Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies d'Asie et d'Amérique latine : changements de cap

 | 
Gilbert Étienne
, 
Jean Revel-Mouroz

Vue d'Ensemble1

Texte intégral

  • 1 Texte rédigé par Gilbert Etienne avec la collaboration des autres auteurs.

1Après ce tour d'horizon, il est temps de regrouper les éléments clés du débat, de mettre en relief les similitudes et les différences qui caractérisent les pays étudiés. Tout en restant fidèles au fil conducteur de ce livre, soit les réformes économiques, essayons de les appréhender dans leur contexte politique et social.

Le cadre politique et la fonction publique

2Dans les années 1950, déjà la question était posée : quel est le régime politique le plus apte à stimuler le développement économique ? Et souvent l'on ajoutait : “Ces pays ne sont pas mûrs pour la démocratie, il leur faut une bonne dictature”. Au XVIIIe siècle les Européens préféraient la formule plus élégante de “despotisme éclairé”.

3Après quatre décennies, la réponse est encore plus floue qu'au départ. Tout d'abord la dictature n'est pas forcément "bonne" et, fait plus grave, il est fréquent qu'elle dégénère. Très largement approuvé par les élites et les masses, le coup d'Etat du Général Ayub Khan (1958) a commencé par assurer la relance de l'économie pakistanaise. Puis à partir de 1965, celle-ci s'essouffle tandis que le régime - au reste modérément autoritaire - commence à craquer pour tomber en 1969.

4Au Chili, on oppose volontiers l'amorce des succès économiques du Général Pinochet aux piètres performances du Président Allende. Du même coup sont oubliés les progrès obtenus par le Président Eduardo Frei dans les années 1960. Le Brésil des militaires a été cité comme modèle de développement avant de péricliter sous d'autres militaires, ni plus ni moins démocratiques. Le système mexicain qui donne d'énormes pouvoirs au président a connu lui aussi des hauts et des bas. En Argentine, ni les militaires, ni les civils n'ont réussi à débloquer l'économie entre 1955 et 1989. Enfin, depuis 1947, l'Inde est restée fidèle à la démocratie parlementaire (sauf de 1975 à 1977 durant l'état d'urgence) avec une croissance économique sans éclat jusqu'en 1980, puis sensiblement plus marquée, avant de réformer en profondeur son économie. L'Indonésie n'était pas plus démocratique sous Soekarno que sous son successeur Suharto. Avec le premier l'économie va à vau-l'eau. Avec le second elle connaît un remarquable développement.

  • 2 Sur cette absence de corrélation voir Sorensen, Georg, "Democracy, Dictatorship and Development : (...)

5Même en citant d'autres cas, il se confirmerait qu'il n'existe pas d'automatisme entre système politique et développement économique. Des régimes musclés à la coréenne ou à la taïwanaise (avant les changements de la fin des années 1980) peuvent contribuer à l'expansion si les dirigeants sont avisés. Mais les exemples abondent où la dictature fait bon ménage avec le marasme économique.2

6Devant ce flou, force est de reconnaître l'ampleur de deux courants qui, après avoir pris naissance en Asie dès la fin des années 1970, gagnent par la suite l'Amérique latine et commencent à aborder les côtes africaines : la libéralisation de l'économie et le rejet des dictatures ou autres formes de régimes autoritaires. Le premier courant témoigne d'une vigueur incontestée, au point que l'on peut parler d'un changement de cap, d'un nouveau souffle. Le second est plus fragile. Il n'est pas implanté partout, ou bien il l'est de manière restreinte, notamment en Indonésie et en Thaïlande. Ailleurs la voie démocratique n'est pas forcément garante des vertus civiques. Politiciens et partis ne respectent pas toujours le minimum de normes nécessaires au fonctionnement du système.

  • 3 Le célèbre Indian Civil Service a beaucoup emprunté au système moghol et l'idée de recrutement par (...)

7Liée au régime politique intervient la fonction publique où des différences très sensibles apparaissent. L'Inde, le Pakistan, la Malaisie ont hérité d'un système solidement structuré autour d'une sélection sévère des fonctionnaires.3 Le système a certes évolué. Au Pakistan et en Malaisie, il se trouve plus étroitement lié au pouvoir politique qu'en Inde. Néanmoins, les hauts fonctionnaires bénéficient d'une certaine protection et d'une relative continuité. Un changement du parti au pouvoir provoque non pas des renvois mais d'éventuelles mutations.

8Il est de surcroît piquant de relever qu'en Inde, au Pakistan et en Indonésie l'amorce des réformes a été suscitée par des hauts fonctionnaires qui luttaient contre l'excès de bureaucratie.

9Sans sous-estimer la valeur de grands commis en Amérique latine, force est de souligner un sens du service public moins net qu'en Asie du Sud et du Sud-Est et une plus grande instabilité. Tout changement de président, même sans remplacement du parti au pouvoir, suscite des sorties et des entrées à tous les échelons de l'administration et dans les industries relevant de l'Etat selon des formes multiples de clientélisme.

10Malgré ces différences, nées de l'histoire, entre les deux continents et à l'intérieur de chacun, l'introduction des réformes est facilitée par des hauts fonctionnaires éclairés et compétents.

  • 4 R. Aron, Le spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, pp. 48-50.

11Quel que soit le type d'institutions politiques, il faut voir l'usage qu'en font les hommes. Raymond Aron à propos des réformes du Front Populaire évoque "l'ignorance économique extraordinaire" de Léon Blum, de son équipe et des grands patrons de l'industrie. Ceux-ci étaient, entre autres, contre la dévaluation du franc qui servait pourtant leurs intérêts. Et Raymond Aron de conclure : "L'ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l'histoire".4

12Truisme pensera-t-on ? Peut-être, mais il est trop souvent oublié. Qu'aurait dit Raymond Aron de ces nombreux dirigeants du Sud qui souvent, sans la préparation d'un Léon Blum, se trouvaient catapultés à de très hautes fonctions. Que dire aussi de ces hommes politiques occidentaux d'aujourd'hui qui n'osent pas "tailler dans le vif ?"

13Une politique économique de rupture, et une réorientation massive des options anciennes exigent pour réussir trois types de conditions :

  1. un climat favorable, c'est à dire une lassitude profonde face au système existant, due sinon à un échec généralisé tout au moins à une insatisfaction grandissante de la société, à la reconnaissance devenue patente des inadéquations du système ;
  2. un leadership politique fait d'hommes de caractère prêts à dire non à la politique politicienne, aux cotes mal taillées, aux compromis boiteux, à l'absence de décision. En bref des hommes capables d'avoir un grand dessein, en anglais "a vision" ;
  3. une équipe d'économistes comprenant un dosage d'hommes expérimentés et qui savent, dans leurs calculs économiques, tenir compte de l'art du possible englobant les dimensions socio-politiques des problèmes à résoudre.
  • 5 Voir R. Dahrendorf, Reflections on the Revolution in Europe, Londres, Chatto and Windus, 1990.

14Ces conditions se trouvèrent parfaitement réalisées lors des réformes de l'Allemagne fédérale de l'après-guerre : au sommet Konrad Adenauer, leader charismatique, à ses côtés le Ministre de l'Economie Ludwig Erhard, autour de celui-ci une remarquable équipe d'économistes qui mettaient en harmonie la partition de leur patron avec le soutien et l'engagement décisif du Chancelier Adenauer.5

15Autre exemple soulignant le poids de l'homme hors du commun. En 1958, le Général de Gaulle adopta le Plan Rueff de réforme économique, qui fut un succès, contre l'avis de la plupart des ministres et des experts. "Du point de vue technique je m'en remets aux spécialistes, disait de Gaulle, mais c'est ce que le projet a de cohérent et d'ardent en même temps que d'audacieux et d'ambitieux qui me convainc..." Et le Général d'ajouter devant un expert inquiet : "Les Français vont crier... eh bien, et après ?" (Le Monde, 19-12-1988).

16Ces références à l'Europe ne détonnent pas dans des contextes en partie différents. Elles nous rappellent ces liens entre les circonstances propices et les hommes prêts à sortir des ornières. Le besoin de profonds changements et le caractère guère réversible des réformes se retrouvent dans tous les cas étudiés. L'ampleur du mouvement ou la rupture que celui-ci entraîne est particulièrement nette dans les cas indien, pakistanais, mexicain, argentin et même brésilien. En Indonésie, en Malaisie, en Thaïlande, la coupure avec l'ancien système est moins flagrante et aussi moins nécessaire, car l'économie connaissait déjà un développpement rapide avant la réforme. Le Chili, avec la transformation qui s'opère sous le Président Pinochet, s'apparente à l'Asie du Sud-Est.

17D'autres distinctions apparaissent. Au Mexique, la même personne occupe les fonctions de Chef de l'Etat et de chef d'orchestre des réformes. En Inde, Narasimha Rao a fait preuve d'assez de flair et de caractère pour soutenir à fond Manmohan Singh, son Ministre des Finances. En Argentine, le Ministre de l'Economie, Domingo Cavallo, a su convaincre le flamboyant Président Menem d'aller jusqu'au bout dans les réformes.

18Inversement, les déboires persistants du Brésil ne peuvent être dissociés du leadership contesté de ses dirigeants actuels, avec un gouvernement soumis aux accusations de corruption et un président qui a dû multiplier les concessions aux partis.

  • 6 Nous indiquons ici des tendances. Il faudrait bien sûr affiner l'analyse, ce qui dépasse le cadre (...)

19Un autre problème inconnu dans l'Allemagne Fédérale de l'après-guerre ou en France en 1958 - et source de complications additionnelles - tient au lien entre les réformes économiques et la démocratisation. En Corée du Sud et à Taïwan, le rattrapage de la démocratie s'est mis en marche de manière impérative depuis la fin des années 1980. Un tel processus est encore relativement faible en Indonésie, tandis que la Malaisie laisse percer des relents d'autoritarisme. En Thaïlande, le pouvoir politique a été rudement secoué au printemps 1992. Il reste à voir comment le nouveau gouvernement poursuivra l'expansion économique tout en introduisant les réformes politiques devenues de plus en plus nécessaires. Ancienne en Inde, la démocratie est une nouvelle venue au Pakistan. Succédant à de longues années de dictature militaire, elle ne l'est pas moins au Brésil et en Argentine. Le Chili, lui, renoue avec une tradition interrompue par le Général Pinochet.6 Quant au système mexicain, son caractère démocratique suscite des réserves malgré les récents progrès de la "modernisation politique" et sa référence nouvelle au "libéralisme social".

20Reste un vaste domaine : la corruption, véritable caméléon qui s'adapte à tous les systèmes politiques, mettant en cause les politiciens, l'administration, les milieux d'affaires. La suppression de nombreuses réglementations élimine, ipso facto, plusieurs sources de coulage et d'abus. Mais il en reste beaucoup d'autres : le drame de la drogue au Pakistan, en Colombie ou au Pérou, les bakchichs qu'il faut verser pour un oui ou un non en Inde, les affaires d'argent qui pèsent sur la vie politique, les phénomènes de clientèlisme et, finalement, la place de l'économie au noir. Ces pans d'ombre suscitent une inquiétude croissante et sont dénoncés dans la presse et l'opinion publique. Mais dans ce domaine, les écarts Nord-Sud sont en baisse, à voir l'expansion des affaires douteuses en Occident et au Japon !

Structures sociales et économiques

21Les données sur le PNB ne doivent bien sûr pas être prises au pied de la lettre. Elles indiquent néanmoins des ordres de grandeur et des écarts assez prononcés pour être utilisés dans une perspective comparative. On peut en dire autant des chiffres sur la répartition de la population active. Quant à ceux sur la population totale et l'urbanisation, ils sont relativement sûrs. En revanche ces chiffres montrent des inégalités souvent encore plus marquées en Amérique latine qu'en Asie, qu'il s'agisse du revenu ou de la propriété foncière.

22Première différence, la taille démographique. Si l'Inde fait cavalier seul et constitue avec la Chine une catégorie sui generis, Indonésie, Brésil et Mexique sont d'un poids sensiblement comparable. Il en va à peu près de même pour le groupe des "petits pays", la Malaisie et le Chili. Quant à la Thaïlande et à l'Argentine, elles se situent à un échelon intermédiaire.

23Question délicate : les éventuelles corrélations entre PNB, urbanisation, emploi. Les quatre pays d'Amérique latine ont atteint un stade très avancé d'urbanisation, partant déjà de haut au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Les pays d'Asie cotent à 30 % d'urbains au moins, à l'exception de la Malaisie qui reste pourtant loin derrière les pays d'Amérique latine. Cette faible urbanisation s'accompagne, ce qui est normal, d'une population active encore élevée dans l'agriculture. Il en résulte que le rôle de celle-ci est - et va rester encore assez longtemps - très important, au point que l'on peut parler comme Jean-Luc Maurer "d'agriculture industrialisante". En l'an 2000 par exemple, la population urbaine de l'Inde, n'atteindra que 35 %. C'est dire que, dans ces pays, il serait dangereux de trop privilégier industries et services au détriment de l'agriculture, se privant ainsi d'effets d'entraînement, sources de revenus et d'emplois.

24En Amérique latine, au point de vue de la production et du marché du travail, le monde rural est déjà - et restera toujours - moins important, ce qui renforce le poids de l'industrie et des services dans la stratégie du développement.

25Il existe sans doute une corrélation, liée à des facteurs historiques et sociaux, entre la forte urbanisation latino-américaine et la place modeste, de l'agriculture d'une part, et des PNB par tête de l'autre, nettement plus élevés qu'en Inde, au Pakistan ou en Indonésie. La Malaisie se rapproche à cet égard des structures latino-américaines. En revanche, prise dans le contexte asiatique, la Thaïlande affiche un PNB par tête très supérieur à celui de l'Asie du Sud et de l'Indonésie tout en conservant un taux d'urbanisation très bas et une lourde population active agricole. Expliquer ce phénomène dépasse le cadre de notre étude. Nous retiendrons néanmoins deux éléments d'explication nullement exhaustifs : la relation terre/ressources et population était sensiblement plus favorable au départ qu'en Inde, à Java ou même au Pakistan. De plus le tourisme joue en Thaïlande un rôle beaucoup plus marqué que dans les autres pays d'Asie ou en Amérique latine à l'exception du Mexique. Ces contrastes se confirment lorsque l'on observe que l'agriculture assure entre 20 et 30 % du PNB dans les pays d'Asie considérés ici, l'Argentine se trouve entre 10 et 20 %, Brésil, Mexique, Chili entre 6 et 9 % (World Bank, World Development Report 1992).

Population

Pop. totale millions 1991

Pop. totale projection millions 2000

Pop. urbaine (%) 1990

Taux annuel de croissance de la pop. 1980-1990

Revenu par tête en dollars 1990

Thaïlande

57,0

64

23

1,8

1 420

Malaisie

18,0

22

42

2,6

2 320

Indonésie

181,0

209

29

1,8

570

Inde

844,0

1 000

26

2,1

350

Pakistan

114,0

147

30

3,1

380

Chili

13,5

15

86

1,7

1 950

Mexique

88,0

103

73

2,0

2 500

Brésil

153,0

178

76

2,2

2 700

Argentine

32,0

36

86

1,3

2 370

Répartition du PNB et de la population

Répartition du PNB et de la population

Source : World Bank, Trends in Developing Economics 1991, et World Bank Atlas 1990

26L'évolution du PNB confirme dans la décennie 1980-1990 un faible mouvement (Chili) ou un recul quasi-général en Amérique latine, alors que plusieurs des pays d'Asie étudiés ici connaissent une expansion supérieure à celle des décennies précédentes, et que d'autres (Indonésie, Thaïlande) ne subissent qu'un faible tassement.

27Sur les quarante principaux pays exportateurs du monde, les modifications du classement entre 1980 et 1990 indiquent un renforcement des positions de l'Inde, de la Malaisie, de la Thaïlande et du Mexique, face au recul du Brésil. Pour les importations, l'évolution de ces pays est similaire, à cette réserve près que le Mexique reste au même rang.

28Pour l'évolution en valeur des exportations et des importations commerciales entre 1980 et 1990, Thaïlande et Malaisie viennent en tête des pays étudiés, Inde et Pakistan suivent de près la seconde pour les exportations mais pas pour les importations. La très faible hausse des exportations indonésiennes est due à la baisse des cours du pétrole alors que les autres exportations quadruplent. Le Mexique se situe dans des normes asiatiques, les exportations du Chili marquent des points. En revanche Brésil et Argentine sont en net retrait. Alors qu'une corrélation ressort entre taux de croissance du PNB et hausse des exportations, le Mexique fait figure d'exception avec la bonne tenue de son commerce extérieur et la faible croissance de son PNB. Néanmoins en 1991 la balance commerciale s'est fortement détériorée.

29Le plus grand dynamisme du commerce extérieur de l'Asie ressortirait encore davantage si l'on tenait compte des Quatre Dragons et de la Chine.

30Des différences encore plus marquées apparaissent en matière d'investissements, de politique financière et monétaire.

31Les taux d'épargne et d'investissement dépassent souvent les 20 % en Asie et même, dans le cas de la Malaisie et de la Thaïlande, les 30 %. Dans les pays d'Amérique latine, les taux sont nettement plus faibles, tombant souvent en-dessous de 20 %.

32En matière d'investissements privés étrangers, le tableau est plus compliqué. Alors que ceux-ci ont joué jusqu'à maintenant un rôle très modeste au Pakistan et en Inde, ils ont connu un remarquable essor en Asie du Sud-Est. En Amérique latine, la part des capitaux étrangers est de très longue date importante et le demeure aujourd'hui comme le montrent les analyses des pays.

33L'inflation a toujours été beaucoup plus contenue en Asie - y compris dans les pays non étudiés ici - sauf dans l'Indonésie de la fin de l'ère Soekarno, entre 1960 et 1965. Des taux de 10 à 20 % suscitent immédiatement le plus vif émoi et le déclenchement de mesures pour abaisser la barre. Ainsi, dans la décennie 1980-1990, l'inflation est de 6 à 8 % par an en moyenne au Pakistan, en Inde et en Indonésie, de 1,6 à 3 % en Thaïlande et en Malaisie (dans les deux premiers pays elle augmente fortement en 1991 et 1992 : 10 à 12 %).

34Le Chili représente une sorte de modèle selon les normes latino-américaines avec une moyenne annuelle de 20 %, face au Mexique 70 %, au Brésil 280 %, à l'Argentine 395 %. Depuis 1990, on note un recul sensible au Mexique où l'inflation est de l'ordre de 13 % par an et une chute spectaculaire en Argentine.

35Commenter ces profondes différences constitue une des questions-type qui dépassent le cadre de cet ouvrage. Relevons simplement qu'il doit exister un faisceau d'explications qui tiennent à l'histoire, aux types de développement, aux mentalités, aux facteurs culturels...

36Les écarts d'endettement international ne sont pas moins manifestes. Erreurs de jugement, imprudences ou légèreté ne sont pas l'apanage des élites dirigeantes latino-américaines. Les responsabilités des banques étrangères ne sont pas moins lourdes. De surcroît, alors que la dette gonfle, la fuite des capitaux est considérable. Pour le Mexique on parle de montants équivalant au tiers de la dette, sinon davantage. En Argentine ils correspondraient presque au montant de la dette.

37Si les dirigeants asiatiques sont en général plus prudents, il faut préciser que jusque vers 1980, ils étaient peu sollicités par les banques étrangères. La situation s'est modifiée dans la décennie 1980-1990. Thaïlande, Malaisie et Indonésie ont su jouer habilement sur différentes formes de crédits et de forts investissements privés étrangers, au point qu'ils maîtrisent leur dette sans trop de difficultés, tout au moins les deux premiers. En Inde et au Pakistan, la situation s'est dégradée avec des emprunts croissants sur le marché des capitaux privés. Nous avons vu les mois dramatiques qu'à connus l'Inde au début de 1991 et la situation très tendue du Pakistan.

38En comparant le montant et le service de la dette de 1980 à 1990, en Asie, c'est l'Inde qui s'en sort le plus mal avec une aggravation très sensible de l'endettement. Elle est suivie du Pakistan. La hausse du poids de la dette s'accentue en Indonésie et en Malaisie, sans pour autant susciter de trop fortes tensions. La Thaïlande améliore légèrement sa position.

39Dans la décennie écoulée, les pays d'Amérique latine ont réussi de manière très sensible à réduire le fardeau d'une dette très supérieure à celle des pays d'Asie en 1980. Particulièrement remarquable est la chute enregistrée au Brésil. Seule l'Argentine n'accuse qu'une baisse légère, même si grâce au plan Brady les contraintes se sont allégées.

L'endettement extérieur, 1990

L'endettement extérieur, 1990

Source : World Bank, World Development Report 1992

La politique d'industrialisation

40Sous l'impact de la grande crise des années 30 qui réduit leurs marchés extérieurs et leur capacité d'importation de produits manufacturés, les pays d'Amérique latine accentuent leurs investissements dans l'industrie. La Seconde Guerre Mondiale consolide cette nouvelle orientation. Cette politique fera école en Asie à partir de 1950.

41Au fil des années, cette stratégie d'industrialisation par substitution des importations, érigée en modèle par la CEPAL en Amérique latine, suscite cependant des critiques dans les deux continents. Les importations baissent moins qu'on ne l'espérait car le segment de production de biens d'équipement demeurant atrophié, nombre d'usines continuent à importer des composants, voire des matières premières. De plus, les protections douanières sont souvent trop fortes, ce qui rend les industries peu compétitives sur le marché mondial.

42Dans les années 1970-1980 le vent tourne et les planificateurs, en Inde comme au Brésil, mettent en avant les industries axées sur l'exportation. Les succès obtenus ne seront pas forcément spectaculaires.

43En Amérique latine, la crise économique des années quatre-vingt, en restreignant le marché intérieur, pousse l'industrie nationale à se tourner vers l'exportation : c'est le cas au Mexique, au-delà même du secteur de la sous-traitance internationale.

44Le Chili, le Mexique exploitent des créneaux de compétitivité internationale et entendent moderniser leur appareil industriel en l'exposant à une concurrence accrue du fait de la politique d'ouverture et d'abaissement des tarifs douaniers.

  • 7 Voir l'excellente analyse de Radha Sinha, "Lessons of the East Asian Experience for India", Sophia (...)

45En fait, on peut se demander si la question se pose en termes de dichotomie. L'exemple de la Corée du Sud et de Taïwan démontre avec éclat qu'une politique cohérente peut combiner à la fois les industries de substitution des importations et les industries branchées vers l'exportation.7

Perspectives démographiques et emploi

46L'Europe l'a clairement démontré au XIXe et au XXe siècle : après avoir fait baisser la mortalité, la hausse des niveaux de vie, les multiples changements économiques et sociaux affectent aussi la natalité qui avec un certain décalage se met à reculer.

47La question se pose de manière très différente dans le Tiers Monde. Alors que l'Europe avait rarement dépassé un taux démographique de 1 % par an au XIXe siècle, les pays en développement se situent dans une fourchette de 2 à 3 % par an, sinon plus. En 1950, l'Amérique latine en était à 2,6 % par an contre 1,5 % en Asie. Depuis lors la hausse s'est accélérée dans la première pour ensuite tomber en 1991 dans la plupart des pays à 2 % ou un peu au dessous, à l'exception de l'Argentine dont le profil démographique avec un taux de 1,3 % s'approche depuis plusieurs décennies des pays européens.

48En Asie, après des hausses au delà de 2 % dans la plupart des pays, on décèle une tendance à la baisse : en dessous de 2 % en Thaïlande et en Indonésie, 2 % ou un peu moins en Inde. Exception : le Pakistan avec 3,1 %.

49Il est troublant de constater que le Mexique et le Brésil, dont le PNB par tête est très supérieur à celui de l'Indonésie, ont connu un recul de la croissance démographique plus faible que cette dernière. Il semble cependant que le ralentissement se précise au Brésil, dont le taux de croissance serait tombé à 2 % ou un peu moins au recensement de 1990.

50A côté des variables socio-culturelles, doit être pris en compte le degré d'intervention des élites dirigeantes dans le contrôle de la démographie. De nombreux gouvernements d'Asie ont déclenché, dès les années 1950 ou 1960, des programmes de prévention des naissances dont le succès est net en Asie du Sud-Est et plus inégal en Inde. De son côté la Malaisie est plutôt nataliste pour des raisons d'équilibre ethnique qui lui sont propres. Quant au Pakistan, il commence, bien tard, à s'inquiéter de la question. Soulignons en passant que contrairement à ce que pensent les religieux bornés, l'Islam n'est pas opposé à la contraception. Au contraire, au XIe siècle déjà un des plus grands théologiens, l'Imam al Ghazali, déclarait le coït interrompu chose permise quand la beauté de la femme ou la situation économique de la famille était mise en danger par trop de naissances (Ghazali, Des bons usages en matière de mariage, Paris, Maisonneuve, 1953).

51Même si la natalité recule dans beaucoup de pays, la pression démographique ne va pas s'alléger avant des décennies, surtout dans les grands pays comme l'Inde et l'Indonésie, d'où une inquiétude toujours plus vive.

52Les latino-américains, en partie sous les pressions de l'Eglise catholique, ont pendant longtemps pratiqué la politique de l'autruche, tandis que gonflaient les bidonvilles. C'est en 1970 seulement que la question est posée au Mexique. Des programmes limités de propagande anti-nataliste se mettent en place. Au Brésil, jusque vers 1980, les autorités favorisent la croissance démographique, croyant ainsi acquérir un plus grand poids dans le continent. Le vent commence seulement à tourner. Quant au Chili, pays de larges classes moyennes on y perçoit, mais plus faiblement qu'en Argentine, une baisse spontanée de la natalité.

53Malgré une tendance dominante au ralentissement de la croissance démographique dans les deux continents, les esprits perspicaces, à Jakarta, New Delhi, Mexico ou São Paulo se rendent compte que des efforts plus grands s'imposent.

54La Corée du Sud et Taïwan le montrent clairement : un taux de 2 % ou plus n'empêche pas la mise en marche d'un fort processus de développement. Néanmoins, ces taux, surtout, s'ils ne baissent que lentement (contrairement à la Corée du Sud : 1,2 % en 1990) ont des effets aussi multiples que pernicieux. Gonflement des villes et des bidonvilles, éducation de bas niveau avec des classes surchargées d'élèves encadrés par des maîtres médiocres, des universités qui explosent et sortent des étudiants mal formés et ce faisant, mal utilisables. Que dire aussi des conditions de santé : manque d'hôpitaux, de dispensaires, de bons médecins...

55Finalement la pression démographique exerce tout son poids sur l'emploi productif. Or celui-ci constitue le remède principal à la misère et l'extrême pauvreté. De plus la lutte de chacun pour le moindre poste génère de graves troubles socio-politiques, comme on le voit en Inde et au Pakistan, où une large part des violences entre communautés (communalisme) sont influencées par ce facteur. La criminalité devenue si élevée dans les métropoles latino-américaines - au reste très supérieure à celle des villes d'Asie - n'est-elle pas non plus encouragée par la pression démographique et le manque d'emploi ? Enfin les effets déstabilisateurs du manque de travail frappent en particulier la jeunesse.

56Les promoteurs des réformes économiques ne peuvent plus fermer les yeux devant un tel constat. Au Mexique, en Inde, au Pakistan et ailleurs, les dirigeants se rendent compte que, même si la croissance démographique accentue sa baisse, une croissance économique plus vigoureuse que jusqu'à maintenant s'impose si l'on veut hâter la lutte contre la pauvreté. Cette inquiétude constitue une des composantes du courant de réformes.

Les réformes économiques

57De la fin des années 1980 à 1992, les réformes économiques prennent dans plusieurs pays une ampleur sans précédent au point qu'il n'est pas exagéré de parler de rupture ou de changement de cap. C'est le cas du Pakistan, de l'Inde, du Mexique, et de l'Argentine. En Thaïlande, en Malaisie, en Indonésie, au Chili, il s'agit plutôt du renforcement de courants déjà existants. Au Brésil, subsiste par contre un climat d'incertitude, voire de flottement qui prolonge celui des premiers plans de réforme de 1986 à 1990.

58Si plusieurs objectifs se retrouvent d'un pays à l'autre, les modalités d'application, le contexte socio-politique et économique présentent, quant à eux, des différences esquissées dans le panorama comparatif présenté plus haut.

59Autres traits distinctifs, le calibre, les compétences, le poids politique des dirigeants. L'écart est profond entre, par exemple, le jeune et fougueux Président Salinas et le Président Suharto, au pouvoir depuis 1967, et susceptible de briguer un sixième mandat.

60Que dire aussi de l'arrière-plan politique : les turbulences indiennes et pakistanaises, le climat plus calme de la Malaisie ou du Chili, les manœuvres des partis rivaux au Mexique ou au Brésil ?

61Un premier point se dégage partout, c'est le caractère irréversible des réformes. La plupart des nationaux clairvoyants et des observateurs étrangers s'accordent pour constater que les changements étaient devenus inévitables et qu'ils vont dans la bonne direction. Mais la partie n'est encore nulle part véritablement gagnée et tous les impondérables n'ont pas disparu.

62Quelles sont les principales orientations des réformes ? La plus grande ouverture sur le monde extérieur se retrouve partout et concerne aussi bien la politique économique que l'état d'esprit des élites dirigeantes. L'ethnocentrisme, parfois les complexes de supériorité, reculent. A Delhi, à Mexico, à Brasilia, on s'interroge sur les échecs ou les insuffisances des décennies écoulées pour s'intéresser à la réussite de pays ignorés jusqu'alors ou regardés de haut comme la Corée du Sud et l'île de Taïwan.

63La débâcle des dogmes marxistes-léninistes ou socialo-populistes est non moins générale, mais il faut espérer - nous y reviendrons - que les réformateurs ne tombent pas dans le dogmatisme de droite.

L'ouverture sur le monde extérieur

64Complainte fréquente sauf en Asie du Sud-Est : des équipements industriels vieillis sortant des produits coûteux, de qualité médiocre, donc peu compétitifs sur le marché mondial. Une telle situation résulte, entre autres, d'un excès de protectionnisme, ce qui conduit à un triple impératif : libéraliser ou assouplir le commerce extérieur, importer plus de biens d'équipement, voire de produits semi-finis pour moderniser les usines existantes et en créer de nouvelles, puis sur cette nouvelle base pousser les exportations de produits manufacturés.

65Cette politique se trouve facilitée par l'appel aux investissements privés étrangers, aux joint ventures, aux accords de transferts de technologies. Les pays réticents jusqu'alors (Inde, Mexique, Argentine) se montrent plus ouverts. Ceux qui l'étaient déjà en Asie du Sud-Est poursuivent sur leur lancée. De son côté, le Chili commence à attirer les multinationales davantage que par le passé. Liée à cet objectif, intervient la privatisation du secteur public (sur laquelle nous reviendrons) qui peut, comme au Mexique, se combiner à des apports de capitaux extérieurs.

66Ces politiques sont dans plusieurs pays de trop fraîche date pour déboucher sur un premier bilan. Néanmoins, les impulsions données sont dans l'ensemble encourageantes.

67Par leur commerce extérieur et leurs investissements privés, Japon et Etats-Unis participent activement aux politiques d'ouverture en Asie du Sud-Est et du Sud. Les Quatre Dragons commencent à les talonner, tandis que l'économie côtière de la Chine est en plein essor. De son côté, l'Asie du Sud cherche à resserrer ses liens avec le Sud-Est et l'Extrême-Orient.

68En Amérique latine, à la présence fort ancienne des Etats-Unis, s'ajoute la montée du Japon et, plus récemment, celle de la Corée et de Taiwan. Il n'est pas interdit d'imaginer l'élargissement de la zone Asie-Pacifique Nord aux riverains latino-américains du Pacifique Sud.

69Au niveau régional, plusieurs pays de la zone sont entrés dans un processus d'ouverture à travers la création de zones de libre-échange. La plus prometteuse paraît être celle de l'Accord de Libre Echange Nord-Américain (ALENA) entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique. Au sud le MERCOSUR, entre l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay présente aussi des perspectives intéressantes, alors que le renouveau du Pacte Andin est plus problématique. L'ASEAN (Association of South East Asian Nations) commence seulement à s'engager sur la voie de la coopération économique. La SAARC (South Asian Association for Regional Cooperation) est encore moins avancée à la suite des tensions entre les Etats membres.

70Quelle est la place des Européens ? En Asie, on leur reproche une "réserve" en matière d'investissement - mais non pas sur le plan commercial - que n'ont ni les Japonais, ni même les Américains. Des réactions analogues se dessinent à Mexico.

71Avons-nous suffisamment conscience en Europe de la redistribution des cartes économiques en cours ? Depuis 1980 déjà, les échanges à travers l'Atlantique nord sont dépassés par ceux entre l'Amérique du Nord et l'Asie. En 1991, ce sont les échanges Europe-Asie qui prennent la deuxième place dans la grande triade du commerce mondial. Le dynamisme de l'Asie est encore loin d'avoir atteint sa vitesse de croisière. Quant à l'Amérique latine, après une décennie de passage à vide, elle est en train de relever la tête. Elle peut certes jouer sur plusieurs tableaux au nord vers les Etats-Unis, à l'ouest vers l'Asie, à l'est vers l'Europe. Encore faudrait-il que cette dernière, malgré 1993, malgré les pays de l'est, Russie incluse, se préoccupe davantage des grandes manœuvres de part et d'autre du Pacifique.

Commerce Extérieur

Commerce Extérieur

* y compris exportations et importations des zones franches
Source : World Bank, Trends in Developing Economics 1991 et World Bank Atlas, 1990

Croissance des échanges en % 1980-1990*

Croissance des échanges en % 1980-1990*

*basée sur la valeur en dollars courants
Source : GATT, International Trade 90-91, vol. II, Geneva 1992 ; World
Bank, World Development Report 1992

Réformes monétaires et financières

72L'inflation constitue, sous des couleurs contrastées, un sujet commun d'inquiétude, sauf en Malaisie et en Thaïlande. Le Mexique se réjouit du recul de l'inflation à 13 % en 1992, l'Inde se désole d'être encore à 12 % au printemps 1992.

73Le besoin de réduire le déficit budgétaire n'est pas le même partout. Thaïlande et Malaisie réussissent à équilibrer leurs comptes voire à disposer d'un surplus de recettes. Cette dernière condition est remplie au Chili depuis le début de l'ère Pinochet.

74Le Mexique a réussi à réduire de manière sensible son déficit budgétaire en 1991 tandis que l'Argentine enregistrait une première depuis vingt-cinq ans, soit un budget excédentaire.

75Les progrès sont peu spectaculaires en Inde et encore plus faibles au Pakistan.

76Quant aux capitaux qui ont fui l'Amérique latine ils sont en train de revenir, tendance très nette au Mexique et en Argentine, bien qu'il s'agisse de capitaux hautement volatiles. En Inde et au Pakistan, des indices similaires commencent à se faire jour.

77Dans tous ces secteurs, et d'autres, le Brésil n'arrive pas à trouver son assiette ni le cap susceptible de le sortir de ses multiples embarras. Au Chili, la politique budgétaire s'est par contre améliorée au fil des années.

78Non moins délicate est la question des subventions, notamment à l'agriculture en Asie du Sud et du Sud-Est. Les gouvernements n'avancent qu'à petits pas sur ce terrain miné par les pressions politiques contradictoires ; celles des paysans, tout au moins de ceux qui ont de la terre, et celles des urbains. A noter au Mexique, la réforme constitutionnelle qui ouvre la voie à la privatisation des structures héritées de la réforme agraire, comme l'Ejido.

79Des défauts similaires se retrouvent en Inde, au Pakistan, en Indonésie, au Mexique, au Brésil... à propos des banques créées par l'Etat ou nationalisées. Leur fonctionnement et leur gestion laissent fort à désirer. Mexicains et Pakistanais sont en train de privatiser, alors que les Indiens cherchent, pour le moment au moins, à améliorer les performances des dites banques.

80Alors que les investissements publics ont joué un rôle central dans le processus de développement pendant des décennies, la tendance à mieux mobiliser les capitaux privés apparaît dans nos exemples. Les bourses sont en pleine expansion, encore qu'elles aient besoin d'améliorer leurs techniques de fonctionnement et d'information et prendre garde aux abus de tout genre. La phase de libéralisation exige le respect d'un certain nombre de règles claires et précises.

81Dans cette perspective, les grandes banques internationales implantées de longue date en Amérique latine, à Tokyo, Hong Kong ou Singapour, étendent leurs réseaux dans le reste de l'Asie.

Dérèglementation du secteur privé et privatisation du secteur public

82Les pays étudiés ont en commun d'avoir suivi une stratégie de développement à économie mixte. Le secteur privé dans l'industrie et les services a connu une forte expansion, mais il s'est trouvé de plus en plus enserré dans un filet de règlements et de contrôles en matière de prix, de création ou d'expansion d'entreprises, de licences d'importation.

83Ces caractéristiques, qui varient plus en degré que sur le fond, se sont traduites par la hausse de la corruption, des retards, des pesanteurs bureaucratiques. Or, le vieux principe "time is money" a pris un sens encore plus aigu aujourd'hui avec l'évolution des techniques de gestion et de communication, au point que les retards coûtent toujours plus cher. On retiendra aussi le manque de productivité et de compétitivité sur les marchés régionaux et mondiaux.

84Les efforts entrepris dans tous les Etats en faveur de l'économie privée commencent à porter leurs fruits, même s'il reste encore à faire.

85Ces mesures prennent un sens particulier dans le cas des investissements privés étrangers qui, jusqu'alors, et plus que les investissements internes, réagissaient négativement aux multiples interférences de l'Etat. Les procédures sont en voie de simplification à des degrés variables : dérèglementation quasi-totale au Chili et au Pakistan, mesures plus limitées en Inde, vigoureuses en Argentine et au Mexique où le tabou pétrolier subsiste toutefois. Quant à la Thaïlande, elle ne fait que suivre le système très libéral de ces dernières années.

86La dérèglementation du secteur privé constitue un ensemble d'opérations relativement aisées, même s'il faut compter avec les combats d'arrière-garde de certains fonctionnaires qui vont perdre de l'influence, ou de syndicats corporatistes, notamment en Argentine, au Mexique, en Inde.

87Beaucoup plus complexe est la privatisation du secteur public. Les plaintes sont générales : les entreprises fonctionnent à perte, et dégagent, sauf exception, de trop faibles profits. La paperasse, le manque d'autonomie s'opposent à une gestion efficace ; les coûts trop élevés accroissent le déficit budgétaire. Les interférences d'ordre politique, les phénomènes de patronage constituent des handicaps supplémentaires, sans parler de la corruption. C'est dire que de gros intérêts - pas seulement d'ordre économique - sont en jeu.

88Autre difficulté : les entreprises du secteur public souffrent d'un excès de personnel que les privatisations devraient éliminer de manière à devenir plus performantes. Il faut donc s'attendre à des réactions hostiles, compte tenu du poids des syndicats, encore que ce dernier varie : très important en Amérique latine et en Inde, moins manifeste en Asie du Sud-Est.

89Si, pratiquement dans tous les pays, la cause des privatisations est acquise, la concrétisation d'un tel objectif varie. Le Chili a été le premier, dans les années 70 déjà, à privatiser le secteur public, à une grosse exception près : les mines de cuivre. Le Mexique et l'Argentine sont allés vite en besogne et de manière très large : mines, sidérurgie, banques, téléphone, compagnies aériennes. Le Pakistan a opté pour l'élimination de la plupart des entreprises publiques (industries et banques), opération en cours de réalisation. L'Inde avance à petits pas pour limiter les remous politiques. Malaisie et Indonésie commencent à accélérer le mouvement. Le Brésil est en train de prendre les premières décisions.

90Plusieurs pays ouvrent aujourd'hui au secteur privé, investissements étrangers compris, des domaines réservés jusqu'à maintenant aux pouvoirs publics : télécommunications, prospection et exploitation de gisements de pétrole et de gaz naturel.

Ressources humaines, infrastructures, environnement

91Trois autres grands secteurs sont touchés par les réformes : les besoins en cadres et en infrastructures, la gestion de l'environnement.

92La modernisation des entreprises et de l'économie dans son ensemble nécessitent le renforcement des ressources humaines, des cadres mieux formés à tous les niveaux. Dans l'ensemble, les pays d'Amérique latine se trouvent dans une situation peut-être plus favorable que celle des pays d'Asie. Si l'Inde se trouve assez bien dotée, il n'en va pas de même en Indonésie ni au Pakistan.

93Le haut niveau du système d'éducation au Japon, en Corée du Sud, à Taïwan, constitue une composante importante de leurs succès économiques. Les autres pays d'Asie et ceux d'Amérique latine restent très loin derrière. Or, ces insuffisances risquent de devenir plus apparentes et plus amples au moment où l'expansion va s'accélérer, comme le montre la Thaïlande. Après plusieurs années de hausse spectaculaire du PNB, on perçoit des signes d'essouflement, certains d'entre eux dus au manque de cadres dans tous les domaines.

94Télécommunications, transports, routes, voies ferrées, lignes aériennes, réseaux électriques constituent des maillons décisifs dans la chaîne de l'expansion. Or, ceux-ci sont faibles et tendent à s'affaiblir davantage sous le poids de la croissance. En Asie, la pénurie d'électricité demandera de longues années avant de disparaître. Même moins aigües, les insuffisances de l'Amérique latine pourraient s'accroître.

95Transports ferroviaires et routiers, encombrements urbains n'en sont qu'à leurs débuts et les goulots d'étranglement pourraient s'aggraver avant de reculer.

96L'accélération des cadences de développement va peser sur un environnement déjà fragile, ce qui entraînera des coûts supplémentaires en matière d'améliorations sociales comme l'eau potable, ou au plan des investissements industriels consacrés aux mesures anti-pollution.

97Enfin, au Mexique, en Argentine et en Thaïlande, le poids démesuré de la capitale, aux points de vue démographique et économique, exerce de multiples effets pervers.

Le faux débat : trop d'Etat, moins d'Etat

98Les dogmatistes de droite font preuve d'une raideur simpliste qui, au plan intellectuel, n'a pas beaucoup à envier aux adeptes du marxisme-léninisme à ses heures de gloire. La privatisation est le remède miracle. L'Etat doit se retirer, laisser le champ libre à l'esprit d'entreprise, à la concurrence, supprimer toutes les restrictions douanières.

99Nous laisserons de côté les aspects du débat qui concernent les pays occidentaux pour rester dans nos deux continents du Sud. L'enjeu réel porte à la fois sur plus et moins d'Etat, ou si l'on préfère, sur la manière d'intervenir.

100Au préalable, il convient de rappeler que l'Etat a joué un rôle important dans le développement du Japon dès la fin du XIXe siècle, et, de manière encore plus nette, en Corée du Sud et à Taïwan à partir de 1960. Dans ces pays d'Asie, au lieu d'être un frein, l'Etat s'est révélé un stimulant au développement en intervenant à bon escient là où il devait s'imposer et en laissant le champ libre à l'entreprise privée dans le cadre d'orientations bien tracées.

101Autre caractéristique, la souplesse des dirigeants qui savent modifier le système à temps pour relancer la croissance lorsqu'elle dérape.

102En Corée du Sud, à Taïwan, le secteur public a réussi à éviter les faiblesses rencontrées dans beaucoup d'autres pays. Preuve en est que le complexe sidérurgique POSCO de Corée du Sud constitue une des aciéries les plus efficaces du monde entier ! Il est donc erroné d'adopter systématiquement une attitude hostile vis à vis du secteur public en le chargeant de tous les péchés de la terre. On pourrait d'ailleurs citer des entreprises publiques indiennes qui donnent satisfaction.

103Au delà de ces rappels, il est vrai qu'il y a trop d'Etat dans les pays en développement, d'où la justification de la libéralisation en cours. Il tombe sous le sens que les gouvernements doivent en faire moins et le faire mieux en se concentrant sur les enjeux primordiaux.

104Le champ des investissements publics reste pourtant très large. En Asie, rien ne serait plus dangereux que de les réduire dans l'agriculture. Les systèmes d'irrigation par canaux exigent de très gros travaux de réfection, la recherche agronomique, la vulgarisation, le crédit constituent autant de tâches où l'on ne voit pas l'initiative privée remplacer les services publics. La question se pose en termes moins pressants en Amérique latine, compte tenu de la place plus modeste de l'agriculture, mais elle ne mérite pas pour autant d'être négligée.

105Malgré les débuts de privatisation des infrastructures, transports, communications, électricité, les besoins sont si énormes dans les deux continents que la participation de l'Etat mériterait de s'élargir, en même temps que celui-ci se dégage, en partie, de ses activités dans l'industrie.

106Des remarques analogues s'imposent à propos de l'environnement et de la lutte contre la pollution.

107Restent pour terminer les améliorations criantes que réclament les secteurs de l'éducation et de la santé. Seules des études détaillées permettraient d'établir une gradation des pays selon les besoins. A lui seul le critère de l'analphabétisme est déjà révélateur : 65 % au Pakistan, 52 en Inde, 23/22 pour l'Indonésie et la Malaisie, moins de 10 % pour la Thaïlande et les pays d'Amérique latine, sauf le Brésil qui se tient encore à 19 % (chiffres de 1990, Rapport Mondial sur le Développement Humain, 1992). Néanmoins, il faudrait aussi tenir compte de la qualité de l'éducation, y compris l'enseignement supérieur, les instituts de recherche. A cet égard, l'Inde fait nettement meilleure figure qu'en matière de scolarisation. Il en va de même en Argentine et au Brésil qui, eux aussi, assurent la création d'élites de haut niveau, face aux masses d'élèves de médiocre formation et aux pertes du primaire.

108A ces responsabilités de l'Etat s'en ajoutent d'autres. Dans de vastes champs de l'activité économique et de la vie sociale, les lois n'existent tout simplement pas, ou ne sont pas respectées. Citons en vrac les abus en matière de travail des enfants, les fraudes et adultérations de produits chimiques, pharmaceutiques, alimentaires, la combine, les passe-droits, le manque de protection juridique, sans oublier les défauts de l'appareil policier.

109Certes, Occidentaux et Japonais auraient tort de se poser en censeurs car nos systèmes juridiques ne fonctionnent pas sans failles non plus, et nous avons mis des décennies à corriger les abus qui subsistent dans le Tiers Monde. Cependant, force est d'admettre que le renforcement du système juridique constitue une nécessité directement liée à une économie plus efficace. On pourrait d'ailleurs en dire autant du droit en matière de propriété intellectuelle et industrielle, vaste sujet non couvert dans ce livre.

110En fin de compte, l'Etat conserve de lourdes responsabilités, quelles que soient les vertus attribuées au marché. L'important pour les pouvoirs publics est de tracer les grandes orientations, le cadre général dans lequel va se mouvoir l'économie privée, tout en intervenant directement dans les secteurs mentionnés ci-dessus. Cette sorte d'harmonisation entre les devoirs de l'Etat et les intérêts privés constitue une des explications des succès japonais, et plus récemment coréens. Il est encourageant de voir ces idées gagner du terrain chez les réformateurs d'Asie et d'Amérique latine.

A qui vont profiter les réformes ?

111Si les premières phases de profondes réformes peuvent être douloureuses, ce qui compte, c'est la suite, c'est-à-dire un vigoureux processus de progrès économique et social. Pour le moment, on ne peut aller guère au-delà de quelques remarques générales. Dans tous les pays d'Asie considérés, les réformes même limitées des années 1980 ont déjà contribué à accélérer la croissance. Celle-ci a eu des retombées non négligeables sur les couches pauvres de la population. La question reste par contre ouverte de savoir si les écarts de revenus ont baissé, un point finalement non prioritaire. Au départ tout au moins, ce qui intéresse les plus pauvres, c'est de vivre moins mal !

112L'accélération de la croissance attendue des réformes, en créant plus d'emplois, en accentuant la diversification de l'économie, en accroissant la part des secteurs secondaires et tertiaires - y compris petites industries et petits commerces - devrait élargir le marché de l'emploi plus que par le passé, donc hâter le recul de l'extrême pauvreté.

113Que peut-on dire de l'Amérique latine ? La relative corrélation entre niveau de l'économie et conditions de vie observée en Asie semble se retrouver au Chili mais à des niveaux plus élevés. En revanche, le cas brésilien est troublant. Derrière un PNB par tête apparemment supérieur à celui du Chili (2 550 $ contre 1 770 $ en 1989) se cachent des différences de revenu considérables, se soldant par le sort très précaire de larges couches de la population. Il est, par ailleurs, symptomatique que le gouvernement mexicain désengage l'Etat de la production, tout en développant les structures et moyens d'un programme national de solidarité destiné à contenir la pauvreté et assurer la paix sociale.

114L'indice de développement humain confirme cette impression : le Chili est à la 38e place, le Mexique à la 45e, le Brésil à la 60e, derrière la Malaisie au 52e rang (PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 1991, Paris, Economica, 1991).

115Si les futurs gains sociaux des réformes ne sont pas forcément assurés en Amérique latine, il ne fait, en revanche, pas de doute que l'absence de réformes, et la poursuite des anciennes stratégies de développement, n'auraient fait qu'aggraver le sort des plus pauvres, comme ce fut le cas dans la décennie 1980-1990, à de rares exceptions près, dont le Chili.

En guise de conclusion

116Comment conclure cet examen des réformes en Asie et en Amérique latine ? De nouvelles générations montent en ligne, fortes de l'expérience positive et négative accumulée depuis une quarantaine d'années. Elles conçoivent la modernisation de leurs pays dans des termes qui s'annoncent prometteurs, même si nulle part la partie n'est encore gagnée. Débarrassées des dogmatismes de gauche, il faut espérer qu'elles résisteront aux dogmatismes de droite. De Mani à nos jours, le Manichéisme ne porte pas bonheur, quelles qu'en soient les couleurs.

117Le succès des réformateurs dépend d'abord d'eux-mêmes. Néanmoins, leurs partenaires étrangers peuvent faciliter leur tâche par des politiques de coopération et d'ouverture réciproque (transferts de technologies, crédits publics, investissements privés, échanges commerciaux) plus larges que jusqu'à maintenant. Une telle ligne de conduite ne relève pas de la philanthropie car elle bénéficiera aussi aux économies des pays riches dont la santé n'est pas au beau fixe. Or nous craignons que les élites américaines et européennes soient moins conscientes des mutations évoquées dans ce livre que leurs concurrents japonais, et bientôt coréens ou taiwanais !

Notes

1 Texte rédigé par Gilbert Etienne avec la collaboration des autres auteurs.

2 Sur cette absence de corrélation voir Sorensen, Georg, "Democracy, Dictatorship and Development : Consequences for Economic Development of Different Forms of Regime in the Third World" in Auroi, Claude (Ed.) The Role of the State in Development Processes, London, Frank Cass, 1992.

3 Le célèbre Indian Civil Service a beaucoup emprunté au système moghol et l'idée de recrutement par concours est venue de Chine.

4 R. Aron, Le spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, pp. 48-50.

5 Voir R. Dahrendorf, Reflections on the Revolution in Europe, Londres, Chatto and Windus, 1990.

6 Nous indiquons ici des tendances. Il faudrait bien sûr affiner l'analyse, ce qui dépasse le cadre de cet ouvrage. Ainsi, l'exercice de la démocratie suit des normes qui ne sont pas uniformes.

7 Voir l'excellente analyse de Radha Sinha, "Lessons of the East Asian Experience for India", Sophia International Review, Tokyo, No. 14, 1991.

Table des illustrations

Titre Répartition du PNB et de la population
Légende Source : World Bank, Trends in Developing Economics 1991, et World Bank Atlas 1990
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre L'endettement extérieur, 1990
Légende Source : World Bank, World Development Report 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Commerce Extérieur
Légende * y compris exportations et importations des zones franchesSource : World Bank, Trends in Developing Economics 1991 et World Bank Atlas, 1990
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3054/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Croissance des échanges en % 1980-1990*
Légende *basée sur la valeur en dollars courantsSource : GATT, International Trade 90-91, vol. II, Geneva 1992 ; WorldBank, World Development Report 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3054/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540