Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Systèmes agraires en Amérique latine

 | 
Jacques Chonchol

II - La conquête et l’héritage colonial des Espagnols et des Portugais (du xvième au xviiième siècle)

Texte intégral

1La conquête et la colonisation des terres américaines amenèrent un changement fondamental dans la vie des vieilles sociétés indigènes, tant dans l’orientation de leurs économies que dans la composition démographique et sociale des populations et l’organisation des systèmes agraires que nous nous proposons d’analyser ici. Mais il n’est pas possible de le faire sans dire au moins quelques mots sur les principaux changements entraînés par la conquête et la colonisation.

1 - L’HÉRITAGE COLONIAL1

  • 1 Pour cette section, nous nous sommes notamment basés sur Stanley et Barbara Stein, L’Héritage colo (...)

2Pour commencer, ce que l’on nommera plus tard Amérique latine, ou Hispano-Amérique, est une vaste région du Nouveau monde qui dès le début du XVIème siècle va se trouver reliée au système économique mondial dominé par l’Europe Occidentale. Les principaux acteurs de cette intégration furent l’Espagne et le Portugal qui, bien que constituant des puissances économiques mineures par rapport au reste de l’Europe, fondèrent au XVIème siècle des empires d’outre-mer dans des zones qu’elles vont contrôler jusqu’au début du XIXème siècle. La formation d’une économie exportatrice, les progrès techniques et la concentration du capital liée à cette nouvelle économie et au transfert de modèles sociaux imposés par les colonisateurs, devaient influencer de manière décisive l’avenir de ce Nouveau Monde pendant plus de quatre siècles.

3Chacune de ces deux nations colonisatrices a marqué d’une empreinte spécifique les futurs systèmes agraires. D’ores et déjà, on peut dire que le principal héritage colonial ence qui concerne les Espagnols est le “système de l’hacienda” et pour les Portugais “l’économie de plantation”.

4Ces notions sont à distinguer, même si “hacienda” et “plantation” apparaissent entremêlées aussi bien dans les territoires colonisés par les Espagnols que dans ceux colonisés par les Portugais.

5Le principal objectif des colonisateurs en Amérique était de rechercher les moyens d’enrichir les métropoles car l’idéologie dominante en matière économique était le mercantilisme. Celui-ci reposait alors sur deux idées fondamentales : pour un Etat la richesse matérielle était essentielle (en premier lieu, les métaux précieux), et pour obtenir cette richesse, le commerce extérieur représentait le meilleur moyen.

6Le choix des zones géographiques aptes à répondre à cette attente dépendait de la nature des produits exportables de ces colonies vers les métropoles, de la quantité de force de travail disponible, de l’utilisation de leurs ressources en terres, hommes ou capitaux. A leur tour, ces activités économiques déterminèrent de manière fondamentale le développement des relations sociales, les rapports de propriété, l’organisation du travail ou les échanges, selon les particularités des différents processus de production.

7Là où les conquérants trouvèrent des métaux précieux et une densité démographique indigène importante, comme ce fut le cas sur le plateau central du Mexique et dans les montagnes andines du Vice-royaume du Pérou, ils imposèrent un système d’exploitation minière où les investissements en capital et en force de travail étaient organisés en fonction des besoins propres de cette activité. “L’encomienda” ou la “mita” ont alors constitué des institutions permettant de répondre à ces objectifs.

8Là où le manque de métaux précieux et la faible densité démographique ne permirent pas le développement d’une économie minière, mais où par contre les conditions naturelles et les connaissances technologiques disponibles permettaient le développement de cultures tropicales destinées à l’exportation, d’autres systèmes de production et d’autres rapports sociaux virent le jour. L’exemple le plus typique fut fourni par l’économie de plantation sucrière au Nordeste du Brésil, puis plus tard dans la Caraïbe. D’autres régions américaines dèveloppèrent les cultures du cacao, du tabac, du coton et du café, sur les mêmes bases que celles de la culture de la canne à sucre. Le commerce des esclaves africains qui marquera si profondément de nombreuses régions tropicales d’Amérique, a constitué un nouvel élément constitutif fondamental de cette économie de plantation.

9Ces deux cas, économie minière et économie de plantation, basés sur l’appropriation par les colonisateurs des ressources naturelles utiles et sur le contrôle de la force de travail, illustrent les processus économiques par lesquels s’est développée et structurée la société coloniale.

10Dans d’autres régions où ne pouvaient être exploités ni les métaux précieux ni les produits tropicaux pour l’exportation, comme les vallées et les plaines tempérées de l’Amérique du Sud (plaines du Rio de la Plata) ou l’intérieur semi-aride du Brésil (Sertão), ou encore le nord du Mexique, on développa l’élevage extensif de bovins. Cet élevage a démarré à partir de troupeaux vivant à l’état sauvage ; d’abord à partir de la chasse, puis ensuite par la mise en place de grandes exploitations agricoles, les “estancias”. Leur production était soit orientée vers la production de cuirs destinés à l’exportation, soit de graisse ou de viande séchée appelée “charqui” ou “tasajo,” destinée à l’alimentation des esclaves des plantations. Ces activités d’élevage prirent des formes particulières en fonction des ressources en main-d’œuvre, ou de la résistance des indigènes, ou encore des conditions climatiques qui pouvaient limiter la croissance de la valeur des richesses exportables.

11Enfin dans d’autres zones comme par exemple, en Amérique centrale coloniale, la recherche de produits exportables a conduit à une exploitation intensive de produits naturels destinés à l’industrie textile européenne. Ce fut le cas pour la “grana” ou cochenille, insecte qui, séché et moulu, donne une teinte rouge excellente pour les tissus en soie, ou pour “l’añil”, ou indigo. Tout au début de la conquête et de l’occupation du Brésil, le bois de Campêche (pau de Brésil) fut aussi utilisé comme teinture.

12Dans l’Empire colonial espagnol, les productions en excédent étaient destinées à l’exportation. Pour cela elles étaient concentrées dans les villes afin d’être envoyées en métropole. Les besoins en consommation des groupes sociaux dominants (fonctionnaires royaux, prêtres, commerçants, soldats), de ces villes (généralement de petite dimension) étaient satisfaits grâce à l’excédent agricole fourni par le travail des indigènes mais aussi par des importations en provenance de la métropole. Ces importations étaient payées avec des métaux précieux ou avec d’autres produits obtenus par le travail des indigènes ou des esclaves africains. On peut dire que la ville américaine a trouvé ses origines dans les fonctions économiques et politico-administratives que nécessitait l’exploitation coloniale : d’une part domination et contrôle d’une force de travail asservie, ou en esclavage, et d’autre part, de l’exploitation des ressources naturelles destinées aux activités permettant un transfert de richesse vers les métropoles.

  • 2 Voir Magnus Mörner, Le Métissage dans l’histoire de l’Amérique latine ; Paris, Editions Fayard, 19 (...)
  • * N. de la T. : propriétaire foncier-ouvrier agricole.

13Un des éléments fondamentaux de l’héritage colonial en Amérique, outre l’orientation de l’économie vers l’exportation et des changements dans les systèmes agraires que nous étudierons ci-après, est celui des modifications de la structure sociale préexistante. Le métissage2 a constitué sans doute, comme phénomène social, une nouvelle donne essentielle. Vers la fin du XVIIIème siècle, le métissage entre l’Européen, l’Indien et l’Africain avait pris une telle amplitude que les groupes de race pure se sont trouvés très réduits par rapport à l’ensemble de la population. Le continent présentait déjà tous les types possibles de croisement entre les trois groupes ethniques fondamentaux. Ce métissage n’a pas été seulement racial mais aussi, et de manière très significative, culturel. Au cours des siècles et à la suite de la diminution rapide de la population indigène au cours du premier siècle de colonisation, le métissage a joué un rôle très important dans la structure sociale des haciendas et des plantations. La dichotomie Espagnol-Indien a été progressivement remplacée par celle “d’hacendado-péon”* et les termes “métis” et “indien” sont devenus davantage des notions à caractère social qu’ethnique.

14Comme nous l’avons vu précédemment, l’importance du métissage est à mettre en rapport avec la diminution spectaculaire de la population indigène, suite au contact entre Européens et Amérindiens. Dans les zones les plus densément peuplées d’Indo-amérique, les répercussions démographiques de la conquête et de l’occupation furent catastrophiques. Tout au long du XVIème siècle et jusqu’au début du XVIIème, les facteurs principaux en sont les épidémies diverses entraînées par la venue des Européens (comme la variole, la rougeole, la grippe, contre lesquelles les indigènes n’avaient aucune immunité), mais aussi le dur travail imposé par les conquérants, auquel les Indiens n’étaient pas habitués, à quoi il faut ajouter l’affaiblissement physique découlant de la cassure des équilibres alimentaires traditionnels et le choc culturel produit par le poids imposé de critères d’individualisme et de rentabilité économique dans une société aux traditions communautaires. La conjonction de ces facteurs est à l’origine de l’une des baisses démographiques les plus désastreuses de l’histoire de l’humanité.

  • 3 Certains historiens, comme Katia M. de Queiroz Mattoso, estiment qu’entre 1502 et 1860, plus de 9, (...)

15Les répercussions économiques, entraînées par la diminution de la population aborigène et la faible capacité des indigènes à s’adapter au travail des plantations, sur la nouvelle économie d’exportation menée par les conquérants, expliquent l’importance prise par le commerce et l’importation d’esclaves africains. Ce phénomène constitua un facteur supplémentaire de métissage dans le continent américain. Malgré l’ampleur prise par ce commerce3, la chute démographique de la population indigène s’avéra si considérable que ni l’importation d’esclaves ni l’arrivée et le développement d’une population européenne, ne suffirent à la compenser. Cette question de la main-d’œuvre se posa comme un problème clé à résoudre pour les héritiers des conquérants, aussi bien dans l’économie minière que dans les “haciendas” et l’économie de plantation.

2 - L’ÉCONOMIE COLONIALE ESPAGNOLE

  • 4 Voir ouvrage cité, pages 34 et 35.

16D’après les Stein4, s’il fallut aux Espagnols entre soixante-dix et quatre-vingt ans pour occuper le territoire qui allait devenir leur empire d’Amérique, il leur fallut deux siècles pour y établir les éléments essentiels d’une économie liée à l’Espagne et, à travers elle, à toute l’Europe occidentale. En 1700 les éléments de cette économie étaient : premièrement une série de centres miniers au Mexique et au Pérou ; deuxièmement des zones consacrées à l’agriculture et à l’élevage autour de ces centres, destinées à l’approvisionnement en vivres et en matières premières, aussi bien des mines que des noyaux urbains, et, troisièmement, un système commercial conçu pour acheminer vers l’Espagne, sous forme de monnaies ou de lingots, l’argent et l’or nécessaires au paiement de marchandises produites en Europe Occidentale et redistribuées dans les colonies américaines après avoir transité par un port espagnol.

  • 5 Voir ouvrage cité, page 122.

17L’axe de tout ce système était l’économie minière. Selon Guillermo Cépedes del Castillo5, qui va dans le même sens que les Stein, de richissimes mines d’argent furent découvertes à cette époque au Pérou (Potosí, 1545) et en Nouvelle Espagne (Zacatecas, 1546). Entre 1541 et 1546 d’importants gisements aurifères furent également découverts en Nouvelle Grenade. Ces trois grands bassins furent en exploitation pendant seulement vingt ans, jusqu’en 1565. Cet événement marqua de manière décisive et irréversible l’Amérique Hispanique : “L’Amérique quasi-médiévale de la conquête, qui aspirait à la diversification et à l’autosuffisance économiques, qui aurait pu avoir un développement lent, mais équilibré et autonome, allait devenir dès lors une économie moderne, capitaliste et extrêmement spécialisée, déséquilibrée en faveur du secteur minier et de l’exportation vers l’Europe. Cette nouvelle dépendance économique par rapport à l’Ancien Monde, qui devait durer des siècles, est à l’origine du “sous-développement” actuel de certaines régions ibéroaméricaines ».

18L’exploitation des centres miniers requérait une main-d’œuvre importante. Or dans les zones minières et leurs environs où les populations indigènes étaient conséquentes, on réquisitionnait les Indiens au moyen des “mitas”, et on utilisait le système de “l’encomienda” pour obtenir la main-d’œuvre nécessaire, en plus du travail salarié des Indiens libres.

19Le “boom” minier dura de 1545 à 1630 et permit aux Espagnols qui eurent la chance de trouver à la fois un bon filon et les capitaux pour l’exploiter, de s’enrichir rapidement et de connaître une ascension sociale qui leur aurait été impossible dans le cadre de l’économie traditionnelle de la métropole. Certains retournèrent en Espagne pour y jouir de leur nouvelle richesse, mais d’autres restèrent en Amérique et investirent leurs économies dans l’acquisition “d’haciendas” pour y faire de l’agriculture ou de l’élevage.

20En effet, l’exploitation minière exigeait, outre de la main-d’œuvre, des éléments complémentaires : il fallait bâtir des logements pour les travailleurs ; il fallait, pour le travail des mines, des mulets, des chevaux, des courroies, des cordes, des chariots, du bois ; il fallait nourrir la main-d’œuvre, transporter les produits obtenus vers les villes et les ports d’embarquement, etc. Tous ces besoins incitèrent à la création d’“haciendas” destinées à l’élevage ou à l’agriculture. On pourrait affirmer que les “haciendas” furent, dans ces zones, en partie un sous-produit indispensable au développement de l’économie minière.

21L’économie minière associait les propriétaires des mines, les commerçants et la Couronne, qui s’en partageaient les profits. Un cinquième du produit des mines allait à la Couronne. Les commerçants, ainsi que l’Eglise, jouèrent un rôle fondamental en apportant le capital nécessaire qui faisait souvent défaut aux propriétaires des mines. Pour cette raison, des propriétaires de mines s’associèrent souvent à des commerçants, mais, avec le temps, les mines finirent par passer entre les mains de ces derniers.

22La production minière commença à baisser au Mexique et au Pérou au début du XVIIème siècle avant tout par épuisement des gisements, même si son essor antérieur avait contribué à la chute de la population indigène du fait, entre autres causes déjà évoquées, des conditions de travail. On peut dire que la crise minière qui s’installa dès 1630 ne fut qu’en partie liée à la diminution de la force de travail disponible. Au XVIIIème siècle cependant, un nouveau cycle minier allait se développer au Mexique, mais dans des circonstances différentes.

  • 6 Guillermo Céspedes del Castillo, ouvrage cité, page 129.

23Le troisième élément de l’économie coloniale mis en place par l’Empire espagnol d’Amérique a été le monopole du commerce entre les colonies et la métropole. “Le produit des mines péruviennes était envoyé directement à Lima à dos de mules, ou bien du Haut Pérou à Arica puis de là, par mer, à El Callao, le port de Lima où était également acheminée la modeste production chilienne. Tout l’argent du sud de l’Amérique était envoyé une fois par an depuis El Callao jusqu’à Panama, avec l’Armada du Sud, convoi de bateaux accompagné d’une escorte militaire. A Panama l’argent était déchargé et traversait l’isthme, toujours à dos de mules jusqu’au littoral caribéen à Nombre de Dios, rapidement remplacé par Portobelo comme lieu d’embarquement de l’argent destiné à l’Europe. L’or des mines de la Nouvelle Grenade suivait une route moins longue, mais très accidentée et pénible, en grande partie fluviale, jusqu’à Carthagène des Indes, port d’embarquement vers l’Europe. L’argent de la “Nouvelle Espagne” allait à Ciudad de Mexico et de là à dos de mules presque tout le long du chemin, jusqu’au port d’embarquement de Veracruz. »6

24Le golfe du Mexique constituait le point de convergence des flottes venant d’Europe qui amenaient aussi bien les hommes, que les produits ou les ordres du Conseil des Indes, les convois venant du Mexique, du Pérou, de l’isthme de Panama ou encore de la Nouvelle Grenade, ou par voie fluviale, de Magdalena et Carthagène. Deux courants d’échange bifurquaient à Saint Domingue, l’un allant vers le Mexique, l’autre vers le continent sud-américain en passant par Nombre de Dios, Portobelo ou Carthagène. Au XVIème siècle, pratiquement tout le commerce avec les Amériques transitait par Séville. Au XVIIème siècle, les ports espagnols se diversifièrent et la contrebande prit la plus haute importance. La navigation entre l’Europe et l’Amérique se faisait alors par convois accompagnés d’une escorte militaire destinée à les protéger des corsaires. Les principaux biens allant de l’Europe vers l’Amérique étaient au début, du blé, de l’huile, du vin ; s’ajoutèrent ensuite, par ordre d’importance, les armes, les objets métalliques, les tissus, le papier et les livres. Les principaux produits allant de l’Amérique vers l’Europe étaient l’argent, l’or, la cochenille, le cuir, le tabac, le cacao et le sucre.

25A partir de 1565, un autre courant d’échanges s’est instauré entre l’Amérique et les Philippines, qui avaient été conquises par l’Espagne. Les activités de commerce allaient d’Acapulco à Manille, et on échangeait de l’argent d’Amérique contre de la soie, de la laque et des objets d’art provenant d’Asie, lesquels étaient ensuite envoyés vers l’Espagne. Les grands bénéficiaires de ce trafic furent les intermédiaires européens : marchands, banquiers et constructeurs de bateaux.

3 - LES HACIENDAS

  • 7 Ouvrage cité, pages 143, 144.

26La vie économique de l’Amérique espagnole ne s’est pas limitée à l’exploitation des mines. Nous avons déjà signalé plus haut que le fonctionnement même des mines impliquait que des zones soient capables d’assurer les approvisionnements nécessaires, tant en ressources alimentaires qu’en produits divers. L’origine des “haciendas” se trouve ici. Selon Bartolomé Bennassar7, l’approche chronologique montre qu’une des premières activités autre que minière fut l’élevage de bétail dans le cadre d’“haciendas”. Cette activité, apparue à Saint-Domingue dès les années 1510-20, s’est étendue au Mexique vers la seconde moitié du siècle. Plus tard, les “haciendas” se sont orientées vers d’autres types de productions comme la culture des céréales (le blé au Mexique dans la région de Puebla-Tlaxcala, et au Chili), ou bien les plantations de cacao ou d’indigo (au Venezuela et en Amérique centrale). La diminution de la population indigène et la récession minière favorisèrent le développement des “haciendas”. Ainsi de nombreux Espagnols restèrent en Amérique pour investir les profits acquis par le commerce ou par les mines, dans la création “d’haciendas” Ce phénomène s’est généralisé au XVIIème siècle, ce qui conduit à s’interroger sur ce que représentait l’“hacienda” comme structure sociale et économique.

  • 8 Voir Jean Piel, Capitalisme Agraire au Pérou, tome I ; Paris, Editions Anthropos, 1975, page 133.

27“L’hacienda” a correspondu en fait à l’introduction en Amérique du système social agraire existant en Espagne à l’époque de la Conquête. Ce système était composé d’un grand domaine et d’une main-d’œuvre fixe vivant sur l’exploitation. La conquête puis l’occupation de l’Andalousie au cours des XIIIème et XIVème siècles avaient permis à la noblesse espagnole de se constituer de grands domaines agricoles où on cultivait le blé, l’orge, la vigne et l’olivier. En Castille même, centre du pouvoir espagnol de la fin de la Reconquête jusqu’au début du XVIème siècle, 85 % des paysans n’étaient pas propriétaires et étaient assujettis à quantité d’obligations féodales. Les propriétaires terriens ne représentaient que 1,64 % de la population castillane mais possèdaient 98 % des terres ; 2 % des terres et 13 % de la population totale seulement (petits propriétaires indépendants et population urbaine) échappaient à la domination de ces grands propriétaires8. Ce système se perpétuait grâce à l’institution du majorat ou droit d’aînesse, une très ancienne tradition en Espagne, qui évitait à la mort du propriétaire que le domaine perde son unité.

28Lors de leur départ vers le Nouveau Monde, les conquérants espagnols qui se trouvaient être en majorité originaires d’Andalousie, de Castille et d’Estrémadure, laissaient derrière eux une société structurée en quatre grands groupes sociaux : une aristocratie terrienne, propriétaire de grands domaines (terres de la Couronne, de l’Eglise, de la caste militaire composée de grands capitaines ou de simples chevaliers) ; une petite bureaucratie royale ; une minorité urbaine comprenant des nobles, des petits artisans et des commerçants ; et enfin une grande masse de paysans, pour la plupart ouvriers agricoles liés à de grands domaines. On comprend ainsi que ces conquérants aient cherché à recréer le système des grands domaines qu’ils connaissaient, dans une Amérique où existaient à la fois d’immenses territoires et une importante population d’agriculteurs indigènes déjà soumise. Les nouvelles terres et la main-d’œuvre ont alors représenté le butin de la Conquête.

Origines et développement des haciendas

  • 9 Voir Magnus Mörner, La Hacienda Hispanoamericana : examen de las investigationes y debates recient (...)

29Le processus de développement des “haciendas” n’a cependant pas été uniforme. Beaucoup d’historiens ont considéré que les “haciendas” comme système d’exploitation agricole découlaient de celui de “l’encomienda”. Cette interprétation fut récusée par Silvio Zavala et Lesley Simpson, car pour ces derniers, “l’encomienda” en tant qu’institution, n’impliquait nullement de droits sur les terres des Indiens. Selon leur analyse, “l’encomienda” n’impliquait que la concession par la Couronne de tributs indigènes au profit de certains individus et ceux-ci avaient en contre-partie des obligations particulières9 envers les indiens. Cependant il a existé dans divers cas une relation entre le système relevant de “l’encomienda” et celui de “l’hacienda”, car les “encomenderos” exigèrent et obtinrent les terres des villages de “leurs” Indiens situées dans leur voisinage.

  • 10 Voir ouvrage cité de Bartolomé Bennassar, page 144.

30Au Mexique par exemple, les premières terres que se sont appropriées les Espagnols furent celles de l’Empire Aztèque que les Espagnols appelaient les “terres de Moctezuma”, ou celles de la noblesse indienne qu’ils appelaient les terres de la pillis. Mais plus tard quand ces “caciques” devinrent des contribuables de la Couronne ils durent vendre leurs terres, et souvent à des prix ridiculement bas10. Dans d’autres endroits, les Espagnols se sont appropriés les terres de communautés disparues. Là où des communautés réussirent à survivre, les Espagnols, contraints de respecter leurs terres dans un premier temps, surent peu à peu, au moyen de spoliations diverses, récupérer les terres de ces communautés.

  • 11 Ouvrage cité de Jean Piel, page 135.

31Au Pérou, la terre agricole et ses habitants furent distribués aux “encomenderos”, à l’Eglise et à la Couronne, dès les premières installations territoriales espagnoles, notamment les oasis et les deltas côtiers. Les terres de l’Inca furent attribuées à la Couronne (terres royales), celles du Soleil à l’Eglise et à divers ordres religieux (terres d’ascendance) et les autres furent données en concession soit aux “encomenderos”, soit aux conseils municipaux des premières villes qui étaient fondées, comme terres communales, afin notamment de contrôler les populations indigènes11.

  • 12 Sergio Villalobos, Historia del Pueblo Chileno, tome 2 ; Zig-Zag, 1983, pages 26 à 30.

32Au Chili, les Espagnols occupèrent tout d’abord les terres situées à proximité des villes. Elles étaient données en concession aux citadins à des fins d’exploitation agricole (chacras), et couvraient de vastes territoires aux alentours des villes. Leur fonction consistait à nourrir les citadins, ce qui explique qu’elles étaient relativement vastes, pouvant aller de 80 à plus de 300 hectares. Vers la fin du XVIème siècle, la propriété des terres a été concentrée plutôt que divisée par les ventes ou les héritages. Cette tendance à la concentration répondait à une stratégie économique des principaux “encomenderos”, de réunir deux ou trois exploitations en une seule. Ainsi, Juan Juffré, “encomendero” qui avait reçu en concession deux exploitations, en a rassemblé neuf autres, parvenant ainsi à posséder 2.300 hectares aux environs de Santiago12. Hormis ces exploitations, d’autres terres furent concédées par faveur royale, les “estancias” ; exploitations destinées à l’élevage elles se trouvaient éloignées des terres de culture.

33En plus de ces deux types de concessions de terres, d’autres terres, situées plus à l’intérieur, ont été l’objet de différents types de concessions attribuées aux citadins selon leur statut social. Les deux formes les plus connues de ces concessions furent la “Peonía” et la “Caballería”. Cette dernière était à l’origine cinq fois plus grande que la Peonía, mais leurs dimensions respectives ont varié au cours des temps : au début du XVIème siècle au Mexique, la “caballería” représentait 6 à 7 hectares ; vers la fin du siècle, elle atteignait 43 hectares ; en 1531-32, chaque habitant de Puebla reçut 102 “caballerías” de terres à labourer.

34Ces deux formes d’octroi de terres de par la grâce royale ont existé dans diverses zones de l’Empire colonial. Malgré les contraintes de résidence et de travail impliquées par leur éloignement, et donc une certaine précarité de leur statut, elles furent très souvent à l’origine des plus grands cumuls de terres.

  • 13 Voir Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 145.

35En Nouvelle Grenade, une conception très laxiste de “l’encomienda” a permis aux “encomenderos” de s’approprier peu à peu les terres indiennes, et même les “resguardos” c’est-à-dire les terres que la Couronne entendait conserver aux indigènes afin de leur permettre de survivre. Mais les Espagnols et les métis se sont emparés peu à peu de ces “resguardos” conçus à l’initiative des représentants de la Couronne entre 1595 et 1643, surtout à partir de 175513.

36Autour du Rio de la Plata, où les Indiens étaient des nomades, l’occupation des terres s’est opérée de façon sporadique et en l’absence de titres juridiques.

37Si les modes d’appropriation des terres indigènes furent très divers, en fonction des sites et des régions, ils ont conduit un peu partout à un processus d’accumulation de terres qui devait constituer les bases de l’“hacienda”. La plupart des historiens s’accordent à établir une relation entre l’énorme chute démographique de la fin du XVIème siècle et du début du XVIIème et l’extension des “haciendas” qui se transforment en fait en latifundia, c’est-à-dire en grandes propriétés cultivées par des ouvriers agricoles pour le compte d’un propriétaire non-résident.

  • 14 Voir Stanley et Barbara Stein, ouvrage cité, page 44.

38La crise minière du XVIIème siècle a également contribué à renforçer l’importance de “l’hacienda”. François Chevalier, comme les Stein, considère concernant le Mexique, que la crise minière a poussé les propriétaires de ces mines, mais aussi les commerçants, à investir dans la terre, accélérant ainsi la formation de latifundia. Ces grands domaines s’autonomisèrent ainsi peu à peu de l’économie minière. Mais la préoccupation des propriétaires terriens devint alors de s’assurer une main-d’œuvre stable et sûre. Pour cela, ils recherchèrent des moyens de pression sur les communautés indigènes voisines ; soit ils s’appropriaient leurs terres, soit ils les attiraient dans leurs domaines au moyen de petites avances pour qu’ils puissent payer leurs tributs. Une fois installés dans les “haciendas”, les Indiens recevaient d’autres avances destinées à subvenir à leurs dépenses, soit pour vivre, soit pour les frais d’enterrement, et ils se trouvaient ainsi progressivement être devenus les ouvriers agricoles des “haciendas”14. L’argent ne représentait pas l’unique lien entre le fondateur de l’hacienda et ses semi-esclaves. L’hacienda servait aussi de refuge aux indigènes incapables de résister aux agressions que pouvaient subir leurs communautés. Ils y trouvaient une certaine sécurité, et offraient en échange leur travail et leur fidélité.

39L’histoire des premiers siècles de la colonisation est aussi en grande partie l’histoire des divers processus de concentration de la terre. Lorsque les monarques espagnols envoyèrent leurs représentants en Amérique afin de régulariser la situation des terres appropriées illégalement, nombre de propriétaires d’hacienda purent, à partir d’une convention et moyennant le versement de droits à la Couronne, s’approprier légalement les terres qu’ils possèdaient déjà de fait.

  • 15 Magnus Mörner, article cité en note (9), page 27.

40Posséder de grandes haciendas correspondait à un mélange complexe de motivations économiques, d’aspirations au pouvoir politique et au prestige. Ainsi l’Eglise et les ordres religieux participèrent à l’époque coloniale de façon significative à cette concentration, notamment grâce à des donations, mais aussi par des achats. Les Jésuites, en particulier, furent de grands propriétaires fonciers, administrant leurs propriétés avec une grande efficacité jusqu’à ce qu’ils soient expulsés d’Amérique, et leurs biens confisqués, en 1767. Leurs propriétés domaniales, connues sous le nom de “Temporalités”, furent acquises par la suite par des particuliers15.

  • 16 Rafael Baraona, Ximena Aranda et Roberto Santana, Valle de Putaendo, Estudio de Estructura Agraria(...)

41Les haciendas sont fréquemment restées entre les mains d’une même famille durant plusieurs générations. Le système du majorat y a fortement contribué. Dans la Vallée de Putaendo au Chili, la plus importante hacienda est passée, dans son intégralité, de générations en générations de 1670 à 188016. Mais dans de nombreux cas les haciendas ont changé de mains, selon des fréquences variables. Au XVIIIème siècle au Mexique, les haciendas restèrent rarement plus de trois générations au sein d’une même famille ; souvent lourdement grevées d’impôts et de dettes, leur transfert vers d’autres mains se trouvait accéléré.

Les haciendas et leurs systèmes de production

42L’élevage du bétail a été la première activité importante des “haciendas”. Il fut pratiqué dans des zones aussi différentes que le Mexique, le Chili, le Nordeste intérieur du Brésil, ou les Pampas du Rio de la Plata.

43Au XVIème siècle au Mexique, les Espagnols à quelques exceptions près, étaient peu motivés pour cultiver la terre. Ce travail était laissé aux soins des communautés indiennes tandis que les Espagnols se consacraient à l’élevage du bétail. Ces élevages se multiplièrent si rapidement qu’ils devinrent une menace pour le maïs et d’autres cultures produites par les Indiens. Ainsi par exemple dans la vallée de Oaxaca, les Espagnols faisaient pâturer leurs bêtes de la zone montagneuses jusqu’aux basses terres, en sorte que les limites des possessions espagnoles devinrent floues et finirent par s’estomper en vertu du principe de la pâture collective qui permettait de conduire du bétail privé sur des terres inoccupées. Ainsi s’explique que les titres de propriété n’aient été confirmés par écrit qu’après plusieurs années d’une appropriation de fait.

  • 17 William B. Taylor, Haciendas Coloniales en el Valle de Oaxaca dans Haciendas, Latifundios y Planta (...)

44Avant 1600, les propriétés de Cortés étaient les deux plus importantes possessions espagnoles de la Vallée de Oaxaca. Elles avaient été acquises avec le consentement royal. L’une de ces propriétés, qui fut achetée en 1529 au cacique de Tlapacoya, comprenait cinq estancias élevant du gros et du petit bétail17.

  • 18 A Santiago, dont la population atteignait environ trois mille personnes à la fin du XVIème siècle, (...)

45Au Chili, hormis les “chacras”, petites exploitations destinées à assurer l’approvisionnement des citadins et donc situées aux abords des villes, comme Santiago18, Concepción ou Norte Chico, le reste du pays était entièrement consacré à l’élevage du bétail, à son abattage ou à sa transformation en suif, sous-produit expédié au marché de Lima. Si les anciennes “encomiendas” du XVIème siècle laissèrent place au XVIIème aux “estancias”, l’intérêt grandissant porté au bétail et aux pâturages a porté un grand préjudice aux intérêts des populations indiennes.

46Dans la zone du Nordeste brésilien, c’est la production de canne à sucre des exploitations de la zone de la Mata côtière qui a favorisé l’élevage de bovins, comme animaux de trait, pour la viande séchée destinée à l’alimentation et pour le cuir qui servait à envelopper le tabac. Le tabac exporté était échangé contre des esclaves. La diversité de ces demandes favorisa le développement de latifundios pour l’élevage jusque dans les zones les plus sèches de l’intérieur (le Sertão). La pression des éleveurs sur le foncier explique qu’une Charte Royale ait délimité en 1701 les frontières entre les zones de culture de la canne à sucre et les zones d’élevage. Au XVIIème siècle, la très grande ampleur prise par l’élevage s’est confirmée.

  • 19 Ricardo Luis Molinari, Biografía de la Pampa ; Buenos Aires, Ediciones de Arte Gaglionone, 1987, p (...)

47Quand Juan de Garay fonda les villes de Santa Fe en 1573 et de Buenos Aires en 1580, dans la région du Rio de la Plata, il introduisit dans les immenses plaines de la Pampa les premiers systèmes d’attelage pour bovins, et, en quelques décennies de gigantesques troupeaux furent domestiqués ; ils pouvaient atteindre des millions de têtes. Il distribua à ses compagnons des terres à cultiver aux environs de la ville, et d’autres plus éloignées pour faire de l’élevage. Au début ces exploitations ne dépassaient guère 2. 000 hectares et pouvaient accueillir plusieurs milliers de têtes de bovins19.

  • 20 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, pages 146, 147.

48Mais au fur et à mesure que les années passaient, la demande croissante en produits alimentaires de villes comme Mexico, Lima, Potosí ou d’autres, incita les propriétaires d’haciendas à transformer l’usage de leurs terres au profit de cultures, notamment céréalières. Dans les vallées de Mexico et de Puebla les propriétaires d’haciendas devinrent ainsi producteurs de blé et de maïs pour la capitale, mais cette transformation se fit au détriment des productions indigènes. En revanche, à son apogée, la ville de Potosí au Pérou avait de tels besoins en blé, maïs, sucre et viande, qu’elle s’approvisionnait jusque dans les régions de Santa Cruz de la Sierra, de Salta, Jujuy et Tucumán ; elle fit même venir du bétail du Paraguay20.

  • 21 Jean Piel, ouvrage cité, page 152.

49Au Pérou, une véritable spécialisation régionale des haciendas s’est opérée entre la fin du XVIème et le début du XVIIème siècle. Les oasis de la côte nord, aux environs de Trujillo, se sont spécialisées dans la canne à sucre, et, près de Piura, dans l’élevage extensif. Sur la côte centrale, les haciendas se mirent à cultiver le coton, la canne à sucre, les oliviers et la vigne. Parallèlement un élevage extensif qui lui était pratiqué sur les terrains couverts d’arbustes et de buissons. Dans la “sierra”, on élevait des chevaux, des mules et des lamas nécessaires à l’activité minière. Le climat tempéré des vallées de la “sierra” favorisa les cultures spécialisées comme les céréales, tandis que dans les vallées tropicales on distillait de l’alcool à partir de la canne à sucre ; on y cultivait aussi la coca21.

  • 22 José Bengoa, ouvrage cité, page 55.

50Vers la fin du XVIIème siècle, la production de blé chilien pour les besoins de la consommation intérieure, a pris de l’ampleur du fait d’une attaque des blés du Pérou par des maladies parasitaires et du tremblement de terre de Lima. Les haciendas des régions nord du Chili et de la vallée centrale se sont alors spécialisées dans la production de blé. Ces haciendas, appelées “estancias” au Chili se sont transformées au XVIIIème siècle en exploitations mixtes pratiquant l’élevage et la culture de céréales. Cette évolution a gagné par la suite les vallées de Santiago, d’Aconcagua et les petites vallées proches du port de Valparaíso22.

51C’est vers la fin du XVIIIème siècle que les “haciendas” de Cochabamba se sont spécialisées à leur tour dans la production de blé et de maïs. Elles surent profiter du climat tempéré et de l’irrigation pour devenir de grandes exploitations exportatrices.

52Certaines haciendas se spécialisèrent dès la fin du XVIème siècle dans la production viticole, notamment au sud du Pérou, dans les zones de Nazca, Ica, Pisco, Arequipa. Cette culture spécialisée a gagné également les régions de Mendoza et la vallée centrale du Chili. La Couronne espagnole sera amenée à freiner cette évolution afin de protéger les ventes de vins espagnols et les productions des oliveraies.

  • 23 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 147.

53Parmi les productions spéculatives il faut signaler la canne à sucre. Elle apparaît dès 1520-1530 à Saint-Domingue, et y fut florissante jusqu’en 1580. Elle s’est ensuite développée autour de Porto Rico en Jamaïque et à Cuba, puis Hernan Cortés l’a introduite au Mexique en 1535, dans les régions de Morelos et de Michoacan. Les investissements nécessités par les moulins à sucre freinèrent une plus ample expansion. Néanmoins au Mexique, au début du XVIIème siècle, on comptait cinquante à soixante raffineries qui produisaient environ trois à cinq mille tonnes de sucre, et répondaient aux besoins de consommation du pays23.

  • 24 Article cité de Magnus Mörner, page 17.

54Nous voyons donc que les “haciendas” ont diversifié leurs productions au cours des temps, elles ont souvent conservé un système de production mixte, agriculture et élevage, cultures de subsistance et productions commerciales. C’est ainsi selon Eric Wolf et Sydney Mintz24, que l’“hacienda” s’est transformée peu à peu en latifundia. Ce type de grand domaine était constitué au départ au moyen d’un petit capital et d’un système de travail obligatoire. Dans ce système, les facteurs de production visaient à accumuler un capital mais surtout à servir les ambitions sociales du propriétaire.

  • 25 Cristóbal Kay, Desarrollo Comparativo del Sistema Señorial Europeo y del Sistema de Haciendas lati (...)

55Selon l’historien Cristóbal Kay25, ce système était comparable à l’organisation seigneuriale qui a dominé l’Europe occidentale du XIème siècle au XVIIIème siècle, et l’Europe orientale du XIIIème siècle au XIXème siècle. Transposé en Amérique à la fin du XVIIème siècle ce système s’y est maintenu jusqu’aux réformes agraires du XXème siècle.

56Cet ensemble socio-économique est composé de deux groupes sociaux opposés mais étroitement liés, les seigneurs et les paysans. Kay distingue trois types de tenures : le domaine seigneurial “desmene”, le domaine paysan, et les terres communales composées de bois et de pâturages.

57Les deux grands systèmes de seigneuries qui ont existé en Europe, et dont serait issue “l’hacienda”, ont été le “Grundherrschaft” et le “Grundherrschaft”. Le premier, seigneurie d’affermage, a prédominé dans les pays situés à l’ouest de l’Elbe ; le seigneur ne cultivait pas directement la terre, mais la laissait en grande partie ou en totalité entre les mains des paysans qui, en contre-partie du droit à cultiver, rémunéraient le propriétaire en produits de la ferme ou en argent. Le “Grundherrschaft”, lui, a prédominé dans les régions situées à l’est de l’Elbe ; il s’agissait d’une économie seigneuriale basée sur une logique d’entreprise, où les paysans, en contre-partie d’un travail gratuit sur les terres du seigneur, recevaient des terres en concession afin d’assurer leur subsistance.

58Dans les zones de “Grundherrschaft”, une économie paysanne s’est développée même si une grande partie des excédents était consommée par les seigneurs. Les paysans avaient non seulement la maîtrise de la technologie et de la force de travail mais aussi une bonne expérience des marchés. Ceci permet de comprendre que l’entreprise paysanne libre ait pu naître lorsque l’alliance entre la bourgeoisie et le paysannat abolit le système de servage.

59Dans les pays d’Europe de l’est par contre, si le “Grundherrschaft” a prédominé dans le passé, le facteur principal de l’expansion du domaine seigneurial au XVIème siècle, le “Grundherrschaft”, a reposé sur le développement des exportations de céréales vers l’Europe occidentale. Les paysans qui étaient relativement libres auparavant, furent alors asservis et attachés au sol. Ce processus est connu historiquement comme le “second servage”. Ainsi, tandis qu’en Europe occidentale le paysanat progressait vers la liberté, en Europe orientale, à partir du XVIème siècle, s’est développé un processus contraire.

60En Amérique latine, “l’encomienda” et l’attribution de terres par la grâce du Roi, ont été à l’origine de la formation des “haciendas”. Les “haciendas” ont résulté de la fusion de deux éléments distincts : la force de travail et la terre. Dans les pays à forte densité démographique comme le Pérou, la Bolivie, l’Equateur, le Mexique et le Guatemala, où existaient d’importantes communautés indigènes, plusieurs siècles s’écoulèrent avant que les haciendas n’arrivent à dominer les systèmes agraires. Mais des conflits éclataient en permanence avec les communautés indigènes car les propriétaires tentaient sans cesse d’usurper les terres des Indiens pour contraindre ces derniers à travailler en servage dans leurs “haciendas”. Cette situation s’est prolongée jusqu’au début du XXème siècle. Dans les pays de faible densité de population indigène, le processus d’asservissement fut plus rapide.

61Le système des “haciendas” s’est donc développé en Amérique latine à travers deux processus étroitement liés : l’asservissement et l’expropriation. La nécessité de se garantir un excédent agricole a conduit les Espagnols à cultiver directement leurs terres et par conséquent, à rechercher une force de travail complémentaire. Pour ce faire, ils usèrent de moyens juridiques divers afin de priver la population rurale de l’accès à la terre et à ses ressources. Pour survivre, celle-ci a du rechercher des terres en usufruit dans les grandes haciendas. Cette population asservie est apparue dans tous les pays d’Amérique latine où le système des “haciendas” s’est développé. Selon les pays et les époques on a donné à ces hommes différents noms : arrendatarios ou inquilinos au Chili, terrazgueros et peones acasillados au Mexique, yanaconas dans les sierras du Pérou et de Bolivie, huasipungueros en Equateur.

Les “haciendas” et leurs sources de main-d’œuvre

62Dès la fin du XVIème siècle, la grave diminution de la population indigène a posé un grand problème de main-d’œuvre aux propriétaires “d’haciendas”, notamment pendant les périodes de récolte. Ce problème a persisté jusqu’au début du XXème siècle.

63Différentes méthodes coercitives ont été utilisées pour obtenir cette force de travail, à chacune correspondait un type de population asservie : les indiens attachés à des territoires, les “encommendados” sous commandement de nobles, les “encomenderos” ; les indiens soumis au travail obligatoire (“repartimiento”, “mita”, “porteo”) ; les indiens placés comme comme domestiques (“naborios” et “yanaconas”) dans les familles espagnoles ; les indiens réduits comme les noirs en esclavage.

a - Les Indiens “encomendados”

  • 26 Eric Williams, De Christophe Colomb à Fidel Castro : l’histoire des Caraïbes 1492-1969 ; Paris, Ed (...)

64Ils constituaient une force de travail soumise et quasi gratuite, ce qui a permis aux “encomenderos” de faire fortune. Cette méthode coercitive ne fut pas une initiative de la Couronne, mais des conquérants eux-mêmes. Les premières “encomiendas” sont apparues avec la colonisation des Caraïbes. Vers 1497, Colomb lui-même répartit entre les conquérants, les terres et les Indiens. Ainsi naquit le système des “encomiendas”. La Couronne accepta ce procédé à la condition que les Indiens soient traités comme des hommes libres et non comme des esclaves, et que celui à qui était concédée une “encomienda” instruise les Indiens dans la foi catholique26. Dès le début les désaccords furent constants entre les “encomenderos” et la Couronne espagnole, dont la doctrine en la matière était inspirée par Bartolomé de las Casas qui n’a cessé de défendre les Indiens. Si les natifs comme les Espagnols avaient à payer un tribut au roi, ce dernier pouvait en dispenser les indigènes qui acceptaient d’être mis à la disposition d’un “encomendero” et ils gardaient alors théoriquement leur liberté. Ce moyen permettait d’obtenir le travail productif recherché. Par ailleurs, la plus-value tirée du travail indigène par “l’encomendero” le dédommageait des efforts et des dépenses engagées durant la Conquête.

65Le système de “l’encomienda” s’est étendu des Caraïbes jusqu’au Mexique pour se généraliser à l’ensemble des territoires conquis. Les “encomiendas” fonctionnèrent à l’entière satisfaction des “encomenderos” dans les territoires à forte densité démographique, et dans ceux où les indigènes, déjà organisés sous les civilisations antérieures, étaient habitués à payer un tribut sous forme de travail. Ce système a moins bien fonctionné dans les territoires à faible densité démographique et à population indigène nomade. Le tribut que devaient payer les indigènes était minutieusement établi et contrôlé par les représentants de la Couronne, d’où des conflits permanents avec les “encomenderos” qui entendaient tirer le maximum de profit personnel de leur main-d’œuvre.

66Le système de “l’encomienda” n’impliquait pas que les terres des Indiens soient concédées à “l’encommendero”, mais ceux-ci s’approprièrent illégalement ces terres au prétexte qu’elles étaient au voisinage des leurs, obtenues par la faveur du Roi.

67Parmi les obligations de “l’encomendero” envers les indigènes comme les vêtir, les nourrir, leur fournir des soins médicaux, l’éducation religieuse devait être donnée par un prêtre rémunéré par “l’encomendero”.

68L’organisation de la vie des indigènes à l’intérieur des “reducciones”, les villages d’Indiens baptisés, était définie par les représentants de la Couronne. Dans ces villages ils disposaient de leurs propres terres et avaient leurs propres autorités, les “caciques”, mais ils restaient contrôlés par la Couronne à laquelle ils devaient des obligations.

69Aux Antilles, le droit à “l’encomienda” fut octroyé au début pour une période de trois ans. Puis cette période fut prolongée et étendue à deux “vies” : la vie de l“’encomendero” et celle de son héritier direct. A la mort de l’“encomendero”, les indigènes retombaient sous la dépendance directe du roi.

70Le nombre d’indigènes ainsi attribués a varié considérablement selon la noblesse de “l’encomendero”, la région et l’époque où il s’installait. Avec le temps il est flagrant que le nombre d’Indiens “encomendados” a considérablement diminué du fait de la baisse de la population indigène.

  • 27 José Bengoa, ouvrage cité, pages 42 et 43.

71Des exemples peuvent être signalés comme “l’encomienda” concédée à Bartolomé Flores au Chili. Elle fut l’une des plus grandes du pays et comptait six cents indigènes au début, mais on n’en comptait plus que soixante-sept en 1638 et à peine quatorze en 1721 ; celle de Pedro de Valdivia, aux environs de Santiago, comprenait quatre-vingt mille Indiens, répartis en vingt-six regroupements (“repartimientos”) dans les années 1543, mais vers 1600 il n’en restait que très peu27.

72La rentabilité d’une “encomienda” était très variable. Elle dépendait des richesses de la région où elle se situait et des activités auxquelles étaient destinés les Indiens “encomendados” : mines, agriculture, artisanat, activités de transport, grands travaux, etc.

73Pour les “encomenderos”, “l’encomienda”, comme nous l’avons dit plus haut, était une entreprise économique qui devait compenser les efforts qu’ils avaient consentis durant la Conquête. Le type de travail que les Indiens “encomendados” devaient accomplir était avant tout déterminé par les potentialités de production d’une zone, et non pas leurs besoins ou leurs droits, et ce malgré les règles instaurées par la Couronne.

74L’“encomendero” se servait des “caciques” indiens pour choisir ceux qui devaient tavailler dans les mines (aux lavoirs de l’or par exemple), pour déterminer leur temps de travail obligatoire et les périodes où ils pouvaient retourner dans leurs villages. Les indigènes étaient accompagnés de leurs femmes dans leurs lieux de travail, car ils devaient assurer par eux-mêmes leur quotidien.

75Les hommes et les femmes qui restaient au village, généralement les vieillards et les enfants, devaient cultiver les terres, élever le bétail, tisser et fabriquer les divers produits artisanaux nécessaires. Certains de ces produits étaient livrés à “l’encomendero”, qui les revendait à son profit. Il existait aussi des corvées organisées systématiquement par “l’encomendero” ou ses représentants ; les Indiens qui y participaient recevaient quelque rémunération.

76“L’encomienda” était en somme un système coercitif destiné à assurer une accumulation de capital aux premiers conquérants. Son fonctionnement fut plus ou moins brutal, en fonction des circonstances, du niveau de conscience de “l’encomendero” et de son respect des règles de la Couronne.

  • 28 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 117.

77Mais parce que la population indigène diminuait “l’encomienda” perdit peu à peu de son importance. Ainsi en 1701 toutes les “encomiendas” dont les titulaires résidaient en Espagne furent abolies, puis en 1707, toutes celles qui comptaient moins de cinquante Indiens ; et finalement en 1720 leur suppression totale fut décrétée, même si les “encomiendas” du Yucatan réussirent à se se maintenir jusqu’en 178728.

  • 29 Jean Piel, ouvrage cité, pages 129 à 131.

78Jean Piel29 souligne avec raison que “l’encomienda” a correspondu à un système de transition entre le système d’autorité indigène de la période pré-colombienne et “l’hacienda”, qui, elle, a organisé vers le début du XVIIème siècle ce qui restait des groupes ethniques régionaux déstructurés. L”encomendero” avait hérité du système de pouvoir indigène antérieur la responsabilité d’assistance économique envers le groupe dominé, de subvenir à leurs ressources comme d’organiser la production en prévision des périodes difficiles : vêtements, sandales, réserves de nourriture, ...

79Après les “encomenderos”, les “hacendados”, propriétaires “d’haciendas”, ont eu l’avantage de se situer à l’articulation de deux types d’économie : l’une indigène, non autarcique mais largement exclue du marché monétaire, l’autre espagnole, intégrée à l’économie de marché naissante. Ce qui leur a permis d’utiliser l’excédent de la production rurale pour construire de nouvelles logiques économiques.

b - Les formes de travail obligatoire : le temps de travail obligatoire, les corvées, le portage (“repartimiento”, “mita”, “porteo”)

  • 30 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 117.

80Comme le signale Bennassar30, le “repartimiento” ou “économie de travail obligatoire” fut l’un des plus importants systèmes d’exploitation du travail indigène. Sur la base de l’argument que quatre-vingt à cent jours de travail agricole suffisaient aux indigènes pour produire leur subsistance, le système de “repartimiento” consistait à attribuer aux colons espagnols des contingents d’Indiens pour un temps donné afin d’exécuter divers travaux. Chaque communauté indigène se voyait par conséquent obligée de fournir un certain nombre de travailleurs (un cinquième, un quart, un tiers, selon les circonstances) pour une période fixe qui pouvait durer trois à six mois par an.

81Ce système a malgré tout été moins préjudiciable aux indigènes que celui des “encomiendas” car l’attribution de travailleurs était provisoire ; elle était assurée et contrôlée par des représentants du roi, et enfin un petit salaire rémunérait le travail. Toutefois, cette pratique d’attribution d’indiens donna lieu à de nombreux abus. En 1609 elle concernait l’agriculture, l’élevage, les mines, mais était interdite dans les ateliers textiles, les moulins à sucre ou la pêche aux perles.

  • 31 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 120.

82Pour obtenir que les indiens travaillent dans les mines, les Espagnols se servirent d’une institution inca, la “mita”, ou “corvée”, qui impliquait que les sujets travaillent pour l’empereur à des ouvrages d’intérêt collectif. Le recours à la “mita” a surtout été utilisé pour l’exploitation des mines au Pérou. A Potosí, les propriétaires de mines employaient en général pour extraire l’argent entre quatre et cinq mille indigènes. La pénibilité du travail était telle que le Vice-roi établit qu’à chaque semaine de travail devaient succéder deux semaines de repos, d’où la nécessité de disposer de près de quinze mille Indiens par an31.

  • 32 Magnus Mörner, ouvrage cité, page 117.

83La “mita” fut moins utilisée dans l’agriculture, sauf en Equateur. Les nombreux Indiens qui y avaient été soumis les “mitayos” restèrent par la suite dans les “haciendas”, desquelles ils recevaient un salaire et un morceau de terre pour assurer leurs propres cultures32.

84Le “porteo”, portage à dos d’homme, a constitué une autre forme de travail obligatoire. Les indigènes furent contraints, notamment lors des expéditions de la conquête intérieure, de transporter l’équipement des conquistadors.

85Les porteurs Indiens se firent plus rares puis disparurent avec le développement des “haciendas” qui ont généralisé l’élevage et l’emploi de mules.

c - Le travail domestique : les “naborios” et les “yanaconas”

  • 33 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, pages 122-123.

86“Le système des naborios (Antilles, Mexique) et celui des yanaconas (Pérou) ont de nombreux points communs : aux Antilles, avant la conquête, c’étaient des Indiens serviteurs ou en situation de dépendance par rapport à d’autres Indiens. Souvent il s’agissait d’Indiens capturés lors d’expéditions guerrières. Les caciques indiens offrirent des naborios aux conquistadores, et d’autres Indiens se mirent volontairement au service des Espagnols en qualité de naborios, visant ainsi à s’assurer une protection. Les naborios n’étaient pas des serfs et à la mort de leur maître, ils n’étaient pas tenus de rester avec ses héritiers.”33

87Le système des “naborios” connut un grand développement au Mexique après les édits de 1550 et 1560 qui libérèrent les “mayeques” et les esclaves en en faisant des hommes libres, mais en les contraignant à payer un tribut. Nombre d’entre eux restèrent chez leurs anciens maîtres, comme “naborios”.

88L’origine des “yanaconas” remonte aux Incas. Comme nous l’avons déjà vu dans le chapitre sur les systèmes agraires indigènes, les Incas, les nobles ou les caciques séparaient un certain nombre d’Indiens de leurs communautés pour les prendre directement à leur service. Ces “yanas”, se trouvaient ainsi séparés des travaux de leur communauté mais aussi de la “mita”. Après la conquête du Pérou, les Espagnols s’approprièrent ces “yanas” ainsi que de nombreux indigènes isolés. Au terme de la conquête du Pérou, de nombreux “yanas” sont restés dans les fermes des conquérants, on les a apellés les “yanaconas”.

  • 34 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 124.

89Les religieux dénoncèrent à la Couronne le fait que de nombreux “yanaconas” étaient traités comme des esclaves ; il s’ensuivit une cédule royale certifiant leur condition d’hommes libres. Non seulement cette ordonnance ne fut pas respectée, mais les autorités coloniales elles-mêmes développèrent le système en attribuant des Indiens vagabonds aux colons espagnols et en refusant à ces indigènes la possibilité de quitter leur maître. Ceux-ci devaient en contre-partie les nourrir, les habiller, les loger, payer leur tribut, leur donner une instruction religieuse et une parcelle de terre en concession. Cette forme de servitude s’est maintenue durant toute la période coloniale. Don Francisco Alfaro, auditeur de l’Audiencia de Charcas, compta, au cours d’une visite ordonnée par le Vice-roi Montesclaros, vingt-cinq mille “yanaconas” rien que pour cette Audience34.

  • 35 Sergio Villalobos, ouvrage cité, page 83.

90Les “yanaconas”, ont eu une certaine importance dans diverses régions au début de la Conquête. Ce fut le cas au Chili lorsque les indigènes n’étaient pas encore incorporés aux “encomiendas.” Ainsi par exemple Pedro de Valdivia employa, dans les lavoirs de Marga Manga, cinq cents “yanaconas”, hommes et femmes, vers l’an 154635. Les “yanaconas” pouvaient, sans assujettissement particulier, hériter d’un bien, contrairement aux Indiens “encomendados”.

91Un aspect important signalé par Villalobos est que, contraints par les circonstances, les “yanaconas ”servirent fidèlement leurs maîtres car ils considéraient que leur sort était lié à eux ; ce qui contrastait avec l’attitude réticente des Indiens “encomendados”. Ce phénomène a une explication simple : éloignés de leur terre et de leurs communautés, vivant dans un environnement étranger quand ce n’était pas hostile, les possibilités de résister ou de fuir n’existaient pas, il ne leur restait qu’à partager le sort des conquistadores.

92Ceci explique qu’ils furent d’efficaces serviteurs des conquérants, avec en retour l’accès une certaine part du butin.

d - Les esclaves indiens ou noirs

  • 36 Jacques Heers, Christophe Colomb ; Paris, Hachette, 1981, pages 416 à 421.
  • 37 Inscription en bas de la statue de Fray Pedro de Cordoba au Musée de Las Casas Reales à Saint-Domi (...)

93L’esclavage des Indiens fut interdit très tôt en Amérique hispanique sauf pour ceux qui, refusant de se soumettre, étaient fait prisonniers de guerre. Cependant au début de la Conquête il n’en avait pas été ainsi : le 24 février 1495, au cours du deuxième voyage de Colomb, cinq cents prisonniers indigènes avaient été envoyés en Espagne pour y être vendus comme esclaves. C’est le premier commerce d’esclaves indiens. Au printemps 1497, de nombreux captifs indiens ont été vendus dans les villes d’Andalousie. C’est à partir de 1502 que grâce à la mobilisation des religieux et à l’influence de Las Casas, le commerce d’esclaves indiens a, sinon complètement disparu, du moins considérablement baissé36. Las Casas n’a pas été le seul religieux à se mobiliser pour la défense des indigènes, de nombreux prêtres l’ont suivi, comme le dominicain Pedro de Cordoba, qui affirmait avec force : “L’Indien est un être raisonnable qui naît libre par nature. Ses droits immanents sont supérieurs à tout droit de conquête et à toute raison d’Etat”37.

94Malgré cela, la situation était différente dans les zones frontalières et les régions en guerre, notamment au sud du Chili où les guerres se sont prolongées en Araucanie.

  • 38 Sergio Villalobos, ouvrage cité, pages 85 et 86.

95En 1574, le Conseil municipal et les habitants de La Serena demandèrent au roi que les Indiens capturés au cours des guerres soient exilés dans leur ville car les “encomenderos” manquaient de main d’œuvre. Philippe II approuva la demande et autorisa le gouverneur du Chili, don Rodrigo de Quiroga, à prendre cinq cents prisonniers indiens d’Araucanie pour les envoyer à La Serena et les faire travailler dans les lavoirs d’or38.

  • 39 Sergio Villalobos, ouvrage cité, page 87.

96La pratique des Castillans de réduire en esclavage les Indiens faits prisonniers, s’est accentuée au fur et à mesure que les guerres se prolongeaient. Dès 1571 un trafic d’esclaves indiens s’est mis en place : certains étaient envoyés au Pérou, donnant lieu à un trafic lucratif. Quant au trafic vers Santiago et La Serena, il a pris de l’importance au cours de la décennie 1570, les esclaves y étaient conduits individuellement ou en groupes pour travailler dans les lavoirs d’or ou les “estancias”. La faible rentabilité des Indiens “encomendados” de l’île de Chiloé a poussé leur propriétaire à les vendre comme esclaves à Concepción, Valparaíso et El Callao, et dans ce but un “encomendero” avait, à lui seul, organisé le transport de 430 indigènes. A mesure que les Indiens “encomendados” de la région centrale se sont faits rares, un véritable marché d’esclaves indigènes s’est développé jusqu’au Pérou39.

  • 40 Dix-sept esclaves pour travailler dans les mines de cuivre. Voir Eric Williams, ouvrage cité, page (...)

97Mais le principal commerce d’esclaves dans les colonies espagnoles et au Brésil fut celui des Noirs d’Afrique. La traite des Noirs a commencé à Hispaniola en 150540, d’un petit nombre au départ elle s’est élevée à 4 000 esclaves en moins de huit ans. Selon Las Casas, de 1512 à 1540, trente mille esclaves ont été amenés dans la seule l’île d’Hispaniola, et cent mille dans les autres territoires de l’Empire espagnole. Au Pérou, les esclaves noirs sont arrivés avec les conquistadores. Deux cents soixante deux licences ont été octroyées à Hernando et Francisco Pizarra en 1537 pour ce trafic d’esclaves noirs. En 1535, six cents Espagnols se sont embarqués du Panama vers le Pérou avec quatre cents esclaves africains, et en 1550, il y avait au Pérou autant d’esclaves africains que de conquérants espagnols. En 1640, sur les cent mille esclaves noirs que comptait le Vice-Royaume, vingt mille se trouvaient à Lima ; ces chiffres se sont stabilisés au XVIIème siècle. On estime que plus d’un million d’esclaves ont été transférés d’Afrique en Amérique espagnole avant 1760, la plupart d’entre eux ont été envoyés dans les “haciendas”. Du fait des dures conditions de vie et du déséquilibre entre le nombre d’hommes et de femmes, les conditions de reproduction de cette population étaient freinées. L’influence sociale et démographique de ces esclaves s’est surtout faite sentir vers la fin de l’époque coloniale et moins au Brésil qu’en Amérique Espagnole où elle s’est affirmée dans les colonies antillaises, sur la côté vénézuélienne avec la région de Cumana, de Sainte Marthe à Carthagène sur la côte caraïbe de la Nouvelle Grenade, et dans la vallée du Cauca, dans la région de Guayaquil, à Lima, et plus tard dans les villes du Rio de la Plata. Le rôle de ces esclaves a été fondamental dans l’économie de plantation, comme nous le verrons plus loin.

e - Les indigènes des communautés

  • 41 Guillermo Céspedes del Castillo, ouvrage cité, page 213.

98Sous le double effet du dépeuplement et du travail forcé, un grand nombre de communautés indiennes originelles avaient disparu ou étaient en voie de disparition, abandonnées par leurs habitants qui, pour échapper au paiement du tribut et au travail forcé, partaient pour des terres plus lointaines, ou bien s’installaient dans les villes indiennes où, il semble, ils étaient moins exploités41.

99Cet exode a provoqué une diminution de la production agricole qui a principalement affecté les villes. La Couronne à partir de 1540 et les ordres religieux à partir de 1550, ont regroupé ce qui restait de la population indigène dans les “reducciones”, tant pour faciliter leur christianisation que pour les défendre contre les abus des colons. Cette politique a été appliquée au Pérou à partir de 1570, sous la direction d’officiers contrôlés par le Vice-Roi en personne et à partir de 1590 au Mexique où ce type de regroupement est appelé “congrégations”.

  • 42 Guillermo Céspedes del Castillo, ouvrage cité, page 214.

100“Réducciones” et “congrégations” sont conçues comme de nouveaux villages pour les communautés indiennes ; elles devaient être capables de se suffire à elles-mêmes et de payer un tribut modéré à la Couronne. La population de ces villages était composée des survivants des communautés décimées par les épidémies et les migrations, de petits groupes d’indigènes isolés et d’Indiens vagabonds. “Les Indiens reçurent une structure institutionnelle éminemment castillane, mais sous administration indigène, dirigée par le cacique ou curaca”42. Chaque “reducción” recevait des terres alentours, concédées à perpétuité, elles étaient gratuites et inaliénables. Ces terres, destinées à l’auto-subsistance, étaient dénommées “resguardos”, c’est-à-dire de sauvegarde ; elles étaient octroyées à la communauté selon la tradition aborigène. Le tiers des terres était consacré à l’agriculture de subsistance, un tiers aux pâturages et le dernier tiers aux cultures commerciales. Le produit des ventes permettait de payer le tribut, d’acquérir des semences, des outils, du bétail et de couvrir diverses dépenses. Dès lors que ces communautés étaient assez homogènes et bien dirigées par leurs “caciques”, elles ont pu prendre racine.

101Dans ces villages les indigènes apprirent à conduire les animaux de trait et les bêtes de somme, à élever le bétail, et la charrue commença à être utilisée. Ils produisaient leur nourriture et ont développé un artisanat de tissus de laine. Dans leur vie religieuse, ils ont mêlé aux traditions ancestrales le catholicisme de base inculqué par les prêtres.

102Cette politique de sauvegarde en marge du système espagnol des populations indiennes, les “républiques” indiennes, s’est prolongée dans de nombreuses régions jusqu’à l’arrivée au XIXème des “hacendados”, nouveaux propriétaires terriens, qui les combattirent pour les forcer à travailler sur leurs fermes et leurs plantations.

  • 43 Magnus Mörner, ouvrage cité, page 114.

103Il faut noter cependant que dès le XVIIème siècle, un nombre important d’indigènes appartenant à ces nouvelles communautés travaillaient comme salariés dans les “haciendas”. Cette évolution était étroitement liée au déclin des systèmes de travail obligatoire (“repartimiento”, “mita”)43. Ces ouvriers agricoles indigènes, dénommés “gañanes”, tout en travaillant pour les “haciendas”, continuaient à vivre dans leurs villages ; ils conservaient leur statut d’Indiens dans le cadre de leur administration municipale et payaient toujours leur tribut en tant qu’indigènes. Ce tribut était le motif principal qui les obligeait à travailler dans les “haciendas”. Au Mexique au début du XVIIème siècle, la collecte du tribut auprès des ouvriers étant assurée par les propriétaires terriens ; sans opposition des autorités municipales de nombreux abus ont conduit les Indiens à quitter leurs communautés d’origine.

104L’expansion des grandes exploitations se heurtait avant tout au manque de main d’œuvre. Pour les propriétaires terriens, la meilleure méthode pour résoudre ce problème consistait à déposséder les Indiens de leurs terres afin de les obliger à travailler dans les “haciendas”. Progressivement, les Indiens qui jusqu’au XVIIIème siècle avaient continué à vivre dans leurs communautés les ont abandonnées pour s’installer dans les “haciendas”, où leur était donné un morceau de terre pour leurs cultures vivrières ainsi que le droit d’élever leur propre bétail.

  • 44 Magnus Mörner, ouvrage cité, page 115.

105De plus, vers la fin de la période coloniale les populations flottantes indigènes n’ont cessé de croître. Au Mexique dans la province de Guanajuato, on appelait “laboríos” ces travailleurs migrants ; leur nombre y était estimé en 1806 à environ 165 00044. Au cours de leurs pérégrinations, ces indigènes se stabilisaient parfois dans les “haciendas” comme ouvriers agricoles, ce sont les “gañanes” ou “peones”. La méthode classique employée par les propriétaires pour les contraindre à rester consistait à leurs proposer des avances d’argent qu’ils ne pouvaient jamais rembourser.

  • 45 Jaime Jaramillo Uribe, La Economía del Virreinato (1740-1810) dans José Antonio Ocampo (compilateu (...)

106Dans les autres régions de l’Amérique espagnole, la question de la main d’œuvre était tout aussi cruciale ; un certain nombre de méthodes pour la retenir ont été mis en place. Au Chili, les Indiens des “encomiendas” et des communautés indigènes ont été les principales sources de main-d’œuvre. Au Pérou les Indiens rattachés aux “haciendas” percevaient un salaire équivalent à celui des Indiens soumis à la “mita”. Au sud de ce pays, un réglement interdisait d’employer les Indiens comme domestiques (“pongos”). En Nouvelle Grenade, les propriétaires terriens ont eu recours à de nouvelles formes de contrat d’embauche : ouvrier agricole, métayer, fermier, brasssier sur la côte (“peonaje libre”, “concierto voluntario”, “terraje”, “alquiler”). La plus grande partie de ces travailleurs était issue de communautés indigènes dont les terres communautaires avaient été, en 1780, largement amputées par les autorités au prétexte de la diminution de la population indienne : on n’avait laissé qu’un hectare et demi à chaque chef de famille45.

107Au Guatemala, le recours à la main d’œuvre continua à se faire au moyen du système d’attribution d’Indiens (“repartimiento”). Au Yucatan, les “encomenderos” se sont maintenus jusqu’à la fin du XVIIIème siècle et les fermes se procuraient les ouvriers agricoles, fréquemment des métis, soit par la pratique de l’endettement (“peones acasillados”), soit en recrutant des salariés saisonniers dans les villages mayas des environs.

108Les communautés indigènes ont donc constitué tout au long de cette période et notamment au cours des XVIIème et XVIIIème siècles, une source importante de main-d’œuvre pour les exploitations agricoles. Les métis travaillaient parfois comme ouvriers agricoles mais le plus souvent ils étaient intendants ou personnes de confiance du propriétaire. Toutefois l’essentiel des travailleurs permanents ou saisonniers provenait des villages indiens ou des indigènes vagabonds.

L’influence de l’“hacienda” dans le système social latino-américain

  • 46 Rolando Mellafe, Historia Social de Chile y América ; Santiago, Editorial Universitaria, 1986, cha (...)

109L’“hacienda”, examinée jusqu’à présent dans sa formation et son développement, dans ses orientations de production et ses méthodes de recrutement de la main-d’œuvre, s’est constituée au cours des XVIIème et XVIIIème siècle en une unité économique et sociale, et s’est affirmée comme centre du pouvoir rural. “L’hacienda” n’a cessé d’évoluer jusqu’au XXème ; selon certains historiens comme Rolando Mellafe46, on peut distinguer trois phases dans sa période de développement initiale : la phase de “prelatifundio” qui fut celle de la “frontière agricole”, celle de la première grande exploitation rurale (“latifundio antiguo”), et enfin la troisième, le “latifundio” traditionnel.

110La première étape qui correspond aux cinquante premières années de la Conquête, représente une phase de mise en place des bases nécessaires à l’émergence de l’“hacienda” : structuration des marchés agricoles et contrôle des terres par l’Etat conquérant. Grâce à une main d’œuvre encore nombreuse et indépendante et à la mise en place d’une législation, des marchés de consommation de produits agricoles se développent vers les centres urbains et les zones minières, un système d’échanges continu et stable s’établit. L’appareil légal régularise notamment la gestion des terres indiennes que les Espagnols se sont appropriées. Cette étape de “prélatifundio”, caractérisée par un investissement minime dans la production agricole et un faible niveau technologique, révèle le caractère encore très primitif de la rationalité de l’“hacienda” ; font exception les monocultures tropicales, les plantations de coca dans les régions andines et, à une moindre échelle, certaines cultures viticoles au Pérou et au Chili.

111A cette première étape succède celle des premières grandes exploitations rurales, le “latifundio antiguo”. La chronologie des évolutions et des formes du “latifundio antiguo” varie selon les régions colonisées.

112Pendant la première moitié du XVIIème siècle, suite à une conjoncture de crise minière et de raréfaction de la main d’œuvre (la population américaine devait atteindre son plus bas niveau au milieu du siècle), les circuits commerciaux, internes et externes, rencontrent de grandes difficultés.

113Dès le début du XVIIème siècle des secteurs économiques plus différenciés apparaissent : un secteur agricole, un secteur minier et un secteur commercial.

114L’exploitation en concession (“encomienda”) qui était à la fois pourvoyeuse de main d’œuvre et fournisseuse des produits agricoles et manufacturés de première nécessité a cessé d’être, et ce à peu près partout. Du fait des besoins des marchés, les exploitants se regroupent et se constituent en groupe clairement identifié afin de peser dans les conseils municipaux, dans les cours de justice et auprès des gouverneurs ; ils exercent des pressions sur le secteur des mines, sur le commerce ainsi qu’auprès de l’Eglise pour obtenir des crédits. Ils entendent utiliser avec la plus grande efficacité possible les ressources disponibles pour servir leurs intérêts, en obtenant des coûts de production les plus bas dans un marché encore peu structuré. La première grande tâche de ce type d’exploitation rurale, le “latifundio antigua” a été de s’assurer la main-d’œuvre requise par divers moyens : les détenteurs d’“encomiendas” avaient pour principal objectif de s’assurer la main d’œuvre nécessaire, et ce par différents moyens : obtenir la mise à disposition des Indiens des “encomiendas”, ou des villages situés plus à l’intérieur des terres, encourager la traite d’esclaves indiens, embaucher une population libre composée d’Espagnols pauvres, de métis, de mulâtres, de noirs et d’Indiens libres.

115Dans la seconde moitié du XVIIIème siècle apparaît la phase du “latifundio traditionnel” qui fut remplacée à son tour par celle du “latifundio moderne” à la fin du XIXème siècle. Le cadre économique et social du “latifundio traditionnel” est bien différent du précédent. Les marchés internes et externes s’élargissent, la population rurale s’accroît régulièrement, l’accès au crédit et aux circuits monétaires s’étend. En même temps, l’“hacienda” se voit alors peu à peu entourée par des petits propriétaires et des communautés indigènes et métisses, et la population flottante augmente.

116L’ampleur prise par les marchés conduit à l’apparition de nouveaux négociants : acheteurs de bétail sur pied, propriétaires d’entrepôts, chargeurs et transporteurs. L’Eglise de son coté se fait plus exigeante dans ses prêts et avec les ressources de ses propres “haciendas” se place comme compétiteur économique. Le secteur minier occasionne des rivalités par rapport à la main-d’œuvre, notamment pour le contrôle des nouvelles populations, mais aussi pour l’utilisation des ressources naturelles. Le système “latifundio” va aussi se confronter à la bureaucratie naissante de l’État qui cherche à son tour à imposer son pouvoir sur son environnement rural. Neutralisant les obstacles au plein exercice de son contrôle rural, le “latifundio traditionnel” atteint alors sa pleine maturité

  • 47 José Medina Echavarría, Consideraciones Sociológicas sobre el Desarrollo Económico ; Buenos Aires, (...)

117Ces changements ont renforcé le rôle social, économique et politique de “l’hacienda”, jusqu’au milieu du XXème siècle. Elle constitue une institution qui pendant plus de trois siècles a pronfondément marqué la société agraire et la société latino-américaine en général. Le sociologue José Medina Echavarría écrivait en 196447 : “La structure sociale de l’Amérique latine montra pendant longtemps dans ses différents aspects le moule de l’hacienda. Toute l’histoire économique, sociale et politique de la région est en bonne partie l’histoire de la formation, de l’installation et des transformations de cette unité socio-économique. Et l’affaiblissement des structures traditionnelles de l’Amérique latine se confond avec la lente disparition de cette ancienne organisation. Lente disparition, non point extinction, car on observe encore sa présence et son influence”.

  • 48 Comité Interaméricain pour le Développement Agricole, Estudio de las estructuras agrarias de siete (...)
  • 49 Eric R. Wolf et Sydney W. Mintz, Haciendas y Plantaciones en Mesoamérica y Las Antillas dans Hacie (...)

118L’“hacienda” en tant que structure coloniale latino-américaine a été l’objet de débats sans fin entre historiens et sociologues quant à ses caractéristiques, son essence, ses relations avec l’économie et la société en général. Notre intention n’est pas d’entrer ici dans ces débats. Ce qui ne peut être mis en doute est que de part ses relations avec les communautés indigènes puis plus tard métisses et en symbiose avec elles, elle a marqué de manière profonde la société rurale latino-américaine pendant de nombreux siècles : elle est à l’origine du fameux complexe “latifundio-minifundio” étudié par le CIDA durant les années 196048. L’une des meilleures définitions pratiques de “l’hacienda” nous semble être celle proposée il y a quelques années par les sociologues Eric Wolf et Sidney Mintz49 : “L’hacienda est une propriété agricole gérée par un propriétaire terrien qui dirige une force de travail qui lui est subordonnée, elle est organisée pour approvisionner un marché à petite échelle au moyen d’un petit capital, et, où les facteurs de production sont employés non seulement pour l’accumulation de capital mais aussi pour soutenir les aspirations de statut social du propriétaire”.

119En un certain sens, on peut dire qu’il ne s’agit pas seulement d’une entreprise économique mais aussi d’un mode de vie qui puisait sa rationalité dans le contexte du développement économique, social et politique de l’époque et qui d’ailleurs, a évolué au fur et à mesure que les conditions changaient. Son problème principal ne fut pas tant la question des terres disponibles, ce qui au début était facilité par la grande abondance des terres, mais de disposer en permanence d’une main d’œuvre suffisante. Au début de la Conquête, les terres, disponibles et abondantes, s’obtenaient par un système de grâces (“mercedes”). Au départ les méthodes employées pour obtenir la main d’œuvre furent particulièrement coercitives, travail obligatoire et esclavage, mais par la suite elles ont évolué et donné lieu à des systèmes de relations complexes : “peonaje”, “concertación”, métayage, fermage. La pratique du paternalisme a été très important dans le fonctionnement des “haciendas” ; les travailleurs manquaient de liberté mais bénéficiaient d’une certaine sécurité. Du fait des conditions d’isolement des “haciendas” les travailleurs n’avaient de relations avec le reste de la société qu’au travers du propriétaire ; ce qui explique le pouvoir politique de ce dernier, pouvoir qui s’est maintenu et s’est renforcé au XIXème siècle lorsque les anciennes colonies se transformèrent en républiques oligarchiques.

4 - LA COLONISATION PORTUGAISE ET L’ÉCONOMIE DE PLANTATION

120L’autre grand héritage colonial de la société agricole américaine fut l’économie de plantation. Il s’agit d’un héritage fondamentalement portugais car ce sont eux qui donnèrent à l’économie de plantation la dimension sociale et économique qu’elle devait acquérir par la suite ; même si les Espagnols ont également établi des plantations aux Caraïbes, au Mexique et dans d’autres régions tropicales ou sub-tropicales de l’Amérique latine.

  • 50 Stanley et Barbara Stein, ouvrage cité, page 46.

121Les Stein50 précisent : “Le grand domaine produisant pour l’exportation ne se développe qu’à partir du XVIIIème siècle dans l’empire espagnol et plus tard dans les colonies périphériques comme Cuba, le Venezuela ou la cuvette du Rio de la Plata. Ce sont les Portugais qui au XVIIème siècle créent en Amérique le prototype de la plantation produisant pour l’exportation. En effet, la plantation de canne à sucre était une forme d’activité économique indépendante de l’activité minière qui fut la raison d’être de l’“hacienda” au Mexique et au Pérou. Elle constitue un type d’organisation économique, un complexe socio-agricole qui fut reproduit et adapté aux Caraïbes vers la fin du XVIIème siècle et, au XVIIème siècle, dans les colonies anglaises situées au sud de l’Amérique du Nord”.

122A l’origine, le terme de “plantation” s’appliquait à l’installation d’Européens dans une région d’outre-mer. Vers la fin du XVIIème siècle, la plantation est devenue un grand domaine rural spécialisé dans la monoculture de la canne à sucre, une plante d’origine non américaine, qui s’est extraordinairement bien adaptée aux conditions écologiques des régions tropicales et sub-tropicales. Ce type d’exploitation nécessitait un capital important et une main-d’œuvre sédentaire, pour l’essentiel composée d’esclaves noirs amenés d’Afrique. Monoculture et esclavage ont donc été en Amérique latine dès l’origine étroitement liés à l’économie de plantation.

  • 51 Voir Fernand Braudel, Les Structures du Quotidien, tome I de Civilisation Matérielle, Economique e (...)

123L’origine de la canne à sucre est probablement à rechercher du côté de la Nouvelle Guinée ou des îles du Pacifique australien, d’où elle est passée à la côte du Bengale, en Inde51. Bien que plante sauvage, la canne à sucre était cultivée dans des jardins et on en extrayait l’eau de sucre. Le sucre était considéré comme un médicament qui figurait dans les prescriptions des médecins perses à l’époque des Sassanides et à Byzance. Son usage alimentaire commença en Inde puis en Chine, où elle fut introduite au VIIIème siècle après J.-C. et cultivée dans la région de Canton. Son expansion s’est poursuivie vers l’Occident et au Xème siècle elle fit son apparition en Egypte. Les Croisés trouvent la canne à sucre en Syrie et de là l’introduisent à Chypre. Transplanté par les Arabes, le sucre prospère ensuite en Sicile, puis à Valence en Espagne et à la fin du XVème siècle, il est cultivé dans le sud du Maroc. De là, il gagne les îles de l’Atlantique : Madère, les Açores, les Canaries, Sao Tomé et l’île du Prince dans le Golfe de Guinée. C’est de là que les Portugais l’ont introduit au Brésil vers 1520, où la canne à sucre prospère et se développe considérablement dans la seconde moitié du XVIème siècle. A cette époque, le sucre est devenu un produit de consommation très important en Europe, même si la consommation populaire n’apparaît qu’à la fin du XIXème siècle, avec la production du sucre de betterave. Les Hollandais, expulsés de Pernambuco au milieu du XVIIème siècle, implantèrent la canne à sucre du Brésil, dans les Caraïbes. Là, les Anglais et les Français allaient contribuer à son expansion au cours du XVIIIème siècle (Barbades, Surinam, Curaçao, Guadeloupe, Martinique, Jamaïque, Saint-Domingue). Car si les Espagnols avaient déjà au XVIème siècle introduit cette culture à Hispaniola, Cuba et jusqu’au Mexique, ce n’était qu’à une petite échelle.

124La production de canne a augmenté au fur et à mesure que la consommation de sucre a gagné l’Occident. Au XVème siècle à Chypre, la production de sucre n’était que de quelques milliers de tonnes. Au XVIIIème siècle à Saint-Domingue, on produisait déjà 70 000 tonnes. En 1700, l’Angleterre consommait quelques 10 000 tonnes, mais en 1800 près de 150 000 tonnes, soit quinze fois plus. On peut dire que le sucre représente le premier produit agricole qui a impulsé un commerce international à grande échelle.

Les plantations sucrières au Brésil

125Dès 1500, les côtes brésiliennes ont été fréquentées par les navigateurs portugais et espagnols. Sur la côte, les marins trouvèrent une espèce végétale, le “pau-brasil”, dont on extrayait un produit employé en teinture. La première utilisation économique du territoire fut le troc entre les indigènes et les navigateurs de ce bois contre divers produits (tissus, ferraille).

  • 52 Caio Prado Junior, Historia Económica de Brasil ; Sao Paulo, Editora Brasiliense, 1982 (27ème édit (...)

126Mais dans ce type d’exploitation, les Portugais avaient à affronter la concurrence des navigateurs d’autres nationalités, notamment français, ce qui entraînait parfois des conflits armés. Face à cette situation qui rendait incertain le droit que le Pape avait accordé au Roi du Portugal sur les terres américaines (Bulle de 1493), la Couronne décida vers 1530 d’entreprendre la colonisation de la côte brésilienne. Le plan de cette colonisation a consisté à diviser la côte brésilienne et sa zone intérieure, en douze secteurs linéaires dont l’étendue variait entre 30 et 100 lieues52. Ces secteurs, dénommés “Capitaineries”, étaient accordés à des titulaires dénommés “Donataires”, lesquels jouissaient de prérogatives importantes et de pouvoirs souverains. Ils pouvaient nommer les autorités administratives et judiciaires sur leurs territoires respectifs, percevoir les impôts et distribuer les terres. Le Roi ne conservait que des droits de souveraineté semblables à ceux qui existaient dans l’Europe féodale. En compensation, les Donataires des Capitaineries avaient à couvrir toutes les dépenses découlant du transport et de l’installation des colons.

127Des sommes d’argent relativement importantes ont donc été nécessaires pour ces premières entreprises de colonisation, sommes que les Donataires obtinrent surtout auprès des commerçants et des banquiers juifs, tant au Portugal qu’en Hollande. Cette colonisation s’est faite sur la base de plantations de canne à sucre, déjà largement développées dans les îles de l’Atlantique bien connues des Portugais, et que le sucre avait une grande valeur commerciale en Europe.

  • 53 La “sesmaría” est une institution portugaise existante au XVIème siècle. Elle consiste dans la con (...)

128Dans le contexte de cette colonisation les Donataires pouvaient accorder des terres en concession, les “Sesmarias”53, afin qu’elles soient cultivées. La “sesmaría” et le moulin à sucre ont ainsi constitué les bases économiques de la société coloniale portugaise au Brésil. Ainsi à une économie d’extraction et de ceuillette comme le troc du “pau-brasil” difficile à contrôler du point de vue fiscal et administratif, a été substitué une production organisée, industrielle comme celle du sucre, qui caractérise le système colonial portugais.

129Le rapide succès des plantations sucrières sur la côte Nord-est du Brésil, plaine littorale aujourd’hui située dans l’État de Pernambuco, et dans la région de la Baie de Todos los Santos (Reconcavo Bahiano) s’explique par les facteurs suivants.

  • 54 Gilberto Freyre, Terres de Sucre, Paris, Gallimard, 1956, page 35.

130Le premier de ces facteurs est l’expérience technique que les Portugais possédaient déjà de la culture de la canne à sucre et du fonctionnement des moulins dans les îles de l’Atlantique. En second lieu les colonisateurs ont trouvé une terre d’excellente qualité une fois déboisée : le “massapé”, une terre argileuse profonde, facile à déforester et qui conserve longtemps une grande productivité sans apport d’engrais. “Des générations de planteurs de canne pouvaient se succéder sur le même domaine, s’y installer et y prendre racines en faisant des maisons en pierre ; aucune nécessité de ce nomadisme agraire qui s’est pratiqué sur d’autres terres du fait de sols moins fertiles vite épuisés par la monoculture.”54

131Le faible coût des transports entre les domaines sucriers et les ports d’embarquement ont également contribué au succès de la canne à sucre Les estuaires des petits fleuves favorisaient l’occupation de la région et les fleuves navigables qui reliaient les littoraux du nord-est à l’Atlantique facilitaient l’embarquement du sucre, soit en direction d’Olinda, soit vers le Portugal. La proximité des ports rendait peu coûteux le transport du sucre, mais aussi celui des machines et des équipements pour les moulins. La densité des fleuves et des rivières permettait également de répondre aux besoins de consommation en eau, soit pour la population, soit pour l’irrigation, soit pour l’énergie hydraulique nécessaire au fonctionnement des moulins à sucre. Les forêts de la région de la Mata constituaient en outre de riches réserves pour la chasse, pour le bois nécessaire aux fours des moulins, pour la construction des habitations, ou encore la fabrication des caisses destinées à stocker le sucre.

132Enfin, la puissance commerciale et financière des Hollandais a été un atout supplémentaire pour les plantations sucrières. A partir de la moitié du XVIème siècle, les Portugais et les Hollandais représentés par les Flamands d’Antwerp et d’Amsterdam se sont associés : les Hollandais recueillaient à Lisbonne le produit brut, le raffinaient et se chargaient de sa distribution sur l’ensemble de l’Europe, dans la Baltique, en France et en Angleterre. Les Hollandais étaient aussi les grands financiers de l’industrie sucrière.

133La question de la main d’œuvre demeurait le problème essentiel. Au début, on eut recours aux indigènes, déjà employés pour la coupe du “pau-brasil”, mais ils se révélèrent inadaptés à ce nouveau type de travail. De culture nomade, ils pouvaient accepter un travail saisonnier et libre comme l’était l’exploitation du “pau-brasil”, il n’en allait pas de même avec le travail beaucoup plus régulier, dur et discipliné de la culture de canne à sucre.

134Les Portugais ont alors rapidement dû les contraindre au travail et assurer une étroite surveillance pour les empêcher de fuir. Ils eurent alors recours à l’esclavage des Indiens, ce qui entraîna leur révolte et des luttes prolongées. Les guerres entre colons et indigènes aggravèrent les difficultés de la colonisation et, dans certains territoires, comme celui de São Vicente (aujourd’hui São Paulo), des expéditions punitives appelées “bandeiras” organisaient la chasse aux Indiens ; ces expéditions s’aventurèrent à l’intérieur du continent et s’affrontèrent aux missions jésuites du Paraguay.

135Cependant, l’indigène réduit en esclavage se montrait de faible résistance physique et inefficace tant pour la culture de la canne à sucre que pour le travail aux moulins. Dans ces conditions, on commença petit à petit à recourir aux esclaves noirs amenés d’Afrique. Les Portugais avaient depuis le XVème siècle une longue expérience du commerce des esclaves noirs qu’ils avaient déjà introduits au sud de l’Europe pour des travaux divers (services domestiques, travaux urbains ou agricoles) et qu’ils employaient dans les plantations sucrières des îles de l’Atlantique.

136Le processus de substitution de l’Indien par le Noir s’est prolongé jusqu’à la fin de la période coloniale, il a tout d’abord commençé avant au Nordeste (Pernambuco et Bahia), puis s’est développé avec des intensités différentes selon les régions.

137La canne à sucre, avec ses éléments associés, grande propriété, monoculture et esclavage, a donc accompagné la colonisation portugaise qui s’est répandue dans les régions où elle rencontrait des conditions favorables (sol, climat, situation), en général, les zones côtières. Quand les conditions étaient moins favorables (l’Agreste et le Sertão nordestin) des “haciendas” d’élevage extensif furent mises en place, leurs productions animales (bœufs de trait, cuir et viande séchée) constituaient, comme nous le verrons par la suite, le complément indispensable à l’économie de plantation.

138Le moulin ou usine à sucre représentait l’élément clé de cette économie coloniale. Le nombre des moulins augmenta rapidement : cinq en 1540, trente en 1550, soixante-six en 1584, et près de deux cents en 1630 au moment de l’occupation par les Hollandais de la zone d’Olinda. Duarte Coelho, Capitaine Général et Donataire de la Capitainerie de Pernambuco, arrivé en 1535, entreprit la véritable colonisation du Brésil. Il fonda en quinze ans deux villes : Iguaraçu et Olinda, et fit installé cinq moulins à sucre, dont un lui appartenait. Considérant que l’Africain était l’homme indispensable à la culture de la canne, il prit l’initiative dès 1542 de faire importer des esclaves noirs pour sa Capitainerie. Cette stratégie donna à l’agriculture de la Nouvelle Lusitanie des conditions de continuité et de perénité qui firent défaut aux autres Capitaineries. Vers 1570 les successeurs de Duarte Coelho agrandirent le territoire occupé jusqu’au fleuve São Francisco afin de trouver des terres pour la culture de la canne et des esclaves indigènes. Les “sesmarías” situées dans les grandes propriétés rurales n’avaient pas suffisamment de terres pour justifier l’installation de moulin. La chasse aux Indiens s’est accentuée lorsque le Capitaine général Tomas de Souza, s’est établi à Bahia, décimant les populations indigènes de la région. Ce qui a contribué à accélérer la traite des esclaves africains.

139En 1630, quand les Hollandais occupèrent le Nord-est du Brésil, d’où ils seront expulsés par les Portugais en 1654. Pernambuco et les capitaineries voisines étaient alors en pleine expansion sucrière. Olinda, grand centre de la production sucrière comptait 4 000 mille esclaves sur ses 10 000 habitants. Le commerce d’esclaves s’amplifia considérablement sous l’occupation hollandaise. A l’arrivée des Hollandais, l’économie de la région reposait sur trois piliers essentiels : le “latifundia”, la monoculture de canne à sucre et l’esclavage. Tout ceci s’est amplifié sous l’occupation hollandaise, notamment la traite d’esclaves à partir des comptoirs qu’ils possèdaient sur les côtes d’Afrique.

  • 55 Katia M. de Queiroz Mattoso, ouvrage cité, pages 49 à 58.

140Chaque navire portugais ou hollandais transportait de 200 à 700 esclaves africains selon la taille du navire, mais 15 à 20 % d’entre eux mourraient au cours du voyage. Au XVIème et au XVIIème siècles, il fallait trente-cinq jours de navigation pour aller d’Angola à Pernambuco, quarante jours pour atteindre Bahia et cinquante pour Rio de Janeiro. Quand les vents n’étaient pas favorables, les temps de navigation étaient encore plus longs55. Entre 1750 et 1850, date de l’abolition définitive au Brésil de la traite des esclaves africains, on estime à 3,5/3,6 millions le nombre d’esclaves qui y ont été transportés, ce qui correspond à environ 40 % de la totalité des esclaves importés d’Afrique vers le Nouveau Monde.

141Au début de la traite, la majorité des esclaves était envoyée dans les moulins à sucre ; puis on les a envoyés travailler dans les campagnes, dans les mines, ou en ville comme domestiques. Le système de la plantation sucrière n’aurait pu ni fonctionner ni se développer comme il l’a fait sans l’esclavage africain.

142Durant la seconde moitié du XVIème siècle, entre 30 000 et 50 000 Africains arrivés au Brésil venaient des côtes de la Guinée. Au XVIIème siècle, ils étaient entre 500 et 550 000 à travailler dans les plantations sucrières de Bahia et de Pernambuco, puis de la Capitainerie de Sao Paulo à partier de 1787 ; jusqu’en 1640, les trafiquants d’esclaves étaient le plus souvent en même temps propriétaires des moulins à sucre. La découverte d’or dans la province de Minas Gerais à la fin du XVIIème siècle crée une nouvelle demande qui fait tripler le commerce d’esclaves.

143La demande d’esclaves née des besoins des plantations de canne, puis des moulins à sucre, a été renforcée au XVIIIème siècle avec l’exploitation des mines d’or, puis au XIXème siècle par les plantations de café. Les provinces de Rio de Janeiro, Minas et São Paulo employaient vers 1820, 1 350 000 esclaves africains.

Les entreprises sucrières

  • 56 Vera Lucía Amaral Ferlini, A Civilizaçao do Açucar, Séculos XVI a XVIII ; Editoria Brasiliense, 19 (...)

144L’entreprise brésilienne de production de sucre correspondait à un complexe économique où s’allient industrie et capital : combinaison à la fois de terre, de technique et de travail forcé56.

145L’élément central de ce complexe était le moulin qui réunissait les équipements nécessaires au traitement de la canne et à l’élaboration du sucre. La dénommination “engenho”, c’est-à-dire “entreprise sucrière”, s’est étendue peu à peu à l’ensemble de la propriété, aux bâtiments, aux habitations, aux terres et aux cultures. L’installation comme le fonctionnement d’un moulin exigeait d’importants moyens financiers, la proximité d’un cours d’eau était, comme nous l’avons vu, un facteur déterminant.

146Le propriétaire de moulin à sucre travaillait directement ses terres, il en cédait fréquemment une partie aux paysans. Ceux ci devaient non seulement payer une location des terres qui pouvait représenter 5 à 20 % de la production, mais ils s’engageaient de plus à faire moudre la totalité de leur canne dans le moulin du propriétaire ; ces livraisons obligatoires de canne appelées “fazendas obligadas”, ne laissaient au paysan que la moitié du sucre extrait.

  • 57 Caio Prado Junior, ouvrage cité, pages 37 et 38.

147Il existait un autre type de producteurs, des paysans libres, propriétaires de leurs terres, qui n’ayant pas de loyer à verser, percevaient la moitié intégrale de leur livraison de canne. Il y avait parmi eux des blancs capitalistes, parfois les fils même du propriétaire de “l’engenho”57 ; ils possédaient des esclaves et des animaux. La part de canne à sucre produite par ces agriculteurs a été très importante au sein de “l’engenho” jusqu’au milieu du XVIIème siècle, puis elle a décliné au profit de la production directe de “l’engenho”.

148L’installation d’un “engenho” exigeait un capital important tant pour les bâtiments que pour le matériel mécanique : équipements pour moudre et presser la canne, chaudière pour fournir la chaleur nécessaire au processus de purification du bouillon, maison à purge où était opérée la purification du sucre. L’ensemble des habitations comprenait : une grande maison où habitait le propriétaire de “l’engenho”, la “senzala” où vivaient les esclaves, ainsi que des bâtiments annexes, des bureaux et les maisons des employés. Quant aux terres, elles comprenaient les plantations de canne (“cañaverales”), les pâturage pour les bœufs et les chevaux, les champs de cultures vivrières, et des surfaces boisées pour le bois de chauffage et le bois de construction.

149Le nombre d’esclaves variait selon la taille de l’établissement : entre 80 et 100, parfois plus, dans les bons “engenhos” A ces chiffres il faut ajouter les esclaves appartenant aux agriculteurs libres. Ainsi par exemple un agriculteur pour planter 40 “tareas” de canne (une “tarea” correspond à ce qu’un moulin peut moudre en vingt heures) avait besoin de 20 esclaves, de 40 charrettes à bras, de 4 à 8 chars à bœufs et de 12 à 14 bœufs.

150Les “engenhos” produisaient aussi de l’eau de vie de canne, un sous-produit très consommé au sein de la colonie, et qui, avec le tabac, étaient exportés vers les côtes africaines où ils servaient de monnaie d’échange pour le commerce d’esclaves.

151Aux périodes de récolte, l’entreprise de canne à sucre fonctionnait vingt heures de suite, les quatre heures restantes étaient consacrées au nettoyage des équipements. Chaque groupe de travailleurs remplissait une tâche spécifique : coupe de la canne, transport au moulin, broyage, cuisson, purge, emballage, transport du sucre, etc. Le transport de la canne vers la raffinerie puis celui du sucre jusqu’au port d’embarquement ou jusqu’à la ville, se faisait soit avec des chars à bœufs, soit par bateaux.

152L’entreprise de canne à sucre constituait un système social composé de cinq niveaux. Au sommet se trouvait le maître de “l’engenho”, principal capitaliste et propriétaire de l’entreprise, des terres, des esclaves, des animaux et des équipements ; il était à la fois industriel et agriculteur, maître et aristocrate, d’ailleurs certains possédaient des titres de noblesse (barons, vicomtes, marquis).

153En-dessous, il y avait les agriculteurs libres, dont on a déjà parlés, en troisième position venaient les employés et les techniciens de “l’engenho” dont certains étaient salariés parce que travailleurs libres. Leurs spécialités étaient diverses : administrateurs, agents commerciaux, collecteurs des loyers, employés aux écritures, comptables, maîtres de sucre, chaudronniers, purgeurs, surveillants d’esclaves (“feiteros”), menuisiers, chirurgiens (médecins d’esclaves) et prêtres. Il s’agissait tout d’abord des immigrés blancs les plus pauvres, puis progressivement de mulâtres.

154En quatrième position on trouve les “moradores”, libres mais pauvres, habitant aux marges de “l’engenho”, ils avaient le droit de faire de petites cultures vivrières et de commercialiser leurs excédents ; cette production servait à leur auto-consommation et à payer le droit à la terre au propriétaire de “l’engenho”.

155En dernière position il y avait les esclaves, d’abords indiens, puis à partir de 1620, surtout africains, ils vivaient dans la “senzala” (maison des esclaves) ; leur nourriture était à base de farine de yucca ou de manioc, de viande séchée et de miel de canne. Ils travaillaient indifféremment dans les installations industrielles de “l’engenho”, ou dans les champs de canne, au port de marchandises ou comme serviteurs dans les maisons de maître et des agriculteurs libres. Surveillés par les “feitores”, ces contremaîtres pouvaient leur infliger des châtiments corporels. Certaines entreprises accordaient à leurs esclaves un ou deux jours de liberté par semaine, pour qu’ils puissent cultiver leurs parcelles de terre et produire leur nourriture. Aux périodes de récolte et de broyage de la canne, les esclaves qui devaient travailler dix-huit heures par jour, reçevaient un complément de nourriture afin de ne pas tomber d’épuisement.

  • 58 Katia M. de Queiros Mattoso, ouvrage cité, page 135.

156Sur une plantation l’activité productive d’un esclave ne dépassait généralement pas sept ans, ce qui signifie que ce temps de travail suffisait pour récupérer le capital investi dans l’achat et l’entretien d’un esclave58. La mort précoce des esclaves apparaît moins liée aux journées de travail épuisantes de certaines périodes de l’année, qu’aux conditions climatiques et aux maladies endémiques qu’ils contractaient (tuberculose, syphilis, malaria, scorbut, dysenteries, typhoïdes). Ces maladies touchaient l’ensemble de la population, mais du fait de l’insalubrité de leurs habitations les esclaves se trouvaient plus exposés.

157Les esclaves vieux et invalides, inaptes au travail, étaient libérés et abandonnés à leur propre sort ; les autres, s’ils avaient réussi à faire des économies grâce à diverses activités, pouvaient racheter ce droit à la liberté.

  • 59 Tous les antécédents de cet “engenho” proviennent de l’étude de Ward J. Barrett et Stuart Β. Schwa (...)

158L’exploitation sucrière fondée en 1560 par Mem de Sá troisième gouverneur général de Bahia illustre le fonctionnement de ce type d’entreprise de canne à sucre à l’époque du Brésil colonial : “l’engenho” de Sergipe do Conde59.

159“L’engenho” de Sergipe do Conde fut probablement la plantation de canne à sucre la plus grande du Brésil au cours des XVIème et XVIIème siècles. A la mort de son fondateur, sa fille en a hérité et il devint une partie de sa dote lorsqu’elle épousa don Fernando de Noronha, comte de Linhares, en 1572. A la mort de la fille de Mem de Sá, “l’engenho” passa aux mains des Jésuites jusqu’à leur expulsion un siècle plus tard. Jusqu’en 1580 il y avait dans la zone de Recóncavo de Bahia où il était situé, quelques quarante “engenhos” (31 fonctionnaient avec la force hydraulique, 15 encore au moyen de la traction animale, 4 autres étaient en construction). “L’engenho” de Sergipe do Conde disposait d’une capacité de production de 180 tonnes de sucre par an, quand la production moyenne annuelle des autres était de 42 tonnes. En 1572, cette entreprise comptait 259 esclaves, dont seulement 20 étaient d’origine africaine. Il ne fait aucun doute que la position privilégiée du gouverneur Mem de Sá lui a permis de profiter des guerres de pacification livrées en 1560 pour faire travailler dans ses propriétés les indiens faits prisonniers. D’autant qu’à cette époque, un esclave africain coutait trois fois plus qu’un Indien. C’est vers 1580 que “l’engenho” de Sergipe commença à remplacer ses esclaves indiens contre des esclaves africains. Mais, en 1585 l’administrateur des propriétés du comte de Linhares écrivait que les Noirs étaient chers et moins utiles que les Indiens ; aussi proposait-il de fonder des villages indiens aux environs de l’entreprise ; une liste établie en 1591, recense sur 147 esclaves seulement 23 Africains ou mulâtres Encore au XVIIème siècle des Indiens apparaissent sur les documents de “l’engenho” de Sergipe, leurs salaires sont très inférieurs à la normale.

160L’industrie sucrière requérait, en outre, un grand nombre de travailleurs qualifiés, de techniciens et d’artisans. “L’engenho” de Sergipe comptait dix ou douze employés permanents, plus des travailleurs spécialisés fréquemment sollicités : bateliers, bûcherons, chasseurs d’esclaves, forgerons, menuisiers, tonneliers ou barbiers pratiquants la médecine. Ils assuraient des travaux à mi-temps ou de façon temporaire, tous étaient rémunérés par un salaire. La plupart d’entre eux habitaient la ville de Salvador. Des documents indiquent que pour la période 1622-1635, l’entreprise consacrait 19 % du total de ses dépenses aux salaires et seulement 12 % à l’entretien et au renouvellement des esclaves.

161“L’engenho” de Sergipe a parfois disposé de plus de vingt agriculteurs libres, comme chacun possédait ses terres, ses esclaves, ses bœufs et son matériel, les investissements directs de l’entreprise s’en trouvaient diminués d’autant ; et ces données n’apparaissent pas dans les livres de comptes de “l’engenho”. Ainsi en 1572, quand les troupeaux de Mem de Sá s’élevaient à 500 têtes, “l’engenho” de Sergipe comptait seulement vingt-sept bovins.

162A la fin du XVIIème siècle l’économie sucrière du Nordeste connut une crise liée à la conjoncture de plusieurs facteurs : l’expulsion des Hollandais du Brésil au milieu du XVIIème siècle entraîna le transfert aux Caraïbes des techniques de production sucrière brésiliennes, il s’en suivit l’irruption de la concurrence caribéenne sur le marché européen du sucre et la baisse de son prix ; de plus, la découverte de l’or dans le Minas Gerais entre 1690-1700 provoqua une hausse du prix des esclaves. Tout ceci occasiona des réajustements dans la zone sucrière : élimination des producteurs marginaux, hausse du prix de la terre et des ressources naturelles comme le bois.

163Au début du XVIIIème siècle les conditions de l’industrie sucrière brésilienne ont continué à se dégrader. Le prix du sucre continuait à baisser, tandis que le prix des esclaves ne cessait d’augmenter, ainsi selon les chiffres de l’entreprise de Sergipe, le coût d’un esclave équivalait à la fin du XVIIème siècle à 700 kilos de sucre, en 1720, il fallait 1 735 kilos de sucre pour remplacer un esclave agricole.

164A la fin du XVIIIème siècle, l’industrie sucrière brésilienne connut un répit : l’élimination en 1792 de Saint-Domingue de la compétition ouvrit de nouvelles perspectives au sucre brésilien sur le marché mondial. On estime qu’aux environs de 1800, il existait au Brésil 2 600 entreprises de canne à sucre, dont 260 dans le Reconcavo. Au début du XXème siècle, le Brésil produisait plus de vingt mille tonnes de sucre par an.

L’économie sucrière du Brésil, son importance dans le marché mondial et par rapport aux économies agraires complémentaires de plantation

165L’industrie sucrière brésilienne de l’époque coloniale requérait d’importants capitaux tant pour importer des équipements que des esclaves et pour l’installation même des entreprises. Mais sa rentabilité était élevée et allait croissante, du moins jusqu’au départ des Hollandais dans la seconde moitié du XVIIème siècle.

  • 60 Herbert S. Klein, A Escravidão Africana : América Latina e Caribe ; São Paulo, Editorial Brasilien (...)

166A son apogée, entre 1570 et 1600, l’industrie sucrière était devenue la première activité économique des colonies brésiliennes. En 1600, le Brésil possède près de 200 “engenhos”, leur production annuelle atteint de 8 000 à 9 000 tonnes de sucre, vers 1620 elle est de 14 000 tonnes ; à la fin du siècle elle est six fois plus importante que celle des îles de l’Atlantique. A cette période le prix du sucre en Europe demeure élevé. L’introduction après 1620 de nouvelles techniques de broyage avec les moulins verticaux à trois cylindres, réduit considérablement le coût de construction des moulins et permet d’augmenter les volumes de production. Les importations d’esclaves africains n’ont cessé d’augmenter, elles sont devenues supérieures à celles de l’Amérique espagnole. Vers la moitié du XVIIème siècle, le sucre brésilien dominait le marché européen60.

167Le Portugal était le centre commercial qui assurait, en association avec les Hollandais, le lien entre les sources de production brésiliennes et le marché européen. Les Hollandais raffinaient aussi le sucre produit au Brésil. Une bonne partie des rentes de l’entreprise coloniale restait, en conséquence, entre les mains des commerçants et des banquiers hollandais.

168A la fin du XVIème siècle, l’intégration du Portugal à la Couronne espagnole et la longue lutte des Hollandais contre la domination espagnole, allait profondément affecter les relations entre le Portugal, l’Afrique et le Brésil. Déjà assurés de leur indépendance en 1609, les Hollandais se sont servis de leur maîtrise du commerce européen avec l’outre-mer pour porter la guerre au cœur de l’empire espagnol. En 1621, ils ont créé la Compagnie des Indes Occidentales pour concurrencer les Portugais en Afrique et en Amérique. En 1624 ils occupèrent temporairement Salvador de Bahia et en 1627, Recife, occupé à nouveau en 1630 avec la majeure partie de Pernambuco. Puis ils ont occupé en Afrique la Côte d’Or (1638), Luanda et la région côtière de l’Angola (1641).

169Cette offensive hollandaise transforma profondément l’économie sucrière du Brésil et des Caraïbes. L’expérience brésilienne a permis de nouvelles et riches colonies aux Caraïbes, contrôlées par les Anglais et les Français.

170A partir de 1630, la Compagnie des Indes Occidentales fonde sa richesse sur la région de Pernambuco, et Olinda devient sous le gouvernement du Prince Maurice de Nassau une grande ville multinationale et multireligieuse. Mais la rébellion des planteurs de canne à partir de 1645 entraîna son déclin au profit de Bahia.

  • 61 Herbert S. Klein, ouvrage cité, pages 58 à 62.

171Les besoins en sucre des raffineries d’Amsterdam incitèrent à partir de 1656 les Hollandais à développer le traffic d’esclaves et à introduire des techniques plus modernes dans les colonies britanniques et françaises des Caraïbes, notamment à la Barbade, en Martinique et en Guadeloupe. Ainsi s’explique qu’après la reprise de Pernambuco et de Olinda par les Portugais en 1654, les planteurs hollandais émigrèrent massivement vers ces îles en emmenant leurs esclaves. La Barbade reçut alors plus de mille immigrants61, la Guadeloupe et la Martinique près de six cents.

172Ces évènements provoquèrent la première grande crise de l’industrie sucrière brésilienne et entraînèrent une transformation profonde de la géographie économique du Brésil. Le déclin de l’économie sucrière devait favoriser l’essor de l’élevage, ce qui entraîna une occupation de la “caatinga” intérieure, la côte n’était plus la seule zone économique du Brésil.

  • 62 Gilberto Freyre, ouvrage cité, page 97.

173Le bétail était le complément indispensable à l’entreprise sucrière pour sa force motrice, sa viande et son cuir. A mesure que les plantations de canne à sucre s’étendirent le long du littoral, les zones de pâturage et de forêt diminuèrent rapidement. Les animaux et les produits nécessaires aux plantations devaient venir de plus en plus loin. Malgré l’importance relative que représentait l’élevage et le rôle qu’il jouait dans la colonisation et l’occupation de nouveaux territoires, il a toujours été considéré comme une activité secondaire et accessoire. Comme disait Gilberto Freyre62 : “La culture de la canne à sucre dans le Nordeste éleva le Blanc au rang de seigneur et abaissa l’Indien et surtout le Noir au rang d’esclave d’abord puis de paria ensuite. Elle éleva la maison en pierre et en chaux au rang de “casa-grande” et abaissa la hutte de paille au rang de “mucambo”. Elle valorisa la plantation de canne et fit déprécier la forêt. Dans ce système de relations (...) on peut dire d’une manière générale que le cheval se situe dans le premier groupe et le bœuf dans le second. Ce furent les deux grands animaux de la civilisation de la canne à sucre au Nordeste du Brésil.”

  • 63 Caio Prado Junior, ouvrage cité, pages 44 et 45.

174Les zones de la “caatinga” sont plus sèches et en conséquence la vie humaine y est plus difficile : les pluies ne tombent que pendant deux ou trois mois dans l’année, les sécheresses sont fréquentes, et, a l’exception de quelques fleuves, les cours d’eau sont souvent à sec. La converture végétale est pauvre et les cactés y dominent. Cette région approvisionnait en bétail le littoral depuis Maranhao jusqu’à Bahia. Le rendement était très bas : et dans cette région d’un million de kilomètres carrés le nombre de têtes de bétail n’a jamais pu atteindre les deux millions et chaque animal fournissait tout au plus 120 kilos de viande63. Il faut cependant noter qu’au XVIIème siècle, le cuir représentait la moitié de la valeur d’un animal, la viande était moins importante.

175L’expansion rapide des “haciendas” de bétail est due à la fois à la demande du littoral et à la facilité de leur installation : il suffisait de construire une maison couverte de chaume et quelques enclos rudimentaires. Dix ou douze Indiens ou métis suffisaient comme personnel. Le principe d’installation voulait que l’“hacienda” s’étende le long d’un cours d’eau, sur environ 3 lieues et qu’une lieue de terre non occupée serve de limite entre chaque “hacienda”. Les employés et les vachers étaient payés avec un quart des animaux nouveaux nés de chaque année, mais le paiement ne se faisait que tous les cinq ans. Reçevant ainsi un grand nombre d’animaux, le vacher pouvait ensuite s’établir à son compte. Quant au propriétaire il détenait en général plusieurs “haciendas”, mais résidait le plus souvent sur le littoral où il possédait aussi parfois un “engenho”.

176Le tabac, autre activité complémentaire de la plantation sucrière, commença à être cultivé dès le début du XVIIème siècle, non seulement du fait de la demande en Europe, mais aussi parce qu’il servait de marchandise d’échange dans le commerce des esclaves. Cette industrie participait, elle aussi, à la demande en cuirs bovins, nécessaires pour le paquetage et le transport du tabac.

  • 64 Caio Prado Junior, ouvrage cité, pages 41 à 43.

177Enfin, il faut signaler que l’économie sucrière avait pour autre complément indispensable, une agriculture vivrière. Les productions de base étaient assurées par les “moradores” auxquels les entreprises sucrières concédaient des terres, ainsi que par les esclaves eux-mêmes, à qui on accordait pour cela une ou deux journées hebdomadaires. Ainsi, la population rurale des plantations produisait de façon subsidiaire la plus grande partie de ses besoins alimentaires. Les excédents servaient à l’approvisonnement des petits centres urbains, dont la population occupée à des tâches administratives et commerciales, ne pouvait produire sa propre subsistance. Mais leur apport restait largement insuffisant, aussi vit on s’installer aux abords des noyaux urbains coloniaux de petites unités paysannes spécialisées, de type européen, où l’agriculteur travaillait aidé de sa propre famille et d’un petit nombre d’auxiliaires, parfois d’un esclave. Une partie de ces petits propriétaires indépendants étaient issus de la population indigène elle-même, qui s’était installée près des centres urbains coloniaux. Les autres étaient des métis et c’est de ceux-ci que surgit cette classe intermédiaire appelée “caboclos”, qui se situait entre les grands propriétaires de plantation et les esclaves. Cette agriculture de subsistance avait pour produits de base des aliments pour la plupart indigènes : la yucca ou le manioc, diverses tubercules, le maïs et le haricot, hormis le riz qu’il fallait importer. Elle comprenait également de nombreux fruits locaux ainsi que ceux introduits dès le début de la colonisation, comme la banane et l’orange64.

178Le rôle secondaire auquel les cultures vivrières étaient reléguées par la prédominance que l’agriculture de plantation a été un problème récurrent pour l’économie coloniale, notamment au XVIIIème siècle avec le développement des centres urbains. Dès le début, la législation coloniale a obligé les propriétaires à planter du manioc et d’autres cultures vivrières. Mais en pratique ce ne fut guère respecté car l’intérêt des colons résidait avant tout dans la production sucrière. Les déficiences de l’agriculture vivrière entraînèrent des phénomènes de dénutrition chronique chez les plus pauvres ; par la suite on eut recours aux importations en produits alimentaires.

179La plantation sucrière est fondée sur la monoculture, les profits tirés de l’exportation servent à l’importation des biens nécessaires : esclaves et aliments. Tout comme les mines, la plantation sucrière constitue l’un de premiers exemples en Amérique, d’une économie enclavée, à haute spécialisation économique et à grande dépendance externe.

  • N. de la T. : viande salée.

180Les colonies sucrières ne cherchant pas à assurer elles-mêmes leur approvisionnement, la canne à sucre laissait peu d’espace aux cultures vivrières ; on peut dire qu’elle les a expulsées. C’est le drame de la monoculture, au Brésil comme aux Caraïbes plus tard. Pour nourrir tant les esclaves que les citadins, le recours aux importations fut généralisé : au Brésil ce sont des importations de morue en provenance de Terre Neuve, de viande séchée du Sertao, puis de “charqui” du Rio de la Plata et de Rio Grande do Sul ; aux Antilles, la viande de bœuf salée et la farine de blé des colonies anglaises de l’Amérique du Nord sont échangés contre du sucre et du rhum.

5 - L’EXPANSION DE LA PLANTATION SUCRIÈRE DANS LES CARAÏBES AUX XVIIème ET XVIIIème SIÈCLES, ET LES NOUVELLES PUISSANCES EUROPÉENNES (HOLLANDE, ANGLETERRE, FRANCE)

  • 65 Pour cette section, nous nous sommes surtout basés sur les ouvrages déjà cités d’Eric Williams et (...)

181Nous avons déjà signalé que la forte expansion de la plantation sucrière aux Caraïbes amorcée dans la seconde moitié du XVIIème siècle fut une conséquence de l’expulsion des Hollandais du Brésil ; elle atteint son apogée au XVIIIème siècle. Nous nous proposons de présenter brièvement son développement auquel participèrent différentes îles et empires coloniaux65.

182La nouvelle histoire du sucre a commencé dans les îles Barbades, colonie anglaise des Caraïbes. En 1640, les colons anglais étaient environ 52 000 entre les Barbades, Nevis et San Kitts, alors qu’ils étaient 22 000 en Nouvelle Angleterre. Dans leur grande majorité il s’agissait de petits agriculteurs, cultivant principalement le tabac. En 1645, la surface cultivée des Barbades était d’environ 40 000 hectares, et 11 200 Blancs étaient propriétaires de leurs terres. La surface moyenne d’une exploitation était inférieure à quatre hectares, c’était donc une région très densément peuplée.

  • 66 Eric Williams, ouvrage cité, page 116.

183En l’espace de dix ans ces îles agricoles se sont transformées en bastion avançé du régime latifundiaire. Les Hollandais expulsés du Brésil étaient arrivés aux Barbades au moment où l’économie du tabac connaissait des difficultés du fait de la chute des prix en Europe, et ils enseignèrent à ses habitants les techniques de l’entreprise sucrière. Des 11 000 petits propriétaires vivant sur ces îles, il n’en restait en 1667 que 745, mais ces derniers étaient devenus les propriétaires de grandes exploitations de canne à sucre. A la petite exploitation agricole de 4 hectares s’étaient substituées des plantations de 80 à 400 hectares, et le nombre d’esclaves était passé de 16 000 à 82 00066.

184En 1670 l’île est dominée par l’exploitation sucrière. Le nombre de colons blancs n’a cessé de diminuer passant de 37 000 à 17 000, puis à 2 000 en 1680. A cette date, 350 propriétaires produisaient 8 000 tonnes de sucre par an. La société locale était dominée par une élite de grands planteurs : 175 maîtres contrôlaient plus de la moitié des esclaves et des terres des îles. Pour renforcer ce système économique, plus 13 000 esclaves étaient amenés chaque année.

  • 67 Herbert S. Klein, ouvrage cité, page 64.

185Les Barbades étaient à l’époque la plus peuplée et la plus riche des colonies anglaises d’Amérique, elle ouvrait la voie aux autres territoires des Caraïbes67.

186La Jamaïque, conquise en 1655 par les Anglais, s’est, elle aussi, consacrée à l’activité sucrière. En 1670, 80 000 hectares avaient été donnés en concession à 717 familles, en 1672, 70 entreprises produisaient 700 tonnes de sucre par an. La population comptait à peu près autant de noirs que de blancs avec 17 000 personne pour chacune. Mais les besoins de l’industrie sucrière ont conduit à l’arrivée de 3 600 par an ; ce qui explique qu’en 1703 la population blanche nétait plus que de 8 000 personnes pour 45 000 esclaves. Ce déséquilibre s’est accentué : en 1720 avec 74 000 esclaves la Jamaïque était devenue le lieu le plus peuplé d’esclaves des Indes Occidentales Britanniques, en 1740 les esclaves y étaient plus de 100 000, et en 1768 ils atteignaient 167 000 pour 18 000 blancs. A la fin du XVIIIème siècle on comptait 10 esclaves pour 1 blanc.

  • 68 Herbert S. Klein, ouvrage cité, pages 67 à 69.

187A cette époque la Jamaïque qui produisait 36 000 tones de sucre par an, soit quatre fois plus qu’aux Barbades, utilisait 204 esclaves dans une plantation moyenne. Là aussi on peut observer un mouvement de concentration des terres : une propriété moyenne qui en 1670 était de 130 hectares atteignait en 1724 plus de 400 hectares. En 1670 sur les 724 plantations sucrières seulement 2 propriétaires concentraient plus de 2 000 hectares chacun et en 1754 ils étaient 61 sur un total de 1 599 planteurs68. La Jamaïque était devenue, après les Barbades, la nouvelle perle de l’Empire Britannique.

188Les îles colonisées par la France ont connu la même évolution, mais les transformations y furent plus lentes. A la Martinique et en Guadeloupe, les petites unités rurales et la force de travail des populations blanches étaient plus fermement enracinées. Les bouleversements apportés par les Hollandais n’en furent que plus forts. Avec près de 300 plantations sucrières et une production annuelle d’environ 12 000 tonnes en 1670, les îles de la Martinique de la Guadeloupe et de San Cristobal s’étaient trouvées en moins de quinze ans en capacité de concurrencer les 29 000 tonnes annuelles de sucre brésilien.

189Cette progression de l’activité sucrière s’est poursuivie quand les Français ont occuppé à la fin des années 1670 la partie occidentale de l’île de Saint Domingue qui, alors abandonnée, offrait des sols vierges extrêmement riches.

190Au cours des années 1680, Saint Domingue comptait 2 000 esclaves africains et 4 000 blancs français, en 1701 le nombre d’esclaves était encore deux fois moins important qu’à la Martinique qui en avait alors 58 000, mais en 1740 il lui était supérieur. Si la population blanche continuait à croître elle était devenue inférieure à celle des noirs.

191Au milieu du XVIIIème siècle Saint Domingue était devenue l’île la plus importante d’Amérique : le plus grand producteur de sucre, bientôt le plus important producteur de café même si celui-ci n’avait été introduit qu’en l723, la plus peuplée d’esclaves pour les Indes Occidentales.

  • 69 Herbert S. Klein, ouvrage cité, pages 70 et 71.

192A la fin des années 1780 les planteurs de sucre de Saint Domingue étaient considérés comme les plus efficaces au monde. On comptait 600 000 esclaves, soit la moitié de la population esclave des îles Caraïbes. Les exportations représentaient les deux tiers des exportations des Indes Occidentales françaises, et à ce titre étaient plus importantes que celles des Antilles britanniques et espagnoles conjuguées69.

193Le pouvoir croissant de la France et de l’Angleterre dans les îles Caraïbes leur a permis de se substituer aux Hollandais et aux Portugais, tant pour le commerce du sucre que celui des esclaves. Le poids des Indes Occidentales françaises et anglaises sur le marché du sucre leur permit d’approvisionner leurs propres marchés et même ceux du nord de l’Europe, au détriment des exportations du Brésil. En effet si jusqu’en 1630, 80 % du sucre vendu sur le marché de Londres provenait du Brésil, ce pourcentage est tombé à 10 % en 1690. La France, auparavant grand consommateur de sucre brésilien, établit à partir de 1690 des tarifs afin d’éliminer complètement le sucre brésilien du marché français. Au XVIIIème siècle, seules les meilleures qualités de sucre brésilien pouvaient être écoulées sur les marchés de l’Europe du nord, la plus grande partie ne trouvait preneur que dans le sud de l’Europe et le bassin méditerranéen.

194La position de monopole que le Brésil occupait dans l’approvionnement en sucre de l’Europe a donc disparu au milieu du XVIIIème siècle, sa production annuelle allait passer au troisième rang (27 000), derrière Saint Domingue (61 000 tonnes) et la Jamaïque (36 000 tonnes).

  • 70 Eric Williams, ouvrage cité, page 126.

195Le sucre occupait dans l’économie du XVIIIème siècle une place aussi importante que celle que devait prendre l’acier au XIXème siècle et le pétrole au XXème siècle70. Le XVIIIème siècle a été le grand siècle du sucre. “Les bénéfices d’une plantation sucrière dans nos colonies antillaises”, écrivait Adam Smith en 1776, “sont en général bien supérieurs à ceux de toute autre culture d’Europe ou d’Amérique”.

  • 71 Herbert S. Klein, ouvrage cité, pages 72 à 74.

196Ce succès du sucre transforma complètement la nature de la colonisation européenne dans les Caraïbes : il fit disparaître les colonies de peuplement composées de petits colons européens ; et il a introduit une population africaine qui se chiffrait à 1,4 million, soit 40 % des 3,5 millions d’esclaves africains qu’on trouvait alors en Amérique71.

197D’autre part la culture de la canne à sucre élimina toutes les autres cultures alimentaires, notamment dans les colonies britanniques ; au point que les îles dépendaient de plus en plus des importations de produits vivriers. Ceci fut une aubaine pour les colonies anglaises qui deviendront les futurs Etats-Unis, en leur offrant un marché pour écouler leurs excédents de blé et de viande salée.

198On voit combien les plantations sucrières des XVIIème et XVIIIème siècle ont forgé les traits spécifiques des économies d’Amérique latine :

  • une économie d’exportation (sucre, cacao, café, coton, métaux précieux)
  • une économie de plantation basée sur la monoculture72
  • une dépendance alimentaire externe
  • un sous emploi de la main d’œuvre
  • une modification des équilibres écologiques (déforestation, épuisement des sols)
  • une accentuation des déséquilibres sociaux (prédominance de la grande propriété, apauvrissement de la population rurale).

Notes

1 Pour cette section, nous nous sommes notamment basés sur Stanley et Barbara Stein, L’Héritage colonial de l’Amérique latine, Editions François Maspéro, Paris, 1974 ; Bartolomé Bennassar, La América Española y la América Portuguesa : Siglos XVI-XVIII, Akal Editor, Madrid, 1980 et Guillermo Céspedes del Castillo, América Hispánica (1492-1898), Editorial Labor, Barcelona, 1983.

2 Voir Magnus Mörner, Le Métissage dans l’histoire de l’Amérique latine ; Paris, Editions Fayard, 1971.

3 Certains historiens, comme Katia M. de Queiroz Mattoso, estiment qu’entre 1502 et 1860, plus de 9,5 millions d’Africains sont transportés vers les Amériques et que le Brésil fut le principal importateur de Noirs. Le XVIIIème siècle apparaît comme celui où se produisit la plus grande importation d’esclaves : 6,2 millions, et toutes les grandes puissances de l’époque participent de ce traffic. Voir Être Esclave au Brésil : XVI-XIX siècle ; Paris, Hachette, 1979, page 19.

4 Voir ouvrage cité, pages 34 et 35.

5 Voir ouvrage cité, page 122.

6 Guillermo Céspedes del Castillo, ouvrage cité, page 129.

7 Ouvrage cité, pages 143, 144.

8 Voir Jean Piel, Capitalisme Agraire au Pérou, tome I ; Paris, Editions Anthropos, 1975, page 133.

9 Voir Magnus Mörner, La Hacienda Hispanoamericana : examen de las investigationes y debates recientes dans Haciendas, Latifundios y Plantaciones en América latina ; Mexico, Ediciones Siglo XXI, 1975, page 18.

10 Voir ouvrage cité de Bartolomé Bennassar, page 144.

11 Ouvrage cité de Jean Piel, page 135.

12 Sergio Villalobos, Historia del Pueblo Chileno, tome 2 ; Zig-Zag, 1983, pages 26 à 30.

13 Voir Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 145.

14 Voir Stanley et Barbara Stein, ouvrage cité, page 44.

15 Magnus Mörner, article cité en note (9), page 27.

16 Rafael Baraona, Ximena Aranda et Roberto Santana, Valle de Putaendo, Estudio de Estructura Agraria ; Université du Chili, Santiago, 1969, pages 145-149.

17 William B. Taylor, Haciendas Coloniales en el Valle de Oaxaca dans Haciendas, Latifundios y Plantaciones en América Latina, ouvrage déjà cité.

18 A Santiago, dont la population atteignait environ trois mille personnes à la fin du XVIème siècle, dans les “chacras” voisines à la ville on cultive des arbres fruitiers amenés d’Europe, des végétaux et tout ce qui est nécessaire à l’alimentation. La ville s’auto-approvisionne. Chaque famille produit dans sa “chacra” la plus grande partie de ses besoins avec le travail des serviteurs, d’abord indigènes et après métisses ou noirs. Voir José Bengoa, El Poder y la Subordinación : historia social de la agricultura chilena, tome I ; Ediciones Sur, 1988, page 45.

19 Ricardo Luis Molinari, Biografía de la Pampa ; Buenos Aires, Ediciones de Arte Gaglionone, 1987, page 41.

20 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, pages 146, 147.

21 Jean Piel, ouvrage cité, page 152.

22 José Bengoa, ouvrage cité, page 55.

23 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 147.

24 Article cité de Magnus Mörner, page 17.

25 Cristóbal Kay, Desarrollo Comparativo del Sistema Señorial Europeo y del Sistema de Haciendas latinoamericano, article publié en 1976 dans le tome XXXI de l’Anuario de Estudios Americanos de Séville, Espagne.

26 Eric Williams, De Christophe Colomb à Fidel Castro : l’histoire des Caraïbes 1492-1969 ; Paris, Editions Présence Africaine, 1975, pages 34-35.

27 José Bengoa, ouvrage cité, pages 42 et 43.

28 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 117.

29 Jean Piel, ouvrage cité, pages 129 à 131.

30 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 117.

31 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 120.

32 Magnus Mörner, ouvrage cité, page 117.

33 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, pages 122-123.

34 Bartolomé Bennassar, ouvrage cité, page 124.

35 Sergio Villalobos, ouvrage cité, page 83.

36 Jacques Heers, Christophe Colomb ; Paris, Hachette, 1981, pages 416 à 421.

37 Inscription en bas de la statue de Fray Pedro de Cordoba au Musée de Las Casas Reales à Saint-Domingue, République Dominicaine.

38 Sergio Villalobos, ouvrage cité, pages 85 et 86.

39 Sergio Villalobos, ouvrage cité, page 87.

40 Dix-sept esclaves pour travailler dans les mines de cuivre. Voir Eric Williams, ouvrage cité, page 44.

41 Guillermo Céspedes del Castillo, ouvrage cité, page 213.

42 Guillermo Céspedes del Castillo, ouvrage cité, page 214.

43 Magnus Mörner, ouvrage cité, page 114.

44 Magnus Mörner, ouvrage cité, page 115.

45 Jaime Jaramillo Uribe, La Economía del Virreinato (1740-1810) dans José Antonio Ocampo (compilateur), Historia Económica de Colombia ; Bogota, Siglo XXI Editores, 1988.

46 Rolando Mellafe, Historia Social de Chile y América ; Santiago, Editorial Universitaria, 1986, chapitre sur Latifundio y Poder Rural en Chile de los Siglos XVII y XVIII.

47 José Medina Echavarría, Consideraciones Sociológicas sobre el Desarrollo Económico ; Buenos Aires, Hachette, 1954, page 28.

48 Comité Interaméricain pour le Développement Agricole, Estudio de las estructuras agrarias de siete países latinoamericanos (Argentina, Brasil, Chile, Colombia, Ecuador, Guatemala y Perú) ; CIDA, OEA, Washington DC, 1971.

49 Eric R. Wolf et Sydney W. Mintz, Haciendas y Plantaciones en Mesoamérica y Las Antillas dans Haciendas, Latifundios y Plantaciones en América Latina, ouvrage déjà cité.

50 Stanley et Barbara Stein, ouvrage cité, page 46.

51 Voir Fernand Braudel, Les Structures du Quotidien, tome I de Civilisation Matérielle, Economique et Capitalisme du XV au XVIII siècle ; Paris, Editions Armand Collin, 1979, pages 191 à 193.

52 Caio Prado Junior, Historia Económica de Brasil ; Sao Paulo, Editora Brasiliense, 1982 (27ème édition), pages 31-32. La “legua” est une ancienne mesure portugaise équivalent à peu près à 6 kilomètres.

53 La “sesmaría” est une institution portugaise existante au XVIème siècle. Elle consiste dans la concession de terre à titre précaire avec l’obligation de la part du concessionnaire de labourer et de cultiver cette terre. Les terres sont des terres abandonnées bien qu’ayant appartenu précédemment à quelqu’un. Les “sesmarías” sont établies en 1375 par le roi Ferdinand I, dans le but de faire produire les terres et de rendre leur culture obligatoire en vue de l’intérêt collectif. Le Portugal manque à l’époque d’une production suffisante de blé et d’orge. Les “sesmeiros” surveillent la culture de ces terres. Si un domaine n’est pas travaillé, le “sesmeiro” a le droit de le confisquer et de l’attribuer à un autre cultivateur. Plus tard, le mot “sesmeiro” désignera le concessionnaire de la “sesmaría”.

54 Gilberto Freyre, Terres de Sucre, Paris, Gallimard, 1956, page 35.

55 Katia M. de Queiroz Mattoso, ouvrage cité, pages 49 à 58.

56 Vera Lucía Amaral Ferlini, A Civilizaçao do Açucar, Séculos XVI a XVIII ; Editoria Brasiliense, 1988.

57 Caio Prado Junior, ouvrage cité, pages 37 et 38.

58 Katia M. de Queiros Mattoso, ouvrage cité, page 135.

59 Tous les antécédents de cet “engenho” proviennent de l’étude de Ward J. Barrett et Stuart Β. Schwartz intitulée “Comparación entre dos Economías Azucareras coloniales : Morelos, México y Bahía, Brasil” in Haciendas, Latifundios y Plantaciones en América Latina, ouvrage déjà cité, pages 532 à 572.

60 Herbert S. Klein, A Escravidão Africana : América Latina e Caribe ; São Paulo, Editorial Brasiliense, 1989, pages 56-57.

61 Herbert S. Klein, ouvrage cité, pages 58 à 62.

62 Gilberto Freyre, ouvrage cité, page 97.

63 Caio Prado Junior, ouvrage cité, pages 44 et 45.

64 Caio Prado Junior, ouvrage cité, pages 41 à 43.

65 Pour cette section, nous nous sommes surtout basés sur les ouvrages déjà cités d’Eric Williams et de Herbert S. Klein.

66 Eric Williams, ouvrage cité, page 116.

67 Herbert S. Klein, ouvrage cité, page 64.

68 Herbert S. Klein, ouvrage cité, pages 67 à 69.

69 Herbert S. Klein, ouvrage cité, pages 70 et 71.

70 Eric Williams, ouvrage cité, page 126.

71 Herbert S. Klein, ouvrage cité, pages 72 à 74.

72 Voir à ce propos le livre de Gilberto Freyre, Terres de Sucre, déjà cité.

Notes de fin

* N. de la T. : propriétaire foncier-ouvrier agricole.

N. de la T. : viande salée.

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540