Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Brésil à l’aube du troisième millénaire

 | 
Martine Droulers

Travail et société en mutation

Travail, syndicalisme et reconversion industrielle

Nadya Araujo Castro et Antonio Sergio Guimarães
Traduction de M. Droulers, P. Metzger et M. Agier

Texte intégral

  • 1 Pinheiro 1975 ; Erber et Alii 1981 ; Vianna 1982, 1984 ; Sorj 1983 ; Abreu 1985 : Guimarães et Cast (...)

1Au cours des dernières décennies, les études sur le travail industriel et le syndicalisme au Brésil ont été nombreuses. De même, les différentes formes sous lesquelles ces thèmes ont été abordés ont fait l’objet de révisions bibliographiques systématiques et détaillées1.

2Notre objectif n’est pas ici de suivre les mêmes chemins à la recherche d’une autre remise en ordre des idées. Au contraire, nous voulons explorer un aspect encore peu développé de cette littérature. Il s’agit plus spécifiquement des réflexions qui, dans le contexte de la crise actuelle et des tendances internationales de reconversion industrielle, commencent à prendre pour objet les modifications du procès de production, de la gestion du travail et de l’organisation de la classe ouvrière au Brésil. Cela exigera quelques audaces au niveau de l’interprétation celles-ci se fondant sur d’innombrables études, certaines déjà classiques, d’autres plus récentes, analysant les tendances des transformations qui apparaissent depuis la fin des années soixante-dix.

1. Paramètres généraux de la reconversion industrielle

3Les enjeux à venir se fondent sur la confluence et la superposition des diverses crises actuelles qui s’amplifient mutuellement. Il s’agit de crises économiques et politiques dont les déterminants sont nationaux et internationaux. Il est impossible de démonter leurs articulations sans partir du contexte de la reconversion industrielle au niveau mondial. Dans les sociétés industrielles comme celle du Brésil, liées de façon ombilicale au mouvement des échanges internationaux, la réflexion doit forcément passer par les nouveaux paradigmes de production qui se forment à partir de la crise de l’accumulation des années soixante-dix. En quoi consistent ces paradigmes ? Commençons par la nouvelle logique technologique.

4Selon Kaplinsky (1989), on assistera à de la transition d’un modèle organisationnel du type machiniste (« machinofacture ») vers un modèle du type systémique (« systémofacture ») ; on observe, dans cette transition, plus qu’un simple changement de base technique, (de l’électromécanique vers la micro-électronique). Il s’agit de modifications organisationnelles internes et externes à l’entreprise. La transformation des modèles d’organisation de la production apparait associée à un changement des relations industrielles et à une tendance à la coopération sur le plan des relations inter-entreprises.

5Pour Fleury et Salemo (1989 :4), « l’acquisition, le traitement et la divulgation des informations <sont devenues> plus intenses, plus rapides et plus fiables » dans ce nouveau modèle organisationnel. Selon eux, c’est ce qui rend possible l’adéquation des processus de planification, de décision et de contrôle « au contexte de ’turbulences’ et changements qui caractérise la conjoncture actuelle ». Le changement technologique vers plus de micro-électronique facilite, sans aucun doute, le développement de ce nouveau modèle, en permettant que l’automation cesse d’être un simple processus de transformation physique de matériel, pour devenir un procédé de manipulation, contrôle et transfert d’informations.

6Le développement de ce modèle à l’échelle mondiale aurait fait échec au vieux paradigme industriel de la production de masse. Le nouveau paradigme, que Piore et Sabel (1984) appellent spécialisation flexible par serait fondé sur une logique différente : à l’inverse d’une production de biens standardisés à travers l’usage de machines spécialisées et d’une armée d’ouvriers sans qualification, il consiste dans l’emploi de machines destinées à produire des biens hétérogènes, aptes à répondre aux critères de changement du marché, pour lesquelles il faut des travailleurs spécialisés et responsables.

7La recherche de nouvelles formes d’organisation de la production serait essentielle, non seulement comme moyen technique pour réduire les coûts, mais aussi pour garantir le perfectionnement incessant du processus productif. Le nouveau paradigme de production, en unissant la raison technologique et la raison organisationnelle, mettrait ainsi à l’ordre du jour la transformation des relations de travail (Schmitz 1988 ; Freyssenet 1989). Pour quelques auteurs, la séparation tayloriste rigide entre conception et exécution serait même une des racines de la crise (Lipietz 1982). Celle-ci serait donc en même temps une crise de productivité (due au taylorisme) et une crise de lucrativité (provoquée par l’augmentation constante de la composition organique du capital).

8La conclusion qui s’impose est que la sortie de la crise devrait passer par un bouleversement non seulement sur le plan technologique, mais aussi par une transformation équivalente des relations sociales du travail. C’est dans ce sens que les théoriciens du nouveau paradigme soulignent les conséquences du post-fordisme dans le domaine des relations de travail. En résumé, ces conséquences sont pour l’essentiel :

  1. la division et la déqualification du travail semblent laisser la place à la polyvalence (multi-tasking) et à la pluri-qualification (multi-skilling) ; autrement dit, le travailleur recherché est celui qui est capable d’effectuer plusieurs tâches, avec le même degré de qualification pour toutes (Schmitz 1988, 1989 ; Freyssenet 1989).

  2. le nombre de travailleurs manuels (blue collars) tend à être dépassé par le nombre de non-manuels (white collars) même pour le secteur industriel. Les besoins en services à la production augmentent énormément (bureau d’études, ingénierie de production, programmation, projets et dessins, marketing) (Schmitz 1988 ; Coriat 1983). Ces services auront tendance à s’intégrer, dans le futur, à la division sociale du travail (en tant que secteur séparé), et à remplacer la division technique du travail à l’intérieur de l’entreprise (Kaplinsky 1989).

  3. l’organisation hiérarchique est en train d’être remplacé par un échange accru d’informations entre gérants et travailleurs, et par une plus grande responsabilité de l’ouvrier ; d’un autre côté, l’approfondissement des modèles de la « systémofacture » réactive les liens entre usine et bureaux (Schmitz 1988, 1989), non seulement dans le sens d’une augmentation du contrôle de la chaîne, mais aussi de la nécessité d’interconnexion entre les tâches de planification et d’exécution (ouvriers qui programment et programmeurs qui ont besoin d’un dialogue de plus en plus permanent avec le personnel d’opération.

  4. la séparation entre contrôle de qualité et production est supprimée et ces deux secteurs sont réintégrés dans le contrôle de qualité total (Kaplinsky 1989) ;

  5. la valorisation des rôles individuels cède la place à une préoccupation centrée sur le rôle des équipes ; efficience et fiabilité des travailleurs ne sont possible qu’en tant qu’attributs collectifs (Schmitz 1988) ;

  6. on observe l’introduction ou tout au moins la consolidation de la tendance à l’embauche par la sous-traitance de travailleurs, qui, loin d’être une exigence technique du procès de travail, semble être une stratégie de contrôle social qui se généralise (Coriat 1983). Ceci stimule la compétition entre travailleurs et rend possible une stratégie d’exploitation de la faible capacité de résistance de ces travailleurs non-organisés (Terssac 1978, Coriat 1983). En contrepartie, on augmente les avantages pour le seul segment des travailleurs stables, afin que se développe entre eux une communauté d’intérêts.

9La philosophie de ce paradigme est très importante pour comprendre l’avenir des relations sociales du travail dans les pays d’industrialisation récente comme le Brésil. Ces pays sont entrés dans le circuit du capital industriel selon les principes du modèle fordiste de production de masse, organisé par de grandes corporations internationales. Celles-ci, dans la recherche de nouveaux marchés et d’aires de bas salaires, ont promu un mouvement de relocalisation industrielle sur une large échelle. Que peut-on espérer de ce fordisme périphérique quand la déqualification du travail cesse d’être un avantage pour devenir une entrave et quand la proximité des marchés consommateurs et les myriades de petites entreprises interdépendantes, dans des conditions qui exigent une efficience collective, deviennent en comparaison, un avantage (Schmitz, 1989) ? Les jours du fordisme sont-ils vraiment comptés ?

Le cas brésilien

10Ces considérations introduisent, sans aucun doute, toute une série d’interrogations concernant le cas brésilien. Initialement, la formulation de Schmitz, selon laquelle notre permanence dans un marché international hautement compétitif exige une capacité d’adaptation rapide à des situations mouvantes, parait plausible. Ceci parce que la dynamique générale de la crise internationale et des réajustements qu’elle provoque dans l’organisation industrielle doit être affrontée dans des conditions spéciales, marquées par deux facteurs aggravants : la croissance de la dette externe et la diminution du pouvoir d’achat des exportations.

11Dans ce sens, dans une économie aussi fortement articulée à l’échelle internationale, comme l’est le Brésil depuis les années soixante-dix, les effets de la restructuration industrielle résultant de la dynamique des pays centraux se propagent rapidement. Ces derniers cependant, se distinguent tant par les restrictions économiques dont fait état Schmitz, que par les caractéristiques socio-culturelles qui redéfinissent l’absorption des politiques participatives empruntées à ce que l’on appelle le « modèle japonais » (Hirata, 1983).

12De toute façon, il parait certain que l’aggravation de la crise interne, dans les années 81-83, a intensifié le processus d’orientation de la production vers le marché international, dont les modèles de concurrence sont dictés par le nouveau système d’organisation de la production (Carvalho, 1988). Le plus curieux est que la production brésilienne, qui s’était consolidée exactement sur les bases des modèles de technologie et d’organisation industrielle marqués par la rigidité de la production de masse, a dû se tourner vers le marché externe de façon plus marquée justement quand, sur le plan international, se confirmaient les caractéristiques d’une nouvelle modalité d’accumulation flexible.

13De plus, dans le cas brésilien, il faut intégrer un autre élément qui rend la crise encore plus radicale : le changement dans la nature de l’action de l’Etat. Durant tout le développement du modèle de production de masse au Brésil, spécialement dans les années 60 et 70, l’Etat avait eu un rôle prépondérant dans l’orientation, l’incitation et l’investissement industriel. Dans les années 80 cependant, l’Etat va faire preuve d’une passivité, seulement partiellement attribuable à la crise financière aigüe dans laquelle il est embourbé. Fleury et Salerno (1989) font remarquer l’énorme inconsistance des politiques récentes de croissance industrielle, reflet, selon eux, du manque de consensus autour des objectifs, et de la désarticulation des relations entre Etat, initiative privée et la communauté scientifico-technologique.

14Cette situation est aggravée par un facteur supplémentaire, répété de façon insistante dans la littérature : le désintérêt des entreprises pour l’innovation, utilisée seulement en cas d’absence de risques et sous la protection étatique. Une étude récente (IA 1986 apud Fleury 1989 :8) a mis en évidence des tendances préoccupantes dans le comportement technologique des entreprises industrielles brésiliennes, dont les caractéristiques sont assez éloignées du cadre typique de l’action entrepreneuriale conçue dans le nouveau paradigme international de l’organisation industrielle flexible. Cette étude a montré : 1) la faible propension à investir dans la technologie 2) une propension, au contraire, à la planification à court terme 3) la résistance au comportement associatif pour la formation technologique 4) la tendance au comportement imitatif et dépendant.

15Quelles sont alors les réelles possibilités d’innovation technologique dans un pays où la trajectoire de modernisation industrielle, quand elle n’est pas tributaire de la présence de filiales de multinationales (comme c’est le cas de l’industrie automobile), a été fortement appuyée sur l’action et les investissement de l’Etat (e.g. secteur à forte intensité de capital des industries à processus continu et semi-continu, sauf le cas spécial de l’aéronautique) ? Que peut-on espérer de l’avenir immédiat quand l’Etat se voit immergé dans une profonde crise financière, mais aussi une crise de légitimité, d’une portée imprévisible ? Dans ce sens, dans quelle mesure peut-on dire que la restructuration industrielle capitaliste des années 70-80 s’est répercutée au Brésil sous la forme d’une vaste modernisation technologique ?

16Les multiples études de cas que la production académique brésilienne a développé depuis le milieu de cette décennie semblent montrer quelques tendances importantes en ce qui concerne la réalité actuelle de la modernisation industrielle (Fleury et Salerno 1989) :

  1. il y a une grande hétérogénéité entre secteurs et même entre entreprises d’un même secteur ; dans l’industrie automobile par exemple, les usines de montage modernisent les équipements et la gestion de la production, mais parmi les entreprises sous-traitantes, seulement une partie d’entre elles se modernisent, et encore partiellement, seuls les aspects organisationnels étant touchés.

  2. la compétition sur le marché international concentre tous les efforts de modernisation ; ce n’est pas par hasard que les entreprises exportatrices des secteurs dynamiques sont celles qui ont cherché à se moderniser. Cependant, malgré sa nécessité historique, la compétition sur le marché externe ne parait pas avoir été suffisante pour, à elle seule, induire la modernisation de tout le parc industriel. Le cas des industries qui se tournent vers le marché externe après la crise et qui, dans leur majorité, continuent à fonder leur compétitivité sur la faiblesse des salaires en est typique.

  3. la modernisation résulte d’actions individuelles : rares sont les expériences d’articulation entre entreprises ou entre entreprises et universités. Ceci doit être attribué aussi bien à l’absence d’une action gouvernementale qui promeuve cette articulation, qu’à une verticalisation excessive des entreprises industrielles brésiliennes. La première est le résultat de l’absence d’une politique industrielle claire, la seconde provient de l’hétérogénéité du tissu industriel, qui obligerait les entreprises à développer des technologies dans plusieurs secteurs.

  4. le réel modèle de modernisation prédominant jusqu'à présent a été celui de la flexibilisation de la production de masse, soit par la réorganisation des grandes entreprises (meilleure intégration interne), soit par la modernisation du réseau des fournisseurs autour d’une grande entreprise. Dans les deux cas, l’incitation à l’automation parait venir de la fixation des prix des produits et des composants aux niveaux internationaux (Costa e Rabelo, 1989).

  5. finalement, la modernisation des relations de travail parait être le grain de sable dans les rouages de tout cet effort. Une fois de plus, des actions isolées sont entreprises pour intervenir de manière localisée et simplement réactive, là où il y a conflit. Toutefois, ces actions ne peuvent pas fonctionner comme soupape de sécurité pour un phénomène dont les proportions dépassent de loin le cadre de chaque entreprise particulière. Cette impasse est immanente à la réalité de la politique tendue des relations entre capital et travail au Brésil.

2. Syndicalisme et reconversion industrielle au Brésil

17Pour ce qui est du cadre politico-institutionnel des relations industrielles au Brésil, il convient de remarquer que l’un des traits saillant du syndicalisme brésilien actuel est, sans aucun doute, la grande mobilisation des travailleurs de la grande industrie moderne (automobile, métallurgie, sidérurgie, mécanique, pétrochimie et chimie). La symétrie existante entre la pointe de la mobilisation ouvrière et l’industrie de pointe pourrait nous renvoyer aux deux thèses classiques en ce qui concerne la relation entre syndicat et formation de la classe ouvrière. D’un côté, le syndicalisme des secteurs de pointe pourrait prendre un caractère « aristocratique » ; de l’autre, ces secteurs pourraient, virtuellement, forger une espèce d’avant-garde socialiste ouvrière.

  • 2 Weffort, 1978, 1979; Almeida 1975; Oliveira 1987; Guimarães e Castro 1988, 1988a; Guimarães 1988.

18Ces deux interprétations ont été utilisées par différents auteurs pour orienter leurs travaux sur le caractère du mouvement ouvrier qui a émergé à la fin des années soixante-dix2. L’acquis le plus important qu’ils ont laissé n’a pas été, cependant, de contredire ou de réaffirmer l’interprétation classique selon laquelle les segments stabilisés de la force de travail tendent à se transformer en une « aristocratie ouvrière ». Mais ce sont au contraire les résultats, marginaux par rapport à ce débat, qui ont été les plus importants : en premier lieu, la diversité socio-culturelle du syndicalisme a été mise en évidence dans ce pays, où l’industrie de pointe se localise aujourd’hui dans divers centres régionaux, comme Manaus, Camaçari, Betim, Baixada Fluminense, ABC, Triunfo etc... ; deuxièmement, les limites théoriques d’une interprétation excessivement marquée par le conflit entre prolétariat et bourgeoisie furent mises en évidence. Troisièmement - et c’est peut-être le plus important de ces résultats -, le débat a été centré sur le thème de la citoyenneté ouvrière, abordée tant du point de vue des lieux de travail, que dans la perspective du système politique et de l’Etat.

  • 3 Sorj 1981 ; Humphrey 1982 ; Le Ven et al. 1983 ; Le Ven et Neves 1985 ; Guimarães 1988a.
  • 4 Maroni 1982 ; Abramo 1986 ; Le Ven 1988 ; Guimarães 1989.

19En ce qui concerne les droits des travailleurs dans les usines, les études sur le procès de travail3 ainsi que des études sur les grèves4 ont démontré que dans les conflits de classe décisifs, c’est à dire ceux qui ont délimité de nouveaux seuils pour la construction d’un modèle de relations industrielles, la principale force mobilisatrice et génératrice de solidarité entre les ouvriers a été la lutte pour la reconquête de la dignité personnelle - c’est à dire la garantie de droits fondamentaux devant l’arbitraire et l’autoritarisme des directions d’entreprises. La lutte pour l’institutionnalisation des mécanismes d’organisation collective au niveau de l’unité de production industrielle (comité d’usine, délégués syndicaux etc..) qui ont marqué le « nouveau syndicalisme », rejoint ce type d’aspiration.

20Pour les droits des travailleurs de façon plus générale, il est certain que la nouvelle Constitution du pays délimite le terrain de la citoyenneté. Cependant, Almeida (1988) semble avoir totalement raison quand elle s’étonne que le mouvement syndical brésilien ait obtenu tant de succès dans la conquête des droits fondamentaux (comme la négociation directe et collective, les augmentations salariales, l’autonomie syndicale, le droit de grève etc...) sans que son organisation ne se reflète dans une force politique capable d’influencer la politique économique du gouvernement, ni même la modification juridico-institutionnelle du pays. Les syndicats n’auraient pas été capables de se présenter devant l’Etat comme des interlocuteurs respectables (les diverses tentatives du pacte social, par exemple, auraient plus servi à la fonction de légitimation qu’à celle de négociation de politiques), pas plus que les partis n’auraient exprimé au Congrès les demandes syndicales avec un poids suffisant pour forcer un compromis.

21Il est certain que ceci crée un paradoxe entre des droits formellement conquis mais appliqués de façon limitée (voir par exemple l’absence de législation ordinaire règlementant les droits constitutionnels acquis il y a maintenant presque deux ans). Almeida ne note pas cependant, que cette incapacité politique, loin de se restreindre aux travailleurs, parait être une caractéristique commune à tous les acteurs en scène. De fait, qu’a été l’action des entreprises et l’action de l’Etat au Brésil, en ce qui concerne les relations industrielles ?

22Le patronat semble osciller entre une attitude négociatrice et une attitude toute puissante, contestant ou se réfugiant dans l’action étatique. L’Etat de son côté semble paralysé dans son propre paradoxe ; celui d’être en même temps employeur et garant des relations industrielles. Une bonne part de la résistance à la modernisation des relations capital-travail est due à la réaction de l’Etat-Patron. Réaction qui est exercée sur un éventail énorme de questions qui va par exemple, de la fixation du salaire minimum à la reconnaissance des comités d’usine. L’Etat hésite dans la politique salariale parce que l’augmentation des salaires compromet directement le budget des municipes, des Etats Fédérés et de l’Union, et le rapproche de l’insolvabilité fiscale. Il hésite dans la réglementation de la représentation sur les lieux de travail parce que celle-ci défie le caractère autoritaire et militaire de quelques structures bureaucratiques d’entreprises publiques (Guimarães 1988a ; Sorj 1985). La réaction s’étend des secteurs les plus modernes et productifs de l’État, que sont les entreprises publiques, jusqu’aux secteurs les plus archaïques et patrimoniales que sont les administrations directes. Dans les premiers parce que c’est un défi à une gestion encore sous l’emprise de l’idéologie de la sécurité nationale, dans les seconds parce que cela va à rencontre la politique clientéliste.

23Il ne fait aucun doute que les acteurs sociaux au Brésil sont encore fragiles et incapables de proposer un modèle de relations industrielles cohérent avec les exigences de la réorganisation de la production. Si l’on se penche sur ce qui se passe dans les pays Scandinaves, où la rénovation technologique a été négociée entre syndicats, entreprises et Etat, on verra l’ampleur de cette fragilité politique. Dans ces pays, la participation des syndicats à la négociation des conditions de travail au niveau de l’usine (qui s’exprime dans la préservation des postes de travail, la requalification des travailleurs, et l’amélioration des conditions de santé) est associée à une politique de gestion qui s’exprime au niveau de la société dans l’augmentation significative de l’emploi et du revenu. Le tout est ordonné par une politique d’investissement et de formation continue fortement contrôlée par l’Etat.

24On voit ainsi que développement syndical et démocratie ne sont pas seulement complémentaire mais aussi, que la force de l’intervention syndicale a des conséquences plus durables et efficace quand elle crée une légitimité sociale pour ses actions, c’est-à-dire quand elle est capable d’exprimer politiquement un projet historique pour la société comme un tout. Cela revient à dépasser l’horizon monothématique de la lutte pour les salaires, dépasser l’action défensive et tournée sur elle-même, pour avoir comme objectif un projet de transformation sociale. Il est donc indispensable qu’il y ait un lien étroit entre la conquête de la citoyenneté ouvrière dans les usines (représentation, stabilité, réduction de la journée de travail) et l’extension des conquêtes démocratiques et des droits du citoyen (assurance-chômage, formation, retraite flexible). Ce lien dépend de l’émergence du mouvement syndical comme acteur politique d’expression sociale.

25Quand ce lien n’existe pas - et même dans un contexte de forte mobilisation syndicale, fruit d’une large tradition de force de la classe ouvrière, comme en Italie (Falabella 1988 :180) - la citoyenneté ne peut être effective que dans les grandes usines, ou mieux dans celles où existent des comités d’usine avec représentation dans les fédérations régionales et sectorielles. Même au niveau sectoriel, en Italie ou en Angleterre, les conquêtes sont virtuellement inexistantes.

26Mais il est évident que le mouvement syndical est seulement capable de s’exprimer dans un projet de société, s’il trouve certaines conditions idéologiques et politiques qui le rendent viable. Au début de l’ouverture politique, des auteurs comme Vianna attiraient l’attention sur le danger que représentait une « modernisation » qui ne préserve pas l’unité d’action des travailleurs, ce qui signifiait, pour lui, aussi bien l’unité de l’action que l’unicité de la représentation syndicale. A cette époque, encore que de telles craintes aient été, en principe, pertinentes, il n’y avait pas un danger réel qui les justifient. Le prestige du marxisme dans les milieux intellectuels brésiliens avait persisté, et s’était même amplifié pendant le régime militaire. D’importantes thèses de la gauche commencèrent à faire partie du « savoir conventionnel », créant un « marxisme pratique » qui s’est fondu dans le catholicisme populaire pour engendrer un idéal égalitaire et collectiviste. A cette époque, il y avait, de fait, une scission dans la gauche mais il n’y avait pas de scission dans le mouvement syndical entre la droite et la gauche.

27Cette scission est un produit des années quatre-vingt, époque où un discours alternatif à celui du « marxisme pratique » commence à trouver un écho dans les bases ouvrières, informant les pratiques de secteurs non négligeables. Pour celui-là, le conflit capital-travail cesse d’être la référence centrale de l’action. Il est remplacé par une vision de l’inévitabilité de la relation capitaliste, et par la recherche de formes de négociations d’intérêts. Sur le plan concret, cette tendance se manifeste sous deux formes principales. D’un côté, la vieille séparation entre syndicalistes « jaunes » et syndicalistes « authentiques » cède la place à la scission du mouvement syndical entre la « droite » et la « gauche ». D’un autre côté, il se constitue dans la société brésilienne un modèle conservateur, « non-autoritaire », de « syndicalisme d’intérêts » (de négocios) qui n’empêche pas la reproduction du capital par une lutte pour des droits plus amples, mais n’en revendique pas moins des améliorations du mode de vie de la classe ouvrière.

28Ce syndicalisme de droite est totalement nouveau et ne doit pas être confondu avec une nouvelle forme de collaboration (peleguismo). C’est un syndicalisme indépendant et autonome, bien que politiquement conservateur. L’ancien « jaune » était un « fonctionnaire » de l’Etat tandis que le syndicaliste de droite exècre l’Etat et sa tutelle de la même façon qu’il exècre les idéologies anticapitalistes. L’apparition sur scène de ce nouveau personnage, contrôlant une centrale syndicale qui, bien qu’embryonnaire, est importante en terme numérique, est un défi à la militance syndicale socialiste et social-démocrate étant donné que : 1) il redéfinit son espace relatif au sein du mouvement ouvrier et 2) il problématise l’horizon de ses liens possibles avec l’Etat et le patronat. Cette situation démontre avec netteté les limites des thèses sur la formation de la classe ouvrière. Il nie le caractère prétendument socialiste de l’émergence syndicale dans les contextes de crise, et réitère l’absence de l’aristocratie du travail. Plus important que tout, il remet en cause l’idéal de la démocratie du travail qui anima la pointe du mouvement syndical jusqu’ici.

29Comment ce défi affectera-t-il les relations industrielles dans un contexte de mutations organisationnelles et technologiques ? L’efficacité de l’action syndicale en ce qui concerne la réorganisation de la production paraît dépendre en grande partie de sa capacité à imposer ses intérêts à l’Etat, ce qui évidemment, n’est possible que si ceux-ci expriment des engagements socialement plus globaux. Jusqu’à présent, cette capacité s’est vue contrariée par les paradoxes inhérents à l’action de l’Etat et du patronat. Or, à partir du moment où le mouvement syndical est dirigé par des leaders concurrents, non seulement en termes politiques mais aussi idéologiques, les paradoxes, qui constituent l’action de chacun de ces acteurs, se renforcent.

30L’Etat et le patronat, au lieu d’être poussés à produire des compromis ouverts sur les questions réelles, se mettent à croire que la solution puisse être négociée avec à peine un des interlocuteurs syndicaux concurrents, celui qui leur semble idéologiquement le plus proche. Dans ce cas, l’équivoque est totale, car il ne peut plus y avoir d’alliés inconditionnels comme au temps du peleguismo. Et ce d’autant plus que le nœud de la concurrence entre les leaders syndicaux se trouve dans la forme alternative de comprendre leur autonomie face à l’Etat et au patronat. Cette concurrence suppose donc qu’un quelconque plan de réunification de l’action syndicale puisse être trouvé.

31En l’absence de ce plan proprement politique où les divers acteurs (leaders syndicaux, patrons, et Etat) puissent évoluer avec assurance, la reconversion de l’industrie brésilienne restera guidée par les résultats contingents des diverses conjonctures. Ceci peut donner à chacun des acteurs séparément le sentiment de sortir vainqueur ; en réalité, c’est le contraire qui se passe : justement parce que le processus n’a pas d’horizon négocié, les chances réelles que chacun d’eux à d’influencer efficacement son cours diminuent.

32On peut donc conclure que d’importantes limites sociétales et culturelles restreignent l’avance du processus de diffusion technologique et de réorganisation de la production industrielle au Brésil. L’assimilation de modèles internationaux ne peut se faire automatiquement, pas plus qu’une forme sociale nécessaire n’est inscrite dans les technologies. Dans le cas brésilien, l’instabilité de la situation économique et politique rend difficile la prévision des contours de la reconversion en cours. Il n’y a cependant aucun doute que le mouvement syndical brésilien a plus de chance aujourd’hui (par l’insertion qu’il a obtenue auprès de ses bases ouvrières et par l’articulation internationale qu’il a été capable de construire) de faire face à une conjoncture de grands changements technologiques et organisationnels, libéré de provincialisme et corporatisme.

Bibliographie

Bibliographie

ABRAMO Lais Wendel, O resgate da dignidade. A greve de 1978 em São Bernardo, Dissertação de Mestrado, USP, São Paulo, 1986.

ABREU Alice P., Processo de trabalho e ciencias sociais. A contribuição do GT Processo de trabalho e reinvindicações sociais, Ciencias Sociais Hoje (Anuario de Antropologia Politica e Sociologia), ANPOCS São Paulo 1986.

ALMEIDA Maria H.T., O Sindicato no Brasil : novos problemas, velhas estruturas, Debate e Critica n° 6, 1975.

ALMEIDA Maria H.T., Dificil caminho : sindicato e politica na construção da democracia, in F.W. REIS & G. O’DONELL, A democracia no Brasil : dilemas e perspectivas, São Paulo, Vertice, 1988.

CARVALHO Ruy de Quadros, Tecnologia e utilização do trabaho industrial no Brasil : um balanço das tendencias da ultima decada, Tecnologia e Trabalho Industrial, Porto Alegre L/PM, 1988.

CORIAT Benjamin, Automação, robôs e classe operaria, Novos Estudos CEBRAP, vol 2, n° 2, julho 1983.

CORIAT Benjamin, Automação programavel : novas formas e conceitos de organização da produção. H. SCHMITZ et R.de Q. CARVALHO org., Automação, competitividade e trabalho : a experiencia internacional, São Paulo, Hucitec, 1988.

COSTA Maria C. & RABELO Flàvio M., Rede de subcontratação e novas tecnologias, Seminario Internacional « Padrões tecnologicos e Processo de Trabalho -comparações internacionais » Convênio USP/BID, São Paulo, maio 1989.

ERBER Fabio et alii, O estudo do processo de trabalho. Notas para discussão, Literatura Econômica, vol 3 n° 2, Rio, março-abril 1981.

FALABELLA Gonzalo, Micro eletrônica e sindicatos : a experiência européia, SCHMITZ et CARVALHO org., Automação, competitividade e trabalho : a experiencia internacional, São Paulo, Hucitec, 1988.

FLEURY A. & SALERNO M., Condicionantes e indutores de modernização industrial no Brasil, Seminario Internacional « Padrões tecnologicos e Processo de Trabalho - comparações internacionais » Convênio USP/BID, São Paulo, maio 1989.

FREYSSENET Michel, Les formes sociales d’automation, Seminario Internacional « Padrões tecnologicos e Processo de Trabalho - comparações intemacionais » Convênio USP/BID, São Paulo, maio 1989.

GUIMARÃES Antônio Sergio, Factory Regime and Class Formation: the petrochemical workers in Brazil, thèse de Doctorat, University of Wisconsin, Madison, 1988.

GUIMARÃES Antônio Sergio, A gestão do trabalho na industria petrochimica (a forma geral e a variante paternalista) USP/UNICAMP, Anais do Seminario Interdisciplinar « Padrões tecnologicos e politicas de gestão : processo de trabalho na industria brasileira », USP/UNICAMP, São Paulo, 1988a.

GUIMARÃES Antônio Sergio, Desobedência e cidadania operaria nas fabricas : o conflito industrial em Camaçari no ano 1985, Projet diversidade e Dinâmica regional do Sindicalismo no Brasil, CEDEC/CRH, 1989.

GUIMARÃES Antônio Sergio & CASTRO Nadya A., Movimento sindical e formação de classe : elementos para uma discussão teorico-metodologica, Cadernos do CRH n° 4, Salvador, 1987.

GUIMARÃES Antônio Sergio & CASTRO Nadya A., Espaços regionais de construção da identidade : a classa trabalhadora no Brasil pos-77, ANPOCS, Ciências Sociais Hoje, São Paulo, Vertice, 1988, p 13-49.

GUIMARÃES Antonio Sergio & CASTRO Nadya A., Classes, regimes fabris e mudança social no Nordeste brasileiro. Paper apresentado ao Seminario Internacional « Reestruturação Urbana : tendências e desafios », ISA/IUPERJ, Rio, 1988a.

HIRATA Helena, Receitas japonesas, realidade brasileira, Novos Estudos Cebrap, São Paulo, vol2 n° 2, pages 61-65.

HUMPHREY, John, Fazendo o milagre - controle capitalista e luta operaria na industria automobilistica brasileira, Petropolis, Vozes/Cebrap, 1982.

IA/USP, Politicas para tecnologia industrial bàsica - comportamento tecnologico dos agentes, AI/FEA/USP miméo, 1986.

KAPLINSKY Raphael, Industrial restructuring in LDCs : the role of information tecnology, Seminario Internacional « Padrões tecnologicos e Processo de Trabalho -comparações intemacionais » Convênio USP/BID, São Paulo, maio 1989.

LE VEN Michel, Cotidiano fabril dos trabalhadores da Fiat - automoveis de Betin, thèse de Doctorat, Université Féderale de Minas Gerais, 1988.

LE VEN Michel et alli, Processo de Trabalho e classe trabalhadora, VII Encontro anual da ANPOCS, São Paulo, outubro 1983.

LE VEN Michel & NEVES Magda A., A crise da industria automobilistica : automação e classe trabalhadora na Fiat, ANPOCS, Ciências Sociais Hoje, 1985, p. 113-154.

LIPIETZ Alain, Towards global Fordism?, New Left Review n° 132, 1982, p 33-47.

MARONI Amnéris, A estrategia da recusa - analise das greves de maio 78, São Paulo, Brasiliense, 1982.

OLIVEIRA Francisco de, O elo perdido - classe e identidade de classe, São Paulo, Brasiliense, 1987.

PINHEIRO Paulo Sergio, Trabalho industrial no Brasil : uma revisão, Estudos Cebrap n° 14, 1975, p 119-131.

PIORE M.J. & SABEL C.F., The second industrial divide : possibilities for property, New York, Basic Books, 1984.

SCHMITZ Hubert, Automação microelectrônica e trabalho : a experiência internacional, H. SCHMITZ et R.de Q. CARVALHO org., Automação, competitividade e trabalho : a experiencia internacional, São Paulo, Hucitec, 1988.

SCHMITZ Hubert, Small firms and flexible specialization in LDCs, Seminario Internacional « Padrões tecnologicos e Processo de Trabalho - comparações internacionais » Convênio USP/BID, São Paulo, maio 1989.

SORJ Bila, O processo de trabalho como dominação : um estudo de caso, L.M. Rodrigues et allii, Trabalho e Cultura no Brasil, Recife, Brasilia, ANPOCS/CNPq, pp 73-98.

SORJ Bila, O processo de trabalho na industria, tendência de pesquisa, BIB n° 15, ANPOCS, pp 53-56.

SORJ Bila, Desenvolvimento e crise de uma politica de gestão da força de trabalho : um estudo de caso, Paper apresentado ao IX Encontro Anual da ANPOCS, Agua de São Pedro, 1985.

TERSSAC G. De, La régulation ouvrière dans l’industrie à processus continu, R de Linhart et allii, Division du travail 1978.

Notes

1 Pinheiro 1975 ; Erber et Alii 1981 ; Vianna 1982, 1984 ; Sorj 1983 ; Abreu 1985 : Guimarães et Castro 1987.

2 Weffort, 1978, 1979; Almeida 1975; Oliveira 1987; Guimarães e Castro 1988, 1988a; Guimarães 1988.

3 Sorj 1981 ; Humphrey 1982 ; Le Ven et al. 1983 ; Le Ven et Neves 1985 ; Guimarães 1988a.

4 Maroni 1982 ; Abramo 1986 ; Le Ven 1988 ; Guimarães 1989.

Auteurs

CRH - Université Fédérale de Bahia

CRH - Université Fédérale de Bahia

M. Droulers (Traducteur)
P. Metzger (Traducteur)
M. Agier (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540