Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter les beaux quartiers à Santiago du Chili

 | 
Line Henry

Chapitre 1. Santiago du Chili, d’hier à aujourd’hui : étalement urbain et évolutions des politiques publiques

Texte intégral

1Dans ce premier chapitre sur l’histoire urbaine de la capitale du Chili : il ne sera pas question de considérations politiques, économiques ou sociales qui ne soient connectées au développement spatial de la métropole, objet de cet ouvrage. Je ferai notamment le constat de l’influence majeure du gouvernement militaire sur les formes et les rythmes d’un étalement urbain pourtant nettement amorcé dans les décennies précédentes. Ce survol historique, chronologique, mettra ainsi en évidence une succession d’événements et de décisions spécifiques au pays et à sa capitale, ce qui aura pour conséquence d’insérer la problématique du logement qui m’intéresse ici dans son contexte chilien et santiaguino, en soulignant l’évidence d’une véritable indivisibilité.

De Vicuña Mackenna à Allende, gestion d’une expansion urbaine croissante

Flux migratoires successifs vers la capitale

  • 1 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)
  • 2 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)

2La population de la capitale du Chili n’a jamais cessé de croître, ni sa superficie d’augmenter. Pendant des décennies, ce développement demeura modéré, simplement lié à l’essor démographique. Pour faire face à ce phénomène, Benjamín Vicuña Mackenna mit néanmoins en place dès 1873 le premier plan d’aménagement de Santiago. Ce plan créait une division nette entre « la ville même, sujette aux charges et bénéfices de la municipalité » et « les banlieues, pour lesquelles [devait] exister un régime à part, moins cher et moins actif ». Il délimitait les deux zones en construisant le « camino de cintura », qui servait par ailleurs aussi à établir un cordon sanitaire (plantations contre les mauvaises odeurs des bas quartiers) et à favoriser la circulation1. Ce premier plan d’aménagement surgit à point nommé dans l’histoire de Santiago. En effet entre 1872 et 1930, l’étalement urbain s’accrut brutalement et devint un sujet de préoccupation : le processus de croissance était sans cesse accéléré, la ville vit sa surface doubler en moins de cinquante ans. L’historien Armando De Ramón explique ce phénomène notamment par l’arrivée de nombreux habitants d’autres villes chiliennes ainsi que par les effets de l’urbanisation, avec la venue des paysans attirés par l’offre des centres urbains : travaux publics, agriculture, mines et industries2.

3À partir de 1930, l’accroissement de la ville connut une nouvelle accélération et s’opérait dès lors dans toutes les directions. La forme urbaine « équilibrée, rectangulaire et

  • 3 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)

4harmonieuse » qui avait perduré durant quatre cents ans fut abandonnée au profit d’une autre « en apparence désordonnée et séparée par des distances incroyables »3. De Ramón décrit et explique cette très forte expansion urbaine et le processus de « désarticulation » par trois éléments : la crise de 1930 (chômage très élevé et espoir de trouver du travail à la capitale), l’industrialisation accélérée à partir de 1939 et largement installée à proximité de la capitale, et l’essor de la bureaucratie à partir des années 1940.

  • 4 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)

5Pourtant, en matière de planification, c’est seulement en 1960 qu’une nouvelle avancée significative fut décidée. On définit alors un périmètre urbanisable tout autour de la ville, afin de préserver les espaces agricoles. En effet à cette époque la capitale avait déjà cessé d’être une ville compacte et laissait apparaître du « mitage » : des zones ni tout à fait urbaines, ni tout à fait rurales, en raison d’une urbanisation massive des périphéries. Le périmètre défini était en principe étudié pour « satisfaire la demande de logement pour les vingt années suivantes »4, et il était ainsi prévu de le réévaluer régulièrement.

Apparition des campements et politique du logement sous Allende

6Cette mesure avait pour visée de contrôler l’expansion de la ville, mais en aucun cas la disponibilité de logements, dont la carence allait croissant avec l’augmentation massive de l’immigration vers la capitale. À partir des années 1950, se produisirent les premières occupations illégales de terrains. D’abord ponctuelles, elles devinrent chaque jour plus nombreuses. La situation était telle qu’à la fin des années 1960, une partie de la population, et notamment la bourgeoisie, se sentait menacée par ces vastes populations sans moyen, qui « encombraient » la capitale.

  • 5 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actor (...)
  • 6 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)

7Durant la seconde moitié des années 1960, l’influence des mouvements sociaux en faveur du logement pour tous atteignit son paroxysme mais c’est seulement entre 1970 et 1973 qu’une nouvelle étape fut véritablement franchie, avec l’apparition des « campements » : initiatives développées par des comités dits « sin casa » consistant en l’occupation illégale (« toma ») d’un terrain libre, y compris dans le centre de la ville, afin d’y loger, de façon précaire, un aussi grand nombre de personnes que possible5. Outre les conditions de vie extrêmement difficiles qu’offraient ces campements, ces derniers sont devenus la source d’une véritable terreur pour les populations urbaines des classes moyenne et haute qui y voyaient une « alliance » dérivant en « instance politique » parfois même qualifiée de « soviétique » en raison de la croissance progressive de ces groupes et de déclarations révolutionnaires que certains proféraient : le climat de tension qu’imposait la Guerre froide n’épargnait nullement le Chili6.

  • 7 Rodrigo Hidalgo, « De los pequeños condominios a la ciudad vallada : las urbanizaciones cerradas y (...)

8En réponse à la situation fortement instable au moment de son élection en 1970, le gouvernement de Salvador Allende définit immédiatement le logement comme un « droit inaltérable du peuple », qui ne saurait être un « objet lucratif » et dont la provision serait « de la responsabilité de l’État »7. En conséquence, il mit en place de nombreuses actions en faveur du relogement des plus démunis. Mais ces mesures s’avérèrent toutefois insuffisantes, face à la demande croissante d’une population toujours plus nombreuse.

9Telle était la situation lorsque la junte militaire, puis le général Pinochet, prirent le pouvoir en 1973. Ce changement de gouvernement entraîna bien des modifications dans l’évolution du Chili, et notamment, pour ce qui nous concerne ici, une reformulation totale de la politique résidentielle dans le pays.

Gouvernement militaire : modifications profondes des composantes du développement urbain

Libéralisation du sol et nouvelle vague d’expansion urbaine

  • 8 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte (...)
  • 9 Les « Chicago Boys » étaient un groupe d’économistes chiliens des années 1970, formés à l’universit (...)
  • 10 R. Frydman cité par Eugenio Tironi, Pinochet. La dictature néo-libérale, Paris, Cetral -L’Harmattan (...)
  • 11 Eugenio Tironi, Pinochet. La dictature néo-libérale, Paris, Cetral -L’Harmattan, 1987.
  • 12 Gloria Naranjo Ramírez, « Efectos de un instrumento de planificación en el periurbano de Santiago. (...)
  • 13 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte (...)
  • 14 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataf (...)
  • 15 Raposo, 1995, cité par Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana d (...)
  • 16 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago r (...)
  • 17 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago r (...)

10C’est en 1978 que les premières transformations radicales en matière de développement urbain s’opérèrent à Santiago, alors que débutait la « seconde offensive néolibérale »8. Cette année‑là, José Piñera, membre du groupe des « Chicago Boys »9 et par ailleurs frère de l’actuel président du Chili, fut nommé ministre du travail. Commença alors sous son impulsion une nouvelle étape de réformes de la politique économique vers une « réduction de la société à un marché qui assure tous les équilibres et toutes les unifications »10, en appliquant une « conception libre-échangiste, individualiste et utilitariste, selon laquelle le domaine économique détermine sans contrepoids toutes les autres sphères sociales »11. En mars 1979, une nouvelle Politique de développement urbain fut approuvée, faisant du sol un bien ouvertement « commercial ». Elle impliquait que l’équilibre entre sol urbain et rural fut défini seulement par le marché, sur la base de l’offre et de la demande. De ce fait, les sols urbains et ceux ruraux présentant un potentiel urbain cessèrent d’être régulés par une quelconque planification12. Cette politique se fondait sur l’idée que le sol « n’est pas un bien rare »13 et qu’il n’est pas utile de générer des différences de prix « fictives » en lui attribuant des caractéristiques abstraites : « urbain » ou « rural », « dans » ou « hors » du périmètre d’expansion de la ville14. L’objectif était de laisser le marché foncier réguler la croissance de la ville en imposant aux différentes activités leur positionnement en fonction du prix du terrain et donc en fonction de la rentabilité de l’activité en question15. En outre, le nouveau modèle dérégulé devait théoriquement entraîner l’arrivée sur le marché d’une grande quantité de terrains, donc la baisse de leur prix et en conséquence une chute du coût des logements construits16. Il s’est avéré qu’à partir de cette époque, le coût du terrain à Santiago n’a jamais autant cessé de croître17, et ce en raison d’une spéculation permanente, largement alimentée par le secteur privé. Je reviendrai sur ce dernier point.

  • 18 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los preci (...)
  • 19 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataf (...)
  • 20 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actor (...)
  • 21 Patricio Larraín, « El sistema natural en la planificación urbana chilena », Revista de Geografía N (...)

11Ainsi, la dérégulation du marché foncier au Chili passa par la suppression de toute planification urbaine, et notamment du périmètre urbanisable restreint défini en 1960. C’est le décret-loi 420 qui entérina cette décision en 1979, annulant toutes les restrictions imposées par les plans précédents. Dans sa continuité, une zone d’expansion urbaine de 64000 hectares fut prévue, alors même que la surface urbanisée à cette époque était de seulement 38 000 hectares18. En plus de la libéralisation du sol rendue possible par la nouvelle aire d’expansion urbaine, le décret annulait les lois de restriction de la croissance « en extension »19. Le leader des « Chicago Boys », devenu directeur du bureau de planification urbaine, Miguel Kast, défendait en effet la nécessité d’une « politique d’expansion horizontale de la ville ». Entre 1980 et 1985 Santiago s’étend sur près de 3 000 hectares par an, triplant ainsi la tendance établie depuis les années 195020. Elle avançait même sur le piémont andin, jusqu’alors formellement interdit à la construction21.

  • 22 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataf (...)
  • 23 Gloria Naranjo Ramírez, « Efectos de un instrumento de planificación en el periurbano de Santiago. (...)
  • 24 Patricio Herman, « Parcelas de agrado y expansión urbana », La Nación, 25.02.2009.
  • 25 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataf (...)
  • 26 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los preci (...)
  • 27 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte (...)
  • 28 Rodrigo Hidalgo, « Postsuburbia ou posturbia ? Les mégaprojets résidentiels dans la périphérie de S (...)
  • 29 Carlos de Mattos, entretien avec l’auteur le 08.03.2011, Santiago du Chili. Francisco Sabatini, « R (...)

12Quelques mois après le décret‑loi 420, entra en vigueur la loi 3 516, non moins décisive pour la planification urbaine de la ville. Selon ce texte, il était désormais possible de subdiviser des terrains agricoles jusqu’à une superficie d’un demi-hectare, et d’y construire jusqu’à deux maisons. Tout cela sans solliciter d’autorisation de la municipalité ou du ministère du Logement22. Mais cette loi ne concernait que les terrains à vocation purement agricole, c’est-à-dire ceux qui n’étaient pas régis par la Loi générale d’urbanisme et de construction qui s’appliquait à proximité des villes et qui, elle, interdisait toujours le changement d’usage de terrains agricoles23. Ainsi, par cette loi 3 516, d’innombrables terrains tout à fait extérieurs aux villes furent transformés en lotissements ou « condominiums résidentiels »24, en ne proposant souvent aucune infrastructure pour faciliter la connexion avec le centre urbain et ses services25. Certains de ces lotissements se trouvaient à plus de 60 km du centre de la ville26. Dès le milieu des années 1980, de grands acheteurs fonciers pressentirent l’importance de la valeur ajoutée de la construction de vastes résidences de qualité sur ces terrains peu chers et peu équipés mais de grande superficie27. Ils acquirent alors au prix du sol agricole de vastes terres dans des zones proches de la capitale, avec l’objectif de bénéficier d’une plus-value à moyen et long terme (5 à 20 ans). Ainsi débutèrent les processus spéculatifs autour des sols ruraux28, lesquels se poursuivent jusqu’à ce jour, alors que Carlos de Mattos affirme qu’il n’existe plus un seul hectare de sol non construit proche de Santiago, à l’exclusion de la zone andine, qui n’appartienne à un promoteur ou à un constructeur immobilier, qui le « réserve »29.

  • 30 Gloria Naranjo Ramírez, « Efectos de un instrumento de planificación en el periurbano de Santiago. (...)
  • 31 Notons que la mesure de l’aire urbaine peut s’effectuer selon plusieurs critères : on pourra par ex (...)

13Ainsi, la loi 3 516 rendit possible la construction de logements sur des terrains éloignés des centres urbains et peu, voire pas du tout, connectés. Cela entraîna une pollution de l’air liée aux transports, une évidente déprise agricole, et – par l’absence bien souvent de viabilisation des parcelles – la contamination des nappes phréatiques et des cours d’eau autour de la capitale30. Et les conséquences de cette loi furent autant d’ordre économique et écologique qu’urbain : en effet, cumulée au décret 420, elle contribua à l’étalement inexorable et irrémédiable de Santiago. Entre 1970 et 2000, la superficie de la ville doubla une nouvelle fois, passant de 30 000 ha à près de 61 000 ha31.

Évolution des anciens acteurs et apparition de nouveaux

  • 32 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)

14Pour mener sa politique de développement urbain, le gouvernement de Pinochet s’appuya sur un organe officiel qu’est le ministère du Logement et de l’urbanisme (Minvu). Celui-ci fondé peu de temps auparavant en 1965, était doté d’une autorité supérieure à celle des communes : en effet, il devait initialement permettre la gestion du plan régulateur de Santiago et de son périmètre urbanisable restreint32.

  • 33 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los preci (...)
  • 34 MINVU cité par Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (...)
  • 35 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataf (...)

15Pendant la dictature militaire, une grande partie des modifications de la planification urbaine de Santiago eut lieu sous l’impulsion du Minvu. Ainsi, en 1981, c’est à ce ministère que l’on doit la fameuse déclaration : « Il a été dit à tort que l’espace urbain est un bien rare et irremplaçable ce qui a eu pour effet des distorsions dans son prix à force de vouloir restreindre artificiellement le marché »33. Mais la réforme par le gouvernement militaire de la politique du logement modifia – « allégea », pour ainsi dire – substantiellement le rôle du Minvu puisqu’il fut établi que « l’État [gérerait] et [appuierait] la création d’un marché ouvert du logement, la responsabilité de la production incombant désormais au secteur privé »34. Certains considèrent que le ministère devint alors, outre un instrument de (dé)régulation, une sorte de « firme immobilière dont le ministre [était] évalué à la quantité de logements qu’il [construisait], indépendamment de la ville qu’il [générait] ainsi »35.

  • 36 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataf (...)
  • 37 Patricio Larraín, « El sistema natural en la planificación urbana chilena », Revista de Geografía N (...)

16Mais en matière d’acteurs responsables des changements survenus durant cette période sombre de l’histoire du Chili, mentionner le seul ministère serait une erreur. Durant la dictature militaire, la formation des professionnels de la planification territoriale, qui, au Chili, sont principalement des architectes, connut un sérieux revers au travers de l’affaiblissement des « Corporations Professionnelles » et du « Collège des Architectes ». La conséquence en est dénoncée aujourd’hui, alors que depuis 1990 la loi organique constitutionnelle de l’enseignement a achevé de libéraliser la formation des professionnels, dont les Corporations et le Collège étaient jusqu’alors justement les entités régulatrices. Le manque d’influence actuelle de ces entités ne leur permet pas de contrôler la qualité de la formation ; en témoigne, la délivrance d’un diplôme supposé unique mais attribué par quarante-quatre universités différentes du pays36. En 1992, Larraín mentionnait, parmi les sources des erreurs commises dans la planification urbaine de la ville durant la dictature, « l’ignorance des professionnels »37.

17Une dernière catégorie d’acteurs du développement urbain de Santiago doit être prise en considération, et nous intéressera particulièrement dans la suite de cet ouvrage : le secteur immobilier privé.

  • 38 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los preci (...)
  • 39 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago r (...)
  • 40 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago r (...)
  • 41 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago r (...)
  • 42 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago r (...)
  • 43 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los preci (...)

18Je l’ai dit précédemment, la politique du Minvu à partir des années 1980 consistait simultanément à encourager le marché foncier et à mettre sa gestion entre les mains du secteur privé. En outre, la libéralisation et la dérégulation du marché, à défaut d’entraîner la baisse des prix attendue38, avaient engendré un véritable « boom » économique et subséquemment de l’immobilier39. Ces deux actions furent conjointement à l’origine de l’apparition dans les années 1980 et 1990 d’un secteur immobilier robuste qui se différenciait de l’organisation précédente par son « intégration ». En effet, la construction de logements impliquait jusqu’alors une chaîne d’acteurs successifs, privés comme publics : les propriétaires fonciers subdivisaient et vendaient leur terrain, après avoir préalablement engagé des entreprises de viabilisation et d’assainissement qui dotaient les lots des services nécessaires. Les acquéreurs se chargeaient ensuite de la construction des logements par leurs propres moyens ou en engageant un tiers (architecte, constructeur, etc.). Enfin, les banques et agences financières octroyaient des prêts à ces différents acteurs pour la réalisation de leurs opérations40. Or, dans les années 1980 apparut le Système de promotion immobilière (Spi) : la production de logements neufs passa alors entièrement sous le contrôle de « promoteurs », qui dominèrent rapidement le marché41. En prenant en charge la totalité des activités qui composaient le processus de production d’un logement – projet architectural, acquisition des sols, subdivision, viabilisation, construction, financement de l’offre, administration, promotion et financement de la demande – les promoteurs remplacèrent les systèmes précédents : les « lotisseurs » (qui avaient dominé le marché entre 1940 et 1960), le secteur public (entre 1960 et 1973), et les grandes entreprises constructrices (entre 1974 et 1978)42. Non seulement le Système de promotion immobilière dominait le marché mais, grâce à l’intégration globale de la chaîne d’acteurs, il prenait également le contrôle sur le changement d’usage du sol, captant ainsi une partie de la rente foncière qui revenait traditionnellement au propriétaire du terrain43.

  • 44 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los preci (...)

19Il est intéressant de noter que l’apparition de ce trop robuste secteur immobilier privé encouragea finalement le ministère du Logement et de l’urbanisme à réinstaurer en 1985 certaines régulations pour limiter l’expansion de la ville44. On admit alors – à nouveau ! – que le terrain était un bien rare qui devait être géré par la communauté et qu’il valait mieux densifier qu’étendre. Néanmoins ces régulations se limitèrent à de belles paroles et le décret 420 et la loi 3 516 restèrent en vigueur.

Le bien immobilier, un investissement sûr

  • 45 Unchs, 1993, cité par Monique Bertrand, « Du logement à la ville : nouvel agenda urbain et question (...)
  • 46 Paquette, 1998, cité par Catherine Paquette, « Hébergé : un statut d’occupation entre contraintes e (...)

20La propriété immobilière, porteuse de « maturité urbaine » et de stabilité, et de ce fait opposée à la difficile condition des locataires est sans doute aujourd’hui devenue majoritaire dans les métropoles d’Amérique latine45. Le Chili en particulier possède une importante « tradition du droit à la propriété du logement », lequel a contribué à faire de la propriété « un modèle résidentiel fortement ancré, mais aussi un idéal, voire un dû pour les citadins »46. Les politiques du logement mises en place par les différents gouvernements depuis les années 1930 ont contribué à cette situation.

  • 47 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataf (...)
  • 48 Juan Eduardo Figueroa Valdes, Juan Carlos Valdivia Germain, Las claves del mundo inmobiliario, guía (...)

21Or, sous la dictature et l’impulsion des « Chicago Boys » le logement passa dans la Constitution de 1980 de l’état de « droit » à celui de « bien ». En outre, la nouvelle Constitution garantit que « personne ne puisse, en aucun cas, être privé de sa propriété », en octroyant de plus grandes garanties aux intérêts particuliers dans le cas de conflits entre « bien commun » et « propriété privée »47. Dans la législation chilienne, le droit à la propriété fut défini comme absolu (le propriétaire pouvait « user, jouir et disposer du bien à condition que cela soit fait dans le respect de la loi »), perpétuel (ce droit se maintenait dans le temps) et abstrait (il existait « indépendamment de la faculté du propriétaire à octroyer à un tiers l’usage et la jouissance du bien »)48. Ainsi, le gouvernement militaire fut directement à l’origine, cette fois, d’une modification fondamentale dans la problématique du logement au Chili : en favorisant la propriété immobilière il a encouragé et protégé l’acquisition, faisant du bien immobilier un investissement plus sûr, ce qui permit au secteur immobilier de se développer encore davantage. Aujourd’hui, peu de personnes à hauts revenus résidant à Santiago ne possèdent qu’un seul logement : il est de coutume d’avoir en plus de sa résidence principale une maison à la plage et une maison « dans la campagne ».

22En mentionnant le logement comme un investissement fiable, il est important d’évoquer cette spécificité chilienne que sont les « Administrateurs de fonds de pensions » (AFP). Ces institutions financières privées apparurent en 1980, sous l’impulsion de José Piñera, qui mit en place un système de retraite par capitalisation (l’AFP). Les travailleurs pouvaient alors se retirer du système public de retraites « par répartition », créé en 1925, et utiliser les cotisations qu’ils y consacraient (10 % du salaire, plus 2 % de commission pour la gestion du fonds) pour cotiser à un fonds de pension géré par ces investisseurs privés. L’impact de cette réforme fut très important puisqu’en 2007, près de 8 millions de personnes auraient eu un fonds de pension privé, pour une population active de 7 millions et une population en âge de travailler de 12,6 millions. Les capitaux accumulés sur les fonds des travailleurs s’élèveraient à 90 milliards de dollars soit environ 80 % du PNB chilien. Or, le fonds de pension est investi par l’AFP sur le marché, dans divers produits et particulièrement dans l’immobilier. Il est malheureusement très difficile d’établir la part de cet investissement étant donné le peu de transparence des différents administrateurs. Quoi qu’il en soit, l’AFP représente au Chili le croisement entre la capitalisation générale et l’essor du secteur immobilier privé, et il n’est pas rare d’identifier sur les barrières d’un chantier de construction le logo d’un AFP.

23De la rencontre entre un investissement immobilier consolidé et l’afflux massif de capitaux découle une question majeure : les constructions qui en résultent répondent-elles au seul intérêt financier ou correspondent-elles à un besoin véritable en logements ? Autrement dit, sont-elles seulement construites pour être utilisées ?

Déplacements de population manu militari et conséquences

  • 49 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actor (...)

24Mais revenons à présent aux rues et aux places de la capitale du Chili, où la révolte grondait dès avant l’arrivée du gouvernement militaire. J’ai mentionné les occupations illégales de terrains et les différents « campements » que les mouvements « sin casa » constituaient de façon autonome dans les années 1970 dans toute la capitale, source de terreur pour l’élite de Santiago. Beaucoup en effet auraient été conduites par des groupes politiques qui auraient essayé d’implanter en leur sein une organisation à caractère paramilitaire49. En 1971, 57000 familles résidaient dans ces campements, soit près de 10 % de la population du centre urbain.

  • 50 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)

25Immédiatement, les campements prirent pour la dictature militaire plusieurs significations. Ils étaient d’abord une menace : à l’égard de l’ordre public mais aussi du gouvernement lui-même, dans l’éventualité où s’y seraient véritablement trouvées des organisations politiques paramilitaires. Mais ils constituaient autant un défi qu’une occasion de prouver à la population de la ville que le nouveau gouvernement était capable d’apporter des solutions à des situations d’ordre social. Cela faisait d’eux ni plus ni moins qu’un outil de légitimation : en rassurant les classes moyennes et aisées en les éloignant du « danger » ressenti, tout en offrant gracieusement aux plus pauvres un logement décent et légal. Tel était l’objectif du plan dit « d’éradication des campements » qui débuta en février 1979 sous l’effet de la loi 2 55250.

  • 51 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actor (...)
  • 52 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actor (...)
  • 53 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)
  • 54 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. m (...)
  • 55 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)

26Le but était de déplacer les populations des terrains illégalement occupés, en donnant la priorité à ceux localisés dans les zones de revenus les plus élevés, vers d’autres communes, en général plus périphériques et à faibles revenus donc bénéficiant de peu d’équipements et d’infrastructures51. Entre 1979 et 1985, près de 30000 familles soit 173000 personnes furent déplacées52. Ce plan aurait dû s’accompagner de la construction dans les communes d’accueil de services éducatifs, de santé, de transport, de commerces, etc. mais ce ne fut pas le cas, pas plus que les municipalités concernées, dites « réceptrices », n’ont été préalablement consultées. Concernant les autres familles résidant dans les campements, deux cas de figure existèrent. Plusieurs milliers d’entre elles, qui occupaient des terrains de faible valeur, furent relogées sur place, cette fois officiellement53. Enfin, un petit nombre de familles de ces campements préféra l’opportunité qui fut offerte par les militaires d’être emmenés gratuitement vers d’autres régions du pays où les attendaient un travail dans la mine ou l’agriculture ainsi qu’une maison que devait se partager le groupe familial54. D’aucuns disent qu’une partie de ces volontaires auraient en fait été abandonnés à mi-chemin sous l’accusation d’activisme politique, d’autres laissés à leur sort dans des campements provisoires isolés et que 60 % de ces déplacés auraient regretté leur décision de partir et souhaité – en vain – revenir dans la capitale55.

27Quoi qu’il en soit, la situation des « sans maison » était ainsi supposée « résolue » par les militaires.

  • 56 Arturo Orellana, « Las dos caras del éxito de la política de vivienda en Chile : ¿Una cuestión de g (...)
  • 57 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataf (...)
  • 58 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)
  • 59 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)
  • 60 MIDEPLAN, 1996 cité par Arturo Orellana, « Las dos caras del éxito de la política de vivienda en Ch (...)
  • 61 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)

28De cette politique de déplacement des populations, résulte la nécessité de construire un très grand nombre de logements dans des délais très courts. Et sans surprise, ce fut le secteur privé de la construction qui prit en charge cette demande, avec pour contrainte un budget extrêmement limité, en raison de la politique « anti-inflation » menée par le Gouvernement, qui générait une baisse de l’investissement dans le logement et l’urbanisme56. C’est entre autres pour cette raison que les constructions furent faites dans les périphéries de la capitale (grâce notamment au décret‑loi 420 de 1979), sur des sols de mauvaise qualité et dans des secteurs sans équipements adéquats57. En outre, 77,3 % des habitants des campements le furent vers seulement cinq communes de la métropole (La Pintana, Puente Alto, La Granja, San Bernardo et Peñalolen). Très vite, la tension augmenta : les personnes déplacées étaient insatisfaites de la qualité des logements fournis et des services offerts par leur nouvelle commune ; or celle-ci ne pouvait gérer l’arrivée d’une si grande quantité de personnes. La situation redevint explosive, et « même si » en 1982 la loi 18.138 imposa que les nouveaux logements construits ne soient pas plus petits que 18 m² pour une famille et soient viabilisés, débutèrent en mai 1983 les « protestas nacionales » lesquelles continuèrent annuellement jusqu’en 198658. À l’aube du 22 septembre 1983, près de 3 000 familles s’emparèrent du terrain du bout de la rue San Francisco à La Granja et constituèrent de nouveaux campements, rapidement saturés de familles issues des comités « sin casa » qui avaient pu se restructurer après 197359. À la fin de la dictature militaire, au retour de la démocratie, 955 000 Santiaguinos possédaient encore le statut « d’hébergés » : ils partageaient le logement d’une cellule familiale qui n’était pas la leur. En outre, 13 % des foyers résidaient dans des maisons particulièrement détériorées, 12 % n’avaient pas accès à un réseau d’assainissement et 3,8 % étaient affectés conjointement par ces deux déficits60. L’absence d’infrastructures et de services publics dans les communes réceptrices de la population déplacée entraîna la croissance du niveau de délinquance, de prostitution et de consommation de drogue. Les agressions se multiplièrent et l’insécurité alla croissant61.

  • 62 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975‑1985 (segunda parte (...)
  • 63 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte (...)
  • 64 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actor (...)

29Le budget extrêmement limité des constructeurs de ces nouveaux logements sociaux, expliqua aussi que les quartiers s’étendent sur de très grandes surfaces homogènes, dans la périphérie de la capitale, et qui plutôt que de s’intégrer à la ville déjà existante, en suivent les contours. D’un point de vue urbanistique, cette suburbanisation particulière détruisit l’ancien modèle de la ville publique, et son rapport centre‑périphéries62. Des expressions apparurent pour caractériser une nouvelle culture de la pauvreté dans la métropole : « les pauvres sans toit », les « sous‑prolétaires urbains » ou encore les « tribus urbaines »63. Enfin, la typologie résidentielle créée par le secteur immobilier sous le gouvernement militaire perdure à ce jour sous la forme des désormais baptisés « logements sociaux basiques », en pavillons unifamiliaux ou immeubles divisés en appartements, dont la superficie moyenne ne dépasse pas les 42 m²64. Ces logements à faibles coûts et de mauvaise qualité se sont finalement, et tristement, convertis en symbole de la périphérie de la majorité des villes chiliennes.

30Mentionnons pour finir, car j’y reviendrai en détail dans le chapitre suivant, que de ces déplacements des « campements » vers les périphéries de la ville résulta aussi la présence soudaine de nombreux terrains vides et centraux. On déduira sans peine que le secteur immobilier privé nouvellement apparu ne se contenta pas alors des contrats – bien peu lucratifs – avec le gouvernement pour la construction des logements sociaux, mais profita de ces opportunités pour construire massivement de l’habitat prestigieux dans les communes déjà destinées à l’élite économique et sociale. Ce faisant, il renforça le schéma de la ségrégation socio-économique spatiale engendré par le « Plan d’éradication des campements » : secteurs riches et secteurs pauvres l’étaient chaque jour davantage.

Outils contemporains de la planification urbaine

Plan régulateur métropolitain de Santiago

  • 65 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. M (...)
  • 66 Ministerio De Vivienda Y Urbanismo, Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, 2008, [ (...)
  • 67 Ministerio De Vivienda Y Urbanismo, Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, 2008, [ (...)

31Après la mise en place d’une succession d’outils de planification – depuis le projet de Vicuña Mackenna en 1873 jusqu’à l’instauration en 1979 par le gouvernement militaire du décret‑loi 420 et de la loi 3.516 – le ministère du Logement et de l’urbanisme dota Santiago en 1994 de son premier plan régulateur métropolitain (PRMS)65. Sa préconisation principale était l’accroissement de la densité, notamment par le biais d’un périmètre urbanisable restreint, défini pour une période de plusieurs années, qui ne manquera pas de rappeler le plan établi en 1960. Le PRMS a déjà été réévalué une première fois en 1997 puis en 200666. Fin mars 2011, après un premier rejet, le gouvernement régional décida l’extension du périmètre urbanisable de 10 000 nouveaux hectares et projeta « un Santiago plus vert et plus intégré » pour l’horizon 203067.

Plans régulateurs communaux : exemple de Las Condes

32Les plans régulateurs communaux agissent en complément du plan régulateur métropolitain de Santiago et ne peuvent en aucun cas s’y substituer.

  • 68 Juan Ignacio Jaramillo, entretien avec l’auteur le 16.03.2011, Santiago du Chili.
  • 69 François Ruffin, « Pensar la ciudad para que los ricos vivan felices en ella », Urbanismo, arquitec (...)

33Intéressons-nous à la commune de Las Condes ; son plan régulateur, dont la dernière révision majeure date de 2005, est effectif sur trois niveaux principaux : l’utilisation du sol, la construction et la voirie68. Le directeur du service de l’urbanisme de la commune indique que par ce plan « la municipalité a cherché à éviter les erreurs faites à Santiago » en imposant des régulations plus strictes. Pour cette commune destinée à l’élite socio-économique, l’objectif de la municipalité est en effet, comme l’exprime Ruffin, de « bien vendre la ville » à la classe aisée et pour cela il faut tout à la fois « la délivrer de ses “défauts”, la désencombrer, l’embellir et réduire le bruit, la circulation, les mauvaises odeurs, les mauvaises rencontres », mais aussi y ajouter des « signes de prestige », « synonymes de loisirs et de consommation chic »69. Autant d’objectifs à atteindre qui rendent l’étude du plan régulateur communal particulièrement instructive.

  • 70 Juan Ignacio Jaramillo, entretien avec l’auteur le 16.03.2011, Santiago du Chili.

34Parmi les éléments définis par ce plan, on trouve les conditions d’édification des immeubles : selon le degré de pente du terrain sont indiqués la surface minimale de la parcelle constructible, le coefficient d’occupation du sol, la profondeur des fondations ou encore l’angle des « lignes rasantes ». La municipalité impose aussi un nombre maximal d’étages, un recul des façades par rapport au trottoir et des plantations dans cet espace afin de permettre une transition plus douce, l’absence de places de parking apparentes, la dissimulation souterraine des lignes électriques mais aussi des horaires et conditions strictes sur les chantiers de construction afin de nuire le moins possible aux riverains70. Bref, les décrets du plan régulateur de Las Condes visent à l’amélioration générale de la qualité, de la sécurité et de l’esthétique de la commune.

35Outre ces différents décrets, le plan régulateur définit également avec précision, à l’aide de cartes régulièrement mises à jour, les espaces constructibles selon le type d’édification et selon l’usage du bâtiment, afin de garantir l’unité des différentes zones. Sont par exemple précisément définis les espaces destinés aux « constructions isolées hautes » et ceux occupés par des maisons sans étage. En complément, une carte de l’utilisation du sol distingue trois catégories d’usage : les équipements spéciaux (parcs, zones d’intérêt patrimonial et équipements sportifs), les commerces et les logements, permettant de prévoir une répartition effective dans l’espace de la commune des équipements et services.

36Le plan régulateur métropolitain de Santiago et le plan régulateur de Las Condes définissent conjointement les orientations du développement de la commune. Usage des sols et type de constructions sont de cette manière imposés à l’important secteur immobilier déjà mentionné, garantissant en principe qu’en matière de croissance urbaine soient considérés les projets d’urbanisme de la mairie, la satisfaction des résidents et leurs attentes en matière de logements comme d’équipements et de services.

37Soulignons néanmoins que la commune de Las Condes représente l’exemple de « ce qui devrait être », mais constitue en réalité une exception notoire au regard d’une grande partie de la métropole : Las Condes bénéficie en effet d’un budget très important, qui lui permet de concevoir dans les détails son plan régulateur communal, puis de le mettre à jour régulièrement et bien sûr d’en contrôler l’application. Sans ces possibilités, aucun plan ne saurait infléchir durablement le développement urbain informel, qui s’effectue sous l’impulsion des particuliers comme des professionnels de la construction.

  • 71 Carlos De Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sig (...)
  • 72 Carlos De Mattos, Rodrigo Hidalgo, « Presentación », in Carlos De Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), S (...)

38D’autre part, et indépendamment même des capacités financières de la commune considérée, il demeure de l’avis de beaucoup que plus-value et spéculation régissent non seulement une partie de l’économie mais aussi le développement urbain de la capitale, dépassant dans ce rôle, ce que De Mattos appelle, « toute restriction légale existante »71. Alors que « le capital privé apparaît comme le protagoniste indiscuté de la transformation urbaine », la plus-value se serait constituée en « une motivation fondamentale des principaux entrepreneurs immobiliers » et ce « bien au-delà de tout projet urbain »72. Ressurgit, par exemple, la question qui se posait précédemment : les édifices résidentiels dont la construction est due aux AFP répondent-ils à une véritable demande en logements, ou à leur seul besoin d’investissement ?

39L’histoire urbaine de Santiago a été fortement marquée par la dictature militaire et particulièrement par l’influence des « Chicago Boys » dans l’instauration d’un capitalisme néo‑libéral. Ces modifications du territoire survinrent par le biais de différentes mesures, que furent notamment la dérégulation du marché, l’abandon des plans régulateurs urbains et ruraux, les déplacements de population et la survalorisation de la propriété immobilière. Elles eurent des conséquences capitales telles qu’un étalement urbain démesuré, l’apparition de nouveaux acteurs économiques puissants basés sur le mécanisme de la rente de la terre, la ségrégation socio‑économique spatiale renforcée et la relative faiblesse des plans de gestion contemporains. Autant d’héritages avec lesquels la capitale chilienne doit aujourd’hui composer. La dictature est finie, cinq présidents élus se sont depuis succédé à La Moneda, mais, comme pour un grand nombre d’autres aspects, les conséquences de la prise de pouvoir de Pinochet sont toujours palpables dans l’organisation urbaine de la capitale du Chili. Santiago continue de s’étendre, sa population continue d’augmenter, et les décisions prises entre 1973 et 1990 vont continuer longtemps à influencer cette croissance.

En héritage

40Santiago est aujourd’hui une métropole mondialisée, capitale d’un pays à forte croissance économique. Si son histoire l’a durablement marquée, expliquant chacun de ses aspects actuels, il m’apparaît à présent pertinent d’en dresser un tableau contemporain, de décrire ses formes urbaines, ses mouvements et ses organisations. J’aborderai successivement quatre éléments caractéristiques de la ville actuelle : une faible densité urbaine, une forte ségrégation socio-économique spatiale, un centre historique déserté et une polycentralité croissante.

Faible densité urbaine

  • 73 Ministerio De Vivienda Y Urbanismo, Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, 2008, [ (...)
  • 74 D’après une étude de la croissance de Santiago du Chili de 1905 à 2002, réalisée selon les données (...)

41Le ministère du Logement et de l’urbanisme, indique qu’à l’heure actuelle la population de Santiago croît de 1,4 % par an tandis que le taux annuel d’accroissement des logements est de 2,4 %73. L’écart entre ces deux chiffres témoigne de la diminution de la densité des occupants des logements. En outre, si ce phénomène existe depuis le début du siècle dernier, il s’accentue nettement au fil du temps74.

  • 75 David Assael, Importante : Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, Plataforma Urban (...)
  • 76 Jean Pelletier, Charles Delfante, Villes et Urbanisme dans le monde, Paris, masson, 2e éd., 1994.

42En premier lieu, cela peut être le résultat de phénomènes sociétaux : la décohabitation qui voit partir les jeunes plus tôt du domicile familial, le vieillissement de la population qui multiplie le nombre de couples âgés sans enfants et de personnes seules, les tendances actuelles dans lesquelles le ménage marital ou concubin n’est plus l’unité familiale obligatoire75. On voit en effet désormais des « couples » sans cohabitation : cas fréquent de deux divorcés ayant des relations régulières mais demeurant chacun dans leur foyer respectif et possédant par conséquent deux logements76. Cela peut également s’expliquer par la valorisation de la propriété immobilière au Chili et la possession fréquente, notamment pour l’élite socio‑économique, de plusieurs biens.

  • 77 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análi (...)
  • 78 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sig (...)
  • 79 Ministerio De Vivienda Y Urbanismo, Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, 2008, [ (...)
  • 80 Yasna Contreras, Oscar Figueroa, « Los patrones de movilidad residencial y cotidiana en la ciudad d (...)
  • 81 Hidalgo, 2004 cité par Carlos de Mattos, Rodrigo Hidalgo, « Presentación », in Carlos de Mattos, Ro (...)
  • 82 Adriano Rovira, Miguel Contreras, Federico Luebert, Leopoldo Stuardo, Paulina Schiappacasse, Vladim (...)
  • 83 Adriano Rovira, Miguel Contreras, Federico Luebert, Leopoldo Stuardo, Paulina Schiappacasse, Vladim (...)

43J’ai, d’autre part, mentionné le développement urbain « à l’horizontale » sous la dictature militaire. La ville s’étend et se parcellise, d’un côté, sous l’impulsion de la création de vastes ensembles de logements sociaux, et de l’autre, en raison de la généralisation des lotissements fermés sur des terres anciennement agricoles. La libéralisation des marchés du sol et la suppression des limites urbaines entraînent conjointement la concentration du capital immobilier et la parution de grands projets – d’une échelle jusqu’alors inconnue dans la capitale – et dispersés géographiquement dans le but, je l’ai évoqué, de maximiser les rentes foncières77. En plus des changements sociétaux, l’écart entre taux d’accroissement de population et de logements témoigne ainsi d’un important processus de redistribution de la population métropolitaine : une partie des habitants déplace son lieu de résidence vers la périphérie78. Le ministère du Logement et de l’urbanisme79 confirme en effet que les communes centrales ont actuellement une croissance moyenne de 0,3 % par an, tandis que les communes périphériques connaissent un accroissement de 4,3 % par an. Ces communes périphériques offrent de nouveaux espaces résidentiels, de plus grande taille80 et situés dans un habitat opposé à la modernité de la métropole81. Elles permettent en outre le choix de ce type d’habitat largement plébiscité et hautement consommateur d’espace qu’est le pavillon individuel en périphérie de la ville82. On estime ainsi – sans surprise pour qui observe la métropole depuis le Cerro San Cristobal – que l’expansion actuelle de Santiago dans de multiples directions et de façon extrêmement rapide, sans qu’il y ait toutefois corrélation avec l’augmentation de la population de la ville, est en grande partie due à l’habitat pavillonnaire et au mode de vie qu’il symbolise83.

Forte ségrégation socio-économique spatiale

  • 84 Karin Fischer, Johannes Jäger, Christof Parnreiter, « Transformación socioeconómica, políticas, urb (...)
  • 85 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análi (...)
  • 86 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análi (...)

44Il est important d’avoir à l’esprit que les changements de camps politiques, et notamment la dictature militaire, ont eu une influence cruciale et définitive sur le développement socio-spatial de la ville84 : les populations défavorisées ont, pour beaucoup, été déplacées manu militari, tandis que les groupes sociaux supérieurs ont souvent fait le choix de se déplacer vers de nouveaux secteurs plus favorables. Or l’installation de ces élites socio-économiques entraîne l’immédiate inflation du prix du terrain85, limitant l’arrivée de personnes dont les revenus sont inférieurs ou même égaux : la localisation des nouveaux quartiers répond à la loi de l’offre et de la demande de sol. Laquelle résulte de la dérégulation du marché et entraîne une survalorisation des secteurs préalablement occupés par la « classe haute ». Le capitalisme, dont l’une des conséquences principales pour la planification urbaine est en effet la sectorisation (ou zoning), a posé son empreinte sur la configuration urbanistique et architecturale de la capitale86.

  • 87 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análi (...)

45Cette sectorisation sociale se caractérise à Santiago par des populations occupant des zones sans équipements et services minimaux, dans des résidences vétustes et non entretenues construites par l’État sur des terrains de faible valeur, soit en raison de leur qualité, soit de leur localisation (proches d’usines, potentiellement inondables, etc.), et par des secteurs privilégiés, fortement équipés, où les résidences sont régulièrement entretenues ou remplacées (on parle alors de « recyclage ») par les entreprises immobilières, grâce à la grande valeur du sol. De part et d’autre, chez les plus riches comme chez les plus pauvres, on évoque un « effet ghetto »87, mais il est important de souligner que la libéralisation du marché du logement entraîne la continuelle augmentation de cette ségrégation spatiale. C’est toujours au détriment des groupes les plus pauvres amenés à être déplacés chaque fois plus loin des centres, sous l’effet de la croissance de la ville et de la revalorisation du terrain sur lequel ils habitent.

  • 88 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte (...)
  • 89 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataf (...)

46Concernant l’inégale répartition des équipements et des services, Valencia Palacios souligne le fait que l’investissement de l’État dans l’infrastructure urbaine s’est toujours orienté vers les secteurs moyens et hauts qui « présentent un plus grand dynamisme », creusant davantage le fossé entre les inégalités88. Il existe même une théorie selon laquelle l’État aurait intérêt à encourager cette ségrégation spatiale : une population regroupée et socialement homogène, serait caractérisée par sa prédictibilité, laquelle permettrait un contrôle politique accru sur la commune. Ainsi, il ne semblerait pas nécessairement « politiquement pertinent » de résoudre le problème de la ségrégation89.

  • 90 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análi (...)
  • 91 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análi (...)

47Il est à présent intéressant de noter que certains auteurs, tels Jäger et Sabatini, perçoivent pourtant la ségrégation socio-spatiale de Santiago comme un phénomène désormais décroissant, ou tout au moins comme potentiellement réductible90. « Même dans un contexte de dérégulations néolibérales, la production d’espaces mixtes est possible », et ces espaces « ont une grande importance pour les groupes subalternes, ils constituent une base importante pour le changement social » : « de grands projets et un appui publicitaire permettent aux promoteurs de modifier la “destination sociale” d’un terrain et de fait de modifier le schéma de ségrégation résidentielle ». En effet, des études indiquent que dans les secteurs où des lotissements fermés ont été implantés au milieu de logements sociaux, la satisfaction de la population augmente nettement grâce à l’amélioration des équipements urbains et des commerces (ouvertures de supermarchés et de centres commerciaux, éclairage des rues, qualité des revêtements routiers, arborisation des avenues et des parcs, etc.). Et tous se satisfont de l’arrivée de voisins « de différentes conditions sociales »91.

Centre historique déserté

  • 92 Attention à ne pas confondre la « commune de Santiago » ou « Santiago centre » avec la métropole du (...)
  • 93 Yasna Contreras, Oscar Figueroa, « Los patrones de movilidad residencial y cotidiana en la ciudad d (...)

48Certaines périphéries sont plébiscitées par la classe haute et moyenne, les autres s’avèrent financièrement plus abordables que les espaces centraux pour les classes les plus défavorisées. Si l’on considère les banlieues urbaines dans leur ensemble, il existe donc un double flux migratoire résidentiel du centre vers la périphérie de la ville. Ce phénomène entraîne la désertion des communes centrales, et notamment de la commune de Santiago92, au profit de zones périphériques souvent qualifiées de « dortoirs » et fortement dépendantes du centre pour ce qui est de l’emploi, des commerces ou des services93.

  • 94 Catherine Paquette, « La reconquête du centre de Santiago du Chili : un nouveau modèle pour la récu (...)
  • 95 Catherine Paquette, « La reconquête du centre de Santiago du Chili : un nouveau modèle pour la récu (...)

49Pourtant de nombreux projets de réhabilitation et redensification de la commune ont été entrepris : des immeubles ont été construits sur des friches et une quantité de logements neufs ont vu le jour sous l’impulsion conjointe du service public et du privé94. Néanmoins, et malgré les espoirs de la municipalité et des constructeurs immobiliers, l’accroissement de la population attendu et estimé à près de 50 000 habitants n’a pas eu lieu, bien au contraire : le dernier recensement, en 2002, a même indiqué que la fuite de la population de la commune s’était en réalité poursuivie à un rythme soutenu, avec un solde déficitaire de plus de 30 000 habitants par rapport à 199295.

  • 96 Yasna Contreras, entretien avec l’auteur le 29.03.2011, Santiago du Chili.
    Johannes Rehner, entretie (...)
  • 97 Catherine Paquette, « La reconquête du centre de Santiago du Chili : un nouveau modèle pour la récu (...)
  • 98 Catherine Paquette, « La reconquête du centre de Santiago du Chili : un nouveau modèle pour la récu (...)

50Le recensement de 2002 permet en outre de constater un taux de la vacance du parc de logements de Santiago centre en augmentation : les logements se vendent mais ne sont pas tous habités. Ainsi sur la totalité des logements de la commune, en 2002, 5,3 % sont occupés par des personnes absentes et 14,5 % ne sont pas occupés (INE, 2002). Cela s’explique principalement par la qualité attribuée à l’investissement dans cette zone96. Il est à ce propos utile de mentionner la mise en place par le gouvernement d’un dispositif pour l’accession dans les zones dites « de rénovation », les quartiers anciens97. Cette subvention est destinée aux primo‑accédants et est supérieure à une subvention traditionnelle98 : elle joue donc certainement un rôle dans le positionnement de la commune de Santiago comme zone d’investissement. Et si cette subvention a permis à la commune la vente de nombreux logements neufs ou rénovés dans le centre, elle n’a en revanche pas su convaincre la population d’y résider.

51Ces constats révélant le paradoxe entre la forte densité de logements et la faible densité de population du centre de Santiago soulignent la distinction entre ces deux formes de densité : la présence de logements n’implique pas nécessairement leur occupation. Ils corroborent deux éléments déjà abordés, et qui sont l’héritage du gouvernement militaire : d’une part, l’importance dans la société chilienne contemporaine de la propriété immobilière et de l’investissement foncier, et, d’autre part, la possible inadéquation entre quantité de logements construits et vendus, et quantité de logements véritablement utiles à la population.

Polycentralité de la ville

  • 99 Karin Fischer, Johannes Jäger, Christof Parnreiter, « Transformación socioeconómica, políticas, urb (...)
  • 100 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sig (...)
  • 101 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975‑1985 (segunda parte (...)
  • 102 Pablo Trivelli, entretien avec l’auteur le 15.03.2011, Santiago du Chili.
  • 103 Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, Rafael Sanchez, « La expansión residencial amurallada en la reconfi (...)
  • 104 Rodrigo Hidalgo, « Postsuburbia ou posturbia ? Les mégaprojets résidentiels dans la périphérie de S (...)

52La redistribution de la population depuis le centre et vers la périphérie entraîne, outre la désertion du centre historique, l’apparition de nouveaux centres urbains « décentralisés ». Si en 1970, 42 % de la population de la ville réside encore dans Santiago centre ou dans les communes voisines99, soit au sein d’une aire urbaine précisément délimitée, celle-ci a désormais laissé place à une « métropole-région de structure polycentrique et aux frontières diffuses », en constante expansion100. Cette polycentralité, évoquée par de nombreux auteurs, serait véritablement apparue dans les années 1990 alors que de multiples initiatives voyaient le jour pour disputer sa place au point zéro de la capitale, la place d’Armes et sa centralité « métisse, populaire et républicaine »101. Ainsi, pour l’économiste chilien Pablo Trivelli, chercheur à l’Universidad Mayor et éditeur du Boletín del Mercado del Suelo, les zones de la ville qui offrent le prestige, les services et les équipements de meilleure qualité ne sont plus au centre. Ce dernier n’est plus, de fait, un référentiel pertinent pour étudier Santiago102. J’ajoute que si ces services et équipements sont aujourd’hui présents dans de nouveaux lieux, et plus uniquement dans les secteurs traditionnels réservés à l’élite socio‑économique, mais bien dans tout le périmètre urbain103, c’est en grande partie grâce à l’amélioration des infrastructures autoroutières qui permettent une accessibilité optimale104.

53Deux schémas principaux pour ces nouveaux centres sont identifiés, deux types de pôle attractifs et par ailleurs cumulables : le centre commercial, Mall ou Shopping center, et le centre des affaires ou Central Business District (CBD).

  • 105 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sig (...)
  • 106 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los preci (...)
  • 107 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975‑1985 (segunda parte (...)
  • 108 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975‑1985 (segunda parte (...)

54Le shopping‑mall est conçu comme un véritable centre urbain. On y pénètre par de nombreux accès, pour découvrir, toujours, un site propre, moderne et coloré. Les enseignes commerciales sont celles des grandes marques internationales (voir photographie 1). On déambule entre les boutiques, tantôt par des couloirs fortement climatisés ou exagérément chauffés, tantôt en extérieur, sous des palmiers tropicaux en plastique, le long de fontaines exubérantes. L’ensemble est construit sur plusieurs niveaux grâce à un jeu d’escaliers en mosaïques colorées, d’escalators et d’ascenseurs vitrés. Au dernier niveau se trouve invariablement le temple de l’alimentation rapide : les restaurants y sont rassemblés et disposés tout autour d’une vaste salle commune permettant à un groupe de personne de manger à la même table les uns des hamburgers et autres sandwichs completos, les autres des pizzas ou des glaces, et ou encore des plats chauds traditionnels chiliens ou péruviens. Dans ces centres commerciaux, il est en fait possible de « vivre, travailler, acheter, manger, s’amuser et satisfaire toutes ses nécessités, en un seul lieu ». C’est pourquoi ils deviennent le point d’articulation du quartier ou de la commune105. En effet, on y trouve généralement, en plus des commerces et des restaurants, des cinémas, des cabinets médicaux, des salles de sport, des hôtels, des centres d’événement et d’expositions : cet espace est bien plus qu’un simple centre commercial. Dans le quartier particulièrement chic de Vitacura à Santiago, il existe ainsi un mall entièrement consacré au sport : les boutiques vendent du matériel de randonnée, des quads et des yachts, les activités proposées sur place vont de l’escalade au ping-pong en passant par le surf (sur une vague artificielle, bien sûr), et les restaurants servent des aliments sur‑vitaminés et protéinés (voir photographie 2). Le « périmètre d’influence » du shopping center est fonction de sa surface couverte : il est « de voisinage » pour une surface entre 10 000 et 30 000 m² et « régional » au-delà de cette surface106. Pour Valencia Palacios, ces nouvelles « méga-architectures » de consommation urbaine située dans des lieux stratégiques marquent « le modèle d’une centralité pour le nouveau Santiaguino‑consommateur »107. Les malls représentent la première expérience dans ce sens, et apparaissent en outre comme le nouveau cadre de la promenade dominicale des familles, « succédané des parcs, des places et des collines du centre de la capitale »108.

Photographie 1 : Mall « Parque Auroco »

Photographie 1 : Mall « Parque Auroco »

Crédit : Line Henry.

Photographie 2 : Mall « sport »

Photographie 2 : Mall « sport »

Crédit : Line Henry.

  • 109 Laura Dammert, « La cotidianidad del temor al delito en Santiago », in Carlos de Mattos, Rodrigo Hi (...)
  • 110 Laura Dammert, « La cotidianidad del temor al delito en Santiago », in Carlos de Mattos, Rodrigo Hi (...)

55Corroborant cette analyse, une enquête sur l’insécurité place le mall en tête des espaces où le Santiaguino se sent protégé, avant même son propre foyer (9 % de crainte, contre seulement 5 % pour le mall)109. Ainsi, le centre commercial devient un « espace public » apprécié… et néanmoins privé110. Pour cette femme interrogée par Laura Dammert, la situation est aussi malheureuse qu’irrévocable :

  • 111 Laura Dammert, « La cotidianidad del temor al delito en Santiago », in Carlos de Mattos, Rodrigo Hi (...)

« Le mall satisfait toutes nos nécessités, depuis aller chez le médecin jusqu’à acheter tout ce qui nous passe par la tête […]. Il y a des parcs à l’intérieur des malls, il y a des jeux, il y a de tout. Nous nous sommes enfermés, enfermés, nous confinant dans une bulle, et maintenant nous n’avons plus d’espaces publics. »111

  • 112 Rodrigo Hidalgo, « Postsuburbia ou posturbia ? Les mégaprojets résidentiels dans la périphérie de S (...)
  • 113 Escolano et Ortiz, 2005 cités par Rodrigo Hidalgo, Axel borsdorf, Rafael Sanchez, « La expansión re (...)
  • 114 Yasna Contreras, Oscar Figueroa, « Los patrones de movilidad residencial y cotidiana en la ciudad d (...)

56Ainsi donc, les sous-centres apparaissent sous forme de malls, centres commerciaux améliorés, de grande ampleur, et tenant même désormais lieu d’espace public. Pour Rodrigo Hidalgo, ces malls sont associés aux autoroutes urbaines et suburbaines, mais aussi aux quartiers fermés112. Un nouveau modèle d’organisation métropolitaine apparaît, un modèle « plus fragmenté et polycentrique que la ville héritée du processus de développement fondé sur l’industrialisation induite par l’État (ville bipolaire), et d’une conséquence indirecte de l’application de politiques de développement néolibérales ». Pour Escolano et Ortiz, ces malls s’établissent comme « des enclaves qui facilitent ou renforcent le nouveau modèle de lotissements fermés dans la périphérie, générant un modèle polycentrique de l’activité commerciale »113. Ainsi, le centre commercial amélioré rend possible la vie dans les lotissements résidentiels de la périphérie et encourage la construction de ceux-ci. Réciproquement, les zones résidentielles de la périphérie et les besoins de leurs habitants, tant en biens de consommation qu’en lieux de travail, entraînent la construction de nouveaux shopping centers, réorganisent l’espace urbain en renforçant la polycentralité114. Ainsi, le flux migratoire du centre vers la périphérie de la ville, migration imputée à un désir des habitants de s’éloigner des méfaits du centre urbain, est assez ironiquement à l’origine de la création de nouveaux centres et un modèle urbain polycentrique se forme ainsi pour la capitale du Chili.

  • 115 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sig (...)
  • 116 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sig (...)

57Un second type de « nouveau centre » apparaît à Santiago. La récente polarisation urbaine est en effet également due aux « méga‑projets immobiliers avec fonctions combinées » et autres « centres entrepreneuriaux spécialisés » et CBD (voir photographie 3). Ils se présentent sous la forme d’un regroupement de bâtiments, plus ou moins hauts mais tous résolument modernes et d’architecture audacieuse, entre lesquels des paysagistes branchés conçoivent plantations, dallages, fontaines et mobilier selon un minimalisme de bon ton. Choix est très souvent fait d’associer graminées, galets et blocs de granits épurés, pour un résultat élégant et simple, à l’instar, suppose-t-on, des édifices à l’entour. Des hommes et des femmes d’affaires, toujours en costumes ou tailleurs, traversent ces espaces d’un pas pressé pour se rendre les uns au restaurant ou au café, les autres dans leur bureau ou à leur véhicule. Désormais, ces endroits créent, chez le promeneur qui s’y invite, un sentiment mêlé d’efficacité et de netteté qui saurait presque, j’en témoigne, engendrer le désir de rejoindre cette cohorte de travailleurs affairés. Certains de ces centres entrent véritablement en compétition avec la traditionnelle zone centrale des affaires115. S’ajoutent, ou plus souvent prennent part, les grands édifices corporatifs de Santiago comme le World Trade Center, l’Edificio de la Industria, l’Edificio de Telefónica de Chile et le Boulevard Kennedy116 ou plus récemment la tour Titanium La Portada et la tour Gran Costanera, la plus haute d’Amérique latine lors de son inauguration. Ces nouveaux centres des affaires excentrés sont source de prestige (modernité et prouesse architecturale de l’édifice) ; ils hébergent de nombreux emplois et attirent commerces et services aux entreprises, eux-mêmes créateurs d’emplois et susceptibles de faire venir des consommateurs extérieurs au centre des affaires. Ils bénéficient en outre, comme les centres commerciaux, d’excellentes voies d’accès.

Photographie 3 : Nueva Las Condes

Photographie 3 : Nueva Las Condes

Crédit : Line Henry.

  • 117 Lotorre Mena C. A., Centro de Las Condes, Santiago, Facultad de Arquitectura, Diseño y Estudios Urb (...)

58Il est à noter que de nombreuses communes de l’aire métropolitaine de Santiago cherchent à se doter d’un centre ou « sous‑centre » urbain à partir d’un mélange d’usages, combinant centre des affaires et centre commercial, afin d’attirer un nombre toujours croissant de personnes. Ce faisant, s’amorcerait une rénovation et une revalorisation de l’espace. Lesquelles favoriseraient le développement immobilier à proximité117. L’émergence de ces nouveaux centres entraîne également l’arrivée de divers services et commerces et surtout l’implantation d’équipements : établissements médicaux et scolaires, services de transports en commun, espaces verts, etc. Ainsi, l’apparition de centres urbains « décentralisés » modifie non seulement la structure mais aussi l’organisation de la métropole.

* * *

59La capitale du Chili est une métropole mondialisée peu dense, en raison des politiques urbaines menées par le passé, d’évolutions sociétales et de l’essor de l’habitat pavillonnaire. Elle présente, en outre, un fort schéma de ségrégation spatiale, engendré majoritairement par la dictature militaire, mais aujourd’hui exacerbé par un marché du logement puissant. Celui-ci se trouve encouragé par le désir de l’élite économique et sociale d’accéder – ou d’accéder à nouveau – à la possession immobilière dans un secteur valorisé, ce qui a pour effet le déplacement continu des populations, suivant leurs ressources et toujours en direction des périphéries. Elles sont en effet soit plus abordables, soit plus attirantes ; car n’offrent-elles pas là encore, la possibilité de résider dans un pavillon unifamilial ? Ce flux de population centre-périphérie occasionne une désertion du centre historique de la capitale et favorise l’apparition de sous‑centres urbains, moins éloignés des banlieues. De ce rapide bilan de la situation urbaine actuelle de Santiago, je conclurai encore, à l’évidence, sur l’importance de l’impact de la dictature militaire sur les formes actuelles de la ville. Je ne saurais toutefois manquer de souligner le rôle, non moins majeur, que semble jouer l’attrait spécifique de l’habitat pavillonnaire pour la population de la métropole. Aussi, vais-je à présent m’attacher à présenter les « formes d’habiter » dans la capitale, second sujet de cette étude.

Notes

1 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

2 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

3 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

4 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

5 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actores relevantes y tendencias espaciales », in Carlos De mattos, maría Elena Ducci, Alfredo Rodríguez, Gloria Yánez Warner (edit.), Santiago en la Globalización ¿una nueva ciudad ?, Santiago, SUR, 2004b, p. 219-241, [en ligne] http://www.sitiosur.cl/publicacionescatalogodetalle.php?PID=2818&doc=&lib=Y&rev=Y&art=Y&doc1=Y&vid=Y&autor=&coleccion=&tipo=ALL&nunico=20081 [dernière consultation : 06.02.2017].

6 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

7 Rodrigo Hidalgo, « De los pequeños condominios a la ciudad vallada : las urbanizaciones cerradas y la nueva geografía social en Santiago de Chile (1990-2000) », EURE, vol. 30 n° 91, 2004a, p. 29-52, [en ligne] http://www.scielo.cl/scielo.php?pid=S0250-71612004009100003&script=sci_arttext [dernière consultation : 15.03.2011].

8 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte). La nueva política de desarrollo urbano y transformaciones en la cultura metropolitana », Revista Electrónica DU&P. Diseño Urbano y Paisaje, vol. 5, n° 15, Santiago, Centro de estudios arquitectónicos, urbanísticos y del Paisaje, Universidad Central de Chile, décembre 2008, [en ligne] http://www.ucentral.cl/dup/ pdf/15_desmontaje_planific_urb_mpv.pdf [dernière consultation : 04.02.2011].

9 Les « Chicago Boys » étaient un groupe d’économistes chiliens des années 1970, formés à l’université de Chicago. Ils travaillèrent pour la dictature militaire chilienne du général Pinochet dès 1973 et jouèrent un rôle majeur dans la mise en place des réformes économiques structurelles néolibérales.

10 R. Frydman cité par Eugenio Tironi, Pinochet. La dictature néo-libérale, Paris, Cetral -L’Harmattan, 1987.

11 Eugenio Tironi, Pinochet. La dictature néo-libérale, Paris, Cetral -L’Harmattan, 1987.

12 Gloria Naranjo Ramírez, « Efectos de un instrumento de planificación en el periurbano de Santiago. Casode estudio : comuna de Tiltil », Scripta Nova, vol. 9, n° 194, 2005, [en ligne] http://www.ub.edu/geocrit/sn/sn-194-38.htm [dernière consultation : 26.09.2011]. Rodrigo Hidalgo, Axel borsdorf, « barrios cerrados y fragmentación urbana en América Latina : Estudio de las transformaciones socio espaciales en Santiago de Chile (1990-2000) », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 105‑121.
Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análisis de la expansión capitalista y la contestación social »,
in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 19-43.

13 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte). La nueva política de desarrollo urbano y transformaciones en la cultura metropolitana », Revista Electrónica DU&P. Diseño Urbano y Paisaje, vol. 5, n° 15, Santiago, Centro de estudios arquitectónicos, urbanísticos y del Paisaje, Universidad Central de Chile, décembre 2008, [en ligne] http://www.ucentral.cl/dup/ pdf/15_desmontaje_planific_urb_mpv.pdf [dernière consultation : 04.02.2011]. Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago relevantes para políticas urbanas) », EURE, vol. 16, n° 49, 1990, p. 63-72.

14 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011].

15 Raposo, 1995, cité par Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011].

16 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago relevantes para políticas urbanas) », EURE, vol. 16, n° 49, 1990, p. 63-72.

17 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago relevantes para políticas urbanas) », EURE, vol. 16, n° 49, 1990, p. 63-72.

18 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los precios de la tierra y la segregación residencial », 2000, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (édit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970‑2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 401-440.

19 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011].

20 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actores relevantes y tendencias espaciales », in Carlos de mattos, maría Elena Ducci, Alfredo Rodríguez, Gloria Yánez Warner (edit.), Santiago en la Globalización ¿una nueva ciudad ?, Santiago, SUR, 2004b, p. 219-241, [en ligne] http://www.sitiosur.cl/publicacionescatalogodetalle.php?PID=2818&doc=&lib=Y&rev=Y&art=Y&doc1=Y&vid=Y&autor=&coleccion=&tipo=ALL&nunico=20081 [dernière consultation : 06.02.2017].
Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno »,
Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011].

21 Patricio Larraín, « El sistema natural en la planificación urbana chilena », Revista de Geografía Norte Grande, 19 : 59-68, 1992, [en ligne] https://repositorio.uc.cl/bitstream/handle/11534/10358/000124315.pdf ?sequence =1 [dernière consultation : 06.02.2017].

22 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011].

23 Gloria Naranjo Ramírez, « Efectos de un instrumento de planificación en el periurbano de Santiago. Caso de estudio : comuna de Tiltil », Scripta Nova, vol. 9, n° 194, 2005, [en ligne] http://www.ub.edu/geocrit/sn/sn-194-38.htm [dernière consultation : 26.09.2011].

24 Patricio Herman, « Parcelas de agrado y expansión urbana », La Nación, 25.02.2009.

25 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011].

26 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los precios de la tierra y la segregación residencial », 2000, in Carlos De mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (édit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970‑2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 401-440.

27 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte). La nueva política de desarrollo urbano y transformaciones en la cultura metropolitana », Revista Electrónica DU&P. Diseño Urbano y Paisaje, vol. 5, n° 15, Santiago, Centro de estudios arquitectónicos, urbanísticos y del Paisaje, Universidad Central de Chile, décembre 2008, [en ligne] http://www.ucentral.cl/dup/ pdf/15_desmontaje_planific_urb_mpv.pdf [dernière consultation : 04.02.2011].

28 Rodrigo Hidalgo, « Postsuburbia ou posturbia ? Les mégaprojets résidentiels dans la périphérie de Santiago du Chili », Revue Géographique de l’Est, vol. 45 / 3-4, 2005, p. 209-217.

29 Carlos de Mattos, entretien avec l’auteur le 08.03.2011, Santiago du Chili. Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los precios de la tierra y la segregación residencial », 2000, in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 401-440.

30 Gloria Naranjo Ramírez, « Efectos de un instrumento de planificación en el periurbano de Santiago. Caso de estudio : comuna de Tiltil », Scripta Nova, vol. 9, n° 194, 2005, [en ligne] http://www.ub.edu/geocrit/sn/sn-194‑38.htm [dernière consultation : 26.09.2011].

31 Notons que la mesure de l’aire urbaine peut s’effectuer selon plusieurs critères : on pourra par exemple considérer comme appartenant à la ville toutes les périphéries qui sont liées à l’agglomération du point de vue professionnel et commercial, celles qui excèdent une population totale ou une densité de population minimales définies, celles qui ont une croissance supérieure à un taux donné, qui proposent un nombre minimal d’emplois ou encore qui affichent une certaine continuité du bâti. Il est en outre possible de considérer plusieurs de ces critères simultanément. Or, dans les travaux précédemment mentionnés de De Ramón, De Mattos ou encore du ministère du Logement et de l’urbanisme chilien – ainsi d’ailleurs que dans ceux que j’évoquerai ultérieurement – le ou les critères de définition de l’aire considérée comme urbaine ne sont pas explicités et peuvent, à ce titre, être distincts d’un auteur à l’autre. Il n’en demeure pas moins que les travaux de chacun sont utilisables séparément, notamment pour évoquer l’évolution de la croissance urbaine à travers le temps : quel que soit le critère de mesure utilisé, la ville de Santiago croît actuellement en effet à une vitesse soutenue.
Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos, « Presentación », in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 11-17.

32 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

33 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los precios de la tierra y la segregación residencial », 2000, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970‑2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 401-440.

34 MINVU cité par Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte). La nueva política de desarrollo urbano y transformaciones en la cultura metropolitana », Revista Electrónica DU&P. Diseño Urbano y Paisaje, vol. 5, n° 15, Santiago, Centro de estudios arquitectónicos, urbanísticos y del Paisaje, Universidad Central de Chile, décembre 2008, [en ligne] http://www.ucentral. cl/dup/pdf/15_desmontaje_planific_urb_mpv.pdf [dernière consultation : 04.02.2011].

35 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011].

36 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011].

37 Patricio Larraín, « El sistema natural en la planificación urbana chilena », Revista de Geografía Norte Grande, 19 : 59-68, 1992, [en ligne] https://repositorio.uc.cl/bitstream/handle/11534/10358/000124315.pdf ?sequence =1 [dernière consultation : 06.02.2017].

38 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los precios de la tierra y la segregación residencial », 2000, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 401-440.

39 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago relevantes para políticas urbanas) », EURE, vol. 16, n° 49, 1990, p. 63-72.

40 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago relevantes para políticas urbanas) », EURE, vol. 16, n° 49, 1990, p. 63-72.

41 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago relevantes para políticas urbanas) », EURE, vol. 16, n° 49, 1990, p. 63-72.

42 Francisco Sabatini, « Precios del suelo y edificación de viviendas (4 conclusiones sobre Santiago relevantes para políticas urbanas) », EURE, vol. 16, n° 49, 1990, p. 63-72.

43 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los precios de la tierra y la segregación residencial », 2000, in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970‑2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 401-440.

44 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los precios de la tierra y la segregación residencial », 2000, in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970‑2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 401-440.

45 Unchs, 1993, cité par Monique Bertrand, « Du logement à la ville : nouvel agenda urbain et questionnements scientifiques », Autrepart, n° 25, 2003, p. 5-19.

46 Paquette, 1998, cité par Catherine Paquette, « Hébergé : un statut d’occupation entre contraintes et arbitrages. Les allegados de Santiago du Chili », Autrepart, n° 25, 2003, p. 37-51.

47 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011].

48 Juan Eduardo Figueroa Valdes, Juan Carlos Valdivia Germain, Las claves del mundo inmobiliario, guía práctica legal, Santigo, Edit. El mercurio -Aguilar, 2009.

49 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actores relevantes y tendencias espaciales », in Carlos De Mattos, maría Elena Ducci, Alfredo Rodríguez, Gloria Yánez Warner (edit.), Santiago en la Globalización ¿una nueva ciudad ?, Santiago, SUR, 2004b, p. 219-241, [en ligne] http://www.sitiosur.cl/publicacionescatalogodetalle.php?PID=2818&doc=&lib=Y&rev=Y&art=Y&doc1=Y&vid=Y&autor=&coleccion=&tipo=ALL&nunico=20081 [dernière consultation : 06.02.2017].

50 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

51 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actores relevantes y tendencias espaciales », in Carlos de Mattos, maría Elena Ducci, Alfredo Rodríguez, Gloria Yánez Warner (edit.), Santiago en la Globalización ¿una nueva ciudad ?, Santiago, SUR, 2004b, p. 219-241, [en ligne] http://www.sitiosur.cl/publicacionescatalogodetalle.php?PID=2818&doc=&lib=Y&rev=Y&art=Y&doc1=Y&vid=Y&autor=&coleccion=&tipo=ALL&nunico=20081 [dernière consultation : 23.02.2011].

52 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actores relevantes y tendencias espaciales », in Carlos de Mattos, maría Elena Ducci, Alfredo Rodríguez, Gloria Yánez Warner (edit.), Santiago en la Globalización ¿una nueva ciudad ?, Santiago, SUR, 2004b, p. 219-241, [en ligne] http://www.sitiosur.cl/publicacionescatalogodetalle.php?PID=2818&doc=&lib=Y&rev=Y&art=Y&doc1=Y&vid=Y&autor=&coleccion=&tipo=ALL&nunico=20081 [dernière consultation : 23.02.2011].

53 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.
Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los precios de la tierra y la segregación residencial », 2000,
in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 401-440.

54 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. mAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

55 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

56 Arturo Orellana, « Las dos caras del éxito de la política de vivienda en Chile : ¿Una cuestión de gobernabilidad metropolitana ? », Scripta Nova, vol. 7, n° 146, 2003.

57 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011].

58 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

59 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

60 MIDEPLAN, 1996 cité par Arturo Orellana, « Las dos caras del éxito de la política de vivienda en Chile : ¿Una cuestión de gobernabilidad metropolitana ? », Scripta Nova, vol. 7, n° 146, 2003.

61 Armando de Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

62 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975‑1985 (segunda parte). La nueva política de desarrollo urbano y transformaciones en la cultura metropolitana », Revista electrónica DU&P. Diseño Urbano y Paisaje, vol. 5, n° 15, Santiago, Centro de estudios arquitectónicos, urbanísticos y del Paisaje, Universidad Central de Chile, décembre 2008, [en ligne] http://www.ucentral.cl/dup/ pdf/15_desmontaje_planific_urb_mpv.pdf [dernière consultation : 04.02.2011].

63 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte). La nueva política de desarrollo urbano y transformaciones en la cultura metropolitana », Revista electrónica DU&P. Diseño Urbano y Paisaje, vol. 5, n° 15, Santiago, Centro de estudios arquitectónicos, urbanísticos y del Paisaje, Universidad Central de Chile, décembre 2008, [en ligne] http://www.ucentral.cl/dup/ pdf/15_desmontaje_planific_urb_mpv.pdf [dernière consultation : 04.02.2011].

64 Rodrigo Hidalgo, « La vivienda social en Santiago de Chile en la segunda mitad del siglo xx : Actores relevantes y tendencias espaciales », in Carlos de Mattos, maría Elena Ducci, Alfredo Rodríguez, Gloria Yánez Warner (edit.), Santiago en la Globalización ¿una nueva ciudad ?, Santiago, SUR, 2004b, p. 219-241, [en ligne] http://www.sitiosur.cl/publicacionescatalogodetalle.php?PID=2818&doc=&lib=Y&rev=Y&art=Y&doc1=Y&vid=Y&autor=&coleccion=&tipo=ALL&nunico=20081 [dernière consultation : 06.02.2017].

65 Armando De Ramón, Santiago de Chile (1541 – 1991), Historia de una sociedad urbana, Santiago, éd. MAPFRE, coll. « Ciudades de Iberoamérica », 1992.

66 Ministerio De Vivienda Y Urbanismo, Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, 2008, [en ligne] http://www.slideshare.net/diavlodo/presentacion-prms-abril-2008 [dernière consultation : 15.11.2010].

67 Ministerio De Vivienda Y Urbanismo, Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, 2008, [en ligne] http://www.slideshare.net/diavlodo/presentacion-prms-abril-2008 [dernière consultation : 15.11.2010].

68 Juan Ignacio Jaramillo, entretien avec l’auteur le 16.03.2011, Santiago du Chili.

69 François Ruffin, « Pensar la ciudad para que los ricos vivan felices en ella », Urbanismo, arquitectura y globalización, Santiago, Le Monde diplomatique – edición chilena, décembre 2008.

70 Juan Ignacio Jaramillo, entretien avec l’auteur le 16.03.2011, Santiago du Chili.

71 Carlos De Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo », 1999, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 507-545.

72 Carlos De Mattos, Rodrigo Hidalgo, « Presentación », in Carlos De Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), Santiago de Chile : Movilidad Espacial y Reconfiguración Metropolitana, Santiago, Serie GEOLibros, n° 8, 2007, p. 9-18.

73 Ministerio De Vivienda Y Urbanismo, Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, 2008, [en ligne] http://www.slideshare.net/diavlodo/presentacion-prms-abril-2008 [dernière consultation : 15.11.2010].

74 D’après une étude de la croissance de Santiago du Chili de 1905 à 2002, réalisée selon les données de De Ramón (1992) et le recensement par l’INE de 2002.

75 David Assael, Importante : Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, Plataforma Urbana, 2008, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2008/04/28/importante-actualizacion-plan-regulador-metropolitano-de-santiago/ [dernière consultation : 13.11.2010].

76 Jean Pelletier, Charles Delfante, Villes et Urbanisme dans le monde, Paris, masson, 2e éd., 1994.

77 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análisis de la expansión capitalista y la contestación social », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 19-43.

78 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo », 1999, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 507-545.
Observatorio movilidad Urbana – Caf,
Santiago, 2010, [en ligne] http://omu.caf.com/ ciudades/santiago.aspx [dernière consultation : 12.03.2011].
Adriano Rovira, miguel Contreras, Federico Luebert, Leopoldo Stuardo, Paulina Schiappacasse, Vladimir Hermosilla, Renée Saa, « Elementos para la planificación territorial de la Región metropolitana de Santiago »,
in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 211-218.
Jorge Rodríguez, « Paradojas y contrapuntos de dinámica demográfica metropolitana : algunas respuestas basadas en la explotación intensiva de microdatos censales »,
in Carlos De Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), Santiago de Chile : Movilidad Espacial y Reconfiguración Metropolitana, Santiago, Serie GEOLibros, n° 8, 2007, p. 19-52.

79 Ministerio De Vivienda Y Urbanismo, Actualización Plan Regulador Metropolitano de Santiago, 2008, [en ligne] http://www.slideshare.net/diavlodo/presentacion-prms-abril-2008 [dernière consultation : 15.11.2010].

80 Yasna Contreras, Oscar Figueroa, « Los patrones de movilidad residencial y cotidiana en la ciudad de Santiago », X Seminario Red Iberoamericana de Investigadores sobre globalización y territorio, México, 2008.

81 Hidalgo, 2004 cité par Carlos de Mattos, Rodrigo Hidalgo, « Presentación », in Carlos de Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), Santiago de Chile : Movilidad Espacial y Reconfiguración Metropolitana, Santiago, Serie GEOLibros, n° 8, 2007, p. 9-18.

82 Adriano Rovira, Miguel Contreras, Federico Luebert, Leopoldo Stuardo, Paulina Schiappacasse, Vladimir Hermosilla, Renée Saa, « Elementos para la planificación territorial de la Región metropolitana de Santiago », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 211-218.

83 Adriano Rovira, Miguel Contreras, Federico Luebert, Leopoldo Stuardo, Paulina Schiappacasse, Vladimir Hermosilla, Renée Saa, « Elementos para la planificación territorial de la Región metropolitana de Santiago », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 211-218. Carlos de Mattos, Luis Riffo Pérez, « Globalización, redes, nodos y dinámica metropolitana : El Gran Santiago en los noventa », in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Rafael Gimenez, Arturo Orellana, Gloria Yánez (dir.), Gobernanza, Competitividad y Redes : La gestión en las ciudades del siglo xxi, Santiago, EURE-Libros, coll. « Rideal », 2005, p. 31-61.

84 Karin Fischer, Johannes Jäger, Christof Parnreiter, « Transformación socioeconómica, políticas, urbanas y desarrollo socio espacial en América Latina : Algunas consideraciones teóricas y políticas », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 57-69.

85 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análisis de la expansión capitalista y la contestación social », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 19-43.

86 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análisis de la expansión capitalista y la contestación social », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 19-43.

87 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análisis de la expansión capitalista y la contestación social », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 19-43.

88 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975-1985 (segunda parte). La nueva política de desarrollo urbano y transformaciones en la cultura metropolitana », Revista Electrónica DU&P. Diseño Urbano y Paisaje, vol. 5, n° 15, Santiago, Centro de estudios arquitectónicos, urbanísticos y del Paisaje, Universidad Central de Chile, décembre 2008, [en ligne] http://www.ucentral.cl/dup/ pdf/15_desmontaje_planific_urb_mpv.pdf [dernière consultation : 04.02.2011].

89 Nicolás Valenzuala Levi, « muerte de Augusto Pinochet : la herencia urbana de su gobierno », Plataforma urbana, 2006, [en ligne] http://www.plataformaurbana.cl/ archive/2006/12/12/muerte-de-augusto-pinochet-la-herencia-urbana-de-su-gobierno/ [dernière consultation : 04.02.2011]

90 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análisis de la expansión capitalista y la contestación social », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 19-43.

91 Johannes Jäger, Francisco Sabatini, « Alicia o el mundo detrás del espejo : Conceptos para el análisis de la expansión capitalista y la contestación social », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 19-43.

92 Attention à ne pas confondre la « commune de Santiago » ou « Santiago centre » avec la métropole du même nom, constituée de 37 communes dont « Santiago centre ». J’appelle ici la capitale dans son ensemble « ville de Santiago », « Grand Santiago » ou simplement « Santiago ».

93 Yasna Contreras, Oscar Figueroa, « Los patrones de movilidad residencial y cotidiana en la ciudad de Santiago », X Seminario Red Iberoamericana de Investigadores sobre globalización y territorio, México, 2008.

94 Catherine Paquette, « La reconquête du centre de Santiago du Chili : un nouveau modèle pour la récupération des centres historiques d’Amérique latine ? », Cahiers des Amériques Latines, n° 46 2004/02, 2006, p. 151-165.

95 Catherine Paquette, « La reconquête du centre de Santiago du Chili : un nouveau modèle pour la récupération des centres historiques d’Amérique latine ? », Cahiers des Amériques Latines, n° 46 2004/02, 2006, p. 151-165.
Carlos de Mattos, entretien avec l’auteur le 08.03.2011, Santiago du Chili.
Alejandro Salazar, entretien avec l’auteur le 15.03.2011, Santiago du Chili.

96 Yasna Contreras, entretien avec l’auteur le 29.03.2011, Santiago du Chili.
Johannes Rehner, entretien avec l’auteur le 15.03.2011, Santiago du Chili.
Alejandro Salazar, entretien avec l’auteur le 15.03.2011, Santiago du Chili.

97 Catherine Paquette, « La reconquête du centre de Santiago du Chili : un nouveau modèle pour la récupération des centres historiques d’Amérique latine ? », Cahiers des Amériques Latines, n° 46 2004/02, 2006, p. 151-165

98 Catherine Paquette, « La reconquête du centre de Santiago du Chili : un nouveau modèle pour la récupération des centres historiques d’Amérique latine ? », Cahiers des Amériques Latines, n° 46 2004/02, 2006, p. 151-165.

99 Karin Fischer, Johannes Jäger, Christof Parnreiter, « Transformación socioeconómica, políticas, urbanas y desarrollo socio espacial en América Latina : Algunas consideraciones teóricas y políticas », in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 57-69.

100 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo », 1999, in Carlos De Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 507-545.

101 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975‑1985 (segunda parte). La nueva política de desarrollo urbano y transformaciones en la cultura metropolitana », Revista Electrónica DU&P. Diseño Urbano y Paisaje, vol. 5, n° 15, Santiago, Centro de estudios arquitectónicos, urbanísticos y del Paisaje, Universidad Central de Chile, décembre 2008, [en ligne] http://www.ucentral.cl/dup/ pdf/15_desmontaje_planific_urb_mpv.pdf [dernière consultation : 04.02.2011].

102 Pablo Trivelli, entretien avec l’auteur le 15.03.2011, Santiago du Chili.

103 Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, Rafael Sanchez, « La expansión residencial amurallada en la reconfiguración metropolitana de Santiago de Chile », in Carlos De Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), Santiago de Chile : Movilidad Espacial y Reconfiguración Metropolitana, Santiago, Serie GEOLibros, n° 8, 2007, p. 117-136.
Rodrigo Hidalgo, Axel Borsdorf, « barrios cerrados y fragmentación urbana en América Latina : Estudio de las transformaciones socio espaciales en Santiago de Chile (1990-2000) »,
in Rodrigo Hidalgo, Ricardo Trumper, Axel Borsdorf (dir.), Transformaciones urbanas y procesos territoriales, lecturas del nuevo dibujo de la ciudad latinoamericana, Santiago, Serie GEOLibros, 2005, p. 105-121.

104 Rodrigo Hidalgo, « Postsuburbia ou posturbia ? Les mégaprojets résidentiels dans la périphérie de Santiago du Chili », Revue Géographique de l’Est, vol. 45 / 3-4, 2005, p. 209-217.
Pablo Trivelli, entretien avec l’auteur le 15.03.2011, Santiago du Chili.

105 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo », 1999, in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (édit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 507-545.

106 Francisco Sabatini, « Reforma de los mercados de suelo en Santiago, Chile : efectos sobre los precios de la tierra y la segregación residencial », 2000, in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (edit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 401-440.

107 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975‑1985 (segunda parte). La nueva política de desarrollo urbano y transformaciones en la cultura metropolitana », Revista electrónica DU&P. Diseño Urbano y Paisaje, vol. 5, n° 15, Santiago, Centro de estudios arquitectónicos, urbanísticos y del Paisaje, Universidad Central de Chile, décembre 2008, [en ligne] http://www.ucentral.cl/dup/ pdf/15_desmontaje_planific_urb_mpv.pdf [dernière consultation : 04.02.2011].

108 Marco Valencia Palacios, « El desmontaje de la planeación urbana en Chile. 1975‑1985 (segunda parte). La nueva política de desarrollo urbano y transformaciones en la cultura metropolitana », Revista electrónica DU&P. Diseño Urbano y Paisaje, vol. 5, n° 15, Santiago, Centro de estudios arquitectónicos, urbanísticos y del Paisaje, Universidad Central de Chile, décembre 2008, [en ligne] http://www.ucentral.cl/dup/ pdf/15_desmontaje_planific_urb_mpv.pdf [dernière consultation : 04.02.2011].

109 Laura Dammert, « La cotidianidad del temor al delito en Santiago », in Carlos de Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), Santiago de Chile : Movilidad Espacial y Reconfiguración Metropolitana, Santiago, Serie GEOLibros n° 8, 2007, p. 155-176.

110 Laura Dammert, « La cotidianidad del temor al delito en Santiago », in Carlos de Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), Santiago de Chile : Movilidad Espacial y Reconfiguración Metropolitana, Santiago, Serie GEOLibros n° 8, 2007, p. 155-176.
Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo », 1999, in Carlos De mattos, Oscar Figueroa, Pedro bannen, Diego Campos (édit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 507-545.

111 Laura Dammert, « La cotidianidad del temor al delito en Santiago », in Carlos de Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), Santiago de Chile : Movilidad Espacial y Reconfiguración Metropolitana, Santiago, Serie GEOLibros n° 8, 2007, p. 155-176.

112 Rodrigo Hidalgo, « Postsuburbia ou posturbia ? Les mégaprojets résidentiels dans la périphérie de Santiago du Chili », Revue Géographique de l’Est, vol. 45 / 3-4, 2005, p. 209-217.

113 Escolano et Ortiz, 2005 cités par Rodrigo Hidalgo, Axel borsdorf, Rafael Sanchez, « La expansión residencial amurallada en la reconfiguración metropolitana de Santiago de Chile », in Carlos de Mattos, Rodrigo Hidalgo (dir.), Santiago de Chile : Movilidad Espacial y Reconfiguración Metropolitana, Santiago, Serie GEOLibros n° 8, 2007, p. 117-136.

114 Yasna Contreras, Oscar Figueroa, « Los patrones de movilidad residencial y cotidiana en la ciudad de Santiago », X Seminario Red Iberoamericana de Investigadores sobre globalización y territorio, México, 2008.

115 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo », 1999, in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (édit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 507-545.

116 Carlos de Mattos, « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana : lo que existía sigue existiendo », 1999, in Carlos de Mattos, Oscar Figueroa, Pedro Bannen, Diego Campos (édit.), Santiago en EURE : Huellas de una metamorfosis metropolitana. 1970-2000, Santiago, EURE Libros, 2006, p. 507-545.

117 Lotorre Mena C. A., Centro de Las Condes, Santiago, Facultad de Arquitectura, Diseño y Estudios Urbanos -Escuela de Arquitectura -Pontificia Universidad Católica de Chile, 2005.

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : Mall « Parque Auroco »
Crédits Crédit : Line Henry.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Photographie 2 : Mall « sport »
Crédits Crédit : Line Henry.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3027/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Photographie 3 : Nueva Las Condes
Crédits Crédit : Line Henry.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3027/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540