Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une rencontre dans les fastes de l'Amérique ?

 | 
Hélène Veber

Troisième partie. Un système international sud-américain

Chapitre 6. Paix armée

Texte intégral

  • 1 « Telegrams, Rio de Janeiro », The New York Times, le 1er mars 1900, New York.
  • 2 « Lettres de Buenos Aires », Le Temps, le 2 juin 1900, Quatrième année, n° 14238, Paris, p. 2.
  • 3 Nous n’avons pas eu accès à la presse de Buenos Aires, mais Rui Barbosa dans ses articles publiés p (...)
  • 4 « Politica de paz », O Paiz, le 27 octobre 1900, ano XVII, n° 5864, Rio de Janeiro, p. 1.

1Malgré les prédictions de la presse, une rencontre entre les présidents des trois pays n’a en effet jamais eu lieu à cette époque. Errázuriz n’était pas présent lorsque Campos Salles s’est rendu à Buenos Aires en octobre-novembre de 1900, dans un geste considéré par les contemporains comme étant de la courtoisie internationale envers Roca et la République Argentine. Cette visite s’est déroulée selon un scénario similaire à celui réalisé un peu plus d’un an auparavant à Rio de Janeiro. Il s’agissait d’un Voyage Officiel, selon la définition de René Girault ; la mobilisation étant générale, la population, la presse, et l’appareil d’État étaient mis à contribution pour accueillir le chef d’État étranger. L’idée de prestige international était au-devant de la scène ; Buenos Aires s’était tout autant préparée que Rio de Janeiro pour représenter la nation, accueillir le voisin et la communauté internationale en son sein. Le New York Times du 1er mars de cette année racontait qu’un ingénieur avait été spécialement engagé pour s’occuper de l’embellissement de la ville1, et Le Temps du 2 juin évoquait « une armée de quatre à cinq mille Napolitains [travaillant] avec une activité toute napolitaine au nettoyage des monuments publics, à l’aménagement et au pavage des rues »2. L’ébullition qui a agité la capitale porteña peut se traduire en partie par ce que Carlos Marques Santos expliquait à propos de Rio de Janeiro. Il parlait d’une certaine compétition entre les deux capitales sud-américaines, visant à s’imposer parmi les plus brillantes cités mondiales [Santos, 2000, p. 174]. Cette rencontre s’est aussi construite sur le même système discursif de témoignage d’une histoire commune et de marche vers la civilisation3. Les festivités ont également été diverses et variées afin de permettre à la société argentine de se faire connaître dans ses principaux aspects à la délégation brésilienne. Enfin, la participation populaire fut particulièrement remarquée par le journal O Paiz : « Les fêtes promues à Buenos Aires pour la réception du Dr Campos Salles, ont perdu leur caractère officiel et les cérémoniaux d’étiquette, pour devenir spontanément populaire4. » Ce fort engouement permettait à la fois d’appuyer une certaine considération de l’Argentine envers le voisin brésilien, et de mettre en relief les discours « d’union des peuples » qui ont également été présents dans cette mise en scène du politique.

2Cependant, malgré toute la solennité de la rencontre, il semble que la vision brésilienne sur le contexte sud-américain avait légèrement changé. Les relations chiléno-argentines ne s’amélioraient pas, au point de frôler la guerre en décembre 1901, et contrairement à l’espoir de paix qui s’était développé en 1899, les intellectuels brésiliens se méfiaient de plus en plus du cours qu’elles prenaient. Face à cette situation une partie de la presse brésilienne, qui reconnaissait que ce voyage ne pouvait qu’améliorer les relations Argentine-Brésil, mettait en doute le bien-fondé de la réalisation d’une telle entreprise d’amitié bilatérale dans une époque troublée. Barbosa, qui écrivait toujours pour l’Imprensa, critiquait ardemment les positions prises par le gouvernement brésilien dans la capitale platine. Pourquoi un tel changement dans l’enthousiasme des organes de presse fluminense entre deux événements en apparence très similaires ? D’abord, il semble que la presse était particulièrement honorée de la première visite officielle d’un chef d’État dans la capitale brésilienne. Le rayonnement de prestige que celle-ci apportait a probablement occasionné l’euphorie de la presse. En ce sens, il est à remarquer que c’était moins la présence des représentants argentins que celle d’une délégation internationale qui constituait l’inédit de la situation. Une certaine discipline diplomatique de la presse a pu naître de cet événement prestigieux, contribuant elle-même à sa façon au rayonnement national. Enfin, la perception du contexte national et régional semblait avoir changé. La présidence de Campos Salles désormais bien installée suscitait une critique intérieure de plus en plus croissante. En 1899, la rencontre internationale alimentait un certain espoir de paix contribuant au prestige international de la nation. En cette année 1900, les esprits étaient plus tempérés quant aux tenants et aux aboutissants d’une telle entreprise. La vision de la situation régionale sud-américaine dépendait des principes politiques et les critiques traduisaient les tensions autour de la politique extérieure du pays. Il est ainsi décelable dans les réactions immédiates et parfois divergentes de la presse un imaginaire collectif d’une ambition d’affirmation du Brésil comme puissance américaine, garante de la paix continentale.

3La presse internationale était revenue de ses soupçons d’une éventuelle triple alliance contre les États-Unis et envisageait alors une coalition contre le Chili. En effet, en associant le voyage à Rio de Janeiro et le voyage à Buenos Aires, la presse faisait ressortir une idée de méfiance réciproque dans le système international sud-américain. Ces deux visites mises en perspectives permettent de mettre en relief un contexte de méfiance qui régnait en Amérique du Sud et pesait sur tous les mouvements de la politique internationale.

Un enthousiasme mitigé

4Le voyage de Campos Salles à Buenos Aires, bien qu’il ait mobilisé la presse brésilienne et a fait émerger un discours de paix internationale, n’a cependant pas suscité la même unanimité que lorsque Roca a séjourné au Brésil. Si le Jornal do Commercio et O Paiz sont restés sur la même ligne éditoriale enthousiaste, le Jornal do Brasil et l’Impresa, par l’intermédiaire de Barbosa, ont émis quelques réserves. Il ne faut pas oublier que le Jornal do Commercio était le principal organe de soutien de Campos Salles, et que O Paiz était un journal républicain et américaniste, qui est resté pendant longtemps aux mains de Quintino Bocayuva, un de ses co-fondateurs et alors l’un des principaux personnages de la délégation. Le Jornal do Brasil, pour sa part, avait une ambition de journal populaire et avait récemment apporté des modifications techniques à sa formule qui laissaient plus de place à la caricature [Fonseca, 2008, p. 1537], le dessin devenant un vecteur fondamental des informations qu’il communiquait. Lors du voyage de Campos Salles, ce journal publiait d’un côté des télégrammes décrivant traditionnellement les événements de Buenos Aires, et de l’autre teintait son message éditorial d’une pointe ironique et critique par l’entremise de ses illustrations. Ainsi le 24 octobre, jour de la réception de la délégation brésilienne à Buenos Aires, le Jornal do Brasil a publié l’illustration ci-après imaginée (et imagée) représentant les délégués brésiliens sous une cloche de verre au milieu de la foule argentine. Cette mise en scène comique faisait référence à une affaire qui avait entaché l’organisation de la rencontre présidentielle. En effet, une épidémie de peste bubonique avait éclaté dans la ville portuaire de Rosario en février de cette année. Des tergiversations sur les dates d’arrivée de Campos Salles et les raisons du retard ont engendré de nombreux débats et rumeurs dans la presse, et montraient quelques dissensions dans les relations Brésil-Argentine.

Image 1. Amigos, Amigos… Bubonica á parte

Image 1. Amigos, Amigos… Bubonica á parte

In Julião Machado, Jornal do Brasil, le 24 octobre 1900, ano X, n° 297, Rio de Janeiro, p. 1.

  • 5 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 31/01/1900.
  • 6 HI, Ofícios de Buenos Aires, février et mars 1900.
  • 7 « Lettres de Buenos Aires », Le Temps, le 2 juin 1900, Quatrième année, n° 14238, Paris, p. 2.
  • 8 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 31/01/1900.
  • 9 El Diario, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 31/01/1900.
  • 10 « Lettres de Buenos Aires », Le Temps, le 2 juin 1900, Quatrième année, n° 14238, Paris, p. 2.
  • 11 Rui barbosa, « A duração da quarentena », A Imprensa, le 19 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui barbo (...)
  • 12 « Lettres de Buenos Aires », Le Temps, le 2 juin 1900, Quatrième année, n° 14238, Paris, p. 2
  • 13 Julião Machado, « Amigos, amigos… bubonica á parte », Jornal do Brasil, le 24 octobre 1900, ano X, (...)

5En réaction à l’épidémie, le Brésil avait appliqué des mesures de quarantaine envers les navires argentins5, provoquant de fortes critiques de la part du gouvernement et de la presse de Buenos Aires6 qui considéraient ces mesures exagérées et peu pertinentes. Au même moment, des rumeurs selon lesquelles Campos Salles faisait ajourner son voyage ne sont pas venues contribuer à apaiser cette affaire. Effectivement, il semble que le président brésilien était attendu en mai 1900, et devait participer aux fêtes nationales argentines, si l’on en croit le correspondant du Temps7. Cavalcanti Lacerda, pendant les mois de février et mars, relayait à son ministère de tutelle les nombreux articles de la presse porteña quant à la réaction brésilienne face à l’épidémie. Le journal El Diaro, présenté par cet ambassadeur comme étant particulièrement virulent envers le Brésil8, avait publié un article pour dénigrer l’attitude brésilienne ; la situation semblait au rédacteur complètement absurde puisqu’il considérait ce pays comme étant un « véritable nid de maladies infectieuses »9. Les questions sanitaires étaient en effet un sujet d’anicroches perpétuelles entre Argentins et Brésiliens10. Le général Roca lui-même fut mis en quarantaine avec toute sa délégation alors qu’il revenait de Rio de Janeiro, en août 1899, en raison d’un cas de peste qui s’était déclaré sur un navire faisant la liaison entre la capitale brésilienne et Lisbonne11. Une précaution sanitaire drastique pouvait ainsi se transformer en un sentiment de manque de confiance, même lors d’occasions diplomatiques de cette envergure, signe du climat de méfiance des relations bilatérales. Les questions sanitaires étaient particulièrement délicates, dans la mesure où elles touchaient au cœur de la logique civilisatrice de l’époque, et donc des valeurs de prestige international de la nation. Le correspondant du Temps faisait remarquer que les commissions d’hygiène des deux pays s’envoyaient des messages d’animosité à peine voilée en plaçant en quarantaine les navires venant des ports voisins. Le journaliste se plaignait de l’effet désastreux que cela avait sur l’économie et la politique, traitant ces mesures de « vexatoires et coûteuses autant qu’absurdes »12. Ainsi, la préparation du voyage d’octobre 1900 avait été entachée de ces petites querelles, et Julião Machado, illustrateur pour le Jornal do Brasil, ne s’est pas privé de les mettre en avant. Le titre « Amis, amis… Peste bubonique à part »13 mettait en contradiction les symboles de cette entreprise diplomatique et les affaires quotidiennes des chancelleries (Image 1). Cette caricature semble ainsi critiquer le gouvernement brésilien. Elle montre à la fois Campos Salles ne paraissant pas digne de la représentation nationale, et l’exagération de la réaction sanitaire, qui semble avoir été critiquée par les commentateurs brésiliens eux-mêmes.

6En effet, le gouvernement de Campos Salles subissait des critiques croissantes vis-à-vis de sa politique gouvernementale, notamment par rapport à sa politique économique. Une crise bancaire agitait fortement le pays dans cette année 1900. La République avait hérité en 1889 des difficultés financières de la monarchie. Les différents gouvernements qui ont suivi ont eu à faire face à d’importants problèmes de financement de la dette extérieure. Campos Salles avait fait de la réponse aux difficultés économiques un des principaux vecteurs de son programme présidentiel. À peine élu, il a effectué un voyage en Europe durant lequel il a fini par négocier un funding loan avec les plus importants créditeurs de l’État brésilien. Le Brésil a donc emprunté 10 millions de livres, garanties par les recettes douanières de Rio de Janeiro et d’autres ports, et interdisant de nouveaux emprunts pendant toute la période active de ce fond. Ainsi, Campos Salles et son ministre des finances, Joaquim Murtinho, ont établi un programme impopulaire d’austérité financière dans les dépenses de l’État. Cette sévérité économique a entraîné une crise financière ; les banques ne pouvaient plus imprimer de papier-monnaie, et devaient en brûler une partie afin de maintenir l’équilibre monétaire. Au cours de l’année 1900, cette situation et des manœuvres spéculatives ont entraîné des fermetures de banques, jusqu’à ce que le gouvernement assume le contrôle du Banco da Republica, premier pas vers sa restructuration en Banco do Brasil qui a eu lieu en 1905. La politique monétaire du gouvernement a été largement décriée, tant par les milieux financiers londoniens, principaux créditeurs étrangers, que par les opposants nationaux au gouvernement. Barbosa était par exemple un grand détracteur de la politique économique de Campos Salles. Mais ce ne sont pas seulement les Républicains qui ont fait entendre leur voix ; les monarchistes se sont élevés violemment en arguant que sous l’Empire, une telle politique aurait été impensable, essayant de profiter de l’impopularité du gouvernement [Abreu, 2002, p. 520-525].

  • 14 « Nouvelles de l’étranger-Brésil », Le Temps, le 21 octobre 1900, Quatrième année, n° 14378, Paris, (...)
  • 15 « Postergacion de la visita del Presidente brasileño », La Prensa, 10 avril 1900, in AHI, Annexe de (...)
  • 16 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 05/04/1900.

7Le 21 octobre 1900, jour du départ de la délégation brésilienne pour l’Argentine, Le Temps faisait parvenir un télégramme du Brésil, disant que « la crise des banques étant heureusement conjurée, le président Campos Salles [avait] pu entreprendre hier son voyage à Buenos Aires, qu’il avait dû ajourner en mars dernier, à cause du complot monarchiste »14. En effet, les rumeurs selon lesquelles Campos Salles retardait son voyage en raison de la peste ont très vite été évincées de la presse et remplacées par des soupçons de mouvements monarchistes. Contrairement à l’hypothèse sanitaire, La Prensa acceptait le contretemps diplomatique avec moins d’animosité, disant qu’un chef d’État ne devrait pas abandonner son poste « pendant que s’agitent dans sa patrie des questions vitales et gravissimes qui demandent sa présence et toute son attention mentale »15. Dans une de ses correspondances d’avril, Cavalcanti Lacerda a fait parvenir un article de la presse porteña qui envisageait la possibilité d’un coup d’État. Le journal parlait d’une possibilité de révolte pendant l’absence de Campos Salles qui l’empêcherait même de retourner à Rio de Janeiro16. Il est probable que ces soupçons de révolte monarchiste soient liés en partie à la crise économique en cours. Le jour du voyage, le caricaturiste Julião Machado épinglait ce départ qui avait lieu alors que les problèmes financiers n’étaient pas totalement résolus. Le navire de la délégation laissait la crise bancaire derrière lui, la Finance personnifiée restant au port de Rio de Janeiro.

Image 2. Boa Viagem

Image 2. Boa Viagem

In Julião Machado, Jornal do Brasil, le 21 octobre 1900, ano X, n° 294, Rio de Janeiro, p. 1.

  • 17 Julião Machado, « Boa Viagem », Jornal do Brasil, le 21 octobre 1900, ano X, n° 294, Rio de Janeiro (...)

« Je t’écrirais peut-être »
« Ne pleure pas ma chère amie, je ne resterai pas là-bas17… »

  • 18 Rui barbosa, « Alianças », A Imprensa, le 16 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras C (...)
  • 19 Ibid., p. 104-105.

8Les diverses caricatures du Jornal do Brasil n’allaient pas à l’encontre de l’entreprise diplomatique, mais pointaient les difficultés de l’actualité politique intérieure. Le contexte de méfiance dans les relations bilatérales entre Argentine et Brésil étaient mis de côté face au symbole que pouvait représenter un Voyage Officiel. Les illustrateurs mettaient souvent en scène les contradictions des ambitions présidentielles et la situation dans laquelle était le Brésil. De plus, les commentateurs ne semblaient pas apprécier le comportement du gouvernement face aux autres républiques du continent. Le plus virulent envers le voyage présidentiel était Barbosa. Il s’offusquait par exemple que certains eussent pu faire une comparaison entre les rencontres de Campos Salles et Roca et celle de Nicolas II et Felix Faure18. Girault disait, en prenant cette même rencontre franco-russe comme exemple, que la mise en scène des rencontres diplomatiques était devenue à la fin du xixe siècle un puissant moyen de mobilisation d’un imaginaire collectif dans l’objectif de faire transparaître une idée de proximité [Girault, 1981]. En faisant une comparaison des forces armées en Europe, le brésilien expliquait que d’une part l’Alliance franco-russe équilibrait la balance des forces avec la Triple Alliance, et que d’autre part la France et la Russie disposaient d’un statut paritaire de puissance au sein même de leur alliance. Cela n’étant pas le cas dans le contexte sud-américain, Barbosa mettait en garde contre les démonstrations d’amitiés trop affirmées qui se sont tenues à Buenos Aires en 190019.

« Si tu veux la paix, prépare la guerre »

  • 20 Rui Barbosa, « Boas-Vindas », A Imprensa, 8 novembre 1900, Rio de Janeiro. In Rui Barbosa, Obras Co (...)

« À son départ, il a été dit [à Campos Salles] que les quilles de ses navires allaient ouvrir dans l’histoire le sillage d’un “périple mémorable”. Au retour, on le saluait comme un triomphateur […]. S’il y avait des risques de lutte, de conflits imminents, de frontières en péril, tout est maintenant fini ; l’ange de la concorde plane sur l’Amérique du Sud ; et la figure suprême dans cette surprenante toile est le Brésil, par lui-même couronné arbitre, pacificateur et juge dans ce continent […]. Voici la version orthodoxe de l’affaire. »20

9Dans son article « Boas-vindas » écrit pour le retour de Campos Salles à Rio de Janeiro, Barbosa appelait l’opinion à se rendre compte de la situation en critiquant une version officielle très exagérée selon lui quant à la place qu’occupait le Brésil dans la réalité complexe des relations sud-américaines. En effet, si l’intellectuel n’avait rien écrit pendant tout le séjour diplomatique, au retour de la délégation, il se fendit d’une série de onze articles pour protester des positions prises par l’exécutif à Buenos Aires, qu’il considérait comme tendancieuses. Selon lui, le discours pacificateur du Brésil ne correspondait pas à la réalité du continent, ni à son rôle et à ses capacités d’influence.

10Depuis la fin des années 1880, les achats d’armements de l’Argentine et du Chili s’étaient développés de façon croissante, en particulier concernant les forces navales. À la fin de la guerre du Pacifique, l’Argentine s’est inquiétée de voir son voisin chilien s’imposer comme une puissance militaire régionale importante. Par conséquent, le gouvernement argentin a investi dans la modernisation de son matériel naval, au point que, à la fin du siècle, les deux pays comptaient parmi les sept plus puissantes flottes de guerre mondiales [Lacoste, 2004, p. 55]. Selon Carlos Escudé et Andrès Cisneros, le tonnage de la flotte platine a pratiquement doublé entre 1895 et 1898, passant de 24946 à 43078 tonnes. La flotte chilienne est passée de 33610 à 46082 tonnes sur la même période [Escudé et Cisneros, 2000]. Selon Seward Livermore, la flotte de l’Argentine totalisait 34425 tonnes en 1906, celle du Brésil 27661 tonnes, et celle du Chili 36896 tonnes [Livermore, 1944, p. 32]. En effet, à l’approche du nouveau siècle, s’installait en Amérique du Sud ce que Clodoaldo Bueno appelle une « paz armada » entre les trois pays. Si la possibilité du déclenchement d’une guerre restait plausible entre l’Argentine et le Chili, la modernisation des armées a eu surtout un effet dissuasif dans le maintien de la paix, et de l’équilibre géostratégique régional. Les correspondances diplomatiques brésiliennes concernant la puissance de l’armée argentine s’étaient interrompues depuis 1892, et reprenaient doucement leur cours à partir de 1898, preuve d’un intérêt comparatif grandissant du Brésil qui ne souhaitait pas rester hors course [Bueno, 1995, p. 240-249]. Par ailleurs, Campos Salles a refusé l’invitation du Tsar Nicolas II à la conférence de La Haye en 1899, sachant qu’il serait demandé aux États participants l’engagement de réduire leur investissement militaire. Il a donc préféré décliner la participation à un événement prestigieux, le Brésil étant le seul État sud-américain convié, plutôt que d’engager l’État dans une situation qui l’empêcherait de rattraper son retard [Cervo et Bueno, 2010, p. 169]. Il est possible d’expliquer ce retard en matière d’équipement militaire par certaines complications internes au pays. D’une part, la jeune République avait eu à faire face à ce qui est connu comme étant la Revolta da Armada, où une grande partie de la marine s’était révoltée contre le pouvoir, provoquant une fracture durable entre l’État et ses forces navales. D’autre part, la situation financière du pays ne favorisait pas l’acquisition massive d’armement. Ce retard n’a été inversé que dans la décennie précédant la Première Guerre mondiale.

11C’est dans ce contexte que Barbosa a axé une de ses principales critiques du voyage de Campos Salles à Buenos Aires. La délégation brésilienne était partie à bord de trois navires de guerre, le Riachuelo, le Barroso, et le Tamoio, qui ont été surnommés la « divisão branca » en raison de leur livrée blanche spécialement réalisée pour l’occasion, en symbole de paix. Barbosa déplorait cependant l’état des forces armées brésiliennes :

  • 21 Rui Barbosa, « Alianças », A Imprensa, 16 novembre 1900, Rio de Janeiro. In Rui Barbosa, Obras Comp (...)

« En voyant la Divisão Branca, les Argentins ont vu un peu moins que le tout, et dans ce presque tout, ils ont apprécié notre néant. Il nous reste peu pour être dans la même situation que le Portugal en 1679, lorsque le Padre Vieira écrivait dans une de ses lettres : “Notre armée, c’est-à-dire nos trois frégates…” »21

  • 22 Rui barbosa, « Sancho, o escudeiro », A Imprensa, le 11 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbo (...)

12En effet, la constitution des forces armées mondiales avait été modifiée dans la seconde moitié du xixe siècle. L’évolution des technologies militaires a transformé radicalement la façon de faire et de concevoir les conflits armés et l’équilibre des forces. Le poids démographique des nations dans le décompte de la puissance militaire pouvait être contrebalancé par un armement moderne. C’était probablement selon cette transformation, et la réalité de l’effort d’investissement de défense réalisé par les deux puissances voisines que Barbosa estimait la position relative du Brésil dans une échelle des forces en Amérique du Sud. Il considérait que, n’ayant pas une armée suffisante, le Brésil ne pouvait pas prétendre à une importance décisive, comme le faisait d’après lui le président. Campos Salles n’avait pas selon lui mesuré la réalité du rapport de forces qui soutenait le système sud-américain, et avait tenu des propos peu convenants, en utilisant les termes de solidaridade dans une conjoncture de méfiance réciproque22. Cela a engendré par ailleurs une montée des rumeurs sur la position exacte que le Brésil pourrait prendre ou prétendre occuper dans les débats concernant le Pacifique.

  • 23 Rui barbosa, « Nós e a questão do Pacífico - I », A Imprensa, le 13 novembre 1900, Rio de Janeiro. (...)
  • 24 Rui barbosa, « Alianças », A Imprensa, le 16 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras C (...)
  • 25 Rui barbosa, « Sancho, o escudeiro », A Imprensa, le 11 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbo (...)
  • 26 Rui barbosa, « Solidariedade Sul-americana », A Imprensa, le 12 novembre 1900, Rio de Janeiro, in R (...)

13En effet, la situation dans la zone Ouest du cône Sud ne s’améliorait pas. L’Argentine et le Chili n’en avaient pas encore fini avec leurs problèmes frontaliers. La Bolivie cherchait toujours de l’appui du côté de Buenos Aires en soutien de son affrontement avec le Chili. D’autre part, le Brésil entretenait lui-même des différends avec La Paz par rapport à la région d’Acre. Dans une balance d’intérêts et de différends, le Brésil devait logiquement se placer en faveur du Chili, position que Barbosa appelait de ses vœux dans ses divers articles. Il fustigeait en effet les actions de la Bolivie et justifiait les positions chiliennes23. Sans critiquer une entente cordiale avec l’Argentine, il considérait que le gouvernement brésilien ne devait donner aucun soupçon de préférence pour un camp ou pour l’autre, et qu’acter un rapprochement important avec l’Argentine risquait de réduire le Brésil à un rôle de client de Buenos Aires24. Il ajoutait qu’« au Brésil alors, désarmé et ronflant, trottant, sans même l’armure ni la lance de l’hidalgo de la Mancha [Don Quichotte], à l’arrière du champion de la justice, du chevalier des persécutés, quelle figure resterait, dans la paraphrase de Cervantes, sinon celle de Sancho l’écuyer sur sa mule de charge ? »25. Il défendait ainsi une position impartiale du Brésil face aux imbroglios du Pacifique, dans le but de maintenir l’autonomie de sa politique extérieure : « L’Atlantique, le Pacifique, et le Plata sont les trois forces de l’équilibre sud-américain. Nous ne devons pas, nous ne pouvons pas rompre en isolant rien que moralement l’un de ces trois éléments également chers à nos intérêts et à notre tradition26. » Barbosa ne critiquait pas le voyage en soi, mais les positions du président – ou le manque d’initiative de sa part face aux déclarations des argentins – quant aux enjeux des forces en Amérique du Sud.

  • 27 « Politica de paz », O Paiz, le 27 octobre 1900, ano XVII, n° 5864, Rio de Janeiro, p. 1.

14Pour le Jornal do Commercio et O Paiz, au contraire, ce voyage ne pouvait que consolider les relations d’amitié entre le Brésil et l’Argentine, et dans ce sens, apporter la paix dans le continent. « Puisse cette convivialité magnifique de deux peuples qui ne peuvent rien l’un à l’autre sinon la sincérité et l’affection, concourir à ce que se dissipe dans l’horizon politique de l’Amérique du Sud le cauchemar d’une menace à sa paix et à sa grandeur27 ! » Ainsi, cette version que Barbosa appelait « orthodoxe » plaçait le Brésil au-devant de la scène en garant de la paix. La différence essentielle entre ces deux positions brésiliennes réside dans la vision conjoncturelle et structurelle de la politique extérieure du pays. Cependant, dans les deux cas, il est visible une volonté d’assurer à la nation une position prépondérante dans les résolutions continentales. Les organes de presse qui soutenaient la politique gouvernementale voyaient dans le couple de rencontres bilatérales entre l’Argentine et le Brésil une occasion de mettre le pays au-devant de la scène, et comme le pivot des relations entre les trois puissances continentales. Barbosa, dans sa critique au gouvernement, considérait que la simple volonté de faire la paix ne suffisait pas, et en prenant en compte l’échelle des forces sud-américaines, il faisait appel à des positions plus affirmées qui seraient plus attentives au contexte de méfiance qui régnait dans les relations interétatiques.

Image 3. Traços e Troças

Image 3. Traços e Troças

In Bambino, Jornal do Brasil, le 28 octobre 1900, ano X, n° 301, Rio de Janeiro, p. 1.

  • 28 Bambino, « Traços e Troças », Jornal do Brasil, le 28 octobre 1900, ano X, n° 301, Rio de Janeiro, (...)

« [La République Orientale :] Il paraît que l’autre est un petit peu énervé contre moi ! Vous verrez que je ne l’aurai pas dans mes bras ! Ingrat !…
[Les deux présidents :] – Mon grand et noble ami, viens là dans mes bras !
Le Chili à part : – Si vous pensez que ces gestes de confiances m’importent28… »

15Le jeu fragile des amitiés en Amérique du Sud faisait réagir d’autres commentateurs brésiliens. Bambino publiait ainsi une illustration dans le Jornal do Brasil du 28 octobre 1900 qui mettait en scène une République uruguayenne contrariée par l’annulation de l’escale à Montevideo de la délégation brésilienne en route vers Buenos Aires (image 3). Il semble que quelques divergences avaient secoué les deux chancelleries à ce moment-là. Il illustre également un Chili condescendant envers l’effusion d’amitié entre les deux présidents argentin et brésilien. Bambino illustrait ainsi le contexte de méfiance qui régnait en Amérique du Sud, les colombes de la paix entourant une visite dont tous se défiaient.

Un continent sur le qui-vive

  • 29 Discours d’Aristide Maia face à la chambre des députés, in ACD, sessão do 02/08/1892, p. 47.
  • 30 Rui barbosa, « Alianças », A Imprensa, le 16 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras C (...)

16Tout au long du xixe siècle, les relations entre les États de l’Amérique du Sud ont été guidées par des hésitations d’engagement et un manque de confiance. Même les situations les plus favorables à des rapprochements n’ont pas échappé à cette défiance perpétuelle. La signature du traité de la Triple Alliance a par exemple difficilement vu le jour lors de la guerre du Paraguay malgré la présence d’un adversaire commun aux États belligérants. Un doute réciproque semble avoir prévalu à la signature du traité du 1er mai 1865, et se ressent dans les relations d’après-guerre : si une relative unité était maintenue au nom du passé, quelques tensions subsistaient. Cette permanence du doute dans les relations interétatiques sud-américaines peut même se lire dans les discours des plus fervents américanistes. Tandis qu’Aristide Maia défendait en 1892 l’idée de la définition d’une constitution brésilienne ouverte à une confédération américaine, les termes de la méfiance se glissaient dans son texte à la Chambre : « Fils de la même race, liés par les intérêts communs, nous ne devons en aucun cas avoir de haine contre eux. Nous devons rester sur nos gardes, nous devons garder de la méfiance ; mais en même temps nous devons effacer en eux la méfiance qu’ils ont de nous […]29. » Aristide Maia insérait ici une nuance importante à son idée ; il plaidait pour une Amérique unie, tout en appelant à rester légèrement sur la défensive. Il y a à cela plusieurs facteurs explicatifs. Les États-nations se constituent sur le principe de souveraineté. Il semble qu’en Amérique du Sud ce principe se soit structuré à la fois dans un cadre de décolonisation et dans une distinction des nombreux États émergents. Cette double antériorité historique et territoriale paraît avoir ancré une crainte de la dépendance et de la satellisation entre les États. Barbosa l’exprimait dans son analyse des relations du continent en 1900, et craignait de voir le Brésil réduit à un rôle de « client » de l’Argentine30. Miguel Angelo Scenna prête ce même sentiment aux hésitations de l’Argentine à signer le traité de Triple Alliance avec le Brésil [Scenna, 1975]. Dans cette suite d’hésitations réciproques, il est possible de voir des raisons de l’instauration d’une ambiance générale de méfiance, devenant presque une règle de fonctionnement dans les rapports inter-étatiques. Il est envisageable du reste qu’Aristide Maia affirmait la nécessité du soupçon entre les relations des pays d’Amérique pour nuancer son discours d’adhésion continentale vis-à-vis de ses collègues, peut-être peu enclins à de telles extrémités. Que ce soit par souci de modération ou une réelle appréhension, ce discours montre à quel point l’idée de méfiance réciproque était ancrée dans l’imaginaire collectif.

  • 31 AHI, Ofício ostensivo de Santiago, 03/6/1899.
  • 32 AHI, Ofícios ostensivos de Santiago, 12/08/1899 et 28/08/1899.
  • 33 AHI, Ofício ostensivo de Santiago, 28/08/1899.
  • 34 La Tarde, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Santiago, 12/08/1899.

17Cette méfiance ne semble pas se limiter entre les pays hispanophones et lusophones. Dès 1899, l’opinion chilienne, malgré les espoirs de paix et malgré la rencontre de son gouvernement avec celui de l’Argentine, surveillait de près les exaltations diplomatiques argentines-brésiliennes, à l’affût du moindre indice concret de ce rapprochement. João Pereira da Costa Motta qui avait remplacé Gomes Ferreira à l’ambassade de Santiago en juin 189931 a fait parvenir au ministère brésilien quelques articles de la presse chilienne pour faire connaître leurs réactions aux festivités de Rio de Janeiro en août de cette année-là32. Il disait que les interprétations étaient multiples, allant de l’hypothèse d’un plan offensif et défensif contre les États-Unis à un traité économique entre les deux pays hôtes33. Il avait également ajouté un article de La Tarde qui disait que les prétentions argentines étaient de modifier les alliances et le rapport de force sud-américain. Le journaliste considérait par ailleurs la politique de Roca « éminemment anti-chilienne » et n’avait pour lui qu’un objectif : « nous éloigner de nos amis naturels »34. En effet, l’historiographie a tendance à analyser l’intérêt de ces rencontres comme une volonté de l’exécutif argentin de faire émerger des soupçons d’alliance entre les deux États (Brésil et Argentine), dans l’objectif de dissuader le Chili de mener une politique agressive [Bueno, 1995 ; Escudé et Cisneros, 2000 ; Scenna, 1975].

  • 35 « Nouvelles de l’étranger-République Argentine », Le Temps, le 26 octobre 1900, Quarantième année, (...)
  • 36 Dans les divers articles de Rui Barbosa publiés dans la Imprensa en novembre 1900.
  • 37 « Telegrams, Washington », The New York Times, le 26 novembre 1900, New York.
  • 38 « Chile, Bolivia, Argentina », The New York Times, le 15 novembre 1900, New York.

18La presse internationale de l’époque s’était aussi penchée sur cette hypothèse. Le voyage de Campos Salles en Argentine a fait émerger des soupçons d’une possibilité d’alliance contre le Chili. Le Temps du 26 octobre 1900 analysait les commentaires de la presse argentine comme désirant faire croire que cette rencontre avait pour but « de mettre fin à la politique soi-disant agressive du Chili à l’égard des autres États d’Amérique du Sud »35. C’était ce genre de propos que Barbosa dénonçait comme étant consécutif d’un manque de clarté de la part de Campos Salles et de Roca sur les motivations exactes du séjour à Buenos Aires36. Ce flou, peut-être volontairement entretenu par les diplomaties argentines et brésiliennes, a suscité des interrogations et des rumeurs sur les intérêts de cette courtoisie internationale. Cette curiosité de la teneur des relations entre l’Argentine et le Brésil était d’autant plus importante en octobre-novembre 1900, en raison des évolutions de la situation de la région du Pacifique. Les journalistes se référaient à deux événements qui ont eu lieu en septembre de cette année ; l’instauration d’un service militaire obligatoire au Chili, et l’ultimatum lancé par ce dernier à la Bolivie quant à la question du territoire d’Antofagasta37. Le Chili exigeait la pleine souveraineté sur ce territoire en échange d’un accès ferré à l’Océan Pacifique pour la Bolivie. Ce contexte fébrile a engendré deux sortes d’analyses. La première envisageait un mouvement diplomatique international sud-américain visant à faire plier le Chili, considéré comme étant d’une « agressivité arrogante »38 envers ses voisins plus faibles ; la seconde nuançait cette agressivité chilienne et ne voyait pas de possibilité d’unité sud-américaine dans un contexte d’intérêts mêlés et parfois antagoniques.

  • 39 « Telegrams, Washington », The New York Times, le 26 novembre 1900, New York.
  • 40 « Nouvelles de l’étranger-République Argentine », Le Temps, le 2 octobre 1900, Quarantième année, n (...)
  • 41 « Telegrams, Washington », The New York Times, le 26 novembre 1900, New York.
  • 42 « Chile, Bolivia, Argentina », The New York Times, le 15 novembre 1900, New York.
  • 43 Rui barbosa, « Solidariedade Sul-americana », A Imprensa, le 12 novembre 1900, Rio de Janeiro, in R (...)

19L’équipement de l’armée chilienne additionné à une augmentation de ses effectifs par l’enrôlement par tranche d’âge représentait une augmentation significative de sa puissance militaire. D’après le New York Times du 26 novembre 1900, cette décision de recourir au service militaire avait engendré les réactions immédiates de l’Équateur et du Pérou, qui envisageaient de faire appliquer à leur tour cette mesure. Le journaliste prêtait cependant les inquiétudes majeures au Brésil et à l’Argentine, en raison du sentiment que « ce puissant armement du Chili n’était pas nécessaire contre des États affaiblis comme le Pérou, la Bolivie, l’Équateur et les autres républiques du nord, mais serait utilisé contre les voisins du Chili plus puissants, au sud »39. Le Temps avait noté par ailleurs le 2 octobre que l’Argentine envisageait une augmentation « considérable » de ses crédits militaires40. Malgré le discours de Roca tenu face à la chambre en 1899, il est possible que la conjoncture chilienne ait conduit l’exécutif argentin à modifier les orientations initiales de son programme. Dans le même article du New York Times, il était suggéré que la fin des différends frontaliers entre Rio de Janeiro et Buenos Aires menait à un alignement du Brésil sur la position argentine. La visite de Campos Salles à Buenos Aires y était évoquée comme ayant été l’occasion « d’envisager une unité d’action sur certaines de ces controverses sud-américaines en cours », et que « les différents mouvements avaient eu pour effet général d’établir une base commune entre la Bolivie, le Pérou, l’Argentine et le Brésil »41. Une dizaine de jours avant, le même journal publiait un article expliquant la situation chiléno-bolivienne en signifiant que la prise de position argentine dans le débat en faveur de la République enclavée « avait menacé de la formation d’une alliance anti-Chilienne avec les autres puissances d’Amérique du Sud »42. Cette version des faits était entretenue par la presse argentine. La Nación du 8 novembre, citée par Barbosa, proclamait un isolement du Chili en parlant d’un accord tacite entre six États du continent (Argentine, Bolivie, Brésil, Paraguay, Pérou, Uruguay). Le journaliste ne voyait dans la persistance du Chili à maintenir sa politique que la condamnation « à vivre dans une constante inquiétude de se consumer dans une vigilance martiale »43. L’intellectuel brésilien défendait le patriotisme du journaliste argentin, mais réfutait l’idée que les intérêts de la République Argentine aient pu se confondre avec ceux du Brésil.

  • 44 Ibid., p. 71-72.

« Mais, si de ces six États, cinq peuvent être intimement solidaires dans la prévention anti-chilienne, dans ce nombre ne doit pas être inclus le Brésil, qui n’a ni de contentieux territorial avec le Chili, ni ne se trouve sous l’ascendant de sa mésestime, ni ne peut renoncer à sa vieille amitié avec la puissance ultra-andine44. »

  • 45 « Cherchant quelqu’un à dévorer ».
  • 46 « Lettres de Buenos Aires », Le Temps, le 2 juin 1900, Quatrième année, n° 14238, Paris, p. 2.
  • 47 « Nouvelles de l’étranger-République Argentine », Le Temps, le 11 octobre 1900, Quarantième année, (...)

20Une autre vision s’opposait donc à cette hypothèse d’isolement du Chili. Plusieurs commentateurs, à l’instar de Barbosa, soulignaient l’importance des liens et des intérêts entre le Brésil et la République chilienne. Le correspondant du Temps ironisait même sur la découverte « en ces visites de courtoisie et bon voisinage les indices d’un vaste projet d’alliance pour combattre l’ambition du Chili, toujours quaerens quem devoret45 » et ajoutait que « les questions de douane et de quarantaine sont assurément bien plus importantes, à tous les points de vue, que les conceptions fantaisistes des profonds politiques »46. Le 11 octobre, le même journal publiait une analyse de la situation sud-américaine, qui montrait d’une part que la visite de Campos Salles dans des circonstances continentales troublées pouvait porter à confusion, mais que « le Brésil est un ami traditionnel du Chili : il est douteux qu’il soit entraîné dans une coalition contre lui. Il est du reste lui-même en contestation avec la Bolivie au sujet du territoire d’Acre dans le Haut-Amazone »47.

21Cette idée d’amitié inconditionnelle entre le Brésil et le Chili était largement évoquée par la presse chilienne, en opposition au récent rapprochement de l’Argentine envers le Brésil. Ainsi, en 1899, La Tarde chilienne mettait en parallèle un désintéressement brésilien face à de supposées ambitions argentines :

  • 48 La Tarde, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Santiago, 12/08/1899.

« Mais, si nous comprenons les desseins de l’illustre hôte de Campos Salles, nous savons aussi que le peuple brésilien n’ignore pas les prétentions jamais abandonnées des politiques de Buenos Aires sur la souveraineté de l’Uruguay ; Il sait que les sentiments d’amitié argentine sont trop récents pour être sincères ; que ses intérêts commerciaux et territoriaux ne sont pas compatibles avec ceux des voisins du Plata, et n’ignore pas, d’autre part, que l’opportunité de contrebalancer la prépondérance qui commence à se dessiner dans ce continent, rend nécessaire, aujourd’hui plus que jamais, la continuité de l’amitié chiléno-brésilienne. Il sait que les liens d’affection qui le lie à nous et qui, datant de tant d’années auparavant, sont profondément sincères, et qu’ils peuvent trouver des marchés de consommation réciproques dans leurs ports et sur nos plages48. »

  • 49 « Telegramas-Chile-Santiago », Jornal do Brasil, le 28 octobre 1900, ano X, n° 301, Rio de Janeiro, (...)
  • 50 Ibid.

22En 1900, le correspondant du Jornal do Brasil à Santiago analysait le comportement de la presse chilienne, notant que les journaux disaient qu’« il n’y a pas, comme il a pu paraître au départ, de raisons pour le Chili de craindre une alliance entre le Brésil et l’Argentine. La visite du président brésilien n’étant qu’une simple salutation, un devoir de courtoisie »49. Il ajoutait que d’autres journaux se félicitaient : « la République Argentine paraît avoir compris qu’une politique d’aventure ne correspond pas aux idéaux américains, et que l’égoïsme en politique dans lequel elle avançait ne lui serait pas utile, et appellerait avant tout contre elle la mauvaise volonté de l’Amérique »50. Il semble ainsi que les querelles entre l’Argentine et le Chili étaient entretenues par de virulents échanges de presse, dont les arguments étaient parfois extrapolés.

  • 51 « Nouvelles de l’étranger-République Argentine », Le Temps, le 28 octobre 1900, Quarantième année, (...)
  • 52 « Nouvelles de l’étranger-République Argentine », Le Temps, le 5 novembre 1900, Quarantième année, (...)

23Ce contexte flou était propice aux hypothèses les plus farfelues. La Bolivie fut par exemple le sujet d’une de ces rumeurs. Cet État qui avait été sévèrement affaibli par la guerre du Pacifique, se trouvait en cette fin de siècle dans une position plus qu’inconfortable face au Brésil. Les aventures indépendantistes de l’Acre de juillet 1899 à mars 1900 puis en novembre-décembre 1900 sont venues se rajouter à ses difficultés d’accès à la mer, cette région permettant l’accès à l’Atlantique par l’intermédiaire de l’Amazone. Dans ce contexte, les rumeurs les plus folles ont pu courir dans la presse. Le Temps transcrivait le 28 octobre 1900 un télégramme du correspondant du journal génois Secolo XIX évoquant la venue d’une délégation d’officiels boliviens venus « offrir » la Bolivie au général Roca. Celui-ci aurait refusé, craignant « des graves conflits qui pourraient résulter de cette annexion ». Le correspondant prétendait cependant que la présence de Campos Salles à Buenos Aires serait l’occasion pour Roca de discuter d’un éventuel partage51. Plus que la véracité de l’anecdote, forcément démentie par la légation bolivienne à Paris une semaine plus tard52, c’est le sentiment général d’incertitude et de paranoïa qui régnait dans les opinions publiques sur et dans le cône Sud qui est intéressant.

24Ces Voyages Officiels sont apparus en cette fin de siècle comme étant des manœuvres politiques comme un outil d’influence de l’opinion publique nationale et internationale, mais qui n’aboutissaient pas à des décisions fermes. En effet, les incertitudes et le contexte de méfiance ouvraient aux observateurs un ensemble d’analyses possibles. Dans ce cadre conflictuel sud-américain, l’image de cordialité bilatérale qui était affichée devenait ainsi un puissant moyen politique de dissuasion. Ces rencontres présidentielles ont servi au Brésil à occuper le devant de la scène continentale. Ainsi, il confirmait une politique déjà en cours servant ses ambitions de devenir plus qu’une puissance continentale, une puissance dans le continent. La tentative brésilienne de s’affirmer dans ce rôle semble avoir été l’un des grands enjeux de cette participation diplomatique. Au-delà de l’échelle de force, l’idée de prestige, et celle d’une avancée civilisatrice étaient les termes sur lesquels l’imaginaire collectif s’appuyait pour affirmer cette position. Comme expliquait Girault, « la puissance d’un État ne se mesure pas exactement par la somme des diverses forces qui lui appartiennent ; elle dépend bien plus d’une sorte d’état d’âme reposant lui-même sur la tradition d’une longue histoire de puissance » [Girault, 1998, p. 135].

Notes

1 « Telegrams, Rio de Janeiro », The New York Times, le 1er mars 1900, New York.

2 « Lettres de Buenos Aires », Le Temps, le 2 juin 1900, Quatrième année, n° 14238, Paris, p. 2.

3 Nous n’avons pas eu accès à la presse de Buenos Aires, mais Rui Barbosa dans ses articles publiés par la Imprensa a fait ressortir des nombreux extraits de cette presse.

4 « Politica de paz », O Paiz, le 27 octobre 1900, ano XVII, n° 5864, Rio de Janeiro, p. 1.

5 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 31/01/1900.

6 HI, Ofícios de Buenos Aires, février et mars 1900.

7 « Lettres de Buenos Aires », Le Temps, le 2 juin 1900, Quatrième année, n° 14238, Paris, p. 2.

8 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 31/01/1900.

9 El Diario, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 31/01/1900.

10 « Lettres de Buenos Aires », Le Temps, le 2 juin 1900, Quatrième année, n° 14238, Paris, p. 2.

11 Rui barbosa, « A duração da quarentena », A Imprensa, le 19 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 225.

12 « Lettres de Buenos Aires », Le Temps, le 2 juin 1900, Quatrième année, n° 14238, Paris, p. 2

13 Julião Machado, « Amigos, amigos… bubonica á parte », Jornal do Brasil, le 24 octobre 1900, ano X, n° 297, Rio de Janeiro, p. 1.

14 « Nouvelles de l’étranger-Brésil », Le Temps, le 21 octobre 1900, Quatrième année, n° 14378, Paris, p. 2.

15 « Postergacion de la visita del Presidente brasileño », La Prensa, 10 avril 1900, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 11/04/1900.

16 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 05/04/1900.

17 Julião Machado, « Boa Viagem », Jornal do Brasil, le 21 octobre 1900, ano X, n° 294, Rio de Janeiro, p. 1.

18 Rui barbosa, « Alianças », A Imprensa, le 16 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 99.

19 Ibid., p. 104-105.

20 Rui Barbosa, « Boas-Vindas », A Imprensa, 8 novembre 1900, Rio de Janeiro. In Rui Barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 45-46.

21 Rui Barbosa, « Alianças », A Imprensa, 16 novembre 1900, Rio de Janeiro. In Rui Barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 106.

22 Rui barbosa, « Sancho, o escudeiro », A Imprensa, le 11 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 64.

23 Rui barbosa, « Nós e a questão do Pacífico - I », A Imprensa, le 13 novembre 1900, Rio de Janeiro. Et Rui barbosa, « Nós e a questão do Pacífico - II », A Imprensa, le 14 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit.

24 Rui barbosa, « Alianças », A Imprensa, le 16 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 107.

25 Rui barbosa, « Sancho, o escudeiro », A Imprensa, le 11 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 68.

26 Rui barbosa, « Solidariedade Sul-americana », A Imprensa, le 12 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 74-75.

27 « Politica de paz », O Paiz, le 27 octobre 1900, ano XVII, n° 5864, Rio de Janeiro, p. 1.

28 Bambino, « Traços e Troças », Jornal do Brasil, le 28 octobre 1900, ano X, n° 301, Rio de Janeiro, p. 1.

29 Discours d’Aristide Maia face à la chambre des députés, in ACD, sessão do 02/08/1892, p. 47.

30 Rui barbosa, « Alianças », A Imprensa, le 16 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 107.

31 AHI, Ofício ostensivo de Santiago, 03/6/1899.

32 AHI, Ofícios ostensivos de Santiago, 12/08/1899 et 28/08/1899.

33 AHI, Ofício ostensivo de Santiago, 28/08/1899.

34 La Tarde, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Santiago, 12/08/1899.

35 « Nouvelles de l’étranger-République Argentine », Le Temps, le 26 octobre 1900, Quarantième année, n° 14383, Paris, p. 2.

36 Dans les divers articles de Rui Barbosa publiés dans la Imprensa en novembre 1900.

37 « Telegrams, Washington », The New York Times, le 26 novembre 1900, New York.

38 « Chile, Bolivia, Argentina », The New York Times, le 15 novembre 1900, New York.

39 « Telegrams, Washington », The New York Times, le 26 novembre 1900, New York.

40 « Nouvelles de l’étranger-République Argentine », Le Temps, le 2 octobre 1900, Quarantième année, n° 14359, Paris, p. 2.

41 « Telegrams, Washington », The New York Times, le 26 novembre 1900, New York.

42 « Chile, Bolivia, Argentina », The New York Times, le 15 novembre 1900, New York.

43 Rui barbosa, « Solidariedade Sul-americana », A Imprensa, le 12 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 71.

44 Ibid., p. 71-72.

45 « Cherchant quelqu’un à dévorer ».

46 « Lettres de Buenos Aires », Le Temps, le 2 juin 1900, Quatrième année, n° 14238, Paris, p. 2.

47 « Nouvelles de l’étranger-République Argentine », Le Temps, le 11 octobre 1900, Quarantième année, n° 14368, Paris, p. 2.

48 La Tarde, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Santiago, 12/08/1899.

49 « Telegramas-Chile-Santiago », Jornal do Brasil, le 28 octobre 1900, ano X, n° 301, Rio de Janeiro, p. 5.

50 Ibid.

51 « Nouvelles de l’étranger-République Argentine », Le Temps, le 28 octobre 1900, Quarantième année, n° 14385, Paris, p. 2.

52 « Nouvelles de l’étranger-République Argentine », Le Temps, le 5 novembre 1900, Quarantième année, n° 14393, Paris, p. 3.

Table des illustrations

Titre Image 1. Amigos, Amigos… Bubonica á parte
Crédits In Julião Machado, Jornal do Brasil, le 24 octobre 1900, ano X, n° 297, Rio de Janeiro, p. 1.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Image 2. Boa Viagem
Crédits In Julião Machado, Jornal do Brasil, le 21 octobre 1900, ano X, n° 294, Rio de Janeiro, p. 1.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Image 3. Traços e Troças
Crédits In Bambino, Jornal do Brasil, le 28 octobre 1900, ano X, n° 301, Rio de Janeiro, p. 1.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3018/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 855k

© Éditions de l’IHEAL, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540