Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique. Tome premier

 | 
François-Xavier Guerra

Première partie. Fiction et réalité d'un système politique

Chapitre IV. Peuple moderne et société traditionnelle

Texte intégral

  • 1 El Partido Liberal, 15 février 1885, cité dans Cosío Villegas, II, 1972, p. 274.

1Habitués que nous sommes, depuis la révolution mexicaine, à considérer le porfiriat comme un Ancien Régime, il est toujours surprenant de constater à quel point l’élite mexicaine au pouvoir à la fin du XIXe siècle était convaincue d’être une élite révolutionnaire en train de transformer profondément une société archaïque. « Nous arrivons, obscurs combattants de cette armée de titans qui abattit avec un effort singulier, la lourde bâtisse du traditionalisme. Nous sommes ceux qui tournent le dos aux ténèbres et fixent avec ténacité leur regard sur le soleil de la liberté. »1 Le langage est rhétorique, mais il reflète bien la conscience de la rupture avec la société traditionnelle que les idées libérales supposent.

2Pour la classe politique porfirienne, aucun doute n’était permis : le porfiriat est le régime du parti libéral au pouvoir qui agit pour transformer une société encore imprégnée de valeurs anciennes, et rétive au changement. Que la société ne soit pas le « peuple » postulé par l’idéologie moderne, cela est certain. Pour l’immense majorité de cette élite, un certain nombre de faits — la résistance provoquée par les lois de Réforme, les révoltes agraires et religieuses au nom de la « religion » et des « fueros », les compromis locaux que les caudillos porfiriens ont dû passer avec les catholiques et avec maintes communautés villageoises — sont là pour prouver que l’« affranchissement des ténèbres » n’est pas spontané chez la plupart des Mexicains.

  • 2 Bulnes, (1904), 1972, pp. 835-836.

3Face à cette réalité, le vote réel n’était pour eux ni possible ni souhaitable. Francisco Bulnes le disait avec son cynisme et sa clarté coutumiers en 1904, lorsqu’il expliquait l’action de Juárez : « Il valait mieux sacrifier la démocratie et aller à la dictature libérale, plutôt qu’offrir de grandes possibilités de triomphe au parti clérical pour qu’il établisse une dictature hébraïque. Il valait mieux progresser attachés que revenir au sombre et misérable passé, écrasés par tout le traditionnalisme séculier. »2.

  • 3 Zaragoza y Escobar, en 1896, cité par Cosío Villegas, II, 1972, p. 391.

4Dictature donc d’une minorité éclairée, qui a triomphé avec la constitution de 1857 et confirmé son pouvoir dans la guerre contre l’Empire ; sa mission historique est de faire de la société un « peuple » moderne. Cette transformation, commencée par Juárez et les libéraux du milieu du siècle, se poursuit, souvent avec les mêmes hommes, sous Diaz. La différence, c’est que pendant le porfiriat la fiction du peuple libéral est reconnue comme telle, et l’on ose écrire que le régime de Diaz est un patronat, une tutelle sur un peuple hétérogène et vivant dans l’isolement. « Ce grand mouvement évolutif, social et politique, de réduire à l’unité du peuple la variété multiple de la population doit être régi par une unité d’idée et de plan, et, dans la mesure du possible, de personne. »3 En 1896, lorsque ce texte a été écrit, l’unité de direction est réalisée depuis vingt ans. Comment, partant de la souveraineté du peuple, est-on amené à la souveraineté de fait d’un seul ? Ce phénomène-là n’est pas purement mexicain, dans bien d’autres pays des XIXe et XXe siècles il s’est produit à maintes reprises.

5Cependant ni l’action d’une minorité sur la société ni le transfert de la souveraineté sur un seul homme ne suffisent à caractériser le porfiriat, car si le régime de Diaz n’est pas démocratique, il n’est pas un régime de force qui tienne par la seule contrainte. Nous avons vu comment Porfirio Diaz s’est servi des sociabilités anciennes pour asseoir son autorité. Il reste à examiner quels sont ses buts réels, les règles tacites sur lesquelles est fondé le fonctionnement du régime ainsi que les conditions qui le rendent viable.

I. LE PEUPLE ET LA SOCIÉTÉ

1. LA DOUBLE FICTION

  • 4 On pourrait dire la même chose des autres pays européens du XIXe siècle, avec l’exception sans dout (...)

6Le problème essentiel du Mexique du XIXe siècle, comme d’ailleurs celui de tous les pays latino-américains, est un problème de légitimité. L’affirmation peut paraître excessive, mais elle l’est moins si nous considérons ce terme comme se rapportant à l’origine du pouvoir accepté par une société ainsi qu’aux attributions communément attribuées à ce pouvoir4. Dans les deux sens, l’existence même du Mexique apparaît comme une rupture de l’ancienne légitimité. Rupture par séparation de l’ensemble des communautés qui formaient la couronne d’Espagne, et rupture encore car la nouvelle unité s’est donnée comme fondement — de l’autorité politique — la souveraineté du peuple.

7Apparition d’une « nation », définition d’un « peuple » : double nouveauté qui fausse souvent le débat des origines du Mexique indépendant. Le problème n’est pas, comme semblaient le penser les deux grands partis historiques, de se définir par rapport à ce qui était espagnol, qu’on le considère — avec les conservateurs — comme fidélité à son être propre et gage de prospérité, ou — avec les libéraux — comme un poids mort de retard et d’obscurantisme. Car si le libéralisme mexicain a un trait frappant, pour qui connaît l’histoire de l’Espagne, c’est bien celui d’être extraordinairement espagnol ; et il aurait été surprenant qu’il en fût autrement, puisque la Nouvelle-Espagne fut jusqu’à l’indépendance une province éloignée et soigneusement préservée de la métropole espagnole.

8Lorsque l’on présente l’Amérique espagnole de la fin du XVIIIe siècle, comme une région éclairée et moderne attentive aux dernières nouveautés de la pensée des Lumières d’abord, de la Révolution française ensuite, on est en pleine mythologie des origines des « nations » modernes. Puisque les nouvelles nations se réclameront des Lumières et de la révolutionnaire souveraineté du peuple, il fallait bien que l’Espagne fût obscurantiste et absolutiste, et que les idées fondationnelles vinssent d’ailleurs. Qu’il y ait eu une influence directe de la France, de l’Angleterre ou des États-Unis sur les élites de l’Empire espagnol, cela est certain. Mais quelle importance réelle pouvaient avoir les livres écrits en français ou en anglais, ou quelques étrangers colportant directement des idées de Lumières ou de la Révolution française, par rapport à la masse de livres, de dispositions légales et d’Espagnols qui transmettaient ces mêmes idées mais en espagnol et à partir d’une métropole où l’esprit des « philosophes » est au pouvoir aussi bien depuis les ministres éclairés du XVIIIe siècle que par les textes constitutionnels des libéraux de Cadix ?

  • 5 Chaunu, 1964, p. 202.
  • 6 Sánchez Agesta, 1953, pp. 93-113.

9Comme le faisait remarquer justement Pierre Chaunu, c’est l’Espagne des Lumières qui est révolutionnaire par rapport à une Amérique restée très traditionnelle5. Ce qui était vrai au XVIIIe siècle continue de l’être au XIXe. C’est bien à Cadix que les députés mexicains touchent de près à la vie politique moderne ; c’est là qu’ils se font initier à la franc-maçonnerie et qu’ils participent à l’élaboration d’une constitution. C’est à Cadix encore qu’ils assistent à la proclamation de la souveraineté de la nation et à l’attaque contre la société d’ordres ; ils y découvrent le vote individuel, l’assemblée unique, la suppression des seigneuries, le prologue du « désamortissement », le droit absolu de propriété individuelle, la proclamation de la liberté de presse et d’opinion...6, tous ces points qui formeront plus tard l’ossature du libéralisme mexicain.

  • 7 Discours de Raul Noriega, le 16 juillet 1965, cité par Hale, 1972, p. 8.

10Le libéralisme mexicain est en fait un prolongement du libéralisme espagnol, et non pas une réaction vis-à-vis de l’Espagne conservatrice. Mais ce qui est paradoxal, lorsque l’on compare les deux pays, c’est de constater jusqu’à quel point la victoire libérale fut, au Mexique, absolue. Elle le fut d’ailleurs au point de donner au régime politique mexicain une tonalité d’unanimité libérale militante qu’il n’y eut que rarement en Espagne, où il existait cependant une vie politique, manipulée certes, mais infiniment plus stable et constitutionnelle que celle du Mexique. En ce sens, la remarque — qui est devenue un thème de discours officiels — du Mexique considéré comme une « nation avec un sens libéral et révolutionnaire de l’existence »7, est pleine de sens, au deuxième degré. Car le paradoxe réside dans le fait qu’un pays qui compte parmi les plus traditionnels de l’aire européenne se donne le régime politique le plus en contradiction avec les principes de sa société : individualiste, lorsque celle-ci est formée d’acteurs collectifs ; démocratique, lorsque le vote est purement fictif ; athée ou agnostique, lorsque la société est profondément catholique.

11Cet écart entre la société et l’idéologie de l’État, qui est certain pour tout observateur attentif de la réalité mexicaine, est difficilement formulable sans déchaîner les passions, car il met implicitement en doute la légitimité dont se réclame l’élite au pouvoir ; et pourtant il avait déjà été bien mis en lumière par les positivistes porfiriens eux-mêmes. Pour Vera Estañol : « La pesanteur des fers héréditaires persiste par autosuggestion même si les fers eux-mêmes ont été brisés. L’affranchi continue d’être un serf et il reste soumis dans une somnolence apathique où il obéit, comme un automate, aux ordres impérieux de ses maîtres traditionnels.

  • 8 Vera Estañol, 1967, p. 84.

12Des troupeaux mystiquement conduits au saint enclos par des pasteurs tonsurés, des équipes de la glèbe poussées à la tâche par de sombres contremaîtres, telle aurait été la procession civique des électeurs marchant vers les urnes électorales dans les haciendas, dans les communautés, dans les villages et les bourgs de troisième ou quatrième catégorie et dans les villes lévitiques comme Puebla, Morelia, Queretaro et autres. »8

  • 9 Bulnes, (1904), 1972, pp. 652-653.

13Pour Bulnes : « La politique conservatrice a toujours reposé sur ce prétendu axiome : le pays est notoirement catholique, donc son gouvernement nécessaire, fort, naturel est le gouvernement catholique. L’erreur des conservateurs consiste à croire qu’un gouvernement doit toujours jaillir de la volonté de la majorité : l’histoire dit le contraire. (...) Le gouvernement naturel des peuples a été, est et sera celui des minorités représentatives socialement des trois pouvoirs sociaux effectifs : l’intelligence, l’argent, l’activité. (...) Tout peuple si barbare soit-il est capable d’élire : (...) le sauvage élit le chef qui doit le guider à la guerre. Mais pour qu’il y ait un gouvernement populaire ou démocratique il est indispensable que le peuple soit constitué par des hommes libres. Un peuple de serfs vote toujours pour ses tyrans, aussi abominables soient-ils ; si les maîtres du peuple ce sont les curés, le peuple, au premier tour de vote, élira la théocratie, et en conséquence, on n’aura pas la véritable démocratie. »9

  • 10 Vera Estañol, 1967, pp. 42-43.
  • 11 Voir chapitre III, pp. 113-114.

14L’explication de Bulnes, qui renvoit à un gouvernement par les minorités de l’intelligence, de l’argent et de l’activité, semble un peu courte dans son élitisme mécaniste ; mais il raisonne juste dans la logique libérale lorsqu’il affirme que, pour qu’il y ait un gouvernement démocratique, il faut un peuple d’hommes libres, car autrement il voterait pour ses tyrans. Pour qu’il y ait un peuple, il faut la conscience d’être un « citoyen », avoir intériorisé le modèle culturel de l’idéologie moderne et rejeté le système de valeurs de l’ancienne société. Pour Vera Estañol, le régime politique moderne « présuppose dans l’homme la conscience claire du ‘‘moi’’ et du ‘‘non-moi’’, de l’individu et de la société. (...) Le langage moderne a un mot pour exprimer cet état de conscience : il s’appelle civisme »10. Cette acquisition d’un nouvel état de conscience est une véritable transculturation, dont le signe le plus visible est constitué par les formes de sociabilité anciennes ou modernes ; or elle est, comme nous l’avons vu11, encore très peu avancée dans le Mexique porfirien, et, néanmoins, c’est le « peuple » et la « nation » qui fournissent ses bases théoriques au Mexique indépendant. D’une certaine façon, c’était inévitable, compte tenu des conditions dans lesquelles s’est effectuée l’indépendance de la Nouvelle- Espagne.

Les Lumières espagnoles

  • 12 Cette conception n’était pas propre à l’Espagne, et elle fut invoquée par exemple en France, pendan (...)

15En Espagne en effet, jusqu’à l’installation des Bourbons au début du XVIIIe siècle, la réalité politique — et la théorie qui la justifiait — était celle d’un roi, dit « d’Espagne », qui coiffait des communautés humaines diverses, sur lesquelles il exerçait son autorité selon les lois et les coutumes propres à chacune d’elles. Cette pratique, issue de la tradition aragonaise, avait aussi l’appui théorique de la doctrine scolastique, renouvelée elle-même par la néoscolastique espagnole du xvie siècle : à l’origine divine incontestée du pouvoir royal, elle ajoutait le per populum, « à travers la communauté »12. Dans cette théorie « pactiste » — celle du pacte mutuel entre le roi et le royaume —, il y avait en fait une double source potentielle de légitimité, même si la souveraineté du roi était considérée comme définitive tant qu’il exerçait son pouvoir en accord avec les droits du royaume ; tant dans la théorie que dans la pratique en effet, les Cortès devaient remplir le vide créé par un roi empêché, mineur ou captif. C’est ce qui était arrivé en Aragon lors du « compromis de Caspe » en 1412, pour donner un successeur à Martin l’Humain. En Castille, les Partidas prévoyaient la désignation par les Cortès du tuteur du roi empêché.

  • 13 Bossuet, 1967, livre IV, art. 1er, 1re prop., pp. 92-93.

16Avec l’arrivée de la dynastie des Bourbons en 1713, la conception du pouvoir et de son exercice change radicalement. La conception absolutiste française apparaissait, dès les débuts de la nouvelle dynastie, dans les instructions mêmes que Louis XIV donnait au futur Philippe V d’Espagne : les rois sont des seigneurs absolus. Même si Bossuet s’était gardé de se prononcer explicitement sur la doctrine traditionnelle — l’origine divine indirecte du pouvoir royal —, tout le ton de ses œuvres, amplement répandues, investissait le roi d’un pouvoir absolu de caractère sacré dont il ne devait rendre des comptes qu’à Dieu. Des phrases telles que : « la parole du roi est toute-puissante et personne ne peut lui dire : Pourquoi faites-vous ainsi ? (...) la seule défense des particuliers contre la puissance publique doit être leur innocence »13, ouvraient la voie au pouvoir absolu ; elles étaient en rupture totale avec la tradition politique espagnole, telle que l’avaient exprimée Victoria, Suárez, Mariana, etc.

  • 14 Elliot, 1969, p. 410.

17Dès 1716, avec le décret de « Nueva Planta », c’est la disparition des royaumes hispaniques et de leurs lois publiques propres, c’est donc la naissance d’une Espagne divisée en provinces14. On assiste progressivement à une entreprise de rationalisation administrative qui s’efforce de mettre fin aux privilèges et aux particularités traditionnelles ; il y a là le premier volet d’une entreprise d’uniformisation à laquelle la politique éclairée va fournir un nouvel élan.

  • 15 Sánchez Agesta, 1953, p. 103.

18Cette politique arrive à sa plénitude avec Charles III et ses ministres éclairés. Avec eux en effet la philosophie est au pouvoir. Aranda, Campomanes, Floridablanca, d’abord, puis Jovellanos, et tant d’autres à leur suite, vont s’efforcer de réformer la société espagnole en accord avec les principes des Lumières. Comme en France à la même époque, cette élite éclairée minoritaire a ses lieux de sociabilité : ainsi la tertulia de Campomanes. Celle-ci est l’antichambre de sociétés, de conseils, d’académies où se rencontrent gouvernants, magistrats, artistes pour des conversations académiques qui passeront d’abord dans les rapports du « fiscal » du Conseil de Castille puis dans les textes législatifs15.

  • 16 Ibidem, IIe partie.

19Pour ces gouvernants éclairés, il faut « réformer » la société qui est encore remplie d’ignorance, cristallisée sur des traditions opposées à la raison. Il faut assujettir l’Église au pouvoir royal, « désamortir » ses biens, en finir avec les privilèges de la noblesse et des universités, détruire les corporations, œuvrer pour la liberté du commerce et pour la libre initiative économique, promulguer une loi agraire, contrôler l’autonomie des municipes, éduquer le peuple dans les sciences utiles... C’est tout un programme, libéral avant la lettre, qui sera ensuite repris au XIXe siècle dans presque les mêmes termes16.

  • 17 Campomanes, Expédient de l’évêque de Cuenca, cité dans ibidem, p. 97.

20Mais ce programme, on entend bien le réaliser d’un haut, appuyé sur le pouvoir absolu du roi ; c’est pourquoi on l’accroît et on le défend avec acharnement jusqu’à des limites théoriques extrêmes : la souveraineté du roi s’étend à l’Église, à la famille, à la propriété privée, à l’appartenance même à la société civile : « La capacité d’acquérir et de posséder des terres dans le royaume, et le droit de faire partie de la société civile, tout dépend de l’autorité royale. »17 Le futur pouvoir du « peuple souverain » ne fera que remplacer la toute-puissance royale ; ce sera un modèle de rapports entre la société et l’État où celui-ci se voit investi d’une façon absolue de tout pouvoir sur tout individu ou communauté inférieure. Le rapport binaire entre l’individu-citoyen et l’État — comme incarnation de la volonté générale — est déjà implicite dans cette image de la vie sociale comme relation de l’individu-sujet à la souveraineté absolue du roi.

  • 18 Ibidem, pp. 109-113.

21Cette conception révolutionnaire du pouvoir royal ne s’étendit pas sans résistances. Sur le plan théorique, d’abord, où les idées politiques classiques ont fait preuve d’une remarquable persistance. On a souvent insisté sur les persécutions dont furent l’objet au XVIIIe siècle les livres et les doctrines des « philosophes » en Espagne et dans son empire, mais il ne serait pas étonnant qu’une étude quantitative des interdictions royales et des procès de l’Inquisition montre en réalité que ces procès aux idées nouvelles furent bien moins nombreux que ceux qui portaient sur les doctrines traditionnelles. Les œuvres de Mariana, Molina et Suárez furent interdites18, ceux qui continuaient à s’y référer perdirent leurs charges, on imposait aux professeurs des universités le serment de ne plus les enseigner et, en 1801 encore, étaient envoyées des instructions dans ce sens aux censeurs des universités.

  • 19 Lopétegui et Zubillaga, 1965, pp. 912-917.

22Dans les faits ensuite, l’action réformatrice ne se déroula pas sans résistance, surtout en Amérique : dans cette société plus éloignée et traditionnelle, cette action réformatrice venait aviver la vieille rivalité entre les péninsulaires et les créoles. Une administration plus efficace mais beaucoup plus centralisée et espagnole, l’accroissement sans doute de la pression fiscale, une politique qui faisait fi des habitudes anciennes du dialogue entre le roi et les habitants du royaume, provoquèrent de fortes résistances. Celles-ci arrivèrent parfois jusqu’à la révolte : comuneros de la Nouvelle- Grenade, de 1780 à 1782, contre le nouveau système fiscal du vice-roi Flórez ; émeutes en Nouvelle-Espagne et ailleurs en 1767, lors de l’expulsion des jésuites19.

  • 20 Proclame du vice-roi de la Nouvelle Espagne, marquis de Croix, en 1767, cité dans Miranda, 1952, p. (...)

23C’est en réaction contre ce dernier événement — dont l’importance mériterait une étude documentée — que furent énoncés des principes souvent cités par la suite par les libéraux, mais sans leur contexte, comme exemples de la tyrannie espagnole : « Sachent les sujets du grand monarque qui occupe le trône d’Espagne qu’ils sont nés pour se taire et obéir et non pour discuter et opiner dans les hautes affaires du gouvernement. »20 Ce n’est pas face à une opposition éclairée que l’absolutisme royal se manifeste ici, mais face à la résistance de la société ancienne contre l’arbitraire royal quand il s’exerce dans le domaine religieux, véritable lieu du premier choc entre la société traditionnelle et l’État moderne des Lumières — le xixe siècle en fournira bientôt d’autres exemples, couverts alors par la « volonté du peuple ». Dans ce choc entre la société et la minorité éclairée — on dira ensuite « libérale » ou « progressiste » —, c’est la société qui est « réactionnaire ».

La crise des indépendances

  • 21 Révolución Social, Orizaba, 28 février 1915.
  • 22 Carr, 1969, p. 98.

24Ce sont précisément la réalité et les valeurs anciennes qui surgissent impétueusement lors de la grande crise de l’intervention napoléonienne en Espagne. Le vide du pouvoir et la concordance idéologique de nombreux « éclairés » avec les envahisseurs provoquent une gigantesque marée populaire ; celle-ci pour la minorité éclairée apparaît comme la résurgence d’un fanatisme d’un autre âge. Alcalá Galiano racontera dans sa vieillesse le dégoût des élites en voyant marcher vers Madrid les patriotes valenciens en haillons, mais avec des chapeaux couverts de reliques : réaction toute semblable à celle qu’auront, un siècle plus tard, les anarchistes de Mexico en voyant entrer dans la ville les paysans zapatistes avec, comme étendard, la Vierge de Guadalupe21. En Espagne, à Oviedo, Meléndez Valdés est sauvé du lynchage par un prêtre qui porte le saint sacrement ; à Cadix, seuls les capucins peuvent désarmer la foule qui marche sur l’arsenal...22 Au Mexique, un peu plus tard, la Vierge de Guadalupe servira de drapeau aux insurgés d’Hidalgo.

  • 23 Miranda, 1951, pp. 215 ss. et 236 ss.

25Le réveil n’est pas seulement celui des sentiments populaires, mais aussi celui des idées politiques traditionnelles qui restent bien vivaces malgré toutes les interdictions. Tandis qu’en Espagne Palafox convoque les Cortès d’Aragon, au Mexique — dès que la nouvelle de l’abdication royale est connue —, le cabildo de Mexico demande la convocation de tous les corps qui représentent le royaume ; en septembre 1808, la junte centrale espagnole, présidée par Floridablanca, en est déjà à la discussion sur la convocation de Cortès générales23.

  • 24 Jovellanos, Memoria de defensa de la Junta Central, dans Sánchez Agesta, 1953, p. 218.

26Entre-temps, cette junte centrale s’est déjà déclarée souveraine. La « nation », dans cette absence du roi, réassume la souveraineté. Le langage est moderne, mais le réflexe ancien : la source première du pouvoir, c’est la communauté qui remplit, à travers les Cortès, le vide laissé par la disparition du souverain. La tempête met à jour le déchirement de l’élite éclairée qui se trouve partagée entre les idées de réforme sociale des Lumières — Joseph Bonaparte en apparaît à beaucoup comme le continuateur, avec sa constitution fondée sur la liberté civile et politique — et le sentiment national, appuyé sur les traditions du royaume. Jovellanos répond à Cabarrús, qui le presse de se rallier à Joseph, en redonnant aux mots leur sens ancien : « L’Espagne lutte pour sa religion, pour sa constitution, pour ses lois, pour ses coutumes, pour ses us ; en un mot, pour sa liberté. »24 On revient aux droits de la communauté, à une souveraineté historique qui n’est pas celle de la volonté générale, avec sa liberté, mais celle du royaume, avec ses libertés.

  • 25 Sánchez Agesta, 1978, pp. 59-97, fait une remarquable analyse des prémisses et conséquences de la d (...)
  • 26 Voir à ce sujet, pour la France, Furet, 1978, p. 234 ; pour l’Espagne, on trouve des éléments de ré (...)

27Et cependant, en l’espace de deux ans à peine, on va passer de la constitution historique à la Constitution de Cadix, des Cortès réunies par ordres aux Cortès générales avec les seuls représentants des villes, et avec un vote par tête ; on va surtout passer de la souveraineté du roi au vote de la déclaration liminaire des Cortès de Cadix en 1810 ; celle-ci affirme radicalement que la « souveraineté réside essentiellement dans la nation »25. Ce n’est pas ici le lieu de s’attarder sur le processus de cette dérive ; il présente de nombreuses analogies avec celui qui eut cours au début de la Révolution française26. Le mécanisme en paraît clair en tout cas : la société qui se soulève le fait dans des formes et avec un système de valeurs anciens, mais une fois la confusion des premiers jours passée — et la fondation des juntes acquise —, les autorités que cette société se donne sont les siennes traditionnelles, c’est-à-dire les anciens notables ; il s’agit presque toujours de la petite noblesse, des chanoines, des curés, des officiers et de quelques fonctionnaires. Ces autorités sont cependant en même temps les élites gagnées en grande partie par les idées des Lumières et par leur logique. Devenues députés à Cadix, elles réalisent la transmutation de la société en « peuple ». L’ambiguïté du mot peuple sert de relais : le « peuple libre qui ne veut pas périr », au temps de la résistance à l’étranger, devient « le peuple souverain » au sens moderne du terme, le fondement de la légitimité. Le « peuple » existe car il agit par la lutte contre l’envahisseur et il parle par ses représentants.

  • 27 Cités dans Sánchez Agesta, 1978, p. 23.

28La fiction du « peuple », de la « nation souveraine » avec toutes ses conséquences triomphe avec la minorité « patriotique » de Cadix qui impose les principes nouveaux, non seulement à l’ensemble de l’élite cultivée, mais encore à l’ensemble des royaumes qui les avaient élus comme représentants à une ancienne institution traditionnelle. Ce n’est pas pour autant que ce « peuple » de citoyens existe, et toute la pratique constitutionnelle du XIXe siècle espagnol est restée marquée par la nécessité « d’extraire » d’une société traditionnelle le vote impossible d’un peuple moderne. Presque un siècle plus tard, dans une Espagne où la fiction démocratique fonctionne au vu et au su de tous, se fait entendre la critique de Maura : « La réalité est celle-ci : la grande majorité du peuple espagnol s’abstient, n’intervient en rien dans la vie publique » ; lui fait écho le cri désabusé de Joaquín Costa : « Farce que le suffrage, farce que le gouvernement, farce que le parlement, farce que la liberté, farce que la patrie. »27

29Mais en Espagne, le principe révolutionnaire de la souveraineté de la nation coexiste avec le fait traditionnel — et au fond contradictoire — du serment que les Cortès avaient préalablement prêté à Ferdinand VII comme à leur souverain. Une grande partie de l’histoire politique de l’Espagne contemporaine découle de cette contradiction : celle de la double souveraineté : celle du roi et celle des Cortès représentant la nation. Sur cette querelle de légitimité entre le principe traditionnel d’autorité et le principe moderne porte la lutte entre les carlistes et les modérés, puis entre les modérés et les progressistes. Malgré des victoires partielles, aucun des deux principes ne s’imposera définitivement. De ce point de vue, le libéralisme ne triompha jamais totalement en Espagne car la société de type ancien et ses valeurs eurent toujours le recours de la légitimité traditionnelle du roi.

  • 28 « Moderne » au sens défini dans le chapitre précédent : celui des types de sociabilité à prédominan (...)
  • 29 Proclame du « licenciado » José Castillejos, 1809, dans Miranda, 1952, p. 256.

30Il en va tout autrement au Mexique. Dans cette société moins moderne28, la crise née du vide du pouvoir royal eut à terme des conséquences toutes différentes. Nous avons déjà dit à quel point — on pouvait s’y attendre — les réactions de la Nouvelle-Espagne aux nouvelles de la métropole, en 1808, furent marquées par le réveil des solutions constitutionnelles anciennes, présentées par le cabildo de Mexico en opposition ici aux idées absolutistes des fonctionnaires espagnols du Real Acuerdo. La lutte entre les deux institutions, avec leurs conceptions opposées, recouvre aussi l’opposition traditionnelle entre créoles et péninsulaires. Opposition qui n’est pas étrangère au conflit théorique, car la vieille demande des charges pour les naturales de estos reinos, de préférence aux péninsulaires, remonte à la conquête et aux droits des royaumes ; elle est par contre étrangère aux idées absolutistes sur le pouvoir du souverain et à l’égalité des sujets devant lui. C’est pendant cette période que se diffusent, dans une Nouvelle-Espagne restée à la traîne du libéralisme espagnol, les nouvelles idées : « Il n’est plus temps de discuter sur les droits des peuples : le voile qui les couvrait est déchiré ; plus personne n’ignore dans les circonstances actuelles où réside la souveraineté des peuples. C’est ce que nous enseignent les innombrables imprimés qui nous viennent de la péninsule. »29

  • 30 Proclame d’Hidalgo à la nation américaine, 1810, dans De La Torre Villar, 1964, p. 204.
  • 31 Ibidem, p. 203.

31La révolte d’Hidalgo en 1810 s’explique par des facteurs adjuvants, tels que la modernisation, la crise minière, la crise de subsistances qui fourniront les troupes de la révolte ; mais surtout elle peut être placée dans le contexte de cette lutte de la société contre l’État moderne. Réaction, par exemple, contre la rationalisation administrative, contre le régalisme royal et le premier « désamortissement », contre l’invasion de fonctionnaires péninsulaires ; elle apparaît donc dans la première phase comme une révolte de type ancien : « Vive Ferdinand VII ! A bas le mauvais gouvernement ! » Elle s’apparente à la révolte catalane de 1640, et elle a comme bases théoriques les droits du royaume. Pour obtenir « le bonheur du royaume il est nécessaire d’ôter le commandement aux européens »30. Avec des phrases qui font penser étrangement à celles de Jovellanos déjà cité, Hidalgo affirme que son but — tout traditionnel — est de défendre « notre religion, notre roi, notre liberté, nos coutumes et tout ce que nous avons de plus sacré et précieux à sauvegarder »31.

32En même temps, comme en Espagne, une minorité de créoles — Morelos, Quintana Roo, Rayon, etc. — est en train de réaliser la transmutation de la lutte pour les droits du royaume en combat pour les droits de la nation, au sens moderne du terme. Cependant, ce groupe reste minoritaire, même chez les créoles. La peur devant la révolte sociale s’ajoute à la fidélité majoritaire envers la légitimité royale, et c’est ainsi que la Nouvelle-Espagne reste attachée au roi. Paradoxalement, la fidélité à l’Espagne a apporté les germes de l’indépendance, car l’application de la constitution libérale de Cadix restructure selon un modèle libéral la vie publique. On diffuse alors à partir du sommet dans la société et l’État les idées nouvelles avec des doses jusqu’alors inconnues dont l’expansion des formes de sociabilité nouvelles déjà décrites en est le signe le plus marquant.

  • 32 Hale, 1972, p. 26.

33La vie de Lorenzo de Zavala, l’un des hommes les plus importants de la période, est à cet égard significative. Elevé au Yucatán par un prêtre éclairé qui l’initie aux œuvres des philosophes, en 1813, à vingt-cinq ans, Zavala adhère aux sanjuanistas, une société issue du libéralisme de Cadix de 1812. Editeur de journaux emprisonné en 1814, lors de la réaction absolutiste qui suit le retour de Ferdinand VII, il est en 1821 député aux Cortès libérales espagnoles issues du soulèvement de Riego. Pour Zavala, — et son témoignage est de poids —, le Mexique n’était pas mûr pour l’indépendance en 1808 ou en 1810 ; seul le sentiment national, qui surgit prodigieusement dans la décennie 1810-1820, fit du Mexique une nation32.

34L’interprétation est exacte si elle se place au niveau des élites, les seules concernées : en dix ans, à l’ombre du libéralisme espagnol, se forme la génération de l’indépendance de 1821. Mais même lorsque celle-ci a lieu, l’indépendance apparaît davantage dans la ligne d’une réaction créole traditionaliste face au libéralisme extrême de l’Espagne que dans celle du triomphe des principes révolutionnaires. L’Empire éphémère d’Agustin d’Iturbide n’est pas seulement le caprice d’un homme, c’est la permanence d’une forme d’autorité ancienne ; c’est la recherche — vaine — d’une légitimité traditionnelle impossible, car comment pourrait-on justifier une légitimité monarchique lorsque le roi n’est pas le « seigneur naturel » de la communauté ?

35Cette voie est donc fermée par l’indépendance. Il ne restait à la Nouvelle- Espagne que l’autre source possible de légitimité, celle que les Cortès de Cadix avaient tracée : la souveraineté du « peuple », de la « nation ». L’entreprise postérieure des conservateurs mexicains à la recherche d’un roi était une entreprise impossible : comment justifier un roi sans légitimité historique ? Hors de la souveraineté traditionnelle, il n’y avait comme possibilité qu’un pouvoir de fait ou la souveraineté du peuple. Le drame était qu’il n’y avait ni peuple, ni nation.

36Ce qui existait, c’était une société d’Ancien Régime avec des enclaves seigneuriales, des communautés villageoises et leurs autorités traditionnelles, une Église qui était à la fois le premier corps d’une société d’ordres et un instrument du pouvoir royal. Ce « peuple » théorique, qui est-il ? Ceux qui ont acquis un bain de culture moderne : les élus, les élites éclairées, celles qui « pensent » et se pensent comme « la voix de la nation » — selon le titre de tant de périodiques libéraux — ; il y a aussi les chefs insurgés, ceux qui ont montré par l’action armée qu’ils sont le peuple qui agit. Ce sont eux les acteurs réels du pouvoir politique moderne, le « peuple » réel, celui par qui et pour qui les constitutions sont faites.

  • 33 Voir Furet, 1978, pp. 42.

37Les textes constitutionnels ne sont, cependant, pas des jouets ou des façades destinées à couvrir un pouvoir de fait. Ils constituent une nécessité absolue, le fondement de la nouvelle légitimité, celle du « peuple » politique. Que ces constitutions soient éphémères, qu’une partie importante de la lutte politique ait comme enjeu la modification de ces textes, cela n’est qu’un phénomène secondaire qui relève du sentiment commun à toute la politique moderne : considérer le mal social comme la conséquence de mauvaises lois, comme le résultat d’un emploi déficient de la raison, ou comme le résultat de la résistance de forces sociales mauvaises qu’il faut vaincre. Tout malheur humain a une solution politique. La politique est le domaine du vrai et du faux33, et elle trouvera sa cristallisation — selon l’avance du « progrès » — dans de nouvelles constitutions. Elles sont à la fois une perpétuelle quête pour combler le fossé entre la société et l’idéologie de l’élite, et un effort de l’élite pour transformer et restructurer la société selon les lignes maîtresses de son idéologie.

  • 34 Bulnes, (1904), 1972, p. 503.

38De toute façon, la disparition de la légitimité ancienne n’a laissé ouverte, en Amérique espagnole, que la voie de la nouvelle légitimité. L’idéologie démocratique est ici sans concurrent théorique. Même la plupart des conservateurs la partagent. Comme Bulnes le faisait justement remarquer : « Même les cléricaux mexicains sont des libéraux comparés aux carlistes en Espagne, aux légitimistes en France et aux papistes en Italie. Le clérical mexicain, hors de la question religieuse, est un partisan loyal de l’égalité, de la fraternité et de la liberté. »34

39Libéralisme, donc, sans rival théorique. Car il manque un pôle traditionaliste, celui qui est présent dans la plupart des pays européens ; cela a pour effet de décaler tout le continuum idéologique vers son pôle le plus moderne. Mais la réalité sociale est beaucoup plus archaïque qu’en Europe, ce qui rend encore plus évidente la contradiction entre la société — avec des pesanteurs incomparablement plus lourdes, ce qui explique la force des révoltes agraires et religieuses — et une idéologie jouissant par rapport au réel d’une liberté beaucoup plus grande. Cette idéologie est sans concurrente sur le plan des idées, et sans prise sur un social qui a ses propres règles de fonctionnement et ses propres valeurs.

  • 35 Cité par Hale, 1972, p. 16.
  • 36 Ibidem, p. 17. On retrouve la même constatation chez Rabasa, (1912), 1956, p. 88.

40En 1847, après la défaite contre les États-Unis, lorsqu’éclatent les révoltes indigènes du Yucatán et de l’Huastèque, les illusions entretenues depuis l’indépendance se sont déjà dissipées. Mariano Otero, l’un des plus brillants libéraux de la nouvelle génération, analyse le manque de réactions devant l’invasion étrangère et conclut son analyse désabusée par une constatation qui précède d’un demi-siècle celle de Joaquin Costa : « Au Mexique, il n’y a et il n’y a pu avoir ce que l’on appelle un esprit national parce qu’il n’y a pas de nation. »35 Et peu après, en 1848, El Siglo se demandait si le Mexique était « réellement une société, ou une simple réunion d’hommes sans les liens, les droits et les devoirs qui la constituent »36. La réponse que l’on pourrait donner rétrospectivement serait que précisément le Mexique n’était que cela. C’était une société, avec des hommes liés par des droits et des devoirs réciproques de type ancien, mais en aucun cas ce n’était un peuple de citoyens tel qu’il figurait dans les lois fondamentales, ni même une nation, c’est-à-dire une unité politique avec une personnalité définie assise sur l’histoire.

  • 37 Cité par Alamán, I, (1849), 1972, p. 126.
  • 38 Elliot, 1973, pp. 124 ss.

41Car si le Mexique aztèque avait bien une unité, la Nouvelle-Espagne, elle, n’était qu’une division administrative, un ensemble de territoires occupés par des conquistadors castillans. Même si trois siècles de vie coloniale lui avaient donné une personnalité propre, les différences entre l’élite créole de la Nouvelle-Espagne et les Castillans étaient sans doute moindres que celles qui séparaient les Catalans de ces mêmes Castillans. La phrase de Manuel Terán résumait ce déchirement d’une séparation sans bases historiques : « Je ne me suis jamais considéré que comme un espagnol révolté. »37 L’indépendance du Mexique n’est pas sans analogie avec une révolte d’Ancien Régime, telle que celle de la Catalogne en 1640 : révolte populaire, révolte de la « nation politique », recherche d’une nouvelle légitimité38 ; mais l’analogie ne peut être poussée très loin car en Catalogne, la révolte sociale fut assumée par les élites de la principauté, elle s’exprima à travers les institutions historiques de la société, et enfin la Catalogne avait un passé historique en tant qu’unité politique. Cela rendait donc inutile la définition de la nation. Rien de semblable en Nouvelle- Espagne. Son indépendance serait plus semblable à celle d’une fraction du royaume de Castille telle que l’Andalousie, avec une société d’Ancien Régime et un système ancien d’autorité, que les élites modernes ne pouvaient que rejeter. A la fiction du « peuple », commune à tous les sociétés gagnées au libéralisme du XIXe siècle, venait donc s’ajouter la fiction de la « nation ». Double fiction qui marque toute la réalité mexicaine contemporaine, et qui donne aux élites leur double mission : bâtir une nation et créer un peuple moderne.

2. GOUVERNANTS ET GOUVERNÉS

42Dans les temps qui suivent l’indépendance, cette double fiction reste cachée à la plupart des observateurs : ils sont remplis d’optimisme sur l’avenir de la nation et le bonheur promis au peuple libéré de la tyrannie. En outre, la tâche constitutionnelle nourrie de la valeur attribuée aux textes fondamentaux a de quoi alimenter la réflexion théorique. Enfin, tant que le monde politique reste enfermé dans les limites d’une élite politique qui est en même temps une élite sociale, la société, elle, suit ces autorités traditionnelles ; et ceci d’autant plus facilement que, par rapport à la politique éclairée des dernières décennies de la monarchie, les temps de l’indépendance sont pour le pouvoir de l’État un recul par rapport aux temps des réformes des Bourbons ; c’est donc un temps de plus grande autonomie pour la société.

La fiction « nationale »

43La Nouvelle-Espagne résiste d’ailleurs relativement bien, par rapport à l’Amérique du Sud, au processus de désintégration dans lequel sombrent les nouvelles « nations » hispano-américaines. L’ancienneté — vieille de trois siècles — de la structure administrative ainsi que l’existence d’un noyau dense, homogène et central, de population indigène — jouant le rôle de château d’eau pour les régions périphériques — favorisent une unité que les étrangers s’accordent à considérer comme celle d’une « nation ». Il faut attendre ce temps de remises en cause que sont les années 1840 pour que se produise la première déchirure dans la fiction de la « nation ». C’est la scission du Texas, puis celle — provisoire — du Yucatán.

  • 39 Cité par Miranda, 1952, p. 299.

44Ces séparations, il faut le noter, étaient potentiellement présentes dans les bases théoriques du nouvel État à partir du moment où celui-ci fondait son existence sur la souveraineté du peuple, une fois rejetée l’ancienne légitimité du royaume et de sa représentation traditionnelle. Or le « peuple » n’avait jamais été appelé à s’exprimer. Ni sur son existence, ni sur son existence autonome, ni en 1810, lors de la grande révolte sociale d’Hidalgo, ni lors du coup d’État d’Iturbide en 1821. Ce « peuple » avait, à la rigueur, « agi » par la révolte sociale, et des penseurs avaient formulé en langage clair sa « volonté ». Avant même qu’au vote, le peuple renvoie à l’action et à la parole. En Espagne : le postulat de la nation y était avant tout fondé sur le soulèvement contre Napoléon. Au Mexique, la justification première de l’existence de la nation mexicaine se situe dans le fait même de la séparation avec la métropole. Dès 1808, Fray Melchor de Talamantes exprimait cette idée : « Comme la représentation nationale, la liberté et l’indépendance d’une autre nation sont des choses presque identiques, toutes les fois que les colonies pourront légitimement devenir indépendantes en se séparant de leurs métropoles, elles seront aussi capables d’assumer la représentation nationale. »39

45L’argument résout tout, sans rien résoudre pourtant. Car nombre d’exemples de l’époque contemporaine sont là pour nous montrer, en Afrique par exemple, que l’indépendance d’une colonie, dans des frontières héritées de la colonisation, peut se faire en tronçonnant les véritables communautés humaines — ici les ethnies — et au profit d’une élite cultivée qui en fait hérite de l’État moderne du colonisateur. Ce n’est certes pas là le problème du Mexique. Nous sommes ici en présence d’une élite européenne, avec ses prolongements métis, que coiffe une société encore en grande partie indigène. Le problème, c’est celui des acteurs de l’indépendance : ce sont sans aucune doute les élites créoles.

  • 40 Ibidem, p. 280.

46Pour ces acteurs réels, l’argument de Talamantes est convaincant : il y a nation, puisqu’il y a séparation, et le « peuple » ne peut être composé que de ceux qui ont agi et de ceux qui ont transformé par la pensée et la parole une action de la société ancienne — les révoltes — en révoltes du « peuple ». Comme l’explique le même Talamantes, si « la voix de tous les colons » crie pour l’indépendance, voilà la volonté nationale, car la « clameur générale du peuple doit être regardée comme une loi de l’État »40.

  • 41 Pour ce problème, voir plus haut, pp. 40-42.

47Les deux modes d’action des élites, la pensée — et sa transmission par la parole et par l’écrit — et l’action — et sa forme la plus radicale, l’insurrection armée — se voient investis d’une signification symbolique : celle d’être la voix et l’action du peuple, avant même que celui-ci ait été appelé à s’exprimer par un vote éventuel. De là rien ne s’oppose à ce que des élites régionales — par le fait même de leur insurrection contre le pouvoir central — montrent qu’il existe une nouvelle « nation » qui a, elle aussi, droit à l’indépendance. Ces mêmes élites se chargeront ensuite de justifier théoriquement l’existence de la nouvelle unité politique41.

  • 42 Congrès de Chipalcingo, Acte d’indépendance, 6 novembre 1813, dans Miranda, 1952, p. 319.
  • 43 Il en va de même au Chili, où l’hymne national composé par les descendants des conquistadors exalte (...)

48Pour le Mexique dans son ensemble, cette justification ouvrait la voie à la recherche de ce qu’était l’identité du pays, mais elle conduisait aus-de Terán déjà cité — d’Espagnols contre l’Espagne, elle était contradic- Si, pour ceux-ci, l’indépendance n’était qu’une révolte — suivant le mot d’Alamán déjà cité — d’Espagnols contre l’Espagne, elle était contradictoire et illégitime, ce ne pouvait être qu’une longue nostalgie. Si, avec les libéraux, la Nouvelle-Espagne était une nation au sens moderne — car seul ce fait justifiait l’indépendance, puisque l’Espagne comme nation était aussi indivisible —, si le Mexique « retrouvait par conséquent l’exercice de sa souveraineté usurpée »42, alors il fallait sauter toute l’époque coloniale car celle-ci devenait une époque de domination étrangère. Il fallait alors déclarer l’identité de l’État moderne avec le Mexique précolombien, et exalter les Aztèques. Or ceux qui ont réalisé l’indépendance sont justement des créoles, c’est-à-dire des descendants des conquistadors espagnols — les autres Espagnols sont restés en Espagne — et des métis acculturés qui partagent les valeurs culturelles de ces créoles43.

49On aboutit à un travestissement permanent de la réalité, qui n’est pas sans conséquences pour l’action politique puisqu’à la charge passionnelle caractérisant partout la lutte des libéraux contre l’Ancien Régime, s’ajoute ici le sentiment d’un combat contre la tyrannie et l’obscurantisme espagnols — combat nécessaire à l’identité nationale. Cela obscurcit même le travail historique en brouillant les pistes des influences intellectuelles : on cherchera les influences françaises, anglaises ou américaines sur le Mexique, et elles seront toujours mises en avant de préférence aux influences dominantes qui, du moins dans une première période, ont été sans doute essentiellement espagnoles. La lumière qu’apportent les études comparatives, c’est d’abord en Espagne qu’il faut la chercher.

La fiction démocratique

50Si la fiction de la nation a produit des effets inattendus et parfois graves, la fiction du peuple a eu des conséquences encore plus durables. La première de ces conséquences est de rendre impossible une vie politique conforme aux institutions car le problème qui domine tous les autres est celui-ci : la politique moderne exige une fonction spécifique chez l’homme, celle de la manifestation d’une volonté individuelle se prononçant en tant que telle sur l’intérêt général de la collectivité. Que le régime politique ait tendance à suivre la logique jacobine — où la volonté du peuple n’est pas représentable —, ou qu’il suive la voie de la démocratie représentative — où la volonté du peuple s’exprime par le vote périodique en faveur des gouvernants —, ce ne sont là que des variations à l’intérieur d’un même système, qui remplace les légitimités traditionnelles par une légitimité nouvelle, celle du peuple.

  • 44 Voir Furet, 1978, pp. 73 ss.
  • 45 Voir Nieret, 1980, pp. 4 et 5, et Freund, 1976.

51Mais ce peuple-là ne renvoie pas du tout à la société empirique, mais plutôt à une légitimité. Il est un principe constituant abstrait, impossible à incarner44. Aussi bien en Espagne qu’au Mexique, les anciennes Cortès avaient suffisamment d’ancienneté et de prestige pour que la voie représentative soit toujours empruntée — sauf dans de très rares moments de crise extrême. Il ne s’agit évidemment pas de la continuation du système de représentation d’Ancien Régime mais du prestige d’une institution historique et de la représentation en général car ce que les assemblées d’états représentaient, ce n’était pas le peuple comme collectivité idéale mais les corps du royaume, les acteurs collectifs de la société, dont les mandataires représentaient chacun sa communauté partielle avec un mandat impératif45.

52Dans le système de représentation moderne, même si les individus sont considérés comme porteurs d’intérêts spécifiques — et donc représentables —, l’ambiguïté née de l’origine du pouvoir subsiste toujours : les élus ne sont pas en effet les mandataires d’une circonscription territoriale ou d’un groupe social, ce sont les « représentants du peuple » dans son ensemble. Le gouvernement — et son prolongement, l’État — n’est plus un organisme avec son être propre et une sphère de pouvoir qui est la société globale — en tant qu’ensemble de sociétés mineures ou communautés, avec leurs autorités et leurs sphères de pouvoir propre — mais c’est le peuple qui agit, le mandataire de la nation elle-même.

53De plus, avant même que le « peuple » soit appelé à voter, il avait déjà « agi » et il avait déjà « parlé ». Les deux modes d’action réelle des élites avaient été investis de la représentation symbolique du « peuple ». Cette priorité des élites sur le peuple ne sera jamais remise en question. Elle ne pouvait l’être d’ailleurs, puisque la politique nouvelle était la conséquence des formes de sociabilité modernes, de l’adhésion à une culture démocratique que le reste de la société ne partageait pas. La « vie politique » n’était et ne pouvait être que celle des élites — « le peuple réel » —, jouant le rôle du « peuple théorique » — la société.

  • 46 Furet, 1978, p. 241.
  • 47 Voir plus haut, chapitre III, II.

54Dans ce jeu qui se déroule sans trop de mal lorsqu’il s’agit d’élaborer simplement une opinion ou de débattre d’idées, la difficulté commence lorsqu’il s’agit de choisir des hommes qui exercent un pouvoir réel, car alors l’action rencontre des intérêts et des passions non réductibles à de simples oppositions d’idées. Alors, pour imposer ces choix, intervient d’une façon privilégiée la manipulation : « il y a dans tout pouvoir démocratique et a fortiori dans tout pouvoir démocratique pur (sans délégation) une oligarchie cachée à la fois contraire à ses principes et indispensable à son fonctionnement. »46 Ce pouvoir caché gît, nous l’avons vu47, dans les loges et les sociétés qui sont le lieu où se fait la politique des premiers temps constitutionnels, aussi bien en Espagne qu’au Mexique ; le vote, lorsqu’il existe matériellement, ne sera qu’une confirmation de l’équilibre atteint dans les organismes de sociabilité des élites.

  • 48 Voir par exemple, pour l’Espagne, Sánchez Agesta, 1978, pp. 184-191, et, pour le Mexique, Rabasa, ( (...)
  • 49 Nous utilisons, pour cette typologie, en plus des événements mexicains, la succession des crises es (...)

55Le remplacement des équipes au pouvoir ne se fait pas par des élections. On n’a jamais vu alors, ni en Espagne, ni au Mexique, le gouvernement en place perdre des élections48. Ce remplacement se fait par des voies diverses selon l’âpreté des querelles des élites et les modes d’action et les symboliques du « peuple » propres à chaque pays. On pourrait presque tracer une typologie de la succession des crises politiques et des modes d’action des élites49. D’une façon schématique, nous pourrions les diviser selon les groupes qu’elles concernent et les moyens employés pour les résoudre.

56D’abord il y a les crises politiques pures, celles que ne mettent en mouvement que les membres de la classe politique agissant dans leurs lieux de sociabilité propres, privés — loges ou sociétés — ou publiques — parlement. Elles aboutissent à de nouvelles combinaisons politiques comme le retrait d’un président ou d’un chef de gouvernement, l’apparition de nouveaux ministres, la désignation du vainqueur des nouvelles élections. L’exemple le plus extrême en fut l’alternance automatique, en Espagne, lors de la Restauration.

57Un degré supérieur est franchi lorsque l’une des factions refuse de céder le pouvoir ou d’entrer dans une combinaison avec les autres. Pour débloquer l’impasse apparaît alors le pronunciamiento, l’intervention fictive du peuple hors des voies constitutionnelles. On le fait agir symboliquement par l’intermédiaire des chefs militaires : n’ont-ils pas été le peuple en armes lors des indépendances ? Ainsi se « prononce-t-il » pour telle ou telle faction en lice. On peut avoir recours encore à une autre symbolique, celle de l’émeute urbaine : les citadins mobilisés par les sociétés jouent alors le rôle du peuple entier soulevé.

58Si cela ne suffit pas, et c’est dans la logique du système que la montée progressive vers les extrêmes par discrédit de modes d’action éculés, une des factions peut recourir au coup d’État. C’est un exercice réel mais limité de la force pour prendre le pouvoir, tout en réservant l’usage de celle-ci aux seuls militaires, renforcés parfois par des civils armés pour la circonstance. Il s’agit rarement au XIXe siècle d’un coup d’État militaire au sens strict du terme, c’est-à-dire de l’armée agissant comme corps ; c’est plutôt l’intervention de la partie militaire d’une élite politique unique, composée de ceux qui sont la « parole » du peuple et de ceux qui sont le « peuple en armes ».

59Enfin, si les divergences de la classe politique sont très profondes et que les autres modes d’action ont été déjà épuisés, il reste l’insurrection. La mobilisation armée d’une partie de la société par les élites est souvent le début d’une véritable guerre civile : une partie de l’élite y est éliminée pendant une période plus ou moins longue.

60Il resterait à typifier des mouvements plus vastes, qui semblent mobiliser en profondeur la société : grandes guerres civiles — la guerre de Réforme par exemple au Mexique ou les soulèvements indiens, agraires ou religieux. De tels phénomènes sortent de ces schémas, on leur donne souvent le nom de révolutions ou de soulèvements populaires. En fait, nous abordons ici des cas qui sont, au sens strict du terme, « hors politique ». En effet, ces mouvements de la société ne connaissent pas la distinction des domaines propres à l’idéologie moderne et sont sans plan global de réforme politique ou d’organisation de la société. Ils sont alimentés par des demandes, des refus, des griefs, des résistances à des empiétements ou à des abus. Ce sont des révoltes toujours partielles, qui semblent parfois confuses ou désespérées, car elles se font au nom de droits anciens, de libertés perdues, de croyances bafouées. Ce sont là des mouvements presque toujours condamnés à l’échec, s’ils ne sont pas repris en main par les élites, qui donnent alors un sens autre à ces révoltes « réactionnaires » — en réaction, au xixe siècle, contre des changements qui tous se relient à la modernité. On en fait alors des actes du peuple qui aboutissent à renforcer encore plus le pouvoir des élites, seules capables d’en dégager le sens.

61Sauf dans ce dernier cas, — qui se place précisément hors de ce cadre —, les autres ruptures de l’ordre constitutionnel que nous avons citées ne sont pas des accidents ou des atteintes au fonctionnement normal des institutions. Elles constituent la condition même de leur existence dans un régime fondé sur un « peuple » muet parce qu’inexistant ; elles représentent la seule façon de procéder à un remplacement des gouvernants. Dans la gradation de ces modes d’action, ce sont les modes qui font intervenir l’armée qui ont été prédominants aussi bien en Espagne qu’au Mexique ; non seulement parce que plus sûrs et plus tentants pour qui dispose de l’appui d’une faction de l’armée, mais aussi parce que dans la symbolique qui doit toujours légitimer ces entorses à la normalité constitutionnelle, l’insurrection armée a toujours joué d’un prestige particulier, celui du peuple soulevé contre la tyrannie.

  • 50 Andrés Quintana Roo, le 9 août 1812, dans Miranda, 1952, p. 322.

62Les idées traditionnelles du pacte entre le roi et le royaume ainsi que les théories sur le tyrannicide et le droit de résistance — chères aux néoscolastiques espagnols — resurgissent pour justifier le soulèvement contre le mauvais gouvernement. Les formules de Quintana Roo en 1812 répondaient parfaitement à cette mentalité classique : « lorsque les dispositions du gouvernement ne s’accordent pas à l’intérêt commun des peuples ou qu’on ne peut pas concilier les projets de celui-là aux sentiments de ceux-ci, il y a la très grave et pressante obligation, fondée sur le droit naturel, d’enlever ledit gouvernement et de le remplacer par un autre (...). »50

  • 51 Voir, par exemple, pour ce type de texte, González Ramírez, 1954.
  • 52 Bulnes, (1903), 1973, p. 208.

63Le langage est encore celui du droit du royaume, mais le sentiment est partagé par tous les libéraux hispaniques du XIXe siècle. Or, comme tout gouvernement, de par son origine et son exercice, est en porte à faux à l’égard de la volonté du peuple telle qu’elle devrait s’exprimer par le vote, tout gouvernement est susceptible de se voir contesté par les armes comme contraire à cette volonté. De là avec une extraordinaire uniformité, monotone pour l’historien51, chaque action armée pour accéder au pouvoir se fonde toujours sur les droits bafoués du peuple. Le plan politique ou le plan révolutionnaire, toujours indispensables, ont comme fonction de montrer que l’action armée était la voix du peuple. Selon les mots de Bulnes, ces plans étaient « les paroles des sonates qui exprimaient que la révolution avait comme objet de délivrer la patrie de la tyrannie, ou de l’anarchie, la régénérer, l’élever, accomplir ce qui avait été promis, la rendre heureuse (...) »52.

  • 53 Art. 8 de la Constitution, dans de La Torre Villar, 1964, p. 381.
  • 54 Il serait intéressant de dresser une typologie de cette représentation symbolique du peuple en acti (...)

64La fiction du peuple légitimait le recours permanent à l’action armée d’une minorité militaire ou civile — ou les deux à la fois —, toujours possible : en employant les mots mêmes de l’article 8 de la Constitution d’Apatzingán : « lorsque les circonstances d’un peuple opprimé ne permettent pas l’élection régulière des députés, est légitime la représentation supplétoire qui s’établit avec la volonté tacite des citoyens. »53 Cette représentation supplétoire ne peut être, pour le peuple opprimé, que celle de ceux qui se soulèvent contre cette oppression. Toute élite libérale du XIXe siècle peut potentiellement verser dans le cercle vicieux des insurrections. Elles se feront toujours au nom du peuple, et selon une symbolique propre à chaque pays : en Espagne et au Mexique, c’est le soulèvement périphérique, ralliant progressivement le pays, avant de conquérir enfin la capitale54.

Caudillos et caciques

65Qui dit insurrection dit aussi chef militaire, ou civil le devenant. Le caudillo, car c’est de cela qu’il s’agit, n’est pas seulement un chef de guerre puissant à l’échelle régionale, qui rassemble, d’après des liens anciens, un nombre de plus en plus large de fidèles — acteurs individuels ou collectifs ; il est aussi le peuple qui agit, la volonté nationale qui se manifeste à travers lui. Et tout cela avec une énorme bonne conscience, d’autant plus qu’il ressent derrière lui l’appui de la faction de la société traditionnelle dont il tire son pouvoir.

  • 55 Voir plus haut, chapitre III, I.

66Deuxième nécessité issue de la fiction du peuple : celle de l’articulation entre les élites — le « peuple réel » de la politique — et la société — le « peuple légal » au nom de qui on gouverne et que l’on gouverne. Cette articulation est absolument nécessaire dans les deux sens. Il faut d’abord que l’élite obtienne un vote, même fictif, d’une société qui ne peut pas voter au sens moderne du terme55, afin de légitimer son pouvoir ; ensuite, si elle veut avoir un moyen d’action sur la société, elle doit se donner des relais qui partagent le langage de celle-ci. Pour les gouvernés, pour la société traditionnelle, dont le système d’autorité est tout autre, il faut quelqu’un qui serve d’intermédiaire avec les représentants de l’État moderne, qui traduise dans le langage de la politique les demandes, les refus, les réactions... Cette liaison entre deux mondes hétérogènes est assurée par le cacique. Il est à la fois autorité de la société traditionnelle, membre par sa culture politique du peuple politique et rouage de l’État moderne.

  • 56 Voir Dumont, 1977, p. 25, pour la coïncidence « de fait », entre l’expansion de la conception indiv (...)

67L’existence du cacique est d’autant plus indispensable que l’écart entre les deux mondes est grand. Il est significatif que ce nom, dont l’usage se répand de nos jours hors du monde hispanique, est précisément celui que les Espagnols donnèrent aux autorités indigènes coutumières qui servaient de relais à l’administration moderne de la couronne d’Espagne. Articulation entre deux univers culturels, entre deux types hétérogènes d’autorité, il était déjà cela à l’époque coloniale. Mais la figure du cacique se transforme à l’époque contemporaine car, dans l’Ancien Régime, son existence était reconnue par la couronne et réglée par la loi ; c’est ainsi que l’on peut lire dans la Recopilacíon de Leyes de Indias plusieurs lois sur les droits et les devoirs des caciques puisqu’ils étaient les « seigneurs naturels » de leur communauté56.

68Avec la victoire du peuple souverain et le rejet des légitimités traditionnelles à quelque niveau qu’elles se placent, il n’y a théoriquement plus d’autorités sociales, il y a des charges politiques et des fonctionnaires représentant l’État.

69Effet pervers d’une fiction politique qui pourchasse l’arbitraire au nom des lois, le caciquisme nouvelle manière a une extension et une liberté d’action inconnues sous l’Ancien Régime. Relais entre deux « peuples » hétérogènes, il est un pouvoir illégal, caché, honteux mais inévitable. Un pouvoir d’une certaine manière protecteur, puisque, pour pouvoir agir, le cacique doit être le représentant de la société traditionnelle auprès de l’État moderne en même temps que le modérateur des exigences de l’État auprès de la société. Mais il reste toujours un pouvoir arbitraire, sans recours juridique, puisque légalement il n’existe pas. Sa seule sanction est l’apparition d’un nouveau cacique qui le supplante, ou bien la révolte sociale.

70En tout cas, le cacique — conséquence de la fiction —, contribue à la perpétuer, et si, au départ, il est le plus souvent une autorité de la société traditionnelle, il va être progressivement remplacé par de nouveaux notables. Chez ces derniers, les rapports avec la société tendront à se placer davantage selon un pôle de domination et de manipulation de la société — par les élites de la fortune ou du pouvoir — que dans celui d’intermédiaires entre la société et l’État.

3. LES VICISSITUDES DE L’ÉLITE LIBÉRALE

71Nation, peuple, constitution, élections... véritable « schizophrénie » d’un langage politique d’une élite qui fait toujours appel à un peuple qu’elle gouverne en réalité par des caciques, tandis que de plus en plus elle est gouvernée par des caudillos. Et cependant, paradoxalement, cette élite libérale du XIXe siècle, en porte à faux, semble vaincre toutes les difficultés, et trouver même en elle la force d’un nouvel élargissement. Nous disions tout à l’heure qu’elle n’a pas d’ennemis théoriques ; en face d’elle il n’y a que les pesanteurs de la réalité sociale ; c’est dans l’expansion de la théorie qu’elle trouve effectivement son élargissement, et dans la résistance de la société les limites à son action. Son élargissement est d’abord celui de l’expansion de la culture politique moderne, sans que nous négligions pour autant — nous y reviendrons — le rôle très important de l’expansion de l’économie capitaliste. Si, en Europe, les deux phénomènes sont concomitants — pourra-t-on un jour trancher le problème de leur priorité ? —, en Amérique espagnole, la mutation culturelle et la révolution politique précèdent sans aucun doute la nouveauté économique (59).

72Tout modèle théorique — et le modèle politique moderne en est un — suppose une élaboration et une transmission. Il a déjà été dit combien la naissance de ce modèle théorique et pratique nouveau est liée à l’apparition et à l’expansion des sociabilités modernes ; combien, aussi, le Mexique est à la traîne de l’Espagne et, à plus forte raison, de la France dans ce domaine. A proprement parler, les nouvelles formes de sociabilité — sociétés et loges — sont déjà, au Mexique, davantage des organes de transmission d’une idéologie élaborée ailleurs que les lieux où elle se crée. Ces nouvelles formes restent malgré tout, des lieux irremplaçables pour des élites restreintes qui jouent ou veulent jouer un rôle directeur. Pour que cette nouvelle culture arrive à la société ancienne et la transforme — il s’agit là d’une véritable transculturation —, il faut, en plus de la destruction des structures holistes par la loi, un changement massif des valeurs. Et ceci ne peut se faire que par l’éducation.

  • 57 Cabarrús, Carta sobre los obstáculos que la naturaleza, la opinión y las leyes oponen a la felicida (...)
  • 58 Voir ibidem, 1953, pp. 196 ss.

73L’insistance mise sur l’éducation est inséparable de la naissance des idées nouvelles. En Espagne, le XVIIIe siècle est une période d’inflation d’ouvrages portant sur l’éducation : celle des artisans, des femmes, des nobles, et, dès la fin du siècle, Cabarrus parle de l’éducation des « citoyens » ; il conseille d’attendre la génération suivante pour la réforme politique car, entre-temps, l’éducation rationnelle guérira « nos peuples abrutis et contagiés par l’oppression et par l’erreur »57. C’est cette éducation du vulgus qui est la principale mission de la nouvelle aristocratie de l’esprit : ilustrar, éduquer. Et cela à tel point que Jovellanos préfère, lors de la guerre de l’Indépendance, la présidence de la junte d’Instruction publique à celle de la Junte centrale58.

  • 59 Ibidem, pp. 194 ss.

74Mais ce qui est caractéristique et original dans cette entreprise, c’est qu’elle est menée sous l’impulsion de l’État et sous sa tutelle. Il ne s’agit pas tant d’éduquer que d’éduquer selon les idées nouvelles, de préférence dans des centres nouveaux, indépendants de l’ancienne société. Il s’agit, pendant le XVIIIe siècle, d’enseigner les « sciences utiles » et la géométrie, « véritable logique de l’homme », qui apprend à rejeter toute idée qui ne soit « exacte, claire et distincte ». C’est dans ce but que l’on crée de nouvelles institutions d’enseignement : écoles et instituts, académies, muséums naturels... tous opposés aux anciennes universités, considérées comme des « instituts à l’enseignement inutile »59.

  • 60 Voir pour l’ensemble de la période 1786-1836, Tank Estrada, 1977, surtout pp. 241-244, et pour le r (...)

75Même si les réformes éducatrices des Bourbon espagnols ne réussissent pas à renouveler tous les niveaux de l’enseignement, les réformes entreprises vont dans le sens d’un transfert vers l’État des responsabilités éducatrices ; de nouveaux buts sont assignés à l’instruction. Au Mexique, à partir de 1786, un nouvel effort est fait par la couronne et par le cabildo de Mexico pour la fondation d’écoles pías, gratuites, destinées aux plus pauvres ; en même temps, les idées des éclairés espagnols poussaient à inclure dans l’enseignement primaire des notions d’enseignement technique, et à attaquer la corporation des maîtres qui gardaient encore entre leurs mains une bonne partie de l’enseignement. Ni les Cortès de Cadix ni l’indépendance ne modifient sensiblement cette évolution ; les premières étapes de celle-ci concernent davantage les lieux de l’éducation que son contenu60.

  • 61 Il est dommage que l’intéressante étude de Tank Estrada, 1977 sur le passage de l’ancienne à la nou (...)
  • 62 Voir Vázquez, 1970, chapitre II, et plus loin, chapitre VII, 3.

76La première bataille menée par l’État dans le domaine de l’éducation ne fut pas contre l’Église en tant que telle. En effet, dans la conception régalienne de la couronne d’Espagne — et, à sa suite, de la République mexicaine —, les écoles de l’Église étaient des écoles publiques. La bataille commença contre l’enseignement de la société. Celui-ci était dire un ensemble de formes diversifiées : écoles privées des membres de la corporation des maîtres, écoles gratuites de l’Église — paroisses, couvents, fondations —, des cabildos, des parcialidades indiennes, des organisations philanthropiques, enseignement imparti comme élément de l’apprentissage dans les corporations d’artisans, etc.61. Le gremio des maîtres en fut la première victime en 1814 puisqu’il fut supprimé en tant qu’obstacle à la libre activité des citoyens ; ce sera ensuite le tour des écoles dépendant des autres corps et des autres acteurs collectifs, et nous en décrirons plus tard le processus de destruction. Mais ce qui importe ici, c’est de signaler la tendance générale. Elle va aboutir, malgré la déclaration de liberté d’enseignement de l’article 3 de la constitution de 1857, d’abord à l’inspection fédérale et au plan d’études imposé pour l’enseignement dans le district et les territoires fédéraux, puis à l’inspection des écoles privées en 1861, à l’éducation gratuite pour les pauvres et obligatoire en 1867, laquelle est suivie en quelques années par presque tous les États ; enfin, en 1880, c’est la modification de l’article 109 de la Constitution qui impose « l’enseignement primaire, laïque, général, gratuit et obligatoire » dans toutes les écoles de la fédération, des États et des municipes. Bref, on assiste au passage à la direction de l’État ou à son contrôle, de la plupart des activités d’enseignement62.

  • 63 Voir par exemple les déclarations de Jules Ferry à la Chambre le 5 mars 1880 : « l’État — l’État en (...)
  • 64 La educación pública, 1976, p. 423.
  • 65 Rousseau, 1966, II, 7, p. 77.

77La laïcité est sans doute la plus importante de ces notions — nous verrons combien les autres étaient déjà répandues dans l’ancien système. En effet, laïcité veut dire indépendance : indépendance des corps et des acteurs collectifs — qu’ils soient ecclésiastiques ou civils —, soumis à la seule dépendance — qui est liberté dans l’idéologie — de l’État en tant qu’organe de la volonté générale ; indépendance, en plus, de tout système de valeurs — traditionnel ou religieux — autre que celui qui sort de cette volonté ; indépendance de toute fidélité intermédiaire car on transmet une fidélité unique, celle des citoyens à la nation63. Comme dans la France de Jules Ferry plus tard, la loi organique d’instruction publique du 2 décembre 1867, affirmait déjà que « répandre l’ilustración dans le peuple, c’est le moyen le plus sûr et le plus efficace de le moraliser, d’établir d’une manière solide la liberté et le respect de la Constitution et des lois (...) »64. Ce que l’État moderne forme et éduque, ce sont des « citoyens » et il les forme de plus en plus dans ses établissements : faire des « citoyens » à partir des hommes concrets, c’est en fait créer le « peuple », et cette création ne saurait être, en bonne théorie, que le fait du peuple lui-même. « Celui qui ose instituer un peuple doit se sentir en état de changer pour ainsi dire la nature humaine, de transformer chaque individu, qui par lui-même est un tout parfait et solitaire, en partie d’un grand tout dont cet individu reçoit en quelque sorte la vie et l’être. »65

  • 66 Tank Estrada, 1977, p. 244.

78Le contenu de l’éducation suit cette évolution du rôle de l’État : si l’État intervient, c’est d’abord comme État éclairé, qui veut former des individus utiles à la société, libérés, selon la phrase de Cabarrús, « de l’ignorance et de l’erreur », — celles de l’ancienne société. Ensuite, à partir des Cortès de Cadix en 1812, il s’agit de former des citoyens, enfin, après l’indépendance au Mexique, des Mexicains. C’est par l’école que se transmet le soubassement idéologique de l’enseignement libéral : « former des citoyens loyaux et travailleurs. »66 C’est-à-dire des individus politiques nouveaux, loyaux à la nation, agissant comme des agents économiques autonomes.

  • 67 Ibidem, pp. 227-228.

79L’image globale de la société nouvelle s’insinue dans ce qui semble de prime abord des évidences sans portée ; or l’importance que les libéraux donnaient à la conception de l’homo politicus apparaît clairement et rapidement dans l’obligation faite par les Cortès de Cadix, et appliquée en Nouvelle-Espagne, d’enseigner un catéchisme politique de la Constitution. Cela est suivi, dans plusieurs des nouveaux États mexicains en 1821, par l’obligation d’enseigner les « droits et obligations de l’homme constitué en société »67, et, en 1833, par l’apparition des catéchismes civiques, élaborés pour les écoles primaires.

  • 68 Cité dans Vázquez, 1970, p. 53.
  • 69 Ibidem, p. 50.

80Ce qui est très curieux, c’est que ces ouvrages viennent s’ajouter aux catéchismes de la doctrine chrétienne qui restent d’usage dans les écoles publiques. De plus, l’auteur de ces dispositions, Gómez Farias, est le même homme qui, en même temps, s’attaque à la présence de l’Église dans l’enseignement secondaire et supérieur. Il faut attendre quarante ans pour que le décret du 10 décembre 1874 dispose que « l’instruction religieuse et les pratiques officielles de n’importe quel culte sont interdites dans tous les établissements de la fédération, des États et des municipes »68. Curieusement, l’auteur de ce décret, Lerdo de Tejada, dont les convictions anticléricales sont très anciennes, est le même qui, en 1862, en tant que directeur du Colegio de San Ildefonso, obligeait encore ses élèves — dont Justo Sierra — à assister à la messe quotidienne69.

  • 70 Sánchez Agesta, 1953, pp. 89-91.

81Etrange décalage entre les convictions de la pointe active de l’élite libérale et son action publique. En fait, ce décalage fait suite à la distinction qui existait déjà au XVIIIe siècle, chez la minorité éclairée, entre ce qui est dit pour l’éducation du peuple et ce qui ne se dit que dans les lieux de sociabilité de l’élite et dans la correspondance privée70. Il sera temps, lorsque le peuple aura été éclairé, de tirer toutes les conséquences législatives que la Réforme comporte.

82Ce sont ces mécanismes de transmission de l’idéologie qui expliquent l’élargissement de l’élite libérale. Plus encore que la désagrégation de la société ancienne par l’expansion économique moderne, ou la suppression législative — progressive — des acteurs collectifs, c’est la dissolution culturelle des représentations sociales et des valeurs traditionnelles qui font progresser cet élargissement. L’expansion de l’éducation moderne — par ses lieux et par son contenu individualiste et civique — crée continuellement le « peuple » dans un processus qui s’adresse d’abord aux élites et descend ensuite progressivement vers l’ensemble de la société. Les nouvelles tendances de l’éducation partent des instituts d’enseignement supérieur pour finir aux écoles primaires. Le désir d’instruction, très répandu et très ancien, pousse les membres de la société ancienne à envoyer les plus doués de ses enfants dans les centres d’enseignement, et c’est là qu’ils deviennent des hommes nouveaux par l’adoption d’une culture dont les principes ultimes sont en opposition avec ceux des unités sociales dont ils sont issus.

  • 71 Voir pour cette élection Womack, 1970, p. 222.

83Nous ne voulons pas dire par là que tout homme éduqué soit, au xixe siècle, un libéral. Mais une majorité parmi eux fut sans doute gagnée à cette nouvelle image de l’homme et de la société. D’autant plus facilement que, nous le répétons, face à ce modèle, il n’y avait aucune autre représentation cohérente du social qui fût « exacte, claire et distincte ». On pouvait, certes, refuser cette image du social et, partant, se retirer dans la vie privée. En fait, cela était difficile, car pour bien des gens éduqués, les emplois publics étaient le seul moyen d’existence. En tout cas, il n’y avait pas d’action politique possible sans elle, car précisément « faire de la politique », c’est avoir assumé la séparation des domaines d’action de l’homme propre à l’idéologie nouvelle : dans l’ancienne société, on agit, on gouverne, on ambitionne des postes ou des honneurs, on lutte contre ses ennemis mais on ne « fait pas de la politique ». En 1914, par exemple, dans le Morelos zapatiste, les chefs militaires sont issus des concejos de communautés et la base de leur autorité reste toujours le respect des membres de ces communautés. Lorsqu’il s’agit d’élire parmi eux un gouverneur provisoire, Zapata ne veut entendre parler ni de campagne électorale ni de vote public des chefs « pour éviter politiquerias (politicailleries) ». Il s’agit de choisir quelqu’un d’unanimement respecté, alors que la politique divise71. Dans ce refus, encore bien vivant au sein de beaucoup de pays latins, de la politique — « lui, au moins, il ne fait pas de politique » —, il y a inconsciemment la persistance d’une mentalité ancienne : refuser que la valeur ou les actions d’un homme soient mesurées à la seule aune de son rapport à l’État et à ses fins.

84En ce sens, la phrase que Porfirio Díaz se plaisait à voir appliquée à son régime, « peu de politique et beaucoup d’administration », était aussi le retour à une image ancienne du gouvernement comme exercice d’une fonction sociale, soustraite aux luttes idéologiques pour définir et imposer la volonté du peuple. Ce retour-là n’est cependant qu’un arrêt provisoire, car il est provoqué en réalité par la désintégration politique à laquelle avait abouti la dynamique libérale.

Les étapes d’une confrontation

85C’est à la lumière de ces rapports entre l’élite libérale, son idéologie et la société traditionnelle, que l’on peut essayer de découper à grands traits le XIXe siècle mexicain.

86Dans une première étape — nous pourrions l’appeler « la foi dans la nation », ou celle de la fiction cachée, jusqu’aux années 1840 environ —, les structures sociales et mentales anciennes restent pour l’essentiel en place. Elles se sont vues même sans doute renforcées.

87Les révoltes sociales et la guerre d’indépendance ont provoqué un grand brassage social, l’affaiblissement de l’administration publique et la montée de l’insécurité. Le départ, ou l’expulsion, dans les années 1820, des Espagnols restés encore au Mexique, ne pouvait qu’accroître l’autonomie de la société envers l’État ainsi que la fragmentation et la privatisation du pouvoir. Pour faire face à cette désagrégation, le renforcement des sociabilités anciennes ne pouvait que s’accroître aussi. On se met sous la protection d’un puissant local ou régional. On resserre les liens intérieurs de la communauté villageoise, on privilégie les liens familiaux ou personnels... L’idéologie libérale hispanique renforce encore ces tendances par ce qu’elle a de retour, au-delà de l’absolutisme bourbonien, aux droits et libertés anciens : création de nombreux nouveaux municipes, régionalisme légalisé par le fédéralisme, etc.

  • 72 Voir pour les grandes étapes, plus loin, chapitre V, 2 et 3.

88L’acceptation des principes politiques nouveaux reste cantonnée à une élite restreinte, et même la plus grande partie de celle-ci ne fait que transmuer les valeurs de la société traditionnelle en les habillant d’un langage moderne. Certes, l’offensive commencée par l’élite éclairée du XVIIIe siècle contre les corps et les privilèges continue ; elle est renforcée même par une législation qui a supprimé les défenses légales des Indiens en proclamant l’existence d’une seule catégorie d’hommes, les Mexicains. Mais cette offensive est déjà ancienne, et elle est menée à l’échelle des États à des époques variables72, ce qui éparpille les résistances.

89La vie politique reste limitée au cercle étroit d’une élite culturelle qui, dans la plupart des cas, est formée par les mêmes hommes qui constituaient les autorités anciennes de la société. Que ces élites gravissent l’échelle des procédés d’alternance au pouvoir décrits antérieurement, cela est grave pour l’avenir mais encore supportable, car la foi dans la démocratie n’est pas atteinte à ce moment-là et bien de ces procédés extra-constitutionnels semblent justifiés par le non-respect du suffrage par le gouvernement. Somme toute c’est l’inertie d’un système d’Ancien Régime, couvert par une mince pellicule moderne, qui assure la stabilité.

  • 73 Voir plus haut, chapitre III, Β, 1.
  • 74 Voir Bazant, 1971.

90Néanmoins, dès cette époque, les éléments de déséquilibre existent, et ils vont mettre à nu la fiction pacifiquement acceptée sur laquelle vivaient les élites. Le premier, et peut-être le plus important, c’est l’évolution idéologique d’une partie de la classe dirigeante, celle des intellectuels libéraux de cette période comme Mora ou Zavala. Ils ont déjà tiré, au cours des années 1820, des prémisses idéologiques acceptées par tous, la réforme sociale qu’elles comportent73 et surtout le combat à livrer contre l’Église. Non seulement celle-ci a des biens alors que l’État est pauvre — la désillusion sera à la mesure des espoirs74 —, mais elle est le plus fort des corps d’Ancien Régime, l’objet de fidélités qu’un État qui veut une fidélité unique en tant qu’incarnation de la société ne peut supporter et elle est la clé de voûte des valeurs de l’ancienne société.

  • 75 Mora, (1837), 1963, p. 120.
  • 76 Nous avons déjà évoqué l’importance qu’elles eurent, par exemple, dans la formation des libéraux de (...)

91Restées d’abord l’apanage des cercles intérieurs des sociétés, ces idées de réforme trouvent en 1833 un début d’application. Ce sont les mesures de Gómez Farias : la suppression de l’université, la laïcisation des Colegios Mayores, c’est-à-dire l’enseignement secondaire et supérieur. Ce sont aussi les écrits de Mora, dans ces années, qui les justifient comme une attaque contre le monopole du clergé. Cette attaque n’est pas le résultat de l’expérience mais des principes. « Par la suppression des anciens établissements, on se mettait à l’abri des résistances et des obstacles que de semblables corps opposeraient au nouveau cours et sur laquelle, leur existence étant supposée, on devrait compter. »75 Ces réformes éducatives élargissent l’élite libérale76 et par un phénomène curieux que nous retrouverons lors de la Révolution, elles précèdent d’une vingtaine d’années — est-ce le délai de propagation d’une mutation idéologique ? — l’éclosion d’une nouvelle génération libérale qui apparaîtra en pleine lumière lors de la Réforme.

  • 77 Hale, 1972, chapitre I, montre bien la profondeur de cette crise de conscience et l’apparition de l (...)

92Entre-temps, la déception des années 1840 fait éclater aux yeux des élites la double fiction jusqu’alors cachée : il n’y a ni nation, ni peuple. Face à cette constatation que tous partagent77 après la défaite contre les États-Unis, la première grande coupure apparaît, celle des libéraux et des conservateurs. Nous pourrions dire qu’elle est celle de l’écart constaté entre l’idéologie et la société. Face à cet écart, l’élite se divise sur les moyens de le combler.

93Certains sont effrayés par la dissolution sociale, la crise de l’État et les implications religieuses de l’idéologie ; ils vont tenter un retour aux légitimités et aux institutions de l’ancienne société. Dès 1840, Gutiérrez Estrada avait publié son appel monarchiste, et dans les années 1849-1853, Alamán se livre à un grand effort pour mettre en valeur le passé hispanique et préconiser l’abandon des idées libérales. Malgré les talents mis en œuvre et la justesse de maintes remarques historiques démystificatrices, l’entreprise conservatrice avait peu de chances de succès. Nous avons déjà mentionné l’impasse idéologique des conservateurs — vouloir restaurer une légitimité traditionnelle dans un pays dont la seule base théorique était la légitimité nouvelle ; autres facteurs de l’impasse : la tentative de fonder le nouveau régime sur l’Église — ordre résiduel de l’Ancien Régime — et sur une armée qui jouerait, sans le dire, le rôle de la noblesse. Or rien n’était prévu, comme il était normal, pour le reste des institutions traditionnelles de l’Ancien Régime : en cela les conservateurs resteront toujours des libéraux tièdes.

  • 78 Furet, 1978, p. 43.

94D’autres, les plus nombreux et les plus jeunes, choisirent la voie de la logique libérale. Ils investirent, comme leurs ancêtres les révolutionnaires français, « l’univers objectif de volontés subjectives... responsables ou boucs émissaires »78. Si le peuple ou la nation n’existaient pas, ce n’est pas parce que la réalité sociale était autre ; c’était, prétendra-t-on, parce que des forces mauvaises faisaient obstacle au progrès et, parmi elles, en premier lieu l’Église ; à sa suite, on inclut les autres acteurs collectifs de l’ancienne société avec leur personnalité juridique et leur capacité de posséder des biens.

95Le triomphe du plan libéral d’Ayutla et la constitution de 1857 marquent la victoire de la partie la plus radicale de l’élite libérale. C’est alors l’ouverture du conflit ouvert entre la « volonté du peuple » incarnée dans cette élite radicale — que ses adversaires désignent du mot significatif de « jacobine » — et la société qui agit en ordre dispersé, par des refus qui ne sont pas tous de l’ordre de la « politique » : coups d’État des libéraux modérés, anathèmes de l’Église, révoltes militaires, soulèvements agraires...

  • 79 Bulnes, (1904), 1972, pp. 654-655.

96Les radicaux vont triompher, aidés, il est vrai, par le coup de pouce des États-Unis. Mais la remarque de Bulnes reflète bien le cours des événements : « Le parti libéral a souffert de nombreuses défaites et, malgré elles, il vivait, il luttait. Le parti conservateur fut vaincu malgré de nombreuses victoires. (...) Qui ont été les défenseurs du clergé en 1859 et 1860 ? Miramón, Márquez et Vicario ? Qui était en 1867 aux côtés de Maximilien ? Márquez et Miramón. Dans le camp libéral, qui ont été les chefs en 1859 et 1860 ? Degollado, Gonzalez Ortega, Berriozábal, Ogazón ? Qui l’ont été en 1867 ? Porfirio Díaz, Escobedo, Corona, Régules... Des chefs nouveaux, jeunes, remplis d’aspirations. Lorsqu’un parti ne compte pas sur la jeunesse, il doit être considéré comme perdu. »79

  • 80 Ibidem, p. 456.

97Le renouvellement des générations libérales, fourni par l’expansion de l’éducation et des sociabilités nouvelles, est réel, et l’analyse pertinente : « On doit au progrès intellectuel la découverte de la justice, comme celui de la lumière électrique et celui du gouvernement représentatif ; (...) la fortune par les privilèges (...) est une grande force, mais l’intelligence lui est supérieure et à elle appartient le gouvernement universel. (...) De quel côté était la véritable culture intellectuelle ? Du côté des réformistes mexicains ? Alors (...) les hommes d’ordre étaient perdus. »80 Remplaçons « progrès intellectuel » par « logique de l’idéologie moderne », et « intelligence » par le nom des hommes gagnés à cette logique : le raisonnement garde toute sa force.

98Cela est d’autant plus vrai que les guerres civiles, puis étrangères, ont déraciné de nombreux hommes. Comme dans d’autres époques de troubles, cela a conduit beaucoup d’entre eux à la rupture avec les structures sociales et les valeurs traditionnelles, puis à l’adoption du seul modèle politique moderne : le libéralisme.

  • 81 Voir plus haut, chapitre III, I., 3.

99Cependant tout n’est pas dans la force de l’idéologie. Il y a aussi le poids du réel. Juárez tire, dans la lutte contre l’Empire, une grande partie de sa force non pas du libéralisme en tant que tel mais du sentiment d’opposition à l’étranger : celui d’une nation qui commençait alors, par ce fait même, à exister. Comme dans la guerre de l’Indépendance, le conflit eut aussi pour conséquence de renforcer les sociabilités anciennes : elles étaient les seules qui pouvaient lier des hommes devenus des individus dans cette période de chaos. Comme nous l’avons dit81, c’est grâce à cette renaissance des liens personnels que les caudillos libéraux mobilisent la société et assurent leur victoire.

100Mais si cette victoire assure le triomphe complet des libéraux et si elle ferme définitivement la voie à une expression « politique » — même transmuée — de la société, elle ne résout pas le conflit entre l’État libéral et la société. Elle n’apporte pas non plus de solution au problème du remplacement des équipes au pouvoir, le talon d’Achille de la « démocratie sans le peuple ». Chaque caudillo, pendant la République restaurée est fort de ses pyramides de fidélités, convaincu de la légitimité d’une insurrection de ce peuple qu’il a assumé dans les guerres pour la Constitution, et pour la nation. Il a donc grand ouvert devant lui le chemin de la contestation vis-à-vis de la « fiction restaurée ». Comme en Espagne, après l’évolution analogue et presque contemporaine de la Première République, la victoire radicale conduit à la désagrégation de la faction victorieuse.

  • 82 Voir parmi d’autres, pour le fonctionnement du système espagnol, Sánchez Agesta, 1978, chapitre IV, (...)

101En Espagne, la solution trouvée par Canovas fut la restauration de la monarchie et le turno. Ce fut un compromis social sur la base du rétablissement d’une légitimité ancienne et de l’unification de l’élite libérale — conservateurs et libéraux — par l’alternance automatique des « partis dynastiques » à travers des élections manipulées au vu et au su de tous82.

  • 83 C’est le cas par exemple du Guatemala, du Nicaragua, du Venezuela, et en partie de l’Equateur. D’au (...)

102Au Mexique, les mêmes problèmes reçurent une solution qui n’en était pas très éloignée. La prise du pouvoir par Porfirio Diaz réalisait une fois de plus un transfert symbolique de la souveraineté du « peuple ». La souveraineté des caudillos libéraux multiples avec leurs « volontés nationales » aux aguets, passait au caudillo libéral unique, unificateur de l’élite. C’était une autre solution possible pour sortir de l’impasse libérale. D’autres pays latino-américains de la même époque l’ont mise en œuvre83. Elle était possible parce qu’elle respectait — comme en Espagne avec le turno — l’essentiel, la fiction du « peuple », tout en assurant l’unification de l’élite politique et la paix.

103Dans le régime de Díaz, la constitution de 1857 est sacralisée : le peuple est souverain, les élections — manipulées — ont lieu régulièrement... L’absence de vote effectif n’est pas un problème comme dans l’Espagne de la Restauration puisqu’il n’a jamais existé ; les seuls qui pouvaient le revendiquer sont les membres du peuple politique, l’élite libérale, celle qui occupe effectivement le pouvoir.

104La volonté de paix à tout prix qui se manifeste dans la société et l’acceptation du réel social — et donc de l’Église — par le caudillo, donnent à ce dernier une assise sociale très forte. Celle-ci est renforcée parce qu’il a su intégrer de fait dans le fonctionnement de son régime les valeurs et les liens des sociabilités anciennes. Le ralliement de l’élite et le soulagement social vont créer une « volonté nationale » très forte, un consensus dont se prévaut le président pour se maintenir au pouvoir. Cela est d’ailleurs d’autant plus facilement accepté que la perpétuité de ce pouvoir se fait par étapes : non-réélection proclamée en 1876, présidence par personne interposée en 1880-1884, réélection en 1884, modification constitutionnelle ensuite pour de nouvelles réélections. Les bénéfices du système sont alors si évidents, et l’action de Díaz si efficace pour assurer la paix et relancer l’économie, que la réélection ne pose plus de problèmes majeurs. D’autant que sont toujours maintenus, le compromis avec la société, l’unification de l’élite libérale et la fiction démocratique.

  • 84 Voir par exemple, Bulnes : « Le général Díaz, comme l’empereur Auguste, a montré un grand respect d (...)
  • 85 Rouland, 1981, p. 239.

105L’analogie avec la Rome impériale que certains observateurs du début du siècle ont employée84 est parfaitement justifiée. La remarque d’un historien actuel de la vie politique romaine pourrait parfaitement être appliquée à Díaz : « Octave, l’héritier de ces seigneurs de la guerre qui, leur vie durant, convoitèrent de toutes leurs forces le pouvoir impérial, se défendra toujours d’être ce qu’il était devenu. Au contraire, il se proclame le sauveur de la République, ce qui ne trompe personne, mais satisfait tout le monde. »85

  • 86 Lettre du général Albino Zertuche, gouverneur de l’Oaxaca, au général Rosendo Márquez, gouverneur d (...)

106Cette fiction démocratique, ce consensus social, un fidèle lieutenant de Díaz les exprime avec simplicité dans une lettre à l’un de ses égaux : « Le général Díaz a eu la bonté de me désigner comme candidat officiel pour le gouvernement de l’État et celui-ci, à son tour, daigna m’élire démocratiquement. »86

  • 87 El Hijo del Ahuizote, 30 juin 1895, dans ibidem, p. 451.
  • 88 El Mundo, 19 juillet 1896, dans ibidem, p. 407.

107Les rares libéraux qui ne l’ont pas acceptée pensent bien, périodiquement, mettre à nu cette fiction : « (...) Tuxtepec a réalisé ce qu’aucun homme d’État passé ou futur n’a réussi : la démocratie sans le peuple, l’élection sans électeurs, la république sans citoyens, bref le ragoût de lièvre sans lièvre »87 ; ou encore : « Dans toute la République viennent d’avoir lieu les élections en l’absence de ce peuple idéal, intelligent et vertueux, dont rêvent les romantiques de la plus pure démocratie. »88 Mais, si la « démocratie sans le peuple » subsiste, c’est parce que le « peuple idéal, intelligent et vertueux » existe. Il est au pouvoir. Et il y sera tant que l’élite libérale tout entière y sera avec à sa tête le caudillo ; il y sera donc jusqu’à ce que l’éducation crée un nouveau « peuple », de nouvelles générations de « citoyens », qui vivront désormais comme une contradiction insupportable cette fiction que leurs pères avaient acceptée comme un dernier recours de survie.

II. LE « CONSENSUS »

1. LA PAIX ET L’ORDRE

108Avant d’être, pour les historiens, une période de croissance économique et de changements sociaux, le porfiriat fut avant tout, pour ceux qui le vécurent, la paix revenue. La « perspective historique » si nécessaire fausse parfois la réalité : pour nous comme pour les acteurs de la Révolution, la paix porfirienne est souvent une donnée de base qui sert à expliquer d’autres phénomènes dont elle fut effectivement l’origine. Mais qui pourrait dire ce que la paix représenta vraiment pour les habitants du Mexique de la fin du xixe siècle ? Et pourquoi, comment survint cette paix ? Pour les Mexicains, la paix fut le terme d’une période des plus troubles de l’histoire du pays, alors que pour nous elle n’en est souvent qu’une prémisse.

109Au regard de celui qui, placé en 1877, se tournait vers le passé, le siècle n’était qu’une succession de violences et d’instabilité. Guerres de l’Indépendance, pronunciamientos, guerre avec les États-Unis, guerre de la Réforme, guerre contre l’Intervention et l’Empire, soulèvements des caudillos libéraux... Les armées vivent sur l’habitant, recrutent de force, laissent derrière elles des soldats perdus que l’on ne sait s’il faut désigner comme des bandits ou comme des factions en révolte. Et avec tout cela, la privatisation du pouvoir entre les mains des seigneurs de la guerre et des seigneurs protecteurs, les rivalités armées des pueblos, les révoltes rurales contre le « désamortissement » ou pour l’autonomie municipale, les incursions des Indiens nomades...

  • 89 Sánchez, 1889.
  • 90 Voir Payno, 1945, surtout tome V, chapitre LXIII.

110Tout cela, certes, est théoriquement connu. Mais imagine-t-on ce qu’est pour un village comme Arandas, dans le Jalisco, la succession de plusieurs dizaines d’assauts, d’occupations par des militaires, de mises à sac, etc. en quelques années89 ? Ces événements ne sont pas exceptionnels et bien d’autres exemples peuvent en être donnés. Exemples de bandits, d’abord, dont certains sont passés à la légende, tel ce colonel Yáñez, des troupes de Santa Anna, dont Manuel Payno a tracé la vie romancée dans son Eleuterio des Bandidos de Rio Frio. Ranchero, Yáñez devient voleur de diligences sur la route de Mexico à Puebla, puis capitaine de rurales, chargé de poursuivre ces bandits qui étaient en fait ses hommes. Démasqué, il fut fusillé en 1839, alors que s’exerçait encore son activité tout près de Mexico, dans une période relativement calme90.

  • 91 D.P., II, 1971, pp. 2210 et 2180.

111Dans le Durango, d’autres bandits fameux montrent quelle pouvait être la sécurité de ces temps troublés. Francisco Valdés, el « Cucaracho », fut un des bandits fameux de la région de Nombre de Dios, et sa base était la Sierra de los Mochis ; il fit partie ensuite d’une bande plus importante, celle des « Tulises », qui mit à feu et à sang une bonne partie du Durango dans les années 1850. Prisonniers à San Andrés del Teul, dans le Zacatecas, les « Tulises » furent libérés par une guérilla conservatrice pendant la guerre de Réforme. Trois autres bandes s’unirent à eux et leur force fut telle qu’après avoir attaqué la ville de Mezquital, ils mirent à sac en septembre 1859 la ville de Durango elle-même. Etaient-ils des bandits ou des guérilleros ? Ils formèrent à Durango même une junte politique, avec l’appui du curé du Sagrario, du gardien du couvent de San Francisco et d’un commerçant. Formellement devenus soldats du général conservateur Cajén, ils pillèrent encore San Juan del Rio et Santiago Papasquiaro. Après leur dispersion, Francisco Valdés continua seul ses méfaits dans la région des mines de Durango et du Zacatecas ; il attaquait les convois qui transportaient les métaux précieux et déjoua toutes les poursuites du gouvernement jusqu’en 1870 où, enfin battu, il fut décapité91.

  • 92 Iturribarría, 1956, p. 108.

112Dans l’Oaxaca, encore au début des années 1870, l’insécurité était telle — enlèvements pour obtenir des rançons, attaques d’haciendas et de pueblos, assauts de diligences — que les hacendados refluaient vers la ville d’Oaxaca, à la recherche de la sécurité. La ville elle-même n’était pas à l’abri : en mai 1872, elle fut sur le point d’être prise par une attaque massive de marginaux92.

  • 93 Roel, 1948, pp. 153, 183, 187.
  • 94 Almada, 1964, pp. 47 ss.
  • 95 D.P., II, 1971, p. 1622.
  • 96 Roel, 1948, p. 192.
  • 97 Voir par exemple les assauts indiens contre les mines d’Aviño, dans le Durango, dans Garcia, (1895) (...)

113Dans les régions du nord du Mexique, s’ajoutaient aux bandits les incursions d’Indiens nomades, venus des États-Unis en grand nombre jusqu’aux années 1880. La lutte contre ces Indiens a façonné les genres de vie et les mentalités d’une population pionnière et contribué sans doute à créer le prestige des grands caudillos du Nord tels Zuazúa, Escobedo ou Naranjo au Nuevo León93, Terrazas au Chihuahua94, Pesqueira au Sonora95. Au Nuevo León, de 1848 à 1870, vingt-quatre municipes furent attaqués plusieurs fois par les Comanches, ce qui provoqua plusieurs centaines de morts et plusieurs dizaines de captifs96. Dans l’ouest du Chihuahua et dans l’est du Sonora, l’édification de presidios en 1848 avait diminué les incursions des Apaches, mais leur ruine pendant les guerres du milieu du siècle provoqua une recrudescence de leurs attaques. Ce furent alors des assauts contre les ranchs et les haciendas isolés, des vols de bétail, des meurtres de voyageurs, en définitive le déclin économique de régions, de mines et d’élevage jusqu’alors préservés97.

  • 98 Porfirio Díaz au congrès, 1er avril 1877, dans Los mensajes políticos, 1976, p. 151.

114Ces quelques exemples d’insécurité viennent s’ajouter, nous le répétons, aux luttes politiques armées et aux révoltes rurales qui jalonnent tout le siècle. Ce n’est pas étonnant, donc, que le désir de paix fût l’une des principales aspirations de la population, toutes classes sociales confondues, et que la paix fût le but premier du régime porfirien, la condition première pour obtenir la prospérité. C’est ce que déclare Porfirio Diaz, peu de mois après sa prise du pouvoir, une fois qu’il a fait un rituel appel à l’accomplissement de la Constitution : « Voilà la grande et noble tâche qui vous appartient : rétablir l’autorité suprême de la Constitution, raffermir la paix, protéger sous son influence bénéfique tous les intérêts légitimes pour développer les grandes ressources de richesse du pays (...). »98 Les intérêts légitimes peuvent certes se réjouir, mais quel village tant de fois assailli, quel ranchero, quel prospecteur craignant pour ses maigres biens ou pour sa vie, ne le ferait-il pas aussi intensément ?

115Cette tâche d’assurer à tout prix la paix — qu’avaient déjà entreprise les gouvernements de Juárez et de Lerdo — devint pendant tout le régime de Diaz la tâche prioritaire. Ce fut une paix imposée aux élites et un ordre imposé à la population. Dans les premiers temps du régime, la force fut parfois employée.

  • 99 Cosío Villegas, 1970, pp. 183-184 et 327 ss.
  • 100 Ibidem, p. 181, et Niemeyer, 1966, p. 25 ; aussi, Giron, (1973), s.d., p. 88 ss.

116Contre les tentatives de soulèvements politiques, et cela sans reculer devant une répression très dure. En 1879 par exemple, furent exécutés à Veracruz, sans aucune forme de jugement, les conspirateurs du bateau « La Libertad », en vertu d’un simple télégramme de Diaz. La même année, la révolte de Domingo Nava, l’un des lieutenants de Lozada, fut brisée sans pitié. Nava fut fusillé — on lui appliqua la ley de fuga — et beaucoup de ses partisans pendus99. En 1880, dans le Sinaloa, la révolte du général Ramirez Terán à Mazatlán eut une fin identique : seuls quelques-uns de ses partisans réussirent à s’enfuir dans la Sierra100. Dans ces trois cas, la violence employée semble être en rapport avec des élections présidentielles très proches : Diaz, obligé de céder sa place pendant quatre ans, cherchait à imposer un candidat à ses fidèles, anxieux de devenir son successeur, sans que des soulèvements intempestifs ne viennent troubler ce processus délicat.

  • 101 Voir Bulnes, (1920), 1972, pp. 31-34.

117Ce furent ensuite des moyens essentiellement politiques qui furent employés contre les caudillos. Bulnes décrit bien le processus de ce qu’il appelle « la nullification des illustres guerriers » : on laissait d’abord les caudillos ralliés jouir de leur « fief » comme gouverneurs, avec la liberté de s’enrichir en échange de leur fidélité. Ils perdaient ainsi le commandement de leurs armées — ils ne peuvent plus commander puisqu’ils sont « élus » à une charge civile. Puis venait le transfert de leurs armées personnelles à d’autres régions. A la faveur d’une nouvelle élection, l’imposition progressive d’un fidèle au poste de gouverneur pouvait se réaliser contre l’ancien caudillo, dépourvu désormais de force militaire. Tout cela allait de pair avec la division de la « République en douze zones militaires divisées elles-mêmes en commandements qui dépassaient la trentaine ; s’agissant d’une armée de vingt mille hommes, cela donnait, comme résultat de la division par trente, moins d’un bataillon par chef »101.

118Cette formalisation est exacte à grands traits et à une réserve près. Comme nous l’avons vu, certains généraux fidèles ont conservé leur pouvoir jusqu’à leur mort. Il reste cependant tout à fait vrai que la paix — et, pour Díaz, le maintien au pouvoir — passait par la neutralisation de toute personnalité militaire pouvant réunir autour d’elle un nombre suffisant de pouvoirs et de fidèles aptes à alimenter une insurrection. Une fois ceci obtenu par Díaz vers le milieu des années 1880, lors de sa deuxième présidence, le fonctionnement du système fera surtout appel aux arbitrages entre les différentes factions politiques.

  • 102 Peña Navarro, 1956, pp. 489 ss.

119Contre l’insécurité très répandue dans la société, les moyens violents furent aussi employés dans la première période du régime. Des moyens militaires lorsque l’ampleur d’une révolte rurale l’exigeait. Ce fut le cas au Tepic, séparé de l’État de Jalisco et soumis à un chef politique et commandant militaire ; il fallait lutter contre les séquelles de la révolte de Lozada. Après l’élimination de Domingo Nava en 1879 par le général Manuel Gonzalez, les derniers soulèvements des pueblos furent réprimés en 1884 ; à partir de 1894, la politique de « pacification » du général Romano — poursuite de bandits, répression de toute tentative de révolte — porta ses fruits. L’ordre ne fut plus troublé jusqu’à la révolution102.

  • 103 Voir Reina, 1980, pp. 272-288 ; Niemeyer, 1966, pp. 23 et 31 ; Meade, 1970, p. 129.

120Il en sera de même dans l’État de San Luis contre les révoltes rurales de Tamazunchale dans la Huastèque et de Ciudad del Maiz qui s’étendent de 1877 à 1883. Elles furent définitivement éteintes par la négociation et par des campagnes militaires conduites par le général Reyes103.

121Dans ces deux cas, il s’agissait de mouvements sociaux de grande ampleur qui demandaient l’emploi de l’armée fédérale mais, dans le reste du pays, ce fut surtout une œuvre de longue haleine de police rurale. Elle fut réalisée par les gouverneurs qui, comme Díaz et sous son impulsion, donnèrent la priorité à l’ordre public. Leur capacité à le rétablir et à le maintenir était pour eux une condition nécessaire à leur maintien au pouvoir.

  • 104 Voir plus haut, chapitre II, pp. 94 et 111.
  • 105 Voir Niemeyer, 1966, pp. 33 ss. et 84 ss.

122Nous avons déjà dit que c’est à la réussite dans ce domaine que Manuel Alarcón dut de passer de chef de gendarmes ruraux à chef politique, puis à gouverneur du Morelos104. On pourrait dire la même chose du général Reyes au Nuevo León qui mena de pair la modernisation de son État avec une répression très ferme du banditisme en 1886. Il fit supprimer par une loi les garanties constitutionnelles pour les bandits, et avec les troupes fédérales qu’il avait sous ses ordres en tant que chef de la troisième zone militaire, avec également une police rurale et urbaine qu’il fit passer de six cent cinquante hommes en 1891 à mille quatre cent quarante en 1896, il quadrilla tout le territoire. Il boucla la frontière, mit en place un système d’envoi d’informations aux acordadas des villages, expulsa les voleurs de bétail et n’hésita pas à leur appliquer la ley de fuga. L’État du Nuevo León devint l’un des plus calmes du Nord105.

  • 106 Voir Giron, (1973), s.d.

123Des procédés semblables, mais avec des résultats plus longs et difficiles à obtenir, furent employés contre le bandit Heraclio Bernai ; il faisait régner l’insécurité dans les régions minières de la Sierra Madre occidentale, à cheval sur les États du Sinaloa et du Durango. Ancien mineur, participant de la révolte déjà citée de Ramírez Terón contre Diaz, Bernai devint, après l’écrasement de celle-ci en 1880, et jusqu’à sa mort en 1887, le chef d’une bande vivant d’assauts contre les villages, les mines et les diligences. Bandit, certes, mais aussi guérillero libéral frustré — dans une époque d’ordre —, il combina des méthodes classiques de malfaiteur avec des manifestes contre Diaz et avec l’assassinat d’autorités locales. Contre lui furent employés tous les moyens également classiques : intervention de l’armée, forces rurales, acordadas des villages, ley de fuga, en alternance avec des amnisties pour ses partisans, mise à prix de sa tête... jusqu’à ce que la trahison mette fin à sa vie. La prospérité de cette zone minière, susceptible d’attirer des investissements étrangers, exigeait sa disparition106.

  • 107 Porfirio Díaz au congrès, le 16 septembre 1886, dans I.M.D.

124Mais elle était aussi une nécessité pour un régime qui faisait de la paix une des bases de son existence et un moyen d’empêcher que l’existence d’une violence teintée de politique ne déclenche le processus déjà prescrit du recours aux armes comme moyen d’accéder au pouvoir. Diaz lui-même le déclare au congrès au sujet de Bernai : il faut « œuvrer pour la capture de quelques meneurs qui, même s’ils sont maintenant isolés, pourraient plus tard devenir le germe de nouveaux troubles »107.

  • 108 Almada, 1964, pp. 47 ss.; Niemeyer, 1966, p. 31.
  • 109 Almada, 1927, p. 141.
  • 110 Almada, 1927, p. 51 ; Lejeune, 1886, et idem, 1908, a laissé des descriptions très vivantes de ces (...)

125Dans la lutte contre les Indiens nomades, le début des années 1880 fut décisif. Dès 1881, les États de Chihuahua et Durango furent regroupés dans la deuxième zone militaire, confiée au général Carlos Fuero. En 1882, des accords de poursuite furent signés avec les États-Unis pour que les Indiens ne puissent se réfugier alternativement des deux côtés de la frontière. En 1882-1883 fut donné le grand assaut contre les Apaches. Les troupes fédérales commandées par Reyes dans le Sonora et par Fuero dans le Chihuahua, aidés par de nombreux volontaires, vinrent à peu près à bout des Apaches108. Le désir de l’État d’assurer l’ordre rencontre ici la lutte d’une société sédentaire en expansion pour faire reculer la « barbarie ». Sédentaire mais pas seulement blanche et métisse : ce sont les milices communales des pueblos indigènes du Chihuahua qui jouent le rôle le plus important dans la défaite de Victorio en 1880109. La paix porfirienne est ici beaucoup plus que l’aide fédérale, c’est la possibilité pour la société de ces États du Nord d’employer des forces et des ressources jusqu’alors immobilisées dans les guerres et les luttes de faction, dans une entreprise considérée comme essentielle, et engagée longtemps auparavant. Entreprise barbare car de 1849 à 1886, date de l’extinction des Apaches, il fut payé à tout habitant 250 pesos pour chaque Indien prisonnier, 200 pour un adulte tué, 150 pour une femme ou un enfant de moins de quatorze ans, le paiement se faisant sur présentation du scalp correspondant110.

  • 111 Voir pour le Sonora, Aguilar Camín, 1977, pp. 111 et 123, et pour le Chihuahua-Durango, Guerra, 198 (...)
  • 112 Voir par exemple les récits de Bordeaux, 1910, et Szyszlo, 1913.

126Même si, dans le Sonora et dans le Chihuahua, les régions les plus accidentées ne seront jamais entièrement sûres — elles connaîtront d’autres bandits célèbres tels Ignacio Parra et Francisco Villa111 —, la sécurité est à peu près assurée à partir du milieu des années 1880. On peut dire la même chose pour les autres États à des dates voisines. Pour la première fois depuis près de soixante-dix ans, on peut circuler sur les routes ou dans les campagnes sans être armé et sans risques sérieux. Les récits des voyageurs du début du xxe siècle sont à ce propos significatifs car, bien que riches en récits curieux et aventureux, le sujet de l’insécurité ne paraît guère chez eux112.

  • 113 Dans Riva Palacio, V, (1889), 1970, p. 684.

127En 1889, José María Vigil peut écrire, comme conclusion à sa monumentale panoramique du Mexique à travers les siècles, ce qui est déjà pour tous les Mexicains une vérité indiscutable : « Le bien-être social qui règne d’une extrémité à l’autre de la République est l’un des résultats les plus importants de la nouvelle situation ; la sécurité personnelle, cet ensemble de garanties dont se trouvent entourées la vie et la propriété de l’individu dans les pays bien organisés, sont des faits notoires que personne ne peut plus mettre en doute ; ce sont déjà de lointains souvenirs que ces assauts de diligence qui, agrandis par l’imagination de romanciers superficiels, formaient le fond d’épouvantables légendes insérées dans les colonnes des journaux étrangers. »113

Les moyens de contrainte

  • 114 D.P., II, 1971, pp. 1821-1822.
  • 115 Cité par Cosío Villegas, 1970, p. 326.
  • 116 Bulnes (1920), 1972, pp. 293 et 296.
  • 117 Ibidem, pp. 292 ss.

128Cette paix que personne ne conteste est une paix qui sera maintenue par des moyens de contrainte limités. On a souvent parlé de la terrible police rurale de Porfirio Díaz, composée en partie d’anciens bandits indultes. En fait, les corps ruraux ne sont pas une création porfirienne mais furent créés par Juárez en 1861 selon le modèle de la Garde civile espagnole. Ils dépendirent, à partir de 1869, du ministère de l’Intérieur, même si leur organisation était assimilée à celle de l’armée. Ils étaient utilisés par les gouvernements des États pour la police des routes et des chemins ainsi que pour des opérations d’ordre public dans les campagnes114. Qu’ils aient été durs dans la persécution des bandits, que la ley de fuga ait été appliquée avec facilité, cela est certain. Mais leur présence est destinée surtout à la prévention, — comme Díaz l’exposait déjà en mai 1877 : « il vaut mieux prévenir un désordre et couper tout tumulte que le combattre une fois qu’il a éclaté. »115 Leur rôle ne semble pas avoir été déterminant dans le maintien de la paix, car leur nombre ne fut jamais considérable : trois mille hommes en 1884, deux mille sept cents en 1910116, et cela pour un pays de presque deux millions de kilomètres carrés. Ils pouvaient suffire à poursuivre des voleurs de bétail ou à empêcher qu’un mécontentement villageois isolé ne devienne une révolte, mais ils sont tout à fait insuffisants pour faire face à une révolte d’une certaine importance. Nous avons vu qu’aussi bien au Nuevo León qu’au Sinaloa et à Durango dans le cas d’Heraclio Bernai, les gouvernements ont dû faire appel, pour venir à bout d’un banditisme important, autant à l’armée fédérale qu’aux volontaires des villages, les « vingtaines ». Armée fédérale ou « vingtaine » n’ont cessé, au demeurant, de voir leur importance diminuer tout au long de la période. Pour Díaz, la paix passait par un démantèlement des forces armées, aussi bien dans la fédération que dans les États et dans les villages. Il voulait conserver seulement une faible armée fédérale pour s’opposer à l’éventuelle révolte d’un caudillo local117.

129Bulnes, un des rares analystes à s’être penché sur le problème des effectifs des forces de contrainte, donne une grande importance au démantèlement du système des « vingtaines » pour expliquer la faiblesse militaire du porfiriat lors de la révolution. Même si cette remarque sur le rôle de ces volontaires que chaque village devait mettre à la disposition du chef politique est certainement vraie pour la période d’installation du régime, elle l’est sans doute beaucoup moins pour la période révolutionnaire. Car, faute d’un pouvoir central cohérent, la mobilisation de la société — c’est de cela qu’il s’agit — est ou impossible ou contraire au but recherché et la Révolution aura précisément comme point de départ un vide du pouvoir.

  • 118 Cité par Cosío Villegas, 1972, p. 864.
  • 119 Calculs effectués à partir d’Almada, 1965, pp. 218 ss.
  • 120 D.O., 15 avril 1917.

130Il reste de toute façon incontestable que les effectifs de l’armée porfirienne sont ridicules. Pour maintenir la stabilité du régime, elle ne comptera en 1910 qu’environ dix-huit mille hommes comme effectifs réels ; c’est insuffisant même pour couvrir les places des garnisons des villes les plus importantes, et plus encore pour se livrer à une campagne militaire d’une quelconque envergure contre des rebelles nombreux. Il est significatif qu’en 1909, un an avant la Révolution, lorsque l’insécurité règne déjà dans la région de la Laguna, le chef d’armes de Torreón, le plus important noeud ferroviaire du Nord et ville clef de la Laguna, est incapable d’envoyer vingt-cinq hommes à San Pedro de las Colonias : il ne lui resterait alors que vingt-deux hommes pour protéger les convois de fonds des chemins de fer118. Deux ans plus tard, en mai 1911, la deuxième zone militaire qui comprend le Durango et le Chihuahua et où se joue alors le sort du régime de Díaz, ne peut compter que sur six mille hommes119. Trois ans plus tard, pendant la Révolution, la seule division du Nord, aux ordres de Villa, aura dans la même région près de cinquante mille hommes. Et les troupes carrancistes à elles seules, en 1917, auront dans tout le Mexique cent quarante-sept mille cent vingt hommes120. Chiffres incroyables comparés aux dix-huit mille hommes de Porfirio Díaz à la fin de son règne, ils donnent non seulement une idée de la mobilisation révolutionnaire mais également de la faiblesse militaire du régime de Díaz.

131Ces chiffres renvoient en fait à la véritable force du régime, le consensus des acteurs sociaux. Tant que la majorité parmi eux est intégrée aux réseaux de liens et de fidélités, la force de contrainte ne dépasse pas des proportions modestes, destinée en fait à des marginaux ou à des troubles locaux. Dans les unités collectives qui englobent encore la majorité de la population, la cohésion intérieure et les règles internes sont la plus forte garantie du maintien de la paix. Habitué qu’il était à des décennies de paix, le régime de Díaz tombera pour avoir oublié quelle force pouvaient avoir ces acteurs sociaux si les réseaux qui les tenaient assemblés venaient à se déchirer. Né de la paix, le régime de Díaz périra à cause de la paix.

2. LE COMPROMIS AVEC LA SOCIÉTÉ

132La paix à laquelle la population aspirait tellement, et qui fut toujours pour elle le plus grand des bienfaits du régime de Díaz, ne passait pas seulement par une unification des élites et par la mise en place d’un système de contrainte destinées à éliminer les restes d’une anarchie à demi séculaire. Elle passait par un compromis — ou des compromis multiples — avec la société. Un compromis qui, tout en gardant les principes libéraux de Réforme, modère ou suspende leur application en ce qu’ils avaient de plus insupportable pour la société. Et ceci tout d’abord dans le domaine religieux puis, sans doute, dans le domaine agraire.

La conciliation religieuse

  • 121 Bulnes, (1920), 1972, p. 91.
  • 122 Ibidem.

133« Son idéal fut de gouverner la société et non de l’écraser (...) ; gouverner avec la société en se maintenant lui-même évidemment comme imposant magister populi. »121 Pour Bulnes, sensible à la contradiction à laquelle était arrivée la dynamique de l’élite libérale, ce « gouverner avec la société » consistera à « mettre fin à la tâche de la destruction de l’Église par l’État »122.

134La situation, en effet, était devenue extrêmement grave dans les dernières années de la présidence de Lerdo de Tejada. Les lois Juárez de 1855 et le serment exigé, en 1857, envers cette Constitution que l’Église condamnait, avaient déjà provoqué des émeutes rurales. La lutte resta, malgré tout, relativement cantonnée aux élites ou, lorsqu’elle dépassait ces limites, c’était surtout le caractère agraire qui l’emportait. Exemple : les révoltes de Lozada au Tepic.

  • 123 Ibidem, p. 93.

135La politique de Juárez, après sa victoire contre l’Empire, n’alla pas trop loin dans l’application des lois anticléricales que lui-même avait promulguées. La priorité allait plutôt à la reconstruction du pays et à la lutte contre ses rivaux militaires. Même si le régime était franchement hostile au catholicisme, cette hostilité restait cantonnée au domaine idéologique et ses conséquences se faisaient surtout sentir chez les élites : « A l’époque des gouvernements de don Benito Juárez et de don Sebastián Lerdo de Tejada, aucun catholique ne pouvait être employé public s’il ne cachait pas son catholicisme ou s’il ne le salissait pas en se vantant d’être un dévot exalté de Jean-Paul Marat. C’était un cas de trahison aux institutions que l’épouse du président de la République ou celle d’un ministre fussent vues en train d’assister à la messe dans une église catholique. »123

  • 124 Voir plus haut, chapitre I.
  • 125 Voir Meyer (J.-A.), 1972, I, pp. 57 ss.

136Avec Lerdo de Tejada, la politique se radicalise. En 1873, les lois de la Réforme sont incorporées à la Constitution pour les rendre irréversibles124. Les jésuites, revenus individuellement depuis leur première expulsion sous Comonfort, furent arrêtés et expulsés et un amendement constitutionnel, voté à une faible majorité, décida aussi l’expulsion des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul. Comme en 1863, la réaction populaire commença d’abord par des émeutes urbaines puis, d’une manière plus surprenante pour tous, pour l’Église et pour l’État, par des soulèvements paysans. En 1874-1875, les soulèvements de « religionnaires », comme on les appelle à l’époque, ces précurseurs des « cristeros » de 1926, font tache d’huile dans le Michoacán, le Jalisco, le Guanajuato, le Queretaro et l’État de Mexico125.

137Or ce ne fut pas seulement dans l’Ouest et dans le Bajio blancs et métis, mais aussi dans l’indienne Oaxaca que le choc entre les élites libérales de la ville et une société traditionnelle, très attachées à sa religion, fut très fort. Dès 1871, un épisode dramatique avait montré dans l’Oaxaca l’opposition entre les deux mondes et l’enracinement de la religion populaire. En 1870, Félix Díaz, frère cadet de Porfirio et gouverneur « jacobin » de l’État, avait dû faire face à une révolte locale du village de Juchitán. La répression de Félix fut féroce, et s’étendit même aux symboles religieux de la communauté : il mit à sac l’église, fusilla le curé et emporta, suprême injure, la statue du saint patron, saint Vincent. Les juchitèques outragés firent appel au président Juárez, indien et natif comme les Díaz de l’Oaxaca. Grâce à l’intervention du président qui connaissait et appréciait l’importance de ces événements dans le monde paysan, la statue dut être rendue par Félix Díaz — mais sans ses pieds car la caisse dans laquelle on l’expédia était trop petite.

  • 126 Iturribarría, 1956, pp. 35 ss. et 66.

138En janvier 1872, après l’échec de la révolte porfiriste de la Noria, Félix Díaz, en fuite comme son frère, fut capturé par les juchitèques. Il subit alors le sort de la statue de saint Vincent : il fut fusillé tandis qu’on l’obligeait à courir avec ses pieds amputés126.

139En octobre 1873, lorsque le serment constitutionnel fut exigé, la résistance des communautés fut brisée par des moyens de contrainte morale. Quand le cabildo et le curé de Tezoatlán refusèrent de prêter serment, les conseillers municipaux furent destitués et le village perdit son statut de municipe pour devenir une simple agence municipale. Menacés du même sort, mais attachés à ce qui concrétisait leur existence même comme communauté, les autres pueblos s’inclinèrent provisoirement.

  • 127 Ibidem, pp. 136 ss.

140Dans la ville d’Oaxaca, la cession, par le gouvernement, à deux missionnaires protestants de l’église et du couvent des conceptionnistes expulsés dont les biens avaient été nationalisés, provoqua l’émeute des vendeurs du marché, l’expulsion des pasteurs et l’occupation des locaux. Ceux-ci furent alors acquis par une famille pour en faire le collège du Saint-Esprit. Peu de mois après, la procession organisée par une femme de la bonne société à laquelle assista une grande foule pour fêter l’anniversaire du dogme de l’Immaculée Conception provoque l’emprisonnement de l’organisatrice et de nombreuses protestations127.

  • 128 Ibidem, pp. 145 ss.

141Toutes ces protestations urbaines, même si elles rendent un gouvernement de plus en plus impopulaire, ne mettent pas physiquement son existence en jeu. Mais en décembre 1875, le chef politique d’Ixtlán, dans la sierra de Juárez — d’ailleurs en opposition avec le cacique de la région, Fidencio Hernández — refusa la permission pour la traditionnelle procession de saint Thomas, le patron du village. Les majordomes indiens de la fête passent outre l’interdiction et défilent avec le saint patron devant le siège de la préfecture politique. L’ordre de dissoudre la procession provoque le soulèvement d’Ixtlán et l’emprisonnement du chef politique, qui réussit à s’enfuir à Oaxaca. Les serranos soulevés, autour d’Hernández, publient en janvier 1876, le Plan de la sierra où ils demandent le retour à la seule constitution de 1857, sans les lois de Réforme, donc. Deux jours plus tard, les soulevés prennent la ville d’Oaxaca, et, n’ayant pas de projet politique propre, comme dans toutes les révoltes de la société, ils acceptent de se rallier à Diaz, alors en train d’organiser la révolte de Tuxtepec128.

142Diaz qui est lui-même franc-maçon et fondateur de la loge « Christ » d’Oaxaca, apparaît déjà alors comme l’homme de la conciliation. On disait même qu’il avait demandé l’aide de l’évêque de Puebla. La triste fin de son frère lui a sans doute montré les limites d’une action qui ne tiendrait pas compte de sentiments très enracinés, sentiments que lui-même a déjà constatés en tant que chef politique d’Ixtlán vingt ans auparavant. Homme d’un État traditionnel qu’il avait parcouru en long et en large en tant que guérillero, il connaissait très bien ce monde rural. Le brillant intellectuel de Mexico — Lerdo de Tejada — ne connaissait lui, ce monde-là que par ouï dire et avait tendance à le négliger.

  • 129 Porfirio Díaz, plan de Tuxtepec, 21 mars 1876, dans Madero, (1909), 1969, p. 113.

143L’arrivée de Diaz au pouvoir a des causes multiples, que nous avons déjà en partie énumérées. Mais il est certain que le ralliement de Fidencio Hernández et de la sierra d’Oaxaca et, à leur suite, de tout cet État, apporte un second souffle au soulèvement de Diaz. Cela permit des ralliements successifs qui aboutirent à la victoire de Texcoac. Une révolte locale réalisée en grande partie par la « société outragée »129, servit de tremplin au caudillo libéral décidé à faire la paix avec la société.

144Cette paix, Diaz va la réaliser, comme toutes ses entreprises, par petites touches et sans déclarations solennelles. Les lois de la Réforme restent incorporées à la Constitution, mais elles ne sont plus appliquées, tout en recevant les hommages rituels de la classe politique ; pour celle-ci en effet, la permanence du symbole est non seulement une manifestation de la continuité du régime libéral mais aussi un moyen de pression sur une Église qu’elle veut, malgré la séparation, contrôler.

145A nouveau, comme aux temps de Juárez, la société fut laissée à l’écart de l’offensive anticléricale. Les curés peuvent continuer d’être, sans subir d’attaques, les véritables autorités de maints villages. Les fêtes et les processions des pueblos ne furent que par exception dérangées et des maisons religieuses s’établirent à nouveaux avec une discrétion toute relative...

146La politique de conciliation alla plus loin qu’au temps de Juárez et atteignit même les élites. Non pas, bien sûr, les conservateurs, battus et minoritaires depuis la défaite de l’Empire, ni même les catholiques en tant que groupe politique, mais les catholiques en tant qu’individus purent à nouveau occuper des emplois publics sans être forcés de jouer l’hypocrisie.

  • 130 Bulnes, (1920), 1972, p. 93.
  • 131 Par exemple, à Mérida, dans le Yucatán, elle assiste en 1906 à une grande messe et à un Te Deum à l (...)

147Rien de plus significatif de ce changement que l’attitude à l’égard des femmes des hommes publics. « La femme du président Juárez, à l’heure de sa mort, reçut en secret les secours de la religion, comme si la mourante ou ses familiers commettaient un crime. »130 Carmen Romero de Díaz, par contre, assure en public, à l’égard de l’Église, les fonctions que son mari ne peut — ni par opportunité, ni par conviction — assumer : elle assiste aux messes de funérailles, aux grandes fonctions religieuses, aux messes solennelles célébrées dans les cathédrales des provinces lors de la visite de l’illustre couple131.

  • 132 La phrase est de Molina Enríquez, 1934, IV, p. 81.
  • 133 Ibidem, et Meyer (J.-A.), 1972, I, chapitre VI.

148Il serait exagéré de dire que Díaz instaure un « nouveau patronat royal »132 car il ne demande à l’Église ni obéissance ni même collaboration active à sa politique ; lui-même ne donne en échange d’appui ni matériel ni moral. Il espère seulement d’elle qu’elle décourage des résistances faites au nom de la religion, qu’elle ne donne pas de caution morale à d’éventuelles actions politiques des catholiques comme tels, enfin que des nominations estimées inopportunes par le pouvoir ne soient pas faites. C’est ainsi qu’à la suite de consultations officieuses entre les envoyés du Saint-Siège et Díaz, Mgr Eulogio Guillow, archevêque de Mexico, ne fut pas en 1901 le premier évêque d’Amérique à recevoir la pourpre cardinalice133.

149Ce que Diaz offrait en échange, c’était la tolérance ou un libéralisme de liberté : celle pour l’Église d’exercer son rôle spirituel sans les entraves juridiques dressées contre elle par les lois de Réforme. Elles interdisaient, rappelons-le, les maisons religieuses et les voeux, la présence d’ecclésiastiques étrangers et la possession des biens nécessaires à la mission de l’Église. Ce qu’offrait encore le président, c’étaient des relations normales : il reçoit les évêques en visite à Mexico, il donne suite à leurs recommandations, il s’informe à travers eux de l’état du pays, etc. Les évêques s’intègrent, en fait, avec les droits et les devoirs qui leur sont propres, à ces chaînes de liens personnels à travers lesquelles circulent et les informations et les arbitrages qui assurent la stabilité du régime. Au même titre que les caciques, les ecclésiastiques jouent le rôle d’une articulation informelle entre un État et une société hétérogènes.

  • 134 Dans Riva Palacio, V, (1889), 1970, p. 864.

150Ce modus vivendi, ce compromis, était bien en place à la fin des années 1880. José Maria Vigil pouvait écrire avec raison, s’il parlait des faits et non des principes : « Le clergé catholique jouit au Mexique de la liberté et des autres garanties dont jouissent tous les citoyens d’un pays où sont inconnus les privilèges et les castes. (...) Personne ne met d’obstacles à l’exercice de son ministère, ni à son organisation hiérarchique, ni à ses fonctions sacerdotales : personne n’intervient dans son enseignement moral et dogmatique, ni dans ses relations directes avec la cour pontificale. Utilisant cette liberté, le clergé multiplie les évêchés, construit des temples, établit des écoles et des collèges, perçoit les aumônes et les dons des fidèles sans qu’il ait à rendre compte à personne de ses investissements. »134

151En 1889, lorsque ce texte a été écrit, il n’a pas soulevé de protestations particulières ni du côté des libéraux ni du côté de l’Église même si la description de la réalité mettait à nu la contradiction entre les faits et la loi. Personne ne voulait, ni d’un côté ni de l’autre, rouvrir un contentieux ruineux. Dans ce domaine comme dans d’autres, le porfiriat est une fiction assumée et acceptée.

L’essor de l’Église

  • 135 D.P., II, 1971, p. 1977 ; Meyer, 1972, I, p. 99 ; plus loin, chapitre VII, note 3.

152A la faveur de la paix et du compromis porfirien, l’Église connut alors une période de grand essor, comparable peut-être à la grande période d’évangélisation du XVIe siècle. Treize nouveaux diocèses sont fondés entre 1867 et 1917, et surtout dix-neuf nouveaux séminaires de 1864 à 1911, alors qu’il n’y en avait que onze auparavant : neuf furent créés de 1864 à 1873 et dix de 1882 à 1911. Le nombre des prêtres augmente aussi : 3 232 en 1851, 4 461 en 1910. Leur formation surtout fut considérablement améliorée grâce aux séminaires et à la base que fournissent les collèges et les écoles catholiques en plein renouvellement. Beaucoup de laïcs bénéficient à leur tour de cette formation des nouveaux séminaires qui restent toujours des centres d’enseignement secondaire pour des jeunes qui ne suivront pas plus tard la carrière ecclésiastique. Certains parmi eux sont d’ailleurs des universités, avec des écoles de Droit annexes — ainsi à Mexico, Puebla, Guadalajara et Mérida135.

  • 136 Voir par exemple la fondation du village de San José Gracia dans le Michoacán par l’évêque de Zamor (...)

153C’est grâce à cette base nouvelle d’un clergé mieux formé, plus zélé, débarrassé d’une participation aux affaires politiques, que l’Église put entreprendre ce que Jean Meyer appelle « la reconquête des campagnes », abandonnées à cause des conflits de nominations d’évêques, de l’expulsion des Espagnols en 1829, puis de la disparition des réguliers et des troubles... Les paroisses se multiplient dans les campagnes, d’autant plus facilement que l’anticléricalisme, fils du libéralisme, avait toujours été un phénomène urbain. Le clergé devient — ou redevient — pour une bonne partie de la population non seulement le centre de la vie religieuse mais aussi la seule autorité réelle dans des campagnes privées d’administration publique. C’est l’autorité à laquelle on s’adresse pour fonder un village, diriger l’école ou transmettre au gouvernement les doléances des habitants136.

  • 137 Bordeaux, 1910, p. 22.
  • 138 Ibidem, p. 77.

154La foi et le respect à l’égard du clergé restent extrêmement forts dans tout le pays, même dans des régions ou des activités que l’on a tendance à considérer, à cause de leur participation postérieure à la Révolution, comme en voie de déchristianisation. Aussi ne nous étonne-t-il pas de savoir que les grands événements qui marquent la vie d’un village du Michoacán, durant cette période, ce sont avant tout les visites de l’évêque de Zamora (140). Il est cependant plus surprenant de constater le même phénomène dans les contrées éloignées du Durango, berceau de la Révolution. A. Bordeaux, dans le parcours qu’il fit vers 1907-1908 dans les mines mexicaines, raconte son voyage de Durango à Guanacevi, dans le même train que l’évêque de Durango : arrêts dans chaque gare, avec des foules d’Indiens, dit-il, qui acclament le prélat ; arrivée à Tepehuanes où cent cavaliers escortent l’évêque au milieu d’une foule en liesse...137. Ailleurs, visitant les mines de Zacatecas où des centaines de mineurs travaillent à 300 ou 400 m de profondeur, le voyageur français décrit les conditions de travail : « l’air est si lourd que les mineurs travaillent presque nus », mais aussi les lieux et les croyances de ces travailleurs : « dans des tunnels qui desservent ces vastes chantiers, j’ai vu parfois une chapelle dédiée à la Vierge, avec un cierge brûlant devant son image. »138

155L’anticléricalisme de la révolution du Nord n’est pas issu d’une population qui reste en 1910 profondément catholique. Il vient — nous le verrons à nouveau — des élites. En 1909 encore, la grande émeute de la ville minière de Velardeña, considérée comme l’un des présages de la Révolution, eut une origine religieuse très semblable à celle d’Ixtlán en 1875 — déjà décrite.

  • 139 Voir González Ramírez, I, 1960, pp. 79 ss.

156Le vendredi saint de 1909, le curé organise, avec l’autorisation du gérant de la Compagnie minière, une procession. La procession, accompagnée d’une musique de pipeaux et de tambours, blesse la conscience libérale du chef politique qui appelle le prêtre, l’accuse de violer les lois de la Réforme et le garde dans sa maison. Les mineurs s’ameutent devant la préfecture et le délivrent ; la bagarre qui s’ensuit dégénère en émeute entre les mineurs armés de bâtons et de pierres qui crient : « Vive le curé, à mort le chef ! » et quatre gardes ruraux. Les « ruraux » doivent s’enfuir avec le chef politique, la préfecture est incendiée avec les écuries de la compagnie et la cantine est mise à sac. L’émeute dure toute la nuit. Le lendemain, des troupes venues de Ciudad Lerdo font de nombreux prisonniers et fusillent quinze hommes139.

157Il va de soi que la profondeur du sentiment religieux et l’ampleur de la reconquête catholique ne sont pas les mêmes partout. Les régions les plus touchées sont sans doute le Centre-Ouest, — Michoacán, Colima et Jalisco —, le Bajío et le Nord proche — Zacatecas et Aguascalientes : là, ce sont des régions avec une population blanche et métisse qui seront plus tard le centre de l’insurrection cristera. En second lieu, le Mexique central et du sud, à dominante indigène : le catholicisme rénové y restaure l’œuvre de la première évangélisation. Enfin, en dernière position, le Mexique périphérique, encore mal saisi par la hiérarchie ecclésiastique. Les traditions chrétiennes sont plus lâches dans les Nords lointains, dans le Tabasco, etc.

  • 140 D.P., II, 1971, p. 1977.

158Il est significatif de constater que parmi les diocèses et les séminaires fondés à cette époque, ce sont ceux de ces régions qui sont les plus tardifs : le Tabasco en 1900, le Chihuahua en 1904, le Coahuila en 1905...140 Ici les bases de la reconquête sont encore trop fragiles et récentes. On ne peut manquer de faire un rapprochement de ce fait avec l’anticléricalisme d’une partie des chefs révolutionnaires de ces régions. D’autres éléments renforcent ce rapprochement : en 1900, sur les 493 établissements scolaires qui dépendent de l’Église, les États qui en comptent le moins sont précisément ces États du Mexique périphérique : 1 au Coahuila, 3 au Nuevo León, 2 à San Luis Potosí et au Sinaloa, 1 au Sonora, 4 dans le Tabasco, etc. Même si en 1907 l’écart avec les autres États diminue, la reconquête est trop récente pour qu’elle puisse avoir atteint une large diffusion. (Tableau I).

Tableau I. Etablissements scolaires catholiques

Tableau I. Etablissements scolaires catholiques

Source : E.S.P. page 56, n° 53.

  • 141 Voir E.S.P., 1956, pp. 127-129 et Guerra, 1981, pp. 800-801, et plus particulièrement tableau II, f (...)
  • 142 C’est dans cette même région de la Chontalpa, à Cunduacán, que l’on retrouve le curé José Maria Alp (...)

159Les pourcentages de personnes qui appartiennent à d’autres religions ou qui sont sans religion confirment cette faiblesse relative et renvoient presque toujours aux mêmes États141. Il est significatif de constater aussi que les régions ou les États très anticléricaux après la Révolution, comme le Tabasco, et plus particulièrement la région de la Chontalpa, sont ceux où la faiblesse du clergé, le libéralisme précoce et l’expansion du protestantisme vont de pair142.

  • 143 El Estandarte, San Luis Potosí, 7 août 1900.

160Les termes du compromis étaient cependant, des deux côtés, ambigus et provisoires. Ambigus car aucun texte ne les réglait : ils dépendaient du bon vouloir du président et des élites libérales ainsi que du consensus de la hiérarchie sur la liberté à laisser aux catholiques dans le domaine de la politique. Mgr Montes de Oca, évêque de San Luis, pouvait bien déclarer à Paris en 1900 que « l’apaisement religieux (...) s’est fait au Mexique malgré les lois qui restent en vigueur, grâce à la sagesse et à l’esprit supérieur de l’homme qui nous gouverne »143, il n’en restait pas moins soumis à la liberté d’action que « l’homme supérieur » voudrait bien laisser à l’Église.

  • 144 Meyer (J.-A.), 1972, I, pp. 124 ss.
  • 145 Urdaiz, 1971, pp. 149 ss.
  • 146 Dans Meyer (J.-A.), 1972, I, p. 125, note 5 bis.

161Cette grande liberté était cependant interrompue par des alertes qui manifestaient la persistance d’un courant libéral intransigeant, et le président en tolérait périodiquement les actions comme une soupape de sécurité. C’était la guerre scolaire larvée qui se rallumait en certains villages144. C’étaient des manifestations d’étudiants organisées périodiquement à partir de ces bastions du militantisme libéral qu’étaient les Instituts scientifiques et littéraires, tels qu’Urdáiz les décrit à Mérida en 1895145 ou Vasconcelos la même année à Toluca : « Nous fûmes réunis en désordre dans la cour de l’institut, et l’on nous rangea derrière les étudiants sérieux. Le mot d’ordre grégairement accepté courait dans nos rangs : nous marcherions en manifestation contre le clergé. Le défilé commença avec, à sa tête, le porte-étendard du collège, et nous étions derrière au nombre de cent ou deux cents. Dans la rue, un groupe de redingotes suivait en arrière-garde, comme une sorte de clercs du laïcisme. (...) A chaque carrefour nous nous arrêtions. Sur le toit d’une voiture, un orateur gesticulait et nous répondions en chœur : ‘‘A mort ! A mort !’’ Nous étions le troupeau que les loges lançaient contre la population catholique qui avait osé être contente le jour du couronnement [ d e la Vierge]. Nous ne dépassâmes pas les cris, car les couvents étaient bien protégés par la police porfirienne. (...) On savait que don Porfirio laissait aboyer de temps en temps ses chiens, mais qu’il ne leur permettait pas de mordre. »146

  • 147 Voir Cosío Villegas, 1972, p. 338.

162C’étaient parfois les accusations de députés contre un gouverneur accusé d’avoir violé les lois de la Réforme. Cela arriva à Prospera Cahuantzí : il assista aux obsèques de l’évêque dans la cathédrale de Puebla, il fut ensuite absous par le grand jury du Congrès147. C’étaient enfin des incidents qui pouvaient aller plus loin, comme ceux de Verlardeña — déjà décrits — en 1909.

163Compromis provisoire, donc, parce que les deux parties, les libéraux au pouvoir et l’Église, pensaient que la victoire leur reviendrait à terme par d’autres moyens, surtout l’éducation — les deux parties la privilégiaient comme le plus important. Effectivement, le développement des deux éducations qui, le temps aidant, touchent des groupes de plus en plus importants d’hommes, vont produire des élites nouvelles qui supportent de plus en plus mal, au début du siècle, l’écart qui existe entre les textes et la réalité.

  • 148 Voir sur cette évolution vers la démocratie chrétienne, Meyer (J.-A.), 1978, pp. 157 ss. et Banegas (...)

164Pour les nouvelles élites catholiques, laïques ou ecclésiastiques, formées dans un esprit de reconquête de la société et lancées dans l’action sociale et ouvrière, elles sont conscientes de vivre sous des lois qui ne correspondent pas aux sentiments religieux de la population. Il devenait donc de plus en plus insupportable de vivre comme des citoyens de seconde zone, écartés de cette politique qui seule pouvait modifier des lois injustes148.

165Pour les nouvelles générations libérales, formées dans le culte de la Constitution et des principes qui l’avaient inspirée, la réalité était une violation constante des lois et la perpétuation d’une situation d’« obscurantisme » qui empêchait le progrès du peuple. Ainsi, des deux côtés, lorsque le régime rentre dans sa dernière décennie, le compromis porfirien a vécu. Non pas dans les faits, mais dans l’évolution des esprits de ceux qui doivent remplacer les générations qui ont connu les conflits religieux.

La trêve avec les pueblos

166Si le compromis avec la société passait par la conciliation religieuse, il passait aussi par une trêve avec l’un des acteurs les plus importants de ce Mexique rural. Cet acteur qui, à l’époque, formait encore la majorité du pays : les pueblos.

167Nous disions plus haut que la paix porfirienne apparaît souvent coupée de la période qui la précède, c’est-à-dire comme un point de départ dont on aurait oublié les antécédents. Dans le domaine agraire on constate souvent le phénomène inverse : le porfiriat est effacé. Il est présenté comme la simple poursuite, ou même comme l’accélération d’un mouvement séculaire : le dépouillement progressif des paysans, et plus particulièrement des pueblos, au profit de la grande propriété.

168Il est certain que le XIXe siècle dans son ensemble peut être englobé dans cette tendance. Nous avons dit comment le projet libéral portait en lui-même la destruction à terme de tous les acteurs collectifs institutionnalisés, donc des pueblos. Il est certain aussi que l’anarchie ne pouvait que favoriser les « seigneurs » de la guerre et de la terre dans leurs rapports plus ou moins conflictuels, vieux de plusieurs siècles, avec les communautés villageoises. Il est encore certain que ce mouvement s’est poursuivi pendant le porfiriat dans certaines régions comme le Morelos, le Sinaloa, le Chihuahua ou la Huastèque. Mais ce qui fait problème, à notre avis, c’est que ce mouvement se soit — ou non — poursuivi au même rythme ou à un rythme accru pendant le porfiriat et que celui-ci puisse être considéré — ou non — à cet égard comme une période homogène.

  • 149 Molina Enríquez, (1909), p. 46.

169Plusieurs éléments nous font plutôt pencher vers un ralentissement ou un gel de la disparition des terres des pueblos, du moins dans les premières décennies du régime. Le même Molina Enriquéz qui en 1909 attirait avec force l’attention sur les problèmes agraires, affirmait lorsqu’il exposait le pacte social qui était à la base du régime : « Aux indigènes propriétaires communaux, il [Díaz] les a maintenus dans le calme en retardant la division de leurs pueblos, en les aidant à les défendre, en écoutant leurs doléances et leurs demandes contre les hacendados, contre les gouverneurs, etc. »149

  • 150 Voir par exemple les descriptions et les dates de maints soulèvements dans Reina, 1980, Meyer (J.-A (...)

170Lorsque l’on examine les soulèvements ruraux pendant le porfiriat, on est frappé par leur faible nombre avant les premières années du xxe siècle. On ne peut guère citer que ceux qui se sont produits dans les premières années du régime — ceux de Tepic, San Luis Potosí, Huastèque ou Puebla- Tlaxcala — et qui apparaissent davantage comme un prolongement de conflits plus anciens, et ceux de Chihuahua-Coahuila dans les années 1891-1893, sur lesquels nous reviendrons plus loin car leurs causes sont assez complexes. On pourra alléguer que la prévention policière porfirienne était beaucoup plus efficace que par le passé ; mais la différence de nombre et d’ampleur de ces mouvements par rapport aux décennies précédentes est telle qu’il faut nécessairement chercher d’autres causes150.

171Porfirio Díaz connaissait trop bien le Mexique rural pour ignorer quel pouvait être rattachement des pueblos à leur existence en tant que tels et pour ne pas mettre un frein au processus de leur destruction. Les terres du pueblo étaient dans cette perspective l’un des éléments, peut-être le plus important, de sa cohésion à laquelle contribuent d’autres facteurs : les institutions municipales, le degré d’autonomie dont il jouissait à l’égard des autorités supérieures, son indépendance à l’égard des agglomérations voisines, le maintien de ses propres règles d’appartenance à la communauté — définition du vecinazgo, statut des étrangers, etc.

  • 151 C’est l’affirmation répétée de Reina, 1980, qui justifie par le non-accomplissement de ces promesse (...)
  • 152 Porfirio Díaz, plan de Tuxtepec, article 7, dans Madero, (1909), 1969, p. 115.

172Malgré les affirmations de certains auteurs à propos de prétendues promesses de partage agraire de Díaz avant son arrivée au pouvoir151, on ne trouve rien de semblable dans le plan de Tuxtepec si ce n’est, mais cela est important, une promesse d’indépendance municipale : « Réuni le huitième congrès constitutionnel, ses premiers travaux seront la réforme constitutionnelle dont parle l’article 2 [la non-réélection] [et] celle qui garantit l’indépendance des municipes (...). »152

  • 153 Voir Cosío Villegas, 1970, pp. 183-184.

173Cette promesse ne fut pas tenue. Quelques soulèvements, comme celui du Tepic en septembre 1879, accusèrent justement Díaz de ne pas l’avoir accomplie : ni suffrage libre, ni autonomie municipale, ni suppression des alcabalas et de la contribution du « timbre ». Comme dans bien des soulèvements sociaux, le plan des soulevés a une claire tonalité religieuse, il demande aussi que toute attaque contre la religion soit punie153.

  • 154 Lettre de Juan Santiago à Ignacio Ugalde, le 24 août 1879, dans Reina, 1980, p. 285.
  • 155 Voir Chevalier, 1960, pp. 168-169.

174Dans un autre soulèvement de la même période, celui de Juán Santiago à Tamazunchale, on trouve des réclamations sur les terres usurpées et des éléments qui font penser que ce problème n’est pas le seul. Il s’en ajoute d’autres dont l’un, très important, est celui de la dépendance de la communauté à l’égard d’une cabecera (chef-lieu) dont sont exclus les Indiens : « (...) nous ne connaissons pas les bénéfices de vivre en société, nous n’avons pas de représentants dans le corps municipal (...). »154 En 1881, la nouvelle révolte de Tamazunchale, où intervient le curé Zavala, a précisément comme cri de ralliement « Gouvernement municipal et loi agraire »155.

  • 156 Opinion de Vallarta à la Cour suprême de la nation, janvier 1882, dans Dublán-Lozano, tome VIII, p. (...)

175Le problème des pueblos n’est pas seulement celui des terres, mais avant même cela — car les terres en dépendent — celui de la personnalité juridique de la communauté. Les pueblos sont une personne collective d’Ancien Régime, avec tous les droits et les privilèges qu’elle comportait. Le municipe moderne, qui a pu être confondu avec eux, est en réalité une collectivité territoriale dont le gouvernement — l’ayuntamiento ou conseil municipal — ne peut posséder selon la constitution de 1857, article 27, que les biens nécessaires à son objet : donc la maison communale, l’école, etc. Mais pas des terres destinées à la culture ou des terrains de pacage ou des bois : « La corporation municipale est par conséquente éteinte dans ses rapports avec le droit de propriété des biens-fonds, à la seule exception des édifices destinés immédiatement et directement au service ou objet de l’institution. Elle ne peut administrer ce qui a été ses biens-fonds, ni avoir recours aux tribunaux pour réclamer ses droits (...)156.

176Malgré la netteté juridique de l’argumentation et les sentences subséquentes de la Cour suprême en 1882, c’est sans doute cette solution du compromis qui prévalut en maints cas : on attribuera aux conseils municipaux les mêmes droits que ceux des anciens cabildos des pueblos. Et la situation restera pratiquement celle d’avant les lois de « désamortissement » en beaucoup de régions.

  • 157 Pour ces presidios, Almada, 1927, articles correspondants. Juridiquement les ayuntamientos ou les c (...)

177Dans cette même ligne, Juárez en personne avait déjà passé des compromis partiels avec la société. Dans le Chihuahua du nord et du nord-ouest, dans les années 1860, dévasté par les attaques des nomades, on eut recours à une vieille solution de l’époque coloniale. Juárez restaura ou fonda des presidios, des villages dont les habitants devaient le service militaire dans la lutte contre les Apaches. En échange de ce service militaire, ces pueblos d’un type particulier — Janos, Paso del Norte, San Carlos, Coyamé, Carrizal, Namiquipa, Guadalupe de Bravos, etc. — recevaient des terres, des privilèges tels que le fuero militaire et l’exemption de certains impôts157. Les terres reçues étaient considérables, sans doute plusieurs certaines de milliers d’hectares pour certains ; il ne s’agit plus ici de terres de culture ou de pacage mais d’une véritable juridiction municipale sur de très vastes espaces, comparables à celle des municipes castillans de la reconquête. Et cette juridiction est donnée à des collectivités anciennes, reconnues comme telles — pueblos, lugares, villas, presidios — lesquelles reçoivent en plus, nécessité faisant foi, l’abhorré fuero militaire dont l’abolition avait été justement l’une des principales revendications des libéraux d’Ayulta en 1854.

178Cet ensemble de presidios, avec leurs privilèges et leurs ejidos, subsista sans encombre jusqu’aux premières années du XXe siècle. La paix et la modernisation aidant, ils virent alors leur statut et leurs ejidos attaqués comme des obstacles au progrès et cela malgré les interventions directes de leurs représentants auprès de Porfirio Díaz.

  • 158 Traités de paix entre Juan Santiago et le chef politique de Juan José Terrazas, 27 août 1879, dans (...)

179Nous reviendrons plus en détail sur ces questions mais, comme on le voit dans cet exemple, il est probable que, malgré des exceptions locales — telles celles de la Huastèque excentrique et peu intégrée au reste du pays —, Porfirio Díaz ait appliqué aux pueblos la politique de conciliation qu’il appliqua à l’Église. Cela consistait à laisser en place les textes, mais à interrompre de fait leur application. Le compromis consistait à accepter dans les faits une personnalité juridique que la Constitution abolissait. Elle permettait d’avoir recours aux tribunaux pour défendre ses droits. Dans le cas de Tamazunchale, les traités de paix, qui mettent provisoirement fin à la révolte et qui sont conclus entre les autorités légales et Juán Santiago en tant que « gouverneur d’indigènes », stipulent expressément : « quant à la démarcation des limites que les indigènes prétendent faire en envahissant les terres des haciendas, on suspendra toute la procédure en cours jusqu’à ce que l’autorité compétente résolve ce que l’on doit faire à la vue des titres qui seront présentés par les indigènes eux-mêmes ou par leurs représentants. »158

180Cela équivaut à la reconnaissance du pueblo, avec ses autorités traditionnelles, comme acteur auquel on applique alors le principe clef du régime, la reconnaissance de tous les acteurs pouvant avoir une action politique, à la condition qu’ils n’emploient pas de moyens violents. Il appartiendra par la suite au président et à ses lieutenants de trouver un compromis entre les différents acteurs — ici les pueblos, les haciendas et les autorités politiques locales —, pour qu’aucune partie ne soit acculée à rompre la trêve des armes.

181Le recours aux tribunaux, avec toutes les lenteurs et les possibilités d’intervention auprès d’eux par l’éxécutif, suppose le gel ou la dissolution dans le temps du conflit. Il assure sans doute pendant de longues périodes la paix dans les campagnes.

  • 159 Dans Meyer (J.-A.) (2), 1973, pp. 152 ss.
  • 160 Voir Womack, 1970, p. 6.

182Il est ainsi significatif de constater qu’en 1902 encore, le juriste Silvestre Moreno, ancien secrétaire du gouvernement de Veracruz, dans son Tratado del juicio de Amparo conforme a las sentencias de los tribunales federales, est amené à reconnaître que les lois qui devaient être appliquées aux comunidades de indígenas ne le sont pas en fait, et que les artifices juridiques — « sociétés d’agriculteurs et d’éleveurs » ou, tout simplement, les ayuntamientos nouvelle formule159 — ont continué à masquer la persistance des pueblos comme personnes juridiques avec leur droit de propriété : « Dans l’État de Veracruz, les ayuntamientos de los pueblos se considèrent comme les successeurs des communautés pour défendre leurs biens ; et enfin, même la loi est arrivée jusqu’à déclarer que les terres que celles-ci possèdent deviendront propriété des corporations municipales si elles ne sont pas divisées dans un certain délai. Des lois postérieures ont prorogé d’année en année le délai fixé pour le partage. En fait, aucune communauté n’a été privée des terres qu’elle possède. »160

183Dans beaucoup d’États, des procédés semblables ont dû être employés pour arrêter ou ralentir le processus, tant qu’on le pouvait. Car, sans doute, la plupart des défaites des pueblos remontent à l’époque de troubles préporfirienne. A cette époque-là, les pouvoirs locaux, sans le frein de l’ancienne législation royale ni les arbitrages d’un pouvoir libéral fort, soucieux de maintenir la paix, ont sans doute mené une offensive victorieuse contre des pueblos livrés à eux-mêmes. A l’époque porfirienne, maints villages dépouillés, plus que de perdre des terres nouvelles, semblent livrer des combats d’arrière-garde pour des terres perdues depuis longtemps.

184Le porfiriat apporte à nouveau une autorité qui, par beaucoup d’aspects, rappelle l’ancienne autorité royale. Il fait à nouveau sentir aux « seigneurs » le poids de l’État et donne aux pueblos un allié qui ne pouvait sans doute pas leur donner toujours raison, mais qui au moins les écoutait. Ils furent donc intégrés eux aussi puisque leur personnalité et leur capacité d’action étaient anciennes et largement prouvées, dans les réseaux de droits et devoirs dans lesquels étaient immergés la plupart des acteurs de la société porfirienne.

  • 161 165a

185On voit parfois, à travers la vie de certains gouverneurs, comment fonctionnaient ces rapports entre pueblos et autorités porfiriennes. Dans le Morelos, par exemple, pourtant l’un des États où le combat entre pueblos et haciendas fut le plus âpre, la famille de Zapata fut pendant longtemps liée à Díaz. José Zapata, chef d’Anenecuilco, fut l’homme de confiance de Porfirio Díaz dans la villa de Ayala en 1866. Il fonda le club porfiriste d’Anenecuilco dans les années 1870 et dans la correspondance clandestine avec son chef, il insiste sur la défense des terres des pueblos contre les haciendas sucrières. En 1892 encore, Eufemio Zapata, futur général révolutionnaire et frère d’Emiliano, continue à vivre cette fidélité familiale et villageoise à Díaz : il préside le club porfiriste d’Anenecuilco161. Fidélité difficilement compréhensible s’il n’avait pas eu en retour, de la part de Díaz, des services rendus qui, dans ce cas, ne pouvaient être que la protection du pueblo.

  • 162 Ibidem, pp. 12-13, et annexe II pour les biographies.

186Malgré l’offensive victorieuse des haciendas contre les pueblos, tant que le gouverneur du Morelos Alarcón fut vivant, les villageois n’eurent jamais l’impression d’avoir définitivement perdu la partie ; ils étaient reçus, écoutés et parfois même gagnants dans leurs procès162. Il faut attendre sa mort, et la nomination d’Escandón, grand propriétaire de Mexico, pour que le pacte implicite qui liait les pueblos du Morelos à Díaz fût rompu.

  • 163 Niemeyer, 1966, p. 71.

187Dans le Nuevo León, Reyes mena aussi une politique semblable. Tout en appliquant les lois sur les baldíos et l’attribution des eaux, il mit beaucoup de soin à éviter que les indigènes se voient privés d’eau et de terre ; il insista pour que ce genre de procès reste dans l’État et n’aille pas devant le ministère de Fomento car les plaignants ne pourraient aller à la capitale. Dans le cas du village de Sierra Mojada dans le Coahuila, il obtint que les petits agriculteurs de cette agglomération gardent la moitié des eaux163. Une connaissance profonde des campagnes et de la vie politique locale menait donc à une politique de conciliation à l’égard des pueblos.

  • 164 Miranda, 1967, pp. 157-163.

188Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, qu’une grande partie des pueblos ait gardé, malgré la pression des acteurs économiques anciens et nouveaux, une part importante de leurs terres communales — 41 % d’après certaines estimations164 — et sans doute, nous le redisons, bien des pertes ont eu lieu avant le porfiriat.

189Ajoutons que le compromis implicite avec les pueblos se voyait renforcé par la paix et par le compromis religieux. D’un côté, bien des attaques arbitraires contre les terres des pueblos ne pouvaient se faire qu’à l’ombre des troubles et de l’anarchie ; d’un autre côté, la paix religieuse enlevait une notable source de mécontentement rural, dans la mesure où elle permettait l’expression de croyances et de formes de sociabilité auxquelles les communautés villageoises étaient profondément attachées.

  • 165 Vera Estañol, 1967, p. 46 et note 1, pp. 46-47.

190On comprend mieux maintenant — mais cela devrait être confirmé par des études régionales quantifiées — la remarque de Molina Enriquez déjà citée et cette autre semblable d’un observateur du début du siècle, Vera Estañol : il affirme que « les petits propriétaires, à l’exception des pueblos indiens, [c’est nous qui soulignons], étaient dépouillés de leurs terres ou de leurs eaux (...) ». Il ajoute en note que Díaz « mit un effort tout particulier à protéger les pueblos indiens contre les usurpations arbitraires de leurs propriétés (...) ». Il justifie aussi cette affirmation par la disproportion extraordinaire après la Révolution — 0,5 % contre 99,5 % — entre la restitution de terres aux pueblos qui les avaient perdues, et les dotations de terres aux agglomérations qui ne les avaient jamais possédées165.

191Comme Vera Estañol le dit, ce sont sans doute les petits propriétaires — et les métayers ainsi que les fermiers — qui souffrirent le plus de l’offensive de la grande propriété. Ils n’avaient pas la personnalité collective, et partant ni la force, ni les relations nécessaires, pour être intégrés dans les réseaux de liens qui rendent possible le compromis porfirien.

  • 166 Moreno, 1902.

192Nous verrons plus loin comment ce compromis a été oublié au début du siècle, comme nous l’avons vu dans le cas des colonies militaires du Chihuahua ou encore dans le Veracruz. Silvestre Moreno, dans son étude déjà citée, expose « les difficultés qui se sont toujours présentées pour partager les terres des indigènes », mais conclut en disant « combien on a progressé ces dernières années dans ce domaine »166.

193Pour que ce compromis dure, il aurait fallu que la pression de l’économie moderne ne fasse pas ressentir à nouveau ces terres de mainmorte comme des obstacles à un progrès pour le bien-être de tous. Il fallait que les autorités régionales et locales du régime continuent de bien connaître les forces sociales et politiques des campagnes ainsi que les termes des pactes implicites qui en assuraient la stabilité. Il fallait aussi que l’expansion démographique, même sans usurpation de terres par les haciendas, ne fasse pas que des pueblos surpeuplés jettent des regards avides sur des extensions de terres moins peuplées que les leurs. Enfin, que cette même croissance de la population et son nouveau dynamisme, en multipliant les petits propriétaires, métayers et fermiers, ne crée une couche de plus en plus vaste de la population à l’écart de réseaux, de droits et devoirs réciproques où le porfiriat avait intégré les acteurs sociaux du Mexique des années 1870. Au début du XXe siècle, beaucoup de ces conditions n’étaient plus remplies. Certaines campagnes recelaient les possibilités d’un nouveau conflit qu’un régime vieillissant n’était plus capable d’arbitrer.

3. LE FONCTIONNEMENT DU SYSTÈME

  • 167 Porfirio Díaz, message au Congrès, 1904, dans I.M.D., tome II.

194En 1904, dans son message au congrès, Porfirio Díaz définissait ainsi le but premier de son régime : « (...) le seul programme national et patriotique que mon gouvernement s’est proposé de mener à bien depuis le jour où le peuple daigna me confier la direction des affaires publiques a consisté à affermir, avec la paix, les liens que la guerre seule avait le privilège de resserrer. C’est ainsi que sont devenus solides et permanents les idéaux et les aspirations manifestés avec une régularité regrettable, par les différentes factions d’une même et indiscutable nationalité. »167

195Ce court texte exprime avec une remarquable clarté la principale finalité du système porfirien : « affermir les liens (...) entre les différentes factions (...) d’une même nationalité. » Le diagnostic des maux mexicains est lucide. Il renvoie à la connaissance, expérimentale mais très profonde, que Díaz avait de son pays : un ensemble foisonnant de pouvoirs locaux et régionaux à fondement social en perpétuelle concurrence.

196La construction d’un ensemble unique qui intègre tous ces pouvoirs — et sa préservation — est clairement signalée comme le principal objectif. La paix et la prospérité elles-mêmes ne sont que des moyens pour raffermir les liens, tout comme les voies de communication, les échanges, et, sur un autre plan, l’éducation. C’est autour de cet impératif qu’est bâti le système porfirien dans sa période classique. Il faudra attendre, nous y reviendrons, l’influence croissante des científicos au début du XXe siècle, pour que l’ordre des priorités soit insensiblement renversé. La cohésion du pays étant considérée comme acquise, la modernisation prend alors la première place. Elle tend à modifier les règles qui régissaient le système pendant ses premières décennies.

  • 168 Voir plus haut, chapitre II, 4.

197Cette modification tardive influence même la vision que nous avons de la nature du régime. Si la modernisation du pays avait été le principal objectif à atteindre, les hommes choisis pour gouverner les États auraient dû être choisis en fonction de leur compétence dans ce domaine. Nous avons vu, à travers leurs biographies, que jusqu’à une date tardive il n’en avait rien été168. Les raisons de leur nomination ou de leur disgrâce relèvent non pas de leur compétence administrative, mais de leur capacité à maintenir la cohésion et, partant, la paix dans leurs États.

L’intégration des acteurs politiques

198L’édification et la conservation de la cohésion nationale passaient par la reconnaissance et l’intégration dans le système des acteurs politiques et des acteurs sociaux qui pouvaient avoir une action politique. Pour ces derniers, nous avons décrit dans les pages précédentes la politique de conciliation à l’égard de l’Église et à l’égard des communautés villageoises. Cette conciliation réduisait les motifs de mécontentement social qui auraient pu venir grossir une éventuelle action politique.

  • 169 Ibidem.

199A l’égard des acteurs politiques les plus importants, caudillos ou caciques, dont l’action formait la trame de la vie politique au XIXe siècle, la politique de Díaz connut plusieurs phases que nous avons exposées ailleurs dans le détail. Ayant gagné l’alliance d’un bon nombre d’entre eux dans sa lutte contre Lerdo de Tejada, il agit d’abord de manière à leur enlever les moyens militaires d’une possible action contre lui. Il transforma progressivement l’alliance en allégeance. Puis, n’ayant pas une confiance illimitée en leur loyauté, il s’efforça avec succès, avec Manuel Gonzalez, de remplacer des caciques historiques par des fidèles169.

200Ce remplacement était réalisé vers le milieu des années 1880. A cette date, on peut dire du système politique porfirien qu’il est une pyramide de liens et de solidarités anciennes de différents types dont le sommet est occupé par le président.

201La grande réussite de Porfirio Díaz est d’avoir unifié autour de sa personne la multiplicité des chaînes de fidélités déjà existantes et d’en avoir fait la charpente de tout le système politique. Les fidélités et les influences locales ou régionales deviennent, au lieu d’un facteur d’affaiblissement de la cohésion du pays, un facteur d’intégration politique.

  • 170 Voir annexe II et annexe III, figure III.

202Pour que ce système dure, plusieurs conditions sont nécessaires. D’abord que les membres des clans politiques écartés des postes comportant un pouvoir politique réel ne soient ni persécutés ni exclus des bénéfices matériels. La politique de conciliation que Díaz avait appliquée à la société, il l’appliqua à plus forte raison aux caudillos domestiqués. Aussi bien Luís Terrazas au Chihuahua, qu’Evaristo Madero au Coahuila, que Garza Ayala, Garza Galán, Treviño et Naranjo au Nuevo León ou qu’Alvarez, Arce et Neri dans le Guerrero, pour ne citer que quelques-uns parmi eux, ne furent, après leur chute, persécutés170. Ils perdirent certes leur pouvoir politique mais ils gardèrent — et même augmentèrent — leur pouvoir économique et leur influence sociale.

  • 171 C’est le cas par exemple de Luis Emeterio Torres au Sonora, de Miguel Ahumada au Chihuahua et au Ja (...)

203Leur retraite politique était payée de la liberté d’enrichissement pour eux-mêmes et pour leurs proches, voire même de postes honorifiques au Sénat, à la Chambre des députés, dans la diplomatie, à la Cour suprême. L’« enrichissez-vous » du porfiriat, si proche en cela de la monarchie de Juillet, s’adresse à tous, et l’on pourrait presque dire : plus encore à ses anciens ennemis qu’à ses fidèles ; un bon nombre de ceux-ci ne tireront pas de leurs postes politiques des richesses considérables171. La richesse et les honneurs sont dans une première étape la consolation du pouvoir politique perdu ; celui-ci est en lui-même une récompense suffisante pour les fidèles.

204Cette stratégie n’était pas la conséquence d’un tempérament conciliateur mais le résultat d’une connaissance profonde de la vie politique locale. Il valait mieux ne pas bouleverser en profondeur les équilibres de forces de chaque État, qui étaient le résultat d’une longue histoire et qui assuraient à la base la cohésion de tout l’édifice social. Dans ce sens, il valait mieux conclure des pactes locaux qui préservaient une influence locale mais qui garantissaient en même temps l’ordre, que provoquer, par leur élimination, une période de réajustement propices à tous les imprévus.

205C’est pourquoi, lorsque les tensions deviennent trop fortes ou que des conflits viennent à éclater entre les factions d’un même État, la solution presque toujours choisie est l’arbitrage par recours à un gouvernement étranger à ces querelles, qui empêche la victoire totale d’une des factions.

  • 172 Almada, 1964, pp. 15 ss. ; Cosío Villegas, II, 1972, pp. 458-462 ; Almada, 1950, XXXIII ; Marquez M (...)

206C’est ce qui arrive, par exemple, dans l’État de Chihuahua qui était divisé depuis les années 1870 en deux factions rivales, celle du général Luís Terrazas, anciennement partisan de Juárez, et celle du colonel Angel Trías, qui avait soutenu la révolte du général Díaz et le plan de Tuxtepec. Après une période de gouvernement du colonel Trías, de 1877 à 1879, le général Terrazas, rallié théoriquement au porfirisme, devient gouverneur, de 1879 à 1884, en profitant de l’éloignement provisoire de pouvoir du général Díaz. Avec le retour de ce dernier on instaure au Chihuahua un régime de transaction politique ; deux gouverneurs imposés par Díaz et étrangers aux factions de l’État exercent le pouvoir : d’abord le général Pacheco, personnellement ou à travers des hommes à lui, jusqu’en 1892 où l’agitation terraziste gagne l’État, puis le colonel Miguel Ahumada, originaire de Colima, et étranger à ce conflit régional. L’avertissement en 1892 du ministre de l’Intérieur, Romero Rubio, communiquant à Terrazas que ni lui ni aucun de ses partisans n’occuperaient le gouvernement, avait suffi à ramener le calme. Le général Terrazas abandonne provisoirement toute prétention politique et se consacre à agrandir son énorme fortune et à gagner la confiance du général Díaz, ce qui lui permettra de reconquérir le pouvoir en 1902172.

207L’attitude de Terrazas illustre le fonctionnement du système porfirien : usage limité de la force, puisque l’on reconnaît que son emploi entraînerait une réponse sans faiblesse ; tentatives de gagner l’appui d’une partie importante des forces de l’État et d’introduire des hommes de confiance aux postes secondaires ; encouragement de l’agitation locale, afin de rendre précaire la position du gouverneur adverse et de placer le gouvernement central face au fait accompli. Mais il y a aussi la connaissance de la situation locale par le général Díaz et l’emploi de la dissuasion : aucune faction ne sortira triomphante, menace à peine voilée d’une disgrâce totale, imposition d’un arbitre avec, en échange, l’assurance de la liberté d’action dans les domaines non politiques : s’enrichir, oui ; gouverner, non.

  • 173 Annexes II et III, fig. III ; Urdaiz, 1971, chapitre III ; Bolio, 1967, p. 15.

208Dans le Yucatán, déchiré par la rivalité entre les libéraux et les conservateurs, se succèdent comme gouverneurs des généraux extérieurs à l’État jusqu’en 1890. Commence alors une alternance imposée entre anciens libéraux — Daniel Traconis et Carlos Peón — et anciens conservateurs — Francisco Cantón —, avant qu’en 1902, Olegario Molina n’instaure son cacicat científico173.

209Au Nuevo León, la rivalité entre Genaro Garza García et Lázaro Garza Ayala, où se mêlent dans l’ombre les anciens caudillos Treviño et Naranjo, aboutit à un conflit presque ouvert entre les deux factions en 1885. Díaz va intervenir pour faire passer l’État sous le contrôle d’un de ses fidèles inconditionnels, le général Bernardo Reyes, et neutraliser ainsi la source potentielle de troubles que sont les rivalités au Nuevo León.

  • 174 Annexes II et III, fig. III ; Niemeyer, 1966, pp. 33 ss. ; Roel, 1948, pp. 216 ss.

210Garza García gagne les élections de l’été 1885. En prévision des troubles, Díaz envoie des troupes fédérales commandées par Reyes. En novembre, lors des élections municipales, les troupes interviennent pour « faire respecter l’ordre », et Garza Alaya gagne les élections. Garza García tente de reprendre la situation en main en se faisant octroyer des pouvoirs exceptionnels par l’assemblée locale, mais celle-ci se dissout. Les opposants réclament de Mexico la nomination par le Sénat d’un gouverneur provisoire, car les « pouvoirs » de l’État ont disparu, et procèdent à des soulèvements symboliques pour faire sentir la gravité de la situation. En décembre, Bernardo Reyes est nommé gouverneur provisoire et commence ainsi une longue carrière de gouverneur jusqu’en 1909 ; il la mènera à bien en intégrant les membres des anciennes factions à son gouvernement174.

  • 175 Jacobs, 1980, pp. 79-81 ; Díaz Díaz, 1972, pp. 301-305 ; annexe II et annexe III, fig. III.

211Dans le Guerrero, autre État divisé entre plusieurs caudillos rivaux, Diego Alvarez, Vicente Jiménez et Canuto A. Neri, Juárez avait déjà envoyé en 1869 un gouverneur originaire du Jalisco, Francisco O. Arce, pour apaiser les querelles locales. Diaz employa le même procédé. Il imposa, d’abord, le général Cuellar, flanqué par Neri comme vice-gouverneur. Après un intermède d’Alvarez de 1881-1885 à la tête de son cacicat, Francisco Arce fut employé à nouveau jusqu’à ce qu’il soit renversé en 1893 par Neri, alors commandant militaire de la zone ; celui-ci n’obtint cependant pas le pouvoir qui fut confié jusqu’à la Révolution à des personnes étrangères aux factions de l’État175.

212Dans tous les exemples cités, aucune des factions en lutte ne prend le dessus sur les autres. Díaz arrive soit — dans le meilleur des cas — à intégrer les anciennes oppositions — Nuevo León —, soit à geler provisoirement ces rivalités. Il espère que le temps calmera les passions et que le nouveau gouverneur, s’il est habile, saura se créer un réseau prospère de fidèles et de clients qui feront contre-pied aux anciens clans politiques.

213Dans tous les cas cependant, la solution appliquée reste toujours dans les limites d’une transaction politique, avec une menace — cas du Chihuahua — ou une intervention limitée des troupes — dans le Guerrero, six mille hommes furent envoyés contre Neri. Dans aucun des deux cas, les factions rétives ne furent éliminées. Terrazas continua d’étendre son pouvoir économique et social au Chihuahua, Neri, après quelques semaines de prison bénigne à Mexico, fut bientôt de retour au Guerrero où, même s’il n’eut plus de poste politique, il conserva une très forte influence dont héritera sa famille lors de la Révolution.

L’interdiction de la force

214Dans les deux cas aussi, on voit l’application d’un autre des principes de base sur lesquels se fonde le système. C’est l’interdiction de la force armée dans le règlement des conflits locaux.

  • 176 Guerra, 1981, p. 807.

215C’est pourquoi même si Canuto Neri a eu bien soin, lors, de son soulèvement d’octobre 1893 dans le Guerrero, d’avertir Díaz que son action était purement locale et n’avait aucun but national, il avait néanmoins transgressé ce principe de base du régime176. Il l’avait doublement transgressé, puisqu’étant lui-même le commandant militaire de l’État, il avait mobilisé une partie de la société et employé la force armée qui lui avait été confiée sans l’accord du seul homme qui avait le monopole de l’usage de la force : Díaz lui-même.

  • 177 Almada, 1950, p. 265.

216Dans tout mouvement insurrectionnel, même local, il y a toujours la nécessité, pour lui donner une légitimité, de mimer symboliquement le peuple. Dans le cas du Chihuahua, l’action de Terrazas ne se limite pas à des intrigues de palais ; elle va de pair avec une déstabilisation sociale du pouvoir adverse. Il profite du climat de tension provoqué par les crises agricoles qui se succèdent dans l’État entre 1891-1895 (181) et par la suppression de l’autonomie municipale en 1889, pour encourager sous cape des révoltes locales — celles du district de Guerrero en 1889, de Tomochic en 1891, par exemple177.

  • 178 Almada, 1964, p. 97.
  • 179 Villarelo, 1970, pp. 24 ss.; Almada, 1950, p. 265.

217La mobilisation de la société dont les griefs sont multiples et concrets, débouche rapidement sur le mécanisme classique de la contestation d’un pouvoir illégitime non issu de la volonté du peuple. Il convient de constater que dans ces révoltes encouragées par Terrazas, les conspirateurs de Ciudad Guerrero demandent la non-réélection du président de la République178, que ceux de Caterino E. Garza, au Coahuila en 1891-1892 — que Terrazas finance — déclarent ne plus reconnaître Díaz comme président et s’intitulent « Armée constitutionnelle » pour défendre la constitution de 1857179.

  • 180 Jacobs, p. 83.

218Dans le Guerrero aussi, et toujours en 1893, année difficile pour l’agriculture, la révolte de Neri doit mobiliser, pour lui donner le caractère d’un « soulèvement populaire », des hommes restés jusqu’alors à l’écart de la politique active. C’est le cas du clan des Figueroa, à Huitzuco, qui rentre ainsi dans un cycle de contestation qui les mènera du refus des autorités locales à celui du régime de Díaz dans son ensemble180.

219Dans un régime d’élite libérale unifiée, avec un caudillo unique, c’est entre les mains du caudillo que se trouve déposée la souveraineté du peuple. Tout appel à un peuple qui ne serait pas lui ébranle les fondements mêmes de sa légitimité et ouvre donc la voie à de nouvelles insurrections.

220Le recours à la violence, proscrit en théorie, joue cependant un rôle dans le système. C’est celui d’une sonnette d’alarme pour attirer l’attention sur une politique locale qui a brisé l’équilibre des factions ou provoqué un mécontentement social. Elle est un message, et comme tout message, elle a besoin d’une voie pour parvenir au destinataire — ici Díaz. Ce sont normalement les élites locales exclues qui se chargent de le faire parvenir au sommet par leur réseau de relations. Le problème du gouvernement central est toujours celui de distinguer une agitation sociale réelle d’une agitation locale factice, provoquée par ces élites pour faire chuter un adversaire.

221Le jeu politique se joue toujours au Mexique à deux niveaux, celui des États et celui de l’État fédéral, et entre factions, également aux deux niveaux. S’il existe un appui central, le mécontentement d’un État peut alors aller jusqu’au recours à la violence ou aux armes. Il s’agit alors d’une violence permise et d’une insurrection factice : la faction locale montante mime alors le peuple avec la complicité du « souverain » et personne n’en est d’ailleurs dupe.

222Alors, les violations du suffrage, continuelles et connues de tous, sont montées en épingle par la presse. Elles reçoivent une oreille attentive des juges et du pouvoir central. Les forces fédérales se mobilisent pour éviter que des « pressions inadmissibles » soient exercées sur les électeurs ou pour garantir des « droits bafoués des citoyens ». Le Sénat souvent constatera des irrégularités commises dans les élections par la faction condamnée. Il déclarera la disparition des « pouvoirs locaux » et nommera un gouverneur provisoire.

  • 181 Pour le détail de ces épisodes, voir Cosío Villegas, 1970, pp. 561-562, 627, 634 et 641 ss.
  • 182 Aguilar Camín, 1977, pp. 77-78.

223Ce scénario bien réglé, aux multiples variations de détail, nous l’avons vu se produire au Nuevo León en 1885. Il s’est déjà produit auparavant à plusieurs reprises, par exemple au Jalisco pour abattre le caciquat de Vallarta et de son prête-nom Fermín Riestra en 1881-1883181 ; de même au Sonora pour éliminer Carlos Ortiz en 1882182.

224Il y a cependant à la base de presque toutes ces pièces de théâtre politique, un mécontentement réel, ou de la société ou des élites, face au pouvoir local. L’intervention du gouvernement central — par faction locale interposée — et le changement de gouverneur qui normalement en résulte, est un moyen de l’apaiser.

  • 183 Villarelo, 1970, pp. 28 ss.; Cosío Villegas, II, 1972, pp. 467-470; Niemeyer, 1966, pp. 80 ss.

225Dans le Coahuila, touché comme tout le Mexique par les crises agricoles de 1891-1893, l’agitation sociale a pris la forme dans les années 1891-1892, des soulèvements catarinistes (du nom de Caterino Garza). Elle est réprimée militairement car elle est le produit d’une agitation sociale qui débouche, comme nous l’avons dit, sur la complicité de Terrazas et sur la contestation du régime. Elle prépare cependant le changement politique qu’une faction des élites souhaite. Le gouverneur en place, Garza Galán, esprit trop partisan et peu soucieux de la prospérité de l’État, s’est aliéné la sympathie d’une bonne partie des habitants de l’État. Ceux-ci regardent d’ailleurs avec envie le Nuevo León, prospère et voisin, du général Reyes. En 1893, un soulèvement armé se produit, dirigé par les frères Carranza, où l’on retrouve de nombreux participants des révoltes catarinistes. Soulèvement purement symbolique car sans actions militaires contre les troupes fédérales, destiné à attirer l’attention du pouvoir central sur le Coahuila et à provoquer l’intervention auprès de Díaz du général Reyes dont ils sont les amis. Ce qui sera fait et aboutira à l’installation d’un nouveau gouverneur, Miguel Cárdenas, favorable à leur cause et client de Reyes, malgré l’appui que la faction Garza Galán-Evaristo Madero reçoit du ministre de l’Intérieur, Romero Rubio, car Díaz a arbitré en faveur de Reyes183.

  • 184 Urdaiz, 1971, pp. 131 ss.; annexe II ; Acereto, 1947, p. 340.

226Dans le Yucatán, le mécontentement procède de la longue exclusion de la très forte faction conservatrice que dirige Francisco Cantón. Lorsqu’en 1897, la rumeur se répand de la tentative de réélection de Carlos Peón, les commissions des deux parties en lice se succèdent à Mexico pour chercher l’appui de Díaz. En août, une manifestation cantoniste finit par une émeute qui fait cinq morts. Díaz avait-il déjà tranché avant, ou le fait-il alors ? Toujours est-il que Peón démissionne et un gouverneur provisoire, Itur-ralde, prépare l’élection de Cantón. Ce sera fait en 1898. Le message de l’agitation et de l’émeute a été entendu, d’autant mieux que le ministre de la Justice, Joaquín Baranda, est le beau-père de Cantón184.

227Les événements du Nuevo León en 1903 en sont un autre exemple. En décembre 1902, le général Bernardo Reyes, gouverneur de l’État et ministre de la Guerre, a été obligé de démissionner de son poste ministériel à la suite de la rivalité qui oppose ses partisans aux científicos. Ni lui-même, ni ses ennemis ne sont plus certains de sa faveur auprès de Díaz. Dans la campagne pour sa réélection qui s’ouvre en janvier 1903, les rares opposants dans le Nuevo León sont encouragés à constituer une opposition locale. Rosendo Pineda, éminence grise des científicos à Mexico, fait savoir au vieux caudillo local exclu, Francisco Naranjo, que Díaz abandonnera Reyes si une opposition consistante se manifeste.

228Dans le Nuevo León, l’opposition minoritaire mais très active, dont l’axe sont les étudiants, s’agite donc et prépare une grande manifestation populaire à Monterrey pour désigner le candidat de l’opposition. On attaque l’éligibilité de Reyes puisqu’il est originaire du Jalisco — et cela après dix-huit ans d’exercice au poste de gouverneur ! La manifestation, qui a lieu le 4 avril 1903, se heurte à celle qu’organisent les partisans de Reyes et la police intervient. Dans les accrochages qui s’ensuivent, des coups de feu sont tirés et il y a cinq morts parmi les manifestants. Les ennemis nationaux du gouverneur, les científicos, mais aussi les radicaux des Clubs libéraux qui sont dirigés dans l’État par Francisco Naranjo fils, se déchaînent contre Reyes ; ils obtiennent qu’il soit accusé devant le Congrès érigé en grand jury. Il sera néanmoins absous car Díaz se contente de cet avertissement qui affaiblit Reyes et il ne peut pas non plus laisser les científicos l’emporter pleinement.

  • 185 Madero (1909), 1969, pp. 271-272. Pour cet épisode voir aussi, parmi d’autres, Niemeyer, 1966, pp. (...)

229Quant à l’opposition dans le Nuevo León, elle sera abandonnée à son sort. Madero, témoin des événements depuis le Coahuila voisin, résume bien sa situation : « (...) ce parti souffrait d’un grand défaut : il fondait presque tous ses espoirs sur l’appui d’un important groupe de politiciens de Mexico, qui poursuivait comme seul but d’anéantir complètement le général Reyes, sans se préoccuper du sort de ceux qui, presque inconsciemment, allaient lui servir d’instruments. »185

230Agitations locales dues à un mécontentement social, ou provoquées par des factions exclues ou par un groupe national qui veut conquérir un État, toutes ces formes d’action nécessitent des relais de transmission et, à terme, un arbitrage et cela à tous les niveaux.

  • 186 Womack, 1969, pp. 19 ss.

231L’appel à cet arbitrage se fait à travers les relations personnelles : les amis, les gens du même village ou du même État qui sont haut placés, les attaches qu’un fonctionnaire de passage a laissées dans la région, parfois même à travers les opposants à Díaz qui jouissent, malgré tout, d’un statut informel de représentants de l’opposition dans un État. Tel ce général Francisco Leyva, héros de la guerre d’Intervention, éloigné de la politique active par son opposition à Díaz depuis 1876, mais considéré encore par une partie de l’État de Morelos comme un chef naturel auquel on fait appel dans la lutte pour l’élection du gouverneur de l’État en 1908186

232Si l’arbitrage du président est indispensable pour les affaires qui mettent en cause l’équilibre interne d’un État, comme ici au Morelos, le plus souvent ce sont les gouverneurs qui règlent les conflits intérieurs de moindre importance. Il peut cependant arriver que des différents mineurs parviennent jusqu’au plus haut niveau, soit par une carence d’arbitrage intermédiaire, soit parce qu’une faction minoritaire les utilise comme arme contre le pouvoir de l’État, soit encore par la brutalité d’une action qui dépasse les limites implicites assignées à la violence.

  • 187 Vizcarra, 1949, pp. 132 ss.

233Les crimes de Tepames illustrent bien la chaîne des arbitrages. Le 14 mars 1909 le commandant de police de Colima, Dario Pizarro, accompagné de plusieurs gendarmes, assassine, au milieu du village, deux frères qu’il était venu arrêter sur plainte d’une famille amie dont plusieurs membres participent à l’expédition punitive, et cela sans que les victimes opposent la moindre résistance. Crime banal, pourrait-on dire, et qui reste impuni par le gouverneur de l’État, Enrique O. de la Madrid. Cependant, la nouvelle s’était trop répandue. Devant la carence du gouverneur, la presse d’opposition s’empare de l’affaire et lui donne une dimension régionale d’abord, nationale ensuite ; un livre est même publié. La mère des victimes arrive, à travers des amis, à faire le voyage à Mexico et à obtenir une audience du général Díaz, lequel lui promet que justice sera faite. En effet, l’action du pouvoir central s’exerce en nommant un nouveau juge à Colima qui instruit le procès et condamne à mort Pizarro et à des peines de prison ses complices187. Ici, comme dans les autres conflits, la sentence des tribunaux sanctionne une décision prise par une autre voie, comme les élections sanctionnent un choix préalable. Le pouvoir véritable circule par des voies souvent cachées, à travers le pouvoir réel qui s’identifie, en principe, avec les postes de l’exécutif. Mais pour que la transmission se fasse, que les arbitrages soient rendus et l’équilibre local maintenu, il faut d’une part que ceux qui exercent l’autorité locale ou régionale connaissent les méandres de la vie politique locale avec ses acteurs réels et ses constantes. Il faut par ailleurs qu’ils ne soient pas partie prenante dans ces luttes.

  • 188 Voir plus haut, chapitre II, 4.

234Les gouverneurs de la première période porfirienne, nous l’avons vu188, satisfaisaient dans leur majorité, à ces deux conditions. Issus pour la plupart des groupes non privilégiés — moyens ou même bas —, ils ont fait une carrière qui, partant des échelons les plus bas, militaires surtout ou civils, les a amenés aux plus hauts postes des États.

235De là résulte une connaissance profonde de la réalité sociale de leur région ou de leur État, de la pratique politique réelle. Même si leur carrière les a fait entrer dans l’élite politique et très souvent même dans l’élite sociale, ils restent proches des milieux dont ils sont issus : ils connaissent leurs mentalités et leurs façons de réagir. Inversement, beaucoup de citoyens de leurs États se reconnaissent en eux, acceptent leur réussite personnelle et leur font confiance, malgré leur intégration dans le complexe d’intérêts des classes privilégiées, pour exercer, à l’intérieur de certaines limites, un gouvernement équitable.

236La proximité de la population de leurs États, la connaissance de la vie sociale et l’habileté manœuvrière dans la vie politique locale, restent les qualités les plus importantes des grands gouverneurs porfiriens, et ce qui les sépare de la classe politique de la capitale.

  • 189 Il y a évidemment des exceptions, comme celles de Ramón Corral et Rafael Izábal au Sonora, qui étai (...)

237Dans la plupart des cas, d’ailleurs, même s’ils en sont venus à posséder des terres, ils n’ont pas bâti de fortunes colossales qui leur auraient donné une concentration de pouvoirs que Díaz pendant longtemps s’est efforcé d’éviter, afin de ne pas créer de nouveaux pouvoirs locaux pouvant échapper à son emprise189.

238L’argent, dans le régime porfirien, joue certainement un rôle dans la vie politique, et sans doute de plus en plus accentué au fur et à mesure que le régime vieillit. Mais ce rôle n’est pas essentiel pendant les premières décennies. Les privilégiés de la fortune sont considérés car ils représentent des acteurs puissants de la vie sociale, ils servent à asseoir la réputation et la respectabilité extérieures du régime, mais ils n’en sont pas la colonne vertébrale.

  • 190 Cockcroft, 1971, pp. 24 ss.

239En 1896, par exemple, les hommes d’affaires de San Luis Potosí, préoccupés par la situation économique de leur État, envoient une délégation à Díaz pour demander le remplacement du général Carlos Díez Gutiérrez par l’homme d’affaires Blas Escontría. Diaz refusera de changer son fidèle, même incompétent en économie, et il faudra attendre la mort de Díez Gutiérrez pour que Escontría devienne gouverneur190.

240Ni l’origine ni la permanence du pouvoir de Diaz ne trouvent leur source dans le monde de l’argent. Celui-ci est l’un de ces « intérêts légitimes » dont il faut tenir compte mais il est toujours en position de demandeur à l’égard du pouvoir politique. Car c’est du pouvoir politique que viennent les influences, les privilèges, une bonne partie des contrats. La faveur politique est la source et la condition de la richesse et non l’inverse.

241Il faut attendre la dernière décennie du régime pour que la modernisation et la croissance économique remplacent la cohésion sociale comme but premier du régime. C’est alors que la compétence dans les affaires et la fortune qui la consacre deviendront le critère principal pour l’accès aux postes politiques clefs.

242Disons pour conclure que le maintien d’un système politique aussi complexe et cohérent était suspendu au respect de ces règles et conditions que nous avons énumérées. La plus importante étant l’intégration de la majorité des acteurs sociaux susceptibles d’avoir une action politique à ces réseaux de liens qui sont la réalité du pouvoir.

243Cette condition était relativement aisée à respecter tant que l’élargissement de l’instruction, la modernisation économique et la mobilité sociale restaient somme toute modérés. Tant que la société et l’économie restaient relativement traditionnelles et statiques, les factions politiques anciennes — exclues du pouvoir effectif des États — pouvaient se contenter de la liberté qui leur était laissée de jouir et d’accroître leur influence sociale et économique. Mais si la prospérité venait à s’accroître rapidement, de nouvelles tensions devaient inévitablement se produire, car la récompense de la faveur officielle envers les fidèles était la concession de privilèges, de contrats, d’exemptions. Les factions exclues, même écoutées et ménagées, ne pouvaient plus que perdre beaucoup à ce nouveau partage des récompenses.

244Les nouveaux groupes sociaux en expansion étaient très souvent exclus d’office des réseaux de liens et de leurs bénéfices. C’était le cas des groupes ruraux de rancheros, medieros, aparceros, etc. qui se multiplient hors des structures traditionnelles et bien intégrées des haciendas et des villages anciens, dans des agglomérations qui ne jouissent pas du statut de pueblo.

245C’était aussi le cas de maints groupes intermédiaires des campagnes et des petites villes et de bien des groupes urbains — ouvriers, classes moyennes, intellectuels. Ils étaient souvent en concurrence, dans leur ascension sociale, avec les membres des réseaux de fidèles jouissant des privilèges que leur donnait la faveur officielle.

246La grande faiblesse du régime, nous le verrons dans le détail plus loin, fut de ne pas arriver à incorporer tous ces nouveaux acteurs. Qu’ils viennent à se rassembler autour des factions anciennes exclues, ou qu’ils constituent de nouveaux réseaux de liens, et, de nouveau, des acteurs collectifs non intégrés seront un élément de désagrégation d’un régime qui avait tiré sa force de leur reconnaissance même.

Notes

1 El Partido Liberal, 15 février 1885, cité dans Cosío Villegas, II, 1972, p. 274.

2 Bulnes, (1904), 1972, pp. 835-836.

3 Zaragoza y Escobar, en 1896, cité par Cosío Villegas, II, 1972, p. 391.

4 On pourrait dire la même chose des autres pays européens du XIXe siècle, avec l’exception sans doute de la Grande-Bretagne et de ses prolongements extra-européens. Aux États-Unis, les principes philosophiques nouveaux invoqués dans la déclaration d’indépendance ne masquent pas les acteurs réels qui sont les treize colonies, avec leurs institutions et leurs droits anciens : elles se séparent d’un pouvoir qui a rompu le pacte qui le liait à ces communautés.

5 Chaunu, 1964, p. 202.

6 Sánchez Agesta, 1953, pp. 93-113.

7 Discours de Raul Noriega, le 16 juillet 1965, cité par Hale, 1972, p. 8.

8 Vera Estañol, 1967, p. 84.

9 Bulnes, (1904), 1972, pp. 652-653.

10 Vera Estañol, 1967, pp. 42-43.

11 Voir chapitre III, pp. 113-114.

12 Cette conception n’était pas propre à l’Espagne, et elle fut invoquée par exemple en France, pendant la Fronde (voir Mousnier, 1972 et Truchet, 1966, p. 35), mais en Espagne elle avait une toute autre valeur, car elle soutenait la pratique constitutionnelle pendant la période des Habsbourg.

13 Bossuet, 1967, livre IV, art. 1er, 1re prop., pp. 92-93.

14 Elliot, 1969, p. 410.

15 Sánchez Agesta, 1953, p. 103.

16 Ibidem, IIe partie.

17 Campomanes, Expédient de l’évêque de Cuenca, cité dans ibidem, p. 97.

18 Ibidem, pp. 109-113.

19 Lopétegui et Zubillaga, 1965, pp. 912-917.

20 Proclame du vice-roi de la Nouvelle Espagne, marquis de Croix, en 1767, cité dans Miranda, 1952, p. 159.

21 Révolución Social, Orizaba, 28 février 1915.

22 Carr, 1969, p. 98.

23 Miranda, 1951, pp. 215 ss. et 236 ss.

24 Jovellanos, Memoria de defensa de la Junta Central, dans Sánchez Agesta, 1953, p. 218.

25 Sánchez Agesta, 1978, pp. 59-97, fait une remarquable analyse des prémisses et conséquences de la définition de la souveraineté nationale.

26 Voir à ce sujet, pour la France, Furet, 1978, p. 234 ; pour l’Espagne, on trouve des éléments de réponse dans Carr, 1969, pp. 101 ss. et Miranda, 1953, pp. 213 ss.

27 Cités dans Sánchez Agesta, 1978, p. 23.

28 « Moderne » au sens défini dans le chapitre précédent : celui des types de sociabilité à prédominance « holiste » ou individualiste.

29 Proclame du « licenciado » José Castillejos, 1809, dans Miranda, 1952, p. 256.

30 Proclame d’Hidalgo à la nation américaine, 1810, dans De La Torre Villar, 1964, p. 204.

31 Ibidem, p. 203.

32 Hale, 1972, p. 26.

33 Voir Furet, 1978, pp. 42.

34 Bulnes, (1904), 1972, p. 503.

35 Cité par Hale, 1972, p. 16.

36 Ibidem, p. 17. On retrouve la même constatation chez Rabasa, (1912), 1956, p. 88.

37 Cité par Alamán, I, (1849), 1972, p. 126.

38 Elliot, 1973, pp. 124 ss.

39 Cité par Miranda, 1952, p. 299.

40 Ibidem, p. 280.

41 Pour ce problème, voir plus haut, pp. 40-42.

42 Congrès de Chipalcingo, Acte d’indépendance, 6 novembre 1813, dans Miranda, 1952, p. 319.

43 Il en va de même au Chili, où l’hymne national composé par les descendants des conquistadors exalte les Araucans, dont les derniers descendants étaient en train de périr dans les dernières guerres indiennes du xixe siècle.

44 Voir Furet, 1978, pp. 73 ss.

45 Voir Nieret, 1980, pp. 4 et 5, et Freund, 1976.

46 Furet, 1978, p. 241.

47 Voir plus haut, chapitre III, II.

48 Voir par exemple, pour l’Espagne, Sánchez Agesta, 1978, pp. 184-191, et, pour le Mexique, Rabasa, (1912), 1956.

49 Nous utilisons, pour cette typologie, en plus des événements mexicains, la succession des crises espagnoles.

50 Andrés Quintana Roo, le 9 août 1812, dans Miranda, 1952, p. 322.

51 Voir, par exemple, pour ce type de texte, González Ramírez, 1954.

52 Bulnes, (1903), 1973, p. 208.

53 Art. 8 de la Constitution, dans de La Torre Villar, 1964, p. 381.

54 Il serait intéressant de dresser une typologie de cette représentation symbolique du peuple en action, tel Paris, jouant la France tout entière pendant les époques révolutionnaires, ou la marche unificatrice de Garibaldi, dont s’est aussi servi Mussolini (voir, pour ce dernier cas, Romano, 1982).

55 Voir plus haut, chapitre III, I.

56 Voir Dumont, 1977, p. 25, pour la coïncidence « de fait », entre l’expansion de la conception individualiste de l’homme et le développement moderne de la division sociale du travail.

57 Cabarrús, Carta sobre los obstáculos que la naturaleza, la opinión y las leyes oponen a la felicidad pública, dans Sánchez Agesta, 1953, p. 29.

58 Voir ibidem, 1953, pp. 196 ss.

59 Ibidem, pp. 194 ss.

60 Voir pour l’ensemble de la période 1786-1836, Tank Estrada, 1977, surtout pp. 241-244, et pour le rôle de l’école dans ta formation de la « nation », Vázquez, 1970.

61 Il est dommage que l’intéressante étude de Tank Estrada, 1977 sur le passage de l’ancienne à la nouvelle éducation dans la ville de Mexico, ne fasse qu’une allusion à cet enseignement donné comme un complément du système d’apprentissage dans les ateliers (p. 65), car le sujet mériterait une étude détaillée, qui relèverait encore les chiffres déjà très élevés d’alphabétisés à la fin de l’Ancien Régime.

62 Voir Vázquez, 1970, chapitre II, et plus loin, chapitre VII, 3.

63 Voir par exemple les déclarations de Jules Ferry à la Chambre le 5 mars 1880 : « l’État — l’État enseignant et contrôlant l’enseignement », où la même année : « Les intérêts intellectuels de l’enfance sont sous le contrôle et la surveillance de l’État » ; cité par Plenel, 1980.

64 La educación pública, 1976, p. 423.

65 Rousseau, 1966, II, 7, p. 77.

66 Tank Estrada, 1977, p. 244.

67 Ibidem, pp. 227-228.

68 Cité dans Vázquez, 1970, p. 53.

69 Ibidem, p. 50.

70 Sánchez Agesta, 1953, pp. 89-91.

71 Voir pour cette élection Womack, 1970, p. 222.

72 Voir pour les grandes étapes, plus loin, chapitre V, 2 et 3.

73 Voir plus haut, chapitre III, Β, 1.

74 Voir Bazant, 1971.

75 Mora, (1837), 1963, p. 120.

76 Nous avons déjà évoqué l’importance qu’elles eurent, par exemple, dans la formation des libéraux de l’Oaxaca ; voir plus haut, chapitre III, B, 2.

77 Hale, 1972, chapitre I, montre bien la profondeur de cette crise de conscience et l’apparition de la coupure historique.

78 Furet, 1978, p. 43.

79 Bulnes, (1904), 1972, pp. 654-655.

80 Ibidem, p. 456.

81 Voir plus haut, chapitre III, I., 3.

82 Voir parmi d’autres, pour le fonctionnement du système espagnol, Sánchez Agesta, 1978, chapitre IV, et Carr, 1969, pp. 337-364.

83 C’est le cas par exemple du Guatemala, du Nicaragua, du Venezuela, et en partie de l’Equateur. D’autres pays ont suivi plutôt des systèmes proches de l’Europe, avec une oligarchie dont les factions alternent sans trop d’à-coups au pouvoir, tels le Costa Rica, l’Argentine, le Chili, le Brésil, etc.

84 Voir par exemple, Bulnes : « Le général Díaz, comme l’empereur Auguste, a montré un grand respect de la forme solennelle des institutions, et il a exercé le pouvoir en faisant usage du minimum de terreur et du maximum de bienveillance. Comme l’empereur romain, il a employé exceptionnellement de moyens terribles pour en finir avec les caudillos. » Discours de Francisco Bulnes à la Convention nationale libérale, le 21 juin 1903, dans H.D.M., II, pp. 398-400.

85 Rouland, 1981, p. 239.

86 Lettre du général Albino Zertuche, gouverneur de l’Oaxaca, au général Rosendo Márquez, gouverneur de Puebla, le 28 juin 1888, dans Cosío Villegas, tome II, 1972, p. 98.

87 El Hijo del Ahuizote, 30 juin 1895, dans ibidem, p. 451.

88 El Mundo, 19 juillet 1896, dans ibidem, p. 407.

89 Sánchez, 1889.

90 Voir Payno, 1945, surtout tome V, chapitre LXIII.

91 D.P., II, 1971, pp. 2210 et 2180.

92 Iturribarría, 1956, p. 108.

93 Roel, 1948, pp. 153, 183, 187.

94 Almada, 1964, pp. 47 ss.

95 D.P., II, 1971, p. 1622.

96 Roel, 1948, p. 192.

97 Voir par exemple les assauts indiens contre les mines d’Aviño, dans le Durango, dans Garcia, (1895), 1970, p. 169.

98 Porfirio Díaz au congrès, 1er avril 1877, dans Los mensajes políticos, 1976, p. 151.

99 Cosío Villegas, 1970, pp. 183-184 et 327 ss.

100 Ibidem, p. 181, et Niemeyer, 1966, p. 25 ; aussi, Giron, (1973), s.d., p. 88 ss.

101 Voir Bulnes, (1920), 1972, pp. 31-34.

102 Peña Navarro, 1956, pp. 489 ss.

103 Voir Reina, 1980, pp. 272-288 ; Niemeyer, 1966, pp. 23 et 31 ; Meade, 1970, p. 129.

104 Voir plus haut, chapitre II, pp. 94 et 111.

105 Voir Niemeyer, 1966, pp. 33 ss. et 84 ss.

106 Voir Giron, (1973), s.d.

107 Porfirio Díaz au congrès, le 16 septembre 1886, dans I.M.D.

108 Almada, 1964, pp. 47 ss.; Niemeyer, 1966, p. 31.

109 Almada, 1927, p. 141.

110 Almada, 1927, p. 51 ; Lejeune, 1886, et idem, 1908, a laissé des descriptions très vivantes de ces guerres apaches et des luttes contre les bandits dans les montagnes de la Sierra Madre.

111 Voir pour le Sonora, Aguilar Camín, 1977, pp. 111 et 123, et pour le Chihuahua-Durango, Guerra, 1981, p. 804.

112 Voir par exemple les récits de Bordeaux, 1910, et Szyszlo, 1913.

113 Dans Riva Palacio, V, (1889), 1970, p. 684.

114 D.P., II, 1971, pp. 1821-1822.

115 Cité par Cosío Villegas, 1970, p. 326.

116 Bulnes (1920), 1972, pp. 293 et 296.

117 Ibidem, pp. 292 ss.

118 Cité par Cosío Villegas, 1972, p. 864.

119 Calculs effectués à partir d’Almada, 1965, pp. 218 ss.

120 D.O., 15 avril 1917.

121 Bulnes, (1920), 1972, p. 91.

122 Ibidem.

123 Ibidem, p. 93.

124 Voir plus haut, chapitre I.

125 Voir Meyer (J.-A.), 1972, I, pp. 57 ss.

126 Iturribarría, 1956, pp. 35 ss. et 66.

127 Ibidem, pp. 136 ss.

128 Ibidem, pp. 145 ss.

129 Porfirio Díaz, plan de Tuxtepec, 21 mars 1876, dans Madero, (1909), 1969, p. 113.

130 Bulnes, (1920), 1972, p. 93.

131 Par exemple, à Mérida, dans le Yucatán, elle assiste en 1906 à une grande messe et à un Te Deum à la cathédrale, qui rappellent étrangement les cérémonies qui accueillirent en 1864 l’impératrice Charlotte ; voir Urdaiz, 1971, pp. 32 ss. et 155 ss., et Molina Enríquez, IV, 1934, pp. 72 ss.

132 La phrase est de Molina Enríquez, 1934, IV, p. 81.

133 Ibidem, et Meyer (J.-A.), 1972, I, chapitre VI.

134 Dans Riva Palacio, V, (1889), 1970, p. 864.

135 D.P., II, 1971, p. 1977 ; Meyer, 1972, I, p. 99 ; plus loin, chapitre VII, note 3.

136 Voir par exemple la fondation du village de San José Gracia dans le Michoacán par l’évêque de Zamora après consultation des habitants par le curé de Sahuayo, et, par la suite, le rôle du curé Othón Sánchez dans le développement du village : González, 1977, pp. 72 ss.

137 Bordeaux, 1910, p. 22.

138 Ibidem, p. 77.

139 Voir González Ramírez, I, 1960, pp. 79 ss.

140 D.P., II, 1971, p. 1977.

141 Voir E.S.P., 1956, pp. 127-129 et Guerra, 1981, pp. 800-801, et plus particulièrement tableau II, f, g, h. Tous ces pourcentages sont évidemment approximatifs et ils ne mettent pas en cause l’écrasante majorité des catholiques dans la population mexicaine de l’époque. Mais ils sont significatifs dans leur comparaison, car dans le cas des protestants ou des gens décidés à se déclarer « sans religion » dans un recensement, ils renvoient à des personnes séparées de la société traditionnelle et faisant déjà partie du peuple moderne.

142 C’est dans cette même région de la Chontalpa, à Cunduacán, que l’on retrouve le curé José Maria Alpuche, l’un des fondateurs des loges yorkines en 1826, puis, à la fin du siècle, une active propagande protestante dont s’inquiète l’évêque Amezquita ; puis, à partir de 1901, de Clubs libéraux, et, enfin, l’origine de la faction la plus anticléricale Révolution, qui aboutira au régime de Tomas Garrido Cañabal et à la plus violente persécution religieuse de l’après-révolution ; voir Martinez Assad, 1979, pp. 32 ss., et González Cal-zada, 1940.

143 El Estandarte, San Luis Potosí, 7 août 1900.

144 Meyer (J.-A.), 1972, I, pp. 124 ss.

145 Urdaiz, 1971, pp. 149 ss.

146 Dans Meyer (J.-A.), 1972, I, p. 125, note 5 bis.

147 Voir Cosío Villegas, 1972, p. 338.

148 Voir sur cette évolution vers la démocratie chrétienne, Meyer (J.-A.), 1978, pp. 157 ss. et Banegas Galván, 1960.

149 Molina Enríquez, (1909), p. 46.

150 Voir par exemple les descriptions et les dates de maints soulèvements dans Reina, 1980, Meyer (J.-A.), 1973 (2), et Garcia Cantú, 1969.

151 C’est l’affirmation répétée de Reina, 1980, qui justifie par le non-accomplissement de ces promesses les révoltes rurales des années 1879-1883.

152 Porfirio Díaz, plan de Tuxtepec, article 7, dans Madero, (1909), 1969, p. 115.

153 Voir Cosío Villegas, 1970, pp. 183-184.

154 Lettre de Juan Santiago à Ignacio Ugalde, le 24 août 1879, dans Reina, 1980, p. 285.

155 Voir Chevalier, 1960, pp. 168-169.

156 Opinion de Vallarta à la Cour suprême de la nation, janvier 1882, dans Dublán-Lozano, tome VIII, p. 298.

157 Pour ces presidios, Almada, 1927, articles correspondants. Juridiquement les ayuntamientos ou les conseils municipaux ne pouvaient être propriétaires que des biens nécessaires à l’exercice de leurs fonctions, ce qui n’est pas le cas des terres de labour, etc.

158 Traités de paix entre Juan Santiago et le chef politique de Juan José Terrazas, 27 août 1879, dans Reina, 1980, p. 287.

159 Dans Meyer (J.-A.) (2), 1973, pp. 152 ss.

160 Voir Womack, 1970, p. 6.

161 165a

162 Ibidem, pp. 12-13, et annexe II pour les biographies.

163 Niemeyer, 1966, p. 71.

164 Miranda, 1967, pp. 157-163.

165 Vera Estañol, 1967, p. 46 et note 1, pp. 46-47.

166 Moreno, 1902.

167 Porfirio Díaz, message au Congrès, 1904, dans I.M.D., tome II.

168 Voir plus haut, chapitre II, 4.

169 Ibidem.

170 Voir annexe II et annexe III, figure III.

171 C’est le cas par exemple de Luis Emeterio Torres au Sonora, de Miguel Ahumada au Chihuahua et au Jalisco, de Teodoro Dehesa au Veracruz, de Abraham Bandala au Tabasco, d’Alejandro Vázquez del Mercado à Aguascalientes, du général Reyes au Nuevo León, etc.

172 Almada, 1964, pp. 15 ss. ; Cosío Villegas, II, 1972, pp. 458-462 ; Almada, 1950, XXXIII ; Marquez Montiel, 1953.

173 Annexes II et III, fig. III ; Urdaiz, 1971, chapitre III ; Bolio, 1967, p. 15.

174 Annexes II et III, fig. III ; Niemeyer, 1966, pp. 33 ss. ; Roel, 1948, pp. 216 ss.

175 Jacobs, 1980, pp. 79-81 ; Díaz Díaz, 1972, pp. 301-305 ; annexe II et annexe III, fig. III.

176 Guerra, 1981, p. 807.

177 Almada, 1950, p. 265.

178 Almada, 1964, p. 97.

179 Villarelo, 1970, pp. 24 ss.; Almada, 1950, p. 265.

180 Jacobs, p. 83.

181 Pour le détail de ces épisodes, voir Cosío Villegas, 1970, pp. 561-562, 627, 634 et 641 ss.

182 Aguilar Camín, 1977, pp. 77-78.

183 Villarelo, 1970, pp. 28 ss.; Cosío Villegas, II, 1972, pp. 467-470; Niemeyer, 1966, pp. 80 ss.

184 Urdaiz, 1971, pp. 131 ss.; annexe II ; Acereto, 1947, p. 340.

185 Madero (1909), 1969, pp. 271-272. Pour cet épisode voir aussi, parmi d’autres, Niemeyer, 1966, pp. 111 ss. ; Villarelo, pp. 47 ss. ; Martínez Núñez, 1965, p. 91 ; etc.

186 Womack, 1969, pp. 19 ss.

187 Vizcarra, 1949, pp. 132 ss.

188 Voir plus haut, chapitre II, 4.

189 Il y a évidemment des exceptions, comme celles de Ramón Corral et Rafael Izábal au Sonora, qui étaient déjà avant leur arrivée au pouvoir des hommes d’affaires prospères ; d’autres, qui sont surtout des fidèles de la première heure de Díaz, tels Carlos Díez Gutiérrez à San Luis Potosí, ou Rafael Cravioto dans l’Hidalgo, ont constitué de grandes fortunes qui ont malgré tout une structure traditionnelle, avec prédominance des haciendas.

190 Cockcroft, 1971, pp. 24 ss.

Table des illustrations

Titre Tableau I. Etablissements scolaires catholiques
Légende Source : E.S.P. page 56, n° 53.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540