Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter les beaux quartiers à Santiago du Chili

 | 
Line Henry

Chapitre 2. Habitat pavillonnaire ou collectif, les formes d’habiter et leur impact sur la ville

Texte intégral

1En empruntant la navette qui relie l’aéroport international de Santiago à la ville, je suis chaque fois fascinée par ces immenses ensembles résidentiels que l’on longe pendant de longues minutes. Ils sont constitués de petits pavillons, très proches les uns des autres et tous absolument identiques, que seul un mur sépare de la voie rapide. Chaque fois que ce mur s’interrompt c’est pour laisser place à une ruelle, voie d’accès au lotissement sans doute, et qui le sépare d’un nouveau mur et d’un nouvel ensemble, ne différant du précédent que par la forme ou la couleur des demeures. Sur l’autoroute qui quitte la ville en direction du nord du pays, depuis le métro aérien qui traverse la ville vers l’est, ou encore en effectuant l’ascension dominicale du Cerro Pochoco, on peut admirer d’autres ensembles pavillonnaires, avec cette fois des maisons plus personnalisées – quoique l’on veille manifestement à y conserver une forte homogénéité –, des terrains très vastes autour de chacune et des voies de circulation harmonieusement courbées.

2Dans ce chapitre, j’aborderai l’idéal que représente le pavillon dans la périphérie et que semble partager l’ensemble des citadins du monde développé. Il sera question de l’apparition du « mythe » dans le contexte international, puis de sa place intrinsèque à Santiago du Chili. Enfin, j’énoncerai certaines des conséquences de sa généralisation et les critiques, souvent avancées, de ce modèle fortement consommateur d’espace et à l’origine de l’étalement urbain planétaire.

3Dans un second temps, je m’intéresserai aux formes résidentielles du centre de la métropole. J’évoquerai l’habitat collectif tel qu’il se présente à la sortie de la station de métro Escuela Militar, où les crêtes des montagnes environnantes semblent avoir été largement supplantées en hauteur par une multitude d’édifices altiers. Certains, aux formes audacieuses et entièrement couverts de panneaux de verre abritent à n’en pas douter des bureaux, tandis que d’autres, plus classiques, pourvus d’une myriade de balcons mais non moins hauts, sont constitués d’appartements dont il est impossible, de l’extérieur, d’estimer le nombre. Après avoir parlé de l’universel désir que suscite la maison individuelle, je m’interrogerai sur les modalités de l’apparition de cette forme résidentielle qui lui est si résolument opposée, d’abord dans le monde, puis à Santiago en particulier.

Le pavillon individuel dans la périphérie

Origines du rêve universel de la maisonnette

  • 1 Owen Gutfreund, « L’envahissement des campagnes par les villes : l’expansion métropolitaine aux Éta (...)
  • 2 Roger Brunet, Robert Ferras, Hervé Théry, Les mots de la géographie : Dictionnaire critique, Paris, (...)
  • 3 Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin (dir.), « Présentation », in Augustin Berque (...)

4Le modèle du pavillon individuel apparut aux États‑Unis après la Seconde Guerre mondiale, alors que des aides gouvernementales étaient mises en place dans un objectif de décentralisation de l’État1. Il s’agissait en particulier de politiques fédérales portant sur le financement de l’accès à la propriété et sur le développement du réseau autoroutier à destination de l’importante classe moyenne émergente, à une époque où le pays connaissait une forte croissance démographique. La construction massive de grands ensembles de maisons isolées chacune entourée d’un jardin, forme de promotion immobilière, se faisait sur des terrains divisés en parcelles viabilisées et équipées que l’on désigna par le terme de « lotissements »2. Commença alors la « ville-campagne », quand « la distinction entre ville et campagne tend progressivement à s’effacer »3. On parla dès lors de sprawl : « étalement » ou « affalement » de la ville qui s’étend irrémédiablement, repoussant ses limites jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus être précisément définies.

  • 4 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrèt (...)
  • 5 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrèt (...)
  • 6 Owen Gutfreund, « L’envahissement des campagnes par les villes : l’expansion métropolitaine aux Éta (...)
  • 7 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrèt (...)
  • 8 Greg Hise, « Une ville dans un jardin : nature et métropole en Californie du Sud », in Augustin Ber (...)

5Pour Guy Mercier le déplacement de la population vers les périphéries résulta de l’imposition réussie du capitalisme et de l’État‑Providence4. Il serait également lié au libéralisme et au fordisme, à la consommation de masse de biens durables et notamment de l’automobile5, à quoi Gutfreund ajoute l’importance de l’influence des lobbies, spécialement ceux autoroutiers6. Pour finir, Mercier associe ce sprawl naissant à une volonté d’aménagement, un « souci urbanistique d’organiser la ville à l’échelle régionale »7. Il est à ce propos intéressant de noter que, dès 1910, Smythe William présenta les objectifs de la nouvelle politique de logement aux États‑Unis en ces termes : « une vraie ville […] doit être un jardin rempli de maisons […]. Afin d’accueillir une grande population, de telles villes vont naturellement s’étendre sur de vastes zones – le plus vaste sera le mieux »8.

  • 9 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrèt (...)
  • 10 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin B (...)
  • 11 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin B (...)
  • 12 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin B (...)
  • 13 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin B (...)
  • 14 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrèt (...)
  • 15 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrèt (...)
  • 16 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin B (...)
  • 17 Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin (dir.), « Présentation », in Augustin Berque (...)
  • 18 Jean Pelletier, Charles Delfante, Villes et Urbanisme dans le monde, Paris, Masson, 2e éd., 1994.

6Le contexte économique, démographique et politique de la fin de la Seconde Guerre mondiale a entraîné le développement massif des villes-campagnes nord-américaines. Il n’en demeure pas moins admis que la culture du pays – d’alors comme d’aujourd’hui – fait écho à ces phénomènes. La vie dans un pavillon de banlieue est valorisée, et recherchée par une grande majorité de la population. Mercier parle de « passion » et de « mythologie du pavillon », d’un « idéal urbain »9. Ghorra‑Gobin cite le fameux American dream, le home sweet home et explique comment la maison individuelle est devenue « l’image du bonheur »10. Bref, il y a un véritable consensus sur la composante culturelle du pavillon nord‑américain, laquelle se révèle multiple. Les uns y voient une réminiscence du féminisme domestique, le housewifing, et la place capitale donnée à la femme dans le bon fonctionnement de la maison et l’éducation des enfants11. Des auteurs américains influents, tels que Catharine Sedgwick avec son roman à succès Home en 1835, font l’éloge de « la maison en tant que cadre reflétant les aspirations de ses habitants et ayant une influence considérable sur l’éducation des enfants »12. On associe également la maison individuelle aux « vertus du protestantisme ». Cet élément religieux est d’ailleurs largement repris par les promoteurs : on peut ainsi lire dans une campagne publicitaire que « les jardins d’Éden sont le premier lotissement de l’humanité »13. Un autre élément important est le contact revalorisé avec la nature. Il correspond lui aussi à un nouvel idéal de vie et incarne « salubrité publique, tranquillité et aisance domestique »14 par opposition à la si terrible « promiscuité urbaine »15 et aux « désordres urbains et […] tumulte du commerce et de l’industrie »16. Pour Berque, Bonnin et Ghorra‑Gobin, la ville-campagne apparaît lorsqu’une majorité d’individus s’accorde pour rechercher une forme d’habitat de type rural, riche en espace et proche de la nature17. Pelletier et Delfante qualifient quant à eux l’habitat pavillonnaire de « caricature de l’espace rural », évoquant l’« artificialisation » de la verdure pour recréer la campagne dans la ville18.

  • 19 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrèt (...)
  • 20 Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin (dir.), « Présentation », in Augustin Berque (...)
  • 21 Carlos de Mattos, Luis Riffo Pérez, « Globalización, redes, nodos y dinámica metropolitana : El Gra (...)
  • 22 Augustin Berque, « Détruire la nature par amour de la nature », in L’Urbanisation du Monde, Paris, (...)
  • 23 Martine Berger, « Les choix résidentiels des Franciliens : l’attraction des pavillons ne se dément (...)
  • 24 Martine Berger, « Les choix résidentiels des Franciliens : l’attraction des pavillons ne se dément (...)

7Le modèle de la ville-campagne et le sprawl qui l’accompagne se sont développés dans un contexte culturel et historique propice. Et il s’avère qu’aujourd’hui encore le pavillon constitue un idéal résidentiel pour la population des États‑Unis, un objectif à atteindre que Mercier qualifie de « mythologie régnante »19. Et si le capitalisme, le libéralisme et le fordisme des États‑Unis d’après‑guerre ont bel et bien engendré le modèle en question, c’est son passage dans la culture du pays qui a garanti d’une part sa pérennité, et d’autre part son expansion vers de nombreux autres pays, dont notamment le Chili. Il est en effet communément admis que c’est en grande partie l’influence du modèle nord-américain qui est à l’origine de la diffusion de la ville-campagne dans l’ensemble des pays développés puis dans les pays émergents20. C’est un modèle diffusé par la télévision, le cinéma et la littérature, qui symbolise universellement la réussite économique et familiale, le bonheur domestique, le confort, bref un « mode d’habitat » au plus près du rêve américain. De Mattos et Riffo Perez évoquent un « prototype » qui semble s’imposer dans le monde entier, indépendamment des spécificités préexistantes des villes21. Des études montrent qu’aujourd’hui la majorité de la population européenne souhaite une maison individuelle22. Martine Berger affirme à propos de Paris : « du fait de modes de construction de plus en plus standardisés, d’une publicité qui le pose en modèle de ce qui convient à la vie familiale et à l’éducation des enfants, le pavillon se répand et se banalise »23. En 1999, en région parisienne, plus d’une famille sur trois était propriétaire d’une maison individuelle24.

Du rêve à la réalité à Santiago du Chili

  • 25 Yasna Contreras, Oscar Figueroa, « Los patrones de movilidad residencial y cotidiana en la ciudad d (...)

8J’ai précédemment évoqué la faible densité urbaine en tant que caractéristique intrinsèque de la capitale chilienne à ce jour, et le plébiscite général de la maison unifamiliale en périphérie qui en est l’une des causes majeures. La construction continue de maisons unifamiliales sur des parcelles toujours plus grandes et pour des foyers sans cesse réduits entraîne en effet une constante diminution de la densité globale de la ville et serait responsable d’une expansion de sa superficie, estimée aujourd’hui à 1300 ha par an25.

  • 26 Montserrat Palmer, « La Comuna de Providencia y la ciudad-jardín », 1984, in Carlos De Mattos, Osca (...)
  • 27 Montserrat Palmer, « La Comuna de Providencia y la ciudad-jardín », 1984, in Carlos de Mattos, Osca (...)
  • 28 Carlos de Mattos, Luis Riffo Pérez, « Globalización, redes, nodos y dinámica metropolitana : El Gra (...)

9Ce modèle du lotissement était largement inspiré des exemples nord-américains que je viens de mentionner ; s’y ajouta également, et dans une moindre proportion, la forme nord-européenne des cités‑jardins26. Ce modèle apparut à Santiago dès les années 1930, mais ne s’y généralisa qu’après la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il représentait déjà « l’idéal suburbain anglo-américain »27. Son expansion fut par la suite favorisée par la diffusion rapide et générale des nouvelles technologies de l’information et de la communication et par l’augmentation de la motorisation des habitants de la ville : 220 000 foyers supplémentaires possèdent un véhicule motorisé personnel en 2002 par rapport à 1992. Ce qui correspond à une augmentation de 190 % (d’après les données de l’INE). Cela provoque une apparente « contraction du temps et de l’espace »28.

10Cette expansion a en outre été largement encouragée, nous l’avons vu, par les mesures prises par le gouvernement militaire : la politique de développement urbain « horizontal » et les différents décrets et lois relatifs à la construction dans la périphérie de la capitale ont engendré des conditions particulièrement propices au développement du lotissement. La libéralisation des sols a, quant à elle, entraîné la dérégulation du marché, avec un fort impact sur la localisation des nouveaux quartiers résidentiels. Autre élément important déjà mentionné : l’apparition du secteur immobilier privé, qui rendit possible la construction à grande échelle de ces lotissements résidentiels. Enfin, la valorisation accrue de la propriété privée et la constitution du bien immobilier en un investissement sûr achevèrent de promouvoir l’essor de ce mode de résidence au Chili.

  • 29 Adriano Rovira, Miguel Contreras, Federico Luebert, Leopoldo Stuardo, Paulina Schiappacasse, Vladim (...)
  • 30 Montserrat Palmer, « La Comuna de Providencia y la ciudad-jardín », 1984, in Carlos De Mattos, Osca (...)

11Ainsi, à Santiago, comme dans tant d’autres villes du monde, le pavillon est, et demeure, un idéal. Beaucoup d’habitants recherchent un logement proche de la nature, à bonne distance de la foule et des embouteillages, de la pollution, bref loin des ANTOINE, Sandrine2017-02-07T14:08:00ASdésagréments de la grande ville29. Dès 1984, l’architecte chilienne Montserrat Palmer affirmait que tout Santiaguino désirait avoir un jardin. Elle présentait le pavillon comme « une image qui parcourt toute l’échelle sociale », la forme d’habiter « la plus commune et en même temps la plus recherchée », malgré les tentatives des architectes pour la rendre publiquement « coupable du discrédit urbain de Santiago »30.

Conséquences de l’étalement urbain sur la capitale

  • 31 Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin (dir.), « Présentation », in Augustin Berque (...)

12On ne peut évoquer l’étalement urbain et l’idéal devenu universel du pavillon en périphérie sans faire mention des critiques, nombreuses, de ce modèle : le sprawl est souvent qualifié d’« insoutenable »31, de peu durable d’un point de vue écologique, éthique et esthétique.

  • 32 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrèt (...)
  • 33 Jean-Pierre Traisnel, « Les forces contrariées entre le centre et la périphérie : quelle mesure env (...)
  • 34 Liette Gilbert, « Les différentes natures de la périurbanisation », in Augustin Berque, Philippe Bo (...)
  • 35 Alain Suberchicot, « Les États-Unis de l’espace rural à l’étalement urbain », in Augustin Berque, P (...)
  • 36 Liette Gilbert, « Les différentes natures de la périurbanisation », in Augustin Berque, Philippe Bo (...)
  • 37 Jean-Pierre Traisnel, « Les forces contrariées entre le centre et la périphérie : quelle mesure env (...)

13La dimension écologique est la plus souvent considérée dans ce contexte. On estime que le lotissement exerce des pressions dangereuses sur les ressources naturelles en accaparant d’immenses territoires et en encourageant des pratiques de transport et d’habitation hautement consommatrices d’énergie32. Une étude de Jean-Pierre Traisnel montre que les émissions totales de CO2 d’un logement neuf « varient du simple au double entre les deux cas extrêmes [considérés], Paris et sa périphérie »33 : l’addition des émissions liées à l’exploitation du logement et aux déplacements est de 0,352 tonne équivalent carbone par personne et par an dans le premier cas et de 0,795 dans le second. En outre, le développement résidentiel réduit les terres agricoles34, profitant notamment des faillites agricoles liées à la globalisation économique : aux États-Unis, on note en effet une baisse de 60 % de la population vivant de l’activité agricole entre 1970 et 199035. D’autre part, il est connu que l’artificialisation des sols naturels a pour effet l’augmentation de l’imperméabilisation, laquelle entraîne le ruissellement des eaux de pluie et donc des risques de glissements de terrain, d’inondations et parallèlement de pollution des nappes phréatiques, ou encore de mise en danger de certains écosystèmes fragiles36. Or, si l’on considère par exemple le taux de minéralisation lié aux déplacements automobiles, on constate qu’il est huit fois supérieur dans le pavillonnaire par rapport à la ville dense, en l’occurrence Paris : la surface de voirie et de stationnement par habitant est de 2,54 m² à Paris (IXe arrondissement) contre 20,86 en périphérie (Parc de Sénart, Essonne)37.

  • 38 Augustin Berque, « Détruire la nature par amour de la nature », in L’Urbanisation du Monde, Paris, (...)

14Pour Augustin Berque, une contradiction majeure réside dans ces différents éléments : occuper un pavillon dans un lotissement pour s’approcher de la nature au risque de lui causer des dommages irréparables ou : « détruire la nature par amour de la nature »38.

  • 39 Hugo Romero Aravena, Melandra Molina, Claudio Moscoso, Pablo Sarricolea, Pamela Smyth, « Caracteriz (...)
  • 40 Hugo Romero Aravena, Maritza Troncoso, Fernando Ordenes, « Argumentos cualitativos y cuantitativos (...)
  • 41 Hugo Romero Aravena, Maritza Troncoso, Fernando Ordenes, « Argumentos cualitativos y cuantitativos (...)
  • 42 Hugo Romero Aravena, Maritza Troncoso, Fernando Ordenes, « Argumentos cualitativos y cuantitativos (...)

15Dans le cas spécifique de la ville de Santiago, la croissance urbaine a conduit à la réduction des espaces cultivés entourant la ville de 74 000 ha en 1975 à 50 000 ha en 2004. Seulement entre 1998 et 2004, 6 400 ha de sols cultivés ont connu un changement d’usage au profit de l’urbanisation39. Une conséquence identifiée du changement d’usage des sols est leur imperméabilisation, laquelle entraîne des risques d’inondations dans les secteurs les plus bas de la ville40. On évoque par ailleurs de nombreux services environnementaux capitaux aujourd’hui en voie de dégradation dans la région métropolitaine du fait de l’homogénéisation des couches superficielles du sol : la perte d’hétérogénéité et de diversité des paysages, le dessèchement progressif des sols, la diminution de la biomasse, la fragmentation des habitats, l’interruption des corridors biologiques, etc.41. Enfin, l’étalement de la ville conduit à une augmentation globale des temps de trajets dont la grande majorité sont motorisés. Ce fait entraîne une hausse importante de la pollution atmosphérique, exacerbée par la situation géographique de la capitale du Chili, sise entre la cordillère des Andes et la cordillère côtière42.

  • 43 Liette Gilbert, « Les différentes natures de la périurbanisation », in Augustin Berque, Philippe Bo (...)
  • 44 Jacques Donzelot, « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esp (...)
  • 45 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrèt (...)
  • 46 Owen Gutfreund, « L’envahissement des campagnes par les villes : l’expansion métropolitaine aux Éta (...)

16Sur le plan éthique, on constate l’importance donnée dans la littérature à la ségrégation, économique et parfois aussi raciale, jugée toujours très forte dans les banlieues pavillonnaires. Pour Liette Gilbert, le périurbain devient une « terre promise » résultant de l’« idéalisation d’une communauté homogène (économiquement du moins) »43. Jacques Donzelot mentionne « la recherche d’un entre soi protecteur » comme une véritable nécessité pour un mode de vie « où le déplacement joue un rôle important »44. Guy Mercier quant à lui estime que ce modèle « encourage une mentalité individualiste qui fragilise le lien social »45. Ainsi dans certaines banlieues américaines, l’apparition d’une mixité raciale, même faible, occasionne-t‑elle une chute immédiate du marché de l’immobilier. Ce phénomène force les personnes, sans qu’elles soient racistes, à limiter l’intégration pour protéger leur investissement foncier46, excluant à jamais, dans un cercle vicieux de protection individuelle, la possibilité d’une banlieue mixte.

  • 47 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sig (...)

17En ce qui concerne Santiago, j’ai présenté la ségrégation socio-économique spatiale comme étant l’une des caractéristiques actuelles de la capitale héritée de la dictature militaire : déplacements de population, sectorisation comme conséquence du capitalisme et de la libéralisation des sols, « effet ghetto » pour les plus riches comme les plus pauvres. Et parce que la croissance horizontale de la métropole et l’essor du lotissement résidentiel et de la maison unifamiliale résultent eux aussi de la politique de développement urbain menée par le gouvernement de Pinochet, on peut dire que le pavillon est à Santiago conjointement une cause et une conséquence de cette ségrégation. Pour De Mattos et Sabatini, le pavillon dans la périphérie offre aujourd’hui aux classes bénéficiant de revenus supérieurs la possibilité de mettre « une aussi grande distance que possible entre son propre lieu de résidence et celui des secteurs populaires »47.

  • 48 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin B (...)
  • 49 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin B (...)
  • 50 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrèt (...)

18Enfin, il semble que la faible dimension esthétique des villes-campagne soit du domaine de l’acquis : les pavillons unifamiliaux, qu’ils soient simples et faits de matériaux naturels, tels que prônés par la religion protestante48 ou plus proches des villas (« style gothique ou renaissance italienne relativement vaste, exigeant la présence d’un personnel domestique et faisant référence à la classe sociale aisée »49), ne constituent généralement pas un ensemble jugé comme visuellement agréable. Ils remplacent souvent des territoires anciennement naturels ou agricoles et sont de fait accusés de les dénaturer. Pour Mercier, le lotissement « détruit des paysages profondément ancrés dans la culture pour leur substituer des paysages banalisés ou fantaisistes qui, en aucun cas, ne favorisent l’expression d’une véritable identité locale »50. Pour illustrer ce dernier point, voici une expérience. J’ai eu un jour l’occasion de présenter trois photographies de pavillons issus de lotissements en France, au Chili et au Vietnam à un auditoire, qui aurait été bien en peine de les localiser, au continent près, tant les maisons présentaient des caractéristiques architecturales similaires.

Photographie 4 : Pavillon résidentiel au Vietnam

Photographie 4 : Pavillon résidentiel au Vietnam

Droits réservés.

Photographie 5 : Pavillon résidentiel en France

Photographie 5 : Pavillon résidentiel en France

Droits réservés.

Photographie 6 : Pavillon résidentiel au Chili

Photographie 6 : Pavillon résidentiel au Chili

Droits réservés.

  • 51 David Assael, Importante : Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, Plataforma Urban (...)

19Ainsi, la généralisation de ce « mode d’habitat » est source, plus ou moins directement, de dommages environnementaux, sociaux et esthétiques. Elle est aussi, à Santiago, source de mécontentement de la part des habitants. En effet, l’architecte et spécialiste en développement urbain David Assael fait mention de l’insatisfaction des résidents de la ville face à sa croissance constante avec ses diverses conséquences. Il affirme ainsi qu’un pourcentage élevé d’habitants de Santiago quitterait la ville s’il en avait la possibilité, mettant notamment en cause le temps passé dans les transports, la pollution et la mauvaise distribution des services51.

Un immeuble dans un centre urbain, est-ce un rêve ?

20Nous venons de le voir ensemble, le pavillon unifamilial avec jardin en périphérie de la ville représente un idéal, un modèle résidentiel plébiscité par une grande partie de la population à travers le monde et notamment à Santiago du Chili, mais, d’autre part, vivement critiqué et jugé trop peu durable.

  • 52 Roger Brunet, Robert Ferras, Hervé Théry, Les mots de la géographie : Dictionnaire critique, Paris, (...)

21Or rien ne s’oppose plus à ce pavillon qu’un immeuble résidentiel dans le centre d’une ville. L’immeuble, dont on ne considérera pas ici la définition juridique, est présenté dans le Petit Robert de la langue française comme un « grand bâtiment urbain à plusieurs étages ». Dans le Dictionnaire de géographie de Brunet, Ferras et Théry on admet que « le sens commun limite le terme aux bâtiments de grande taille » et qu’« employé seul et dans le langage courant, le mot évoque des constructions à usage d’habitation, de bureaux ou d’autres activités, et déjà d’une certaine taille ; sinon on dira maison, atelier, hangar »52.

  • 53 Montserrat Palmer, « La Comuna de Providencia y la ciudad-jardín », 1984, in Carlos De Mattos, Osca (...)

22Dans le présent ouvrage, je considérerai particulièrement les immeubles résidentiels en choisissant, faute de distinction précise proposée par la littérature, de les différencier de la maison par deux éléments : d’une part, la coexistence dans le même édifice d’au moins deux foyers distincts, et d’autre part la présence de « parties communes » (hall d’entrée, cage d’escalier, ascenseur, cour, jardin, etc.) en opposition à celles, privées, que sont les « appartements ». Ainsi, l’entrée dans le logement ne se fait pas directement depuis la rue, le jardin ou la cour. Est-ce du fait de ces deux spécificités intrinsèques à l’immeuble – concomitance de plusieurs foyers, et parties communes –, que l’architecte chilienne Montserrat Palmer l’accusa d’incarner une posture « révolutionnaire et collectiviste », à l’opposé de la maison « conservatrice de valeurs familiales, bourgeoise et individualiste »53 ?

Les origines et les composantes d’un phénomène commercial

  • 54 Thierry Paquot, « El regreso de las torres », Urbanismo, arquitectura y globalización, Santiago, Le (...)
  • 55 Thierry Paquot, « El regreso de las torres », Urbanismo, arquitectura y globalización, Santiago, Le (...)

23L’immeuble de grande hauteur (40 mètres) apparut aux États-Unis au début du XIXe  siècle. Il naquit de la combinaison de technologies de construction innovantes, de la démocratisation du téléphone et de l’invention de l’ascenseur. Les premiers immeubles furent construits par des firmes qui souhaitaient un « bâtiment emblématique, suscitant toutes les jalousies »54. Ils apparurent à New York en 1868, sous l’impulsion de l’architecte et ingénieur William Le Baron Jenney, puis à Minneapolis et Chicago en 1884, et sont pour Thierry Paquot « l’expression du capitalisme par excellence »55. L’immeuble résidentiel serait quant à lui apparu à Chicago dans le cadre de la reconstruction de la ville après l’incendie de 1871, alors que le prix du terrain avait augmenté et que la construction de logements devait être à la fois rapide, facile et peu onéreuse pour le constructeur.

  • 56 Thierry Paquot, « El regreso de las torres », Urbanismo, arquitectura y globalización, Santiago, Le (...)

24Ainsi, l’immeuble est historiquement source de prestige pour les grandes entreprises qui y travaillent et une solution pratique pour les personnes qui y résident. Sont-ce les circonstances de son apparition ou le contexte général ? L’histoire n’a pas permis que cette nouvelle forme de résidence soit valorisée culturellement, à l’exception toutefois du cas de la ville de New York, et devienne un modèle plébiscité internationalement. Comme l’exprime Thierry Paquot : « ni la littérature ni le cinéma n[e] font [de la tour] un lieu magique ; au contraire, elle alimente les scénarios-catastrophes »56.

25Pour apporter quelques éléments de comparaison avec son opposé, le pavillon individuel, je souligne d’abord que l’immeuble ne répond pas au désir, culturellement inscrit, de se rapprocher de la nature. Souvent localisé près des centres, dans la pollution et le bruit, il ne s’accompagne d’aucun jardin personnel à entretenir.

  • 57 Liette Gilbert, « Les différentes natures de la périurbanisation », in Augustin Berque, Philippe Bo (...)

26D’autre part, la valeur morale apportée à l’accession à la propriété n’a pas, dans le cas de l’appartement, la dimension sécurisante que peut conférer celle d’un pavillon. En effet, en possédant le toit qui vous abrite vous garantissez en principe votre confort et celui de votre famille indépendamment d’éventuels accidents ou revers économiques57, mais détenir un appartement implique une copropriété, le partage des espaces communs que sont non seulement les escaliers, halls ou cours mais aussi la structure générale de l’édifice, ses murs et son toit : l’immeuble appartient un peu à chacun de ses résidents.

  • 58 Gonzalo Reyes Strappa, Vivienda en Altura y Medio Ambiente. Contrapropuesta arquitectónica para un (...)
  • 59 El Mercurio, « Segundo trimestre de 2009 Gran Santiago : repunta oferta de suelo urbano », El Mercu (...)

27En matière de durabilité écologique, l’immeuble offre par nature une densité supérieure à celle de la maison individuelle et se situe souvent à proximité d’autres édifices en hauteur, conférant ainsi à l’espace une densité non seulement verticale mais aussi horizontale. Ce faisant, il répond favorablement aux problématiques de dommages écologiques : il optimise les dépenses énergétiques en chauffage, de par la proximité physique des foyers, et celles liées au transport grâce à sa localisation58. L’imperméabilisation des sols et la déprise agricole ne sauraient quant à elle être considérées, étant donné que le terrain exploité est en général urbain dès avant l’édification de l’immeuble59.

28En revanche, le logement en hauteur n’influe a priori pas sur les questions de ségrégation, et les considérations esthétiques, si elles ne sont certes pas en faveur du vaste lotissement uniforme, ne valorisent généralement pas davantage l’immeuble d’habitation.

Quelle place pour l’immeuble d’habitation à Santiago ?

29En évoquant la polycentralité de la métropole de Santiago, et notamment ses centres des affaires, j’ai mentionné l’existence de tours modernes et prestigieuses, lesquelles sous‑tendent une constante recherche de l’amélioration, du plus haut et du plus innovant et rejoignent le phénomène, international et intemporel, lié aux tours, buildings et gratte-ciel des grandes entreprises. Pourtant, la place et le rôle de l’immeuble résidentiel au Chili n’ont guère fait l’objet d’études.

  • 60 Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, « Barrios cerrados y fragmentación urbana en América Latina : Estud (...)
  • 61 Borsdorf, 2000 cité par Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, « Barrios cerrados y fragmentación urbana e (...)
  • 62 Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, « Barrios cerrados y fragmentación urbana en América Latina : Estud (...)
  • 63 Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, Rafael Sanchez, « La expansión residencial amurallada en la reconfi (...)
  • 64 El Mercurio, « Segundo trimestre de 2009 Gran Santiago : repunta oferta de suelo urbano », El Mercu (...)
  • 65 Rodrigo Hidalgo, entretien avec l’auteur le 15.03.2011, Santiago du Chili.
  • 66 Rodrigo Hidalgo, entretien avec l’auteur le 15.03.2011, Santiago du Chili.
    Carlos de Mattos, « Santi (...)

30Ce type d’habitat apparut à Santiago du Chili dans les années 1970, en premier lieu sous la forme de tours à destination de personnes à revenus faibles à modérés. Puis – dans une bien moindre mesure – sous celle d’édifices « de standing », séparés du reste de la ville par des murs, des grilles et des systèmes de sécurité60. Au Chili, comme au Brésil, on appelle ces derniers condominium61, avec précision de la mention en altura pour les différencier des condominiums horizontaux constitués de pavillons. Les condominiums verticaux sont particulièrement fréquents dans la zone centrale et péricentrale de Santiago, bénéficiant ainsi de la localisation dans un espace urbain consolidé et des avantages en matière d’accessibilité et de services62. On trouve notamment de l’habitat collectif prestigieux dans des secteurs très exclusifs, comme autour de la station Escuela Militar déjà mentionnée, où le prix du sol et la faible disponibilité de terrains entravent la construction de pavillons avec jardin à un coût raisonnable63 : dans ces secteurs, seule la construction de plusieurs logements superposés s’avère rentable. D’autre part, les projets immobiliers de construction d’appartements se développent sur la base du « recyclage de propriétés existantes »64, justifiant qu’il ne soit plus désormais possible d’acquérir une maison neuve à Santiago en dehors des opérations immobilières en lotissements, dans les zones périphériques65. Cela explique en outre l’augmentation, quoique faible, de la densité de logements à l’intérieur de la zone métropolitaine au cours des dernières années66. Je rappelle toutefois à ce propos que la construction d’un immeuble n’entraîne l’augmentation de la densité de population que s’il est véritablement habité.

* * *

31Tout autour de Santiago, en direction de l’aéroport, sur les collines, et même escaladant légèrement le piémont des Andes, ne sont visibles qu’ensembles résidentiels homogènes, voir uniformes, de lotissements fermés. La taille du pavillon type et la surface du terrain sur lequel il est construit sont les marques principales d’une variabilité importante dans ce phénomène, signe de son adaptation à une clientèle diversifiée. Dans les zones centrales et denses, à Escuela Militar mais aussi par exemple à Nueva Las Condes, à proximité du Mall La Florida, autour des grands campus universitaires ou dans le centre historique de la capitale, les tours résidentielles rivalisent de hauteur et affichent à chacun de leur sommet, sur de gigantesques pancartes rouges et blanches, des annonces pour des superficies diverses et des prix concurrentiels. C’est l’indice là aussi d’une ouverture de ce marché résidentiel à une large gamme de clients, car, cette fois, rien dans le bâtiment ne permet de déterminer sa relative exclusivité.

32Si la première de ces formes résidentielles est jugée plus dommageable que l’autre, moins durable sur plusieurs plans, elle est aussi la seule pour laquelle on connaisse véritablement les raisons de l’engouement de la population : rapprochement d’avec la nature, accession à la propriété, cercle familial consolidé, etc. Se pose de fait la question de l’existence des tours résidentielles prestigieuses, construites à destination exclusive de l’élite économique et sociale. Certes, les terrains choisis sont trop coûteux pour qu’y soit envisagée la construction d’un ensemble pavillonnaire peu dense, mais encore faut-il trouver la clientèle susceptible de s’intéresser à ce produit immobilier, apparemment peu plébiscité.

33Pour apporter des éléments de compréhension à ce phénomène, je présenterai dans le chapitre suivant un secteur précis de la capitale, à la fois destiné à l’élite de Santiago et offrant une certaine densité. Je m’intéresserai au profil des résidents, qu’ils aient ou non fait le choix de cette densité pour leur « mode d’habitat », et décrirai en parallèle la gamme des options résidentielles qui leur est proposée.

Notes

1 Owen Gutfreund, « L’envahissement des campagnes par les villes : l’expansion métropolitaine aux États‑Unis », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 159-170.

2 Roger Brunet, Robert Ferras, Hervé Théry, Les mots de la géographie : Dictionnaire critique, Paris, La Documentation Française, 3e éd., 2005.

3 Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin (dir.), « Présentation », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

4 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrète », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 219-229.

5 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrète », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 219-229.

6 Owen Gutfreund, « L’envahissement des campagnes par les villes : l’expansion métropolitaine aux États-Unis », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 159-170.

7 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrète », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 219-229.

8 Greg Hise, « Une ville dans un jardin : nature et métropole en Californie du Sud », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 194-206.

9 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrète », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 219-229.

10 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

11 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

12 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

13 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

14 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrète », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 219-229.

15 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrète », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 219-229.

16 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

17 Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin (dir.), « Présentation », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

18 Jean Pelletier, Charles Delfante, Villes et Urbanisme dans le monde, Paris, Masson, 2e éd., 1994.

19 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrète », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 219-229.

20 Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin (dir.), « Présentation », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

21 Carlos de Mattos, Luis Riffo Pérez, « Globalización, redes, nodos y dinámica metropolitana : El Gran Santiago en los noventa », in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Rafael Gimenez, Arturo Orellana, Gloria Yánez (dir.), Gobernanza, Competitividad y Redes : La gestión en las ciudades del siglo XXI, Santiago, EURE-Libros, coll. « Rideal », 2005, p. 31-61.

22 Augustin Berque, « Détruire la nature par amour de la nature », in L’Urbanisation du Monde, Paris, Le Monde diplomatique – Manière de voir, n° 114, 2010, p. 88-91.

23 Martine Berger, « Les choix résidentiels des Franciliens : l’attraction des pavillons ne se dément pas », in Jean‑Yves Authier, Catherine Bonvalet, Jean‑Pierre Lévy (dir.), Élire domicile, La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2010, p. 295-313.

24 Martine Berger, « Les choix résidentiels des Franciliens : l’attraction des pavillons ne se dément pas », in Jean‑Yves Authier, Catherine Bonvalet, Jean‑Pierre Lévy (dir.), Élire domicile, La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2010, p. 295-313.

25 Yasna Contreras, Oscar Figueroa, « Los patrones de movilidad residencial y cotidiana en la ciudad de Santiago », X Seminario Red Iberoamericana de Investigadores sobre globalización y territorio, México, 2008.

26 Montserrat Palmer, « La Comuna de Providencia y la ciudad-jardín », 1984, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970‑2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 189-214. Stéphane Degoutin, Prisonniers volontaires du rêve américain, Paris, Éditions de la Villette, 2006.

27 Montserrat Palmer, « La Comuna de Providencia y la ciudad-jardín », 1984, in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 189-214.

28 Carlos de Mattos, Luis Riffo Pérez, « Globalización, redes, nodos y dinámica metropolitana : El Gran Santiago en los noventa », in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Rafael Gimenez, Arturo Orellana, Gloria Yánez (dir.), Gobernanza, Competitividad y Redes : La gestión en las ciudades del siglo XXI, Santiago, EURE-Libros, coll. « Rideal », 2005, p. 31-61.
Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo », 1999, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (édit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 507-545.

29 Adriano Rovira, Miguel Contreras, Federico Luebert, Leopoldo Stuardo, Paulina Schiappacasse, Vladimir Hermosilla, Renée Saa, « Elementos para la planificación territorial de la Región Metropolitana de Santiago », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 211-218.

30 Montserrat Palmer, « La Comuna de Providencia y la ciudad-jardín », 1984, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (édit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 189-214.

31 Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin (dir.), « Présentation », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

32 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrète », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 219-229.

33 Jean-Pierre Traisnel, « Les forces contrariées entre le centre et la périphérie : quelle mesure environnementale ? », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 171-182.

34 Liette Gilbert, « Les différentes natures de la périurbanisation », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 183-193.

35 Alain Suberchicot, « Les États-Unis de l’espace rural à l’étalement urbain », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 171-182.

36 Liette Gilbert, « Les différentes natures de la périurbanisation », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 183-193.
Michael Janoschka, « De ciudades dispersas a ciudades perforadas : Una nueva fase de transición demográfica y sus consecuencias morfológicas », in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Rafael Gimenez, Arturo Orellana, Gloria Yánez (dir.), Gobernanza, Competitividad y Redes : La gestión en las ciudades del siglo XXI, Santiago, EURE‑Libros, « Colección Rideal », 2005, p. 151-171.

37 Jean-Pierre Traisnel, « Les forces contrariées entre le centre et la périphérie : quelle mesure environnementale ? », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 171-182.

38 Augustin Berque, « Détruire la nature par amour de la nature », in L’Urbanisation du Monde, Paris, Le Monde diplomatique – Manière de voir n° 114, 2010, p. 88-91.

39 Hugo Romero Aravena, Melandra Molina, Claudio Moscoso, Pablo Sarricolea, Pamela Smyth, « Caracterización de los cambios de usos y coberturas de suelos causados por la expansión urbana de Santiago, análisis estadístico de sus factores explicativos e inferencias ambientales », in Carlos de Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), Santiago de Chile : Movilidad Espacial y Reconfiguración Metropolitana, Santiago, Serie GEOLibros n° 8, 2007, p. 251-270.
Adriano Rovira, Miguel Contreras, Federico Luebert, Leopoldo Stuardo, Paulina Schiappacasse, Vladimir Hermosilla, Renée Saa, « Elementos para la planificación territorial de la Región Metropolitana de Santiago », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 211-218.

40 Hugo Romero Aravena, Maritza Troncoso, Fernando Ordenes, « Argumentos cualitativos y cuantitativos para la evaluación estratégica del crecimiento de Santiago de Chile », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 223-234.

41 Hugo Romero Aravena, Maritza Troncoso, Fernando Ordenes, « Argumentos cualitativos y cuantitativos para la evaluación estratégica del crecimiento de Santiago de Chile », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 223-234

42 Hugo Romero Aravena, Maritza Troncoso, Fernando Ordenes, « Argumentos cualitativos y cuantitativos para la evaluación estratégica del crecimiento de Santiago de Chile », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 223-234.
Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos, « Presentación », in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 11-17.

43 Liette Gilbert, « Les différentes natures de la périurbanisation », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra-Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 183-193.

44 Jacques Donzelot, « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, mars-avril 2004, p. 14-39.

45 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrète », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra-Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 219-229.

46 Owen Gutfreund, « L’envahissement des campagnes par les villes : l’expansion métropolitaine aux États‑Unis », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra-Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 159-170.

47 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo », 1999, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 507-545.
Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los precios de la tierra y la segregación residencial », 2000, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 401-440.

48 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

49 Cynthia Ghorra‑Gobin, « La maison individuelle : figure centrale de l’urban sprawl », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 147-158.

50 Guy Mercier, « La banlieue pavillonnaire nord-américaine. Entre doute raisonnable et passion secrète », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra‑Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 219-229.

51 David Assael, Importante : Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, Plataforma Urbana, 2008, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2008/04/28/importante-actualizacion-plan-regulador-metropolitano-de-santiago/ [dernière consultation : 13.11.2010].

52 Roger Brunet, Robert Ferras, Hervé Théry, Les mots de la géographie : Dictionnaire critique, Paris, La Documentation française, 3e éd., 2005.

53 Montserrat Palmer, « La Comuna de Providencia y la ciudad-jardín », 1984, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (édit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 189-214.

54 Thierry Paquot, « El regreso de las torres », Urbanismo, arquitectura y globalización, Santiago, Le Monde diplomatique – edición chilena, décembre 2008.

55 Thierry Paquot, « El regreso de las torres », Urbanismo, arquitectura y globalización, Santiago, Le Monde diplomatique – edición chilena, décembre 2008.

56 Thierry Paquot, « El regreso de las torres », Urbanismo, arquitectura y globalización, Santiago, Le Monde diplomatique – edición chilena, décembre 2008.

57 Liette Gilbert, « Les différentes natures de la périurbanisation », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Cynthia Ghorra-Gobin, La ville insoutenable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006, p. 183-193.

58 Gonzalo Reyes Strappa, Vivienda en Altura y Medio Ambiente. Contrapropuesta arquitectónica para un edificio habitacional, Santiago, Facultad de Arquitectura, Diseño y Estudios Urbanos -Escuela de Arquitectura -Pontificia Universidad Católica de Chile, 2000.

59 El Mercurio, « Segundo trimestre de 2009 Gran Santiago : repunta oferta de suelo urbano », El Mercurio – Gran Santiago, 02/08/2009, [en ligne] http://diario.elmercurio.cl/detalle/index.asp?id={91d8932e-2eaa-4d5b-9e34-88dfedf377bb} [dernière consultation : 22.01.2011].

60 Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, « Barrios cerrados y fragmentación urbana en América Latina : Estudio de las transformaciones socio espaciales en Santiago de Chile (1990-2000) », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 105-121.

61 Borsdorf, 2000 cité par Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, « Barrios cerrados y fragmentación urbana en América Latina : Estudio de las transformaciones socio espaciales en Santiago de Chile (1990-2000) », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 105-121.

62 Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, « Barrios cerrados y fragmentación urbana en América Latina : Estudio de las transformaciones socio espaciales en Santiago de Chile (1990-2000) », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 105-121.

63 Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, Rafael Sanchez, « La expansión residencial amurallada en la reconfiguración metropolitana de Santiago de Chile », in Carlos de Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), Santiago de Chile : Movilidad Espacial y Reconfiguración Metropolitana, Santiago, Serie GEOLibros, n° 8, 2007, p. 117-136.

64 El Mercurio, « Segundo trimestre de 2009 Gran Santiago : repunta oferta de suelo urbano », El Mercurio – Gran Santiago, 02/08/2009, [en ligne] http://diario.elmercurio.cl/detalle/index.asp?id={91d8932e-2eaa-4d5b-9e34-88dfedf377bb} [dernière consultation : 22.01.2011].

65 Rodrigo Hidalgo, entretien avec l’auteur le 15.03.2011, Santiago du Chili.

66 Rodrigo Hidalgo, entretien avec l’auteur le 15.03.2011, Santiago du Chili.
Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo », 1999, in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 507-545.

Table des illustrations

Titre Photographie 4 : Pavillon résidentiel au Vietnam
Crédits Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photographie 5 : Pavillon résidentiel en France
Crédits Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie 6 : Pavillon résidentiel au Chili
Crédits Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3028/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540