Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Première partie. Travail, jeunesse et mobilisations sociales

Chapitre V. Quand le paternalisme se précarise, les travailleurs « zélés » se mobilisent

Une usine récupérée par ses salariés à Buenos Aires

Maxime Quijoux

Texte intégral

  • 1 L. Demmou, « La désindustrialisation en France », Les Cahiers de la DG Trésor, 2010.
  • 2 « Désindustrialisation : près de 900 usines ont fermé en trois ans », Les Échos, 28 décembre 2011.
  • 3 S. Beaud et M. Pialoux, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard, 1999 ; L. Chauvel, « Le re (...)

1Depuis la fin des années 1970, la sociologie du travail en France s’est beaucoup intéressée aux effets de l’inactivité sur le monde ouvrier. S’attachant régulièrement à mettre en lumière les mécanismes favorisant la montée du chômage, de nombreux sociologues ont également montré comment celui-ci avait participé pêle-mêle à la désintégration, à l’éclatement, voire à la disparition du protagoniste historique de la question sociale. Il est vrai qu’avec près de 2 millions d’emplois supprimés en trente ans1, dont 300 000 entre 2009 et 20112, la désaffiliation ouvrière est une problématique centrale de la crise que connaît actuellement l’hexagone. Mais à l’instar de certains sociologues français, il est peut-être prématuré de considérer le monde ouvrier comme un acteur politiquement marginalisé par le chômage et la précarité et, plus largement, les classes sociales et leur conflictualité comme étant en voie de disparition3.

  • 4 D. James, Resistencia e integración : el peronismo y la clase trabajadora argentina 1946-1976, Buen (...)
  • 5 Et, bien sûr, aux effets de la répression antisyndicale féroce sous la dictature militaire (1977-19 (...)
  • 6 T. Di Tella et G. Germani (dir.), Historia social de la Argentina contemporánea, Buenos Aires, Troq (...)
  • 7 M. Rapoport, Historia económica, social y política de Argentina, 1880-2003, Buenos Aires, Emece, 20 (...)

2À cet égard, la crise connue par l’Argentine pendant les années 1990 et les mobilisations sociales qui lui ont succédé dans les années 2000 constituent des exemples éclairants sur les mobilisations au travail, en particulier dans le secteur secondaire. Rare pays industrialisé du continent, la classe ouvrière y a longtemps constitué un acteur majeur de la construction nationale, notamment dans l’émergence d’un État providence4. Mais cette classe ouvrière connaît successivement, dans les années 1970, puis 1990, un reflux substantiel à la suite de transformations majeures du marché du travail5. Privatisation de grandes entreprises nationales, ouverture du capital aux investisseurs étrangers, dérégulation du Code du travail, le salariat argentin connaît une augmentation drastique des demandeurs d’emploi et des pauvres : le taux d’inactivité passe de 5 % au milieu des années 1970 à plus de 20 %, trente ans plus tard6. Le secteur secondaire est le plus touché : 600000 emplois ouvriers sont supprimés. À la veille de l’an 2000, un Argentin sur deux vit en dessous du seuil de pauvreté7.

  • 8 D. Merklen, « Entre ciel et terre, les sciences sociales et la mobilisation populaire en Argentine  (...)
  • 9 D. Quattrochi-Woisson (dir.), Argentine, enjeux et racines d’une société en crise, Paris, Le Félin/ (...)
  • 10 A. Ruggeri, Informe del tercer relevamiento de empresas recuperadas por los trabajadores, Buenos Ai (...)

3Dans un pays où le salariat a longtemps constitué un modèle d’intégration sociale, cette pression sociale exercée par la précarisation des conditions de travail, d’emploi et d’existence a abouti à partir de décembre 2001 à une explosion sociale majeure, suivie d’une période de grandes mobilisations. À côté de secteurs combatifs comme les piqueteros (organisations de chômeurs)8 ou les assemblées de quartier9, un troisième acteur s’est imposé comme l’un des principaux protagonistes de cette séquence d’actions collectives. Au lendemain des 19 et 20 décembre 2001, l’Argentine connaît en effet une vague considérable de récupération et d’autogestion d’usines : en quelques mois, le nombre passe de moins d’une dizaine avant 2001 à plus de deux cents, dix ans plus tard. Elle concerne alors près de dix mille salariés, principalement ouvriers, répartis sur tout le pays, dans tous les secteurs d’activité10.

  • 11 M. Quijoux, Néolibéralisme et autogestion, l’expérience argentine, Paris, Éd. de l’IHEAL, 2011.

4Contrairement à ce qui a souvent été écrit – biaisé par les formes de mobilisations produites ici – ces récupérations d’usines se caractérisent généralement par une faible expérience antérieure de lutte et des compétences politiques souvent approximatives. Certaines récupérations flamboyantes ont souvent eu pour effet de masquer une réalité sociologique plus prosaïque : en plus de leur taille modeste, de l’absence récurrente de syndicats, ces entreprises ont généralement connu une histoire salariale marquée par une certaine harmonie entre patrons et salariés11.

  • 12 A. Collovald et L. Mathieu, « Mobilisations improbables et apprentissage d’un répertoire syndical » (...)

5À partir de l’exemple de l’usine récupérée Global, spécialisée dans la fabrication de ballons de baudruche, nous souhaitons justement montrer comment la précarisation progressive d’une culture patronale particulière – le paternalisme – participe à la lutte de salariés a priori peu mobilisables. Dans la continuité des réflexions actuelles sur les mobilisations « improbables », nous montrerons ici comment des formes de socialisation professionnelles au premier abord défavorables à l’action collective peuvent être retraduites en termes de mobilisation au travail12. Après être revenus dans un premier temps sur l’histoire particulière de l’entreprise Global, nous verrons ensuite comment la dislocation du « contrat paternaliste » – engagement économique et moral réciproque – mobilise des groupes a priori pourtant réfractaires à toutes formes de protestation.

Global : une entreprise paternaliste

6En 1946, deux entrepreneurs d’origine polonaise s’installent en Argentine et décident d’y monter une petite affaire dans un quartier périphérique de Buenos Aires. Frère et sœur d’une même famille, ces deux investisseurs s’orientent dans un premier temps dans la production de jouets avant de se recentrer sur la production exclusive de ballons de baudruche. L’entreprise prend le nom de Global, jeu de mots identifiant facilement l’entreprise à son produit, le ballon (globo en espagnol).

  • 13 A. Gueslin (dir.), Michelin, les hommes du pneu, Paris, Éd. de l’Atelier, 1993 ; F. Neiburg, Fábric (...)

7Cette fratrie patronale se singularise dès son démarrage par la gestion de son personnel, en adoptant des pratiques managériales proches du paternalisme13. Entreprise florissante, la quête de rentabilité ne semble pas constituer en effet l’unique motivation de ces entrepreneurs polonais : tant par leurs relations aux salariés, leur discours, mais surtout leurs politiques de gestion du personnel, l’un et l’autre s’efforcent d’entretenir un « esprit » et de promouvoir un régime de valeurs spécifiques. Symbole de cette ambiance familiale d’entreprise, les patrons cultivent tout d’abord des rapports sociaux marqués par l’ambivalence de l’autorité et de l’affectif. Appelés respectivement « l’oncle » et « la tante » par leur personnel, le frère incarne la discipline, tandis que sa sœur veille à la quiétude des relations dans l’entreprise. Cette double conduite patronale fait alors corps avec une population susceptible d’adhérer à cet esprit. Les patrons recrutent en effet un salariat qui se caractérise par sa jeunesse et des origines sociales souvent modestes : issus de régions ou nations septentrionales de l’Argentine, ces adolescents, éloignés de leur famille et souvent déscolarisés, sont alors en quête de stabilité et d’identité. Carmela, ouvrière en poste depuis quarante ans, est un exemple éclairant en la matière. Arrivée à l’âge de 14 ans à Buenos Aires depuis la région de Corrientes, elle tisse rapidement des liens très forts avec sa patronne. Par l’intermédiaire de sa cousine, la « tante » va se prendre d’affection pour cette ouvrière :

  • 14 Propos recueillis par l’auteur le 6 mai 2007.

« Quand mon papa est décédé, […] on est tous venus à Buenos Aires dans la maison de ma tante. Et de là, quand la dame [la tante] s’est rendu compte que j’étais revenue, elle est allée parler avec ma mère pour lui dire qu’elle voulait m’avoir chez elle… C’est comme ça que j’ai fini chez elle. Je suis restée chez elle, elle m’a payé mes études, j’ai fini le lycée professionnel en “coupe et confection”. J’ai fait aussi coiffure14. »

  • 15 S. Chauvin, Les Agences de la précarité, Paris, Le Seuil, 2010.

8Cette embauche à Global fait suite, pour cette population, à une série de « boulots », la plupart du temps précaires et mal rémunérés. Ainsi, la plupart se souviennent que, souvent pour des raisons de « précarité civique », ces jeunes sont relégués au travail à domicile, notamment comme domestiques, ou bien au secteur de la construction15. Tous peinent à trouver une véritable embauche synonyme de sécurisation de leur condition d’existence. De leur côté, les patrons de Global doivent faire face à certaines difficultés récurrentes d’organisation du travail, telles que l’absentéisme et le turn-over ; travailler dans cette usine implique souvent des conditions pénibles (station debout, effluves d’ammoniac, cadences soutenues) qui découragent beaucoup de candidats à l’embauche. Leur solution est donc de choisir un personnel jeune, en quête d’ascension sociale, qu’ils formeront et tenteront de lier à l’entreprise par des conditions de rémunération et de travail satisfaisantes. Autrement dit, fidéliser le personnel participe d’un choix économique particulier pour l’entreprise.

9Mais ce choix délibéré de rémunérer confortablement une population appartenant aux positions les plus subalternes de la division sociale ne s’explique pas simplement par des considérations économiques : en accord avec l’ambiance paternaliste de cette PME, « l’oncle » et la « tante » se préoccupent d’associer un contenu moral aux gains permis par les conditions salariales favorables. Ainsi, tant par leur conduite que par des moyens matériels, ces patrons recourent à un arsenal plus ou moins formel, plus ou moins élaboré, de gratifications, afin d’encourager le dévouement au travail. Patricia, ouvrière depuis plus de vingt ans dans l’entreprise, se souvient :

« P. : Il exigeait énormément, il exigeait un bon travail, il exigeait vraiment beaucoup, mais quand venait le jour de ta quinzaine, tu avais tout ton argent.

M.Q. : Disons qu’il était honnête… il exigeait beaucoup, mais il payait bien.

P. : Oui, il payait très bien, si tu te forçais un peu disons, tu vois, que s’il te voyait comme ça, il te donnait de l’argent au noir et te disait un truc comme : “Bon, regardez, ceci est pour vous”, en plus du salaire, tu vois ?

M.Q. : Ah… d’accord.

  • 16 Propos recueillis par l’auteur le 20 octobre 2006.

P. : Je me souviendrai toujours qu’il me disait qu’il aimait avoir des ouvriers contents…16 »

  • 17 R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 199 (...)
  • 18 M. Quijoux, « Du zèle à l’autogestion, retour sur les usines récupérées d’Argentine », Sociologie d (...)

10Les salariés ayant connu cette époque patronale témoignent – souvent avec nostalgie – de la diversité des services rendus par les employeurs de l’époque : en plus des « généreuses » rémunérations et de la sécurité de l’emploi, les « avantages maison », bonus, crédits ou cadeaux faits aux employés les plus méritants, souvent d’ailleurs agrémentés de félicitations personnalisées, semblent avoir fortement marqué le personnel de l’époque. La concordance des récits de vie associée à la conduite observée pendant les heures de travail laisse entendre que ces politiques patronales ont contribué à la construction d’une « culture productiviste », source elle-même d’une appartenance singulière à cette petite entreprise de ballons de baudruche. Pour ces salariés issus de l’exode rural, jeunes en quête d’ascension sociale, cette entreprise va non seulement leur permettre les conditions d’une intégration salariale17, mais également leur offrir le support d’une identité valorisée, les contours d’une dignité spécifique, celle d’« ouvrier modèle ». Tant par leur conduite que dans leur discours, les salariés revendiquent en effet des valeurs de discipline et de productivité qu’ils associent invariablement à cette première époque patronale. La fierté produite par cette époque est encore si prégnante qu’elle donne à voir un véritable « ethos du zèle », fait non seulement de productivité, mais aussi d’une certaine polyvalence18. La longue interaction rapportée dans ces notes témoigne de la pression normative issue de cette culture productiviste :

  • 19 Note de l’auteur, 13 décembre 2006.

« Pendant les horaires de travail, lorsque je croise quelqu’un, on me pose souvent la question affirmative de savoir si je suis fatigué. Cette question anodine, mais récurrente, tend à prouver deux choses : premièrement, une possible préoccupation de mon état compte tenu que je ne suis pas habitué à la tâche ; mais, surtout, cette question tend à vouloir prouver la dureté du travail à une personne étrangère à l’usine : une sorte d’affirmation orgueilleuse de la dureté du labeur, qui affirme par la même occasion une fierté ouvrière, une force d’esprit et de corps de leur part, que je suis censé reconnaître par la précocité de mon état de fatigue. Ainsi, mon statu quo d’étranger travaillant à l’usine, mais seulement quelques jours, leur permet de se valoriser, de valoriser leur effort et leur courage par une espèce de jeu de miroir, qui par ma présence et ma souffrance prématurée, mon armistice éclair face à la tâche, mettrait en valeur leur endurance héroïque au combat quotidien. Comme si, par cette humble question, ils s’auto-décoraient de médailles de guerre.

Par exemple, W. m’a posé cette question à un moment alors que je m’arrêtais pour boire de l’eau. Je lui ai répondu que je ne pouvais me permettre d’être fatigué dans la mesure où je m’étais levé relativement tard (9 h). En compagnie de C. et de Ch., les trois ont poussé un “Ohhh” très exclamatif, insistant sur le caractère tardif de mon réveil, voire exagéré. C. me répond alors qu’elle s’est levée à 5 h, Ch. à 4 h et W. à trois heures et demie. Par cette réponse, elles cherchent à m’affirmer la force de leur volonté ainsi que la dureté de leur labeur quotidien, tout cela enveloppé d’une pensée moralisatrice. De nouveau, la valeur travail est très forte : ceux qui en veulent se lèvent tôt. Les autres se laissent aller. Simple lecture approximative des paroles de C., appuyées par le hochement de têtes de ses deux collègues.

Au moment de mon départ, W. me demande de nouveau si je suis fatigué. Elle me sous-entend que tout le monde reste une heure de plus afin de ne pas venir travailler le samedi. Je lui réponds habilement qu’elle sait bien me générer souvent de la mauvaise conscience quant à ma quantité de travail au sein de l’usine. Elle explose de rire ce qui permet de tourner en dérision la situation et le rapport qu’elle tente de m’imposer. Elle veut me faire travailler plus. Non qu’elle cherche à m’exploiter, tout simplement qu’elle aime diriger et voir que l’usine tourne et que les gens travaillent. Elle me demande quand je reviens et, instinctivement, si j’arriverai tôt ou tard. Puis, se rattrapant, elle me dit : “Non, mais tu viens quand tu veux.” Elle venait de se rappeler que je travaillais gratuitement19. »

11Face à ces salariés caractérisés par une forte incorporation des politiques paternalistes de leur entreprise, il est légitime de s’interroger non seulement sur les événements qui vont amener à la rupture de ce contrat singulier, mais encore sur les mécanismes à la base de la récupération de l’usine par son personnel. Car il est bien évident qu’un tel profil est difficilement compatible avec une appartenance syndicale. En ce sens, tous affirment n’avoir jamais eu d’expériences militantes avant cette mobilisation. Quelles vont être les raisons et conditions qui feront basculer ces ouvriers zélés vers l’autogestion ? Pour ces salariés qui ne connaîtront que cette entreprise dans leur vie professionnelle, c’est paradoxalement la mise en cause soudaine de cette appartenance spécifique qui va être le moteur de leur mobilisation.

Les métamorphoses d’un paradigme patronal

12Au début des années 1980, l’usine Global est toujours aussi florissante : rien ne semble perturber cette PME qui prospère désormais depuis presque quarante ans. Néanmoins, cette nouvelle décennie s’ouvre sur des transformations majeures pour l’entreprise : la direction perd sa patronne, qui avait géré l’affaire pendant trente-cinq ans, annonçant le déclin de l’esprit paternaliste de Global. Cette disparition constitue en effet le début d’un processus lent, mais irréversible, de métamorphose patronale, qui s’inscrit tant dans un renouvellement de génération interne à l’entreprise que dans un nouveau contexte national.

13Le décès de la « tante » impose une reconfiguration à la tête de l’entreprise : dirigeant l’usine avec son frère depuis son origine, la mort de la tante ne provoque pas de révolution de palais ; mais s’ouvre une transmission assez pacifique, semble-t-il, qui ne sort surtout pas de l’entourage familial. Ainsi, à la fois par héritage et rachat de capital, c’est le fils de l’oncle qui succède à la patronne pour venir épauler son père. L’entreprise ne semble donc craindre aucune menace particulière. D’ailleurs, jusqu’au début des années 1990, le nouveau binôme dirigeant semble fonctionner sans contraintes et même perpétuer la culture paternaliste de l’entreprise : tous les salariés témoignent d’une transition sans heurt ni incident. Tout comme ses prédécesseurs, le fils s’impose en garant d’une sécurité matérielle et de sources d’identifications singulières, en pratiquant les mêmes conduites et politiques que son père et sa tante. À la veille des années 1990, l’oncle approche les 80 ans. Il décide de se désengager des responsabilités de son entreprise et de finir ses jours entre l’Argentine et son pays natal, la Pologne. Il ne reviendra à l’usine qu’en de rares occasions. À partir de cette époque, son fils devient donc l’unique gestionnaire de Global.

14Cette deuxième succession marque une étape essentielle dans les transformations de l’entreprise et la gestation de la future récupération. Alors qu’il a acquis l’entière confiance de ses salariés, tant par sa filiation aux anciens patrons que dans la perpétuation du modèle de management, à partir des années 1990, le « nouveau » dirigeant adopte progressivement de nouvelles pratiques qui étonnent les employés. En effet, tout en gardant des formes directes et chaleureuses de sociabilité, propres à l’entreprise, les conditions de travail et surtout de rémunération connaissent une inflexion inquiétante : les cadences augmentent, mais les salaires connaissent régulièrement des retards. Pratiques résiduelles dans un premier temps, celles-ci se systématisent à la veille des années 2000, au moment où la crise économique que connaît le pays s’exacerbe. Comme nous l’indique cette ouvrière, le patron cesse de verser l’intégralité des salaires alors que la production ne semble pas être affectée :

  • 20 Propos recueillis par l’auteur le 6 février 2007.

« Mais après, quand sa femme a commencé à se mettre dans les affaires de l’usine, là ça a commencé à changer. Tchao, tchao. De là, ils ont commencé à donner des bons, des bons, mais ils ne te payaient jamais ton salaire, tu partais en vacances avec la moitié. Et la dernière, la dernière fois, ils m’ont donné cinquante pesos. Cinquante pesos, autrement dit rien. Et pendant les vacances je devais venir chercher l’argent. Et qu’est-ce qu’il te donnait ? Cinquante, cent pesos. Il ne te donnait jamais tout. Jamais. Ça, ça a vraiment été un désastre, un désastre total20. »

  • 21 M. Marco del Pont et H. W. Valle, « Chômage et précarisation du travail en Argentine », Tiers-Monde(...)
  • 22 B. Kosacoff, « La crise de 2001, causes et conséquences économiques », La Nouvelle Revue argentine, (...)
  • 23 T. Di Tella et G. Germani (dir.), op. cit. ; J. Godio, op. cit.
  • 24 M. A. Gracia, Fábricas de resistencia y recuperación social, Mexico, El Colegio de Mexico, 2011.
  • 25 A. Lyon-Caen, « Droit du travail », in A. Bevort et al. (dir.), Dictionnaire du travail, Paris, PUF (...)
  • 26 M. Marco del Pont et H. W. Valle, op. cit.

15Cette mue patronale constitue un cas emblématique de l’époque dans laquelle elle s’inscrit : au cours de la décennie 1990, l’Argentine connaît effectivement un bouleversement profond de son économie. Mises en place au cours de la double mandature du péroniste Carlos Menem, de nombreuses réformes contribuent à une « modernisation » des institutions du pays, en particulier dans la fonction de l’État argentin. S’inspirant des recommandations du consensus de Washington, ces réformes consistent à réduire considérablement la place de l’État dans l’économie, en privatisant, d’un côté, des pans entiers d’entreprises publiques et, de l’autre, en dérégulant considérablement le marché du travail21. En l’occurrence, les différentes baisses de charges salariales et patronales, la libéralisation des horaires, revenus et contrats, ainsi que la promotion de la libre entreprise22, dans un contexte de profondes divisions syndicales23, vont favoriser la diffusion d’un nouveau modèle de salariat, ou plutôt la déstructuration rapide de l’ancien modèle, fondé sur un système de protection sociale, de solidarité et de sécurisation des parcours de vie24. Cet affaiblissement à la fois simultané et rapide de l’ensemble des droits sociaux, qui, comme souvent, sont rattachés au droit du travail25, encourage alors la multiplication de fraudes et délits patronaux : patronat, mais aussi syndicats et parfois certains salariés, contournent les droits du travail, notamment en s’exonérant illégalement du versement des cotisations sociales. Dix ans plus tard, ces politiques auront eu pour effet d’augmenter considérablement le nombre de demandeurs d’emploi et, plus généralement, le taux de pauvreté dans le pays26.

Les ressorts de la mobilisation : appartenance sociale et morale à l’entreprise

  • 27 G. Fajn (dir.), Fábricas y empresas recuperadas, protesta social, autogestión y rupturas en la subj (...)

16Les transformations qui s’opèrent chez Global ne constituent donc pas un cas isolé27. Cette usine se distingue en revanche par la nature et l’histoire des relations professionnelles, qui expliquent en grande partie les ressorts de la future mobilisation. Car loin de l’anonymat et de la distance inhérente aux grandes firmes, cette PME a produit des sources d’identification et de catégorisation consacrant des valeurs et des rôles qui dépassent le simple contrat de travail. En l’occurrence, les salariés réguliers de Global ne sont pas une simple main-d’œuvre et leur patron est plus qu’un employeur. Ils sont unis par des liens de réciprocité et des valeurs communes, dont le dévouement au travail constitue la pierre angulaire : en l’échange d’un don de soi à la production, le patron s’engage à garantir une qualité de rémunération. Car au-delà de sa dimension financière, les sources multiples de revenu de cette entreprise ont pour fonction d’asseoir ou de confirmer des dispositions particulières, un ethos, celui du « zèle ouvrier ». Le patron tient donc une place particulière : il n’est pas seulement celui qui embauche, mais celui qui justifie l’existence sociale des individus – par ailleurs dépourvue de capital culturel et symbolique –, qui assoit leur valorisation individuelle et conforte les valeurs et représentations que ces ouvriers se font du monde social.

17C’est pourquoi, au début des années 2000, alors que les conditions de travail et de revenu se dégradent rapidement, les salariés réagissent peu ou prou lorsqu’ils apprennent des informations troublantes au sujet de leur patron. Ainsi, Olga se souvient que :

« Soudain, on apprend qu’il avait une maison sur la côte, qu’il avait… une voiture pour sa fille ou son fils… Elle [sa femme], elle avait deux voitures, pas une. […] Il avait une situation économique assez bonne. »

18Le contexte chaotique qui succède aux cacerolazos (concerts de casseroles) participe alors paradoxalement à renforcer la confiance vis-à-vis du patron : face à l’intensité de la crise de 2002, l’hypothèse d’une fermeture de l’entreprise et du chômage représente un formidable instrument de légitimation de son autorité face à la dégradation générale des conditions de travail et de revenu. La précarisation se justifie et constitue une menace moins grande que le chômage qui emporte au même moment plus d’un Argentin sur deux vers la désaffiliation et la pauvreté. Le contexte de crise sociale renforce également les dispositions de zèle : tant pour s’assurer de la confiance du patron que pour tenter d’éloigner le spectre du chômage, chacun répond volontiers aux demandes incessantes d’augmentation des cadences, réclamées par le patron.

19Dans un tel contexte, lorsqu’en mars 2005, au retour d’un week-end, ils s’aperçoivent de la fermeture de l’usine, les salariés de Global sont traversés par un profond sentiment d’injustice. Celui-ci va d’ailleurs rapidement croître à mesure qu’ils découvrent la manœuvre patronale à l’origine de la fermeture : les voisins du quartier les informent d’un déménagement des équipements de l’usine lors du week-end suivant. Ils apprendront par la suite que leur patron a décidé d’installer l’usine dans une zone franche de banlieue et ce, afin de s’exonérer de dettes, d’impôts et d’un personnel qu’il considère dès lors comme trop âgé et coûteux. Les salariés de Global se trouvent alors dans une « détresse » fréquemment décrite dans des situations similaires, en France comme en Argentine : âgés en moyenne de plus de 50 ans, sans qualification particulière et ayant connu comme seul employeur l’entreprise Global, ces salariés sont confrontés à une situation sociale inextricable. Mais ces conditions subjectives ne peuvent expliquer à elles seules le passage à la mobilisation : sans expérience politique ni syndicale, la mobilisation s’explique par une appartenance singulière à l’entreprise et, en son sein, à des positions sociales particulières, constitutives de sources d’identification et de catégorisation, d’un ethos spécifique, celui du travailleur zélé. En effet, c’est bien la violation commune de cette identité et de ses valeurs qui constitue, selon nous, le moteur de la mobilisation : plus qu’ailleurs, ces salariés ont cru dans cette entreprise, l’ont investi et construite, au point d’en revendiquer légitimement une forme spécifique de propriété économique et sociale, dont ils contestent l’usurpation, qui plus est en ces conditions. Le témoignage d’Horacio, ancien chef du personnel, illustre particulièrement bien la nature de ce désarroi :

« H. : Presque vingt ans à travailler pour une firme et ne rien recevoir, c’est rageant, non ? C’est de la rage. Tu es chez toi à faire du zapping avec le téléviseur, le plus tranquille du monde et du jour au lendemain ils t’annoncent que tu n’as plus de boulot, ça te démoralise. Tu ne sais plus quelle décision prendre ni quoi faire. Et encore plus de colère de ce point de vue, parce que bosser tant d’années et tant d’années, ne pas prendre pendant sept ou huit ans des vacances, parce qu’ils ont besoin de ma personne ici, à l’usine, et tout lui donner, tout lui apporter de moi…

M. Q. : Te sacrifier.

  • 28 Propos recueillis par l’auteur le 2 mars 2007.

H. : Te sacrifier pour eux et qu’ils te fassent une chose comme ça… ça fait mal, ça fait mal à n’importe qui. Et bon, de là est venue cette initiative de prendre et de dire si cette entreprise de construction ne faisait d’affaires [sic] : “Bon, on va attendre un mois et demi.” Et pendant ce temps d’un mois et demi, je vois ce que je peux faire moi de mon côté, pour les autres qui sont restés à la porte, n’est-ce pas ? Et c’est à ce moment avec ce garçon, avec Norberto qui est malade et Diego, on a décidé tous les trois de nous unir et d’essayer de voir où ils avaient amené les machines28. »

  • 29 Phénomène qui n’est pas propre à Global puisqu’on a pu observer les mécanismes de transmissions de (...)

20Ce témoignage nous renseigne déjà aussi sur la mise en place de la future lutte : celle-ci sera menée par trois entrepreneurs de mobilisation qui, grâce à leurs positions et compétences acquises dans l’entreprise, réussiront à mobiliser les ressources nécessaires pour mener à la victoire quelques mois plus tard. En l’occurrence, ce chef du personnel est doté d’un sentiment de compétence et de dispositions singulières, obtenus progressivement auprès du patron au cours des vingt-cinq années qui précèdent la mobilisation29 : tout à la fois ingénieur chimiste, commercial, chef du personnel, il cumule une multitude de savoirs et de compétences qui participent non seulement activement à la mobilisation, mais aussi à une autorité presque charismatique auprès de ses collègues. De fait, au lendemain de la récupération de l’usine, Horacio s’imposera naturellement comme le nouveau président de la coopérative, donnant à son fonctionnement une dimension paternaliste proche de ce que fut l’entreprise à ses débuts.

Conclusion

  • 30 B. Giraud, « Des conflits du travail à la sociologie des mobilisations : les apports d’un décloison (...)
  • 31 S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives (...)

21Après avoir été marginalisée au cours des années 1990, la question de la conflictualité au travail fait son retour depuis une petite dizaine d’années en France. Certaines recherches soulignent la continuité tout comme la diversité de ces conflits depuis vingt ans30, tandis que d’autres montrent la capacité des salariés et de certaines de leurs organisations à construire des luttes au cœur même de la précarisation salariale31.

22Les transformations du marché du travail argentin depuis trente ans, ses conséquences sur les salariés ainsi que les conflits qu’elles produisent depuis l’an 2000, constituent autant de situations à même d’enrichir nos controverses hexagonales. Car, au-delà des contingences nationales, les salariés argentins et français ont en commun d’être ou d’avoir été confrontés à des contextes de dégradation substantielle de leurs conditions d’emploi, de travail et de rémunération, dégradation motivée de surcroît par des politiques de « modernisation » souvent proches : l’État, sa dette, ses monopoles économiques – les entreprises publiques –, ses règles contraignantes pour réguler le marché du travail, etc. Les mêmes diagnostics des deux côtés de l’Atlantique ont produit les mêmes effets sociaux : précarisation, ralentissement économique, chômage, hausse des inégalités.

  • 32 G. Fajn (dir.), op. cit. ; J. Rebón, Desobedeciendo al desempleo : la experiencia de las empresas r (...)

23Il est donc légitime de prolonger ce parallèle en se demandant jusqu’à quel point les mêmes causes sociales produisent les mêmes effets politiques. Or, outre les limites épistémologiques et méthodologiques d’une telle comparaison, ce chapitre montre à quel point la nature et les acteurs des entreprises récupérées d’Argentine sont singuliers. En l’occurrence, notre enquête au sein d’autres entreprises en Argentine, ainsi que celles menées par d’autres chercheurs argentins tendent à confirmer la thèse avancée ici : issus principalement de PME, sans expérience syndicale ou politique et souvent proches d’un patron longtemps bienveillant, les salariés argentins se distinguent fortement de ceux qui animent les luttes généralement menées en France32. La récupération est souvent une revendication ad hoc qui ne participe pas d’une réflexion sur l’entreprise, mais d’une appartenance historique à l’entreprise et, en son sein, d’une position sociale spécifique. Mieux : tant la reconstitution historique des relations professionnelles que l’observation des conduites au cours de la récupération montrent en réalité que certaines dispositions sont au cœur de la mobilisation, dispositions qualifiées ici d’« ethos du zèle ». Cette caractéristique fondamentale jette un nouveau regard sur bien des limites du processus « autogestionnaire » qui accompagne les récupérations d’entreprises en Argentine, et sans doute ailleurs.

24Les reprises d’entreprises par les salariés en France, bien que nombreuses, connaissent des modalités de lutte substantiellement différentes : les syndicats sont très présents dans ces mobilisations, mais surtout, l’État et le patronat jouent des rôles clés dans l’effectivité de telles mobilisations. Un collectif de travailleurs désireux de reprendre son entreprise est tributaire du tribunal de commerce – pouvoir juridique régional composé d’anciens chefs d’entreprise cooptés – qui préfère généralement accorder la reprise à des entrepreneurs plus expérimentés, et surtout, propriétaires de capitaux disponibles. En France, seules des stratégies principalement institutionnelles – mobilisation des clients, banques et conseils régionaux – et encore, sans certitude, peuvent permettre une reprise par les salariés.

25Mais c’est justement parce qu’il faut généralement passer par des rapports institutionnels, qui nécessitent certaines compétences et ethos particuliers, que la comparaison entre Français et Argentins s’avère potentiellement pertinente : dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de populations ouvrières originales dont la dimension heuristique ne fait aucun doute.

Bibliographie

Beaud Stéphane et Pialoux Michel, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard, 1999.

Benquet Marlène, « Les raisons de l’action collective : retour sur la mobilisation improbable des salariés d’hypermarchés », Sociologie du travail, vol. 52, no 3, 2010, p. 305-322.

Béroud Sophie et Bouffartigue Paul (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, 2009.

Béroud Sophie, Denis Jean-Michel et Desage Guillaume, La lutte continue ? Les conflits du travail dans la France contemporaine, Paris, Éd. du Croquant, 2008.

Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Chauvel Louis, « Le retour des classes sociales ? », Revue de l’OFCE, n° 79, 2001, p. 315-359.

Chauvin Sébastien, Les Agences de la précarité, Paris, Le Seuil, 2010.

Collovald Annie et Mathieu Lilian, « Mobilisations improbables et apprentissage d’un répertoire syndical », Politix, no 86, 2009, p. 119-147.

Demmou Lilas, « La désindustrialisation en France », Les Cahiers de la DG Trésor, 2010.

Di Tella Torcuato et Germani Gino (dir.), Historia social de la Argentina contemporánea, Buenos Aires, Troquel, 1998.

Fajn Gabriel (dir.), Fábricas y empresas recuperadas, protesta social, autogestión y rupturas en la subjetividad, Buenos Aires, Centro Cultural de la Cooperación, 2003.

Fernández Álvarez María Inés, « De la supervivencia a la dignidad : una etnografía de los procesos de “recuperación” de fábricas en la ciudad de Buenos Aires », thèse de doctorat en anthropologie, Buenos Aires, université de Buenos Aires, EHESS, 2006.

Giraud Baptiste, « Des conflits du travail à la sociologie des mobilisations : les apports d’un décloisonnement empirique et théorique », Politix, n° 86, 2009.

Godio Julio, Historia del movimiento obrero argentino : 1870-2000, Buenos Aires, Corregidor, 2000.

Gracia María Amalia, Fábricas de resistencia y recuperación social, Mexico, El Colegio de Mexico, 2011.

Gueslin André (dir.), Michelin, les hommes du pneu, Paris, Éd. de l’Atelier, 1993.

James Daniel, Resistencia e integración : el peronismo y la clase trabajadora argentina 1946-1976, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 1990.

Kosacoff Bernardo, « La crise de 2001, causes et conséquences économiques » [en ligne], La Nouvelle Revue argentine, n° 2, p. 53-64. Disponible sur : http://www.lanouvellerevueargentine.com/assets/files/article %20Kosacoff %20p %2053-64.pdf

Lobato Mirta Zaida, Historia de las trabajadoras en la Argentina (1869-1960), Buenos Aires, Edhasa, 2008.

Lyon-Caen Antoine, « Droit du travail », in Antoine Bevort, Annette Jobert, Michel Lallement et Arnaud Mias (dir.), Dictionnaire du travail, Paris, PUF, 2011, p. 207-212.

Marco Del Pont Mercedes et Valle Hector W., « Chômage et précarisation du travail en Argentine », Tiers-Monde, vol. 39, n° 154, 1998, p. 451-458.

Merklen Denis, « Entre ciel et terre, les sciences sociales et la mobilisation populaire en Argentine », Cahiers des Amériques latines, n° 41, 2002, p. 33-54.

Neiburg Federico B., Fábrica y villa obrera : historia social y antropología de los obreros del cemento, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1988.

Quattrochi-Woisson Diana (dir.), Argentine, enjeux et racines d’une société en crise, Paris, Le Félin/Tiempo, 2003.

Quijoux Maxime, « Du zèle à l’autogestion, retour sur les usines récupérées d’Argentine », Sociologie du travail, n° 54, 2012, p. 178-196.

Quijoux Maxime, Néolibéralisme et autogestion, l’expérience argentine, Paris, Éd. de l’IHEAL, 2011.

Rapoport Mario, Historia económica, social y política de Argentina, 1880-2003, Buenos Aires, Emece, 2007.

Rebón Julián, Desobedeciendo al desempleo : la experiencia de las empresas recuperadas, Buenos Aires, Picaso/La Rosa Blindada, 2004.

Ruggeri Andrés, Informe del tercer relevamiento de empresas recuperadas por los trabajadores, Buenos Aires, UBA, 2010.

Sidicaro Ricardo, Los tres peronismos : estado y poder económico, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2002.

Notes

1 L. Demmou, « La désindustrialisation en France », Les Cahiers de la DG Trésor, 2010.

2 « Désindustrialisation : près de 900 usines ont fermé en trois ans », Les Échos, 28 décembre 2011.

3 S. Beaud et M. Pialoux, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard, 1999 ; L. Chauvel, « Le retour des classes sociales ? », Revue de l’OFCE, n° 79, 2001, p. 315-359.

4 D. James, Resistencia e integración : el peronismo y la clase trabajadora argentina 1946-1976, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 1990 ; J. Godio, Historia del movimiento obrero argentino : 1870-2000, Buenos Aires, Corregidor, 2000.

5 Et, bien sûr, aux effets de la répression antisyndicale féroce sous la dictature militaire (1977-1983).

6 T. Di Tella et G. Germani (dir.), Historia social de la Argentina contemporánea, Buenos Aires, Troquel, 1998 ; R. Sidicaro, Los tres peronismos : estado y poder económico, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2002.

7 M. Rapoport, Historia económica, social y política de Argentina, 1880-2003, Buenos Aires, Emece, 2007.

8 D. Merklen, « Entre ciel et terre, les sciences sociales et la mobilisation populaire en Argentine », Cahiers des Amériques latines, n° 41, 2002, p. 33-54.

9 D. Quattrochi-Woisson (dir.), Argentine, enjeux et racines d’une société en crise, Paris, Le Félin/ Tiempo, 2003.

10 A. Ruggeri, Informe del tercer relevamiento de empresas recuperadas por los trabajadores, Buenos Aires, UBA, 2010.

11 M. Quijoux, Néolibéralisme et autogestion, l’expérience argentine, Paris, Éd. de l’IHEAL, 2011.

12 A. Collovald et L. Mathieu, « Mobilisations improbables et apprentissage d’un répertoire syndical », Politix, no 86, 2009, p. 119-147 ; M. Benquet, « Les raisons de l’action collective : retour sur la mobilisation improbable des salariés d’hypermarchés », Sociologie du travail, vol. 52, no 3, 2010, p. 305-322.

13 A. Gueslin (dir.), Michelin, les hommes du pneu, Paris, Éd. de l’Atelier, 1993 ; F. Neiburg, Fábrica y villa obrera : historia social y antropología de los obreros del cemento, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1988 ; M. Z. Lobato, Historia de las trabajadoras en la Argentina (1869-1960), Buenos Aires, Edhasa, 2008.

14 Propos recueillis par l’auteur le 6 mai 2007.

15 S. Chauvin, Les Agences de la précarité, Paris, Le Seuil, 2010.

16 Propos recueillis par l’auteur le 20 octobre 2006.

17 R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

18 M. Quijoux, « Du zèle à l’autogestion, retour sur les usines récupérées d’Argentine », Sociologie du travail, n° 54, 2012, p. 178-196.

19 Note de l’auteur, 13 décembre 2006.

20 Propos recueillis par l’auteur le 6 février 2007.

21 M. Marco del Pont et H. W. Valle, « Chômage et précarisation du travail en Argentine », Tiers-Monde, vol. 39, n° 154, 1998, p. 451-458.

22 B. Kosacoff, « La crise de 2001, causes et conséquences économiques », La Nouvelle Revue argentine, n° 2, p. 53-64.

23 T. Di Tella et G. Germani (dir.), op. cit. ; J. Godio, op. cit.

24 M. A. Gracia, Fábricas de resistencia y recuperación social, Mexico, El Colegio de Mexico, 2011.

25 A. Lyon-Caen, « Droit du travail », in A. Bevort et al. (dir.), Dictionnaire du travail, Paris, PUF, 2011, p. 207-212.

26 M. Marco del Pont et H. W. Valle, op. cit.

27 G. Fajn (dir.), Fábricas y empresas recuperadas, protesta social, autogestión y rupturas en la subjectividad, Buenos Aires, Centro Cultural de la Cooperación, 2003 ; M. A. Gracia, op. cit. ; M. Quijoux, 2012, op. cit.

28 Propos recueillis par l’auteur le 2 mars 2007.

29 Phénomène qui n’est pas propre à Global puisqu’on a pu observer les mécanismes de transmissions de dispositions patronales dans la mobilisation des ouvrières de Brukman (M. Quijoux, 2011, op. cit.).

30 B. Giraud, « Des conflits du travail à la sociologie des mobilisations : les apports d’un décloisonnement empirique et théorique », Politix, n° 86, 2009 ; S. Béroud, J.-M. Denis et G. Desage, La lutte continue ? Les conflits du travail dans la France contemporaine, Paris, Éd. du Croquant, 2008.

31 S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, 2009.

32 G. Fajn (dir.), op. cit. ; J. Rebón, Desobedeciendo al desempleo : la experiencia de las empresas recuperadas, Buenos Aires, Picaso/La Rosa Blindada, 2004 ; M. I. Fernández Álvarez, « De la supervivencia a la dignidad : una etnografía de los procesos de “recuperación” de fábricas en la ciudad de Buenos Aires », thèse de doctorat en anthropologie, Buenos Aires, université de Buenos Aires, EHESS, 2006 ; M. A. Gracia, op. cit.

Auteur

Maxime Quijoux est chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Printemps à l’université Versailles-Saint-Quentin-en- Yvelines. Il est l’auteur de Néolibéralisme et autogestion : l’expérience Argentine (Éd. de l’IHEAL, 2011).

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540