Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Première partie. Travail, jeunesse et mobilisations sociales

Chapitre IV. Le cartoneo, une activité à la charnière des processus d’informalité et de formalisation

Débora Gorbán

Texte intégral

  • 1 O. Battistini, « Un modelo cultural en una Argentina siempre en crisis », in R. Boyer et J. C. Neff (...)
  • 2 Denis Merklen analyse largement ces changements dans les formes d’inscription des classes populaire (...)

1Du point de vue des sciences sociales et en particulier depuis les années 1990, l’hétérogénéité croissante dans la composition des classes de travailleurs a été provoquée par les transformations du monde du travail1. La pratique du ramassage des déchets, le cartoneo, est profondément liée à ces transformations : d’abord parce que sa fonction économique et sociale a pris de l’importance au tournant des années 2000, ensuite parce qu’elle traduit certaines transformations de la structure sociale, en particulier des classes populaires. En ce sens, c’est une entrée intéressante pour étudier les changements des modes d’inscription sociale des classes populaires, en aidant à comprendre les mutations du travail et leurs significations et, plus fondamentalement, les transformations dans les pratiques quotidiennes et leurs significations2.

  • 3 P. Bouffartigue et M. Busso, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dy (...)
  • 4 OIT, El trabajo decente y la economía informal, 90e Conférence internationale du travail, Genève, 2 (...)
  • 5 V. Tokman, « Las relaciones entre los sectores formal e informal: una exploración sobre su naturale (...)

2Le cartoneo se présente comme une activité paradigmatique contribuant à penser les processus d’informalité et de formalisation. En effet, telle que nous l’analyserons, cette activité peut être vue comme une expression du travail, mais aussi comme fait social qui traverse des processus de construction de demande, d’organisation sociale et politique et de transformation du cadre légal. Si l’on considère l’informalité comme un processus, et non comme une catégorie statique dans l’analyse du cartoneo, nous pourrons mieux éclairer la dynamique de cette activité. Elle articule des secteurs traditionnellement abordés de façon isolée et permet d’exemplifier les flux existant entre les concepts de formalité et de formalisation. Les catégories du formel et de l’informel seront ainsi comprises en tant que pôles d’un processus caractérisé par un continuum de situations entrelacées, à l’opposé des visions de type dualiste et dichotomique3. Nous comprendrons ainsi l’informalité selon la définition de l’OIT, c’est-à-dire comprenant certains travailleurs indépendants, les aides à domicile non rémunérées, les employés et les employeurs d’établissements de moins de cinq travailleurs et les travailleurs domestiques4. Sans ignorer le fait que la logique de survie constitue un facteur central dans le développement de l’activité informelle ; ceux qui se trouvent au chômage font appel à la production ou à la vente individuelle comme modes d’obtention d’un revenu passant par des activités de basse productivité et de haute vulnérabilité5.

3Comment les cartoneros sont-ils parvenus à faire reconnaître cette activité comme socialement utile et à être socialement considérés comme sujets ?

  • 6 D. Gorbán, « La construcción social del espacio y la movilización colectiva: las formas de organiza (...)
  • 7 Nous parlerons de la région métropolitaine de Buenos Aires (RMBA), qui rend compte de l’espace soci (...)

4Le travail de terrain sur lequel est centré ce texte a été développé dans le cadre d’une thèse de doctorat6. De 2002 à 2008, la recherche a eu lieu dans la ville de Buenos Aires et le partido General San Martín dans la province de Buenos Aires7, autant dans la ville où les personnes qui se consacrent au cartoneo réalisent le ramassage, que dans les quartiers d’El Salvador et Villa Esperanza, dans lesquels elles habitent. Dans une perspective ethnographique, nous avons pu saisir les différentes dimensions de l’activité réalisée par les cartoneros, à partir de l’accompagnement de situations routinières comme de situations extraordinaires. Nous avons réalisé environ quarante interviews avec la totalité des membres de plusieurs familles se consacrant au cartoneo et observé le processus de collecte dans les rues de Buenos Aires et la vie quotidienne du quartier El Salvador.

La diffusion de la collecte informelle dans la ville de Buenos Aires

5Dès le début de l’année 2000, le cartoneo a enregistré une croissance importante en Argentine, visible notamment dans les rues de la ville de Buenos Aires. Pendant la période de mise en œuvre des politiques néolibérales (1976-2003), l’Argentine a souffert du démembrement du secteur industriel, ce qui s’est traduit par la disparition du lieu à partir duquel nombre de travailleurs non seulement se procuraient un revenu salarial, mais aussi s’intégraient à la société.

6À la fin de l’année 2001, la dévaluation du peso et la baisse consécutive des produits d’importation se sont traduites par une augmentation considérable du prix des matériaux recyclables, tels que le papier, le carton, l’aluminium, le verre et le plastique, créant ainsi des conditions plus favorables au commerce du recyclage des ordures. Ainsi, le prix du papier a triplé, les papeteries étant particulièrement touchées par ce phénomène. Elles se sont donc lancées dans l’achat de déchets de papier à recycler. Ces conditions, combinées à un vide législatif sur la gestion des déchets récupérables, ont constitué un cadre favorable à l’extension de la pratique du ramassage parmi ceux qui devenaient chômeurs ou voyaient leurs revenus réduits. Cette population se caractérise par un très fort turn-over dans l’activité de récupération. Entre autres caractéristiques, le fait qu’il s’agisse souvent d’un travail réalisé avec d’autres membres de la famille, ainsi que les conditions de son exercice, compliquent la tâche de recensement des effectifs concernés.

  • 8 Cf. la recherche réalisée par Francisco Suárez (université nationale General Sarmiento) et Pablo Ja (...)
  • 9 Selon les données du recensement fait par Schamber et Suárez dans les partidos (districts) de José (...)
  • 10 Ces données ont été confirmées par le recensement fait par le GCBA dans le cadre du Programme de co (...)
  • 11 Cf. plus bas l’explication du Programme de collecteurs urbains.
  • 12 D. Gorbán, op. cit.

7Selon les résultats d’un recensement réalisé par les universités nationales General Sarmiento et Lanús8, en 1999, près de 5000 personnes (25 000 en incluant les membres de leurs familles) parcouraient l’aire métropolitaine de Buenos Aires à la recherche de déchets récupérables9 ; 100 000 personnes vivaient alors directement ou indirectement du cartoneo dans la RMBA. Toujours selon cette étude, environ 50 % des cartoneros sont des anciens travailleurs salariés de l’industrie ou des services qui ont opté pour le cartoneo comme alternative au chômage10. D’autre part, le gouvernement de la ville de Buenos Aires (GCBA), dans le cadre du Programme de collecteurs urbains11, a recensé les cartoneros travaillant dans la ville, dans une perspective de déclaration administrative et de vaccination. Entre octobre 2002 et décembre 2003, 8 153 cartoneros ont été interrogés ; 13 279 en juillet 2004. Au début des années 2000, la présence des personnes se consacrant à l’activité de ramassage informel s’étend donc à Buenos Aires, faisant des rues un espace de travail dynamique. Bien qu’on puisse trouver des antécédents de cette pratique dans d’autres figures urbaines qui marquent l’histoire de la ville (les cirujas, « chiffonniers » ; les botelleros, « collecteurs de bouteilles »), aucune d’entre elles n’avait atteint une telle visibilité12.

8En effet, une différence fondamentale se dégage par rapport à d’autres moments de l’histoire du ramassage informel des déchets récupérables : l’existence d’un processus d’organisation, cristallisé par de nombreuses coopératives, associations, et tentatives de syndicalisation. Nombre de ces formes d’organisation étaient restées étrangères à ce monde du travail. En effet, dans la ville de Buenos Aires, plusieurs groupes et organisations de cartoneros se sont battus et luttent encore pour être reconnus par la société et le gouvernement de la ville comme acteurs légitimes dans la gestion des déchets solides urbains. La croissance numérique – et surtout l’implication des personnes se consacrant au ramassage informel dans différentes expériences associatives – a initié un long processus de reconnaissance légale et sociale de cette activité et de ceux qui la réalisent.

Les expériences d’organisation et leurs difficultés dans le secteur du recyclage

  • 13 Les objectifs signalés sont le résultat de la classification d’un grand nombre d’associations et co (...)

9En Argentine, les expériences d’organisation des cartoneros, leur permettant de jouer le rôle d’acteurs principaux dans la structuration de leur activité, sont récentes. On peut suivre la trace de quelques organisations à partir du milieu des années 1990, mais c’est en 2000 que le processus d’organisation devient dynamique. Au cours de cette période, différents groupes de cartoneros de la RMBA ont créé des associations, des coopératives et d’autres formes d’organisation ayant comme objectifs la défense du cartoneo en tant qu’activité légalement reconnue et l’obtention de plus grands bénéfices de la vente et du recyclage des déchets13.

10Quelques-unes des expériences organisationnelles qui ont commencé à fonctionner entre 2000 et 2003 ont disparu ou sont restées marginales. Cependant, d’autres se sont poursuivies, cherchant à se frayer leur propre voie. Nombreuses sont les organisations qui ont comme objectif principal la transformation d’une activité marginale en un travail digne, transformation à partir de laquelle les cartoneros peuvent être reconnus comme travailleurs. Le développement de ces stratégies est devenu absolument nécessaire pour défendre la source de ce travail.

11Plus encore, c’est au travers d’une action conduite en coopération avec d’autres acteurs que les cartoneros ont pu obtenir l’appui de certaines institutions gouvernementales et d’organisations non gouvernementales liées à la problématique de la gestion de déchets ménagers solides, ainsi que l’appui d’entreprises privées.

  • 14 Nous nous référons ici à la façon dont le ramassage est fait et à la sélection de déchets. Historiq (...)

12Ce qui est paradoxal dans ce type d’organisations, c’est l’association de travailleurs dont la tâche semble reposer sur une logique très individuelle. En effet, les caractéristiques intrinsèques de cette activité font que l’action collective y apparaît difficile, voire perçue comme préjudiciable dans certains cas, surtout en termes de rentabilité, comme l’affirment plusieurs cartoneros dans les interviews réalisées14. Malgré cela, différentes expériences d’organisation ont eu lieu et se poursuivent dans la région métropolitaine de Buenos Aires. Au cours du travail de terrain, plusieurs expériences d’organisation liées à l’activité de ramassage et de recyclage des déchets ont été relevées.

13Dans quelques cas, l’apparition de ces organisations remonte au milieu des années 1990, mais c’est à partir de 2000 que l’activité et la force des coopératives et associations s’affirment.

14Au début, quelques-unes de ces organisations apparaissent en lien avec des questions pratiques qui conditionnent le développement de l’activité, comme c’est le cas du Tren Blanco (qui ne fonctionne plus depuis 2008). C’était une expérience d’organisation destinée essentiellement à garantir le fonctionnement quotidien du transport ferroviaire qui acheminait les personnes à la ville depuis le partido de San Martín, situé dans la province de Buenos Aires, pour réaliser le ramassage de déchets. Ceux qui utilisaient le Tren Blanco se sont organisés en une structure consistant à élire des délégués représentant les deux quartiers desservis par le train, ainsi que des sous-délégués qui rendaient compte aux délégués. Leurs fonctions consistaient à surveiller les wagons, éviter les conflits et disputes dans le train, contrôler le paiement des abonnements et mener à bien la communication avec l’entreprise concessionnaire.

15D’autres organisations sont conçues avec l’objectif de représenter les intérêts des travailleurs cartoneros et de chercher à leur obtenir des bénéfices, comme c’est le cas du Syndicat unique de cartoneros de la République d’Argentine (Sucara), de la Mutuelle des cartoneros et de l’Union argentine des cartoneros. Néanmoins, la plupart des organisations qui existent ont été créées avec pour but la réalisation du ramassage et la vente collective du carton. Certaines se sont même orientées à l’origine vers d’autres objectifs (comme l’accès au logement), mais au fil des ans, elles se sont développées et ont complexifié leur activité liée au ramassage, à la récupération, au recyclage et à la vente de déchets solides urbains. C’est le cas de l’Association de cartoneros Villa Itatí ; la Coopérative écologique du recyclé ; la coopérative Renaser ; El Álamo ; les coopératives Nuevo Rumbo ; la coopérative El Ceibo ; El Armadero ; l’association Matilde Vara ; la coopérative El Orejano ; les Femmes pour la dignité ; la coopérative Reconquête ; Recycler les Rêves ; le Mouvement des travailleurs exclus ; L’aube des cartoneros, etc.

16La plupart de ces expériences d’organisation ayant comme but à la fois le ramassage, le regroupement et la commercialisation des déchets ont commencé à se développer entre 2000 et 2002. Ces différentes expériences ont comme principales fonctions la recherche de meilleurs prix de vente, l’amélioration des conditions dans lesquelles l’activité est développée, la participation aux débats et la discussion des différents critères qui forment le cadre légal de réglementation de l’activité des « collecteurs urbains » (tel qu’ils sont désignés par la loi 992 qui les reconnaît comme acteurs du recyclage), ainsi que la gestion des déchets solides urbains dans la ville de Buenos Aires et dans la province.

  • 15 Dans les interviews réalisées auprès de ceux qui se consacrent au ramassage de déchets, il est fréq (...)

17Mais, pour quelles raisons ce type d’expérience survient-il à une telle échelle à la fin des années 1990, alors qu’au cours de l’histoire de la ville de Buenos Aires, diverses figures sociales urbaines, dont les formes de vie sont liées aux déchets, ont existé ? Une hypothèse s’appuie sur le fait que ces initiatives sont en relation avec l’entrée dans l’activité des personnes qui avaient perdu leur emploi pendant la période mentionnée. Ces travailleurs qui ont des parcours professionnels divers pourraient avoir transféré leurs expériences précédentes dans leur activité présente, aidant ainsi à la naissance des stratégies collectives de travail. Même s’il a été fréquent, au cours d’autres périodes historiques, que des travailleurs aux faibles ressources alternent leur activité de travail avec le ramassage informel de déchets, pendant les dernières années 1990, ces mêmes travailleurs sont obligés de devenir cartoneros à temps complet15. Face à la possibilité de perdre aussi cette ressource, plusieurs stratégies sont possibles. Par ailleurs, l’intensification de la concurrence pour la recherche quotidienne du matériel recyclable dans les rues peut aussi avoir suscité un scénario face auquel les options de dépôt et de vente collectifs constituent des solutions alternatives. Enfin, un dernier facteur qui a contribué au développement et au maintien d’une de ces expériences est la participation de personnes ayant eu un passé militant dans des groupes politiques et sociaux. Ces personnes accompagnent les processus d’organisation en apportant leur soutien, en effectuant des tâches liées à la gestion des allocations et des prêts, à l’accès aux projets de l’État, ainsi qu’à d’autres organismes de financement.

18Cependant, ces expériences doivent faire face à une série d’obstacles parmi lesquels la nécessité d’acquérir un terrain ou un entrepôt pour le stockage des déchets. Parallèlement, la nécessité de vendre rapidement les déchets – au cours de la journée même, ou au maximum au cours de la semaine qui suit leur collecte – rend difficile le passage outre les intermédiaires (les dépôts qui achètent aux cartoneros et revendent ensuite aux entreprises de recyclage et aux papeteries). Améliorer le prix de vente des déchets signifie donc pouvoir se passer de ces intermédiaires en organisant collectivement la gestion des stocks avec l’aide d’organismes publics ou privés.

19D’un autre côté, la manière dont les collecteurs réalisent leur tâche apparaît comme un des facteurs qui rend difficile le travail sous la forme de coopérative ou de gestion collective des dépôts et de la vente. Ceux qui réalisent cette activité depuis plusieurs années de manière individuelle et qui sont habitués à développer leurs propres stratégies de ramassage et de vente (ils ont noué des relations de confiance avec les voisins et commerçants qui gardent leur matériel, ils savent avec qui le faire et quand il faut vendre) ne considèrent pas attractive la possibilité de faire des stocks et vendre en collectivité. Ils se méfient des bénéfices apparents et associent l’idée de vendre en groupe au risque de ne pas être rémunérés justement selon sa propre contribution. Il faudrait ajouter à cela quelques cas d’expériences de création de coopératives qui n’ont jamais vraiment marché, certaines personnes impliquées initialement dans le projet s’estimant avoir été volées. Une autre difficulté rencontrée par ces processus organisationnels est la forte instabilité de leurs membres, compte tenu de l’instabilité de leur participation à l’activité de collecte elle-même.

20Quoi qu’il en soit, nombre de ces expériences se poursuivent chacune avec leur propre histoire. Les cas de succès reposent sur la stabilité des recettes, ainsi que sur une position de force dans les négociations avec les différents acteurs de l’État, négociations qui s’appuient sur une capacité d’articulation avec d’autres organisations du secteur d’activité et de la société civile. Ce qui, en retour, a permis d’obtenir des avantages plus importants pour les membres et de renforcer ainsi la légitimité de l’organisation.

21De même, à partir de leur capacité de mobilisation, ces associations et coopératives sont devenues des interlocuteurs incontournables pour les acteurs gouvernementaux et non-gouvernementaux impliqués dans la gestion des déchets solides urbains dans la région métropolitaine de Buenos Aires, en établissant des liens complexes avec des organismes gouvernementaux, avec des ONG défendant la préservation de l’environnement, ainsi qu’avec des entreprises privées. Ces dynamiques apparaissent ici indissociables de l’importance nouvelle dans l’espace public des enjeux environnementaux liés au ramassage, à la disposition et au traitement des ordures ménagères.

22Nous nous arrêterons donc sur la dynamique du circuit de recyclage, afin de rendre compte de la place occupée par le cartoneo et des possibilités d’organisation et de regroupement des cartoneros.

Le circuit du recyclage dans l’expansion du cartoneo

23La collecte de déchets dans les rues s’inscrit généralement dans ces activités regroupées par les sciences sociales sous la catégorie « travail informel », étant donné que les conditions de travail sont extrêmement pénibles – temps de travail très étiré, absence d’outils de sécurité et de normes sanitaires –, l’entrée et la sortie de l’activité sont aisées, les travailleurs concernés étant « indépendants » (non salariés). Or ces collecteurs réalisent un apport central tant pour l’industrie du recyclage que pour la gestion des déchets solides urbains (residuos solidos urbanos, RSU) en contribuant à la réduction des déchets enterrés dans les décharges contrôlées. Ce double impact, qui apporte des avantages économiques nets pour l’industrie et pour les gouvernements, a permis d’améliorer la gestion des déchets solides urbains et de réduire les tarifs des services de ramassage. Mais cette contribution économique et sociale n’est pas reconnue à sa juste valeur, notamment sur le plan des conditions de travail et de vie des travailleurs impliqués.

  • 16 P. J. Schamber, De los desechos a las mercancías: una etnografía de los cartoneros, Buenos Aires, S (...)
  • 17 Entre novembre 2008 et février 2009, le prix au kilo du carton est passé de 0,58 à 0,15 centime de (...)

24Le circuit du recyclage comprend plusieurs instances, allant des collecteurs à l’industrie (acier, papeterie, etc.), en passant par différents types de dépôts (les polirrubros qui achètent des matériaux divers aux « spécialisés », définis par le type de matériel avec lequel ils travaillent) et d’intermédiaires occasionnels qui achètent aux dépôts non spécialistes pour revendre aux industries. Même si chaque instance est formellement indépendante et autonome par rapport aux autres, l’interconnexion est de fait si étroite qu’un changement minimal enregistré dans l’une d’entre elles affecte l’ensemble de la chaîne16. Un exemple clair est la réduction drastique des revenus de ceux qui vivent du ramassage informel enregistré depuis novembre 2008, à la suite du cycle de récession inauguré par la crise mondiale. En février 2009, un groupe d’organisations de cartoneros de la région métropolitaine de Buenos Aires a défilé sur la Plaza de Mayo pour réclamer au gouvernement national et à la ville un prix de base garanti pour les différents matériaux et pour que leur activité soit subventionnée. Le prix des matériaux avait sensiblement diminué à cause de la crise, entraînant une baisse des revenus des familles les plus pauvres, obtenus par le ramassage17.

  • 18 Distinction renvoyant dans ce cas aux conditions des unités productives et selon laquelle le secteu (...)
  • 19 Appadurai, proposant une perspective différente sur la circulation des marchandises, affirme que « (...)
  • 20 A. Appadurai (dir.), ibid.
  • 21 P. J. Schamber, « Proceso de integración de los cartoneros de la Ciudad Autónoma de Buenos Aires: d (...)

25Dans le cadre de la gestion des déchets solides urbains, s’établit une distinction entre les déchets organiques et non organiques, en lien avec la possibilité de recycler ces déchets. C’est ainsi que beaucoup de déchets sont réincorporés au circuit productif comme matière première, tandis que d’autres sont définitivement éliminés. Les déchets obtiennent de nouveau une valeur économique dans la mesure où ils sont réincorporés au circuit productif, en changeant leur condition de déchets en celle de matériaux. Sans tenter d’aborder tout le processus de génération de valeur ou de revalorisation des déchets dans le circuit du ramassage et recyclage, nous tenons ici à noter que ces déchets, dynamisés par l’activité des cartoneros, créent un lien entre ce qui est perçu traditionnellement comme secteur formel et comme secteur informel18. En Argentine, à travers leur tâche, s’articulent le circuit de production et le circuit d’élimination, générés par ce même système de production. De cette manière, le ramassage constitue une activité paradigmatique et charnière en reliant les secteurs formel et informel de l’économie. Même si ce n’est pas la seule activité recouvrant ces caractéristiques (puisque les deux secteurs ne peuvent pas être pensés comme des compartiments étanches), le ramassage met en lumière les liens existant entre le circuit du recyclage informel et le circuit productif formel. Dans le cadre du ramassage se noue un réseau de relations entre personnes, mais aussi entre personnes et choses. Nous nous référons à la façon dont les choses changent de statut selon ce qui est en relation avec elles19. Ainsi, ce que les habitants des quartiers parcourus par les cartoneros classent comme déchet relève d’un statut différent pour ces derniers. Ce qui est une ordure pour certains ne l’est pas pour d’autres. Ce qui semble avoir atteint la fin de sa vie sociale change en réalité seulement de statut20. À partir de la tâche du ramassage, les déchets redeviennent objets et peuvent aussi devenir choses. Cette activité, à son tour, a aussi été témoin d’autres transformations, étant donné que le ramassage et la récupération sont le point de départ du passage des déchets aux choses ; cela étant rendu possible par la levée de l’interdiction qui pesait sur le ramassage des ordures et, surtout, sur la présence de ceux qui y trouvaient leur forme de subsistance. En effet, jusqu’en 2003, la Ordenanza 33 691, édictée pendant la dictature militaire, interdit la sélection, la destitution, le ramassage, la vente, le transport, le stockage ou la manipulation de tout type de déchets ménagers trouvés sur la voie publique21. En 2003, la loi 992 est établie, elle marque le début d’une série de lois liées à la gestion des déchets ménagers qui, pour la première fois dans l’histoire de la ville de Buenos Aires, reconnaît la participation des cartoneros en tant que collecteurs urbains.

26Mais ce cadre régulateur n’apparaît pas comme quelque chose d’externe aux cartoneros et à leurs organisations : au contraire, il s’explique par leur action et leur mobilisation. Grâce à ce processus, non seulement les cartoneros obtiennent la légalisation de leur activité, mais également la possibilité de se construire eux-mêmes comme sujets socialement reconnus. Quel a donc été le rôle des cartoneros et de leurs organisations dans la mise en place d’un cadre légal réglementant le ramassage des déchets solides urbains ?

À la recherche de la reconnaissance : la légalisation comme processus collectif

  • 22 O. Battistini (dir.), La atmósfera incandescente: escritos políticos sobre la Argentina movilizada, (...)

27Depuis les origines de la ville de Buenos Aires, l’activité de récupération des déchets a été considérée comme problématique par les autorités pour diverses raisons, allant de considérations esthétiques à la santé publique. Mais en 2002, la présence des cartoneros devient un thème du débat public. La crise politique, économique et sociale – intensifiée après décembre 2001 – favorise certaines modifications dans le discours et l’opinion publics et déclenche diverses formes d’actions politiques qui ont pour protagonistes les habitants de la ville22. C’est ainsi que commence à se poser un autre regard sur le phénomène de la pauvreté et du cartoneo en tant qu’une de ses manifestations les plus palpables, initiant différentes formes d’aide, de solidarité, de protection et d’appui à ces travailleurs. Les plus actives sont les assemblées, qui, dans plusieurs quartiers, développeront et stimuleront des activités comme la mise en place de cantines, la protection face à la répression policière, ou la gestion de systèmes de vaccination antitétanos.

28Cet appui a été essentiel pour le changement de l’action du gouvernement mais aussi de l’attitude d’une grande partie des habitants des quartiers où travaillent les cartoneros, devenue moins craintifs et davantage bienveillants.

29Comme nous l’avons indiqué, à l’échelon de la commune de Buenos Aires, c’est en 2002 qu’a été discuté le projet de loi visant à reconnaître et à réglementer l’activité des cartoneros. À l’échelon de la province de Buenos Aires, la loi Provinciale 13.592 de gestion intégrale des déchets solides urbains est établie fin 2006, loi qui reconnaît et inclut dans la gestion des déchets ménagers.

  • 23 P. J. Schamber, 2012, op. cit.

30Entre 2001 et 2002, la présence des cartoneros présupposait pour beaucoup de gens un problème pour la ville de Buenos Aires. Les discussions qui ont commencé à se succéder dans les différents médias et parmi les habitants de cette ville ont également eu des répercussions dans la campagne électorale pour l’élection du chef du gouvernement de 2002. La plupart des discours faisaient allusion au ciruja et au cartonero comme « figures à éliminer », en justifiant ces affirmations par des arguments allant du manque d’hygiène dans les rues à cause de leur activité à l’illégalité de leur tâche. Si, dans un premier temps, le gouvernement de la ville de Buenos Aires avait une position visant à décourager le cirujeo, pendant l’année 2002, il semble y avoir eu un changement dans son discours : à la suite d’un dialogue entre les cartoneros et le gouvernement, une campagne d’information au sujet du tri des déchets solides a été décidée23. Ce projet, qui consistait à promouvoir l’utilisation et la remise de sacs verts pour séparer les déchets dans les maisons, ciblait la simplification des tâches des cartoneros et représentait en même temps une tentative pour trouver une issue « salutaire » pour l’ensemble des acteurs impliqués dans ce réseau de collecte et de traitement des déchets urbains.

31Bien que cette première campagne n’ait eu aucun effet majeur sur les habitudes des citoyens et n’ait pas été perçue comme bénéfique aux cartoneros, ni impliquant une amélioration de leurs conditions de travail, elle a débouché sur l’ajout de la « question cartonera » dans l’agenda public. À partir de ce moment-là, une série de projets a commencé à se mettre en place, débouchant sur l’annulation de l’ordonnance 3391 et la mise en marche, à partir de la sanction de la loi 992, du Programme de collecteurs urbains (PRU). Ce programme était le premier d’une série de modalités d’application de la loi 992, destinée à autoriser la récupération des matériaux recyclables dans le milieu urbain de la ville de Buenos Aires et à intégrer les cartoneros dans le système de propreté urbaine. Plus précisément, le PRU a commencé ses activités en mai 2003, en développant « une politique socioéconomique et environnementale spécialement adressée à l’activité des collecteurs urbains24 ». Pour cela, un travail en commun a été promu, impliquant les habitants du quartier, les cartoneros, les commerçants, ainsi que les institutions ou les Centres de gestion et participation (CGP), avec les promoteurs du PRU, incluant la promotion du tri sélectif.

  • 25 Organisme dépendant du ministère de l’Environnement, faisant partie de la politique orientée vers l (...)

32En 2006, la Direction générale de politiques de recyclage urbain a été créée (décret 350/06)25. Avec le changement de gouvernement de la ville fin 2007, cette direction est devenue la Direction générale de recyclage – DGREC – (décret 2075/07), limitant l’exécution de la loi 992/03 au domaine de ladite direction.

  • 26 Des conflits éclatèrent en 2015 entre le gouvernement de Mauricio Macri et les fonctionnaires du DG (...)

33Parmi ses principales fonctions, la DGREC coordonne le Registre unique de collecteurs, mis en place en 2003. Elle est aussi chargée de remettre aux cartoneros badges, habits de travail et gants pour qu’ils puissent travailler dans de meilleures conditions de sécurité. Cet organisme joue également un rôle de prévention en matière de santé (vaccination antitétanique et contre l’hépatite B), de diffusion de l’activité et d’amélioration des relations avec les habitants des quartiers26.

  • 27 Récemment, dans le cadre des réunions réalisées par les organisations cartonnières, ONG et représen (...)
  • 28 Les discussions à propos de la modification du cahier, commencées en 2008, proposent de passer de s (...)

34En octobre 2003, le nouveau cahier des charges du ramassage de la ville de Buenos Aires a été approuvé, prévoyant la gestion intégrale des déchets à travers un système mixte dans lequel intervenaient les entreprises privées, les cartoneros et les coopératives de récupérateurs. Selon ce cahier des charges, les entreprises devaient s’occuper du ramassage commun et du ramassage différencié des grands générateurs de déchets (hôtels 4 et 5 étoiles, immeubles de plus de dix-neuf étages, supermarchés, etc.), tandis que les cartoneros devaient opérer dans le reste de la ville et que les coopératives devaient rester dans les mains des « centres verts » et de la centrale de sélection des matériaux27. Les « centres verts » ont été conçus comme locaux de dépôt, de classification et de séparation des déchets récupérés à partir du ramassage fait par les cartoneros et du ramassage différencié des grands générateurs de déchets. Il était prévu pour cela l’édification d’un centre dans chacune des six zones découpant le territoire de la ville en vue de la collecte des déchets28. Chacun de ces centres est situé près des circuits des cartoneros pour que ceux-ci vendent sur place et ne dispersent pas les déchets dans les rues. Les coopératives géreraient les centres, vivraient de la vente des déchets acquis et effectueraient des tâches de promotion environnementale dans la communauté. Toutefois, depuis 2002 et le début du processus d’introduction de modifications en relation avec la conception de la gestion des déchets solides urbains dans la ville de Buenos Aires, toutes ces mesures ont été et demeurent l’objet de nombreuses disputes et de changements dans les politiques publiques. En tout cas, il convient de noter que ces règlements se transforment en instruments légaux et établissent, pour la première fois, la reconnaissance des personnes qui se consacrent au ramassage de déchets de façon informelle comme travailleurs, comme personnes ayant le droit de chercher leur moyen de subsistance, même si cette promotion sociale demeure fragile, leur activité étant marquée par des années de sanctions, de maltraitance et de répression. L’intensité des débats et l’instabilité de la réglementation du traitement des déchets urbains ne doivent pas minimiser la rupture intervenue par rapport aux anciennes normes tendant à considérer cette activité comme illicite jusqu’en 2003.

35Toutefois, il y a, dans ce parcours, un élément qui ne peut pas être ignoré. L’existence de ce genre de politiques et, dans une certaine mesure, le changement dans la perception de la réalité des cartoneros n’ont pas résulté de volontarismes généreux, mais, avant tout, de l’action des cartoneros eux-mêmes en vue de leur reconnaissance. La participation des différentes organisations qui regroupent les collecteurs a eu un rôle central dans les processus de discussion et législation. C’est à travers leur pression et leur présence constante dans les forums et débats liés à la réglementation des lois approuvées et aussi à leur présence et à leur mobilisation dans les rues que ces acteurs ont pu intervenir et, dans plusieurs cas, parvenir à la modification d’outils légaux liés à la gestion de déchets ménagers.

  • 29 Le gouvernement de la ville de Buenos Aires avait reconnu le rôle des cartoneros dans la récupérati (...)

36C’est ainsi qu’un virage est intervenu dans la politique adoptée par les autorités du gouvernement de la ville et de la province de Buenos Aires. À son tour, la discussion sur la gestion de déchets dans la ville a obtenu un nouvel élan. Dans certains secteurs, on ne reconnaît pas seulement le rôle joué par les cartoneros comme acteurs du recyclage, participant à la réduction de la quantité de tonnes enterrées dans les décharges contrôlées et, par conséquent, mobilisant une forme différente de traitement des déchets29 ; mais on commence également à élaborer une série de propositions de loi visant à modifier le modèle de gestion des déchets solides, propositions qui sont mises en avant au moment des nouvelles autorisations de contrats de ramassage de la ville.

Réflexions finales

37Dans ce chapitre, nous avons développé différents aspects qui nous ont permis d’éclairer une caractéristique intrinsèque de l’activité du cartoneo ; d’autres pourraient être incluses, mettant davantage l’accent sur la particularité d’« activité charnière ». Nous nous référons aux activités quotidiennes dans lesquelles s’assemblent des mondes économiques et sociaux, souvent traités comme des compartiments étanches. En effet, le cartoneo montre bien la fluidité entre les activités, les personnes, les circuits et les territoires. Ainsi, la circulation des cartoneros peut être considérée comme une métaphore de l’écoulement social et de sa complexité, qui ne peut s’analyser à partir de catégories rigides. C’est un défi pour les sciences sociales de parvenir à trouver des cadres explicatifs flexibles permettant d’identifier des situations et de les comprendre à partir de leurs dimensions les moins structurées.

38C’est en 2002 que la législation qui interdisait la collecte informelle des déchets urbains est abolie et qu’une nouvelle réglementation reconnaît la figure des collecteurs urbains comme acteurs légitimes du processus de gestion des déchets solides urbains dans la ville de Buenos Aires. Ce changement résulte de l’action propre des organisations de cartoneros, combinée avec celle d’autres acteurs gouvernementaux et de la société civile.

39Cette reconnaissance exprimée dans une loi est un moment au cours d’un processus problématique toujours en cours. Il s’agit du changement de paradigme de la gestion des déchets solides urbains, qui doit être lu en tenant compte de la pression et de la participation actives d’un secteur qui commence à devenir visible au cours de cette période. Le processus de sanction par la loi signale l’existence d’un groupe certes préexistant, mais dont l’activité était pénalisée. Par ailleurs, ce sont les mêmes organismes du gouvernement qui, auparavant, déterminaient l’interdiction et la sanction de cette pratique, qui lancèrent, quelques années plus tard, des recensements statistiques, considérant pour la première fois que ceux qui se consacraient au ramassage informel réalisaient une activité. Ainsi, les statistiques officielles rendent compte du processus d’objectivation de l’existence sociale des cartoneros.

40Dans tous les cas, ce qui se révèle au travers des avancées dans la législation est la façon dont les collecteurs participent activement au processus de construction de la légitimité, de la reconnaissance et de la légalité de leur activité. Ce processus ne peut pas se caractériser comme un simple passage de l’informalité à la formalisation. Ce que nous permet d’observer le cas des cartoneros de la ville de Buenos Aires est que, pour pouvoir comprendre et saisir ses particularités, ses dynamiques et son histoire, il est nécessaire de considérer l’activité des cartoneros comme un processus constant combinant les deux catégories d’informalité et de formalisation, cette activité ne pouvant jamais se réduire à une seule d’entre elles.

41En effet, il ne s’agit pas seulement d’une activité informelle de la pauvreté, mais aussi d’un pivot indispensable dans le circuit du recyclage. Les cartoneros deviennent « collecteurs » à travers la reconnaissance de leur activité et d’eux-mêmes comme sujets économiquement et socialement légitimes. Loin d’être isolée du circuit économique, l’activité des cartoneros permet au contraire la création de matières premières pour l’industrie et rend possible, en même temps, dans cette action de récupération, la diminution du volume de ce qui est enterré dans les décharges contrôlées, contribuant ainsi à la modification de paradigmes obsolètes de traitement des déchets solides urbains.

42Appadurai Arjun (dir.), La vida social de las cosas : perspectiva cultural de las mercancías, Mexico, Grijalbo, 1991.

43Battistini Osvaldo, « Un modelo cultural en una Argentina siempre en crisis », in Robert Boyer et Julio Cesar neffa (dir.), La economía argentina y su crisis (1976-2001) : visiones institucionalistas y regulacionistas, Buenos Aires, Miño y Dávila/CEIL-Piette/Institut CDC pour la recherche, 2004, p. 553-577.

44Battistini Osvaldo (dir.), La atmósfera incandescente : escritos políticos sobre la Argentina movilizada, Buenos Aires, Asociación de Trabajo y Sociedad, 2002.

45Bouffartigue Paul et Busso Mariana, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dynamiques des mondes du travail », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2009, p. 27-40.

46Gorbán Débora, « La construcción social del espacio y la movilización colectiva : las formas de organización espacial de los sectores populares en Buenos Aires », thèse de doctorat en sciences sociales, Buenos Aires, université de Buenos Aires/EHESS, 2009.

47Leonelli Morey Laura, « Alivio para cartoneros y ONG : se recupera el precio del reciclaje », La Voz, 30 décembre 2009.

48Merklen Denis, Pobres ciudadanos : las clases populares en la era democrática (Argentina, 1983-2003), Buenos Aires, Gorla, 2005.

49OIT, El trabajo decente y la economía informal, 90e Conférence internationale du travail, Genève, 2002.

50Salvia Agustín, « Trabajo y transformaciones en el mundo del trabajo : crisis del empleo y nueva marginalidad en tiempos de cambio social », Argumentos, revista de crítica social, vol. 4, n° 11-12, 2005.

51Schamber Pablo Javier, « Proceso de integración de los cartoneros de la Ciudad Autónoma de Buenos Aires : del reconocimiento a la gestión de Centros Verdes y la recolección selectiva », Documento de trabajo de Wiego (políticas urbanas), n° 24, avril 2012.

52Schamber Pablo Javier, De los desechos a las mercancías : una etnografía de los cartoneros, Buenos Aires, Sb Editorial, 2008.

53Schamber Pablo Javier et Suárez Francisco, « Actores sociales y cirujeo y gestión de residuos : una mirada sobre el circuito informal del reciclaje en el conurbano bonerense », Realidad económica, no 190, 2006.

54Tokman Víctor, De la informalidad a la modernidad, OIT, Santiago du Chili, 2001.

55Tokman Víctor, « Las relaciones entre los sectores formal e informal : una exploración sobre su naturaleza », in El sector informal en América Latina : dos décadas de análisis, Mexico, Conseil national pour la culture et les arts, 1995.

Notes

1 O. Battistini, « Un modelo cultural en una Argentina siempre en crisis », in R. Boyer et J. C. Neffa (dir.), La economía argentina y su crisis (1976-2001): visiones institucionalistas y regulacionistas, Buenos Aires, Miño y Dávila/CEIL-Piette/Institut CDC pour la recherche, 2004, p. 553-577 ; A. Salvia, « Trabajo y transformaciones en el mundo del trabajo: crisis del empleo y nueva marginalidad en tiempos de cambio social», Argumentos, revista de crítica social, vol. 4, n° 11-12, 2005.

2 Denis Merklen analyse largement ces changements dans les formes d’inscription des classes populaires (Pobres ciudadanos: las clases populares en la era democrática (Argentina, 1983-2003), Buenos Aires, Gorla, 2005).

3 P. Bouffartigue et M. Busso, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dynamiques des mondes du travail », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2009, p. 27-40.

4 OIT, El trabajo decente y la economía informal, 90e Conférence internationale du travail, Genève, 2002.

5 V. Tokman, « Las relaciones entre los sectores formal e informal: una exploración sobre su naturaleza», in El sector informal en América Latina: dos décadas de análisis, Mexico, Conseil national pour la culture et les arts, 1995.

6 D. Gorbán, « La construcción social del espacio y la movilización colectiva: las formas de organización espacial de los sectores populares en Buenos Aires», thèse de doctorat en sciences sociales, Buenos Aires, université de Buenos Aires/EHESS, 2009.

7 Nous parlerons de la région métropolitaine de Buenos Aires (RMBA), qui rend compte de l’espace sociopolitique et géographique formé par la ville de Buenos Aires et le premier cordon de conurbation de Buenos Aires.

8 Cf. la recherche réalisée par Francisco Suárez (université nationale General Sarmiento) et Pablo Javier Schamber (université de Lanús): « Actores sociales y cirujeo y gestión de residuos: una mirada sobre el circuito informal del reciclaje en el conurbano bonerense », Realidad económica, no 190, 2006.

9 Selon les données du recensement fait par Schamber et Suárez dans les partidos (districts) de José C. Paz et Malvinas Argentinas.

10 Ces données ont été confirmées par le recensement fait par le GCBA dans le cadre du Programme de collecteurs urbains (oct. 2002, déc. 2003, juil. 2004).

11 Cf. plus bas l’explication du Programme de collecteurs urbains.

12 D. Gorbán, op. cit.

13 Les objectifs signalés sont le résultat de la classification d’un grand nombre d’associations et coopératives de cartoneros recensées au cours de notre travail de terrain (2002-2008).

14 Nous nous référons ici à la façon dont le ramassage est fait et à la sélection de déchets. Historiquement, la sortie pour cartonear (jadis cirujear) est réalisée de façon individuelle, avec une carriole manuelle chargée par une seule personne (quelquefois deux personnes appartenant à une même famille), qui parcourt les rues à la recherche de matériaux abandonnés. Il y a dans cette recherche une compétition implicite avec d’autres collecteurs, avec qui le cartonero peut se disputer les mêmes types de matériaux. Pour cette raison, dans le processus de ramassage de rue, il est essentiel de pouvoir établir des relations de confiance avec les voisins et les commerçants des lieux parcourus, pour que ces derniers réservent papiers, cartons, plastiques et autres matériaux. Ce genre de relations permet à ceux qui ramassent les déchets d’optimiser la quantité de déchets récupérables sur un parcours donné.

15 Dans les interviews réalisées auprès de ceux qui se consacrent au ramassage de déchets, il est fréquent de trouver des récits où le cirujeo est mentionné comme l’activité que les parents interviewés réalisaient pour compléter leurs revenus provenant d’un travail dans le bâtiment, le nettoyage, ou dans une usine.

16 P. J. Schamber, De los desechos a las mercancías: una etnografía de los cartoneros, Buenos Aires, Sb Editorial, 2008.

17 Entre novembre 2008 et février 2009, le prix au kilo du carton est passé de 0,58 à 0,15 centime de peso (L. Leonelli Morey, « Alivio para cartoneros y ONG: se recupera el precio del reciclaje», La Voz, 30 décembre 2009).

18 Distinction renvoyant dans ce cas aux conditions des unités productives et selon laquelle le secteur formel se réfère aux unités qui engendrent les plus grands niveaux de productivité, l’utilisation de technologie et de meilleures conditions de travail ; le secteur informel à « un groupe hétérogène d’unités productives de basse capitalisation, illégales ou non». Cependant, nous sommes d’accord avec Tokman qui affirme que le secteur informel n’opère pas uniquement « au noir», et son opposé n’agit pas strictement en s’attachant à la légalité (V. Tokman, De la informalidad a la modernidad, Santiago du Chili, OIT, 2001, p. 145).

19 Appadurai, proposant une perspective différente sur la circulation des marchandises, affirme que « les marchandises, comme les gens, ont une vie sociale». En ce sens, il soutient que « nous devons suivre les choses elles-mêmes, puisque leurs sens sont inscrits dans leurs formes, usages et trajectoires. Et c’est seulement par ces trajectoires que nous pouvons interpréter les transactions et calculs humains qui animent les choses» (A. Appadurai (dir.), La vida social de las cosas: perspectiva cultural de las mercancías, Mexico, Grijalbo, 1991, p. 19).

20 A. Appadurai (dir.), ibid.

21 P. J. Schamber, « Proceso de integración de los cartoneros de la Ciudad Autónoma de Buenos Aires: del reconocimiento a la gestión de Centros Verdes y la recolección selectiva », Documento de trabajo de Wiego (políticas urbanas), n° 24, avril 2012.

22 O. Battistini (dir.), La atmósfera incandescente: escritos políticos sobre la Argentina movilizada, Buenos Aires, Asociación de Trabajo y Sociedad, 2002.

23 P. J. Schamber, 2012, op. cit.

24 Décret 622/03, Buenos Aires, 23 mai 2003. Disponible sur : http://casaconsult.awardspace.com/sitio/legislacion/ciudad/dto0622_03.htm

25 Organisme dépendant du ministère de l’Environnement, faisant partie de la politique orientée vers la mise en place de la Gestion intégrale des déchets solides urbains (Girsu), dans le cadre de la loi 1.854 (nommée « Ordure zéro»). Cette direction fut présentée comme responsable de l’augmentation des niveaux de récupération et de recyclage des déchets de la ville, laquelle, en outre, à travers le Registre unique de collecteurs et le Registre permanent de coopératives et petites et moyennes entreprises (REPyME) devait contribuer à la formalisation et à la mise en ordre de la chaîne de valeur du recyclage.

26 Des conflits éclatèrent en 2015 entre le gouvernement de Mauricio Macri et les fonctionnaires du DGREC, qui dénonçaient, aux côtés des coopératives de cartoneros, leur transfert au sein d’une autre direction. Le conflit est désormais résolu, mais les employés et coopératives restent vigilants.

27 Récemment, dans le cadre des réunions réalisées par les organisations cartonnières, ONG et représentants du gouvernement, les organisations ont obtenu l’incorporation dans l’article 33 du nouveau cahier des autorisations, l’inclusion de programmes de logistique, l’éradication du travail des enfants, la sécurité sociale, un « stimulant mensuel» et des « centres verts» (P. J. Schamber, 2012, p. 5).

28 Les discussions à propos de la modification du cahier, commencées en 2008, proposent de passer de six à quatre zones, ce qui représenterait un retour en arrière vers le système d’« aire propre». Ces modifications font partie des disputes actuelles entre coopératives de cartoneros, ONG environnementalistes, l’actuel gouvernement de la ville et son opposition.

29 Le gouvernement de la ville de Buenos Aires avait reconnu le rôle des cartoneros dans la récupération de déchets solides urbains.

Auteur

Débora Gorbán est chercheuse au Conicet, à l’université nationale de General Sarmiento à Buenos Aires (Argentine) et chercheuse associée à l’IRIS. Ses recherches portent sur les transformations du travail et leurs conséquences vis-à-vis des acteurs les plus démunis, et plus particulièrement des femmes. Elle a publié Las Tramas del cartón : trabajo y familia en los sectores populares del Gran Buenos Aires (Buenos Aires, Ed. Gorla, 2014).

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540