Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Brésil à l’aube du troisième millénaire

 | 
Martine Droulers

Espoirs et desillusions du monde rural

Les petits producteurs entre tradition et modernité

Pernette Grandjean

Texte intégral

1Au Brésil, la petite production agricole basée sur le travail familial a été présente dans les interstices des grandes propriétés dès les débuts de la colonisation portugaise, et a constitué la base de l’occupation agricole des régions méridionales par les imigrants européens. C’est encore aujourd’hui une forme très répandue d’exploitation de la terre, même si sa participation dans la valeur de la production agricole n’a cessé de diminuer. En effet, les exploitations de moins de 50 ha qui, en 1970, assuraient 47.7 % de la valeur de la production agro-pastorale, n’en sont plus responsables que pour 39.6 % en 1980.

  • 1 “sitiante” : paysan indépendant pratiquant sur de petits lopins des cultures sur brûlis destinées p (...)

2Cependant, parler aujourd’hui de “petit producteur”, ce n’est plus évoquer le sitiante1 traditionnel. L’hétérogénéité des classes sociales présentes dans le monde rural interdit en effet de parler de petite production de façon globale, car celle-ci regroupe de multiples catégories de producteurs. Certes, les principes d’organisation de cette forme de production agricole (travail familial de la terre et possession totale ou partielle des moyens de production) sont identiques et servent de critères à ce qu’il convient d’appeler “la petite production agricole”. Cependant, le terme général recouvre des réalités bien différentes liées à l’évolution permanente de cette forme de production depuis les années 60 qui marquent le début de l’ère de la modernisation agricole structurée autour d’un puissant complexe agro-industriel.

3En effet, le processus de différenciation sociale du paysannat est l’une des conséquences directes de la modernisation de l’agriculture brésilienne. Certes, il existe encore un secteur marginal constitué de petits paysans, travaillant de minuscules lopins de terre au moyen de techniques rudimentaires. Cette marginalité présente aussi un aspect géographique car les espaces consacrés à ces cultures traditionnelles, en partie auto-consommée se situent davantage dans les régions les plus pauvres et les plus isolées du pays. Cependant, même dans les régions les plus modernisées du pays, des zones importantes d’agriculture non moderne, presque archaïque sont imbriquées.

4En revanche, des formes nouvelles de petite production insérée totalement dans le circuit de l’économie et en concurrence commerciale avec les entreprises capitalistes se sont développées. Employant des techniques modernes, elles ont pris une importance croissante dans la production alimentaire, à un moment où s’estompent les différences traditionnelles entre cultures d’exportation et cultures destinées au marché intérieur. Cette petite production moderne n’est toutefois pas monolithique : il en existe une multiplicité de formes qui brouille, au gré des différents auteurs, la terminologie qui leur est consacrée : “petite bourgeoisie rurale, “petits producteurs technicisés”, “capitalisés” ou “intégrés” etc.

5Cet article se propose de distinguer, dans une perspective dynamique, la part de la petite production vraiment moderne à l’intérieur d’un secteur modernisé dans ses systèmes de cultures, mais dont le mode de fonctionnement relève parfois davantage du secteur traditionnel.

Les conditions de formation du secteur moderne de la petite production

  • 2 Celles-ci ont été analysées par de nombreux auteurs, en particulier des économistes spécialisés com (...)

6L’évolution de la petite production agricole ne peut se comprendre que replacée dans le contexte général des transformations qu’a connu l’agriculture brésilienne depuis les années 502. La modernisation de l’agriculture n’a pas consisté seulement en un perfectionnement des techniques productives ; elle a provoqué également, un bouleversement des relations de l’agriculture avec les autres secteurs de l’économie, le secteur agricole étant devenu un maillon d’une chaîne agro-industrielle intégrée.

7Ce processus de modernisation comporte des conséquences déterminantes pour l’évolution de la petite production : en modifiant les systèmes de cultures, il introduisit une partie des producteurs dans les circuits de l’économie de marché ; en augmentant la spécialisation culturale des unités productives et la valorisation de certaines terres, il provoqua l’expulsion des producteurs non propriétaires ou minifundistes, la précarisation de l’emploi agricole, l’éclatement des anciens rapports de production et des pratiques qui leur correspondaient (liens personnels entre patron et employé, clientélisme...). C’est la structure sociale traditionnelle des campagnes qui a été bouleversée, renforçant les inégalités sociales et laminant la petite paysannerie. L’accélération du processus de différenciation paysanne et la formation du secteur moderne de la petite production sont des facettes de cette évolution.

8Le rôle de l’État a été essentiel dans ces transformations. En effet, la formation d’une classe moyenne rurale, cliente potentielle du secteur industriel, a constitué l’un des aspects très nets du projet de modernisation de l’agriculture mis en place par l’État dans les années 60, dans le but de rendre plus productif le secteur agricole tout en conciliant les intérêts de la bourgeoisie industrielle et des grands propriétaires. Ces derniers étaient les premiers visés par la politique de modernisation (il s’agissait de transformer les latifundiaires en de dynamiques entrepreneurs ruraux), mais ce projet cherchait également à intégrer une partie des petits producteurs.

9Les mécanismes employés sont bien représentatifs de cette volonté, notamment le crédit à taux négatif, octroyé uniquement aux producteurs-propriétaires de terre, donc à ceux qui offraient des garanties suffisantes. Le crédit était accompagné de modalités impératives concernant l’utilisation des sommes fournies (achat des intrants recommandés par l’assistance technique). Ces mécanismes ont non seulement provoqué une rupture avec des formes de production anciennes, basées sur rautoconsommation et la vente des excédents, mais ils ont également enclenché un processus de sélection très poussée des producteurs, et ont abouti à l’exclusion d’un bon nombre d’entre eux. A la période “post-miracle”, la crise a encore accentué le processus de sélection, avec la fermeture de la frontière agricole, la chute des prix minima des produits et le renversement des taux de crédits à l’agriculture, qui, de préfixés, ont suivi les fluctuations de l’inflation. L’actuel “plan Collor” semble devoir encore accentuer cette tendance par élimination des producteurs les plus en marge, les conditions de garantie d’octroi de crédit étant de plus en plus drastiques.

10Le processus d’exclusion sociale est bien une conséquence, directe ou indirecte, des politiques agricoles mises en place par l’État, et ce malgré une série d’action menées, à partir des années 70, au bénéfice des petits producteurs. On peut citer par exemple, les mesures visant à stimuler l’intégration des exploitants au sein des coopératives agricoles, les programmes de colonisation ou l’implantation de programmes spéciaux (Polonordeste, Nordestão, programme São Vicente...). Ces programmes, menés avec l’appui financier des banques internationales et trop souvent conçus dans un esprit d’assistance, ont eu des résultats très inégaux. Il en a été de même en ce qui concerne la politique de développement agricole régionale mené dans le Nordeste au moyen du Fonds d’Investissement du Nordeste -FINOR- qui a souvent représenté un gaspillage du crédit distribué et un renforcement des structures sociales existantes. L’ensemble de ces politiques, souvent contradictoires, a contribué à introduire une mosaïque de situations dans la petite production agricole.

Les essais de typologie de la petite production agricole

11Le petit producteur moderne est particulièrement difficile à caractériser car il ne se définit ni comme un grand propriétaire, ni comme un petit paysan, même s’il partage avec ce dernier certaines valeurs.

  • 3 Tavares dos Santos (1987, b), pour les paysanneries du Sud brésilien, retrouve les mêmes types de s (...)

12La typologie des formes de petite production a d’abord été établie en prenant en compte les rapports du producteur avec le capital et les formes de subordination qui en résultent. C’est, par exemple, le classement effectué par Graziano da Silva (1982 :129), qui distingue les petits producteurs subordonnés au capital commercial ou aux grands propriétaires fonciers de ceux qui sont subordonnés aux agroindustries ou aux coopératives capitalistes et pour lesquels l’extraction de l’excédent se fait au moment de la commercialisation de la production3.

  • 4 Significative, en ce sens, est la réflexion du petit propriétaire du Sertão du Cearã interviewé par (...)

13Une autre typologie s’appuie sur l’analyse fine du mode d’utilisation de la main d’œuvre au sein de l’unité de production. Si l’emploi de salarié a constitué pendant longtemps le critère mettant en évidence l’avance des conditions de production capitaliste dans ce type d’agriculture différenciant ainsi les producteurs, ce critère n’est plus suffisant. Si l’on met de côté la couche la plus pauvre de ce paysannat, semi-prolétarisée, qui n’emploie pas de salariés mais au contraire vend sa force de travail dans d’autres exploitations, la très grosse majorité des exploitations familiales utilisent des travailleurs salariés, au moins de façon temporaire. C’est l’analyse de l’organisation du travail au sein de l’unité de production et de la combinaison travail salarié/travail familial qui fournit les bases d’une typologie distinguant les “entreprises familiales” des “unités familiales”. Dans les premières, les membres de la famille continuent de travailler sur l’exploitation mais, contrôlant le savoir technique, ils n’effectuent souvent que des tâches spécialisées ou plus délicates, laissant aux travailleurs salariés les travaux subalternes. Dans les secondes, la différenciation des tâches est moins visible4. Le mot “paysan” est bien, chez des auteurs, réservé pour désigner ces “unités familiales” et les distinguer de la couche capitalisée des petites entreprises familiales.

14Il faut noter que ce type de classification ne recoupe pas le premier : on trouve en effet des unités familiales aussi bien dans des productions intégrées au circuit agroindustriel que dans des productions tournées vers le marché ou davantage orientées vers l’autoconsommation.

15Enfin, d’autres typologies ont cherché à intégrer, à côté de la dimension proprement technique ou économique, un critère de différenciation basé sur les valeurs et les mentalités qui évoluent avec la modernisation des exploitations et leur intégration dans le système économique environnant (Velho, 1982).

16Quoiqu’il en soit, la petite production intégrée au secteur moderne, produit du récent processus de modernisation de l’agriculture brésilienne, présente des caractères qui l’éloignent de la petite production traditionnelle.

Les caractères de la petite production modernisée

17La définition du producteur moderne prend en considération un ensemble de caractères considérés dans leur ensemble et dans leurs inter-relations. Le modèle ainsi défini peut être comparé à celui de l’exploitation familiale traditionnelle, caractérisée par quatre traits essentiels et associés à savoir : complément de travail en dehors de l’unité de production, longues journées de travail combinées au sous-emploi, faibles niveaux de revenus et faible productivité (Velho, 1982).

18Ces caractères ne se retrouvent pas intacts au sein des entreprises familiales. Il s’agit donc de voir comment la modernisation, ou la seule technification du processus productif, ainsi que l’intégration plus forte dans l’économie de marché, ont contribué à modifier le fonctionnement de l’entreprise familiale et même à influencer la manière dont le producteur se perçoit et s’inscrit dans la société globale.

19Le statut de ces petits exploitants est, dans la majorité des cas, celui de propriétaire : le “rêve de la terre” (Tavares dos Santos 1987) est en effet si répandu que certains n’hésitent pas à courir l’aventure des zones pionnières pour travailler une terre bien à eux et résister ainsi à la dégradation de plus en plus marquée des conditions foncières.

  • 5 Comme ceux repérés dans la région du café de l’état de Bahia (Bret 1987) ou les producteurs issus d (...)
  • 6 Certains textes rendent particulièrement bien compte de ces trajectoires : les études réalisées dan (...)
  • 7 Dans le cas étudié par Sales (1985) concernant les producteurs fournisseurs de tomates pour l’agro- (...)

20L’origine et les trajectoires de ces producteurs (implantation et modernisation des exploitations) sont bien représentatives du processus très sélectif mis en œuvre au moment de la modernisation agricole. En effet, si l’on met à part les cas, assez rares, d’exploitants d’origine urbaine5, les exploitants ayant pu accéder à la modernisation sont des petits producteurs qui ont été les bénéficiaires privilégiés, à un moment donné, de conditions exceptionnelles permettant leur démarrage6. Les producteurs qui ont pu tirer parti de ces conditions présentaient tous des potentialités, analysées par les auteurs comme des facteurs déterminants dans les conditions de réussite, dans tous les cas, il s’agissait de la possession d’un modeste pécule initial (petit patrimoine foncier ou biens de production) suffisant pour leur permettre l’accès au crédit7.

21Il faut cependant noter que le démarrage de l’entreprise ne mène par forcément à la réussite. Dans les cas analysés, il est question de la différenciation sociale qui s’opère à partir de l’installation, avec l’échec connu par certains, amenés à vendre leur exploitation, et la réussite des autres. Pour beaucoup d’exploitations jusque là en situation précaire, le moment décisif du démarrage se situe dans les années 70, avec la diffusion d’un crédit stimulant la technicisation et la spécialisation de l’unité de production.

22Le rôle de l’État apparait fondamental dans tous les cas, et s’est manifesté soit directement (attribution du crédit, implantation de programmes spécifiques de prise en charge de certaines cultures e t c.), soit de façon indirecte par le biais de mesures telles que le monopole étatique des semences pour le coton. Dans le cas des producteurs de tomates, ce sont les agro-industries qui jouent ce rôle, en donnant aux fermiers les moyens matériels de techniques d’assurer une production régulière et de bonne qualité.

23Qu’elle vienne de l’État ou des agro-industries, l’aide accordée ne l’est pas indistinctement et ne parait avoir un effet de retour que pour des producteurs susceptibles d’en profiter pleinement, la différenciation du paysannat résultant d’une subtile combinaison de facteurs.

24Les structures productives sont marquées par l’orientation systématique des exploitations vers les marchés, l’utilisation d’une masse de plus en plus forte de capital pour la production de produits de valeur commerciale plus élevée. Ces petits producteurs modernisés se consacrent presque uniquement à des productions végétales : soja dans le Rio Grande do Sul et dans le Paraná, café, coton, tomates dans l’état de São Paulo, oignons dans la vallée du São Francisco etc. Quand il est pratiqué, comme dans certaines exploitations du Sud, l’élevage ne représente qu’une activité complémentaire. En dépit d’une spécialisation plus poussée des systèmes de cultures, surtout s’agissant des cultures commerciales de forte valeur, la monoculture reste exceptionnelle. La diversification des cultures apparaît même parfois comme une stratégie employée par le producteur pour se libérer du joug des agroindustries (Ribeiro 1982).

25D’autre part, on note le maintien, et parfois même le renforcement des cultures destinées à l’autoconsommation. L’exemple le plus frappant est celui des agriculteurs de la région d’Ijui (RS) qui pratiquent une agriculture fortement spéculative, le soja, tout en vivant dans un système d’autoconsommation presque complet, incluant même la production de pain, de vin et de sucre ; “modernité et autoconsommation sont loin d’être antinomiques” (Eizner et Szurek, 1987). Plusieurs variables entrent dans l’explication du maintien de cette pratique typique des exploitations traditionnelles. Au Brésil, il faut tenir compte tout à la fois de l’histoire (la tradition colonisatrice en cellules closes), des contraintes de l’environnement socio-économique (l’autoconsommation permet de se prémunir des aléas du marché), de la structure familiale (qui permet l’emploi d’une main d’œuvre nombreuse). Toutefois, le secteur tourné vers le marché et celui destiné à l’autoconsommation diffèrent sensiblement, ce dernier utilisant des techniques plus traditionnelles et présentant des rendements plus faibles.

26L’utilisation des machines agricoles et des intrants est un critère essentiel de modernisation des exploitations. Le développement de la consommation des intrants industriels s’est accéléré à partir des années 60 quand le Brésil a développé sa propre industrie en amont du secteur agricole. Les indicateurs habituels de la modernisation agricole (nombre de tracteurs par personne employée dans l’agriculture ou nombre d’exploitations utilisant des engrais chimiques) sont là pour montrer la formidable croissance de l’utilisation de ces intrants. Ils révèlent aussi, mieux que n’importe quelle autre donnée, les différences régionales et les énormes disparités entre producteurs. Il semble évident que c’est la possibilité de techniciser l’exploitation qui marque la différence entre le petit producteur moderne et le producteur traditionnel. Il existe cependant, dans l’emploi des techniques, toute une gamme de combinaisons dont la prise en considération peut servir à la typologie des producteurs. Bien que l’emploi des machines et des intrants soit un impératif de survie pour ces exploitations en situation de concurrence face aux grandes entreprises, l’intensité de leur utilisation et leur articulation avec le secteur “main d’œuvre” sont discriminantes. Le processus de modernisation, bien qu’irréversible et fortement encouragé par les agences de l’État, est parfois très mal contrôlé au point d’entrainer un suréquipement des exploitations, et plus fréquemment, une surconsommation d’engrais chimiques. Il a d’autre part provoqué un endettement important des petits producteurs, dans un engrenage qui les pousse à produire plus et donc à s’endetter davantage.

27L’organisation du travail est également un des aspects essentiels permettant d’effectuer des distinctions entre petits producteurs modernisés et traditionnels. Si tous, en effet, emploient la force de travail familiale, incluant les membres de la famille élargie et recourent au travail salarié, le type d’utilisation de ces deux composantes constitue un des grands facteurs de différenciation.

28On trouve toute une gamme de regroupements familiaux au sein d’une même exploitation, visant à l’utilisation optimale des différents matériels et de la force de travail (Loureiro, 1987 :100). Les exploitations les plus modernisées se caractérisent par une tendance à la réduction de la journée de travail pour l’ensemble des membres de la famille, mais surtout pour les enfants, plus scolarisés. Certains, comme les petits viticulteurs du Rio Grande do Sul, atteignent même le niveau des études supérieures (Tavares dos Santos 1978). Dans ce même schéma, la division sexuelle du travail va en s’accentuant : dans certaines exploitations (Lavinas 1984), elle se rapproche du modèle existant dans les pays industrialisés où les femmes d’agriculteurs ont tendance à se cantonner dans les tâches domestiques, les travaux agricoles étant réservés aux hommes. Ce type d’évolution est caractéristique des exploitations où le capital investi est suffisant pour se passer de l’apport d’une partie de la main d’œuvre familiale et la remplacer par la main d’œuvre salariée.

29La modernisation des exploitations est également un facteur de changement dans l’emploi de la force de travail salariée, souvent utilisée de façon plus constante et pour des tâches spécifiques. Aussi les tâches rémunérées ont-elles tendance, dans ce type d’exploitation, à se substituer aux formes traditionnelles d’entraide et d’échanges de main d’œuvre. Le souci de rationalisation du travail agricole est caractéristique de ces d’exploitations. Celui-ci mène, en général, à une répartition assez poussée des tâches entre main d’œuvre familiale et main d’œuvre salariée, cette dernière assumant le plus souvent les travaux les plus ingrats, les moins spécialisés ou les plus préjudiciables à la santé (épandage d’engrais, par exemple). Les phases manuelles des cycles culturaux (cueillette du café, des oranges ou de la banane, repiquage du riz) lui sont aussi généralement réservées.

Entre le paysan et l’entrepreneur : un certain mode de vie

30Le style de vie, les aspirations, l’état d’esprit et les modes de représentations sont des éléments indispensables pour compléter ce tableau car, bien qu’appartenant à un domaine encore très peu exploré par les monographies, ils donnent des pistes intéressantes pour une caractérisation spécifique de cette catégorie de producteurs.

31L’état d’esprit est celui d’un entrepreneur, le producteur cherchant à rentabiliser au maximum son exploitation par une utilisation judicieuse des différents facteurs productifs (terre, main d’œuvre, machines) dont il peut se servir de façon différente selon la conjoncture. Cet esprit d’entreprise peut le conduire à prendre des risques, en se lançant par exemple dans des productions nouvelles. La rentabilité n’est jamais perdue de vue, concrétisée par la présence d’une comptabilité, élément totalement inconnus des petits paysans traditionnels.

32L’esprit d’entreprise s’accompagne d’une grande faculté d’adaptation. Par exemple, les producteurs de tomates, pour se maintenir, doivent se plier aux exigences des industriels qui, une fois établi leur bassin d’approvisionnement, imposent des conditions techniques de production plus rigoureuses, provoquant ainsi une sélection parmi les producteurs. Chez les producteurs de coton, on retrouve cette souplesse d’adaptation de l’exploitation familiale aux conditions technologiques : l’emploi de la machine, qui a bouleversé le processus cultural, ne remet aucunement en cause le caractère familial de l’unité de production, au contraire, c’est la mécanisation qui autorise le maintien de l’exploitation familiale grâce aux possibilités induites d’accroissement de la propriété. Dans le cas des cultures maraîchères, au processus cultural fortement exigeant en soins et en rapidité d’exécution, le travail familial, beaucoup plus productif que le travail salarié, apparaît le plus apte à rationnaliser l’emploi d’une technologie moderne, elle-même facteur d’accroissement de productivité du travail.

33Les aspirations des jeunes producteurs expriment ces mêmes tensions entre le moderne et le traditionnel, certains comportements s’éloignant des traditions paysannes, marquées par le respect de l’autorité paternelle et la soumission de l’individu aux règles collectives. C’est particulièrement net dans les cas de transmission d’héritage où la logique paysanne, qui favorise un des héritiers, généralement le fils aîné, pour préserver intact le patrimoine familial (Moura 1978) est contestée par les jeunes exploitants qui élaborent leurs projets individuels de vie sans les insérer dans un dessein collectif concernant l’exploitation familiale (Woortman 1985).

34Le niveau de scolarisation et la façon dont l’école est perçue constitue un autre aspect de l’évolution des mentalités. Bien que relativement faible comparé à celui d’autres pays, le niveau scolaire des exploitants modernisés n’en est pas moins supérieur à celui rencontré dans les exploitations traditionnelles (Martins 1975, Tavares dos Santos 1978).

  • 8 Millier (1981) dans son analyse de la coopérative des producteurs de blé, la Cotrijui, démontre que (...)

35Le mode de représentation politique des entrepreneurs dans l’agriculture brésilienne moderne reflète bien l’isolement du petit producteur, beaucoup moins représenté que l’entrepreneur capitaliste. Il y a un décalage entre une représentation formelle (légale) par le syndicat, mais sans aucun poids, et une représentation réelle, mais très fractionnée, par des associations regroupant les producteurs selon leur type de production (Graziano da Silva, 1990). Au sein de ces associations spécialisées par produits, ou des grandes coopératives, les intérêts des grands producteurs dominent, les petits ne servant souvent que de masse de manœuvre dans le jeu mené par les grands dans leur face à face avec l’État8.

  • 9 Loureiro (1987) qui explique l’absence d’organisation représentative des intérêts des petits produc (...)

36Le manque traditionnel de représentation politique explique l’attirance exercée sur le petit producteur par l’UDR -Union Démocratique Rurale-dans sa phase d’ascension, au moment où ceux-ci se sentaient trahis par l’État après l’échec du plan Cruzado9.

37Le petit producteur modernisé, qui a réussi à échapper à la prolétarisation, mais qui n’a pas le pouvoir d’un grand producteur, ne se reconnait donc ni dans les actions menées par les syndicats patronaux, ni dans les luttes du mouvement syndical des travailleurs ruraux, plus tournées vers la concrétisation des aspirations des catégories sociales les plus démunies (la lutte pour la terre ou pour de meilleurs salaires). Sa lutte à lui se situe au niveau des prix, de l’accès au crédit et des conditions de commercialisation. Ses intérêts sont défendus plus spécialement par les organisations de produits, au sein desquelles sa voix est étouffée par celles plus puissantes des industriels et des grands producteurs, capables d’imposer leurs conditions de prix et de production. Il est à la fois “fruit et victime de la modernisation, isolé dans des poches de modernité mais aussi exclu du débat politique plus ample” (Bruno 1987 :16).

38Le problème de l’identification rejoint celui de la représentation. Les petits producteurs sont considérés comme des “petits patrons” alors qu’il leur est très difficile de s’identifier aux grands propriétaires : “ils voient se renforcer une fausse indentification” (Wanderley 1987).

39Entre tradition et modernité, quelle est la place de ces producteurs dans un pays dont l’agriculture n’a cessé d’aligner des chiffres performants, de mettre en valeur de nouveaux espaces, tout en constituant un des secteurs de l’économie où se maintiennent les tensions sociales les plus vives et de très forts blocages ? Le modèle de la petite agriculture familiale moderne, performante, apparaît en filigrane dans tous les projets gouvernementaux visant la modernisation du secteur agricole. Cependant, faute de mesures permettant sa concrétisation et comportant non seulement des aspects fonciers mais aussi un rééquilibrage de l’aide financière accordée aux productions agricoles, il ne reste véritablement représenté que dans des espaces géographiques très restreints, même dans la partie du territoire national la plus développée. Tout au plus, la politique suivie depuis trente ans a-t-elle réussi à enclencher, pour une partie des exploitations traditionnelles, des dynamiques d’adaptation les faisant passer d’une économie d’auto-consommation à une économie de marché. Ces adaptations d’ampleur variable suivant les productions et les régions, sont étroitement liées au niveau de développement régional. C’est ainsi qu’au Nordeste sont apparues des productions de haute valeur commerciale (par exemple les produits maraîchers) destinées à un marché urbain moderne tenant compte du changement des habitudes alimentaires ; toutefois, les conditions de production et de commercialisation de ces nouvelles cultures relèvent davantage d’un processus d’adaptation à des techniques restées traditionnelles (emploi élevé de main d’œuvre mais avec une assez forte utilisation d’intrants) sans qu’il s’agisse d’une véritable modernisation (pas de mécanisation par exemple).

40Il y aurait donc une géographie de la petite production modernisée, elle-même calquée sur une géographie agricole en pleine évolution. Reste que, modernisés ou adaptés au secteur moderne, les producteurs concernés connaissent une situation d’instabilité plus ou moins accentuée, très dépendante d’une politique agricole aux mesures fluctuantes. Toutefois, les producteurs des régions les plus dynamiques jouissent certainement de conditions de production plus aptes à favoriser, au gré de la conjoncture économique et sociale, une véritable modernisation des exploitations. Celle-ci apparaît, par contre, plus douteuse dans les régions plus traditionnelles où les blocages sont plus importants.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALMEIDA Alfredo Wagner et ESTERCI Neide (1979) Traballio e subordinação no Sertão cearense, Revista de Ciências Sociais, Fortaleza, V10 n° l-2, p 95-130.

BIZNER Nicole et SZURECK Jean Charles (1987), Valeurs, représentations, univers culturel et symbolique : réflexions et perspectives de recherche, in Les capacités d’adaptation de l’exploitation familiale agricole : comparaisons internationales. LAMARCHE Hugues coord. CNRS/Université de Paris X Nanterre, Paris.

BRET Bernard (1987) L’irruption du café sur le plateau de Conquista. In Portrait de Bahia : travail et modernisation dans 4 régions agricoles d’un État du Brésil. RIVIERE D’ARC coord., Ed. de la MSH, Paris.

BRUNO Regina (1987), UDR : para alem da violência. Tempo e Presença, CEDI, São Paulo n° 221, p 14-16.

CANDIDO Antonio (1964), Os parceiros do Rio Bonito, Livraria Martins Ed., Säo Paulo.

KAGEYAMA Angela et GRAZIANO DA SILVA José (1987), Do complexo rural aos complexos agroindustriais: a trajetoria da agricultura brasileira 1850-1980 mimeo.

LAVINAS Lena (1984), Mudanças técnicas, ação do Estado e trabalho feminino, in SPINDEL Cheiwa et alii org, Traballio feminino e modernizaçao rural, ПСА, Brasilia.

LAVINAS Lena (1987), A emergencia de novas classes sociais no campo e o papel do Estado : о caso da Bahia. Análise e Conjuntura 2 (1) : 159-170, Jan-abr, Belo Horizonte.

LOUREIRO Maria R. Garcia (1987), Terra, familia e capital, Vozes, Petropolis,

MARTINS José de Souza (1975), Capitalismo e tradicionalismo (estados sobre as contradicôes da sociedade agraria no Brasil), Livraria Pioniera, São Paulo.

MARTINS José de Souza (1986), A reforma agraria e os limites da democracia na Nova República, Hucitec, São Paulo.

MULLER Geraldo (1981), Cotrijui : tentativa de criacão de um conglomerado de capital nacional, in LOUREIRO Maria R. Garcia. org. Cooperativas agrícolas e capitalismo no Brasil, Ed. Cortez, São Paulo.

MULLER Geraldo (1985), A velha senhora agraria e sus novos balangandãs, Novos Estudos Cebrapn° ll :2-9 (jan 85).

MULLER Geraldo (1988), Ambivalencia da modernização agraria, Novos Estados Cebrap n° 21 :168-184 (jul 88).

PEREIRA DE QUEIROZ Maria I. (1967), Bairros rurais paulistas. Revista do Museu Paulista, Nova Serie, vol XVII, São Paulo.

RIBEIRO Ivan (1982), Modernizaçâo e differenciaçào social da pequeña produção familiar : o Extremo-oeste paranaense. IVo Encontro da ANPOCS, Friburgo, mimeo.

SALES Teresa (1985), Tomaticultores no Estado de São Paulo : questões sobre a produção familiar na agricultura, in PIPSA, Anais do XIo Encontro : 238-270, Fazenda Lageado.

SILVA José GRAZIANO DA (1982), A modernização dolorosa, Zahar Ed., Rio de Janeiro.

SILVA José GRAZIANO DA (1984), Diferenciaçâo camponesa e mudança tecnologica : o caso dos productores de feijâo em São Paulo, Anais du 5 o Encontró Nacional de Geografia Agraria, Santa Maria.

SILVA José GRAZIANO DA (1987), Mas qual reforma agraria ? Reforma agraria, abr-jul 87 :11-60.

SILVA José GRAZIANO DA (1990), As representaçôes empresariais na agricultura brasileira moderna : as disputas na transiçâo para a democracia, mimeo.

TAVARES DOS SANTOS José Vicente (1978), Colonos do Vinho. Estudo sobre a subordinação do trabalho camponês ao capital, Ed. Hucitec, São Paulo.

TAVARES DOS SANTOS José Vicente (1987, a), Matuchos, le rêve de la terre (Etude sur le processus de colonisation agricole et les luttes des paysans méridionaux au Brésil 1930-1984), Université de Paris X Nanterre, Paris.

TAVARES DOS SANTOS José Vicente (1987, b), La formation de l’exploitation familiale dans le Brésil méridional, in LAMARCHE Hugues coord., Les capacités d’adaptation de l’exploitation familiale agricole : comparaisons internationales.

VELHO Otavio Guilherme (1982), Sociedade e Agricultura, Ed. Zahar, Rio de Janeiro.

WANDERLEY Maria de N. BAUDEL (1987), L’exploitation familiale agricole dans la région de Campinas (São Paulo - Brésil), in Les capacités d’adaptation de l’exploitation familiale agricole : comparaisons internationales.

WOORTMAN Klaas (1985), Trabalho familiar e campesinato, mimeo.

Notes

1 “sitiante” : paysan indépendant pratiquant sur de petits lopins des cultures sur brûlis destinées principalement à l’autoconsommation dont la culture et le mode de vie ont si bien été décrits par Candido (1964) ou Pereira de Queiroz (1967)

2 Celles-ci ont été analysées par de nombreux auteurs, en particulier des économistes spécialisés comme Graziano da Silva ou Millier, et se caractérisent par un processus rapide de modernisation et d’industrialisation du secteur agricole. De secteur exportateur, formé par la juxtaposition de cellules rurales autonomes, tournées vers le marché extérieur, l’agriculture est devenue “une structure complexe, hétérogène, aux destinations multiples” (Kageyama et Graziano da Silva 1987:3).

3 Tavares dos Santos (1987, b), pour les paysanneries du Sud brésilien, retrouve les mêmes types de subordination, celle des producteurs de soja et de blé aux grandes coopératives, ou celle des producteurs de tabac et des viticulteurs aux agro-industries.

4 Significative, en ce sens, est la réflexion du petit propriétaire du Sertão du Cearã interviewé par Almeida et Esterci, qui ne fait aucune distinction entre les tâches exécutées par l’un ou l’autre des membres de la famille, considérée comme une unité de travail indissociable. De même, il parle de l’ouvrier agricole salarié, employé de façon occasionnelle, comme d’“’un ami, un compère” qui “l’aide”. Et les auteurs de conclure : “le petit propriétaire a besoin de se définir comme un non-patron : il n’est pas patron et n’agit pas comme tel” (Almeida et Esterci 1979 :102).

5 Comme ceux repérés dans la région du café de l’état de Bahia (Bret 1987) ou les producteurs issus de services techniques de l’État (Lavinas 1987)

6 Certains textes rendent particulièrement bien compte de ces trajectoires : les études réalisées dans la région de Itararé (SP) par Graziano da Silva (1984) sur des petits producteurs de haricots, ou celles concernant les producteurs de coton de la région de Campinas (SP) (Wanderley 1987), les producteurs de tomates de l’État de São Paulo (Sales 1984), ou les marchands de la région de Piedade (SP) (Loureiro 1987). Pour les producteurs de haricots, le démarrage s’est effectué au moment de la mise en place par l’État d’un programme d’urgence intégré incluant distribution de crédits, aide technique et soutien des prix à la commercialisation. Pour les producteurs de coton, ce démarrage s’est fait à partir de l’installation, au cours des années 40, d’une industrie cotonnière dans une zone ruinée par la décadence du café, où la disponibilité en terres et la dévalorisation de celles-ci permettaient à des ex-colons l’achat d’un premier lopin. On retrouve un peu la même conjoncture dans le cas des producteurs maraîchers étudiés par Loureiro (1987), descendants de colons d’origine japonaise ou allemande qui, après la crise de 29, ont acheté les terres bradées par les grands propriétaires ruinés.

7 Dans le cas étudié par Sales (1985) concernant les producteurs fournisseurs de tomates pour l’agro-industrie, ce sont les fermiers, non propriétaires mais les mieux pourvus en terre qui ont pu avoir accès à la modernisation.

8 Millier (1981) dans son analyse de la coopérative des producteurs de blé, la Cotrijui, démontre que la coopérative, qui représente pour le petit producteur sa seule chance de survie et l’espérance sans cesse renouveler d’une amélioration de sa situation, est en fait une structure où se reproduisent les dissymétries socio-économiques de l’agriculture brésilienne.

9 Loureiro (1987) qui explique l’absence d’organisation représentative des intérêts des petits producteurs maraîchers et celle quasi complète de revendications politiques par l’absorption de ces producteurs dans une lutte économique quotidienne. La grande hétérogénéité sociale et culturelle de ces producteurs explique également ces carences. L’exemple des producteurs maraîchers d’origine japonaise, organisés politiquement pour la défense de leurs intérêts au sein de la coopérative agricole Cotia est un cas isolé.

Auteur

Université de Reims

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540