Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inventaire des volumes de Bahia, 1673-1901

 | 
Pascal Even

Introduction

Texte intégral

LE CADRE CHRONOLOGIQUE

1La sous-série Bahia de la correspondance consulaire et commerciale commence en 1679, anomalie pour une série qui débute traditionnellement en 1793. On sait en effet que sous l’Ancien Régime, les consulats relevaient non du secrétariat d’État aux Affaires étrangères, mais de celui de la Marine et que ce n’est que par le décret de la Convention du 14 février 1 793 qu’ils furent rattachés au ministère des Relations extérieures.

2La correspondance des consulats fut alors retirée des archives de la Marine par décision du premier pluviose an IV (21 janvier 1796) et adressée aux Affaires étrangères où elle fut répartie entre deux séries : la correspondance commerciale et consulaire, classée par consulat selon un ordre chronologique strict, et les Mémoires et documents, constitués de rapports, et bien souvent des volumineuses annexes des dépêches des consuls conservées dans la première série.

3Entre les deux guerres mondiales, par souci du respect des fonds mais aussi par manque de place dans le dépôt du quai d’Orsay, la correspondance consulaire et commerciale antérieure au 1er janvier 1793 fut renvoyée aux Archives nationales où elle constitue désormais le fonds Affaires étrangères.

4Toutefois, la coupure chronologique entre les dépêches antérieures et postérieures à 1793 ne fut pas effectuée de façon stricte à cette époque, certaines dépêches consulaires et leurs annexes, classées dans la série Mémoires et Documents demeurèrent au quai d’Orsay, essentiellement parce que les inventaires de cette série étaient déjà publiés. Inversement, lors des versements de 1929 et 1933, de nombreux documents postérieurs à 1793 furent envoyés aux Archives nationales.

5Si la coupure fut donc imparfaitement effectuée pour les Mémoires et Documents, il n’en fut pas de même pour la correspondance consulaire et commerciale, classée nous l’avons déjà dit, selon un ordre chronologique strict.

6Cependant, pour quelques postes, la règle ne fut pas respectée. Il est vrai que dans le cas de Bahia, les documents d’Ancien Régime étaient peu nombreux et qu’il était difficile de constituer un volume séparé. Ils demeurèrent donc au quai d’Orsay.

7La sous-série Bahia représente neuf volumes de 1679 à 1901, date de clôture de la série. A partir de cette date en effet, les dépêches des consuls furent conservées avec la correspondance politique émanant des ambassades dans une série classée non pas selon un ordre chronologique mais suivant des critères thématiques. Les dépêches de Bahia figurent donc après 1901, dans la série correspondance politique et commerciale, nouvelle série 1898-1918, sous-série Brésil.

8Le consulat de France à Bahia à l’existence fluctuante sous l’Ancien Régime fut créé véritablement en 1820. Il fut supprimé en 1947 mais déjà en 1888, il avait été transformé pour des raisons financières, en vice-consulat dépendant de Pernambouc. Cependant, dès le 8 mars 1912, Bahia redevenait consulat avec dans sa circonscription les états de Bahia, Sergipe et Goyaz.

9Signalons enfin qu’une erreur de classement a fait figurer à la fin du volume 8, aux folios 482-483, une dépêche du gérant de l’agence consulaire de France à Curaçao du 11 janvier 1898.

INTÉRÊT DES VOLUMES

10D’une manière générale, il convient de signaler l’absence d’homogénéité de la correspondance de Bahia. Les raisons en sont multiples mais ne tiennent nullement, contrairement à plusieurs séries de l’administration centrale, aux aléas de l’histoire et aux destructions de la dernière guerre.

11En fait, cette absence d’homogénéité tient surtout à la personnalité des consuls, mais aussi aux nombreuses vacances du poste pendant la période considérée. Un rapide calcul montre en effet que de 1820 à 1901, les titulaires du poste ont été absents pendant vingt ans, la gestion des affaires courantes étant alors assurée par des gérants. Par ailleurs, si certains consuls adressaient régulièrement au Département des dépêches circonstanciées sur tous les événements relatifs à la circonscription consulaire qui parvenaient à leur connaissance, d’autres se montraient moins zélés, moindre capacité ou méconnaissance des affaires brésiliennes ; le silence était parfois préférable à des commentaires imprécis, toujours étudiés de façon critique à Paris, certaines remarques acerbes apposées sur les dépêches en font foi. La rapidité des mutations à la tête du poste explique aussi la moindre valeur de la correspondance à certaines époques. Enfin, les difficultés d’adaptation au climat brésilien ne sont pas à négliger et expliquent en partie les silences de certains chefs de poste.

12La correspondance consulaire de Bahia est plus intéressante pour le début de la période inventoriée ; les dépêches politiques deviennent en effet avec le temps moins nombreuses et la correspondance se borne dans les dernières années, en liaison avec les vicissitudes du poste transformé en viceconsulat de 1888 à 1892, aux accusés de réception de circulaires, à la transmission de documents statistiques et économiques lorsqu’il ne s’agit pas tout simplement de bulletins sanitaires.

13Il est vrai également que le volume consacré au Brésil dans la série correspondance politique des consuls contient des dépêches politiques et qu’après 1870, les renseignements d’ordre politique se font plus rares, cette tâche d’information étant prise en charge par la légation.

14Les documents relatifs à l’Ancien régime sont, nous l’avons déjà souligné, peu nombreux et ne permettent que d’approcher de bien loin l’activité du consulat et de la colonie française de l’époque. Ils ont cependant le mérite d’attester l’ancienneté de la présence d’un consulat dans la capitale coloniale de la possession portugaise et du commerce français à Bahia. A cette époque, les consuls, limités à un simple rôle d’information économique, étaient choisis parmi les négociants français établis dans le pays par le Secrétariat d’État à la Marine ; ils se bornaient à protéger et à tenter de développer le commerce français dans le pays de leur résidence.

15Il n’est pas certain qu’un consulat de France permanent ait fonctionné dans la capitale du Brésil portugais sous l’Ancien Régime : les lacunes observées dans la correspondance tiennent-elles à la perte de documents ou à l’absence prolongée des consuls ? Le sieur de Pantigny, arrivé à Bahia en mars 1715, demandait son retour en France deux mois plus tard. Par ailleurs, les Portugais et les Anglais ne souhaitaient pas voir la France établir des liens commerciaux importants avec le Brésil et la correspondance des consuls évoque les tracasseries dont ils étaient l’objet de la part des autorités portugaises.

16Les gages de ces consuls étaient peu élevés, réduits le plus souvent aux recettes de chancellerie. A Bahia, ils étaient bien médiocres en raison du nombre peu important des négociants français. Le consul Barthélémy de Long n’ira-t-il pas jusqu’à solliciter avec succès la dévolution à son profit d’une succession vacante afin d’améliorer ses appointements ! Il n’est donc guère étonnant de ne trouver dans ces dépêches que des informations commerciales sur les mines de diamant, la production du sucre ou du tabac et peu d’informations sur les institutions portugaises au Brésil. Toutefois, il convient de signaler des indications intéressantes sur la relâche à Bahia des navires des différentes compagnies de commerce de l’époque : Compagnie des Indes orientales, de la Chine, du Rio de la Plata...

17Sont également évoquées les implantations françaises sur les côtes d’Afrique au début du XVIIIe siècle avec l’établissement du chevalier Damon. Les difficultés de ce dernier, victime des convoitises des Hollandais, sont abordées avec l’approvisionnement de la place assiégée qui ne tardera pas à se rendre.

18Après une interruption de plus d’un siècle, la correspondance consulaire de Bahia reprend à partir de 1820, date de l’ouverture du consulat, remplaçant l’ancienne agence consulaire sur le fonctionnement de laquelle nous ne possédons pratiquement aucune information, avec la nomination du consul Guinebaud à San Salvador, en décembre 1819.

19Il est à noter que le premier véritable consul de France avait préparé avec grand sérieux son séjour au Brésil, en visitant, avec l’approbation du ministère, les principaux ports français de l’Atlantique afin d’étudier les liens commerciaux qui les unissaient au Brésil et les moyens de les développer.

20Guinebaud n’avait pas été désigné à Bahia par hasard ; il connaissait bien le portugais, condition indispensable, et avait déjà été consul de France à Porto. Son attitude dans ce dernier poste n’avait pas du reste été appréciée par les autorités portugaises et les idées qu’il avait affichées lui valurent quelques difficultés de la part des autorités de Lisbonne, pour la délivrance de son exequatur. On en trouve l’écho dans sa correspondance.

21L’ouverture du consulat de France à Bahia intervenait à un moment crucial de l’histoire du Brésil, Guinebaud décrit l’agitation politique qui régnait dans l’ancienne capitale au cours de ces années qui précèdent l’indépendance et ses dépêches constituent un témoignage de premier choix sur l’évolution intérieure du Brésil à cette époque. L’aspiration générale de la population pour des réformes, les répercussions des troubles de la métropole, les progrès du mouvement indépendantiste, la constitution de deux partis opposés, l’un légaliste, l’autre acquis à la sécession, la propagande républicaine et l’action des clubs, l’insécurité générale, l’agitation sociale des Noirs et les inquiétudes des milieux négociants font l’objet de dépêches particulièrement intéressantes de Guinebaud. L’actualité était donc chargée ; au début de l’année 1821, une junte provisoire était constituée à Bahia. Le représentant de la France garde une attitude prudente et après concertation avec son collègue anglais, il s’abstiendra de paraître au Te Deum, célébré par les nouvelles autorités, en dépit des assurances prodiguées par ces dernières, soucieuses de maintenir de bonnes relations avec les puissances étrangères. Il est vrai que la commémoration de l’assassinat du duc de Berry donne à Guinebaud un prétexte opportun. L’attitude circonspecte du consul qui attend en fait les instructions du Département, inquiète les négociants français de la place et ces derniers exerceront une pression non négligeable pour éviter toute rupture entre les nouvelles autorités et le consulat, rupture dont ils auraient évidemment été les premiers à pâtir.

22Le Département de son côté, étudie avec beaucoup d’attention les dépêches du consul ; le 26 mai 1821, l’importance de sa correspondance est soulignée et au mois d’août suivant, devant les menaces plus précises de guerre civile, l’usage du chiffre lui est recommandé. Guinebaud demande pour sa part l’envoi d’une station navale devant la ville afin d’assurer la protection des intérêts français. Tout au long des mois qui suivent, Guinebaud décrira la dégradation de la situation à Pernambouc, la menace de sécession des provinces du nord à laquelle Bahia refuse pourtant de s’associer, le départ des planteurs portugais menacés dans leurs biens et leurs personnes, et le marasme économique qui en résulte. Les pillages de 1822 qui contraignent le consul et sa famille à trouver refuge à bord d’un navire marchand hollandais, l’anarchie générale qui prévaut alors, sont aussi abondamment évoqués.

23La reprise en main de la ville, en juillet 1822, par les autorités portugaises, le regroupement des insurgés à La Cachoeira et le siège de Bahia par les troupes de Rio, commandées par le général français Labattut, l’évacuation finale des troupes portugaises en juin 1823, accompagnée de l’exode d’une partie de la population d’origine portugaise, l’installation et les premières mesures de la junte de La Cachoeira, l’insurrection d’octobre 1824 et son échec qui traduit le raffermissement de l’autorité centrale sont évoquées avec beaucoup de soins par Guinebaud. Durant plusieurs années, la position du consul demeurera délicate ; les nouvelles autorités ne cachent pas leurs inquiétudes devant l’intervention française en Espagne et l’aide apportée par la Restauration aux monarchies menacées. Elles craignent en effet que la France n’apporte son soutien au Portugal afin de rétablir son autorité dans la colonie révoltée. Ce sont ces considérations autant que l’anarchie ambiante qui conduiront Guinebaud en 1824, à faire repartir sa famille pour la France.

24L’attitude du consul évolue cependant ; alors qu’en juin 1822, il préconise la prise en charge par la France du transport des troupes portugaises afin de favoriser le retour de l’ordre, quelques mois plus tard, jugeant la séparation des deux couronnes inéluctable, il se fait le propagandiste de la reconnaissance officielle par la France du nouveau régime brésilien afin de renforcer son autorité sur le plan intérieur et de faire obstacle à la propagation des idées républicaines. Il est vrai que cette attitude lui a été dictée en partie par les instructions de Paris mais les lettres du Département sont peu nombreuses dans la correspondance de Bahia et il faut rechercher l’appréciation du ministère dans la correspondance échangée avec la légation, mais aussi dans celle adressée par le consulat à cette dernière, conservée dans les archives rapatriées de Rio.

25Sur le plan économique, les observations des consuls constituent une documentation de première main tant sur l’histoire économique du Brésil et de Bahia que sur celle des relations commerciales avec les pays étrangers. Songeons aux observations et commentaires des consuls sur les privilèges accordés à l’Angleterre ou sur le développement de l’influence économique allemande à Bahia observée à la fin du XIXe siècle. Les états, en principe annuels, de navigation et du port dressés par le consulat constituent ainsi une mine de renseignements précieux.

26Sur le plan bilatéral, les dépêches des premières années évoquent les difficultés liées à l’entrée en vigueur du traité d’amitié et de commerce francobrésilien. Les questions économiques sont plus souvent abordées, peut-on observer, dans la correspondance de Marcescheau que dans celle de son prédécesseur, plus préoccupé par l’évolution politique du Brésil.

27A partir du milieu du siècle, en liaison avec la diminution du rôle politique du consulat, le développement économique de la circonscription est étudié avec beaucoup d’attention par les représentants de la France, que ce soient les activités portuaires et maritimes, mais aussi à la fin du XIXe siècle, la constitution du réseau ferré, ou les communications maritimes avec l’établissement des lignes de navigation.

28De véritables études ont été aussi rédigées par le poste sur la production et l’exportation des sucres et du tabac. Rappelons que le consulat fut chargé à de nombreuses reprises de l’achat de tabac brésilien par l’administration des tabacs.

29Les consuls s’efforcent par ailleurs de développer le commerce français, qui s’effectuait principalement par les ports du Havre, Nantes et Bordeaux, et d’intéresser les négociants français aux débouchés qu’offrent le Brésil, par leurs rapports, transmis par les Affaires étrangères au ministère du Commerce et des Travaux publics et par ce dernier aux chambres de commerce.

30Déjà Guinebaud déplorait la prudence des négociants français qui limitaient leurs opérations commerciales afin d’éviter toute perte alors que leurs collègues anglais menaient une politique plus dynamique qui se retournait parfois contre eux - l’envoi massif de marchandises provoquant l’engorgement des marchés et la mévente alors que les marchandises françaises trouvaient toujours des débouchés à cette époque en raison de la demande brésilienne et du départ des Portugais qui laissaient des marchés à prendre. Il n’en reste pas moins que cette politique prudente se traduisit finalement par l’effacement progressif des produits français.

31Certains consuls pousseront loin le souci de développer l’influence économique de la France ; en 1850 par exemple, Castelnau transmettait à Paris des renseignements qu’il avait obtenus d’esclaves noirs sur les liaisons entre l’Algérie et l’Afrique noire, et défendait la nécessité d’une expansion française en Afrique. Les consuls ne cesseront par exemple de demander l’abaissement des droits et taxes payés à leur entrée en France par les sucres brésiliens, sans être entendus il est vrai, en raison de la pression protectionniste entretenue par les producteurs des sucres des Antilles.

32Ce rôle d’observation et d’incitation se doublait d’un rôle d’intervention pour assurer la protection des intérêts commerciaux français à Bahia, la correspondance des consuls est émaillée ainsi des protestations des consuls contre les agissements de la Douane. La traite des Noirs occupe une large place dans cette correspondance ; le Brésil, comme par les siècles passés avait besoin de bras pour la mise en valeur de son territoire ; or, depuis le début du XIXe siècle, les pays occidentaux se faisaient les propagandistes de la prohibition de la traite. Les dépêches des consuls sont donc remplies de considérations sur les incidences économiques de la disparition de cette dernière, puis de la contrebande qui resta active jusqu’en 1888, date de l’abolition de l’esclavage au Brésil. Elles évoquent l’indulgence des autorités pour les contrebandiers et les efforts des puissances européennes, Anglais en tête, pour la réprimer. Le consul devait intervenir par ailleurs lorsque des Français étaient impliqués dans ce commerce.

33Dans le domaine des échanges culturels, sont évoquées les missions scientifiques de certains explorateurs, les missions de circumnavigation, nombreuses à l’époque, qui relâchaient à Bahia, la tentative faite par le gouvernement français dans les années qui suivent l’indépendance, pour détourner sur Paris les étudiants brésiliens qui effectuaient traditionnellement leurs études à Coimbra mais ne pouvaient plus s’y rendre en raison de la guerre avec le Portugal. Le passage gratuit sur les navires français leur fut ainsi accordé, pendant un temps.

34Nous verrons aussi, dans un autre domaine, les consuls se préoccuper du transport en France et en Algérie de plantes mais aussi d’animaux brésiliens. Les premières pour des tentatives d’acclimatation de ces espèces, les secondes pour l’ornement des zoos. Une dépêche amusante livre les difficultés éprouvées par le consul pour établir un réseau de rabatteurs et pour aménager dans la campagne de Bahia une petite ménagerie en attendant l’expédition des animaux destinés à la France.

35Nous ne possédons inversement que très peu d’informations sur les institutions culturelles brésiliennes, domaine qui ne semble pas avoir intéressé les différents consuls qui se sont succédé à la tête du poste.

36Les questions médicales et d’hygiène semblent avoir davantage retenu leur attention : il est vrai que les incidences des épidémies de fièvre jaune sur les relations économiques entre les deux pays justifiaient leur intérêt.

37La colonie française est aussi largement évoquée au travers des affaires de chancellerie, successions, service militaire, nationalité des enfants nés de parents français au Brésil... Une centaine de Français résidaient dans la capitale de l’État de Bahía en 1842, ce chiffre s’élève ensuite à 300 en 1850, date à laquelle ils constituaient là plus importante colonie étrangère de Bahia, pour diminuer ensuite jusqu’à la fin du siècle.

38Une attention particulière est accordée aux conditions d’existence des colons, même si la France s’efforçait généralement de limiter l’émigration française au Brésil. Les consuls décrivent les déboires de ces immigrants attirés et recrutés par des compagnies peu scrupuleuses et victimes de promesses non tenues le plus souvent : à plusieurs reprises ils devront intervenir pour venir en aide aux plus misérables de leurs concitoyens et même organiser le rapatriement de certains d’entre eux.

39Les activités des ordres religieux sont pour leur part peu évoquées sinon au cours des épidémies de choléra qui firent des victimes parmi les soeurs de la Charité envoyées de France.

40Le fonctionnement du poste est souvent abordé : les questions de personnel en premier lieu, l’aménagement et l’implantation de la chancellerie dans la ville qui entraînent à plusieurs reprises les plaintes des capitaines de la marine marchande qui la jugent trop éloignée du centre des affaires. Pendant longtemps le consul ne fut assisté que par un seul chancelier ; par la suite cette équipe fut étoffée mais resta toutefois modeste. Le poste de chancelier fut supprimé lorsque le consulat fut transformé en vice-consulat mais ne fut pas rétabli lorsque Bahia redevint consulat à part entière. Les difficultés ne manquaient pas, accrues par l’éloignement de la France et les difficultés de transmission.

41Le courrier entre Bahia et Paris mettait en effet ordinairement plus d’un mois, parfois deux, pour parvenir à destination. Ce n’est qu’avec l’établissement de lignes de navigation que ces délais purent être raccourcis de façon notable.

42La correspondance de Bahia, particulièrement riche, livre un tableau vivant de l’activité d’un consulat et représente pour les chercheurs une mine d’informations précieuses sans lesquelles les relations entre la France et le Brésil au XIXe siècle pouvaient difficilement être retracées.

© Éditions de l’IHEAL, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter