Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Biographies des auteurs

Texte intégral

1Virginie Baby-Collin, professeure de géographie à l’université d’Aix-Marseille, est membre de l’UMR Telemme (7303) de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence et de l’Institut universitaire de France. Ses travaux de géographie sociale portent sur les dynamiques citadines et les migrations internationales en Amérique latine, aux États-Unis et en Europe méridionale.

2Claire Bidart est sociologue, directrice de recherche au CNRS et membre du LEST (UMR AMU-CNRS 7317). Ses travaux portent sur la jeunesse et les processus de transition vers la vie adulte, les parcours de vie, les bifurcations biographiques, les temporalités sociales, les réseaux sociaux, les dynamiques relationnelles et l’évolution des rapports au travail. Elle a publié notamment, avec Alain Degenne et Michel Grossetti, La Vie en réseau : dynamique des relations sociales (PUF, coll. « Le lien social », 2011).

3Paul Bouffartigue est sociologue, directeur de recherche au CNRS et membre du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, UMR AMU-CNRS 7317). Il a notamment publié Le Retour des classes sociales : inégalités, dominations, conflits (La Dispute, 2015, 1re éd. 2005) et Temps de travail et temps de vie : les nouveaux visages de la disponibilité temporelle (PUF, coll. « Le travail humain », 2012).

4Laurence Brassamin est titulaire d’un master de géographie de l’université d’Aix-Marseille. Son mémoire de recherche porte sur l’insertion professionnelle des Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires. Elle est aujourd’hui reporter photographe.

5Mariana Busso est chercheuse au Conicet (Conseil national argentin de recherches scientifiques et techniques), membre du Leset-IdIHCS et professeure à l’université de La Plata (Argentine). Ses recherches en sociologie du travail portent sur les domaines de l’identité et des processus symboliques, du travail des jeunes et de l’action collective. Elle a publié notamment, avec Pablo Pérez, Tiempos contingentes : inserción laboral de los jóvenes en la Argentina posneoliberal (Caba, Argentine, Ed. Miño y Dávila, 2013).

6Débora Gorbán est chercheuse au Conicet, à l’université nationale de General Sarmiento à Buenos Aires (Argentine) et chercheuse associée à l’IRIS. Ses recherches portent sur les transformations du travail et leurs conséquences vis-à-vis des acteurs les plus démunis, et plus particulièrement des femmes. Elle a publié Las Tramas del cartón : trabajo y familia en los sectores populares del Gran Buenos Aires (Buenos Aires, Ed. Gorla, 2014).

7Annie Lamanthe est professeure de sociologie à l’université d’Aix- Marseille et chercheuse au LEST (UMR AMU-CNRS 7317). Ses recherches portent sur les marchés du travail agricole et agro- alimentaire, les modes de contrôle des travailleurs et les formes de précarisation et d’informalisation du travail. Elle a publié notamment Les Métamorphoses du paternalisme : histoire, dynamiques et actualité (CNRS Éditions, 2011).

8María Eugenia Longo, sociologue, est chercheuse au Centre urbanisation, culture et société de l’INRS (à Québec, Canada). Ses travaux portent sur les parcours de vie, les jeunesses et le passage à l’âge adulte, les temporalités sociales, les programmes et dispositifs publics d’insertion et les comparaisons internationales.

9Delphine Mercier, sociologue, est chargée de recherche au CNRS et membre du LEST (UMR AMU-CNRS 7317). Ses travaux portent sur la mondialisation, les zones franches d’exportation industrielle en Amérique Latine, Europe et Afrique du Nord ; les migrations et les marchés internationaux du travail dans les pays du « Sud » ; les dispositifs internationaux de gestion et la gouvernance locale face aux enjeux environnementaux et globaux.

10Pablo Ernesto Pérez, économiste, est professeur à l’université de La Plata (Argentine) et chercheur au CEIL du Conicet. Ses travaux portent sur l’insertion des jeunes sur les marchés du travail, les politiques d’emploi et les politiques sociales.

11Maxime Quijoux est chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Printemps à l’université Versailles-Saint-Quentin-en- Yvelines. Il est l’auteur de Néolibéralisme et autogestion : l’expérience Argentine (Éd. de l’IHEAL, 2011).

12Mariela Quiñones est professeure adjointe de sociologie du travail et méthodologie de la recherche et chercheuse au département de sociologie de la faculté de sciences sociales de l’université de la República (Udelar) à Montevideo, en Uruguay. Elle est également consultante pour des syndicats et coopératives de production.

13Víctor Rau est sociologue, docteur en sciences sociales de l’université de Buenos Aires (UBA), en Argentine. Il est chercheur à l’Institut des études sociales et humaines de l’université nationale de Misiones (IESyH-Conicet/Unam) et professeur titulaire en théorie sociologique et en développement socio-économique de l’université nationale de Misiones (FHYCS-Unam).

14Susana María Sassone, géographe, est professeure à l’université de Salvador et chercheuse au Conicet (Argentine). Ses travaux portent sur les migrations internationales en Amérique latine.

15Marcos Supervielle est professeur titulaire de sociologie du travail et méthodologie de la recherche, chercheur au département de sociologie de la faculté de sciences sociales de l’université de la República à Montevideo, en Uruguay. Il est également consultant pour des syndicats et coopératives de production.

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540