Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une rencontre dans les fastes de l'Amérique ?

 | 
Hélène Veber

Troisième partie. Un système international sud-américain

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 « Politica de paz », O Paiz, le 27 octobre 1900, ano XVII, n° 5864, Rio de Janeiro, p. 1.

« Il est exact que dans la majorité des nations sud-américaines la société est, pour ainsi dire, en formation, agitée par les intérêts bruts du monde, sans la subordination convenant au droit et à l’ordre caractéristique de la culture, de l’équilibre et de la supériorité des peuples.
Il n’est pourtant pas moins vrai qu’à côté de ces pays de cristallisation imparfaite, d’autres ont déjà affirmé l’excellence de leurs organismes sociaux, leurs dons d’énergie constructifs, leur pouvoir de discipline sociale, l’aptitude de leurs facultés d’intelligence et de travail, afin de bien servir l’idéal de civilisation humaine1. »

  • 2 Rui barbosa, « Boas-Vindas », A Imprensa, le 8 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras (...)

1Le rédacteur d’O Paiz faisait ainsi référence à l’Argentine, au Brésil et au Chili, trois nations de l’Amérique du Sud, ambitieuses de participer à la dynamique du monde – occidental –, et considérées dans le contexte sud-américain de l’époque comme en étant capables. En effet à la fin de ce XIXe siècle commençait à se consolider un système international sud-américain, c’est-à-dire un « ensemble constitué par des unités politiques qui entretiennent les unes avec les autres des relations régulières et qui sont toutes susceptibles d’être impliquées dans une guerre générale. […] [Et] dont la cohérence est celle d’une compétition » [Aron, 1962, p. 103]. Cette définition de Raymond Aron sur les systèmes internationaux englobe bien le contexte sud-américain de la fin du siècle. En effet, dans son ouvrage Paix et guerre entre les nations, Aron développait un modèle théorique de la configuration internationale des États-nations. « La caractéristique première d’un système international est la configuration du rapport des forces » [Aron, 1962, 104], qui met en place un équilibre basé sur une compétition internationale à la recherche de l’hégémonie. Il comparait cela à un système de partis, mais dont les règles de régulation s’imposeraient autrement. Si dans un système de partis les constitutions étatiques régulent les actions, dans un système international, les relations entre les États, les discussions, les échanges économiques et les rapports de force dictent le fonctionnement. Lorsque Campos Salles s’est rendu en Argentine en 1900, Barbosa écrivait ainsi : « Ce qui fait entre les nations la politique, ce sont les nécessités de sa position sur la carte du globe et le degré de son importance relative dans l’échelle de la force2. » Dans ce sens, la régulation entre les États se faisait selon trois concepts que Pablo Lacoste a utilisés pour étudier les relations chiléno-argentines entre 1810 et 2000 [Lacoste, 2004]. Les équilibres des forces, les zones d’influence et les associations permettaient de réguler un système de compétition définissant un système international. Il ne s’agit pas, encore une fois, d’une transposition d’un cadre théorique général dans une époque donnée ; le système international actuel est beaucoup plus complexe qu’à l’époque et de nombreuses autres données permettent d’expliquer les systèmes internationaux. Cependant, ce cadre théorique permet de réfléchir sur la configuration internationale qui se mettait en place en Amérique du Sud à la fin du XIXe siècle. Par ailleurs, Raymond Aron expliquait dans la partie où il dressait un tableau sur les éléments de la puissance que ce modèle théorique n’est pas immuable, « la classification doit être telle qu’elle permette de comprendre pourquoi les facteurs de puissance ne sont pas les mêmes de siècle en siècle et pourquoi la mesure de la puissance est, par essence, approximative » [Aron, 1962, p. 64]. Si les facteurs de puissance changent dans le temps, ils peuvent aussi changer dans l’espace. Personne ne prétend qu’à la fin du XIXe siècle, l’Argentine, le Brésil ou le Chili s’affirmaient comme des puissances mondiales, même si cela faisait partie intégrante de leurs aspirations internationales. Cependant, à la fin des grandes guerres qui ont marqué leur XIXe siècle, celle du Paraguay (1865-1870) et celle du Pacifique (1879-1883), les trois pays se sont affirmés au sein du sud-continent comme puissances et ont développé des sphères d’influence qui ont établi entre eux un enjeu politique qui a structuré la configuration internationale de la région.

  • 3 Angelo Agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 18 août 1899, ano V, n° 90, Rio de Janeiro.

2À la fin de la guerre du Paraguay, l’Argentine et le Brésil ont pu affirmer leurs influences régionales. À la fin de la guerre du Pacifique, c’est le Chili qui s’est affirmé dans cette voie. Pablo Lacoste explique qu’à la fin de ce dernier conflit, le système d’alliance entre les pays a modifié la configuration régionale. L’Argentine, en allant porter appui à la Bolivie et au Pérou dans l’intention de limiter les prétentions chiliennes, a en effet poussé le Chili à se tourner vers l’Empire brésilien [Lacoste, 2004, p. 56]. Deux précisions sont encore à apporter. D’une part, l’Argentine et la Bolivie n’ont pas eu des relations très amicales jusqu’aux années 1880, les différends frontaliers ayant même interrompu leurs relations à partir de 1868. Le retour aux discussions ne s’est effectué qu’à la fin de la guerre du Pacifique [Arevalo et Torino, 2004, p. 295-298]. D’autre part, le Chili et le Brésil n’avaient pas non plus de bonnes relations au cours du siècle. L’empire brésilien dans sa quête de légitimité dynastique n’a pas pris position lors de la guerre hispano-américaine (1865-1871) et a même prêté ses ports à l’armée espagnole, ce qui a été particulièrement mal perçu par les républiques voisines [Santos, 2004, p. 94-99]. Cependant, comme remarquent Ana Maria Stuven et Marco A. Pamplona, « dans le scénario de la traditionnelle rivalité chilienne avec l’Argentine, tant l’Empire que la République brésilienne se sont convertis en un nécessaire “allié” potentiel, principalement entre les années qui se sont étendues entre la guerre du Pacifique et les pactes de Mai de 1902 » [Pamplona et Stuven, 2010, p. 22]. Ces alliances croisées ont installé dans la région un équilibre fragile fondé sur la méfiance réciproque. Le démarrage d’une course à l’armement entre l’Argentine et le Chili a mené les pays de la région à repenser leurs systèmes d’alliance : comme disait Roca, l’amitié du Brésil « vaut plus qu’un bout de territoire »3. Ainsi, à la fin des deux grandes guerres sud-américaines les alliances diplomatiques se sont transformées et un système sud-américain a commencé à se consolider. La course à l’armement instaurait un rapport de force entre les pays qui avaient les moyens de la suivre, pendant que les pays qui ne les avaient pas jouaient un rôle de zone d’influence tout aussi importante dans la régulation de l’équilibre. Enfin, les associations entre les pays « puissants » permettaient de stabiliser de manière fragile cette configuration. La signature d’un traité d’arbitrage entre ces trois pays en 1915, connu comme le traité ABC, semble être en partie tributaire de cette configuration, entre compétition acharnée et « nécessité de préserver l’équilibre pour sauvegarder la paix et la sécurité de la région » [Lacoste, 2004, p. 32].

3À l’horizon du siècle nouveau, les rencontres internationales en Amérique du Sud ont été nombreuses et se sont déclinées en un large panel qui montre une volonté de coopération dans divers secteurs. Le Congrès juridique américain à Rio de Janeiro en 1900, le Congrès Scientifique latino-américain à Montevideo en 1901, le IIe Congrès Panaméricain au Mexique entre 1901-1902, sont quelques exemples des rencontres internationales destinées aux pays de la région. C’est sur cette toile de fond que se sont intensifiées les rencontres bilatérales entre les trois pays. En mai 1897 et août-septembre 1902, le Brésil accueillait des escadres chiliennes. En septembre 1896, le Brésil accueillait également une escadre argentine. Les présidents argentin et brésilien se sont rencontrés deux fois, en août 1899 à Rio de Janeiro et en octobre-novembre 1900 à Buenos Aires. Les présidents argentin et chilien se sont également rencontrés en février 1899 à Punta Arenas. Ces exemples de rencontres bilatérales sont significatifs d’une certaine volonté d’installer des espaces de dialogues entre trois pays à la recherche de l’hégémonie du sud-continent, et d’une politique d’équilibre de force. Cette diversité traduisait la complexité des relations et une multiplicité des associations possibles. Ainsi, le rapport de force ne s’étendait pas à la stricte comparaison des forces armées, mais bien à toute une série de liens internationaux créés au-delà d’un horizon de conflit. La recherche d’hégémonie passait donc par la tentative d’extension et de consolidation d’une sphère d’influence dont les termes dépassaient les simples logiques guerrières. La science et le progrès, par exemple, faisaient déjà partie de ces facteurs de prestige. L’idéal civilisateur correspondait à une idée de puissance.

  • 4 « Politica de paz », O Paiz, le 27 octobre 1900, ano XVII, n° 5864, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 5 Ibid.

4Dans l’imaginaire collectif, ces rencontres ont aussi nourri un espoir de confraternidad des pays sud-américains répondant à l’utopie américaniste. En effet, ces rencontres apparaissaient comme étant la contrepartie de la désunion que faisait remarquer le journal O Paiz lors du voyage de Campos Salles à Buenos Aires. Si d’un côté « l’Amérique du Sud donne à l’Europe et aux États-Unis l’impression d’une agglomération de nationalités sans force de cohésion »4, de l’autre ressortaient des initiatives du général Roca « l’idée d’affirmer en Amérique du Sud une force politique respectable, par l’union fraternelle des pays qui influencent le plus les destins du continent »5.

5Le voyage de Roca au Brésil en 1899, s’il est mis en perspective avec les deux autres qui l’entourent et avec lesquels il est directement relié, permet d’ébaucher certaines complexités de ce système sud-américain en consolidation. En effet, la rencontre chiléno-argentine à Punta Arenas semble être à l’origine de l’idée d’aller à Rio de Janeiro, ou alors s’intègre dans le même cadre d’ambition politique du gouvernement Roca. La rencontre brésilienne-argentine à Buenos Aires semble être un simple retour de cordialité internationale, ou alors la réussite de cette ambition politique. Ces rencontres internationales permettent de mettre en exergue un contexte à la fois contradictoire et complémentaire de ce système international sud-américain. Si elles sont vues dans l’objectif de réguler les forces et de stabiliser un équilibre pour « la sauvegarde de la paix et de la sécurité de la région », ces rencontres montrent à la fois un espoir de paix et à la fois la mise en place d’une paix armée. À partir d’un regard brésilien, accompagné d’un regard international sur ces deux rencontres, il est possible de voir que la rencontre de Punta Arenas, suivie de près par celle de Rio de Janeiro faisait émerger un espoir de paix. À l’inverse, la rencontre de Buenos Aires comme la suite de la rencontre de Rio de Janeiro permet d’observer un contexte de paix armée ou de méfiances réciproques. Il est évident que les séparations ne sont pas aussi nettes. La rencontre de Punta Arenas a éveillé des méfiances, comme celle de Buenos Aires un espoir de paix. Cependant, il semble qu’une brève étude de l’entrevue chiléno-argentine en ayant en perspective celle de Rio de Janeiro suscite l’idée d’un ralentissement de l’armement. Tandis que le séjour brésilien en Argentine, en ayant toujours en perspective la première rencontre argentine-brésilienne, ouvre la possibilité de considérer les relations de méfiance entre les pays de la région.

6À travers cette perspective sur ces rencontres internationales, il est possible d’identifier la formulation d’un imaginaire brésilien qui tenait à s’affirmer ou à s’imposer comme puissance incontournable dans le continent. En effet, comme le propose Pierre Milza, il est possible de saisir deux types de discours au sein de l’opinion globale : « à la fois des éléments d’immédiateté – la réalité objective de la réalité internationale et la façon dont elle est perçue, le jeu politique interne du moment, les réactions spontanées de la collectivité, etc. – et des composants relevant de structures plus stables du mental collectif » [Milza, 1981, p. 665]. En séparant ce qu’il y a d’immédiat dans les discours et ce qui est stable dans les ambitions brésiliennes, il est envisageable de définir une certaine aspiration brésilienne de l’avenir du pays et de la place qu’on voulait qu’il occupe dans le continent.

Notes

1 « Politica de paz », O Paiz, le 27 octobre 1900, ano XVII, n° 5864, Rio de Janeiro, p. 1.

2 Rui barbosa, « Boas-Vindas », A Imprensa, le 8 novembre 1900, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 48.

3 Angelo Agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 18 août 1899, ano V, n° 90, Rio de Janeiro.

4 « Politica de paz », O Paiz, le 27 octobre 1900, ano XVII, n° 5864, Rio de Janeiro, p. 1.

5 Ibid.

© Éditions de l’IHEAL, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable