Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pinochet s'en va...

 | 
Bruno Patino

Postface. Londres 1998/Santiago 2000

La fin politique du pinochétisme ?

Texte intégral

  • 1 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.

« Vous me demandez s’il y aura un jour une rue à mon nom dans ce pays ? Qui peut savoir ? L’histoire…. L’histoire, c’est à elle de décider. Mais, croyez-moi, l’Histoire ne sera pas ce que vous voudriez qu’elle soit. Une rue, une avenue, je ne sais pas. Mais vous verrez, j’aurai des obsèques nationales. Je vous en fais le pari. Ce qui attire tant votre attention aujourd’hui, les droits de l’homme, le reste, tout cela ne pèsera rien face à la reconstruction de ce pays – et ce pays a toujours eu besoin d’hommes de volonté et prêts à se sacrifier pour se reconstruire – et face à ce que je laisse : un pays sur la voie de la prospérité, qui devient un modèle pour le monde entier. Vous savez, ma mission est accomplie, et cela, le pays m’en sera redevable. Je ne serai pas une parenthèse dans l’histoire de ce pays, bien au contraire1. »

1En décembre 1992, alors qu’il nous reçoit, le général Pinochet évoque sa postérité avec beaucoup de confiance. Le temps joue pour lui, et sa sortie lui semble exemplaire : en jouant le jeu, il a pu préserver certains acquis de son régime. Fin 1994, alors que s’achève la transition, force est de constater qu’on ne peut lui donner tout à fait tort.

2Car le bilan de la transition est pour le moins mitigé. Le terrain parcouru est finalement beaucoup plus proche des limites de l’acceptable fixées par les militaires que des objectifs que s’était préalablement donnés la Concertación. La libéralisation du régime a été obtenue au prix d’une démocratisation limitée du fonctionnement des pouvoirs publics, et, surtout, au prix d’une réduction très notable de l’influence du pouvoir présidentiel, non compensée par un accroissement du pouvoir législatif. L’espace utile du politique, tout en étant accru, n’a nullement récupéré toute sa surface d’avant le coup d’Etat. Le projet personnel et militaire a été démantelé. Son corollaire, le projet de limitation de l’influence du politique, n’a pas subi le même recul, tant s’en faut. Le modèle de développement a pleinement joué son rôle de socle d’accord, et n’a pas été sensiblement modifié, même si un accroissement de la redistribution a été constaté. Il reste, cela étant, fondé sur une économie de marché tournée vers l’extérieur, et impose donc au politique une prise en compte de la conjoncture internationale et des variables sur lesquelles se fondent les mouvements de capitaux. Le modèle de développement, dans sa version pragmatique, oppose aux éventuelles actions politiques et sociales les différents mécanismes de marché. La question militaire est, paradoxalement, celle sur laquelle les acquis de la transition sont les plus différents des limites qu’avait fixées le général Pinochet. L’armée s’est en effet re-professionnalisée en échange de son autonomie budgétaire et d’une puissance relative inégalée dans l’ensemble du continent. Elle a ainsi laissé en déshérence un rôle tutélaire plus imaginé pour son commandant en chef, le général Pinochet, et ses quelques proches, que pour l’ensemble de l’institution, qui ne semble pas le désirer. Les institutions militaires ont finalement été sensibles au contenu de leur discours. Ce dernier, loin de se limiter à une méfiance à l’égard des politiques, incarnait avant tout un rejet du politique. Il n’est peut-être pas étonnant que ce rejet se soit également appliqué à leurs propres ambitions… A cet égard, la « disparition » politique du général Ballerino, fin 1993, traduit cette évolution. Le général Ballerino incarnait jusqu’à la caricature le type de militaire dont rêvait le général Pinochet pour son pays : fin, cultivé, très à l’aise dans les négociations politiques et l’art de gouverner, persuadé tant de son propre destin politique que de l’éminence du rôle des forces armées comme élément « régulateur » de la sphère politique. Le général Ballerino est parti à la. retraite fin 1993, officiellement pour des raisons de santé, officieusement en raison de son rôle dans l’élaboration de la loi Aylwin, qui entendait mettre un terme définitif, sur le plan judiciaire au moins, à la question des droits de l’homme. Ballerino parti, le poids des « politiques » dans l’armée, est devenu marginal.

3La question des droits de l’homme, justement, constitue l’un des espaces où les résistances ont été les plus fortes. Les progrès en terme de révélation, avec notamment l’identification des victimes « les plus graves » (morts et disparus) n’ont pas permis au processus de réconciliation d’aller à son terme, il s’en faut de beaucoup. Ni la condamnation, ni le repentir, et encore moins la punition n’ont pu être appliqués au Chili entre 1988 et 1994.

  • 2 Entretien avec Eduardo Frei Ruiz Tagle, décembre 1993.

4En décembre 1993, Eduardo Frei est élu Président de la république du Chili. Il succède à Patricio Aylwin, et entend présider un pays « redevenu normal »2. Patricio Aylwin et les principaux acteurs de la transition, Enrique Correa et Edgardo Boeninger, quittent le milieu politique pour au moins six an… Le programme d’Eduardo Frei est un programme d’intégration économique, dans les sous-ensembles régionaux en premier lieu, au sein de l’accord de libre échange nord-américain (ALENA) en second lieu. La prééminence de l’économie internationale comme moteur d’une croissance interne est ainsi réaffirmée. Au risque de la tautologie, Eduardo Frei est bien, physiquement, le fils homonyme de son père. Même profil, même sourcils proéminents, même voix. Politiquement cependant, le passage d’Eduardo Frei père à Eduardo Frei fils souligne les changements intervenus au Chili entre 1970 et 1993. Eduardo Frei fils est un ancien ingénieur de travaux publics, entrepreneur prospère sous le régime militaire, aux convictions politiques floues et à l’attachement partisan « familial » : démocrate chrétien parce qu’élevé démocrate chrétien. Entre temps, la Démocratie Chrétienne s’est transformée : de parti messianique et clientéliste porteur d’une ambition transformatrice pour la société chilienne dans les années 1950 et 1960, elle est devenue un parti attrape tout du centre, rassemblant plusieurs ambitions présidentielles, mais toujours potentiellement guettée par une volonté hégémonique. Eduardo Frei est un président sans charisme, « un presidente par los « nuevos tiempos », comme le souligne son slogan de campagne présidentielle.

5Le Chili de 1994 est un pays démocratisé de façon imparfaite, mais relativement consolidée. Reste que cette démocratisation n’a rien de comparable avec le régime en vigueur avant 1973. Elle tient plus du rite que du dogme. La transition a été une période d’ingénierie politique nourrie par la négociation constitutionnelle. Une ingénierie réussie, parfois brillante, souvent rigoureuse, menée par l’alliance d’une génération soucieuse de rédemption pour la plus vieille, et d’une génération ambitieuse mais scrupuleuse pour la plus jeune. Mais cette transition, qui a adopté un mécanisme pour stratégie, s’est finalement limitée à cette stratégie et donc à ce mécanisme. L’ingénierie n’a en effet pas su créer un contenu qui soit capable de donner un sens à la démocratie. Elle n’a pas su re-politiser la démocratisation. Le Chili, pendant la transition, s’est proclamé « guépard » de l’Amérique latine, et a étalé sa fierté nationale lorsqu’un magazine argentin l’a surnommé « Chile S.A ». La démocratie, dans ce Chili là, fait partie du statut auquel aspire le pays. Le régime n’a pas été perçu comme une façon de résoudre par le suffrage universel et la compétition électorale les grandes contradictions de la société chilienne, et en particulier la situation des oubliés du régime militaire, que les équipes de la transition ont semblé négliger : les trois millions de chiliens les plus pauvres, exclus de la croissance, et les parents de victimes des violations à l’encontre des droits de l’homme, condamnés à se contenter d’une demi-vérité.

6Certaines transitions se sont caractérisées, lorsqu’elles ont pris fin, par la quasi-disparition – même temporaire – des forces politiques qui les ont menées à bien. La construction de la Concertacion obéissait à la volonté des forces démocrates d’établir un accord politique le plus large possible afin de transformer un pacte de démocratisation en une coalition politique de gouvernement à long terme, et de maintenir au pouvoir les forces à l’origine de la transition. Une des hypothèses non revendiquées de cette création consistait à affirmer que toute force politique qui se placerait « en dehors » de la Concertacion (pour le centre et la gauche), ou qui n’en deviendrait pas un interlocuteur privilégié (pour la droite) serait condamnée à la marginalisation par le mouvement centripète mis en œuvre pendant la transition par l’utilisation de la négociation constitutionnelle. Une fois la transition terminée et le mouvement centripète achevé, il reste, fin 1994, à connaître la résistance de la Concertacion à d’éventuels mouvements centrifuges qui pourraient apparaître dans le futur.

7Ces interrogations se posent toujours, mais de façon amoindrie, quand le général Pinochet prend sa retraite de commandant en chef de l’armée de terre, en mars 1998. La Concertacion a tenu, et les quatre premières années de la présidence Frei se sont déroulées sans accroc majeur. La crise financière a touché le Chili, le chômage a augmenté, la croissance a diminué, mais politiquement, le pays est stable : la démocratie particulière issue de la transition est toujours en vigueur. L’héritage démocratisé d’Augusto Pinochet reste présent dans le pays. Le 11 mars 1998, le général Pinochet quitte donc son poste de commandant en chef de l’armée de terre pour devenir sénateur à vie (sénateur « numéro 48 ») après une cérémonie grandiose et politiquement consensuelle – le président Eduardo Frei et tous les partis de la Concertacion sont représentés. Le général Pinochet quitte ses fonctions avec les honneurs, et la reconnaissance d’une partie importante du pays (entre 30 et 40 % du pays selon les sondages). Les manifestations organisées pour protester contre son entrée au Sénat n’y changent rien.

8Le 16 octobre 1998, c’est avec stupeur que les Chiliens apprennent l’arrestation du général Pinochet à Londres.

9Sur le plan international, l’arrestation d’Augusto Pinochet incarne la tentative fragile et audacieuse de création d’une justice internationale fondée sur la Common Law, détachée de la notion de territoire et de souveraineté. Le temps passant, au fil des cinq cent quatre jours de détention de l’ancien commandant en chef, le progrès juridique diminue. La première décision de la Chambre des Lords fera date : le 25 novembre 1998, par trois voix (Lord Leonard Hoffman, Lord Hohan Steyn, et Lord Donald Nicholls) contre deux (Lord Anthony Lloyd et Lord Gordon Slyn) elle revient sur la décision de la Haute Cour (le 28 octobre, la Haute Cour avait confirmé l’immunité diplomatique de l’ancien chef de l’Etat), et souligne qu’il ne saurait exister ni immunité, ni impunité pour un certain type de crimes, dont la torture et les séquestrations / disparitions. On est alors dans les balbutiements de la justice internationale, et c’est avec une incrédulité mêlée d’espérance et de crainte que les défenseurs des droits de l’homme voient s’ouvrir devant eux le chemin menant à la création, à terme, d’une véritable cour de justice internationale dotée d’une jurisprudence spécifique. Le 9 décembre, le ministre Jack Straw commence le processus d’extradition vers l’Espagne.

10La suite est moins épique, et la bataille juridique, diplomatique et politique débouche sur un compromis pour le moins peu mémorable : une avancée juridique modérée assortie d’une solution pragmatique.

11Le 17 décembre 1998, la Chambre des Lords annule sa décision du 25 novembre : le recours en nullité s’appuyant sur le « lien particulier » entre Lord Hoffman et l’organisation Amnesty International est accepté. La portée de la seconde décision de la Chambre des Lords, le 25 mars 1999, se place singulièrement en retrait de celle du 25 novembre 1998 : six des sept Lords refusent en effet l’immunité au général Pinochet, mais sa responsabilité est replacée dans le cadre traditionnel du droit international public. Seuls peuvent être examinés les crimes de torture et conspiration intervenus après le 29 septembre 1988, date à laquelle la torture fait son entrée dans le droit pénal britannique, ou après le 8 décembre 1988, date de la ratification, par la Grande Bretagne, de la Convention des Nations Unies sur la torture. Les heures les plus noires de la dictature ne sont pas concernées, puisque ne seront examinés que les crimes intervenus après la défaite du général Pinochet au plébiscite du 5 octobre 1988. Les associations chiliennes recensent 4 cas de torture et 24 cas de disparition. Le juge Baltazar Garzon, quant à lui, va rajouter 35 nouveaux cas à la liste qu’il avait préalablement soumise à la justice britannique. Le 15 avril 1999, Jack Straw relance le processus d’extradition, qui est finalement, en octobre, favorablement accueilli par le juge Bartie. Ce dernier confirme la validité des 35 cas postérieurs à 1988 présentés par le juge Garzon, et, prenant ses distances avec le verdict de la chambre des Lords, laisse le soin à la justice espagnole de décider si la souffrance des familles de disparus antérieurs à 1988 constitue, ou non, une torture psychologique, et donc un délit permanent. Voilà pour ce qui est du droit international.

12Pour ce qui est de la politique, en revanche, le pragmatisme l’emporte. Tout au long de l’année 1999, le gouvernement chilien d’Eduardo Frei a réaffirmé sa souveraineté, et a officiellement nié à la Grande Bretagne le droit de retenir prisonnier le général Pinochet en vue de procéder à son extradition vers l’Espagne. Officieusement cependant, la « question humanitaire » a fait son apparition dès la fin 1998, avant de constituer le principal argument d’une position commune entre le gouvernement, la Concertación, plusieurs membres de la droite, et les forces armées représentées à la « table ronde », émanation du Conseil de sécurité nationale créée pour l’occasion. Cette position constituait le plus petit dénominateur commun entre ces différents acteurs, en évitant soigneusement le thème des actions à mener à l’encontre des responsables de violations des droits de l’homme pendant la dictature. Il s’agissait avant tout de « faire rentrer le général », peu importe comment. D’où une certaine tension avec les défenseurs de l’ex dictateur, ce dernier tenant à rentrer au pays vainqueur d’un combat judiciaire qu’il jugeait inéquitable. A partir de juillet 1999 cependant, la rumeur se répand au sein de certains cercles : la « cause humanitaire », qui soutient que le général ne peut être jugé pour raisons de santé, a de nombreuses chances de l’emporter. Le 5 janvier 2000, Augusto Pinochet est soumis à sept heures d’examens médicaux. Le 11 janvier, Jack Straw accepte les raisons humanitaires, qui seront confirmées le 2 mars, malgré les tentatives de pays européens et d’organisations humanitaires pour faire annuler la décision du ministre britannique. Le 3 mars, Augusto Pinochet s’envole pour le Chili, et, le 4, le vieux militaire retrouve son pays… et une partie de sa santé.

13Sur le plan national, l’arrestation puis la libération ne n’ont pas été sans conséquences. Modifient-elles pour autant la nature du régime démocratique chilien ? Ce qui est sûr, c’est qu’elles le fragilisent en le soumettant à des tensions accrues.

  • 3 Hector Soto, « Pinochet al ras des suelo », La Tercera, 24 mai 2000.

14La Concertacion a failli exploser, tiraillée entre le désir de politique consensuelle de la Démocratie Chrétienne et le soutien à la justice de la plupart des socialistes : elle a fini par résister, grâce au double langage de Ricardo Lagos, et à la gestion particulière du gouvernement Frei. Dès juillet, ce dernier avait décidé de mettre en avant la « raison humanitaire » pour obtenir le retour d’un Augusto Pinochet juridiquement perdant, et donc, pensait-il, politiquement mort. Cette gestion a permis au général d’être absent de la campagne – pendant le temps de sa détention – et au candidat socialiste d’être finalement élu une fois la libération annoncée, la droite devant se prononcer, à nouveau, sur le régime militaire. Au total, la Concertacion a conquis, une nouvelle fois, mais de justesse, le pouvoir présidentiel. Ricardo Lagos s’insère dans le cadre de la transition, même s’il souhaite, à nouveau, modifier certaines règles du jeu, et ne « pas entraver » le cours de la justice à l’encontre du général Pinochet. L’image du général est, quoi qu’il arrive, durablement dégradée : c’est en vaincu qu’il est rentré au pays. Qu’il se soit levé de son fauteuil roulant n’y change rien : il reste, selon les mots d’un éditorialiste chilien, cloué au ras du sol par l’humiliation d’une échappatoire médicale3.

15Rentré au pays, il doit aujourd’hui affronter les multiples plaintes qui, chaque semaine, sont déposées contre sa personne. La protection que lui accorde son immunité de sénateur à vie semble ne plus devoir suffire : la levée de l’immunité est soumise à une cour d’appel qui n’est plus, il s’en faut, automatiquement favorable au régime militaire. Et, de fait, le 23 mai 2000, cette cour annonce « officieusement », par 13 voix contre 9, que l’immunité du général va être levée. Ce faisant, le pouvoir judiciaire a souhaité échapper aux pressions qui se multipliaient, et transmettre le dossier à la Cour suprême. Or, cette dernière, dont la jurisprudence fut outrancièrement favorable aux thèse militaires pendant la transition ne compte plus désormais, en mai 2000, que trois membres sur vingt nommés par Augusto Pinochet. Le temps est passé, et le pouvoir judiciaire peut être tenté de se blanchir de l’accusation de complicité avec le régime militaire.

16Cela étant, il existe au moins deux façons d’analyser le choc que produit le retour du général Pinochet, qui survient le même mois que la prise de fonction de Ricardo Lagos, premier Président chilien socialiste depuis Salvador Allende… L’histoire, parfois, se permet des clins d’œil.

17La première hypothèse pose que l’aventure londonienne du général permet désormais de relancer la dynamique qui a existé lors de la transition (1988-1994), et qui a rendu possible, grâce au processus de négociation permanent, la création d’un effet agglomérant permettant de procéder à des réformes en atténuant les mécanismes centrifuges de polarisation de la société chilienne.

18La transition a en effet, du point de vue démocratique, souffert d’une avancée insuffisante et d’un échec patent. Le transfert de pouvoir à des autorités démocratiquement élues a été bien incomplet, et les réformes constitutionnelles proposées en 1992 par le Président Aylwin ont été sans suite. Par ailleurs, si la vérité au sujet des violations de droits de l’homme a pu progresser de façon notable, la justice n’a connu, entre 1988 et 1994, aucune avancée significative, la loi d’amnistie restant en vigueur dans son interprétation la plus extensive. En revanche, le consensus autour du modèle de développement a permis une certaine « paix » sur le plan politique, loin des affrontements extrêmes des années 1960-1980. De même, les militaires ont interprété de façon restreinte leur pouvoir de tutelle, en limitant leurs demandes institutionnelles à l’autonomie, et en faisant du Conseil de sécurité nationale, non un instrument d’intervention, mais un lieu de dialogue avec le pouvoir civil.

19Or, l’arrestation puis le retour du général Pinochet ont permis au gouvernement démocratique de s’appuyer sur les succès de la période de transition pour rouvrir les dossiers constitutionnels et judiciaires. Ainsi, le dialogue avec la droite politique n’a jamais été rompu, même au plus fort de la crise. Cela a donné au gouvernement l’assise nécessaire pour envisager un nouveau processus de négociation constitutionnelle : a peine élu, Ricardo Lagos annonce son intention de procéder aux réformes abandonnées en 1992-1993. Le projet de loi est déposé quelques jours après son investiture, le 14 mars 2000, et son aboutissement ne pourra avoir lieu en tout état de cause qu’après un très long processus juridique parsemé d’obstacles.

20Ensuite, et surtout, une Τable de dialogue (mesa de dialogo) a été créée, qui regroupe notamment des représentants du gouvernement (dont Eduardo Perez Yoma, ministre de la défense), quatre avocats représentant les organisations de défense des droits de l’homme, et les plus hautes autorités militaires : Ricardo Izurieta, commandant en chef de l’armée de terre, Jorge Arancibia, commandant en chef de la marine, Patricio Rios, commandant en chef de l’armée de l’air, et Manuel Ugarte, directeur général des carabiniers. Cette Table ronde a certes permis de dégager une position commune entre l’armée et le gouvernement pour traiter le cas personnel du général Pinochet. Elle a surtout aidé la société chilienne à envisager de nouvelles avancées sur le plan de la justice. Ainsi, la Table de dialogue s’accorde, quelques jours avant le retour du général Pinochet, autour d’un texte qui aurait été « révolutionnaire » quelques années auparavant : il encourage la rédaction d’une loi qui sanctionnerait ceux qui détiendraient des informations sur les disparus (et en particulier leur lieu de sépulture) sans les révéler, et pour ce faire, demande l’inscription d’un nouveau type de délit dans le code pénal. La table de dialogue propose également la nomination d’un juge aux pouvoirs spéciaux, chargé d’enquêter sur l’ensemble des disparitions non élucidées. Ce juge pourrait accorder des réductions de peine à ceux qui l’auraient aidé, tout comme il serait en mesure de garantir une stricte confidentialité quant à l’identité des personnes qui lui auraient fourni des informations. L’analyse historique est également abordée par la Table, qui, là encore, reprend l’ouvrage à l’endroit où l’a laissé la commission Rettig : elle souligne que le désordre intérieur (comocíon interna) provoqué par l’Unidad Popular, si elle explique le coup d’Etat, ne le justife pas : d’ailleurs, « il est indispensable de rejeter catégoriquement toute forme de prise de pouvoir par d’autres voies que les voies démocratiques ». De même, le premier projet de rapport de la Table de dialogue entend rappeler que la violation des droits de l’homme « est moralement contraire au serment militaire, à la tradition historique et au fondement éthique des forces armées et des carabiniers », et qu’il est nécessaire, « pour la dignité de la Patrie, que jamais plus ne se répètent de telles actions ». Enfin, le premier projet de rapport réfute « la thèse de l’ennemi intérieur, qui suppose l’élimination de quiconque défend une idée différente à l’idée officielle, ne fait pas partie de la doctrine de sécurité nationale, telle qu’elle est définie dans le Livre de la Défense nationale ». Or, la thèse de l’ennemi intérieur constitue le fondement idéologique, non seulement du coup d’Etat du général Pinochet, mais encore du refus des militaires, pendant la transition, de participer au processus de vérité et de réconciliation lancé par la commission Rettig.

21Enfin, dernier point de l’analyse, le procès de levée d’immunité du général Pinochet, toujours sénateur à vie, peut commencer le 19 avril 2000 sans que l’armée ne se livre à une quelconque gesticulation : l’autonomie du pouvoir judiciaire est réaffirmée par Ricardo Lagos, et le juge Guzman peut faire état de 80 plaintes (101 plaintes début mai) devant la Cour suprême chilienne. Au cours de ces audience, on semble s’orienter vers la confirmation d’un changement de jurisprudence concernant la loi d’amnistie de 1978. En 1993, la Cour suprême avait décidé, non seulement d’appliquer l’amnistie dans les cas de disparition (niant la notion de délit permanent), mais encore de le faire avant enquête et avant jugement. Le cas étudié en 2000, celui de la « caravane de la mort » du général Arrellano (octobre 1973) pourrait confirmer un changement déjà amorcé en 1999 : désormais, un jugement pourrait être nécessaire avant toute application de la loi d’amnistie, ce qui permettrait d’identifier les bourreaux, et, de plus, les disparitions pourraient se voir qualifier de délit permanent, et donc échapper à une loi d’amnistie qui ne couvre que la période 1973-1978. La thèse du secuestro qualificado, donc du délit permanent, a été réutilisée par le juge Guzman, et a reçu un accueil favorable de la part de la chambre pénale de la Cour suprême, présidée par le juge Luis Correa, un des juges les plus influents au sein de la Cour suprême, celle-là même qui sera sans doute amenée à trancher définitivement la question de l’immunité du général.

22Que le général finisse par être jugé, ou qu’il échappe à la première série de plaintes par des examens médicaux, il se pourrait bien, que, désormais, l’impunité pour les cas de disparition n’existe plus au Chili. Le pouvoir judiciaire pourrait être ainsi amené à compléter la tâche inachevée des équipes civiles de la transition.

23Ces avancées sont considérables. Elles amènent à imaginer qu’après la période de transition, une nouvelle période de modifications structurelles s’amorce au Chili. Ces avancées doivent cependant être confirmées.

24Car il existe une deuxième hypothèse quant à l’évolution politique chilienne, moins optimiste que la première. Elle souligne qu’en se limitant à un mécanisme d’ingénierie politique s’appuyant sur le consensus, la transition n’a pas lié la démocratie à un véritable projet politique : la démocratie est perçue comme un mécanisme dépourvu de véritable substance. En l’occurrence, les tensions qui réapparaissent suite au retour du général et à l’éventualité de son jugement soumettent le régime à des forces auxquelles il est peu armé pour résister, pour peu que le consensus, et l’instrument de ce dernier, la Concertación, ne résistent pas au choc.

25La société qui affronte le retour du général reste en effet une société profondément divisée, soumise à une forte polarisation. En mars 2000, la société Mori (Market Opinion Research International), dirigée par Marta Lagos, réalise un sondage dans lequel elle demande aux personnes interrogées de « classer » les Présidents chiliens des cinquante dernières années. Augusto Pinochet arrive en tête des « meilleurs » Présidents (avec 28 % des voix), avant Eduardo Frei Montalva (1964-1970), choisi par 21 % des interrogés, Patricio Aylwin (1990-1994), qui rassemble 20 % des voix, Salvador Allende, (1970-1973), choisi par 13 % des interrogés, et Eduardo Frei Ruiz Tagle (1994-2000), qui n’est désigné que par 10 % des personnes sondées. Mais Augusto Pinochet est également le Président qui rassemble le plus de personnes (37 %) en tant que « pire » Président de l’histoire récente, suivi par… Salvador Allende (désigné par 31 % des sondés), puis par Patricio Aylwin (11 %), Eduardo Frei Ruiz Tagle (10 %), et, enfin, Eduardo Frei Montalva (2 %).

26Ces positions se retrouvent dans le souhait de voir le général Pinochet jugé dans son pays : 57 % y sont favorables, mais 38 % s’y opposent totalement.

27Le spectre des « trois tiers » qui divisent la politique chilienne reste toujours vivace… En fait, la transition a permis d’atténuer les tendances centrifuges. Elle ne les a pas fait disparaître. La sphère politique n’est toujours pas apaisée.

28Ces tensions souterraines rendent toujours très difficile l’établissement d’une solution quant au devenir personnel du général Pinochet, et obèrent les possibilités de procéder à de nouvelles avancées dans le domaine de la justice.

29Les procédures judiciaires lancées par le juge Guzman à l’encontre du général Pinochet, si elles se déroulent sans grand encombre dans les enceintes judiciaires, provoquent des remous au niveau politique. La droite et une grande partie de la Démocratie Chrétienne souhaitent que le retour du vieux militaire s’accompagne, certes d’une retraite politique, mais aussi d’une impunité définitive. Le 25 mars 2000, le Congrès a approuvé une réforme constitutionnelle créant le statut d’ancien Président. Ce statut permet aux anciens Présidents devenus sénateurs à vie d’abandonner leur charge sans perdre leur rang protocolaire, leurs avantages financiers… et leur immunité. De plus, cette dernière, contrairement à l’immunité sénatoriale, ne pourrait être levée. Cette réforme constitutionnelle, défendue par la droite et la Démocratie Chrétienne, au mépris des accords internes à la Concertación, a une particularité : elle ne concerne qu’une seule personne, Augusto Pinochet (Patricio Aylwin n’est pas sénateur à vie), et semble être taillée sur mesure pour échanger l’impunité du général contre sa disparition de la scène politique. En dépit de la volonté affiché le 29 mars par Ricardo Lagos de ne pas « assurer au général Pinochet une double impunité », en envoyant un projet de loi interprétatif, la réforme constitutionnelle semble offrir une échappatoire au militaire à la retraite, pour peu qu’il s’efface et oublie le Sénat. Une autre échappatoire reste par ailleurs la question « humanitaire » : au Chili, comme en Grande Bretagne, un état de santé dégradé peut empêcher un jugement. A l’heure où nous écrivons ces lignes, la Cour suprême n’a pas encore examinée la question, réfutant les arguments des avocats du général, qui souhaitaient en faire une question préalable.

30La Table de dialogue elle-même souffre du cas personnel d’Augusto Pinochet : le 11 mars 2000, les militaires font parvenir à la Table un nouveau projet de rapport modifié. La plupart des avancées du premier projet sont « oubliées » : la nouvelle version ne fait pas état de la création du nouveau délit de non-divulgation de la sépulture des disparus, ni même des possibilités de remise de peine en échange d’information. Quant à l’analyse historique, elle réfute la notion de responsabilité des forces armées, en rejetant le coup d’Etat sur l’ensemble de la société civile chilienne. En fait, tant que l’impunité personnelle du général Pinochet ne sera pas assurée, il est probable que les avancées de la Table de dialogue resteront lettre morte. Mais il n’est pas sur qu’elles reprennent, une fois l’immunité garantie.

31Pour la deuxième analyse, le chemin qui s’ouvre à Ricardo Lagos peut donc être, au total, assez difficile, entre impunité pour les militaires et tensions intérieures dues aux souhaits de justice et de réforme.

32Au total, le futur du pays va sans doute naviguer entre les deux hypothèses.

  • 4 Ibid.

33La condamnation éventuelle d’Augusto Pinochet est, au moment où nous écrivons ces lignes, encore loin d’être certaine : elle se heurtera à la réalité juridique de la loi d’amnistie, et à la présence matérielle d’une armée qui ne saurait désavouer son chef sans briser son unité. Le destin personnel d’Augusto Pinochet est une chose, son destin politique une autre : l’homme appartient au passé. Tel n’est pas le cas d’une partie de son héritage, qui participe à la définition du régime démocratique du Chili depuis 1990, sous une forme redéfinie pendant la transition. Cet éritage est toujours en vigueur, même si la lumière qui l’éclaire est devenue plus cru. Mais, quoi qu’on en pense, l’évolution juridique en cours aura eu lieu dans un contexte légué par le général : « au Chili aujourd’hui, pas une lettre de la norme juridique et institutionnelle n’a changé, et ce même ordre qui autrefois protégeait le général joue aujourd’hui en sa défaveur »4.

34A long terme cependant, il est possible que la continuité de l’héritage constitutionnel, économique et social de la transition dépende du seul sujet que cette transition n’a pas su résoudre, parce que, justement, il était insoluble : la question des droits de l’homme, que nous avons définie comme étant un espace de confrontation. Avec ou sans Pinochet, la question de la mémoire apparaît comme une voie de re-politisation probable et de re-polarisation possible d’une partie de la société chilienne, et pas forcément d’une partie de la société ayant connu la dictature. Le bilan de la transition devra donc, à terme, être évalué au regard de la capacité qu’aura le régime actuel à résister aux forces centrifuges qui pourraient réapparaître, alors même que ce régime constitue plus un mécanisme qu’une adhésion à un message ou à un contenu. Paradoxalement, le futur du Chili se joue peut-être dans cette compétition pour la mémoire.

35Mai 2000

Notes

1 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.

2 Entretien avec Eduardo Frei Ruiz Tagle, décembre 1993.

3 Hector Soto, « Pinochet al ras des suelo », La Tercera, 24 mai 2000.

4 Ibid.

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540