Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les fils du tabac à Bogotá

 | 
Luisa Fernanda Sánchez

Introduction

Texte intégral

Sous le soleil de Bogotá

  • 1 Les invasiones sont les concentrations urbaines résultant de l’occupation illégale d’un terrain pr (...)

1C’est dimanche matin. Le soleil fait timidement son apparition sur Bogotá. Il est encore tôt et pourtant, dans l’une de ces petites maisons faites de bric et de broc au milieu des quartiers d’invasion1 qui recouvrent les montagnes de la capitale colombienne, la famille Rodríguez est déjà debout. Mercedes, son mari José et leurs deux fils se sont levés de bonne heure car ils ont décidé d’aller se promener au centre-ville, dans ce tourbillon de vitrines, d’inscriptions lumineuses annonçant les films du weekend et de magasins de friandises, dans le brouhaha incessant des passants et des vendeurs ambulants.

  • 2 Le terme paisano fait référence à la manière dont les indigènes des communautés choisies se qualif (...)

2À midi, les Rodríguez rejoignent la Plaza de Bolivar pour assister à la messe dans la cathédrale. Mercedes porte une robe et des chaussures à talons ; José, lui, porte un costume car il vaut mieux qu’il soit bien habillé s’il croise un autre paisano2. Même si elle ne connaît pas tous les paisanos de la ville, la famille Rodríguez les retrouve généralement chaque dimanche. Une fois la messe terminée, les paisanos se dirigent vers les petits cafés aux abords de la place. Autour de quelques bières, la conversation s’engage alors sur le passé, la chasse, la pêche et les autres activités caractéristiques des communautés indigènes constituant la routine de chaque migrant.

3À la fin de la journée, les Rodríguez rentrent chez eux. Le dimanche se termine et une nouvelle semaine commence à Bogotá. Le lendemain, José retournera travailler sur un chantier, pendant que Mercedes nettoiera la maison d’une famille aisée du nord de Bogotá. À l’école, les enfants qui ne parlent ni muinicani ni pode, les deux dialectes de la langue uitoto que parlent Mercedes et José, répondront à l’immanquable question sur leurs origines. Ils répondront une fois de plus qu’ils sont indiens, comme leurs parents. Des Indiens ayant migré d’Amazonie vers la capitale de la Colombie.

4Si les Rodríguez, comme d’autres migrants indigènes, semblent être des sujets anonymes parmi les centaines de citadins qui transitent dans les divers espaces urbains, se pencher sur leurs pratiques quotidiennes révèle qu’avant même d’être ouvriers, amazoniens ou étrangers, ils sont indiens, une condition qui, comme nous tenterons de le montrer, a plusieurs fonctions et implications dans une ville comme Bogotá.

Rétrospective

5Avant de me pencher sur le long voyage qui a conduit les Rodríguez et les autres paisanos de la région du medio río Caquetá-Putumayo jusqu’à Bogotá, je voudrais expliquer comment le destin de ces familles a croisé le mien et détailler les circonstances qui m’ont amenée à faire de ce sujet le fil conducteur de mon parcours académique. Consciente de l’influence de ce que l’anthropologie appelle la « crise de l’autorité ethnographique » – qui a donné naissance à un regard scientifique plus flexible et également plus humble face aux sujets d’étude – je tiens à commencer ce travail par quelques paragraphes sur mon parcours personnel et sur la place que la recherche y tient. Il me semble néanmoins fondamental de commencer par rappeler que cette recherche prétend décrire la « réalité » d’un certain groupe d’individus, mais ne présente évidemment qu’une des optiques possibles pour aborder ce sujet. C’est pourquoi la « réalité » que je présente n’est celle que d’un seul « regard » : le mien. Ce travail reflète avant tout ma propre expérience avec les Indiens de l’Amazonie, une expérience qui s’est construite à travers mon regard de femme, de citadine, de blanche et d’anthropologue. Une anthropologue qui n’a d’ailleurs jusqu’à présent jamais quitté la ville. Le lecteur s’en rendra sans doute compte… Mais retournons maintenant aux origines de cette recherche.

6La migration des groupes ethniques vers les villes colombiennes est un sujet auquel je me suis intéressée dès le début de ma formation universitaire à Bogotá. Cependant, à l’exception de quelques Indiens originaires du canton d’Otavalo (Équateur), qui s’étaient « appropriés » un coin de rue proche de mon domicile pour vendre leur artisanat et avec lesquels j’avais réalisé quelques entretiens, mes contacts avec les Indiens de la ville étaient presque inexistants. Ce manque d’interaction initiale s’explique par plusieurs facteurs.

7Je suis convaincue que le fait d’être la fille d’un sociologue indigéniste a joué un rôle important. Mon père a consacré sa vie à la connaissance des peuples indigènes, à la lutte pour la protection de leurs territoires et de leurs ressources. Je me souviens que leur culture ou le besoin impératif de reconnaître leurs droits ont, par exemple, été des sujets de conversation récurrents à la maison. Comme d’autres héritiers de cette génération de militants pacifistes, d’aventuriers et de scientifiques voulant rompre avec des années d’injustice face aux autres cultures du pays, j’ai grandi au rythme des visites de dirigeants politiques couverts de plumes et de colliers voyants ; j’ai bu des sirops contenant des os d’animaux ; j’ai porté des amulettes de protection ; j’ai dormi dans des hamacs dès mon plus jeune âge.

8Je m’étais cependant jurée de ne pas marcher sur les traces de mon père, convaincue qu’un indigéniste à la maison suffisait amplement… C’est pourtant ce que j’ai fait. Ces expériences, ainsi qu’une forte curiosité pour notre étrange espèce humaine et pour l’ensemble des pratiques, des règles et des relations que l’on appelle la culture, m’ont sans aucun doute poussée à entrer à l’université pour y suivre des études d’anthropologie.

9Comment alors résoudre ce conflit entre suivre son héros et s’éloigner de lui ? Certes, j’étais anthropologue de formation, mais j’ai décidé de ne pas travailler avec des Indiens, de ne pas choisir les mouvements politiques mais les acteurs de la vie quotidienne, de me concentrer sur la recherche et non pas sur l’action militante ; de choisir les théories constructivistes et non pas le marxisme de mon père. J’ai surtout décidé, et malgré toute une génération de voyageurs au long cours qui faisait la fierté de ma famille, de faire de la ville mon terrain de travail privilégié, cette ville de Bogotá qui m’avait adoptée et que j’avais vu s’étaler, dès mon enfance, jusqu’à l’infini des montagnes. Je ne pouvais donc envisager de m’intéresser aux Indiens à cette époque et encore moins à l’Amazonie, si distante de la métropole à laquelle j’avais décidé de consacrer mes études.

10La deuxième raison de mon manque d’intérêt initial à l’égard des processus de migration des Indiens se rapporte à une simple question d’ignorance. C’est ainsi qu’au moment où j’ai dû proposer un sujet pour le mémoire de DEA en anthropologie sociale que je suivais alors à l’Université des Andes, j’ai choisi de travailler avec des familles afro-colombiennes en ville. Car la migration intérieure vers la ville de Bogotá était déjà un sujet pertinent, les conséquences néfastes du déplacement forcé commençant à devenir visibles aux yeux des citadins de la capitale. Ce terrain me semblait favorable à la recherche, non seulement en raison de la complexité de leurs stratégies d’insertion en ville, mais aussi en raison de la quantité et de la visibilité de la population en question. Les indigènes restaient donc invisibles à mes yeux comme ils l’étaient pour le reste des habitants de Bogotá. Jusqu’au jour où mes recherches m’ont conduite au centre de documentation de la fondation Tropembos de Colombia, spécialisée dans la recherche biologique en Amazonie colombienne, région dont j’ignorais tout. La fondation m’a proposé de financer mon travail à condition de respecter des limites géographiques et leurs sujets d’intérêt. Puis une idée m’est venue pour résoudre ce dilemme. Pourquoi ne pas parler des Indiens de cette région amazonienne ayant migré à Bogotá ? La fondation a approuvé le sujet qui est alors devenu un grand défi personnel car aucun travail de recherche n’avait été mené sur ces populations ni à Bogotá ni dans d’autres centres urbains. L’absence de travaux préalables ainsi que la difficulté à trouver une population suffisamment significative constituaient donc une troisième bonne raison pour songer à d’autres sujets de recherche possibles.

11Malgré ces difficultés, ce travail a fini par voir le jour. Face au regard incrédule de mes camarades d’université et en dépit de mes doutes sur la possibilité d’entrer en contact avec une population dont je ne connaissais pas un seul membre, j’ai pu rencontrer Fany et Reinaldo, les deux premières personnes uitoto, et avec eux un monde méconnu et très complexe s’est offert à moi. Grâce aux contacts que ces deux personnes m’ont procurés, j’ai donc commencé mes entretiens, au début en tête à tête, puis collectivement, dans des lieux de rencontre, ce qui n’a pas toujours été facile. La dispersion des Indiens en ville, leur constante mobilité, mais surtout la méfiance que certains d’entre eux éprouvaient à l’égard de mon intérêt pour leur histoire personnelle ont été quelques-uns des obstacles que j’ai dû surmonter.

  • 3 Sánchez (2004).

12Puis, après un an et demi de travail de terrain où, pour la première fois, je me suis volontairement rapprochée des Indiens, j’ai écrit mon premier mémoire3 et j’ai, par là même, à nouveau choisi mon chemin. Ce premier travail d’écriture, qui constitue la source du présent travail, avait pour propos d’examiner d’une manière générale le phénomène de la présence indigène en ville. Dans une optique plutôt culturaliste, il s’interrogeait sur les permanences, l’abandon et la transformation des marqueurs traditionnels d’identité ethnique. Avec ses nombreuses carences, il constitue pourtant un antécédent qui a permis aux institutions et aux Indiens de prendre conscience de l’existence de cette population de migrants en ville et de soulever la question du dynamisme de leurs processus identitaires.

13À un niveau plus personnel, travailler avec les Indiens urbains n’a pas seulement signifié une confrontation face à cet « autre » classique de l’anthropologie, mais m’a également permis de découvrir une autre facette de la ville que je ne connaissais pas encore, une ville cachant des inégalités profondes, mais qui constitue aussi un terrain privilégié de création, d’interaction et de contact pour des populations aux univers culturels fort différents.

14Cette recherche m’a enfin permis d’approcher cette lointaine Amazonie – si présente dans les récits des migrants – que j’ai fini par m’approprier, même si elle reste toujours un territoire à découvrir. C’est pour cette raison que, dans ce mémoire, je commence par reconstruire un panorama de la région, tout en essayant de comprendre la migration indigène comme un phénomène social complexe qui s’inscrit dans un contexte historique particulier et de longue durée. Afin de cerner les acteurs et les événements majeurs de ce processus de mobilité, j’ai consulté les études réalisées en Colombie et ailleurs, bien consciente que le regard que je portais sur cette région millénaire – patrimoine biologique et culturel de l’humanité – se limitait aux expériences d’autres chercheurs ainsi qu’aux témoignages des Indiens qui habitaient à Bogotá et qui, avec une patience remarquable, ont répondu à mes innombrables questions.

15J’invite donc le lecteur à se pencher sur la vie quotidienne de ces migrants indigènes qui ont parcouru divers chemins pour arriver à Bogotá en transformant les dynamiques urbaines d’une métropole qui continue pourtant à être perçue comme le territoire symbolique de la population blanche/métisse du pays. Avant de poursuivre avec la présentation des avancées et des approches théoriques, je tiens à signaler que ce travail ne constitue que la deuxième étape de cette recherche qui vient juste de commencer et qui ouvre la porte à un univers complexe et passionnant : celui des Indiens en ville et de l’aventure quotidienne de reconstruction de leur identité ethnique.

Les avancées sur le thème de la migration indigène en Colombie et en Amérique latine

16La migration indigène vers les grandes villes d’Amérique latine n’est pas un sujet méconnu des sciences sociales. Des travaux pionniers, comme ceux de Teofilo Altamirano (1984, 1988, 1992) pour le cas péruvien ou de Lourdes Arizpe (1985) au Mexique, ont montré comment les paysans et les Indiens s’insèrent dans les quartiers pauvres des villes en ayant recours aux réseaux sociaux et aux éléments organisationnels issus de leur propre communauté.

17Les études menées sur la migration indigène pendant les années 1980-1990 sont parvenues à identifier des modèles d’insertions relativement similaires pour les différents groupes migrants en Amérique latine.

18En ce qui concerne les difficultés d’ordre matériel, la plupart des études concordent sur le fait que la situation des Indiens ne diffère pas de celle d’autres migrants ruraux (Naranjo, 1991 ; Carrasco, 2002 ; Albo, 1979 ; Kemper, 1973). Puisque la ville et sa structure institutionnelle ne permettent ni d’assurer des conditions correctes de logement ni de revenus pour l’ensemble de la population migrante, celle-ci doit faire face à des conditions socioéconomiques fort précaires, marquées par un contexte d’exclusion sociale. Cependant, dans le cas des Indiens, selon l’étude menée par Dahl et Jensen (2002), l’absence de structures organisatrices rend encore plus difficile la mise en place de politiques publiques visant à améliorer leur situation en ville. Les Indiens se trouvent donc isolés aux yeux du cadre juridique et des structures administratives urbaines, dans le sens où ils sont considérés à la fois comme des habitants urbains et des Indiens, deux conditions qui semblent conflictuelles et sans solution possible dans la plupart des États d’Amérique latine (Albertani, 1999 ; Oehmichen, 2001).

19Par rapport au processus d’insertion, la plupart des études signalent les rapports étroits que les migrants indigènes établissent avec leurs lieux de provenance et la fonction stratégique de ces liens. La vie quotidienne des migrants semble donc fortement marquée non seulement par les nouvelles conditions des contextes urbains, mais aussi par la vie sociale, économique et culturelle des communautés d’origine auxquelles les individus restent attachés.

20Ce sujet, à la différence d’autres pays, a été très peu étudié en Colombie, alors que les migrations vers Bogotá touchent l’ensemble des groupes ethniques qui composent la nation. Les études sur la migration s’étaient jusqu’à présent focalisées sur les populations de paysans, déplacées en raison de la violence et de la crise agraire. Ce n’est que dans les années 1990 que le regard s’est tourné vers les groupes ethniques, comme le prouvent les recherches sur les peuples afro-colombiens dans des villes comme Medellín, Cali et Bogotá (Mosquera, 1998).

21Dans le cas indigène, les travaux concernant les communautés inga et kamsá, migrants habituels vers la ville de Bogotá, constituent pourtant la seule exception à ce manque d’informations sur les migrations des groupes indigènes en ville. Des auteurs comme Jairo Muñoz (1994), Fernando Urrea et Fernando Puerto (1992) posent d’importants repères en ce qui concerne les aspects démographiques de la migration. Ces études analysent quantitativement les principales caractéristiques et difficultés de la population urbaine, à savoir la faiblesse de leurs revenus, les besoins de base et l’accès au travail. Ils montrent les conditions de pauvreté et d’exclusion auxquelles les Indiens doivent faire face dans sept villes du pays. Des études ethnographiques sur les guérisseurs traditionnels de ces groupes ont analysé le phénomène de la migration et de la construction de stratégies d’insertion des Indiens dans le tissu urbain comme la reproduction des formes communautaires d’organisation sociale et politique. Ces travaux ont signalé la persistance de liens de parenté très forts entre les différentes générations de migrants, en soulignant l’importance des permanences culturelles dans le marché des produits curatifs et dans l’organisation sociale de la communauté à Bogotá (Pinzón, 1989 ; Ramirez et Urrea, 1989 ; Guevara, 1991, 1993, 1997 ; Muñoz, 1994 ; Suarez, 2001).

  • 4 Le cabildo est une figure politique d’origine coloniale. Aujourd’hui, le cabildo est une entité pu (...)

22Un autre aspect étudié par les chercheurs sur la migration a été la formation de cabildos4 urbains. Dans le cas inga, Martinez et Gamboa (1992) ont distingué les principaux aspects de la constitution légale du cabildo à Bogotá, l’une des seules institutions politiques établie pour des migrants indigènes faisant preuve d’une haute capacité d’organisation communautaire.

23Malgré les avancées dans la compréhension du phénomène migratoire, nous ne possédons pas suffisamment d’informations permettant d’établir des schémas d’insertion pour l’ensemble de la population indigène en ville, ni de comprendre les complexes mécanismes par lesquels ils reconstruisent leur identité, questions pourtant fondamentales si l’on prend en compte l’augmentation du nombre d’Indiens à Bogotá. Le dernier recensement national de la population (Censo de Población) réalisé en 2005 par l’Institut national de la statistique (DANE) établit que sur 1 378 884 Indiens, 15 033 habitent Bogotá. D’après ces statistiques, nous pouvons considérer, que des individus d’environ 47 groupes ethniques vivent dans la capitale, mais surtout des personnes issues des cinq groupes principaux : les inga, wayuu, kamsá, guambiano et arhuaco.

24Bien que la présence des membres des groupes ethniques à Bogotá soit désormais notoire, l’anthropologie traditionnelle et les systèmes juridiques, qui ont défini et qui régissent la vie des peuples indigènes, établissent des obstacles pour la reconnaissance de cette nouvelle réalité. Le manque de visibilité de ce phénomène est principalement dû à deux facteurs. D’abord, le temps de consolidation du processus de mobilité. En effet, en Colombie, la migration indigène en ville est assez récente, notamment par rapport aux autres pays latino-américains (le Mexique, la Bolivie ou le Chili, par exemple) qui comptent avec des processus migratoires consolidés dès les premières décennies du xxe siècle. Ensuite, c’est la définition même de l’Indien qui nous empêche de tenir compte de cette reterritorialisation des groupes ethniques. Du fait de sa caractérisation – de la part de l’ensemble de la société nationale – comme un sujet traditionnellement rattaché à des espaces géographiques fixes et circonscrits, l’Indien appartient à la « communauté » et s’identifie en tant que tel exclusivement dans des territoires ruraux, loin de la vie urbaine et de la modernité.

La problématique et les questions de recherche

25Parmi les études portant sur la migration des groupes ethniques en Colombie, l’un des cas les plus méconnus de migration d’indigènes en ville est celui des familles et des individus appartenant aux groupes uitoto, muinane, nonuya, andoque et bora provenant de la région du fleuve Caquetá-Putumayo, dans la réserve Predio Putumayo. Cette réserve amazonienne, connue pour être la plus grande du pays (5 230 552 hectares), est située à l’ouest du département de l’Amazonie, limitrophe avec les départements de Caquetá et de Putumayo. C’est là que ces groupes, qui s’identifient eux-mêmes comme les « gens du centre », habitent aujourd’hui, dans des villages dispersés au pied des principaux fleuves et de leurs affluents.

26Si les études ethnographiques caractérisent les populations indigènes locales comme des sociétés relativement traditionnelles, plus ou moins circonscrites au territoire amazonien, à partir des années 1990 ces communautés ont commencé un processus continu de migration vers les capitales des départements et des grandes villes du centre du pays, en passe de modifier l’ensemble de leurs structures sociales.

27Malgré l’imaginaire généralisé qui éloigne les Indiens des centres urbains, leur présence à Bogotá, ainsi que les processus de leur insertion dans la vie de la métropole suscitent des questionnements sur la construction d’une identité que les acteurs institutionnels ainsi que les acteurs académiques et politiques ont exclusivement rattachée aux espaces définis comme ruraux et traditionnels. Or, la façon dont les Indiens s’adaptent à la ville et notamment les changements motivés par le processus de mobilité ont souvent été expliqués en termes d’acculturation, c’est-à-dire de perte des éléments culturels, des pratiques et des sentiments d’affiliation d’un individu à une collectivité particulière. Dans cette perspective, la migration indigène a été assimilée à une fuite de la communauté et de la tradition. Par conséquent, il était naturel d’envisager la communauté comme le seul espace de permanence de l’identité indigène et de considérer l’individu qui y habitait comme l’unique vecteur de cette identité (Aravena, 1996).

28Dans les études faites au Mexique, la présence des migrants a conduit à penser que la conscience de la différence ethnique disparaissait à mesure qu’elle s’éloignait du contexte de la communauté d’origine. Parmi les représentants de l’indigénisme mexicain des années 1980, Margarita Nolasco note :

Après avoir migré, les individus perdent leurs repères identitaires parce que l’ensemble des valeurs qui les différencient et leur permettent de se rapporter à leurs semblables, cesse d’avoir un sens. (1990 : 9)

29En s’opposant à cette idée, nous chercherons à montrer, à travers le cas migratoire des Indiens d’Amazonie, que si chaque migrant pense et vit son identité ethnique d’une manière différente, cette identité et les éléments culturels choisis par les individus pour l’exprimer ne disparaissent pas et ne cessent pas d’avoir une fonction capitale, la ville étant la scène de multiples rencontres interethniques et de situations extrêmes qui mettent à l’épreuve la capacité de chaque individu à négocier son espace (Widmark, 1999 : 91).

30Comment l’identité ethnique se construit-elle dans un contexte urbain ? Est-il possible d’être indigène hors de la communauté traditionnelle ? Quelles sont les stratégies identitaires que les migrants développent pour faciliter leur insertion dans l’espace urbain ? Quelles sont les particularités du processus migratoire indigène ? Quel est le lien entre la communauté et les Indiens en ville ?

31À partir de ce questionnement, l’objectif premier de cet ouvrage est d’étudier la réélaboration des identifications ethniques des migrants en dégageant les stratégies identitaires érigées dans un contexte différent de celui de la communauté traditionnelle. En second lieu, de suivre le processus de mobilité de ces migrants en privilégiant les facteurs objectifs et symboliques qui poussent à l’acte migratoire, ainsi qu’un modèle particulier d’insertion en ville.

  • 5 Il faut préciser que, dans le cas colombien, il existe un processus de migration indigène forcée t (...)

32Afin d’atteindre ses objectifs, nous émettrons deux hypothèses. Dans le contexte actuel des groupes amazoniens, la ville est un espace propice au développement des identités indigènes. Cette identité ethnique, fragmentée et mobile, devient une stratégie de survie dans la métropole, où chacun doit savoir combiner, de manière effective et sans contredire son identification, certains éléments du monde communautaire – incorporés à leur habitus et également validés comme symboles de distinction – avec ceux du monde urbain, pouvant représenter une meilleure qualité de vie dans une optique occidentale. Ce phénomène de migration « volontaire5 » des Indiens vers la ville trouve diverses explications dans l’intégration des régions au marché national, dans le développement de pôles urbains près des territoires indigènes, dans l’expansion de la frontière de la colonisation, dans l’augmentation des conflits armés et dans la consolidation des politiques d’éradication de la feuille de coca. Néanmoins, nous chercherons à montrer que ce sont également des éléments d’un autre ordre qui incitent de plus en plus d’Indiens à l’acte migratoire. Ainsi, l’image que les Indiens ont eux-mêmes construite de la ville, la forte charge symbolique dont cet espace urbain a été investi ou les différents discours tenus par les acteurs présents dans les territoires indigènes ont rapproché ces populations du « monde des Blancs » tout en élargissant la brèche ouverte par l’abandon de l’État, par les différentes politiques en place dans la région et par le déni généralisé de la société nationale. La migration indigène vers la ville implique donc un ensemble exceptionnel de symboles et d’images où se mêlent les disparités économiques, les oppositions entre tradition et modernité, les relations entre groupes ethniques aux trajectoires et aux modèles culturels variés (Faret, 2003). Ce sont ces différents éléments, configurant le processus de migration d’Indiens d’Amazonie vers Bogotá, dont nous tenons à rendre compte ici.

L’approche méthodologique et les concepts utilisés

33L’information présentée est le résultat du travail de terrain effectué entre 2003 et 2004, auprès d’environ quarante membres des communautés choisies – La Chorrera, Araracuara, Peña Roja, Villa Azul et El Encanto principalement – qui vivent à Bogotá. Méthodologiquement, il s’agit d’une recherche qualitative s’appuyant sur la compilation des renseignements produits à la suite de la visite des lieux d’habitation et des lieux de rencontre, de l’analyse des activités quotidiennes et des célébrations qui ont eu lieu tout au long de l’année. Une autre partie de l’information présentée ici provient des témoignages de différents acteurs – professeurs, membres d’ONG ou individus liés aux Indiens – qui ont souvent facilité leur insertion. Ce travail articulera ces données empiriques aux études menées jusque-là autour de la question migratoire et identitaire en Amérique latine et en France, travaux qui ont fourni les éléments nécessaires et les approches pertinentes pour développer notre recherche.

34Nous avons retenu l’activité de chaque individu dans la ville comme critère de classification de la population prise en considération. Nous parlerons ainsi d’hommes et de femmes exerçant une activité professionnelle peu qualifiée, comme le ménage et la maçonnerie ; de dirigeants politiques militant dans des ONG ou des organisations politiques, d’étudiants, de guérisseurs exerçant la médecine traditionnelle en milieu urbain. En partant de cette classification, ce travail détaillera différents aspects de la vie quotidienne de ces groupes en se concentrant toutefois sur le premier groupe, celui des travailleurs, le plus nombreux et pourtant le moins connu car le moins étudié.

  • 6 J’utiliserai des noms fictifs afin de garantir l’anonymat des personnes ayant participé aux entret (...)

35Nous parlerons de « migrants » en référence à l’ensemble des Indiens résidant en ville, en raison du processus de déplacement qui définit leur statut, mais aussi en fonction du caractère transitoire du séjour des Indiens, comme le relèvent ces derniers. Nous nous inscrivons dans la lignée des travaux de Laurent Faret, où le concept de migrant, à la différence de celui d’immigrant, insiste sur la dimension dynamique du fait migratoire. Le migrant est celui qui migre, mais aussi celui qui a migré et qui entretient un certain rapport avec les lieux de départ et d’arrivée (2003 : 6). À travers les extraits d’entretiens et les histoires de vie insérés dans les chapitres, nous chercherons à mettre en valeur le point de vue des Indiens qui ont témoigné6. Nous souhaitons donc inclure la voix de tous ceux qui tiennent le rôle principal dans cette histoire, leurs opinions et leur façon de percevoir le thème de l’identité. Si la thématique de l’identité ethnique des migrants n’est pas un sujet facile à aborder, elle émerge dans les descriptions et les anecdotes de la vie quotidienne des Indiens en ville, en montrant que l’identité, davantage qu’un ensemble de traits objectifs, se construit au quotidien, dans les interactions avec d’autres acteurs et dans les actes de la vie ordinaire.

36L’identité ethnique, étant plus que jamais l’une des thématiques centrales de la sociologie et de l’anthropologie, sera ici comprise comme l’ensemble mobile des rapports visant à définir un « moi » différent des « autres ». Dans sa variable ethnique, c’est à partir d’un répertoire diversifié de caractéristiques, pratiques et perceptions socioculturelles que l’identité permet de définir une image de soi et des autres, c’est-à-dire une construction sociale de la différence.

37En liaison avec les défis de la question identitaire, Peter Wade (1997) distingue deux tendances pour approcher les phénomènes de l’identité : la première tend à la compréhension des contextes sociaux dans lesquels l’identité se développe (mouvements sociaux, nationalisme et mondialisation, par exemple) ; la deuxième s’attache à la dynamique propre de la construction identitaire. Ce mémoire, sans s’éloigner des contextes économique, social, politique et symbolique dans lesquels les phénomènes de la migration sont inscrits, s’oriente surtout vers la deuxième tendance. Ainsi, ce projet pose la question des façons concrètes par lesquelles les individus créent et utilisent leur identité.

38En s’inspirant de l’idée précédente, nous adhérons à la perspective situationnelle développée par des auteurs comme

39J. Clyde Mitchell (1969), Patricio Silva et Kees Koonings (1999) et du travail pionnier de Barth (1976). Cette approche théorique soutient que l’identité ethnique se construit par le biais des représentations sociales des acteurs, c’est-à-dire par leur façon d’interpréter la réalité afin d’établir une position en rapport à des situations déterminées (Jodelet, 1985). Cette notion sous-tend l’idée de construction d’une identité dans un contexte différent de celui du territoire traditionnel. L’identité répondrait aux situations particulières de la vie urbaine en accord avec la notion de sélection situationnelle proposée par Evans-Pritchard, selon laquelle un même groupe ethnique peut avoir différentes logiques d’action en fonction de la situation dans laquelle il est inscrit (cité dans Agier 2002 :10).

40Avant d’aborder la présentation des chapitres de ce mémoire, nous tenons à donner quelques précisions terminologiques.

41Tout au long de ce texte, nous insisterons sur le fait que s’identifier est nécessairement une action relationnelle placée dans un rapport de pouvoir. Nous reprendrons donc les concepts d’analyse de Peter Wade (1984) d’« identité imposée » (imposed identity) et d’« identité propre » (own identity). D’après l’auteur, le premier fait référence au lieu qu’occupe une certaine identité, ainsi qu’à la façon dont elle est qualifiée par le reste de la société, alors que le deuxième se développe dans le cadre du groupe immédiat de socialisation.

  • 7 Ces deux termes seront utilisés indistinctement tout au long du texte. Il faut néanmoins clarifier (...)

42En fonction des particularités du cas de migration et de réélaboration d’identifications que nous allons aborder, nous définirons le « groupe ethnique » comme un ensemble de personnes dont l’association ne se caractérise pas par son degré de différence, mesurable ou observable avec d’autres groupes, mais parce que ceux qui en font partie et ceux qui sont à l’extérieur le considèrent comme tel (Hugues, 1996, dans Cunin 2004). Les concepts associés comme Blanc, Indigène ou Indien7, ne feront pas référence à des dénominations raciales « objectives », mais à des concepts idéologiques qui dépassent les attributs physiques, même s’ils se servent d’eux. Il s’agit, d’après Élisabeth Cunin (2004) et Margarita Chaves (1998) de catégories cognitives, héritées du colonialisme, qui se constituent à partir des perceptions sociales de la différence physique, mais aussi de la différence sociale.

  • 8 Même si le concept de communauté imaginée popularisé par Benedict Anderson (1996) provient de l’an (...)

43En ce qui concerne le terme « communauté », une dernière précision doit être faite. Tout au long de ce texte, nous utiliserons ce mot selon deux acceptions. D’abord, dans le sens du langage quotidien des Indiens, où la communauté fait référence au lieu d’origine (La Chorrera, Araracuara, etc.). Ensuite, dans le sens d’une collectivité où les liens entre les membres se définissent à partir des référents culturels, symboliques ou matériels permettant ainsi un sentiment de cohésion et d’appartenance8.

Du Resguardo Predio Putumayo à la ville de Bogotá

44La région du medio río Caquetá-Putumayo a hébergé pendant des siècles les groupes indigènes connus comme « les gens du centre » ou « les gens de la coca et du tabac ». Nous commencerons notre réflexion par une approche de ce territoire en exposant le processus historique de contact. Le premier chapitre cherchera donc à montrer les différentes réalités des migrants avant leur départ vers la ville ainsi que les acteurs et les facteurs du changement culturel qui ont eu une très grande influence sur le destin des populations indigènes de la région.

45Dans le deuxième chapitre, nous approfondirons le processus de migration indigène. En commençant par le voyage à proprement parler, nous nous occuperons de l’insertion dans la ville, pour ensuite nous concentrer sur la question des représentations de la vie urbaine et de la communauté indigène. Nous tenterons tout au long de ce chapitre de nous rapprocher de la vie quotidienne des Indiens dans la métropole avant de finir par une réflexion sur la construction des réseaux sociaux et des enclaves ethniques à Bogotá.

  • 9 L’ambil est un produit composé de feuilles de tabac cuites mélangées à des sels végétaux. Le mambe(...)

46Les migrants indigènes, une fois établis à Bogotá, s’insèrent de manière différenciée dans les dynamiques de l’espace urbain. Le troisième chapitre montrera les stratégies identitaires mises en pratique par les migrants sur la base d’un discours de naturalisation. Par cette forme spécifique de reconnaissance, les Indiens construisent un « nous » permettant de garder des liens avec la communauté d’origine. Nous examinerons le rôle tenu par les éléments de consommation culturelle, comme le mambe et l’ambil9, mais aussi par d’autres facteurs symboliques comme la fierté ethnique ou encore quelques éléments resignifiés appartenant au domaine de la tradition.

47L’identité ethnique étant le thème transversal de ce travail, nous l’examinerons dans notre conclusion. Nous verrons comment la notion d’identité ethnique, telle qu’elle a été définie dans les études antérieures, pose problème pour comprendre des phénomènes sociaux comme la migration des groupes indigènes. Dans cette dernière partie, nous réfléchirons sur le rôle et la nature de l’iden

Notes

1 Les invasiones sont les concentrations urbaines résultant de l’occupation illégale d’un terrain proche de la ville.

2 Le terme paisano fait référence à la manière dont les indigènes des communautés choisies se qualifient face aux personnes non indigènes. Les implications de ce terme, utilisé dans les territoires indigènes amazoniens mais aussi dans la ville de Bogotá, seront examinées au troisième chapitre.

3 Sánchez (2004).

4 Le cabildo est une figure politique d’origine coloniale. Aujourd’hui, le cabildo est une entité publique spéciale dont les membres font partie d’une communauté indigène, élus et reconnus par celle-ci. Sa fonction est de représenter publiquement la communauté et d’exercer l’autorité en accord avec les coutumes et traditions du règlement interne de chaque groupe indigène.

5 Il faut préciser que, dans le cas colombien, il existe un processus de migration indigène forcée très significatif, d’abord rapporté aux projets de développement, à l’expansion du processus de colonisation et, plus récemment, aux pressions des groupes armés (AUC et FARC) sur les territoires indigènes. Nous utiliserons ici le terme de « migration volontaire », en référence aux processus de mobilité qui ne répondent pas forcément aux menaces directes contre la vie ou contre les territoires des personnes en question, sans pour autant perdre de vue que si ses mobilisations répondent plutôt à un choix personnel, celui-ci est directement influencé par des rapports de pouvoir fort inéquitables entre les Indiens et la société nationale.

6 J’utiliserai des noms fictifs afin de garantir l’anonymat des personnes ayant participé aux entretiens.

7 Ces deux termes seront utilisés indistinctement tout au long du texte. Il faut néanmoins clarifier que dans le cas colombien, à la différence du cas français, le terme indigène est reconnu comme terme formel de désignation des membres des groupes autochtones, notamment à partir de la Constitution de 1991, le terme Indien ayant parfois une connotation coloniale ou péjorative.

8 Même si le concept de communauté imaginée popularisé par Benedict Anderson (1996) provient de l’analyse du nationalisme, nous l’utiliserons ici afin de réitérer que les groupes créent des marqueurs de différenciation qui ne sont pas nécessairement objectifs, mais qui, par le biais de processus mentaux, définissent des frontières mobiles entre les collectivités.

9 L’ambil est un produit composé de feuilles de tabac cuites mélangées à des sels végétaux. Le mambe est une poudre fine faite de feuilles de coca pulvérisées et mélangées à des cendres végétales.

© Éditions de l’IHEAL, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540