Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies d'Asie et d'Amérique latine : changements de cap

 | 
Gilbert Étienne
, 
Jean Revel-Mouroz

L'Asie du Sud rentre en scène

Inde - Pakistan

Gilbert Etienne

Texte intégral

  • 1 cf. entre autres R.C. MAJUMDAR et al. An Advanced History of India, Londres, Macmillan, 1950, p. 2 (...)
  • 2 F. BERNIER, Voyage dans les Etats du Grand Moghol, Paris, Fayard, 1981, p. 145.

1Pendant au moins deux millénaires, soit jusqu'au début de la domination britannique à la fin du XVIIIe siècle, les Indes constituent le premier pôle du commerce asiatique. Par les embranchements de la Route de la Soie, par les voies maritimes, l'Inde commerce avec l'Extrême Orient, l'Asie du Sud-Est, le Moyen Orient, l'Europe. La balance commerciale est constamment positive. Pline l'Ancien s'en plaint au 1er siècle de notre ère lorsqu'il dénonce les flux d'or et d'argent qui aboutissent aux Indes1. Bernier qui visite l'Empire du Grand Moghol au XVIIe siècle explique à Colbert comment : "L'or et l'argent faisant le tour de la terre viennent enfin s'abîmer en partie dans l'Hindoustan"2.

  • 3 cf. Surendra J. PATEL, Planned Development in India, Reflections on Choices : 1980 to 2000, Mainst (...)
  • 4 Voir annexes.

2Malgré les pertes et perturbations suscitées par la domination coloniale et compte tenu aussi des aspects positifs de celle-ci, l'Inde détient 2 % du commerce mondial en 1950 et elle figure au dixième rang des puissances industrielles. Surendra J. Patel d'ajouter après ces chiffres : "L'Inde est devenue depuis lors un partenaire économique junior dans la communauté mondiale"3 Autour de 1960, le commerce extérieur dépasse encore de loin celui de pratiquement tous les pays d'Asie sauf le Japon. Aujourd'hui l'Inde vient largement derrière la Chine et des pays très longtemps inconnus sur la carte du commerce mondial, comme la Corée du Sud et Taïwan. Les exportations de chacun de ces deux pays dépassent 60 milliards de dollars en 1990 contre 18 milliards pour l'Inde. Même la Thaïlande et la Malaisie obtiennent un score supérieur4 En bref, le commerce de l'Inde ne représente plus que 0,5 % des échanges du globe, et son niveau industriel la place au 20e rang.

3Autre retournement, comme nous le rappelait en 1992 avec une pointe d'amertume l'Ambassadeur du Pakistan à Genève, Kamal Ahmed. En 1962, au début de leur démarrage, les Coréens envoyaient une mission au Pakistan pour s'inspirer de leur planification citée à l'époque en exemple. Les exportations des deux pays étaient du même ordre. En 1990/91, celles de la Corée sont dix fois supérieures.

4Faut-il, comme The Economist (7. 3.92), déclarer "que si l'Inde et le Pakistan avaient suivi des stratégies de développement plus ouvertes et libérales, ces pays seraient aujourd'hui prospères comme les dragons de l'Extrême-Orient ?" Des erreurs auraient pu être évitées ou rectifiées plus vite. Néanmoins il est toujours facile de refaire l'histoire. Il faut se remettre dans les conditions de l'époque qui ne prisaient guère le modèle libéral. Fait peut-être plus important, Corée du Sud et Taïwan se mettent en mouvement dix ans après des pays comme l'Inde, le Pakistan, la Chine. Ils tombent en plein dans la phase de grande expansion du commerce mondial, dont ils savent beaucoup mieux profiter que les Indiens ou les Chinois.

5Bien d'autres facteurs pourraient être invoqués, d'ordre politique extérieur et interne, d'ordre économique aussi. Le gigantisme de l'Inde et de la Chine constitue, par exemple, plus un handicap qu'un atout.

6Quelles que soient les discussions sur le passé, l'essentiel est de regarder le présent et l'avenir, et c'est là où les réformes du Pakistan et de l'Inde sont porteuses de sérieux espoirs. Sauf imprévu majeur, elles devraient renforcer le poids de ces pays dans l'économie mondiale tout en contribuant à un développement considérable et à un recul de la pauvreté plus rapide que jusqu'à ce jour.

Les premières phases de l'expansion (1950 - 1980)

7Si en 1980, les stratégies économiques de l'Inde et du Pakistan se recoupent sur plusieurs points, il n'en a pas toujours été ainsi. En 1947, au moment du départ des Britanniques, les dirigeants de l'Inde, à commencer par Nehru, ont une vision relativement claire de leur avenir. Il s'agit de combiner les avantages du capitalisme et du socialisme. Nehru et nombre d'autres Indiens de l'intelligentsia se méfient du big business, du pouvoir de l'argent. Ils sont influencés par la Fabian Society de Londres et les milieux travaillistes où ils trouvaient plus de sympathisants que dans les rangs conservateurs. De surcroît, Nehru a beau être viscéralement accroché aux valeurs démocratiques, il est impressionné par les plans quinquennaux soviétiques.

8L'Inde opte pour la création d'un gros secteur public dans l'industrie et certains services (commerce extérieur avec l'URSS et l'Est européen, stockage et distribution d'une partie des céréales, hôtels,...).

9Les nationalisations sont peu nombreuses : compagnies d'aviation, assurances-vie dans les années 1950. En 1969, le socialisme se renforce avec la nationalisation des mines de charbon et des banques sauf les établissements étrangers. A l'époque Indira Gandhi se laisse plus guider par opportunisme politique (pour consolider son pouvoir) que par des considérations économiques. Le secteur privé se trouve pris dans un filet aux mailles toujours plus serrées de règlements et de contrôles en matière de création d'usines, d'agrandissements de celles-ci, de prix, d'import-export.

10Sans jamais fermer ses portes aux investissements étrangers, l'Inde se montre de plus en plus réticente. En 1973 est adopté le Foreign Exchange Regulations Act (FERA) qui, sauf en cas de grosses exportations des entreprises étrangères, limite la part des fonds extérieurs à 40 % du capital, le tout assorti de multiples formalités.

11Contrôle des changes, tarifs douaniers extrêmement élevés, restrictions quantitatives à l'importation se font toujours plus pesants.

12En même temps l'Inde joue mal la carte des exportations comme facteur de développement, mettant plutôt l'accent sur les importations de substitution. D'une manière générale elle ne s'ouvre pas assez sur le monde extérieur, surtout avec les trois premiers plans de 1951 à 66.

13Les élites dirigeantes du Pakistan n'éprouvent guère de penchant pour l'esprit social-démocrate. Jinnah se situe plutôt comme un libéral. Autour de lui, les propriétaires fonciers et les gros hommes d'affaires de Bombay sont évidemment peu attirés par le socialisme ! De plus, ni Jinnah, ni ses lieutenants n'ont consacré avant la partition, beaucoup d'attention à l'économie.

14Malgré un manque d'options bien tranchées, le Pakistan hérite, comme l'Inde, de structures bureaucratiques qui, durant la guerre mondiale, s'étaient beaucoup développées : rationnement, contrôles divers de l'économie, soutien de l'industrie à l'effort de guerre... A ces derniers s'ajoutent les idées de l'époque sur le rôle de l'Etat dans l'économie, telles qu'elles fleurissaient dans les pays nouvellement indépendants et en Europe. Ainsi, même sans doctrine bien établie, le Pakistan crée un secteur public dans l'industrie et soumet le secteur privé à maintes réglementations. Sous le président Ayub Khan (1958-1969) l'économie progresse de manière remarquable grâce à des assouplissements du système et à une politique favorable aux exportations.

15Zulfikar Ali Bhutto (fin 1971-juillet 1977) opte pour le "socialisme islamique" à grands coups de nationalisations (des industries, des banques sauf celles qui sont étrangères, de certains services commerciaux).

16Malgré les défauts que nous allons évoquer, il serait faux de céder au manichéisme en oubliant les acquis durant cette période. En Inde "The Hindu Rate of Growth" de 3,5 % par an de moyenne (1950-1980), ainsi baptisé par le regretté professeur Raj Krishna n'est pas négligeable. De plus, à la hausse en valeur correspond une diversification croissante de la production, depuis les cosmétiques jusqu'aux locomotives, de l'électro-ménager aux machines-outils, aux montres, aux camions, aux produits chimiques... Plus gênant est d'observer que les taux d'épargne et d'investissement ont doublé - pour atteindre ou dépasser les 20 % du PNB - durant cette période, sans se traduire par une hausse sensible de la croissance.

17Au Pakistan le mouvement est globalement plus vif, mais avec de plus gros écarts, dont un très net ralentissement dans la décennie 1970-80 à la suite de la politique socialo-populiste du Premier Ministre Bhutto.

18A côté de faiblesses communes aux deux pays, apparaît une différence majeure, souvent oubliée. L'Inde partait avec plusieurs longueurs d'avance grâce à une industrie imposante en chiffres absolus et déjà passablement diversifiée, même si elle restait extrêmement faible par rapport à la population. De son côté, le Pakistan commençait pratiquement à zéro. Il n'héritait d'aucun des centres industriels de l'Empire. Il allait bénéficier de marchands, de quelques banquiers, la plupart émigrant de Bombay et du Gujrat à Karachi. Des ingénieurs certes, quittaient leurs usines en Inde pour venir au Pakistan, mais rarissimes étaient à l'époque les industriels.

  • 5 J.J. BOILLOT, Le Pakistan, économie et développement, Paris, l'Harmattan, 1990, p. 20.

19Aujourd'hui, comme l'écrit très justement Jean-Joseph Boillot, il s'agit d'"une économie qui commence à compter"5. Elle est en train de dépasser le stade de l'industrie légère en faveur d'un tissu d'usines comprenant le ciment, les engrais chimiques, les machines, le début du secteur automobile...

Le constat et les premières réformes (1980-1990)

20Apparentes dès la fin des années 1960, plusieurs constatations deviennent aveuglantes dix ans plus tard en Inde comme au Pakistan.

211. Le secteur public, qui pèse lourd dans l'industrie, tourne à perte ou dégage d'infimes bénéfices par rapport aux montants investis.

222. Le secteur privé est corseté par de multiples formalités administratives, règlements, contrôles qui sapent son dynamisme potentiel. De plus, au Pakistan, les entrepreneurs craignent d'éventuelles nouvelles nationalisations.

233. Les pesanteurs bureaucratiques suscitent, et dans le secteur public et dans le secteur privé, de multiples retards, extrêmement coûteux. Il faut plusieurs années pour qu'un projet privé reçoive le feu vert des autorités. Défauts de gestion, manque d'argent rallongent les délais d'exécution dans le secteur public et gonflent les coûts.

244. Ces pesanteurs créent un terrain particulièrement fertile pour la corruption, les main d'œuvres douteuses, les liens de patronage, le tout circonscrit dans un triangle formé par les politiciens, l'administration, les milieux d'affaires.

25Les interférences des politiciens pour la nomination des directeurs généraux des entreprises publiques ne sont pas moins nocives, de même que les pressions sur les banques nationalisées.

265. Le développement industriel n'est pas assez ouvert sur l'extérieur, tout spécialement en Inde compte tenu de son secteur industriel plus important qu'au Pakistan.

  • 6 cf. entre autre I.J. AHLUWALIA, Industrial Growth in India, Delhi, Oxford University Press, 1985, (...)

27L'Inde peut se flatter d'être devenu un des pays les plus autonomes du Tiers Monde en matière de technologies, de capacité à couvrir le gros de ses besoins. L'avantage est en fait trompeur. De 1950 à 1966, l'Inde avait, pour élargir sa base industrielle, importé en masse biens d'équipement et technologies. Puis elle avait eu tendance à se replier sur elle même, ne profitant pas assez des énormes progrès réalisés dans les pays avancés entre 1960 et 1980. Il en résulte aujourd'hui de très gros coûts de production des produits manufacturés de qualité souvent médiocre... tendances renforcées par des barrières douanières extrêmement élevées. Ces maux sont aggravés par un personnel pléthorique.6

28Ces défauts se retrouvent au Pakistan, notamment dans le très important secteur textile.

296. Les deux pays n'ont pas assez profité de l'âge d'or du commerce international. Malgré de plus gros efforts depuis 1970, la progression des exportations reste insuffisante.

307. Le manque d'énergie contribue à la sous-utilisation des équipements dans les usines, en dépit de très gros progrès en matière d'électrification. D'autres goulots d'étranglement apparaissent au niveau des transports. Tout d'abord plus aiguës en Inde, ces pénuries deviendront sensibles au Pakistan dans les années 1980.

318. Ainsi malgré les progrès acquis depuis 1947, dans les deux pays la hausse des niveaux de vie reste relativement lente, compte tenu de la pression démographique. La création d'emplois, la meilleure parade à la pauvreté n'est pas suffisamment stimulée par l'élan de l'économie.

  • 7 Une différence de taille dans le cas de la Chine : l'économie privée se limitait aux lopins privés (...)

32Des constatations semblables se retrouvent en Chine après la mort de Mao Zedong (1976), au Bangladesh, en Indonésie.... Elles vont susciter un ample courant de libéralisation économique en Asie. Or, il faut le souligner, cette sorte d'auto-critique ou de reappraisal ne doit pas grand'chose aux théories néo-libérales à la Reagan et à la Thatcher, car le mouvement s'amorce en Asie avant l'arrivée au pouvoir du Président américain et du Premier Ministre britannique. On ne décèle pas non plus, au départ, d'influences marquées d'un pays d'Asie sur l'autre. Si chacun fait son examen séparément, les conclusions des uns et des autres se recoupent sur plusieurs points7.

  • 8 I.C.S., corps supérieur de la fonction publique appelé après l'indépendance Indian Administrative (...)
  • 9 Voir son livre Economic Strategy for the Eighties, New Delhi, Allied Publ., 1980.

33En Inde et au Pakistan, il est paradoxal de relever que les attaques contre la bureaucratie sont lancées par des bureaucrates et d'autres hommes qui ne font pas partie de la classe politique. De "Great Old Men" de l'Indian Civil Service8 donnent de la voix : un B. K. Nehru et surtout L. K. Jha qui passe au crible les faiblesses de l'économie9 Fonctionnaire des nouvelles générations, Abid Hussein présente un rapport sur la réforme du commerce extérieur. D'autres de ses collègues font chorus.

34Au Pakistan, même tendance. L'économiste Mahabub ul Haq qui, après avoir participé à la planification sous le Président Ayub, avait joué un rôle en vue à la Banque mondiale, reprend du service dans son pays. Plusieurs hauts fonctionnaires le soutiennent.

35Au niveau politique, dans une première phase, l'adhésion aux réformes est relativement modérée. Indira Gandhi s'y rallie plus à des fins politiques que par conviction profonde. Le président pakistanais Zia ul Haq n'a pas d'idées préconçues sur l'économie, mais incline en faveur de la libéralisation. Beaucoup de politiciens, de part et d'autre de la frontière, sont trop absorbés dans leurs manœuvres pour se préoccuper de tels enjeux.

36Les milieux de l'économie privée poussent à la roue, sauf les industriels qui craignent de s'exposer à une plus grande concurrence internationale et interne.

37Chez les intellectuels indiens, les réactions varient - sauf exceptions - entre la tiédeur et la fidélité aux dogmes socialo-populistes avec ou sans teinture marxiste.

  • 10 A partir de 1985 s'amorce un processus graduel de démocratisation.

38Au Pakistan qui à l'époque est soumis au régime autoritaire du Président Zia (1977-1988), les débats sont relativement limités ou moins libres qu'en Inde10.

39Entre 1980 et 1984 un début d'assouplissement du système a lieu sous le gouvernement d'Indirà Gandhi. Son fils Rajiv Gandhi s'engage beaucoup plus fermement sur la voie des réformes pour préparer son pays "à entrer dans le XXIe siècle". De brillants économistes figurent au Bureau du Premier ministre. Manmohan Singh, qui sera l'architecte des réformes de 1991/92, dirige la Commission du Plan avec, à ses côtés, d'autres hommes de talent. Dans les ministères plusieurs hauts fonctionnaires ont le vent en poupe.

40Le train des réformes s'arrête en 1987, sous le poids des tensions politiques. Rajiv Gandhi renonce à de nouvelles initiatives (privatisation du secteur public, plus grande ouverture aux capitaux privés étrangers) de crainte de susciter des remous politiques.

41Les gouvernements de V. P. Singh et Chandra Shekhar qui se succèdent après la défaite électorale du Congrès en novembre 1989, sont trop faibles pour décider quoi que ce soit.

42Le Pakistan n'échappe pas non plus aux turbulences politiques et les réformes de Zia ul Haq s'arrêtent aussi à mi-chemin. Il disparaît en août 1988 lorsque son avion s'écrase dans des conditions mal éclaircies. Le retour à la démocratie avec les élections de la fin de 1988 amène Benazir Bhutto au pouvoir. Elle se garde de reprendre la politique économique de son père. Manquant d'expérience, mal entourée, dirigeant un gouvernement minoritaire à l'Assemblée Nationale, elle ne fait pas grand-chose jusqu'au moment où elle est déposée par le Président de la République au début d'août 1990.

Premiers résultats et nouvelles difficultés

43Même si les débuts de réformes constituent des demi-mesures dans les deux pays, la cadence du développement s'accélère avec une plus grande ouverture sur l'étranger. L'industrie commence à renouveler les équipements vétustes. Les investissements privés étrangers et les transferts de technologie sont à la hausse. De nouvelles générations d'industriels et de hauts fonctionnaires montent en ligne. Le dogmatisme socialo-populiste s'ébrèche. Les "idées du temps" se propagent à travers le monde, tandis que le Marxisme-Léninisme est mis en question jusque dans son pays d'origine !

44Alors qu'en Inde, l'arrivée au pouvoir de Rajiv Gandhi suscite un énorme enthousiasme, la consolidation du pouvoir du président Zia rassure les industriels pakistanais qui ont échappé aux nationalisations.

  • 11 Elle l'avait déjà été plus brièvement autour de 1970 et de 1980.

45Les progrès de l'industrie sont renforcés par ceux de l'agriculture, secteur qui n'exige pas de révisions majeures. L'Inde redevient11 autonome en céréales. Le Pakistan demeure un important exportateur de riz. Son déficit en blé baisse et le coton est en pleine expansion.

46Les performances des deux pays sont assez voisines :

Sources : Economic Survey 1990/91
* Comprend pour chacun des deux pays, mines, électricité, industrie manufacturière.

47L'un et l'autre voient grossir leur commerce extérieur, mais le déficit de la balance commerciale reste élevé (cf. annexe).

48Plusieurs branches de l'industrie indienne connaissent une vive croissance : pétrochimie, électro-ménager, montres, automobiles.... Le secteur sidérurgique améliore ses performances comme ceux des engrais et des machines. Le Pakistan suit, sur une échelle plus modeste, conséquence d'un secteur industriel globalement moins avancé. L'aciérie de Karachi entre, après de lourds déboires, en fonction. Les engrais chimiques progressent, grâce au gaz naturel du Baluchistan.

  • 12 1989 : budget de la défense Inde 8,2 milliards de $, Pakistan 2,5 milliards. Les budgets militaire (...)

49Face à ces améliorations, les sonnettes d'alarme se font entendre à Islamabad et New Delhi : l'endettement, à la fois intérieur et extérieur, devient intolérable. Le premier est causé par le poids croissant des dépenses administratives, du budget de la défense - proportionnellement encore plus lourd au Pakistan qu'en Inde12 - des subventions de tout type : intrants industriels pour l'agriculture, notamment les engrais chimiques, soutien des prix à la consommation des produits alimentaires, subventions à l'irrigation... Les Indiens améliorent quelque peu leur système fiscal sous Rajiv Gandhi. Au Pakistan, les recommandations en faveur d'une réforme fiscale restent lettre morte.

50Parallèlement, Indiens et Pakistanais empruntent dangereusement à l'extérieur. A côté des prêts à conditions de faveur (soft loans) de l'IDA (Banque Mondiale) et de plusieurs Etats, les emprunts commerciaux commencent à peser plus lourd.

51Déjà dans l'été 1990, en Inde le secrétaire du Ministère des Finances essaie de mettre le gouvernement au pied du mur pour qu'il prenne ses responsabilités. Au Pakistan la suspension de l'aide américaine en octobre 1990 (à la suite des critiques de l'administration américaine concernant les efforts du Pakistan pour se doter d'armes nucléaires) complique une situation déjà tendue.

52Les répercussions de l'occupation du Koweit par l'Iraq affectent les deux pays qui doivent rapatrier leurs travailleurs, perdent les marchés de l'Iraq et du Koweit, souffrent de la hausse des cours du pétrole dont ils sont importateurs.

Islamabad frappe le premier coup

  • 13 Il est entré dans la politique au temps du Président Zia.

53Jusqu'alors c'étaient plutôt les Pakistanais qui s'inspiraient des expériences indiennes. Or cette fois, ce sont eux qui frappent le premier coup. Le Premier Ministre, Nawaz Sharif, qui accède au pouvoir à la suite des élections de l'automne 1990, est issu d'une famille d'industriels du Panjab13. Il sait, à ses dépens, ce que coûtent paperasse et règlements. Dans la quarantaine, appartenant à la nouvelle génération de managers, hommes vifs et conscients des impératifs d'une économie et de technologies en mutation. Ses amis industriels ne peuvent que le renforcer dans sa volonté de réformes. Sartaj Aziz, le Ministre des Finances, a commencé sa carrière à la Commission du plan puis a été haut fonctionnaire de la FAO avant son retour au Pakistan. Il est non moins acquis aux réformes. Mahabub ul Haq, aujourd'hui au P. N.U. D., continue à faire bénéficier le pays de ses conseils. Nombre de hauts fonctionnaires dont notamment Saeed Qureshi, Secrétaire Général du Ministère des Finances jouent un rôle en vue.

54Les réformes concernent les domaines suivants :

55Privatisations : toutes les banques nationalisées retourneront au secteur privé ; 115 entreprises du secteur public (industries et services) seront privatisées. En même temps des secteurs jusqu'alors réservés à l'Etat sont ouverts aux entreprises privées, locales et étrangères : centrales électriques, routes, télécommunications, compagnies aériennes.

56Investissements privés étrangers : à quelques exceptions près (usines d'armements, matières radio-actives, boissons alcooliques), ces investissements ne sont plus soumis à l'approbation des autorités. Les étrangers peuvent détenir 100 % du capital. Versements de dividendes à l'étranger, désinvestissements ne nécessitent plus le feu vert de la State Bank (Banque Nationale) sauf dans le cas des profits des banques, des compagnies aériennes. L'accès au marché interne des capitaux sous forme d'emprunts par une société étrangère est libre.

57Plusieurs mesures sont prises en matière de libéralisation du système des changes, aboutissant à rendre la roupie librement convertible.

58D'autres décisions favorisent l'exportation, entre autres le projet d'Export Processing Units exemptes de droits de douane pour leurs importations. Le monopole de l'Etat sur l'exportation du coton et du riz est aboli.

59Une partie des licences d'importation disparaissent et les tarifs douaniers baissent, même s'ils restent encore élevés (tarif maximum reculant de 125 à 95 %).

60L'industrie privée est libérée de bon nombre d'entraves, permis, contrôles. Des encouragements sont accordés à ceux qui investissent dans les zones peu développées.

  • 14 Selon Mahabub ul Haq, l'ancien Ministre des Finances du Président Zia, affaires douteuses, détourn (...)

61Le système fiscal devrait être assaini et réformé, avec entre autres buts celui de limiter l'énorme évasion fiscale et l'argent noir14

62Les réformes sont dans l'ensemble bien accueillies par l'opinion publique. Néanmoins certains politiciens, notamment dans les rangs du P.P.P. (Pakistan People's Party de Benazir Bhutto) émettent des critiques à vrai dire peu convaincantes. Dans l'industrie, d'aucuns craignent de voir le jeu de la concurrence progresser dans un marché devenu beaucoup plus ouvert. Dans l'administration, face aux grands commis éclairés, les bureaucrates qui profitaient du système, traînent les pieds. Pour toutes ces raisons, le gouvernement a, sans doute, raison d'aller vite en besogne.

63S'il est prématuré d'établir même un bilan provisoire des réformes, la plupart des observateurs pakistanais et étrangers s'accordent sur le bien-fondé des décisions prises. Elles devraient à terme porter leurs fruits. Dans l'immédiat cependant, les réformes, comme dans n'importe quel autre pays, passent par une phase délicate de transition.

64Avec beaucoup de lucidité, le Ministre des Finances, Sartaj Aziz, faisait au début de 1992 le point de la situation devant la Chambre du Commerce et de l'Industrie de Lahore Il reprenait une série de faiblesses déjà anciennes de l'économie : le déficit budgétaire et le déficit en devises. Il est plus urgent que jamais d'élargir l'assiette fiscale et d'assurer une meilleure rentrée des impôts existants. Parallèlement - et l'avertissement vient du rapport annuel de la State Bank - il est non moins impératif de réduire les dépenses de l'Etat qui ne sont pas consacrées au développement économique et social.

65Au niveau des relations économiques extérieures, le déficit de la balance commerciale doit baisser grâce à la hausse des exportations et des investissements privés étrangers.

  • 15 Business Recorder, 15.2.92 et State Bank Annual Report, 1990/91.

66En ce qui concerne l'endettement intérieur, les réductions du déficit budgétaire sont insuffisantes, y compris lors de l'adoption du budget 1992/93. La réforme de la fiscalité piétine depuis de nombreuses années devant les lobbies du big business. Le gouvernement ne parvient pas non plus à taxer, comme il devrait, le secteur agricole, où l'on compte - contrairement à l'Inde - beaucoup de grands propriétaires qui sont en même temps députés à l'Assemblée Nationale et dans les parlements provinciaux. En bref, une réforme majeure de la fiscalité pour accroître les recettes de l'Etat s'impose plus que jamais, sinon l'économie finira par en pâtir. Après une hausse de 20 % des exportations en 1990/91, le gouvernement espérait que ce taux se maintiendrait en 1991/92, ce qui semble ne pas être le cas15.

67Les Pakistanais fondent beaucoup d'espoir sur les investissements privés étrangers, à la fois pour réduire l'endettement et stimuler la production industrielle. Tout un programme de propagande est entrepris : annonces publicitaires dans la presse internationale, conférences dans l'automne 1991 à Islamabad. Selon des estimations approximatives, les contrats signés représenteraient environ un milliard de dollars, ce qui sous-entend un progrès spectaculaire par rapport aux années précédant les réformes (entre 100 et 200 millions de dollars par an, investissements réalisés entre 1984 et 1990).

68Les multinationales apprécient les mesures de libéralisation. Ce qui les préoccupe ce sont plutôt les facteurs non-économiques. L'ordre public reste mal assuré à Karachi, comme dans le reste du Sind : conflits entre les muhajirs (anciens réfugiés de l'Inde qui dominent l'industrie et le commerce) et les Sindhis, banditisme dans les campagnes et les villes, kidnappings d'hommes d'affaires, luttes sanglantes entre trafiquants de drogue... Les industriels pakistanais de Karachi hésitent à se lancer dans de gros investissements. Certains d'entre eux préfèrent s'installer au Panjab, où la situation est plus calme.

69Les relations plutôt froides entre Washington et Islamabad et la suspension de l'aide américaine peuvent influencer négativement d'éventuels investisseurs étrangers, même s'ils ne sont pas américains.

70Quant au gouvernement, sa position n'est pas sans failles, compte tenu des frictions entre Nawaz Sharif et le Président Ghulam Ishaq Khan. Celui-ci peut, d'après la constitution, renvoyer son Premier Ministre et dissoudre l'Assemblée Nationale, comme il l'a fait dans le cas de Benazir Bhutto en août 1990. Là-dessus interviennent les manœuvres des politiciens et des partis dont, chez beaucoup, le premier souci ne concerne pas les réformes, mais la conservation du pouvoir pour les uns, ou sa conquête pour les autres !

71Enfin intervient ce troisième pôle du pouvoir : l'armée et le très puissant Inter Services Intelligence (ISI). La première a beau être rentrée dans ses casernes, elle garde son mot à dire en matière politique. L'ISI est non moins influente. C'est par son canal que passe l'aide militaire à la résistance afghane, ce qui n'empêche pas l'ISI de jouer aussi un rôle sur la scène politique intérieure. Le nouveau commandant de l'armée (1991), le Général Asif Nawaz Janjua, un Panjabi, passe pour proche du Premier Ministre, contrairement à son prédécesseur le Générai Aslam Beg.

  • 16 Cette loi a suscité diverses oppositions, celle de Benazir Bhutto qui y voit une manifestation d'" (...)

72Autre question : la politique d'islamisation. Contrairement au Président Zia, Benazir Bhutto et aujourd'hui Nawaz Sharif freinent le mouvement, plutôt qu'ils ne le stimulent. Néanmoins cela n'a pas empêché l'adoption du Shariat Bill (1991)16 qui renforce l'islamisation du pays. Particulièrement délicate est la question du prêt à intérêt. Certaines banques l'ont remplacé par un système de "profit and loss sharing" entre elles et leurs clients. Aujourd'hui, les milieux islamistes demandent l'abolition totale du prêt à intérêt, ce qui nécessiterait la révision d'une vingtaine de lois.

  • 17 cf. The Economist, 18.1.92 et Business Recorder, 27. 2.92.

73Une telle décision serait lourde de conséquences relèvent Sartaj Aziz et son équipe. Comment appliquer un tel système aux transactions financières avec l'étranger, surtout à un moment où le Pakistan cherche à attirer crédits et investissements ? L'accord sur un projet de centrale électrique (Hub Power Project, 1,2 milliard de dollars) engageant des fonds de la Banque mondiale et d'un groupe financier séoudien, est tombé en panne devant l'inquiétude des éventuels partenaires étrangers17.

  • 18 Principaux partis religieux : Jamaat-i-lslami et Jamaiat Ulema Islam.
  • 19 Beaucoup de Musulmans pratiquants condamnent l'intégrisme dont l'étroitesse est contraire au vérit (...)

74D'une manière générale et sous réserve de cette question spécifique, force est de souligner que les courants d'islamisation18 n'ont pas une ampleur telle qu'ils devraient dissuader d'éventuels investisseurs étrangers. Les partis religieux manquent d'une solide base dans l'opinion. Ils ont peu d'élus au Parlement. Les courants hostiles à l'extrémisme religieux restent forts malgré les concessions souvent plus verbales que réelles de la part des politiciens. S'il est vrai que les partis religieux sont capables de susciter des tensions, voire des désordres localisés, (ils ont par exemple du poids dans les universités) on les voit mal arriver à la tête de l'Etat. Ils apparaissent plutôt comme une "nuisance value" !19

  • 20 Tendance analogue mais plus avancée en Asie du Sud-Est, certainement en Indonésie.

75Américains, Européens, Japonais, mais aussi Coréens cherchent à tirer profit des réformes. L'entreprise coréenne Daewoo devrait construire une autoroute à six pistes de 340 km, reliant Lahore à Islamabad, via Sargodha et Chaqwal. La même entreprise envisage d'investir 400 millions de dollars dans le projet de centre industriel à Port Qasim, nouveau port près de Karachi. L'idée de main d'œuvre est de relocaliser au Pakistan des usines devenues peu rentables en Corée, du fait de la hausse des coûts de main d'œuvre (textiles, articles de cuir, vêtements, jouets, composants pour l'industrie automobile)20.

76Alcatel a signé un contrat d'un milliard de francs français avec Pakistan Telecom Corporation pour l'installation d'un nouveau réseau de télécommunications dans le Sind et à Quetta. Les Suisses déjà bien implantés au Pakistan (produits pharmaceutiques et pesticides, lait en poudre avec Nestlé) pourraient accroître leurs investissements.

77La Fondation de l'Agita Khan est en train d'ouvrir une ligne aérienne qui devrait concurrencer la P.I.A. Les milieux financiers internationaux sont sensibles à la libéralisation des mouvements de capitaux et à la forte progression de la bourse de Karachi. Celle-ci est suscitée, entre autres, par les Pakistanais qui rapatrient une partie de leurs avoirs à l'étranger. Le développement du secteur boursier grâce à une plus grande mobilisation de l'épargne pourrait, comme nous le verrons en Inde, exercer d'heureux effets sur l'économie prise dans son ensemble.

78Les étrangers sont peu tentés de participer à la privatisation des entreprises publiques, sauf dans quelques cas. Ainsi Suzuki a augmenté sa participation à Pak-Suzuki Motor Co. de 25 à 55 % (assemblage avec production progressive de voitures et de motocyclettes). Suzuki se déclare en outre intéressé à prendre des parts dans d'autres entreprises liées au secteur de l'automobile.

79A partir de janvier 1991, les banques commencent à être dénationalisées. Dans le secteur industriel le gouvernement a prévu de privatiser 115 entreprises, dont seulement onze faisaient un "profit raisonnable" et dix un profit marginal. De plus, ces entreprises sont surchargées de personnel, en partie à la suite de pressions politiques. Beaucoup d'entre elles utilisent des équipements dépassés.

  • 21 Cimenteries, fabriques de tracteurs, raffineries d'huile comestible, boulangeries....
  • 22 Financial Times, 8.1.92 et Business Recorder, 3.3.92.

80Jusqu'au milieu de 1992, une cinquantaine d'entreprises avaient été dénationalisées21 et le même nombre devrait suivre. Question délicate comme en Inde, les réductions de personnel. Les nouveaux acquéreurs s'engagent à suspendre tout renvoi durant la première année. Dans certains cas, employés ou ouvriers peuvent donner leur congé en recevant cinq mois de salaire par année de service22.

81On manque de détails sur le reclassement des cadres supérieurs, notamment des directeurs. Une partie d'entre eux devaient leur place plus à de bonnes relations qu'à leurs capacités professionnelles. Il n'est pas simple non plus de trouver d'autres emplois aux hauts fonctionnaires dont les bureaux sont supprimés.

82A la fin de 1991, la dislocation de l'URSS ouvre au Pakistan, aux entrepreneurs locaux et étrangers, de nouvelles perspectives. Le Pakistan pourrait servir de base au développement des échanges avec les républiques nouvellement indépendantes de l'Asie centrale. Les premiers contacts ont déjà été pris dans ce sens par Islamabad.

  • 23 La route Termez (Uzbékistan) - Caboul - Peshawar exige des réparations, mais se trouve dans un éta (...)

83A vrai dire, de telles idées risquent d'exiger du temps pour se concrétiser. Il reste à voir comment les nouveaux Etats parviendront à gérer et développer des économies pour le moment en fort mauvaise santé. De plus, il faudrait que la paix et l'ordre soient rétablis en Afghanistan pour assurer le transit des marchandises23.

En Inde, la surprise

84L'influent bimensuel India Today titrait son commentaire sur le nouveau gouvernement issu des élections de mai/juin 1991 : "Back to the old guard" et il ajoutait : "Le choix des membres du cabinet n'est guère inspirant face à la myriade de crises qu'affronte notre pays" (15. 7.91). Et pourtant cette équipe sans panache allait susciter la stupeur par la vigueur de ses réformes économiques, et l'heureuse surprise par son style de gouvernement.

85Le nouveau Premier Ministre P.V. Narasimha Rao, âgé de 70 ans, avait été un membre influent des cabinets d'Indira Gandhi et de son fils. Brahmane de l'Andhra (sud), intègre et cultivé, il s'était retiré de la politique, lorsqu'à la suite de l'assassinat de Rajiv Gandhi (21.5.91) il est appelé à prendre la tête du gouvernement. Si plusieurs de ses ministres manquent de relief, Narasimha Rao appelle aux Finances Manmohan Singh, un Sikh âgé de 59 ans, ancien gouverneur de la Reserve Bank (Banque nationale), ancien vice-président de la Commission du Plan. C'est un économiste chevronné et très ouvert aux questions internationales. Contrairement à leurs prédécesseurs, le Premier Ministre et son grand argentier n'entendent pas céder aux jeux de la politique politicienne. A peine arrivé au pouvoir et avec le soutien du Premier Ministre, Manmohan Singh donne le ton : "Les anciens modes de penser ne mènent nulle part. Nous avons été marginalisés. En 1960, le revenu par tête des Coréens du Sud était comparable au nôtre. Aujourd'hui, le premier est plus de dix fois supérieur au nôtre... Le monde doit savoir que l'Inde a changé" (India Today, 31. 7.91). Rudes paroles de nature à ébranler l'ethnocentrisme de beaucoup d'Indiens qui jusqu'alors regardaient de haut les "petits" pays d'Asie.

86Chef d'orchestre des réformes, Manmohan Singh n'est pas seul. P. Chidambaram (Madras), le Ministre du Commerce, est jeune, issu de milieux d'affaires, diplômé de Harvard. Il est non moins acquis aux réformes qu'il va pousser tambour battant. Plusieurs hauts fonctionnaires préparaient depuis des mois notes et rapports. Aujourd'hui, ils peuvent donner libre cours à leur talents, occupant plusieurs postes de l'administration : Montek Singh Ahluwalia, Ashok Desai, K.P. Geethakrishnan, K.V.R. Nair au Ministère des Finances, A.N. Varma au Bureau du Premier Ministre et d'autres.

87Le style du nouveau gouvernement tranche sur les habitudes prises sous Indira Gandhi et son fils. La responsabilité des ministres et les voies du service sont mieux respectées. C'en est fini de la "coterie" (comme on dit en Inde) des proches de Rajiv Gandhi qui ne se gênaient pas pour court-circuiter les ministres.

88A la tête d'un gouvernement minoritaire au Lok Sabha (Chambre du Peuple), Narasimha Rao est un maître du consensus. Il consulte les membres de l'opposition, sait écouter tout en évitant les gestes impétueux. Il ne craint pas non plus de jouer la transparence plutôt que de se lancer dans des manœuvres peu édifiantes. Pendant les premiers mois, le gouvernement avance dans ses réformes sans trop de difficultés, mais au début de 1992, à l'approche du budget, les critiques deviennent plus musclées dans les rangs de l'opposition comme au sein du Congrès, dont bien des membres ne sont guère acquis aux réformes qui réduisent les possibilités de patronage et autres manœuvres douteuses. On pouvait alors craindre que le gouvernement cède à ces pressions. Or c'est le contraire qui se produit. Présentant le budget pour 1992-93 (1er avril-31 mars), Manmohan Singh annonce un nouveau train de réformes.

89En juillet 1991, le nouveau gouvernement hérite d'une situation si critique qu'il faut parer au plus pressé, mais, ainsi que Manmohan Singh me le disait en octobre, il ne s'agissait que d'un début. Les réformes se situent aux deux plans intérieur et extérieur. Le déficit budgétaire de 8,5 % du PNB pour l'année 1990/91 doit être ramené à 6,5 %. Les subventions pour les engrais chimiques sont réduites de 30 %. Celles concernant les exportations tombent à la suite de la dévaluation de 25 % de la roupie. D'autres économies sont introduites, tandis que diverses taxes (essence, articles de luxe) sont relevées.

90Le secteur privé est libéré, d'une manière substantielle, du véritable carcan bureaucratique qui lui coupait les ailes. Les licences nécessaires à la création et à l'agrandissement des entreprises sont abolies dans de nombreuses branches de l'industrie. Les restrictions imposées par le Monopolies and Trade Restrictive Practices Act (MTRPA) sont levées ou fortement assouplies. Ainsi de coûteux retards et maintes possibilités de corruption sont supprimés.

  • 24 cf. Economic Times. 11.3.92, 25.4.91, 17.2.92. La fuite des capitaux (incluse dans l'argent noir) (...)

91Le gouvernement s'efforce de mobiliser l'argent noir, qui pourrait correspondre à 20 ou 40 % du PNB : dépôts en banque ou devises rapatriées de l'étranger sans question sur l'origine des fonds avec un délai jusqu'au 30 novembre 199124.

92La part des investissements étrangers monte de 40 à 51 % et les exceptions au-delà deviennent plus nombreuses. Les procédures de demandes d'investissements sont simplifiées.

93Parallèlement, le F.M.I., la Banque Mondiale et les pays membres du consortium que celle-ci patronne, apportent leur soutien, le premier avec des crédits de 3,7 milliards de dollars, la seconde et le consortium avec 6,7 milliards. Interviennent aussi les crédits de 1'Asian Development Bank.

94Quelle est la situation au milieu de 1992 ? Sur le front extérieur, les mesures de soutien et la baisse des importations rendue nécessaire au cours de 1991 permettent à l'Inde d'avoir de nouveau "la tête hors de l'eau" avec des réserves de 5,5 milliards de dollars. L'inflation a baissé du sommet de 16,8 % en août 1991 à 12 %.

95L'industrie - et c'est normal - n'a pas encore commencé à remonter la pente à la suite des restrictions aux importations et au crédit, les secondes destinées à maîtriser l'inflation. D'avril à octobre 1991, la production industrielle accuse une baisse de 0,8 %. Par contre la production d'électricité avance de 9 %. Pris dans son ensemble le PNB ne devrait progresser que de 2,5 à 3 % en 1991/92, à partir d'une moyenne de + 5,5 % par an pour la décennie écoulée.

  • 25 Cette part est destinée à l'importation de biens classés comme tout à fait essentiels : pétrole, e (...)

96Le nouveau paquet de réformes introduit la convertibilité partielle de la roupie : 40 % des devises provenant des exportations et du rapatriement de fonds notamment des travailleurs indiens à l'étranger seront échangés aux taux officiels25 et 60 % aux taux du marché devenu libre, ce qui constitue une dévaluation larvée (taux officiel 26 roupies, 30 sur le marché libre). Les importateurs, quant à eux, s'approvisionnent sur le marché libre, ce qui selon R. N. Malhotra, un éminent ancien gouverneur de la Reserve Bank, devrait "permettre à terme aux exportations et aux importations de se trouver en équilibre". De plus les importateurs sont ainsi libérés des contrôles de la Reserve Bank (cf. India Today, 31.3.92).

97Même s'ils restent très élevés, les droits de douane sont abaissés selon le degré d'urgence des importations. Pour enrayer la contrebande d'or estimée à 200 tonnes par an, l'importation jusqu'à 5 kg par personne est autorisée, moyennant une taxe de 15 %. Un "Gold bond scheme" devrait accroître la circulation de l'or dans les canaux productifs.

98Le système fiscal est simplifié : réduction du nombre des taux et baisse de ceux-ci. En même temps il devrait mieux couvrir petits et moyens marchands. Des mesures sont prises pour stimuler les industries. Quant aux taxes à la production (excise duty) de plusieurs produits, elles s'alourdissent : cigarettes, camions légers, motocyclettes, pneus, montres, cuivre, acier, certaines matières plastiques... Le budget de la défense nationale baisse légèrement en valeur réelle.

99Depuis juillet 1991 entreprises locales et étrangères étaient autorisées à investir dans la construction de routes et de centrales électriques, domaines réservés à l'Etat jusqu'alors. En 1992 les portes s'ouvrent également pour l'exploration et l'exploitation du pétrole et du gaz naturel.

100Non moins significative est l'évolution du marché des capitaux. Après une première vague d'expansion au moment des réformes de Rajiv Gandhi (plus de 6 000 entreprises cotées en bourse en 1987 contre 2 260 en 1980) le mouvement est en train de repartir. Les cours de la bourse se sont envolés à l'annonce du budget.

101Une des idées de manœuvre, derrière l'ensemble des réformes, est de donner plus d'importance à la bourse et aux émissions d'actions qu'aux emprunts et aux financements par l'Etat. Il s'agit donc de mobiliser une épargne en argent liquide peut-être de l'ordre de 650 milliards de roupies (25 milliards de dollars) auxquels s'ajoutent dans les 7 500 tonnes d'or (India Today, 31.3.92, taux d'épargne 22 % du PNB). Un tel objectif exige un gros développement du secteur boursier. L'Inde compte en ce moment seulement 19 bourses, dont celle de Bombay avec 60 % des transactions. Les détenteurs d'actions sont estimés à 15 millions. A noter les besoins en informatique et une mise en ordre des opérations boursières grâce à une information beaucoup plus rigoureuse que ce n'est le cas aujourd'hui ! L'énorme scandale qui secoue la bourse de Bombay en 1992 met en relief le besoin d'assainir le système financier.

102Quelles sont les chances de succès des réformes ? Interviennent tout d'abord les risques d'ordre politique. Le Congrès manque de peu la majorité à la Chambre du peuple. Néanmoins, il dispose d'un certain répit. Les partis d'opposition pas plus que le Congrès ne veulent retourner trop vite aux urnes. Les élections coûtent très cher. Or celles de l'automne 1989 ont été suivies par celles anticipées du printemps 1991. Il faut néanmoins ajouter que depuis le milieu de 1992 les partis d'opposition durcissent leur attitude en même temps que les courants hostiles au Premier Ministre à l'intérieur du Congrès risquent de se renforcer. Ces tendances, si elles se confirment, pourraient gêner les réformes.

103Au niveau économique il faut espérer que Narasimha Rao maintiendra le mouvement. Oppositions ou divergences au sein du gouvernement freinent le processus de décision, qu'il s'agisse de la politique pétrolière ou de l'avenir du secteur public, rendu encore plus délicat par la grève générale des employés du dit secteur en juin 1992.

104Par ailleurs, même en cas de changement de gouvernement, le courant de réformes ne serait guère réversible. Le Bharatiya Janata Party (B. J.P.) droite hindoue, deuxième parti du pays, est dans l'ensemble acquis à la libéralisation malgré des pointes de xénophobie à l'égard des multinationales. Au sein des autres partis, il n'est pas facile de distinguer l'opposition vocale et réelle. Il faut aussi tenir compte des divisions au sein même du parti du Congrès.

105D'autres risques tiennent aux combats d'arrière-garde de la part de fonctionnaires, de politiciens, d'hommes d'affaires qui profitaient de l'ancien système sous forme de trafic d'influence, de clientélisme ou de simples pots-de-vin.

106Autre sujet de controverse : des politiciens, des intellectuels, des syndicalistes accusent, depuis l'été 1991, le gouvernement "d'être à la solde du F. M.I. et de la Banque Mondiale". Que ces institutions soutiennent les réformes relève de l'évidence. En revanche, c'est d'abord par leur propres analyses que les réformateurs ont été amenés à revoir la stratégie de développement lancée par Jawaharlal Nehru après l'indépendance.

107Il est non moins absurde de brandir le spectre des multinationales. Manmohan Singh a rappelé, non sans humour, lors de la présentation du budget, que son pays avait changé depuis l'époque où la Compagnie des Indes avait créé son empire !

108Restent les dangers d'ordre économique. Manmohan Singh compte sur la relance du secteur industriel et sur le recul plus marqué de l'inflation et du déficit budgétaire. Celui-ci devrait baisser de 6,5 % du PNB en 1991/92 à 5 % pour 1992/93. Les bénéfices à attendre de la déréglementation de l'économie peuvent être tenus pour acquis. Il n'est pas certain que d'autres mesures comme la libération de l'importation de l'or parviennent à enrayer la contrebande.

109Les restrictions au crédit et à l'importation sont allégées, mais ces mesures suffiront-elles à assurer une reprise rapide ?

110Le commerce extérieur ne pouvait que souffrir de la crise de 1991 : baisse des importations, baisse aussi des exportations du fait du ralentissement de la conjoncture et du recul des importations de composants et de matières premières nécessaires aux industries d'exportation. Là-dessus l'Inde subit les contre-coups de l'éclatement de l'URSS. Ses exportations vers ce pays, 16 % du total ces dernières années, fondent de moitié.

111Pour les six premiers mois de 1991/92, les importations baissent de 17 %. les exportations de 6 %. La reprise, encouragée par les réformes risque de se faire sentir seulement dans le courant de 1992/93.

112Autre question : la réponse des multinationales. Elle commence par être teintée de "wait and see". Néanmoins à la fin de 1991, les perspectives de collaboration s'élargissaient, tendance que devait renforcer le nouveau train de réformes annoncé lors de la présentation du budget de 1992/93.

  • 26 Il faut rappeler qu'une partie de ces accords portent sur des affaires dont la négociation était d (...)
  • 27 Dossier Inde, 12, Nord-Sud Export Consultants (excellent bulletin d'information), Paris, 46, rue d (...)

113A mi-décembre 1991, les accords signés depuis juillet portaient sur 65 millions de dollars, ce qui donnait un total de 75 millions pour l'année26 (12 millions d'investissements en 1981, 132 de moyenne annuelle pour 1986-89, 74 pour 1990). Au début de 1992, les accords signés dépassent 313 millions, chiffre révélateur du changement de climat. Les entreprises américaines viennent de loin en tête : IBM, Coca Cola, General Motors, Kellogg, Ford, BMW, Du Pont de Nemours, Fujitsu, Alcatel signent des accords avec des partenaires indiens27

114Ces chiffres restent évidemment modestes par rapport aux flux d'investissements étrangers à destination de la Chine (19 milliards de dollars versés en 1979-91), de la Malaisie, de la Thaïlande (plusieurs milliards ces dernières années). Néanmoins, ils pourraient constituer le début d'une tendance susceptible de s'élargir.

115Pour des raisons plus politiques qu'économiques, les dirigeants indiens montrent moins d'audace que leur voisin pakistanais en matière de secteur public : 244 entreprises industrielles dépendent du gouvernement central et 800 des Etats, soit en tout environ les 14 % du PNB.

116Le gouvernement central envisage de vendre au public des parts de certaines entreprises représentant 20 ou peut-être 40 % du capital. D'autres mesures d'assainissement sont à l'étude qui nécessiteront des coupes sévères dans un personnel pléthorique, d'où l'opposition des syndicats très influents en Inde. Un fonds de 78 millions de dollars devrait assurer le recyclage des personnes licenciées.

117La réforme des banques nationalisées est également à l'ordre du jour avec ici aussi de délicates incidences extra-bancaires. Il serait en effet souhaitable que les instituts financiers deviennent moins vulnérables aux pressions politiques.

118Pour terminer rappelons l'importance de la variable agricole. L'Inde a bénéficié de quatre moussons consécutives qui furent plutôt bonnes, voire parfois excellentes. Qu'en sera-t-il en 1992 ? Malgré les progrès de l'agriculture, notamment de l'irrigation, de vastes étendues restent encore à la merci des pluies, avec pour conséquences de profondes variations dues aux caprices du ciel.

Vue d'ensemble

119Première constatation : l'ampleur des mutations économiques au Pakistan comme en Inde. Un retour en arrière ne semble guère concevable même en cas de changement de gouvernement. Le mouvement est renforcé par la montée de nouvelles générations dans les entreprises, l'administration, l'opinion publique en général qui ne demandent qu'à mieux faire usage de leurs compétences et de leur talent. Des hommes de ce genre apparaissent dans la classe politique, même si les adeptes de la politique politicienne n'ont pas dit leur dernier mot. Il n'est donc pas exagéré de parler d'un tournant.

120Dans quelle mesure les tensions et les troubles qui affectent les deux pays peuvent-ils nuire à leur expansion ? La libéralisation de l'économie constitue à elle seule une garantie contre bien des risques. Même si le pouvoir politique est faible, indécis, l'économie en souffrira moins par le simple fait qu'elle sera moins réglementée par l'Etat.

  • 28 Des réseaux commencent à apparaître en Inde, en partie liés aux troubles du Cachemire et du Panjab (...)

121Tensions, luttes partisanes, violences constituent des sujets d'inquiétude. Le Pakistan semble plus vulnérable que l'Inde. Le système démocratique est moins enraciné dans la vie publique et le pays est plus petit. A lui seul le Sind abrite dans les 30 % des industries ainsi sensibles aux troubles. De plus, le Pakistan souffre de ce fléau qu'est devenu la drogue et ses réseaux de corruption, conséquences de la guerre d'Afghanistan28. Depuis le mois de mai 1992, l'armée et les forces paramilitaires sont entrées en action pour rétablir l'ordre dans le Sind. Par ailleurs, frictions et rivalités entre les trois pôles du pouvoir-le Président, le Premier Ministre, l'armée - semblent du nouveau en hausse au cours de l'été 1992.

122La taille de l'Inde constitue un écran protecteur. Les conflits du Cachemire, du Panjab, de l'Assam ont un impact limité sur l'économie. Les explosions de violence entre communautés, elles aussi, perdent de leur poids ramenées aux dimensions du pays. Si ces turbulences restent relativement contenues, elles ne devraient pas décourager les futurs investisseurs locaux et étrangers. Néanmoins, comme le souligne la presse, la lune de miel entre le gouvernement et la classe politique a pris fin. Les syndicats durcissent leur position par des grèves, de crainte de licenciements. Narasimha Rao doit toujours plus compter avec les manœuvres de quelques grands barons du Congrès. La démission de P. Chidambaran en juillet 1992, à la suite du scandale de la bourse à Bombay, affaiblit le groupe des réformistes au sein du gouvernement. Rien pourtant ne prouve que l'ex-ministre ait commis des actes frauduleux. (Il avait acheté des actions d'une société qui fait l'objet d'une enquête dans le cadre du dit-scandale.)

  • 29 L'imam Ghazali (XIe-XIIe siècle), un des plus grands théologiens de l'Islam l'admettait déjà.

123Autre grave souci, la population. Celle du Pakistan augmente de 3 % par an à la suite des carences prolongées des dirigeants en matière de prévention des naissances (rappelons en passant qu'il est parfaitement faux de prétendre que l'Islam s'oppose à la contraception29). Dans la décennie écoulée, environ 10 % de la population active travaillaient à l'étranger, principalement dans le Golfe. Or, les débouchés tendent plus à se fermer qu'à s'ouvrir encore. Le chômage devient aujourd'hui préoccupant. C'est dire le besoin de s'attaquer sérieusement à la limitation des naissances, tout en stimulant au maximum l'économie.

124En Inde, malgré des progrès, la natalité reste relativement élevée. La population s'accroît de 2 % ou un peu moins par an. Plus que jamais il importe d'élargir la création d'emplois dans les campagnes comme dans les villes.

125De part et d'autre, l'économie rurale continue à peser lourd avec plus de 70 % de la population. La production agricole correspond à 31,5 % du PNB en Inde, à 27 % au Pakistan et elle occupe respectivement environ les deux tiers et la moitié de la population active.

126Les réformes qui touchent surtout l'économie urbaine et les relations internationales pourraient conduire à un relatif relâchement en matière de développement rural. Or, si des changements majeurs de politique ne sont pas nécessaires, des efforts accrus s'imposent dans les aménagements hydrauliques, la recherche agronomique, les réseaux commerciaux et le crédit, les routes, l'électrification des villages.

127"Last but not least", après avoir rompu avec le dogmatisme de gauche, il faut souhaiter que les deux pays ne tombent pas dans le dogmatisme de droite, risque qu'ils ne sont pas seuls à courir !

128Le vrai débat, surtout dans le Tiers Monde, ne porte pas sur "plus ou moins d'Etat", mais sur le rôle de l'Etat : frein ou stimulant au développement. La Corée du Sud, la province de Taïwan, à certains égards même le Japon illustrent la seconde de ces deux tendances.

129Ce tableau des réformes dans le sous-continent serait incomplet si l'on omettait la politique régionale. Le Pakistan et l'Inde, - le premier encore plus que la seconde - ont beaucoup souffert, depuis 1947, des trois guerres et des rivalités qui ont empoisonné leurs relations. Un tel climat ne facilite évidemment pas les réformes, même s'il ne les empêche pas d'aller de l'avant.

130Depuis une dizaine d'années le chaud et le froid soufflent tour à tour entre Islamabad et New Delhi dans un climat marqué par des signes à la fois de rapprochement et de tensions. Les contacts personnels, officiels, culturels sont devenus plus étroits. Le nombre des Indiens et des Pakistanais qui visitent l'autre pays a augmenté de manière considérable, et ceci dans une atmosphère en général très cordiale. Parallèlement les foyers de troubles au Cachemire, au Panjab indien suscitent des poussées de fièvre que, de part et d'autre, des hauts fonctionnaires éclairés s'efforcent de calmer. On retiendra également l'aspect positif des récentes rencontres qu'ont eues les deux Premiers Ministres.

131Les risques de conflit ouvert sont devenus quasi-nuls. De part et d'autre les esprits clairvoyants mesurent le caractère suicidaire d'une telle aventure. De plus, depuis la fin de la guerre froide, les Etats Unis, la Russie et la Chine, au lieu de souffler sur le feu, exercent une influence modératrice.

132Imaginons les énormes avantages que retireraient l'Inde et le Pakistan d'un large "package deal" réglant l'ensemble de leur contentieux. De part et d'autre, on décèle de petits pas dans cette direction, mais leur aboutissement risque de prendre encore du temps.

Bibliographie

Bibliographie

Inde

AHLUWALIA, I.J., Industrial Growth in India, Delhi, Oxford University Press, 1985.

ETIENNE, G., L'économie de l'Inde, Paris, P.U.F., coll. Que Sais-je ?, 1985.

ETIENNE, G., Food and Poverty, India's Half Won Battle, New Delhi, Sage, 1988.

GUPTA, S.P., Planning and Development in India, New Delhi, Allied Publishers, 1989.

JALAN, Β., India' Economic Crisis : The Way Ahead, Delhi, Oxford University Press, 1991.

JHA, L.K., Economic Strategies for the 1980s, New Delhi, Allied Publishers, 1980.

LALL, S., Multinationals, Technology and Exports, London, Macmillan, 1985.

LUCAS, R.E.B. ; PAPANEK, G.F., (ed. by), The Indian Economy. Washington DC, Brookings, 1987.

RUDOLPH, L.I., and HOEBER RUDOLPH S., In Pursuit of Lakshmi, the Political Economy of the Indian State, Chicago & London, University of Chicago Press, 1987.

SOOD, K., Trade and Economic Development, India, Pakistan and Bangladesh, New Delhi, Sage, 1989.

Survey of Indian Industry, 1991, Madras, The Hindu Publications, 1992.

WEINER, M., (ed. by A. Varshney), The Indian Paradox, Essays in Indian Politics, New Delhi, Newbury Park, London, Sage, 1989.

Pakistan

AKMAL H., Strategic Issues in Pakistan's Economic Policy, Lahore, Progressive Publishers, 1988.

AYESHA JALAL, The State of Martial Rule : The Origins of Pakistan's Political Economy of Defence, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

BOILLOT, J.J., Le Pakistan, économie et développement, Paris, L'Harmattan, 1990.

BOILLOT, J.J., KRIEGER-KRYNICKI, Α., Le Pakistan, les turbulences de l'Etat des Purs, Paris, La Documentation française, 1990, no 4918.

ETIENNE G. Le Pakistan, don de l'Indus : économie et politique, Genève, P.U.F., Publ, de l'Institut Universitaire des Hautes Etudes Internationales, 1989.

ETIENNE G., MAURER J.L., RENAUDIN C., Suisse - Asie, Pour un nouveau partenariat, Genève, Olizane/CRAM, 1992, voir chapitres sur l'Inde, le Pakistan et l'Indonésie.

MUSHAHID H., Pakistan's Politics, the Zia Years, Lahore, Progressive Publishers, 1990.

NASEEM, S.M., Underdevelopment, Poverty and Inequality in Pakistan, Lahore, Vanguard Publ., 1981.

ZAFAR, Α., Entrepreneurship in the Third World, Risk and Uncertainty in Industry in Pakistan, Londres, New York, Croom Helm, 1988.

Annexes

Annexes

Asie : commerce extérieur (million US $)

Asie : commerce extérieur (million US $)

*Moyenne annuelle. **Année financière.
Sources diverses.

INDE

INDE

Investissements privés étrangers : environ 1 milliard de $ 1980-1990
Dette extérieure : 71 milliards de $ 1991
Réserves de change (sans l'or) : 5,5 milliards de $ mai 1992
Source : Economic Survey 1991-92, New Delhi, Ministry of Finance, 1992

PAKISTAN

PAKISTAN

Source : World Development Report. Economic survey, rapport annuel, Islamabad, Ministry of Finance.

Notes

1 cf. entre autres R.C. MAJUMDAR et al. An Advanced History of India, Londres, Macmillan, 1950, p. 212.

2 F. BERNIER, Voyage dans les Etats du Grand Moghol, Paris, Fayard, 1981, p. 145.

3 cf. Surendra J. PATEL, Planned Development in India, Reflections on Choices : 1980 to 2000, Mainstream, 16.2.80.

4 Voir annexes.

5 J.J. BOILLOT, Le Pakistan, économie et développement, Paris, l'Harmattan, 1990, p. 20.

6 cf. entre autre I.J. AHLUWALIA, Industrial Growth in India, Delhi, Oxford University Press, 1985, et S. LALL, Multinationals, Technology and Exports, Londres, Macmillan, 1985.

7 Une différence de taille dans le cas de la Chine : l'économie privée se limitait aux lopins privés des paysans et à leur petit négoce sous Mao Zedong d'où le besoin de réformes beaucoup plus radicales et plus complètes que dans les pays à économie mixte.

8 I.C.S., corps supérieur de la fonction publique appelé après l'indépendance Indian Administrative Service, I.A.S

9 Voir son livre Economic Strategy for the Eighties, New Delhi, Allied Publ., 1980.

10 A partir de 1985 s'amorce un processus graduel de démocratisation.

11 Elle l'avait déjà été plus brièvement autour de 1970 et de 1980.

12 1989 : budget de la défense Inde 8,2 milliards de $, Pakistan 2,5 milliards. Les budgets militaires s'accroissent pendant la décennie, cf. US Arms Control and Disarmament Agency, Annual Report 1991. La défense nationale absorbe 6,5 % du PNB au Pakistan, 3,8 % en Inde.

13 Il est entré dans la politique au temps du Président Zia.

14 Selon Mahabub ul Haq, l'ancien Ministre des Finances du Président Zia, affaires douteuses, détournements de fonds publics et corruption représenteraient dans les 40 milliards de Rs par an (1,8 milliard de dollars) cité par The News, 23.2.91.

15 Business Recorder, 15.2.92 et State Bank Annual Report, 1990/91.

16 Cette loi a suscité diverses oppositions, celle de Benazir Bhutto qui y voit une manifestation d'"obscurantisme", sentiment que partagent sans le dire ouvertement bien d'autres Pakistanais ! De leur côté les partis religieux ne trouvent pas la loi assez radicale ; les Chiites eux, y sont opposés, car la loi ne tient pas suffisamment compte de la spécificité du chiisme face au sunnisme (environ 15 - 20 % de Chiites au Pakistan).

17 cf. The Economist, 18.1.92 et Business Recorder, 27. 2.92.

18 Principaux partis religieux : Jamaat-i-lslami et Jamaiat Ulema Islam.

19 Beaucoup de Musulmans pratiquants condamnent l'intégrisme dont l'étroitesse est contraire au véritable esprit de l'Islam.

20 Tendance analogue mais plus avancée en Asie du Sud-Est, certainement en Indonésie.

21 Cimenteries, fabriques de tracteurs, raffineries d'huile comestible, boulangeries....

22 Financial Times, 8.1.92 et Business Recorder, 3.3.92.

23 La route Termez (Uzbékistan) - Caboul - Peshawar exige des réparations, mais se trouve dans un état passable. Un camion peut faire en un jour Mazar-i-Sherif (près de la frontière) - Caboul.

24 cf. Economic Times. 11.3.92, 25.4.91, 17.2.92. La fuite des capitaux (incluse dans l'argent noir) représenterait 14 milliards de dollars pour la décennie 1980-1990.

25 Cette part est destinée à l'importation de biens classés comme tout à fait essentiels : pétrole, engrais chimiques, armes, certains médicaments.

26 Il faut rappeler qu'une partie de ces accords portent sur des affaires dont la négociation était déjà engagée avant juillet 1991.

27 Dossier Inde, 12, Nord-Sud Export Consultants (excellent bulletin d'information), Paris, 46, rue de Provence, 24.2.92.

28 Des réseaux commencent à apparaître en Inde, en partie liés aux troubles du Cachemire et du Panjab et peut-être de l'Assam.

29 L'imam Ghazali (XIe-XIIe siècle), un des plus grands théologiens de l'Islam l'admettait déjà.

Table des illustrations

Légende Sources : Economic Survey 1990/91* Comprend pour chacun des deux pays, mines, électricité, industrie manufacturière.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Asie : commerce extérieur (million US $)
Légende *Moyenne annuelle. **Année financière.Sources diverses.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3040/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Titre INDE
Légende Investissements privés étrangers : environ 1 milliard de $ 1980-1990Dette extérieure : 71 milliards de $ 1991Réserves de change (sans l'or) : 5,5 milliards de $ mai 1992Source : Economic Survey 1991-92, New Delhi, Ministry of Finance, 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre PAKISTAN
Légende Source : World Development Report. Economic survey, rapport annuel, Islamabad, Ministry of Finance.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3040/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

Auteur

Professeur aux Instituts Universitaires de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IUHEI/IUED), Genève

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540