Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une rencontre dans les fastes de l'Amérique ?

 | 
Hélène Veber

Introduction

Texte intégral

  • 1 Angelo Agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, Rio de Janeiro, le 5 août 1899, p. 2. Toutes le (...)

« Une profonde exaltation, mêlée de vives sympathies, domine en ce moment l’esprit public qui s’enfièvre de voir en Terre brésilienne l’éminent voisin – le général Julio Roca, digne président de la République Argentine.1 »

  • 2 Rui barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, le 8 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obra (...)

1Rio de Janeiro s’était préparée pour accueillir le 8 août 1899 le président de la République voisine. Cette visite marqua les esprits de l’époque : un signe de prestige pour ce jeune État et cette encore plus jeune République. Événement non des moindres, il permettait au Brésil de rayonner au-delà de ses frontières, d’inviter le monde à visiter sa capitale, la ville qui représentait la nation ; de s’approcher de ce voisin avec lequel les relations n’avaient pas toujours été des meilleures ; et de se donner une place en Amérique, notamment du Sud. C’est entre autres pour ces raisons que la presse s’est précipitée à parler de « jour historique »2.

  • 3 « Argentina – Brazil : o dia de hoje », O Paiz, 8 août 1899, ano XV, n° 5420, Rio de Janeiro, p. 2.

2Cette rencontre entre le général Julio Roca, Président de l’Argentine, et Campos Salles, président du Brésil, a mobilisé l’opinion publique de son époque ; il s’agissait d’un « événement » au regard des contemporains. La rencontre a été perçue par la presse, et donc par l’élite intellectuelle brésilienne, comme un symbole de rupture avec le passé et dans l’annonce d’un futur meilleur. Pourtant, si l’historiographie ne l’a pas oublié et la cite comme étant un moment manifeste de rapprochement entre le Brésil et l’Argentine, elle ne lui a cependant pas accordé beaucoup d’attention. De quoi décevoir les contemporains qui ont vécu ce moment avec autant d’intensité, et voyaient déjà cette date « inscrite dans les fastes de la vie sud-américaine »3. En dehors des contemporains, un seul ouvrage récent, publié pour commémorer son centenaire, lui a dédié 120 pages d’histoire.

Un événement historique ?

3La visite de Roca, au Brésil, a été racontée selon une vision historisante du moment et s’est notamment manifestée dans les récits de la presse qui l’ont analysée comme un instant singulier capable de modifier le cours des relations entre l’Argentine et le Brésil. La rencontre a été désignée comme un point de rupture avec un passé de tensions et de concurrence entre les deux peuples. La médiatisation d’une histoire commune a alors eu lieu ; c’est dans le passé que les intellectuels ont vu les signes d’une union irréductible. L’événement s’est construit de la solennité d’une entrevue entre les deux États et le changement du quotidien dans la capitale brésilienne voulait traduire une rupture dans l’ordre historique de la région. Ces trois dimensions temporelles ont donné à cette rencontre « une importance notable pour un individu ou une communauté humaine » ayant attiré « l’attention par son caractère exceptionnel »4. Si cette définition du dictionnaire contribue à considérer la rencontre comme événement, la vision de l’historien sur le fait nécessite une réflexion plus élaborée.

  • 5 Ministério das relações exteriores, Sala de Imprensa, août 1998 [en ligne].

4La visite de Roca à Campos Salles à Rio de Janeiro a été suivie d’un retour à Buenos Aires en 1900 et ces deux rencontres présidentielles sont souvent observées conjointement. Pour l’historiographie, l’une ne va pas sans l’autre et les analyses se concentrent sur l’ensemble formant un symbole des relations Argentine-Brésil. Un ouvrage commémoratif du centenaire, Argentina-Brasil : centenario de duas visitas, historia fotográfica, de Rosendo Fraga et Luis Felipe Seixas de Corrêa, a été publié en 1998. Fraga, historien argentin, se concentre sur le séjour de Roca à Rio de Janeiro, tandis que Corrêa, ambassadeur brésilien, se concentre sur celui de Campos Salles à Buenos Aires. Cet ouvrage a été préfacé par les deux présidents de 1998, Fernando Henrique Cardoso, et Carlos Saul Menem. Selon le communiqué de presse de l’Itamaraty (ministère des Relations extérieures du Brésil), cet ouvrage analyse les deux visites présidentielles « dans leur contexte historique, en mettant en avant leur signification pour la formation et la diplomatie des deux pays »5.

5Ces mêmes auteurs ont également publié en 2003 un article intitulé « Visitas de dois presidentes : Argentina e Brasil selam a paz no Sul do continente » dans l’ouvrage Missões de Paz, une « édition commémorative de cent ans de paix aux frontières du Brésil » [Silva et Amorim, 2003]. Ils voient dans ces visites officielles les prémices de l’intégration sud-américaine, en mettant l’accent sur les personnalités des deux présidents : « Avant-gardistes de ce processus, Campos Salles et Roca sont de plein droit les saints patrons du Mercosul » [Fraga et Corrêa, 2003]. Ainsi, ces rencontres sont également vues par ces auteurs comme « événement ». Ils les analysent comme étant fondatrices d’un long processus d’intégration, dont la première étape serait la signature du traité ABC (Argentine-Brésil-Chili), un traité pour faciliter les résolutions pacifiques des controverses internationales. Ce traité a été signé entre ces trois pays en mai 1915 et les auteurs regrettent que « Roca était mort huit mois avant… Il n’a pas vécu pour voir quelque chose qui couronnait sa politique extérieure des trente-cinq dernières années » [Fraga et Corrêa, 2003]. En mettant l’accent sur le dynamisme de certains hommes, les auteurs semblent considérer que les processus historiques découlent de la volonté de certains. De l’engagement de Roca dans la guerre de la Triple Alliance à son décès, les auteurs ne voient qu’une « continuité d’un demi-siècle du rôle protagoniste de Roca dans les relations entre le Brésil et l’Argentine. » [Fraga et Corrêa, 2003]. En reléguant les moments de crises bilatérales au second plan face aux actions de l’homme, l’impression donnée est celle d’une continuité de l’histoire selon une « graduelle évolution d’une solide relation d’entente entre les deux peuples » [Fraga et Corrêa, 2003]. Il semble donc que la rencontre est considérée avec un regard anachronique qui prend finalement peu de distance par rapport aux sources. L’événement est reconstitué non plus dans son temps, mais comme un moment historique dont les résultats seraient encore sensibles un siècle après.

6La conception de l’événement est la Némésis de la science historique. Toujours au centre des débats des différentes écoles et courants de pensée, la vision qui lui est attribuée conduit à interroger l’écriture de l’histoire. De l’école méthodique à la nouvelle histoire en passant par celle des Annales ou l’histoire structurale, la question de l’événement pose la problématique de l’analyse du temps et celle des processus sociaux et historiques. Du refus total de l’histoire événementielle présentée comme une « histoire-tableau » par l’école des Annales au « retour de l’événement » redéfini par Pierre Nora dans les années 1970 s’est produit un retournement qui est très bien défini par Paul Ricœur : « [Pour l’école des Annales] l’événement est tenu pour l’écume de l’histoire, la surface éphémère du cours profond des choses. […] l’événement tel qu’il revient apparaît comme la composante créatrice et, à ce titre, comme la contrepartie nécessaire dans le couple structure-événement. » [Ricoeur, 1992, p. 29]. Penser l’événement en histoire revient donc à penser à la temporalité du récit historique. Pris isolément, il n’a pas guère de portée et reste confiné dans son avènement puisque l’idée de rupture ne peut être observée. Dans un contexte élargi, il n’existe que par la construction de ses auteurs qui voient en lui le changement du cours de l’histoire. La question de l’événement se perd ainsi dans la question du temps du récit, dans un cadre plus ou moins large, et définit la perspective de l’auteur sur les faits historiques.

7Une monographie commémorative avait été publiée par la municipalité de la capitale de la République Argentine au lendemain de ces deux rencontres en 1901 : El Brasil y la Argentina : Confraternidad Sud-americana ; Obra descriptiva, illustrada con fotograbados de las más importante festividades, de Luis Vicente Varela et Bernabé Lainez. Cet ouvrage, divisé également en deux parties, met en parallèle les deux entrevues présidentielles. Selon les mots des auteurs, ce recueil se voulait « purement descriptif et destiné à perpétuer les festivités qui ont lié les peuples de l’Atlantique et du Plata » [Varela et Lainez, 1901, p. 8]. Il s’agit ici de l’idée même de comment se faisait l’Histoire à cette époque, une histoire descriptive qui transcrivait le réel. En réunissant le matériel fourni par la presse brésilienne et argentine, les auteurs se sont considérés comme des « historiens qui narrent les faits passés sans pour autant y avoir assisté […] [et en prenant] les descriptions de la presse comme témoins » [Varela et Lainez, 1901, p. 17]. Ainsi, il s’agit pour eux « d’un compte rendu complet et exact des événements ». Cependant, la trame est axée sur l’idée de confraternité : « Notre travail a pour deuxième titre La confraternidad Sud-Americana, et celle-ci ne s’obtient que lorsque les peuples, eux-mêmes, se mélangent et se rapprochent dans leurs enthousiasmes fraternels » [Varela et Lainez, 1901, p. 8]. Dans cet ouvrage le parti pris des auteurs est celui des divers journalistes de l’époque qui voyaient dans cette rencontre un nouveau futur pour l’Amérique du Sud et notamment pour les relations Argentine-Brésil. Luis Vicente Varela était un homme de lettre et juriste argentin qui s’est particulièrement consacré à l’étude du territoire litigieux entre l’Argentine et le Chili. Or, en 1901, les relations entre ces deux États étaient très conflictuelles, au point que la guerre semblait pour certains imminente. Cet ouvrage se concentrant donc sur l’idée d’amitié entre l’Argentine et le Brésil et de confraternidad sud-américaine exprimait bien des principes idéologiques. Il trouve son intérêt principal à être une source incontournable compilant l’ensemble des festivités constitutives de ces deux rencontres bilatérales. Cet ouvrage, riche en articles et photographies, ne retranscrit cependant qu’une des visions à propos de ces rencontres ; celle qui voyait en elles le signe d’un « futur commun » en mettant de côté les divergences géostratégiques.

8Cette vision a été en effet celle de la presse, dont la temporalité est celle du « quotidien » et de l’exceptionnalité « du jour ». Pierre Nora analyse d’ailleurs l’événement dans la relation qu’il entretient avec les mass media : par la production du « sensationnel, [le média de masse] fabrique en permanence du nouveau, alimente la faim d’événement ». L’auteur explique que « l’événement est devenu intimement lié à son expression, sa signification intellectuelle, proche d’une première forme d’élaboration historique se vide au profit de ses virtualités émotionnelles. La réalité propose, l’imaginaire dispose » [Nora, 1972, p. 164-165]. Pour lui, cela est donc lié à la société industrielle et à l’émergence des médias. Événement est ainsi devenu médiatisation. Dans cette perspective, il est intéressant de déterminer comment se construit le caractère « exceptionnel » d’un fait politique. Comme le propose Arlette Farge, il convient alors de « réfléchir sur la réception et les effets de l’événement, qui lui sont aussi constitutifs et forment de significatives temporalités » [Farge, 2002, p. 69]. Quels sont les symboles de cette mise en scène politique et à quoi font-ils référence ? Dans quelle mesure leur mobilisation permet de construire une manifestation et de lui donner un sens historique ? Il s’agit donc de définir ici comment ou sous quel angle la rencontre peut être envisagée comme objet d’histoire. Gommer son caractère événementiel reviendrait à modifier la perception même que les contemporains ont eue de la rencontre. Mais postuler que l’événement fait rupture ou déclenche une nouvelle époque pourrait, d’une part, confiner l’analyse à l’anachronisme sans une étude plus large de la période et du terrain et, d’autre part, lui conférer une valeur isolée dans un processus historique.

9En effet, « l’événement qui survient est un moment, un fragment de réalité perçue qui n’a pas d’autre unité que le nom qu’on lui donne […]. C’est à travers son existence éclatée que l’historien travaille s’il veut en saisir la portée, le sens et la ou les marques dans la temporalité » [Farge, 2002, p. 70]. Ces rencontres sont citées dans divers ouvrages et articles concernant l’histoire des relations internationales des deux pays. Elles apparaissent parfois sous la simple mention de leur existence, parfois accompagnées d’une analyse succincte ; elles servent généralement à illustrer une perspective plus large des relations internationales des deux États.

10Pour les historiens argentins Carlos Escudé et Andrés Cisneros, cette rencontre reflète la volonté de Roca de s’approcher du Brésil pour éviter « un deuxième front de conflit et freiner un possible rapprochement géopolitique fruit d’une éventuelle alliance entre les autorités de Rio de Janeiro et de Santiago du Chili » [Escudé et Cisneros, 2000]. Ce voyage a, pour les auteurs, un clair objectif stratégique. Ils citent et s’alignent sur l’historien argentin Miguel Angel Scenna qui définit la rencontre comme une manœuvre politique de Roca qui cherchait à éveiller des doutes dans l’opinion internationale d’une possible alliance entre l’Argentine et le Brésil. L’auteur ajoute qu’« il n’y a pas eu de pacte, mais un rapprochement appréciable qui verrouillait la possibilité d’un éventuel deuxième front » [Scenna, 1975, p. 283]. Par ailleurs, selon l’historien brésilien Clodoaldo Bueno, « l’observation de certaines réactions que les visites présidentielles ont provoquées ne sont intéressantes que parce qu’elles contribuent à la composition du cadre des relations entre les principales nations du cône Sud ». Il concentre son analyse sur la réaction chilienne en montrant que ces rencontres bilatérales ont eu plus de répercussions dans un contexte géopolitique régional que dans un réel changement de direction des politiques extérieures des deux pays : « il en résulte seulement une somme de sympathie et un apaisement des animosités » [Bueno, 1995, p. 249-253].

11En effet, ces auteurs des relations internationales placent ces rencontres plutôt dans un contexte sud-américain qui s’avérait incertain. Elles sont vues comme un geste de la diplomatie argentine pour se rapprocher du Brésil au détriment du Chili. Ainsi, l’historiographie qui s’est attachée à analyser ces rencontres présidentielles dans le cadre des relations internationales les voit comme un fait supplémentaire d’une multitude d’actions qui définissent la politique extérieure des États dans un contexte d’incertitude des relations sud-américaines. Dans ce sens l’événement devient fait historique, et adjoint à d’autres il constitue un ensemble qui permet de reconstituer en partie une époque. Miguel Angel Scenna, dans son ouvrage Argentina Brasil : cuatro siglos de rivalidad, ajoute de plus que « du moins, du point de vue social, l’événement fut fascinant » [Scenna, 1975, p. 282]. L’étude de ces rencontres permet en ce sens d’analyser une vision du social véhiculée à cette époque.

12Le voyage de Roca au Brésil peut ainsi être un prisme pour l’analyse du cadre des relations internationales sud-américaines. Il devient le point de perspective par lequel on observe le contexte sud-américain de l’époque. Quel a été l’impact de cette rencontre dans un contexte donné ? Le séjour de la délégation argentine s’est déroulé entre le 8 et le 17 août 1899 ; la série d’actions symboliques qui se sont déroulées pendant ces neuf jours de festivité fonctionne comme une boule à facette. La mise en lumière de la rencontre rend ainsi possible la mise en perspective dans un contexte beaucoup plus large. Le périmètre de recherche de cette étude s’est principalement restreint au Brésil et à la vision que l’élite brésilienne a pu avoir de cette visite, les sources étant en grande partie la presse mais aussi les correspondances diplomatiques entre les ambassades du Brésil à Buenos Aires et à Santiago de Chili. Les répercussions de l’événement au Brésil ne sont sûrement pas les mêmes que celles qui ont eu lieu en Argentine, et les significations qui lui sont accordées ne peuvent donc pas être analysées de la même manière de chaque côté de la frontière. À partir de là, le sens donné à l’événement change et doit être nuancé, l’étude de « l’événement » doit être placée dans son contexte. Sa construction médiatique est le fil conducteur de la réflexion. Sa singularité ne permet pas de la considérer comme un événement probant dans la causalité des relations, mais ouvre la possibilité de l’analyser dans son contexte comme étant un prisme des aspirations et des concepts alors en vogue. L’objectif n’est pas d’observer les conséquences historiques sur le temps long de la venue de l’exécutif argentin sur le sol brésilien, mais de s’intéresser à la perception de comment et pourquoi cela s’est présenté comme un événement historique en son temps.

La presse et les relations internationales

13Cette visite s’intègre dans un nouveau contexte de la politique étrangère. Ici, il est nécessaire de distinguer les rencontres diplomatiques, qui peuvent aussi se faire entre chefs d’État, et les voyages que René Girault appelle officiels. Selon lui, dans le premier cas, la rencontre reste enfermée dans le monde de la chancellerie et ne cherche pas « à marquer l’esprit des populations du pays hôte afin d’en retirer des avantages politiques ».

14Le recours aux voyages officiels ne commence à devenir une pratique diplomatique courante qu’à la fin du xixe siècle ; ils se distinguent des rencontres par « l’abondante production des moyens d’information et [parce qu’ils] s’accompagnent le plus souvent d’une manifestation collective à allure de fête » [Girault, 1981, p. 473-476]. La visite de Roca à Rio de Janeiro est ainsi considérée comme un voyage officiel et la question qui se pose alors est de savoir quels étaient les avantages politiques recherchés. Si souvent l’historiographie l’analyse comme étant la volonté de l’État argentin de se fabriquer une amitié avec l’État brésilien et ainsi d’envoyer au Chili un signe d’union entre les deux puissances, du côté du Brésil, quels étaient les avantages recherchés par une telle entreprise ? La recherche de ces avantages englobe ainsi la compréhension d’un cadre national et ses prétentions étrangères. Comme dit Robert Frank, « lorsque la plupart des États sont devenus des États-nations, l’intérêt étatique devient l’intérêt national et celui-ci constitue la motivation suprême des politiques étrangères » [Frank, 2003, p. 50]. Ainsi, les questions autour de la construction des États-nations, leur conception et leur vision, deviennent inhérentes à ce sujet. Comment analyser l’imaginaire national à travers un sujet classique des relations internationales comme celle d’une rencontre bilatérale ?

  • 6 Trois grands colloques ont eu lieu, tous publiés par l’École française de Rome : « Opinion publique (...)

15L’étude de l’imaginaire collectif dans les relations internationales a connu une grande ascension à partir des années 1980, avec un groupe de recherche européen de l’École française de Rome6. Ce groupe de recherche inspiré de la notion des « forces profondes » des relations internationale définit par Pierre Renouvin, s’est spécialisé sur la construction des opinions publiques dans la formulation de l’image du soi National et de l’autre Étranger. C’est sur la perception de l’imaginaire collectif concernant la puissance nationale en Europe que ce groupe a axé ses recherches. Pierre Milza proposait donc que l’étude de la presse soit « un moyen opératoire d’investigation de l’opinion globale » car à travers elle, il était décelable la « mentalité collective », un champ intermédiaire entre « l’opinion mouvante qui émerge avec l’événement et la doctrine élaborée ». C’est dans celle-ci que se manifeste dans le temps long « l’idée qu’un peuple, ou un groupe social plus restreint, se [fait] du monde extérieur et d’une situation historique donnée ». Pour Milza, « c’est à ce niveau qu’intervient la prise en considération par l’historien des images, des mythes et des stéréotypes nationaux. » [Milza, 1981, p. 672-673].

16À la fin du XIXe siècle, la presse a connu un ascendant exceptionnel, le progrès technique de l’imprimerie, des moyens de communication, permettant un tirage plus grand, et contribuant à une accélération de l’information. La mise en place des lignes télégraphiques a par exemple permis une communication plus rapide mais également plus vaste de l’actualité, qui est alors devenue perceptible au-delà des frontières locales. Benedict Anderson insiste par exemple, pour le cas de l’Amérique hispanophone, sur la difficulté d’opérer un rapprochement mental nécessaire à l’idée de confédération dans un cadre de communications limitées [Anderson, 2002, p. 72-74]. À l’inverse, l’amélioration et l’accélération des moyens de communication, ainsi que leur extension journalistique, permettent une proximité théorique des intérêts. Non pas qu’il se crée une communauté de perception, mais la création d’une opinion élargie aux affaires extérieures. L’intérêt de l’opinion a ainsi pu dépasser le cadre strict de la perception physique, pour porter son attention et développer son avis et sa vision de l’étranger. L’élargissement de ce média, ainsi que l’impact grandissant sur les masses a attiré l’attention des instances politiques, qui voyaient en lui un outil incontournable à la diffusion de certains idéaux, et à la défense des actions politiques.

17René Girault considère que la mobilisation de l’opinion publique est une des caractéristiques principales pour définir les voyages des autorités étatiques comme étant officiels. Les événements analysés dans son article ont toujours la France comme cadre de repère. La visite des marins russes en 1893 semble être selon lui la première rencontre qui mobilise une opinion publique en sortant la diplomatie de son cadre fermé. Lors de cet épisode, la presse construit une amitié franco-russe qui n’aura cependant pas les mêmes impacts chez les sujets du Tsar. À travers cet exemple, il montre l’importance que prend ce moyen de communication dans la formulation des « imaginaires collectifs » : en France, l’amitié franco-russe est échafaudée à travers cette visite ; en Russie cette amitié populaire n’a jamais été mise en place [Girault, 1981]. Cette mobilisation publique est pour Girault une nouveauté de la diplomatie, une nouvelle façon d’atteindre des fins politiques. L’utilisation de ce procédé diplomatique permet de mobiliser une opinion publique qui n’est plus seulement concernée par le cadre national, mais aussi par l’intégration internationale de la nation. René Girault portait ainsi grand intérêt à la place de l’imaginaire dans l’étude des relations internationales en se posant une question novatrice : « Les relations internationales vivraient-elles selon des mythes ? » [Girault, 1998, p. 137]. La définition, la construction, ou l’image de la nation, passe donc par le rôle qu’elle doit jouer au-delà de ses frontières. Cette transmission de l’image de la nation s’effectue notamment par l’entremise de la presse.

18Lors de la visite de Roca à Rio de Janeiro, ce dernier tenait à savoir si l’opinion fluminense était favorable à la visite d’un haut représentant argentin avant même son départ. Cela montre un intérêt important envers l’impact médiatique positif qu’il était possible de retirer de cette entreprise. C’est pourquoi la presse a été largement invitée à participer aux festivités, et c’est dans celle-ci que l’on trouve le plus grand matériel sur le déroulement du séjour à Rio de Janeiro. Le Jornal do Commercio, fondé en 1827, était le meilleur soutien quotidien au président Campos Salles selon Célio Debes. Dirigé par José Carlos Rodrigues entre 1890 et 1915, celui-ci a proposé au président à peine élu s’il voulait être accompagné par un journaliste lors de son premier voyage à l’Europe. Campos Salles a accepté et a engagé Tobias Monteiro, rédacteur du journal, comme secrétaire particulier afin de valoriser son rôle et de lui faciliter l’accès aux informations [Debes, 1977, p. 92-93]. Cette anecdote permet de voir l’extrême cordialité qui a régné entre l’exécutif et cet organe de presse. D’autre part, le quotidien O Paiz se voulait neutre et généraliste dès sa naissance en 1884. Il a été cofondé par Quintino Bocayuva, à l’époque président du parti républicain, qui est resté son rédacteur en chef jusqu’en 1899. Malgré ses intentions de neutralité, il s’agissait bien d’un titre républicain [Pessanha, 2010, p. 216] et cela a été largement perceptible dans les articles publiés pendant le séjour de Roca. Un autre quotidien important était le Jornal do Brasil fondé en 1891 par un mouvement monarchiste modéré, dans une époque mouvementée par la consolidation du nouveau régime. Ce quotidien est resté instable jusqu’à sa fermeture en 1893. Sa reparution en 1894 s’est effectuée le 15 novembre, sous les auspices républicains, pour se détacher de son passé monarchiste. Le journal se voulait « comme légitime et naturel représentant du peuple » avec son nouveau rédacteur en chef, Fernando Mendes de Almeida [Fonseca, 2008, p. 1537]. A Imprensa était l’opposition la plus affirmée à ce gouvernement notamment par la présence de l’intellectuel et politicien influent Rui Barbosa rédacteur et cofondateur de cet organe. Les quotidiens ne sont pas les seuls organes de presse à s’être mobilisé pour cette rencontre, l’hebdomadaire illustré Don Quixote d’Angelo Agostini reprend son édition qui s’était arrêtée depuis 1897 pour célébrer cet « événement ». Enfin, même l’hebdomadaire littéraire Rua do Ouvidor a publié des articles sur ce séjour argentin au Brésil.

19Sous la présidence de Campos Salles l’importance donnée à l’influence de la presse s’est accrue. Il est connu comme étant le premier président à avoir porté un intérêt particulier pour ce moyen de communication. Dès le début de son mandat, il a cherché des appuis dans la presse, et a-il affirmé dans son ouvrage Da Propaganda à Presidencia, avoir procédé à des subventions d’entreprises de presse, en se justifiant par la raison d’État [Sodre, 1966, p. 317]. Il disait que son gouvernement devait affronter diverses questions impopulaires, et dans ce sens « il était inévitable et fatal le recours à la presse industrielle. […] Je n’ai pas corrompu la presse. Je l’ai toujours respectée lorsqu’elle méritait le respect du public » [Debes, 1977, p. 162]. Il semble en effet que Campos Salles payait pour certains articles d’opinion. Cependant, il n’est pas apparu qu’il ait effectué de censure ou de dirigisme [Real, 2007, p. 11]. Les tentatives d’influence de la presse par le gouvernement de Campos Salles ne paraissent donc pas avoir été fondées sur une coercition stricte mais sur des actions visant à s’attirer les faveurs de l’industrie médiatique. Lors de la visite de Roca au Brésil, la presse est restée unanime et a fêté la venue du dignitaire étranger ainsi que l’accueil effectué par le gouvernement brésilien. Le fait que les titres de presse les plus opposés à Campos Salles se soient joints au concert général de louanges, alors qu’ils étaient vraisemblablement imperméables à toute corruption venant de lui, invite à envisager que si des mesures de coercition ont été employées elles n’ont finalement pas eu d’influence directe sur les propos tenus. Cette unanimité semble se maintenir par l’idée de prestige national à l’international et d’une discipline diplomatique à l’encontre d’un chef d’État étranger. En effet, cette unanimité s’est perdue lors du voyage de Campos Salles à Buenos Aires. Dans le cadre d’une action diplomatique semblable à la première, il semble que les enjeux du prestige international étaient moins importants. Ce n’était plus la nation tout entière qui accueillait en son sein la communauté internationale, mais son représentant envoyé en émissaire. Cependant, dans les deux cas il était sensible à une certaine vision de la nation et de la place que les commentateurs brésiliens voulaient que celle-ci occupe dans le concert international.

20Si certaines divergences idéologiques sont saisissables dans la presse dans les réactions immédiates à un événement politique, comme proposait Pierre Milza, les aspects de l’imaginaire collectif sont communs et répandus dans les rédactions [Milza, 1981, p. 685]. Or, comme disaient Ana Luiza Martins et Tania Ragina de Luca, la presse brésilienne se revendiquait en ce tournant de siècle de l’exclamation Civiliza-se ! La nécessité de se civiliser donnait aux journaux l’ambition d’en être un des vecteurs fondamentaux [Martins et Luca, 2008, p. 11]. Ainsi, prestige et civilisation sont les deux grands termes qui structurent l’élaboration de l’événement au Brésil. La visite officielle du président argentin atteignait les profondeurs des sentiments nationaux, ou pour mieux dire, du prestige national. Dans cette théâtralisation du politique, toute la nation était mise en scène. Ainsi, l’historien doit raisonner « sur les opinions en les replaçant dans le contexte plus général des systèmes de représentations et des imaginaires sociaux » comme propose Robert Frank. Cela permet de réfléchir autrement sur la problématique de « “l’image de l’Autre” et de son influence sur les décisions de politique extérieure » [Frank, 2003, p. 46]. Une construction d’un idéal d’amitié bilatérale et d’union sud-américaine basée sur des principes américanistes constituait ainsi la trame de la rencontre. Les discours et les propos tenus fabriquaient l’événement non seulement dans sa médiatisation ou dans sa mobilisation collective, mais également dans son principe de rupture entre passé et avenir. En faisant appel à une mémoire commune, une tentative de changer « l’image de l’Autre » a alors eu lieu.

21La construction de cet événement au Brésil façonnait une vision de la nation dans son acte d’accueil, qui mettait de côté les enjeux politiques sud-américains pour imprimer une image de désintéressement et de « nation accueillante par nature ». Cependant, la mise en perspective de celle-ci permet de comprendre certains enjeux sud-américains ainsi qu’une vision brésilienne sur ceux-ci. Pour rester dans le cadre d’étude des voyages diplomatiques, deux autres rencontres intimement liées à la visite de Roca ont fait l’objet d’une analyse pour essayer de comprendre un contexte sud-américain. La première est celle du président argentin avec son homologue chilien Federico Errazuriz à Punta Arenas en février 1899, à laquelle est attribuée la naissance de l’idée de se rendre à Rio de Janeiro. La seconde est souvent décrite comme étant un retour de politesse de la part de Campos Salles envers Roca lorsqu’il se rend à Buenos Aires. Cette mise en perspective permet de déceler un contexte incertain dans lequel tentaient de s’affirmer trois puissances sud-américaines : Argentine, Brésil, Chili, et dans lequel les avantages politiques d’une telle entreprise peuvent commencer à être compréhensibles.

Notes

1 Angelo Agostini, « Argentina-Brasil », Don Quixote, Rio de Janeiro, le 5 août 1899, p. 2. Toutes les traductions de ce travail ont été faites par l’auteur, qu’il s’agisse des sources ou de la bibliographie.

2 Rui barbosa, « Um dia histórico », A Imprensa, le 8 août 1899, Rio de Janeiro, in Rui barbosa, Obras Completas de Rui Barbosa, vols. i (1865-1871) à xlix (1922), Rio de Janeiro : Ministério da Educação e Cultura, 1965, p. 197.

3 « Argentina – Brazil : o dia de hoje », O Paiz, 8 août 1899, ano XV, n° 5420, Rio de Janeiro, p. 2.

4 Trésor de la Langue Française informatisé (http://atilf.atilf.fr/tlf.htm).

5 Ministério das relações exteriores, Sala de Imprensa, août 1998 [en ligne].

6 Trois grands colloques ont eu lieu, tous publiés par l’École française de Rome : « Opinion publique et politique extérieure en Europe. i, 1870-1915 », Actes du Colloque de Rome (13 au 16 février 1980), 1981 ; « Opinion publique et politique extérieure en Europe, ii. 1915-1940 », Actes du Colloque de Rome (16-20 février 1981), 1984 ; « Opinion publique et politique extérieure en Europe, iii. 1940-1981 », Actes du colloque de Rome (17-20 février 1982), 1985.

© Éditions de l’IHEAL, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540