Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une rencontre dans les fastes de l'Amérique ?

 | 
Hélène Veber

Conclusion

Texte intégral

1La visite de Roca à Rio de Janeiro en août 1899 a permis à l’État brésilien de mettre la nation en scène. Cet acte international est devenu une occasion pour le pays d’ouvrir ses portes et de construire un spectacle de prestige. Tout était mis à contribution pour édifier une idée d’unité nationale et pour propager un sentiment américaniste brésilien. Cette théâtralisation politique a eu une forte médiatisation et une mobilisation symbolique considérable, constituant une nouvelle image du rôle du Brésil dans le continent. Ainsi s’est construit « l’événement », contribuant à l’édification de l’imaginaire collectif sur le destin national dans la région, ce qui a peut-être été sa conséquence politique majeure. Ainsi, la construction de l’événement est observable dans sa théâtralisation diplomatique. Les relations internationales sont le résultat des représentations des nations sur une ou des scènes qui dépassent leurs limites territoriales. La nation, cette entité symbolique et très abstraite, prend dans ce cadre une valeur presque personnifiée qui représente un peuple dans une ligne de temps qui dépasse l’existence des hommes. Ainsi, le prestige devient inhérent aux relations internationales, puisqu’il représente à la fois la valeur qu’on attribue à la nation, et à la fois l’ambition que celle-ci se donne dans une échelle de représentations. Dans l’événement diplomatique étudié, l’ambition de prestige international était présente pour chaque nation en jeu. Ce prestige était rattaché au terme de civilisation, qui signifiait à l’époque une marche évolutive des sociétés vers un idéal (semblable à celui qu’on appelle aujourd’hui développement). L’idéal-type civilisé était un synonyme de puissance et dépassait donc une simple idée de mesure de forces en englobant tous les pans de la société. Il n’était pas restrictif au Brésil, puisqu’il avait une valeur comparative qui se voulait universelle. Dans les problématiques de formation des États-nations sud-américains, cet idéal-type est apparu pour les élites locales comme étant l’objectif à atteindre. Les liens profonds qui reliaient l’Amérique à l’Europe – les échanges perpétuels qui allaient dans les deux sens, commerciaux, scientifiques, migratoires, etc. – placent l’étude des concepts politiques sud-américains dans une dynamique occidentale, et non dans une périphérie restreinte par les tropiques comme l’historiographie a pu avoir tendance à le faire. La question de civilisation ne mobilisait pas seulement les États sud-américains, mais était la vision occidentale et universaliste qui était souhaitée pour le monde. Cette image civilisée est celle qui a été recherchée par le Brésil dans la construction de l’événement. C’est pourquoi penser à la représentation internationale de la nation nous a amené à réfléchir sur un débat national, dans une dichotomie entre « Nous » et « les Autres ».

  • 1 El Diario, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 31/01/1900.
  • 2 Terme utilisé par le ministre des Relations extérieures de l’Argentina, Mr. Alcorta, et publié par (...)
  • 3 « Malhando », O Malho, le 20 septembre 1902, ano 1, n° 1, Rio de Janeiro, p. 5.

2Dans cette affaire diplomatique, « l’Autre » était clairement l’Argentine. La visite d’un chef d’État de ce pays au Brésil créait en elle-même un effet d’exceptionnalité, puisque les relations entre les deux pays n’avaient pas été des plus cordiales tout au long du xixe siècle. Ainsi, dans la construction de l’événement, il y a eu une volonté évidente de construire une nouvelle image de la nation voisine et des relations bilatérales. L’accent était mis sur la construction d’une communauté d’existence et de destin. Cependant, comme disait René Girault, « les transformations des mentalités sont en effet plus lentes que les revirements des tactiques diplomatiques » [Girault, 1998, p. 150]. Dès 1900, cette communauté exprimée en 1899 était déjà remise en cause, alors même que Campos Salles se rendait à Buenos Aires. Si cette construction de communauté s’est faite à travers la presse dans la temporalité des rencontres, il semble également que c’était ce même média qui véhiculait les idées de distinction entre les uns et les autres. Les titres argentins semblent avoir construit en octobre 1900 la même idée d’unité qu’avaient exprimée les journaux brésiliens en août 1899. Du « nid d’infection » évoqué en mars 19001 à un Brésil « solidaire » de la République Argentine en octobre de la même année2, la tentative était celle de déconstruire un imaginaire de rivalité, ou mieux, de créer une communauté entre les deux nations, afin de justifier l’entreprise diplomatique. Barbosa défendait par exemple en 1899 l’idée d’une lutte commune entre les deux pays, avant d’évoquer en 1900 les divergences des intérêts internationaux de chaque nation. La guerre du Paraguay, utilisée comme symbole d’amitié entre les deux États fortement relayé par la presse lors de la rencontre de Rio de Janeiro, était également source tout autant publicisée de discorde entre les deux nations. Les disputes entretenues entre le Jornal do Commercio et La Nación en 1902 quant aux héros de cette guerre [Doratioto, 2002, p. 299-300] contrastent avec les efforts déployés pendant les rencontres pour souligner l’alliance militaire. Le premier numéro de l’hebdomadaire satirique brésilien O Malho de septembre 1902 faisait référence au traitement du Brésil dans la presse argentine, évoquant une caricature publiée dans la revue Guignol, représentant le pays en singe3. Dans ses nombreux numéros, ce singe n’a pas cessé de critiquer la presse argentine et de donner son avis sur la politique extérieure brésilienne. Il est visible ainsi que les propos tenus par la presse durant les rencontres diplomatiques n’ont eu de valeur que dans la temporalité de chaque rencontre.

3Les propos de la presse avaient une importance primordiale dans la construction de « l’événement » car les journalistes étaient les médiateurs principaux de cette affaire internationale. Leur participation était voulue par les dirigeants, qui les ont invités à prendre part aux festivités. Malgré leur absence dans le protocole diplomatique, il semble finalement qu’ils étaient les acteurs principaux du spectacle. En effet, il était voulu que cette affaire diplomatique soit une affaire publique, créant une rupture avec la traditionnelle diplomatie de chancellerie. Comme René Girault l’avait remarqué, ce genre de spectacle était peu commun jusqu’à la fin du xixe siècle. Il se posait la question de savoir si cette mise en forme des relations diplomatiques était liée, sans que les dirigeants et la presse en soient conscients, à l’exercice de la démocratie. Dans ce sens, il faudrait savoir s’il ne s’agissait pas d’une volonté de chercher une légitimité populaire dans les affaires de relations extérieures, ou si l’esprit démocratique régulait de plus en plus les actions politiques dans toutes les strates du fonctionnement du gouvernement ? Il semble que l’un n’aille pas sans l’autre. La volonté d’ouvrir la diplomatie au public était claire et entrait en jeu dans la justification du voyage. Il semble de même que la recherche d’un appui populaire à toute action politique faisait de plus en plus partie des processus de légitimation du pouvoir. Il est possible d’identifier deux intérêts majeurs pour les dirigeants à vouloir ouvrir au public les affaires diplomatiques. D’une part, le fait que les discours des dirigeants dans les relations internationales n’étaient plus uniquement les discours des États, mais surtout les discours des peuples, offrant une nouvelle légitimité politique aux chefs d’État. Lors de la rencontre bilatérale, les dirigeants se sont par exemple appuyés sur un discours pacifiste, de plus en plus répandu et permettant une facile approbation du public, afin de non seulement justifier leur action mais surtout de la rendre honorable. D’autre part, l’ouverture de la chose diplomatique permettait de nombreux débats et commentaires qui devenaient un outil de dissuasion dans un contexte de méfiance comme celui de l’Amérique du Sud. Cependant, cette ouverture est à nuancer ; le spectacle devenait public, mais les sphères décisionnelles restaient encore dissimulées. Il est intéressant de remarquer la rareté de documents officiels sur cette rencontre, la presse devenant de fait la plus grande source pour sa reconstitution. Lors du voyage de Campos Salles à Buenos Aires, Barbosa critiquait d’ailleurs le manque de précisions quant aux motivations de la visite présidentielle. En citant un journaliste français qui évoquait la rencontre franco-russe de 1897, il faisait de ses mots les siens :

  • 4 Rui barbosa, « Pactos e prosas », A Imprensa, le 10 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, (...)

« Que renferme cette alliance ? Nous n’en savons rien. Nous sommes, à ce propos, face à un mystère existant depuis longtemps. Les mystères, naturellement, suscitent les soupçons. Soit, que l’Empereur de Russie, souverain autocrate, cache à ses vassaux les secrets du cabinet impérial. Mais le peuple français est souverain : les députés, les ministres, le président de la République, ne sont rien d’autre que les mandataires de cette souveraineté. La nation a le droit de savoir où mène l’alliance russe, ce qu’elle exige, ce qu’elle promet. Il ne convient pas qu’une nation souveraine soit gouvernée comme une nation sujette. Il ne doit pas prévaloir dans les républiques les coutumes politiques des monarchies4. »

4Au-delà de la légitimité recherchée par les dirigeants, les esprits étaient de plus en plus marqués par la volonté de démocratiser tous les pans de l’action gouvernementale. Barbosa faisait ainsi appel à la fois à cette ouverture des affaires internationales, et profitait d’un champ de débat supplémentaire pour imprimer son opposition à Campos Salles. Ce genre de discours avait d’autant plus de résonance dans un pays marqué par un passé récent de monarchie impériale.

5Cette rencontre était en effet un moyen pour la République brésilienne d’assurer une nouvelle image de la nation, en son sein et à l’extérieur, quant à sa place dans le continent. L’Empire brésilien avait entretenu une image de rupture avec les autres États du continent, dans l’objectif de fonder sa légitimité dans une proximité avec l’Europe. Dans un contexte de consolidation de l’État républicain et de la nation brésilienne, l’Empire devait apparaître comme un régime arriéré, sans pour autant remettre en cause son importance dans l’histoire nationale. La nation devait apparaître comme étant intemporelle, tandis que les régimes politiques devaient rester des étapes séculières de son évolution. Ainsi, la République n’a pas remis en cause les fondements du patriotisme construits par l’Empire, mais sa forme de gouvernement en cherchant des ruptures dans l’action politique. Le rapprochement avec les États américains est apparu comme une nouvelle légitimité républicaine, qui se basait sur la rupture avec l’Empire et dans la continuité avec le reste du continent. La rencontre diplomatique avec l’Argentine à Rio de Janeiro semble avoir été la première grande occasion symbolique d’affirmer cette nouvelle orientation dans une image de coopération. La forte teneur américaniste des discours semble avoir été une première, non pas forcément dans les propos tenus, mais dans leur abondante production dans un court terme, et dans l’unanimité de leur utilisation. Cela, en plus de la publicisation de la primauté de ce genre de rencontre en Amérique et de la participation de la nation non seulement comme étant actrice mais également comme étant la scène de cette occasion, permettait au Brésil de se placer au-devant du débat interaméricain. Le discours de coopération avait moins pour objectif de construire une réelle idée d’amitié que de s’assurer une place importante dans les relations interaméricaines et dans ce sens rechercher une place d’hégémonie dans le continent. La mise en forme et la mobilisation collective qui en ont découlé ressemblaient à une fête nationale et les outils de sa conception rappellent ceux employés par la propagande politique, qui sont devenus monnaie courante pendant le xxe siècle. Il ne nous a pas été possible de déterminer s’il y a eu une volonté centralisée d’organiser une propagande nationale. Étaient-ce les prémices d’une mise en forme propagandiste ou d’un patriotisme exacerbé par la formation d’une scène internationale au sein de la nation ? Nous ne savons pas, par exemple, si des fonds ont été versés aux organes de presse, ou si des directives ont été données à ceux-ci dans un objectif d’uniformisation des discours. Cependant, il y a eu une volonté claire de propager une certaine image de la nation et de ses rapports avec les autres.

6Cette étude, en ayant eu en perspective d’autres rencontres qui constituaient le cadre des relations du cône Sud, a mis en avant un contexte de méfiance qui régulait les rapports de forces entre les États. Certaines analyses politiques placent ces rencontres comme étant à l’origine du traité ABC de 1915, cependant, si une union de principe entre les trois pays apparaît dans les discours brésiliens de 1899, il n’est fait nulle part référence à une institutionnalisation de cette association. Parler de ces rencontres comme étant à l’origine de l’ABC sans une étude plus large de l’époque prend le risque de confiner à l’anachronisme. La question qui peut alors se formuler est de savoir si la signature de ce traité n’était pas plus le résultat d’un contexte de compétition interétatique que d’une réelle volonté de rapprochement. L’intensification des échanges diplomatiques, dont ce tournant de siècle semble avoir été témoin, met en avant un contexte des relations interétatiques dans le cône Sud différent de celui du xixe siècle. Ces relations n’étaient plus déterminées par la recherche d’une distinction visant à la construction des États-nations, mais par une recherche stratégique de la consolidation de ces États et de leur rôle dans le contexte continental.

7Les termes de la compétition entre les États avaient changé, passant de la recherche d’une hégémonie territoriale à celle d’une hégémonie diplomatique. Les discours d’union fraternelle prononcés lors des rencontres étaient en paradoxe avec le contexte de méfiance qui déterminait les relations entre les États. Dans ce sens, il semble qu’il s’agissait plus d’un discours d’ouverture à la coopération dans l’objectif de se placer sur le devant de la scène sud-américaine plutôt que d’un discours d’alliance proprement dit.

Notes

1 El Diario, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 31/01/1900.

2 Terme utilisé par le ministre des Relations extérieures de l’Argentina, Mr. Alcorta, et publié par A Imprensa dans l’artiche de Rui barbosa, « Sancho, o escudeiro », A Imprensa, le 11 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 65.

3 « Malhando », O Malho, le 20 septembre 1902, ano 1, n° 1, Rio de Janeiro, p. 5.

4 Rui barbosa, « Pactos e prosas », A Imprensa, le 10 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 56.

© Éditions de l’IHEAL, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540