Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Seconde partie. Travail et migrations

Chapitre IX. Jouer avec les frontières du formel et de l’informel

Les migrants boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires

Laurence Brassamin

Texte intégral

  • 1 345272 Boliviens ont été enregistrés par le recensement de l’Indec de 2010, 550713 Paraguayens sur (...)

1L’objet de ce chapitre est de comprendre les logiques d’insertion professionnelle des migrants boliviens sur les marchés itinérants municipaux de la ville autonome de Buenos Aires. La présence des Boliviens sur ces marchés a commencé dans les années 1990. Les Boliviens représentent aujourd’hui la deuxième nationalité étrangère en Argentine (19,12 % des étrangers), derrière les Paraguayens1. L’aire métropolitaine de Buenos Aires constitue un pôle d’attraction majeur et on estime que 60 % des Boliviens vivent dans le Grand Buenos Aires. Or, la vente constitue une des niches professionnelles privilégiée pour ces migrants arrivant généralement avec ce bagage de tradition marchande à Buenos Aires.

2En effet, dans les sociétés andines, les ferias représentent des lieux de référence et d’échange pour la communauté dont le rôle est tant économique que social et culturel. Cette insertion professionnelle est analysée plus spécifiquement au sein de deux types de marchés : les Ferias Itinerantes de Abastecimiento Barrial (FIAB), autrement dit les marchés itinérants d’approvisionnement de quartier, et les Ferias Itinerantes de Interés Social (FIIS), autrement dit les marchés itinérants d’intérêt social, lesquels sont devenus des espaces commerciaux mixtes boliviano-argentins.

  • 2 M. Busso, « Trabajadores informales en Argentina : ¿de la construcción de identidades colectivas a (...)
  • 3 M. Busso, « Le travail informel entre théorie et expérience : des discussions à partir de l’approch (...)

3Les marchés, et plus généralement la vente de rue, font partie du paysage urbain de Buenos Aires. La vente sur les espaces publics s’est amplifiée après la crise de 2001. En effet, « ces dernières années, pour affronter la crise de la fin des années 1990 et les transformations du monde du travail ; les ferias se sont multipliées, diversifiées, étendues ; le nombre de travailleurs a augmenté, ainsi que celui des acheteurs2 ». Ainsi, selon diverses estimations, durant la décennie 2000, le nombre de feriantes en Argentine a significativement augmenté, que ce travail soit une option pour des personnes qui, par tradition familiale ou par choix personnel, l’avaient choisi depuis longtemps ou une solution provisoire au problème de l’emploi3.

4La municipalité de Buenos Aires a établi une classification distinguant différents types de marchés dont elle a la gestion en fonction des activités commerciales des vendeurs, de leur taille et de leur usage de l’espace public (au sein de locaux ou sur la voie publique)4. Cette liste permet d’avoir une première vision de la diversité des marchés de la capitale :

  1. cinq centres d’approvisionnement en biens de consommation courante ;

  2. des ferias et passages commerciaux d’artisanat, de livres et d’antiquités ;

  3. un marché aux puces ;

  4. les ferias itinérantes, objet de notre étude.

  • 5 On appelle villa miserias les bidonvilles, auxquels sont souvent associés des numéros. La Villa 1-1 (...)
  • 6 À ces marchés de vente au détail, situés dans le périmètre du centre métropolitain, il faut ajouter (...)

5La vente de rue informelle constitue de même une part non négligeable de l’offre et prend différentes formes : vente ambulante, carrés de tissus posés sur un coin de rue, vente « dissimulée » dans un marché municipal, voire groupements de vendeurs informels constituant des espaces commerciaux illégalement consolidés, à l’image de Bonorino qui se tient tous les dimanches en bordure de la Villa5 1-11-146.

6Nous allons proposer ici un point de vue afin de comprendre comment s’est opérée l’insertion professionnelle des migrants boliviens sur les marchés itinérants de la ville autonome de Buenos Aires et en quoi l’informalité a pu jouer un rôle. Quels sont les facteurs ayant favorisé cette insertion professionnelle ? Quels rôles ont pu jouer les différentes organisations d’immigrants (réseaux familiaux, sociaux, communautaires) ? Comment le contournement législatif (économie informelle) a-t-il participé à cette insertion ?

  • 7 Étude durant laquelle ont été collectées une soixantaine d’histoires de vie de vendeurs, pour la ma (...)

7Ce chapitre s’appuie sur les résultats d’une étude réalisée entre 2009 et 20107. Après s’être familiarisé avec les marchés itinérants, nous analyserons l’économie informelle que l’on y observe, ainsi que les logiques et les stratégies développées par les Boliviens pour s’insérer professionnellement sur ces marchés. Des exemples de trajectoires de vie viendront illustrer l’analyse et une cartographie synthétique permettra de visualiser les lieux.

Marchés itinérants à Buenos Aires

8Les marchés itinérants représentent 161 stands inscrits officiellement au registre du commerce, ce qui équivaut à l’offre d’un grand centre commercial. Reconnus et administrés par la Direction générale du commerce et du marché (DGCM), il en existe de deux types : les FIAB (au nombre de 101) et les FIIS (au nombre de 60). Ils sont constitués de différents trenes numérotés, c’est-à-dire des groupements de marchands déclarés qui suivent de façon hebdomadaire un parcours itinérant défini par la municipalité. On compte ainsi 12 FIAB d’une douzaine de stands en moyenne et 2 FIIS de 20 à 40 stands8 (un troisième ayant été déclassé en raison de son débordement et de sa sédentarité9). La vente est autorisée entre 8 h et 14 h, quatre à six jours par semaine, sur des espaces délimités afin de minimiser la gêne vis-à-vis des autres usagers de l’espace public. C’est pour cette raison aussi que les zones aérées, proches des espaces verts notamment, sont privilégiées. Chaque marchand accrédité vend un type de marchandise en accord avec les autorités. Douze inspecteurs de la DGCM s’assurent quotidiennement de l’application de la réglementation. Outre ces similitudes, les FIAB et les FIIS se distinguent par différents aspects.

  • 10 Cf. carte ci-après.
  • 11 Habitants des villas miserias.

9Les FIAB viennent des ferias francas, qui apparaissent en 1911. Ces marchés avaient pour fonction d’approvisionner les différents quartiers de la ville en produits frais, à des prix abordables. Éradiqués durant la dictature au profit de marchés couverts, ils sont de nouveau démocratisés au début des années 1980 et prennent alors l’actuelle dénomination de FIAB, allant de pair avec une fiscalisation de l’activité. Les FIAB représentent aujourd’hui « ce qui se fait de mieux » en matière de marché de rue. Cette image de marque se matérialise à travers les trailers (camions-magasins), peints en blanc et orange, obligatoires pour obtenir un permis. Elle se repère aussi par les itinéraires empruntés, les FIAB approvisionnant les différents quartiers de la ville, dépassant ainsi le modèle ségrégué de Buenos Aires, caractérisé par un nord concentrant les populations les plus aisées et un sud regroupant les populations les plus modestes10. Les trenes sont cependant issus pour la plupart de la formalisation d’une vente informelle et du regroupement et de l’organisation de ses marchands. En termes d’offre, les FIAB proposent des produits de base que sont les fruits et légumes, de la charcuterie, des fromages, des produits fermiers (poulets et œufs), des plantes vertes, de l’épicerie, de la boulangerie, des produits ménagers. Les FIIS quant à eux sont issus de la revendication des villeros11. Le premier est né de la reconnaissance du groupement de marchands informels de la Villa 20 (quartier de Villa Lugano) en 1993. Le second apparaît en 2002 et est issu de la crise économique. Ce lien historique avec les villas miserias se retrouve aussi au niveau de leur réglementation et de leur parcours hebdomadaire. En effet, comme leur nom l’indique, ces ferias jouent un rôle plus social et doivent ainsi approvisionner les quartiers les plus défavorisés de la ville, notamment les bidonvilles, ce qui explique leur logique de distribution. De plus, pour être titulaire, il faut résider dans une villa miseria. D’un point de vue matériel, la plupart des stands se résument à des tréteaux et une planche en bois. Les trailers, qui requièrent un investissement de base plus important, ne sont pas obligatoires. De plus, l’offre dans les FIIS est plus variée. Ainsi, en plus des produits de base que l’on retrouve sur les FIAB, on trouve dans les FIIS des cordonniers, des réparateurs de montres et de bijoux, des jouets, etc.

10La carte qui suit permet de visualiser la répartition de ces différentes ferias et de se familiariser avec la géographie de Buenos Aires. Cette géographie marchande est mise en parallèle avec la géographie résidentielle des Boliviens. L’objet de l’étude ne portant pas sur cette thématique, nous ne nous attarderons pas sur cet aspect, mais il est important d’offrir une telle illustration afin de mieux représenter le sujet et de donner des repères visuels.

Espaces marchands et population bolivienne dans la ville autonome de Buenos Aires

Espaces marchands et population bolivienne dans la ville autonome de Buenos Aires

Sources : GCBA, DGCM, Indec, observations de terrain.
© V. Baby-Collin, L. Brassamin, P. Pentsch, 2012.

11Notons aussi que la conjoncture politico-économique de la fin des années 1990, marquée par une grave crise, a été favorable à la révision de la reconnaissance légale des marchés. C’est d’ailleurs à cette époque que sont réhabilités les FIAB et que sont créés les FIIS. Au début des années 2000 naissent ainsi quatre FIAB et deux FIIS. Les Boliviens, par leur dynamisme et leur implication, ont contribué de manière significative à ce processus.

12Concernant la répartition en fonction des origines géographiques, on observe que 24 % des titulaires sur les FIAB et 56 % des titulaires sur les FIIS sont d’origine étrangère12. Or les enquêtes de terrain ont révélé que la majorité des étrangers représentés sont Boliviens. Quelques Péruviens, Paraguayens et un Uruguayen ont été identifiés. Si on ajoute à cette proportion de titulaires les employés, sachant que les Boliviens occupent souvent les stands requérant une plus grande main-d’œuvre (6 à 9 employés sur les stands de fruits et légumes contre un, voire deux pour les produits ménagers, la boulangerie), la présence bolivienne est importante. On peut ainsi désigner ces marchés en tant qu’espaces commerciaux boliviano-argentins. Différentes stratégies informelles ont contribué à cette insertion professionnelle des migrants boliviens.

Informalité et trajectoires de vie variées

  • 13 On estime que, chaque dimanche, près de 1500 stands s’installent pour vendre une grande variété de (...)

13À Buenos Aires, on observe que la vente non régulée (informelle) occupe une place importante dans la capitale. On rencontre ainsi des marchés reconnus composés de quelques stands, mais aussi des marchés regroupant des centaines de vendeurs comme c’est le cas de Bonorino, le plus emblématique13. La carte permet de visualiser les marchés informels plus ou moins consolidés, lesquels ont été identifiés par le gouvernement de la ville. Mais l’informalité peut aussi se manifester dans les marchés s’inscrivant dans l’économie formelle (caractère officiel, ils sont supervisés par les autorités municipales), tels que les FIAB et les FIIS, lesquels sont imprégnés par des stratégies de fonctionnement informel. La majorité des marchés itinérants existant aujourd’hui, tant les FIIS que les FIAB, résultent de la formalisation d’une pratique commerciale informelle. Ils sont nés à la suite de l’organisation de feriantes et de négociations avec les autorités.

  • 14 V. Baby-Collin, « Inégalités et informalités dans les Amériques », Les Papiers de l’axe TVME, no 6, (...)

14Sans rentrer dans le débat de l’informalité, nous reprenons ici son acception économique définie par Charmes en tant qu’« activités économiques échappant à certains cadres normatifs, administratifs, statistiques, fiscaux » et plus largement par Portes comme « toutes activités génératrices de revenus, non régulées par l’État dans des contextes sociaux où les activités similaires sont réglementées14 ». Nous cherchons à mettre en évidence le rôle de l’informalité dans le processus d’insertion professionnelle de Boliviens sur les marchés.

  • 15 Propos issus d’un entretien réalisé avec l’auteure le 21 septembre 2009. Afin de garder l’anonymat, (...)

15Obtenir une accréditation est difficile et les déclarations fictives de résidence afin de détourner la règle, stipulant que pour être titulaire d’un stand il faut résider dans le centre métropolitain, sont aussi courantes. Certains jours, on retrouve des stands circulant en dehors du parcours officiellement indiqué par la DGCM. Les possibilités de mieux vendre ailleurs en poussent en effet certains à sortir des sentiers battus. C’est le cas par exemple de Julio, issu de la deuxième génération de migrants boliviens, qui tient un stand de fruits et légumes sur la FIAB numéro W et de Julieta, sa mère, qui tient un stand d’épicerie. Ils préfèrent aller vendre les fins de semaine sur la Plaza Saavedra plutôt que sur la Plaza X, inscrite sur le parcours officiel15.

16On observe une hiérarchie de situations précaires, au bas de laquelle on trouve des travailleurs en cama adentro, c’est-à-dire logés et nourris par l’employeur et qui représentent une main-d’œuvre particulièrement vulnérable, disponible 24 h/24. Le statut de travailleur non déclaré est davantage marqué par l’instabilité et l’insécurité. Il se caractérise par l’absence de protection sociale, de reconnaissance, une dépendance à la tolérance des autorités et vis-à-vis des patrons en termes d’heures de travail et de salaire. Bien que la titularisation et le statut d’employé déclaré restent souhaités la plupart du temps, car ils s’accompagnent d’une reconnaissance légale et permettent l’accès aux droits de base du travail, ces statuts ne sont pas obligatoirement signes d’une réussite économique. En témoigne notamment l’absentéisme, fréquemment observé sur les FIIS. Le manque de recettes et l’insécurité liée à certains lieux de vente, le côté plus informel de ces marchés, sont autant de facteurs contribuant à l’application laxiste du règlement.

17Ces situations se retrouvent tant sur les marchés informels qu’aux abords et au sein des marchés itinérants. Le cas de Laura peut illustrer cela. Elle est arrivée en 1993 dans la capitale argentine. Mère de six enfants dont le dernier a 15 ans, elle a cumulé des emplois de cuisinière et d’employée domestique jusqu’en 1999. En difficulté en 1996, elle se retrouve à faire de la récupération sur le marché central et découvre le fonctionnement de la vente de rue. C’est ainsi qu’elle décide de tenter sa chance dans la vente de fruits et légumes. Elle vend de façon informelle dans les rues de la capitale, se faisant à l’occasion chasser par les autorités. Elle tombe malade. Son mari, ancien mineur de Potosí, est lui aussi en arrêt maladie depuis des années pour une durée indéterminée. La situation semble désespérée. Après une courte période de repos, elle reprend son activité de vente, toujours de façon informelle, et semble avoir trouvé depuis environ deux ans un semblant de répit grâce à l’entraide communautaire (dissimulation de ses activités aux abords de stands de compadres boliviens) et à l’indulgence des inspecteurs qui pour le moment ne la dérangent pas. Tributaire des transports en commun, elle ne peut vendre de marchandises trop lourdes. Cette situation risque de perdurer au regard du faible revenu de ses ventes et de ses problèmes de santé. Cette précarité se retrouve aussi au niveau de sa situation résidentielle puisqu’elle occupe illégalement, avec sa famille, un terrain à Villa Celina depuis 1996. Le schéma ci-après résume cette trajectoire de vie, parsemée de difficultés.

Schéma 1. Un cercle vicieux de précarité : trajectoire de vie de Laura

Schéma 1. Un cercle vicieux de précarité : trajectoire de vie de Laura

18Cependant, on peut aussi trouver des profils d’ascension socioprofessionnelle. Un individu peut, par exemple, passer du statut de vendeur informel sur des marchés informels puis municipaux, puis accéder au statut de titulaire employant à son tour des migrants, souvent récemment arrivés, en cama adentro ou non. C’est le cas de Raúl dont la trajectoire de vie illustre comment l’informalité peut servir de tremplin.

  • 16 Propos issus d’un entretien réalisé avec l’auteure le 1er octobre 2009.

19Raúl a reçu son accréditation en 2002 après avoir cumulé des expériences professionnelles rappelant le modèle de l’« échelle bolivienne », modèle d’ascension sociale mis en évidence pour la première fois par Roberto Benencia et développé plus loin dans ce chapitre au sein de la sous-partie « L’insertion professionnelle des Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires ». Proposant, dès les premiers jours qui suivent son arrivée à Buenos Aires, ses services pour le transport de marchandises dans l’une des gares, il y rencontre un cousin qui lui propose de venir chez lui à La Matanza. Il travaille alors dans le bâtiment comme employé, profitant des réseaux de son cousin et se faisant héberger dans un premier temps. Il tente ensuite sa chance dans la production horticole à La Matanza, où les Boliviens sont devenus des acteurs clés du monde agricole. Mais au bout de trois ans, il abandonne, sa production n’étant pas assez rentable. Il se tourne alors vers la vente et rejoint le marché de gros de La Matanza. Il y reste environ deux ans, puis tente une relocalisation dans le centre métropolitain où il va vendre de façon informelle et se réorienter dans la vente de produits fermiers (œufs et poulets). En 2002, il obtient enfin un permis pour installer un stand de produits fermiers sur la FIAB numéro Z. Un an plus tard, il délègue ce permis à son fils et en obtient deux autres pour lui et sa femme sur les FIAB A et B. Marié à une Argentine, il est aujourd’hui propriétaire d’une maison à Villa Celina, un des quartiers prisés par les Boliviens. Une partie de ses employés travaille en cama adentro et l’un d’eux s’occupe spécifiquement du transport des marchandises sur les différents stands familiaux. Raúl a aujourd’hui des allures de chef d’entreprise averti. On ne fait d’ailleurs que le croiser sur les marchés, Raúl se déplaçant souvent afin d’assurer la gestion des commerces familiaux16.

Schéma 2. Succès socioprofessionnel : trajectoire de vie de Raúl

Schéma 2. Succès socioprofessionnel : trajectoire de vie de Raúl

20On observe ainsi une hiérarchie socioéconomique qui va de l’employé en cama adentro, vivant dans des villas miserias, aux titulaires d’un, voire plusieurs stands, et propriétaires d’un logement.

21Les trajectoires de vie et les stratégies commerciales nous renseignent aussi sur différentes formes d’informalité. Une partie des marchandises échappe à la fiscalité, les marchands faisant généralement des déclarations minimales, et s’inscrit dans l’illégalité (contrefaçon). Il est aussi courant d’observer des vendeurs non accrédités, certains ambulants travaillant grâce à une « tolérance » négociée avec les autorités. C’est le cas par exemple d’un cordonnier travaillant sur la FIIS numéro X qui exerce son activité sans permis, en échange d’une surveillance de la voiture de l’inspecteur. L’inspecteur y trouve des avantages, car les FIIS se trouvent souvent aux abords de zones défavorisées où une ambiance d’insécurité est palpable. Quant au cordonnier, cet accord lui garantit une certaine tranquillité et lui donne l’espoir d’une régularisation prochaine. Bien entendu, cette situation étant négociable, elle peut à tout moment être remise en question. Elle est illustrative des pratiques clientélistes que l’on rencontre sur les marchés. Ce degré de tolérance de l’inspection et la pratique courante de formes de contournement permettent aussi l’emploi de travailleurs non déclarés. Elles offrent ainsi des possibilités d’intégration à des migrants illégaux. Outre la volonté d’échapper à la fiscalité, ce fonctionnement garantit aussi une flexibilité permettant de répondre aux variations de charge de travail, notamment les fins de semaine, et facilite les emplois familiaux.

22Ce panorama a permis de mettre en évidence une grande diversité de situations informelles. Les contournements législatifs sont utilisés par l’ensemble des acteurs tant argentins que boliviens, mais la spécificité des Boliviens tient à leur habileté particulière à entretenir des pratiques et des fonctionnements informels. Cette spécificité est renforcée par des réseaux familiaux et communautaires forts, même si cette capacité varie d’un individu à l’autre. Elle leur a ainsi permis de se positionner en tant qu’acteurs particulièrement compétitifs, bien que cela implique une remise en question du droit du travail et soit souvent associé à des dérives d’exploitation.

L’insertion socioprofessionnelle des Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires

  • 17 Les 5 stands de fruits et légumes des FIIS sont tenus par des Boliviens et 10 stands sur 19 des FIA (...)
  • 18 40 % des stands des FIIS et 20 % des stands des FIAB sont tenus par des Boliviens (ibid.).
  • 19 R. Benencia, « De peones a patrones quinteros : movilidad social de familias bolivianas en la perif (...)
  • 20 J. Le Gall, « La vía boliviana : mutations sociospatiales du système d’approvisionnement en légumes (...)
  • 21 M. García, J. Le Gall et L. Mierez, « Comercialización tradicional de hortalizas de la región metro (...)

23L’insertion professionnelle des Boliviens sur les marchés de Buenos Aires a débuté par l’intégration des marchés informels de la capitale. Une partie d’entre eux a ensuite obtenu une reconnaissance légale et a ainsi accédé aux marchés formels à partir du début des années 1990. Les marchés itinérants, FIAB et FIIS, sont aujourd’hui des espaces mixtes où travaillent côte à côte des Boliviens et des Argentins. On observe cependant quelques spécificités boliviennes. Ainsi, les Boliviens se sont « approprié » certains secteurs. Ils sont en effet majoritairement présents dans la vente des fruits et légumes17, des vêtements18 et, dans une moindre mesure, dans celui des épices et des produits fermiers. Ils ont démontré leur capacité d’accumulation et d’investissement qui s’inscrit dans une quête pour une amélioration des conditions de vie, une ascension professionnelle. Le statut de titulaire d’un stand de fruits et légumes sur un marché municipal s’inscrit au sommet de cette ascension socioprofessionnelle. Celle-ci débute souvent avec le statut de travailleur informel en cama adentro dans le secteur textile, domestique, du bâtiment, de l’agriculture, de la vente de rue ou sur un marché. Petit à petit, le travailleur informel obtient un accès à la propriété tout d’abord en location, puis avec un titre de propriété. Cette ascension a notamment été mise en évidence par Roberto Benencia à travers son schéma d’« échelle bolivienne19 », par Julie Le Gall20, et par Matías García, Julie Le Gall et Liliana Mierez dans leurs études sur les Boliviens dans l’agriculture périurbaine et sur les marchés de gros de Buenos Aires21. Cette échelle révèle l’évolution des statuts des migrants dans la filière agricole. Le migrant débute en tant qu’ouvrier agricole, journalier ou saisonnier (peón). Il devient ensuite métayer (mediero), puis producteur dans la ceinture horticole (notamment les partidos de La Matanza, La Plata, Escobar), enfin vendeur sur un marché de gros (marché central, La Matanza et nouveaux marchés de périphérie tels Lujan et Escobar), remontant et contrôlant ainsi l’ensemble de la filière agricole.

24Les deux bouts de la filière se rencontrent sur les marchés de gros, où les vendeurs au détail (des FIAB et des FIIS entre autres) viennent s’approvisionner. Ils se fournissent en fruits et légumes au marché central et à La Matanza. Concernant le textile, on sait que les Boliviens sont des acteurs majeurs sur le marché de La Salada. L’une des zones de cette megaferia porte même le nom de la vierge d’Urkupiña, très connue en Bolivie. Au niveau de la production, un incendie ayant occasionné la mort de deux couturiers et de quatre enfants boliviens dans un atelier textile dans le quartier de Caballito, en mars 2006, a amorcé une prise de conscience en Argentine des conditions de travail dans ces ateliers textiles clandestins, où la main-d’œuvre se compose majoritairement de Boliviens. Ainsi, la maîtrise de certaines filières commerciales a contribué à l’arrivée des Boliviens sur ces marchés. Ils ont aussi profité de l’abandon de ces secteurs par leurs anciens propriétaires vieillissants, certains immigrants italiens, voire portugais, et dont les descendants n’ont pas souhaité poursuivre l’activité. La pénibilité du secteur des fruits et légumes (charges lourdes, biens rapidement périssables impliquant un approvisionnement régulier), bien qu’il compte parmi ceux apportant l’un des meilleurs chiffres d’affaires (les écarts vont de 8 500 pesos par jour pour un stand de fruits et légumes à 150 pesos pour un stand de produits ménagers), a certainement aussi participé à cette transmission. Les nouveaux migrants ont ainsi su profiter de la conjoncture.

25De même, leur capacité d’organisation et d’investissement a favorisé leur implantation. Ils ont su exploiter les avantages comparatifs des différentes monnaies, notamment au moment de l’application de la parité peso/dollar dans les années 1990, alors que le boliviano restait faible. De plus, leur absence de confiance dans les administrations financières les a préservés en partie de la crise de 2001. N’ayant pas de dépôts bancaires, ils ont en effet mieux amorti la crise, alors que, paradoxalement, on a observé à cette époque une paupérisation de la société, une aggravation des inégalités et le développement d’initiatives informelles, dont la vente de rue.

26Un autre facteur d’insertion majeur concerne l’unité sociale collective, se traduisant à travers des réseaux communautaires et familiaux qui permettent de l’entretenir et de l’alimenter. L’extension et l’optimisation de ces réseaux peuvent de même contribuer à renforcer l’ascension socioprofessionnelle. Dans la tradition andine, le compadrazgo (ou « parrainage ») occupe une place importante :

  • 22 C. Bernand, « État, ethnicité et pouvoirs dans les Andes », Revue française de science politique, v (...)

« C’est une forme particulière de réciprocité qui s’instaure entre deux ou plusieurs individus unis par des liens fictifs de parenté. Parents et parrains sont en tant que compadres enchaînés dans un système d’obligations réciproques qui traverse les classes sociales et les barrières ethniques22. »

27Le terme de compadrazgo a fréquemment été mentionné lors des entretiens. Existait-il cette réciprocité institutionnelle entre les individus ? Nous ne pourrions l’affirmer. Quoi qu’il en soit, la plupart ont été accueillis à leur arrivée à Buenos Aires par un membre de la communauté et ont intégré le marché grâce à un ami, un parent, un cousin ou encore un voisin. Ainsi s’opère une transmission des savoirs, des connaissances et des réseaux entre les anciens arrivants et les nouveaux. Le recrutement est majoritairement intracommunautaire, ce qui explique le manque de mixité sur un même stand. On observe d’ailleurs de nombreux liens familiaux entre les individus des différents marchés ou encore des différents stands sur un même marché. On remarque aussi que la gestion des stands s’inscrit souvent dans une économie familiale où la femme occupe une place importante. Elle gère généralement le réapprovisionnement, présélectionnant les marchandises sur les marchés de gros et assurant la comptabilité, tandis que l’homme s’occupe davantage de l’organisation fonctionnelle et de la répartition des tâches entre les employés. Les enfants les accompagnent souvent dès leur plus jeune âge. Profitant des réseaux établis, certains reprennent par la suite le commerce. Mais les conditions de travail difficiles poussent à la poursuite d’études en vue d’étendre les possibilités d’insertion professionnelle.

28La communauté bolivienne présente aussi une organisation et un fonctionnement spécifique. Grâce au cama adentro, très courant, le nombre d’intermédiaires peut être réduit, ce qui permet l’allongement du temps de travail et la diversification des tâches. Les journées de travail de douze heures, voire seize heures, ne sont ainsi pas rares. Les employés cumulent les fonctions de chargeur-déchargeur, vendeur et transporteur. Les salaires sont négociables et souvent peu élevés. On observe aussi de nouvelles règles de négociation des prix sur les marchés de gros où sont majoritairement présents les Boliviens. Ces modes de fonctionnement représentent des avantages pour la gestion des stands de fruits et légumes qui nécessitent une main-d’œuvre plus nombreuse (8 à 10 employés contre un en moyenne pour les produits ménagers, la boulangerie, les vêtements).

Conclusion

29Cette étude sur l’insertion professionnelle des Boliviens dans les marchés itinérants de Buenos Aires met en évidence les stratégies et fonctionnements utilisés par ces derniers, qui tirent notamment profit des limites floues existant entre le formel et l’informel. Les ferias itinérantes apparaissent ainsi comme des espaces commerciaux hybrides. La porosité séparant le formel et l’informel est dotée de fonctionnalités astucieusement utilisées, tant par les vendeurs que par les autorités et tant par les Argentins que par les migrants. La formalité s’avère négociable et la plupart des marchands profitent de ces marges de manœuvre pour diminuer leurs charges, améliorer leurs ventes et s’insérer professionnellement. La titularisation est importante, d’autant plus dans un climat de stigmatisation de la vente de rue. Les Boliviens, grâce à leur capital social imprégné de la tradition marchande andine, grâce à leur maîtrise de certaines filières commerciales (notamment celles des fruits et légumes et du textile), à l’importance des réseaux sociaux, communautaires et familiaux, grâce aussi à la conjoncture politique et économique, ont pu s’insérer sur les marchés itinérants municipaux, même si on observe une variété de situations, avec des trajectoires marquées de succès et d’autres du sceau de la précarité.

Bibliographie

Baby-Collin Virginieet Brassamin Laurence, « Prendre place : les Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no 3, 2012, p. 127-149.

Baby-Collin Virginie, « Inégalités et informalités dans les Amériques », Les Papiers de l’axe TVME, no 6, 2010, p. 9-24.

Benencia Roberto, « De peones a patrones quinteros : movilidad social de familias bolivianas en la periferia bonaerense », Estudios migratorios latinoamericanos, n° 35, 1997, p. 63-102.

Bernand Carmen, « État, ethnicité et pouvoirs dans les Andes », Revue française de science politique, vol. 38, n° 5, 1988, p. 748-757.

Brassamin Laurence, « Vendeurs boliviens sur les marchés de Buenos Aires, entre formel et informel, trajectoires de migrants sur les marchés itinérants », mémoire de master 2 en sciences géographiques, Aix-en- Provence, université de Provence, 2010.

Busso Mariana, « Le travail informel entré théorie et expérience : des discussions à partir de l’approche “latino-américaine” », in Virginie Baby-Collin et Delphine Mercier (dir.), Sud à Sud : dynamiques sociales et spatiales Amérique latine/Méditerranée [en ligne], Aix-en- Provence, Presses universitaires de Provence, 2008. Disponible sur : http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/08/73/63/PDF/bussosem.pdf

Baby-Collin et Delphine Mercier (dir.), « Trabajadores informales en Argentina : ¿de la construcción de identidades colectivas a la constitución de organizaciones ? », thèse de doctorat en sciences sociales, Buenos Aires/Aix-en-Provence, université de Buenos Aires/université de Provence, 2007, p. 38.

García Matías, Le Gall Julie et Mierez Liliana, « Comercialización tradicional de hortalizas de la región metropolitana bonaerense : herencias, dinámicas e innovaciones de un sistema complejo », Boletín hortícola de la Facultad de Ciencias Agrarias y Forestales, vol. 13, n° 40 (2° étape), 2008, p. 8-15.

Indec (Instituto Nacional de Estadística y Censos), Censo 2010. Disponible sur http://www.indec.gov.ar/nivel4_default.asp ?id_tema_1 =2&id_tema_2 =41&id_tema_3 =135

Le Gall Julie, « La vía boliviana : mutations sociospatiales du système d’approvisionnement en légumes de Buenos Aires » [en ligne], 2008. Disponible sur : http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/67/95/61/PDF/LE_GALL_JULIE_Collectif_commerce_L_Harmattan.pdf

Le Gall Julie, « Quand les migrants construisent des territoires : le marché de gros de La Matanza, un nouveau territoire bolivien à Buenos Aires », 2e Congrès bisannuel du Gis Amérique latine, Rennes, 2007.

Notes

1 345272 Boliviens ont été enregistrés par le recensement de l’Indec de 2010, 550713 Paraguayens sur une population étrangère totale de 1805957 personnes, soit 4,5 % de la population totale (Indec, Censo 2010).

2 M. Busso, « Trabajadores informales en Argentina : ¿de la construcción de identidades colectivas a la constitución de organizaciones ? », thèse de doctorat en sciences sociales, Buenos Aires/Aix-en- Provence, université de Buenos Aires/université de Provence, 2007, p. 38.

3 M. Busso, « Le travail informel entre théorie et expérience : des discussions à partir de l’approche “latino-américaine” », in V. Baby-Collin et D. Mercier (dir.), Sud à Sud : dynamiques sociales et spatiales Amérique latine/Méditerranée, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2008.

4 Cf. http://www.buenosaires.gob.ar/espaciopublico/mantenimiento/feriasymercados

5 On appelle villa miserias les bidonvilles, auxquels sont souvent associés des numéros. La Villa 1-11-14 est le résultat de l’agglomération de trois villas, la 1, la 11 et la 14.

6 À ces marchés de vente au détail, situés dans le périmètre du centre métropolitain, il faut ajouter les marchés de gros situés dans la périphérie proche (laquelle se trouve en dehors de notre périmètre d’étude). Les trois principaux sont le marché central et La Matanza, spécialisés dans la vente de fruits et légumes, et la megaferia de La Salada, au statut informel, spécialisée dans la vente de vêtements.

7 Étude durant laquelle ont été collectées une soixantaine d’histoires de vie de vendeurs, pour la majeure partie des Boliviens, mais aussi des Argentins, des Péruviens, un Uruguayen et des Paraguayens. Ces témoignages ont été recueillis sur les marchés itinérants d’approvisionnement de quartiers (FIAB), les marchés itinérants d’intérêt social (FIIS), ainsi que sur des marchés informels dont, plus spécifiquement, le marché de Bonorino, l’un des plus emblématiques de la ville. Ces témoignages ont été complétés par des entretiens d’acteurs institutionnels (la Dirección General de Comercio y Mercado, le vice-consul de Bolivie, les inspecteurs de ferias, des représentants de marchands et des associations de Boliviens) – (L. Brassamin, « Vendeurs boliviens sur les marchés de Buenos Aires, entre formel et informel, trajectoires de migrants sur les marchés itinérants », mémoire de master 2 en sciences géographiques, Aix-en-Provence, université de Provence, 2010).

8 Cf. http://www.buenosaires.gob.ar/legacy/ferias_mercados/busqueda_permisionarios.php?menu_id=23989&feria=&puesto=&rubro=&apellido=&b_letra=&permisionarios=buscar

9 Il est situé en bordure de la Villa 31 dans le quartier de Retiro. Près de 400 marchands s’y réunissent chaque mercredi, samedi et dimanche.

10 Cf. carte ci-après.

11 Habitants des villas miserias.

12 D’après le recensement du Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires, 2009 (cf. http://www.buenosaires.gob.ar/legacy/ferias_mercados/busqueda_permisionarios.php?menu_id=23989&feria=&puesto=&rubro=&apellido=&b_letra=&permisionarios=buscar) Les étrangers ont été identifiés grâce au numéro de leur carte d’identité (DNI), supérieur au chiffre de 90 millions.

13 On estime que, chaque dimanche, près de 1500 stands s’installent pour vendre une grande variété de produits dans la rue Bonorino, aux abords de la Villa 1-11-14.

14 V. Baby-Collin, « Inégalités et informalités dans les Amériques », Les Papiers de l’axe TVME, no 6, 2010, p. 9.

15 Propos issus d’un entretien réalisé avec l’auteure le 21 septembre 2009. Afin de garder l’anonymat, les numéros des ferias ont été remplacés par des lettres. De même, les noms des personnes ont été modifiés.

16 Propos issus d’un entretien réalisé avec l’auteure le 1er octobre 2009.

17 Les 5 stands de fruits et légumes des FIIS sont tenus par des Boliviens et 10 stands sur 19 des FIAB. Et parmi les 9 Argentins, certains sont des enfants issus de la seconde génération (cf. recensement du Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires de 2009, op. cit.).

18 40 % des stands des FIIS et 20 % des stands des FIAB sont tenus par des Boliviens (ibid.).

19 R. Benencia, « De peones a patrones quinteros : movilidad social de familias bolivianas en la periferia bonaerense », Estudios migratorios latinoamericanos, n° 35, 1997, p. 63-102.

20 J. Le Gall, « La vía boliviana : mutations sociospatiales du système d’approvisionnement en légumes de Buenos Aires », 2008 ; J. Le Gall, « Quand les migrants construisent des territoires : le marché de gros de La Matanza, un nouveau territoire bolivien à Buenos Aires », 2e Congrès bisannuel du Gis Amérique latine, Rennes, 2007.

21 M. García, J. Le Gall et L. Mierez, « Comercialización tradicional de hortalizas de la región metropolitana bonaerense : herencias, dinámicas e innovaciones de un sistema complejo », Boletín hortícola de la Facultad de Ciencias Agrarias y Forestales, vol. 13, n° 40 (2° étape), 2008, p. 8-15.

22 C. Bernand, « État, ethnicité et pouvoirs dans les Andes », Revue française de science politique, vol. 38, n° 5, 1988, p. 752.

Table des illustrations

Titre Espaces marchands et population bolivienne dans la ville autonome de Buenos Aires
Crédits Sources : GCBA, DGCM, Indec, observations de terrain.© V. Baby-Collin, L. Brassamin, P. Pentsch, 2012.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2994/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Schéma 1. Un cercle vicieux de précarité : trajectoire de vie de Laura
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2994/img-2.png
Fichier image/png, 236k
Titre Schéma 2. Succès socioprofessionnel : trajectoire de vie de Raúl
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2994/img-3.png
Fichier image/png, 215k

Auteur

Laurence Brassamin est titulaire d’un master de géographie de l’université d’Aix-Marseille. Son mémoire de recherche porte sur l’insertion professionnelle des Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires. Elle est aujourd’hui reporter photographe.

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540