Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une rencontre dans les fastes de l'Amérique ?

 | 
Hélène Veber

Deuxième partie. Construire un destin commun

Chapitre 4. La marche vers la civilisation

Texte intégral

  • 1 « A America Latina », O Paiz, le 8 août 1899, ano XV, n° 5420, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 2 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 28/05/1899.

1Une rencontre diplomatique entre deux nations inspire toujours un imaginaire de paix possible. Le rédacteur du O Paiz qualifiait l’entrevue comme étant un « moment d’une importance extrême [une] preuve d’amitié et de considération entre les deux puissances sud-américaines ». Cette rencontre était pour lui le témoignage que « l’éminent homme d’État, après s’être distingué par de glorieux faits de guerre emploie tant de ténacité à affirmer la paix dans le continent »1. Cette dialectique de paix se retrouve dès l’organisation du voyage. Dans une des correspondances entre l’ambassade du Brésil à Buenos Aires et le ministère, Cavalcanti Lacerda faisait remarquer que le voyage était considéré par Roca et le chancelier Don Enrique Moreno comme étant « de grand profit non seulement pour la relation des deux pays comme pour la solidarité sud-américaine »2. Le cadre des simples relations bilatérales était dépassé ; il était ici question de paix continentale. Les deux États se sont ainsi autopropulsés à un rang supérieur en devenant symboliquement les acteurs directs de la paix en Amérique du Sud, où ils occupaient déjà une place prépondérante.

2Pierre Renouvin, dans son ouvrage coécrit avec Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’Histoire des Relations internationales, explique qu’à la fin du xixe siècle, la pensée pacifiste se basait sur un sentiment humanitaire et une conscience morale de l’impact des guerres sur le développement de l’humanité. Ainsi, dans la littérature pacifiste, la guerre était vue comme inutile car elle ne résolvait rien, ses solutions n’étant « qu’apparentes ou temporaires » [Renouvin et Duroselle, 1991, p. 246]. Si la guerre du Paraguay était présentée comme une guerre utile par les vainqueurs lors de la rencontre, elle est aussi à ce moment présentée comme appartenant à une époque révolue de l’Amérique qui devrait alors se développer dans la paix. De plus, Renouvin explique qu’en cette fin de siècle le mouvement pacifiste « voulait atteindre les masses » [Renouvin et Duroselle, 1991, p. 245], et quels qu’étaient les principes qu’il mobilisait, économiques, sociaux ou religieux, la paix était vue comme la régulation des États modernes permettant leur cohabitation, et en ce sens la marche vers le progrès. N’était-ce pas cette idée que le directeur de la société Luz Esteárica avait fait ressortir lors de la marche ouvrière en expliquant son emblème « Pax et Labor » ? Il disait que seule la paix garantissait l’ordre et que le progrès n’était possible que dans ce contexte.

3Dans ce sens, il est important de rattacher ce discours à une idée de « marche vers la civilisation » que les deux États considéraient comme faisant partie de leur destin. Cette idée de marche vers la civilisation n’est pas seulement développée à cette époque par les courants pacifistes, elle est une construction inhérente aux pensées universalistes comme étant le destin de l’humanité. C’est imprégné de cet idéal que le général Roca a répondu au discours de Bocayuva le lendemain de son arrivée en insistant sur le fait que :

  • 3 Réponse de Julio Roca au discours de Bocayuva dans la réception officielle du 09/08, in Luis Vicent (...)

« C’était avec le peuple brésilien que l’Argentin avait lutté, alliés pour une cause commune ; et pour resserrer les liens d’amitié du Brésil avec l’Argentine, seule était nécessaire l’union des peuples, qui devrait sauvegarder les intérêts du continent et veiller ainsi à la grande œuvre de la paix, du progrès, et de la civilisation3. »

4La rencontre diplomatique n’était certes pas organisée par des mouvements pacifistes, cependant, leurs discours commençaient à trouver des échos dans la société. Il est ainsi à remarquer l’emprunt régulier fait à cette dialectique de paix par les acteurs et commentateurs de la visite. Cela permettait d’embellir l’entrevue, de la sortir des chancelleries en mobilisant un imaginaire de l’époque qui puisse toucher au plus large. En construisant une idée de tournant symbolique – au tournant même du siècle – basée sur un idéal de paix et de sécurité continentale, il devenait parfaitement justifiable auprès d’une large opinion publique, d’amorcer un rapprochement entre deux pays traditionnellement rivaux. Cet emprunt dialectique s’est fait à plusieurs niveaux. Renouvin explique que les discours pacifistes s’appuyaient soit sur une idée économique et sociale, soit sur les sentiments religieux. D’un point de vue religieux, les discours étaient essentiellement attachés aux principes chrétiens. La paix était perçue comme le destin du continent et ses justifications trouvaient leur source dans la configuration du territoire. Le découpage du territoire attribuait un rôle à chaque État dans la marche vers la civilisation. Comme disait Renouvin, « le chrétien est certes attaché à sa patrie ; il est fondé à penser que la nation à laquelle il appartient possède une vocation à jouer un rôle dans le monde » [Renouvin et Duroselle, 1991, p. 250]. Du point de vue économique, l’idée principale était celle de progrès, une situation d’harmonie et de solidarité entre les peuples ne pouvant que contribuer au développement du commerce. La rencontre durant laquelle s’est développé un discours de solidarité et d’amitié entre les pays de l’Amérique du Sud s’appuyait sur cette idée de construction commune. L’idée d’union sud-américaine emplissait ainsi l’imaginaire de la rencontre.

Le paysagisme d’une Amérique unie

  • 4 En majuscule dans le texte original.
  • 5 Juan Pablo Viscardo, « Carta Dirigida a Los Españoles Americanos », publié par A. G. Escudero, « Ju (...)

5Dès les prémices des mouvements d’indépendance, l’appartenance au territoire américain devient le pivot de la distinction entre Amérique et Europe. L’image du territoire prend ainsi une place particulière dans la construction symbolique du « Nous » américains. L’élite créole, de par son origine européenne, trouve les termes de sa singularisation dans l’appartenance au territoire américain. « Le Nouveau Monde est notre patrie, son histoire est la nôtre. […] La nature nous a séparés de l’Espagne par d’immenses mers. […] De cette manière, l’Amérique réunira les extrémités de la terre, et ses habitants seront attachés par l’intérêt commun d’une seule et GRANDE FAMILLE DE FRÈRES4 »5. Cette lettre destinée à « los Españoles Americanos », a été apparemment écrite à l’origine en français dans les années 1790, et publiée en espagnol seulement en 1801 [Escudero, 2007]. L’ancien Jésuite Juan Pablo Viscardo y Guzmán y faisait un appel aux Espagnols nés sur le territoire américain. Il a ainsi construit un « nous » américain qui se distinguait des « autres » espagnols. Le territoire prenait une importance de « mère patrie » dont les enfants devenaient les « frères ». Cet esprit de fratrie certes issu de l’idéal chrétien n’est pas spécifique aux Amériques mais prend une autre saveur dans un contexte où la langue, la culture ou la religion ne pouvaient pas faire base d’appui de distinction. Le territoire devenait l’essence de la patrie, d’où découlait la distinction « Nouveau » et « Ancien » Monde. À cette idée de distinction s’ajoute aussi une idée de destin, présentée par Honorio Roigt : « le sentiment qu’une destinée, non seulement différente, mais meilleure que la destinée du « Vieux Monde » et réservée à l’Amérique a été de tout temps assez répandu outre-Atlantique » [Roigt, 1939, p. 172].

  • 6 Manifesto Republicano, « Manifesto Republicano de 1870 », Cadernos ASLEIGIS, n° 37, mai-août 2009, (...)

6Cette appartenance à la terre américaine semble s’être manifestée très tôt du côté hispanophone. Cependant, au Brésil, selon Lucia Lippi Oliveira, ce fut seulement dans le Manifesto Republicano en 1870 que cette revendication est apparue [Oliveira, 2005]. En effet, la conclusion de ce texte soulignait que « Nous sommes de l’Amérique et nous voulons être américains. Notre forme de gouvernement [impérial], dans son essence et dans sa pratique, est antinomique et hostile au droit et aux intérêts des États américains6. » Cette revendication continentale permettait au mouvement républicain brésilien d’ajouter une distinction idéologique par rapport au régime impérial qui dépassait les termes politiques et ancrait l’ambition républicaine dans des termes géographiques. Villafañe Santos a en effet démontré que l’Empire a maintes fois refusé de participer aux initiatives politiques américaines, considérant que sa propre légitimité était fondée sur une ascendance européenne [Santos, 2004, p. 67-68]. Effectivement, la légitimité des États hispanophones s’est fondée au moment des indépendances sur un nouvel ordre politique. Ce principe de rupture s’est différencié de la légitimité développée par le Brésil, qui se basait sur une idée de continuité. « Entre les deux continents, dans un défi à la géographie, l’Empire s’inventait comme un bastion de civilisation (naturellement « européenne ») […]. Un Empire distant et tropical » [Santos, 2004, p. 25].

7L’imaginaire américain d’identité territoriale est également nourri d’un idéal de liberté politique qui s’est traduit par « la rupture du républicanisme américain vis-à-vis de l’Europe des souverains » [Santos, 2004, p. 25]. Cette séparation politique du monde, bien que n’ayant jamais été totale, a continué à nourrir à la fin du xixe siècle l’argumentation des responsables politiques. Nilo Peçanha, lors de la visite de la délégation argentine à la Chambre des Députés brésiliens, exprimait ainsi l’idée d’union continentale :

  • 7 ACD, sessão do 14/08/1899, p. 140.

« Il y a déjà un temps que l’histoire a ressenti ce que célèbrent aujourd’hui les parlements, […] : l’apparition des nations indépendantes jaillies de l’embryon colonial […] intervenant dans la dynamique du monde ; l’unification politique de tout un continent qui occupe la moitié du globe, proclamant par le sentiment et par l’idée les principes logiques de la démocratie libérale ; […] qui a su changer, dans les grandes évolutions de la vie, la notion de privilège dynastique et de la conquête militaire par le régime de responsabilité républicaine […]. »7

8Le territoire en Amérique n’était pas seulement limité à la question de l’appartenance, il était également imprégné d’une sphère mythique. Ce mythe s’étendait à la description de ce territoire par son paysage. Matthew Gandy explique dans son article « Paysage, esthétiques et idéologie » que la pensée géographique s’est attaché à classifier les liens entre la société et la nature physique des paysages [Gandy, 2001, p. 108]. Humboldt et Ritter sont les grands noms fondateurs de la géographie de la fin du xViiie siècle. Selon Paul Claval, même si leurs visions sont désuètes, ils ont apporté à cette discipline une ambition explicative : « elle n’est plus simplement description de la diversité terrestre ; elle fait comprendre le devenir humain » [Claval, 2011, p. 59]. Si leur pensée a influencé les courants déterministes, elle a aussi permis de repenser le rapport des hommes avec leur environnement. Il est intéressant ici de voir comment cette vision du monde a influencé une vision de l’Amérique et de nuancer un fonctionnement unidirectionnel de la pensée entre Europe et Amérique. La question de l’écart entre une vision « européenne » et une vision « américaine » peut être inversée, puisque Humboldt, considéré comme premier géographe de terrain, a longtemps voyagé en Amérique. Sa vision sur l’influence de l’environnement et la vie humaine a aussi pu être acquise au long de ce voyage. La pensée de Humboldt influant l’Amérique n’est-elle donc pas une pensée influencée par l’Amérique ?

  • 8 « General Roca », Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

9Le lien entre nature physique et culture a été remis en cause par la science, mais il a persisté dans l’imaginaire collectif. Ainsi, lors de la rencontre, la description d’un paysage commun entre l’Argentine et le Brésil permettait de suggérer l’idée d’une union des peuples : « Géographiquement, ils sont unis intimement par l’intérieur du cœur du long estuaire de la Plata, comme une large marge de civilisation8. » La dimension géographique du territoire était personnifiée dans le paysage commun aux deux pays. Cette peinture orale du paysage donnait une raison et figeait une idée d’union et de lien culturel par le lien territorial. Gandy précise encore que « le paysage n’est pas seulement un type particulier d’expression culturelle de la réalité mais un moyen de renforcer une idéologie dominante dans une société donnée » [Gandy, 2001, p. 110]. C’est ainsi que Honório Gurgel plaçait la fraternité des deux nations dans l’essence même du territoire naturel qu’elles occupaient :

  • 9 Discours de Honório Gurgel du 8 août 1899, in Angelo agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, l (...)

« Oui, Mon Général, nous sommes frères ; ayant entrepris les premiers pas, nous avons foulé ce même territoire de la libre Amérique Australe, qui ne connaît pas l’étroitesse des limites conventionnelles, qui s’étend du Panama au Cap Horn, une, indivisible, sans solution de continuité, s’élevant au vol du condor, au pic des cordillères, au génie de ses fils, se répandant dans les eaux de ses fleuves-mers, dans l’immensité de ses champs interminable dans la bonté sans rivale de ses cœurs, que tout envahit, que tout inonde, qui domine tout ! »9

10Ils sont frères car fils de la terre d’Amérique. Or, Gurgel élargissait sa description bien au-delà des limites des deux pays, en étendant le lien territorial à l’ensemble du continent méridional. Implicitement, il plaçait l’Argentine et le Brésil dans une situation de domination, et dont le destin était lié à celui du continent entier. Il s’agissait d’un discours presque romantique dans le sens où l’essence de la nature devenait un facteur fondamental dans le destin de l’Amérique. Il faisait appel au mythe de l’unité et de la diversité américaine pour y rassembler toutes les nations. Angelo Turco, dans son article « Mythes et géographie » rappelle que l’articulation entre la société et l’espace fait appel à une mythification du territoire qui « renvoie à la symbolisation de son état physique (localisation, étendue, attributs naturels), et […] à la phénoménologie de ce même lieu. » [Turco, 2001, p. 373]. En effet, le paysage dans l’imaginaire américain a pris une fonction de prédestination de l’évolution du continent. Le paysage devenait « le lieu de superposition de jeux de pouvoirs et de symboles qui ont une influence sur l’imaginaire des hommes » [Gandy, 2001, p. 113]. Barbosa transmettait cette idée de manière très claire dans son article « Um dia histórico » publié le 8 août 1899 :

  • 10 Rui Barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, 8 août 1899, Rio de Janeiro. In Rui Barbosa, Obras C (...)

« Dans la formation de ce continent le massif brésilien, avec sa stabilité et sa rigidité, la chaîne des Andes, avec la défensive de ses sommets, la dépression argentine, avec le merveilleux système de ses pampas et de ses fleuves, constituent, en apparence, un triple tout, chacun des membres représentant un élément intégrant et essentiel dans l’harmonie du destin commun. Cette distribution des rôles dans l’ordre physique répond, peut-être, dans l’ordre humain, dans l’ordre international, dans l’ordre historique, à une division naturelle des fonctions nécessaires entre les trois nationalités, sœurs au sein de leurs intérêts supérieurs : la préservation vivace du contingent latin dans l’évolution américaine. »10

11Barbosa, en construisant un mythe géographique, donnait une place et un rôle aux États qu’il considérait importants, par la position même qu’ils occupaient dans le continent. La complémentarité des paysages devenait une complémentarité des nations. L’idée de destin dans la « construction historique commune » était figée dans une dimension territoriale. Cela rendait l’union immuable puisque protégée par la permanence de la nature. Comme disait Angelo Turco : « Il peut être commode de saisir le mythe comme une construction narrative qui contient une représentation du monde dans laquelle les individus ou les groupes sociaux sont soumis à un processus d’intégration grâce auquel ils trouvent “leur place” » [Turco, 2001, p. 371].

La « confraternidad » sud-américaine

  • 11 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., P. VIII.
  • 12 Ibid., p. VI.
  • 13 Réponse de Julio Roca au discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899, in Luis (...)
  • 14 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. XII.

12« Notre travail a pour second titre La confraternidad Sud-Americana, et celle-ci s’obtient seulement lorsque ce sont les peuples eux-mêmes qui se mélangent et se resserrent dans leurs enthousiasmes fraternels »11. Cette explication donnée par Varela et Lainez pour justifier le titre de leur ouvrage est intéressante dans plusieurs aspects. D’abord, la juxtaposition des mots place l’amitié sud-américaine à côté des relations brésiliennes-argentines, posant ainsi les deux États comme les garants de l’union du sud-continent. Ensuite, cet ouvrage a été publié deux ans après la première rencontre des deux pays, ce qui montre une volonté de faire perdurer cette image d’amitié. Enfin, la référence à l’union des peuples était importante pour la comparaison avec la rencontre qui avait eu lieu en février 1899 à Punta Arenas entre l’Argentine et le Chili. En effet, même si pour les auteurs, cette rencontre de Punta Arenas était aussi un exemple de « politique internationale franche et équitable, dans laquelle le droit se prive de la force »12, il ne convenait pas pour eux de décrire une rencontre à laquelle seul le monde diplomatique avait participé. Cette idée d’amitié liée à l’unité populaire était aussi accentuée par le général Roca lors des réceptions officielles au Brésil. Il disait que « pour resserrer les liens d’amitié du Brésil avec l’Argentine, seule était nécessaire l’union des peuples »13. Cette référence aux peuples n’est pas originale en soi, dans la mesure où il est courant pour la puissance souveraine d’étendre son discours à l’ensemble de son aire de légitimité. Son utilisation était d’autant plus importante dans le cadre des deux rencontres présidentielles, en opposition à la « simple » rencontre de chancellerie ; la volonté de faire participer les « peuples » aux réjouissances impliquait sa présence lexicale dans les professions de foi diplomatiques. En intégrant le peuple à la logique diplomatique, le dialogue interétatique se voyait élargi et inscrit dans une vision de continuité qui dépassait les strictes limites des mandats des dirigeants. De plus, ce mécanisme oratoire permettait de retirer toute idée de stratégie politique. Les propos de la rencontre avaient pour intention de mobiliser un sentiment d’union sans intérêt, d’union fraternelle. « Ce n’était pas les deux nations les plus puissantes de l’Amérique du Sud qui s’alliaient dans une optique de propositions de conquêtes ou de prédominance. C’étaient les chefs d’État de ces deux pays, qui consolidaient les liens d’amitié et de fraternité »14.

13Cependant, des intérêts politiques ont été mentionnés de façon très diffuse. Ils ne se sont pas traduits par la signature de traités et les références à ces intérêts ont fait appel à une conception de cohabitation, de travail commun des pays américains pour l’évolution et la sauvegarde du continent.

  • 15 « A America latina », O Paiz, 8 août 1899, ano XV, n° 5420, Rio de Janeiro, p. 1.

« L’Amérique du Sud a besoin de se tonifier, de se fortifier, de prendre soin de sa stabilité, de son économie, de son futur. Le premier pas pour accomplir cette grande œuvre politique est la connaissance mutuelle des qualités, des aptitudes, des recours de chaque peuple, en mettant en marge les préjugés, les réserves […], les rivalités ridicules, en cherchant tous à se comprendre, à se respecter, à faire une œuvre commune de travail, de prospérité et de défense. »15

14Il s’agissait d’un discours de paix permettant la stabilité pour le développement des nations américaines. Ce genre de discours est apparu dès l’organisation de l’événement, en tout cas c’était dans ce sens que Cavalcanti Lacerda avait traduit les intentions argentines :

  • 16 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 10/06/1899.

« Ce voyage, dans sa conception [celle de Roca] [est] de grand avantage, pas seulement pour le développement des relations politiques et commerciales des deux pays, mais pour sa propre sécurité et celle des autres nations sud-américaines, au vu de la politique d’expansion attribuée à certaines puissances. Maintenant qu’aucune question ne nous sépare, a dit S.E., il convient que nous soyons unis et que cela se sache à l’extérieur16. »

15Le discours d’union sud-américaine est apparu dès l’émergence des mouvements indépendantistes. L’idée fédérative s’est très vite avérée impossible, la confédération, au sens de coopération entre fédérations, s’est présentée alors comme une nouvelle possibilité dès le congrès du Panamá qui a eu lieu en 1826. Les propos de Bolivar pendant l’organisation de ce congrès allaient très clairement dans ce sens : « Il est nécessaire que la nôtre [la confédération] soit une société des nations sœurs, or séparées dans l’exercice de leur souveraineté par le cours des événements humains, mais unies, fortes et puissantes pour se soutenir contre les agressions du pouvoir étranger. » [Santos, 2004, p. 79]. Les termes de fratrie semblent être une constante du discours de solidarité sud-américaine, ainsi que ceux de défense contre l’étranger. Malgré deux contextes différents séparés par plus de 70 années, la question de sécurité restait un terme de l’amitié. Dans le premier cas, les pays étaient nouvellement indépendants et avaient besoin d’assurer leur stabilité. Dans le deuxième, le contexte d’expansion impérialiste démontrait un nouveau souci de prévention. Le discours de Bolivar était très clairement destiné à une prévention européenne, celui de Roca à l’Amérique du Nord. Ainsi, l’imaginaire d’amitié s’est développé sur les termes de fratrie et de défense internationale des pays hispanophones. Comme le dit Honorio Roigt, « si quelque chose appelle l’union, c’est bien [l’idée de] l’existence d’un danger commun » [Roigt, 1939, p. 175]. Lors de la rencontre, les commentateurs brésiliens se sont approprié cet imaginaire fraternel et de défense.

  • 17 Angelo agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro.

« Nous serons une grande coalition de peuples frères, séparés seulement par les limites géographiques, tracées par chaque nationalité, autonomes mais toutes unies par l’amitié sincère, par la solidarité politique, alliées pour toujours dans la politique internationale, patriotique, de défense inconditionnelle de l’autonomie et de la liberté du continent sud-américain17. »

16Villafrañe Santos démontre dans son ouvrage que les conférences sud-américaines du xixe siècle avaient comme principal souci « de construire un droit international américain », preuve selon lui « d’une manifestation concrète du sentiment interaméricain ». Avant la République, le Brésil restait à l’écart de ces initiatives car « s’allier aux voisins hispano-américains […] mettrait en question la propre légitimité de l’État [impérial] brésilien » [Santos, 2004, p. 77-122].

« Nós somos da América »

17La première Conférence internationale américaine, tenue à Washington entre octobre 1889 et avril 1890, a marqué un changement dans la politique extérieure brésilienne ; le changement de régime au Brésil, en novembre 1889, a eu lieu en plein séjour, et avec lui un changement de directive pour la délégation en place. Clodoaldo Bueno, dans son ouvrage A República e sua Política Exterior (1889-1902) met en avant une certaine américanisation de la politique extérieure du Brésil dans les premières années républicaines. Pour lui, cette américanisation a existé dans le sens où il relève une volonté de changement dans la politique extérieure, où « le nouveau gouvernement prétendait rompre avec la tradition monarchique et amplifier le cercle des amitiés internationales » [Bueno, 1995, p. 25-26]. L’inflexion de la situation se ressent à plusieurs occasions, dont celle de l’initiative de Bocayuva à Montevideo en 1890 en relation au traité de Misiones.

  • 18 Discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899, in Luis Vicente Varela et bernabé (...)

18Lors de la rencontre de 1899, Bocayuva se montrait encore comme étant un américaniste fervent. Pour resserrer les liens d’amitié entre les États d’Amérique, il tentait de détourner les inimitiés entre les nations vers un ennemi commun : « Pour les jeunes pays américains, possesseurs de très vastes territoires et pourtant encore mal peuplés, le seul ennemi à dominer est le désert, parce que celui-ci est en même temps le siège de la barbarie et le plus grand obstacle à notre progrès, croissance et puissance18. » En tentant de minimiser les débats de frontières comme étant ridicules proportionnellement à l’étendue des territoires, il proposait un travail commun pour leur domination, synonyme de développement et de civilisation de l’Amérique. La formulation d’une ambition de travail commun entre le Brésil et les autres États de l’Amérique du Sud était à l’époque un discours nouveau. La République cherchait peut-être ainsi une nouvelle légitimation de sa politique internationale. Clodoaldo Bueno a fait un travail d’analyse sur la politique extérieure brésilienne en fonction du débat interne concernant cette question. Il relate ainsi les discordances qui ont existé à propos de l’orientation à suivre sur la scène internationale. Il appelle la « républicanisation du service et de la diplomatie » les différentes réformes du corps diplomatique qui ont eu lieu au début de la République [Bueno, 1995, p. 55-107]. En retraçant les débats, il fait ressortir certains discours particulièrement américanistes, comme celui d’Aristide Maia tenu face à la chambre de députés en 1892 :

  • 19 Discours d’Aristide Maia face à la Chambre des Députés. In ACD, sessão do 02/08/1892, p. 47.

« Sr. Président, la République a besoin sur ce point d’agir en réaction à la politique monarchique…
La politique monarchique a toujours cherché à implanter en cette terre la haine envers nos voisins. Fils de la même race, liés par les intérêts communs […] nous devons travailler pour effacer du peuple brésilien cette haine qui n’a pas raison d’être. […]
Mais nous, Républicains, avons intérêt à suivre une autre politique. Nous avons le devoir de cultiver, de créer une amitié de toute l’Amérique du Sud.
Je me rappelle d’un passage de ma profession de foi lorsque je me suis présenté candidat à la Constituante, et je vous demande la permission de la répéter : “Je désire pour mon pays une constitution républicaine et fédérative qui puisse devenir une Constitution de la Confédération Sud-Américaine. J’entends que l’idéal pour l’Amérique du Sud est de se former tout entière en une seule et puissante nation.” »19

19Les liens des américanistes brésiliens avec l’imaginaire de la confraternidad sud-américaine sont visibles dans ce discours, et ces termes sont réapparus lors de la rencontre. Agostini disait que :

  • 20 Angelo Agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro.

« C’est le futur même de l’Amérique latine qui ici [lors de la rencontre] se discute et se prépare […]. [Les pays au sud du Panama] forment une vaste coalition, et, liés par le même esprit de liberté et de progrès devront forcément influer dans le destin de l’Humanité dans un futur non lointain. C’est l’utopie convertie en fait – c’est l’ample Confédération des États sud-américains qui pourra en surgir. »20

20La rencontre peut être perçue comme une volonté du Brésil de participer aux initiatives américaines, et par là même de s’approprier un discours de confraternidad qui jusqu’alors lui était quasiment étranger. Le discours de Bocayuva pour l’accueil du général Roca s’inscrivait dans cette volonté :

  • 21 Discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899. In Luis Vicente Varela et Bernabé (...)

« L’intérêt fondamental pour le Brésil, aujourd’hui plus que jamais, est de maintenir et resserrer, chaque fois plus, les liens d’amitié qui unissent notre patrie à toutes les nations civilisées, et particulièrement à celles qui par leur voisinage se sont attachées à nous par les mailles d’une même solidarité. »21

  • 22 Angelo agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro.

21Cette idée de solidarité internationale était encadrée d’un discours pacifiste, qui en plus d’assurer la défense des États du continent envers l’extérieur, envisageait une régulation concertée des conflits internes. Dans un contexte de relations instables entre les pays de la région, ce genre de discours se destinait peutêtre à un cadre plus large que celui des deux interlocuteurs. Le Chili était souvent cité par la presse brésilienne comme partie intégrante de l’ambition d’unité américaine, en parlant des « intentions véritablement fraternelles qui lient actuellement le Brésil, l’Argentine et le Chili »22. Le Chili a été intégré, dans la rencontre bilatérale, comme étant aussi garant de la marche vers la civilisation sud-américaine :

  • 23 « Opinião da imprensa da tarde : Da "Noticia" », Jornal do Commercio, 9 août 1899, ano 79, n° 220, (...)

« L’Argentine, le Brésil et le Chili sont les nations les plus considérables de l’Amérique du Sud, les plus cultivées, les plus civilisées, les plus riches, les plus fortes. À elles revient donc la responsabilité du continent, non qu’elles aient à intervenir dans la vie de leurs peuples frères, mais par la haute exemplarité qu’elles donnent de l’ordre, de la liberté, du bien-être, de la morale et du progrès. »23

22Cette rencontre présidentielle au Brésil était peut-être le premier événement politique qui mettait en exergue un sentiment américaniste brésilien dans une mise en scène d’unité nationale. Les avis controversés concernant l’Amérique ont été étouffés par un discours général de consensus d’amitié avec l’Argentine et d’union continentale. En tout cas, la mise en exergue des courants américanistes laissait suggérer une certaine unité nationale derrière ces propos.

  • 24 Discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899, in Luis Vicente Varela et Bernabé (...)

« […] La présence de V.E. et des hauts dignitaires de la République Argentine qui accompagnent V.E., est le plus solennel témoignage des sentiments de confraternité qui influent actuellement dans la politique des États américains, sentiments qui, unis à l’idée de paix et d’harmonie entre tous, assurent aux nations de notre continent une ère de bonheur commun, pendant laquelle nous pourrons développer et féconder nos éléments de travail et de richesse, au bénéfice de la civilisation générale24. »

23La construction d’une histoire commune a été le système discursif de justification de la rencontre bilatérale en son époque. Dans cette réflexion, le concept de territoire était central et devenait le pivot du mécanisme par lequel était affirmée l’amitié des deux peuples. Il était en effet d’une charge symbolique puissante en Amérique et regroupait plusieurs idées. Il était l’essence même de l’État et permettait de définir l’ancrage de la nation. Marcelo G. Kohen explique que le principe d’uti possidetis, utilisé par les États de l’Amérique latine pour justifier de leur droit à l’indépendance, formulait une idée du territoire comme moyen de distinction d’une part avec les anciennes métropoles et d’autre part avec eux-mêmes. « C’est ainsi qu’on mentionne traditionnellement deux éléments constitutifs de l’uti possidetis : l’absence de territoires sans maître (terrae nullius) dans le continent américain et le respect des limites administratives préexistantes, qui se transforment en frontières internationales. » [Kohen, 2009, p. 15]. Cette idée de distinction devenait donc directement liée à une idée de liberté, à la fois face à l’emprise coloniale, mais aussi dans le cadre de la généralisation du système politique républicain qui s’est implanté presque partout en Amérique. Ainsi, le territoire devenait à la fois cohésion et distinction entre les États du continent.

24Cependant, ce système discursif utilisé pendant la rencontre correspondait peu aux réalités des discours de constructions et d’affirmations nationales. Les discours pacifistes qui pénétraient les discours de la rencontre prônant l’idée de civilisation se sont vite confrontés à une situation de méfiance entre les États et de divergences d’intérêts qui composaient le théâtre des relations sud-américaines. Comme le disait Renouvin en citant Théodore Ruyssen : « Les sentiments qu’éveillent dans l’âme de l’homme les appels des pacifistes n’ont jamais la même résonance que les élans du patriotisme » [Renouvin et Duroselle, 1991, p. 282]. Dans ce contexte, cette rencontre bilatérale avait un impact régional différent de celui qu’elle a pu avoir dans le cadre national brésilien.

Notes

1 « A America Latina », O Paiz, le 8 août 1899, ano XV, n° 5420, Rio de Janeiro, p. 1.

2 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 28/05/1899.

3 Réponse de Julio Roca au discours de Bocayuva dans la réception officielle du 09/08, in Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 68.

4 En majuscule dans le texte original.

5 Juan Pablo Viscardo, « Carta Dirigida a Los Españoles Americanos », publié par A. G. Escudero, « Juan Pablo Viscardo y su “Carta Dirigida a Los Españoles Americanos” », Araucaria, vol. 9, n° 17, 2007.

6 Manifesto Republicano, « Manifesto Republicano de 1870 », Cadernos ASLEIGIS, n° 37, mai-août 2009, p. 58.

7 ACD, sessão do 14/08/1899, p. 140.

8 « General Roca », Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

9 Discours de Honório Gurgel du 8 août 1899, in Angelo agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 18 août 1899, ano V, n° 90, Rio de Janeiro.

10 Rui Barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, 8 août 1899, Rio de Janeiro. In Rui Barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 197.

11 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., P. VIII.

12 Ibid., p. VI.

13 Réponse de Julio Roca au discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899, in Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 68.

14 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. XII.

15 « A America latina », O Paiz, 8 août 1899, ano XV, n° 5420, Rio de Janeiro, p. 1.

16 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 10/06/1899.

17 Angelo agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro.

18 Discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899, in Luis Vicente Varela et bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 66-67.

19 Discours d’Aristide Maia face à la Chambre des Députés. In ACD, sessão do 02/08/1892, p. 47.

20 Angelo Agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro.

21 Discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899. In Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 66-67.

22 Angelo agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro.

23 « Opinião da imprensa da tarde : Da "Noticia" », Jornal do Commercio, 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

24 Discours de Bocayuva dans la réception officielle du 9 août 1899, in Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 66-67.

© Éditions de l’IHEAL, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540