Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travail, jeunesse et migrations

 | 
Marcos Supervielle
, 
Mariana Busso
, 
Paul Bouffartigue

Introduction

Paul Bouffartigue, Mariana Busso et Marcos Supervielle

Texte intégral

  • 1 Cette publication s’appuie sur un programme de coopération scientifique « Ecos-Sud » ayant rassembl (...)

1La dérégulation de l’emploi et du travail dans les pays du Nord et les interdépendances accrues entre les économies de la planète – appréhendées le plus souvent par les termes de « mondialisation » ou de « globalisation » – aiguisent au Nord l’intérêt des questionnements en provenance du Sud. Mais, plus largement, c’est le croisement des analyses et des problématiques issues de diverses régions de la planète qui est à l’ordre du jour dans un monde globalisé. Ce livre propose de mettre en avant, d’une part la catégorie d’« informalité » privilégiée pour la compréhension des dynamiques des activités en Amérique latine et, d’autre part, la notion de « précarité » qui s’est d’abord imposée dans nombre d’analyses françaises et européennes, avant de connaître un usage croissant dans certains pays latino-américains1. Si la globalisation oblige à renouveler les grilles d’analyse des sciences sociales, engendrées dans la matrice des États-nations, il serait dangereux d’associer des catégories issues d’une région du monde avec des réalités qui en sont éloignées. À quelles conditions la transposition – et non l’application – de catégories d’analyse à d’autres contextes sociaux et culturels que ceux qui les ont vus naître, peut-elle s’avérer féconde ? C’est en mettant à l’épreuve les notions de précarité et d’informalité sur trois séries de phénomènes empiriques étroitement liés aux transformations des activités de travail que nous proposons de contribuer à ce débat : l’entrée difficile des jeunes dans la vie professionnelle ; le renouvellement des mobilisations sociales ; et les nouvelles figures de la migration.

2La première des conditions d’une transposition féconde est sans doute l’existence d’un minimum de proximité et de ressemblances entre les pays ou les régions du monde que l’on observe dans une perspective comparative. C’est le cas ici, avec, d’un côté, principalement la France – et l’Espagne – et, de l’autre, principalement l’Argentine – et l’Uruguay – ; soit un pays européen anciennement développé, seconde économie de la zone euro, et l’un des pays les plus développés d’Amérique latine. Dans les deux cas, ce sont des sociétés dans lesquelles le statut du travail salarié et les institutions du welfare font – ou ont fait – référence au regard de la situation sociale dans les autres pays de la même région du monde.

  • 2 Dispositions inspirées par le libéralisme économique et initiées par la Banque mondiale et le FMI s (...)
  • 3 B. Lautier, « Sociologie de l’emploi, informalité des relations de travail et stratégies familiales (...)

3La seconde condition pour effectuer une transposition féconde est de ne jamais perdre de vue les différences majeures qui séparent les contextes sociétaux à propos desquels on tente d’utiliser ces catégories de précarité et d’informalité. La notion d’informalité n’est pas la même sur le continent africain et en Amérique latine. La mise en place de lois sociales dans beaucoup de pays d’Amérique latine a coïncidé avec une utopie, la croyance selon laquelle tous les problèmes seraient résolus par l’industrie. L’idéologie industrialiste explique l’adoption de lois favorables aux salariés sous l’impulsion, dans les années 1930, de Cardenas au Mexique et Vargas au Brésil ; de Perón en Argentine dans les années 1940 et au début des années 1950, et de Velasco dans les années 1960 au Pérou. Ces lois étaient certes contournées par le développement de secteurs informels et, depuis les années 1980, combattues par le consensus de Washington2, mais on peut penser qu’elles restent dans la mémoire collective de ces pays comme le mode typique d’existence d’une norme salariale, phénomène qu’on ne rencontrera pas dans nombre de pays africains. Si l’on cherche maintenant à rapprocher les activités informelles présentes en Amérique latine de celles que l’on peut voir se développer en Europe – appelées significativement autrement : « travail au noir », « non déclaré », « économie souterraine » –, il faudra cependant conserver à l’esprit que l’universalité de l’accès aux droits sociaux a marqué ce continent, ce qui n’est pas le cas en Amérique latine, région du monde où, comme l’a souligné Bruno Lautier, l’informalité est un phénomène qui dépasse largement la sphère économique pour constituer un « mode de fonctionnement normal de la société », dans lequel les « codes privés, hors des codes étatiques » – incluant les phénomènes de corruption – jouent un rôle majeur3.

Précarité et informalité : deux catégories hétérogènes pour des phénomènes ressemblants ?

  • 4 P. Bouffartigue et M. Busso, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dy (...)

4Qu’elles soient appliquées au travail, à l’emploi, ou aux travailleurs, les notions de précarité et d’informalité apparaissent toutes deux dans les années 1970, mais selon des logiques bien distinctes4. L’usage de la première n’a jamais été cantonné à la sphère institutionnelle – celle des politiques de l’emploi et des statistiques officielles – ni même à la sphère académique, puisqu’il concerne tout autant le champ politique que celui de l’expérience sociale ordinaire. Ce n’est pas le cas de la seconde : issue des institutions internationales telles que le Bureau international du travail (BIT), si elle a rapidement donné lieu à des controverses académiques, elle n’est guère présente dans le débat politique et, en excluant quelques exceptions, encore moins présente comme catégorie de l’expérience ordinaire, au travers de laquelle les personnes définissent leur identité sociale en tant que telle et, a fortiori, se mobilisent collectivement. La première notion est pétrie d’une dimension normative et fait polémique – l’énoncer, c’est dénoncer la situation visée –, dimension dont est dépourvue la seconde, sa finalité restant plus neutre et descriptive. La première est volontiers mobilisée par la critique sociale comme par la sociologie critique, au risque d’une vision misérabiliste des groupes sociaux précaires. La seconde évite cette pente normative, au risque, symétrique, d’une approche statistique et/ou abstraite du phénomène qui gomme les formes de vulnérabilité sociale auxquelles il renvoie.

  • 5 R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 199 (...)
  • 6 S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives (...)

5La catégorie de précarité est avant tout appliquée à l’emploi, par opposition à une norme d’emploi stable, dont la construction française est indissociable du rôle joué par l’État et le modèle de la fonction publique. Dans un premier temps, les experts et chercheurs ont appelé « atypiques » les modalités de contrat de travail qui s’écartent du contrat de travail à durée indéterminée (CDI) et à temps plein : notamment le contrat à durée déterminée (CDD), l’emploi intérimaire, les emplois dits « aidés » (fournis ou subventionnés par l’État) et l’emploi à temps partiel. Mais, rapidement, la notion de forme d’emploi « atypique » est devenue synonyme de forme d’emploi « précaire ». Et c’est parce qu’il existe une norme d’emploi stable, à la fois juridiquement bien définie et socialement légitime, que la notion d’emploi précaire permet à la fois une mesure statistique précise du phénomène et sa mobilisation dans le champ social et politique pour dénoncer le déclin de la norme d’emploi. Les chercheurs sont partie prenante dans cette circulation de la catégorie entre les différents mondes et usages sociaux. Ils utilisent des statistiques tout en étant impliqués dans les discussions sur la construction des catégories et des indicateurs et engagés dans un débat social nourri sur l’ampleur et la signification de la précarisation de l’emploi et du travail. Certains vont jusqu’à se prononcer sur les perspectives diverses et contradictoires de sécurisation professionnelle. Voilà près de vingt ans que la catégorie ne désigne plus seulement le type de contrat de travail, mais la condition laborieuse et même la société salariale prise dans son ensemble, avec, à un pôle de cette dynamique, l’extension d’un précariat de plus en plus vaste5. L’un des points de débat qui anime le courant critique de la sociologie concerne la place relative de l’État et des mouvements sociaux dans la construction historique et dans la recomposition éventuelle des formes de stabilisation ou de sécurisation de la condition salariale. Ainsi, on peut se demander si une vision quelque peu fonctionnaliste de ces processus ne sous-estime pas le rôle des initiatives venues des classes populaires dans la genèse de l’État providence – songeons au rôle des mutuelles ouvrières. Et, en occultant la manière dont certains usages de formes précaires d’emploi expriment un rejet de la subordination salariale, cette vision négligerait le rôle possible des groupes sociaux subalternes dans l’invention de nouvelles formes de sécurité professionnelle6.

  • 7 Insee, Insee Première, no 1516, sept. 2014. Cet indicateur a été intégré dans les enquêtes européen (...)
  • 8 P. Askenasy et R. Diallo, « Face à la précarisation de l’emploi, construire des droits pour tous », (...)

6La précarité est donc une catégorie à géométrie très variable. S’agissant de mesurer l’ampleur des formes précaires d’emploi, la puissance de l’appareil statistique français – s’appuyant sur un État encore relativement efficace et donc sur une forte formalisation juridique de l’emploi – produit des estimations précises. Selon l’indicateur retenu, le taux d’emploi précaire parmi les travailleurs occupés varie, en 2013, dans une fourchette de 12 % (CDD, intérim, emplois aidés) à 25 %. Ce dernier chiffre englobe également l’emploi à temps partiel contraint (5 %) et les salariés en CDI craignant de perdre leur emploi à court terme (7 %)7. Mais la précarité professionnelle est encore plus large. Elle comprend également le chômage de masse (10 % officiellement, sans doute 15 % de fait), la précarité du travail (conditions et sens dégradés du travail), la zone intermédiaire entre salariat et pauvreté assistée et les zones grises du salariat. C’est en observant les parcours des individus et les ressources extra-professionnelles qui sont les leurs que l’on approche de plus près les réalités de la précarisation contemporaine de larges fractions des classes populaires. C’est à partir de données longitudinales qu’une étude récente peut conclure qu’« en France, les deux tiers du monde du travail sont précaires, précarisés ou menacés8 ».

  • 9 K. Hart, « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », The Journal of Modern Afr (...)
  • 10 A. Portes, En torno a la informalidad : ensayos sobre teoría y medición de la economía no regulada, (...)

7Il est probable qu’en France, comme dans nombre d’autres pays européens, la part de l’activité non déclarée s’accroisse. On pourrait donc parler également d’« informalisation » de l’emploi. Mais cela n’est guère pertinent dans le contexte français puisque, au sens strict, un emploi est la forme institutionnelle de tout travail déclaré. On parlera à la rigueur d’« informalité » du travail ou de l’activité. Mais on utilise surtout les expressions suivantes : « travail au noir », « non déclaré », « illicite », « illégal », « clandestin » ; on parle également d’« économie souterraine ». Ce n’est pas le cas en Amérique latine, où la notion d’« informalité » seminformel9ble appliquée tout autant à l’emploi, au travail, à l’activité et à l’économie. La catégorie d’informalité apparaît initialement comme émanant de l’Organisation internationale du travail (OIT) et de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Cepal), et appliquée à un « secteur informel9 ». Elle désigne des unités productives dans lesquelles l’entrée est facile, le capital peu séparé du travail, le travail peu divisé et utilisé intensivement (travail familial gratuit, travail indépendant, travail domestique, très petits entrepreneurs…). En 2002, l’OIT élargit la catégorie en traitant cette fois de l’« économie informelle » pour désigner les travailleurs non protégés, quelle que soit la taille de l’entreprise qui les emploie. La notion a donné lieu à de nombreux débats théoriques en Amérique latine. Au côté de la vision dualiste portée par l’OIT qui oppose secteur formel et secteur informel, deux autres perspectives, légaliste et structuraliste, ont été soutenues10. La première privilégie le rapport au droit : les activités se situent en marge de la légalité. Inscrite dans une interprétation néolibérale, elle met en cause un excès de régulation étatique. La seconde explique l’existence d’une « masse marginale » par l’incapacité du type de développement capitaliste, propre aux pays dépendants, à absorber « l’armée industrielle de réserve » chère à Marx. Difficile à rendre opérationnelle, cette dernière notion s’efface quand il s’agit de mesurer empiriquement le phénomène, laissant place aux approches dualiste ou légaliste. Selon les cas, l’accent est alors mis sur le caractère non déclaré et non protégé socialement de l’activité et/ou sur le type d’activité économique dont il s’agit.

  • 11 82 % en Asie du Sud, 66 % en Afrique subsaharienne, 65 % en Asie de l’Est et du Sud-Est, 51 % en Am (...)
  • 12 Données 2008 citées par V. Tokman in « Informalidad en América latina : balance y perspectivas de p (...)
  • 13 Données publiées par l’Indec (Instituto Nacional de Estadística y Censo) à partir de l’EPH (Encuest (...)

8L’omniprésence du secteur informel en Amérique latine – sans pour autant atteindre le seuil de certains pays d’Afrique ou d’Inde11 – se reflète dans les chiffres impressionnants du début des années 1990, époque à laquelle les politiques néolibérales étaient généralisées. Il représente alors la moitié de la population en âge de travailler. Mais cette proportion varie du simple au double, du Chili (32 %) à la Bolivie (71 %), en passant par des pays comme l’Argentine, le Brésil et le Mexique, qui se situent alors à un niveau intermédiaire (40 à 45 %)12. Les politiques dites d’« ajustement structurel » ont provoqué une augmentation de l’emploi informel tout au long des années 1990, avant que l’arrivée au pouvoir de gouvernements de gauche ne se traduise par un changement de tendance. Ainsi, en Argentine, le travail informel est monté jusqu’à 49,7 % en 2003, pour retomber ensuite à 34 % en 201113, notamment à la suite d’une campagne gouvernementale en faveur de la déclaration de l’emploi domestique.

  • 14 B. Lautier, L’Économie informelle dans le tiers-monde, Paris, La Découverte, 1994.

9En Argentine et en Uruguay, l’usage du terme « informalité » dans son acception académique reste limité aux cercles d’experts et aux nomenclatures statistiques. Cela n’empêche pas des chercheurs de le reprendre comme clé de lecture du monde du travail, même s’ils mettent aussi l’accent sur ses implications politiques. En effet, ce terme permet de poser « le problème majeur […] de la restauration de la capacité de régulation institutionnelle de l’économie de la part de l’État, sur la base de l’émergence d’une nouvelle citoyenneté qui réunirait “formels” et “informels” au sein d’une nouvelle catégorie de citoyens14 ».

  • 15 Dans de nombreux pays d’Amérique latine, comme au Brésil, les tensions entre les visions portées pa (...)

10Mais, malgré les tentatives de certaines ONG et de certains syndicats pour organiser les travailleurs informels, cette appellation ne prend pas sens pour les populations concernées – sauf en de rares exceptions –, y compris quand elles se mobilisent pour améliorer leurs conditions d’existence. Cela signifie que ces groupes se mettent en mouvement à partir d’autres manières de se définir, de penser et de critiquer le monde social15.

11Si la catégorie d’informalité est pour l’heure fort peu reprise par les chercheurs, ou même par les institutions internationales, au regard des réalités laborieuses d’un pays du Nord comme la France, ce n’est pas le cas de celle de la précarité, que l’on applique aux pays d’Amérique latine.

  • 16 En Uruguay, l’usage de la catégorie de précarité semble encore plus limité, généralement réservé po (...)

12Il en va ainsi de l’Argentine où, depuis les années 1990, les politiques néolibérales se traduisent par un double mouvement de déstabilisation de l’emploi formel – objet de mesures affaiblissant les protections légales et sociales – et de développement du secteur informel. Mieux, depuis les années 2000, la catégorie de précarité est reprise par le mouvement syndical ou par des mouvements sociaux pour dénoncer la déstabilisation de l’emploi formel. En revanche, elle ne semble pas prendre sens dans l’expérience sociale des travailleurs concernés, pas plus que la catégorie d’informalité16.

  • 17 A. Lamanthe, « Entre informalisation et formalisation juridique : la relation salariale en tension  (...)

13L’intérêt d’une mise en circulation croisée des catégories de précarité et d’informalité entre pays du Nord et du Sud provient d’abord de la communauté relative de dynamiques et d’enjeux qui affectent le monde du travail et les classes populaires, sous les effets de la mondialisation néolibérale. Les années 1980 et 1990 se caractérisent, dans les pays du Sud comme dans les pays du Nord, par une déstabilisation du salariat. Cette déstabilisation s’est opérée selon deux modalités, combinées sous des formes concrètes diverses et des proportions variables, mais souvent « avec le même résultat17 » : l’institutionnalisation, via leur formalisation juridique, de normes d’emploi dégradées ; et la dé-protection légale et sociale. Soit la précarisation d’une part et l’informalisation d’autre part. À la suite d’une réflexion sur leur genèse et leurs usages – bien distincts dans les différents champs – institutionnel, académique, mouvements sociaux, expérience sociale ordinaire –, il apparaît nécessaire de :

  • relativiser l’opposition entre ces deux catégories ;

  • les penser comme pôles d’une relation dynamique (précarité/ stabilité, informalité/formalité), entre lesquels les individus et les groupes peuvent circuler ;

  • les appréhender comme processus et non comme états, comme un

    • 18 S. Bouquin et I. Georges, « Formes et dynamiques du travail informel », Les Mondes du travail, n° 9 (...)

    « enchevêtrement de formes sociales du travail subalterne » n’ayant jamais disparu au sein même des pays capitalistes du centre18 ;

  • s’intéresser à ce qu’elles nous disent et à ce qu’elles nous cachent

  • de l’expérience sociale ordinaire ;

  • s’interroger sur les formes d’identification et de mobilisation sociale qui leur sont associées et sur les liens entre ces dernières et les formes quotidiennes d’entraide et de solidarité populaires, lesquelles se situent toujours entre adaptation et résistance à la vulnérabilité sociale.

14Notre réflexion viendra enrichir les catégories d’informalité et de précarité dans une nouvelle grille d’analyse et débouchera sur d’autres conceptualisations. C’est cette ligne directrice que l’ouvrage suivra en s’appuyant sur les thèmes de la jeunesse et des mobilisations sociales (en première partie) et des migrations (en seconde partie).

Les nouvelles générations au cœur du remodelage des formes du travail

  • 19 P. Bourdieu, « La jeunesse n’est qu’un mot », in Les Jeunes et le premier emploi, Paris, Associatio (...)
  • 20 Chapitre de C. Bidart, M. Busso, M.-E. Longo et P. E. Pérez dans cet ouvrage : « Jeunes Argentins e (...)
  • 21 Chapitre de M. Quiñones et M. Supervielle dans cet ouvrage : « Uruguay : les jeunes face à la préca (...)

15La précarisation et l’informalisation du travail ne concernent pas au même degré les différents groupes et catégories sociales, ni de la même manière, et n’ont pas chez les uns ou les autres les mêmes implications ni les mêmes significations. Prise dans son ensemble, la catégorie des jeunes est nettement plus touchée que les autres classes d’âge, en France et en Argentine, comme en Uruguay. D’un certain point de vue, « la jeunesse n’est qu’un mot », au sens où il s’agit d’un statut à la fois transitoire et éclaté selon les appartenances sociales, mêlant la classe sociale, le sexe, l’origine géographique ou ethnique19. Mais ce passage à la vie adulte est un moment crucial de la reproduction et de la transformation des identités sociales. C’est pourquoi les expériences professionnelles et sociales alors vécues sont porteuses d’enjeux spécifiques. Elles sont susceptibles de laisser une empreinte durable sur le rapport au monde social et au monde du travail en particulier. Dit autrement, ici ne se joue pas seulement un allongement de la transition vers une norme salariale inchangée, mais une transformation des modes de socialisation professionnelle vers des normes de travail elles-mêmes renouvelées. Les deux contributions traitant des nouvelles générations – l’une dans une perspective comparative France-Argentine20, l’autre centrée sur le cas uruguayen21 – partagent un objectif : mettre en relation les données statistiques qui objectivent l’ampleur et les formes d’exposition des jeunes aux emplois instables ou précaires avec les évaluations subjectives que ces jeunes attribuent à leur condition professionnelle, présente et envisagée. Dans les trois pays, cette exposition est très inégale selon l’origine sociale, le niveau d’éducation, ainsi que le sexe. Cela se traduit par des phénomènes d’exclusion ou de risque d’exclusion sociale des plus fragiles. Si on observe pour la majorité des jeunes entre 20 et 30 ans une transition vers l’emploi stable (France) ou formel (Argentine et Uruguay), l’accès à ces statuts professionnels est rarement valorisé en lui-même. D’autres dimensions de l’activité professionnelle sont le plus souvent prises en compte, par exemple l’intérêt du travail, son caractère formateur, ses horaires, son niveau de rémunération, sa compatibilité avec d’autres dimensions de l’existence sociale. D’où les ambivalences manifestées par les jeunes, particulièrement visibles en France. D’un côté, les jeunes Français valorisent généralement plus la stabilité de l’emploi que les jeunes Argentins ; ces derniers étant surtout préoccupés par l’accès à un emploi déclaré et protégé, même s’il est instable. Mais d’un autre côté, la stabilité est rarement la seule dimension de l’emploi qui compte à leurs yeux. C’est pourquoi ils cherchent à quitter un emploi stable mais insatisfaisant par ailleurs. L’instabilité de l’emploi des jeunes en France peut également cacher une stabilisation au sein d’un marché du travail professionnel et qualifié. La différence importante du niveau de protection sociale entre les deux pays joue clairement ici : les jeunes Argentins éloignés de toute activité, formelle ou non, ne bénéficient ni d’allocation chômage ni guère d’aides publiques ; tandis que, même affaiblis, ces dispositifs continuent en France de soutenir une mobilité volontaire protégée du risque de précarisation sociale. La contribution de Mariela Quiñones et Marcos Supervielle sur la jeunesse uruguayenne préconise, à sa manière, que les politiques publiques soutiennent davantage la construction de projets professionnels par les jeunes, la « vocation professionnelle ». Les auteurs font de cette dimension subjective une condition importante pour éviter le risque de marginalisation sociale, d’autant plus que l’instabilité de l’emploi est enchâssée dans une incertitude sociétale plus large.

Travailleurs précaires et informels : des mobilisations sociales improbables ?

  • 22 Chapitre de D. Gorbán dans cet ouvrage : « Le cartoneo, une activité à la charnière des processus d (...)
  • 23 Chapitre de M. Quijoux dans cet ouvrage : « Quand le paternalisme se précarise, les travailleurs “z (...)

16La précarisation et l’informalisation du travail sont des processus contradictoires et potentiellement réversibles. C’est ce que démontre l’existence d’initiatives collectives et de mobilisations sociales de la part des travailleurs concernés. Deux exemples, pris en Argentine, sont ici étudiés. Le premier, celui des cartoneros de Buenos Aires, figures du travailleur informel parvenu à conquérir des formes élaborées de légitimité et de reconnaissance sociale22. Le second, celui des travailleurs précarisés par la fermeture ou l’abandon de leur usine par l’employeur, mais qui se mobilisent pour sa « récupération » sous forme associative23. Comment expliquer qu’une activité particulièrement dévalorisée socialement – la collecte de déchets urbains réutilisables –, traditionnellement informelle et organisée selon des modalités individuelles et concurrentielles, ait pu donner lieu, dans le Buenos Aires du début des années 2000, à de multiples formes d’action collective débouchant sur un processus d’institutionnalisation ? Débora Gorbán expose plusieurs ressorts de cette dynamique, tout en montrant que ce type de travail s’inscrit dans une chaîne économique reliant étroitement activités informelles et formelles. Après la grande crise économique de 2001, les effectifs des cartoneros recensés s’accroissent brutalement, passant de 5 000 à plus de 13 000. Or, nombre des nouveaux venus dans cette activité sont des travailleurs ayant perdu un emploi formel et ayant parfois connu des expériences syndicales et militantes. Parallèlement, le regard de la population sur ces travailleurs se modifie favorablement. Enfin, ils ont su trouver des formes diverses de mobilisation collective, comme la mise en place de coopératives, d’associations et la création de syndicats. Tournée principalement vers l’amélioration de l’organisation du travail de collecte et de commercialisation des matériaux, cette mobilisation permet également aux cartoneros d’être représentés et de participer à la légalisation de leur activité, laquelle était auparavant interdite. Enfin, leur action collective a bénéficié d’alliances avec des ONG tournées vers les enjeux environnementaux, ainsi que de relais auprès d’acteurs publics. Les cartoneros se métamorphosent ainsi en « collecteurs ». Ils accèdent à un métier institutionnellement reconnu.

17On le sait, d’autres grandes mobilisations collectives de chômeurs ou de travailleurs informels sont intervenues dans l’Argentine du début des années 2000, telles que celle des piqueteros. Mais c’est à un autre type de mouvement social que s’intéresse ici Maxime Quijoux, avec un exemple de récupération d’usine par ses travailleurs. Il s’agit de salariés formels, mais précarisés par la disparition brutale de leur patron. Sans être massif, ce phénomène a joué un rôle significatif, représentant plus de 200 entreprises et 10 000 travailleurs. Ce que l’auteur nous fait découvrir est loin d’une certaine image héroïque de l’autogestion ouvrière. Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, les salariés de l’usine étudiée sont très éloignés d’une culture syndicale et de lutte. Issus des fractions subalternes des classes populaires, embauchés jeunes, ils ont été fidélisés dans cette usine par l’accès à un statut salarial enviable et par un « ethos du zèle » au travail associé au mode de gestion très paternaliste du personnel. C’est seulement vers la fin des années 1990 que leur statut salarial se dégrade brutalement. Cette détérioration est consentie, compte tenu de l’explosion parallèle du chômage et de la pauvreté dans la société argentine. Mais quand l’entrepreneur disparaît, cela provoque stupeur, sentiment de trahison et d’injustice et contestation collective de la situation. Leur action pour sauver l’entreprise sous une forme coopérative montre que l’« ethos du zèle », dans la mesure où il est indissociable d’un sentiment d’appartenance « à » et « de » l’entreprise, peut former la matrice d’une revendication d’appropriation plus complète de l’univers de travail. Un même phénomène – ici la reprise par les salariés de leur entreprise sous forme coopérative – peut donc renvoyer à la mise en mouvement de segments bien différents du salariat, parfois très organisé syndicalement et politisé, parfois inexpérimenté. Nul doute qu’une approche comparative des contextes historiques ou nationaux confirmerait ce résultat.

Quelles nouvelles figures de la migration ?

18Par définition, la mondialisation implique l’intensification des circulations de toutes sortes : flux de capitaux, de marchandises, d’idées, d’images et, bien entendu, migrations humaines. Non que le volume des migrations transnationales et domestiques ait explosé – les statistiques sont claires sur ce point –, mais leurs modalités et leurs formes se sont profondément renouvelées, en lien avec les transformations des logiques et des acteurs qui les impulsent. Les frontières politiques des États n’ont pas disparu, mais elles se sont affaiblies. Surtout, elles se superposent de moins en moins avec toutes les autres, en particulier d’ordre économique, fiscal, social, culturel, etc. La seconde partie de ce livre examine quelques aspects des phénomènes migratoires, d’une part en Amérique latine et dans le Cône Sud, d’autre part en Europe – elle examine également le cas des migrants boliviens, qui relie les deux continents –, en les mettant en relation avec les transformations des marchés de produits et des marchés du travail. Dans quelles mesures ces phénomènes participent-ils d’une tendance à l’informalisation du travail ?

  • 24 Chapitre de D. Mercier dans cet ouvrage : « Dépasser les frontières économiques : “l’industrie” de (...)

19Les frontières n’ont pas disparu : c’est même le « jeu » autour des frontières qui est à la base du développement de toute une nouvelle économie transnationale et de nouvelles figures de migrants et de professionnels vivant autour des migrants et des migrations. Dans une mise en perspective de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud, une analyse de ces « économies-monde », inscrites dans un espace transnational, permet de regarder le travail et les pratiques salariales non pas uniquement au travers des logiques nationales, mais dans leur renégociation au sein des espaces fondés sur le principe qui consiste à jouer sur « l’exception », qu’elle soit fiscale, juridique ou sociale. Cela provoque l’apparition de nouvelles « chaînes professionnelles » composées de très nombreux « intermédiaires » occupant généralement des métiers traditionnels du marché formel reconvertis dans une chaîne complexe, dont les principaux bénéfices et revenus sont liés à « l’impôt » que devra verser le migrant au cours de son trajet24.

  • 25 Chapitre de A. Lamanthe et V. Rau dans cet ouvrage : « Entre formalisation des marchés de produits (...)

20De part et d’autre de l’Atlantique – en Provence et dans la région de la vallée du Rio Negro en Argentine –, des activités agricoles sont désormais insérées dans le même segment du marché mondial normalisé. L’exemple proposé est celui de l’arboriculture fruitière exportatrice (poires et pommes). Pour les producteurs, entrer et rester sur ce marché implique le respect d’exigences de certification et de qualité : comment cela se traduit-il sur les plans de la mobilisation et de la gestion d’une main-d’œuvre en grande partie migrante, notamment pour les tâches saisonnières25 ? La formalisation des marchés de produits se traduit-elle par une informalisation des marchés du travail ? En réalité, la logique commerciale et productive apparaît riche de tensions entre les contraintes de qualité et celles de coût et les modalités de travail et d’emploi varient selon les contextes. Dans l’exemple étudié, c’est en Provence que la logique de réduction des coûts de main-d’œuvre joue le plus, ce qui se traduit par des pratiques de gestion de la main-d’œuvre migrante aux marges du droit du travail. Dans la région de la vallée du Rio Negro, les travailleurs agricoles solidement organisés syndicalement parviennent à faire progresser leur statut salarial formel. Il est vrai qu’ils travaillent au sein d’exploitations de plus grande taille et qu’ils ne sont pas infériorisés sur le plan des droits civiques : migrants domestiques, ils ont la nationalité argentine, alors qu’en France la plupart des travailleurs saisonniers agricoles sont de nationalité étrangère.

  • 26 Chapitre de V. Baby-Collin et S. M. Sassone dans cet ouvrage : « Migrantes boliviennes dans les mét (...)

21Au Nord comme au Sud, l’une des principales transformations des migrations est leur féminisation. L’informalité est bien une caractéristique dominante des emplois que ces femmes occupent – dans l’économie du care et de la domesticité en Espagne et en Argentine, dans le commerce de détail et la confection textile en Argentine. Mais la catégorie de précarité semble plus puissante que celle d’informalité, à la fois pour rendre compte de la condition sociale des femmes et pour éclairer les différences significatives de cette condition, telles qu’elles apparaissent selon les contextes26. Car cette précarité varie selon que le lieu de résidence et celui de l’emploi sont séparés ou non et selon la possibilité – effective en Argentine, plus aléatoire en Espagne – de s’appuyer sur des réseaux familiaux et sociaux.

  • 27 Chapitre de L. Brassamin dans cet ouvrage : « Jouer avec les frontières du formel et de l’informel  (...)

22Pour les migrants boliviens en Argentine, la région de Buenos Aires est la principale région d’insertion économique et sociale. Les marchés itinérants (ferias) constituent pour ces migrants un secteur d’activité privilégié, surtout depuis la crise de 2000. Sur ces marchés, l’interpénétration du formel et de l’informel est utilisée dans les stratégies complexes qui permettent dans un premier temps de survivre, puis d’améliorer sa condition sociale ; ces stratégies étant toujours appuyées sur les réseaux familiaux et communautaires. Ainsi, de même que des activités peu ou pas réglementées ne peuvent se déployer qu’en articulation étroite avec celles qui le sont davantage, elles se combinent dans les parcours de travail et de vie des individus et des groupes populaires27.

  • 28 S. Bouquin et I. Georges, « Formes et dynamiques du travail informel », Les Mondes du travail, n° 9 (...)

23Cet « enchevêtrement des formes sociales de travail28 », structurel dans les pays du Sud, se diffuse désormais dans les pays du Nord sous des formes toujours renouvelées, tendant à ramener le travail en activité de subsistance. Reste que jamais les sujets sociaux ne s’y résignent, quand ils n’en trouvent des ressorts émancipateurs.

Bibliographie

Askenasy Philippe et Diallo Rokhaya, « Face à la précarisation de l’emploi, construire des droits pour tous » [en ligne], Terra Nova, avril 2013. Disponible sur : http://www.tnova.fr/note/ face-la-pr-carisation-de-lemploi-construire-des-droits-pour-tous

BÉroud Sophie et Bouffartigue Paul (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, 2009.

BIT, La Transition de l’économie informelle vers l’économie formelle, Conférence internationale du travail, 103e session, 2014.

Bouffartigue Paul et Busso Mariana, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dynamiques du monde du travail », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2009, p. 17-26.

Bouquin Stephen et Georges Isabel, « Formes et dynamiques du travail informel », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 17-26.

Bourdieu Pierre, « La jeunesse n’est qu’un mot », in Les Jeunes et le premier emploi, Paris, Association des âges, 1978, p. 520-530.

Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Hart Keith, « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », The Journal of Modern African Studies, n° 11, 1973.

insee, Insee Première, no 1516, sept. 2014.

Lamanthe Annie, « Entre informalisation et formalisation juridique : la relation salariale en tension », in Annie Lamanthe et Stéphanie moullet (dir.), Vers de nouvelles figures du salariat : entre trajectoires individuelles et contextes sociétaux, PUP, 2016, p. 127-147.

Lautier Bruno, « Sociologie de l’emploi, informalité des relations de travail et stratégies familiales en Amérique latine », Cahiers du genre, n° 55, 2013, p. 199-217.

Lautier Bruno , L’Économie informelle dans le tiers-monde, Paris, La Découverte, 1994.

Portes Alejandro, En torno a la informalidad : ensayos sobre teoría y medición de la economía no regulada, Mexico, Flacso, 1995.

Tokman Víctor, « Informalidad en América Latina : balance y perspectivas de políticas », Revista internacional de estadística y geografía, vol. 2, no 3, 2011.

Notes

1 Cette publication s’appuie sur un programme de coopération scientifique « Ecos-Sud » ayant rassemblé de 2008 à 2011 trois équipes de recherche : française (LEST), argentine (CEIL-Conicet) et uruguayenne (université de la République).

2 Dispositions inspirées par le libéralisme économique et initiées par la Banque mondiale et le FMI siégeant à Washington.

3 B. Lautier, « Sociologie de l’emploi, informalité des relations de travail et stratégies familiales en Amérique latine », Cahiers du genre, n° 55, 2013, p. 199-217.

4 P. Bouffartigue et M. Busso, « Précarité, informalité : une perspective Nord-Sud pour penser les dynamiques du monde du travail », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2009, p. 17-26.

5 R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

6 S. Béroud et P. Bouffartigue (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, 2009.

7 Insee, Insee Première, no 1516, sept. 2014. Cet indicateur a été intégré dans les enquêtes européennes « force de travail » (« enquête emploi » de l’Insee en France) au travers de la question : « Craignez-vous pour votre emploi au cours des douze prochains mois ? »

8 P. Askenasy et R. Diallo, « Face à la précarisation de l’emploi, construire des droits pour tous », Terra Nova, avril 2013.

9 K. Hart, « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », The Journal of Modern African Studies, n° 11, 1973.

10 A. Portes, En torno a la informalidad : ensayos sobre teoría y medición de la economía no regulada, Mexico, Flacso, 1995 ; B. Lautier, L’Économie informelle dans le tiers-monde, Paris, La Découverte, 1994.

11 82 % en Asie du Sud, 66 % en Afrique subsaharienne, 65 % en Asie de l’Est et du Sud-Est, 51 % en Amérique latine (BIT, La Transition de l’économie informelle vers l’économie formelle, Conférence internationale du travail, 103e session, 2014, p. 6).

12 Données 2008 citées par V. Tokman in « Informalidad en América latina : balance y perspectivas de políticas », Revista internacional de estadística y geografía, vol. 2, no 3, 2011, p. 21.

13 Données publiées par l’Indec (Instituto Nacional de Estadística y Censo) à partir de l’EPH (Encuesta permanente de hogares).

14 B. Lautier, L’Économie informelle dans le tiers-monde, Paris, La Découverte, 1994.

15 Dans de nombreux pays d’Amérique latine, comme au Brésil, les tensions entre les visions portées par les politiques publiques et le monde académique (par ailleurs très liés) et celles portées par des organisations populaires pourraient être observées, notamment à l’occasion du développement des politiques publiques qui visent précisément à réduire la pauvreté et développer l’emploi légal, tout en prenant appui sur les initiatives populaires.

16 En Uruguay, l’usage de la catégorie de précarité semble encore plus limité, généralement réservé pour traiter de la vulnérabilité sociale des travailleurs de la terre.

17 A. Lamanthe, « Entre informalisation et formalisation juridique : la relation salariale en tension », in Lamanthe et S. Moullet (dir.), Vers de nouvelles figures du salariat : entre trajectoires individuelles et contextes sociétaux, PUP, 2016, p. 127-144.

18 S. Bouquin et I. Georges, « Formes et dynamiques du travail informel », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 17-26.

19 P. Bourdieu, « La jeunesse n’est qu’un mot », in Les Jeunes et le premier emploi, Paris, Association des âges, 1978, p. 520-530.

20 Chapitre de C. Bidart, M. Busso, M.-E. Longo et P. E. Pérez dans cet ouvrage : « Jeunes Argentins et Français : en quête de quelle stabilité-instabilité professionnelle ? », p. 47-68.

21 Chapitre de M. Quiñones et M. Supervielle dans cet ouvrage : « Uruguay : les jeunes face à la précarité et à l’informalité du travail », p. 69-96.

22 Chapitre de D. Gorbán dans cet ouvrage : « Le cartoneo, une activité à la charnière des processus d’informalité et de formalisation », p. 97-116.

23 Chapitre de M. Quijoux dans cet ouvrage : « Quand le paternalisme se précarise, les travailleurs “zélés” se mobilisent : une usine récupérée par ses salariés à Buenos Aires », p. 117-136.

24 Chapitre de D. Mercier dans cet ouvrage : « Dépasser les frontières économiques : “l’industrie” de la migration. Des activités aux acteurs transnationaux », p. 137-158.

25 Chapitre de A. Lamanthe et V. Rau dans cet ouvrage : « Entre formalisation des marchés de produits et informalisation des marchés du travail », p. 159-176.

26 Chapitre de V. Baby-Collin et S. M. Sassone dans cet ouvrage : « Migrantes boliviennes dans les métropoles espagnoles et argentines : de l’emploi informel au travail précaire », p. 177-204.

27 Chapitre de L. Brassamin dans cet ouvrage : « Jouer avec les frontières du formel et de l’informel : les migrants boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires », p. 206-224.

28 S. Bouquin et I. Georges, « Formes et dynamiques du travail informel », Les Mondes du travail, n° 9-10, 2011, p. 25.

Auteurs

Paul Bouffartigue est sociologue, directeur de recherche au CNRS et membre du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, UMR AMU-CNRS 7317). Il a notamment publié Le Retour des classes sociales : inégalités, dominations, conflits (La Dispute, 2015, 1re éd. 2005) et Temps de travail et temps de vie : les nouveaux visages de la disponibilité temporelle (PUF, coll. « Le travail humain », 2012).

Mariana Busso est chercheuse au Conicet (Conseil national argentin de recherches scientifiques et techniques), membre du Leset-IdIHCS et professeure à l’université de La Plata (Argentine). Ses recherches en sociologie du travail portent sur les domaines de l’identité et des processus symboliques, du travail des jeunes et de l’action collective. Elle a publié notamment, avec Pablo Pérez, Tiempos contingentes : inserción laboral de los jóvenes en la Argentina posneoliberal (Caba, Argentine, Ed. Miño y Dávila, 2013).

Marcos Supervielle est professeur titulaire de sociologie du travail et méthodologie de la recherche, chercheur au département de sociologie de la faculté de sciences sociales de l’université de la República à Montevideo, en Uruguay. Il est également consultant pour des syndicats et coopératives de production.

© Éditions de l’IHEAL, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540