Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique. Tome premier

 | 
François-Xavier Guerra

Préface

François Chevalier

Texte intégral

1Le livre que nous offre François-Xavier Guerra se suffit certes à lui-même et n’aurait nul besoin de préface, ne serait-ce que parce que, dans sa forme, il peut satisfaire aussi bien le lecteur pressé d’avoir un aperçu de l’ensemble que l’historien le plus exigeant et épris de belles proportions dans un tout harmonieux et bien écrit : un excellent « Avant-propos » pose les problèmes, tandis qu’une « Conclusion » plus étoffée reprend et précise en douze points les résultats essentiels de la recherche.

2Sans que l’auteur ait jamais interrompu ses fonctions enseignantes de professeur-assistant puis maître-assistant dans la chaire que j’occupais à la Sorbonne, l’ouvrage est le fruit de quelque douze années d’un intense travail de recherche et de réflexion qui impressionnent par leur densité, leur richesse et l’ampleur de leurs perspectives. Ainsi comment décliner l’honneur de présenter un livre qui m’a beaucoup appris sur l’histoire du Mexique, que je ne cultive pas, pour sûr, en novice ?

3Mais avant d’aller au cœur du sujet que traite l’auteur, je voudrais situer l’œuvre dans l’historiographie contemporaine, où se font jour des tendances nouvelles dont F.-X. Guerra apparaîtra sans doute comme un des représentants les plus qualifiés et les plus novateurs.

4Remontons un peu dans le temps : en France et même ailleurs l’influence des Annales avec Lucien Febvre et Marc Bloch, puis après la guerre surtout Fernand Braudel, orientait les jeunes historiens d’alors vers une histoire « économique et sociale », de mieux en mieux quantifiée et « sérielle », où, avec Labrousse, l’économique devenait le facteur majeur, quoique non unique en histoire. Certains de leurs disciples ou d’autres qui ne l’étaient pas ramenèrent tout à l’économie, quasiment comme un acte de foi. De là les premières réactions d’hommes aussi différents que le chrétien Pierre Chaunu, ou Althusser, de tendance marxiste, puis à partir de 1968, de ceux qui rejetaient « l’économisme » comme tous les autres conformismes, anciens ou derniers-nés. Surtout pour les plus jeunes, qu’ils fussent ou non « contestataires », ces années représentent sans doute une remise en cause sinon une mutation dans l’historiographie. L’approche purement économique parait insuffisante à rendre compte de phénomènes dont l’actualité offre d’ailleurs le vivant exemple tant à l’Est qu’au Proche-Orient. On s’intéresse de plus en plus aux mentalités, aux représentations des choses, à la symbolique et aux mythes, aux idéologies et à la politique (au sens large), à la religion enfin, comme facteurs autonomes en histoire.

5Ces tendances sont sensibles, concurremment aux thèmes économiques et démographiques, dans les sujets que proposent et choisissent les jeunes pour leurs études et leurs thèses. Mais cette histoire de l’homme tout entier tend ou oblige à repenser puis à conceptualiser le concret — c’est-à-dire à en extraire les idées générales, concepts qui offrent des grilles d’analyse de situations comparables et permettant par là de créer des modèles. C’est dans ce sens que va le livre de François Furet Penser la Révolution française (1978), qui reprend des idées exprimées par Alexis de Tocqueville et surtout par Augustin Cochin, un jeune historien chartiste du début du siècle, méconnu par la Sorbonne d’alors. En ce sens encore et surtout va le présent ouvrage de François-Xavier Guerra Le Mexique : de l’Ancien Régime à la Révolution. Du modèle central de la Révolution française dérive, comme le montre l’auteur, le modèle mexicain périphérique. Mais celui-ci, novateur pour le Mexique, peut en retour mieux éclairer le modèle central, en même temps qu’il ouvre des possibilités de comparaison dans le temps et dans l’espace, en particulier pour les mondes latins.

6Le modèle mexicain sera d’autant plus opératoire qu’il est plus élaboré et plus complet grâce aux bases informatisées qui, pour la première fois, l’étayent : un corpus biographique ou fichier de quelque huit mille personnes ou « acteurs sociaux » (collectivités), et cent cinquante mille données est capable de répondre à un nombre illimité de questions croisées. Œuvre de Guerra, cette banque de données a associé aussi dans un travail d’équipe nombre d’étudiants de notre centre de la Sorbonne, qui ont fait leurs recherches sur la remarquable collection de censos régionaux ou recensements conservés à Paris.

Conceptualisation d’un modèle

7Arrivons-en maintenant à l’organisation et la conceptualisation par l’auteur de ces masses de données. Au centre de l’œuvre se trouve le modèle théorique des rapports difficiles entre deux mondes totalement différents et étrangers l’un à l’autre : un État moderne issu des Lumières et dirigé par une petite minorité de citoyens conscients d’une part, face à une énorme société traditionnelle ou « holiste », encore d’Ancien Régime — nous ajouterions : colonial — d’autre part. Ce modèle a privilégié dans la longue durée les aspects idéologiques et sociopolitiques de l’histoire, c’est-à-dire le poids des systèmes de pensée et de leurs implications politiques. De là un nouvel éclairage pour mieux comprendre, voire réinterpréter toute l’histoire du Mexique depuis l’indépendance, notamment les origines et la nature profonde de la Révolution mexicaine.

8Ainsi nous montre-t-on comment la constitution libérale démocratique et jacobine de 1857 (« la Réforme ») reste un idéal constamment invoqué mais tout à fait inapplicable à une société traditionnelle offrant même d’évidents décalages ou retards sur l’Europe. Quel sens ou quelles réalités pouvaient avoir, par exemple, le suffrage universel et individuel, ou la séparation et l’équilibre des pouvoirs, dans un « peuple » formé presque exclusivement d’acteurs collectifs et groupes sociaux très contraignants ? L’État moderne n’avait en face de lui que des communautés indiennes ou paysannes encore cohérentes, des haciendas et des enclaves seigneuriales, des clans familiaux, des réseaux de liens personnels et clientèles, enfin une foule de corps fortement hiérarchisés, petits et grands — l’un géant, l’Eglise comme ordre, encore omniprésente, vue comme clef de voûte de tout l’ancien édifice sociopolitique et tenue pour l’ennemi numéro un par les auteurs de la Constitution.

9Devant cet ensemble massif une république éclairée ne pouvait avoir recours pour gouverner qu’à une « fiction démocratique », d’autant que si le suffrage universel eût été effectif ce sont évidemment les autorités anciennes qui eussent été élues à tous les niveaux. Comme les jeunes libéraux démocrates se réclamaient de la souveraineté populaire, ils ont dû se proclamer eux-mêmes « le peuple » et gouverner par voie autoritaire, à la façon des Jacobins de la Révolution française. Comme ces derniers, les hommes au pouvoir étaient issus des sociétés de pensée, des loges maçonniques et des clubs, œuvre de citoyens conscients de leurs droits individuels, en rupture totale avec les anciens corps socioprofessionnels. De même qu’en Europe, ces unions nouvelles se fondaient sur des sociabilités librement consenties, « matrices de la politique moderne ».

10Cette petite minorité militante de libéraux jacobins l’emportait définitivement au Mexique, comme en fin de compte dans tout l’ancien empire espagnol d’Amérique. Pourquoi ? Parce que la rupture, acceptée par tous, de la légitimité monarchique mettait les conservateurs dans une fausse position : ralliés à des États républicains proches de la Révolution française, ils étaient condamnés à faire quelques pas de moins dans le même sens que leurs adversaires libéraux démocrates, faute d’un système politique et d’une idéologie qui leur fussent propres. Mais ils défendaient l’Eglise, ce qui donnait aux guerres civiles une couleur de guerres de Religion. Avec sa continuité dynastique l’Empire du Brésil est un cas différent.

11Au Mexique Juárez était donc vainqueur et instaurait son gouvernement en 1867. Un de ses successeurs, Porfirio Díaz, lui aussi libéral jacobin, prenait goût au pouvoir, comme tant d’autres, et se faisait constamment réélire président. Après un si long temps de guerres et de troubles, il assurait la paix et sa propre pérennité de 1876 à 1911 grâce à un tacite compromis ou modus vivendi avec l’Eglise et la société holiste si largement majoritaire. Díaz avait un sens aigu des réalités et il avait compris des leçons comme la mort de son frère, fusillé par les villageois après lui avoir coupé les pieds pour avoir osé raccourcir le bas d’une statue de leur saint patron — car l’auteur émaille son livre de récits colorés et d’anecdotes significatives. Le système politique de Díaz est un parfait révélateur de la « fiction démocratique », avec, nous dit Guerra, « cette tranquille assurance d’un régime accepté violant sans cesse les principes dont il se réclamait » (la constitution de 1857). Mais l’autorité de Porfirio Díaz et celle de son gouvernement de coupe moderne reposaient sur une imposante pyramide de clientèles typiques de la société ancienne, le chef de l’État étant comme le lien ou l’articulation entre les deux sociétés antagonistes. L’élite libérale démocrate qui appuyait Díaz se résignait à cette situation pour assurer la paix si longtemps compromise et éviter les risques d’un retour en force de l’Eglise et de l’Ancien Régime. Elle espérait aussi changer de fond en comble l’ancienne société par le « désamortissement » des terres des communautés civiles (villages et divers corps) et celle des biens d’Eglise, puis par l’Ecole et l’éducation laïques (bien avant Jules Ferry), qui devaient former l’homme nouveau et le citoyen.

12De fait cette massive société traditionnelle commençait à se transformer, quoique bien plus lentement que ne l’avaient imaginé les démocrates. Le pays se modernisait et les élites conscientes s’élargissaient. Mais parmi elles apparaît déjà la contestation de ceux, encore peu nombreux, qui refusent la « fiction démocratique ». C’est alors, vers 1908, que surgit un grave problème politique qui va rester sans solution : celui de la succession présidentielle. « Don Porfirio » vieilli a déclaré sa succession ouverte (entrevue Creelman), mais faute de se décider pour un successeur, il se fait réélire une huitième fois, ce qui remet en cause la légitimité du grand arbitre. Car — dirions-nous — la légitimité ne se fonde pas seulement sur une mémoire et un présent de continuité, mais sur une espérance et l’attente d’un à-venir. Une conjoncture économique défavorable complique la situation. L’équilibre de compromis et le consensus sont rompus. Les élites se divisent et les jeunes suivent Madero qui réclame la stricte application de la loi constitutionnelle. Le groupe jacobin des frères Flores Magon, réduit mais très actif, exige une démocratie directe. A la faveur des troubles politiques, la société « holiste » des « pueblos », traumatisée par la modernisation qu’accélèrent les technocrates, se soulève avec Zapata aux portes même de la capitale. En 1911 c’est la révolution. Madero perçu comme l’homme de demain polarise la légitimité qui abandonne le président en place : le régime de Porfirio Díaz s’effondre.

13Après divers avatars, cette révolution mexicaine va revenir aux sources. Consciemment ou non, elle prend certains traits de la Révolution française ou est perçue comme elle : la réunion d’une « convention » à Aguascalientes, le gouvernement de Díaz assimilé à « l’Ancien Régime », le soulèvement du « peuple » contre « la tyrannie », le manichéisme des bons citoyens et des « ennemis du peuple », l’avènement de temps nouveaux...

Un modèle fécond

14Le modèle présenté est entièrement neuf et il donne même une nouvelle dimension à l’histoire du Mexique. Il explique une foule de phénomènes et de singularités que l’approche économique ne suffisait pas à bien cerner, tant au Mexique qu’en d’autres pays latins ou extra-européens, à différentes époques de leur histoire et parfois jusqu’à nos jours.

15Telle l’explication du « caciquisme » et même du « caudillisme ». Nous avions déjà noté « l’ambivalence parfois déroutante » de ces personnages qui « s’enracinent dans la longue durée des anciennes structures ibériques », mais « apparaissent aussi comme conjoncturels et typiques des xixe et même xxe siècles » de filiation démocrate des deux côtés latins de l’Océan. Alors que depuis le siècle passé hommes politiques, observateurs et sociologues se demandent comment extirper le cacique, Guerra nous montre au contraire que celui-ci est le lien nécessaire, structurel, entre les deux mondes hétérogènes en question. Le cacique est à la fois autorité locale de la société traditionnelle, et membre par sa culture moderne du peuple politique, donc pour l’État relais et rouage indispensable au gouvernement du pays. Mais à la différence de son ancien homologue, le « cacique » ou chef indien reconnu dans la loi espagnole des Indes, le nouveau cacique n’ose pas se montrer au grand jour car il a honte des compérages, des liens personnels, familiaux et communautaires d’Ancien Régime sur lesquels se fonde son autorité locale. Les bases de son pouvoir sont illégales et ce sont celles-là même que l’État moderne prétend éliminer. En lui — conclut Guerra — la fiction démocratique est la plus manifeste. Aux confins de l’histoire et de la science politique, l’explication est neuve, claire, définitive. Celles, parallèles, du « caudillo », des élections structurellement manipulées ou fictives, du « pronunciamiento »... ne le sont pas moins, et nous y renvoyons. Longuement étudié, le cas de Porfirio Díaz éclairera celui de bien d’autres gouvernements personnels de filiation libérale dans le monde latin.

16En d’autres domaines l’auteur nous donne de précieux renseignements, y compris bien sur d’ordre économique quand ils sont significatifs. Ainsi a-t-il rectifié les conclusions de plusieurs ouvrages classiques responsables de l’opinion erronée suivant laquelle quelque 90 % de la population rurale était sans terres à la veille de la Révolution (annexe V). Il montre que ces historiens oublient la propriété communale des « pueblos », qui n’était pas comptabilisée dans les statistiques de l’époque parce que hors la loi libérale et inconstitutionnelle. La rectification est très importante, notamment pour expliquer le poids que conservaient alors les communautés rurales, et aussi, localement, leur irritation. Nous savons en effet que cette propriété avait été entamée par les « désamortissements » de communaux, d’abord différées, certes, par le « compromis » de Díaz avec les « pueblos », mais reprises à partir de la fin du siècle par les technocrates au pouvoir (lois dites de baldios). Il s’agit d’un phénomène considérable qui devrait être bien mieux connu et quantifié, y compris dans l’Europe latine, car il contribue à expliquer les origines et les mécanismes d’un nouveau sous-développement rural lié à la modernité. Au Mexique la répartition ou la vente de leurs terres, bois, pacages, moulins, voire tissages, communaux ont réduit à une agriculture de subsistance des activités diversifiées. Ce « désamortissement » a porté un dur coup à des formes anciennes d’assistance publique et surtout à des écoles municipales, si frustes fussent-elles, qui ont été privées de ressources, nous montre Guerra. Malgré l’accent mis sur l’éducation, l’État moderne n’a pu les remplacer que très lentement et la scolarisation diminuait dans les campagnes concernées, sans qu’on puisse bien mesurer le phénomène car ordinairement les écoles des pueblos ne sont pas non plus comptabilisées dans les statistiques officielles. Dans la ligne de son idéologie, le pouvoir ne devait confier qu’à ses propres écoles la tâche primordiale de former les nouveaux citoyens. Grâce à l’enseignement organisé et contrôlé par l’élite politique, il n’y aurait bientôt, pensait-on, que des hommes tous libres, égaux, conscients de leurs droits et de leurs devoirs.

17Les libéraux démocrates se trompaient sur le « bientôt », car il faut du temps, beaucoup de temps, pour fondre des groupes hétérogènes dans une société nouvelle et égalitaire. Or en attendant, comme le disait des Indiens l’éminent ethnologue mexicain Alfonso Caso, « il n’est pire injustice que de considérer comme égaux des hommes qui ne le sont pas dans la réalité ». C’est aussi ce que pressentait un siècle plus tôt un membre du « parti du progrès », d’origine indigène, Rodriguez Puebla (+ 1848) quand il demandait pour les Indiens le maintien de leurs « anciens privilèges civils et religieux » et le « statu quo des biens possédés en communauté » (selon le libéral José-Maria Luis Mora, qui le réfute). Ni lui, ni d’autres démocrates, comme en 1857 Ponciano Arriaga, cité par Guerra, ne purent faire prévaloir leurs vues dans le parti au pouvoir. Quant à la législation indigéniste de Maximilien en 1865-66, elle fut, bien sûr, immédiatement annulée comme contraire aux droits de l’homme et à l’égalité de tous les Mexicains. De là, au xixe siècle, tant de soulèvements ruraux qui, sans liens entre eux, étaient voués à l’échec. Mais le dernier en date et le plus puissant de tous, celui de Zapata, combiné à d’autres mouvements de la Révolution, devait peser jusqu’à un certain point sur la politique mexicaine en matière agraire : lui aussi voulait restaurer les droits communautaires des « pueblos » attaqués par la modernité politique et économique fondée sur l’individu.

Limites du modèle

18Gardons-nous pourtant de ne voir que les failles de ce libéralisme jacobin du Mexique, qui suivait la logique de son idéologie, fût-ce sous un long gouvernement personnel. Qu’on le veuille ou non, il représentait la modernité face à un conservatisme réduit à des combats d’arrière-garde, faute d’une doctrine cohérente et d’une possible légitimité qui lui fût propre. Hors de l’idéologie libérale, peut-être aurait-on pu tenter de mobiliser les potentialités réellement populaires des « pueblos », comme parait l’avoir réussi le Japon, suivant Pierre Chaunu : personne en tout cas ne l’a fait au Mexique, et sans doute eût-il été impossible dans le monde latin d’aller à l’encontre du puissant courant issu des Lumières et de la Révolution française. C’est un fait que les tenants de la souveraineté du peuple ont attiré vers eux les jeunes générations et beaucoup d’hommes généreux et désintéressés, non sans résultats très positifs. Tel ce gouverneur de Zacatecas, Francisco García (1828-34) particulièrement réaliste, qui a fondé une série de « pueblos » ou de « villes » dans des grands domaines, et implanté là une petite propriété paysanne (donnée, il est vrai, à cens emphytéotique). Dans le domaine de l’éducation le pouvoir libéral fut efficace au niveau des écoles normales, d’un premier enseignement technique, et surtout de l’enseignement supérieur (incluant la fin du secondaire, ou « préparatoire »). De l’université nouvelle est sortie une pléiade d’écrivains et d’historiens sociologues positivistes remarquables et très modernes, et pas seulement au Mexique. Mais rappelons qu’ils ont peu en commun avec les historiens dits bien à tort en France « positivistes », car ces derniers rejettent toute idée comtienne de loi sociologique, donc d’analyses comparatives.

19Dans sa perspective Guerra ne pouvait approfondir l’héritage des grandes civilisations indigènes aux côtés de la modernité issue des Lumières, d’une part, et de la tradition hispanique ou métisse de l’autre. Cet héritage indigène, évident dans le peuple, est encore sensible au niveau de l’organisation administrative et du pouvoir : l’auteur signale par exemple le nombre exceptionnellement élevé et le caractère des « pueblos »-municipes de l’État d’Oaxaca à majorité indienne, reflet manifeste d’une situation préhispanique. En ces domaines les ethnohistoriens de l’Instituto Nacional de Antropologia e Historia de Mexico, dont Serge Gruzinski, ont et auront fort à faire.

20Il faudrait souligner enfin le rôle des États-Unis au Mexique, important d’abord au niveau de la politique, ce qui pourrait infléchir parfois le modèle présenté. Outre la marque qu’il a laissée dans les institutions et le système présidentiel, le grand voisin du Nord est intervenu de façon décisive en faveur de Juárez, d’abord contre les conservateurs qui l’assiégeaient à Veracruz en 1860, puis après la guerre de Sécession contre l’Empire latin, bien qu’en fin de compte de tendances libérales éclairées. Les interventions ne manquèrent certes pas par la suite : les faits sont trop évidents pour qu’il faille insister.

21En dehors des ouvriers des mines du Nord — étudiées par Guerra — c’est surtout au niveau des élites que l’influence des États-Unis est sensible dans la société et les mentalités, fût-ce a contrario. A la charnière des xixe et xxe siècles, elle est manifeste chez les científicos qui entourent Díaz : en hommes d’affaires, ils exaltent l’initiative individuelle, l’« entrepreneur » voire une version latine du self-made man. Au lieu de « Liberté, Ordre et Progrès » des premiers positivistes mexicains, leur devise eût pu être : Progrès avant tout, comme les modernes desarrollistas qui voient dans le développement économique (desarrollo) la solution à tous les problèmes. Mais le Mexique n’était pas les États-Unis, et une politique de modernisation accélérée a eu aussi sur le milieu des effets négatifs, qui ne sont pas étrangers à la Révolution, comme le voit bien Guerra. Précisons qu’une telle politique est surtout l’œuvre de ces technocrates néo-conservateurs (dont on ne voit pas alors d’homologues en Espagne), plus que des libéraux et démocrates devenus leurs adversaires. Aujourd’hui ils ne manquent certes pas de descendants au Mexique et ailleurs.

22Mais ne pourrait-on à la limite qualifier d’« Européocentriste » une œuvre qui n’envisage que marginalement les traits spécifiques, continentaux, américains, du Mexique, en premier lieu l’héritage d’une grande civilisation indigène qu’il porte en lui ? Non point, croyons-nous, car suivant une méthode rigoureuse et irréprochable, l’auteur situe, cerne et éclaire dans une réalité très complexe un seul grand problème sociopolitique qu’il prouve être un des axes de l’histoire du Mexique depuis l’indépendance : la contradiction qui existe entre le type dominant de société et le système moderne de légitimité démocratique, né ailleurs et emprunté par une élite éclairée. Ainsi les remarques et observations faites ou à faire ne peuvent au mieux que nuancer ce modèle novateur, que sa simplicité même rend d’autant mieux opératoire pour l’analyse d’autres cas analogues.

Prolongements du modèle

23Une preuve de la valeur et l’efficacité du modèle est précisément l’éclairage qu’il offre du système politique actuel au Mexique. Comme le suggère Guerra avant de développer lui-même un jour le sujet, tentons de prolonger jusqu’à nos jours l’explication politique du régime libéral positiviste de Porfirio Díaz puis de sa chute. Après la phase armée de la Révolution marquée par un retour en force des liens personnels et des compagnonnages militaires d’antan, on voit surgir à nouveau le même problème sociopolitique qu’auparavant, atténué cependant par les progrès de la société individualiste de type moderne face à la majorité « holiste » traditionnelle. Après Obregón, qui incarne une forme de caudillisme, le problème de la succession présidentielle sera résolu par le système de dépersonnalisation théorique du pouvoir mis en place par Calles, puis confirmé en pratique par Cardenas respectueux de la non-réélection malgré sa popularité charismatique. C’est là un point essentiel pour affirmer une nouvelle légitimité démocratique, née dans la guerre, du « citoyen en armes » et du « peuple soulevé contre la tyrannie ». Dans le droit-fil de la Révolution française, la révolution mexicaine se veut comme elle, on l’a vu, un nouveau départ annonciateur de progrès indéfini. Le parti de la Révolution reste tout naturellement le parti unique, éclairé, aujourd’hui « Parti révolutionnaire institutionnel » ou P.R.I., d’autant qu’il ne trouve aucune légitimité rivale, du moins sur sa droite, comme jadis les libéraux face aux conservateurs coupés de la légitimité monarchique. Le P.RI. a maintenant des assises sociales beaucoup plus larges que celles des démocrates ralliés à Díaz et de son « brain-trust » de científicos. Il n’en reste pas moins relativement élitaire dans le pays face à une société encore en partie hétérogène. Comme au temps de « don Porfirio » un très large consensus a été obtenu par un compromis, principalement avec l’Eglise d’une part (les lois anticléricales sont en léthargie) et les communautés villageoises de l’autre (avec les ejidos et les attributions de terres) : c’est le président Cárdenas (1933-1939) qui en est le premier artisan, avec pour résultat un demi-siècle de paix sociale et politique. Les seules alternatives — lointaines, semble-t-il — à cet équilibre seraient à l’extrême gauche du P.R.I. le surgissement d’une nouvelle dynamique du « peuple » ; ou bien, contre cette menace, si elle se précisait, la mobilisation d’une forte opposition à la gauche totalitaire bénéficiant de l’appui des États-Unis. Au moins faudra-t-il que le parti « institutionnel » de la Révolution sache s’adapter à des conditions sociales qui évoluent de plus en plus rapidement, sans doute vers un certain pluralisme politique.

24Au-delà du Mexique passé ou présent, le modèle théorique de Guerra permettra de mieux analyser dans l’espace et dans le temps les cas d’autres pays latino-américains et latins, ou même aujourd’hui de certains pays du Tiers Monde touchés à leur tour par la modernité. Un historien des sociabilités de la France méditerranéenne, M. Maurice Agulhon, a pu évoquer à ce propos (lors de la soutenance de l’auteur) le soulèvement républicain rural antibonapartiste de décembre 1851, voire récemment les rapports délicats du gouvernement de Paris avec la Corse. Frédéric Mauro a mis en relief le changement d’optique que suppose le fait de partir « de ce qui est » plutôt que « de ce qui devrait être ». M. Pierre Chaunu a lui-même esquissé des comparaisons a contrario avec divers pays étrangers. F.-X. Guerra ne démentirait sûrement pas des parallélismes frappants avec l’Espagne, où, au début du siècle, un Joaquín Costa avait réuni des sociologues, historiens et penseurs, dont Unamuno, pour y étudier les possibilités d’extirper le caciquisme si répandu alors dans sa patrie. Nous savons maintenant que le cacique est l’intermédiaire obligé entre deux mondes culturels. Mais le modèle présenté trouve des limites en Espagne du fait de la pérennité ou de la résurgence d’une légitimité monarchique qui a disparu en Amérique espagnole depuis l’indépendance. Laissons à l’auteur ou à ses continuateurs le soin de poursuivre leurs recherches en ce sens.

25François-Xavier Guerra nous offre donc une œuvre exceptionnellement riche et féconde, par sa méthode rigoureuse, par les bases que lui donne l’informatique, et mieux encore par son approche nouvelle, originale, qui donne une autre dimension à l’histoire du Mexique. Il élabore enfin un modèle remarquable, dont la simplification, rançon de la force, dépasse singulièrement le cas mexicain et même celui de la latinité, si importants soient-ils, pour atteindre sans doute à l’universel. C’est là le propre d’un grand livre.

Auteur

Université de Paris I-Sorbonne avril 1984.

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540