Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pinochet s'en va...

 | 
Bruno Patino

I. Évolution dans la révolution : La révolution inachevée d’Augusto Pinochet

Texte intégral

1Le 5 octobre 1988, le général Pinochet réussit à obtenir sur son nom un peu plus de 44 % des suffrages exprimés. L’opposition démocratique, elle, a gagné : le Non au dictateur l’a emporté. Le plébiscite que le général Pinochet avait organisé pour consolider son pouvoir s’est retourné contre lui. La majorité des Chiliens lui refuse une nouvelle présidence de huit ans, plus de quinze ans après le coup d’Etat qui a porté la junte à la tête du pays.

2Ce plébiscite modifie considérablement le cours de l’histoire chilienne : au lieu d’une consolidation du régime militaire, il fait poindre à un horizon d’un an une perspective démocratique. Le plébiscite du 5 octobre 1988 constitue le début de la transition démocratique : parce qu’elles se sont déterminées par rapport au plébiscite, les stratégies des acteurs ont débouché sur une transition « négociée » (« pactada »), et, in fine, la stratégie de transition s’est confondue avec sa propre nature.

  • 1 Intervention de Tomas Moulian lors du séminaire « 11 de septiembre, 20 anos despues », tenu à l’uni (...)

3Si le plébiscite d’octobre 1988 a pu avoir une importance décisive sur le cours des événements politiques, c’est d’abord pour une raison de forme considérée par le chercheur Tomas Moulian comme « le fondement de la transition »1 : l’arrêt du Tribunal Constitutionnel en date du 25 juillet 1985 établit que, dans le cadre du plébiscite devant être organisé en 1988, les registres électoraux seront vérifiés : ils ne pourront être truqués par le régime (en manipulant la date limite d’inscription par exemple), et une commission de vérification siégera dès le début de l’année 1988. Mais cette raison de forme, qui découle de la volonté du Tribunal Constitutionnel d’asseoir sa légitimité et à laquelle n’étaient pas hostiles certains acteurs majeurs du régime n’explique pas, à elle seule, que les acteurs, même persuadés de la régularité de la consultation, lui aient conféré l’importance qu’elle a finalement eue.

4Le régime militaire chilien n’a pas été victime d’une crise terminale. Le plébiscite et son dénouement indiquent au contraire que le régime, avant cette date, tentait une institutionnalisation globale. On a assisté à l’enchaînement suivant : le régime militaire chilien a mis en œuvre une véritable révolution, dont les composantes englobaient un messianisme militaire, un projet de développement en rupture avec le passé et une volonté politique institutionnelle orientée vers le long terme. Ces composantes ont toutefois eu à s’associer avec un projet de pouvoir personnel, celui du général Pinochet. A la fin des années 1980 se pose, pour le régime militaire, le problème de l’institutionnalisation politique, alors que l’institutionnalisation de son modèle de développement semble être réalisée. Cette institutionnalisation emmène le régime sur un terrain auquel il n’est ni habitué, ni préparé : non seulement il est incapable d’organiser une force relais susceptible d’affronter une compétition électorale, mais encore, et surtout, le projet politique souligne les faiblesses de sa coalition de soutien dès lors que l’on ne se limite plus à un projet de « réaction ». Au total, la compétition électorale place le régime devant une série de contradictions qu’il ne sait plus résoudre, et qui est source d’incertitude.

5Le basculement du 5 octobre 1988 s’explique ainsi par l’augmentation de l’incertitude associée à la permanence du régime militaire, alors que, dans le même temps, la stratégie de l’opposition réduit considérablement le degré d’incertitude associée à la victoire potentielle de celle-ci. En effet, l’opposition s’est peu à peu replacée dans un cadre électoraliste, d’abord en reconstruisant ses forces partisanes, puis en changeant de stratégie globale de conquête du pouvoir : au lieu de changer de régime, il s’agit désormais de changer le régime. A ce changement de stratégie est associé un mécanisme d’analyse des attentes des chiliens et des marges de manœuvre qui en découlent, ainsi qu’une élaboration d’instruments adaptés à cette stratégie. Le déroulement du plébiscite confirme l’avantage obtenu par une opposition reconstruite autour de partis. Mais le choix du terrain électoral, comparativement plus favorable à l’opposition, limite également sa marge de manœuvre dans le choix de ses stratégies post-plébiscitaires. Confrontées aux attentes des principaux soutiens du régime militaire et aux contraintes d’un mécanisme de transition amorcé dans un cadre préalablement défini par les militaires, les stratégies post-plébiscitaires des forces démocratiques s’insèrent dans ces espaces contraignants.

6On assiste, entre 1988 et 1993, à une démocratisation de la révolution pinochétiste, et non à une révolution démocratique. La révolution, commencée en septembre 1973 et qui a amorcé une institutionnalisation autoritaire vers le milieu des années 1980 subit une inflexion démocratique à partir de 1988/1989. C’est l’ensemble des mécanismes d’inflexion, leur amplitude et leur vitesse, qui constituent la transition.

La révolution pinochetiste

  • 2 Skocpol (Theda), Etats et révolutions sociales, Fayard, Paris, 1985.
  • 3 Hermet (Guy), Badie (Bertrand), Birnbaum (Pierre), Braud (Philipppe), Dictionnaire de la science po (...)

7On désigne traditionnellement par révolution toute rupture radicale intervenant dans le mode d’organisation de la société, que cette rupture ne concerne que l’ordre politique, ou qu’elle concerne à la fois l’ordre politique et l’organisation sociale de la société2. Se pose toutefois la question de savoir à quel moment l’on peut affirmer qu’une rupture est radicale. On peut distinguer trois critères qui séparent la réforme de la révolution, et qui permettent de distinguer la radicalité du changement3 : la violence, la mobilisation des masses et la brutalité du processus. Deux éléments peuvent être ajoutés à cette liste : la présence d’un messianisme chez les auteurs de la révolution, et l’ampleur des changements opérés.

  • 4 Entretien avec Tomas Moulian réalisé à l’occasion du séminaire « 11 de septiembre, 20 anos despues  (...)
  • 5 Moulian (Tomas), Chile actual, anatomia de un mito, op. cit., p. 22.

8La violence du coup d’Etat militaire du 11 septembre 1973 n’est pas contestable. Le phénomène de mobilisation de masse, lui, ne semble pas s’appliquer. Mais tant la brutalité du processus que le messianisme et l’ampleur des changements font du régime militaire chilien un régime révolutionnaire, comme l’analyse d’ailleurs Tomas Moulian4, qui applique au régime militaire chilien le concept de dictature révolutionnaire, « un genre spécifique supérieur de dictature. Ces dictatures naissent du cumul du pouvoir normatif et juridique (le droit), du pouvoir sur les corps (la terreur) et du pouvoir sur les esprits (le savoir) »5. En fait, en utilisant son pouvoir sur les corps (la terreur), le régime militaire amène avec lui le messianisme militaire, un nouveau modèle de développement, et une volonté politique institutionnelle orientée vers le long terme. Le messianisme militaire aborde le thème de la dépolitisation, le modèle de développement prône la désétatisation et l’internationalisation, et la volonté politique institutionnelle à long terme concerne, quant à elle, une démilitarisation et une dépersonnalisation de l’exercice du pouvoir au sein du nouveau régime. Tous ces éléments constitutifs d’une véritable révolution doivent toutefois se conjuguer avec une donnée plus proche du caudillismo traditionnel : l’ambition personnelle du général Pinochet, et la construction progressive d’un pouvoir personnel absolu sur le pays.

Le messianisme militaire : la dépolitisation

9Le coup d’Etat militaire amène au pouvoir des officiers en opposition totale avec l’expérience de l’Unidad Popular, et qui adhèrent à la doctrine de sécurité nationale. L’anticommunisme est donc un dénominateur commun des militaires au pouvoir. Mais il ne constitue pas l’unique composante idéologique du régime militaire. Celui-ci, en effet, a tendance à considérer l’Unidad Popular comme un aboutissement logique d’une certaine pratique politique, démocratique, électoraliste et partisane. C’est ainsi moins l’Unidad Popular que la pratique de la compétition politique démocratique qui est condamnée par les militaires, car cette pratique est perçue comme un instrument de fragilisation structurelle de l’Etat, et, au-delà, de la Nation chilienne tout entière :

  • 6 Pinochet (Augusto), Normas para la nueva constitucion, 10 de noviembre 1977.

« (…) à tout ceci s’ajoute l’incapacité du système constitutionnel en vigueur jusqu’en 1973 à construire une digue efficace face aux pratiques démagogiques, qui, au contraire, trouvaient dans ce régime un véritable encouragement. Le désir d’arriver au pouvoir à n’importe quel prix amena l’ensemble des hommes et partis politiques à une compétition acharnée pour obtenir des votes, au travers de promesses qui constituaient une véritable escroquerie vis-à-vis du peuple, car elles étaient impossibles à remplir. Il est indéniable que cette démagogie croissante favorisa indirectement la pénétration du marxisme, toujours prêt à faire ses dividendes des espérances alimentées et insatisfaites »6.

  • 7 Pinochet (Augusto), Politica, politiqueria, demagogia, Editorial Renacimiento, Santiago, 1983, 120 (...)
  • 8 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.

10Le rejet du couple politique et démagogie, perçu comme indissociable, constitue le cœur du messianisme militaire chilien. Le général Pinochet lui consacre d’ailleurs un ouvrage entier, qu’il rédige au moment où le projet de nouvelle constitution commence à être élaboré. Cet ouvrage reprend, avec de nombreux exemples, l’enchaînement cité plus haut : la compétition électorale, sans limite, favorise la démagogie de politiciens irresponsables qui n’ont pour seule ambition que la conquête de postes. Le peuple n’étant pas assez mûr pour juger du caractère démagogique des promesses, il se laisse berner, et précipite le pays dans un chaos qui profite toujours aux forces subversives du communisme. C’est donc le devoir des militaires, seuls hommes dont le métier est d’être prêt à mourir pour la patrie, de limiter l’action politique dans des sphères « objectives », où la démagogie n’a plus de place7. Si une telle action n’est pas entreprise, le marxisme arrivera à pénétrer et à détruire la société, en utilisant la faiblesse structurelle que constitue le politique : « le marxisme a été stalinien, puis léniniste. Aujourd’hui, le plus grand danger, c’est le marxisme Gramscien, c’est-à-dire, celui dont parle Gramsci, qu’il faut avoir lu, et que j’ai lu. Ce marxisme, il gagne l’ensemble de la société par les valeurs culturelles, bien sûr, mais surtout par les arguments défendus lors des campagnes électorales, grâce à la démagogie des politiques »8.

  • 9 Alaminos (Antonio), Chile : transicion politica y sociedad, CIS, Siglo XXI de Espana Editores, Madr (...)
  • 10 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.

11La « nouvelle démocratie chilienne » souhaitée par le régime militaire a donc pour objectif de « se protéger » de la pénétration idéologique qui subvertit la société. Or, pour les militaires, cette subversion idéologique se produit depuis le politique, ou plutôt « la politique ». Par conséquent, la dépolitisation de la société et la fragmentation des différents secteurs sociaux vis-à-vis du pouvoir politique deviennent des composantes essentielles de cette « nouvelle démocratie ». « La politique et les pratiques politiques représentent pour les militaires un front ouvert qui peut fragiliser la société. L’identification des causes de la “pathologie sociale”, qu’a réalisée l’institution militaire amenait avec elle une solution drastique : la transformation de la société chilienne9. » La politique apparaît comme la substance qui précipite le conflit social et qui cristallise les conflits à un niveau qui est supérieur au niveau des origines de ces mêmes conflits. Selon le général Pinochet, « la politique complique tout et divise les gens10. » Elle transcende des enjeux qui gagneraient à être limités à la sphère économique et sociale. Ce raisonnement aboutit à poser que la pratique politique doit être maintenue en marge de la société. Désactiver la société en tant qu’acteur autonome consiste donc à en extraire la composante politique et à traiter chaque problème l’un après l’autre, de façon limitée. Une fois la société politiquement désossée, les militaires prévoient qu’elle constituera une matière plus modelable et réceptive au projet social poursuivi par la dictature.

  • 11 Pinochet (Augusto), Normas para la nueva Constitucion, op. cit.

12Le messianisme militaire d’une démocratie protégée se retrouve tout entier dans le texte du général Pinochet lu à l’occasion de la réunion de la commission chargée d’élaborer le texte de la nouvelle constitution, et qui précise ce que doit être une : « nouvelle démocratie » dépolitisée : « une transformation sociale d’une telle ampleur implique la création d’une nouvelle démocratie, dont j’ai résumé les caractères principaux par les termes autoritaire, protégée, intégratrice, “technicisée” (“tecnificada”) et de participation sociale authentique »11.

  • 12 Pinochet (Augusto), Normas para la nueva constitucion, op. cit.

13La « participation » authentique recoupe en fait la recherche de sources de représentations politiques différentes de celles des partis, ces derniers étant accusés d’être, de par leur mode de compétition et d’organisation, la première source de la démagogie inhérente à la politique. La technicité entend faire du gouvernement une science sans contenu ni caractère idéologique, ces derniers éléments étant remplacés par le concept d’efficacité « intégratrice ». L’efficacité se fixe pour objectif de dépasser les antagonismes sociaux, en « protégeant » la société des conséquences de la lutte des classes. La mission « protectrice » est, bien entendu, confiée aux forces armées, ce qui est, somme toute, cohérent avec la doctrine de sécurité nationale. La dépolitisation de la société charrie deux types de conséquences : la lutte contre « les idéologies subversives » et leurs partisans d’une part, et l’action institutionnelle de limitation du champ d’intervention des pratiques politiques d’autre part. Isoler la politique du reste de la société représente toutefois un processus complexe. Les partis doivent être remplacés par de nouvelles formes d’associations non précisées : « de nouvelles formes de regroupement politique, qu’il faut comprendre comme étant des courants d’opinion qui prévaudront par la qualité de leurs membres et le sérieux de leurs postulats doctrinaires et pratiques »12. Ces nouvelles formes de groupes politiques sont prévues comme devant remplacer les partis politiques dans le futur modèle de société. A ces courants d’opinion se superpose, de façon assez floue, la notion de congrégation de notables, à l’opposé des partis de masse.

14A la veille du scrutin de 1988, le messianisme de dépolitisation n’a cependant pas entièrement été adopté par la nouvelle société chilienne, tout comme la recherche de nouvelles formes d’organisations politiques n’a pas eu de réel succès. En 1988, les acteurs de la politique chilienne sont toujours les partis politiques, et de façon paradoxale, les plus traditionnels d’entre eux, c’est-à-dire, ceux qui occupaient déjà une place centrale dans la vie politique avant le coup d’Etat de 1973.

Le modèle de développement : desétatisation et internationalisation

  • 13 Tironi (Ernesto) : Autoritarisme, modernisation et marginalité, le cas du Chili, 1973-1989, thèse E (...)
  • 14 Garreton (Manuel Antonio) : Crise démocratique, autoritarisme et redémocratisation – politique et s (...)
  • 15 Valenzuela (Arturo), The Breakdown of Democratic Regimes : Chile, The Johns Hopkins University Pres (...)

15Il est dorénavant admis que le coup d’Etat de 1973 intervient dans un pays dont le modèle de développement, initié dans les années 1950, est épuisé. Cet épuisement économique et social peut être perçu comme la cause principale de la crise du régime chilien, lequel doit trouver une façon de construire sa relation à la modernité13, comme une composante importante d’une « matrice » modèle de développement/système politique/organisation sociale qui ne connaît plus que des dysfonctionnements14, ou encore comme facteur explicatif d’un nouveau cycle politique15. Cela étant, malgré l’épuisement du modèle de développement existant entre 1950 et 1973, l’adoption, par le régime militaire chilien, d’un modèle libéral de développement n’était pas, en soi, inscrit dans la logique même du coup d’Etat de septembre 1973. S’il est traditionnel qu’un régime militaire oriente son action économique vers le retour à la croissance, en revanche, le refus du corporatisme étatique et le démantèlement des principaux services publics relèvent, en 1975, d’un projet politique original qui est au cœur de la révolution pinochétiste.

  • 16 Edwards (Sebastian) and Edwards (Alejandra), Monetarism and Liberalization : The Chilean Experiment (...)
  • 17 Fortin (Carlos), « The Political Economy of Repressive Monetarism », in The State and Capitalism in (...)
  • 18 Consejo de Estado de la Republica de Chile, Informe sobre proyecto institucional, 1er juillet 1980, (...)

16Dès 1973, le nouveau régime militaire souhaite, de façon assez classique, retrouver une croissance que les 605 % d’inflation de l’année 197316 ont consumée : si en 1971, la croissance du PNB a été de 9 % (et celle du PNB par habitant de 7,1 %), ce taux a été de - 1,2 % en 1972 (- 2,9 % pour le PNB par habitant) et de - 5,6 % pour l’année 1973 (- 7,1 % pour le PNB par habitant)17. Le retour à la croissance possède, chez les militaires, une vertu de souveraineté et de sécurité qui s’insère dans la doctrine de la sécurité nationale. Le lien entre sécurité et croissance est d’ailleurs rappelé par le Conseil d’Etat chilien en 1980, qui souhaite mener : « une rénovation institutionnelle qui, tout en préservant certaines libertés inséparables de l’être national, garantisse à tous l’ordre et la discipline nécessaires pour atteindre un double objectif : le développement économique accéléré, sans lequel, fatalement, on débouche sur la frustration et le mécontentement, et la sécurité indispensable pour pouvoir survivre en liberté, tant individuellement que collectivement dans un monde ou la violence, l’abus et la tromperie paraissent devoir s’emparer de tout le monde, grâce à la découverte de formules très subtiles, capables de pénétrer et de détruire les institutions traditionnelles, autrefois vigoureuses mais aujourd’hui trop fragiles face aux manœuvres de forces d’une puissance inégalée »18.

  • 19 Voir par exemple « La nouvelle vie des Chicago Boys », in Le Monde, 15 décembre 1992.
  • 20 Varas (Augusto), « The Crisis of Legitimacy of Military Rule in the 1980’s », in Drake (Paul) and J (...)

17Le développement économique est considéré comme un facteur permettant d’assurer la stabilité sociale nécessaire au nouvel ordonnancement voulu par les militaires. Il permet d’éliminer le champ d’action des « idéologies », dans la mesure où il élimine les frustrations sociales. Mais le rôle dévolu au développement économique ne se limite pas à l’octroi d’une paix sociale : l’on constate un déplacement du champ messianique. Ce dernier part de l’ultra-politisation qui a lieu sous l’Unidad Popular pour aboutir à la croyance, dès 1975, que les solutions « réalistes » aux problèmes économiques et sociaux doivent provenir de la sphère économique elle-même, et non de la sphère politique. Le messianisme militaire s’accompagne donc d’un messianisme économique qui est à la fois celui d’une certaine frange de civils de culture technocratique, et que l’on surnomme, en raison de leurs études et de leur proximité idéologique avec l’école de Chicago, les « Chicago Boys »19, et celui du général Pinochet, mais qui n’est pas celui de la majorité des militaires, plus étatistes et corporatistes. Dès 1975, le projet socio-économique de modèle de développement du régime militaire est transféré aux secteurs néo-libéraux civils, sans véritable opposition militaire. « Le résultat d’un tel processus constitue la défaite idéologique des forces armées en tant qu’institution, le modèle adopté étant étranger à leur idéologie politique traditionnelle20. »

  • 21 Fontaine (Arturo), Los economistas y Pinochet, Zig Zag, Santiago, 1986, et Cavallo (Ascanio), Salaz (...)
  • 22 Fontaine (Arturo), Los economistas y Pinochet, op. cit., p. 206.

18L’adoption du modèle néo-libéral est en fait une décision personnelle du général Pinochet qui ne consulte pas – ou peu – les autres membres de la junte, même si l’amiral Merino est plutôt idéologiquement proche des secteurs technocratiques21. « Adam Smith n’est pas entré au gouvernement chilien avec les tanks militaires. D’ailleurs, aucune autre conception ou politique économique n’est entrée avec ces tanks. (…) Il est paradoxal que le concept de liberté économique se soit imposé dans le cadre d’un système autoritaire, évitant que le régime militaire chilien ne tombe dans le populisme qui a été la ruine des autres gouvernements militaires22. »

  • 23 Ibid., p. 38.
  • 24 L’essentiel du document, et notamment son introduction et ses conclusions, est résumé dans De Castr (...)
  • 25 Ibid., p. 95.

19L’économiste Sergio de Castro, qui a été étudiant à Chicago, ses proches, la plupart issus de l’Universidad Catolica, tels Pablo Baraona, Dominique Hachette ou Manuel Cruzat, jouent un rôle fondamental dans la définition du nouveau modèle de développement chilien. Ces hommes, rejoints par des sociologues et encouragés par certains cercles de la marine qui utilisent l’économiste Patricio Kelly, se réunissent en août 1972 au Circulo Espanol et décident de rédiger un « programme économique alternatif »23, dont l’épaisseur le fera surnommer « el ladrillo », la « brique »24. Une fois le coup d’Etat réalisé, l’amiral Merino qui fait appel à Kelly, puis à de Castro. Néanmoins, le régime hésite sur la politique économique à suivre, et la Junte reste partisane d’une « économie mixte » jusqu’en 1975. Le 24 avril 1975, de Castro et Jorge Cauas arrivent à imposer, suite à la dégradation des finances publiques et la remontée de l’inflation, un « Plan de Récupération Economique » qui a reçu l’aval plein et entier du général Pinochet, et dont les objectifs sont de : « limiter l’inflation (…) en ajustant la dépense sociale et les dépenses de l’Etat à un niveau qui garantisse la stabilité »25. Ce plan marque le début du nouveau modèle de développement chilien.

  • 26 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.
  • 27 Voir, pour l’anecdote, le rôle prépondérant de Radio Agricultura, et de son rédacteur en chef Feder (...)
  • 28 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.
  • 29 Le Monde : « Privatisations en Amérique latine, Chili : les pionniers », 22 juin 1993.

20Encore faut-il comprendre l’engagement du général Pinochet dans l’adoption de ce modèle, alors qu’il se définit lui-même comme « l’héritier d’une longue tradition militaire chilienne et sud-américaine »26, et que les autres expériences militaires du sous-continent, ne l’incitent pas à suivre cette direction. C’est ici qu’intervient son projet de pouvoir personnel qui est une composante active de ses choix politiques dès 1975 : l’adoption d’un modèle néo-libéral géré par une technocratie civile qui ne devait sa promotion qu’au général permet de réduire l’influence des autres composantes des forces armées, chacune étant en droit de se voir attribuer des postes de responsabilité au sein de l’économie nationale. Dans un deuxième temps, il s’agit de créer une nouvelle génération de politiques civils « dépolitisés », « technicisés » et fidèles au général. Enfin, il s’agit de promouvoir une nouvelle génération d’entrepreneurs indépendants de l’oligarchie agricole traditionnelle chilienne, qui, si elle a appuyé le coup d’Etat27 et dissous son parti, peut constituer, à terme, un contre-pouvoir aux visées personnelles du général Pinochet. Il ne faut non plus pas sous-estimer la part d’intuition dans le choix du général, pour lequel la rupture avec « l’ordre, ou plutôt, le désordre ancien », était nécessaire, « dans l’ensemble des domaines28 ». Enfin, il convient d’ajouter la variable personnelle dans l’octroi des privatisations, dont certains proches du pouvoir ont pu, à certains moments, bénéficier29.

  • 30 Silva (Eduardo) ; « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmati (...)

21Les Chicago Boys se voient donc confier, en 1975, la gestion de l’économie chilienne. Ils représentent une – jeune – caste de culture avant tout économique et financière, qui a choisi le monde de l’entreprise privée, souvent dans le secteur financier. Très influencés par leur passage aux Etats-Unis, ils décident d’investir la sphère politique pour changer la sphère économique. A la politisation traditionnelle de l’économie chilienne, ils entendent substituer une « économisation » – selon le néologisme de Sergio de Castro – du politique. Jusqu’en 1981, les Chicago Boys vont servir les intérêts de la junte et du général Pinochet : ils ne font pas partie des associations traditionnelles d’entrepreneurs et de propriétaires terriens, et Chicago Boys semblent détester ces associations autant que les militaires les détestent. La junte, qui se méfie profondément des entrepreneurs organisés, accusés de placer l’intérêt de leur secteur restreint au dessus de l’intérêt national30, va faire confiance à ces hommes jeunes.

  • 31 Silva (Eduardo), The State and Capital in Chile, Business Elites, Technocrats and Market Economics,(...)
  • 32 Silva (Eduardo) ; « The Political Economy of Chile’s Regime Transition… », op. cit.

22En fait, les Chicago Boys veulent changer un modèle économique étatique d’industrialisation par substitution des importations (ISI)31 en un modèle d’économie de marché orienté vers l’insertion du Chili dans le commerce mondial. Une économie « libérée » doit permettre le développement économique, la transformation de la société et la « démobilisation » des masses. Cela étant, le groupe des Chicago Boys possède, en 1975, une caractéristique supplémentaire. Même s’ils n’appartiennent pas aux organisations traditionnelles des cercles d’affaires organisés, les Chicago Boys contrôlent de nombreux groupes industriels et/ou financiers chiliens. Ils dirigent les vastes conglomérats qui profiteront le plus de la croissance entre 1974 et 1978. Avec leur savoir-faire financier, ils vont prendre le contrôle de la majorité des secteurs les plus dynamiques et les plus ouverts de l’économie chilienne : les services financiers, l’industrie forestière, l’agriculture exportatrice, et l’import/export. Ils acquièrent également des entreprises du secteur manufacturier, et y injectent des ressources financières de façon à les rendre compétitives sur le marché mondial. Leur poids dans l’économie devient ainsi déterminant, et ils forment entre 1975 et 1981 le cœur du soutien civil au régime militaire. C’est un soutien à la fois doctrinaire et instrumental, à cause de l’augmentation de leur poids économique : ainsi, en 1978, les trois conglomérats dont les liens avec les politiques sont les plus forts (Cruzat-Larrain, Banco Hipotecario de Chile (BHC), et le groupe Edwards) contrôlent 53 % des actifs du secteur bancaire, et 71 des 250 plus grandes entreprises chiliennes, qui représentent d’ailleurs 40 % des actifs de ces 250 plus grandes entreprises32.

  • 33 Silva (Eduardo), The State and Capital in Chile, op. cit., pp. 142-143.

23Eduardo Silva dresse un tableau éloquent des liens entre les officiels du régime militaire en charge de l’économie et les conglomérats orientés sur l’économie internationale entre 1976 et 198233. Il en ressort par exemple les liens suivants :

  • 34 Avec laquelle la personne en question a un lien comme membre du conseil d’administration, consultan (...)

Poste

Nom

En poste du/au

entreprise liée34

Ministre des finances

de Castro
de la Cuadra
Lüders

12/76-04/82
04/82-08/82
08/82-02/83

Cruzat-Larrain
Aetna (multinationale)
BHC

Ministre de l’économie

Baraona
Kelly
Federici
Ramos
Danus
Lüders

12/76-12/78
12/78-12/79
12/79-12/80
12/80-04/82
04/82-08/82
08/82-02/83

Cruzat-Larrain
BHC
Cruzat-Larrain
militaire
Edwards
BHC

Liens entre ministres et conglomérats financiers (1975-81)

24En laissant aux Chicago Boys le soin d’élaborer le nouveau modèle de développement, le régime militaire pouvait ainsi entrevoir une coalition d’intérêts durables avec une nouvelle élite technocratique et affairiste ayant investi le politique.

De l’application doctrinaire du modèle à l’application pragmatique

  • 35 Fontaine (Arturo), Los economistas y Pinochet, op. cit., pp. 40-54.

25En 1975, les mesures initiales de « récupération » comportent des mesures de stabilisation orthodoxe et de restructuration économique. Le programme de stabilisation initial élimine le contrôle des prix, unifie le taux de change et utilise des politiques de déflation pour réduire le déficit budgétaire35. Le programme de restructuration démantèle partiellement le système d’économie mixte chilien par les privatisations, la libération du système financier et une réforme des politiques de tarifs protection pour les importations.

  • 36 Données élaborées lors d’une enquête faite pour Le Monde : « Privatisations en Amérique latine, Chi (...)
  • 37 Larroulet (Cristian) ed. : Soluciones privadas a problemas publicos, Instituto Libertad y Desarroll (...)
  • 38 Silva (Eduardo) ; « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmati (...)

26La vague de privatisation, de 1974 à 1981, rapporte environ deux milliards de dollars au trésor public et obéit à un triple but. Un but politique, en premier lieu : il s’agit de restituer à leur propriétaire les quelques 350 entreprises nationalisées sous la présidence de Salvador Allende. L’autre objectif est la réduction des déficits publics : les recettes des 16 banques et 135 entreprises rassemblées dans un grand holding d’Etat, la Corfo (Corporación de Fomento de la Produccion) sont utilisées pour combler le déficit. Seuls le cuivre et le pétrole échappent à cette vague de privatisation, en raison de leur lien avec la sécurité nationale36. Enfin, il existe la motivation politique : pour l’essentiel des penseurs liés aux Chicago Boys, il n’existe pas, à proprement parler, de justification économique à l’existence de services publics. L’existence de ce que la macro économie traditionnelle appelle les biens publics, biens dont la majeure partie de l’utilité est obtenu par un mécanisme d’externalités, et pour lesquels le coût marginal du premier usager est égal au coût total, est niée. Pour les Chicago boys, il s’agit d’une « dérive » de la science économique, qui peut trouver des « solutions privées à des problèmes publics »37. Entre 1974 et 1977, les mesures initiales laissent la place à un ensemble de politiques radicales. « Protégés par un régime autoritaire qui les isole virtuellement de tous les groupes sociaux, à l’exception d’un cercle de patrons de quelques conglomérats, les Chicago Boys développent un projet néo-libéral extrémiste. (…) Ils créent un ensemble cohérent de politiques cycliques dans un contexte d’économie de marché complètement ouverte. Les Chicago Boys sont dogmatiques, inflexibles, et protégés de toute opposition38 ». »

27Le modèle néo-libéral radical utilise principalement trois instruments. Le premier est la manipulation du taux de change pour contrôler l’inflation. Le deuxième est l’affirmation d’une « neutralité » de la croissance de la masse monétaire, conformément à la politique monétariste. Enfin, le troisième instrument est constitué par la libération du marché des capitaux : les restrictions sur l’intermédiation bancaire de fonds étrangers sont levées, la possibilité de prêter pour les banques est facilitée par une augmentation de 100 % des prêts possibles, selon l’article 14 de la loi sur le taux de change. En conséquence, le Chili commence à bénéficier du recyclage des pétro-dollars. En 1980, les crédits obtenus par les banques privées chiliennes à l’extérieur triplent par rapport à 1979.

  • 39 Entretien avec Alejandro Foxley, décembre 1993.

28Parallèlement, un ensemble de « modernisations sociales » est mené à bien, par la privatisation du système de retraite et de santé, la décentralisation et l’adoption d’un code du travail très restrictif en ce qui concerne le droit des salariés. Le flot de capitaux étrangers permet de modérer la pression sur le secteur productif : la politique de crédit facile permet à des entrepreneurs qui ne sont pas directement intéressés au processus, en particulier les entrepreneurs dont la production s’adresse au marché domestique, de se moderniser pour compenser la perte de compétitivité domestique résultant d’une baisse du taux moyen de protection (qui atteint environ 10 % en 1980), et les effets dévastateurs d’un peso surévalué (en 1979, la partie est fixée à 39 pesos pour 1 dollar). La classe moyenne, comme jamais auparavant, emprunte des dollars peu chers et commence à consommer des produits jusque-là réservés à une certaine élite. Même la classe sociale la moins élevée arrive à emprunter pour consommer39.

  • 40 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic (...)
  • 41 Bortzuztsky (Silvia), « The Pinochet Regime, Crisis and Consolidation », in Malloy (James) and Seli (...)

29En 1980, le régime a atteint l’un de ses principaux objectifs. La transformation économique et le développement semblent devoir être à portée de main. En plus, l’inflation, les taux d’intérêt et le chômage déclinent, même si le nombre de chômeurs est toujours deux fois plus élevé qu’en 197040. Mais une économie ouverte est par nature plus sensible aux fluctuations de l’économie mondiale. La crise de la dette en 1982 provoque pour le Chili une crise sans précédent qui met en difficulté le régime militaire et son modèle de développement. Néanmoins, cette crise ne met pas fin au régime militaire, et ne force même pas le régime à changer de modèle de développement. Au contraire, la crise est l’occasion d’institutionnaliser le modèle de développement et, au final, de « consolider » le régime41.

30Le passage d’une politique économique doctrinaire à une version plus pragmatique s’effectue en trois temps : en 1981-1982, le régime se contente d’une politique d’ajustement automatique, qui cède la place à une politique de gestion de crise en 1983-1984, qui débouche à son tour sur une politique de rééquilibrage général à partir de 1985.

  • 42 Silva (Eduardo) ; « The Political Economy of Chile’s Regime Transition… », op. cit.

31En 1981-1982, le régime essaie de préserver un modèle de développement qui isole le plus possible les forces sociales en les disciplinant par les mécanismes de marché. En 1981, le secteur privé est lourdement endetté, puisqu’il détient 83,9 % de la dette étrangère du pays. La réduction drastique de disponibilités en provenance du recyclage des pétro-dollars provoque de lourdes tensions sur le financement de l’économie chilienne, d’autant que la politique de taux de change fixe amplifie ces tensions : les réserves chutent (-1,5 milliard de dollars en réserve entre 1981 et 1982), la balance des paiements accuse un déficit de 1,1 milliard de dollars (contre 1,2 milliard d’excédents en 1980). Cette réduction des moyens de financement, qui n’est pas résolue par la création monétaire, provoque une envolée des taux d’intérêt : le taux d’intérêt réel à court terme passe de 12 % en 1980 à 39 % en 1981 (et 35 % en 1982). La récession s’accentue alors, et le PNB chute de - 14 % en 198242. Le régime tient cependant à maintenir son modèle en l’état, malgré les critiques croissantes des conglomérats qui ont financé leur croissance par la dette renouvelable (« crédit roll over ») et qui se trouvent dans l’impossibilité de faire face aux échéances. Dans un cadre monétariste, l’ajustement de la balance des paiements et le retour à des taux d’intérêts réels dans la norme peut être obtenue de deux façons : par une baisse des salaires qui restaure la productivité et permet d’affecter la valeur ajoutée au remboursement du coût du capital, ou par une dévaluation drastique du peso afin de restaurer une parité en terme de pouvoirs d’achat (PPP).

  • 43 Entretien avec Andres Bianchi, président de la Banque Centrale (1989-92), mai 1992.
  • 44 Celle-ci aura coûté 3,4 milliards de dollars au Chili entre 1982 et 1988, voir Arrellano (Jose Pabl (...)
  • 45 Par la modification de la clause d’ajustement sur le coût de la vie qui datait de 1979, et permetta (...)
  • 46 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic (...)

32Le débat économique fait alors rage. Les entrepreneurs les plus traditionnels souhaitent une reprise de la création monétaire associée à une dévaluation. Les conglomérats proches des Chicago Boys sont eux partisans d’une forte dévaluation associée à une forte baisse du salaire. Mais les Chicago Boys du gouvernement souhaitent avant tout agir par le biais de la baisse des salaires43. Finalement, le général Pinochet arbitre partiellement en faveur de ses ministres : en juillet 1982, le peso est dévalué de 18 %, et un dollar « préférentiel » est mis en place pour les débiteurs, qui consiste en fait en une subvention44. Dans le même temps la baisse des salaires est également décrétée45 : l’indice de salaire réel (base 100 en 1970) qui avait atteint 102 en 1982 (après avoir chuté de façon considérable jusqu’en 1975) passe à 91 en 1983 et à 87 en 1983. Toutefois les fondements du modèle de développement, et en particulier la politique monétaire « neutre », ne sont pas remis en cause : le régime ne cède pas aux entrepreneurs traditionnels qui souhaitent que la création monétaire mette fin à des taux d’intérêt « loufoques »46.

  • 47 Arrellano (Jose Pablo), « Crisis y recuperacion economica en Chile en los anos 80 », op. cit.

33En avril 1982 se produit un début de distanciation entre les technocrates du gouvernement et les grands conglomérats. Sergio de la Cuadra, dont les liens sont plus significatifs avec : les multinationales – les groupes nord américains en particulier – qu’avec les conglomérats lourdement endettés, est nommé ministre des finances à la place d’un autre Chicago Boy, Sergio de Castro. De la Cuadra rend les conglomérats responsables de la crise financière : par leur besoin de financement « vorace » afin de couvrir une expansion très rapide, ils ont provoqué une hausse sans précédent des taux d’intérêt. Cet argument est d’autant plus valable que, le plus souvent, les conglomérats se sont financés de la façon suivante : leurs propres banques ont prêté des sommes disproportionnées aux entreprises qu’elles contrôlaient. Ainsi, la Banco de Santiago, que contrôle le conglomérat Cruzat-Larrain, détient à lui seul 12 % de la totalité des prêts émis par le système financier chilien en 1982. Or, 44 % de ces prêts ont été accordés aux propres entreprises du groupe Cruzat Larrain47. Pour éviter leur propre faillite, les conglomérats ont donc réorienté la quasi-totalité du crédit disponible dans leurs propres entreprises, condamnant à la faillite les entreprises plus traditionnelles qui n’ont plus accès au crédit et aux autres sources de financement.

  • 48 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic (...)

34Pour de la Cuadra, sans avoir recours à la création monétaire, la baisse des taux d’intérêt peut intervenir à condition de retirer du marché monétaire les prêts renouvelables que les conglomérats se sont accordés à eux-mêmes. Cette politique suppose toutefois le démantèlement des conglomérats qui forment le soutien civil le plus fort du régime et de sa classe dirigeante. La Banque Centrale est autorisée à racheter les prêts non recouvrables des institutions financières chiliennes, que ces dernières rachèteront sur une période de dix ans et à des taux d’intérêt faibles. La Banque Centrale peut ainsi devenir le principal créancier des entreprises contrôlées par les conglomérats, et donc dissocier le lien entre les institutions financières et leurs entreprises. Cette politique n’est finalement mise en place qu’avec parcimonie, les conglomérats ne sont pas entièrement démantelés, arrivant à contourner la plupart des nouvelles directives48. Reste l’idée que les conglomérats, principaux soutiens et bénéficiaires du régime, peuvent constituer une entrave à son maintien. Cette idée va finalement, peu à peu, s’imposer.

35Le ministère de la Cuadra a donc des résultats mitigés. Le modèle doctrinaire a été atténué, l’Etat étant – rarement – intervenu pour éviter les faillites en cascade, et le peso ayant été dévalué. Mais l’économie de marché n’a pas été remise en cause, ni la priorité à l’ouverture, ni même le refus d’abandonner la neutralité de la politique monétaire au profit de mesures contra cycliques. La priorité a été laissée à la politique d’ajustement automatique.

  • 49 Voir Cavallo (Ascanio), Salazar (Manuel), Sepulveda (Oscar), Historia secreta del regimen militar, (...)
  • 50 Entretien avec Hernan Büchi, décembre 1992.

36Mais l’amplification de la crise économique et le déroulement des protestas démontrent assez rapidement l’insuffisance de la politique d’ajustement automatique. Le régime militaire devient de plus en plus isolé, car il ne peut compter que sur le soutien de l’armée. Les petits et moyens entrepreneurs et les grandes entreprises dont le débouché réel est le marché domestique prennent leurs distances, et le soutien des conglomérats liés aux Chicago Boys est mis à mal par la politique de de la Cuadra. L’ensemble du pays, ainsi qu’une partie des hauts commandements militaires49 poussent à l’adoption de mesures de relance. Le soutien social à la politique d’ajustement disparaît. En 1983, les faillites se produisent à un rythme accéléré, le chômage atteint 30 % (contre 25 % en 1982), et, au début de l’année, « l’ensemble du système bancaire est en faillite virtuelle, suite au maintien des crédits roll over depuis les banques vers les entreprises qui leur sont capitalistiquement liées »50, et au maintien de taux d’intérêt délirants.

  • 51 Pour les modalités précises de la privatisation de la « zone bizarre », voir « Privatisations en Am (...)

37Le ministre Rolf Lüders (« superministre » de l’Économie et des Finances) se résout à démanteler les conglomérats, pourtant principaux soutiens du régime. Il va ni plus ni moins les renationaliser, par mise sous dépendance financière des banques qui les contrôlent. Afin d’éviter la faillite totale du pays, Rolf Lüders place certains groupes sous tutelle d’administrateurs nommés par l’Etat, et, surtout, en dissout un grand nombre. Se crée alors une « zone bizarre » (« zona rara »), destinée à être re-privatisée dès que possible51, constituée par les nouvelles participations de l’Etat qui découlent du démantèlement des conglomérats : l’Etat prend le contrôle de 80 % du système financier privé et des entreprises lourdement débitrices de ces banques. Paradoxalement :, l’application doctrinaire du modèle néo-libéral aboutit ex-post au renforcement du poids de l’Etat dans l’économie.

  • 52 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic (...)
  • 53 Confederacion de la Produccion y Comercio (CPC), Recuperacion economica : analisis y proposiciones,(...)
  • 54 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic (...)

38Mais l’intervention à un niveau capitalistique n’est pas jugée suffisante par la plupart des acteurs économiques, qui souhaitent l’adoption de mesures de relance, alors même que les protestas continuent. En mars 1983, Carlos Caceres, nommé ministre des finances, élabore un premier plan d’urgence qui prend de très timides mesures de relance. On assiste alors à l’émergence d’une coalition capitaliste capable de peser d’un poids supérieur à la coalition précédente des conglomérats liés aux Chicago Boys. Une première liste de « demandes » est élaborée en 1982 par certains membres du secteur privé : baisse des taux d’intérêt par la création monétaire, réduction de la dette, relance du bâtiment et des travaux publics par un ensemble de grands projets, réduction d’impôts52. Un ensemble qui constitue un cœur de politique économique keynésien, auquel s’ajoute une demande d’une hausse des tarifs douaniers. Au cours de l’année 1983, l’organisation patronale de la Confédération de Production et du Commerce (CPC) élabore un document de politique économique à destination du gouvernement53. Les membres de la CPC forment alors une coalition capitaliste pragmatique, favorable à l’ouverture et à l’économie de marché, mais également à l’adoption de mesures de relance, puisqu’ils demandent une relance par le déficit budgétaire (4 % du PIB) et la mise en œuvre de projets étatiques de construction. Ils deviennent alors le seul soutien potentiel du régime en cas d’adoption de leurs mesures : « le régime parie qu’une combinaison de répression, de négociations cosmétiques avec l’opposition et de retour à la croissance permettra de le reconsolider »54.

  • 55 Il a été président de la Chambre de Construction à la CPC.
  • 56 Ce qui signifie que le pesos baisse de 5 % par rapport au dollar.

39En 1984, le ministre de l’économie Modes Collados, ancien dirigeant de la CPC55, élabore une plan triennal qui prévoit des mesures de relance : le déficit budgétaire atteint 4,8 % en 1984 (contre 3,8 % en 1983), le taux d’intérêt réel à court terme passe de 35 % en 1982 à 11,4 % en 1984, et le taux de change réel augmente de 5 % en 198456. Enfin, des projets de grands travaux sont acceptés, et un compromis est trouvé entre la CPC et le gouvernement sur la réduction de la dette. En 1985, la situation économique commence à se redresser de façon notable. Le gouvernement décide alors non pas d’accentuer le caractère keynésien de sa politique économique, mais d’utiliser la confiance retrouvée du secteur privé pour réaffirmer son modèle de développement, mais cette fois de façon plus pragmatique, afin de l’institutionnaliser. A partir de 1985, avec la nomination d’Hernan Büchi comme ministre des finances, l’inspiration keynésienne de la politique de gestion de crise laisse la place à un rééquilibrage général, permettant de réaffirmer l’implantation du modèle de développement d’économie ouverte et de marché, fondé sur une politique orthodoxe, mettant en avant la réduction du déficit budgétaire, le rééquilibrage de la balance des paiements, la reconstitution des réserves, et la maîtrise de l’inflation par une politique monétaire « neutre ». Dans ce contexte, le pragmatisme signifie une plus grande flexibilité dans la gestion des problèmes économiques. Si l’ouverture de l’économie et le modèle de croissance tirée par les exportations sont maintenus, les producteurs qui se destinent au marché domestique ne sont plus systématiquement sacrifiés.

40Un instrument utilisé est le maintien d’un taux de change élevé (donc d’une monnaie faible : - 28 % entre 1987 et 1988 par rapport au dollar), qui encourage les exportations et décourage les importations, protégeant ainsi le marché domestique. Ceci engendre des excédents importants de la balance commerciale, ce qui aide à la gestion de la balance des paiements et du service de la dette. Par ailleurs, certains secteurs, comme l’agriculture traditionnelle et le textile sont protégés de la « compétition inégale », et bénéficient d’un mécanisme de protection des prix. Les politiques de soutien à la construction sont maintenues sous la forme d’aide à l’accession à la propriété pour les ménages à faibles revenus. Enfin, un ensemble de régulations bancaires sont édictées, et le processus de privatisation reprend à un rythme soutenu, grâce en partie à des capitaux étrangers, et aux mécanismes de « debt/equity swap ». Les swaps aident à amortir la dette financière étrangère, en même temps qu’ils dopent la balance des paiements, ce qui provoque un afflux massif de devises (1,8 milliard de dollars à la fin 1988).

41L’adaptation pragmatique du modèle de développement permet à la croissance économique de reprendre, et au tissu économique de se recréer, laissant ainsi entrevoir un nouveau pays, tourné vers les exportations et régulé en grande partie par les mécanismes de marché. Certes, le PNB vient à peine de rattraper son niveau de 1970 en termes réel, après la chute de – 14,2 % dont il a été l’objet en 1982, mais il ne s’agit plus du tout du même : PNB : les services, l’activité liée au commerce ont pris une importance considérable, l’agriculture et la pêche ont continué leur progression mais sous l’emprise de grands groupes, l’industrie s’est développée, et les exportations sont passées de 1,1 milliard de dollars en 1970 (dont 75 % pour le cuivre), à 5,2 milliards de dollars en 1987, (dont 42 % pour le cuivre).

42La crise de 1982 n’a pas été fatale au régime : celui-ci a adapté son modèle de développement en atténuant sa composante extrémiste, et l’a assis dans un environnement plus favorable : la désétatisation et l’internationalisation économique ont créé un nouveau pays, et ce modèle de développement a été adopté par de nombreux pays du continent.

  • 57 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic (...)

43En termes de soutien au régime cependant, la situation est modifiée. « A cause de la propension à l’endettement des conglomérats, la crise de la dette a détruit irrévocablement ceux qui incarnaient le cœur même du soutien à la politique dogmatique néo-libérale. La crise a également tourné les capitalistes les plus traditionnels contre l’extrémisme des Chicago Boys ; ils avaient toléré cet extrémisme à cause du fort taux de liquidités qui leur avait permis de prospérer57. »
Ceci n’est pas sans conséquences sur la nature même de la transition. L’extrémisme des Chicago Boys allait de pair avec un régime complètement autonome. Le capitalisme plus traditionnel organisé dans des grandes confédérations (SNA pour les propriétaires terriens, SONAMI pour le domaine minier, SOFOFA pour l’industrie, CNC pour le commerce, et CCHC pour la construction) ne suppose pas forcément une absence de base sociale, à condition que le thème de la redistribution soit réglé dans un partage acceptable des revenus du capital et du travail. En d’autres termes, à condition que l’opposition au régime militaire adopte le bien fondé du modèle, l’éventuelle démocratisation menace plus la clé de répartition des bénéfices du modèle que le modèle lui-même. Les entrepreneurs, nouveaux soutiens du régime après 1985, ne forment plus une base irrévocablement liée au régime militaire. Ils deviennent un acteur qui doit arbitrer entre l’incertitude liée au maintien du modèle de développement dans sa version pragmatique, et l’incertitude liée à la clé de répartition des bénéfices de ce modèle entre le capital et le travail. Ce groupe peut donc être tenté, pour peu que le régime militaire lui paraisse engendrer à nouveau un certain niveau d’incertitude qui menacerait à terme le régime, de rechercher un soutien extérieur au régime militaire pour préserver le modèle, quitte à modifier sa part de bénéfices dans celui-ci. En perdant son côté de croisade et en s’institutionnalisant, le modèle de développement a certes confirmé l’implantation d’une partie de la révolution pinochétiste. Mais il a paradoxalement rendu celle-ci moins nécessaire auprès d’une partie de sa coalition de base, et il a donc fragilisé le processus éventuel d’institutionnalisation politique.

Le projet politique : installation, dépersonnalisation et demilitarisation

44Au niveau politique, la révolution pinochetiste milite pour la promotion d’un régime autoritaire, d’une « démocratie protégée », dépolitisée et technicisée. Les militaires ne sont toutefois pas les seuls à réfléchir sur ce que doit être le régime. Certains civils développent peu à peu une pensée autonome. En pleine apogée du régime militaire, ils réfléchissent à l’institutionnalisation des apports de la révolution pinochétiste : celle-ci ne peut aller de pair qu’avec une démilitarisation et une dépersonnalisation du régime. Deux hommes jouent un rôle fondamental dans cette réflexion : Sergio Fernandez et Jaime Guzman. L’un et l’autre sont proches ou inspirateurs du mouvement « gremialista », même si leur sensibilité est différente. Leur point commun est de vouloir assurer la pérennité de la révolution pinochetiste par le mécanisme institutionnel. Sergio Fernandez est ministre, Jaime Guzman « conseiller personnel du Président ». Autant le général Pinochet peut être intuitif, plus tacticien que stratège, autant Guzman et Fernandez perçoivent l’aspect potentiellement révolutionnaire que peut avoir le régime militaire, malgré ses faces les plus noires… et malgré son chef.

  • 58 Jaime Guzman sera assassiné le 1er avril 1991.
  • 59 Friedmann (Reinhard), 1964-1988, La politica chilena de la A a la Z, Melquades, Santiago, août 1988 (...)

45Jaime Guzman n’aura jamais de poste officiel auprès du Général Pinochet58. Descendant d’une famille « aristocratique » de Santiago, ancien élève de l’Université Catholique dans les années 60, passé très tôt conseiller du Président Alessandri, cet esprit brillant – voire « illuminé » à certains moments - promène sa maigre silhouette, ses lunettes à verres épais et sa petite voix dans les couloirs de la Moneda. Dans les années 1960, il a crée le mouvement gremialista, dont les idées sont proches du franquisme et s’inspirent de Primo de Rivera. Le postulat fondamental du « gremialisme » est une opposition fondamentale à la politisation des corps intermédiaires. Les gremialistas expliquent la crise de la fin des années 1960 par trois facteurs : l’étatisme, les partis politiques, « entités complètement déconnectées de la réalité nationale, anachroniques, profondément corrompus et idéologiques, et qui ne peuvent répondre aux nécessités de l’art de gouverner, qui sont chaque jour plus techniques »59, et, enfin, le marxisme et son corollaire, la mobilisation des masses. Sur les deux derniers points, les gremialistas se trouvent en adéquation parfaite avec le messianisme militaire. Sur le premier point, ils sont très proches des promoteurs du modèle de développement néo-libéral, ce qui explique la proximité évidente, dans un premier temps, entre les économistes et les gremialistas. La solution que ces derniers préconisent est celle de la subsidiarité de l’Etat et d’un développement des corps intermédiaires afin de structurer autour d’eux l’ensemble de la société. En créant un parti politique (L’UDI) en 1983, ils espèrent faire de lui un rassemblement de représentations de responsables techniques des différents corps intermédiaires.

  • 60 Ibid.

46Sergio Fernandez, avocat de formation, originaire d’une famille de la classe moyenne de Punta Arenas, est quant à lui appelé en 1978 à la Moneda pour symboliser un certain renouvellement du régime militaire, que doit incarner la montée en puissance des partisans d’un certain gradualisme. Il n’a alors aucune expérience politique. Il est nommé ministre de l’intérieur aux pires moments du régime en terme de répression et d’atteintes aux droits de l’homme. Son bilan est mitigé : si la nature du régime ne change en rien, sa volonté de le « civiliser » a porté quelques fruits. En 1982, à 44 ans, il sera contraint de quitter son poste, à cause en partie de la grande crise financière qui commence à secouer le pays et à menacer le régime. La traversée du désert n’est pas très longue, puisqu’il revient au pouvoir comme ministre de : l’intérieur en 1987, une fois « l’année décisive » (1986) passée. Sur la volonté d’institutionnalisation du régime, Fernandez et Jaime Guzman adoptent très tôt une vision commune : il s’agit d’insérer le régime dans un cadre contraignant de règles et de dates. Pour eux, la transition est le passage d’un régime d’exception à un régime obéissant à des règles connues. Elle commence donc dès le début des années 80. Ils pensent qu’il est possible de créer une nouvelle classe politique, en confiant des postes de responsabilité à des techniciens, et que le régime sous sa forme militaire ne peut être indéfini. Ils sont également convaincus que la sortie de la phase militaire du régime conditionnera la réussite ou l’échec historique de l’œuvre de refondation entreprise. La militarisation ne peut être éternelle. Le régime mis en place par le général Pinochet et géré par des civils, lui, peut l’être60. Il s’agit donc de promouvoir une démilitarisation qui, toutefois, est partielle : c’est de la démilitarisation de l’administration et du gouvernement dont on parle, non du retrait total des militaires de la sphère politique.

47Ainsi se détermine la stratégie d’institutionnalisation du régime. Plus que Fernandez, Jaime Guzman est empreint de la certitude que le rôle historique du régime militaire est immense, et ne saurait se limiter à une administration militaire. Quant à Fernandez, il définit très tôt les moyens de la stratégie « Guzmanienne ». Le régime doit apprendre à gérer le facteur temps. La durée lui est nécessaire, mais il faut la délimiter, afin d’éviter toute radicalisation de l’opposition. («  necesitamos plazos »). Ce point s’oppose à l’ancienne doctrine du régime, qui affirmait avoir des buts, et non un calendrier (« metas, y no plazos »). En second lieu, il faut intégrer les forces armées à la future démilitarisation partielle du pouvoir. Ceux qui succéderont aux forces armées devront compter obligatoirement avec elles, comme acteur, voire garant du régime. Enfin, la norme juridique constitue en elle-même un fait politique majeur, autour duquel peuvent s’articuler les stratégies des différents acteurs. Autrement dit, Fernandez et Guzman décident de placer le problème de la consolidation du régime sur le terrain institutionnel. De cette façon, pensent-ils, trois objectifs intermédiaires pourront être atteints : la préservation du modèle de développement et la stabilité du modèle économique ; la sortie du cycle répression/révolte, puisqu’un terrain est balisé, et donc, à terme, une démilitarisation du régime est organisée ; et, la stabilité de l’œuvre fondatrice qui s’insérera dans un cadre de règles qui finiront par constituer la norme.

  • 61 Voir chapitre III.
  • 62 Voir Ercilla, Jaime Guzman, su legado… humano y politico, Ercilla, Santiago, 1991, op. cit.
  • 63 Voir Valenzuela (Arturo), The Breakdown of Democratic Regimes, Chile, op. cit., pp. 6-9.

48Les Gremialistas constituent donc les piliers de la stratégie de rédaction et d’application d’une nouvelle constitution. Ils prévoient, à l’intérieur même de ce mécanisme constitutionnel, différentes étapes visant à asseoir un nouveau régime qui ne dépendrait à terme ni de l’administration directe des militaires, ni du général Pinochet. C’est pourquoi ils entrevoient une constitution en deux grandes étapes61, le passage de la première à la seconde devant se réaliser après un plébiscite. En 1988, en effet, il est prévu que la junte désigne un candidat à la Présidence de la république pour les années 1989-1997. Si ce candidat obtient une majorité de suffrages en sa faveur, il sera président pour la deuxième période de la constitution, la première à être « non transitoire ». En cas de défaite, des élections présidentielles auront lieu l’année suivante, toujours pour le mandant courant entre 1989 et 1997. Ainsi, le succès au plébiscite peut permettre une institutionnalisation quasi automatique, puisqu’elle sera gérée par un homme issu du régime militaire. Mais, dans l’esprit de Jaime Guzman, l’échec au plébiscite ne débouche pas sur une remise en question du régime, mais bien sur son adaptation : l’éventuelle participation de l’opposition au scrutin aura légitimé la source du scrutin, c’est-à-dire, la constitution de 1980 elle-même62. En fait, Jaime Guzman compte bien, par la présidentialisation de la constitution et le mécanisme du plébiscite promouvoir une bipolarisation des forces politiques, qui mette un terme aux trois tiers63 et donc au rôle de pivot central de la Démocratie Chrétienne. Mais le parti que souhaite créer Guzman est avant tout fondé sur l’idée d’un regroupement de corporations favorables au régime militaire, à l’image d’un parti fasciste, sans la notion de parti unique toutefois, ou de PRI mexicain. A terme, la « nouvelle démocratie » qu’il appelle de ses vœux doit plus être fondée sur un regroupement d’intérêts et une marginalisation de l’opposition que par le pouvoir d’un homme.

49Toutefois, la position des proches de Guzman et Fernandez se heurte aux tenants d’un régime militaire indéfini. Quant au général Pinochet, s’il souhaite bien refonder un nouveau pays, il poursuit de façon systématique et continue une stratégie de concentration de tous les pouvoirs dans sa main. Aussi, tout en adhérant pleinement au mécanisme constitutionnel, Augusto Pinochet ne souhaite pas voir celui-ci déboucher sur une dépersonnalisation avant qu’il ne l’ait lui-même décidée. En fait, pour le général, le plébiscite n’est au début qu’une étape symbolique d’institutionnalisation du régime, qui constitue également une sorte d’alibi destiné à museler l’opposition.

50Ascanio Cavallo, raconte d’ailleurs de façon assez amusante la scène « originelle », qui se tient en 1980 :

  • 64 Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, Editorial Andres Bello, Santiago, 1992, p. 12. Cet (...)

« Le plébiscite ne devait être qu’une halte nel mezzo del camino. Le général Pinochet s’était enthousiasmé pour l’idée d’un gouvernement militaire additionnel de seize ans : le temps d’un changement de génération, qui permettrait de créer un Chili refondé par une nouvelle conception de la politique et de l’économie.
Ce serait la grande œuvre du Général : la transformation d’un homme de la classe moyenne (…) en homme d’Etat démiurge, conformément : aux modèles mystificateurs des gouvernants du XIXe siècle, ces aristocrates arrogants qui, à chaque fois qu’ils regardaient quelque chose ; semblaient en être les créateurs.
Mais la proposition d’un gouvernement se prolongeant encore de 16 ans aurait pu être insupportable pour le pays. Beaucoup de ceux qui appuyaient le régime pourraient être tentés de se jeter dans les bras de l’opposition à cause de cette durée qui semblait interminable, après déjà sept ans de régime militaire.
Ce fut l’avocat Enrique Ortuzar, persuadé jusqu’à s’illusionner lui-même d’être le père de la constitution, qui fit état de ces risques. Pinochet traça alors une longue ligne sur un tableau, la croisa en son centre par une autre droite plus courte et dit : “Très bien. 8 ans, c’est ainsi que l’on coupe. Deux périodes. Au milieu, un plébiscite de ratification”64. »

  • 65 Entretien avec Hernan Buchi, décembre 1992.

51Le plébiscite constitue ainsi une soupape de sécurité psychologique destinée, non seulement aux Chiliens opposants, mais encore aux partisans même du régime. Les années passant, ce dernier aspect a, peu à peu, pris de l’importance, au point de devenir prépondérant. L’importance qui a été la sienne tient au fait qu’il est devenu le lieu « naturel » d’expression de la stratégie des différents acteurs. Car pour la coalition qui soutient le régime militaire, la perspective du plébiscite est considérée comme un moyen de ne pas trancher, dès 1980, entre les partisans d’un gouvernement militaire indéfini, et ceux pour qui le régime militaire n’est qu’un moyen d’arriver à un nouveau régime, plus ou moins démocratique, fondé sur un ultra libéralisme économique et à jamais « exorcisé »65 du danger socialiste. Les deux conceptions divisent en effet la droite chilienne. De 1980 à 1988, la perspective du plébiscite permet aux uns comme aux autres de croire que leur projet verra son aboutissement en 1988. Pour Augusto Pinochet, cette incertitude permet, durant huit ans, de garder plusieurs fers au feu, et, surtout, de consolider la coalition d’intérêts divers qui soutiennent son régime en accroissant la concentration des pouvoirs dans ses mains. Il utilise alternativement l’une ou l’autre des dominantes, sans jamais en écarter définitivement aucune. Mais en 1988, alors que se prépare la consultation pour le plébiscite et que le modèle de développement, en abandonnant son côté doctrinaire, est devenu plus pragmatique, il s’agit désormais pour le régime de mettre à l’épreuve sa coalition de soutien pour parachever son institutionnalisation politique, en utilisant le terrain électoral, qu’il connaît mal.

La difficile institutionnalisation politique de la révolution pinochétiste

52L’organisation du plébiscite, qui doit permettre le passage à une pratique constitutionnelle « normalisée », et donc l’institutionnalisation politique du régime, emmène ce dernier sur un terrain auquel il n’est ni habitué, ni préparé : le terrain électoral. Or le régime ne possède pas de force partisane qui fasse la liaison avec l’électorat, et le projet politique souligne les faiblesses de la coalition de soutien à un modèle dans l’ensemble très isolé. Au total, la compétition électorale place le régime devant une série de contradictions qu’il ne sait plus résoudre, et qui accroissent notablement la perception de l’incertitude liée à la continuation du régime de la part des partisans « naturels » du régime militaire.

  • 66 Pour le détail, voir Collier (Simon) and Sater (William), A History of Chile, 1808-1994, Cambridge (...)

53L’année 1988 démontre l’incapacité, pour le régime militaire, d’asseoir son assise électorale dans un grand parti unique rassemblant l’ensemble des électeurs qui sont susceptibles de le soutenir. Mais, tout en étant due au choc des différentes sensibilités qui existent au sein de la droite chilienne, cette division traduit en fait l’antinomie entre le régime militaire chilien et son option de dépolitisation d’une part, et la compétition électorale partisane d’autre part. Le choix d’une institutionnalisation passant par les urnes demande au régime de remporter une victoire sur un terrain qu’il maîtrise mal. En février/mars 1987, les nouveaux registres électoraux sont ouverts, et les partis « non marxistes » sont autorisés à se reformer sur un plan juridique, à condition qu’ils puissent faire état de 35 000 signatures de soutien au niveau national, seuls les électeurs inscrits sur les registres électoraux pouvant signer66. En août 1988, neuf électeurs sur dix sont inscrits sur les registres électoraux. Le premier parti à s’inscrire est le Parti Humaniste, une version chilienne des partis « verts « européens. Le Parti Démocrate Chrétien suit, les partis socialistes adoptant des stratégies diverses.

54Les partis de droite, eux, adoptent une stratégie chaotique et confuse. La campagne pour le plébiscite démontre l’échec du régime quant à sa traduction au niveau partisan. Début 1988, la droite qui soutient le régime se présente sous forme unie. L’Union Demócrata Independiente (UDI), créée par Guzman, rassemble la jeune classe ultra-libérale des Chicago Boys et des Gremialistas. Elle a rejoint les autres composantes de la droite, et en particulier les héritiers du Partido Nacional (PN), partie des industriels traditionnels et des grands propriétaires terriens, dont l’évolution, au cours des années 1964-73, devient de plus en plus antidémocratique, et qui se dissout pour proclamer son accord avec le coup d’Etat en 1973. L’UDI et les héritiers du Partido National, rejoint par une nouvelle classe politique, forment Renovación Nacional (RN), qui devient ainsi la grande formation de droite. Mais la solidité du rassemblement laisse à désirer. Bien vite, trois tendances se dessinent au sein de la droite politique que représente RN.

  • 67 Voir Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 99.

55La première tendance est celle des politiciens traditionnels, déjà actifs pendant la présidence Alessandri, et qui représentent une vision assez patrimoniale et aristocratique du pays. Sergio Onofre Jarpa en est le leader. C’est d’ailleurs à lui qu’est revenue la tâche de gérer la tentative avortée « d’ouverture » de 1983. Pour ces politiciens, le régime militaire doit être une parenthèse qui a permis de reconstruire le pays et de mettre fin aux excès des présidences Frei et Allende. Le caractère messianique du régime est accepté, mais il est du domaine de la rédemption, avec le souhait d’un retour à un régime de démocratie aristocratique et du maintien du modèle de développement dans sa version pragmatique des années 1985-8867.

  • 68 Voir Allamand (Andres), Discursos, entrevistas y conferencias, Editorial Andante, Santiago, 1987.
  • 69 Ainsi, par exemple, Sebastian Pinera, un des plus fidèles soutiens d’Allamand est-il à la fois prop (...)
  • 70 Entretien avec Sebastian Pinera, décembre 1993.
  • 71 Voir Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 84.

56La seconde tendance est celle d’une classe politique plus jeune, qui penche pour une libéralisation rapide du régime, et l’avènement rapide de la compétition électorale. Leur leader, Andres Allamand, formé par Sergio Onofre Jarpa, ancien responsable des jeunesses soutenant le régime militaire et ardent partisan de l’organisation d’un grand parti de droite, est convaincu qu’il n’existe pas d’alternative à la légitimité démocratique, mais également défend également le bien fondé du rôle de reconstruction entrepris par le régime militaire68. Cette tendance regroupe une autre partie de la droite économique entrepreneuriale69. Pour elle, qui est plus internationale que le monde des affaires traditionnel, inspirée des Chicago Boys mais ayant retenu la « leçon de la crise financière de 1982 »70, le régime militaire a permis de redistribuer les cartes et d’adopter un programme économique qu’elle soutient pleinement. Ses leaders croient cependant que cette redistribution a rendu l’alternative socialiste obsolète au Chili, et que le succès économique du régime doit se traduire dans les urnes, que l’internationalisation impose le retour rapide à une pleine et entière démocratie, obéissant aux « fondements » du régime militaire. Enfin, elle pense être en mesure d’incarner une droite moderne ayant pour vocation le gouvernement du nouveau pays71. Pour ces tenants d’une droite rénovée, le plébiscite est un pis-aller, car il pousse paradoxalement la droite politique à maintenir son association avec la personne du général Pinochet, et donc les exactions commises par les militaires en matière de droits de l’homme. Ce faisant, la droite rend plus difficile sa prétention à constituer la force politique principale d’une démocratie rénovée. C’est pourquoi cette tendance est clairement en faveur de la tenue d’élections présidentielles anticipées, ce qui explique sa participation, quoique ambiguë, à la politique – limitée – d’ouverture menée par Sergio Onofre Jarpa.

  • 72 Entretien avec Hernan Büchi, décembre 1992.

57Enfin, la troisième tendance est celle des proches de Guzman, mélange de technocrates libéraux brillants, adeptes quelques fois d’un catholicisme sourcilleux qui leur vaut le surnom de theocratas. Cette tendance rassemble de plus beaucoup des artisans de la constitution. Cette droite-là est un pur produit du régime et ne se reconnaît pas dans les mécanismes électoraux traditionnels. Elle défend l’idée d’une organisation corporatiste comme soutien à une démocratie très limitée et se méfie des mécanismes électoraux partisans traditionnels, et regroupe toujours les Chicago Boys les plus dogmatiques. Face à la récupération économique, cette droite souhaite un maintien de la personnalisation, le temps de gérer la démilitarisation : seul le général est en mesure de rendre applicable le nouvel ordonnancement de la constitution sans « céder » aux pressions de l’opposition et de certains milieux d’affaires72.

58Face à ces oppositions et aux conflits d’ambitions, Renovación Nacional ne maintient pas longtemps son statut de grand parti de rassemblement à droite. Le conflit interne se déroule en deux temps, et oppose, principalement, les tenants d’une démocratisation du régime, autour d’Andres Allamand, et ceux qui soutiennent la voie autoritaire, autour de Jaime Guzman. Les partisans d’une droite plus traditionnelle apportent leurs voix aux partisans d’Andres Allamand. En premier lieu, Guzman et Fernandez « testent » Renovación Nacional sur une motion de soutien au Général Pinochet. Celle-ci ne rencontrant pas l’enthousiasme souhaité, une opération de déstabilisation a lieu le 18 mars 1988. Les partisans de Jaime Guzman commencent par boycotter les élections internes en accusant la direction du parti (Sergio Onofre Jarpa et Andres Allamand) de fraude. Cette dernière réplique en faisant expulser la tendance Guzman par le tribunal suprême de Renovación Nacional. Guzman formera alors l’« UDI pour le Oui ». Le suivent tous les artisans de la constitution. L’UDI devient le deuxième grand parti d’une droite divisée.

59Cette division de la droite politique traduit en fait l’incapacité qu’a eu le régime militaire de promouvoir la création d’une force qui lui serve de relais auprès des électeurs. Andres Allamand, le président de Renovación Nacional, qualifie d’ailleurs en 1993 de « principal échec politique du gouvernement militaire » le refus d’avoir recours aux partis politiques et l’incapacité à créer des formes alternatives d’organisation politique. Les propos du président de Renovación Nacional, sont éclairants :

  • 73 Entretien réalisé à l’occasion du séminaire « el 11 de septiembre, 20 anos despues » op. cit. (date (...)

« Le concept de démocratie protégée avait en fait deux ennemis : l’un extérieur – le communisme mondial – l’autre, intérieur – les partis politiques.
La tension existante vis-à-vis de la viabilité d’une démocratie rénovée fut constante lors du régime militaire. Mais globalement, tant chez les militaires que dans des institutions comme le Conseil d’Etat, il n’y pas eu l’acceptation d’un fait de base : que les partis sont, malgré toutes leurs déficiences, des engrenages insurpassables dans le fonctionnement d’un système politique plus ou moins démocratique.
Au sein de la droite partisane, et particulièrement au sein du Parti National, tout le monde était persuadé qu’il était nécessaire d’assurer une période “d’oxygénation” de la vie politique, et qu’il fallait apporter un soutien sans faille au régime militaire. Et cette décision eu deux développements politiques bien distincts : une tendance voulait maintenir au moins un noyau qui ne laisserait pas s’éteindre la flamme d’une organisation partisane de droite durant le régime militaire.
L’autre tendance, qui l’a emporté, souhaitait abandonner non seulement les résidus des organisations partisanes, mais également l’ensemble du champ politique, dans une position de loyauté absolue à la gestion que mettaient en place les forces armées.
C’est sans doute sur ce point que s’est joué l’ensemble de la transition. La Démocratie Chrétienne, elle, a constamment fortifié sa structure, après avoir tout mis en œuvre pour la sauver.
Pendant ce temps, les forces de droite abandonnaient tout principe d’organisation. Les partis du gouvernement militaire ne s’organisèrent jamais de façon cohérente, et en fait, ne furent souvent qu’un groupe élargi de personnes désireuses de participer à l’administration du pays.
Il n’y a pas eu d’organisation partisane de soutien au régime militaire. Il n’y en a pas eue, car le régime n’encouragea pas sa formation, et à vrai dire, ne la permit même pas.
Mais, dans le même temps, le processus mis en place par la constitution aboutit finalement à reconnaître la légalité des partis, en 1987. Dans la stratégie imaginée par le régime militaire après le plébiscite de 1980, les partis étaient amenés à devoir agir, mais après le nouveau plébiscite, pas avant.
Toutefois, on a jamais vu un régime autoritaire se maintenir sans organiser, d’une façon ou d’une autre, une force incarnant l’appui qu’il pouvait avoir chez les civils, même si cela doit être sous la forme d’un parti unique.
De façon très étrange, le gouvernement militaire décida de ne pas organiser cette force de soutien, ni politiquement, ni organiquement.
Il y avait une raison de fond à cela : les forces armées avaient elles-mêmes défini leur rôle comme étant celui d’un gouvernement au dessus des partis, dont le rôle n’était pas de se transformer en un parti politique de plus, ni même, d’ailleurs de s’identifier avec une expression politique concrète, quelle qu’elle puisse être.
La deuxième raison tenait au fait que les forces armées voulaient incarner l’unité nationale, qui ne peuvent donc regarder les partis politiques que comme des éléments de division.
En troisième lieu, une constante tient à la conception du pouvoir et à sa verticalité. Si le soutien au régime s’était organisé, alors les forces armées auraient dû déléguer à ce soutien organisé des parcelles de pouvoir, le reconnaître comme porteur de sens, voire :, à certains moments, le consulter, ce qui ne rentrait pas dans la logique du régime militaire.
En conséquence, il n’y eu aucune pratique de la politique au centre droit entre 1974 et 1984. Vingt ans sans exercice de la politique, c’est long, d’autant plus qu’en face, les structures étaient réorganisées, restructurées, et, paradoxalement, renforcées par une opposition pas toujours officielle (sic).
Toute la droite a laissé, pendant cette période, l’ensemble de la responsabilité politique dans les mains des forces armées. Mais l’idée selon laquelle les partis politiques devaient recommencer à fonctionner seulement après le plébiscite de 1988 a été réduite en poussière par deux réalités : la crise économique de 1982, et l’ouverture politique, que réalisa Sergio Onofre Jarpa en 1983. Jarpa commença un dialogue avec l’Alliance Démocratique (et uniquement elle), car il n’était pas en mesure de trouver d’interlocuteurs du côté : des organisations politiques soutenant le gouvernement pour une raison simple : il n’en existait pas.
C’est pourquoi, entre 1983 et 1987, il y eu des indices de réorganisation de la droite : le phénomène corporatiste de l’UDI, les tentatives du Parti National, du Parti Social Chrétien et du Parti Radical de se réorganiser en Union Nationale.
Mais la tentative la plus sérieuse visant à réunifier les forces de droite fut celle de Renovación Nacional, en 1987. C’est à ce moment que l’on a réussi à mettre sous une même étiquette le Front National du Travail, Le Parti National et l’UDI.
La fracture qui eût lieu ensuite fut due à deux raisons : la première, interne, tenait à la lutte de pouvoir pour contrôler une organisation qui avait réuni des gens de tendances et d’origines extrêmement diverses ; la seconde, externe, tenait à la conception même du rôle du parti dans le cadre du plébiscite à venir et de son autonomie de décision. Nous étions en effet quelques uns à être contre le plébiscite et à lui préférer une réforme constitutionnelle rapide qui permettrait d’avoir recours à des élections libres.
Il y a une relation étroite entre la solidité d’un régime, de surcroît démocratique, et la solidité d’un système de partis. Nos adversaires politiques l’on bien compris, ce qui n’est pas le cas de notre propre secteur (du centre droit)73. »

  • 74 Pinochet (Augusto), Politica, politiqueria, demagogia, op. cit., p. 27.
  • 75 Ibid., p. 60.

60En écho à ces propos, le général Pinochet voit dans les partis un outil de « pollution » politique des corps intermédiaires qui empêche les hommes une fois élus de devenir homme d’Etat, c’està-dire de dépasser la défense d’intérêts particuliers au profit de la défense de la Nation : « Je m’oppose à la vision “romantique” de la démocratie partisane. L’Etat démocratique est une forme d’organisation politique dans laquelle le peuple élit librement ses gouvernants. Et les organisations intermédiaires de la société doivent se développer de façon autonome, et travailler à l’obtention de leurs objectifs propres, en conformité avec une démocratie authentique. Les intrusions des partis dans les organisations intermédiaires – afin de les utiliser à des motifs politiques – soumettent la société à une véritable dictature des oligarchies partisanes dirigeantes74.(…) La démocratie, cela n’est pas la domination d’organisations partisanes qui utilisent l’Etat pour répondre au mandat de quelques électeurs et au bien être des dirigeants des partis75. » Ainsi, le messianisme du régime militaire a engendré une incapacité à organiser une force pourtant nécessaire au mécanisme de sa propre institutionnalisation politique, qui prévoyait le succès au plébiscite. L’incapacité d’organiser cette force de relais vers le corps électoral aurait pu ne représenter qu’un handicap limité étant donné le mode d’organisation du scrutin, qui, loin de représenter une élection présidentielle, constitue en fait une expression de l’adhésion à un régime. Mais, pour cela, il aurait fallu que la coalition de soutien au régime soit solide et structurée. Or, en s’aventurant sur le terrain électoral, non seulement le régime militaire s’engage sur un terrain pour lequel il ne dispose pas de l’organisation adéquate, mais encore, il s’engage sur un terrain qui révèle la disparité de sa coalition de soutien, et son relatif isolement.

La crise de légitimité du modèle politique

  • 76 Voir Hermet (Guy), Badie (Bertrand), Birnbaum (Pierre), Braud (Philippe) Dictionnaire de la science (...)
  • 77 Voir notamment Przeworski (Adam), « Some Problems in the Study of the Transition to Democracy », St (...)
  • 78 Remmer (Karen), « Military Rule in Latin America, State Institutions and Political Outcomes », Pape (...)
  • 79 Rouquié (Alain), L’État militaire en Amérique Latine, Le Seuil, Paris, 1982.
  • 80 Varas, (Augusto), « The Crisis of Legitimacy of Military Rule… », op. cit., p. 91.
  • 81 Chacun de ces « problèmes » est abordé in O Donnell (Guillermo) and Schmitter (Philippe) ed., Trans (...)
  • 82 Varas (Augusto), « The Crisis of Legitimacy of Military Rule… », op. cit., p. 74.

61S’il n’est pas en crise terminale, le régime militaire, en 1988, n’a que très partiellement résolu la question de sa légitimité. On appelle traditionnellement légitimité la qualité d’un pouvoir dont l’acception se fonde sur le consentement de la population, et non sur la coercition76. Elle découle donc de principes de nature symbolique et de pratiques dont la transgression rompt le consensus, et dérive moins de la conformité d’un ensemble de règles formelles que de la symbolique d’un imaginaire politique en général sans alternative dans une société et à un moment donné. Un régime militaire ne peut ni se prévaloir d’une domination rationnelle et légale, ni d’une domination traditionnelle où la règle transmise est sacrée, ni, a priori, d’une domination charismatique. En fait, les différents processus de transition en Amérique latine ont permis de dégager les observations suivantes, en ce qui concerne les évolutions des régimes militaires et de leur quête de légitimité77. En premier lieu, aucune dictature n’a échappé au besoin de se légitimer au travers d’élection(s), afin de perpétuer la dictature ou afin de présenter une modalité de succession souhaitée78. Il y a donc quête d’une légitimité rationnelle et légale, même quand le chef souhaite établir, autour de sa personne, un culte qui permette une domination charismatique. En second lieu, les forces armées se sont retirées de la politique quand les causes qui avaient motivé leur intervention n’existaient plus79. En dernier lieu, les facteurs qui poussent les forces armées à rompre avec l’ordre constitutionnel sont différents des facteurs qui les poussent à transmettre le pouvoir aux civils80. Dans la pratique, les régimes militaires n’ont souvent pas pu échapper au transitoire, car ils n’ont pas su résoudre plusieurs problèmes posés dans le cadre de leur légitimation, que ce soit la pression publique pour la démocratisation et la restauration de la souveraineté populaire, la détérioration de l’image messianique que s’accordent les forces armées, ou le besoin de solution dans l’administration de la justice suites aux différentes atteintes au droit de l’homme81. Mais le régime militaire chilien a ceci d’exceptionnel qu’il a fait face à nombre de problèmes (liés à sa légitimation), et que, dans bien des cas, il les a résolu82.

  • 83 Skidmore (Thomas), Smith (Peter), Modern Latin America, Oxford University Press, New York, 1984 et (...)
  • 84 Ibid.
  • 85 Moulian (Tomas), Chile actual, anatomia de un mito, op. cit., p. 18.

62Le régime militaire chilien a en partie résolu son problème de légitimation en se structurant autour d’un modèle quasi autarcique, que Thomas Skidmore83 définit comme « isolé » ou « autonome » : « sous la présidence de Salvador Allende, le mouvement politique qui se fonde largement sur les ouvriers urbains a réussi à prendre le contrôle de l’Etat, contre l’opposition de certains intérêts, étrangers, entrepreneuriaux, et un rayon pluri-classiste de groupes ruraux. Après Allende, sous Pinochet, une coalition d’entrepreneurs et de propriétaires terriens a rejoint les intérêts étrangers, surtout les Etats-Unis, afin de créer un Etat bureaucratique et autoritaire dominé par les militaires qui a démontré une remarquable autonomie sur le plan domestique84 ». En résumé, le régime a réussi, avec le temps, à ne plus être dépendant des intérêts de classe qui l’avaient soutenus dans son coup d’Etat du 11 septembre 1973. Le chercheur chilien Tomas Moulian, développe une idée voisine : « le Chili actuel provient de la fertilité d’un ménage à trois. Il est la matérialisation d’une copulation incessante entre militaires, intellectuels néo-libéraux, et entrepreneurs nationaux ou transnationaux. Ce coït de dix-sept ans a produit une société où le social est construit comme une résultante naturelle et ou il n’y a que des ajustements très mesurés. Ce bloc de pouvoir, cette triade, a réalisé la révolution, a construit une société de marchés non régulés, d’indifférence politique, d’individus en compétition. Une société marquée par la créativité sauvage du pouvoir révolutionnaire85 ».

63Le général Pinochet a rassemblé une coalition relativement hétéroclite, mais n’en n’a jamais été prisonnier. Si le coup d’Etat a largement bénéficié du soutien des entrepreneurs et des propriétaires terriens, le régime militaire est rapidement devenu autonome, poursuivant une politique largement dirigée par une technocratie indépendante, dont la politique a plus bénéficié aux entrepreneurs qu’aux propriétaires terriens.

  • 86 Les termes de « légitimité de provenance » et de « légitimité de résultat » sont également utilisés (...)

64A l’orée du plébiscite, les forces armées constituent une source de soutien assez forte, mais qui ne se confond plus avec l’Etat. Le soutien des entrepreneurs et, indirectement, des propriétaires terriens qui leurs sont associés s’est recrée après 1985. Mais il demeure moins dogmatique que le soutien des conglomérats dont le régime a pu bénéficier entre 1975 et 1982. Le soutien des entrepreneurs est indirect, car il provient en grande partie de la réussite de l’intégration du Chili dans le contexte économique mondial, et qu’a favorisée le nouveau modèle de développement. Il est également relatif. Les deux forces que constituent l’armée et les entrepreneurs ont empêché certains renversements d’alliances, le régime ne devant rien obtenir des classes moyennes, par exemple. Ces deux forces ont également « détourné » le problème de la légitimité. Pour les militaires, en théorie, la confusion du rôle de commandant en chef des armées et de président de la république impose le respect de la « verticalité de commandement ». Le sommet du régime bénéficie donc d’une « légitimité de provenance »86 qui, s’il n’est pas reconnu par le reste du pays, n’est en théorie pas remis en question par un des piliers du régime. Les résultats économiques du régime et, surtout, l’assurance d’obtenir des conditions favorables au développement de leurs activités engendre le soutien des entrepreneurs. Le régime bénéficie donc, une fois sorti de la crise financière de 1982 et 1983, d’une « légitimité de résultat » de la part des entrepreneurs. Ces deux soutiens s’adressent à un régime qui n’a plus de militaire que la provenance, le nom et l’organisation sécuritaire. A partir de 1976 en effet, si les forces armées continuent à agir comme soutien du régime, c’est dans la pratique une technocratie civile tout à fait particulière qui gère le pays, en liaison avec le haut commandement de l’armée de terre. Or, en 1988, alors que le régime doit affronter les urnes, la légitimité qu’il a été capable d’engendrer apparaît non seulement comme trop limitée vis-à-vis de la majorité du peuple chilien, mais encore fragilisée en ce qui concerne les deux sources de soutiens mentionnées plus haut.

65Vis-à-vis du peuple chilien, le régime est déficitaire en légitimité de deux façons. En premier lieu, la technocratie civile n’a jamais été capable de créer ou de structurer un système politique dont l’imagerie puisse remplacer la démocratie représentative comme régime le plus légitime vis-à-vis du peuple chilien. En second lieu, le modèle économique libéral, tout en provoquant une croissance économique réelle, n’a pas résolu le problème de la redistribution. Par voie de conséquence, il n’a donc pas pu se présenter comme un paradigme politique au sein de la majorité de la société chilienne : la légitimité de résultat du régime n’a atteint qu’une partie relativement limitée de la société. Pire encore pour le régime, il s’est crée une certaine distance entre les soutiens et le régime militaire, à la fois entre les militaires et le gouvernement du régime, et entre les entrepreneurs et le régime.

66A la veille du plébiscite, il existe des tensions entre les militaires et le gouvernement autoritaire, qui aboutissent à une certaine prise de distance entre des institutions militaires et le régime, et qui confèrent au soutien des forces armées vis-à-vis du régime un caractère plus défensif que véritablement constructif.

  • 87 Voir Huneus (Carlos), El ejercito y la politica en el Chile de Pinochet, su magnitud y alcance, edi (...)

67Une première explication tient aux clivages qui se sont crées entre les forces armées et le gouvernement pour la distribution effective du pouvoir entre les différentes institutions militaires. Le gouvernement du régime militaire avec le temps, a limité sa composante militaire au haut commandement de l’armée de terre qui est la force motrice de tous les processus militaires, politiques et sociaux pour toute la période postérieure à 1976. La présidentialisation du régime a accompagné et renforcé ce processus. La concentration de l’activité politique dans la branche exécutive a libéré les forces armées des tâches du gouvernement quotidien, alors que la séparation des différentes branches composant les forces armées ne permettait pas l’émergence d’un véritable contre pouvoir militaire. Le modèle néo-libéral, en permettant l’émergence d’une technocratie civile, a encore accentué la prise de distance entre les institutions militaires et le gouvernement. Le plan initial de répartition du pouvoir était d’assigner les ministères des finances, de l’éducation, des mines et des affaires étrangères à la marine, les ministères de la santé, de l’emploi et des transports à l’aviation, les ministères de l’économie, de la défense, de l’intérieur et des travaux publics à l’armée de terre, et les ministères de la justice, et de l’agriculture aux carabiniers. En 1976, cependant, la proportion des ministères dirigés par des militaires diminue considérablement, et la direction centrale des administrations publiques échappe aux militaires. Le premier cabinet de 1973 était composé par 27 % de civils. En août 1985, cette proportion était passée à 77 %87. L’émergence des civils associés au haut commandement de l’armée résulte d’une stratégie de pouvoir du général Pinochet, mais cette stratégie a été facilitée par les tensions entre le Chili et certains de ses voisins, qui réassignent les différentes branches des forces armées à leur tâche de sécurité nationale. En 1976, les tensions existent avec le Pérou et la Bolivie. En 1977-1978, c’est avec l’Argentine, à propos du canal de Beagle.

  • 88 Varas (Augusto), « The Crisis of Legitimacy of Military Rule… », op. cit., p. 81.

68Une deuxième source de tension entre les militaires et le régime tient à l’effacement relatif du législatif vis-à-vis de l’exécutif. Cet effacement a d’ailleurs provoqué des confrontations entre les différentes composantes des forces armées, au moment de la destitution du général Leigh en 1974, puis, en 1985, au moment de la « démission » du général directeur des carabiniers Mendoza, et, enfin, à la fin 1985, lors du remplacement de Cesar Benavides par le général Santiago Sinclair au poste de représentant de l’armée de terre au sein de la junte. Benavides s’était exprimé en faveur du renoncement, par Pinochet, de sa candidature au plébiscite. La crise économique et financière de 1982, qui a lieu alors que la situation du Chili avec ses voisins est apaisée, pousse certains hauts gradés à assumer un certain rôle dans la gestion de l’économie, et à refuser l’effacement total du rôle de la junte vis-à-vis du pouvoir exécutif. Ainsi, en 1984, les tentatives de l’exécutif visant à transférer une partie du pouvoir législatif, jusqu’ici détenu par la junte, à un Congrès créé et nommé – directement ou indirectement – totalement par l’exécutif, est constamment bloquée par les différentes branches des forces armées. Le mouvement de protestas met un terme temporaire aux dissensions qui apparaissent au sein des institutions militaires face à la montée en puissance du général Pinochet d’une part, et du haut commandement de l’armée de terre d’autre part. Mais ces tensions réapparaissent assez vite. L’organisation du plébiscite, qui fixe un calendrier aux évolutions constitutionnelles, confère cependant aux forces armées qui commencent à prendre leurs distances (et notamment à l’armée de l’air), une certaine échappatoire : « A la fin de la décennie (des années 1980), le seul facteur qui maintenait une cohésion à l’intérieur des forces armées était leur détermination à respecter le calendrier que fixait la constitution et qui devait s’imposer à tous88. »

69Enfin, le troisième facteur dissolvant entre les institutions militaires et le régime militaire est constitué par la politisation croissante des forces armées, qui découle également de l’absence de parti politique organisé pour soutenir le régime. Les armées deviennent ainsi le seul soutien effectif de la campagne électorale du général Pinochet.

  • 89 Au moment du transfert de pouvoir entre le général Pinochet et Patricio Aylwin, le slogan des parti (...)

70Ainsi, certaines institutions armées, en premier lieu l’armée de l’air et les carabiniers, et, dans une moindre mesure, la marine, apportent en 1988 un soutien limité au régime, à cause des multiples distances qui sont apparues. Ce soutien limité implique le respect de « l’œuvre accomplie »89 et du calendrier fixé par la constitution. Il est en revanche hostile à toute aventure qui mettrait à bas l’œuvre de refondation.

  • 90 Hernan Büchi, entretien, décembre 1992 : « la seule façon d’enrichir un pays durablement, c’est par (...)
  • 91 Source : Foxley (Alejandro), « The Neoconservative Economie Experiment in Chile », in Valenzuela (A (...)
  • 92 Source : Edwards (Sebastian) and Edwards (Alejandra), Monetarism and Liberalization, The Chilean Ex (...)
  • 93 Calcul fait d’après les chiffres donnés par Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Reg (...)
  • 94 Source : Arellano (Juan Pablo), « Social Politicies in Chile : a Historical Review », Journal of La (...)

71Mais la relation entre les militaires et le gouvernement du régime militaire n’est pas le seul lien à s’être distendu. On observe également, à la veille du plébiscite, une détérioration du lien entre les entrepreneurs nouvellement acquis au régime et ce dernier. Le régime militaire chilien est un régime dont la base sociale a toujours été très limitée. Le régime avait besoin du soutien des entrepreneurs pour justifier son messianisme économique. Ce soutient, cependant, ne s’est pas transformé en adhésion politique. De même, les avantages accordés aux entrepreneurs ne se sont pas diffusés dans l’ensemble de la société, ce qui aurait permis d’élargir la base soutenant le régime. En fait, Le haut commandement de l’armée de terre, le général Pinochet et certains membres de l’élite technocratique du régime militaire pariaient sur un effet « d’enrichissement en cascade90 » de la population, par l’intermédiaire, notamment, des salaires. Le mécanisme théorique est simple : le développement doit faire baisser le taux de chômage, provoquant une tension positive sur les salaires. Ce processus se vérifie en partie dans la première partie du régime : le salaire moyen passe d’un indice 62,9 en 1975 à un indice 97,2 en 198191, alors que le taux de chômage est passé de 14,5 % en 1975 à 10,8 % en 198192. Mais cet effet est considérablement mesuré. Pour trois raisons principales. D’abord, parce que le niveau de salaire était d’un indice 100 en 1970, et que ce niveau, onze ans après, n’est pas atteint. Il en est de même pour le taux de chômage, qui atteignait 5,7 % en 1970. Ensuite, parce que la croissance du PNB a été relativement plus forte : d’un indice 100 en 1970, et après la récession de 1975 qui lui fait atteindre un indice 86, il remonte à un indice 141 à la fin de 1981, soit à un niveau largement supérieur à celui en vigueur en 197593. Enfin, parce que le salaire ne constitue qu’une partie des revenus des classes moyennes et défavorisées. Le niveau de dépense sociale pèse d’un poids non négligeable, ce niveau a baissé de 226 millions de dollars en 1972 à 153 millions de dollars en 1975, pour reprogresser à 200 millions de dollars en 198194. La deuxième partie du régime, après la crise financière, ne modifie pas fondamentalement la donne. Après la crise de 1982 qui fait retomber le PNB à un indice de 120, fin 1988, le PNB atteint le niveau, en indice, de 146, soit un niveau légèrement supérieur à celui de 1981. Le taux de chômage, quant à lui, est inférieur à celui de 1981, puisqu’il se situe aux alentours de 7 %. Quant au salaire réel, son indice est de 100 à la fin du régime militaire. Mais, fin 1988, ce processus est largement insuffisant pour élargir la base de soutien du régime militaire. Sans l’outil de redistribution que constitue la politique sociale, il aurait fallu que les entrepreneurs se lancent dans une politique active de redistribution en modifiant le partage des gains de productivité entre le travail et le capital au-delà de ce qu’imposait l’état du marché du travail : cela n’a pas été le cas.

  • 95 Campero (Guillermo), « El tema de la democracia en las organizaciones empresariales y los sindicato (...)
  • 96 Tironi (Ernesto), La dictature neo libérale, L’Harmattan, Paris, 1988.
  • 97 Feliu (Manuel), La empresa de la libertad, Santiago, 1988. Manuel Feliu sera le président de l’asso (...)

72Les avantages que le régime militaire donne aux entrepreneurs ne sont donc pas distribués parmi une couche plus grande de la population. Il semble même que l’importance du problème de la redistribution n’ait pas été perçue par les entrepreneurs ou leurs associations, comme l’a démontré de façon convaincante Guillermo Campero95. Les travaux d’Ernesto Tironi ont par ailleurs démontré que la « dictature néo-libérale »96, en n’adoptant pas de politique de transfert de richesses, n’avait pas su se créer un socle de soutien politique différent de celui des entrepreneurs. La droite politique et ses membres associés au milieux d’affaires ont toujours défendu des schémas en faveur d’une compétition politique limitée ou d’une « démocratie sans partis »97. Au lieu de favoriser des politiques qui pourraient déboucher sur des coalitions ou des pactes à long terme, les milieux d’affaires ont favorisé l’alliance avec les forces armées, et une politique économique correspondant à la défense d’intérêts très étroits. Cette orientation non démocratique a aidé le général Pinochet à maintenir un régime autoritaire sans base solide. Mais cela n’a pas favorisé un processus d’apprentissage chez les entrepreneurs qui sont restés très liés à la défense d’intérêts particuliers.

73Mais par rapport à la problématique du plébiscite, les entrepreneurs ne sont ni assez nombreux pour permettre au régime d’affronter une compétition électorale avec leur seul soutien, ni assez « fidèles », en ce sens que leur soutien dérive plus du maintien des règles du jeu économique fixées par la dictature que de l’adhésion au régime lui-même. Ceci a plusieurs conséquences. En premier lieu, le rôle fondamental accordé à l’ouverture internationale dans le modèle économique chilien aboutit au refus d’une violation du calendrier fixé par la constitution. Aucune aventure autoritaire, ou fuite en avant, ne peut être privilégiée. Deuxièmement, les entrepreneurs souhaitent voir le régime se démilitariser et se dépersonnaliser pour faciliter son intégration dans les grands ensembles économiques régionaux. Alors que l’ensemble du sous-continent se démocratise, l’effacement du général Pinochet conjointement au maintien des règles du jeu économiques sont demandés par les entrepreneurs. Troisièmement, la défense de leurs intérêts individuels empêche les entrepreneurs de prendre trop directement parti dans la compétition électorale, dès lors que leurs intérêts ne semblent pas menacés de façon fondamentale par l’opposition. Le maintien de la relation forte entre les entrepreneurs et le régime militaire dépend donc avant tout de l’évaluation que les entrepreneurs font du maintien de leurs avantages par le régime militaire d’une part, et par l’opposition démocratique d’autre part. Finalement, les entrepreneurs ne sont fidèles au régime militaire qu’à deux conditions : que le modèle de développement dans sa version pragmatique soit maintenu, et que la répartition des gains soit toujours favorable au capital au détriment du travail. Paradoxalement, la campagne électorale provoque une « égalisation » des anticipations liées à la victoire du Oui ou à la victoire du Non. L’évolution de l’opposition peut permettre un maintien d’un modèle de développement qui a désormais besoin d’une base sociale, et qui donc est moins inacceptable pour cette opposition. De même, la nécessité pour le régime de gagner une élection peut le pousser à se recréer une base sociale en modifiant la politique de distribution. Ce calcul « coûts/bénéfices » aboutit à une situation assez paradoxale, en même temps qu’il démontre le rôle central de l’incertitude.

Paradoxes et Incertitude

74A la veille du plébiscite, le régime militaire se trouve donc en proie à un paradoxe. En premier lieu, son absence de force relais au niveau partisan le pousse à utiliser les militaires comme force de soutien électoral. En second lieu, la faiblesse de ses soutiens naturels le pousse à utiliser une menace diffuse pour faire jouer une certaine peur, et donc à donner l’impression de se remilitariser. Ensuite, la distanciation progressive entre certaines institutions armées et le gouvernement du régime militaire pousse à la personnalisation de la campagne. Enfin, la faiblesse de la légitimité pousse le régime à utiliser une stratégie charismatique pour gagner le scrutin : sa coalition de soutien n’est pas assez large pour lui garantir un succès électoral.

  • 98 Discours d’Alberto Cardemil, sous-secrétaire d’état, repris dans La Epoca, 25 juin 1988.

75L’on assiste donc à une personnalisation à outrance du scrutin, que caractérise la déclaration suivante, qui tente de « définir » le général Pinochet : « Un symbole pour ce que le Chili représente, un symbole pour la manière de diriger le Chili, un symbole pour la manière de comprendre le Chili, ses problèmes et ses solutions, un symbole qui a été notre clé de voûte dans le passé, qui est notre clé de voûte aujourd’hui, et qui sera notre clé de voûte dans le futur. Ce symbole, c’est le président Pinochet98. »

76Cette personnalisation va de pair avec une certaine militarisation. Là réside le paradoxe : alors que le régime veut s’institutionnaliser, c’est-à-dire, à terme, arriver à une démilitarisation et une dépersonnalisation, il est contraint, pour faire face au scrutin et à cause de ses faiblesses, de personnaliser et de militariser à outrance sa campagne. Ceci brouille en quelque sorte l’image que le régime adresse à ses soutiens, et donc les anticipations des différents électeurs. Même si une certaine prise de distance a eu lieu entre le régime et ses deux principaux soutiens, ce qui a des conséquences au niveau de la légitimité, le processus électoral contenu dans l’organisation du plébiscite provoque davantage une modification des perceptions de certains soutiens plus qu’une crise de légitimité. Or, Adam Przeworski montre dans ses travaux qu’une crise de légitimité n’est pas suffisante pour expliquer un changement de régime, ou l’amorce d’un processus de transition :

  • 99 Przeworski (Adam), « Some Problems in the Study of the Transition to Democracy « in Transition from (...)

« La théorie qui pose (1) que tout régime nécessite une légitimité, un soutien, ou, au moins, une acceptation pour survivre, (2) que, s’il perd de la légitimité, le régime doit chercher à la reproduire ou, sinon, il s’effondre (…) est fausse. (…) La thèse de Weber, selon laquelle « tout système de domination tente d’établir et de cultiver la croyance en sa légitimité (…) n’implique pas nécessairement qu’un système de domination ne puisse survivre sans cette légitimité99. »

77C’est pourquoi il convient d’étudier le calcul fait par les différents acteurs sur les choix qui se posent à eux :

  • 100 Ibid., pp. 51-52.
  • 101 Ibid., p. 54.

« A mon sens, ce qui importe pour la stabilité de tout régime, n’est pas la légitimité d’un système particulier de domination, mais la présence ou l’absence d’options préférables100. »
« (…) (il existe) une volatilité qui caractérise les processus de transformation de régimes politiques, où les alliances sont extrêmement fluctuantes, et certains groupes ou individus clés modifient leur position à 180°101. »

78Il est donc important de prendre en compte non seulement les intérêts des acteurs, mais également :

  • 102 Ibid., p. 54.

« Les perceptions sur la probabilité que la transformation d’un régime d’une façon particulière soit couronnée de succès102. »

79A la stabilité des intérêts se superpose donc la variation extrême des perceptions, qui peuvent engendrer une modification de la stratégie des différents acteurs. La perception introduit la notion d’incertitude, et son corollaire, l’aversion au risque. A priori, les entrepreneurs, dont les intérêts trouvent à s’épanouir grâce au modèle de développement instauré par le régime militaire, ont tout à redouter d’une défaite du général Pinochet au plébiscite de 1988, ce qui devrait renforcer le lien entre les entrepreneurs et le régime. En effet, la démocratisation, comme le souligne Adam Przeworski, introduit une incertitude quant à la défense des intérêts :

  • 103 Ibid., p. 58.

« L’établissement de la démocratie est une forme d’institutionnalisation de l’incertitude, un processus dans lequel tous les intérêts sont soumis à l’incertitude103. »

80Cette aversion possible des entrepreneurs face à une démocratie qui menacerait la défense du modèle de développement est renforcée par l’attitude de leurs relais au sein de la technocratie d’Etat, qui considère le modèle de développement adopté comme le seul rationnel et le seul viable. Comme le souligne Hernán Büchi, ministre du général Pinochet et candidat de l’UDI à l’élection présidentielle de 1989 :

  • 104 Entretien avec Hernan Büchi, décembre 1992, repris dans Le Monde, « La deuxième vie des Chicago Boy (...)

« Ce qui importe, c’est d’arriver à une situation où le gouvernement qui dirige le pays n’a plus d’importance. Le système économique doit se maintenir de façon à ne pas être affecté par les changements politiques. Il doit être plus important que la personne qui dirige le pays104. »

81On se retrouve donc dans la situation décrite par Przeworski, pour lequel, chez certains acteurs :

  • 105 Przeworski (Adam), « Some Problems in the Study… », op. cit., p. 58.

« S’il y a un ensemble de politiques considérées comme préférables pour le bien-être de la société, (…) il semble irrationnel d’introduire l’incertitude sur le choix ou le non choix de ces politiques105. »

82Pour ces acteurs, la rationalité et la démocratie s’excluent mutuellement. Cependant, le processus électoral, avec les paradoxes qu’il entraîne, modifie la donne dans la perception des différents acteurs. En remilitarisant et en personnalisant la campagne, le général Pinochet résout certes son problème d’absence de force partisane. Mais il créé, chez les entrepreneurs et certains membres de la droite partisane modérée, des perceptions qui réintroduisent une certaine incertitude dans le cas même d’une victoire du général au plébiscite. Cette incertitude est liée à la crainte d’une aventure personnelle du général, d’une prise de distance accentuée de certaines institutions militaires, à la crainte de débordements qui mettraient à mal la stabilité économique, et, surtout, d’un début d’isolement du Chili dans une région redémocratisée, qui pèserait sur son internationalisation économique.

83De plus, les paradoxes, s’ils deviennent visibles pendant la campagne, peuvent augurer d’une victoire possible pour l’opposition, pour autant qu’elle adopte une stratégie adéquate. Certains entrepreneurs peuvent être tentés, si la victoire de l’opposition paraît possible, d’aller chercher un soutien extérieur au sein de celle-ci, afin de préserver le modèle de développement, c’est-à-dire, les intérêts individuels de certains entrepreneurs, en cas de défaite du régime militaire à son plébiscite. Or, comme le souligne Przeworski :

  • 106 Ibid., p. 53.

« Un régime commence à se fissurer quand certains membres du bloc gouvernant cherchent un appui extérieur106 ».

  • 107 Varas (Augusto) : « The Crisis of Legitimacy of Military Rule… », op. cit., pp. 86-88.
  • 108 Varas (Augusto), ibid., p. 76.

84L’opposition peut donc espérer un basculement déclenché électoralement pour autant que sa victoire apparaisse crédible, et comme ne mettant pas en cause les intérêts fondamentaux de certains blocs gouvernant. Et ce, d’autant plus qu’avec Renovación Nacional, les entrepreneurs « modernes » disposent d’une forte courroie de transmission. Au total, à la veille du plébiscite, le régime militaire peut sans doute espérer le soutien de la droite politique. Un sondage de 1988 montre que 74,4 % des personnes interrogées « de gauche » déclarent ne pas faire confiance aux forces armées, alors que 56 % des interrogés « de droite » leur font confiance. Le centre, en revanche, exprime majoritairement sa défiance à l’égard des forces armées107. Mais, si l’on descend au niveau des attentes, l’on constate la forte hétérogénéité des raisons qui provoquent le soutien au régime, alors qu’il n’en est pas de même, il s’en faut, en ce qui concerne les raisons qui expliquent le rejet du régime, comme le montre un autre sondage108 :

85Raisons qui expliquent le vote au plébiscite de 1988 :

Raisons pour le choix du Non

Raisons pour le choix du Oui

Situation économique 72 %
Défense des droits de l’homme 57 %
Rejet du gvt et/ou de Pinochet 39 %
Retour à la démocratie 21 %

Ordre et tranquillité 49 %
Situation économique 38 %
Soutien au général Pinochet 30 %
Anti communisme et Anti UP 16 %
Démocratie 3 %

86Ce sondage montre aussi deux thèmes fondamentaux chez les soutiens au régime militaire : le respect du nouvel ordre établi et le maintien du modèle de développement. En effet, une opposition qui menacerait le modèle de développement et l’ordre constitutionnel serait jugée inacceptable par l’ensemble des composantes de la coalition, comme tente de le synthétiser le graphique suivant, qui montre en zone ombrée ce qui n’est pas acceptable pour chaque membre de la coalition :

87Globalement, il y a dans les calculs des attentes d’une part non négligeable des différents soutiens au régime militaire, un poids déterminant accordé à un maintien, même partiel, de la constitution, et à un respect, presque intégral, du modèle de développement.

88L’opposition, si elle veut faire basculer le régime, doit donc modifier les anticipations des acteurs concernant ces deux aspects, afin de montrer que sa victoire n’engendre rien de totalement inacceptable pour la majorité des partisans du régime. Il s’agit donc de réduire la perception de l’incertitude liée au succès de l’opposition pour les partisans du régime, afin de rendre moins probable une aventure violente qu’aucun membre de la coalition, sauf les « durs », ne souhaite, et, ainsi, de réduire la perception de l’incertitude liée au succès de l’opposition par ses propres partisans.

Notes

1 Intervention de Tomas Moulian lors du séminaire « 11 de septiembre, 20 anos despues », tenu à l’université Finis Terrae, Santiago, mai-août 1993. Séminaire ayant eu lieu sur douze « journées », avec les participants suivants : Andres Allamand, président de Renovación Nacional, Genaro Arriagada, secrétaire national de la Démocratie Chrétienne, Sergio Fernandez, sénateur, Angel Flisfish, chercheur en sciences politiques, Patricio Meller directeur du Cieplan, Pablo Baraona, ex-secrétaire d’état à l’économie pendant le régime militaire, Ernesto Videla, brigadier général ex-président de la commission de médiation, Jose Antonio Vierra Gallo, président du parlement, Hernan Büchi, ex-ministre des finances du régime militaire, Eduardo Aninat, membre de la direction de la démocratie chrétienne, Miguel Schweitzer, participant à la commission de médiation Chili-Nations Unies sous le régime militaire, Jose Luis Cea, membre de la commission Rettig, Monica Madariaga, ex-ministre de l’éducation sous le régime militare, Cristian Cox, membre de Flacso, Hernan Larrain, Gonzalo Vial, historien, Hermogenes Perez de Arce, journaliste, Manuel Antonion Garreton, chercheur (Flacso), Tomas Moulian, chercheur (Flacso), Jose Maria Eyzaguirre, professeur, Euginio Laherra, docteur en droit. L’ensemble des interventions est utilisé pour ce chapitre.

2 Skocpol (Theda), Etats et révolutions sociales, Fayard, Paris, 1985.

3 Hermet (Guy), Badie (Bertrand), Birnbaum (Pierre), Braud (Philipppe), Dictionnaire de la science politique, Armand Collin, Paris, 1996, p. 255.

4 Entretien avec Tomas Moulian réalisé à l’occasion du séminaire « 11 de septiembre, 20 anos despues », ibid. Voir aussi Moulian (Tomas) : Chile actual, anatomia de un mito, Coleccion Sin Norte, Arcis Universidad, Ediciones Lom, Santiago, 1997, pp. 18-34. L’auteur y définit un processus révolutionnaire comme mêlant à la fois la fusion et la fission : fusion de tous les pouvoirs en un centre révolutionnaire, ici, l’Etat, qui acapare et monopolise l’ensemble des décisions, et fission, c’est-à-dire libération de l’ensemble des énergies dans une réaction en chaîne, pas toujours contrôlable, suite à l’éclatement du noyau.

5 Moulian (Tomas), Chile actual, anatomia de un mito, op. cit., p. 22.

6 Pinochet (Augusto), Normas para la nueva constitucion, 10 de noviembre 1977.

7 Pinochet (Augusto), Politica, politiqueria, demagogia, Editorial Renacimiento, Santiago, 1983, 120 pages. Ce petit ouvrage est sans doute beaucoup plus révélateur de l’idéologie politique du général Pinochet que les trois tomes de ses mémoires, Camino recorrido, memorias de un soldado, parues à compte d’auteur à Santiago en 1990, 1991 et 1992.

8 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.

9 Alaminos (Antonio), Chile : transicion politica y sociedad, CIS, Siglo XXI de Espana Editores, Madrid, 1988, p. 5.

10 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.

11 Pinochet (Augusto), Normas para la nueva Constitucion, op. cit.

12 Pinochet (Augusto), Normas para la nueva constitucion, op. cit.

13 Tironi (Ernesto) : Autoritarisme, modernisation et marginalité, le cas du Chili, 1973-1989, thèse EHESS, 1993, et entretien, décembre 1993.

14 Garreton (Manuel Antonio) : Crise démocratique, autoritarisme et redémocratisation – politique et société au Chili dans le contexte latino-américain, mémoire de synthèse de thèse de doctorat sur travaux, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 1993.

15 Valenzuela (Arturo), The Breakdown of Democratic Regimes : Chile, The Johns Hopkins University Press, Baltimore, 1978.

16 Edwards (Sebastian) and Edwards (Alejandra), Monetarism and Liberalization : The Chilean Experiment, Chicago : Chicago University Press, 1991.

17 Fortin (Carlos), « The Political Economy of Repressive Monetarism », in The State and Capitalism in Latin America, Pittsburg, 1985-1990, vol. I.

18 Consejo de Estado de la Republica de Chile, Informe sobre proyecto institucional, 1er juillet 1980, document officiel, Santiago, 1980.

19 Voir par exemple « La nouvelle vie des Chicago Boys », in Le Monde, 15 décembre 1992.

20 Varas (Augusto), « The Crisis of Legitimacy of Military Rule in the 1980’s », in Drake (Paul) and Jaksic (Ivan) ed., The Struggle for Democracy in Chile, revised edition, University of Nebraska Press, Licoln, 1995, p. 77. Cet article constitue une synthèse parfaite du sujet, et a nourri ce chapitre.

21 Fontaine (Arturo), Los economistas y Pinochet, Zig Zag, Santiago, 1986, et Cavallo (Ascanio), Salazar (Manuel), Sepulveda (Oscar), La historia oculta del regimen militar, ediciones Circulo Verde, Santiago, 1990, p. 68-69.

22 Fontaine (Arturo), Los economistas y Pinochet, op. cit., p. 206.

23 Ibid., p. 38.

24 L’essentiel du document, et notamment son introduction et ses conclusions, est résumé dans De Castro (Sergio) éd., El Ladrillo, bases de la politica economica del gobierno militar chileno, Centro de Estudios Publico, Santiago, 1992.

25 Ibid., p. 95.

26 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.

27 Voir, pour l’anecdote, le rôle prépondérant de Radio Agricultura, et de son rédacteur en chef Federico Willoughby dans l’organisation logistique du coup d’Etat du 11 septembre 1973, in Gonzalez Camus (Ignacio), El dia que murio Allende, Cesoc, Ediciones Chile y America, Santiago, 1988, pp. 72-78 notamment.

28 Entretien avec le général Pinochet, décembre 1992.

29 Le Monde : « Privatisations en Amérique latine, Chili : les pionniers », 22 juin 1993.

30 Silva (Eduardo) ; « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic » Neo-liberal Policies », in Drake (Paul) and Jaksic (Ivan) ed. The Struggle for Democracy in Chile, University of Nebraska Press, revised edition, Lincoln, 1995.

31 Silva (Eduardo), The State and Capital in Chile, Business Elites, Technocrats and Market Economics, Westview Press, Boulder, 1996, pp. 30-56.

32 Silva (Eduardo) ; « The Political Economy of Chile’s Regime Transition… », op. cit.

33 Silva (Eduardo), The State and Capital in Chile, op. cit., pp. 142-143.

34 Avec laquelle la personne en question a un lien comme membre du conseil d’administration, consultant régulier et rémunéré, ou cadre supérieur « en disponibilité ».

35 Fontaine (Arturo), Los economistas y Pinochet, op. cit., pp. 40-54.

36 Données élaborées lors d’une enquête faite pour Le Monde : « Privatisations en Amérique latine, Chili : les pionniers », 22 juin 1993.

37 Larroulet (Cristian) ed. : Soluciones privadas a problemas publicos, Instituto Libertad y Desarrollo, Santiago, 1991 ; et entretien avec Cristian Larroulet, novembre 1992.

38 Silva (Eduardo) ; « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic » Neo-liberal Policies », op. cit., p. 110.

39 Entretien avec Alejandro Foxley, décembre 1993.

40 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic » Neo-liberal Policies », op. cit., p. 103.

41 Bortzuztsky (Silvia), « The Pinochet Regime, Crisis and Consolidation », in Malloy (James) and Seligson (Mitchell) ed., Authoritarians and Democrats, Regime Transition in Latin America, University of Pittsburgh Press, 1987.

42 Silva (Eduardo) ; « The Political Economy of Chile’s Regime Transition… », op. cit.

43 Entretien avec Andres Bianchi, président de la Banque Centrale (1989-92), mai 1992.

44 Celle-ci aura coûté 3,4 milliards de dollars au Chili entre 1982 et 1988, voir Arrellano (Jose Pablo), « Crisis y recuperacion economica en Chile en los anos 80 », in Cieplan, numéro 24, Santiago, juin 1988.

45 Par la modification de la clause d’ajustement sur le coût de la vie qui datait de 1979, et permettait une indexation à hauteur de 100 % sur l’inflation.

46 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic » Neo-liberal Policies », op. cit., p. 110.

47 Arrellano (Jose Pablo), « Crisis y recuperacion economica en Chile en los anos 80 », op. cit.

48 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic » Neo-liberal Policies », op. cit., p. 109.

49 Voir Cavallo (Ascanio), Salazar (Manuel), Sepulveda (Oscar), Historia secreta del regimen militar, op. cit.

50 Entretien avec Hernan Büchi, décembre 1992.

51 Pour les modalités précises de la privatisation de la « zone bizarre », voir « Privatisations en Amérique Latine, Chili : les pionniers » in Le Monde, 22 juin 1993.

52 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic » Neo-liberal Policies », op. cit., p. 111.

53 Confederacion de la Produccion y Comercio (CPC), Recuperacion economica : analisis y proposiciones, Santiago, 4-5 juillet 1983. Il s’agit d’un document central contenant des annexes sectorielles. La plupart des mesures, y compris sectorielles, seront reprises dans le plan triennal du gouvernement.

54 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic » Neo-liberal Policies », op. cit., p. 113.

55 Il a été président de la Chambre de Construction à la CPC.

56 Ce qui signifie que le pesos baisse de 5 % par rapport au dollar.

57 Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic » Neo-liberal Policies », op. cit., p. 116.

58 Jaime Guzman sera assassiné le 1er avril 1991.

59 Friedmann (Reinhard), 1964-1988, La politica chilena de la A a la Z, Melquades, Santiago, août 1988, p. 162.

60 Ibid.

61 Voir chapitre III.

62 Voir Ercilla, Jaime Guzman, su legado… humano y politico, Ercilla, Santiago, 1991, op. cit.

63 Voir Valenzuela (Arturo), The Breakdown of Democratic Regimes, Chile, op. cit., pp. 6-9.

64 Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, Editorial Andres Bello, Santiago, 1992, p. 12. Cet ouvrage constitue une narration parfaite des événements de la transition autour de portraits des principaux auteurs. Nous nous y référons abondamment.

65 Entretien avec Hernan Buchi, décembre 1992.

66 Pour le détail, voir Collier (Simon) and Sater (William), A History of Chile, 1808-1994, Cambridge Latin American Studies, Cambridge, 1996, p. 378.

67 Voir Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 99.

68 Voir Allamand (Andres), Discursos, entrevistas y conferencias, Editorial Andante, Santiago, 1987.

69 Ainsi, par exemple, Sebastian Pinera, un des plus fidèles soutiens d’Allamand est-il à la fois propriétaire d’une banque, de la concession VISA pour le Chili, et d’un réseau de revendeurs Apple. Pour une description de la jeune classe de Renovacion Nacional, voir Bofill (Cristian), Los muchachos impacientes, Editorial Copesa, Santiago, 1993.

70 Entretien avec Sebastian Pinera, décembre 1993.

71 Voir Cavallo (Ascanio), Los hombres de la transicion, op. cit., p. 84.

72 Entretien avec Hernan Büchi, décembre 1992.

73 Entretien réalisé à l’occasion du séminaire « el 11 de septiembre, 20 anos despues » op. cit. (date de l’entretien avec Andres Allamand : 21 mai 1993).

74 Pinochet (Augusto), Politica, politiqueria, demagogia, op. cit., p. 27.

75 Ibid., p. 60.

76 Voir Hermet (Guy), Badie (Bertrand), Birnbaum (Pierre), Braud (Philippe) Dictionnaire de la science politique, op. cit., p. 143.

77 Voir notamment Przeworski (Adam), « Some Problems in the Study of the Transition to Democracy », Stepan (Alfred), « Paths Towards Redemocratization, Theoretical and Comparative Considerations », Rouquié (Alain), « Demilitarization and the Institutionalization of Military-dominated Polities in Latin America », in Transition from Authoritarian Rule, Comparitive Perspectives, O’Donnell (Guillermo), Schmitter (Philippe) and Whitehead (Laurence) ed., Johns Hopkins University Press, Baltimore, 1986.

78 Remmer (Karen), « Military Rule in Latin America, State Institutions and Political Outcomes », Papers of the International Political Science Association, Washington D.C., 1988.

79 Rouquié (Alain), L’État militaire en Amérique Latine, Le Seuil, Paris, 1982.

80 Varas, (Augusto), « The Crisis of Legitimacy of Military Rule… », op. cit., p. 91.

81 Chacun de ces « problèmes » est abordé in O Donnell (Guillermo) and Schmitter (Philippe) ed., Transition from Authoritarian Rule, Tentative conclusions about uncertains democracies, Johns Hopkins Press, Baltimore, 1986, pp. 15, 32, 36.

82 Varas (Augusto), « The Crisis of Legitimacy of Military Rule… », op. cit., p. 74.

83 Skidmore (Thomas), Smith (Peter), Modern Latin America, Oxford University Press, New York, 1984 et 1997, p. 405.

84 Ibid.

85 Moulian (Tomas), Chile actual, anatomia de un mito, op. cit., p. 18.

86 Les termes de « légitimité de provenance » et de « légitimité de résultat » sont également utilisés par Edgardo Boeninger dans l’analyse qu’il fait de la problématique de consolidation démocratique. Ces deux types de légitimités sont plus de l’ordre rationnel que de l’ordre symbolique, et ne sont peut-être pas à mettre sur le même plan que les typologies weberiennes. Cela étant, elles expliquent un consentement qui ne se fonde pas sur la coercition.

87 Voir Huneus (Carlos), El ejercito y la politica en el Chile de Pinochet, su magnitud y alcance, edition de l’auteur, Santiago, 1988.

88 Varas (Augusto), « The Crisis of Legitimacy of Military Rule… », op. cit., p. 81.

89 Au moment du transfert de pouvoir entre le général Pinochet et Patricio Aylwin, le slogan des partisans du régime militaire sera « Mision Cumplida », que reprendront, dans certains insignes, les forces armées.

90 Hernan Büchi, entretien, décembre 1992 : « la seule façon d’enrichir un pays durablement, c’est par le marché. Celui-ci finit toujours par allouer les ressources de façon à maximiser la croissance : une fois l’investissement reparti, et les revenus du capital assurés, c’est le travail qui en bénéficie, par une tension sur le taux de chômage qui approche son niveau naturel ».

91 Source : Foxley (Alejandro), « The Neoconservative Economie Experiment in Chile », in Valenzuela (Arturo) and Valenzuela (Samuel) edit., Military Rule in Chile, Baltimore, 1987.

92 Source : Edwards (Sebastian) and Edwards (Alejandra), Monetarism and Liberalization, The Chilean Experiment, Chicago, 1991.

93 Calcul fait d’après les chiffres donnés par Silva (Eduardo), « The Political Economy of Chile’s Regime Transition : From Radical to « Pragmatic » Neo Liberal Policies », ibid., p. 100.

94 Source : Arellano (Juan Pablo), « Social Politicies in Chile : a Historical Review », Journal of Latin American Studies, 17 : 2 (1985).

95 Campero (Guillermo), « El tema de la democracia en las organizaciones empresariales y los sindicatos de trabajadores » in Opciones, Agosto de 1984, Santiago, 1984.

96 Tironi (Ernesto), La dictature neo libérale, L’Harmattan, Paris, 1988.

97 Feliu (Manuel), La empresa de la libertad, Santiago, 1988. Manuel Feliu sera le président de l’association patronale chilienne à partir de 1989.

98 Discours d’Alberto Cardemil, sous-secrétaire d’état, repris dans La Epoca, 25 juin 1988.

99 Przeworski (Adam), « Some Problems in the Study of the Transition to Democracy « in Transition from Authoritarian Rule, Comparative Perspectives, O’Donnell (Guillermo), Schmitter (Philippe) and Whitehead (Laurence) ed., Johns Hopkins University Press, Baltimore, 1986, p. 51.

100 Ibid., pp. 51-52.

101 Ibid., p. 54.

102 Ibid., p. 54.

103 Ibid., p. 58.

104 Entretien avec Hernan Büchi, décembre 1992, repris dans Le Monde, « La deuxième vie des Chicago Boys », 15 décembre 1992.

105 Przeworski (Adam), « Some Problems in the Study… », op. cit., p. 58.

106 Ibid., p. 53.

107 Varas (Augusto) : « The Crisis of Legitimacy of Military Rule… », op. cit., pp. 86-88.

108 Varas (Augusto), ibid., p. 76.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable