Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les fils du tabac à Bogotá

 | 
Luisa Fernanda Sánchez

Remerciements

Texte intégral

1Ce mémoire n’aurait pu voir le jour sans l’aide précieuse de nombreuses personnes, à Paris comme à Bogotá.

2Je voudrais tout d’abord remercier le professeur Christian Gros pour m’avoir donné l’opportunité d’intégrer l’IHEAL, ce qui m’a permis d’avoir une vision globale de mon continent et de ses enjeux. Ses commentaires, toujours judicieux, ainsi que ses enseignements ont sans aucun doute été fondamentaux dans cette étape de mon parcours universitaire. Puis le professeur Roberto Pineda, dont les travaux constituent une source d’inspiration et un exemple à la fois de rigueur et de profonde humilité face au monde indigène.

3Étant moi-même une migrante, je voudrais remercier mon propre réseau de solidarité qui a rendu possible l’aventure, pas toujours évidente, de se reconstruire dans un pays lointain. Je tiens à signaler l’aide quotidienne que m’ont apportée Jorge Silva, Thérèse et Claude Dutter, ainsi que l’appui inconditionnel de mes amis, Natalia Carrillo, Caroline Sabatier, Maria Angelica Garcia, Hélène Pacreau et Sullivan Caristan. Toute ma gratitude va à Romain Dutter, pour avoir partagé, avec affection, le processus d’écriture de ce mémoire.

4Le travail que je présente aujourd’hui doit beaucoup à tous ceux qui m’ont aidée à Bogotá dans les différentes étapes de cette recherche. Je tiens notamment à remercier les migrants indigènes qui ont participé par leurs témoignages et leur présence, en particulier la famille Farekatde qui m’a ouvert les portes de sa maison au quotidien avec tant de générosité, en m’accueillant comme si j’étais une paisana. Merci à Inés Farekatde, dont l’amitié constitue sans doute le résultat le plus précieux de cette recherche.

© Éditions de l’IHEAL, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540