Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Première partie. Travail, jeunesse et mobilisations sociales

Chapitre III. Uruguay : les jeunes face à la précarité et à l’informalité du travail

Mariela Quiñones, Marcos Supervielle et Jean Hennequin

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre reprend les données empiriques et poursuit les réflexions sur les jeunes et le marché d (...)

1Nous soutiendrons dans ce chapitre qu’il importe de complexifier les notions de précarité et d’informalité du travail, en se plaçant depuis la perspective des jeunes qui se trouvent dans une telle situation1. Il nous faudra pour cela considérer le concept de jeunesse, en abordant le problème par une approche dynamique, absente des études portant sur d’autres tranches d’âge. Il nous faudra aussi revenir sur certains éléments constitutifs de ce processus que vivent les jeunes, tels que la formation – ou non – d’une vocation professionnelle, aspect central introduisant une composante permettant de différencier les trajectoires possibles et les futures conditions des jeunes face au marché du travail.

  • 2 J. Redondo, « La condición juvenil : entre la educación y el empleo », Última Década, n° 12, 2000.

2Les études sur les jeunes sont centrées sur la nécessité de rendre compte des problèmes qui se posent en cette période de transition de l’enfance à l’âge adulte. La jeunesse ou l’adolescence renvoient à une situation de passage d’un état de dépendance (l’enfance) à un état d’émancipation ou d’autonomie sociale2. C’est à partir de cette spécificité qu’est aujourd’hui discutée la catégorie « jeunesse » et qu’est soulignée la nécessité de la pluraliser, en raison de l’hétérogénéité des expériences et des trajectoires de vie possibles. La jeunesse, construction sociohistorique, culturelle et relationnelle dans les sociétés contemporaines, se trouve elle-même, en tant que catégorie théorique, en cours de transformation constante et se voit attribuer sans cesse de nouvelles significations. Ce caractère transitoire du concept de jeunesse nous paraît incontournable au moment d’aborder le problème des jeunes en matière de travail.

  • 3 J. J. Zacarés González et al., « Identidad, orientación hacia el trabajo y proyecto vital de los jó (...)

3Dans un autre ordre d’idées, diverses analyses ont souligné que la constitution d’une identité semble être l’une des tâches les plus importantes que le sujet doive affronter en cette période de transition. De même que bien d’autres configurations identitaires, celle des jeunes résulte d’une reconnaissance mutuelle entre eux-mêmes et la société : s’ils se forgent une identité, la société les identifie et établit aussi des référentiels identitaires. Zacarés González considère l’élaboration de plans d’avenir comme un important défi caractéristique de l’adolescence3. Les jeunes doivent prendre des décisions sous-entendant qu’ils s’imaginent en tant que futurs adultes : atteindre certains objectifs en matière d’éducation, se forger une identité dans le monde du travail et fonder une famille sont les marqueurs traditionnels permettant d’affirmer qu’un statut d’adulte a été acquis. Autant de plans et d’objectifs qui se constituent en réponse aux besoins individuels et sont, en partie, l’effet des structures sociales et relationnelles dans lesquelles doivent nécessairement se mouler les plans individuels. Dans les pages qui suivent, nous soutiendrons que la vocation professionnelle est une composante essentielle de la constitution de l’identité des jeunes en matière de travail ; celle-ci étant comprise comme une forme auto-imposée destinée à réduire la vaste gamme des possibilités, réelles ou non, d’insertion dans le monde du travail, qui s’inscrivent initialement dans cette période de transition vitale.

  • 4 « À travers le processus de socialisation, les adolescents apprennent quels objectifs sont réalisab (...)

4Ces moments sont considérés comme des rites ou des cérémonies que les sociétés mettent en place à travers un processus de socialisation, de transmission de règles de comportement, de construction de significations, en vue de donner un sens et une explication consciente au monde, au présent, à la relation aux autres, au travail, à la vie en commun4. Ces représentations du contexte socioculturel varient logiquement selon des dimensions telles que le genre et la classe sociale des sujets.

  • 5 J. Guichard, La escuela y las representaciones de futuro de los adolescentes, Barcelone, Laertes, 1 (...)
  • 6 G. Tessier, Comprender a los adolescentes, Barcelone, Octaedro, 2000.

5Mais d’autres composantes jouent aussi un rôle déterminant dans l’orientation de l’avenir du jeune : tel est, sans nul doute possible, le cas de la trajectoire éducative. Jean Guichard rappelle le lien étroit qui unit l’expérience scolaire, l’identité en tant que représentation de soi-même et les représentations de l’avenir dans le domaine du travail5. Dès qu’ils fréquentent les institutions d’enseignement, les jeunes développent la capacité de se concevoir eux-mêmes comme « sujets compétents », comme « porte-parole de compétences » ; à tel point que si le système faillit à son rôle, il n’est pas rare que cette défaillance puisse constituer une véritable « agression identitaire » envers les jeunes, pour reprendre les termes de Gisèle Tessier6.

6Le second aspect que doit prendre en compte notre problématique est sans nul doute la reconnaissance des composantes dynamiques de la situation sociale du jeune travailleur. Ce point mérite d’être souligné, car le regard socialement dominant sur le travail est construit sur la base de référentiels statiques ancrés dans d’autres tranches d’âge et, par conséquent, dans des identités statiques qui ne représentent pas la position du jeune face au monde du travail : une position qui part d’un regard en construction, d’une identité en projet, forgée par l’expérience non seulement en matière de travail, mais aussi d’éducation, par les compétences acquises dans ces domaines, ainsi que, comme nous l’avons déjà signalé, par le développement d’une vocation professionnelle.

7Il est certain que les jeunes sont soumis aux contraintes des structures (marché et politiques de gestion de la main-d’œuvre), ainsi qu’à celles des significations socialement construites et de l’interprétation de leur situation résultant de leur genre, de leur classe sociale et de leur trajectoire éducative ; mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’une période où ils disposent, par rapport à d’autres générations, d’un plus grand degré de liberté face aux choix qui leur sont offerts en matière de travail. C’est pourquoi la mise en contexte de la jeunesse en situation de précarité et d’informalité peut être ouverte à différentes trajectoires aux significations les plus variées. La sociologie se doit d’inclure cette donnée temporelle à l’analyse des précarités juvéniles et ce, sur la base d’un certain nombre de dimensions analytiques : la construction identitaire des jeunes en matière de travail ou la construction de vocations professionnelles qui sont source de stabilité au-delà de la condition précaire ou non du jeune, de sa condition instable face à l’emploi, pour n’en citer que quelques-unes. C’est donc ce qui nous pousse à affirmer que l’analyse de la réalité sociale des jeunes doit accorder une place toute particulière à la trajectoire en tant qu’unité d’analyse, étant donné que les trajectoires introduisent une conception du travailleur non seulement en termes chronologiques (c’est-à-dire à travers certaines séquences d’événements tels que le premier emploi, le second emploi, l’emploi précaire, l’emploi stable, etc.), mais aussi en termes de tempus, regard subjectif qui articule son rapport au passé, au présent et à l’avenir (dans le cas du passé, l’appréciation en termes de réputation, de reconnaissance, etc. ; en ce qui concerne l’avenir, le projet qui vise en dernière instance la stabilité du travail, permettant de fixer une identité sociale). Car c’est à partir de cette stabilité que le travailleur peut effectivement construire son identité en tant que telle et, par conséquent, sentir qu’il a trouvé sa place dans le monde. Nous supposons a priori que le travailleur aspire toujours à la stabilité du travail, que ce soit dans un emploi, dans un poste ou dans une profession (de type libéral, manuel ou artisanal). Dans le cas des jeunes, un élément qui revêt une importance capitale est leur définition du présent, afin de pouvoir se situer dans l’avenir. En ce sens, les jeunes sont témoins des profonds changements qui affectent le monde du travail : l’apparition de nouvelles technologies qui, tout en ouvrant des portes, viennent en fermer d’autres ; et si ces nouvelles technologies ne constituent pas une référence unique, elles introduisent de nouvelles sources de variabilité dans le regard des jeunes et leur offrent des bases inédites sur lesquelles fonder leurs projets.

  • 7 M. Quiñones et M. Supervielle, « La instalación de la flexibilidad en el Uruguay », Estudios sociol (...)

8Par conséquent, l’analyse de la réalité du monde du travail des jeunes en termes dynamiques, c’est-à-dire entretenant un rapport dialectique avec la constitution de leur identité, permet de distinguer différentes significations que les jeunes donnent à la situation de précarité et d’informalité qu’ils peuvent connaître. La précarité et/ou l’informalité peuvent être vécues soit comme des situations transitoires, comme une sorte de « droit de péage » dont il faut s’acquitter afin de pouvoir réaliser sa vocation professionnelle, soit comme des activités marginales en attendant que se présentent de nouvelles opportunités plus conformes à leurs espoirs, soit encore comme l’apprentissage d’un « style de vie7 ». Nous ne disposons malheureusement pas d’études quantitatives distinguant les différentes manières dont la précarité et l’informalité sont vécues par les jeunes.

9Afin de poursuivre dans cette direction et de développer les thèmes que nous venons de mentionner, nous nous livrerons, dans un premier paragraphe, à une analyse du contexte au sein duquel le jeune Uruguayen s’insère dans le monde du travail. Dans une optique qui accorde une place centrale à la catégorie du travail, nous considérerons cette étape dans le processus de reproduction sociale. À cette fin, il nous faudra étudier tant l’existence de facteurs objectifs qui marquent les tendances de l’emploi en Uruguay (offre et demande), que celle de facteurs subjectifs : comment les jeunes évaluent-ils leur champ des possibles ? Quels sens attribuent-ils aux activités qui leur sont offertes, notamment sur le plan de leur utilité sociale ? Les problématiques du premier emploi, les liens entre éducation et travail, ainsi que le développement d’une vocation professionnelle sont autant de points centraux que nous aborderons dans ce chapitre. Leur analyse a pour but de mettre en évidence les difficultés auxquelles se heurtent les concepteurs de politiques et les analystes désireux d’appréhender une réalité qui, comme nous le révéleront les statistiques, est profondément hétérogène (variable selon les tranches d’âge, le sexe, la famille, la zone géographique, le niveau d’éducation, entre autres).

  • 8 F. Robles, El desaliento inesperado de la modernidad : molestias irritaciones y frutos amargos de l (...)

10Enfin, il nous faut prendre en compte le contexte latino-américain, marqué par les enjeux de l’exclusion sociale, notion dans laquelle nous inclurons celles de précarité et d’informalité. Pour cela, il peut être utile de prendre appui sur les travaux de Robles, qui éclairent les particularités de l’exclusion sociale dans les pays où l’État social est peu développé8. Cet auteur considère qu’il est nécessaire, dans certains contextes, d’introduire une double connotation des concepts d’inclusion et d’exclusion. À côté d’une inclusion sociale conçue comme l’accès à un ensemble d’institutions de protection sociale garantie par l’État (inclusion que l’auteur qualifie de « primaire ») fonctionnent des mécanismes inclusifs de type secondaire, sortes de réseaux sociaux que l’individu peut mobiliser de façon publique ou privée afin d’accéder à des biens dont il a besoin. On peut en dire autant de l’exclusion sociale : il existe des situations dans lesquelles une personne n’a pas accès, objectivement, aux « biens institutionnels », mais participe d’une manière ou d’une autre aux réseaux sociaux qui, à travers des mécanismes de solidarité, parviennent à satisfaire ses besoins. Il existerait donc plusieurs cas possibles : celui des individus relevant ou non de l’inclusion, selon qu’ils disposent de réseaux de soutien – songeons aux travailleurs qui risquent de perdre leur emploi et, du même coup, l’accès à un ensemble d’avantages sociaux – ; celui des individus qui, bien qu’exclus, font partie de réseaux d’inclusion – pensons aux communautés du secteur informel possédant de solides réseaux d’intégration sociale leur permettant de faire face, tout au moins en termes relatifs, aux imprévus auxquels les exposent les incertitudes propres à leur situation d’informalité – ; ou encore le cas des exclus ne disposant pas de réseaux de soutien, vivant isolés ou reclus dans des institutions répressives (prisons ou établissements psychiatriques). Ce que souligne Robles, c’est que l’inclusion et l’exclusion non seulement se reproduisent et se sédimentent, mais elles se conditionnent mutuellement et donnent naissance à des formes spécifiques de relations. La situation la plus courante en matière d’exclusion consisterait à connaître alternativement des périodes d’inclusion et d’exclusion.

Premier emploi et mécanismes d’accès au monde du travail

11Les parcours des individus sur le marché du travail peuvent être classés à partir d’une étude de leurs trajectoires. Par « trajectoire », nous entendons les diverses étapes chronologiques que vit un individu – dans le meilleur des cas, après avoir achevé sa formation. Ces étapes découlent de la conjugaison de divers facteurs, autant microsociaux que macrosociaux : milieu familial, entourage, genre, moment social à la fin des études, premier emploi, conditions du marché du travail, qui permettent d’expliquer la mobilité dans le domaine social, économique et professionnel.

  • 9 M. Boado, « Movilidad ocupacional y mercado de trabajo : las caras ocultas del empleo urbano en Mon (...)
  • 10 M. S. Jiménez, « Tendencias y hallazgos en los estudios de trayectoria : una opción metodológica pa (...)

12Les trajectoires que suivent les individus sur le marché du travail subissent l’influence déterminante des différents moments que certains appellent « transitions9 ». Le choix des études et le premier emploi sont déterminants pour l’orientation initiale de la trajectoire. Le parcours suivi ultérieurement dans le monde du travail et la permanence dans l’emploi sont des facteurs qui, avec les décisions personnelles et les facteurs externes, conduisent l’individu à suivre divers itinéraires, avec un succès professionnel plus ou moins grand10.

  • 11 Depuis l’année 2006, l’ENHA publie les données concernant l’ensemble du pays, y compris la populati (...)

13Selon l’ENHA (Encuesta nacional de hogares ampliada, « Enquête nationale élargie sur les foyers ») de l’Institut national de statistiques uruguayen (INE), le nombre d’individus actifs occupés est en hausse et le taux d’emploi, qui mesure la proportion de personnes âgées de plus de 14 ans effectivement occupées, connaît un accroissement soutenu depuis l’année 200311. En 2006 ont été dépassés les niveaux maximaux de la décennie précédente ; en outre, on a observé au cours de ces dernières années un accroissement considérable du nombre de chercheurs d’emploi. Malgré ces tendances favorables, les statistiques font ressortir un certain nombre de données importantes dans le cadre de notre étude.

14Une première donnée, qui doit faire l’objet d’une lecture critique, concerne le taux de chômage. L’observation des taux spécifiques met en évidence les points suivants : les moins de 25 ans continuent à présenter un taux spécifique de chômage supérieur au taux global ; au cours de l’année 2010, ce taux s’est élevé à 22 %. Et à l’intérieur des deux tranches d’âge étudiées (de 14 à 17 ans pour la première, et de 18 à 24 ans pour la seconde), le chômage féminin est beaucoup plus élevé (31,7 %, contre 15,2 % pour le groupe masculin).

  • 12 V. Filardo (dir.), Jóvenes y adultos en Uruguay : cercanías y distancias, Montevideo, faculté de sc (...)

15Selon l’Encuesta de juventudes (« Enquête sur les jeunesses »), les jeunes qui travaillent et étudient en même temps en sont pour la plupart à leur premier emploi et le poids de cette catégorie est pratiquement identique pour les hommes et pour les femmes, dans la tranche d’âge la plus jeune (18-24 ans) : respectivement 22 % et 24 %12. Cependant, ils sont moins nombreux parmi les hommes de la tranche d’âge suivante, ce qui souligne la permanence de la femme dans le système éducatif et correspond à des stratégies différentes. Cela se confirme dans le cas des jeunes qui se consacrent exclusivement au travail : 61 % des hommes appartiennent à cette catégorie dans la tranche d’âge des 18 à 24 ans et seules 37 % des femmes de la même tranche d’âge ont cessé d’étudier pour se consacrer exclusivement au monde du travail. Dans la tranche d’âge des 25-29 ans, les écarts se réduisent : la proportion de femmes exclusivement actives atteint pratiquement le double, bien que continuent à subsister les différences structurelles qui régissent l’accès différentiel des hommes et des femmes au marché du travail. Toujours selon cette enquête, l’entrée précoce sur le marché du travail est liée à la position sociale de la famille d’origine, la maturité précoce étant de règle dans les secteurs populaires.

16Un sous-groupe ayant fait l’objet d’une attention particulière est celui des jeunes chômeurs appartenant à des foyers en situation de pauvreté. On peut en conclure que le déséquilibre intergénérationnel dans l’accès au bien-être continue à être l’un des traits distinctifs de l’Uruguay en matière de pauvreté. Le rapport de l’Unicef sur la pauvreté et l’indigence – établi à partir de l’Encuesta continua de hogares (« Enquête continue sur les foyers ») de l’INE sur la base des données de l’année 2008 – signale que :

  • 13 INE, Empleo informal en el Uruguay, Montevideo, 2008, p. 71.
  • 14 Unicef, Observatorio de los derechos de la infancia y de la adolescencia en Uruguay 2009, 2009, p.  (...)

« Si la pauvreté a connu une réduction significative de 2004 à 2008 chez les enfants et les adolescents, cette diminution a été inférieure, en termes relatifs, à celle qui a été enregistrée dans la population adulte. Si l’on prend l’année 2004 comme année de référence (égale à 100), l’incidence de la pauvreté a reculé de 32,6 % chez les enfants âgés de 0 à 5 ans, de 33,3 % chez ceux de 6 à 12 ans, de 31,6 % chez les adolescents (13-17 ans), de 43 % chez les jeunes et les adultes (18-64 ans) et de 46,3 % chez les adultes âgés de 65 ans et plus13. »

« Si la croissance de l’économie uruguayenne au cours des cinq dernières années a profité à tous les groupes d’âge de la population (par le biais de l’accroissement de l’activité et de l’emploi, la réduction du chômage, l’augmentation des revenus réels et des salaires, etc.), il semble clair que dans les familles comptant des enfants et des adolescents – en raison de leurs caractéristiques sociales et démographiques –, la croissance économique ne suffit pas à faire reculer la pauvreté dans des proportions similaires à celles que l’on observe dans le reste des foyers14. »

17Par ailleurs, si l’on analyse les données concernant le chômage des personnes ayant la charge d’un foyer, celles-ci présentent un taux de chômage supérieur à la moyenne des travailleurs n’ayant aucun membre du foyer à leur charge. Cependant, si l’on se place du point de vue de son importance sociale, il convient d’observer que le chômage d’un chef de famille (homme ou femme) représente un risque plus élevé que celui d’un membre du foyer qui n’en est pas le chef. Le bien-être de la famille dépend en effet, en grande partie, des revenus de son chef et, d’un autre côté, le chômage de celui-ci pousse certains membres de la famille (notamment les jeunes enfants) à devenir actifs, bien qu’ils ne soient pas nécessairement en mesure de s’intégrer au marché du travail dans de bonnes conditions.

  • 15 ANEP, Gaceta ANEP, Indicadores económicos, sociales y educativos.
  • 16 Epha, INE, « Pobreza y desigualdad en el Uruguay », Informe, 2006.
  • 17 Sur cette problématique en Amérique latine, cf. C. Jacinto, « Los protagonistas de la expansión de (...)

18Une seconde donnée importante concerne le rapport entre les jeunes et la qualité de l’emploi qu’ils exercent. Selon une étude publiée par l’ANEP (Administración Nacional de Educación Primaria, Administration nationale de l’éducation primaire), 65 % des jeunes à la recherche d’un emploi ne formulent aucune exigence quant aux horaires, au salaire ou à l’adéquation de celui-ci au niveau de connaissances15. Cette donnée, combinée à des taux de chômage élevés, révèle la fragilité qui caractérise l’insertion des jeunes sur le marché du travail. L’Epha 2006 est en accord avec ces données lorsqu’elle révèle que, dans le cas des jeunes appartenant à des foyers pauvres, ce pourcentage tend à dépasser les 74 %16. À supposer que cette donnée traduise un phénomène de perte de qualité des emplois et de sous-utilisation des connaissances, des compétences, des savoir-faire et des diplômes obtenus, elle met en évidence une dévaluation des qualifications en matière éducative et l’apparition d’un « effet de file d’attente » lorsqu’il s’agit de s’insérer dans le monde du travail : autrement dit, les jeunes possédant un niveau de scolarité plus élevé passent devant ceux qui ont un niveau plus faible lorsqu’ils visent les mêmes emplois17.

  • 18 PNUD, Desarrollo humano en los países del Mercosur, Montevideo, 2010.
  • 19 Avec l’identification d’un « secteur informel urbain » se produit un changement d’approche : on pas (...)
  • 20 Au cours des dernières années, le gouvernement s’est efforcé de répondre à ce problème en développa (...)

19Au contraire, si l’on analyse les données recensées par l’INE au niveau global, celles-ci continuent de révéler de bons résultats quant à la qualité des postes, même pour l’année 201018 : le pourcentage des emplois déclarés a augmenté au cours de ces dernières années, en même temps qu’a diminué l’informalité sur le marché du travail (ce qui signifie que le pourcentage des emplois sans couverture sociale a sensiblement diminué durant les dernières années) et qu’ont augmenté les rémunérations des travailleurs, de même que les revenus des foyers19. Il semble donc raisonnable d’en conclure qu’en Uruguay, les individus commencent par accéder à des emplois de moindre qualité, mais que par la suite, ces mêmes emplois peuvent leur permettre de prétendre à d’autres de meilleure qualité, avec des rémunérations plus élevées, ainsi qu’une couverture sociale20.

  • 21 Epha, INE, op. cit., p. 5.
  • 22 Epha, INE, op. cit., p. 11.

20L’emploi informel atteint les niveaux les plus élevés parmi les moins de 20 ans (ceux-ci n’étant dépassés que par un autre groupe vulnérable, celui des femmes âgées de plus de 70 ans). Ces niveaux sont semblables pour les deux sexes, qui connaissent une moyenne de 75,5 % de taux d’informalité, face à une moyenne générale de 41,2 %21. Ce même rapport affirme que la situation n’est pas spécifique aux jeunes qui fréquentent une institution éducative (pour lesquels les taux d’informalité sont même supérieurs) et prouve que « parmi les jeunes qui travaillent, ceux qui ne cotisent pas à la sécurité sociale consacrent en moyenne 33 % moins de temps à leur occupation que ceux qui y sont inscrits22 ».

  • 23 INE, Análisis de la antigüedad en el empleo, Encuesta nacional de hogares ampliada, 2006, Montevide (...)

21En 2006, un tiers des emplois d’une ancienneté inférieure à six mois sont occupés par des personnes âgées de moins de 24 ans, un autre tiers par des personnes dont l’âge se situe entre 25 et 34 ans et le tiers restant par des personnes de plus de 35 ans. Comme l’a déjà signalé David Glejberman, l’informalité décroît avec l’ancienneté dans l’emploi, les emplois les plus récents (de 0 à 6 mois d’ancienneté) étant davantage non déclarés (63,9 %), une tendance qui s’accentue même hors de la capitale du pays (68,1 %)23.

22Une autre donnée intéressante ressort de l’analyse des rapports entre l’insertion précoce sur le marché du travail et la désertion scolaire. On constate qu’une insertion précoce tend à entraver l’acquisition des qualifications requises par le marché du travail ; ce qui empêche de terminer les études nécessaires pour pouvoir accéder à un emploi de qualité et reproduit par là même les conditions de pauvreté et d’exclusion. Des études réalisées sur ce sujet indiquent que le principal facteur qui détermine le chômage des jeunes est leur insertion précoce et instable dans le monde du travail. Les adolescents qui n’étudient pas et se trouvent au chômage présentent un problème d’exclusion dans deux domaines capitaux de l’intégration sociale.

  • 24 V. Filardo (dir.), op. cit., p. 73.
  • 25 D. Martínez et M. Ribeiro, « El capital social, el salario y la exclusión laboral y educativa de lo (...)

23Enfin, soulignons l’importance que revêt à cet égard le capital social. Au terme de son analyse, l’Encuesta de juventudes conclut que l’effort personnel et le soutien familial constituent, jusqu’à l’âge de 29 ans, le principal facteur d’amélioration de la situation individuelle ; ce facteur jouant un rôle d’autant plus important que diminue le niveau social de la famille d’origine et, par voie de conséquence, le niveau d’éducation de la population24. Par ailleurs, l’analyse de Martínez et Ribeiro met en évidence le fait qu’un fort capital social intrafamilial conduit à une insertion plus tardive dans le monde du travail et à une permanence accrue dans le système éducatif : dans les familles possédant un niveau socioéconomique plus élevé, la disponibilité du capital social ne semble pas impliquer son utilisation à un âge précoce, ce qui permet, entre autres options possibles, la permanence des enfants au sein du système scolaire25.

24Dans cette première partie de notre étude, nous avons présenté un certain nombre de données concernant le travail des jeunes en Uruguay. Dans une perspective centrée sur les processus de reproduction sociale, beaucoup de ces données ne semblent guère prometteuses. Toutefois, l’examen de différentes sources montre que la problématique est multidimensionnelle et que les déterminants structurels sont divers. En outre, il semble exister un certain consensus concernant le poids des institutions, aussi bien publiques que privées, mais aussi la dimension d’ordre individuel (celle-ci incluant à la fois l’environnement le plus proche et la famille) et les environnements relationnels dans la configuration de la trajectoire des jeunes. De même, il est évident que, faute d’indicateurs appropriés, les statistiques n’ont pas permis de donner lieu à une analyse de certaines de ces dimensions.

Étudiants et/ou travailleurs

25Un autre aspect significatif qui détermine la manière dont se structurent les trajectoires des jeunes en matière d’emploi et de travail est le rapport à la connaissance. Bien que cette dernière ne soit pas seulement acquise dans les institutions éducatives formelles, la littérature privilégie le système éducatif en tant que source de différenciation des trajectoires et pourvoyeur de référentiels sur lesquels fonder son identité dans le domaine du travail. Pour ce qui est des relations entre l’éducation et le travail, les problèmes qui retiennent l’attention des analystes concernent autant la permanence du jeune dans le système éducatif, ayant pour corollaire une entrée tardive sur le marché du travail, que les cas d’exclusion des deux systèmes ; ces situations étant considérées comme les plus critiques.

26Analysant les impacts de la crise de 1999-2003 et la situation de l’Uruguay en 2004, Pagés conclut qu’il existe au moins trois catégories vulnérables :

  • 26 C. Pagés, Diagnóstico del mercado de trabajo en Uruguay, Montevideo, BID, 2005, p. 69.

« Les jeunes et les femmes d’âge moyen à la recherche d’un premier emploi et se trouvant depuis plus d’un an dans cette situation ; les personnes âgées de 20 à 29 ans vivant dans l’intérieur du pays ; et les travailleurs d’âge moyen licenciés de l’industrie, possédant de faibles niveaux éducatifs et au chômage depuis plus de six mois26. »

27Se référant à la même période, Bucheli et Casacuberta soulignent que :

  • 27 M. Bucheli et C. Casacuberta, « Incidencia y duración del desempleo, 1991-2002 », in OIT, Uruguay, (...)

« Le scénario actuel fait ressortir l’importance du niveau d’éducation quant aux probabilités de trouver et de conserver un emploi. Cependant, au cours de ces dernières années la désertion scolaire commence dès 14 ans, concerne 30 % des adolescents de 14 à 17 ans, parmi lesquels la proportion de ceux qui n’ont pas conclu la scolarité obligatoire se situe entre 74 et 83 %27. »

  • 28 A. Abbott, « Sociology of Work and Occupations », in N. J. Smelser et R. Swedberg, The Handbook of (...)

28Au sujet de l’importance des rapports que maintiennent l’éducation et le travail, dans un article sur les changements ayant affecté au cours du XXe siècle les trajectoires des travailleurs américains, Andrew Abbott souligne que le phénomène auquel nous sommes en train d’assister n’est pas la banalisation du travail chez les étudiants, mais la diffusion de l’éducation parmi la force de travail à des âges précoces de la vie adulte28. En ce sens, l’auteur soutient qu’indépendamment des va-et-vient susceptibles d’affecter la stabilité, la formalité et la qualité des premiers emplois, deux grandes tendances sont en train de se dessiner, qui imprimeront leur marque définitive sur les changements que subira l’organisation des cycles de vie pendant le processus de modernisation : l’entrée des femmes sur le marché du travail et l’accroissement soutenu du niveau d’éducation des travailleurs, celui-ci étant corrélatif d’une entrée de plus en plus tardive dans le monde du travail au fur et à mesure des générations (à strictement parler, des cohortes de naissance). Les données de Verónica Filardo corroborent ces deux tendances pour l’Uruguay :

  • 29 V. Filardo (dir.), op. cit., p. 26. Et ce, bien que l’Uruguay fasse figure d’exception dans le cont (...)

« On observe un retard de plus en plus marqué à l’entrée dans le monde du travail si l’on considère la proportion d’hommes et de femmes qui sont arrivés sur le marché du travail avant d’avoir atteint l’âge de 14 ans. L’accroissement est d’autant plus important que la “génération” (cohortes de naissance, définies par la tranche d’âge) est plus “vieille”. En d’autres termes, seul un homme sur six parmi ceux qui ont aujourd’hui entre 18 et 24 ans, et un sur quatre parmi ceux qui ont entre 25 et 29 ans (les deux tranches d’âge considérées comme jeunes par cette enquête) sont entrés dans le monde du travail pendant leur adolescence. Cependant, pour la génération de leurs parents (ceux qui ont entre 30 et 49 ans) cette proportion passe à un peu plus d’un tiers, tandis que la moitié de la cohorte de leurs grands-parents avait déjà commencé à travailler avant l’âge de 14 ans. […] Chez les femmes, l’interprétation des résultats est quelque peu plus complexe, étant donné que les deux tendances évoquées sont à l’œuvre en même temps. D’une part, bien que les écarts entre générations soient un peu plus faibles, l’ajournement de l’entrée sur le marché du travail pour les générations les plus jeunes est évident. Ainsi, le pourcentage de femmes de la tranche d’âge de 18 à 24 ans ayant commencé à travailler à l’adolescence n’atteint pas 10 %, alors qu’il est de 27 % chez leurs “grands-mères” (âgées de plus de 60 ans)29. »

  • 30 M. Boado et T. Fernández, Trayectorias académicas y laborales de los jóvenes en Uruguay, Montevideo (...)
  • 31 H. Florit, « Exposición de H. Florit, miembro del Codicen, en el Parlamento e informe presentado a (...)

29Par ailleurs, ces mêmes auteurs insistent sur le degré particulier de complexité que représente l’articulation entre l’éducation et le travail, compte tenu du fait que le système éducatif uruguayen n’a pas été conçu de façon à inclure la catégorie des étudiants travailleurs. Les effets sur la prolongation des études (déstandardisation des trajectoires éducatives dessinées de façon normative), le retard scolaire et les faibles pourcentages d’étudiants qui terminent leurs études sont des phénomènes qui illustrent une situation diagnostiquée depuis longtemps, mais qui n’a pas fait l’objet de politiques destinées à prendre en charge ces problèmes structurels. Malgré l’accroissement soutenu du capital éducatif de la population que l’Uruguay enregistre depuis plusieurs décennies, l’analyse de la scolarisation au cours de cette dernière décennie révèle que la capacité à faire observer la durée minimum de fréquentation scolaire a ralenti son rythme de croissance, voire stagné. Boado et Fernández confirment ces données, concluant que « l’universalisation [de l’enseignement secondaire] est un objectif qui est encore loin d’être atteint30 ». Dans les écoles de quartier où se concentre la pauvreté, 46 % des enfants n’acquièrent pas les connaissances suffisantes, 25 % redoublent la première année (contre 10 % dans les autres quartiers) et 12,5 % présentent des niveaux d’absentéisme « critiques » (plus de 40 absences en 176 jours)31.

  • 32 Unicef, op. cit., p. 54.

30Une autre caractéristique du système éducatif primaire, qui a fait l’objet d’études approfondies, est le fort pourcentage de redoublement. Celui-ci apparaît comme un trait structurel du système éducatif, qui a pour corollaire des taux élevés d’abandon scolaire. Ces indices ne passent pas inaperçus, malgré la tendance à la baisse de ces dernières années ; en particulier, les résultats de l’année 2008 font état de changements substantiels, voire historiques. Selon les tranches d’âge, on constate plus de retard scolaire chez les jeunes de 14 à 19 ans que dans le groupe des 25 à 29 ans. Par ailleurs, l’abandon est plus important chez les jeunes de 20 à 24 ans, ainsi que chez ceux qui vivent dans l’intérieur du pays (5 % de plus par rapport à ceux qui vivent à Montevideo)32.

  • 33 V. Filardo (dir.), op. cit.

31Verónica Filardo distingue quatre groupes de jeunes en fonction de leur position à cet égard33 :

32« Étudiants adolescents » : il s’agit d’étudiants qui ne travaillent pas ni ne cherchent du travail et peuvent donc ajourner leur entrée dans le monde des responsabilités que suppose la vie adulte, tandis qu’ils consacrent leur vie à l’acquisition de capital scolaire. D’un point de vue statistique, ces jeunes représentent 14 % des hommes et 19 % des femmes de la tranche d’âge des 18-24 ans. Cette catégorie disparaît pratiquement dans la tranche d’âge suivante (25-29 ans), ce qui indique que le statut d’inactif est incompatible avec celui d’étudiant dans la phase avancée de la jeunesse. Pour Filardo et ses co-auteurs, l’appartenance à cette catégorie est directement liée à la position sociale de la famille d’origine, de sorte que la prolongation de la jeunesse est un « privilège » des classes moyenne et supérieure de la société.

33« Jeunes travailleurs adultes » : ils représentent l’extrême opposé de la catégorie précédente. Ils sont sortis des rangs du système éducatif et le fait d’assumer un des rôles les plus importants qui marquent l’entrée dans la vie adulte (le statut économiquement actif) caractérise un mode de sociabilité propre au monde du travail. On voit de nouveau apparaître ici des différences de genre : tandis que 61 % des hommes appartiennent à cette catégorie dans la tranche d’âge des 18-24 ans, seules 37 % des femmes de la même tranche d’âge ont abandonné leurs études pour entrer dans le monde du travail. Dans la tranche d’âge suivante, les écarts se réduisent (la proportion de femmes exclusivement actives double), mais les différences structurelles subsistent, marquant l’entrée différentielle des hommes et des femmes sur le marché du travail. L’appartenance à cette catégorie est elle aussi directement liée à la position sociale de la famille d’origine, mais maintenant en sens inverse : la maturité précoce est de règle parmi les jeunes des secteurs populaires.

  • 34 C. Filgueira et G. Rama, « Los jóvenes de Uruguay : esos desconocidos », Análisis de la encuesta na (...)

34« Étudiants travailleurs » : ce double statut les définit comme une catégorie « transitoire » entre la jeunesse et l’âge adulte. Au sein des actifs, comme nous l’avons déjà signalé, ce sont eux qui sont proportionnellement les plus nombreux à chercher un premier emploi. Pour la tranche d’âge la plus jeune, le poids de cette catégorie est similaire chez les hommes et chez les femmes (22 % et 24 %, respectivement), alors que pour la tranche d’âge suivante, le poids de cette catégorie est plus important chez les hommes que chez les femmes (qui affichent une plus grande permanence au sein du système éducatif). À titre d’hypothèse, on peut avancer que, dans la mesure où s’accroît la demande de qualifications, le poids de cette catégorie transitoire va continuer à augmenter dans les cohortes suivantes. De fait, cette enquête révèle un accroissement de plus de 10 points de cette catégorie pour les deux sexes, par rapport aux données que présente Germán Rama pour les années 199034.

  • 35 ANEP, Gaceta ANEP, op. cit.
  • 36 V. Filardo (dir.), op. cit., p. 32.

35« Jeunes au foyer » : jeunes qui n’étudient pas et ne travaillent pas. On estime à 70000 (13,5 %) le nombre de jeunes et d’enfants qui ne fréquentent aucun établissement scolaire, ne travaillent pas et ne cherchent pas non plus de travail35. Dans le cas de l’Uruguay, il est frappant que le poids de cette catégorie soit marginal en ce qui concerne les hommes, mais qu’une jeune femme sur cinq se trouve dans une telle situation. Cette donnée est importante, dans la mesure où la construction du genre continue à refléter les rôles traditionnels, voire une certaine inertie structurelle de ces inégalités. À titre d’hypothèse, on peut avancer qu’après s’être éloignées précocement du monde de l’éducation (sans doute pour s’occuper des enfants et/ou assumer des responsabilités familiales), les femmes ont de moindres probabilités de réintégrer le système éducatif ou d’accéder à un emploi. Bien que la plupart des études sur la pauvreté et la vulnérabilité assimilent mécaniquement cette situation à des phénomènes de désaffiliation ou d’exclusion sociale, Verónica Filardo remet en cause cet argument en signalant que « quelques études ont révélé l’importance que revêt la fécondité précoce dans certains secteurs sociaux (généralement pauvres et localisés dans certains quartiers des villes) en termes de reconnaissance dans la sphère publique locale et d’amélioration de l’auto-estime » ; ou encore, en évoquant d’intéressantes pistes permettant de comprendre comment « la notion de jeunesse est investie d’une nouvelle signification (et s’auto-assume), même chez les jeunes mères ayant débuté il y a déjà un certain temps leur cycle de reproduction »36. Intervenant dans un sens favorable à ce genre de situation, les politiques sociales uruguayennes mises en place au cours des dernières décennies ont visé à faciliter l’accès aux réseaux de protection sociale lorsque ces rôles sont assumés. Puisse cet exemple servir à prouver que les conclusions élaborées au sujet de ces groupes vulnérables, en termes d’intégration à la communauté et de reconnaissance, doivent être prudentes.

Travail et vocation

36Enfin, comme nous l’avons signalé à diverses reprises, dans l’optique du sociologue et surtout dans le cadre de l’importance que revêt à ses yeux la prise en compte des dimensions tant objectives que subjectives de l’expérience de travail, le thème de la vocation professionnelle se révèle de la plus haute importance dans la réflexion sur la construction de l’identité des jeunes en matière de travail. Aux dires de Bourdieu, les activités liées au travail se situent entre deux limites :

  • 37 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 1997, p. 15.

« Le travail forcé, qui n’est déterminé que par la contrainte externe, et le travail scolastique, dont la limite est l’activité quasi ludique de l’artiste ou de l’écrivain. […] Plus on s’éloigne de la première, moins on travaille directement pour l’intérêt de l’argent, plus l’intérêt du travail, la gratification inhérente au fait d’accomplir le travail s’accroît – ainsi que l’intérêt lié aux profits symboliques associés au nom de la profession ou au statut professionnel et à la qualité des relations de travail qui vont souvent de pair avec l’intérêt intrinsèque du travail37. »

37Cela place les personnes entre deux situations fort distinctes face au marché du travail : soit qu’elles poursuivent un engagement dans les aspects qui leur permettent de se valoriser, soit qu’elles acceptent les contraintes du marché, souvent en rationalisant leur activité, afin de mieux les supporter. Le thème nous semble revêtir une importance toute particulière, dans la mesure où il suppose l’existence de deux stratégies clairement différentes et discernables chez les jeunes d’aujourd’hui. Ces stratégies donnent lieu à des trajectoires elles aussi clairement distinctes, qui opposent ceux qui ont – ou plus exactement, qui construisent – des vocations professionnelles définies et ceux qui ne les construisent pas et entrent dans le travail de façon quasiment fataliste et/ou le considèrent comme une obligation sociale à remplir ; bien que, pour ces derniers, la vie, ou tout au moins celle qui les intéresse, ainsi que la construction de leur identité, suivent une voie différente, en marge de celle du monde du travail et/ou du monde social. Ces deux types de stratégie confèrent aux offres de travail des jeunes une marque fort précise et ont des conséquences très importantes non seulement pour le travail, mais aussi – et peut-être encore plus – pour la construction de l’avenir, et donc pour l’identité dans le monde du travail.

  • 38 Nous nous appuierons sur les témoignages de jeunes boursiers d’une ONG (la fondation Chamangá) qui (...)

38D’un point de vue empirique, il n’existe pas de données concrètes permettant de cerner cette population de jeunes ayant développé une vocation professionnelle38, sans compter que le sujet implique un certain nombre de problèmes méthodologiques, notamment une difficulté d’ordre communicationnel. En effet, parler aux jeunes de vocation entraîne parfois des équivoques, dans la mesure où ce mot renvoie à certaines images qui n’ont pas toujours la même connotation. Cette difficulté provient de l’histoire même du concept et de ce qu’il en subsiste dans le répertoire populaire manié par les jeunes.

39En ce sens, il convient de préciser que le mot « vocation » tire son origine du verbe latin vocare, qui signifie « appeler ». Pour les Anglais, il s’agit du call, tandis que les Allemands parlent de Berufung, les deux termes se référant à la vocation liée au travail. Dans les premiers temps, cet appel possédait une connotation essentiellement religieuse et renvoyait uniquement à la vocation en tant qu’appel de Dieu. Puis, il acquit de fortes connotations avec le protestantisme, car tout travail était considéré comme une offrande à Dieu. Le concept évolua, d’abord sous l’influence de la Réforme protestante, puis du siècle des lumières et au cours du XIXe siècle. Dans la mesure où se produit le « désenchantement du monde » par la raison, la vocation sort de la sphère strictement religieuse pour se greffer sur l’idée de service à l’humanité, à la communauté, la référence à Dieu étant remplacée par la référence à l’« humanité ». C’est ainsi que la vocation en vient à se trouver étroitement liée aux métiers de la santé, de l’enseignement et aux professions sociales. C’est pourquoi l’idée de vocation continue, pour bien des jeunes, à être associée aux prêtres, aux arts, ainsi qu’à certaines professions tournées vers leur « prochain ».

40Ces différentes visions contribuent peu à peu à forger l’idée selon laquelle c’est à travers la réalisation de sa vocation que l’on donne sens à sa vie, que l’on se construit une identité (professionnelle). Mais dans ce contexte de la seconde modernité émerge une nouvelle manière d’envisager les vocations et l’on voit apparaître une alternative : ce dont il s’agit désormais, c’est soit d’élaborer une stratégie de type individualiste, en cherchant à construire une vocation centrée sur elle-même (et en se détachant alors de la tradition), soit de donner en même temps au développement personnel une dimension de service à l’humanité, de service à la société dont on fait partie, en incorporant dans un nouveau contexte certains aspects essentiels du passé.

  • 39 Par exemple, se référant à la dimension sociale de sa vocation, le docteur C. P., qui vient de term (...)

41Car aujourd’hui, face aux bouleversements que connaît notre société, à la transformation des institutions qui en ont été les piliers fondamentaux – la famille, l’école, les modes de communication –, la vocation professionnelle devient un point d’ancrage pour les jeunes, une sorte de boussole dont l’individu se dote afin de se construire une place dans le monde, pour y trouver son identité, se projeter dans le futur. Telle est l’acception que nous adoptons dans ce travail. Et, soulignons-le, son développement peut se réaliser soit de façon auto-centrée, soit en mettant l’accent sur la « vocation de service39 ».

42Ces options (avoir une vocation ou non, avoir une vocation professionnelle auto-centrée ou de service) se différencient selon le contexte socioéconomique et culturel au sein duquel se forment les jeunes. À cet égard, un informateur qualifié affirme :

  • 40 Fundación Chamangá, Sistematización de la experiencia y evaluación, 2000-2010, Montevideo, 2012.

« Je crois que nous n’avons pas été éduqués à prendre des décisions. À l’époque où j’ai grandi, personne ne nous a éduqués à être les artisans de notre destin. Et à plus forte raison, quand on vit des situations d’exclusion ou de pauvreté, on vit sa vie comme elle nous a été tracée à l’avance. C’est ce qui nous a été donné de vivre et personne ne nous demande ce que l’on veut, ce que l’on pense ou l’on ressent40… »

43Pour un autre informateur qualifié, la vocation professionnelle :

« C’est justement se connaître soi-même, dès l’école. À quoi est-ce que tu es bon, qu’est-ce qui te plaît, qu’est-ce que tu préfères ? Je crois que c’est notre mission, dès l’école, le lycée, l’UTU [Universidad del Trabajo : université du travail], et pas seulement parce que je me sens bien comme ça, mais aussi parce que comme ça, j’aide à se sentir bien la société dans laquelle je vis. Ce n’est pas pour rien que nous vivons en communauté : nous nous devons à elle, et nous recevons d’elle en permanence. »

44Pour sa part, voici ce qu’affirme l’évaluation institutionnelle de l’ONG Chamangá, dont il a été question ci-dessus :

  • 41 Fundación Chamangá, ibid., p. 22.

« La vocation professionnelle constitue un grand apport au développement des professions : la vocation construit le chemin ; il ne s’agit pas de “devenir maître d’école”, mais de devenir “ce maître d’école”. C’est une vision constructive dans le rapport entre l’individu et la société41. »

  • 42 N.D.T. : La barra de la esquina (littéralement : « Le zinc du coin ») : film argentin (1950) mettan (...)

45B. J., lui aussi membre de cette organisation, s’interroge sur le destin des jeunes qui ont eu la chance d’avoir été orientés par un bon maître d’école, par un professeur, ou simplement d’avoir reçu l’encouragement d’une famille ; pour ceux qui font partie de la barra de la esquina42, qui sont en attente d’une opportunité que la vie ne leur donne pas, que peut bien signifier la vocation professionnelle ? La réponse de B. J. est la suivante :

  • 43 Fundación Chamangá, op. cit., p. 29.

« On ne devrait pas parler de crise des vocations ; il s’agit d’un phénomène plus global : ce que nous vivons, c’est une crise sociétale. Il est vrai qu’il y a beaucoup de jeunes qui n’ont pas de projet, pas de vocation, qui traversent la vie comme une feuille qu’emporte le vent. Nous n’avons pas été éduqués à prendre des décisions, mais le simple fait qu’il y ait un groupe de jeunes qui nous prouve que l’on peut se réaliser en dépit de toutes les difficultés, voilà bien un signe de changement43. »

Réflexions finales

46Les problématiques du premier emploi, les rapports entre formation et travail, ainsi que le développement d’une vocation professionnelle, représentent trois composantes que nous considérons centrales pour la construction du jeune, pour son insertion sur le marché du travail. Les objectifs que se forge le jeune au cours de cette période peuvent doter de nouvelles significations la précarité et l’informalité, situations de plus en plus courantes au sein de ce groupe d’âge et qui, comme nous l’avons vu, sont pratiquement une condition d’entrée sur le marché du travail.

47Cela ne saurait être compris sans se référer au binôme « reproduction des conditions existantes/changement social ». Les études qui ont tendance à mettre l’accent sur la condition de précarité et d’informalité de l’insertion des jeunes sur le marché du travail se placent dans l’optique de la reproduction. Elles insistent sur la problématisation des conditions dans lesquelles ont lieu les emplois des jeunes. Cependant, cette perspective ne prend pas en compte le regard du jeune : un regard dynamique, centré sur son projet de vie et tourné vers le changement social et individuel.

48D’un point de vue sociologique, nous insistons sur le fait que la jeunesse est une catégorie transitoire dans la trajectoire biographique du sujet et qui accorde la plus grande importance – entre autres – à la construction de la perception temporelle propre à l’adolescent et, par conséquent, à la construction d’une identité (essentiellement dans le domaine du travail) en tant que manière de se définir soi-même et de s’orienter vers l’avenir.

  • 44 C. Tilly et C. Tilly, Work Under Capitalism: New Perspectives in Sociology, Colorado, Boulder, 1998

49En ce sens, nous avons adopté un concept assez large de « travail », tenant compte de l’incidence, aussi bien de facteurs objectifs qui marquent les tendances suivies par l’emploi (l’offre et la demande), que celle d’autres facteurs qui découlent de la subjectivation de la part des jeunes, à partir de l’évaluation que ceux-ci réalisent, à travers le temps, de leurs propres possibilités, ainsi que des significations liées aux activités résultant de leur effort et de leur besoin de les doter de valeurs d’usage social44 ; autrement dit, de la manière dont ils construisent provisoirement leur rapport au travail.

50La recherche, de la part du jeune, d’une intégration idéale au monde du travail, implique autant la reconnaissance matérielle et symbolique du travail, que la sécurité dans l’emploi et la protection sociale, ce qui permet de planifier sa vie à la fois en termes de chronos (de façon séquentielle) et de tempus (passé, présent et futur). Une intégration complète des jeunes au monde du travail devrait tenir compte du développement de leur lien avec ces deux dimensions : le rapport au travail et le rapport à l’emploi. Le rapport au travail s’inscrit dans une logique productive, où chaque individu est un producteur potentiel qui acquiert son identité et le sentiment d’être utile à la société et, par conséquent, se projette dans cette productivité. Nous pouvons donc affirmer que la vocation professionnelle apparaît comme une assise fondamentale pour les jeunes en ces temps de grande instabilité – une instabilité qui, allant bien au-delà du marché du travail, en vient à représenter une instabilité dans la vie, dans cette « société du risque » au sein de laquelle ils débutent leur vie autonome. Mettre à la disposition des jeunes les ressources matérielles et symboliques leur permettant de développer une vocation professionnelle dans des conditions d’égalité des chances (inégalement distribuées) constitue pratiquement une obligation pour un modèle de développement sociétal reposant sur ces principes. La vocation est susceptible de prendre forme au cours de cette étape vitale, que ce soit ou non dans des conditions de précarité et/ou d’informalité, dans la mesure où ces conditions s’inscrivent dans le rapport du jeune à l’emploi. Ce rapport du jeune à l’emploi s’inscrit dans la logique protectrice de l’État providence, qui doit garantir des droits sociaux aux citoyens non seulement en fonction de leur contribution à l’activité productrice, mais aussi en vertu du principe de citoyenneté ou en l’absence de toute autre protection. La condition de jeune précaire peut entraîner des processus de disqualification sociale, comportant le risque de voir s’exacerber à la fois les caractéristiques inhérentes à ces situations et le sentiment de manque d’utilité sociale ou de dévalorisation de la contribution individuelle, entraînant un cercle pervers d’auto-exclusion.

51Tout ce parcours semble traversé par un élément hautement significatif, qui marque les trajectoires des jeunes : leur rapport à la connaissance. Une connaissance qui, toutefois, ne saurait être conçue comme exclusivement liée aux institutions éducatives formelles. La connaissance acquise à travers l’apprentissage ou à partir de l’expérience de participation à des réseaux familiaux et amicaux constitue aujourd’hui et plus que jamais, tout au moins en Amérique latine, une source de différenciation grâce à laquelle se construisent l’engagement envers le travail, la recherche de stabilité, de reconnaissance et, in fine, une identité.

52En définitive, le développement d’une vocation professionnelle semble être un élément déterminant pour la configuration de la trajectoire des jeunes. Mais il n’en est pas moins vrai que le manque de vocation pour une activité donnée peut placer le jeune dans une situation de précarité beaucoup plus structurelle, susceptible de renforcer sa condition d’exclu et, partant, de favoriser le développement de trajectoires déstructurées.

Bibliographie

Abbott Andrew, « Sociology of Work and Occupations », in Neil Smelser and Richard Swedberg, The Handbook of Economic Sociology, Princeton/New York, Princeton University Press/Russel Foundation, 2005, p. 307-330.

Anep, Gaceta ANEP, Indicadores económicos, sociales y educativos, no 1-10.

Boado Marcelo, « Movilidad ocupacional y mercado de trabajo : las caras ocultas del empleo urbano en Montevideo », Revista de ciencias sociales, no 12, 1997.

Boado Marcelo et fernÁndez Tabaré, Trayectorias académicas y laborales de los jóvenes en Uruguay, Montevideo, faculté de sciences sociales, 2010.

Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 1997.

Bucheli Marisa et Casacuberta Carlos, « Incidencia y duración del desempleo, 1991-2002 », in OIT, Uruguay, empleo y protección social : de la crisis al crecimiento, Santiago, OIT, 2005.

Epha, ine, « Pobreza y desigualdad en el Uruguay », Informe, 2006.

Filardo Verónica (dir.), Jóvenes y adultos en Uruguay : cercanías y distancias, Montevideo, faculté de sciences sociales, 2009.

Filgueira Carlos et rama Germán, « Los jóvenes de Uruguay : esos desconocidos », Análisis de la encuesta nacional de juventud, Montevideo, Cepal, 1991.

Florit Héctor, « Exposición de H. Florit, miembro del Codicen, en el Parlamento e informe presentado a la Comisión de Presupuesto de Diputados », El Observador, 2 octobre 2005.

Fundación Chamangá, Sistematización de la experiencia y evaluación, 2000-2010, Montevideo, 2012.

Guichard Jean, La escuela y las representaciones de futuro de los adolescentes, Barcelone, Laertes, 1995.

INE, Empleo informal en el Uruguay [en ligne], Montevideo, 2008. Disponible sur : http://www.ine.gub.uy/documents/10181/35933/Informe+informalidad.pdf/d846c914-a5cd-478b-bf3a-6674fce86ed5

INE, Análisis de la antigüedad en el empleo, Encuesta nacional de hogares, Análisis de la antigüedad en el empleo, Encuesta nacional de hogares ampliada, 2006 [en ligne], Montevideo, 2007. Disponible sur : http://www.ine.gub.uy/documents/10181/35933/MEMORANDO+ANTIG %C3 %9CEDAD+4.pdf/cfac9524-656a-48ee-9fb8-6e28dee9f744

Jacinto Claudia, « Los protagonistas de la expansión de la educación secundaria », Anales de la educación común, Tercer siglo, année 2, no 5, Direction générale de la culture et de l’éducation, Buenos Aires, 2006.

Jiménez Mariela Sonia, « Tendencias y hallazgos en los estudios de trayectoria : una opción metodológica para clasificar el desarrollo laboral », Revista electrónica de investigación educativa, vol. 11, n° 1, 2009, p. 1-21.

Martínez Daniela et Ribeiro Martín, « El capital social, el salario y la exclusión laboral y educativa de los jóvenes », Cuaderno de economía, 2005.

Notaro Jorge, Quiñones Mariela et Supervielle Marcos, « Mercado de trabajo y jóvenes en el Uruguay : una perspectiva sociológica », in Andrea García Vior (dir.), Trabajo de jóvenes y menores : el acceso al primer empleo y la prohibición del trabajo infantil, Buenos Aires, Errepar, 2010, p. 137-172.

Pagés Carmen, Diagnóstico del mercado de trabajo en Uruguay, Montevideo, BID, 2005.

PNUD, Desarrollo humano en los países del Mercosur [en ligne], Montevideo, 2010. Disponible sur : http://www.hdr.undp.org/en/reports/regional/.../RHDR_Mercosur_2009_ES.pdf

Quiñones Mariela et Supervielle Marcos, « La instalación de la flexibilidad en el Uruguay », Estudios sociológicos, XVIII, 1999, p. 581-615.

Redondo Jesús, « La condición juvenil : entre la educación y el empleo », Última Década, n° 12, 2000.

Robles Fernando, El desaliento inesperado de la modernidad : molestias irritaciones y frutos amargos de la sociedad de riesgo, Chili, Sociedad Hoy/Direction de la recherche de l’université de Concepción, 2000.

Tessier Gisèle, Comprender a los adolescentes, Barcelone, Octaedro, 2000.

Tilly Charles et tilly Chris, Work under Capitalism : New Perspectives in Sociology, Colorado, Boulder, 1998.

Unicef, Observatorio de los derechos de la infancia y de la adolescencia en Uruguay 2009 [en ligne], 2009. Disponible sur : http://www.unicef.org/uruguay/spanish/uy_activitiesObservatorio2009ParteI.pdf

Zacarés González Juan José et al., « Identidad, orientación hacia el trabajo y proyecto vital de los jóvenes », in Mariangeles Molpeceres Pastor, Identidades y formación para el trabajo en los márgenes del sistema educativo : escenarios contradictorios en la garantía social, Montevideo, Cinterfor, 2004.

Notes

1 Ce chapitre reprend les données empiriques et poursuit les réflexions sur les jeunes et le marché du travail ébauchées dans F. Notaro, M. Quiñones et M. Supervielle, « Mercado de trabajo y jóvenes en el Uruguay : una perspectiva sociológica », in A. García Vior (dir.), Trabajo de jóvenes y menores : el acceso al primer empleo y la prohibición del trabajo infantil, Buenos Aires, Errepar, 2010, p. 137-172.

2 J. Redondo, « La condición juvenil : entre la educación y el empleo », Última Década, n° 12, 2000.

3 J. J. Zacarés González et al., « Identidad, orientación hacia el trabajo y proyecto vital de los jóvenes », in M. Molpeceres Pastor, Identidades y formación para el trabajo en los márgenes del sistema educativo : escenarios contradictorios en la garantía social, Montevideo, Cinterfor, 2004.

4 « À travers le processus de socialisation, les adolescents apprennent quels objectifs sont réalisables dans un contexte socioculturel donné, en fonction des contraintes structurelles et culturelles – comme celles, par exemple, qu’impose le marché du travail. Ils finissent également par apprendre quelles sont les manières appropriées et non appropriées de parvenir à leurs objectifs, à quel âge ils peuvent les atteindre, ainsi que la probabilité de réussite d’une action visant certains objectifs. Le temps social et le temps individuel s’incorporent ainsi à la perspective temporelle de l’adolescent », in Zacarés González et al., op. cit., p. 238.

5 J. Guichard, La escuela y las representaciones de futuro de los adolescentes, Barcelone, Laertes, 1995.

6 G. Tessier, Comprender a los adolescentes, Barcelone, Octaedro, 2000.

7 M. Quiñones et M. Supervielle, « La instalación de la flexibilidad en el Uruguay », Estudios sociológicos, XVIII, 1999, p. 581-615.

8 F. Robles, El desaliento inesperado de la modernidad : molestias irritaciones y frutos amargos de la sociedad de riesgo, Chili, Sociedad Hoy/Direction de la recherche de l’université de Concepción, 2000.

9 M. Boado, « Movilidad ocupacional y mercado de trabajo : las caras ocultas del empleo urbano en Montevideo », Revista de ciencias sociales, n° 12, 1997.

10 M. S. Jiménez, « Tendencias y hallazgos en los estudios de trayectoria : una opción metodológica para clasificar el desarrollo laboral », Revista electrónica de investigación educativa, vol. 11, n° 1, 2009, p. 1-21.

11 Depuis l’année 2006, l’ENHA publie les données concernant l’ensemble du pays, y compris la population rurale dispersée et vivant dans des localités de moins de 5000 habitants, données qui n’étaient plus publiées depuis 1997.

12 V. Filardo (dir.), Jóvenes y adultos en Uruguay : cercanías y distancias, Montevideo, faculté de sciences sociales, 2009, p. 31.

13 INE, Empleo informal en el Uruguay, Montevideo, 2008, p. 71.

14 Unicef, Observatorio de los derechos de la infancia y de la adolescencia en Uruguay 2009, 2009, p. 10.

15 ANEP, Gaceta ANEP, Indicadores económicos, sociales y educativos.

16 Epha, INE, « Pobreza y desigualdad en el Uruguay », Informe, 2006.

17 Sur cette problématique en Amérique latine, cf. C. Jacinto, « Los protagonistas de la expansión de la educación secundaria », Anales de la educación común, Tercer siglo, année 2, no 5, Direction générale de la culture et de l’éducation, Buenos Aires, 2006.

18 PNUD, Desarrollo humano en los países del Mercosur, Montevideo, 2010.

19 Avec l’identification d’un « secteur informel urbain » se produit un changement d’approche : on passe des caractéristiques des emplois et des travailleurs à une approche économique en termes de segmentation des marchés du travail. Ces dernières années ont vu la naissance de nouvelles approches avec les catégories de « précarité », d’« emploi non déclaré » ou de « déficit de travail décent » – et, dans la terminologie uruguayenne, celle d’« emploi digne ».

20 Au cours des dernières années, le gouvernement s’est efforcé de répondre à ce problème en développant des politiques visant à faciliter l’accès au premier emploi des jeunes ou des chômeurs de longue durée. Actuellement, des négociations sont en cours afin d’accorder des avantages et des exonérations fiscales aux entreprises qui engagent des chômeurs ou mettent sur pied des plans d’embauche en faveur de boursiers et de stagiaires.

21 Epha, INE, op. cit., p. 5.

22 Epha, INE, op. cit., p. 11.

23 INE, Análisis de la antigüedad en el empleo, Encuesta nacional de hogares ampliada, 2006, Montevideo, Instituto Nacional de Estadística, 2007.

24 V. Filardo (dir.), op. cit., p. 73.

25 D. Martínez et M. Ribeiro, « El capital social, el salario y la exclusión laboral y educativa de los jóvenes », Cuaderno de economía, 2005.

26 C. Pagés, Diagnóstico del mercado de trabajo en Uruguay, Montevideo, BID, 2005, p. 69.

27 M. Bucheli et C. Casacuberta, « Incidencia y duración del desempleo, 1991-2002 », in OIT, Uruguay, empleo y protección social : de la crisis al crecimiento, Santiago, OIT, 2005, p. 163.

28 A. Abbott, « Sociology of Work and Occupations », in N. J. Smelser et R. Swedberg, The Handbook of Economic Sociology, Princeton/New York, Princeton University Press/Russel Foundation, 2005, p. 307-330.

29 V. Filardo (dir.), op. cit., p. 26. Et ce, bien que l’Uruguay fasse figure d’exception dans le contexte latino-américain, au moins depuis les années 1980, dans la mesure où il existe tout un ensemble de mécanismes qui octroient certains privilèges à l’étudiant qui travaille ou au travailleur qui étudie, de sorte que les deux systèmes, celui de l’éducation et celui du travail, ne sont pas incompatibles et sont même perçus comme complémentaires.

30 M. Boado et T. Fernández, Trayectorias académicas y laborales de los jóvenes en Uruguay, Montevideo, faculté de sciences sociales, 2010, p. 63.

31 H. Florit, « Exposición de H. Florit, miembro del Codicen, en el Parlamento e informe presentado a la Comisión de Presupuesto de Diputados », El Observador, 2 octobre 2005, p. 5.

32 Unicef, op. cit., p. 54.

33 V. Filardo (dir.), op. cit.

34 C. Filgueira et G. Rama, « Los jóvenes de Uruguay : esos desconocidos », Análisis de la encuesta nacional de juventud, Montevideo, Cepal, 1991.

35 ANEP, Gaceta ANEP, op. cit.

36 V. Filardo (dir.), op. cit., p. 32.

37 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 1997, p. 15.

38 Nous nous appuierons sur les témoignages de jeunes boursiers d’une ONG (la fondation Chamangá) qui a pour but de recruter et de soutenir économiquement des jeunes s’étant trouvé une vocation. Nous préciserons ci-après le concept de vocation sociale, qui est justement celui qu’encourage cette organisation.

39 Par exemple, se référant à la dimension sociale de sa vocation, le docteur C. P., qui vient de terminer ses études et exerce dans sa ville natale, déclare : « Ça fait un an que je travaille aux urgences de l’hôpital de Melo ; j’ai également fait un an de volontariat en salle de médecine, et en plus, j’offre des ateliers de premiers secours à des populations rurales, dans le cadre du Prodenor (Programme de développement pour les zones rurales du nord), à des personnes qui ont très difficilement accès à un centre de santé, qui sont loin de tout. » Ou comme l’affirme L. M., boursier de Fray Bentos : « Je crois que le théâtre, en tant qu’art de l’ici et maintenant, permet de partager, de réfléchir avec la communauté sur les problèmes que nous avons aujourd’hui. Et je crois que c’est pour cela que je suis maintenant dans le théâtre. C’est aussi à travers le théâtre que j’ai découvert ma vocation d’enseignant ; j’ai commencé en 2000 par des ateliers de jeu dramatique avec des écoliers, ce qui m’a conduit à faire des études pour devenir instituteur » (Chamangá, 2012).

40 Fundación Chamangá, Sistematización de la experiencia y evaluación, 2000-2010, Montevideo, 2012.

41 Fundación Chamangá, ibid., p. 22.

42 N.D.T. : La barra de la esquina (littéralement : « Le zinc du coin ») : film argentin (1950) mettant en scène un chanteur de renommée mondiale qui revient au pays, où il retrouve ses amis d’enfance pour évoquer le temps passé.

43 Fundación Chamangá, op. cit., p. 29.

44 C. Tilly et C. Tilly, Work Under Capitalism: New Perspectives in Sociology, Colorado, Boulder, 1998.

Auteurs

Mariela Quiñones est professeure adjointe de sociologie du travail et méthodologie de la recherche et chercheuse au département de sociologie de la faculté de sciences sociales de l’université de la República (Udelar) à Montevideo, en Uruguay. Elle est également consultante pour des syndicats et coopératives de production.

Marcos Supervielle est professeur titulaire de sociologie du travail et méthodologie de la recherche, chercheur au département de sociologie de la faculté de sciences sociales de l’université de la República à Montevideo, en Uruguay. Il est également consultant pour des syndicats et coopératives de production.

Traducteur

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540