Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Brésil à l’aube du troisième millénaire

 | 
Martine Droulers

Le devenir des inégalités régionales

Dynamiques territoriales et inégalités régionales

Martine Droulers

Texte intégral

1Il existe encore peu de bilans de la situation du Brésil des années quatre-vingts ; la grande majorité des études disponibles traitent du début de la période et soulignent le succès d’un modèle qui met le Brésil au huitième rang des puissances industrielles. En revanche, les quelques analyses de la fin des années quatre-vingts sont beaucoup plus pessimistes ; la crise s’approfondit avec son cortège de politiques d’ajustement.

2Quelle sera l’image du Brésil de l’an 2000 ? Pour en dresser les contours, il faut analyser la nature de la dynamique du modèle de développement brésilien, ainsi que ses implications sociales et spatiales. Les deux tendances fortes qui ressortent sont, à nos yeux, l’accélération du phénomène de concentration et de polarisation et l’aggravation des inégalités socio-spatiales. De l’évolution de ces deux grandes tendances dépendront les équilibres internes du Brésil au seuil du troisième millénaire, le devenir de la démocratie et les modalités de l’insertion du pays dans l’économie mondiale.

La dynamique du modèle de développement brésilien et ses implications spatiales

3Largement inséré dans l’économie internationale, capable de produire des ordinateurs, des avions, des armes sophistiquées et de mettre en œuvre aussi bien de vastes programmes de développement routier que des systèmes de télécommunications par satellites, le Brésil est aujourd’hui un pays urbano-industriel qui aspire à la modernité. Cependant, cette richesse et ces compétences sont loin d’être également réparties sur le territoire. L’essentiel de l’activité économique continue de se concentrer à São Paulo.

4Cette concentration a cependant connu au cours des années quatre-vingts des développements nouveaux qui amènent à constater aujourd’hui une tendance à la diffusion du modèle central : selon quelles modalités ce cœur industriel élargit-il sa sphère d’influence sur les états voisins du Paraná, Mato Grosso du Sud, Minas Gerais, Goias et sur l’ensemble du Brésil ?

L’hégémonie de la région de São Paulo se maintient avec des évolutions significatives

  • 1 Dans son livre “Les deux Brésil”, 1952.

5On dit depuis Jacques Lambert1qu’il y a deux Brésil, un riche et un pauvre : il y en a sans doute davantage. De fait, les grandes régions du pays sont à des stades différents de développement dont les frontières peuvent être schématisées par des lignes de fractures séparant des espaces aux caractéristiques contrastées : un Centre-Sud raisonnablement développé avec un revenu par tête de l’ordre de 3 700 US$ ; un Nordeste pauvre avec des îlots de modernité dans un océan d’économie de subsistance ; un Centre-Ouest de frontière où règne la loi du plus fort et une Amazonie, espace de réserve dans l’attente d’une stratégie d’occupation (Velloso, 1990). Nous reviendrons plus loin sur ces lignes de fractures.

6São Paulo est et continue d’être la grande région de concentration des activités et des revenus bien que l’analyse des comptabilités et l’évolution de la formation des PIB régionaux puissent laisser croire à un certain tassement des inégalités régionales entre 1960 et 1980. On observe, en effet que les régions Nord et Centre-Ouest, dont les participations en 1960 étaient insignifiantes, sont en progression particulièrement dans les activités agricoles. Cette augmentation se fait au détriment du Sudeste qui continue cependant à produire le tiers du PIB agricole et les deux tiers des PIB industriel et de services. Quant aux régions Nordeste et Sud, elles maintiennent à peu près leur 2ème et 3ème place, le Nordeste montrant pourtant des signes de stagnation et n’augmentant sa participation industrielle que de 1.5 % alors que le Sud gagne quatre points dans ce même secteur.

Tableau 1 - Participation régionale du PIB par secteurs ( %).

Tableau 1 - Participation régionale du PIB par secteurs ( %).

Source : Fondation Getulio Vargas - Comptes nationaux

7Pour l’analyse de la période plus récente et malgré quelques difficultés de cohérence et de compatibilité, nous utilisons les données sur la valeur de la production régionale par grands secteurs. Elles ont aussi l’intérêt d’expliciter un peu plus finement la distribution spatiale des activités en distinguant l’état de São Paulo.

8En agriculture, on assiste à une progression remarquable et continue de la région Centre-Ouest avec une importante production de riz et de soja due à l’ouverture de la frontière agricole dans les Cerrados. La progression de l’Amazonie, surtout du fait de l’élevage bovin, est plus lente et moins visible dans la comptabilité nationale. Les résultats de 1980 commencent à faire apparaitre le phénomène de consolidation de cette “frontière agricole” : Amazonie et Centre-Ouest constituant des territoires à organiser sont générateurs de potentialités nouvelles et le grand défi du Brésil pour cette fin de siècle (Becker, 1990 :10).

9On enregistre, en outre, une certaine perte de dynamisme de l’agriculture dans les régions Sud et Sudeste à cause d’un relatif tassement des cultures de blé/soja d’un côté et de café de l’autre.

Tableau 2. Valeur des productions industrielles et agricoles (%).

Tableau 2. Valeur des productions industrielles et agricoles (%).

Source : IBGE, recensements et annuaires statistiques.

10La répartition spatiale de l’industrie de transformation présente assez peu de changements, vraisemblablement à cause de la crise et de la récession économique qui entrainent le maintien des positions acquises : São Paulo préserve son avance, Rio de Janeiro poursuit sa lente décadence industrielle, tout comme le Pernambouc ; alors que la région Nordeste dans son ensemble connait une légère progression grâce à l’état de Bahia et à son pôle pétrochimique. L’Amazonie avec la Zone Franche de Manaus, se maintient à 2 %, tandis que le Centre-Ouest continue avec une industrie virtuellement inexistante.

11L’exploitation des réserves du sous-sol présente les plus grands changements durant la décennie 80. Deux faits significatifs sur le plan des économies régionales retiennent l’attention :

12- la mise en exploitation d’un gigantesque gisement de pétrole en “offshore” profond au large de Rio de Janeiro (Bassin de Campos) qui permet maintenant au Brésil de subvenir à plus de la moitié de ses besoins en hydrocarbures, et à l’état de Rio de Janeiro de représenter à lui seul 48 % de la valeur de la production minière et d’hydrocarbures du pays. La recherche de l’autonomie énergétique depuis la première crise pétrolière, ainsi que la mise en pratique d’un modèle tripartite (1/3 capitaux étrangers, 1/3 capitaux privés nationaux, 1/3 État) ont permis de développer le potentiel technologique de l’entreprise publique Petrobras.

13- le déplacement du pôle charbonnier (de bois)-minier du Minas Gerais vers l’Amazonie orientale grâce à la mise en exploitation de la mine de fer de la Serra de Carajas qui avec l’exportation de 35 millions de tonnes de minerais propulse le Brésil au rang de premier exportateur de minerai de fer du monde (1989). Cette progression commence à apparaitre dans les statistiques de 1985 qui soulignent aussi la mise en exploitation d’importantes mines de bauxite.

14Ces activités s’accompagnent de la montée en puissance de grandes entreprises à forte participation de l’État, telles la Compagnie de la Vallée do Rio Doce et la Petrobras. Celles-ci, fruit de l’interventionnisme étatique, s’efforcent de rester compétitives sur la scène mondiale tout en continuant à contribuer au développement régional.

15En vingt ans, on n’observe donc pas un renversement de tendances des inégalités régionales qui ne semblent pas en passe de se résorber. On observe en revanche, et c’est là un fait qui mérite d’être noté, une expansion du modèle du Centre-Sud sur ses marges, aussi bien dans le domaine agricole (la frontière des Cerrados) que dans le domaine industriel avec un phénomène marqué de déconcentration et de spécialisation.

Polarisation/déconcentration : le nouveau dynamisme de la région de São Paulo

16Le Sudeste, et particulièrement l’état de São Paulo, sont depuis longtemps le cœur du “Nouveau Pays industriel” pour des raisons à la fois économiques et culturelles : le réseau urbain dense y est assez équilibré, le niveau de formation élevé, le dynamisme des entrepreneurs indéniable.

17En quoi consiste le nouveau dynamisme de la région de São Paulo et quel est son impact spatial ? Il consiste essentiellement en la diffusion de la modernisation industrielle et des relations salariales au sein d’entreprises efficaces, hautement productives et compétitives dans de nombreuses villes en croissance rapide qui se spécialisent dans un produit de consommation pour le marché régional, voire national ou international. Les déplacements des sources d’approvisionnement en matières premières participent également de l’élargissement de la sphère d’influence du modèle Centre-Sud.

18Ce qui transparait à travers les indicateurs et les études de cas, c’est donc l’émergence d’une nouvelle forme du dynamisme du cœur économique du Brésil et la constitution de nébuleuses urbano-industrielles le long d’axes de déconcentration et sur les marges de l’état de São Paulo. Ce réel dynamisme spatial du Centre-Sud, largement spontané, ne résulte toutefois pas d’une action concertée de rééquilibrage régional.

19La tendance à la diffusion de l’industrialisation observable au cours des années quatre-vingts, et qui est l’élément nouveau au sein du modèle n’est pas sans évoquer le phénomène d’industrialisation diffuse que connait la région dite “Troisième Italie” dont le principal exemple, l’Emilie-Romagne, montre depuis 20 ans une expansion remarquable des secteurs secondaire et tertiaire en zone rurale et dans les petites villes, avec la diffusion d’industries innovantes, performantes et décentralisées et des spécialisations par villes où fleurissent des centaines de petites entreprises travaillant pour l’exportation.

Tableau 3 - Evolution de la part relative en valeur de la transformation industrielle (%).

Tableau 3 - Evolution de la part relative en valeur de la transformation industrielle (%).

Source : IBGE/Seade

20Les données du tableau 3 soulignent une relative stagnation de la région métropolitaine de São Paulo, de la Baixada Santista (zone portuaire) et dans une moindre mesure de la vallée du Paraíba (l’axe métropolitain vers Rio) ; on assiste par contre au renforcement de deux axes dans l’intérieur de l’état :

  1. L’axe São Paulo-Campinas-Ribeirão Preto-São José do Rio Preto avec des villes déjà industrialisées et en rapide processus de croissance. Campinas, ville millionnaire, pôle technologique, est au centre d’une véritable nébuleuse urbano-industrielle formée de : Americana, Piracicaba, Santa Barbara do Oeste, Nova Odessa, Limeira, Rio Claro. Plus avant São Carlos, à 220km au nord de São Paulo, avec ses deux universités, son parc technologique regroupant une cinquantaine de PME innovantes mérite le label de pôle technologique de l’intérieur (Droulers, 1990) tandis qu’autour de Ribeirão Preto et de São José do Rio Preto s’amorcent de nouvelles régions urbano-industrielles fondées sur le dynamisme de l’agro-industrie (jus d’orange, viande de poulet, alcool de canne...).On trouve encore des villes spécialisées dans des industries de transformation traditionnelles comme la chaussure à Franca.

  2. L’axe São Paulo-Sorocaba-Bauru-Araçatuba puis le Mato Grosso do Sul. Une excellente base agricole et une politique de décentralisation de l’état de São Paulo en matière d’infrastructures, de formation supérieure et de services de santé, favorisent les investissements sur ces plateaux de l’ouest.

21Deux autres intégrations sont un peu moins avancées : São Paulo-Minas et São Paulo-Curitiba pour des raisons à la fois topographiques, d’inexistence d’un support urbain et de déficience du système routier.

22L’extension du modèle Centre-Sud s’effectue également sur les marges. L’état du Paraná montre une bonne santé agricole et agro-industrielle et des villes spécialisées et relativement florissantes, tout comme le Santa Catarina et le Rio Grande do Sul qui ont un excellent développement industriel. De son côté, l’économie du Minas présente quelques signes de stagnation, sauf du côté méridional et dans le “Triangle mineiro” qui reçoivent les effets de la tendance à la déconcentration industrielle de São Paulo.

  • 2 Transdata est un réseau spécialisé offert par EMBRATEL (Entreprise Brésilienne de Télécommunication (...)

23Un autre phénomène récent et remarquable contribue à renforcer le rôle prépondérant de São Paulo tout en illustrant les évolutions des années 80 : la forte concentration de l’information par les circuits de transmission des données (Dias, 1988). Les réseaux dus aux nouvelles formes de communication, atout majeur du développement régional, confirment le rôle-clé de São Paulo et de sa région métropolitaine où sont installés les principaux centres du réseau Transdata2. En observant, au niveau national, les cartes des grandes lignes de transmission de ce système, on voit que Rio de Janeiro retrouve son réseau classique de liaisons privilégiées avec le Nordeste et que São Paulo profite du boom urbain du Nord et du Centre-Ouest pour renforcer son influence.

24Au niveau régional, l’essaimage des opérations de transmission des données est révélateur du renforcement des nœuds du réseau urbain de l’état de São Paulo notamment la région de Campinas et l’axe de la vallée du Paraíba. Ce dernier se signale également par une remarquable articulation entre les industries d’armement, de technologie avancée, les centres de recherche et de formation civils et militaires (Bertha Becker et al. 1988).

25Si les industries se déplacent de la périphérie de São Paulo vers les villes de la première (100km) puis de la deuxième couronne (200 km) la majorité des sièges sociaux demeurent, en revanche, à São Paulo (40 % des sièges de banques par exemple). La domination de São Paulo s’affirme nettement dans l’actuelle phase de tertiarisation de l’économie (Santos, 1988).

26De fait, la trame urbaine et industrielle de l’état de São Paulo, le dynamisme de ses entrepreneurs et universitaires, tout comme les bons résultats de son agriculture sont autant de facteurs favorables à un véritable processus de développement régional. Dans quelle mesure ce processus est-il comparable à celui de la “troisième Italie” évoqué plus haut ?

27Tout d’abord, par le rôle qu’y joue le phénomène de la déconcentration industrielle. Les grandes entreprises de la métropole de São Paulo, comme celle du Nord-ouest de l’Italie, souhaitant bénéficier d’une plus large flexibilité du marché du travail et échapper à des loyers élevés trouvent avantage à déconcentrer une partie de leurs activités.

  • 3 Nous reprenons ici les analyses de Mr Giuseppe Cannulo de l’université d’Ancône (Italie) exprimées (...)

28Cependant au-delà de ce premier facteur explicatif, et pour rendre compte pleinement de l’originalité du processus de diffusion, de l’industrialisation, il apparaît que les régions bénéficiaires ne jouent pas un rôle passif dans l’importation d’activités en provenance de la zone centrale. Il resterait à analyser dans quelle mesure tant le dynamisme de la région de São Paulo que celui de la troisième Italie reposent sur un mode autonome de propagation du développement dont le caractère diffus est le résultat d’une combinatoire complexe et optimale entre des ressources externes et internes alliant des acteurs économiques, sociaux et politiques, tant nationaux que locaux3. Ainsi l’expansion du modèle du centre-sud est-il tout autant le reflet de la diffusion du capitalisme central que de l’action des acteurs locaux parvenant à mobiliser l’épargne et les énergies locales. Des études de cas pourraient être multipliées pour le démontrer.

29Pour conclure ce tableau de la dynamique du cœur économique du Brésil, rappelons qu’Alain Lipietz constatant, au début des années 80, que le Brésil connaissait des taux de croissance remarquables (croissance annuelle du PIB entre 1970 et 1981 : 7,6 %, croissance annuelle du secteur manufacturier entre 1970 et 1981 : 7,8 %, croissance annuelle de l’investissement brut 6,5 %) écrivait “il n’est pas impossible que, dans le nouveau régime d’accumulation qui sortira de la crise, la Région de São Paulo apparaisse mieux placée que bien des régions de la vieille Europe” (Lipietz, 1986 :248).

L’aggravation des inégalités socio-spatiales

30Dans un pays très inégalement peuplé et occupé, la question de l’égalité territoriale (“equidade territorial”, Faissol, 1988 :92) pose celle de la cohérence du territoire national en tant que tel. Toutes les portions de ce territoire pourront-elles être traitées et contrôlées de façon égale ? Cette question qui renvoie aux enjeux de la régionalisation et de l’intégration territoriale que les gouvernements soumettaient déjà aux géographes dès la création du Conseil National de la Géographie dans les années trente, n’a cessé d’être à l’ordre du jour durant la période d’aménagement technocratique du régime militaire et aujourd’hui encore. Pourtant, en dépit des politiques de planification économique et d’aménagement du territoire, les inégalités n’ont fait que s’aggraver.

31Le phénomène de concentration perceptible au niveau géographique, l’est également au niveau social : la concentration des revenus s’est accrue depuis le début de la décennie ; en 1981, les 60 % les plus pauvres recevaient 20 % des revenus, en 1987, ils n’en recevaient plus que 18 %, tandis que les 20 % les plus riches, qui bénéficiaient de 61 % des revenus, en reçoivent en 1987, 63 %. La modernisation toujours fondée sur la disponibilité d’une main d’œuvre à bon marché, tend à provoquer une polarisation sociale accrue (Tauile, 1989 :58). On assiste non seulement à une reproduction de la misère mais aussi à un accroissement des inégalités et des déséquilibres spatiaux.

Les inégalités se sont aggravées

32Les inégalités socio-spatiales sont de divers types, entre le centre et les périphéries, entre le Nord et le Sud-est, ou encore entre les zones rurales et les zones urbaines, les zones d’ancienne colonisation et les zones de frontière. Traditionnelles, elles ont tendance à s’aggraver, car il est reconnu que le processus de modernisation se traduit par un accroissement “mécanique” de l’inégalité (Kuznets). Le modèle brésilien n’échappe pas à la règle et se construit comme une spirale inégalitaire croissante.

33Le nord-nordeste continue à présenter les plus hauts indices d’analphabétisme, de mortalité infantile, de morbidité par malnutrition et comptabilise près de la moitié des familles définies comme pauvres par le PNAD en 1985 (5 161 000 familles sous le seuil de pauvreté contre 3 511 000 dans le Sudeste). La ligne de pauvreté est celle du seuil de un demi salaire minimum de revenu familial, c’est-à-dire 25 US$/mois et la ligne de misère celle de un quart de salaire minimum. Sur les 32 millions de familles, onze sont sous la ligne de pauvreté (ce qui représente 53 millions de personnes) dont près de cinq millions au niveau de la stricte misère. Une telle situation “est incompatible avec les aspirations d’une nation qui se prétend civilisée” (Jaguaribe, 1989 :76).

34Par ailleurs, la répartition dans chaque région est significative : les zones rurales nordestines regroupent plus du quart de tous les pauvres du pays, tandis que les villes non métropolitaines en abritent le sixième.

Tableau 4 - Quelques indicateurs sociaux - 1985 -

Tableau 4 - Quelques indicateurs sociaux - 1985 -

Source : Reforma ou caos, p. 72 et 141.

35La pauvreté renforce la mobilité. Les migrations ont toujours été la solution spontanée à la crise du travail. Ces masses de pauvres ont constitué et constituent encore une main d’œuvre à bon marché. L’effet des migrations campagne-ville est visible sur la carte où l’on a effectué la projection de la population des villes brésiliennes de plus de 100 000 habitants en 1985 (ce qui représente 147 villes) en prenant le taux de croissance observé entre les recensements de 1970 et 1980. Cette projection fait apparaître encore davantage le poids du Sudeste et de São Paulo. L’intense mobilité spatiale et professionnelle à l’échelle d’une nation-continent reste un défi pour l’organisation du territoire.

36Dans le cas du Nordeste, les maladresses et les retards ont créé un tel cadre de pauvreté que les projets de développement et de modernisation ont peu d’effets significatifs et ne sont finalement le plus souvent que des enclaves important leur main d’œuvre spécialisée et exportant leurs produits à São Paulo et à l’étranger (Droulers, 1988). L’enjeu de développement de cette région serait de freiner l’exode rural par de petits projets de modernisation agricole adaptés et d’éviter le gonflement des trois métropoles du littoral. Certaines expériences de ce type réussissent dans le Pernambouc.

Les politiques d’aménagement : quel bilan ?

37Trois dynamiques du territoire sont à l’œuvre depuis la fin des années soixante, deux résultant de l’action volontaire de l’état et la troisième d’une évolution spontanée. Le but des deux premières a été de tenter de briser le processus de concentration excessif par une meilleure structuration des niveaux de la périphérie et une nouvelle répartition des facteurs de production.

381 - En ce qui concerne les actions de développement régional, en particulier au Nordeste, on peut dire que malgré des opérations spectaculaires comme l’installation des pôles pétrochimique à Salvador et chloro-chimique à Aracaju, de centrales hydroélectriques sur le São Francisco... ainsi que des crédits à la modernisation des grandes exploitations agricoles, la part de la région dans la richesse nationale a dans l’ensemble stagné au cours des deux dernières décennies.

39La pauvreté du Nordeste est-elle nourrie par une transition démographique tardive qui expliquerait la “vocation” de cette région à demeurer un réservoir de main d’œuvre à bon marché ? Dans ce cas, la question de la formation et de l’emploi des nouvelles générations se pose de façon aigrie. De plus, la résorption de cette pauvreté et la mise en place de politiques sociales sectorielles visant à équiper la population en services de base sera coûteuse à cause de sa dispersion dans les zones rurales et les villes petites et moyennes. La différenciation entre zones rurales attardées et zones urbaines métropolitaines intégrées à l’économie de marché est à prendre en compte dans tous les plans d’aménagement et nécessite la mise en place d’un régime de péréquation adapté aux réalités régionale et nationale. Les montants alloués à la SUDENE et les blocages institutionnels propres à cet organisme n’ont pas permis jusqu’à ce jour de répondre à l’ampleur de ce défi.

402 - En ce qui concerne la politique d’intégration du territoire national, plusieurs opérations peuvent être mises au crédit de la volonté d’aménagement : la construction de Brasilia (2 % du budget national pendant 10 ans) ; le renforcement de Manaus (dynamique de la zone franche) ; la mise en valeur de Carajas (dynamique minéro-métallique) avec un couloir d’exportation devant favoriser le développement régional.

41La mise en place d’un réseau de transport participe de la même politique d’intégration : grands axes routiers comme la Belem-Brasilia, la Transamazonienne ou la Cuiaba-Porto Velho ; voies de chemin de fer comme celle de Carajas ou la Nord-Sud, qui constituent des investissements considérables. Les transports ont d’ailleurs été de façon constante une priorité du gouvernement militaire avec 15 % des ressources budgétaires et un réseau routier qui structure toujours plus l’espace (IBGE 1988 : 188). Malgré tout, la distribution des équipements et infrastructures reste inégale sur le territoire brésilien. Le cas du réseau téléphonique est significatif ; encore une fois la région Sudeste est privilégiée avec 64 % des lignes téléphoniques installées dans le pays contre 16 % dans le sud et 10 % dans le Nordeste (Benackouche, Dias, 1990).

42Les effets des politiques d’incitations fiscales pour des projets de développement en Amazonie et au Nordeste n’ont pas essentiellement modifié les fondements des disparités régionales. Elles se sont souvent traduites par des enclaves ou ilots de modernité reproduisant le modèle typique de ce que l’on a pu appeler “un développement en archipel” (Théry, 1988).

  • 4 Travaux et Mémoires de l’IHEAL, n°35, 1984. “L’État aménageur en Amérique Latine”, 184 p.

43Quant aux politiques intégratrices et développementistes à partir des pôles, qu’en reste-t-il ? Le bilan est controversé comme en témoignent les travaux réalisés sur le sujet4. Si l’on prend seulement l’exemple de Manaus, on observe que la ville est certes devenue un grand centre électronique et horloger, mais que sa croissance a contribué à l’appauvrissement des régions intérieures amazoniennes. Les tentatives pour créer des pôles industriels dans le Nordeste, hormis Camaçari, ont également été des échecs.

443 - Finalement, la tendance à la déconcentration des activités (de São Paulo vers l’intérieur de l’état et sur ses marges) du pôle central apparaît la plus significative. Elle ne doit rien aux politiques nationales d’aménagement mais plutôt à la dynamique propre du développement du Centre-Sud.

45En ultime analyse, on peut s’interroger sur l’impact spatial que la polarisation même déconcentrée représente pour l’ensemble du territoire ?

Fractures ou intégration

46En dépit donc du discours des aménageurs et de quelques ajustements, l’aggravation des inégalités socio-spatiales est grande, si grande qu’elle peut aller jusqu’à provoquer, dans l’avenir, de véritables fractures régionales qui “brisent” le territoire. Cette image d’un espace national allant jusqu’à se fracturer parce que les clivages économiques et sociaux sont de plus en plus nets, est forte et risque de choquer les visions géopolitiques de la puissance brésilienne. Pourtant, il s’agit, selon nous d’une tendance de fond malgré l’idéologie de l’intégration nationale, leitmotiv des gouvernements depuis l’Indépendance et toujours défendu par les militaires.

  • 5 D’un côté, un groupe de spécialistes de géographie physique, sous la direction de Francis Ruellan é (...)

47Le choix de l’emplacement de la nouvelle capitale a été révélateur du débat sur l’intégration nationale5(Faissol, 1988 :95). La décision relevait de la Chambre de Députés, et en 1948, il s’opéra un compromis entre les bancs des députés du Centre-Sud qui défendaient une localisation dans le sud Minas et ceux du Nordeste qui prônaient une solution beaucoup plus septentrionale. Finalement le choix géopolitique du Planalto Central, justifié et défendu par les militaires, fut retenu comme un bon compromis entre la volonté d’intégrer le territoire national tout en ne s’éloignant pas trop du moteur économique. Où sont les limites d’un aménagement volontariste ? L’état et le capital cherchent à étendre leur influence sur l’ensemble du territoire mettant en œuvre des systèmes complexes d’alliances. Dans le choix du site de Brasilia, l’état a été à la fois acteur de l’intégration politique et instrument de l’intégration capitaliste.

48Autre point caractéristique de la tendance intégratrice : la création de nouvelles divisions politico-administratives. Dans la Constitution de 1988 la notion de Territoire Fédéral disparait : Amapá et Roraima deviennent des états. Le Goias est scindé en deux : la partie septentrionale devient l’état du Tocantins avec 248 000 km2 et 1 110 000 habitants. Cette évolution est représentative de l’intégration politico-administrative du Brésil vide manifestant les progrès du peuplement et de l’occupation économique.

49Mais les résultats de l’intégration politique sont contredits, par le modèle d’industrialisation brésilien qui, loin d’effacer les stigmates du sous-développement, les renforce au contraire avec “l’urbanisation plus rapide que le développement des infrastructures, la généralisation du secteur informel et de la salarisation restreinte, l'insuffisance des dépenses sociales et l’accentuation de la segmentation de la société...” (Salama, 1988 : 26).

50Finalement, on voit se dessiner une nouvelle carte à trois Brésil : un riche, un pauvre et un vide (Diniz et Lemos, 1990 :196). Selon ces auteurs, le Brésil riche occupera petit à petit le Brésil vide ; le Brésil pauvre s’intégrera de façon désintégrée et marginale à travers des projets isolés et complémentaires au Brésil riche et fournira de la main d’œuvre pour l’occupation du Brésil vide.

51Quant à nous, si nous nous accordons pleinement avec cette analyse, nous y ajouterons que le Brésil vide reste un “territoire-réserve”, lieu de désamorçage des conflits sociaux latents inhérents au développement du cœur industriel, réserve de potentialités diverses et carte à jouer pour un possible écodéveloppement futur (cf. supra I. Sachs). En attendant les Brésil pauvre et vide continuent à jouer un rôle d’ajustement pour le Brésil riche.

52Le modèle de développement brésilien apparaît donc comme fondamentalement désintégrateur de l’organisation spatiale interne. On dit que la baleine (référence à la continentalité) n’arrive pas à gérer le tigre (référence au cœur industriel) qui est en elle... ou inversement ! Les caractéristiques de Nouveau Pays Industriel du Brésil ne font que souligner “les déséquilibres au cœur du modèle” qui se traduisent également par la tendance à la dollarisation de l’économie (Salama, 1989). Sans entrer dans les détails des analyses sur la substitution du dollar (en l’occurrence) à la monnaie nationale pour assurer les fonctions traditionnelles de la monnaie (réserve de valeur, intermédiaire aux échanges et unité de compte), on dira simplement que la coexistence, au sein d’un même pays de plusieurs monnaies nous semble non seulement une menace pour la souveraineté politique mais aussi pour la cohérence territoriale. La monnaie commune définit un espace commun. La dualité monétaire répond comme un écho inquiétant aux trois Brésils évoqués plus haut. La présence de plusieurs monnaies sur un même espace national n’est-elle pas le symptôme de fractures extrêmement profondes tant sur le plan social que sur le plan spatial ?

  • 6 de la même façon que le Brésil l’avait fait à la fin du 19ème siècle lorsque sa société agraire tar (...)

53Finalement, on peut penser que les réserves d’adaptation du modèle brésilien ne sont pas infinies malgré les sacrifices que les classes populaires consentent. En même temps, le risque de prendre du retard dans la révolution technologique de la fin de 20ème siècle se précise6Combler les retards, éviter l’aggravation des inégalités, s’insérer dans l’économie internationale sont les défis majeurs de cette fin de siècle.

TENDANCES POUR LE BRESIL DE L’AN 2000. Un espace fracturé et polarisé

TENDANCES POUR LE BRESIL DE L’AN 2000. Un espace fracturé et polarisé

Croissance projetée de la population urbaine entre 1985 et 2000

STRUCTURE URBAINE DU SUDESTE

STRUCTURE URBAINE DU SUDESTE

Population urbaine 1980 chef-lieu de municipe de plus de 10 000 habitants

LE CENTRE-SUD Polarisation et déconcentration

LE CENTRE-SUD Polarisation et déconcentration

DES SCENARIOS PROSPECTIFS
Les quatre alternatives du futur dessinées par le bureau d’études de Claudio Porto sont essentiellement socio-politiques, elles servent de toile de fond à la plupart des études prospectives brésiliennes actuelles. Celles qui ont été faites à la demande de la Compagnie Electrique du Nord du Brésil font intervenir à la fois les variables externes, la dynamique interne, le jeu des acteurs et le pacte dominant.
Scénario-1 - Le prolongement de la crise
L’instabilité se poursuivrait avec le manque de légitimité du gouvernement. Le PIB aurait une croissance lente, la diffusion des nouvelles technologies serait réduite, l’actuelle concentration des revenus maintenue, la structure productive peu altérée, la région Sudeste continuant à être favorisée. C’est la poursuite de la tendance observée en 1989.
Scénario- 2 - La modernisation conservatrice
Une alliance politique conservatrice se dessinerait autour d’un projet libéral modernisant et implanterait des politiques de stabilisation combinées avec un projet d’intégration et de modernisation économiques. Le PIB devrait croître autour de 2 à 3 % par an, l’entrée du capital extérieur sera facilitée renforçant le pouvoir des multinationales et de leurs alliés. La diffusion des nouvelles technologies s’accélérera. Ce plan de modernisation consiste à s’accrocher au modèle américain et aux multinationales.
Scénario- 3 - L’articulation réformiste
Elle représente l’alliance des différents secteurs sociaux et des forces populaires pour définir un projet démocratique et réformiste. Sur le plan économique, ce scénario suppose la limitation du paiement de la dette externe et une forte réduction du déficit public, un renforcement du rôle de l’État, la diminution des importations, un PIB stabilisé à une croissance de 2 à 3 %, une politique explicite de Science et Technologie. Un pouvoir fort pour un projet politique de rigueur : c’est un scénario sans doute plus difficile à faire endosser.
Scénario- 4 - Le pacte social-démocrate
Il s’agirait de l’articulation entre le secteur privé moderne et les groupes urbains organisés, il implique une stabilité politique autour de partis bien structurés. Il suppose la mise en place d’une timide réforme agraire, des dépenses importantes pour les secteurs sociaux (éducation, santé), une inflation contrôlée, la dette externe négociée. Le PIB atteindrait un taux de croissance de 4 à 5 % et le progrès technologique serait accentué. Scénario idéal grâce à quelques “miracles” économiques et l’apparition soudaine d’une nouvelle classe politique.
En définitive, ces scénarios, plutôt classiques dans leur synthèse, apportent des éléments intéressants d’analyse sur la société brésilienne, ils ne puisent pourtant pas dans l’originalité d’expériences intrinsèquement brésiliennes.

TENDANCES TERRITORIALES
Les prospectives économiques sont assez aléatoires dans un pays au bord de la situation chaotique. On peut souligner la montée du libéralisme et la tendance à la gestion privée de l’espace national, celle-ci entrainant d’ailleurs la fragmentation politique et spatiale qui vient de la recherche de l’autonomie de gestion tant des corporations multinationales et que des mouvements sociaux locaux. Les meilleurs exemples en sont : Carajas et l’espace-citadelle de la CVRD d’un côté et Serra Pelada et la coopérative des orpailleurs d’un autre. La nouvelle géopolitique se fera à l’interaction entre la structure technologique et la réorganisation du capitalisme qui en découlera et les nouveaux mouvements sociaux (Bertha K. Becker, 1988). Il reste à considérer comment peut se faire la gestion démocratique du territoire national ?
Nous nous sommes risqués à notre tour à dresser deux images du futur, l’une étant un scénario tendanciel à partir du bilan des années 80, l’autre étant volontariste mais n’engageant que nous !
Dans le scénario tendanciel, les tendances nationales lourdes de fractures peuvent s’accentuer. Cette image de fractures régionales nous semble particulièrement éclairante pour un bilan de fin des années 1980. Face à la divergence des logiques socio-économiques à l’œuvre, la société est-elle suffisamment organisée pour que des politiques de solidarités régionales puissent être mises en place ?
Le scénario volontariste consensuel impliquerait une redistribution ou mieux une péréquation entre les régions, un pouvoir interventionniste sur le plan économique dans un régime démocratique qui exprimerait un consensus capable d’appliquer la solidarité interrégionale. Cela signifierait l’acceptation du jeu de la solidarité entre les groupes sociaux et un pouvoir relativement fort à Brasilia assureront le fonctionnement de la redistribution économique et sociale.
Plus redistributif l’aménagement du territoire devrait aussi être plus intégré. Il faut passer d’un temps où l’essentiel de l’aménagement du territoire était seulement dans les grandes infrastructures à un temps où il est davantage dans la formation et la recherche (Brunet et Sallois, 1986, p. 8). Les cas du Nordeste et de l’Amazonie démontrent que l’introduction d’industries greffées, notamment dans des pôles, n’a pas entrainé une amélioration générale du niveau de qualité de vie de la population de ces régions, tandis qu’une expérience plus intégrée de formation alliée à la recherche, celle de l’ITA (Institut Technique de l’Aéronautique) à São José dos Campos, a rendu possible l’émergence d’une culture industrielle et la consolidation d’une industrie aéronautique nationale compétitive sur le plan international et qui constitue la matrice du premier pôle technologique brésilien

Bibliographie

Bibliographie

BECKER B. K. 1988, “A geografia e o resgate da geopolitica”. Revista Brasileira de Geografia, n° 50 especial, t2 : 99-125.

BECKER B. K. 1990, “AMAZONIA”, Editora Atica, Serie Principios, 112 p.

BENAKOUCHE, T., DIAS, L. 1990, “Télécommunication et dynamique spatiale : le cas du Brésil” dans Communications et territoires, coord. H. BAKIS, La Documentation Française, pp 177-186.

BRUNET R. et SALLOIS J. dir., 1986, “FRANCE : les dynamiques du territoire” Montpellier, GIP RECLUS, 256 p.

CAPECCHI, V. 1987, “Formation professionnelle et petites entreprises : le développement industriel et la spécialisation flexible en Emilie-Romagne”, FORMATION/EMPLOI 19 : 3-18.

CNPq, 1990, “A MODERNIDADE DO BRASIL, cenários de ciência e tecnologia 1990-2010”, 102 p.

DIAS, L.C., 1988, “Télématique et système urbain brésilien : les principales tendances”, ronéo, 20 p.

DINIZ C.C. LEMOS M.B., 1990, “Dinâmica regional e suas perspectivas no Brasil”, ILAN/IPEA, “Para a década de 90”. Vol 3 : 161-200.

DROULERS, M., 1988, “Une enquête sur la modernisation agricole dans le Nordeste”, Document de recherche du CREDAL, Eq. BRESIL n° 14, sept. 40 p.

DROULERS, M., 1990, “Les pôles technologiques brésiliens dans l’orbite métropolitaine”, LES ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE, 46/2 : 39-49.

EGLER, C. 1988, “Dinamica territorial recente da industria no Brasil” dans TECNOLOGIA E GESTAO DO TERRITORIO, Rio de Janeiro, Ed. UFRJ, pp. 121-152.

ELETRONORTE, MME, “CENARIOS ENERGETICOS PARA A AMAZONIA”, Juin 1988, mimeo, 310 p.

FAISSOL, S., 1988, “Planejamento e geografia : exemplos da experiência brasileira”. Revista Brasileira de Geografia, n° 50 especial, t2 : 85-98.

FOUCHER, M. 1977, “La SUDAM et l’État brésilien organisateurs de l’Amazonie” dans État, Pouvoirs et espace dans le tiers monde, coord. BATAILLON, IEDES/PUF p. 247-264.

IBGE, 1988, “BRASIL : uma visão geográfica nos anos 80”. Rio de Janeiro, 354 p.

ILAN/IPEA, 1990, “Para a década de 90. Prioridades e perspectivas de políticas públicas”. Vol. 1 : Políticas macroeconômicas e setoriais. Vol. 2 : setor externo. Vol. 3 : População, emprego, desenvolvimento urbano e regional. Vol. 4 : Políticas sociais e organização do trabalho.

JAGUARIBE, H. et alli, 1989, “BRASIL : reforma ou caos”, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 308 p.

JAGUARIBE, H, 1989, “ALTERNATIVAS PARA O BRASIL”, Ed Olimpia, 170 p.

LIPIETZ, A., 1985, “Mirages et miracles, problèmes de l’industrialisation dans le tiers monde”, Paris Ed. La Découverte, 1985, 189 p.

LIPIETZ, A., 1986, “L’industrialisation dans la périphérie : déploiement interrégional et international du fordisme” pp 239-248 dans ESPACES, JEUX ET ENJEUX, Paris, Fayard, 1986, 343 p.

PIORE M., SABEL С, 1989, “Les chemins de la prospérité”, (trad. “the second industrial divide”, 1984) Paris, Hachette, 441 p.

PNAD, 1985, “Pesquisa Nacional por Amostra de Domicilios” ( recherche par échantillon de domiciles), IBGE,.

SALAMA P., 1989, “La dollarisation” Paris, Ed. La Découverte, 129 p.

SALAMA P. et VALIER, J., 1990, “L’économie gangrénée”, Paris, Ed. La Découverte, 221 p.

TAUILE J.R., 1989, “Novos padrões tecnológicos, competitividade industrial e bem-estar social : perspectivas brasileiras”, Revista de Economia Politica, vol. 9(3), Juil./sept. pp. 43-67.

THERY H.,1986, “BRASIL”, Atlas RECLUS, Paris Fayard/Reclus, 88 p.

VELLOSO J. dos Reis, coord., AS PERSPECTIVAS DO BRASIL E О NOVO GOVERNO, 1990, São Paulo, Nobel, 304 p.

ZANTMAN A., CARTIER-BRESSON J. et ROSINGER J.L. 1987, “Dynamique interne et spécialisation internationale du modèle d’industrialisation brésilien”, Ecole Normale Supérieure, Rapport de recherche mimeo, oct. 1987, 125 p.

ZANTMAN A., 1990, “Le tiers monde, les stratégies de développement à l’épreuve des faits...” Paris Hatier, 385 p.

Notes

1 Dans son livre “Les deux Brésil”, 1952.

2 Transdata est un réseau spécialisé offert par EMBRATEL (Entreprise Brésilienne de Télécommunication) depuis 1981 et basé sur des lignes privées de transmission continue. Principales clientèles : les grandes banques et les administrations publiques.

3 Nous reprenons ici les analyses de Mr Giuseppe Cannulo de l’université d’Ancône (Italie) exprimées dans un document de travail de l’OCDE (janvier 1990).

4 Travaux et Mémoires de l’IHEAL, n°35, 1984. “L’État aménageur en Amérique Latine”, 184 p.

5 D’un côté, un groupe de spécialistes de géographie physique, sous la direction de Francis Ruellan établissait un relevé minutieux de huit sites présélectionnés, étudiant plus particulièrement le site dit au centre géographique du “Planalto Central”, identifié dès 1892.
D’un autre côté, un second groupe orienté par Leo Waibel et Fabio Macedo Soares Guimarães, s’efforçait de justifier l’emplacement de la nouvelle capitale dans le contexte national et opta pour une localisation pas trop éloignée du Centre-Sud c’est-à-dire du cœur du système capitaliste, dans le “triangle minier”. Le lieu idéal étant, selon cette école, le centre démographique du Brésil.

6 de la même façon que le Brésil l’avait fait à la fin du 19ème siècle lorsque sa société agraire tardait à prendre le virage de la Révolution Industrielle (H. Jaguaribe, 1989 :113).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Participation régionale du PIB par secteurs ( %).
Légende Source : Fondation Getulio Vargas - Comptes nationaux
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 2. Valeur des productions industrielles et agricoles (%).
Légende Source : IBGE, recensements et annuaires statistiques.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 3 - Evolution de la part relative en valeur de la transformation industrielle (%).
Légende Source : IBGE/Seade
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 4 - Quelques indicateurs sociaux - 1985 -
Légende Source : Reforma ou caos, p. 72 et 141.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TENDANCES POUR LE BRESIL DE L’AN 2000. Un espace fracturé et polarisé
Légende Croissance projetée de la population urbaine entre 1985 et 2000
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2877/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre STRUCTURE URBAINE DU SUDESTE
Légende Population urbaine 1980 chef-lieu de municipe de plus de 10 000 habitants
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2877/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre LE CENTRE-SUD Polarisation et déconcentration
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2877/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable