Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une rencontre dans les fastes de l'Amérique ?

 | 
Hélène Veber

Troisième partie. Un système international sud-américain

Chapitre 5. Espoir de paix

Texte intégral

  • 1 « Opinião da imprensa da tarde : Da “Noticia” », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 22 (...)

1Le XIXe siècle secoué par les nombreuses guerres de construction des États-nations arrivait à sa fin et les différents événements internationaux qui ont marqué l’année 1899 ont fait germer une idée d’alliance possible, ou d’un rapprochement significatif entre les trois grands pays du Sud-continent, du moins dans l’opinion publique brésilienne. En effet, toute fin de siècle fait émerger dans l’imaginaire collectif un nouvel espoir d’avenir, ce qui s’est traduit en Amérique du Sud par une espérance de paix. La possible association des États était aussi interprétée comme nécessaire pour le progrès et la civilisation de la région. Comme faisait remarquer le journal Notícia da Tarde : « L’Argentine, le Brésil et le Chili sont les nations les plus considérables de l’Amérique du Sud […]. À elles revient donc la responsabilité du continent […] par la haute exemplarité qu’elles donnent de l’ordre, de la liberté, du bien-être, de la morale et du progrès1. »

  • 2 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 26/05/1899.
  • 3 Rui barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, le 8 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obra (...)
  • 4 « General Roca », Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 5 Discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899, in Luis Vicente Varela et Bernabé (...)

2Même si les litiges territoriaux occupaient encore largement la scène sud-américaine, nourrissant les rivalités internationales entre les États, la rencontre de Punta Arenas qui a eu lieu en février de cette année amenait les commentateurs internationaux à croire à la résolution pacifique de cette question entre le Chili et l’Argentine. En effet, cette rencontre présidentielle entre Julio Roca et son homologue chilien Federico Errázuriz symbolisait une possibilité d’entente entre ces deux pays traditionnellement rivaux. Cette rencontre suivie de près par celle de Rio de Janeiro ne pouvait laisser les contemporains indifférents et très rapidement l’association de ces deux événements a été faite. Cavalcanti Lacerda, dans ses correspondances au ministère, attribuait l’idée du voyage du président Roca au Brésil comme découlant directement de l’entrevue avec le Chili2. Barbosa associe pour sa part ces deux rencontres comme une politique globale de paix3. Se consolidait donc à l’horizon de l’Amérique, une idée primordiale qui a déjà été mentionnée, celle de « l’abolition du droit de la force dans la résolution des plus compliqués conflits internationaux »4. Si les conflits territoriaux persistaient, c’était le recours à une solution pacifique qui semblait déterminer les dirigeants des pays. Il est intéressant ici de se souvenir de ce que disait Bocayuva lors de l’arrivée du général Roca au Brésil : « Pour les jeunes pays américains, possesseurs de très vastes territoires et pourtant encore mal peuplés, le seul ennemi à dominer est le désert5. » Certains litiges frontaliers de l’époque portaient sur des territoires presque inhabités ; Bocayuva semble sous-entendre que l’occupation du territoire était plus importante que les disputes sur le tracé des frontières, reléguant ainsi à un second plan les discordes frontalières qui nourrissaient les relations sud-américaines pour appuyer son idée de paix continentale.

3Par ailleurs, la volonté du général Roca de résoudre rapidement au moins l’un des litiges frontaliers avec le Chili, celui concernant Puna de Atacama, rentrait dans une politique de progrès social et de civilisation territoriale. Cette politique nécessitait par conséquent une situation pacifique aux limites frontalières. S’engageant dans cette direction les événements internationaux de 1899 ont fait émerger un espoir de paix qui a même pu laisser entendre la possibilité d’une alliance entre eux.

« El abrazo del estrecho »

  • 6 « L’accolade du détroit ».
  • 7 AHI, Ofício reservado de Santiago, 09/02/1899.
  • 8 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 25/01/1899.
  • 9 AHI, Ofício ostensivo de Santiago, 28/01/1899.

4Les deux chefs d’État argentin et chilien Roca et Errázuriz se sont rencontrés à Punta Arenas le 15 février 1899 dans le détroit de Magellan. L’historiographie a nommé cette rencontre « el abrazo del estrecho »6. La délégation chilienne est partie le 6 février de Valparaíso avec les navires de guerre O’Higgins, Zenteno et Angamos. Le président était accompagné de ses ministres des Relations Extérieures, de la Justice, de la Guerre, de la Marine, plusieurs délégués destinés à participer à la conférence de Buenos Aires de mars 1899 concernant la question de Puna de Atacama, et différentes personnalités politiques, militaires, intellectuelles, ainsi que la presse7. La délégation argentine était bien moins nombreuse, et elle est partie bien avant celle du Chili, le 20 janvier, avec des ambitions d’étude de la région australe avant de rencontrer le président chilien8. Les navires de guerre Belgrano, Sarmiento et Patria ont amené les Argentins jusque dans les eaux neutres du détroit, face à la colonie chilienne de Punta Arenas, où les deux convois se sont salués des traditionnelles bordées de canon. La rencontre s’est effectuée à bord du O’Higgins, et s’est tenue dans les règles de la représentation diplomatique. Cette rencontre était beaucoup plus « traditionnelle » que celles entre le Brésil et l’Argentine selon la classification de Girault sur les Voyages Officiels. Elle était en effet restreinte au cercle des négociateurs, et n’impliquait pas une participation populaire, malgré la nette volonté de laisser une libre interprétation à l’opinion publique quant aux avantages politiques d’une telle entrevue. La grande différence entre Punta Arenas et la rencontre de Rio de Janeiro était l’absence d’une mobilisation de l’image d’unité nationale. Les désaccords des opinions publiques des deux pays expliquent peut-être ce choix d’un éloignement austral et d’un lieu de rendez-vous en terrain neutre. Le plénipotentiaire brésilien à Santiago, Gomes Ferreira, expliquait que l’opposition chilienne n’était pas favorable à une rencontre qui pourrait court-circuiter les décisions prises entre les deux pays en septembre et en novembre 1898 de recourir à l’arbitrage de la Couronne britannique et de l’ambassadeur américain à Buenos Aires, William Buchanan pour la solution des litiges frontaliers. Il écrivait de plus quel’opposition à Errázuriz prêtait au gouvernement argentin « des intentions de procrastiner la solution à la question, pour mieux se préparer et s’imposer finalement au Chili par une supériorité de force »9.

  • 10 La Nación, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 20/02/1899.

5Les critiques étaient également audibles en Argentine, mais apparemment pour d’autres raisons. En effet, le voyage de Roca était beaucoup plus long et son absence du Palais provoquait la fureur à la capitale. La Nación du 19 février, n’ayant pas de nouvelles du voyage présidentiel depuis un mois, se plaignait que : « Un président qui se perd pendant une vingtaine de jours, sans que personne dans le pays n’ait de nouvelles de lui, est un voyageur intrépide avec les qualités d’un explorateur polaire10. » Le journaliste continuait sa critique en accentuant le fait que si des décisions importantes devaient être prises, il n’existait pas de moyen de contacter le général Roca. En effet, toujours selon cet article, cette situation avait au moins pour avantage de souligner l’état d’isolement dans lequel était cette région d’Argentine, d’une importance stratégique en raison du trafic maritime à proximité de ses côtes. Il était ajouté que l’installation d’une ligne télégraphique était en projet pour remédier à cet état de fait.

  • 11 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 20/02/1899.
  • 12 AHI, Ofício reservado de Santiago, 07/03/1899.
  • 13 AHI, Ofício reservado de Santiago, 09/02/1899.

6L’entrevue de Punta Arenas, organisée assez rapidement, a donc suscité la plus vive curiosité. En raison du potentiel de la rencontre, le gouvernement brésilien s’intéressait de près au résultat des discussions et a demandé à ses représentants à l’étranger d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour obtenir des informations en ce sens11. L’éloignement et le peu de moyens de communications avec Punta Arenas ont compliqué la tâche et ont imprimé le sentiment initial d’une rencontre marquée du sceau du secret. « Malgré la sévère discrétion »12 qui l’entourait, les ambassadeurs Gomes Ferreira et Cavalcanti Lacerda ont tout de même pointé certains sujets qui pourraient être en question à cette occasion. Les contentieux entre Chili et Argentine étaient en effet nombreux et variés. Ferreira estimait donc que pourraient être débattues tant les questions frontalières que les questions économiques, et notamment le chemin de fer transandin13.

7Le projet transandin a débuté en 1874, mais n’a abouti qu’en 1910. Pablo Lacoste considère la gestion de cette affaire comme symptomatique des relations entre les deux pays à l’époque. Le chantier a été arrêté pendant des années en raison des obstacles techniques et financiers imposés par la chaîne andine, et par l’incapacité des gouvernements chiliens et argentins à s’entendre sur les solutions pour y remédier [Lacoste, 2004, p. 56-58]. Comme le fait remarquer Sébastien Velut, concernant les efforts récents des deux pays dans le cadre actuel de l’intégration régionale, « faciliter le passage de la frontière s’inscrit dans une logique de bon voisinage » [Velut, 2009]. L’inverse n’en est pas moins vrai. Il paraît logique que les tensions frontalières, qui ont trouvé une part de leur dénouement en 1902, soient en grande partie responsable de l’entrave d’un chantier qui était basé sur le franchissement d’une frontière naturelle et administrative. Il est ici intéressant de remarquer comment le progrès technique influe sur l’organisation et la complexification des systèmes internationaux. La possibilité de ce franchissement apportait une nouvelle configuration dans l’organisation du système interaméricain, l’accélération des moyens de communications engendrant mécaniquement un rapprochement physique. Lorsque les premières informations sur la rencontre de Punta Arenas sont parvenues à Buenos Aires, La Nación a souligné que les deux présidents étaient parvenus à un accord sur la nécessité des deux pays de resserrer leurs liens par le moyen du chemin de fer et de traités commerciaux. Cela entre pleinement dans le cadre du postulat pacifiste, insistant sur la paix comme situation idéale au profit économique réciproque. Il est ici sensible que cette possibilité de créer des intérêts commerciaux communs aux deux États soit ressentie comme un argument de poids pour la résolution des problèmes frontaliers qui perduraient depuis les indépendances.

8La portion andine de la frontière chiléno-argentine s’étalait sur plus de 3 500 kilomètres. Le traité de 1881, et les protocoles de 1893 et de 1896 qui le complétaient s’accordaient sur le fait que la Cordillère des Andes représentait la limite internationale entre les deux pays. Le document signé en 1893 a matérialisé un accord de principe jusqu’alors implicite entre les deux États concernant la séparation bi-océanique de l’influence de chaque pays à la suite de désaccords entre ingénieurs travaillant sur le tracé exact des frontières [Lacoste, 2004, p. 54]. En effet, les divergences sur la démarcation se partageaient entre faire le choix de la ligne des plus hauts sommets, défendu en particulier par l’Argentin Octavio Pico, où celle du divortium aquarum, départageant les bassins-versants des eaux atlantiques et pacifiques, défendu par le Chilien Diego Barros Arana [Ravina, 1990, p. 364]. Le protocole de 1896 demandait au gouvernement britannique d’arbitrer le désaccord, ce qui fut accepté en septembre 1898, concernant la portion sud de la frontière en différend. La partie concernant le désert de Puna de Atacama, litige apparu à la suite de la guerre du Pacifique, devait être traitée à Buenos Aires en mars 1899 en la présence de l’ambassadeur Buchanan, comme prévu par le traité de novembre 1898.

  • 14 La Nación, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 23/02/1899.

9La démarcation andine est devenue à ce moment un débat autant politique que topographique qui a tenu en haleine les scientifiques pendant longtemps. La fin du XIXe siècle a ainsi été marquée par de nombreuses expéditions de recherche sur le terrain, qui permettaient pour la première fois de cartographier les Andes de façon précise, sur fond de querelles entre les deux États [Delachaux, 1898 ; Gallois, 1903 ; Zimmermann, 1897]. Il est donc possible de rattacher cette ambiance de recherche avec l’intention argentine de mêler des « études » au voyage des officiels à la rencontre de Punta Arenas. Les îles composant le détroit de Magellan étaient en effet pour une grande part encore terra incognita, et l’expédition argentine escomptait combler certaines lacunes dans sa connaissance de la zone. Le choix de passer par les canaux formés par l’enchevêtrement d’îles à la pointe sud du continent plutôt que simplement emprunter le large détroit de Magellan, plus connu à la navigation, était porteur de nombreux messages. En étant le premier président à visiter la Patagonie et les provinces les plus australes de l’Amérique [Letts de Espil, 1972, p. 75], le général Roca pouvait prétendre à la légitimité de la souveraineté argentine sur une portion de territoire extrêmement contestée. Sa lettre publiée dans la presse argentine, où il appuyait « l’infini intérêt » que représentaient ces régions pour l’ensemble du pays, ainsi que le fait que les habitants de ces lieux se considéraient comme argentins, est à peine un sous-entendu sur cette question14. Par ailleurs, le chemin emprunté par les bâtiments de guerre argentins semble avoir impressionné la délégation chilienne. Courtney Letts de Espil raconte que les amiraux chiliens ne pensaient pas que les canaux du sud permettaient la navigation de navires lourds [Letts de Espil, 1972, p. 77].

  • 15 AHI, Ofício reservado de Santiago, 07/03/1899.

10De fait, sans les archives argentines ou chiliennes, il est difficile d’établir clairement le contenu des discussions de cette rencontre. Il est cependant admis qu’il a été question des litiges frontaliers dans un cadre informel remettant les décisions fermes aux arbitrages internationaux. Il en résulte essentiellement, à partir des correspondances des ambassades brésiliennes, un sentiment général de cordialité, un message de politesse et d’amitié entre les deux États. Gomes Ferreira résumait ainsi l’esprit général : « La Conférence de Punta Arenas affirme une époque nouvelle de rapprochement franc et cordial entre les deux peuples, acceptée par le sentiment national dans sa grande majorité comme un fait auspicieux et de signification réelle pour les destins des deux Républiques15. » La difficile question qui se pose alors est de savoir s’il s’agissait du sentiment général chilien ou celui que l’ambassadeur brésilien lui attribuait.

L’arbitrage de Puna de Atacama

11En mars 1899, une délégation chilienne s’est rendue à Buenos Aires pour régler définitivement le problème territorial créé par la Puna de Atacama, un plateau désertique situé à la rencontre des frontières entre Chili, Argentine et Bolivie. Cet espace d’environ 90 000 kilomètres carrés était singulier dans la longue liste de contestation de souveraineté qui opposait les autorités de Buenos Aires et de Santiago, et s’intégrait dans un assemblage complexe de relations internationales entre les trois pays limitrophes.

12La Puna de Atacama, ainsi que la plaine d’Antofagasta qui complète ce territoire jusqu’à l’Océan Pacifique, appartenait à la Bolivie. C’est une zone de salines, de mines de nitrate, et d’autres ressources minières. Le conflit qui a éclaté en février 1879 entre le Chili d’une part, et le Pérou et la Bolivie d’autre part, connu sous le nom de guerre du Pacifique, avait essentiellement ces intérêts miniers comme objectif [Pizarro, 2004, p. 354-357]. Le Chili a écrasé ses adversaires et est allé jusqu’à occuper la capitale péruvienne. À partir de 1883, date de la fin des hostilités, le Chili occupait donc militairement l’Atacama bolivien de l’océan à la frontière argentine, et les régions de Tarapacá, d’Arica et de Tacna au sud du Pérou. Entre 1883 et 1929, plusieurs tractations ont eu lieu entre les trois belligérants. La plaine bolivienne d’Antofagasta est restée pendant très longtemps occupée par l’armée gagnante, mais elle n’est revenue de droit au Chili qu’en 1904. Quant au différend avec le Pérou, il n’a pris fin qu’en 1929 lorsque les deux pays ont acté l’annexion de l’Arica par le Chili, et la rétrocession de Tacna au Pérou.

  • 16 Discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899, in Luis Vicente Varela et bernabé (...)

13Dans ce contexte de définition frontalière, une nation qui n’avait pas pris part à la guerre du Pacifique entrait en ligne de compte dans le partage des territoires consécutifs au conflit. La Bolivie avait elle-même des litiges de cet ordre avec l’Argentine remontant aux années 1830. Les zones autour du Rio Belgrano, entre Tarija au nord et Jujuy au Sud, et la Puna de Atacama, étaient revendiquées par les deux États [Arevalo et Torino, 2004, p. 291-293]. Dans le cadre d’une rectification de délimitation, la Bolivie a alors acquis la pleine souveraineté sur la région entourant la ville de Tarija, et a offert en compensation la Puna de Atacama à l’Argentine en 1893 [Pizarro, 2004, p. 363]. Le litige s’est donc déplacé entre l’Argentine et le Chili qui occupait militairement la région. Il semble donc que c’est en raison de cette superposition de revendications territoriales et de l’émergence d’une puissance militaire régionale sur ses frontières que l’Argentine a tenté de s’immiscer dans les tractations chiléno-boliviennes et chiléno-péruviennes consécutives à la guerre. Le Chili avait alors considéré cela comme étant « une intrusion inopportune et incommode » de la part de l’Argentine [Lacoste, 2004, p. 55], ce qui n’était pas pour améliorer leurs relations déjà tendues. Cette succession de discussions concernant la délimitation des territoires est symptomatique du fonctionnement des relations sud-américaines à cette période. Le désaccord argentin-bolivien se fondait sur l’implantation de colonies [Arevalo et Torino, 2004, p. 295-296]. Cette situation renvoie à nouveau aux discours relevant la prédominance civilisatrice. Le désert, cet adversaire des nations civilisées d’Amérique du Sud au sens de Bocayuva16, devenait alors l’objet de la discorde dans le débat opposant Argentine et Chili.

14Il est ici intéressant de noter la modification opérée dans le mode de résolution des conflits dans le cône Sud. Si jusqu’alors la guerre et les conflits armés faisaient partie d’une logique de construction nationale, le recours au droit correspondait plus à une logique de définition administrative des États à la fin du XIXe siècle. Le choix de procéder à une discussion et de s’en remettre seulement en cas de blocage à l’arbitrage d’un tiers a ainsi été choisi par l’Argentine et le Chili pour l’ensemble de leurs frontières communes. La conférence de Buenos Aires de mars 1899 avait été organisée pour en finir avec la portion de l’Atacama, en dehors des discussions concernant la frontière andine au sud de cette zone. Il peut y voir deux raisons à cela. D’une part, l’antériorité du différend andin qui était en cours de résolution et où l’intégration d’une nouvelle donnée, dans un débat déjà suffisamment complexe, aurait probablement bloqué le processus. D’autre part, la sensibilité d’un territoire acquis militairement et disposant de ressources stratégiques a probablement motivé les deux États à un règlement rapide de la situation. Il s’agissait plus généralement d’une acceptation de contrôle, d’un partage stratégique qui dépendait de la volonté politique de chaque État.

  • 17 AHI, Ofício ostensivo de Santiago, 10/04/1899.

15En effet, selon les échos transmis par les ambassadeurs brésiliens à Buenos Aires et Santiago, la résolution du différend de la Puna de Atacama avait été discutée directement entre les deux chefs d’État chilien et argentin lors de leur rencontre à Punta Arenas. Les deux présidents s’étaient alors semble-t-il mis d’accord pour effectuer un partage équitable du plateau. Ainsi, les présidents se seraient donnés pour mission de convaincre leur délégation respective qui devaient se réunir en mars de la même année. La conférence de Buenos Aires était donc porteuse de beaucoup d’espoirs, d’autant plus qu’elle s’initiait dans une ambiance de cordialité entre les têtes des exécutifs respectifs. Or, après cinq jours de discussions, les deux délégations ont été dans l’obligation de s’en remettre à l’arbitrage du tiers préalablement choisi, l’ambassadeur des États-Unis en Argentine, William Buchanan. Il semble en effet que, selon Gomes Ferreira, les représentants argentins n’aient pas accepté le raisonnement qui est prêté à Roca de procéder à une partition du territoire, prenant de cours la délégation chilienne : « Mr. Roca, fidèle aux promesses faites, n’aurait pas réussi à convaincre les délégués argentins de ses propositions, restant ainsi frustrés les bons désirs qui l’animaient avec Mr. Errázuriz17. » Cette fébrilité et cette incompréhension sont sensibles dans les rapports qu’ont alors faits les plénipotentiaires brésiliens au Chili et en Argentine qui, n’étant pas dans le secret des négociations, n’en percevaient que les éclats extérieurs et les réactions des opinions publiques des deux pays par l’intermédiaire de la presse. L’ambiance optimiste du début de la conférence s’effaçait, alors que les discussions s’enlisaient. Le résultat de l’arbitrage est radicalement différent de ce qui était semble-t-il envisagé par les deux présidents à Punta Arenas. L’Argentine se voyait donc attribuer à l’issue du Laudo Buchanan un espace d’environ 60 000 kilomètres carrés. Ce qui semble avoir principalement motivé l’arbitre est le maintien des principes généraux de partages bi-océaniques énoncés dans les traités antérieurs entre l’Argentine et le Chili.

Carte 1. Délimitation de la Puna d’Atacama décidé par le tribunal arbitral

Carte 1. Délimitation de la Puna d’Atacama décidé par le tribunal arbitral

Cette carte envoyée par Cavalcanti Lacerda dans son annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires du 27 mars 1899 est issue du journal La Prensa qui publiait le 25 mars la sentence arbitrale. Le tracé central départageant la zone contestée (en aplats de points) correspondait au traité de 1889 entre l’Argentine et la Bolivie, et à l’arrangement fait entre Julio Roca et Federico Errázuriz. Le trait noir sur fond blanc correspond à la sentence donnée par William Buchanan.

« Delimitacion de la Puna de Atacama ». La Prensa, le 25 mars 1899, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 27/03/1899.

  • 18 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 04/04/1899.
  • 19 AHI, Ofício ostensivo de Santiago, 28/03/1899.
  • 20 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 04/04/1899.

16« La façon dont a été résolue la question relative à Puna de Atacama […] n’a pas provoqué de protestation, mais n’a pas pour autant engendré d’enthousiasme18 », commentait Cavalcanti Lacerda sur l’opinion générale en Argentine après le résultat de l’arbitrage. Côté chilien, l’opinion a été plus partagée. Les opposants à Errázuriz ont accusé la délégation chilienne d’avoir agi de manière irresponsable sans correctement lire les objectifs des Argentins. Mais « l’opinion en général acceptait la sentence avec l’âme sereine, et bien qu’elle aspirât à une solution plus équitable, elle se conforme et se satisfait de voir ainsi terminé ce motif de conflit »19. Dans l’ensemble, c’était un sentiment de déception d’en être arrivé à l’arbitrage de Buchanan qui semblait prédominer, plutôt qu’une joie ou une colère relative au partage inégal de la Puna de Atacama. En effet, le fait de n’avoir pu s’entendre directement entre Argentins et Chiliens avait pour conséquence que « si aujourd’hui les raisons qui pourraient occasionner une rupture entre les deux pays se trouvent heureusement effacées de leurs relations, cela n’a pas permis de les rendre plus étroites et cordiales ».20

Un « Dreibund »21 sud-américain ?

  • 21 Terme allemand signifiant Triple Alliance. Ce terme a été utilisé par le New York Times pour intitu (...)
  • 22 Discours de Julio Roca face au Congrès argentin, in Letts De Espil, 1972, p. 93-94.

« Nous pouvons, dès lors, considérer résolues les dernières questions de frontière qui, de temps à autre, troublaient nos relations internationales, et qui, à certains moments, ont menacé d’une rupture violente et d’une guerre implacable, qui aurait été une honte pour l’Amérique et un scandale pour le monde. Dorénavant, en paix avec nous-mêmes, en paix avec les États limitrophes et avec toutes les nations, nous cesserons d’investir une partie considérable de la dette publique dans des éléments de destruction, et nous nous emploierons à progresser en tout ordre pour devenir la grande nation envisagée par le patriotisme22. »

  • 23 Discours de Errázuriz à Punta Arenas publié par un journal chilien, in AHI, Annexe de l’Ofício oste (...)

17Ce premier discours de Roca face au Congrès argentin, prononcé le 1er mai 1899 exprimait bien l’une des directives que le président voulait donner – du moins dans les premières années – à sa politique intérieure et extérieure. Il cherchait une politique de stabilité dont il avait déjà commencé à poser les bases depuis le début de son mandat en octobre 1898. En effet, la rencontre de Punta Arenas ainsi que la conférence de Buenos Aires pour la résolution du différend de Puna de Atacama ou son voyage à Rio de Janeiro sont des exemples visibles de sa volonté de pacifier les frontières de l’Argentine. Ce principe politique s’exprimait également dans le discours diplomatique du président Errázuriz à Punta Arenas : « La paix, toujours bénéfique, est féconde entre les nations voisines et sœurs qui harmonisent leurs intérêts matériels et politiques, elle stimule leur progrès […] et contribue à la résolution amicale de leurs difficultés et conflits23. » Il semble donc qu’en cette fin de siècle, les bases d’une politique de développement étaient jalonnées par les concepts pacifistes [Renouvin et Duroselle, 1991, p. 245-282].

  • 24 Télégrame de Errázuriz à Campos Salles, in « Chile-Brazil », O Paiz, le 19 mai 1899, ano XV, n° 533 (...)

18Au-delà des discours des dirigeants, un espoir de paix continentale prenait place dans les opinions publiques des trois pays, Argentine, Brésil, Chili. Même s’il paraît parfois sensible qu’une certaine discipline diplomatique était respectée par la presse, son enthousiasme face aux rencontres et aux traités ne semble pas simulé. En effet, la situation économique marquée par les dettes extérieures des États peut expliquer d’une part cette volonté d’en finir avec une période d’instabilité diplomatique. Une situation instable avec les pays voisins menait mécaniquement à une politique de défense. Stabiliser les relations menait à l’inverse vers une réduction des dépenses militaires. D’autre part, la signature d’un traité d’arbitrage entre le Brésil et le Chili en mai 1899, valable pendant dix ans, contribuait, à côté des autres rencontres internationales, à consolider un imaginaire de paix fondée sur le droit international. S’il n’y a pas eu de rencontre présidentielle entre le Chili et le Brésil, la signature de ce traité ne fut pas moins considérée comme la traduction « d’un sentiment de sympathie de nos gouvernements et constitue un lien supplémentaire pour la précieuse amitié qui lie les deux Républiques », comme l’exprimait Mr. Errázuriz dans un télégramme à Campos Salles publié par O Paiz24. Ce traité d’arbitrage était un signe important dans l’imaginaire des américanistes. Tereza Maria Spyer Dulci, dans son article « Conferências Pan-Americanas (1889-1928) : a questão das identidades », explique les deux tendances discursives identitaires qui se sont construites au long des congrès panaméricains. Elle identifie une tendance panaméricaine, émise spécialement par les délégués nord-américains, et une tendance qu’elle nomme latino-américaine élaborée principalement par les délégués argentins ; cette séparation correspond à l’écart entre doctrine Monroe et doctrine Drago. Elle démontre que le recours à un arbitrage international entre les États de l’Amérique était devenu la base du discours latino-américain [Dulci, 2008, p. 1-11]. Lors du premier Congrès Panaméricain à Washington en 1890, tous les pays ont approuvé le projet d’arbitrage obligatoire, sauf le Chili qui s’était abstenu [Santos, 2004, p. 125-126]. Ainsi, la signature d’un traité d’arbitrage entre le Brésil et le Chili pouvait correspondre à un espoir de paix et de coopération espéré pour et par les États de l’Amérique.

  • 25 « Telegrams, London », The New York Times, le 4 août 1899, New York.
  • 26 « Telegrams, Rio de Janeiro », The New York Times, le 10 août 1899, New York.
  • 27 Ibid.
  • 28 « Telegrams, Rio de Janeiro », The New York Times, le 14 août 1899, New York.

19Face à cet espoir de paix latino-américaine, l’idée qu’une alliance entre l’Argentine, le Brésil et le Chili pourrait se former a émergé dans la presse internationale. Les presses nord-américaines et européennes s’alarmaient d’une possible coalition contre les États-Unis. Un télégramme de Londres publié par le New York Times au début du mois d’août de 1899 rapporte une rumeur venant du correspondant du Morning Post à Rome selon laquelle « la victoire sur l’Espagne et la croissance de l’impérialisme aux États-Unis a mené les grandes républiques sud-américaines à parler d’une alliance contre les États-Unis, et il est prétendu que les préludes d’une telle alliance ont été conclus entre le Brésil et l’Argentine »25. Quelques jours plus tard, le 10 août, ce journal a publié un autre télégramme, cette fois venant directement de Rio de Janeiro, qui répandait ce même genre de rumeur. « En dépit des démentis, il se dit que le Président Roca de la République Argentine, qui est en ce moment ici comme invité du Brésil, est désireux de négocier une alliance entre l’Argentine, le Brésil, et le Chili contre les États-Unis26. » Effectivement, ces rumeurs étaient rigoureusement infirmées dans la presse internationale par les États concernés. Cependant, la crainte était suffisante pour que les journalistes puissent pressentir une rencontre entre les trois présidents au mois de septembre de cette même année à Buenos Aires27. Signe que ces rumeurs étaient malgré tout prises avec beaucoup de sérieux par le gouvernement américain, Charles Page Bryan, l’ambassadeur des États-Unis à Rio de Janeiro, se fendit d’un communiqué aux presses argentines et brésiliennes, affirmant que « les États-Unis n’attendent rien d’autre de l’Amérique du Sud que le commerce et l’harmonie »28. Par ailleurs, les démentis de ces rumeurs ont commencé avant l’arrivée de Roca à Rio de Janeiro. Le Jornal do Brasil publiait le 7 août un télégramme de New York, relatant une interview donnée par l’ambassadeur brésilien aux États-Unis, Assis Brasil, dans lequel le ministre soutenait que :

  • 29 « Telegramas, New York », Jornal do Brasil, le 7 août 1899, ano IX, n° 219, Rio de Janeiro, p. 1.

« Une alliance entre les nations sud-américaines tend uniquement à régulariser leurs questions locales en réunissant dans un cercle fort toutes les nations de l’Amérique Méridionale […]. Mais, cette circonstance ne doit pas alarmer, parce que le Brésil est un pays pacifique par nature, de plus avec aucun autre pays il ne maintient des relations aussi cordiales qu’avec les États-Unis29. »

  • 30 « Nouvelles de l’étranger-Brésil », Le Temps, le 12 août 1900, Trente-neuvième année, n° 13945, Par (...)
  • 31 Angelo agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro.

20En effet, les relations commerciales que le Brésil entretenait avec les États-Unis à l’époque sont très rapidement devenues les bases des arguments contre cette rumeur. Le New York Times du 9 août rapportait en effet les propos d’un officiel anonyme, qui arguait qu’une tentative d’alliance serait vouée à l’échec, les États-Unis étant les meilleurs clients du Brésil pour ses principaux produits d’exportation. Cette même source rappelait qu’une volonté argentine de réaliser un traité commercial au détriment des États-Unis était très improbable au vu du fonctionnement des échanges entre ces trois pays. De plus, le discours tenu par Campos Salles au jour de l’arrivée de Roca au Brésil a été repris par plusieurs journaux. En France, le Temps l’analysait comme un message d’apaisement international qui n’était pas seulement destiné au pays de l’Amérique du Sud : « Votre visite coïncide avec un moment où le désir de paix et d’harmonie dans la sphère de la politique internationale ne se limite pas aux convenances des peuples ayant les mêmes origines ou habitant une même région30. » Ce qui ressort de ces incertitudes est que d’une part les relations sud-américaines se portaient semble-t-il plutôt bien, du moins vu de l’extérieur des chancelleries. Cela provoquait un espoir de paix dans les opinions publiques, accompagné d’une volonté de progrès social, économique et politique. Même si le discours de Campos Salles parlait d’une harmonie internationale dépassant les frontières du continent, les américanistes voyaient dans tous les événements bilatéraux de l’année 1899 un espoir d’union entre les pays d’Amérique du sud. Agostini prédisait ainsi que « dans peu de temps devront se réunir à Buenos Aires les présidents des Républiques du Chili, de l’Argentine, et du Brésil, on peut bien imaginer l’influence décisive qu’un tel rapprochement exercera sur le futur social et politique de celles-ci »31.

21Le principe de progrès était entièrement lié à celui de paix. Lors de la rencontre de Rio de Janeiro, le principe de prestige international menait les interlocuteurs à parler de l’importance de cette rencontre quant à l’avenir de l’Amérique. Les échanges entre Argentine et Chili à Punta Arenas et Buenos Aires en 1899 servaient à confirmer ces discours en s’appuyant sur l’idée de droit international. En effet, si jusqu’à la fin de l’Empire, l’État brésilien se montrait peu enclin aux principes de fonctionnement américains, la nouvelle République cherchait à développer un discours en ce sens. Ainsi, les discours américanistes qui se sont développés semblent correspondre à une volonté de s’affirmer comme un pays sur lequel il fallait compter pour assurer l’avenir et l’équilibre des forces dans le continent. Dans ce cadre, le Brésil tentait de s’assurer une image de puissance américaine.

Notes

1 « Opinião da imprensa da tarde : Da “Noticia” », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

2 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 26/05/1899.

3 Rui barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, le 8 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 198.

4 « General Roca », Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

5 Discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899, in Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 66-67.

6 « L’accolade du détroit ».

7 AHI, Ofício reservado de Santiago, 09/02/1899.

8 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 25/01/1899.

9 AHI, Ofício ostensivo de Santiago, 28/01/1899.

10 La Nación, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 20/02/1899.

11 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 20/02/1899.

12 AHI, Ofício reservado de Santiago, 07/03/1899.

13 AHI, Ofício reservado de Santiago, 09/02/1899.

14 La Nación, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 23/02/1899.

15 AHI, Ofício reservado de Santiago, 07/03/1899.

16 Discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899, in Luis Vicente Varela et bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 66-67.

17 AHI, Ofício ostensivo de Santiago, 10/04/1899.

18 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 04/04/1899.

19 AHI, Ofício ostensivo de Santiago, 28/03/1899.

20 AHI, Ofício ostensivo de Buenos Aires, 04/04/1899.

21 Terme allemand signifiant Triple Alliance. Ce terme a été utilisé par le New York Times pour intituler son télégramme de Rio de Janeiro du 9 août, publié le 10/08/1899. Le titre était « South Americain Dreibund ».

22 Discours de Julio Roca face au Congrès argentin, in Letts De Espil, 1972, p. 93-94.

23 Discours de Errázuriz à Punta Arenas publié par un journal chilien, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Santiago, 23/02/1899.

24 Télégrame de Errázuriz à Campos Salles, in « Chile-Brazil », O Paiz, le 19 mai 1899, ano XV, n° 5339, Rio de Janeiro, p. 1.

25 « Telegrams, London », The New York Times, le 4 août 1899, New York.

26 « Telegrams, Rio de Janeiro », The New York Times, le 10 août 1899, New York.

27 Ibid.

28 « Telegrams, Rio de Janeiro », The New York Times, le 14 août 1899, New York.

29 « Telegramas, New York », Jornal do Brasil, le 7 août 1899, ano IX, n° 219, Rio de Janeiro, p. 1.

30 « Nouvelles de l’étranger-Brésil », Le Temps, le 12 août 1900, Trente-neuvième année, n° 13945, Paris, p. 2.

31 Angelo agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Délimitation de la Puna d’Atacama décidé par le tribunal arbitral
Légende Cette carte envoyée par Cavalcanti Lacerda dans son annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires du 27 mars 1899 est issue du journal La Prensa qui publiait le 25 mars la sentence arbitrale. Le tracé central départageant la zone contestée (en aplats de points) correspondait au traité de 1889 entre l’Argentine et la Bolivie, et à l’arrangement fait entre Julio Roca et Federico Errázuriz. Le trait noir sur fond blanc correspond à la sentence donnée par William Buchanan.
Crédits « Delimitacion de la Puna de Atacama ». La Prensa, le 25 mars 1899, in AHI, Annexe de l’Ofício ostensivo de Buenos Aires, 27/03/1899.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 984k

© Éditions de l’IHEAL, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540