Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies d'Asie et d'Amérique latine : changements de cap

 | 
Gilbert Étienne
, 
Jean Revel-Mouroz

Mexique : "Révolution Saliniste" et intégration économique aux Etats-Unis

Jean Revel-Mouroz

Texte intégral

Introduction

  • 1 L'importance de l'enjeu démographique a été démontrée dans la controverse sur la validité du recens (...)

1Le défi mexicain, c'est avant tout de répondre aux contraintes de sa démographie. Le Mexique aura doublé trois fois sa population en un siècle, entre 1910 et 2010, passant de 13 à 113 millions d'habitants.1 Entre 1988 et 2000 sa population économiquement active devrait augmenter de 13-15 millions, passant de 27 à 40-42 millions.

2La priorité est donc la croissance économique, une croissance créatrice d'emplois devant limiter l'explosion de la marginalité et de l'informel au Mexique-même, ainsi que la migration structurelle vers les Etats-Unis, qui tend aujourd'hui à retrouver un rythme annuel de trois millions de passages illégaux (si l'on compte deux passages réussis pour une arrestation et déportation par les autorités nord-américaines, selon les estimations de ces dernières).

Mexicains en situation illégale déportés des Etats-Unis

Mexicains en situation illégale déportés des Etats-Unis

Source : Secretaria de Relaciones Exteriores, dans : Présidence de la République "Panorama du Mexique" juillet 1992 p. 63. (données arrondies)

3Selon le directeur général pour les relations nord-américaines de la SECOFI, pour absorber son million d'emplois nouveaux nécessaires par an, sans même diminuer le stock de chômeurs et sous-employés accumulé pendant la crise des années quatre-vingts, le Mexique devrait atteindre une croissance économique réelle de 6 % par an, ce qui suppose une croissance de l'investissement de 25 %/an, niveau seulement atteint quelques années pendant le boom du pétrole (en 1992 on s'attend à une croissance de 4 %).

4A ce défi répond le pari du président mexicain Salinas de Gortari (élu en 1988, mais déjà Ministre de la Programmation et du Budget dans le gouvernement antérieur de M. de la Madrid), un quitte ou double, celui du "pari néo-libéral" (Solano 1990) et de l'ouverture, avec la volonté de ne pas rester dans le wagon des pays du Tiers Monde.

5C'est au nom d'un nationalisme rénové, fondé désormais sur les valeurs du "libéralisme social", que le gouvernement saliniste justifie sa politique de rupture avec un modèle de développement vers l'intérieur, protectionniste, de substitution d'importations, d'expansion du secteur public, qui avait déjà trouvé ses limites à la fin des années soixante, mais que la bonanza pétrolière des années 73-81 avait artificiellement maintenu en vigueur :

6"Dans un monde interdépendant, ce n'est pas en fermant nos portes et en essayant d'ignorer ce qui se passe à l'extérieur que nous nous assurerons une plus grande indépendance économique". "Un nouveau nationalisme nous appelle à consolider nos liens avec d'autres pays". "Si le nationalisme définit ce qui fait de nous une même nation à travers les siècles, nous ne pouvons permettre aujourd'hui qu'il soit vu comme un obstacle à notre développement en raison de ses liens avec les voies du passé."(Salinas de Gotari, 1991)

La nouvelle stratégie de développement

7Placées sous le thème de la modernisation, les années 1989-1992 accentuent le changement de stratégie générale de développement du Mexique, entamé en 1982 et marqué par la stabilisation, l'ajustement, la déréglementation, les privatisations et la redéfinition d'un secteur public qui doit réguler plus qu'intervenir, enfin par l'ouverture avec appel aux investissements étrangers.

8La modernisation économique est accompagnée d'un renouvellement du système socio-politique qui avait consacré l'hégémonie du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI) depuis 1929. Pour la première fois le PRI doit reconnaître des succès électoraux majeurs à l'opposition (conquête du gouvernement de certains Etats, comme la Basse Californie et le Chihuahua), tout au moins à celle du centre-droit, à ce Parti d'Action Nationale (PAN) avec lequel un pacte tacite semble fonctionner. L'essentiel des réformes économiques et politiques faites par le président Salinas de Gortari figurait dans le programme du PAN et était commun aux secteurs patronaux des deux partis. L'opposition populiste et de gauche du Front Démocratique, conduite par Cuauhtémoc Cárdenas, le fils de Lazaro Cárdenas, Président légendaire de la réforme agraire et de la nationalisation du pétrole des années 30, demeure sans véritable programme économique, et reléguée dans la contestation.

9Le système corporatiste syndicat-parti est secoué ; au nom de la lutte contre la corruption, des caciques syndicaux sont emprisonnés ; la Confédération des Travailleurs Mexicains, la CTM, doit plier devant l'action présidentielle, et jouer le jeu des programmes d'ajustement et des limitations salariales, malgré la dégradation du pouvoir d'achat pendant la décennie quatre-vingt.

Evolution des salaires réels minimum (sm) et industriel moyen (sim) 1980-1991. Base 1980=100

Evolution des salaires réels minimum (sm) et industriel moyen (sim) 1980-1991. Base 1980=100

Source : 80/87 : Mexico Social 1988-1989. Banamex.
88/91 : UEA. "Mexico Situación Economica" Situación Latinamericana
Février 1992, CEDEAL Madrid p. 126 (pour 1991, moyenne des 8 premiers mois)

  • 2 Le mot Ejido, repris d'une terminologie agraire espagnole, désigne au Mexique la collectivité bénéf (...)

10Des tabous sautent : en 1991 la Constitution de 1917 a été révisée pour permettre de nouvelles relations entre l'Etat et l'Eglise, et pour clore la réforme agraire dont le secteur des ejidos2 est ouvert à la privatisation. Combien de temps le mythe de la nationalisation de 1938, réalisée contre les entreprises américaines et anglo-hollandaises, protègera-t-il encore le pétrole, dont l'exploitation est réservée à la société nationale Petroleos Mexicanos, PEMEX ?

11Enfin la cohabitation dans le désaccord, qui régissait la relation Mexique Etats-Unis, fait place à une marche forcée vers un traité de libre commerce Mexique Etats-Unis Canada renforçant l'intégration économique.

  • 3 Intervention à "The Americas Society" rapportée par Mexico Business Monthly vol. 2 n° 2, mars 1992. (...)

12Ces actions de réformes fondamentales, accumulées en trois ans, constituent une véritable "Révolution Saliniste" - une contre-révolution pour l'opposition de gauche et les fidèles du PRI nationaliste et populiste. Pour les voisins du nord, c'est-là le triomphe des idées libérales, le Mexique se montrant un élève particulièrement brillant en Amérique latine ; Gerald Corrigan, Président de la Federal Reserve Bank de New York prédisait récemment que : "les historiens décriront les récentes réformes politiques et économiques de l'Amérique latine comme "une révolution tranquille" qui construit le chemin du progrès pour le XXIème siècle."3

Objectif numéro un : la stabilité économique

La dette

13La chute des prix mondiaux du pétrole (privant le budget mexicain des ressources attendues) et la hausse des taux d'intérêt internationaux avaient provoqué en 1982 la crise de la dette extérieure, aggravée par une fuite massive de capitaux.

14Pour assurer un transfert extérieur au titre de la dette d'environ 6 % du PIB, le gouvernement mexicain avait dû imposer un ajustement draconien. L'investissement public baissait de 10 % à 5,5 % du PIB entre 1982 et 1987, les salaires réels minimum perdaient la moitié de leur valeur. Pourtant l'inflation atteignait des niveaux jamais observés au Mexique et la baisse du PIB, provisoirement enrayée en 1984-85, reprenait.

15Les négociations sur la dette extérieure avec le FMI, la Banque Mondiale et les banques commerciales ne fournissaient que des solutions au jour le jour, la dette intérieure explosait, et la reprise de la croissance économique semblait impossible. En 1988, le paiement (principal et intérêts) de la dette représentait 10,2 % du PIB.

16L'allègement de cette charge fut l'un des premiers objectifs du gouvernement saliniste. La restructuration de la dette étrangère qui ne représente plus que 35 % du PIB en 1991, contre 76 % en 1986, a été opérée grâce au Plan Brady, proposé en mars 1989 et mis en application au Mexique au début de 1990. Il a concerné 50 milliards de dollars de dette : 44 milliards sur 5 ans ont été reportés sur 30 ans avec la combinaison abandon du principal de 35 % et abaissement des taux d'intérêts à 6,25 %, le tout assorti de la garantie américaine (obligations) tandis que 6 milliards étaient reportés sur 15 ans, sans la garantie américaine.

17La dette intérieure a été également ramenée de 23 % à 18 % du PIB entre 1987 et 1991 (12 % prévu en 92). En 1991 les rentrées des privatisations (en deux/trois ans les privatisations auront fait rentrer 17 milliards de dollars, mais on arrive à la fin du processus) et les surplus pétroliers conjoncturels ("effet Saddam Hussein") ont servi à payer la dette intérieure.

18La pression de l'endettement interne diminue du fait que les taux réels ont été ramenés en dessous de l'inflation, et que l'Etat, tout en diminuant ses dépenses, recourt plus à l'impôt direct et à la TVA. Un assainissement fiscal est en cours avec l'élargissement de la base contributive (individus et entreprises).

  • 4 cf. GURIA Angel, Sous-Secrétaire aux Affaires Financières Internationales, Ministère des Finances e (...)

19La dette totale devrait être ramenée à 40 % du PIB en 1992 (54 % en 91, alors qu'elle est de 65 % aux Etats-Unis). En 1987 18 % du PIB allaient au paiement des intérêts de la dette publique extérieure et intérieure ; en 1992 cette proportion doit tomber à 4 %, soit une "épargne sociale" de 14 % du PIB.4

L'inflation

  • 5 cf (4)
  • 6 cf. CORDOBA José, Secrétaire Général de la Présidence de la République. Exposé au CNPF Internationa (...)

20"L'inflation, c'est l'ennemi social numéro un à vaincre"5 et l'objectif gouvernemental est d'atteindre un taux d'inflation similaire à celui des principaux partenaires commerciaux.6 La grande réussite du président Salinas de Gortari, c'est d'avoir brisé la spirale vers l'hyperinflation des années 85-88, culminant à 159 % en 1987 (Husson 1991). Prolongeant le Pacte de Solidarité Economique mis en place en 1987 par le PECE (Pacte de Stabilité et de Croissance Economique), il applique une politique de "glissement du peso", avec un taux de dévaluation programmé qui diminue, jusqu'à obtenir un quasi-blocage du taux de change nominal en 1991 autour des 3 000 pesos pour un dollar.

21Avec la combinaison du contrôle des salaires, de cette politique de change, et la réduction du déficit budgétaire, l'inflation chute à 18 % en 1991 et devrait baisser aux alentours de 10 % en 1992.

  • 7 cf.(6)

22En 1991, l'orthodoxie fiscale et la réduction des dépenses publiques, avec les privatisations, ont dégagé pour l'Etat des surplus équivalents à 4 % du PIB (l'objectif est un excédent de 3 % en 1992, comprenant 2 % du fait des privatisations et 1 % d'excédent budgétaire).7

Le deuxième objectif : la croissance compétitive

23Depuis 1985 la politique est celle de l'ouverture de l'économie, afin d'induire un processus de reconversion industrielle aboutissant à une plus grande flexibilité et à une augmentation de la productivité interne, de l'efficacité micro-économique.

24Depuis qu'en 1986 il est entré dans le GATT, le Mexique s'est engagé dans un processus d'ouverture. Le président Salinas de Gortari a en particulier appliqué unilatéralement toute une série de réformes :

  • Les tarifs douaniers ont été réduits à un maximum de 20 % ad valorem, soit bien en-dessous des 50 % fixés lors de l'accord sur l'entrée du Mexique dans le GATT. Actuellement le tarif moyen sur les importations nord-américaines est d'environ 10 %, identique à celui que le Canada appliquait avant l'entrée en vigueur du traité de libre commerce Etats-Unis Canada, en 1989 (Hughes 1992) ;

  • Les mécanismes de surréglementation sont supprimés ; les licences d'importation, qui étaient généralisées jusqu'en 1983, ne sont plus exigées que pour 230 lignes tarifaires représentant seulement 7 % de la valeur des exportations américaines vers le Mexique ;

  • Les restrictions non-tarifaires sont diminuées (sauf pour quelques produits comme l'automobile, les produits pharmaceutiques, quelques produits agricoles) ;

  • Des lois sur les droits de la propriété intellectuelle ont été mises en place, élevant notablement le degré de protection des brevets, marques et copyrights ;

  • Le règlement sur les investissements étrangers a été réformé en 1989 pour attirer les investisseurs (possibilités de propriété du capital à 100 %, formalités réduites).

Les échanges commerciaux dynamisés

25Le retour à une croissance du PIB (3,1 % en 1989, 3,9 % en 1990, 4,0 % en 1991) supérieure à la croissance démographique, avec un fort accroisssement de l'investissement privé (proche de 10 %/an) et une reprise induite de la consommation privée (5 à 6 %/an), a eu pour déclencheur la croissance spectaculaire des exportations industrielles qui ont été multipliées par cinq entre le début des années 1980 et 1990. L'industrie, y compris l'industrie d'assemblage des maquiladoras, représente près de la moitié du total des exportations de biens et services ; le pétrole ne représente plus qu'un tiers des exportations (Husson 1991).

Balance commerciale mexicaine par secteurs d'origine 1990-1991 (millions de dollars)

Balance commerciale mexicaine par secteurs d'origine 1990-1991 (millions de dollars)

Source : Comercio Exterior Vol 42, n° 5, México, mai 1992, p. 506
Note : ces statistiques ne comprennent pas les importations temporaires et exportations des maquiladoras

26Les Etats-Unis sont le principal partenaire commercial du Mexique (68 % des échanges), suivis par les pays de la Communauté européenne (12 % des exportations et 14 % des importations, la France arrivant derrière l'Allemagne et l'Espagne) et par les pays du Bassin du Pacifique (7 % du commerce extérieur mexicain, le Japon comptant pour environ 5 % des échanges).

27Toutefois récemment, avec la politique d'ouverture et la surévaluation relative du peso, les importations ont progressé plus rapidement que les exportations et la balance commerciale s'est détériorée, avec un déficit courant de 9 milliards de dollars en 1991 et un déficit attendu de 12 milliards en 1992. Mais il y a une grande différence par rapport aux déficits anciens. Maintenant la réduction de la dette finance le déficit et les réserves augmentent, avec rapatriement des capitaux, placements d'actions sur les marchés étrangers, investissements étrangers directs.

28De même la nature des déficits courants commerciaux change : ce sont les achats d'équipements importés qui les provoquent, plus que la consommation. Cette composante des importations devrait encore progresser avec les grands investissements prévus, en particulier dans l'automobile, où Volkswagen, Nissan, Ford, Mercedes vont investir chacun de 1 à 1,5 milliard de dollars.

29Le flux d'investissements étrangers et de placements financiers compense cette détérioration commerciale, liée également à la stagnation économique aux Etats-Unis qui affecte les exportations mexicaines, ce qui s'est particulièrement reflété en 1990-91 dans les résultats des industries maquiladoras.

Les Maquiladoras

  • 8 Le terme de maquiladora vient de l'espagnol maquilar, qui désignait l'opération du meunier qui tran (...)

30Depuis la création de leur régime spécial en 1965, les industries d'assemblage en sous-traitance pour l'exportation, les maquiladoras.8 ont constitué un secteur à part dans l'industrie mexicaine. Du côté mexicain le statut de zones bénéficiant de franchise des droits à l'importation et l'exportation, et la possibilité d'un capital 100 % étranger leur ont été appliqués. Du côté nord-américain, marché quasi exclusif, les tarifs (anciens tarifs 806 et 807 du code douanier américain) ne s'appliquaient, pour les produits intégrant des pièces d'origine nord-américaine, qu'à la valeur ajoutée réalisée au Mexique, essentiellement celle des salaires.

31Les dévaluations du peso mexicain des années quatre-vingts, ramenant les salaires au niveau d'un huitième des salaires nord-américains, ainsi que la stratégie générale des transnationales de délocaliser leurs unités de production ont provoqué un boom des maquiladoras.

32Au mois de septembre 1991 on comptait 1959 établissements, employant 488 907 personnes. En 1992 les estimations envisagent une valeur ajoutée de 5,5 milliards de dollars et des importations (hors douane) d'intrants pour une valeur de 13,6 milliards.

33Les branches les plus représentées sont celles de l'électronique et des équipements automobiles, qui dépassent largement aujourd'hui les industries plus traditionnelles du vêtement ou des jouets.

Evolution de l'industrie maquiladora 1989-1991

Evolution de l'industrie maquiladora 1989-1991

Source : INEGI. "Industria Maquiladora de Exportación. "Avance de Información Económica. Dec 1991
* pour la période janvier-septembre.

34Au Mexique, l'industrie maquiladora a été le grand secteur industriel dynamique dans la période de crise générale des années 80, le seul a créer massivement de l'emploi industriel (près de 350 000 emplois nouveaux entre 1982 et 1990). Mais ce secteur semble atteindre un palier après avoir fonctionné comme modèle pionnier pour l'ouverture et la nouvelle stratégie exportatrice.

35En 1991 l'industrie maquiladora a progressé plus lentement qu'en 1990 pour le nombre d'établissements, le volume de la production, la valeur ajoutée, la création d'emplois et l'importation d'intrants. Le volume de la production a seulement augmenté de 8,7 % (contre 32 % en 1987, 23,3 % en 1988, 20 % en 1989 et 13,2 % en 1990). Le nombre d'établissements a également peu augmenté (1,1 % contre 17 % en 1990), ainsi que la valeur ajoutée (19,6 % contre 35 % en 1990).

  • 9 Evaluation du comportement du secteur des maquiladoras faite par Mexico Business Monthly vol. 2 n° (...)

36Cette croissance plus faible est attribuée à la stagnation économique des Etats-Unis qui réduit la demande ; mais ce qui joue également, c'est le climat d'attentisme lié aux négociations toujours inachevées du traité de libre commerce entre le Mexique, les Etats-Unis et le Canada : les investisseurs attendent de connaître les règles qui s'appliqueront à leurs industries.9

37Outre la création d'emplois, l'attraction de devises (la valeur ajoutée au Mexique étant payée en dollars par les entreprises) était l'un des principaux arguments avancés pour défendre leur statut dérogatoire.

38Souvent le tourisme est présenté comme seconde source de devises du Mexique, après les exportations courantes, et avant les maquiladoras. Mais si l'on compare la balance des échanges du tourisme à la valeur ajoutée par les maquiladoras, on constate que celle-ci l'emporte depuis 1985 et joue ainsi un rôle important dans le rétablissement des équilibres macro-économiques.

Gains en devises des secteurs Tourisme et Maquiladoras 1981-90 millions de dollars courants

Gains en devises des secteurs Tourisme et Maquiladoras 1981-90 millions de dollars courants

Sources :
- pour le tourisme : Présidence du Mexique. "Panorama du Mexique" 13ème édition. México juillet 1992.
- pour les maquiladoras : données de l'INEGI (on a transformé en dollars la valeur ajoutée donnée en pesos)

Les privatisations

  • 10 cf. CNPF International, Séminaire "Privatisations en Amérique Latine : de nouveaux atouts pour les (...)

39En Amérique latine, au moment où la crise de la dette commence à passer au second plan, les privatisations sont une réforme clé du changement structurel. Le Mexique est dans ce domaine, après le Chili des années 73-90, un pays précurseur.10

40La privatisation intervient au Mexique après une période de nationalisations partielles ou totales entre 1970 et 1982, sous les présidents Echeverria et Lopez Portillo, dans les mines, l'industrie sidérurgique, les banques. Elle est amorcée sous le Président De la Madrid (1982-1988) qui, à partir d'un secteur public hypertrophié, avait commencé à liquider les entreprises marginales. La privatisation est poussée à son terme sous le président Salinas de Gortari : l'objectif fixé dans le Plan National de Développement 1989-1995 est une modernisation comprenant la privatisation des entreprises publiques non stratégiques. Il s'agit d'obtenir un Etat plus fort et efficace sans en augmenter la taille. L'Etat redéfinit son rôle, revient à la satisfaction des besoins de base :

41"Un Etat plus grand n'est pas nécessairement un Etat plus capable. Un Etat plus propriétaire n'est pas un Etat plus juste... Le désengagement des entreprises publiques non stratégiques correspond aujourd'hui au principe de fidélité au caractère social et nationaliste de l'Etat.... et la privatisation donne à l'Etat les moyens d'une politique de dépenses." (Salinas de Gortari 1990).

42Les quatre avantages des privatisations sont les suivants : elles donnent un ballon d'oxygène aux budgets (fins des subventions et apports de recettes à l'Etat), elles stimulent l'investissement étranger (et la relance de l'investissement contribue à rétablir la confiance), elles constituent un moyen de financement après la décennie perdue (les compagnies privatisées comme celles du transport aérien et du téléphone, reprennent de nouvelles bases et obtiennent des financements pour des équipements), enfin elles contribuent à la réduction de la dette par conversions de créances (Solano 1991).

  • 11 Un assouplissement des positions officielles est cependant constaté dans les faits. Ainsi le présid (...)

43Mais elles ne constituent pas une solution miracle, car le processus est long à se mettre en place, il y a des résistances, il faut un environnement favorable. L'Etat ne peut se dégager de toutes les activités, et il y a des limites politiques pour certains secteurs, en premier lieu le pétrole11.

44La Unidad de Desincorporación de Entidades Paraestatales, créée au sein du Ministère des Finances et du Crédit Public, a la responsabilité de ces ventes, suivant l'avis et les procédures fixés par la Comisión Intersecretarial de Gasto y Financiamento (CIGF) formée des représentants de plusieurs ministères : Finances et Crédit Public (SHCP), Programmation et Budget (SPP), Commerce et Développement Industriel, et du Banco de México. Un Comición de Desincorporación Bancaria, présidé par SHCP, a été chargé d'élaborer le modèle de processus de privatisation des banques.

45Les ressources obtenues des ventes sont destinées au Fondo de Contingencia, prévu en particulier pour garantir les finances publiques contre les aléas des rentrées pétrolières ; il a été employé pour le rachat de la dette interne et pour le financement du Programme National de Solidarité.

Evolution du secteur public 1982-1991

Evolution du secteur public 1982-1991

Source : "El proceso de enajenación de entidades paraestatales". Comercio Exterior mars 1992, pp. 220-229

46De décembre 1982 à fin novembre 1988, le nombre d'entreprises publiques a baissé de 1 155 à 412, et il n'en restait plus que 247 en octobre 1991.

47Le gouvernement Salinas de Gortari a vendu 165 entreprises (98 % d'entre elles acquises par des investisseurs mexicains), pour un montant total de 42 119 milliards de pesos, dont des entreprises géantes comme les compagnies aériennes Aeronaves de México et Mexicana de Aviación, les industries alimentaires Industrias Conasupo, l'entreprise minière Compania Minera de Cananea, et surtout Teléfonos de México (TELMEX), ainsi que neuf banques.

48En octobre 1991, 55 entreprises étaient encore soumises au processus de privatisation, dans la sidérurgie comme AHMSA (Altos Hornos de México SA), SICARTSA (Siderurgica Lázaro Cárdenas - Las Truchas SA), dans les équipements de transport et de stockage comme Constructora Nacional de Carros de Ferrocarril et AMSA (Almacenes Nacionales de Depósito), et dans le secteur bancaire.

49En 1992, huit banques doivent encore être privatisées : en janvier la compagnie Operadora de Bolsa a acquis, pour 940 millions de dollars, 51 % du capital de la banque SERFIN, l'une des six banques "nationales" du Mexique. Les acheteurs sont là et les prix de vente représentent trois fois le capital comptable, ce que les autorités mexicaines considèrent comme un "juste prix".

50On vend également des sociétés qui gagnent de l'argent, mais qui ont besoin d'investir : TELMEX gagne 1,5 milliard de dollars, mais doit investir 2 milliards/an pour respecter son objectif de doubler le nombre de téléphones par habitant de 1991 à 1995, et à nouveau de 1995 à 2000. Le transfert de TELMEX au secteur privé s'est effectué en plusieurs étapes : vente en décembre 1990 à un consortium d'investisseurs mexicains et étrangers (français et nord-américains), puis vente d'actions sur le marché mexicain (adjudications), puis mise des 49 % restant sur le marché boursier européen et américain.

51L'Etat vend ses sociétés au plus offrant et n'utilise pas la Bourse pour vendre (sauf dans le cas du téléphone). Les employés d'une société peuvent la racheter au prix du plus offrant ; cela a été le cas dans la pêche et la petite industrie.

Principales entreprises publiques vendues dans la période 1989-1991

Principales entreprises publiques vendues dans la période 1989-1991

Source : "El proceso de enajenación de entidades paraestatales." Comercio Exterior mars 1992 pp. 220-229
* Les montants sont en millions de pesos. Pesos pour 1 dollar au taux du marché libre US en octobre 1991 : 3 031 acheteur, 3 061 vendeur

La relation avec les Etats-Unis et la négociation de l'Accord de Libre Echange Nord-Américain (ALENA)

52Depuis son adhésion au GATT en 1986, et surtout depuis l'élection du Président Salinas de Gortari, le Mexique assume son interdépendance -assymétrique- avec les Etats-Unis, en posant des principes de partenariat et de réciprocité :

53"Nous rejetons la confrontation comme insensée et la soumission comme humiliante" (Salinas de Gortari 1990).

54Il s'agit d'une attitude réaliste, et d'un dépassement des années difficiles 1983-1988, marquées par la divergence du Mexique par rapport à la politique américaine en Amérique Centrale (le Mexique prenant l'initiative du groupe dit "de Contadora" pour éviter une intervention américaine directe au Nicaragua), mais aussi par les conflits dus au trafic de drogue (assassinat d'un représentant américain de la lutte anti-drogue au Mexique) et à l'application d'une nouvelle loi de migration aux Etats-Unis (loi Simpson-Rodino de 1986) aboutissant certes à des régularisations, mais aussi à des expulsions massives de travailleurs illégaux mexicains.

55Le Président Salinas de Gortari, déçu du peu de résultats de ses tournées européennes, prend dès 1989 l'initiative d'une discussion informelle avec le Président Bush en vue d'un accord de libre commerce entre les deux pays, précédant ainsi l'annonce de l'Enterprise for the Americas Initiative, en juin 1990, du Président Bush qui propose une approche globale de l'hémisphère occidental et la création d'une zone de libre commerce, d'Anchorage à la Terre de Feu (Revel-Mouroz, 1992).

56Pour le Mexique un accord avec les Etats-Unis (ainsi qu'avec le Canada) fournira un instrument à long terme de la politique de modernisation et d'assainissement des finances publiques, dont l'équilibre a été atteint pour la première fois depuis vingt-cinq ans. Cette appréciation est partagée aux Etats-Unis par les meilleurs spécialistes du Mexique :

57"Le libre commerce et les investissements étrangers et nationaux additionnels qu'il attirera sont aujourd'hui les seuls stimuli dont on puisse raisonnablement espérer un accroissement significatif de la capacité de l'économie mexicaine à créer des emplois, sans laisser à nouveau exploser l'inflation causée par des programmes de dépenses massives du gouvernement fédéral." (Cornelius 1991).

58Alors que les autres cas de zones de libre commerce ou de marchés communs en Amérique latine (Marché commun du Sud, Marché commun Centraméricain...) sont caractérisés par des échanges intrarégionaux minoritaires, ce sont soixante-dix pour cent du commerce mexicain qui se font avec les Etats-Unis, et le volume du commerce bilatéral a atteint 55 milliards de dollars en 1991 (près de 60 milliards pour les 11 premiers mois selon les statistiques nord-américaines). Le Mexique est le troisième partenaire commercial des Etats-Unis, après le Japon et le Canada.

  • 12 cf.(6)

59L'accord de libre commerce est très logique du point de vue économique et vient entériner une intégration de fait ; ce sont des forces économiques qui le promeuvent (alors qu'en Europe la promotion a été faite au départ par des forces politiques) : "c'est un accord inévitable".12

Poids démographique et économique de l'ALENA (Accord de Libre Echange Nord-Américain)

Poids démographique et économique de l'ALENA (Accord de Libre Echange Nord-Américain)

Données démographiques : 1990
Données économiques : 1989 Source SECOH et US Commerce Department 1990

60Le 5 février 1991, les Présidents Bush et Salinas de Gortari et le Premier Ministre canadien Mulroney annonçaient officiellement le début des négociations du North American Free Trade Agreement (NAFTA, en français ALENA).

61Le Congrès nord-américain autorisait en mai la procédure du fast track, de la négociation accélérée, en déléguant son autorité pour que le président négocie.

62L'Accord de libre échange devrait :

  1. inclure la libéralisation de la circulation des biens, des services, des investissements ;

  2. être compatible avec le GATT (compréhensif, une période de mise en oeuvre, pas de barrières supplémentaires pour les pays tiers, règles d'identification des biens) ;

  3. éliminer graduellement les tarifs douaniers ;

  4. éliminer les barrières non tarifaires ;

  5. fixer des normes d'origine claires el précises (éviter les triangulations en matière de commercialisation) ;

  6. fixer des règles pour éviter l'emploi de subventions ;

  7. créer un mécanisme de résolution des différends.

Structuration des négociations : zones et groupes

Structuration des négociations : zones et groupes

63Quand les Etats-Unis commencèrent à envisager un tel accord, il y a 18 ans, ils le considéraient comme un moyen politique d'aider le Mexique. Aujourd'hui ils y voient le moyen d'accroître leurs potentialités face au Japon et à l'Europe, et de limiter l'immigration mexicaine en favorisant les investissements et la création d'emplois :

64"Il n'y a pas d'alternative au développement économique des pays émetteurs, si vous avez un intérêt sérieux à prévenir une future migration." (Cornelius 1991).

65Le Mexique veut "un accès ample et sûr au marché américain" (suppression des limitations douanières et non tarifaires) ainsi qu'un mécanisme de résolution des conflits.

66Les Etats-Unis et le Canada veulent consolider leur accès au marché mexicain (en particulier pour l'automobile et les produits pharmaceutiques), mais leur objectif prioritaire est d'obtenir un accès plus ouvert au marché des services (d'abord financiers) et une protection des investissements étrangers.

67Le Mexique est intéressé, face à la raréfaction des capitaux disponibles sur le marché mondial, par les capitaux nord-américains délocalisés. En effet les Etats-Unis sont conscients de la nécessité de restructurer leur industrie (automobile, textiles, autres secteurs), de réduire leurs coûts, d'augmenter leur productivité ; dans ce sens une délocalisation est nécessaire et de nombreuses grandes entreprises sont en train de la promouvoir, malgré les résistances syndicales.

L'état actuel de la négociation :

  • 13 cf.(6)

68Le Canada avait mis 4 ans à négocier ; en quinze mois le Mexique a bien avancé. Il s'agit d'une négociation de fond et technique entre les trois gouvernements. "Elle se déroule bien."13 Dans la négociation tout est traité trilatéralement, sauf le rythme de l'ouverture qui reste bilatéral (pour tenir compte du traité existant Canada-EU). En mai 1992, les négociateurs étaient arrivés à un premier brouillon d'accord (draft). Les scénarios envisageables aujourd'hui sont une présentation au Congrès et un vote avant les élections présidentielles américaines de novembre, ou plus probablement après celles-ci.

69Si le Président Bush est à fond pour le traité, le candidat démocrate Clinton s'est lui aussi déclaré en sa faveur. Toutefois les leaders démocrates du Congrès vont sans doute vouloir négocier leur adhésion, par exemple contre un fonds structurel destiné à lutter contre le chômage, ce que l'administration Bush a refusé jusque là. Mais la Maison Blanche pourrait devenir plus flexible.

Les Impacts de l'Accord de Libre Echange Nord-Américain :

70Pour le Mexique, il est important de terminer les négociations pour que les règles du jeu soient définies et que les flux d'investissements perdurent. En 1991 le flux des capitaux étrangers a atteint 25 milliards de dollars (y compris les placements financièrs) et dans les premiers mois de 1992 le flux était encore plus important.

71La perspective du traité conduit le Mexique vers une libéralisation de la législation sur l'investissement étranger (règlement plus souple de 1989, et certainement nouvelle loi après la signature du TLC). La réforme de l'article 27 constitutionnel étend également l'ouverture au capital étranger à l'agriculture et au secteur des "ejidos" privatisables ; l'objectif est de moderniser le secteur le plus arriéré de l'économie mexicaine (30 % de la population produit 8 % du PIB). Depuis fin 1991, il est possible de créer des sociétés par actions où les compagnies étrangères pourront avoir 100 % des actions du capital (et 49 % des actions "terre"). Les individus étrangers pourront être propriétaires à 100 %.

72Dans un délai de dix ans, le régime particulier de l'industrie maquiladora devra disparaître, mais le Mexique entend que, dans la période de transition, les entreprises maquiladoras n'aient pas un environnement plus défavorable à ce qu'il est actuellement.

  • 14 cf.(6)

73Pour le Mexique, le TLC est une stratégie d'intégration et de remise en ordre, mais paradoxalement c'est aussi un instrument de diversification des relations avec l'Europe et le Japon. Pour le gouvernement mexicain les deux objectifs sont compatibles et complémentaires ; un marché mexicain en prise sur les Etats-Unis doit intéresser les grandes entreprises extérieures ; il ne faut pas oublier que pour les flux financiers 50 % se font avec l'Europe et le Japon et seulement 50 % avec les Etats Unis.14

74Dans cette stratégie trilatérale, le Mexique cherche à tirer avantage du NAFTA pour attirer d'autres investisseurs, en particulier japonais ; cette diversification augmenterait son pouvoir de négociation avec son voisin du nord, mais peut également susciter des conflits quant à l'application de règles d'origine.

75Ainsi la nature des investissements industriels japonais au Mexique, concentrés - notamment pour les maquiladoras- dans l'électronique et l'automobile, a déjà attiré l'attention des medias américains qui dénoncent le remplacement des producteurs nord-américains de ces industries par leurs concurrents japonais. Le gouvernement américain laissera-t-il les maquiladoras japonaises exporter aux Etats-Unis avec un régime avantageux ? La manière dont seront fixées les règles d'origine dans le Traité de Libre Commerce apportera une réponse (Stalling et Szekely 1992).

  • 15 Déclaration du 31 janvier 92, rapportée dans Mexico Business Monthly, vol 2 n° 2, mars 1992. Cette (...)
  • 16 Le président Salinas de Gortari l'a bien fait comprendre lors de sa rencontre avec les milieux d'af (...)

76Face à ces négociations, l'Ambassadeur du Japon à Mexico a rappelé qu'à partir du moment où les investissements japonais au Mexique atteindront 1919 millions de dollars, l'accord de libre commerce devra être ouvert à d'autres pays en dehors de la région Amérique du Nord, si l'on veut que le flux d'investissements japonais au Mexique continue de couler. Le TLC doit être cohérent par rapport aux principes de libre-échange du GATT ; en particulier la règle d'origine doit être raisonnable et ne doit pas nuire aux investissements de pays tiers.15 C'est aussi la préoccupation des entreprises européennes, mais le Mexique a beau jeu de rappeler que le comportement européen dans l'Uruguay Round peut faire craindre le protectionnisme de la "forteresse Europe".16

77Du point de vue migratoire, l'impact du TLC pourrait être d'augmenter à court terme la migration mexicaine vers les Etats-Unis, puis de la faire baisser à long terme ; ceci exigerait de prendre des mesures de protection des travailleurs nord-américains, vulnérables dans la période de transition.

78Les hypothèses avancées sont que :

  • la concurrence introduite par les producteurs nord-américains et canadiens provoquera la perte d'emplois au Mexique dans les petites exploitations agricoles, les entreprises publiques et d'autres activités peu compétitives, forçant les travailleurs à migrer ;

  • la signature de l'accord pourrait faire apparaître la frontière comme barrière de pure forme, et renforcer la "complaisance" quant au contrôle frontalier ;

  • à long terme cependant l'amélioration des conditions de vie au Mexique devrait diminuer le tropisme migratoire.

79Aux Etats-Unis les travailleurs américains peu qualifiés de certaines industries (construction, meubles, vêtements, verre, équipements automobiles...) seraient particulièrement touchés par l'accord de libre-échange (à la fois par la concurrence des migrants et par la délocalisation d'activités).

80Les Etats-Unis devraient faire pression sur le Mexique pour faire respecter les mêmes normes de sécurité, de protection anti-pollution, pour éviter la migration d'entreprises polluantes cherchant à éviter les coûts qui leur sont imposés aux Etats-Unis. C'est là l'un des thèmes repris aux Etats-Unis par les syndicats et les écologistes (Simcox 1992).

81A court terme, les exploitants agricoles mexicains producteurs de grains et les travailleurs sans terre devraient être entraînés dans la migration, car les céréales américaines et canadiennes sont immédiatement disponibles. A moyen et long terme le développement d'une agriculture mexicaine irriguée, exportatrice de fruits et de légumes et intensive en travail, réduira cette poussée migratoire.

82Pour les populations urbaines, dans la mesure où l'ALENA créera suffisamment d'activité économique, dans quels délais et de combien se réduira l'écart entre les salaires réels américains et mexicains, au point de diminuer l'émigration vers les Etats-Unis ? Au moins une dizaine d'années ? Plusieurs générations ? Mais cet écart salarial ne se modifiera pas substantiellement du jour au lendemain, car l'incorporation annuelle d'un million d'emplois nouveaux restera nécessaire au Mexique au début du XXIème siècle, ce qui continuera d'exercer une pression à la baisse sur les salaires (Cornelius 1991).

83Une autre question est de savoir comment les nouveaux emplois créés au Mexique par la libéralisation du commerce et les investissements nouveaux vont se distribuer selon les régions, les populations, les secteurs de l'économie ?

84Certaines régions manquent d'infrastructures et de sytèmes éducatifs efficaces pour tirer avantage de l'orientation économique vers l'exportation.

85Les petites et moyennes entreprises devront être aidées pour entrer dans le système de sous-traitance, car en 1990, 10 % d'entre elles seulement étaient exportatrices.

Conclusion

86Le Traité de Libre Commerce, à moyen terme, ne résoudra pas le problème de fonctionnement d'un Mexique à deux vitesses, l'un intégré à la modernisation et au marché mondial, l'autre survivant dans la précarité, l'informel, voire dans de véritables réserves ethniques.

87Mais en fondant des règles stables et en élargissant le marché des investisseurs transnationaux, il devrait engendrer de la croissance, de l'emploi, des rentrées de devises et des rentrées fiscales. C'est là-dessus que compte le gouvernement mexicain pour avoir les moyens publics d'une gestion des inégalités sociales et régionales, avec des instruments du type du Programme National de Solidarité (PRONASOL), appliqués aux groupes et espaces de pauvreté.

88La "révolution saliniste" entend ainsi fonder plus qu'un nouveau système économique, un nouveau système social et politique, où paradoxalement l'Etat est plus que jamais présent comme instance de contrôle et garant de la paix sociale.

Bibliographie

Bibliographie

BANAMEX, "Estadisticas básicas de México", Mexico, Edición 1991.

COMERCIO EXTERIOR, "El proceso de enajenación de entidades paraestatales," Comercio Exterior, México, mars 1992, pp. 220-229

CORNELIUS, W. Α., "Impacts of North American Free Trade on Mexican Labor Migration", dans "Symposium on North American Free Trade : Prospects and Analysis. A briefing for U.S. Congressional Staff." Univ. of California San Diego, 4 mai 1991, 17 p.

GEA, Grupo de Economistas y Asociados, "México Situación Economica". Situación Latinoamericana. N°7 février 1992, CEDEAL, Madrid, pp. 121-141.

HUGHES, A. H., "Western Hemisphere Free Trade Initiative, the European Community, and the Future of the Multilateral System" dans colloque ALENA 92, SDIE Informations volume 92/4. Numéro spécial, Paris, 9 avril 1992, pp. 15-28.

HUSSON, M., "La modernisation libérale de l'économie mexicaine" Problèmes d'Amérique Latine n°2 juillet-septembre, Paris 1991. pp. 125-138.

INEGI, "Industria Maquiladora de Exportación." Avance de Información Económica, México, décembre, 1991.

PRESIDENCE DU MEXIQUE, "Panorama du Mexique", 13ème édition, Mexico, juillet 1992, 271p.

REVEL-MOUROZ, J., "Amériques latines : quelles intégrations ?", Cahiers des Amériques latines n°12, Paris, juillet 1992, pp. 44-59.

SALINAS DE GORTARI, C., "Segundo Informe de Gobierno." Mexico 1er novembre 1990, et "Tercer Informe de Gobierno", Mexico 1er novembre 1991.

SIMCOX, D., Etude du Center for Immigration Studies, Washington. 1992, citée dans Mexico Business Monthly, vol 2, n° 2, mars 1992.

SOCIETE DE DROIT INTERNATIONAL ECONOMIQUE-FRANCE, "Développement de l'accord de libre-échange Mexique-Etats-Unis-Canada", Colloque ALENA 92, SDIE Informations, volume 92/4, Numéro spécial, Paris, 9 avril 1992. 79 p.

SOLANO, D., Mexique, le quitte ou double de Salinas. Stratégies d'investissement pour l'après-crise, Nord Sud Export Consultant, Paris, Automne 1990, 185 p.

STALLING, Β., et SZEKELY G., (Ed.), Japan, the United States, and Latin America : Toward a Trilateral Relationship in the Western Hemisphere, Center for US-Mexican Studies, San Diego 1992. Introduction : the new trilateralism, pp. 1-55.

Annexes

Annexes

Evolution des variables clés de l'économie mexicaine

Evolution des variables clés de l'économie mexicaine

Source générale : SHCP. Sub-Secretaria para Asuntos Financieros Internacionales.
27 novembre 1992 (estimations pour 1991, prévisions pour 1992)
Source pour l'investissement privé : INEGI

Population économiquement active par secteurs (1990)

Population économiquement active par secteurs (1990)

Source : BANAMEX. Estadisticas de México. Edición 1991 (Estimations)

Produit interne brut par secteurs 1988-1990 (milliards de pesos de 1980 et %)

Produit interne brut par secteurs 1988-1990 (milliards de pesos de 1980 et %)

Source : BANAMEX, Estadisticas basicas de México. Edición 1991(1990 estimations)

Variables du secteur externe (millions de dollars)

Variables du secteur externe (millions de dollars)

Source : SHCP. Sub-secretaria para Asuntos Financieros Internacionales. 27 novembre 1991. Chiffres de 1991 : au mois de juin, sauf pour les rapatriements de capitaux (mars)
Les investissements étrangers comprennent les investissements directs et les investissements en portefeuille

Les investissements étrangers directs (millions de dollars)

Les investissements étrangers directs (millions de dollars)

Flux annuel par secteurs (sauf investissement en portefeuille)

Flux annuel par secteurs (sauf investissement en portefeuille)

Répartition par pays d'origine (sauf investissement en portefeuille)

Répartition par pays d'origine (sauf investissement en portefeuille)

Source : SECOFI. Direction générale de l'investissement étranger

Notes

1 L'importance de l'enjeu démographique a été démontrée dans la controverse sur la validité du recensement de population de 1990. Le Mexique n'avait-il alors "que" 81 millions d'habitants, selon la version officielle, ou quelques 85 millions, comme les projections antérieures et les enquêtes de fécondité poussaient à le croire ? Toute la question du succès des politiques démographiques et d'une capacité à gérer les problèmes d'emplois et de croissance urbaine était ainsi posée.

2 Le mot Ejido, repris d'une terminologie agraire espagnole, désigne au Mexique la collectivité bénéficiaire de terres attribuées dans le cadre de la réforme agraire. La Nation a la propriété éminente des terres qui sont inaliénables. Leurs exploitants, les ejidatarios, ont un droit d'usage, héréditaire, sous réserve de les cultiver.

3 Intervention à "The Americas Society" rapportée par Mexico Business Monthly vol. 2 n° 2, mars 1992. Cet optimisme contraste, dix ans après, avec les sentiments proches de la panique, nés de la banqueroute mexicaine de l'été 1982.

4 cf. GURIA Angel, Sous-Secrétaire aux Affaires Financières Internationales, Ministère des Finances et Crédit Public : "La restauration financière du Mexique". Conférence à l'Institut d'Etudes Bancaires et Financières, Paris, 27 novembre 1991.

5 cf (4)

6 cf. CORDOBA José, Secrétaire Général de la Présidence de la République. Exposé au CNPF International et Club Pays Mexique. Paris 20 mars 1992.

7 cf.(6)

8 Le terme de maquiladora vient de l'espagnol maquilar, qui désignait l'opération du meunier qui transformait le blé qu'on lui apportait et retenait une part de la farine en paiement de son service.

9 Evaluation du comportement du secteur des maquiladoras faite par Mexico Business Monthly vol. 2 n° 2, mars 1992.

10 cf. CNPF International, Séminaire "Privatisations en Amérique Latine : de nouveaux atouts pour les entreprises françaises". Paris 11 décembre 1991.

11 Un assouplissement des positions officielles est cependant constaté dans les faits. Ainsi le président Salinas de Gortari a lancé le 13 mai 1992 un plan de restructuration de la société nationale PEMEX qui doit être transformée en holding de quatre sociétés nationales, dont une société de la pétrochimie légère, ouverte au capital privé (et étranger).

12 cf.(6)

13 cf.(6)

14 cf.(6)

15 Déclaration du 31 janvier 92, rapportée dans Mexico Business Monthly, vol 2 n° 2, mars 1992. Cette attitude confirme que les Japonais, malgré les appels répétés des autorités mexicaines, et en dehors de quelques opérations très ciblées (maquiladoras dans la zone de San Diego-Tijuana, extension de l'usine automobile Nissan d'Aguascalientes, investissements hôteliers) se montrent attentistes quant aux investissements au Mexique.

16 Le président Salinas de Gortari l'a bien fait comprendre lors de sa rencontre avec les milieux d'affaires français. Paris, CNPF International, 22 juillet 1992.

Table des illustrations

Titre Mexicains en situation illégale déportés des Etats-Unis
Légende Source : Secretaria de Relaciones Exteriores, dans : Présidence de la République "Panorama du Mexique" juillet 1992 p. 63. (données arrondies)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Evolution des salaires réels minimum (sm) et industriel moyen (sim) 1980-1991. Base 1980=100
Légende Source : 80/87 : Mexico Social 1988-1989. Banamex.88/91 : UEA. "Mexico Situación Economica" Situación LatinamericanaFévrier 1992, CEDEAL Madrid p. 126 (pour 1991, moyenne des 8 premiers mois)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Balance commerciale mexicaine par secteurs d'origine 1990-1991 (millions de dollars)
Légende Source : Comercio Exterior Vol 42, n° 5, México, mai 1992, p. 506Note : ces statistiques ne comprennent pas les importations temporaires et exportations des maquiladoras
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Evolution de l'industrie maquiladora 1989-1991
Légende Source : INEGI. "Industria Maquiladora de Exportación. "Avance de Información Económica. Dec 1991* pour la période janvier-septembre.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Gains en devises des secteurs Tourisme et Maquiladoras 1981-90 millions de dollars courants
Légende Sources :- pour le tourisme : Présidence du Mexique. "Panorama du Mexique" 13ème édition. México juillet 1992.- pour les maquiladoras : données de l'INEGI (on a transformé en dollars la valeur ajoutée donnée en pesos)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Evolution du secteur public 1982-1991
Légende Source : "El proceso de enajenación de entidades paraestatales". Comercio Exterior mars 1992, pp. 220-229
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Principales entreprises publiques vendues dans la période 1989-1991
Légende Source : "El proceso de enajenación de entidades paraestatales." Comercio Exterior mars 1992 pp. 220-229* Les montants sont en millions de pesos. Pesos pour 1 dollar au taux du marché libre US en octobre 1991 : 3 031 acheteur, 3 061 vendeur
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Poids démographique et économique de l'ALENA (Accord de Libre Echange Nord-Américain)
Légende Données démographiques : 1990Données économiques : 1989 Source SECOH et US Commerce Department 1990
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Structuration des négociations : zones et groupes
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Evolution des variables clés de l'économie mexicaine
Légende Source générale : SHCP. Sub-Secretaria para Asuntos Financieros Internacionales.27 novembre 1992 (estimations pour 1991, prévisions pour 1992)Source pour l'investissement privé : INEGI
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Population économiquement active par secteurs (1990)
Légende Source : BANAMEX. Estadisticas de México. Edición 1991 (Estimations)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Produit interne brut par secteurs 1988-1990 (milliards de pesos de 1980 et %)
Légende Source : BANAMEX, Estadisticas basicas de México. Edición 1991(1990 estimations)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Variables du secteur externe (millions de dollars)
Légende Source : SHCP. Sub-secretaria para Asuntos Financieros Internacionales. 27 novembre 1991. Chiffres de 1991 : au mois de juin, sauf pour les rapatriements de capitaux (mars)Les investissements étrangers comprennent les investissements directs et les investissements en portefeuille
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Les investissements étrangers directs (millions de dollars)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Flux annuel par secteurs (sauf investissement en portefeuille)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Répartition par pays d'origine (sauf investissement en portefeuille)
Légende Source : SECOFI. Direction générale de l'investissement étranger
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3041/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Auteur

Professeur à Paris III, Directeur de Recherche au CNRS (France), Directeur du Centre de Recherche et de Documentation sur l'Amérique Latine (CREDAL)

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540