Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pinochet s'en va...

 | 
Bruno Patino

IV. L’économie du consensus : La préservation du modèle de développement pinochétiste

Texte intégral

  • 1 Valenzuela (Arturo), The Breakdown of Democratic Regimes, op. cit.
  • 2 Patricio Aylwin, entretien, décembre 1993.

1Dans l’esprit des équipes de la Concertación, le crédit et le soutien dont bénéficie le régime démocratique est limité. Venant après un régime militaire qui se targue de nombreux succès en termes de croissance économique et de sécurité intérieure, le régime démocratique ne représente pas, sui generi, une amélioration automatique. On retrouve l’analyse de Valenzuela1, pour qui l’adhésion du peuple chilien à la démocratie est avant tout instrumentale, c’est-à-dire qu’elle n’existe que dans la mesure où la démocratie peut être perçue par les acteurs comme apportant une réponse satisfaisante à leurs intérêts. D’où l’intention affichée du nouveau régime de « passer d’une légitimité d’origine à une légitimité de résultats »2. Comme le souligne Edgardo Boeninger à l’occasion d’un séminaire en mars 1990 :

  • 3 Intervention d’Eduardo Boeninger lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. c (...)

« Les possibilités que le Chili possède, aujourd’hui, de construire un système démocratique stable à long terme, et de re-consolider sa démocratie sont très bonnes… à condition qu’il soit possible à court terme de dépasser les conflits hérités, les problèmes non résolus, et que nous arrivions réellement à compléter la transition3. »

  • 4 Eduardo Boeninger, intervention lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. ci (...)
  • 5 Alaminos (Antonio), Chile : transicion politica y sociedad, op. cit., p. 57.

2Ce diagnostic s’accompagne de plusieurs postulats. Le premier pose qu’il n’y a pas, au Chili, de golpismo récurrent, à court, ou moyen terme, susceptible de toucher l’ensemble des forces armées (armée de terre, marine, armée de l’air, carabiniers). Le second postulat fait l’hypothèse qu’il n’y a pas, à gauche, d’alternative visible de substitution à la démocratie conventionnelle. La guérilla du Front Manuel Rodriguez, après la répression suivant l’attentat contre le général Pinochet de 1986, est devenue marginale. Quant au projet communiste, alors même que le système soviétique arrive à sa fin, il semble discrédité au Chili pour longtemps. Le troisième postulat pose que le principal danger, à moyen ou long terme, réside dans le danger de débordements populistes, émanant de secteurs dont la situation ne s’est pas sensiblement améliorée. « Il est possible que le mouvement résultant des pressions et demandes des différents secteurs, en parallèle au développement quotidien de la société débouche en définitive sur une expérience populiste4. » Le troisième postulat part de l’hypothèse, en partie soutenue par les analyses du CIS et par les études économiques menées par le CIE-PLAN, que le niveau d’inégalité sociale résultant du modèle de développement économique adopté par le régime militaire n’a pu être tenable que par la caractéristique autoritaire de ce régime. En effet, les études du CIS montrent qu’en 1987, 35,2 % des personnes interrogées pensent que leur situation économique est très mauvaise, 88 % pensant « qu’elle n’est pas bonne ou mauvaise ». Ces pourcentages se rapprochent des 62,3 % de la population générale qui ne font pas confiance aux forces armées5.

  • 6 PNUD/Mideplan : Pobreza en Chile, document interne au PNUD, Santiago, 1991, p. 5.

3Dès l’arrivée au pouvoir de Patricio Aylwin en 1990, MIDEPLAN, le ministère de la planification et du développement, dénombre cinq millions de personnes « pauvres », c’est-à-dire n’ayant pas de ressources suffisantes pour assurer, au quotidien, la couverture minimale des besoins de base (nourriture, vêtements, logement). « L’extrême pauvreté », ou l’indigence, c’est-à-dire l’incapacité de couvrir le simple besoin alimentaire, touche quant à elle près de deux millions de personnes6. D’après MIDEPLAN, près de 40 % de la population chilienne n’anticipe aucune amélioration de sa condition économique « dans l’état actuel des choses, que ce soit une amélioration à moyen terme, ou pour les générations futures, c’est-à-dire pour ses enfants.

  • 7 Hernan Büchi, entretien décembre 1992.

4Le régime militaire s’est fait l’avocat d’un enrichissement en cascade7 de la population, par l’intermédiaire, notamment, des salaires. Le mécanisme est simple : le développement doit faire baisser le taux de chômage, provoquant une tension positive sur les salaires. L’enrichissement en cascade n’est pas nié par la Concertación. En revanche, sa vitesse est jugée largement insuffisante pour rendre la situation sociale chilienne acceptable pour les 40 % de la population touchée par la pauvreté. Autrement dit, la vitesse à laquelle le Chili peut arriver « naturellement » à des conditions de vie où les inégalités qui subsistent sont acceptables est lente. Dans les société riche, les inégalité sont en théorie acceptées et tolérées. Ce n’est pas le cas du Chili. Le gouvernement démocratique doit donc arriver à produire un niveau d’équité sociale suffisante pour que l’anticipation d’amélioration de sa condition par les 40 % de la population les plus pauvres rende tolérable la situation sociale du pays.

5En apparence donc, même si pour des raisons de consensus démocratique, la Concertación peut envisager de laisser intact le modèle de développement, elle pourrait être amenée, pour ne pas être débordée par le populisme, à prendre des mesures redistributives qui pourraient menacer ce même modèle. Mais le diagnostic réalisé par les économistes de la Concertación, et notamment Alejandro Foxley est tout autre : pour eux, il n’est politiquement pas souhaitable de modifier ce modèle, et il est économiquement possible de ne pas le faire.

  • 8 Entretien avec Alejandro Foxley, décembre 1993.

6Plusieurs raisons8 expliquent cette position. En fait, les périodes à cycles extrêmement différenciés sont terminées. Après la crise de 1982, le régime a infléchi le dogmatisme de son modèle de développement, et celui - ci, qui a modifié durablement le pays, est « tenable » sur la durée. Par ailleurs, les mesures d’ajustement qui ont été prises, commencent à porter leurs fruits. L’enrichissement des entreprises, fort pendant les dernières années de la dictature, laisse une marge de manœuvre pour prendre des mesures redistributives qui sont acceptables et ne menacent pas le modèle, notamment la hausse modérée de l’impôt sur les sociétés. Les arbitrages budgétaires laissent quant à eux au gouvernement la possibilité de développer une « option de préférence pour les pauvres », sans menacer l’équilibre budgétaire et le contrôle strict de l’offre de monnaie. Enfin, dans le même temps, pour des raisons politiques et économiques, le principal souci du gouvernement doit être la stabilité économique et la non remise en cause de la propriété privée.

7Comme l’explique de façon lumineuse Alejandro Foxley lors du séminaire déjà cité de mars 1990 :

  • 9 Foxley (Alejandro), intervention lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. c (...)
  • 10 Ibid., p. 108.
  • 11 Ibid., pp. 109-110.
  • 12 Ibid., p. 115.
  • 13 Ibid., p. 116.
  • 14 Ibid., p. 119. C’est nous qui soulignons.

« Le point que je veux souligner, c’est qu’il s’est produit au Chili une dramatique dissociation entre le processus modernisateur, qui s’est focalisé sur certains secteurs, et le retard de l’effet de cascade de cette évolution vers les secteurs de la population qui considéraient avec enthousiasme la possibilité de s’incorporer dans ce processus de modernisateur qui cependant les excluait de ses résultats.
En fait, le processus de modernisation coïncidait dans le temps avec une détérioration significative de la condition sociale de ces secteurs de la population. Ceci est pour notre gouvernement le thème clé en ce qui concerne l’économie9. (…) »
« La croissance nette des 16 dernières années (1973-1989 NDR) a été très basse, inférieure à 1 % pour le PNB par habitant. Ceci est le résultat de va et vient permanent entre des chutes allant jusqu’à 15 % par an pour le PNB, et de récupérations également importantes de l’ordre de 6, 8 et jusqu’à 10 % par an. Mais, considéré de façon globale, la croissance nette du pays a été relativement médiocre, et notre économie doit encore montrer que, après cette transformation structurelle très profonde, elle est capable de générer un processus d’accumulation suffisamment vigoureux pour assurer une croissance stable et soutenue à moyen et long terme10. »
« Nous nous trouvons aujourd’hui face à une économie qui est en terme de cycle, au niveau le plus élevé de la courbe (…)· Par ailleurs, c’est une économie qui a été « réchauffée » : (…) si l’on regarde les indicateurs économiques de l’années 1988, on s’aperçoit clairement qu’à partir du lancement de la campagne électorale du général Pinochet, la politique économique a connu un virage prononcé. Elle s’est tournée vers l’expansion, la quantité d’argent créé a cru de presque 50 % en un an, des réductions d’impôts massives ont été accordées, et les dépenses publiques ont été bien supérieures à celles prévues dans le budget11. (…) »
« Nous sommes donc face à plusieurs problèmes : en premier lieu, l’économie réchauffée (…), en second lieu, le niveau de la dette externe, qui est aujourd’hui de 5,5 milliards de dollars, ce qui n’est pas excessif ».
« Tout ceci nous oblige à appliquer un politique macro-économique qui mette l’accent avec intensité sur le problème de la stabilité : la stabilité des prix, la stabilité de l’équilibre budgétaire, et une gestion financière prudente ».
« Je pense aussi que cela nous oblige à une concession idéologique fondamentale, parce qu’il faut s’engager sur une stabilité non seulement en ce qui concerne les règles du jeu du fonctionnement du système économique, mais également sur une stabilité dans la structure de la propriété, qui est un vieux thème qui a traversé l’histoire chilienne pendant des décennies et qui est devenu, à un moment, le point catalysant la polarisation politique, le conflit à somme nulle (« zero-sum-game ») et la division fondamentale que l’on a vécu jusqu’à il y a peu dans notre pays »12.
« Pour le moment, notre proposition comprend une augmentation de l’impôt sur les bénéfices des entreprises, et a une augmentation de la progressivité de l’impôt sur le capital13. »
« Je crois que ce gouvernement de quatre ans, ce gouvernement de transition, va avoir du succès s’il arrive à avancer de façon graduelle en ce qui concerne son programme économique, et s’il arrive à maintenir dans le même temps un système politique ouvert, qui fonctionne avec fluidité, avec un niveau de conflits acceptable. C’est une tâche très modeste et très ambitieuse. Et j’ai l’intuition que cela va nous demander beaucoup plus de courage que ce que nous imaginons14. »

8Pour la Concertación, il s’agit donc d’infléchir légèrement certains arbitrages du modèle de développement pour le rendre supportable pour les catégories les plus démunies de la population, mais également de réaffirmer certaines bases du modèle (propriété privée, stabilité de l’offre monétaire) afin de rendre la démocratisation acceptable pour les forces productives, la droite politique et les tenants du régime militaire. La chance du gouvernement Aylwin est d’arriver au moment conjoncturel où une telle combinaison, subtile et peu spectaculaire, est possible.

  • 15 Entretien avec Alejandro Foxley, décembre 1993.

9Les résultats économiques du gouvernement civil de transition, qui sont décrits dans le tableau ci-après, montrent d’ailleurs comment la Concertación a pu « surfer sur la vague »15 des ajustements entrepris par le régime militaire lors de l’institutionnalisation de son modèle économique : les taux de croissance réguliers ont permis un certain allégement de la pauvreté.

  • 16 MIDEPLAN/PNUD : Pobreza en Chile, informe 1992, document interne PNUD et non publié, Santiago, 199 (...)
  • 17 Chiffre pour l’année 1987.

Note 1616
Indicateurs économiques du gouvernement de transition17

  • 18 Source : Foxley (Alejandro), Economia politica de la transicion, Ediciones Dolmen, Santiago, 1993, (...)

10L’effet de cascade a en partie joué : en 1992, seuls 4 % de la population active sont officiellement touchés par le chômage. Les statistiques de salaire moyen publiées par la banque centrale ne sont pas forcément des plus fiables, mais on dénote quand même une augmentation favorable du salaire moyen. Mais il semble bien que le phénomène majeur ait été un phénomène d’inclusion lente du marché informel vers le marché plus formel, et donc le passage d’une rémunération d’appoint irrégulière à une rémunération régulière. Cela étant, officiellement, d’après MIDEPLAN, il n’y a plus « que » 4 millions de pauvre au Chili fin 1993. L’effet de d’enrichissement en cascade n’est pas calculé, mais est crédité d’au moins un tiers de l’amélioration. Les deux autres tiers de l’amélioration sont dues aux programmes sociaux entrepris par le gouvernement grâce aux recettes budgétaires supplémentaires engendrées par la hausse de l’impôt sur les sociétés et la conjoncture favorable18.

11La conjoncture a donc permis à la Concertación d’accepter, sans coût politique apparemment excessif, que le modèle de développement constitue la base consensuelle grâce à laquelle d’autres espaces peuvent être ouverts lors de la transition. Le premier de ces espaces, et peut être le plus important d’entre eux est constitué par la question institutionnelle.

Notes

1 Valenzuela (Arturo), The Breakdown of Democratic Regimes, op. cit.

2 Patricio Aylwin, entretien, décembre 1993.

3 Intervention d’Eduardo Boeninger lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. cit.

4 Eduardo Boeninger, intervention lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. cit.

5 Alaminos (Antonio), Chile : transicion politica y sociedad, op. cit., p. 57.

6 PNUD/Mideplan : Pobreza en Chile, document interne au PNUD, Santiago, 1991, p. 5.

7 Hernan Büchi, entretien décembre 1992.

8 Entretien avec Alejandro Foxley, décembre 1993.

9 Foxley (Alejandro), intervention lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. cit., p. 107.

10 Ibid., p. 108.

11 Ibid., pp. 109-110.

12 Ibid., p. 115.

13 Ibid., p. 116.

14 Ibid., p. 119. C’est nous qui soulignons.

15 Entretien avec Alejandro Foxley, décembre 1993.

16 MIDEPLAN/PNUD : Pobreza en Chile, informe 1992, document interne PNUD et non publié, Santiago, 1993, p. 8.

17 Chiffre pour l’année 1987.

18 Source : Foxley (Alejandro), Economia politica de la transicion, Ediciones Dolmen, Santiago, 1993, 245 pages.

Table des illustrations

Légende Note 1616Indicateurs économiques du gouvernement de transition17
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540