Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pinochet s'en va...

 | 
Bruno Patino

II. De la révolte à la Concertación : L’évolution de l’opposition au régime militaire

Texte intégral

1A la veille du plébiscite du 5 octobre 1988, on assiste à une évolution de l’opposition qui va permettre de réduire considérablement l’incertitude associée à son éventuelle victoire. Alors qu’elle a peu à peu reconstruit une force partisane, l’opposition décide de l’utiliser sur le terrain où les partis sont traditionnellement les plus efficaces, à savoir la lutte électorale. Ceci intervient après l’échec d’une stratégie maximaliste de renversement du régime qui avait sous-estimé la cohésion des forces armées et l’autonomie du modèle de pouvoir.

La reconstruction des partis

  • 1 Valenzuela (Arturo), The Breakdown of Democratic Regimes, op. cit., p. 10.

2Lorsque se produit le coup d’État du 11 septembre 1973, la vie politique chilienne s’organise autour de trois pôles distincts : la droite, un parti central de masse, le Parti de la Démocratie Chrétienne (PDC, ou DC), et la gauche. Si la Démocratie Chrétienne apparaît sans conteste comme le parti pivot d’un univers partisan centrifuge1, le corps électoral s’organise autour de trois grands tiers, ce qui explique à la fois les élections « à la minorité » de certains présidents de la république (Alessandri, Allende), le côté instable d’un pouvoir dépendant d’alliances, et la tentation hégémonique du parti du centre, le PDC.

  • 2 Garreton (Manuel Antonio) : « The Political Opposition and the Party System under the Military Reg (...)
  • 3 Ibid., p. 241.

3Les partis de l’opposition et leurs leaders ont suivi un long « processus d’apprentissage »2 pendant la dictature, qui les a amené à suivre une politique « duale »3, à la fois de re-légalisation, répondant en cela à l’évolution du cadre légal du régime militaire, qui, après avoir interdit les partis en 1976, les légalise officiellement à la veille du plébiscite, en 1987, mais également de survie, c’est-à-dire de maintien plus ou moins grand d’organisations sans bases légales, chargées de maintenir une ligne politique. Cette schizophrénie partisane n’est cependant pas à la portée de tous les partis et de toutes les organisations. Elle tend à privilégier les partis de masse sur les partis de notables. En conséquence, les dix sept années du régime militaire produisent un formidable effet d’écrémage, laminant les petits partis et laissant le secteur du centre et de la gauche avec trois tendances significatives : le Parti de la Démocratie Chrétienne, le pôle socialiste, et le Parti Communiste.

  • 4 Le candidat du PDC, Rodomiro Tomic, est partisan de cette voie. Voir Donoso (Jorge) : Tomic, testi (...)
  • 5 C’est partie la thèse de Valenzuela (Arturo), The Breakdown of Democratic Regimes, op.cit.
  • 6 Son père a présidé la Cour Suprême.
  • 7 En une occasion en particulier : le 17 août 1973, lors d’un dîner organisé par le cardinal Raul Si (...)
  • 8 Friedmann (Reinhard), 1964-1988, La politica chilena de la A a la Z, op. cit., p. 47.
  • 9 Dans son livre d’entretien, Ego Sum Pinochet, Zig Zag editorial, Santiago, 1986, le général Pinoch (...)

4Avant 1973, le centre est occupé par la Démocratie Chrétienne. L’Unidad Popular (UP) provoque, avant même l’élection de Salvador Allende, une scission durable à l’intérieur de la Démocratie Chrétienne, entre partisans d’une alliance avec la gauche dans une « Unidad del Pueblo », dépassant l’œuvre sociale entreprise par Eduardo Frei4, et partisans d’un « camino propio » de la Démocratie Chrétienne, qui doit rejeter toute alliance systématique pour rester le pivot du système. Schématiquement, si les partisans de « l’Unidad del Pueblo » peuvent être tenus comme responsables, en partie, de l’avènement de l’UP au pouvoir de façon minoritaire5 dans un système quasi ingérable, les partisans du « camino propio » ont une lourde part de responsabilité dans l’avènement du coup d’État. Patricio Aylwin, président du PDC, avocat de formation et de culture6, fidèle du président Eduardo Frei est un des partisans de la « fermeté » à l’égard de l’UP, persuadé qu’un éventuel coup d’État militaire déboucherait, au plus tard à moyen terme, sur de nouvelles élections. Sa fermeté met en échec ses tentatives de négociation avec Salvador Allende7, et, dès le 23 août 1973, il parle de « grave destruction de la constitution » Au lendemain du coup d’État, les dirigeants du parti publient un communiqué dans lequel ils soulignent que l’armée a été forcée d’intervenir au vu du chaos dans lequel se trouve le pays : « les traditions institutionnelles (des forces armées) et l’histoire républicaine de notre Patrie inspirent la confiance, et font croire qu’aussitôt achevées les tâches que les forces armées ont assumées pour éviter les graves dangers de destruction et de totalitarisme qui menaçaient la Nation chilienne, elles redonneront le pouvoir au peuple souverain pour qu’il décide librement et démocratiquement de notre destin »8. Il faut une motion minoritaire, signée par Bernardo Leighton et Renan Fuentealba, pour souligner que rien ne saurait justifier un coup d’État, le recours à la force et le non respect de l’ordre constitutionnel9.

5Pour la Démocratie Chrétienne, le basculement dans l’opposition se fait par la force des choses, lorsque les dirigeants du partis s’opposent aux violences et demandent à la Junte de respecter les droits de l’homme, et lorsque la Junte souhaite mettre fin aux émissions de la radio du parti, Radio Balmaceda, qui, par l’intermédiaire de Jaime Castillo, parle de ces violences. En 1974, le positionnement du PDC comme parti d’opposition se précise lorsque Patricio Aylwin écrit au général Oscar Bonilla pour lui demander le retour à un ordre démocratique. Finalement, les militaires démocrates chrétiens sont retirés des commandements militaires, Renan Fuentealba est expulsé du pays et condamné à l’exil, et les partis interdits. Patricio Aylwin se retire en 1976 de la vie politique, laissant la démocratie chrétienne végéter sous la vice présidence de Osvaldo Olguin.

  • 10 Fleet (Michael), The Rise and Fall of Chile’s Chistian Democracy, Princeton University Press, Prin (...)

6Lors du référendum d’approbation de la Constitution en 1980, le PDC s’oppose catégoriquement au régime militaire, accusé de « parler de démocratie alors que son but est justement de la détruire »10.

7En 1982, alors que la mort d’Eduardo Frei provoque un véritable choc dans le parti, c’est au tour de Gabriel Valdes de prendre la présidence du PDC. Il fait évoluer la mentalité du parti en le poussant à dialoguer avec les autres forces d’opposition. A partir de ce moment, le PDC devient, de par sa taille, la principale composante d’une opposition qui tente de se réunir autour d’une stratégie commune. Il devient également le seul acteur significatif au centre, d’autres partis, comme le parti radical, étant laminés.

  • 11 Entretien avec Ernesto Romero, maire DC de La Recoleta, mars 1993.
  • 12 Entretien avec Victor Maldonado, juin 1992. A l’époque au cabinet du ministère de l’intérieur, ce (...)

8Le processus d’apprentissage de la DC touche à la fois ces dirigeants et le parti lui-même, conscients de l’aspect destructeur qu’a pu avoir la culture hégémonique du parti et de ces dirigeants. « La Démocratie Chrétienne a deux responsabilités majeures pour les temps à venir : être irréprochable dans son fonctionnement interne, pour ne plus être un parti où les luttes de courants clientélistes imposent un fonctionnement peu démocratique, et, surtout, être pour les autres forces de la Concertación un parti, un partenaire, et non une force de domination, un égal et non un primus inter pares11. » En fait, le maintien, au sein de la DC, d’une attitude non hégémonique vis-à-vis du pôle socialiste dépend d’un fonctionnement « rénové » du parti, qui s’éloigne du clientélisme des années 1960 et du début des années 1970. Il s’agit là d’un tournant culturel majeur pour le parti, qu’impulse Patricio Aylwin, qui « porte le fardeau de construire un ordre démocratique alors qu’il éprouve une sorte de culpabilité diffuse et générationnelle dans la chute du précédent ordre démocratique »12.

Les socialismes

  • 13 Garreton (Manuel Antonio) : « The Political Opposition and the Party System under the Military Reg (...)

9L’évolution de la Démocratie Chrétienne s’accompagne d’une recomposition socialiste. Le coup d’Etat de 1973 a fait de la gauche la principale victime de la répression pendant les premières années du régime. La gauche s’est segmentée et a été dispersée par l’exil et la clandestinité. C’est à l’étranger que s’initie la recomposition du socialisme chilien, la gauche communiste choisissant plutôt une voie insurrectionnelle interne. Après quelques années nébuleuses, les socialistes finissent par se regrouper autour de deux grandes sensibilités. Un processus de rénovation idéologique et politique commence chez de nombreux intellectuels socialistes. Mais le processus de rénovation touche de façon inégale les différentes tendances. Deux partis socialistes émergent : le Parti Socialiste Nunez, organisé autour de Ricardo Nunez, prône la rénovation. Les rénovateurs essaient de moderniser les traditions socialistes chiliennes et, en particulier, se livrent à une réévaluation de la démocratie, en même temps qu’ils critiquent les modèles socialistes réels et qu’ils abandonnent la tradition léniniste. « Cette tendance cesse de faire de l’alliance entre socialistes et communistes le fondement d’une politique de gauche et essaie de développer une “coalition pour le changement” avec le centre, donc la Démocratie Chrétienne, afin de promouvoir une politique de transformation durable avec une majorité sociale et politique13. » Le second parti est le Parti Socialiste Almeyda, organisé autour de Clodomiro Almeyda, marxiste léniniste et fidèle à l’alliance avec les communistes.

10Le changement de stratégie de l’opposition, initiée par la Démocratie Chrétienne, atténue cependant cette tendance à la division : la stratégie de Gabriel Valdes a poussé les deux mouvances à adopter la même ligne, les socialistes Almeyda étant d’accord avec la stratégie de rupture, et les socialistes Nunez trouvant dans cette stratégie le moyen de mettre au point une alliance solide avec la Démocratie Chrétienne. Le changement interne à la DC n’affecte pas le tissu d’alliance qui a commencé à se former, et le pôle socialiste continue à avoir une stratégie commune avec la Démocratie Chrétienne. L’unification des lignes politiques pousse naturellement à l’unification des appareils politiques.

11Cette tendance à l’unification socialiste autour d’une alliance avec la Démocratie Chrétienne qui s’observe particulièrement dans les mois précédant le plébiscite, explique en partie trois des principales caractéristiques de la recomposition politique post 1988. La première est l’isolation de la gauche la plus traditionnelle et la plus insurrectionnelle en bout de l’échiquier politique. La seconde est l’approche plus pragmatique vis-à-vis d’un système d’alliance en vue de parvenir à créer une coalition majoritaire avec le centre progressif. Enfin, le troisième trait concerne l’autonomie du socialisme par rapport au centre et aux forces de gauche traditionnelles.

12Finalement, la persistance de deux partis socialistes au Chili ne s’explique plus, à partir de 1987, par une divergence d’approche, mais par les tactiques utilisées pour parvenir à la reconnaissance légale du mouvement politique. Le Parti Socialiste Nunez, qui avait fait parti de l’Alliance Démocratique, crée le Parti Pour la Démocratie (PPD), qui regroupe outre le PS Nunez, des petits groupes de gauche et du centre, ainsi que des indépendants. Le PPD se présente comme un parti instrumental, base de légalisation d’un regroupement de parti en vue du plébiscite, et admet la « double appartenance » avec le Parti Socialiste Almeyda. Le rôle prépondérant joué par le leader du PPD Ricardo Lagos dans la campagne électorale aboutira cependant à une pérennisation de ce parti qui apparaît encore aujourd’hui comme la tendance la plus jeune et la plus rénovée du socialisme. De son côté, le Parti Socialiste Almeyda tente d’acquérir une identité légale pour participer aux élections qui doivent avoir lieu un an après le plébiscite. Il crée donc dans un premier temps, avec le PC, la Gauche Chrétienne et d’autres partis plus petits, le Parti « Large » de la Gauche Socialiste (le PAIS), qui commencera un processus d’inscription sur les registres après 1988.

13Ainsi, à la veille du plébiscite, si la Démocratie Chrétienne a recréé une identité partisane quasi complète, le pôle socialiste souffre d’être représenté dans deux partis « instrumentaux », dont l’un semble tenté de recréer l’Unidad Popular. Cela étant, le Parti Socialiste Almeyda, au sortir de 1988, est placé devant un dilemme : maintenir une alliance avec le PC au sein du PAIS, ce qui risque de le couper de la dynamique de l’alliance avec la Démocratie Chrétienne, ou retrouver une identité « uniquement » socialiste, afin de profiter de cette dynamique. La lutte interne au sein même du Parti Socialiste Almeyda, l’engagement de Clodomiro Almeyda aux côtés de Patricio Aylwin provoquent finalement, après les élections de 1989, la marginalisation du PAIS. Cette évolution rejette à son tour le PC avec les groupuscules gauchistes, dont les positions sur la conquête légale du pouvoir et l’abandon des techniques insurrectionnelles restent floues, et l’attachement à la démocratie libérale peu convaincant.

  • 14 Boeninger (Edgardo), « El marco politico general y el marco institucional del proximo gobierno », (...)

14Au total, le paradoxe de la recomposition partisane au Chili est que, tout en conservant une répartition politique conforme aux « trois tiers » (gauche-centre-droite), on aboutit à une organisation partisane plus proche d’une répartition en six sixièmes : « Une droite dure et une gauche dure, qui ne sont pas disposées à entrer dans un jeu de coalitions et quatre autres sixièmes, qui vont de la droite démocratique à la gauche démocratique, qui ont une capacité d’alliance pour promouvoir la démocratie14. »

  • 15 Littéralement les « chevelus » (chascones) les « ventrus » (guatones).

15Le mouvement de recomposition partisane s’effectue de façon complémentaire à la mise sur pieds d’une stratégie d’opposition, puis à sa modification. Tant l’élaboration que la modification de la stratégie se font au sein de la Démocratie Chrétienne, qui réoccupe ainsi naturellement sa place centrale dans le spectre politique chilien. Deux hommes, tous deux démocrates chrétiens, mais provenant de deux courants différents, les « chascones » et les « guatones »15 symbolisent les différentes options suivies par l’opposition non violente au régime. Gabriel Valdes, partisan de la stratégie insurrectionnelle, laisse la place à Patricio Aylwin, partisan d’une insertion dans l’option électoraliste qui permet l’organisation, par le régime, du plébiscite. Schématiquement, la doctrine Valdes veut changer de régime, quand la doctrine Aylwin a pour objectif de changer le régime. L’échec de la stratégie insurrectionnelle explique le succès de la stratégie électoraliste. Néanmoins, chacune a compté puisqu’au total, c’est la doctrine Valdes qui a défini les acteurs en précisant les contours de l’opposition (future Concertación), Patricio Aylwin, apportant quant à lui la méthode finalement retenue.

La stratégie insurrectionnelle et l’ouverture avortée

16Gabriel Valdes, personnage central de la Démocratie Chrétienne impose sa stratégie à la Démocratie Chrétienne en 1982, en même temps qu’il prend, la présidence du parti avec l’aide de ses fidèles. Avec les « chascones », le courant le plus à gauche de la DC, il maintient des liens assez étroits avec les socialistes les plus modérés (Parti Socialistes Nunez). La politique insurrectionnelle défendue par Gabriel Valdes repose sur trois postulats, en même temps qu’elle préconise deux types d’actions.

  • 16 Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit ; pp. 35-40.

17Valdes postule que le régime militaire chilien est un régime intrinsèquement conservateur, ayant pour soutien « naturel » le tiers conservateur de l’électorat chilien. Mais ce régime tient grâce à la cohésion des forces armées, qui elle même provient de la « paix civile » régnant plus ou moins dans le pays. Que cette paix soit troublée, et le régime devra se lancer dans une politique répressive qui menacera la stabilité chère aux soutiens du régime, et qui divisera les forces armées, dont certaines souhaitent se re-professionnaliser. Enfin, la crise financière du régime est une crise terminale, elle menace même les acquis des soutiens naturels du régime en même temps qu’elle divise les forces armées. Il en résulte deux types d’actions. La première est la réunion de l’ensemble de l’opposition, donc de la gauche et de la Démocratie Chrétienne, dans le cadre d’un compromis historique qui ne doit exclure personne et doit isoler le tiers conservateur qui soutient le régime. La seconde est une action insurrectionnelle de rue qui divise les soutiens du régime, et, in fine, les forces armées, provoquant ainsi la chute du régime et de l’ensemble des institutions attachées16.

  • 17 Voir Urzua (German), Historia politica de Chile, 1810-1992, Editorial Universitaria, Santiago, 199 (...)
  • 18 Plus de 500 arrestations sont réalisées dans les poblaciones.
  • 19 Pour les définitions, voir chapitre VI. L’Etat de siège avait duré du 11 septembre 1973 à mars 197 (...)
  • 20 Urzua (German), Historia politica de Chile, 1810-1992, op. cit., p. 746.

18Cette stratégie débouche sur la création d’une première coalition d’opposition et sur le soutien au mouvement des protestas. La concordance dans le temps des deux actions doit, d’après Valdes, empêcher les manifestations de rue de déboucher sur la guerre civile, la coalition politique proposant une solution de remplacement au régime militaire. La crise économique et l’impact de la politique d’ajustement suivie provoquent, début 1983, des manifestations de mécontentement des classes populaires. La première protesta a lieu le 24 mars 1983, sous la dénomination de « marche de la faim »17. La politique répressive du gouvernement18, n’empêche pas de nombreuses protestas de se succéder à un rythme mensuel : le 14 juillet a lieu la marche du Comando National des Travailleurs, suivie par une autre manifestation de très grande ampleur le 11 août, dont la répression fait 4 morts. Malgré les appels de l’église, la répression continue et ne semble pas provoquer de tensions au sein de forces armées. Le 17 mai 1984, alors que certaines manifestations continuent, le pouvoir édicte la Loi sur les conduites anti-terroristes, et proclame le 6 novembre de la même année l’Etat de siège, qui se superpose à l’Etat d’urgence et à l’Etat de danger de perturbation de la paix intérieure19. Le même mois, 3 000 personnes sont arrêtées, et 612 personnes sont « reléguées », c’est-à-dire condamnée à un exil intérieur loin de leur ville de résidence20.

19Parallèlement, alors que les protestas commencent, Gabriel Valdes réussit à élaborer, en mars 1983, un Manifeste Démocratique qui débouche sur la création, en août 1983, de l’Alliance Démocratique, (AD). AD regroupe la Démocratie Chrétienne, le Parti Radical, le Parti Social Démocrate, le Parti Républicain, le Parti Socialiste (« Briones Nunez »), et l’Union Socialiste Populaire. AD se veut une solution de remplacement global au régime. En effet, elle invite l’ensemble du courant socialiste, mais également la droite démocratique et républicaine, à en faire partie. Le pacte de l’AD revendique la rédaction d’une nouvelle Constitution, l’abandon du régime militaire et la démission immédiate du général Pinochet. La nomination d’un gouvernement national de transition est proposée, pour mener à bien une politique : de relance économique d’urgence, en attendant l’élection d’une assemblée constituante.

  • 21 C’est-à-dire, dans les faits, premier des ministres.

20Malgré le développement de la répression, la stratégie qui vise à obtenir la chute du régime semble donner certains fruits. Ces résultats sont cependant canalisés à l’intérieur d’une politique d’ouverture dont la responsabilité est confiée à Sergio Onofre Jarpa, qui est nommé ministre de l’intérieur21 en août 1983. L’opposition voit en Jarpa, malgré son passé politique au Parti National et son soutien sans nuances au coup d’Etat du 11 septembre, l’homme qui pourrait rendre possible une ouverture du régime débouchant sur de nouvelles élections libres et générales. Le 25 août 1985 démarrent les discussions sur l’ouverture (« la apertura ») : Gabriel Valdes, Enrique Silva Cimma, et trois autres leaders de l’opposition se réunissent avec Jarpa. Dans le même temps, Andres Allamand, un des jeunes leaders de la droite moderne (et non gremialista) crée Union Nacional, qui se veut une force politique de droite au service de la politique d’ouverture de Jarpa. Ce dialogue se révèle toutefois très limité, et le général Pinochet met fin à la politique menée par son ministre avant qu’elle ait pu déboucher sur un quelconque changement du régime. L’ouverture est avortée avant même d’avoir réellement commencée.

  • 22 Urzua (German), Historia politica de Chile, 1810-1992, op. cit., p. 743.
  • 23 Déclarations d’Andres Allamand faites dans Hoy, 25 juillet 1984.

21Il semble bien que le général Pinochet ait utilisé sciemment les appels (sincères ou non) de Jarpa à l’ouverture pour contenir les protestas et diviser l’opposition en insérant dans l’Alliance Démocratique une force finalement assez proche du gouvernement. « L’intervention de l’Union Nationale de Andres Allamand a constitué un cheval de Troie à l’intérieur des forces d’opposition, qui a ralenti le travail et provoqué une certaine division. En plus, l’Union Nationale n’a jamais pris d’engagements qui auraient pu la compromettre, ou même lui faire rejoindre les rangs de l’opposition22. » Ce diagnostic est d’ailleurs confirmé par Andres Allamand lui même, en 1984 : « On doit reconnaître à Jarpa le fait d’avoir désactivé les protestas et la mobilisation sociale, qui ont cessé de devenir des armes politiques, et d’avoir désarticulé l’Alliance Démocratique. En août dernier (NDR 1983), le gouvernement n’arrivait pas à se défendre de façon effective contre les protestas et l’Alliance Démocratique. Aujourd’hui, les deux sont hors du ring23. »

22Après la tentative avortée d’ouverture, la doctrine Valdes ne recueille pas d’autres résultats significatifs. Elle reste cependant la doctrine officielle de l’Alliance Démocratique et donc de la Démocratie Chrétienne. En effet, le PDC réaffirme son attachement à la stratégie défendue par Valdes lors de l’élection de son président, en 1985 : Gabriel Valdes est reconduit, malgré la candidature de Juan Hamilton, proche de Patricio Aylwin. Mais l’essoufflement de l’action insurrectionnelle n’échappe pas aux dirigeant de l’Alliance Démocratique, qui craignent que cette stratégie, privée de tout support politique, ne termine par une spirale de violence dont le seul régime militaire sortirait vainqueur.

  • 24 Voir Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 38.

23Gabriel Valdes énonce donc la théorie de « el año decisivo »24, l’année décisive : si le régime militaire ne tombe pas en 1986, il sera possible de considérer que les actions insurrectionnelles pacifiques ne servent à rien. De plus, la légalité du régime pourra être de moins en moins contestée, à mesure que s’approche le plébiscite. 1986 est effectivement une année décisive, mais dans un sens opposé à celui voulu par Gabriel Valdes. C’est à ce moment qu’apparaissent les effets pervers de la stratégie insurrectionnelle, qui provoquent un changement « naturel » de stratégie de la majorité des membres de l’Alliance Démocratique.

  • 25 Tant le PC que le FPMR nient les liens éventuels qui font du FPMR une courroie de transmission vio (...)
  • 26 Voir Cavallo (Ascanio), Salazar (Manuel), Sepulveda (Oscar), Historia secreta del regimen militar, (...)

24Deux faits démontrent de façon brutale les dangers de la stratégie insurrectionnelle pour une opposition démocratique, qui mettent l’accent sur les possibilités de dérives groupusculaires et violentes. Le Parti Communiste, qui n’est pas membre de l’Alliance Démocratique, dispose alors d’un bras armé25, le Front Patriotique Manuel Rodriguez, créé après le début des protestas, le 14 décembre 1983. Le FPMR est cité lors de la découverte, le 11 août 1986, dans le nord (désertique) du pays, d’un stock d’armes particulièrement important, évalué à 3 115 fusils M-16, des centaines de lance-roquettes, des caisses de munitions. Ce stock est découvert par le régime, en même temps que l’ambassade nord américaine est mise au courant par les services de renseignements nord américains26. L’ambassadeur des Etats-Unis convoque alors Gabriel Valdes, pour lui démontrer que les emballages peuvent avoir une durée de vie très longue. Les armes sont donc potentiellement utilisables pendant des dizaines d’années, ce qui nourrit la crainte d’un retournement des groupes armés contre un éventuel pouvoir démocratique et civil, voire un éventuel gouvernement « d’urgence », comme le prévoit la stratégie des protestas. La lutte violente risque d’être un processus impossible à arrêter, même après la chute du régime. Le FPMR participe également à « l’opération XXe siècle », c’est-à-dire à la tentative d’assassinat du général Pinochet le 7 septembre 1986. L’attentat a lieu alors que le chef de l’Etat regagne Santiago après un séjour dans sa résidence secondaire du Melocoton. Cinq gardes du corps du général meurent. A la tentative d’assassinat du général Pinochet, le régime répond par une cohésion affichée des forces armées, et une répression sévère, et un « commando du 11 septembre » assassine quatre militants de gauche quelques jours après.

  • 27 La constitution de l’axe Démocratie Chrétienne, Parti(s) Socialiste(s) est décrite en très grand d (...)

25L’Alliance Démocratique et deux de ses principales composantes, les socialistes et les démocrates chrétiens se retrouvent donc face à un dilemme : accepter une fuite en avant violente, et la transformation de la stratégie insurrectionnelle pacifique en stratégie insurrectionnelle armée, ce qui ne peut qu’augmenter la légitimité de la junte contre la « subversion » et nourrir une guerre civile potentielle, ou changer de stratégie. La décision est prise de façon quasi naturelle par Valdes, qui ne s’oppose plus à l’abandon du principe insurrectionnel. Ce dernier point consomme la rupture entre la stratégie insurrectionnelle armée, qui est celle du Parti Communiste au travers du Front Patriotique Manuel Rodriguez, et la stratégie insurrectionnelle pacifique, qui est celle de l’Alliance Démocratique. En conséquence, fin 1986, le Parti Communiste quitte l’Alliance Démocratique. En 1987, ce parti abandonne toutefois le soutien inconditionnel au FPMR. En revanche, le « compromis historique », auquel Valdes a appelé la Démocratie Chrétienne et les socialistes n’est pas remis en cause. La stratégie de l’opposition rejoint désormais la doctrine élaborée par Patricio Aylwin, qui propose de reconnaître la constitution comme un fait accompli (« la constitucion como un hecho »)27. Ce changement de stratégie se traduit par un changement de direction au sein du Parti Démocrate Chrétien, qui s’affirme de façon croissante comme étant à nouveau l’acteur central de la scène partisane chilienne.

La « doctrine Aylwin » et la Concertación

26Alors que les protestas se développent, les « guatones » du Parti Démocrate Chrétien élaborent une stratégie alternative dans des cercles universitaires et de façon relativement marginale. La doctrine d’acceptation de la constitution « comme un fait accompli » est exprimée pour la première fois en juin 1984. Elle représente le fruit du travail du « groupe des 24 », un groupe de travail de la démocratie chrétienne qui se spécialise dans le domaine des études constitutionnelles autour de Patricio Aylwin, vice président du PDC depuis 1983, et de Francisco Cumplido, professeur de droit de sensibilité sociale chrétienne.

  • 28 Document interne de travail, sans titre, ICHECH, Santiago, 1984. Voir aussi Cavallo (Ascario), Los (...)

27En juin 1984 a lieu un déjeuner au Cercle espagnol, qui réunit Patricio Aylwin, Gutemberg Martinez, secrétaire général de l’Instituto Chileno de Estudios Humanisticos (ICHEH), « think tank » démocrate chrétien, et Francisco Bulnes, conservateur et proche de la droite politique, spécialiste des problèmes constitutionnels. Bulnes, à cette occasion, expose sa conviction que le texte de 1980 peut et doit être réformé afin d’avoir une vocation démocratique. Ce faisant, il confirme à Patricio Aylwin qu’une « fenêtre de négociation » existe autour du thème institutionnel. Quelques jours plus tard a lieu le séminaire de l’ICHEH, au cours duquel, avec le radical Enrique Silva Cimma, Patricio Aylwin expose sa doctrine, qui tient en cinq points28. Le premier point concerne la légitimité institutionnelle du régime. L’opposition est prisonnière du dilemme : illégitimité totale/« sanctification » totale. Refuser la constitution, c’est se condamner à l’accusation d’illégitimité par le régime militaire, l’accepter en bloc, c’est reconnaître le bien fondé de l’intervention militaire. Mais, pour Aylwin, une mauvaise constitution est toujours préférable à une absence totale de constitution. Or, et c’est le troisième point, qu’on le veuille ou non, la constitution existe, puisqu’elle fonctionne et prévoit des scrutins, notamment en 1988 et 1989. Ainsi est prévu en 1988 un plébiscite par lequel la junte doit proposer huit années supplémentaires de présidence Pinochet. En cas d’échec, le régime militaire devra engager des élections présidentielle libres. C’est l’occasion, pour l’opposition, de conquérir le pouvoir. Enfin, la stratégie insurrectionnelle renforce la cohésion des forces armées, et fait apparaître l’opposition comme illégitime face au « fait constitutionnel ». C’est pourquoi il faut, pour Patricio Aylwin, accepter la constitution « comme un fait », mais un fait qui constitue une base de départ et qui doit être modifié par l’ouverture de discussion sur un ensemble de réformes constitutionnelles. L’ouverture de telles négociations permettrait de renforcer la légitimité de l’opposition, tout en atténuant celle du régime.

  • 29 Des contacts ont ainsi lieu en 1985 entre plusieurs « Guatones », dont Patricio Aylwin et Gutember (...)

28La thèse défendue par Patricio Aylwin n’est pas entièrement rejetée par Gabriel Valdes, car elle représente une alternative crédible à la stratégie insurrectionnelle qui a débouché sur l’impasse politique de l’ouverture. Reste que l’analyse n’est pas adoptée par l’opposition, car l’illégitimité de la constitution est le fondement même de l’Alliance Démocratique, et revenir sur ce point pourrait, en 1984, mettre fin au compromis historique avec les socialistes. En revanche, à droite, la proposition éveille de l’intérêt, notamment chez les partisans de la stabilité économique troublés par le désordre social et par les mesures de politiques économiques prises par le gouvernement De la Cuadra. Même au sein des forces armées, on reconnaît un intérêt à la doctrine Aylwin29.

  • 30 Le refus de Gabriel Valdes de revendiquer une nouvelle présidence n’affecte en rien l’intensité de (...)
  • 31 Voir « Como Patricio Aylwin gano el poder », in Que Pasa, mars 1993.

29A mesure que la stratégie insurrectionnelle s’essouffle, son abandon paraît devoir ne pas remettre en cause le compromis historique avec les socialistes, et l’adoption de la stratégie préconisée par Aylwin semble pouvoir élargir la base de l’Alliance Démocratique à la droite modérée proche de certains milieux économique, tout en paraissant séduisante pour certains cercles militaires proches notamment de l’armée de l’air. Le basculement du PDG s’effectue donc de façon quasi naturelle. Début 1987, Gabriel Valdes s’efface, et fait savoir qu’il ne demande pas le renouvellement de son mandat comme président du PDC. Patricio Aylwin lui succède non sans difficulté, les luttes de pouvoir réapparaissant au sein du PDC30. Aylwin doit être en effet élu sur la stratégie qu’il propose, et non sur sa personne, et doit promettre solennellement à Gabriel Valdes et Andres Zaldivar, leaders respectifs des chascones et guatones, qu’il ne sera jamais candidat à la Présidence de la république en cas de victoire au plébiscite31. L’opposition démocratique, qui inclut toujours les membres de l’ex Alliance Démocratique, fait désormais de sa participation au plébiscite et de son succès éventuel la clé de voûte de sa stratégie de redémocratisation.

  • 32 Voir Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 202, qui rapporte les propos su (...)

30Cela étant, la stratégie défendue par Patricio Aylwin ne remet pas en cause le projet de Gabriel Valdes visant à passer un compromis historique avec la gauche socialiste et l’ensemble des forces centristes. Pour Patricio Aylwin, il s’agit de concrétiser ce compromis historique en une alliance électorale pour le scrutin du plébiscite. Dans le même temps, la création d’une alliance avec ses statuts et ses dirigeants permet à la Démocratie Chrétienne d’espérer maîtriser et diriger un processus dont ce parti est à l’origine. Encore une fois, c’est la Démocratie Chrétienne qui, en tant que pivot du système politique, est à l’origine de l’alliance pour le Non au plébiscite, qui prend le nom de Comentación de Partidos por el No (« La Concertación »). La première étape de la création de cette alliance électorale a lieu en octobre 1987, quand Genaro Arriagada, coordinateur des différents Comités pour les Elections Libres, crée, de façon discrète, le Comité Technique, dont le but n’est plus de demander des élections présidentielles anticipées, mais de préparer le plébiscite. Le but : « un grand non » « un gran no », qui, se fondant sur le compromis historique PDC/PS « légaliste », pourrait élargir sa base vers la droite libérale, voire vers la gauche communiste, pour peu qu’elle accepte la règle électorale et récuse la lutte armée. Cette ligne résulte d’un débat entre Patricio Aylwin, partisan d’une « coalition restreinte », sans l’extrême gauche, et Edgardo Boeninger, pour qui la Concertación, dans un premier temps, n’est qu’une alliance instrumentale contre Pinochet, et non une coalition de gouvernement pour un projet quel qu’il soit. L’extrême gauche, communiste ou socialiste, ne saurait être exclue de l’accord, d’autant que la Concertación représente la meilleure façon d’inclure ces acteurs dans la nouvelle stratégie de l’opposition démocrate chrétienne et socialiste « légaliste »32.

31Patricio Aylwin finit par accepter la thèse d’Edgardo Boeninger fin 1987. En février 1988, la « Concertación des Partis pour le Non » est officiellement signée. Elle regroupe 15 partis ou mouvements, avant de s’élargir à 17 partis, qui sont d’accord pour élaborer une stratégie commune en vue du plébiscite. Elle se fonde cependant avant tout sur deux composantes majeures : la Démocratie Chrétienne et les partis qui lui sont alliés (le parti radical, entre autres), et le bloc socialiste, composé du PS et du PPD.

32Il est possible de considérer cette alliance comme une conséquence du regroupement des acteurs entrepris par Gabriel Valdes avec l’Alliance Démocratique. Elle s’inscrit également dans une longue tradition chilienne d’alliances de partis importants :

  • 33 Collier (Simon), Sater (William), A History of Chile, 1808-1994, Cambridge Latin American Studies, (...)

« Nous sommes enclins à penser que la Concertación est la dernière matérialisation d’une lignée de combinaisons politique qui remonte à la grande Fusion conservateurs/libéraux des années 1850. En premier lieu, le parallèle avec la fusion est pertinent : comme les libéraux et conservateurs des années 1850, les grands bataillons de la Concertación, le PDC et les socialistes étaient d’anciens adversaires dorénavant capables d’oublier leurs différences dans la lutte contre un ennemi commun. De plus, à l’intérieur même de cette alliance, ce sont justement les démocrates chrétiens et les socialistes qui commencent à voir dans la Concertación la possibilité de créer une coalition de gouvernement à long terme afin de guider le pays dans une nouvelle phase (là encore, le parallèle avec la Fusion est intéressant), c’est-à-dire une phase de redémocratisation combinée avec une large acceptation de l’économie de marché33. »

  • 34 Ce point est encore développé par Ricardo Lagos, leader du PPD et du bloc socialiste, pour justifi (...)
  • 35 Ce que critique en premier lieu l’ensemble des militaires. Voir Pinochet (Augusto) : Politica, pol (...)
  • 36 Tous ces points sont confirmés par Enrique Correa lors d’un entretien en décembre 1993.

33La Concertación devient ainsi un instrument électoral que l’opposition utilise de façon utilitaire pour le plébiscite de 1988. L’importance de cet instrument pose cependant le problème de son contrôle. Pour la démocratie chrétienne, le « leadership » doit « naturellement » revenir au PDC. Les socialistes, quant à eux, n’entendent pas devenir la simple force d’appoint du parti central de la vie politique chilienne. Un accord est cependant vite trouvé, car, globalement, il existe une communauté d’analyse entre démocrates chrétiens et socialistes. La première analyse partagée pose que le pays n’est pas « prêt » à être gouverné par les socialistes. Seul un leadership démocrate chrétien peut être acceptable pour la majorité du pays et, accessoirement, pour les militaires34. Le processus d’apprentissage apparaît ici de façon assez nette : la « responsabilisation » du bloc socialiste culmine dans l’effacement relatif de la course au pouvoir direct au profit de la démocratisation et d’une participation au premier gouvernement démocratique en cas de victoire. En deuxième lieu, socialistes et démocrates chrétiens estiment que le leadership de la Concertación doit être incarné par un homme, car une direction collégiale risquerait de ressembler au fantôme de la « non gouvernabilité »35. Ce leadership d’un homme permet également de personnaliser la campagne, et donc de faire apparaître le général Pinochet en première ligne. Enfin, pour les socialistes et les démocrates chrétiens, s’il faut promouvoir la Concertación en la faisant passer du statut d’alliance électorale à celui de coalition de gouvernement, alors le leader de la Concertación sera le candidat « naturel » de l’opposition aux éventuelles élections présidentielles de décembre 1989 : ce leader doit donc être un démocrate chrétien36.

34C’est pourquoi l’accord sur la direction de la Concertación est trouvé avec les socialistes. C’est Clodomiro Almeyda, un ami d’enfance de Patricio Aylwin, qui convainc le bloc socialiste d’accepter la direction de celui qui a élaboré la nouvelle stratégie de l’opposition. Enrique Correa, socialiste, rejoint le petit groupe de personnes travaillant pour Patricio Aylwin à la direction de la Concertación. Officiellement cependant, Patricio Aylwin n’est qu’un « primus inter pares », ainsi que le porte parole officiel de la Concertación. Officieusement, il semble clair que Patricio Aylwin entend incarner l’alternative démocratique à la présidence d’Augusto Pinochet.

35Mi-1988, l’instrument de conquête de pouvoir a donc été construit par l’opposition, et l’effacement relatif des socialistes derrière le leadership démocrate chrétien permet de le faire apparaître comme uni et modéré, donc comme une source d’incertitude relativement réduite.

36L’étude, par la Concertación, des attentes du peuple chilien, permet d’affiner cette présentation et de définir une stratégie pré-plébiscitaire dont le but semble être de répondre à des attentes importantes tout en réduisant les perceptions d’incertitude, non seulement des électeurs potentiellement démocrates, mais encore de certains membres de la coalition pinochétiste.

Les attentes du peuple chilien

  • 37 Voir Cavallo (Ascanio) Los hombres de la transicion, op. cit., p. 47 : « Politologues, sociologues (...)

37Dans ses nombreux « think tanks », l’opposition au régime militaire ne se limite pas à la définition d’une stratégie politique élaborée au niveau partisan. Elle essaie également de connaître les attentes du peuple chilien. Ainsi, certains observateurs accordent une importance particulière au travaux du CIS37, qui regroupe sociologues et politologues, et dont les études aboutissent à des conclusions relativement claires.

38Selon les études du CIS en effet, le Chili se trouve en 1988 face à plusieurs demandes importantes de son peuple. En premier lieu, l’usage de la violence est proscrit, et il y a une véritable attente pour une culture de consensus généralisée, seule à même de réduire l’éventuelle insécurité. Deuxièmement, un changement de régime, s’il doit avoir lieu, ne saurait aller contre le rejet de la violence, et doit donc se faire en choisissant une voie pacifique. Ensuite, il y a une affinité avec la culture démocratique et civique : le Chili est perçu comme un lieu où la concentration du pouvoir est trop forte, et la démocratie, pour laquelle la définition que prétend en donner le régime militaire n’est pas acceptée, est perçue comme le meilleur régime possible. Mais l’adhésion à la démocratie n’est réelle qu’à la condition que celle ci soit en mesure de répondre aux besoins exprimés par ceux qui sont prêt à y adhérer. Par ailleurs, le besoin le plus exprimé par les partisans de la démocratie est celui d’une réduction des inégalités sociales. Mais les deux besoins les plus fondamentaux exprimés par l’ensemble de la société chilienne sont la réduction des inégalités et l’ordre et la sécurité, pour laquelle le régime militaire est jugé relativement plus performant. Enfin, chez les partisans du régime, il y a adhésion au modèle de développement, perçu comme inégalitaire par les partisans de la démocratie.

  • 38 Alaminos (Antonio), Chile : transicion politica y sociedad, op. cit., p. 67.
  • 39 Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 47.
  • 40 Alaminos (Antonio), Chile : transicion politica y sociedad., op cit., p. 66.

3980 % des Chiliens interrogés en 1987 rejettent toute action violente38. Ce faisant, le bien-fondé du changement de stratégie de l’opposition est confirmé. La stratégie insurrectionnelle laissait en effet les partisans de la démocratie face au vertige et à la peur du vide39 : à travers la disqualification de la constitution, l’opposition laissa ses partisans sans la base de sécurité dont ils ont besoin. « Les mobilisations massives contre le général Pinochet se sont montrées inutiles et sanglantes, et sans aucune utilité, n’ayant aucune chance de renverser le régime du général Pinochet. Le régime militaire ne fut pas menacé par la force, qui, en définitive, est un domaine que maîtrisent plutôt bien les militaires40. »

  • 41 Ibid., pp. 50-52.

40Le rejet de la violence nourrit une culture consensuelle, en opposition avec le climat politique messianique des années 1960, 1970 et 1980. Cette culture se retrouve d’ailleurs non seulement sur le plan politique, mais également dans la sphère économique : en 1987, 88,7 % des Chiliens souhaitent la création, pour les années à venir, d’un pacte entre les syndicats et les entrepreneurs, et rejettent tout affrontement dans la sphère économique, quand bien même ils sont 54 % à penser que les entrepreneurs ne sont sans doute pas favorables à l’existence d’un tel pacte41.

  • 42 Ibid., p. 72.
  • 43 Ibid., p. 72.
  • 44 Ibid., p. 77.
  • 45 Ibid., p. 138.

41Mais c’est dans la sphère politique que la culture consensuelle est la plus forte. Ainsi, 53,8 % des Chiliens sont d’accord avec l’argument selon lequel, en politique « le mieux est que les gens se mettent d’accord »42. Il sont 41,7 % à penser que la politique s’apparente au fait de « diriger une famille », et 26 % à penser que cela s’apparente au fait de « diriger une entreprise ». Hors des 20 % de partisans de l’action violente ou de la polarisation (18,1 % pensent que cela s’apparente au fait de « participer à une guerre »), l’on constate un rejet de la notion même de compétition, puisque l’image sportive ne rassemble que 5 % des interrogés43. La nature consensuelle s’affirme jusque dans la méthode que les Chiliens souhaitent voir adoptée par les partis politiques : ils sont, toujours en 1987, 75,6 % à souhaiter un pacte entre partis, et 64,9 % à souhaiter que ce pacte regroupe « des forces politiquement distantes »44. En revanche, la participation du parti communiste à tel pacte est liée à son abandon de la violence comme mode d’action politique. Ces études ont indubitablement encouragé la création de la Concertación, dont le nom même évoque la possibilité d’un vaste accord de consensus. Ce refus de la violence et du chemin incertain qu’elle promeut se conjugue avec une véritable culture civique qui démontre une affinité avec la démocratie traditionnelle, et non la « nouvelle démocratie » que prétend défendre le régime militaire : en 1987, 66 % des chiliens préfèrent un régime « élu par le suffrage universel »45. De même, les Chiliens associent la démocratie non seulement à un discours, mais à un ensemble de mécanismes électoraux.

  • 46 Ibid., pp. 130-140.

42Ainsi, à la question « le plus important, pour qu’il y ait une démocratie... », ils répondent46 :

Pour qu’il y ait une démocratie, il faut que :

1re position

2e position

Le gouvernement soit élu régulièrement par des élections

40,2 %

28,1 %

Les inégalités sociales entre les Chiliens disparaissent

18,1 %

38,3 %

La propriété privée soit respecté et que les gens puissent travailler tranquillement

36,9 %

23,8 %

43L’association d’un critère politique à deux critères économiques, l’un transformateur, l’autre conservateur, permet ici de souligner l’importance du critère politique et de l’association entre démocratie et élections libres. Ce sondage souligne également l’importance fondamentale du modèle de développement pour les conservateurs.

  • 47 Ibid., p. 57.

44Cela étant, si l’affinité avec la démocratie est forte, l’adhésion des Chiliens à un éventuel régime démocratique est plus instrumentale, et liée à l’amélioration, pour la majorité d’entre eux, de leur situation économique. En fait, on assiste, à la fin de la période militaire, à une désaffection à l’égard du politique. Mais cette désaffection n’est pas la résultante immédiate du messianisme militaire, sinon, plutôt, d’une vision utilitaire de la politique. En 1987, 20,6 % des interrogés déclarent ne pas s’intéresser à la politique. Mais seuls 6,2 % d’entre eux expriment un rejet de la politique en tant que telle, les autres ne voyant pas l’utilité de s’y intéresser dans un cadre qui ne permet pas à l’action politique de produire des résultats47.

  • 48 Ibid., pp. 58-70.
  • 49 Ibid., p. 26.
  • 50 Ibid., pp. 136.

45Les études du CIS débouchent sur un résultat paradoxal : d’un côté, on considère que « toutes les données structurelles sont réunies pour un retour à la démocratie »48 ; de l’autre, ces valeurs sont tempérées par une réaffirmation continuelle d’une vision instrumentale de la politique, et donc, par extension de la démocratie : si on ne participe pas au jeu politique sous le régime militaire, « parce que cela ne sert à rien », par voie de conséquence, on participerait à l’éventuelle démocratie, « parce que cela pourrait servir à quelque chose ». Parallèlement, le modèle économique adopté par le régime militaire a engendré chez certains segments de la société chilienne une conscience aiguë des inégalités sociales, et, par conséquent, la perception de leur pays comme organisé autour d’une société duale. En 1987, 88,8 % des Chiliens se déclarent d’accord avec l’affirmation selon laquelle « les différences entre les poblaciones et le barrio alto sont tellement grandes que l’on dirait deux pays différents »49. Et c’est justement sur le point de l’amélioration de la situation économique des plus pauvres et la promotion d’une plus grande justice sociale que se dirigent les attentes envers une éventuelle démocratie. Le facteur pour lequel la démocratie est jugée comme ayant le plus grand « avantage comparatif » par rapport à la dictature, est celui de la réduction des inégalités sociales50 : 77 % des Chiliens interrogés en 1987 pensent que la démocratie améliorera leur situation économique, ou, qu’à tout le moins, cette dernière restera identique, sans aller plus mal – (ce qui n’a pas été le cas des années 1982-85 du régime militaire). A l’inverse, ils sont 49 % (contre 42 %) à penser que la dictature est mieux à même que la démocratie d’assurer l’ordre et la tranquillité.

  • 51 Ibid., pp. 132.

46Reste que la réduction des inégalités n’est pas la seule demande de la société chilienne envers un gouvernement démocratique. Car les deux critères sont ceux qui sont jugés de les « plus importants » pour un régime politique par la grande majorité des Chiliens, avec une quasi égalité, sont l’ordre et la sécurité (87 % des interrogés), et « la réduction des inégalités » (86 % des interrogés)51.

47Pour la Concertación, ces études inspirent plusieurs thèmes de campagne. Le premier pose qu’il est nécessaire de créer nécessité une légitimité de provenance double : par la manière (consensuelle et non violente) et par l’affinité civique. En deuxième lieu, les études ont souligné la nécessité de promettre le développement d’une légitimité de résultat, sur la méthode (consensuelle, encore) et sur la réponse aux besoins (ordre et sécurité, réduction des inégalité). Ensuite, le modèle de développement est au cœur des divisions de la société : il faut arriver à scinder la question entre le mode de production d’une part, à préserver pour provoquer une acceptation possible de la victoire des démocrates de la part d’une partie du bloc pinochétiste, et ses répercussions sociales de l’autre, à modifier pour obtenir le soutien des partisans de la démocratie. Enfin, pour la campagne électorale, il est nécessaire de rassembler autour de thème consensuels. En revanche, il convient de s’opposer au général Pinochet intuiti personae plutôt qu’aux apports de ce régime, tels l’ordre ou la sécurité ou, plus encore, le modèle de développement.

48La campagne plébiscitaire de 1988 est l’occasion, pour l’opposition démocratique, de mettre en pratique les enseignements de ces études, qui vont constituer les bornes idéologiques du programme et de la stratégie de la Concertación.

Notes

1 Valenzuela (Arturo), The Breakdown of Democratic Regimes, op. cit., p. 10.

2 Garreton (Manuel Antonio) : « The Political Opposition and the Party System under the Military Regime », in Drake (Paul) and Jaksic (Ivan) ed. The Struggle for Democracy in Chile, revised edition, University of Nebraska Press, Linclon, 1995, pp. 211-250.

3 Ibid., p. 241.

4 Le candidat du PDC, Rodomiro Tomic, est partisan de cette voie. Voir Donoso (Jorge) : Tomic, testimonios, Santiago : Editorial Emision, 1988.

5 C’est partie la thèse de Valenzuela (Arturo), The Breakdown of Democratic Regimes, op.cit.

6 Son père a présidé la Cour Suprême.

7 En une occasion en particulier : le 17 août 1973, lors d’un dîner organisé par le cardinal Raul Silva Henriquez.

8 Friedmann (Reinhard), 1964-1988, La politica chilena de la A a la Z, op. cit., p. 47.

9 Dans son livre d’entretien, Ego Sum Pinochet, Zig Zag editorial, Santiago, 1986, le général Pinochet raconte une anecdote assez curieuse, mais sans doute pas entièrement fausse : il aurait reçu, le 11 septembre 1973, de nombreux appels de l’ex-président Eduardo Frei, désireux de lui faire savoir qu’il se tenait prêt à être candidat pour de nouvelles élections présidentielles.

10 Fleet (Michael), The Rise and Fall of Chile’s Chistian Democracy, Princeton University Press, Princeton, 1985.

11 Entretien avec Ernesto Romero, maire DC de La Recoleta, mars 1993.

12 Entretien avec Victor Maldonado, juin 1992. A l’époque au cabinet du ministère de l’intérieur, ce membre des jeunesses démocrates chrétiennes est proche de Patricio Aylwin. Ces sentiments de culpabilité personnelle ne seront ni confirmés ni démentis par Patricio Aylwin lors d’un entretien en octobre 1993. Il se contentera de parler d’une culpabilité « générationnelle », qui reprend ces termes : il appartient à la génération qui a laissé l’ordre constitutionnel se détruire de le reconstruire, avant de passer le témoin à la nouvelle génération.

13 Garreton (Manuel Antonio) : « The Political Opposition and the Party System under the Military Regime », op. cit., p. 235.

14 Boeninger (Edgardo), « El marco politico general y el marco institucional del proximo gobierno », intervention lors du séminaire « Chile y la transicion a la democracia », 9 mars 1990 à Santiago, repris dans Munoz (Oscar), compilateur, Transicion à la democracia, marco politico y economico, CIEPLAN, Santiago, 1991, p. 67. Les quatre interventions de ce séminaires (Edgardo Boeninger, Enrique Correa, Alejandro Foxley, Rene Cortazar) constituent une matière très précieuse utilisée tout au long de ce travail. Le séminaire s’est tenu à Santiago la veille de l’inauguration du gouvernement de Patricio Aylwin.

15 Littéralement les « chevelus » (chascones) les « ventrus » (guatones).

16 Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit ; pp. 35-40.

17 Voir Urzua (German), Historia politica de Chile, 1810-1992, Editorial Universitaria, Santiago, 1993, p. 740.

18 Plus de 500 arrestations sont réalisées dans les poblaciones.

19 Pour les définitions, voir chapitre VI. L’Etat de siège avait duré du 11 septembre 1973 à mars 1978, date à laquelle il avait été remplacé par l’Etat d’urgence.

20 Urzua (German), Historia politica de Chile, 1810-1992, op. cit., p. 746.

21 C’est-à-dire, dans les faits, premier des ministres.

22 Urzua (German), Historia politica de Chile, 1810-1992, op. cit., p. 743.

23 Déclarations d’Andres Allamand faites dans Hoy, 25 juillet 1984.

24 Voir Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 38.

25 Tant le PC que le FPMR nient les liens éventuels qui font du FPMR une courroie de transmission violente de la politique du PC, se contentant de parler de « relation de sympathie », et de « bras armé du peuple » pour le FPMR. Cela étant, il semble bien que le PC ait encouragé la création du FPMR. Le FPMR se scinde définitivement début 1987, entre une faction choisissant de « ne pas entraver la constitution d’une alliance pour le non au plébiscite », et une faction qui demeure en faveur de la lutte violente. La même année, le comité central du PC, tout en réaffirmant son soutien à la « politique de rébellion populaire », prend définitivement ses distances avec les actions terroristes de la faction violente du FPMR. Voir Friedmann (Reinhard), 1964-1988 La politica chilena de la A a la Z, op. cit., pp. 62, 63, 30-36.

26 Voir Cavallo (Ascanio), Salazar (Manuel), Sepulveda (Oscar), Historia secreta del regimen militar, op. cit.

27 La constitution de l’axe Démocratie Chrétienne, Parti(s) Socialiste(s) est décrite en très grand détail dans Ortega Frei (Eugenio), Historia de una allianza, CED CESOC, Santiago, 1992.

28 Document interne de travail, sans titre, ICHECH, Santiago, 1984. Voir aussi Cavallo (Ascario), Los hombres de la Transicion, op. cit.

29 Des contacts ont ainsi lieu en 1985 entre plusieurs « Guatones », dont Patricio Aylwin et Gutemberg Martinez, et le général Fernando Matthei, commandant en chef de la FACH, et Rodolfo Stange, directeur des carabiniers.

30 Le refus de Gabriel Valdes de revendiquer une nouvelle présidence n’affecte en rien l’intensité des débats entre chascones et guatones. Peu de temps avant la convention, Renan Fuentealba, ancien président du PDC dans les années 70, partisan d’une alliance avec la gauche et soutien aux thèses de Tomic d’un compromis avec l’Unidad Popular pour sortir le pays du chaos, donne une interview à Analisis, dans laquelle il fait du « manque de leadership » au sein de la DC en 1973 une des principales cause du coup d’Etat. Le président de la DC en 1973, Patricio Aylwin, y voit une attaque personnelle et en profite pour postuler à la présidence, utilisant pour ce faire l’action de Andres Zaldivar, ancien président du PDC exilé en 1981 qui réunit la tendance « guatone » autour de sa personne. Peu de temps auparavant cependant, Patricio Aylwin avait annoncé sa volonté de se retirer « définitivement » de la vie politique, tout en gardant contact avec ses proches, et en particulier Egardo Boeninger.

31 Voir « Como Patricio Aylwin gano el poder », in Que Pasa, mars 1993.

32 Voir Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 202, qui rapporte les propos suivants d’Edgardo Boeninger : « les socialistes d’Almeyda sont léninistes ? Que m’importe. Les socialistes seront ce qu’ils veulent être. Ils ne seront pas nos alliés dans la lutte électorale future ? C’est leur problème : ils seront là où ils veulent être. Et s’ils veulent être dans la Concertacion, avec nous, je ne voie aucune raison de les exclure ».

33 Collier (Simon), Sater (William), A History of Chile, 1808-1994, Cambridge Latin American Studies, Cambridge University Press, Cambridge, 1996, pp. 380-381.

34 Ce point est encore développé par Ricardo Lagos, leader du PPD et du bloc socialiste, pour justifier son effacement devant Eduardo Frei pour les élections présidentielles de 1993 : « En 1988, la possibilité d’avoir les socialistes au pouvoir au Chili aurait joué de façon très négative contre la démocratisation. Il nous était impossible de présenter un candidat. Le pays n’était pas prêt. Il ne l’est toujours pas, d’ailleurs, même si les choses évoluent dans le bon sen s. En 2 000, il sera prêt. » Entretien avec Ricardo Lagos, décembre 1993. En 2000, Ricardo Lagos est élu Président.

35 Ce que critique en premier lieu l’ensemble des militaires. Voir Pinochet (Augusto) : Politica, politiqueria, demagogia, op. cit., p. 50.

36 Tous ces points sont confirmés par Enrique Correa lors d’un entretien en décembre 1993.

37 Voir Cavallo (Ascanio) Los hombres de la transicion, op. cit., p. 47 : « Politologues, sociologues et psychologues sociaux se regroupent en un centre unifié, le CIS, et commencent un lent travail de persuasion sur les politiques. Ce sont eux qui apportent des conclusions dont l’audace défie la logiques des idéologies… ».

38 Alaminos (Antonio), Chile : transicion politica y sociedad, op. cit., p. 67.

39 Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 47.

40 Alaminos (Antonio), Chile : transicion politica y sociedad., op cit., p. 66.

41 Ibid., pp. 50-52.

42 Ibid., p. 72.

43 Ibid., p. 72.

44 Ibid., p. 77.

45 Ibid., p. 138.

46 Ibid., pp. 130-140.

47 Ibid., p. 57.

48 Ibid., pp. 58-70.

49 Ibid., p. 26.

50 Ibid., pp. 136.

51 Ibid., pp. 132.

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540