Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Seconde partie. Travail et migrations

Chapitre VII. Entre formalisation des marchés de produits et informalisation des marchés du travail

Annie Lamanthe et Víctor Rau

Texte intégral

  • 1 A. Lamanthe, « Extension des marchés et normalisation : les systèmes agro-alimentaires dans la mond (...)

1La production agricole s’intègre de façon croissante dans le commerce international et dans le processus de libre circulation des marchandises, favorisé par la mise en place de vastes zones de libre- échange. La mondialisation, entendue ici comme phénomène d’extension des marchés et des aires de circulation des produits, représente pour les producteurs un ensemble d’opportunités et de contraintes : opportunités, avec l’accroissement des possibilités de vendre leurs produits, notamment par l’exportation ; contraintes, avec un approfondissement des mises en concurrence. Cette extension des marchés a pour corollaire le développement des dispositifs, tant publics que privés, de normalisation et de certification des produits et des procédés1. Les entreprises doivent s’y conformer pour entrer et se maintenir sur le marché mondial. C’est ainsi que des producteurs situés dans des espaces géographiques parfois très distants sont aujourd’hui tenus de satisfaire à des cahiers des charges et des référentiels identiques, à visée universelle.

  • 2 Cf. www.globalgap.org
  • 3 A. Lamanthe, « Les paradoxes de la formalisation de la relation salariale en milieu rural », Études (...)

2La littérature fait ressortir que la mise en conformité des exploitations avec les exigences des référentiels engage un vaste processus de formalisation en interne (des pratiques, de l’organisation, des savoirs). D’un autre côté, les pressions concurrentielles associées aux termes mêmes du commerce international se traduisent chez les producteurs par une recherche constante de réduction de leurs coûts, notamment de main-d’œuvre, dans le même temps que les exigences qu’ils formulent auprès des travailleurs ne cessent d’augmenter en lien avec le respect des normes. Comment les producteurs font-ils face à cette tension entre prix et qualité, ainsi qu’à la double injonction qui en résulte ? Dans un contexte de pressions concurrentielles accrues, la formalisation du marché des produits a-t-elle pour corollaire une informalisation de la relation de travail ? Si oui, comment les entreprises font-elles pour répondre aux exigences de qualité (des produits) dans un contexte de dégradation de la qualité des emplois ? Telles sont les questions qui constituent le départ de la recherche sur laquelle ce chapitre s’appuie. Son objectif est d’étudier les impacts de la mise en œuvre d’un référentiel privé, GlobalGap, sur l’organisation et la gestion de l’emploi dans des exploitations d’arboriculture fruitière exportatrices de deux régions, en France et en Argentine. Créé en 1997, le référentiel GlobalGap (initialement EurepGap) émane de chaînes de grands distributeurs nord-européens, concerne les produits agricoles et conditionne leur accès aux marchés tenus par ces chaînes. L’objectif des concepteurs est explicitement de répondre aux préoccupations des consommateurs sur différents plans : la santé alimentaire, le bien- être animal, la protection de l’environnement. Ce référentiel comporte aussi des normes qui concernent le travail et la relation de travail (respect de la législation nationale en vigueur), la santé des travailleurs (obligation du port de vêtements et de protections pour l’usage des produits phytosanitaires), la formation et l’information des salariés (consignes d’hygiène et de sécurité, manipulation des produits…), ainsi qu’un ensemble d’exigences concernant leur comportement (respect des normes d’hygiène et de sécurité)2. Par ailleurs, elles ont des retombées sur l’organisation et les conditions de travail, même quand elles ne les concernent pas directement. Elles sont un facteur de rationalisation des exploitations et s’insèrent dans un mouvement général de formalisation des savoirs et savoir-faire, de prolifération des procédures, de recours croissant à l’écrit et de formalisation organisationnelle3.

  • 4 Les pommes représentent 10 % du total des fruits frais exportés dans le monde et occupent le 4e ran (...)
  • 5 Cette recherche a une visée exploratoire. Le choix de ces deux régions correspond à des investigati (...)

3La région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), dans le sud-est de la France et la vallée du Rio Negro située au nord de la Patagonie, en Argentine, sont toutes deux productrices de pommes et de poires et ont une activité d’exportation vers les marchés nord-européens4. La recherche conduite dans ces deux régions s’est intéressée aux exploitations exportatrices certifiées GlobalGap, dans une production comparable, avec l’objectif de faire ressortir quelques grands points problématiques autour de la mise en œuvre de ce référentiel5. Quels en sont les impacts en termes d’organisation et de gestion de la main- d’œuvre dans deux régions éloignées du monde et insérées dans des contextes différents ?

État des lieux des travaux sur le référentiel

4Les travaux sur la mise en œuvre du référentiel GlobalGap et ses impacts sur les modes d’organisation, de gestion de la main-d’œuvre et sur les conditions de travail sont pratiquement inexistants en France, alors qu’ils sont bien développés dans les pays de l’hémisphère Sud, notamment en Argentine. Ils montrent que le phénomène est relativement nouveau dans ces pays et susceptible d’introduire des changements importants. En France et, plus généralement, en Europe, les processus de certification et de normalisation, l’obligation de respecter une réglementation en matière d’hygiène et de sécurité alimentaires sont déjà anciens et en quelque sorte intégrés dans le fonctionnement des exploitations agricoles. De plus – et cela concerne très directement la France –, les travaux sur les salariés ont toujours été peu nombreux dans un contexte qui privilégie la représentation d’une agriculture essentiellement familiale. En Argentine, cet intérêt est directement lié au phénomène croissant d’insertion de la production agricole dans le commerce mondial, dans un contexte où le salariat agricole et l’informalisation du travail sont des objets importants des sciences sociales.

5Ces recherches, qui portent sur des productions et des régions différentes, font ressortir certains points en commun qui ont principalement à voir avec l’organisation interne des exploitations.

6Les normes viennent s’interposer entre les personnes, avec l’instauration de formes de domination qui reposent dessus. Les directions n’apparaissent plus comme les responsables des décisions qui affectent les salariés, mais comme des intermédiaires qui relaient les exigences des acheteurs externes et des consommateurs. Cela révèle une tendance à l’anonymisation des directions et à une dépersonnalisation des relations de travail.

7La diffusion de différents systèmes de normalisation complexes, le développement de nouvelles variétés, l’adoption de technologies demandant de plus en plus de connaissances codifiées, l’articulation de plus en plus étroite et directe avec la demande finale, la prolifération de procédures et la présence croissante de l’écrit, sont des facteurs qui conduisent à une formalisation des savoirs et à une rationalisation accrue de la gestion administrative et productive de ces systèmes de production. De nouvelles formes de division du travail et la mobilisation de nouveaux types de compétences résultent de ces évolutions : avec, d’un côté, l’émergence d’un segment d’experts au sein des entreprises les plus concentrées (ingénieurs et techniciens en agronomie, personnel de management et cadres administratifs, responsables qualité, gestionnaires des ressources humaines…). Il s’agit le plus souvent de personnel diplômé, possédant des connaissances formelles, acquises hors du secteur. D’un autre côté, dans le segment des personnels affectés aux cultures, parmi les chefs de culture, les chefs d’équipe et les ouvriers de production, on observe une perte relative de centralité des modes de transmission des qualifications à travers la socialisation/formation sur le tas. Ces modes sont progressivement remplacés par la nécessité de recourir à des connaissances externes, transmises par des techniciens.

  • 6 S. Aparicio, S. Ortiz et N. Tadeo, « Have Private Supermarket Norms Benefited Laborers? Lemon and S (...)
  • 7 C. Cattaneo, C. Craviotti et P. Palacios, « Buenas prácticas agrícolas y vínculos laborales en la p (...)
  • 8 G. Quaranta, « Precariedad ocupacional y calidad de empleo en frescos de exportación : el caso de l (...)
  • 9 V. Trpin, « Reconfiguración productiva y buenas prácticas agrícolas : las nuevas condiciones labora (...)

8Les résultats de ces travaux sont cependant plus contrastés en ce qui concerne les conditions d’emploi et de travail des salariés. Susana Aparicio, Sutti Ortiz et Nidia Tadeo soutiennent que les coûts de transaction supplémentaires pour les producteurs impliqués par la certification ne sont pas nécessairement transférés sur les travailleurs en faisant pression à la baisse sur les coûts de main-d’œuvre6. Au contraire, dans la production d’agrumes pour l’exportation étudiée par les auteurs, la mise en œuvre de certifications privées telles que GlobalGap a amélioré la qualité de l’emploi, notamment sur les plans de la sécurité et de l’hygiène. Les auteurs suggèrent que les contrôles sur les processus de production et les systèmes de traçabilité pourraient conduire à une plus grande formalisation du recours à la main-d’œuvre. Carlos Cattaneo, Clara Craviotti et Paula Palacios7 ainsi que German Quaranta8 mettent plutôt l’accent sur la persistance de précarité et d’informalité dans l’emploi. Les premiers montrent que, dans la production des airelles dans la région d’Entre Ríos, l’informalité persiste à travers l’embauche de la main-d’œuvre via des intermédiaires, embauche d’autant plus fréquente que les entreprises de cette production sont certifiées. Le second montre que, dans la production de raisins de table à San Juan, la majorité des entreprises rencontrées embauchent leurs travailleurs par l’intermédiaire de pseudo-coopératives tout en obtenant, sans difficulté, la certification GlobalGap. Enfin, l’étude de Verónica Trpin sur la production de poires et de pommes dans la haute vallée du Rio Negro révèle des améliorations importantes en matière de sécurité et de santé dans le travail9. Cependant, l’application de la norme sanitaire qui interdit l’élevage d’animaux et l’exploitation de jardins domestiques à proximité des cultures ont eu des impacts négatifs sur les conditions de vie des travailleurs qui habitent sur les exploitations, dans la mesure où elles restreignent la possibilité de se livrer à une production destinée à un usage propre.

Des contextes différenciés

  • 10 Agreste, Provence-Alpes-Côte d’Azur, « Enquête sur la structure des vergers », 2007.
  • 11 MAP, « Campagne de pomme de table dynamisée par la hausse des exportations », Agreste conjoncture, (...)
  • 12 MAP, « Arboriculture fruitière : toujours plus de protection contre les aléas climatiques », Agrest (...)

9La région PACA est la première région française de production fruitière. Elle concentre 25 % des surfaces consacrées à la culture de la pomme en France et 42 % pour la poire. En 2007, 1 015 exploitations produisent des pommes et 777 des poires. Il s’agit majoritairement d’exploitations de taille moyenne, qui ont souvent un caractère familial et qui peuvent cultiver plusieurs espèces de fruits10. La France est le troisième producteur européen de pommes (après la Pologne et l’Italie qui sont ses principaux concurrents sur le marché intérieur et international). Les principales destinations pour l’exportation sont l’Europe du Nord – Allemagne, Pays- Bas et Royaume-Uni (60 % des exportations françaises) – et l’Espagne11. La source principale du travail émane de la main-d’œuvre salariée, la main-d’œuvre familiale représentant un peu moins de 30 % du total des Unités de travail annuel (UTA). Les travailleurs salariés occasionnels et saisonniers dominent, en fournissant 58 % du total des UTA. La main- d’œuvre salariée permanente représente la source la plus faible du travail, avec 14 % du total. La main-d’œuvre saisonnière ou occasionnelle réalise les tâches de récolte (70 % des heures effectuées), les travaux de taille et d’éclaircissage (21 %), de conditionnement, de commercialisation et divers travaux (9 %)12.

10L’Argentine est le premier producteur de poires de l’hémisphère Sud, occupant le cinquième rang mondial13. En ce qui concerne les pommes, elle occupe le douzième rang dans la production mondiale et le second rang de l’hémisphère Sud après le Chili. Les principaux pays destinataires sont l’Europe, les États-Unis, le Canada, la Russie et le Brésil. La production se concentre dans le nord de la Patagonie, dans les vallées supérieures du Rio Negro (haute vallée et vallée moyenne). Cette région compte 2 344 exploitations produisant des fruits à noyaux. Elle occupe 7 237 producteurs et travailleurs familiaux, 6131 salariés permanents et près de 19 000 salariés saisonniers durant les périodes les plus hautes de l’activité14. La récolte est la tâche qui mobilise la part la plus importante de la main-d’œuvre temporaire. Les salariés permanents fournissent 55 % du travail total, les producteurs et travailleurs familiaux 30 % et, enfin, les salariés temporaires 15 %15.

11En Provence, les exploitations moyennes sont concernées par l’exportation. L’existence de supports collectifs et de soutiens publics (politique agricole commune, politique nationale d’incitation et de soutien, organisations professionnelles…) leur permet d’accéder aux marchés d’exportation et de satisfaire aux conditions qu’elles n’auraient pas, individuellement, les moyens de remplir. A contrario, dans la vallée du Rio Negro, l’activité tournée vers l’exportation et l’accès à la certification concernent les grosses structures et ressort essentiellement de logiques privées. Les principales firmes exportatrices sont des filiales de groupes internationaux.

12La production fruitière s’appuie sur le recours à une abondante main-d’œuvre saisonnière, principalement pour la cueillette et le conditionnement. Dans les deux régions, les exploitations embauchent des travailleurs migrants pour ces travaux saisonniers. En Argentine, il s’agit essentiellement d’une migration intérieure, qui est récemment venue se substituer à l’emploi de travailleurs chiliens. Les saisonniers sont en partie originaires de localités situées à proximité : sud de la province du Rio Negro et de San Juan. Mais la majeure partie d’entre eux provient de régions plus éloignées du nord de l’Argentine, principalement de Tucumán. Environ 5 000 personnes travaillant dans la production d’agrumes dans cette province migrent durant l’été vers Rio Negro pour s’employer à la récolte des poires et des pommes. L’État contribue à cette migration en finançant le coût du transport. L’emploi d’une main-d’œuvre saisonnière abondante a été renforcé par le développement de nouvelles aires de production exportatrices (vallée moyenne du Rio Negro) et c’est là où se concentre la majeure partie de ces travailleurs, beaucoup moins présents dans les zones plus traditionnelles. Les saisonniers sont généralement payés à la quantité récoltée. La rareté locale de la main- d’œuvre conduit les exploitations à stabiliser les travailleurs, ce qui pourrait expliquer la part réduite du travail saisonnier dans l’emploi total et l’importance de l’emploi permanent dans une telle stratégie. Les formes de « désaisonnalisation » des productions qui génèrent une demande de main-d’œuvre durant de plus nombreuses périodes du cycle annuel (entretien des vergers notamment), ou le fait que la récolte des poires prenne le relais de la saison des pommes, peuvent aussi expliquer ce phénomène.

  • 16 É. Bergeron et A. Darpeix, « L’emploi et la compétitivité des filières fruits et légumes : situatio (...)
  • 17 A. Lamanthe, « Les transformations du marché du travail : un éclairage à partir de l’analyse des dé (...)

13En France, dans l’arboriculture, plus les exploitations sont de grande taille et spécialisées et plus la part de la main-d’œuvre saisonnière dans la main-d’œuvre totale augmente. Ces exploitations incorporent de façon croissante des activités comme le conditionnement et cherchent une gestion plus flexible de l’emploi16. En Provence, il existe des pratiques différenciées de recours à la main-d’œuvre étrangère, selon la localisation des exploitations. Dans une importante zone de production située dans le département des Alpes de Haute-Provence, on observe le recours à des travailleurs portugais qui sont aussi bien des permanents que des saisonniers, qui viennent par le biais de réseaux familiaux, de villages, souvent en couple ou en famille (les hommes travaillent aux champs et les femmes au conditionnement). Dans les exploitations sur lesquelles nous avons enquêté dans le département des Bouches-du-Rhône, les producteurs embauchent des travailleurs maghrébins sous contrat de l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration), une main- d’œuvre européenne (majoritairement des Polonais) en contrat saisonnier, ou recourent aux services d’entreprises internationales de prestation de service et de travail temporaire (principalement une entreprise espagnole qui détache des travailleurs latino-américains). Dans certaines zones du département du Vaucluse, c’est une main-d’œuvre d’origine immigrée (essentiellement maghrébine), installée sur place, qui est embauchée. Les modes de rémunération des saisonniers sont eux-mêmes variables : au rendement, à l’heure… Les exploitants justifient le recours aux travailleurs migrants par les difficultés qu’ils rencontrent pour recruter au niveau local et bien que l’offre existe : difficulté de recruter une main- d’œuvre répondant aux exigences demandées (fiabilité, disponibilité…), aux conditions de travail et d’emploi proposées17.

L’informalisation : une hypothèse qui ne se vérifie pas

  • 18 On rejoint là l’observation de Barraud de Lagerie sur l’émergence de formes privées d’inspection du (...)

14Les observations réalisées dans les exploitations certifiées GlobalGap ne confirment pas notre hypothèse de départ d’informalisation de la relation de travail. Certes, la certification joue en faveur de la formalisation, puisque c’est une exigence formulée dans le référentiel. Les inspecteurs du travail français que nous avons rencontrés nous ont d’ailleurs confirmé le fait que, dans les exploitations certifiées, la législation du travail était en général respectée et que les employeurs étaient en mesure de produire les documents exigés par la loi. Ce qui nous conduit à remarquer la force que possède une régulation privée associée à la menace d’une sanction commerciale (perte du marché en cas de non-conformité) pour inciter au respect de la loi18. Plus largement, cette certification s’inscrit dans le contexte d’exploitations relativement structurées pour lesquelles le non- respect de la loi peut s’avérer coûteux (plus grande fréquence des contrôles), à tout le moins quand la main-d’œuvre est embauchée directement. Dans le cas de recours à des intermédiaires et à des prestataires de services, les situations sont souvent plus opaques et moins vérifiables, même si la prestation est très précisément encadrée par la loi.

  • 19 J. Le Guen, Étude comparée au niveau européen de l’impact de la concurrence sur l’emploi dans le se (...)

15En France, la réduction du coût de la main-d’œuvre est largement supportée par des dispositifs légaux d’allégement des charges sociales et d’organisation de la flexibilité qui s’inscrivent notamment dans l’optique de lutte contre le travail informel : exonération des charges sociales sur les contrats occasionnels (moins de 110 jours de travail par an) et sur les contrats permanents pour les groupements d’employeurs ; exonération des charges sur les heures supplémentaires ; simplification des démarches pour la déclaration des salariés… D’une certaine façon, l’exonération des charges sur le travail occasionnel conduit les employeurs à favoriser ce type d’emploi, ce qui pourrait expliquer la très forte proportion de travail salarié non permanent en Provence (remplacement du travail permanent par la multiplication du recours à des contrats temporaires). Les charges en personnel salarié sont évaluées à 30 % du total des charges dans l’arboriculture fruitière et s’élèvent à près de 40 % dans les exploitations spécialisées en pommes. La main-d’œuvre salariée apparaît ainsi comme un facteur essentiel de la compétitivité des entreprises dans un contexte d’exacerbation de la concurrence. L’argument explicite des pouvoirs publics pour réduire les charges patronales sur les salaires est bien celui de la concurrence internationale et plus récemment nord-européenne. On observe en effet des différentiels notables dans les niveaux de salaire horaire et dans ceux des coûts de la main-d’œuvre selon les pays. En Allemagne, par exemple, où il n’existe pas de salaire minimum rendu obligatoire par la loi, des travailleurs polonais embauchés dans l’agriculture sont payés à des tarifs très bas, autour de 5 euros de l’heure pour un salaire minimal obligatoire de 9 euros brut de l’heure en France en 2010. Par ailleurs, la plupart des pays européens ont mis en place leurs propres systèmes d’exonération ou de réduction des charges sur les contrats de courte durée19. Dans de nombreux cas européens, ces contrats ne donnent pas aux salariés l’accès aux prestations sociales ou de santé, ou de façon réduite. D’une certaine façon, dans ces pays, c’est en toute légalité que des travailleurs rencontrent des situations proches de celles des travailleurs informels.

  • 20 É. Bergeron et A. Darpeix, op. cit., p. 10.
  • 21 Ibid.

16En France, la réduction des charges patronales contribue à un abaissement du coût de la main-d’œuvre peu qualifiée. Le coût horaire pour l’employeur est ainsi estimé, pour l’année 2006, à 13,23 euros dans le cas d’un contrat à durée indéterminée, 12,87 euros dans le cas d’un contrat à durée déterminée « classique » et 10,48 euros dans celui d’un contrat occasionnel bénéficiant de l’exonération20. En France, l’ensemble de ces contrats doit répondre aux mêmes exigences au regard de la législation du travail et donne accès aux mêmes droits pour les salariés même si, dans la pratique, l’application du droit et la réalisation de l’égalité concrète ne sont pas toujours effectives. Certaines situations, en effet – celles de travailleurs saisonniers changeant régulièrement d’employeurs ou de travailleurs étrangers dont le séjour en France est lié au contrat de travail, le recours à la prestation de service – rendent difficile la mise en œuvre de ces droits et l’accès aux prestations pour lesquelles le salarié comme l’employeur cotisent. Le recours aux travailleurs étrangers est la stratégie la plus fréquente pour combiner réduction des coûts, qualité et rendement. Embauchés en contrat à durée déterminée pouvant bénéficier des exonérations et pour des niveaux de salaire identique, ils sont jugés plus compétents et plus productifs que la main-d’œuvre locale par les exploitants qui les emploient : fidélisés, plus malléables, faisant moins valoir leurs droits… Et c’est aussi dans ces situations que les limites de la légalité peuvent plus aisément être franchies, avec des fraudes partielles à la législation du travail (non-paiement des heures supplémentaires au tarif légal, dépassement de la durée légale du travail…)21. La prestation de service, qui est une forme d’externalisation de la gestion de la main- d’œuvre qui tend à se développer dans la production agricole, opacifie la relation et rend les contrôles plus difficiles. C’est aussi une façon de réduire les coûts de main-d’œuvre. Le détachement de travailleurs au sein des pays de l’Union européenne autorise le versement des charges et l’accès des travailleurs aux prestations sociales dans le pays d’origine quand s’applique la législation du travail en vigueur dans le pays où s’effectue la prestation.

17Dans tous ces cas, si on ne peut pas à proprement parler d’emploi et de travailleurs informels, on observe que l’intégration croissante de situations diversifiées dans le droit, visant explicitement et dans le même temps la réduction du coût du travail et la réduction du travail dissimulé, conduit à un brouillage de la relation de travail et à la multiplication de cas de figure dans lesquels l’application du droit devient plus complexe, plus difficile sur le plan pratique et pour laquelle les conditions du contrôle sont de plus en plus délicates.

  • 22 V. Rau, « Transnacionalización productiva y calidad del empleo en la fruticultura argentina de expo (...)
  • 23 V. Rau et V. Trpin, « El sindicalismo rural en Alto Valle de Río Negro : diversas expresiones de la (...)

18Parmi les productions régionales intensives en emploi salarié en Argentine, les cultures de pommes et de poires sont celles dans lesquelles on rencontre le moins de travail informel22. Cela peut être expliqué par la situation de relative rareté de la main-d’œuvre au niveau local, d’une part, et par l’importante organisation des travailleurs réalisée par les syndicats, qui tient notamment à l’histoire de cette région, d’autre part23. Le travail informel concerne principalement les saisonniers et les petites structures indépendantes qui n’accèdent pas à l’exportation. Les conditions dégradées de rentabilité de ces exploitations leur rendent difficile le respect des normes légales en vigueur sur le salaire minimum et les charges sociales. Mais ces petits producteurs emploient un faible nombre de salariés, ce qui contribue à rendre les cas peu visibles pour les agents qui contrôlent. Par ailleurs, pour certains des chefs d’exploitation rencontrés, la mise en place d’une indemnité de chômage octroyée dans les régions d’où sont originaires les saisonniers multiplierait les cas où les travailleurs préfèrent obtenir des emplois informels avec les petits producteurs, plutôt que de perdre le bénéfice de cette aide en étant déclarés ailleurs. Les producteurs qui intègrent l’étape de l’exportation emploient leur main-d’œuvre de manière formelle, sans que l’on puisse en déduire si la cause provient de la normalisation privée, du plus grand contrôle exercé par les syndicats dans ces entreprises, ou encore de la plus grande rentabilité de ces entreprises. Dans ces cas de figure, la relation salariale s’inscrit dans un système formalisé de négociation collective paritaire.

  • 24 M. Crespos Pasos, V. Rau et V. Trpin, « La acción colectiva de asalariados agrícolas en teritorios (...)

19D’une manière générale, les productions fruitières se distinguent par le caractère relativement plus protecteur de la loi. En effet, la régulation du travail et de l’emploi y relève de la loi générale du travail quand, dans les autres productions agricoles, elle relève du régime national des travailleurs agricoles, qui apporte des dérogations au droit commun. Mais c’est surtout la conflictualité sociale qui a marqué ces productions au cours de la dernière décennie, dans un contexte où la présence syndicale est forte. Cette conflictualité est associée aux changements macroéconomiques qui ont affecté l’Argentine au début des années 2000. En 2002, le pays abandonne le système de convertibilité avec le dollar (1 peso = 1 dollar), ce qui a pour effet une dévaluation de la monnaie nationale. Celle-ci contribue à une modification de la relation entre le montant des coûts fixes internes et les prix de la production sur le marché mondial. Le prix en pesos des fruits exportés a connu une très forte augmentation : dans le cas de la pomme, il a été multiplié par 3,5 entre 2001 et 2003 et par près de 5 fois en 2009. Cet accroissement du profit réalisé par les entreprises exportatrices a incité les syndicats à demander des augmentations de salaire (salaires qui n’avaient pas connu d’augmentation au cours des dix années précédant 2002). Des conflits ont éclaté à Rio Negro en 2004, 2006, 2008, 2009 et 2010, à l’occasion de la négociation annuelle des salaires des travailleurs embauchés pour la récolte. Ces négociations sont arbitrées par l’État, les grandes entreprises exportatrices comme les petits producteurs sont représentés. La représentation des salariés est assurée par la Unión Argentina de Trabajadores Rurales y Estibadores (Uatre). Ces conflits se sont traduits par le blocage de camions chargés de fruits, des routes coupées, des manifestations publiques, des blocages de stations de conditionnement. En plus de l’Uatre, ces mouvements ont été relayés par d’autres organisations de travailleurs de la fruiticulture : celui des salariés des établissements frigorifiques et du conditionnement. À certains moments, des représentants des petits producteurs se sont associés à ces mouvements, réclamant quant à eux une augmentation du prix de leurs produits payé par les entreprises intégrées. Entre 2001 et 2009, les salaires des travailleurs employés à la récolte ont connu une augmentation de près de 500 %. En 2009, un salarié embauché pour la récolte gagne 90 pesos par jour. En réalité, malgré cette forte augmentation, les salaires continuent de représenter environ 3 % de la valeur de la vente dans la production exportée, qui elle-même a vu sa valeur augmentée en pesos argentins comme conséquence de la dévaluation de la monnaie nationale24. L’organisation des petits producteurs n’a pas ratifié les accords signés par les représentants des plus grosses entités arguent que les petits exploitants étaient dans l’incapacité de suivre les augmentations accordées. Mais, ayant été validées par l’État, ces augmentations deviennent obligatoires pour l’ensemble des employeurs.

20Dans ce contexte argentin, les actions collectives ont une relation directe avec l’orientation des productions à l’exportation. D’une certaine façon, l’amélioration des conditions de l’emploi, à tout le moins des salaires, est en étroite relation avec cette activité.

Tension entre qualité et coût

21La demande de qualité adressée aux salariés s’accroît avec la production pour l’exportation. Les travaux sur l’Argentine font ressortir un double mouvement. D’un côté, on assiste à une demande d’implication plus grande des salariés : par exemple, pour répondre aux impératifs d’homogénéité des lots qui nécessitent des passages successifs dans les vergers, ils sont amenés à sélectionner et à trier les fruits qui peuvent être récoltés. D’un autre côté, on observe une forme de taylorisation du travail en relation avec de nouvelles techniques de culture, notamment la culture sur espaliers dans les grandes structures : les travailleurs qui font la cueillette travaillent avec des calibreuses, les échelles se déplacent en ligne droite, ils ont une visibilité directe et un accès facile au fruit, tous ces éléments contribuant à une augmentation des rendements. Cette tendance est associée à une perte des savoir-faire traditionnels et des savoirs pratiques qui place ces travailleurs au rang d’exécutants de tâches codifiées par d’autres sur la base de connaissances formelles. Cependant, dans ce pays, cette exigence de qualité semble pouvoir être résolue dès lors que les travailleurs sont en mesure d’obtenir une meilleure reconnaissance de leur travail qui passe par des augmentations de salaire. Il n’y a pas pour autant de preuves que ce soit directement et explicitement un référentiel comme GlobalGap qui en soit le principal facteur. S’il s’avère qu’il a pu être un vecteur de l’amélioration des conditions d’hygiène et de sécurité au travail, la plus grande formalité de l’emploi dans les grandes structures exportatrices est associée à un ensemble de facteurs qui les caractérisent. Les profits qu’elles ont été amenées à réaliser avec l’exportation ont été un déclencheur direct des luttes qui ont conduit à l’augmentation des salaires.

22En France, le recours aux travailleurs migrants est une façon de réduire les coûts de main-d’œuvre. Il s’agit notamment d’une main-d’œuvre plus flexible et considérée comme plus productive. Mais, dans le contexte d’une formalisation des savoirs et des modes de communication (affichage des consignes, signature par les salariés de documents attestant le suivi de formation…), le recours à des salariés qui ne connaissent pas la langue et ont un rapport distendu à l’écrit peut constituer un obstacle à terme. Dans ce contexte, pour l’heure, se renforce le rôle des intermédiaires qui expliquent les consignes (chefs d’équipe) à une main-d’œuvre qui ne peut être que faiblement impliquée dans les exigences de qualité et dans celles de la normalisation. Cette main-d’œuvre est renvoyée à un rôle de pure exécution en suivant des normes et des directives décidées par ailleurs, selon des formes de savoir qui lui échappe. D’autre part, la recherche d’un rendement élevé, en récolte comme dans le conditionnement, n’est pas toujours compatible avec les exigences de qualité, de même que le paiement au rendement qui vise explicitement l’accroissement de la productivité. Les exploitants rencontrés ont à plusieurs reprises évoqué des problèmes de qualité (qui en général se traduisent par des refus de livraison de la part des clients). Différentes stratégies sont observables : l’arrêt des activités de conditionnement et de tri pour livrer une production en vrac à un opérateur qui va se charger des phases aval, diminuant la valeur ajoutée de la production de l’entreprise, mais aussi les coûts de production ; la sortie de certains marchés jugés trop exigeants (arrêt des relations avec certains grands distributeurs du Royaume- Uni, par exemple) ; la mise en place de systèmes d’intéressement pour inciter les salariés à respecter les normes (système d’intéressement à points observé dans un cas : les salariés du conditionnement perdent des points, et donc de l’argent, quand un problème de qualité se pose) ; l’orientation vers des destinations d’exportation moins exigeantes (vers des marchés de produits qui, dans certains pays semble-t-il, peuvent être plus informels). En France, il existe une convention collective pour les salariés des exploitations agricoles et une négociation paritaire des salaires dans laquelle l’État joue aussi un rôle d’arbitre non négligeable. Il faut souligner la faiblesse qu’ont les syndicats au niveau de l’entreprise, avec quelquefois une situation difficile pour les délégués syndicaux dans les exploitations, qui tient à la pression patronale et à la tension entre les différents groupes nationaux de travailleurs. Un conflit important a éclaté en 2004 dans une exploitation des Bouches-du-Rhône à la suite d’une mobilisation de travailleurs saisonniers maghrébins. Soutenu par un ensemble plus large que les seuls syndicats (un collectif de défense des droits de l’homme), ce mouvement est resté isolé. Il a débouché sur des résultats qui peuvent paraître ambigus, dans la mesure où il a pour partie conduit les exploitants à réduire l’appel à cette main-d’œuvre étrangère.

23En France, la tension entre qualité de l’emploi et qualité des produits ne se résout pas : la faible qualité de l’emploi combinée à une montée des exigences comportementales et de productivité conduit à des problèmes de qualité des produits qui se traduisent par des refus de livraison de la part des clients et, dans certains cas, par le renoncement des exploitants à des marchés apparaissant comme trop exigeants. En Argentine, elle semble se résoudre par la voie du conflit social qui débouche sur une amélioration de la qualité des conditions d’emploi, à tous le moins par une augmentation des salaires.

24La mise en perspective de ces deux régions fait ressortir le rôle des contextes institutionnels et économiques (des marges de manœuvre semblent plus exister en Argentine qu’en France) et celui de la configuration des tissus productifs dans la façon dont les entreprises répondent à une double injonction entre exigence de qualité et réduction des coûts. Dans les deux cas, les travailleurs migrants constituent une part non négligeable de la force de travail. En PACA, nous observons une diversité des origines et des modalités de recours à cette main-d’œuvre. La réduction du coût du travail s’appuie sur la mobilisation de dispositifs de politique publique. Dans la vallée du Rio Negro, il s’agit d’une migration intérieure. La puissance des syndicats et l’organisation des salariés agricoles, contrairement à la France, soutiennent un mouvement de revendication, de respect des dispositions conventionnelles et d’augmentation des salaires. Dans un cas, certains salariés se retrouvent en toute légalité dans des situations voisines de celle des travailleurs informels. Dans l’autre, le positionnement économique plus favorable des entreprises sur le marché mondial et l’organisation des travailleurs permettent de consolider un marché du travail formel. En France, globalement, les tensions associées au positionnement des exploitations agricoles sur le marché mondial sont relayées par des soutiens publics et professionnels quand, en Argentine, elles s’insèrent dans les logiques privées de grandes entreprises internationales.

Bibliographie

Aparicio Susana, Ortiz Sutti et Tadeo Nidia, « Have Private Supermarket Norms Benefited Laborers? Lemon and Sweet Citrus Production in Argentina », Globalizations, vol. 5, n° 2, 2008, p. 167-181.

Barraud De Lagerie Pauline, « Un salariat mondialisé ? Protection des travailleurs et responsabilité sociale de l’entreprise à l’épreuve de la globalisation » [en ligne], Les Notes de l’IES, n° 28, juin-juillet 2012. Disponible sur : http://www.ies-salariat.org/IMG/pdf/Notes_IES_28.pdf

Bergeron Émeline et Darpeix Aurélie, « L’emploi et la compétitivité des filières fruits et légumes : situation française et comparaison européenne », Notes et études socioéconomiques – Prospective et évaluation, n° 32, 2009, p. 7-40.

Best Sarah et Mamic Ivanka, « Global Agri-food Chains: Employment and Social Issues in Fresh Fruit and Vegetables » [en ligne], Employment Working Paper, n° 20, 2008. Disponible sur : http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/@ed_emp/documents/publication/wcms_105107.pdf

Cattaneo Carlos, Craviotti Clara et Palacios Paula, « Buenas prácticas agrícolas y vínculos laborales en la producción de alimentos de alto valor : el trabajo zafral en el cultivo de arándano en Entre Ríos », Revista interdisciplinaria de estudios agrarios, n° 29, 2008, p. 73-97.

Crespos Pasos Matías, Rau Víctor et Trpin Verónica, « La acción colectiva de asalariados agrícolas en teritorios con fruticulturas de exportación : los casos de Tucumán y los valles del Río Negro », Realidad económica, n° 258, 2011, p. 93-119.

Lamanthe Annie, « Les paradoxes de la formalisation de la relation salariale en milieu rural », Études rurales, n° 182, 2009, p. 29-44.

Lamanthe Annie, « Extension des marchés et normalisation : les systèmes agro- alimentaires dans la mondialisation », Géographie, économie, société, vol. 9, n° 3, 2007, p. 271-281.

Lamanthe Annie, « Les transformations du marché du travail : un éclairage à partir de l’analyse des décalages entre offre et demande dans un système productif localisé », Sociologie du travail, vol. 47, n° 1, 2005, p. 37-56.

Le Guen Jacques, Étude comparée au niveau européen de l’impact de la concurrence sur l’emploi dans le secteur agricole, Rapport de la mission parlementaire auprès du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et de la Ruralité, Paris, 2005.

maP (Ministère de l’Agriculture et de la Pêche), « Campagne 2008 en demi-teinte pour la pomme », Agreste conjoncture, synthèse n° 69, 2009.

maP, « Arboriculture fruitière : toujours plus de protection contre les aléas climatiques », Agreste, étude n° 39, 2008.

maP, « Arboriculture fruitière : lente érosion des surfaces mais transition vers une politique variétale adaptée », Agreste, étude n° 35, 2008.

maP, « Campagne de pomme de table dynamisée par la hausse des exportations », Agreste conjoncture, synthèse n° 28, 2008.

Quaranta Germán, « Precariedad ocupacional y calidad de empleo en frescos de exportación : el caso de la uva de mesa en la provincia de San Juan (Argentina) », 9° Congreso Nacional de Estudios del Trabajo, Buenos Aires, ASET, 2009.

Rau Víctor, « Transnacionalización productiva y calidad del empleo en la fruticultura argentina de exportación », communication au VIe Congrès du Ceisal, Toulouse, 2010.

Rau Víctor et Trpin Verónica, « El sindicalismo rural en Alto Valle de Río Negro : diversas expresiones de la acción colectiva », La jornada nacional sobre empleo e ingresos, ASET, FCE-UBA, Buenos Aires, 29 août 2008.

SFRN (Subsecretaría de la Fruticultura de la Provincia de Río Negro), Censo provincial de agricultura bajo riego, CAR, 2005.

Trpin Verónica, « Reconfiguración productiva y buenas prácticas agrícolas : las nuevas condiciones laborales en la fruticultura del Alto Valle de Río Negro », Revista interdisciplinaria de estudios agrarios, n° 29, 2009, p. 49-77.

Notes

1 A. Lamanthe, « Extension des marchés et normalisation : les systèmes agro-alimentaires dans la mondialisation », Géographie, économie, société, vol. 9, n° 3, 2007, p. 271-281.

2 Cf. www.globalgap.org

3 A. Lamanthe, « Les paradoxes de la formalisation de la relation salariale en milieu rural », Études rurales, n° 182, 2009, p. 29-44.

4 Les pommes représentent 10 % du total des fruits frais exportés dans le monde et occupent le 4e rang après les bananes, les citrons et les raisins (ibid.) – S. Best, I. Mamic, « Global Agri-food Chains : Employment and Social Issues in Fresh Fruit and Vegetables », Employment Working Paper, n° 20, 2008.

5 Cette recherche a une visée exploratoire. Le choix de ces deux régions correspond à des investigations de long terme des auteurs sur ces terrains, complétées par des enquêtes spécifiques. Dans la vallée du Rio Negro, les enquêtes de terrain ont été réalisées entre 2006 et 2009, sous la forme d’entretiens et d’observations directes (exploitations, organisations de salariés, opérateurs de la chaîne) et par le traitement de données statistiques existantes. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, les informations ont été recueillies en 2010 et 2011 : entretiens avec des chefs d’exploitations certifiées GlobalGap, des techniciens employés par des exploitations ou des structures collectives (chambre d’agriculture, organisations professionnelles), des inspecteurs du travail, des syndicalistes ; documentation et mobilisation des données statistiques existantes.

6 S. Aparicio, S. Ortiz et N. Tadeo, « Have Private Supermarket Norms Benefited Laborers? Lemon and Sweet Citrus Production in Argentina », Globalizations, vol. 5, n° 2, 2008, p. 167-181.

7 C. Cattaneo, C. Craviotti et P. Palacios, « Buenas prácticas agrícolas y vínculos laborales en la producción de alimentos de alto valor : el trabajo zafral en el cultivo de arándano en Entre Ríos », Revista interdisciplinaria de estudios agrarios, n° 29, 2008, p. 73-97.

8 G. Quaranta, « Precariedad ocupacional y calidad de empleo en frescos de exportación : el caso de la uva de mesa en la provincia de San Juan (Argentina) », 9° Congreso Nacional de Estudios del Trabajo, Buenos Aires, ASET, 2009.

9 V. Trpin, « Reconfiguración productiva y buenas prácticas agrícolas : las nuevas condiciones laborales en la fruticultura del Alto Valle de Río Negro », Revista interdisciplinaria de estudios agrarios, n° 29, 2009, p. 49-77.

10 Agreste, Provence-Alpes-Côte d’Azur, « Enquête sur la structure des vergers », 2007.

11 MAP, « Campagne de pomme de table dynamisée par la hausse des exportations », Agreste conjoncture, synthèse n° 28, 2008 ; MAP, « Campagne 2008 en demi-teinte pour la pomme », Agreste conjoncture, synthèse n° 69, 2009.

12 MAP, « Arboriculture fruitière : toujours plus de protection contre les aléas climatiques », Agreste, étude n° 39, 2008 ; MAP, « Arboriculture fruitière : lente érosion des surfaces mais transition vers une politique variétale adaptée », Agreste, étude n° 35, 2008.

13 En 2005, cf. : http://faostat3.fao.org/home/E

14 SFRN, Censo provincial de agricultura bajo riesgo, CAR, 2005.

15 Ibid.

16 É. Bergeron et A. Darpeix, « L’emploi et la compétitivité des filières fruits et légumes : situation française et comparaison européenne », Notes et études socioéconomiques – Prospective et évaluation, n° 32, 2009, p. 7-40.

17 A. Lamanthe, « Les transformations du marché du travail : un éclairage à partir de l’analyse des décalages entre offre et demande dans un système productif localisé », Sociologie du travail, vol. 47, n° 1, 2005, p. 37-56.

18 On rejoint là l’observation de Barraud de Lagerie sur l’émergence de formes privées d’inspection du travail avec le développement des audits sociaux dans les relations entre clients et fournisseurs (P. Barraud de Lagerie, « Un salariat mondialisé ? Protection des travailleurs et responsabilité sociale de l’entreprise à l’épreuve de la globalisation », Les Notes de l’IES, n° 28, juin-juillet 2012).

19 J. Le Guen, Étude comparée au niveau européen de l’impact de la concurrence sur l’emploi dans le secteur agricole, Rapport de la mission parlementaire auprès du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et de la Ruralité, Paris, 2005.

20 É. Bergeron et A. Darpeix, op. cit., p. 10.

21 Ibid.

22 V. Rau, « Transnacionalización productiva y calidad del empleo en la fruticultura argentina de exportación », communication au VIe Congrès du Ceisal, Toulouse, 2010.

23 V. Rau et V. Trpin, « El sindicalismo rural en Alto Valle de Río Negro : diversas expresiones de la acción colectiva », La Jornada Nacional sobre Empleo e Ingresos, ASET, FCE-UBA, Buenos Aires, 29 août 2008.

24 M. Crespos Pasos, V. Rau et V. Trpin, « La acción colectiva de asalariados agrícolas en teritorios con fruticulturas de exportación : los casos de Tucumán y los valles del Río Negro », Realidad económica, n° 258, 2011, p. 93-119.

Auteurs

Annie Lamanthe est professeure de sociologie à l’université d’Aix- Marseille et chercheuse au LEST (UMR AMU-CNRS 7317). Ses recherches portent sur les marchés du travail agricole et agro- alimentaire, les modes de contrôle des travailleurs et les formes de précarisation et d’informalisation du travail. Elle a publié notamment Les Métamorphoses du paternalisme : histoire, dynamiques et actualité (CNRS Éditions, 2011).

Víctor Rau est sociologue, docteur en sciences sociales de l’université de Buenos Aires (UBA), en Argentine. Il est chercheur à l’Institut des études sociales et humaines de l’université nationale de Misiones (IESyH-Conicet/Unam) et professeur titulaire en théorie sociologique et en développement socio-économique de l’université nationale de Misiones (FHYCS-Unam).

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540