Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter les beaux quartiers à Santiago du Chili

 | 
Line Henry

Conclusion

Texte intégral

1L’étalement urbain de la plupart des métropoles du monde se poursuit sans discontinuer depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec des conséquences majeures d’ordre écologique, éthique et esthétique. Au modèle universellement répandu du pavillon unifamilial dans la périphérie, il est désormais capital de parvenir à opposer celui, plus durable, de l’immeuble haut dans les centres urbains, afin d’augmenter globalement la densité d’habitation dans les métropoles. Or pour ce faire, il est absolument nécessaire que l’habitat collectif bénéficie d’une image positive capable de susciter l’envie d’y résider. C’est dans ce contexte global que s’inscrit cette étude. Elle vise à identifier et décrypter l’éventuelle apparition d’un nouvel idéal résidentiel dans un quartier de Santiago du Chili où se multiplient les immeubles hauts « de standing », à destination d’une élite socio-économique, financièrement capable de choisir sa résidence, son type comme sa localisation.

2J’ai tout d’abord identifié la recherche par cette population d’une « centralité décentralisée » rendue possible par la polycentralité de la capitale du Chili et constituée, dans le cadre de la zone d’étude, autour du centre des affaires de l’avenue Apoquindo. Ce phénomène, cumulé à l’importance historique et financière des communes du secteur Est, permet aux résidents de la zone de jouir d’un degré important de ségrégation socio-économique, de sécurité, de prestige et par ailleurs de la proximité de services, de commerces, d’équipements, d’emplois et de transports d’une grande qualité.

3Or dans ce contexte où une forme de centralité est valorisée, j’ai pu constater l’existence de flux de population non seulement du centre vers la périphérie, mais également, et à l’échelle d’une vie, de la périphérie vers le centre. Cette nouvelle distribution implique notamment le passage du pavillon unifamilial à l’appartement en hauteur, de la très faible densité à la forte densité urbaine, et sous-entend non seulement la poursuite de l’augmentation de cette dernière dans les zones centrales, mais aussi l’existence pour la classe aisée chilienne d’un modèle positif en faveur de la tour d’habitation.

4Toutefois deux réalités simultanées empêchent de conclure trop vite. Il y a les deux flux inversés selon l’étape dans la vie familiale des individus, et par ailleurs la possession généralisée de résidences secondaires « à la plage ou à la campagne ». Ces constats remettent en cause l’idée d’un véritable idéal de l’appartement, d’un nouveau profond désir de densité qui serait partagé par la « classe haute » de Santiago. Il conviendra pourtant d’étudier l’évolution des choix résidentiels d’une jeune génération affichant aujourd’hui des valeurs écologiques fortes et un désintérêt profond pour le mode de vie associé au pavillon, mais qui, n’ayant pas encore d’enfants, ne correspond pas à ce jour à la cible préférentielle des promoteurs de l’habitat individuel.

5Enfin, l’évolution des perceptions de l’appartement pourra se poursuivre, notamment sous l’impulsion du secteur très influent des entreprises immobilières chiliennes. Celles-ci sont en effet à même d’imaginer et construire un produit immobilier en hauteur dont les qualités et les aménagements satisferaient au mieux certains des amateurs de maisons individuelles, mais alors, la densification urbaine serait-elle aujourd’hui entre les mains des constructeurs et promoteurs immobiliers privés ? Alors que les « aménageurs », urbanistes et politiques, ne sont parvenus depuis des décennies qu’à contraindre – et toujours ponctuellement – une partie de la population à opter pour un mode de résidence dense, les grands constructeurs internationaux permettront-ils quant à eux de réduire efficacement et durablement l’étalement urbain que subissent les métropoles du monde entier ? Encouragés par l’augmentation de la richesse de certains, seront-ils à l’origine d’un changement de paradigme en faveur de la densification, d’abord des centres, puis progressivement des marges urbaines, sans que ne soit nullement considérée la durabilité – écologique, éthique ou esthétique –, mais bien en s’appuyant sur le désir de confort et de prestige personnel de leurs clients ?

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable