Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique. Tome premier

 | 
François-Xavier Guerra

Deuxième partie. Les bouleversements de la paix (1876-1911)

Chapitre VI. Un pays en transition

Texte intégral

1La stabilité politique d’un régime sans fissures va de pair pendant le porfiriat avec une mutation extraordinaire de l’économie et de la société. Nous avons parlé sans cesse, à propos de la politique et de l’idéologie du Mexique du xixe siècle, de libéralisme. L’élite libérale unifiée occupe en effet sous Diaz les leviers de commande de l’État, mais les mots ne doivent pas cacher la réalité. Libéral ne veut pas dire abstentionniste à l’égard du social et même de l’économique. Nous avons vu, au contraire, avec quelle ténacité et quel acharnement l’élite libérale s’est efforcée de transformer la société d’Ancien Régime qu’elle avait reçue en héritage pour la rendre conforme au modèle idéal auquel elle adhérait.

2Maître incontesté du pouvoir sous Díaz, son entreprise ne pouvait que se renforcer. Une fois l’ordre acquis, le progrès devient le maître mot du régime. Il s’agit de suivre l’exemple des pays les plus avancés de l’époque, de moderniser le pays, dirions-nous aujourd’hui. Et pour ce faire, l’élite libérale renforce l’outil de sa puissance : l’État. Le libéralisme du « laissez-faire » et du « laissez-passer » est plus un but que l’État doit conquérir qu’une politique à pratiquer au présent.

3Action et montée du rôle de l’État, donc, pour qu’il puisse un jour s’effacer. La politique porfirienne rejoint, dans la pratique, la politique du « despotisme éclairé ».

4Les résultats de cette politique sont à la hauteur des efforts employés. Le Mexique de Díaz renoue avec la prospérité de la Nouvelle-Espagne finissante et jette les bases d’une économie moderne et diversifiée. Les taux de croissance économique que le Mexique connaît alors ne seront plus atteints que dans les années 1940. S’agit-il d’un simple prolongement de la prospérité des métropoles économiques qui ne touche que des secteurs ou des régions limités ? Le Mexique de Díaz est-il une économie d’enclaves, une société dualiste ?

5Les réponses positives qui sont habituellement données à cette question négligent l’évolution sociale comme l’un des indicateurs essentiels du changement économique. Et là, les données dont nous disposons offrent une autre image du pays : celle d’une société tout entière en mouvement. Mouvement physique des hommes dans l’espace, changement du poids spécifique des régions, de l’équilibre des villes et des campagnes, diversification profonde des activités humaines... Ne serait-ce plutôt que la modernisation contemporaine se greffe sur une modernisation pré-industrielle ?

6Et comme la Révolution est venue au terme de trente années de croissance économique, la tentation est grande de parler, pour expliquer les difficultés des dernières années du porfiriat, d’essoufflement de l’économie ou d’impasses du développement. De la dégradation des conditions de vie d’une majorité de la population dans les premières années du xxe siècle on passe au diagnostic des difficultés qui semblent d’autant plus facilement structurelles que la Révolution est une rupture profonde dans une évolution ascendante. Mais si elle ne s’était pas produite, parlerait-on encore de ces difficultés une fois achevée la crise conjoncturelle internationale de 1907-1910 ? Sans oublier celle-ci, ne faudrait-il pas aller chercher l’explication première de ces difficultés dans une économie et dans une société, modernes certes, mais avec une modernité qui s’apparente plus à celle de l’Ancien Régime qu’à celle d’un pays industriel contemporain ?

I. LA MODERNISATION

1. LA CROISSANCE DE L’ÉTAT MODERNE

  • 1 Voir par exemple introduction de Cosío Villegas, à González Navarro, 1970, pp. XV ss.

7L’habitude a été prise pour parler de l’État à l’époque de Díaz d’insister sur sa philosophie libérale et sur son abstention dans maints domaines de la vie sociale. On cite son refus de s’engager dans les relations entre patrons et ouvriers, de réglementer en quoi que ce soit les contrats de travail, sa réticence à intervenir directement dans le domaine de l’assistance ou de l’éducation1. Tout cela est vrai mais ce n’est pas toute la vérité et on ne peut qu’être frappé, en même temps, par la croissance du rôle et du poids de l’État dans l’ensemble de la vie sociale, que même les chiffres des finances publiques manifestent (cf. tableau I).

8Contradiction ? Certes non, mais deux aspects d’une même logique : la non-intervention dans le jeu des acteurs économiques et la passivité devant les problèmes sociaux vont de pair avec une très forte action sur la société traditionnelle et avec la croissance de l’administration publique et de ses compétences. L’intervention de l’État est destinée à créer des acteurs économiques modernes, mais une fois qu’ils existent, c’est à eux de régler leurs rapports sans interférences extérieures. De cette logique unique découlent et son intervention croissante sur la société et son abstentionnisme social.

L’intervention de l’État

9Mais même dans ce dernier aspect, l’action s’éloigne de la doctrine et oblige les hommes à ses entorses sur les principes pour tenir compte des contraintes sociales et politiques. La philosophie politique du Peuple était d’ailleurs là pour fournir des bases à la nouvelle avancée que l’État effectuait aussi à l’égard des acteurs économiques modernes. Le premier domaine où elle se fit fut celui où les conséquences de la liberté formelle étaient des plus évidentes : celui de la condition des péons et des ouvriers.

  • 2 Voir pour le détail González Navarro, 1970, pp. 216 ss.

10Plusieurs États tentèrent très tôt avec un succès très relatif de réglementer les dettes par lesquelles les péons étaient attachés à la terre. Le Sonora et le Veracruz en 1881, le Sinaloa et le Chihuahua un peu plus tard, essayèrent de limiter le montant du prêt qui pouvait être consenti aux péons2. Leur action souleva de nombreuses protestations car la liberté de s’endetter était une preuve de la « responsabilité individuelle ». Mais la réalité de cette forme de servitude pesait plus lourd que la cohérence de la pensée. Sans doute aussi restait encore vivante, même sous une forme résiduelle, la conception paternaliste de l’État colonial.

11Il faut attendre la première décennie du xxe siècle pour voir apparaître progressivement une nouvelle notion du rôle de l’État dans ce domaine. L’influence des premières législations européennes du travail, la doctrine sociale de l’Église répandue au Mexique par les Congrès catholiques et la diffusion d’un radicalisme social qui évolue vers l’anarchisme coïncident avec les débuts des organisations ouvrières modernes et avec les premières grandes grèves.

12Dès 1897 déjà, Bernardo Reyes, gouverneur du Nuevo León, publie une loi pour contrôler les contrats d’engagement (enganche) et éviter qu’ils aient des clauses abusives. En 1904, un autre grand gouverneur porfirien, José Vicente Villada, dans l’État de Mexico, promulgue une loi sur les accidents du travail. En 1906, Reyes, dont l’État connaît une rapide industrialisation, commence à être conscient de la force des organisations ouvrières naissantes. A l’intérêt tout éclairé pour le bien-être du peuple vient s’ajouter le désir politique de contrôler une force sociale montante et de l’intégrer dans son réseau de clientèles. Opposé d’abord à la Grande ligne mexicaine des employés des chemins de fer, Reyes agit ensuite pour appuyer l’aile modérée de cette organisation qui rejette les tendances anarchistes et socialistes de maints dirigeants. Le courant modéré triomphe grâce à Reyes qui va jusqu’à en corriger les statuts et en être nommé président d’honneur en 1906.

  • 3 Niemeyer, 1966, pp. 138 ss.

13Le 9 novembre de cette même année, Reyes promulgue la loi sur les accidents du travail du Nuevo León. C’est une nouveauté juridique de taille, puisqu’elle reconnaît la responsabilité du propriétaire en cas d’accident à cause des conditions de travail et prévoit le paiement du salaire et les pensions d’invalidité. Enfin, le 5 août 1908, une nouvelle loi sociale aborde le problème du péonage pour en finir avec « l’immoralité du prêt ». Elle prévoit pour la première fois un salaire minimum de 50 centimes par jour et interdit les prêts dépassant un tiers du salaire annuel3.

14Ces mesures, les premières prises à ce niveau au Mexique, assureront au Nuevo León un calme exceptionnel pendant la Révolution et serviront d’exemple au futur président Carranza et à l’État révolutionnaire. Comme Reyes, dont il a été l’un des partisans les plus fermes, Carranza joindra à une politique sociale qui se concrétisera dans l’article 5 de la constitution de 1917 la tentative de mettre sous tutelle le mouvement ouvrier, intégré dans les réseaux de clientèles du pouvoir que réaliseront plus tard ses successeurs.

  • 4 Anderson, 1970, pp. 113 ss.

15Le régime porfirien dans son ensemble n’en est pas encore là avant la Révolution mais des signes laissent déjà présager cette évolution. Dès décembre 1906, les ouvriers en grève des usines textiles de Rio Blanco en appellent à l’arbitrage de Porfirio Díaz. Même si cet arbitrage rendu par le président en janvier 1907 ne satisfait pas les ouvriers et est impuissant à empêcher l’émeute ouvrière, nous y reviendrons, il rompt avec la pratique libérale d’abstention de l’État dans les rapports de travail et établit les premiers éléments d’une législation sociale4. Entre la doctrine et la réalité, des accommodements s’imposent lorsque la puissance d’un nouveau groupe social devient trop évident. D’autant plus évidente que ce groupe est restreint et moderne, c’est-à-dire proche et non inclus dans les liens traditionnels. Il appartient à ce titre au monde de l’élite libérale dont il partage les principes idéologiques de base, même s’il commence à tirer de ces principes des conclusions toutes différentes. Sa prise en compte par l’État au nom de la défense de l’intérêt général sera une façon d’élargir un « peuple » dont ces groupes urbains pourraient être à leur tour tentés de jouer le rôle.

  • 5 J.-Y. Limantour dans l’exposé des motifs à l’initiative du gouvernement, le 12 mai 1906, dans Mane (...)

16Accommodement aussi que la nouvelle attitude que l’État prend dans le domaine économique en 1906 lorsqu’il acquiert le contrôle des plus importantes lignes de chemins de fer. L’explication du ministre des Finances, Limantour, cache mal la gêne du doctrinaire libéral devant les nécessités de l’intérêt national. « Lorsque le gouvernement a entrepris cette opération, il ne se proposait pas (...) de prendre une participation active et directe dans l’administration et l’exploitation des lignes ni de limiter d’aucune façon la liberté que doivent avoir les actionnaires pour diriger leurs affaires. (...) Les buts poursuivis par le gouvernement sont d’une plus grande transcendance car, en plus de chercher une solide garantie pour les suprêmes intérêts nationaux qui concernent la souveraineté de l’État, il tente de satisfaire les exigences du commerce et de l’industrie au moyen d’une grande politique des transports (...). »5

17« Intérêt national », « souveraineté de l’État », « exigences du commerce et de l’industrie »..., les mots s’enchaînent, cette fois pour faire de l’État un acteur économique dans un domaine considéré jusqu’alors comme relevant de la compétence des acteurs économiques modernes, alors que ces mêmes mots ont déjà servi bien des fois auparavant pour accroître l’emprise de l’État sur la société. En effet, lorsque l’on examine l’évolution des dépenses publiques, on ne peut qu’être frappé par leur croissance (tableau I).

Tableau I. Les revenus de la fédération et des États (1877-1910)

Tableau I. Les revenus de la fédération et des États (1877-1910)
  • * $= pesos courants [cf. note (6)].

Note **
Source : E.S.P., pages 7, 37 et 38.

  • 6 L’indice des prix passe de 68,7 en 1877 à 163,5 en 1911 (1900 = 100) (E.E.P.F.T., p. 172).

18Tandis que la population passe de l’indice 100 en 1877 à l’indice 160 en 1910, les revenus des États passent de 100 à 311 et ceux de la fédération de 100 à 537 (à 547 même en 1907-1908 si l’on tient compte des chiffres d’avant la crise)6. L’État des élites libérales est un État en pleine expansion et d’une expansion qui se fait à partir du sommet : l’État fédéral grandit plus que les États de la fédération et comme nous le verrons ceux-ci plus que les municipes.

  • 7 E.E.P.F.T., p. 293.

19Cette expansion, relativement modérée pendant les vingt premières années du régime, s’accélère au début du xxe siècle. Au départ elle apparaît surtout comme la reconstruction d’un appareil administratif malmené par trois quarts de siècle de troubles et de guerres. L’armée et la police occupent encore une place prédominante dans les dépenses de l’État et il faut attendre l’année fiscale 1898-1899 pour voir les frais de personnel des autres ministères les rejoindre (fig. 1). Après 1902, c’est la montée irrépressible des dépenses civiles. Le régime se civilise et intervient de plus en plus dans la vie économique et dans la vie sociale. Signe aussi des temps nouveaux que la croissance des investissements publics, qui passent de 1,2 million de pesos en 1877 à 9,2 millions en 1910 et, en part des dépenses publiques, d’environ 6 % à près de 10 %7.

20Progressivement, le gouvernement fédéral concentre entre ses mains tout ce qui touche au développement de l’économie. Non seulement il continue et accélère la construction des chemins de fer, des ports et du télégraphe et la concession des terres baldias, mais il rajoute à sa juridiction la législation minière, commerciale, bancaire et des eaux et se réserve seul la capacité de lancer des emprunts à l’étranger.

21Dans tous ces domaines, l’État justifie son intervention par le besoin d’enlever les obstacles qui empêchent la prospérité du pays et par la volonté de se rapprocher des pays les plus avancés. Les gouvernants porfiriens sont aussi bien par doctrine que par admiration envers l’Europe et les États-Unis, des libéraux convaincus. C’est pourquoi les lois qu’ils publient dans ces différents domaines sont marquées du sceau du libéralisme économique : établir une pleine propriété, faciliter la circulation des biens, des capitaux et des hommes, supprimer les monopoles et les privilèges, établir la liberté du marché. En un mot, l’État ne doit pas intervenir dans le libre jeu des acteurs économiques, mais créer les conditions de ce jeu.

  • 8 Nava Oteo, I, 1965, pp. 179 ss., De Launay, 1904, pp. 261 ss.

22Le domaine minier, essentiel car il a toujours été le moteur du Mexique, est encore alors le secteur qui fournit la plupart des exportations. Les principales lois minières abolissent les lois datant de la période coloniale et qui réservaient à l’État la propriété éminente des mines. Dès 1884, le Code des mines et ses amendements de 1886 et 1887 permettent aux Mexicains puis aux étrangers des acquisitions illimitées ; enfin la loi du 6 juin 1892 institue la propriété perpétuelle et irrévocable des concessions minières8.

Figure 6-1 : Frais de personnel du gouvernement fédéral (1877-78-1910-11) (en millions de pesos courants*)
Source : E.E.P.F.T. pages 308 et 309.

  • 9 Voir dans Peralta Zamora, t. II, 1965, p. 912, le tableau de ces ressources par États.
  • 10 Modifications à la Constitution des 17 mai 1882 et 26 novembre 1884 dans Tena Ramírez, 1967, pp. 7 (...)
  • 11 Modification de l’article 111 de la Constitution, du 1er mai 1896, dans ibidem, p. 711.
  • 12 Cité par Manero, 1911, p. 17.

23La grande œuvre dans le domaine commercial — et fiscal — fut l’abolition des alcabalas, le vieil impôt médiéval castillan sur les ventes, honni par tous les libéraux, et dont la suppression était déjà réclamée par les Cortès de Cadix. Impôt honni car entravant par des péages la liberté de circulation mais impôt irremplaçable car, même si son abolition avait été proclamée avec force par la constitution libérale de 1857, il fournissait encore en 1883 entre 20 et 68 % des ressources des États9, et une part considérable de celles des municipes. De là les difficultés considérables que son abolition rencontra, puisqu’elle portait atteinte à des finances locales déjà bien malmenées par les offensives du désamortissement. Une première modification constitutionnelle en mai 1882 annonça sa disparition pour la fin de 1884 ; et lorsque cette année arriva, on en promulgua une nouvelle, la renvoyant à la fin 188610. En mai 1896 les alcabalas furent enfin, dans les textes, définitivement abolies, avec les conséquences que nous exposerons plus loin sur les finances des municipes. L’article 111 ainsi modifié exprimait bien la philosophie du « laissez-passer » : les États ne peuvent « grever le transit des personnes ou de choses qui traversent leur territoire » ou « grever la circulation ou la consommation », ni établir de douanes locales ou des impôts sélectifs11. Cette mesure a une telle importance — réelle et symbolique — aux yeux des dirigeants porfiriens que le científico Pablo Macedo n’hésite pas à la comparer aux plus grandes dates de l’histoire nationale : « Si notre unité politique a été constituée par la restauration de la République en 1867, notre unité économique s’est consommée le 1er juillet 1896 (...) par l’écroulement des barrières que nous-mêmes avions levées (...) : nos intérêts sont les mêmes des États-Unis au Guatemala, de l’Atlantique au Pacifique. »12

  • 13 Joaquín Casasús cité par Rosenzweig, 1965, p. 817.

24En 1896, les privilèges dont jouissait le « Banco de Londres et de Mexico » furent effacés par une nouvelle loi d’institutions de crédit qui autorisait l’établissement de banques d’émission dans tous les États de la République. « Le législateur mexicain, dit l’un des rédacteurs de la loi, a reconnu que le commerce et l’industrie et avec eux l’agriculture nationale ont besoin pour leur développement de la liberté des banques. »13 Une surveillance de l’État sur elles est malgré tout prévue mais l’idéal reste la liberté.

  • 14 Modification de la Constitution du 20 juin 1908, dans Tena Ramírez, 1967, p. 716.

25Après toute la législation de baldíos, dont la loi fondamentale de 1894 que nous avons longuement commentée, ce furent à leur tour les concessions d’eaux, essentielles pour une agriculture nécessitant souvent l’irrigation, qui passèrent sous juridiction fédérale en 190814.

26A cette date, pratiquement tout ce qui touche aux principaux domaines économiques est remonté des États vers le gouvernement fédéral. Les États ont aussi perdu en 1901 la faculté de lancer des emprunts sur le marché international. Mesures inspirées sans doute par un souci d’efficacité et par le désir de s’opposer à des particularismes qui fragmentaient le pays en multiples compartiments étanches ; mais mesures qui accroissaient le poids du gouvernement fédéral et de sa bureaucratie sur le pays. L’État du « laissez-faire » et du « laissez-passer » est un État qui pèse de plus en plus lourdement sur la société, puisqu’il agit sur une société qui est encore diverse et hétérogène pour enlever les obstacles et créer, ici aussi, la liberté.

  • 15 Dublán y Lozano, XXI, p. 71.

27Pour que cette société soit libre, il faut la transformer, il faut l’uniformiser. C’est vers cela que tendent aussi ces réformes comme celle de l’éducation, que nous verrons plus loin dans le détail. Lorsqu’en 1891 fut publiée pour le District fédéral et les territoires de la fédération une nouvelle loi d’instruction obligatoire, le ministre de la Justice et de l’Instruction publique, Joaquín Baranda, a bien soin d’envoyer la loi à tous les gouverneurs, insinuant clairement qu’ils pourraient s’en inspirer dans leur législation éducative puisqu’elle reste encore du domaine des États : « J’ai l’espoir que vous trouverez parmi ces dispositions quelques-unes qui pourraient être applicables à l’État dont vous avez la charge. Si cela se faisait, nous arriverions à uniformiser dans toute la République l’enseignement primaire, en le faisant devenir un élément national de force, de paix et de progrès. »15

  • 16 Voir plus haut, chapitre V, 2.

28La paix et le progrès passent par l’uniformisation et cette uniformisation ne peut être réalisée que par l’État seul, à son niveau le plus élevé, en tant qu’émanation du peuple tout entier. L’uniformisation dans la politique libérale, si elle est faite par l’État, libère. Elle libère d’autant mieux que maints domaines que cet État commence alors à prendre en charge, ont été préalablement déblayés des institutions de la société. Nous avons déjà dit combien l’éducation et l’assistance publique avaient pâti de l’offensive libérale contre les corps et contre leurs biens16.

  • 17 E.S.P., p. 210.

29Il n’est pas étonnant que la part des dépenses fédérales consacrée à l’éducation passe de 3,17 % en 1877-1878 à 6,81 % en 1910-1911, et celle de l’assistance publique de 0,16 % à 1,62 % pendant la même période, tandis que celle de l’armée et de la police tombe de 41,71 à 22,38 %17. Ce n’est qu’une maigre compensation pour remplir le vide créé par une législation inspirée les principes libéraux mêmes. On voit cependant que le transfert est loin de bénéficier en majorité aux dépenses sociales. Il se fait essentiellement vers les communications et les transports, vers l’équipement, vers ces secteurs qui privilégient la modernisation économique.

  • 18 Vázquez. 1970, pp. 84-85.

30Lorsqu’en 1896 furent nationalisées les écoles primaires qui jusqu’alors dépendaient toujours des municipes, les raisons données furent celles-ci : leur attribuer des ressources plus grandes et uniformiser leur fonctionnement18. Nous avons dit la logique de la seconde raison ; quant à la première, elle met en valeur le transfert qui s’opère au profit de l’État de ce qui était jusqu’alors une attribution de la société. Des pueblos aux municipes modernes, des municipes aux États, des États à la fédération : de transfert en transfert, des pans entiers des attributions des acteurs sociaux passent à l’être moral qui symbolise le peuple.

Les serviteurs de l’État

  • 19 Voir plus haut, chapitre III, I, 2 et 3.

31Cet être moral, cependant, n’est pas un être désincarné, mais un groupe humain, l’administration publique, et le transfert a des conséquences sociales considérables imprévues dans le schéma idéal de la politique. Les biographies du personnel politique et l’étude des clientèles nous ont montré la place que les faveurs administratives occupent dans le système politique porfirien19. Pour toute une catégorie d’obligés et de fidèles, la récompense normale au dévouement consiste en l’octroi d’une charge administrative qui crée à son tour de nouvelles obligations et de nouveaux droits. La clientèle de type administratif est au xixe siècle et sera encore au xxe siècle une des réalités les plus essentielles de la vie sociale latino-américaine.

32Réalité essentielle, car même si elle n’est pas numériquement considérable par rapport à l’ensemble de la population, elle l’est par rapport à ceux qui ont atteint un certain niveau d’instruction. Le vieux préjugé castillan à l’égard du travail manuel, la tradition des offices comme source d’enrichissement et la stagnation économique de la majeure partie du xxe siècle font des emplois publics l’issue la plus honorable pour la gente decente (les gens de bien). Cette gente decente qui a reçu une éducation secondaire ou supérieure trouve dans les débouchés administratifs, un rang social reconnu même si les salaires sont modestes, et parfois aléatoires. Ces emplois sont d’ailleurs pour ceux qui sortent des milieux non privilégiés le premier échelon d’une carrière politique éventuelle qui, elle, ouvre véritablement la voie à l’ascension sociale.

  • 20 Cela est valable, à des degrés divers, pour tous les pays latino-américains (voir par exemple le c (...)
  • 21 Bulnes (1904), 1972, p. 463.

33La politique est au xixe siècle le domaine réservé des oligarchies sociales et des intellectuels issus des milieux modestes20, mais avant la politique il y a l’administration comme moyen de vie et comme moyen d’acquérir des relations. Bulnes qui est l’un des rares auteurs à avoir perçu l’importance de ce phénomène, rapporte que Manuel Payno, commissionné en 1867 par le gouvernement libéral restauré, pour étudier les comptes de l’Empire, y trouva cent quatre mille demandes d’emploi. Comme il voulait publier la liste des noms, Lerdo de Tejada le lui interdit en disant : « Si vous publiez cette liste, nous n’avons plus de parti libéral. »21 L’anecdote concerne plus une catégorie sociale qu’un parti, et nous ne connaissons pas les demandes que des anciens conservateurs ont faites aux gouvernements libéraux triomphants...

34La versatilité politique de la gente decente et donc des employés publics n’est qu’un signe de leur dépendance sociale. Dépendance non pas à l’égard d’une personne, mais à l’égard du maître de l’heure dont ils sont automatiquement une partie importante de la clientèle. Dans un pays où les élections sont presque toujours purement formelles, ce sont eux les mieux placés pour réaliser la fiction électorale. En échange de quoi, ce sont très souvent eux aussi qui fournissent un fort contingent d’élus. Le poste électif vient récompenser leur loyauté et accroître leur docilité.

  • 22 Castrillejo Ibáñez, 1980, pp. 224-225.
  • 23 Voir pour le récit de l’action de ces étudiants, Womack, 1970, pp. 227-231 et Gómez, 1961.

35Dépendance aussi à l’égard d’un système politique qui, par son désir de transformer la société, accroît continuellement et le nombre de ces employés et leurs pouvoirs aux dépends de ceux des acteurs sociaux. Le désamortissement, par exemple, a contribué d’une façon décisive à leur montée. En Espagne, où le désamortissement a été analysé dans le détail par certaines études régionales très précises, on peut constater la création d’une très importante bureaucratie du désamortissement avec juges, écrivains, inspecteurs, géomètres, etc., toute une administration travaillant à plein et produisant une masse de documents qu’elle n’arrive pas parfois à contrôler22. Le même phénomène est perceptible au Mexique. Indice significatif, les effectifs d’étudiants dans les écoles agronomiques du Mexique porfirien sont considérables mais il ne faut pas se leurrer : une bonne partie de leurs études est constituée de l’arpentage. On trouvera des promotions entières d’étudiants de ces écoles en 1914 dans le Morelos en train de réaliser la réforme agraire de Zapata23. Les temps ont alors changé. Quelques années plus tôt, ils auraient arpenté pour les grandes compagnies deslindadoras, maintenant ils le font pour les pueblos. Plus tard, ils le feront pour la Commission nationale agraire... Des exemples semblables pourraient être donnés pour les postes qui demandent une formation juridique, et plus particulièrement pour l’appareil judiciaire dont la croissance et le nombre des procès sont la conséquence du désamortissement.

36Les intérêts de l’État moderne coïncident étrangement avec ceux des catégories sociales nouvelles qu’il met à son service. L’intérêt général au nom duquel prétend agir l’État pourra varier dans le temps — désamortir ou restituer les biens fonciers aux pueblos —, c’est toujours de plus en plus à ses agents qu’il revient de veiller à cet intérêt général.

  • 24 Article 1 du « Plan libertador proclamado en la Sierra de Alica por los pueblos unidos del Nayarit (...)

37Il faut ajouter que parallèlement à la croissance des agents de l’État croissent aussi les professions qui, d’une façon ou d’une autre, dépendent dans leur existence du dialogue avec l’administration et des conflits que cette action de transformation provoque dans la société. Avocats, notaires, écrivains, experts, tirent, comme les juges, leur subsistance, dans le Mexique du xixe siècle, des procès et des conflits provoqués par le désamortissement, et de la grande redistribution de propriétés qui en est issue. Leur action et leur poids sont tellement importants que dans maints soulèvements ruraux de l’époque une grande partie des plaintes des pueblos et des indigènes leur sont consacrées comme celles des pueblos du Tepic : « (...) Dans l’administration de la justice, on évitera les abus qui sont si fréquents à cause du grand nombre de fainéants, ronds-de-cuir et avocats de mauvaise loi. »24

  • 25 Minaudier. 1982. p. 168.

38Le poids de tous ces hommes sur le reste de la société est d’autant plus grand qu’ils sont souvent très mal ou irrégulièrement payés et qu’ils ont recours pour vivre à la corruption et aux excès de pouvoir. Dans le Guerrero, par exemple, au début du xxe siècle encore, on pouvait constater dans toute sa splendeur la situation paradoxale des employés publics. Les postes étaient très demandés tout en étant très mal rémunérés. En cas de difficultés financières, et elles étaient fréquentes, leurs salaires étaient retenus par le gouverneur. Les fonctionnaires en étaient alors réduits à se rattraper sur les habitants, avec la bénédiction du gouverneur. Dépendants de lui pour leur nomination et pour qu’il ferme les yeux sur leurs agissements, ils formaient à cause de cela même l’élément de base à sa clientèle personnelle25.

39L’État moderne tire sa force non pas comme le voudrait l’image que lui-même se fait de son pouvoir, d’une société de citoyens responsables dont les fonctionnaires seraient les serviteurs, mais des rapports clientélistes qui font dépendre de lui une partie importante des élites cultivées. Ces élites dépendantes qui tirent de lui leur subsistance et leur pouvoir sont, beaucoup plus qu’une bourgeoisie imaginaire, le véritable fondement social du régime.

  • 26 Bulnes, (1920), 1972, pp. 49-50.

40Dans ce sens, le transfert continuel de fonctions et de compétences de la société vers l’État est en fait le processus d’entrée en dépendance d’un nombre croissant d’hommes. Dépendance à l’égard d’un maître abstrait à l’accroissement du pouvoir duquel ils vont contribuer à leur tour. Bulnes a bien senti ce processus lorsqu’il attribue à la constitution de 1857 la responsabilité d’avoir créé des « esclaves pour toutes sortes de tyrans » : « Avant la promulgation de la constitution de 1857, l’assistance religieuse et privée faisait vivre des directeurs, des administrateurs et des employés de toute espèce, hors du gouvernement, indépendants, calmes et fermes dans leurs positions sans craindre la misère. La carrière ecclésiastique donnait une vie indépendante à près de quatre mille curés bien dotés et à plus de six mille ecclésiastiques réguliers et séculiers, en plus d’un grand nombre d’administrateurs et d’employés. (...) L’instruction publique des corporations dans tous ses degrés possédait un corps nombreux et notable de professeurs qui ressentaient le patriotisme et ne craignaient pas de mourir de faim s’ils censuraient les actes du gouvernement ou s’ils étaient désagréables à n’importe quel favori ou odalisque de l’administration publique. »26

41La part d’exagération est manifeste mais la remarque est lucide et extrêmement rare car elle met en lumière et la place ancienne de la société dans la bienfaisance et l’enseignement et la dépendance nouvelle qu’engendre l’expansion de l’État libéral. Elle éclaire aussi maints comportements de la gente decente, toujours favorable au gouvernement en place tant qu’il reste solide ou aux révolutionnaires dès que des signes certains montrent qu’ils vont arriver au pouvoir. Tout ce monde a été au Mexique, à l’époque qui nous intéresse, d’abord porfiriste, puis madériste, puis huertiste, pour finir carranciste lorsque Carranza aura triomphé. L’opportunisme politique ne date pas du xixe siècle mais son ampleur ici est une conséquence du système.

42Le porfiriat, premier régime libéral stable du Mexique, est la période clef pour l’installation du nouvel État. Ce n’est certes pas lui qui crée la nouvelle bureaucratie. Mais il lui donne avec l’œuvre législative déjà citée des champs de plus en plus larges d’activité et, avec la prospérité, les moyens financiers pour s’agrandir. La figure 1 ci-dessus montre, avec la croissance des dépenses de personnel du gouvernement fédéral, leur accélération à la fin du siècle et la prédominance croissante du personnel civil.

  • 27 Luis Cabrera, « La revolución de entonces y la de ahora », 26 novembre 1936, dans Meyer (E.), 1972 (...)

43L’année 1910-1911 voit déjà poindre l’inversion de cette évolution avec la montée des dépenses militaires qui ramènera le pays pendant la révolution aux époques de troubles du xixe siècle. Pour beaucoup d’employés publics ce sera alors soit à nouveau la misère, soit le passage à la carrière politique et militaire, et toujours le ralliement au gouvernement en place, susceptible d’assurer leur existence indépendamment de sa couleur idéologique. Ce que Luis Cabrera, l’un des plus brillants intellectuels révolutionnaires de 1910, traduisait, désabusé, par l’anecdote « du vieux concierge d’un ministère qui disait : le gouvernement est le gouvernement ; je n’ai jamais changé de veste, je sers toujours et je servirai le gouvernement, sans m’arrêter aux changements de président ou de ministre »27.

  • 28 Voir Cosío Villegas, II. 1972, pp. 215 ss.
  • 29 Bulnes, (1920), 1972, p. 17.
  • 30 Ibidem, p. 42.

44Le régime de Díaz, venant après une longue période de troubles et de finances publiques au bord de la banqueroute, fut d’abord cela : l’existence assurée. Il paya ponctuellement les salaires des fonctionnaires en exercice — sauf pendant la période de 1885 à 1894 où ces salaires furent amputés de 15 % à cause des difficultés financières du gouvernement fédéral28. Il élargit ensuite ce type d’emploi, offrant ainsi des débouchés aux classes moyennes cultivées. Pour Bulnes, pour qui « le prolétariat intellectuel a été le véritable maître, le véritable fléau, le véritable tyran du Mexique »29, le porfiriat fut « la formule gastrique de la paix » : « En 1868, guère plus de 12 % de la classe moyenne vivait du gouvernement. En 1876, le réfectoire avait étendu sa pitance aux 16 % et le général Díaz fit que dans le pays 60 % de la classe moyenne mange à la table du gouvernement. »30 Exagération sans doute, mais qui comporte une grande part de vérité qui contribuera à expliquer le mécontentement des membres cultivés des classes moyennes lorsque le régime, malgré l’expansion économique et la croissance de l’administration, n’arrivera plus à absorber la masse encore plus grande de diplômés de l’enseignement supérieur arrivant à la vie active.

La pression fiscale

45Autre conséquence de la croissance de l’État moderne, l’augmentation de la pression fiscale, telle que l’établissent toutes les sources statistiques, malgré les incertitudes qui pèsent dans ce domaine éminemment complexe. Pour les dépenses fédérales (tableau II), elles étaient plus de trois fois supérieures à la fin du régime et elles ont presque doublé dans les dix dernières années de ce dernier.

Tableau II. Le poids fiscal par habitant (budget fédéral)

Tableau II. Le poids fiscal par habitant (budget fédéral)
  • [Pesos courants : cf. note (6)]

Note *
Source : E.S.P., page 210.

  • 31 Les chiffres concernant les États et les municipes sont variables. Bulnes (1920), 1972, p. 41 les (...)
  • 32 Pour le détail de ces impôts, voir Coello Salazar, II, 1965, pp. 757-772 et Peralta Zamora, II. 19 (...)
  • 33 Voir par exemple Coello Salazar, II, 1965, p. 759 et Minaudier, 1982, p. 175.

46A cette indication très générale, il faut ajouter des compléments régionaux et locaux car les impôts fédéraux ne sont pas les seuls à définir la pression fiscale puisqu’il faut y ajouter ceux des États et ceux des municipes, chacun de ces deux prélèvements représentant entre un quart et un tiers des premiers31. Sans entrer dans le détail d’un système fiscal extrêmement complexe, en pleine mutation et qui connaît une extraordinaire diversité d’après les États, on peut dire que les impôts intérieurs frappent, en laissant de côté l’impôt du timbre, essentiellement et dans l’ordre, les transactions, la production minière et la propriété foncière32. Ces impôts variés et mal connus ne sont pas non plus perçus d’une façon uniforme ; les systèmes qui sont encore les plus répandus à la fin du porfiriat sont le fermage à des particuliers ou le partage entre les municipalités du montant global à percevoir33, à charge pour elles de le partager à nouveau comme elles le voudront entre les habitants (l’encabezamiento). La pratique la plus commune étant ensuite le partage du montant perçu entre les différents destinataires : municipes, États et gouvernement fédéral.

47C’est pour cela que même si nous manquons de données pour construire un tableau complet de la pression fiscale globale, nous avons des indications suffisantes pour faire des comparaisons régionales. Étude nécessaire car, comme nous le verrons plus loin dans le détail, cette pression a été pour certaines régions et catégories sociales l’une des causes principales des soulèvements révolutionnaires.

48Si nous considérons d’abord la croissance des budgets des États, municipes non compris (cf. fig. 6-2), nous constatons une très nette opposition entre les États du Centre et certains États du Nord (le Nuevo León et le Sinaloa) dont la croissance est relativement modérée (moins de 300 % en trente-deux ans) et les États de la périphérie, de l’extrême nord et de l’extrême sud, où elle dépasse les 300 % et parfois même les 600 % (Chihuahua, Yucatán et Chiapas). Même si ces chiffres sont significatifs, il faut les compléter par une analyse au point d’arrivée qui est la charge fiscale par habitant dans chacun de ces États en 1910, comptant et les impôts locaux et ceux des États (fig. 6-3). Ici se dessine une image un peu différente : deux États à faible imposition, le Michoacán et le Queretaro (de 1 à 2 pesos par habitant), une zone majoritaire qui comprend la plupart du Mexique dense (sauf l’État de Puebla), avec de 2 à 3 pesos par habitant et enfin un groupe d’États à forte imposition, certains dépassant les 4 pesos ce qui est le cas de trois États du Nord (Chihuahua, Sonora et Sinaloa), des États du golfe (Veracruz, Campeche et Yutacán) et de certains États du Pacifique (Colima et Chiapas).

  • 34 Cette politique alliait un contrôle très strict de l’honnêteté des présidents municipaux (Bryan, 1 (...)

49Cette carte de la charge fiscale renvoie en fait au Mexique de la prospérité économique, ce qui n’est pas étonnant compte tenu du caractère des principaux impôts. C’est ainsi que l’on retrouve parmi les États fournissant le plus de revenus fiscaux les États miniers du Nord, Sonora et Chihuahua, et ceux qui possèdent dans certaines régions une agriculture moderne produisant pour l’exportation : au nord le Coahuila — avec la Laguna — et le Durango avec une portion de la Laguna et des mines ; le golfe : le Veracruz — agriculture et élevage modernes, industrie dans la région d’Orizaba, commerce actif dans les ports ; puis les États de la péninsule du Yutacán : Tabasco — fruits et bois —, Campeche et Yutacán — sisal — et enfin Chiapas — cultures modernes dont le café. La présence de deux autres États isolés, Aguascalientes et Puebla, s’explique par l’agriculture et l’industrie métallurgique pour le premier, et par l’industrie textile pour le second. Deux exceptions notables, le Nuevo León, très industriel, qui possède une agriculture prospère et dont la faible imposition est due à la politique de rigueur budgétaire de son gouverneur, le général Reyes34, et, exemple contraire, celui du Guerrero qui, dans la moyenne nationale de 1910, a cependant connu une énorme augmentation du poids fiscal, tout en étant un État qui, hormis quelques districts du nord, reste un État très archaïque. Nous reviendrons sur ces deux cas extrêmes. Le premier donnera une zone de calme pendant la Révolution et le second, par contre, sera l’une des régions les plus agitées.

Source : E.S.P., pages 214-215.
Figure 6-2 : Croissance du budget des États (1878-1910)

Source : calculs à partir d’E.S.P., p. 38 et 39.
Figure 6-3 : Poids fiscal par habitant (impôts des municipes et des États en 1910)

50Ces chiffres bruts sont encore beaucoup trop généraux et il faudrait pouvoir descendre au niveau municipal car c’est là que s’effectue la perception et là également que les disparités sont les plus grandes : les écarts entre les municipes des plus ou moins imposés peuvent aller de 1 à 7. Quelques exemples donnés en pesos par habitant pour les impôts municipaux montrent bien cette disparité : dans le Coahuila, 5,83 pesos à San Pedro des Colonias et 2,63 à Hidalgo ; dans le Colima, 8 pesos au port de Manzanillo et 2,23 à Ixtlahuacán ; dans le Chiapas, 4,39 à Tapachula et 0,23 dans les forêts de l’Usamacinta ; dans le Chihuahua, 7,98 dans le grand centre minier d’Hidalgo del Parral et 1,15 à San Felipe ; dans le Nuevo León, 4,79 à Linares et 0,59 à Agualeguas ; dans le Sinaloa, 14,55 dans le port de Mazatlan et 22,13 dans la région minière de Badiguarato...

  • 35 C’est l’une des thèses de Knight, 1983, pour expliquer les soulèvements révolutionnaires.
  • 36 Minaudier, 1982, p. 175.

51Le contraste est grand entre les municipes qui possèdent des mines ou des ports, ou une agriculture produisant pour l’exportation et ceux qui restent des municipes agricoles traditionnels. C’est pour cela que les statistiques fiscales ne sauraient pas suffire à elles seules à définir le poids fiscal réel que chaque habitant supporte ou le degré de contrôle de l’État sur la société35 puisque, comme nous l’avons dit, les impôts frappent essentiellement l’activité économique. Un municipe avec une grande entreprise peut percevoir des revenus considérables sans que ses habitants soient pour autant écrasés d’impôts. Au contraire, une région comme le Guerrero qui subit, semble-t-il, une pression fiscale modérée, est en fait une région très imposée. En effet, dans cet État très archaïque et marginal, l’essentiel de l’impôt est fourni depuis le début des années 1880 par une contribution annuelle de 4 000 pesos par municipe. Celui-ci le répartit entre tous les habitants de sexe masculin. Cette véritable capitation fut uniformisée par la suite au taux de 12,5 centimes par mois et par personne et augmentée en 1908 à 2,5 pesos par mois et par personne36. Impôt très lourd puisque frappant des gens avec un niveau de vie très différent et accablant, après 1908, pour la plupart de la population des campagnes, il est effacé dans une comparaison globale avec un État minier fournissant avec ses grandes compagnies des impôts très élevés issus des métaux précieux et des transactions.

52Ce n’est pas à proprement parler le montant global de l’impôt ni même sa croissance qui éclairent le plus les tensions qu’il peut provoquer mais plutôt son assiette et sa perception. C’est alors qu’apparaissent les inégalités et les irrégularités qui peuvent rendre la charge fiscale insupportable.

Inégalité fiscale et mécontentement social

53Il est certain que dans de nombreux États les lois fiscales étaient faites par les privilégiés et pour les privilégiés. Dans le Chihuahua, par exemple, la loi de Finances locales fut modifiée en 1888 pour faire face à l’abolition des alcabalas, promulguée cette année-là dans l’État. Le système fiscal de l’État se fonde à partir de cette date sur un ensemble complexe d’impôts : impôt foncier, impôts sur l’industrie et le commerce, sur les marchandises étrangères, sur les écritures publiques, sur les mines, droits de patente et divers revenus tirés des propriétés de l’État et des services publics.

54Les modifications postérieures à ce système et surtout celles qui furent apportées par le gouverneur Creel, qui appartenait au puissant clan Terrazas, ne firent qu’augmenter les inégalités dans les taux appliqués aux contribuables grands et petits. Pour l’impôt foncier, l’hectare de terrain irrigué était évalué à 75 pesos et le non irrigué à 20, les pâturages et les bois de 0,05 à 1 peso, ce qui favorisait les grands propriétaires qui, s’ils avaient de l’influence auprès du gouvernement, et ils l’avaient presque toujours, se voyaient appliquer les taux les plus bas de la fourchette.

  • 37 Almada, 1964, pp. 80-83.

55La loi de Finances municipales promulguée par le gouvernement Creel en 1904 frappait les commerçants, les artisans et les petits industriels d’autant plus fortement que le volume de leur affaire était petit. C’est ainsi que les avocats payaient un peso, les coiffeurs de un à cinq pesos, un éleveur de un à dix pesos, un sellier de un à cinq pesos, une entreprise téléphonique de trois à dix pesos et un peintre en bâtiment de un à trois pesos... L’imposition des fonds de commerce était encore plus inégalitaire : ils payaient de 50 centimes à 1 peso par mois si le capital était inférieur à 500 pesos, de 1 à 2 pesos s’il était compris entre 500 et 1 000, de 1 à 3 pesos pour un capital entre 1 000 et 2 000, de 3 à 10 pour ceux qui étaient compris entre 2 000 et 10 000 et entre 5 et 15 si le capital dépassait les 20 000 pesos37. Il n’est pas étonnant que l’administration de Creel-Terrazas ait été honnie par la plupart des habitants de cet État qui fut le fer de lance de la Révolution de 1910.

56Pour ce qui est de la perception, les deux procédés les plus répandus sont, nous l’avons dit, le fermage et l’encabezamiento. Ces deux procédés sont anciens et bien rodés mais ils présentent de nombreux inconvénients dans un régime comme le porfiriat. L’absence d’un personnel spécialisé dans la perception et indépendant des pouvoirs locaux était supportable à deux conditions : que la société et la pression fiscale restent relativement stables et que les cellules sociales de base aient des autorités qui leur soient propres ou du moins pas trop étrangères.

  • 38 Coello Salazar, II, 1965, p. 785.
  • 39 L’étude détaillée de ces mouvements par région et par année se trouve dans ibidem, pp. 738-756.

57Les deux conditions sont loin d’être remplies à la fin du porfiriat. La première, parce que la société mexicaine est en pleine mutation et que le poids de l’État augmente sans cesse. En frappant les activités économiques les plus dynamiques, l’impôt touchait de plus en plus non seulement les grandes affaires minières, industrielles ou agricoles, mais aussi toute la masse montante des nouvelles classes moyennes — commerçants, petits industriels, rancheros, transporteurs, etc. — qui gravitaient dans maintes régions autour de ces grandes affaires. Dans les régions les plus prospères, la croissance de ces catégories et l’expansion correspondante du commerce intérieur qui en est la conséquence sont très fortes. La population qui se consacre au commerce croît dans les quinze dernières années du porfiriat de 1,09 % par an (elle passe de 249 605 personnes en 1895 à 293 753 en 1910)38. Quant à l’expansion des ventes au détail, elle fut considérable à Mexico, à Puebla, à Veracruz et dans les États du Nord où elle était très dépendante de la conjoncture minière — le Chihuahua, par exemple, a un taux annuel de croissance du commerce de détail de 6,4 % de 1896-1897 à 1907-1908 que la crise arrête brusquement39.

  • 40 Voir plus haut, chapitre V, 3.

58Conséquence de la vitalité économique, la croissance de l’impôt aurait pu être mieux supportée si la deuxième condition avait été remplie. Nous avons vu que tout au contraire la dernière époque porfirienne fut celle de la disparition des libertés locales là où elles subsistaient et de l’intervention croissante des fonctionnaires nommés par les gouverneurs dans la vie des municipes40. Aussi bien la ferme des impôts que les charges municipales ou celles des chefs politiques deviennent des prébendes dont les gouverneurs se servent pour constituer ou maintenir leur clientèle politique.

  • 41 Voir Coello Salazar, II, 1965, p. 759.
  • 42 Minaudier, 1982, p. 174.
  • 43 Aguilar Camín, 1977, p. 100.

59En 1884 par exemple, dans l’Hidalgo, les commerçants se plaignent d’être pressurés par les amis du gouverneur auxquels celui-ci avait affermé la perception de l’impôt de la patente41. Dans le Guerrero la ferme des impôts était l’une des affaires données par les gouverneurs à leurs amis lorsqu’ils ne la prenaient pas eux-mêmes en charge à travers des prête-noms42. Dans le Sonora, après la réforme de 1891 qui vit la nomination par le gouverneur des préfets politiques et des commissaires de police auparavant élus, les municipes sont dominés par des « amis » ou des compadres du gouverneur. Les abus de pouvoir et la corruption ne feront qu’augmenter après 1900 et avec eux la symbiose des fonctionnaires avec les intérêts privés. On verra même la tienda de raya de la Compagnie minière de Villa Juárez servir en même temps de bureau de perception : elle décomptait elle-même les impôts sur les cahiers de dettes des habitants43.

60Le problème est relativement semblable dans les municipes. L’attribution de ces charges aux clients du gouverneur ou des chefs politiques n’avait pas ici immédiatement comme but le profit financier mais le contrôle politique. Il est évident, cependant, que la loyauté se payant avec des faveurs, les faveurs fiscales n’étaient pas les dernières à être recherchées.

61La faveur officielle ou l’exclusion de celle-ci mène à l’inégalité devant l’impôt et à l’arbitraire. Les protestations devant la perte de l’autonomie municipale et contre l’arbitraire dont parlent souvent les doléances de l’époque sont très en rapport avec les questions fiscales.

  • 44 Jacobs. 1980, p. 83.
  • 45 Minaudier, 1982, p. 146.
  • 46 Francisco Figueroa, « Causas que motivaron la revolución de 1910 en el Estado de Guerrero », El Pa (...)

62Dans le cas du Guerrero, par exemple, maints futurs révolutionnaires sont avant la Révolution des petits commerçants ou industriels en conflit avec les autorités locales pour des raisons fiscales. C’est le cas des Figue-roa, à Huitzuco44, c’est aussi le cas d’Adame, de Jesús Salgado, d’Andrew Almazán et d’autres dans diverses régions de l’État45. Francisco Figueroa, en juin 1911, citait après les thèmes politiques comme les premières revendications de la Révolution dans le domaine économique : « 1. La suppression de la contribution personnelle, parce qu’injuste et dégradante, car vivre est un droit naturel et non une industrie productive que l’on doive exploiter. 2. La distribution équitable des impôts directs, avec une base fixe et sans discriminations odieuses (...). »46

  • 47 Modification à l’article 2 de la Constitution du 2 juin 1882 dans Tena Ramírez, 1967, p. 705.
  • 48 Voir Rosenzweig, I, 1965, pp. 465 ss.

63Ajoutons à cela qu’en plus de la corruption l’inégalité devant l’impôt était tout à fait légale car le gouvernement fédéral et les gouvernements fédéraux étaient autorisés à concéder des exemptions d’impôts dans le cadre de leur politique d’encouragement à l’industrie et aux investissements. Dès 1882, une réforme constitutionnelle modifiait l’article 2, alinéa xvie de la Constitution qui interdisait les monopoles et les privilèges, afin d’aider les « inventeurs ou les modernisateurs d’une industrie » par des privilèges temporaires47. Ces privilèges étaient dans la plupart des cas des monopoles, des exemptions d’impôts fédérales, d’États ou municipales et des franchises pour l’importation de machines que la loi du 30 mai 1893 contribua encore à élargir48.

64Tous les États eurent fréquemment recours à ces concessions de privilèges, exemptions et franchises pour favoriser les investissements. Par la force des choses, ceux qui en bénéficièrent le plus furent les investisseurs étrangers et les plus riches Mexicains. Non seulement parce qu’ils avaient les relations nécessaires pour les obtenir mais aussi parce qu’ils disposaient des capitaux et de la technologie qui faisaient souvent défaut aux Mexicains plus modestes.

  • 49 Villarelo, 1970, pp. 37 ss.
  • 50 Niemeyer, 1966, pp. 52 ss. et 65 ss.

65Dans le Coahuila, les exemptions d’impôts vont de cinq à vingt-cinq ans et s’accompagnent parfois d’aides financières de l’État49. Dans le Nuevo León, les exemptions d’impôts commencent en 1889 et sont continuellement renouvelées jusqu’à la fin du porfiriat. Elles ont normalement une durée de vingt ans. Mais ici, l’honnêteté de l’administration de Reyes et son refus d’augmenter les impôts limitent les inconvénients du système50.

66Dans le Sonora, les concessions aux grandes compagnies étrangères comportent en fait le monopole du commerce, de l’industrie et des services sur les vastes extensions de terres, en plus des exemptions d’impôts. Les conflits entre les nouvelles classes moyennes et les compagnies sont constants à ce sujet dans la dernière décennie du porfiriat. Les vecinos de Cierro Prieto sont expulsés : ils avaient essayé de faire du commerce pour leur propre compte et la compagnie interdit la présence de camelots.

  • 51 Aguilar Camín, 1977, pp. 110 ss.

67Francisco H. Langton, futur révolutionnaire madériste, est alors un petit commerçant du centre minier d’El Tigre en conflit avec la grande compagnie minière pour les mêmes raisons51.

  • 52 Dans Almada, 1964, pp. 63 ss., la liste et le détail de ces concessions.

68Dans le Chihuahua, la liste des concessions de 1881 à 1911 est longue52. Entre 1890 et 1910, soixante-cinq concessions de ce type furent octroyées à des entreprises minières, industrielles et agricoles et elles comportaient presque toutes des exemptions d’impôts allant de cinq à vingt ans et divers monopoles et franchises. Le mouvement s’accélère en plus à la fin du porfiriat car quarante et une de ces concessions sont octroyées entre 1904 et 1910.

69Ces concessions viennent donc légalement fausser l’égalité devant l’impôt, apportant des corrections, cette fois négatives, au poids fiscal que supportent les habitants des municipes. Dans les municipes les plus prospères, qui sont ceux qui contribuent avec les impôts les plus élevés aux finances publiques, il est très possible que les grandes affaires en soient exemptées. Cela est surtout vrai dans les municipalités minières car ce sont avant tout elles qui bénéficient des plus grands privilèges.

  • 53 Voir plus haut, chapitre V, 3.

70Le poids fiscal accru qu’ont dû supporter les hommes et les entreprises qui ne bénéficiaient pas de ces privilèges a d’ailleurs dû se voir considérablement augmenté à partir de l’abolition des alcabalas en 1896. Cette abolition, tant de fois demandée pour l’expansion du commerce, fut en même temps un rude coup pour les finances municipales pour lesquelles l’alcabala représentait l’une des principales ressources53. Ce furent donc les autres impôts, dont nous avons dit avec quelle inégalité ils frappaient les différentes catégories d’habitants, qui prirent le relais.

71On comprend mieux alors le mécontentement des classes moyennes des régions les plus imposées (fig. 6-2 ci-dessus), ou de celles où la perception était la plus inégalitaire dans les années qui précèdent la Révolution. Le clientélisme, la corruption et l’inégalité fiscale étaient relativement supportables dans une société statique et traditionnelle. Ils devenaient de plus en plus insupportables dans la mesure où, l’expansion économique aidant, de nouveaux individus et groupes sociaux se voyaient exclus des faveurs officielles qui étaient indispensables pour la réussite économique. Les privilèges des étrangers et des amis du gouverneur étaient ressentis comme à l’origine d’une concurrence déloyale qui privait précisément les plus actifs et entreprenants des citoyens du fruit de leurs efforts. La crise économique de 1907-1911, en stoppant brusquement en de nombreux endroits la prospérité, fera croître encore le mécontentement de ces exclus qui fourniront maints dirigeants à la Révolution.

  • 54 Points 38 à 40 du « Programme du Parti libéral mexicain », St. Louis Missouri, juillet 1906, dans (...)

72Les revendications de justice fiscale, la lutte contre les privilèges et les monopoles voisinent dans les programmes pré-révolutionnaires et révolutionnaires avec les demandes de liberté municipale, les deux questions étant évidemment très liées entre elles. Nous avons déjà cité les demandes des Figueroa dans le Guerrero, nous pourrions ajouter celles contenues dans le programme du Parti libéral mexicain de 1906 dans ses points 38, 39 et 40. Le programme propose une refonte totale du système fiscal, plus favorable aux petits propriétaires et aux petites entreprises, et l’interdiction des accords forfaitaires des riches avec l’État pour payer moins d’impôts54.

  • 55 Almada, 1964, p. 195.

73Dans le Chihuahua, l’une des premières mesures prises par le gouverneur Ahumada en janvier 1911 pour essayer de mettre un frein à l’extension de la révolte fut la baisse des taux des impôts municipaux et le changement des chefs politiques les plus détestés55.

  • 56 Point XV du « Plan político-social », 18 mars 1911, dans Silva Herzog, I, 1969, p. 145.

74Le « Plan Politico Social » daté de la Sierra de Guerrero le 18 mars 1911, mais rédigé en fait par un groupe de conspirateurs de Mexico appartenant aux classes moyennes qui se disperseront ensuite entre différents groupes révolutionnaires, dispose que : « sont abolis les monopoles quelles que soient leurs formes »56.

  • 57 Manero, 1911, p. 267.

75En juillet 1911, le científico Antonio Manero, analysant les causes de la révolution qui venait de renverser Díaz, et les réformes à réaliser, préconisait dans le domaine agraire « des mesures administratives, destinées à parfaire les cadastres pour mettre sur un plan d’égalité devant l’impôt la grande et la petite propriété rurale »57.

  • 58 « Plan du Tacubaya », 31 octobre 1911, dans Silva Herzog, I, 1969, p. 236.
  • 59 « Plan de la Empacadora », Chihuahua, 25 mars 1912, dans ibidem, p. 259.

76Le plan révolutionnaire de Tacubaya, publié en octobre 1911 par les partisans de Vázquez Gómez, signale comme des causes essentielles de la révolution l’hostilité aux científicos « qui non seulement ont envahi les postes publics, mais aussi liés qu’ils étaient au gouvernement, ont occupé les emplois privés, l’inspection ou la direction des grandes entreprises pour obtenir des rabais d’impôts, ce qui a rendu impossible une loi équitable dans cette matière (...) »58. Peu de temps après dans le plan de l’Empacadora, publié contre Madero par le principal chef révolutionnaire du Nord et lui-même ancien transporteur et commerçant, apparaît à nouveau et avec une grande précision la revendication fiscale : on fera « un nivellement équitable des impôts et ceux-ci seront modulés par l’intervention des juntes consultatives pour chaque branche ou source Fiscale, et l’on supprimera d’une façon absolue le système de forfaits conclus par les contribuables, car ce système est néfaste et indigne et constitue un monopole ou privilège interdit par la Constitution »59.

77Nous arrêtons ici une énumération qui pourrait être longue. Tout le problème fiscal touchait de près maints dirigeants révolutionnaires issus des classes moyennes rurales ou urbaines. La croissance du rôle et du poids de l’État moderne traumatisait non seulement la société traditionnelle progressivement dépouillée de ses fonctions et de son autonomie, mais elle dressait contre cet État les groupes sociaux nouveaux que lui-même avait contribué à créer par la modernisation. L’État des liens personnels et des clientèles, indispensable pour contrôler la société de type ancien, provoquait cependant le mécontentement de tous ceux qui, de plus en plus nombreux, se trouvaient à l’écart de ce système et devaient supporter dans leur ascension sociale la concurrence des fidèles et des clients des gouvernants en place.

2. L’EXPANSION ÉCONOMIQUE

78Ce n’est pas que l’expansion économique ait commencé au Mexique avec l’arrivée de Porfirio Díaz au pouvoir, mais il est certain que par sa durée, le rythme et la profondeur de ses changements économiques, le porfiriat est une période clé dans la modernisation du Mexique. Traçons-en uniquement les grandes lignes avant de nous arrêter plus longuement sur les conséquences sociales qui contribueront à éclairer la Révolution.

79La politique économique porfirienne est dans ses fondements, nous l’avons dit à plusieurs reprises, une politique libérale. Interventionniste parce que libérale, par rapport à la société traditionnelle, et non interventionniste parce que libérale aussi, par rapport aux acteurs économiques nouveaux. Dans ce dernier sens, ses buts essentiels ont été de créer les conditions favorables pour que le jeu des acteurs économiques nationaux et internationaux puisse se dérouler sans entraves.

Les fondements

80Pour les nationaux, le bénéfice essentiel que le régime apporte est le rétablissement de la paix et la progressive élimination des bandits ou des groupes armés qui rendaient les affaires risquées. Peu à peu, se reconstituent les réseaux d’échanges de la fin de la période coloniale mais le pays reste compartimenté et sans doute encore plus qu’au début du xixe siècle, dans une multiplicité d’espaces économiques séparés que seuls quelques produits réussissent à franchir.

81Pour pouvoir unifier ces espaces et constituer un marché national, il est nécessaire de construire un réseau moderne de communications dont l’élément essentiel est le chemin de fer. Cette nécessité avait été déjà clairement perçue depuis plusieurs décennies, et Juárez lui avait donné un commencement de réponse avec la construction du chemin de fer de Mexico à Veracruz. Cependant, pour que la solution soit proportionnée à l’ampleur de la tâche, il est vite apparu qu’il fallait faire largement appel à l’étranger puisque les capitaux mexicains étaient insuffisants et orientés dans la plupart des cas vers des investissements traditionnels.

  • 60 Leroy-Beaulieu, (1904), s.d., pp. 121 ss.

82La victoire de Juárez sur l’Empire et sur l’intervention française avait déjà contribué à raffermir la souveraineté du pays mais elle avait laissé subsister l’épineux problème de la dette extérieure, aggravé par le délabrement des finances publiques que la guerre avait provoqué. L’entreprise de redressement financier fut poursuivie sans relâche aussi bien par Porfirio Díaz que par Manuel Gonzalez pendant son interrègne. Malgré les réticences du Congrès, la dette flottante fut reconnue et en 1888, un accord conclu à Berlin et accompagné d’un emprunt permit au Mexique de liquider la plus grande partie du passif qui l’accablait. D’autres emprunts conclus déjà dans des conditions plus favorables permirent au pays d’étaler dans le temps l’aide que l’État apportait à la construction des chemins de fer60.

  • 61 Rapport du général Díaz au Congrès, le 16 septembre 1892, Matias Romero étant ministre des Finance (...)

83Tous les problèmes n’étaient pas résolus pour autant. Il fallut encore emprunter pour surmonter la difficile période de 1891-1894, marquée par « la perte presque totale des récoltes, la hausse extrêmement lourde des échanges extérieurs provoquée par la grande dépréciation de l’argent et le mauvais état des affaires à l’intérieur et à l’extérieur du pays (...) »61. Cependant, les emprunts restèrent modérés et les efforts pour augmenter les recettes et diminuer les dépenses portèrent des fruits : à partir de 1894, les comptes de l’État présentaient pour la première fois un excédent qui se maintint jusqu’à la fin du porfiriat.

  • 62 Leroy-Beaulieu, (1904), s.d., p. 127.
  • 63 Ibidem, p. 123.

84L’économiste Leroy-Beaulieu, écrivant au début du xxe siècle sur les finances mexicaines, n’hésitait pas à décerner au pays un label d’orthodoxie financière : « L’emprunt était considéré par le gouvernement non pas comme l’une de ces sources auxquelles on peut librement et fréquemment puiser, ce qui est la conception de trop nombreux États, mais comme un moyen exceptionnel auquel on ne doit que rarement recourir pour liquider une situation fâcheuse. »62 Et le même auteur d’ajouter : « L’œuvre menée à bonne fin par le président Porfirio Díaz n’est pas sans analogie avec celle du Consulat en France. (...) [Il fut] assisté par un ministre des Finances (...) M. José-Yves Limantour, qui fut pour lui comme Mollien et Gaudin pour Bonaparte. »63

  • 64 Calderón, II, 1965, pp. 516, 568 et 628.
  • 65 Rosenzweig, 1965 (2), p. 414.

85Fort d’un crédit international croissant et de l’assainissement progressif des finances publiques, le gouvernement put se consacrer à la construction des infrastructures : chemins de fer, télégraphe, téléphone, ports... Ce qui concerne la construction des voies de chemin de fer fut laissée à l’initiative privée et celle-ci fut dans sa presque totalité étrangère. L’État fédéral collaborait par une subvention au kilomètre construit et souvent les États également, avec des exemptions d’impôts et des concessions minières et de terres le long de la voie. Le résultat fut à la mesure des efforts déployés : de 640 km en 1876, on passe à 5 852 en 1885, à 12 172 en 1898 et à 19 280 en 191064. Le Mexique est à cette époque l’un des rares pays de l’Amérique latine à avoir constitué un réseau assez complet de chemins de fer (fig. 6-4). Le tracé des lignes suit pour l’essentiel les itinéraires multiséculaires du Mexique : du plateau central fortement peuplé vers les ports et vers la frontière nord, où elles entrent en liaison avec les systèmes internationaux de transport. Rien d’étonnant dans ce tracé où l’on a vu parfois un plan expansionniste du grand voisin du Nord. Les voies ferrées se dirigent avant tout vers les zones où la forte population et les ressources naturelles offrent les plus grandes possibilités de rentabilité65.

  • 66 Florescano, 1973, pp. 44 ss., et Guerra, 1983.

86Comme au temps de la colonie, les premières routes sont celles du plateau central et de son débouché traditionnel vers Veracruz, puis celles de l’expansion vers le nord minier66, vers le Zacatecas, le Durango, le Chihuahua, le Coahuila, San Luis Potosí et enfin, de plus en plus, celles qui desservent les régions d’agriculture moderne, dans La Laguna, sur la plaine côtière du Pacifique nord, sur le golfe dans le Veracruz et le Yutacán, dans le Morelos. Avec les chemins de fer, l’ensemble des compartiments économiques qu’était le Mexique de l’époque reçoit un début d’unification qui revitalise progressivement l’économie des régions traversées. Même si les effets des nouveaux moyens de transport s’estompent avec l’éloignement, c’est toute l’économie mexicaine qui, de proche en proche, bénéficie de l’amélioration du climat économique général.

Figure 6-4 : Les chemins de fer et les mines en 1910.

  • 67 E.E.P.F.T., p. 323.
  • 68 Rosenzweig, 1965 (2), p. 408.

87Car avant même que les capitaux étrangers ne suivent massivement la progression des transports et ne provoquent la grande croissance économique de la fin du siècle, une croissance économique, certes modérée, est déjà commencée. Les rentrées fiscales reflètent la progression de toute l’économie : 19 355 884 pesos en 1877-1878, 38 586 602 en 1890-189167, avant que la nouvelle loi minière de 1892 ne provoque la grande vague des investissements. C’est un Mexique en grande partie traditionnel qui renaît pendant la République restaurée et la première période du porfiriat, très semblable à la Nouvelle-Espagne de la fin du xviiie siècle. Celle-ci avait déjà connu cette croissance rapide : production record d’argent et à sa suite 40 % d’augmentation de la production agricole d’après les dîmes entre 1779 et 1789 ; circulation commerciale qui, d’après le rendement des alcabalas, double entre 1765 et 1790. Et tout cela sans chemins de fer et ni investissements étrangers. Les temps ne sont plus les mêmes mais il y a beaucoup d’analogies entre cette période d’argent de la fin de la période coloniale et les années 1870-189068. Les investissements étrangers ne représentent encore en 1884 que 110 millions de pesos. C’est un Mexique des campagnes et des petites villes qui renaît avec la paix et la sécurité croissante des chemins ; un Mexique de transports à dos de mulet et de mines qui recommencent à produire entraînant dans leur renaissance l’agriculture et l’élevage des régions qui leur sont traditionnellement liées.

L’accélération de la croissance

  • 69 E.E.P.F.T., pp. 25, 30, 31 et 38.

88Cette première expansion économique rend possible la seconde, celle qui se produit au milieu des années 1890. Elle la rend possible d’abord par l’augmentation de la population qu’elle a provoquée : 9,3 millions d’habitants en 1877, 13,6 en 1900, 15,1 en 1910. La croissance démographique élargit le marché intérieur et assure une croissance régulière de la force de travail — 1,2 % d’accroissement annuel69. Elle facilite aussi la mobilité d’une main-d’œuvre qui a de plus en plus de mal à trouver du travail à la campagne surtout dans le Mexique central où se trouvent les plus fortes densités humaines. Des courants migratoires très importants conduisent une population jeune et en majorité masculine vers les zones économiques les plus dynamiques : Mexico, le Nord et le Nord-Pacifique, le golfe et, de plus en plus, à partir de la fin du siècle, les États-Unis.

89La première prospérité porfirienne permet aussi, nous l’avons dit, la politique de redressement financier, en fournissant au gouvernement des ressources fiscales croissantes pour régler le problème de la dette extérieure et asseoir son crédit international.

90D’autres facteurs expliquent encore le deuxième démarrage de l’économie porfirienne. Le premier, politique, est l’arrivée au pouvoir en 1893 d’une nouvelle équipe économique, celle des jeunes technocrates que l’on appelle alors les científicos dont le chef de file, José-Yves Limantour, devient alors ministre des Finances. C’est à ce moment que trouve son aboutissement l’œuvre législative du gouvernement dans le domaine économique que nous avons déjà examiné. Les principaux jalons en sont précisément posés entre 1892 et 1896 : législation minière, nouvelle loi des baldíos, réorganisation du système bancaire, suppression des alcabalas, etc.

91Le second est le changement de la conjoncture internationale à partir des années 1894-1895. Les pays développés vont rechercher non seulement des quantités croissantes de matières premières et de marchés pour leurs produits, mais aussi de nouveaux espaces et activités pour leurs capitaux. Le Mexique, riche en minerais et avec de grandes possibilités d’agriculture commerciale, voit son économie réactivée par la demande internationale de matières premières. Les mines et les cultures commerciales entraînent ensuite derrière elles la réactivation de l’agriculture, de l’élevage, du commerce intérieur et même de l’industrie, d’abord dans les activités directement liées à la première transformation de ces produits d’exportation, puis, de proche en proche, dans tous les autres domaines.

  • 70 Rosenzweig, 1965 (2), p. 425.

92Jusqu’à la réforme monétaire de 1905, en outre, le Mexique va bénéficier dans son commerce extérieur d’un facteur favorable qui est paradoxalement lié à la dépréciation constante de l’argent sur lequel se fonde pourtant le système monétaire bimétalliste du pays. Les exportations dont les prix sont libellés dans un argent qui ne cesse de se déprécier se voient ainsi constamment favorisées, tandis que les importations payées en or voient leur prix réel monter. Le commerce extérieur, moteur de l’économie mexicaine, malgré sa presque totale liberté théorique, fournissait en fait aux producteurs mexicains une protection quant au développement de la production nationale70.

  • 71 Fernández Arena et May, 1971, p. 18, Nicolau d’Olwer, II, 1965, p. 1161.

93Enfin, attirés par une législation très favorable, par la confiance retrouvée dans un pays qui honore ses dettes et par la perspective de hauts bénéfices, arrivent massivement les capitaux étrangers. En 1911, l’ensemble de ces investissements représente 3 400 millions de pesos et 75 % de ces investissements — c’est-à-dire 2 500 millions — ont été effectués entre 1895 et 1910 et 65 % d’environ après 190071.

  • 72 Fernández Arena et May, 1971, p. 18.

94Ces investissements se sont dirigés en priorité, exception faite de la dette publique, vers des secteurs qui avaient besoin, en plus de capitaux abondants, d’une technologie avancée (tableau III). Les chemins de fer puis les mines et les services publics, la banque, sont les domaines privilégiés de ces investissements qui y ont joué un rôle essentiel et sans doute irremplaçable pour pallier l’insuffisance de l’épargne interne. On a pu calculer que les investissements représentaient, entre 1895 et 1910, 13 % du P.N.B. dont 9,4 % étaient dus aux étrangers et 3,6 % aux nationaux. Ce dernier montant à lui seul aurait servi à assurer une faible croissance du P.N.B., compensant seulement la croissance de la population72.

  • 73 Garcia (1895), 1970, pp. 343 ss.
  • 74 Il s’agit des familles Arriaga, Barrenechea, Coghan, Escontría, Hernández, Ipiña, Muriedas, Othón, (...)

95Si la présence du capital étranger a été essentielle pour expliquer la forte croissance des dernières années du porfiriat, elle n’est pas la seule responsable de l’expansion économique. Dans les mines, par exemple, présentées comme l’un des domaines où l’apport extérieur a été déterminant, maints exemples existent qui mériteraient d’être quantifiés, d’une modernisation préalable menée à bien par des Mexicains, avec des investissements considérables. C’est le cas, par exemple, des travaux que Francisco Coghlan a réalisés pour le compte de la famille de la Maza dans les mines de Santa Ana et Purísima à San Luis Potosí en 1891 : chemin de fer électrique souterrain de 17 km, utilisation de l’air comprimé, ascenseurs et pompes électriques nouvelles qui sont les premières employées au Mexique et les secondes fabriquées aux États-Unis. Les galeries descendent à 306 m de profondeur et l’ensemble des travaux représente un coût de 532 000 pesos. Les investissements de cette famille dans l’ensemble de leurs exploitations minières s’élèvent à plus de 1,6 million de pesos73. Dans ce même État de San Luis Potosí, la plupart des mines sont encore au début du xxe siècle aux mains des élites mexicaines, même si elles commencent alors à rechercher la participation des capitaux étrangers74.

  • 75 E.E.P.F.T., p. 106.
  • 76 Voir par exemple, dans le cas de Monterrey, Mauro, 1964, pp. 35 ss.
  • 77 Pour les investissements du Morelos, Chevalier, 1961.
  • 78 Rosenzweig, 1965 (2), pp. 434-435.

96Dans l’industrie aussi, l’initiative et le capital nationaux sont très présents. Dans le textile, depuis les efforts d’Alamán et d’Antuñano dans les années 1830-1840, une industrie nationale s’était créée. Sa production avait doublé entre 1854 et 1877 et elle comptait au début du porfiriat quatre-vingt-six établissements avec 10 872 ouvriers ; la production atteignait 12,9 millions de pesos annuels75. A la fin du porfiriat, dans cette branche industrielle qui avait réussi à remplacer les importations de produits en coton, 20 % des capitaux étaient mexicains, et la moitié des capitaux français, dominants dans ce secteur, étaient en fait des réinvestissements de la colonie française du Mexique. D’autres exemples de cette combinaison de capitaux mexicains et étrangers pourraient être donnés dans des secteurs comme la sidérurgie ou la banque76. Les capitaux mexicains dominaient l’industrie agro-alimentaire et la majorité des exploitations agricoles modernes — le sucre du Morelos, par exemple77 ou le coton de La Laguna. Les exemples contraires, le café des Allemands au Chiapas, l’élevage, les bois, le coton ou le « guayule » des Américains au Nord ne sont que des exceptions78. Leur fréquence croissante entre 1900 et 1910 a contribué, néanmoins, à faire ressentir comme envahissante la présence étrangère.

  • Télégraphe, téléphone, eau, électricité...
  • § Agriculture, élevage, bois.
  • ** Données de 1902.

Note (1)
Note (2)§
Note (3)**
Source : Fernandez Arena et May, 1971, page 55.

Les résultats

97Les résultats de tous ces facteurs sont spectaculaires (tableau IV). Le produit intérieur brut croît pendant l’ensemble de la période à un taux moyen de 2,6 % par an, qui ne sera plus atteint qu’après les années 1940. Dans les premières années du xxe siècle, la croissance s’accélère et dépasse, avant la crise de 1907, 3,3 % par an.

Tableau IV. Les taux annuels de croissance de l’économie mexicaine (1877-1910)

Tableau IV. Les taux annuels de croissance de l’économie mexicaine (1877-1910)
  • †† Taux de croissance des exportations de l'agriculture, de l'élevage et de la sylviculture.

Note (a)††
Sources : Reynolds, 1970, pages 39-41, et pour * Calculs à partir des E.E.P.F.T., page 25.

98Ces chiffres globaux cachent de grandes disparités selon les secteurs. La croissance la plus spectaculaire est celle du secteur minier (mines, pétrole et industries minières), près de 7,3 % par an en moyenne pendant toute la période. Secteur traditionnellement moteur de l’économie mexicaine, qui a

99reçu la plupart des investissements étrangers, il retrouve ainsi sa place historique. Mais il n’est pas le seul à bénéficier de la nouvelle prospérité, l’agriculture, l’élevage et la sylviculture produisant pour l’exportation connaissent aussi une croissance accélérée, 6,1 % avant 1900, 5,6 % entre 1900 et 1910, avec un léger ralentissement qui est dû aux difficultés climatiques. Les manufactures, elles, sans arriver à connaître une expansion semblable, progressent à un taux de 2,8 % dans la première période, et de 3,6 % dans la seconde (fig. 6-5).

Source : E.E.P.F.T., page 105.
Figure 6-5 : Production des industries minières et métallurgiques et des industries de transformation

  • 79 Les données qui ont servi de base à toutes les études sur ces questions, ont été celles des E.E.P. (...)

100Seule ombre à ce tableau, mais ombre importante car elle concerne la majorité de la population, la production agricole pour la consommation intérieure semble n’augmenter que de 0,5 % jusqu’en 1900 ; mais, entraînée elle aussi par la croissance globale, elle grimpe à un taux de croissance annuel de 2,6 % entre 1900 et 1907, sa progression restant inférieure de moitié à celle des produits destinés à l’exportation. La crise de 1907, que nous verrons plus loin dans le détail, met en lumière la fragilité de l’agriculture pour la consommation intérieure : sa progression considérée alors sur l’ensemble de la période 1900-1910, ne dépasse pas 1 % par an. Cette dualité agricole pose le problème de la répartition des fruits de la croissance. Globalement le produit per capita progresse de 0,5 % avant 1900 et de 2,2 % entre 1900 et 1910. Globalité en grande partie trompeuse car elle efface et les disparités entre les secteurs et les effets de crise de 1907 à 1910. Les salaires nous éclaireront plus loin sur les effets sociaux de cette croissance, mais on peut déjà constater que les secteurs qui progressent le plus sont ceux précisément où le capital est le plus concentré et très souvent entre les mains des étrangers. Est-ce à dire que la majorité de la population ne retire que peu de profits de cette croissance économique ? Il faudrait nuancer cette affirmation d’après les régions et les secteurs mais il est très probable que les effets qui en résultent soient beaucoup plus grands que les chiffres ne l’indiquent car ceux-ci saisissent mal les services, les transports, le commerce, la construction, etc., toutes ces activités induites de la prospérité des grandes affaires et qui touchent cependant une partie croissante de la population79.

  • 80 ibidem, annexe A, pp. 369 ss.

101Forte progression du secteur minier et de l’agriculture commerciale, importante expansion de l’industrie de transformation, plus modérée de l’agriculture, le Mexique porfirien est certes un pays où les déséquilibres grandissent, où les activités les plus rentables ont encore un caractère d’enclave dans une société à l’économie majoritairement traditionnelle. D’un certain point de vue, cette période faste n’a fait que rattraper l’immense retard qu’avait pris la Nouvelle-Espagne après l’indépendance. Les calculs qui ont été faits pour évaluer le produit per capita à la fin de la vice-royauté oscillent entre 600 et 1 000 pesos de 1950, le premier chiffre équivalant à celui de 1900 et le second à celui de 193580. La croissance porfirienne ne serait-elle alors que le rattrapage d’un retard de soixante ans ? Elle l’est sans doute dans sa première période mais sans atteindre encore les niveaux de la Nouvelle-Espagne. Ensuite, lorsque le produit per capita se rapproche des plus basses estimations de la période coloniale, le rattrapage est seulement quantitatif et apparent, car décalé dans le temps de quatre-vingt-dix ans et cela en un siècle qui a connu la révolution industrielle. Rattrapage apparent car il se fait sans doute aux dépens de la grande masse de la population rurale dont nous avons vu les déboires pendant la grande offensive libérale contre les corps d’Ancien Régime. Quantitatif, car sous les chiffres se cachent des réalités bien différentes. L’expansion de la fin de la période coloniale était, à rencontre du porfiriat, essentiellement interne, les Espagnols de la métropole assuraient temporairement surtout des fonctions administratives ou venaient s’incorporer à la population déjà enracinée dans la Nouvelle-Espagne. La croissance économique porfirienne trouve dans une grande mesure son origine dans l’intégration du Mexique au marché international de la fin du xixe siècle, bouleversant très rapidement, en profondeur et comme de l’extérieur, les structures économiques stagnantes des premières soixante années de vie indépendante.

  • 81 Coello Salazar, II, pp. 738 ss.
  • 82 Rosenzweig, 1965(2), pp. 424-425.

102Progressivement, le Mexique devient un espace économique unique. Le commerce intérieur, bon signe de ce phénomène, progresse à des rythmes qui, dans les régions les plus touchées par la modernisation — la zone de Mexico, le Nord et le Nord Pacifique, le golfe — atteignent 6 ou 7 % de croissance annuelle81. La circulation monétaire reflète elle aussi l’extension croissante des formes d’échanges plus évoluées, au détriment tant du troc pratiqué à grande échelle dans les communautés indigènes que du paiement avec des signes non monétaires, dans les tiendas de raya des haciendas et des entreprises. De 25 millions de pesos en 1880-1881, la circulation monétaire passe à 86 millions en 1893-1894 et à 310 millions en 1910-1911 : de 2,46 pesos par habitant en 1880-1881 à 20,7 pesos en 1910-1911, soit un peu plus de huit fois, tandis que l’indice des prix de gros ne fait que doubler. Sa composition aussi montre le chemin parcouru : jusqu’au début des années 1880 cette circulation était faite seulement de pièces de monnaie ; à cette date commencent à circuler des billets émis par des banques privées, et à partir des années 1894-1895, le dépôt à vue commence à être utilisé comme moyen de paiement. A la fin du porfiriat, la monnaie métallique ne représente plus que 38 % de la masse totale, 37,6 % correspond aux billets et 24,4 % aux dépôts à vue82.

103Le commerce extérieur à son tour révèle et le dynamisme de l’économie et les changements de sa structure. Les exportations sont multipliées par sept en valeur, passant de 40,5 millions de pesos en 1877-1878 à 287 millions en 1910-1911 ; les importations sont presque triplées ; elles passent de 76,8 millions en 1888-1889 à 213,5 millions en 1910-1911 (fig. 6-6).

Source : E.E.P.C.E., pages 45 et 78.
Figure 6-6 : L’évolution du commerce extérieur
(en millions de pesos de 1900)

  • 83 ibidem, pp. 421-423.

104Malgré la spectaculaire croissance de la production de métaux précieux, leur part dans les exportations mexicaines qui était encore prédominante en 1877-1878 (près de 80 %) ne cesse de reculer au profit des métaux à l’usage industriel et l’ensemble des métaux par rapport aux autres marchandises (fig. 6-7). Parmi celles-ci, de nouveaux produits apparaissent — café, sucre, bétail, pois chiche, ixtle — qui viennent s’ajouter à ceux qui avaient déjà une importance antérieurement — sisal, peaux, bois, etc. Les importations montrent, elles, la progressive substitution des produits manufacturés à l’étranger par ceux qui sont produits au Mexique : la part relative des textiles, des produits alimentaires, de quelques matières premières comme le coton, baisse tandis qu’augmente celle des matières premières et des biens d’équipement. En fait, les biens de consommation (produits manufacturés inclus) passent de 52 % des importations vers 1889 à 43 % en 1910, et les biens de production de 47 % à 56 % pour les mêmes dates83.

Source : E.E.P.C.E., pages 462 et 463.

Source : E.E.P.C.E., pages 46 et 55.
Figure 6-7 : La structure du commerce extérieur (en %)

105Seules les importations de produits de consommation de première nécessité continuent d’augmenter. Faiblement, certes, mais continuellement, ce qui montre la dégradation de l’agriculture traditionnelle face à la montée des activités exportatrices.

106A la veille de la crise de 1907, qui va mettre en lumière ses faiblesses et ses contradictions, le Mexique apparaît comme un pays en pleine transformation économique, dont les contrastes s’accentuent entre les secteurs et les régions. Contrastes entre les activités modernes — mines, industries, agriculture d’exportation — et l’agriculture vivrière, presque d’autosubsistance, qui est celle d’une grande partie de la population rurale. Contrastes entre les régions, entre la ville de Mexico, le Nord, le Nord Pacifique et le golfe, réceptrices de population et au fort dynamisme économique, et le Mexique traditionnel en voie de rénovation dans ses exploitations agricoles modernes mais majoritairement dominé encore par la vie difficile des communautés paysannes affaiblies et surpeuplées, et grandes pépinières de travailleurs pour les zones d’économie moderne. Une économie et une société dualistes, comme on le dit parfois ? Plutôt un pays aux forts déséquilibres dus à une croissance très rapide ; une société en pleine transformation, aux évolutions contradictoires, avec toutes les tensions que cela comporte, et que l’on aurait peut-être peu remarquées si la Révolution n’était venue les mettre en lumière.

II. UNE SOCIÉTÉ EN MOUVEMENT

1. LES MIGRATIONS ET LA CROISSANCE URBAINE

107Forte croissance économique, voies de communication modernes, disparités régionales très marquées, le Mexique du temps de Díaz est à l’opposé d’une société statique. Pendant les trente-trois ans de la période porfirienne, et surtout à partir de la fin des années 1890, tout semble se mettre en mouvement.

La montée du Mexique périphérique

108Et d’abord les hommes dans l’espace. Comme à la période coloniale, le Mexique dense déborde de toutes parts vers les régions peu peuplées de la périphérie : vers le nord, vers le golfe du Mexique et vers les plaines côtières du Pacifique. Non pas que le phénomène soit entièrement nouveau puisqu’il n’a sans doute jamais cessé, même pendant les années de troubles du premier xixe siècle, mais son ampleur est sans précédent (tableau V).

Tableau V. Les migrations intérieures en 1910 (principaux États)

Tableau V. Les migrations intérieures en 1910 (principaux États)

Source : A. Censo de 1910, B. González Navarro, 1970, pages 26-27.

109La population des États du Mexique central est attirée par les régions qui possèdent le plus fort dynamisme économique ou par celles dont les faibles densités offrent des opportunités nouvelles à la main-d’œuvre abondante du Mexique traditionnel. Elle est attirée surtout par le District fédéral, siège de la capitale, qui concentre de plus en plus d’activités industrielles, commerciales et de services : en 1910, 45,6 % de la population y est originaire d’autres États, ce qui représente 27,7 % de l’ensemble national des migrants. Elle est attirée aussi par tous les États de la frontière nord, faiblement peuplés, proches des États-Unis, avec leur économie minière et agricole en pleine croissance, malgré la crise de 1907-1911 (les chiffres reproduits sont de 1910). Le Coahuila apparaît alors comme le but privilégié de cette immigration : riche agriculture irriguée de La Laguna, mines de charbon au nord, propriété foncière relativement bien partagée qui favorise le peuplement. Enfin, le Veracruz avec son industrie textile, avec son élevage et ses cultures exportatrices...

  • 84 L’État de Mexico qui occupe la seconde place dans le tableau, forme en fait une unité avec le Dist (...)

110Le Mexique qui fournit cette population est le Mexique central, aux fortes densités humaines, quelle que soit sa structure sociale prédominante : plus indigène et communautaire dans le Puebla ou dans l’Hidalgo, plus métissée et individuelle dans les Guanajuato, Michoacán ou Jalisco. Dans ces régions essentiellement agricoles, la croissance démographique semble ne pas pouvoir être absorbée par des structures agraires marquées par la grande propriété. Ce sont cependant deux États en lisière de cette zone, le Zacatecas et San Luis Potosí, qui fournissent le plus fort contingent de migrants84. Ce sont deux États intermédiaires entre le centre et les États de la frontière ; ils ont été eux aussi dans le passé le Nord qui fut le but de la première expansion de la Nouvelle-Espagne, mais ils ont été dépassés par la marche pionnière. Le déclin de leurs mines et de l’ensemble de leur économie les vide des éléments les plus dynamiques de leur population au profit des Nords lointains.

  • 85 Figure hors-texte, dans B.D.G.E., n. 4, 1914.

111Tous ces mouvements, nous ne les saisissons qu’à une échelle très globale, celle de l’État, et nous avons déjà dit combien les États mexicains sont composites par rapport aux régions naturelles. Il existe, cependant, un moyen global d’appréhender plus dans le détail des résultats de ces mouvements de population : celui d’étudier la répartition par sexes de la population. Elle nous donne, à quelques réserves près que nous signalerons, une bonne image, district par district, des régions qui attirent la population et de celles qui la fournissent puisque dans une première phase, la migration est d’abord le fait des hommes. Une précieuse carte, élaborée en 1914 à partir des résultats du recensement d’octobre 1910, nous offre comme un instantané du Mexique quelques semaines avant la révolution de 191085 (fig. 6-8).

112Cette carte confirme les tendances globales mais apporte des nuances régionales importantes. Tout le nord est globalement une zone à prédominance masculine et donc d’immigration très marquée. Dans certains districts, la prédominance masculine dépasse même 10 %. Il s’agit des districts de : Arizpe, Moctezuma, Altar et Guaymas dans le Sonora ; Galeana et San Andres el Rio dans le Chihuahua ; Linares dans le Nuevo León et San Blas dans le Tepic. Ce sont pour la plupart des districts miniers, sauf les ports de Guaymas et San Blas et la riche région agricole de Parras. Les noms de ces districts sont à retenir car nous les retrouverons souvent lors de la Révolution.

  • 86 Jacquemet, 1981, chapitre IV.
  • 87 Des distinctions devraient encore être faites à un niveau plus bas. Dans le district d’Alamos le c (...)

113Cependant, même au nord, il y a des districts en perte de vitesse. Presque tout le Sinaloa est dans ce cas, l’État jouant par rapport au Sonora le rôle que le Zacatecas et San Luis Potosí jouent par rapport aux États de la frontière américaine, celui d’un relais ou d’une première région saisie qui se vide ensuite au profit d’une plus lointaine. Dans le cas du Sinaloa aussi, la disposition des districts qui comprennent à la fois une section de montagne et une autre de plaine ne permet pas de saisir les bouleversements internes de cet État où la montagne de vieille économie minière se vide au profit d’une plaine aux cultures modernes86. Des phénomènes semblables se produisent encore dans les trois districts du Sonora87 et dans un district du centre du Durango : des mines en déclin ou une agriculture restée traditionnelle dans des États dynamiques provoquent le départ de la population. Dans le Nuevo León, c’est plutôt la croissance de Monterrey et de son industrie qui explique les districts à solde global féminin.

  • 88 Voir Chamoux, 1981, pp. 19 ss.
  • 89 Stresser-Pean, 1965.

114Dans les régions du golfe du Mexique, rares sont les exceptions à la masculinité prédominante, tel le district de Tuxpan et son arrière-pays, touchés par le déclin du port et de sa route vers Mexico qui n’a pas pu supporter la concurrence du chemin de fer Mexico-Veracruz88. Tout le reste de la Huastèque, quel que soit l’État d’appartenance, apparaît comme une région en expansion : élevage en voie de modernisation, avec de nouvelles races et des pâturages artificiels, agriculture de produits tropicaux, début de l’exploitation pétrolière...89. Dans la région d’Orizaba, par contre, le critère de la masculinité ne joue plus car ici le moteur de l’expansion est l’industrie textile et celle-ci emploie un grand nombre de femmes (la même remarque s’applique aux concentrations textiles de Pue-bla-Tlaxcala).

Source : B.D.G.E., 1913, n. 4, figure hors-texte, n° 1.
Figure 6-8. Distribution géographique de la population par sexes

115Pour les autres régions du golfe, la règle générale est l’afflux de main-d’œuvre masculine : dans les districts du sud Veracruz, dans le Valle Nacional de l’Oaxaca, à la seule exception des régions de San Andres Tuxtla, région de montagne en déclin et d’Acayucan où sans doute les conséquences de la répression de la révolte indigène de 1906 se font encore sentir sur la population masculine. Ces deux exceptions sont à retenir : toutes les deux sont agitées pendant la Révolution. Ici, comme en certaines régions de la montagne du Sinaloa, c’est le déclin qui est à mettre en rapport avec la Révolution. Enfin, dans le Tabasco isolé, seule une région semble attirer les hommes : celle de la Chontalpa, région d’élevage des petits et moyens propriétaires aux confins du Chiapas, qui sera le centre le plus important de la Révolution dans cet État.

116Dans la péninsule du Yucatán, les zones économiques en expansion sont clairement marquées : la plupart du Campeche et du Yucatán du sisal, les vastes forêts intérieures où l’on exploite le bois, le Quintana Roo qui vient d’être repris militairement aux Mayas. Dans le Chiapas, la côte et ses plantations de café se dessinent parfaitement sur la carte.

117Dans le reste de la côte Pacifique, dans l’Oaxaca, le Guerrero, le Michoacán, la situation est variable dans ces régions reculées, peu peuplées et à l’économie arriérée.

118Enfin, dans le Mexique central proprement dit et ses prolongements, il existe des régions qui vont à rencontre de la féminité dominante de cette zone. D’abord, toute une bande qui mène de la région nord du Guanajuato à la riche région agricole des villes du Bajío et à sa continuation dans le Michoacán. Elle aboutit dans les terres chaudes du bassin du Balsas, aussi bien dans le Michoacán que dans le Guerrero, zone d’expansion de l’agriculture moderne. Puis dans la région proche de Mexico, une zone à cheval entre l’État de Mexico et celui de Tlaxcala où dominent les haciendas fabriquant du pulque. Enfin, le centre et le sud du Morelos où a lieu la grande montée des haciendas sucrières, avec leurs installations modernes, leurs forts investissements et leurs milliers de journaliers, en partie venus des régions environnantes. Curieusement, comme en de nombreux endroits que nous avons cités en passant, la zone clé de la Révolution — ici Zapata — coïncide avec les districts à prédominance masculine.

119La raison en est sans doute, nous y reviendrons, qu’il s’agit de régions où la modernisation a provoqué maints changements sociaux avec toutes les tensions que cela comporte : tensions des groupes montants et tensions de ceux qui reculent, population moins enracinée et plus invididualiste que dans le Mexique traditionnel, majorité d’hommes qui sont, dans la plupart des cas, dans la force de l’âge... Ce critère ne saurait pas évidemment se suffire à lui seul pour caractériser une société, mais il donne un élément d’analyse irremplaçable.

Des évolutions contrastées

120D’autres données quantitatives apportent des éléments complémentaires à cette image statique donnée par la répartition par sexes et d’abord l’évolution dans le temps de cette population. La carte précédente ne nous donne qu’une résultante. Une étude plus précise portant sur quelques États du Nord et l’un du centre (tableau VI, ci-après) montre que l’évolution démographique est très différente selon les zones. Les évolutions les plus rapides sont celles des districts touchés par la modernisation, qu’elle soit minière ou agricole. Le contraste, cependant, reste grand entre ces derniers types. Les mines et l’ensemble économique qui leur est associé provoquent, certes, des croissances rapides de la population mais aussi des baisses ou des arrêts subits, en fonction de la découverte ou de l’épuisement de nouveaux filons. Parmi les districts aux croissances les plus spectaculaires, citons les districts de : Guerrero dans le Chihuahua (indices 100, 114, 173) ; Indé (100, 277, 347) et Cuencamé (100, 126, 181) dans le Durango ; Arizpe (100, 136, 245) et Moctezuma (100, 129, 205) dans le Sonora. Parmi ceux dont les mouvements sont aussi rapides mais en sens contraire : San Andrés del Rio (100, 197, 178) et Mina (100, 74, 111) dans le Chihuahua et, avec une moindre ampleur, Altar (100, 94, 103) dans le Sonora.

121Les districts agricoles modernes, par contre, connaissent des croissances parfois aussi importantes, sinon plus, mais sans les à-coups caractéristiques des zones minières. C’est le cas de La Laguna, à cheval entre le Coahuila et le Durango : avec Viesca (100, 153, 230) et Mapimí (100, 149, 223) où à l’agriculture irriguée s’ajoutent, pour Mapimí, des mines en pleine expansion et, pour Viesca, la ville de Torreón, ville champignon aux activités diversifiées, née au croisement des plus importantes voies de chemin de fer. Par rapport à ces districts qui ont connu une forte modernisation agricole, ceux qui sont restés plus traditionnels voient leur population augmenter à des rythmes plus modérés, tels les districts de : Jiménez au Chihuahua (100, 104, 116), San Juan del Rio (100, 116, 123) et Nombre de Dios (100, 113, 126) au Durango, Hermosillo (100, 116, 111) au Sonora, etc. Ce dernier cas montre aussi que si ces districts sont proches d’autres à fort dynamisme économique, ils ont tendance à voir leur croissance se ralentir ou même connaître un déclin absolu.

122C’est ce dernier phénomène que nous rencontrons massivement dans le Mexique dense : la population abandonne ses lieux d’origine pour se diriger soit vers les pôles de croissance lointains soit vers des régions d’expansion plus proches. L’exemple des districts de l’Hidalgo illustre bien ce qui arrive en maints endroits du Mexique central. Une opposition très nette apparaît en effet dans cet État entre les districts du plateau central avec leur vieille économie centrée sur l’agriculture traditionnelle et des mines anciennes et ceux de la Huastèque et son arrière-pays. Tandis que les premiers — Pachuca, Ixmiquilpán, Actopán, Tula, Atotonilco — voient leur population stagner ou diminuer lentement, les seconds connaissent des croissances remarquables — Huejutla, Jacala, Tenango. On dirait que la zone pionnière de la Huastèque rayonne progressivement vers son arrière-pays et que les excédents de la zone traditionnelle vont se réfugier dans les régions accidentées de transition de la Sierra Madre orientale — Molango, Zimapán, Metztitlán, Zacuatilpán.

Tableau VI. Indices de l’évolution démographique de quelques districts (1895-1910)

Tableau VI. Indices de l’évolution démographique de quelques districts (1895-1910)

Source : Censos... 1895, 1900 et 1910

123Il va de soi que les conséquences sociales et politiques de ces changements dans la répartition de la population ne sont pas toutes semblables. Toute différence est l’augmentation de la population dans les États du Yucatán ou dans le Chiapas et celle du reste du Mexique et plus particulièrement celle des États en expansion. Dans le premier cas, il s’agit d’une grande proportion d’immigrants amenés là contre leur volonté. Il s’agit dans le cas du Yucatán de déportés yaquis ou mayos ou d’enganchados (engagés) dont le contrat trompeur a souvent été arraché par leurre. Les mêmes systèmes d’enganche sont pratiqués pour amener des travailleurs dans les plantations de café du Valle Nacional dans l’Oaxaca ou dans les monterías (exploitations de bois) du Chiapas ou du Tabasco. La condition de ces hommes soumis à surveillance continuelle et liés au maître ou aux compagnies par le système renforcé d’endettement équivaut à un quasi-esclavage. Leur dépendance et la dégradation de leur dignité sont peu propices à l’initiative et même à la révolte : ces régions resteront étrangement calmes pendant la Révolution.

124Tout autre est la population du Nord ou celle qui envahit les autres zones pionnières telles que la Huastèque ou les terres chaudes du Michoacán ou du Guerrero. Nous sommes ici en face d’une population dont les migrations sont volontaires, attirée qu’elle est par de plus hauts salaires ou une plus grande liberté. Certains de ces hommes resteront toute leur vie au stade du péon, mi-agricole, mi-minier, parcourant les routes du Nord en fonction des périodes fastes de certaines mines, des travaux saisonniers dans des exploitations agricoles modernes, d’un chantier de chemin de fer ou des variations des offres de travail dans le sud des États-Unis. D’autres iront grossir les groupes ouvriers naissant ou les nouvelles classes moyennes des villes en expansion ou des localités rurales où, si le sort leur est favorable, ils deviendront des exploitants agricoles.

  • 90 Almada, 1952, art. Baca ; Aguilar Camín, 1977, p. 116 et annexe II.
  • 91 Almada, 1952, p. 218 ; Naranjo, 1935, art. Diéguez et annexe II.
  • 92 Annexe II.
  • 93 Annexe II et Aguilar Camín, 1977, p. 123.

125Maintes biographies de révolutionnaires reflètent les mouvements d’une population bien plus mobile que l’on ne pourrait imaginer. C’est le cas, par exemple, d’Esteban Baca Calderón. Né à Santa Maria del Oro dans le Tepic en 1876, on le retrouve aide-instituteur dans l’école de Tepic, puis mineur aux mines de Guadalupe de los Reyes au Sinaloa ; sa marche vers le nord continue ensuite : en 1905, il est technicien aux mines del Cananea dans le nord du Sonora où il participera à la grande grève de 190690. Itinéraire très semblable pour l’un de ses compagnons dans la même grève, Manuel M. Diéguez. Né dans le Jalisco, il émigre encore jeune au Sonora et se retrouve aussi en 1906 comme employé à Cananea91. Francisco Murguía, né en 1873 au Zacatecas, émigre lui vers le Coahuila : en 1910, il y exerce le métier de photographe. Il deviendra plus tard, comme les précédents, général révolutionnaire92. Luis G. Monzón qui naît en 1872 dans l’hacienda de Santiago à San Luis Potosí, est instituteur dans son État lorsque à la fin du siècle, en conflit avec le gouverneur et attiré par les hauts salaires du Sonora, il part exercer son métier à Hermosillo, puis dans différentes villes minières de l’intérieur de l’État dont Moctezuma, en 1906 ; c’est ensuite un exil volontaire aux États-Unis puis à San Luis Potosí avant de revenir à nouveau à Moctezuma où il sera l’un des premiers madéristes93.

  • 94 Annexe II.

126Il ne s’agit que de migrations à l’intérieur du Mexico, mais la frontière n’est pas la limite de ces montées vers le nord. A partir de la fin du siècle, les braceros mexicains traversent le Rio Grande pour aller chercher un travail mieux rémunéré aux États-Unis. Maints magonistes sortiront de leurs rangs tels Manuel Flores, alias Nicolas Brown, mineur dans l’Arizona avant d’être magoniste dans le Chihuahua ; Juan Aguirre Escobar, né en 1874 dans l’hacienda de La Florida, dans le Coahuila et qui, après des études primaires à Villa de Patos et un début d’études secondaires à Saltillo, travaille après 1892 comme bracero aux États-Unis pour devenir ensuite administrateur d’hacienda dans la région de Concepción del Oro dans le Zacatecas. Benito Canales, lui, né en 1880 à Tres Mezquites, municipe de Puruándiro, dans le Michoacán, partira aussi comme tant d’autres paysans de cette région travailler plusieurs années aux États-Unis comme bracero ; il en reviendra magoniste après avoir combattu avec les membres du Parti libéral mexicain en Basse-Californie, pour diriger une bande révolutionnaire en 1912 dans son pays natal et trouver la mort dans le Bajío94.

  • 95 Annexe II et Pasquel, I, 1971, pp. 84 ss.

127Comme il serait interminable de citer la vie « errante » de tant de futurs révolutionnaires, évoquons simplement quelques autres cas pris dans des régions différentes du Mexico. Hilario Salas naît en 1870 dans l’Oaxaca de parents indiens. En 1890, il est ouvrier dans l’industrie textile de Cololapán près d’Orizaba. Lié d’amitié avec les Flores Magón à Mexico, il devient en 1904 leur représentant à Puerto Mexico, ce port dont on espère tant au débouché du chemin de fer de l’Isthme, où il travaille alors comme employé sanitaire. En 1906, ce sera lui qui mobilisera les indigènes de la Serranía de Soteapán contre la ville d’Acayucán95 et il deviendra plus tard le principal chef révolutionnaire de la région.

  • 96 Annexe II et Womack, 1970, p. 163.

128Manuel Palafox, qui sera plus tard le principal secrétaire de Zapata et ministre de l’Agriculture de la Convention, est un autre homme du Mexique dense. Né à Puebla en 1887, il commence, sans les finir, ses études d’ingénieur dans sa ville natale puis il parcourt le Mexique comme vendeur puis comme comptable. Il s’installe un moment au Sinaloa, puis s’en va dans l’Oaxaca. La Révolution le trouve comme employé dans l’hacienda de Tenango, dans le riche Morelos sucrier96.

129Ces quelques vies citées parmi tant d’autres ne sont que des exemples mieux connus parce que la Révolution les a fait sortir de l’anonymat. Mais elles sont représentatives de ces grands mouvements d’une population et d’une société que le développement économique porfirien a fait sortir de ses cadres traditionnels.

L’urbanisation

  • 97 Rosenzweig, 1965 (2), p. 420.

130Autre conséquence de la modernisation, la croissance des villes. Les villes dépassant vingt mille habitants passent de 22 à 29 entre 1895 et 1910, l’ensemble de leur population croît de 44 % pendant cette période et leur poids dans la population totale passe de 9,2 % à 11 %97. Cependant, et ce faible pourcentage le montre bien, le pays reste en majorité rural. Deux villes seulement dépassent 100 000 habitants : Mexico, qui en compte 470 000, et Guadalajara, 119 000. L’immense majorité de la population vit dans de petites ou minuscules agglomérations : 71,3 % en 1910 dans celles qui ont moins de 2 500 habitants. Le Mexique de la fin du porfiriat et de la Révolution est un pays formé par une poussière de petites unités humaines, de villages et de hameaux, d’haciendas et de fermes isolées, de campements miniers et de groupes de maisons éparses (tableau VII). Et tout cela, dans un espace faiblement occupé d’où émergent quelques villes moyennes, reliées par chemin de fer (fig. 6-9). Des différences considérables de densité séparent néanmoins le Nord et les régions côtières du Mexique central dense. Même lorsque nous disons Mexique « dense », il faut tenir compte de ce que ces densités sont dues à de fortes concentrations dans les zones les plus favorables, séparées par des régions accidentées peu occupées ; et l’État le plus densément peuplé — le Veracruz — ne dépasse pas les 46,3 % habitants par kilomètre carré.

Tableau VII. Population rurale et urbaine (1900-1910)

Tableau VII. Population rurale et urbaine (1900-1910)

Source : Calculs à partir de : E.E.P.F.T., pages 27-28.

  • 98 Aguilar Camín, 1977, p. 111.

131La croissance des villes donne aussi une bonne image du développement du pays. Les villes qui connaissent les accroissements les plus rapides se trouvent toutes dans les régions périphériques, dans l’ordre : Torreón (croissance de 205,5 % entre 1895 et 1910), Chihuahua (82,5 %), Veracruz (72 %), Monterrey (55,5 %), Mérida (54 %). La poussée de Torreón résulte de sa position à l’embranchement des deux lignes de chemins de fer les plus importantes du Nord, au centre d’une région agricole moderne, La Laguna, et à proximité de mines prospères dans le Durango. Chihuahua doit sa prospérité à l’essor des mines de son État, qui ont pris la première place dans la production mexicaine, entraînant derrière elles toute l’économie locale. L’essor de Monterrey est lié à la situation géographique favorisant les échanges entre les États-Unis et le Mexique, à la politique de Reyes en faveur des investissements et à l’initiative individuelle qui va y fonder au début du siècle la première grande sidérurgie mexicaine. C’est d’ailleurs uniquement dans ces régions que l’on connaît le phénomène des villes champignons croissant prodigieusement par une immigration très rapide due à la découverte de mines ou à une position géographique favorable mise en valeur par les chemins de fer. C’est le cas de Torreón lui-même : 200 habitants en 1892, 5 000 en 1895 et 34 000 en 1910. C’est aussi le cas de Cananea : 100 habitants en 1891, 891 en 1900 mais 14 841 en 1910 grâce à des mines de cuivre qui en font la première ville du Sonora98. C’est encore le cas de bien d’autres villes de moindre importance.

Figure 6-9 : La distribution géographique de la population, agglomération de+ de 5 000 habitants.

132Enfin, Veracruz doit sa croissance au port et à la ligne de chemin de fer qui fait de lui le débouché unique du Mexique central, et, Mérida, la sienne, à l’âge d’or de la production et de l’exportation du sisal. Il faudrait aussi ajouter d’autres villes de ces régions qui sans atteindre ces chiffres montrent bien le dynamisme de ces zones : Saltillo (28,5 %) ou Orizaba avec ses industries textiles dont la phase essentielle de croissance se place entre 1877 et 1895.

  • 99 Cf. pour les chiffres Rosenzweig, 1965 (2), p. 443.

133L’évolution plus contrastée des villes du centre montre les modifications d’équilibre que subit la région la plus peuplée et la plus ancienne du pays. Mexico, la capitale, et Guadalajara, la métropole de l’ouest, croissent de 36 % pendant les quinze premières années du porfiriat. A leurs fonctions administratives, importantes surtout dans le cas de Mexico, viennent s’ajouter un commerce actif que les chemins de fer favorisent, et l’implantation progressive d’industries de transformation. D’autres villes de la région voient se produire des phénomènes semblables et la croissance correspondante, telles Aguascalientes (39 %), Toluca (30 %) et Morelia (16,5 %). Par contre, des villes de régions auparavant prospères sont en déclin : c’est le cas de Zacatecas (— 43,5 %), San Luis Potosí (— 1,5 %), León (— 1,5 %), Queretaro et Pachuca (— 4,5 %) et Guanajuato (— 9 %)99. Plus qu’une inadaptation aux changements économiques du porfiriat, il faut sans doute voir là la conséquence du déclin des mines de cette région : dans le Guanajuato, l’Hidalgo, le Zacatecas et San Luis Potosí, et à leur suite celle de toute l’économie de la région dont la prospérité agricole était liée à la production minière. C’est en partie à des déplacements d’activités et de population vers les nouvelles zones minières du nord que l’on peut attribuer aussi la diminution des activités artisanales et de transformation de ces régions qui comptaient autrefois parmi les plus dynamiques du pays.

2. LA DIVERSIFICATION SOCIALE

134La forte croissance économique de la fin du siècle accélère les changements sociaux. Nous disons « accélère », car le xixe siècle, malgré les troubles et les guerres et avec les premières vingt années de la période porfirienne, a progressivement diversifié la société de la fin de l’époque coloniale. Même s’il est risqué de procéder à une comparaison à un siècle de distance, nous avons voulu mettre côte à côte les résultats du recensement du vice-roi Revillagigedo en 1791 avec ceux du recensement de 1900 pour une région de l’État d’Hidalgo, celle de Mextitlán (tableau VIII).

135Même si un certain nombre de données rendent une comparaison poste par poste parfois impossible (les chiffres de 1791 ne comprennent pas d’ecclésiastiques, par exemple, et incluent sans doute les domestiques parmi les journaliers, ou ne les incluent pas, les considérant comme faisant partie de la famille), l’évolution globale reste instructive. Le Mexique n’est pas en 1900 une société qui passe directement d’une économie et d’une société éminemment paysannes et traditionnelles à une société moderne d’économie dualiste, mais un pays où une modernisation progressive a d’abord diversifié et spécialisé la société ancienne. La région de Mextitlán se trouve, en effet, à la périphérie du plateau central et sa partie orientale descend déjà vers la Huastèque. Il s’agit donc d’une région au peuplement ancien qui déborde vers une région d’expansion pionnière, mais sans mines ni industrie moderne. Son évolution n’en est que plus significative.

136Les personnes ayant l’agriculture comme activité principale descendent de près de 95 % de la population à environ 76 %. La poussée des activités artisanales est importante : elles gagnent près de huit points, et encore ce chiffre est-il bien inférieur à ce que l’on retrouve dans d’autres régions (la moyenne nationale étant pour l’artisanat et l’industrie de 16,6 %). Les quelques métiers que l’on retrouve dans les deux recensements — menuisiers, ferronniers, boulangers, tanneurs, etc. — voient leur part dans l’activité totale plusieurs fois multipliée. De multiples activités nouvelles apparaissent dont certaines occupent un nombre important de personnes, tels les tisserands ou les cordeliers. S’agit-il de personnes qui exerçaient auparavant ces métiers comme activité annexe à l’agriculture et qui les exercent maintenant comme activité principale, après avoir perdu leurs terres ? C’est sans doute vrai pour maints petits métiers, mais dans l’ensemble, on a plutôt l’impression d’une diversification de l’économie animée par des courants commerciaux beaucoup plus intenses.

137L’examen des services confirme cette impression. Le nombre de commerçants est multiplié par trois en pourcentage et par dix en chiffres absolus. Le seul secteur qui n’augmente pas en chiffres relatifs, ce sont les transports : cent quarante-trois muletiers en 1791, trois cent un en 1900, ce qui en pourcentage représente une baisse de 1,30 % à 1,00 %. Le chemin de fer le plus proche est à une soixantaine de kilomètres du point le plus proche du district et à presque le double du plus éloigné. Les routes sont inexistantes. Est-ce à dire que cette réduction est due seulement à l’influence des transports modernes ? Ne serait-ce pas aussi une conséquence d’une croissance, que ces transports favorisent en facilitant la circulation de certains produits, mais qui est en grande partie interne, comme le montre aussi la diversité des métiers et des services ? Le Mexique de la modernisation porfirienne est en grande partie un pays de modernisation préindustrielle, induite sans doute par le commerce et les pôles extérieurs mais résultant aussi de la logique interne de l’ancienne société.

  • ‡‡ Le parti de Mextitlán de 1791 est devenu en 1900 les districts de Mextitlán, Molango et Zamaltipán

Tableau VIII. La composition socio-professionnelle de la région de Mextitlán‡‡ (Hidalgo) en 1791 et en 1900

Tableau VIII. La composition socio-professionnelle de la région de Mextitlán‡‡ (Hidalgo) en 1791 et en 1900
  • §§ En 1791 : labradores, en 1900 : agricultores
  • *** En 1791 : jornaleros, en 1900 : peones.
  • ††† En 1791 : barbero.

Note (1)§§
Note (2)***
Note (3)†††
Sources : 1791 : Boletín... Mexico, 1979, n° 3, page 45 ; 1900 : Censo... Hidalgo... 1900.

Les ambiguïtés des statistiques

  • 100 Beaucoup de points dans les remarquables études de Rosenzweig, 1965 (2) et Reynolds, 1970, plusieu (...)
  • 101 Voir Message de Díaz au congrès du 16 septembre 1892 dans La Hacienda..., 1963, pp. 238 ss.

138Nous nous sommes étendus un peu longuement sur cet exemple car il peut nous servir à interpréter les chiffres globaux que nous possédons sur la société de la fin du porfiriat (tableau IX). Pour qui veut tirer des conclusions générales sur l’économie et la société mexicaines de l’époque100, ces chiffres posent deux sortes de problèmes. Le premier est un problème de repères chronologiques que nous retrouverons plus loin lorsque nous aborderons les problèmes des salaires. Les séries statistiques les plus utilisables sont celles de recensements et ceux-ci ont lieu en 1895, 1900 et 1910. Ce sont des dates marquantes et les sources sont d’accès plus facile, mais la date de 1910 correspond à une période difficile de l’économie mexicaine : celle de la crise économique de 1907-1910, que nous verrons plus loin dans le détail. Et cette crise, dont les aspects sont multiples, cumule deux composantes qui ne sont pas dues à des causes structurelles propres à l’économie mexicaine, ou plutôt qui ne le sont qu’indirectement. La première, c’est que la crise de 1907 est d’abord une crise internationale, née aux États-Unis et qui se transmet ensuite à d’autres pays, parmi lesquels le Mexique. On peut donc trouver une causalité mexicaine indirecte dans la mesure où l’économie mexicaine est à cette époque beaucoup plus liée au marché international, surtout après la réforme monétaire de 1905. Mais dans la causalité profonde, elle ne saurait pas être imputée à ses faiblesses ou à ses déséquilibres propres. Quant à la seconde composante, elle résulte de la superposition d’une crise de subsistance de type ancien due à une série exceptionnelle de mauvaises récoltes, telles que le Mexique les avait déjà connues à une moindre échelle dans les années 1891-1893101. La causalité indirecte en est que le développement agricole est surtout un développement de l’agriculture d’exportation. Cela ne veut pas dire qu’il se fasse au détriment de l’agriculture de subsistance. Nous serions tentés de dire qu’elle se fait à côté — sauf dans des régions limitées — et le taux de croissance agricole globale de 2,6 % annuel de 1900 à 1907 est là pour le prouver (voir tableau IV ci-dessus). L’explication la plus probable à la crise alimentaire et sa causalité profonde est plutôt que la majorité de la société mexicaine reste encore pour le plus grand nombre une société traditionnelle préindustrielle où continuent précisément d’exister des crises de subsistance.

Tableau IX. L’évolution des groupes sociaux (1895-1910)
(en milliers et en %)

Tableau IX. L’évolution des groupes sociaux (1895-1910)(en milliers et en %)
  • ‡‡‡ Les instituteurs classés par Rosenzweig avec les techniciens, ont été mis à part, car ils sont pou (...)

Note (1)‡‡‡
Source : Rosenzweig, 1965, p. 438 et E.S.P., pp. 18 et 19.

  • 102 Rosenzweig, 1965 (2), p. 443.
  • 103 Estadísticas mineras..., 1963, p. 15.

139Le repère chronologique final de 1910 prête donc à confusion et conduit à des interprétations erronées pour l’ensemble du porfiriat. Ne prenons qu’un exemple, celui de la population occupée dans les mines et les industries minières (tableau X) en intercalant entre les chiffres de l’E.E.P.F.T., fondés sur les recensements, les chiffres de 1907, avant le déclenchement de la crise (ou peut-être même à ses débuts) que nous connaissons par les Anuarios estadísticos, La différence est considérable. Si l’on prend les chiffres de 1910 comme repère final, la décennie 1900-1910 est une période de déclin pour l’industrie minière qui « présente une diminution de 3 % »102 de sa main-d’œuvre alors qu’au contraire la période faste des mines se prolonge jusqu’en 1907 où elles subissent violemment l’effet de la crise américaine. Crise d’ailleurs temporaire car elles connaîtront pendant la Révolution des niveaux de production et d’emploi qu’elles n’avaient pas encore atteints103. Des remarques semblables pourraient être faites pour les autres secteurs d’activité, qui rendraient suspectes les réflexions sur les tendances structurelles de l’économie et de la société porfirienne entre 1900 et 1910.

Tableau X. L’évolution de la main-d’œuvre dans les mines et l’industrie minière

Tableau X. L’évolution de la main-d’œuvre dans les mines et l’industrie minière

Source : 1895, 1900, 1910 : Censos...
1907 : Anuario estadistico de 1907, pages 332 et 359.

140Le second problème pour interpréter le tableau IX porte sur l’ambiguïté des termes du recensement qui ne donnent qu’un classement de l’occupation par activité principale, par métier, sans distinguer l’artisanat de l’industrie. Les recueils statistiques actuels classent toutes ces activités sous la rubrique industrie. L’exemple de ces districts de l’Hidalgo, que nous venons d’analyser, montre bien que dans beaucoup de régions il s’agit tout simplement d’artisanat et d’artisanat rural. A cette difficulté vient s’ajouter le fait que les chiffres disponibles ne concernent que les États et ne permettent pas de faire de distinction entre les personnes qui exercent ces métiers dans les campagnes ou dans les villes. Seule une étude détaillée, menée à l’échelle du municipe — possible car c’est l’échelle minima du recensement — permettrait de lever en grande partie ces ambiguïtés, distinguant artisans ruraux d’artisans urbains et artisans urbains d’ouvriers de l’industrie. Compte tenu de ces deux réserves — le problème des repères et l’ambiguïté des termes —, l’évolution de la société mexicaine dans les dernières années du régime peut être esquissée à grands traits.

Les groupes urbains

141Dans les grandes villes et au sommet, une élite sociale restreinte : de très grands propriétaires fonciers, car ils habitent rarement d’une façon permanente dans leurs haciendas, quelques industriels et banquiers, les membres les plus éminents des professions libérales, acceptés dans ce milieu par leur prestige, parce qu’ils appartenaient déjà par le sang à ce groupe privilégié ou parce qu’ils s’y sont incorporés par le mariage.

  • 104 Voir annexe II. On peut mesurer cette diversité dans Almada, 1964, ch. V-VII.
  • 105 Annexe II et Cockcroft, 1971, p. 29, donne un bon tableau de l’origine et des composantes de ces f (...)
  • 106 Annexe II et Aguilar Camín, 1977, pp. 90 ss.
  • 107 Annexe II et Joseph et Wells, 1982, pp. 69 ss.
  • 108 Annexe II et Gonzalez Calzada, 1972, pp. 59 ss.

142La distinction par type de fortune n’est d’ailleurs qu’une simplification car il s’agit presque toujours seulement de dominantes. Les membres de l’élite sociale touchent normalement à tous les domaines d’activité. Les investissements miniers voisinent avec les propriétés agricoles, les activités industrielles et souvent aussi avec les participations aux banques. C’est le cas bien connu de la famille Terrazas-Creel au Chihuahua, qui cumule tous ces types d’activité104. Le cas également de l’élite de San Luis Potosí dont on a montré la diversité d’intérêts et où l’on ne remarque, à la rigueur, qu’une certaine spécialisation105. Il en est de même avec Ramón Corral au Sonora, consacré quant à lui essentiellement aux affaires minières, industrielles et commerciales106. Ou encore d’Olegario Molina au Yucatán qui travaille dans la banque, la commercialisation du sisal et les grands travaux107. Le cas encore de Policarpo Valenzuela au Tabasco, grand propriétaire foncier, exploitant et exportateur de bois, propriétaire de bateaux108...

143Les clivages qui séparent les membres de cette élite sociale, il faut plutôt les chercher dans l’histoire — vieilles familles ou « nouveaux créoles » —, dans la tradition idéologique — libérale ou conservatrice — et surtout dans leur position par rapport au pouvoir politique — « exclus » ou membres de clientèles au pouvoir. Les affinités ou les oppositions de clans familiaux intègrent tous ces facteurs et se perpétuent sous l’apparence des étiquettes politiques.

  • 109 Voir plus loin, chapitre XI, 2.

144En dessous de cette élite restreinte et relativement fermée, tout un ensemble de classes moyennes, allant des professions libérales, des fonctionnaires les plus élevés et des industriels et commerçants importants, aux artisans tenant boutique, aux employés et techniciens des nouvelles activités industrielles ou des services. Tout un ensemble de groupes sociaux aux frontières imprécises allant des « gens bien » aux « honnêtes gens » en passant par cette gente decente dont parlait Bulnes et qui s’estimerait déshonorée si elle venait à exercer un métier manuel. Plus encore que par le revenu, les clivages passent par le type d’activité — manuel ou non — et par les ambitions professionnelles pour les enfants. Celles de la gente decente étant que, par des études supérieures, ceux-ci puissent s’intégrer plus tard dans les classes moyennes supérieures et — qui sait ? — s’incorporer peut-être à l’élite. Vivier de futurs secrétaires, députés et idéologues révolutionnaires plus que de chefs de groupes armés, ce groupe social n’est pas, loin de là, le plus dynamique du point de vue économique109.

145Enfin, aux degrés les plus bas, tout un ensemble de groupes allant des petits métiers précaires et souvent sans installations permanentes aux ouvriers des nouvelles industries. Nous sommes ici dans un monde fluide et mobile dont la partie la plus stable est peut-être les ouvriers de l’industrie moderne, malgré des salaires bas et de longues journées de travail, mais avec salaire et travail fixes.

  • 110 Rosenzweig, 1965 (2), p. 444.

146Quelle est l’importance relative et l’évolution de ces groupes ? Il est difficile de le dire, car la sécheresse des statistiques ne signale que les secteurs d’activité et nous ne savons pas s’il s’agit de ruraux ou d’habitants des villes. Globalement donc et sans autres nuances, on constate que de 1895 à 1910 les services progressent au même rythme que l’industrie et l’artisanat à un taux de 0,9 % annuel. Cependant, un examen détaillé des différentes composantes (tableau IX) montre qu’une bonne partie de la croissance des activités industrielles est due aux mines et aux industries extractives qui se trouvent pour la plupart dans de petites villes, et aux activités de transformation, rubrique dans laquelle se trouvent classés les métiers des villages et de ces mêmes petites villes. Hors de quelques villes importantes, comme Mexico ou Guadalajara, Monterrey, San Luis Potosí, Torreón, Veracruz, Puebla ou Chihuahua où croissent les industries de transformation, et mis à part quelques agglomérations à dominante ouvrière, comme celles du triangle textile, Puebla-Tlaxcala-Orizaba, la croissance des activités industrielles est une croissance de l’artisanat des villages et des petites villes de type encore ancien. Artisanat que les produits modernes, sauf dans les grandes villes, n’ont que peu remplacé. Ce remplacement ne s’est effectué encore en 1910 que dans quelques branches, comme le textile. Là, le remplacement de l’artisan par l’ouvrier moderne est net : les artisans passent de 41 000 en 1895 à 26 000 en 1900 tandis que le nombre d’ouvriers croît de 19 à 26 000. Le mouvement s’amplifie entre 1900 et 1910 et, à cette date, il existe 36 000 ouvriers pour seulement 8 000 artisans textiles110.

147Tout autre est la situation des services, même si le rythme de croissance est globalement le même. Ici, un groupe connaît une croissance considérable et continue de 9,1 % annuels entre 1895 et 1910, passant de 22 000 à 83 000 personnes : celui des employés. De même les techniciens (au sens très large) et les professions libérales connaissent une remarquable croissance de 2,2 % par an pour la même période. Le commerce, lui, se limite à 1,1 % annuel ce qui est malgré tout supérieur à la moyenne générale des services et de l’artisanat. Les seuls postes qui diminuent dans les services étant les domestiques, ce qui est normal dans une économie plus développée, et les transports qui subissent la concurrence des chemins de fer. Sans qu’il soit possible de le dire avec une entière certitude, il semble que ce soit surtout ces catégories professionnelles qui nourrissent l’expansion urbaine, et que ce soit surtout la prolifération de ces groupes (artisans, commerçants et employés) qui constitue la première conséquence sociale de l’expansion économique.

Le monde rural : haciendas...

  • 111 Rojas, 1981, p. 105.

148Les mêmes difficultés d’analyse apparaissent lorsqu’il s’agit d’aborder la situation des campagnes. Difficultés d’abord pour définir une ville ou un village (voir tableau VII ci-dessus). Les recensements de l’époque définissent comme population rurale celle qui habite dans des agglomérations de moins de 1 000 habitants, ce qui est notoirement insuffisant. En prenant le seuil actuel mexicain de 2 500, environ 71 % de la population habitait en 1910 dans des localités rurales. Mais ce seuil semble encore peu relevé puisque bien des localités qui comptent entre 2 500 et 10 000 habitants ne sont, par l’occupation de la majorité de leur population, que de gros bourgs agricoles. Dans l’État d’Aguascalientes, même une bonne partie de la population de la capitale, qui compte cependant 45 000 habitants, vit encore de l’agriculture111.

  • 112 Pour plus de détails, voir Guerra, 1981.

149Il est probable qu’il faille au moins remonter le seuil bien souvent jusqu’à 10 000 habitants, ce qui classerait alors comme population rurale environ 85 % de la population totale. Les seules exceptions, mais elles sont importantes, sont celles des localités minières. Ici, quelques centaines d’habitants représentent tout autre chose qu’un village agricole de mêmes dimensions. Tout autre chose par le déracinement de la population, par son occupation principale échappant à la dominante agricole de la majorité du pays, par les activités artisanales, commerciales et de transport qu’elle impose, par l’ouverture au marché et par le faciès culturel différent qui est le sien. Il n’est pas surprenant que les centres et les régions minières soient presque toujours à la pointe de l’évolution politique et aux premières loges des Révoltes armées de la révolution112.

150Population rurale, donc, comprise entre 70 et 85 %, population active agricole d’environ 68,1 % en 1910, et entre les deux pourcentages, — 68 % et sans doute 85 % — tous les autres groupes sociaux des villages et des bourgs des campagnes. C’est là que se trouve le Mexique majoritaire, hors des grandes villes, des chemins de fer et des centres miniers, que rarement visitent les étrangers et bien peu de citadins de la capitale, même politiciens. Tout est ici diversité et évolutions opposées.

  • 113 Voir plus haut, chapitre III, I.

151Diversité par l’appartenance à des unités sociales très différentes, qui ne se caractérisent pas seulement par des rapports économiques mais aussi par les formes de sociabilité, par des liens plus ou moins intenses, par le type de hiérarchie interne, etc.113. Les haciendas, les pueblos, les ranchos, les rancherías, les agglomérations minières donnent, par leurs combinaisons variées, des paysages sociaux d’une extrême diversité. Evolutions opposées, car ces paysages réagissent différemment aux transformations de l’époque porfirienne.

152Deux Mexique, un Mexique du Nord et un Mexique du Centre et du Sud ? Des Mexique au pluriel, avec toutes les transitions possibles entre un pôle pionnier au nord avec ses mines, son élevage et son agriculture moderne, et un pôle de plantations au travail servile au sud, des lisières de l’Oaxaca au Yucatán et au Chiapas. Au centre toutes les transitions entre ce monde du sud où s’accroît le poids de la dépendance paysanne et ce nord d’invididus plus autonomes et plus « individuels », avec les chances et les risques que cela comporte. Sur les façades maritimes, des pays de conquête agricole, avec dans la plupart des cas des sociétés pionnières d’éleveurs et d’agriculteurs cette fois-ci, mais avec aussi une autonomie plus grande que celle de leurs homologues du centre.

  • 114 Voir annexe V.
  • 115 C’est le titre, donné à son chapitre sur l’hacienda, par Gomot, (1904), s.d.

153Le monde rural est d’abord celui de l’hacienda, non parce qu’elle rassemble la majorité des paysans, — nous avons vu qu’elle ne rassemble en moyenne qu’entre 10 et 20 % des habitants des campagnes —114, mais parce que par son extension, ses salaires et ses conditions de travail, elle marque toute la vie rurale de son empreinte. Ce microcosme social hiérarchisé n’est pas réduisible à la dualité « maîtres et serviteurs »115, en entendant par « serviteurs », les péons et plus particulièrement les péons acasillados. D’abord parce qu’il existe dans les haciendas un personnel d’encadrement dont l’importance est variable, mais toujours significative, que même les recensements considèrent sous le titre d’« administrateurs et employés de la campagne ».

  • 116 Rojas, 1981, p. 104.

154Il s’agit de l’administrateur principal ou majordome qui remplace le maître pendant ses absences, des administrateurs des ranchos dépendants, des comptables, des divers techniciens des machines agricoles au fur et à mesure que progresse la mécanisation. Viennent s’ajouter à ces groupes un certain nombre d’artisans et commerçants qui habitent le casco (le noyau central bâti), et qui travaillent non seulement pour les habitants de l’hacienda mais aussi pour la population rurale qui gravite autour de cette unité humaine — fermiers et métayers, petits propriétaires de ranchos voisins, etc. On y trouve non seulement l’église et, souvent, l’école, mais aussi un moulin, une échoppe de cordonnier, une ferronnerie, l’atelier d’un tailleur, la tienda de raya, et parfois même un « commissariat » rural chargé de l’administration publique116. Toutes ces activités sont de type secondaire ou tertiaire et les recensements classent les hommes qui s’en occupent dans les rubriques professionnelles correspondantes. Ajoutons encore à ces groupes intermédiaires les contremaîtres, chargés de diriger le travail des péons et des journaliers, dont la condition et le rôle sont différents selon les régions. Peu de choses en commun, en effet, entre les contremaîtres surveillants des plantations du Yucatán ou du Valle Nacional, geôliers d’une population de travailleurs forcés, les principales indiens qui dirigent les péons indigènes des fincas traditionnelles du Chiapas, les enganchadores (les contratistes) du Chiapas conduisant les Indiens endettés des pueblos vers les plantations de la côte, et les « caporaux » des haciendas d’élevage du nord, à la tête des troupes de quelques vaqueros armés et à cheval, en passant par toute la gamme des contremaîtres des haciendas du centre, dirigeant le travail des péons acasillados ou des journaliers temporaires...

  • 117 Des nuances régionales seraient à faire ; on en trouve un bon résumé dans Katz, 1980.

155Lorsque l’on emploie le mot péon, on désigne en fait des réalités très différentes. Les recensements de l’époque, un peu plus précis que les recueils et les études quantitatives contemporaines, parlent de « péons ou journaliers agricoles » pour désigner ce groupe de travailleurs. Il y a d’abord les péons acasillados (chasés), ceux qui ont un contrat permanent avec l’hacienda et qui y habitent normalement à côté du casco ; ils reçoivent un petit salaire mais aussi maison, bois, rations quotidiennes de maïs et semences pour de petits lopins reçus aussi de l’hacienda et qu’ils peuvent cultiver après leur travail117.

  • 118 Voir Garcia de León, 1981, IIe partie, n. 4.

156C’est dans cette catégorie que l’on rencontre sans doute la plus forte proportion de péons liés à la terre par des dettes, mais nous verrons plus loin que leur condition n’est absolument pas la même selon les régions et les époques. Nous sommes ici dans une catégorie d’hommes qui font pleinement partie de cette unité sociale qu’est l’hacienda, unis très souvent au maître par des liens multiples, dont ceux de l’enracinement ne sont pas les moindres. Nous verrons, lorsque la Révolution viendra, ce groupe social, que l’on décrit à l’époque de la façon la plus noire possible, suivre son maître dans son action. Dans de multiples cas, et cela du Sonora et du Sinaloa à San Luis Potosí et au Chiapas, ils seront les soldats révolutionnaires de leur maître si celui-ci choisit la Révolution, les derniers défenseurs de l’hacienda, si le maître reste passif et que celle-ci est attaquée, ou encore les troupes de la contre-révolution si, comme Chiapas, les finqueros luttent contre des révolutionnaires venus d’ailleurs118.

  • 119 Discours de Luis Cabrera à la Chambre des députés, le 3 décembre 1911, dans Silva Herzog, I, 1969, (...)

157Autre catégorie de péons, lesjornaleros ou alquilados (les journaliers) qui, eux, travaillent dans l’hacienda quelques mois par an, lors des grands travaux agricoles. Leur salaires sont plus hauts, mais sans les avantages en nature des acasillados. Leur condition est bien plus précaire que celle de ces derniers. Qui sont-ils et que font-ils le reste de l’année ? La diversité du pays est ici manifeste. Ils peuvent être des habitants de pueblos sans terres ou avec des terres insuffisantes, tels que Cabrera les décrit en 1911 dans le Mexique central, cherchant dans la hacienda un salaire d’appoint119.

  • 120 Rojas, 1981, p. 40.

158Dans des régions où les pueblos sont peu nombreux, il peut s’agir d’habitants de petits ranchos et de rancherías des agglomérations sans statut ; la vie de ces hommes, le reste de l’année, apparaît comme consacrée à de petits métiers, ou à la recherche de travaux de fortune qui leur permettent péniblement de survivre. Dans l’Aguascalientes par exemple, la coupe du bois semble être l’une de ces occupations les plus courantes120.

  • 121 Brading, 1972, p. 35.
  • 122 Morner, 1971, p. 115.

159Les déplacements de ces journaliers sont parfois considérables, et c’est à ce genre de main-d’œuvre qu’appartient un type particulier de journaliers : ces péons itinérants du Nord, que l’on retrouve à tour de rôle dans les haciendas modernes de La Laguna pour les grands travaux, soit dans les mines du Durango ou du Chihuahua, lorsque la découverte d’un bon filon (une bonanza) demande des bras supplémentaires, soit sur les chantiers de construction des chemins de fer. Une connaissance plus approfondie de cette population — volume, lieux d’origine, déplacements, etc. — apporterait sans doute de grandes lumières sur la société à la veille de la Révolution, sur la genèse de cette dernière et sans doute aussi, par analogie, sur les soulèvements de l’indépendance dans le Bajio, car nous savons qu’il existait alors, dès 1806, une catégorie semblable, les Indiens laboríos121, dont le nombre atteignit 164 876 personnes dans Intendance de Guanajuato122.

160Une situation intermédiaire entre ces formes extrêmes des journaliers des pueblos et rancherías et celle des péons flottants est constituée par les Indiens des communautés des hautes terres du Chiapas déjà citées, qui allaient travailler sous la direction d’enganchadores dans les plantations de café de la côte. La condition de tous ces journaliers semble en général très peu enviable et inférieure à celle des péons acasillados. Des différences considérables, cependant, séparent les journaliers des pueblos, enracinés et pouvant compter jusqu’à un certain point sur les ressources et la solidarité, même limitées, de leur communauté, et les autres types de péons à la vie plus précaire et instable.

  • 123 Chevalier, 1977, p. 286.

161Troisième catégorie de main-d’œuvre de l’hacienda, celle de ceux qui en échange de terres de l’hacienda plus considérables que les lopins des acasillados doivent un certain nombre de jours de travail, hebdomadaires ou annuels, au propriétaire123. Nous sommes ici dans une catégorie sociale où la diversité règne, où l’on passe sans doute par toutes sortes de transitions, des péons chasés à de véritables métayers ou fermiers avec des corvées périodiques, la différence essentielle étant sans doute, plus que dans les quantités de terres reçues, dans le lieu d’habitation : près du casco, et donc du maître pour les premiers, sur des terres éloignées ou marginales pour les seconds. La plus ou moins grande autonomie étant donnée par l’enracinement et la proximité.

162Enfin, dernière catégorie d’hommes dans la mouvance de l’hacienda, les aparceros (métayers) et les arredentarios (fermiers) relativement indépendants car ne devant pas de travail à l’hacienda. Certains n’exploitent que très peu de terres de mauvaise qualité et leur condition est des plus précaires, à la merci des aléas climatiques ; d’autres possèdent en propre quelques terres qu’ils élargissent avec celles reçues de l’hacienda.

  • 124 Womack, 1970, p. 4.

163C’est le cas de Zapata, par exemple, qui, possédant lui-même des terres et quelque bétail, ce qui lui donne une bonne position dans son village, loue en plus en aparcería plusieurs hectares supplémentaires dans l’hacienda voisine124.

  • 125 Katz, 1980, pp. 17-18.

164La plupart sans doute ne les cultivent qu’individuellement avec l’aide de leur famille, d’autres vont jusqu’à engager des journaliers pour les récoltes125...

  • 126 Rojas, 1981, p. 44.

165Le contenu même des contrats d’aparcenía est variable. Souvent, si le métayer fournit l’outillage et une partie des animaux de labour, il garde la moitié de la récolte, (medieros), s’il n’apporte que son travail, le tiers (tercieros ou altercio), mais ici encore le contenu des contrats est variable en fonction des traditions locales et de l’abondance de la main-d’œuvre dans chaque région. Les arrendatarios, eux aussi, constituent un groupe hétérogène. La distance est grande entre le fermier qui a en location un rancho relativement important — cela arrive — et les arrendatarios de certaines régions qui reçoivent les terres les moins bonnes, celles pour lesquelles le maître n’a pas voulu prendre le risque d’une exploration directe126.

  • 127 Entretien avec Nicolás Fernández, dans Urióstegui Miranda, 1970, pp. 92 ss.
  • 128 Olea, 1964, p. 23 et annexe II.
  • 129 Womack, 1970, p. 5.

166Enfin, à toutes ces multiples catégories et sous-catégories il faudrait apporter des nuances supplémentaires selon qu’il s’agit d’haciendas agricoles ou d’haciendas d’élevage, ces dernières étant en général, aussi bien pour le degré de dépendance que pour les salaires, favorisées par rapport aux premières. La même remarque peut être faite à l’intérieur de chaque hacienda, car presque toutes, quel que soit leur but premier, comportent des cultures et de l’élevage : tout ce qui touche au bétail se trouve et par la rémunération et par le prestige au-dessus de ce qui est purement agricole. Il n’est pas étonnant que les rares chefs révolutionnaires issus du monde de l’hacienda proviennent de cette dernière catégorie : c’est le cas, par exemple, de Nicolas Fernández, l’un des lieutenants de Villa, « caporal »127 de vaqueros d’une hacienda de Terrazas dans le Chihuahua ou de Juan N. Banderas, l’un des principaux révolutionnaires du Sinaloa, caballerango (écuyer) dans une hacienda de la région d’El Fuerte128. Zapata lui-même, qui est avant tout le chef d’une communauté paysanne du Morelos et qui n’a jamais travaillé comme journalier, tire une partie de son prestige de sa maîtrise des chevaux et il se charge pour un temps à Mexico des écuries d’un riche hacendado de Morelos129.

... et villages

167Autre unité de base du monde rural, les communautés paysannes que l’on appelle parfois indigènes, même lorsque la plupart de leurs membres parlent déjà espagnol. C’est un monde où l’appartenance à la communauté est le principal critère de différentiation, même si ses membres sont loin d’avoir des situations toutes semblables. Il y en a qui ont des terres et du bétail en quantité suffisante pour être considérés comme riches, d’autres qui, faute de terres suffisantes, travaillent plusieurs mois comme journaliers dans des haciendas de la région, consacrant le reste du temps à des activités diverses dans leurs communautés.

  • 130 Lewis, 1964.
  • 131 Annexe II.
  • 132 Voir plus haut, chapitre V, pp. 270-271.

168Ce peut être la culture du temporal (non irriguée) sur les terres communales : c’est le cas de Pedro Martínez, le paysan de Tepoztlán, dans le Morelos dont Lewis a recueilli les souvenirs130. Ce peut être l’exploitation des bois communaux et la fabrication de charbon végétal, ainsi qu’on le voit dans le village de Santa Maria, dans le Morelos, patrie du chef zapatiste Genevevo de la O131, ou dans le village de Sombrerete de Vizarrón dans le Queretaro, dont nous avons donné ailleurs la composition sociale132. Ce peut être encore, dans des pueblos proches de zones d’économie moderne, le travail saisonnier dans les mines, tel qu’on le voit en certains villages du Chihuahua, de l’Oaxaca ou en général des zones minières situées dans des zones avec de nombreux pueblos.

  • 133 Annexe II et Buve, 1975, pp. 137 ss.

169Ce peut être enfin le travail dans des industries proches, comme on le rencontre souvent dans la région de Puebla-Tlaxcala, où les usines textiles, situées souvent dans la campagne, près des chutes d’eau qui fournissent de l’énergie électrique, emploient une main-d’œuvre des paysans des communautés. De cette catégorie sortiront un bon nombre de révolutionnaires de la région, tels Máximo Rojas, Pedro M. Morales, Felipe Villegas, Domingo Arenas, Isabel Guerrero, etc.133.

170Enfin, dernier type de population rurale, celui des régions où la grande propriété est absente ou en déclin, et où la population, en général blanche ou métisse, est beaucoup plus indépendante. Dans ces zones dominent les petits et moyens agriculteurs mais les autres activités sont aussi beaucoup plus diversifiées que dans les zones de grande propriété et dans les régions de communautés indigènes traditionnelles. Rancheros, commerçants, artisans ruraux, muletiers, mineurs en certains endroits, tout un monde rural qui habite des fermes isolées, des rancherías, certains villages anciens et un grand nombre de villages récents. On les trouve de préférence dans les régions montagneuses ou mal reliées, là où les haciendas ont toujours été rares et là où elles déclinent et disparaissent car elles sont incapables de résister à la concurrence des exploitations modernes des régions les plus favorables.

171C’est un monde en expansion et sur cela s’accordent les témoignages et les recensements, nous y reviendrons. Un monde bigarré et dynamique d’où sortiront la plupart des révolutionnaires, sans que cela veuille dire qu’il soit en majorité un monde révolutionnaire. Nous connaissons bien ceux qui se sont lancés dans la lutte ; mais à côté d’Alvaro Obregón, des Figueroa, de Pascual Orozco, des Cedillo, par exemple, combien d’autres sont restés à cultiver leurs champs ou à élever leur bétail ? Il faudra encore attendre la révolte cristera, quinze ans plus tard, pour voir apparaître d’autres noms moins connus, mais aussi représentatifs de ce Mexique rural qui n’est ni celui des haciendas, ni celui des communautés.

  • 134 Meyer (J.-A.), 1975.
  • 135 González, 1977.
  • 136 McBride, 1951, p. 59.
  • 137 Rojas, 1981, pp. 95-96.

172Il faudrait presque réaliser tout un périple dans le pays pour saisir cet univers, tant il est présent dans des endroits divers avec des caractéristiques propres. Il y a eu en lui des régions qui ne seront jamais révolutionnaires ou si peu, telles les Altos de Jalisco, d’où sortiront plus tard tant de combattants cristeros134 ; de vastes régions du Michoacán du nord-ouest, avec ce village de San José Gracia qui sert toujours de référence135 ; la région à cheval entre le Mexico et le Michoacán, où se trouve la Puerta de Médina, si bien décrite par McCutchen McBride136 ; le district de Calvillo à l’ouest d’Aguascalientes137 et bien d’autres encore dans le Bajio ou ailleurs.

  • 138 Annexe II, Meyer (M.), 1967, Wasserman, 1980, Almada, 1927, 1950, 1964, 1965, Katz, 1980; Gámiz, 1 (...)
  • 139 Annexe II et Aguilar Camín, 1977, pp. 19-69.
  • 140 Azuela, (1914), 1969.
  • 141 Annexe II, R.E.M., 1930, pp. 954-957, Peña y Peña, 1968.

173Il y a ensuite ces autres régions mieux connues parce qu’elles sont les berceaux de la Révolution : les montagnes de la Sierra Madre occidentale et ses abords où les mines voisinent avec la petite agriculture et l’élevage et d’où sortiront des chefs révolutionnaires qui étaient avant prospecteurs et exploitants de mines, muletiers, commerçants, rancheros, tels Orozco et Luis Garcia, les Arrieta et tant d’autres à l’ouest du Chihuahua et du Durango, au nord-ouest du Sonora, dans les montagnes du Sinaloa138. Il y a ensuite le sud pionnier du Sonora avec ses agriculteurs modernes dont certains, comme Alvaro Obregon ou Benjamin Hill passeront ensuite à l’histoire139 ; le district du Colotlán au Jalisco et le sud Zacatecas, qu’Azuela peint dans son roman Los de abajo140, et qui voit jaillir des révolutionnaires comme la famille Caloca ou José Trinidad Cervantes141.

  • 142 Annexe II, Ochoa Campos, 1968, Figueroa Uriza, 1960, Fuentes Díaz, 1960, Jacobs, 1980, Valverde, 1 (...)
  • 143 Annexe II et Mendoza Vargas, 1960.
  • 144 Annexe II, Ankerson, 1980, Lerner, 1980.
  • 145 Annexe II.

174Plus au sud les montagnes du Guerrero avec les Figueroa de Huitzuco, Julián Blanco de Dos Caminos et tant d’autres dans cette région isolée où disparaissent les grandes haciendas142. Sur la façade est — bien des régions du Veracruz — d’où sort par exemple Cándido Aguilar ; la Huastèque, de Huejutla à Ciudad de Valles, avec Cerecedo Estrada, les Azuara, Francisco de P. Mariel, et tant d’autres agriculteurs et éleveurs de cette région en expansion143 ; plus au nord dans l’État de San Luis Potosí la région de Ciudad del Maiz d’où sortent les frères Cedillo144, et enfin au Coahuila et au Nuevo León, bien des districts où abondent les propriétés moyennes fourniront beaucoup de révolutionnaires aux armées de Carranza et dont un bon exemple est Pablo Gonzalez145.

175La diversité des conditions et des métiers est ici plus que jamais la règle, et si même dans les régions indigènes nous avons constaté la diversification et la spécialisation des fonctions, la remarque est encore plus valable ici. L’artisanat de tout type, la petite industrie parfois, les activités minières, le commerce, les transports, les services, toute la gamme d’activités d’une société de plus en plus complexe se développe et grandit au sein d’une population dynamique dont l’indépendance et l’individualisme sont incomparablement plus grands que dans le Mexique de la grande propriété et des communautés indigènes.

  • 146 Minaudier, 1982, p. 83 et Jacobs, 1980, pp. 82-83.
  • 147 Meyer (M.), 1967.
  • 148 Annexe II, Rouaix, 1946, p. 38 et A.E., 1907, pp. 383 ss.

176Souvent, pour les membres les plus aisés de ces groupes, la gamme d’activités auxquelles ils se consacrent est très large. Nous retrouvons ici, à une échelle plus réduite, la multiplicité d’intérêts des élites sociales les plus hautes. Une famille très représentative de ce groupe, comme les Figueroa au Guerrero, possède aussi bien des terres — grands ranchos ou petites haciendas car il s’agit de propriétés dépassant les 100 ha — que des commerces, des mines ou de petites industries146. La même remarque peut être faite pour la famille de Pascual Orozco, où à côté d’un père petit propriétaire de mines, nous voyons le fils, muletier et commerçant147. Dans le Durango, on constate le même phénomène avec les Arrieta : petites mines, transports à dos de mulets, terres...148 Ces nouvelles élites locales tendent à reproduire à leur niveau la diversité d’activités qui est celle des groupes privilégiés.

3. L’ÉVOLUTION DES CONDITIONS DE VIE

177Dans ce domaine, c’est surtout la population rurale, quantitativement la plus nombreuse, qui semble surtout devoir retenir notre attention. Soulignons tout de suite que nous sommes là dans un domaine qui présente par son hétérogénéité des difficultés d’approche considérables.

  • 149 Dans quelques États, ces flottements sont spectaculaires, par exemple d’après E.S.P., pp. 40 et 21 (...)
  • 150 Le recensement de 1900 n’inclut pas la catégorie « hacendado », et dans celui de 1910 qui les incl (...)

178Les remarques que nous faisions plus haut sur les ambiguïtés des recensements149 qui ne distinguent pas entre population rurale et urbaine à l’intérieur des secteurs d’activités, et celle que nous faisons dans l’annexe V sur des ambiguïtés analogues à propos de différents types de paysans, rendent la tâche difficile. Il n’est pas possible en effet de distinguer d’après les recensements les hacendados des rancheros ni même des membres aisés des communautés, comme il n’est pas possible non plus de distinguer les péons acasillados des autres types de travailleurs de l’hacienda. Nous serions bien heureux au moins si tous les États utilisaient la même terminologie dans les trois recensements, car on pourrait alors avoir des évolutions relatives une fois faites des hypothèses sur ce que les mots recouvrent : mais ici, les anomalies sont tellement frappantes que l’on est obligé de conclure à la variabilité des critères employés selon les années en plusieurs États150.

179Les affirmations que nous pouvons faire sont donc fondées sur l’évolution qui semble certaine, une fois éliminés les cas aberrants, et sur la généralisation d’un certain nombre de cas locaux connus.

  • 151 Les nombres totaux d’agriculteurs du recensement (d’après E.S.P., p. 40) sont les suivants :
    1895 : (...)

180Pour ce qui est des chiffres, on peut avancer qu’il y a tout au long des quinze dernières années du régime une croissance continue et parfois spectaculaire du nombre d’« agriculteurs », le mot recouvrant aussi bien une minorité d’hacendados qu’une grande majorité de paysans aisés ou moyens151. La seule région qui semble à l’écart de ce mouvement est celle qui va du Jalisco au Queretaro, en passant par le Bajio avec un prolongement vers l’Aguascalientes. Cette constatation coïncide d’ailleurs avec ce que nous savons à travers les biographies et les mémoires : la montée d’une classe moyenne rurale et son dynamisme.

181Autre constatation qui semble fondée et que confirment les commentaires de l’époque : l’augmentation partout du nombre de « péons ou journaliers », avec toutes les ambiguïtés que les mots comportent. Nous ne pouvons en dire davantage car nous ignorons toujours quelles sont, dans ces catégories, les proportions respectives des acasillados, des journaliers migrants, des journaliers des communautés, des aparceros ou des arrendatarios. Cette deuxième affirmation n’est d’ailleurs pas contradictoire avec la montée des « agriculteurs ». Il y a la croissance démographique, et il y a aussi l’existence des deux mondes divers que nous avons déjà décrits.

182Quantitativement et sans d’autres données locales, on ne peut en dire plus, tant les données globales sont incertaines. Il reste, on l’a dit, le recours à des généralisations de cas locaux connus, surtout pour ce qui concerne les différentes catégories de travailleurs de l’hacienda, car le monde des rancheros et des communautés est qualitativement mieux connu.

Le servage par dettes

183Dans un monde aussi divers que celui de l’hacienda, l’évolution des conditions de vie ne peut qu’être elle-même multiple, et en fait globalement mal connue. Un premier problème touche à l’ampleur du phénomène des péons acasillados. Un second, qui lui est lié, mais qui n’est pas identique, à la dépendance, par dettes, des habitants des campagnes à l’égard des hacendados. Un troisième problème, enfin, vient de l’évolution des niveaux de vies des différents groupes sociaux liés à l’hacienda. Trois problèmes distincts mais essentiels qui conditionnent la stabilité ou l’instabilité des campagnes.

  • 152 Chevalier, 1952, pp. 363 ss.
  • 153 Chevalier, 1977, pp. 284 ss.
  • 154 Katz, 1980, p. 18 et Gibson, 1975, p. 261.

184La question de l’acasillamiento des péons, au-delà des traits culturels régionaux, semble depuis toujours liée à l’abondance ou à la pénurie de la main-d’œuvre. Si à l’origine, au xviie siècle, le péonage par dettes apparaît comme une réponse des grands propriétaires à la pénurie de main-d’œuvre consécutive à l’effondrement démographique du xvie siècle152, la situation évolue en sens inverse au xviiie siècle. La reprise démographique de la population indigène, le nouveau dynamisme économique de la Nouvelle-Espagne provoqué par l’expansion des mines d’argent, et les réformes commerciales des Bourbons étaient favorables au relâchement du servage des péons. L’action de la Couronne, à son tour y contribua, avec la promulgation d’une série de mesures surtout entre 1784 et 1786 interdisant que le montant des avances faites aux péons puisse dépasser cinq pesos (soit vingt jours de salaire). Ces mesures permettaient aussi aux péons, même endettés, de travailler où bon leur semblerait153. A la fin de l’époque coloniale, le servage par dettes semble, du moins dans le Mexique central, réduit à peu de choses, l’essentiel du travail des haciendas étant assuré par des journaliers libres ou par des péons très faiblement endettés154.

  • 155 Katz, 1980, p. 20.

185La situation des péons s’est certainement détériorée au xixe siècle et cela bien avant le porfiriat. La mesure prise par Maximilien en 1865 et tendant à libérer les péons par la suppression des tiendas de raya montre bien l’ampleur d’un phénomène que confirment les études partielles155. Quelles ont pu être les raisons de ce renversement de tendance qui, comme tant d’autres ruptures de l’histoire mexicaine, remonte à la période de l’indépendance ?

186Cette évolution que l’on a qualifiée de mystérieuse, et qui est effectivement mal connue, nous semble obéir à plusieurs facteurs. D’abord, aux pertes humaines des guerres d’indépendance, qui ont sans doute provoqué à nouveau une pénurie de main-d’œuvre et le besoin pour les hacendados de disposer de travailleurs sûrs. Ensuite, au déclin général de l’économie, — des mines aux échanges commerciaux — lequel, en rendant la population moins mobile, et sans le recours d’une migration vers des zones à hauts salaires, la rendait plus vulnérable à l’offensive des hacendados. Cette évolution est due, enfin, à la disparition de l’autorité de l’État, à la privatisation du pouvoir et à la recherche de la protection d’un puissant pour se défendre contre l’insécurité. La réapparition de la dépendance par dettes apparaît dans cette dernière optique comme la traduction sociale d’une dépendance politique.

  • 156 Chevalier, 1977, pp. 285-286.

187En outre, le libéralisme, en proclamant l’égalité légale de tous les citoyens et la liberté totale des contrats, donnait un fondement idéologique à la suppression de la législation coloniale sur la protection des péons indiens. Dès 1822, les hacendados de Puebla obtiennent que la dette des péons puisse atteindre un an de travail, et quatre ans plus tard le tribunal de seconde instance de cette ville ne mentionne plus aucune limite156. La même évolution semble s’être produite assez rapidement dans les autres États, à tel point que le servage par dettes semble au xixe siècle un trait structurel de la vie sociale mexicaine. Nouveau paradoxe de ce siècle de « progrès », l’« esclavage » des péons que tant de libéraux radicaux comme Arriaga, vont décrire sous les plus sombres couleurs, n’est pas un héritage de l’Ancien Régime, mais une redécouverte du Nouveau. Paradoxe encore, pour ceux qui voient dans le libéralisme une conséquence de la montée du capitalisme, que ces élites ultralibérales allant de pair avec une économie et une société dont le nouvel archaïsme fait songer au xviie siècle.

188Dans ce domaine aussi le porfiriat représente un retour progressif à l’évolution du xviiie siècle, mais un retour qui est loin d’être général et homogène. En effet, des causes semblables à celles qui étaient à l’œuvre au xviiie siècle pour affaiblir le servage par dettes réapparaissent sous Díaz, à côté d’autres causes qui favorisent son renforcement.

189Parmi les premières, l’accroissement de la population n’est pas la moindre. La pénurie de main-d’œuvre cesse d’être à nouveau un problème crucial pour l’agriculture du Mexique dense. La renaissance d’une économie moderne — mines, cultures d’exportation, échanges — la construction des chemins de fer et la croissance des régions nouvelles peu peuplées comme le Nord, le Pacifique et le golfe, constituent un appel constant à la migration des hommes et favorisent le salariat moderne au détriment du servage par dettes. Dans l’hacienda de Bocas, à San Luis Potosí, par exemple, entre 1876 et 1894, la tendance est très claire à la diminution du nombre d’acasillados et à leur remplacement par des aparceros ou par des journaliers temporaires.

  • 157 Bazant, 1975, pp. 162 ss.
  • 158 Ibidem, p. 175.

190On y trouve même la transformation juridique (dans les contrats) des péons acasillados qui subsistent en journaliers temporaires157. La mentalité moderne favorable à la mobilité de la main-d’œuvre et à la liberté des contrats ne se concrétise dans les faits que parce que l’abondance des bras la rend sans danger. Dans la même hacienda, l’examen de noms de péons acasillados montre leur presque complet renouvellement pendant la période : de quatre cent sept péons qu’elle comptait en 1894, pratiquement aucun de ceux-là n’est en place dans l’année 1904. Les premiers sont sans doute partis, et facilement, car il y a dans la proximité, plusieurs gares de chemin de fer, vers des zones du Nord à forts salaires, et ils ont été remplacés par d’autres plus défavorisés venus d’ailleurs, dont une partie sans doute suivra le même parcours158.

191La mobilité spatiale des hommes apparaît ici comme le facteur le plus important, car dans le Sud-Est, une autre grande région en expansion, la modernisation économique a, par contre, des résultats tout autres. Ici, le besoin de main-d’œuvre pour les cultures d’exportation provoque au contraire un renforcement du servage par dettes et de l’acasillamiento, qui se rapproche, nous l’avons dit, d’un véritable esclavage et qui s’explique en grande partie par le manque de communications avec le reste du pays. Le Mexique central dense occupe dans cette évolution une place intermédiaire avec une diversité locale qui dépend de l’isolement et de la présence de pôles économiques modernes.

  • 159 Voir plus haut, chapitre V. 4.

192D’autres facteurs de signe contraire sont cependant à l’œuvre dans cette dernière région essentielle. Le plus important en est la perte des terres communales. Ce phénomène n’est, nous l’avons dit plus haut, ni général, ni continu : fort pendant la majeure partie du xixe siècle, il semble se ralentir pendant la première époque porfirienne et reprendre avec force à la fin du siècle. La perte de terres communales et la croissance démographique ne sont cependant pas synonymes d’un accroissement de l’acasillamiento, qui semble n’avoir concerné qu’une minorité de la population rurale, mais plutôt de la montée des autres catégories de travailleurs de l’hacienda : journaliers temporaires, aparceros et arrendatarios, telle que nous avons pu la saisir à travers l’extraordinaire croissance des agglomérations sans statut159.

193L’endettement, dont nous ne pouvons pas mesurer l’ampleur, est ici sans doute durement ressenti car il touche des hommes qui menaient auparavant une vie plus indépendante sur leurs propres terres, qu’elles fussent privées ou communales. Pour nuancer encore dans un domaine éminemment complexe, ajoutons que, comme nous l’avons dit à propos des régions accidentées et peu favorables à la culture et à l’élevage, le déclin des haciendas produit le résultat contraire et l’accès à une indépendance relative de ces catégories sociales.

Les niveaux de vie

  • 160 E.E.P.F.T., p. 172.

194Au problème de la dépendance par l’endettement vient s’ajouter celui de l’évolution des niveaux de vie qui résultent eux de l’évolution des prix qui ont monté d’environ 30 % pendant le porfiriat160 et des salaires qui sont restés en moyenne presque constants.

  • 161 Rojas, 1981, p. 40.

195On pourrait classer dans une première catégorie les groupes sociaux qui ont connu pendant le porfiriat une amélioration de leur condition. Il s’agit de tous ceux qui par leur qualification ou par leur situation géographique se mouvaient dans la sphère de l’économie moderne : contremaîtres, artisans et employés divers de l’hacienda, auxquels on peut ajouter les vaqueros, qui ont vu leurs salaires augmenter plus vite que les prix. On peut y ajouter maints aperceros du nord. Dans certains États, l’Aguascalientes par exemple, on constate aussi que les contrats d’aparceria évoluent dans un sens favorable aux medieros161.

196Dans une deuxième catégorie, on peut placer les groupes qui ont vu leur niveau de vie descendre en valeur absolue mais s’améliorer par rapport aux autres catégories de travailleurs de l’hacienda. C’est le cas de la plupart des péons acasillados, dont les salaires réels ont diminué, à cause de la montée des prix des produits qu’ils achètent à la tienda de raya, mais qui peuvent cependant compter sur la sécurité que leur donnent les rations de maïs de l’hacienda à l’époque où les prix agricoles grimpent comme conséquence des crises agricoles. Les journaliers et fermiers du Nord peuvent aussi être inclus dans cette catégorie. Les salaires pour les premiers, les prix de leurs productions pour les seconds ont monté continuellement, mais ils sont soumis aux aléas du travail dans les mines et aux crises agricoles si fréquentes à la fin du porfiriat.

  • 162 Katz, 1980, pp. 49 ss.
  • 163 C. Janet dans la Revue des Deux Mondes, 15 juillet 1893, cité par Chevalier, 1977, p. 494.

197Enfin, dernière catégorie, celle de la plupart des journaliers, métayers et fermiers du Mexique central. Leur condition semble s’être globalement dégradée pendant le porfiriat. Les salaires réels des journaliers baissent à cause de la hausse des prix sans la compensation du paiement en nature qu’ont les acasillados ; les loyers des fermiers montent, ainsi que la part de la récolte que les métayers doivent donner au propriétaire162. Cette dégradation du niveau de vie du Mexique central est importante, car il rassemble encore la majorité de la population agricole, et ce sont ces derniers groupes humains qui croissent le plus par la spoliation des terres des pueblos. La remarque qu’un voyageur français fait en 1893 sur la « profonde irritation » qui règne dans les campagnes, à cause de ces spoliations163 reste valable dans les années qui précèdent immédiatement la Révolution, marquées, comme celles qui vont de 1891 à 1893, par les crises de subsistance.

198L’évolution que nous venons d’esquisser à grands traits justifie-t-elle la remarque souvent reprise sur l’essoufflement de l’économie porfirienne dans les premières années du xxe siècle ? Selon cette thèse, malgré les forts taux de croissance économique, le Mexique se révéla de plus en plus incapable d’assurer à une population rurale croissante des débouchés dans les activités industrielles et dans les services des villes. La remarque semble en partie fondée, puisqu’on constate entre 1900 et 1910, une augmentation de la population active agricole de près de quatre cent mille personnes (voir tableau IX ci-dessus) et en pourcentage de la population active totale de 66 % à 68,2 % tandis qu’elle avait diminué de 67 à 66 % de 1895 à 1900. On fait aussi remarquer que vers la fin du siècle commence également le mouvement migratoire vers les États-Unis. La détérioration des conditions de vie de la population serait ainsi en partie responsable de la diminution de la croissance démographique.

199Les deux remarques sont justes, mais elles sous-estiment d’autres facteurs. L’émigration vers les États-Unis est en grande partie une conséquence de la mobilité croissante de la population et du déséquilibre du niveau de vie entre les deux pays et elle ne cessera plus jusqu’à nos jours. Pour ce qui est de la mortalité, elle ne fait que confirmer ce que l’on savait déjà : le Mexique reste dans la grande partie de sa population une société traditionnelle avec une très forte natalité et une très forte mortalité, qui est très sensible aux crises de subsistances et aux épidémies. Ce sont précisément ces dernières qui seront responsables des hauts taux de mortalité de la fin du siècle, comme on peut le voir, par exemple, dans le Zacatecas (fig. 6-10).

Source : Langue, 1982 ; p. 26 à partir des A. E.
Figure 6-10 : Décès dus à la variole et au typhus dans le Zacatecas (1898-1907).

200Et par la suite ce sont les crises de subsistances qui, après 1905, prennent le relais. Le phénomène n’est pas exceptionnel dans l’histoire mexicaine, et il montre seulement que la modernisation n’a pas encore touché en profondeur la population. Ajoutons que l’offensive contre la propriété communale des pueblos et l’existence d’une masse importante de la population flottante ne pouvait qu’accroître ces difficultés. Cependant, tous ces phénomènes dus aux crises, sont-ils structurellement significatifs dans la longue durée et dans une évolution qui, en extrapolant le cas de l’Hidalgo, a vu la population agricole passer de plus de 90 % aux environs de 70 % de la population totale ? Essoufflement de l’économie porfirienne ?

201Il faut probablement répondre par la négative à cette question, dans le seul but de distinguer ce qui est structurel de ce qui est conjoncturel, car dans la vie des hommes, qui est la seule réalité importante, ces difficultés ont une réalité concrète et parfois dramatique qui échappe à ces nuances.

202L’analyse des salaires apporte des éléments complémentaires à ces remarques. Le premier, c’est que globalement (fig. 6-11), le prix du maïs est l’élément essentiel qui détermine l’indice des salaires, ce qui montre encore l’étroite dépendance de la population par rapport aux aléas de la production de l’élément de base de l’alimentation populaire. Ensuite, que le problème des niveaux des salaires est à mettre surtout en rapport avec la production agricole.

Source : E.E.P.F.T., pp. 67 et 147-148.
Figure 6-11 : Les prix du maïs et le salaire minimum (1885-1911).

203La figure 6-12 nuance cependant cette affirmation, en montrant l’évolution des salaires par secteur d’activité. On y voit qu’à partir de 1896 les salaires du secteur minier décrochent par rapport aux autres salaires — aussi bien agricoles qu’artisanaux — et qu’ils ne cessent de monter : ils doublent en vingt-cinq ans et cela en pesos constants. La demande en main-d’œuvre des activités extractives et leur extraordinaire expansion expliquent ce phénomène. Les salaires miniers cessent d’être étroitement liés aux accidents agricoles.

204Evolution très différente que celle des salaires artisanaux et agricoles. Les premiers, même s’ils se placent à un niveau supérieur aux seconds, connaissent des fluctuations beaucoup plus accusées. Est-ce parce que les réseaux commerciaux sont encore déficients et que la pénurie se fait davantage sentir dans les villes ? Est-ce parce que le niveau de vie reste encore si près des seuils de subsistance que les mauvaises récoltes se répercutaient dans tous les produits qui ne sont pas alimentaires en concentrant sur ces dépenses toutes les disponibilités ? Les deux raisons sont sans doute valables, la première davantage dans les régions les plus modernes, la seconde dans celles qui sont plus traditionnelles.

Source : E.E.P.F.T., p. 67 et 148-152.
Figure 6 % 12 : Salaire minimum par secteurs d’activité* (1885-1911).

205Dans les deux cas, cependant, les courbes montrent la relative stabilité des salaires réels de ces deux secteurs d’activité, qui sont revenus à la fin du porfiriat à des niveaux comparables à ceux de 1877. Elles montrent aussi que leur variation est essentiellement fonction des prix agricoles. C’est pourquoi l’analyse fréquemment faite qui divise la période en deux époques bien distinctes, l’une qui, jusqu’en 1898, verrait l’augmentation des salaires réels, l’autre, ensuite, qui verrait leur diminution jusqu’à la Révolution, ne nous semble pas pertinente bien qu’elle soit vraie à la lettre. Car les hauts niveaux atteints en 1898, et les bas niveaux de l’année 1910, apparaissent plutôt comme étant provoqués par les variations périodiques des prix agricoles, plus que le résultat d’une donnée structurelle nouvelle de l’économie porfirienne.

206Dans cette optique, ce qui apparaît exceptionnel, ce sont les niveaux de salaires des années 1897-1899 qui correspondent à des prix agricoles extraordinairement bas (fig. 6-11). La longue et forte baisse des salaires à partir de 1905 correspond à une succession de crises agricoles. Cette succession présente une analogie très marquée avec celle des années 1891-1893, avec pour caractère propre, l’extraordinaire succession de cinq ans de mauvaises récoltes ce qui est sans équivalent sous le porfiriat. La superposition à ces crises de la crise internationale de 1907 ne fait qu’aggraver une situation qui était déjà très grave, mais dont l’ampleur est donnée par la crise de subsistances qui lui est antérieure et concomitante.

207Ce qui, en revanche, est nouveau et résulte de la modernisation porfirienne, c’est l’accroissement considérable du nombre de salariés, qu’ils soient employés, ouvriers des ateliers et des usines, ou travailleurs ruraux dans toutes les catégories. La profondeur et l’ampleur des crises qui précèdent la Révolution viennent aussi de là : un grand nombre d’hommes qui ne produisent pas une nourriture qui reste cependant leur principale dépense, et qui sont touchés par la montée vertigineuse des prix des produits alimentaires.

208Nous reviendrons plus en détail sur ces crises, car elles sont une des causes les plus certaines de la Révolution. Mais que la Révolution se soit produite dans leur sillage et que leur ampleur ait été considérable ne signifie pas qu’elles répondaient nécessairement à une logique nouvelle de l’économie et de la société porfiriennes. Elles sont en grande partie des accidents périodiques des anciennes structures, qu’aggravent, certes, une économie beaucoup plus ouverte à la conjoncture internationale et une société plus diversifiée où beaucoup de groupes sociaux ont perdu la relative sécurité que donne la terre sans avoir gagné celle que fournit une économie moderne. Le Mexique du début du siècle est véritablement un pays en transition.

Notes

1 Voir par exemple introduction de Cosío Villegas, à González Navarro, 1970, pp. XV ss.

2 Voir pour le détail González Navarro, 1970, pp. 216 ss.

3 Niemeyer, 1966, pp. 138 ss.

4 Anderson, 1970, pp. 113 ss.

5 J.-Y. Limantour dans l’exposé des motifs à l’initiative du gouvernement, le 12 mai 1906, dans Manero, 1911, pp. 80-81.

6 L’indice des prix passe de 68,7 en 1877 à 163,5 en 1911 (1900 = 100) (E.E.P.F.T., p. 172).

7 E.E.P.F.T., p. 293.

8 Nava Oteo, I, 1965, pp. 179 ss., De Launay, 1904, pp. 261 ss.

9 Voir dans Peralta Zamora, t. II, 1965, p. 912, le tableau de ces ressources par États.

10 Modifications à la Constitution des 17 mai 1882 et 26 novembre 1884 dans Tena Ramírez, 1967, pp. 705 et 707.

11 Modification de l’article 111 de la Constitution, du 1er mai 1896, dans ibidem, p. 711.

12 Cité par Manero, 1911, p. 17.

13 Joaquín Casasús cité par Rosenzweig, 1965, p. 817.

14 Modification de la Constitution du 20 juin 1908, dans Tena Ramírez, 1967, p. 716.

15 Dublán y Lozano, XXI, p. 71.

16 Voir plus haut, chapitre V, 2.

17 E.S.P., p. 210.

18 Vázquez. 1970, pp. 84-85.

19 Voir plus haut, chapitre III, I, 2 et 3.

20 Cela est valable, à des degrés divers, pour tous les pays latino-américains (voir par exemple le cas du Costa Rica, dans Salazar, 1980, chapitre III) et sans doute aussi pour les pays latins européens.

21 Bulnes (1904), 1972, p. 463.

22 Castrillejo Ibáñez, 1980, pp. 224-225.

23 Voir pour le récit de l’action de ces étudiants, Womack, 1970, pp. 227-231 et Gómez, 1961.

24 Article 1 du « Plan libertador proclamado en la Sierra de Alica por los pueblos unidos del Nayarit », 17 janvier 1873, dans Reina, 1980, p. 225.

25 Minaudier. 1982. p. 168.

26 Bulnes, (1920), 1972, pp. 49-50.

27 Luis Cabrera, « La revolución de entonces y la de ahora », 26 novembre 1936, dans Meyer (E.), 1972, p. 159.

28 Voir Cosío Villegas, II. 1972, pp. 215 ss.

29 Bulnes, (1920), 1972, p. 17.

30 Ibidem, p. 42.

31 Les chiffres concernant les États et les municipes sont variables. Bulnes (1920), 1972, p. 41 les fixe pour 1910 à 33 millions de pesos pour les États et 31 millions pour les municipes. Les E.S.P., 1956, p. 38 donnent pour les États environ 24 millions de pesos, et pour les exemples qu’ils donnent de quelques États, on peut penser que ceux des municipes sont du même ordre de grandeur ou quelque peu inférieurs.

32 Pour le détail de ces impôts, voir Coello Salazar, II, 1965, pp. 757-772 et Peralta Zamora, II. 1965, pp. 904-928.

33 Voir par exemple Coello Salazar, II, 1965, p. 759 et Minaudier, 1982, p. 175.

34 Cette politique alliait un contrôle très strict de l’honnêteté des présidents municipaux (Bryan, 1972, pp. 246 ss.) à un nombre réduit de fonctionnaires avec des salaires constants mais régulièrement payés, afin de ne pas devoir augmenter les impôts (Niemeyer, 1966)

35 C’est l’une des thèses de Knight, 1983, pour expliquer les soulèvements révolutionnaires.

36 Minaudier, 1982, p. 175.

37 Almada, 1964, pp. 80-83.

38 Coello Salazar, II, 1965, p. 785.

39 L’étude détaillée de ces mouvements par région et par année se trouve dans ibidem, pp. 738-756.

40 Voir plus haut, chapitre V, 3.

41 Voir Coello Salazar, II, 1965, p. 759.

42 Minaudier, 1982, p. 174.

43 Aguilar Camín, 1977, p. 100.

44 Jacobs. 1980, p. 83.

45 Minaudier, 1982, p. 146.

46 Francisco Figueroa, « Causas que motivaron la revolución de 1910 en el Estado de Guerrero », El País, 22 août 1912.

47 Modification à l’article 2 de la Constitution du 2 juin 1882 dans Tena Ramírez, 1967, p. 705.

48 Voir Rosenzweig, I, 1965, pp. 465 ss.

49 Villarelo, 1970, pp. 37 ss.

50 Niemeyer, 1966, pp. 52 ss. et 65 ss.

51 Aguilar Camín, 1977, pp. 110 ss.

52 Dans Almada, 1964, pp. 63 ss., la liste et le détail de ces concessions.

53 Voir plus haut, chapitre V, 3.

54 Points 38 à 40 du « Programme du Parti libéral mexicain », St. Louis Missouri, juillet 1906, dans Silva Herzog, I, 1969, p. 100.

55 Almada, 1964, p. 195.

56 Point XV du « Plan político-social », 18 mars 1911, dans Silva Herzog, I, 1969, p. 145.

57 Manero, 1911, p. 267.

58 « Plan du Tacubaya », 31 octobre 1911, dans Silva Herzog, I, 1969, p. 236.

59 « Plan de la Empacadora », Chihuahua, 25 mars 1912, dans ibidem, p. 259.

60 Leroy-Beaulieu, (1904), s.d., pp. 121 ss.

61 Rapport du général Díaz au Congrès, le 16 septembre 1892, Matias Romero étant ministre des Finances, dans La Hacienda, I, 1963, p. 238.

62 Leroy-Beaulieu, (1904), s.d., p. 127.

63 Ibidem, p. 123.

64 Calderón, II, 1965, pp. 516, 568 et 628.

65 Rosenzweig, 1965 (2), p. 414.

66 Florescano, 1973, pp. 44 ss., et Guerra, 1983.

67 E.E.P.F.T., p. 323.

68 Rosenzweig, 1965 (2), p. 408.

69 E.E.P.F.T., pp. 25, 30, 31 et 38.

70 Rosenzweig, 1965 (2), p. 425.

71 Fernández Arena et May, 1971, p. 18, Nicolau d’Olwer, II, 1965, p. 1161.

72 Fernández Arena et May, 1971, p. 18.

73 Garcia (1895), 1970, pp. 343 ss.

74 Il s’agit des familles Arriaga, Barrenechea, Coghan, Escontría, Hernández, Ipiña, Muriedas, Othón, Soberón, Viramontes, Zamanillo, etc. (Cockcroft, 1971, pp. 29 ss.)

75 E.E.P.F.T., p. 106.

76 Voir par exemple, dans le cas de Monterrey, Mauro, 1964, pp. 35 ss.

77 Pour les investissements du Morelos, Chevalier, 1961.

78 Rosenzweig, 1965 (2), pp. 434-435.

79 Les données qui ont servi de base à toutes les études sur ces questions, ont été celles des E.E.P.F.T. et ne comprennent qu’environ 64 % de la valeur totale en 1910. On connaît mal le comportement du secteur tertiaire. Voir la pertinente remarque de Reynolds, 1970, p. 39, note 6, sur ces problèmes de calcul.

80 ibidem, annexe A, pp. 369 ss.

81 Coello Salazar, II, pp. 738 ss.

82 Rosenzweig, 1965(2), pp. 424-425.

83 ibidem, pp. 421-423.

84 L’État de Mexico qui occupe la seconde place dans le tableau, forme en fait une unité avec le District fédéral et c’est vers lui qu’il envoie sa population.

85 Figure hors-texte, dans B.D.G.E., n. 4, 1914.

86 Jacquemet, 1981, chapitre IV.

87 Des distinctions devraient encore être faites à un niveau plus bas. Dans le district d’Alamos le contraste est grand entre la vieille ville minière d’Alamos en déclin et la dynamique région agricole qui a pour centre Navojoa. Il est possible que la prédominance féminine s’explique aussi par les déportations d’Indiens yaquis au Yucatán. Voir Aguilar Camín, 1977, chapitre I.

88 Voir Chamoux, 1981, pp. 19 ss.

89 Stresser-Pean, 1965.

90 Almada, 1952, art. Baca ; Aguilar Camín, 1977, p. 116 et annexe II.

91 Almada, 1952, p. 218 ; Naranjo, 1935, art. Diéguez et annexe II.

92 Annexe II.

93 Annexe II et Aguilar Camín, 1977, p. 123.

94 Annexe II.

95 Annexe II et Pasquel, I, 1971, pp. 84 ss.

96 Annexe II et Womack, 1970, p. 163.

97 Rosenzweig, 1965 (2), p. 420.

98 Aguilar Camín, 1977, p. 111.

99 Cf. pour les chiffres Rosenzweig, 1965 (2), p. 443.

100 Beaucoup de points dans les remarquables études de Rosenzweig, 1965 (2) et Reynolds, 1970, plusieurs fois cités deviennent sujets à caution, et à révision...

101 Voir Message de Díaz au congrès du 16 septembre 1892 dans La Hacienda..., 1963, pp. 238 ss.

102 Rosenzweig, 1965 (2), p. 443.

103 Estadísticas mineras..., 1963, p. 15.

104 Voir annexe II. On peut mesurer cette diversité dans Almada, 1964, ch. V-VII.

105 Annexe II et Cockcroft, 1971, p. 29, donne un bon tableau de l’origine et des composantes de ces fortunes.

106 Annexe II et Aguilar Camín, 1977, pp. 90 ss.

107 Annexe II et Joseph et Wells, 1982, pp. 69 ss.

108 Annexe II et Gonzalez Calzada, 1972, pp. 59 ss.

109 Voir plus loin, chapitre XI, 2.

110 Rosenzweig, 1965 (2), p. 444.

111 Rojas, 1981, p. 105.

112 Pour plus de détails, voir Guerra, 1981.

113 Voir plus haut, chapitre III, I.

114 Voir annexe V.

115 C’est le titre, donné à son chapitre sur l’hacienda, par Gomot, (1904), s.d.

116 Rojas, 1981, p. 104.

117 Des nuances régionales seraient à faire ; on en trouve un bon résumé dans Katz, 1980.

118 Voir Garcia de León, 1981, IIe partie, n. 4.

119 Discours de Luis Cabrera à la Chambre des députés, le 3 décembre 1911, dans Silva Herzog, I, 1969, pp. 267 ss.

120 Rojas, 1981, p. 40.

121 Brading, 1972, p. 35.

122 Morner, 1971, p. 115.

123 Chevalier, 1977, p. 286.

124 Womack, 1970, p. 4.

125 Katz, 1980, pp. 17-18.

126 Rojas, 1981, p. 44.

127 Entretien avec Nicolás Fernández, dans Urióstegui Miranda, 1970, pp. 92 ss.

128 Olea, 1964, p. 23 et annexe II.

129 Womack, 1970, p. 5.

130 Lewis, 1964.

131 Annexe II.

132 Voir plus haut, chapitre V, pp. 270-271.

133 Annexe II et Buve, 1975, pp. 137 ss.

134 Meyer (J.-A.), 1975.

135 González, 1977.

136 McBride, 1951, p. 59.

137 Rojas, 1981, pp. 95-96.

138 Annexe II, Meyer (M.), 1967, Wasserman, 1980, Almada, 1927, 1950, 1964, 1965, Katz, 1980; Gámiz, 1953, Rouaix, 1931 et 1946; Aguilar Camín, 1977; Almada, 1952, Breceda, 1941, Olea, 1964.

139 Annexe II et Aguilar Camín, 1977, pp. 19-69.

140 Azuela, (1914), 1969.

141 Annexe II, R.E.M., 1930, pp. 954-957, Peña y Peña, 1968.

142 Annexe II, Ochoa Campos, 1968, Figueroa Uriza, 1960, Fuentes Díaz, 1960, Jacobs, 1980, Valverde, 1916, Minaudier, 1982.

143 Annexe II et Mendoza Vargas, 1960.

144 Annexe II, Ankerson, 1980, Lerner, 1980.

145 Annexe II.

146 Minaudier, 1982, p. 83 et Jacobs, 1980, pp. 82-83.

147 Meyer (M.), 1967.

148 Annexe II, Rouaix, 1946, p. 38 et A.E., 1907, pp. 383 ss.

149 Dans quelques États, ces flottements sont spectaculaires, par exemple d’après E.S.P., pp. 40 et 217 :
Image
Ces variations montrent bien l’embarras des recenseurs face aux membres des communautés dans le cas du Chiapas, ou des rancheros et habitants des pueblos du Chihuahua.

150 Le recensement de 1900 n’inclut pas la catégorie « hacendado », et dans celui de 1910 qui les inclut, leur nombre est certainement faux, car incomplet État par État. Le Censo de 1910 en recense 830 pour tout le Mexique, lorsque dans le seul État du Chiapas, ils sont plusieurs centaines (voir Garcia de León, 1981, I, p. 2), ce qui est confirmé par le nombre de fincas (1 076 d’après le Censo de 1910, classées dans l’annexe V, tableau VIII, dans les « autres »).

151 Les nombres totaux d’agriculteurs du recensement (d’après E.S.P., p. 40) sont les suivants :
1895 : 284 965
1900 : 578 026
1910 : 410 345
La diminution de 1900 à 1910 est due aux « effondrements » tout à fait anormaux de six États — Chiapas, Chihuahua, Jalisco, Oaxaca, Tepic, Zacatecas — qui, ensemble, accusent une baisse de 249 368 agriculteurs (dont 141 000 de moins à eux seuls pour le Chiapas et l’Oaxaca, États indigènes, où nous savons par ailleurs que. précisément, les structures agraires traditionnelles se sont en gros maintenues). Ces baisses considérables sont donc compensées par la croissance des chiffres plus crédibles des autres États.

152 Chevalier, 1952, pp. 363 ss.

153 Chevalier, 1977, pp. 284 ss.

154 Katz, 1980, p. 18 et Gibson, 1975, p. 261.

155 Katz, 1980, p. 20.

156 Chevalier, 1977, pp. 285-286.

157 Bazant, 1975, pp. 162 ss.

158 Ibidem, p. 175.

159 Voir plus haut, chapitre V. 4.

160 E.E.P.F.T., p. 172.

161 Rojas, 1981, p. 40.

162 Katz, 1980, pp. 49 ss.

163 C. Janet dans la Revue des Deux Mondes, 15 juillet 1893, cité par Chevalier, 1977, p. 494.

Notes de fin

* $= pesos courants [cf. note (6)].

[Pesos courants : cf. note (6)]

Télégraphe, téléphone, eau, électricité...

§ Agriculture, élevage, bois.

** Données de 1902.

†† Taux de croissance des exportations de l'agriculture, de l'élevage et de la sylviculture.

‡‡ Le parti de Mextitlán de 1791 est devenu en 1900 les districts de Mextitlán, Molango et Zamaltipán.

§§ En 1791 : labradores, en 1900 : agricultores

*** En 1791 : jornaleros, en 1900 : peones.

††† En 1791 : barbero.

‡‡‡ Les instituteurs classés par Rosenzweig avec les techniciens, ont été mis à part, car ils sont pour certains fonctionnaires, pour d'autres professeurs du privé.

Table des illustrations

Titre Tableau I. Les revenus de la fédération et des États (1877-1910)
Légende Note **Source : E.S.P., pages 7, 37 et 38.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 6-1 : Frais de personnel du gouvernement fédéral (1877-78-1910-11) (en millions de pesos courants*)Source : E.E.P.F.T. pages 308 et 309.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau II. Le poids fiscal par habitant (budget fédéral)
Légende Note *Source : E.S.P., page 210.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Source : E.S.P., pages 214-215.Figure 6-2 : Croissance du budget des États (1878-1910)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Légende Source : calculs à partir d’E.S.P., p. 38 et 39.Figure 6-3 : Poids fiscal par habitant (impôts des municipes et des États en 1910)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Figure 6-4 : Les chemins de fer et les mines en 1910.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Note (1)Note (2)§Note (3)**Source : Fernandez Arena et May, 1971, page 55.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau IV. Les taux annuels de croissance de l’économie mexicaine (1877-1910)
Légende Note (a)††Sources : Reynolds, 1970, pages 39-41, et pour * Calculs à partir des E.E.P.F.T., page 25.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Source : E.E.P.F.T., page 105.Figure 6-5 : Production des industries minières et métallurgiques et des industries de transformation
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Source : E.E.P.C.E., pages 45 et 78.Figure 6-6 : L’évolution du commerce extérieur(en millions de pesos de 1900)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Source : E.E.P.C.E., pages 462 et 463.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Source : E.E.P.C.E., pages 46 et 55.Figure 6-7 : La structure du commerce extérieur (en %)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau V. Les migrations intérieures en 1910 (principaux États)
Légende Source : A. Censo de 1910, B. González Navarro, 1970, pages 26-27.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Source : B.D.G.E., 1913, n. 4, figure hors-texte, n° 1.Figure 6-8. Distribution géographique de la population par sexes
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Titre Tableau VI. Indices de l’évolution démographique de quelques districts (1895-1910)
Légende Source : Censos... 1895, 1900 et 1910
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Tableau VII. Population rurale et urbaine (1900-1910)
Légende Source : Calculs à partir de : E.E.P.F.T., pages 27-28.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Figure 6-9 : La distribution géographique de la population, agglomération de+ de 5 000 habitants.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau VIII. La composition socio-professionnelle de la région de Mextitlán‡‡ (Hidalgo) en 1791 et en 1900
Légende Note (1)§§Note (2)***Note (3)†††Sources : 1791 : Boletín... Mexico, 1979, n° 3, page 45 ; 1900 : Censo... Hidalgo... 1900.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Tableau IX. L’évolution des groupes sociaux (1895-1910)(en milliers et en %)
Légende Note (1)‡‡‡Source : Rosenzweig, 1965, p. 438 et E.S.P., pp. 18 et 19.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Tableau X. L’évolution de la main-d’œuvre dans les mines et l’industrie minière
Légende Source : 1895, 1900, 1910 : Censos...1907 : Anuario estadistico de 1907, pages 332 et 359.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Source : Langue, 1982 ; p. 26 à partir des A. E.Figure 6-10 : Décès dus à la variole et au typhus dans le Zacatecas (1898-1907).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Source : E.E.P.F.T., pp. 67 et 147-148.Figure 6-11 : Les prix du maïs et le salaire minimum (1885-1911).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Source : E.E.P.F.T., p. 67 et 148-152.Figure 6 % 12 : Salaire minimum par secteurs d’activité* (1885-1911).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2910/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540