Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter les beaux quartiers à Santiago du Chili

 | 
Line Henry

Préface

Sébastien Velut

Texte intégral

1Les nombreuses études consacrées à Santiago du Chili ont fait de cette ville un modèle pour comprendre les forces et les dérives de la métropolisation en Amérique latine. La multiplication de ces recherches a plusieurs explications. La présence à Santiago de groupes de recherche organisés autour de la Revue d’études urbaines et régionales, longtemps animée par Carlos de Mattos et éditée par l’université catholique, a permis la continuité des publications et du suivi des mutations urbaines puis métropolitaines. L’accumulation de données de qualité a facilité l’ancrage des réflexions dans des matériaux empiriques solides. De plus, la présence d’organisations internationales a enrichi les débats. Tout cela a fait de Santiago un véritable laboratoire urbain, point privilégié d’observation et d’expérimentation de nouvelles façons de construire la ville, répliquées ensuite en Amérique latine, comme les grands programmes de logement social.

2Il existe aussi, sans doute, à Santiago une certaine facilité de lecture de la forme et des processus métropolitains, comparée à d’autres métropoles latino-américaines marquées par des renversements de conjoncture (Buenos Aires), le gigantisme (São Paulo, mexico), les interférences géopolitiques et les conséquences des conflits armés (Bogotá), le poids des héritages raciaux (Salvador) ou des contraintes de site particulièrement sévères (Quito). A contrario, Santiago combine plusieurs facteurs facilitant la lecture. Il existe une volonté politique de projeter la capitale dans les réseaux mondiaux, tout comme le Chili a joué la carte de son insertion internationale après le retour à la démocratie en 1991, en améliorant l’attractivité métropolitaine. Cela conduit à célébrer bruyamment le bon classement de la métropole dans les classements internationaux, la tenue de sommets internationaux et la capacité à attirer les investisseurs et les firmes. D’autre part, même si la ville a une histoire de plus de quatre siècles, peu d’éléments patrimoniaux sont reconnus et protégés, la grande affaire étant la modernisation urbaine affirmée dans des grands projets, la transformation plutôt que la conservation. Le quartier d’affaires dit de « Sanhattan » dans les années 2000 auquel fait suite la construction de la plus haute tour d’Amérique du Sud du Costanera Center (300 mètres de haut) en constituent les éléments les plus visibles. Pourtant, en contraste avec ces projets emblématiques, Santiago du Chili continue à exhiber des formes classiques de ségrégation socio‑spatiale opposant les beaux quartiers du secteur nord-est aux quartiers populaires de l’ouest et du sud dans une société qui reste très inégalitaire, un schéma fort peu modifié à la marge par les nouvelles formes d’urbanisation en périphérie.

3Dans l’ensemble, les publications consacrées à Santiago insistent sur les mécanismes et les effets de la diffusion urbaine facilitée par la libéralisation des marchés fonciers sous le régime autoritaire, qui conduit les promoteurs à multiplier les programmes de lotissements en périphérie, programmes suffisamment différenciés en localisation et en coût pour trouver leurs clientèles, notamment celle des nouvelles classes moyennes. De façon complémentaire, les transports ont été réorganisés pour tenter de répondre à une demande accrue de mobilité depuis des périphéries urbaines toujours plus lointaines et peuplées. La construction d’autoroutes urbaines à péage, destinées aux groupes aisés et motorisés, a été complétée par la grande réforme du transport public de 2007, dite « Transantiago », pour constituer, non sans mal, un véritable réseau interconnecté.

4Avec ses grands centres commerciaux, ses lotissements fermés, ses maisons de campagne devenant progressivement des domiciles permanents, mais aussi les transformations de la ségrégation socio-spatiale, Santiago du Chili a été comprise comme l’expression urbaine du modèle économique chilien. Ce modèle fait jouer aux marchés le rôle principal pour réguler les rapports entre acteurs sociaux, définir les priorités d’investissement et les mécanismes de distribution et d’usage du sol. Un modèle qui cantonne l’État à l’organisation des marchés et à compenser les problèmes les plus criants occasionnés par le libre jeu des acteurs économiques, notamment dans le champ de l’environnement, impossible à valoriser économiquement de façon satisfaisante, et particulièrement affecté par la croissance métropolitaine de faible densité que connaît Santiago.

5Line Henry s’est appropriée la littérature consacrée à Santiago pour bâtir un projet de recherche original explorant une dimension encore peu travaillée : celle du retour en ville de populations aisées qui délaissent la maison en périphérie au profit d’un appartement dans des quartiers péri‑centraux. Ce sujet à contre-courant de la plupart des travaux publiés, qui insistent au contraire sur la croissance péri-urbaine, lui permettait d’interroger avec un regard neuf la métropolisation de Santiago et de reposer la question de la durabilité urbaine. Celle-ci se posait non seulement en termes de forme urbaine et de choix résidentiels associés à de plus fortes densités, mais aussi de pratiques urbaines valorisant les espaces publics et les avantages de localisations résidentielles proches des centres. En contrepoint aux études sur la déperdition de population des communes centrales, les shrinking cities, de la littérature anglo-saxonne, qui peuvent être illustrées par la commune centre de Santiago, Line Henry s’intéresse à l’arrivée de nouvelles populations aisées dans la commune de Las Condes, qui ne suivent donc pas le modèle général d’exurbanisation motorisée.

6Elle a ainsi consacré son enquête de terrain à caractériser l’offre immobilière et les occupants des nouveaux immeubles de Las Condes, à proximité du métro Escuela militar. Ce choix d’un petit espace d’observation, dont elle saisit par ailleurs les caractéristiques et la position au sein de la métropole, lui a permis de mettre en œuvre une approche qualitative et de tirer le meilleur parti de son sens aigu de l’observation et de contourner les réticences des habitants pour répondre à des questionnaires. Chacun sait que travailler sur les populations défavorisées est complexe, mais on sous-estime les difficultés et l’intérêt d’étudier les groupes favorisés, dont les membres jugent qu’ils n’ont de comptes à rendre et accueillent les enquêteurs – surtout lorsqu’il s’agit d’une jeune femme ! – avec méfiance, réticence voire condescendance. Or, il ne faut pas oublier que leurs décisions pèsent d’un poids déterminant sur la structuration des villes par leur capacité à mobiliser les capitaux, à influer sur les décisions administratives et politiques et à façonner l’espace urbain.

7Line Henry montre bien la singularité de l’offre immobilière à Las Condes, dans une ville où les classes moyennes et aisées semblent avoir toujours préféré la maison individuelle à proximité immédiate du centre‑ville, comme dans la commune de Ñuñoa, plutôt que les immeubles destinés aux classes populaires. Les nouveaux immeubles de standing sont en train de changer très rapidement le paysage de Santiago. Dans les rues tranquilles proches des grandes avenues où l’on voyait, il y a moins de dix ans, principalement des maisons, les terrains sont regroupés pour des constructions en hauteur, dépassant fréquemment les dix étages, et offrant aux résidents un éventail de services d’autant plus large que la clientèle est aisée : gardiennage, gymnase, piscine, solarium, etc. Line Henry, qui a visité des appartements témoins, décrit avec force détails l’image de la clientèle associée à ces immeubles de standing.

8Elle montre bien que le choix d’un appartement à Las Condes obéit à des logiques différentes suivant les types de clientèle. Son étude éclaire en particulier les mutations de fond de la société de la capitale à travers trois éléments particulièrement intéressants, inégalement mesurés par les statistiques, mais qui ne sont pas sans conséquence sur la demande de logements mais également sur la forme urbaine. Tout d’abord, le vieillissement de la population, qui amène les seniors à chercher à se rapprocher du centre dans un appartement proche des services et des transports en commun. D’autre part, la présence d’une population étrangère qui s’installe à Santiago et souhaite résider à proximité des collèges internationaux et, dans le cas des Européens, garder un certain style de vie urbain tirant parti de la centralité. Enfin la présence de jeunes couples aisés et diplômés qui ne sacrifient pas au modèle social de la famille nombreuse, ne veulent pas assumer l’entretien d’une maison et préfèrent retarder le moment où ils auront des enfants tout en profitant des agréments de la vie urbaine et des transports en commun.

9Line Henry décrit avec beaucoup de finesse les déterminants des choix résidentiels en faveur des immeubles, malgré les incertitudes que font peser les tremblements de terre sur la valeur de la propriété et les désagréments de la promiscuité, tempérés par la sélection par le prix et les règlements de copropriété. Cela amène à poser la question des types et des qualités des espaces publics. À la différence des lotissements fermés de la périphérie qui proposent dans leur enceinte les principaux services dont sont dépourvus les communes où ils se localisent, les tours de Las Condes offrent à leurs résidents la jouissance de différents types d’espaces, depuis les installations privatives des résidences jusqu’aux rues et aux places en passant par les centres commerciaux. Dans ces espaces se combinent des formes de contrôle social, qui donnent aux usagers une sensation de sécurité, mais qui multiplient aussi les possibilités d’activités, de rencontres, de déplacements, grâce aux infrastructures publiques. On comprend donc que les populations qui en ont les moyens préfèrent les contraintes d’un immeuble à la liberté surveillée d’un lotissement fermé. Cette dimension, négligée par les politiques publiques chiliennes, mérite d’être soulignée car, au fond, ce sont les catégories sociales les plus aisées qui, malgré leurs craintes, jouissent le plus de la qualité des espaces urbains et des avantages que procurent les investissements publics.

10Le livre de Line Henry est tout à fait exceptionnel par sa maturité, sa maîtrise de la bibliographie, la qualité de son enquête de terrain et son ouverture sur des questions importantes mais négligées. Il s’agit également de la seule monographie en français sur Santiago, tirant un excellent parti de la littérature existante. Enfin, et cela n’est pas à négliger, Line Henry a été fascinée par Santiago et elle sait transmettre avec talent et élégance son attirance pour une ville qui n’a pas fini de nous surprendre. Au vu de la qualité de cet ouvrage, je veux parier que Line Henry, elle aussi, nous surprendra encore.

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540