Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Seconde partie. Travail et migrations

Chapitre VI. Dépasser les frontières économiques : « l’industrie » de la migration

Des activités aux acteurs transnationaux

Delphine Mercier

Note de l’auteur

Ce chapitre s’appuie sur des monographies réalisées par Tanguy Samzun, chercheur associé au Centre d’études mexicaines et centraméricaines (Cemca) et auteur de « Panorama des flux migratoires et dynamiques sociales centraméricaines », Cahiers-Cuadernos Cemca, n° 4, mai 2014.

Texte intégral

  • 1 Quand nous parlerons d’Amérique centrale, nous entendrons le Mexique et les pays d’Amérique central (...)

1Parler des migrations et du travail en Amérique latine revient à opposer deux processus, ou plutôt, deux schémas migratoires et de travail distincts. L’exercice est périlleux. Nous proposons donc de faire une comparaison, voire une mise en perspective, plus spécifiquement entre l’Amérique du Sud (Argentine et Uruguay) et l’Amérique centrale (Mexique et Amérique centrale)1. Cette comparaison est riche d’enseignements pour mieux comprendre les dynamiques migratoires et économiques. L’Amérique centrale et l’Amérique du Sud font partie de ces « économies-monde », illustrant parfaitement la projection d’un espace sur une scène internationale. Ces espaces sont transnationaux, c’est-à-dire organisés par des accords internationaux, des réglementations négociées entre les pays ; ils sont également traversés de part en part par des événements politiques, des catastrophes naturelles qui renversent les stabilités obtenues. Enfin, l’histoire des intégrations en Amérique centrale et en Amérique du Sud est une longue histoire semée d’embûches avec des phases d’assouplissement, des phases de durcissement, et des frontières internes.

  • 2 Ce chapitre s’appuie sur un travail exploratoire, recensant et résumant données et articles ayant t (...)

2Ce chapitre précisera en quoi l’analyse d’espaces régionaux, tels que l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud, contribue à enrichir le questionnement sur la production économique transnationale, le travail et les migrations2. L’entrée par le territoire et les frontières, propre aux géographes, est devenue aujourd’hui, plus que jamais, indispensable à l’analyse des transitions des systèmes productifs et de leurs adaptations. Les tissus productifs régionaux évoluent selon deux formats : soit ils maintiennent un ancrage territorial physique pour des raisons liées aux matières premières ou à la prévalence de l’élément physique (ressources naturelles, pétrole, mines, agriculture…), soit s’en détournent ou le contournent, car les anciens territoires économiques créent de l’irréversibilité et empêchent une adaptation immédiate. Cela explique le développement généralisé des zones d’activité et leur implantation en périphérie des territoires d’ancienne industrialisation ou d’anciennes frontières géopolitiques.

3Dans cette disjonction entre le territoire des « anciennes » et des « nouvelles » activités productives, une analyse strictement géographique permettrait de distinguer nettement des sous-systèmes territoriaux économiques et sociaux. Mais cette analyse ne permettrait pas de rendre compte du caractère « feuilleté » et empilé des logiques territoriales à l’œuvre, de la pulvérisation de certaines frontières qui en résulte et du maintien d’un lien entre ces zones et l’« ancien » territoire productif. En partant de ce constat, nous tenterons d’enrichir la compréhension des transitions, reconversions ou émergences des tissus productifs régionaux transnationaux. Dans un deuxième temps, nous aborderons les questions liées plus spécifiquement à l’emploi des jeunes. Dans un troisième temps, nous focaliserons notre propos sur la question des acteurs et des flux migratoires actuels. Et nous conclurons en tentant de mettre au jour quelques processus économiques en cours dans cet espace et l’émergence d’une « chaîne professionnelle » qui est construite sur la base d’une appropriation des savoirs frontaliers.

L’Amérique du Sud et l’Amérique centrale : une dynamique économique transnationale « extra-territorialisée »

  • 3 J. L. Metzger, « Que pourrait être une sociologie de la mondialisation ? », Recherches sociologique (...)
  • 4 M. Peraldi, « Marseille : réseaux migrants transfrontaliers, place marchande et économie de bazar » (...)

4Cette région du monde est constituée par des grandes villes plutôt que par des pays dont les contours géopolitiques restent flous et controversés. Ces villes-capitales ne sont pas industrielles au sens général du terme, mais ont, en revanche, une vocation première liée à l’import-export, raison pour laquelle la population a développé des compétences en termes de négociation économique internationale. Malgré le développement exponentiel récent de ces villes (démographique, urbain, industriel), depuis la fin des années 1950 pour certaines et 1990 pour d’autres, c’est la « configuration transnationale3 » qui prédomine. Une « configuration transnationale » peut être définie de la façon suivante : il s’agit de pays dont les activités économiques sont bâties sur des compétences nationales et extra-nationales, c’est-à-dire que la chaîne de production est rarement entièrement détenue dans sa globalité (l’assemblage, la matière première, la main-d’œuvre, la technologie sont des activités qui ne se réalisent pas sur le même territoire). Le statut de ces villes-pays, leur caractère international, est aujourd’hui utilisé par les acteurs qui les traversent et qui y vivent. Certains (les plus engagés dans le projet politique) se battent pour les développer et les convertir à des activités plus légales que celles qui les ont fondées (blanchiment d’argent, circulation de marchandises illégales, commerce, drogue, prostitution…). D’autres (les plus démunis) les utilisent comme des espaces de transit, les transformant en de véritables « places marchandes4 » dans l’histoire des mouvements migratoires (exode rural, fuite des campagnes vers la ville pour trouver du travail). D’autres encore occupent les espaces francs de ces villes, que ce soient les ports et les zones accueillant les activités internationales, qu’elles soient industrielles ou logistiques. D’autres enfin se déplacent entre deux pays (entrepreneuriat transnational), occupent les espaces touristiques, standardisés et mondialisés et viennent commercer et entreprendre.

5Chaque acteur construit son territoire. L’Amérique du Sud et l’Amérique centrale sont traversées par des logiques socioéconomiques et territoriales distinctes, parfois contradictoires. Ces logiques se développent chacune en un lieu particulier, de telle manière que les villes-pays se trouvent divisées. Les logiques en œuvre sont donc au nombre de quatre : la logique territoriale du « bas » (celle des zones industrielles, des habitats précaires), la logique territoriale du « haut » (celle des zones franches modernes, des immeubles vides), la logique territoriale de l’intérieur (la ville ancienne, le fief de l’ancienne cité internationale), la logique territoriale de l’extérieur (la ville touristique, l’espace des nouveaux ports par exemple). Chacune de ces logiques territoriales possède des espaces de régulation particuliers, des acteurs, des cercles d’acteurs différents et des stratégies distinctes.

6De même, les pays d’Amérique latine, sans exception, sont des rouages au sein de l’économie-monde, tournés qu’ils sont vers l’import-export. Nous évoquons d’ailleurs ce terme « import-export », dans son sens commun, c’est-à-dire que ces pays importent et exportent des biens et des services pour le compte d’autres industries ; souvent, des flux ne font que transiter, d’autres, en revanche, sont transformés. C’est d’autant plus le cas de l’Amérique centrale, notamment en accord avec la triade États-Unis d’Amérique, Asie-Pacifique, Union européenne. Ce sont, dans une première approche, des intermédiaires du libre-échange mondial.

7Le relief et la géographie jouent un rôle capital dans l’organisation spatiale de l’Amérique latine et ont une incidence directe sur l’économie du continent. Constituée de 33 États indépendants et de 13 territoires aux statuts divers (départements, colonies, dépendances), l’Amérique latine est souvent divisée en trois ensembles géographiques distincts : le Mexique septentrional, l’isthme d’Amérique centrale et l’Amérique du Sud.

  • 5 Par agro-industrie, on entend généralement la partie du secteur manufacturier qui transforme les ma (...)

8Bien que ces trois grandes sous-régions soient particulièrement différentes en termes de climat et de géographie, elles ont toutes hérité de l’agriculture des civilisations précolombiennes. Le secteur agricole, aujourd’hui encore dominant et qui emploie 24 % des actifs de la région (malgré une diminution d’environ 20 % depuis 1945), ne produit cependant que 14 % du PIB contre 22 % pour les industries de transformation, telles que l’agro-industrie5. Au cours des vingt dernières années, l’Amérique latine a conquis beaucoup de parts de marché grâce, notamment, à la diversification de sa production agricole, à la croissance dynamique de ses industries de transformation primaire, ainsi qu’à la libéralisation progressive de ses échanges lui permettant une intégration remarquée dans les marchés internationaux. Si le taux de croissance de l’agriculture latino-américaine reste faible (il atteint depuis ces dix dernières années environ 3,4 % par an contre 6,9 % pour les mines, 5,8 % pour l’industrie de transformation et 4,7 % en moyenne pour l’ensemble de l’économie), de nombreux efforts sont en cours pour se tourner vers « l’agriculture verte », notamment au Mexique, et pour redynamiser le secteur au vu des objectifs mondiaux de développement durable.

9Ces dernières années ont également été marquées par de nombreux efforts entrepris pour développer l’industrie et les matières premières au niveau local, notamment avec la création d’usines de concentré de minerai et de métallurgie primaire dans les pays miniers (Chili, Pérou), la congélation et la mise en conserve des produits agricoles, le développement du secteur de la création industrielle (dont le secteur des biens d’équipement) et l’installation d’usines de biens de consommation (automobiles, engins agricoles, etc.). Toutes ces initiatives ont entraîné d’importantes mutations industrielles et ont permis, par exemple, de tripler le PIB au Venezuela et au Brésil par rapport à la fin des années 1990, de le doubler au Mexique, au Pérou, en Colombie et de l’augmenter de près de 70 % au Chili.

  • 6 Cepal, Panorama social de América Latina, 2011.

10L’Amérique latine fournit aujourd’hui 30 % de l’argent extrait dans le monde (Mexique et Pérou), 25 % du cuivre (Chili, Pérou) et de l’étain (Brésil et Bolivie). 12 % du pétrole mondial provient également d’Amérique latine. Ces résultats n’ont cependant été possibles que grâce à des investissements massifs de capitaux étrangers réalisés sous forme de prêts, tels que ceux consentis par la Banque mondiale ou encore la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), ainsi qu’à l’implantation de filiales de sociétés nord-américaines, japonaises et européennes6. Au-delà d’un fort endettement, même s’il a été contrôlé, l’installation des filières étrangères sur les territoires latino-américains a entraîné une énorme demande en emplois qualifiés, à laquelle la région n’était pas préparée. La lente mise en adéquation des systèmes de l’Enseignement technique et de formation professionnelle (ETFP) entraîne aujourd’hui encore des tensions extrêmes entre l’offre et la demande. On observe ainsi que la plupart des emplois hautement qualifiés sont occupés dans ces filières par une main-d’œuvre nord-américaine, européenne et japonaise. La transition entre le progrès (augmenter l’activité économique et l’accès à la consommation – mais le progrès n’est pas systématiquement signe de développement équitable et d’une juste répartition du capital) et le développement dépend largement des leviers de formation professionnelle et d’employabilité que saura mettre en place la région pour profiter de ce potentiel et pour s’en approprier les profits.

11Il est intéressant de voir que fin 2011, le Brésil dépassait la Grande-Bretagne pour devenir la sixième puissance mondiale, juste derrière la France, son PIB atteignant 2,3 milliards de dollars (surpassant ainsi l’Italie et peut-être la France dans les trois prochaines années). Avec le Brésil, c’est toute l’Amérique latine qui a récemment amélioré ses positions dans le classement des économies mondiales. L’Argentine, deuxième PIB de la région, gagne quatre places pour se situer au 25e rang mondial en 2011, alors qu’un peu plus loin derrière, la Colombie, le Chili et le Pérou montent aussi en grade. Cette percée des économies sud-américaines est le résultat d’années de croissance soutenue, notamment des secteurs agricoles, agro-alimentaires, miniers et pétroliers. Avec la Chine, l’Inde et l’Asie du Sud-Est, l’Amérique du Sud est aujourd’hui une des deux zones émergentes de la planète en expansion. La Cepal a estimé la hausse moyenne du PIB des principales économies sud-américaines proche de 4 % en 2012. Si les rapports économiques signalent qu’au moins trois facteurs favorisent la continuité de la croissance dans la région – la demande actuelle et future (notamment asiatique) de matières premières agricoles et minières, le faible endettement de la plupart des pays sud-américains (entre 30 % et 45 % du PIB, sauf exception), une certaine sagesse budgétaire (soldes primaires positifs, équilibre ou déficit inférieur à 3 % après paiement des intérêts de la dette) –, ils soulignent également que l’ETFP préparant l’offre à la demande croissante des marchés sera la clé de voûte de cette réussite.

12Si les pays mentionnés ci-dessus sont aujourd’hui devenus des puissances économiques mondiales, le développement des pays d’Amérique latine, voire d’Amérique du Sud, reste très inégal. La plupart de ces pays dépendent toujours principalement de l’agriculture et de l’activité minière, l’activité industrielle, beaucoup moins importante dans la majorité des cas, restant très concentrée dans un petit nombre de grandes villes. Ainsi, au Pérou, plus de 60 % des emplois industriels (produits chimiques) sont basés dans la capitale, Lima, où se concentrent environ 40 % de la population du pays. La croissance rapide des capitales latino-américaines a eu pour effet de créer un important écart de richesse entre une population urbaine relativement prospère et une population rurale souvent extrêmement pauvre, qui reste dans les campagnes ou qui migre dans les zones périphériques urbaines. Ces inégalités se répercutent bien entendu sur l’emploi et le travail des jeunes.

Une dynamique de l’emploi excluant la jeunesse ?

13L’Organisation internationale du travail (OIT) a constaté que la crise économique avait subitement mis fin au déclin progressif du taux de chômage des jeunes observé entre 2002 et 2007. Sur le plan mondial, le taux de chômage des jeunes est revenu au taux observé au pire de la crise, en 2009. De 12,6 % en 2011, il avoisine les 12,7 % en 2012 (soit plus qu’en 2007). Cela représente près de 75 millions de jeunes chômeurs dans le monde (soit une augmentation de plus de 4 millions depuis 2007) et presque trois fois le taux de chômage des adultes. Il est également intéressant de constater que les jeunes constituent 43,7 % de la population mondiale des chômeurs, alors qu’ils ne représentent que 25 % de la population mondiale des travailleurs. Plus inquiétant encore, l’OIT souligne que plus d’un tiers de la population mondiale des jeunes chômeurs a totalement abandonné sa recherche d’emploi, découragé par la crise, et vit actuellement sous le seuil de pauvreté fixé à 2 dollars par jour.

14Bien qu’il soit important de reconnaître que la plupart des jeunes assurent leur transition de l’école vers le marché du travail sans avoir besoin d’aide particulière, une part importante rencontre des difficultés à trouver un emploi stable. Ces difficultés peuvent s’exprimer en termes de temps nécessaire à l’obtention du premier emploi ou en termes de qualité de l’emploi (sous-emploi, contrats précaires, absence de contrat formel, etc.). Bien que les groupes de jeunes sortant plus tôt du système éducatif et n’ayant pas acquis les compétences de base rencontrent des problèmes plus importants que ceux qui ont acquis ces compétences et complété un premier cycle d’enseignement technique, plusieurs facteurs ont une influence sur la transition des jeunes vers l’emploi stable. Parmi ces facteurs, on retrouve les compétences obtenues à l’école et les conditions du marché du travail. Comme dans le reste du monde, les jeunes Latino-Américains constituent un groupe particulièrement vulnérable sur le marché du travail. Le chômage des jeunes est plus élevé que le chômage des adultes. Le taux de participation des jeunes à l’emploi est plus bas que celui des adultes pour les diplômés comme pour les non diplômés, la rotation entre emplois est plus fréquente et les salaires perçus sont inférieurs à ceux des adultes. S’il s’agit ici de généralités, ces dernières ont été particulièrement documentées par les travaux de recherche internationaux dans les pays en voie de développement et sous-développés.

15Ces aspects ont un impact fort sur la représentation en construction d’un jeune par rapport au travail et sur sa trajectoire entre les secteurs formels, non formels et informels.

  • 7 Cf. www.org.fr.millenniumgoals/

16Si l’on adopte la catégorisation des « jeunes travailleurs » définie par les Nations unies dans le cadre des « objectifs du millénaire pour le développement7 », nous nous intéresserons ici aux jeunes âgés de 15 à 24 ans. Cette catégorisation englobe les différentes définitions retrouvées au travers de l’Amérique latine, exception faite des programmes destinés aux jeunes à risques, qui s’adressent, pour la majorité, aux jeunes de 16 à 30 ans (pour la Colombie) et parfois 35 ans (pour le Mexique). Les classifications sont organisées par rapport à l’âge minimal auquel un jeune peut, légalement, sortir du système scolaire dit « général » (entre 15 et 16 ans selon les pays) et la moyenne d’âge à laquelle il sort du système scolaire général ou technique et fait son entrée sur le marché du travail.

17L’emploi des jeunes de 15 à 24 ans, en Amérique latine, fait face à plusieurs défis caractérisés, qui peuvent être résumés en neuf points principaux.

  • 8 Le secteur informel est représenté par l’ensemble des activités économiques qui se réalisent en mar (...)

18Le premier défi est le taux d’emploi et de chômage des jeunes. Actuellement, près de 15 % des jeunes qui cherchent un emploi en Amérique latine n’en trouvent pas. Au début des années 1980, le chômage des jeunes ne représentait que 5 % de la population dans toute la région. Parmi les jeunes qui travaillent aujourd’hui, 54 % le font dans le secteur informel, face à seulement 45 % il y a trente ans8. Pour les jeunes ne bénéficiant que de l’éducation primaire, ce taux atteint les 70 %. En ce qui concerne les jeunes diplômés de l’éducation secondaire, 50 % occupent encore des emplois informels, contre 30 % dans les années 1980. Cela s’explique par la mutation plus lente des institutions et des régulations du travail et de l’emploi face à une population en forte croissance et à une demande encore peu organisée et analysée.

  • 9 Cepal, 2011, op. cit.

19Le deuxième défi est l’emploi des femmes. Même si des progrès importants ont été faits en matière de promotion de la cause de l’égalité entre les genres et si les réponses de certains gouvernements sont plus encourageantes que d’autres, les héritages culturels et religieux forts (pour la plupart indigènes) qui caractérisent une grande partie des régions du monde rendent l’emploi des jeunes femmes plus ou moins difficile selon les sous-régions. Le taux d’emploi des femmes est passé de 43,3 % en 1995 à 49,2 % en 2004, pour stagner aujourd’hui aux alentours de 50 %9. La gamme des mesures prises inclut l’intégration des questions d’égalité entre les genres dans les programmes et plans nationaux d’accès à l’emploi pour les jeunes femmes, y compris la création de structures nationales pour renforcer la participation des femmes aux efforts de développement de la région et à l’économie formelle. Certaines mesures ont été prises pour améliorer l’accès des femmes à l’éducation, à l’emploi, aux ressources productives et aux droits de propriété. De nombreux efforts restent cependant à produire, en particulier pour l’accès à l’emploi des jeunes femmes.

  • 10 Couverture universelle atteinte (ibid.).
  • 11 Ibid.

20Le troisième défi est le lent développement des niveaux d’éducation. L’Amérique latine entre dans une nouvelle ère de l’éducation. Si les taux d’inscription en éducation primaire se sont nettement améliorés cette dernière décade10, les taux d’inscription en secondaire restent toutefois encore très faibles dans certaines sous-régions, telles que les pays andins ou l’Amérique centrale où les chiffres officiels sont cependant très peu fiables, voire absents11.

21Le quatrième défi est l’accès à une éducation de qualité. Les questions de l’accès universel à l’éducation ainsi que de la qualité de l’éducation sont des questions particulièrement prégnantes dans la plupart des pays de la région. Les récentes émeutes estudiantines chiliennes ont souligné ces difficultés, dans l’un des pays dit des plus développés de la région. L’accès à l’éducation gratuite et de qualité pose non seulement des questions de développement économique, mais également d’orientations sociopolitiques.

  • 12 OIT, Panorama laboral 2005 : América Latina y el Caribe, 2005. Cf. également l’actualisation 2015 d (...)

22Le cinquième défi est ce que l’on appelle une « éducation refuge ». Dans les sous-régions dites en voie de développement (exemple du Cône Sud), le déclin de la participation des jeunes au marché du travail est partiellement dû à la croissance des taux d’inscription au sein du système scolaire formel – entre 1990 et 2000, le nombre d’élèves inscrits dans le secondaire avait augmenté de 15 % et de 8 % pour ceux inscrits dans le supérieur12. Cependant, si l’on ajoute à ces chiffres ceux des abandons scolaires, ces taux semblent plus refléter une volonté de différer l’entrée sur le marché du travail qu’une réelle volonté de s’inscrire dans un processus d’apprentissage de longue durée. Dans certaines sous-régions, ces chiffres reflètent également une ouverture progressive des possibilités éducatives, laquelle n’est pas forcément accompagnée des services et structures permettant l’information, l’orientation et l’accompagnement sur le marché du travail.

23Le sixième défi est le lent développement de l’appareil productif. Toutefois, si les acteurs politiques, soutenus par les bailleurs de fonds et les coopérants internationaux, prennent conscience de l’importance du rôle central des systèmes éducatifs ouverts à tous et de qualité, le lent développement (ou parfois le développement négatif) des systèmes productifs ne permet pas une adéquation entre éducation et marché du travail. Cela est plus particulièrement observé en Amérique centrale et dans quelques pays encore sous-développés d’Amérique latine, où la hausse importante de la criminalité ne permet pas d’attirer et de pérenniser l’installation des industriels et des investisseurs sur les territoires. A contrario, les coûts élevés du crime organisé ont eu pour effet la fuite des investissements vers les pays du Cône Sud ou vers les Caraïbes.

  • 13 BM, « Classification des pays : les changements 2011 », 2011.

24Le septième défi est le développement négatif du secteur productif. Directement liés à la forte criminalité et aux narcotrafiquants, les chiffres du rapport mondial de développement de la Banque mondiale soulignent que beaucoup de jeunes d’Amérique latine ne sont ni étudiants ni travailleurs13. Cette population, communément appelée les ninis, est particulièrement caractéristique des sociétés latino-américaines où beaucoup de jeunes, ne trouvant pas d’emploi stable et/ou suffisamment rémunéré, se tournent vers la criminalité (même si attribuer cette tendance aux seuls aspects économiques serait particulièrement réducteur, elle a néanmoins un impact fort sur les possibilités de développement socioéconomiques et économiques des pays concernés).

  • 14 BM, Rapport sur le développement dans le monde, 2006 : équité et développement, abrégé, 2006.

25Le huitième défi est la prédominance du secteur informel. L’incidence du travail informel et/ou non rémunéré a un impact fort sur les économies latino-américaines. Cependant, au sein d’économies où le secteur informel tient une place accrue – symptôme fort de l’échec des politiques à réguler les marchés –, le travail informel et/ou non rémunéré peut parfois être un moteur important dans l’acquisition des compétences diverses. Dans beaucoup de pays d’Amérique latine, cependant, les mécanismes permettant la validation des acquis et des compétences sont encore très faibles, voire inexistants14. Cela s’explique principalement par le manque de régulation de l’emploi et l’absence ou le très faible développement des cadres de qualification et de certification nationaux.

26Le dernier défi est le manque de régulation de la part de l’ETFP. Autre symptôme représentatif de la faiblesse des politiques nationales de l’emploi, les économies d’Amérique latine – à part quelques exemples d’économies fortement régulées et nationalisées – sont aujourd’hui extrêmement dépendantes du secteur privé. Cette situation a pour conséquence un transfert, plus ou moins volontaire, des programmes et initiatives, plus ou moins structurés, d’ETFP vers le monde de l’entreprise et le secteur privé. Au-delà des questions d’égalité d’accès ainsi que de précarisation des situations professionnelles, cette situation rend l’évaluation et la maîtrise publique des programmes et initiatives d’ETFP relativement difficiles.

  • 15 OCDE, Education at a Glance 2007, 2007.

27Tous ces aspects, résumés ici, rendent l’accès des jeunes à l’emploi, l’attractivité de l’emploi et le développement des systèmes et structures de l’ETFP particulièrement difficiles. Les questions d’accès à une éducation équitable de qualité, d’attractivité de l’ETFP, de l’emploi et la capacité des gouvernements à attirer de nouveaux investisseurs ou encore à inspirer les jeunes entrepreneurs, sont des questions prégnantes dans toute la région d’Amérique latine. Les systèmes d’éducation et d’ETFP en Amérique latine sont particulièrement affectés par la présence d’inégalités profondes. Si l’ETFP des jeunes est de plus en plus orienté vers l’entrée sur le marché du travail, il ne leur permet pas un accès équitable. Si, en 2005, 71 % des jeunes de 20 à 24 ans en Amérique latine avaient complété un premier cycle d’éducation secondaire (neuf ans de scolarité), seulement 42 % des jeunes appartenant au premier quintile de revenus de la population étaient dans le même cas, contre 92 % pour le cinquième et plus haut quintile de revenus. De la même manière, un plus grand accès à l’éducation et à la formation professionnelle n’assure pas un accès équitable à « la qualité ». Il est important d’observer que, même au sein du système d’éducation formel, l’éducation que reçoivent les jeunes appartenant à différents groupes sociaux n’est pas uniforme. Les résultats obtenus aux examens internationaux (Programme for International Student Assessment, PISA) confirment que les conditions socioéconomiques des familles sont un facteur déterminant du rendement éducatif des jeunes et de l’accès à l’éducation de qualité. Ces conditions expliquent 19,5 % de la variation de rendement scolaire en sciences des étudiants argentins, 17,1 % des étudiants brésiliens, 23,3 % des étudiants chiliens, 11,4 % des étudiants colombiens et 16,8 % des étudiants mexicains15. Plus graves encore, les inégalités s’intensifient au niveau supérieur, où l’éducation universitaire maintient son statut élitiste dans la plupart des pays d’Amérique latine. Ces inégalités sont un thème particulièrement préoccupant pour les systèmes éducatifs, dans la mesure où les différences observées dans la formation préparant à l’entrée sur le marché du travail se répercutent plus tard dans les trajectoires professionnelles. Cela constitue un défi majeur pour les gouvernements, là où encore bien des segments de la population restent en marge du système éducatif et du marché du travail formel.

L’Amérique du Sud et l’Amérique centrale : une région fondée sur des acteurs transnationaux « déterritorialisés » ?

28Les mouvements migratoires expriment particulièrement bien le fonctionnement des différentes économies en œuvre dans cet espace du monde. C’est en analysant les mouvements migratoires qu’on décrit de façon plus explicite les bouleversements passés et présents.

29Au Mexique et en Amérique centrale, les flux migratoires sont « encapsulés » dans une économie frontalière et du passage.

  • 16 OIT, 2005 et 2015, op. cit. ; BM, 2011, op. cit.

30Aucun pays, pas même le Costa Rica, n’est désormais à l’abri de la violence qu’exercent les bandes délinquantes et/ou criminelles organisées et liées à la recrudescence de la narcocriminalité au Mexique et à l’influence des réseaux colombiens. Si l’insécurité gangrène la vie sociale centraméricaine, elle trouve un terreau fertile avec l’existence d’une jeunesse marginalisée grandissante, sans étude et sans travail. Les derniers rapports de l’OIT et de la Banque mondiale sont explicites : le phénomène prend de l’ampleur depuis le milieu des années 1990 et n’épargne aucun pays16. Si le thème est prioritaire dans les agendas politiques, il ne donne lieu à aucune mesure concrète (politique, économique ou sécuritaire), le Mexique accaparant l’immense majorité de l’aide américaine en matière de lutte contre la criminalité liée au narcotrafic.

31Par ailleurs, le Cafta-DR (Central America Free Trade Agreement-Dominican Republic) est sans doute l’accord qui a réalisé la plus grande homogénéisation des comportements économiques de la partie centrale et nord du continent, vers leur plus grande libéralisation, tout en maintenant l’hégémonie économique des États-Unis. Mais, même si le consortium espagnol Sacyr a pu gagner en 2007 le chantier d’élargissement du canal de Panama, rien n’indique un changement d’hégémonie économique et, plus encore, politique. Le poids politique des États-Unis s’est en effet maintenu, voire accru, du fait des enjeux sécuritaires liés aux mafias du crime organisé. Les États-Unis exercent aussi une influence culturelle forte (musique, vêtement, sport, médias, tourisme…), diversement vécue et transposée.

32Toutes les grandes agences internationales (Banque mondiale, Banque interaméricaine de développement [BID], OIT…) s’accordent à relever les progrès économiques de la zone dans les années 2000. La signature d’accords de libéralisation des échanges économiques (Cafta-DR, mais aussi avec l’Union européenne, ou les pays de l’Asie-Pacifique) n’y est sans doute pas pour rien. Toutes également s’inquiètent non seulement de la résurgence de la violence qui peut freiner, voire annuler, ces progrès, mais aussi de la fragilité de la zone face aux catastrophes naturelles. La tonalité des documents de la BID, de la Banque mondiale et de l’OIT est d’ailleurs fortement condescendante et montre combien l’isthme est toujours perçu comme une réalité néocolonisée et féodale.

33La brèche entre une économie rurale pauvre (souvent indigène) et des zones industrielles et portuaires riches ou économiquement actives a continué de se creuser depuis les dix dernières années. Aucun pays ne semble avoir renversé cette donnée structurelle. On voit ainsi la résurgence de conflits sur les terres (au Honduras, par exemple, depuis 2009), preuve de la pauvreté, voire de la misère rurale, mais aussi du maintien de fortes élites familiales au comportement économiquement conservateur. Les modèles macroéconomiques peuvent en être la cause, mais les facteurs politiques jouent un rôle décisif dans la pérennité de ces systèmes « démocratiques oligarchiques », dont l’institution judiciaire est fortement corrompue, et apparaissent décisifs dans le maintien des inégalités. La cohésion sociale est en péril et les multiples zones franches centraméricaines contribuent à accentuer les disparités sociales, par une forte segmentation par âge et sexe de la main-d’œuvre disponible. Ainsi donc, les jeunes femmes sorties du système scolaire (niveau primaire) sont les grandes inclues de ce système d’exploitation économique et les jeunes garçons au niveau scolaire faible (niveau collège) sont exclus de l’emploi (formel ou informel) lié à la zone franche. Ils sont alors les proies faciles de la délinquance organisée. Entre les zones franches et les zones rurales s’intercalent donc les territoires de la marginalité sociale, la « zone » diraient certains.

  • 17 Concept poétique pour décrire le travail international et souvent défiscalisé, soit la sous-traitan (...)

34Aire de service dans l’incessante migration des « usines hirondelles17 » (ou des flux de capitaux de provenance étrangère), l’Amérique centrale aurait pu tirer certains avantages de ce développement économique si elle n’était devenue la zone de chasse principale du crime organisé à l’échelle du continent américain. Cette région est donc, compte tenu de ce qui vient d’être écrit, réduite à exister en tant que site d’assemblage d’activités et de connexion d’espaces légaux et illégaux, fortement hiérarchisés, dysfonctionnels et subalternes. La question du sort de la jeunesse et de la recrudescence de la criminalité est posée de manière cruciale, elle ne peut se comprendre sans porter notre attention sur les forces d’agencement des rapports sociaux liées aux espaces productifs libéralisés.

35Les pays dont sont originaires les principaux investisseurs sont presque toujours les mêmes, les États-Unis en tête, suivis de la Corée du Sud et de Taïwan. Les entreprises nationales sont quant à elles souvent représentées dans les zones franches de leur pays. Les raisons invoquées par les investisseurs des différents pays pour placer (des fonds) en Amérique centrale sont diverses. Ainsi, les investisseurs nord-américains évoquent avant tout la réduction des coûts salariaux, tandis que les raisons qui poussent les Coréens à s’installer résident dans la réduction des coûts d’acheminement des produits vers le marché principal : les États-Unis.

  • 18 CMC, Evolución del comercio entre Centroamérica y República Dominicana, 1995-2004, 2005. Au Hondura (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 On peut faire ici l’hypothèse d’une situation sécuritaire (Guatemala) et politique (Nicaragua) plus (...)

36Les multiples zones franches centraméricaines contribuent à accentuer les disparités sociales : elles représentent à elles seules environ 40 % des exportations de la région et plus de la moitié des exportations pour deux pays (Salvador : 58,8 % ; Costa Rica : 51,7 %18). Les deux pays dans lesquels elles recouvrent une part beaucoup moins importante dans les exportations19 sont le Guatemala (18,1 %) et le Nicaragua (15,8 %20). Elles ont aussi généré depuis 2000 plus de 354 000 emplois directs, soit 26 % du total des créations d’emploi dans la région.

37La lecture de la presse centraméricaine nous permet ici de constater l’opposition qui existe dans l’opinion publique entre d’un côté, ceux qui font une apologie de ces ZFE (Zones franches d’exportation) et mettent en avant le rôle de source d’investissements massifs dans le pays, de pôles de compétitivité nécessaire pour que le pays rentre dans le système mondialisé de l’économie et de générateur d’emplois et de croissance. Et, de l’autre côté, les détracteurs et critiques des ZFE qui y voient la légitimation d’évasions fiscales et l’existence de conditions de travail précaires.

  • 21 US Census Bureau, The Hispanic Population: 2010, 2011.

38Avant de présenter les acteurs transnationaux, il nous faut préciser quelques données du contexte migratoire actuel. En 2010, aux États-Unis, la population hispanique (50 millions de personnes) est répartie de la façon suivante : 63 % de Mexicains (soit 10 % de la population du Mexique), 3 % de Salvadoriens (qui représentent un quart de la population totale du Salvador), 2,1 % de Guatémaltèques (soit 10 % des Guatémaltèques), 1,3 % de Honduriens. Cependant, sur la période de 2000 à 2010, l’accroissement de la population migrante d’origine centraméricaine aux États-Unis est essentiellement composée de Guatémaltèques (180 % d’augmentation), suivis par les Salvadoriens (150 %), alors que la part des migrants mexicains ne présente que 54 % d’augmentation21. La migration est devenue le support, ces dix dernières années, d’un véritable marché économique pour l’Amérique centrale. En effet, le fait de migrer a un coût et toutes les activités liées à l’entreprise migratoire s’inscrivent donc dans une économie de marché. De fait, le Mexique, pays traditionnel d’émigration, est devenu, depuis dix ans, un pays de transit, ce qui l’oblige à redéfinir son rôle, ses missions et notamment sa définition du territoire. Dans ce contexte migratoire de circulation des populations, le retour contraint ou volontaire est aussi un phénomène, observé depuis 2008, qui a transformé complètement l’enjeu de la migration. En revanche, l’Amérique du Sud est plutôt un espace d’immigration, notamment l’Uruguay et l’Argentine qui se sont constitués par des flux migratoires provenant d’Europe. Cette immigration se combine avec une émigration qui augmente en fonction des crises, mais elle n’est comparable en rien avec celle du Mexique et de l’Amérique centrale.

  • 22 Les chapitres qui suivent décrivent ce schéma migratoire.

39En Amérique du Sud, les flux migratoires s’organisent selon un schéma plus traditionnel. Ce schéma s’organise plutôt vers l’Europe, mais surtout entre les pays d’Amérique du Sud : vers le Brésil, l’Argentine et le Chili. Il est lié aux forts différentiels économiques entre les pays du Cône Sud22.

Vers une nouvelle économie de la migration ?

  • 23 Analyse menée dans le cadre du programme de recherche de l’Agence nationale pour la recherche (ANR) (...)
  • 24 M. Peraldi, Économies criminelles et mondes urbains, Paris, PUF, 2007.
  • 25 M. C. Macias, A. Mendez et D. Mercier, « La Fabrique des migrations et ses savoirs associés : mobil (...)

40Au regard des phénomènes migratoires, une nouvelle définition de la région émerge, fondée sur trois processus économiques distincts : une économie de l’aller, une économie du passage et une économie du retour. Parmi les raisons du retour, nombre d’entre elles sont liées aux conditions mêmes de la réalisation de la migration. Le processus est long et coûte cher. Selon les filières, l’argent accumulé, les processus vont varier et les séquences vont s’articuler de façon différente. Une des premières conclusions de l’analyse de ces processus est que la mobilité est devenue une réelle économie développant ses propres contrôles, ses propres outils de gestion23… Donc, si l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud sont constituées de logiques économiques transnationales, s’ajoutent à ces dernières des stratégies d’acteurs qui, soit subissent cette extra-territorialisation, soit la produisent. Les travaux de Michel Peraldi conduits dans l’espace méditerranéen ont démontré que plus la frontière est difficile à franchir, plus l’« industrialisation » du passage est forte24. Cette relation de cause à effet, extrêmement pertinente, permet de comprendre comment une économie reposant sur la gestion du passage s’est développée et, surtout, de comprendre les bénéfices importants qui découlent de cette industrialisation du passage. Elle implique l’émergence de toute une série d’intermédiaires et d’outils, auxquels le migrant est soumis. Sur cette industrialisation se greffent également les instruments mis en place par les États pour contrôler les flux migratoires. Cette industrialisation, qui s’appuie essentiellement sur la mise en œuvre d’outils de contrôle du passage, de triage des individus, crée un système complexe impliquant des trajectoires ou des circulations différenciées. Cette industrie du passage s’inspire pleinement des grandes entreprises de logistique, utilisant les techniques de la traçabilité, du code-barres, permettant de suivre les migrants depuis leur « entrée » en migration jusqu’à la « sortie » (l’arrivée). Plusieurs étapes sont construites (comme dans un processus de production), dont les coûts (tarifs) sont établis comme sur un marché et d’autres étapes s’ajoutent, émergent en fonction du contexte dont les tarifs sont plus aléatoires. Ce processus en étapes plus ou moins bien stabilisées permet en tout cas qu’à chacune des étapes s’opère une « ponction » sur le migrant (produit de cette industrialisation). Selon les recherches menées par le Cemca, le coût actuel d’une migration individuelle d’Amérique centrale et d’Amérique latine vers les États-Unis ou vers l’Europe varie entre 10000 et 20 000 dollars25. Cette gestion de la mobilité est menée en parallèle avec l’organisation des territoires productifs qui jouent également sur les différentiels économiques frontaliers, les différentiels de fiscalité, les complémentarités des territoires.

  • 26 D. Mercier, « Espaces productifs et intermédiaires dans la chaîne migratoire », Cahiers-Cuadernos C (...)

41L’économie de la migration n’est pas seulement fondée sur la réalisation de la mobilité, elle profite également à un certain nombre d’acteurs. Elle s’appuie aussi, notamment, sur l’emploi des personnes dans les Zones franches d’exportation (ZFE) installées aux frontières, ou dans les zones agricoles qui ont contribué à façonner ces routes migratoires, zones qui embauchent de façon privilégiée des migrants. Par exemple, l’Amérique centrale et le Mexique concentrent à eux seuls, pour la période 2000-2003, presque 5 des 23 millions de travailleurs des zones franches dans le monde (en dehors de la Chine), soit 21 %. Le pays qui concentre le plus d’emplois en zones franches est le Mexique, avec 1 212 125 emplois directs et 3 100 000 emplois indirects (dont 60 % sont occupés par des femmes), générés par les seules maquiladoras (représentant 86 % des emplois en ZFE au Mexique). Ce pays est suivi par le Nicaragua (340000 emplois dont 90 % sont des femmes). Le Honduras compte 135 000 travailleurs (75 % de femmes). Le Salvador et le Guatemala suivent avec, respectivement, 76 000 (85 % de femmes) et 72 000 (70 % de femmes) travailleurs en zones franches. Le Costa Rica, le Panama et le Belize comptent moins d’emplois en ZFE (respectivement 34 000, 18 000 et 1 200 emplois)26.

42Ces « nomades » modernes (migrants et faiseurs de frontière), si on peut les nommer ainsi, survivent grâce au commerce illégal et à l’économie criminelle. Ils se retrouvent pris en otage dans cette économie du passage, de l’aller, qui les force à participer à l’économie illégale, criminelle, que ce soit par le commerce des pièces détachées électroniques de toute sorte, par celui de la drogue ou de produits à haute valeur ajoutée (comme les pièces archéologiques). Cette économie du passage utilise les mêmes routes que celles des migrants.

  • 27 A. Tarrius, Les Fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internatio (...)

43Mais la logique économique ne pourrait s’organiser sans la présence sur les territoires de toute une série d’intermédiaires. Les acteurs de ces logiques économiques forment une véritable chaîne professionnelle fondant son savoir-faire sur la gestion des différentiels. Parfois, ce sont les migrants eux-mêmes au cours de leurs voyages qui se transforment en intermédiaires, seul moyen de garantir leur survie et, surtout, d’accumuler l’argent nécessaire pour pouvoir continuer le long chemin qu’ils ont entrepris. Ces intermédiaires ou ces notaires informels peuvent être décrits par la liste suivante27 : chargés d’insertion professionnelle dans l’économie agricole, consultants spécialisés en défiscalisation, vendeurs de liste noire, écrivains publics pour la réalisation de documents administratifs, banquiers, douaniers, petits commerçants, vendeurs d’assurance décès, passeurs, docteurs fournissant des certificats de bonne santé pour le travail saisonnier… Pour la plupart, ils occupent des métiers traditionnels du marché formel qui se reconvertissent dans une chaîne complexe dont les principaux bénéfices et revenus sont liés à « l’impôt » que devra verser le migrant au cours de son trajet.

44Penser l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud comme un espace transnational permet de rendre visibles les évolutions des modèles et des logiques économiques à l’œuvre dans les espaces transnationaux. C’est une façon de regarder le travail et les pratiques salariales non pas uniquement au travers des logiques nationales, mais plutôt dans leur renégociation au sein des espaces fondés sur le principe qui consiste à jouer sur l’exception, qu’elle soit fiscale, juridique, sociale…

45L’Amérique centrale et l’Amérique Latine font donc bien partie de ces « économies-monde », illustrant parfaitement la projection d’un « espace d’opportunités capitalistes » sur une scène internationale. Les acteurs (migrants et faiseurs de frontières) et les logiques économiques qui les traversent dépassent les volontés récurrentes des élites de créer un projet politique cohérent. Les différentiels frontaliers et les jeux sur ces derniers constituent l’axe de développement de ces régions. C’est une région d’opportunités pour les pays développés en termes de coût de main-d’œuvre, de fiscalité, d’exceptions juridiques et sociales. La prédominance de cette définition reporte de façon inéluctable la construction d’un réel projet politique et social dont les jeunes sont les principales victimes.

Bibliographie

Armbruster-Sandoval Ralph, « Globalization and Transnational Labor Organizing: The Honduran Maquiladora Industry and the Kimi Campaign », Social Science History, vol. 27, no 4, 2003, p. 551-576.

Arriola Joaquín, Los procesos de trabajo en la zona franca de San Bartolo, San Salvador, Instituto de Investigaciones Económicas y Sociales/Universidad Centroamericana José Simeón Cañas, 1993.

Bair Jennifer et dussel Peters Enrique, « Global Commodity Chains and Endogenous Growth: Export Dynamism and Development in Mexico and Honduras », World Development, vol. 34, n° 2, 2006, p. 203-221. Beine Michel, Docquier Frédéric et Özden Çağlar, « Are Skilled Women More Migratory than Skilled Men? », World Development, vol. 39, n° 4, 2011.

BM (Banque mondiale), « Classification des pays : les changements 2011 » [en ligne], 2011.
Disponible sur : http://donnees.banquemondiale.org/actualites/classification_pays_2011

BM (Banque mondiale), Rapport sur le développement dans le monde, 2006 : équité et développement, abrégé [en ligne], 2006. Disponible sur :
http://www-wds.worldbank.org/external/default/WDSContentServer/WDSP/IB/2005/09/28/000012009_20050928151220/Rendered/PDF/335910rev0FRENCH0WDR20060overview.pdf

Castillo Manuel Ángel, « Causas del éxodo : procedencia y características étnicas de la población refugiada », Memoria : presencia de los refugiados guatemaltecos en México, Mexico, Comar/Acnur, 1999, p. 32-39.

Castillo Manuel Ángel, « Tipos y volúmenes de la inmigración en la frontera sur de México », brouillon de l’Estudio Binacional México-Estados Unidos sobre Migración, 1996.

Castillo Manuel Ángel, « Migraciones laborales en la frontera sur : un fenómeno en proceso de cambio ? », in Humberto muñoz García (dir.), Población y sociedad en México, Mexico, Porrúa/Unam, 1992, p. 173-192.

Castillo Manuel Ángel, « Población y migración internacional en la frontera sur de México : evolución y cambios », Revista mexicana de sociología, n° 1, 1990, p. 169-184.

Cepal, Panorama social de América Latina [en ligne], 2011. Disponible sur : http://www.cepal.org/es/publicaciones/panorama-social-de-america-latina-2011

Chollet Donna L., « Renegotiating Gender and Class in the Berry Fields of Michoacán, Mexico », Dialectal Anthropology, vol. 35, no 2, 2011, p. 147-169.

CMC (Consejo Monetario Centroamericano), Evolución del comercio entre Centroamérica y República Dominicana, 1995-2004 [en ligne], 2005.
Disponible sur : http://www.secmca.org/INVESTIGACIONES_ECONOMICAS/InvestigacionesSECMCA/DT19 %20ComercioIntrarregional.pdf

Funkhouse Edward, Pérez Sáinz Juan Pablo et Sojo Carlos, « Social Exclusion of Nicaraguans in the Urban Metropolitan Area of San José, Costa Rica », BID Working paper R#437, 2002.

Macias Marie Carmen, Mendez Ariel et Mercier Delphine, « La Fabrique des migrations et ses savoirs associés : mobilités, espaces productifs et générations » [en ligne], rapport de recherche, Cemca/CNRS, 2013.
Disponible sur: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01075327/document

Mark Anner, « Two Logics of Labor Organizing in the Global Apparel Industry », International Studies Quarterly, vol. 53, no 3, 2009, p. 545-570.

Mercier Delphine, « Espaces productifs et intermédiaires dans la chaîne migratoire » [en ligne], Cahiers-Cuadernos Cemca, n° 1, oct. 2013.
Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01226824/document

Metzger Jean-Luc, « Que pourrait être une sociologie de la mondialisation ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS, 2012, p. 87-103.

OCDE, Education at a Glance 2007 [en ligne], 2007.
Disponible sur : http://www.oecd.org/education/skills-beyond-school/39313286.pdf

OIT, Panorama laboral 2015 : América Latina y el Caribe, 2015.
Disponible sur : http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---americas/---ro-lima/documents/publication/wcms_186765.pdf

OIT, Panorama laboral 2005 : América Latina y el Caribe, 2005.
Disponible sur : http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---americas/---ro- lima/documents/publication/wcms_435169.pdf

Peraldi Michel, Économies criminelles et mondes urbains, Paris, PUF, 2007.

Peraldi Michel, « Marseille : réseaux migrants transfrontaliers, place marchande et économie de bazar », Cultures & conflits, n° 33-34, 1999, p. 51-67.

Samzun Tanguy, « Panorama des flux migratoires et dynamiques sociales centraméricaines » [en ligne], Cahiers-Cuadernos Cemca, n° 4, mai 2014.
Disponible sur : http://cemca.org.mx/pdf/04_Tanguy.pdf

Tarrius Alain, Les Fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan, 1992.

Us Census Bureau, The Hispanic Population : 2010 [en ligne], 2011. Disponible sur : http://www.census.gov/prod/cen2010/briefs/ c2010br-04.pdf

Notes

1 Quand nous parlerons d’Amérique centrale, nous entendrons le Mexique et les pays d’Amérique centrale et quand nous parlerons d’Amérique du Sud, nous entendrons plus spécifiquement l’Argentine et l’Uruguay. Rappelons que, contrairement à une erreur fréquente, le Mexique est en Amérique du Nord.

2 Ce chapitre s’appuie sur un travail exploratoire, recensant et résumant données et articles ayant trait à la socioéconomie des territoires centraméricains. Il s’agit principalement de données statistiques de cadrage issues d’organismes officiels (banques centrales des États centraméricains, US Department of State, US Department of Commerce, OIT, BID, Cepal, ministères du Commerce, sites web, zones franches) et d’articles académiques portant essentiellement sur le monde des maquiladoras. Les maquiladoras sont des entreprises de sous-traitance à capitaux étrangers créées en 1965 au Mexique pour tirer des avantages en termes de coût de main-d’œuvre et de défiscalisation et pour lutter contre la migration. Depuis, ce modèle s’est développé dans le monde sous différentes appellations : zone franche d’exportation industrielle, free trade zone, zones d’entreprises, etc.

3 J. L. Metzger, « Que pourrait être une sociologie de la mondialisation ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS, 2012.

4 M. Peraldi, « Marseille : réseaux migrants transfrontaliers, place marchande et économie de bazar », Cultures & conflits, n° 33-34, 1999.

5 Par agro-industrie, on entend généralement la partie du secteur manufacturier qui transforme les matières premières et les demi-produits provenant du secteur agricole au sens large, y compris la foresterie et la pêche.

6 Cepal, Panorama social de América Latina, 2011.

7 Cf. www.org.fr.millenniumgoals/

8 Le secteur informel est représenté par l’ensemble des activités économiques qui se réalisent en marge de la législation pénale, sociale et fiscale ou qui échappent à la comptabilité nationale.

9 Cepal, 2011, op. cit.

10 Couverture universelle atteinte (ibid.).

11 Ibid.

12 OIT, Panorama laboral 2005 : América Latina y el Caribe, 2005. Cf. également l’actualisation 2015 de ce document : Panorama laboral 2015 : América Latina y el Caribe, 2015.

13 BM, « Classification des pays : les changements 2011 », 2011.

14 BM, Rapport sur le développement dans le monde, 2006 : équité et développement, abrégé, 2006.

15 OCDE, Education at a Glance 2007, 2007.

16 OIT, 2005 et 2015, op. cit. ; BM, 2011, op. cit.

17 Concept poétique pour décrire le travail international et souvent défiscalisé, soit la sous-traitance internationale.

18 CMC, Evolución del comercio entre Centroamérica y República Dominicana, 1995-2004, 2005. Au Honduras, les zones franches représentent près de la moitié du volume total d’exportation du pays (47,2 %).

19 Ibid.

20 On peut faire ici l’hypothèse d’une situation sécuritaire (Guatemala) et politique (Nicaragua) plus instable, en comparaison avec un pays comme le Costa Rica.

21 US Census Bureau, The Hispanic Population: 2010, 2011.

22 Les chapitres qui suivent décrivent ce schéma migratoire.

23 Analyse menée dans le cadre du programme de recherche de l’Agence nationale pour la recherche (ANR), intitulé : « La fabrique des migrations et des savoirs associés » et coordonné par le Cemca-Umifre, n° 16.

24 M. Peraldi, Économies criminelles et mondes urbains, Paris, PUF, 2007.

25 M. C. Macias, A. Mendez et D. Mercier, « La Fabrique des migrations et ses savoirs associés : mobilités, espaces productifs et générations », rapport de recherche, Cemca/CNRS, 2013.

26 D. Mercier, « Espaces productifs et intermédiaires dans la chaîne migratoire », Cahiers-Cuadernos Cemca, n° 1, oct. 2013.

27 A. Tarrius, Les Fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan, 1992.

Auteur

Delphine Mercier, sociologue, est chargée de recherche au CNRS et membre du LEST (UMR AMU-CNRS 7317). Ses travaux portent sur la mondialisation, les zones franches d’exportation industrielle en Amérique Latine, Europe et Afrique du Nord ; les migrations et les marchés internationaux du travail dans les pays du « Sud » ; les dispositifs internationaux de gestion et la gouvernance locale face aux enjeux environnementaux et globaux.

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540