultures étaient surtout localisées dans le nord, le café à connu son plus fort développement à Rio de Janeiro puis dans les régions proches de Minas Gerais et de São Paulo, où les conditions étaient les meilleures, sols et climat extrêmement favorables, des températures et des pluies bien adaptées.

129Cultivée d’abord dans les zones montagneuses proches de Rio de Janeiro et du littoral, au sud de Rio et à l’ouest de São Paulo, elle a gagné par la suite la vallée du fleuve Paraiba, dont les conditions naturelles sont magnifiques, au point d’en faire la plus grande zone de production de café et la plus riche du pays dans la seconde moitié du XIXème siècle, Rio de Janeiro restant le centre financier et le port d’embarquement du café.

130Mais, ainsi que cela est souvent arrivé pour l’agriculture brésilienne, la déforestation provoquée par la plantation des caféiers a rapidement épuisé les terres, entraînant l’érosion et l’appauvrissement des sols en quelques décennies et une grave chute des rendements.

  • 34 Pierre Monbeig, ouvrage cité, page 14.

131Le déclin de cette région riche a fait déplacer la culture du café vers l’ouest de la province de São Paulo, autour de Campinas, puis plus loin vers le nord, jusqu’à Riberão Prêto. Jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, cette partie était restée très peu peuplée, on n’y trouvait que de petites exploitations de canne à sucre. C’est vers 1800 que le café commença à être cultivé à très petite échelle autour de Campinas, et en quelques années, elle allait devenir le nouveau grand centre de production du café. On assiste à une véritable marche vers l’Ouest des “paulistas” (habitants de Sao-Paulo) liée au café, et à une rapide multiplication des plantations. São Paulo produisait 147 000 sacs de café en 1836 ; 883 000 en 1854 et, en 1870, le million de sacs était dépassé. Mais la production n’allait pas s’arrêter là car au début du XXème siècle, elle atteignait 8 millions de sacs, plus de 15 millions en 1906, pour atteindre le record de 18 millions de sacs en 1927-2834.

132A la différence de la vallée du Paraiba, cette nouvelle zone caféière présente une topographie légèrement vallonée favorable à l’extension des cultures, qu’on a décrit comme une véritable “mer de café”, la faible déclivité évitait l’érosion, un bon réseau routier favorisait les communications et les transports, et, point important, la “terra roxa”, terre d’excellente qualité, permettait des rendements optimum.

133Cette marche vers l’Ouest des planteurs de café de l’État de São Paulo, devait faire de Santos sur le littoral, le port d’exportation de café, et de la ville de São Paulo, capitale de l’État, une ville d’une importance considérable.

  • 35 Sergio Silva, ouvrage cité, page 41.

134Le travail dans les plantations caféières était au début fait par des esclaves, comme l’était le travail agricole au Brésil au XIXème siècle. Le développement des plantations de café sur les terres de Rio de Janeiro et du sud de Minas Gerais, avait ainsi à ses débuts bénéficié d’esclaves qui se trouvaient sous-employés du fait de la baisse des volumes d’extraction d’or et de diamants dans le Minas. Ceci a favorisé l’expansion des plantations, selon le modèle des “haciendas” traditionnelles, et ils ont joué un rôle très important dans l’avancée vers l’Ouest de São Paulo. Selon une enquête citée par le Président de l’Assemblée législative de São Paulo en 1855, les 2 618 plantations de la province disposaient de 55 834 esclaves sur un total de 62 216 travailleurs. Mais, l’importation et l’achat d’esclaves allait devenir difficile. 371 625 esclaves étaient arrivés d’Afrique entre 1840 et 1851, soit une moyenne de 31 000 par an, mais entre 1852 et 1859 il n’en arrivait plus que 3 430 par an, soit dix fois moins35.

135La main d’œuvre représentait un problème très difficile au Brésil où la production se faisait soit avec des esclaves, soit selon un système qui liait les travailleurs à la terre. Ce problème était aggravé par l’absence de moyens de communications entre les différentes régions du Brésil et une dispersion des latifundios peu favorable à la mobilité des travailleurs. Il n’existait pas de marché du travail où les planteurs aurait pu s’adresser, aussi pour ces pionniers du café il n’y avait pas d’autre solution que de recourir à l’immigration.

136De premières expériences pour faire venir des migrants eurent lieu dans les années 1850 : les planteurs ont obtenu que l’État finance les frais de voyage et d’installation des migrants. L’immigrant, lui, devait rembourser “l’hacendado” avec son futur travail. Ils étaient embauchés comme métayers et leur rémunération était liée à la récolte, mais celle-ci revenait presque entièrement à “l’hacendado”. C’était un système proche de l’esclavagisme car les migrants pouvaient même être vendus sur les marchés, où celui qui les achetait payait la dette que le travailleur devait à son ancien patron.

137Ce système correspondait à la mentalité esclavagiste des premiers “hacendados”, il eut pour effet de freiner l’immigration dès que les abus en furent connus et certains gouvernements européens, comme l’Allemagne en 1859, décidèrent d’interdire l’émigration vers le Brésil.

138Les “hacendados” ont été obligés d’abandonner ces pratiques et de proposer des contrats salariés. Les bras recherchés furent alors trouvés dans le Mezzogiorno au sud de l’Italie, d’où des millions de ruraux vinrent peupler les terres de São Paulo. Ils ont représenté jusqu’à 65 % de la totalité des immigrés qui sont arrivés au Brésil dans les vingt dernières années du XIXème siècle.

  • 36 Sergio Silva, ouvrage cité, pages 43, 44.

139A partir de 1870 le gouvernement de la province de São Paulo prit totalement à sa charge les dépenses de l’immigration, frais de voyage des travailleurs et de leurs familles, mais aussi création d’un organisme de recrutement en Europe. A partir del880 l’immigration devint massive, et entre 1887 et 1897, 1 300 000 immigrants arrivèrent au Brésil, dont la majorité s’installa à São Paulo, soit 909 000 entre 1887 et 1900. Ce chiffre explique les 82 % de croissance démographique de cette période36.

  • 37 Hiroshi Saito et Arlinda Rocha Nogueira, Inmigración de japoneses en Brasil dans Europa, Asia y Afr (...)

140Les producteurs de café recoururent également à d’autres sources d’immigration, mais de façon moins importante, par exemple, 50 % des Japonais arrivés au Brésil de la seconde moitié du XIXème siècle au début du XXème se sont installés sur le territoire de Sao-Paulo37.

141Au début de ce mouvement d’immigration, l’esclavage n’était pas encore aboli, et les deux formes de travail existaient simultanément sur les plantations, les esclaves étaient majoritaires par rapport aux migrants européens ce qui provoquait des conflits.

142L’abolition de l’esclavage s’est faite par étapes, en fonction des luttes d’intérêts qui s’affrontaient. Ainsi en 1871, une première loi déclara libres les fils d’esclaves nés au Brésil, puis en 1884, une autre loi déclara libres les esclaves de plus de 60 ans, ce n’est qu’en 1889 qu’a été proclamée l’abolition définitive de l’esclavage. Comme nous l’avons vu, l’immigration d’Européens était déjà massive aussi cette conjonction entre l’immigration massive d’Européens et l’abolition de l’esclavage, a fait que le travail salarié a remplacé sur les plantations de café, toutes les autres formes de travail.

143Deux-tiers des immigrants arrivés à São Paulo furent employés dans les caféières. L’office d’immigration préparait un contrat de travail type qui prévoyait un salaire calculé sur le nombre de pieds de café attribués au travailleur. Comme l’immigrant arrivait avec sa famille, le nombre de pieds variait selon l’âge de chacun de ses fils. Au salaire de base s’ajoutait un complément lié à la récolte. En plus de la culture des caféiers, le colon s’engageait à participer aux travaux du “bénéficio” (entreprise de conditionnement du café), la mise en sac et le transport de la production.

144Pour compléter son salaire, le travailleur recevait une parcelle de terre pour ses cultures de subsistance (maïs, manioc et haricots) ou bien un droit pour les cultiver entre les rangées du café. Les bonnes années, les colons pouvaient même vendre sur les marchés locaux les excédents de leur production familiale.

145A la fin du siècle, quand la population migrante travaillant dans le café est devenue majoritaire, une petite agriculture alimentaire développée par les immigrants est apparue à São Paulo. Son origine a été liée aux variations du prix du café sur le marché international qui occasionnaient des crises fréquentes que les planteurs avaient du mal à affronter, et au fait qu’en dehors des périodes de récoltes, il existait une main-d’œuvre sous-employée. Les planteurs eurent l’idée, comme le café n’était planté que sur les collines, de vendre des lots de terre dans les vallées humides. Les immigrants qui possédaient quelques économies les achetèrent, et s’y installèrent pour développer une agriculture commerciale à base de deux ou trois produits alimentaires qu’ils vendaient dans la ville voisine.

  • 38 María Isaura Pereira de Queiroz, “L’Évolution de la Structure sociale dans l’Agriculture Brésilienn (...)

146L’avancée du chemin de fer qui suivait la marche du café vers l’ouest a permis à ces agriculteurs de vendre leurs produits dans des villes de plus en plus éloignées, comme Campinas, São Paulo ou Santos. Aux périodes de récoltes du café, ces petits producteurs travaillaient sur les grandes plantations pour gagner un complément de revenu. Les planteurs de café étaient ainsi assurés de trouver à proximité la main-d’œuvre nécessaire aux périodes de récolte. L’agriculture de produits alimentaires s’est ainsi développée dans la province de São Paulo vers la fin du XIXème siècle en étroite relation avec le développement du café38.

  • 39 Celso Furtado, ouvrage cité, page 147.

147Le Brésil a connu une conjoncture très favorable pour la culture du café dans les dix dernières années du XIXème siècle, du fait de la diminution de l’offre mondiale non brésilienne provoquée par les maladies du café qui ont touché Ceylan, l’un des plus grands producteurs d’Asie. L’immigration, les terres, les capitaux disponibles ont permis de poursuivre son développement. La production totale du Brésil atteignait en 1901-1902 16 millions de sacs39, au début du XXème siècle, le Brésil contrôlait les trois-quarts de l’offre mondiale du café. La crise de 1893, qui fut particulièrement longue aux États-Unis, avait fait baisser les prix, puis pour faire face aux crises à répétition, le Brésil adopta une politique qui consistait à se retirer momentanément du marché, à faire des stocks durant les crises pour défendre les prix. Cette stratégie a été rendue possible de par la position dominante que le Brésil occupait sur le marché mondial.

148La politique du gouvernement brésilien est fixée par l’accord de Taubaté de 1906, il s’agit d’acheter les excédents de café et les stocker quand l’offre est excédentaire par rapport à la demande, de financer cette politique avec des crédits étrangers, de payer ces crédits avec un impôt appliqué aux sacs de café exportés.

149Les divers États du Brésil producteurs de café devaient pour le long terme décourager le développement des plantations.

  • 40 Celso Furtado, ouvrage cité, pages 150 à 152.

150Mais cette politique, qui consistait à maintenir les profits des producteurs par une politique de prix élevés, n’a pas découragé la production, au contraire elle l’a stimulée, et le système devait entrer en crise à la fin des années 1920, avec la grande crise économique mondiale de 1929. De 1925 à 1929, la production brésilienne avait déjà explosée du fait des plantations réalisées les années précédentes40.

151Malgré tout, le café est resté l’un des principaux produits d’exportation du pays et le Brésil est encore aujourd’hui le premier exportateur mondial de café.

152Il représente un second exemple important des systèmes agro-exportateurs qui se développèrent en Amérique latine entre la seconde moitié du XIXème siècle et le début du XXème siècle.

5 - LES TRANSFORMATIONS DE L’ÉLEVAGE DU BÉTAIL DANS LE RIO GRANDE DO SUL41

  • 41 Pour cette section, nous avons puisé dans Caio Prado Junior et Maria Isaura Pereira de Queiroz, ouv (...)

153Le territoire actuel de Rio Grande do Sul n’est entré dans l’histoire politique et administrative de la colonie portugaise du Brésil que vers la fin du XVIIème siècle, mais n’a compté sur le plan économique qu’à partir de la seconde moitié du XVIIIème siècle. Auparavant ce n’était qu’une zone inoccupée située entre les empires espagnol et portugais, déserte et apparemment sans grand intérêt. En 1640, quand les couronnes d’Espagne et du Portugal se sont séparées, les territoires occupés par les Portugais arrivaient jusqu’à la capitainerie de São Vicente (aujourd’hui São Paulo), tandis que les Espagnols s’étaient établis à Buenos Aires et n’avaient guère pénétré vers le nord, si ce n’est le long des fleuves Parana et Paraguay.

154Les Portugais furent les premiers à étendre leur souveraineté sur ces territoires en 1680, pour cela ils ont installé une garnison militaire sur le fleuve de la Plata et ont fondé Colonia de Sacramento (aujourd’hui la ville de Colonia en Uruguay), puis en 1750, ils cèdèrent cette région à l’Espagne, par le traité de Madrid, mais ont conservé l’intérieur du territoire qui deviendra plus tard Rio Grande do Sul. La région a été habitée tout d’abord par les troupes envoyées pour défendre le territoire, puis peu à peu par des habitants originaires de São Vicente.

155L’élevage a été la base économique de la colonisation du sud du futur Brésil. Composé d’immenses pampas, ce territoire était couvert d’un herbage qui donnaient un bon fourrage. Le bétail s’y multipliait plus rapidement qu’ailleurs sans requérir le moindre soin, au point d’atteindre une densité exceptionnelle par rapport aux autres régions.

156L’agriculture n’était présente que dans de petites zones près du littoral, là où la Couronne essayait d’implanter une colonisation de paysans pauvres venant des îles Açores ; les familles cultivaient de petites parcelles, sans esclaves, mais Γ impact était faible au niveau de la région.

157Seules comptaient les immenses “estancias” de l’intérieur, consacrées à l’élevage. Ces premières exploitations sont apparues au début du XIXème siècle, à partir des “sesmarías”, vastes concessions attribuées aux militaires ou à d’autres gens. Ces grandes propriétés étaient souvent bien plus vastes que la taille légale, établie à 108 km2 par concessionnaire. En effet un concessionnaire pouvait obtenir une “sesmaría” pour lui-même, d’autres pour ses fils, et arriver ainsi à réunir quatre “sesmarias”, ou plus.

158L’activité principale des “estancias” consistait à produire des peaux de bêtes, pour l’exportation. La viande n’avait aucune valeur, son marché local était insignifiant. Au début du XIXème siècle l’exportation de bétail sur pied ne dépassait pas dix à douze mille têtes par an, elles étaient envoyées à Santa Catarina ou à Curitiba. Le bétail était plus chassé qu’élevé, le fonctionnement des “estancias” restait très primaire. En 1810, on peut dire que dans les meilleures “estancias”, un quart du bétail était élevé, le reste était sauvage livré à lui-même dans la Pampa.

159L’émergence de l’industrie de viande séchée ou “charque” a permis que s’améliore la rentabilité des “estancias” Son développement a coïncidé avec le déclin de l’élevage dans le Nordeste, incapable de répondre aux besoins du marché. La production et l’exportation de viande séchée a commencé vers 1780, son développement fut extrêmement rapide, entraînant une traite d’esclaves africains qu’il n’y avait pas auparavant. Ceux-ci travaillaient dans les fabriques de “charque” et les hommes libres dans les “estancias”. En 1793, la région exportait 13 000 “arrobes” (chaque “arrobe” pèse environ 11,5 kg) de viande séchée, au début du XIXème siècle, près de 600 000 “arrobes”.

160Ces entreprises de “charque”, les “charqueadas”, étaient construites à mi-chemin entre les grandes “estancias” d’élevage et Rio Grande, le port d’exportation de la Capitainerie de Rio Grande. La localisation de cette activité a été à l’origine de la ville de Pelotas. Dès 1805, de grandes quantités de “charque” étaient exportées de Rio Grande vers Cuba.

161Si les méthodes d’élevage à Rio Grande au début du XIXème siècle, n’étaient pas d’un niveau technique supérieur à celui du Sertão nordestin, les conditions naturelles étaient bien meilleures. Certaines “estancias” étaient gigantesques, pouvant atteindre 3 600 km2, soit 100 “leguas”. Une “legua” pouvait supporter entre 1 500 et 2 000 têtes, soit une densité bien supérieure à celle du nord. Le personnel de l’“estancia” se composait de contremaîtres et de “péones”, souvent des indiens ou des métis, tous percevaient un salaire, on y trouvait très rarement des esclaves. Six personnes suffisaient pour s’occuper de quatre à cinq mille têtes de bétail, aux périodes d’intense activité on recrutait une population volante de travailleurs temporaires, qui parcourait la Pampa, offrant ses services. L’activité la plus importante de l’estancia était le “rodeo”, qui deux fois par an, permettait de rassembler le bétail pour le marquer et procéder aux castrations.

162Hormis ces périodes d’intense activité, le travail sur une “estancia” consistait à faire un brûlis annuel des pâturages pour en éliminer les maladies et stimuler la pousse du nouvel herbage, à surveiller le bétail, chose relativement facile du fait de la propreté et de l’ouverture des champs.

  • 6 N. de la T. : “moradores” vient du portugais morar, habiter.

163On s’approvisionnait en denrées alimentaires auprès de natifs, les “moradores”6 qui étaient autorisés à faire de petites cultures dans des zones humides de “l’estancia”. Comme les “gauchos”, ces “moradores” vivaient sur “l’estancia” avec leurs familles, et étaient au service des “estancieros” en cas de conflits.

164A côté des “estancias” où on élevait des bovins pour le cuir, la graisse, puis la viande séchée, on élevait aussi à Rio Grande des chevaux et des mulets. Le cheval représentait le principal outil de travail et de locomotion pour les hommes de cette région, tandis que les mulets étaient exportés au centre du Brésil où ils étaient plus adaptés que les chevaux aux terrains abrupts. Au début du XIXème siècle, 12 000 à 15 000 mulets étaient exportés chaque année.

165“L’estancia” a connu une grande évolution au cours de la seconde moitié de ce siècle, du fait de plusieurs facteurs.

166Le gouvernement brésilien a commencé vers 1824 à attirer des colons européens, principalement des Allemands et des Italiens, puis des Polonais, des Espagnols et des Suisses. Une partie d’entre eux ont été dirigés vers le sud du pays, où on leur accordait en concession de petits lots de terre. Cette migration vers le sud dura jusque vers la fin du XIXème siècle, elle s’est faite en marge de la grande migration vers les plantations de café de São Paulo. Les lots donnés en concession étaient localisés dans les régions montagneuses de l’extrême sud peu favorable à l’élevage. Ces migrants ont en conséquence fait des cultures vivrières pour les vendre, contrairement aux pratiques des autochtones qui cultivaient pour leur auto-consammation. Cette production vivrière deviendra par la suite une activité complémentaire de celle de l’élevage dans l’approvisionnement des villes.

167L’industrie de viande séchée fonctionnant toute l’année, le prix du bétail a augmenté, la production des “estancias” s’est développée et a entraîné une transformation des pratiques traditionnelles. La principale innovation fut l’utilisation de la clôture en fil-de-fer, importée d’Europe vers 1870, puis l’introduction de nouvelles races. L’importance de ces investissements était compensée par certaines économies comme le licenciement de la main-d’œuvre excédentaire et la suppression des cultures vivrières, mais ceci a entraîné la disparition de nombreux habitants. “L’estancia” étant clôturée il suffisait de deux ou trois contremaîtres avec leur famille pour assurer la surveillance. Les salaires étant très bas il leur était autorisé de faire quelques cultures autour de leurs maisons. De même quelques vachers suffisaient pour s’occuper du bétail ; vivant sans famille, ils étaient logés et nourris sur l’exploitation et percevaient un salaire très bas.

  • 7 N. de la T. : “chinedos” vient de china, femme, dans le langage du gaucho argentin.

168La population expulsée des exploitations a fondé de petits hameaux sur des terrains en friche situés entre les “estancias”. Ces gens vivaient d’une petite agriculture de subsistance, ceux qui connaissaient un métier, les dresseurs de chevaux, les tondeurs de moutons, ou les conducteurs de bétail, étaient embauchés par les “estancias” voisines quand elles en avaient besoin, les autres vivaient de façon misérable. Des hameaux de prostituées, les “chinedos”7, sont apparus, et les ouvriers agricoles allaient régulièrement y dépenser leur maigre salaire.

169Les “estancias” traditionnelles se sont transformées en exploitations commerciales modernes à partir d’un changement profond de leur organisation interne : le travail structuré sur des unités familiales a disparu, au profit d’un travail collectif des salariés agricoles.

  • 42 María Isaura Pereira de Queiroz, ouvrage cité, pages 285 et 286.

170Cette modernisation s’est rapidement généralisée au début du XXème siècle, période où les conflits frontaliers et les guerres entre les familles se sont apaisés. Selon María Isaura Pereira de Queiroz42, c’est une période de transformation des structures sociales marquée par un enrichissement extraordinaire, comme le montrent les dépenses ostentatoires de certains éleveurs, qui vont s’établir en ville. Ceci entraîna une accentuation de la distance sociale entre l’éleveur et ses “péones”, car ils ne partagent plus ni le même mode de vie, ni les travaux.

171L’implantation de l’industrie frigorifique qui date aussi du début du XXème siècle, a entraîné des transformations dans l’organisation du travail des “estancias” et a mis fin au pouvoir absolu des propriétaires. En effet les fabriques de viande séchée étaient constituées à partir d’un capital brésilien, tandis que l’industrie frigorifique était financée par un capital étranger qui voulait créer des sociétés modernes, bureaucratiques, dirigées par des conseils d’administration. Les usines exigeant de plus en plus de bovins les “estancias” passèrent de l’élevage extensif à l’élevage intensif, des sommes considérables devenaient nécessaires, il fallait notamment une main-d’œuvre qualifiée, or peu d’éleveurs pouvaient envisager de tels investissements.

172Pour survivre, les “estancias” extensives ont recherché différentes solutions. Les éleveurs les plus riches ont maintenu les pratiques traditionnelles mais en achetant davantage de terres pour produire plus de bétail. D’autres diversifièrent leur production en louant une partie de leurs terres à des agriculteurs venant des zones de colonisation européenne, et grâce aux nouvelles ressources ainsi obtenues, ils firent de l’élevage intensif sur les terres qu’ils avaient gardées. Certains qui disposaient de plus de moyens, ont complétement abandonné le système traditionnel pour créer des élevages sur les bases techniques les plus modernes, en construisant des stabulations ou “cabañas”. Des propriétaires d’entreprises frigorifiques se sont également mis à acheter des exploitations pour approvisionner directement leurs entreprises.

173Qu’il soit traditionnel ou moderne, l’éleveur avait perdu peu à peu son rang social au profit des directeurs et des présidents des entreprises frigorifiques, il ne restait d’autre issue que de s’allier avec eux.

174Dans les exploitations modernes, les ouvriers agricoles qui étaient devenus des salariés permanents, gagnaient un peu plus, ce qui leur a permis de réobtenir le droit de se marier, et leur mode de vie s’est rapproché de celui des ouvriers de l’industrie. Ils vivaient le plus souvent en dehors de l’“estancia”, comme la main-d’œuvre temporaire qui s’installait dans les villages voisins. En conséquence il y avait de moins en moins de relations directes entre l’éleveur et ses ouvriers, et le paternalisme traditionnel a commencé à disparaître.

175Voici un troisième exemple des grandes transformations socio-économiques qui se sont produites dans l’espace agraire latino-américain à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle.

6 - L’EXPANSION AGRICOLE DE LA CÔTE PÉRUVIENNE43

  • 43 Pour cette section, nous nous sommes basés sur Armando Di Filijpo, ouvrage cité ; sur François Chev (...)

176Les pays d’Amérique latine qui au XIXème siècle conservaient encore d’importantes populations indigènes comme les pays andins, sont caractérisés par un fort maintien des “haciendas” et des institutions sociales de type colonial. Leur intégration au capitalisme industriel international de la fin du XIXème début du XXème siècle, s’est opérée à partir de leurs zones côtières, plus favorables à la production de produits tropicaux. Le Pérou en est un exemple.

  • 44 Selon l’étude du CIDA (Comité Interaméricain pour le Développement Agricole) citée par Chevalier, p (...)

177A l’époque coloniale il existait sur la côte péruvienne de nombreuses exploitations sucrières cultivées par des esclaves, et à côté d’elles vivaient des communautés de petits agriculteurs. Les guerres d’indépendance, qui ont réquisitionné un grand nombre d’esclaves comme soldats, ont privé les exploitations de leur main d’œuvre, mais aussi de leurs marchés. Le Chili, par exemple, en devenant un pays indépendant a protégé ses propres productions en instaurant des droits de douane. Au Pérou ce n’est qu’avec le “boom” du guano44 que la prospérité est revenue.

178Le guano, qui provient des déjections des oiseaux de mer, se récolte dans de petits îlots proches de la côte ; fertilisant de grande qualité, il commencait alors à être recherché par l’agriculture européenne. Il était extrait au moyen de pics et de pelles et transporté par des barques qui le déposaient directement dans les cales des bateaux marchands.

179Un problème de main d’œuvre pour faire ce travail s’est tout de suite posé, dans un premier temps on a utilisé les condamnés et les déserteurs de l’armée, mais comme cela ne suffisait pas, il a fallu recourir à la main-d’œuvre étrangère, venant du Chili, et surtout du sud de la Chine.

  • 45 Jonathan Levin, Las Economías de Exportación, México, Centro Regional de Ayuda Técnica, 1964, page (...)

180“Entre 1849 et 1875 quelques 90 000 “coolies “arrivèrent au pays mais 10 000 sont morts entassés à bord des navires qui les amenaient comme esclaves. Des agents recruteurs, qui les trompaient en général les amenaient depuis la Chine à la colonie britannique de Hong-Kong ou à Macao, colonie portugaise voisine. Chacun d’eux faisait l’objet d’un contrat de transfert et de droit sur lui d’une durée de huit ans, ce qui rapportait aux marchands d’esclaves des quais de Callao quelques 400 pesos par tête. Sur les 90 000 “coolies “qui arrivèrent au Pérou, plusieurs milliers travaillèrent sur les îles à guano ; entre 5 et 10 000furent employés à la construction des chemins de fer et quelques 80 000 sur les plantations de coton et de sucre de la côte45”.

181Les profits du guano se répartissaient entre les entrepreneurs étrangers chargés de sa commercialisation et le gouvernement péruvien qui était propriétaire de la richesse exploitée. Chaque ouvrier était tenu de livrer un quota de 4 tonnes de guano par jour contre un salaire infime, duquel était encore déduit le prix de sa nourriture. Les travailleurs libres étaient un peu mieux payés.

182Le cycle commercial du guano (1840-1880) s’acheva avec l’épuisement des dépôts de guano et fut remplacé par les cycles du sucre et du coton, avec l’appui de capitaux étrangers et des banques de Lima. Les investissements permirent la construction d’industries sucrières modernes bénéficiant de crédits sur vingt ans. En 1870 la production de sucre atteint 100 000 tonnes, mais les crédits devaient chuter de moitié après 1875 du fait à la fois de la crise du guano et de la guerre du Pacifique.

183Le grand problème rencontré par les plantations sucrières de l’époque coloniale restait le manque de main-d’œuvre. Chaque “hacienda” essayait de garder un maximum d’ouvriers agricoles en accordant certaines facilités de vie, mais aussi en pratiquant un système d’endettement permanent. Au moment de la grande époque du guano les “haciendas” ont pu résoudre ce problème en bénéficiant d’une part importante de l’immigration des “coolies” chinois, mais celle-ci devait s’épuiser avec la fin de l’immigration en 1874. En outre il n’était pas facile d’attirer les indigènes vers la côte, car soit ils refusaient d’abandonner leurs terres communautaires de montagne, soit les “haciendas” de montagne refusaient de les laisser partir. Après la guerre du Pacifique (1879-1884), l’industrie sucrière s’est engagée avec l’appui de capitaux étrangers dans un processus de réorganisation et d’expansion. Elle fut conduite pour retenir les indigènes de la sierra durant quelques mois sur les “haciendas” de la côte, à rechercher un système saisonnier : soit ils restaient deux ou trois mois au moment des récoltes, puis retournaient dans leurs communautés soit, notamment à partir de 1890, l’ancien système de recrutement qui consistait à faire signer un contrat de travail pour quelques mois a été réutilisé.

184Les migrations d’Européens au cours du XIXème siècle ont été beaucoup plus faibles au Pérou que dans les pays de la côte Atlantique. D’une part parce que l’industrie sucrière était liée à des projets de colonisation et d’immigration dans des zones spécifiques de la côte et de la forêt péruvienne, et d’autre part que les bas salaires pratiqués par les “haciendas” sucrières n’attiraient pas ce genre de migrants.

  • 8 N. de la T. : bracero, “peón” journalier, manœuvre. Le mot bracero vient de brazo, bras.
  • 46 Amelia Morinoto Hayashi, ouvrage cité, page 297.

185Les planteurs firent à nouveau appel, à un moment où le continent asiatique était offreur, à la main-d’œuvre asiatique, mais japonaise cette fois-ci. Entre 1899 et 1923 environ 18 000 Japonais sont arrivés au Pérou, comme “braceros”8 ou ouvriers journaliers, dans le cadre de contrats avec les plantations de canne à sucre puis de coton46. Ce type d’immigration a diminué par la suite, car les bas salaires n’étaient pas assez attractifs et le besoin de main d’œuvre s’était atténué. Si l’immigration japonaise est restée forte entre 1924 et 1936, elle s’orientait vers des investissements dans le commerce et les services en zones urbaines.

186Le premier groupe de migrants japonais est arrivé en 1899 ; il était composé de près de 800 travailleurs qui ont été répartis entre douze “haciendas” sucrières. Le mouvement de migration s’est poursuivi malgré certains mécontentements liés aux conditions de travail et à des maladies endémiques (sur une seule plantation, Casablanca, quarante migrants sont morts entre le deuxième et le troisième mois après leur arrivée). Dès le second groupe, les femmes et les enfants des migrants étaient déjà présents.

187Après la Première guerre mondiale et avec l’ouverture du canal de Panama, le Pérou a bénéficié d’un développement considérable de ses exportations de sucre et de coton, qui fut touché cependant par les crises de 1920, 1925 et surtout celle de 1929. Elles ont entraîné un rapide processus de concentration des “haciendas” aux terres irriguées de la côte nord du Pérou, notamment celles contrôlées par des sociétés étrangères.

188Trois “haciendas” avaient un rôle dominant : “l’hacienda Cartavio” appartenant à la maison Grace de New York, “l’hacienda Casagrande” appartenant aux Gildemeister, avec l’appui de capitaux allemands, et “l’hacienda Roma” appartenant à la famille Larco Herrera, de riches hommes d’affaires péruviens appuyés par la firme anglaise Graham Rowe. Cette dernière “hacienda” fut vendue en 1925 et achetée par Gildemeister. La réalisation de ce grand ensemble a impliqué à la fois la dénationalisation et l’absorption de plusieurs “haciendas”, ainsi que la spoliation de 5 000 petits propriétaires. Durant l’entre-deux-guerres, “Casagrande” et “Cartavio” concentrèrent 65 % des 39 000 hectares de terres irriguées à haut rendement de la vallée de Chicama, au nord de Trujillo. “Casagrande”, l’exploitation des Gildemeister, couvrait 105 000 hectares, dont près de 20 000 en canne à sucre. Ces deux domaines, leurs raffineries et leurs terres furent nationalisés en 1968 par le gouvernement du général Velasco Alvarado.

189Si les plantations de coton n’ont pas subi le même processus de concentration, il faut savoir que le capital étranger contrôlait la commercialisation du coton, monopole des entreprises Grace, Miller et Duncan Fox, cette dernière étant anglaise.

190La côte péruvienne constitue ainsi un autre exemple illustratif des profondes transformations agraires apportées à la géographie de la production de l’Amérique latine. De nouveau, nous pouvons constater que la demande externe a été le moteur du grand développement des exportations agricoles, qu’il s’est accompagné d’un phénomène de concentration des terres, d’investissements en capitaux, et de mécanismes divers destinés à attirer la main-d’œuvre requise.

7 - LE SYSTÈME AGRAIRE DE L’ALTIPLANO9 BOLIVIEN47

  • 9 N. de la T. : haut plateau.
  • 47 Pour cette section, nous nous sommes inspirés d’Andrew Pearse, Campesinado y Revolución : el caso d (...)

191La Bolivie est également significative des changements intervenus dans les systèmes agraires de la seconde moitié du XIXème siècle, même si pour ce pays, l’évolution des exportations sur le marché mondial a été moins importante qu’au Pérou. Pas plus sur l’Altiplano bolivien que dans la montagne péruvienne il ne s’est formé de grand complexe agro-exportateur, mais l’analyse des transformations mérite d’être faite.

192Durant la période coloniale la Bolivie a rencontré un besoin constant de main-d’œuvre pour travailler dans les mines. La “mita” ou travail obligatoire, imposée aux communautés indigènes a été un premier moyen. L’alimentation était soit produite par les communautés dont étaient originaires les “mitayos”, soit par des travailleurs libres. Les rapports de marché restaient très limités.

193L’exploitation coloniale a reposé pour l’essentiel sur le maintien des terres communales et l’existence de responsabilités collectives qui liaient les familles au processus de production.

194Après l’indépendance au XIXème siècle, la majorité des paysans sont restés attachés à leurs communautés, aux terres communales et aux parcelles individuelles transmises par héritage. Moins d’un tiers de la population paysanne était devenue des “colaros” dans le cadre des “haciendas” et les trois-quarts des terres sont restées cultivées par les communautés. La crise minière devait réduire considérablement les besoins de main d’œuvre, en 1847, à peine 9 000 travailleurs travaillaient dans les mines.

195Le développement des “haciendas” s’est opéré dans la seconde moitié du XIXème siècle. Elles se sont appropriées les terres des communautés et mis en servage les paysans. L’attaque la plus importante contre la propriété communale de la terre commença en 1866 quand le Président Melgarejo, s’appuyant sur d’anciennes dispositions selon lesquelles la propriété communale des terres appartenait juridiquement d’abord à l’État, donna un délai de soixante jours à ceux qui disposaient de l’usufruit de terres communales pour payer une certaine somme destinée à confirmer leur droit, sinon les terres seraient mises aux enchères. Comme la plupart des communautés ont été incapables de payer ce droit à la date fixée, les terres communales furent vendues aux “hacendados”. Et ces derniers imposèrent aux populations locales des obligations de servage sur les terres qui leur avaient appartenues jusqu’alors.

196Certaines communautés se sont rebellées contre cette politique du gouvernement, qui entre 1869 et 1870 envoya des expéditions militaires en représailles dans plusieurs zones de l’Altiplano, et de véritables massacres ont été réalisés où périrent des centaines de paysans et leurs familles.

197Comment expliquer cette politique de Melgarejo contre les communautés ? On l’attribue le plus souvent à la nécessité d’accroître les ressources fiscales. Dans les années 1850, la situation de l’économie bolivienne était extrêmement difficile, les entreprises productrices et exportatrices de quinine étaient touchées par la concurrence des producteurs colombiens, elle n’avait déjà plus d’activités manufacturières, car l’artisanat du verre, de la poudre, du savon et des textiles n’avaient pu résister à la concurrence des produits industriels européens. Par ailleurs part, le prix de l’argent déclinait et les plus grandes mines étaient épuisées.

198L’expropriation des terres des communautés s’est poursuivie avec les gouvernements suivants. A partir de 1870, une reprise des activités minières liée à une relance de la demande externe en argent, étain, cuivre et plomb a relancé l’activité économique. On a construit des chemins de fer, les populations urbaines se sont développées, de nouveaux campements miniers sont apparus. Ces évolutions allaient entraîner une demande alimentaire accrue.

199Ainsi, en Bolivie comme dans les autres parties de l’Amérique latine, la pénétration d’activités capitalistes au cours de la seconde moitié du XIXème siècle axées notamment sur l’extraction minière destinée à l’exportation a fourni en fait à l’oligarchie locale la possibilité d’imposer des formes pré-capitalistes de servage dans les exploitations agricoles.

  • 10 N. de la T. : désamortissement.

200Les lois d’expropriation, dites “d’ex-vinculación”10 de l874, ont poursuivi une politique visant à transformer les habitants des communautés en petits propriétaires et à faire éclater ces communautés. Cette action menée par des commissions spéciales a aggravé les conflits dans les campagnes. Dans de nombreuses régions les limites entre les terrains communaux, ceux des “haciendas”, des villages et des petits propriétaires étaient mal définis et sans légalisation formelle, et les limites traditionnelles ont été modifiées par des commissions, un processus de violence s’est enclenché, soit pour défendre les droits des “haciendas” contre les communautés, soit des communautés les unes par rapport aux autres, soit des communautés contre les “haciendas”. De nombreuses terres ont été transférées, par des ventes frauduleuses, à des commerçants, des fonctionnaires ou aux “hacendados”.

  • 48 Cité par Andrew Pearse, ouvrage indiqué, page 315.

201Un avocat qui voyageait fréquemment dans le département de La Paz vers la fin du XIXème siècle écrivait : “L’abolition légale des communautés a été très négative pour les indigènes. Ceux-ci étaient habitués à une culture de communautés dans lesquelles ils vivaient de façon pacifique, et où ils étaient protégés des ambitieux qui voulaient accaparer leurs terres. Mais en devenant propriétaires, les Indiens ont été victimes des accapareurs de terres. Ne connaissant pas la valeur de leurs terres, méconnaissant leurs garanties, ils en ont été dépouillés généralement de manière violente ou par des arguties. C’est ainsi que de grandes “haciendas” se sont constituées dans lesquelles l’Indien a été réduit au servage48”.

202Un nouveau groupe “d’hacendados”, issus du commerce ou de la banque apparaît à côté des “hacendados” traditionnels, qui va participer à la transformation de la structure agraire bolivienne à la fin du XIXème siècle. Les deux-tiers des indigènes ont été intégrés au système de servage des “haciendas”, seulement un tiers a survécu en communautés. La société s’est ainsi divisée en deux groupes, les urbains et les paysans, et cette situation s’est maintenue jusqu’à la révolution et la réforme agraire de 1952.

Le système des “haciendas”

203L’élément essentiel du système agraire bolivien de la fin du XIXème siècle jusqu’à la révolution de 1952 reposait sur la division entre les paysans colonisés vivant dans les “haciendas” ou les membres de communautés, et la classe des propriétaires terriens, les “hacendados” qui eux disposaient du contrôle social sur le monde paysan mais aussi sur le reste de la société. Sur Γ Altiplano comme dans les vallées. Le système des “haciendas” reposait quasi exclusivement sur des relations sociales, de production et d’appropriation de l’excédent de type pré-capitaliste, avec quelques variantes selon les régions.

Le système des “haciendas” dans les vallées (sud de la Bolivie)

  • 11 N. de la T. : “arrendero” vient de arrendar, louer.
  • 12 N. de la T. : “yerbajero” vient de yerbajo, mauvaise herbe.

204A l’intérieur des “haciendas” elles-mêmes, les exploitations paysannes couvraient plus des deux-tiers des terres labourées, selon certaines enquêtes, elles étaient d’environ 24 hectares, avec à peu près 3 hectares de terres arables. Il existait deux types de tenure paysanne : “l’arrendero”11 et le “yerbajero”12, c’est-à-dire celle des cultivateurs et celle des bergers.

205Les “arrenderos” constituaient la majorité des exploitations paysannes. Les dimensions étant très variables, on différenciait les grands et les moyens “arrenderos”. Les propriétaires fonciers facilitaient l’accès aux terres de pâturage et aux droits d’irrigation. En contre partie les “arrenderos” leur payaient diverses rentes. La principale différence entre les divers types d ’“arrenderos” est que l’“arrendero” moyen n’obtenait que la moitié de la parcelle normalement attribuée à un grand “arrendero”, mais il ne payait en travail que la moitié des redevances. Les deux types d’“arrenderos” étaient en plus tenus de donner au propriétaire foncier un pourcentage de leurs récoltes (catastro) et de leur production animale (diezmo).

206La terre que “l’arrendero” travaille pour lui comprend des champs pour les culture et des pâtures. L’“hacienda” possèdait ses propres pâturages. Dans les cas où les pâturages étaient communs aux paysans et à “l’hacienda”, des parcelles étaient attribuées au paysan pour faire ses cultures.

207Les tâches obligatoires étaient de trois types, soit agricoles (travail des champs, soins aux animaux), soit non agricoles (transport, ramassage du bois, filage et tissage de la laine), ou encore les divers services domestiques.

208Le travail agricole était la tâche la plus importante, près de 130 jours par an pour les hommes et 30 pour les femmes, c’est-à-dire 160 jours pour chaque exploitation familiale relevant du type grand “arrendero”. Certains pouvaient échanger ces obligations de travail par des compensations pécuniaires. Cet arrangement convenait surtout aux plus grands.

209Dans d’autres cas encore, les grands “arrenderos” avaient le droit d’employer des travailleurs pour les remplacer dans “l’hacienda”. Ces paysans, les “arrimantes”, pouvaient sous-louer de la terre en échange de services.

210Ceux qui obtenaient des droits de pâturage sur les terres de “l’hacienda” payaient ce droit par 10 % (diezmo) de la croissance annuelle de leur troupeau (la rente d’herbage), parfois 20 % quand il s’agissait d’agneaux. Pour plus des deux-tiers des “haciendas”, les fermiers payaient des redevances en bétail.

211On trouvait les fermiers moyens que dans un tiers des “haciendas”, leur fermage représentait 10 %, 20 % et même jusqu’à 50 % de leur production.

212Les rentes sous forme de monnaie n’existaient que dans les “haciendas” les plus prospères, elles s’ajoutaient aux obligations en travail et de livraisons de produits, et correspondaient à l’équivalent de 50 ou 100 journées de salaire.

213Les “arrenderos” étaient soumis à des travaux obligatoires qu’ils devaient réaliser avec leurs propres moyens, charrues, bœufs, ou mulets et chevaux pour le transport, et même les métiers à tisser la laine. Ceci souligne l’absence de capital des “haciendas”, et montre qu’en fait de nombreux propriétaires terriens dépendaient des diverses rentes qui leur étaient payées, des produits et du travail de leurs paysans, et donc des moyens en capital et en capacité technique de ceux-ci.

214Un cas extrême de dépendance par rapport aux paysans s’appelait le “yanapacu”. “L’hacienda” se contentait de fournir au paysan les semences destinées aux parcelles de “l’hacienda”. Celui-ci réalisait tout le processus de production avec ses propres moyens et devait remettre toute la récolte à “l’hacendado”.

215Quatre modèles différents d’organisaion du travail obligatoire prévalaient :

  1. à la quinzaine, ce qui signifiait que l’“arrendero” travaillait deux semaines consécutives par mois ;

  2. trois jours par semaine, plus une semaine entière aux périodes des semailles et des récoltes ;

  3. un nombre fixe de jours par an, établis par le propriétaire ;

  4. le “yanapacu”.

216Ce dernier système était certainement le plus favorable pour le “colono” car le nombre de journées à rendre pour “l’hacienda” était le plus petit, 80 à 85 jours par an, et qu’il avait la liberté d’organiser son temps entre sa propre exploitation et celle du propriétaire.

217Les parcelles concédées par les “haciendas” allaient de un à cent hectares en terres arables ou non, et cette diversité est un des signes des capacités d’adaptation d’un système où les “haciendas” sont à la fois très consommatrices de travail paysan, mais recourent à des méthodes de rémunérations et des contraintes les plus diverses.

218Les “yerbajeros” constituent un autre type de tenure paysanne. Ces hommes reçevaient le droit de faire pâturer leurs moutons et, parfois, en plus une petite parcelle pour les cultures. On pouvait être “yerbajero” c’est-à-dire berger dans une “hacienda” et en même temps “arrendero”, dans une autre. Le “yerbajero” payait ses droits soit en argent soit avec une partie de son troupeau (“diezmo”). Il avait aussi des travaux à faire. Certaines “haciendas”, appelées “hacienda de yerbajeros” étaient uniquement composées de ces bergers.

219Les “haciendas” des vallées avaient parfois des salariés, les “péones”, mais rarement de façon permanente.

Le système des “haciendas” dans le nord de l’Altiplano

220Les enquêtes réalisées en 1945 dans le département de La Paz au nord de l’Altiplano indiquent que 80 à 90 % des terres des “haciendas” étaient directement cultivées par les “colonos”, et que 60 % des troupeaux, moutons ou autre bétail, leur appartenaient.

221Les terres des “colonos” sur les “haciendas” avaient différents modes de qualification :

  1. la “sayaña”, pour désigner une petite parcelle entourant la maison du “colono” ;

  2. les “aynokas”, pour les petites parcelles éparpillées, parfois sous-divisées en parcelles encore plus petites dites “kallpas”. Ces parcelles correspondaient à la pratique de rotation des cultures de “l’hacienda”. Les “aynokas” pouvaient être utilisées pour faire pâturer les animaux à deux altitudes différentes ;

  3. les “sayañas”, plus grandes, étaient de quelques dizaines d’hectares, les “aynokas” plus petites étaient souvent données en fermage ;

  4. les pâturages, pour les moutons.

222Les “colonos”, comme les fermiers du sud de la Bolivie, recevaient des terres de surfaces variables, leur accès aux ressources de “l’hacienda” était également différencié, ainsi que les taxes qu’ils avaient à payer.

223Les “colonos” de la “couche supérieure” supervisaient pour le compte de “l’hacienda” l’activité des “colonos” de catégories inférieures. La contre-partie payée par le “colono” pour accéder à la terre était du temps de travail, calculé en fonction de la terre reçue et des services qu’il avait à rendre sur “l’hacienda”.

224Ces différences permettent d’identifier les différents types de “colonos” qui existaient :

  1. la “personne aînée” ou “personne première”, qui payait sous forme de trois journées de travail par semaine, et devait fournir en outre trois autres personnes pour chacune de ses journées, le tout étant à ses frais. Ces autres personnes étaient en général des membres ou des proches de sa famille. Parfois, cette “personne aînée” devait travailler quatre jours par semaine avec seulement une autre personne en plus, toujours à ses frais. Cependant ces obligations ne duraient pas toute l’année. Pour faire le travail, elle devait utiliser ses propres outils et animaux.

  2. la “demi-personne“ ou “deuxième personne” avait droit à des “aynokas” équivalent à la moitié de ce que recevait la “personne aînée”, mais aussi à une “sayaña” de même dimension. Elle avait pour obligation d’amener deux personnes, parfois une seule, trois jours par semaine. Pour travailler elle devait également apporter ses animaux et outils.

  3. la “troisième personne” avait les mêmes obligations que la “deuxième personne”, mais elle pouvait être déplacée d’un endroit à un autre en fonction des besoins de “l’hacienda”.

225Les “colonos”, éleveurs de moutons et de lamas sur les pâturages de “l’hacienda”, étaient appelés des “awatiris”. Ces bergers recevaient parfois en plus de la coca et de la nourriture, notamment lorsqu’ils effectuaient de grands travaux pour l’“hacienda”.

226A côté de l’activité agricole, les “colonos” devaient entretenir les bâtiments et les chemins de “l’hacienda”, transformer les produits animaux, assurer des activités domestiques, ce qui pouvait représenter dix à quinze journées en plus par an.

227Des paysans sans terre vivaient aussi sur les “haciendas”, on les appelait “sullkas”, “payurus”, “utawawas” ou encore “wagus”. Les “sullkas” avaient droit à une maison et un petit terrain autour, la “jachoja” ; en compensation, ils donnaient deux journées de travail par semaine. Il s’agissait souvent des fils, légaux ou adoptifs, des “colonos” ; ils vivaient en fait sur les parcelles des “colonos” et les aidaient.

228Les “utawawas”, eux, travaillaient pour les “colonos” et recevaient en échange de la nourriture et un hébergement. Les rémunérations en argent n’existaient pratiquement pas sur l’’Altiplano bolivien.

229Parce qu’elles contrôlaient l’essentiel des terres, les “haciendas” ont réussi à maintenir la main-d’œuvre en servage, et à dégager des revenus tout en n’investissant qu’un capital minime. L’orientation des “haciendas” de Bolivie vers des productions alimentaires a été conditionnée par la croissance des polutations et des villes du fait du développement de l’activité minière.

8 - LES CHANGEMENTS AGRAIRES AU CENTRE-SUD DU CHILI49

  • 49 Pour cette section, nous nous sommes inspirés de R. Guerrero, La Formation des Régions au Chili, th (...)

230Le centre-sud du Chili a connu des évolutions agraires directement liées au développement du capitalisme industriel européen. Entre 1850 et 1875 cette zone a connu une importante activité d’exportation de blé jusqu’à l’apparition d’autres exportateurs de céréales mieux dotés, comme ceux de la Pampa argentine. Le Chili est devenu ensuite un grand exportateur de salpêtre et de cuivre sur le marché mondial, et ses exportations agricoles ont décliné. Mais les changements agraires de cette période ont marqué de façon déterminante le Chili, les structures économiques, sociales et politiques du pays.

  • 50 Voir José Bengoa, ouvrage cité, page 49.

231Dans le sud, la résistance armée des Indiens Araucanos avait réduit le territoire occupé par les Espagnols aux vallées et oasis du Norte-Chico, à la vallée du Chili central jusqu’au fleuve Bio-Bio (limite de la frontière hispano-indigène) et au massif côtier central constitué de zones semi-arides ou de sols pauvres, mais au climat plus humide qu’au nord, les terres étaient consacrées à l’élevage extensif, hormis de petites surfaces proches des villes, où l’on cultivait des céréales et des plantes vivrières. Les troupeaux des “estancias” ou “haciendas” étaient rassemblés une fois par an pour procéder à l’abattage des animaux adultes, et fabriquer de la graisse ou le “charqui”, viande séchée et salée. La graisse, principalement destinée au marché de Lima, a joué un rôle si important que certains historiens chiliens50 ont qualifié le XVIIème siècle “siècle de la “graisse”. Les “encomenderos” du XVIème siècle avaient déjà commencé à transformer leur “encomiendas” en “estancias” ou “haciendas”, mais cette forme de colonisation allait se maintenir jusqu’à la République.

232Le tremblement de terre de 1687 avec la destruction de Lima au Pérou et de ses systèmes d’agriculture irriguée allait être l’occasion pour le Chili de diversifier son système d’exploitation agricole. Cet évènement a notamment ouvert le marché péruvien aux blés chiliens. Au nord, la Serena et les vallées de Huasco et Copiapó réagirent en premier car les plus proches de Lima. La région centrale du Chili le fit plus tard, quand son marché du blé fut suffisamment organisé, il était cultivé dans les vallées de Santiago, d’Aroncagua et de Valparaíso, où des “haciendas” produisaient du blé depuis la fin du XVIIème. Les régions situées plus au sud s’y sont associées un peu plus tard, et elles exportaient leur blé vers Lima à partir du port de Tomé. Mais le reste du territoire, c’est-à-dire la vallée centrale, conserva son activité d’élevage extensif.

  • 51 Selon l’historien Sergio Villalobos cité par José Bengoa, ouvrage cité, page 55.

233“Selon certaines estimations, pour produire les 150 à 170 000 quintaux de blé expédiés chaque année au Pérou, il suffisait de cultiver 15 000 hectares. Ce qui restait de céréales suffisait à la consommation du pays qui était très faible, et la majeure partie des terres restait inculte ou était laissée en pâturage.”51

  • 52 Francisco Vió G., ouvrage cité, page 126.

234A l’indépendance, fin du XVIIIème siècle début du XIXème siècle, la propriété de la terre était extrêmement concentrée. Chaque “hacienda” disposait d’un certain nombre de “péons” tenus par diverses contraintes. Ils n’avaient pas de salaires mais quelques moyens pour produire leur propre subsistance. Vers 1850, le système chilien des “haciendas” était déjà très organisé. Les “hacendados”, c’est-à-dire les propriétaires terriens, étaient le noyau le plus puissant de la classe dirigeante car ils contrôlaient l’appareil d’État. Leurs ressources étaient les marchés de céréales, le blé étant le plus important, avec Lima comme marché principal. Les exportations ont augmenté lentement et irrégulièrement : 102 000 tonnes en 1841-45, 258 000 en 1846-50, 378 000 en 1851-55, mais seulement 292 000 tonnes en 1856-6052.

235Le Chili fournissait aussi en blé, mais en plus petites quantités, les bateaux qui suivaient la route du Cap Horn et rejoignaient la Polynésie. Certaines années ces ventes ont pu atteindre 6 000 quintaux.

236C’est la découverte de l’or en Californie en 1849 et le mouvement de migration qu’il y a provoqué, qui a donné de nouvelles perspectives aux exportations chiliennes de blé, de farine et d’autres produits agricoles, notamment lors des premières expéditions, car s’approvisionner à travers le territoire nord-américain était beaucoup plus difficile et plus onéreux que par la route du Pacifique. Le Chili disposait de meilleures conditions de transport pour le blé, la farine, le vin, la graisse, le “charqui”, etc. Déjà en 1847 une compagnie maritime possèdait quatre bateaux à vapeur qui faisaient régulièrement le voyage jusqu’à Panama.

237Ce marché très dynamique a été très éphémère, il a duré à peine une décennie, le temps de la ruée vers l’or, et dès 1854 l’Australie qui était en cours de colonisation allait devenir le principal consommateur de blé chilien. Mais ce nouveau marché allait être lui aussi de courte durée car en quelques années, non seulement les colons australiens étaient devenus auto-suffisants mais ils se sont mis à exporter à leur tour des céréales. Les exportations chiliennes ont cependant continué à se développer, en direction du marché du Rio de la Plata (Argentine et Brésil) dans les années 1860, mais aussi vers le nord du Chili du fait d’une renouveau de l’activité minière liée au cuivre dans le “Norte chico”, au salpêtre des territoires conquis par le Chili pendant la guerre du Pacifique (1879-1883). Le marché anglais est resté important pour le blé chilien entre 1865 et 1871, malgré l’apparition sur le marché mondial de nouveaux exportateurs comme les États-Unis, le Canada, l’Australie et l’Argentine. Les exportations chiliennes ont atteint de très hauts niveaux, de 250 000 tonnes de blé et de farine en moyenne annuelle entre 1846 et 1850, elles sont passées à environ 1,5 million de tonnes par an entre 1871-75. Ces vingt-cinq années ont sans doute été une période en or pour le Chili grâce à ces exportations de céréales. Elle s’explique par la croissance rapide de la demande des marchés et l’augmentation de la capacité de production du pays. Le développement du chemin de fer vers le sud dans les années 1860 a permis en outre des coûts de transport plus bas entre les provinces de Colchagua, de Curico et le port de Valparaíso.

  • 53 R. Guerrero, ouvrage cité, page 140

238La colonisation vers le sud jusqu’aux frontières d’Araucanie, au détriment des indiens Mapuches, s’est poursuivie entre 1860 et 1883 avec l’arrivée organisée par l’État de nouveaux colons européens et chiliens. Entre 1867 et 1868 la navigation sur le fleuve Malleco a été établie, les villes de Victoria et Temuco ont été fondées en 1881 et 1882. La “pacification” de l’Araucanie était alors considérée comme achevée, “comme au Far West, d’abord vinrent les villes.53

239Cette “pacification” a consisté à mettre en culture d’importantes parties du territoire, notamment des zones contrôlées par les indiens Araucans, car pour l’État chilien ces terres constituaient une discontinuité géographique dans son territoire national. Cette colonisation s’est opérée par des distributions de lots, de tailles diverses selon la nature du terrain. Dans les vallées les lots étaient de 500 hectares, ce qui a favorisé la formation de grands latifundios, les indigènes étant cantonnés dans des réserves aux terres de mauvaise qualité, mais qui restaient toutefois menacées par le développement de nouveaux latifundios. Les conditions de vie des indigènes ne cessaient de se dégrader, la croissance démographique s’accompaganait d’une diminution de leurs terres, et leurs pratiques cuturales appauvrissaient le sol ; aussi beaucoup d’entre eux finissaient par devenir ouvriers agricoles sur les grandes propriétés des nouveaux colons.

240Le chemin de fer a continué sa progresion en suivant le mouvement de colonisation ; il est arrivé à Temuco en 1893, et en 1907, avec ses 1 144 km il a relié la ville d’Osorno (au sud de Temuco) et le port de Valparaíso.

241Le mouvement de colonisation a en vingt ans fait de l’Araucanie la première région céréalière. Des millions d’hectares de forêts ont été détruits par la pratique de l’essartage, qui consiste à semer le blé sur les cendres. Dès que les rendements diminuaient du fait de la non utilisation de fertilisants, de nouvelles terres étaient semées, puis la pratique de la jachère fut utilisée.

  • 54 Entre 1883 et 1895 arrivent quelque 30 000 colons étrangers dans la région de la frontière : 10 000 (...)

242Le cycle d’exportation de blé a été bref mais ses effets ont marqué durablement l’agriculture chilienne : sur le plan social s’il a repoussé toujours plus loin la frontière agricole, il a renforcé et consolidé le pouvoir des propriétaires terriens à travers “l’hacienda”, en en faisant l’institution agraire de base, et a favorisé la colonisation étrangère54. Sur le plan du développement économique il a permis l’irrigation et l’évolution des grandes “haciendas” du XVIIIème siècle, mais il a fait monter le prix de la terre et cette pratique de la monoculture a dégradé des milliers d’hectares par l’absence de techniques de conservation des sols.

243Les effets en ont été particulièrement graves sur la cordillère côtière de la zone centrale où la culture intensive du blé sur des sols fragiles a provoqué une grave érosion, au point que cette région de grandes “haciendas” à blé et à forte densité de population, où le port de Constitución était en 1875 le quatrième port du Chili pour ses exportations, s’est trouvée marginalisée dès 1880 et encore plus à la fin du siècle, au profit de la Vallée centrale, qui avec l’avancée de la colonisation et l’arrivée du chemin de fer a su développer et valoriser ses cultures.

  • 13 N. de la T. : en Amérique, cuadra désigne la longueur d’un pâté de maison (environ 100 m).

244La frontière vers le sud dans la seconde moitié du XIXème sicècle devait atteindre la région des lacs, la colonisation a été faite par des Allemands des provinces de Valdivia, Osorno et Llanquihue, soit 10 % de l’actuel territoire chilien. Venus à l’initiative du gouvernement chilien vers 1853, en moins de cinquante ans ils ont mis en valeur plusieurs milliers d’hectares qu’ils ont commencé par déboiser pour faire de l’agriculture et d’élevage. Cinq mille colons se sont installés entre 1846 et 1870, un peu plus de six mille entre 1871 et 1926. Des villes ont été fondées, comme Puerto Montt. Les colons recevaient des lots de 100 “cuadras”13 comme unité d’exploitation, et grâce à une main d’œuvre salariée venant de l’île de Chiloé, ils ont développé une importante activité commerciale, basée sur le bois, le bétail, les céréales. L’arrivée du chemin de fer en 1910 et l’intégration des régions d’Osorno et de Puerto Montt, ont renforcé les investissements dans la terre, et les grandes cultures céréalières et l’élevage de bétail ont remplacé la forêt.

245La structuration actuelle du Chili agricole est principalement issue de cette période, et de l’élargissement aux territoires d’Aysén et de Magellana au XXème siècle. Mais, comme pour bien d’autres régions d’Amérique latine, ces progrès n’ont pas apporté des conditions de vie meilleures à l’immense masse des paysans mais a au contraire renforcé la domination des latifundios sur eux.

9 - LES TRANSFORMATIONS AGRAIRES EN AMÉRIQUE CENTRALE55

  • 55 Pour cette section, nous nous sommes inspirés surtout d’Héctor Pérez Brignoli, Breve Historia de Ce (...)

246Après l’étude des transformations des premières décennies du XIXème siècle nous analyserons, de façon plus précise, les changements agraires liés à deux grands produits d’exportation, le café et la banane, au Costa Rica et au Guatemala.

Les transformations générales de l’économie et de la société centre-américaine jusqu’aux années 187056

  • 56 Ici, nous suivons de près Héctor Pérez Brignoli, ouvrage cité.

247En 1824, l’Amérique centrale dépassait à peine un million d’habitants, dont la moitié vivait au Guatemala. La société coloniale s’est transformée en douceur, à partir d’une plus grande intégration sociale des métis, la fin d’un esclavage de peu de poids dans l’activité économique, et de l’instauration de la liberté du commerce. Ces évolutions ont très peu touché ni les Indiens qui vivaient dans des communautés ni les métis pauvres qui étaient installés dans des sortes de petits villages, aux abords des “haciendas” ou des villes.

248En 1823, un Congrès centre-américain s’est réuni au Guatemala pour proclamé l’indépendance de l’Amérique centrale. Les députés ont adopté une Constitution et une République Fédérale fut proclamée à la fin de 1824. Cette république fut brève. Le premier Congrès avait choisi un président libéral, le salvadorien Manuel José Arce. Celui-ci s’est rapidement affronté au Congrès, il s’est alors allié avec les conservateurs du Guatemala et leur a livré le gouvernement de son État. Il s’en est suivi une guerre civile qui a éclaté en 1826 pour ne se terminer qu’en 1829, avec le triomphe d’un autre libéral le hondurien Francisco Morazán. Le Congrès s’est à nouveau réuni en 1829, il a expulsé l’archevêque de Guatemala, un allié des conservateurs, et a exproprié les biens des ordres religieux et poursuivi les conservateurs les plus notoires. En 1830, Morazán qui est élu président se proposait de rétablir l’autorité du Gouvernement Fédéral, mais dès 1838 la Fédération s’est désagrégée quand, le Nicaragua, le Costa Rica puis le Honduras, décidèrent de quitter l’Union ; et après le triomphe militaire de Rafael Carrera sur Morazán, la Fédération Centre-américaine meurt définitivement en 1840.

249L’expropriation des ordres religieux de leurs terres, l’instauration de la liberté du culte, de la liberté du commerce, le développement des exportations, l’instauration générale de l’enseignement primaire, ont représenté une première vague de réformes libérales dans les années 1830, mais elles ont été rapidement bloquées sous la pression des forces conservatrices. La réforme des systèmes fiscaux qui concernait notamment les communautés indigènes a été annulée, et le tribut indigène, qui avait été aboli en 1811, fut rétabli, pour être à nouveau supprimé au moment de l’indépendance. De même le principe d’égalité des systèmes fiscaux décrété en 1836 sous la conduite de Rafael Carrera, devait provoquer en 1937 une insurrection indigène. Les conservateurs et l’Église parvinrent à maîtriser cette insurrection, mais le triomphe de Rafael Carrera et l’échec de la Fédération Centre-américaine en 1840, mirent fin à l’ambitieux programme de réformes impulsé entre 1831 et 1838 par Mariano Gálvez, chef d’État du Guatemala. Son programme entendait liquider la société coloniale au moyen de trois mesures : faire disparaître l’influence politique, économique et idéologique de l’Église, en finir avec la séparation entre la “République des Indiens” et celle “des Espagnols”, mettre fin à l’isolement de l’Amérique centrale en l’intégrant au marché mondial. Le triomphe de Rafael Carrera, qui était un métis, ancien éleveur de porcs, et la reprise du pouvoir par les conservateurs mirent fin provisoirement à ce programme.

250Il y eut une nouvelle vague de réformes libérales en 1870, qui entendait contrôler l’influence de l’Église et intégrer l’Amérique centrale dans le marché mondial, mais elle ne posait pas la question indigène.

  • 57 Insecte hémiptère qui vit sur le noyer et qui, réduit en poudre, s’employait pour teindre les tissu (...)

251Au Guatemala, la “grana” ou cochenille57 utilisée comme colorant par l’industrie textile européenne, était élevée dans les environs de la ville de Guatemala, et a donné une certaine prospérité dans les années 1850. Cette activité avait l’avantage pour l’ordre établi de n’introduire aucun changement social significatif, le transport était à dos d’âne ou par des indigènes, la main-d’œuvre était fournie par les communautés indigènes, et les circuits financiers, étaient des monopoles contrôlés par l’Église et par les négociants. Quand l’échec de la Fédération centre-américaine fut consommée, l’Église et les conservateurs ont repris le pouvoir, et Rafael Carrera exerça une dure dictature jusqu’à sa mort en 1865, en s’appuyant également sur les négociants.

252Le Costa Rica a connu une évolution très spécifique. Ce pays avait une très faible population, d’environ cinquante mille habitants en 1800. A l’écart du reste de l’Amérique centrale ; il restait de la période coloniale une société de petits propriétaires qui pratiquait à une agriculture de subsistance, et restait très jalouse de son indépendance. Un début d’exportation de tabac à la fin de la période coloniale, commença à modifier légèrement cette situation, car elle permit aux agriculteurs et aux commerçants d’acquérir une bonne expérience du commerce dont ils surent tirer partie quand en 1830 se développèrent les exportations de café vers l’Angleterre. Du fait de son isolement géographique le Costa Rica n’a participé à aucun des conflits civils de la Fédération et Braulio Carrillo, chef du gouvernement entre 1835 et 1842, sut donner des fondements institutionnels au nouvel État, et son œuvre s’est poursuivie par la suite.

  • 58 Arbuste de la famille des légumineuses dont les tiges et les feuilles fournissent une substance col (...)

253Au Salvador les structures coloniales ont perduré. Les exportations d’indigo58 s’étaient développées au point d’occuper le premier rang dans les échanges commerciaux jusqu’en 1880, bien que la culture du café ait été introduite en 1846. La production de l’indigo reposait sur le même système que celui de la cochenille ; de petits et de moyens producteurs, en général des métis appelés “poquiteros”, pouvaient produire et investir grâce à des avances que leur accordaient des commerçants, qui situés en ville, organisaient le commerce du produit sur les marchés extérieurs. Les plantations les plus importantes employaient des indiens et des métis. Après la dissolution de la Fédération, les négociants du Salvadoriens et ceux de la ville de Guatemala avaient conservé des liens, et le marché des colorants a continué à progresser au cours de la seconde moitié du XIXème siècle, mais la concurrence d’autres pays producteurs et l’apparition de colorants synthétiques faisaient déjà pressentir la fin du système.

254Le Honduras connaissait un phénomène de désintégration régionale et de dispersion des noyaux de population de la période coloniale. L’activité minière ne cessait de régresser notamment à Tegucigalpa. Sur la côte nord, les Anglais contrôlaient l’exploitation du bois, en employant une main-d’œuvre amenée du Belize. Le bétail était vendu au Guatemala ou au Salvador, mais il avait à parcourir une route longue et pénible.

  • 14 N. de la T. : petite propriété.

255Quant au Nicaragua, ses activités étaient les mêmes qu’à l’époque coloniale, c’est-à-dire qu’il approvisionnait en bétail le marché centre-américain, ce qui maintenait les “haciendas” traditionnelles et le “minifundio”14.

Le cycle du café

256Le développement du café au Costa Rica dans les années 1830 et le succès des exportations vers Angleterre par la route du Pacifique et du Cap Horn, ont ouvert de nouvelles perspectives. C’est vers la seconde moitié du XIXème siècle que les Centre-américains commencèrent à entrevoir l’enjeu que pourrait être le café.

  • 59 Ciro Flamarión Santana Cardoso, “La Formación de Hacienda Cafetalera costarricense en el siglo XIX” (...)

257En 1831, les terres qui depuis cinq ans avaient été plantées de caféiers, ont été déclarées propriété de leurs occupants. En 1832, Jorge Stiegel, un citoyen allemand, exporta au Chili les premiers sacs de café du Costa Rica. Encore en 1832, le gouvernement a pris la décision, non seulement de donner en concession à leurs occupants les terrains plantés de café, mais de leur octroyer aussi une aide financière. En 1840, le Président Braulio Carrillo a pris la décision d’une part que les terres situées à l’ouest de San José et Cartago seraient réservées à la culture du café, et d’autre part qu’une concession à perpétuité serait accordée aux cultivateurs. Le premier chargement de café à destination de la Grande-Bretagne59 eut lieu en 1843. Ces mesures ont donné une grande impulsion à l’économie en ouvrant une nouvelle perspective historique, en liant la société costaricaine au marché britannique.

258Ce développement du café pour l’exportation a fait rapidement monter le prix des terres, or pour planter les caféiers on préférait les terres de marne noire mélangée de pierre volcanique, ou bien la terre rouge foncée. Ces terres étaient peu abondantes, et de grandes disparités de prix se sont introduites dans le prix de la terre.

259La culture du café et la hausse du prix des terres ont entraîné un processus de concentration de la propriété. Dès 1840, les planteurs de café ont cherché à acheter les petites propriétés proches de leurs exploitations. Cette concentration s’est accélérée à partir de 1850, du fait de la technicité accrue de la production du café, une transformation que ne pouvaient suivre les petits producteurs, qui dépourvus de capitaux ne pouvaient qu’employer des techniques primitives.

260D’autre part, quand les petits producteurs se faisaient aider par les plus gros, ils finissaient par perdre leurs terres car ils n’arrivaient pas à rembourser leurs dettes. Un exemple de ce phénomène de concentration, en 1848 sur 3 000 tonnes de café récoltées, ce qui représentait un sixième de la production totale, près de 500 tonnes revenaient à deux familles.

261Un très petit nombre de familles tient entre ses mains les meilleures terres de la zone caféière, formant la bourgeoisie et l’oligarchie caféière du Costa Rica. Peu de données permettent de connaître les surfaces plantées en café au Costa Rica au milieu du XIXème siècle. Selon différents voyageurs elles pouvaient être d’environ quatre mille hectares. Le grand problème de la culture du café n’était pas tellement la terre, mais le manque de main-d’œuvre. La population était très faible, 80 000 habitant en 1844, 243 000 en 1892, du fait du peu d’immigration mais en même temps d’un nombre important de petits propriétaires, présents depuis l’époque coloniale. La grande “hacienda” caféière n’a pas pu s’y développer, car il y avait trop peu d’ouvriers agricoles sans terre, ou disponibles.

  • 60 Ciro Flamarión Santana Cardoso, ouvrage cité, page 657.

262En résumé, les terres appropriées à la culture du café étant peu nombreuses et leur prix élevé, les capitaux disponibles relativement faibles, et la main-d’œuvre insuffisante, ont contribué à maintenir les plantations de café du Costa Rica de modeste dimension comparées à celle des autres pays. Encore aujourd’hui, les plus grandes “haciendas” de café du Costa Rica font rarement plus de 500 hectares. Mais leur pouvoir économique est plus grand que leur dimension physique. En effet, du fait de la pratique d’un crédit usuraire et du monopole que les plus grandes des “haciendas” ont sur les petites propriétés voisines, elles entretiennent des relations typiques du système latifundio-minifundio60.

263Le café a occupé tout au long du XIXème siècle une place prépondérante dans les exportations du Costa Rica. Entre 1885 et 1898, le café représentait 75 à 91 % du total des exportations. Son principal client a été, et de loin, l’Angleterre, suivie de la France, de l’Allemagne, des États-Unis, du Chili et du Pérou.

264Le cycle du café ne s’est pas cantonné au Costa-Rica, il a gagné la plus grosse partie de l’Amérique centrale. Le chemin de fer trans-océanique de Panama, inauguré en janvier 1855, a ouvert de nouvelles perspectives à l’exportation, les ports du Pacifique ont remplacé en importance commerciale ceux de l’Atlantique, donnant de grandes possibilités aux exportations de café du Costa Rica, vite imité par d’autres pays de l’isthme centre-américain.

  • 61 Hector Pérez Brignoli, ouvrage cité, page 76.

265La vague de réformes libérales qui a secoué pour la seconde fois l’Amérique centrale en 1870, était plus pragmatique et positiviste que la précédente. Elle a entre autre encouragé une économie d’exportation du café, contrôlée par les propriétaires fonciers et négociants. “Le succès ou l’échec de la politique de l’État dans la promotion du secteur exportateur conditionne la formation et le développement d’une classe dominante dont les intérêts économiques et politiques sont plus homogènes et moins fragmentés que dans le passé61.

266Le succès de ce libéralisme économique a été particulièrement significatif, d’abord au Guatemala puis au Salvador. La révolution libérale triomphe au Guatemala en 1871, vite dominée par la personne de Justo Rufino Barrios, jeune et riche planteur de café dont les “haciendas” sont proches de la frontière mexicaine, dans le département de San Marcos. Barrios arrive à la présidence en 1871 et s’impose face aux conservateurs, qui représentent les intérêts des gros négociants et de l’Église.

267La réforme agraire fut rapide et radicale, expropriation des biens de l’Église en 1873, abolition des baux emphytéotiques en 1877, vente de près de 400 000 hectares de terres en friche entre 1871 et 1883. Ces mesures ont créé un marché foncier fondé sur la propriété privée de la terre dans la région la plus adaptée à la culture du café, c’est-à-dire des zones proches du Pacifique et des terres de l’intérieur, jusqu’à une hauteur de 1 400 mètres.

268Cette privatisation des terres bonnes pour les caféiers n’a pas affecté directement les communautés indigènes qui vivaient sur des terres plus hautes et plus froides, inaptes à leur culture.

269Par contre, les communautés ont été sérieusement touchées par la législation destinée à faciliter aux producteurs de café la disponibilité d’une main-d’œuvre abondante. Le Règlement des Journaliers de 1877 a rétabli une ancienne loi coloniale qui oblige les communautés à fournir des travailleurs temporaires, et régit les avances en monnaie faites aux travailleurs, et qui rendent les indiens dépendants du propriétaire foncier. A cela il faut ajouter des lois contre le vagabondage et un système de contrôle politique local. Les communautés indigènes de montagne ont ainsi été transformées en bassins de main d’œuvre pour les entreprises de café, et cette mobilisation forcée a duré jusqu’en 1930.

270Ces journaliers, métis ou créoles pauvres, dont nombre d’entre eux s’étaient trouvés dépossédés de leurs terres avec l’annulation des baux emphytéotiques, fournissaient la main-d’œuvre nécessité par cette nouvelle culture, sous la forme du système du “colonat”. Le “péon” recevait une parcelle à l’intérieur de la caféière pour cultiver sa subsistance familiale. En échange, il devait faire des travaux gratuitement sur la propriété, soit en heures de travail par jour, ou en jours par semaine ou par mois. La règle était définie selon le principe de la coutume.

271L’État guatemaltèque a par ailleurs encouragé des travaux et des services publics qui favorisaient l’expansion du café. Des chemins ont été tracés, des ports ont été construits et le chemin de fer vers l’Atlantique a été inauguré en 1908, voie idéale pour exporter le café puisque le Canal de Panama n’existait pas encore.

272Mais les besoins en capitaux étrangers pour financer ces activités ont fait perdre à l’État et aux négociants locaux le contrôle de l’activité bancaire.

273Au Salvador, la réforme libérale a été influencée par celle du Guatemala et fut surtout l’œuvre du Président Rafael Zaldívar (1876-1885). Mais, à la différence du Guatemala, l’Église possédait peu de foncier, mais les communautés indigènes occupaient l’essentiel des terres bonnes pour la culture du café, et elles ont été très directement touchées par le développement de sa culture. L’expropriation des terres des communautés a commencé en 1879 et accentuée avec les lois de 1881 et 1882, qui ont mis fin aux “ejidos” et aux terres des communautés. Le résultat a été une prolétarisation des indiens plus rapide que dans n’importe quel autre pays d’Amérique centrale, qui s’est accompagnée d’une concentration des terres au profit d’un petit groupe de propriétaires ruraux. Le café s’est très rapidement développé car les populations y étaient relativement denses et peu dispersées. La construction des voies ferrées et des routes comme la modernisation des ports ont été facilitées par l’existence de cette main-d’œuvre abondante, mais aussi les petites dimensions du pays et l’absence de difficultés géographiques notables.

274Le Honduras et le Nicaragua ont mis en place des réformes libérales mais très limitées. Le Honduras, avec une géographie particulièrement difficile et manquant de moyens de transports bon marché, avait une agriculture caféière très limitée pour l’exportation. Le Nicaragua a connu une stabilité conservatrice pendant plus de trente ans. Le café ne s’y est développé que sur les versants de la côte occidentale et, entre la côte du Pacifique et la dépression lacustre, mais il n’a pas modifié la place de l’élevage, lié depuis longtemps au marché centre-américain. C’est l’exploitation des mines qui a connu une relative prospérité sous le contrôle de capitaux étrangers.

275Malgré les difficultés rencontrées dans certains pays, le cycle du café en Amérique centrale représentait en 1880 le sixième de la production mondiale, et les exportations de café ont instauré des relations permanentes et durables entre les économies centre-américaines et le marché mondial. Ceci a conduit à une croissance économique régulière, mais aussi à consolider un ordre social issu des réformes libérales, à une subordination croissante des intérêts des classes dominantes aux capitaux étrangers et à une dynamique des marchés extérieurs.

276Le développement du café a provoqué d’importantes modifications internes, concernant le marché foncier, le marché du travail, l’organisation du commerce et des finances. Ces transformations structurelles ont été à la fois une nécessité et une conséquence des exportations de café.

  • 62 Héctor Pérez Brignoli, ouvrage cité, pages 81-82.

277Le développement précoce du café au Costa Rica a été un exemple pour les autres pays centre-américains. Les techniques de culture et puis de traitement du grain (“beneficio”) ont été le résultat de cette première expérimentation, et c’est pourquoi le café c’est diffusé si rapidement au Guatemala et au Salvador dans les années 1870 et 188062. Du fait de disposer de la main-d’œuvre nécessaire, facteur clé pour cette culture, ces deux pays ont disposé dès la fin du XIXème siècle d’une large suprématie sur la production caféière de l’isthme centre-américain. Le café a contribué plus que tout autre produit à rassembler la vie des pays centre-américains sur les terres hautes du centre et sur le littoral Pacifique. Du Guatemala jusqu’au Costa Rica, le paysage agraire a été planté de caféiers qui poussent à l’ombre des arbres. La récolte, les activités de transformation et de conditionnement des grains, et le transport, ont introduit une importante mobilisation annuelle des travailleurs ruraux depuis novembre jusqu’à avril. Les techniques de culture, semis en pépinière, transplantation, élagage et désherbage, étaient proches du jardinage. Le couvert des grands arbres servait à protèger du soleil et des vents. Les engrais et l’arrosage artificiel étaient rares du fait de la richesse des sols volcaniques et de la régularité des pluies. La baisse des rendements ont été longs à apparaître ; cette première grande phase d’expansion du café a surtout bénéficié de la qualité et de la quantité de la main-d’œuvre, les travaux ne pouvant être mécanisés du fait de la nature accidentée des terrains.

  • 15 N. de la T. : en français dans le texte.

278L’essor économique apporté par le café s’est répercuté sur l’urbanisation et sur les importations, et des changements dans les habitudes de consommation de l’oligarchie du café. Les capitales des pays d’Amérique centrale, qui n’étaient que des villages au début du XIXème siècle, ont pris peu à peu un aspect moins provincial en introduisant des éléments d’architecture de la “belle époque”15 Des classes moyennes apparaissent autour des activités de commerce et de la bureaucratie d’État.

279Le transport du café est devenu un enjeu important de l’économie de la région. Jusqu’à l’ouverture du canal de Panama, le café centre-américain avait à effectuer un long voyage avant d’arriver aux marchés européens, que ce soit par la côte californienne et la traversée des États-Unis d’ouest en est, ou par la route maritime du Cap Horn. Le chemin de fer trans-océanique de Panama n’était pas une bonne solution, du fait les pluies abondantes qui rendaient plus chères les opérations de manipulation et représentaient une menace pour la qualité du café, très apprécié en Europe à cause justement de sa qualité, de type doux et aromatique.

280Les gouvernements du Costa Rica et du Guatemala ont recherché pour cela à construire dans les années 1870, des voies ferrées depuis le plateau central jusqu’aux ports de l’Atlantique. Ces lignes ont été achevées au Costa Rica en 1890 et au Guatemala en 1908. Les conséquences économiques en ont été importantes : elles ont accentué la pénétration du capital étranger, notamment anglais et nord-américain, stimulé la production et l’exportation de la banane, et ouvert partiellement la région atlantique à la colonisation.

Le cycle de la banane

281Vers 1870, un commerce régulier de la banane s’est établi entre la Jamaïque et la Nouvelle Orléans, à partir d’une compagnie la New Orleans Co. Bay Island Fruit. D’autres compagnies se sont constituées par la suite dans le cadre de ce commerce. Les premières exportations de bananes d’Amérique centrale sont allées vers la Nouvelle Orléans, notamment à partir du Honduras. Minor Keith, le constructeur du chemin de fer entre Limón et San José au Costa Rica, qui se trouvait confronté à un grave déficit de sa ligne, tenta le transport de la banane en 1878, et remporta un rapide succès.

282A la fin du siècle, les exportations de bananes vers la Nouvelle Orléans en provenance du pourtour des Caraïbes, étaient sous le contrôle de petits et de moyens propriétaires de navires, mais la production restait le fait de planteurs nationaux. Puis des plantations se sont développées le long des lignes du chemin de fer qui allaient élargir les possibilités du négoce. La construction de ports et d’embarcadères, le recours à des bateaux plus grands et équipés de chambres froides, ont apporté une technicité nouvelle adaptée à l’exportation d’un produit périssable. La limite maximale entre le temps de coupe de la banane et sa consommation ne pouvait guère dépasser quatre à cinq semaines. En 1899 une compagnie bananière s’est constituée à Boston qui allait marquer le destin de l’Amérique centrale : l’United Fruit Company. Au départ elle possédait un capital de 11 millions de dollars, combinaison des concessions de terres et d’intérêts nord-américains placés au Costa Rica et en Colombie. Agissant avec la Cuyamel Fruit Company (elles fusionneront en 1929) et avec la Standard Fruit and Steamship Company, elle a pris le monopole de toutes les activités bananières sur l’ensemble de l’Amérique centrale et des Caraïbes au début du XXème siècle.

  • 63 Une manzana équivaut à 0,7 hectare.

283Au Costa Rica, comme ailleurs en Amérique centrale, les premiers planteurs de bananes étaient des nationaux, ils la cultivaient sur la zone atlantique du pays. Le premier embarquement vers le port de New York eut lieu en 1880. En 1884 on comptait déjà quelques 350 bananeraies appartenant à des nationaux, elles couvraient environ 2 225 “manzanas”63. A partir de 1885, des Nord-américains ont commencé à arriver et à investir des sommes considérables. Tomás Guardia, président libéral de Costa Rica de 1870 à 1882, avait décidé en 1871 de construire une voie ferrée pour relier le plateau central à la côte atlantique, de San José à Puerto Limón, en sollicitant des capitaux anglais. En 1884, 98 miles de voies étaient construits, il en restait 53 à faire pour achever la voie. Le gouvernement n’ayant pas les moyens de rembourser l’emprunt anglais, le Président Bernardo Soto a signé en avril 1884 le contrat dénommé “Soto-Keith”. Par cet accord, le gouvernement confiait aux frères Keith le soin d’achever les travaux et de prendre en charge l’emprunt anglais. En échange, il leur a été donné 800 000 acres (300 000 hectares environ) en concession, des terres nationales non exploitées, mais qui avaient été choisies par la compagnie des Keith. Par ailleurs, il leur a été cédé la bande de terre où serait construit le chemin de fer, ainsi que les constructions et tout le matériel existant. Ces concessions ont été accordées pour une durée de 99 ans, et elles correspondaient à pratiquement 10 % de la totalité du territoire du Costa-Rica. Minor Keith a d’abord créé la société Tropical Trading and Transporting Co, qui, dans un premier temps a travaillé avec des capitaux anglais puis il a cédé ses droits à l’United Fruit.

284Dès que la voie ferrée a été achevée, l’exportation de bananes s’est développée, de moins d’un million de régimes en 1880 il est passé à 3 millions en 1889, à plus de 10 millions de régimes en 1907. Les conditions peu hospitalières de la zone atlantique ont conduit les compagnies bananières à importer de la main-d’œuvre étrangère, surtout de population noire de la Jamaïque. Après 1938, quand la compagnie bananière a été autorisée à transférer une partie de ses plantations vers la côte du Pacifique, la société à dû employer de la main-d’œuvre nationale car une loi interdisait aux Noirs de quitter la côte atlantique. Il s’en est suivi une migration massive des travailleurs du centre du pays vers les nouvelles régions bananières.

285Les mêmes phénomènes se sont produits au Honduras et au Guatemala. La Vaccaro Brothers Co, a été la première compagnie à s’installer au Honduras pour faire le commerce de la banane. Au début, son activité s’est limitée à l’achat de bananes des producteurs nationaux de la côte atlantique.

286Entre 1899 et 1920, la Vaccaro Brothers Co, ainsi que d’autres compagnies nord-américaines vont élargir leur action, avec l’accord du gouvernement. Il s’agit de la Cuyamel Fruit Co et l’United Fruit. Ces trois compagnies ont été à l’origine du complexe bananier hondurien sur le littoral Atlantique. En 1899, la Vaccaro Brothers obtint du gouvernement libéral du Président Terencio Sierra, une première concession pour cultiver la banane d’exportation. En 1904, le gouvernement du Président Bonilla accorda à la compagnie une autre concession pour une durée de dix ans. La Vaccaro avait une ligne de chemin de fer allant de Barra Salada jusqu’au port de La Ceiba, par la suite elle acheta la voie ferrée et le matériel de la Tropical Timber. La Vaccaro réussit à obtenir de nouvelles concessions, ce qui lui a permis de s’installer définitivement dans la région. Le gouvernement l’a aidé financièrement pour prolonger la ligne jusqu’au port de La Ceiba. Le gouvernement lui accorda en outre le droit d’utiliser, et pour une durée de 75 ans, 250 hectares par kilomètre de ligne principale construite et de 125 hectares chaque 6 kilomètres pour les lignes secondaires. En plus, la compagnie a reçu le droit de gérer le réseau ferré et le port pour une durée de 99 ans. Cette concession était également exonérée d’impôts.

  • 64 Kpatta Abby, Exploitation de la Banane au Honduras : la politique des compagnies bananières, Instit (...)

287Au Honduras, la Cuyamel Fruit Company et l’United Fruit Company se sont installées à la même période, à travers des filiales comme la Tele Railroad Company et la Trujillo Railroad Company, sur la côte nord du pays. Ces compagnies étaient autorisées à exploiter librement les forêts nationales, à utiliser la force motrice des fleuves ainsi que tout type de ressources situées dans un rayon de 50 kilomètres de la voie ferrée. Ces compagnies n’avaient à payer au gouvernement qu’un centime or par régime de banane exporté. De cette façon les compagnies nord-américaines se sont appropriées les meilleures terres des départements de Cortés, d’Atlantide et de Colón, sur le littoral atlantique, et se sont constitué un puissant empire bananier64.

288Au Guatemala, en 1896 l’oligarchie caféière et le gouvernement se trouvant confrontés à l’une des crises cycliques du café, ont favorisé l’ouverture du pays au capital nord-américain. Le Président Estrada Cabrera a autorisé en 1901 l’United Fruit à s’installer au Guatemala, tout en lui accordant la concession de plusieurs dizaines de milliers d’hectares sur le littoral atlantique, et en l’exonérant de tout impôt.

289L’United Fruit était déjà engagée dans des activités portuaires et de négoce de bananes auprès des producteurs locaux. En 1904 un accord a été établi entre le gouvernement et la UFCO, selon lequel la compagnie s’engageait à réaliser le dernier tronçon de voie ferrée, soit 61 miles, pour relier la côte Atlantique au Pacifique. De son côté, le gouvernement cèdait à la compagnie les deux-tiers de voies déjà construites, les infrastructures portuaires de Puerto Barrios, les lignes télégraphiques du chemin de fer, tout le matériel et les installations ferroviaires existants, ainsi que 85 000 hectares de terres que l’UFCO pouvait choisir. De plus, la compagnie était exonérée d’impôts pendant 99 ans.

290L’United Fruit obtint également des autorisations pour créer des services publics, des services de transport et faire des plantations de bananes, sur la côte atlantique. En 1912, une filiale de l’UFCO, la Guatemala Railroad Co, reçut le monopole de l’ensemble du réseau ferroviaire du pays. En 1930, l’UFCO décida de s’étendre vers le Pacifique ; en échange de concession de terres pour une durée de cinquante ans, elle devait construire un port, une ligne de chemin de fer et un télégraphe.

291L’UFCO a ainsi pu pénètrer progressivement toute l’économie guatémaltèque. La pratique de contrats lui a permis d’obtenir en premier le monopole du système ferroviaire puis des plantations bananières, et d’étendre son pouvoir au secteur des radio-communications et de l’électricité.

  • 65 María Eugenia Villareal, mémoire de diplôme : La Réforme Agraire au Guatemala du colonel Jacobo Arb (...)

292En 1953, l’UFCO, à travers la Compañía Agrícola de Guatemala, contrôlait 188 000 hectares, dont 17 000 de plantations de bananes, et employait dix mille travailleurs65. Ces exemples montrent comment les grandes compagnies nord-américaines ont obtenu le monopole de la banane, alors que sa culture avait été au début une initiative de planteurs nationaux.

293L’augmentation de la production et des exportations, et les problèmes spécifiques de transport d’un produit périssable ont nécessité de mobiliser des capitaux de plus en plus importants pour construire des installations portuaires adéquates, des chemins de fer et des navires plus rapides et équipés de chambres froides. La première phase de l’activité bananière s’est principalement caractérisée par cette logique de concentration de moyens externes.

294La deuxième phase est caractérisée par un processus de concentration des moyens internes : concessions de terrains, construction de chemins de fer et de ports, introduction de technologies et de capitaux étrangers, efficacité des entrepreneurs, conflits et fusions entre les compagnies, usurpation des terres et des biens de producteurs indépendants, ou à un autre niveau conflits frontaliers entre les pays, ou complaisances obtenues par les compagnies auprès des gouvernements d’Amérique centrale.

  • 66 Leslie Manigat, Évolution et Révolutions : l’Amérique latine au XXème siècle, 1899-1929, Paris, Édi (...)

295L’United Fruit Company va acquérir un pouvoir inégalé par les autres compagnies, et construire un véritable empire. Elle a finit par absorber la plupart des autres compagnies et à dominer tous les producteurs indépendants au travers des mécanismes de commercialisation. L’United Fruit s’étend au Costa Rica à la fin du XIXème siècle, au Guatemala en 1906, au Honduras et au Salvador en 1912, sans oublier le Panama, la Jamaïque et la Colombie, faisant passer ses investissements de 17 millions de dollars en 1900 à 82 millions en 191366. Son pouvoir s’étend en conséquence de la Colombie au Guatemala, même s’il varie selon les pays.

  • 16 N. de la T. : (AMER.) épicerie-buvette.

296En 1930, la production et commercialisation de la banane sont le monopole de quelques sociétés : l’United Fruit, la Standard Fruit Co. et la Georgia Fruit Co. L’UFCO à elle seule contrôle cette année là 63 % des exportations de bananes de toute l’Amérique centrale. Ces compagnies bananières n’avaient à payer des impôts qu’au bout de trente ou quarante ans après leur installation et les salaires qu’elles payaient étant plus élevés que ceux des entrepreneurs nationaux, cela déclencha une migration des travailleurs agricoles vers leurs plantations. Les compagnies employèrent au début des Noirs et des Chinois, notamment pour construire les chemins de fer, puis plus tard des nationaux. Mais si les salaires étaient plus élevés, les biens de consommation ne pouvaient être achetés que dans les “pulperías”16 appartenant aux compagnies où les travailleurs étaient obligés de payer soit avec des bons donnés par les compagnies, soit en dollars, ce qui donnait aux compagnies un fort contrôle sur leur main d’œuvre.

297Les plantations recrutaient des ouvriers pour les activités agricoles, industrielles, ou de transport, elles ont ainsi favorisé de grandes concentrations de travailleurs, ce qui explique l’émergence d’une organisation syndicale précoce. Au Costa Rica le mouvement syndical s’est organisé dès 1920, et en 1921 une première grève générale a été déclenchée pour obtenir la journée de huit heures et une augmentation des salaires.

298Les conditions sociales, politiques et économiques de l’Amérique centrale étaient trop peu attractives pour inciter une immigration internationale importante qui aurait pu faire apparaître de nouvelles forces sociales, et par ailleurs les activités industrielles, commerciales et financières liées au complexe exportateur du café et de la banane étaient également trop modestes pour entraîner un développement urbain. Les conditions susceptibles d’introduire des transformations sociales n’étaient donc pas réunies.

299Le cycle de la banane a transformé le versant atlantique de l’Amérique centrale, du Guatemala jusqu’au Panama, tant au niveau des paysages que du point de vue de la composition sociale.

  • 67 Hector Pérez Brignoli, ouvrage cité, pages 83 et 84.

300Beaucoup de salariés travaillant dans les plantations des compagnies nord-américaines de la côte atlantique venaient de la Jamaïque. Immigrants d’origine afro-américaine, comme la population locale qui s’y trouvait depuis le XVIIème siècle, ils ont contribué à renforcer les traits culturels caribéens et à accentuer en Amérique centrale la différence entre les terres du littoral Atlantique et celles du littoral Pacifique. L’organisation sur place des compagnies bananières renforcait ces microcosmes dans la mesure où elles avaient leurs propres moyens de transports, leurs écoles, leurs hôpitaux, leurs systèmes de communication et leurs “pulpérias”. Les plantations représentaient de véritables enclaves, largement autarciques, dans l’épaisseur de la brousse tropicale67.

  • 68 Voir Maria Salvadora Ortiz, travail présenté à l’IHEAL en 1980 et Beby Aver-Ramanisa, Miguel Angel (...)

301L’histoire des compagnies bananières et de l’empire de la banane a donné un phénomène culturel d’importance en Amérique centrale, “la novela bananera”, un roman politico-social, auquel nombre de grands écrivains ont apporté leur talent. Les plus connus d’entre eux ont été écrits entre 1950 et 1964 comme Prisión Verde (1950) du Hondurien Ramón Amaya, Puerto Limón (1950) du Costaricain Joaquín Gutiérrez, Viento Fuerte (1950) du Guatémaltèque Miguel Angel Asturias, Barro (1951) du Hondurien Paco Navas Miralda, El Papa Verde (1954), deuxième roman “bananier” de Miguel Angel Asturias, Los Ojos de los enterrados (1960), troisième roman de la même inspiration de Miguel Angel Asturias et Flor de Banano (1964) du Panaméen Joaquín Beleño. Tous ces écrivains situent leur récit entre 1920 et 1940, période où les compagnies bananières connaissaient leur apogée en Amérique centrale68.

10 - LES TRANSFORMATIONS DES CAMPAGNES MEXICAINES DU XIXème SIÈCLE À LA RÉVOLUTION DE 191069

  • 69 Pour cette section, nous nous sommes surtout inspirés de Fernando Rozensweig, “La Evolución Económi (...)

302De la fin du XVIIème siècle et tout au long du XVIIIème siècle, les “haciendas” se sont affermies comme institution agraire fondamentale, et le “péonaje” comme système de contrôle de la force de travail. L’endettement permanent était l’un des éléments forts de ce système de servage.

  • 70 François Chevalier, ouvrage cité, page 285.

303Les abus ont conduit les Vice-rois de la Couronne à promulguer à la fin du XVIIIème siècle une série de mesures pour limiter le pouvoir des “hacendados” comme la suppression du servage par endettement, l’interdiction des châtiments corporels, les prisons privées, bien que certaines aient continué à exister dans des provinces reculées, d’avancer plus de cinq pesos aux Indiens, soit l’équivalent de vingt jours de travail, les rémunérations devaient être faites en argent et les comptabilités contrôlées, et les journaliers, même endettés, devaient pouvoir travailler là où ils le désiraient70.

304Cette progression ne devait pas durer, car le pouvoir des “haciendas” s’est renforcé tout au long du XIXème siècle. Une riche oligarchie installée sur les terres de la vallée centrale du Mexique y a étendu son pouvoir. Au nom de la liberté et du libéralisme, on assiste à la suppression de toutes les barrières établies antérieurement et avec grandes difficultés, destinées à limiter le niveau de servitude des “péones” des “haciendas”. En 1821, les puissants propriétaires terriens créoles de Puebla ont obtenu que soit supprimée la limite d’endettement des “péones” à cinq pesos. En 1822, ils ont obtenu que cet endettement puisse atteindre une année de salaires, et même soit prolongé. Ainsi un propriétaire qui avançait 50 pesos à un “péon” pouvait en disposer jusqu’à la fin de ses jours.

305Dans les années suivantes, les journaliers indigènes ont été mis sur le même plan juridique que les autres citoyens, ce qui leur faisait perdre toutes les mesures de protection de l’époque coloniale.

  • 17 N. de la T. : acasillado vient de casilla, maison. Il s’agit donc d’un ouvrier agricole logé.

306Les “pulpérias” où les “péones” achetaient à crédit ont constitué un outil d’exploitation et de contrôle complémentaire. Ces épiceries avaient le monopole autant des achats que des ventes en fonction des prix fixés par les administrateurs. Il existait aussi d’autres moyens pour fixer les ouvriers aux “haciendas”, comme le métayage ou le système des “péones acasillados”17.

307Jusqu’à la présidence de Juárez (1858-1872) interrompue par la lutte contre l’Empire de Maximilien (1863-1867), les “haciendas” étaient détenues par l’oligarchie et l’Église. La première grande transformation de la propriété s’est produite au XIXème siècle quand les propriétés de l’Église et les propriétés communales des indigènes ont été transformées en “latifundios” privés. En 1856, la loi Lerdo a obligé l’Église à vendre une partie de ses terres, soit à ses métayers, soit à ses occupants. Le gouvernement entendait obtenir une taxe sur ces ventes. Les propriétés communautaires, dont les “éjidos” ou terrains communaux, devaient être vendus et perdaient leur personnalité juridique, mais aussi toutes les propriétés rurales ou urbaines qui appartenaient à des corporations civiles ou religieuses.

308Sous la couronne espagnole, les communautés avaient été protégées par l’État. Elles avaient reçu un statut légal et pouvaient gérer leurs terres en toute indépendance. En 1810 on comptait plus de quatre mille communautés indigènes au Mexique qui avaient conservé leurs terres, leurs langues et leurs coutumes.

309En 1854 on comptait environ cinq mille communautés d’Indiens et de Métis, qui avaient près de 12 millions d’hectares. Mais à partir de 1857, ces communautés ont commencé à se désintégrer avec la nouvelle législation, et ce processus s’est accéléré à partir de 1876 avec le transfert des terres des communautés indigènes vers les “haciendas”, et les indiens sont obligés de devenir des “péones”.

Les transformations agraires sous le Porfiriat (1877-1911)

  • 71 Francisco Vió Grossi, ouvrage cité, page 57.

310Durant le gouvernement du Général Porfirio Díaz, dont la période porte le nom de “Porfiriato”, le conflit entre “haciendas” et communautés s’est gravement accentué. L’adaptation des “haciendas” au capitalisme, sous la pression du marché agricole, a conduit à une concentration des terres, à exproprier les terrains communaux des “ejidos” et à asservir les paysans71. En 1910 les communautés étaient déjà dépossédées de leurs terres, plus de 95 % des paysans ne pouvaient plus vivre qu’en dépendance des “haciendas”, car n’ayant pu prouver leurs titres de propriété ils étaient considérés comme des occupants illégaux et étaient dépossédés.

311Les lois concernant l’occupation de terres en friche (“tierras baldías”), édictées avant le “Porfiriato” avaient engagé ce processus de concentration, et elles n’ont cessé d’être renforcées au cours des années 1863, 1875, 1883, 1894, 1902, pour donner à l’oligarchie les moyens de s’approprier les terres des communautés.

312Les compagnies chargées d’établir les délimitations des terres définies par ces lois avaient pour stratégie de mettre en valeur ces terres en les colonisant afin d’en tirer le meilleur profit possible au moment de leur vente, d’autant qu’en guise de paiement elles recevaient un tiers de ces terres. En 1906, les surfaces délimitées étaient de 49 millions d’hectares, et correspondaient au quart du territoire mexicain. Jusqu’en 1889, les responsables de ces compagnies chargées des délimitations de terres ne dépassaient pas vingt-neuf personnes, elles étaient toutes très riches, influentes et liées aux milieux officiels du “Porfiriato”.

  • 18 N. de la T. : habitation précaire, hutte, cabane.
  • 19 N. de la T. : rajar, fendre.
  • 20 N. de la T. : cinquièmes.

313En 1910 on comptait au Mexique environ onze mille “haciendas”, pour une surface totale de 88 millions d’hectares, ce qui donne une moyenne de 8 000 hectares par “hacienda”, surperficie qui les distinguaient nettement des petites et moyennes propriétés, appelées “ranchos”18. Si environ 10 % de ces terres étaient exploitées directement par leurs propriétaires, les 90 % restant étaient en métayage ou en fermage, Le métayage variait selon les États du Mexique. Au centre, les propriétaires apportaient la terre, mais aussi les semences, la charrue et une paire de bœufs ainsi que le fourrage. Le propriétaire ou son représentant participait à la récolte, et celle-ci était répartie soit par moitié “al rajar”19, soit par “quintos”20, c’est-à-dire que les trois cinquièmes revenaient à “l’hacendado” et deux cinquièmes au métayer. La redistribution de la récolte pouvait être soumise à un autre facteur, l’eau. Si l’hacienda ne possèdait pas son propre système d’irrigation, le coût supplémentaire occasionné était réparti entre le propriétaire et le métayer.

314Dans les zones les plus arides où les récoltes étaient toujours aléatoires, les “hacendados” se contentaient de percevoir un tiers des récoltes. C’est dans le nord du pays que les conditions étaient les plus favorables pour le métayer. Outre la terre, les semences, l’eau d’irrigation, les animaux et la charrue, le métayer recevait une prime, soit sous forme d’un salaire calculé sur le nombre de journée consacrées à la récolte, soit sous forme d’une certaine quantité de maïs, de blé ou de haricots.

  • 72 Frank Tannembaum, The Mexican Agrarian Revolution, New York, 1929.

315Comment s’organisait le travail dans les “haciendas” ? Dans son étude sur l’hacienda mexicaine72, Tannembaum décrit ainsi la répartition de la main-d’œuvre avant 1910 : un administrateur, un ou deux intendants, deux employés aux écritures, un prêtre dans les grandes “haciendas”, un instituteur (très rarement), des conducteurs de bétail et des bergers, des contremaîtres, les “capitanes” pour diriger les “péones” et surveiller les récoltes, des “péones acasillados”, et des ouvriers agricoles embauchés au mois ou à la journée, parfois aussi des artisans, des charpentiers ou des fabricants de meubles. Dans certaines “haciendas” on pouvait trouver également une milice, un magistrat, une prison. Ce schéma variait selon les États et les travaux à effectuer. Par exemple, dans les plantations d’agave du Yucatan, de café de Veracruz et des Chiapas, de sucre de Morelos, les propriétaires recrutaient des équipes d’ouvriers spécialisés, les “cuadrillas”. Il existait aussi une main-d’œuvre, liée à “l’hacienda” par la méthode de l’endettement, et des paysans des villages voisins soumis à des journées de servage. Dans l’État de Chiapas, par exemple, ils avaient à faire huit jours de travail gratuit par mois et par hectare cultivé, ce nombre de journées était moindre dans les zones peu fertiles.

316Les salaires journaliers étaient très faibles, mais variaient selon les États. En 1885 il équivalait à 12,5 centimes par jour, stable pendant de nombreuses années, il a baissé entre 1891 et 1908 dans les États des Chiapas, du Michoacan, de Oaxaca, de Veracruz et de Zacatecas, mais a augmenté en Basse Californie, Chihuahua et Sonora.

317Il y avait deux grandes catégories de “péones”, les “péones libres”, membres de communautés indigènes ou ouvriers agricoles réguliers, dont certains étaient des petits propriétaires, et les “péones acasillados”, attachés aux “haciendas” où ils vivaient de façon permanente. Pendant le “Porfiriato”, la population de péones liés aux “haciendas” représentait plus de la moitié de la population active du pays :

Années

Population totale du Mexique (en millions)

Population active (en millions)

Péones des “haciendas” (en millions)

1895

12,6

4,8

2,6

1900

13,6

5,1

2,6

1910

15,2

5,5

3,1

Source : Nguyen Dac Simone, ouvrage cité

318Le pouvoir d’achat réel des “péones”, a atteint son plus bas niveau au moment de la Révolution de 1910. A la fin du “Porfiriato”, même si une certaine industrialisation s’était développée, le monde rural n’en tirait aucun bénéfice. Le coût de la vie augmentant rapidement et les salaires stagnant aussi le pouvoir d’achat réel ne faisait que se dégrader, comme le montrent les chiffres suivant :

VARIATION DU SALAIRE AGRICOLE (1877-1910) (1900 = 100)

Année

Indice

1877

100

1885

84

1899

111

1900

100

1910

83

Source : Michel Gutelman, Capitalismo y Reforma Agraria en México, Mexico, Éditions Era, 1971

319La progression de l’agriculture mexicaine était principalement due aux exportations de coton, d’agave, de fibres textiles, de café et de sucre. Par contre, la production de produits alimentaires de base comme le maïs et les haricots et le volume disponible “per capita” a diminué entre 1877 et 1907 :

ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION AGRICOLE POUR LA CONSOMMATION INTERNE (INDICES)

Années

Population

Maïs

Haricots

1877

100

100

100

1895

133

67

58

1900

143

77

81

1905

149

79

74

1907

149

78

79

Source : Michel Gutelman, même source précédente

320Entre 1895 et 1910, le taux moyen annuel de progression de la production agricole globale est de 4,4 %, il concernait surtout les produits d’exportation et les cultures industrielles. Par contre, la production de maïs, nourriture de base des Mexicains, est passé de 282 kilos l’an “per capita” en 1877 à 154 kilos en 1894 et à 144 kilos en 1907.

321Sous le “Porfiriato” l’État mexicain est intervenu activement en faveur de l’industrie, des exportations et de l’activité minière, il a également fait une réforme monétaire pour assainir les finances publiques, moderniser le système fiscal et supprimer les barrières douanières internes. Cela a eu pour effet d’attirer des investissements exterieurs, mais ces progrès se sont faits au détriment du monde paysan. L’impact social du développement économique a été différent dans le sud et le nord du pays. Dans le sud, le développement des marchés de produits tropicaux ou de produits destinés aux centres industriels a entraîné un développement de l’agriculture mais aussi une exploitation accrue de la main-d’œuvre paysanne. Cette main-d’œuvre bon marché et aussi soumise aux pressions de recruteurs et d’usuriers. Pour faire face au mécontentement et à l’agitation des mouvements paysans, les “haciendas” ont développé leur propre police.

322Dans le nord du Mexique, par contre, la main-d’œuvre était plus rare et plus chère. Les mines, les filatures de coton, et la porte vers les États-Unis que représente cette zone, étaient autant de facteurs qui pesaient sur le système du “péonaje” car la main-d’œuvre y était plus mobile. Le principe du métayage s’est substitué au travail obtenu par la pratique de l’endettement. Les conditions sociales y étaient par conséquent moins défavorables pour les paysans.

323L’ensemble de ces données, rapidement présentées, permettent de comprendre la Révolution Mexicaine de 1910, dont le symbole le plus illustre est celui d’Emiliano Zapata et les paysans de Morelos.

11 - LES PLANTATIONS SUCRIÈRES DE CUBA73

  • 73 Pour cette section, nous nous fondons surtout sur Eric Williams, L’Histoire des Caraïbes : 1492-196 (...)

324La production sucrière à Cuba est liée à la révolution des esclaves à Saint-Domingue en 1791. Des milliers d’habitants ont fui Haïti et cherché refuge à Cuba car la pointe orientale de Cuba n’est qu’à quatre-vingt kilomètres des côtes haïtiennes. Parmi ces réfugiés on trouve des propriétaires de plantations, des commerçants et des esclaves. La plupart d’entre eux se sont installés dans la région de Santiago d’autres se sont dirigés vers Trinidad, sur la côte sud de l’île. L’arrivée de cette migration, et la chute brutale de la production sucrière à Haïti du fait des événements, ont donné une grande impulsion à l’économie cubaine. Les propriétaires des plantations de la côte nord ont agrandi leurs domaines en déboisant de grandes surfaces pour planter de la canne à sucre, et en quelques années Cuba est devenu le troisième producteur mondial de sucre.

325L’industrie sucrière de cette colonie espagnole s’est rapidement développée malgré les guerres d’indépendance contre l’Espagne entre 1868 et 1878 et de 1894 à 1898, et, à la fin du XIXème siècle, au moment de son indépendance, l’île est devenue, du point de vue économique, le centre de gravité des Caraïbes.

La force de travail dans les plantations de canne à sucre

326Le nombre d’esclaves a progressé avec le développement de la canne à sucre au XIXème siècle. Malgré l’abolition du trafic d’esclaves décrété en 1807 par l’Angleterre et les États-Unis et la signature d’un traité entre l’Angleterre et l’Espagne en 1793 interdisant l’introduction d’esclaves africains dans les colonies espagnoles, les planteurs, la “sacarocratie”, comme on les appelait, se débrouillaient pour tromper les contrôles. Un puissant réseau commercial organisait la contrebande d’esclaves. Plus de 300 000 esclaves sont arrivés à Cuba entre 1820 et 1860 en provenance des Antilles anglaises, du Sénégal ou du Mozambique. Cinq grands trafiquants, propriétaires de plusieurs dizaines de moulins à sucre, dominaient le marché, en étroite coopération avec les planteurs de Louisiane.

  • 74 Édouard Bailby, article cité.
  • 75 Carlos M. Vilas, article cité.

327En 1858, plus de 90 % des bateaux servant au trafic d’esclaves dans les Caraïbes, arboraient le drapeau nord-américain74, et naviguaient en toute impunité. Certaines sources75 précisent qu’entre 1835 et 1864, environ 400 000 esclaves sont arrivés à Cuba, soit une moyenne annuelle de 13 000. A Cuba en 1871, la population esclave était de 290 000 personnes.

328C’est à partir de 1853 que les planteurs ont commencé à faire venir de l’étranger des travailleurs sous contrat, plutôt que des esclaves. Mais ces travailleurs se retrouvaient dans un semi-esclavage, car leurs contrats, qui allaient de trois à cinq ans, ne faisait que rembourser le coût du voyage. Ce changement dans la nature du recrutement a contribué à la fois à favoriser l’abolition de l’esclavage dans les campagnes mais aussi à faire monter le prix des esclaves, du fait des difficultés que représentaient les voyages outre-mer.

  • 76 J. Pérez de la Riva, El Barracón : esclavitud y capitalismo en Cuba, Barcelone, Editorial Grijalba, (...)

329A Cuba, les travailleurs sous contrat étaient recrutés surtout en Chine. Entre 1853 et 1874, 125 000 “coolies” chinois sont arrivés dans l’île. Selon Pérez de la Riva, la traite des “coolies” a compensé à 50 % les besoins en force de travail de 1853 à 1857 et à 75 % à partir de 1857. En 1865, le coolie représentait environ 15 % de la force de travail existant sur l’île, proportion qui s’est maintenue jusqu’à la fin des années soixante-dix76.

330Vers la fin du XIXème siècle, une grande partie des esclaves et des travailleurs sous contrat ont été remplacés par des colons qui cultivaient la canne à sucre en passant des contrats de production avec les industries sucrières. Ce développement de la canne à sucre a affecté la petite agriculture de subsistance et la demande de main d’œuvre au moment de la “zafra”, période de coupe de la canne, a conduit à une prolétarisation du travail rural. A la fin du XIXème siècle et au début du XXème les planteurs ont incité une immigration en provenance de Haïti et de la Jamaïque. Entre 1916 et 1927 près de 300 000 travailleurs haïtiens et jamaïquains sont arrivés ainsi, soit plus de 24 000 par an. Les Haïtiens représentaient alors 60 % des travailleurs des plantations de sucre et de bananes.

La production sucrière au XIXème siècle

331La production sucrière a augmenté rapidement, passant de 220 000 tonnes en 1850 à 750 000 en 1868, pour diminuer à 520 000 tonnes du fait de la première guerre d’indépendance (1868-1878). Elle est remontée à 1 050 000 tonnes en 1894, qui fut la récolte record du XIXème siècle, pour rechuter brutalement à 212 000 tonnes en 1897, avec la seconde guerre d’indépendance.

332En 1859 on comptait environ deux mille plantations et moulins à sucre, elles couvraient quelques 120 000 hectares et employaient près de 550 000 esclaves. Une plantation moyenne, d’environ 1 800 hectares, produisait à l’époque un peu plus de 1 000 tonnes de sucre, avec 150 esclaves. L’industrie sucrière cubaine jusqu’en 1880 fonctionnait avec des esclaves ou des travailleurs sous contrat, et avait le grand avantage de disposer d’une abondance de sols vierges.

333L’économie sucrière cubaine bénéficiait de plusieurs atouts, en plus de la bonne qualité des terres, qui lui garantissait une supériorité sans égale dans les Caraïbes : des moulins modernes parce que récents, après la disparition des vieux moulins à traction animale, la concentration des entreprises et l’appartion du chemin de fer, qui a permis aux plantations d’élargir leur rayon d’action. C’est en effet à Cuba et en 1838 que la première voie ferrée d’Amérique latine a été construite, entre le port de La Havane et la région sucrière de Guine. Le nombre d’entreprises sucrières, les “ingenios”, a diminué au fur et à mesure que les capacités de production des nouvelles unités augmentaient, ces deux phénomènes sont aussi une conséquence des guerres d’indépendance. Les rythmes de disparition des “ingenios” et l’augmentation de la production ont été les suivants au XIXème siècle :

Années

Nombre d’ingenios

Volume de la production (en tonnes de sucre)

Tonnes par usine

1859

2 000

536 000

268

1870

1 200

610 000

500

1890

470

625 000

1 330

1894

400

1 054 000

2 635

334Les capitaux nord-américains ont commencé à s’investir à Cuba à la fin du siècle pour y fonder de grandes plantations sucrières. En 1893 par exemple, l’ingenio Soledad, qui appartient à des capitaux nord-américains, couvre 4 800 hectares dont 2 000 sont plantés avec de la canne. Cet ingenio dispose de 23 miles de voies ferrées et emploie alors 1 200 travailleurs.

335La plus grande entreprise sucrière existant au monde en 1890, la centrale Constancia, appartenait à des capitaux nord-américains, elle produisait 19 500 tonnes de sucre par an. Les capitaux nord-américains investis à Cuba dans l’économie sucrière atteignaient déjà en 1896 près de 30 millions de dollars.

336L’activité sucrière cubaine avait deux caractéristiques : une concentration des usines et une tendance à dissocier dans la production sucrière les aspects industriels des aspects agricoles. D’une part les nouvelles usines à sucre sont qualifiées de “centrales sucrières”, d’autre part, la production de canne à sucre était de plus en plus assurée par des colons qui vendaient leur récolte aux usines. En 1887, cela représentait les deux cinquièmes de la récolte. Cette expansion du sucre s’est faite au détriment de la production de café.

337Entre 1815 et 1894, la production sucrière cubaine s’est multipliée par trois, et en cette même année 1994, Cuba a produit cinquante fois plus de sucre que la Jamaïque, dix fois plus que la Guyane britannique, et treize fois plus que les Antilles françaises. Mais on constate qu’en 1880, Cuba ne vend son sucre à l’extérieur qu’au travers de la médiation nord-américaine, ses entreprises commerciales, ses navires, et les prix de la bourse de New York.

L’expansion sucrière au XXème siècle

338Les Caraïbes et Cuba ont connu une énorme concentration des “latifundios” entre 1897 et 1930, sous l’effet des investissements nord-américains. A Cuba, les nouvelles industries sucrières se sont développées surtout dans la province d’Oriente. C’est une région où la première guerre d’indépendance et l’émancipation des esclaves ont provoqué une prolétarisation des forces de travail. Mais les besoins en main-d’œuvre restaient très insuffisantes par rapport aux besoins des nouvelles entreprises sucrières, notamment de la United Fruit Co, qui s’était établie à Cuba, à Banes dans la région d’Oriente, comme entreprise sucrière. On a alors eu recours à l’immigration. Le premier groupe d’immigrants est arrivé en 1900, puis le mouvement s’est accéléré à partir de 1911, et surtout de 1917. Entre 1916 et 1927 sont arrivés, comme nous l’avons déjà dit, environ 300 000 travailleurs haïtiens et jamaïquains. Les Jamaïquains ont été les plus nombreux au début, mais plus tard les Haïtiens ont pris le dessus. Entre 1916 et 1922 arrivent à Cuba deux Jamaïquains pour un Haïtien. A partir de 1923, le rapport est passé de 4 Haïtiens pour 1 Jamaïquain. Sont arrivés aussi quelques Chinois, des Espagnols et des Latino-américains. Quand cette immigration s’est arrêtée, en 1931, on peut considérer qu’elle a apporté environ 250 000 nouveaux travailleurs à Cuba.

339La concentration des terres entre les mains d’intérêts nord-américains s’est aussi accentuée. Les six plantations d’une même compagnie couvraient 200 000 hectares ; la Compañía Azucarera Atlántica, avec neuf plantations atteignait 160 000 hectares. La compagnie Vertientes, de Camaguey, avait en fermage 320 000 hectares ; la compagnie Manatí, environ 100 000 hectares. Le symbole de la nouvelle ère est l’United Fruit Company. Elle contrôlait à Cuba plus de 40 000 hectares, en plus des terres qu’elle avait dans les Caraïbes, en Amérique du Sud et en Amérique centrale, dans les îles Canaries et aux États-Unis. On estime qu’en 1941 elle possèdait en tout environ 1 200 000 hectares.

340Le nombre de centrales sucrières ne cessait de diminuer, en même temps que leur dimension augmentait. On est passé de 400 usines à sucre en 1894 à 158 en 1930, tandis que la production de sucre qui était de 447 000 tonnes en 1860, dépassait déjà les 5 millions de tonnes annuelles en 1925, à l’apogée du cycle sucrier, pour rester à 2,7 millions de tonnes en 1939, lors du programme de restriction de la production.

341La population, qui avait été concentrée dans les provinces occidentales, la Havane et Matanzas, à l’époque de la domination espagnole, s’était déplacée vers l’Orient de Cuba, dans les provinces de Camaguey et d’Oriente suite aux investissements des capitaux nord-américains. Sur les 158 centrales sucrières qui existaient en 1930, 58 étaient entre les mains de capitaux nord-américains, elles produisaient 55 % de la totalité du sucre cubain, et employaient 60 % des travailleurs de l’industrie sucrière. Si le nombre moyen d’ouvriers dans les centrales sucrières cubaines était d’environ 3 200, dans les centrales nord-américaines il dépassait les 5 000.

342Le recrutement des ouvriers ne reposait sur aucun lien stable avec les compagnies. Les travailleurs pouvaient être renvoyés dans leur pays d’origine aux périodes de non-activité, et dans le cas des Haïtiens, ceci a créé un phénomène de migration cyclique entre Haïti et Cuba.

343Latifundios, grandes centrales sucrières, voies ferrées pour le sucre, une main-d’œuvre abondante, grands investissements, monoculture sont autant de caractéristiques de la production sucrière cubaine. Entre 1902 et 1939, le sucre représentait 80 % des exportations totales de l’île. Le café et le tabac, les cultures traditionnelles d’exportation, ont décliné. Le tabac, qui était par excellence la culture des petits agriculteurs blancs, et qui représentait 40 % des exportations cubaines en 1902, n’en représentait plus que 10 % en 1939. Jusqu’au triomphe de la révolution castriste en janvier 1959, Cuba exportait plus de 85 % de son sucre vers les États-Unis, avec des quotas et des tarifs préférentiels.

344Ces onze cas que nous venons d’examiner, qui vont du complexe agro-pastoral de la Pampa argentine jusqu’au complexe sucrier cubain, en passant par le centre-sud du Brésil avec le café et le bétail, par l’expansion agraire de la côte péruvienne, par le haut plateau bolivien, par le centre-sud du Chili, par l’Amérique centrale avec le café et la banane, et par les campagnes mexicaines, nous montrent la place exceptionnelle de la seconde moitié du XIXème siècle et des premières décennies du XXème siècle dans la configuration actuelle des systèmes agraires de l’Amérique latine, même si d’importants changements ont été induits par la modernisation conservatrice de la seconde moitié du XXème siècle.

Notes

1 Dans cette description de l’État oligarchique nous suivons de près Marcelo Carmagnani, Estado y Sociedad en América latina 1850-1930, Barcelona, Editorial Crítica, 1984.

2 Carmagnani, ouvrage cité, page 22.

3 Carmagnani, ouvrage cité, pages 23 et 24.

4 Carmagnani, ouvrage cité, page 29.

5 Vers 1850, la population de l’Amérique latine est estimée à 30 millions d’habitants et à 40 millions vers 1880. Cette population est fondamentalement métisse et rurale. La population urbaine croît lentement en fonction de l’expansion du commerce et de ses activité complémentaires.

6 Carmagnani, ouvrage cité, page 72.

7 Carmagnani, ouvrage cité, page 100.

8 Carmagnani, ouvrage cité, page 103.

9 Carmagnani, ouvrage cité, page 130.

10 Voir Carlos M. Vilas, “Movimientos internacionales de Población et Valorización del Capital en el Caribe” in Anales del Caribe, Casa de las Américas, La Havane, 3/1983.

11 Carmagnani, ouvrage cité, page 182.

12 Carmagnani, ouvrage cité, page 212.

13 Carmagnani, ouvrage cité, page 227.

14 Armando Di Filijpo, Raíces Históricas de las Estructuras Distributivas en América Latina, Cuadernos de la Cepal, Santiago de Chile, 1977, page 22.

15 Pour cette section, nous avons utilisé comme sources Ricardo Luis Molinari, Biografía de la Pampa, Ediciones de Arte Cagliarone, Buenos Aires, 1987 ; Richard W. Slatta, Los Gauchos y el Ocaso de la Frontera, Editorial Sudamericana, Buenos Aires, 1985 ; Romain Gaignard, La Pampa Argentina, Ediciones Solar, Buenos Aires, 1989 ; Ezequiel Gallo, La Pampa Gringa, Editorial Sudamericana, Buenos Aires, 2ème édition, 1984, et l’ouvrage de Armando Di Filijpo déjà cité.

16 Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 25.

17 Richard W. Slatta, ouvrage cité, pages 31 et 32.

18 Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 239.

19 Voir Ezequiel Gallo, ouvrage cité.

20 Voir Ezequiel Gallo, ouvrage cité.

21 Ezequiel Gallo, ouvrage cité, page 66.

22 Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 65.

23 Ricardo Luis Molinari, ouvrage cité, page 44.

24 En 1855, Francisco Halbach, consul de Prusse en Argentine, est le premier “estanciero” qui clôture intégralement sa propriété. Voir Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 258.

25 Noel H. Sbarra, Historia del Alambrado en la Argentina, Buenos Aires, Eudeba, 1964, page 104.

26 Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 247.

27 Richard W. Slatta, ouvrage cité, page 275.

28 Paul Bairoch, Le Tiers Monde dans l’Impasse, Éditions Gallimard, Paris, 1971.

29 Marcelo Carmagnani, “Las Migraciones Europeas en su Area de Origen” in Europa, Asia y Africa en América Latina y el Caribe, Éditions Siglo XXI-UNESCO, 1989.

30 Alfredo E. Lattes, La Dinámica de la Población Rural en Argentina entre 1870 y 1970” dans “Poblaciones en Movimiento, Paris, Éditions de l’UNESCO, 1982.

31 Les sources bibliographiques employées pour rédiger cette section sont : Caio Prado Junior, Historia Económica do Brasil, Editorial Brasiliense, 27ème édition, 1982 ; Celso Furtado, La Formation Économique du Brésil, Paris-La Haie, Mouton, 1972 ; Pierre Monbeig, Pionniers et Planteurs de Sao Paulo, Paris, Armand Collin, 1952 ; Sergio Silva, Expansao cafetera e origens da Industria No Brasil, Sao Paulo, Editora Alfa-Omega, 5ème edition, 1981 ; Brasilio Sallum Jr., Capitalismo e Cafeicultura Oeste Paulista 1888-1930, Sao Paulo, Livraria Duas Cidades Ltda., 1982, et Armando Di Filijpo, ouvrage cité.

32 Caio Prado, ouvrage cité, page 159.

33 Caio Prado, ouvrage cité, page 160.

34 Pierre Monbeig, ouvrage cité, page 14.

35 Sergio Silva, ouvrage cité, page 41.

36 Sergio Silva, ouvrage cité, pages 43, 44.

37 Hiroshi Saito et Arlinda Rocha Nogueira, Inmigración de japoneses en Brasil dans Europa, Asia y Africa en América Latina y el Caribe, ouvrage déjà cité.

38 María Isaura Pereira de Queiroz, “L’Évolution de la Structure sociale dans l’Agriculture Brésilienne” in Sociología Ruralis, vol. XI, N° 3, 1971, revue de la Société européenne de Sociologie rurale.

39 Celso Furtado, ouvrage cité, page 147.

40 Celso Furtado, ouvrage cité, pages 150 à 152.

41 Pour cette section, nous avons puisé dans Caio Prado Junior et Maria Isaura Pereira de Queiroz, ouvrages cités, de même que dans Luisa H. Schmitz Kliemann, Río Grande do Sul : Tierra y Poder, Porto Alegre, Ediciones Mercado Aberto, 1986.

42 María Isaura Pereira de Queiroz, ouvrage cité, pages 285 et 286.

43 Pour cette section, nous nous sommes basés sur Armando Di Filijpo, ouvrage cité ; sur François Chevalier, L’Amérique latine de l’Indépendance à nos jours, Paris, PUF, 1977, et sur Amelia Morinoto Hayashi, Migración y Comunidad de Origen Japonés en el Perú dans Europa, Asia y Africa en América Latina y el Caribe, UNESCO, Siglo XXI, déjà cité.

44 Selon l’étude du CIDA (Comité Interaméricain pour le Développement Agricole) citée par Chevalier, page 306.

45 Jonathan Levin, Las Economías de Exportación, México, Centro Regional de Ayuda Técnica, 1964, page 97, cité par Di Filijpo.

46 Amelia Morinoto Hayashi, ouvrage cité, page 297.

47 Pour cette section, nous nous sommes inspirés d’Andrew Pearse, Campesinado y Revolución : el caso de Bolivia” dans “Bolivia : la fuerza histórica del campesinado, UNRISD-CERES, Genève, 1984, et de Cristóbal Kay, The Hacienda System, proletarisation and agrarian reform : the landlords road and the subordinate peasant road to capitalism, Scandinavian Symposium, UPSALA, Suède, ronéotypé, sans date.

48 Cité par Andrew Pearse, ouvrage indiqué, page 315.

49 Pour cette section, nous nous sommes inspirés de R. Guerrero, La Formation des Régions au Chili, thèse de doctorat soutenue à l’Université de Bordeaux III en 1976 ; de José Bengoa, El Poder y la Subordinación, Santiago, Ediciones Sur, 1988 et de Francisco Vió Grossi, Resistencia Campesina en Chile y en México, CEAAL, Santiago, 1990.

50 Voir José Bengoa, ouvrage cité, page 49.

51 Selon l’historien Sergio Villalobos cité par José Bengoa, ouvrage cité, page 55.

52 Francisco Vió G., ouvrage cité, page 126.

53 R. Guerrero, ouvrage cité, page 140

54 Entre 1883 et 1895 arrivent quelque 30 000 colons étrangers dans la région de la frontière : 10 000 Espagnols, 7 500 Français du sud-est et du Midi, 7 000 Italiens, 2 000 Anglais, 1 400 Allemands et 1 900 Suisses. Voir R. Guerrero, ouvrage cité, page 145.

55 Pour cette section, nous nous sommes inspirés surtout d’Héctor Pérez Brignoli, Breve Historia de Centro América, Madrid, Alianza Editorial, 1985 ; de Población y Mano de obra en AméricaLatina, compilation de Nicolás Sánchez Albornoz, Madrid, Alianza Editorial, 1985 ; de Carolyn Hall, Costa Rica, una interpretación geográfica con perspectiva histórica, San José, Editorial Costa Rica, 1984 ; et de Haciendas, Latifundios y Plantaciones en América Latina, Symposium CLACSO, Siglo XXI, 1975.

56 Ici, nous suivons de près Héctor Pérez Brignoli, ouvrage cité.

57 Insecte hémiptère qui vit sur le noyer et qui, réduit en poudre, s’employait pour teindre les tissus en écarlate.

58 Arbuste de la famille des légumineuses dont les tiges et les feuilles fournissent une substance colorante de couleur bleue.

59 Ciro Flamarión Santana Cardoso, “La Formación de Hacienda Cafetalera costarricense en el siglo XIX” in Haciendas, Latifundios y Plantaciones en América Latina, ouvrage cité, pages 635 à 667.

60 Ciro Flamarión Santana Cardoso, ouvrage cité, page 657.

61 Hector Pérez Brignoli, ouvrage cité, page 76.

62 Héctor Pérez Brignoli, ouvrage cité, pages 81-82.

63 Une manzana équivaut à 0,7 hectare.

64 Kpatta Abby, Exploitation de la Banane au Honduras : la politique des compagnies bananières, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, travail de séminaire, année 1984-85.

65 María Eugenia Villareal, mémoire de diplôme : La Réforme Agraire au Guatemala du colonel Jacobo Arbenz. 1952-54, Paris, IHEAL, 1977.

66 Leslie Manigat, Évolution et Révolutions : l’Amérique latine au XXème siècle, 1899-1929, Paris, Éditions Richelieu, 1973, page 229.

67 Hector Pérez Brignoli, ouvrage cité, pages 83 et 84.

68 Voir Maria Salvadora Ortiz, travail présenté à l’IHEAL en 1980 et Beby Aver-Ramanisa, Miguel Angel Asturias et la Révolution Guatemaltèque, étude socio-politique de trois romans, Paris, Editorial Anthropos, 1981.

69 Pour cette section, nous nous sommes surtout inspirés de Fernando Rozensweig, “La Evolución Económica de México 1870-1940” in Trimestre Económico, n° 221, janvier-mars 1989 ; de Francisco Vió Grossi, Resistencia Campesina en Chile y en México, CEAAL, Santiago, Chili, 1990 et de Nguyen Dac Simone, Réformes Agraires Comparées au Mexique et au Vietnam, thèse d’État, Nanterre, 1988.

70 François Chevalier, ouvrage cité, page 285.

71 Francisco Vió Grossi, ouvrage cité, page 57.

72 Frank Tannembaum, The Mexican Agrarian Revolution, New York, 1929.

73 Pour cette section, nous nous fondons surtout sur Eric Williams, L’Histoire des Caraïbes : 1492-1969, Paris, Présence Africaine, 1975, chapitre XX ; sur Édouard Bailby, “Cuba de Sucre et de Sang”, in GEO, n° 119, janvier 1989, et sur Carlos M. Vilas, Movimientos Internacionales de Población y Valorización del Capital en el Caribe, Anales del Caribe, Casa de las Américas, La Havane, N° 3 de 1983.

74 Édouard Bailby, article cité.

75 Carlos M. Vilas, article cité.

76 J. Pérez de la Riva, El Barracón : esclavitud y capitalismo en Cuba, Barcelone, Editorial Grijalba, 1978, page 73.

Notes de fin

1 N. de la T. : propriétaire d’une “estancia”, grande propriété foncière.

2 N. de la T. : propriétaire d’un saloir, “saladero”.

3 N. de la T. : rascadero, mot du vocabulaire campagnard argentin, vient de rascar, se gratter.

4 N. de la T. : mot de l’argot campagnard argentin qui signifie s’attacher à un endroit.

5 N. de la T. : hirondelles.

6 N. de la T. : “moradores” vient du portugais morar, habiter.

7 N. de la T. : “chinedos” vient de china, femme, dans le langage du gaucho argentin.

8 N. de la T. : bracero, “peón” journalier, manœuvre. Le mot bracero vient de brazo, bras.

9 N. de la T. : haut plateau.

10 N. de la T. : désamortissement.

11 N. de la T. : “arrendero” vient de arrendar, louer.

12 N. de la T. : “yerbajero” vient de yerbajo, mauvaise herbe.

13 N. de la T. : en Amérique, cuadra désigne la longueur d’un pâté de maison (environ 100 m).

14 N. de la T. : petite propriété.

15 N. de la T. : en français dans le texte.

16 N. de la T. : (AMER.) épicerie-buvette.

17 N. de la T. : acasillado vient de casilla, maison. Il s’agit donc d’un ouvrier agricole logé.

18 N. de la T. : habitation précaire, hutte, cabane.

19 N. de la T. : rajar, fendre.

20 N. de la T. : cinquièmes.

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540