Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une rencontre dans les fastes de l'Amérique ?

 | 
Hélène Veber

Première partie. La scène nationale ou le prestige international de la nation

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 O dia de hoje », O Paiz, le 8 août 1899, ano XV, n° 5420, Rio de Janeiro, p. 2.

« Depuis le large jusqu’aux plages, aux rues, aux places, aux palaces, et même aux plus modestes des lieux, une seule note vibrera dans le cœur brésilien, une unique note enjouée de fraternité, pour accueillir les argonautes de la paix1. »

  • 2 Rui Barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, le 8 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obra (...)
  • 3 Ibid., p. 197.

1La délégation argentine qui accompagnait le président Roca était composée d’une cinquantaine d’invités et les voilà dans cet extrait à la recherche d’une précieuse paix. Le journaliste d’O Paiz leur promet un accueil mythique. Si tout cela semble irréel, il ne vient qu’ajouter du lyrisme dans cette mise en scène du politique. Procédé ancien, la théâtralisation du pouvoir permet de mettre les dirigeants dans une position valorisée par rapport à ceux qu’ils gouvernent [Riviere, 2005, p. 23]. Elle permet de rassembler le public autour d’un acte mis alors en valeur [Mercier, 2005, p. 32]. Elle donne du sens aux actions et construit des symboles [Deloye, Haroche, et Ihl, 1996, p. 16]. Ces mises en scène sont multiformes, de l’entrée royale au défilé de l’armée républicaine ; il s’agit bien de représenter un ordre politique dans sa charge symbolique. Les visites officielles entre États sont aujourd’hui une démarche courante, voire presque banale, mais ce n’est pas pour autant qu’elles sont dénuées de sens. À travers un protocole, tout est mis en œuvre pour rapprocher symboliquement les États portés en pleine lumière. Cette lumière a incité les contemporains à considérer la rencontre entre le président brésilien et son homologue argentin, comme um dia histórico2. Lorsque le Président de la République Argentine, Julio Roca, a débarqué au Brésil le 8 août 1899, la ville de Rio de Janeiro était devenue une grande scène de la politique nationale, et dans une certaine mesure internationale. En effet, c’était « la première fois que cette métropole s’est enorgueillie de la visite d’un chef d’État étranger »3.

  • 4 « Les conditions géographiques, les mouvements démographiques, les intérêts économiques et financie (...)
  • 5 Voir A. Rouquie, Amérique latine, Introduction à l’Extrême-Occident, Paris, Éditions du Seuil, 1998

2Pierre Renouvin définit le contexte international de la fin du XIXe siècle comme étant celui des affirmations des sentiments nationaux. Ces sentiments s’expriment entre autres à travers le « désir de montrer la puissance de l’État et d’assurer son prestige » [Renouvin, 1955, p. 146]. Celle-ci est une des composantes de ce que l’auteur appelle « les forces profondes » des relations internationales4. En effet, selon lui, l’étude des simples politiques diplomatiques ne permet pas de comprendre tous les rapports interétatiques [Renouvin et Duroselle, 1991, p. 2]. Certes, l’auteur se concentre sur les États européens et les nouvelles puissances émergentes d’alors : les États-Unis et le Japon ; il les appelle les « grands États ». Si les États de l’Amérique latine n’étaient pas suffisamment puissants pour retenir l’attention de Renouvin, ils n’étaient cependant pas à l’écart de ces grands mouvements qui lui permettaient de définir les relations de la fin du xixe siècle. Toujours pris à part, jusqu’à devenir un cadre d’analyse de « l’extrême occident »5, les États de cette Amérique ont souvent été considérés en marge des courants. Pourtant, qu’ils soient une force centrifuge ou pas, ces États sont tout aussi concernés et participent à la formulation de ces « forces ». Ce qui a été défini par Renouvin pour les « grands États » peut pourtant permettre de comprendre certains processus qui ont eu lieu dans ces pays du Sud. Le XIXe siècle est celui des indépendances, celui des constructions nationales, celui des affirmations internes et externes des États-nation. C’est également dans ce contexte, dans une ambition de montrer leur puissance et assurer leur prestige que la visite officielle de l’Argentine au Brésil a eu lieu. Si cette rencontre semble être tout d’abord considérée comme une stratégie politique argentine, puisque c’est de ce côté du Plata qu’elle a été formulée, cela ne veut pas dire que le Brésil est simple spectateur. Au moment où l’invitation officielle est faite – au cours du mois de juin – il devient acteur et cherche aussi à en tirer des avantages politiques.

  • 6 L’orthographe brésilienne admet les deux types d’écriture pour le nom de l’ancien président : Campo (...)
  • 7 Ce voyage a été relaté par un journaliste du Jornal do Commercio : Tobias Monteiro, O Sr. Campos Sa (...)

3En effet, lors de cette rencontre, le régime républicain au Brésil était encore jeune, certes déjà reconnu par les autres États, mais il cherchait encore à s’affirmer comme stable en son sein et à l’étranger. Les dix premières années républicaines ont été bien tumultueuses, marquées par des révoltes, par des tentatives de coup d’État, par des crises financières, par l’instabilité politique. Ana Luiza Backes dans sa thèse doctorale Fundamentos da ordem republicana : repensando o Pacto de Campos Sales6 cherche à démontrer comment un pacte, dont les termes sont « présidentialisme, fédéralisme, défense d’une administration moderne et technique, et austérité financière », devient acceptable par la majorité de l’élite et établit le nouvel ordre républicain qui a apaisé la vie politique du pays. Elle propose ainsi une nouvelle réflexion sur la période. L’historiographie brésilienne l’analyse souvent comme étant une époque où les conflits s’établissent et s’équilibrent selon les États régionaux ; l’auteur questionne cette vision qui perd de vue la complexité même « des facteurs essentiels de la lutte politique en ce tournant du xxe siècle ». Sans négliger les facteurs locaux, elle cherche à comprendre les enjeux des élites et de leurs idéologies dans la construction de la stabilité républicaine, et surtout comment Campos Salles est arrivé à un compromis. En effet, la recherche du nouvel ordre républicain a fait et défait des alliances multiples au sein des élites. Selon l’auteur « celle-ci est une période de mouvement intense dans laquelle se sédimentent certaines alliances et d’autres se brisent. » [Backes, 2004, p. 54]. La présidence de Campos Salles cherchait donc à stabiliser cette République à travers un consensus des élites, en édifiant « la prédominance de l’orthodoxie économique dans l’opinion publique » [Backes, 2004, p. 4]. Campos Salles a effectivement fait du redressement économique son cheval de bataille. À peine élu, il partait en Europe pour trouver des accords avec les investisseurs étrangers et assurer l’approvisionnement des caisses de l’État. L’économie du pays est ainsi passée par une période très difficile, celle du funding loan, une méthode pour « garantir à travers un nouveau prêt le paiement des intérêts et du montant des prêts antérieurs » [Fausto, 2002, p. 260]7.

4Cette instabilité du régime s’observait aussi dans sa politique extérieure, onze ministres ont été nommés entre 1889 et 1902. Campos Salles est le seul président qui en a nommé un seul, Olyntho Magalhães. Ces changements ministériels permettent à Clodoaldo Bueno de parler d’un « apparent manque de directive ». Malgré ce manque d’orientation claire, il considère pourtant qu’il a existé quelques « constantes bien que non homogènes » et que les fils conducteurs de la politique extérieure du Brésil étaient ceux d’un changement qui visait à se tourner plus vers l’Amérique [Bueno, 1995, p. 22].

5Ainsi se présentait rapidement le contexte national lors de la rencontre entre les deux présidents, ce qui laisse imaginer que cette réception apparaissait comme un moyen de stabiliser le gouvernement brésilien : une fête nationale dans un moment d’austérité économique ; une réception de prestige pour requalifier une image de la nation en dehors de ses frontières. Cette rencontre entre l’Argentine et le Brésil peut ainsi être considérée comme une occasion de montrer à sa population et au monde un Brésil rayonnant. La mobilisation médiatique autour de cet événement apparaît comme le premier moyen de faire parler de ce pays et de sa capitale. Les cérémonies peuvent ainsi s’organiser, comme le dit Christoph Wulf, dans « une forme fondatrice de cohésion sociale dans la mesure où elle offre, en vertu de son contenu éthique et esthétique, une certaine stabilité dans des temps de désordre » [Wulf, 2005, p. 11]. Le Brésil a ainsi aménagé une réception officielle et Rio de Janeiro est devenu une scène nationale et internationale. C’est la recherche du prestige de la nation qui semble se déceler à travers les différentes festivités.

Notes

1 O dia de hoje », O Paiz, le 8 août 1899, ano XV, n° 5420, Rio de Janeiro, p. 2.

2 Rui Barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, le 8 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui Barbosa, Obras Completasop. cit., p. 197.

3 Ibid., p. 197.

4 « Les conditions géographiques, les mouvements démographiques, les intérêts économiques et financiers, les traits de la mentalité collective, les grands courants sentimentaux, voilà quelles forces profondes ont formé le cadre des relations entre groupes humains et, pour une large part, déterminé leur caractère. »

5 Voir A. Rouquie, Amérique latine, Introduction à l’Extrême-Occident, Paris, Éditions du Seuil, 1998.

6 L’orthographe brésilienne admet les deux types d’écriture pour le nom de l’ancien président : Campos Salles ou Campos Sales. La première étant le nom d’origine, la deuxième issue d’une réforme orthographique. Nous gardons l’écriture d’origine.

7 Ce voyage a été relaté par un journaliste du Jornal do Commercio : Tobias Monteiro, O Sr. Campos Salles na Europa : Notas de um Jornalista, Rio de Janeiro, Imprensa Nacional, 1898.

© Éditions de l’IHEAL, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540