Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique. Tome premier

 | 
François-Xavier Guerra

Première partie. Fiction et réalité d'un système politique

Chapitre II. Les acteurs politiques du porfiriat

Texte intégral

1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES

  • 1 Cette sélection a été faite à partir du corpus général de l’annexe II. On peut en trouver un résumé (...)

1Devant nous, dix années de vie mexicaine, la dernière période du porfiriat, celle qui va des débuts du nouveau siècle à ce mois d’avril 1911 où le régime chancelant commence à s’écrouler. Nous avons recensé pendant ces dix années mille cinq cents personnes ayant occupé des postes politiques1.

2D’abord, le président et ses ministres, secrétaires d’État, sous-secrétaires (les oficiales mayores), gouverneurs des États, chefs de zone militaire et des garnisons les plus importantes : ceux qui gouvernent et ceux qui régissent et surveillent les provinces. Puis, les députés et les sénateurs, cette masse d’hommes distingués qui représentent à Mexico, quelques mois par an, et le peuple souverain et les souverains États de la Fédération.

  • 2 Le recensement de ces postes est loin d’être exhaustif, à la différence des postes nationaux et rég (...)

3Enfin, au gré des recherches, au hasard des histoires locales et des biographies, dans les carrières d’hommes connus ou de ces inconnus qui seront plus tard des révolutionnaires célèbres, nous avons glané les détenteurs d’autres charges : députés locaux des assemblées des États, chefs politiques contrôlant les campagnes, présidents et conseillers municipaux de grandes villes ou de petits villages, fonctionnaires divers : juges, diplomates, agents du fisc, directeurs d’établissements scolaires... Toute une population moins brillante ou peu connue, mais non moins importante à son échelle, dans les villes et les campagnes de la province, dans les capitales des États, dans les bureaux de Mexico. C’est aussi, et peut-être surtout elle, qui est la base la plus ferme du régime2.

  • 3 Le corpus ainsi élargi comprend 1 596 personnes, au lieu de 1 500.

4Mais le régime a déjà derrière lui en 1900, vingt-quatre ans d’existence, un quart de siècle, et beaucoup de ses premiers soutiens ont déjà disparu. Nous les avons également inclus dans notre sélection, car ce sont eux, avant tout, qui lui ont donné ses traits les plus permanents, et c’est aussi leur absence qui manquera cruellement au moment de la crise finale3.

5Avant de porter notre analyse sur les personnes ayant occupé des postes déterminés, commençons par une vision d’ensemble de la classe politique porfirienne, car cette vision permet déjà de la situer avec beaucoup de précision par rapport à l’ensemble de la société.

Des libéraux au pouvoir

6Lorsqu’on examine leur date de naissance (fig. 1), on est très vite frappé par l’appartenance de ces hommes, dans leur écrasante majorité, aux générations qui sont nées entre 1830 et 1875, et surtout entre 1830 et 1860. Les premiers avaient dix-huit ans en 1848, lors de la défaite face aux États-Unis, et les derniers seize ans lorsque s’installe en 1876 le régime de Díaz. Trois générations au sens large apparaissent, séparées par les deux creux démographiques provoqués par la guerre contre les États-Unis et par la guerre des Trois Ans et la révolte contre l’intervention française.

Source : Annexe IV, I.
Figure 2-1 : Les porfiristes : les dates de naissance

  • 4 C’est le cas parmi d’autres d’Ignacio Vallarta, Trinidad García, Francisco O. Arce, Rafael Cuéllar, (...)

7La première arrive à majorité dans l’une des périodes les plus troubles de l’histoire du Mexique, la période de 1846 à 1867 ; elle assiste, et souvent participe, à la guerre contre les Américains, aux guerres de la Réforme et des Trois Ans entre libéraux et conservateurs, et enfin à la guerre d’Intervention. Parmi ces hommes, nous trouvons la plupart des personnalités les plus marquantes du porfiriat : Porfirio Díaz lui-même (né en 1830) et la plupart des gouverneurs et chefs militaires de la première époque porfirienne4, dont Bernardo Reyes (né en 1850) est l’un des derniers représentants. C’est une génération qui est née, a grandi et s’est imposée dans la lutte contre l’étranger, dans la guerre civile et au milieu des passions du libéralisme triomphant.

  • 5 Voir annexe II.

8La deuxième génération arrive à majorité lors de la victoire de la République en 1867, dans une période d’intense vie politique où l’élite libérale au pouvoir, encore divisée, entreprend la reconstruction d’un pays en ruine. Lorsque Díaz prend le pouvoir en 1876, c’est cette génération qui, ralliée dans sa plus grande partie, va fournir ses cadres civils au porfiriat : Ramόn Corral, José Yves Limantour, Rosendo Pineda, Emilio Rabasa, José Lόpez Portillo, Rafael Reyes Spindola, etc.5. Dans la plupart des cas, ses membres n’ont plus participé directement aux grandes luttes déjà citées, mais certains ont pris part aux révoltes contre les régimes de Juárez et de Lerdo de Tejada, et tous gardent de leur enfance le souvenir d’un pays ravagé. C’est dans leur sein que l’on trouve la plupart de ces científicos, de ces positivistes, pour lesquels la période métaphysique de l’humanité est finie et la période positive, qui est celle du porfiriat, est arrivée ; elle doit être celle de l’ordre et du progrès. Tout cela est vrai, dans les grandes lignes évidemment, car non seulement toute cette génération n’a pas été positiviste, mais elle est de plus celle de Venustiano Carranza ou d’autres futurs révolutionnaires.

  • 6 Ibidem.

9Enfin, un troisième groupe est né entre 1865 et 1880, lorsque le porfiriat est déjà installé. Pour ce groupe, la période de troubles appartient au passé et l’ordre, la stabilité et la prospérité semblent l’état normal du pays. C’est essentiellement la génération où l’on trouve peu de grandes figures mais beaucoup de noms connus, — les prénoms ne le sont guère —, celle des fils et des épigones, où apparaissent quelques personnalités des dernières années du porfiriat : Diego Redo, Manuel Garza Aldape, Francisco de Olaguíbel, Querido Moheno, Jorge Vera Estañol, José María Lozano, à côté d’autres qui, porfiristes de la dernière heure, seront plus tard des révolutionnaires : José Inocente Lugo, Francisco Javier Gaxiola, Juan et Rafael Zubaran Capmany, Juan Sánchez Ancona, etc.6.

10Si nous considérons maintenant les lieux de naissance (fig. 2-2), nous constatons, à première vue, un phénomène surprenant : la sur-représentation, par rapport au poids démographique des régions, des États du Nord, du Yucatán et de la côte pacifique, auxquels il faut ajouter Queretaro, Aguascalientes et le District fédéral, et la sous-représentation massive du Mexique dense, du Mexique du centre-nord, du centre et du sud. Seuls se maintenant, avec un poids politique analogue à leur poids démographique, le Jalisco, l’Oaxaca et le Veracruz. Que la révolution soit — en laissant de côté le zapatisme — essentiellement un phénomène du Nord, cela nous semblait clair, et les noms d’Obregόn, de Villa, de Madero et de Carranza sont là pour nous le rappeler ; mais que le porfiriat le fût aussi, cela mérite explication. Cette explication semble être, comme l’étude des générations nous l’a montré, et comme l’étude des tendances politiques nous le confirmera immédiatement, que le porfiriat est un régime de libéraux qui ont lutté ; des libéraux parvenus au pouvoir. Ce sont les régions traditionnellement libérales du Nord, le Campeche et le Tabasco, les régions lointaines qui ont été un refuge lors de l’invasion française et une base pour la restauration de la République, qui ont fourni la plupart des soldats aux libéraux. Ajoutons que ces régions sont l’aboutissement des courants migratoires et qu’elles ont, sans doute depuis bien avant la prospérité porfirienne, le plus grand dynamisme économique. Tout cela ne peut que favoriser et le libéralisme et l’action politique, car ce sont majoritairement des sociétés plus modernes — nous dirons plus loin dans quel sens — que le Mexique central et du Sud. A contrario, ce dernier Mexique est, dans son ensemble, plus indigène et plus catholique, le facteur catholique étant sans doute déterminant dans le cas du Centre-Nord et le facteur indigène dans le centre et dans le sud, pour expliquer leur sous-représentation. La contradiction post-révolutionnaire entre un Mexique majoritaire hors politique et un Mexique minoritaire gouvernant existe déjà pendant le porfiriat.

Source : Annexe IV, tableau II.
Figure 2-2 : Les porfiristes : les lieux de naissance : le poids relatif des États

  • 7 Voir annexe IV, tableau III.
  • 8 C’est le cas de Juan Manuel Flores au Durango ou de Francisco Cantόn Rosado au Yucatán, qui pour tr (...)

11L’examen du passé politique de ces hommes7 confirme cette hypothèse. On ne trouve, dans notre corpus, parmi eux, que quelques anciens conservateurs et moins encore d’anciens partisans de Maximilien. De plus, les premiers ont presque tous rejoint les rangs des républicains pour lutter contre l’ennemi extérieur — c’est le cas de Manuel González, de Francisco Vélez, de José Vicente Villada, etc. — et les seconds ont vite rejoint Díaz dès sa première révolte contre Juárez en 18718. Pour l’immense majorité de ceux dont le passé est connu, ce sont toujours des libéraux ayant participé aux guerres de Réforme et pour presque tous ayant lutté contre l’Empire. Comme il est normal, beaucoup ont pris ensuite parti pour Díaz lors des révoltes de la Noria (1871) et Tuxtepec (1876), et ceux-ci sont particulièrement nombreux parmi les gouverneurs et les chefs militaires.

  • 9 Nous avons appelé « carrière militaire » celle qui commence par des postes militaires.

12Une classe politique libérale donc, mais aussi une classe politique qui a commencé souvent sa carrière les armes à la main (tableau I). Nous hésitons à employer le mot militaire, qui évoque peut-être trop l’appartenance à un corps professionnel ayant reçu une formation spécifique. Nous sommes ici en face d’hommes qui ont fondé ou se sont incorporés à une guérilla, à la garde nationale d’un État, à une armée improvisée de passage dans leur village : sur les cent quatre-vingt-cinq carrières « militaires » recensées9 seules neuf comportent le passage au Collège militaire. Certains de ces hommes sont devenus ensuite militaires professionnels, d’autres ont déposé les armes pour revenir à leur occupation première, gardant, comme un label de leur courage et de leur civisme, un grade militaire honorifique. Il va de soi que ce dernier cas se rencontre surtout parmi les membres des élites sociales, tandis que ceux qui sont issus des groupes moins élevés restent, au contraire, dans l’armée qui devient alors pour eux la voie privilégiée d’ascension sociale.

13Un examen plus attentif de la répartition des carrières par postes (tableau I) fait apparaître une nette distinction entre deux types de charges. D’abord celles de ministre et de député, où prédominent les civils dans une proportion de deux tiers ; ensuite celle de gouverneur, où la proportion est inverse : deux tiers de carrières militaires et un tiers de carrières civiles ; enfin, les sénateurs occupent une position intermédiaire, avec un pourcentage à peu près équivalent des deux types de carrière, ce qui, comme nous le verrons plus loin en détail, répond au caractère de cette charge, poste de fin de carrière pour le haut personnel politique porfirien. L’ensemble de la classe politique apparaît ainsi formé par deux types de personnes, aux origines et aux fonctions diverses : ceux qui, partant de postes civils, occupent surtout des postes dans le gouvernement central et à la Chambre des députés, et ceux qui, élevés par la guerre, contrôlent avant tout le pouvoir régional : les gouverneurs et les chefs de zone militaire. Ce partage recouvre aussi en grande partie le clivage des générations dans la mesure où la première génération porfirienne a presque entièrement participé aux guerres, alors que la seconde et la troisième ont déjà grandi dans un pays pacifié. Ce n’est pas l’une des moindres faiblesses du régime que ce partage des rôles, lorsque les tenants types du pouvoir régional sont condamnés par leur âge à la disparition.

Tableau I. Le porfiriat : Carrières militaires et civiles

Tableau I. Le porfiriat : Carrières militaires et civiles
  • 1 M, N et O
  • 2 G, H et I (pour les abréviations, voir Annexe I).

Note *1
Note **2
Source : Annexe II.

La culture, la religion et la fortune

14Si nous considérons maintenant le niveau de culture (tableau II), on peut être frappé par la hauteur de celui-ci dans cette classe politique, dans un pays où environ 80 % de la population est encore illettrée : (57 %) de licenciés en droit, 15 % de médecins, 10 % d’ingénieurs, etc., c’est-à-dire environ 83 % de personnes ayant réalisé des études supérieures. L’élite politique est aussi, dans une grande mesure, une élite culturelle, et à l’intérieur de cette élite, les trois formations citées accaparent la presque totalité des postes.

15En tête, les licenciés en droit (les licenciados tout court par extension), les juristes : avocats et notaires mais aussi fonctionnaires de toute sorte, administrateurs de sociétés, experts financiers, etc. La formation juridique est la formation polyvalente par excellence, celle qui ouvre toutes les carrières et surtout celles de la politique. La tradition latine du droit écrit, du droit romain, renforcée par le juridisme et l’inflation de l’écrit de l’administration coloniale, avaient créé la figure du letrado, rouage essentiel de l’État monarchique espagnol moderne. Cette tradition continue et se renforce dans le Mexique indépendant, comme dans tous les pays latins, dans la mesure où, au juriste, homme de l’écrit, se superpose l’avocat, l’homme de la parole, l’indispensable acteur dans des systèmes politiques où il faut convaincre et surtout « dire » ce que le « peuple », qui ne parle pas, veut, ressent ou refuse.

16Originalité, cependant, de l’époque, que la part importante des médecins et des ingénieurs. Les premiers sont des notables respectés, auréolés du prestige de la science et avec de multiples liens créés par une profession qui met en contact avec toutes les couches sociales ; leur place est surtout à la Chambre des députés et au Sénat. Les seconds apparaissent comme un groupe relativement nouveau qui monte, conséquence d’une civilisation de plus en plus technicienne. L’un des buts essentiels de l’État porfirien étant, nous le verrons, la modernisation du pays, leur place ne peut que grandir, là où sont nécessaires les compétences techniques : dans les ministères mais aussi dans les gouvernements des États, où ils viennent se joindre aux juristes dans le monde des administrateurs.

17Néanmoins, la formation supérieure, même dominante, n’est évidemment pas universelle, surtout si nous considérons les différents postes occupés. Il est normal que 91,2 % des ministres la possèdent, ainsi que la totalité des magistrats de la Cour suprême, mais ce pourcentage descend à 71,9 % pour les gouverneurs et à seulement 45,9 % pour les militaires (en y incluant 30 % passés par le Collège militaire), et ces proportions sont en réalité beaucoup plus basses car, à la différence des députés et des sénateurs plus nombreux, leurs biographies nous sont bien connues. Lorsqu’elles ne comportent pas de données sur les études, cela veut presque toujours dire au Mexique que le niveau culturel est bas. On arrive ainsi pour les chefs militaires à des pourcentages qui n’ont pas dû dépasser entre 10 % et 20 % et pour les gouverneurs, entre 30 % et 40 %. Nous retrouvons ici la dualité déjà signalée de la classe politique porfirienne, divisée en gros entre l’élite culturelle et des individus issus de la carrière des armes (tableau I), les gouverneurs ayant suivi pour presque les deux tiers cette dernière.

18Dernières remarques sur la culture, celles qui concernent les lieux et les établissements où les études ont été réalisées (fig 2-3). Nous avons là une image très différente de celle qui nous était donnée par les origines géographiques, avec l’écrasante domination de Mexico, 219 sur 510, suivi de loin par le Jalisco, l’Oaxaca, le Yucatán, le Michoacán, Puebla et le Coahuila. A l’exception du Yucatán et du Coahuila, États périphériques mais anciens, ce sont les vieux centres de peuplement, les villes de vieille tradition culturelle et avant tout Mexico, qui drainent la plupart des étudiants. La maturité culturelle ne suit pas de près le dynamisme économique et politique, et les métropoles culturelles exigent un enracinement et une durée autres que les Mexicains vont aussi chercher en Europe et surtout en France, et de plus en plus aux États-Unis.

Tableau II. Le porfiriat : La culture des hommes politiques

Tableau II. Le porfiriat : La culture des hommes politiques
  • 3 M, N, : ministres...
  • 4 G, H, T : gouverneurs...
  • 5 Z, A, E, T : chefs militaires
  • 6 BK et Q : autres charges...
  • 7 I : gouverneurs intérimaires.

Note (1)3
Note (2)4
Note (3)5
Note (4)6
Note (5)7
(pour les abréviations, voir Annexe I)
Source : Annexe IV, I.

Source : Annexe IV, I.
Figure 2-3 : Les porfiristes : les lieux des études (tous niveaux confondus)

  • 10 Ces pourcentages se recouvrent en partie : 10,7 % ont fréquenté les deux types d’établissement.
  • 11 C’est le cas du général Díaz lui-même ou de Luis Terrazas.

19Enfin, les établissements fréquentés nous font comprendre un autre trait de société : la coexistence de trois types d’enseignement : privé catholique, privé non confessionnel, et public (au sens large car cet enseignement est à. l’époque une faculté des municipalités et des États, le gouvernement fédéral ne s’occupant directement que de l’enseignement du District fédéral et des territoires). La grande bataille idéologique entre conservateurs et libéraux a eu comme l’un de ses fronts les plus actifs l’enseignement. Nous y reviendrons plus loin mais signalons dès à présent que, pour les personnes dont nous possédons des données, 13,2 % ont fréquenté des écoles catholiques et 29,7 % des séminaires, qui jouaient encore pour beaucoup de familles et dans maintes régions le rôle de lycées et même d’universités10 ; mais aussi que 64 % sont passés par l’enseignement public. Ce sont souvent ces mêmes personnes qui finissent leurs études dans ces écoles et instituts publics qui sont alors l’enseignement supérieur. Ce passage n’est pas indifférent, car il suppose souvent un retournement religieux, les instituts étant à l’époque le lieu où le libéralisme s’impose et où la foi catholique de l’enfance laisse souvent place à des attitudes sinon franchement antireligieuses du moins déistes ou agnostiques11.

  • 12 L’absence d’un ouvrage documenté sur la franc-maçonnerie se fait cruellement sentir.

20Nous sommes ici dans un domaine très difficile à explorer quantitativement car les convictions religieuses apparaissent rarement dans les biographies publiques, et plus encore au Mexique où les régimes se veulent depuis 1854 laïcs au sens fort du terme. Il est rare qu’un homme politique catholique puisse apparaître comme tel. Nous n’en avons recensé qu’un seul, contre trois agnostiques, vingt-sept francs-maçons, six anticléricaux notoires et un rationaliste12. Bien peu de chose pour une approche quantitative, mais avec d’autres témoignages cela est suffisant pour une première approximation, car est libéral à l’époque celui qui n’est pas catholique — même s’il reste croyant — et l’origine des hommes politiques est, nous l’avons vu, majoritairement libérale.

  • 13 Voir annexe IV, tableau IV.

21Autre donnée difficile à cerner, le niveau de richesse. En considérant les cas connus, on peut cependant tirer un certain nombre de conclusions (fig. 2-4). D’abord, l’extrême diversité des fortunes au départ de la carrière politique, ensuite l’extraordinaire glissement vers le haut en fin de carrière, jusqu’au point où personne ne se trouve placé aux deux niveaux les plus bas et seulement deux personnes peuvent être alors situées dans les classes moyennes. Enfin, si nous nous arrêtons plus particulièrement au niveau de départ, on est frappé par l’importance des deux niveaux supérieurs de fortune et de celui que l’on peut qualifier de bas13. Cette fortune est, au milieu du xixe siècle, premièrement terrienne, deuxièmement minière et sporadiquement seulement celle des activités commerciales ou industrielles. Cette classe politique libérale qui s’installe au pouvoir avec le porfirisme est composée d’abord d’hacendados. La coupure entre conservateurs et libéraux passe, nous le répétons, par un clivage idéologique, qui ne répond pas à un clivage social, comme on le répète encore à satiété : hacendado ne veut pas dire conservateur ni libéral d’ailleurs.

Source : Annexe IV, tableau IV.
Figure 2-4 : Les porfiristes : l’évolution du niveau des richesses

22D’un autre côté, l’origine très modeste de beaucoup de personnages publics porfiriens montre bien que, si le porfiriat de la dernière période est un régime où dominent les riches, ces riches ne l’étaient pas tous, loin de là, à leurs débuts. Les guerres du xixe siècle ont été un moyen extraordinaire d’ascension sociale, comme l’a été plus tard la politique — la faveur des puissants et les postes publics.

  • 14 On peut citer, parmi d’autres, les gouverneurs, Carlos Díez Gutiérrez à San Luis Potosí, Manuel Ala (...)
  • 15 C’est le cas, par exemple, des frères Limantour, d’Olegario Molina, de Ramόn Corral, de Blas Escont (...)

23L’épée et la plume ont donné à bien des hommes l’occasion de s’incorporer au monde des puissants — eux-mêmes souvent d’origine modeste, mais appartenant à la génération qui fit fortune lors des guerres d’indépendance, telle la famille Alvarez au Guerrero. Ces nouveaux puissants deviennent à leur tour des hacendados car, comme à l’époque coloniale, le signe extérieur du rang social, de l’appartenance à l’élite, passe par la possession de la terre et la condition d’hacendado14. Ce n’est qu’avec la prospérité de la seconde moitié du porfiriat que l’on voit apparaître des fortunes liées aux affaires : minières, bancaires, industrielles, commerciales ; mais même alors, elles ont toujours une composante foncière15. Régime dominé donc par les hacendados que le porfiriat à sa maturité, mais avec des personnes très différentes qui ne peuvent être assimilées ni par leurs origines, ni par leur carrière, ni par leur mentalité : le classement par le niveau de fortune ou par l’activité économique est ici de bien peu d’utilité pour saisir la spécificité des acteurs politiques.

Les carrières politiques

24L’examen des passages d’un poste politique à un autre donne par contre une idée assez précise et de l’identité des acteurs et de la signification des charges politiques (tableau III). Les postes de députés et de sénateurs apparaissent dans ce tableau très nettement différenciés par rapport aux autres, avec des ratios qui sont toujours inférieurs à l’unité, ce qui montre bien qu’il s’agit soit de postes qui sont l’aboutissement d’une carrière — c’est surtout le cas des sénateurs — soit des postes que l’on cumule avec d’autres charges — c’est souvent la règle pour les députés. Seuls les postes diplomatiques apparaissent pour les deux sortes de parlementaires un aboutissement préférable ; le Sénat étant pour les députés les plus marquants une fin de carrière plus honorable. Cependant, le cursus contraire existe et bien des parlementaires l’ont suivi : de député, surtout, à gouverneur et de sénateur à ministre.

25Une autre charge convoitée est celle de juge de la Cour suprême. Honorabilité des magistrats, dignité du juriste ayant atteint le sommet de sa science, appartenance à l’un des suprêmes pouvoirs de la fédération formé par un nombre restreint de personnes... : nombre de gouverneurs et de juges de rang inférieur sont attirés par elle.

  • 16 Voir annexe IV, tableau V.

26Puis, deux autres charges qui apparaissent comme très proches avec des ratios voisins de l’unité : les gouverneurs et les chefs militaires, ce qui indique des flux équivalents avec des passages qui sont d’ailleurs nombreux16. Nous avons ici affaire à une catégorie essentielle de la classe politique : des hommes souvent issus des milieux modestes, s’étant élevés dans la hiérarchie du pouvoir grâce à une carrière militaire et occupant suivant les cas des postes militaires ou des mandats de gouverneur. A côté de ces militaires polyvalents, on voit que les gouverneurs viennent aussi de ceux qui ont occupé d’autres types de postes.

  • 8 Rapport entre les transferts deux par deux.
    Ex : Ministre puis gouverneur : 4 % ratio 0,4
    Gouverneur (...)

Tableau III. Les porfiristes : ordre d’occupation des postes : les flux8

Tableau III. Les porfiristes : ordre d’occupation des postes : les flux8

Source : Annexe IV, tableau VI

27Les charges municipales ou les charges des États — chefs politiques, secrétaires du gouvernement des États, députés locaux, membres des Cours suprêmes des États —, sont soit un moyen de gravir progressivement les échelons du pouvoir pour celui qui n’appartenait pas à l’élite sociale, soit encore les premières dignités pour ceux qui appartenaient à elle par leur naissance. Il en va de même pour les postes fédéraux qu’occupent souvent les proches des personnages les plus influents, les membres les plus brillants ou les plus accommodants des élites culturelles de la capitale. Ces divers types de cursus renvoient bien à ce que nous savons sur les rapports entre le gouvernement fédéral et les États. La base du pouvoir réel se trouve dans les provinces, surtout pendant les périodes de troubles, mais une fois conquis, il s’exerce à Mexico avec l’aide des élites de la culture.

28Ce rôle de Mexico, comme lieu de l’exercice d’un pouvoir venu d’ailleurs, se retrouve dans les lieux de décès (fig. 2-5), Mexico écrasant de son poids tous les autres. Lieu d’exercice du pouvoir le plus élevé et des charges symboliques de la réussite sociale, ou plus prosaïquement, ville « civilisée » dans un pays plus fruste, Mexico est le terme normal d’une carrière réussie ou, du moins, les élites provinciales y possèdent une deuxième demeure, analogue à celles que l’aristocratie coloniale et terrienne possédait déjà auprès du vice-roi.

Source : Annexe II, 1.
Figure 2-5 : Les porfiristes : les lieux de décès

29Enfin, les dates de ces décès (fig. 2-6) montrent la fragilité de cette classe politique à la fin du porfiriat. La disparition massive et croissante de ces hommes indique que le régime est arrivé à un tournant : celui du remplacement des générations. Nous verrons comment il a affronté ce problème qui condamnait d’une façon évidente son avenir.

Source : Annexe II.
Figure 2-6 : Les porfiristes : les dates de décès

2. LE PRÉSIDENT ET SES PROCHES

30Au sommet de l’État, clé indestructible du régime, héros célébré dans toutes les commémorations patriotiques, le général Porfirio Díaz marque de son empreinte cette époque du Mexique qui porte à jamais son nom. Il est à lui seul un résumé de tous ces hommes dont nous venons de décrire les traits d’ensemble.

  • 17 González, 1977, p. 197.
  • 18 Lettre de Porfirio Díaz à Vicente Riva Palacio, l’invitant à le représenter au Congrès de la libre (...)
  • 19 Cockcroft, 1971, p. 98.

31Il est né dans la ville d’Oaxaca le 15 septembre 1830. Fils d’un artisan tanneur et d’une femme venue à la campagne ; orphelin de père à trois ans ; sa mère fait aller de l’avant la famille : elle travaille dans une auberge puis acquiert avec ses économies un rancho, et consacre le plus clair de ses efforts à l’éducation de ses enfants. Porfirio apprend à lire et à écrire, les quatre opérations et plusieurs métiers (armurier, menuisier, cordonnier). Puis c’est le séminaire d’Oaxaca à treize ans comme pour maints enfants de l’époque17. Il le quitte en 1846 pour lutter dans la garde nationale contre les Américains. Il est ensuite étudiant en droit dans l’Institut des sciences et d’arts d’Oaxaca, l’un des établissements scolaires les plus prestigieux de l’époque, que dirige Benito Juárez. Ces études ne furent pas poussées, mais c’est là sans doute que se produit un changement profond à l’égard de la religion. Porfirio Díaz, comme tant d’autres devient un adepte de cette libre pensée — il le déclare encore en 1892 — « qu’il a toujours suivie »18. Nous le retrouvons plus tard chef de la franc-maçonnerie de rite écossais19. Les deux événements — ses études et son appartenance à la franc-maçonnerie — sont-ils contemporains ? Sans doute, Díaz est devenu libéral et c’est tout naturellement qu’il s’engage en 1854 dans les rangs des libéraux soulevés à l’appel du plan d’Ayutla.

  • 20 La révolte d’Ixtlân, en 1912, ouvre la révolte de la montagne d’Oaxaca, qui se poursuivra jusqu’en (...)
  • 21 Iturribarría, 1956, pp. 145 ss.
  • 22 Ibidem, p. 52.

32Guérillas dans la montagne de l’Oaxaca, puis après la victoire des libéraux, le voilà sous-préfet d’Ixtlán, et en 1856 capitaine de la garde du même pueblo. Ixtlán est une étape importante de la vie de Díaz car le pueblo indien d’Ixtlán est alors — et le sera plus tard encore, lors de la révolution — la clé de la Sierra d’Oaxaca, et souvent de tout l’État d’Oaxaca20. C’est à Ixtlán que Porfirio Díaz fait l’expérience vécue du Mexique indien et des liens ambigus qui s’établissent entre les élites blanches et métisses des villes et les communautés indiennes. Ambigus, car Ixtlán, pueblo indien avec ses hiérarchies traditionnelles, ses fêtes religieuses et ses terres communales, est plus proche d’un village de l’époque de la vice-royauté que d’une municipalité moderne, telle que les libéraux la conçoivent, au point de se soulever en décembre 1875 contre le chef politique qui interdit au nom des lois de Réforme les processions21. Mais ce village est aussi, et là le paradoxe éclate, le plus fort appui local du président Juárez. Celui-ci, Indien lui-même, est né dans le hameau Gueletao, tout proche d’Ixtlán, et est l’auteur de ces mêmes lois de Réforme22. Les liens du sang et de l’origine géographique commune assurent la fidélité à une personne qui est à l’origine d’une politique dont on rejette les conséquences. Effet de l’éloignement du pouvoir mais aussi compromis dans la plupart des cas, car la fidélité est payée en retour par la non-application des lois générales aux fidèles et les pueblos peuvent l’être aussi au même titre que les individus.

33C’est sans doute là que Porfirio Díaz fait l’apprentissage de ces liens et c’est là qu’il lève les forces qu’il commande d’abord durant la guerre des Trois Ans. Ensuite devenu chef politique de Tehuantepec, il va réussir pendant cette guerre à gagner la confiance du pueblo de Juchitán, et à profiter de la rivalité traditionnelle entre Juchitán et Tehuantepec pour reprendre cette dernière ville. Puis il prend Oaxaca, ce qui lui vaut d’acquérir le grade de colonel, puis en 1861 celui de général de brigade, pour enfin obtenir un siège de député local au triomphe des libéraux.

34Après cela commence la période de sa vie la plus connue et la plus exaltée par ses admirateurs et qui a, il est vrai, le ton d’un roman d’aventures. L’invasion française le lance à nouveau dans la lutte : il se bat dans la région de Puebla, et est fait prisonnier par les Français après la prise de la ville en 1863. Il s’évade et combat de nouveau dans sa région natale, tandis que le gouvernement de Juárez se réfugie au nord du pays. Il défend Oaxaca et à sa chute il est à nouveau fait prisonnier. Nouvelle évasion, et il mène une guerre de guérillas dans l’Oaxaca que le déclin de l’Empire lui permet de transformer en guerre ouverte. Les victoires de son armée (il est général de division depuis octobre 1863) expulsent les impérialistes d’Oaxaca en 1866 et, en 1867. il prend Puebla le 2 avril et enfin Mexico le 21 juin, tandis qu’à Querétaro se joue l’acte final de l’aventure impériale.

35Porfirio Díaz, à trente-six ans, est un héros de la patrie. Même s’il n’est pas le seul dans cette période riche en généraux historiques et en hommes politiques talentueux, il est tout de même un héros, auquel se pose d’une façon aiguë le problème de l’avenir. En face de lui, Juárez, président tout auréolé de sa résistance et de sa légitimité tenacement maintenue. Dans le discours et dans le mythe de ce dernier, le problème de Díaz et de tant d’autres a une solution théorique simple et indiscutable. Ils ont été des citoyens exemplaires, dignes de la reconnaissance de la nation certes, mais ils n’ont fait en définitive que leur devoir. Certains pourront être conservés dans l’appareil militaire de l’État, d’autres, chargés de gloire, retourneront à la vie civile où ils pourront, s’ils le veulent, solliciter le suffrage de leurs concitoyens.

  • 23 Ibidem, p. 15.

36La solution théorique est cependant ici chargée d’arrière-pensées qui la rendent illusoire. Le suffrage, nous l’avons dit, est une fonction des autorités, il faut jouir de leurs faveurs pour être élu, et Díaz, on s’en rend compte très tôt, ne jouit pas de la faveur de Juárez. Crainte d’un rival militaire possible, connaissance, depuis les jours où le jeune Díaz était étudiant dans l’Oaxaca, de l’ambition de l’homme, méfiance à l’égard d’un personnage pouvant constituer dans son État de l’Oaxaca un contre-pouvoir qui annulerait sa base locale ? Il est certain que tout cela a dû compter, peut-être surtout ce troisième élément, mais, dès avant la fin du conflit, la froideur de Juárez à l’égard de Díaz apparaît clairement. Au jeune général qui lui communiquait la prise de Puebla le 2 avril 1867, lui ouvrant ainsi les portes de Mexico, le président fait simplement répondre par le ministre de la Guerre : « message reçu. »23

37Díaz joue alors, la paix venue, deux jeux complémentaires : la lutte pour le contrôle de l’Oaxaca et la compétition électorale à l’échelle nationale, en se retirant préalablement d’une armée qui ne lui offrait plus de possibilités d’action. L’assemblée de l’Oaxaca fait cadeau de l’hacienda de la Noria à celui qu’elle déclare en 1867 avoir bien mérité de la patrie. Le fils de tanneur, l’étudiant pauvre de l’Oaxaca devient, comme tant d’autres avant lui, hacendado. C’est alors non pas la retraite tranquille d’un nouveau notable, mais la lutte tenace pour le pouvoir. Car peut-on être à la retraite à trente-sept ans ?

  • 24 Lettre de P. Díaz au gouverneur Castro, de septembre 1867, citée dans Iturribarría, 1956.

38La voie électorale, comme il était prévisible, montre vite ses limites. Il tente de se frayer un chemin dans son État de l’Oaxaca que domine alors la faction dite des « borlados » en se servant surtout de son frère Félix Díaz. Sans entrer dans la complexité du jeu politique local, disons qu’il se heurte à la résistance de ce parti qui appuie Juárez au plan national. La réponse de Díaz au gouverneur Castro montre bien sa connaissance des véritables mécanismes politiques et son scepticisme à l’égard des élections théoriques : « même si la volonté de l’État est claire, nous savons bien ce que vaut la volonté des peuples face à celle des gouvernants. »24 Les résultats des différentes élections lui donnent raison : en 1867 il n’obtient que 30 % des voix face à Juárez pour la présidence de la République ; il échoue — disons qu’on lui barre la route — aux élections pour être gouverneur de Morelos et de Mexico. Il est « élu » par contre à la Chambre des députés.

  • 25 González, 1977, p. 199.

39Le poste de député n’est pas un poste à sa mesure. Au Congrès, il apparaît comme un homme fruste, incapable de bâtir un beau discours et de s’élever à ce niveau de généralité que possèdent les grands orateurs de l’époque, ces hommes de plume et de parole de l’élite culturelle25. Díaz appartient, comme tant d’autres qui lui ressemblent et dont il partage les caractéristiques, au monde de ceux qui connaissent la vie des villes provinciales et les campagnes indiennes, de ceux qui savent ce qu’il faut faire pour contrôler les campagnes, pour lever une armée et pour la faire croître. Bref, de ceux qui ont acquis par l’expérience la connaissance des mécanismes réels du pouvoir dans un pays où la structure sociale est bien loin de la nation théorique sur laquelle dissertent les brillants parlementaires de la République restaurée. Il est clair que pour Díaz la réussite politique ne passe pas par le Congrès, mais par la conquête d’un pouvoir local qui puisse lui servir de tremplin pour une entreprise nationale non électorale.

  • 26 Iturribarría, 1956, pp. 41 ss.

40En 1868, son frère Félix devient gouverneur de l’Oaxaca, mais sans pouvoir contrôler entièrement l’État : son inimitié avec les chefs de la Sierra d’Ixtlán, Fidencio Hernández et Francisco Meixueiro, rend aléatoire le succès local des porfiristes. Cependant, les préparatifs de la révolte vont bon train en 1871 en attendant le résultat des élections présidentielles26. Celles-ci rendent à nouveau leur verdict : Juárez est réélu devant Lerdo de Tejada et Díaz. L’insurrection de Díaz suit de peu l’échec électoral : le 8 novembre 1871, il publie le plan de la Noria où il réaffirme les principes de la constitution de 1857 et accuse Juárez de se maintenir au pouvoir contre la volonté de la nation. Suivi par d’autres chefs militaires, dont les caciques du nord, Jérόnimo Treviño et Francisco Naranjo, mais lâché dans l’Oaxaca par les chefs de la Sierra restés fidèles à Juárez, le mouvement s’essouffle vite ; Félix Díaz est tué et Porfirio, en fuite et errant dans plusieurs États, est obligé de se rendre au successeur de Juárez, après la mort de celui-ci en 1872, Lerdo de Tejada. Dégradé, le héros vaincu doit se retirer dans le Veracruz, à Tlacotalpán, où il se consacre à la menuiserie, car ses ennemis de l’Oaxaca, les « borlados », alliés maintenant à Lerdo de Tejada, dominent l’Oaxaca.

  • 27 Ibidem, pp. 145 ss.

41C’est dans l’obscurité d’un exil provincial qu’il attend et tisse les fils d’une nouvelle révolte. Lerdo de Tejada, intellectuel brillant, mais froid et doctrinaire, n’a pas le prestige national de Juárez ; il est de surcroît un homme de Mexico, très éloigné du Mexique des États. Ses convictions anticléricales lui font incorporer en septembre 1873 les lois anticléricales de la Réforme à la Constitution, provoquant des soulèvements de résistance religieuse au Michoacan et le mécontentement dans d’autres États comme l’Oaxaca. Ici, comme dans les autres États, les clans rivaux luttent pour le pouvoir local, dans cette période encore incertaine qui succède à vingt ans d’affrontements et d’anarchie. La coalition « borlados »-caciques de la Sierra, qui était venue à bout de Díaz en 1871 se désagrège. Les « borlados », avec l’appui de Lerdo de Tejada, imposent leur gouverneur Esperôn, et s’attaquent au centre du pouvoir de leurs rivaux à Ixtlán. En décembre 1875, c’est la révolte d’Ixtlán dont nous avons déjà parlé et le 21 janvier 1876, les milices indiennes de la Sierra avec Francisco Meixueiro prennent la ville d’Oaxaca. Une révolte locale de plus dans un pays qui en voit continuellement ? Oui, mais cette fois-ci, le mécontentement local est drainé par Díaz qui réussit à inspirer aux révoltés leur ralliement à la révolte nationale qu’il préparait27, et c’est alors le plan de Tuxtepec, en tout point semblable à celui de la Noria : non-réélection du président et des gouverneurs, liberté municipale, reconnaissance des grades pour les militaires qui se rallieraient au plan, etc.

  • 28 C’est le cas, par exemple, de Luis Emeterio Torres dans le Sonora, opposé au général Pesqueira ; An (...)
  • 29 C’est le cas des généraux Treviño et Naranjo dans le Coahuila et le Nuevo Leόn, du général Servando (...)
  • 30 Nous reviendrons plus loin et plus en détail sur ce tissu de liens personnels, construit par Díaz t (...)
  • 31 Citons parmi eux Luis Mier y Teran, Teodoro Dehesa, Carlos Díez Gutiérrez, Carlos Pacheco, Manuel G (...)

42Rien de bien nouveau, sauf l’opposition à un homme et une coalition de mécontents qui trouvent dans le ralliement à Díaz le moyen de s’imposer à la faction dominante dans leur État28, ou qui, caciques dans leur État, se rallient à celui qui leur apparaît comme plus proche d’eux29. L’originalité de Díaz vient de ce que, malgré sa disgrâce présente et l’absence de force militaire, il a réussi à maintenir un réseau de rapports personnels avec nombre de ces hommes qui sont d’ailleurs très souvent ses amis au sens fort du terme et souvent encore d’anciens subordonnés. Ce n’est pas l’une des moindres qualités de Díaz30 que d’avoir su s’attacher des amis qui lui seront toujours fidèles31.

  • 32 Iturribarría, 1956, pp. 192 ss.

43Autre originalité de Díaz, le fait que même lorsqu’il lance le pays dans une nouvelle guerre civile, il apparaît comme un conciliateur en puissance, car tout en étant libéral, et un libéral irréprochable, il a progressivement adopté des positions conciliantes dans le domaine religieux ; son expérience de l’Oaxaca lui a bien fait connaître les sentiments religieux du Mexique indien. Il ira, semble-t-il, jusqu’à demander pendant sa révolte l’aide de l’évêque de Puebla32.

  • 33 Voir pour ces épisodes Iturribarría, 1956, pp. 179 ss et Cosío Villegas, I, 1970, chapitre VI.

44Les opérations militaires se déroulent surtout dans trois régions : la première est celle qui va de l’Oaxaca au nord de Puebla, avec comme forces essentielles les milices indiennes de la Sierra de l’Oaxaca commandées par Fidencio Hernández et celles de la Sierra de Puebla avec Juan N. Méndez et Francisco Lucas ; la seconde, celle du nord, dans le Tamaulipas, le Nuevo Leόn et le Coahuila, avec les caudillos de la région : Servando Canales, Jerόnimo Treviño, Francisco Naranjo et Díaz lui-même, qui voit la défaite des porfiristes à Icamole le 20 mai 1876 ; la troisième enfin, de nouveau au centre-sud avec Díaz qui a réussi à revenir dans l’Oaxaca et qui aboutit enfin dans la bataille de Tecoac, le 16 novembre 1876, grâce à l’aide des troupes de Manuel González, arrivées juste à temps pour décider d’une bataille mal engagée33. Peu de jours après, Díaz rentre à Mexico, assume la présidence à titre provisoire, puis la laisse au général Juán N. Méndez. « Elu » lors des élections où il est le seul candidat, il prend enfin possession de sa charge le 5 mai 1877. Le porfiriat commence et c’est à dessein que nous n’abordons pas ici l’action postérieure, comme nous avons laissé volontairement de côté le déroulement de la politique nationale pendant la période que nous venons de traiter. Nous voulions montrer simplement à grands traits une vie qui est presque une synthèse de tant d’itinéraires personnels de l’époque. Nous avons aussi insisté sur son enracinement régional, car Díaz, comme Juárez avant lui, et comme beaucoup d’autres hommes politiques mexicains des périodes incertaines, n’est pas compréhensible sans la connaissance de sa base locale. Ces personnages deviendront ensuite des hommes d’État à l’échelle nationale parce qu’ils unifient des tendances — Juárez — ou des hommes — Díaz —, mais une partie de leur force vient toujours de leur base régionale, et ce sera par contre la faiblesse de bien d’autres — Lerdo de Tejada — que d’en être dépourvus.

45Les autres étapes de sa vie peuvent être résumées brièvement. Après sa première période présidentielle, il transmet le pouvoir à son candidat et ami Manuel González, dont il devient le ministre des Travaux publics (1880-1884). Il occupera pour un temps le poste de gouverneur de l’Oaxaca (1881-1883), puis à partir de 1884 à nouveau cette présidence qu’il ne quittera plus jusqu’à la révolution. Entre-temps, lui, le guerrier issu du peuple, aux manières peu raffinées, épouse en 1883 Carmen Romero Rubio, de trente-quatre ans sa cadette, filleule de Lerdo de Tejada et fille de Manuel Romero Rubio, l’un des membres les plus éminents de l’aristocratie mexicaine, et ancien ministre des Affaires étrangères de Lerdo de Tejada. Ce mariage scelle la réconciliation des factions libérales, et le père de la mariée deviendra ensuite le ministre de l’Intérieur de Díaz. Mais il représente aussi un pas de plus dans la politique de conciliation, car « Carmelita » est et restera profondément catholique et le mariage sera célébré par l’archevêque de Mexico lui-même, Antonio Pelagio de Labas-tida, dans sa chapelle privée.

46Le processus de ce que Francisco Bulnes appellera « l’aristocratisation du César » franchit ainsi un pas décisif. Les photographies officielles du début du siècle nous le montrent déjà avec une allure princière dans son uniforme d’apparat, couvert des décorations que tous les pays civilisés ont voulu concéder au pacificateur du Mexique. Ses cheveux et sa moustache sont presque blancs, ses traits métis s’estompent, les yeux au regard pénétrant semblent décidés et en même temps paternels. L’image officielle correspond bien à celle que se font de lui ses concitoyens, ses sujets, étions-nous sur le point d’écrire, tant son aspect est plus celui d’un monarque européen que celui d’un président latino-américain.

  • 34 Pour une analyse globale de cette correspondance, Cosío Villegas, II, 1972, pp. 94 ss.

47Cependant, ce monarque n’est pas un souverain qui règne mais ne gouverne pas. Jusqu’à la fin, tous les fils de la politique mexicaine aboutissent à lui, et sa correspondance très suivie avec tous ceux qui exercent une quelconque charge publique montre bien qu’il est la clé de voûte réelle du régime34

L’entourage de Díaz

  • 35 Il a été comme lui au séminaire d’Oaxaca et à l’Institut de sciences et arts, mais il a fait ses ét (...)

48Autour de lui, ses parents, ses proches, ses amis, ne sont pas tous du même rang. A la différence de bon nombre d’hommes politiques et surtout de dictateurs, Porfirio Díaz est peu tombé dans le népotisme et l’influence de sa famille sur lui est restée limitée. Son frère Félix a joué un rôle important dans sa période de l’Oaxaca, mais comme un allié et un subordonné qui avait eu un itinéraire personnel différent et qui gardait une relative autonomie d’action35, restant semblable, en ce sens, à d’autres fidèles qui ne lui étaient pas liés par le sang. Son beau-père, Manuel Romero Rubio, fut de 1884 à sa mort, en 1895, ministre de l’Intérieur, mais il était déjà un membre éminent de la vie politique mexicaine avant que Díaz n’épouse sa fille. Le mariage et le poste de ministre furent ici la façon de sceller une alliance politique et sociale.

  • 36 Voir biographies dans l’annexe II.

49Quant aux autres parents, aucun parmi eux n’occupa de poste-clé dans la vie politique. Son fils Porfirio ne dépassera pas le grade de lieutenant-colonel, son gendre Ignacio de la Torre y Mier n’obtint pas l’appui présidentiel lorsqu’il lança en 1892 sa candidature pour devenir gouverneur de Mexico et il ne fut pas élu. Il en fut de même lorsque son neveu Félix Díaz tenta au début du siècle de devenir gouverneur de l’Oaxaca ; il dut se contenter, à part son grade de général, d’être chef de la police de Mexico. D’autres parents, son gendre Lorenzo Elízaga, son neveu Ignacio Muñoz, les parents de sa femme, les Castellό, furent députés ou sénateurs ou occupèrent d’autres charges de représentation, comme tant d’autres membres de la haute société de l’époque36.

  • 37 Urdaiz, 1971, p. 160.

50Seule parmi ses proches, sa femme joua un rôle publique symbolique puisqu’elle pouvait exercer dans les cérémonies religieuses un rôle de représentation officielle, important auprès de la majorité catholique du pays, mais que la pratique constitutionnelle interdisait à son mari. C’est ainsi qu’on la voit, lors de la visite présidentielle au Yucatán en 1906, compléter les cérémonies officielles par l’assistance en toute solennité à une grande messe dans la cathédrale37, où l’on chante le Te Deum. L’habileté politique de Díaz, qui lui confiait ce rôle, ne faisait d’ailleurs que reproduire un phénomène fréquent chez les élites de la société mexicaine ou même hispanique, où, dans les familles, un mari ou un père hostile ou détaché de la pratique religieuse tolérait ou admettait celle de sa femme et de ses filles.

  • 38 Bulnes, (1920), 1972, pp. 174-176.

51Ce n’est que dans les dernières années de sa présidence que ses deux neveux déjà cités, Félix Díaz et Ignacio Muñoz, jouèrent un rôle politique en servant de plaque tournante aux adversaires des científicos, mais il est difficile de savoir s’ils menaient une action personnelle pour influencer leur oncle, ou s’ils étaient les instruments du machiavélisme du dictateur qui divisait pour mieux régner38.

  • 39 Cosío Villegas s’étend sur les degrés de liberté d’expression des fidèles de Díaz, dans tome II, 19 (...)
  • 40 On peut lire avec les réserves que son style polémique impose les avanies subies par Limantour de l (...)

52Nous retrouvons ce même problème lorsqu’on se penche sur les personnes qui ont été considérées comme les plus proches du président. On peut citer parmi elles José Yves Limantour, le ministre des Finances, quelques gouverneurs comme Joaquín Obregόn Fernández, Teodoro Dehesa, ou Bernardo Reyes avant sa disgrâce en 1908, pour le xxe siècle ; ou pour une période antérieure, Luís Mier y Terán, Carlos Díez Gutíerrez, Carlos Pacheco, ou Manuel González avant sa présidence. Il est certain que tous ces hommes ont joui d’une confiance particulière, que leurs rapports avec Díaz ont été très étroits, qu’ils avaient une liberté de ton pour manifester leurs opinions et même leur désaccord avec certains choix présidentiels, qui tranchaient avec la docilité inquiète ou le servilisme de la majorité39, mais il est difficile de les considérer comme des confidents, des conseillers ou moins encore des favoris. Leur plus grande liberté d’action, la délégation tacite qu’ils ont reçue pour proposer leurs propres obligés à certains postes, tels que députés ou sénateurs, sont le résultat des liens anciens, d’une loyauté éprouvée ou d’une compétence reconnue. Tel semble être le cas de Limantour à qui Díaz abandonnait les questions financières qu’il savait essentielles mais qui dépassaient ses connaissances. Mais nous pouvons ajouter que cette délégation de pouvoirs pour ces affaires allait de pair avec des contre-pouvoirs qu’il n’a jamais cessé de dresser à côté de son ministre des Finances, pour éviter qu’il ne sorte de la sphère de pouvoir qui lui avait été assignée40.

53Des remarques semblables pourraient être faites pour les autres cas cités. Le pouvoir de Díaz est sans partage, et par les rapports directs qu’il maintient avec un grand nombre de personnes de toutes les régions du Mexique il a su échapper à l’isolement et à la dépendance de l’entourage, qui sont souvent la rançon du pouvoir absolu.

3. LES MINISTRES

  • 41 Voir annexe IV, tableau VI.

54Placés au sommet de l’État, tout proches du président, dont ils dépendent pour leur nomination et leur permanence dans la charge, ces personnages, théoriquement très élevés et jouissant d’un grand pouvoir, apparaissent cependant très divers par leurs caractéristiques et par leurs pouvoirs réels. Une typification de leurs carrières permet de les classer en trois grandes catégories, en fonction des postes qu’ils ont occupés41.

Les intellectuels

55Dans un premier groupe, peuvent être rangés les hommes n’ayant occupé essentiellement que des postes nationaux, soit dans les ministères, soit dans des charges de représentation nationale : conseillers municipaux de Mexico, députés ou sénateurs, quel que soit l’État qu’ils sont censés représenter, car ils n’ont pas quitté en fait la capitale. Même s’ils sont nés ou ont commencé leur carrière dans les provinces — c’est le cas par exemple de Rosendo Pineda, dans l’Oaxaca — ils sont en fait des gens de Mexico, appartenant à l’élite culturelle et souvent sociale de la capitale. Ils ont été des avocats connus, des professeurs de droit, des hommes d’affaires, tout en occupant des postes techniques dans les ministères, avant de devenir sous-secrétaires ou secrétaires d’État, puis parfois ministres.

56Quelques noms peuvent être cités en exemple : Ezequiel Chávez, José María Gamboa, Roberto Núñez, Rosendo Pineda, Manuel Calero, Federico Gamboa, Miguel S. Macedo, Justo Sierra ou José Yves Limantour. Beaucoup parmi eux peuvent être classés parmi ceux que l’on appelle à l’époque les científicos, mais pas tous. Trois vies, parmi les plus marquantes, peuvent nous faire mieux connaître ce groupe.

  • 42 Voir annexe II, D.P., 1971, II, p. 1635 ; Molina Enríquez, 1934, III, p. 84 ; Bulnes (1920), 1972, (...)

57Rosendo Pineda, né à Juchitán dans l’Oaxaca en 1855, a fait des études de droit comme tant d’autres à l’Institut de sciences et arts d’Oaxaca. A vingt et un ans, il met sa plume au service du porfirisme comme journaliste, puis c’est la montée à Mexico, où il devient secrétaire particulier (chef de cabinet, dirions-nous aujourd’hui) du ministre de l’Intérieur, Romero Rubio. Le rôle de Pineda ne cesse de grandir, car c’est lui qui prépare les listes des futurs élus, selon les instructions et les souhaits de Porfirio Díaz. En 1896, il est secrétaire d’État à l’Intérieur, et entre-temps, il est régulièrement « élu » député de l’Oaxaca dans le district de sa ville natale de Juchitán. Très lié à Limandour, il a été souvent représenté comme l’une des éminences grises du régime et l’exécuteur électoral des científicos. Dans son cas, la carrière dans la capitale prolonge en fait de fortes attaches locales, mais il est certain que le long séjour à Mexico les a largement effacées42.

  • 43 Voir par exemple Dumas, 1975.
  • 44 D.P., 1971, II, p. 1987.
  • 45 Dumas, 1975, pp. 23-30.

58Justo Sierra, dont la vie a fait l’objet de multiples travaux et déborde largement le cadre de la politique43, est né à Campeche en 1848. Son père fut le juriste et romancier Justo Sierra O’Reilly. D’humble origine, il avait su s’élever par son talent d’avocat, de journaliste et de romancier jusqu’à devenir un des membres les plus influents de la société de Mérida. Justo Sierra O’Reilly fut une des figures-clés de la politique de la péninsule du Yucatán : député local, membre de l’assemblée régionale qui vota la scission avec le Mexique en 1846, envoyé spécial aux États-Unis en 1848 pour leur offrir l’incorporation du Yucatán, il fut ensuite juge dans le Campeche, où il rédigea la première mouture du Code civil mexicain, etc.44. Justo Sierra Méndez, qui appartenait donc à l’aristocratie provinciale libérale, s’installe dans la capitale à la mort de son père en 1861, et commence ses études au lycée franco-mexicain, puis au collège de San Ildefonso, qui deviendra plus tard l’Ecole nationale préparatoire, où il suit des études de droit. C’est pendant cette période que, sous l’influence de lectures françaises et allemandes, il abandonne sa foi catholique — mais non sa croyance en Dieu — pour embrasser avec fougue un libéralisme militant45.

  • 46 Cosío Villegas, 1973, p. 34.

59Brillant écrivain, il se fait remarquer dès sa jeunesse dans les salons littéraires. Il est le disciple d’Ignacio Altamirano, puis de Gabino Barreda. Lorsque Porfirio Díaz arrive au pouvoir, il est l’un des jeunes intellectuels les plus en vue du Mexique. L’expérience des troubles où il a toujours vécu et l’enseignement positiviste de Barreda sont pour son libéralisme familial et ingénu un choc qui présente presque les caractéristiques d’une crise religieuse : « Nous, qui faisons partie d’une génération élevée dans les moments où la défense de la Constitution prenait des proportions épiques (...), nous avons hérité de nos pères un certain enthousiasme exalté pour le code de 1857. L’expérience, la décrépitude de l’ancien credo révolutionnaire qui n’oppose guère qu’une faible résistance à l’analyse scientifique, au développement des sciences sociologiques (...) ont livré dans notre esprit le toujours rude et déchirant combat entre la raison fondée sur les faits et le sentiment. »46

60Sa crise est celle de sa génération ; la science positive doit remplacer les rêveries romantiques du libéralisme. Il se rallie avec fougue à Díaz, fonde avec son aide le journal La Libertad en janvier 1878, et se livre à partir de cette tribune à une attaque en règle du libéralisme en ce qu’il avait de destructeur et d’anarchique, à une apologie d’un gouvernement fort, respectueux d’une loi qui devrait être fondée sur les faits et non sur des chimères, dont le but serait de maintenir la paix et promouvoir le développement du pays. Il donne ainsi le fondement théorique du pouvoir de Díaz, et des références doctrinales européennes à la génération qui arrive alors au seuil de la politique. La « science » dont ils se réclament, celle de Comte, servira dès lors à les désigner : les científicos.

  • 47 Vázquez, 1970, pp. 89-91.

61Tandis que plusieurs de ces hommes accèdent aux responsabilités les plus hautes, Sierra, lui, poursuit simultanément sa carrière d’écrivain et celle de professeur à l’Ecole nationale préparatoire. En 1900, il devient juge à la Cour suprême, en 1901 sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique, puis en 1905 ministre de ce nouveau ministère. Celui qui fut l’une des têtes du positivisme se détache alors progressivement de cette doctrine, évolue vers des notions plus humanistes et consacre le meilleur de ses énergies à réformer l’éducation. Une réforme qui se fait, en grande partie, contre le positivisme déclinant, par la réforme en 1907 de l’Ecole nationale préparatoire, et en 1910 par la création de l’Ecole nationale des hautes études et de l’Université nationale de Mexico47. Ici la fonction de ministre récompense un intellectuel plus qu’un homme politique : après les batailles journalistiques de sa jeunesse, Sierra reste en grande partie en dehors des luttes politiques du régime finissant.

  • 48 Limantour, 1965, pp. 12 ss.

62Troisième exemple de ces élites de la capitale, José Yves Limantour est né en 1854 à Mexico de parents français immigrés au Mexique. De santé délicate, il effectue plusieurs voyages en Europe dans son adolescence, tandis qu’il réalise ses études à Mexico à l’Ecole nationale préparatoire et à l’école de jurisprudence. Diplômé en droit en 1875, celui qui restera toute sa vie marqué par son origine française choisit à sa majorité la nationalité mexicaine. L’amitié de Díaz et de son père — le jeune José Yves a connu Díaz chez ses parents lorsqu’il avait douze ans et que le futur président était déjà un général célèbre — place sa carrière dès le début sous la protection bienveillante du dictateur48. A vingt ans, il est professeur d’économie politique à l’Ecole de commerce, puis de droit international dans celle de jurisprudence. Diverses commissions d’études pour les ministères des Relations extérieures et de l’Intérieur lui permettent de montrer ses exceptionnelles conditions intellectuelles ; en 1887, il est conseiller municipal de Mexico, puis plusieurs fois député et sénateur dans différents États. Dès 1879, Limantour et d’autres personnes de sa génération récemment engagées dans la vie active et partageant de nouvelles idées positivistes commencent à se réunir dans le bureau du ministre des Finances d’alors, Matias Romero. Une communauté de formation, d’amitié et de projets les lient entre eux : c’est l’origine réelle du groupe científico. Dans le sillage et sous la protection de Manuel Romero Rubio, ils accèdent aux postes de commande au début des années 1890. En 1892, Limantour est sous-secrétaire des Finances et en 1893, ministre des Finances à trente-sept ans : il le restera jusqu’à la fin du régime.

  • 49 On peut suivre les grandes lignes de sa politique à travers ses rapports périodiques au congrès, da (...)
  • 50 Nous reviendrons plus loin sur le problème des científicos et sur la guerre de succession qui mit f (...)

63C’est là qu’il donne sa véritable mesure et se révèle comme un expert exceptionnel en finances. Il réussit en deux ans à résoudre le problème financier. En 1894-95, les comptes de l’État connaissent un superavit. Limantour assainit la dette extérieure, réorganise les institutions de crédit, supprime les alcabalas (l’impôt sur les transactions hérité de l’époque coloniale), et rétablit le crédit international du Mexique49. Le prestige dû à sa politique financière accroît l’estime qu’a pour lui Díaz, qui songe à en faire son successeur en 1900. Peu avant que le siècle ne commence, il est donc au sommet de son prestige et de son pouvoir, mais, précisément parce qu’il est tout près du sommet, le dauphin pressenti commence à essuyer des attaques de plus en plus fortes de tous ceux qui n’appartiennent pas à cette aristocratie technocratique que forment les científicos et dont Limantour est le représentant le plus illustre50.

Les anciens gouverneurs

  • 51 Voir annexe IV, tableau VI.
  • 52 Voir pour les biographies l’annexe II. Nous avons laissé de côté trois autres personnages, Justino (...)

64La deuxième catégorie de ministres est celle que nous pouvons qualifier de gouverneurs civils montés en grade51. Il s’agit en effet d’un ensemble d’hommes qui ont en commun une origine et une carrière provinciales qui les a amenés jusqu’au poste de gouverneur dans leur État avant de devenir ministres à Mexico. Ainsi, curieusement, trois ministres des Travaux publics, ingénieurs tous trois : Leandro Fernández, du Durango (ministre de 1900 à 1903), Blas Escontría, de San Luis Potosí (de 1905 à 1906) et Olegario Molina, au Yucatán (de 1907 à 1911) ; ainsi Joaquín Baranda, ancien gouverneur de Campeche, ministre de la Justice de 1882 à 1901 ; Ramόn Corral, du Sonora, ministre de l’Intérieur, de 1903 à 1911, et vice-président de la République de 1904 à 1911, et Enrique Creel, du Chihuahua, ministre des Relations extérieures en 1910-191152.

65Ces hommes différents ont en commun leur réussite provinciale, mais celle-ci a des origines diverses. Pour certains, tel Leandro Fernández, qui appartient à une famille d’hacendados du Durango, le poste de gouverneur est une charge confiée par Díaz, pour succéder à son fidèle Juan Manuel Flores, gouverneur du Durango de 1884 à sa mort. Lui-même est plutôt un professeur connu à Mexico et qui a occupé des postes tels que directeur de la Monnaie ou de l’Observatoire astronomique et construit le palais des Communications : davantage un technicien qu’un politicien.

  • 53 Rodríguez Barrangán, 1969, pp. 140-142 ; Cockcroft, 1971, pp. 29 ss. ; D.P., 1970, I, p. 719 ; Grim (...)

66Proche de lui, mais avec un itinéraire plus provincial, Blas Escontría est né à San Luis en 1847, dans une famille de la classe moyenne. Son itinéraire est classique : études au séminaire de San Luis, puis à l’Ecole des mines de Mexico. De retour à San Luis il se lance dans les affaires minières, associé au puissant mineur Barrenechea. Il bâtit une fortune considérable et s’incorpore à l’oligarchie de San Luis : député pour la première fois en 1876, il devient, en 1896, directeur de l’Institut scientifique de son État ; en 1898, à la mort du gouverneur inamovible ami de Díaz, Carlos Díez Gutiérrez, il lui succède jusqu’en 1905, puis est appelé au ministère des Travaux publics à Mexico. Honnête et respecté à San Luis, il fut un administrateur compétent de son État en équilibrant les finances locales et exécutant divers travaux publics. Homme d’affaires lui-même, convaincu des bienfaits de la modernisation, il attira des capitalistes étrangers : Doheny qui découvre en 1904 du pétrole dans la Huastèque, les Guggenheim qui construisirent l’usine métallurgique de San Luis, etc. Celui qui devient ministre des Travaux publics en 1905 est déjà lui-même un entrepreneur et un administrateur avisé qui a fait ses preuves dans son État natal53.

  • 54 Urdaiz, 1971, p. 51.

67Son successeur au ministère en 1907 est un homme d’affaires compétent mais aussi un des grands notables régionaux. Olegario Molina Solís est né en 1843 à Bolochén dans le Yucatán, et lui aussi passe par le séminaire conciliaire de Merida. En 1861, avec un pédagogue yucatèque célèbre, Yanuario Manzanilla, il fonde une école privée laïque pour s’opposer à la maîtrise de l’Église dans l’éducation. Libéral radical, secrétaire particulier du général Manuel Cepeda Peraza, le caudillo libéral du Yucatán, il suit les avatars des guerres civiles de la péninsule entre les conservateurs dominants à Merida et les libéraux au Campeche. Lorsque l’empire s’effondre et que Cepeda Peraza devient gouverneur en 1867, Olegario Molina et son frère Ricardo font partie de son équipe ; celle-ci est formée, aux dires d’un libéral yucatèque, par « les hommes les plus illustres du parti libéral (...) qui professaient les idées les plus avancées de l’époque en matière politique et religieuse »54.

  • 55 Joseph et Wells, 1982 ; Urzaiz, 1971, pp. 150 ss. ; Bolio, 1967, pp. 45 et 66-70 ; Acereto Cortes, (...)

68En 1867, l’étudiant radical devient ingénieur topographe et participe à la fondation de l’Institut littéraire du Yucatán, destiné à supplanter, contre l’Église, le séminaire conciliaire de San Ildefonso, que les libéraux clôturent. L’Institut littéraire devient le bastion du libéralisme yucatèque et Molina, l’un de ses principaux maîtres. Député fédéral en 1869, sa carrière, qui était celle d’un militant libéral, bifurque vers les affaires. Il va constituer en trente ans un empire financier sans précédent dans la péninsule, fondé sur la commercialisation de l’hennequem (le sisal). Il construit un chemin de fer de Mérida à Progreso et en devient le surintendant en 1881. Il possède la plus grande entreprise d’exportation, et contrôle la production de l’hennequem à travers la Chambre permanente des hacendados hennequeros fondée en 1894. Tout cela lui donne un pouvoir local considérable sur les grandes familles de l’oligarchie des planteurs et c’est tout naturellement qu’aidé par son ami, Limantour, il devient en 1902 gouverneur du Yucatán, réélu en 1906. Au gouvernement, son œuvre administrative est considérable : Code civil, loi organique des villages ; réforme de l’éducation primaire et normale, travaux publics, etc. L’ancien étudiant radical, devenu milliardaire et, sans doute, sceptique envers le libéralisme, pratique une politique de conciliation scolaire. Lié aux científicos, tout-puissant dans le Yucatán qu’il gouverne par personnes interposées jusqu’à la révolution, il sera l’objet d’attaques très vives dans son État et au Congrès dans les dernières années du porfirisme, alors que la crise économique et le nationalisme donnent à ses adversaires des armes plus aiguisées55.

  • 56 D.P., 1971, II, p. 1830 et Cárdenas Peña, 1965.

69Joaquín Baranda, ministre de la Justice de 1882 à sa disgrâce en 1901, est né dans le Yucatán également, à Mérida, en 1840. Son père est le marin Pedro Sainz de Baranda, originaire de Campeche, qui appartint à la marine royale espagnole, lutta à Trafalgar, fut député aux Cortès espagnoles en 1820, et obtint en 1825 la capitulation des dernières forces espagnoles à San Juan de Ulua. Gouverneur du Yucatán en 1835, il fut aussi l’entrepreneur audacieux qui installa en 1833 une manufacture textile avec des machines à vapeur à Valladolid. Fils de ce grand notable yucatèque, Joaquín est aussi le frère de Pedro Baranda, de seize ans son aîné, militaire libéral qui fut à l’origine de la formation de l’État de Campeche, dont il fut le premier commandant militaire, et l’un des chefs militaires qui rendirent possible la victoire de Díaz en 187656.

  • 57 Paz, 1898, pp. 7 ss. ; Pavia, 1890, p. 9 ; Bulnes (1920), 1972, p. 183 ; Molina Enríquez, 1934, III (...)

70Issu d’une famille aussi enracinée et aussi puissante, Joaquín suivit un cursus que nous connaissons bien : séminaire de Campeche, puis en 1860 « Instituto campechano » et journaliste libéral ; il est diplômé en droit en 1862. Les avatars des guerres civiles le conduisent à l’exil en 1863 au Tamaulipas où il devient secrétaire du gouvernement, puis à la prison de Sisal au Yucatán pendant l’Empire, et enfin, après la victoire des républicains, au congrès fédéral en 1867 et au gouvernement du Campeche de 1871 à 1877. Partisan de Lerdo de Tejada, il subit une éclipse politique de 1877 à 1880, qu’il passe comme magistrat au Yucatán. Il est tiré de là par l’influence de son père Pedro, et, sénateur, il devient en 1881 ministre de la Justice de Manuel González, puis, à nouveau et en même temps, gouverneur de Campeche de 1883 à 1887. Ministre de la Justice, sans discontinuer jusqu’en avril 1901, il est l’un des personnages les plus puissants du régime. A l’appartenance à une puissante famille, s’unit une expérience politique personnelle très complète dans des postes divers, un réseau de connaissances et de parenté très large et une habileté manœuvrière consommée qui font de lui un personnage-clé dans les nominations aux postes publics et plus particulièrement pour ce qui concerne le Campeche et le Yucatán. Là, il réussit, par exemple, à faire nommer gouverneur, en 1898, son beau-frère Francisco Cantόn, alors qu’il avait été l’un des principaux caudillos conservateurs et impérialistes de la péninsule. Ennemi des científicos dont il diffère par son origine et son passé, il devra démissionner en 1901 à cause de son opposition acharnée à la candidature présidentielle de Limantour57.

  • 58 Aguilar Camín, 1977, pp. 91 ss. ; Paz, 1898, p. 75 ; D.P., 1970,1, p. 525 ; Almada, 1952.

71Ramόn Corral suit un itinéraire proche dans un État très différent, le Sonora, avant d’arriver à être en 1903 ministre de l’Intérieur et en 1904 vice-président de la République. Il naît dans le Sonora en 1854, dans une hacienda du district d’Alamos, où son père était employé. Lorsqu’il est encore enfant sa famille émigré à la ville minière de Chinipas dans le Chihuahua, et c’est là que son père prend parti contre l’intervention française. Il retourne ensuite dans le Sonora et y travaille comme employé dans une hacienda. En 1873, après ces errances que tant d’hommes de la frontière ont connues, journaliste à Alamos, il s’engage dans la politique locale et, après avoir participé à un soulèvement contre le gouvernement local du général Pesqueira, il doit s’exiler à nouveau dans le Chihuahua. Député local en 1877, après la victoire de Porfirio Díaz, il contribue d’une façon décisive — il est président de l’assemblée locale — à installer le général Luís Emeterio Torres au pouvoir en 1879. Secrétaire, la même année, du gouvernement de l’État, député fédéral en 1880, il connaît une ascension politique irrésistible et forme avec le général Torres et Rafael Izábal un triumvirat qui contrôle toute la vie politique de l’État. Vice-gouverneur faisant fonction de gouverneur de 1887 à 1891, puis de 1895 à 1898, il mène de pair une politique de modernisation du Sonora — construction du chemin de fer, encouragements aux mines et à l’industrie, développement de l’instruction — avec des affaires personnelles qu’il développe avec génie, aidé par sa position officielle. Corral est un homme de la ville, éclairé ; il écrit des livres, il utilise des statistiques et se lance avec audace dans de nouvelles entreprises : grands moulins, exploitation du bois, brasseries, mines, activités bancaires, etc. En 1900, Díaz l’appelle à Mexico pour le faire gouverneur du District fédéral, puis en 1903, ministre de l’Intérieur, et en 1904, à l’étonnement général, vice-président de la République. Paradoxe d’un homme extrêmement actif et influent dans le Sonora, et qui s’efface à Mexico, peut-être parce que ses postes de ministre de l’Intérieur et de vice-président pourraient lui donner une puissance énorme et qu’il désire échapper à la méfiance du président. Lié au groupe científico, même si sa carrière est autre que celle de la plupart de ses membres, il va être, de par sa position, la cible de toutes les attaques pendant les dernières années du régime58.

72Enfin, dernier exemple d’un gouverneur civil devenu ministre de la dernière époque porfirienne, celui d’Enrique Creel. Il naquit à Chihuahua en 1854, dans une famille américano-mexicaine, comme tant d’autres du nord du Mexique et du sud des États-Unis. Il est par sa mère le neveu de la femme du général Luis Terrazas qui sera, après les guerres de la Réforme, le gouverneur et le grand cacique du Chihuahua. Orphelin de père dès son adolescence, il se consacre, après de simples études primaires, à l’administration des haciendas familiales, où il se signale très vite comme un remarquable homme d’affaires. En 1878, il est élu pour la première fois au conseil municipal de Chihuahua. En 1880, il épouse une cousine germaine, fille du général Terrazas. Sa parenté avec Terrazas et ses dons naturels font merveille dans les affaires : il amasse l’une des plus grandes fortunes du Mexique. Il touche tous les domaines d’activité : élevage, mines, industrie, banque — il est président de la banque minière du Chihuahua —, et il apparaît comme le véritable cerveau du clan Terrazas, qui domine toutes les activités de l’État. Ses charges politiques sont innombrables : conseiller et maire de Chihuahua, député local en quatre législatures, quatre fois député fédéral. Grâce à ses affaires, il devient l’un des membres du clan científico, il réalise en Europe et aux États-Unis un rapport sur les problèmes monétaires qui sera la base de la réforme monétaire de 1905.

  • 59 Almada, 1950, pp. 437-447 ; idem, 1927, p. 181 ; D.P., 1970, I, p. 548.

73En 1904, il devient gouverneur du Chihuahua, grâce à son amitié avec les científicos, et réconcilie alors son oncle Terrazas qu’il a toujours considéré avec respect comme chef du clan, avec Porfirio Díaz, qui fait élire Terrazas gouverneur du Chihuahua en 1904. Peu après cette satisfaction honorifique, Terrazas obtient une licence, et Creel redevient gouverneur et le reste directement ou par personne interposée, jusqu’à la chute du régime. Car, après ses succès locaux, Creel continue son ascension : ambassadeur aux États-Unis en 1909-1910, puis en mai 1910, ministre des Relations extérieures, sans doute pour que son origine américaine puisse faciliter les rapports entre le Mexique et les États-Unis dans une époque tendue de leurs relations59.

Les militaires

  • 60 Voir annexe II, 2.
  • 61 Voir annexe IV, tableau VI.

74Une troisième catégorie de ministres se différencie par le fait qu’ils sont des militaires ou qu’ils ont commencé leurs carrières par des activités guerrières. Nous sommes ici dans ce monde bien particulier du porfiriat et que nous avons déjà décrit, des hommes élevés par la guerre jusqu’aux plus hauts postes sociaux. Les ministères occupés par ces hommes sont évidemment en premier lieu celui de la Guerre, car jamais aucun civil n’a été ministre de la Guerre. Mais ce ne sont pas les seuls postes occupés, car on trouve certains, tel Manuel A. Mercado ou Manuel González Cosío au ministère de l’Intérieur, d’autres, tels Carlos Pacheco, le même Gonzalez Cosío, Francisco Z. Mena aux ministères de Fomento ou à celui des Communications60. Une place toute particulière revient parmi ces hommes à ceux qui, en plus de la carrière militaire, ont exercé des postes de gouverneurs avant d’être ministres. Comme dans le cas des civils, le fait d’avoir occupé le poste suprême des États donne aux personnages politiques nationaux une surface politique beaucoup plus grande. C’est parmi ceux qui ont connu ce cumul que nous avons choisi quelques exemples61.

75D’abord celui d’un fidèle parmi les fidèles de Díaz, le colonel, puis général, Carlos Pacheco. Né en 1839 à San Nicolas de Terreno dans la campagne de Chihuahua, il fait ses études primaires dans la ville minière d’Hidalgo del Parral. Il se consacre ensuite au commerce dans la ville de Chihuahua. C’est là que le surprend la guerre de Trois Ans. Libéral, il lutte dans tous les États du Nord pendant ce conflit, puis lors de la guerre d’intervention, il lutte contre les impérialistes dans le Sonora, puis dans l’Oaxaca dans l’armée de Porfirio Díaz, auquel il sera dorénavant entièrement dévoué. Il participe à la prise de Puebla en 1867 et, la guerre finie, il se retrouve à Puebla avec un poste dans l’administration fiscale. Il est l’un des principaux partisans de Díaz dans la région et, lors de la révolte de Tuxtepec, c’est tout naturellement qu’homme de confiance du caudillo il devient, après sa naturalisation, gouverneur et commandant militaire de Puebla en décembre 1876, puis gouverneur du Morelos en 1877, ministre de la Guerre en 1879, gouverneur du District fédéral en 1880, et ministre de Fomento de 1881 à 1891.

  • 62 Almada, 1927 ; idem, 1964, pp. 18-19 ; D.P., 1971, II, p. 1552 et Cosío Villegas, I, 1970, pp. 466, (...)

76Sa loyauté envers Díaz lui donne une très grande liberté d’action, qui n’est pas affaiblie par son appartenance au cabinet du président Manuel González : il domine le Morelos pendant toute cette période, se fait élire gouverneur de son État natal de Chihuahua, qu’il représente aussi au Sénat, tout en menant une politique très active de travaux publics au ministère : construction de chemins de fer, de ports, de colonisation, etc. Son étoile faiblit un peu à partir de l’année 1887, où l’hostilité du clan Terrazas à son égard l’oblige à abandonner le contrôle du Chihuahua à un homme neutre. Sa politique de ventes de terres inoccupées (ou censées l’être, car dépourvues de titres de propriété, les baldíos) entraîne aussi le mécontentement de maints individus et pueblos ; en mars 1891, il démissionne de sa fonction de ministre mais reste l’un des hommes de confiance d’un président qu’il avait connu dans des jours difficiles et auquel il était toujours resté fidèle62.

77Un autre exemple de cette catégorie d’hommes qui ont été les piliers du régime porfirien est donné par la vie du général Bernardo Reyes, gouverneur du Nuevo Leόn et ministre de la Guerre de 1900 à 1902. Il naît à Guadalajara en 1850, dans une famille de tradition libérale. Son grand-père paternel, originaire du Guatemala, est arrivé dans le Jalisco en 1828 et est devenu un homme d’affaires prospère. Son père, capitaine de la Garde nationale du Jalisco en 1834, participe au soulèvement libéral de 1846, puis aux guerres de la Réforme, pendant lesquelles, puis jusqu’à sa mort en 1862, il est le chef politique du canton de la Barca. Sa mère appartient à l’une des familles libérales les plus importantes de l’État : celle des Ogazόn. Bernardo est le cousin de Pedro Ogazόn, gouverneur du Jalisco et du Colima, ministre de la Guerre de Juárez, juge à la Cour suprême et de nouveau ministre de la Guerre de Porfirio Díaz en 1876-1877. Il est aussi le cousin de celui qui domine la politique du Jalisco pendant quinze ans, Ignacio Vallarta, gouverneur du Jalisco à l’époque de Juárez et Lerdo de Tejada, ministre de l’Intérieur de Díaz et président de la Cour suprême.

78Même si les parents de Bernardo n’appartiennent pas à l’aristocratie de la fortune, ils sont liés à ceux qui vont devenir les principaux personnages du libéralisme triomphant dans l’État. La montée de Bernardo Reyes ne se comprend pas sans ces liens familiaux. Mais sa carrière est celle d’un libéral de sa génération. Quelques études primaires, un peu de secondaire, et en 1864, à quatorze ans, il s’engage dans la lutte contre l’intervention française. Lieutenant à seize ans, blessé, il est à Queretaro en 1867, puis à la bataille de la Mojonera en 1873, où est brisée la vague indienne de Lozada. Commandant en 1872-1875, il combat dans le Tepic les restes de la révolte de Lozada. Fidèle à Iglesias comme il l’a été avant à Juárez, il combat les soulèvements porfiristes dans le Sinaloa. Lorsqu’enfin Porfirio Díaz triomphe, il demande au Congrès à qui il doit obéir. Ses cousins Vallarta et Ogazόn l’appellent alors à Mexico et le présentent à Díaz qui l’envoie combattre dans le Tepic. Reyes, pour qui la loyauté sera toujours la valeur suprême, fait alors acte d’allégeance au nouveau seigneur du Mexique ; sa fidélité demeurera toujours sans faille.

79Pendant huit ans, il est partout où Díaz a besoin de rétablir l’ordre : en 1878-1879 à San Luis Potosí, pour réprimer la révolte de Tamazunchale ; en 1880 au Sinaloa pour écraser la révolte de Ramírez Terόn ; en 1880-1883, déjà général, comme chef d’opérations aux Sonora, Sinaloa et Basse-Californie pour s’occuper du problème yaqui au sud du Sonora et du problème apache au nord.

80Là, au Sonora, Reyes intervient activement pour la première fois dans la politique locale : il s’oppose à Ramόn Corral qui préconise la guerre contre les yaquis ; s’allie avec le plan Maytorena contre le gouverneur Ortiz qui doit démissionner, car Díaz appuie Reyes et s’initie ainsi aux subtils jeux politiques que se livrent les factions politiques des États, avec, comme acteurs supplémentaires, les chefs militaires fédéraux et le gouvernement fédéral.

81Ces connaissances lui sont bien utiles lorsqu’en 1883 Díaz le nomme chef de la 6e zone militaire avec siège à San Luis pour pacifier l’État, puis lorsqu’il est envoyé à Monterrey pour briser le grand « cacicat » des généraux Naranjo et Treviño. En décembre 1885, c’est chose faite et Reyes cumule le poste de gouverneur du Nuevo Leόn depuis cette date avec celui de chef de la 3e zone militaire qui couvre le Nuevo Leόn, Coahuila et Tamaulipas. Le « proconsulat » de Reyes sur le nord commence, il va durer jusqu’en 1909.

  • 63 Niemeyer, 1966, pp. 3-32, et 33 ss. ; Aguilar Camín, 1977, pp. 77-78, D.P., 1971, II, pp. 1755-1756 (...)

82Nous n’entrerons pas ici dans son action comme gouverneur du Nuevo Leόn. Elle fut extraordinairement efficace, et c’est de son gouvernement que date l’expansion industrielle de Monterrey. Efficacité administrative, strict contrôle politique, fidélité à Díaz lorsque celui-ci l’appelle en 1900 au ministère de la Guerre, c’est le plus prestigieux des gouverneurs modernisateurs, mais aussi le plus jeune des militaires des guerres du xixe siècle, qui arrive au pouvoir à Mexico, après avoir parcouru tous les degrés du cursus militaire et régional. A une exception près, il n’a jamais été ni député, ni sénateur. Les tenants du véritable pouvoir sous Díaz n’ont pas besoin des brillants oripeaux des élites culturelles ou des personnages à la retraite63.

83Tous les ministres n’ont pas eu des vies aussi remplies que celles que nous venons d’exposer, ni une fidélité à Díaz aussi ancienne. Certains, tel Manuel González Cosío ou Felipe Berriozábal ont été lerdistes avant de rentrer plus tard en grâce. Le poste de ministre est en effet, dans ce cas, une dignité récompensant leur passé, plus qu’une parcelle de pouvoir qui leur ait été accordée. Car les ministères ne sont pas équivalents au point de vue pouvoir. Les plus importants sont ceux qui comportent des nominations à des postes de contrôle politique du pays : Guerre, Intérieur et Justice. Mais, paradoxalement, ces ministères (parce qu’ils sont des postes-clés) ont souvent eu des ministres purement figuratifs, doublés par des secrétaires d’État, ou des sous-secrétaires, jouissant de la confiance de Díaz, comme, par exemple, à différentes époques, Manuel Mercado, Rosendo Pineda ou Miguel Macedo à l’Intérieur. C’est aussi le cas des ministres de la Justice après la chute de Baranda en 1901, qui jouissait de la confiance de Díaz. C’est enfin toujours le cas du ministère de la Guerre, dont Díaz est le véritable titulaire pour les nominations, et qui a été laissé dans un abandon total, sauf pour le bref intermède de Reyes de 1900 à 1902, dont l’activité et le succès dans ce département-clé n’ont pas été étrangers à sa disgrâce. La passivité étant ici une assurance de non-ambition personnelle et de loyauté au président.

84La liberté d’action des ministres titulaires de départements moins politiques a été plus grande ; ainsi Limantour aux Finances, ou encore les ministres de Fomento que nous avons cités : de Carlos Pacheco à Olegario Molina Solís, ou les ministres de l’Instruction publique, Baranda et Justo Sierra. Ce que Díaz attend de ses ministres, à part une certaine compétence dans leur domaine respectif, c’est surtout la loyauté. La charge a en elle-même quelque chose d’honorifique, mise à part celle de ministre des Finances, un secteur vital, car il conditionne les rapports avec les autres pays, et Díaz a présent en mémoire combien les problèmes de la dette ont pesé lourd dans l’histoire du Mexique au xixe siècle. Il suffit pour les autres de ne pas soulever par leur action de mécontentements trop forts dans le pays. Le faible rôle de l’État, même croissant, permet encore cette relative passivité de l’administration centrale.

85C’est pourquoi les ministres de Díaz connaissent une grande longévité dans leur poste, du moins à partir de sa seconde présidence, car au début de son régime on assiste à une véritable valse de ministres. A l’époque cela montre la recherche d’un équilibre encore non atteint dans une période incertaine. A partir de 1884, la stabilité dans le poste, sauf pour les ministres des Finances pour lesquels joue la compétence, devient la règle et une façon de montrer à tous la stabilité du régime. Seule la mort oblige l’appel d’hommes nouveaux et des permutations de postes pour certains ministres « jokers » tels Manuel González Cosío ou Francisco Z. Mena.

  • 64 Voir Bulnes (1920), 1972, pp. 125-128. Bulnes, avec raison, fait du ministère de la Guerre, le lieu (...)

86La corruption elle-même est tolérée, tant qu’elle ne dépasse pas certaines limites, assez étroites d’ailleurs par rapport à d’autres époques de l’histoire mexicaine, et qu’elle se manifeste par des faveurs — contrats, postes, concessions — octroyées à des amis ou des familiers, et non par le détournement direct des fonds de l’État. C’est ce dernier cas qui provoqua, aux dires de Bulnes, le limogeage du général Ignacio Escudero, sous-secrétaire à la Guerre et de son supérieur le ministre Pedro Hinojosa en 189664.

87Les seules disgrâces politiques sont celles qui touchent, après 1898, au délicat problème de la succession présidentielle. C’est par opposition à Limantour que Baranda démissionne en 1901 et Reyes en 1903, provoquant à chaque fois des réajustements en chaîne. Nous reviendrons en détail sur ce problème de la succession, mais dès maintenant, signalons qu’il met aux prises deux types d’hommes et deux chaînes de clientèles et de liens personnels.

4. LES GOUVERNEURS ET LES CHEFS MILITAIRES

  • 65 Dans les périodes où le Congrès jouit d’une certaine liberté d’expression, car divisé en plusieurs (...)

88Nous avons déjà dit l’importance des provinces dans l’histoire du Mexique, et dans peu de domaines on voit mieux le décalage qui existe entre une histoire nationale, propice à toutes les généralisations, même les moins fondées, et une histoire régionale, chargée de la sève du concret et du divers, toute proche de la réalité sociale et politique vécue. Qu’il s’agisse des débats de la Chambre des députés ou du Sénat65, de la correspondance des présidents, des histoires locales ou des biographies, toutes les données convergent pour faire des gouverneurs l’un des centres les plus importants du pouvoir au Mexique : celui où s’articulent pouvoir national et forces locales.

89La configuration de ces forces locales est évidemment très diverse, car elle dépend de la géographie, des structures sociales, des changements économiques, mais aussi, et nous serions tentés de dire surtout, de l’histoire de tels personnages ou de telles familles qui, souvent de père en fils, dominent la vie politique de l’État, ou du moins sont des acteurs significatifs dont il faut tenir compte. Aussi, pour décrire ces acteurs privilégiés que sont les gouverneurs, nous avions le choix entre une analyse purement statique de leurs caractéristiques ou un regroupement et une description de celles-ci par rapport à ces champs de force particuliers que constitue chaque État. C’est cette dernière solution que nous avons choisie, tout en sachant que l’histoire locale des États n’est pas connue avec la même profondeur pour chaque État.

Les anciens caudillos

90A l’origine du régime porfirien, parce qu’ils l’ont précédé, se trouvent les caudillos et les caciques régionaux. Ils forment un groupe au sein duquel nous pouvons classer un certain nombre de gouverneurs porfiriens de la première période : la victoire de Díaz est, en grande partie, celle d’une coalition de caciques contre le gouvernement fédéral. Ceux qui ont rallié suffisamment tôt le plan de Tuxtepec se sont vu confirmer tout naturellement leur pouvoir sur leur État respectif.

91L’origine d’un tel pouvoir peut être, nous le verrons, récente ou plus ancienne, mais il s’agit de pouvoirs en grande mesure autonomes et Díaz ne fait, dans ce cas, que reconnaître un fait. Nous pourrions appeler ces gouverneurs « caciques indépendants », tout en sachant que leur destinée, sous Díaz. est de disparaître. Quelques exemples nous aiderons à mieux les cerner.

  • 66 Annexe II ; D.P., 1970, I, p. 346 ; Diccionario... de Tamaulipas, 1965 ; Saldivar, 1945.

92Le général Servando Canales dominait le Tamaulipas à la suite de son père Antonio depuis le temps de la guerre contre les États-Unis ; gouvernant d’une façon patriarcale, celui que ses concitoyens appelaient « Tio Servando » avait résisté victorieusement avec son armée de rancheros aux conservateurs, aux Français, à Juárez, à tout pouvoir central qui avait voulu briser son cacicat. Son ralliement à Díaz lui vaut la reconnaissance d’un pouvoir qu’après sa mort, en 1881, exercera son frère Antonio, puis son ancien subordonné Rόmulo Cuéllar jusqu’en 1888, date à laquelle Díaz abattra ce pouvoir autonome66.

  • 67 La force militaire du Nuevo Leόn semble trouver son origine dans la structure sociale de cet État f (...)
  • 68 Roel, 1948, pp. 188-218 ; Annexe II ; D.P., 1971, II, p. 2171, Cosío Villegas, I, 1970, p. 517 ; Ni (...)

93Gerόnimo Treviño, né en 1836, vaquero à l’origine s’engage en 1854 comme soldat dans cette Garde nationale du Nuevo Leόn qui allait être l’outil employé par Santiago Vidaurri pour bâtir son cacicat dans le Nuevo Leόn et dans le Coahuila67. Avec lui, il combat dans la guerre de la Réforme contre les conservateurs, puis lors de la rupture de Vidaurri et de Juárez, il suit ce dernier dans sa lutte contre les Français ; il lutte dans l’Oaxaca où il connaît Porfirio Díaz, puis, lorsque les républicains l’emportent, il devient à son tour, avec son ami Naranjo, le caudillo incontesté du Nuevo Leόn. Gouverneur en 1867, sa participation aux révoltes de la Noria et de Tuxtepec et son contrôle de la zone frontalière font de lui un auxiliaire indispensable pour Díaz. Chef des troupes fédérales de la frontière depuis 1877, il gouverne par personnes interposées le Nuevo Leόn, intervient dans le Coahuila et dans le Chihuahua et accumule une grande fortune grâce à son contrôle du commerce avec les États-Unis. Sa force est si grande qu’il deviendra, comme son ami Naranjo, ministre de la Guerre sous Manuel González. Son pouvoir ne sera brisé qu’en 1885 par Reyes. Il se consacrera alors aux affaires (vente de baldíos, construction des chemins de fer, etc.), et restera malgré tout une force potentielle dans l’État68.

  • 69 La base du pouvoir local de Terrazas semble être ce canton de Guerrero, où il recrute ses groupes, (...)

94Vie assez semblable que celle de Luis Terrazas, dans le Chihuahua. Né en 1829, dans la capitale de l’État, d’une famille de la classe moyenne supérieure, il fait des études au séminaire de la ville, et il reçoit même les ordres mineurs. En 1849, la mort de son père le fait quitter le séminaire et, en 1851, il obtient un emploi dans l’administration fiscale, puis en 1854 il est conseiller municipal (regidor). Devenu libéral en 1854, syndic de la ville et chef politique du district d’Iturbide, il combat les conservateurs en levant des troupes dans les régions d’Aldama et de Ciudad Guerrero69. Gouverneur en 1860, il combat les bandits et les Apaches, il publie les lois de Réforme et met en application la nationalisation des biens du clergé. C’est par l’achat de ces biens, contraire à toutes les dispositions du gouvernement fédéral, qu’il jette les bases d’une colossale fortune(71). Il se crée aussi par ces ventes une clientèle d’obligés et de fidèles qui sont la base de son pouvoir régional. La faiblesse du pouvoir central lui permet de s’approprier le produit des douanes et de résister à toutes tentatives de Juárez pour briser son cacicat pendant la guerre d’Intervention. Il combat alors les impérialistes et, réconcilié avec Juárez, il se voit confirmer son pouvoir sur le Chihuahua. On lui octroie en 1865 le grade de général de brigade.

  • 70 Voir plus haut pp. 79-80, les ramifications de cet empire dans la vie de son gendre Enrique Creel.
  • 71 Voir, parmi d’autres Fuentes Mares, 1954 ; Wasserman, 1980 ; Almada, 1950, pp. 219 ss.

95Ayant combattu les porfiristes en 1871 et 1876, il souffre d’une éclipse politique entre 1877 et 1880, mais toute relative. Il est à nouveau gouverneur de 1880 à 1884, sous la présidence de Manuel González. Sa véritable retraite politique a lieu en 1884, mais son pouvoir économique reste intact et s’accroît même pendant cette période de disgrâce. Il édifie le plus grand empire d’élevage du Mexique (2 millions et demi d’hectares, cent quarante mille bovins marqués chaque année) sans compter ses intérêts dans la banque, dans l’industrie, etc.70. Revenu dans l’amitié de Díaz, il est à nouveau gouverneur en 1903. Son pouvoir est sans partage, mais ne s’est-il pas coupé, par son extraordinaire puissance, des racines locales dont il avait tiré sa force71 ?

96D’autres exemples pourraient être donnés dans d’autres régions. Ainsi, le colonel Francisco Santa Cruz, riche propriétaire de marais salants, qui domine le Colima de 1869 à sa mort en 1902, et dont le pouvoir se perpétue jusqu’à la révolution dans l’un de ses clients, Enrique O. de la Madrid.

  • 72 Evaristo Madero fut gouverneur du Coahuila de 1880 à 1883, Hipόlito Charles, en 1871-72, et de 1876 (...)
  • 73 La seule exception en fut Trinidad García de la Cadena. exécuté par un rival local en novembre 1886 (...)

97Mais c’est un cas peu répandu, car le pouvoir de ces grands caciques est un obstacle à celui de Díaz, et leur sort commun a été la perte de leurs charges de gouverneurs. Tel est le cas de ces puissants du Coahuila, hacendados et hommes d’affaires, tels Evaristo Madero et Hipόlito Charles ; du guerrillero libéral, devenu hacendado et exploitant de mines, Trinidad García de la Cadena, dans le Zacatecas ; de Diego Alvarez, cacique héréditaire du Guerrero, à la suite de son père Juan Alvarez, le héros de l’indépendance qui avait bâti un énorme cacicat (le Michoacan, le Guerrero, le sud de Mexico, le Morelos et l’Oaxaca), en conjugant à la fois le libéralisme et une protection paternaliste des communautés indiennes...72 Dans la plupart de ces cas73, la fin de leur pouvoir politique va de pair avec le maintien de leur puissance sociale et l’accroissement de leur fortune. Précédent significatif de pratiques politiques plus récentes, la retraite politique est récompensée par la liberté d’enrichissement.

Les caudillos dépendants

  • 74 Les seules exceptions à cette pérennité au pouvoir sont Juan N. Méndez, trop connu avant le porfiri (...)
  • 75 Olea, 1964, pp. 5 ss.

98Deuxième catégorie de gouverneurs : ceux qui, par l’appui donné à Díaz lors de sa révolte, ont conquis le pouvoir dans leur État, au détriment d’une autre faction. Nous pourrions les appeler caciques dépendants. Ils ont constitué leur cacicat avec la victoire de Tuxtepec, comme d’autres avant eux avaient constitué le leur, lors des guerres de Réforme ou à la faveur de la victoire sur les impérialistes, mais ils n’ont jamais joui de l’autonomie des caciques indépendants. Ils ont une autonomie déléguée, ils jouissent de leur domaine comme d’une récompense aux services rendus et parce que leur assise locale leur permet de bien contrôler l’État. On peut citer parmi eux plusieurs des gouverneurs porfiriens les plus puissants : Luís Emeterio Torres au Sonora, Francisco Cañedo au Sinaloa, Juán Manuel Flores au Durango, Carlos Díez Gutiérrez à San Luis Potosí, RafaEl Cravioto dans l’Hidalgo, Juan N. Méndez à Puebla, etc. Il s’agit toujours ici de militaires aux grades divers, qui sont restés au pouvoir dans la plupart des cas jusqu’à leur mort74. On pourrait leur appliquer à tous ce que Díaz aurait répondu aux adversaires de Cañedo qui demandaient son remplacement : « il est monté au pouvoir avec moi, il en descendra avec moi. »75

  • 76 Olea, 1964 ; Paz, 1898, p. 67 ; D.P., 1970, I, p. 355.

99Francisco Cañedo, objet d’un tel témoignage de confiance, est né à Bayona (Nayarit) en 1839. Commerçant à Mazatlán, le port le plus important du Pacifique nord, et poumon aussi des mines de l’ouest du Durango, il y bâtit une fortune respectable. Engagé dans la Garde nationale sous les ordres du général Corona lors de l’intervention, il défendit la place contre les Français en tant que préfet de Culiacán. Cependant, le point de départ de sa carrière ne fut pas son rôle militaire, mais plutôt son amitié indéfectible avec Díaz, dont il fit connaissance en 1872, lors de la révolte de la Noria. Chef des porfiristes du Sinaloa avec Luís Emeterio Torres, il se resouleva en 1876, et devint tout naturellement gouverneur lors du triomphe de Díaz. Son pouvoir sur l’État fut absolu. Avec l’aide de ses parents et de ses amis il l’exerça, parfois avec grande dureté, mais le plus souvent à travers ses obligés et se servant d’une popularité à laquelle, même à la fin de sa vie, son prestige « viril » n’était pas étranger76.

  • 77 Almada, 1952, p. 92 ; D.P., II, 1971, p. 2153 ; Aguilar Camín, 1977, p. 78.

100Luís Emeterio Torres, autre homme de la côte pacifique, naît en 1884, dans la ville minière de Guadalupe y Calvo dans les montagnes du Chihuahua. Il émigre, encore jeune et sommairement instruit, comme tant d’autres dans cette zone pionnière, vers le Sinaloa, et à dix-huit ans il s’engage aussi dans la garde nationale pour combattre les Français. Il finit la guerre, qu’il a faite sous les ordres du général Angel Martínez, à vingt-quatre ans, avec le grade de lieutenant-colonel. Il suit son ancien chef dans sa révolte contre Juárez en 1868, puis il devient porfiriste. Vaincu et amnistié en 1872, il est député fédéral d’Alamos (Sonora) en 1875, et, ami de Díaz comme Cañedo, il se resoulève en 1876. En 1879, avec l’approbation tacite de Díaz, il envahit le Sonora et met fin au cacicat du général Pesqueira. En 1879, il est pour la première fois gouverneur. Il le sera encore à plusieurs reprises ainsi que chef de la zone militaire, député, sénateur, etc. Il domine la politique du Sonora avec Rámon Corral et Rafael Izábal et contrôle celle du Sinaloa et de la Basse-Californie jusqu’à la révolution. Originalité rare dans cette galerie de nouveaux puissants, il ne s’est jamais enrichi, le pouvoir politique lui suffisant77.

  • 78 Annexe II ; D.P., tome I, 1971, pp. 653-654 ; Rodríguez Barragán, 1969, pp. 138-141 ; Cockcroft, 19 (...)

101Carlos Díez Gutiérrez naît à Ciudad del Maiz, San Luis Potosí, en 1836, dans une famille aisée de cette petite ville agricole. Etudes à San Luis et à Mexico, qu’il ne finit pas, car il s’engage parmi les libéraux, dans les guerres de Réforme, puis dans celles de l’Empire. Avocat et colonel en 1876, il se soulève à la suite de Díaz dans sa ville natale. Nommé chef militaire de l’État, il recrute ses troupes dans la Huastèque, à Tamazunchale et à Valles, et bat enfin en octobre avec Servando Canales les troupes lerdistes, ce qui donne aux porfiristes la maîtrise du San Luis et du Tamaulipas. Gouverneur sans interruption, lui-même ou par l’entremise de son frère Pedro, jusqu’à sa mort en 1898, il amasse une fortune importante, consistant essentiellement en haciendas sises à Cardenas, et en quelques participations minières et industrielles, qui lui donnent une place de plein droit dans l’oligarchie traditionnelle de San Luis78.

  • 79 Mejía Castelàn, 1965.

102Rafael Cravioto, enfin, autre grand cacique porfirien de l’Hidalgo, naît en 1829 à Huachinango, cette ville blanche et métisse de cette grande zone indienne qu’est la Sierra de Puebla. Dans ce relais sur la route commerciale unissant Mexico à Tuxpán, les non-Indiens sont à l’époque artisans, commerçants, transporteurs79. La famille Cravioto exerce ces dernières activités, et Rafael qui, à dix ans, poursuit déjà avec son père les bandits dans la Sierra, sent plus d’attrait pour les armes que pour le commerce. Il voudrait étudier au Collège militaire. Ses parents l’obligent plutôt à conduire une troupe de mules sur la route de Tuxpán. Contacts, expérience de voyage, usage des armes, tout naturellement Rafael Cravioto devient capitaine de la garde nationale d’Huachinango en 1847, lors de l’invasion américaine.

  • 80 Chamoux, 1981, pp. 144 ss.
  • 81 Cosío Villegas, I, 1970, pp. 314 et 541.

103Quelles sont ses troupes ? Sans doute des Indiens des communautés voisines. M.N. Chamoux, étudiant de nos jours une communauté indienne proche de Huachinango, a bien montré les liens subtils allant parfois jusqu’au compadrazgo (la parenté issue du parrainage) qui unissent encore les élites blanches et métisses de la ville aux villages indigènes80. Il en va de même pour un autre gouverneur porfiriste, de Puebla cette fois-ci, Juan N. Méndez, métis également, dont le centre du pouvoir se trouve aussi dans la Sierra de Puebla, à Zacapoaxtla, et dont le lieutenant est un cacique indien, Juan Francisco Lucas, qui le soutient avec les milices des communautés81.

  • 82 Corrales Vivar, 1975, pp. 243 ss. ; Paz, 1898, p. 227 ; Manzano, s.d., pp. 32-34.

104La suite de la vie de Cravioto est classique : il appuie la révolte libérale d’Ayutla en 1854, fait les guerres de Réforme, lutte contre l’intervention française, et se révolte avec Díaz lors du plan de Tuxtepec. Depuis 1877, avec ses frères Francisco et Simon, sa domination sur l’État est totale et ses propriétés immenses, aussi bien dans l’Hidalgo que dans l’État de Puebla82.

Les fidèles

  • 83 Pour les biographies non exposées ici, voir annexe II.

105A la différence de la catégorie de gouverneurs qui ont assis leur pouvoir sur leur État avec la victoire du porfirisme, il en existe d’autres qui ont reçu une charge de gouverneur comme récompense de leurs services, indépendamment de leur assise locale. On peut citer parmi eux certains des fidèles les plus importants de Díaz : le général Manuel González, qui reçoit après sa présidence, le gouvernement de Guanajuato, Francisco Tolentino, Pedro Galván et Luis C. Curiel, qui gouvernent tour à tour le Jalisco, Luis Mier y Teràn le Veracruz puis l’Oaxaca, Juan de la Luz Enríquez, le Veracruz, aussi, Martin Gonzalez l’Oaxaca, Carlos Pacheco le Morelos... La récompense peut même s’étendre aux enfants, tel Fernando Gonzalez, le fils de Manuel, qui gouvernera l’État de Mexico83.

106On est ici dans le monde des militaires professionnels par excellence ; ils passent d’ailleurs souvent de ces postes de gouverneur à ceux de chef de zone militaire et réciproquement. On est ici dans le cercle le plus étroit des amis de Díaz avec lequel ils partagent de nombreux traits. Leur itinéraire est très semblable, quelques exemples suffisent à le démontrer.

  • 84 Annexe II ; D.P., I, 1970, p. 892 ; Cosío Villegas, I, 1970 et II, 1972 ; González, 1977, p. 201.

107Manuel González naît en 1839 dans un rancho du district de Matamoros, Tamaulipas. Etudes primaires, commerce, il lutte contre les Américains en 1847. Pendant la guerre de la Réforme, il est conservateur et combat sous les ordres de Marquez et Cobos contre Porfirio Díaz dans l’Oaxaca. Lors de l’invasion française, il rallie les républicains et se met aux ordres de Díaz dans l’Oaxaca ; il devient son chef d’état-major. Il commande ensuite une division dans l’armée de Díaz et participe à toutes ses batailles. Gouverneur du palais national et commandant militaire du District fédéral en 1871, il suit son ancien chef dans les révoltes de la Noria et de Tuxtepec. C’est lui enfin qui, par son arrivée avec les troupes de la Sierra de Puebla, en 1876, fait de l’indécise et essentielle bataille de Texcoac un triomphe porfiriste. En 1877, il devient première récompense, gouverneur du Michoacán, en 1879, ministre de la Guerre, et en l880, président de la République par désignation de Díaz et élection populaire. Malgré des divergences entre les deux hommes, qui sont plutôt une concurrence entre leurs fidèles respectifs, Gonzalez reste loyal à Díaz et lui retransmet la charge en 1884. Dernière récompense et retraite dorée, il devient alors gouverneur du Guanajuato, où il n’avait aucune attache, jusqu’à sa mort en 1893. Son fils Fernando continue d’être l’objet des faveurs de Díaz, et il devient en 1904 gouverneur de l’État de Mexico. Malgré un manque évident de compétence, il le restera jusqu’à la révolution, Díaz palliant ses insuffisances par des conseils fréquents et détaillés84.

  • 85 Voir annexe II.

108Luis Mier y Terán, né en 1835 à Guanajuato, suit l’itinéraire classique des porfiristes : libéral pendant les guerres de Réforme, il lutte contre l’Empire, et surtout lie amitié avec Díaz au début des années 1860, une amitié indéfectible. Il est de tous les complots porfiristes et, juste récompense à sa loyauté, il devient en 1877 gouverneur de Veracruz, malgré un caractère qui frisait le déséquilibre. Il ne fait preuve dans sa charge ni de capacité administrative, ni d’esprit de conciliation, mais son dévouement à Díaz reste entier et son absence de scrupules est totale. Devant affronter en 1879 une révolte lerdiste au port de Veracruz, il reçut de Díaz le fameux télégramme sur le sort des conjurés emprisonnés : « Tue-les à chaud » ; ce qu’il fit immédiatement. Insupportable à Veracruz, il devint ensuite gouverneur de l’Oaxaca jusqu’à sa mort, car Díaz était « très ami de ses amis »85.

  • 86 Annexe II ; Iturribarría, 1955 ; Taracena, 1941, pp. 49-50 ; Bulnes, (1920), 1972, p. 182.

109Enfin, ami fidèle, le général Martin Gonzalez, né, comme le caudillo, dans l’Oaxaca en 1839. Subordonné de Díaz pendant la guerre d’intervention, puis très longtemps chef de son état-major présidentiel, il reçoit comme prix le poste de gouverneur de l’Oaxaca, où malgré son incapacité, ses absences et son enrichissement spectaculaire, il resta jusqu’en 1902, en recevant ensuite une retraite dorée comme sénateur du Guanajuato86.

Les hommes du président

110Quatrième groupe de gouverneurs porfiristes, ceux qui, inconnus ou peu connus avant leur élection, sont « élus » par désignation de Díaz, pour mettre fin, du moins provisoirement, aux querelles de factions locales que seul un compromis extérieur peut apaiser. Leur nomination peut être transitoire ou définitive suivant la compétence avec laquelle ils s’acquittent de leur fonction. Ils peuvent être étrangers à l’État où ils sont élus. Ils sont parfois civils, mais le plus souvent militaires, et pour pouvoir être neutres, ils ont au départ de faibles attaches locales, et leur mobilité même — certains seront gouverneurs d’État différents — est une garantie de leur indépendance.

111Nous avons déjà parlé longuement du plus fameux de ces hommes, le général Bernardo Reyes, gouverneur du Nuevo Leόn, et nous pouvons donner d’autres exemples moins connus, qui nous montrent leur relative diversité d’origines, mais aussi combien le régime de Díaz a su se placer au-dessus des oligarchies des États, fussent-elles porfiristes, ou reprendre en main des cacicats qu’il avait vaincus.

  • 87 Sánchez Bernal, 1928, p. 42 ; Paz, 1888, p. 467 ; Peña y Peña, 1968.

112C’est ainsi que nous y voyons apparaître en 1887, Alejandro Vázquez del Mercado, comme gouverneur d’Aguascalientes, un homme d’extraction modeste, né à Sombrerete (Zacatecas) en 1841. Il ne peut faire que des études primaires, et ensuite c’est la boutique à Aguascalientes, comme employé, et les lectures le soir des livres et des journaux à sa portée, puis la carrière d’un libéral de l’époque, les guerres et, petit à petit, une carrière politique locale : député local, chef politique de Rincόn, député fédéral en 1882, chef politique d’Aguascalientes, où Díaz le cherche une première fois en 1887, puis en 1903, pour en faire un gouverneur et limiter le pouvoir sans partage qu’exerce Rafael Arellano Ruiz Esparza87.

  • 88 Almada, 1950 ; idem, 1927 ; D.P., I, 1970, p. 379 ; Annexe II.

113Il en va de même pour Lauro Carrillo, devenu en 1887 gouverneur du Chihuahua pour geler les conflits internes de l’État, déchiré entre le clan Terrazas et les partisans du ministre Carlos Pacheco. Carrillo, né à Sahua-ripa (Sonora) est un homme des montagnes du nord de la frontière : après ses études primaires à Moris (Chihuahua), il devient commerçant, arpenteur, mineur, député local, sénateur et enfin de 1887 à 1892, gouverneur de compromis avant que, gagné à son tour par le clan Terrazas, il ne doive céder sa place à un autre gouverneur neutre, le colonel Miguel Ahumada88.

  • 89 Annexe II ; Cosío Villegas, II, 1972, p. 491 ; D.P., 1971, II, p. 1496.

114Si dans ce cas, le gouvernement d’un homme de compromis n’est qu’un intermède, il en va souvent autrement. Ainsi, par exemple, au Guanajuato, où Joaquín Obregόn González, est choisi parce qu’étranger aux rivalités locales. Malgré son passé modéré — que l’on qualifie à l’époque de conservateur — cet avocat né à San Miguel de Allende saura s’imposer dans son État, et jouir de la confiance de Díaz et d’une autonomie d’action et de parole qui n’est pas fréquente parmi les gouverneurs89.

  • 90 Annexe II ; Peña Navarro, 1956, pp. 373 ss. ; Cosío Villegas, I, 457-459, 466-467, 623-627, et II, (...)

115Dans l’État de Puebla, nous voyons se succéder aussi deux gouverneurs extérieurs de compromis. Le premier est le général Rosendo Márquez, né en 1836 dans le village de Jalostotitlán, Jalisco. Après un itinéraire typique qui le conduit du grade de sergent des troupes libérales de Jalisco au poste de commandant militaire porfiriste et chef politique du Tepic en 1879, il apparaît dans la vie politique de Puebla en 1884, comme gouverneur que Díaz fait « élire » par l’État. Car cet État, très peuplé et proche de Mexico, est divisé depuis 1877 entre deux clans porfiristes rivaux : celui de la Sierra, dont le chef est Juan N. Méndez, avec comme lieutenants Juan Crisόstomo Bonilla (un ancien instituteur d’humble origine, devenu général à la faveur des guerres) et Juan Francisco Lucas, dont nous avons déjà parlé, et celui du llano (la plaine) dont le chef est le général Couttolene. Les serranos, au pouvoir depuis le début du régime, d’abord avec Bonilla, puis avec Méndez, sont de plus en plus mal supportés par la ville de Puebla et par la plaine ; un soulèvement eut même lieu en 1879 et la ville d’Huejot-zingo fut mise à sac aux cris de « mort à Porfirio Díaz ! » et « mort à la Sierra ! »90.

  • 91 Paz, 1888, p. 47 ; Mestre Ghigliazza, 1945, année 1920 ; Del Castillo, 1953 ; Gámez, 1960, pp. 3 ss

116Márquez, réélu en 1888, cède enfin sa place en 1893 à une autre créature de Díaz, le général Mucio P. Martínez, étranger lui aussi aux clans rivaux, car il est né au Nuevo Leόn en 1841. Il habite ensuite Puebla, où il est commerçant avant que les guerres ne le fassent s’engager dans la carrière des armes, où il suit la carrière habituelle. En 1866, il combat dans l’Oaxaca sous les ordres de Porfirio Díaz. Il reste gouverneur de Puebla jusqu’à la révolution, mais étroitement surveillé par le président qui connaît bien sa dureté91.

  • 92 Citons ici pour mémoire, Damián Flores et Manuel Guillén au Guerrero, Aristeo Mercado au Michoacán, (...)

117Bien d’autres exemples pourraient être donnés de ces hommes, peu connus au départ, que Díaz a désignés pour soumettre les États au gouvernement fédéral92. Arrêtons-nous seulement avant de passer à un autre type de gouverneurs, à ceux que, parmi eux, nous pourrions appeler les militaires « jokers » du président. Nous entendons par là des chefs militaires qui sont selon les besoins, commandants militaires ou gouverneurs imposés, à tel point que certains le seront de plusieurs États différents, tels Marquez que nous avons déjà cité, mais encore Miguel Ahumada, au Chihuahua, puis au Jalisco, puis encore au Chihuahua, ou Joaquín Keller-gand au Tabasco, puis au Campeche, ou Luís del Carmen Curiel d’abord au Jalisco puis au Yucatán.

118Le général Bernardo Reyes, dont nous avons déjà décrit la carrière militaire et son rôle au Sonora et à San Luis Potosí, opère à partir de 1885 sa conversion en gouverneur du Nuevo Leόn. Désigné et non « élu » de 1885 à 1887, il récupère la charge en 1889 après une parenthèse de deux ans, où il gouverne cependant dans l’ombre en tant que chef de la zone militaire. Elu « par le peuple » du Nuevo Leόn, il devient jusqu’en 1909 le gouverneur modèle de l’époque porfirienne, auquel le Nuevo Leόn doit en partie son remarquable développement économique.

  • 93 Mestre Ghigliazza, 1945, année 1917 ; Márquez Montiel, 1953, p. 278 et les ouvrages cités d’Almada (...)

119Miguel Ahumada, sur un ton mineur, suit aussi une carrière administrative exemplaire. Né à Colima en 1844, d’abord menuisier, puis douanier dans le Nord, soldat puis officier dans les troupes du Jalisco, combattant contre l’Empire, il suit ensuite à partir de 1870 une carrière civile au Colima — député local, chef politique — ensuite au Chihuahua — chef de la zone fiscale. En 1892, il est imposé aux factions rivales de cet État qu’il quitte en 1903 pour jouer le même rôle dans le Jalisco jusqu’à ce qu’en 1911 il soit à nouveau envoyé dans le Chihuahua pour tenter d’enrayer la révolution93.

120Que tous ces hommes soient avant tout des hommes du président, cela ne fait pas de doute, mais souvent ils se sont aussi révélés d’excellents administrateurs, héritiers directs de maints grands intendants du xviiie siècle. D’ailleurs, la première époque et la première génération de porfiristes passées, il était normal que la compétence administrative fût de plus en plus appréciée, puisque en grande partie la docilité politique des provinces était déjà acquise. Cette catégorie de gouverneurs que l’on pourrait appeler des administrateurs a, en plus de Reyes et de Blas Escontría dont nous avons déjà parlé, quelques autres grands représentants : Juan Vicente Villada dans l’État de Mexico, Teodora Dehesa au Veracruz et Emilio Rabasa au Chiapas. Trois hommes unis par leur compétence administrative, mais aussi par leur capacité politique à bien connaître la vie de leur État, même si les deux premiers sont des porfiristes de l’ancienne cuvée et le dernier un brillant intellectuel apparenté aux científicos.

  • 94 Voir par exemple l’éloge de Molina Enríquez, 1934, III, p. 42 et Paz, 1888, p. 37 ; Sánchez Colin, (...)

121José Vicente Villada, né à Pachuca, dans l’Hidalgo, en 1843, commerçant dans sa jeunesse, lutte en 1857 sous les ordres de Miramόn dans les rangs conservateurs, mais lors de l’intervention française nous le retrouvons déjà parmi les républicains dans la défense de Puebla en 1863, puis au combat dans le Michoacán, où il se fait connaître comme éditeur d’un journal de l’armée en campagne. Député fédéral au triomphe des républicains, il s’oppose à Porfirio Díaz, et ne rallie le nouveau régime que quatre ans plus tard. En 1885, il fonde le journal El Partido Liberal et en 1889, il devient gouverneur de l’État de Mexico. Il y mène une politique de l’éducation qui lui vaut les éloges de Díaz et de beaucoup d’opposants94. Sa mort, en 1904, est unanimement regrettée.

  • 95 Paz, 1888 ; Pasquel, I, 1971, I ; Sodi de Pallares, 1959.

122Teodoro Dehesa, fut l’un des amis les plus proches de Díaz. Né à Veracruz en 1848, fils d’un pâtissier espagnol et d’une femme de Jalapa, il fait des études primaires, puis secondaires et ensuite se consacre au commerce et commence sa vie politique comme député local. Ami de Porfirio Díaz, il lui sauve la vie lors de l’échec de la Noria en 1872, et depuis lors l’amitié et la confiance entre les deux hommes ne se démentira pas. Pendant le porfirisme, il est chef de la douane de Veracruz, puis de 1892 à 1911, gouverneur du Veracruz, qu’il gouverne par des moyens politiques en évitant l’effusion de sang. La préoccupation essentielle de Dehesa est l’éducation. Il soutient le Collège préparatoire et l’Ecole normale de Jalapa, d’où sortent de nouvelles méthodes d’enseignement qui sont ensuite adoptées dans tout le pays ; il donne des bourses aux étudiants — dont Diego Rivera — pour étudier en Europe, aide l’archéologie et dirige une grande œuvre législative qui reste en grande partie encore en vigueur. Très proche de toutes les couches sociales, menant une vie simple — il se rend à pied tous les jours à son bureau avec son secrétaire —, il jouit d’une large assise politique, aussi bien locale que nationale par son amitié avec Díaz et avec son neveu Ignacio Muñoz, dont il est le « compère ». Apprécié par une majorité de ses concitoyens, il sera tolérant avec le madérisme et jouira de l’amitié de Madero95.

  • 96 L’excellent travail de García de Léon, 1981, dresse un panorama saisissant de ce que fut le « rabas (...)

123Emilio Rabasa appartient à une autre génération, à celle de ceux qui n’ont pas participé aux conflits du milieu du siècle. Il est né en effet en 1856 dans une famille d’hacendados, à Ocozocoautla, dans le Chiapas indien. Il réalise ses premières études chez lui, puis c’est le départ pour l’Oaxaca et pour son réputé Institut des sciences et arts, où il se lie avec d’autres futurs personnages du régime, Rosendo Pineda et Emilio Pimentel, et reçoit son diplôme de droit en 1878. Très brillant et d’une intelligence juridique exceptionnelle, appartenant à l’oligarchie de finqueros du Chiapas, il accède vite à ces premiers postes publics : député local du Chiapas en 1881, directeur de l’Institut de l’État en 1882, puis en 1884, secrétaire du gouvernement de l’Oaxaca sous Mier y Terán. En 1886, c’est la montée à Mexico et la succession d’honneurs : magistral, professeur d’économie politique. Positiviste, científico, il revient en 1891 comme gouverneur de son État natal, qu’il va contrôler de fait jusqu’à la révolution et au-delà. Ouverture sur le monde extérieur, modernisation de l’économie, appel aux capitaux étrangers, le Chiapas reculé et archaïque commence sous son administration à s’intégrer au Mexique. Symbole de cette transformation, le transfert en 1892 de la capitale de l’État de la traditionnelle, indigène et catholique San Cristobal Las Casas à la métisse et libérale Tuxtla Gutiérrez. Rabasa préside, avec ou sans titre de gouverneur, à cette époque chiapanèque, comme un intendant éclairé, décidé à faire le bien de ses sujets, malgré leur ignorance et leur retard96.

124Le cas de Rabasa nous introduit en fait dans un nouveau groupe de gouverneurs porfiriens que l’on retrouve surtout dans les dernières années du régime : celui des hommes qui appartiennent aux élites sociales et intellectuelles. Le phénomène est relativement nouveau, comme nous avons pu le constater à travers les biographies précédentes. Il s’agissait jusqu’à maintenant de gouverneurs issus soit des anciennes élites régionales, soit plus majoritairement de groupes sociaux moyens ou bas, élevés par la guerre. Nous avons vu des rancheros — on pourrait ajouter à ceux qui ont été cités, d’autres tel le général Pedro L. Rodríguez — des commerçants, des employés, des instituteurs, des militaires — ajoutons ici encore le général Canuto Neri, un autre grand cacique du Guerrero — et même des anciens péons — le colonel Manuel Alarcόn, gouverneur du Morelos jusqu’en 1908, ou des paysans d’une communauté indigène — le colonel Prospero Cahuantzi, gouverneur du Tlaxcala de 1885 à la révolution.

125Nous entrons maintenant dans un autre monde, celui des privilégiés par la fortune et par l’éducation et qui arrivent aux postes de gouverneur : couronnement politique d’une position sociale. Nous avons déjà parlé de certains de ces hommes, tels Enrique Creel et Olegario Molina, qui ont aussi été ministres. Ajoutons à ces exemples d’autres noms : Luis Espinosa y Cuevas à San Luis Potosí, Emilio Pimentel dans l’Oaxaca, Pablo Escandόn y Barrόn au Morelos, Diego Redo au Sinaloa. Leur caractéristique première est d’appartenir sans conteste et par naissance aux groupes privilégiés, à ces mêmes groupes que jusqu’alors Porfirio Díaz avait systématiquement écartés des postes où s’exerce le pouvoir réel.

  • 97 González Dávila, 1959, p. 519, Olea, 1964, pp. 14 ss.

126Prenons par exemple le cas de Diego Redo. Il est né en 1870 à Culiacán. Son père Joaquín était un immigrant espagnol sans fortune, qui fut d’abord commerçant au Durango, puis passa au Sinaloa, se lança d’abord dans l’industrie, puis dans l’agriculture, et épousa la fille d’une bonne famille de la région, Alejandra de la Vega. Il s’enrichit rapidement jusqu’à être l’un des principaux hacendados du Sinaloa, avec plusieurs haciendas modernes, consacrées à la canne à sucre dont El Dorado, dans la vallée de Culiacán. Joaquín Redo, ami de longue date du gouverneur Cañedo, associé dans ses affaires au ministre González Cosío, fut plusieurs fois député et sénateur. Diego Redo était, lorsqu’il devint gouverneur en 1909, appuyé par les científicos, surtout le fils de son père et l’un des membres les plus éminents de l’oligarchie du Sinaloa97.

  • 98 Chevalier, 1961.
  • 99 Womack, 1970, pp. 11-15 ; Annexe II ; D.P., I, 1970, p. 715 ; Paz, 1898, p. 43 ; Mestre Ghigliazza, (...)

127Pablo Escandόn y Barrόn appartenait, lui, à l’aristocratie de Mexico. Né à Mexico en 1857, dans une grande famille qui avait donné de nombreux hommes publics au Mexique, dont Guillermo de Landa y Escandόn, gouverneur au début du siècle du District fédéral, il avait fait ses études au collège jésuite de Stonyhurst en Angleterre, puis, de retour au Mexique, il était entré dans l’armée où il avait toujours occupé des postes à l’état-major, jusqu’à devenir chef de l’état-major présidentiel, tout en se consacrant avec compétence à l’exploitation des haciendas familiales dans cet État du Morelos, qui devenait dans cette fin du siècle un État éminemment sucrier, avec des haciendas modernes et bien gérées, mais grandissant aux dépens des terres communales des pueblos de la région98. Pablo Escandόn, lorsqu’il succéda par imposition présidentielle à un gouverneur de vieille souche porfirienne, Manuel Alarcόn, ancien péon, ancien militaire des guerres d’Intervention, ancien chef de police rurale et ancien chef politique, était à l’opposé de ce qu’avaient été jusqu’alors les gouverneurs porfiriens de la région. Il était lui, de l’aristocratie traditionnelle, de la ville de Mexico et très riche propriétaire foncier modernisateur99.

128Nous reviendrons plus loin sur les conséquences de ce changement dans le profil du gouverneur type du porfiriat. Signalons seulement que ce changement a lieu dans la dernière décennie du régime et que s’il nous fallait grouper ces différentes catégories par générations, ou par vagues, on pourrait dire que le porfiriat commence par des gouverneurs caciques régionaux, soit antérieurs à Díaz et ses alliés, soit par des fidèles de Díaz qui prennent avec sa victoire le pouvoir dans leur État et fondent ainsi de nouveaux cacicats.

129On peut rattacher à cette catégorie les cas des postes récompenses donnés aux grands fidèles, dans des États qui ne sont pas les leurs, et qui ont de ce fait peu de chances de devenir des cacicats permanents. Puis le pouvoir du président se raffermissant, les cacicats, cibles premières de la reconstruction de l’État, disparaissent. Ceux qui sont antérieurs au porfiriat disparaissent les premiers, ensuite ceux des fidèles, soit par la mort du titulaire, soit encore parce que leur pouvoir est trop proche ou trop autonome. A la veille de la révolution, il ne reste dans cette catégorie que celui du Sonora, et celui, devenu héréditaire, du Chihuahua.

  • 100 Voir pour ce détail, annexe III, figure III. La diversité des situations locales est très grande. S (...)

130Après la génération des caciques, alliés ou grands lieutenants du caudillo, celle des hommes du président. Dociles aux mandats donnés par Díaz, ils ont un passé neutre face aux factions rivales de l’État, une origine sociale et une carrière qui les rendent aptes à maintenir un relatif équilibre dans les forces sociales de l’État. Leurs dons d’administrateurs, si importants soient-ils, viennent en second lieu. C’est par rapport à ces qualités-là qu’ils sont jugés. Si ce jugement est positif, ils peuvent prétendre à se perpétuer indéfiniment au pouvoir et à former des néo-cacicats dépendants. Lesquels, dans la majorité des cas, se perpétuent jusqu’à la révolution100.

131Puis, progressivement, l’âge faisant disparaître ces groupes de compagnons d’armées, car ils l’étaient pour la plupart, arrivent les administrateurs, puis les privilégiés. Ceux-ci ont montré par leur réussite économique leurs capacités de gestionnaires : à l’« aristocratisation du César », fait pendant la « ploutocratisation » des gouverneurs.

Les militaires

  • 101 Le Mexique est découpé au début du xxe siècle en dix zones militaires et quatre commandements auton (...)

132Quand on aura mesuré à quel point les gouverneurs sont d’anciens compagnons d’armes du président ou des personnes ayant suivi une carrière analogue à la sienne, on comprendra que nous ayons pris le parti de ne pas séparer les chefs des zones militaires des gouverneurs101. Non pas que les fonctions soient identiques ; mais les hommes qui les occupent répondent à un profil que nous avons déjà décrit. D’autre part, le but de l’armée mexicaine consiste surtout à maintenir la paix intérieure et à lutter contre d’éventuelles révoltes régionales. Aussi le chef de zone militaire double-t-il le gouverneur dans son rôle de contrôle régional. Ce rôle a été très important lors de l’établissement du régime : le chef de zone militaire ou le chef d’opérations dans chaque État apparaissaient souvent alors comme arbitres des conflits locaux, ou comme le bras-armé du président chargé d’imposer ses volontés aux caciques ou aux factions. C’est ainsi que beaucoup parmi ces militaires, on l’a vu, sont devenus gouverneurs.

133Cette situation s’est progressivement modifiée avec le passage du temps. La pacification totale du pays a progressivement enlevé de l’importance à l’armée. La stabilité du régime est assurée par un savant équilibre des forces locales. Les gouverneurs en sont les garants. Même s’ils ont été des militaires, c’est dorénavant leurs charges civiles qui prédominent. Après les années 1880, qui ont vu la fin de la guerre apache, les opérations militaires sont circonscrites à deux régions. Au Sonora se déroulent périodiquement des campagnes contre les indiens Yaquis. Au Yucatán, au début du siècle, l’armée reconquiert l’est de la péninsule aux Mayas, indépendant de fait depuis la grande révolte de 1846. A part cela, les seules activités de l’armée sont quelques opérations ponctuelles, soit contre de petits soulèvements locaux dont nous parlerons plus loin en détail, tels ceux qui ont lieu dans les États de San Luis Potosí, Chihuahua, et Coahuila, soit à l’occasion de luttes de factions n’ayant pas trouvé de règlement pacifique, comme au Guerrero en 1898 et 1901.

134Les postes du commandement militaire, au moment où le porfiriat est à pleine maturité, sont paisibles. « Rien à signaler », telle est la seule information qui parvient au ministère de la Guerre. Il n’est pas étonnant que les vétérans des guerres civiles et étrangères du xixe siècle occupent encore une bonne partie de ces postes, d’autant plus que le personnel politique s’est progressivement « cristallisé » ; ceux qu’ils n’occupent pas reviennent à des militaires de carrière qui, sortis du Collège militaire, ont toujours connu, à l’exception des quelques opérations limitées que nous venons de citer, une armée de temps de paix.

135Les « vétérans » ont suivi une vie en tout point semblable à celle de ces gouverneurs que d’ailleurs beaucoup d’entre eux sont devenus. Ils ont accumulé les honneurs après des années de jeunesse guerrières et difficiles : postes militaires et civils divers, mandats fictifs de député ou de sénateur. A la veille de la révolution, vieux par l’âge et la fatigue, ils n’ont plus rien à attendre d’une vie qui les a déjà comblés.

  • 102 Voir annexe IV, 1, pour ces chefs devenus gouverneurs en 1913-1914 sous Victoriano Huerta.

136Les autres, seuls militaires de métier du porfiriat, apparaissent aussi comme plus cultivés — formation au Collège militaire, titres d’ingénieur, souvent quelques missions à l’étranger également — et moins chargés d’honneurs. Pratiquement aucun d’entre eux n’est devenu gouverneur. Moins du tiers sont députés ou sénateurs. La vie de garnison et les grades à l’ancienneté ne les prédisposent pas à exercer le pouvoir réel que les gouverneurs militaires de la première période du régime ont appris à connaître et à exercer dans la guerre de guérillas, dans les armées improvisées et dans les intrigues des coups d’État. Vu sous cet angle, le porfiriat apparaît comme un régime de plus en plus civil, où l’on assiste à un mouvement très marqué de dépolitisation des nouvelles générations militaires. Cela ne s’était pas encore produit dans le Mexique indépendant. Il faudra attendre la révolution et le coup d’État de Huerta pour que les militaires de cette seconde catégorie réoccupent des postes politiques comme gouverneurs des États102, à l’instar de leurs prédécesseurs.

5. LES PARLEMENTAIRES ET LES JUGES DE LA COUR SUPRÊME

  • 103 Les dates ont été choisies pour pouvoir considérer les réélections à partir de 1900 ; la durée du m (...)

137Députés et sénateurs forment la grande majorité des personnages que nous avons recensés dans notre corpus. Pourtant nous n’avons retenu ces charges qu’à partir de 1896 pour les sénateurs, et 1898 pour les députés103. Leur nombre reste encore impressionnant et propice à une étude quantitative complète : 1 142 personnes ont occupé les 3 234 postes de député et 241 les 432 sièges de sénateur. Certains ont cumulé les deux charges. Comme nous l’avons vu dans les caractéristiques générales, les deux types de personnes occupant ces postes sont suffisamment différents pour que nous les analysions d’abord séparément. Quant aux juges de la Cour suprême, leurs carrières, nous le verrons, sont semblables à celles des parlementaires ; les échanges entre les deux types de poste étant constants.

Les députés

  • 104 Voir annexe III, tableau I.
  • 105 Cosío Villegas, I, 1970, p. 480.

138La première constatation que l’on peut faire à propos des députés est l’extraordinaire stabilité des hommes dans cette charge (fig. 2-7) : 90 % de réélus en moyenne de 1900 à 1902, 86 % de 1902 à 1910 pour les titulaires ; un peu moins, 63 % en 1900 et de 48 % à 55 % de 1902 à 1910, pour les suppléants. Seule la mort produit des changements significatifs dans ce groupe. Une exception : l’année 1902, dont la singularité est due, en partie, à un redécoupage électoral104. Les députés porfiriens sont devenus une élite fermée, où se retrouvent toujours les mêmes hommes. Nous disons « devenus », car aux premières élections législatives du porfiriat en 1877 furent « élus » une majorité d’inconnus qui commençaient alors une très longue carrière politique105. Francisco Bulnes, par exemple, élu pour la première fois en 1880 comme suppléant de Manuel Romero Rubio, a été réélu quinze fois jusqu’à la révolution. Dans notre décennie, cinq personnes ont été dix fois députés, un neuf fois, dix l’ont été huit fois, cent trois sept fois, cinquante et un six fois, soixante-neuf cinq fois, quatre-vingt-douze quatre fois, etc. ; grande stabilité, on le voit, mais qui n’exclut pas, toutefois, une certaine alternance.

139Pour expliquer cette alternance et comprendre ce qu’est réellement un député, examinons dans les faits ces réélections à partir du district où sont réélus les députés : dans le même district, dans un district différent du même État, dans un État différent (fig. 2-8). Comme cela était prévisible, le mandat de député titulaire est pratiquement irréversible : on passe de suppléant à titulaire, mais le contraire reste exceptionnel, mise à part l’année 1902. Il existe en outre une relative mobilité des députés à l’intérieur du même État, mais, phénomène plus surprenant, d’un État à l’autre elle est encore plus grande.

  • 106 Molina Enríquez, 1934, p. 84 ; Cosío Villegas, II, 1972, pp. 422 ss. et plus haut, chapitre I.

140Le député apparaît ainsi comme un individu détaché de sa circonscription, lorsque ce n’est pas de l’État qu’il est censé représenter. Le phénomène est significatif et vient confirmer ce que nous savons par des données qualitatives. Les futurs députés sont choisis par Díaz sur des listes nationales préparées par des collaborateurs de confiance, tels Manuel Mercado ou Rosendo Pineda. Ces listes de noms sont envoyées aux gouverneurs pour qu’ils fassent « élire » ceux qui y figurent dans les districts correspondants106.

Source : Annexe II.
Figure 2-7 : Les réélection des députés : évolution globale

Source : Annexe II.
Figure 2-8 : Les lieux de réélection de députés

141Dans la presque totalité des cas, on ne constate aucune variation significative de pourcentages de réélus dans chaque État après un changement du gouverneur réel. Cela ne veut pas dire que les députés — ou les sénateurs — soient élus par le peuple indépendamment du gouverneur ou qu’ils soient véritablement enracinés dans leur circonscription ; nous avons déjà montré à quel point le vote est fictif ; les « élections » ne dépendent pas vraiment des gouverneurs : elles demeurent une prérogative du gouvernement fédéral. Le Mexique porfirien se comporte comme une circonscription électorale unique avec un seul électeur : le président.

  • 107 C’est cette apparente incohérence que Cosío Villegas, II, 1972 met en valeur avec son habituelle ir (...)
  • 108 Les tableaux détaillés des réélections peuvent être consultés dans Guerra, 1983, p. 1484.

142Cependant, il est malgré tout surprenant que la majorité des députés (titulaires et, dans une moindre mesure, suppléants) soient élus dans le même district. On a mis en relief l’incohérence qui semble présider à des mouvements qui semblent plus relever d’un changement d’affectation de fonctionnaires que d’une élection populaire, même fictive107. Mais il faut aussi marquer la permanence formelle dans leur poste de la majorité des élus. Cela renvoie à une catégorie d’hommes qui, influents dans leur État respectif, jouissent de la confiance du président, de son entourage ou des gouverneurs. Nous disons bien des gouverneurs. Certes, le président est le seul à décider ; mais il le fait parfois en suivant les suggestions de certains gouverneurs qui jouissent d’une confiance particulière et qui ont reçu de ce fait un pouvoir délégué leur permettant de récompenser personnellement la loyauté de leurs propres fidèles. Il est significatif à ce propos que les États qui comptent les plus hauts pourcentages de réélus dans l’État soient précisément ceux qui ont des gouverneurs très enracinés et bien vus de Díaz : le Querétaro, le Guanajuato et le Veracruz et cet État de l’Oaxaca qui restera toujours celui du président108. Il faut ajouter que cette permanence semble être également conséquence de la routine et de l’immobilisme de la fin du porfiriat : pourquoi s’efforcer de faire autrement lorsque l’on n’a jamais changé depuis des décennies ? Ainsi, dans cette masse de députés, deux grandes catégories se distinguent : la première, formée par des hommes sans aucune attache avec l’État où ils sont « élus » et où, d’ailleurs, ils n’ont généralement jamais mis les pieds — tel Francisco Bulnes, déjà cité, en Basse-Californie, ou encore le yucatèque José Dominguez Peόn dans le Chihuahua, pour ne citer que deux exemples parmi des dizaines d’autres ; la seconde regroupe des personnalités locales « élues » dans leur État.

143La première catégorie rassemble essentiellement des hommes qui reçoivent le siège de député comme une consécration de leur position sociale, politique ou familiale. Le siège de député est le complément d’un poste de haut fonctionnaire ou même de ministre — c’est le cas par exemple de José Maria Gamboa, de Roberto Núñez, de Rosendo Pineda, de Manuel Calero, etc.

144Il est aussi le signe de l’appartenance à des familles dont les membres les plus influents jouissent de la faveur du président. On y trouve, pour ne citer, par souci de brièveté, que quelques exemples, le père de José Yves Limantour, plusieurs De la Barra, Bolaños Cacho, González de Cosío, Chavero, Curiel, Díaz de Leόn, Fenochio, Fernández Castellό, Landa y Escandόn, Lascurain, Macedo, Parra, Reyes Retana, Reyes Spíndola, Rin-cόn Gallardo, Villada, etc.

145Dans une société où la faveur officielle constitue un élément du rang social ainsi qu’une condition de réussite professionnelle, l’importance de la famille d’un homme influent montre que la récompense des services rendus, loin d’être purement individuelle, atteint la famille tout entière. On reviendra sur ce phénomène en tant que révélateur de la structure et des valeurs de cette société. Les grands dignitaires du régime voisinent ici avec les grands noms de l’aristocratie traditionnelle dans une fonction qui, à la fin du porfiriat, est éminemment honorifique : elle a souvent le caractère d’une distinction accordée par degrés d’après les services rendus et l’ancienneté dans la charge.

146Cela est tellement vrai qu’il arrive que ce soit par la presse ou par un ami proche du pouvoir que les heureux promus apprennent leur élection, sans qu’ils se soient jamais présentés. Les rejetons de ces familles suivent ainsi un « cursus honorum » qui les conduit, sans qu’ils cessent pour autant d’habiter Mexico, de mandats dans des États périphériques à des suppléances dans des États plus importants, pour finir enfin, s’ils arrivent au bout de ce « cursus », par des mandats dans les grands États et surtout dans le District fédéral.

  • 109 Citons par exemple Miguel Bolaños Cacho, Victor Manuel Castillo, Carlos Díaz Dufoo, Jesús Díaz de L (...)

147Ce caractère honorifique apparaît aussi dans la présence, à la Chambre des députés, de sommités de la vie professionnelle et intellectuelle du pays : médecins et juristes fameux, professeurs, écrivains, journalistes, artistes, directeurs des grands établissements de Mexico : écoles, musées, hôpitaux. C’est le Mexique du savoir et de la réussite professionnelle : un Mexique ultraminoritaire et néanmoins l’archétype d’une société qui se veut cultivée, « présentable », civilisée109. D’après un témoin de l’époque, la Chambre des députés était « comme un musée d’histoire naturelle où l’on trouve un spécimen de chaque espèce » ; des espèces, ajoutons-nous, des plus honorables.

148La seconde catégorie est formée par des personnalités appartenant aux groupes dominants des États. Le plus souvent, ce sont des parents d’hommes politiques occupant eux-mêmes des charges avec un pouvoir réel, ou des membres d’oligarchies anciennes exclues du pouvoir, ou des nouveaux privilégiés qui ajoutent à leur réussite sociale un titre de considération publique, une « décoration » pourrait-on presque dire. On trouve ainsi des Canton au Yucatán, des Dehesa au Veracruz, des Espinosa y Cuevas à San Luis, des Marin à Puebla, des Corona au Jalisco, des Mexueiro dans l’Oaxaca, des Mercado au Michoacán, des Molina au Yucatán, des Rabasa au Chiapas... Souvent, le poste devient quasi héréditaire, le père étant titulaire et le fils suppléant.

Élections par moitié tous les deux ans. Réélections tous les quatre ans.
Source : Annexe II.
Figure 2-9 : Les réélections des sénateurs : évolution globale

Source : Annexe II.
Figure 2-10 : Les lieux de réélection des sénateurs

149Malgré l’absence de représentation démocratique réelle, les députés, d’une certaine manière, représentent réellement le pays. Non pas la circonscription qui leur est attribuée, cela va de soi, mais la société elle-même et cela à un double titre.

150Ils représentent en effet les familles ou les groupes qui exercent le pouvoir avec le président et ses gouverneurs. Ils sont membres de ces clans familiaux puissants par l’influence politique ou la fortune, sans l’existence desquels le système politique porfirien serait incompréhensible. Mais ils sont aussi une représentation symbolique des élites sociales, des élites de l’intelligence. Il en va un peu comme d’un conseil royal où seraient représentés non seulement les grands seigneurs et leurs parents, mais aussi les fonctionnaires royaux, les clercs et les hommes les plus illustres du royaume.

151Dans cette chambre du porfiriat finissant, il y a un parfum d’Ancien Régime, ou un précorporatisme qui ne dit pas son nom, soucieux de représenter non démocratiquement les forces sociales qui sont censées compter dans la société. Représenter, et non point exercer le pouvoir, car nous avons dit combien le rôle politique de la chambre est négligeable et comment le pouvoir réel circule à travers la hiérarchie de l’exécutif : du président aux gouverneurs, qui appartiennent, pour la plupart, à un milieu tout différent.

Les sénateurs

152Deuxième chambre du Congrès, le Sénat présente beaucoup d’analogies et quelques différences importantes avec la Chambre des députés. Comme elle, mais dans une moindre mesure, il connaît une remarquable stabilité (fig. 2-9), avec, pour les titulaires, un minimum d’environ 52 % de réélus en 1900 et 1910 et un maximum de 84 % en 1906, et, pour les suppléants, un minimum de 16 % en 1908 et un maximum de 77 % en 1906.

153En examinant dans quels États les sénateurs sont élus (fig. 2-10), on constate, à la différence de ce qui arrive avec les députés, la moindre importance du passage d’un État à un autre. Les sénateurs, tout en connaissant des transferts fictifs de siège, semblent plus enracinés dans l’État qui leur a été attribué, et qui est souvent le leur. Par ailleurs, il convient de souligner l’importance de la promotion interne, si l’on peut dire : nombreux sont les suppléants qui deviennent sénateurs titulaires du même État.

154Ces deux phénomènes correspondent bien à la nature de la charge telle que nous l’avons déjà partiellement analysée. Le poste de sénateur est un poste convoité dans l’échelle des honneurs auxquels peuvent prétendre les dignitaires du régime. Les motifs en sont nombreux : effectif réduit des titulaires — deux sièges de titulaire et deux de suppléant par État, 241 personnes ayant occupé cette fonction pendant notre période, alors que 1 142 ont été députés ; durée double du mandat — quatre ans au lieu de eux ; attributions théoriques importantes — résoudre les conflits à l’intérieur des États et donc nommer par exemple les gouverneurs provisoires ; enfin, représentants des États de la fédération et non des circonscriptions, ils bénéficient, dans l’opinion mal informée, du prestige de leurs homologues nord-américains, et de l’évocation rituelle des « pères conscrits » de l’ancienne Rome.

  • 110 Voir plus haut, p. 63.
  • 111 Cité par Morales Jiménez, 1960, p. 29.

155Toutes ces raisons font du poste de sénateur, comme nous l’avons vu plus haut110, le poste de fin de carrière le plus fréquent. Mais pour beaucoup cette fin de carrière est une retraite, une mise à l’écart anticipée, souvent une disgrâce que l’on déguise par un prix de consolation. C’est pour cela que nous parlions d’opinion mal informée, car le Sénat, à l’époque porfirienne, a des allures de maison de retraite. Filomeno Mata le qualifiait déjà en 1882 « d’hétérogène agrégat de résidus de tous les partis, caserne d’invalides de l’adulation et de l’intelligence »111. Cela explique d’ailleurs le petit nombre de réélus : dans cette chambre de retraités, la mort fait des ravages.

  • 112 On pourrait aussi citer le général Jésus Arechiga, cacique porfirien du Zacatecas ; Germano García, (...)
  • 113 On pourrait ajouter les ex-gouverneurs Rafael Pimentel du Chiapas, Miguel Castellanos Sánchez du Yu (...)

156On y trouve, pêle-mêle, tous les personnages de la vie régionale ou nationale que nous avons vus occuper d’autres postes lorsque l’âge ou la disgrâce les ont poussés à quitter la vie politique active, la vie politique par excellence, celle où l’on commande, où l’on gouverne : des caciques régionaux, dont le pouvoir a été brisé par Díaz — Diego Alvarez, le cacique héréditaire du Guerrero, Luís Terrazas pendant son éclipse politique, par exemple112 ; des gouverneurs et des militaires porfiriens de tout type, qui n’ont pas su ou pu se perpétuer au pouvoir — Antonio Mercenario au Guerrero, Rosendo Márquez à Puebla...113 ; des anciens ministres limogés, tel Joaquín Baranda, le tout-puissant ministre de la Justice et proconsul officieux de la péninsule du Yucatán limogé, en 1901 à cause de son hostilité à Limantour ; ceux que Díaz a remplacés face à la grogne de leurs administrés, comme Martín González dans l’Oaxaca...

157Pour d’autres personnages qui n’ont pas exercé de pouvoir régional, mais d’autres charges, le Sénat apparaît aussi comme un honneur de fin de carrière, une sorte de dernière promotion dans leur « cursus », tels Leandro Alcolea, plusieurs fois député du Veracruz, Miguel Bolaños Cacho, député et juge de la Cour suprême, Policarpo Valenzuela, milliardaire influent au Tabasco empêché de devenir gouverneur de son État, Eduardo Villada, frère du gouverneur de l’État de Mexico José Vicente, etc. Ajoutons enfin que, à l’instar de la Chambre des députés, le Sénat est un lieu où l’on montre certaines de ces sommités intellectuelles dont nous avons parlé.

158Cependant, le Sénat n’est pas pour tous ses membres une maison de retraite. On y trouve des hommes qui exercent aussi un pouvoir réel dans une autre charge, ou des personnalités locales destinées à de plus hauts postes. Citons parmi les premiers ceux qui cumulent — et dont le poste au Sénat est habituellement occupé par leurs suppléants : des ministres ou des secrétaires d’État, tels Blas Escontría, ou Olegario Molina ; des chefs de zone militaire, comme Lorenzo et Luís Emeterio Torres ; des gouverneurs, comme Francisco Cañedo et Alejandro Vázquez del Mercado. Il s’agit, pour eux, d’un honneur supplémentaire qui manifeste publiquement l’estime que Díaz éprouve pour eux.

  • 114 Voir annexe II pour les carrières complètes.

159Parmi les seconds, les hommes « qui montent », figurent notamment ceux pour qui le Sénat est une étape sur le chemin qui les conduit à des postes plus élevés : futurs ministres ou secrétaires d’État, comme Manuel Calero y Sierra et Norberto Domínguez ; futurs gouverneurs, assurés de leur avenir par leur influence importante dans leur État, comme Miguel Silva — qui sera gouverneur du Michoacán à l’époque madériste — ou Venustiano Carranza qui suivra ce même itinéraire au Coahuila avant de devenir, sous la révolution, le premier chef de l’armée constitutionnaliste114. Ces derniers cas restent malgré tout exceptionnels. Le Sénat, prix de consolation à une retraite effective, est bien l’honneur supplémentaire que l’on offre aux plus importants des fidèles, une compensation de prestige donnée à ceux qui sont écartés du pouvoir réel. En ce sens, il constitue un organe nécessaire du régime. Régime dont l’un des ressorts du succès est l’unification des élites actives du pays, par l’attribution d’une place, fût-elle honorifique, dans l’échelle des dignités reconnues par la société à ceux qu’il exclut du monde de la politique réelle.

160C’est ce même caractère de dignités et d’honneurs qui explique la relative incohérence de la répartition des postes de députés et de sénateurs. Ce qui importe, c’est d’arriver à occuper un poste pour marquer son appartenance aux élites du pays. On comprend ainsi la sorte de roulement que l’on peut constater dans l’occupation des sièges. Le nombre de ces dignités étant limité, il faut que tous ceux qui comptent aux yeux du président y accèdent tour à tour. Mais c’est ici que la progressive cristallisation de l’élite apparaît clairement : la réélection reste malgré tout la règle. Ceux qui s’incorporent à ce monde de notables reconnus, en plus d’être en faible nombre, appartiennent déjà par leur famille, à cette élite qui, nouvelle au début du porfiriat, a vieilli et se referme sur elle-même dans les dernières années du régime.

161D’autre part, le caractère aléatoire du siège attribué, qui pourrait sembler une incohérence, contribue à montrer de façon très concrète et visible que le président est le seul à décider souverainement de toutes les grâces et de toutes les faveurs. L’arbitraire est un attribut du pouvoir absolu du caudillo et de son indépendance par rapport aux forces mêmes qui le soutiennent.

Les magistrats

162Les juges de la Cour suprême peuvent être assimilés aux députés et aux sénateurs par leurs carrières ; sur trente-deux personnages recensés, les deux tiers ont d’ailleurs été, sont ou seront des parlementaires. Etre magistrat de la Cour suprême est encore un honneur pour les personnalités politiques porfiriennes. C’est appartenir à un organisme prestigieux mais entièrement soumis au président. C’est un honneur passager avant que l’on retourne à d’autres charges.

  • 115 Voir annexe II pour les carrières complètes.

163Les magistrats ont suivi des carrières classiques où l’on trouve toute l’échelle des charges de l’État. Comme il est normal, les postes judiciaires inférieurs prédominent, soit qu’ils dépendent des États, soit encore des tribunaux régionaux fédéraux — les tribunaux de circuit. Mais la carrière judiciaire, aussi dominante soit-elle, — surtout parmi ceux qui n’ont pas occupé d’autre charge nationale — n’épuise pas tout l’itinéraire de ces magistrats. On trouve aussi parmi eux d’anciens gouverneurs comme Ignacio Vallarta, José Zubieta, Rafael Rebollar ou Pudenciano Dorantes, d’anciens secrétaires du gouvernement des États, comme Julio Zarate, d’anciens chefs politiques, etc.115.

164Comme pour les autres charges que nous avons analysées, la fluidité des hommes est grande d’un poste à un autre. Cela est dû à la grande mobilité sociale qui a marqué les débuts du régime — on trouve tous les postes possibles, même les plus bas, lorsqu’on examine les carrières de l’élite politique à sa maturité — mais aussi à la hiérarchie unique du pouvoir, qui aboutit au seul véritable souverain : Porfirio Díaz.

6. AUTRES CHARGES

  • 116 Le nombre de personnes considérées, plusieurs dizaines, pour chaque type de charge, sans prétendre (...)

165Dans la multitude des postes qu’une administration en pleine expansion offrait, nous y reviendrons, nous avons préféré nous arrêter ici sur les postes politiques les plus classiques et les plus importants des États : les députés locaux des assemblées locales des États, les gouverneurs intérimaires, les juges et tout particulièrement les chefs politiques. Tous ces postes renvoient à une masse considérable d’hommes. Nous ne l’avons pas étudiée de façon exhaustive — cela aurait accru démesurément un corpus déjà très large —, mais au hasard des cas locaux. Nous avons réalisé une analyse plus complète pour deux États : l’un du Centre, l’État de Mexico, et l’autre du Nord, le Chihuahua116.

Les charges des États

166Dans chaque État, on trouve, en effet, une organisation des « pouvoirs » calquée, à quelques différences près, sur celle de la Fédération. A côté du gouverneur siège une assemblée locale, aux effectifs variables : dix-sept titulaires et autant de suppléants au Mexico, quinze au Chihuahua, par exemple. Elle fonctionne théoriquement comme une assemblée unique souveraine dans l’État. C’est à elle que correspond le vote des budgets, l’élaboration de la constitution de l’État, ses codes, ses lois, ses impôts. Il lui revient d’autoriser le gouverneur à quitter temporairement l’État et de désigner pendant son absence un gouverneur intérimaire, ou encore de nommer un substitut pour remplacer un gouverneur démissionnaire ou empêché, etc. Des pouvoirs, donc, considérables, qui font de la législature locale, en période de réajustement des forces politiques régionales, l’instance à conquérir pour tout prétendant au pouvoir régional.

167A notre époque, après la longue stabilité du régime, les assemblées locales reproduisent à leur niveau les phénomènes que nous avons observés à l’échelle nationale. Ces assemblées apparaissent essentiellement composées de notables et de fonctionnaires, de personnes appartenant à l’oligarchie régionale, et de celles qui sont liées à la personne du gouvernement.

  • 117 Les données sont tirées de Concentraciόn de datos estadísticos del Estado de Mexico, années 1897 à (...)

168Dans l’État de Mexico, par exemple, on trouve un assez grand renouvellement de ces députés locaux ; seulement quatre députés de 1897 le sont encore en 1910117. Mais si les personnes changent, les familles représentées le font plus rarement ; on retrouve toujours les mêmes noms au long de ces années : des Pliego, des Garcia, des Henkel, des Villada, des Montes de Oca, etc. c’est-à-dire les membres des familles les plus connues de l’État, et dans le cas précis d’un État ancien et agricole, des familles appartenant à l’aristocratie traditionnelle, à laquelle s’ajoutent des membres de la nouvelle aristocratie politique du porfiriat, tel le fils du général Felipe Berriozábal, ou le général Rafael Cravioto, dont nous connaissons le pouvoir dans l’Hidalgo.

169A côté de ces privilégiés apparaissent aussi des fonctionnaires de l’administration de l’État, des créatures du gouvernement d’origine plus modeste. Francisco M. de Olaguibel, par exemple, né à Mexico en 1874, fait toutes ses études à Toluca. En 1897, il apparaît, alors qu’il est encore étudiant en droit, comme rédacteur au secrétariat particulier du gouverneur Villada. En 1900, année de l’obtention de son diplôme de droit, il est député local suppléant. Titulaire en 1902, il devient en 1904 député fédéral, avant de poursuivre à Mexico une carrière politique plus importante. Citons encore le secrétaire particulier du gouverneur, José Maria Pastor, le secrétaire général et père du gouverneur, Eduardo Villada, les rédacteurs (escribientes) puis chefs de section Gregorio M. Avalos, Leopoldo Ezeta, le directeur du Journal officiel de l’État, Francisco Javier Gaxiola, etc. Certains chefs politiques deviennent aussi des députés locaux, en récompense des services rendus au gouverneur. La voie qui mène à la carrière politique et souvent à la réussite sociale, passe pour beaucoup de membres des classes moyennes par l’entrée dans la clientèle du gouverneur et par les postes administratifs de l’État.

170A l’instar de leurs collègues députés fédéraux, les députés locaux changent de district de façon continuelle et purement fictive. Les États reproduisent à l’échelle locale le système de représentation des groupes privilégiés et des récompenses aux fidèles du gouverneur. Dernier trait du caractère publiquement fictif de cette représentation : dans les annuaires officiels de 1897, les adresses de dix députés locaux sur trente-quatre de l’État de Mexico (capitale Toluca) indiquent clairement la ville de Mexico comme lieu de résidence.

  • 118 On peut consulter commodément les listes des députés du Chihuahua dans Almada, 1964, pp. 27-35.

171On peut faire des remarques analogues sur les députés locaux du Chihuahua118. Là, jusqu’à la loi électorale de 1883, les députés locaux sont élus par un vote global de tout l’État, les quinze premiers étant députés titulaires et les quinze suivants, suppléants. Après la réforme, l’État est divisé en quinze circonscriptions, ce qui devrait théoriquement rapprocher les élus des électeurs. Il n’en est rien. Ici aussi l’élection reste purement fictive, avec des changements de circonscription fréquents et purement formels. Les réélections répondent simplement au désir de contenter le maximum de membres des élites sociales et politiques, ou de nuancer, le cas échéant, la faveur officielle. Comme dans l’État de Mexico, on trouve la représentation des privilégiés de la fortune, des hacendados, des banquiers, des propriétaires de mines, des commerçants. Des noms connus reviennent souvent : Terrazas, Cuilty, Creel, Márquez, Cortazar, Urueta, Delhumeau. Ici, comme il est normal dans un État pionnier et plus récemment peuplé, l’origine des fortunes est plus récente. Dans de nombreux cas, elles remontent à la génération libérale du milieu du siècle.

  • 119 Ibidem, p. 36 et annexe II.

172A côté de ces privilégiés se trouvent les hommes liés au gouverneur, sa famille en premier lieu : de 1903 à 1911, par exemple, sont députés locaux Manuel Prieto, Juan et Luis Terrazas, Juan E. Creel, Carlos Cuilty, Manuel L. Luján et Miguel Márquez, tous proches parents de Luis Terrazas et son neveu et beau-fils unique Enrique Creel, gouverneur de l’État. Viennent aussi des clients des gouverneurs, exerçant les plus hauts postes de l’État : le secrétaire général Joaquín Cortazar, secrétaire du gouvernement ; plusieurs trésoriers généraux de l’État, tels Evaristo Hernández ou José Maria Sánchez ; des chefs politiques comme Ignacio Velázquez ou Francisco A. Navarro ; des secrétaires particuliers du gouverneur, comme Benjamin Pedroza ou Sergio Sánchez...119

173Dans les deux États également, plusieurs de ces personnes cumulent ces postes avec des postes de député fédéral ou de sénateur, ou passent de l’un à l’autre. Tout cela marque, nous l’avons dit, la dignité de leurs familles, des liens privilégiés avec Porfirio Díaz et ses proches, ou l’estime dans laquelle Díaz tient le gouverneur de l’État dont ils sont les fidèles.

174Ce milieu de députés locaux est une pépinière de gouverneurs intérimaires. Leur rôle est important : ils gouvernent parfois longtemps l’État au nom et selon les instructions d’un gouverneur absent. Soit que celui-ci occupe un poste national le retenant ailleurs, c’est le cas de ministres gouverneurs, comme Carlos Pacheco, Carlos Díez Gutiérrez, Enrique Creel, Porfirio Díaz lui-même gouverneur théorique de l’Oaxaca de 1881 à 1883 et ministre de Fomento. Soit encore que le gouverneur en titre considère son pouvoir si bien assis qu’il s’absente pendant des mois de son État, tel le général Francisco O. Arce, dans le Guerrero.

  • 120 C’est le cas par exemple de Matias Guerra et Guadalupe Mainero au Tamaulipas, d’Eduardo Pankurst au (...)

175Devenir gouverneur intérimaire signifie aussi avoir franchi un pas supplémentaire dans la hiérarchie politique : approcher le poste de gouverneur titulaire. Il n’est donc pas étonnant de constater que beaucoup de gouverneurs intérimaires deviennent ensuite gouverneurs à part entière120 et que des hommes qui considéraient avoir parcouru fidèlement toutes les étapes conduisant à ce suprême pouvoir régional, aient ressenti comme une offense l’arrêt de leur carrière avant ce poste convoité. C’est le cas de Venustiano Carranza, le futur chef de la révolution. Il parcourt toutes les étapes du cursus porfirien : président municipal en 1887 et 1894, député local, député fédéral suppléant du Coahuila en 1898, sénateur suppléant en 1900, sénateur titulaire en 1904 et 1908 et gouverneur intérimaire en 1908 : ses liens avec le général Reyes provoquent en 1909 la perte de la faveur officielle. Il ne sera pas « élu » gouverneur malgré son prestige dans le Coahuila.

  • 121 Citons, parmi d’autres, Alonso Guido y Acosta au Veracruz, Encarnaciόn Davila au Coahuila, Enrique (...)
  • 122 Citons parmi les secrétaires du gouvernement : Luis Flores y Caso au Morelos, Matias Guerra au Tama (...)

176Pour occuper ce poste d’intérimaire, plus encore que pour d’autres, la loyauté est une condition indispensable. C’est pourquoi on y trouve souvent des parents, des amis, des hommes de confiance du gouverneur en titre. Pour ce qui est de leur profession ou de leurs fonctions antérieures, nous retrouvons ici la dualité des élites locales : d’un côté des notables locaux appartenant aux familles liées au gouverneur et souvent exerçant dans la capitale de l’État une profession libérale — avocats et médecins surtout — en plus de l’administration de leurs affaires — agricoles, minières, commerciales, industrielles121 ; de l’autre des fonctionnaires de l’État, souvent d’origine modeste mais qui se sont élevés jusqu’à ces élites du savoir ou de la fortune grâce à une carrière administrative : instituteurs, licenciés en droit, anciens militaires sont devenus secrétaires du gouvernement, secrétaires particuliers du gouverneur, trésoriers généraux et membres du tribunal de justice de l’État, ou encore, plus communément, chefs politiques, celui de la capitale régionale étant le plus souvent désigné122.

177Ces dernières charges ne font en général pas appel au même type de personnes. Le poste de secrétaire du gouvernement d’un État exige certaines connaissances techniques. Aussi est-il normalement occupé par des gens qui ont fait des études supérieures, le plus souvent du droit. Ce. secrétaire est le chef effectif de l’administration de l’État. Il prépare maints projets de loi, et assure la continuité de l’action politique. Il est placé dans une position stratégique qui lui permet de bien connaître l’ensemble des affaires de l’État. C’est pourquoi il doit être un homme du gouverneur et jouir de sa confiance, sans quoi il risquerait de se poser en rival éventuel dans l’État. C’est la raison pour laquelle, nous l’avons dit, Díaz choisit parfois ses gouverneurs dans cette catégorie de fonctionnaires bien au courant des équilibres ou des déséquilibres de l’État.

  • 123 Voir plus haut chapitre I, p. 49.
  • 124 C’est le cas par exemple dans l’État de Mexico, où cela provoqua en 1881, le conflit entre José Zub (...)

178Dans d’autres cas, il s’agit de fonctionnaires professionnels qui se tiennent soigneusement à l’écart de la politique et qui, à ce titre, resteront en place pendant la période révolutionnaire. Mais ce n’est pas le cas le plus fréquent, et pour cause : comme tous les postes publics, celui-ci récompense des services et des loyautés qui, parfois, dépassent le cadre de l’État. C’est ainsi qu’en 1909 le jeune José Castellot fils, qui, comme son père, appartient au groupe científico de Mexico, devient secrétaire du gouvernement du Sinaloa, après l’élection du nouveau gouverneur Diego Redo, que ce groupe avait appuyé(124). D’autres postes aussi importants sont ceux de trésorier général et de juge du tribunal de justice de l’État. Le premier, pour des raisons évidentes : il est l’administrateur des fonds publics ; le second parce qu’il offre line consécration régionale, analogue à celle de juge de la Cour suprême, à ce groupe extrêmement nombreux et agissant des licenciés en droit. D’ailleurs, dans certains États le président du tribunal de justice remplace d’office le gouverneur empêché, ce qui fait de lui, comme sous la constitution de 1857 avant la réforme créant le Sénat123, un rival potentiel du gouverneur en place124.

Les « chefs politiques »

  • 125 Hale, 1972, pp. 82 et 89-94, et pour le détail de l’évolution porfirienne, plus loin, chapitre V.

179Enfin, nous arrivons à une catégorie d’hommes extrêmement importants dans le système politique et administratif du Mexique du xixe siècle : les chefs politiques. Héritiers des corregidores, puis des sous-délégués, placés à la fin du xviiie siècle à la tête des sous-divisions administratives des intendances, héritières à leur tour des alcaldías mayores de la première période espagnole, les chefs politiques acquièrent une nouvelle importance dans la Constitution élaborée par les Cortès de Cadix en 1812 et appliquée ensuite au Mexique. Dans cette Constitution, chaque province est gouvernée par une diputacion élue présidée par un « chef supérieur » ou « politique » nommé par le roi. Le chef politique deviendra le gouverneur du Mexique indépendant. Très vite cependant, le problème du contrôle de régions, beaucoup plus étendues que les provinces espagnoles et le faible niveau des conseillers municipaux suscitent l’apparition d’un fonctionnaire intermédiaire entre le gouverneur et les municipes. Le préfet apparaît en effet pour la première fois dans la Constitution de l’État de Mexico en 1825 ; la constitution centraliste de 1836 institutionnalise la fonction sur tout le territoire ; après de nombreux avatars au xixe siècle, elle s’impose définitivement sous Porfirio Díaz : les préfets sont des autorités nommées par les gouverneurs, même si dans certains États comme le Chihuahua, ils restent théoriquement élus jusqu’en 1887125.

180Qu’ils portent le nom de préfet ou celui de chef politique, leur rôle est très semblable dans tous les États. Nommés et déplacés selon le bon vouloir du gouverneur dont ils sont les instruments, ils nomment à leur tour la plupart des présidents des conseils municipaux des bourgs et des villages de leur circonscription. Ceux-ci assurent l’ordre et la police locales. Chargés de faire appliquer par les habitants les lois fédérales et les lois locales, ils renseignent périodiquement le gouverneur sur l’état de leur circonscription — éducation, ordre public, questions économiques, salubrité, etc. C’est aux préfets d’organiser et de « faire » les élections. Ils désignent les hommes qui doivent s’incorporer à l’armée. Le service militaire étant en théorie obligatoire mais en fait exceptionnel, à cause de la faiblesse de l’armée porfirienne (les classes moyennes et supérieures étant en fait dispensées), ils disposent avec la leva (le « tirage au sort » des conscrits) d’un moyen de contrainte très important sur la population. S’y ajoutent des amendes et la prison préventive sans préalable judiciaire.

  • 126 Voir aussi sur ce sujet, l’étude détaillée d’Avila, 1982.

181Placé à la base du système politique, le chef politique apparaît dans les récits de l’époque, et chez beaucoup de révolutionnaires, comme l’élément le plus oppressif du régime. Il est un peu un tyran local, un homme de main du gouvernement, señor de horca y cuchillo, comme on le qualifie parfois suivant l’expression de l’Espagne classique126.

182Les biographies des chefs politiques que nous avons recensés et qui appartiennent à presque tous les États de la fédération, offrent de ces hommes une image contrastée, selon l’époque et surtout selon le lieu.

183Selon l’époque : les chefs politiques de la République restaurée et des débuts du porfiriat correspondent en effet par le profil de leur vie aux gouverneurs de la première époque porfirienne. Comme eux, ils appartiennent soit aux familles dominantes de l’État, soit à ces hommes nouveaux qui s’élèvent dans la société grâce aux guerres civiles et étrangères.

184Parmi les premiers, nous pouvons citer Francisco Santa Cruz Ramírez au Colima. Nous avons dit sa position dominante dans cet État et sa fortune, fondée sur l’exploitation de marais salants. Il en va de même pour Eustaquio Buelna au Sinaloa, d’une famille d’hacendados. Parmi les seconds, plus nombreux, Porfirio Díaz lui-même, chef politique d’Ixtlán en 1858, mais aussi le père du général Reyes, Domingo, chef politique du deuxième canton du Jalisco à la même époque, le général Juán Manuel Flores, chef politique conservateur d’Indé dans le Durango en 1861-62.

185Dans tous ces cas, le poste de chef politique récompense des actions dans les guerres civiles et sert à donner à la faction momentanément victorieuse une assise locale à partir de laquelle elle puisse non seulement maîtriser ses adversaires mais aussi lever des troupes, obtenir des ressources, ou contrôler une région stratégique de l’État.

  • 127 Voir par exemple le rôle des acordadas et des chefs politiques dans la poursuite du bandit d’Heracl (...)
  • 128 Voir annexe II. D’autres exemples pourraient être cités. Comme ceux de José Perfecto Lomeli dans le (...)

186Au début du porfiriat, c’est le même type d’hommes, animés en plus par un but essentiel à leur action : le rétablissement de l’ordre et l’élimination des bandits qui infestent les campagnes. Le chef politique conserve un rôle militaire important : il prend la tête des volontaires des villages ou des acordadas, troupes que les habitants doivent fournir pour poursuivre les malfaiteurs127. C’est à cette période de l’établissement de la paix porfirienne qu’appartiennent des chefs politiques comme Manuel Alarcόn, péon d’une hacienda du Morelos. A quinze ans, il s’incorpore aux forces de Díaz dans la guerre contre l’intervention, en 1866. En 1877, après la victoire de Díaz, il devient chef de police rurale dans son État, puis en 1883, chef politique de Cuautla, grâce au prestige gagné dans la poursuite des bandits128.

187La qualité fondamentale de cette première génération de chefs politiques, c’est l’aptitude à commander, arbitrer les conflits de leur district ou à lutter pour maintenir l’ordre. Cependant, ce ne sont pas des fonctionnaires au sens strict du terme interchangeables, avec une formation théorique. Ils sont connus dans leur région, ils possèdent une expérience vécue des forces réelles de leur canton et savent discerner s’il faut réprimer ou si le compromis est nécessaire. Si le régime de Díaz réussit à rétablir la paix, il le doit en grande partie à ces hommes qui ont réussi plus souvent à arbitrer les conflits locaux qu’à les résoudre par la force. Peu à peu, comme il arrive pour les gouverneurs, — beaucoup parmi eux le sont d’ailleurs devenus — le remplacement des générations fait apparaître un nouveau type d’hommes, venus pour la plupart d’autres métiers que celui des armes. Ce sont des hommes plus jeunes, diplômés pour la plupart. Pour eux, ce poste est une étape dans une carrière à la fois professionnelle et administrative. Ce sont de nouveaux notables, tel Trinidad Alamillo, typographe et journaliste à Colima, Joaquín Pita, industriel à Puebla, Joaquín Lanuza, avocat et écrivain à Valle de Santiago (Guanajuato), Jésús Car-ranza, agriculteur, à Torreόn (Coahuila), Ignacio Bonillas, ingénieur de mines à Magdalena (Sonora), etc. Certains d’entre eux deviendront spécialistes du poste et exerceront ces fonctions dans plusieurs États, tel Tirso Inurreta, au début du siècle à Cunduacán (Tabasco), puis, en 1910, à Oaxaca.

188L’analyse des différents cas de chefs politiques recensés montre qu’à la veille de la révolution leur niveau culturel et social s’est élevé. Des avocats, des ingénieurs, des journalistes, voire même les grands noms des élites sociales — des Montes de Oca, des Pliego, des Bolaños Cacho, par exemple dans l’État de Mexico, Antonio Pérez Rivera au Veracruz, Joaquín Pastor Peniche au Yucatán — sont en train de remplacer comme chefs politiques les membres des classes moyennes ou basses. Le remplacement semble plus avancé dans les cantons de la capitale des États et dans les États du Mexique central, plus indigènes et plus calmes que dans les régions pionnières du nord ou du golfe. Lorsque la révolution éclatera, on verra de nouveau dans ces régions périphériques les chefs politiques prendre la tête des volontaires des villages, faire le coup de feu contre les rebelles et mener les contre-guérillas face aux révolutionnaires dont ils demeurent les cibles privilégiées et les premières victimes. Cependant, il reste souvent dans d’autres régions des fonctionnaires qui, de par leur savoir-faire et leurs relations locales, ont réussi à maintenir leurs États dans une paix relative.

  • 129 Citons par exemple Trinidad Alamillo, gouverneur du Colima pendant le madérisme, Aureliano Castañed (...)

189Ajoutons encore que, constatation imprévue et néanmoins logique, un certain nombre d’entre eux deviendront révolutionnaires : ils occuperont des charges parfois importantes pendant et après la révolution129. Logique, d’une part, dans la mesure où, proches de la société qu’ils étaient chargés de contrôler, ils y avaient de puissants appuis qui en faisaient parfois des notables respectés et ils ressentaient plus fortement que d’autres, peut-être, le fossé qui se creusait entre le régime et ses bases politiques originelles. D’autre part, dépendants des gouverneurs, et intégrés dans leur réseau de fidèles, ils subissaient le contrecoup de la lutte des factions porfiriennes pendant les dernières années du régime, lutte qui fut l’une des principales causes de la révolution madériste.

Notes

1 Cette sélection a été faite à partir du corpus général de l’annexe II. On peut en trouver un résumé dans l’annexe IV, 1.

2 Le recensement de ces postes est loin d’être exhaustif, à la différence des postes nationaux et régionaux cités précédemment.

3 Le corpus ainsi élargi comprend 1 596 personnes, au lieu de 1 500.

4 C’est le cas parmi d’autres d’Ignacio Vallarta, Trinidad García, Francisco O. Arce, Rafael Cuéllar, Policarpo Valenzuela, Martin González, Pedro A. Galván, Guillermo Palomino, Juan Crisόstomo Bonilla, Ignacio A. Bravo, Luis Mier y Terán, Rosendo Márquez, Lorenzo Torres, Juan de la Luz Enríquez, Manuel González Cosío, Carlos Díez Gutiérrez, Ramόn Corona, Albino Zertuche, Matias Romero, Joaquín Zeferino Kellergand, Aristeo Mercado, Canuto Neri, Francisco Naranjo, Angel Trías, Carlos Pacheco, Romulo Cuéllar, Joaquín Baranda, Carlos Fuero, etc. Voir pour l’ensemble de ces personnages : annexe II.

5 Voir annexe II.

6 Ibidem.

7 Voir annexe IV, tableau III.

8 C’est le cas de Juan Manuel Flores au Durango ou de Francisco Cantόn Rosado au Yucatán, qui pour triompher dans le jeu politique de leurs États dominés par les libéraux, cherchent l’alliance avec la faction libérale dissidente de Díaz pour conquérir le pouvoir local.

9 Nous avons appelé « carrière militaire » celle qui commence par des postes militaires.

10 Ces pourcentages se recouvrent en partie : 10,7 % ont fréquenté les deux types d’établissement.

11 C’est le cas du général Díaz lui-même ou de Luis Terrazas.

12 L’absence d’un ouvrage documenté sur la franc-maçonnerie se fait cruellement sentir.

13 Voir annexe IV, tableau IV.

14 On peut citer, parmi d’autres, les gouverneurs, Carlos Díez Gutiérrez à San Luis Potosí, Manuel Alarcόn au Morelos, Eusebio Castillo au Tabasco, etc.

15 C’est le cas, par exemple, des frères Limantour, d’Olegario Molina, de Ramόn Corral, de Blas Escontría, etc., respectivement ministre des Finances, député, et gouverneurs du Yucatán, du Sonora et de San Luis Potosí.

16 Voir annexe IV, tableau V.

17 González, 1977, p. 197.

18 Lettre de Porfirio Díaz à Vicente Riva Palacio, l’invitant à le représenter au Congrès de la libre pensée de Madrid, le 29 octobre 1892, dans Cosío Villegas, II, 1972, p. 510.

19 Cockcroft, 1971, p. 98.

20 La révolte d’Ixtlân, en 1912, ouvre la révolte de la montagne d’Oaxaca, qui se poursuivra jusqu’en 1920. Révolte complexe, mais qui est en grande partie celle d’une société traditionnelle, ancrée dans ses traditions et ses fidélités (elle reste fidèle à Félix Díaz, le neveu de Porfirio) contre des révolutionnaires venus du nord.

21 Iturribarría, 1956, pp. 145 ss.

22 Ibidem, p. 52.

23 Ibidem, p. 15.

24 Lettre de P. Díaz au gouverneur Castro, de septembre 1867, citée dans Iturribarría, 1956.

25 González, 1977, p. 199.

26 Iturribarría, 1956, pp. 41 ss.

27 Ibidem, pp. 145 ss.

28 C’est le cas, par exemple, de Luis Emeterio Torres dans le Sonora, opposé au général Pesqueira ; Angel Trías dans le Chihuahua opposé au clan Terrazas ; de Francisco Cañedo au Sinaloa ; de Juan Manuel Flores dans le Durango ; de Francisco Cantόn Rosado dans le Yucatán, de Carlos Díez Gutiérrez à San Luis, etc. Voir annexe II.

29 C’est le cas des généraux Treviño et Naranjo dans le Coahuila et le Nuevo Leόn, du général Servando Canales dans le Tamaulipas, du général Rafael Cravioto dans l’Hidalgo, etc. Voir annexe II.

30 Nous reviendrons plus loin et plus en détail sur ce tissu de liens personnels, construit par Díaz tout au long de sa vie.

31 Citons parmi eux Luis Mier y Teran, Teodoro Dehesa, Carlos Díez Gutiérrez, Carlos Pacheco, Manuel González, etc.

32 Iturribarría, 1956, pp. 192 ss.

33 Voir pour ces épisodes Iturribarría, 1956, pp. 179 ss et Cosío Villegas, I, 1970, chapitre VI.

34 Pour une analyse globale de cette correspondance, Cosío Villegas, II, 1972, pp. 94 ss.

35 Il a été comme lui au séminaire d’Oaxaca et à l’Institut de sciences et arts, mais il a fait ses études au Collège militaire de Mexico. Il est partisan de Santa Anna, combat le plan d’Ayutla en 1854 et lutte dans les rangs conservateurs pendant la guerre de Trois Ans, tandis que son frère Porfirio le fait chez les libéraux. Devenu libéral en 1860, son radicalisme est extrême, et il le paye de sa vie lors de la révolte de la Noria en 1871. Voir D.P., 1970, I, p. 641, et Iturribarría, 1956, chapitre I.

36 Voir biographies dans l’annexe II.

37 Urdaiz, 1971, p. 160.

38 Bulnes, (1920), 1972, pp. 174-176.

39 Cosío Villegas s’étend sur les degrés de liberté d’expression des fidèles de Díaz, dans tome II, 1972, pp. 491 ss. mais on peut aussi avoir d’autres exemples pour Reyes dans Niemeyer, 1966, pp. 74 ss. ou pour Dehesa dans Pasquel, I, 1971, pp. 133 ss.

40 On peut lire avec les réserves que son style polémique impose les avanies subies par Limantour de la part de Díaz, dans Bulnes (1920), 1972, pp. 317 ss.

41 Voir annexe IV, tableau VI.

42 Voir annexe II, D.P., 1971, II, p. 1635 ; Molina Enríquez, 1934, III, p. 84 ; Bulnes (1920), 1972, chapitre VI.

43 Voir par exemple Dumas, 1975.

44 D.P., 1971, II, p. 1987.

45 Dumas, 1975, pp. 23-30.

46 Cosío Villegas, 1973, p. 34.

47 Vázquez, 1970, pp. 89-91.

48 Limantour, 1965, pp. 12 ss.

49 On peut suivre les grandes lignes de sa politique à travers ses rapports périodiques au congrès, dans La Hacienda publica..., 1963, pp. 240-322 ; pour la dette publique, voir Bazant, 1968, pp. 141-172.

50 Nous reviendrons plus loin sur le problème des científicos et sur la guerre de succession qui mit fin au porfiriat.

51 Voir annexe IV, tableau VI.

52 Voir pour les biographies l’annexe II. Nous avons laissé de côté trois autres personnages, Justino Fernández, gouverneur de l’Hidalgo de 1873 à 1876 et ministre de la Justice de 1901 à 1911, car il s’agit d’un homme qui a fait l’essentiel de sa carrière à Mexico, Ignacio Vallarta, ministre seulement pendant quelques mois au début du porfiriat, et Francisco Landero y Cos, qui fut aussi quelques mois ministre des Finances de 1880 à 1881.

53 Rodríguez Barrangán, 1969, pp. 140-142 ; Cockcroft, 1971, pp. 29 ss. ; D.P., 1970, I, p. 719 ; Grimaldo, 1939, p. XXIII.

54 Urdaiz, 1971, p. 51.

55 Joseph et Wells, 1982 ; Urzaiz, 1971, pp. 150 ss. ; Bolio, 1967, pp. 45 et 66-70 ; Acereto Cortes, 1947, pp. 349-355 ; D.P., 1970, II, pp. 1375-1376.

56 D.P., 1971, II, p. 1830 et Cárdenas Peña, 1965.

57 Paz, 1898, pp. 7 ss. ; Pavia, 1890, p. 9 ; Bulnes (1920), 1972, p. 183 ; Molina Enríquez, 1934, III, p. 140.

58 Aguilar Camín, 1977, pp. 91 ss. ; Paz, 1898, p. 75 ; D.P., 1970,1, p. 525 ; Almada, 1952.

59 Almada, 1950, pp. 437-447 ; idem, 1927, p. 181 ; D.P., 1970, I, p. 548.

60 Voir annexe II, 2.

61 Voir annexe IV, tableau VI.

62 Almada, 1927 ; idem, 1964, pp. 18-19 ; D.P., 1971, II, p. 1552 et Cosío Villegas, I, 1970, pp. 466, 595 et II, 1972, pp. 60 ss.

63 Niemeyer, 1966, pp. 3-32, et 33 ss. ; Aguilar Camín, 1977, pp. 77-78, D.P., 1971, II, pp. 1755-1756 ; Paz, 1898, p. 35. Cosío Villegas, II, 1972.

64 Voir Bulnes (1920), 1972, pp. 125-128. Bulnes, avec raison, fait du ministère de la Guerre, le lieu privilégié de ce type de corruption, car c’est de lui que dépendent surtout les fidèles de Díaz dont l’origine modeste demande à être récompensée en échange de leur loyauté.

65 Dans les périodes où le Congrès jouit d’une certaine liberté d’expression, car divisé en plusieurs groupes qui reflètent la concurrence nationale entre deux clientèles rivales, les questions touchant aux conflits locaux entre les groupes qui tentent de conquérir le poste de gouverneur occupent la place peut-être la plus importante dans les débats parlementaires. Voir à cet égard les Diarios de los Debates de la Cámara de Diputados ou... de Senadores de 1911-1913, et de 1917 à 1921 par exemple.

66 Annexe II ; D.P., 1970, I, p. 346 ; Diccionario... de Tamaulipas, 1965 ; Saldivar, 1945.

67 La force militaire du Nuevo Leόn semble trouver son origine dans la structure sociale de cet État frontalier, où abondent des municipalités blanches et métisses groupant une population de rancheros, des hommes à cheval qui ont fait leurs premières armes dans la lutte contre les incursions des Comanches. Vidaurri a mobilisé cette force sous forme d’une Garde nationale à deux volets : un, mobile, avec les célibataires et les veufs, un autre fixe avec les hommes mariés. Voir à ce propos les données éparses fournies par Roel, 1948, pp. 160 ss., 183-187.

68 Roel, 1948, pp. 188-218 ; Annexe II ; D.P., 1971, II, p. 2171, Cosío Villegas, I, 1970, p. 517 ; Niemeyer, 1966, pp. 33 ss.

69 La base du pouvoir local de Terrazas semble être ce canton de Guerrero, où il recrute ses groupes, envers lequel il fait preuve d’une grande mansuétude après qu’il ait collaboré avec l’Empire, sur lequel il s’appuie pour reconquérir le pouvoir en 1880 et tente de le faire encore en 1892. Il est paradoxal de constater, et nous y reviendrons, que c’est surtout la révolte du district de Ciudad Guerrero qui met fin en 1910 à son pouvoir et au régime de Díaz. Voir Almada, 1950, pp. 221, 244, 265 et idem, 1927, mots « C. Guerrero », « Coaliciόn de pueblos », « Tomochi », etc.

70 Voir plus haut pp. 79-80, les ramifications de cet empire dans la vie de son gendre Enrique Creel.

71 Voir, parmi d’autres Fuentes Mares, 1954 ; Wasserman, 1980 ; Almada, 1950, pp. 219 ss.

72 Evaristo Madero fut gouverneur du Coahuila de 1880 à 1883, Hipόlito Charles, en 1871-72, et de 1876 à 1880 ; Trinidad García de la Cadena, gouverneur du Zacatecas de 1876 à 1880 ; Diego Alvarez du Guerrero de 1873 à 1876, et de 1881 à 1885. Voir annexe II pour leur biographie complète.

73 La seule exception en fut Trinidad García de la Cadena. exécuté par un rival local en novembre 1886, après une révolte qui semble imaginaire, mais qui prouve par la tolérance dont fit preuve Díaz à l’égard de ses assassins, que la règle du retrait politique doit être strictement comprise, car García de la Cadena avait été candidat à la présidence de la République en 1880. Cf. Cosío Villegas. I. 1970, pp. 517 ss. et II. 1972. pp. 186-191.

74 Les seules exceptions à cette pérennité au pouvoir sont Juan N. Méndez, trop connu avant le porfiriat, trop puissant dans une région clé proche de Mexico (la Sierra de Puebla) et trop marqué dans un État où il ne représente qu’une des factions porfiristes en lutte pour le pouvoir : il sera remplacé en 1884 ; et Rafael Cravioto, dont les motifs de la retraite restent obscurs, qui perd son poste de gouverneur de l’Hidalgo en 1897.

75 Olea, 1964, pp. 5 ss.

76 Olea, 1964 ; Paz, 1898, p. 67 ; D.P., 1970, I, p. 355.

77 Almada, 1952, p. 92 ; D.P., II, 1971, p. 2153 ; Aguilar Camín, 1977, p. 78.

78 Annexe II ; D.P., tome I, 1971, pp. 653-654 ; Rodríguez Barragán, 1969, pp. 138-141 ; Cockcroft, 1971, p. 29 ; Meade, 1970, pp. 120 ss.

79 Mejía Castelàn, 1965.

80 Chamoux, 1981, pp. 144 ss.

81 Cosío Villegas, I, 1970, pp. 314 et 541.

82 Corrales Vivar, 1975, pp. 243 ss. ; Paz, 1898, p. 227 ; Manzano, s.d., pp. 32-34.

83 Pour les biographies non exposées ici, voir annexe II.

84 Annexe II ; D.P., I, 1970, p. 892 ; Cosío Villegas, I, 1970 et II, 1972 ; González, 1977, p. 201.

85 Voir annexe II.

86 Annexe II ; Iturribarría, 1955 ; Taracena, 1941, pp. 49-50 ; Bulnes, (1920), 1972, p. 182.

87 Sánchez Bernal, 1928, p. 42 ; Paz, 1888, p. 467 ; Peña y Peña, 1968.

88 Almada, 1950 ; idem, 1927 ; D.P., I, 1970, p. 379 ; Annexe II.

89 Annexe II ; Cosío Villegas, II, 1972, p. 491 ; D.P., 1971, II, p. 1496.

90 Annexe II ; Peña Navarro, 1956, pp. 373 ss. ; Cosío Villegas, I, 457-459, 466-467, 623-627, et II, 1972, pp. 96-99 ; González, 1977, p. 202.

91 Paz, 1888, p. 47 ; Mestre Ghigliazza, 1945, année 1920 ; Del Castillo, 1953 ; Gámez, 1960, pp. 3 ss.

92 Citons ici pour mémoire, Damián Flores et Manuel Guillén au Guerrero, Aristeo Mercado au Michoacán, Alejandro Prieto au Tamaulipas, etc. Voir annexe II.

93 Mestre Ghigliazza, 1945, année 1917 ; Márquez Montiel, 1953, p. 278 et les ouvrages cités d’Almada sur le Chihuahua.

94 Voir par exemple l’éloge de Molina Enríquez, 1934, III, p. 42 et Paz, 1888, p. 37 ; Sánchez Colin, I, 1951.

95 Paz, 1888 ; Pasquel, I, 1971, I ; Sodi de Pallares, 1959.

96 L’excellent travail de García de Léon, 1981, dresse un panorama saisissant de ce que fut le « rabassisme » au Chiapas. Voir aussi D.P., II, 1971, p. 1712 et Annexe II.

97 González Dávila, 1959, p. 519, Olea, 1964, pp. 14 ss.

98 Chevalier, 1961.

99 Womack, 1970, pp. 11-15 ; Annexe II ; D.P., I, 1970, p. 715 ; Paz, 1898, p. 43 ; Mestre Ghigliazza, 1945, année 1926.

100 Voir pour ce détail, annexe III, figure III. La diversité des situations locales est très grande. Si nous nous plaçons à la veille de la grande crise du régime, on peut diviser les États en quatre groupes :
a) les cacicats anciens : Sonora et Sinaloa ;
b) les néo-cacicats : Nuevo Leόn, Colima, Michoacán, Aguascalientes, Guanajuato, Queretaro, Hidalgo, Mexico (jusqu’en 1904), Morelos (jusqu’en 1907), Tlaxcala, Puebla, Veracruz, Tabasco ;
c) les États instables avec luttes de factions non résolues : Chihuahua, Coahuila, Zacatecas, Guerrero, Yucatán ;
d) États calmes mais sans cacicats : Tamaulipas, Durango, Campeche, Oaxaca et San Luis Potosí.

101 Le Mexique est découpé au début du xxe siècle en dix zones militaires et quatre commandements autonomes (Acapulco, Mexico, Tepic et Veracruz). Pour le détail de ces zones, voir Annexe III, figure IV, 1, réalisées d’après R.E.M., 1906.

102 Voir annexe IV, 1, pour ces chefs devenus gouverneurs en 1913-1914 sous Victoriano Huerta.

103 Les dates ont été choisies pour pouvoir considérer les réélections à partir de 1900 ; la durée du mandat des sénateurs étant de quatre ans, et le renouvellement par moitié tous les deux ans, il a fallu considérer pour eux seuls 1896 comme date de départ. Les sources pour la constitution de ce corpus sont les Journaux des débats de chacune des Chambres dans leurs séances préalables du mois de septembre des années paires.

104 Voir annexe III, tableau I.

105 Cosío Villegas, I, 1970, p. 480.

106 Molina Enríquez, 1934, p. 84 ; Cosío Villegas, II, 1972, pp. 422 ss. et plus haut, chapitre I.

107 C’est cette apparente incohérence que Cosío Villegas, II, 1972 met en valeur avec son habituelle ironie.

108 Les tableaux détaillés des réélections peuvent être consultés dans Guerra, 1983, p. 1484.

109 Citons par exemple Miguel Bolaños Cacho, Victor Manuel Castillo, Carlos Díaz Dufoo, Jesús Díaz de Leόn, Salvador Díaz Mirόn, Manuel Dominguez, Adalberto A. Esteva, Justino Fernández, Manuel Flores, Roberto Gayol, Rafael Lavista, Eduardo Licéaga, Gregorio Mendizábal, Julián Montiel y Duarte, Enrique Olvarriá y Ferrari, Rafael Reyes Spindola, Manuel E. Rincόn, Miguel Serrano Daza, Francisco Sosa, Ulises Valdés, Jesús E. Valenzuela, José María Villasana, Fernando Zarraga Guerrero, etc.

110 Voir plus haut, p. 63.

111 Cité par Morales Jiménez, 1960, p. 29.

112 On pourrait aussi citer le général Jésus Arechiga, cacique porfirien du Zacatecas ; Germano García, chef d’une des factions du Nuevo Leόn ; le général José María Couttolene, chef des llanos à Puebla ; le général Romulo Cuéllar, l’héritier des Canales au Tamaulipas ; Carlos Quaglia, l’ombre de Carlos Pacheco au Morelos ; José Zubieta. qui tenta de faire de l’État de Mexico son domaine réservé, etc.

113 On pourrait ajouter les ex-gouverneurs Rafael Pimentel du Chiapas, Miguel Castellanos Sánchez du Yucatán, José Castellot Batalla du Campeche, Apolinar Castillo du Veracruz, José María Múzquiz du Coahuila, Alejandro Prieto du Tamaulipas, etc.

114 Voir annexe II pour les carrières complètes.

115 Voir annexe II pour les carrières complètes.

116 Le nombre de personnes considérées, plusieurs dizaines, pour chaque type de charge, sans prétendre être un échantillon strict, donne cependant une idée assez précise de ces hommes. On peut dire à la rigueur qu’ont été privilégiés, ici, à cause de la nature de notre corpus, hormis ceux du Chihuahua et du Mexico, ceux qui ont occupé des charges nationales ou ceux qui ont eu ensuite une activité révolutionnaire.

117 Les données sont tirées de Concentraciόn de datos estadísticos del Estado de Mexico, années 1897 à 1910.

118 On peut consulter commodément les listes des députés du Chihuahua dans Almada, 1964, pp. 27-35.

119 Ibidem, p. 36 et annexe II.

120 C’est le cas par exemple de Matias Guerra et Guadalupe Mainero au Tamaulipas, d’Eduardo Pankurst au Zacatecas, de Ramόn Corral et Rafael Izábal au Sonora, d’Enrique Múñoz Aristegui au Yucatán, etc. Voir annexe II.

121 Citons, parmi d’autres, Alonso Guido y Acosta au Veracruz, Encarnaciόn Davila au Coahuila, Enrique C. Osornio dans l’Aguascalientes, Francisco Hinojosa au Zacatecas, Juan R. Závala au Jalisco, Alberto G. Noriega et Fernando Aguilar au Sonora, José Patrόn Correa au Yucatán, etc. Voir annexe II.

122 Citons parmi les secrétaires du gouvernement : Luis Flores y Caso au Morelos, Matias Guerra au Tamaulipas, Eliezer Espinosa au Veracruz, Eduardo Pankurst au Zacatecas, Alberto Betancourt au Colima, Joaquín Cortazar au Chihuahua ; parmi les chefs politiques Alejandro Prieto au Tamaulipas, Juan B. Rojo au Sinaloa, Isidoro Barreto au Colima ; parmi les magistrats Guadalupe Mainero au Tamaulipas et Gonzalo Acuna Pardo au Tabasco ; parmi les trésoriers généraux Francisco Robles au Colima, et José María Sanchez au Chihuahua. Voir annexe II.

123 Voir plus haut chapitre I, p. 49.

124 C’est le cas par exemple dans l’État de Mexico, où cela provoqua en 1881, le conflit entre José Zubieta, président du tribunal de justice et le gouverneur Jesús Lalanne, qui dut enfin abandonner le poste au profit de son rival. Voir annexe II et Cosío Villegas, I, 1970, p. 596.

125 Hale, 1972, pp. 82 et 89-94, et pour le détail de l’évolution porfirienne, plus loin, chapitre V.

126 Voir aussi sur ce sujet, l’étude détaillée d’Avila, 1982.

127 Voir par exemple le rôle des acordadas et des chefs politiques dans la poursuite du bandit d’Heraclio Bernal, dans Giron, (1973), s.d., pp. 105 ss.

128 Voir annexe II. D’autres exemples pourraient être cités. Comme ceux de José Perfecto Lomeli dans le Chihuahua, Alejandro Vazquez del Mercado, à Rincόn de Romos (Aguascalientes), Miguel Ahumada à Colima, Angel Lucido Cambas à Papantla (Veracruz), etc.

129 Citons par exemple Trinidad Alamillo, gouverneur du Colima pendant le madérisme, Aureliano Castañeda, gouverneur en 1924 du Zacatecas, Jesús Carranza, l’un des premiers partisans de son frère Venustiano en 1913 et général Ismael Velasco, zapatiste et gouverneur du Morelos en 1924, José Perfecto Lomelí, l’un des premiers madéristes du Chihuahua, Ignacio Bonillas ministre de Carranza de 1913 à 1917, Ismael Padilla, secrétaire du gouvernement et gouverneur intérimaire du Sonora pendant le madérisme, Antonio Pérez Rivera, gouverneur maderiste du Veracruz, Salvador Escalante, chef des soulevés madéristes du Michoacán, etc. Voir annexe II.

Notes de fin

1 M, N et O

2 G, H et I (pour les abréviations, voir Annexe I).

3 M, N, : ministres...

4 G, H, T : gouverneurs...

5 Z, A, E, T : chefs militaires

6 BK et Q : autres charges...

7 I : gouverneurs intérimaires.

8 Rapport entre les transferts deux par deux.
Ex : Ministre puis gouverneur : 4 % ratio 0,4
Gouverneur puis ministre : 14 % ratio 3,5

Table des illustrations

Légende Source : Annexe IV, I.Figure 2-1 : Les porfiristes : les dates de naissance
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Source : Annexe IV, tableau II.Figure 2-2 : Les porfiristes : les lieux de naissance : le poids relatif des États
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Tableau I. Le porfiriat : Carrières militaires et civiles
Légende Note *1Note **2Source : Annexe II.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau II. Le porfiriat : La culture des hommes politiques
Légende Note (1)3Note (2)4Note (3)5Note (4)6Note (5)7(pour les abréviations, voir Annexe I)Source : Annexe IV, I.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Source : Annexe IV, I.Figure 2-3 : Les porfiristes : les lieux des études (tous niveaux confondus)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Source : Annexe IV, tableau IV.Figure 2-4 : Les porfiristes : l’évolution du niveau des richesses
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau III. Les porfiristes : ordre d’occupation des postes : les flux8
Légende Source : Annexe IV, tableau VI
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Source : Annexe II, 1.Figure 2-5 : Les porfiristes : les lieux de décès
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Source : Annexe II.Figure 2-6 : Les porfiristes : les dates de décès
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Source : Annexe II.Figure 2-7 : Les réélection des députés : évolution globale
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Source : Annexe II.Figure 2-8 : Les lieux de réélection de députés
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Élections par moitié tous les deux ans. Réélections tous les quatre ans.Source : Annexe II.Figure 2-9 : Les réélections des sénateurs : évolution globale
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Source : Annexe II.Figure 2-10 : Les lieux de réélection des sénateurs
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2905/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540