Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une rencontre dans les fastes de l'Amérique ?

 | 
Hélène Veber

Deuxième partie. Construire un destin commun

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 « O dia de hoje », O Paiz, le 8 août 1899, ano XV, n° 5420, Rio de Janeiro, p. 2.

« La date d’aujourd’hui sera inscrite dans les fastes de la vie sud-américaine comme étant l’une des plus belles, parce qu’elle exprime l’élimination des vieux préjugés, des stériles et futiles suppositions, ouvrant dans la vie internationale de ce continent un large horizon d’espoirs, basés sur la force d’une solidarité indestructible, bâtisseuse d’une paix bienfaisante sous tous les points de vue1. »

1La visite présidentielle, bien que prestigieuse, n’était pas seulement motivée par la recherche de cette réputation. Girault disait que l’un des intérêts du Voyage Officiel était de « marquer l’esprit des populations du pays hôte afin d’en retirer des avantages politiques » [Girault, 1981, p. 473]. Il fallait construire une opinion publique favorable à l’événement et à d’éventuelles nécessités politiques. C’est en mobilisant certains éléments de l’imaginaire collectif que les discours et les propos de la rencontre se sont alors formulés. Le territoire, le lien de parenté signifiant une même origine, le rapprochement des langues, les souvenirs historiques, la mobilisation de certaines traditions américaines, le rapprochement de la vie intellectuelle constituaient des ressorts de la construction de ces discours. Tout au long du XIXe siècle, période de constructions nationales en Amérique et de définition territoriale des nations, l’Argentine et le Brésil se sont trouvés plus d’une fois en position de rivalité. Que ce soit pour des ambitions territoriales ou d’influences vis-à-vis de leurs voisins, que ce soit pour des questions éthiques, morales ou politiques, ces deux États ont souvent été en opposition pour se garantir une place prépondérante au sein de cette région du continent. Ainsi, la définition des frontières, les intérêts économiques, l’empire et l’esclavage ont distingué, au cours de ce siècle un Brésil en quête de l’affirmation nationale de son territoire d’une Argentine en quête d’unité de l’ancienne vice-royauté de la Plata. Même si les convergences d’intérêt ont fait que parfois ces pays se sont retrouvés du même bord, la méfiance de l’un envers l’autre a toujours prévalu.

2Demétrio Magnoli, dans son ouvrage O Corpo da Pátria, explique l’importance donnée au territoire dans la construction du mythe national du Brésil. Le mythe de l’Île Brésil, définissant un territoire enclavé entre les fleuves de la Plata et de l’Amazone se retrouvant dans un seul grand bassin, existait depuis la période coloniale. Cette idée de frontière naturelle justifiait l’extension de l’espace de la couronne portugaise dans le continent américain et la doctrine des frontières naturelles a ainsi « atteint une pleine citoyenneté diplomatique » au XIXe siècle [Magnoli, 1997, p. 111]. En effet, ce mythe a été repris et consolidé à l’indépendance comme le vecteur d’unité territoriale de l’Empire : « La définition et la délimitation du territoire sont apparues comme conditions essentielles pour la construction de la nation : ainsi comme la tradition est la patrie dans son temps, le territoire est la patrie dans son espace » [Magnoli, 1997, p. 110]. À travers cette image territoriale se véhiculait l’idée de la nation existante depuis toujours et la défense des limites du territoire devenait donc la défense de la nation elle-même. L’historiographie de l’indépendance du Brésil s’est alors souvent formulée sur cette idée de continuité entre le royaume et l’Empire. Cependant la formule de l’historien brésilien Fernando Novais semble plus appropriée. Selon lui, il s’agissait d’une « révolution conservatrice » puisque « une colonie qui devient une nation est une révolution » [Corrêa, 2000, p. 48]. L’une des distinctions souvent apportée entre l’Argentine, et plus généralement entre l’Amérique hispanique et le Brésil est que d’un côté il y a eu révolution et pas de l’autre. En prenant en considération les propos de Novais ce ne sont pas tant les révolutions qui les distinguent, puisqu’elles ont eu lieu partout en Amérique, mais les mobilisations symboliques qui se sont construites autour de celles-ci. Magnoli explique donc qu’au Brésil l’élaboration du nationalisme sous l’Empire mobilise l’idée de continuité : « les mythes fondateurs brésiliens se distinguent radicalement des Américains dont la source était l’idée de rupture » [Magnoli, 1997, p. 94]. Comme l’explique Geneviève Verdo dans son ouvrage L’indépendance argentine entre cités et nations, le patriotisme émergeant de la Révolution de Mai en Argentine s’est construit autour de la quête d’une nouvelle légitimité politique, « en étroite corrélation avec la guerre, cette culture patriotique, qui passe par une mise en scène de la communauté à travers les cérémonies et les discours, représente un formidable instrument de contrôle social » [Verdo, 2006, p. 438]. La problématique qui s’est alors posée dans la construction de l’État national dans l’ancienne vice-royauté de la Plata s’est formulée en rupture par rapport à la légitimation politique. La configuration du pouvoir central émanant de Buenos Aires dans la tentative de construire Las Provincias Unidas del Río de la Plata a trouvé une opposition ardue dans la région où les nombreuses « cités », pour utiliser le terme de Verdo, étaient en quête d’autonomie. Ainsi le XIXe siècle de la construction de l’État argentin a été marqué par de nombreuses guerres de construction nationale, la « tête » portenã défendant l’union de l’ancienne vice-royauté. Il s’agissait bien de conflits en quête de définition de l’État que certains acteurs envisageaient central, fédéral, ou autonome.

3L’écriture de l’histoire nationale a pris forme au cours du XIXe siècle, comme le développe Anne-Marie Thiesse pour le cas de l’Europe dans son ouvrage La création des identités nationales. Si auparavant les symboles patriotiques constituaient déjà un ensemble de données de « l’histoire nationale », elle n’est devenue un récit continu qu’au cours de ce siècle. Il ne pourrait pas en être autrement dans le cas de l’Amérique, puisqu’il s’agit du siècle des indépendances et des constructions nationales et donc de celui de la formulation des « histoires nationales ». Les réponses apportées sont diverses et variées mais ont pris appui entre autres sur l’histoire et la géographie, sur la littérature et les arts, sur le droit et l’administration, constituant un tout culturel formant l’idée de communauté nationale. Ainsi pour utiliser les termes de Thiesse « à la fin du siècle, elles [les nations] sont en possession d’un récit continu qui retrace un long cheminement dont le sens, malgré toutes les vicissitudes, tous les obstacles, est donné par le génie national » [Thiesse, 1999, p. 133]. Dans le cas du Brésil, Magnoli explique que « les mythes fondateurs ont parlé d’un Brésil antérieur aux Navigations, uni dans la tradition indigène et, en fin de compte, gravé dans sa propre nature. C’est là où se trouve la véritable légitimité : avant l’histoire » [Magnoli, 1997, p. 94]. Les histoires nationales qui se sont écrites au cours de ce siècle diffusaient donc une idée selon laquelle la nation préexisterait à l’histoire. Ce procédé permettait à la fois de légitimer la nation en lui donnant une aura intemporelle et ayant un destin ; et à la fois de légitimer l’histoire comme la science du vrai. Comme l’explique Suzanne Citron en parlant de l’histoire en France « décrivant le passé “vrai”, [l’histoire] a pour fonction et pour définition d’être le récit de la nation : histoire et nationalisme sont indissociables. Au XIXe siècle, la nation devient l’être historique par excellence, autour duquel s’organisa le passé supposé intégral » [Citron, 1987, p. 9]. Ces constructions parallèles de l’histoire nationale entre Europe et Amérique ne sont en aucun cas une transposition de la première vers la deuxième, mais permettent de réfléchir à la circulation des pensées, et aux structurations d’une vision du monde.

  • 2 « Notas Diversas », Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 3 « General Julio Roca », Rua do Ouvidor, le 5 août A899, ano II, n° 65, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 4 Ibid.

4Le récit national a alors pris en ce siècle une importance primordiale ; il permettait de justifier un choix politique ou moral comme étant une action nationale, par la mythification de la nation. Lors de la rencontre présidentielle entre Roca et Campos Salles, il s’est construit un récit d’une histoire commune. « Des jumeaux dans le continent, des frères dans la gloire, dans les vastes pampas où leurs terres se confondent, la République Argentine et le Brésil ont plus d’une fois aussi mêlé leur histoire2. » La dimension territoriale joue un rôle prépondérant dans la formation des structures nationales en Amérique et est ancrée dans l’imaginaire collectif. Souvent cause de discorde entre les États, elle a été ici placée comme justification d’un lien. Ainsi, la personnification des deux entités enlevait toute idée de stratégie géopolitique pour placer leur communion au-delà de la volonté des hommes : « La République Argentine et le Brésil depuis très longtemps se retrouvent attachés par d’indissolubles liens d’union et de fraternité3. » Aux yeux des contemporains ce côté mythique des histoires nationales n’est pas pour autant dépourvu de réalité ; au contraire la nation est une entité à part entière mais placée dans un au-delà, et la science historique est la science qui raconte l’histoire des hommes qui la composent. L’école méthodique et positiviste s’imposait en effet comme la base des sciences, notamment au Brésil, et comme le dit Guy Bourdé, « ce courant de pensée, simultanément, fonde une discipline scientifique et secrète un discours idéologique » [Bourde et Martin, 1997, p. 181]. Les idéologies remplaçant les croyances, les héros de la nation sont presque décrits comme des messies. Ainsi, les acteurs de la rencontre, ces « hommes qui se sont rendus célèbres par leur incontestable valeur, par leur indomptable courage, par leur patriotisme exemplaire »4 sont aussi loués au sein des récits de l’histoire commune.

5Or, il est nécessaire de nuancer la valeur attribuée à ces récits communs. Ils ne sont pas retracés dans les ouvrages à titre historique, mais dans la presse et dans les discours des dirigeants. Il s’agit d’une élaboration narrative dont le mécanisme est semblable à celui de la construction de l’histoire nationale. En 1899, de nombreux journalistes et représentants publics avaient assisté de près ou de loin aux mésaventures argentino-brésiliennes du XIXe siècle. En reconstruisant une histoire à partir de la mémoire et du témoignage commun des acteurs, les événements auxquels ils faisaient référence prenaient une valeur sensible immédiate. Immédiate car le support journalistique et le discours politique impliquent une temporalité courte. Comme le dit Benedict Anderson, « le journal n’est qu’une « forme extrême » de livre, un livre qui se vend sur une échelle colossale, mais dont la popularité est éphémère. » [Anderson, 2002, p. 46]. Il ne semble pas qu’un ouvrage historique sur l’entente brésilienne-argentine ait été publié à cette époque. La seule référence reste le livre de Varela et Lainez sur les deux rencontres présidentielles, et les auteurs ne revenaient pas sur un passé commun mais se limitaient aux événements diplomatiques dans un langage très journalistique. Ainsi, il semble que ce récit commun reste encadré dans cette affaire diplomatique, répondant aux caractéristiques d’un Voyage Officiel, mobilisant une opinion publique dans une effervescence de communion : « L’obsolescence du quotidien le lendemain de son impression […] n’en crée pas moins, précisément pour cette raison, cette extraordinaire cérémonie de masse » [Anderson, 2002, p. 46]. Les cérémonies officielles de la rencontre ont aussi contribué à faire émerger une mémoire commune. Elles sont apparues comme la mise en scène même de cette histoire. Comme explique Christoph Wulf, « les actions rituelles établissent un rapport entre l’histoire, le présent et l’avenir ». Il semble que tout était fait dans l’objectif de construire une « communauté limitée dans le temps » [Wulf, 2005, p. 10-11]. Limitée puisque cette idée d’amitié reste enclavée dans le temps du voyage où Argentins et Brésiliens se retrouvaient ensemble et alliés. Ainsi, les événements qui ont auparavant occasionné de la méfiance ont été déconstruits et réutilisés pour écrire une histoire commune. Le système discursif choisi était celui des destinées nationales convergeant vers cet événement privilégié, ouvrant à un nouveau futur. Un regard vers le passé transformait les anciennes discordes en une participation commune dans la marche du continent vers la civilisation. Un regard vers le futur voyait quant à lui une Amérique rayonnante dans la paix à partir de l’union de ces deux grands.

Notes

1 « O dia de hoje », O Paiz, le 8 août 1899, ano XV, n° 5420, Rio de Janeiro, p. 2.

2 « Notas Diversas », Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

3 « General Julio Roca », Rua do Ouvidor, le 5 août A899, ano II, n° 65, Rio de Janeiro, p. 1.

4 Ibid.

© Éditions de l’IHEAL, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540