Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique. Tome premier

 | 
François-Xavier Guerra

Deuxième partie. Les bouleversements de la paix (1876-1911)

Chapitre V. Le destin contrasté des communautés villageoises

Texte intégral

1L’habitude de diviser l’activité humaine en compartiments joue parfois de mauvais tours. L’analyse ou l’exposé peuvent en être rendus plus faciles mais c’est au détriment de l’unité indivisible de la réalité. Ce danger est particulièrement présent lorsqu’on étudie les sociétés traditionnelles où, comme nous l’avons vu, les acteurs eux-mêmes ne font pas cette distinction de domaines — économiques, politiques, religieux, etc. — qui sont l’essence même de notre approche de la réalité.

2Ce travers est continuellement présent lorsqu’on aborde le sujet des communautés villageoises. Sujet essentiel cependant, dans un pays comme le Mexique au début du siècle : la population rurale y représente encore environ 81 % de la population totale.

3Il est extraordinaire que l’on puisse, par exemple, consacrer des centaines de pages au problème municipal en consacrant trois lignes au désamortissement des biens communaux ; ou que traitant des problèmes agraires ou des conditions de vie des paysans, on se limite à des problèmes de terres, de prix agricoles ou de salaires, en laissant de côté ces problèmes d’organisation sociale et politique que sont les problèmes municipaux.

4Même si l’entreprise est difficile, essayons donc de ne pas séparer ces aspects puisque, dans la vie des acteurs, ils ne le sont jamais. Dans les campagnes, les hommes vivent dans des haciendas, dans des fermes isolées, dans des villages... Ils travaillent la terre, élèvent du bétail, exploitent les bois, prospectent parfois des mines, transportent des produits, vendent et achètent... Ces activités sont rarement le fait d’hommes isolés ou bien leur isolement est provisoire. Dans l’immense majorité des cas, ils appartiennent à un groupe humain plus ou moins large dont le statut politique et civil n’est pas indifférent.

  • 1 Voir plus haut, chapitre III, I.

5Nous avons montré plus haut1 combien le Mexique de l’époque reste une société traditionnelle formée par des acteurs collectifs, familles et « clans » familiaux, tribus indiennes, haciendas et villages. Pour toutes ces communautés humaines à des degrés divers, l’existence même dépend du statut juridique. Sont-elles de simples groupements nés des circonstances et destinés à varier sans cesse ? Sont-elles dépendantes ou indépendantes d’autres unités ? Quels sont leurs droits et leur degré d’autonomie face à l’État ?

6Pour la majorité de ces communautés, l’idéal de l’homme vivant en société reste la communauté villageoise ou le bourg, avec leurs institutions propres dans l’État et leur indépendance à l’égard des haciendas. Institutions propres, cela veut dire avoir son cabildo ou concejo, un curé ou un vicaire, la liberté de commerce face à la tienda de raya de l’hacienda, la liberté — plus ou moins grande — de gérer ses ressources, etc. Au début du xxe siècle, ces communautés villageoises sont pourtant bien loin d’avoir acquis ou d’avoir gardé ces libertés. Certaines parce qu’elles ne sont que des communautés de fait, rancherías, ranchos ou poblados d’après les termes employés en différentes régions ; elles se trouvent sans droits et sans existence légale. D’autres parce qu’elles sont totalement dépendantes d’un seigneur, d’un hacendado comme les cuadrillas, ou bien des ranchos. D’autres enfin sont en passe de cesser de l’être et de devenir l’une des catégories précédentes — groupements de fait ou villages dépendants.

  • 2 Voir par exemple sur les distinctions faites par la Constitution actuelle de l’État de Puebla et l (...)

7Ajoutons à cela que les droits des communautés qui sont parvenues à posséder ces institutions ne sont pas tous semblables. Une gradation ascendante existe entre cuadrillas, congregaciones, pueblos, villas et ciudades ou leurs équivalents régionaux. Ces distinctions bien vivantes existent encore de nos jours2 sous le nom de « catégorie politique » des localités ; elles renvoient à l’époque coloniale et au-delà, c’est-à-dire jusqu’aux statuts des bourgs de l’Espagne médiévale.

8C’est dans ce cadre qu’il faut insérer les questions agraires car la possession des terres est l’un des éléments constitutifs du pueblo, la conséquence de son existence et la condition de son indépendance. Cela est vrai tant qu’il reste attaché — c’est le cas au début du xxe siècle — à cette existence collective qu’un siècle de libéralisme n’a pas réussi à supprimer. Même lorsqu’il n’y a pas de terres de culture appartenant au village — cas de maints bourgs du centre ou du nord —, il existe des communaux — terrains de pacage, bois, etc. — qui sont une ressource souvent indispensable pour ses habitants. Etre une localité avec un statut politique reconnu, c’est toujours avoir une juridiction sur le territoire de la commune ; c’est donc avoir son mot à dire sur les éventuelles concessions de terres baldias (non occupées), de bois, d’eaux, etc.

9La Révolution mexicaine, dans ce domaine-là, sera la lutte des acteurs collectifs d’Ancien Régime contre la suppression — par la constitution libérale de 1857 — de leur existence, jusqu’alors dotée d’une personnalité juridique leur assurant en commun des terres.

  • 3 Art. 27, al. 6 de la constitution de 1917, dans Tena Ramirez, 1967, p. 887.

10Lutte provisoirement victorieuse : en 1917, l’article 27 de la Constitution révolutionnaire proclame : « Les condueñazgos, pueblos, congregaciones, tribus et autres corporations de population qui, en fait ou en droit, gardent l’état communal, auront la capacité de jouir en commun des terres, bois et eaux qui leur appartiennent, qui leur ont été restitués ou qui sont en cours de restitution (...). »3 Paradoxale revanche que celle de ces « corporations » de la société traditionnelle puisque cette reconnaissance de leur personnalité morale ancienne est faite par les héritiers déclarés des libéraux du xixe siècle.

11C’est l’histoire de cette rencontre qu’il faut tracer pour comprendre la situation à la veille de la révolution.

1. LA FORCE DES PUEBLOS ET LA POLITIQUE ÉCLAIRÉE

12Dans le Mexique colonial, comme dans tous les pays européens de la même époque, les communautés villageoises et les villes sont des êtres collectifs à la personnalité très accusée. Ils ont des droits et des privilèges — des libertés — reconnus par l’État.

  • 4 Voir par exemple dans R.L.R.I., tome II, livre VII, les titres V : « De las poblaciones », VII : « (...)

13Tout comme l’Espagne de la reconquête, le repeuplement passe non seulement par la constitution des grands domaines des puissants, mais aussi par la fondation de villes et de villages pour les pobladores. La législation royale, médiévale et castillane, va s’appliquer et s’enrichir aux Indes lorsqu’elle précisera dans quelles conditions et avec quels droits doivent être faites ces nouvelles fondations4.

14Selon leur « prééminence », ces communautés humaines auront des droits divers. De là la distinction, toujours présente à notre époque, entre ciudades, villas, pueblos et lugares. Mais toutes possèdent un cabildo ou concejo, un gouvernement municipal doté de magistrats pour exercer la justice, la police et les divers domaines de l’administration ; toutes possèdent aussi un territoire sur lequel elles ont juridiction.

  • 5 R.L.R.I., livre IV, titre VII, lois VI, XIII et XIV.
  • 6 ibidem, loi VI.

15Toutes ces communautés — villes, bourgs ou villages — comportent en outre des terres, aussi bien individuelles — pour les vecinos, habitants dotés du droit de cité — que collectives — les ejidos et la dehesa qui sont d’usage commun5. En outre, elles possèdent des terres qui appartiennent à la collectivité elle-même, les propios ; elles en tirent le plus clair de leurs ressources pour la vie communale. L’importance de ces propios est considérable car ils doivent assurer, indépendamment de la vie personnelle des habitants qui ont pour cela leurs terres et l’usage des ejidos et de la dehesa, la vie de la communauté en tant que telle. C’est pourquoi la loi fixe que la superficie des propios doit être la même que celle des ejidos, de la dehesa et des maisons réunis6.

16A certains détails près, la même législation fut appliquée aux communautés indiennes : elles connaissaient, avec les calpulli, une structure sociale et des pratiques communautaires proches des communautés villageoises castillanes. La politique de « réduction » des Indiens en pueblos, menée par les missionnaires pour défendre une population décimée et favoriser l’évangélisation, constitua dans le Mexique central une constellation de pueblos indigènes, dotés d’une personnalité et d’institutions très semblables à celles des municipes espagnols.

  • 7 ibidem, livre VI, titre IV, loi II.
  • 8 Pour la structure, et des exemples des activités des « cajas de comunidad », voir Chevalier. 1952. (...)

17Dans la constitution de ces pueblos indigènes, on ajouta aussi des dispositions qui tendaient à les préserver des Espagnols : interdictions diverses pour éviter l’installation de non-Indiens dans le village et l’aliénation de terres au profit d’Espagnols et de métis, etc. Ces mesures de protection renforcèrent encore plus l’unité collective de la communauté. La création par les missionnaires de cajas de comunidad, de caisses de communauté, fut l’équivalent indien des propios. Ces caisses de communauté comprenaient « tous les biens que le corps et ensemble des Indiens de chaque pueblo aurait »7. Elles tiraient leurs ressources non seulement des cultures réalisées en commun mais encore d’activités diversifiées telles que l’élevage, la culture du ver à soie, de la grana (cochenille), etc.8.

18Dans les deux cas, celui des villages espagnols et celui des villages indiens, nous sommes en présence de municipes très fortement structurés. Ils ont une pleine personnalité juridique, une autonomie de gouvernement et d’administration considérables, des pouvoirs judiciaires et de police, des biens et des institutions qui assurent leur indépendance financière.

19Cela ne veut pas dire, évidemment, que toutes les situations réelles répondent à cet idéal théorique d’autonomie de gouvernement et d’indépendance matérielle. Aussi bien la Couronne que les « puissants » se sont efforcés d’intervenir et de contrôler l’autonomie des cabildos espagnols. Corregidores ou alcaides majores royaux ont reçu très tôt en Castille des pouvoirs d’intervention dans les cabildos. Les élites locales se sont aussi emparées, grâce à l’achat d’offices, de bien des postes municipaux. Dans les villages indiens, où existent déjà des caciques indiens reconnus, aussi bien l’Église que la Couronne exerçaient leur tutelle sur les institutions municipales.

20Dans le domaine matériel aussi, la réalité était souvent moins idyllique. Fréquents étaient les empiétements et les spoliations, par les puissants, des terres communales ou des eaux, de même que les luttes avec d’autres communautés pour des questions de limites et la lente désintégration de communautés indiennes par l’infiltration d’Espagnols et de métis, etc.

  • 9 N.R.L.E., livre VII, titre XXI, loi I.

21Ce ne sont pas là des phénomènes nouveaux, ni propres au Mexique. Les conflits de juridiction et de limites entre ces acteurs collectifs que sont les pueblos et ces autres acteurs que sont les seigneurs en Espagne ou les hacendados au Mexique, remontent à l’origine même de l’apparition de ces institutions. Dans la Novísima Recopilacíon de Leyes de España, publiée en 1807, qui recueille des lois parfois multiséculaires mais toujours en vigueur, un titre entier, le XXIe du livre VII, est entièrement consacré à ces conflits. « Des confins des pueblos : visite et restitution de ceux qui ont été occupés. » On peut y trouver de multiples lois qui remontent au Moyen Age, telle que celle de 1325 sur « l’interdiction de spolier les pueblos des territoires et hameaux qu’ils possédaient, sans un procès et jugement préalables »9. C’est dire que le problème est ancien et qu’il n’a pas toujours tourné au désavantage des pueblos.

22Une conclusion s’impose : malgré ces entorses aux principes et ces luttes séculaires, l’organisation et la force des pueblos, villas et ciudades sont l’un des traits essentiels du Mexique de l’âge moderne. Ces structures sont, avec les entités ecclésiastiques, les corps les plus solides et les mieux organisés de la société d’ordres de l’Ancien Régime. Il n’est pas étonnant, nous le verrons, que l’attachement des pueblos aux institutions et aux coutumes qui remontent à l’époque coloniale, ait résisté à toutes les offensives du libéralisme du xixe siècle. On comprend aussi pourquoi cet attachement est réapparu avec force au moment de la Révolution.

Les stratégies de l’État moderne

  • 10 Loi d’Alphonse XI de Castille en 1325, confirmée par Henri II en 1367, Jean Ier en 1386, Jean II e (...)

23L’offensive libérale — pour l’appeler d’un nom qui n’existe pas encore à l’époque —, c’est d’abord celle des élites des Lumières, avec leur nouvelle vision des rapports entre l’homme-individu et l’État. Les municipes traditionnels avaient tous les défauts pour le zèle réformiste des gouvernants éclairés. Ils étaient des corps privilégiés alors que l’idéal nouveau était celui d’un peuple d’individus égaux ; ils possédaient des biens de mainmorte, alors que l’idéal à atteindre était la libre circulation des biens et marchandises ; ils étaient des contrepoids au pouvoir royal qui avait confirmé et juré à maintes reprises « leurs libertés et franchises, leurs bons us et coutumes »10 alors que, dans la nouvelle conception de la monarchie, le pouvoir royal est théoriquement sans limites.

24Cependant l’offensive menée contre eux ne fut pas directe, tellement, dans la mentalité populaire, les libertés des villes se confondaient avec la liberté du peuple. Le mot espagnol pueblo — en même temps peuple et village — rend plus aisée cette assimilation. Ainsi les réformes prirent-elles deux directions qui, à première vue, peuvent sembler contradictoires. D’une part, elles tendirent à démocratiser les cabildos par la création de nouvelles charges pourvues par élection de tous les habitants et, d’autre part, on affaiblit l’autonomie des municipes par un contrôle tatillon et par le transfert des principales décisions financières aux fonctionnaires royaux.

  • 11 ibidem, livre VII, titre XVIII, loi I.
  • 12 Ibidem.

25Dès 1766, Charles III prend comme motif celui « d’éviter aux pueblos tous les maux qui viennent de la mauvaise administration et gouvernement des concejos »11 pour disposer que soient élus « à la pluralité des voix » et en « cabildo ouvert », c’est-à-dire par tous les habitants (vecinos), un diputado et un síndico personero del común. Ceux-ci sont chargés de faire connaître aux habitants l’administration des approvisionnements, de « favoriser la liberté du commerce » et de faciliter « la concurrence des vendeurs », etc.12

  • 13 ibidem, loi II.

26Le libéralisme économique allait de pair avec la disparition de fait de la distinction des ordres car « on n’a pas besoin ici de distinction d’états et (ces charges) peuvent retomber aussi bien sur des nobles que sur des plébéiens : elles sont entièrement dépendantes de l’opinion publique »13.

  • 14 Voir ibidem, livre VII, titre VI, « De los pueblos y arbítrios de los pueblos », surtout à partir (...)
  • 15 ibidem, livre VII, titre XX, surtout lois III et ss.

27En même temps que ces réformes qui semblaient ouvrir la voie à une plus grande représentativité des cabildos, d’autres, parallèles, accroissaient le poids de l’État. Celui-ci se présentait alors comme garant de l’intérêt général face aux intérêts particuliers qu’incarnait l’autonomie des municipes. D’abord en Espagne, puis en Amérique, l’État exerça son contrôle sur l’administration des propios14, puis sur celle des pósitos, vieille institution municipale où étaient déposés des grains et de l’argent pour être prêtés aux habitants en cas de nécessité15.

  • 16 Ochoa Campos, 1955, pp. 225 ss.

28En Nouvelle-Espagne, le visiteur Galvez commença en 1767 le grand cycle des réformes dont la plus importante dans le domaine qui nous intéresse ici sera la création du Contador General de la Comisión de Propios, Arbitrios y Bienes de communidades de todas las Ciudades, Villas y Lugares de Reino de la Nueva Espana. Celui-ci aura aussi parmi ses attributions celle de donner des règlements administratifs aux municipes. L’intervention de l’État sera encore accrue par la création de la Junte supérieure des finances royales et par l’Ordonnance d’intendants en 1786 : ceux-ci mettront fin à toute autonomie financière des municipes16. Seuls les pueblos indiens resteront du ressort de l’audiencia.

29Toutes ces mesures, on s’en doute, n’avaient pas comme seul but de mettre fin aux irrégularités des cabildos. Elles visaient à accroître aussi les pouvoirs d’un souverain qui prétendait à un pouvoir absolu et elles lui fournissaient de nouvelles et considérables ressources. Par le contrôle des propios, des arbitrios (taxes locales), des bienes de comunidades et des positos, l’État mettait la main sur un véritable pactole et il drainait à son profit les richesses considérables des ciudades, villas et pueblos. En Nouvelle-Espagne, une communauté indienne n’avait-elle pas été capable, auparavant, de prêter à elle seule au roi 100 000 ducats sortis de la « caisse de communauté » ? Le vice-roi Revillagigedo estimait, à la fin du xviiie siècle, que le total des revenus annuels des « caisses de communauté » de la Nouvelle-Espagne s’élevait à un demi-million de pesos. Il n’est pas étonnant qu’une très grande partie des actions de la Banque de Saint-Charles, fondée par la Couronne dans le dernier tiers du xviiie siècle, fut souscrite, sur intervention de l’État, par les ciudades, villas et pueblos d’Espagne et d’Amérique.

30Toutes ces réformes permettaient, en plus, à l’État d’entreprendre son œuvre de réforme de la société d’accord avec les principes philosophiques des élites éclairées dont l’utilitarisme n’était pas l’un des moindres. Le contrôle que l’État exerçait sur les finances des villes et des villages lui permit, sans doute, de modifier sensiblement l’emploi des ressources et « d’éclairer » ainsi une société dont les mentalités lui apparaissaient obscurantistes.

  • 17 Dans Chavez Orozco, Las cajas de comunidades..., 1934.

31Quelques comptabilités de villages permettent de se faire une idée de la composition des dépenses. Par exemple, dans la communauté indienne de la Concepción Otumba, on constate que les postes les plus importants des dépenses, soit 533 pesos annuels, sont, dans l’ordre : les frais profanes des fêtes (220 pesos), les frais religieux de ces mêmes fêtes (133 pesos), le salaire du maître d’école (127 pesos). En plus on constate une contribution pour l’hôpital de San Lazaro à Mexico (3 pesos). De nombreux lopins de terre de la communauté sont laissés à l’exploitation des habitants qui en ont besoin sans qu’ils aient à payer aucune rente17.

  • 18 Bernal, 1978, tableau 1, p. 291.

32Pour la conception des hommes des Lumières, ces dépenses en fêtes, inutiles et excessives, devaient céder le pas à des dépenses utiles. Nous ne savons pas comment évoluèrent les dépenses de la Concepción Otumba mais dans les cas étudiés en Espagne, avec une structure semblable de frais, l’évolution fut nette : les dépenses des fêtes diminuèrent considérablement. A Séville, les seules fêtes du Corpus Christi constituaient 12,85 % des dépenses en 1634 et, en 1765, les dépenses de toutes les fêtes religieuses ne représentaient plus que 1,17 %18. Les ressources furent-elles transférées à des travaux et à des services « utiles » aux habitants, ou furent-elles drainées par l’État ? La seconde solution semble la plus probable.

  • 19 N.R.L.E., 1807, livre VII, titre XVI, loi XIII.

33Ces comptes mettent en lumière un autre phénomène, connu en lui-même, mais pas suffisamment mis en rapport avec l’évolution postérieure : le rôle des communautés dans l’assistance et dans l’éducation ; les lois de l’époque le confirment comme une donnée de fait. « Que l’assignation (...) des salaires du médecin, du chirurgien, du maître des premières lettres (...) soient faites en rapport avec la valeur des propios. »19 Il est très probable, nous y reviendrons, que l’assistance sanitaire et l’alphabétisation des campagnes, même les plus reculées, aient atteint, à la fin de la période coloniale, des niveaux invraisemblables pour le xixe siècle — où précisément la suppression des propios a privé les communautés du plus clair de leurs ressources.

  • 20 Chevalier, 1982.

34Toute la politique éclairée, cependant, ne va pas dans un sens contraire aux pueblos. Deux autres idées force des Lumières allaient au contraire les favoriser. La première était celle de rattraper le retard économique de l’Espagne en favorisant l’utilisation de ressources jusqu’alors négligées. C’est dans cette ligne que se place la politique de colonisation. En Estremadure et dans la Sierra Morena surtout, de nouveaux pueblos furent créés dont les terres restèrent cependant strictement individuelles20. Dans la Sierra Morena, on fit d’ailleurs appel à des colons venus de l’Europe du Nord, des Allemands surtout, que l’on estimait plus compétents et mieux capables de servir d’exemple aux paysans espagnols. On retrouve ici au xviiie siècle l’une des obsessions des libéraux mexicains du xixe siècle : la colonisation avec l’aide de petits propriétaires européens. Lorsqu’on désespère de transformer son propre peuple, on s’efforce d’en importer un autre...

35La deuxième idée qui favorisait les pueblos était celle de la lutte contre les grands domaines, en tant qu’obstacles à la modernisation de l’agriculture, à la libre circulation des marchandises et des biens. D’autant plus que la plupart de ces latifundia étaient indivisibles, et se transmettaient par le système du majorat. Ajoutons qu’en Espagne ces latifundia conservaient encore des droits seigneuriaux, et qu’au Mexique, les haciendas étaient en fait, sinon en droit, des véritables enclaves seigneuriales.

36Du Rapport sur la loi agraire de Jovellanos, continuellement lu et cité pendant le xixe siècle mexicain, jusqu’à l’ouvrage d’Andrés Molina Enrique, à la veille de la révolution, en passant par Wistano Luis Orozco, l’hostilité envers les grands domaines ne pouvait que favoriser la politique d’érection de nouveaux pueblos.

  • 21 Ibidem, p. 5.

37Au Mexique, les deux courants se rejoignent pour que les gouvernants éclairés encouragent la fondation de pueblos qui contribuent à peupler des contrées vides dont le dépeuplement est attribué aux haciendas. En 1787, par exemple, l’intendant du Durango écrivait au vice-roi pour lui conseiller d’ériger en paroisses et pueblos un certain nombre de noyaux de population sis à l’intérieur des haciendas. Ils auront alors leur concejo, leurs élections, leurs terres21.

  • 22 Chávez Orozco, 1935, pp. 52-55.

38Comme dans la Castille de la reconquête, « gouverner, c’est peupler », et l’octroi de chartes municipales en est l’un des moyens privilégiés. Il s’ajoute ici un autre élément que nous retrouverons tout au long du xixe siècle : la lutte contre les pouvoirs seigneuriaux. De même que dans la Castille du xve siècle, la condition du paysan de realengo, sous juridiction royale, était de beaucoup préférée à celle de solariego, sous juridiction seigneuriale, on retrouve, au Mexique, souvent au xviiie et même au xixe siècle, ce désir des communautés humaines d’échapper au pouvoir de l’hacendado et de passer sous celui de l’État. Comme l’expriment encore en 1 869 les habitants des haciendas San Nicolas Peralta et Santa Catarina, dans leur demande de devenir un pueblo : ils attireront de nouveaux habitants « une fois que, fini le seigneuriage du maître, nous pourrons vivre sous la protection du gouvernement »22.

39Les souhaits des habitants des villages dépendants rejoignent ici l’intérêt de l’État, et celui-ci, lorsqu’il en a la force, favorise l’érection de pueblos traditionnels, quitte à exercer sur eux ailleurs un contrôle de plus en plus grand. Comme dans le cas des acteurs individuels, l’action des acteurs collectifs ne se comprend que dans le champ stratégique où ils sont placés. Un pueblo traditionnel est pour l’État préférable au vide de la population ou à l’existence d’enclaves seigneuriales. Un pueblo traditionnel, dans une région où ils sont nombreux et anciens, est un contrepoids gênant à un pouvoir qui demande une fidélité unique.

2. LIBÉRALISME ET NOSTALGIES DE L’ANCIEN RÉGIME

40La période des indépendances est, tant en Espagne qu’en Amérique, une période de renaissance des anciennes libertés. Nous avons dit comment, dans le vide du pouvoir créé par la disparition du pouvoir royal, le réflexe de revenir aux institutions traditionnelles du royaume fut universel et immédiat. Parmi ces institutions, les corps municipaux occupaient une place privilégiée puisque c’étaient les représentants des villes qui formaient l’état le plus important des Cortès de Castille ; c’était en fait le seul état qui dialoguait réellement avec le roi. En Nouvelle-Espagne, ce sont les cabildos, d’abord celui de Mexico, puis ceux des autres villes, qui revendiquent la représentation du royaume.

  • 23 Cité dans Ochoa Campos, 1955, p. 251.

41Fray Servando Teresa de Mier exprime bien cette revendication : « Il y a d’autres corps qui le représentent immédiatement (le peuple), et qui doivent être l’interprète fidèle de sa volonté. Ils s’appellent concejo municipal, ayuntamiento, la même chose que junta ou réunion ; cabildo du mot latin “capitulum”. »23 La restauration des libertés municipales de ces corps, qui représentaient immédiatement le peuple, était dans la logique des événements.

Le municipe moderne

42Les Cortès de Cadix, source du libéralisme hispanique, donnèrent une expression constitutionnelle à ce retour des idées traditionnelles en les coulant, comme elles le furent dans d’autres domaines, dans le cadre des idées modernes de la souveraineté du peuple. Tout un titre, le IV, est consacré au « Gouvernement intérieur des provinces et pueblos ».

  • 24 Sánchez Agesta, 1978, pp. 102-103.

43Cependant, les municipes de Cadix ne sont plus des corps avec des droits mais des divisions administratives d’une nation formée de citoyens égaux. Du point de vue politique, les municipes qui, jusqu’alors, avaient été en tant que tels des représentants du peuple et les principaux acteurs des Cortès, ne sont plus dorénavant que des simples circonscriptions électorales ; leur découpage se fait d’après les chiffres de la population24. Dans cette nouvelle optique où règne la séparation des pouvoirs, ils perdent aussi toutes leurs compétences judiciaires et leurs droits particuliers. Ils ne sont plus que la division territoriale de base de l’État, un regroupement de citoyens habitant le même lieu.

  • 25 Circulaire n. 19 de la Commission nationale agraire, 25.3.1917, dans Fabila, 1941, p. 315.
  • 26 Circulaire n. 36 de la même commission, 11 juillet 1919, Ibidem, p. 340.

44Il y a là non pas un changement dans leur organisation mais un changement de nature : on passe d’une communauté sociale, avec un être moral complet, à un ensemble d’individus habitant une parcelle du territoire national. L’ayuntamiento, le conseil municipal, n’est pas l’ancien concejo, l’organe de gouvernement d’une communauté particulière, mais l’autorité locale d’une circonscription territoriale. Cette distinction, qui nous est maintenant difficile à comprendre, est cependant claire à l’époque. En 1917, lorsque la Révolution aura rétabli la personnalité collective — partielle — des pueblos, les réponses de la Commission nationale agraire aux consultations qui demandent si la propriété des communaux appartient aux munícipes et leur administration aux ayuntamientos, est sans équivoque : « Les terres qui constituent l’ejido ne sont pas municipales ; leur possession (dominio) appartient aux pueblos (...) les attributions administratives d’ordre public pour la police rurale et les autres services municipaux qui sont en rapport avec la population des campagnes reviennent légitimement aux ayuntamientos (...) mais la possession et l’administration de l’ejido ne reviennent pas à l’ayuntamiento ; elles relèvent du pueblo. »25 Autre formule : « Les propriétaires des ejidos sont les pueblos eux-mêmes (...) exclusion faite des ayuntamientos ou de n’importe quelle autre autorité. »26 Il est vrai que, pour Cadix, chaque pueblo doit être un municipe et que celui-ci garde encore les biens du pueblo et la faculté de les administrer sous tutelle ; mais le désamortissement civil est déjà présent dans ces principes car il n’y a plus de corps anciens, il n’y a que des individus assemblés dans un lieu.

45Pour ce qui est du régime intérieur de ces municipes « nouveau style », et de ses rapports avec les deux autres niveaux politiques, Cadix porta à son terme l’évolution commencée par les Bourbons ; elle donna au Mexique, pour un siècle, les bases de son organisation politique.

46La démocratisation des concejos, commencée sous Charles III, continua. L’élection par tous les habitants, limitée jusqu’alors aux seuls « députés » et « syndics du comun » fut étendue à toutes les autres charges. L’élection fut, en outre, directe. Mais, comme sous les Bourbons, se poursuivit aussi le mouvement de réduction de l’autonomie financière des municipes. Le contrôle des finances passa de l’intendant à la diputación provinciale puis aux États. L’autorité politique de l’intendant sur le fonctionnement interne des cabildos passa, dans la plupart des États, à son successeur le chef politique première manière et ensuite, au gouverneur. Celle des anciens sous-délégués passa aux chefs politiques seconde manière, pour faire parvenir l’autorité de l’État jusqu’aux localités de moindre importance.

  • 27 Ce sont les termes employés dans la discussion du Congrès constituant de l’État de Mexico, en 1824 (...)

47La continuité entre cette organisation et celle qui l’avait précédée ne posa apparemment pas de problèmes en Nouvelle-Espagne malgré tout ce qu’elle supposait de limitations aux pouvoirs des concejos. Pour les élites des ciudades et villas, elle était acceptable à cause de la démocratisation qu’elle comportait. Pour l’élite politique nationale, le municipe devenait, par l’égalité des citoyens et par les élections, l’école de la démocratie ; l’autorité intermédiaire et vigilante des chefs ou préfets politiques était pour l’élite le moyen de lutter contre « les pouvoirs tyranniques qui opprimaient les municipes »27. Les raisonnements de l’offensive éclairée contre l’autonomie municipale continuent d’être utiles à ses successeurs libéraux.

  • 28 Constitution des Cortès de Cadix, le 18.3.1812, titre VI, art. 310, dans Tena Ramírez, 1967. p. 95

48Pour l’immense majorité de la population, tout à fait à l’écart des changements dont elle ne ressent ni la portée ni les effets, certaines dispositions de Cadix allaient cependant dans le même sens que certaines aspirations populaires les plus chères. Entre autres, celles qui concernent la création de nouveaux pueblos, avec leur ayuntamiento et leur territoire, pour toutes localités où la population, même dispersée, compterait plus de mille habitants28. Que ces ayuntamientos n’aient que des fonctions administratives, différentes de celles des anciens municipes, cela n’est pas encore perceptible tant la société reste encore traditionnelle en Espagne et plus encore au Mexique. Ces dispositions furent appliquées en 1813 puis après 1820. Les habitants des lointaines campagnes y virent surtout l’accession au statut convoité de pueblo et l’élection des magistrats municipaux par tous les vecinos. Le libéralisme apparaissait alors véritablement pour eux comme l’accès, ou le retour, aux libertés anciennes.

  • 29 Chevalier, 1982.

49Pendant les années qui suivent l’application de la législation de Cadix, la diputación provinciale de la Nouvelle-Espagne autorisa l’érection d’un grand nombre de nouveaux pueblos. Certains disparurent ensuite à cause de la résistance des grands propriétaires fonciers29 qui se trouvaient être en même temps les élites politiques des nouveaux États.

  • 30 Dans les catalogues des Archives de l’État que publie le Boletín del Archivo General del Estado de (...)
  • 31 Alanis Boylo, 1980, pp. 25 ss.

50Dans l’État géant de Mexico, qui hérite de la plupart des territoires du Mexique dense, le mouvement semble avoir été le plus fort — dans les années 1820-182230. Mais, déjà en 1824, lorsque est publiée la « Loi organique provisoire pour l’organisation du gouvernement intérieur de l’État de Mexico », la barre pour qu’un pueblo puisse avoir un ayuntamiento est placée à 4 000 habitants, même si la constitution locale de 1827 prévoit des exceptions pour les chefs-lieux de district ou autres cas estimés nécessaires par les autorités31. Le recul est net par rapport à la générosité de Cadix.

  • 32 Constitution de 1836, sixième partie, art. 22, dans Tena Ramirez, 1967, p. 243.

51La constitution fédérale de 1824 ne disposant rien en matière municipale, la législation de Cadix continua d’être copiée par les États dans des dispositions qu’ils intitulent Régime intérieur des pueblos jusqu’en 1836. A cette date, les lois constitutionnelles consacrèrent plusieurs articles à cette matière, dont l’article 22 qui représente un recul très net des municipes. « Il y aura des ayuntamientos dans les capitales de département, dans les lieux où ils existaient en 1808, dans les ports dont la population arrive à 4 000 habitants et dans les pueblos qui ait 8 000 habitants (...). »32

52Sans entrer dans les méandres d’une évolution qui suit les avatars des luttes entre centralistes et fédéralistes, puis entre conservateurs et libéraux, signalons seulement que l’une des raisons de la popularité des libéraux auprès des élites provinciales vient sans doute de leur position à l’égard des municipes.

53Comme on peut le constater dans l’État de Mexico (cf. figure 5-1) les grandes périodes d’érection de municipes correspondent à des périodes de prédominance libérale : la première après la promulgation de la Constitution de Cadix en 1812. La seconde après le coup d’État libéral de Riego en Espagne en 1820 et la remise en vigueur de la Constitution de Cadix en Espagne et en Amérique ; cette période se prolonge après l’indépendance jusqu’à la promulgation de la nouvelle constitution de l’État et un peu au-delà. La troisième enfin, avec la victoire des libéraux contre l’Empire, pendant la République restaurée.

54De la tradition des Lumières, les conservateurs gardaient la recherche de la rationalité administrative et de l’efficacité qu’ils pensaient trouver dans un système hiérarchisé d’autorités nommées en suivant l’exemple de la France du second Empire. Les libéraux, eux, maintenaient l’élection des ayuntamientos même contrôlés par les chefs politiques. De la même façon qu’ils réservaient le gouvernement régional aux élites provinciales et les rendaient libres de fixer le régime intérieur de leurs municipes, celles-ci pouvaient chercher un appui dans les élites locales en leur donnant la condition de municipe. Cela renforçait souvent le pouvoir des élites blanches et métisses des cabeceras qui avaient là un moyen supplémentaire de domination sur les pueblos indiens de leur circonscription.

  • 33 Les articles 40 et 41 de la constitution de 1857 réservent le régime intérieur des États à leurs c (...)
  • 34 Barquera, prologue à L. de Ezeta, Manual del Alcalde y Juez de paz, Mexico, 1845, dans Ochoa Campo (...)

55Ce fut la position de la constitution de 1824, ce fut aussi celle de la constitution libérale de 185733. Les libéraux continuaient ainsi la tradition réformiste des Lumières : une étroite tutelle supprimait de fait l’autonomie des municipes, tout en les faisant devenir, par la pédagogie de l’élection populaire, une école de démocratie. Dans le prologue du Manuel de l’alcade et du juge de paix, publié en 1845, J.W. Barquera indique aux maires que leur mission est de faire connaître et de sauvegarder la véritable liberté civile, qui constitue le bonheur des peuples [ou des villages ? L’équivoque subsiste toujours !] ; « car cette liberté ne consiste en rien d’autre que dans la très étroite observance des lois qui protègent la vie, les propriétés et l’honneur des citoyens (...) »34.

A : date non connue.
B : considérés comme existant depuis très longtemps : sans doute ciudades et villas qui ont reçu immédiatement leur statut après la Constitution de Cadix.
Source : Relevés de sources diverses des archives de l’État de Mexico.
Figure 5-1 : L’érection de municipes dans l’État de Mexico

56Ce bonheur et cette liberté civile, si chers à l’individualisme des élites modernes, étaient cependant bien loin d’être l’idéal de la majorité des habitants des campagnes et plus particulièrement des Indiens. Pour ceux-ci, c’est la cohésion de la communauté qui prime, comme elle prime aussi dans le Morelos de Zapata, lors de la Révolution. Et cette cohésion du groupe humain en tant que tel est gravement menacée par la politique moderne puisque le but de celle-ci est de transformer une société d’acteurs collectifs en un peuple moderne, formé de purs individus, de citoyens.

57Le premier pas qui se lit dans la voie de cette transformation fut celui de supprimer toute distinction de statut entre les habitants de la Nouvelle-Espagne. Ce point fut proclamé dans le plan d’Iguala en 1821, et réaffirmé par le Congrès constituant de 1822 puis il passa ensuite dans toutes les constitutions postérieures : il n’y a au Mexique que des Mexicains. Ce qui, pour les métis, était une conquête qui annulait les distinctions de « castes » du xviiie siècle, fut pour les Indiens une catastrophe, car ils perdirent toute la législation spéciale qui les protégeait. Ils accédèrent à la liberté mais ils perdirent leurs libertés, c’est-à-dire leurs privilèges, le fait d’être des collectivités humaines avec des droits propres.

  • 35 Ce qui arrive par exemple dans le cas de la Huastèque : voir Stresser-Pean, 1965, p. 203.

58L’une des premières conséquences de cette égalité fut l’infiltration des blancs et des métis dans les communautés indigènes. Pourtant c’est contre cela qu’avait lutté la Couronne depuis le xvie siècle35. Les infiltrations ne furent immédiates mais elles commencèrent par les régions les plus accessibles. Infiltration non seulement matérielle mais également politique : elle donna dans les nouveaux ayuntamientos des pueblos, la prédominance aux non-Indiens.

59A Jilotepec, dans l’État de Mexico, par exemple, dès 1823 un long conflit opposa les indigènes aux autorités municipales non indiennes à propos des impôts qui leur étaient fixés, du service dans la garde nationale, des redevances pour les terres qu’ils cultivaient, etc. Dans la protestation que les Indiens élèvent à la diputación provinciale perce la contradiction des temps nouveaux.

60« Malgré les lois en vigueur qui se sont efforcées de nous enlever le nom ‘‘d’indien’’ par lequel nous étions connus du gouvernement espagnol, en nous appelant maintenant citoyens et en nous élevant à la dignité d’hommes libres », à Jilopetec la situation a empiré. On ne tient pas compte des Indiens ; ils sont exclus de l’ayuntamiento et on leur impose des charges qu’ils ne peuvent pas supporter.

  • 36 Lechuga Barrios, 1981, pp. 17 ss. Des problèmes semblables se retrouvent dans le soulèvement de Ta (...)

61Les autorités locales répondent à leur demande de figurer, par leurs représentants, dans l’ayuntamiento, que la loi les prive de voix active et passive. Indignées de leur aveuglement devant les bénéfices que leur apporte la Constitution, les autorités se plaignent de ce que : « bien que les lois aient aboli les noms odieux avec lesquels on qualifiait les habitants de cette Amérique, les plaignants s’entêtent à vouloir garder leur dénomination et leur ignorance »36.

  • 37 Meyer (J.-A.) (2), 1973, pp. 9-16.

62La nostalgie des privilèges de l’Ancien Régime transparaît parfois explicitement dans les multiples soulèvements de l’époque. En 1827, le soulèvement avorté du père Arenas prévoyait que les Indiens récupéreraient leurs grâces, leurs privilèges et leurs « républiques ». En 1834, les insurgés d’Ecatzingo (Hidalgo) demandent une monarchie indigène au gouvernement de laquelle participeraient à égalité des représentants des Blancs et des Indiens ; ceux-ci y conserveraient leurs « républiques ». En 1857 encore, dans la sierra Tarasca du Michoacán, les indigènes résistent par les armes durant deux ans et les nouvelles de l’époque qualifient ce mouvement comme « défendant la religion et les fueros » (les libertés-privilèges de l’Ancien Régime)37.

  • 38 Documents sur la révolte des Chamulas en 1869, dans Reína, 1980, pp. 53 ss.
  • 39 Documents sur la révolte de Julio López, 1868, dans ibidem, pp. 66 ss.
  • 40 Documents sur la révolte des pueblos de Guerrero, 1842-1949, ibidem, pp. 89 ss.
  • 41 Documents sur la révolte de Manuel Lozada, 1857-1881, ibidem, pp. 219 ss.
  • 42 Documents sur les révoltes de la Sierra de Puebla, 1855-1859, ibidem, pp. 249 ss.
  • 43 Documents sur la révolte de l’Huastèque potosine, 1877-1883 ; ibidem, pp. 284 ss.

63Même lorsque cette référence n’est pas explicitée, le sujet des droits, l’acteur collectif où se confondent le politique, le social et l’économique, transparaît à travers les demandes et les soulèvements : « Les Indiens du pueblo de Chamula », « los principales du pueblo de Chamula »38, « les naturales et vecinos du pueblo de San Francisco Acuatla », « les terres des pueblos »39 ; « les pueblos soulevés dans le district de Chilapa »40 ; « les indigènes représentant des pueblos unis », « les représentants des pueblos unis du Nayarit », « les pueblos de la Sierra d’Alica », « les ayuntamientos (...) comme représentants du pueblo »41 ; « les vecinos de quatorze barrios et quarante-six pueblos du département de Matamoros »42 ; « le gouverneur d’indigènes Juan Santiago, avec ses caciques, ses chefs subalternes et autres indigènes », « la communauté d’indigènes du pueblo de Tamazunchale »43.

64Le municipe, formé de citoyens qui habitent une circonscription territoriale, n’est pas le pueblo traditionnel, et moins encore le pueblo indien.

Offensives contre la propriété communale

65Attaqués une première fois dans leur autonomie et leurs ressources par les gouvernants éclairés de la Colonie, réduits légalement par la Constitution libérale de Cadix à n’être qu’une collectivité territoriale où des individus indéterminés se rassemblent dans une unité extérieure, sans liens internes, les pueblos vont ensuite subir la dernière étape de l’offensive libérale, celle du désamortissement civil qui les privera de leurs biens communaux.

66Ce désamortissement civil répondait inéluctablement à la conception d’une société composée d’individus autonomes dont l’un des attributs, l’un des « droits sacrés » était la propriété. Une propriété individuelle, pleine et totale, au sens romain du terme, c’est-à-dire délivrée de toutes les servitudes et les limitations que la coutume avait imposées et les lois anciennes consacrées.

67Dès 1812, les Cortès de Cadix imposaient à tous les royaumes espagnols les dispositions destinées à créer la nouvelle propriété. Le 25 mai 1813, le vice-roi de la Nouvelle-Espagne publiait la nouvelle législation.

  • 44 Décret du conseil de régence, Cadix, 14 janvier 1812, publié par le vice-roi Calleja le 25 mai 181 (...)

68Ce fut d’abord l’abolition des droits d’usage communaux sur les bois et les champs après la récolte des propriétés particulières : « Les Cortès (...) afin de libérer les bois et les champs relevant de la possession individuelle, de l’oppression et de la servitude (...) où jusqu’à maintenant les lois les ont maintenus, décrètent : 1. (...) Les propriétaires sont pleinement et absolument libres de faire de leurs terres tout ce qu’ils voudront (...) 3. Les terres destinées à la culture, dont le sol et les arbres relèvent de la propriété particulière sont déclarées fermées et réservées perpétuellement ; leurs maîtres pourront les clôturer et profiter comme ils le voudront de leurs fruits et de leurs productions (...). »44 Pleine et absolue propriété individuelle, donc, et en conséquence, enclosures ainsi qu’abolition de tous les droits collectifs d’usage.

  • 45 Royal Ordre, Cadix, 22 janvier 1813, publié par le même vice-roi le 23 août 1813, dans ibidem, pp. (...)

69Ensuite, ce fut la suppression des proprios et arbitrios, la principale ressource des pueblos en tant que tels. « Les Cortès (...) considérant que la réduction des terres communes à la propriété particulière est une des mesures réclamée impérativement par le bien des peuples et par le développement de l’agriculture et de l’industrie (...) décrètent : article 1. Toutes les terres baldías et realengas (sans possesseur ou appartenant à la Couronne) et celles qui sont des proprios et arbitrios (...) sauf les ejidos de los pueblos, seront réduites à l’état de propriétés particulières (...). »45

  • 46 Décret du Conseil de régence. Cadix, 8 juin 1813, publié à Mexico par le même vice-roi le 18 janvi (...)

70Enfin, les Cortès décrétèrent la liberté totale des fermages, la liberté des prix sans taxation aucune, ni achats préférentiels par « aucune personne ou corporation » (c’était la suppression légale des positos) ; enfin fut proclamée la liberté de commerce46.

71Il ne restait par la suite aux États du Mexique indépendant qu’à mener à bout le processus. La législation de Cadix, restée en vigueur après l’Indépendance, se vit complétée par des législations propres à chaque État. Sans entrer dans le détail d’une législation éminemment complexe, le sens de l’évolution est cependant clair. En 1839, la majorité des États avait déjà publié ses propres lois de désamortissement (les seules exceptions sont alors les Durango, Guanajuato, Queretaro, San Luis Potosí, Tamaulipas, Oaxaca, Tabasco et Yucatán). Dans la plupart de ces lois, les seules terres communales encore légales sont les ejidos, mais le Sonora, le Sinaloa, le Zacatecas et l’État de Puebla sont allés jusqu’à établir le désamortissement des ejidos et du fundo légal.

72Pour l’esprit du temps, la propriété communale, quelle que soit sa forme, était un obstacle au progrès et la base de la perpétuation des distinctions de castes. Les conservateurs eux-mêmes, au départ partisans du maintien des lois anciennes, se rallient aussi par Alamán aux mêmes positions libérales. Au milieu du siècle, lorsque commence la grande époque de désamortissement, on peut dire qu’il règne à propos du désamortissement civil un véritable consensus des élites. C’est à l’intérieur de ce consensus qu’il faut placer la loi de désamortissement du 25 juin 1856, dite loi Lerdo, où — du désamortissement général de tous les biens des corporations civiles et ecclésiastiques — en sont exempts, hormis les bâtiments nécessaires au but des institutions, les « ejidos et terres destinés exclusivement au service public des localités auxquelles ils appartiennent » (article 8).

  • 47 Pour un exposé très complet sur le vrai sens de la loi Lerdo voir Fraser, 1972, pp. 615-652.

73On a pu dire, en se fondant sur cet article, que les libéraux voulaient sauvegarder l’existence des pueblos. Des études précises sur ce point montrent qu’il n’en a rien été et que Lerdo de Tejada interpréta toujours cette clause — faible concession au milieu d’une offensive générale — dans le sens le plus restrictif. Juárez, de son côté, oscillait entre cette même rigueur et des compromis locaux imposés par les régions au contrôle difficile comme la Californie ou le Chihuahua où il octroya même des communaux aux pueblos. La seule nouveauté de sa politique fut de remplacer la vente de terres désamorties par la division entre les habitants47.

  • 48 Constitution de 1857, art. 27, al. II, dans Tena Ramírez, 1967, p. 610.

74Finalement, la constitution de 1857, la grande charte du libéralisme mexicain, achevait de poser les principes de la société nouvelle en enlevant aux pueblos leur caractère de corps ancien, en supprimant toutes leurs propriétés, à la seule exception des bâtiments destinés immédiatement et directement au service ou objet de l’institution48. La référence aux ejidos a disparu dans une rédaction qui reprend cependant les mêmes termes de la loi de 1856, ce qui montre bien dans quel esprit les constituants entendaient agir. L’éphémère législation impériale restaurant « la pleine propriété des terres de communauté et de repartimiento » (loi du 26 juin 1866) disparut avec Maximilien et les lois de la République libérale continuèrent à tenter d’en finir avec la propriété communale afin de créer ces petits propriétaires individuels qui seraient le fondement de la nouvelle nationalité.

75La réalité a été tout autre et maintes fois décrite, même s’il faudrait préciser les modalités et les rythmes par des études régionales précises. Usurpation de terres par des hacendados, par des fonctionnaires — petits ou grands —, invasion des terres par des nouveaux arrivants, blancs ou métis, etc. Tout cela ne se produit pas seulement, même si cela compte, à cause de la convoitise des hacendados, de la logique du développement capitaliste ou de l’anarchie politique, mais surtout parce que les élites gagnées à l’idéologie moderne imposent à une société traditionnelle leur projet d’un peuple moderne. La lutte entre hacendados et pueblos a toujours existé, nous l’avons dit plus haut. Le développement du capitalisme est bien lent à venir dans un pays qui est en retrait par rapport au xviiie siècle ; l’anarchie politique favorise les usurpations mais elles n’étaient auparavant que cela et non pas une nouvelle propriété, comme celle qui s’édifie maintenant.

  • 49 Voir par exemple l’étude comparative du désamortissement dans trois régions de France, d’Italie, e (...)

76Si ce partage des terres du pueblo n’a pas souvent bénéficié à ses habitants — comme cela est arrivé parfois en France ou en Espagne où, malgré les achats de terres par les bourgeois et les grands propriétaires, bien des petits paysans devinrent propriétaires des terres désamorties49 —, c’est parce que les pueblos du Mexique appartenaient, par leur cohésion et leur système de valeurs, à une autre époque. La distribution de terres communales aux membres de la communauté et leur transformation en petits paysans individualistes auraient signifié qu’ils n’étaient pas ce qu’avant tout ils étaient : une communauté. Le désamortissement était, en réalité, la destruction de ce à quoi ils étaient le plus attachés : leur vie collective. Ne pouvant se transformer, ils devaient disparaître, quel qu’en fût le prix.

Le coût social du libéralisme

77Ce prix ne fut pas seulement la perte des terres nécessaires à chaque famille — on n’arrivera souvent à cette dernière phase qu’à la veille de la Révolution. Il fut d’abord l’effondrement de toutes les fonctions assurées auparavant par la communauté, fonctions qui dépendaient de l’existence de ses biens-fonds, sans que personne, pendant longtemps, n’en prenne le relais.

78Comme nous l’avons vu, une partie de l’assistance « sociale », la presque totalité de l’éducation et les autres frais de la vie sociale étaient essentiellement à la charge des pueblos, grâce aux proprios ; l’autre partie était assurée par diverses institutions, civiles ou ecclésiastiques, qui possédaient elles aussi des ressources tirées de leurs biens. L’offensive éclairée du xviiie siècle, au nom de l’efficacité et de l’intérêt supérieur de l’État, porta un premier coup à ces fonctions sociales. Il faudrait pouvoir, par exemple, mesurer ce qu’a supposé le drainage des fonds des positos pour le crédit aux paysans en difficulté. Le désamortissement civil, et donc celui des proprios, puis celui des biens ecclésiastiques, et la suppression des corporations avec leurs systèmes de secours mutuels et leurs contrats d’apprentissage des premières lettres, ont donné le coup de grâce à cette organisation.

79Lorsque les observateurs de la seconde moitié du xixe siècle parlent de l’ignorance et de la misère de l’Indien — ou du paysan espagnol, car le phénomène est le même à une échelle moindre en Espagne —, on peut les croire lorsqu’ils décrivent une situation donnée. Mais on ne doit plus les croire lorsqu’ils extrapolent vers le passé et qu’ils attribuent ces situations à l’obscurantisme de l’ancienne société : là, ils ne peuvent plus du tout être crus sur parole.

  • 50 Sanz Díaz, 1980, pp. 231 ss.

80De multiples éléments épars permettent de commencer à connaître la situation à la fin de l’Ancien Régime, et plus particulièrement dans le domaine de l’éducation. En Espagne, par exemple, en 1797, il y a 11 007 écoles auxquelles il faut ajouter les systèmes d’apprentissage des corporations. En 1822, il n’y en a qu’environ 10 000 — non comprises celles des corporations supprimées — et cela pour une population plus nombreuse50.

  • 51 Tank Estrada, 1977, p. 242.
  • 52 Estimations à partir de E.S.P., p. 43.

81A Mexico, en 1820, à la fin de la période coloniale, entre 48 % et 62 % des enfants de six à douze ans sont scolarisés ; les filles sont encore plus scolarisées que les garçons et 64 % de cette éducation est gratuite51. En 1910, à la veille de la Révolution — et après le considérable effort d’éducation du porfiriat —, la scolarisation de la même tranche d’âge est encore au-dessous de 50 %52. Or ces chiffres, « invraisemblables » mais certains, de 1820, il faut les mentionner en sachant que depuis 1814 les corporations ont été supprimées et qu’en plus, en 1804, a eu lieu un premier désamortissement ecclésiastique qui a provoqué la fermeture des écoles des patronats.

  • 53 Staples, 1981, pp. 117-170.
  • 54 ibidem, pp. 127, 132, 156.

82Le discours libéral sur les « ténèbres » et « l’ignorance » de l’Ancien Régime, au lieu d’être lui-même objet d’analyses historiques, a conditionné maintes études contemporaines ; celles-ci se sont révélées incapables de saisir les données qui contredisent les fondements mêmes du discours. Une étude très récente sur la situation de l’enseignement au Mexique indépendant dans la première moitié du xixe siècle montre bien cette incapacité de dépasser l’image d’Epinal53. L’auteur dresse un panorama sombre de l’éducation État par État : quelques dizaines d’écoles dans le Guanajuato, des « écoles paralysées » ailleurs, le manque de ressources, etc. Ce qui fait cependant question, c’est que cette situation soit vraiment la situation réelle car, en raisonnant à partir de rapports des gouverneurs et des archives de la Direction générale d’instruction, tenue par l’école Lancastérienne, l’étude à laquelle nous nous référons ne traite sans doute que de l’éducation dépendante des gouvernements des États. Or, dans les constitutions locales, l’éducation dépend des municipes, mais dans la réalité elle est le fait des communautés humaines inférieures : pueblos et haciendas, sans parler des corporations qui subsistent. On comprend alors que les données, que l’auteur indique en passant, et qui contredisent la vision commune, deviennent invisibles et non signifiantes. Et pourtant, il y a bien cent huit écoles dans la seule ville de Puebla (71 631 habitants) en 1849 et six cents dans tout cet État ; il y a deux cent cinquante mille élèves dans tout le pays en 1845, d’après des estimations du ministre de la Justice Baranda, et une disposition de l’État de Mexico, en 1828, indique que chaque municipe de l’État enverra un boursier à l’Institut scientifique et littéraire de Toluca. Le boursier y commence immédiatement ses études supérieures par le cours de logique : dans quel établissement du « désert culturel » a-t-il acquis auparavant ce niveau ?54

  • 55 Boletín... Mexico, 9 sept-déc. 1981, pp. 9 ss.

83Nous disposons, heureusement, pour ce même État de Mexico que nous avons cité en dernier, d’autres sources qui éclairent une réalité tout autre. On dispose par exemple, pour cette même année de 1828, de quelques noticias (informations) statistiques sur dix-huit localités du district d’Amatepec. Sur ces dix-huit localités d’un district à dominante indigène, neuf possèdent des écoles : non seulement dans les localités les plus importantes mais même dans des pueblos de 70 ou 90 habitants !55

  • 56 Tank Estrada, 1977, pp. 178-180.

84Ce dont les libéraux de l’époque parlent, c’est d’un type d’éducation particulière, l’éducation moderne sous le contrôle des élites et de l’État. Lorsqu’ils s’extasient dans les années 1820, devant l’école Lancastérienne qui vient d’être ouverte à Mexico, ils oublient de signaler — et nous à leur suite — qu’elle remplace, dans les mêmes locaux, l’école de l’ordre des Hospitaliers supprimée en 182156.

  • 57 Ibidem, p. 175.

85Ce cas de la ville de Mexico éclaire bien ce qui a dû se passer dans l’ensemble du pays. L’offensive contre les corps d’Ancien Régime y a sapé les fondements de l’enseignement ancien. En 1828, par exemple, à Mexico, l’école de San Sebastian dut fermer ses portes car elle était maintenue grâce aux pâturages communaux de deux parcialidades indiennes. En 1828, après la loi de suppression des communaux de 1824, trois personnes réussirent à mettre la main sur ces terres : elles coupent ainsi les ressources de l’école57. La situation éducative à Mexico ne fit qu’empirer à cause de la vente des autres biens de mainmorte et de l’abolition de caisses de communauté.

  • 58 Voir par exemple les signatures de cinquante Indiens dans la protestation élevée en 1856 par des i (...)

86Mexico, malgré tout, était proche du gouvernement et pouvait donc encore bénéficier de l’intérêt de l’État pour que la baisse de la scolarisation n’atteigne pas des limites intolérables. Seules, des études régionales précises pourront nous dire l’ampleur de la catastrophe culturelle dans des pueblos de l’intérieur du pays, ces pueblos que la disparition de proprios privait des ressources pour leurs écoles. Celles-ci ont dû être très nombreuses, aussi bien dans les villages blancs que dans les villages indiens : la rédaction et les signatures indiennes de maints documents du milieu du xixe siècle58 sont parfois de précieux indices de l’ampleur de cette alphabétisation d’Ancien Régime dont les lois libérales vont provoquer l’effondrement sans pour autant la remplacer dans l’immédiat.

87L’indignation libérale, un demi-siècle plus tard, devant l’ignorance des campagnes indiennes, est celle de la bonne conscience et de l’oubli. Bonne conscience des élites modernes certaines d’agir pour le progrès de l’homme, mais oubli — ou ignorance — de ce qu’étaient les campagnes et les pueblos traditionnels.

  • 59 Iturribarría, 1956, p. 38.
  • 60 Minaudier, 1982, pp. 54 et 60.

88Ce qui était vrai pour l’éducation, le fut aussi pour l’assistance. Nous avons vu, dans le budget de la Concepción Otumba, les versements effectués à l’hôpital de San Lazaro. Là encore, des quantifications devraient être faites. Le résultat, par exemple, fut dans une ville comme Oaxaca, après les désamortissements civils et ecclésiastiques, la disparition des quatre hôpitaux qui y existaient à l’époque coloniale. En 1872, il n’en reste plus aucun. La fondation de saint Vincent de Paul devra entreprendre une campagne de dons afin de réussir à en bâtir un en 187959. Dans l’État du Guerrero, archaïque et reculé, on peut encore constater sous le porfiriat la fin de ce processus, avant que l’État moderne ne vienne combler le vide provoqué par l’affaiblissement des acteurs sociaux. Les deux hôpitaux privés qui existaient encore à Acapulco en 1893 disparaissent deux ans plus tard. La scolarisation subit le même déclin : en 1878, 37,3 % de la population en âge scolaire était scolarisée, elle n’est que de 33 % en 1907, tandis que le nombre d’écoles passe pendant la même période de 455 à 38260.

  • 61 « Noticia de molinos, fábricas, ingenios, lagunas..., le 1 avril 1794 », dans Florescano-Gil, 1973 (...)

89Il y a plus encore. Avant même que l’offensive n’arrive aux terres cultivées des pueblos ou que la spoliation des ejidos ne prive leurs habitants de ressources complémentaires — bois, charbon de bois, élevage — en les réduisant, en maints cas, à la misère et à la dépendance sociale, la disparition des proprios et des caisses de communauté a eu probablement comme effet de réduire les pueblos à la seule agriculture de subsistance. En effet, la richesse des caisses de communauté se fondait, comme nous l’avons vu, sur des activités diversifiées ; celles-ci supposaient un niveau technique et une intégration aux échanges sans commune mesure avec leur économie de presque subsistance de la fin du xixe siècle. En 1794, par exemple, dans la province d’Oaxaca, sur vingt-cinq moulins, quinze — la majorité — appartiennent aux pueblos (del común del pueblo) ; les autres relèvent d’une confrérie [1], de religieux [2], d’Indiens en tant que personnes privées [2] et d’Espagnols [5]61.

90Le monde que la réforme éclairée, puis libérale, s’efforce de transformer, n’est pas un monde attardé et marginal. C’est une société d’un autre type. Cette société était sans doute en pleine transformation à la fin du xviiie siècle avec la reprise démographique de la population indienne et l’expansion vers le nord. Comment se serait poursuivi ce changement ? Nous n’en savons en définitive rien, mais on aurait peut-être vu la multiplication de fondations de pueblos blancs et métis, dans les terres presque vides du Nord ainsi qu’une fragmentation d’haciendas non rentables, donnant lieu à de nouveaux villages et de petites propriétés, enfin à la modernisation progressive des pueblos indiens. Les virtualités qui existaient ne purent pas éclore car elles furent coupées net par des élites que leur culture rattachait à l’Europe du xixe siècle. Pour cette culture, le progrès ne pouvait venir que du libre jeu des acteurs individuels, aussi bien dans l’économie que dans la politique.

L’opposition de deux mondes

  • 62 Ces textes ont été maintes fois reproduits, comme précurseurs de la réforme agraire et du socialis (...)

91Nous parlons ici d’une logique idéologique et non pas d’une inconscience ou d’une ignorance de tous à l’égard des problèmes réels de la société. Les voix n’ont pas manqué, parmi les libéraux, même au sein du Congrès constituant de 1857, pour décrire avec lucidité les maux des campagnes62. Mais au terme de diagnostics lucides, qui ne pouvaient que faire référence à la situation coloniale, tant elle restait présente sous la façade moderne, les solutions proposées retombaient sous le poids de la logique des principes ; elles s’inscrivaient toutes dans une politique qui n’était, au mieux, qu’un retour à celle des Lumières.

  • 63 Vote particulier de Ponciano Arriaga au Congrès constituant, 6 juin 1856, dans Tena Ramírez, 1967, (...)
  • 64 Ibidem, p. 580.

92Le vote particulier du député constituant de 1857, Ponciano Arriaga, maintes fois cité, en fournit une illustration exemplaire. Son point de départ est la contradiction entre les droits de l’homme proclamés et l’état réel de la société. « Ce peuple ne peut être libre, républicain et moins encore heureux, même si cent constitutions et des milliers de lois proclament des droits abstraits, des théories très belles et impraticables, à cause de l’absurde système économique de la société. »63 L’absurde système économique, c’est la pauvreté de l’immense majorité des paysans ; ils sont sans terre et soumis au pouvoir arbitraire des hacendados qui, eux, jouissent d’un pouvoir « comparable à celui des seigneurs féodaux du Moyen Age »64.

  • 65 Ibidem, p. 574.
  • 66 Ibidem, p. 577.

93Bien vite, le problème se réduit à un problème de terres. Ponciano Arriaga ajoute, comme le feront à sa suite, et jusqu’à nos jours, maints analystes des questions agraires : « La Constitution devrait être la loi de ta terre mais on ne légifère ni l’on examine l’état de la terre » (souligné dans le texte)65. Suivent alors de longs développements sur le droit de propriété, pour se prémunir contre d’éventuels reproches de socialisme : « Dans l’état présent, nous reconnaissons le droit de propriété et nous le reconnaissons inviolable. »66

  • 67 Ibidem, p. 575.

94Il s’agit donc, pour lui, d’un problème économique : « La terre en peu de mains, les capitaux accumulés, la circulation entravée. »67 La morale et l’intérêt de la société se rejoignent : la limitation de la grande propriété et le partage des terres délivreront la population du joug des grands propriétaires ; c’est ce qui mettra en mouvement la richesse.

95Rien jusqu’ici de bien nouveau. C’est dans la lignée de Jovellanos et des Lumières : les méfaits de la grande propriété pour le progrès économique, la réduction des enclaves seigneuriales, la nécessaire mobilité des richesses... Allons-nous vers une apologie sans partage du libéralisme ? Non, car c’est là que resurgissent, d’une manière surprenante, et les véritables acteurs sociaux, puisque Arriaga connaît bien les campagnes, et les cadres de références mentales de ces acteurs.

  • 68 Ibidem, p. 579.

96Les acteurs réels des campagnes d’abord, et là, nulle trace d’individus ou de paysans, au sens moderne du terme : « Dans quel tribunal du pays ne voit-on pas un pueblo ou une république entière de citoyens indigènes, avec des procès de terres, en train de se plaindre de spoliations et d’usurpations, en train de demander la restitution des bois (montes) et des eaux ? Où ne voit-on pas ces congregaciones de aldeanos o rancheros, poblaciones plus ou moins grandes, qui ne parviennent pas à s’agrandir, qui vivent à peine, qui diminuent de plus en plus, encerclées qu’elles sont par l’anneau de fer que leur ont mis les seigneurs de la terre, sans leur permettre l’utilisation des fruits naturels ou en leur imposant des conditions aussi lourdes qu’excessives (requisitos gravosos y exorbitantes) ? »68

97Remarquons, au passage, cette admirable contradiction dans les termes qui éclaire l’impasse des libéraux sociaux : « une république entière de citoyens indigènes ». C’est-à-dire « une république » (le corps d’Ancien Régime avec ses privilèges), « entière » (agissant d’un seul bloc comme un acteur collectif), formée de « citoyens » (l’homme moderne, l’acteur individuel sans aucune qualification possible), « indigènes » (l’ancien statut personnel)... Et puis, que voyons-nous dans cet exposé ? Des pueblos qui défendent leurs droits collectifs, et des congregationes ainsi que des rancherías qui voudraient le devenir.

  • 69 ibidem, pp. 587-590.

98Arriaga s’en rend-il compte ? On pourrait en douter mais, quelques pages plus loin, une exposition surprenante — qui n’est d’ailleurs pas souvent reproduite dans les sélections de textes modernes car elle colle mal avec un précurseur de l’agrarisme révolutionnaire — fait irruption au congrès ultra-libéral de 1857. Il s’agit d’un rappel, extrêmement fouillé et riche, des principales dispositions des anciennes Lois des Indes sur les pueblos. Ce rappel commence d’ailleurs en évoquant l’idée médiévale de ces lois comme représentant le pacte passé entre le roi d’Espagne et ses royaumes d’Amérique. On y trouve les dispositions sur le rôle des tribunaux dans la protection des Indiens, sur les procureurs des pueblos, sur la fondation des villes et des pueblos avec leurs places, les ejidos, les proprios, les pâturages et les terres non cultivées ; il y a la mention des mesures sur la protection du titre de propriété des Indiens, sur l’obligation faite à ceux qui avaient reçu des terres de la Couronne de les cultiver, sur le fait que les bois, les eaux et les pâturages étaient communaux, sur le paiement en espèces aux péons, etc.69

  • 70 Ibidem, p. 591.

99On s’attendrait, après cela, à une demande de remise en vigueur des Lois des Indes. Arriaga le fait pour certaines : celles qui concernent la liberté des travailleurs, leur paiement en espèces, la restitution des terres occupées sans titre, etc. ; il ajoute l’expropriation de la partie des grands domaines qui dépasserait les quinze lieux carrés. Et enfin : « Toutes les fois que dans le voisinage ou la proximité de n’importe quelle finca rústica, il existe des rancherías, des congregaciones ou des pueblos qui, de l’avis de l’administration fédérale, sont dépourvus de terres suffisantes pour les pâturages, les bois ou les cultures, l’administration aura le devoir de leur fournir celles qui seront suffisantes, en indemnisant préalablement le propriétaire légitime, et en partageant parmi les vecinos ou les familles de la congregación ou du pueblo, des terrains à bâtir ou des champs à cens amphitéutique (...). »70 C’est la solution employée en Espagne par les Bourbons pour la colonisation de la Sierra Morena.

  • 71 Ibidem, p. 577.

100Mais tout cela ne l’empêche pas d’ajouter « qu’est interdite l’adjudication de terres aux corporations religieuses, aux confréries ou aux mainmortes ». La logique est contradictoire : les rancherías, congregaciones et pueblos auront les terres nécessaires à condition qu’elles cessent de l’être et qu’elles deviennent une réunion de propriétaires individuels. Contradiction cependant logique, car « l’idée de propriété comporte en elle-même l’idée d’individualité ». La critique de la situation par Arriaga vient de ce qu’on « néglige une faction d’intérêts individuels [souligné par Arriaga], qui deviennent ainsi une grande multitude de parias »71.

101L’amendement d’Arriaga — et d’autres qui, comme lui, mirent l’accent sur le problème agraire — ne fut pas accepté. Le Congrès fit entrer dans la Constitution le désamortissement civil que maints États avaient déjà pratiqué. Arriaga l’acceptait aussi car il correspondait à sa conception de l’homme-individu. Il était, comme d’autres avant et après lui — on peut penser à la constitution de 1917 —, dans la ligne des Lumières : il faut détruire ces corps d’Ancien Régime que sont les pueblos — on les accepte provisoirement si l’on ne peut faire autrement — et briser la grande propriété traditionnelle qui est un obstacle au développement économique et à la puissance de l’État moderne.

102Tout autre était, et sera — Zapata —, la position de la grande majorité des campagnes. Pour elles, le pueblo est l’idéal de la vie en société, c’est la défense contre l’intervention de l’État. Le pueblo, non comme une circonscription territoriale de l’État, mais comme une microsociété complète, avec un être moral de plein droit, qui lui donne tous les droits d’un acteur collectif : c’est tout à fait le pueblo d’Ancien Régime.

  • 72 On trouve la reproduction de l’original manuscrit dans Reína, 1980, pp. 281-282.

103Dans la dernière grande révolte rurale des débuts du porfiriat, celle de Ciudad del Maiz en 1883, les insurgés affichèrent de multiples exemplaires manuscrits avec leur programme de demandes. Nous reproduisons ce document extraordinaire, où chaque point est un résumé de l’idéal du pueblo tel que l’avaient fixé les Lois des Indes dans la mentalité collective72 :

104« Programme

105Ordre social

  • Ranchos et haciendas deviennent pueblos.
  • Tracement de rues et places.
  • Terrains à bâtir pour chaque vecino.
  • Champs propres à chaque vecino.
  • Bois propres à chaque pueblo.
  • Liberté, pour chaque pueblo, de travaux publics.
  • Bois libres.

106Ordre politique

  • Assemblée composée de tous les chefs de famille.
  • Conseil permanent élu par l’assemblée.
  • Président du pueblo élu chaque année par le conseil.
  • Surveillants annuels alternatifs élus chaque année par le président.
  • Un ou plusieurs juges élus chaque année par l’assemblée.
  • Toute la justice impartie dans chaque pueblo, sauf pour les causes graves.
  • Chaque pueblo armé pour sa défense.

107Bâtiments publics

  • Hôtel de ville ou salle du conseil.
  • Tribunal populaire (Juzgado).
  • Prison.
  • Ecole du pueblo.
  • Cimetière (campo santo).

108Ciudad del Maiz, juillet 1883. Felipe Cortina. »

  • 73 Il manque dans ce programme l’église, car malgré son caractère essentiellement traditionnel, il y (...)

109Ce sont là tous les éléments constitutifs du pueblo tels que les Lois des Indes et la Novísima Recopilación de Leyes de Espana les fixent. C’est-à-dire : un pueblo, corps d’Ancien Régime, avec sa pleine personnalité juridique, ses biens de mainmorte, ses liens — le vecinazgo —, son urbanisme et ses lieux traditionnels de sociabilité73 ; il a ses terres individuelles et ses terrains communaux, avec même ici ses milices. Tous les attributs sociaux et politiques sont donc là qui renvoient, non seulement à la terre, mais au statut, et au statut non pas des individus — des paysans indéterminés —, mais d’un groupe humain. Et c’est autour de ces problèmes — agraires, sociaux et politiques en même temps — que tournent les préoccupations et les aspirations de la majorité de la population rurale : être un pueblo, une villa, une ciudad avec tout ce que cela comporte ; le rester si on l’était déjà, le devenir si on ne l’était pas encore.

3. LOGIQUES ET ÉTAPES D’UNE ÉVOLUTION

110La période qui va de la Constitution libérale de 1857 à la Révolution n’est ni homogène, ni cohérente. Les logiques libérales, parfois contradictoires, que nous avons décrites sont à la fois en action dans des proportions et à des rythmes différents selon les régions et les époques. D’un côté, le besoin de peupler, et le désir de lutter contre les grands domaines de type seigneurial, continuent de favoriser la fondation de pueblos. D’un autre, la lutte contre les pueblos en tant que privilégiés, continue à travers l’application des lois de désamortissement...

L’autonomie municipale

111Il en va de même pour le régime politique des municipes. Les grands principes qui veulent qu’ils soient, par l’élection, l’école de la démocratie, vont de pair avec le souci de maintenir ou d’accroître le contrôle de l’État sur eux.

112La constitution de 1857, nous l’avons dit, avait laissé ces problèmes locaux à la compétence de chaque État de la fédération. Ce sont effectivement les lois et les constitutions locales qui fournissent le cadre légal à des politiques qui sont parfois contradictoires, mais qui en tout cas répondent aux réalités de chaque région.

  • 74 Ces constitutions se trouvent dans Constitución..., 1870, 657 pp. , dans Colección..., 1902, 2 t.  (...)

113Les constitutions locales sont élaborées, ou réélaborées, pour l’essentiel dans trois périodes différentes : de 1857 à 1861, de 1868 à 1871, et de 1891 à 189474. Elles correspondent en gros à la période d’installation du régime libéral de 1857, aux débuts de la République restaurée, et à l’étape de la modernisation voulue lors de la seconde époque du porfiriat. Trois périodes différentes, donc, qui se reflètent dans les textes constitutionnels : pour les deux premières, qui sont des époques de libéralisme vainqueur et de libéralisme triomphant, l’accent est surtout mis sur l’élection des autorités ; dans la troisième période prime l’intérêt pour la modernisation et pour le contrôle de l’État sur les municipes.

  • 75 Constitution du Chiapas, 1858, Constitución..., 1870, pp. 77 ss.

114La diversité régionale reste cependant grande. Elle reflète les situations locales de chaque État et les compromis que les élites libérales sont obligées de passer avec la société. Compromis, parfois, dans le domaine religieux : c’est la constitution du Chiapas de 1858 qui, malgré les lois de Réforme, déclare que la religion officielle de cet État est la religion catholique75.

  • 76 Id. du Sonora, ibidem, pp. 501 ss.

115Au Sonora, les fonctions des « commissaires de police » élus, qui dans les localités de moins de 500 habitants exercent les fonctions des ayuntamientos, sont tout simplement confiées dans les haciendas et ranchos aux propriétaires eux-mêmes. Façon expéditive, mais bien peu dans l’esprit libéral, de mettre la réalité du pouvoir seigneurial en concordance avec la loi76.

  • 77 Id. de l’Oaxaca, 1857, Ibidem, p. 397.

116Compromis plus extraordinaire encore, et qui éclaire d’un jour nouveau la politique de Juárez et sa connaissance des problèmes du Mexique indigène : la constitution de l’Oaxaca, publiée par Juárez en 1857. L’article 68, IV, de cette Constitution établit parmi les facultés des ayuntamientos celle « d’administrer les biens communaux, les maisons de bienfaisance et d’instruction primaire »77. Et cela après que l’article 27 de la Constitution fédérale, dont Juárez est l’un des principaux défenseurs, ait proclamé « qu’aucune corporation civile (...) n’aura de capacité légale pour acquérir en propriété ou administrer par elle-même des biens-fonds ».

  • 78 Id. de l’État de Mexico, 1870, ibidem, pp. 305 ss.

117Compromis analogue que celui établi par la Constitution de Campeche en 1861, lorsqu’elle confie au Conseil d’État le contrôle des comptes des propios y arbitrios des municipes : il’ s’agit ici des anciennes ressources communales. Compromis plus explicite encore que celui de l’État de Mexico en 1870 : la constitution locale y déclare dans son article 106, que les biens des corporations encore existantes pour l’éducation et la bienfaisance ne peuvent pas être aliénés ; le texte va même jusqu’à prévoir des peines pour ceux qui les achètent78. L’expérience de plusieurs décennies de désamortissement, et l’impact des lois de l’Empire, favorables aux communautés indigènes, ont laissé des traces manifestes.

118Au départ, toutes les constitutions prévoient l’élection des membres des municipalités. Dans la majorité des cas, l’élection en est directe, sauf quelques rares exceptions — Morelos, Puebla, Chiapas, Tabasco —, ce qui pour les trois premiers de ces États à forte proportion indigène semble correspondre au souci d’effectuer un filtrage qui favorise les élites blanches et métisses. Ce surtout par quoi les différentes constitutions diffèrent, c’est le degré d’autonomie dont jouissent et les municipes et les pueblos. Autre facteur de différenciation : les conditions prévues pour que des agglomérations puissent accéder à ces statuts.

119Le meilleur critère pour juger de l’autonomie des municipes c’est l’existence des chefs politiques (ou les préfets, ou les directeurs, selon les différentes dénominations employées). La règle générale et, en cela, les constitutions ne font que suivre une tradition bien enracinée depuis les sous-délégués du xviiie siècle, c’est l’existence de chefs politiques avec de très larges pouvoirs ; ils sont chargés de régenter toute la vie politique et administrative des municipes de leur circonscription.

  • 79 Id. de Nuevo León, 1857, ibidem. L’article a été maintenu dans la nouvelle constitution de 1879.
  • 80 Id. du Tamaulipas, 1869, ibidem, pp. 560 ss.
  • 81 Ochoa Campos, 1955, p. 329.
  • 82 Constitution du Coahuila, 1869, dans Constitution..., 1870, pp. 128 ss.
  • 83 D.D.C.D., 20 septembre 1912.

120Trois exceptions cependant ne sont pas sans importance pour comprendre la Révolution mexicaine. Ce sont celles du Nuevo León, du Tamaulipas et du Coahuila. Au Nuevo León, la Constitution prévoit expressément qu’aucune autorité intermédiaire ne doit exister entre les municipalités et le gouverneur79. Au Tamaulipas, la Constitution prévoit seulement l’existence, à titre temporaire, de visiteurs pour l’inspection de municipes80 -, ces visiteurs n’existeront en fait que de 1890 à 189881. Au Coahuila, la division en districts, avec leurs chefs politiques, n’a comme but que de faciliter le découpage électoral : leur rôle ne saurait être administratif82. Trois cas exceptionnels, donc, mais d’une grande importance en 1910, car ce sont là trois États du Nord qui n’ont presque pas bougé lors de la première révolution ; ils confirment ainsi la remarque de Querido Moheno en 1912 : « La révolution de 1910 a été avant tout, un mouvement contre les chefs politiques. »83

121Dans les autres États, il y a des chefs politiques, mais une distinction très nette apparaît entre ces États. Il y a ceux où les chefs sont élus, soit directement (Zacatecas, Sonora, Sinaloa, Chihuahua, Puebla), soit indirectement — ils sont alors nommés par le gouverneur parmi trois candidats désignés auparavant par différents systèmes de vote (Durango, Aguascalientes, Hidalgo, Chiapas). Dans le reste des États, ils sont nommés par le gouverneur dont ils sont les agents. Distinction extrêmement importante : à part les États de Puebla, d’Hidalgo et Chiapas, qui appartiennent au Mexique dense, tous les autres États appartiennent au Nord du Mexique, comme les trois qui n’ont pas de chefs politiques. Jusqu’aux réformes constitutionnelles des années 1890, que nous verrons plus loin, le Nord est effectivement une terre de liberté, avec des institutions adaptées à une population pionnière et faites pour attirer le peuplement.

122Le mot municipe recouvre lui-même des réalités très différentes selon les États. Dans certains cas, le mot correspond point par point aux anciennes ciudades, villas et pueblos, dans d’autres il est en fait une sous-division administrative d’une grande extension, groupant plusieurs pueblos (cf. tableau I). La distinction est importante, car elle marque l’adaptation ou l’inadaptation de la structure administrative moderne aux réalités tradition-nelles.

Tableau I. Municipes et pueblos en 1910

Tableau I. Municipes et pueblos en 1910
  • * Annexe V, tableau VIII (ciudades + villas + pueblos).
  • E.S.P., page 16, tableau 11.

Sources : Note **
Note **

  • 84 Le cas de Veracruz s’apparente, malgré son pourcentage très élevé, aux États indigènes avec beauco (...)

123Dans le premier cas, la réalité sociale du pueblo avec son statut ancien trouve immédiatement son expression légale. L’exemple le plus frappant en est l’Oaxaca : à chaque communauté indigène, si insignifiante soit-elle, correspond un municipe : en 1910, 1052 pueblos, 1131 municipes ; le reste des municipes correspond aux nouvelles agglomérations et aux zones de colonisation récente. Une situation semblable, mais qui ne tient sans doute compte que des communautés les plus importantes se trouve au Chiapas84. Dans d’autres États — Aguascalientes, Nuevo León, Sonora, Tamaulipas —, les deux réalités coïncident mais le résultat est autre. Le statut ancien et le caractère de municipe moderne coïncident, certes, mais le nombre de pueblos est très faible, et le nombre des localités, sans statut, congregaciones, rancherias, ranchos, élevé (cf. Annexe V, tableau VIII). Les municipes sont ici des divisions administratives très étendues, dans des régions au demeurant peu peuplées. Accéder au rang de pueblo, c’est devenir un municipe mais le déphasage n’est pas ici entre les statuts anciens et modernes ; il se trouve plutôt entre les villages sans statut et ceux qui le possèdent.

124Dans le second cas, un décalage existe entre-le nombre de pueblos et le nombre de municipes. Il peut être parfois considérable, comme dans le Guerrero (333 pueblos, 67 municipes), à Puebla (648 pueblos, 183 municipes) ou au Sinaloa (123 pueblos, 10 municipes). Nous touchons ici à un double refus : celui de l’État moderne de reconnaître la société traditionnelle, avec ses acteurs, et celui des élites des villes et des bourgs, de partager le pouvoir avec des paysans qu’elles estiment arriérés. Le municipe, c’est pour les gentes de razón dans les régions indigènes, ou pour les gens du chef-lieu dans les régions blanches ou métisses et à travers le gouvernement du municipe, la domination sur les pueblos de la circonscription.

  • 85 C’est le cas, par exemple, du Veracruz, de l’Hidalgo, du Yucatán, du Queretaro, du Tabasco, de Pue (...)
  • 86 En certains États, cette situation de tutelle complète à laquelle sont soumis les pueblos qui ne s (...)

125Etre un municipe n’est pas indifférent pour les habitants des campagnes, car, dans presque tous les États, les autorités des villages qui ne sont pas de municipes ne sont pas élues, mais nommées par le gouverneur, le chef politique ou par le conseil municipal du chef-lieu85. En plus ces localités n’ont même pas l’autonomie relative, notamment pour le partage des impôts, dont jouissent les chefs-lieux des municipes pour leur administration86.

  • 87 Voir plus haut, pp. 234-235, n. 2.

126Nous sommes bien loin de la générosité de la Constitution de Cadix et de ses premières applications au Mexique, qui disposaient que devaient être créés des ayuntamientos dans les localités dont la population, même dispersée, atteindrait mille habitants87. Lorsque des articles apparaissent dans les constitutions à ce sujet, ce sont presque toujours des barrières infranchissables qui sont dressées au gouvernement local. Lorsqu’il ne s’agit pas de chefs-lieux de district, qui ont partout droit à l’ayuntamiento, la population nécessaire pour y avoir droit est considérable : 3 000 habitants à San Luis Potosí, dans l’Hidalgo et le Sinaloa, 4 000 au Colima, 6 000 au Jalisco. L’opposition des puissants à ce contre-pouvoir que sont les pueblos se joint au désir des élites gouvernantes de diminuer l’autonomie de la société.

  • 88 Constitution du Sonora, 1877, dans Colección... 1902.

127Les États qui apparaissent le plus ouverts à l’organisation municipale sont certains États à forte tradition communautaire indigène. C’est le cas du Morelos et de Puebla où il est prévu que plusieurs pueblos puissent s’associer pour avoir ensemble un ayuntamiento ; c’est aussi le cas des États dans les zones à peuplement récent, comme le Colima, le Zacatecas ou le Sonora. Dans ce dernier, il suffit que la population d’un noyau de peuplement atteigne 500 habitants pour qu’elle ait droit à un ayuntamiento88.

  • 89 Art. 50 de la Constitution du Zacatecas, 1869, dans Constitución..., 1870, p. 648.
  • 90 Voir sur ce sujet Chevalier, 1982.

128Le cas du Zacatecas est encore plus exceptionnel, puisque cet État prévoit dans sa Constitution l’érection de nouveaux pueblos et cela même si les demandants se trouvent à l’intérieur d’une grande propriété : « Toute agglomération de 500 habitants et moins de 2 000, qui se trouve sur une terre de propriété particulière, a le droit à ce qu’on lui vende les terres nécessaires pour ses ejidos et à être érigée en congregación gouvernée par une junte municipale. »89 La vieille tradition municipale du Zacatecas se trouve ainsi encore concrétisée à une époque où la tendance générale est plutôt contraire. Cette libéralité n’est sans doute pas étrangère à la persistante popularité du caudillo local, Trinidad Garcia de la Cadena. Ce qui est plus extraordinaire, c’est que douze ans après la constitution de 1857 et en parfaite contradiction avec elle, le Zacatecas prévoie encore l’attribution d’ejidos aux nouveaux villages et qu’il maintienne l’ancienne disposition qui permet aux groupements humains sis à l’intérieur de l’hacienda de devenir des villages90. Ici, comme dans l’Oaxaca, comme dans l’État de Mexico — et sans doute dans d’autres États qui n’ont pas consigné ces dispositions dans leurs constitutions —, la force des aspirations sociales à devenir des pueblos a modérée l’intransigeance des principes libéraux.

La fondation des « pueblos »

129Le très ancien mouvement de fondation des pueblos dans les terres vides ou bien aux dépens des grands domaines, s’est certainement poursuivi pendant tout le xixe siècle, sans doute avec davantage d’ampleur avant la constitution de 1857 qu’après ; mais il s’est poursuivi après cette date, et jusqu’aux dernières années du porfiriat (cf. tableau II).

  • 91 Voir Chevalier, 1959, pp. 14-15.
  • 92 Voir plus haut, chapitre II, pp. 131-132.

130En règle générale la période qui — à partir de 1854 — a vu le plus grand nombre de fondations de pueblos, c’est celle qui va de 1854 à 1877, peut-être parce que les caudillos régionaux en lutte sont allés chercher dans la satisfaction de ce désir social une base locale à leur pouvoir. Cela était déjà arrivé avant, par exemple au Zacatecas où la politique de fondation de pueblos du gouverneur Francisco Garcia dans les années 183091 coïncidait avec la puissance redoutable de la Garde nationale du Zacatecas. La fondation de nombreuses villas dans le Nuevo León, entre 1849 et 1863, ne correspond pas seulement au soucis du peuplement mais aussi à celui de donner une puissance militaire à l’État. Et ce sont les milices de ces villas du Nuevo León et du Coahuila qui seront le fondement de la force des caudillos du Nuevo León : de Vidaurri à Naranjo et Treviño92.

  • 93 On peut trouver une étude détaillée de ces divisions dans la Sierra de Puebla actuelle, dans Chamo (...)

131Quelle est l’origine de ces nouveaux pueblos ? Les réalités de départ sont extrêmement variées. Dans les régions à forte tradition indigène, il s’agit souvent de la division d’un pueblo préexistant. Non pas que le village proprement dit se divise, mais plutôt l’un des hameaux qui sont dans la dépendance de la cabecera (chef-lieu), ou l’un des quartiers — au sens lignager et territorial —, se sépare et il accède à la catégorie de pueblo. Le phénomène se produit encore de nos jours dans les régions indiennes, et il s’est sans doute produit de la même façon au xixe siècle. Ces scissions trouvent leur fondement dans la personnalité propre des quartiers, avec leurs intérêts géographiques particuliers. Si ces intérêts, ou les rivalités personnelles avec les autorités de la communauté principale, deviennent trop forts, et si cela convient aux autorités extérieures de l’État, la scission peut intervenir juridiquement93.

Tableau II. L’évolution des ciudades, villas et pueblos (1854-1910)

Tableau II. L’évolution des ciudades, villas et pueblos (1854-1910)
  • les ciudales n’y étant pas inclues, le nombre total est sous-évalué
  • § en 1900 et 1910, inclus parmi les pueblos, 11 minerales anciens
  • ** avant la division de l’État de Jalisco : Jalisco (1854) 284, Jalisco (1877) 316, Jalisco + Tepic ( (...)
  • †† avant la division de l’État de Mexico : Mexico (1854) 1 196, Mexico + Hidalgo + Morelos (1877) 1 2 (...)
  • ‡‡ avant la division de l’État du Yucatan : Yucatan (1854) 259, Yucatan + Campeche (1877) 208, indice (...)

Note *
Note (a)§
Note (b)**
Note (c)††
Note (d)‡‡
Source : Annexe V, tableau VIII.

  • 94 González, 1972, pp. 72 ss.

132Dans d’autres cas — les régions de population blanche ou métisse —, il peut s’agir du groupement volontaire de petits propriétaires, vivant jusqu’alors dispersés dans des ranchos et rancherías. C’est ce qui arrive dans le Michoacán où les six cents chefs de famille — avec ou sans terre — qui vivent et travaillent sur le territoire d’une ancienne hacienda divisée, fondent en 1887 le pueblo de San Jose de Gracia. La fondation du pueblo est ici une initiative des groupes de familles liées entre elles par la cohabitation sur un même territoire. Elle consiste d’abord à obtenir l’aval de l’autorité — ici celle de l’évêque pour ériger un vicariat — puis à acheter des terres aux habitants d’un des ranchos — celui de Llano de la Cruz — pour la construction du village lui-même ; enfin il faut tracer les rues et délimiter les lots pour les différentes familles94.

  • 95 Voir par exemple les pueblos qui apparaissent dans la Sierra du Sinaloa à la place d’anciennes hac (...)

133Ailleurs, le pueblo peut se constituer dans le cadre du casco (l’espace central bâti) d’une hacienda fractionnée, qu’elle soit agricole ou minière95.

  • 96 Calculs à partir de Roel, 1948, pp. 107, 150-152, 166, 190, 204, 208, 214.

134Dans le cas du Nuevo León, pour lequel nous disposons d’une série à peu près complète de fondations de villas allant de 1849 à 1885, plusieurs types originels peuvent être distingués96.

135Le plus courant (huit villas sur les vingt-quatre fondées pendant cette période) est celui des haciendas qui se transforment en villages, sans doute par fractionnement. Les haciendas sont encore à l’origine des villages dans les trois autres cas : une fois, ce sont plusieurs haciendas qui donnent naissance à la villa — elle hérite donc du finage des trois grands domaines ; une autre fois, on trouve à l’origine une hacienda et des ranchos ensemble ; la troisième fois, une hacienda et des rancherías. On a l’impression d’être devant de grandes propriétés peu rentables et éloignées dont les terres sont convoitées par la population voisine composée de petits propriétaires, de fermiers ou de métayers.

136Autres cas fréquents : la fondation de la villa à partir de hameaux sans statut (deux poblados), ou d’une population dispersée (trois fois), qui habite des lieux-dits (cinq valles, lugares, regiones). On rencontre aussi des ranchos. Le nom peut ici désigner aussi bien une ou plusieurs propriétés individuelles que des hameaux sans statut. Dans tous les cas, nous sommes en présence d’une population pionnière qui occupe des espaces vides et l’appui du gouvernement local permet à ces hommes d’accéder au statut de communauté villageoise. Il s’agit de terres qui étaient déjà à eux ou qu’ils avaient reçues du gouvernement.

137En effet, le troisième cas correspond à des fondations nouvelles (trois cas). Une fois celle de la villa Mier y Terán, les terres pour l’ejido sont un don d’un grand propriétaire ; les deux autres fois, il semble que l’on a procédé par concession de terres publiques. Il est frappant de constater que seules ces trois dernières villas, parmi toutes les autres, disparaîtront rapidement par manque de ressources. La villa ou le pueblo, avant d’être des réalités juridiques, sont d’abord des réalités humaines : il est plus facile de les reconnaître que de les créer par décret.

138Enfin, on trouve dans cet État, en plus des cas signalés, un certain nombre de changements de statut. C’est ce qui arrive au village natal du caudillo régional, le général Francisco Naranjo, l’ancienne mission de Santa María de los Dolores, fondée en 1698 ; elle est devenue en 1752 la villa de San Juan de Horcasitas ; elle prend en 1877 le nom du caudillo, villa Lampazos de Naranjo, et reçoit le statut de ciudad. Les acteurs collectifs que sont les pueblos ont comme les individus, une histoire et l’on pourrait presque dire une carrière avec ses dignités.

139Le phénomène de l’augmentation du nombre de pueblos semble donc général entre 1854 et 1877, à quelques exceptions près qui sont cependant significatives. Elles concernent d’abord les États du Mexique central (Mexico, Morelos, Hidalgo, Puebla, Tlaxcala), auxquels s’ajoutent le Michoacán, le Guanajuato et le Chihuahua. Le nombre de pueblos y est à peu près constant, peut-être parce qu’ils y étaient déjà extrêmement nombreux depuis la période coloniale et que le problème de ces régions était plutôt la concordance entre le statut ancien de pueblo et la condition moderne de municipe.

140Une exception éclaire particulièrement les problèmes des États à fort caractère indigène, c’est celle de l’Oaxaca. C’est l’État où les pueblos sont les plus nombreux, 823 en 1854, 1 052 en 1910. Ici, la croissance des pueblos est continuelle ; elle va de pair avec leur accès au rang de municipe jusqu’au point, nous l’avons dit, qu’en 1910, il y a plus de municipes que de pueblos. Ici, toute communauté indigène, si petite soit-elle, est un pueblo et un municipe. La protection apportée pendant l’époque coloniale par l’appartenance à la seigneurie de Cortès, s’est sans doute accompagnée au xixe siècle de la protection des présidents originaires de l’Oaxaca — Juárez puis Díaz. Les liens qui les unissaient à leur pays d’origine et la connaissance qu’ils en avaient, expliquent cette situation à part dans l’Oaxaca ; les pueblos y sont très nombreux et les municipes en nombre encore supérieur, de même que les terres communales préservées, 92,3 % des villages en possèdent encore en 1910 ; la constitution locale protectrice promulguée par Juárez, Díaz en respecte l’application... Est-il étonnant que l’Oaxaca soit l’un des États les moins touchés par la révolution, et le bastion, jusqu’en 1920, des partisans de Felix Díaz, le neveu du caudillo de Tuxtepec ? Les fidélités, nous l’avons dit plus haut, n’unissent pas simplement des acteurs individuels, mais aussi des acteurs collectifs à leurs chefs.

141Autre exception notable : celle de la péninsule du Yucatán, où l’ensemble Yucatán-Campeche perd cinquante et un pueblos en vingt-trois ans, passant de l’indice 100 à l’indice 80. Conséquence de la guerre des castes ou de la croissance des grandes propriétés modernes ? Sans doute les deux choses à la fois. Mais ce phénomène est significatif d’une altération de l’équilibre de l’État.

142De 1877 à 1900, la tendance semble se poursuivre mais à un rythme global ralenti ; ceci cache, en fait, des évolutions contradictoires : en gros, la stagnation ou la faible croissance du Mexique central, et la poursuite de la fondation des pueblos dans le Mexique périphérique. Evolutions multiples encore à l’intérieur de ces deux grands groupes : des études locales devraient en éclairer les raisons, parmi lesquelles la personnalité des gouverneurs doit jouer sans doute le rôle le plus important.

La mise au pas des autonomies locales

143Ajoutons en outre qu’il y a toutes les raisons de penser que cette période n’est pas homogène et qu’il se produit, au début des années 1890, un changement qualitatif du régime dans sa politique à l’égard de la population des campagnes ; ce changement équivaut d’ailleurs à une rupture de ce pacte social que nous avons décrit précédemment et sur lequel Porfirio Díaz avait fondé son régime. Ledit changement de politique, contemporain de l’arrivée aux leviers de commande de la génération des científicos, peut être perçu dans deux domaines complémentaires : dans les libertés municipales et dans le domaine agraire.

144Dans l’ordre politique, ces années sont marquées par la promulgation de nouvelles constitutions locales, ou bien par la modification des anciennes. Le sens général des réformes est toujours le contrôle croissant de l’exécutif des États sur la vie politique locale. Le régime de Díaz, qui a dû composer, d’abord, avec les caudillos régionaux, a déjà réussi à cette époque à les éliminer et à les remplacer par des gouverneurs fidèles. Le moment est venu d’étendre ce contrôle politique jusqu’aux échelons les plus bas. Comme à l’époque réformiste du second xviiie siècle, les Lumières se conjuguent avec l’intervention croissante de l’État sur la société. La modernisation porfirienne est très proche du despotisme éclairé.

  • 97 Almada, 1927, p. 381.
  • 98 Ochoa Campos, 1955, p. 323.
  • 99 Ibidem, p. 331.
  • 100 Ibidem, p. 316.
  • 101 Almada, 1964, p. 97.
  • 102 Ochoa Campos, 1955, p. 323.
  • 103 Constitución..., 1870 ; Ochoa Campos, p. 331 ; Penafiel, 1901, pp. 38-39.

145Ce dernier avait bâti la hiérarchie qui, des intendants, menait aux sous-délégués pour surveiller les villes et les villages ; le second porfirisme veut, lui, par ses gouverneurs, agents du pouvoir central, avoir bien en main les chefs politiques, et pour ce faire, il supprime leur élection là où elle existait. Comme cette élection existait surtout dans le Nord, ce sont d’abord et surtout les États du Nord qui firent les frais de cette politique. Dès 1887, les chefs politiques commencent à être nommés par le gouverneur dans le Chihuahua97, en 1892, dans le Sonora98, en 1894, dans le Sinaloa99, en 1896, dans le Zacatecas100. D’autres dispositions complémentaires annulent pratiquement toute indépendance politique des municipes et des pueblos. Dans le Chihuahua, qui connaissait une division territoriale très hiérarchisée — districts, cantons, municipes et sections municipales —, après la réforme de 1887 sur les districts et les cantons, la suppression des présidents municipaux élus des chefs-lieux se produit en 1889. En 1904, c’est la suppression de l’élection pour tous les présidents de section municipale et pour les conseillers municipaux101. Au Sonora, en 1891, les commissaires de police, qui étaient des autorités élues dans les agglomérations de moindre importance, cessent d’être élus pour être nommés102. Le nombre des pueblos est réduit de cent trente en 1900 à soixante-neuf en 1910. Au Sinaloa, le contrôle de la vie locale se resserre encore plus : en 1894, non seulement les préfets — les chefs politiques — sont dorénavant nommés, mais encore les « directeurs », dont chacun veille sur chaque municipalité, le sont aussi103.

146Ces réformes alignent le régime intérieur des États du Nord sur celui des États du Mexique dense. La perte de ces libertés locales dans une région pionnière, avec une population beaucoup plus libre que celle du Mexique dense, contribua à faire grandir dans ces régions le mécontentement contre le régime Díaz. Il n’est donc pas étonnant que ce soient précisément ces États, attaqués dans leur autonomie locale, qui soient ceux qui se rallieront le plus fermement à Madero, et qui seront les premiers à se soulever en 1910-1911 ; les autres États du Nord, sans chefs politiques et dotés d’une autonomie municipale plus grande — Coahuila, Nuevo León et Tamaulipas — seront beaucoup plus calmes. Ce n’est pas la seule raison, évidemment, des révoltes du Nord, mais c’est une raison très importante.

  • 104 Articles 45 et 46 du programme du Parti libéral mexicain, Saint-Louis Missouri, 1er juillet 1906, (...)
  • 105 Plan politico-social, 18 mars 1911, dans Ibidem, p. 144.

147Le Chihuahua, qui dans sa partie occidentale possédait de nombreux pueblos et une vie locale intense, fut l’État du Nord où cette sensibilité à l’égard des libertés municipales fut la plus grande. D’où les révoltes locales, après la réforme de 1889, à Ciudad Guerrero et Namiquipa, à propos d’élections truquées, à Ascension et à Temosachic en 1891 ; puis, toujours dans la même région, après la réforme de 1904, des soulèvements magonistes en 1906-1908, marqués par un aspect municipal certain. Le Parti libéral mexicain des Flores Magón recueille une revendication qui connaît une intensité spéciale au Nord lorsqu’il propose en 1906 non seulement la suppression des chefs politiques, mais encore « la réorganisation des municipes qui ont été supprimés et le raffermissement du pouvoir municipal »104 . De même, le plan politico-social, publié à Mexico en 1911 par des conspirateurs venus des provinces, réclame « la réorganisation des municipalités supprimées »105.

  • 106 Womack, 1969, pp. 57-58.

148Dans le Morelos aussi, en 1909, l’arrivée au pouvoir d’un gouverneur científico et hacendado modernisateur — Escandón — provoque une tentative de resserrement du contrôle de l’État. En 1909 sont créés, au-dessous des chefs politiques, vingt sous-préfets qui sont nommés. Même si la mesure n’eut pas le temps d’être effectivement appliquée, elle contribua grandement au mécontentement contre le régime et à la révolte de Zapata106. Ici, comme au Nord, le contrôle croissant de l’État provoquait des réactions de défense des acteurs sociaux collectifs, d’autant plus attachés à leur autonomie qu’elle était aussi attaquée dans ses bases matérielles, les terres.

149En effet, dans le domaine agraire, le début des années 1890 marque une rupture du compromis de fait que Porfírio Díaz avait passé avec les pueblos en ce qui concerne l’application des lois de désamortissement. Comme nous l’avons vu, l’essentiel de ce compromis était la reconnaissance implicite de la personnalité juridique des pueblos et la mise en sommeil des lois de désamortissement, et Díaz avait été bien précédé en cela par l’Oaxaca de Juarez et par d’autres États, tels celui du Zacatecas ou celui de Mexico.

  • 107 Stresser-Pean, 1965, pp. 201-214.
  • 108 Voir plus haut, chapitre IV, B, pp. 210 et 212.
  • 109 Katz, 1980, pp. 60 ss.; Wasserman, 1980, pp. 30-32.

150Ce compromis fut appliqué diversement d’après les États, mais il le fut. Dans la Huastèque, après les soulèvements de 1877-1883, les terres nationales distribuées aux grands propriétaires restèrent entre leurs mains, ainsi que celles usurpées aux pueblos par la gente de razón de moindre importance. En échange, les communautés gardèrent celles qui leur restaient107. Dans le Veracruz, les lois ne furent pas réellement appliquées jusqu’à la fin du xixe siècle108. Dans le Chihuahua il faut attendre 1904 et la loi de Terres municipales de Creel109. Dans le Morelos, l’offensive commencée dans les années 1880 reprit une nouvelle vigueur après 1908, et sans doute au Yucatán aussi, bien avant cette date. Par contre, dans l’Oaxaca, les lois ne furent jamais appliquées d’une façon systématique avant la Révolution.

  • 110 Circulaire n. 36 de la Commission nationale agraire, 11 juillet 1919, dans Fabila, 1941, p. 340.
  • 111 Voir Miranda, 1967.

151Malgré des exceptions régionales et locales certaines, la situation pendant la première époque porfirienne fut donc celle que Pastor Rouaix, président de la Commission nationale agraire, décrivait en 1919 : « (...) la constitution de 1857, dans son article 27, alinéa II, priva les pueblos de toute capacité juridique pour posséder et administrer leurs ejidos. Mais devant la clameur des pueblos dépouillés de leurs terres par des particuliers ou par des compagnies, voire même par les autorités locales ou municipales, qui, profitant de l’incapacité constitutionnelle citée, commencèrent à envahir les ejidos et les autres terres communales et de repartimiento, la Cour suprême de la nation protégea beaucoup les plaignants. Elle considéra que, même si les pueblos n’existaient pas comme personnes morales, leurs habitants individuellement avaient droit de possession sur les ejidos et qu’ils devaient être considérés, par rapport à ces biens, comme copropriétaires d’une chose indivise. »110 Quelles que fussent les fictions juridiques employées (et elles ont été multiples)111, la réalité fut le respect provisoire d’une situation que l’on savait porteuse de résistances.

4. CROISSANCE ET DÉRACINEMENT DE LA POPULATION RURALE

152Au début des années 1890, le régime semble définitivement assis. La paix, inébranlable, les autorités bien en main. La construction des chemins de fer est en bonne voie, la modernisation de l’économie et de la société à l’honneur. Cette modernisation passe à nouveau par la construction d’une propriété individuelle pleine, seule garantie du progrès. La propriété des pueblos, dans les régions touchées par l’économique moderne, est à nouveau jugée archaïque et insupportable pour le néo-libéralisme des científicos.

La construction de la propriété moderne

  • 112 McBride, (1923), 1951, p. 52.
  • 113 Loi sur l’occupation et l’aliénation des terrains baldios, du 25 mars 1894 ; dans Fabila, 1941, pp (...)

153Dès 1892, une loi confirme la propriété — même fondée sur des titres défectueux — des possesseurs des biens nationalisés de l’Église. La mesure est importante, car la vente de ces biens nationalisés fut l’occasion de maintes occupations illégales de terres112. Deux ans plus tard, une nouvelle loi, celle du 25 mars 1894 sur « l’occupation et l’aliénation des terres baldías (incultes) »113, pose les bases d’une nouvelle propriété agraire.

  • 114 En 1902, une nouvelle loi dérogea cette loi en ce qui concerne les pouvoirs donnés aux compagnies (...)

154On a surtout retenu de cette loi le pouvoir donné aux compagnies d’arpentage de délimiter, posséder et vendre des lots d’une superficie illimitée. Mais c’est sur d’autres aspects de cette loi, moins connus et à notre avis plus importants, que nous voudrions nous arrêter114.

155Il s’agit, malgré son titre, d’une loi qui déborde largement la question des terres incultes. Elle tente en fait d’ajuster la réalité à la loi, en mettant définitivement un terme aux incertitudes sur la propriété de la terre, et en faisant passer la plupart du territoire national dans le domaine privé.

156Pour cela, la loi commence par définir les différents types de terres qui sont propriété de la nation auxquelles s’applique la nouvelle loi : 1) les terres baldías - ce sont toutes celles qui n’ont pas été destinées à un usage public, ou celles qui n’ont pas été cédées à des particuliers. 2) Les excès (demasías) : ce sont des terrains sans titres, inclus dans une propriété qui, elle, les possède. 3) Les excédents (excedencias) : même type de terres que les précédents, mais limitrophes à la propriété. 4) Les terres nationales : ce sont les baldíos arpentés et non attribués.

  • 115 Loi des... baldios, art. 6 dans Fabila, 1941.

157La loi permet désormais à tout habitat du Mexique de demander la concession de baldíos, demasías et excedencias sans aucune limitation d’extension (elle était auparavant de 2 500 ha)115. Le propos est clair : il s’agit de mettre en mouvement les biens-fonds non exploités, et de légaliser des occupations sans titre.

158Qui peut bénéficier de ces dispositions ? La loi, nous l’avons dit, ouvre cette possibilité à tous les habitants de la République, avec quelques limitations pour les étrangers. En fait, si l’on regarde de plus près cette loi, on constate qu’elle concerne deux types de terres bien différentes : d’un côté les baldíos proprement dits, terres jamais attribuées ou jamais occupées dont le sort est en fait laissé entre les mains des compagnies d’arpentage ; d’un autre côté, les demasías et les excedencias qui sont des terres occupées sans titre. Les premières, même si leur extension est considérable et leur distribution tout à fait inégalitaire (elles seront accaparées par quelques grandes compagnies), ne touchent qu’une faible partie de la population mexicaine.

  • 116 Chaintron, 1981, pp. 99 ss.
  • 117 On peut lire la liste de ces concessions dans Almada, 1964, pp. 56 ss.

159Dans le Mexique dense qui regroupe encore la majorité de la population rurale, les terrains baldíos sont peu nombreux ; la terre utile est occupée depuis des siècles par les haciendas et les pueblos dotés de titres de propriété. Ce n’est qu’au Nord que la distribution de baldíos posera des problèmes, dans les régions où ces terrains étaient des bois ou des terrains de pacage pour certains pueblos. C’est le cas par exemple des montagnes du Durango. Les deux cinquièmes des terrains y étaient, en 1910, propriété des compagnies d’arpentage ; elles avaient dépouillé ainsi de nombreux pueblos de la sierra de leurs bois et leurs pacages116. Des problèmes semblables se produisent après 1900 dans les régions orientales et septentrionales du Chihuahua117. Mais même si cela est important pour comprendre les origines de la Révolution dans ces régions clefs, ce n’est pas là le problème essentiel du Mexique dense.

  • 118 « Loi des... baldios », art. 10 dans Fabila, 1941, p. 191.

160Celui-ci est surtout concerné par le second type de terres, les demasias et les excedencias. Il s’agit ici en effet davantage de confirmer des terres usurpées sans titre que de nouvelles concessions : « Les demasias et excedencias, ainsi que des terrains baldíos possédés par des particuliers pendant vingt ans ou plus sans titre primordial (...) pourront aussi faire objet de demandes (...). »118 Lorsqu’on a vu que les excedencias et demasías ont été définies par rapport à des propriétés existantes, on comprend qu’il ne peut s’agir que de la validation de titres incertains des grandes propriétés ; ces titres incertains doivent porter dans la plupart des cas sur des terres enlevées aux pueblos dans des périodes troubles.

  • 119 Art. 68, dans Ibidem, p. 203.
  • 120 Art. 69, dans ibidem.

161Cependant tout n’est pas si clair dans cette loi essentielle, et nous retrouvons ici toutes les ambiguïtés et du libéralisme mexicain et du porfiriat. D’une façon surprenante, ce texte, qui veut fonder la propriété moderne individuelle, fait apparaître tout à coup, comme pouvant aussi demander ces terres, un acteur inattendu : les pueblos. « Si un pueblo quelconque était en possession, à titre d’ejidos, d’exexcedencias ou demasias, il pourra être admis à la régularisation (composición) dans les mêmes conditions que les particuliers. »119 Comme cet acteur est légalement inexistant, la loi est obligée de lui conférer une personnalité juridique transitoire : « Pour solliciter la régularisation dont parle l’article précédent, ainsi que pour se défendre des demandes illégales sur les ejidos, terres et bois des pueblos et pour préparer leur répartition ou fractionnement entre les individus ayant droit, on confère la personnalité juridique aux ayuntamientos, assemblées ou corporations municipales, quelle que soit la dénomination que les lois sociales leur donnent. »120

  • 121 Art. 22 à 41, dans ibidem, pp. 193-197.
  • 122 Titre IV comprenant les art. 45 à 62, dans ibidem, pp. 198-201.

162Le compromis avec la réalité sociale ancienne semble toujours présent, mais il n’est pas du tout certain que les pueblos aient pu profiter de cette possibilité. D’abord parce que les délais pour les démarches administratives sont courts, la procédure complexe, et à la charge du demandeur121. Ensuite parce que tout le processus doit aboutir à ce qui, autant que ces dispositions, est l’objet essentiel de la loi : « le Grand registre de la propriété de la république. »122

  • 123 González Navarro, 1970, p. 192.

163Une nouvelle loi, en 1896, autorise de nouveau l’exécutif à céder aux Indiens des terres baldias et nationales, car, dans leur majorité, ceux-ci n’avaient pas encore légalisé la possession de leurs terres. Comme les précédentes, cette loi sera très peu appliquée123.

  • 124 « Loi des... baldios », art. 48, dans Fabila, p. 198.

164L’inscription dans le registre de la propriété de la République est volontaire, mais elle donne droit à un privilège exorbitant : « Toute propriété inscrite dans le “Grand registre de la propriété de la République” sera considérée par le gouvernement fédéral comme parfaite, irrévocable et exempte de toute sorte de révision [c’est nous qui soulignons]. (...) Aucune autorité de la nation (...) ne peut plus jamais demander la présentation de titres ou documents primordiaux. (...) Aucun motif ne pourra faire modifier l’extension territoriale de la propriété inscrite. »124

  • 125 Ibidem, p. 199.

165Il s’agit de constituer définitivement une propriété moderne, parfaite et irrévocable. Une propriété individuelle, car tous les articles qui concernent ce registre renvoient à la propriété individuelle : nom du propriétaire, nom du domaine, etc.125. Les pueblos ne sont évidemment pas concernés par ces dispositions ; et leur propriété n’est ni parfaite, ni irrévocable, ni exempte de révision ; elle se révèle vulnérable à toute demande individuelle, même non fondée, compte tenu des facilités que cette loi donne aux occupants sans titre.

  • 126 Goody, 1981, p. X.

166Ajoutons que cette nouvelle propriété parfaite, en pleine concordance avec toutes les lois libérales depuis Cadix, est pleine et absolue. Sa fixation dans un registre public enlève toutes les servitudes et les droits d’usage dont elle pouvait être grevée. Les remarques d’un anthropologue sur l’introduction actuelle de l’écriture en Afrique pourraient être appliquées avec énormément de ressemblance au Mexique de cette époque : « En Afrique, aujourd’hui, on généralise les plans agricoles qui se servent de l’écriture pour enregistrer les terres. Mais comme la plupart des terres sont transmises dans des systèmes traditionnels (...) les modes d’enregistrement modernes n’en tiennent généralement pas compte. Ainsi, si je vais faire enregistrer mes terres, on va me faire écrire mon nom, à côté d’une surface de dix hectares. Mais, en faisant cela, tous les droits de mon frère, de ma femme, de mon cousin vont disparaître dans ce type de classement. Cette formalisation oublie l’inscription des droits anciens. Ceci n’engendre pas simplement des erreurs, mais aussi des conflits terribles. »126 Ce n’est pas que l’écriture soit chose nouvelle au Mexique, mais ce qui est nouveau, c’est qu’elle soit ici mise au service d’une définition de la propriété, qu’elle achève de rendre absolue.

167De multiples hameaux, des rancherias, des ranchos dépendants, jouissaient sans doute d’une occupation sans titre de leurs terres, enracinée pourtant dans toute une tradition de droits coutumiers (services ou cens contre une propriété utile) ; cette situation se trouve en question à cause de la nouvelle conception de la propriété, lorsque celle-ci ne distingue plus entre propriété éminente et propriété utile des terres.

  • 127 « Loi... des baldios », art. 67, dans Fabila, p. 202.

168Dans cette optique, la propriété collective des pueblos ne pouvait qu’être condamnée à disparaître, à cause du fractionnement tant de fois annoncé par les lois de désamortissement. La loi de 1894 a une apparence conciliatrice, mais elle relance en fait l’offensive contre la propriété des pueblos. Elle rappelle que l’article 27 de la Constitution est toujours en vigueur, et elle donne aux gouverneurs des instructions pour continuer le désamortissement : « L’interdiction et l’incapacité juridique des communautés et des corporations civiles pour posséder des biens-fonds subsistent toujours. Les gouvernements des États, aidés par les autorités fédérales, poursuivront la signalisation, le fractionnement en lots et l’adjudication aux vecinos des pueblos, des terrains des ejidos et excedencias du fundo légal (le terrain bâti), lorsque ces opérations n’auront pas été réalisées. »127

169Le pacte implicite que Díaz avait passé avec les pueblos est rompu. Comme toujours l’application de ces dispositions sera variable selon les régions, la personnalité des gouverneurs et leur connaissance des conditions locales. Mais dans les textes et dans l’esprit des nouveaux gouvernants, ces modernisateurs de la deuxième période porfirienne, la balance penche à nouveau en faveur de la destruction de cette propriété « archaïque » qu’est la propriété des pueblos.

  • 128 González Navarro, 1970, p. 202.

170Même les gouverneurs qui connaissaient bien les problèmes ruraux, et qui mirent par conséquent un frein au processus de désamortissement, partageaient cette conception. Martin González, gouverneur de l’Oaxaca, explique lucidement que les communautés indigènes sont opposées au fractionnement non par ignorance, mais par manque d’esprit individualiste. Pour lui, la solution passe d’abord par le développement de l’esprit individuel parmi les Indiens. Ensuite disparaîtra ce socialisme « imparfait et absurde » qu’est la propriété communale128.

La multiplication des agglomérations sans statut

171Mise au pas des autonomies locales là où elles existaient, offensive contre la propriété communale : la dernière période du porfiriat ne pouvait manquer de provoquer de grandes tensions dans les campagnes. C’est dans ce contexte que les données des recensements prennent toute leur importance, car elles mettent aussi en lumière un phénomène d’une grande ampleur et d’une grande importance : la multiplication des agglomérations sans statut.

172Le phénomène est important lorsqu’on sait quelle importance a la communauté villageoise dans la vie des campagnes. Une importance qui est à la fois sociale, économique et politique. Sociale puisqu’elle permet une vie stable dans une microsociété indépendante ; économique, puisqu’elle est la garantie — faible mais toujours efficace — de la possession de terres ; politique enfin, puisqu’en assurant un gouvernement propre — sous tutelle, mais réel —, elle rend possible la permanence de cette forme de sociabilité.

173La stagnation ou la diminution des localités dotées d’un statut apparaît d’autant plus grande que le porfiriat est une époque qui connaît une très forte augmentation de la population et, par suite, un accroissement du nombre d’agglomérations ainsi que de la population rurale, en chiffres absolus (tableau III.).

174Tandis que l’indice de la population totale passe de 100 en 1877 à 156 en 1910, les agglomérations de moins de 5 000 habitants passent elles pour la même période, de l’indice 100 à l’indice 253. Et même si la population rurale ne cesse de descendre en pourcentage de la population totale (81,1 % en 1900, 79,9 % en 1910), elle continue d’augmenter en nombre absolu (1,1 million d’habitants en plus pour cette même période).

Tableau III. La population rurale pendant le porfiriat

Tableau III. La population rurale pendant le porfiriat
  • §§ estimation : total des agglomérations, non compé les ciudades.
  • *** Ce chiffre est relativement arbitraire car des agglomérations plus importantes sont en fait de gro (...)
  • ††† en gros, ce sont les chefs de famille.
  • ‡‡‡ il faut lire ces pourcentages comme ceux des personnes actives par rapport à l’ensemble de la popu (...)

Note *§§
Note (a)***
Note (b)†††
Note (c)‡‡‡
Source : E.E.P., pages 25, 27, 28, 40 et 45 et E.S.P., page 15.

175Sous la froideur des chiffres se révèle une réalité en changement très rapide. On constate une population qui est en 1910 supérieure de presque 2/3 à celle de 1877, un nombre d’agglomérations qui a plus que doublé, une population rurale qui représente encore en 1910 les 4/5e de la population totale.

176Nous reviendrons plus longuement sur la modernisation du pays. Ce qui importe ici, c’est de montrer les changements que la paix, la croissance démographique et la modernisation économique ont provoqués dans la population des campagnes. On a souvent mis l’accent sur la croissance de la grande propriété pendant le porfiriat. Le phénomène est incontestable, mais d’autres réalités aussi importantes le sont aussi (tableau IV).

177La première, c’est l’extraordinaire croissance du nombre total des agglomérations, telles que les montrent les recensements. Ceux-ci emploient le terme « localités » pour désigner des noyaux de peuplement séparés. Même si l’augmentation spectaculaire des chiffres peut être attribué à une plus grande précision des données (surtout par rapport aux deux premières dates), il n’en reste pas moins que la croissance a été très importante.

  • §§§ sans le District fédéral, ni le Quintana Roo

Tableau IV. L’évolution des agglomérations par statut (1854-1910)§§§

Tableau IV. L’évolution des agglomérations par statut (1854-1910)§§§
  • **** les ciudades n’y étant pas comptabilisées, le chiffre et sous-évalué.
  • †††† on y a comptabilisé 11 mines anciennes du Chihuahua.
  • ‡‡‡‡ les chiffres de rancherias du Veracruz étant anormaux et représentant à eux seuls presque la moiti (...)
  • §§§§ on y compte les colonias, usines gares et mines [sauf les 11 du Chihuahua de la note (a)]
  • ***** Cf. annexe V pour l’ambiguïté du terme : il est à la fois appliqué à la grande propriété, à la pet (...)

Note ******
Note (a)††††
Note (b)‡‡‡‡
Note (c)§§§§
Note (d)*****
Source : Annexe V, tableau VIII.

178L’image d’un Mexique rural immobile, avec des pueblos qui subissent l’assaut progressif d’une grande propriété envahissante, ne correspond pas aux chiffres. Ceux-ci montrent, au contraire, des campagnes qui subissent des transformations multiples avec des créations et des disparitions fréquentes de lieux d’habitation ; en plus on constate une grande variabilité de leurs statuts — seules des études régionales précises, menées au moins à l’échelle du district, pourront la cerner complètement. Le Mexique dense déborde de toutes parts vers les zones jusqu’alors peu peuplées : vers le nord, terre de mines et d’élevage, exutoire traditionnel de la Nouvelle-Espagne, et vers de nouvelles régions agricoles : les terres chaudes du golfe du Mexique, et les plaines côtières du Pacifique.

179Dans ces régions, qui attirent une population récente, l’habitat est extrêmement variable. Les petites agglomérations agricoles — rancherias et ranchos — apparaissent, disparaissent, se gonflent ; certaines deviennent des haciendas, d’autres ont la chance d’accéder au statut de pueblo. Le phénomène inverse est aussi fréquent : des haciendas se divisent et donnent naissance à des ranchos individuels, d’autres fois à des hameaux sans statut ou à des pueblos. Les mines, les chemins de fer, les usines sont, dans les régions les plus modernes, l’origine de nouvelles localités. Même dans le Mexique dense, ces transformations se font sentir, à un rythme et une échelle, il est vrai, plus modérés.

  • 129 B.D.G.E., 1913. n. 3, pp. 191-192.
  • 130 Voir Guerra, 1981, p. 799, et idem, 1983.
  • 131 García de León, 1981, pp. 179 ss.

180Cette mobilité de la population et du peuplement s’accélèrent dans la dernière décennie du porfiriat, parallèlement à l’accélération de la croissance économique et aux changements législatifs que nous avons signalés. Le nombre d’agglomérations, qui avait augmenté d’environ vingt-trois mille unités en vingt-trois ans (de 1877 à 1900), augmente alors — en dix ans — d’environ dix-neuf mille lieux habités. Des renseignements partiels, tirés d’autres sources, et qui demanderaient des études détaillées, offrent l’image d’une population rurale dotée d’une grande mobilité. Au Zacatecas, par exemple, en 1910, presque 13 % de la population n’est fixée dans son lieu de résidence que depuis moins d’un an, ou l’on ignore la date de son installation129. Dans les districts miniers — au Nord surtout —, les déplacements d’une population mi-minière mi-agricole se reflètent dans une variabilité extrême des chiffres de population130. D’autres fois, ce sont des déplacements saisonniers qui mènent de véritables masses d’hommes vers les États-Unis ; ou bien à partir de l’intérieur du Mexique, il y a de vastes déplacements des États peuplés du centre vers les zones de cultures modernes, des hautes terres indiennes — au Chiapas, par exemple — vers les exploitations modernes des terres chaudes131.

  • 132 Minaudier, 1982, pp. 66-79.

181Au Guerrero, entre 1895 et 1910, le nombre d’agglomérations rurales augmente de 54,2 %, et leur population moyenne baisse de 322 à 266 habitants. Mais ce qui est encore plus frappant, c’est que ces chiffres ne reflètent que le solde du mouvement d’apparitions et de disparitions. Examinés dans le détail, ils montrent que 383 agglomérations ont disparu sur les 1 292 recensées en 1895, soit 29,6 %, et qu’il en est apparu 1 094 nouvelles ; 55 % de celles qui existent en 1910 n’existaient pas en 1895. La répartition géographique montre que la mobilité la plus grande correspond aux districts peu peuplés, et pionniers, de la Costa Grande (autour de 70 % des agglomérations y sont nouvelles) ; la plus basse mobilité correspond aux districts à prédominance indienne du nord-est de l’État (autour de 35 %) ; le centre, la zone la plus mélangée et importante, occupant une position intermédiaire (environ 50 %). La variabilité affecte ici surtout les agglomérations sans statut — ranchos et cuadrillas —, tandis que dans l’ensemble, les formes sociales traditionnelles — pueblos et haciendas — se maintiennent ou ne diminuent que légèrement132. La population de cet État apparaît donc, à travers ces chiffres, comme extrêmement instable et mouvante, dans une situation de plus en plus précaire, car elle demeure sans statut face aux gouvernants et aux puissants. Il n’est pas étonnant que, lors de la Révolution, le Guerrero ait été l’une des régions les plus précocement et profondément touchées. Celle, aussi, où la fragmentation, la diversité et les rivalités de groupes révolutionnaires atteindront les proportions les plus élevées.

  • 133 Rapport d’Olegario Molina, 1er janvier 1906, dans Acereto, 1947, pp. 351 ss.

182Au Yucatán, en 1906, dans le rapport annuel que le gouverneur fait de son gouvernement, figurent les individus arrêtés par la police. Sur 7 542 individus, seulement 2 559 sont originaires du Yucatán (33 %) ; sur les 433 qui, parmi eux, sont inculpés de vol, seulement 35 le sont (8 %)133. Ce sont là des chiffres significatifs et du volume de la population flottante et de sa marginalité.

183La population rurale du Mexique de l’époque semble être dans une grande proportion tout le contraire d’une population enracinée. La vie paisible et isolée des communautés villageoises ne serait-elle qu’une exception à l’intérieur d’une masse de population rurale flottante ou très instable ?

  • 134 L’expression est de McBride, 1951, p. 82.

184Une analyse plus serrée des statuts des agglomérations permet de répondre en partie à cette question. Cette forme privilégiée de la sociabilité villageoise qu’est le pueblo, est globalement en recul à la fin du porfiriat (tableau IV). En recul aussi, ces villages dotés d’un statut ancien reconnu — mais moindre — que sont les barrios et les congregaciones. Le phénomène s’explique par la nouvelle politique appliquée depuis le milieu des années 1890. Tous ces bourgs et villages avec statut sont, ou veulent devenir, des pueblos terranientes134 (des villages propriétaires fonciers). Ce statut donne en effet droit à une large propriété communale. Rien de plus normal que cette réticence des autorités à accorder ce titre : la politique et l’esprit du temps veulent justement créer, ou renforcer, la propriété agricole individuelle. Les grands propriétaires fonciers, de leur côté, voient avec hostilité l’apparition de villages avec des droits et des ressources propres. Ils suivent en cela une ancienne constante, car ceci rendrait plus difficile la mobilité de la main-d’œuvre. Enfin le caractère récent, et parfois précaire, de nouveaux noyaux de peuplement rendent ceux-ci peu cohérents, peu appropriés à devenir très vite une communauté villageoise stable, capable de recevoir le statut de pueblo.

Diversités régionales

185Ces chiffres globaux couvrent cependant des évolutions contradictoires. Les États du Mexique traditionnel connaissent généralement une stagnation ou une diminution du nombre des pueblos, voire leur transformation en congregaciones conséquence des offensives — anciennes ou récentes — contre les terres communales. Au Guanajuato, au Colima, au Guerrero, dans l’État de Mexico, dans le Morelos, dans le Puebla, au Veracruz, le bilan global est défavorable aux agglomérations dotées de statut. Ailleurs, au nord surtout, leur nombre continue à augmenter, mais il faudrait nuancer cette affirmation par des remarques locales : les pueblos augmentent surtout dans les régions les plus accidentées et les plus minières — ce sont souvent les mêmes. Ils diminuent, ou deviennent des congregaciones, dans les régions de plaine ou d’accès facile. Dans le premier cas, il n’y a pas trop de difficulté à donner cette satisfaction à la population de zones marginales, délaissées par la grande propriété ; dans le second, la dégradation du statut reflète les difficultés auxquelles les pueblos ont à survivre.

  • 135 Ces études, reprises nécessairement depuis lors, sont celles de McBride, (1923), 1951, et Tannemba (...)
  • 136 Voir annexe V.

186Autre forme d’habitat et d’organisation sociale et économique : le grand domaine, la hacienda. La hacienda apparaît, aussi bien aux observateurs de l’époque qu’aux analystes contemporains, comme la structure sociale essentielle du Mexique rural. Elle l’est certainement, mais sans doute dans des proportions moindres que celles que l’on cite d’habitude. Au fond de multiples développements sociaux, et même économiques, il y a une erreur d’analyse qui date des premières études quantitatives des années 1920135, lesquelles s’appuient elles-mêmes sur une mauvaise interprétation des recensements. Nous renvoyons à l’annexe V pour un développement plus complet : le sujet est suffisamment important pour qu’on s’y arrête longuement136.

187Dans le tableau IV, nous avons qualifié le terme rancho de réalité incertaine. Contrairement à l’acception communément admise qui le considère comme une petite ou moyenne propriété, ce terme de rancho désigne dans les recensements, des lieux qui portaient ce nom originairement et qui l’ont ensuite gardé même si leur nature est tout autre : grandes, moyennes ou petites propriétés, ou tout simplement, dans un grand nombre de cas, villages sans statut. De la même façon, on voit souvent dans les recensements que des lieux qualifiés d’hacienda ne sont en réalité que des noms résiduels d’une ancienne hacienda à l’abandon, puisqu’ils ne comptent parfois que moins de 20 habitants.

188Si nous appliquons le pourcentage approximatif que nous avons calculé dans l’annexe V, tableau V, nous aurions les estimations suivantes pour l’ensemble du Mexique :

189C’est-à-dire un nombre d’haciendas bien moindre que celui qui est communément admis. Elles ne peuvent grouper en fait qu’entre 10 et 20 % de la population rurale. Le Mexique des haciendas comprend sans doute, dans la majorité des États, la plupart des bonnes terres de culture et d’élevage ; il occupe, au moins d’une façon saisonnière, une bonne partie de la main-d’œuvre rurale. Mais il est loin de contrôler les villages ou les hameaux où vit la plus grande partie de la population des campagnes.

190Cette population des campagnes se groupe de plus en plus dans de petits ranchos ou des rancherias qui n’ont pas le statut de pueblo ou de congregación. Elle se concentre à la périphérie des grandes propriétés, dans les interstices que celles-ci laissent entre elles ; ce phénomène est notable dans les régions d’accès difficile, à l’écart des voies de communication modernes, et dans les régions de montagne peu favorables à la grande propriété. En effet, s’il est certain que la grande propriété est pendant la dernière époque du porfiriat conquérante et envahissante dans les meilleures terres du pays, il est aussi certain qu’elle recule d’une façon constante en certaines régions.

  • 137 Szyslo, 1913, pp. 270 ss., et annexe V, tableau VIII.
  • 138 Jacquemet, 1981, p. 67, et annexe V, tableau VIII.

191Le Sinaloa, par exemple, connaît, depuis les années 1880 un double mouvement. Le premier mouvement se situe dans la plaine côtière qui voit l’extension d’une grande et moyenne propriété moderne, aux dépens des terres communales des pueblos indigènes ou par l’usurpation individuelle de terres des condueñazgos (ici de grandes extensions de terres en indivision, cultivées à leur gré par les possesseurs des parts). En 1910, de Mazatlán à El Fuerte, en passant par la vallée de Culiacán, toute la plaine côtière et la proche région des collines ne sont qu’une suite d’exploitations modernes de canne à sucre, de fruits et de légumes, sur des terres que l’irrigation et la colonisation par de grandes compagnies étrangères ont revalorisées137. Dans la montagne, par contre, le déclin de la vieille économie minière a provoqué l’abandon de nombreuses haciendas de beneficio, devenues très souvent des rancherías (dans les recensements : ranchos, car le classement ranchería n’existe pas dans le Sinaloa) ; certaines de ces rancherias sont même arrivées à obtenir le statut de pueblo138.

  • 139 Chaintron, 1981, pp. 72 ss. ; Haussely, 1981, pp. 64 ss. ; annexe V, tableau VIII.

192Il en va de même dans le Durango. L’augmentation globale du nombre de ranchos (987 de plus en 1910 qu’en 1900), de rancherias (+ 192), de congregaciones (+ 22) et d’haciendas (+ 25), n’est que le solde global de deux mouvements contradictoires. L’un se produit dans la région centrale et orientale de l’État, surtout dans la région d’agriculture irriguée de La Laguna : il voit l’expansion des grandes propriétés (haciendas et grands ranchos) aux dépens des pueblos, congregaciones, rancherias, et des petits ranchos. L’autre mouvement, dans la région occidentale des « Quebradas » et de la Sierra Madre, voit au contraire, comme dans la montagne du Sinaloa, la multiplication de petits ranchos et de hameaux ; certains de ceux-ci accèdent aussi au statut de pueblo139.

  • 140 Haussely, 1981, pp. 64 ss.

193Dans l’autre partie de La Laguna, qui appartient au Coahuila, on constate la même évolution : les haciendas et les grands ranchos occupent progressivement toute la plaine irriguée et déplacent vers les terres arides de la périphérie — les Sierras de Parras et de Viesca — les petits agriculteurs des ranchos et des rancherias, avec leurs maigres champs de maïs et leurs troupeaux de chèvres140.

  • 141 Annexe V, tableau VIII : le nombre d’haciendas n’a pas cessé de décliner au Guerrero : 202 en 1877 (...)
  • 142 C’est le cas des rancheros du Michoacán décrits par Gonzalez, 1977, ou du Guerrero par Jacobs, 198 (...)
  • 143 Stresser-Pean, 1965 ; Meade, 1970, pp. 160 ss.

194D’autres exemples pourraient être donnés, qui mettraient toujours en valeur ces évolutions contrastées, véritables ruptures des équilibres régionaux. Contraste dans le Michoacán, entre les « terres chaudes » du bassin du Balsas, où grandit la grande propriété moderne, et les plateaux et montagnes moins fertiles où les haciendas se divisent ; il arrive aussi d’ailleurs que se multiplient les hameaux et les petits ranchos141, habités par une population de rancheros aux activités variées et à l’esprit indépendant142. Dans la Huastèque, à cheval entre les États de Tamaulipas, San Luis Potosí, Veracruz, Hidalgo et Puebla, on remarque aussi un fort contraste entre les serranias indigènes de la Sierra Madre orientale — où se multiplient les hameaux — et les terres chaudes et humides des plaines du golfe — où prospèrent les grandes propriétés modernes d’élevage, aux dépens des terres communales indiennes et des condueñazgos traditionnels143.

Nouveaux déséquilibres

  • 144 Voir pour le Chihuahua, parmi d’autres, Almada, 1964, ch. IV-VII, et Wasserman, 1980 ; pour le Son (...)

195Mais la population des campagnes se groupe aussi de plus en plus dans des agglomérations nées de la modernisation. Les recensements désignent celles-ci par leur fonction : gares de chemin de fer, campements, mines, colonies, usines, etc. Leur nombre augmente prodigieusement : 677 agglomérations de cette sorte en 1900, 2 276 en 1910. La population des campagnes est de plus en plus nombreuse à cette période et, malgré les effets de la crise minière et industrielle de 1906 à 1910 qui gonflent les effectifs des personnes exerçant une activité agricole, c’est une population dont les activités sont de plus en plus diversifiées (cf. tableau III). Est-ce seulement parce que le manque de terres force cette population à chercher des occupations d’appoint ? Cela est sans doute vrai dans de nombreux cas, mais cela nous semble aussi correspondre à une réanimation des campagnes par la paix, par les chemins de fer, par les investissements et par la présence d’agglomérations modernes — mines, gares, usines, campements, etc. La mobilité de la population rurale et l’élévation du niveau de culture ne sont pas, sans doute, étrangères à cette diversification sociale et économique. Cela est inéquivoque pour certains États du Nord, tels le Sonora et le Chihuahua, où les mines et la proximité du marché américain provoquent une diversification sociale croissante et un boom économique qui dure jusqu’en 1907 ; cela fait penser davantage à l’Ouest américain de la fièvre de l’or qu’au Mexique traditionnel144.

  • 145 Voir annexe V, tableau VIII.
  • 146 Voir plus loin, chapitre VI, B, 2, et chapitre XI, 3.

196La vitalité de ces deux États se reflète bien dans les recensements. Dans le Chihuahua, le recensement de 1910 enregistre par rapport à celui de 1900, 15 nouveaux pueblos, 63 nouvelles haciendas, 150 nouvelles rancherias, 2 134 nouveaux ranchos, 73 nouvelles mines, 30 nouvelles gares145. Dans le Sonora, même si l’on enregistre 61 pueblos en moins, il apparaît 355 nouvelles congregaciones, 137 mines, 31 gares, 164 localités diverses et nouvelles, 77 haciendas et 299 ranchos. Dans cette fièvre de croissance, surgit une multiplication de groupes sociaux montants : cadres et employés des compagnies, petits agriculteurs et éleveurs indépendants, commerçants, transporteurs, instituteurs, petits exploitants des mines, etc. ; nous les retrouverons nombreux parmi les dirigeants révolutionnaires du Nord146.

  • 147 Voir annexe V, tableau VIII.

197Des remarques semblables pourraient être faites pour d’autres États du Nord, comme le Coahuila147. Nous préférons cependant prendre deux exemples dans des régions plus traditionnelles ; ils montrent aussi cette diversification du Mexique rural que l’on a trop tendance à considérer comme immobile.

198Le premier exemple est celui du municipe de Canelas, dans la vieille région de la Sierra du Durango ; il compte en 1900, 4 081 habitants classés par le censo de 1900 de la façon suivante :

1991 ingénieur, 1 médecin, 4 sages-femmes, 73 agriculteurs, 1 jardinier, 4 administrateurs et employés de commerce, 704 péons, 113 propriétaires et travailleurs des mines, 24 commerçants, 3 employés, 2 prêtres, 4 instituteurs, 81 élèves, 10 propriétaires, 2 maçons, 14 muletiers, 5 charpentiers, 11 couturières, 2 musiciens, 3 fondeurs, 5 forgerons, 10 blanchisseurs, 7 boulangers, 84 serviteurs, 5 employés, 301 sans occupation définie, 1 246 femmes à la maison et 1 323 enfants. Ceci donne, en pourcentage, pour une population au travail qui représente 37 % de la population totale :

Tableau V. La population du municipe de Canelas (Durango) en 1900.

Tableau V. La population du municipe de Canelas (Durango) en 1900.
  • ††††† Les remarques faites dans l’annexe V s’appliquent ici. Le terme « agriculteurs » s’applique aux ag (...)

Note (1)†††††
Source : Censo... 1900... Durango.

200La population de Canelas, d’où sortiront en 1910 maints révolutionnaires — dont les frères Arrieta — est, on le voit bien, une population assez diversifiée, éloignée du monde bipolaire hacendados-péons que l’on présente souvent comme typique de l’époque. Ce qui est aussi significatif, c’est la masse de « sans occupation », 1/5e de la population active. Elle reflète la crise structurelle de cette région minière ancienne et elle rend plus compréhensible les débuts de la Révolution.

201Le second exemple a été pris dans le Queretaro, et plus précisément dans le municipe de Vizarrón (4 328 habitants), où se trouve le rancho de Sombrerete dont nous savons par ailleurs qu’il est en fait un village sans statut. La population du municipe comprend en 1900 : 36 agriculteurs, 11 administrateurs et employés d’exploitation agricole, 1 081 péons, 55 propriétaires et ouvriers des mines, 53 commerçants, 3 employés publics, 1 prêtre, 1 instituteur, 17 élèves, 5 propriétaires, 5 maçons, 13 potiers, 49 muletiers, 6 charbonniers, 3 charpenteurs, 6 artificiers, 4 couturières, 2 tanneurs, 1 blanchisseur, 27 ouvriers, 6 boulangers, 9 pêcheurs, 1 bijoutier, 56 bûcherons et charbonniers, 47 coupeurs de fibre, 15 tisserands de coton, 75 tisserands de palme, 1 sage-femme, 24 serviteurs, 4 employés, 67 sans occupation, 1 246 femmes à la maison et 1 323 enfants. Cela donne, en pourcentage, pour une population au travail qui représente 39 % de la population totale :

Tableau VI. La population du municipe de Vizarrón (Queretaro) en 1900

Tableau VI. La population du municipe de Vizarrón (Queretaro) en 1900
  • ‡‡‡‡‡ Même remarque que pour la note (1) du tableau V.

Note (1)‡‡‡‡‡
Source : Censo... 1900... Queretaro.

202Le Mexique rural se trouve donc dans les premières années du xxe siècle en pleine mutation. Ce n’est pas dans un pays archaïque et immobile que la Révolution va éclater, mais dans des campagnes où croît considérablement la population. Une population dont les déplacements et l’instabilité surprennent et dont la diversification professionnelle — ou parfois le processus de prolétarisation — est largement commencée.

203Ces mutations profondes du monde rural ne vont pas sans créer de fortes tensions sociales et politiques. Tensions nées de déséquilibre entre les zones dynamiques et les zones en déclin à l’intérieur des États ; tensions provoquées par la mise au pas des autonomies locales ; tensions créées enfin par l’offensive de la propriété individuelle contre les terres communales des pueblos.

204La croissance démographique et la modernisation économique ont été considérées comme un progrès par les gouvernants porfiriens, sans qu’ils se soucient de leurs conséquences. Dans un monde rural dont les mentalités sont restées traditionnelles, ces changements sociaux se sont produits contre les cadres traditionnels de la société villageoise ou en dehors d’eux. L’inadaptation du cadre institutionnel n’en fut que plus éclatante entre le projet libéral enfin en voie d’achèvement et la réalité ancienne. Les lois faites pour favoriser la petite propriété et la colonisation ne produisirent que la croissance de l’hacienda et l’accaparement des terres vides par les grandes compagnies. Les réformes destinées à accroître l’efficacité de l’administration étouffèrent la vie locale autonome. L’opposition à toute forme de corporation empêcha une multiplication des pueblos qui aurait pu enraciner cette population mouvante.

205Comme le montre l’article 27 de la Constitution révolutionnaire de 1917, que nous avons cité en exorde à ce chapitre, dans la plupart des cas, la terre que les paysans demandaient n’était pas une terre pour des individus, mais pour des collectivités anciennes. D’autres articles complémentaires, comme l’article 115 sur le municipe libre, viendront satisfaire en partie cet autre aspect des revendications villageoises. Dans le choc entre les structures villageoises traditionnelles et la société rurale telle que les libéraux avaient voulu la modeler, le porfiriat, après un compromis initial avec la société traditionnelle, avait voulu mener à terme la logique individualiste du libéralisme, même aux dépens de l’autre volet de cette logique : la lutte contre le grand domaine.

206Les écarts qui existaient entre les trois pôles autour desquels pouvait s’ordonner la réalité villageoise, étaient dans la plupart des cas excessifs (fig. 5-2). La réalité humaine des agglomérations, leur statut ancien et leur catégorie politique moderne coïncidaient de plus en plus rarement.

Figure 5-2 : Les statuts et la réalité

207Le statut ancien de pueblo ou de villa avait cessé d’être attribué, ou ne l’était plus qu’avec parcimonie ; il était menacé, en plus, par la destruction des communaux. La revendication des terres des pueblos portait en elle-même, implicitement, la revendication de la reconnaissance de leur pleine personnalité juridique : posséder et administrer leurs terres. Les revendications d’érection de pueblos témoignaient de ce qui restait l’idéal des agglomérations rurales : l’existence en tant que pueblo, comme garantie d’existence d’une communauté humaine reconnue.

208La catégorie administrative moderne, — le municipe — restait peu répandue. Les revendications des pueblos pour devenir des municipes montraient qu’ils voyaient ce dernier comme des traductions modernes de leur ancien gouvernement autonome ; cela leur permettait de se dégager de leur dépendance pesante à l’égard des chefs politiques, ou des chefs-lieux (cabeceras) contrôlées par les élites locales.

209Enfin, l’écart le plus important est celui qui sépare les agglomérations de fait des agglomérations de droit — anciennes ou modernes. Pour la population, très nombreuse, qui habitait des villages sans statut, cette situation était synonyme d’arbitraire et de dépendance. Arbitraire, car sans poids légal face à l’État et aux puissants. Dépendance à l’égard de l’hacendado, car sans terres inaliénables, sans liberté de commerce face à sa tienda de raya ; dépendance enfin à l’égard de l’État, car sans existence légale, constituée par de simples individus dans un groupement de fortune.

210Quand surviendra la grande crise politique de la fin du porfiriat, toutes les tensions issues d’un siècle et demi de politique éclairée, puis libérale, éclateront progressivement au grand jour avec leurs revendications spécifiques. Résistance et revendications des pueblos luttant pour leurs droits et leurs terres perdus ou en danger : c’est ce qui arrive dans le Mexique central du zapatisme, dans la vallée du Mayo au Sinaloa, dans la Huastèque... Agitation et mécontentement diffus de la population flottante et des hameaux sans statut, qui nourriront les bandes et les armées révolutionnaires dans tant de régions du Mexique du Nord, du centre Nord, de l’Ouest et du Guerrero... Mécontentement des élites locales, au Nord surtout, car elles voient disparaître leur autonomie et grandir le contrôle et les privilèges des autorités nommées par l’État. Les déséquilibres issus d’une longue évolution et ceux que provoque la toute récente modernisation s’additionneront pour attiser le feu de la Révolution.

Notes

1 Voir plus haut, chapitre III, I.

2 Voir par exemple sur les distinctions faites par la Constitution actuelle de l’État de Puebla et la pratique du village, Chamoux, 1981, pp. 297 ss.

3 Art. 27, al. 6 de la constitution de 1917, dans Tena Ramirez, 1967, p. 887.

4 Voir par exemple dans R.L.R.I., tome II, livre VII, les titres V : « De las poblaciones », VII : « De la población de las ciudades, villas et pueblos », VIII : « De las ciudades y villas y sus preeminencias », IX : « De los cabildos y concejos », etc.

5 R.L.R.I., livre IV, titre VII, lois VI, XIII et XIV.

6 ibidem, loi VI.

7 ibidem, livre VI, titre IV, loi II.

8 Pour la structure, et des exemples des activités des « cajas de comunidad », voir Chevalier. 1952. pp. 251 ss.

9 N.R.L.E., livre VII, titre XXI, loi I.

10 Loi d’Alphonse XI de Castille en 1325, confirmée par Henri II en 1367, Jean Ier en 1386, Jean II en 1433 et 1453, dans N.R.L.E., livre VII, titre IV, loi I.

11 ibidem, livre VII, titre XVIII, loi I.

12 Ibidem.

13 ibidem, loi II.

14 Voir ibidem, livre VII, titre VI, « De los pueblos y arbítrios de los pueblos », surtout à partir des lois de 1760 de Charles III (lois XI et ss.).

15 ibidem, livre VII, titre XX, surtout lois III et ss.

16 Ochoa Campos, 1955, pp. 225 ss.

17 Dans Chavez Orozco, Las cajas de comunidades..., 1934.

18 Bernal, 1978, tableau 1, p. 291.

19 N.R.L.E., 1807, livre VII, titre XVI, loi XIII.

20 Chevalier, 1982.

21 Ibidem, p. 5.

22 Chávez Orozco, 1935, pp. 52-55.

23 Cité dans Ochoa Campos, 1955, p. 251.

24 Sánchez Agesta, 1978, pp. 102-103.

25 Circulaire n. 19 de la Commission nationale agraire, 25.3.1917, dans Fabila, 1941, p. 315.

26 Circulaire n. 36 de la même commission, 11 juillet 1919, Ibidem, p. 340.

27 Ce sont les termes employés dans la discussion du Congrès constituant de l’État de Mexico, en 1824, pour justifier le maintien de l’autorité intermédiaire de l’ancien sous-délégué, sous le nom de préfet politique. Voir Hale, 1972, pp. 91 ss.

28 Constitution des Cortès de Cadix, le 18.3.1812, titre VI, art. 310, dans Tena Ramírez, 1967. p. 95.

29 Chevalier, 1982.

30 Dans les catalogues des Archives de l’État que publie le Boletín del Archivo General del Estado de México, apparaissent souvent les actes d’érection d’ayuntamientos. Par exemple, en 1822, l’érection dans le district d’Acapulco (actuellement dans l’État du Guerrero) des pueblos de Cacahuatepec, San Miguel Coyuca, Dos Arroyos, San Isidro de la Solana, San Marcos, San Juan Temaupán, Santiago de Testa, dans Boletin, 1979, n. 3, pp. 44 ss.

31 Alanis Boylo, 1980, pp. 25 ss.

32 Constitution de 1836, sixième partie, art. 22, dans Tena Ramirez, 1967, p. 243.

33 Les articles 40 et 41 de la constitution de 1857 réservent le régime intérieur des États à leurs constitutions respectives, signalant uniquement in genere qu’ils doivent l’organiser sous la forme du gouvernement « républicain, représentatif, populaire » (art. 109). Tena Ramírez, 1967, pp. 613 et 625.

34 Barquera, prologue à L. de Ezeta, Manual del Alcalde y Juez de paz, Mexico, 1845, dans Ochoa Campos, 1955, p. 279.

35 Ce qui arrive par exemple dans le cas de la Huastèque : voir Stresser-Pean, 1965, p. 203.

36 Lechuga Barrios, 1981, pp. 17 ss. Des problèmes semblables se retrouvent dans le soulèvement de Tamazunchale, dans l’Huastèque potosine, un demi-siècle plus tard.

37 Meyer (J.-A.) (2), 1973, pp. 9-16.

38 Documents sur la révolte des Chamulas en 1869, dans Reína, 1980, pp. 53 ss.

39 Documents sur la révolte de Julio López, 1868, dans ibidem, pp. 66 ss.

40 Documents sur la révolte des pueblos de Guerrero, 1842-1949, ibidem, pp. 89 ss.

41 Documents sur la révolte de Manuel Lozada, 1857-1881, ibidem, pp. 219 ss.

42 Documents sur les révoltes de la Sierra de Puebla, 1855-1859, ibidem, pp. 249 ss.

43 Documents sur la révolte de l’Huastèque potosine, 1877-1883 ; ibidem, pp. 284 ss.

44 Décret du conseil de régence, Cadix, 14 janvier 1812, publié par le vice-roi Calleja le 25 mai 1813, dans Fabila, 1941, pp. 71-72.

45 Royal Ordre, Cadix, 22 janvier 1813, publié par le même vice-roi le 23 août 1813, dans ibidem, pp. 73-76.

46 Décret du Conseil de régence. Cadix, 8 juin 1813, publié à Mexico par le même vice-roi le 18 janvier 1814, dans ibidem, pp. 80-82.

47 Pour un exposé très complet sur le vrai sens de la loi Lerdo voir Fraser, 1972, pp. 615-652.

48 Constitution de 1857, art. 27, al. II, dans Tena Ramírez, 1967, p. 610.

49 Voir par exemple l’étude comparative du désamortissement dans trois régions de France, d’Italie, et d’Espagne, dans Rueda Hernanz, 1976 et 1981.

50 Sanz Díaz, 1980, pp. 231 ss.

51 Tank Estrada, 1977, p. 242.

52 Estimations à partir de E.S.P., p. 43.

53 Staples, 1981, pp. 117-170.

54 ibidem, pp. 127, 132, 156.

55 Boletín... Mexico, 9 sept-déc. 1981, pp. 9 ss.

56 Tank Estrada, 1977, pp. 178-180.

57 Ibidem, p. 175.

58 Voir par exemple les signatures de cinquante Indiens dans la protestation élevée en 1856 par des indigènes du district de Matamoros (Puebla), ou les signatures des habitants de San Francisco Amautla (État de Mexico) en 1868, dans Reina, 1980, pp. 251 et 72.

59 Iturribarría, 1956, p. 38.

60 Minaudier, 1982, pp. 54 et 60.

61 « Noticia de molinos, fábricas, ingenios, lagunas..., le 1 avril 1794 », dans Florescano-Gil, 1973, pp. 50-51.

62 Ces textes ont été maintes fois reproduits, comme précurseurs de la réforme agraire et du socialisme. Voir par exemple Silva Herzog, 1959 ; Meyer, 1973 (2) ; García Cantú, 1969 ; Chávez Orozco, 1935.

63 Vote particulier de Ponciano Arriaga au Congrès constituant, 6 juin 1856, dans Tena Ramírez, 1967, p. 574.

64 Ibidem, p. 580.

65 Ibidem, p. 574.

66 Ibidem, p. 577.

67 Ibidem, p. 575.

68 Ibidem, p. 579.

69 ibidem, pp. 587-590.

70 Ibidem, p. 591.

71 Ibidem, p. 577.

72 On trouve la reproduction de l’original manuscrit dans Reína, 1980, pp. 281-282.

73 Il manque dans ce programme l’église, car malgré son caractère essentiellement traditionnel, il y a en lui des éléments libéraux qui viennent sans doute de la personnalité du chef de la révolte, Felipe Cortina, qui avait servi comme sergent dans l’armée.

74 Ces constitutions se trouvent dans Constitución..., 1870, 657 pp. , dans Colección..., 1902, 2 t. ; pour certaines modifications de détail, voir Ochoa Campos, 1955, chapitres IV et VI.

75 Constitution du Chiapas, 1858, Constitución..., 1870, pp. 77 ss.

76 Id. du Sonora, ibidem, pp. 501 ss.

77 Id. de l’Oaxaca, 1857, Ibidem, p. 397.

78 Id. de l’État de Mexico, 1870, ibidem, pp. 305 ss.

79 Id. de Nuevo León, 1857, ibidem. L’article a été maintenu dans la nouvelle constitution de 1879.

80 Id. du Tamaulipas, 1869, ibidem, pp. 560 ss.

81 Ochoa Campos, 1955, p. 329.

82 Constitution du Coahuila, 1869, dans Constitution..., 1870, pp. 128 ss.

83 D.D.C.D., 20 septembre 1912.

84 Le cas de Veracruz s’apparente, malgré son pourcentage très élevé, aux États indigènes avec beaucoup de municipes, car ici maints pueblos ont été classés comme congregaciones. Voir Annexe V, tableau VIII.

85 C’est le cas, par exemple, du Veracruz, de l’Hidalgo, du Yucatán, du Queretaro, du Tabasco, de Puebla, du Colima, du Guerrero. Constitución..., 1870.

86 En certains États, cette situation de tutelle complète à laquelle sont soumis les pueblos qui ne sont pas de municipes, et les autres localités moindres, est compensée par le fait qu’ils peuvent malgré tout élire leurs autorités, même si elles ne forment pas un conseil municipal. C’est le cas, avant les réformes des années 1890, des États de Chihuahua, Guanajuato (pour les pueblos), Jalisco, Michoacán, Sonora, San Luis. Ibidem.

87 Voir plus haut, pp. 234-235, n. 2.

88 Constitution du Sonora, 1877, dans Colección... 1902.

89 Art. 50 de la Constitution du Zacatecas, 1869, dans Constitución..., 1870, p. 648.

90 Voir sur ce sujet Chevalier, 1982.

91 Voir Chevalier, 1959, pp. 14-15.

92 Voir plus haut, chapitre II, pp. 131-132.

93 On peut trouver une étude détaillée de ces divisions dans la Sierra de Puebla actuelle, dans Chamoux, 1981, pp. 258 ss.

94 González, 1972, pp. 72 ss.

95 Voir par exemple les pueblos qui apparaissent dans la Sierra du Sinaloa à la place d’anciennes haciendas de minas abandonnées, dans Jacquemet, 1981, pp. 67 ss.

96 Calculs à partir de Roel, 1948, pp. 107, 150-152, 166, 190, 204, 208, 214.

97 Almada, 1927, p. 381.

98 Ochoa Campos, 1955, p. 323.

99 Ibidem, p. 331.

100 Ibidem, p. 316.

101 Almada, 1964, p. 97.

102 Ochoa Campos, 1955, p. 323.

103 Constitución..., 1870 ; Ochoa Campos, p. 331 ; Penafiel, 1901, pp. 38-39.

104 Articles 45 et 46 du programme du Parti libéral mexicain, Saint-Louis Missouri, 1er juillet 1906, dans Silva Herzog, 1960, I, p. 100.

105 Plan politico-social, 18 mars 1911, dans Ibidem, p. 144.

106 Womack, 1969, pp. 57-58.

107 Stresser-Pean, 1965, pp. 201-214.

108 Voir plus haut, chapitre IV, B, pp. 210 et 212.

109 Katz, 1980, pp. 60 ss.; Wasserman, 1980, pp. 30-32.

110 Circulaire n. 36 de la Commission nationale agraire, 11 juillet 1919, dans Fabila, 1941, p. 340.

111 Voir Miranda, 1967.

112 McBride, (1923), 1951, p. 52.

113 Loi sur l’occupation et l’aliénation des terrains baldios, du 25 mars 1894 ; dans Fabila, 1941, pp. 189-205.

114 En 1902, une nouvelle loi dérogea cette loi en ce qui concerne les pouvoirs donnés aux compagnies d’arpentage et le classement des terres de la loi de 1894 ; et en 1909 une autre loi mit fin définitivement à la concession de baldíos (voir Gonzalez Navarro, 1970, p. 193). Cette mesure modéra l’octroi de grandes extensions vides ; l’essentiel de la loi de 1894, la légalisation des titres douteux et le grand registre de la propriété avaient déjà porté ses fruits.

115 Loi des... baldios, art. 6 dans Fabila, 1941.

116 Chaintron, 1981, pp. 99 ss.

117 On peut lire la liste de ces concessions dans Almada, 1964, pp. 56 ss.

118 « Loi des... baldios », art. 10 dans Fabila, 1941, p. 191.

119 Art. 68, dans Ibidem, p. 203.

120 Art. 69, dans ibidem.

121 Art. 22 à 41, dans ibidem, pp. 193-197.

122 Titre IV comprenant les art. 45 à 62, dans ibidem, pp. 198-201.

123 González Navarro, 1970, p. 192.

124 « Loi des... baldios », art. 48, dans Fabila, p. 198.

125 Ibidem, p. 199.

126 Goody, 1981, p. X.

127 « Loi... des baldios », art. 67, dans Fabila, p. 202.

128 González Navarro, 1970, p. 202.

129 B.D.G.E., 1913. n. 3, pp. 191-192.

130 Voir Guerra, 1981, p. 799, et idem, 1983.

131 García de León, 1981, pp. 179 ss.

132 Minaudier, 1982, pp. 66-79.

133 Rapport d’Olegario Molina, 1er janvier 1906, dans Acereto, 1947, pp. 351 ss.

134 L’expression est de McBride, 1951, p. 82.

135 Ces études, reprises nécessairement depuis lors, sont celles de McBride, (1923), 1951, et Tannembaum (1929), 1952 ; plus récemment, dans la même ligne, E.S.P. et E.E.P.

136 Voir annexe V.

137 Szyslo, 1913, pp. 270 ss., et annexe V, tableau VIII.

138 Jacquemet, 1981, p. 67, et annexe V, tableau VIII.

139 Chaintron, 1981, pp. 72 ss. ; Haussely, 1981, pp. 64 ss. ; annexe V, tableau VIII.

140 Haussely, 1981, pp. 64 ss.

141 Annexe V, tableau VIII : le nombre d’haciendas n’a pas cessé de décliner au Guerrero : 202 en 1877, 154 en 1900, 92 en 1910. Pour l’expansion du Michoacán des terres chaudes, voir par exemple, de Nadaillac et d’Harcourt, 1981, pp. 94 ss.

142 C’est le cas des rancheros du Michoacán décrits par Gonzalez, 1977, ou du Guerrero par Jacobs, 1980.

143 Stresser-Pean, 1965 ; Meade, 1970, pp. 160 ss.

144 Voir pour le Chihuahua, parmi d’autres, Almada, 1964, ch. IV-VII, et Wasserman, 1980 ; pour le Sonora, Aguilar Camín, 1977, ch. I-II ; et pour l’ensemble de ces aspects dans le Nord, Guerra, 1981 et 1983.

145 Voir annexe V, tableau VIII.

146 Voir plus loin, chapitre VI, B, 2, et chapitre XI, 3.

147 Voir annexe V, tableau VIII.

Notes de fin

* Annexe V, tableau VIII (ciudades + villas + pueblos).

E.S.P., page 16, tableau 11.

les ciudales n’y étant pas inclues, le nombre total est sous-évalué

§ en 1900 et 1910, inclus parmi les pueblos, 11 minerales anciens

** avant la division de l’État de Jalisco : Jalisco (1854) 284, Jalisco (1877) 316, Jalisco + Tepic (1900) 340, indices 100, 111, 119

†† avant la division de l’État de Mexico : Mexico (1854) 1 196, Mexico + Hidalgo + Morelos (1877) 1 207, indices 100 et 100.

‡‡ avant la division de l’État du Yucatan : Yucatan (1854) 259, Yucatan + Campeche (1877) 208, indices 100 et 80.

§§ estimation : total des agglomérations, non compé les ciudades.

*** Ce chiffre est relativement arbitraire car des agglomérations plus importantes sont en fait de gros bourgs agricoles.

††† en gros, ce sont les chefs de famille.

‡‡‡ il faut lire ces pourcentages comme ceux des personnes actives par rapport à l’ensemble de la population rurale (y compris les inactifs).

§§§ sans le District fédéral, ni le Quintana Roo

**** les ciudades n’y étant pas comptabilisées, le chiffre et sous-évalué.

†††† on y a comptabilisé 11 mines anciennes du Chihuahua.

‡‡‡‡ les chiffres de rancherias du Veracruz étant anormaux et représentant à eux seuls presque la moitié des rancherias, on a préféré les comptabiliser à par.

§§§§ on y compte les colonias, usines gares et mines [sauf les 11 du Chihuahua de la note (a)]

***** Cf. annexe V pour l’ambiguïté du terme : il est à la fois appliqué à la grande propriété, à la petite propriété, à la moyenne propriété et à des rancherias

††††† Les remarques faites dans l’annexe V s’appliquent ici. Le terme « agriculteurs » s’applique aux agriculteurs aisés, le reste de la population agricole est classé « péon », quel que soit son véritable statut.

‡‡‡‡‡ Même remarque que pour la note (1) du tableau V.

Table des illustrations

Légende A : date non connue.B : considérés comme existant depuis très longtemps : sans doute ciudades et villas qui ont reçu immédiatement leur statut après la Constitution de Cadix.Source : Relevés de sources diverses des archives de l’État de Mexico.Figure 5-1 : L’érection de municipes dans l’État de Mexico
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2909/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau I. Municipes et pueblos en 1910
Légende Sources : Note **Note **
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2909/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Tableau II. L’évolution des ciudades, villas et pueblos (1854-1910)
Légende Note *Note (a)§Note (b)**Note (c)††Note (d)‡‡Source : Annexe V, tableau VIII.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2909/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre Tableau III. La population rurale pendant le porfiriat
Légende Note *§§Note (a)***Note (b)†††Note (c)‡‡‡Source : E.E.P., pages 25, 27, 28, 40 et 45 et E.S.P., page 15.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2909/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau IV. L’évolution des agglomérations par statut (1854-1910)§§§
Légende Note ******Note (a)††††Note (b)‡‡‡‡Note (c)§§§§Note (d)*****Source : Annexe V, tableau VIII.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2909/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2909/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau V. La population du municipe de Canelas (Durango) en 1900.
Légende Note (1)†††††Source : Censo... 1900... Durango.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2909/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Tableau VI. La population du municipe de Vizarrón (Queretaro) en 1900
Légende Note (1)‡‡‡‡‡Source : Censo... 1900... Queretaro.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2909/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Figure 5-2 : Les statuts et la réalité
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2909/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540