Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une rencontre dans les fastes de l'Amérique ?

 | 
Hélène Veber

Première partie. La scène nationale ou le prestige international de la nation

Chapitre 1. Une réception officielle

Texte intégral

  • 1 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 10/06/1899.

1L’initiative de Roca d’aller au Brésil ressemble à une volonté de faire de cette visite un Voyage Officiel : l’importance est donnée plus au voyage en lui-même qu’à un potentiel processus décisionnel qui pourrait découler de l’entrevue. Ici, l’utilisation du terme Voyage Officiel correspond à la définition donnée par René Girault. Il retient quatre conditions qui distinguent ces visites codifiées de la plus quotidienne diplomatie de chancellerie : « Participation de la foule à l’événement, possibilité de s’exprimer pour l’opinion publique, information suffisante sur la vie extérieure et intérêt réel pour l’homme (ou les hommes) qui effectuent le déplacement » [Girault, 1981, p. 480]. Les discussions entre l’ambassadeur brésilien en Argentine, Henrique de Barros Cavalcanti Lacerda, et le ministère des Relations extérieures, représenté par Olyntho Magalhães, ont débuté à la fin mai de cette année de 1899. L’initiative de la rencontre venait bien de Buenos Aires, et cette visite serait selon l’exécutif argentin « de grand avantage au développement des relations politiques et commerciales des deux pays, mais aussi pour leur sécurité et celle des autres nations sud-américaines »1. Si toutes les correspondances à ce sujet entre Lacerda et Magalhães mentionnaient ces intérêts politiques il n’était jamais question de stratégie proprement dite. D’ailleurs, ces intérêts ont été formulés à chaque fois par les acteurs argentins, aucune de ces correspondances n’indiquait les motivations brésiliennes. Quelles que soient les stratégies de chaque État, elles ne se reflètent pas par la signature d’un accord ou d’un traité. Il s’agissait d’une stratégie diplomatique nouvelle à l’époque, celle qui mobilisait une opinion publique dans l’intérêt d’en tirer des bénéfices d’influence. Ainsi, les deux États semblaient vouloir faire de ce séjour un voyage officiel.

  • 2 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 26/05/1899.
  • 3 Ibid.
  • 4 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 28/05/1899.
  • 5 AHI, Annexe de l’Ofício confidencial de Buenos Aires, 20/07/1899.
  • 6 Ibid.

2La rumeur du voyage bruissait déjà dans les journaux des deux côtés du Plata alors que l’ambassadeur brésilien à Buenos Aires n’avait pas encore été contacté par les instances argentines2. Les tractations originelles semblent s’être déroulées à Rio de Janeiro par l’entremise de Manuel Gorostiaga, le plénipotentiaire argentin au Brésil. Avant même d’avoir pu en parler directement avec le Président Roca ou à un des membres de son gouvernement, Lacerda faisait remarquer que « l’insistance avec laquelle la presse fluminense s’était emparée du sujet semblait avoir stimulé le général Roca »3, montrant ainsi une attention particulière du président argentin aux échos d’une telle entreprise diplomatique dans la sphère publique brésilienne. Deux jours après ces mots, Lacerda rencontrait Don Enrique Moreno, ambassadeur d’Argentine en Suisse et en Italie de retour à la capitale platine. Ce dernier est en partie à l’origine de l’idée de ce voyage ; il a laissé entendre à la légation brésilienne que Roca attendait une invitation officielle de la part de Rio, avant de faire l’annonce du même genre4. Une fois la décision plus ou moins officialisée, se sont amorcés les premiers contreforts de l’organisation de la rencontre, à savoir les dates, la taille de la délégation, et la définition du protocole. Si ce voyage a pu être organisé aussi rapidement, entre les mois de mai et août de la même année, c’est probablement parce que les deux États n’ont pas eu à rédiger un protocole propre, mais en ont utilisé un déjà préétabli. Un document avait été mis au point entre la République Orientale de l’Uruguay et la République Argentine en décembre de 1888 pour déterminer « les usages et les étiquettes que doivent observer les Gouvernements des Républiques de la Plata, au cas où la capitale de l’une d’elles serait visitée officiellement par le chef d’État de l’autre »5. L’idée de créer un spectacle politique international par la mise en place des codes datait déjà de quelques années. La préoccupation d’assurer une image de prestige des deux nations participantes peut se lire dans l’attention portée à la rencontre et son cérémonial. Dans ce document envoyé par Lacerda à Rio de Janeiro, onze règles déterminaient les procédures de la réception, et la visite n’était officielle que si elle suivait les normes ainsi dictées. Cet envoi, accompagné de la liste de la délégation et des informations concernant la date d’arrivée, a été fait une quinzaine de jours avant le débarquement au Brésil, temps nécessaire pour que le voyage soit de « caractère officiel »6.

3La théâtralisation des affaires diplomatiques et des relations interétatiques sont une théâtralisation du politique. Elles recourent, tout comme les cérémonies politiques locales, à la codification des règles et des normes propres aux rituels constituant un protocole, à la mobilisation populaire qui participe et qui forme un tout, et enfin prennent appui sur une presse qui permet de décloisonner les festivités en allant au-delà des frontières. Ce ne sont pas tant les conséquences historiques que cette rencontre a engendrées, mais la mise en forme à l’époque peu commune de cette affaire diplomatique qui mérite ici de l’attention.

Le protocole : mise en scène de la bienséance

Image 1. L’escadre argentine dans la baie de Rio de Janeiro

Image 1. L’escadre argentine dans la baie de Rio de Janeiro

De gauche à droite : le croiseur Buenos Aires, le croiseur-torpilleur Tupy de l’escorte brésilienne, le cuirassé San Martin et le croiseur Pátria. Photographie prise le 8 août 1899. [S.n.]

In Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentinaop. cit.

  • 7 Ibid.
  • 8 « No Aquidaban », O Paiz, le 9 août 1899, ano XV, n° 5421, Rio de Janeiro, p. 1.

4Au matin du 8 août 1899, la presse carioca pouvait déjà observer un ballet naval dans la rade de Rio de Janeiro. Le cuirassé Aquidaban, le croiseur Almirante Barroso, le torpilleur Tupy et le contre-torpilleur Bento Gonçalves formaient l’escadre brésilienne dirigée par le Contre-Amiral Pinto da Luz. Elle attendait pour « recevoir le dignitaire visitant à cinq miles du port, [où elle] saluerait l’emblème présidentiel avec une salve de vingt et un canons, et l’escorterait jusqu’à l’intérieur de la baie »7 comme prévoyait le protocole. Les navires brésiliens s’étaient donc positionnés très tôt le matin en « contournant l’île Rasa par le côté nord [qui se trouve à la distance dite du port], […], lorsque l’officier de quart [de l’Aquidaban] a signalé l’escadre argentine en vue […] à environ 15 miles »8. Le convoi argentin était composé des navires San Martin, Buenos Aires, et Pátria. Chaque navire s’est salué selon la tradition navale d’une bordée de vingt et une détonations.

  • 9 « Chegada ao Palacio », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

5Tout était fait selon les codes du protocole préétabli. Le suivi d’un protocole est devenu une pratique courante « avec l’apparition de l’État, des règles – dont les origines sont ensevelies depuis des siècles – sont venues classer et répartir les sujets et les corps lors des cérémonies. Par-là, le protocole instaure, préserve un ordre visible » [Deloye, Haroche, et Ihl, 1996, p. 12]. Dans la pratique traditionnelle, le protocole sert à hiérarchiser, à honorer, à mettre en avant certains signes de prestige. L’efficacité des forces militaires en est l’un des exemples les plus visibles. Le ministre de la Marine brésilienne, l’amiral Baltazar da Silveira, a ainsi félicité son homologue argentin, Martin Rivadavia « de posséder une escadre qui avec tant d’exactitude savait accomplir les ordres reçus, puisqu’elle n’était arrivée ni une minute plus tôt ou plus tard que l’heure convenue »9. Le protocole et ses règles déterminent la réputation des participants. En effet, il découle des étiquettes et a fait émerger au cours des siècles une logique de prestige qui réglementait la vie en société par le contrôle des passions : « La réglementation méticuleuse de l’étiquette, du cérémonial, du goût, de l’habillement et même de la conversation avait la même fonction. Chaque détail avait la valeur d’une arme dans la lutte pour le prestige. » [Elias, 1985, p. 108].

  • 10 « Couraçado San Martin », Jornal do Brasil, le 10 août 1899, ano IX, n° 222, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 11 Ibid.

6Dans cette cérémonie, les navires étaient personnifiés. Ce sont eux qui composaient le premier tableau : les géants de l’armée maritime débutaient le spectacle de la rencontre inter-nations. La presse parlait d’eux comme de véritables acteurs. En illustrant et en décrivant le San Martin, le Jornal do Brasil a mis en valeur sa primauté : « lancé en mer le 25 mai de cette année, en grande solennité, en présence du ministre des relations extérieures du royaume d’Italie et du ministre plénipotentiaire d’Argentine à Rome, le Dr E. Moreno »10. Ce navire était, selon le même journaliste, le jumeau du Garibaldi « réalisé aux chantiers d’Orlando, à Livourne, en Italie »11. Le cuirassé symbolisait ainsi la puissance de la marine argentine et de son armateur italien, et prenait une place imposante dans cette réception comme un personnage de la délégation. L’armée, en dehors de sa fonction de défense et de maintien de l’ordre, est aussi le symbole de la puissance des États. Ayant un budget spécifique, elle symbolise la puissance économique, et par la qualité de ses arsenaux elle représente la puissance technologique. Elle peut ainsi être vue comme le reflet de la modernisation de l’État. Cette modernisation était aussi un symbole du prestige national et international que les gouvernements essayaient de faire transparaître.

Image 2. Les présidents sortent du Riachuelo pour embarquer dans le D. João VI

Image 2. Les présidents sortent du Riachuelo pour embarquer dans le D. João VI

Le président Julio Roca suivi du président Campos Salles. Photographie prise le 8 août 1899. [S.n.]

In Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit.

  • 12 « Los dos Presidentes », La Prensa, le 9 août 1899, Buenos Aires.
  • 13 AHI, Annexe de l’Ofício confidencial de Buenos Aires, 20/07/1899.
  • 14 Angelo agostine, « General Julio Roca e Doutor Campos Salles », Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, (...)

7Le président Campos Salles est arrivé au port accompagné de ses ministres d’État, et des représentants du gouvernement. C’est à bord du cuirassé Riachuelo qu’ils ont contemplé le spectacle des escadres, et dans lequel le président Roca, et ses ministres Campos, Rivadavia et Alcorta (respectivement ministres de la guerre, de la marine, des relations extérieures), ont été amenés par la galère D. João VI dès que le San Martin eut jeté l’ancre12. En effet comme stipulait le protocole « Le dignitaire, à qui a été annoncée la visite, devait les recevoir au lieu d’accueil officiel accompagné de ses ministres d’État.13 » Le débarquement s’est effectué depuis ce dernier bateau, au centre d’une ceinture formée par les navires des deux escadres et en « saluant à cette occasion toutes les forteresses et navires de guerre ensemble dans la baie du Guanabara »14.

  • 15 « Los dos Presidentes », La Prensa, le 9 août 1899, Buenos Aires.
  • 16 « General Roca, no mar », Jornal do Brasil, le 9 août 1899, ano IX, n° 221, Rio de Janeiro, p. 1. E (...)

8Les navires de guerres n’étaient pas les seuls qui composaient cette scène matinale. D’autres embarcations plus légères – couvertes de décorations selon la troisième consigne du protocole – attendaient pour transborder les invités de leurs vaisseaux de ligne au rivage. Les décorations étaient essentiellement des drapeaux et emblèmes nationaux. On peut également imaginer une foule de navires emplissant la rade pour compléter cette peinture marine d’une arrivée au port. Tous ces bateaux « formaient un couloir depuis le Riachuelo jusqu’à l’Arsenal […]. Au fur et à mesure que les embarcations et les galères officielles avançaient, les autres s’incorporaient à la marche de sorte que lorsqu’ils sont arrivés à l’Arsenal, une véritable escadrille remplissait les lieux »15. Les protagonistes du ballet n’étaient pas les seuls à évoluer sur la scène de Guanabara. Le prestige de ce séjour dépassait les limites des deux États. Particulièrement remarqué par la presse, le croiseur italien Fieramosca représentait une délégation internationale composée par des diplomates et mandataires européens et sud-américains16. Que la presse en général fasse remarquer ce croiseur n’est qu’un signe de plus de la dimension internationale qu’elle voulait donner à cette rencontre.

Image 3. La galère D. João VI à l’approche de l’Arsenal da Marinha

Image 3. La galère D. João VI à l’approche de l’Arsenal da Marinha

Au centre la galère D. João VI, entourée par des embarcations diverses. Photographie prise le 8 août 1899. [S.n.]

In Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina… op. cit.

  • 17 « As continencias », Jornal do Brasil, le 9 août 1899, ano IX, n° 221, Rio de Janeiro, p. 1.

9L’armée occupait cependant largement la scène. Les festivités officielles de l’arrivée ont été ponctuées par la tradition militaire. Le débarquement à l’Arsenal da Marinha s’est fait en présence des élèves de l’Escola Naval qui ont fait le salut militaire aux arrivants. Le geste a été répété par les nombreux bataillons de l’armée essaimés tout au long du parcours du cortège. La presse faisait ressortir l’ordre et la solennité des festivités tenues par chaque unité, présentant également avec fierté l’arsenal de l’armée brésilienne : « Les bouches à feu, les canons Krupp de 7,5 se trouvaient du côté droit de la rue de la Lapa, déployés vers la mer, complètement détachées de leurs voitures et avec les garnisons en poste »17, – les canons Krupp étaient l’un des signes de la haute technologie militaire. L’armée occupait un rôle d’apparat très bien défini par Jean-Pierre Boispour d’autres circonstances : « L’armée dans la fête, c’est une parade, une revue et une marche, l’uniforme, les couleurs, la musique, la cadence ; tout indique l’ordre, dont chaque détail touche à la perfection qui découle du nombre bien agencé » [Bois, 1991, p. 505].

10Dans ces cérémonies, l’Armée représente donc l’ordre établi par l’État, mais également le patriotisme national. Si le service militaire n’est devenu obligatoire au Brésil qu’en 1906, le recrutement populaire dans les moments de crises semble apparaître comme le premier moyen d’intégration citoyenne. Deux moments peuvent être distingués : la guerre du Paraguay (1865-1870), où la participation d’esclaves a refait émerger le débat sur l’abolition [Santos, 2008, p. 50]. Et, dans un événement plus proche de la période, la Revolta da Armada (1891-1893), pendant laquelle, selon Anna Luiza Backes, la population s’est engagée dans la défense de la République, derrière le patriotisme du président-maréchal Floriano Peixoto, représentant du régime et de l’Armée [Backes, 2004, p. 63].

11Les cérémonies protocolaires, par les conventions qu’elles mobilisent, par les normes qu’elles imposent, codifient les relations, ici interétatiques. Ainsi le protocole est la première marche de la théâtralisation de cette rencontre. Si pour les acteurs il s’agissait d’un code à suivre et de la présentation des constitutifs fondamentaux de la nation, pour le public, les tirs des canons, le décor de la marine, l’escorte en rade, les présentations d’armes et les saluts militaires n’étaient que du spectacle, une véritable fête nationale.

Le rôle du peuple de Rio

  • 18 « Aspecto de la ciudad », La Prensa, le 9 août 1899, Buenos Aires.
  • 19 « General Roca », Jornal do Brasil, le 9 août 1899, ano IX, n° 221, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 20 Ibid.

12Le protocole permet de donner le ton du spectacle, mais ce dernier ne prend de l’ampleur que si le public y est présent. Les coups des canons, ancienne pratique militaire, sont des manifestations d’honneur, mais au-delà de leur aspect traditionnel ils permettent de prévenir que l’événement commence à l’instar d’un début de pièce. L’ostentation du cérémonial et la médiatisation préalable appellent le public à prendre part à l’événement. C’est « parce qu’il tranche sur la vie quotidienne, [qu’] il entraîne une réaction populaire » [Girault, 1981, p. 476] que ce rituel diplomatique prend un sens singulier. Le cérémonial prend un aspect d’exaltation collective, dans le sens où il catalyse les énergies [Riviere, 2005, p. 24]. Si l’ardeur de l’armée manifestait la joie de l’État, l’exaltation de la cérémonie permettait de dépasser ce cercle restreint en intégrant la population aux festivités. En effet, selon la presse argentine, la date de l’arrivée du général était presque devenue un jour férié au Brésil puisque « la majorité des établissements industriels ont fermé leurs portes »18. Rio de Janeiro s’était donc préparée pour le spectacle, et tout « au long du littoral, une foule énorme »19 est venue accueillir le président de la République argentine. L’euphorie était telle que « la Guanabara était à ce moment-là trop petite pour contenir l’enthousiasme populaire »20. La population, la presse, les dirigeants, tous attendaient depuis très tôt le débarquement de « l’illustre président », qui n’a eu lieu que dans l’après-midi. Après la salve des canons c’est donc la salve populaire qui est venue accueillir le président argentin.

Image 4. Débarquement à l’Arsenal de la Marinha

Image 4. Débarquement à l’Arsenal de la Marinha

In Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez. El Brasil y la Argentina…, op. cit.

­Image 5. Le peuple à la sortie de l’Arsenal

­Image 5. Le peuple à la sortie de l’Arsenal

À l’arrière-plan de l’image 4, la foule remplit le littoral pour assister au débarquement de la délégation argentine. Sur l’image 5, elle attend le début du cortège présidentiel. Photographies prises le 8 août 1899 [S.n.]

In Rosendo Fraga et Luiz Felipe de Seixas Corrêa, « Visitas de Dois Presidentes »…, op. cit.

  • 21 « A Rua Moreira Cesar », O Paiz, le 9 août 1899, ano XV, n° 5421, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 22 INEP. Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais Anísio Teixeira, Mapa do Analfabetismo (...)
  • 23 « Festa militar », O Paiz, le 12 août 1899, ano XV, n° 5424, Rio de Janeiro, p. 1.

13Selon la presse, la foule était nombreuse et « dès les premières heures de la journée la population pour témoigner à notre illustre hôte et sa brillante délégation du sentiment d’amitié qui rapproche les deux peuples, s’est agglomérée au long de l’ancienne rue de l’Ouvidor »21. Cependant, ces sentiments décrits par la presse semblent correspondre plus à ses propres motivations et celles d’un peuple lettré. Il semble pertinent de nuancer l’unité de sentiments attribuée à la foule carioca. Selon Girault, la visite officielle ne prenait du sens que dans une société déjà assez alphabétisée, car seule celle-ci pouvait être sensible aux décisions et événements politiques d’envergure nationale et internationale [Girault, 1981, p. 478]. Il soulève que la presse étant le seul moyen de grande communication de l’époque, elle seule pouvait sensibiliser une population en dehors du lieu de l’événement. Cela n’était pas le cas du Brésil qui comptait 65,3 % d’analphabètes dans ce tournant de siècle22, mais pourtant la participation populaire semble, selon la presse, et à partir de certaines photographies de l’événement, avoir été de poids. Ainsi, nous pouvons imaginer que dans cet événement la foule était très hétérogène tout comme ses motivations à assister à une telle réception. Les travaux effectués dans la ville ainsi que son ornementation, un travail de communication à travers l’image, les débats publics, tout composait, au sein de la capitale un événement unique. Si tous les habitants de la capitale ont pu être touchés par les cérémonies, seuls les lettrés du reste du pays ont pu être sensibilisés par la visite et lui donner une importance nationale. « La haute personnalité du président argentin et de ses dignes compagnons de voyage, a éveillé la curiosité, bien naturelle, au sein de la population fluminense, ce qui justifie largement l’agglomération du peuple à côté du palais du gouvernement23. » Que ce soit pour exprimer un « sentiment d’amitié », ou par « curiosité », il s’agit d’une interprétation de la presse de l’époque sur les motivations populaires. Pourtant, au-delà du « sentiment d’amitié » qui peut être attribué à ceux qui avaient une idée de la politique internationale (lettré ou illettré, puisque la formation d’opinion passait aussi par d’autres moyens que l’écrit), ou de la simple agglomération de « curiosité », c’était l’allure de fête nationale qui semble avoir regroupé le peuple appelé à participer aux festivités. Cependant, la fête nationale est à nuancer puisqu’elle se limite à la capitale. Selon O Paiz :

  • 24 « A caridade e o governo », O Paiz, le 8 août 1899, ano XV, n° 5420 Rio de Janeiro, p. 3.

« [Les autorités] ont voulu donner encore une preuve de leurs sentiments de cordialité, en cherchant à marquer cette notable et grandiose visite avec quelque chose de plus suggestif et de plus noble encore que les fêtes : ils ont voulu faire en sorte que la pauvreté, les souffrants s’associent aux joies de la société brésilienne, pour la venue sur nos terres de l’illustre président de la République d’Argentine24. »

  • 25 Ibid.
  • 26 « Uma nota original », O Paiz, le 11 août 1899, ano XV, n° 5423, Rio de Janeiro, p. 1.

14Ainsi selon ce même journal, le gouvernement avait décidé de faire acte de « charité » en offrant aux démunis dix mille réis qui seraient soustraits du montant alloué par le Congrès pour organiser la réception25. Une certaine volonté de faire participer la population aux festivités semble donc menée de la part du gouvernement, ou tout du moins d’associer la venue des représentants argentins à un événement important et bénéfique pour la nation. Lors d’une des promenades de la délégation argentine, la presse a ainsi relevé la participation de ce peuple démuni : « le corps des élèves de l’institut des Sourds-Muets a articulé, fort et uni, un viva aux deux Chefs d’État. Les malheureux sourds-muets ont su enchanter, malgré leur souffrance physique naturelle, une acclamation patriotique de salutation respectueuse »26. Ces petites remarques de la presse soulèvent l’ambition de porter cet événement au rang de fête nationale.

  • 27 « A manifestação dos operários », Jornal do Brasil, le 13 août 1899, ano IX, n° 225, Rio de Janeiro (...)
  • 28 L’ordre du cortège ainsi que les informations de certaines entreprises ont été retirés de l’ouvrage (...)
  • 29 Discours de Julio Ottoni, in Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op.  (...)

15Ce n’était cependant pas juste par cet acte de charité que le peuple a été appelé à participer aux festivités. Le peuple « laborieux », « honnête » et « travailleur » a eu également son moment de gloire lors de « l’apogée, du fait le plus sensationnel, de l’événement culminant du séjour de l’éminent homme d’État argentin dans notre capitale fédérale »27. Par ces mots, le journaliste du Jornal do Brasil présentait la manifestation des ouvriers qui avait lieu le 13 août. Il s’agissait d’un cortège « colossal » regroupant environ six mille salariés représentant une vingtaine d’entreprises brésiliennes comme la Companhia de Luz Esteárica, fondée en 1848 par le Visconde de Mauá l’un des plus grands entrepreneurs brésiliens de l’époque ou la Fábrica de tecidos Alliança, fondée en 1880 et représentant le plus grand cortège avec 1 500 salariés et 120 apprentis28. Ces entreprises représentaient principalement l’industrialisation récente. Elles témoignaient du progrès technique et social de la nation sous la bannière républicaine, comme le soulignait Julio Ottoni alors président de la Compahnia Luz Esteárica : « Le Brésil, essentiellement agricole sous une forme de gouvernement beaucoup moins libre, se doit de devenir maintenant, sous la domination de la République, essentiellement industriel, parce que l’industrie est, par son essence même, républicaine29. » En effet, au-delà du symbole de progrès technique et économique représenté par les industriels, la masse du cortège représentait un peuple libre et salarié, grand symbole pour un pays qui à peine onze ans auparavant était encore régi par un système esclavagiste.

  • 30 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 121.
  • 31 « Manifestação operária », O Paiz, le 14 août 1899, ano XV, n° 5426, Rio de Janeiro, p. 1.

16Le peuple prend ainsi durant cette manifestation un rôle tout particulier. Ils ne sont plus le peuple censé faire masse, ils sont « travailleurs », ils sont des « honnêtes hommes », ils sont « les véritables héros des batailles de la vie, […] les manipulateurs infatigables du bien-être humain »30. Ce peuple est venu représenter la nation brésilienne, ce corps uni au sein des festivités qui marchait ensemble. Cette idée d’appartenance fut exprimée par l’un des enfants qui travaillaient dans la Compahnia Luz Esteárica, disant en s’adressant à Campos Salles : « […] nous venons remercier l’attention que le gouvernement brésilien a toujours dispensée à notre égard parce que nous formons aujourd’hui un grand corps et nous sommes une partie importante de la nation »31. Certes, ces mots n’ont probablement pas été formulés par cet enfant, et le grand merci au gouvernement brésilien semble plutôt traduire l’expression de l’entreprise et de son entrepreneur que des salariés. Il s’agissait plutôt d’une sorte de représentation théâtrale dont la teneur du discours permet de soupçonner que la formation d’opinion ne passait pas forcément par la presse, mais peut-être au sein de la vie sociale et salariale où les employeurs avaient souvent un rôle de patronage.

  • 32 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 122.

17Ainsi ce peuple sort de son rôle de simple spectateur tenu pendant les diverses manifestations, pour vêtir celui de représentant de la nation. « Pour le général Roca, les acclamations du peuple ouvrier l’ont touché comme l’expression la plus pure et la plus sincère de la phalange, qui, sans aucune ambition, représente la plus grande force des peuples et symbolise sa vie, son progrès, et ce presque toujours jusqu’au noble sacrifice de son sang32. » Et c’est ainsi que ce peuple a défilé :

  • 33 « Manifestação operária », O Paiz, le 14 août 1899, ano XV, n° 5426, Rio de Janeiro, p. 1.

« Comme un grand serpent multicolore, l’immense cortège a commencé à se dérouler sinueusement, irisant les rues et ondulant triomphalement jusqu’à arriver au palais présidentiel, d’où, depuis les fenêtres le général Roca contemplait l’hommage de cette masse anonyme dont l’âme simple est le refuge le plus palpitant et le plus vibrant de l’âme nationale33. »

  • 34 « O Prestito », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 35 « Por las calles », La Prensa, le 9 août 1899, Buenos Aires.
  • 36 « Chegada ao Palacio », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

18Ce peuple restait donc une entité impersonnelle, glorifiée mais en tant que masse. Seuls les dirigeants étaient réellement individualisés et nommés. Et, si le peuple occupait le centre de la scène pendant une matinée du séjour, la hiérarchie du protocole était bien maintenue. Les présidents et dirigeants des deux nations ont assisté au spectacle depuis la loge. En effet, les cérémoniaux politiques veulent, à travers la position et la tenue des rangs, symboliser la hiérarchie. Et cette hiérarchie est maintenue tout au long du séjour. Lors du défilé du jour d’arrivée, celui de présentation des personnages, la foule avait une place déterminée, le cortège passant au milieu établissait bien le rang de chacun. C’est la mise en forme d’une hiérarchie et donc d’un ordre qui est alors mis en valeur. Le cortège partait de l’Arsenal da Marinha, au nord de la place Quinze de Novembro où était décorée la statue du General de Osório avec les deux drapeaux nationaux. Cinquante carrosses composaient le défilé présidentiel, avec à leur tête les deux dignitaires suivis par le reste de la délégation argentine et des officiels brésiliens34. Le cortège a été accompagné « jusqu’au palais du Catete par les applaudissements et les vivas de la foule sortie dans les rues »35. La hiérarchie se composait ainsi à plusieurs niveaux pour donner une place particulière aux chefs d’État, ici représentant les deux nations marchant ensemble dans la même direction. « C’était un digne spectacle que donnait alors à voir la foule, réunie depuis le largo da Glória jusqu’à bien au-delà du Palais36. »

  • 37 Ibid.

19Si la hiérarchie entre dirigeant et dirigé était nette, selon la description journalistique, il ne semble pas qu’une distanciation sociale ait été faite au sein de la population qui constituait ici le corps de la cérémonie. « Des hommes et des notables, des jeunes et des vieux se donnaient des coups de coudes au long des rues en cherchant un point privilégié pour assister à la majestueuse manifestation37. » La foule rassemblée formait un groupe unique, donnant un sentiment momentané d’unité nationale. En effet, selon Arnaud Mercier, « un défilé se structure de telle manière qu’il manifeste aux yeux de tous, l’Unité de la nation, du peuple » [Mercier, 2005, p. 32].

Image 6. Au Palácio do Catete, les présidents saluent la foule

Image 6. Au Palácio do Catete, les présidents saluent la foule

In Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit.

  • 38 Ibid.
  • 39 « Por las calles », La Prensa, le 9 août 1899, Buenos Aires.

20La foule est ici effectivement vue comme un tout : « À l’approche du Palais du Catete, le peuple qui remplissait le lieu a commencé à se mouvoir par vague, en se resserrant, afin d’ouvrir le passage au cortège présidentiel38. » Il est ensemble, il bouge ensemble, il compose la scène comme un bloc. Son rôle, même secondaire, prend ainsi plusieurs dimensions. Il est tout d’abord le spectateur curieux qui vient observer un spectacle inédit. En formant progressivement un bloc, il construit une idée d’unité nationale, les divergences et débats autour de qui était le peuple brésilien – encore très discuté à l’époque – semblaient alors oubliés. Ensuite, il manifeste un sentiment particulier au dirigeant arrivant, vu alors en majesté. Ainsi le peuple compose la scène, tout comme les protagonistes. Il perd sa place de spectateur pour devenir figurant. En effet, sans le peuple, la mise en valeur de la hiérarchie n’aurait pas pu être amorcée. Enfin cette place de figuration n’existe que par la médiatisation de l’événement. Sans la presse ce peuple aurait disparu, il n’existerait pas dans cette mise en scène diplomatique. Pour les journalistes, il forme un tout, il fait partie du décorum, tout comme « la pluie de fleurs qui tombait des balcons [sur le cortège] »39.

Les médias et le décloisonnement du spectacle

  • 40 « General Julio Roca », Rua do Ouvidor, le 5 août 1899, ano II, n° 65, Rio de Janeiro, p. 1.

21Depuis les journaux les moins influents, comme Rua do Ouvidor, qui a dédié tout de même une page pour acclamer l’amitié du Brésil et de l’Argentine et les « hauts faits » du général Roca40, aux plus influents comme Jornal do Brasil, Jornal do Commercio ou O Paiz, tous étaient présents. Et ils sont tous venus, de manière plus ou moins imposante – selon la diffusion du journal – narrer l’épisode, donner de l’importance à l’événement, révérer les nations présentes, faire en sorte que ce jour historique le soit au-delà de son espace, au-delà de son temps. La presse transforme ainsi la visite diplomatique en un événement médiatique, elle construit, tout comme le protocole et la présence populaire, la singularité de la rencontre dans le quotidien.

  • 41 La Nación, in AHI, Annexe de l’Ofício confidencial de Buenos Aires, 26/05/1899.

22En même temps que les instances diplomatiques commençaient à discuter, la presse évoquait déjà la possibilité d’une visite du général Roca à Campos Salles. La Nación, quotidien argentin, notait dès le 25 mai « l’insistance avec laquelle la presse fluminense traitait dans des termes favorables et comme une décision prise, le voyage du général Roca à Rio de Janeiro »41, alors même que l’ambassade brésilienne à Buenos Aires semblait encore peu au courant des tractations précises autour de ce séjour. La presse s’empare donc très tôt de l’activité diplomatique, en transcrit les évolutions et effectue un relais important : elle commence à construire l’événement avant-même son existence. Il est à noter au passage l’extrême porosité qui existait entre la presse et les élites dirigeantes.

23Il était en effet courant de trouver dans le journaliste un homme politique, et inversement. Il est impossible de ne pas citer deux personnalités brésiliennes extrêmement influentes de ces premières années de la République : Quintino Bocayuva et Barbosa. Le premier était directeur d’O Paiz, et a également été ministre des Relations Extérieures sous la Constituinte puis sénateur et gouverneur de l’État de Rio de Janeiro. Le second était journaliste pour de nombreux journaux, en particulier l’Imprensa pour la période qui nous intéresse, et occupa des postes de sénateur, député, ministre des Finances et de la Justice. Barbosa était un homme de grande influence intellectuelle dans le pays. Pendant la période de Campos Salles, il se trouvait dans l’opposition, notamment en raison de ses désaccords concernant la politique économique du gouvernement. Le président, pour sa part, cherchait beaucoup l’appui de la presse, et c’est dans ce sens qu’il a cherché à se lier à Barbosa, en lui écrivant une lettre confidentielle disant que la « Imprensa est mon café de tous les matins, parfois un café un tantinet amer, mais dans tous les cas bénéfique. » [Debes, 1977, p. 133]. Ce n’est pas du côté de Barbosa que le président a trouvé de l’appui, mais principalement de celui du Jornal do Commercio [Debes, 1977, p. 139]. Campos Salles a aussi cherché la stabilité politique en assurant ses relais dans la presse ; celle-ci prend alors une importance fondamentale. Si elle est souvent considérée comme un reflet de l’opinion publique, elle est tout à la fois la voix d’une élite, propagatrice et constructrice d’opinions, en agissant comme un prisme.

24Les informations sur la visite transmises par la presse sont allées crescendo. En publiant les débats de l’organisation, des questionnements annexes aux grandes lignes du programme, les avantages et les intérêts politiques, elle a fait intervenir l’activité des chancelleries dans le paysage quotidien des élites des deux pays, en transformant cette affaire diplomatique en une affaire publique. Plus que cela, pendant les jours de la rencontre, l’événement a pratiquement éclipsé le reste de l’actualité. Pour appuyer l’importance qu’elle donnait à la visite, la presse a donc choisi une mise en page spécifique. En plus de dédier sa une à l’événement pendant toute la durée du séjour, O Paiz s’est adjoint un sous-titre « Argentina-Brazil ». Pour le jour de l’arrivée, il y consacra trois pages, le Jornal do Commercio sept. Ce dernier présentait une biographie large et détaillée du général, ainsi que des personnages les plus illustres de la délégation. Il présentait également la « Republica Argentina » par une fiche détaillée de l’histoire, de la géographie, de la démographie, de la politique, de l’économie, de l’armée de ce pays. Tout convergeait pour permettre à une population brésilienne lettrée de se sentir concernée par ce pays voisin. La rencontre devenait une occasion pédagogique de sensibiliser la population au contexte géopolitique régional, qui est aussi une affaire de la construction nationale.

  • 42 Angelo agostini, Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 43 [s.n.], « Argentina-Brazil : n° único em homenagem a Republica Argentina na pessoa do General Julio (...)

25D’autres moyens que l’écriture ont également été utilisés, ouvrant la possibilité à une population illettrée d’avoir accès à l’actualité du pays, et de se sentir concernée. Les illustrations ont pris alors une place particulière au sein des grands titres de la presse brésilienne. O Paiz et le Jornal do Brasil ont d’ailleurs intégré des dessins dans leurs publications, ce qui sortait de leurs habitudes. Cela permettait donc à la fois de toucher un public plus large, et de singulariser la rencontre en « tranchant dans le quotidien ». Après deux ans d’absence le journal Don Quixote d’Angelo Agostini – l’un des illustrateurs les plus connus de son époque – est venu, comme son propre auteur l’a dit, « rajouter ses hommages à celles de tous les brésiliens et graver dans ses pages l’un des plus importants faits de l’histoire du Brésil »42. Les termes emphatiques choisis par la presse donnaient de l’ampleur au séjour. Qu’il devienne ou non historique n’était probablement pas la question, le procédé permettait de valoriser cette venue. Dans le même ordre d’idée, un journal à numéro unique rendant « hommage à la République Argentine représentée par la personne du général Julio Roca par le peuple des États-Unis du Brésil »43 a également été imprimé. Il faut noter à ce titre la volonté de représenter toute la nation brésilienne.

  • 44 « Notas Diversas », Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 2.

26Le caractère international de la rencontre a probablement créé un appel d’air médiatique dans lequel s’est engouffrée la presse des autres États brésiliens. Le Jornal do Brasil faisait remarquer la présence des « représentants de la presse mineira [qui] se trouvaient en cette capitale pour assister aux fêtes en honneur du général Roca […] »44. Celio Debes dans son ouvrage sur Campos Salles a aussi cité des journaux de São Paulo qui relataient le déroulement du séjour. L’arrivée à la capitale fédérale de Luiz Viana, gouverneur de Bahia, quelques jours avant celle des Argentins a été également largement traitée par la presse. Personnage important de la République et de la tentative d’unification administrative et militaire du territoire, sa venue – entre autre motivée par l’arrivée du général Roca – marque l’importance donnée à l’événement par les élites brésiliennes dans l’ensemble du pays. Il est donc parfaitement plausible que la presse d’autres États de la fédération ait été présente. Leur audience hors Rio de Janeiro rendait l’événement national, il n’était pas restreint aux seuls habitants du distrito federal.

  • 45 « Argentina-Brasil », O Paiz, le 30 juillet 1899, ano XV, n° 5411, Rio de Janeiro, p. 1.
  • 46 « Argentina-Brasil », O Paiz, le 30 juillet 1899, ano XV, n° 5411, Rio de Janeiro, p. 1. Le journal (...)

27La presse décloisonnait la scène. Par sa portée de projection, elle permettait d’atteindre un public plus large qui se trouvait au-delà des frontières sensorielles du spectacle. En cette fin de siècle, les moyens de communication devenaient de plus en plus performants, et les télégraphes permettaient au Temps, au New York Times, ou à La Tarde de tenir au courant les populations françaises, étasuniennes, chiliennes… Le spectacle a ainsi pris une dimension mondiale qui servait le prestige international que les nations participantes recherchaient. O Paiz disait que « l’Europe latine commence à regarder la vie sud-américaine »45, et a publié une lettre, en français dans le texte, écrit par Henri Rochefort, alors directeur de l’Intransigeant, à Alexandre d’Atri, directeur de la Revue du Brésil, et éditée à Paris. Dans cette lettre, il demandait l’envoi de correspondances pour relater « les événements qui se seraient passés dans cette grande et jeune République ». Pour le rédacteur brésilien, cette lettre était un signe du prestige attribué à son pays par cet « esprit parisien » qu’il attribuait à Rochefort46.

  • 47 Angelo Agostini, « Imprensa Argentina », Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro, (...)
  • 48 « Argentina-Brazil : n° único em homenagem a Republica Argentina na pessoa do General Julio Roca, p (...)
  • 49 « Imprensa Argentina », Rua do Ouvidor, le 12 août 1899, ano II, n° 66, Rio de Janeiro, p. 3.

28Que la presse argentine soit présente ne semble pas surprenant. Elle avait une délégation propre qui accompagnait la délégation officielle. Elle était composée de journalistes représentants divers titres du pays dont La Nación, La Prensa, El Diario, La Voz de la Iglesia, Caras y Caretas. Les genres étaient multiples allant des grands quotidiens aux illustrés satiriques. La presse brésilienne les a d’ailleurs reçus avec grand enthousiasme en les présentant aux lecteurs brésiliens. En effet, les journalistes brésiliens semblaient considérer leurs homologues argentins comme « avancés »47, comme les représentants d’un journalisme « sobre en tout et si élégant », et honoraient le Buenos Aires intellectuel48. Les presses des deux pays ont par ailleurs plus ou moins défini un projet de revue littéraire lors d’une réception donnée en l’honneur de la délégation des journalistes argentins et qui « sous le nom d’Alliança ser[ait] publiée sous la direction de M. Monzon, le rédacteur de Caras y Caretas »49. La présence de cette presse argentine montrait la volonté des dirigeants argentins de rendre publique la rencontre et de lui donner une existence médiatique dans le territoire argentin. Elle était aussi actrice de l’événement par l’importance même qu’on accordait à sa présence.

  • 50 « Chegada ao Palácio », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

29Selon le journaliste, la ligne éditoriale ou le lectorat visé, chaque publication créait l’événement à sa manière et le projetait dans la sphère médiatique. Les journalistes, en tant que conteurs des faits et gestes de la délégation argentine au Brésil, ont élargi la réalité de la visite en lui faisant intégrer le monde du récit. Si chaque publication racontait de manière générale les mêmes événements, l’insistance portée sur certains détails changeait la manière dont la rencontre était vue. Le Jornal do Commercio, par exemple, est le seul à parler des tenues vestimentaires du général Roca. Le fait que ce dernier porte l’écharpe présidentielle était vu comme « un signe de considération qu’il a pour notre pays [car il la portait rarement, même dans les occasions les plus solennelles] »50. Ce n’est pas tant la pertinence de l’analyse du rédacteur qui est en jeu, mais le fait qu’elle étendait la portée du geste à un statut de solennité. De la même manière, quatre « gentilles filles » jetaient des pétales de roses aux arrivants alors qu’ils mettaient le pied à terre, raconte le Jornal do Brasil. Le journaliste témoin de la scène a fait entrer ces quatre jeunes filles dans l’histoire de la rencontre. Sa propre action narrative a créé leur présence dans l’événement, car c’est le seul biais par lequel, en dehors des témoins oculaires, le détail du faste des cérémonies peut dépasser les frontières du sensible.

30La presse était embarquée dans le train des événements. Des bateaux de particuliers l’ont amenée au centre du spectacle, à la réception qui a commencé en pleine mer dans la baie de Guanabara. Elle était aussi présente lorsque la délégation argentine est arrivée au Palacio du Catete, où Roca et ses ministres étaient hébergés. À chaque événement, banquet, bal, excursion, défilé, etc., les journalistes avaient leurs places réservées. Entre témoin, acteur et conteur, le journaliste était chargé de décrire, raconter, donner de l’épaisseur et de la portée à l’événement. Le fait qu’il ait participé directement aux réjouissances, qu’il ait pris part aux débats, le plaçait en responsable principal de la réussite du spectacle. L’annonce au préalable en crescendo, les récits romancés, les illustrations, l’analyse politique, etc., sont les vecteurs par lesquels il a donné un statut prestigieux à la rencontre. La recherche de ce prestige caractérisait en grande partie cette mise en scène politique. La construction de l’événement diplomatique s’est réalisée à travers l’image d’une mobilisation générale transmettant l’idée d’union nationale. L’allure de fête conviait la population à participer et à honorer la nation invitée, tentant ainsi de symboliser un Brésil naturellement accueillant. La visite de Julio Roca a pris un caractère exceptionnel parce qu’elle changeait le quotidien de la capitale brésilienne, devenu alors la scène nationale dans laquelle s’est déroulée la rencontre inter-nations.

Notes

1 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 10/06/1899.

2 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 26/05/1899.

3 Ibid.

4 AHI, Ofício confidencial de Buenos Aires, 28/05/1899.

5 AHI, Annexe de l’Ofício confidencial de Buenos Aires, 20/07/1899.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 « No Aquidaban », O Paiz, le 9 août 1899, ano XV, n° 5421, Rio de Janeiro, p. 1.

9 « Chegada ao Palacio », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

10 « Couraçado San Martin », Jornal do Brasil, le 10 août 1899, ano IX, n° 222, Rio de Janeiro, p. 1.

11 Ibid.

12 « Los dos Presidentes », La Prensa, le 9 août 1899, Buenos Aires.

13 AHI, Annexe de l’Ofício confidencial de Buenos Aires, 20/07/1899.

14 Angelo agostine, « General Julio Roca e Doutor Campos Salles », Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, Suplemento ao n° 89, Rio de Janeiro.

15 « Los dos Presidentes », La Prensa, le 9 août 1899, Buenos Aires.

16 « General Roca, no mar », Jornal do Brasil, le 9 août 1899, ano IX, n° 221, Rio de Janeiro, p. 1. Et O Paiz, le 9 août 1899, ano XV, n° 5421, Rio de Janeiro, p. 1.

17 « As continencias », Jornal do Brasil, le 9 août 1899, ano IX, n° 221, Rio de Janeiro, p. 1.

18 « Aspecto de la ciudad », La Prensa, le 9 août 1899, Buenos Aires.

19 « General Roca », Jornal do Brasil, le 9 août 1899, ano IX, n° 221, Rio de Janeiro, p. 1.

20 Ibid.

21 « A Rua Moreira Cesar », O Paiz, le 9 août 1899, ano XV, n° 5421, Rio de Janeiro, p. 1.

22 INEP. Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais Anísio Teixeira, Mapa do Analfabetismo no Brasil, Brasília, Ministério da Educação, s.d., p. 6.

23 « Festa militar », O Paiz, le 12 août 1899, ano XV, n° 5424, Rio de Janeiro, p. 1.

24 « A caridade e o governo », O Paiz, le 8 août 1899, ano XV, n° 5420 Rio de Janeiro, p. 3.

25 Ibid.

26 « Uma nota original », O Paiz, le 11 août 1899, ano XV, n° 5423, Rio de Janeiro, p. 1.

27 « A manifestação dos operários », Jornal do Brasil, le 13 août 1899, ano IX, n° 225, Rio de Janeiro, p. 2.

28 L’ordre du cortège ainsi que les informations de certaines entreprises ont été retirés de l’ouvrage de Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 121-132. Du Jornal do Brasil et du O Paiz du 13 et 14 août 1899.

29 Discours de Julio Ottoni, in Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 126.

30 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 121.

31 « Manifestação operária », O Paiz, le 14 août 1899, ano XV, n° 5426, Rio de Janeiro, p. 1.

32 Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit., p. 122.

33 « Manifestação operária », O Paiz, le 14 août 1899, ano XV, n° 5426, Rio de Janeiro, p. 1.

34 « O Prestito », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

35 « Por las calles », La Prensa, le 9 août 1899, Buenos Aires.

36 « Chegada ao Palacio », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 « Por las calles », La Prensa, le 9 août 1899, Buenos Aires.

40 « General Julio Roca », Rua do Ouvidor, le 5 août 1899, ano II, n° 65, Rio de Janeiro, p. 1.

41 La Nación, in AHI, Annexe de l’Ofício confidencial de Buenos Aires, 26/05/1899.

42 Angelo agostini, Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro, p. 1.

43 [s.n.], « Argentina-Brazil : n° único em homenagem a Republica Argentina na pessoa do General Julio Roca, pelo o povo dos Estados Unidos do Brazil », août 1899, [s.n.], Rio de Janeiro.

44 « Notas Diversas », Jornal do Brasil, le 8 août 1899, ano IX, n° 220, Rio de Janeiro, p. 2.

45 « Argentina-Brasil », O Paiz, le 30 juillet 1899, ano XV, n° 5411, Rio de Janeiro, p. 1.

46 « Argentina-Brasil », O Paiz, le 30 juillet 1899, ano XV, n° 5411, Rio de Janeiro, p. 1. Le journaliste précise cependant que les choix de Rochefort en tête des mouvements sociaux en France ont été contestables.

47 Angelo Agostini, « Imprensa Argentina », Don Quixote, le 5 août 1899, ano V, n° 89, Rio de Janeiro, p. 3.

48 « Argentina-Brazil : n° único em homenagem a Republica Argentina na pessoa do General Julio Roca, pelo o povo dos Estados Unidos do Brazil », août 1899 [s.n.], Rio de Janeiro, p. 4.

49 « Imprensa Argentina », Rua do Ouvidor, le 12 août 1899, ano II, n° 66, Rio de Janeiro, p. 3.

50 « Chegada ao Palácio », Jornal do Commercio, le 9 août 1899, ano 79, n° 220, Rio de Janeiro, p. 1.

Table des illustrations

Titre Image 1. L’escadre argentine dans la baie de Rio de Janeiro
Légende De gauche à droite : le croiseur Buenos Aires, le croiseur-torpilleur Tupy de l’escorte brésilienne, le cuirassé San Martin et le croiseur Pátria. Photographie prise le 8 août 1899. [S.n.]
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Image 2. Les présidents sortent du Riachuelo pour embarquer dans le D. João VI
Légende Le président Julio Roca suivi du président Campos Salles. Photographie prise le 8 août 1899. [S.n.]
Crédits In Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Image 3. La galère D. João VI à l’approche de l’Arsenal da Marinha
Légende Au centre la galère D. João VI, entourée par des embarcations diverses. Photographie prise le 8 août 1899. [S.n.]
Crédits In Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina… op. cit.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3009/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Image 4. Débarquement à l’Arsenal de la Marinha
Crédits In Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez. El Brasil y la Argentina…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3009/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre ­Image 5. Le peuple à la sortie de l’Arsenal
Légende À l’arrière-plan de l’image 4, la foule remplit le littoral pour assister au débarquement de la délégation argentine. Sur l’image 5, elle attend le début du cortège présidentiel. Photographies prises le 8 août 1899 [S.n.]
Crédits In Rosendo Fraga et Luiz Felipe de Seixas Corrêa, « Visitas de Dois Presidentes »…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3009/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Image 6. Au Palácio do Catete, les présidents saluent la foule
Crédits In Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez, El Brasil y la Argentina…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3009/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Éditions de l’IHEAL, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540