Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Première partie. Travail, jeunesse et mobilisations sociales

Chapitre I. Précarité, informalité : contradictions et réversibilités

Paul Bouffartigue et Mariana Busso

Texte intégral

  • 1 P. Bouffartigue et M. Busso, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dy (...)
  • 2 Ce texte, comme celui qu’il prolonge (P. Bouffartigue et M. Busso, ibid.), privilégie la référence (...)

1Dans le prolongement d’un travail antérieur1, nous avons réfléchi ici aux contradictions sociales et aux réversibilités qui animent les processus de précarisation et d’informalisation du travail, ainsi qu’au rôle joué par les formes de résistance et d’organisation collectives présentes en leur sein. Nous résumerons d’abord le cheminement qui nous a amenés, à partir d’une confrontation entre les deux concepts de précarité et d’informalité, à interroger leurs potentiels et leurs limites. Nous relèverons ensuite quelques indicateurs des freins, voire des contre-tendances, au développement de ces formes de travail. Nous préciserons empiriquement quelles sont les activités les plus concernées par la précarité et par l’informalité et nous rappellerons quels sont les fondements qui rendent possible l’action et l’organisation collectives parmi les travailleurs précaires et informels, avant d’examiner quelques exemples au Nord, particulièrement en France, puis dans des pays du Sud2. Nous terminerons en proposant quelques pistes pour une approche comparative des formes d’action collective parmi les travailleurs précaires et informels.

Apports et limites de deux concepts hétérogènes

2Bien que contemporaines, les catégories de précarité et d’informalité comportent une différence majeure. La première voit le jour dans la sphère politique et circule largement dans l’ensemble des sphères sociales – incluant celle de l’expérience commune – alors que la seconde provient de la sphère experte des institutions internationales. Et, sauf exception, elle n’est pas appropriée dans le langage populaire, en particulier en tant que référence identitaire mobilisatrice.

  • 3 R. Castel, L’Insécurité sociale : qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Le Seuil, 2003.

3Les transformations du capitalisme se sont traduites à la fois par une déstabilisation des vieilles sociétés salariales au Nord, en particulier par la croissance d’un précariat3, et par l’extension d’un secteur informel, souvent déjà massif au Sud durant la période qui a précédé la financiarisation du capitalisme depuis les années 1980. Mais, au Nord comme au Sud, on observe aussi une interpénétration des formes sociales d’activité et de travail, avec des combinaisons multiples entre les dynamiques de précarisation de l’emploi salarié et d’informalisation des activités. C’est pourquoi le retour critique sur l’usage de ces deux notions est devenu pertinent pour des pays assez distincts. Sous quelles conditions peuvent-elles être fécondes ?

4Tout d’abord, il faut penser les notions « précaire » et « stable », « informel » et « formel » non de manière dichotomique, mais comme des pôles unis par une relation dialectique, entre lesquels existe un continuum de situations entrelacées et plus ou moins hybrides.

  • 4 S. Bouquin et I. Georges, « Formes et dynamiques du travail informel : une introduction au dossier  (...)

5Ensuite, les termes « précarité » et « informalité » désignent des situations, des expériences et des mondes sociaux hétérogènes, même si les personnes concernées « ont en commun le fait de tirer leurs revenus de leur travail et appartiennent en même temps à des groupes sociaux subalternes4 ».

6Les individus peuvent circuler entre précarité et stabilité, entre informalité et formalité, ou combiner au même moment des activités relevant des deux registres.

7Les visions misérabiliste comme populiste sont à écarter : la première sous-estime les capacités d’initiatives et la positivité dont peuvent témoigner certains parcours ou certaines activités informelles ou précaires ; la seconde surestime les potentialités d’autonomie et d’alternative dont elles seraient porteuses.

  • 5 L. Boltanski, De la critique : précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

8Enfin, ces catégories sont à utiliser pour désigner les dynamiques qui animent les activités économiques et les groupes sociaux concernés, sans les isoler de l’ensemble des rapports sociaux et des transformations sociales. Parmi ces dynamiques, celles des nouvelles formes de domination et de résistance des milieux populaires, de leurs modes de segmentation, de division, de hiérarchisation interne, mais aussi les formes de mobilisation et de représentation collectives qui sont associées, doivent être davantage explorées. Il faut alors admettre l’existence de « compétences critiques » chez les acteurs les plus dominés5 et s’interroger sur les nouvelles formes de sécurisation des conditions d’existence et de promotion de la citoyenneté, appelées de l’intérieur même des processus en question. Dans cette optique, des catégories de pensée plus pertinentes peuvent apparaître.

Des processus non linéaires

9L’histoire des vieux pays industrialisés montre que la précarité professionnelle n’a jamais été éradiquée et l’histoire des pays de la périphérie, qui ont connu un certain développement industriel, montre que le secteur informel a toujours occupé une certaine place. Reste que les processus de précarisation et d’informalisation sont des tendances lourdes, observées depuis les années 1980. Mais celles-ci ne sont pas linéaires, car leurs liens avec la globalisation et la croissance sont complexes et marqués par les dynamiques inégalitaires entre régions et pays du monde. Des changements politiques peuvent contredire les orientations néolibérales. Enfin, la notion de métropolisation, qui dépasse la notion de mondialisation néolibérale, participe aux dynamiques de l’informalisation.

10Dans les pays du Nord, le mouvement de précarisation peut connaître des ralentissements significatifs. Ainsi, la mise en place des 35 heures en France (1998-2002) s’est traduite par un tassement de l’emploi à temps partiel et à durée déterminée. Dans plusieurs pays européens, la mise en place de politiques restrictives en matière de flux migratoires n’a pas empêché des mesures de régularisation de travailleurs immigrés irréguliers. En France, l’évolution conjoncturelle du taux de chômage est plus sensible que celle de l’emploi précaire pris dans son ensemble. La crise financière et économique de 2008-2009 ne s’est pas traduite par l’explosion des emplois précaires mais par la croissance du chômage. Chaque pays répond aux crises économiques à partir des propriétés « sociétales » de son système d’emploi et de relations professionnelles.

  • 6 M. Pochmann, « Brésil : les leçons de la flexibilisation des années quatre-vingt-dix », Revue inter (...)
  • 7 Données publiées par l’Indec (Instituto Nacional de Estadística y Censo) à partir de l’EPH (Encuest (...)
  • 8 L. Czarnecki, « Le secteur informel au Mexique dans le contexte de l’Amérique latine (1980-2009) », (...)

11En Argentine ou au Brésil, le secteur informel n’avait pas la même importance que dans d’autres pays. Mais les programmes d’ajustement structurel, de privatisation et de déréglementation se sont traduits à partir de la fin des années 1980 par l’explosion simultanée du chômage, de la pauvreté, de la précarité et de l’informalité. Depuis le début des années 2000, c’est au contraire à une diminution des emplois informels à laquelle on assiste. Au Brésil, de 1998 à 2008, la part de la population active bénéficiant d’un emploi formel passe de 54,9 % à 62,1 %6. En Argentine, le travail informel a culminé à 49,7 % en 2003, pour ensuite descendre à 34 % en 20117, notamment à la suite d’une campagne gouvernementale en faveur de la déclaration de l’emploi domestique. Ces changements traduisent l’arrivée au pouvoir de nouvelles équipes gouvernementales, diversement appuyées sur les mouvements populaires apparus au cours de la période précédente. Au contraire, dans un pays comme le Mexique qui n’a pas connu un tel changement politique, l’emploi informel a continué à progresser pour atteindre 28,5 % en 2009, hors emploi domestique et indépendant8.

  • 9 Données EPH-Indec.
  • 10 Puisqu’il incite les femmes des classes supérieures et moyennes à déléguer leur travail domestique (...)
  • 11 A. Tizziani, « Entre travail “formel” et “informel” : la législation du travail et sa mise en prati (...)

12Au Nord comme au Sud, ces modifications peuvent prendre la forme de passages de l’informalité à la précarité, à l’image de la régularisation d’une partie du travail domestique non déclaré en France et en Argentine. Selon des mécanismes assez proches, des mesures publiques ont encouragé la déclaration de l’emploi. En Argentine, de 2005 à 2008, l’emploi formel des employées domestiques a bondi de 5 à 40 %9. Même si les emplois concernés restent typiques de l’emploi salarial dégradé, associé à la pauvreté laborieuse ; même si ce mouvement participe à l’accentuation du clivage de classes au sein de la population féminine10 ; même si le cadre légal est très spécifique au secteur ; même si les pratiques de contournement des règles restent nombreuses ; enfin, même s’il n’intervient pas sur « la manière dont la relation entre les deux parties est gérée au quotidien11 », ce mouvement est significatif des tensions qui caractérisent les dynamiques de précarisation et d’informalisation.

  • 12 C. Stamm, « Commerce de rue et politiques publiques dans les centres historiques : expulsion, reloc (...)

13Un autre exemple peut être pris dans un autre secteur qui se caractérise par une informalité de masse, le commerce ambulant. Dans les centres historiques de grandes villes latino-américaines, comme Mexico et Lima, « dans le but de recréer un centre historique symbolique, des politiques municipales d’expulsion et de relocalisation du commerce de rue dans des marchés ont été mises en place ». Elles « ont pour but de formaliser le commerce informel, mais surtout de libérer des espaces publics12 ». Les résultats sont nombreux et mitigés : seule une partie des vendeurs a été déplacée vers des zones commerciales aménagées, d’autres reproduisent leur activité dans des quartiers moins régulés, d’autres encore contournent les interdictions (vente mobile). Les trajectoires de ces travailleurs et les effets sociaux concrets de ces politiques publiques dépendent en effet de leur pouvoir de négociation avec les autorités.

14Les changements de la tendance à l’informalisation des activités ne sont pas seulement liés à la croissance économique et à son encastrement politique et institutionnel, mais aussi à d’autres phénomènes complexes, comme les nouvelles modalités de circulation des hommes et des marchandises :

  • 13 J. Monnet, « Le commerce de rue, ambulant ou informel et ses rapports avec la métropolisation : une (...)

« Ce qui est considéré comme formel ici peut apparaître comme informel là. La globalisation implique que les acteurs métropolitains raisonnent à plusieurs échelles : une entreprise peut se délocaliser pour profiter de règles plus avantageuses ailleurs, tout comme un travailleur peut émigrer pour les mêmes raisons. Les filières du commerce ambulant jouent de ces différences de formalité comme elles jouent des jeux des échelles : des vendeurs sénégalais immigrés illégalement en Europe peuvent vendre des ceintures péruviennes achetées à Mexico par un intermédiaire allemand entré avec un visa de touriste13. »

Repérer le travail précaire et informel

15Chercher à repérer les formes de résistance, d’organisation et de représentation collectives qui se déploient dans les secteurs précaires et informels du monde du travail et des milieux populaires nécessite de préciser les secteurs d’activité concernés.

  • 14 P. Bouffartigue et M. Busso, op. cit., p. 27-40.
  • 15 S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives (...)
  • 16 B. Giraud, « Faire la grève : les conditions d’appropriation de la grève dans les conflits du trava (...)

16Statistiquement, l’emploi précaire est bien évalué en France, car le droit du travail y demeure relativement bien appliqué et détermine les multiples dérogations possibles à ce qui reste une norme d’emploi14. Mais la précarité de l’emploi se combine diversement avec d’autres dimensions de la précarité professionnelle – du travail, des droits sociaux et syndicaux, du niveau de salaire – se traduisant par des formes variées d’insécurité professionnelle et sociale15. Ainsi, dans le secteur du commerce de détail ou de la restauration rapide, le taux d’emplois à durée déterminée donne une image incomplète d’activités structurellement fondées sur un fort turn-over et une condition salariale dégradée. Les secteurs du nettoyage, de l’hôtellerie-restauration, de la construction et la sous-traitance industrielle sont d’autres activités qui s’appuient sur la précarité professionnelle d’une grande partie de leur main-d’œuvre. D’autres secteurs – fonction publique, banques et assurances, certaines grandes entreprises industrielles – continuent d’employer essentiellement une main-d’œuvre stable. Les salariés précaires, minoritaires, y sont souvent en situation d’attente pour obtenir l’accès au statut. Ces deux types de configuration sont bien distincts du point de vue de la problématique de l’action collective. Dans les premiers, souvent qualifiés de « déserts syndicaux », les actions collectives sont encore rares, mais elles s’observent plus fréquemment depuis la fin des années 1990 et sont toujours liées à une présence syndicale minimale16. Dans les seconds, les syndicats demeurent bien implantés : c’est de leurs orientations stratégiques et des capacités d’initiative d’équipes militantes que dépendent la prise en charge et/ou la mobilisation des travailleurs précaires.

  • 17 G. de Gracia, « Les coursiers en Argentine : l’économie informelle à plein gaz », Les Mondes du tra (...)
  • 18 I. Georges et D. Vidal, « La formalisation de l’emploi à l’épreuve du travail invisible : deux cas (...)

17Deux approches complémentaires permettent d’étudier empirique ment le travail ou le secteur informel. La première, légaliste, les définit par la distance à la loi. La seconde, dualiste, les définit par le type d’unités productives (facilité d’accès, faible séparation entre travail et capital, utilisation intensive de la main-d’œuvre, faible division du travail). La dernière définition d’économie informelle adoptée par l’OIT combine ces deux approches, puisqu’elle inclut les travailleurs sans protection, même s’ils relèvent d’entreprises formelles. Les principaux secteurs d’activités informelles des pays du Sud sont le commerce ambulant, la restauration, le travail domestique, l’agriculture, l’artisanat, la récupération, la construction, le travail artisanal ou semi-industriel à domicile. En Argentine, 500 000 employées domestiques (soit la moitié) ne sont pas déclarées ; en 2002, 80 000 à 100 000 cartoneros vivent de la récupération de déchets ; en 2006, on dénombre 100 000 motoqueros17. Au Brésil, l’emploi domestique mobilise 6,5 millions de personnes18.

Quelles bases objectives à l’action et à l’organisation collectives des travailleurs précaires et informels ?

18Des résistances collectives apparaissent au sein même de la précarisation de l’informalisation, car ce sont des processus foncièrement contradictoires dans lesquels le stable se mêle au précaire, le formel à l’informel.

  • 19 Y. Guichaoua, « Solidarité professionnelle et partage des risques parmi les travailleurs informels  (...)
  • 20 L. Brassamin, « Jouer avec les frontières du formel et de l’informel pour s’insérer professionnelle (...)

19Toute activité économique suppose un minimum de compétences, d’apprentissage et donc de stabilité et d’insertion dans des collectifs. La coopération productive suppose et soutient des formes de solidarités élémentaires, très souvent fondées d’abord sur les réseaux familiaux ou ethniques. Parmi les travailleurs de la construction à Abidjan, tous embauchés informellement pour quelques semaines, Yvan Guichaoua relève de multiples dispositifs de protection – recommandations pour l’accès à l’emploi, partage de logements, participation à une tontine ou à une association, bénéfice de transferts monétaires – inscrits dans trois types de relations d’assistance : réciprocité entre égaux, mais aussi dépendance extra-économique et tutelle consentie19. Laurence Brassamin démontre le rôle des réseaux familiaux et communautaires dans l’insertion des migrants boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires, et leur rôle dans les parcours de promotion20.

  • 21 A. Tizzian, op. cit.
  • 22 M. Busso, « Trabajadores informales en Argentina : ¿de la construcción de identidades colectivas a (...)

20À ces solidarités informelles s’ajoute la présence, réelle ou symbolique, du formel et du légal dans la construction même des activités dites informelles : rôle de la référence aux droits sociaux, même non appliqués, chez les travailleuses domestiques21 ; présence ou omniprésence des instances politiques dans la régulation des espaces dédiés au commerce informel22.

  • 23 Processus à la fois mis au jour et à l’épreuve lorsqu’elles se mettent en grève, comme lors du conf (...)
  • 24 L. Abilio, « Les réseaux invisibles de l’exploitation du travail : inégalité sociale, informalité e (...)

21Pour certains travailleurs précaires ou informels, ou à un moment de leurs parcours de vie, leur condition peut être vécue positivement et traduire l’effort pour se réapproprier son destin, comme chez ces femmes de ménage de l’hôtellerie, immigrées africaines, qui, salariées, bien que précaires, sont dans un processus d’émancipation de la tutelle du mari23 ; ou pour ces jeunes intérimaires « de profession » utilisant leur statut d’emploi pour mettre à distance les astreintes du salariat classique. La précarisation des hommes peut inciter les conjointes à entrer sur le marché du travail, formel ou informel, ce qui fait bouger les rapports de sexe24. Et l’accoutumance à la mobilité dédramatise parfois le risque de licenciement associé à la participation à une grève.

22Des dimensions historico-culturelles s’associent à ces bases structurelles qui peuvent nourrir des solidarités et des résistances collectives, comme l’obtention de droits démocratiques dans l’espace national, ou encore la mémoire d’un passé fait de progrès social et de conquêtes du salariat. Car la précarité salariale au Nord, comme l’informalisation du travail au Sud, font suite à une période de recul de l’insécurité sociale et de progrès de l’institution salariale. Or, cette période a nécessairement laissé des héritages en termes de normes d’existence souhaitable.

Précaires et sans-papiers en France : la forme syndicale à l’épreuve

23Plus que le travail informel, c’est l’emploi précaire qui est en France le lieu de conflits sociaux et politiques, bien que ces dernières années, et pour la première fois à cette échelle, des grèves de travailleurs sans-papiers se soient produites.

24Trois caractéristiques se dégagent ici. La première est celle d’une forte présence du thème de la précarité professionnelle dans le débat public et dans certaines grandes mobilisations collectives, comme en 2005, où la jeunesse scolarisée et les salariés se sont unis contre un projet de nouveau contrat de travail précaire, destiné aux jeunes. La notion de précarité joue ici pleinement sa fonction normative et polémique, elle tient tête avec succès à celle, d’inspiration libérale, de flexibilité. La deuxième caractéristique est la faible capitalisation des expériences syndicales, pourtant nombreuses, en direction des salariés précaires depuis une trentaine d’années. La faiblesse et l’émiettement du syndicalisme n’expliquent pas tout. On ne connaît pas en France ces campagnes de syndicalisation, conduites notamment aux États-Unis et inscrites dans des stratégies de renouveau syndical. La troisième caractéristique est le développement d’une conflictualité sociale dans certains des hauts lieux de la précarité professionnelle : restauration rapide, nettoyage, grande distribution. Des grèves sont intervenues, par exemple dans les restaurants McDonald’s ou dans la chaîne hôtelière Accor. Or, elles opposent des salariés a priori particulièrement fragilisés – ce sont souvent des jeunes et/ou des femmes issues de l’immigration nord-africaine ou africaine – à des firmes multinationales devenues expertes dans les nouveaux modes d’exploitation du travail. Le syndicalisme n’est pas toujours à l’aise dans l’animation de tels conflits, souvent longs et coûteux en forces militantes, où il se trouve parfois concurrencé par des comités de soutien extérieurs aux entreprises. La forme syndicale héritée du siècle passé pose ici problème, puisque la branche d’activité professionnelle et l’entreprise forment encore les deux principaux cadres organisationnels. Or les nouvelles réalités d’un précariat émietté dans de petites unités et circulant entre plusieurs secteurs d’activité imposent une revalorisation substantielle du cadre territorial. D’ailleurs, ce sont quelques responsables d’unions syndicales locales de la région Île-de-France qui sont à l’initiative des premières grèves de travailleurs sans-papiers survenues en 2008.

  • 25 Asplan, « Travailleurs sans-papiers : la précarité interdite », Les Mondes du travail, n° 7, 2009, (...)
  • 26 C. Nizzoli, « De l’immigré clandestin au travailleur sans-papiers », mémoire de master en sociologi (...)

25L’alchimie qui a rendu « possible l’improbable » comporte d’autres ingrédients : les contradictions des politiques d’immigration – réglementation plus restrictive, mais poursuite de l’emploi de migrants irréguliers dans certains secteurs ; contradictions dans les modes d’emploi de ces travailleurs – en séjour irrégulier, nombreux sont ceux qui ont un emploi déclaré25 ; rôle de la double dynamique des solidarités internes aux travailleurs immigrés et du retournement du regard stigmatisant de l’opinion publique, « de l’immigré clandestin au travailleur sans-papiers26 ».

26Finalement, les résistances sociales que suscitent la précarisation et l’informalisation du travail dans un pays comme la France sont à mettre en relation avec les deux formes polaires rappelées plus haut, le développement de secteurs entiers de précariat et la dualisation au sein des secteurs à statut. Dans le premier cas, des conflits se développent, mais sans, pour l’instant, parvenir à modifier les modes de gestion de la main-d’œuvre, ni à capitaliser en termes de syndicalisation. Dans le second cas, le syndicalisme parvient à freiner le processus de précarisation, en particulier en négociant la stabilisation des salariés les plus anciens dans la file d’attente pour le statut. Outre la modernisation de la forme syndicale elle-même, deux autres défis majeurs restent à relever : l’intégration durable à des postes à responsabilités de travailleurs représentatifs des profils sociaux d’un précariat nettement plus féminisé et plus souvent issu de l’immigration que ne le sont les équipes dirigeantes actuelles ; et la systématisation des alliances ou des coalitions avec d’autres mouvements sociaux.

Organisations et luttes de travailleurs informels en Argentine et ailleurs

  • 27 S. Feldman et M. Murmis, Diversidad y organización de sectores informales, Buenos Aires, université (...)
  • 28 C. Cangussu Davisson de Souza, « Construção social do desemprego, protestos de desempregados e sind (...)
  • 29 M. Busso, op. cit.

27En Argentine, des travailleurs qui développent des activités non couvertes par les syndicats traditionnels ont créé de nouvelles instances d’organisation et de représentation27. Cette démarche se heurte à des difficultés d’ordre légal – le « modèle syndical » a été construit à partir de la figure du travailleur dépendant, le « salarié » – et d’ordre symbolique : si les travailleurs informels ont comme objectif leur propre disparition, « est-il possible d’organiser des sujets qui se proposent leur disparition ?28 ». Il y a effectivement des cas où les sujets « préfèrent » garder leur situation informelle29.

28Cependant en Argentine, en dehors des règles syndicales et salariales classiques, on observe plusieurs expériences de travailleurs informels qui ont peu à peu créé de nouveaux moyens d’organisation et de représentation, sous diverses formes juridiques et appellations : syndicats, associations, coopératives, unions, chambres syndicales, fédérations… Cette hétérogénéité correspond à d’autres conceptions de l’organisation des travailleurs, à des traditions différentes et à des stratégies et formes d’action diverses, voire antagoniques.

  • 30 O. Battistini, « Los sindicatos en Argentina : el peso de la cultura en el Estado », in C. Lozano ( (...)
  • 31 M. Busso, « Contra viento y marea : la organización de los trabajadores informales en la Argentina (...)

29On peut ainsi identifier de très nombreux « syndicats » dans le monde du travail informel en Argentine. Parmi les domestiques, les commerçants de rue et les collecteurs de papier et de carton, beaucoup choisissent cette forme d’organisation. L’adhésion de commerçants ambulants à des syndicats est particulièrement forte chez les marchands de journaux (canillitas), plusieurs de leurs associations possèdent même le statut de corporation et sont affiliées à la CGT. La syndicalisation est en revanche moins fréquente chez les récupérateurs et les petits producteurs qui choisissent les uns plutôt la forme de coopératives, les autres de chambres syndicales. La formule de l’association est fréquemment privilégiée. Le choix de cette appellation vise à éviter la connotation négative liée au syndicalisme argentin qui a connu plusieurs périodes de crise30. Très souvent, la stratégie adoptée ne résulte pas d’un choix des travailleurs, elle leur est imposée par leur interlocuteur (gouvernement local, provincial, ou national)31.

  • 32 G. de Gracia, op. cit.
  • 33 M. L. Sainz, « Les récupérateurs de déchets à Buenos Aires : de l’exclusion à l’intégration sociale (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 C. Cross et D. Gorbán, « Formas de organización y acción colectiva de desempleados y recicladores e (...)

30Parmi ces travailleurs informels et surexploités, dont le nombre s’est accru depuis les années 1990 et qui connaissent « une condition parasalariale faite d’asservissement, de précarité et d’auto-exploitation32 », les mensajeros, deliveries y fleteros sont un exemple d’action syndicale assez classiquement fondée sur une communauté de travail dotée de valeurs professionnelles positives (valorisation de l’indépendance et de la prise de risque). Il y a aussi des expériences d’auto-organisation qui rencontrent d’autres intérêts et d’autres acteurs sociaux animés par des préoccupations environnementales (tri sélectif) et économiques (réduction du coût du ramassage) comme pour les cartoneros (ramasseurs de papier et carton). Ils forment une « mosaïque d’organisations plus ou moins souples nées de leur propre initiative mais pas seulement33 », inscrite dans une configuration d’acteurs favorisant une formalisation effective de ces activités, sans que ces travailleurs soient encore nettement « sortis de l’exclusion34 ». Reste que les cartoneros témoignent de l’existence de formes d’auto-organisation, collectives sans être syndicales, et ce dans des conditions très hostiles35.

31Le cas des feriantes montre la diversité des référents qui structurent leur identité et modes d’organisation. La forme « syndicat » est centrée sur les relations professionnelles. La forme « association » se réfère à des identités sociales et des valeurs plus larges et se traduit par des modes de participation plus actifs des travailleurs :

  • 36 M. Busso, 2010, op. cit.

« Dans le cas des travailleurs informels des foires commerciales urbaines […], des référentiels identitaires plus larges que la sphère du travail conduisaient à de meilleurs résultats en termes de participation et de mobilisation. Au travail informel semblent donc associés des espaces d’identification dans lesquels les références à la famille et au groupe acquièrent une importance primordiale. Autrement dit, ce type d’activité articule plusieurs dimensions de la vie en société, et cette articulation devient un élément essentiel du processus de construction identitaire et des stratégies de mobilisation collective36. »

  • 37 I. Georges, « Des formes du travail aux figures de la représentation collective : trois études de c (...)

32Isabel Georges, à propos des travailleuses domestiques et des camelots de la région de São Paulo, insiste sur l’absence de relation directe entre démocratie syndicale et niveau d’institutionnalisation de la représentation collective et sur l’importance des dimensions éthico-morales de l’action collective37.

33Au niveau international, les expériences conduites par le HomeWorkers Worldwide (HWW) montrent l’efficacité de campagnes ciblées, appuyées sur un répertoire d’actions complet et éprouvé, visant à organiser le travail informel à domicile et principalement celui des femmes. À l’image du jeune mouvement ouvrier des métropoles industrielles, ces démarches passent par l’alphabétisation, la formation professionnelle, la création de coopératives, la renégociation des tarifs de vente des produits et l’élimination d’intermédiaires.

  • 38 E. Hill, « Women in the Indian Informal Economy: Collective Strategies for Work Life Improvement an (...)
  • 39 En Inde, le secteur informel regrouperait désormais près de la moitié des syndiqués, compte tenu de (...)

34L’expérience indienne de Sharjah Electricity and Water Authority (SEWA) est une des plus significatives38 : massive et ne regroupant que des femmes – ce qui semble conditionner son succès (plusieurs centaines de milliers d’adhérentes) –, elle combine lutte économique et lutte pour la reconnaissance39. Cette expérience part de l’idée selon laquelle l’identité de travailleuse n’est pas un « donné » mais un « construit ». Et il s’agit d’une organisation collective de femmes, autant que d’une organisation de travailleurs informels. Les gains de reconnaissance s’étendent à la citoyenneté ; la capacité à participer au débat public est fondamentale dans la lutte contre l’insécurité économique, comme dans la reconnaissance dans l’espace familial.

  • 40 J. C. Cross, Informal Politics: Street Vendors and the State in Mexico City, Stanford, Stanford Uni (...)

35Au Mexique, John Cross, à propos des organisations des travailleurs informels qui vendent des objets sur les rues de la capitale, assure que ce type d’activité de travail n’est pas seulement une stratégie de survie de la population, mais aussi une stratégie politique40. La relation entretenue par ces centaines d’organisations de base et de fédérations avec la municipalité est faite de tensions entre coopération, concurrence et résistance. Elle bénéficie aux deux parties : les travailleurs obtiennent des autorisations pour l’utilisation commerciale de l’espace public, l’administration municipale bénéficie de leur soutien politique.

  • 41 Ces trois « orientations stratégiques » du syndicalisme sont présentées notamment dans le chapitre (...)

36Toutes ces expériences mettent en évidence des types distincts de stratégies face à l’État et au capital. En même temps, elles invitent à réfléchir à la manière dont ces stratégies transposent l’articulation entre les trois grandes orientations de l’action syndicale. Les syndicats en tant qu’« agents économiques engagés dans la négociation collective des conditions ordinaires de l’emploi » ; en tant qu’« organisations combatives se confrontant aux employeurs dans une lutte de classes hostiles » ; et en tant que « composantes de la fabrication de l’ordre social »41.

Des pistes de recherche

  • 42 M. Burawoy, « The Global Turn: Lessons from Southern Labor Scholars and Their Labor Movements », Wo (...)

37Au Nord comme au Sud, la mondialisation du travail ne se traduit pas seulement par l’interpénétration de diverses modalités de déstabilisation des normes salariales et/ou de reproduction de formes d’activités économiques non institutionnalisées. Des expériences syndicales, sociales et politiques de défense et d’organisation des travailleurs circulent ; et les recherches sur le syndicalisme et les mouvements sociaux se renouvellent depuis une quinzaine d’années, avec un intérêt des chercheurs du Nord pour les travaux réalisés au Sud42. Il est possible de s’appuyer sur ces recherches, en particulier sur le cadre de la théorie de la mobilisation collective pour esquisser l’orientation et les axes descriptifs qui permettraient d’analyser de manière systématique les formes d’organisation et d’action collective des travailleurs précaires et informels.

  • 43 B. Carter, « Trade Union Organizing and Renewal: a Response to Turberville », Work, Employment and (...)

38Il est d’abord nécessaire de prendre en compte à la fois le cadre objectif de l’action – en particulier les contraintes et les ressources institutionnelles – et le rôle des acteurs, celui des choix, des orientations et des stratégies politiques qui sont déployées dans ce cadre. C’est avec cette grille de lecture que l’on peut comprendre les expériences conduites aux États-Unis et au Royaume-Uni depuis les années 1990 sous les labels de l’organizing et du renewal. En effet, ce syndicalisme est, plus que d’autres, contraint de chercher à se redéployer dans le nouveau salariat précarisé – et parfois informalisé – sous peine de disparition, à la fois parce que son existence dépend du nombre d’adhérents et parce que son absence dans une partie croissante des entreprises du secteur privé expose les travailleurs concernés à l’absence de toute protection juridique. Or, ces stratégies n’ont pas été adoptées par tous les syndicats, et elles recouvrent une grande diversité de pratiques43.

  • 44 R. Hyman, op. cit.

39Il faut ensuite examiner comment chaque mouvement se situe du point de vue des grandes tensions qui définissent classiquement les orientations syndicales : entre légitimation par la base sociale et légitimation institutionnelle – tension qui se traduit par le degré de bureaucratisation ou de subordination des pouvoirs publics aux partis politiques, et le degré de démocratie interne et d’autonomie dédiée aux organisations de base – ; tension entre lutte économique et lutte pour la reconnaissance ; tension entre la défense de l’identité sociale opprimée et une ouverture de cette dernière à une identité sociale plus large ; tension entre les trois pôles identifiés par Richard Hyman : régulation du marché du travail, intégration sociale et citoyenne, lutte de classe44 ; tension entre logique d’amélioration à court terme de la condition sociale – y compris au travers des réalisations économiques, sociales et des conquêtes institutionnelles – et horizon d’émancipation sociale.

40L’analyse empirique des mouvements passe, quant à elle, par l’étude de la condition et de l’expérience sociale des populations précaires ou informelles (1), du cadre institutionnel et politique (2) et des mouvements et organisations elles-mêmes (3).

411. Quelles sont les caractéristiques « morphologiques », les profils sociaux concrets des populations précaires et informelles (genre, race, ethnie, âge…) relatifs aux populations inscrites régulièrement dans le salariat (proximité/distance, en synchronie et en diachronie) ? Quelle est la durabilité de l’état précaire ou informel ? S’agit-il d’un état passager ou durable ? Quels sont les parcours ? Quel est l’avenir probable et pensable ? Ces populations ont-elles un héritage salarial et syndical ? Quels sont les réseaux sociaux d’entraide et de solidarité, le degré d’isolement ou d’intégration dans de tels réseaux ? Quelles sont les activités économiques, les ressources, les marchés concernés ? Quelle est la part des revenus d’assistance et des revenus d’activité, y compris des activités les plus illégales (drogue, vols, trafics, prostitution…) ? Comment se situe le statut économique des activités réalisées par rapport à la référence salariale et à la référence du travail indépendant ?

422. Quel est le cadre institutionnel et politique ? Ici, il s’agirait principalement d’étudier les ressources légales et institutionnelles qui préforment le cadre d’organisation et d’action collective, ou qui conduisent ce dernier à s’en écarter (actions illégales).

433. Quelles sont les formes concrètes des mouvements impliqués ? Des syndicats ? D’autres organisations économiques (coopératives), sociales (mouvements) ? Quels sont les liens entre ces mouvements et les organisations syndicales et politiques plus « traditionnelles » ? Existe-t-il des formes spécifiques d’organisation de populations précaires ou informelles au sein de ces dernières ? Sur quelles bases identitaires ou territoriales reposent-elles ? Assiste-t-on à la formation de « coalitions » ? Autour de quels objectifs ? Quelles sont les revendications mises en avant à court et long terme ? Dans quelles mesures dépassent-elles la défense du statut salarial ?

44Telles sont les questions qui devraient orienter des recherches comparatives prolongeant nos réflexions.

Bibliographie

Abilio Ludmila, « Les réseaux invisibles de l’exploitation du travail : inégalité sociale, informalité et accumulation capitaliste », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 41-52.

Asplan, « Travailleurs sans-papiers : la précarité interdite », Les Mondes du travail, n° 7, 2009, p. 63-73.

Battistini Osvaldo, « Los sindicatos en Argentina : el peso de la cultura en el Estado », in Claudio lozano (dir.), El trabajo y la política en la Argentina de fin de siglo, Buenos Aires, Eudeba, 1999, p. 269-280.

BÉroud Sophie et Bouffartigue Paul (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, 2009.

Boltanski Luc, De la critique : précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

Bouffartigue Paul et Busso Mariana, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dynamiques des mondes du travail », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2009, p. 27-40.

Bouquin Stephen et Georges Isabel, « Formes et dynamiques du travail informel : une introduction au dossier », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011.

Brassamin Laurence, « Jouer avec les frontières du formel et de l’informel pour s’insérer professionnellement, le cas des Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires », Séminaire international de Montevideo, 22-23 août 2011.

Burawoy Michael, « The Global Turn : Lessons from Southern Labor Scholars and Their Labor Movements », Work and Occupations, vol. 36, 2009, p. 87-95.

Busso Mariana, « Argentine : l’organisation des travailleurs informels », Chroniques internationales de l’Ires, n° 113, janvier 2010, p. 3-11.

Busso Mariana, « Contra viento y marea : la organización de los trabajadores informales en la Argentina contemporánea », in Paula aBal medina et Nicolás diana menÉndez (dir.), Senderos bifurcados : prácticas sindicales en tiempos de precarización laboral, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2008, p. 185-210.

Busso Mariana, « Trabajadores informales en Argentina : ¿de la construcción de identidades colectivas a la constitución de organizaciones ? », thèse de doctorat en sciences sociales, Buenos Aires/Aix-en-Provence, université de Buenos Aires/université de Provence, 2007.

Carter Bob, « Trade Union Organizing and Renewal: a Response to Turberville », Work, Employment and Society, vol. 20, no 2, 2003, p. 415-426.

Castel Robert, L’Insécurité sociale : qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Le Seuil, 2003.

Cross Cecilia et Gorbán Débora, « Formas de organización y acción colectiva de desempleados y recicladores en el Conurbano Bonaerense », Revista venezolana de gerencia, n° 26, avril-juin 2004, p. 201-228.

Cross John, Informal Politics: Street Vendors and the State in Mexico City, Stanford, Stanford University Press, 1998.

Czarnecki Lukasz, « Le secteur informel au Mexique dans le contexte de l’Amérique latine (1980-2009) », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 105-113.

Davisson de Souza Charles Cangussu, « Construção social do desemprego, protestos de desempregados e sindicalismo no Brasil e na Argentina » [en ligne], Rita, n° 4, décembre 2010. Disponible sur : http://www.revue-rita.com/notes-de-recherche-60/construcao-social-do-desemprego.html

Eff Carine, « Journal d’une femme de chambre » [en ligne], Vacarme, 2002-2003-2004. Disponible sur : http://vacarme.org

Feldman Silvio et Murmis Miguel, « Diversidad y organización de trabajadores en actividades informales : análisis de algunas experiencias pertinentes », in Jorge carPio, Emilio klein et Irene novacovsky (dir.), Informalidad y exclusión social, Buenos Aires, FCE/ Siempro/OIT, 2000, p. 241-268.

Feldman Silvio et Murmis Miguel, Diversidad y organización de sectores informales, Buenos Aires, université nationale General Sarmiento, 1999.

Gall Gregor (dir.), Union Revitalisation in Advanced Economies, New York, Palgrave/Macmilan, 2009.

Georges Isabel, « Des formes du travail aux figures de la représentation collective : trois études de cas », Économies et sociétés, n° 32, 2010/7, p. 1185-1211.

Georges Isabel et Vidal Dominique, « La formalisation de l’emploi à l’épreuve du travail invisible : deux cas de figure de travailleuses de service au Brésil », Sociétés contemporaines, no 87, 2012/3.

Giraud Baptiste, « Faire la grève : les conditions d’appropriation de la grève dans les conflits du travail en France », thèse de doctorat en sciences politiques, Paris, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, novembre 2009.

Gracia Guillaume de, « Les coursiers en Argentine : l’économie informelle à plein gaz », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 81-87.

Guichaoua Yvan, « Solidarité professionnelle et partage des risques parmi les travailleurs informels : une étude de cas à Abidjan », Autrepart, n° 43, 2006, p. 191-205.

Hill Elizabeth, « Women in the Indian Informal Economy : Collective Strategies for Work Life Improvement and Development », Work, Employment & Society, vol. 15, n° 3, 2001, p. 443-464.

Hirata Helena et Kergoat Danièle, « Division sexuelle du travail professionnel et domestique : Brésil, France, Japon », in Helena Hirata, Maria-Rosa Lombardi et Margaret Maruani (dir.), Travail et genre : regards croisés France-Europe-Amérique latine, Paris, La Découverte, 2008.

Holgate Jane, « Organizing Migrant Workers : a Case Study of Working Conditions and Unionisation in a London Sandwich Factory », Work, Employment and Society, vol. 19, no 3, 2005, p. 463-480.

Hyman Richard, Understanding European Trade Unionism: Between Market, Class, and Society, Londres, Sage, 2001.

Monnet Jérôme, « Le commerce de rue, ambulant ou informel et ses rapports avec la métropolisation : une ébauche de modélisation », Autrepart, n° 43, 2006.

Nizzoli Cristina, « De l’immigré clandestin au travailleur sans-papiers », mémoire de master en sociologie, Aix-en-Provence, université de Provence-LEST, 2009.

Phelan Craig (dir.), Trade Union Revitalisation: Trends and Prospects in 34 Countries, Oxford, Peter Lang Verlag, 2007.

Pochmann Marcio, « Brésil : les leçons de la flexibilisation des années quatre-vingt-dix », Revue internationale du travail, vol. 48, n° 3, 2009, p. 287-302.

Sainz María Laura, « Les récupérateurs de déchets à Buenos Aires : de l’exclusion à l’intégration sociale », Autrepart, n° 43, 2007.

Stamm Caroline, « Commerce de rue et politiques publiques dans les centres historiques : expulsion, relocalisation et résistances à Mexico et à Lima », Autrepart, n° 45, 2008, p. 91-104.

Tizziani Ania, « Entre travail “formel” et “informel” : la législation du travail et sa mise en pratique dans le secteur de l’emploi domestique dans la ville de Buenos Aires », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 89-104.

Tokman Víctor, De la informalidad a la modernidad, Santiago du Chili, OIT, 2001.

Turberville Simon R. de, « Does “Organizing Model” Represent a Credible Union Strategy? », Work, Employment and Society, vol. 18, no 4, 2001, p. 775-794.

Notes

1 P. Bouffartigue et M. Busso, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dynamiques des mondes du travail », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2009, p. 27-40.

2 Ce texte, comme celui qu’il prolonge (P. Bouffartigue et M. Busso, ibid.), privilégie la référence aux situations française et argentine, sans s’interdire de puiser des exemples empiriques dans d’autres pays.

3 R. Castel, L’Insécurité sociale : qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Le Seuil, 2003.

4 S. Bouquin et I. Georges, « Formes et dynamiques du travail informel : une introduction au dossier », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 23.

5 L. Boltanski, De la critique : précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

6 M. Pochmann, « Brésil : les leçons de la flexibilisation des années quatre-vingt-dix », Revue internationale du travail, vol. 48, n° 3, 2009, p. 287-302.

7 Données publiées par l’Indec (Instituto Nacional de Estadística y Censo) à partir de l’EPH (Encuesta permanente de hogares).

8 L. Czarnecki, « Le secteur informel au Mexique dans le contexte de l’Amérique latine (1980-2009) », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 105-113.

9 Données EPH-Indec.

10 Puisqu’il incite les femmes des classes supérieures et moyennes à déléguer leur travail domestique à des femmes des milieux populaires (H. Hirata et D. Kergoat, « Division sexuelle du travail professionnel et domestique : Brésil, France, Japon », in H. Hirata, M.-R. Lombardi et M. Maruani (dir.), Travail et genre : regards croisés France-Europe-Amérique latine, Paris, La Découverte, 2008).

11 A. Tizziani, « Entre travail “formel” et “informel” : la législation du travail et sa mise en pratique dans le secteur de l’emploi domestique dans la ville de Buenos Aires », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 89-104.

12 C. Stamm, « Commerce de rue et politiques publiques dans les centres historiques : expulsion, relocalisation et résistances à Mexico et à Lima », Autrepart, n° 45, 2008, p. 103.

13 J. Monnet, « Le commerce de rue, ambulant ou informel et ses rapports avec la métropolisation : une ébauche de modélisation », Autrepart, n° 43, 2006, p. 104.

14 P. Bouffartigue et M. Busso, op. cit., p. 27-40.

15 S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, 2009.

16 B. Giraud, « Faire la grève : les conditions d’appropriation de la grève dans les conflits du travail en France », thèse de doctorat en sciences politiques, Paris, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, novembre 2009.

17 G. de Gracia, « Les coursiers en Argentine : l’économie informelle à plein gaz », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 81-87.

18 I. Georges et D. Vidal, « La formalisation de l’emploi à l’épreuve du travail invisible : deux cas de figure de travailleuses de service au Brésil », Sociétés contemporaines, no 87, 2012/3, p. 29.

19 Y. Guichaoua, « Solidarité professionnelle et partage des risques parmi les travailleurs informels : une étude de cas à Abidjan », Autrepart, n° 43, 2006, p. 191-205.

20 L. Brassamin, « Jouer avec les frontières du formel et de l’informel pour s’insérer professionnellement, le cas des Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires », Séminaire international de Montevideo, 22-23 août 2011.

21 A. Tizzian, op. cit.

22 M. Busso, « Trabajadores informales en Argentina : ¿de la construcción de identidades colectivas a la constitución de organizaciones ? », thèse de doctorat en sciences sociales, Buenos Aires/Aix-en-Provence, université de Buenos Aires/université de Provence, 2007.

23 Processus à la fois mis au jour et à l’épreuve lorsqu’elles se mettent en grève, comme lors du conflit chez Arcade, sous-traitant du groupe hôtelier Accor (cf. C. Eff, « Journal d’une femme de chambre », Vacarme, 2002-2003-2004).

24 L. Abilio, « Les réseaux invisibles de l’exploitation du travail : inégalité sociale, informalité et accumulation capitaliste », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 41-52.

25 Asplan, « Travailleurs sans-papiers : la précarité interdite », Les Mondes du travail, n° 7, 2009, p. 63-73.

26 C. Nizzoli, « De l’immigré clandestin au travailleur sans-papiers », mémoire de master en sociologie, Aix-en-Provence, université de Provence-LEST, 2009.

27 S. Feldman et M. Murmis, Diversidad y organización de sectores informales, Buenos Aires, université nationale General Sarmiento, 1999 ; S. Feldman et M. Murmis, « Diversidad y organización de trabajadores en actividades informales : análisis de algunas experiencias pertinentes », in J. Carpio, E. Klein et I. Novacovsky (dir.), Informalidad y exclusión social, Buenos Aires, FCE/Siempro/OIT, 2000, p. 241-268 ; M. Busso, « Argentine : l’organisation des travailleurs informels », Chroniques internationales de l’Ires, n° 113, janvier 2010, p. 3-11.

28 C. Cangussu Davisson de Souza, « Construção social do desemprego, protestos de desempregados e sindicalismo no Brasil e na Argentina », Rita, n° 4, décembre 2010.

29 M. Busso, op. cit.

30 O. Battistini, « Los sindicatos en Argentina : el peso de la cultura en el Estado », in C. Lozano (dir.), El trabajo y la política en la Argentina de fin de siglo, Buenos Aires, Eudeba, 1999, p. 269-280.

31 M. Busso, « Contra viento y marea : la organización de los trabajadores informales en la Argentina contemporánea », in P. Abal Medina et N. Diana Menéndez (dir.), Senderos bifurcados : prácticas sindicales en tiempos de precarización laboral, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2008, p. 185-210.

32 G. de Gracia, op. cit.

33 M. L. Sainz, « Les récupérateurs de déchets à Buenos Aires : de l’exclusion à l’intégration sociale », Autrepart, n° 43, 2007, p. 34.

34 Ibid.

35 C. Cross et D. Gorbán, « Formas de organización y acción colectiva de desempleados y recicladores en el Conurbano Bonaerense », Revista venezolana de gerencia, n° 26, avril-juin 2004, p. 201-228.

36 M. Busso, 2010, op. cit.

37 I. Georges, « Des formes du travail aux figures de la représentation collective : trois études de cas », Économies et sociétés, n° 32, 2010/7, p. 1185-1211.

38 E. Hill, « Women in the Indian Informal Economy: Collective Strategies for Work Life Improvement and Development », Work, Employment & Society, vol. 15, n° 3, 2001, p. 443-464.

39 En Inde, le secteur informel regrouperait désormais près de la moitié des syndiqués, compte tenu de son poids énorme dans l’économie et malgré un taux de syndiqués qui demeure nettement plus faible que dans le secteur formel (2,2 %, contre 8,2 %) – (R. Strivasta, « En Inde le secteur informel regroupe désormais près de la moitié des syndiqués », Le Monde, 20 avril 2010).

40 J. C. Cross, Informal Politics: Street Vendors and the State in Mexico City, Stanford, Stanford University Press, 1998.

41 Ces trois « orientations stratégiques » du syndicalisme sont présentées notamment dans le chapitre i du livre de R. Hyman, Understanding European Trade Unionism : Between Market, Class, and Society, Londres, Sage, 2001.

42 M. Burawoy, « The Global Turn: Lessons from Southern Labor Scholars and Their Labor Movements », Work and Occupations, vol. 36, 2009, p. 87-95.

43 B. Carter, « Trade Union Organizing and Renewal: a Response to Turberville », Work, Employment and Society, vol. 20, no 2, 2003, p. 415-426; G. Gall (dir.), Union Revitalisation in Advanced Economies, New York, Palgrave/Macmilan, 2009; J. Holgate, « Organizing Migrant Workers: a Case Study of Working Conditions and Unionisation in a London Sandwich Factory », Work, Employment and Society, vol. 19, no 3, 2005, p. 463-480; C. Phelan (dir.), Trade Union Revitalisation: Trends and Prospects in 34 Countries, Oxford, Peter Lang Verlag, 2007; S. R. de Turberville, « Does “Organizing Model” Represent a Credible Union Strategy? », Work, Employment and Society, vol. 18, no 4, 2001, p. 775-794.

44 R. Hyman, op. cit.

Auteurs

Paul Bouffartigue est sociologue, directeur de recherche au CNRS et membre du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, UMR AMU-CNRS 7317). Il a notamment publié Le Retour des classes sociales : inégalités, dominations, conflits (La Dispute, 2015, 1re éd. 2005) et Temps de travail et temps de vie : les nouveaux visages de la disponibilité temporelle (PUF, coll. « Le travail humain », 2012).

Mariana Busso est chercheuse au Conicet (Conseil national argentin de recherches scientifiques et techniques), membre du Leset-IdIHCS et professeure à l’université de La Plata (Argentine). Ses recherches en sociologie du travail portent sur les domaines de l’identité et des processus symboliques, du travail des jeunes et de l’action collective. Elle a publié notamment, avec Pablo Pérez, Tiempos contingentes : inserción laboral de los jóvenes en la Argentina posneoliberal (Caba, Argentine, Ed. Miño y Dávila, 2013).

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540