Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pinochet s'en va...

 | 
Bruno Patino

III. Pinochet en campagne : Le plébiscite du 5 octobre 1988

Texte intégral

1Le déroulement de la campagne plébiscitaire de 1988 provoque un basculement de l’incertitude : alors que le régime militaire personnalise sa campagne, et envoie des messages contradictoires, l’opposition s’emploie à jouer sur les attentes consensuelles du peuple chilien. Le résultat du plébiscite permet ainsi l’ouverture de la transition, et donc raffinement des stratégies post-plébiscitaires.

Le déroulement de la campagne

  • 1 Cavallo (Ascanio) Los hombres de la transicion, op. cit., p. 28.

2En 1988, le régime militaire hésite de façon quasi systématique sur le discours qu’il doit tenir lors de la campagne électorale. Sergio Fernandez centralise les efforts de soutien au général Pinochet. Il a fort a faire : la droite dans son ensemble n’est pas mobilisée. Les entrepreneurs hésitent à entrer dans l’arène, ne se sentant pas véritablement menacés. Quant aux partisans du général, mis à part les plus durs d’entre eux, ils ne font pas campagne. Sergio Fernandez essaie d’imposer le discours modéré de l’institutionnalisation politique : après le plébiscite, c’est une nouvelle étape, un « nouveau régime », qui doit commencer. Au niveau symbolique, le général retire son uniforme : vestes en laine et vestons noirs remplacent la gabardine galonnée. L’apparence du Général est plus que jamais celle d’une homme de la classe moyenne, un peu gauche dans son attitude, un peu vulgaire dans ses choix vestimentaires : « c’était le général, secrètement méprisé par la classe haute qui lui déclare sa tendresse (cariño), secrètement admiré par les gens humbles qui lui déclarent leur rancœur1 ».

  • 2 Ce discours sera finalement prononcé par le général Pinochet à la télévision le 7 septembre 1988. (...)

3La campagne culmine lors du discours du 30 août 1988, qui doit être l’occasion de développements « pacifiés et civils ». Sergio Fernandez a préparé une liste de mesures symboliques : elles comprennent notamment la fin de l’exil pour la quasi majorité des personnes encore exilées (« la Tencha », veuve de Salvador Allende, revient le 24 septembre 1998), la fin de l’état d’urgence, l’avènement d’une « nouvelle civilité », et des mesures symboliques de réconciliation et de retrouvailles2.

  • 3 Ce militaire participera aux réunions électorales de l’UDI/Guzman.

4Mais Sergio Fernandez doit également compter avec les acteurs qui ne sont pas prêts à admettre le risque que constitue un plébiscite : les durs, pour lesquels il ne saurait y avoir ni démilitarisation, ni dépersonnalisation du régime. La plupart de leurs membres se recrutent à l’intérieur des forces armées, et plus exactement à l’intérieur de l’armée de terre. Le lieutenant général Humberto Calderón, représentant du général Pinochet au sein de la junte, est le leader de cette tendance, secondé par le sous secrétaire d’Etat à l’intérieur, Alberto Gardemil. Les relais, toutefois, sont nombreux :. Ainsi, en mars 1988, lorsque le général Pinochet passe en revue les parachutistes, le colonel Jose Zara, directeur de l’école des parachutistes, accueille « son général » en ces termes : « Mon général, sachez que nous, les bérets noirs, ne permettrons jamais que nos frères tombés au combat le 11 septembre 1973 observent, depuis l’au-delà, une attitude de conciliation ou de trahison. Nos gars, brillants et acérés, sont prêts à répondre à l’appel de notre chef, pour défendre le peuple chilien aimé, qui a toujours été vainqueur et ne sera jamais vaincu3. » Au delà de l’anecdote, ce discours met en exergue la thématique développée par les durs : la classe politique, quelle qu’elle soit, est toujours prête à trahir la cause. L’armée doit intervenir pour la sécurité même du peuple. Cette rhétorique est celle du général Pinochet lui même, celle dont il est le plus proche, et dont il ne s’écarte que sous l’influence de Guzman ou de Fernandez.

  • 4 Le 22 août 1988, le général Contreras déclare, dans un discours au cuerpo de générales y almirante (...)

5L’importance croissante accordé au plébiscite par l’ensemble des acteurs inquiète les durs du régime, pour lesquels le risque encouru est trop grand et justifie un arrêt du processus, en ayant recours si besoin aux forces armées. Une fois le plébiscite lancé, la position de repli est celle d’une radicalisation de l’enjeu, en adoptant l’alternative « le général ou le chaos », et en montrant que le chaos est forcément inacceptable pour les forces armées, garantes de la stabilité du pays4. Ces discours détruisent le côté civil de la campagne, mais, en même temps, ils permettent au régime de refaire croître l’incertitude liée à une victoire de l’opposition pour certains opposants désireux d’éviter la guerre civile.

6Le 30 août 1988, dans un discours strict et sévère prononcé au bâtiment Diego Portales, le général Pinochet, en grand uniforme, se déclare candidat au plébiscite. Le discours a été rédigé par Francisco Javier Cuadra, de retour de l’ambassade du Chili au Vatican, et développe le thème de la croisade politique face aux irresponsables et aux marxistes. L’effet produit est catastrophique, tant sur les modérés que sur l’ensemble de la population. Dès lors, le déroulement de la campagne est pénible pour les Pinochetistes modérés, le général hésitant entre deux discours. Pour l’opposition, les contradictions permettent de faire passer en arrière plan la question des apports du régime et de leur éventuelle pérennité. Les sondages confirment en effet les études du CIS : la population a peur du « jacobinisme », du « changement massif », de la « disparition des normes ».

  • 5 Selon les termes de La Epoca, septembre 1988.
  • 6 Voir El libro del No, éditeur non mentionné, Santiago, 1988.

7Le « mystère du général »5 et de ses véritables objectifs devient ainsi le principal thème de campagne de la Concertación, ce qui permet un transfert du thème de l’aventure, ou, autrement dit, de l’incertitude : elle n’est plus du côté du projet institutionnel de la Concertación, mais de l’attitude du général : dictateur monomaniaque prétendant à un régime indéfini, ou homme d’Etat pacifié préparant une succession civile. C’est pourquoi, fort habilement, les concepteurs de la campagne entendent laisser le message catastrophiste aux partisans du Oui, tout en rassurant l’électorat. Les attaques contre le flou des positions du général Pinochet ne sont qu’un des éléments du dispositif publicitaire, dont le message principal est celui d’une « sécurité dans la joie retrouvée »6.

8Les interventions de la Concertación à la télévision, qui s’ouvre pour la première fois depuis longtemps à l’opposition au régime en sont un exemple. Avant le 30 août, une intervention avait mis l’accent sur le thème de la dictature éternelle : celle de Ricardo Lagos, président du PPD, qui, dans le programme « De Cara Al Pais » du 25 avril 1988, s’était rendu célèbre en pointant son doigt vers l’écran, comme s’il s’adressait au général Pinochet :

  • 7 Archives audiovisuelle de la TV chilienne.

« Vous avez d’abord dit, général Pinochet, qu’il y avait des buts et pas de délais. Puis, général Pinochet, vous avez eu des délais et vous avez imposer votre constitution de 1980. Je vais vous rappeler, général Pinochet, que le jour du plébiscite de 1980, vous avez dit : “le président Pinochet ne sera pas candidat en 1989”, et maintenant vous promettez au pays huit années supplémentaires de tortures, d’assassinats et de violations des droits de l’homme. Il me paraît inadmissible qu’un Chilien puisse avoir une aussi grande soif de pouvoir pour vouloir rester 25 ans au pouvoir7. »

9Le premier « spot » de la campagne officielle, le 5 septembre 1988, démontre le changement de ton, et, surtout, l’utilisation de l’opposition joie sécurité/incertitude terreur, mais en gardant la personnalisation de la campagne autour du général Pinochet. Les quinze premières minutes dont disposent la Concertación ont été réalisées par Patricio Banados, avec l’aide de cinéastes renommés, et ont fait appel à de nombreux intellectuels et politiciens, et membres de la société civile. Les premières minutes sont l’occasion de faire passer le message de joie et d’espérance, les minutes suivantes de dénoncer les crimes du régime en ridiculisant ses leaders. 27 jours durant (le temps de la campagne), la même thématique sera utilisée. La campagne officielle met l’accent sur l’irresponsabilité de la classe politique chilienne, tout en relayant une menace diffuse.

  • 8 Les observateurs internationaux ont été, en grande partie, imposés par les Etats-Unis. Ceux-ci ont (...)

10Le vote a lieu le 5 octobre 1988, en présence d’une multitude d’observateurs internationaux8, et sous la garantie du Tribunal constitutionnel. Tout en ayant son importance historique, le déroulement précis de la soirée du 5 octobre 1988 permet de souligner deux points essentiels de la transition chilienne : (1) le comportement d’une partie de la droite et des forces armées ; (2) la psychologie du général Pinochet.

11La journée bascule à 20 heures 30, lorsque le général se rend à une réunion au cours de laquelle le ministre du budget et des finances (Hacienda) Hernan Büchi et Sergio Fernandez, ministre de l’intérieur, l’informent des premières estimations, qui sont négatives pour le régime militaire. Le ministre de l’intérieur décide de ne communiquer aucune information, contrairement à ce qui avait été annoncé aux milliers de journalistes et d’observateurs rassemblés dans le bâtiment Diego Portales (legs architectural d’une conférence de la CNUCED). Pour Sergio Fernandez, l’annonce officielle des résultats ne peut avoir lieu qu’après la réunion des commandants en chef. A mesure que passent les heures, les soupçons de fraude électorale se multiplient dans les différents locaux tenus par l’opposition au régime. D’autres rumeurs, propagées par les militaires, font état d’une annulation du plébiscite, alors que certains carabiniers affirment avoir vu des cohortes armées dans les rues de Santiago. Le Département d’Etat américain et la C.E.E. publient des communiqués qui somment le général Pinochet de respecter le verdict populaire, ce qui accroît encore l’inquiétude.

  • 9 Entretien lors du séminaire « el 11 de septiembre, 20 anos despues », op. cit.

12Encore une fois, c’est la droite modérée qui va débloquer la situation. Comme l’expliquera plus tard Andres Allamand9, cette partie de la droite est persuadée que le général Pinochet se prépare réellement à une annulation du plébiscite. Une telle hypothèse est bien entendu perçue comme une catastrophe : la fuite en avant militaire semble inévitable, et avec elle, la fin des efforts d’institutionnalisation et de légitimation du régime. La construction institutionnelle, économique et politique s’effondrerait alors. Pour sauver ce qui peut l’être encore, la droite modérée, en accord avec une partie des forces armées, décide de sacrifier la personne du général Pinochet. Un résultat manipulé, un plébiscite annulé auraient à ses yeux un impact plus négatif encore qu’une défaite.

13De même, pour l’armée de l’air, les forces armées ont accompli leur mission, même incomplète. Elles doivent retourner dans leurs casernes. Elles sortent grandies de l’aventure, et un homme en particulier n’a pas à menacer une image qu’elle estime restaurée. Toujours dans l’armée de l’air, la tentation est également grande d’abandonner les servitudes du pouvoir, une fois assuré un futur convenable aux différentes institutions : l’intérêt de certaines institutions diffère désormais de l’intérêt du général. La réunion des commandants en chef est l’occasion de démontrer ce début de fissure. Le général Matthei, commandant en chef de l’armée de l’air, déclare aux journalistes, au moment d’entrer à la Moneda : « à mon avis, c’est le Non qui l’a emporté ». Il n’est alors plus possible, pour le général Pinochet, d’annuler le plébiscite sans rompre officiellement la « solidarité indestructible des forces armées » dont il a fait le pilier du régime militaire. Au même moment, certains dirigeants de droite, au premier rang desquels Andres Allamand, commencent à déclarer qu’ils sont d’accord avec le général Matthei. Une réunion du cabinet se tient en pleine nuit. A deux heures du matin, Sergio Fernandez, dont la démission a été refusée par le général Pinochet, communique officiellement au pays le résultat final. Il a auparavant autorisé les manifestations de joie de l’opposition dans les rues. Tout en félicitant les forces armées pour leur comportement, il met l’accent sur le nombre de voix obtenues par le Oui.

  • 10 Cité par Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 4.

14Fernandez expliquera assez bien les motivations des politiques institutionnalistes : « Il ne fallait pas céder à la tentation de transmettre la responsabilité du pouvoir sans rien faire d’autre, en abandonnant le combat (“causa”) institutionnel. Je me suis opposé de façon catégorique à cette éventualité. On devait respecter la charte fondamentale, avec tous ses délais et ses modalités. C’était l’engagement du gouvernement, et rien ne justifiait de le modifier10. » Le 6 octobre au matin, le général Pinochet reprend les même arguments développés la veille par son ministre. A la télévision, en grand uniforme, il déclare au pays « vouloir suivre l’itinéraire constitutionnel ». Puisque les électeurs ont refusé au général Pinochet la possibilité d’être Président de la république pour huit années supplémentaires, le mécanisme constitutionnel prévoit, pour décembre 1989, soit près de quatorze mois après le plébiscite, la tenue d’élections législatives couplées avec des élections présidentielles. Les premières comme les secondes doivent avoir lieu au scrutin majoritaire à deux tours.

Les stratégies post-plébiscitaires et l’élection de Patricio Aylwin

15Les résultats du plébiscite confirment la possibilité pour l’opposition démocratique d’arriver au pouvoir, et donc d’être en mesure de charger le régime. Toutefois, le résultat obtenu par le général Pinochet insère de façon assez restrictive cette perspective de transition dans le cadre de la reconnaissance constitutionnelle préalablement défini par Patricio Aylwin. Tout concourt ainsi à l’existence d’une transition négociée.

16Les résultats du plébiscite marquent bien sur l’échec de l’institutionnalisation politique du régime militaire. Ils n’en marquent cependant pas la déroute. Bien sur, le Non, avec 55,99 % des suffrages exprimés, soit 3 967 579 voix, l’emporte nettement. Mais le Oui, rassemble 44,01 % des suffrages exprimés, soit 3 119 110 voix pour un pays qui compte un peu plus de sept millions d’électeurs. Le régime militaire peut se targuer, après plus de quinze années de pouvoir sans partage, d’avoir une certaine assise électorale qui empêche l’opposition de changer de stratégie. L’insertion de l’opposition dans le mécanisme constitutionnel du plébiscite aurait pu, en théorie, déboucher sur un basculement presque total du pouvoir en cas de déroute électorale absolue du régime. Aurait alors émergée une période plus troublée et incertaine, ressemblant d’une certaine façon aux transitions après effondrement : la gestion civile d’une transition à espaces ouverts, mais avec des poches de résistance plus ou moins déstabilisantes. Au lieu de quo : i le gouvernement du régime militaire, et plus précisément le général Pinochet, sortent du plébiscite vaincus mais en possession d’un soutien et d’un instrument de menace.

17Le général Pinochet a démontré que son régime avait des partisans. Mieux, même : avec ce pourcentage, le général peut légitimement se présenter comme la première force électorale du Chili. Les voix qu’il a su réunir lui permettent de trouver les appuis nécessaires pour mener à bien le rôle qui lui échoit dans la mécanique constitutionnelle prévue : il pourra rester commandant en chef de l’armée de terre, et contrôler une partie du processus en restant à la présidence un an de plus, à le tête d’un gouvernement qui, s’il doit négocier au lendemain de sa défaite, n’est nullement décrédibilisé. Les manifestations de soutien des jeunes des quartiers chics de Santiago, au lendemain du plébiscite, démontrent d’ailleurs qu’une partie des électeurs du Oui n’entend pas abandonner tout rôle politique, alors même qu’une élection présidentielle est prévue pour décembre 1989.

18Le général dispose en plus d’un instrument qu’il continue de contrôler : l’armée de terre, sur laquelle il va pouvoir s’appuyer pour le reste de la transition. Cette obéissance de l’ensemble du corps militaire est d’ailleurs un motif de satisfaction. L’armée de terre fait bloc autour de son chef, au risque de tomber dans une tentation autarcique, mêlant désir de repli et sensation de pureté. Les troupes interprètent la défaite électorale du général comme une marque de trahison de la part des civils, et en particulier de la part d’une partie de la droite politique dont l’expression partisane se retrouve principalement chez Renovación Nacional. Pour le général Pinochet, le rôle de commandant en chef de l’armée de terre après l’élection présidentielle redevient plausible, puisque le point d’appui est solide. Il peut donc rester à la tête de son armée jusqu’en 1997. Pour solidifier d’avantage son pouvoir, et pour montrer qu’il entend rester le maître absolu, le général Pinochet procède vingt jours après le plébiscite, à la date traditionnelle des promotions et mises à la retraite, au plus important mouvement jamais enregistré dans l’armée depuis 1974 : les 13 généraux les plus gradés, parmi lesquels le vice-commandant en chef Santiago Sinclair, sont mis à la retraite de façon anticipée. L’éviction de Sinclair démontre qu’il n’y aura pas de « numéro un bis » à l’intérieur de l’armée de terre.

  • 11 Dont l’entrepreneur Edmundo Eluchans, dont la principale préoccupation semble être la stabilité éc (...)

19Le 17 octobre 1988, le général Pinochet revient de vacances. Commence alors une hésitation qui décide en partie de la nature de la période 1988-1990. Dès le début, le Augusto Pinochet tient à nommer un spécialiste des problèmes constitutionnels à la tête du gouvernement, mais son choix se porte alternativement sur un homme refusant toute négociation, ou quelqu’un de plus ouvert, désireux d’ordonner une retraite limitée mais néanmoins réelle. Après Sergio Diez, avocat de formation, spécialiste en droit constitutionnel, pressenti, mais dont l’entretien avec le général Pinochet se passe mal, d’autres personnalités11 voient leur candidature rejetée, et c’est finalement l’économiste Carlos Caceres qui devient ministre de l’intérieur le 21 octobre 1988. C’est un négociateur, relativement proche des milieux d’affaires. Ce qui signifie qu’au contraire des « durs » qui voient dans la militarisation et la personnalisation du régime les principaux acquis de la dictature qu’il convient de préserver, Carlos Caceres considère que les points essentiels du régime sur lesquels il ne faut pas céder sont d’une part le modèle de développement, et d’autre part une limitation de la sphère politique par l’exercice d’une tutelle de la part d’autres pouvoirs plus institutionnels.

20L’opposition démocratique a, quant à elle, gagné le plébiscite. Mais le scrutin du 5 octobre ne constitue pas une élection présidentielle anticipée. Pour la suite, l’opposition est confrontée à deux objectifs majeurs. En premier lieu, il faut gagner les élections et s’assurer d’une force capable de gouverner le pays. Ceci passe par le maintien, voire le renforcement, de la Concertación. En second lieu, et de façon parallèle, il s’agit pour la Concertación d’évaluer les espaces ouverts par la victoire au plébiscite et la forte perspective de victoire aux élections générales de décembre 1989. Cette évaluation doit déboucher sur un programme de transition, qui hiérarchise les objectifs et les éclaire à la lumière des latitudes d’action : ce qui est indispensable ou souhaitable est jugé à l’aune de ce qui est possible ou très difficile à obtenir.

21L’importance de la Concertación croît à mesure que se déroule la campagne électorale pour le plébiscite. Après la victoire du Non, l’ensemble des forces politiques qui la composent décident de transformer un simple accord électoral à dominante négative (contre Pinochet) en une coalition électorale et gouvernementale à dominante positive. Cet accord englobe non seulement un abandon de la compétition électorale entre deux des trois grands blocs politiques chiliens, les socialistes et les démocrates chrétiens, mais il suppose aussi l’élaboration d’une plate-forme qui reprenne par les objectifs de démocratisation communs entre socialistes et démocrates chrétiens.

22Ceci est donc fondamental pour la définition même de la transition : ceux qui ont provoqué la transition vont la gérer, ce qui introduit la contrainte de ce qui est possible sur l’expression de ce qui est souhaitable. Par ailleurs, deux blocs différents s’associent pour cette gestion, ce qui, d’une certaine façon, soumet le souhaitable et le possible à un double jugement, à la fois socialiste et démocrate chrétien, et pousse donc également à la modération. Réalisme et modération découlent donc du choix de l’instrument de démocratisation : une large coalition électorale à tendance démocratisante. D’où le caractère fondateur de l’émergence de la Concertación en coalition de gouvernement, ce qui la pousse non pas vers ; la gauche, mais plutôt vers le centre, voire le centre droit.

23Comme le reconnaît dans un séminaire Enrique Correa, personnage clé de la transition, à la veille de prendre ses fonctions de ministre porte-parole du gouvernement (mars 1990) :

  • 12 Correa (Enrique), intervention lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. cit (...)

« Entre le plébiscite d’octobre 1988 et la proclamation de Patricio Aylwin comme candidat à la présidence pour la Concertación, il s’est produit dans le pays un phénomène politique transcendant, même s’il fut plus discret que la victoire du candidat aux élections, ou l’installation du gouvernement qui aura lieu lundi prochain (14 mars 1990 NDR). Ce fut un phénomène profondément significatif, puisqu’il a impliqué la construction d’une nouvelle coalition politique au Chili. La Concertación des partis pour le Non n’était pas une coalition politique. Il est probable qu’une des raisons majeures de son succès fut que justement elle ne fut pas une coalition politique, dans le sens où elle n’essaya pas de résoudre de façon anticipée les problèmes que toutes les coalitions doivent aborder pour être une coalition. De cette façon, ce mouvement engendra les conditions d’une concertation politique et sociale extrêmement large.(…) Du point de vue de l’expérience internationale, c’était un fait assez inédit : pour la première fois, les forces politiques qui avaient ouvert le chemin du processus de démocratisation, celles dont la pression avait ouvert la voie vers la transition à la démocratie, décidèrent de ne pas entrer en compétition électorale dans un premier temps et décidèrent également d’assumer ensemble la tâche de gouverner, au moins pendant une période électorale. Ceci constitue une option fondamentale, et confère à la transition chilienne un caractère particulier12. »

24L’importance primordiale accordée au comportement des partis politiques, dont l’objet naturel est la compétition électorale, suppose une grande maîtrise de l’ingénierie politique et un comportement « raisonnable » des partis en cause. Comme le souligne une autre personnalité fondamentale de la transition, Edgardo Boeninger, qui sera, de 1990 à 1994 le ministre porte parole de la Présidence auprès de Patricio Aylwin :

  • 13 Boeninger (Edgardo), intervention lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. (...)

« Je pense que le succès de la période de transition va dépendre du comportement concret des partis. (…) Il y a des facteurs qui font penser que les forces centrifuges qui pourraient déboucher sur une compétition acharnée entre chacun des partis (de la Concertación NDR) vont être dépassés par la nécessité centripète de maintenir cette coalition en état de marche13. »

25L’ingénierie politique mise en œuvre par les hommes de la Concertación s’applique au processus électoral de 1989, qu’il soit législatif avec la définition d’un pacte parlementaire commun, ou présidentiel, avec la nomination d’un candidat présidentiel commun. Mais elle concerne également la définition du programme du futur gouvernement. Selon Enrique Correa :

« Le processus de transformation de la Concertación en coalition (…) nécessitait trois éléments : un accord sur le programme, un accord électoral parlementaire, et la désignation d’un candidat commun. (…) Le plus difficile ne fut pas le programme ; le plus difficile fut la constitution d’un accord parlementaire dans le cadre d’une législation très restrictive ; cette tâche nous a obligé à un travail très complexe d’ingénierie politique. (…) Il est très difficile de construire un pacte parlementaire au Chili à cause du scrutin binominal. (…) Mais les résultats furent raisonnables : les équilibres internes de la coalition ont été bien reflétés, non seulement par le pacte parlementaire, mais par les résultats des l’élections (…) Des élections a émergé clairement une force politique de première importance : la Démocratie Chrétienne, suivi par un second courant : la socialisme. Le radicalisme n’a pas connu de vraie catastrophe. Ceux qui ont été punis électoralement sont les petits partis qui n’avaient pas voulu fusionner ou s’additionner avec des conglomérats de plus grande importance » (…) En ce qui concerne le candidat présidentiel commun, c’est la première fois que les socialistes et les démocrates chrétiens ont un candidat commun. Dans toute l’histoire du Chili. Ceci pose un question d’importance encore inconnue : cet accord existe-t-il uniquement pour assurer la transition ? N’est-ce qu’une remise à plus tard de la compétition électorale ? Ou est-on en présence, au Chili, d’une nouvelle étape politique, marquée comme dans les années 40 par des coalitions de centre gauche ? Les élections ont été gagnées mathématiquement avec des pourcentages similaires à ceux du plébiscite. Ce que je veux dire, c’est qu’entre le plébiscite et l’élections présidentielle, il ne s’est pas produit de modification substantielle dans les choix électoraux des citoyens. »

26En fait, la transformation de la Concertación en coalition supposait non seulement une absence de compétition entre les partis qui la forment, mais également une certaine absence de compétition à l’intérieur même des partis, afin d’éviter toute surenchère programmatique et toute fragilisation des éléments clés de la Concertación, donc des hommes qui en étaient à l’origine. C’est pourquoi il n’est pas faux de dire que dans le déroulé purement politique de la transition, le moment clé où elle faillit échouer fut lors de la désignation du candidat de la DC à l’élection présidentielle.

  • 14 Entretien avec Ricardo Lagos, décembre 1993.
  • 15 Ibid.

27Il était en effet nécessaire, pour la Concertación, de désigner un candidat présidentiel issu de la Démocratie Chrétienne, ce parti étant la force majeure de la Concertación, et occupant une position centrale - et - centriste - le rendant plus « acceptable » pour la future opposition de droite, selon les propres termes de Ricardo Lagos14. Mais encore fallait-il que le candidat de la DC soit acceptable pour les socialistes, c’est-à-dire, qu’il incarne la transition par sa place dans le processus et son âge, et qu’il ne puisse pas laisser penser à un retour de « l’hégémonie de la Démocratie Chrétienne »15.

  • 16 Le 22 octobre 1988 a lieu la junte du PDC, au cours le laquelle les « guatones » essaient de procl (...)
  • 17 Entretien avec Renan Fuentealba, collaborateur direct d’Eduardo Frei, février 1993.
  • 18 Paradoxalement, ses positions auront changé dès 1993 à la veiller d’accéder à la présidence, puisq (...)

28Or, la nomination du candidat démocrate chrétien va être l’occasion d’une crise interne d’une extrême gravité, entre octobre 1988 et février 198916, qui oppose les partisans d’Eduardo Frei Ruiz Tagle, le fils de l’ancien président Eduardo Frei, proche des « chascones », et ceux de Patricio Aylwin. Cet affrontement est un affrontement de générations, mais il concerne également la stratégie à suivre pour le premier gouvernement de transition. Pour Eduardo Frei, la DC doit « simplement avoir un programme, et l’appliquer ». Aux socialistes et radicaux de suivre, ou de ne pas suivre17. C’est donc un recul de la Concertación comme coalition. Eduardo Frei ne s’insère pas non plus dans un cadre de transition, puisqu’il refuse de systématiser une stratégie particulière. En un sens, il est déjà, dès 1988, candidat à l’après transition18. Les accusations de fraude électorale, de tricherie manquent de provoquer l’implosion potentielle du PDC. Cela paralyse les discussions qui sont en train d’avoir lieu avec le gouvernement, et obère pendant un temps la transformation de la Concertación en coalition de gouvernement. Finalement, il faut un geste de Gabriel Valdes pour empêcher que la jeune classe de la Démocratie Chrétienne ne menace le processus de construction de la Concertación en coalition. Patricio Aylwin est désigné candidat en février 1989.

29La candidature Aylwin apparaît comme un moyen de symboliser l’existence de la coalition et d’éviter un second tour, qui, pour certains, affaiblirait le poids du Président. Pour le candidat démocrate chrétien, il s’agit de rallier à lui les centristes, qui craignent l’alliance avec la gauche pour des raisons de « contamination » idéologique des programmes, et la gauche orthodoxe (communiste et socialiste « historique ») qui craint avant tout le « gradualismo ». Le nom de Patricio Aylwin rassure les centristes. Clodomiro Almeyda s’occupe quant à lui de rallier la gauche orthodoxe en deux temps. Le premier temps est celui d’une alliance formelle entre les socialistes almeydistes (« orthodoxes »), le MIR, et le PC. Se crée le PAIS (Pacto Amplio de Izquierda Socialista), qui a pour but d’insérer un pacte de gauche orthodoxe (les pactes étant encouragés par la loi électorale). Une fois la gauche orthodoxe arrimée autour de sa personne, Clodomiro Ameyda crée un certain nombre de passerelles programmatiques entre le PAIS et la Concertación, avant d’appeler au soutien de cette dernière.

30Sans grande surprise, les élections de décembre 1989 démontreront la pertinence, en tant qu’arme électorale, de la Concertación, qui réussit à obtenir à peu près le même nombre de voix que le Non au plébiscite. Patricio Aylwin est donc élu président face à un candidat de l’UDI, Fieman Büchi, et à un « indépendant » affairiste et affable « Fra Fra » Errazuriz. La liste parlementaire de la Concertación rassemble 53 % des voix.

Patricio Aylwin

Fr. Errazuriz

Hernan Büchi

Voix

3 850 023

1 076 894

2 051 975

Part des suffrages (en %)

55,17 %

15,43 %

29,40 %

  • 19 Urzua (German), Historia politica de Chile y su evolucion electoral, op. cit., p. 763.

Résultats de l’élection présidentielle du 14 décembre 198919

Parti (ou regroupement)

Voix

Part des suffrages exprimés

Part des votants

Parti Démocrate Chrétien

1 766 347

26,74 %

25,35 %

Parti pour la Démocratie(PPD - socialiste)

890 947

13,48 %

12,78 %

Parti Socialiste

210918

3,19 %

3,02 %

Parti Radical

369 703

5,59 %

5,30 %

Total Concertación (y.c. 6 autres listes)

3 511495

53,15 %

49,35 %

Renovación Nacional

1 274 298

19,29 %

18,29%

Union Démocratique Indépendante (UDI)

685 911

10,38 %

9,84 %

Indépendants

194911

2,95 %

2,79 %

Total Droite (y.c. autres indép.)

2 326 349

35,21 %

33,39 %

Listes régionales

973 824

13,00%

12,20 %

Blancs et nuls

361 524

NS

5,18%

  • 20 Ibid., p. 769.

Résultats des élections législatives (députés) du 14 décembre 198920

31La Concertación aura donc eu le succès escompté aux élections, et devra gérer le pays pendant une période de transition sous gouvernement démocratique (1989-1993).

32Parallèlement au renforcement de la Concertación, d’abord en instrument de conquête électorale (1988-1989), puis en instrument de gouvernement (1989-1993) a lieu de la part des différents acteurs une définition des espaces qu’ils souhaitent voir s’ouvrir pendant la période de transition militaire et la période de transition civile. En d’autres termes, l’évaluation des espaces ouverts ou que l’on souhaite ouvrir détermine le contenu de la transition elle même, le tout sous la contrainte d’une négociation entre trois interlocuteurs dont aucun n’est totalement discrédité : la Concertación, le gouvernement militaire, et la droite politique.

Vers la transition à la démocratie

33Le fait de transformer la Concertación en instrument de gestion de la transition a produit cependant, dès 1988, une conséquence relativement paradoxale : le programme et les actions de la Concertación se sont confondus avec le concept même de démocratisation au Chili. En effet, la question Oui ou Non à huit ans de présidence supplémentaire du général Pinochet pouvait aisément se confondre avec une question sur le maintien ou non de la dictature personnelle, ou, autrement dit, sur le refus ou le souhait de voir le régime se démocratiser.

34Tel n’est plus le cas des élections générales du 14 décembre 1989. La confusion entre Concertación et démocratisation risque donc, dans un processus électoral, de rejeter une partie de la droite hors du champ démocratique, et de faire se confondre toute alternance éventuelle avec un changement potentiel de régime.

35La force électorale de la Concertación – sa confusion avec le processus de démocratisation – risque donc, à terme, de constituer une faiblesse pour le régime qu’elle entend construire. Cette faiblesse potentielle, constitue un facteur supplémentaire pour explique la tendance de la Concertación à regarder vers le centre droit. Il est en effet fondamental pour la Concertación de ne pas exclure la droite du processus démocratisant, sauf à fragiliser et à menacer celui-ci. Autrement dit, la Concertación se veut à la fois instrument de changement de régime, de transition et de consolidation démocratique.

36Toujours selon Enrique Correa :

  • 21 Correa (Enrique), intervention lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. cit (...)

« La force de cette option (La Concertación NDR) était la suivante : la construction d’une coalition d’opposition apparaissait comme le couronnement naturel d’un processus politique déjà vieux de plusieurs années au Chili : la coalition réunissait des forces qui avaient travaillé ensemble depuis un certain temps. (…) Cette coalition jouissait donc d’un grand ascendant moral. »
« La principale faiblesse résidait dans le fait que cette coalition avait une coloration nettement de centre gauche, et qui donc avait nécessairement besoin de compléter sa politique en mettant l’accent sur des accords élargis au delà de sa propre coalition, pour exercer avec succès sa vocation d’être l’acteur principal de la transition. Pour le dire d’une autre façon, il s’agissait d’une coalition qui avait un déficit à droite21. »

37Le rôle fondamental dévolu à la Concertación lui impose de se fondre dans la culture consensuelle voulue par la majorité du peuple chilien.

38Dans le même temps, l’absence de représentation significative de la droite politique au sein même de la Concertación pousse cette dernière à modérer ses objectifs, et à se montrer réceptive à certaines de ces attentes. Enfin, la droite politique, si elle veut exister autrement que comme force de soutien marginal d’un régime en partie défait, se doit de participer aux négociations, mais sans subir d’humiliation au niveau des résultats. La rencontre des différents objectifs ouvre donc certains espaces, en même temps qu’elle suppose la définition d’une base commune qui ne remette en cause aucun des intérêts fondamentaux des trois parties à la négociation. En effet, l’ouverture d’espace sur l’ensemble des caractéristiques du régime militaire accroîtrait trop l’incertitude liée à la transition. Sans base commune à laquelle se rattacher, il pourrait toujours exister une potentialité de rupture qui empêcherait le consensus minimal nécessaire à la consolidation démocratique. C’est la préservation du nouveau modèle de développement qui va constituer la base consensuelle entre les trois parties. La démocratisation progressive du cadre institutionnel, en même temps qu’elle constitue l’objectif principal de la transition démocratique, constitue un espace ouvert, car au moins un des acteurs souhaite changer le mode de fonctionnement de ce domaine. Enfin, deux autres espaces s’ouvrent, concernant la place des militaires dans le futur régime, et concernant les violations des droits de l’homme ayant eu lieu sous la dictature.

Notes

1 Cavallo (Ascanio) Los hombres de la transicion, op. cit., p. 28.

2 Ce discours sera finalement prononcé par le général Pinochet à la télévision le 7 septembre 1988. Mais le général reprendra un discours violent le 11 septembre, à l’occasion de l’anniversaire du coup d’Etat, devant le Club de l’Union.

3 Ce militaire participera aux réunions électorales de l’UDI/Guzman.

4 Le 22 août 1988, le général Contreras déclare, dans un discours au cuerpo de générales y almirantes en retiro « la victoire du non implique probablement le Chaos, ce que ne permettront jamais les forces armées », El Mercurio, 24 août 1988.

5 Selon les termes de La Epoca, septembre 1988.

6 Voir El libro del No, éditeur non mentionné, Santiago, 1988.

7 Archives audiovisuelle de la TV chilienne.

8 Les observateurs internationaux ont été, en grande partie, imposés par les Etats-Unis. Ceux-ci ont fait pression en faveur du respect des échéances constitutionnelles, et du retour potentiel à la démocratie, à la suite, en premier lieu, de l’affaire Letelier, puis, en second lieu et de façon plus générale, lors du second mandat de Ronald Reagan, pour lequel la restauration de la démocratie en Amérique latine illustre le bien fondé de la doctrine Kirkpatrick. Les Etats-Unis ont ainsi, quelques temps avant le plébiscite, alors que la postition du régime militaire semblait hésitante, « provoqué » un incident commercial en interdisant les exportations de fruits à destination de leur territoire suite à la « découverte » de raisin avarié dans une cargaison chilienne. Voir à ce sujet Sigmund (Paul) : The United States and Democracy in Chile, Baltimore : The Johns Hopkins University Press, 1993.

9 Entretien lors du séminaire « el 11 de septiembre, 20 anos despues », op. cit.

10 Cité par Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 4.

11 Dont l’entrepreneur Edmundo Eluchans, dont la principale préoccupation semble être la stabilité économique, sans intérêt majeur au niveau de la stabilité politique, et l’ex-président de la banque centrale et ambassadeur à Washington Hernan Felipe Errazuriz.

12 Correa (Enrique), intervention lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. cit., pp. 15-16.

13 Boeninger (Edgardo), intervention lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. cit., p. 57.

14 Entretien avec Ricardo Lagos, décembre 1993.

15 Ibid.

16 Le 22 octobre 1988 a lieu la junte du PDC, au cours le laquelle les « guatones » essaient de proclamer Aylwin candidat du parti à la présidence par acclamation. Devant l’hostilité, tant des chascones que des partisans du sénateur élu Eduardo Frei, la manœuvre est annulée. Ceci n’empêche pas Patricio Aylwin de renforcer sa position, lorsque, les discussions s’engageant avec le gouvernement, Aylwin obtient de la Concertation l’autorisation d’agir comme « coordinateur » des discussions. En novembre ont lieu les élections internes du PDC à la précandidature présidentielle. Sont officiellement candidat Gabriel Valdes, Patricio Aylwin, Euduardo Frei Ruiz Tagle, alors qu’Andres Zaldivar et Sergio Molina semblent en position d’attente. Le premier scrutin est annulé pour cause de dénonciation de fraude par Valdes et Frei. Aywlin est accusé par l’ensemble des candidats de ne pas respecter son engagement de 1987, et surtout d’avoir organisé une fraude électorale grâce à une manipulation des listes. C’est le 5 février que se décide, après de nombreuses hésitations quant au type de majorité à admettre, la nomination de Patricio Aylmin à la candidature démocrate chrétienne. Il n’a pas été élu, mais désigné par acclamation grace à un geste spectaculaire de Gabriel Valdes, qui est monté sur l’estrade pour embrasser chaleureusement son adeversaire, dans un geste « typiquement D.C ».

17 Entretien avec Renan Fuentealba, collaborateur direct d’Eduardo Frei, février 1993.

18 Paradoxalement, ses positions auront changé dès 1993 à la veiller d’accéder à la présidence, puisque, dans un entretien, il nous affirmera que « la transition est terminée d’une certaine façon, mais d’une autre non. Il me faudra donc sans doute la terminer ».

19 Urzua (German), Historia politica de Chile y su evolucion electoral, op. cit., p. 763.

20 Ibid., p. 769.

21 Correa (Enrique), intervention lors du colloque « Chile y la transicion a la democracia », op. cit., p. 17.

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540