Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Première partie. Travail, jeunesse et mobilisations sociales

Chapitre II. Jeunes Argentins et Français : en quête de quelle stabilité-instabilité professionnelle ?

Claire Bidart, Mariana Busso, María Eugenia Longo et Pablo Ernesto Pérez

Texte intégral

  • 1 C. Pok, « Precariedad laboral : personificaciones sociales en la frontera de la estructura del empl (...)
  • 2 S. Paugam, Le Salarié de la précarité, Paris, PUF, 2000.
  • 3 S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives (...)
  • 4 J. C. Neffa, D. Panigo et P. E. Pérez, Actividad, empleo y desempleo : conceptos y definiciones, Bu (...)

1Dans le contexte de profondes transformations du marché du travail, la précarité professionnelle peut se définir par opposition à ce qui est usuellement qualifié d’emplois « typiques ». Sont ainsi désignés des emplois qui s’inscrivent dans un type de rapport salarial formalisé et régulé, se projettent dans une durée non limitée (emploi à durée indéterminée) et offrent des garanties en termes de protection et de sécurité sociale, l’ensemble constituant différentes formes de sécurité pour le travailleur et sa famille. Ce type d’emploi constitue encore, en particulier dans le contexte français, le mode d’insertion attendu, tant par les individus que par les politiques publiques visant à résoudre les problèmes de chômage, de pauvreté et d’exclusion sociale. Par opposition, les emplois « atypiques » impliquent un rapport salarial irrégulier et instable et sont souvent caractérisés par des contrats à durée déterminée, comme c’est le cas en France, et par des emplois non déclarés, comme c’est le cas en Argentine. Ces emplois sont marqués par une participation intermittente dans l’activité professionnelle et la dissolution du modèle salarial socialement en vigueur1. Ces formes précaires d’emploi affectent également le contenu du travail2, ainsi que les relations professionnelles3. L’emploi précaire peut notamment être défini par « la moindre permanence de la relation salariale, ayant des implications juridiques et financières en ce qui concerne la stabilité, la protection légale et la sécurité sociale4 ».

  • 5 P. E. Pérez, La inserción ocupacional de los jóvenes en un contexto de desempleo masivo : el caso a (...)

2Face à cette question, les jeunes constituent l’un des groupes les plus vulnérables sur le marché du travail et ils sont fortement touchés par les situations de chômage et de précarité professionnelle5. Ce constat nous conduit à analyser plus précisément l’une de ses formes, à savoir la place de l’instabilité et de son contraire, la stabilité de l’emploi, dans les processus d’insertion professionnelle des jeunes. Nous privilégions une double approche objective et subjective qui traitera les données de manière qualitative et quantitative. En effet, dans le cadre de sociétés encore fondées sur le modèle salarial – malgré des transformations depuis quelques décennies –, la mise en question de la norme de la stabilité s’avère féconde pour analyser les facteurs qui la fondent ou s’en éloignent et pour observer la façon dont ceux-ci s’articulent dans les processus d’insertion effective des jeunes dans le monde du travail.

  • 6 Les auteurs de ce chapitre ont collaboré au projet ANR 09-BLAN-0301, intitulé « Bipaje » : « La bif (...)
  • 7 M. Grossetti, Sociologie de l’imprévisible : dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris (...)

3En outre, la question de la stabilité et de l’instabilité peut être associée à celle de la contingence et de l’imprévisibilité dans les parcours biographiques6. Elles contribuent largement à orienter, réorienter et faire bifurquer les parcours. Des événements imprévisibles peuvent même remettre en question les tendances historiques les plus durables7. Dans cette optique, nous proposons d’aborder l’instabilité et la discontinuité comme des points d’analyse très riches heuristiquement, qui sont susceptibles aussi d’éclairer autrement les formes de continuité, en particulier dans des contextes de complexification des trajectoires.

4Ce chapitre vise à analyser la situation professionnelle des jeunes ainsi que leurs représentations, sous l’angle de la stabilité et de l’instabilité de l’emploi, au cours des années suivant la fin des études secondaires ou professionnelles. Pour ce faire, nous adoptons un regard à la fois quantitatif et qualitatif, qui analyse tout d’abord des données statistiques sur l’emploi des jeunes en Argentine et en France, ainsi que des données issues de deux panels qualitatifs longitudinaux de suivi des trajectoires de jeunes dans chaque contexte.

  • 8 Le statut salarial a constitué un modèle de référence dans les deux pays : ce modèle a été importan (...)
  • 9 R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 199 (...)
  • 10 P. Bouffartigue et H. Eckert, Le Travail à l’épreuve du salariat : à propos de la fin du travail, P (...)
  • 11 S. Berger et M. Piore, Dualism and Discontinuity in Industrial Societies, Cambridge, Cambridge Univ (...)
  • 12 J. Gautié, Le Chômage, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2009.
  • 13 P. Cingolani, La Précarité, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2005.
  • 14 H. Chitarroni et C. Jacinto, « Precariedades, rotación y movilidades en las trayectorias laborales (...)
  • 15 MTEYSS, La heterogeneidad del cuentapropismo en la Argentina, Buenos Aires, Ministerio de Trabajo, (...)
  • 16 T. Couppié, C. Gasquet et A. Lopez (dir.), Quand la carrière commence… Les sept premières années de (...)

France et Argentine, quelques raisons de comparaison

La France et l’Argentine se distinguent plus particulièrement par leurs logiques de transition entre le système scolaire et le marché de l’emploi, par les politiques publiques qui encadrent les transitions, par les formes de gestion de la main-d’œuvre débutante et par les rôles de la formation initiale. Ces modalités ont non seulement un effet sur les flux et les mobilités, mais aussi sur les rapports des jeunes au travail et sur leurs cheminements.
Cependant, plusieurs facteurs sont communs : la référence normative du salariat8 – avec une dimension historique et des modalités différentes selon le pays –, ainsi que la transformation du travail dans le cadre de la globalisation des processus de production, circulation et consommation, qui affecte particulièrement l’insertion des nouvelles générations dans le monde du travail. L’accès aux droits sociaux s’est progressivement déconstruit pendant les dernières décennies, tant en France qu’en Argentine, par les transformations de l’État social9 et du salariat10. Bien qu’en France, ces institutions conservent une influence importante dans la régulation de la vie sociale et économique, ce pays n’a pas été à l’abri de problèmes majeurs, comme le signalent les discussions sur la segmentation11, le chômage12 ou la précarité13. L’Argentine a connu ces mêmes problèmes, aggravés après les années de dictature et du fait de la forte augmentation des inégalités sociales structurant un cadre de fragmentation sociale, éducative et professionnelle durable.
Ces problèmes sont accentués pour la population juvénile. Par exemple, selon une étude sur les transitions professionnelles entre 2003 et 2006 des jeunes âgés de 15 à 29 ans en Argentine, 30 % des jeunes employés se retrouvent au chômage l’année suivante14. La sortie de l’emploi y est critique, car l’allocation chômage, créée en 1991, s’applique aux travailleurs dans une situation légale d’emploi, alors que 62 % des jeunes travaillent dans des emplois non déclarés ou empleo informal15. En France, une analyse de la génération des jeunes issus du système éducatif, réalisée en 1998 montre que, si plus de la moitié (53 %) de la « génération 98 » est stabilisée en emploi à durée indéterminée dès la fin de la troisième année de vie active, un cinquième des jeunes ont rarement occupé des emplois à durée indéterminée au cours de leurs sept premières années de vie active. Une partie d’entre eux se trouve confrontée à un chômage récurrent ou persistant (8 %) ou s’est retirée plus ou moins durablement du marché du travail (5 %)16.

La stabilité et l’instabilité professionnelle dans les parcours objectifs des jeunes17

  • 17 Les données statistiques sont issues de l’enquête « Génération 98 » du Céreq et de la Dares pour la (...)
  • 18 Un EDI peut être sans contrat (emploi informel).
  • 19 Estimations sur la base des données de l’EPH (Indec).

5Au sein des travailleurs instables, les jeunes sont sur-représentés. Nombre d’entre eux – insérés très tôt sur le marché du travail avec peu de diplômes accréditant leurs compétences – alternent entre des situations d’emploi et de non-emploi, sans bénéficier de la protection sociale rattachée à un emploi à durée indéterminée (EDI). En effet, les données empiriques analysées pour le cas de l’Argentine montrent que le pourcentage des salariés en EDI – ayant ou non un contrat à durée indéterminée (CDI)18 – est plus bas chez les jeunes et qu’il augmente progressivement avec l’âge : 61,9 % des salariés âgés de 18 à 19 ans ont un EDI ; 76,6 % de ceux qui ont 22-23 ans ; 81,8 % chez les 28-29 ans ; 88,7 % chez les 32-59 ans, etc.19 Ce n’est donc qu’avec l’âge et l’ancienneté sur le marché du travail (associés à une plus grande expérience) que les travailleurs atteignent des positions stables.

  • 20 Dares, Emploi et chômage des 15-29 ans en 2008, n° 39.1, septembre 2009, p. 5.
  • 21 T. Couppié, C. Gasquet et A. Lopez (dir.), op. cit., p. 1.

6Nous pouvons constater une progression analogue en France à la même période (2008), puisque presque un tiers des salariés qui ont entre 15 et 29 ans (31 %) – dans les secteurs privé et public – ont un contrat temporaire (intérim, CDD, emploi aidé), tandis que ce pourcentage diminue significativement pour l’ensemble des salariés (13 %)20. De plus, à partir d’une approche longitudinale, on constate que la stabilisation dans l’emploi se confirme pour les jeunes de l’enquête « Génération 98 » : un an après avoir quitté leurs études, 37 % ont un CDI, pourcentage qui s’élève à 57 % trois ans plus tard et à 74 % sept ans plus tard21.

7Cependant, les différences entre les taux d’emploi instable en Argentine et en France sont importantes. Elles sont à mettre en relation avec une différence clé entre les deux systèmes. En Argentine, on observe un pourcentage élevé de jeunes travaillant dans des emplois non déclarés, ne bénéficiant pas de la sécurité sociale et qui affirment pourtant travailler dans des emplois à durée indéterminée. Cette perception se fonde sur le fait que la loi argentine soutient que s’il n’existe rien qui spécifie le contraire, tout emploi est a priori conçu pour une durée indéterminée. En France, le CDI ne s’oppose pas aux emplois « atypiques » ou instables du point de vue de l’accès à la sécurité sociale, mais du point de vue des conditions et garanties associées à la durée ou la fin de la période d’emploi.

Le rapport entre éducation et stabilité professionnelle

  • 22 P. E. Pérez, op. cit.

8Dans les deux pays, posséder ou non un diplôme fait une différence pour le type d’emploi auquel les jeunes peuvent accéder. Les données empiriques montrent que ceux qui ont des niveaux de formation plus élevés présentent généralement des taux d’activité et d’emploi plus grands, un moindre taux de chômage et qu’ils ont tendance à accéder à des postes plus stables22.

9La certification garantit à l’employeur un minimum de connaissances, d’efforts et de compétences, puisque l’employé potentiel a réussi à atteindre ce niveau de formation attesté par le diplôme. En raison du fait que les jeunes, par définition, ne peuvent pas avoir beaucoup d’expérience professionnelle, le diplôme constitue un signal essentiel envoyé aux employeurs pour prédire leur productivité à un poste.

10Proposant un nombre limité d’emplois stables (EDI), les employeurs ont tendance à les donner principalement aux travailleurs titulaires des diplômes les plus élevés, mettant à l’écart les jeunes qui bénéficient d’une moindre éducation formelle. Ainsi, dans les deux pays, le diplôme ne constitue pas une garantie pour accéder à un emploi stable, mais il donne davantage de possibilités (relatives et non absolues, au détriment des jeunes les moins éduqués).

  • 23 OCDE, « Des emplois pour les jeunes : France », Paris, 2009.

11En France par exemple, « 32 % des jeunes diplômés du supérieur sortis en 1998 sont en CDI l’année suivante, contre 18 % pour les non diplômés. Si au bout de deux ans, plus de la moitié des diplômés du supérieur sont stabilisés en CDI, il faut attendre environ sept ans pour que la moitié des sans-diplôme ait accès à un CDI23 ».

Le CDI comme garant de la stabilité de l’emploi

  • 24 Y. Grelet et M. Mansuy, « De la précarité de l’emploi à celle des trajectoires : une analyse de l’i (...)
  • 25 H. Eckert et V. Mora, « Formes temporelles de l’incertitude et sécurisation des trajectoires dans l (...)

12En France, au milieu des années 1980, avec la diffusion généralisée des différents emplois « atypiques », ou formes particulières d’emploi (contrats à durée déterminée, contrats aidés par l’État, contrats à temps partiel), le type de contrat devient un élément descriptif essentiel des caractéristiques des emplois occupés. L’accès à un CDI est l’indicateur de stabilité le plus utilisé et il est interprété comme garantie d’une trajectoire future stable24. Cependant, cette vision de la stabilité commence à être interrogée depuis les années 1990 et, aujourd’hui, la stabilité est analysée à partir d’une perspective plus dynamique qui prend en compte la permanence dans un même emploi au cours des années. Dans ce sens, il est possible d’observer que la possession d’un CDI n’est pas forcément synonyme d’un emploi stable. En France, parmi les jeunes débutants de l’enquête « Génération 98 », 38 % des CDI ont été interrompus au cours des trois premières années (25 % ont duré moins de six mois), tandis que 21 % des CDD ont duré plus d’un an25.

  • 26 Estimations sur la base des données de l’EPH (Indec).
  • 27 L. Bloch et M.-A. Estrade, « Les formes particulières d’emploi en France : un marchepied pour l’emp (...)

13En Argentine, il n’existe pas d’enquête longitudinale – à l’image des enquêtes « Génération » – qui permette le suivi des jeunes durant les premières années de leur trajectoire professionnelle. Pourtant, à partir de l’enquête EPH, il est possible d’analyser la mobilité sur deux années consécutives. Malgré le fait que la plupart des jeunes se trouvent dans des emplois non déclarés, les données nous permettent d’observer que, parmi ceux qui ont un contrat, plus de 12 % des jeunes qui avaient un CDI en 2007 ne l’ont plus un an plus tard – 6 % sont au chômage et 6,6 % sortent du marché du travail. De plus, une partie importante (56,6 %) des jeunes possédant des contrats à durée déterminée en 2007 reçoit un CDI un an plus tard, tandis que 7,6 % des jeunes en CDI la même année obtiennent un CDD un an plus tard26. Ces résultats sur la mobilité professionnelle des jeunes en Argentine convergent avec ceux d’études françaises récentes27.

  • 28 R. Cance, « Travailler en contrat à durée déterminée : entre précarité contrainte, espoir d’embauch (...)

14Pour poursuivre cette idée, les contrats du type CDD ne sont donc pas nécessairement synonymes d’enfermement dans des emplois instables, ils constituent très souvent un pas vers un emploi stable. De plus, les jeunes peuvent enchaîner des emplois à durée déterminée sans passer par l’étape du chômage entre chaque contrat. Comme on le verra dans les données qualitatives, pour certains jeunes parmi les plus qualifiés, l’instabilité peut constituer un moyen d’acquérir de l’expérience professionnelle, tandis que pour les moins diplômés, les CDD restent synonymes de précarité28. Cette situation montre que nous ne pouvons pas seulement cataloguer les types de contrat pour analyser la stabilité des emplois des jeunes. Il est nécessaire d’opérer un suivi longitudinal et d’approfondir la compréhension du sens des situations d’emploi avec lesquelles les jeunes construisent leurs parcours.

L’instabilité et les nouvelles embauches

  • 29 Y. Grelet et M. Mansuy, op. cit., p. 94.

15Tant les données françaises que les données argentines montrent que les formes précaires d’emploi affectent principalement les nouvelles recrues, parmi lesquelles les jeunes sont majoritaires. Grelet et Mansuy montrent qu’en France, l’emploi instable (cette fois-ci, différent du CDI) est plus élevé chez les jeunes (28 %) que chez les adultes (7 %). Mais en considérant les nouvelles embauches et non plus le stock de l’emploi, la différence se réduit considérablement (44 % des jeunes contre 34 % des adultes)29.

  • 30 Pour ce point, nous avons considéré « instable » les emplois qui ne sont pas en CDI, afin d’établir (...)
  • 31 Estimations sur la base des données de l’EPH (Indec).

16En Argentine, les pourcentages d’emploi instable (cette fois-ci, différent du CDI) sont également plus élevés chez les travailleurs jeunes (25,2 %) que chez les adultes (13,3 %)30. Cependant, si nous considérons là aussi les nouvelles embauches, les différences disparaissent presque entièrement : parmi les nouvelles embauches des travailleurs de plus de 20 ans, le pourcentage d’emploi différant du CDI semble se stabiliser à 40 %31.

17En bref, une partie des difficultés de l’insertion professionnelle des jeunes et du type de contrats auxquels ils accèdent résulte de leur participation majoritaire dans les nouveaux recrutements sur le marché du travail.

Les « emplois de jeunes »

18Les analyses de l’emploi des jeunes et de leurs trajectoires d’insertion se fondent sur les caractéristiques des travailleurs eux-mêmes. Cependant, il existe des secteurs d’activité davantage susceptibles de recruter des travailleurs stables. Il est donc possible que le problème de l’instabilité des contrats ne réside pas en particulier chez les jeunes, mais repose plutôt sur les secteurs d’activité qui embauchent le plus de jeunes.

19En Argentine, parmi les branches qui engagent de préférence des jeunes se trouvent celles qui fonctionnent avec un fort turn-over des travailleurs, par exemple le commerce, le bâtiment, les services à la personne et le ménage. Les jeunes qui travaillent dans ces branches présentent les plus faibles pourcentages de CDI.

  • 32 Dares, op. cit. ; Dares, Emploi et chômage des 15-29 ans en 2009, n° 072, octobre 2010.
  • 33 Ibid.

20En France, les secteurs du bâtiment, de la mécanique et de l’entretien, caractérisés par l’offre de postes d’emploi pour des ouvriers non qualifiés, sont ceux qui recrutent majoritairement des hommes jeunes. Pour leur part, les jeunes femmes trouvent souvent des emplois dans le secteur tertiaire, dans des activités comme l’hôtellerie, en tant que caissières, employées de commerce, de coiffure, etc.32 Ces activités recrutent des travailleurs en contrats d’apprentissage, contrats intérimaires ou à temps partiel et constituent une bonne porte d’entrée sur le marché du travail pour les jeunes. Souvent saisonniers, avec des conditions d’emploi et des horaires difficiles, ces « emplois de jeunes » témoignent d’un turn-over important, puisque de nombreux jeunes les abandonnent à partir du moment où ils trouvent des emplois offrant de meilleures perspectives de carrière et des conditions d’emploi plus stables33.

21Ainsi, il est possible de confirmer l’hypothèse qu’une partie de la plus grande instabilité professionnelle des jeunes (par rapport aux adultes) est due à la dynamique de fonctionnement (fort turn-over) des secteurs d’activité qui les embauchent et, pour le cas français, au type de contrat que ces secteurs mettent en place.

Les rapports des jeunes à la stabilité et à l’instabilité professionnelle

22En France comme en Argentine, nous constatons une diversification des parcours professionnels en raison de l’hétérogénéité du marché de l’emploi, des inégalités de situation, mais également des formes de singularisation dues aux appréciations, dispositions et choix individuels. Nous allons à présent étudier la manière dont les rapports subjectifs à l’emploi interviennent dans l’orientation des parcours vers des emplois qui ne correspondent pas toujours aux attentes de stabilité.

  • 34 C. Bidart et M.-E. Longo, « Bifurcations biographiques et évolutions des rapports au travail », Rel (...)
  • 35 S. Paugam, op. cit. ; A.-M. Daune-Richard, « Trajectoires de socialisation et rapport à l’emploi », (...)

23Le rapport à l’emploi fait référence aux critères, parfois pluriels, mis en avant afin d’évaluer les emplois concrets34. Les images abstraites du travail sont mises à l’épreuve dans les emplois concrets35. La sécurité ou le fait d’être déclaré, la stabilité, la carrière, la tâche, le salaire, les temps de travail, les relations dans le travail composent l’ensemble des critères, parfois fortement hiérarchisés, qui sont mobilisés pour évaluer un emploi, l’accepter ou le quitter. Les jeunes construisent et justifient ainsi leur propre grille de définition et de sélection des emplois.

24L’analyse des rapports à l’emploi permet en particulier d’observer l’importance que les jeunes accordent au modèle de l’emploi salarié typique, synonyme de stabilité, sécurité et carrière. Elle favorise une mise en perspective de la norme globale de l’emploi salarié présente dans les deux pays. Ce modèle, important entre les années 1950 et 1980 en Argentine, caractérise aujourd’hui seulement un segment du marché du travail, dans lequel les jeunes sont minoritaires. En France, il conserve sa force en tant que norme sociale ainsi que dans les attentes de la plupart des jeunes, même si les conditions d’emploi se sont dégradées depuis les années 1980.

25Ainsi, à travers l’analyse du rapport à l’emploi exprimé par les jeunes au long de leur parcours, nous explorons leurs dispositions vis-à-vis de l’emploi typique, en particulier au regard de la stabilité et l’instabilité.

  • 36 Cf. http :/panelcaen.hypotheses.org

Deux panels longitudinaux de jeunes

Le panel qualitatif et longitudinal français a débuté en 1995 dans la ville de Caen. Depuis, est réinterrogé tous les trois ans un groupe de 87 jeunes qui étaient au départ en classe de terminale (ES et bac professionnel) ou en stage d’insertion. Cinq vagues d’enquête ont été réalisées36.
Le panel qualitatif argentin s’inspire du panel français et recouvre des jeunes initialement en fin d’études secondaires à Buenos Aires, issus aussi de trois filières de formations distinctes, fréquemment associées à des origines sociales différentes. L’enquête a démarré par 422 questionnaires standardisés, suivis d’une première vague d’entretiens réalisés en 2006 auprès de 85 jeunes. La deuxième vague a été réalisée en 2008 et la troisième en 2011.

Significations et poids de la stabilité pour les jeunes Français et Argentins

26Nous constatons en premier lieu les limites de la prévalence de l’emploi typique dans les deux pays : les jeunes ne cherchent pas toujours à se stabiliser dans l’emploi. L’intérêt principal qui guide les choix est parfois l’expérimentation de secteurs et d’activités différents, parfois l’ajustement des horaires et des distances par rapport aux autres activités que le travail, ou encore la maximisation du salaire. La stabilité et l’instabilité font partie d’un éventail de critères et doivent être interprétées en fonction de cette diversité.

27L’analyse du rapport à la stabilité de l’emploi dans ces deux contextes nous invite à comprendre le sens que prend ce critère dans l’un et l’autre pays. Son lien avec les autres critères devient important, en particulier avec celui de la sécurité.

28Certes, les jeunes Français valorisent davantage la stabilité de l’emploi, c’est-à-dire la garantie d’un contrat qui ne leur fixe pas une limite temporelle (paradoxalement, la référence à une durée « indéterminée » semble promettre la pérennité). Dans le panel argentin, moins d’un quart des jeunes font référence à cette stabilité de l’emploi, alors que dans le panel français, un tiers mentionne au moins une fois ce critère au cours des vagues d’enquête. Par exemple, Vérène envisage comme critère central la stabilité de l’emploi, qu’elle obtient finalement en tant qu’employée à la Banque Postale :

« J’ai besoin d’avoir une situation stable, je suis complètement une maniaque des situations stables. Moi, j’ai besoin d’être sûre d’avoir un boulot et enfin, c’est le CDI quasiment, d’attendre d’avoir ça […], d’avoir une situation stable et sûre et puis après de pouvoir parler de trucs sérieux parce que les galères de début, si on peut les éviter, ça serait bien » (vague 2).

29La norme de la stabilité est ainsi fortement présente chez les jeunes Français. Cette norme prend de façon hégémonique la forme des contrats à durée indéterminée.

30En Argentine en revanche, en raison de l’étendue du travail informel et non déclaré, la permanence dans un même emploi peut se construire, on l’a vu, malgré le caractère non déclaré de celui-ci. Cette situation est fréquente chez certaines catégories de jeunes (les plus chanceux parmi les moins qualifiés). Il existe donc en Argentine une possibilité de stabilité sans sécurité. Cette caractéristique précaire du rapport salarial, même si l’emploi s’avère stable de fait, explique que les jeunes Argentins aspirent davantage à la sécurité qu’à la stabilité. Cette sécurité repose sur le fait que l’emploi soit déclaré, que le contrat soit régulé juridiquement et qu’il assure la protection sociale, plus précisément l’assurance maladie. Mais cette contractualisation implique aussi une moindre incertitude quant à la durée dans l’emploi (sans toujours aller jusqu’à la durée longue ou indéterminée) et, d’une certaine façon, s’imbrique quand même avec la question de la stabilité.

Une relation non mécaniciste entre pratiques et rapports des jeunes à l’emploi

31Les rapports à l’emploi sont des constructions symboliques susceptibles à la fois de suivre et de transformer les pratiques dans le cadre d’un parcours professionnel. Le rapport subjectif à la stabilité et à l’instabilité réinterroge la stabilité objective des situations d’emploi. Dans les deux panels, il est possible d’observer des jeunes avec des parcours stables ou de stabilisation (c’est-à-dire qui l’atteignent d’emblée dès les premières embauches ou bien plus tard et progressivement) et des jeunes qui persistent dans l’instabilité, la mobilité entre emplois et le fort turn-over. Cependant, une distribution des jeunes qui intègre la stabilité objective de leur parcours, mais aussi leur rapport subjectif à la stabilité, nous permet de constater qu’il n’existe pas un lien mécanique entre les parcours effectifs et les représentations autour de la stabilité. Dans les deux panels, ce ne sont pas toujours les jeunes qui valorisent la stabilité qui se retrouvent dans des emplois stables, ni non plus à l’inverse ceux qui les trouvent qui valorisent le plus ce type d’emploi. La stabilité est un critère privilégié par des jeunes ayant différents parcours objectifs.

32Par exemple, en France, Samuel, qui veut travailler dans l’animation et l’éducation, obtient, lors de la quatrième vague du panel, un poste en CDI en tant qu’éducateur spécialisé. Cependant, passionné par son métier et donnant depuis le début une importance centrale à la tâche et à ses possibilités d’épanouissement dans le travail, il déclare :

« Ça ne m’aurait pas gêné d’être en CDD par exemple. […] C’était le “plus” et même, le CDI me gêne un peu. Justement, le fait d’avoir le refus pour travailler dans un Centre éducatif renforcé, du coup ça ne m’aurait pas gêné de dire : “Voilà, pendant un an, je vais bosser dans une autre boîte.” Je fais autre chose, je touche mon indemnité et je m’en vais ailleurs. Et à la limite, peut-être que pendant un ou deux mois j’aurais pu me dire : “Je me pose un peu. Mais pas de manière trop longue.” »

33Ce jeune, actuellement dans un emploi stable, peut (relativement) valoriser l’instabilité.

34À l’inverse, la jeune Argentine, Carla, issue des classes populaires, sort d’une formation professionnelle en informatique. Elle est préoccupée depuis le début de son insertion par la stabilité :

« Un bon emploi ? C’est un emploi fixe, avec peu de charge horaire et bien payé. […] Je n’aimerais pas sauter d’un endroit à l’autre dans la vie, jamais. J’ai l’exemple de mon père qui fait des petits boulots comme mécanicien et maçon et je n’aime pas être en train de picorer ici et là, je préfère trouver une stabilité le plus tôt possible » (vague 1).

35Deux ans plus tard, elle décide de passer son diplôme secondaire et de commencer des études universitaires en travaillant en parallèle pour les financer. Elle passe par plusieurs emplois de baby-sitter pendant un an et demi. Malgré l’informalité et l’instabilité de ces emplois, la stabilité est encore recherchée pour l’avenir, même si elle ne se décide pas à quitter son emploi actuel qui est compatible avec ses études : « Il y a deux emplois, l’un déclaré et l’autre non déclaré, je choisis très vite celui déclaré car ça te donne la stabilité, la sécurité future » (vague 2).

36Carla, confrontée à des emplois instables, valorise donc la recherche de la stabilité.

37Ces exemples et ces récits montrent que la valorisation de la mobilité (en tant que formulation positive de l’instabilité) ou de la stabilité se construisent en lien avec d’autres critères associés à l’emploi, qui ensemble contribuent aux choix et orientent finalement les parcours. La recherche de stabilité ne se fait pas à n’importe quel prix. L’épanouissement dans l’emploi ou son articulation avec d’autres priorités, comme des projets de formation ou de famille, affectent le rapport à la stabilité. L’intérêt pour la stabilité peut aussi se renforcer par la lassitude à l’égard d’emplois précaires ou par l’expérience des bénéfices d’un emploi stable. Mais la recherche de la stabilité peut être aussi associée à d’autres facteurs qui sortent de la sphère professionnelle, comme des projets d’enfant ou des choix résidentiels qui demandent une certaine stabilité professionnelle.

Le rapport à la stabilité et à l’instabilité peut évoluer

38D’autres constats ont émergé à partir de la comparaison de ces données diachroniques. L’intérêt pour un critère peut se développer progressivement. Les évolutions dans les rapports à la stabilité sont fréquentes, soit de manière brutale, soit au fur et à mesure que l’insertion avance. Parfois, la stabilité constitue d’emblée une valeur, comme chez les rares Argentins qui évoquent ce critère. D’autres fois, elle apparaît progressivement, comme nous l’avons observé plus souvent chez les jeunes du panel français : durant la première vague d’enquête, seuls 3 jeunes Français valorisent la stabilité, 13 à la deuxième vague, 20 aux troisième et quatrième vagues.

39Cependant, le chemin inverse existe aussi et c’est paradoxalement chez les jeunes du panel français, pourtant davantage centrés sur la stabilité, que nous avons relevé des cas d’abandon progressif du critère de la stabilité. Cet abandon se produit au regard de diverses situations.

40Tout d’abord il y a des jeunes qui, au fur et à mesure et même après des expériences de stabilité et des emplois en CDI, valorisent d’autres critères ou sont déçus de leur situation, car la stabilité n’implique pas toujours la satisfaction professionnelle. Ainsi, ils se désintéressent de ce critère et privilégient ensuite la tâche, les horaires ou la carrière.

41Par ailleurs, l’inscription dans l’instabilité peut résulter d’une acceptation des règles structurelles de certains secteurs du marché du travail. Cela apparaît dans les cas de jeunes qui considèrent que leur métier se développe dans des cadres instables et que l’instabilité constitue le prix d’une carrière ascendante. On trouve en particulier ce discours autour de métiers de publicitaires, artistes, informaticiens, qui se voient changer plusieurs fois d’emploi pour atteindre des objectifs professionnels. Par exemple, la jeune Agnès déclare : « Quoi qu’il arrive, dans la pub, tu es obligée d’avoir des emplois successifs » (vague 2).

  • 37 M.-E. Longo, « Trayectorias laborales de jóvenes en Argentina : un estudio longitudinal de las prác (...)

42Dans le panel argentin, nous observons aussi cette logique « opportuniste37 » qui met en valeur l’adaptation aux circonstances instables, mais dans ce contexte, l’instabilité est davantage rattachée à la mobilité entre des espaces professionnels différents, avec l’espoir de saisir une opportunité dans l’emploi déclaré. L’obtention de ce type d’emploi impliquerait de passer du segment secondaire au segment primaire du marché du travail, avec une meilleure position en termes de salaire, conditions, protection sociale et hiérarchie des métiers, y compris en sacrifiant la tâche, les horaires ou le salaire.

  • 38 J. Rose, Les Jeunes face à l’emploi, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.

43Ces deux stratégies peuvent aussi être associées à ce que José Rose a appelé l’« effet débutant » qui consiste à accepter l’instabilité au début de l’insertion comme une situation propre à la période juvénile38. Cependant, cette instabilité, dans un contexte comme l’Argentine où l’informalité persiste longtemps pour l’emploi des jeunes, peut s’intérioriser de façon plus ou moins brutale selon les expériences de précarité vécues. C’est le cas du jeune Ricardo, d’origine populaire, qui poursuit un parcours uniquement dans des emplois précaires et instables :

« Comme je suis limité pour trouver un emploi parce que je n’ai pas fait d’études, que je n’ai pas d’expérience dans le même métier, ni rien… je ne pourrai jamais avoir quelque chose de fixe. C’est pour ça que je donne la priorité à combien je gagne, d’un emploi à l’autre, je vais vers celui où je gagne le plus » (vague 2).

  • 39 C. Nicole-Drancourt, « Mode de socialisation et rapport à l’activité », Revue française des affaire (...)

44Enfin, d’autres jeunes valorisent l’instabilité en mettant en évidence une sorte de culture de l’expérimentation bâtie à partir de la mobilité positive entre espaces de travail. Cette mobilité est à mettre en relation avec un débat, déjà ancien au sein de la sociologie du travail et de la jeunesse en France39. Dans ce cas, l’instabilité est volontairement recherchée et valorisée. Des récits, tel celui de Kevin, jeune Français d’origine sociale populaire, illustrent ce positionnement. Bien qu’il ait exercé divers emplois en CDI (agent hospitalier, agent de sécurité, agent d’accueil de plusieurs entreprises), c’est la mobilité et le changement qui guident ses choix. Lors de la vague 2, il souligne :

« Au bout d’un certain temps, c’est souvent aux alentours de six mois, je voudrais bien faire autre chose. […] Je crois que je n’arriverai pas à me stabiliser un jour. Comment je vois ma vie de travail ? Surtout pas comme mes collègues qui ont 45 ou 50 ans et qui disent la même phrase que moi au téléphone : “L’hôpital, bonsoir”, et ça fait quinze ou vingt ans qu’ils disent ça. Et là, franchement, je ne pourrais pas. »

45Au moment de la vague 3, l’instabilité est encore un choix : « Je suis toujours en train d’essayer de trouver une faille pour me barrer. […] Moi, j’ai un esprit vagabond. »

46La vision de l’emploi stable perçu comme un piège se maintient encore à la vague 4 :

« À l’époque, quand j’ai été embauché, j’étais content, puis à un moment donné, je me suis dit : “Je suis dans un piège.” Parce que du fait d’avoir été en CDI, justement, je ne pouvais plus partir… Je me sentais enfermé. »

  • 40 C. Bidart, M. Correia et D. Lavenu, « Évolution des rapports à l’instabilité professionnelle : une (...)

47Les ressources personnelles et les garanties sociales, sous la forme de diplômes, de réseaux relationnels, d’expériences positives de recherche d’emploi et de recours à l’aide publique, sont des éléments clés pour comprendre cet autre type de rapport à l’emploi40.

  • 41 H. Eckert et V. Mora, op. cit. ; R. Belkacem, C. Kornig et F. Michon (dir.), Visages de l’intérim e (...)
  • 42 T. Couppié, C. Gasquet et A. Lopez (dir.), op. cit.

48La valorisation de l’instabilité et de la mobilité est un discours que nous avons trouvé chez certains jeunes du panel français, alors que nous l’attendions plutôt chez les jeunes les plus favorisés du panel argentin, en raison d’une sorte d’intériorisation du contexte plus instable et incertain. Les récits des jeunes ont mis en évidence le caractère à la fois social et individuel de leur choix. En France, modèle de forte régulation étatique et sociale, il existe en effet une « institutionnalisation » de l’instabilité tant publique que privée. Les agences d’emploi privé ou d’intérim, pourvoyeuses de main-d’œuvre temporaire, sont largement répandues et constituent une source importante d’emploi des jeunes. Ces agences fidélisent souvent une partie des intérimaires qualifiés, ainsi sécurisés malgré la précarité formelle de leur contrat de travail41. De plus, depuis les années 1990, l’État français a mis en place toute une série de dispositifs publics d’insertion visant principalement les jeunes : apprentissage, contrats de professionnalisation, emplois-jeunes, contrats d’accompagnement, etc. Il s’agit dans tous les cas d’emplois aidés par l’État, de courte durée et visant surtout les jeunes. Un jeune sur cinq de l’enquête « Génération 98 » déclare avoir travaillé sous contrat aidé par l’État durant ses sept premières années de vie active42. Ces emplois aidés viennent s’ajouter à toute une série de mesures de gestion des transitions qui sont fréquemment apparues dans les entretiens des jeunes Français : les aides à la création d’entreprise, à l’acquisition du statut d’auto-entrepreneur, les dispositifs de reconversion, les mesures d’indemnisation de licenciement en accord avec l’employeur, les aides à la formation, le bilan de compétences, ainsi que, plus largement, l’allocation chômage et les structures de recherche d’emploi ou d’autres dispositifs non directement tournés vers l’emploi (le congé parental).

  • 43 OIT, Trabajo decente y juventud en Argentina, Lima, 2007, p. 136.

49En Argentine, il n’existe pas de politique d’État d’ampleur comparable. Les dispositifs sont faibles, dispersés, peu visibles et ils abordent rarement la problématique de l’insertion des jeunes43. L’allocation chômage (seguro de desempleo), créée en 1991, s’applique aux travailleurs dans une situation légale d’emploi, ce qui n’est pas le cas de la plupart des jeunes. L’absence de référence aux aides de l’État ou à des ressources collectives autres que la famille n’est donc pas étonnante dans les récits des jeunes du panel argentin.

50Ainsi, le contexte français permet non seulement une plus grande stabilisation, mais également, dans les cas où l’instabilité existe ou est souhaitée, il garantit sa prise en main par un État régulateur. Enfin, le changement, lorsqu’il est encadré, constitue une régulation propre au contexte des jeunes du panel français et un cadre normatif viable pour leurs parcours. Dans un tel contexte de sécurisation relative des parcours, l’instabilité ne prend pas le même sens qu’en Argentine, où la régularisation des emplois est le premier stade de la sécurité visée par les jeunes.

Réflexions finales

  • 44 R. Sennet, La corrosión del carácter, Barcelone, Anagrama, 2000.

51La stabilité de l’emploi a été pendant plusieurs décennies une norme sociale dominante dans différents pays du monde. L’Argentine n’a pas fait exception, mais l’attente d’un emploi « stable et pour toute la vie » n’a pas toujours coïncidé avec la possibilité réelle d’accéder à un rapport salarial doté de ces caractéristiques, celui-ci restant au niveau d’un horizon souhaitable pour le parcours44. En France, la relation entre les attentes et l’insertion objective est plus étroite et la stabilité de l’emploi constitue un critère valorisé progressivement au cours du temps, auquel les régulations du marché du travail et le système répondent finalement assez fréquemment. Ainsi, malgré le fait qu’en Argentine le cycle économique des dernières années a contribué à améliorer des indicateurs professionnels et sociaux fondamentaux, ou qu’en France les régulations du marché et les protections de l’État tendent à compenser pour une part ce problème au cours du temps, la précarité et l’instabilité des emplois auxquels accèdent les jeunes continuent à apparaître comme une caractéristique centrale du monde du travail.

52Les données statistiques présentées montrent la façon dont la norme sociale est médiatisée par des déterminants sociaux, par les opportunités professionnelles et par les effets du temps dans les cheminements. Une perspective dynamique sur les parcours et sur les transitions permet de mieux en rendre compte. Nous avons ainsi observé que les jeunes titulaires d’un diplôme plus élevé obtiennent plus souvent un emploi stable, ou que l’origine sociale affecte leurs possibilités d’en trouver un. Mais nous pouvons démontrer en outre qu’une partie de l’instabilité professionnelle des jeunes par rapport aux adultes est due à la dynamique des secteurs d’activité qui les embauchent et qu’une autre partie est liée à leur expérience antérieure dans l’emploi et à l’« effet débutant ».

53Mais la norme de l’emploi stable est aussi mise en question par les jeunes eux-mêmes. Les résultats de l’analyse qualitative nous ont permis de confirmer que tous les jeunes ne donnent pas toujours la priorité à la stabilité et que celle-ci est liée à d’autres critères pris en compte aussi par les jeunes. De plus, il n’existe pas une correspondance mécanique entre stabilité subjective et objective. L’obtention d’un CDI n’implique pas nécessairement une adhésion à la stabilité et l’absence d’emploi stable ne suppose pas une intériorisation ou une valorisation automatique de l’instabilité. En outre, la préférence pour la stabilité peut évoluer, se renforcer ou être abandonnée en faveur d’autres critères de l’emploi, à partir des expériences professionnelles, mais aussi extra-professionnelles. Enfin, quelques différences mettent en évidence des préférences non seulement individuelles, mais également des cadres sociétaux ou des régulations du marché du travail propres au contexte dans lequel les parcours des jeunes se construisent.

54La mise en perspective des panels argentin et français montre déjà plusieurs points principaux. Même si en France, la stabilité constitue la norme principale de l’emploi et des représentations des jeunes, les dispositifs publics de sécurisation des parcours permettent de vivre ou même de faire le choix de l’instabilité comme une expérience positive. En Argentine, l’instabilité vient s’ajouter à un problème majeur qui est celui de la non-protection légale et sociale de l’emploi. Cette situation de base relativise le regard des jeunes vis-à-vis de la stabilité. Ils recherchent plutôt en priorité la sécurité, qui s’avère susceptible de conduire parfois à la permanence dans l’emploi et constitue une plus grande protection contre la précarité.

Bibliographie

Belkacem Rachid, Kornig Cathel et Michon François (dir.), Visages de l’intérim en France et dans le monde, Paris, L’Harmattan, 2011.

Berger Suzanne et Piore Michael, Dualism and Discontinuity in Industrial Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 1980.

Béroud Sophie et BouffartiGue Paul (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, 2009.

Bidart Claire, Correia Mario et Lavenu Daniel, « Évolution des rapports à l’instabilité professionnelle : une enquête qualitative longitudinale auprès des jeunes », Relief, n° 15, 2006.

Bidart Claire et Longo María Eugenia, « Bifurcations biographiques et évolutions des rapports au travail », Relief, n° 22, 2008.

Bloch Laurence et Estrade Marc-Antoine, « Les formes particulières d’emploi en France : un marchepied pour l’emploi stable ? », France portrait social, 1998.

Bouffartigue Paul et Eckert Henri, Le Travail à l’épreuve du salariat : à propos de la fin du travail, Paris, L’Harmattan, 1997.

Cance Raphaël, « Travailler en contrat à durée déterminée : entre précarité contrainte, espoir d’embauche et parcours volontaire », Travail et emploi, n° 89, 2002.

Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Chitarroni Horacio et Jacinto Claudia, « Precariedades, rotación y movilidades en las trayectorias laborales juveniles », Estudios del trabajo, n° 39/40, 2011, p. 5-36.

Cingolani Patrick, La Précarité, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2005.

Couppié Thomas, Gasquet Céline et Lopez Alberto (dir.), Quand la carrière commence… Les sept premières années de vie active de la génération 98, Marseille, Céreq, 2007.

Dares, Emploi et chômage des 15-29 ans en 2009, n° 072, octobre 2010.

Dares, Emploi et chômage des 15-29 ans en 2008, n° 39.1, septembre 2009. Daune-ricHard Anne-Marie, « Trajectoires de socialisation et rapport à l’emploi », Revue française des affaires sociales, n° 2, 1992, p. 85-95. Eckert Henri et Mora Virginie, « Formes temporelles de l’incertitude et sécurisation des trajectoires dans l’insertion professionnelle des jeunes », Travail et emploi, n° 113, 2008, p. 31-46.

Gautié Jérôme, Le Chômage, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2009.

Grelet Yvette et Mansuy Michelle, « De la précarité de l’emploi à celle des trajectoires : une analyse de l’insertion en évolution », Formation emploi, n° 85, 2004.

Grossetti Michel, Sociologie de l’imprévisible : dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris, PUF, 2004.

Longo María Eugenia, « Trayectorias laborales de jóvenes en Argentina : un estudio longitudinal de las prácticas de trabajo, las disposiciones laborales y las temporalidades juveniles de jóvenes de la Zona Norte del Gran Buenos Aires, en un contexto histórico de diferenciación de las trayectorias », thèse de doctorat en sciences sociales, université de Provence et université de Buenos Aires – LEST (France)/CEIL/Piette (Argentine), mars 2011.

Maurin Éric, L’Égalité des possibles, Paris, Le Seuil, 2002.

Mteyss, La heterogeneidad del cuentapropismo en la Argentina, Buenos Aires, Ministerio de Trabajo, Empleo y Seguridad social, 2006.

Neffa Julio César, Panigo Demian et PÉrez Pablo Ernesto, Actividad, empleo y desempleo : conceptos y definiciones, Buenos Aires, Asociación Trabajo y Sociedad/CEIL-Piette-Conicet, 2000.

Nicole-Drancourt Chantal, « Mode de socialisation et rapport à l’activité », Revue française des affaires sociales, n° 2, avril-juin 1992, p. 71-83.

OCDE, « Des emplois pour les jeunes : France », 2009. oit, Trabajo decente y juventud en Argentina, Lima, 2007.

Paugam Serge, Le Salarié de la précarité, Paris, PUF, 2000.

Pérez Pablo Ernesto, La inserción ocupacional de los jóvenes en un contexto de desempleo masivo : el caso argentino entre 1995 y 2003, Buenos Aires, Miño y Dávila Editores/CEIL-Piette-Conicet, 2008.

Pok Cynthia, « Precariedad laboral : personificaciones sociales en la frontera de la estructura del empleo », Documento de trabajo n°29, Centro de Estudios e Investigaciones Laborales, Buenos Aires, 1992.

Rose José, Les Jeunes face à l’emploi, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.

Sennet Richard, La corrosión del carácter, Barcelone, Anagrama, 2000.

Notes

1 C. Pok, « Precariedad laboral : personificaciones sociales en la frontera de la estructura del empleo », Documento de trabajo n° 29, Centro de Estudios e Investigaciones Laborales, Buenos Aires, 1992.

2 S. Paugam, Le Salarié de la précarité, Paris, PUF, 2000.

3 S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, 2009.

4 J. C. Neffa, D. Panigo et P. E. Pérez, Actividad, empleo y desempleo : conceptos y definiciones, Buenos Aires, Asociación Trabajo y Sociedad/CEIL-Piette-Conicet, 2000, p. 41.

5 P. E. Pérez, La inserción ocupacional de los jóvenes en un contexto de desempleo masivo : el caso argentino entre 1995 y 2003, Buenos Aires, Miño y Dávila Editores/CEIL-Piette-Conicet, 2008.

6 Les auteurs de ce chapitre ont collaboré au projet ANR 09-BLAN-0301, intitulé « Bipaje » : « La bifurcation biographique au cœur de la dynamique des parcours d’entrée dans la vie professionnelle : une approche qualitative et quantitative dans trois contextes sociétaux, France, Québec et Argentine » (cf. http://bifurc.hypotheses.org). Ce projet a rassemblé des chercheurs du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, UMR 7317) et du Cereq (France), de l’université de Montréal, de l’université de Sherbrooke et de l’INRS (Canada) et du CEIL-Conicet à Buenos Aires (Argentine). Il a été financé par l’Agence nationale de la recherche (France) entre 2009 et 2012 et dirigé par Claire Bidart (CNRS).

7 M. Grossetti, Sociologie de l’imprévisible : dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris, PUF, 2004.

8 Le statut salarial a constitué un modèle de référence dans les deux pays : ce modèle a été important et durable en France – quoique en crise depuis les années 1980 – et plus court en Argentine (entre les années 1940 et 1970), mais il y a laissé des traces.

9 R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

10 P. Bouffartigue et H. Eckert, Le Travail à l’épreuve du salariat : à propos de la fin du travail, Paris, L’Harmattan, 1997.

11 S. Berger et M. Piore, Dualism and Discontinuity in Industrial Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 1980.

12 J. Gautié, Le Chômage, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2009.

13 P. Cingolani, La Précarité, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2005.

14 H. Chitarroni et C. Jacinto, « Precariedades, rotación y movilidades en las trayectorias laborales juveniles », Estudios del trabajo, n° 39/40, 2011, p. 5-36.

15 MTEYSS, La heterogeneidad del cuentapropismo en la Argentina, Buenos Aires, Ministerio de Trabajo, empleo y seguridad social, 2006.

16 T. Couppié, C. Gasquet et A. Lopez (dir.), Quand la carrière commence… Les sept premières années de vie active de la génération 98, Marseille, Céreq, 2007.

17 Les données statistiques sont issues de l’enquête « Génération 98 » du Céreq et de la Dares pour la France et de l’enquête de ménages (EPH) de l’Indec pour l’Argentine.

18 Un EDI peut être sans contrat (emploi informel).

19 Estimations sur la base des données de l’EPH (Indec).

20 Dares, Emploi et chômage des 15-29 ans en 2008, n° 39.1, septembre 2009, p. 5.

21 T. Couppié, C. Gasquet et A. Lopez (dir.), op. cit., p. 1.

22 P. E. Pérez, op. cit.

23 OCDE, « Des emplois pour les jeunes : France », Paris, 2009.

24 Y. Grelet et M. Mansuy, « De la précarité de l’emploi à celle des trajectoires : une analyse de l’insertion en évolution », Formation emploi, n° 85, 2004.

25 H. Eckert et V. Mora, « Formes temporelles de l’incertitude et sécurisation des trajectoires dans l’insertion professionnelle des jeunes », Travail et emploi, n° 113, 2008, p. 31-46.

26 Estimations sur la base des données de l’EPH (Indec).

27 L. Bloch et M.-A. Estrade, « Les formes particulières d’emploi en France : un marchepied pour l’emploi stable ? », France portrait social, 1998 ; É. Maurin, L’Égalité des possibles, Paris, Le Seuil, 2002 ; Y. Grelet et M. Mansuy, op. cit.

28 R. Cance, « Travailler en contrat à durée déterminée : entre précarité contrainte, espoir d’embauche et parcours volontaire », Travail et emploi, n° 89, 2002 ; Y. Grelet et M. Mansuy, op. cit.

29 Y. Grelet et M. Mansuy, op. cit., p. 94.

30 Pour ce point, nous avons considéré « instable » les emplois qui ne sont pas en CDI, afin d’établir une comparaison la plus équivalente possible avec les données françaises. Pourtant, pour d’autres aspects, il existe dans le contexte argentin des formes intermédiaires, non précaires et qui ne sont pas un CDI. Nous restons néanmoins vigilants, parce que les comparaisons statistiques terme à terme entre ces deux pays sont difficiles en raison de la nature différente des données.

31 Estimations sur la base des données de l’EPH (Indec).

32 Dares, op. cit. ; Dares, Emploi et chômage des 15-29 ans en 2009, n° 072, octobre 2010.

33 Ibid.

34 C. Bidart et M.-E. Longo, « Bifurcations biographiques et évolutions des rapports au travail », Relief, n° 22, 2008.

35 S. Paugam, op. cit. ; A.-M. Daune-Richard, « Trajectoires de socialisation et rapport à l’emploi », Revue française des affaires sociales, n° 2, 1992, p. 85-95.

36 Cf. http :/panelcaen.hypotheses.org

37 M.-E. Longo, « Trayectorias laborales de jóvenes en Argentina : un estudio longitudinal de las prácticas de trabajo, las disposiciones laborales y las temporalidades juveniles de jóvenes de la Zona Norte del Gran Buenos Aires, en un contexto histórico de diferenciación de las trayectorias », thèse de doctorat en sciences sociales, université de Provence et université de Buenos Aires – LEST (France)/ CEIL/Piette (Argentine), mars 2011, p. 289.

38 J. Rose, Les Jeunes face à l’emploi, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.

39 C. Nicole-Drancourt, « Mode de socialisation et rapport à l’activité », Revue française des affaires sociales, n° 2, avril-juin 1992, p. 71-83.

40 C. Bidart, M. Correia et D. Lavenu, « Évolution des rapports à l’instabilité professionnelle : une enquête qualitative longitudinale auprès des jeunes », Relief, n° 15, 2006.

41 H. Eckert et V. Mora, op. cit. ; R. Belkacem, C. Kornig et F. Michon (dir.), Visages de l’intérim en France et dans le monde, Paris, L’Harmattan, 2011.

42 T. Couppié, C. Gasquet et A. Lopez (dir.), op. cit.

43 OIT, Trabajo decente y juventud en Argentina, Lima, 2007, p. 136.

44 R. Sennet, La corrosión del carácter, Barcelone, Anagrama, 2000.

Auteurs

Claire Bidart est sociologue, directrice de recherche au CNRS et membre du LEST (UMR AMU-CNRS 7317). Ses travaux portent sur la jeunesse et les processus de transition vers la vie adulte, les parcours de vie, les bifurcations biographiques, les temporalités sociales, les réseaux sociaux, les dynamiques relationnelles et l’évolution des rapports au travail. Elle a publié notamment, avec Alain Degenne et Michel Grossetti, La Vie en réseau : dynamique des relations sociales (PUF, coll. « Le lien social », 2011).

Mariana Busso est chercheuse au Conicet (Conseil national argentin de recherches scientifiques et techniques), membre du Leset-IdIHCS et professeure à l’université de La Plata (Argentine). Ses recherches en sociologie du travail portent sur les domaines de l’identité et des processus symboliques, du travail des jeunes et de l’action collective. Elle a publié notamment, avec Pablo Pérez, Tiempos contingentes : inserción laboral de los jóvenes en la Argentina posneoliberal (Caba, Argentine, Ed. Miño y Dávila, 2013).

María Eugenia Longo, sociologue, est chercheuse au Centre urbanisation, culture et société de l’INRS (à Québec, Canada). Ses travaux portent sur les parcours de vie, les jeunesses et le passage à l’âge adulte, les temporalités sociales, les programmes et dispositifs publics d’insertion et les comparaisons internationales.

Pablo Ernesto Pérez, économiste, est professeur à l’université de La Plata (Argentine) et chercheur au CEIL du Conicet. Ses travaux portent sur l’insertion des jeunes sur les marchés du travail, les politiques d’emploi et les politiques sociales.

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable