Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pinochet s'en va...

 | 
Bruno Patino

IX. Incertitude et puissance : La question du pouvoir militaire avant 1988

Texte intégral

1Si les négociations institutionnelles ont stabilisé le processus de transition à la démocratie en intégrant les différents acteurs dans un jeu aux règles redéfinies, la question du rôle des militaires est de nature différente. Une des principales explications du comportement des militaires en tant qu’individus et des forces armées en tant qu’institution est une faible propension à supporter l’incertitude. Or la constitution de 1980 entend confier en effet aux forces armées, après 1988, un rôle qui leur est jusqu’alors inconnu, y compris dans le cadre de la dictature.

2Au-delà des positions clairement lisibles du général Pinochet, les forces armées ne connaissent pas vraiment les objectifs qui sont les leurs à partir du moment où l’organisation du pouvoir diffère de ce qui leur avait été annoncée. Dès lors, les forces démocratiques doivent, pour éviter les mouvements sporadiques, faire apparaître le rôle qu’elles souhaitent voir dévolu aux forces armées, et ce rôle doit être générateur de moins d’incertitude que celui prévu par la constitution de 1980.

3En fait, la personnalisation du régime militaire entre 1973 a abouti à une réduction quasi totale de l’incertitude pour les militaires. En revanche le rôle tutélaire dévolu aux forces armées par la constitution de 1980 à partir de 1989, dès lors que le général Pinochet n’est plus à la Présidence de la république, est beaucoup plus ambigüe.

Les forces armées et l’incertitude

4Un régime démocratique suppose une soumission des forces armées au pouvoir civil. Les forces armées sont un instrument qui doit être mis à l’écart de tout débat politique, et elles ne doivent, ni participer aux luttes politiques, ni soutenir avec les armes un projet quelconque. Le professionnalisme et ses codicilles (promotion au mérite et à l’ancienneté, mises à la retraite rapide pour assurer une rotation du commandement) en découlent.

  • 1 Huntington (Samuel), The Soldier and the State, Vintage Books, New York, 1957, p. 35.

5Comme le souligne Samuel Huntington, dans une société où le politique se confond avec le militaire « la nature des loyautés politiques d’un officier devient plus importante pour le gouvernement que le niveau de sa préparation professionnelle »1. Pour un régime démocratique, la politisation des forces armées est dangereuse car elle fait intervenir l’usage de la force, voire la guerre civile, dans le débat politique, qui s’en trouve irrémédiablement faussé. L’existence d’une armée politisée fausse ainsi les relations politiques et sociales, soit en obérant ou en limitant les possibilité d’expression de projets politiques et d’alternance, soit en aboutissant à une « militarisation » des forces politiques.

6Dans ce dernier cas cependant, la non soumission professionnelle des forces armées au pouvoir civil peut entraîner un effet pervers majeur sur les institutions armées elles mêmes. En effet, cette politisation peut comporter un danger, réel, de « corruption » par la politique de l’institution armée, cette « corruption » s’exprimant par la destruction du système de loyauté et d’ascension verticale. L’institution militaire se trouve ainsi menacée dans la capacité à répondre à ce qui est sa fonction première, ce qui finit par produire une sorte de désagrégation.

  • 2 Rattenbach (Benjamin), « Las fuerzas armadas y la politica », in Documentos internacionales, n° 67 (...)

« Les militaires se divisent en révolutionnaires et anti-révolutionnaires, ensuite surgissent entre ces deux groupes plusieurs tendances, parce que, une fois politisé, personne ne peut plus mettre d’accord les militaires (…), puis surgissent les rivalités entre les trois armes. Finalement, toute l’institution armée du pays se trouve divisée en tendances, groupes ou partis qui représentent un véritable cancer dans un organisme vivant2. »

  • 3 Rouquié (Alain), « Desmilitarizacion e institucionalizacion de sistemas politicos », in Transition (...)

7Le principe du professionnalisme n’est donc pas seulement un principe auquel adhèrent les forces pro-démocratiques, il peut constituer, pour les institutions militaires elles-mêmes, une façon de préserver leur identité. Mais ce principe peut être occulté par la présence d’un messianisme militaire, qui apporte alors un discours « auto-légitimant », en annonçant les objectifs, dont l’existence justifie l’intervention militaire : « les régimes militaires ne peuvent être légitimés que par leur futur (…), un régime de fait ne jouit (de la légitimité) que par sa façon d’exercer le pouvoir, et même, pourrait on dire, par son aboutissement définitif »3.

8Cependant, le messianisme et la quête de légitimité entretiennent des rapports avec l’incertitude assez différents. Si la présence du messianisme diminue l’incertitude quant aux objectifs de la mission que s’assigne l’institution militaire, la quête de légitimité souligne l’incertitude quant à la reconnaissance éventuelle du bien-fondé de cette mission. Dans des conditions de « fondation », le messianisme diminue le niveau d’incertitude, en même temps que le processus d’institutionnalisation semble répondre à la quête de légitimité. Lorsque le modèle s’épuise dans son mouvement, l’incertitude liée à la quête de légitimité non réussie a tendance à devenir prépondérante.

9Or, l’armée n’est préparée, ni à une incertitude « interne » ou « personnelle », touchant les militaires comme individus, ni à l’incertitude « externe » ou structurelle, touchant l’institution en tant que tel. Les principes d’obéissance et de verticalité et les modes de promotion interne réduisent considérablement l’incertitude personnelle, en empêchant toute remise en question des ordres, ou toute évaluation personnelle de données incertaines et sur lesquelles le militaire n’a pas de pouvoir. Le mode de promotion, qui répond en théorie à des critères maîtrisables et acceptés (ancienneté et compétence), limite, de la même façon, l’incertitude quant au devenir de chaque individu à l’intérieur de l’institution. A la limite, l’obéissance que le commandant en chef doit au Président, tout comme le principe de mise à la retraite automatique, limitent également l’incertitude personnelle pour le haut commandement. La stricte définition du rôle de l’armée (la défense nationale) et son professionnalisme, en encadrant l’institution armée dans une fonction nécessaire et limitée, aboutissent également à réduire l’incertitude institutionnelle, l’armée ayant une légitimité reconnue par tous.

10En résumé, il est possible de situer la situation des forces armées dans le cadre d’un régime militaire dans une matrice. Le premier axe de cette matrice tient à l’importance politique qui est accordée aux troupes : les deux extrémités sont le statut d’acteur politique majeur, et celui de simple instrument politique. En tant qu’acteur, les forces armées ont droit au débat, à la discussion et à l’approbation des politiques, en tant qu’instrument, elles exécutent les ordres d’un homme ou d’une oligarchie, qui, même sortie de leurs rangs, s’est éloignée d’elles. Le second axe, quant à lui, prend en compte la personnalisation du pouvoir militaire, peut être collégial ou entièrement personnel.

11Le positionnement du régime militaire chilien sur la matrice était encore source d’incertitude le 11 septembre 1973. Dans les différentes options qui s’ouvraient au régime militaire issu du coup d’état de 1973, le régime chilien a suivi le chemin de la concentration des pouvoirs d’un homme, de la domination d’une arme sur les autres, et de la relégation des institutions militaires au rang de simple instrument au service d’une politique, celle du général Pinochet. Deux raisons existe à cela : la variable personnelle, qui est constituée par l’ambition, le sens du pouvoir et l’habilité d’un homme qui peu à peu, entend incarner une refondation du Chili, et le fait que cette variable réponde à une demande latente de la part des troupes. Mais le résultat est plutôt paradoxal. Pour asseoir son pouvoir personnel, le général Pinochet doit en effet ajouter à sa légitimité de commandant en chef de l’armée de terre celle de chef d’un exécutif surdimensionné, qui rassemble peu à peu tous les pouvoirs. De même, il doit amener l’institution militaire qu’il contrôle à supplanter les autres armes, en assurant à des militaires issus des rangs de l’armée de terre des postes clé du régime. Enfin, et ce n’est pas le mouvement le moins fondamental, il doit mettre un terme définitif au processus de délibération à l’intérieur des forces armées, en faisant de celles-ci un simple instrument d’exécution de sa politique. D’où la promotion d’un retour au professionnalisme, notamment lors du message présidentiel de 1979. Mais l’avènement de ce professionnalisme « dénaturé » prépare mal la création d’un « Etat moderne » qu’appelle de ses vœux le général Pinochet pour des raisons idéologiques, et dont la constitution de 1980, à travers ses articles permanents, assure l’existence institutionnelle. Cet « Etat moderne », prévoit un rôle tutélaire des forces armées sur l’ensemble des institutions élues et les réintroduit dans la sphère politique en tant qu’acteur, et non plus en tant qu’instrument.

12La matrice montre l’évolution du parcours : après une période de vaste délibération politique et de gouvernement collégial, qui couvre les années 1973 et 1974, le général Pinochet doit, afin de détenir le pouvoir absolu, faire de son armée un simple instrument d’exécution politique en lui interdisant tout rôle politique, et en la limitant à l’exercice d’un « professionnalisme dénaturé ». Les institutions armées passent donc du carré en bas à droite de la matrice (acteur politique et gouvernement militaire collégial) au carré en haut à gauche (instrument politique et gouvernement personnel), ce qui représente un changement radical, puisque la délibération disparaît et le professionnalisme réapparaît. Cependant, le passage à « l’Etat moderne », où les forces armées doivent avoir un rôle de tutelle sur l’ensemble du système politique, suppose un » ; modification importante du rôle des forces armées, puisqu’il les réintroduit dans la sphère politique en les retransformant en acteur. Elles doivent, selon le projet initial de la constitution de 1980, et son corollaire non précisé, qui est l’occupation de la Présidence de la République par le général Pinochet entre 1989 et 1997, occuper le carré en haut à droite de la matrice, comme le montre le graphique suivant :

13L’incertitude, elle aussi, est présente dans la matrice. De façon schématique, pendant un régime militaire, l’incertitude personnelle interne est d’autant plus forte que l’armée est divisée en plusieurs courants suite à l’introduction de la délibération politique à l’intérieur des troupes et au niveau du haut commandement. Les militaires se divisent alors en factions, entre, par exemple, révolutionnaires et contre révolutionnaires. Ainsi, par corrélation, plus un régime militaire est collégial, plus il a de chances d’être soumis à la division des différentes armes entre plusieurs factions politique. L’incertitude interne personnelle est alors très forte, le militaire ne sachant plus à quelle légitimité obéir, pour peu que différentes opinions ou tendances affectent la chaîne de commandement.

  • 4 Rouquié (Alain), « Desmilitarizacion e institucionalizacion de sistemas politicos », op. cit., pp. (...)

14La personnalisation du pouvoir résulte ainsi certainement du succès de la stratégie ambitieuse d’un homme, mais elle peut d’autant mieux réussir qu’elle peut apporter une réponse à une demande de réduction de l’incertitude interne personnelle de la part des militaires, qui n’ont alors plus à se poser la question de l’obéissance, le même courant traversant l’ensemble de la chaîne de commandement. Comme le souligne Alain Rouquié, la personnalisation est une sorte de démilitarisation4, puisqu’elle consiste à transférer le pouvoir à un chef militaire qui domine de façon personnelle la hiérarchie, ce qui produit un élément unificateur. Cependant, plus qu’une démilitarisation, la personnalisation est une dépolitisation, au sens d’une marche vers la disparition de l’espace de débat politique au sein des forces armées. En effet, lorsque les forces armées agissent en tant qu’acteur du jeu politique, l’incertitude externe structurelle est plus forte que lorsqu’elle redeviennent un instrument professionnalisé. Le premier cas donne en effet naissance à une foule de questions sur la légitimité de l’institution, qui, en pénétrant la sphère politique, se trouve du coup critiquée, par ses agissements et sa présence. En sens inverse, lorsque les forces armées redeviennent un instrument professionnel, elles retrouvent une définition précise de leur raison d’être, et échappent, en théorie, à la critique. Evidemment, ceci est tout à fait relatif dans le cadre d’un régime militaire, où le professionnalisme est « dénaturé ». Mais la re-professionnalisation de l’armée a permis, au Chili, la personnalisation du pouvoir. La tradition professionnelle a permis que la cohésion interne aux forces armées et la discipline remplacent le consensus politique interne aux troupes.

15Néanmoins, on assiste, avec le double mouvement complémentaire de re-professionnalisation et de personnalisation (l’un permettant l’autre et l’autre facilitant le premier) à l’apparition, pour les forces armées, du plus faible niveau d’incertitude possible pendant un régime militaire : l’incertitude institutionnelle est réduite grâce à la professionnalisation, l’incertitude personnelle l’est grâce à la personnalisation du régime. Le général Pinochet, en quelque sorte, prend « sur lui » la charge de l’ensemble de l’incertitude et en protège ses troupes. Cela n’est plus entièrement le cas lorsqu’on aborde le projet initial « permanent » élaboré par la constitution de 1980. La création d’une instance délibérative, même réservée au haut commandement, le Conseil national de sécurité, fait du sommet de la hiérarchie militaire un acteur politique – avec l’incertitude institutionnelle qui l’accompagne – et peut annoncer, à terme, une réintroduction du débat politique à l’intérieur des troupes et de l’incertitude personnelle qui y est associée. Il y a alors risque de retomber dans le carré inférieur droit de la matrice, qui produit des effets de déstabilisation et de désagrégation sur les forces armées.

16D’où l’importance, pour les promoteurs d’une armée ayant un rôle de tutelle sur une démocratie autoritaire ou limitée, d’une période où l’armée devait être réinsérée dans la sphère politique sans laisser la délibération politique s’installer au sein des troupes. Les forces armées devaient alors se trouver dans le carré supérieur droit de la matrice, selon la théorie de « l’Etat moderne ». Ceci ne pouvait se faire qu’au cours d’une période où le général Pinochet ayant suffisamment assis son pouvoir, pourrait réinsérer l’armée au sein de la sphère politique en gardant une Présidence de la République surdimensionnée dans le cadre d’un régime néo-présidentiel. Elu président pour la période 1989-1997, le général Pinochet aurait pu s’appuyer sur une ancienneté et un prestige lui permettant d’utiliser les forces armées pour contrebalancer les pouvoirs élus émergeants, en même temps que ces forces armées auraient fait l’apprentissage de leur rôle de tuteur. Tel n’a pas été le cas. Dans le cadre de la transition, les forces armées ont été confrontées à la double perspective d’une redémocratisation plus rapide que prévue en même temps qu’à une absence de période d’apprentissage de leur rôle de tuteur, qui les amène à porter sur ce rôle un jugement mitigé.

  • 5 Rouquié (Alain), « Desmilitarizacion e institucionalizacion de sistemas politicos », op. cit., p. (...)

17La démocratie suppose une acceptation de l’incertitude, qui peut être difficile pour les forces armées. Une armée professionnalisée subit une incertitude institutionnelle réduite, tout comme une armée dépolitisée. Le processus de démocratisation modifie toutefois cette perception, en raison des menaces perçues par les militaires, et qui peuvent regrouper, entre autres : l’existence éventuelle d’une guérilla ou de mouvement disputant aux forces armées le monopole d’usage de la violence ; la mise en place d’une politique qui menacerait l’existence même des forces armées, que cette politique soit simplement matérielle (le budget réservé aux forces armées est un enjeu majeur), ou fondamentalement révolutionnaire (cette crainte va de pair avec une revendication de l’autonomie, qui « protégerait » les forces armées de la sphère politique) ; la crainte d’une remise en cause de la légitimité et du legs du régime militaire ; et, la peur (individuelle) de procès et de condamnation en matière de droit de l’homme. La revendication d’un régime sous tutelle militaire prend alors une autre dimension : le cadre constitutionnel est utilisé par les militaires pour se débarrasser de l’incertitude inhérente à la redémocratisation. La démilitarisation du pouvoir (qu’elle résulte d’une ouverture contrôlée ou d’une démocratisation du régime) s’accompagne souvent d’une volonté de remilitarisation du régime, pour des raisons liées à l’incertitude : « un état post-militaire (…) peut donner origine (…) à des systèmes politiques semi-compétitifs, c’est-à-dire, des systèmes dans lesquels la concurrence non contrôlée et ouverte se limite à la périphérie du pouvoir, de façon à ce que les détenteurs réels du pouvoir se maintiennent à la marge de la compétition électorale »5.

18La gestion post transition de cette incertitude par les tenants du régime militaire comporte ainsi deux facettes : limiter la sphère d’influence du pouvoir politique (« gobernabilidad ») et essayer de promouvoir un Etat sous tutelle militaire. Reste que la démocratisation avec la promotion d’un rôle de tuteur pour l’armée risque de replacer l’institution militaire à l’intérieur du carré inférieur droit de notre matrice, car, non seulement le haut commandement redevient acteur politique, mais, également, le régime démocratique réintroduisant le débat, la probabilité de repolitisation des troupes autour de plusieurs factions devient assez forte. Il y a donc un aspect paradoxal dans la perception que peuvent avoir les forces armées du rôle de tuteur que la constitution de 1980, dans sa première formulation, veut leur faire jouer : l’existence de la tutelle permet de limiter l’incertitude, mais en même temps, elle l’accroît par rapport à la situation du professionnalisme dénaturé.

19En fait, au-delà de la réalité institutionnelle, qui résulte du rapport de force pendant la transition, la propension des militaires à accepter ou à refuser ce rôle de tuteur pendant la consolidation dépendra de leur évaluation de l’incertitude associée à la redémocratisation et de celle de l’incertitude liée à l’exercice même de ce rôle de tuteur. Si la première est supérieur à la perception de la seconde, il y aura revendication du rôle de tuteur, dans le cas contraire, il est possible que le rôle de tuteur ne soit pas joué et tombe en désuétude.

20L’incertitude constitue donc la grille d’analyse de la situation des forces armées au sein d’un régime militaire. L’analyse et la description des discussions tenant au rôle de l’armée pendant la transition passe préalablement par un retour en arrière sur l’évolution de ce rôle pendant la dictature.

La politisation croissante des forces armées : 1960-19736

  • 6 L’ouvrage de référence sur la question militaire au Chili reste Arrigada (Genaro), La politica mil (...)

21Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, et jusqu’en 1973, l’armée chilienne est sans doute l’institution militaire qui possède la plus forte tradition professionnelle. Après la chute de Carlos Ibanez, en 1932, le système politique chilien a réussi à réduire les militaires à leur tâches strictement professionnelles, en ne leur assignant aucune fonction politique d’Etat, et aucune tâche particulière dans le domaine du développement national. Toutefois, cette tradition de soumission au pouvoir politique s’accompagne de la présence de deux éléments idéologiques qui agissent également comme facteurs de cohésion interne : la doctrine de sécurité nationale et l’anticommunisme.

  • 7 Voir Arriagada (Genaro), Seguridad nacional y bien comun, éditions de l’auteur, Santiago, 1978.
  • 8 Cité par Cumplido (Francisco), prologue de Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op (...)

22C’est en 1949 que l’état major de l’armée de terre commence à se référer à la doctrine de la sécurité nationale. Le cheminement logique est classique : l’état major réaffirme que la défense nationale est, en dernière instance, un domaine de la responsabilité des forces armées7. Cependant, suite aux changements stratégiques intervenus dans l’immédiat après guerre, une multitude de champs d’activité, de « fronts » selon la terminologie militaire, mettent dorénavant en jeu la sécurité nationale, qui ne se limite plus à la défense armée des frontières. Par conséquent, pour l’état major, « la sécurité nationale est une fonction de gouvernement, dont la solution adéquate compromet la nation entière »8. Elle rend nécessaire la coordination des fronts extérieurs et diplomatiques, économiques et financiers, intérieurs et militaires. Les forces armées ont donc certes pour mission la défense nationale, mais, le but de cette dernière étant la sécurité nationale, la mission des militaires est en fait en constante redéfinition.

  • 9 Rouquié (Alain), « Desmilitarización e institucionalizacion de sistemas politicos », op. cit., p. (...)
  • 10 Ibid.

23La doctrine de sécurité nationale n’est ni une doctrine de légitimation, ni une doctrine d’exercice du pouvoir. Elle ne fournit qu’un discours ou un langage, qui est incapable de fournir une source permanente de légitimité9. L’utilité première de la doctrine de sécurité nationale est en fait de fournir un consensus interne à l’institution militaire. Les hypothèses de la sécurité nationale, en élargissant le spectre des menaces et en les situant à l’intérieur de la société nationale, donnent une base institutionnelle à l’intervention de l’armée10, mais ne disent rien de son éventuel projet politique. La doctrine de sécurité nationale, si elle est partagée par l’ensemble des forces armées chiliennes à la fin des années 1960, n’est toutefois pas le seul ciment idéologique. La tradition anticommuniste la renforce.

  • 11 Arriagada (Genaro), « Ideology and Politics in the South American Military », Latin American Worki (...)

24La tradition anticommuniste de l’armée chilienne est bien antérieure à l’émergence de la doctrine moderne de sécurité nationale. Genaro Arriagada a montré qu’au début du vingtième siècle, l’armée de terre chilienne a été modelée par deux influences européennes, de façon « positive » par l’une, de façon « négative » par l’autre. La tradition militaire prussienne a servi de modèle, en même temps que les idées socialistes de la seconde internationale, anti-militaristes, pacifistes, servaient de repoussoir. « L’anticommunisme dans l’armée de terre n’est pas une conséquence de la campagne de propagande de la droite dans les années 1960, mais bien une tradition implantée depuis longtemps11. »

  • 12 United States Senate, 94th Congress, Covert Action in Chile 1963-73. Staff Report of the Select Co (...)
  • 13 Correa (Raquel), Subercaseaux (Elizabeth), Ego Sum Pinochet, op. cit., p. 42.
  • 14 Voir notamment Huneus (Pablo), En aquel tiempo, historia de un Chileno durante Allende, Editora Nu (...)

25Aux effets de la doctrine de sécurité nationale et à la tradition anticommuniste s’ajoutent, à la fin des années 1960, une pression importante de la part des Etats-Unis, qui multiplient les contacts avec certains officiers des différentes branches armées12, et une pression de la part du camp conservateur chilien. Après l’accession à la présidence de Salvador Allende, toutefois, cette pression se transforme : on pousse l’armée à intervenir en tant qu’arbitre des différents conflits, qu’il soient politiques (lutte conflictuelle sans dialogue entre les différentes tendances politiques) ou institutionnels (situation de blocage entre pouvoir judiciaire et pouvoir exécutif, ou entre la majorité du pouvoir législatif et le pouvoir exécutif). Parallèlement, certains groupes soutenant l’Unité Populaire se lancent dans une provocation forte à l’encontre des militaires, appelant, soit à la constitution de groupes armés, ce qui mettrait un terme au monopole de l’usage des armes par les forces armées et de sécurité, soit à l’insurrection interne des soldats favorables à l’Unité Populaire, ce qui menacerait « l’unité indispensable, indissociable, inaltérable des forces armées »13. A ceci s’ajoute une propagande illusoire de la part de certains groupes d’extrême gauche qui affirment être en mesure de battre les forces armées chiliennes si une révolution armée devait avoir lieu14. L’ensemble de ces pressions, qui viennent s’ajouter aux effets de la doctrine de sécurité nationale et à l’anticommunisme traditionnel, contribuent à l’irruption de la politique à l’intérieur des forces armées, qui, incertaines quant à leur rôle et leur légitimité, inquiètes quant à leur devenir et celui du pays, répondent en participant d’abord au débat, puis en devenant un acteur politique.

  • 15 Ibid.

26Vers la fin des années 1960, les relations entre le monde militaire et le monde civil traversent une crise profonde, qui est aggravée par le manque d’action de la classe politique chilienne envers le monde militaire et par la notoire frustration professionnelle, qui, lentement, s’est répandue au sein des troupes. Les témoignages de la frustration militaire sont nombreux. Les plus intéressants mettent l’accent sur les faibles salaires, qui conduisent les soldats à rester entre eux, et, surtout, sur le mépris de l’aristocratie chilienne à l’égard de ces militaires souvent issus de familles de classe moyenne ou populaires, « huasos » parvenus, dont la présence n’est pas souhaitée dans les cercles sociaux les plus en vue15. Ce malaise se traduit, à la fin des années 1960, par des actions qui auraient été autrefois impensables de la part de l’armée de terre chilienne.

27Ainsi, en avril 1968, quatre-vingts élèves des académies de guerre présentent leur démission, motivée par la rémunération qu’ils toucheront à leur sortie d’école, insuffisante, selon eux, pour assurer la subsistance de leur famille. Juan de Dios Carmona, ministre de la défense du gouvernement Frei, démissionne à la suite de ce mouvement. En septembre 1968, le régiment « Yungay » arrive en retard à la cérémonie du Te Deum qui doit avoir lieu, à l’occasion de la fête nationale, à la cathédrale de Santiago. Ce retard, prémédité, « empêche » le régiment de rendre les honneurs au Président Frei.

  • 16 Voir, à ce sujet, le livre de mémoires de Prats Gonzalez (Carlos, general), Memorias. Testimonio d (...)
  • 17 Pour un portrait du général Roberto Viaux, se référer à Varas (Florencia), Conversaciones con Viau (...)

28Tout au long de la période, l’indiscipline, au sein même de l’armée de terre, prend des proportions qui inquiètent jusqu’aux plus haut gradés16. Le 21 octobre 1969, le régiment de Tacna se soulève pour protester contre la mise à la retraite sur ordre présidentiel de son chef, le général Roberto Viaux. Plus qu’une véritable tentative de coup d’Etat perpétré par un chef à l’ambition démesurée et à l’obsession conspiratrice17, ce « Tacnazo » marque le franchissement d’une étape supplémentaire dans le processus de destruction de la discipline militaire, et dans l’affirmation d’un pouvoir de délibération politique au sein de l’armée de terre.

  • 18 La constitution de 1925 prévoyait que le président était élu à la majorité absolue des scrutins au (...)
  • 19 Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 43.
  • 20 El Mercurio, 8 mai 1970.
  • 21 Ibid.

29Prenant conscience de l’irruption des forces armées sur la scène politique, le président Eduardo Frei réagit en nommant trois hommes dont l’attachement à la non politisation des forces armées est connu : Sergio Ossa devient ministre de la défense, le général René Schneider devient commandant en chef de l’armée de terre, et le général Carlos Prats devient chef d’état major. La campagne électorale de 1970 est cependant l’occasion, pour une partie de la droite, d’encourager les forces armées à jouer un rôle politique en intervenant comme garants du mécanisme électoral. Le Parti National, considérant que son candidat, Arturo Alessandri, arrivera en tête au premier tour sans toutefois atteindre la majorité absolue des suffrages, encourage les militaires à faire pression sur le futur Congrès pour éviter qu’il élise, comme il en avait le droit18, le candidat arrivé en second, pour peu qu’il rassemble les voix PDC (démocrate chrétiens)/UP (Unité Populaire). Genaro Arriagada19 fait état d’un entretien paru dans le principal journal conservateur chilien où l’on demande au commandant en chef de l’armée de terre quelle serait l’attitude des forces armées en cas de décision, par le Congrès, de ne pas élire le candidat arrivé en tête, qui, selon l’auteur de l’article, ne pouvait être que qu’Arturo Alessandri20. A l’époque, le général Schneider réaffirme le professionnalisme de l’armée de terre, dont « la doctrine et la mission est de soutenir et de respecter la constitution. Selon cette constitution, le Congrès est souverain dans sa décision, et la mission des forces armées est de faire en sorte que soit respectée la décision du congrès »21. Julio Duran, ancien ministre des affaires étrangères et soutien d’Alessandri, critiquera durement la position de non intervention de René Schneider, qu’il juge « insolite ».

  • 22 United States Senate, 94 th Congress, Alleged Assassination Plots Involving Foreign Leaders, p. 24 (...)
  • 23 Voir, par exemple, Huneus (Carlos), En aquel tiempo, op. cit., ou Camus (Ignacio Gonzalez), El dia (...)

30Bien vite, cependant, le général Schneider devient l’ultime rempart contre l’irruption massive des forces armées sur la scène politique, « le principal obstacle rencontré par tous les conspirateurs militaires »22, d’autant que, dès la nomination de Schneider, six généraux à l’ancienneté importante, défavorables à l’entrée de l’armée de terre sur la scène politique, ont dû prendre leur retraite. Le 27 octobre 1970, le général Schneider est assassiné après un enlèvement qui tourne mal. Ses ravisseurs sont des jeunes d’extrême droite plus ou moins manipulés, qui essaient maladroitement de faire passer leur crime pour un acte de l’extrême gauche visant à empêcher l’investiture de Salvador Allende23, cet assassinat ayant lieu après le premier tour des élections présidentielles (le 4 septembre), mais avant la désignation, par le congrès, de Salvador Allende. Le général Carlos Prats remplace René Schneider, et se révèle incapable d’empêcher l’affirmation de la tendance à la délibération de la part des forces armées.

  • 24 D’après El Mercurio, 11 septembre 1974, supplément spécial « Como llegaron las fuerzas armadas a l (...)
  • 25 Arellano (Sergio), Mas alla del abismo, Editorial Proyeccion, Santiago, 1985.

31Le général Prats doit ensuite affronter à la fois l’ensemble des pressions qui remettent en cause l’obéissance des forces armées au pouvoir politique, et l’indiscipline grandissante, qui remet en cause le principe même de commandement. Le 30 juin 1973 a lieu une tentative spontanée de coup d’Etat, qui s’achève par manque de carburant du bataillon blindé en route sur Santiago (le « Tancazo »). Dès le lendemain, le général Prats accepte la création d’une instance politique interarmées de délibération, la « Commission d’officiers généraux », à laquelle participent les cinq plus hauts gradés de chaque institution, dont l’amiral Montero et le général Ruiz. Cette commission ira jusqu’à remettre un mémorandum officiel à Salvador Allende, dans lequel sont développés « 29 points » qui constituent les demandes des forces armées à l’égard du Président24. Cette commission deviendra le principal élément organisateur du futur coup, et, selon le fils d’un des participants, par ailleurs l’un des principaux organisateurs du coup d’Etat pour l’armée de terre, « le passage de l’analyse politique au travail de conspiration (se fera) de façon presque imperceptible »25. C’est toutefois Salvador Allende lui même qui achève d’incorporer les militaires à la scène politique, en constituant un cabinet ou les plus hauts gradés des différentes armes sont représentés.

32Ainsi, les clivages de la société chilienne, en 1973, ont amené les forces politiques à considérer les forces armées comme un acteur devant sortir de la spécificité de ses fonctions militaires, en proposant qu’elles interviennent désormais comme un arbitre du conflit politique. C’est le Président Salvador Allende qui officialise l’entrée des forces armées dans la sphère politique, en nommant ministres d’Etat des officiers d’activé des forces armées, qui, bien qu’acceptant le poste à titre personnel, ont le soutien de leur institution respective.

  • 26 Enrique Correa, entretien, décembre 1993.

33Alors que les consensus de la société chilienne ont volé en éclat, que la sphère politique est désormais traversée par un conflit irréconciliable sous l’influence des forces centrifuges, que la sphère économique témoigne de l’épuisement du modèle de développement initié après la seconde guerre mondiale et oppose désormais deux projets de développement que rien ne rapproche, le seul consensus – paradoxal – entre les forces politiques tient à l’irruption sur la scène politique des forces armées, non seulement en tant qu’enjeu mais encore en tant qu’acteur, même si le rôle qu’on veut leur faire jouer diffère. Celles ci répondent alors par le « coup d’Etat le plus annoncé de l’histoire »26.

  • 27 Arellano (Sergio), Mas alla del abismo, Editorial Proyeccion, Santiago, 1985, p. 45.

34Après une manifestation organisée par les épouses de généraux qui se révéleront, dans le futur, être épouses de généraux partisans du coup d’Etat, le général Prats, dont la réaction a été contestée, démissionne. Il est remplacé, le 23 août 1973, par Augusto Pinochet, dont la réputation est celle d’un général loyaliste, mais qui a rédigé un « plan de sécurité intérieure » pouvant servir aussi bien à la défense d’un gouvernement constitutionnel qu’à son renversement. En fait, Augusto Pinochet joue le rôle de « swing man » décrit par Martin Needier : celui qui, haut placé, se rallie tardivement au coup d’Etat « de façon inespérée »27 pour les putschistes, mais dont le ralliement permet à lui seul d’assurer la réussite du soulèvement militaire. Si l’on suit les analyses de Needier, écrites sept ans avant le coup d’Etat chilien, il est logique que :

  • 28 Needier (Martin), « Political Development and Military Intervention in Latin America », in America (...)

« Le swing man soit placé à la tête du gouvernement provisoire qui émerge après le triomphe du mouvement. (…) Se crée ainsi une situation intéressante et paradoxale. Le swing man devient « l’Homme », la figure du leader du nouveau gouvernement même s’il était la personne la moins compromise dans les objectifs du coup d’Etat »(…) la situation peut être telle que la tête du nouveau gouvernement, tout en n’ayant jamais sympathisé avec les objectifs de la conspiration, se soit unie à elle uniquement pour éviter que les militaires ne se tournent les uns contre les autres, déchaînant une possible guerre civile28. »

De la politisation au « professionnalisme dénaturé » : 1973-1988

35Le coup d’Etat du 11 septembre 1973, tout en faisant des forces armées un acteur politique majeur, les place cependant dans une situation qui maximise l’incertitude. La personnalisation du régime n’était pas inscrite sur les fonds baptismaux du coup d’Etat. Elle va permettre de réduire l’incertitude au niveau le plus faible possible pendant le régime militaire.

  • 29 Arriagada (Genaro), « De la deliberacion al profesionalismo desvirtuado », in La politica militar (...)
  • 30 Ainsi, le général Nuno, dans Ercilla, du 17 octobre 1973, déclare « j’ai approché l’injustice soci (...)
  • 31 L’un des militaires les plus proches du président démocrate chrétien Eduardo Frei (1964-70) estle (...)
  • 32 En particulier dans la marine.
  • 33 Entretien paru dans Ercilla, 24 avril 1974, cité par Genaro Arriagada (ibid.).
  • 34 Entretien paru dans Ercilla, 16 janvier 1974, cité par Genaro Arragada (ibid.).
  • 35 Arriagada (Genaro), « De la deliberacion al profesionalismo desvirtuado », in La politica militar (...)

36Genaro Arriagada, dans un travail passionnant sur les entretiens accordés par différents militaires aux revues chiliennes à la fin des années 1960 et au début des années 1970, montre à quel point, pendant cette période, le débat politique a « contaminé » les troupes29. Cette délibération produit des officiers et des soldats « de gauche »30, démocrates chrétiens31 et conservateurs32. Chacune des tendances verra dans le coup d’Etat militaire du 11 septembre 1973 un moyen pour les militaires de mettre en pratique les convictions politiques de certains des membres des forces armées. Par exemple, le général Arrellano, en avril 1974, déclare que « la mission des militaires est de venir en aide aux classes les plus misérables »33, le général Lutz, secrétaire de la junte de gouvernement, explique « que les militaires vont se préoccuper du sort des classes nécessiteuses,(…) y compris avec une nouvelle réforme agraire »34. Au delà des déclarations de principe, il y a une volonté politique utopique chez de nombreux militaires. Comme le souligne Genaro Arriagada : « la sûreté et la franchise – voire la naïveté – que traduisent certaines déclarations amènent à penser que les généraux, à ce moment, ne sont pas conscients des complexités du jeu politique dans lequel il se sont embarqués »35.

  • 36 Entretien avec le général Leigh, réalisé pour Geopolis, France 2, septembre 1993.
  • 37 Voir Cavallo (Ascanio), Salazar (Manuel), Sepulveda (Oscar), Historia secreta del regimen militar, (...)

37Cette volonté politique n’est toutefois pas unique, puisque, au delà d’un anticommunisme qui agit comme plus petit dénominateur commun, les rangs sont traversés par des dissensions, et qu’il en est de même pour le haut commandement. En résumé, le général Leigh est plutôt partisan d’un régime militaire court, de « remise en ordre du pays »36, selon les vœux des Etats-Unis. Il paiera d’ailleurs de sa mise à l’écart en 1978 sa volonté de rétablissement d’un régime civil dans le court terme. L’amiral Merino, lui, est très proche du Parti National et des milieux conservateurs agraires ou industriels du pays. Il est partisan d’une modification en profondeur du modèle de développement, sous la tutelle d’un régime autoritaire durable37. Quant au général Pinochet, ses opinions politiques avant le coup d’Etat sont peu connues. Anticommuniste notoire, il est toutefois perçu comme loyaliste par Allende, et, surtout, comme un militaire partageant certaines préoccupations sociales : franc-maçon comme Salvador Allende, il semble bien avoir côtoyé le président chilien dans une loge à tendance « sociale », située à Valparaiso.

  • 38 In Correa (Raquel), Subercaseaux (Elizabeth), Ego Sum Pinochet, op. cit.

38Fin 1973, le type de pouvoir exercé par les militaires reste encore à définir, tout comme l’orientation du régime. De nombreux projets, plus ou moins messianiques, coexistent. Ceci explique en partie les réactions des différentes forces politiques au coup d’Etat. A l’exception de l’Unité Populaire, renversée et dont les membres sont pourchassés par la répression militaires, les autres forces politiques ne s’opposent pas structurellement à l’intervention : les démocrates chrétiens, à l’exception d’une minorité regroupant, entre autres, Rodomiro Tomic et Renan Fuentealba, rend l’Unité Populaire responsable de l’intervention et appelle de ses vœux une restauration constitutionnelle. Augusto Pinochet fera même état de tentatives de coup de téléphone de l’ancien président Eduardo Frei le jour même du coup d’Etat, qui se déclare prêt à assumer de nouvelles fonctions38.

  • 39 Arriagada (Genaro), in La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 103.

39Tout ceci démontre que, si le coup d’Etat du 11 septembre 1973 propulse les forces armées au rang d’acteur politique majeur, il n’éclaire en rien sur le projet politique des forces armées et sur leur devenir en tant qu’acteur, tant en ce qui concerne l’importance de leur action, qu’en ce qui concerne la nature même de leur action. Au contraire, l’incertitude quant à l’évolution du type d’engagement des forces armées et de la direction prise atteint son paroxysme. Genaro Arriagada souligne fort justement « qu’en septembre 1973 et durant une longue période à partir de cette date, le régime autoritaire chilien fut un personnage en quête d’identité »39.

40Porteuses de nombreux projets politiques plus ou moins messianiques, les forces armées chiliennes, en septembre 1973, comptent plusieurs sources « d’autorité politique », que ce soient les commandants en chef des différentes branches, ou les promoteurs directs du coup d’Etat. De nombreux facteurs, en 1973, plaident pour la promotion d’une junte militaire collégiale, et, a contrario, contre la personnalisation autour du commandant en chef de l’armée de terre : les promoteurs du coup d’Etat, notamment au sein de l’armée de terre, ne figurent pas parmi les cadres à l’ancienneté la plus grande et ne sont pas commandant en chef. La tentation peut être grande, pour eux, de mettre à bas leur hiérarchie pour promouvoir leur projet politique. L’armée de terre, en 1970, n’est l’arme ni la plus prestigieuse ou la plus nombreuse, ni celle disposant du plus de relais avec les forces extérieures encourageant l’intervention militaire (i.e. les Etats-Unis). La marine bénéficie du prestige le plus grand, tout comme du nombre de soldats le plus élevé (17 821 en 1970, contre 12 144 hommes pour l’armée de terre).

  • 40 Voir Cavallo (Ascanio), Salazar (Manuel), Sepulveda (Oscar), Historia secreta del regimen militar, (...)

41Les premiers mois qui suivent le coup d’Etat montrent une recherche permanente d’équilibre entre les armes, non seulement au sein de la junte (avec la fameuse proposition de « présidence tournante »), mais également au sein de la répartition des ministères. Début 1974, cet équilibre se manifeste encore, mais commencent à apparaître certaines différences : l’armée de terre contrôle cinq ministères (intérieur, défense, mines, transport, et secrétariat général du gouvernement), la marine trois (affaires étrangères, éducation, habitat), l’armée de l’air, trois (travaux publics, travail et santé), et les carabiniers trois (justice, agriculture et biens nationaux)40.

42Le coup d’Etat donne néanmoins naissance à un régime personnel, autour d’un homme, le général Pinochet, qui s’appuie sur son institution d’origine, l’armée de terre. Mais au sein de cette dernière, toute opposition est muselée. Le destin des généraux de l’armée de terre promoteurs du coup d’Etat a valeur de symbole : moins d’un an après le 11 septembre 1973, trois d’entre eux (généraux Torres, Vivero et Nuno) avaient été mis à la retraite, le général Bonilla mourrait « accidentellement » dans un accident aérien en mars 1975, et Javier Palacios était mis à la retraite en novembre 1977. Quant au général Arrellano, après une équipée en hélicoptère où il multiplia les victimes, il fut mis à l’écart en janvier 1976. En fait, on assiste au mouvement de personnalisation, mené parallèlement au mouvement de « re-professionnalisation » des forces armées pour des raisons tenant certes au projet politique du général Pinochet, mais également pour des raisons qui tiennent à la gestion de l’incertitude.

  • 41 Pour une analyse détaillée, voir Arriagada (Genaro), « El cambiante discurso del regimen militar ( (...)

43En effet, si la relation de l’armée avec la politique est problématique dans le cadre d’un régime démocratique, elle l’est encore plus dans le cadre d’un régime dictatorial et militaire. Les faits vont cependant démontrer des mouvements parallèles, avec, d’un côté, la domination chaque fois plus grande de l’armée de terre sur les autres armes, et, de l’autre, la concentration chaque fois plus forte du pouvoir dans les mains d’un seul homme, le général Pinochet. Différents stades amènent les forces armées à passer du rang d’acteur politique majeur au rang de simple instrument « reprofessionnalisé »41.

  • 42 Bando N° 5 de la Junta de Gobierno de Chile, 11 septembre 1973.
  • 43 « Decreto Ley N° 1 de 11 se septiembre de 1973, Acta de constitucion de la junta de gobierno », in(...)

44Au lendemain de l’intervention, le premier discours officiel de la junte comporte deux élément, l’un concernant la justification de l’intervention à forte connotation anti-marxiste, l’autre ses objectifs, tourné vers la restauration de l’état institutionnel antérieur. L’intervention est justifiée par un état de chaos institutionnel que connaîtrait le pays. Les deux textes de référence sont le Bando n° 542 et le Décret Loi n° 143.

45Le Décret loi n° 1 du 11 septembre 1973 définit les forces armées comme :

« l’organisation que l’Etat s’est donnée pour la sauvegarde et la défense de son intégrité physique et morale et de son identité historico culturelle ».

46et précise que :

  • 44 Decreto Ley n° 1, 11 septembre 1973, cité notamment in Historia politica de Chile, 1810-1992, op. (...)

« leur mission suprême est d’assurer, par dessus toute autre considération, la survivance (supervivencia) de ces réalités et valeurs, qui constituent ce qu’il y a de supérieur et de permanent dans la nationalité chilienne »44.

  • 45 Bando n° 5, 11 septembre 1973, cité notamment in Historia politica de Chile, 1810-1992, op. cit., (...)

47Dans le « Bando » numéro 5 du 11 septembre 197345, la junte justifie son intervention par une liste de faits, qui :

« sont suffisants pour conclure que la sécurité interne et externe du pays est en danger, que l’on met en danger la subsistance même de notre Etat indépendant, et que le maintien du gouvernement ne correspond pas aux intérêts de la république et de son peuple souverain (…) ces mêmes faits sont, à la lumière de la doctrine classique qui caractérise notre pensée historique, suffisants pour justifier notre intervention ».

48Le gouvernement d’Allende est accusé d’avoir « rompu l’unité nationale », de « s’être placé en marge de la constitution en de multiples occasions », et les forces armées invoquent « le devoir moral que la Patrie leur impose de destituer le gouvernement qui, quoique initialement légitime, est tombé dans l’illégitimité la plus flagrante ».

  • 46 Bando n° 5, op. cit.

49Ce pouvoir devrait être exercé « pour le seul laps de temps que les circonstances l’exigent »46. Les forces armées ne se présentent pas, dans cette première étape qui sera d’ailleurs de courte durée, comme devant construire un nouvel ordre politique et institutionnel.

  • 47 Junta de Gobierno, Declaracion de Principios del Gobierno de Chile, 11 mars 1974.

50La première étape est de courte durée, puisque, dès le début de l’année 1974, arrive l’étape des « objectifs sans délais » (« metas y no plazos »), exprimée dans la « déclaration de principes du gouvernement du Chili »47. Ce document marque le tournant du régime, qui s’oriente vers une re-fondation du pays : le gouvernement rejette l’idée d’avoir :

  • 48 Ibid.

« à se limiter au simple rôle d’un gouvernement d’administration, qui soit une simple parenthèse dans les gouvernements partisans »48,

51et la junte militaire,

  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid.

« considère avoir la mission d’inspirer un grand mouvement civico militaire »49, « sans fixer de limite à la gestion gouvernementale, car la tâche est de reconstruire le pays d’un point de vue moral, institutionnel et matériel, ce qui nécessite une action profonde et prolongée. En définitive, il est impérieux de changer la mentalité des Chiliens »50.

52L’année 1974 marque le paroxysme du rôle politique dévolu aux forces armées, alors que la junte est toujours un instrument relativement collégial. A ce moment, l’incertitude est maximale.

  • 51 Junta de Gobierno, Objetivo nacional del gobierno de Chile, Resolucion 3 102, décembre 1975.
  • 52 Pinochet (Augusto) Mensaje Presidencial, 11 septembre 1975, et 11 septembre 1976.

53Parallèlement, la doctrine de sécurité nationale, et la volonté « anti subversive » triomphent en 1975-79. Le document « Objectif national du gouvernement du Chili »51 fait de la sécurité nationale, « conditionnée » par le libéralisme économique, le pilier du régime. Les déclarations annuelles du général Pinochet, de 1975 et de 197652, renforceront ce choix, en soulignant que :

  • 53 Mensaje Presidencial, 11 septembre 1976, ibid.
  • 54 Mensaje Presidencial, 11 septembre 1976, ibid.

« Le marxisme (…) est une agression permanente (…) qui donne lieu à une guerre non conventionnelle, dans laquelle l’invasion territoriale est remplacée par la volonté de contrôler les états de l’intérieur (…). Seule les forces armées ont les moyens et l’organisation pour y faire face »53. Le Chili « cesse d’être un Etat idéologiquement neutre (…) et assume résolument une doctrine claire, solide et vigoureuse54. »

  • 55 Entretien avec Augusto Pinochet, décembre 1992.

54Le régime se rapproche d’une organisation évoquée dans les théories de « guerre totale ». Si la doctrine de sécurité nationale va peu à peu céder la place à un discours plus novateur et fondateur, en revanche, la composante anticommuniste, qui structure depuis le début du vingtième siècle l’idéologie de l’armée de terre, restera présente dans le discours militaire jusqu’à la fin du régime. Le général Pinochet évoquera les dangers du « marxisme de Gramsci »55 y compris après la chute du mur de Berlin. En fait, la promotion d’un discours idéologique unique met fin à la délibération interne aux forces armées, en ce sens qu’elle fixe un « prêt à penser » et un discours de référence qui aboutissent à faire cesser le caractère centrifuge de la coexistence de plusieurs projets politiques.

55Le 9 juillet 1977 a lieu le « discours de Chacarillas », qui constitue l’amorce officielle du processus d’institutionnalisation. Trois étapes doivent être distinguées, selon le discours du général. La première étape devait durer jusqu’au 31 décembre au plus tard, et être l’occasion d’un exercice du pouvoir intégralement dévolu aux forces armées, « avec la collaboration des civils ». La deuxième étape devait durer cinq ans (jusqu’au 31 décembre 1985 au plus tard) et être l’occasion d’un partage du pouvoir entre les forces armées et les civils (« la civilidad »). Le général Pinochet devait continuer à être Président de la république, mais la junte devait abandonner une partie de ses pouvoirs législatifs, dévolus à une chambre législative, toutefois désignée par la junte elle même. La troisième étape, dite de « normalisation », devait commencer, au plus tard le 31 décembre 1985, par la désignation du Président de la république par la junte et la chambre législative, et la promulgation d’une nouvelle constitution politique. Les forces armées abandonneraient alors le pouvoir au civils.

56Chacune de ses étapes était toutefois l’occasion de la mise au point progressive d’un pouvoir de sécurité (« poder de seguridad »), dont les dimensions et prérogatives ne seront précisées que lors du projet de la commission de réforme constitutionnelle. En 1977, seule la philosophie du pouvoir de sécurité est précisée :

  • 56 Pinochet (Augusto), discours de Chacarillas, prononcé le 9 juillet 1977 à l’ocasion d’une réunion (...)

« Comme part intégrante d’une démocratie autoritaire, il sera nécessaire de réserver aux institutions de défense nationale la participation juridique qui, selon leur nature, doit leur correspondre. Ceci se fera dans un pouvoir de sécurité, qui, situé au dessus des contingences politiques, devra se structurer pour représenter ce qu’il y a de permanent dans la nation et exercer la haute fonction de vigilance (« cauteladora ») que son caractère rend souhaitable56. »

57L’ordre « démocratique » préconisé par Chacarillas devait se caractériser par cinq adjectifs : une démocratie autoritaire, protégée et intégrative, technicienne (« tecnificada ») et de « participation sociale authentique ». Ce projet marque le triomphe des « duros », à tendance corporatiste. Le premier projet d’institutionnalisation laisse, du moins en théorie, un rôle prédominant aux forces armées, et ne suppose pas leur re-professionnalisation.

58Il est significatif que ce premier projet n’ait pas été mené à bien en ce qui concerne le rôle des forces armées. En effet, il se heurte dans les faits à la concentration du plus de pouvoir possible dans les mains du général Pinochet, qui ne souhaite par voir émerger de contre-pouvoir. Or, une institutionnalisation trop rapide du rôle des forces armées aurait eu le résultat mécanique de promouvoir, au sein même de ces forces armées, d’autres acteurs politiques au sein de la junte, à légitimité identique. Si les objectifs du discours de Chacarillas ne seront jamais officiellement abandonnés, leur composante militaire, toutefois, ne sera reprise, par la constitution de 1980, que pour la période devant commencer en 1989.

59Une autre étape est ouverte par le discours du général Pinochet du 11 septembre 1979, prononcé à l’occasion du sixième anniversaire du coup d’Etat militaire. Si le plan de Chacarillas est réaffirmé (« hoy reitero solemnmente la plena validez del plan de Chacarillas »), le rôle des forces armées est toutefois précisé de façon importante, puisque, pour la première fois depuis 1973, les forces armées sont expressément exclues de la sphère politique, et l’accent est mis sur la conception historique du professionnalisme militaire. Sont mentionnés, de façon claire :

  • 57 Pinochet (Augusto), Mensaje presidencial, 11 septembre 1979.
  • 58 Pinochet (Augusto), Mensaje presidencial, 11 septembre 1979.

« L’apolitisme, la non délibération, la subordination au pouvoir politique, et le professionnalisme57. »
« Il est (…) très satisfaisant de constater que nos forces armées et de sécurité ne se sont pas politisées, car elles ont compris que les fonctions d’état concernent leurs commandants en chef et leur directeur général, respectivement. (…) Le haut commandement doit informer ses subalternes sur les matières de gouvernement, obligation que le propre Président de la république (NDR le général Pinochet) a fait sienne (…). Mais tout cela doit se faire sans jamais tomber dans la délibération politique, qui est une erreur qui a été la cause d’une détérioration de l’unité des forces armées, et d’une perte de prestige, quand, à cause d’elle, se sont effondrés certains gouvernements militaires, tant dans d’autres pays qu’au cours d’autres circonstances antérieures dans notre pays. C’est la non délibération qui a permis de maintenir les forces armées de notre défense nationale dans un état optimal de professionnalisme et de préparation58. »

  • 59 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.

60Ce passage est tout à fait fondamental, puisqu’il souligne le paradoxe du pinochetisme, qui fait au fond sa faiblesse : si les commandants en chef sont prédestinés, en raison de leur personne et du rôle historique des forces armées, à exercer des fonctions d’homme d’Etat, débarrassés des contingences politiques59, il n’en est pas de même de leurs troupes, qui doivent obéissance absolue aux commandants en chef, et n’ont accès ni à la délibération, ni même à la réflexion politique :

  • 60 Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, ibid., p. 83.

« gouverner est réservé aux commandants en chef. Tous les autres, depuis les généraux et vice amiraux jusqu’au personnel de troupe (…) n’ont droit qu’à recevoir une information directe de la part de leur commandant en chef sur ces matières »60.

« Professionnalisme dénaturé » et personnalisation du pouvoir

61A partir de 1979, et jusqu’au début de la transition, les forces armées sont officiellement re-professionnalisées, du moins dans leur discours, même si cette re-professionnalisation s’accompagne d’un détournement du principe d’apolitisme des forces armées. Toutefois, ce mouvement est possible car il accompagne – et permet – la personnalisation du pouvoir qui, à son tour, aboutit à une réduction maximale de l’incertitude pour les troupes.

62Après 1979, le discours militaire est un discours axé sur le rétablissement du professionnalisme des forces armées :

  • 61 Lopez (vicealmirante Raul), entrevue de Rasuel Correa, in El Mercurio, juillet 1980.
  • 62 Carrasco (général Washington), entretien paru dans Que Pasa, 8 mai 1980, Santiago.
  • 63 Canessa (teniente general Julio), discours prononcé à l’occasion des dix ans de présence du généra (...)

« Les forces armées sont un corps professionnel où le principe de non délibération, de hiérarchie et de discipline se maintiennent comme toujours, car il n’y a qu’une seule autorité. Et, derrière cette autorité, il y a la cohésion absolue des forces armées que la soutiennent61. »
« Le Président de la république a été très visionnaire en décidant de ne pas politiser les forces armées. Les forces armées se sont limitées fondamentalement à leurs tâches professionnelles et militaires62. »
« Même si l’armée de terre chilienne s’identifie à son gouvernement, cela ne signifie pas pour autant qu’elle s’est politisée, ni qu’elle a perdu les vertus militaires qui l’ont toujours caractérisée. Nous avons aujourd’hui la saine ambition d’être plus professionnels que jamais63. »

  • 64 El Mercurio, 23 ami 1982, entretien avec le Coronel Ramirez, ministre vice président de Corfo.
  • 65 Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 119.

63D’un autre côté, le pouvoir du commandant en chef sur l’armée de terre est renforcé, arrivant au paroxysme de la « verticalidad », à l’opposé de la période initiale du régime militaire, où les relations entre les généraux et le commandant en chef étaient plus « égalitaires ». « Pas une feuille ne bouge au Chili, ni dans le gouvernement, si le général Pinochet ne la bouge pas64. » En fait, « les forces armées ont l’illusion d’être revenues à leur point de départ : l’illusion d’avoir reconstruit leur professionnalisme »65. Cependant, ce retour au professionnalisme s’accompagne d’un détournement des principes de l’apolitisme.

64Le mouvement de re-professionnalisation de l’armée est fort justement qualifié par Genaro Arriagada comme constituant un « professionnalisme dénaturé » (« profesionalismo desvirtuado »).

  • 66 Ibid., p. 104.

« Nous entendons, par professionnalisme dénaturé, une forme de domination sur l’armée elle même, qui a comme fondement un usage abusif, dans un contexte dictatorial, d’une tradition militaire hautement développée et des valeurs qui lui sont associées, c’est-à-dire, la subordination au pouvoir politique, l’obéissance, l’absence de délibération politique, le respect de la hiérarchie, et la discipline66. »

65Le général Pinochet a utilisé les principes traditionnels d’apolitisme, de respect et d’obéissance à la hiérarchie (i.e. la « verticalidad »), et de soumission au pouvoir politique comme instruments susceptibles de transformer l’armée de terre dans un premier temps, puis l’ensemble des forces armées ensuite, en instrument au service d’une conception hautement personnelle du pouvoir. C’est en cela que ce professionnalisme est dénaturé, puisque les forces armées deviennent les instruments de soutien, non d’un pouvoir légitime, mais d’un projet politique particulier, qui plus est hautement personnel. En un sens, il y a donc plus « gouvernement grâce aux forces armées » que « gouvernement des forces armées », ces dernières ne disposant d’aucune attribution ou responsabilité leur permettant de jouer un rôle dans le débat politique.

66Le commandant en chef gouverne au nom d’une légitimité associée à la nature des forces armées, légitimité en opposition avec les principes démocratiques. En revanche il subordonne ces mêmes forces armées au nom des principes de professionnalisme et d’obéissance associés – entre autre – aux régimes démocratiques. La démarche personnelle du général Pinochet, à partir de 1975, suit trois directions parallèles et complémentaires. En premier lieu, il s’agit, pour le général Pinochet, commandant en chef de l’armée de terre, de s’assurer le contrôle plein et entier de l’armée de terre, en supprimant toute opposition interne et toute tendance à la délibération politique, et en la transformant en un instrument d’exécution des politiques impulsées par son commandant en chef. En deuxième lieu, il y a tentative de placer l’armée de terre au dessus des autres institutions armées, soit par le haut, en faisant du commandant en chef de l’armée de terre un « primus inter pares », soit par la nature des missions qui sont affectées à ses hommes. Enfin, le général entend capturer l’ensemble du pouvoir exécutif à son bénéfice, en faisant de la junte militaire une institution bientôt dénuée de pouvoir significatif.

67Pour atteindre ces objectifs, plusieurs instruments sont utilisés par le général Pinochet. Afin de contrôler au mieux l’armée de terre, il change les règles internes, en particulier en ce qui concerne la carrière et la mise à la retraite. La confusion des rôles de chef d’Etat et de commandant en chef de l’armée de terre renforce encore ce dispositif.

  • 67 Voir Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., pp. 167-175.
  • 68 Decreto Ley N° 33 du 21 septembre 1973.
  • 69 Voir Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., pp. 175-187.

68Un des principes du professionnalisme militaire tient à la stabilité de carrière des officiers, tout comme à la promotion au mérite et à l’ancienneté. Le Decreto con Fuerza de Ley de 1968 garantissait l’application de ce principe, en prévoyant une première évaluation du mérite par les commandants d’unité, puis la tenue de juntes qualificatives d’officiers, ainsi qu’une voie de recours, la junte d’appel des officiers67. Pour les officiers supérieurs, les nominations étaient faites par le Président de la république après accord du Sénat. Ce système de poids et de contrepoids, de première instance et d’appel, de méthode et de critères d’évaluation est supprimé, pour l’armée de terre, dès 1973. Les juntes qualificatives disparaissent, leurs attributions étant « exercées exclusivement par le commandant en chef de l’armée de terre »68. Pour les situations exceptionnelles (définies par une décret loi particulier), le commandant en chef a le pouvoir (et non l’obligation) de réunir une junte qualificative exceptionnelle. Les mécanismes tout à fait compliqués démontrent une situation d’instabilité des officiers, soumis au pouvoir discrétionnaire du commandant en chef69.

  • 70 Decreto con Fuerza de Ley. n° 1 de 1968, article 166, paragraphe « e ».

69Un autre instrument tient à la dérogation des normes de mise à la retraite par ancienneté. Avant le coup d’Etat, la règle voulait que tous les officiers qui avaient accompli trente huit années comme officier, ou quarante années d’activé soient automatiquement proposés pour la mise à la retraite. Toutefois, le Président de la République pouvait prolonger le service actif jusqu’à une durée de trois ans pour les officiers titulaires, à ce moment, des postes de commandant en chef ou de chef d’état major de la défense nationale70. Un processus strict de mise à la retraite se justifie en général trois raisons. Du point de vue du pouvoir politique, la permanence, pendant longtemps, d’un commandant en chef à son poste peut modifier le principe de soumission au pouvoir civil. Un commandant en chef qui « voit passer » plusieurs présidents peut croire incarner un pouvoir autonome, dont la permanence personnelle est supérieur à celui en vigueur dans la sphère civile. Du point de vue du pouvoir militaire, la mise à la retraite permet d’éviter la personnalisation du haut commandement. Du point de vue de la cohésion de l’armée, un système de rotation rapide permet de légitimer le principe d’obéissance et de le rendre supportable.

70La permanence d’un commandant en chef face à un corps de généraux en constante rénovation créé de façon inévitable de grandes différences d’âge, d’expérience et d’influence du général sur ses subordonnés, qui détruit toutes les bases d’un travail de collaboration qui fait d’habitude partie de l’essence même du travail des états majors. Que pèse un général qui a été simple soldat lorsque son commandant en chef était déjà à ce poste, comme se sera le cas à la fin du régime militaire ? Les règles de mise à la retraite par ancienneté, surtout lorsqu’elles s’appliquent au haut commandement, sont donc essentielles pour la cohésion interne, et surtout, la non apparition d’un pouvoir absolu et absolutiste au sommet de la hiérarchie militaire. Deux décrets lois, pris en 1976 ont détruit cet édifice et ses implications :

  • 71 Decreto Ley N° 1 639 de 1976, Diario Oficial, 30 de diciembre de 1976.

711. Le décret loi 1 639 : le 30 décembre 1976, ce décret71 établit des exceptions aux règles de mise à la retraite. Ces dérogations aboutissent à établir la permanence du général Pinochet à la tête de l’armée de terre, mais également et surtout, à créer des postes de généraux « politiques », qui ne sont plus soumis à ces règles de mise à la retraite, pour peu que le Président le souhaite. En effet, le décret propose une exception pour les officiers généraux qui, au moment de leur mise à la retraite théorique, « exerceraient des fonction de gouvernement qualifiées (« calificadas ») par le Président, au moyen d’un décret suprême ». Le général Pinochet se voit ainsi conférer un pouvoir absolu sur les mises à la retraite, solidifiant son pouvoir et rendant plus précaire la situation des autres généraux. Il est à noter que celui qui décide de l’exception n’est pas le commandant en chef, mais le Président. Ainsi, les autres commandants en chef se voient privés de la possibilité de créer un corps d’officiers non soumis à la retraite. S’est ainsi créé, dans l’armée de terre, un corps de généraux particulièrement fidèles ayant échappés à la mise à la retraite par volonté présidentielle. Le 19 septembre 1978, le grade de Lieutenant général de l’armée de terre (« teniente general de ejercito ») est officiellement attribué à ces généraux qui ont constitué peu à peu la garde rapprochée politique du général Pinochet. Parmi les premiers récipiendaires de ce titre, l’on trouve Herman Brady (alors président de la commission nationale d’énergie), Raul Benavides (ministre de la défense nationale), ou Carlos Forestier. A la fin du régime militaire, c’est Jorge Ballerino qui sera l’un des lieutenant généraux les plus prestigieux… et les plus politiques.

  • 72 Decreto Ley N° 1 640 de 1976, Diario Oficial, 30 de diciembre de 1976.
  • 73 Pour certains auteurs, dont Genaro Arriagada (opus cité) ou Francisco Cumplido (opus cité), le déc (...)

722. Le décret loi 1 640 : a la même date du 30 décembre 1976, un autre décret loi72 est promulgué, dont la signification est encore plus fondamentale73 puisqu’il transforme, dans la pratique, les postes de commandants en chef en postes à vie, en rendant inapplicable la législation sur la retraite aux titulaires de la junte militaire. Aux membres titulaires de la junte s’applique désormais l’article 18 du décret loi 527 de 1974, qui stipule que les commandants en chef des institutions armées ne peuvent perdre leur condition de commandant en chef qu’en cas de « décès, démission, ou quelque autre cause d’impossibilité absolue du titulaire ». La disposition du décret 1640 ne sera abrogée de facto que par les articles permanents de la constitution de 1980, qui stipule, dans son article 93, que les commandants en chef, nommés par le Président parmi :

  • 74 Article 93, Constitucion politica del estado, Santiago, 1980 et 1989.

« Les cinq officiers généraux de plus grande ancienneté qui réunissent les qualités que les statuts institutionnels respectifs exigent pour de telles charges (…) dureront quatre ans dans leurs fonctions, ne pourront être nommés pour un autre mandat, et jouiront de l’inamovibilité dans leur charge74. »

  • 75 Huntington (Samuel), The Soldier and the State, op. cit., p. 103.

73Un autre instrument de contrôle du général Pinochet sur l’armée tient à la possibilité du cumul des postes de Président et commandant en chef. Grâce à cette confusion, le général Pinochet a désormais tout pouvoir sur son armée de terre. En théorie, si la légitimité du chef d’Etat est politique, celle du commandant en chef de l’armée de terre est technique et bureaucratique. L’appareil militaire, parce qu’il s’agit d’un corps hiérarchisé, est celui qui peut être affecté par une concentration extrême du pouvoir, et être menacé par un abus de pouvoir de son haut commandement. Le principe de soumission à l’autorité politique constitue également une façon de limiter les abus de pouvoirs, tout comme la division des forces armées en plusieurs armes ayant chacune son haut commandement. La confusion entre l’autorité suprême politique et l’autorité suprême militaire rompt les paramètres fondamentaux du professionnalisme militaire, puisque les critères de loyauté politique envers le chef de l’Etat prennent le pas sur les critères dérivés du mérite professionnel75.

74L’occupation, par la même personne, des postes de commandants en chef et de Président renforce de façon circulaire un pouvoir personnel. Augusto Pinochet ne voudra jamais perdre l’un ou l’autre des postes, créant même un rang de toutes pièces pour continuer à exercer les deux fonctions, et cumuler les deux légitimités.

  • 76 Decreto Ley N° 1 886, 19 de agosto de 1977, Diario Oficial, Santiago, 19 de agosto de 1977.

75Le 19 août 1977, par le décret loi n° 1 886, la junte militaire crée le poste de Vice commandant en chef institutionnel, qui permet aux commandants en chef de « déléguer (…) une partie de leurs attributions institutionnelles aux chef d’état major (…) ou aux généraux officiers qui les suivent en ancienneté dans la ligne de commandement (…) afin de « décongestionner » leur action de commandement »76. Ce poste se caractérise par sa précarité, car il dépend exclusivement de la volonté du commandant en chef. Dans les faits, le seul commandant en chef ayant utilisé cette prérogative est le général Pinochet.

76La présence du général à la Présidence lui assure un surcroît d’obéissance de ses troupes, et permet de masquer son pouvoir absolu sur l’armée de terre en un retour au professionnalisme. Inversement, la détention, par le Président, du poste de commandant en chef de l’armée de terre lui permet de se réclamer d’une légitimité qui ne découle pas simplement de sa nomination, après le coup, comme président de la junte. Elle permet donc, peu à peu, un renforcement du pouvoir exécutif qui aboutit à un pouvoir personnel et absolu.

Le pouvoir absolu du général Pinochet

  • 77 Decreto Ley N° 1, 11 septembre 1973, Diario Oficial, Santiago.
  • 78 Entretien du general Pinochet paru dans la revue Que Pasa, n° 127, septembre 1973.
  • 79 Decreto Ley N° 128, 12 novembre 1973, Diario Oficial, Santiago.

77De 1973 à 1974, c’est officiellement la junte militaire, donc un rassemblement de pairs, qui assume « le commandement suprême de la Nation », le général Pinochet état nommé souverainement, par la junte, « président de la junte »77. L’idée d’une Présidence rotative est alors défendue, y compris par le général Pinochet : « Je suis un homme sans ambition, et je ne veux pas apparaître comme le détenteur du pouvoir78. » La junte se voit alors conférer les pouvoirs « constituants, législatifs et exécutifs »79. Mi-1974, la junte se voit retirer le pouvoir de nommer son président, le poste correspondant à l’occupant : de la junte qui occupe le premier rang protocolaire suivant des règles décrite dans l’article 7 du décret-loi N° 527 du 17 juin 1974. Dans la pratique, tant que le général Pinochet occupera le poste de commandant en chef de l’armée de terre, il restera président de la junte. Et, selon les décrets lois étudiés plus haut, il ne peut quitter son poste qu’après démission, mort ou empêchement.

  • 80 Decreto Ley N° 807 du 16 décembre 1974, Diario Oficial, Santiago.
  • 81 Entretien avec Ascanio Cavallo, mai 1993.

78A ce même moment, le pouvoir exécutif est conféré au président de la junte. Le général Pinochet devient « chef suprême de la Nation ». Une division du travail pragmatique s’instaure, l’économie étant du ressort du commandant en chef de la marine, le social du ressort du commandant en chef de l’armée de l’air. Le 12 août 1974, le général Pinochet devient Président de la république, et exerce officiellement le pouvoir exécutif80. Fin 1976, la division du travail a pratiquement cessé, l’ensemble des secteurs ayant été repris par le général Pinochet. Fin 1978, le pouvoir du général Pinochet est désormais absolu, tant sur l’armée de terre que sur l’ensemble du pays. C’est l’apogée du pinochetisme, le moment où le général se croit éternel, où « pas une feuille ne bouge dans le pays sans qu’il le sache », où il se croit devenu démiurge81.

  • 82 Decreto Ley N° 521, du 14 juin 1974 Diario Oficial, Santiago.
  • 83 A ce sujet voir rapport Rettig.
  • 84 Varas (Florencia), Gustavo Leigh, el general disidente, Santiago : editorial Aconcagua, 1979, p. 7 (...)
  • 85 Decreto Ley N° 1878 du 12 août 1977, article 1, Diario Oficial, Santiago.
  • 86 Voir chapitre deux.

79Trois outils peuvent être cités, qui facilitent cette captation du pouvoir par le général Pinochet. La création, secrète puis officielle de la DINA, en juin 1974. Cet organisme de sécurité, véritable police secrète interne qui coordonne les activités répressives, est sensée regrouper, de façon équilibrée, l’ensemble des services de renseignement des différentes armes. La DINA est « un organisme militaire de caractère technique professionnel dépendant directement de la junte de gouvernement »82. En fait, la DINA, placée sous la dépendance hiérarchique directe du Président, contrôlée par des hommes de confiance venue de l’armée de terre (dont le brigadier Manuel Contreras, qui la dirige), est non seulement un instrument de répression, mais également le moyen pour le général Pinochet d’empêcher que continuent à exister les polices de renseignement des différentes institutions armées, et notamment le service d’intelligence de la marine, très actif dans les premiers jours qui suivirent le coup d’Etat83. La prééminence de l’armée de terre est bientôt absolue, comme le confirme, dans un livre entretien, le général Leigh : « L’organisation (NDR la DINA) dépendait entièrement du Président, même si, légalement, elle dépendait de la junte. (…) je me suis aperçu que je n’avais aucun pouvoir sur la DINA84. » Jusqu’à sa dissolution en août 1977 et son remplacement par la CNI (Central Nacional de Infamaciones), suite aux remous provoqués par l’affaire Letelier, la DINA constitue la colonne vertébrale du régime. La CNI a une moindre importance, mais constitue toujours un instrument au service de l’exécutif. On peut également noter que la dépendance directe de la CNI vis à vis du pouvoir exécutif est reconnu par la loi85. Ainsi, contrôlant l’ensemble de l’appareil répressif, le général Pinochet asseyait son pouvoir. Le second instrument est constitué par le choix, par le général Pinochet, de créer une nouvelle classe politique ex nihilo, technocratique de culture, ultra libérale de conviction, rompant avec l’ensemble de l’oligarchie traditionnelle, et ne devant sa promotion qu’au général86. Cette création se fait parallèlement avec l’adoption d’un modèle de développement qui, s’il réduit effectivement le rôle de l’Etat, ce qui peut paraître étrange pour un régime militaire, aboutit également à faire disparaître de nombreux contrepouvoirs, qu’ils soient économiques, patrimoniaux, ou résultat d’une politique clientéliste traditionnelle. Toutefois, le général Pinochet, tout en concentrant en sa personne plus de pouvoir qu’aucun autre président avant lui, n’a pas la possibilité de nommer et de révoquer les commandants en chef de l’armée de l’air, de la marine, et le général directeur des carabiniers, ce qui, paradoxalement, lui donne sur les autres institutions armées moins de pouvoir que le Président de la constitution de 1925.

  • 87 Estado mayor del ejercito, reglamento de disciplina, article 32, document interne à l’armée de ter (...)
  • 88 Pour une argumentation juridique détaillée, voir Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinoch (...)

80Avant 1973 en effet, les normes disciplinaires de l’aimée conféraient le huitième rang, c’est-à-dire le rang disciplinaire le plus élevé, au Président de la république, suivi par le ministre de la défense (septième rang), et le commandant en chef (sixième rang)87. Après le coup d’Etat, le rang disciplinaire le plus élevé est celui du commandant en chef. Le coup de force contre le général Leigh, qui est destitué le 24 juillet 1978 pour des divergences d’opinion, sert alors non seulement à mettre fin à toute délibération à l’intérieur de la junte militaire, du moins en théorie, mais encore à promouvoir, sinon dans les textes, du moins dans les faits, l’idée d’un général Pinochet supérieur de fait des autres commandants en chef. Pour destituer Gustavo Leigh, le général Pinochet utilise un décret loi qui le déclare dans l’incapacité absolue (« absolutamente imposibilitado »). C’est un contournement clair de la règle. Mais la Controlaria générale entérine le coup de force88.

81A partir de cette date, le général Pinochet se comporte comme un « commandant en chef des forces armées », titre utilisé par lui dans son message présidentiel du 11 septembre 1979, dans lequel il s’accorde la qualité de « généralissime des forces armées et de sécurité ». L’utilisation du poste de vice commandant en chef de l’armée de terre permet dorénavant au protocole de distinguer le général de façon particulière par rapport aux autres commandants en chef, et ce dès 1979.

82Les articles transitoires de la constitution de 1980 sanctionnent la prééminence définitive du général Pinochet, en transformant la junte en un corps politique de second rang. La quatorzième disposition fait du général Pinochet le président ad nominem. La junte, dont la composition n’est pas précisée ad nominem, se contente des pouvoirs constituants et législatifs, à l’unanimité de ses membres, dont le vice commandant de l’armée de terre désigné par le général Pinochet. La junte n’avait aucun moyen de contrôle sur le général Pinochet, et, à l’inverse, aucune disposition législative ne pouvait être approuvée sans l’accord de ce dernier.

83Genaro Arriagada émet l’hypothèse d’un effet déstructurant du « professionnalisme dénaturé » similaire à celui d’une promotion de l’armée au rang d’acteur politique :

  • 89 Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 111.

« La loyauté de l’armée doit être dirigée envers l’Etat et non pas vers l’occupant transitoire du pouvoir, même si c’est son commandant en chef (…) ; alors que se dilue cette différence entre état et gouvernement, les militaires sont en proie à une douloureuse contradiction, car, en même temps que l’on affirme leur apolitisme, on les compromet comme les soutiens des politiques d’un gouvernement89. »

84La contradiction existe, mais n’est peut-être pas aussi « douloureuse ». Elle est inhérente à l’existence d’un régime militaire, c’est-à-dire, d’un régime qui s’est imposé et se maintient grâce à un usage de la force émanant des forces armées et de sécurité.

85Cependant, le mouvement de personnalisation, que complète celui de re-professionnalisation des forces armées réduit en fait l’incertitude à son niveau minimal : la fidélité, si elle ne se dirige plus vers le pouvoir légitimement élu, s’exprime au bénéfice du général Pinochet : il n’y a pas débat entre plusieurs option, qui est source d’incertitude et de division. De même, l’armée, même si c’est de façon un peu artificielle, se restructure autour du discours professionnel. Tout en étant perçu, par la société, comme un soutien indéfectible au régime militaire (comme instrument de sécurité ou de répression), l’armée développe un discours professionnel, qui souligne son absence de participation aux décisions du régime. Elle se vit comme isolée du poids politique, qui est laissé au Président, lequel peut justement défendre les intérêts des institutions grâce à la double fonction de Président et de commandant en chef.

86On peut supposer qu’il existe une conviction des militaires d’avoir été « professionnels » à partir de 1977, comme le souligne un niveau d’accord quasi unanime à la phrase « la politique et l’Etat, c’était l’affaire du général, pour nous, il suffisait d’obéir ». L’accord avec cette proposition est lié au niveau d’incertitude par le facteur de confiance qui existe vis à vis du général Pinochet, qui est elle même un reflet de l’évaluation du régime menée à bien, non seulement par les forces armées, mais aussi par la société chilienne.

87De 1975 à 1988, une période peut être source d’incertitude : celle de la crise financière de 1981-1985. Les « protestas » qui commencent à la fin de la période, loin d’avoir un effet de division des forces armées, renforcent toutefois leur cohésion en les ramenant à leur fonction principale : le maintien de l’ordre. La question de la légitimité du pouvoir pour lequel l’ordre doit être maintenu ne se pose pratiquement pas. Pendant le reste de la période, la personnalisation du pouvoir et la professionnalisation des forces armées va de pair avec une incertitude réduite, l’effet de défiance vis à vis du général Pinochet n’existant pas. Il n’en est plus de même après le plébiscite de 1988, le résultat étant perçu par les troupes comme une défaite de leur commandant en chef. S’ouvre une période où les troupes se demandent quel peut être leur rôle. En fait, malgré le rôle institutionnel des forces armées qui reste celui d’un tuteur, à cause du rapport de force existant entre gouvernement militaire et Concertación entre 1988 et 1990, il peut exister, à terme, une tentation des forces armées de se réfugier à nouveau dans une professionnalisation apolitique réductrice d’incertitude.

Notes

1 Huntington (Samuel), The Soldier and the State, Vintage Books, New York, 1957, p. 35.

2 Rattenbach (Benjamin), « Las fuerzas armadas y la politica », in Documentos internacionales, n° 67, novembre 1967, Santiago, p. 12.

3 Rouquié (Alain), « Desmilitarizacion e institucionalizacion de sistemas politicos », in Transition from Authoritarian Rule, Comparative Perspectives, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1986, p. 175.

4 Rouquié (Alain), « Desmilitarizacion e institucionalizacion de sistemas politicos », op. cit., pp. 180-189.

5 Rouquié (Alain), « Desmilitarizacion e institucionalizacion de sistemas politicos », op. cit., p. 199.

6 L’ouvrage de référence sur la question militaire au Chili reste Arrigada (Genaro), La politica militar de Pinochet, Edition de l’auteur, Santiago, 1985. Nous y faisons allusion de façon constante.

7 Voir Arriagada (Genaro), Seguridad nacional y bien comun, éditions de l’auteur, Santiago, 1978.

8 Cité par Cumplido (Francisco), prologue de Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 18.

9 Rouquié (Alain), « Desmilitarización e institucionalizacion de sistemas politicos », op. cit., p. 176.

10 Ibid.

11 Arriagada (Genaro), « Ideology and Politics in the South American Military », Latin American Working Papers, WWICS, Washington, D. C., 1980, p. 2.

12 United States Senate, 94th Congress, Covert Action in Chile 1963-73. Staff Report of the Select Committee to Study Governmental Operations with Respect to Intelligence Activities.

13 Correa (Raquel), Subercaseaux (Elizabeth), Ego Sum Pinochet, op. cit., p. 42.

14 Voir notamment Huneus (Pablo), En aquel tiempo, historia de un Chileno durante Allende, Editora Nueva Generacion, Santiago, 1985.

15 Ibid.

16 Voir, à ce sujet, le livre de mémoires de Prats Gonzalez (Carlos, general), Memorias. Testimonio de un soldado, Editions Pehuen, Santiago, 1985.

17 Pour un portrait du général Roberto Viaux, se référer à Varas (Florencia), Conversaciones con Viaux, Editions Talleres Impressiones Eire, Santiago, 1972.

18 La constitution de 1925 prévoyait que le président était élu à la majorité absolue des scrutins au premier tour. Si aucun candidat n’atteignait cette majorité, alors le Congrès, en séance plénière, devait choisir entre les deux candidats arrivés en tête.

19 Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 43.

20 El Mercurio, 8 mai 1970.

21 Ibid.

22 United States Senate, 94 th Congress, Alleged Assassination Plots Involving Foreign Leaders, p. 244. Sur le sujet, voir aussi, United States Senate, 94th Congress, Covert Action in Chile 1963-73. Staff Report of the Select Committee to Study Governmental Operations with Respect to Intelligence Activities.

23 Voir, par exemple, Huneus (Carlos), En aquel tiempo, op. cit., ou Camus (Ignacio Gonzalez), El dia en que murrio Allende, Santiago.

24 D’après El Mercurio, 11 septembre 1974, supplément spécial « Como llegaron las fuerzas armadas a la accion del 11 de septiembre de 1974 », p. 10.

25 Arellano (Sergio), Mas alla del abismo, Editorial Proyeccion, Santiago, 1985.

26 Enrique Correa, entretien, décembre 1993.

27 Arellano (Sergio), Mas alla del abismo, Editorial Proyeccion, Santiago, 1985, p. 45.

28 Needier (Martin), « Political Development and Military Intervention in Latin America », in American Political Science Review, LX, September 1966, pp. 616-626.

29 Arriagada (Genaro), « De la deliberacion al profesionalismo desvirtuado », in La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 96-121.

30 Ainsi, le général Nuno, dans Ercilla, du 17 octobre 1973, déclare « j’ai approché l’injustice sociale, la misère (…) la condition du travailleur doit être considérée (…) de façon à erradiquer (…) l’injustice ». Cité par Genaro Arriagda, ibid.

31 L’un des militaires les plus proches du président démocrate chrétien Eduardo Frei (1964-70) estle général Arrellano, commandant de la garnison de Santiago, qui déclare, dans Que Pasa, le 19 sécembre 1973, « Frei est un homme extraodinaire par sa condition humaine et intellectuelle.(…) ma manière de penser recoupe l’humanisme de Frei ». (cité par Arriagada, ibid.). La proximité d’Arrellano et de Frei amènera certains analystes à envisager une participation démocrate chrétienne dans le coup d’état, Arrellano étant l’un des principaux promoteurs du coup d’état à l’intérieur de l’armée de terre, d’autant plus qu’Arrellano était l’un des correspondants de la CIA au sein de l’institution.. En fait, il semble que ce soit plutôt Frei qui ait cru pouvoir avoir de l’influcence sur les militaires grace à ses liens avec Arrellano.

32 En particulier dans la marine.

33 Entretien paru dans Ercilla, 24 avril 1974, cité par Genaro Arriagada (ibid.).

34 Entretien paru dans Ercilla, 16 janvier 1974, cité par Genaro Arragada (ibid.).

35 Arriagada (Genaro), « De la deliberacion al profesionalismo desvirtuado », in La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 99.

36 Entretien avec le général Leigh, réalisé pour Geopolis, France 2, septembre 1993.

37 Voir Cavallo (Ascanio), Salazar (Manuel), Sepulveda (Oscar), Historia secreta del regimen militar, op. cit.

38 In Correa (Raquel), Subercaseaux (Elizabeth), Ego Sum Pinochet, op. cit.

39 Arriagada (Genaro), in La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 103.

40 Voir Cavallo (Ascanio), Salazar (Manuel), Sepulveda (Oscar), Historia secreta del regimen militar, op. cit., pp. 220-234.

41 Pour une analyse détaillée, voir Arriagada (Genaro), « El cambiante discurso del regimen militar (1973-1985) », in La politica militar de Pinochet, op. cit., pp. 71-147 ; voir également Vergara (Pilar), Auge y caida del neoliberalismo en Chile, un estudio sobre la evolucion ideologica del regimen militar, Flacso, mimeo, Santiago, 1984, pp. 1-110.

42 Bando N° 5 de la Junta de Gobierno de Chile, 11 septembre 1973.

43 « Decreto Ley N° 1 de 11 se septiembre de 1973, Acta de constitucion de la junta de gobierno », in Diario Oficial de la República de Chile, 18 septembre 1973, Santiago.

44 Decreto Ley n° 1, 11 septembre 1973, cité notamment in Historia politica de Chile, 1810-1992, op. cit., pp. 691-768 (p. 699).

45 Bando n° 5, 11 septembre 1973, cité notamment in Historia politica de Chile, 1810-1992, op. cit., pp. 691-768.

46 Bando n° 5, op. cit.

47 Junta de Gobierno, Declaracion de Principios del Gobierno de Chile, 11 mars 1974.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Junta de Gobierno, Objetivo nacional del gobierno de Chile, Resolucion 3 102, décembre 1975.

52 Pinochet (Augusto) Mensaje Presidencial, 11 septembre 1975, et 11 septembre 1976.

53 Mensaje Presidencial, 11 septembre 1976, ibid.

54 Mensaje Presidencial, 11 septembre 1976, ibid.

55 Entretien avec Augusto Pinochet, décembre 1992.

56 Pinochet (Augusto), discours de Chacarillas, prononcé le 9 juillet 1977 à l’ocasion d’une réunion organisée par le secrétariat national à la jeunesse.

57 Pinochet (Augusto), Mensaje presidencial, 11 septembre 1979.

58 Pinochet (Augusto), Mensaje presidencial, 11 septembre 1979.

59 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.

60 Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, ibid., p. 83.

61 Lopez (vicealmirante Raul), entrevue de Rasuel Correa, in El Mercurio, juillet 1980.

62 Carrasco (général Washington), entretien paru dans Que Pasa, 8 mai 1980, Santiago.

63 Canessa (teniente general Julio), discours prononcé à l’occasion des dix ans de présence du général Pinochet au poste de commandant en chef de l’armée de terre, le 23 août 1983, publié in El Mercurio, 24 août 1983.

64 El Mercurio, 23 ami 1982, entretien avec le Coronel Ramirez, ministre vice président de Corfo.

65 Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 119.

66 Ibid., p. 104.

67 Voir Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., pp. 167-175.

68 Decreto Ley N° 33 du 21 septembre 1973.

69 Voir Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., pp. 175-187.

70 Decreto con Fuerza de Ley. n° 1 de 1968, article 166, paragraphe « e ».

71 Decreto Ley N° 1 639 de 1976, Diario Oficial, 30 de diciembre de 1976.

72 Decreto Ley N° 1 640 de 1976, Diario Oficial, 30 de diciembre de 1976.

73 Pour certains auteurs, dont Genaro Arriagada (opus cité) ou Francisco Cumplido (opus cité), le décret 1 639 de 1976 n’avait pour seul motif qu’une facilitation du décret 1 640. Nous pensons cependant que les deux décrets sont complémentaires.

74 Article 93, Constitucion politica del estado, Santiago, 1980 et 1989.

75 Huntington (Samuel), The Soldier and the State, op. cit., p. 103.

76 Decreto Ley N° 1 886, 19 de agosto de 1977, Diario Oficial, Santiago, 19 de agosto de 1977.

77 Decreto Ley N° 1, 11 septembre 1973, Diario Oficial, Santiago.

78 Entretien du general Pinochet paru dans la revue Que Pasa, n° 127, septembre 1973.

79 Decreto Ley N° 128, 12 novembre 1973, Diario Oficial, Santiago.

80 Decreto Ley N° 807 du 16 décembre 1974, Diario Oficial, Santiago.

81 Entretien avec Ascanio Cavallo, mai 1993.

82 Decreto Ley N° 521, du 14 juin 1974 Diario Oficial, Santiago.

83 A ce sujet voir rapport Rettig.

84 Varas (Florencia), Gustavo Leigh, el general disidente, Santiago : editorial Aconcagua, 1979, p. 78.

85 Decreto Ley N° 1878 du 12 août 1977, article 1, Diario Oficial, Santiago.

86 Voir chapitre deux.

87 Estado mayor del ejercito, reglamento de disciplina, article 32, document interne à l’armée de terre.

88 Pour une argumentation juridique détaillée, voir Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., pp. 157-163.

89 Arriagada (Genaro), La politica militar de Pinochet, op. cit., p. 111.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3096/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540