Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Conclusion

Paul Bouffartigue

Texte intégral

1Qu’avons-nous appris au terme de ce voyage entre pays d’Europe et d’Amérique latine, à travers les multiples et riches facettes des bouleversements que connaissent les mondes du travail et les conditions dans lesquelles les nouvelles générations et les travailleurs migrants tentent de faire leur place tout en imprimant leur marque ?

2Nous retiendrons deux points forts, qui sont autant de pistes de réflexion et d’invitation à poursuivre les approches comparatives internationales. Le premier, au-delà du constat de la montée des modalités précaire et informelle de l’activité, consiste en la nécessité de sortir d’une vision eurocentrée et datée du travail pour appréhender les dynamiques en cours du côté des groupes sociaux subordonnés. Le second réside dans l’intérêt de décloisonner les analyses portant sur les pratiques quotidiennes d’entraide et de solidarité au sein de ces groupes et celles qui traitent des formes plus ouvertes et organisées de luttes sociales et politiques.

Sortir des approches normatives du « travail » et du « non-travail »

  • 1 K. Hart, « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », The Journal of Modern Afr (...)

3De cet assemblage de points de vue et d’objets qui mobilisent tous les notions d’informalité et de précarité se dégage d’abord la nécessité de critiquer leur acception commune. Cette critique concerne surtout la première des deux catégories. Ce n’est pas une nouveauté, tant cette catégorie a suscité de controverses depuis la première utilisation du terme « informel », en 19731. C’est le cas quand l’informalité sert – la plupart du temps – à désigner des activités économiques par leur écart à la règle ou au droit. Parce qu’elle tend de ce fait à occulter l’intrication entre activités ou moments plus informels et activités et moments plus formels, à occulter les liens de dépendance réciproque et le flou des frontières entre les pôles de l’informel et du formel. Parce que la formalisation de situations informelles se traduit par des difficultés accrues d’application du droit, comme le montrent Annie Lamanthe et Víctor Rau, à propos des travailleurs saisonniers agricoles, souvent d’origine immigrée. Parce que l’informalité maintient dans l’ombre des modes d’organisation collective sophistiqués, comme on le voit à propos des réseaux sociaux qui structurent l’activité des feriantes boliviens observés par Laurence Brassamin. Ou parce que la notion se révèle bien moins pertinente que celle de précarité pour décrire les conditions concrètes des emplois, comme c’est le cas pour les migrantes boliviennes travaillant dans le care, le commerce de détail ou la confection textile en Argentine et en Espagne, étudiées par Virginie Baby-Collin et Susana María Sassone. Enfin, une des limites que la catégorie d’informalité partage avec celle de précarité est qu’elle tend à rendre invisibles les ressources individuelles et collectives que les individus et les groupes développent dans et malgré leur vulnérabilité économique, ressources qui sont à la base de leur possible surgissement dans l’arène publique. Le processus migratoire lui-même, sans gommer les violences sociales auxquelles il est associé, peut nourrir une véritable chaîne professionnelle ouvrant des opportunités de nouvelles activités à des migrants. C’est ce qu’illustre le cas de l’Amérique centrale, évoqué par Delphine Mercier, où les flux migratoires sont d’autant plus intenses que la transnationalisation des territoires y est poussée.

  • 2 M. van der Linden, « Enjeux pour une histoire mondiale du travail », Le Mouvement social, n° 241, 2 (...)

4Une fois armés de ces précautions et au regard de ce que l’ensemble des travaux ici réunis permettent de constater, on peut être pris de vertige en réfléchissant aux multiples implications de la profonde déstabilisation des rapports sociaux noués autour du travail. Reviennent alors au premier plan bien des questions refoulées par une vision étroite, car ethnocentrique et morale, de ce qu’est le travail. Les progrès récents d’une « histoire mondiale du travail2 » remettent en cause la réduction du travail au travail salarié, en rappelant ses liens intimes avec d’autres formes sociales de travail :

  • 3 Ibid., p. 16-17.

« D’une part, l’expérience du Sud mondialisé contemporain nous enseigne que les distinctions entre les salariés classiques et d’autres groupes subordonnés sont dans les faits très vagues […]. D’autre part, les recherches historiques révèlent que, par le passé, la ligne de démarcation entre les esclaves, les serfs et les autres subalternes non libres et les salariés “libres” était pour le moins ambiguë3. »

  • 4 Y. Moulier-Boutang, De l’esclavage au salariat, Paris, PUF, 1998.
  • 5 Cette définition, qui ne préjuge ni des marges ni des frontières du travail, rejoint celle proposée (...)

5Ces recherches ont mis au jour, en particulier, de multiples formes hybrides, entre esclavage et salariat, qui sont autant de figures du « salariat bridé » – bridé par l’impossibilité, juridique ou pratique, de circuler sur le marché de la force de travail4. Ces formes se développent de nouveau, y compris dans les vieilles métropoles capitalistes. En France, la figure du travailleur sans-papiers, est sans doute celle qui est venue le plus spectaculairement le rappeler. Mais les chiffonniers, les mendiants, les prostituées, les travailleuses domestiques, ou encore les camelots, sont autant d’autres figures sociales du travail, longtemps rendues invisibles par l’histoire et la sociologie du travail : leurs activités ne sont pas considérées comme du travail, car elles font l’objet de préjugés théoriques et/ou moraux. Des professions situées au cœur des fonctions régaliennes de l’État (militaire, policier, etc.) ont longtemps été considérées comme des professions non dignes d’intérêt par la sociologie du travail. La tendance à la privatisation de ces fonctions – qui peuvent être exercées dans le cadre d’un contrat de travail de droit privé – encourage d’ailleurs à définitivement mettre fin à ces préjugés. Il est donc temps de considérer comme travail « toute activité de production intentionnelle d’objets ou de services utiles » – du moins, socialement jugés comme tels5. Le travail salarié n’est qu’une des formes de travail dépendant. Cette donnée s’impose progressivement à nous, au rythme du délitement de la forme salariée du travail elle-même, en tant qu’activité séparée dans l’espace et le temps des autres activités sociales. Renouveler nos approches du travail et des activités économiques en nous inspirant des apports ethnographiques et historiques, c’est mettre, dans le même mouvement, les catégories institutionnelles et statistiques à l’épreuve de la critique scientifique et de la critique sociale portée par les expériences indigènes ou populaires de la vie laborieuse.

  • 6 I. Georges, « La place de l’informalité et les modalités de l’action publique : le cas du travail d (...)
  • 7 B. Lautier, « Sociologie de l’emploi, informalité des relations de travail et stratégies familiales (...)

6C’est pourquoi la réduction relative de la proportion d’emplois informels enregistrée dans deux des trois premières économies latino- américaines, au Brésil et en Argentine, ne nous dit pas grand-chose des dynamiques sociales sous-jacentes. En particulier du point de vue des logiques qui sous-tendent la régulation étatique de ces phénomènes, ou de leurs effets sur la division sociale et sexuée du travail. Isabelle Georges a montré, à partir de l’étude de différentes figures du travail de care au Brésil, combien la « formalisation » de diverses activités pouvait signifier aujourd’hui tout autre chose qu’un indicateur d’intégration dans la société salariale des années 1950 à 19706. L’état néolibéral initierait de nouveaux modes de gouvernement des pauvres, mêlant assistance et répression, en déléguant leur gestion à des acteurs privés et/ou en promouvant l’employabilité et l’« entrepreneuriat de soi-même » dans l’ensemble de ses domaines d’existence. Il est donc nécessaire de creuser la piste proposée par Bruno Lautier, en étudiant mieux les usages et les effets du droit, quand celui-ci semble de moins en moins concourir à l’universalisation des droits et à la réduction des distances sociales, au Sud comme au Nord7. Certes, la dégradation de la condition laborieuse a favorisé l’idéalisation de ce qu’était la société salariale et l’occultation de ce qu’elle contenait comme formes de subordination et d’aliénation. Certes, d’autres formes de sécurisation des conditions d’existence sont à imaginer que celles qui reposaient sur l’emploi protégé et les droits sociaux associés. Pas plus que les anciennes, les nouvelles générations ne limitent d’ailleurs leurs aspirations professionnelles à la stabilité de l’emploi : ce livre en fournit maints exemples pris au Sud comme au Nord. Mais les progrès démocratiques et sociaux des années 1950-1970, quelles que soient leurs limites, reposaient sur des valeurs d’égalité et de solidarité étrangères au néolibéralisme.

Décloisonner sociologie du travail, sociologie de la vie quotidienne et sociologie politique

  • 8 M. Postone, « Repenser la critique du capitalisme à partir de la domination sociale du temps et du (...)
  • 9 D. Segrestin, « Les communautés pertinentes de l’action collective : canevas pour l’étude des fonde (...)

7La notion de « résistance » doit être utilisée avec précaution : la tentation est souvent grande de baptiser comme telle toute pratique sociale signalant le rôle actif joué par les sujets sociaux dans la relation qu’ils entretiennent avec leurs conditions d’existence. Or, les mêmes conduites peuvent faire l’objet d’interprétations plurielles, allant d’un pôle négatif – conservation, adaptation, accoutumance – à un pôle positif – réactivité, inventivité, réappropriation. Mettre l’accent sur ce dernier pôle, où le refus s’alimente du possible – et afin d’éviter un usage extensif du mot où toute pratique peut être vue comme résistance –, peut conduire à l’abandonner. Si l’on suit Moishe Postone, le capital génère des possibilités et l’idée de résistance ne permet pas de penser dans ce sens-là8. De plus, la définition de l’acteur ou du sujet de l’action collective ne va jamais de soi : les collectivités concrètes de référence qui sont disponibles et mobilisées dans l’action collective peuvent être très diverses, y compris dans l’action collective de type syndical9. L’intérêt des deux études de cas prenant place dans le Buenos Aires du tournant des années 2000 – les cartoneros, observés par Débora Gorbán, et les employés des usines récupérées avec qui Maxime Quijoux a travaillé – est de montrer comment des secteurs du monde du travail, initialement dominés socialement plus que d’autres – sous les visages contrastés de la grande vulnérabilité économique et du paternalisme de PME –, parviennent à se mobiliser collectivement en s’appuyant sur des ressources variées, que leur situation antérieure rendait peu visibles. Pour les cartoneros, il s’agit de la combinaison de formes de solidarités territorialisées – dont témoigne l’action collective des cartoneros usagers des transports ferroviaires –, de formes de solidarités professionnelles avec la mise en place de coopératives et d’associations – et de formes d’alliances avec des acteurs étrangers à la profession. Pour les employés des usines récupérées, il s’agit de l’appropriation subjective de l’entreprise, dissimulée sous le zèle au travail et la docilité. Reste que les modalités des passages à l’action collective à partir des formes ordinaires d’organisation sociale demeurent toujours riches d’énigmes que la sociologie des mobilisations collectives s’attache à tenter de résoudre. Les choix stratégiques et pratiques des dirigeants des organisations militantes sont évidemment cruciaux, comme le montrent, aux États-Unis, les effets des réorientations de plusieurs syndicats en matière de syndicalisation des travailleurs précaires des services.

  • 10 D. Merklen, « Une nouvelle policité des classes populaires », in S. Béroud et P. Bouffartigue (dir. (...)

8Cette sociologie n’est cependant pas toujours bien outillée pour saisir sur quelles ressources internes aux groupes concernés les mobilisations qu’elle juge « improbables » peuvent s’appuyer. Dans le cas des cartoneros, l’arrivée dans cette activité de chômeurs dotés d’un capital militant construit dans leur ancienne vie professionnelle, semble avoir joué un rôle décisif. Inversement, les autres sociologies spécialisées dans le travail, la famille, les migrations, l’urbain – gagneraient à s’intéresser aux séquences rares, mais significatives, au cours desquelles les classes populaires investissent l’espace public pour revendiquer des droits – qu’il s’agisse d’enjeux de justice, de dignité, de reconnaissance, de citoyenneté – et faire valoir leur conception du commun. Car c’est ainsi que les classes populaires montrent au grand jour leur « policité10 ».

Bibliographie

Georges Isabel, « La place de l’informalité et les modalités de l’action publique : le cas du travail de care au Brésil », 14e Journées de sociologie du travail, Lille, 17-19 juin 2014.

Hart Keith, « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », The Journal of Modern African Studies, no 1, 1973.

Lautier Bruno, « Sociologie de l’emploi, informalité des relations de travail et stratégies familiales en Amérique latine », Cahiers du genre, n° 55, 2013.

Linden Marcel van der, « Enjeux pour une histoire mondiale du travail », Le Mouvement social, n° 241, 2012/4, p. 3-29.

Merklen Denis, « Une nouvelle policité des classes populaires », in S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, La Dispute, 2009, p. 237-251.

Moulier-Boutang Yann, De l’esclavage au salariat, Paris, PUF, 1998.

Postone Moishe, « Repenser la critique du capitalisme à partir de la domination sociale du temps et du travail », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2012, p. 5-15.

Segrestin Denis, « Les communautés pertinentes de l’action collective : canevas pour l’étude des fondements sociaux des conflits du travail en France », Revue française de sociologie, vol. 21, n° 2, 1980, p. 171-203.

Supiot Alain, Au-delà de l’emploi, Flammarion, 1999.

Notes

1 K. Hart, « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », The Journal of Modern African Studies, no 1, 1973.

2 M. van der Linden, « Enjeux pour une histoire mondiale du travail », Le Mouvement social, n° 241, 2012/4, p. 3-29.

3 Ibid., p. 16-17.

4 Y. Moulier-Boutang, De l’esclavage au salariat, Paris, PUF, 1998.

5 Cette définition, qui ne préjuge ni des marges ni des frontières du travail, rejoint celle proposée par Alain Supiot : est travail toute activité « inscrite dans un rapport d’obligation sociale » (A. Supiot, Au-delà de l’emploi, Flammarion, 1999, p. 298) ; en invitant à poser la question des modalités de reconnaissance – sociale, institutionnelle, symbolique – de l’utilité sociale de l’activité.

6 I. Georges, « La place de l’informalité et les modalités de l’action publique : le cas du travail de care au Brésil », 14e Journées de sociologie du travail, Lille, 17-19 juin 2014.

7 B. Lautier, « Sociologie de l’emploi, informalité des relations de travail et stratégies familiales en Amérique latine », Cahiers du genre, n° 55, 2013.

8 M. Postone, « Repenser la critique du capitalisme à partir de la domination sociale du temps et du travail », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2012.

9 D. Segrestin, « Les communautés pertinentes de l’action collective : canevas pour l’étude des fondements sociaux des conflits du travail en France », Revue française de sociologie, vol. 21, n° 2, 1980, p. 171-203.

10 D. Merklen, « Une nouvelle policité des classes populaires », in S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, La Dispute, 2009, p. 237-251.

Auteur

Paul Bouffartigue est sociologue, directeur de recherche au CNRS et membre du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, UMR AMU-CNRS 7317). Il a notamment publié Le Retour des classes sociales : inégalités, dominations, conflits (La Dispute, 2015, 1re éd. 2005) et Temps de travail et temps de vie : les nouveaux visages de la disponibilité temporelle (PUF, coll. « Le travail humain », 2012).

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540