Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une rencontre dans les fastes de l'Amérique ?

 | 
Hélène Veber

Deuxième partie. Construire un destin commun

Chapitre 3. Le témoignage d’une histoire commune

Texte intégral

1Les zones de contact entre les deux puissances coloniales espagnole et portugaise ont toujours été sources de débats, et les rivalités entre le Brésil et l’Argentine sont souvent considérées comme un héritage colonial. En effet, l’idée d’héritage est importante dans le sens où certains acteurs de l’époque ont à la fois défendu un territoire impérial puis un territoire appartenant aux États-nationaux en construction. La formulation des rivalités peut en revanche être observée au sein même de la définition de la nation et de son espace vital. Novais, en commentant la présentation de Luiz Felipe de Seixas Corrêa « O Brasil e os seus vizinhos : uma aproximação histórica » exposée lors des séminaires du projet « Argentina-Brasil a Visão do Outro », souligne la difficulté de l’historien face à l’anachronisme notamment dans l’étude des anciennes colonies. Il rejette l’idée que les périodes coloniales intègrent les histoires des États nouvellement indépendants : « Il ne peut pas exister une période coloniale de l’histoire du Brésil, car il n’existe pas de Brésil. Nous ne pouvons pas projeter le Brésil à quand il n’existait pas. » [Corrêa, 2000, 45]. L’histoire précédant la formation de l’État brésilien est donc celle de l’Amérique portugaise. Cette idée est également valable pour les autres États occupant l’espace de l’ancienne Amérique espagnole. Dans ce sens, la rivalité entre les États de l’Amérique luso-hispanique se comprend plus dans la formation des États-nations mêmes, tout comme l’émergence des rivalités formulées entre les pays hispanophones. Magnoli explique donc que l’intervention dans la région de la Bande Orientale, où se trouve l’Uruguay actuel, se structure en deux moments. Le premier temps est initié en 1811 dans l’ambition d’asseoir l’Empire portugais en Amérique du Sud avec son nouveau siège à Rio de Janeiro. En second lieu, en 1821, l’ambition était la consolidation et la construction de l’Empire brésilien dans un contexte distinct de dix années auparavant [Magnoli, 1997, p. 145]. Si d’un côté donc, l’Empire brésilien essayait de forger sa légitimité dans l’idée d’unité territoriale, de l’autre l’ancienne vice-royauté de la Plata essayait de construire les Provinces Unies du fleuve de la Plata autour du leadership porteño. La Bande Orientale ou la province de Cisplatina a été pendant toute la première moitié du siècle une zone de conflit où l’Empire brésilien s’est confronté à la future République Argentine. C’est au milieu de ce conflit entre légitimité territoriale et légitimité administrative que le nouvel État de l’Uruguay a proclamé son indépendance. L’apparition d’États à la frontière des anciennes zones luso-hispaniques peut se comprendre à travers l’idée de l’équilibre des forces. En effet, le patriotisme qui s’est construit en Uruguay et au Paraguay a pu émerger entre autres d’une non-adhésion aux pouvoirs centralisateurs proposés de l’un et de l’autre côté du Rio de la Plata.

2Par ailleurs, l’historiographie a tendance à distinguer l’unité territoriale brésilienne et l’éclatement territorial hispano-américain par la dichotomie Empire-République, et il est nécessaire sur ce point d’apporter une lumière supplémentaire. Si l’empire brésilien a utilisé ce symbole d’unité territoriale pour forger sa légitimité, ce n’est pas le régime lui-même qui en a assuré la pérennité. De nombreuses révoltes séparatistes ont eu lieu au Brésil au cours du XIXe siècle, la plus connue étant la révolte farroupilha du Rio Grande do Sul (1835-1845) qui a proclamé la République Rio-Grandense indépendante de l’Empire. Cependant, ce mouvement révolutionnaire s’est affaibli à partir des années 1840 et les discours de libéralisation se sont atténués « pour garantir l’adhésion des plus grands propriétaires terriens » [Scheidt, 2000]. Ainsi, il semble que, comme le propose Novais, c’est l’esclavage qui permet l’unité territoriale sous l’Empire. En faisant une comparaison avec les États-Unis, ce dernier auteur explique que « là où s’est préservé l’esclavage, […] s’est maintenue l’unité » [Corrêa, 2000, p. 49].

  • 1 Rui Barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, le 8 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obra (...)
  • 2 Ibid., p. 198.
  • 3 Ibid., p. 198.

3C’est au sein de ce contexte de constructions étatiques et nationales, le national venant répondre à la légitimation de l’État, que semblent s’être construits les antagonismes entre les États d’Amérique. Ces antagonismes n’opposaient pas systématiquement lusophones et hispanophones, et n’étaient pas non plus immuables. Si la formulation d’une rivalité entre l’Argentine et le Brésil semblait nécessaire dans l’édification de l’État-nation au cours du XIXe siècle, il semble qu’au tournant du XXe siècle la construction d’une « amitié éternelle » correspondait plus aux intérêts du moment. La trame de la rencontre s’est construite à travers un nouveau regard sur les événements passés. L’État argentin n’était plus présenté comme une entrave au développement national brésilien, bien au contraire, il devenait un allié fondamental dans l’histoire nationale. Selon les mots de Barbosa, « il y a environ cinquante ans que les grands moments de notre existence nationale nous font nous retrouver toujours ensemble »1. Ce sont exactement ces dernières cinquante années du XIXe siècle qui ont été reprises par les acteurs de la rencontre pour témoigner d’une histoire commune entre les deux peuples. La guerre du Paraguay était la référence par excellence, l’événement où « les deux familles ont confondu leur sang dans les mêmes champs de bataille »2. Barbosa voyait également dans l’abolition de l’esclavage un moment où Argentins et Brésiliens « ont confondu leur âme pour un même idéal »3. Enfin, l’arbitrage du territoire de Misiones qui a eu lieu en 1895 apparaît comme le symbole de la fin de l’antagonisme Argentine-Brésil, une dispute futile qui ne servait qu’à infirmer l’amitié des deux peuples et les freiner dans la marche vers la civilisation.

Frères dans la guerre

  • 4 Discours de Honorio Gurgel lors du premier dîné en hommage à l’Argentine, in « Argentina-Brazil », (...)
  • 5 Discours de Julio Roca lors du premier dîner en hommage à l’Argentine, in « Argentina-Brazil », Don (...)
  • 6 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. XVI.

4La dramaturgie de l’histoire commune emplit la mise en scène de la rencontre des deux nations et les liens de fratrie ont été mis en avant tout au long du séjour. Lors du banquet officiel du jour de l’arrivée, plusieurs discours exprimaient cette idée. Honorio Gurgel, président du conseil municipal de Rio de Janeiro, l’a formulée clairement : « Oui, Mon Général, nous sommes frères4. » Cette fraternité a été cherchée dans le cours de l’histoire et dans la mémoire des acteurs, et c’est ainsi que le général Roca trouvait dans son témoignage l’essence même de l’union entre les deux peuples qui lui paraissait essentielle au rapprochement des deux pays. « Très jeune, j’ai participé aux forces alliées qui se sont battues pour une cause commune, ce lien de sang et ce sacrifice ne se rompent pas facilement dans la vie5. » En effet, la guerre de la Triple Alliance (Argentine-Brésil-Uruguay) contre le Paraguay a été la référence historique choisie pour retracer un lien unissant les deux peuples. La presse y recourt, que ce soit pour parler de la guerre en elle-même ou dans la présentation des membres de la délégation argentine, dont plusieurs en étaient des vétérans. La guerre du Paraguay était présente dans le discours des représentants politiques et militaires, tissant ainsi un lien direct avec les combattants des deux côtés de la Plata. Elle a été symbolisée dans certaines cérémonies, donnant un lien vivant à ce passé glorieux. Dès le départ du port de Buenos Aires, le ton était donné. La délégation argentine, avant de continuer son voyage vers Rio de Janeiro, s’est arrêtée au port de Montevideo, courtoisie internationale, certes, mais aussi révérence à l’ancien allié. Varela et Lainez dans leur ouvrage voient dans cette escale une importance naturelle de la Triple Alliance : « ces quelques heures ont suffi pour que les gouvernants des deux pays puissent s’en tenir aux sentiments d’union et d’amitié qui lient les nations baignées par le Plata, et qui les destinent, en politique internationale, à fonctionner toujours en accord avec le Brésil »6.

  • 7 Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

5La guerre du Paraguay a eu lieu entre 1865 et 1870, alors que les alliances et les inimitiés entre les factions du Plata connaissaient une période particulièrement mouvementée. Les velléités territoriales se mêlaient aux constructions nationales et aux justifications politiques et stratégiques. Si cette guerre a été sanglante, certains historiens voient en elle la naissance des sentiments nationaux dans les différents pays protagonistes. Ricardo Salles souligne le lien qui a existé entre les classes populaires et les classes dirigeantes dans une même « scène civique, même si certains étaient exclus de la citoyenneté », contribuant à l’émergence d’une conscience nationale [Salles, 2010]. Cette idée de nationalisme n’est pas remarquée que par l’historiographie ; au moment de la rencontre diplomatique, le rédacteur du Jornal du Brasil a fait ressortir cette idée en disant que : « les deux armées se constituaient alors comme un seul corps. Les mêmes sentiments les agitaient ; l’ardeur patriotique les animait des mêmes émotions »7. En raison de ces implications nationales et régionales, l’historiographie du conflit reste – encore aujourd’hui – très controversée et très partisane. Francisco Doratioto dans son ouvrage Maldita Guerra ! Nova hostória da Guerra do Paraguai explique que jusqu’à la signature du traité d’alliance entre les trois alliés, les dirigeants brésiliens se méfiaient des ambitions expansionnistes argentines. Selon l’auteur, il y aurait « des indices réels, selon lesquels le gouvernement argentin n’écartait pas, à l’époque, la possibilité d’annexer le Paraguay, bien qu’il n’y ait pas de plan préparé à cette intention » [Doratioto, 2002, p. 160]. La méfiance est partagée des deux côtés du Plata ; selon Miguel Angel Scenna, pour l’Argentine, « s’allier à l’Empire [brésilien] dans les circonstances de l’époque [pourrait signifier] se transformer en un de ses satellites » [Scenna, 1975]. Ainsi, l’établissement d’un traité d’alliance ne semble pas avoir été tâche aisée, et c’est la tournure des événements plutôt qu’une réelle volonté de s’unir qui semble avoir précipité sa signature. Or, lors de la rencontre entre Roca et Campos Salles, le journal Rua do Ouvidor décrit l’alliance et l’engagement de l’Argentine comme le sursaut naturel d’un ami :

  • 8 « General Julio Roca », Rua do Ouvidor, le 5 août A899, ano II, n° 65, Rio de Janeiro, p. 1.

« Durant la célèbre campagne que nous avons dû tenir cinq années contre nos valeureux ennemis du Paraguay, qui nous ont décimé des dizaines d’hommes vaillants et illustres, nous l’avons eu toujours [l’Argentine] à notre côté, se battant pour notre cause, partageant nos triomphes et nos infortunes, comme si l’affront qui nous avait été fait l’offensait aussi dans son honneur, la blessait dans toute sa dignité8. »

  • 9 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 178.

6Cependant, cette révérence à l’engagement argentin ne semble pas apparaître ailleurs que dans le temps de la rencontre. En 1897, un colonel d’État-Major de l’armée brésilienne ayant très jeune participé à la guerre, José Bernardino Bormann, a publié Historia da Guerra do Paraguay, dans l’intention de réparer « les injustices faites à l’armée brésilienne par nos alliés argentins pendant et après la guerre du Paraguay ; les contre-vérités publiées par sa presse dans l’intention de nous rabaisser à un plan inférieur dans l’énorme tragédie internationale qui s’est terminée à Aquidaban » [Bormann, 1897, p. 3]. Deux ans avant la rencontre, et même après, les querelles sur les mérites de chaque armée au sein de cette guerre ne semblaient visiblement pas dissipées. En effet, Doratioto explique par exemple que l’idée du plan d’attaque de l’Humaita était tantôt attribuée à duque de Caxias, tantôt à Bartolomé Mitre, causant des débats virulents, chaque État tenant à imposer son héros national [Doratioto, 2002, p. 299-300]. L’auteur explique l’affaire de 1903, lorsque le Jornal do Commercio a publié les « hauts faits » du général brésilien pour fêter le centenaire de sa naissance. Bartolomé Mitre, encore vivant, a alors réfuté dans le journal argentin La Nación cette version des faits, ce qui a entretenu les querelles. Quelle que soit la véracité des faits, la Triple Alliance ne semble pas avoir réellement permis une communion entre Argentins et Brésiliens en dehors de ces moments singuliers que furent les rencontres présidentielles de 1899 à Rio de Janeiro et de 1900 à Buenos Aires. Par ailleurs, les images des deux héros militaires étaient présentes lors des rencontres, et elles sont venues renforcer, dans l’oubli des différends, le pacte d’amitié. Lors de l’inauguration de la statue du duque de Caxias, c’est toute la symbolique d’union forte entre les deux armées qui est mise en avant par le général Roca : « L’illustre soldat brésilien n’a pas été l’une de ces personnalités dont la pensée et les actes se développent dans les limites de sa patrie. Il a acquis une célébrité américaine, dans les guerres et les combats mémorables qui attachent son nom aux faits militaires des peuples du Plata9. » Campos Salles, pour sa part, lorsqu’il s’est rendu à Buenos Aires, a demandé à prolonger d’un jour son voyage pour pouvoir avoir un moment privilégié avec Bartolomé Mitre en lui rendant une visite personnelle. Ainsi, les tensions entre vainqueurs semblent solubles dans l’événement diplomatique. L’importance des débats autour des deux soldats n’a d’égale que les efforts mis en œuvre par les représentants des États lors de leur face-à-face pour les minimiser. Il y a là une nuance fondamentale à apporter ; si des voix au sein des nations se sont élevées pour entretenir une querelle née des ambitions supposées des uns et des autres, les États se devaient de maintenir entre eux la plus parfaite entente, car il en allait de leur crédibilité internationale. La nation peut s’enorgueillir d’un fait d’arme, mais l’État se doit de le partager avec son allié. L’État-nation, dans son spectacle diplomatique, agit selon la logique de ses traités, et se doit de se montrer comme tel à sa population et aux autres États.

  • 10 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 98.
  • 11 Ibid., p. 98.
  • 12 Ibid., p. 101.
  • 13 Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 14 Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

7Varela et Lainez, dans leur description du banquet militaire offert le 11 août 1899, renforçaient cette idée de dissipation de désaccord en soulignant les liens entre les hommes : « comme dans toutes les fêtes de cette classe, et particulièrement entre militaires, dont plusieurs ont été compagnons d’arme, il a régné la plus grande cordialité et la plus grande joie entre les convives dès les premiers moments, […] envoûtés par les souvenirs de la guerre du Paraguay »10. Les discours de cette occasion allaient de même. Le général Medeiros Mallet, ministre brésilien de la Guerre, se félicitait de la présence du général Roca au Brésil, dont la poitrine resplendissait « des médailles commémoratives de glorieux faits militaires fêtés par les deux nations »11. Son homologue argentin le Lieutenant général Luis Maria Campos voyait ces médailles comme « un symbole de fraternité indestructible »12. Il est évident que le souvenir de la guerre est un souvenir militaire, mais il s’est exprimé dans diverses cérémonies, et semble très présent dans les esprits. Le Jornal do Commercio résumait ainsi ce sentiment : « La fraternité pendant la guerre a scellé pour toujours la fraternité dans la paix13. » Le souvenir de la guerre était présent bien au-delà des célébrations militaires. Lors de la réception officielle au palais du Catete le 9 août, le général Roca fait sortir un homme de la file du corps des pompiers qui venaient lui souhaiter la bienvenue, après avoir remarqué une médaille argentine du mérite au milieu de ses décorations. Le président argentin a alors échangé deux mots avec lui, le traitant comme un égal, un « compagnon de campagne » selon ses propres termes14. Cette accentuation de l’intimité qui a pu exister entre frères d’armes est transposée dans la personnalisation des États-nations, construisant une proximité affective entre des entités structurelles. La méfiance réciproque s’est dissolue dans la glorification des actes communs. Cette rencontre diplomatique délaissait les querelles intestines pour mettre en lumière la gloire officielle de la victoire civilisatrice qui allait au-delà de celle des armes.

Sœurs dans la liberté

  • 15 Rui Barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, le 8 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obra (...)

8Barbosa disait que « les deux familles ont confondu leur sang dans les mêmes champs de bataille […] et leurs âmes pour le même idéal »15. L’abolition de l’esclavage, dans l’esprit du penseur brésilien, était une autre lutte commune pour la prospérité et la liberté américaine. Cette référence historique à l’occasion de la rencontre, bien que modeste par rapport aux autres, est intéressante dans le sens où elle fait appel au symbole de liberté dont l’Amérique voulait se vêtir, et dans la mesure où elle était une avancée « civilisatrice » dans un continent marqué par l’histoire de la captivité. Le mouvement abolitionniste s’est particulièrement amplifié ou du moins a trouvé plus d’écho pendant la guerre du Paraguay, car « elle a contribué à révéler les relations du peuple avec l’État, dans la mesure où elle a engendré d’importants questionnements concernant les éléments constitutifs de la nation, dans un contexte où une partie significative de la population était encore attachée à l’institution de l’esclavage » [Pamplona et Stuven, 2010, p. 17]. À l’occasion du conflit, l’Empire a en effet été amené à racheter des esclaves en échange de leur enrôlement, en raison du besoin d’hommes sur les champs de bataille. Selon Hendrik Kraay, ce n’était pas par volonté abolitionniste que l’armée a pu s’impliquer dans des situations où les propriétaires d’esclaves étaient mis en difficulté, mais bien dans le cadre d’une nécessité stratégique [Kraay, 1996]. Cependant, le mouvement abolitionniste a utilisé le discours de l’esclave patriote pour appuyer ses revendications :

« Cette coopération entre les esclaves et l’armée était l’anoblissement légal et social de cette classe. Aucun peuple, à moins qu’il ait perdu son sentiment même de dignité, ne peut intentionnellement rabaisser ceux qui se sont chargés de le défendre, ceux qui font profession de maintenir l’intégrité, l’indépendance et l’honneur national. » [Nabuco, 1883, p. 61].

9Cette résurgence du droit antique romain, implicite dans l’argument de Joaquim Nabuco, a été efficace dans la mesure où elle a réussi à susciter de nombreux débats, autour d’un sujet que l’État avait tendance à éviter. L’importance de la guerre du Paraguay et la capacité du mouvement abolitionniste à s’en emparer pour en faire son cheval de bataille ont lié dans l’historiographie la lutte contre l’esclavage et ce conflit armé. Les conséquences directes de la guerre ont conforté partisans et historiographes de l’abolition dans la mise en avant de la guerre du Paraguay comme événement fondamental dans le processus de libération. La loi du Ventre livre signée en septembre 1871, qui proclamait la liberté des enfants d’esclaves, vient confirmer ce processus. Lors de la rencontre, Barbosa lie ainsi la guerre et la lutte contre la captivité en rappelant le contexte de l’adoption de la loi dans un texte dédié à la question :

  • 16 Rui Barbosa, « 1813 E 1888 », A Imprensa, le 11 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obras Co (...)

« Le conseiller Saraiva, en 1865, prévoyait que l’alliance de l’Empire avec les républiques platines donnerait comme résultat nécessaire l’élimination de l’esclavage au Brésil. Six ans plus tard, Paranhos, en défendant le projet qui est devenu loi le 28 septembre, confirmait ces pressentiments : “Je me suis trouvé, à la fin de la guerre du Paraguay en relation avec cinquante mille Brésiliens qui étaient en contact avec les peuples voisins ; je sais, par les confessions des plus illustres d’entre eux, ô combien l’institution odieuse de l’esclavage au Brésil nous vexait et nous humiliait face à l’étranger”16. »

  • 17 Cette loi n’en finit ni avec l’esclavage ni avec la traite, et est considérée comme une loi « para (...)

10Il est à noter dans cet extrait, en plus du lien évident avec la guerre, l’importance de l’opinion internationale dans le débat. La Grande-Bretagne s’est illustrée pendant l’ensemble du XIXe siècle en éliminant le commerce de traite dans l’Atlantique, pour des raisons et par des moyens tant politiques qu’économiques. La reconnaissance même de l’État indépendant brésilien par l’Angleterre passait par la limitation du trafic négrier. La conséquence directe de la volonté anglaise d’imposer au Brésil une législation anti-trafic a été la loi brésilienne de 1831 qui classait la traite négrière dans les actes de piraterie17.

11Le maintien d’un capitalisme de captivité au Brésil a de la même manière pesé sur les relations avec ses voisins continentaux. Varela et Lainez déclaraient que :

  • 18 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 9.

« Après l’indépendance des Colonies espagnoles, le même cri du Ipiranga, qui a séparé le Brésil du Portugal, n’a pas eu la force suffisante pour détruire le passé. L’esclavage et la monarchie, forts et soutenus dans la nation limitrophe aux libres Républiques de la Plata, ont produit l’éloignement des peuples qui vivaient à l’abri d’institutions si distinctes18. »

12Luís Cláudio Villafañe G. Santos, dans son ouvrage O Brasil entre a América e a Europa, explique comment la question de l’esclavage était l’un des obstacles à la participation de l’Empire aux congrès « interaméricains » [Santos, 2004, p. 29]. Les pays du continent sud-américain ayant aboli l’esclavage faisaient pression pour qu’il en soit fait de même au Brésil. Afin d’éviter le débat, le Brésil a maintes fois refusé d’y participer. Barbosa voyait ainsi dans des actes diplomatiques entre l’Argentine et le Brésil le signe d’un soutien implicite à la cause abolitionniste.

  • 19 Rui Barbosa, « 1813 E 1888 », A Imprensa, le 11 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obras Co (...)

« L’antithèse entre cet état juridique [de l’Argentine] et le nôtre était au point de susciter des conflits entre les deux gouvernements, […] ce qui a rendu impossible pendant dix ans la célébration d’un traité sur ce sujet avec le Brésil, qui persistait jusqu’à peu avant la loi de 1871 dans ses exigences esclavagistes. Ce large précédent qui nous a avantagés dans l’extinction de la captivité, signale une des plus grandes fortunes dans le destin de notre voisine19. »

  • 20 Rui Barbosa, « 1813 E 1888 », A Imprensa, le 11 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obras Co (...)
  • 21 Ibid., p. 216.
  • 22 Ibid., p. 216.
  • 23 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 9.
  • 24 Rui Barbosa, « 1813 E 1888 », A Imprensa, le 11 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosai, Obras C (...)
  • 25 Plusieurs articles et ouvrages sur cette question accentuent cette idée de rapprochement entre l’Ar (...)
  • 26 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 10.

13Dans ce texte, Barbosa présentait différents articles des constitutions argentines qui avançaient pas à pas vers l’abolition de l’esclavage depuis 1813. Celle-ci est devenue définitive lors du vote de la constitution de 1860. Il démontrait que « cette différence substantielle, qui maintenait entre nous la domination de l’homme sur l’homme, abolie entre nos voisins, a suffi à creuser entre les deux civilisations la distance du paganisme à l’évangile, de l’immobilité au progrès »20 et se lamentait que « toute la chaîne de notre histoire [brésilienne] va être prise dans l’anneau de fer de l’esclavage africain »21. Il voyait ainsi l’abolition comme étant « l’œuvre de notre régénération sociale »22, avis partagé aussi de l’autre côté du Plata : « pour le Brésil, l’heure suprême à laquelle les nations atteignent leur complète rédemption, a aussi sonné. […] l’abolition totale de l’esclavage, [fut] une révolution sans sang, fruit mûr de la conviction nationale… »23. Les réjouissances de la République argentine à l’annonce de la fin de l’esclavage au Brésil furent donc notées par Barbosa comme étant un acte de fraternité : « Ce fut avec la conscience de son contingent supérieur dans cette conquête humaine que [l’Argentine] nous a ouvert les bras fraternellement, en célébrant avec nous l’ultime acte de suppression de la captivité dans le monde civilisé24. » La fraternité entre les deux peuples a été également accentuée par la proclamation du nouveau régime, une année après l’abolition. Ces deux événements ont été considérés comme une avancée des relations Argentine-Brésil et fêtés des deux côtés du Plata25. Varela et Lainez l’ont ainsi souligné dans l’introduction de leur ouvrage : « L’avènement de la République au gouvernement du Brésil a complété l’œuvre. Il n’existait plus alors un passé antagonique ! Les sujets transformés en citoyens, et les esclaves reconnus en hommes, ont trouvé dans chaque Argentin un frère26. »

14L’article écrit par Barbosa pour célébrer la présence de la délégation argentine sur le sol brésilien ajoutait une pierre à l’édifice d’une histoire commune en construction. Il concluait ainsi : « Mieux vaut, entre les deux peuples, une tradition comme celle-ci dans son histoire, que l’écriture d’un traité d’alliance dans leurs chancelleries ». L’abolition n’a pas été une thématique symbolique explicite dans les discours ou dans le programme de la rencontre pour réunir les deux nations, mais il est possible que la marche des ouvriers, emblèmes du travailleur libre, était une façon pour le Brésil de se présenter à l’international comme faisant désormais partie d’un monde civilisé basé sur le capitalisme libre. Cette marche, qui faisait aussi ressortir des symboles républicains, pouvait également permettre à la République de s’approprier l’imaginaire abolitionniste.

Un territoire pour les unir

  • 27 « Opinião da imprensa da tarde : Da “Noticia” », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 22 (...)

15La construction d’une histoire commune impliquait d’en finir avec toute querelle susceptible d’entacher l’amitié entre les deux peuples. C’est pourquoi il a souvent été fait référence à la résolution récente du dernier litige territorial entre les deux États. « Terminée entre les deux pays la question unique qui pouvait les séparer, il ne reste entre eux que des raisons pour s’estimer et s’unir dans l’auguste œuvre du progrès et de la civilisation sud-américaine27. » Les débats concernant le territoire de Misiones ont en effet eu une importance retentissante à l’époque, dans la mesure où le conflit faisait entrer en compte des questions de construction nationales dans chaque pays.

16La bande de territoire située entre les fleuves Pepiri-guazú, Santo Antonio, Chiapecó et Chopím était contestée par le Brésil et l’Argentine, et les tractations avaient commencé dans les années 1880 [Escudé et Cisneros, 2000]. En septembre 1889, un traité a été signé entre les deux États, et la question devait être résolue grâce à un arbitrage mené par les États-Unis d’Amérique. Lorsque la République brésilienne a été proclamée, en novembre de la même année, la politique extérieure menée par Bocayuva donnait un signe fort de changement, en tentant de rapprocher le pays des républiques voisines. Ainsi, le ministre des relations extérieures du gouvernement provisoire a essayé de porter une solution rapide au litige frontalier concernant le territoire de Misiones. L’Argentine, ayant reconnu la République brésilienne près d’un mois après sa proclamation, semblait favorable à une politique de rapprochement entre les deux pays. Bocayuva s’est alors « précipité » (aux yeux du Congrès brésilien) à Montevideo pour signer un traité qui partageait Misiones en deux. Le traité de Montevideo signé le 25 janvier 1890 n’a alors pas été ratifié par le Congrès brésilien qui a préféré en rester à celui signé à la fin de l’Empire.

  • 28 E. S. Zeballos, Alegato de la República Argentina sobre la cuestión de límites con el Brasil en el (...)

17La commission d’arbitrage s’est donc tenue en 1895, sous la présidence de Grover Cleveland, président des États-Unis. Chaque État avait nommé deux personnalités pour défendre ses positions. Estanislao Severo Zeballos représentait l’Argentine face à José Maria da Silva Paranhos Júnior, plus connu comme Barão de Rio Branco. Zeballos (1854-1923) est une personnalité importante de l’histoire argentine ; intellectuel, juriste et politicien appartenant à une famille de militaires, il a été trois fois nommé ministre des relations internationales, deux fois président de la chambre des députés, quatre fois député, et en 1893, il a été ambassadeur auprès des États-Unis. Il est cofondateur du journal la Prensa (1874), et a participé à de nombreuses structures nationales et internationales de Droit. Selon l’historien argentin Pablo Lacoste, sa personnalité est cause de débats encore aujourd’hui ; pour certains, modèle d’un homme d’État patriote, pour d’autres, politicien agressif qui n’a pas toujours favorisé une politique d’apaisement avec les États voisins [Lacoste, 2003]. Rio Branco (1845-1912) est aussi un homme important dans l’histoire de son pays. Intellectuel et diplomate, issu d’une famille d’hommes d’États influente dès l’époque de l’Empire, il a été ministre des relations extérieures du Brésil pendant dix ans, de 1902 à sa mort. Considéré comme un héros national, il est connu pour son action diplomatique dans la résolution des litiges frontaliers (Amapa, Acre, Misiones…). Il est donc, par son action dans la définition du territoire, considéré comme une « référence pour la construction de la nation, un fondateur de la nationalité » [Santos, 2010, p. 16]. L’historiographie brésilienne est encore aujourd’hui balbutiante quant à la déconstruction du mythe Rio Branco. Brésil et Argentine ont organisé leur défense en trois langues, à travers des recherches d’archives présentées respectivement en sept et cinq tomes, comportant des cartes et des textes rappelant l’appartenance territoriale28. Les litiges hérités des Portugais et des Espagnols ont été la base de défense de chaque partie qui s’en sont servies pour appuyer leurs propos. Les argumentations se basaient sur le choix d’événements historiques, qui se sont souvent avérés être les mêmes. Au-delà de la sentence, qui a attribué ce territoire au Brésil, ces deux ouvrages constituent une source indéniable d’information sur la construction de l’imaginaire national de chaque pays. Il s’agissait d’un exercice d’affirmation nationale donnant un passé à la nation avant même les prémices de son existence. Si les contemporains ont placé les sources du conflit à l’époque coloniale, ces ouvrages sont un exemple type de la formation des conflits dans le cadre des constructions nationales.

  • 29 Angelo agostini, Don Quixote, le 9 février 1895, ano I, n° 3, Rio de Janeiro.

18La caricature publiée par Agostini à l’issue de l’arbitrage permet d’illustrer l’impact que cette question a pu avoir dans l’imaginaire national brésilien. Détournant la référence biblique, il a représenté Cleveland en roi Salomon et les deux Républiques en mères de Misiones. Agostini a symbolisé la décision finale d’attribuer le territoire au Brésil comme étant une sorte de justice divine, de droit naturel de la nation29.

Image 1. La question de Misiones vue par Agostini

Image 1. La question de Misiones vue par Agostini

In Angelo Agostini, Don Quixote, le 9 février 1895, ano I, n° 3, Rio de Janeiro.

  • 30 Ibid.

« Par le traité de Montevideo du 25 janvier 1890, Mr. Cleveland aurait dû se transformer en Salomon en donnant la moitié à chaque partie contendante.
La nation brésilienne, s’est pourtant opposée à cela indignée, comme une bonne mère qu’elle était30. »

19­

Image 2. La question de Misiones vue par Agostini

Image 2. La question de Misiones vue par Agostini

In Angelo Agostini, Don Quixote, le 9 février 1895, ano I, n° 3, Rio de Janeiro.

  • 31 Angelo agostini, Don Quixote, le 9 février 1895, ano I, n° 3, Rio de Janeiro.

« L’illustre Barão do Rio Branco à travers des recherches et une étude approfondie de la question, a réussi à présenter des preuves qui ont constitué un véritable acte de baptême, prouvant ainsi que le Brésil était le véritable père de l’enfant31. »

20Lors de la rencontre, cette idée de droit naturel de la nation est rappelée par le journaliste du Jornal do Brasil. Cependant, il n’est plus question de rivalité, mais de l’importance du droit dans la résolution des conflits et de l’ouverture d’une nouvelle époque dans l’avenir des relations entre les deux peuples :

  • 32 « General Roca », Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

« Et les frontières, qui officiellement se sont alors tracées, n’ont servi qu’à affirmer la configuration géométrique des deux nations du continent, parce qu’elles seront virtuelles face aux grands intérêts et sympathies qui rattachent le Brésil au Plata. Et le traité qui les a définies est un exemple profond qui, on peut le dire, ouvre dans le continent une nouvelle ère dans laquelle la force du droit semble aller vers l’abolition du droit de la force dans la résolution des plus compliqués conflits internationaux32. »

21Cette idée de fin de conflit se retrouve également dans les discours tenus par le représentant argentin ; dès son arrivée, le général Roca mentionne l’affaire avec l’air de vouloir clore une période d’opposition et de déception :

  • 33 Discours de Julio Roca, in Angelo Agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 18 août 1899, ano (...)

« Je me dois de dire ici, avec franchise, que nous acceptons presque avec satisfaction le pacte de l’arbitrage [de Misiones] comme si à travers lui nous avions conquis ce qui vaut plus qu’un bout de territoire : la sympathie et l’amitié du peuple brésilien33. »

  • 34 Ibid.
  • 35 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit.

22Les désaccords, les rivalités et les tensions entre les deux semblaient à ce moment être reléguées à une histoire révolue. Roca a souligné cette affaire comme étant « un vieux contentieux colonial »34. L’opinion publique a construit l’événement de la rencontre comme étant un signe de la construction de l’avenir, et d’un futur commun comme le disaient Varela et Lainez : « Cette visite, après la résolution du litige de frontières sur le territoire de Misiones, a eu la haute signification politique que l’Amérique entière a su lui donner35. » Après avoir fait la revue des étapes historiques pouvant justifier une union des deux nations, il était alors envisageable d’utiliser ces bases pour structurer un discours de marche vers la civilisation.

Notes

1 Rui Barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, le 8 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 198.

2 Ibid., p. 198.

3 Ibid., p. 198.

4 Discours de Honorio Gurgel lors du premier dîné en hommage à l’Argentine, in « Argentina-Brazil », Don Quixote, le 18 août 1899, ano V, n° 90, Rio de Janeiro.

5 Discours de Julio Roca lors du premier dîner en hommage à l’Argentine, in « Argentina-Brazil », Don Quixote, le 18 août 1899, ano V, n° 90, Rio de Janeiro.

6 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. XVI.

7 Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

8 « General Julio Roca », Rua do Ouvidor, le 5 août A899, ano II, n° 65, Rio de Janeiro, p. 1.

9 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 178.

10 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 98.

11 Ibid., p. 98.

12 Ibid., p. 101.

13 Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

14 Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

15 Rui Barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, le 8 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 198.

16 Rui Barbosa, « 1813 E 1888 », A Imprensa, le 11 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 217.

17 Cette loi n’en finit ni avec l’esclavage ni avec la traite, et est considérée comme une loi « para inglês ver », Magnoli, Demétrio, 1997, p. 122.

18 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 9.

19 Rui Barbosa, « 1813 E 1888 », A Imprensa, le 11 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 215-216.

20 Rui Barbosa, « 1813 E 1888 », A Imprensa, le 11 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obras Completas…, op. cit., p. 214.

21 Ibid., p. 216.

22 Ibid., p. 216.

23 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 9.

24 Rui Barbosa, « 1813 E 1888 », A Imprensa, le 11 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosai, Obras Completas…, op. cit., p. 218.

25 Plusieurs articles et ouvrages sur cette question accentuent cette idée de rapprochement entre l’Argentine et le Brésil. Voir A. L. Cervo et C. Bueno, História da política exterior do Brasil, Brasília, Editora UnB, 2010. A. L. S. Reckziegel, « O reconhecimento da República pelos países americanos », História Unisios, vol. 14, n° 1, 2010. Ainsi que les articles et les ouvrages de Bueno.

26 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 10.

27 « Opinião da imprensa da tarde : Da “Noticia” », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

28 E. S. Zeballos, Alegato de la República Argentina sobre la cuestión de límites con el Brasil en el territorio de Misiones : Sometida al Presidente de los Estados Unidos de acuerdo con el Tratado de Arbitraje de 7 de Setiembre de 1889, Washington, 1894. Rio Branco B., Questão de Limites entre o Brazil e a Republica Argentina : Submetida a decisão arbitral do Presidente Cleveland, dos Estados Unidos da America, vol. 2, 6 vols., New York, Harward law library, 1894.

29 Angelo agostini, Don Quixote, le 9 février 1895, ano I, n° 3, Rio de Janeiro.

30 Ibid.

31 Angelo agostini, Don Quixote, le 9 février 1895, ano I, n° 3, Rio de Janeiro.

32 « General Roca », Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

33 Discours de Julio Roca, in Angelo Agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, le 18 août 1899, ano V, n° 90, Rio de Janeiro.

34 Ibid.

35 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit.

Table des illustrations

Titre Image 1. La question de Misiones vue par Agostini
Crédits In Angelo Agostini, Don Quixote, le 9 février 1895, ano I, n° 3, Rio de Janeiro.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Image 2. La question de Misiones vue par Agostini
Crédits In Angelo Agostini, Don Quixote, le 9 février 1895, ano I, n° 3, Rio de Janeiro.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 359k

© Éditions de l’IHEAL, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540