Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Seconde partie. Travail et migrations

Chapitre VIII. Migrantes boliviennes dans les métropoles espagnoles et argentines : de l’emploi informel au travail précaire

Virginie Baby-Collin et Susana María Sassone

Texte intégral

  • 1 Que Saskia Sassen appelle « the disadvantaged » dans le chapitre 6, « Emergent global classes », de (...)
  • 2 L’un des collectifs les plus emblématiques est celui des Philippines, dont la féminisation migratoi (...)
  • 3 M. Morokvasic, « Birds of Passage Are Also Women… », International Migration Review, vol. 18, no 4, (...)
  • 4 Hormis quelques études pionnières, comme celle de Nancy Foner sur l’emploi des migrantes jamaïcaine (...)
  • 5 Par exemple, la conférence mondiale de la femme à Beijing, en 1995, qui a mis l’accent sur la migra (...)
  • 6 S. Parella Rubio, Mujer, inmigrante y trabajadora : la triple discriminación, Barcelone, Anthropos, (...)

1La globalisation des marchés du travail dans des contextes de déréglementation néolibérale favorise la circulation internationale de travailleurs pauvres, classe globale émergente de défavorisés1, parmi lesquels les femmes occupent une place de choix, notamment dans l’économie du care et de la domesticité. Représentant désormais près d’un migrant international sur deux, les femmes, longtemps considérées comme migrantes passives suivant leur conjoint, sont devenues des actrices de la migration à part entière, devançant même, pour certains collectifs et dans certaines destinations, les migrations masculines2. Depuis la parution de l’article considéré comme fondateur « Birds of Passage Are Also Women3 », un certain nombre de recherches ont permis d’éclairer cette féminisation longtemps restée dans l’ombre des études migratoires4 et sur laquelle plusieurs conférences mondiales ont également attiré l’attention5. Outre l’irrégularité juridique fréquente des migrantes et leur insertion au sein de segments précaires des marchés du travail faiblement qualifié, leur vulnérabilité est souvent accrue par des formes de discrimination ethnique et de genre, désignées par certains comme une triple discrimination : en tant que femmes, migrantes et travailleuses6.

2Dans le cadre d’une réflexion sur l’informalité et la précarité au Nord et au Sud, nous nous intéressons ici aux activités professionnelles de femmes migrantes dans les contextes métropolitains espagnols et argentins. Nous cherchons à discuter la pertinence des catégories d’informalité et de précarité pour qualifier l’emploi, entendu comme activité économique, et plus largement le travail, entendu comme expérience vécue par les travailleuses migrantes.

3La confrontation de deux contextes métropolitains inscrits dans les dynamiques de globalisation économique, au-delà de leurs identifications comme relevant du Nord (Espagne) ou du Sud (Argentine), permet d’envisager la perméabilité des catégories. Pour resserrer l’analyse, nous avons choisi d’étudier un seul groupe migrant dans les deux contextes : celui de la migration bolivienne, qui connaît des formes de féminisation différenciée, renvoyant à des structurations de champs migratoires, inscrites dans des histoires et des temporalités distinctes et se traduisant par des profils migrants et des modes d’insertion professionnelle féminine spécifiques. L’Espagne, devenue dans les années 2000 la première destination migratoire européenne, de très loin pour les migrants latino- américains, est en effet un pays d’immigration récent pour le collectif, comparativement à l’Argentine, qui est l’une des principales économies attractives d’Amérique latine pour les migrants des pays limitrophes et pour les Boliviens depuis plus d’un siècle.

4Ce travail s’appuie sur une revue bibliographique et statistique et sur des données d’enquêtes issues d’une recherche qualitative par entretiens, menée depuis le début des années 2000 à Buenos Aires et de 2007 à 2010 en Espagne, à Madrid et Barcelone, auprès d’hommes et de femmes boliviens migrants (au total, une quarantaine d’entretiens féminins).

5Après avoir envisagé les modes différenciés de féminisation migratoire dans les contextes espagnol et argentin, nous discuterons le caractère faiblement opératoire des catégorisations existantes, en Amérique latine et en Europe, pour qualifier l’économie informelle, ainsi que l’intérêt de mener une analyse à partir de la notion de précarité, pour envisager et confronter les niches d’emploi privilégiées des femmes migrantes boliviennes à Buenos Aires et Madrid-Barcelone. C’est finalement le travail migrant, envisagé comme expérience des femmes migrantes, que nous interrogerons à la lumière de la précarité. Nous argumenterons que la précarité du travail doit être resituée dans l’expérience différenciée de la migration et du projet de vie des femmes qui en sont actrices et envisagerons les conséquences de cette analyse pour la comparaison des deux contextes espagnols et argentins.

Féminisation migratoire dans des contextes de forte irrégularité juridique

  • 7 Les notions de « champ » ou d’« espace migratoire », apparues dans les années 1970 chez les démogra (...)
  • 8 Les statistiques relatives au nombre de migrants en Argentine doivent être maniées avec précaution. (...)
  • 9 S. Bruno et A. Maguid, « Migración, mercado de trabajo y movilidad ocupacional : el caso de los bol (...)
  • 10 Indec, recensement de la population, 2010.

6L’Argentine est un pays récepteur d’immigrants de longue date, historiquement d’abord européens, puis latino-américains. La Bolivie est l’un des principaux pays d’origine de ces migrants, pour des raisons de proximité géographique, d’écart persistant de niveau de vie entre les deux pays (la Bolivie est l’un des pays les plus pauvres de la région) et de constitution sur près d’un siècle d’un champ migratoire durablement consolidé7. Sur 1,8 million d’immigrants en Argentine en 2010, 19 % sont Boliviens, seconde nationalité étrangère après les Paraguayens8. Depuis les années 1960, il existe une polarisation forte sur la région métropolitaine de Buenos Aires – près du tiers de la population argentine. Longtemps majoritairement masculine, cette migration s’est progressivement féminisée, par le biais des regroupements familiaux et grâce à l’émergence d’une migration directement féminine : 53 % des migrants boliviens entrés en Argentine entre 1991 et 2003 sont des femmes9. En 2010, la migration bolivienne en Argentine est pour la première fois composée d’autant de femmes que d’hommes, ce qui en fait toutefois l’une des moins féminines (54 % des migrants latino- américains sont des femmes)10.

  • 11 Les données du registre municipal des populations en Espagne (INE, Padrón), qui inscrit les résiden (...)
  • 12 Ibid.

7L’Espagne, longtemps pays d’émigration, est devenue dans les années 2000 le premier pays européen récepteur d’immigrants. Sur les 6,6 millions d’étrangers en 2011, plus d’un tiers (2,5 millions) est d’origine latino-américaine. Cette immigration récente est marquée par les groupes d’origine andine : Équatoriens, Colombiens, Péruviens, Boliviens. Derniers arrivés, les Boliviens ont connu une croissance très rapide entre 2000 et 2007, année qui a vu l’imposition d’un visa à leur entrée sur le territoire espagnol et de ce fait restreint les arrivées11. Leur présence est principalement concentrée dans les régions métropolitaines de Madrid et Barcelone. Contrairement au modèle de migration plus classique qui a prévalu en Argentine (migration masculine suivie d’un regroupement familial), la migration latino-américaine en Espagne est d’emblée plus féminine (53,5 % de femmes en 2008). Le taux de féminisation de la population bolivienne, particulièrement élevé, a crû au fil de la décennie (54 % en 2002 ; 56 % en 2008 ; 58 % en 201112). Ce mouvement n’est pas généralisé : la population équatorienne présente en effet un sex-ratio qui s’est au contraire progressivement équilibré avec le temps.

  • 13 65 % de la population bolivienne arrivée dans la région de Buenos Aires entre 1991 et 2003 a un niv (...)

8Confronter la présence migrante féminine bolivienne en Argentine et en Espagne renvoie ainsi à deux modèles d’immigration historiquement et structurellement distincts, comme à des profils migrants différenciés, en termes de genre et d’origine : si la migration issue de régions rurales de Bolivie est très importante en Argentine (historiquement, c’est elle qui fut pionnière, la migration saisonnière étant intégrée aux calendriers agricoles et aux modèles de survie économique du monde rural andin), le mouvement migratoire bolivien vers l’Espagne mobilise plutôt les régions urbaines, notamment celles de Cochabamba (souvent considérée comme le cœur de l’émigration bolivienne) et plus récemment de la capitale de l’Orient bolivien, Santa Cruz. Ces origines géographiques renvoient à des profils éducatifs distincts. Les migrants vers l’Argentine ont plutôt un faible niveau d’études, majoritairement inférieur au secondaire complet13, alors que le niveau d’éducation de ceux qui se rendent en Espagne est souvent plus élevé, avec une proportion non négligeable de diplômés du supérieur.

  • 14 K. Brick, Regularizations in the European Union: The Contentious Policy Tool, Washington, Migration (...)
  • 15 Ceres/CCOO, Inmigración irregular en Cataluña: análisis y propuestas, Barcelone, 2004; Caritas, La (...)
  • 16 C. González Enríquez parle de la règle de l’immigration irrégulière en se reportant à « Spain : irr (...)
  • 17 C. González Enríquez, op. cit., p. 27.
  • 18 La loi Giustiniani de 2004 constitue un changement important dans la politique migratoire argentine (...)

9Dans les deux contextes, les Boliviens sont nombreux à être en situation irrégulière, ce qui constitue un obstacle majeur à leur insertion dans la sphère du travail formel. En Europe, 7 à 13 % des étrangers sont estimés en situation irrégulière malgré une vingtaine d’opérations qui, depuis les années 1990, ont permis d’en régulariser 5 millions, dont un peu plus d’un million en Espagne14. Les estimations espagnoles varient de 10 à 40 % d’étrangers15 en situation irrégulière16. Les Latino-Américains (la moitié des effectifs régularisés en 2005) sont le collectif dont le taux d’irrégularité est le plus élevé, jusqu’à 70 % pour les Boliviens17. Si l’irré- gularité juridique des migrants boliviens est importante en Argentine, le programme « Patria Grande » a néanmoins permis de régulariser 680 000 migrants, dont 202 000 Boliviens entre 2006 et 2009. Les évolutions de la législation argentine (nouvelle loi migratoire plus souple18) et des réglementations du Mercado Común del Sur (Mercosur) favorisent désormais un accès plus aisé à une carte de résidence temporaire pour les migrants limitrophes et devraient réduire le nombre d’immigrés en situation irrégulière.

Emploi de basse productivité en Argentine, économie souterraine en Espagne : deux visions de l’informalité de l’emploi

10Saisir les emplois des étrangers, dans des contextes de forte irrégularité juridique et pour des groupes faiblement qualifiés, renvoie immédiatement à leur informalité, qui prend dans les cas étudiés une forme majoritaire. Toutefois, si l’informel est identifié et quantifié dans le monde professionnel et académique latino-américain, il est remplacé par l’« économie souterraine » (economía sumergida), non synonyme, en Espagne et dans les pays de l’OCDE, ce qui rend difficile la comparaison des données existantes.

11La Cepal définit le secteur informel en milieu urbain comme « secteur de basse productivité (ou secteur informel) », comprenant :

  • 19 Cepal, Cepal stat, Bases de datos y publicaciones estadísticas, 2013.

« Toute personne qui est (1) employeur ou (2) salarié – professionnel, technicien ou non – dans des entreprises comptant jusqu’à 5 employés, ou (3) dans la domesticité, ou qui est (4) travailleur indépendant non qualifié – à son propre compte, ou qui est travailleur familial non rémunéré sans qualification professionnelle ou technique19. »

  • 20 Ibid.

12Cette définition, qui est l’une de celles habituellement employées en Amérique latine, renvoie ainsi à une faible productivité, à la taille des entreprises et à certains statuts (domestique ou travailleur indépendant non qualifié), indépendamment des normes et législations en vigueur. En 2011, 46 % des actifs latino-américains (38 % des Argentins) travaillent dans ce secteur : 3 % de micro-entrepreneurs, 12 % de salariés de micro- entreprises, 5 % d’employés domestiques, 25 % de travailleurs à leur compte (respectivement 3 %, 14 %, 6,4 %, et 12,6 % pour l’Argentine). L’Argentine est ainsi relativement proche des autres pays du Cône Sud (Chili, Uruguay, même Brésil), avec un secteur de « basse productivité » inférieur à la moyenne régionale, alors que les pays andins ont des populations actives majoritairement employées dans ce secteur (jusqu’à 60 % des actifs au Pérou). L’emploi informel est plus important chez les femmes (49 % des femmes y sont employées à l’échelle latino-américaine, 40 % en Argentine) que chez les hommes (respectivement 43 % et 36 %) et le secteur de la domesticité est principalement responsable des écarts homme/femme, à l’échelle latino-américaine (11 % de l’emploi féminin, 0,6 % de l’emploi masculin), comme argentine : plus de 15 % des femmes actives (et plus du tiers des actives informelles) sont employées domestiques, ce qui en fait l’un des taux les plus élevés de la région20.

  • 21 Selon la perspective légaliste (H. De Soto, El otro sendero : la revolución informal, Lima, El Barr (...)
  • 22 Les économies informelle et souterraine doivent être distinguées de l’économie illégale, dont les p (...)
  • 23 Selon diverses estimations et études. Pour une synthèse, cf. Colectivo IOÉ, Trabajo sumergido, prec (...)
  • 24 M. Arrazola et al., La economía sumergida en España, Madrid, Fundación de las Cajas de Ahorros (Fun (...)
  • 25 Colectivo iOÉ, op. cit., p. 42.

13Dans les pays de l’OCDE, le secteur informel s’inscrit dans une perspective légaliste, fondée sur le non-respect des normes et réglementations en vigueur21. L’économie qualifiée de souterraine renvoie aux activités économiques (dont la production finale est légale22) qui échappent aux autorités en termes de paiement d’impôts, de cotisations de sécurité sociale, de respect de normes relatives aux salaires minimums, aux réglementations sanitaires ou de qualité, ou encore aux réglementations administratives. En Espagne, cette économie, aussi appelée irrégulière, occupe une place importante comparativement aux autres pays européens : 20 % des actifs occupés dans les années 1980, autour de 15 % dans les années 2000 avant la crise23. Des travaux récents l’évaluent entre 17 et 23 % du PIB espagnol, mettant en évidence une croissance forte de l’emploi irrégulier sur trente ans (1980-2010) : de 1,4 à 4 millions d’actifs, soit un taux d’accroissement de 185 %, alors que la population âgée de 16 à 65 ans a crû de 34 % pendant cette période24. L’emploi irrégulier est particulièrement important dans les secteurs des services domestiques (60 %), de la confection (43 %), du travail du cuir, des services à la personne, de l’agriculture (31 %), du commerce, de l’hôtellerie et des services (25 %), du textile (23 %), de l’éducation, de la construction (19 %)25 : c’est là que se concentrent les actifs étrangers.

14Les différences dans les catégories utilisées pour qualifier le travail en Argentine et en Espagne rendent peu opératoire la comparaison à partir de la notion d’informalité. L’écart à la réglementation ne fait en effet pas partie de la mesure de l’informalité économique en Amérique latine, quand c’est elle qui domine dans les catégorisations européennes.

  • 26 OIT, Consejo de Administración, GB.298/ESP/4.
  • 27 R. Castel, « Au-delà du salariat ou en deçà de l’emploi ? L’institutionnalisation du précariat », i (...)

15En 2002, la 90e Conférence internationale de l’OIT a remplacé la notion de secteur informel par celle d’économie informelle, élargissant la définition aux « travailleurs précaires ou sans protection, indépendants ou salariés des petites, moyennes ou grandes entreprises26 », rendant ainsi visibles les formes de précarité du travail salarié dans des contextes marqués par le développement de nouveaux modes de sous-traitance, de flexibilité et d’instabilité chronique, pour des travailleurs pauvres bénéficiant peu ou pas des mécanismes de protection sociale. Cette précarisation du salariat correspond à ce que Robert Castel appelle le « précariat », nouveau registre de l’organisation du travail qualifiant des situations massives et durables d’instabilité27. Elle ne concerne pas que les sociétés du Sud : sa croissance est même une évolution fondamentale des sociétés salariales européennes, que la crise économique durable vient renforcer. La précarité de l’emploi renvoie à la fois à une situation économique, juridique et sociale : faiblesse des revenus (précarité économique), des mécanismes de protection des salariés (absence de représentation syndicale, de protection sociale, maladie, retraite), instabilité des relations contractuelles dans les emplois (imprécision ou absence de contrat de travail, contrats de travail oraux, à durée déterminée) et dans l’organisation du travail (horaires extensibles, irréguliers, variables, imprécision des tâches ou polyvalence des tâches requises). Nous proposons ainsi d’envisager comment cette notion peut aider à préciser les formes d’emploi observées chez les femmes migrantes dans les économies espagnole et argentine.

Des niches spécifiques, peu variées, pour des emplois précaires peu qualifiés

  • 28 En 2003, 56 % des femmes boliviennes de plus de 15 ans travaillaient, contre 82 % des hommes (donné (...)

16En Argentine, l’immigration bolivienne, inscrite dans la longue durée, est plus qu’une migration de travail, impliquant des mobilités familiales sur plusieurs générations. La masculinisation historique de ce flux est l’une des raisons du taux d’activité moins élevé des femmes28. L’ancienneté du champ migratoire a aussi permis la consolidation dans la société argentine de niches professionnelles qui peuvent s’apparenter à des économies ethniques.

  • 29 En 2010, le taux d’activité des Espagnols est de 60 % ; il est de 56 % pour les étrangers, mais de (...)

17En Espagne, l’immigration latino-américaine, plus récente et plus féminine, s’inscrit de façon différente dans l’économie. La croissance espagnole des décennies 1990-2000 a généré un véritable appel d’air pour les migrants et l’immigration de travail domine largement, comme en attestent les taux d’activité très élevés des immigrants latino-américains, supérieurs à ceux des autres collectifs étrangers et même des Espagnols29. Les besoins très importants dans les secteurs des services, du care et de la domesticité expliquent les taux d’activité très élevés des femmes et leur domination numérique sur les hommes, dont les emplois classiques dans le secteur de la construction ont été très durement affectés, depuis 2008, par la crise. Les niches professionnelles, constituées sur une quinzaine d’années seulement (échelle de temps très courte en comparaison du siècle de migration en Argentine), sont aussi beaucoup plus restreintes.

18Au-delà de ces différences, les emplois exercés par les Boliviennes sont très majoritairement faiblement qualifiés, relevant à la fois de la « basse productivité » et de l’économie souterraine, et caractérisés par une grande précarité.

  • 30 Données ECMI (S. Bruno et A. Maguid, op. cit., p. 10-11). Restant dans le cadre urbain de la capita (...)

19L’emploi féminin bolivien à Buenos Aires couvre une palette d’activités plus variée que certains autres collectifs de migrants limitrophes, en raison notamment de l’ancienneté de ce champ migratoire qui a permis le développement de niches professionnelles. Les hommes sont majoritairement insérés dans trois secteurs : textile et confection (29,5 % des hommes actifs), construction (25 %), commerce de détail (21,5 %). Textile et commerce sont également deux des piliers des emplois féminins (respectivement 21 et 27 %), cependant dominés par les services domestiques (38 % des Boliviennes)30.

  • 31 C. Mera, « Los migrantes coreanos en la industria textil de la Ciudad de Buenos Aires : inserción e (...)
  • 32 R. Waldinger, « Le débat sur l’enclave ethnique : revue critique », Revue européenne des migrations (...)
  • 33 J. Montero, « Neoliberal Fashion: The Political Economy of Sweatshops in Europe and Latin America » (...)
  • 34 S. Souchaud, « L’importance des choix résidentiels des migrants internationaux dans l’organisation (...)

20L’activité de la confection est une niche économique à Buenos Aires, classique des formes de sous-traitance industrielle développées dans les économies néolibérales globalisées, fortement investie par le collectif bolivien. Le développement des ateliers textiles doit beaucoup aux investissements des migrants coréens qui s’installèrent à Buenos Aires dans les années 196031 ; les Boliviens, d’abord employés dans ces ateliers, ont progressivement investi la filière, notamment après la crise de 2001. Ils sont aujourd’hui le principal collectif étranger dans cette activité, où l’embauche de coethniques est la règle, selon le modèle amplement étudié et débattu de la constitution des enclaves ethniques32. Quelques travaux récents ont analysé, à Buenos Aires, la constitution d’une économie ethnique bolivienne dans ce secteur, où la précarité des conditions d’embauche et de travail est grande33. Des conditions de travail similaires sont aussi décrites pour les Boliviens des quartiers centraux de la confection à São Paulo, au Brésil34.

  • 35 Cf. chapitre ix du présent ouvrage (« Jouer avec les frontières du formel et de l’informel : les mi (...)

21À Buenos Aires, le secteur du commerce de détail est souvent incarné par la figure de la « Bolivienne du coin de la rue », vendeuse de fruits et légumes frais du quartier. La vente de rue, également très développée en Bolivie, concerne aussi les vêtements de sport, la lingerie, les plats cuisinés. Elle se donne aussi à voir sur de grands marchés ou ferias35 et dans des lieux stratégiques de réunions des Boliviens, tels les terrains de football, où la vente de plats cuisinés, les fins de semaines, est très majoritairement aux mains des femmes.

  • 36 A. Marshall, « Inmigración, demanda de fuerza de trabajo y estructura ocupacional en el área metrop (...)
  • 37 Cf. pour le Brésil : D. Vidal, Les Bonnes de Rio : emploi domestique et société démocratique au Bré (...)
  • 38 Données ECMI 2003, citées par S. Bruno et A. Maguid, op. cit.
  • 39 C. Courtis et M. I. Pacecca, « Género y trayectoria migratoria : mujeres migrantes y trabajo domést (...)
  • 40 Sur la construction de l’identité argentine, voir les courtes synthèses de O. Sturzenegger-Benoist, (...)

22Les migrantes sont enfin présentes dans l’économie domestique portègne depuis plusieurs décennies : dans les années 1970, plus de 60 % des migrantes des pays limitrophes travaillaient dans la domesticité36, situation différente du Brésil ou du Mexique, où les emplois domestiques sont l’une des premières sources d’emplois féminins nationaux et l’un des moteurs actifs de l’exode rural féminin37. Toutefois, l’insertion des Boliviennes dans la domesticité à Buenos Aires reste beaucoup moins marquée que pour les Paraguayennes, domestiques à 80 %38. Sur l’ensemble des employées domestiques étrangères du Grand Buenos Aires (40 % des emplois domestiques), la moitié d’entre elles sont Paraguayennes, un gros quart Péruviennes (28 %) et seulement 9 % Boliviennes39. Dans les représentations dominantes, les Boliviens jouissent d’une image relativement négative associée à leur surnom péjoratif de bolitas. S’ils sont réputés pour leur aptitude au travail, ils sont aussi perçus comme Indios, représentation associée à de nombreuses discriminations, notamment en Argentine, société construite sur une valorisation spécifique de la créolité – synonyme de blanchitude. Les Paraguayennes sont perçues comme plus jolies et blanches de peau ; elles sont aussi moins inscrites dans les préjugés raciaux que les Boliviennes, en raison de leur présence plus récente sur le sol argentin. Elles sont de fait souvent préférées dans les emplois domestiques, qui impliquent un côtoiement intime du patron, dans la sphère privée du logement40.

  • 41 L. Oso Casas, « Stratégies de mobilité sociale des domestiques immigrées en Espagne », Tiers- Monde(...)
  • 42 Cf. en Europe les travaux de: B. Anderson, Doing the Dirty Work: The Global Politics of Domestic La (...)
  • 43 R. Martínez Buján, « De sirvientes a enfermeras : transformaciones en el servicio doméstico español (...)
  • 44 Sur cette question de la préférence espagnole pour les groupes immigrés d’origine latino- américain (...)
  • 45 Selon l’enquête nationale sur l’immigration (INE, 2007), 9 % des étrangers, 13 % des migrants latin (...)
  • 46 Par ordre d’importance décroissante : commerce de détail, construction (activité essentiellement ma (...)

23En Espagne, la porte d’entrée principale sur le marché du travail pour les femmes latino-américaines est le secteur des emplois domestiques (ménage et entretien, garde d’enfants, garde de personnes âgées). Ces emplois répondent à une forte demande, due à la fois à la hausse du taux d’activité des femmes espagnoles, aux carences en matière de système de garde d’enfants et de soin aux personnes âgées, aggravées par les réductions budgétaires dans le domaine de l’assistance sociale, et par le vieillissement des populations41. Si cette situation n’est pas propre à l’Espagne, comme le montrent de nombreux travaux sur l’économie du care42, les emplois domestiques y sont occupés à plus de 60 % par des étrangers43. Les femmes latino-américaines y sont privilégiées, en raison de leur pratique courante de l’espagnol, de leur proximité culturelle supposée avec l’Espagne, héritée du passé colonial (elles bénéficient ici de préjugés positifs qui attestent de la force de certaines représentations collectives vis-à-vis des groupes étrangers44), mais aussi, pour certaines, de leur niveau d’éducation et de leur expérience de la maternité (rassurante quand il s’agit de garder des enfants). Les Boliviennes sont le collectif migrant le plus massivement présent et concentré dans ces emplois (féminisés à plus de 90 % en Espagne45), même si on les retrouve aussi dans d’autres secteurs d’activité46.

  • 47 32 % des emplois étrangers en Espagne sont non qualifiés en 2010 ; c’est le cas de 59 % des emplois (...)

24Centrons-nous sur l’observation des formes de précarité des emplois domestiques (dans les deux contextes) et de confection textile (à Buenos Aires). Il s’agit d’emplois de faibles qualifications47, même si l’acquisition de savoir-faire et de compétences spécifiques peut déboucher sur des qualifications réelles et permettre des formes d’ascension sociale et professionnelle, notamment dans la confection – de la charge de la découpe des tissus dans un atelier textile à l’activité de confection derrière une machine dont on a appris à se servir, ou à la responsabilité d’un atelier.

  • 48 S. Bruno et A. Maguid, op. cit.
  • 49 Ibid.
  • 50 Colectivo iOÉ, op. cit., 2008.
  • 51 Pour une analyse du contenu de cette nouvelle législation, cf. R. Martínez Buján, op. cit.

25Il s’agit d’abord d’emplois faiblement déclarés : dans la domesticité argentine, alors qu’une loi légifère, en mars 2013, sur le « régime spécial du contrat de travail pour le personnel de maison », 84 % de ces emplois sont exercés au noir48. Tous secteurs confondus, alors que 70 % des femmes boliviennes sont salariées (75 % des hommes), 95 % d’entre elles (et 73 % des hommes) ne cotisent pas à des indemnités retraite49. En Espagne, en 2005, 45 % des étrangers actifs ne sont pas déclarés à la sécurité sociale, proportion qui affecte plus les femmes que les hommes et est majoritaire dans les emplois domestiques50 ; pour lesquels, comme en Argentine, une nouvelle réglementation a été établie en 2012 via le décret royal 1620/2011. Ce décret apporte des améliorations au statut de travailleuse domestique, l’intégrant dans le régime général de la sécurité sociale espagnole, obligeant les employeurs à déclarer leurs salariées et réglementant le paiement des heures supplémentaires51.

  • 52 INE, Encuesta nacional de inmigrantes, Madrid, 2007.

26L’absence de stabilité contractuelle dans les emplois génère ensuite des taux de rotation très importants ; les licenciements s’exercent sans préavis, du jour au lendemain, souvent sans paiement d’indemnités, voire du salaire dû. Les horaires de travail sont soumis à une flexibilité maximale dans le cas d’un employeur unique : dans les ateliers textiles, des journées de travail exténuantes dépassant les douze heures quotidiennes sont fréquemment dénoncées par la presse et émaillent les récits des migrantes (qui rapportent jusqu’à seize heures de travail journalier). Les surcharges horaires sont aussi courantes dans la domesticité ; les femmes boliviennes sont par exemple les immigrées dont la durée du travail est la plus élevée : 55,8 heures hebdomadaires52.

27Les situations irrégulières autorisent aussi de nombreux abus de la part des employeurs, qui savent leurs employés à leur merci. Mauvais traitements, courtes pauses, travail dans l’obscurité, conditions d’hygiène et de sécurité minimales sont récurrents dans les ateliers textiles. Violence verbale, agression physique, surexploitation horaire, assignation de tâches non prévues gonflant les charges de travail sont des problèmes courants rencontrés par les domestiques.

  • 53 On trouve ces situations dans l’activité textile, mais aussi dans l’activité horticole – hébergemen (...)
  • 54 Pour une analyse de ces situations dans le cas espagnol, cf. V. Baby-Collin, « El servicio doméstic (...)

28Enfin, la confusion fréquente des espaces de résidence et de travail est une source considérable de vulnérabilité et d’exploitation. Il importe en effet de distinguer la situation des employées qui vivent hors de leur lieu de travail de celles qui y résident. Les ateliers textiles offrent en effet fréquemment à de jeunes migrants l’emploi, le gîte et le couvert, dans des conditions souvent très précaires. C’est l’un des ressorts de cette économie ethnique qui embauche de jeunes migrants récemment arrivés, aux ressources trop faibles pour trouver un logement indépendant, en leur proposant toit et emploi53. Ce phénomène est banal dans les emplois domestiques à demeure (cama adentro en Argentine, internas en Espagne). La confusion de l’espace privé et de l’espace professionnel, la situation de confinement dans laquelle se trouvent ces employées, sont sources de nombreux abus : horaires de travail flexibles, fréquentes violences verbales et physiques (jusqu’au viol), salaires revus à la baisse au motif de décomptes liés par exemple à l’hébergement ou à la nourriture54.

  • 55 C. Carrasco Carpio et C. García Serrano, op. cit., p. 54.
  • 56 Colectivo IOÉ, Impactos de la crisis sobre la población inmigrante, Madrid, IOÉ, 2012.

29La situation des employés non résidents sur leur lieu de travail est génératrice d’autres formes de précarité. En l’absence de contrat de travail longue durée, l’instabilité domine : variations du nombre d’heures de travail, cumul fréquent de plusieurs emplois coûteux en termes d’énergie et de transport, irrégularité des revenus selon les heures travaillées et selon la conjoncture. La crise économique argentine de 2001-2003 n’a pas directement réduit le taux d’activité des immigrés, mais elle a accru les formes de précarisation des emplois par des baisses de salaires, une augmentation de la flexibilité, une diminution globale des heures de travail, phénomènes plus marqués pour les immigrés que pour les nationaux. Dans l’Espagne de la crise en 2010, 22 % des contrats de travail sont temporaires ; ce taux monte à 39 % pour les étrangers, à 43 % pour les Boliviens55. La mobilité intermunicipale des travailleurs étrangers est trois fois supérieure à celle des Espagnols en 2009-2010, attestant de mobilités résidentielles fortes, motivées par la recherche d’emploi à tout prix. La crise a accru les journées de travail partiel non voulues, les emplois salariés discontinus, les indices de surqualification. Chez les femmes latino-américaines, l’emploi au-delà de 45 heures hebdomadaires a recommencé à augmenter en 2011, dans le secteur des services56 ; chez les Latino-Américains, le pluri-emploi qui avait diminué au début de la crise croît de nouveau depuis 2010.

  • 57 P. Bouffartigue et M. Busso, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dy (...)

30La mise en perspective de données existantes, en Argentine et en Espagne, ainsi que la confrontation de récits recueillis auprès de femmes migrantes, montre des formes similaires de précarité des emplois traversant les frontières du Nord et du Sud. La nécessité dans laquelle les migrants se trouvent de travailler à n’importe quel prix, en raison de l’absence d’un système familial permettant d’amortir les situations de crise, ainsi que de l’impérieux besoin d’envoyer des devises dans le pays d’origine, met en évidence que les crises économiques accroissent la précarité des emplois, plus qu’elles ne se traduisent par une augmentation du chômage. Sur ce point, il faudrait néanmoins nuancer les deux situations observées. Plus fréquemment insérées dans des réseaux familiaux et socioethniques constitués en Argentine, les Boliviennes sont plus nombreuses à être au chômage qu’en Espagne. On peut penser que ces tissus sociaux jouent un rôle d’amortisseur, permettant d’offrir des périodes de non-emploi, peut-être compensées par l’activité d’un conjoint ou d’un parent. En Espagne, où le coût de la vie est plus élevé, la migration plus récente, les tissus sociaux moins constitués et où les femmes sont les principales actives, l’impériosité du gagne-pain génère l’acceptation de conditions de travail particulièrement difficiles. Ces remarques nous conduisent à passer de l’observation de la précarité de l’emploi à celle du travail, dans la continuité des réflexions de Paul Bouffartigue et Mariana Busso, qui, reprenant la différenciation établie par Serge Paugam, invitent à distinguer ce qui relève de l’emploi précaire, en termes de restrictions de droits sociaux et de vulnérabilité économique, de ce qui relève du travail précaire, en termes de « reconnaissance matérielle et symbolique » de l’activité du travailleur, qui « ne trouve pas de motifs de satisfaction dans son emploi »57.

Lire la précarité du travail féminin à partir des trajectoires migratoires et des configurations sociofamiliales

31L’activité professionnelle des femmes migrantes est difficilement envisageable indépendamment de la prise en considération du projet migratoire, lui-même étroitement associé à la situation familiale. Prêter attention à la façon dont les femmes envisagent leur travail permet de comprendre les ressorts de leurs choix ou de leurs contraintes et de questionner la façon dont elles envisagent la précarité du travail.

32Dans le modèle dominant de migrations familiales en Argentine, les femmes migrantes sont souvent accompagnées de leur conjoint, qu’elles ont rejoint dans la migration, même si celles qui ont pris l’initiative d’une migration individuelle, célibataires, mères seules ou en rupture de couple, sont plus nombreuses aujourd’hui qu’il y a quelques décennies. Leur engagement professionnel est de fait moins massif qu’en Espagne, comme les taux d’activité différenciés ont permis de le souligner. L’activité professionnelle féminine joue ainsi plus fréquemment le rôle de soutien aux revenus familiaux. Les mères ont aussi à concilier les impératifs liés à la garde de leurs enfants à ceux liés à la recherche de revenus. L’engagement dans un travail précaire comme le commerce informel, souvent mené dans un cadre familial, offre ainsi des avantages de flexibilité : absence de contraintes horaires fortes, activité régulée en fonction du temps disponible.

  • 58 V. Baby-Collin, op. cit.

33En Espagne, en revanche, où la migration féminine domine chez les Boliviens, les femmes sont très souvent soutien de familles restées au pays d’origine. La nécessité de pourvoir à leurs besoins génère une pression sur le travail, car les revenus doivent permettre d’envoyer régulièrement des transferts de fonds au pays. Cette situation amène à privilégier fréquemment, dans un premier temps au moins, des activités génératrices de revenus réguliers, au prix de certains sacrifices, comme celui de leur vie privée. D’où le grand nombre d’employées domestiques résidant à demeure, qui correspond souvent aux situations de migration récente. Les premiers temps de la migration sont en effet marqués du sceau de la nécessité de payer les dettes contractées pour le départ, qui grèvent lourdement les revenus, en plus de l’envoi de transferts monétaires. La résidence à demeure des patrons offre l’avantage de réduire considérablement les dépenses dans le pays d’accueil : nourries, logées, sans frais de transport domicile-travail, les migrantes sont en situation d’économies maximales. En même temps, dans des contextes de méconnaissance de la société d’arrivée et souvent d’irrégularité du statut, l’emploi à demeure permet de rester invisible dans l’espace public (d’échapper par exemple aux contrôles d’identité) et d’apprivoiser certains usages de la société d’accueil. La perception de ce mode de travail est ainsi ambivalente : d’un côté, il permet de pourvoir plutôt bien aux besoins financiers, de vivre dans un univers relativement protégé de l’inconnu représenté par le monde extérieur et d’y acquérir certaines compétences relatives à la connaissance de la société d’accueil. De l’autre, il renvoie à un isolement considérable et à des formes d’exploitation et d’abus qui peuvent être très difficiles à vivre, dans des contextes d’extrême vulnérabilité accentuée par la précarité fréquente des statuts juridiques. Le manque criant de liberté dans les espaces domestiques, où la séparation est parfois nulle entre espace de l’intime et espace professionnel, est lisible dans la qualification de « travail esclave » auquel certaines migrantes ont recours pour décrire leur situation58.

34Or la quête de liberté est souvent aussi l’une des motivations complexes qui a présidé au départ des sociétés d’origine. La confrontation des femmes à des sociétés où l’émancipation féminine est plus grande, les espoirs que font naître les salaires gagnés, accélèrent un désir d’autonomisation que la migration a aussi contribué à forger. De fait, les emplois de domestique à demeure ont souvent une durée limitée dans le temps (quelques années), remplacés à terme par des emplois dits d’externas, quand il n’y a pas d’évolution vers d’autres sphères professionnelles. La liberté retrouvée dans les emplois d’externas se fait toutefois parfois au prix d’autres formes de précarisation (irrégularité plus grande des revenus dans des emplois flexibles à employeurs multiples, frais générés par le paiement d’un loyer, du transport, etc., qui grèvent les ressources). La situation personnelle des migrantes (seules dans l’espace d’arrivée ou en couple, avec ou sans enfants à charge dans le lieu de destination) est un élément clé dans la détermination des choix qui sont faits quant à l’évolution de l’emploi.

  • 59 S. Bruno et A. Maguid, op. cit., p. 22.
  • 60 Situation qui concerne un quart des hommes et moins de 20 % des migrantes paraguayennes (ibid., p.  (...)

35La notion de précarité dans l’expérience du travail fait aussi émerger les écarts existants entre la qualification professionnelle construite dans le pays d’origine et celle relative à l’emploi exercé dans le pays de destination. Lorsque la migration se traduit par un déclassement professionnel, ajouté à un quotidien empreint de discriminations ethniques, la perception du travail peut devenir très négative, quand bien même celui-ci est générateur de revenus et même si les conditions de travail n’y sont pas mauvaises. Selon l’étude de Bruno et Maguid, la moitié des femmes boliviennes actives à Buenos Aires ne travaillait pas en Bolivie59. Pour celles qui avaient un emploi, un tiers vit en Argentine une situation de déclassement professionnel60 et la moitié a une situation équivalente à celle du pays d’origine (insertion dans les emplois de faible qualification). Nous faisons l’hypothèse que le sentiment de déclassement est décuplé en Espagne, principalement en raison du niveau de qualification des femmes migrantes, plus élevé qu’en Argentine. La plupart ont fait des études secondaires et exerçaient des emplois de salariée ou d’employée à leur compte en Bolivie (dans nos entretiens, toutes les femmes avaient un emploi dans leur pays d’origine). La migration est motivée par la recherche de revenus plus élevés et souvent l’espoir d’une ascension sociale à terme. Mais le maintien de la majorité des femmes dans des situations de travail non qualifié, principalement domestique, est générateur d’un sentiment de déclassement, d’autant plus fort que le niveau d’études initial est élevé.

  • 61 R. Parreñas, op. cit., p. 3.

36Comme Rhacel Parreñas l’a mis en évidence à partir de l’étude de la migration de femmes philippines en Europe et aux États-Unis, les femmes souffrent de formes de « dislocation » pluridimensionnelle61 : elles vivent une citoyenneté partielle (une infériorité dans le pays d’accueil liée à l’irrégularité de leur statut), une douleur de la séparation familiale (très fréquente dans le cas des Boliviennes en Espagne, mères ayant laissé leurs enfants dans le pays d’origine), une expérience souvent difficile en termes de mobilité sociale (un déclassement professionnel dominant, malgré une hausse des revenus dans le pays de la migration) et un sentiment d’isolement par rapport aux communautés migrantes dans l’espace d’arrivée, très fréquent dans le cas des employées domestiques, qui ont peu d’occasions de se retrouver entre compatriotes, a fortiori quand elles résident au domicile de leur employeur. Ces dislocations du sujet migrant, entre rationalisations du projet migratoire conçu dans un cadre à la fois familial (améliorer les conditions de vie matérielles des leurs) et individuel (aspiration à des formes d’émancipation) et souffrances liées aux réalités souvent difficiles du pays d’accueil, sont apparues, dans les entretiens, plus violentes dans le cas de l’Espagne, où l’isolement familial et communautaire est plus fort qu’en Argentine et où les blocages de la mobilité socioprofessionnelle affectent plus durement des femmes aux profils plus qualifiés et aux aspirations plus marquées en termes d’empowerment.

Conclusion

37Dans la globalisation des marchés du travail, les travailleurs migrants constituent une main-d’œuvre particulièrement fonctionnelle et vulnérable, au sein de laquelle les femmes ont une importance croissante, au Nord comme au Sud. Dans les grandes métropoles d’Argentine ou d’Espagne, les femmes boliviennes sont emblématiques de ces travailleuses cantonnées dans des niches professionnelles peu variées, caractérisées par des emplois peu qualifiés, qu’il s’agisse de l’économie du care et de la domesticité dans les deux cas, du secteur de la confection textile et du commerce au détail en Argentine. L’informalité, envisagée comme un secteur de faible productivité ou comme un écart aux réglementations, est bien une caractéristique largement dominante de ces emplois. La notion, mesurée différemment dans les deux contextes, est toutefois insuffisante pour décrire les conditions d’exercice des emplois que nous avons envisagés sous le prisme de la précarité, tant juridique, économique, que sociale. Cette dernière connaît des formes relativement similaires dans les contextes espagnols et argentins, dans des secteurs d’activité faiblement protégés. C’est plus dans la configuration emploi/résidence (joints ou distincts) que s’observent des formes variables de précarité, qu’entre les contextes nationaux eux- mêmes, si l’on fait abstraction des différences de salaires inhérentes aux sociétés envisagées.

38Passant de la précarité de l’emploi à celle du travail et de l’observation de critères objectivables (tels que la contractualité, la flexibilité, l’exploitation du travailleur) à la prise en compte du vécu des travailleuses, nous avons montré que le rapport au travail se conçoit difficilement indépendamment de l’expérience de la migration et de l’histoire individuelle et familiale des femmes migrantes, qui implique à la fois un passé dans le pays d’origine, un vécu dans le pays d’installation et un projet. Dans le contexte argentin, où la migration féminine s’inscrit dans un champ migratoire anciennement structuré par des dynamiques de mobilité familiale longtemps dominées par le travail des hommes, la précarité de l’emploi féminin peut être amortie par des réseaux familiaux et sociaux denses. En Espagne, en revanche, la migration plus spécifiquement féminine, récente, aux réseaux communautaires locaux plus fragiles, marquée par des séparations familiales, ainsi que des besoins d’envoi de remises dans le cas des très nombreuses mères transnationales, est source de plus grandes contraintes et d’impératif du travail à tout prix, c’est-à-dire aussi au prix d’une précarité subie plus que choisie. L’aspiration à l’autonomie et à la mobilité sociale des migrantes, plus qualifiées à Madrid qu’à Buenos Aires, est fréquemment confrontée à un déclassement professionnel, qui se rajoute à une expérience de souffrance liée à un isolement familial et social, et à une insécurité juridique, que le contexte espagnol de crise économique accentue plus qu’il n’atténue.

  • 62 V. Baby-Collin, G. Cortes et S. M. Sassone, « Mujer, movilidad y territorialización : análisis cruz (...)

39Une réflexion sur le travail des migrants nous semble ainsi indissociable de la prise en compte de la place de l’activité professionnelle dans la construction des projets des migrants, projets qui sont articulés aux sphères familiales et sociales, peut-être plus encore pour les femmes que pour les hommes, en raison de leur position de pivot dans les structures des familles62. La précarité doit ainsi se penser également par rapport à l’expérience plus globale du travailleur migrant dans la société d’accueil.

Vidal Dominique, Les Bonnes de Rio : emploi domestique et société démocratique au Brésil, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007.

Bibliographie

Anderson Bridget, Doing the Dirty Work: The Global Politics of Domestic Labour, Londres, Zed Books, 2000.

Arrazola María et al., La economía sumergida en España, Madrid, Fundación de las Cajas de Ahorros (Funcas), 2011.

Baby-Collin Virginie, « El servicio doméstico en trayectorias de bolivianas migrantes a España », Trabajadoras en la sombra : dimensiones del servicio doméstico latinoamericano, Mexico, Ciesas/EGAP-Itesm, 2014, p. 485-508.

Baby-Collin Virginieet Brassamin Laurence, « Prendre place : les Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no 3, 2012, p. 127-149.

Baby-Collin Virginie, Cortes Geneviève et miret Naik, « Migrants andins en Espagne ? Ruptures et continuités d’une géographie économique de l’immigration », Méditerranée, no 113, 2009, p. 41-54.

Baby-Collin Virginie, Cortes Geneviève et Sassone Susana María, « Mujer, movilidad y territorialización : análisis cruzado de las migraciones internacionales en México y Bolivia », Cahiers de l’IFEA, no 17, 2008, p. 135-166.

Baby-Collin Virginie et Delphine Mercier (dir.), Sud à Sud : dynamiques sociales et spatiales Amérique latine/Méditerranée, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Monde contemporain », 2008.

Bastia Tanja et McGrath Siobhan, Temporality, Migration and Unfree Labour : Migrant Garment Workers, Manchester, University of Manchester, 2011.

Benencia Roberto, « De peones a patrones quinteros : movilidad social de familias bolivianas en la perifería bonaerense », Estudios migratorios latinoamericanos, no 35, 1997.

Bouffartigue Paul et Busso Mariana, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dynamiques des mondes du travail », VIe Congrès de l’Alast, Mexico, HalSHS, 2010.

Brick Kate, Regularizations in the European Union : The Contentious Policy Tool, Washington, Migration Policy Institute, 2011.

Brick Kate, Kerwin Donald et Kilberg Rebecca, Unauthorized Immigrants in the United States and Europe : The Use of Legalization/Regularization as a Policy Tool, Washington, Migration Policy Institute, 2012.

Bruno Sebastián et Maguid Alicia, « Migración, mercado de trabajo y movilidad ocupacional : el caso de los bolivianos y paraguayos en el Área Metropolitana de Buenos Aires », Población de Buenos Aires, no 12, 2010/7, p. 7-28.

Busso Mariana, « Trabajadores informales en Argentina : ¿de la construcción de identidades colectivas a la constitución de organizaciones ? », thèse de doctorat en sciences sociales, Buenos Aires/Aix-en-Provence, université de Buenos Aires/université de Provence, 2007.

Caggiano Sergio, Lo que no entra en el crisol : inmigración boliviana, comunicación intercultural y procesos identitarios, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2005.

Caritas, La situación social de los inmigrantes acompañados por Caritas, Madrid, Caritas, 2010.

Carrasco Carpio Concepción et García Serrano Carlos, Inmigración y mercado de trabajo, informe 2011, Madrid, Ministerio de Empleo y Seguridad Social, 2012.

Castel Robert, « Au-delà du salariat ou en deçà de l’emploi ? L’institutionnalisation du précariat », in Serge Paugam (dir.), Repenser la solidarité : l’apport des sciences sociales, Paris, PUF, 2007, p. 416-433.

Catarino Christine et Morokvasic Mirjana, « Femmes, genre, migration et mobilités », Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, 2005/1, p. 7-27.

Cepal, Cepal stat, Bases de datos y publicaciones estadísticas, 2013. Disponible sur : http://estadisticas.cepal.org/cepalstat/WEB_CEPALSTAT/Portada.asp

Ceres/ccoo, Inmigración irregular en Cataluña : análisis y propuestas, Barcelone, 2004.

Colectivo IOÉ, Impactos de la crisis sobre la población inmigrante, Madrid, IOÉ, 2012.

Colectivo IOÉ, Trabajo sumergido, precariedad e inmigración en Catalunya : una primera aproximación, Madrid, IOÉ, Fundació Jaume Bofill, 2008.

Colectivo IOÉ, Mujer, inmigración y trabajo, Madrid, MTAS/Instituto de Migraciones y Servicios Sociales, 2001.

Cortes Geneviève et Sassone Susana María, « Cruzar y vivir la frontera entre Bolivia y Argentina : entre el Estado y el capital espacial del migrante », Migracionesyfronteras : nuevos contornosparalamovilidad internacional, Barcelone, Cidob, coll. « Análisis contemporáneo », 2010, p. 225-228.

Courtis Corina et Pacecca María Inés, « Género y trayectoria migratoria : mujeres migrantes y trabajo doméstico en el Área Metropolitana de Buenos Aires », Papeles de población, vol. 16, no 63, 2010.

Destremau Blandine et Lautier Bruno, « Introduction : femmes en domesticité : les domestiques du Sud, au Nord et au Sud », Tiers- Monde, t. 43, no 170, 2002.

Durin Séverine, Entre luces y sombras : miradas sobre los indígenas en el área metropolitana de Monterrey, Mexique, Ciesas, CDI, 2008.

Ehrenreich Barbara et Russell Hochschild Arlie, Global Woman : Nannies, Maids, and Sex Workers in the New Economy, New York, Metropolitan Books/Henry Holt & Co, 2002.

Escrivá Ángeles, « Mujeres peruanas en el servicio doméstico de Barcelona : trayectorias socio laborales », thèse de doctorat en sciences sociales, Barcelone, université autonome de Barcelone, 1999.

Foner Nancy, « Women, Work, and Migration : Jamaicans in London », Urban Anthropology, vol. 4, no 3, 1975, p. 229-249.

González Enríquez Carmen, Undocumented Migration, Counting the Uncountable, Data and Trends Across Europe, European Commission, 2009.

Haller William et Portes Alejandro, La economía informal, Santiago du Chili, Cepal, 2004.

Hondagneu-Sotelo Pierrette, Doméstica : Immigrant Workers Cleaning and Caring in the Shadows of Affluence, Berkeley, University of California Press, 2001.

INE, Encuesta nacional de inmigrantes, Madrid, Instituto Nacional de Estadística, 2007.

Isaksen Widding Lise, Russell Hochschild Arlie et Uma Devi Salbavisam, « Global Care Crisis : a Problem of Capital, Care Chain or Commons ? », American Behavioral Scientist, vol. 52, n° 3, 2008.

Izquierdo Antonio, López Diego et Martínez Raquel, « Los preferidos del siglo xxi : la inmigración latinoamericana en España », Tercer congreso sobre inmigración en España, Grenade, 2002.

Jensen Leif et Portes Alejandro, « Disproving the Enclave Hypothesis », American Sociological Review, n° 57, 1992, p. 418-422.

Jensen Leif, « What’s an Ethnic Enclave ? The Case for Conceptual Clarity », American Sociological Review, n° 52, 1987, p. 768-771.

Le Gall Julie, « Buenos Aires maraîchère : une Buenos Aires bolivienne ? Le complexe maraîcher de la région métropolitaine à l’épreuve de nouveaux acteurs », thèse de doctorat en géographie, Paris, université Paris 1, 2011.

Lutz Helma, Migration and Domestic Work : a European Perspective on a Global Theme, Aldershot, Ashgate, 2008.

Mantero Luciana, « Empleadas domésticas : las trabajadoras que nadie ve » [en ligne], La Nación, 2013. Disponible sur : http://www.lanacion.com.ar/1572129-empleadas-domesticas-las-trabajadoras-que-nadie-ve

Marshall Adriana, « Inmigración, demanda de fuerza de trabajo y estructura ocupacional en el área metropolitana argentina », Revista Desarrollo económico, vol. 17, n° 65, 1977, p. 3-37.

Martínez Buján Raquel, « De sirvientes a enfermeras : transformaciones en el servicio doméstico español », Trabajadoras en la sombra : dimensiones del servicio doméstico latinoamericano, Mexico, Ciesas/ EGAP-Itesm, 2014.

Mera Carolina, « Los migrantes coreanos en la industria textil de la Ciudad de Buenos Aires : inserción económica e identidades urbanas », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no 4, 2012, p. 67-87.

Montero Janonimo, « Neoliberal Fashion : The Political Economy of Sweatshops in Europe and Latin America » [en ligne], thèse de doctorat en géographie, Durham, Durham University, 2011. Disponible sur : http://etheses.dur.ac.uk/3205/

Morokvasic Mirjana, « L’(in)visibilité continue », Cahiers du genre, n° 51, 2011/2, p. 25-47.

Morokvasic Mirjana, « Birds of Passage Are Also Women… », International Migration Review, vol. 18, no 4, 1984, p. 886-907.

Novick Susana, « Migración y políticas en Argentina : tres leyes para un país extenso (1876-2004) », in Susana Novick (dir.), Las migraciones en América Latina : políticas, culturas y estrategias, Buenos Aires, Catálogos-Clacso, 2008, p. 131-151.

OIT, Consejo de Administración, GB.298/ESP/4.

Oso Casas Laura, « Stratégies de mobilité sociale des domestiques immigrées en Espagne », Tiers-Monde, vol. 43, no 170, 2002, p. 287-305.

Parella Rubio Sonia, Mujer, inmigrante y trabajadora : la triple discriminación, Barcelone, Anthropos, 2003.

Parreñas Rhacel, The Force of Domesticity : Filipina Migrants and Globalization, New York, New York University Press, 2008.

Parreñas Rhacel, Servants of Globalization : Women, Migration and Domestic Work, Stanford University Press, Stanford, 2001.

Sassen Saskia, A Sociology of Globalization, New York, W. W. Norton & Company, 2007.

Simon Gildas, « Penser globalement les migrations », Projet, no 272, 2002.

Soto Hernando de, El otro sendero : la revolución informal, Lima, El Barranco, 1986.

Souchaud Sylvain, « L’importance des choix résidentiels des migrants internationaux dans l’organisation de l’industrie de la confection à São Paulo », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no 4, 2012, p. 89-107.

Sturzenegger-Benoist Odina, « Le métissage invisible », in Virginie Baby-Collin et Delphine Mercier (dir.), Sud à Sud : dynamiques sociales et spatiales Amérique latine/Méditerranée, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Monde contemporain », 2008.

Triandafyllidou Anna, Irregular Migration in Europe : Myths and Realities, Surrey, Ashgate Publishing Ltd, 2010.

Velut Sébastien, « L’Argentine : identité nationale et mondialisation », Annales de géographie, vol. 113, no 638, 2004.

Vidal Dominique, « Les immigrants boliviens à São Paulo : métaphore de l’esclavage et figuration de l’altérité », Critique internationale, vol. 57, n° 4, 2012, p. 71-85.

Vidal Dominique, « Les migrants boliviens dans le secteur de la confection à São Paulo : les effets des cadres juridiques », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no 4, 2012, p. 109-126.

Waldinger Roger, « Le débat sur l’enclave ethnique : revue critique », Revue européenne des migrations internationales, vol. 9, no 2, 1993, p. 15-29.

Yeates Nicola, « Global Care Chains : a Critical Introduction », Global Migration Perspectives, no 44, 2005.

Notes

1 Que Saskia Sassen appelle « the disadvantaged » dans le chapitre 6, « Emergent global classes », de son ouvrage intitulé A Sociology of Globalization, New York, W. W. Norton & Company, 2007.

2 L’un des collectifs les plus emblématiques est celui des Philippines, dont la féminisation migratoire est ancienne et organisée (R. Parreñas, Servants of Globalization : Women, Migration and Domestic Work, Stanford University Press, Stanford, 2001 ; R. Parreñas, The Force of Domesticity : Filipina Migrants and Globalization, New York, New York University Press, 2008 ; S. Sassen, op. cit.)

3 M. Morokvasic, « Birds of Passage Are Also Women… », International Migration Review, vol. 18, no 4, 1984, p. 886-907.

4 Hormis quelques études pionnières, comme celle de Nancy Foner sur l’emploi des migrantes jamaïcaines de Londres (N. Foner, « Women, Work, and Migration : Jamaicans in London », Urban Anthropology, vol. 4, no 3, 1975, p. 229-249) ; M. Morokvasic, « L’(in)visibilité continue », Cahiers du genre, n° 51, 2011/2, p. 25-47 ; C. Catarino et M. Morokvasic, « Femmes, genre, migration et mobilités », Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, 2005/1, p. 7-27.

5 Par exemple, la conférence mondiale de la femme à Beijing, en 1995, qui a mis l’accent sur la migration invisible des femmes, pourtant agents économiques fondamentaux.

6 S. Parella Rubio, Mujer, inmigrante y trabajadora : la triple discriminación, Barcelone, Anthropos, 2003.

7 Les notions de « champ » ou d’« espace migratoire », apparues dans les années 1970 chez les démographes et les géographes, puis étendues à d’autres disciplines des sciences sociales, se sont progressivement imposées pour désigner les « espaces parcourus et structurés par des flux relativement stables et réguliers de migrants » (G. Simon, « Penser globalement les migrations », Projet, no 272, 2002, p. 2).

8 Les statistiques relatives au nombre de migrants en Argentine doivent être maniées avec précaution. Plusieurs estimations scientifiques évaluent à plus d’un million et demi le nombre de Boliviens.

9 S. Bruno et A. Maguid, « Migración, mercado de trabajo y movilidad ocupacional : el caso de los bolivianos y paraguayos en el Área Metropolitana de Buenos Aires », Población de Buenos Aires, no 12, 2010/7, p. 7-28.

10 Indec, recensement de la population, 2010.

11 Les données du registre municipal des populations en Espagne (INE, Padrón), qui inscrit les résidents quel que soit leur statut (légal ou irrégulier), comptent près de 250000 Boliviens en 2008, environ 200000 en 2012, ce qui en fait la quatrième nationalité latino-américaine en Espagne (derrière les Équatoriens, Colombiens et Argentins, mais devant les Péruviens).

12 Ibid.

13 65 % de la population bolivienne arrivée dans la région de Buenos Aires entre 1991 et 2003 a un niveau d’éducation primaire ou secondaire incomplet (Indec, Encuesta complementaria de migraciones internacionales).

14 K. Brick, Regularizations in the European Union: The Contentious Policy Tool, Washington, Migration Policy Institute, 2011; D. K. Brick, M. Kerwin et R. Kilberg, Unauthorized Immigrants in the United States and Europe: The Use of Legalization/Regularization as a Policy Tool, Washington, Migration Policy Institute, 2012.

15 Ceres/CCOO, Inmigración irregular en Cataluña: análisis y propuestas, Barcelone, 2004; Caritas, La situación social de los inmigrantes acompañados por Caritas, Madrid, Caritas, 2010; C. González Enríquez, Undocumented Migration, Counting the Uncountable, Data and Trends Across Europe, European Commission, 2009.

16 C. González Enríquez parle de la règle de l’immigration irrégulière en se reportant à « Spain : irregular immigration as a rule », in A. Triandafyllidou, Irregular Migration in Europe : Myths and Realities, Surrey, Ashgate Publishing Ltd, 2010.

17 C. González Enríquez, op. cit., p. 27.

18 La loi Giustiniani de 2004 constitue un changement important dans la politique migratoire argentine, qui avait longtemps privilégié l’immigration européenne qualifiée et sanctionné celle des pays limitrophes. La réglementation précédente, mise en place sous la dictature de Videla (1981- 2004), était particulièrement répressive (G. Cortes et S. M. Sassone, « Cruzar y vivir la frontera entre Bolivia y la Argentina : entre el Estado y el capital espacial del migrante », Migraciones y fronteras : nuevos contornos para la movilidad internacional, Barcelone, Cidob, coll. « Análisis contemporáneo », 2010, p. 225-228 ; S. Novick, « Migración y políticas en Argentina : tres leyes para un país extenso [1876-2004] », in S. Novick [dir.], Las migraciones en América Latina : políticas, culturas y estrategias, Buenos Aires, Catálogos-Clacso, 2008, p. 131-151).

19 Cepal, Cepal stat, Bases de datos y publicaciones estadísticas, 2013.

20 Ibid.

21 Selon la perspective légaliste (H. De Soto, El otro sendero : la revolución informal, Lima, El Barranco, 1986), dominante dans le contexte néolibéral depuis une trentaine d’années, les activités informelles, en marge des normes en vigueur, se développent par excès de réglementations qui obligent à des contournements. Sur les trois ancrages théoriques ayant alimenté les discussions sur le secteur informel (analyse dualiste, structuraliste, légaliste), cf. chapitre i du présent ouvrage.

22 Les économies informelle et souterraine doivent être distinguées de l’économie illégale, dont les produits finaux sont illicites, et qui a recours à des formes de violence comme la drogue, le trafic d’armes, l’économie criminelle (W. Haller et A. Portes, La economía informal, Santiago du Chili, Cepal, 2004).

23 Selon diverses estimations et études. Pour une synthèse, cf. Colectivo IOÉ, Trabajo sumergido, precariedad e inmigracion en Catalunya : una primera aproximación, Madrid, IOÉ, Fundació Jaume Bofill, 2008.

24 M. Arrazola et al., La economía sumergida en España, Madrid, Fundación de las Cajas de Ahorros (Funcas), 2011, p. 68.

25 Colectivo iOÉ, op. cit., p. 42.

26 OIT, Consejo de Administración, GB.298/ESP/4.

27 R. Castel, « Au-delà du salariat ou en deçà de l’emploi ? L’institutionnalisation du précariat », in S. Paugam (dir.), Repenser la solidarité : l’apport des sciences sociales, Paris, PUF, 2007, p. 416-433.

28 En 2003, 56 % des femmes boliviennes de plus de 15 ans travaillaient, contre 82 % des hommes (données ECMI, travaillées par S. Bruno. et A. Maguid, op. cit.).

29 En 2010, le taux d’activité des Espagnols est de 60 % ; il est de 56 % pour les étrangers, mais de 75 % pour les Boliviens (l’un des taux les plus élevés de tous les collectifs migrants) – (C. Carrasco Carpio et C. García Serrano, Inmigración y mercado de trabajo, informe 2011, Madrid, Ministerio de Empleo y Seguridad Social, 2012, p. 55).

30 Données ECMI (S. Bruno et A. Maguid, op. cit., p. 10-11). Restant dans le cadre urbain de la capitale, nous n’évoquerons pas ici un autre secteur économique important pour les Boliviens, celui de l’activité agricole et horticole des espaces périurbains. Attestée de longue date par des travaux importants (R. Benencia, « De peones a patrones quinteros : movilidad social de familias bolivianas en la perifería bonaerense », Estudios migratorios latinoamericanos, no 35, 1997), la remontée de filière entreprise par le collectif bolivien dans les ceintures horticoles de Buenos Aires – depuis les emplois de peones dans les exploitations agricoles jusqu’à ceux de propriétaires agricoles en passant par les statuts de métayers, puis des propriétés agricoles au contrôle progressif de la filière de vente sur les marchés de gros de produits frais alimentant la capitale – a été très amplement documentée par une thèse récente (J. Le Gall, « Buenos Aires maraîchère : une Buenos Aires bolivienne ? Le complexe maraîcher de la région métropolitaine à l’épreuve de nouveaux acteurs », thèse de doctorat en géographie, Paris, université Paris 1, 2011).

31 C. Mera, « Los migrantes coreanos en la industria textil de la Ciudad de Buenos Aires : inserción económica e identidades urbanas », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no 4, 2012, p. 67-87.

32 R. Waldinger, « Le débat sur l’enclave ethnique : revue critique », Revue européenne des migrations internationales, vol. 9, no 2, 1993, p. 15-29 ; L. Jensen et A. Portes, « Disproving the Enclave Hypothesis », American Sociological Review, no 57, 1992, p. 418-422 ; L. Jensen et A. Portes, « What’s an Ethnic Enclave ? The Case for Conceptual Clarity », American Sociological Review, no 52, 1987, p. 768-771.

33 J. Montero, « Neoliberal Fashion: The Political Economy of Sweatshops in Europe and Latin America », thèse de doctorat en géographie, Durham, Durham University, 2011; T. Bastia et S. McGrath, Temporality, Migration and Unfree Labour: Migrant Garment Workers, Manchester, University of Manchester, 2011.

34 S. Souchaud, « L’importance des choix résidentiels des migrants internationaux dans l’organisation de l’industrie de la confection à São Paulo », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no 4, 2012, p. 89-107 ; D. Vidal, « Les immigrants boliviens à São Paulo : métaphore de l’esclavage et figuration de l’altérité ». Critique internationale, vol. 57, no 4, 2012, p. 71-85 ; D. Vidal, « Les migrants boliviens dans le secteur de la confection à São Paulo : les effets des cadres juridiques », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no 4, 2012, p. 109-126.

35 Cf. chapitre ix du présent ouvrage (« Jouer avec les frontières du formel et de l’informel : les migrants boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires » de Laurence Brassamin, p. 205 et suiv.) ; M. Busso, « Trabajadores informales en Argentina : ¿de la construcción de identidades colectivas a la constitución de organizaciones ? », thèse de doctorat en sciences sociales, Buenos Aires/Aix-en- Provence, université de Buenos Aires/université de Provence, 2007 ; V. Baby-Collin et L. Brassamin, « Prendre place : les Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, no 3, 2012, p. 127-149.

36 A. Marshall, « Inmigración, demanda de fuerza de trabajo y estructura ocupacional en el área metropolitana argentina », Revista Desarrollo económico, vol. 17, n° 65, 1977, p. 3-37.

37 Cf. pour le Brésil : D. Vidal, Les Bonnes de Rio : emploi domestique et société démocratique au Brésil, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007 ; cf. pour le Mexique : S. Durin, Entre luces y sombras : miradas sobre los indígenas en el área metropolitana de Monterrey, Mexique, Ciesas, CDI, 2008.

38 Données ECMI 2003, citées par S. Bruno et A. Maguid, op. cit.

39 C. Courtis et M. I. Pacecca, « Género y trayectoria migratoria : mujeres migrantes y trabajo doméstico en el Área Metropolitana de Buenos Aires », Papeles de población, vol. 16, no 63, 2010, p. 164.

40 Sur la construction de l’identité argentine, voir les courtes synthèses de O. Sturzenegger-Benoist, « Le métissage invisible », in V. Baby-Collin et D. Mercier (dir.), Sud à Sud : dynamiques sociales et spatiales Amérique latine/Méditerranée, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Monde contemporain », 2008 ; S. Velut, « L’Argentine : identité nationale et mondialisation », Annales de géographie, vol. 113, no 638, 2004. Sur les différentes perceptions des groupes et la stigmatisation des Boliviens, cf. S. Caggiano, Lo que no entra en el crisol : inmigración boliviana, comunicación intercultural y procesos identitarios, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2005.

41 L. Oso Casas, « Stratégies de mobilité sociale des domestiques immigrées en Espagne », Tiers- Monde, vol. 43, no 170, 2002, p. 287-305 ; A. Escrivá, « Mujeres peruanas en el servicio doméstico de Barcelona : trayectorias socio laborales », thèse de doctorat en sciences sociales, Barcelone, université autonome de Barcelone, 1999 ; Colectivo iOÉ, Mujer, inmigración y trabajo, Madrid, MTAS/Instituto de Migraciones y Servicios Sociales, 2001 ; V. Baby-Collin, G. Cortes et N. Miret, « Migrants andins en Espagne ? Ruptures et continuités d’une géographie économique de l’immigration », Méditerranée, no 113, 2009, p. 41-54.

42 Cf. en Europe les travaux de: B. Anderson, Doing the Dirty Work: The Global Politics of Domestic Labour, Londres, Zed Books, 2000; B. Destremau et B. Lautier, « Introduction: femmes en domesticité: les domestiques du Sud, au Nord et au Sud », Tiers-Monde, t. 43, no 170, 2002; H. Lutz, Migration and Domestic Work: a European Perspective on a Global Theme, Aldershot, Ashgate, 2008; aux États-Unis ceux de: B. Ehrenreich et A. Russell Hochschild, Global Woman: Nannies, Maids, and Sex Workers in the New Economy, New York, Metropolitan Books/Henry Holt & Co, 2002; L. Isaksen Widding, A. Russel Hochschild et S. Uma Devi, « Global Care Crisis: a Problem of Capital, Care Chain or Commons? », American Behavioral Scientist, vol. 52, no 3, 2008; R. Parreñas, op. cit.; N. Yeates, « Global Care Chains: a Critical Introduction », Global Migration Perspectives, no 44, 2005; P. Hondagneu-Sotelo, Doméstica: Immigrant Workers Cleaning and Caring in the Shadows of Affluence, Berkeley, University of California Press, 2001.

43 R. Martínez Buján, « De sirvientes a enfermeras : transformaciones en el servicio doméstico español », Trabajadoras en la sombra : dimensiones del servicio doméstico latinoamericano, Mexico, Ciesas/EGAP-Itesm, 2014, p. 20 ; C. Carrasco Carpio et C. García Serrano, op. cit.

44 Sur cette question de la préférence espagnole pour les groupes immigrés d’origine latino- américaine par rapport à d’autres collectifs, africains et maghrébins en particulier, cf. (A. Izquierdo, D. López et R. Martínez, « Los preferidos del siglo xxi : la inmigración latinoamericana en España », Tercer congreso sobre inmigración en España, Grenade, 2002).

45 Selon l’enquête nationale sur l’immigration (INE, 2007), 9 % des étrangers, 13 % des migrants latino-américains et 31 % des Boliviens (des deux sexes) sont employés dans les activités domestiques. En 2011, 15 % des étrangers et 50,5 % des Boliviens (de très loin les plus représentés) y travaillent (C. Carrasco Carpio et C. García Serrano, op. cit., p. 81).

46 Par ordre d’importance décroissante : commerce de détail, construction (activité essentiellement masculine et l’une des plus touchées par la crise depuis 2008), agriculture (dans les zones rurales du sud-est du pays en particulier), autres services non qualifiés (restauration, hôtellerie, tourisme notamment).

47 32 % des emplois étrangers en Espagne sont non qualifiés en 2010 ; c’est le cas de 59 % des emplois des Boliviens – taux le plus élevé de tous les collectifs migrants (C. Carrasco Carpio et C. García Serrano, op. cit., p. 81-82).

48 S. Bruno et A. Maguid, op. cit.

49 Ibid.

50 Colectivo iOÉ, op. cit., 2008.

51 Pour une analyse du contenu de cette nouvelle législation, cf. R. Martínez Buján, op. cit.

52 INE, Encuesta nacional de inmigrantes, Madrid, 2007.

53 On trouve ces situations dans l’activité textile, mais aussi dans l’activité horticole – hébergement dans les propriétés agricoles –, voire dans la vente – magasiniers vendeurs hébergés par leur patron (V. Baby-Collin et L. Brassamin, op. cit. ; ou chapitre ix du présent ouvrage).

54 Pour une analyse de ces situations dans le cas espagnol, cf. V. Baby-Collin, « El servicio doméstico en trayectorias de bolivianas migrantes a España », Trabajadoras en la sombra : dimensiones del servicio doméstico latinoamericano, Mexico, Ciesas/EGAP-Itesm, 2014, p. 485-508.

55 C. Carrasco Carpio et C. García Serrano, op. cit., p. 54.

56 Colectivo IOÉ, Impactos de la crisis sobre la población inmigrante, Madrid, IOÉ, 2012.

57 P. Bouffartigue et M. Busso, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dynamiques des mondes du travail », VIe Congrès de l’Alast, Mexico, HalSHS, 2010, p. 3.

58 V. Baby-Collin, op. cit.

59 S. Bruno et A. Maguid, op. cit., p. 22.

60 Situation qui concerne un quart des hommes et moins de 20 % des migrantes paraguayennes (ibid., p. 23).

61 R. Parreñas, op. cit., p. 3.

62 V. Baby-Collin, G. Cortes et S. M. Sassone, « Mujer, movilidad y territorialización : análisis cruzado de las migraciones internacionales en México y Bolivia », Cahiers de l’IFEA, no 17, 2008, p. 135-166.

Auteurs

Virginie Baby-Collin, professeure de géographie à l’université d’Aix- Marseille, est membre de l’UMR Telemme (7303) de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence et de l’Institut universitaire de France. Ses travaux de géographie sociale portent sur les dynamiques citadines et les migrations internationales en Amérique latine, aux États-Unis et en Europe méridionale.

Susana María Sassone, géographe, est professeure à l’université de Salvador et chercheuse au Conicet (Argentine). Ses travaux portent sur les migrations internationales en Amérique latine.

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable